ALCESTE

OU LE TRIOMPHE D'ALCIDE

TRAGÉDIE

REPRÉSENTÉE, L'AN MDCLXXIV.

TRAGÉDIE PAR L'ACADÉMIE ROYALE DE MUSIQUE.

Remise au Théâtre, le Jeudi 22. Janvier 1739.

N'ayant point été représentée depuis 1728.

LE PRIX EST DE XXX. SOLS.

L'on vend cet Opéra imprimé pour la première fois, Partition In-quarto, 12. Liv. relié. Le même Opéra est gravé Infolio : il est du prix de vingt livres relié, de même que chacun des dix-huit autres Opéras de Mr. DE LULLI.

M. DCC. XXXIX. AVEC PRIVILÈGE DU ROI.

DE L'IMPRIMERIE De JEAN-BAPTISTE-CHRISTOPHE BALLARD, Seul Imprimeur du Roi, et de l'Académie Royale de Musique. À Paris, au MONT-PARNASSE, rue S.-Jean-de-Beauvais.


Texte établi par Ernest Fièvre.

Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 01/06/2018 à 06:47:55.


L'ACADÉMIE ROYALE DE MUSIQUE, AU ROI :

GLORIEUX CONQUÉRANT, Protecteur des beaux Arts,

GRAND ROI, tournez sur moi vos augustes Regards,

Une affreuse Saison désole assez la Terre,

Sans y mêler encor les horreurs de la Guerre ;

Tandis qu'un froid cruel dépouille les buissons,

Et des Oiseaux tremblants étouffe les chansons,

Écoutez les Concerts que mon soin vous prépare :

Des fidèles Amours je chante la plus rare,

Et des vainqueurs fameux, j'ai fait choix entre tous,

Du plus grand que le monde ait connu jusqu'à Vous.

Après avoir couru de Victoire en Victoire,

Prenez un doux relâche au comble de la Gloire ;

L'Hiver a beau s'armer de glace et de frimas,

Lorsqu'il vous plaît de vaincre, il ne Vous retient pas ;

Et fallût-il forcer mille obstacles ensemble,

La Moisson des Lauriers se fait quand bon vous semble.

Pour servir de refuge à des Peuples ingrats,

En vain un puissant Fleuve étendait ses deux bras ;

Ses flots n'ont opposé qu'une faible Barrière

À la rapidité de Votre ardeur guerrière.

Le Batave interdit après le Rhin dompté,

A dans son désespoir cherché sa sûreté :

À voir par quels Exploits vous commenciez la guerre,

Il n'a point cru d'asile assez fort sur la terre ;

Et de Votre valeur le redoutable cours

L'a contraint d'appeler la Mer à son secours.

Laissez-le revenir de ses frayeurs mortelles ;

Laissez-Vous préparer des Conquêtes nouvelles,

Et donnez le loisir pour soutenir Vos coups,

D'armer des Ennemis qui soient dignes de Vous.

Résistez quelque temps à votre impatience,

Prenez part aux douceurs dont vous comblez la France ;

Et malgré la chaleur de Vos nobles désirs,

Endurez le repos, et souffrez les Plaisirs.


ACTEURS CHANTANT DANS TOUS LES COEURS.

CÔTÉ DU ROI.

Mesdemoiselles Dun, Delorge, Varquin, Duplessis, La Fontaine, Varlet, Jacquet.

Messieurs Marcelet, St. Martin, Le Mesle, Lefebvre, Rimbault, Buseau, François, Duplessis, Lorette, Houbault, Fel.

CÔTÉ DE LA REINE.

Mesdemoiselles Antier-C, Thetelette, Lavalée, Deshaigles, Cartou, Selim.

Messieurs De Serre, Louette, Gratin, Groslier, Deshais, Méchain-C, Galard, Bornet, Bourque, Duchenet.


ACTEURS DANSANT [DE LA TRAGÉDIE].

PREMIER ACTE.

MATELOTS, ET MATELOTES ; Mademoiselle Mariette ; Messieurs F-Dumoulin, Thessier, P-Dumoulin ; Dangeville, Malter-L. Mesdemoiselles Thiery, Dallemand-C, Frémicourt, Le Breton, Saint Germain.

DEUXIÈME ACTE.

COMBATTANTS ; Troupe de soldats de LICOMÈDE ; Monsieur Javillier-C. Messieurs Dangeville, P-Dumoulin, Thessier, Hamoche, Malter-L, Charlier.

Troupe de soldats THESSALIENS ; Monsieur Savar ; Messieurs Javillier-3, Lacroix, Dumay, Dupré, Matignon, Boudet.

TROISIÈME ACTE.

TROUPE D'HOMMES AFFLIGÉS ; Messieurs Dumay, Dupré, Thessier, Hamoche.

TROUPE DE FEMMES AFFLIGÉES ; Mesdemoiselles Petit, Durocher, Saint-Germain, Courcelle.

QUATRIÈME ACTE.

DIVINITÉS INFERNALES ; Monsieur Dupré ; Messsieurs Malter-C, Matignon ; Messieurs Savar, Dumay, Dupré, Lacroix, Javillier-C, Javillier-3. Mademoiselle Dallemand-L ; Mesdemoiselles Petit, Durocher, Frémicourt, Saint-Germain, Courcelle.

CINQUIÈME ACTE.

BERGERS, ET BERGÈRES ; Monsieur D-Dumoulin ; Messieurs F-Dumoulin, P-Dumoulin, Thessier, Dangeville, Malter-L ; Mademoiselle Sallé ; Mesdemoiselles Frémicourt, Thiery, Dallemnd-C, Saint-Germain, Courcelle.


PROLOGUE ACTEURS CHANTANT.

LA NYMPHE DE LA SEINE, Mlle. Eeremans.

LA GLOIRE, Mlle. Jullye.

SUITE de LA GLOIRE.

LA NYMPHE DES TUILERIES, Mlle. Coupée.

LA NYMPHE DE LA MARNE, Mlle. Monville.

NYMPHES et DIVINITÉS DES EAUX.

ACTEURS DANSANT [DU PROLOGUE].

SUITE DE LA NYMPHE DES TUILERIES ; Monsieur Malter-l'Anglois ; Messieurs Hamoche, Thessier, Matignon ; Mesdemoiselles Dallemand-C., Frémicourt, Thiery.

SUITE DE LA NYMPHE de la Marne ; Mademoiselle Le Breton ; Messieurs Savar, Javillier-C, Javillier-3 ; Mesdemoiselles Petit, Saint-Germain, Durocher.

ACTEURS CHANTANT [DE LA TRAGÉDIE].

ALCIDE ou Hercule, Mr Le Page.

LICAS, Confident d'ALCIDE, Mr Méchain.

STRATON, Confident de LICOMÈDE, Mr Dun.

CÉPHISE, Confidente d'Alceste, Mlle. Fel.

LICOMÈDE, Frère de Thétis, et Roi de l'Île de Scyros, Mr Albert.

PHÈRES, Père d'ADMÈTE, Mr Cuvillier.

ADMÈTE, Roi de Thessalie, Mr Tribou.

CLÉANTE, Écuyer d'ADMÈTE, Mr Lefebvre.

ALCESTE, Princesse d'Yolcos, Mlle Pellicier.

TROUPE DE DIVINITÉS DE LA MER.

DEUX TRITONS, Mr Bérard. Mr Gallard.

THÉTIS, Néréide, Mlle Monville.

ÉOLE, Roi des Vents, Mr Lefebvre.

TROUPE DE SOLDATS DE LICOMÈDE.

TROUPE DE SOLDATS THESSALIENS.

APOLLON, Mr Bérard.

FEMME AFFLIGÉE, Mlle Jullye.

DIANE, Mlle LaFontaine.

MERCURE,

OMBRES.

CARON, Mr Dun.

PLUTON, Mr Albert.

PROSERPINE, Mlle Monville.

L'OMBRE D'ALCESTE, Mlle Coupée.

SUIVANTS de PLUTON.

ALECTON, Mr Cuvillier.

La Scène est dans la Ville d'Yolcos en Thessalie.


PROLOGUE.

LE RETOUR DES PLAISIRS.

Le Théâtre représente le Palais et les Jardins des Tuileries ; La Nymphe de la Seine paraît appuyée sur une Urne. Au milieu d'une Allée dont les Arbres sont séparés par des Fontaines.

SCÈNE I.

LA GLOIRE paraît au milieu d'un Palais brillant, qui descend au bruit d'une harmonie guerrière.

LA NYMPHE DE LA SEINE.

LE HÉROS que j'attends, ne reviendra-t-il pas ?

Serai-je toujours languissante

Dans une si cruelle attente ?

     

LE HÉROS que j'attends, ne reviendra-t-il pas ?

5   On n'entend plus d'Oiseau qui chante,

On ne voit plus de Fleurs qui naissent sous nos pas :

     

LE HÉROS que j'attends, ne reviendra-t-il pas ?

L'herbe naissante

Paraît mourante,

10   Tout languit avec moi dans ces lieux plein d'appas :

     

LE HÉROS que j'attends, ne reviendra-t-il pas ?

Serai-je toujours languissante

Dans une si cruelle attente ?

     

LE HÉROS que j'attends, ne reviendra-t-il pas ?

15   Bruit de Guerre.

Quel bruit de guerre m'épouvante ?

Quelle Divinité va descendre ici-bas.

     

SCÈNE II.
La Nymphe de la Seine, La Gloire.

LA NYMPHE DE LA SEINE.

Hélas ! Superbe Gloire, hélas !

Ne dois-tu point être contente !

20   LE HEROS que j'attends, ne reviendra-t-il pas ?

Il ne te suit que trop dans l'horreur des Combats ;

Laisse en paix un moment sa Valeur triomphante

LE HEROS que j'attends, ne reviendra-t-il pas ?

LA GLOIRE.

Pourquoi tant de murmure ? Nymphe, ta plainte est vaine,

25   Tu ne peux voir sans moi LE HEROS que tu sers,

Si son éloignement te coûte tant de peine,

Il récompense assez les douceurs que tu perds,

Vois ce qu'il fait pour Toi, quand la Gloire l'emmène ;

Vois comme sa Valeur a soumis à la Seine

30   Le Fleuve le plus fier qui soit dans l'Univers.

LA NYMPHE DE LA SEINE.

On ne voit plus ici paraître

Que des Ornements imparfaits ;

Ah ! Rends-nous notre AUGUSTE MAITRE,

Tu nous rendras tous nos attraits.

LA GLOIRE.

35   Il revient, et tu dois m'en croire ;

Je lui sers de guide avec soin :

Puisque tu vois la Gloire,

Ton Héros n'est pas loin.

Il laisse respirer tout le Monde qui tremble ;

40   Soyons ici d'accord pour combler ses désirs.

ENSEMBLE.

Qu'il est doux d'accorder ensemble

La Gloire, et les Plaisirs.

LA NYMPHE DE LA SEINE.

Naïades, Dieux des Bois, Nymphes, que tout s'assemble,

Qu'on entende nos chants après tant de soupirs.

SCÈNE III.
La Gloire, La Nymphe de la Seine, La Nymphe des Tuileries s'avance avec une troupe de Nymphes qui dansent ; les arbres s'ouvrent, et font voir les Divinités Champêtres qui jouent de différents Instruments ; et les Fontaines se changent en Naïades qui chantent.

CHOEUR.

45   Qu'il est doux d'accorder ensemble

La Gloire, et les Plaisirs.

LA NYMPHE DES TUILERIES.

L'art d'accord avec la Nature

Sert l'Amour dans ces lieux charmants :

Ces Eaux qui font rêver par un si doux murmure,

50   Ces Tapis où les Fleurs forment tant d'ornements,

Ces Gazons, ces Lits de verdure,

Tout n'est fait que pour les Amants.

SCÈNE IV.
La Gloire, La Nymphe de la Seine, La Nymphe des Tuileries, La Nymphe de la Marne, et leur Suite.

LA NYMPHE DE LA MARNE.

L'onde se presse

D'aller sans cesse

55   Jusqu'au bout de son cours :

S'il faut qu'un coeur suive une pente,

En est-il qui soit plus charmante

Que le doux penchant des Amours ?

On danse.

LA GLOIRE, et LA NYMPHE DE LA SEINE.

Que tout retentisse,

60   Que tout réponde à nos voix.

LA NYMPHE DE LA TUILERIES.

Que tout fleurisse

Dans nos jardins et dans nos bois.

LA NYMPHE DE LA MARNE.

Que le Chant des Oiseaux s'unisse

Avec le doux son des Hautbois.

TOUS ENSEMBLE.

65   Que tout retentisse,

Que tout réponde à nos voix :

Que le Chant des Oiseaux s'unisse

Avec le doux son des hautbois.

Que tout retentisse,

70   Que tout réponde à nos voix.

On danse.

CHOEUR.

Quel coeur sauvage

Ici ne s'engage ?

Quel coeur sauvage

Ne sent point l'amour ?

75   Nous allons voir les Plaisirs de retour ;

Ne manquons pas d'en faire un doux usage :

Pour rire un peu, l'on n'est pas moins sage.

Ah, quel dommage

De fuir ce rivage !

80   Ah, quel dommage

De perdre un beau jour !

Nous allons voir les Plaisirs de retour ;

Ne manquons pas d'en faire un doux usage :

Pour rire un peu, l'on n'est pas moins sage.

On danse.

CHOEURS.

85   Revenez, Plaisirs exilés,

Volez de toutes parts, volez.

Les Plaisirs volent, et viennent préparer des Divertissements.

ACTE I

Le Théâtre représente un port de mer, où l'on voit un grand vaisseau orné et préparé pour une fête galante, au milieu de plusieurs vaisseaux de guerre.

SCÈNE I.
Alcide, Licas, Troupe de Thessaliens.

CHOEUR de THESSALIENS.

Vivez, vivez, heureux époux.

LICAS.

Votre Ami le plus cher, épouse la Princesse

La plus charmante de la Grèce :

90   Lorsque chacun les suit, Seigneur, les fuyez-vous ?

CHOEUR.

Vivez, vivez, heureux Époux.

LICAS.

Vous paraissez troublé des cris qui retentissent ?

Quand deux Amants heureux s'unissent

Le coeur du grand Alcide en serait-il jaloux ?

CHOEUR.

95   Vivez, vivez, heureux Époux.

LICAS.

Seigneur, vous soupirez, et gardez le silence ?

ALCIDE.

Ah ! Licas, laisse-moi partir en diligence.

LICAS.

Quoi ! Dès ce même jour presser votre départ ?

ALCIDE.

J'aurai beau me presser, je partirai trop tard.

100   Ce n'est point avec toi que je prétends me taire ;

Alceste est trop aimable, elle a trop su me plaire ;

Un autre en est aimé, rien ne flatte mes voeux :

C'en est fait, Admète l'épouse,

Et c'est dans ce moment qu'on les unit tous deux.

105   Ah ! Qu'une âme jalouse

Éprouve un tourment rigoureux !

J'ai peine à l'exprimer moi-même :

Figure-toi, si tu le peux,

Quelle est l'horreur extrême

110   De voir ce que l'on aime,

Au pouvoir d'un Rival heureux.

LICAS.

L'Amour est-il plus fort qu'un Héros indomptable ?

L'Univers n'a point eu de Monstre redoutable

Que vous n'ayez pu surmonter.

ALCIDE.

115   Eh, crois-tu que l'Amour soit moins à redouter ?

Le plus grand coeur a sa faiblesse.

Je ne puis me sauver de l'ardeur qui me presse

Qu'en quittant ce fatal Séjour :

Contre d'aimables charmes

120   La valeur est sans armes,

Et ce n'est qu'en fuyant qu'on peut vaincre l'Amour.

LICAS.

Vous devez vous forcer, au moins à voir la Fête

Qui déjà dans ce Port, vous paraît toute prête.

Votre fuite à présent ferait un trop grand bruit ;

125   Différez jusqu'à la nuit.

ALCIDE.

Ah Licas ! Quelle nuit ! Ah quelle nuit funeste !

LICAS.

Tout le reste du jour voyez encore Alceste.

ALCIDE.

La voir encore !... Hé bien différons mon départ,

Je vous l'avais bien dit, je partirai trop tard.

130   Je vais la voir aimer un Époux qui l'adore,

Je verrai dans leurs yeux un tendre empressement :

Que je vais payer chèrement

Le plaisir de la voir encore !

SCÈNE II.
Alcide, Straton, et Licas.

ENSEMBLE.

L'Amour a bien des maux, mais le plus grand de tous,

135   C'est le tourment d'être jaloux.

SCÈNE III.
Straton, Licas.

STRATON.

Licas, j'ai deux mots à te dire.

LICAS.

Que veux-tu ? Parle je t'entends.

STRATON.

Nous sommes amis de tout temps ;

Céphise, tu le sais, me tient sous son empire,

140   Tu suis partout ses pas : qu'est-ce que tu prétends ?

LICAS.

Je prétends rire.

STRATON.

Pourquoi veux-tu troubler deux coeurs qui sont contents ?

LICAS.

Je prétends rire.

Tu peux à ton gré t'enflammer ;

145   Chacun a sa façon d'aimer ;

Qui voudra soupirer, soupire,

Je prétends rire.

STRATON.

J'aime, et je suis aimé ; laisse en paix nos amours.

LICAS.

Rien ne doit t'alarmer, s'il est bien vrai qu'on t'aime ;

150   Un rival rebuté donne un plaisir extrême.

STRATON.

Un Rival tel qu'il soit importune toujours.

LICAS.

Je vois ton amour sans colère,

Tu devrais en user ainsi :

Puisque Céphise t'a su plaire,

155   Pourquoi ne veux-tu pas qu'elle me plaise aussi ?

STRATON.

À quoi sert-il d'aimer ce qu'il faut que l'on quitte ?

Tu ne peux demeurer longtemps dans cette Cour.

LICAS.

Moins on a de moments à donner à l'Amour.

Et plus il faut qu'on en profite.

STRATON.

160   J'aime depuis deux ans avec fidélité :

Je puis croire sans vanité,

Que tu ne dois pas être un Rival qui m'alarme.

LICAS.

J'ai pour moi la nouveauté ;

En amour c'est un grand charme.

STRATON.

165   Céphise m'a promis un coeur tendre et constant.

LICAS.

Céphise m'en promet autant.

STRATON.

Ah si je le croyais !... Mais tu n'es pas croyable.

LICAS.

Crois-moi, fais ton profit d'un reste d'amitié,

Sers-toi d'un avis charitable

170   Que je te donne par pitié.

STRATON.

Le mépris d'une volage

Doit être un assez grand mal,

Et c'est un nouvel outrage

Que la pitié d'un Rival.

175   Elle vient l'Infidèle,

Pour chanter dans les Jeux dont je prends soin ici.

LICAS.

Je te laisse avec elle,

Il ne tiendra qu'à toi d'être mieux éclairci.

SCÈNE IV.
Céphise, Straton.

CÉPHISE.

Dans ce beau jour, quelle humeur sombre

180   Fais-tu voir à contretemps ?

STRATON.

C'est que je ne suis pas du nombre

Des Amants qui sont contents.

CÉPHISE.

Un ton grondeur et sévère

N'est pas un grand agrément ;

185   Le chagrin n'avance guère

Les affaires d'un Amant.

STRATON.

Licas vient de me faire entendre

Que je n'ai plus ton coeur, qu'il doit seul y prétendre,

Et que tu ne vois plus mon amour qu'à regret !

CÉPHISE.

190   Licas est peu discret...

STRATON.

Ah je m'en doutais bien qu'il voulait me surprendre.

CÉPHISE.

Licas est peu discret

D'avoir dit mon secret.

STRATON.

Comment ! Il est donc vrai ! Tu n'en fais point d'excuse ?

195   Tu me trahis ainsi sans en être confuse ?

CÉPHISE.

Tu te plains sans raison ;

Est-ce une trahison,

Quand on te désabuse ?

STRATON.

Que je suis étonné de voir ton changement !

CÉPHISE.

200   Si je change d'Amant

Qu'y trouves-tu d'étrange ?

Est-ce un sujet d'étonnement

De voir une fille qui change ?

STRATON.

Après deux ans passés dans un si doux lien,

205   Devais-tu jamais prendre une chaîne nouvelle ?

CÉPHISE.

Ne comptes-tu pour rien

D'être deux ans fidèle ?

STRATON.

Par un espoir doux et trompeur,

Pourquoi m'engageais-tu dans un amour si tendre ?

210   Fallait-il me donner ton coeur,

Puisque tu voulais le reprendre ?

CÉPHISE.

Quand je t'offris mon coeur, c'était de bonne foi ;

Que n'empêches-tu qu'on te l'ôte ?

Est-ce ma faute

215   Si Licas me plaît plus que toi ?

STRATON.

Ingrate, est-ce le prix de ma persévérance ?

CÉPHISE.

Essaye un peu de l'inconstance :

C'est toi qui le premier m'appris à m'engager :

Pour récompense

220   Je te veux apprendre à changer.

STRATON, et CÉPHISE.

Il faut aimer toujours.

Il faut changer toujours.

Les plus douces amours

Sont les amours fidèles :

225   Sont les amours nouvelles :

Il faut aimer toujours.

Il faut changer toujours.

SCÈNE V.
Licomède, Straton, Céphise.

LICOMÈDE.

Straton, donne ordre qu'on s'apprête

Pour commencer la Fête.

STRATON se retire.

LICOMÈDE, à Céphise.

230   Enfin, grâce au dépit, je goûte la douceur

De sentir le repos de retour dans mon coeur.

J'étais à préférer au Roi de Thessalie ;

Et si pour sa gloire, on publie

Qu'Apollon autrefois lui servit de Pasteur,

235   Je suis Roi de Scyros, et Thétis est ma soeur.

J'ai su me consoler d'un hymen qui m'outrage,

J'en ordonne les Jeux avec tranquillité.

Qu'aisément le dépit dégage

Des fers d'une ingrate Beauté :

240   Et qu'après un long esclavage,

Il est doux d'être en liberté.

CÉPHISE.

Il n'est pas sûr toujours de croire l'apparence :

Un coeur bien pris, et bien touché,

N'est pas aisément détaché,

245   Ni sitôt guéri que l'on pense ;

Et l'amour est souvent caché

Sous une feinte indifférence.

LICOMÈDE.

Quand on est sans espérance,

On est bientôt sans amour.

250   Mon Rival a la préférence,

Ce que j'aime est en sa puissance,

Je perds tout espoir en ce jour :

Quand on est sans espérance,

On est bientôt sans amour.

255   Voici l'heure qu'il faut que la Fête commence,

Chacun s'avance,

Préparons-nous.

SCÈNE VI.
Admète, Alceste, Phères, Alcide, Licas, Céphise, Straton, Troupe de THESSALIENS.

CHOEUR.

Vivez, vivez, heureux Époux.

PHÈRES.

Jouissez des douceurs du noeud qui vous assemble.

ADMÈTE, et ALCESTE.

260   Quand l'Hymen et l'Amour sont bien d'accord ensemble

Que les noeuds qu'ils forment sont doux ?

CHOEUR.

Vivez, vivez, heureux Époux.

SCÈNE VII.
Des Nymphes de la Mer et des Tritons, viennent faire une Fête Marine, où se mêlent des Matelots et des Pêcheurs.

DEUX TRITONS.

Malgré tant d'orages,

Et tant de naufrages,

265   Chacun à son tour

S'embarque avec l'Amour.

Partout où l'on mène

Les Coeurs amoureux,

On voit la Mer pleine

270   D'écueils dangereux ;

Mais sans quelque peine,

On n'est jamais heureux :

Une âme constante,

Après la tourmente,

275   Espère un beau jour.

Malgré tant d'orages,

Et tant de naufrages,

Chacun à son tour

S'embarque avec l'Amour.

On danse.

280   Un coeur qui diffère

D'entrer en affaire,

S'expose à manquer

Le temps de s'embarquer.

Une âme commune

285   S'étonne d'abord,

Le soin l'importune,

Le calme l'endort,

Mais quelle fortune

Fait-on sans quelque effort ?

290   Est-il un commerce

Exempt de traverse ?

Chacun doit risquer.

Un coeur qui diffère

D'entrer en affaire,

295   S'expose à manquer

Le temps de s'embarquer.

CÉPHISE, vêtue en Nymphe de la Mer, alternativement avec le Choeur.

Jeunes Coeurs, laissez-vous prendre,

Le péril est grand d'attendre,

Vous perdez d'heureux moments

300   En cherchant à vous défendre.

Si l'Amour a des tourments,

C'est la faute des Amants.

On danse.

UNE NYMPHE DE LA MER, et CÉPHISE.

Plus les âmes sont rebelles,

Plus leurs peines sont cruelles,

305   Les plaisirs doux et charmants

Sont le prix des coeurs fidèles :

Si l'Amour a des tourments,

C'est la faute des Amants.

LICOMÈDE, à Alceste.

On vous apprête

310   Dans mon Vaisseau

Un divertissement nouveau.

LICOMÈDE, et STRATON.

Venez voir ce que notre fête

Doit avoir de plus beau.

LICOMÈDE conduit ALCESTE dans son Vaisseau, STRATON y mène CÉPHISE, et dans le temps qu'ADMÈTE et ALCIDE y veulent passer, le Pont s'enfonce dans la Mer.

ADMÈTE, et ALCIDE.

Dieux ! Le Pont s'abîme dans l'eau.

CHOEUR.

315   Ah quelle trahison funeste !

ALCESTE, et CÉPHISE.

Au secours, au secours.

ALCIDE.

Perfide...

ADMÈTE.

Alceste...

ALCIDE, et ADMÈTE.

Laissons les vains discours.

Au secours, au secours.

LE CHOEUR des THESSALIENS.

Au secours, au secours.

SCÈNE VIII.
Thétis, Admète.

THÉTIS, sortant de la Mer.

320   Époux infortuné, redoute ma colère,

Tu vas hâter l'instant qui doit finir tes jours ;

C'est Thétis que la Mer révère,

Que tu vois contre toi du parti de son Frère.

Et c'est à la mort que tu cours.

ADMÈTE, courant s'embarquer.

325   Au secours, au secours.

THÉTIS.

Puisqu'on méprise ma puissance ;

Que les vents déchaînés,

Que les flots mutinés

S'arment pour ma vengeance.

THETIS rentre dans la Mer, et les Aquilons excitent une tempête qui agite les Vaisseaux qui s'efforcent de poursuivre LICOMÈDE.

SCÈNE IX.
Éole, les Aquilons, les Zéphyrs.

ÉOLE.

330   Le Ciel protège les Héros :

Allez Admète, allez Alcide ;

Le Dieu qui sur les Dieux préside

M'ordonne de calmer les flots :

Allez, poursuivez un Perfide.

335   Retirez-vous,

Vents en courroux,

Rentrez dans vos prisons profondes :

Et laissez régner sur les ondes

Les Zéphyrs les plus doux.

L'orage cesse, les Zéphyrs volent et font fuir les Aquilons qui tombent dans la Mer avec les nuages qu'ils en avaient élevés, et les Vaisseaux d'ALCIDE et d'ADMÈTE poursuivent LICOMÈDE.

ACTE II

Le Théâtre représente La Ville principale de l'Île de Scyros.

SCÈNE I.
Céphise, Straton.

CÉPHISE.

340   Alceste ne vient point, et nous devons attendre.

STRATON.

Que peut-elle prétendre ?

Pourquoi se tourmenter ici mal à propos ?

Ses cris ont beau se faire entendre,

Peut-être son Époux a péri dans les flots,

345   Et nous sommes enfin dans l'Île de Scyros.

CÉPHISE.

Tu ne te plaindras point que j'en use de même :

Je t'ai donné peu d'embarras

Tu vois comme je suis tes pas.

STRATON.

Tu sais dissimuler une colère extrême.

CÉPHISE.

350   Et si je te disais que c'est toi seul que j'aime ?

STRATON.

Tu le dirais en vain, je ne te croirais pas.

CÉPHISE.

Crois-moi, si j'ai feint de changer

C'était pour te mieux engager.

Un Rival n'est pas inutile,

355   Il réveille l'ardeur et les soins d'un Amant ;

Une conquête facile

Donne peu d'empressement,

Et l'Amour tranquille

S'endort aisément.

STRATON.

360   Non, non, ne tente point une seconde ruse,

Je vois plus clair que tu ne crois.

On excuse d'abord un Amant qu'on abuse ;

Mais la sottise est sans excuse,

De se laisser tromper deux fois.

CÉPHISE.

365   N'est-il aucun moyen d'apaiser ta colère ?

STRATON.

Consens à m'épouser, et sans retardement.

CÉPHISE.

Une si grande affaire

Ne se fait pas si promptement :

Un hymen qu'on diffère

370   N'en est que plus charmant.

STRATON.

Un hymen qui peut plaire

Ne coûte guère,

Et c'est un noeud bientôt formé ;

Rien n'est plus aisé que de faire

375   Un Époux, d'un Amant aimé.

CÉPHISE.

Je t'aime d'un amour sincère ;

Et s'il est nécessaire,

Je m'offre à t'en faire un serment.

STRATON.

Amusement, amusement.

CÉPHISE.

380   L'injuste enlèvement d'Alceste

Attire dans ces lieux une guerre funeste,

Les plus braves des Grecs s'arment pour son secours :

Au milieu des cris et des larmes,

L'hymen a peu de charmes ;

385   Attendons de tranquilles jours.

Le bruit affreux des armes

Effarouche bien les Amours.

STRATON.

Discours, discours, discours.

Tu n'as qu'à m'épouser pour m'ôter tout ombrage ?

390   Pourquoi différer davantage ?

À quoi servent tant de façons ?

CÉPHISE.

Rends-moi la liberté pour m'épouser sans crainte ;

Un hymen fait avec contrainte

Est un mauvais moyen de finir tes soupçons.

STRATON.

395   Chansons, chansons, chansons.

SCÈNE II.
Licomède, Alceste, Straton, Céphise, Soldats de Licomède.

LICOMÈDE.

Allons, allons, la plainte est vaine.

ALCESTE.

Ah ! Quelle rigueur inhumaine !

LICOMÈDE.

Allons, je suis sourd à vos cris,

Je me venge de vos mépris.

ALCESTE.

400   Quoi ! Vous serez inexorable ?

LICOMÈDE.

Cruelle, vous m'avez appris

À devenir impitoyable.

ALCESTE.

Est-ce ainsi que l'Amour a su vous émouvoir ?

Est-ce ainsi que pour moi votre âme est attendrie ?

LICOMÈDE.

405   L'Amour se change en Furie,

Quand il est au désespoir ;

Puisque je perds toute espérance,

Je veux désespérer mon rival à son tour ;

Et les douceurs de la Vengeance

410   Ont de quoi consoler des rigueurs de l'Amour.

ALCESTE.

Voyez la douleur qui m'accable.

LICOMÈDE.

Vous avez sans pitié regardé ma douleur,

Vous m'avez rendu misérable,

Vous partagerez mon malheur.

ALCESTE.

415   Admète avait mon coeur dès ma plus tendre enfance ;

Nous ne connaissions pas l'Amour ni sa puissance.

Lorsque d'un noeud fatal il vint nous enchaîner :

Ce n'est pas une grande offense

Que le refus d'un coeur qui n'est plus à donner.

LICOMÈDE.

420   Est-ce aux Amants qu'on désespère

À devoir rien examiner ?

Non, je ne puis vous pardonner

D'avoir trop su me plaire.

Que ne m'ont point coûté vos attraits !

425   Ils ont mis dans mon coeur une cruelle flamme ;

Ils ont arraché de mon âme

L'innocence et la paix.

Non, Ingrate, non, Inhumaine,

Non, quelque soit votre peine,

430   Non, je ne vous rendrai jamais

Tous les maux que vous m'avez faits.

STRATON.

Voici l'Ennemi qui s'avance

En diligence.

LICOMÈDE.

Préparons-nous

435   À nous défendre.

ALCESTE.

Ah ! Cruel, que n'épargnez-vous

Le sang qu'on va répandre !

LICOMÈDE et ses soldats.

Périssons-tous,

Plutôt que de nous rendre.

LICOMÈDE contraint ALCESTE d'entrer dans la Ville, CÉPHISE la suit, et les soldats de LICOMÈDE ferment la Porte de la Ville aussitôt qu'ils y sont entrés.

SCÈNE III.
Admète, Alcide, Licas, Soldats assiégeants.

ADMÈTE, et ALCIDE.

440   Marchez, marchez, marchez :

Approchez, Amis, approchez,

Marchez, marchez, marchez :

Hâtons-nous de punir les Traîtres,

Rendons-nous maîtres

445   Des murs qui les tiennent cachés :

Marchez, marchez, marchez :

SCÈNE IV.
Licomède, Straton, Soldats assiégés, Admète, Alcide, Licas, Soldats assiégeants.

LICOMÈDE, sur les remparts.

Ne prétendez pas nous surprendre,

Venez, nous allons vous attendre :

Nous ferons tous notre devoir

450   Pour vous bien recevoir.

STRATON, et les Soldats assiégés.

Nous ferons tous notre devoir

Pour vous bien recevoir.

ADMÈTE.

Perfide, évite un sort funeste,

On te pardonne tout si tu veux rendre Alceste.

LICOMÈDE.

455   J'aime mieux mourir, s'il le faut,

Que de céder jamais cet Objet plein de charmes.

ADMÈTE, et ALCIDE.

À l'assaut, à l'assaut.

LICOMÈDE, et STRATON.

Aux Armes, aux Armes.

LES ASSIEGEANTS.

À l'assaut, à l'assaut.

LES ASSIÉGÉS.

460   Aux armes, aux armes.

ADMÈTE, et LICOMÈDE.

À moi, Compagnons, à moi.

À moi, suivez votre Roi.

ALCIDE.

C'est Alcide

Qui vous guide.

ADMÈTE, ALCIDE, et LICOMÈDE.

465   À moi, Compagnons, à moi.

On fait avancer des Béliers et autres Machines de guerre

pour battre la Place.

TOUS ENSEMBLE.

Donnons, donnons de toutes parts.

LES ASSIEGEANTS.

Que chacun à l'envi combatte ;

470   Que l'on abatte

Les Murs, et les Remparts.

TOUS ENSEMBLE.

Donnons, donnons de toutes parts.

LES ASSIÉGÉS.

Que les ennemis pêle-mêle,

Trébuchent sous l'affreuse grêle

475   De nos flèches, et de nos dards.

TOUS.

Donnons, donnons de toutes parts.

Courage, courage, courage,

Ils sont à nous, ils sont à nous.

ALCIDE.

C'est trop disputer l'avantage,

480   Je vais vous ouvrir un passage,

Suivez-moi tous, suivez-moi tous.

TOUS ENSEMBLE.

Courage, courage, courage,

Ils sont à nous, ils sont à nous.

Les assiégés voyant leurs Remparts à demi abattus,

485   et la Porte de la Ville enfoncée,

font un dernier effort dans une Sortie,

pour repousser les Assiégeants.

LES ASSIEGEANTS.

Achevons d'emporter la Place ;

L'Ennemi commence à plier.

490   Main basse, main basse, main basse. .

LES ASSIÉGÉS, rendant les armes.

Quartier, quartier, quartier.

LES ASSIEGEANTS.

La Ville est prise.

LES ASSIÉGÉS.

Quartier, quartier, quartier.

LICAS, terrassant Straton.

Il faut rendre Céphise.

STRATON.

495   Je suis ton prisonnier,

Quartier, quartier, quartier.

SCÈNE V.

PHÈRES armé, et marchant avec peine.

Courage, Enfants, je suis à vous ;

Mon bras va seconder vos coups :

Mais c'en est déjà fait, et l'on a pris la Ville ;

500   La faiblesse de l'âge a retardé mes pas :

La valeur devient inutile

Quand la force n'y répond pas.

Que la Vieillesse est lente,

Les efforts qu'elle tente

505   Sont toujours impuissants :

C'est une charge bien pesante

Qu'un fardeau de quatre-vingts ans.

SCÈNE VI.
Alcide, Alceste, Céphise, Phères, Licas, Straton enchaîné.

ALCIDE, à Phères.

Rendez à votre Fils cette aimable Princesse.

PHÈRES.

Ce don de votre main serait encor plus doux.

ALCIDE.

510   Allez, allez la rendre à son heureux Époux.

ALCESTE.

Tout est soumis, la guerre cesse ;

Seigneur, pourquoi me laissez-vous ?

Quel nouveau soin vous presse ?

ALCIDE.

Vous n'avez rien à redouter,

515   Je vais chercher ailleurs des Tyrans à dompter.

ALCESTE.

Les noeuds d'une amitié pressante

Ne retiendront-ils point votre âme impatiente ?

Et la Gloire vous doit-elle emporter ?

ALCIDE.

Gardez-vous bien de m'arrêter.

ALCESTE.

520   C'est votre valeur triomphante

Qui fait le sort charmant que nous allons goûter ;

Quelque douceur que l'on ressente,

Un ami tel que vous l'augmente ;

Voulez-vous sitôt nous quitter ?

ALCIDE.

525   Gardez-vous bien de m'arrêter.

Laissez ; laissez-moi fuir un charme qui m'enchante :

Non, toute ma vertu n'est pas assez puissante

Pour répondre d'y résister.

Non, encore une fois, Princesse trop charmante,

530   Gardez-vous bien de m'arrêter.

SCÈNE VII.
Alceste, Phères, Céphise.

TOUS.

Cherchons Admète promptement.

ALCESTE.

Peut-on chercher ce qu'on aime

Avec trop d'empressement !

Quand l'amour est extrême,

535   Le moindre éloignement

Est un cruel tourment.

TOUS.

Cherchons Admète promptement.

SCÈNE VIII.
Admète blessé, Cléante, Alceste, Phères, Céphise, Soldats de leur suite.

ALCESTE.

Ô Dieux ! Quel spectacle funeste !

CLÉANTE.

Le chef des Ennemis mourant et terrassé,

540   De sa rage expirante a ramassé le reste,

Le Roi vient d'en être blessé.

ADMÈTE.

Je meurs, charmante Alceste ;

Mon sort est assez doux,

Puisque je meurs pour vous.

ALCESTE.

545   C'est pour vous voir mourir que le Ciel me délivre !

ADMÈTE.

Avec le nom de votre Époux

J'eusse été trop heureux de vivre ;

Mon sort est assez doux,

Puisque je meurs pour vous.

ALCESTE.

550   Est-ce là cet hymen si doux, si plein d'appas,

Qui nous promettait tant de charmes ?

Fallait-il que sitôt l'aveugle sort des armes

Tranchât des noeuds si beaux, par un affreux trépas ?

Est-ce là cet hymen si doux, si plein d'appas,

555   Qui nous promettait tant de charmes ?

ADMÈTE.

Belle Alceste, ne pleurez pas,

Tout mon sang ne vaut point vos larmes.

ALCESTE.

Est-ce là cet hymen si doux, si plein d'appas,

Qui nous promettait tant de charmes ?

ADMÈTE.

560   Alceste, vous pleurez ?

ALCESTE.

Admète, vous mourez.

ENSEMBLE.

Alceste, vous pleurez ?

Admète, vous mourez !

ALCESTE.

Se peut-il que le Ciel permette,

565   Que les coeurs d'Alceste et d'Admète

Soient ainsi séparés ?

ENSEMBLE.

Alceste, vous pleurez ?

Admète, vous mourez !

SCÈNE IX.
Apollon, Les Arts, Admète, Alceste, Phères, Céphise, Cléante, Soldats de leur suite.

APOLLON, environné des Arts.

La lumière aujourd'hui te doit être ravie ;

570   Il n'est qu'un seul moyen de prolonger ton sort.

Le Destin me promet de te rendre la vie,

Si quelque autre pour toi veut s'offrir à la mort.

Reconnais si quelqu'un t'aime parfaitement,

Sa mort aura pour prix une immortelle gloire :

575   Pour en conserver la mémoire,

Les Arts vont élever un pompeux Monument.

Les Arts qui sont autour d'Apollon se séparent sur des Nuages différents, et tous descendent pour élever un Monument superbe, tandis qu'Apollon s'envole.

ACTE III

Le Théâtre représente un grand Monument élevé par les Arts. Un Autel vide paraît au milieu pour servir à porter l'Image de la Personne qui s'immolera pour Admète.

SCÈNE I.
Alceste, Phères, Céphise.

ALCESTE.

Ah ! Pourquoi nous séparez-vous ?

Eh du moins, attendez que la mort nous sépare ;

Cruels, quel pitié barbare

580   Vous presse d'arracher Alceste à son Époux ?

Ah ! Pourquoi nous séparez-vous ?

PHERES, et CÉPHISE.

Plus votre Époux mourant voit d'amour et d'appas,

Et plus le jour qu'il perd lui doit faire d'envie :

Ce sont les douceurs de la vie

585   Qui font les horreurs du trépas.

ALCESTE.

Les Arts n'ont point encore achevé leur ouvrage ;

Cet Autel doit porter la glorieuse Image,

De qui signalera sa foi,

En mourant, pour sauver son Roi.

590   Le prix d'une gloire immortelle

Ne peut-il toucher un grand coeur ?

Faut-il que la mort la plus belle

Ne laisse pas de faire peur ?

À quoi sert la foule importune

595   Dont les Rois sont embarrassés ?

Un coup fatal de la Fortune

Écarte les plus empressés.

ALCESTE, PHERES, et CÉPHISE.

De tant d'amis qu'avait Admète,

Aucun ne vient le secourir ;

600   Quelque honneur qu'on promette,

On le laisse mourir.

PHÈRES.

J'aime mon Fils, je l'ai fait Roi ;

Pour prolonger son sort, je mourrais sans effroi,

Si je pouvais offrir des jours dignes d'envie :

605   Je n'ai plus qu'un reste de vie,

Ce n'est rien pour Admète, et c'est beaucoup pour moi.

CÉPHISE.

Les honneurs les plus éclatants,

En vain dans le tombeau promettent de nous suivre,

La mort est affreuse en tout temps :

610   Mais peut-on renoncer à vivre,

Quand on n'a vécu que quinze ans ?

ALCESTE.

Chacun est satisfait des excuses qu'il donne :

Cependant on ne voit personne

Qui, pour sauver Admète, ose perdre le jour ;

615   Le Devoir, l'Amitié, le Sang, tout l'abandonne,

Il n'a plus d'espoir qu'en l'Amour.

SCÈNE II.
Phères, Cléante, Peuples de leur suite.

PHÈRES.

Voyons encor mon Fils, allons, hâtons nos pas ;

Ses yeux vont se couvrir d'éternelles ténèbres.

LE CHOEUR.

Hélas ! Hélas ! Hélas !

PHÈRES.

620   Quels cris ! Quelles plaintes funèbres !

LE CHOEUR.

Hélas ! Hélas ! Hélas !

PHÈRES.

Où vas-tu ? Cléante, demeure.

CLÉANTE.

Hélas ! Hélas !

Le Roi touche à sa dernière heure,

625   Il s'affaiblit, il faut qu'il meure,

Et je vins pleurer son trépas.

Hélas ! Hélas !

LE CHOEUR.

Hélas ! Hélas ! Hélas !

PHÈRES.

On le plaint, tout le monde pleure,

630   Mais nos pleurs ne le sauvent pas.

LE CHOEUR.

Hélas ! Hélas ! Hélas !

SCÈNE III.
Admète, et les Acteurs de la Scène précédente.

LE CHOEUR.

Ô trop heureux Admète,

Que votre sort est beau !

PHERES, et CLÉANTE.

Quel changement ! Quel bruit nouveau !

LE CHOEUR.

635   Ô trop heureux Admète,

Que votre sort est beau !

PHERES, et CLÉANTE, voyant Admète guéri.

L'effort d'une amitié parfaite

L'a sauvé du tombeau.

PHERES, embrassant Admète.

Ô trop heureux Admète,

640   Que votre sort est beau !

LE CHOEUR.

Ô trop heureux Admète,

Que votre sort est beau !

ADMÈTE.

Qu'une Pompe funèbre

Rende à jamais célèbre

645   Le généreux effort

Qui m'arrache à la mort.

Alceste n'aura plus d'alarmes,

Je reverrai ses yeux charmants

À qui j'ai coûté tant de larmes :

650   Que la vie a de charmes

Pour les heureux Amants !

Achevez, Dieux des Arts, faites-nous voir l'Image

Qui doit éterniser la grandeur de courage

De qui s'est immolé pour moi ;

655   Ne différez point davantage...

L'Autel s'ouvre, et l'on voit sortir l'Image d'ALCESTE qui se perce le sein.

Ciel ! Ô Ciel ! Qu'est-ce que je vois !

SCÈNE IV.
Céphise, Admète, Phères, Cléante, Peuples de leur suite.

CÉPHISE.

Alceste est morte !

ADMÈTE.

Alceste est morte !

LE CHOEUR.

Alceste est morte !

CÉPHISE.

660   Alceste a satisfait les Parques en courroux ;

Votre tombeau s'ouvrait, elle y descend pour vous ;

Elle-même a voulu vous en fermer la porte ;

Alceste est morte !

ADMÈTE.

Alceste est morte !

LE CHOEUR.

665   Alceste est morte !

ADMÈTE.

Alceste est morte !

LE CHOEUR.

Alceste est morte !

CÉPHISE.

Sujets, Amis, Parents, vous abandonnaient tous ;

Sur les droits les plus forts, sur les noeuds les plus doux,

670   L'Amour, le tendre Amour l'emporte :

Alceste est morte !

ADMÈTE.

Alceste est morte !

LE CHOEUR.

Alceste est morte !

ADMÈTE, tombe accablé de douleur entre les bras de sa suite.

SCÈNE V.
Troupe de Femmes affligées, et d'Hommes désolés, portant des fleurs, et tous les ornements qui ont servi à parer Alceste.

UNE FEMME AFFLIGÉE.

La Mort, la Mort barbare

675   Détruit aujourd'hui mille appas.

Quelle Victime, hélas !

Fût jamais si belle, et si rare ?

La Mort, la Mort barbare

Détruit aujourd'hui mille appas.

UNE FEMME AFFLIGÉE.

680   Alceste, la charmante Alceste,

La fidèle Alceste n'est plus.

CHOEUR.

Alceste, la charmante Alceste,

La fidèle Alceste n'est plus.

LE FEMME AFFLIGÉE.

Tant de beautés, tant de vertus,

685   Méritaient un sort moins funeste.

CHOEUR.

Alceste, la charmante Alceste,

La fidèle Alceste n'est plus.

Un transport de douleur saisit les troupes affligées, et désolées ; une partie déchire ses habits ; l'autre s'arrache les cheveux, et chacun brise au pied de l'image d'Alceste les ornements qu'il porte à la main.

CHOEUR.

Rompons, brisons le triste reste

De ces ornement superflus.

690   Que nos pleurs, que nos cris renouvellent sans cesse :

Allons porter partout la douleur qui nous presse.

SCÈNE VI.
Admète, Phères, Céphise, Cléante, et leur suite.

ADMÈTE, revenu de son évanouissement, et se voyant désarmé.

Sans Alceste, sans ses appas,

Croyez-vous que je puisse vivre !

Laissez-moi courir au trépas

695   Où ma chère Alceste se livre.

Sans Alceste, sans ses appas,

Croyez-vous que je puisse vivre !

C'est pour moi qu'elle meurt, Hélas !

Pourquoi m'empêcher de la suivre ?

700   Sans Alceste, sans ses appas,

Croyez-vous que je puisse vivre !

SCÈNE VII.
Alcide, Admète, Phères, Céphise, Cléante.

ALCIDE, à Admète.

Tu me vois arrêté sur le point de partir,

Par les tristes clameurs qu'on entend retentir.

ADMÈTE.

Alceste meurt pour moi par un amour extrême,

705   Je ne reverrai plus les yeux qui m'ont charmé :

Hélas ! J'ai perdu ce que j'aime,

Pour avoir été trop aimé.

ALCIDE.

J'aime Alceste, il est temps de ne m'en plus défendre :

Elle meurt, ton amour n'a plus rien à prétendre ;

710   Admète, cède-moi la beauté que tu perds :

Au Palais de Pluton j'entreprends de descendre :

J'irai jusqu'au fond des Enfers

Forcer la mort à me la rendre.

ADMÈTE.

Je verrais encor ses beaux yeux !

715   Allez Alcide, allez, revenez glorieux,

Obtenez qu'Alceste vous suive ;

Le Fils du plus puissant des Dieux

Est plus digne que moi du bien dont on me prive.

Allez, allez, ne tardez pas,

720   Arrachez Alceste au trépas ;

Et ramenez au jour son Ombre fugitive ;

Qu'elle vive pour vous avec tous ses appas,

Admète est trop heureux, pourvu qu'Alceste vive.

ENSEMBLE.

Allez, allez, ne tardez pas,

725   Arrachez Alceste au trépas ;

SCÈNE VIII.
Diane, Mercure, Alcide, Admète, Phères, Céphise, Cléante.

La Lune paraît, son Globe s'ouvre, et fait voir DIANE sur un Nuage brillant.

DIANE.

Le Dieu dont tu tiens la naissance

Oblige tous les Dieux d'être d'intelligence ;

En faveur d'un dessein si beau,

Je viens t'offrir mon assistance ;

730   Et Mercure s'avance

Pour t'ouvrir aux Enfers, un passage nouveau.

Mercure vient en volant frapper la terre de son Caducée, l'Enfer s'ouvre, et Alcide y descend.

ACTE IV

Le Théâtre représente le Fleuve Achéron, et ses sombres rivages.

SCÈNE I.
Caron, les Ombres.

CARON, ramant sa Barque.

Il faut passer tôt ou tard,

Il faut passer dans ma Barque.

On y vient jeune, ou vieillard,

735   Ainsi qu'il plaît à la Parque :

On y reçoit sans égard,

Le Berger, et le Monarque.

Il faut passer tôt ou tard,

Il faut passer dans ma Barque.

740   Vous qui voulez passer, venez, Mânes errants,

Venez, avancez, tristes Ombres,

Payer le tribut que je prends,

Ou retournez errer sur ces Rivages sombres.

LES OMBRES.

Passe-moi, Caron, passe-moi.

CARON.

745   Il faut auparavant que l'on me satisfasse,

On doit payer les soins d'un si pénible emploi.

LES OMBRES.

Passe-moi, Caron, passe-moi.

CARON fait entrer dans sa Barque les Ombres qui ont de quoi le payer.

CARON.

Donne, passe ; donne, passe ;

Demeure toi,

750   Tu n'as rien, il faut qu'on te chasse.

UNE OMBRE rebutée.

Une Ombre tient si peu de place.

CARON.

Ou paye, ou tourne ailleurs tes pas.

L'OMBRE.

De grâce, par pitié, ne me rebute pas.

CARON.

La pitié n'est point ici-bas,

755   Et Caron ne fait point de grâce.

L'OMBRE.

Hélas ! Caron, hélas ! Hélas !

CARON.

Crie, hélas ! Tant que tu voudras,

Rien pour rien, en tous lieux, est une loi suivie :

Les mains vides sont sans appas ;

760   Et ce n'est point assez de payer dans la vie :

Il faut encor payer au-delà du trépas.

L'OMBRE, en se retirant.

Hélas ! Caron, hélas ! Hélas !

CARON.

Il importe peu que l'on crie :

Hélas ! Caron, hélas ! Hélas !

765   Il faut encor payer au-delà du trépas.

SCÈNE II.
Alcide, Caron, les Ombres.

ALCIDE, sautant dans la Barque.

Sortez, Ombres, faites-moi place,

Vous passerez une autre fois.

Les Ombres s'enfuient.

CARON.

Ah ! Ma Barque ne peut offrir un si grand poids !

ALCIDE.

770   Allons, il faut que l'on me passe.

CARON.

Retire-toi d'ici, Mortel, qui que tu sois,

Les Enfers irrités puniront ton audace.

ALCIDE.

Passe-moi sans tant de façons.

CARON.

L'eau nous gagne, ma Barque crève.

ALCIDE.

775   Allons, rame, dépêche, achève.

CARON.

Nous enfonçons.

ALCIDE.

Passons, passons.

SCÈNE III.
Pluton, Proserpine, l'Ombre d'Alceste, Suivants de Pluton.

Le Théâtre change, et représente le Palais de PLUTON.

PLUTON, sur son Trône.

Reçois le juste prix de ton amour fidèle ;

Que ton dessein nouveau soit heureux à jamais :

780   Commence de goûter la douceur éternelle

D'une profonde paix.

SUIVANTS DE PLUTON.

Commence de goûter la douceur éternelle

D'une profonde paix.

PROSERPINE à côté de Pluton.

L'épouse de Pluton te retient auprès d'elle :

785   Tous tes voeux seront satisfaits.

SUIVANTS DE PLUTON.

Commence de goûter la douceur éternelle

D'une profonde paix.

PLUTON et PROSERPINE.

En faveur d'une Ombre si belle,

Que l'Enfer fasse voir tout ce qu'il a d'attraits.

Les suivants de PLUTON répètent les deux derniers vers, et se réjouissent de la venue d'ALCESTE dans les Enfers, par une espèce de Fête.

SUIVANTS DE PLUTON.

790   En faveur d'une Ombre si belle,

Que l'Enfer fasse voir tout ce qu'il a d'attraits.

Tout Mortel doit ici paraître,

On ne peut naître

Que pour mourir :

795   De cent maux le Trépas délivre ;

Qui cherche à vivre

Cherche à souffrir.

Venez tous sur nos sombres bords,

Le repos qu'on désire

800   Ne tient son Empire

Que dans le Séjour des morts.

On danse.

CHOEUR.

Chacun vient ici-bas prendre place ;

Sans cesse on y passe,

Jamais on n'en sort.

805   C'est pour tous une loi nécessaire ;

L'effort qu'on peut faire

N'est qu'un vain effort :

Est-on sage

De fuir ce passage ?

810   C'est un orage

Qui mène au Port.

Chacun vient ici-bas prendre place ;

Sans cesse on y passe,

Jamais on n'en sort.

815   Tous les charmes,

Plaintes, cris, larmes,

Tout est sans armes

Contre la mort.

Chacun vient ici-bas prendre place ;

820   Sans cesse on y passe,

Jamais on n'en sort.

On danse.

SCÈNE IV.
Alecton, Pluton, Proserpine, l'Ombre d'Alceste, Suivants de Pluton.

ALECTON.

Quittez, quittez les Jeux, songez à vous défendre,

Contre un Audacieux unissons nos efforts :

Le Fils de Jupiter vient ici de descendre

825   Seul, il ose attaquer tout l'Empire des morts.

PLUTON.

Qu'on arrête ce Téméraire,

Armez-vous, Amis, armez-vous,

Qu'on déchaîne Cerbère,

Courez tous, courez tous.

On entend aboyer CERBERE.

ALECTON.

830   Son bras abat tout ce qu'il frappe,

Tout cède à ses horribles coups,

Rien ne résiste, rien n'échappe.

SCÈNE V.
Alcide, Pluton, Proserpine, Alecton, Suivants de Pluton.

PLUTON, voyant Alcide qui enchaîne Cerbère.

Insolent, jusqu'ici braves-tu mon courroux ?

Quelle injuste audace t'engage

835   À troubler la paix de ces lieux?

ALCIDE.

Je suis né pour dompter la rage

Des Monstres les plus furieux.

PLUTON.

Est-ce le Dieu jaloux qui lance lez tonnerre,

Qui t'oblige à porter la guerre

840   Jusqu'au centre de l'Univers ?

Il tient sous son pouvoir et le Ciel et la Terre,

Veut-il encor ravir l'Empire des Enfers ?

ALCIDE.

Non, Pluton, règne en paix, jouis de ton partage ;

Je viens chercher Alceste en cet affreux séjour,

845   Permets que je la rende au jour,

Je ne veux point d'autre avantage :

Si c'est te faire outrage

D'entrer par force dans ta Cour,

Pardonne à mon courage

850   Et fais grâce à l'amour.

PROSERPINE.

Un grand coeur peut tout quand il aime,

Tout doit céder à son effort.

C'est un Arrêt du Sort,

Il faut que l'amour extrême

855   Soit plus fort

Que la mort.

PLUTON.

Les Enfers, Pluton lui-même,

Tout doit en être d'accord ;

Il faut que l'amour extrême

860   Soit plus fort

Que la mort.

SUIVANTS DE PLUTON.

Il faut que l'amour extrême

Soit plus fort

Que la mort.

PLUTON.

865   Que pour revoir le jour, l'Ombre d'Alceste sorte.

PLUTON donne un coup de son Trident et fait sortir son Char.

Prenez place tous deux au Char dont je me sers :

Qu'au gré de vos voeux, il vous porte ;

Partez, les chemins sont ouverts ;

Qu'une volante Escorte

870   Vous conduise au travers

Des noires vapeurs des Enfers.

Alcide et l'Ombre d'Alceste se placent sur le char de Pluton qui les enlève sous la conduite d'une troupe volante de suivants de Pluton.

ACTE V

Le Théâtre change, et représente un Arc de Triomphe au milieu de deux amphithéâtres, où l'on voit une multitude de différents Peuples de la Grèce, assemblés pour recevoir Alcide triomphant des Enfers.

SCÈNE I.
Admète, Troupe de Peuples.

ADMÈTE.

Alcide est vainqueur du trépas,

L'Enfer ne lui résiste pas :

Il ramène Alceste vivante ;

875   Que chacun chante :

Alcide est vainqueur du trépas,

L'Enfer ne lui résiste pas :

CHOEUR.

Alcide est vainqueur du trépas,

L'Enfer ne lui résiste pas.

ADMÈTE.

880   Quelle douleur secrète

Rend mon âme inquiète,

Et trouble mon amour ?

Alceste voit encor le jour,

Mais c'est pour un autre qu'Admète.

CHOEUR.

885   Alcide est vainqueur du trépas,

L'Enfer ne lui résiste pas.

ADMÈTE.

Ah ! Du moins cachons ma tristesse ;

Alceste dans ces lieux ramène les plaisirs.

Je dois rougir de ma faiblesse ;

890   Quelle honte à mon coeur, de mêler des soupirs

Avec tant de cris d'allégresse !

CHOEUR.

Alcide est vainqueur du trépas,

L'Enfer ne lui résiste pas.

ADMÈTE.

Par une ardeur impatiente

895   Courons, et devançons ses pas.

Il ramène Alceste vivante ;

Que chacun chante :

TOUS.

Alcide est vainqueur du trépas,

L'Enfer ne lui résiste pas.

SCÈNE II.
Licas, Straton enchaîné.

STRATON.

900   Ne m'ôteras-tu point la chaîne qui m'accable,

Dans ce séjour destiné pour tant d'aimables jeux ?

Ah ! Qu'il est rigoureux

D'être seul misérable,

Quand on voit tout le monde heureux !

LICAS, mettant Straton en liberté.

905   Aujourd'hui qu'Alcide ramène

Alceste des Enfers,

Je veux finir ta peine.

Qu'on ne porte plus d'autres fers

Que ceux dont l'Amour nous enchaîne.

ENSEMBLE.

910   Qu'on ne porte plus d'autres fers

Que ceux dont l'Amour nous enchaîne.

SCÈNE III.
Céphise, Licas, Straton.

LICAS, et STRATON.

Vois, Céphise, vois qui de nous

Peut rendre ton destin plus doux ;

Et termine enfin nos querelles.

LICAS.

915   Mes amours seront éternelles.

STRATON.

Mon coeur ne sera plus jaloux.

LICAS, et STRATON.

Entre deux Amants fidèles,

Choisis un heureux Époux.

CÉPHISE.

Je n'ai point de choix à faire ;

920   Parlons d'aimer et de plaire,

Et vivons toujours en paix.

L'Hymen détruit la tendresse,

Il rend l'amour sans attraits ;

Voulez-vous aimer sans cesse,

925   Amants, n'épousez jamais.

CÉPHISE, LICAS, et STRATON.

L'Hymen détruit la tendresse,

Il rend l'Amour sans attraits ;

Voulez-vous aimer sans cesse,

Amants, n'épousez jamais.

CÉPHISE.

930   Prenons part aux transports d'une joie éclatante,

Que chacun chante :

TOUS ENSEMBLE.

Alcide est vainqueur du trépas,

L'Enfer ne lui résiste pas :

Il ramène Alceste vivante ;

935   Que chacun chante :

Alcide est vainqueur du trépas,

L'Enfer ne lui résiste pas.

SCÈNE IV.
Alcide, Alceste, Admète, Céphise, Licas, Straton, Phères, Cléante, Troupe de Peuples.

ALCIDE.

Pour une si belle victoire,

Peut-on avoir trop entrepris ?

940   Ah qu'il est doux de courir à la gloire

Lorsque l'Amour en doit donner le prix !

Vous détournez vos yeux ! Je vous trouve insensible ?

Admète a seul ici vos regards les plus doux ?

ALCESTE.

Je fais ce qui m'est possible

945   Pour ne regarder que vous.

ALCIDE.

Vous devez suivre mon envie,

C'est pour moi qu'on vous rend le jour.

ALCESTE.

Je n'ai pu reprendre la vie,

Sans reprendre aussi mon amour.

ALCIDE.

950   Admète en ma faveur, vous a cédé lui-même.

ADMÈTE.

Alcide pouvait seul vous ôter au trépas.

Alceste, vous vivez, je revois vos appas ;

Ai-je pu trop payer cette douceur extrême !

ADMÈTE, et ALCESTE.

Ah ! Que ne fait-on pas

955   Pour sauver ce qu'on aime !

ALCIDE.

Vous soupirez tous deux au gré de vos désirs ;

Est-ce ainsi qu'on me tient parole ?

ADMÈTE, et ALCESTE.

Pardonnez aux derniers soupirs

D'un malheureux amour qu'il faut qu'on vous immole.

960   Alceste, il ne faut plus nous voir.

Admète, il ne faut plus nous voir.

D'un autre que de moi votre sort doit dépendre :

D'un autre que de vous mon destin doit dépendre :

Il faut dans les grands coeurs, que l'amour le plus tendre

965   Soit la victime du devoir.

Alceste, il ne faut plus nous voir.

Admète, il ne faut plus nous voir.

Admète se retire, et Alceste offre sa main à Alcide, qui arrête Admète, et lui cède la main qu'ALCESTE lui présente.

ALCIDE.

Non, non, vous ne devez pas croire

Qu'un Vainqueur des tyrans soit Tyran à son tour :

970   Sur l'Enfer, sur la Mort, j'emporte la victoire ;

Il ne manque plus à ma gloire

Que de triompher de l'Amour.

ADMÈTE, et ALCIDE.

Ah quelle gloire extrême !

Quel héroïque effort !

975   Le Vainqueur de la mort

Triomphe de lui-même.

SCÈNE V.
Apollon, Les Muses, Les Jeux, et les Acteurs de la Scène précédente.

APOLLON descend dans un Palais éclatant au milieu des Muses et des Jeux qu'il amène pour prendre part à la joie d'ADMÈTE et d'ALCESTE, et pour célébrer le Triomphe d'ALCIDE.

APOLLON.

Les Muses, et les Jeux s'empressent de descendre,

Apollon les conduit dans ces aimables lieux.

Vous, à qui j'ai pris soin d'apprendre

980   À chanter vos amours sur le ton le plus tendre,

Bergers, chantez avec les Dieux

Chantons, chantons, faisons entendre

Nos chansons jusque dans les Cieux.

SCÈNE VI.
Troupe de Bergers, de Bergères, et de Pâtres, et les Acteurs de la Scène précédente.

CHOEURS.

Chantons, chantons, faisons entendre

985   Nos chansons jusque dans les Cieux.

On danse.

CHOEURS.

Triomphez généreux Alcide,

Aimez en paix, heureux Époux.

ALCIDE.

Aimez en paix, heureux Époux.

On danse.

STRATON.

À quoi bon

990   Tant de raison

Dans le bel âge ?

À quoi bon

Tant de raison

Hors de saison ?

995   Qui craint le danger

De s'engager

Est sans courage :

Tout rit aux Amants,

Les Jeux charmants

1000   Sont leur partage :

Tôt, tôt, tôt, soyons contents,

Il vient un temps

Qu'on est trop sage.

CÉPHISE.

C'est la saison d'aimer

1005   Quand on sait plaire,

C'est la saison d'aimer

Quand on sait charmer.

Les plus beaux de nos jours ne durent guère,

Le sort de la Beauté nous doit alarmer,

1010   Nos champs n'ont point de fleur plus passagère ;

C'est la saison d'aimer

Quand on sait plaire,

C'est la saison d'aimer

Quand on sait charmer.

1015   Un peu d'amour est nécessaire,

Il n'est jamais trop tôt de s'enflammer ;

Nous donne-t-on un coeur pour n'en rien faire ?

C'est la saison d'aimer

Quand on sait plaire,

1020   C'est la saison d'aimer

Quand on sait charmer.

CHOEURS.

Triomphez, généreux Alcide,

Aimez en paix, heureux Époux :

Que toujours la Gloire vous guide,

1025   Que sans cesse l'Amour vous guide,

Jouissez à jamais des honneurs les plus doux.

Jouissez à jamais des plaisirs les plus doux.

 


PRIVILÈGE DU ROI.

LOUIS par la grâce de Dieu, Roi de France et Navarre : à nos amés et féaux Conseillers, les Gens tenant nos Cours de Parlement, Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel, Grand conseil, Prévôt de Paris, Baillifs, Sénéchaux, leurs Lieutenants-Civils, et autres nos Justiciers qu'il appartiendra, Salut. Notre cher et bien amé le Sieur LOUIS-ARMAND EUGENE DE THURET, ci-devant Capitaine au Régiment de Picardie, nous a fait représenter que, par Arrêt de notre conseil du 30. Mai 1733, Nous avons révoqué le Privilège qui avait été accordé au Sieur le Comte et ses Associés, pour raison de l'Académie Royale de Musique, ses circonstances et dépendances, et rétabli ledit Privilège en faveur dudit Sieur Exposant, pour en jouir par lui, ses Associés, cessionnaires et ayant-cause aux charges et conditions portées par ledit Arrêt, pendant le temps et espace de vingt années, à compter du premier Avril de ladite année 1733. Et que pour l'exploitation dudit Privilège, ledit Sieur Exposant se trouve obligé de faire imprimer et graver les Paroles et la Musique des Opéras qui doivent être représentés ; mais que pour cet effet il a besoin de notre permission et des Lettres qu'il Nous a très humblement fait supplier de lui accorder. À CES CAUSES, voulant favorablement traiter ledit Exposant : nous lui avons permis et permettons par ces présentes de faire imprimer et graver les Paroles et Musique des Opéra, Ballets et fêtes qui ont été ou qui seront représentés par l'Académie Royale de Musique, tant séparément que conjointement en tels Volumes, forme, marge, caractère, et autant de fois que bon lui semblera, et de les faire vendre et débiter par tout notre Royaume, pendant le temps de vingt-neuf années consécutives, à compter du jour de la date desdites Présentes. Faisons défenses à toutes personnes, de quelque qualité et condition qu'elles soient d'en introduire d'Impression ou gravure Étrangère dans aucun lieu de notre obéissance : comme aussi à tous Imprimeurs, Libraires, Graveurs, imprimeurs, marchands en Taille-Douce, et autres de graver, ni faire graver, imprimer, ou faire imprimer, vendre, faire vendre, débiter ni contrefaire lesdites Impressions, Planches et figures de Paroles, de Musique des Opéra, Ballets et fêtes, qui ont été ou qui seront représentés par ladite Académie Royale de Musique, tant séparément que conjointement en tout ni en partie, sans la permission expresse et par écrit dudit Sieur Exposant, ou de ceux qui auront droit de lui ; à peine de confiscation, tant des Planches et Figures, que des exemplaires contrefaits et des Ustensiles qui auront servi à ladite contrefaçon, que Nous entendons être saisis en quelque lieu qu'ils se soient trouvés, de dix mille livres d'amende contre chacun des Contrevenants, dont un tiers à Nous, un tiers à l'Hôtel-Dieu de Paris, l'autre tiers audit Exposant, et de tous dépens, dommages et intérêts, à la charge que ces Présentes seront enregistrées tout au long sur le Registre de la Communauté des Libraires et Imprimeurs de Paris, dans trois mois de la date d'Icelles, que la Gravure et Impression des dites Paroles et Opéra sera faite dans notre Royaume et non ailleurs, en bons papier et beaux caractères, conformément aux Règlements de la Librairie, et notamment à celui du dix Avril 1725, et et qu'avant que de les exposer en vente, les Manuscrits gravés ou imprimés seront remis dans le même état où les Approbations auront été données es mains de notre très cher et Féal chevalier Garde des Sceaux de France, le sieur Chauvelin ; et qu'il en sera ensuite remis deux Exemplaires de chacun dans notre Bibliothèque Publique, un dans celle de notre Château du Louvre, et un dans celle de notre très cher et féal Chevalier Garde des Sceaux de France, le Sieur Chauvelin ; le tout à peine de nullité des Présentes ; du contenu desquelles Vous mandons et enjoignons de faire jouir ledit Exposant, ou ses Ayant-cause, pleinement et paisiblement sans souffrir qu'il leur soit fait aucun trouble ou empêchement. Voulons que la Copie desdites Présentes, qui sera imprimée tout au long au commencement ou à la fin desdites Paroles ou Opéra, soit tenue pour dûment signifiée ; et qu'aux copies collationnées par l'un de nos amés et féaux conseillers et secrétaires, foi soit ajoutée comme à l'Original. Commandons au premier notre Huissier ou Sergent, de faire pour l'exécution d'icelles tous Actes requis et nécessaires, sans demander autre permission, et nonobstant Clameur de Haro, Charte Normande et Lettres à ce contraires. CAR tel est notre plaisir. Donné à Fontainebleau le douzième jour de Novembre, l'An de Grâce mil sept cent trente quatre, et de notre Règne le vingtième ; et plus bas, Par le roi en son Conseil. Signé SAINSON, avec paraphe.

J'ai cédé à M. Ballard le présent Privilège, suivant le Traité fait avec lui le premier Septembre 1730. À Paris ce 23. Novembre 1734. DE THURET.

Registré ensemble la cession, sur le Registre VII, de la Chambre Royale des Libraires et Imprimeurs de Paris N. fol. 779. Conformément aux anciens Règlements confirmés par celui du 28. Février 1723. À Paris, le 23. Novembre 1734. G. MARTIN, Syndic.

J'ai lu, par Ordre de Monseigneur le Chancelier, Alceste, ou Le Triomphe d'Alcide : et je crois que le Public en verra la Réimpression et les Représentations avec plaisir. À Paris, le quinze janvier mil sept cent trente-neuf.

LA SERRE.

 Version PDF 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies

Licence Creative Commons