L'EXAMEN DE CONSCIENCE D'UNE JEUNE FILLE

COMÉDIE

1881. Tous droits réservés.

Par M. Gustave NADAUD.

F. Aureau, Imprimerie de Lagny.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 01/05/2017 à 20:06:00.


LES PERSONNAGES

UNE JEUNE FILLE.

Paru dans SAYNÈTES ET MONOLOGUES, PREMIÈRE PARTIE, pp. 152-158


L'EXAMEN DE CON...

[LA JEUNE FILLE].

Je le sais par expérience

(Je suis grande, j'ai dix-sept ans),

On doit faire de temps en temps

Son examen de conscience.

5   Cela repose et fait du bien ;

Je vais donc commencer le mien.

     

Ce matin, j'ai fait ma prière ;

Je l'ai faite encore ce soir.

J'accomplis ce double devoir

10   D'une façon très régulière,

Et sur ce point, j'ai beau chercher,

Je n'ai rien à me reprocher.

     

Comme nous sommes en carême,

J'ai dû jouir d'un long sermon

15   Par monsieur l'Abbé Salomon.

Je puis m'avouer à moi-même

Que je n'ai pas très-bien saisi

Le sujet qu'il avait choisi.

     

Il a beaucoup parlé du doute

20   C'est affreux, à ce qu'il disait.

Moi, je ne sais pas ce que c'est ;

On n'entend que ce qu'on écoute ;

Or, je n'ai jamais écouté

Ce qui n'est pas la vérité.

     

25   Continuons notre journée :

J'ai rencontré sur mon chemin

Un pauvre ; mais j'avais la main

Dans un gant neuf emprisonnée.

Les gants, les gants, en vérité,

30   C'est la mort de la charité.

     

J'ai pris ma leçon de musique.

Mon maître est un de ces vieux beaux

Préoccupés mal à propos

De ce qu'ils nomment leur physique.

35   Il croit être un grand conquérant...

Un fort bon homme au demeurant.

     

Voyons, qu'ai-je pu faire encore ?

Gourmande. je ne le suis pas ;

Mais je fais bien mes trois repas.

40   Je ne veux pas imiter Laure

Qui se laisse mourir de faim

Pour ne pas engraisser... Enfin...

     

Chacun son goût et sa folie.

Pour moi, je n'ai jamais compris

45   Que la maigreur eût tant de prix.

Je ne suis pas très, très jolie ;

Mais ce n'est pas déjà si mal

Que d'être au diapason normal.

     

D'ailleurs, on peut, sans être belle,

60   Avoir du charme, de l'esprit ;

La lèvre qui cause et sourit.

Eh bien, eh bien, mademoiselle,

Voilà qui peut être porté

Au compte de la vanité.

     

65   Auriez-vous péché par envie ?

Ce matin, vous faisiez des voeux

Pour aller au « seront chez eux »

De vos oncle et tante Octavie.

Ma foi, non ! Pour prendre du thé,

70   Du whist et du piano forte,

     

Ce ne sont pas choses pressées.

Et puis, le luxe, les splendeurs,

Le bruit, la musique, les fleurs

Donnent de mauvaises pensées...

75   Ma foi, non ! Le monde où je vais

N'est ni si beau ni si mauvais.

     

Dans vos réflexions secrètes,

N'avez-vous pas encor trouvé

L'idéal, le mari rêvé ?

80   Ma foi, non ! Les beaux sont trop bêtes

Les bêtes, moi, je leur déplais,

Et les non bêtes sont trop laids.

     

En résumé, Mademoiselle,

Vous n'avez fait ni mal ni bien,

85   Appelez votre ange gardien

Pour vous abriter sous son aile.

Endormez-vous tout doucement :

On ne pèche pas en dormant.

     

 


 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies