LE RIEN

PARODIE DES PARODIES DE TITON ET L'AURORE

Représenté sur le Théâtre de l'Opéra Comique le 10 Avril 1753.

Le prix est de 12 sols.

M. DCC. LIII. Avec Approbation et Privilège du Roi.

À PARIS, chez DUCHESNE, Libraire, rue Saint-Jacques au dessous de la Fontaine Saint-Benoît, au Temple du Goût.


Texte établi par Paul FIEVRE avril 2020

Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 28/05/2020 à 12:10:38.


ACTEURS.

MOMUS.

ROZETTE.

TRICOLOR.

RATON.

TOTINET.


LE RIEN.

SCÈNE PREMIÈRE.

RATON.

AIR. De Nina.

Sur un point qui me chagrinait,

Parlons à Totinet

Net,

Les siens le prônent en tous lieux ;

5   Soyons en dépit d'eux

Deux.

Qu'ai-je à craindre d'un concurrent,

Mon triomphe est plus apparent

Malgré cela.

TOTINET.

10   Ta, la, la, la.

RATON.

Ah ! le voilà, le voilà

Là.

SCÈNE II.
Raton, Totinet.

TOTINET.

AIR. Belle Diguedon.

En ces lieux qui vous amène ?

Mon petit Raton,

15   Raton, Titon, ton, taine.

RATON.

Respectez plus le rival de Titon.

TOTINET.

Mon cher petit Titon,

Raton taine, riton.

RATON.

Cet air familier me gêne.

TOTINET.

20   Ah ! Raton, Titon,,

Titon, Raton tontaine.

RATON.

AIR. Ta, la, le rita la, le rire.

Vous croyez être fort aimable,

En chantant un mauvais refrain.

TOTINET.

De grâce soyez équitable.

RATON.

25   L'Ami, c'est qu'il vous faut un frein,

À cela qu'avez-vous à dire ,

TOTINET, riant.

Ta, la, le rita, la le rita , la, le rire.

RATON.

AIR. Vous voulez, me faire chanter.

Ah ! Que vous avez bien le ton

De l'Opéra Comique.

TOTINET.

30   Pourquoi, Monseigneur de Raton,

Prendre cet air caustique ?

N'usez point de tant rigueur,

Même intérêt nous lie,

Si je vous passe la langueur,

35   Passez-moi la folie.

RATON.

AIR. Des Echos de Panart.

Hélas ! Pauvre Enfant clandestin

De ton destin,

Rien n'approche,

Plusieurs pères t'ont fabriqué.

TOTINET.

40   Je suis piqué

Du reproche.

RATON.

Chacun s'en aperçoit.

TOTINET.

Soit.

RATON.

Je n'ai qu'un père.

TOTINET.

45   Avec son art subtil

Il

Eut pu mieux faire.

RATON.

AIR. Du Prévôt des Marchands.

Savez-vous, Monsieur Totinet...

TOTINET.

Je sais que vous êtes parfait...

RATON.

50   Que partout votre genre choque...

TOTINET.

Mais nous avons d'autres appas...

RATON.

Vous êtes toujours équivoque.

TOTINET.

Sur ce point ne m'attaquez pas.

RATON.

Morbleu, si je me croyais

55   Comme je l'etrillerois.

SCÈNE III.
Momus, Totinet, Raton.

RATON.

AIR. Chacun a son ton, son allure.

Ah ! Seigneur Momus,

Non, je n'y tiens plus,

Imposez, s'il vous plaît, silence,

À ce petit morveux qui m'offense.

TOTINET.

60   C'est lui qui vient pour m'insulter.

Parce qu'il a les Éléments, La Lune et les étoiles pour lui.

RATON.

II prétend sur moi l'emporter.

À cause que les vents soufflent contre nous, et qu ils lui sont favorables.

TOTINET.

Désapprouvez-vous la gaité ?

Car enfin vous conviendrez qu'il en faut dans une parodie, et que partout j'en porte le caractère.

RATON.

Blâmez-vous l'ingénuité ?

Moi, je fus formé dans le dessein de paraître agréable et à mon gré cet avantage doit l'emporter sur celui de faire rire.

MOMUS.

Lure, lure, lure,

65   Flon, flon, flon,

Chacun a son ton

Son allure,

MOMUS.

AIR. De tous les Capucins du monde.

Tout genre est bon, vaille que vaille

Excepté le genre où l'on baille.

TOTINET.

70   Moi, mon succès n'est pas douteux.

RATON.

Mon premier acte est admirable !

TOTINET.

Oui, votre moulin tourne au mieux,

Et votre coq est impayable.

MOMUS.

AIR. Que chacun de nous se livre.

Courant la même carrière,

75   Deux Auteurs sont ennemis ;

Chacun craint que son confrère,

À son rang ne soit admis ;

Le partage enfin le pique,

En tous climats, comme ici,

80   L'amour propre est fils unique,

Il veut tout avoir pour lui.

SCÈNE IV.
Momus, Rozette, Tricolor, Raton, Totinet.

ROZETTE, tenant un arrosoir.

AIR. Des Sabotiers Italiens.

Mon cher Raton,

Je cherche à Titon

Que n'est-il en ce séjour

85   Jour !

TRICOLOR, arrivant un bout de chandelle à la main.

Qu'entends-je ?

ROZETTE.

Quelqu'un vient par là,

Étonnée.

C'est Tricolor !

TRICOLOR.

Vous voilà,

TOUS DEUX.

Ah !

TRICOLOR.

AIR. Où courez-vous, Monsieur l'Abbé.

Quoi donc, Rozette à petit bruit

Se hasarder ainsi la nuit !

90   Vous allez sans chandelle.

ROZETTE.

Hé bien !

TRICOLOR, montrant sa lumière.

Crainte du parallèle,

Vous m'entendez bien ;

RATON.

AIR. La façon de Barbari.

Belle Rozette !

ROZETTE.

Ah, ah, Raton,

95   Que venez vous donc faire,

Avec ce petit myrmidon ;  [ 1 Myrmidon : Fig. et par raillerie, un jeune homme de petite taille. [L]]

TRICOLOR, montrant Raton.

Il vaut bien, ma chère,

Sa nourrice en fit un mignon ;

ROZETTE.

La faridondaine, la faridondon

Montrant son amant.

100   Par la danse il est rajeuni.

TRICOLOR.

Biribi,

À la façon de Barbari

Mon ami.

ROZETTE.

AIR. Quoi, vous partez.

Il vous sied bien, ma petite Mignonne :

105   De comparer votre héros au mien ;

À Momus.

Pardon, Seigneur ; mais son orgueil m'étonne ;

TRICOLOR.

Vous êtes fort modeste, on le voit bien.

ROZETTE.

Quoi vous sied-t'il, ma petite mignonne,

De comparer votre héros au mien.

TRICOLOR.

AIR. La mort pour les malheureux.

110   De quel droit prétendez-vous

Primer sur nous ?

J'admire en vérité,

Votre fierté.

MOMUS, à Raton.

Votre célébrité,

115   N'a pas trop éclaté,

TOTINET.

On n'en a point été

Flatté.

MOMUS, à Totinet.

Et vous-même quel effet

Avez-vous fait ;

120   Citez-moi, s'il vous plaît

Un seul couplet ,

Dont le tour simple et neuf.

TOTINET.

J'en compte neuf.

MOMUS.

Très dignes du Pont-Neuf.

MOMUS, à Raton et Rozette.

125   De la Roze et du bouton

Vous répétez trop le Vaudeville,

À Totinet et Tricolor.

Vous avez pris de Titon,

Un quatrain assez utile.

ROZETTE.

Ses soufflets sont bien trouvés.

TRICOLOR.

130   Mais vos Pierrots sont-ils bien approuvés !

TOTINET.

Nous avons été couronnés.

MOMUS.

Grâces aux billets donnés.

TRICOLOR.

Seigneur, nous n'insistons point,

Passons ce point ;

135   Mais nos petits Ballets,

Ne sont pas laids ;

En trouve-t-on ailleurs

De plus gais, de meilleurs,

Que notre ronde de tailleurs ?

ROZETTE.

140   Les nôtres sont gracieux,

Et valent mieux ;

Des fleurs fort galamment

Font l'ornement...

MOMUS, à Rozette.

Vous êtes dans vos Jeux

145   Trop sérieux,

Parlant de Totinet et Tricolor.

Eux

Trop factieux.

TOUS QUATRE.

Enfin, enfin ,

Prononcez sur notre destin,

150   Jugez, jugez,

Sans préjugés.

MOMUS.

Pourquoi

Défier ainsi ma bonne foi ,

Vous vous plaindrez de moi.

TOUS QUATRE.

155   Enfin, enfin,

Prononcez sur notre dessin,

Jugez, jugez,

Sans préjugés.

MOMUS.

À Raton et Rozette.

Tous vos petits airs

160   Sont sur des grands airs ;

Nul ne chantera,

Ces tirades-là.

TOTINET.

Que je suis content

De ce jugement !

MOMUS, à Totiner.

165   Vous chantez différemment

Chaque refrain,

Porte des traits dont le tout est malin ;

Votre Apollon,

Aurait pu prendre un meilleur ton.

RATON.

170   Que je suis content

De ce jugement !

MOMUS.

parlant de Raton.

Il est engourdi.

À Totinet.

Vous êtes noirci.

À Raton parlant de Totinet.

Vous êtes piquant

175   Au commencement

Et vous dans le dénouement.

RATON.

AIR. Bouchez Noyades vos fontaines.

Mais quand je parus sur la scène,

Seigneur, la chambrée était pleine.

TOTINET.

Je reçus mille compliments.

RATON.

180   Je fus applaudi sans ombrages.

MOMUS.

Messieurs... les applaudissements

Ne sont pas toujours des suffrages.

TRICOLOR.

AIR. Tu croyais en aimant Collette.

Même objet nous a tous fait naître.

ROZETTE.

En cela nous nous ressemblons.

TOTINET.

185   Je plais à qui sait me connaître.

RATON.

En mérite nous différons.

MOMUS.

AIR. Voilà la ressemblance.

Tous deux vous avez le tic,

De vouloir plaire au Public,

Voilà la ressemblance :

À Totinet.

190   L'un sait ennuyer gaiement,

À Raton.

L'autre amuser froidement,

Voilà la différence.

RATON.

AIR. Du Prévôt des Marchands.

Adoucissez un peu l'arrêt

TOTINET.

Un peu trop vif il nous paroît.

MOMUS.

195   Pour éviter les épigrammes,

Et pour vous corriger en tout,

Mes enfants, consultez les Dames ;

Montrant les loges.

Voilà le tribunal du goût.

AIR. Vogue la galère.

TOUS QUATRE.

200   De votre avis sincère

Nous pourrons profiter.

MOMUS.

Quand au sexe on sait plaire,

Partout on peut chanter.

TOUS CINQ.

Hé vogue la galere,

205   Tant qu'elle pourra voguer.

On danse.

 


J'ai lu par ordre de Monseigneur le Chancelier, une Parodie, qui a pour titre : le Rien, Parodie des Parodies de Titon l'Aurore, et je crois que l'on peut en permettre l'impression. À Paris, ce 11 Avril 1753.

CRÉBILLON.

Le Privilége et l'enregistrement se trouvent à la fin du recueil des pièces de Théâtre.

Notes

[1] Myrmidon : Fig. et par raillerie, un jeune homme de petite taille. [L]

 Version PDF 

 Edition

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Présence par scène

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Primo-locuteur

 

 Vocabulaire du texte

 Long. mots par acte

 Long. mots par perso.

 

 Didascalies

Licence Creative Commons