LA COMÉDIE SANS COMÉDIE

COMÉDIE.

M. DC. LVII. Avec Privilège du Roi.

Par le Sr Quinault.

À PARIS, Chez GUILLAUME DE LUYNE, Libraire Juré, au Palais, dans la Salle des Merciers, à la Justice.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 31/08/2018 à 22:03:42.


À MONSEIGNEUR MONSEIGNEUR LE MARQUIS DE LA MAILLERAYE, GRAND-MAISTRE DE L'ARTILLERIE de France.

MONSEIGNEUR,

Le sujet de cette Comédie est si peu ordinaire, qu'il a sans doute besoin pour être souffert, d'une protection qui ne soit pas commune : nous vivons dans un Royaume où presque naturellement tout ce qui est nouveau, paraît toujours agréable ; mais vous savez qu'ordinairement une estime de cette nature finit avec autant de promptitude qu'elle commence, et que l'on n'est pas longtemps à trouver des défauts dans les choses les mieux reçues, quand on n'y rencontre plus la grâce de la nouveauté. C'est ce qui me fait craindre que cette Pièce de Théâtre toute différente des autres, ne conserve pas dans son impression le bruit favorable que ses représentations lui ont acquis, et qu'après avoir paru heureusement et avec éclat sur la Scène, elle n'aie pas la même bonne fortune, alors qu'elle n'aura plus le même ornement. Ce mauvais succès serait inévitable si je n'avais pas trouvé le secret de rendre cet Ouvrage plus glorieux qu'il ne fut jamais, en le consacrant à la Personne du monde la plus illustre. Je m'assure MONSEIGNEUR, qu'il serait inutile de rien dire de plus pour faire connaîtrez que c'est de vous de qui je veux parler : l'éclat de la Naissance et la grandeur du Courage qui rendent aujourd'hui les Hommes si considérés, ne sont pas les seules sources dont vous pouvez tirer toute votre gloire ; le bonheur d'être Fils d'un Père fameux par tant de batailles gagnées, et par tant se Sièges heureusement achevés, n'est pas un avantage que vous comptiez entre ceux qui vous sont propres ; ce n'est pas aussi parce que vous êtes brave au dernier point que vous êtes extrêmement louable, puisqu'étant sorti du plus vaillant de nos Héros, la plus haute valeur ne peut être en vous qu'un bien héréditaire : c'est par l'éclat de votre Esprit et par la grandeur de votre Âme que vous êtes principalement digne de l'admiration de tous ceux qui connaissent le véritable Mérite. Bien qu'il semble qu'une Fortune aussi grande que la vôtre, ne puisse être conservée que par des soins sans relâche et par des complaisances sans réserve, toute la France est justement persuadée qu'il n'y a point de belle Connaissance que vous n'ayez acquise, ni d'éclatante Vertu que vous n'ayez pratiquée. La Faiblesse de mes expressions ne pourrait m'empêcher de dire un nombre infini de choses brillantes sur une si riche matière, si je ne craignais que mon zèle ne devînt indiscret, et qu'en découvrant votre gloire, il n'offensât votre modestie : je dois me souvenir que vous fuyez les louanges avec la même ardeur que vous cherchez à les mériter, et que la Vérité cesse même de vous plaire, alors qu'elle commence d'être à votre avantage. J'ose espérer toutefois que vous aurez la bonté de souffrir avec indulgence ce qui me reste encore nécessairement à vous dire puisque vous n'y trouverez rien de glorieux que pour moi et que ce ne sera qu'une protestation très respectueuse d'être toute ma vie,

MONSEIGNEUR,

Votre très humble et très obéissant serviteur.

QUINAULT.


Noms des Acteurs du Premier Acte

JODELET, Valet de Hauteroche.

HAUTEROCHE, Comédien.

CHEVALIER, Fils de la Fleur.

LA ROQUE, Comédien.

POLIXENE, Soeur de la Roque.

AMINTE, Fille de la Fleur.

SILVANIRE, Soeur aînée d'Aminte.

LA FLEUR, Marchand.

Noms des Acteurs du Second Acte

LA FLEUR, Comédien.

HAUTEROCHE, Comédien.

CLOMIRE, Bergère.

SELVAGE, Satyre.

FORESTAN, Satyre.

DORISE, Soeur de Clomire, déguisée en Berger.

MONTAN, Nourricier de Dorise.

FILENE, Berger amant de Clomire.

DAFNIS, autre Berger amant de Clomire.

Noms des Acteurs du troisième Acte

ISABELLE, Fille de Panfile.

MARINE, Servante d'Isabelle.

PANFILE, Père d'Isabelle.

TERSANDRE, Amant d'Isabelle déguisé en Cuistre.

RAGOTIN, Domestique de Tersandre, aussi déguisé en Cuistre.

LE DOCTEUR, Amoureux d'Isabelle.

Noms des Acteurs du quatrième Acte

CLORINDE, Amazone.

TANCREDE, Prince Chrétien.

ARSACE, Écuyer de Clorinde.

HERMINE, Princesse d'Antioche.

ARIMON, Ami de Tancrède.

SOLDATS.

Noms des Acteurs du cinquième Acte

ARMIDE, Magicienne ennemie de Renaud.

L'OMBRE D'HIDRAOT, oncle d'Armide.

RENAUD, Chevalier Chrétien amoureux d'Armide.

AGIS, Écuyer de Renaud.

UN TRITON.

UNE SIRÈNE.

L'AMOUR.

QUATRE PETITS AMOURS.

La Scène est à Paris.


ACTE I

SCÈNE I.
Jodelet, Hauteroche.

JODELET, joue du Théorbe et chante après avoir posé une lanterne sourde à terre.

La Nuit qui verse à pleines mains   [ 1 Théorbe : Instrument à cordes pincées, de la famille des luths, inventé au commencement du XVIe siècle par un musicien italien, nommé Bardella. [L]]

Ses doux pavots sur les humains,   [ 2 Pavot : Poétiquement et fig. Les pavots, le sommeil. [L]]

Fait sommeiller le bruit et ronfler la tristesse :

Et le Soleil ce grand falot   [ 3 Falot : espèce de grande lanterne. [FC]]

5   Est allé plus vite qu'au trot.

Chez Thétis son hôtesse,   [ 4 Thétis n'était qu'une Nymphe de la mer. Elle passait pour la plus belle de toutes les femmes.]

Dormir comme un sabot   [ 5 Dormir comme un sabot : dormir profondément.]

La fugue est raffinée et l'accord n'est pas sot.

HAUTEROCHE, à part.

C'est mon valet qui chante, ah l'insolence étrange !

JODELET.

10   Je me sens en humeur de chanter comme un Ange.

Il continue à chanter.

Tandis parmi des loups-garous   [ 6 Tandis : Pendant ce temps-là.]

Des chats-huants et des hiboux,

Je fais malgré mes dents ici le pied de grue,   [ 7 Faire le pied de grue : attendre longtemps. [FC]]

Une corde du Théorbe se rompt.

Peste au plus bel endroit une corde est rompue,   [ 8 Peste : Interjection.]

15   Dieu ! C'est la chanterelle hélas quelle pitié,   [ 9 Chanterelle : La corde la plus déliée d'un luth, d'un theorbe, d'un violon. [F]]

Si mon maître survient je suis estropié ;

Ce soir à sa coquette il donne sérénade.

HAUTEROCHE.

Le maraud !   [ 10 Maraud : terme de mépris. Coquin, fripon. [FC]]

JODELET.

Je crains fort sa première boutade.   [ 11 Boutade : Caprice, saillie d'esprit et d'humeur. [Acad. 1762]]

Sa tête est bien légère et son bras est fort lourd,

20   Il est prompt comme un diable, et frappe comme un sourd.   [ 12 Frapper comme un sourd signifie aussi frapper quelqu'un sans ménagement ni pitié, parce qu'un sourd, n'entendant pas les cris de sa victime. [L]]

HAUTEROCHE.

Assommons ce faquin.   [ 13 Faquin : Termes de mépris et d'injure. [FC]]

JODELET.

Au voleur on me tue !

SCÈNE II.
Chevalier, Hauteroche, Jodelet.

CHEVALIER, sortant de son logis.

J'entends de Jodelet la voix qui m'est connue,

Quelqu'un lui fait outrage, il faut le secourir,

Qui que tu sois demeure, ou t'apprête à mourir.

HAUTEROCHE.

25   Épargnez vos amis, calmez votre furie.

CHEVALIER.

C'est toi cher Hauteroche ! Excuse je te prie.

Je croyais que quelque autre outrageait ton valet.

JODELET.

Ma foi je m'ennuyais de garder le mulet.   [ 14 Garder le mulet : attendre longtemps quelqu'un avec ennui et impatience. [L]]

Une corde a sauté dont j'enrage, ou je meure.

HAUTEROCHE.

30   Traître !

JODELET.

  Tout beau, je vais en mettre une meilleure.   [ 15 Tout beau : locution adverbiale. Doucement modérez vous. [L]]

HAUTEROCHE.

J'ai soupé chez Ariste, et je viens dans l'espoir

D'oser avec un air vous donner le bonsoir.

CHEVALIER.

Dis à ma jeune soeur dont ton âme est touchée...

HAUTEROCHE.

Ma passion pour vous ne fut jamais cachée,

35   Vous savez que je brûle et que sans votre aveu,

J'aurais toujours langui sans découvrir mon feu ;

Mais vos bontés en vain fondent mon espérance,

La Fortune entre nous met trop de différence,

Votre père est fort riche et chérissant le bien

40   Il aura du mépris pour un Comédien.

Je crains qu'il soit atteint de l'horreur ordinaire

Que notre nom imprime en l'âme du vulgaire,

Et comme de notre art il ignore le prix,

Notre amour n'obtiendra de lui que du mépris.

CHEVALIER.

45   Vous savez qu'il attend deux vaisseaux en Provence

Où sont avec nos biens toute notre espérance.

Et que d'un coup de vent le destin irrité

Peut encore entre nous mettre l'égalité ;

Je suis même alarmé d'avoir cet ordinaire   [ 16 Ordinaire : La courrier de la poste qui part et arrive à certains jours réglés. [L]]

50   Manqué de recevoir des lettres de mon père :

Quoi qu'il arrive enfin j'espère à son retour

Lui faire par mes soins approuver ton amour.

Ma soeur de son côté te sera favorable.

HAUTEROCHE.

Vous me voulez flatter d'un mensonge agréable.

CHEVALIER.

55   Non, je sais qu'elle t'aime.

HAUTEROCHE.

  Ah c'est trop de moitié !   [ 17 Trop de moitié : trop de la moitié.]

Je suis assez heureux si je lui fais pitié,

Je sais que fort souvent la Roque la visite,

Je connais mes défauts et connais son mérite :

Il en reçoit sans doute un traitement bien doux.

CHEVALIER.

60   C'est-à-dire en un mot que tu deviens jaloux :

Mais à tort sur ce point ton esprit s'inquiète

La Roque aime l'aînée et non pas la cadette :

Elle n'est pas d'humeur à faire un second choix,

Elle aimera toujours ce qu'elle aime une fois.

65   Plût au Ciel que le sort me fut aussi propice,

Hélas !

HAUTEROCHE.

Vous soupirez !

CHEVALIER.

C'est avecque justice.

HAUTEROCHE.

Tout succède à vos voeux, tout rit à vos désirs,

J'ignore quel sujet peut causer vos soupirs.

CHEVALIER.

Si tu peux l'ignorer, ton erreur est extrême,

70   Alors que l'on soupire on dit toujours qu'on aime.

Je l'avoue, oui l'amour a su me surmonter.

HAUTEROCHE.

C'est un mal qu'on peut fuir, mais non pas éviter.

Et si c'est un défaut, dans le siècle où nous sommes ;

C'est au moins le défaut qu'ont tous les galants hommes.

CHEVALIER.

75   Une jeune beauté hier au soir dans un bal

Sut à ma liberté porter le coup fatal.

HAUTEROCHE.

Quelle est sa qualité ?

CHEVALIER.

Je n'en sais rien encore.

HAUTEROCHE.

Au moins tu sais son nom ?

CHEVALIER.

Nullement, je l'ignore

Et pour rendre mon sort funeste au dernier point

80   Ceux à qui j'en parlai ne la connaissaient point :

Et pour toute faveur ce miracle des Belles

M'assura que bientôt j'aurais de ses nouvelles.

HAUTEROCHE.

Cher ami ! Je vous plains.

CHEVALIER.

Mais c'est trop t'arrêter,

Cessons de discourir et commence à chanter.

HAUTEROCHE.

85   Je vais chanter des vers d'une pièce nouvelle

Dont je crois la pensée être assez naturelle.

SCÈNE III.
La Roque, Polixène, Chevalier, Hauteroche, Jodelet.

LA ROQUE.

Pardonne à mon amour mon incivilité

Ma soeur ! Et chante ici l'air que j'ai souhaité.

POLIXENE, chante en voix de dessus.

Soeur du Soleil éclatante courrière   [ 19 Courrière : La lune.]  [ 18 Voix du dessus : Terme de musique. La partie la plus haute par opposition à la basse.]

90   Vous n'eûtes jamais de lumière

Égale au bel éclat qu'Olimpe a dans les yeux.

HAUTEROCHE.

J'allais chanter ces vers.

CHEVALIER.

Que rien ne te retienne

On chante une partie opposée à la tienne.

HAUTEROCHE, chante en voix de haute-contre.

Soeur du Soleil éclatante courrière   [ 20 Haute-contre : Terme de musique. La plus haute voix d'homme, celle qui est au-dessus du ténor. [L]]

95   Vous n'eûtes jamais de lumière

Égale au bel éclat qu'Olympe a dans les yeux.  [ 21 Olympe : Nom que les poètes ou les amants donnent quelquefois à leurs maitresses en faisant des vers en leur faveur, ou en leur écrivant. [R]]

LA ROQUE.

Si je ne suis trompé cette voix m'est connue,

Ne t'en étonne point ma soeur, et continue.

POLIXENE, continue à chanter.

Et cet astre naissant d'où j'ai tiré ma flamme

100   A plus mis de feux dans mon âme

Que vous n'en mettez dans les Cieux.

HAUTEROCHE continue aussi à chanter.

Et cet Astre naissant d'où j'ai tiré ma flamme

A plus mis de feux dans mon âme

Que vous n'en mettez dans les Cieux.

LA ROQUE, à Polixène.

105   Ma Maîtresse paraît, achève en diligence.

CHEVALIER, à Hauteroche.

Achève promptement ; Aminte ici s'avance.

SCÈNE IV.
Silvanire, Aminte, Hauteroche, Chevalier, la Roque, Polixène, Jodelet.

AMINTE.

Cet air s'adresse à moi.

SILVANIRE.

Dieu quelle vanité !

On chante ici pour moi sous un nom emprunté.

Ils chantent ensemble.

Quand vous brillez sur la terre et sur l'onde

110   Voyez-vous quelque chose au monde

Égale à ses appas, ou pareille à ma foi ?

Vous n'y pouvez rien voir de plus aimable qu'elle

Ni rien aussi de plus fidèle

Et de plus amoureux que moi.

POLIXENE, à la Roque.

115   Abordez Silvanire et lui parlez sans crainte.

CHEVALIER, à Hauteroche.

Tu peux prendre le temps d'entretenir Aminte,

Avec cette clarté j'irai voir cependant

Qui pour troubler ta voix est assez imprudent.

HAUTEROCHE.

Agréez ce devoir, Aminte ma maîtresse !

AMINTE, à sa soeur.

120   Jugez si c'est à moi que la chanson s'adresse.

LA ROQUE.

Silvanire approuvez, ces marques de ma foi !

SILVANIRE, à sa soeur.

Jugez si la chanson s'offre à d'autre qu'à moi.

CHEVALIER.

Ami que vois-je, ha Ciel ! Ô merveille étonnante !

HAUTEROCHE.

Quoi donc qu'avez-vous vu !

CHEVALIER.

La Beauté qui m'enchante,

125   La même que je vis dans un bal hier au soir

Et qui se fit aimer dès qu'elle se fit voir.

LA ROQUE.

Vous aimez donc ma soeur, comme j'aime la vôtre.

CHEVALIER.

Ha si c'est votre soeur quel bonheur est le nôtre ?

Je l'aime et dans l'ardeur dont je suis enflammé,

130   Je ferais l'impossible afin d'en être aimé,

Vous obtiendrez ma soeur au retour de mon Père,

De la vôtre tandis que faut-il que j'espère ?

Veuillez la consulter.

POLIXENE.

Consultez votre feu

Qui prend beaucoup d'amour peut en donner un peu.

SCÈNE V.
La Fleur, Silvanire, Aminte, Chevalier, Hauteroche, la Roque, Polixène, Jodelet.

LA FLEUR.

135   Après avoir perdu tout mon bien dessus l'onde

Je fuis avec raison la lumière et le monde :

Le Bien sans la Vertu reçoit partout des prix

Et la Vertu sans Bien n'obtient que des mépris.

Allons voir nos enfants et pleurer notre perte,

140   Entrons vite au logis, la porte en est ouverte.

Il entre dans le logis.

SILVANIRE.

Pour nous entretenir avec plus de repos

Entrons dans la maison.

CHEVALIER.

Il est fort à propos :

Dans l'excès du plaisir dont j'ai l'âme accablée

Je l'oubliais.

SILVANIRE, sortant du logis à la hâte.

Fuyons.

CHEVALIER.

Qui vous rend si troublée ?

SILVANIRE.

145   Mon Père est de retour et d'un air inhumain

Il marche sur nos pas un poignard à la main :

Arrêtez sa fureur.

LA FLEUR, levant le bras pour frapper Chevalier.

Ah perfide !

CHEVALIER.

Ah mon Père !

Épargnez votre fils.

LA FLEUR.

Mon fils qu'allais-je faire !

Tous nos biens sont perdus, mais sauvons notre honneur,

150   Mes filles ont chacune un lâche suborneur :

Deux galants inconnus à mes yeux trop fidèles,

En leur baisant les mains sont entrés avec elles.

CHEVALIER.

Dans une injuste erreur vos transports vous ont mis

Ce sont gens de mérite et de plus mes amis.

LA FLEUR.

155   Mais ils ont de l'amour ?

CHEVALIER.

  L'amour n'est pas un crime ?

L'hymen qu'ils ont pour but rend leur feu légitime ;

Et puisque la fortune a dans le sein des eaux

Avec tout notre espoir abîmé nos vaisseaux,

Veuillez ne trouver pas leur recherche importune,

160   Ils aimeront mes soeurs, malgré leur infortune.

LA FLEUR.

Vous ne sauriez, mon fils, parler plus sagement,

Je promets de leur faire un plus doux traitement.

HAUTEROCHE.

Nous osons approcher après cette promesse,

J'aimai toujours Aminte et je vous le confesse :

165   Cet amour continue, et le sort rigoureux

Qui peut tout sur ses biens, ne peut rien sur mes feux.

LA ROQUE.

Je suis trop amoureux pour pouvoir être avare,

J'adore en Silvanire un trésor assez rare :

Elle n'a rien perdu qui me soit précieux

170   Puisqu'il lui reste encor l'éclat de ses beaux yeux !

LA FLEUR.

On ne saurait former de désirs plus honnêtes ;

Mais pourrais-je Messieurs demander qui vous êtes.

HAUTEROCHE.

Je suis né grâce au Ciel d'assez nobles parents,

J'ai reçu dans la Cour mille honneurs différents :

175   La France à m'admirer souvent s'est occupée ;

Le favori du Roi m'a donné cette Épée :

J'ai reçu des faveurs des gens du plus haut rang,

Ce diamant de prix vient d'un Prince du sang ;

J'ai l'heur d'être connu du plus grand des Monarques

180   Et j'ai de son estime d'éclatantes marques :

Il m'écoute parfois mieux que ses courtisans,

Et l'habit que je porte est un de ses présents.

LA FLEUR.

J'aurai beaucoup d'honneur de vous avoir pour gendre ;

Mais quel est l'autre amant ?

LA ROQUE.

Je m'en vais vous l'apprendre.

185   Quant à moi pour parler avec sincérité

La fortune en naissant ne m'a pas bien traité ;

Mais si lors son erreur me fut injurieuse

Elle a rendu depuis ma vie assez fameuse.

Je me suis vu souvent un Sceptre entre les mains,

190   Dans un rang au-dessus du reste des humains :

J'ai de mille Héros réglé les Destinées,

J'ai vu dessous mes pieds des Têtes couronnées

Et j'ai par des exploits aussi fameux que grands

Vengé les justes Rois et détruit les Tyrans.

195   J'ai conquis des Trésors, j'ai forcé des Murailles,

J'ai donné des Combats, j'ai gagné des Batailles,

Et me suis vu vingt fois possesseur glorieux

De tout ce que la Terre a de plus précieux.

LA FLEUR.

Ô Ciel que je vais voir de gloire dans ma race !

200   Mais quel est votre emploi, dites-le-moi de grâce.

LA ROQUE.

Nous jouissons tous deux d'un repos assez doux.

LA FLEUR.

Mais après votre hymen enfin que ferez-vous ?

Je voudrais le savoir.

HAUTEROCHE.

S'il faut qu'on vous le die,

Nous ferons...

LA FLEUR.

Poursuivez.

HAUTEROCHE.

La...

LA FLEUR.

Quoi ?

LA ROQUE.

La Comédie.

LA FLEUR.

205   La Comédie ! Hé quoi ce sont là vos grands biens,

Vous n'êtes donc Messieurs que des Comédiens ?

Vous pouvez autre part aller chercher des femmes,

Mes filles ne sont pas des Objets pour vos flammes.

Quoiqu'elles soient sans bien, tournez ailleurs vos pas,

210   Elles ont de l'Honneur et vous n'en avez pas :

Vous dont l'art dangereux n'a pour but que de plaire

Aux désirs déréglés de l'ignorant Vulgaire :

Vous qui ne faites voir pour belles actions

Que Meurtres, ou Larcins, ou Prostitutions,

215   Et qui n'apprenez rien par tous vos artifices

Qu'à quitter les vertus pour pratiquer les vices ;

Vous qu'un gain lâche anime et qui ne profitez

Que du prix des forfaits que vous représentez.

JODELET.

Enfin si l'on en croit ce vieillard vénérable

220   Tous les Comédiens ne valent pas le diable.   [ 22 Cela ne vaut pas le diable : cela ne vaut absolument rien. [L]]

HAUTEROCHE.

Touchant la Comédie on peut dire avec vous

Qu'elle fut jadis l'art le plus vile de tous :

Et qu'en vos jeunes ans elle était encor pleine

De mille impuretés dignes de votre haine ;

225   Mais depuis qu'en nos jours de merveilleux esprits

Ont épuré cet art par leurs doctes écrits :

Ses défauts sont changés en grâces immortelles

Dont le charme est sensible aux âmes les plus belles.

La Scène est une école où l'on enseigne plus

230   Que l'horreur des forfaits et l'amour des vertus,

Elle émeut à la fois le stupide et le sage,

Montrant des passions, elle en montre l'usage :

La Comédie au vif nous sait représenter

Tout ce que l'on doit suivre ou qu'on doit éviter.

235   Quand le Crime y paraît, il paraît effroyable,

Quand la Vertu s'y montre, elle se montre aimable :

Le Coupable y reçoit la peine qu'il lui faut,

S'il s'élève parfois, c'est pour choir de plus haut.

L'Innocent y triomphe, et si le Sort l'outrage

240   Il l'abat pour après l'élever davantage,

Et c'est un art qui sait en même temps

Instruire la Raison et divertir les Sens.

LA ROQUE.

À tant de vérités j'ose ajouter encore

Que cet art ennoblit bien loin qu'il déshonore.

245   De ce qu'il fut jadis il est bien différent,

Son but n'est point de plaire au vulgaire ignorant ;

Il ne destine plus ses beautés sans égales

Qu'aux Esprits éclairés et qu'aux Âmes royales.

Est-il honneur plus grand que d'avoir quelquefois

250   Le bien d'être agréable au plus fameux des Rois ;

De mêler quelque joie aux importantes peines

De la plus vertueuse et plus grande des Reines,

Et de donner relâche aux soins laborieux

Du plus brillant Esprit qui soit venu des cieux ;

255   D'un Ministre animé d'une âme peu commune

Et grand par sa Vertu plus que par la Fortune ?

LA FLEUR.

Enfin si l'on vous croit, rien n'est égal à vous ;

Mais Messieurs si votre art est si noble et si doux,

Il faut à qui prétend l'exercer avec gloire,

260   Beaucoup de jugement, d'adresse et de mémoire ;

Il faut que rien ne manque à qui s'en veut mêler,

C'est trop peu d'y bien faire, il y faut exceller.

HAUTEROCHE.

Votre âme sur ce point doit être satisfaite,

Nous pouvons composer une Troupe parfaite ;

265   La nôtre depuis peu s'est rompue à Paris

Dont on peut aisément recueillir les débris :

J'ai deux soeurs et la Roque une encor fort charmante

Que votre fils chérit d'une ardeur véhémente,

Nous avons des Valets, des Amis, des Parents

270   À qui l'on peut donner des rôles différents ;

Et si nous y joignons vos Filles et leur Frère,

Nous ferons une Troupe assez forte pour plaire.

Et pour voir si l'on peut se contenter de nous,

Nous ne chercherons point d'autre Juge que vous.

LA FLEUR.

275   Mais pour en bien juger, il faudrait, ce me semble

Vous voir représenter la Comédie ensemble.

LA ROQUE.

Il le faut bien ainsi, votre Fils et ses Soeurs

Ont toujours du Théâtre estimé les douceurs :

Chacun d'eux sait assez de vers de Comédie

280   Pour n'avoir pas besoin qu'aucun en étudie,

Et pour vous divertir par de différents vers,

Nous représenteront quatre Sujets divers :

D'abord la Pastorale où vous pourrez connaître

Qu'Amour se plaît souvent sous un habit champêtre :

285   Qu'aux champs comme à la Cour il sait donner des lois,

Et qu'il frappe aussi bien les Bergers que les Rois ;

Nous donneront ensuite une Pièce burlesque

Où nous ferons paraître une image grotesque

Des défauts qu'on remarque aux vulgaires esprits,

290   Et tels qu'il faut qu'ils soient pour donner du mépris.

Ensuite vous verrez une Pièce tragique

Où nous vous marquerons d'un style magnifique

Les maux que peur causer un désir mal réglé

Dans le plus grand des coeurs, quand il est aveuglé ;

295   Enfin sur ces essais notre Troupe enhardie

Fera voir un sujet de Tragicomédie,

Où nous pourrons encor mêler pour ornements

Des Machines en l'air et des Concerts charmants.

Nous y ferons connaître à votre âme interdite

300   Que toute force cède à celle du Mérite,

Et que de quelque effort dont on soit combattu,

Les Charmes les plus grands sont ceux de la Vertu.

LA FLEUR.

L'on ne peut proposer rien de plus équitable :

Ce que vous promettez m'est beaucoup agréable,

305   Et je ne serai point contraire à vos souhaits

Pourvu que vos discours soient suivis des effets ;

Mais quand, pour satisfaire au besoin qui me presse

Prétendez-vous pouvoir tenir votre promesse ?

HAUTEROCHE.

Notre amour nous en presse encore plus que vous,

310   Vous aurez dès demain un passetemps si doux ;

Nos décorations en nos mains demeurées

Seront en peu de temps sans peine préparées,

Et demain à vos yeux nous paraîtront tous prêts

À faire cet essai dans l'Hôtel du Marais :

315   Il suffira ce soir de choisir quatre ouvrages

Et de faire entre nous le choix des personnages.

LA FLEUR.

Ce choix est important, et vous avez raison ;

Mais pour y mieux songer entrons dans ma maison.

ACTE II

CLOMIRE, PASTORALE.

SCÈNE I.
La Fleur, Hauteroche.

LA FLEUR.

Le Soleil a quitté son humide demeure

320   Serez-vous bientôt prêts ?

HAUTEROCHE.

  Oui Monsieur tout à l'heure,

De ce siège pour vous qu'en ces lieux on a mis

Vous verrez les essais que nous avons promis.

LA FLEUR.

Faites donc qu'à l'instant vos compagnons commencent,

Je brûle de les voir.

HAUTEROCHE.

Je les vois qui s'avancent,

325   Placez-vous et surtout en cette occasion

Veuillez les écouter avec attention.

La Fleur se place sur un siège au coin du Théâtre.

SCÈNE II.
La Fleur, Clomire, Selvage, Forestan.

CLOMIRE.

Je suis perdue ô Ciel !

SELVAGE.

Je vous tiens inhumaine !

Votre légèreté pour ce coup sera vaine.

CLOMIRE.

De grâce laissez-moi !

FORESTAN.

Je serais un grand fat

330   De laisser dans ma main un mets si délicat.

CLOMIRE.

Je suis morte !

SELVAGE.

Que rien ne vous étonne

Le mal qu'on vous fera n'a fait mourir personne.

CLOMIRE.

Quoi vous cessez pour moi d'être respectueux ?

FORESTAN.

La Fortune et l'Amour se moquent des honteux.

SELVAGE.

335   Je sais que pour mari l'on vous donne Filène,

Qui va de tous mes soins cueillir le fruit sans peine.

FORESTAN.

L'autre jour même encor je le vis couronné

Du chapeau de jasmins que je vous ai donné.

SELVAGE.

Plus ardent qu'un Lion qui donne sur sa proie

340   Je prétends bien tantôt m'en donner à coeur joie.

FORESTAN.

Vous passerez le pas et c'est à cette fois

Que je vais mettre enfin votre honneur aux abois.

SELVAGE.

Laisse-moi la mener dans ma Grotte ancienne.

FORESTAN.

Dans ta Grotte ! Ha j'entends la mener dans la mienne.

SELVAGE.

345   Vois-tu ! Tous tes discours sont ici superflus,

Tu l'auras seulement quand je n'en voudrai plus.

FORESTAN.

Tu conteras deux fois, tu contes sans ton hôte,

Je prétends bien me battre avant que l'on me l'ôte.

SELVAGE.

Tu l'aurais le premier ?

FORESTAN.

Quoi je ne l'aurais pas ?

350   Je l'aurai !

SELVAGE.

Toi ?

FORESTAN.

Oui moi.

SELVAGE.

  Ma foi tu mentiras.

FORESTAN.

C'est toi qui mentiras.

SELVAGE.

Crains que je ne me fâche !

FORESTAN.

Moi te craindre, qui toi des bouquins le plus lâche ?   [ 23 Bouquin : On appelle figurément un vieux bouquin, un homme puant et lascif qui a passé sa vie dans la débauche. [F]]

SELVAGE.

Bon pour toi, t'ai-je pas cent fois fait filer doux.

FORESTAN.

Sus il en faut venir des injures aux coups,

355   Que le plus fort l'emporte.

CLOMIRE.

  Où me vois-je réduite !

Mais durant leur combat, il faut prendre la fuite.

Elle fuit.

SELVAGE.

Le grand coup que voici.

FORESTAN.

Le grand coup que voilà.

SELVAGE.

Plût au Ciel que quelqu'un vint mettre le holà.

FORESTAN.

Demandons-lui quartier, s'il redouble il m'achève.   [ 24 Demander quartier : demander grâce, demander de n'être pas traité à la rigueur. [FC]]

SELVAGE.

360   Attends pour un moment, compagnon faisons trêve.

FORESTAN.

J'y consens de bon coeur, car j'en ai grand besoin ;

Mais Clomire.

SELVAGE.

Ha ma foi je crois qu'elle est bien loin ;

Nous perdrions nos pas la suivant davantage,

Qu'en dis-tu ?

FORESTAN.

Qu'ai-je à dire au moment que j'enrage ?

SELVAGE.

365   Tout mon dos est en sang.

FORESTAN.

  Il l'est moins que le mien,

Je suis meurtri de coups et tout cela pour rien.

SELVAGE.

N'est-ce être pas bien fat, que lâcher ainsi prise ?

FORESTAN.

C'est par ton peu d'esprit.

SELVAGE.

Plutôt par ta sottise,

Il fallait craindre tout de sa sotte Vertu ;

370   Devais-tu la quitter ?

FORESTAN.

  Pourquoi la quittais-tu ?

SELVAGE.

Ne prenons plus querelle ; il y va trop du nôtre,

Avouons-nous tous deux aussi sot l'un que l'autre :

Si nous la retrouvons, il faut s'accorder mieux,

Et ne se battre plus ainsi pour ses beaux yeux.

FORESTAN.

375   Ses parents pour mari lui destinent Filène,

Faisons que ce Rival ait part à notre peine :

Tâchons de l'attraper et le rouant de coups,

Mettons-le hors d'état de se voir son époux.

SELVAGE.

Il le faudra surtout prendre à notre avantage.

FORESTAN.

380   Fort bien, mais on nous suit, passons dans ce bocage.

SCÈNE III.
La Fleur, Doris, Montan.

DORISE, en habit de Berger.

N'approchons pas, je vois des Satyres passer.

MONTAN.

Ils entrent dans le bois, vous pouvez avancer ;

Et quand sous cet habit ils vous verraient paraître,

Il serait malaisé qu'ils vous pussent connaître :

385   Moi qui vous élevai jadis si chèrement,

Je vous ai méconnue en ce déguisement.

Nous sommes seuls, enfin contentez mon envie,

Apprenez-moi quel Dieu vous a sauvé la vie,

Et me faites savoir pour quel sujet aussi

390   Vous cachiez votre sexe en arrivant ici.

DORISE.

En faveur de vos soins pris pour moi dès l'enfance

Ces secrets pour vous seul seront en évidence ;

Ce n'est pas sans sujet qu'on croit dans ce Hameau

Que les flots soulevés m'ont servi de tombeau :

395   Vous savez que ma mère au gré de notre flamme

Me promit autrefois à Filène pour femme,

Et m'emmena devant, qu'il me donna la foi,   [ 25 Devant : Il exprime un rapport d'antériorité dans le temps, auparavant. [L]]

Pour accomplir un voeu fait à Délos pour moi.

MONTAN.

Oui, je ne sais que trop qu'en ce fatal voyage

400   Notre vaisseau périt par un subit orage :

Ses débris sur nos bords par les vents apportés

Nous apprirent trop tôt ces tristes vérités.

DORISE.

On mit l'esquif en mer au point de notre perte,   [ 26 Point : Instant, moment précis. [L]]

Je pris heureusement l'occasion offerte,

405   J'y passai sans ma mère, et le vent furieux

Fit briser le vaisseau tôt après à nos yeux,

Et l'orage cessant un vent plus favorable

Dans l'Île de Délos nous poussa sur le sable ;

Là pour ne laisser pas mon honneur en danger,

410   Je changeai mon habit à celui d'un Berger.

Et quelques mois après un vaisseau de Sicile

Sur qui je m'embarquai, me porta dans cette Île,

Où j'ai su que l'ingrat qui me sût embraser,

Aime ma soeur Clomire et prétend l'épouser ;

415   Avant qu'on reconnaisse en ce lieu mon visage

Je veux entretenir en secret ce Volage,

Vous m'avez dit que seul il vient souvent ici,

J'y viens pour lui parler.

MONTAN.

Je crois que le voici.

DORISE.

C'est lui-même en effet.

MONTAN.

Mais votre teint se trouble ?

DORISE.

420   Hélas à son abord ma faiblesse redouble !

MONTAN.

Comment vous le fuyez ?

DORISE.

Quoi ne voyez-vous pas

Dafnis qui d'assez près marche dessus ses pas !

MONTAN.

Je le vois, cachez-vous.

DORISE.

C'est ce que je désire.

MONTAN.

J'attendrai qu'il soit seul pour aller vous le dire.

SCÈNE IV.
La Fleur, Filène, Dafnis.

FILENE.

425   Qu'il est doux de se voir du tumulte éloigné !

Quiconque a de l'amour, est bien accompagné :

Avançons vers ce bois, le silence à toute heure

Y fait avec le frais sa demeure.

DAFNIS, faisant l'Écho derrière le Théâtre.

Demeure.

FILENE.

Ces Rochers sont atteints de mon mal inouï,

430   Poursuis, poursuis Écho m'es-tu bien ouï ?...

DAFNIS.

Oui !

FILENE.

Clomire me témoigne une froideur extrême,

Que faut-il que je fasse afin qu'elle m'aime ?

DAFNIS.

Aime.

FILENE.

Mais quoi si mon amour attire son mépris,

Que faire si l'ingrate est sourde à mes cris ?

DAFNIS.

Ris.

FILENE.

435   Rire au point de mourir, ta réponse est étrange,

Comment punir cette âme encline au change ?

DAFNIS.

Change.

FILENE.

Si je pouvais changer ton conseil serait bon,

De son époux enfin aurai-je le nom ?

DAFNIS.

Nom.

FILENE.

Non, ha cette réponse est tout à fait cruelle !

440   Crois-tu que ta froideur soit immortelle ?

DAFNIS.

  Telle.

FILENE.

Telle ! Mais quel berger peut prétendre à sa foi,

Qui soit de l'obtenir plus digne que moi ?

DAFNIS se découvrant.

Moi.

FILENE.

Toi ? Quoi c'est mon Rival qui vient de me répondre !

DAFNIS.

Oui c'est moi qui partout aspire à te confondre,

445   Clomire est au-dessus des mérites d'un Roi ;

Mais je suis d'elle au moins bien plus digne que toi.

FILENE.

Ne nous emportons point ; si j'en crois l'apparence,

Elle met entre nous assez de différence,

Je lui plais.

DAFNIS.

Ton orgueil se l'est imaginé.

FILENE.

450   Ce différent peut être aisément terminé.

Récitons ses faveurs et puis sans plus attendre

Le moins favorisé cessera d'y prétendre ?

DAFNIS.

Commence, je t'entends !

FILENE.

Quand près de ce Hameau

Quelqu'un de mes moutons se mêle à son troupeau,

455   La Bergère le flatte, et puis me le demande.

DAFNIS.

Une faveur semblable à mon sens n'est pas grande,

Je veux fort volontiers te céder en ce point,

On peut aimer le bien d'un que l'on n'aime point.

FILENE.

Sitôt qu'elle me voit par un heureux présage,

460   Une couleur de feu paraît sur son Visage :

La blancheur de son Teint qui ferait honte aux Lys,

Se change en la rougeur des ?illets frais cueillis.

DAFNIS.

Ce changement fait voir que ton attente est vaine,

Un visage enflammé ne témoigne que haine.

FILENE.

465   Si durant son repas je viens sans y songer,

La belle à mon abord perd le soin de manger.

DAFNIS.

De même la Brebis qui voit le Loup paraître,

À son funeste abord quitte le soin de paître.

FILENE.

Lorsque je la rencontre au bord d'un clair ruisseau

470   La Bergère se joue à me jeter de l'eau,

Ces privautés font voir que j'ai l'heur de lui plaire,

Tu le dois avouer.

DAFNIS.

Je soutiens le contraire,

Tu ne dois présager rien de bon de ce jeu :

Elle jette cette eau pour éteindre ton feu,

475   Et pour tâcher de mettre en imitant Diane,

Le timbre d'Actéon dessus ton front profane.   [ 27 Mettre le timbre d?Actéon dessus ton front profane : C?est lui mettre une tête de Cerf à la place de sa tête. [FC]]

FILENE.

Ton esprit mal tourné conçoit tout à rebours :

Mais tu n'es pas du moins si bien dans tes amours.

Dis-moi quelle faveur t'a fait cette Bergère ?

DAFNIS.

480   Un causeur comme toi dirait ce qu'il faut taire,

Je cacherai bien mieux nos amoureux secrets ;

Les vrais amants surtout doivent être discrets.

FILENE.

Quoi tu ne diras rien ?

DAFNIS.

Je ne dois rien t'apprendre.

FILENE.

Mais tu me l'as promis ?

DAFNIS.

J'ai promis de t'entendre.

FILENE.

485   Quoi j'aurais cet affront ?

DAFNIS.

  Sans s'emporter si fort

Réservons à Clomire à nous mettre d'accord :

Consultons sur son choix cette Beauté si chère,

Et cédons à celui qu'à l'autre elle préfère.

FILENE.

Suivras-tu son arrêt ?

DAFNIS.

Oui fût-il contre moi.

FILENE.

490   Tu dois t'en assurer : avançons je la vois ?

SCÈNE V.
La Fleur, Dafnis, Filène, Clomire.

DAFNIS.

Où courez-vous Beauté qui causez nos martyres,

Craignez-vous quelque chose ?

CLOMIRE.

Oui je crains deux Satyres,

Ils m'ont longtemps suivie et c'est ce que je fuis ?

FILENE.

Vous n'avez rien à craindre aux endroits où je suis.

495   Jugez d'un différent dont à fort juste titre

Tous deux conjointement nous vous rendons arbitre ;

De vos divins appas l'un et l'autre est charmé,

Jugez qui de nous deux mérite d'être aimé.

CLOMIRE.

Ce que vous demandez me met beaucoup en peine,

500   Je n'ai pour nul de vous ni passion, ni haine :

Dites-moi vos raisons et tout considéré,

Je verrai qui de vous doit être préféré.

FILENE.

Mon bonheur...

DAFNIS.

Mon espoir...

FILENE.

Est certain...

DAFNIS.

Diminue.

CLOMIRE.

Filène a commencé, souffrez qu'il continue.

FILENE.

505   Mon bonheur est certain puisque vous m'écoutez,

Comme vos yeux, votre âme a beaucoup de clartés,

Je vais puisque votre ordre ici m'en sollicite,

Pour gagner votre choix parler de mon mérite :

Et pour mille raisons je suis fort assuré

510   Qu'à ce faible rival je serai préféré.

DAFNIS.

Mon espoir diminue et tout me désespère,

S'il faut par le mérite aspirer à vous plaire :

Rien n'est digne de vous ; et pour plaire en ce jour

Je n'ai point de raison, je n'ai que de l'amour.

FILENE.

515   Jugez combien sur moi votre puissance est forte

De m'avoir fait aimer après Dorise morte !

J'avais juré cent fois de n'être plus amant,

Mais vos beaux yeux m'ont fait violer mon serment !

DAFNIS.

Je n'ai jamais brûlé que de la seule flamme,

520   Que vos regards charmants ont portée en mon âme :

Qui peut aimer deux fois, fait douter de sa foi

Mon amour doit durer et finir avec moi :

Et comme votre Soeur, si vous faisiez naufrage,

Ma mort m'empêcherait d'être jamais volage.

FILENE.

525   La bienséance encor porte à me choisir,

Vos plus proches parents approuvent mon désir.

DAFNIS.

Si j'obtiens votre choix par un bonheur extrême,

Je ne veux de ce bien rien devoir qu'à vous-même.

FILENE.

Vous aurez de la gloire à m'avoir pour époux,

530   La Race dont je sors est célèbre entre nous.

DAFNIS.

La Race dont je sors n'a jamais eu de lustre ;

Mais si vous y passez, vous la rendrez illustre.

La gloire qu'il promet, doit peu vous émouvoir,

C'est à vous d'en donner et non d'en recevoir !

FILENE.

535   Je n'ai point de défauts dignes de votre haine,

Je me vis l'autre jour encor dans la fontaine :

J'eus lieu sans vanité d'être assez satisfait

Et ne m'y trouvai point trop laid, ni trop mal fait.

DAFNIS.

Ma laideur à mes voeux n'est pas ce qui s'oppose,

540   Si je suis sans beauté, vous en êtes la cause :

Nous sommes d'un même âge et je crois justement

Que nous fûmes formés dans le même moment !

La Nature voulant faire un chef-d'oeuvre rare,

De ses plus riches dons ne vous fut point avare !

545   Et l'ingrate de moi ne se souvint qu'alors

Qu'elle eut pour votre gloire épuisé ses trésors !

Pour vous être propice elle me fut cruelle :

Et je serais mieux fait si vous étiez moins belle ?

FILENE.

Il en ferait bien croire à des Esprits mal faits,

550   Il n'a que des discours et moi j'ai des effets :

Si vous aimez le bien, le sort m'a fait la grâce

Qu'en richesse en ces lieux aucun ne me surpasse :

J'ai des maisons au bourg, j'ai des troupeaux aux champs,

Je fais fendre la terre à vingt coutres tranchants :

555   J'ai tant de biens qu'enfin le compte en importune,

Soyez-moi favorable ainsi que la Fortune.

DAFNIS.

La Fortune jamais ne fait rien justement,

Sa haine ou sa faveur est sans discernement :

Votre sens est trop bon, pour avoir la pensée

560   De suivre en votre choix celui d'une insensée,

Elle hait les vertus et vous en faites cas,

Enfin elle est aveugle, et vous ne l'êtes pas.

FILENE.

Si votre choix me donne ici la préférence,

Vous verrez des effets da ma reconnaissance :

565   Je vous promets un Daim par mes soins élevé,

Que j'ai pour vous offrir jusqu'ici conservé.

DAFNIS.

D'aucune offre pour moi je ne fais mon refuge,

C'est à qui se sent faible, à corrompre son Juge :

Je ne vous promets rien jugeant en ma faveur,

570   Je n'ai rien à donner, ayant donné mon coeur.

CLOMIRE.

Il faut que s'il se peut tous deux, je vous contente,

Vous Filène, pour prix de votre amour constante

De mon chapeau de fleurs couronnez votre front.

FILENE.

Ô Faveur trop charmante !

DAFNIS, à part.

Ô trop sensible affront !

CLOMIRE.

575   Vous, faites-moi Dafnis don de votre guirlande ?

Je prétends la porter.

DAFNIS.

Ciel que ma gloire est grande !

CLOMIRE.

Adieu.

DAFNIS.

Je vous suis ?

CLOMIRE.

Non, je crains peu de dangers,

À cette heure partout on trouve des Bergers.

SCÈNE VI.
La Fleur, Dafnis, Filène.

FILENE.

Sais-tu bien maintenant qui plaît à la Bergère ?

DAFNIS.

580   Je le dois bien savoir, sa réponse est fort claire.

FILENE.

Puisque de son vouloir chacun est éclairci,

Suivons donc notre accord.

DAFNIS.

Je l'entends bien ainsi.

FILENE.

Laisse-moi l'aimer seul, comme elle le désire !

DAFNIS.

Crois-moi ne raille point, tu n'as pas lieu de rire,

585   Change et cherche autre part des traitements meilleurs.

FILENE.

Comment, c'est toi qui dois chercher fortune ailleurs ?

DAFNIS.

C'est moi seul que Clomire a témoigné qu'elle aime.

FILENE.

Ne fais point l'ignorant ?

DAFNIS.

Ne le fais point toi-même !

FILENE.

Suivant le sens commun, qui m'offre de son bien,

590   Doit m'aimer beaucoup plus que s'il m'ôtait du mien.

DAFNIS.

Sur celui qui reçoit, qui donne a l'avantage,

Qui donne ne doit rien, et qui reçoit s'engage.

FILENE.

Quand le Dieu Pan nous aime, on connaît pourtant bien

Qu'il nous fait des faveurs et ne nous ôte rien.

DAFNIS.

595   Quand le Dieu Pan nous aime, il reçoit notre offrande

Du même air dont Clomire a reçu ma Guirlande.

FILENE.

L'avantage sur toi clairement m'est donné,

Comme Vainqueur enfin suis-je pas couronné ?

DAFNIS.

C'est à tort sur ce point que ton esprit me brave,

600   J'ai les marques de Maître et toi celles d'esclave ?

Nos Guirlandes de fleurs ne sont que des liens,

Les miens serrent Clomire et tu portes les siens.

FILENE.

Ta Guirlande était verte et selon l'apparence

Elle veut te l'ôtant, te priver d'espérance.

DAFNIS.

605   Par là de mon bonheur elle veut m'assurer,

Ayant gagné son coeur, que pourrais-je espérer ?

Le succès fait cesser l'espoir qui le précède

Et l'on n'espère plus un bien que l'on procède ;

Mais adieu, si tu vois Clomire une autrefois,

610   Tu pourras à ta honte apprendre mieux son choix !

SCÈNE VII.
La Fleur, Filène.

FILENE.

Nous nous trompons tous deux, un faux bien nous amuse,

Loin de nous éclaircir Clomire nous abuse.

Et ne se trouvant pas d'un mérite commun,

Pour garder deux amants veut n'en choisir pas un :

615   Dorise dont mon coeur révère encor les cendres

Avait des sentiments plus justes et plus tendres !

Je la devais aimer même après son trépas

Ou plutôt je devais ne la survivre pas !

Mais quoi ! Je crois sentir le sommeil qui me presse,   [ 28 Sommeil : On dit poétiquement de la mort, que c'est un sommeil de fer, qu'il est l'image, le frère de la mort]

620   Son charme avec mes sens assoupit ma tristesse !

Ô Ciel n'aurai-je point d'autre bien dans mon sort,

Que celui qui me vient du frère de la Mort !

Il s'endort.

SCÈNE VIII.
La Fleur, Selvage, Forestan, Montan, Dorise, Filène.

SELVAGE.

Je vois notre rival qui dort sous ces feuillages,

Donnons dessus.

FORESTAN. Il lui tient les mains.

Tout beau, prenons nos avantages,

625   Et pour à son réveil rendre ses efforts vains :

Occupons-nous d'abord à lui lier les mains.

SELVAGE.

Fort bien.

MONTAN.

Filène est seul, approchez sans rien craindre,

Je vais me retirer pour ne vous pas contraindre.

Il se retire.

DORISE.

Courons à la vengeance, il faut à cet instant

630   Porter le coup mortel à ce coeur inconstant,

Avançons, mais que vois-je ? On attente à sa vie !

Lâches retirez-vous ; ou craignez ma furie.

FILENE.

Ciel où suis-je et qu'entends-je !

SELVAGE.

Évitons son courroux,

Nous ne pouvons ici rien gagner que des coups.

DORISE.

635   Ils sont bien loin, souffrez que ma main vous délie,

Berger vous êtes libre.

FILENE.

Oui je vous dois la vie !

Et je borne à présent mes souhaits les plus doux

À trouver les moyens de la perdre pour vous !

DORISE.

Traître, il en faut trouver les moyens tout à l'heure,

640   Défends-toi si tu peux ?

FILENE.

  Non il faut que je meure !

Si vous voulez ma vie, il faut vous contenter.

La main dont je la tiens, a droit de me l'ôter !

DORISE.

Je veux te l'arracher plutôt que te la prendre ;

Et tu m'obligeras si tu l'oses défendre !

FILENE.

645   Non je m'offre à vos coups ; mais quel prodige ô Cieux !

Vois-je pas de Dorise et les traits et les yeux ?

DORISE.

J'en ai les mêmes traits ; mais non pas la même âme,

C'est au lieu de l'amour le dépit qui m'enflamme ;

Je suis Dorise enfin ; mais Dorise en fureur,

650   Qui veut non te gagner ; mais t'arracher le Coeur.

FILENE.

Hé bien contentez-vous ; ma perte est légitime !

Mon repentir est grand ; mais bien moins que mon crime !

Mon coeur perdant l'espoir d'oser vivre pour vous,

Met son bonheur dernier à mourir de vos Coups !

655   Frappez donc !

DORISE.

  C'est en vain, que le dépit m'en presse

Je n'en ai pas la force, ingrat, je le confesse !

FILENE.

Je ne dois pas mourir d'une si belle main

Mon bras doit me punir !

DORISE.

Non, arrête inhumain !

Je hais Filène ingrat ; mais malgré ma colère ;

660   Filène repentant ne me saurait déplaire.

FILENE.

C'est traiter un perfide avec trop de douceur ;

Mais qui fait à la hâte avancer votre Soeur ?

SCÈNE IX.
La Fleur, Filène, Dorise, Clomire, Dafnis.

CLOMIRE.

A-t-on jamais parlé d'une telle insolence ?

Deux Satyres affreux avecque violence

665   Ici près à l'instant auraient su m'enlever

Sans Dafnis que les Dieux ont fait lors arriver !

DAFNIS.

Bergère assurez-vous, ces lâches sont en fuite.

CLOMIRE.

À quel malheur sans vous aurais-je été réduite !

Ma vie et mon honneur ne sont dus qu'à vos soins

670   Et me donnant à vous, je ne vous dois pas moins.

DAFNIS.

Vous ne me devez rien, Bergère incomparable !

À qui fait son devoir, on n'est point redevable :

Et je reçois de vous cet excès de bonté

Comme on reçoit un bien qu'on n'a pas mérité ;

675   Mais de dépit Filène en va perdre la vie.

FILENE.

Je ne sais qui de nous est plus digne d'envie.

Cet adorable Objet qui me promet sa foi,

Me rend autant heureux et plus content que toi.

CLOMIRE.

Mais comment d'un Berger votre âme est-elle éprise ?

DORISE.

680   Sous l'habit de Berger reconnaissez Dorise.

CLOMIRE.

Ma soeur Dorise, ô Ciel ! Quel miracle nouveau

A pu défendre aux flots d'être votre tombeau.

DAFNIS.

En ces lieux à présent le Soleil importune,

Allons dans le logis apprendre sa fortune,

685   Et nous préparer tous pour le bienheureux jour

Où l'hymen doit enfin couronner notre Amour.

ACTE III

LE DOCTEUR DE VERRE. COMÉDIE.

SCÈNE I.
Isabelle, Marine.

ISABELLE.

Ma lettre est achevée et c'est à toi de prendre

Le soin de la donner en main propre à Tersandre,

Tu sais que cet Écrit l'invite à s'opposer

690   Aux desseins du Docteur qui me doit épouser :

Si mon Père en sortant venait à te surprendre,

Souviens-toi du secret que je viens de t'apprendre.

MARINE.

Il suffit, j'ai su l'art dès mes plus jeunes ans

D'en donner à garder aux vieillards défiants.   [ 29 Garder : Fig. et familièrement. En donner à garder à quelqu'un, lui en faire accroire, le tromper, le duper. [L]]

ISABELLE.

695   Écoute encor deux mots, songe bien à lui dire

Qu'hier il eut grand tort de manquer de m'écrire,

Que de mon triste hymen l'empressement s'accroît

Et qu'en son peu de soin, son peu d'amour paraît.

MARINE.

Rentrez, il ne faut pas m'en dire davantage.

ISABELLE.

700   Surtout sonde-le bien touchant mon mariage.

Isabelle rentre.

MARINE.

Allez, pour réussir dans ces commissions

Je n'ai pas grand besoin de vos instructions :

Sortons vite, ah j'entends notre vieillard qui crache !

Je porte ce billet et crains qu'il ne le sache,

705   S'il l'attrape en mon sein, il sera bien subtil.

SCÈNE II.
Panfile, Marine.

PANFILE.

Marine écoute un mot ?

MARINE.

Monsieur que vous plaît-il ?

PANFILE.

Tu sais fort bien qu'en toi j'ai confiance entière,

Dis-moi que fait ma fille ?

MARINE.

Elle fait sa prière.

PANFILE.

Vraiment j'en suis fort aise, on ne peut faire mieux,

710   Sitôt qu'on voit le jour d'en rendre grâce aux Dieux :

Je m'en vais assister au temple au sacrifice,

Pour ne pas l'interrompre en ce saint exercice.

MARINE.

C'est bien fait.

PANFILE.

Mais Marine avant que de sortir

De ses désirs secrets voudrais-tu m'avertir ?

715   Tu sais que pour mari je lui destine un homme

Qui n'eut jamais d'égal dans Athènes et dans Rome :

Un savant, mais savant qui ne ressemble pas

Ceux qui sont d'ordinaire aussi gueux que des rats ;

Et qui sait pour charmer l'âme la plus farouche,

720   Parler d'or de la main, ainsi que de la bouche.   [ 30 Parler : Dans le style familier, on dit, qu'Un homme parle d'or, pour dire, qu'Il parle, qu'il répond comme on souhaitait qu'il fît. [Acad. 1762]]

D'où provient que ma fille en cette occasion,

Témoigne pour l'hymen si grande aversion ;

Et n'aurait-elle point par une ardeur fatale

De même que sa soeur fait voeu d'être Vestale ?

MARINE.

725   Pour moi, je ne crois pas à dire vérité,

Qu'elle ait jusques ici fait voeu de chasteté ;

Et cette aversion où votre choix l'engage

Est plus pour le mari que pour le mariage.

L'époux qu'on lui destine est un barbon hideux,   [ 31 Barbon : Vieillard qui est revenu de tous les plaisirs de la jeunesse, qui les condamne, et qui les empêche autant qu'il peut. [F]]

730   Plus propre à ressentir des glaçons que des feux :

Cet objet ne doit pas toucher une jeune âme.

Lorsqu'on fait demander une fille pour femme,

Une telle demande a toujours des appas ;

Mais c'est le demandeur qui souvent ne plaît pas :

735   Si vous ne l'eussiez point refusée à Tersandre,

Sans peine au mariage on l'eût fait condescendre.

PANFILE.

Le Docteur est plus riche.

MARINE.

Oui, mais c'est son vieux corps

Qu'elle doit épouser et non pas ses trésors.

PANFILE.

Mais pour ce jeune amant ce conteur de fleurettes,   [ 32 Fleurette : Cette manière de parler peut venir de ce que les amants emploient de beaux discours, des discours fleuris, des discours où entrent des fleurs de Rhétorique, ou de ce qu'ils donnent des bouquets à leurs maîtresse. [T]]

740   N'a-t-elle point aussi des passions secrètes ?

MARINE.

Vous lui faites grand tort d'avoir de tels soupçons,

Votre fille est fort sage, elle suit mes leçons.

PANFILE.

Je t'estime fidèle, il faut que je te croie ;

Mais quel est ce papier ?

Il voit la lettre.

MARINE.

Ce n'est rien.

PANFILE.

Que je voie.

MARINE.

745   À d'autres : je connais quel est votre dessein,

Vous voulez m'approcher pour me toucher le sein.

Qui ne vous connaîtrait ?

PANFILE.

C'est ?

MARINE.

Vous avez beau dire

Vous n'y toucherez point.

PANFILE.

Mais !

MARINE.

Mais vous voulez rire ?

PANFILE.

Ce papier que j'ai vu, doit être un billet doux ?

MARINE.

750   C'est de mon serviteur ; en êtes-vous jaloux ?

PANFILE.

Va, tu n'es qu'une folle, adieu je vais au Temple.

Bas.

Son procédé me donne un soupçon sans exemple,

Sortons pour la surprendre.

MARINE.

Il s'en va fort content ;

Mais serrons autre part ce billet important.

PANFILE.

755   Retournons doucement, j'espère de la sorte

Arracher de ses mains le papier qu'elle porte.

MARINE.

La lettre est chiffonnée, il faut la plier mieux,

Ma fois le vieux pénard n'est point malicieux.   [ 33 Pénard : Terme injurieux qu'on dit quelquefois aux hommes âgés. [F]]

PANFILE, lui ôtant le billet.

Voyons ton innocence, ou bien ton artifice.

MARINE.

760   Quoi vous ouvrez ma lettre ?

PANFILE.

  Oui, mais c'est sans malice,

Cet écrit tel qu'il est sans adresse et sans seing,

De ma fille pourtant je découvre la main,

Parle à qui portes-tu cette lettre fatale

De la part d'Isabelle ?

MARINE.

À sa soeur la Vestale.

PANFILE.

765   C'est plutôt à Tersandre ?

MARINE.

  Ah ne le croyez point !

PANFILE.

La lecture pourra m'éclaircir sur ce point.

Il lit.

Le peu de soin que tu prends de m'écrire, ne m'empêche pas d'être encore sensible à l'amour, des vertus l'obéissance est celle qui sur toutes me plaît la moins, heureuse entre les filles est celle qui n'a point de parents qui aiment le bien ; on me presse d'épouser un vieux Docteur en vain, j'ai promis de n'y consentir jamais, sans plus songer, à ma promesse il faut que je satisfasse, mon Père tache par des remontrances de me faire accepter ce vieil amant que je ne hais point sans raison, ceux qui m'aiment se feront connaître s'ils s'opposent à ce mariage.

Hé bien oseras-tu maintenant déloyale

Dire que cet écrit soit pour une Vestale ?

Ma fille par tes mains l'envoie à son amant.

MARINE.

770   Vous lui faites grand tort, monsieur, assurément,

Vous ne lisez pas bien et j'y mettrais ma vie.

PANFILE.

Ô Ciel vit-on jamais plus grande effronterie !

MARINE.

Pour qui me prenez-vous, de grâce parlez mieux,

Monsieur j'ai de l'honneur.

PANFILE.

Et moi j'ai de bons yeux.

MARINE.

775   N'en déplaise pourtant à vos grandes Lunettes,

Je crois que vous avez les visières mal nettes ;

Regardez de plus près, le sens pourra changer.

PANFILE.

La traîtresse a dessein de me faire enrager.

MARINE.

Vous nous faites, Monsieur, une injustice extrême,

780   Je connais ma maîtresse.

PANFILE.

  Hé bien, lis donc toi-même !

MARINE.

Si je ne vous fais voir que ces mots seulement

S'adressent à sa soeur et non à son amant,

Et que c'est sans raison que vous m'avez criée,

Que puissé-je mourir sans être mariée.

785   Vous me pouvez bien croire après un tel serment.

PANFILE.

J'en doute, hâte-toi de lire promptement.

MARINE, lit.

Le peu de soin que tu prends de m'écrire ne m'empêche pas d'être encore sensible à l'amour des vertus, l'obéissance est celle qui sur toutes me plaît, la moins heureuse entre les filles est celle qui n'a point de parents qui aiment le bien ; on me presse d'épouser un vieux Docteur, en vain j'ai promis de n'y consentir jamais, sans plus songer à ma promesse, il faut que je satisfasse mon père, tache par des remontrances de me faire accepter ce vieil amant que je ne hais point, sans raison ceux qui m'aiment se feront connaître s'ils s'opposent à ce mariage.

PANFILE.

Dieux sans changer un mot comment se peut-il faire,

Que ce sens se rencontre au premier si contraire ?

MARINE.

Hé bien n'aviez-vous pas l'esprit préoccupé !

PANFILE.

790   Les points qui sont omis, doivent m'avoir trompé,

Les filles de ce temps estiment ridicules

Celles dont les Écrits sont remplis de virgules.

MARINE.

Votre humeur fort sujette aux paniques terreurs,

Est le défaut qui seul a causé vos erreurs :

795   Je vous l'avais bien dit, votre fille est bien née,

Vous m'avez fait injure et l'avez soupçonnée ;

J'en crève de dépit.

PANFILE.

Marine excuse-moi,

Je jure de jamais ne douter de ta foi.

MARINE.

Vous avez eu grand tort !

PANFILE.

Oui je te le confesse.

MARINE.

800   Rendez-moi mon billet Monsieur, le temps me presse !

PANFILE.

Je le ferai tenir.

MARINE.

Il n'en n'est pas besoin.

PANFILE.

Va, quelqu'un de mes gens t'épargnera ce soin.

Et pour mieux employer ton temps et ton adresse,

À l'hymen du Docteur dispose ta Maîtresse.

MARINE.

805   Mais la presserez-vous ?

PANFILE.

  Oui, dis-lui de ma part

Qu'il le faut épouser dès demain au plus tard.

MARINE.

Je crains fort d'aborder ma Maîtresse Isabelle,

Je serai mal reçue avec cette nouvelle.

SCÈNE III.
Isabelle, Marine.

ISABELLE.

Si mon Père est levé, donnons-lui le bonjour,

810   Sortons ; mais quoi Marine est déjà de retour ?

MARINE.

Loin d'être de retour, je ne suis pas sortie,

Notre vieux radouteux a rompu la partie.   [ 34 Radoteux : radoteur.]

ISABELLE.

Qu'as-tu fait du billet ?

MARINE.

Par force il me l'a pris ;

Mais grâces au secret que vous m'avez appris,

815   J'en ai changé le sens quand il me l'a fait lire.

ISABELLE.

Ce succès me ravit.

MARINE.

Il n'est pas temps de rire ?

Pour l'hymen du Docteur soyez prête à demain,

C'est l'ordre du vieillard.

ISABELLE.

C'est un ordre inhumain :

Encor si je pouvais en avertir Tersandre !

MARINE.

820   Et quand il le saurait, qu'en pourriez-vous attendre ?

Par le soin d'un Amant on juge de son feu,

Et puisqu'il vous néglige, il doit vous aimer peu.

ISABELLE.

Marine à dire vrai j'ai fini d'être en doute !

MARINE.

Parlons bas, certain cuistre approche et nous écoute.   [ 35 Cuistre : Nom qui se donne ordinairement par injure aux valets de Collége. [Acad. 1762]]

SCÈNE IV.
Tersandre, Isabelle, Marine.

ISABELLE.

825   Que cherchez-vous ?

TERSANDRE, en habit de cuistre.

  Beauté qui pouvez tout toucher,

Ayant l'heur de vous voir je n'ai rien à chercher !

Le Docteur qui pour vous sent des peines mortelles

M'envoie avecque soin savoir de vos nouvelles,

Et vous souhaite un jour plus heureux et plus doux

830   Que celui que l'amour lui prépare pour vous.

MARINE.

Pour un cuistre à mon gré ce n'est pas mal l'entendre.

ISABELLE.

Ou mes yeux sont déçus, ou je crois voir Tersandre.

TERSANDRE.

Vos beaux yeux sont toujours des témoins assurés,

Et pour être déçus ils sont trop éclairés.

ISABELLE.

835   Vous deviez m'avertir Tersandre : et sans rien feindre,

De votre peu de soin j'ai sujet de me plaindre,

Je vous ai soupçonné de quelque changement.

TERSANDRE.

Si j'ai changé pour vous, c'est d'habit seulement,

Et l'Amour n'eut jamais, ô Beauté qui m'enflamme

840   Causé ce changement s'il eût changé mon âme ;

Sachant que le Docteur qui brûle de vos feux,

À ses anciens valets en voulait joindre deux :

Avec un de mes gens par d'heureuses pratiques,

J'ai su rencontrer place entre ses Domestiques.

ISABELLE.

845   Un tel succès plutôt me devait être appris.

TERSANDRE.

J'ai craint qu'en écrivant l'avis ne fut surpris.

Le Docteur m'a d'abord mis dans sa confidence,

Et le trouvant d'humeur propre à la défiance,

J'ai troublé son Esprit par un puissant soupçon ;

850   Mais voici votre Père ; il faut changer de ton.

SCÈNE V.
Panfile, Ragotin, Isabelle, Tersandre, Marine.

PANFILE.

Pleurez ! Pleurez ma fille, en revenant du Temple

On m'a dit un malheur qui n'eut jamais d'exemple !

Le Docteur perd pour vous l'honneur de ses vieux ans,

Il a pris tant d'amour qu'il a perdu le sens :

855   Il est frénésie et dans cette disgrâce,

Soutient qu'il est de verre et craint qu'on ne le casse ;

Mais quel est ce valet, qui ne m'est pas connu ?

ISABELLE.

De la part du Docteur il est ici venu.

TERSANDRE.

Sic je suis moniteur du Morbe qui l'attaque   [ 36 Morbe ; morbus = maladie.]

860   Votre Gener futur est hypocondriaque,   [ 38 Hypocondriaque : Bizarre, fou, capricieux. [R]]  [ 37 Gener : grendre, mari de la fille.]

Son esprit qu'Olimpique on pouvait nominer,   [ 39 Olimpique : Ce mot se dit de certains Jeux qu'Hercule institua auprès de la ville d'Olimpie à l'honneur de Jupiter, qui se célébraient de quatre en quatre ans et où il y avait des courses et diverses sortes de combats. ]

N'a plus la faculté de ratiociner.

MARINE.

Quel Diantre de jargon !

PANFILE.

Sotte te veux-tu taire ?

C'est ainsi qu'au collège on parle d'ordinaire :

865   Je plains fort votre Maître et l'irai visiter.

TERSANDRE.

Plutôt dans votre Dôme il le faut expecter,

Avant que de Phoebus le Globe vivifique   [ 40 Les Poètes appellent le soleil, le blond Phoebus.]

Soit prêt de perficer son cours hémisphérique,

Malgré de son Esprit la perturbation

870   On fera de son Corps ici translation.

PANFILE, regardant Ragotin.

Mais quel est ce garçon ?

TERSANDRE.

C'est mon collègue intime,   [ 41 Collègue : Celui qui fait, avec d'autres, partie d'un même corps, et aussi qui exerce une fonction, une magistrature avec un autre, qui remplit la même fonction. [L]]

PANFILE.

Hé bien le Docteur...   [ Clarissime : Clarissimus, superlatif de Clarus, illustre, qui par conséquent signifie très illustre. [L] ]

RAGOTIN.

Vient.

PANFILE.

Extravague-t-il ?   [ 43 Extravague : Dire, faire des choses folles et dépourvues de raison. [L]]

RAGOTIN.

Fort.

PANFILE.

Mais quel est son mal ?

RAGOTIN.

Grand.

PANFILE.

Qu'en doit-on craindre ?

RAGOTIN.

875   Mort.

PANFILE.

Quel discours !

TERSANDRE.

  La Formule en est fort ancienne,

Jadis on la vocait Lacédémonienne.   [ 45 Lacédémone : Nom propre d'une ville fort ancienne qu'on nomme autrement Sparte, et qu'on dit avoir été fondée avant Rome et Carthage, l'an 1718 av.J.C. .]  [ 44 Vocait : vocere = appeler, donner le nom.]

MARINE, à part.

De tous les deux le bonhomme est dupé comme il faut.

PANFILE.

Où ton Maître est-il ?

RAGOTIN.

Près.

PANFILE.

Quand le verrons-nous ?

RAGOTIN.

Tôt.

PANFILE.

Qu'entends-je monter ?

RAGOTIN.

Lui.

MARINE.

Je pense qu'il se raille,

880   Il vient dans un Panier enveloppé de paille ?

SCÈNE VI.
Le Docteur, Panfile, Isabelle, Marine, Tersandre, Ragotin, deux valets.

LE DOCTEUR, dans un habit de paille.

Future épouse et vous beau-père proposé,

Sachez que tout mon corps est métamorphosé.

Que je suis à présent de l'ultime matière,

Où se peut transmuer chaque corps sublunaire :   [ 46 Sublunaire : Terme didactique. Qui est entre la terre et l'orbite de la lune. [L]]

885   Et qu'Amour dont toujours je me suis défié,

M'a mis à si grand feu qu'il m'a vitrifié.   [ 48 Vitrifier : Fondre une substance de manière qu'elle se transforme en verre.]  [ 47 L'original porte vetrifié au lieu de vitrifié.]

PANFILE.

Vous n'êtes point de verre en vain vous nous le dites,

Il n'en est rien.

LE DOCTEUR.

Vos yeux sont donc hétéroclites.   [ 49 Hétéroclite : Fig. famil. qui a quelque chose d'irrégulier et de bizârre. ]

PANFILE.

Mais vous parlez encor ?

LE DOCTEUR.

Mes accents sont formés

890   Par des esprits mouvants dans ce verre enfermés,

Mon corps est résonnant, mais comme il est fort frêle

Mes esprits s'enfuiront pour peu que l'on me fêle.

PANFILE.

Pour vous tirer d'erreur je veux vous embrasser !

LE DOCTEUR.

Ah gardez-vous-en bien, ce serait me casser !

PANFILE.

895   Souffrez qu'on vous détrompe !

LE DOCTEUR.

  Il n'est pas nécessaire,

De ma fragilité durissime adversaire.   [ 50 Durissime : Très dur. Il ne se dit que par plaisanterie. [L]]

PANFILE, en l'embrassant.

Voyez...

LE DOCTEUR.

Ah par le flanc il vient de me fêler !

L'humide radical par là va s'écouler.   [ 51 Humide radical : fluide imaginaire qu'on a regardé comme le principe de la vie dans le corps humain. [L]]

PANFILE.

Mais vous n'êtes pas bien.

LE DOCTEUR.

Je suis le mieux du monde.

PANFILE.

900   Sortez.

LE DOCTEUR.

  Ah que plutôt Jupiter vous confonde.

PANFILE.

Laissez-moi faire.

LE DOCTEUR.

Hé quoi barbon pernicieux !

Si j'étais en morceaux en seriez-vous bien mieux ?

PANFILE.

Mais Monsieur le Docteur !

LE DOCTEUR.

Mais Monsieur mon Beau-père !

N'approchez point de moi, vous ne sauriez mieux faire,

905   Je suis déjà fêlé que voulez-vous de plus ?

PANFILE, il lui ôte son habit de paille.

Je veux guérir l'erreur dont vos sens sont déçus.

LE DOCTEUR.

Peste comme il me serre, ah le traître me brise !

Bourreau gendrifracteur apprends que j'agonise !   [ 52 Gendrifrateur : mot fabriqué de gendre et de fracturer = briseur de gendre.]

Il s'évanouit.

TERSANDRE.

Dominé, dominé, procrastinez vos ans.   [ 53 Procrastiner : Différer au lendemain. [FC]]

PANFILE.

910   Qu'on apporte de l'eau pour rappeler ses sens,

Son pouls qui meut encor fait voir qu'il reste en vie,

Et que sa pamoison sera bientôt finie.

Il reprend ses Esprits de faiblesse accablés,

Ses pas sont chancelants et ses regards troublés.

LE DOCTEUR.

915   Mon Esprit spolié de son fourreau de verre,

Se voit donc translaté dans l'infernale Terre :

J'ai traité déjà le cocyte bourbeux,   [ 54 Cocyte : Nom de fleuve. Cocytus. Il y en a plusieurs de ce nom. L'un étoit dans la Campanie, Province d'Italie, et se déchargeait dans le Lac de Lucrin, ou de Mamorto. Un autre dans l'Épire. [T]]

Et voici de Pluton le Palais ténébreux.   [ 55 Pluton : Fausse Divinité infernale que les Payens croyoient présider aux enfers. [T]]

TERSANDRE.

Il croit être appulsé dans le règne des ombres.

LE DOCTEUR.

920   Bon Dieux que cette plage étale d'objets sombres :

Je n'incide partout que Larves, Diablotins,   [ 57 Larves : Terme d'Antiquité. Les poètes donnaient ce nom aux âmes des méchants qu'on croyait errer sous des figures hideuses. [Acad. 1762]]  [ 56 Diablotin : Petit diable. [L]]

Follets, Ténébrions, Farfadets et Lutins.   [ 59 Ténébrion : follets et autres illusions nocturnes que nous appellons esprits. [SP]]  [ 58 Follet : On appelle, Esprit follet, un démon ou lutin qui fait peur à des enfants, ou à des gens faibles, par des visions, ou par des actions, dont ils ne savent point la cause. [F]]

Il s'adresse à Ragotin.

Bon, je cerne déjà Tantale enfanticide.   [ 60 Tantale : Nom propre d'homme. Le mot d?enfanticide est employé à la place d?infanticide. Il fit tuer son propre fils. [T]]

La peste comme il baille, et comme il mâche à vide !

925   Que j'aime à l'aspicer, voulant gober souvent,   [ 61 Gober : Terme familier. Avaler sans savourer, sans mâcher. [L]]

Des fruits près de son nez ne gober que du vent ;

Mâcheur infortuné qui n'a ni bien ni joie,

Du séjour de Pluton enseigne-moi la voie :

Quel est le chemin ?

RAGOTIN.

Long.

LE DOCTEUR.

Que me diras-tu ?

RAGOTIN.

930   Rien.

LE DOCTEUR.

Me veux-tu du mal ?

RAGOTIN.

Nul.

LE DOCTEUR.

  Mais me connais-tu ?

RAGOTIN.

Bien.

LE DOCTEUR.

Que m'estimes-tu ?

RAGOTIN.

Fol.

LE DOCTEUR.

Comment âme damnée,

Ma sagesse par toi sera contaminée !

Et tu me répondras monosyllablement,

Je te vais bien docer à jaser autrement   [ 63 Jaser : Parler beaucoup et sans nécessité de choses frivoles. [F]]  [ 62 Docer : du latin Docere, entretien.]

RAGOTIN.

935   Ah ! Monsieur le Docteur excusez je vous prie,

Contre un de vos valets n'entrez point en furie :

Je vivrai désormais respectueusement,

Et répondrai toujours polysyllablement.

TERSANDRE.

Dominé, n'ayez point une anime inclémente.   [ 64 Clément : Qui a coutume de pardonner, de traiter doucement ceux qui sont à sa discrétion. [F]]

LE DOCTEUR, à Tersandre.

940   Je suivrai vos décrets inclite Rhadamante !   [ 65 Inclite : du Latin inclitus, illustre.]

Mon sort dépend de vous Magistrat infernal !

Je salue en tremblant votre noir Tribunal.

RAGOTIN, à Panfile.

Faut-il jusqu'à ce point que votre esprit s'abuse ?

LE DOCTEUR.

Ah Monseigneur Pluton je vous demande excuse !

945   Mon procédé sans doute a dû vous étonner,

C'est devant vous d'abord qu'il se faut prosterner.

ISABELLE.

Reconnaissez Monsieur l'erreur qui vous domine.

LE DOCTEUR, à Isabelle.

Veuillez parler pour moi Madame Proserpine !   [ 66 Proserpine : Déesse des Anciens. Elle était fille de Jupiter et de Cérès. Elle fut élevée en Sicile, et pendant qu'elle se divertissait un jour à cueillir des fleurs, Pluton l'enleva, et l'épousa. Par là elle devint la Déesse des Enfers, la Junon des Enfers. [T]]

ISABELLE.

Vous me connaissez mal ?

LE DOCTEUR.

Ne croyez pas cela,

950   Jupiter n'est-il pas Monsieur votre Papa ?

Vous êtes de la Nuit la Déesse muante,

Les charmes ont de vous leur force omnipotente :

On vous offre des voeux sous les titres divers,

De fille de la Terre et Reine des Enfers,

955   Et Pluton fasciné de vos traits adorables,

Vous emmena jadis par force à tous les diables.   [ 67 S'en aller au diable, à tous les diables, être perdu sans retour. [L]]

MARINE.

Plutôt que de l'entendre, il le faudrait chasser.

LE DOCTEUR, à Marine.

Quoi ? Tu viens donc encor ici me traverser,   [ 68 Traverser : signifie figurément en Morale, faire obstacle, opposition, apporter de l'empêchement. [F]]

Déesse de Discorde au crin serpentifère,   [ 69 Discorde : Mauvaise intelligence, dissension ; division, désunion, querelle qui se met entre parents, amis, ou associés. [T]]

960   Boutefeu, rabat-joie, exécrable Mégère,

Maudit tison d'enfer !

MARINE.

Comme il rouille les yeux !

Madame sauvez-moi de ce fol furieux !

ISABELLE.

Ne vous emportez pas.

LE DOCTEUR.

Soyez-moi donc propice !

Et je promets d'offrir ensuite en sacrifice

965   Sur un Autel qu'exprès je dresserai pour vous,

Une Vache bréhaigne avec deux Hiboux.

PANFILE.

Combattre son erreur, c'est l'aigrir davantage,

Tâchons en le flattant de le rendre plus sage.

LE DOCTEUR.

Hé bien après avoir longuement consulté,

970   Mes Juges infernaux qu'avez-vous décrété ?

PANFILE.

Qu'il faut dans votre Corps retourner sur la terre ?

LE DOCTEUR.

Dans mon Corps ; mais faut-il qu'il soit encor de verre ?

PANFILE.

Non, il n'en sera plus.

LE DOCTEUR.

Oserai-je en partant

Vous consulter encor sur un point important ?

PANFILE.

975   Oui, parlez.

LE DOCTEUR.

  Un vieillard d'humeur cacochymique   [ 70 Cacochymie : est une réplétion de mauvaises humeurs. [T]]

Me défère en hymen sa géniture unique,

Fille qui peut donner des passe-temps bien doux,

Et qui me tente fort.

PANFILE.

Hé bien mariez-vous.

LE DOCTEUR.

Mais si je marie, il faut quitter l'étude,

980   En prenant femme, on prend beaucoup d'inquiétude,

On est toujours troublé de nouveaux embarras,

Cela m'effraye.

PANFILE.

Hé bien ne vous mariez-pas.

LE DOCTEUR.

N'étant point marié si quelque mal m'accable,

Je serai spolié du soin considérable

985   Qu'une femme se donne alors pour un époux.

C'est ce que j'appréhende.

PANFILE.

Hé bien mariez-vous.

LE DOCTEUR.

Mais si durant mon mal ma femme avec Tersandre,

Certain Godelureau qui ne vaut pas le pendre,   [ 71 Godelureau : Jeune fanfaron, glorieux, pimpant et coquet qui se pique de galanterie, de bonne fortune auprès des femmes, qui est toujours bien propre et bien mis sans avoir d'autres perfections. Les vieux maris ont sujet d'être jaloux de ces godelureaux qui viennent cajoler leurs femmes. [F]]

Loin d'avoir soin de moi souhaitait mon trépas,

990   J'enragerais.

PANFILE.

  Hé bien ne vous mariez pas.

LE DOCTEUR.

Mais vivant ainsi seul je mourrai sans lignée,

À qui pouvoir laisser ma richesse épargnée ;

Prenant femme, il naîtra quelque héritier de nous,

Et j'en serai bien aise.

PANFILE.

Hé bien mariez-vous.

LE DOCTEUR.

995   Mais étant marié, si comme il se peut faire,

Des fils qui me viendront quelque autre était le Père,

Et s'il fallait pourtant les avoir sur les bras ?

J'en tiendrais.

PANFILE.

Hé bien donc ne vous mariez pas.

LE DOCTEUR.

Cet ultime conseil est celui qu'il faut suivre,

1000   J'ai pour faire un bon choix trop peu de temps à vivre :

Je suivrai donc l'hymen, Dieu du sombre Manoir,

Je m'en retourne au monde, adieu jusqu'au revoir !

PANFILE.

Que l'on approche un Siège, il retombe en faiblesse,

Ma fille il ne faut plus croire que son mal cesse :

1005   J'aurai peine à trouver quelque Parti pour vous,

Que n'avez-vous Tersandre à présent pour époux ;

Fallait-il pour ce fol rebuter sa demande,

L'intérêt me fit faire une faute si grande ;

Mais le Docteur revient, écoutons ses propos.

LE DOCTEUR.

1010   Pluton en soit loué, je suis de chair et d'os.

Beau-père prétendu que Jupiter console,

Cherchez un gendre ailleurs, je reprends ma parole :

Le grand Dieux des Enfers dont je suis de retour,

M'a donné ce conseil en me rendant le jour.

PANFILE.

1015   Ah changez de discours !

LE DOCTEUR.

  Je comprends vos pensées,

Vous désirez savoir ce qu'aux champs Élysées ;

Où je viens de passer j'ai récemment appris.

PANFILE.

Ce n'est pas.

LE DOCTEUR.

Par ma foi vous en serez surpris,

Plusieurs qui dans ce monde ont possédé l'Empire,

1020   Sont là dans un état qui vous ferait trop rire :

Ninus l'usurpateur y racoustre des bas,

Cambise le cruel vend de la mort aux rats :

Xerxès le gras y vend des couennes de lard jaune,

Crésus qui fur si riche, y demande l'aumône.

PANFILE.

1025   C'est...

LE DOCTEUR.

  Ah ce n'est pas tout, Philippe le hâbleur

Tire les cors des pieds, sans mal et sans douleur :

Alexandre le Grand déniche des Fauvettes,

César le Vigilant est vendeur d'Allumettes.

PANFILE.

Ce n'est rien de cela que je voudrais savoir.

LE DOCTEUR.

1030   Quoi donc ? Si les savants ont là bien du pouvoir.

Vous êtes curieux, il faut vous tout apprendre.

Sachez donc qu'à présent le morne Anaximandre,

Diogène le chien Ésope le velu,

Aristote le bègue et Platon le rablu,

1035   Hérille l'affamé, le châtré Xénocrate,

Épictète le gueux et le cornard Socrate,   [ 72 Cornard : celui qui a une femme adultère qui lui fait porter des cornes. [F]]

Qui n'eurent point ici grands biens ni grands honneurs,

Au pays d'où je viens sont de fort grands Seigneurs.

Êtes-vous satisfait ?

PANFILE.

Vous me le pouvez rendre,

1040   En épousant ma fille et devenant mon gendre.

LE DOCTEUR.

Ne vous ai-je pas dit que je n'en ferais rien,

C'est l'avis de Pluton et c'est aussi le mien.

PANFILE.

Mais.

LE DOCTEUR.

Mais Pluton l'a dit, cela vous doit suffire.

PANFILE.

Vous êtes fol Monsieur !

LE DOCTEUR.

Il faut vous laisser dire,

1045   Vous avez beau vous plaindre et beau m'injurier,

Je ne suis pas si fol que de me marier.

Il sort.

PANFILE.

Que ferons-nous !

TERSANDRE.

Spondez votre fille à Tersandre ?  [ 73 Sponder : Sponder ; spondere = promettre.]

PANFILE.

Je l'ai traité trop mal, il n'y faut plus prétendre.

ISABELLE.

Mais s'il avait pour moi le même sentiment,

1050   Lui serais-je accordée ?

PANFILE.

  Avec ravissement.

TERSANDRE, se découvrant.

Tersandre à vos genoux vous la demande encore.

PANFILE.

Elle est à vous Tersandre, et votre amour l'honore ;

Mais je suis fort surpris d'un si grand changement,

Venez m'en éclaircir dans mon appartement.

ACTE IV

CLORINDE. TRAGÉDIE.

SCÈNE I.
Clorinde, Tancrède.

CLORINDE, sortant l'épée à la main.

1055   Oui, oui, je suis Clorinde, et qui m'osera suivre,

Sera bientôt content s'il est lassé de vivre.

TANCREDE, la suivant.

Je veux la suivre seul, que l'on n'avance pas.

CLORINDE.

Qui que tu sois apprends que tu cours au trépas.

TANCREDE.

Oui, ma perte est certaine, Amazone adorable !

1060   Je sais que votre bras fut toujours indomptable !

Mais quand j'échapperais à ses coups furieux,

Je n'échapperais pas aux traits de vos beaux yeux !

CLORINDE.

Qui donc es-tu, qui m'ose aborder de la sorte ?

TANCREDE.

Je suis Chrétien, Tancrède est le nom que je porte,

1065   Et suis ici venu conduit par Godefroi,   [ 74 Godefroi de Bouillon : Premier roi de Jérusalem après sa prise le 15 juillet 1099.]

Affranchir ces Lieux saints d'un infidèle Roi :

Deux mois peuvent encor être écoulés à peine,

Depuis que dans un Bois au bord d'une Fontaine,

Je vous trouvai sans casque et devins votre amant,

1070   Et vous vis éloigner presque au même moment.

Cette Nuit dans ce camp, en vous voyant paraître,

À vos Armes d'abord j'ai cru vous reconnaître :

Et dans cette croyance à présent affermi,

Je vous suis comme Amant et non comme Ennemi.

CLORINDE.

1075   Soit comme un Ennemi, soit comme Amant n'importe,

Pour ces deux noms ma haine est également forte :

Je n'aime que la Guerre, et ce noble métier

Demande à qui l'exerce un grand Coeur tout entier :

L'Amour est son contraire et ses molles tendresses

1080   Au Coeur qui les ressent n'inspirent que faiblesses,

Je hais l'Amour enfin et détestant sa Loi,

Un amant est toujours un Ennemi pour moi.

TANCREDE.

L'Amour n'est qu'une ardeur simple de sa nature,

Son Objet seulement la souille, ou la rend pure.

1085   L'Objet de mon amour est noble autant que doux,

J'aime enfin le Mérite et la Valeur en vous :

Et si pour qui vous aime, ô Beauté trop cruelle !

Vous ne pouvez avoir qu'une haine mortelle,

Je crains, quoique mon coeur de terreur ait frémi

1090   De ne pouvoir cesser d'être votre Ennemi.

CLORINDE.

Cette Amour doit de moi n'attendre aucune estime,

Entre deux Ennemis tout commerce est un crime,

Tu ne me peux aimer sans trahir Godefroi,

Et le Coeur d'un perfide est indigne de moi.

TANCREDE.

1095   Ah c'est ce que de moi vous ne devez pas croire !

Je vous aime, il est vrai ; mais j'aime aussi la Gloire.

Mourant pour mon parti, mon trépas serait doux,

Autant qu'il le serait si je mourais pour vous !

CLORINDE.

Si je m'arrête au sens que ce discours expose,

1100   Je puis beaucoup sur toi.

TANCREDE.

  Vous pouvez toute chose.

Vos désirs sont pour moi des ordres absolus,

Quelle preuve en faut-il ?

CLORINDE.

Il faut ne m'aimer plus.

TANCREDE.

C'est ce que me défend l'état où je me trouve,

Ce qui détruit l'amour n'en peut être une preuve :

1105   Commandez-moi plutôt d'affronter le trépas,

Tout m'est possible hormis de ne vous aimer pas !

CLORINDE.

Mais quel est ton espoir ? Sais-tu bien que mon âme

Veut toujours être libre ?

TANCREDE.

Oui, mais je sais Madame,

Que l'effet ne suit pas toujours notre souhait,

1110   Et que souvent on aime en dépit qu'on en ait :

Mon Espoir est fondé sur votre résistance,

L'Amour aime à forcer qui se met en défense ;

Plus un Coeur lui résiste et plutôt il l'abat.

CLORINDE.

Hé bien pour vaincre mieux je fuirai le combat,

1115   Et pour ôter tout lieu de me pouvoir surprendre,

Je ne prétends jamais ni te voir ni t'entendre,

Adieu.

TANCREDE.

Veuillez souffrir encor ; mais elle fuit,

Et j'ai déjà perdu sa trace dans la Nuit.

Qui me vient aborder ?

SCÈNE II.
Arsace, Tancrède.

ARSACE.

Ô Ciel !

TANCREDE.

Quel soin te presse ?

1120   Parle que cherches-tu ?

ARSACE.

  Clorinde ma Maîtresse.

Le Camp a pris l'alarme et j'appréhende fort

Qu'elle n'ait rencontré la prison ou la mort ;

Et d'un péril égal sans avoir l'âme émue

Je viens apprendre ici ce qu'elle est devenue !

TANCREDE.

1125   Quiconque a le bonheur d'être à cette Beauté,

Doit savoir qu'où je suis il est en sûreté :

Clorinde a fait retraite avec un soin extrême,

Suis ses pas et dis-lui seulement que je l'aime.

ARSACE.

Que lui dirai-je encor ?

TANCREDE.

Je te l'ai déjà dit,

1130   Va dis-lui que je l'aime, et cela me suffit.

ARSACE.

Il passe vers le Camp, retournons à la ville,

La Nuit rend maintenant ma retraite facile :

Mes soins doivent cesser ; mais n'aperçois-je pas

Quelque guerrier armé qui tourne ici ses pas ?

1135   Mais ou mon âme encor prend de fausses alarmes,

Ou je connais Clorinde à l'éclat de ses armes.

SCÈNE III.
Clorinde, Arsace.

CLORINDE.

C'est Arsace.

ARSACE.

Ah Madame ! Où courez-vous ainsi ?

CLORINDE.

Achever un dessein qui n'a pas réussi.

Je dois porter la flamme à ces hautes Machines,

1140   Sur qui tous les Chrétiens ont fondé nos ruines.

Ismène l'enchanteur propice à mes desseins,

A fait cette grenade et l'a mise en mes mains ;

Mais j'ai mal pris mon temps, et sans rien entreprendre,

Les Chrétiens m'on d'abord réduite à me défendre :

1145   Et leur nombre eût sans doute accablé ma valeur,

Sans les soins que Tancrède a pris à ma faveur ;

Puisque enfin je me trouve et libre et sans blessure,

Je veux tenter encor cette haute aventure.

ARSACE.

Quoi rentrer au péril, lorsque vous en sortez,

1150   Madame, le malheur suit les témérités !

CLORINDE.

Tous tes conseils ici me sont peu nécessaires,

La Fortune est toujours propice aux téméraires ;

ARSACE.

Consultez.

CLORINDE.

Tes raisons ne peuvent m'arrêter.

Il est heure d'agir et non de consulter.

ARSACE.

1155   Dans un trop grand péril ce dessein vous engage ?

CLORINDE.

Oui, le péril est grand ; mais moins que mon courage.

ARSACE.

Mais vous pouvez périr, on peut vous accabler.

CLORINDE.

Oui, oui, je puis périr ; mais je ne puis trembler.

J'ois du bruit, qui va-là ?

SCÈNE IV.
Hermine, Clorinde, Arsace.

HERMINE.

Je m'estime perdue !

1160   Je suis...

CLORINDE.

  Qui que tu sois réponds, ou je te tue.

HERMINE.

C'est la voix de Clorinde et les Armes aussi !

CLORINDE.

Parle !

HERMINE.

Je suis Hermine.

CLORINDE.

Ô Ciel Hermine ici !

Qui t'a fait déguiser ?

HERMINE.

Une étrange disgrâce ;

Mais soyons sans témoins.

CLORINDE.

Éloignez-vous Arsace.

HERMINE.

1165   Souffre qu'il aille dire à Tancrède à l'instant,

Que seul en cet endroit un Étranger l'attend.

CLORINDE.

Arsace entendez-vous l'ordre qu'elle vous donne ?

ARSACE.

Oui Madame.

CLORINDE.

Allez donc faire ce qu'elle ordonne.

Arsace sort.

HERMINE.

Ta rencontre en ces lieux jointe à notre amitié,

1170   M'oblige à ne me pas découvrir à moitié,

Tu sais bien que mon Père était Roi de Syrie,

Qu'il perdit à la fois la Couronne et la vie ;

Et que Tancrède alors portant partout l'effroi,

Força notre palais et se saisit de moi ;

1175   Mais apprends qu'à ma vue il fit enfin le brave,

Si je fus sa captive, il devint mon esclave :

Et cessant d'être libre en se trouvant vainqueur,

Il prépara des fers seulement pour son Coeur.

De son amour enfin j'eus des preuves certaines,

1180   Pour marquer ses liens, sa main brisa mes chaînes :

Et sachant mes désirs bien loin d'y résister,

Jusques en cette Ville il me vint escorter.

Ce fut lors qu'à mon âme Amour se fit connaître.

Mon Coeur devint captif, quand je cessai de l'être :

1185   Et Tancrède voulant m'ôter des fers si beaux,

Bien loin de les briser, m'en donna de nouveaux.

CLORINDE.

Quoi tu l'aimes ?

HERMINE.

Je l'aime et me suis résolue

De lui parler ici sans en être connue,

De sonder ses désirs, et s'il n'aime que moi,

1190   De lui rendre justice en lui donnant ma foi.

CLORINDE.

Quoi sa religion n'a donc rien qui t'étonne ?

HERMINE.

J'abhorre ce qu'il croit ; mais j'aime sa personne !

CLORINDE.

Hermine considère !

HERMINE.

Alors qu'on aime bien,

Clorinde un jeune coeur ne considère rien.

CLORINDE.

1195   Puisqu'en vain je m'oppose à ce dessein étrange,

De nos armes au moins nous devons faire échange.

Celles que dessus moi Tancrède vient de voir,

Si tu veux t'en charger pourront le décevoir ;

Et parlant sous mon nom en baisant ra visière,

1200   Tu sauras s'il persiste en son amour première.

HERMINE.

Ce conseil me ravit.

CLORINDE.

Si l'effet suit mes voeux

Il peut être à la fois utile à toutes deux.

Tes Armes sans éclat me rendront inconnue,

Dedans une entreprise où je crains d'être vue.

HERMINE.

1205   J'entends quelqu'un qui marche,

CLORINDE.

  Arsace fait ce bruit,

Avez-vous vu Tancrède ?

SCÈNE V.
Arsace, Clorinde, Hermine.

ARSACE.

Oui Madame, il me suit.

CLORINDE.

Croit-il que ce soit moi qui doive ici l'attendre ?

ARSACE.

Il vous croit en danger, et vient pour vous défendre,

Tout armé qu'il est, il s'avance à grands pas.

CLORINDE.

1210   Arrêtez-le et surtout ne le détrompez pas.

SCÈNE VI.
Arsace, Tancrède.

ARSACE.

De s'avancer ici je l'entends qui se presse,

Seigneur en cet endroit vous verrez ma Maîtresse.

TANCREDE.

Pour la trouver plutôt marchons diligemment.

ARSACE.

Elle viendra se rendre ici dans un moment :

1215   N'allez pas plus avant, Clorinde le désire,

Je reste par son ordre ici pour vous le dire.

TANCREDE.

C'est assez j'obéis et n'irai pas plus loin :

Mais de quel secours n'a-t elle pas besoin ?

ARSACE.

Seigneur de son salut ne soyez point en peine,

1220   Elle est hors de péril et votre crainte est vaine.

TANCREDE.

Obligez-moi du moins de ne me point celer ;

Quel sentiment l'oblige à me vouloir parler ?

Veut-elle encor accroître ou flatter mon martyre,

Ne m'en direz-vous rien ?

ARSACE.

Je n'ai rien à vous dire,

1225   C'est un secret que seule elle peut déclarer,

La voici : par respect je vais me retirer.

SCÈNE VII.
Tancrède, Hermine couverte des armes de

TANCREDE.

C'est Clorinde avançons ?

HERMINE, à part.

Ma crainte ici redouble,

Et sa vue en mon âme excite un nouveau trouble.

TANCREDE.

Votre retour m'est doux, objet rempli d'appas,

1230   Soit qu'il me soit propice ou ne me le soit pas :

Je n'eus jamais l'orgueil de prétendre à vous plaire,

Vous aimer et vous voir est tout ce que j'espère :

Et malgré vos rigueurs vous comblez mon Espoir,

Puisque je puis ici vous aimer et vous voir.

HERMINE, à part.

1235   Il me parle d'amour ? Il m'a donc reconnue ?

TANCREDE.

Mes ennuis les plus grands cessent à votre vue.

HERMINE.

Mais me connaissez-vous ?

TANCREDE.

Oui pour une Beauté,

Qui fait voir des appas jusques dans sa fierté :

Je sais que parmi nous le Ciel vous fit descendre,

1240   Pour donner de l'amour et pour n'en jamais prendre :

Et que de la Nature aussi bien que des Cieux,

Vous n'eûtes en naissant rien de doux que les yeux :

HERMINE.

On se laisse souvent tromper par l'apparence,

Et l'on est quelquefois aimé sans qu'on y pense.

1245   Espérez !

TANCREDE.

  Que j'espère ! Ô Ciel qu'ai-je entendu !

Un bonheur est plus grand, moins il est attendu,

Et mon Coeur interdit de cette grâce insigne,

Vous est plus obligé, moins il s'en trouve digne.

HERMINE.

Un Amant bien fidèle est digne d'être aimé.

TANCREDE.

1250   Quel soupçon de ma foi pourrait être formé,

Quiconque est votre amant ne peut être infidèle,

Dès qu'on a vu Clorinde, on ne peut aimer qu'elle.

HERMINE.

Vous aimez donc Clorinde ?

TANCREDE.

En pouvez-vous douter ?

Je l'aime d'une ardeur qui ne peut s'augmenter.

1255   Comme il n'est point d'éclat que sa beauté n'efface,

On ne peut voir d'amour que mon feu ne surpasse :

Clorinde est sans égale et Tancrède enchanté,

Est enfin en amour ce qu'elle est en beauté.

HERMINE, à part.

Ces mots passionnés m'outragent jusqu'à l'âme :

1260   Mais n'avez-vous jamais ressenti d'autre flamme ?

TANCREDE.

Mon coeur que jusqu'ici l'on n'a pu surmonter,

N'avait rien que Clorinde au monde à redouter :

Ses fers ont tant d'éclat que j'ai l'âme trop vaine

Si je crois mériter une si belle chaîne ;

1265   Mais croyez que Clorinde est seule en l'Univers,

Qui puisse mériter de me donner des fers !

HERMINE.

À me désespérer ce perfide s'obstine ;

Mais n'avez-vous jamais soupiré pour Hermine ?

J'ai su que l'aimiez.

TANCREDE.

Qui vous l'a fait savoir

1270   Est, ou déçu lui-même, ou veut vous décevoir.

Je ne l'aimai jamais, le peu qu'elle a de charmes,

Était quand je la vis tout noyé de ses larmes :

Et croyant ne devoir l'affliger qu'à moitié,

Je lui rendis des soins seulement par pitié.

HERMINE.

Le premier vers, à part.

1275   Peut-on jamais souffrir de plus cruels outrages !

Hermine eût de vos feux d'assez grands témoignages !

Votre amour fut la fin de sa captivité,

En faveur de vos fers elle eût la liberté.

TANCREDE.

Pour elle ma froideur fut par là confirmée,

1280   M'en serais-je éloigné si je l'avais aimée ?

Je l'aurais conjurée en la méprisant moins,

De souffrir mon amour, mon respect et mes soins ;

Mais trouvant son humeur importune et sévère,

Je pris un beau prétexte afin de m'en défaire.

HERMINE.

1285   Quel aveu juste Ciel et quelle indignité !

TANCREDE.

Que m'apprend ce murmure adorable Beauté !

Ah sans doute il m'apprend que ma gloire est extrême !

Lorsqu'on paraît jaloux, on témoigne qu'on aime

Qu'en dois-je croire enfin ?

HERMINE.

Que tu t'abuses fort,

1290   Que je t'abhorre plus que l'on ne hait la mort :

Que tu n'es qu'un ingrat, que ma haine implacable

Comme ta lâcheté n'eut jamais de semblable,

Que mon courroux pour toi ne doit jamais finir,

Et te méprise trop pour te vouloir punir.

1295   Adieu.

TANCREDE.

  Souffrez qu'au moins je puisse vous répondre ;

Mais l'ingrate m'accuse et fuit pour me confondre !

Ô Ciel fut-il jamais revers plus imprévu !

De tout raisonnement je me sens dépourvu.

Un changement si prompt doit seulement m'instruire

1300   Qu'il n'est rien d'assuré dans l'amoureux empire ;

Qu'Amour aime à mêler le bien avec le mal,

Et comme il est enfant qu'il n'est jamais égal :

Ses plus rares faveurs sont toujours inconstantes ;

Mais quoi ne vois-je pas nos Machines brûlantes ?

SCÈNE VIII.
Arimon, Clorinde, Tancrède.

ARIMON.

1305   Oui traître de ta main j'ai vu partir le feu,

Ta fuite et tes détours te serviront de peu,

Mon bras en ce moment punira ton audace.

CLORINDE, le blessant.

C'est ainsi que je sais répondre à qui menace.

ARIMON.

Je suis mort !

TANCREDE.

Arimon est tombé sans chaleur,

1310   Il faut que je partage ou venge son malheur :

Après son meurtrier marchons en diligence.   [ 75 Diligence : Activité qui nous fait porter avec promptitude à exécuter notre devoir, ou nos desseins. [F]]

CLORINDE.

Je vois pour m'arrêter Tancrède qui s'avance,

Si je me fais connaître il ne me nuira pas ;

Mais je ne veux devoir mon salut qu'à mon bras,

1315   Il faut que je l'attende et que je l'embarrasse :

Parle qui donc es-tu qui me suis à la trace ?

TANCREDE.

Je suis un homme armé qui par un juste effort

T'apporte en même temps et la guerre et la mort.

CLORINDE.

Je ne fuis point la guerre et l'accepte sur l'heure :

1320   Mais sois certain qu'il faut que la mort te demeure.

TANCREDE.

Je vais te faire voir par de sanglants effets,

Que je sais bien donner tout ce que je promets.

CLORINDE, ils se battent.

Quel Amant eut jamais un dessein plus étrange ;

Mais je me sens blessée, il faut que je me venge.

TANCREDE.

1325   Ce n'est rien, ce n'est rien, je n'ai que commencé.

CLORINDE.

C'est à moi à moi d'achever ?

TANCREDE.

Ah Ciel je suis blessé !

CLORINDE.

Ce n'est rien, ce n'est rien, ma blessure funeste

Te doit coûter encor tout le sang qui te reste.

TANCREDE.

Ô toi qui que tu sois, contre qui je me bas

1330   Diffère d'un moment ta perte, ou mon trépas !

Et si dans ce combat où l'honneur nous engage

Les prières encor peuvent être en usage :

Pour accroître ma gloire ou flatter mon malheur,

Instruis-moi de ton nom comme de ta valeur.

1335   Je ne connais que trop que de notre querelle

Aux jours de l'un de nous la fin sera mortelle ;

Fais-moi connaître avant ou l'un ou l'autre sort,

Quel bras doit honorer ma victoire ou ma mort.

CLORINDE.

Cette grâce pour toi serait peu favorable,

1340   Sois certain que je porte un nom si redoutable,

Qu'en te le prononçant malgré tous tes desseins,

Les armes à l'instant te tomberaient des mains ;

Mais je crains ta faiblesse et j'ai trop de courage,

Pour te vouloir combattre avec quelque avantage :

1345   Mon coeur peut sur lui seul son espoir établir,

Et pour te vaincre mieux ne veut pas t'affaiblir ;

Ne prends point d'autre soin que ceux de te défendre,

Défends-toi de mon bras et sois content d'apprendre,

Que de ces hautes Tours l'embrasement soudain

1350   Est un coup fortuné de cette même main.

TANCREDE.

Sache qu'à te punir cet aveu me convie,

Et qu'il ne doit pas moins te coûter que la vie.

CLORINDE.

Ah ce coup est mortel et ma vigueur s'abat !

TANCREDE.

Il chancelle, hâtons la fin de ce combat,

1355   Je suis vainqueur, il tombe.

CLORINDE.

  Ah c'est ce que j'ignore !

Tu n'es pas mon vainqueur puisque je vis encore,

Achève et tu sauras si mon coeur est vaincu,

Qui n'a pu l'être au moins tandis qu'il a vécu.

TANCREDE.

Que la Victoire ami me soit plutôt ravie,

1360   Que de l'avoir au prix d'une si belle vie !

Ton courage me charme et mon inimitié

Se laisse vaincre aux traits d'une juste pitié,

C'est moi qui suis vaincu.

CLORINDE.

Cette pitié nuisible

Me fait mieux que tes coups cesser d'être invincible,

1365   La Victoire est à toi, ta générosité

Triomphe malgré toi de toute ma fierté,

Et le sort qui m'outrage au moins me fait connaître,

Qu'il me donne un vainqueur qui mérite de l'être !

TANCREDE.

L'espoir de ton salut nous peut encor rester,

1370   Ce Casque t'embarrasse et je vais te l'ôter.

CLORINDE.

Ma blessure est mortelle, et ta peine impuissante.

TANCREDE, il ôte son casque.

Juste ciel ! C'est Clorinde !

CLORINDE.

Oui Clorinde mourante !

Tu reste interdit Tancrède, et je connais,

Que le coup dont je meurs te blesse autant que moi ;

1375   Mais perds cette douleur qui m'est injurieuse,

Pour regretter ma perte elle est trop glorieuse.

Je meurs ; mais je connais que ce coup inhumain,

Ne me pouvait venir d'une plus belle main.

Oui j'estime Tancrède et mon âme déçue

1380   Ne l'eût point estimé s'il ne m'eût point vaincue.

Mon coeur qui ne se plaint ni de toi ni du sort,

Te pardonne aisément ma défaite et ma mort :

Le reste de mon sang s'écoule avec ma vie,

Je meurs ; mais je ne puis mourir ton ennemie.

1385   Adieu...

TANCREDE.

  Clorinde meurt par le fer que je tiens,

Et mes jours ne sont pas finis avec les siens !

La clarté par les coups à Clorinde est ravie,

Et sa perte n'est pas de la mienne suivie !

Enfin Clorinde expire et mon perfide coeur

1390   N'a pas assez d'amour pour mourir de douleur !

Quoi cette main si prompte aux actions barbares,

Cette main si cruelle à des beautés si rares,

Après de ma Maîtresse avoir hâté la fin,

N'a pas encore osé punir son assassin !

1395   N'a pas osé commettre un acte de Justice.

Ah c'en est trop il faut que ce coup me punisse...

Mais l'horreur des Amants et l'effroi des humains,

Qui dans un sang si pur vient de tremper ses mains ;

Après avoir porté sa rage sans seconde

1400   Jusqu'au sein le plus chaste et le plus beau du monde,

Et mis une beauté qu'il adore, aux abois,

Pour sa punition ne mourra qu'une fois !

Non, non, n'achève pas ce sanglant sacrifice,

Tancrède ingrat, ta vie est ton plus grand supplice ;

1405   Contemple cet Objet de ton coeur adoré,

Qu'au sort de ton amour ton bras a massacré !

Vois ces beaux yeux auteurs de tes flammes premières,

Dont tes efforts sanglants ont éteints les lumières !

Regarde le débris d'un chef-d'oeuvre si beau,

1410   Et dans chaque regard trouve un trépas nouveau !

Et vous, ô derniers coups d'une main adorable,

Blessures retenez le sang de ce coupable !

C'est finir son tourment que terminer son sort,

Et vous lui feriez grâce en lui donnant la mort !

1415   Mais quoi vous vous ouvrez ; en vain je vous convie,

Pour prolonger mes maux de prolonger ma vie !

Pour venger ce beau sang du Corps dont vous partez,

Vous vomissez le mien à flots précipités :

Déjà ma voix s'abat, mes faiblesses redoublent,

1420   Mes pas sont chancelants, mes yeux mourant se troublent :

Et cédant à l'effort des dernières douleurs,

Mon Coeur par un soupir m'avertit que je meurs :

Vous de tant de beautés chers et tragiques restes,

Beau Corps à qui mes jours ont été si funestes

1425   Permettez en perdant mon crime avec le jour,

Que la mort nous unisse au défaut de l'Amour.

Il tombe auprès du corps de Clorinde.

ACTE V

ARMIDE ET RENAUD. TRAGICOMÉDIE en Machines.

SCÈNE I.

ARMIDE suspendue en l'air.

Ministres dont les soins sont mes plus fortes armes,

Démons à me servir engagés par mes charmes !

Changez ces lieux couverts et de sang et de pleurs,

1430   En une Île agréable et couverte de fleurs.

Le théâtre se change en une Île délicieuse où l'on peut passer par un pont magnifique, Armide descend en même temps et continue à parler.

Et vous à qui je dois les hautes connaissances

De la plus assurée et noble des sciences,

D'un Art qui quand je veux trouble et calme les Mers,

Et fait pâlir les Cieux, ou trembler les Enfers ;

1435   Noble Esprit d'Hidraot qui sous des Myrtes sombres

Jouissez du repos dont jouissent les Ombres,

Quittez pour me venger ces noirs et tristes bords

Et pour nuire aux vivants, abandonnez les morts.

Quarante Chevaliers que j'avais avec peine

1440   Pris entre les Chrétiens et puis mis à la chaîne,

Par le jeune Renaud le plus fier des humains,

M'ont été hautement ravis d'entre les mains.

J'aspire à la vengeance et j'en flatte mon Âme,

Rien n'est plus agréable à l'esprit d'une femme ;

1445   Et plus son impuissance invite à l'outrager,

Plus pour elle il est doux de se pouvoir venger.

Je vous conjure donc Ombre qui m'êtes chère,

Par les Ondes du Styx que tout l'Enfer révère,   [ 76 Styx : fleuve des Enfers.]

Par le Cercle d'Hécate et ses trois divers noms,   [ 77 Hécate : Activité qui nous fait porter avec promptitude à executer nostre devoir, ou nos desseins. [L]]

1450   Et par le noir Trident du Prince des Démons,   [ 78 Trident : Sceptre que les poètes mettent à la main de Neptune, qui est en forme d'une fourche à trois dents. [T]]

Pour aux jours de Renaud faire ensemble la guerre,

De sortir à l'instant du centre de la Terre.

La terre s'ouvre et l'Ombre d'Hidraot en sort.

SCÈNE II.
L'Ombre d'Hidraot, Armide.

L'OMBRE.

Tu me vois prêt Armide à suivre tes désirs,

L'Enfer prend avec moi part à tes déplaisirs.

1455   Il craint que de Renaud la valeur sans égale

À tous ses partisans ne se rende fatale,

Et ce jeune Chrétien peut dire sans erreur,

Qu'il a jusqu'aux Enfers porté de la terreur ;

Mais les Démons enfin sont tous d'intelligence,

1460   Pour hâter avec toi sa perte et ta vengeance.

ARMIDE.

L'offense est pour moi seule et me doit engager

À prendre seule aussi le soin de me venger.

Renaud sera puni, mais puni par mes armes,

Sa rencontre est le bien que j'attends de mes charmes ;

1465   Mais l'ayant rencontré ma main seule en effet,

Doit réparer le tort que la sienne m'a fait.

L'OMBRE.

Ce sentiment est juste, et je te viens apprendre

Qu'à l'instant en ces lieux Renaud se viendra rendre,

Et loin que ton courroux lui donne de l'effroi,

1470   Qu'il a de t'aborder même désir que toi.

ARMIDE.

Même désir que moi qu'il a tant offensée ?

L'OMBRE.

Il a même désir et non même pensée,

Tu cherches à le perdre, il cherche à t'acquérir :

Tu veux percer son Coeur lorsqu'il veut te l'offrir,

1475   Il est atteint pour toi d'une ardeur sans mesure :

J'ai fait entre ses mains rencontrer ta peinture,

Son coeur jeune et bouillant s'est enflammé d'abord ;

Mais d'un feu qui ne doit éclairer que sa mort.

ARMIDE.

Sa passion me nuit, le trépas lui doit plaire,

1480   S'il lui vient d'une main que l'Amour lui rend chère :

Ma haine dans sa mort n'aura rien d'éclatant,

Il mourra de ma main ; mais il mourra content.

Je souhaite sa mort, mais sa mort inhumaine :

Il meurt sans châtiment s'il expire sans peine.

1485   La Mort ne punit point quand elle a des appas,

Et s'il meurt impuni je ne me venge pas.

L'OMBRE.

Pourvu qu'il meure enfin cela te doit suffire,

La Mort est de tous nos maux le dernier et le pire.

Et de quelque façon qu'on se sente outrager,

1490   Perdre son Ennemi c'est toujours se venger.

ARMIDE.

Renaud paraît : allez par quelque adresse utile,

L'engager à passer sans suite dans cette Île,

Ce lieu pour ma vengeance est propre au dernier point.

L'OMBRE.

Je te vais contenter ; mais ne te montre point.

Armide se cache derrière quelques arbres et L'Ombre passe sur le pont et se rend sur le devant du Théâtre où Renaud paraît avec son Écuyer.

SCÈNE III.
Renaud, Agis, L'Ombre.

RENAUD, tenant une boîte de portrait.

1495   Cesse Agis de combattre une flamme invincible ;

Je voudrais l'étouffer ; mais il m'est impossible.

Tous les raisonnements ne sont pas de saison,

Mes sens dans leur désordre engagent ma Raison ;

Armide est idolâtre, Armide est criminelle,

1500   Elle est mon ennemie enfin ; mais elle est belle,

Ses défauts sont cachés par ses charmes puissants

Et ma Raison ne voit que ce qu'ont vu mes sens.

Cesse par tes discours en cette solitude,

De troubler de mon coeur la douce inquiétude.

1505   Mes pensers amoureux ici m'ont fait venir,

Et fourniront assez de quoi m'entretenir.

Dieu que cette île est belle, et ce Pont magnifique

Sachons-en les secrets de cet homme rustique.

Quelle est cette île Ami.

L'OMBRE.

Ces mots me font juger

1510   Seigneur qu'assurément vous êtes étranger.

Il n'est point dans l'Asie Île plus renommée,

L'entrée aux Étrangers n'en est jamais fermée ;

Et pour peu que votre âme aime les nouveautés,

Vous ne passerez point sans en voir les beautés.

RENAUD, passe sur le pont.

1515   Suis donc mes pas, Agis !

L'OMBRE, arrêtant Agis.

  Si tu n'es las de vivre

Qui que ru sois demeure et garde de le suivre,

Cette Île est enchantée et par de dures lois

L'on n'y peut sans danger passer deux à la fois.

Agis veut passer et le pont se brise dans le moment qu'il veut mettre le pied dessus.

AGIS.

N'importe. Ah Ciel ! Le Pont tout à coup vient de fondre

1520   Ce succès de tout point commence à me confondre,

Ce doit être l'effet d'un magique pouvoir.

Plût au Ciel que l'auteur à mes yeux se fît voir.

L'OMBRE.

C'est moi, que prétends-tu ?

AGIS.

Ce que je prétends traître !

Te perdre, ou te forcer de me joindre à mon Maître.

L'OMBRE.

1525   Quoi mortel impuissant tu m'oses menacer,

Toi que d'un souffle seul je pourrais terrasser :

Oui de ce Pont brisé la chute est mon ouvrage,

Et si de Renaud seul j'ai souffert le passage :

Sache que ce sera malgré tout son effort

1530   Un passage pour lui de la vie à la mort.

AGIS.

La crainte de ton art n'a rien qui me retienne

Et ta perte du moins précèdera la sienne.

Il met l'épée à la main, et lorsqu'il en veut frapper l'Ombre, elle rentre dans la terre et Agis ne frappe que l'air.

Ciel d'un pareil prodige a-t-on ouï parler !

Je frappe et tous mes coups ne rencontrent que l'air.

1535   Le charme est surprenant qui l'a fait disparaître :

Mais cherchons quelque endroit pour rejoindre mon Maître.

SCÈNE IV.

RENAUD dans l'île enchantée.

Ce gazon que cette eau vient baiser doucement,

Semble ici m'inviter à rêver un moment.

Il se couche sur un gazon.

Île délicieuse où l'aimable Zéphyre   [ 79 Zephyre comporte un e final pour le rime avec soupire.]

1540   Dedans le sein de Flore avec langueur soupire,   [ 80 Flore : Déesse des fleurs dans la mythologie romaine.]

Séjour de mille appas que ce fleuve charmant

Ceint d'un continuel et mol embrassement,

Pour rendre ici ma joie et parfaite et solide,

Rien ne vous manquerait si vous aviez Armide ;

1545   Mais par l'effet d'un charme amoureux et nouveau

Quand je ne la vois pas, je ne vois rien de beau.

Il regarde le portrait d'Armide.

Chef-d'oeuvre où l'art fait voir par sa douce imposture

Les plus aimables traits qu'ait formés la Nature.

Belle Cause des maux qui me sont préparés

1550   Vous avez des appas dignes d'être adorés :

Ce qu'Armide a de beau, vous l'avez en partage ;

Mais quoi d'Armide enfin vous n'êtes que l'Image,

Et je ne trouve en vous malgré mes justes voeux,

Que l'image du bien qui me peut rendre heureux !

1555   Pour Armide à mes yeux vos traits vous font paraître ;

Mais Armide est sensible et vous ne pouvez l'être !

Et vous ne pouvez l'être ! Oui Portrait précieux !

Mais c'est possible en quoi vous lui ressemblez mieux.

Je conçois peu d'espoir et j'ai de justes craintes

1560   Qu'Armide comme vous sera sourde à mes plaintes,

Et que cette Beauté dont le crains le courroux

Ne sera pas pour moi plus sensible que vous ;

Mais qui cause dans l'onde une rumeur soudaine ?

Un Triton sort du fleuve avecque une Sirène :

1565   Ils paraissent tous deux disposés à chanter,

Leur dessein me surprend ; mais il faut écouter.

SCÈNE V.
Un Triton, une Sirène, Renaud.

UN TRITON et UNE SIRENE chantent.

Il faut aimer,

C'est un destin inévitable

Il n'est point de Coeur indomptable

1570   Que l'Amour ne puisse charmer ;

Mais surtout quand on est aimable.

Il faut aimer.

RENAUD.

Tous mes sens enchantés de cet air agréable

Sont contraints de céder au sommeil qui m'accable.

Renaud s'endort et le Triton et la Sirène continuent à chanter.

UN TRITON et UNE SIRENE chantent.

1575   Que de plaisirs,

Amour fait trouver dans ses chaînes

Ses rigueurs les plus inhumaines

Font pousser de charmants soupirs,

Et ses maux causent moins de peines

1580   Que de plaisirs.

SCÈNE VI.
Armide, Renaud.

ARMIDE.

Allez retirez-vous, Renaud est endormi,

Et je veux sans secours perdre cet ennemi.

Le Triton et la Sirène se plongent dans le fleuve et Armide continue.

C'est maintenant qu'il faut que cette âme indomptée

Succombe sous les coups d'une femme irritée ;

1585   L'heure fatale arrive où Renaud doit périr,

S'il ouvre encor les yeux c'est pour se voir mourir,

Et son sommeil est moins dans ce péril extrême,

Le frère de la Mort que la Mort elle-même ;

Assouvissons nos sens du plaisir précieux

1590   Que la vengeance inspire aux esprits furieux.

Je vais perdre un amant ; mais en vain à ma rage

Son coeur trop criminel oppose mon Image,

Loin d'épargner son coeur, je percerais le mien,

S'il empêchait mes coups d'aller jusques au sien.

1595   Je sais bien qu'il n'est point de peine plus funeste

Que de se voir aimer d'un objet qu'on déteste :

L'Amour à la pitié veut toujours engager ;

Et comme tout mon bien consiste à me venger,

Son Amour n'est pour moi qu'une nouvelle offense,

1600   Puisqu'elle ose vouloir m'arracher ma vengeance ;

Mais je me puis venger doublement à mon tour,

En punissant Renaud je punirai l'Amour.

Détruisons son Empire au coeur de ce perfide !

Vengeons-nous de tous deux...

Comme elle lève le bras pour frapper Renaud d'un dard qu'elle tient, l'Amour paraît en l'air.

SCÈNE VII.
L'Amour, Armide.

L'AMOUR.

Arrête, arrête Armide !

ARMIDE.

1605   Et qui donc es-tu toi ? Qui troubles mes désirs.

L'AMOUR.

Je suis fils du désordre et Père des plaisirs,

C'est moi dont la puissance infinie et féconde

Soutient ce qui subsiste aux Cieux et dans le Monde.

J'anime la Nature, ou pour mieux m'exprimer,

1610   Je t'apprends que je suis le Dieu qui fait aimer.

ARMIDE.

Par quel droit prétends-tu traverser ma vengeance ?

Toi de qui j'ai toujours méprisé la puissance !

Le Dieu qui fait aimer en dépit de ses traits,

N'a rien à commander à qui n'aima jamais.

L'AMOUR.

1615   Si tu n'aimas jamais, tu peux aimer encore.

Ma flamme dans ton coeur malgré toi peut éclore :

La source de la vie est l'effet de mes feux,

Sur tous les Corps vivants je puis ce que je veux :

Et quand je laisse un coeur dedans l'indifférence

1620   C'est mon désir qui manque et non pas ma puissance ;

Mais enfin il est temps que tu suives ma loi.

Tu t'es voulu venger de Renaud et de moi,

Et je viens animé fortement à te nuire,

Défendre contre toi Renaud et mon Empire.

ARMIDE.

1625   Quoi tu me veux défendre ici de me venger ?

L'AMOUR.

Oui ; mais de tes tourments c'est là le plus léger,

Je veux pour te punir par un supplice extrême

Te donner de l'Amour pour ton ennemi même.

ARMIDE.

Moi ! De l'amour pour lui ! Perds cette vanité,

1630   Tout ton pouvoir dépend de notre volonté.

Pour te vaincre il ne faut que se vouloir défendre,

L'on n'a jamais d'amour qu'autant qu'on en veut prendre ;

Enfin quoi qu'en effet tes ordres rigoureux

Puissent dessus mon coeur j'y puis encor plus qu'eux,

1635   Et loin que pour Renaud mon Âme soit émue,

Il faut que je me venge et qu'il meurt à ta vue.

L'AMOUR.

Ce trait te va punir et lui sauvant le jour,

T'apprendra qu'il n'est rien d'impossible à l'Amour.

Il s'envole en lui tirant une flèche.

SCÈNE VIII.
Armide, Renaud.

ARMIDE, arrachant la flèche qui lui est demeurée dans le sein.

Ô Ciel ! Mais de ce coup l'atteinte est trop légère

1640   Pour garantir Renaud des traits de ma colère,

Et dussé-je en périr je me plains peu du sort ;

Puisque j'ai de la Vie assez pour voir sa Mort.

RENAUD, rêvant.

Je ne fuis point vos coups, non...

ARMIDE.

Il rêve.

RENAUD.

Inhumaine !

Je ne puis jamais vivre avecque votre haine,

1645   Et contraint d'expirer, j'aime mieux recevoir

La Mort de votre main que de mon désespoir !

ARMIDE.

Si ma main par ta mort peut remplir ton attente,

Tu mourras satisfait et je vivrai contente.

Reçois le coup... Mais Dieux ; quel tremblement soudain

1650   Me saisit à la fois et le coeur et la main !

Quel mouvement s'oppose en mon âme alarmée

Au cours de la fureur dont je suis animée,

Et quel charme plus fort que mes enchantements

Soulève contre moi mes propres mouvements !

1655   Quoi de mon Ennemi je souffre ici la vue ;

Et loin de redoubler ma haine diminue !

L'Objet qui l'augmentait, ne sert qu'à l'amoindrir,

Et ce qui m'irritait commence à m'attendrir ;

D'où vient que de mes sens la révolte inhumaine

1660   En faveur de Renaud ose trahir ma haine,

Et que mes yeux malgré mon furieux désir,

L'observent avec soin et même avec plaisir ?

Avec plaisir ! Mes yeux vous font donc cet outrage,

Transports impétueux de vengeance et de rage,

1665   Et vous n'empêchez pas ces guides de mon coeur

De voir notre Ennemi sans peine et sans horreur ;

Mais quoi j'adresse en vain cette plainte pressante,

Aux restes impuissants de ma fureur mourante ?

Tout mon courroux s'éteint et dans mon lâche coeur

1670   Je ne sens que faiblesse et ne sens plus d'ardeur !

Plus d'ardeur ! Ah que dis-je en vain je dissimule,

D'une ardeur forte encor je sens bien que je brûle ;

Mais hélas cette ardeur qui me brûle à son tour

Ne vient plus de la haine, elle vient de l'Amour.

1675   Renaud dont le mérite est plus fort que mes charmes,

Tu triomphes d'Armide elle te rend les armes,

Et nul péril ne doit te donner de terreur

Ayant pu triompher d'une femme en fureur,

Je sens bien que ta gloire à ma honte s'augmente,

1680   Et que ton ennemie enfin est ton amante :

L'Amour qui me punit cesse ici d'être doux,

J'ai toute sa tendresse et lui tout mon courroux :

Et par le prompt effet d'un changement étrange

Au lieu de me venger j'aime, et l'Amour se venge.

1685   Sa Vengeance est pourtant imparfaite en ce point

Qu'il me punit d'un trait, qui ne me déplaît point :

Je hais ma liberté quand je reçois sa chaîne

Et je fais mes plaisirs de ce qu'il fait peine.

Tous ses maux ont toujours des charmes pour nos Coeurs,

1690   Et si ses maux sont doux, quelles sont ses douceurs !

Si ta justice Amour égale ta puissance

Fais cesser ta colère avec que mon offense,

Mon crime est maintenant expié par tes feux, *

Après m'avoir punie, exauce au moins mes voeux :

1695   Je te veux consacrer les restes de ma vie,

Mon Coeur d'autres plaisirs ne conçoit plus d'envie :

Transporte-nous tous deux pour vivre sous ta loi,

Dans des lieux interdits à tout autre qu'à toi.

L'Amour paraît en l'air suivi de quatre Amours.

SCÈNE IX.
L'Amour, Armide, Renaud, quatre petits Amours.

L'AMOUR.

Tes voeux sont exaucés et je suis prêt Armide

1700   Dans un monde inconnu de te servir de guide,

Vous qui m'obéissez, Dieux des contentements,

Amours, sous ma conduite enlevez ces Amants.

Les quatre petits Amours descendent sur le Théâtre et deux ayant pris Renaud, et les deux autres Armide, ils les enlèvent sous la conduite de l'Amour.

SCÈNE X.
La Fleur, la Roque.

LA FLEUR, sortant de la place en désordre, où il a été assis depuis le second Acte.

Ma fille est morte ô Ciel !

LA ROQUE, l'abordant.

Vous l'allez voir descendre,

Et son enlèvement vous devait moins surprendre.

LA FLEUR.

1705   On peut être surpris par un semblable effet.

LA ROQUE.

De nos Essais enfin êtes-vous satisfait ?

LA FLEUR.

Oui, chacun a bien fait dans tous ses personnages,

Je consens avec joie à vos trois mariages :

Votre Art dans ces essais m'a paru noble et doux,

1710   Et votre sort enfin doit faire des jaloux.

Si votre troupe un jour a la gloire de plaire,

Au plus auguste ROI que le Soleil éclaire,

Au PRINCE sans égal qui possède à la fois

Ce que séparément ont eu les plus grands Rois,

1715   Et qui portant partout sa Valeur sans seconde,

Ne doit la voir borner que des bornes du Monde.

 


Extrait du Privilège du Roi.

Par Grâce et Privilège du Roi, en date du 16. Juin 1657, signé Guitonneau, il est permis à GUILLAUME DE LUYNE, Marchand Libraire, de faire imprimer, vendre et débiter une pièce de Théâtre intitulée la Comédie sans Comédie, pendant le temps de cinq ans entiers et accomplis, et défenses sont faites à tous Libraires, Imprimeurs et autres, de la faire imprimer, vendre ni distribuer, d'autre impression que celle du dit De Luyne, sur peine de deux livres d'amende, confiscation des Exemplaires, et de tous dépens, dommages et intérêts, comme il est plus amplement porté par lesdites lettres.

Les Exemplaires ont été fournis.

Registré sur le Livre de la Communauté le 7. Juillet 1657.

Signé BÉCHET.

Achevé d'imprimer le dernier Juillet 1657.

Notes

[1] Théorbe : Instrument à cordes pincées, de la famille des luths, inventé au commencement du XVIe siècle par un musicien italien, nommé Bardella. [L]

[2] Pavot : Poétiquement et fig. Les pavots, le sommeil. [L]

[3] Falot : espèce de grande lanterne. [FC]

[4] Thétis n'était qu'une Nymphe de la mer. Elle passait pour la plus belle de toutes les femmes.

[5] Dormir comme un sabot : dormir profondément.

[6] Tandis : Pendant ce temps-là.

[7] Faire le pied de grue : attendre longtemps. [FC]

[8] Peste : Interjection.

[9] Chanterelle : La corde la plus déliée d'un luth, d'un theorbe, d'un violon. [F]

[10] Maraud : terme de mépris. Coquin, fripon. [FC]

[11] Boutade : Caprice, saillie d'esprit et d'humeur. [Acad. 1762]

[12] Frapper comme un sourd signifie aussi frapper quelqu'un sans ménagement ni pitié, parce qu'un sourd, n'entendant pas les cris de sa victime. [L]

[13] Faquin : Termes de mépris et d'injure. [FC]

[14] Garder le mulet : attendre longtemps quelqu'un avec ennui et impatience. [L]

[15] Tout beau : locution adverbiale. Doucement modérez vous. [L]

[16] Ordinaire : La courrier de la poste qui part et arrive à certains jours réglés. [L]

[17] Trop de moitié : trop de la moitié.

[18] Voix du dessus : Terme de musique. La partie la plus haute par opposition à la basse.

[19] Courrière : La lune.

[20] Haute-contre : Terme de musique. La plus haute voix d'homme, celle qui est au-dessus du ténor. [L]

[21] Olympe : Nom que les poètes ou les amants donnent quelquefois à leurs maitresses en faisant des vers en leur faveur, ou en leur écrivant. [R]

[22] Cela ne vaut pas le diable : cela ne vaut absolument rien. [L]

[23] Bouquin : On appelle figurément un vieux bouquin, un homme puant et lascif qui a passé sa vie dans la débauche. [F]

[24] Demander quartier : demander grâce, demander de n'être pas traité à la rigueur. [FC]

[25] Devant : Il exprime un rapport d'antériorité dans le temps, auparavant. [L]

[26] Point : Instant, moment précis. [L]

[27] Mettre le timbre d?Actéon dessus ton front profane : C?est lui mettre une tête de Cerf à la place de sa tête. [FC]

[28] Sommeil : On dit poétiquement de la mort, que c'est un sommeil de fer, qu'il est l'image, le frère de la mort

[29] Garder : Fig. et familièrement. En donner à garder à quelqu'un, lui en faire accroire, le tromper, le duper. [L]

[30] Parler : Dans le style familier, on dit, qu'Un homme parle d'or, pour dire, qu'Il parle, qu'il répond comme on souhaitait qu'il fît. [Acad. 1762]

[31] Barbon : Vieillard qui est revenu de tous les plaisirs de la jeunesse, qui les condamne, et qui les empêche autant qu'il peut. [F]

[32] Fleurette : Cette manière de parler peut venir de ce que les amants emploient de beaux discours, des discours fleuris, des discours où entrent des fleurs de Rhétorique, ou de ce qu'ils donnent des bouquets à leurs maîtresse. [T]

[33] Pénard : Terme injurieux qu'on dit quelquefois aux hommes âgés. [F]

[34] Radoteux : radoteur.

[35] Cuistre : Nom qui se donne ordinairement par injure aux valets de Collége. [Acad. 1762]

[36] Morbe ; morbus = maladie.

[37] Gener : grendre, mari de la fille.

[38] Hypocondriaque : Bizarre, fou, capricieux. [R]

[39] Olimpique : Ce mot se dit de certains Jeux qu'Hercule institua auprès de la ville d'Olimpie à l'honneur de Jupiter, qui se célébraient de quatre en quatre ans et où il y avait des courses et diverses sortes de combats.

[40] Les Poètes appellent le soleil, le blond Phoebus.

[41] Collègue : Celui qui fait, avec d'autres, partie d'un même corps, et aussi qui exerce une fonction, une magistrature avec un autre, qui remplit la même fonction. [L]

[42] Clarissime : Clarissimus, superlatif de Clarus, illustre, qui par conséquent signifie très illustre. [L]

[43] Extravague : Dire, faire des choses folles et dépourvues de raison. [L]

[44] Vocait : vocere = appeler, donner le nom.

[45] Lacédémone : Nom propre d'une ville fort ancienne qu'on nomme autrement Sparte, et qu'on dit avoir été fondée avant Rome et Carthage, l'an 1718 av.J.C. .

[46] Sublunaire : Terme didactique. Qui est entre la terre et l'orbite de la lune. [L]

[47] L'original porte vetrifié au lieu de vitrifié.

[48] Vitrifier : Fondre une substance de manière qu'elle se transforme en verre.

[49] Hétéroclite : Fig. famil. qui a quelque chose d'irrégulier et de bizârre.

[50] Durissime : Très dur. Il ne se dit que par plaisanterie. [L]

[51] Humide radical : fluide imaginaire qu'on a regardé comme le principe de la vie dans le corps humain. [L]

[52] Gendrifrateur : mot fabriqué de gendre et de fracturer = briseur de gendre.

[53] Procrastiner : Différer au lendemain. [FC]

[54] Cocyte : Nom de fleuve. Cocytus. Il y en a plusieurs de ce nom. L'un étoit dans la Campanie, Province d'Italie, et se déchargeait dans le Lac de Lucrin, ou de Mamorto. Un autre dans l'Épire. [T]

[55] Pluton : Fausse Divinité infernale que les Payens croyoient présider aux enfers. [T]

[56] Diablotin : Petit diable. [L]

[57] Larves : Terme d'Antiquité. Les poètes donnaient ce nom aux âmes des méchants qu'on croyait errer sous des figures hideuses. [Acad. 1762]

[58] Follet : On appelle, Esprit follet, un démon ou lutin qui fait peur à des enfants, ou à des gens faibles, par des visions, ou par des actions, dont ils ne savent point la cause. [F]

[59] Ténébrion : follets et autres illusions nocturnes que nous appellons esprits. [SP]

[60] Tantale : Nom propre d'homme. Le mot d?enfanticide est employé à la place d?infanticide. Il fit tuer son propre fils. [T]

[61] Gober : Terme familier. Avaler sans savourer, sans mâcher. [L]

[62] Docer : du latin Docere, entretien.

[63] Jaser : Parler beaucoup et sans nécessité de choses frivoles. [F]

[64] Clément : Qui a coutume de pardonner, de traiter doucement ceux qui sont à sa discrétion. [F]

[65] Inclite : du Latin inclitus, illustre.

[66] Proserpine : Déesse des Anciens. Elle était fille de Jupiter et de Cérès. Elle fut élevée en Sicile, et pendant qu'elle se divertissait un jour à cueillir des fleurs, Pluton l'enleva, et l'épousa. Par là elle devint la Déesse des Enfers, la Junon des Enfers. [T]

[67] S'en aller au diable, à tous les diables, être perdu sans retour. [L]

[68] Traverser : signifie figurément en Morale, faire obstacle, opposition, apporter de l'empêchement. [F]

[69] Discorde : Mauvaise intelligence, dissension ; division, désunion, querelle qui se met entre parents, amis, ou associés. [T]

[70] Cacochymie : est une réplétion de mauvaises humeurs. [T]

[71] Godelureau : Jeune fanfaron, glorieux, pimpant et coquet qui se pique de galanterie, de bonne fortune auprès des femmes, qui est toujours bien propre et bien mis sans avoir d'autres perfections. Les vieux maris ont sujet d'être jaloux de ces godelureaux qui viennent cajoler leurs femmes. [F]

[72] Cornard : celui qui a une femme adultère qui lui fait porter des cornes. [F]

[73] Sponder : Sponder ; spondere = promettre.

[74] Godefroi de Bouillon : Premier roi de Jérusalem après sa prise le 15 juillet 1099.

[75] Diligence : Activité qui nous fait porter avec promptitude à exécuter notre devoir, ou nos desseins. [F]

[76] Styx : fleuve des Enfers.

[77] Hécate : Activité qui nous fait porter avec promptitude à executer nostre devoir, ou nos desseins. [L]

[78] Trident : Sceptre que les poètes mettent à la main de Neptune, qui est en forme d'une fourche à trois dents. [T]

[79] Zephyre comporte un e final pour le rime avec soupire.

[80] Flore : Déesse des fleurs dans la mythologie romaine.

 Version PDF 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies

Licence Creative Commons