L'ÉCOLE DE LA RAISON

COMÉDIE

M. DCC. XXXIX. Avec Approbation et Privilège du Roi.

À PARIS, Chez PRAULT père, Quai de Gévres, au Paradis.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 17/04/2017 à 00:52:02.


AVERTISSEMENT.

Cette Comédie n'est pas imprimée précisément telle qu'elle a été Jouée. La Représentation d'une pièce de théâtre étant bornée à un certain espace de temps, j'ai été obligé de retrancher quelques scènes que je rétablis ici. Ce sont celle du Petit Maître qui se trouvera la troisième, et les deux qui composent la petite intrigue de la fin. Ce n'est qu'avec beaucoup de regret que j'ai consenti à la suppression de ces deux dernière scènes, où le principal personnage vaincu par les discours de la Raison, revient du préjugé où il était.

Je pressentais le reproche qu'on m'a fait, de n'introduire sur la scène aucun Personnage qui se corrigeât. Pour le prévenir, j'avais tâché de conserver le même point moral, en mettant les Vers suivants dans la bouche de la Raison, à la place de ceux qu'on verra dans l'impression.

Par une vive instruction,

Je leur ai du moins fait connaître

Quel est le vrai sentier de la droite raison ;

Et tel a résisté peut-être,

Parce qu'il tient encor à ses préventions,

Qui réfléchissant seul sur ce qu'il vient d'entendre ;

Pourra dès demain se rendre,

Par ses propres réflexions.

Mais on a jugé avec justice que cette espérance était trop vague. On lira aussi dans la scène du Bourgeois quelques vers qui n'ont point été récités sur le théâtre ; elle est un peu longue à la vérité ; mais je n'ai pas pu faire autrement, c'est la matière de deux scènes que j'ai réduite en une seule pour éviter de faire paraître deux personnages différents ayant les mêmes motifs, qui sont l'établissement de leurs enfants.

Je donne cette Comédie telle que je l'ai faite, et dans le même ordre de scènes pour conserver la variété nécessaire en pareil cas; c'est au Public à décider si je fais bien d'oser mettre sous ses yeux des Vers sur lesquels il n'a pas encore porté son jugement ; je ne le fais que par l'avis de personnes éclairées, que des auteurs consommés se font gloire de consulter.


ACTEURS

LA RAISON.

LA FOLIE.

UN PETIT MAÎTRE.

UN BOURGEOIS.

UNE VEUVE.

UN PHILOSOPHE.

UN SUISSE.

UNE MÈRE.

SA FILLE.

L'AMANT de la Fille.

La scène est a Rome, dans la maison de Manlius, située sur le Capitole.


SCÈNE PREMIÈRE.
La Raison, La Folie.

LA FOLIE.

Quoi ! la Raison abandonne les Cieux,

Pour redescendre sur la terre !

Retournez-y. Pouvez-vous faire mieux ?

Depuis longtemps ici vous êtes étrangère.

5   Vous, parmi les humains ! Eh ! Qu'y voulez-vous faire ?

Espérez-vous jamais trouver grâce à leurs yeux ?

Parlez ; qu'osez vous entreprendre ?

LA RAISON.

Je veux, si je le puis, éclairer l'Univers.

Quand je vois des humains les différents travers,

10   De certaine pitié je ne puis me défendre,

Et je prétends les tirer de vos fers,

Les corriger.

LA FOLIE.

Oh, oh ! Permettez-moi d'en rire.

Un tel projet est des plus fous :

Mais, Déesse, on croira qu'ici je vous inspire.

15   Corriger les mortels ! Eh ! Comment ferez-vous ?

Allez-vous leur prêcher cette docte morale

Qui fit tant bâiller leurs aïeux ?

Vous aviez à combattre une fiere Rivale

Un peu plus aimable à leurs yeux ;

20   On se moqua de vous ; vos discours ennuyeux

Éprouvèrent bientôt la disgrâce fatale

Que vous allez encor essuyer en ces lieux :

Votre peine en fut sans égale,

Le dépit vous força de remonter aux Cieux :

25   Quoiqu'aujourd'hui votre sagesse étale,

Osez-vous espérer qu'on vous traitera mieux ?

Croyez-moi, remportez votre Philosophie,

Le temps, les lieux, tout est pareil,

Et les humains diront qu'une fois en leur vie

30   Ils ont vu la Folie

Donner un bon conseil.

LA RAISON.

Déesse, vous avez beau dire,

Rien ne saurait me rebuter.

Je veux leur parler, les instruire,

35   Ils daigneront peut-être m'écouter.

LA FOLIE.

C'est tout au plus.

LA RAISON.

Rien ne me décourage,

Le projet est formé, je veux l'ex2cuter.

Ce leur sera toujours un fort grand avantage

D'entendre ma morale ; elle est pure, elle est sage,

40   Et quelques uns peut-être en pourront profiter.

LA FOLIE.

Essayez-le ; mais je vous jure,

Qu'après un si docte entretien,

Quelques uns vous diront : votre morale est pure,

Vous nous parlez pour notre bien,

45   Nous le sentons ; mais je vous en assure,

Tous ces beaux sermons-là ne serviront de rien.

Quels charmes avez-vous qui puissent les séduire ?

Comment les soustraire à ma loi ?

Moi, je les divertis. Vous voulez les instruire :

50   Pourrez-vous l'emporter sur moi ?

Je suis vive, je suis légère,

Mon air est toujours gracieux ;

J'ai le véritable art de plaire ;

Mon abord seul prévient les yeux.

55   On me chérit, on m'aime, ou plutôt on m'adore

Du matin jusqu'au soir, et du soir à l'aurore,

Dans leur travaux, dans leurs loisirs,

Je berce les mortels de choses agréables,

De plaisirs variés, faux, mais toujours aimables,

60   Et toujours suivant leurs désirs.

Oui, souvent ce ne sont que de pures idées :

Mais de ces faux appas leurs âmes possédées,

Les prennent pour de vrais plaisirs.

Mais, vous, toujours sombre, rêveuse.

65   Morne, moralisant sur tout,

Vous attristez l'âme la plus joyeuse,

Et dans l'instant produisez le dégoût.

Caustique, contrariante,

Sans cesse vous empoisonnez

70   Les plaisirs dont je les enchante.

Vous raisonnez, vous combinez ;

À votre goût tout est extravagance.

Les mortels sont toujours gênés.

Que ferez-vous avec votre science,

75   Et tous vos éloquents discours ?

Rien, qu'établir mieux ma puissance ;

Car je triompherai toujours.

LA RAISON.

Vous vous moquez de ma Philosophie :

Mais dois-je vous en blâmer ? Non ;

80   Car ce n'est point à la Folie

A bien connaître la Raison.

Je suis sérieuse, tranquille,

Mon front et mes yeux sont sereins,

Et je ne prescris aux humains

85   Que ce qui leur peut être utile,

Et dont les succès sont certains.

Je ne les repais pas de ces fausses chimères

Dont ils sont par vous aveuglés.

S'ils recherchent des biens, ils leurs sont nécessaires,

90   Je les fais renoncer aux préjugés vulgaires ;

Mais à ces faux biens exilés,

Succèdent des biens véritables,

Et qui sont toujours préférables

À ces plaisirs bruyants dont vous les accablez.

LA FOLIE.

95   Oui. Mais avant de vous connaître,

Avant de parvenir à bien suivre vos pas,

Combien leurs coeurs éprouvent de combats !

Un préjugé s'abat, un autre va renaître.

Leur sort est toujours rigoureux ;

100   À force de combattre ils parviendront peut-être

À se voir un peu plus heureux :

Mais les miens commencent par l'être !

Ce point est pour vous dangereux.

LA RAISON.

En vain leur vantez-vous d'aussi frivoles charmes,

105   Ils sont toujours suivis d'un trop long repentit.

Ah ! Qu'un mortel souffre à verser des larmes,

Quand il se trouve en proie à des alarmes

Dont il eut pu se garantir.

LA FOLIE.

J'en conviens, je ne suis qu'aimable ;

110   Vous, vous avez plus de solidité ;

Mais on aime bien mieux une erreur agréable,

Qu'une ennuyeuse vérité.

Tout mortel en naissant apporte sa manie ;

Et si pendant le cours de la plus longue vie

115   Quelques-uns par hasard semblent se corriger,

Ils ne font, tout au plus, que changer de Folie,

Et mieux que moi vous en devez juger.

La Coquette cesse de l'être,

Mais elle devient prude en quittant ses atours.

120   Et vous voyez le Petit Maître,

Pour devenir pédant, laisser-là les amours.

Si quelques-uns dans leur vieillesse

Paraissent être un peu moins fous,

Ne croyez pas que leur chimère cesse,

125   C'est un masque trompeur qu'ils empruntent de vous.

LA RAISON.

N'importe. À leur bonheur la Raison attentive

Pourra peut-être les toucher.

Je risque cette tentative ;

Et s'il n'en est point qui me suive,

130   Que pourra-t-on me reprocher ?

LA FOLIE.

Eh bien, contentez-vous, suivez votre entreprise

Combattez les erreurs, domptez les préjugés,

Éclairez les mortels. Si vous en corrigez,

En vérité, j'en serai fort surprise :

135   Mais pour quelques uns terrassés,

Qui quitteront mes lois pour embrasser les vôtres,

Nous en verrons renaître d'autres

Plus fous cent fois, plus insensés,

Et j'en aurai toujours assez.

140   Adieu. Je vais faire ma ronde,

Je reviendrai tantôt apprendre vos succès.

Je vais dire par tout le monde

Votre arrivée et vos projets.

Si tous les fous viennent dans ce Palais,

145   Craignez qu'ici tout l'univers n'abonde ;

Vous pourriez ne finir jamais.

SCÈNE II.

LA RAISON, seule.

Dieux ! Que je serai satisfaite

Si je puis réussir dans ce que je projette !

Je vois avec chagrin les mortels malheureux

150   Abîmés dans un vrai délire.

Leur bonheur est l'objet où tendent tous mes voeux ;

Je voudrais sur leurs coeurs reprendre mon Empire :

Je les reviens trouver, je cherche à les instruire

Moins pour ma gloire que pour eux.

SCÈNE III.
La Raison, Damon.

DAMON.

155   Eh ! Bonjour, charmante Déesse.

Je viens, j'accours, je fends la presse,

Pour arriver plus promptement.

Je suis jaloux de l'avantage

De vous offrir le premier mon hommage :

160   Mais que l'on vient à vous bien difficilement !

LA RAISON.

Je vous sais gré de tant de zèle.

DAMON.

Des gens absolument sensés

Je ne suis pas tout-à-fait le modèle ;

Mais pour peu qu'on ait de cervelle,

165   À mon âge on est sage assez.

LA RAISON, raillant.

Oh sans doute, Monsieur, la chose est naturelle.

DAMON.

Mais puisque je vous tiens ici,

Sur un certain sujet je veux être éclairci.

LA RAISON.

Voyons.

DAMON.

C'est sur un point de fort peu d'importance,

170   Et sur quoi vous allez juger en ma faveur,

J'y compte, au moins, avec pleine assurance ;

Même il y va de votre honneur.

LA RAISON.

Vous connaîtrez que je suis véridique.

Vous êtes donc en contestation ?

DAMON.

175   Non pas. Que je vous explique,

C'est pure conversation.

Je quitte une femme adorable,

De qui l'esprit ne peut trop se priser ;

Mais chez elle un défaut qui n'est pas pardonnable,

180   C'est qu'elle veut toujours moraliser.

LA RAISON.

Eh bien rien n'est plus raisonnable.

DAMON.

Quand on est vieille, soit, j'y consens de bon coeur,

Car aussi bien qu'a-t-on de mieux à faire ?

Mais jeune ? Dans l'âge de plaire ?

185   Oh, par ma foi, c'est une erreur.

LA RAISON.

Mais de quoi s'agit-il ?

DAMON.

Ce sont pures vétilles

De rien presque.

LA RAISON.

De rien ?

DAMON.

De changer l'Univers,

Ou la moitié du moins.

LA RAISON.

Comment… par quel travers.

DAMON.

Elle voudrait changer tous les garçons en filles.

LA RAISON.

190   Expliquez-vous, Monsieur, je ne vous entends pas,

DAMON.

Oh je vais bien me faire entendre,

Écoutez-moi surtout et suivez pas à pas,

Vous allez bientôt me comprendre,

LA RAISON.

Tâchez du moins de parler clairement.

DAMON.

195   Tenez. Dans le siècle où nous sommes.

Vous savez que nous autres hommes,

Nous faisons tous l'amour assez ouvertement ;

Nous voltigeons auprès des belles

Aux spectacles, dans les ruelles,

200   C'est à qui leur fera le joli compliment ;

C'est notre coutume ordinaire ;

Et pour une qui sait nous plaire

Nous feignons de brûler pour cent ;

C'est ce que librement le sexe ne peut faire,

205   Du moins, sans paraître indécent.

Cette Dame blâmait cette façon de vivre.

C'est un préjugé fou qui nous donne ce droit ;

Il y faut renoncer, au moins elle le croit.

Avouez, ce sont là de beaux conseils à suivre !

210   Et sérieusement la belle le voudrait !

LA RAISON.

Mais ces coutumes là sont fort extravagantes.

Est-il rien de plus insensé,

Que de feindre d'être blessé,

Pour mille beautés différentes,

215   Et que vous oubliez ce moment là passé ?

DAMON.

Que voulez-vous donc ! C'est la mode.

Cela nous sert de conversation.

En mon particulier, je la trouve commode ;

Car, sans cela, de quoi parlerait-t-on ?

220   Du moins sur cet article, on jase, l'on babille ;

Et sans produire rien qui soit trop recherché,

Il arrive que l'on brille,

Souvent à fort bon marché ;

D'ailleurs c'est un métier qui n'est pas sans science,

225   Il faut pour réussir un soin particulier,

De la valeur, de la prudence

Tout comme au plus fameux guerrier.

LA RAISON, souriant.

Oh, oh !

DAMON.

Quoi cela vous fait rire ?

Suffit-il d'avoir su charmer

230   La beauté que l'on aime, ou que l'on feint d'aimer ?

Le grand point est de la réduire ;

C'est cet art seul qui peut nous y conduire,

Et bien des gens ont peine à s'y former.

LA RAISON.

Mais quel est donc cet art ? Daignez nous en instruire,

235   Ce serait fort m'embarrasser…

DAMON.

Eh bien écoutez-moi, c'est au mieux s'adresser.

Sur ce point je suis un grand maître.

LA RAISON.

J'écoute.

DAMON.

Il faut d'abord s'attacher à connaître

L'objet qui vous fait soupirer,

240   Coeur, caractère, enfin tout ce qu'il en peut être ;

Surtout lui laisser ignorer

La force de l'amour que ses yeux ont fait naître,

Toujours un peu le déguiser.

En le laissant trop paraître,

245   Elle pourrait en abuser.

Il faut se conformer à sa façon de vivre ;

Suivant le temps, l'occasion,

Marquer beaucoup de froid, ou de la passion ;

En tous lieux paraître la suivre,

250   Régler sur ses discours sa conversation ;

Faire à propos une heureuse visite,

Qu'elle semble toujours un effet du hasard ;

Un peu plutôt, un peu plus tard,

En fait souvent tout le mérite,

255   Et c'est-là souvent le grand art :

Mais c'est un embarras dont on est bientôt quitte,

Lorsqu'on sait bien expliquer un regard.

Ce n'est pas tout, il faut avec intelligence,

Vous comporter suivant les différents objets,

260   Et distinguer avec prudence

La Femme instruite, de l'Agnès ;  [ 1 Agnès : personnage de l'Ecole des Femmes de Molière.]

L'art met entre ces deux beaucoup de différence !

La Femme, dans l'instant, conçoit tous vos projets ;

Et si vous lui plaisez dans cette circonstance,

265   Tout réussit bientôt au gré de vos souhaits ;

Mais pour l'Agnès il n'en est pas de même ;

Quoique souvent son amour soit extrême,

Elle veut toujours le cacher.

Sa pudeur lui défend de dire, un je vous aime ;

270   Et c'est cet aveu-là qu'il lui faut arracher,

Elle sait bien qu'on l'examine,

Elle peut composer ses gestes, ses discours,

Elle a peur qu'on ne la devine ;

Mais on la devine toujours.

275   Auprès d'elle sans cesse,

On profite de tout, on la prie, on la presse,

L'amour qu'elle a plaidé pour nous ;

Enfin la pauvre enfant, après un feint courroux,

Avoue en rougissant que son coeur nous adore,

280   Et l'air dont elle fait des aveux aussi doux,

Les rends plus précieux encore.

LA RAISON.

Eh ! Mon cher, quelle est votre erreur ?

Un tel succès peut-il flatter la Gloire ?

Lorsque c'est à l'art seul qu'on doit cette Victoire,

285   A-t-on lieu d'espérer un solide bonheur ?

Non, non, ayez plus de délicatesse,

Laissez-là cet art séducteur ;

Faites briller aux yeux d'une maîtresse,

Un caractère bon qui pour vous l'intéresse,

290   Que le mérite seul parle en votre faveur ;

Aimez-la franchement, laissez lui voir sans cesse ;

Des feux toujours nouveaux, une sincère ardeur,

Vous ferez naître en elle une juste tendresse ;

Et vous serez sûr de son coeur.

DAMON.

295   Bon, bon ! De quoi nous sert un mérite stérile ?

C'est ce qu'une beauté considère le moins.

Faites-vous un jargon, tendre, badin, facile,

Rendez-vous cher par quelques petits soins,

C'est là tout ce qu'il faut, le reste est inutile :

300   Toutes les qualités consistent dans ce point ;

Sans cela vous auriez un mérite suprême,

Qu'on ne s'en apercevrait point.

LA RAISON.

Votre aveuglement est extrême.

Le vrai mérite seul se suffit à lui-même,

305   Il a sur tous les coeurs un souverain pouvoir,

On le voit sans chercher à s'en apercevoir.

Peu de Mortels en ont ; mais tout le monde l'aime.

D'ailleurs, comment osez-vous avouer

Une étude aussi criminelle ?

310   Vous vous faites un art de séduire une belle,

Et vous osez vous en louer ?

DAMON.

Cet art nous fait honneur ; rien n'est plus raisonnable ;

Le passe-temps en est charmant :

Enfin, quoi de plus agréable ?

315   On feint d'aimer, on l'est réellement.

Rien peut-il mieux prouver combien l'on est aimable ?

LA RAISON.

Quoi ! Vous osez vous faire honneur

De ce que, dans le fonds du coeur,

Le Sexe s'impute à faiblesse ?

320   Ah ! Connaissez donc votre erreur ;

Et convenez qu'il pense avec plus de justesse.

DAMON.

Oh, le plaisant raisonnement !

Ne faut-il pas absolument

Que le beau Sexe, ou nous, se montre le plus sage ?

325   Et c'est nous qui toujours avons eu l'avantage

De vivre un peu plus librement.

LA RAISON.

Mais, leurs Lois sont aussi les vôtres.

Ce que l'on blâme chez les uns,

Doit être blâmé chez les autres ;

330   Et tous vos devoirs sont communs.

DAMON.

Oh ! Qu'il ferait beau voir un homme de mon âge ;

Affecter la pudeur d'un tendron de quinze ans,

Captiver ses discours, composer son visage,

Rougir d'un mot à double sens ;

335   Se trouver interdit à l'aspect d'une femme ;

Dont l'oeil rencontrerait le sien ;

Prendre ce modeste maintien

Qu'affecte une fillette aux regards de sa mère,

Feignant toujours de ne regarder rien ;

340   Et voyant de côté tout ce qui peut lui plaire,

Avouez, ce portrait serait original ?

LA RAISON.

Mais, dans le fonds pourtant, en serait-ce plus mal ?

DAMON.

Parbleu, vous me la baillez belle.

Laissez-là ces moralités,

345   Croyez-moi ; si, suivant cette règle nouvelle,

Nous abandonnions ces beautés ;

Bientôt à leur devoir rebelles,

Après des changements si fous,

Vous les verriez vivre avec nous,

350   Comme nous vivons avec elles.

Cette Dame avait donc raison ?

Je ne l'eusse pas cru Déesse, en conscience :

Mais je vous jure, par avance,

De ne point prendre d'autre ton.

355   À vos avis je suis un peu contraire ;

Je suis pourtant, pour l'ordinaire,

Un de vos zélés serviteurs.

Mais, par ma foi, si vous voulez nous plaire,

Accommodez-vous à nos moeurs.

360   Captiver ses discours, composer son visage,

Rougir d'un mot à double sens ;

Se trouver interdit à l'aspect d'une femme ;

Dont l'oeil rencontrerait le sien ;

Prendre ce modeste maintien

365   Qu'affecte une fillette aux regards de sa mère,

Feignant toujours de ne regarder rien ;

Et voyant de côté tout ce qui peut lui plaire,

Avouez, ce portrait serait original ?

LA RAISON.

Mais, dans le fonds pourtant, en serait-ce plus mal ?

DAMON.

370   Parbleu, vous me la baillez belle.

Laissez-là ces moralités,

Croyez-moi ; si, suivant cette règle nouvelle,

Nous abandonnions ces beautés ;

Bientôt à leur devoir rebelles,

375   Après des changements si fous,

Vous les verriez vivre avec nous,

Comme nous vivons avec elles.

Cette Dame avait donc raison ?

Je ne l'eusse pas cru Déesse, en conscience :

380   Mais je vous jure, par avance,

De ne point prendre d'autre ton.

À vos avis je suis un peu contraire ;

Je suis pourtant, pour l'ordinaire,

Un de vos zélés serviteurs.

385   Mais, par ma foi, si vous voulez nous plaire,

Accommodez-vous à nos moeurs.

Ma fille est jeune, fort gentille,

Nez court, et petit oeil lutin.

Pour de l'esprit, elle en pétille !  [ 2 Pétiller : Étinceler, éclater, briller avec éclat et vivacité. Se dit aussi en parlant de l'émotion que donnent les passions violentes. [F]]

390   C'est du meilleur et du plus fin.

Il faut voir comme elle babille ;

Jargon léger, vif et badin.

Qu'elle danse ! On croit voir un poisson qui frétille ;

La voix d'un rossignol ; touche le clavecin ;

395   Bref, en tout elle brille !

LA RAISON, à part.

L'éloge n'aura pas de fin.

Haut.

Je crois votre fille adorable ;

Mais son panégyrique est inutile ici.

Même dans votre bouche il n'est pas raisonnable.

400   Où voulez-vous venir ?

LE BOURGEOIS.

  Écoutez, le voici :

Comme elle est dans cet âge tendre ;

Où la beauté commence à se faire admirer,

Je ne vois que gens soupirer ;

Tout Paris veut être mon gendre.

405   Il lui pleut tous les jours des amants différents,

De tous âges et de tous rangs :

De leurs empressements je ne puis me défendre ;

Ils cherchent tous à réussir :

Mais, parbleu, j'ai tant à choisir,

410   Que je ne sais plus lequel prendre.

Voyons ; sur quel état tomberait votre choix ?

LA RAISON.

Si, dans le nombre, il est quelque Bourgeois

Dont vous connaissiez le mérite,

Il faut la lui donner : concluez au plus vite.

LE BOURGEOIS.

415   Mais….

LA RAISON.

  Ne balancez pas à suivre mon avis.

LE BOURGEOIS.

Ce choix est assez raisonnable :

Mais n'en serait-il pas d'un peu plus convenable ?

LA RAISON.

Non.

LE BOURGEOIS.

Je le crois pourtant… Certain jeune Marquis…

LA RAISON.

N'y pensez pas.

LE BOURGEOIS.

Il est assez aimable ;

420   Et cet Hymen pour nous serait fort honorable.

À vous parler vrai, j'espérais

Que ce jeune Marquis, Déesse,

Aurait tout d'un coup votre voix :

Et j'ai même pour lui conçu quelque tendresse.

LA RAISON.

425   L'Amant bourgeois vous convient beaucoup mieux.

LE BOURGEOIS.

Mais, Déesse, ouvrez donc les yeux.

Parbleu, vous-vous moquez, avec ce mariage,

Ma fille m'en voudrait du mal,

Lorsque je lui peux faire un plus grand avantage,

430   La donner au bourgeois qui n'est que mon égal !

LA RAISON.

Eh ! Mon cher, pouvez-vous mieux faire ?

C'est par cette raison qu'à tous je le préfère.

LE BOURGEOIS.

Ma foi, quoiqu'il en soit, je m'en tiens au Marquis.

LA RAISON.

Voilà de nos Bourgeois la faiblesse ordinaire !

435   Si votre fille vous est chère,

Songez à profiter de mes sages avis,

Vous-vous applaudirez de les avoir suivis.

Au bourgeois votre fille unie,

Pourra passer tranquillement

440   Le cours d'une paisible vie,

Dans un parfait contentement.

L'égalité de la naissance

Fera naître en leurs coeurs ces sentiments si doux,

Ces égards mutuels, et cette complaisance

445   Qui fait le bonheur des époux.

D'un mari gracieux compagne fortunée,

Partageant son autorité.

Pour elle, chaque journée

Sera sous un tel hyménée,

450   Une source de joie et de félicité.

LE BOURGEOIS.

Ah ! D'un jeune Marquis me trouver le beau-père !

LA RAISON.

Ce ne sera pour vous qu'une source d'ennui.

LE BOURGEOIS.

Comment ?

LA RAISON.

Sans doute, on le voit aujourd'hui

Affable, complaisant et soigneux de vous plaire.

455   Il vous promet son crédit, son appui ;

Son amitié paraît sincère ;

Il oublie avec vous sa grandeur ordinaire.

LE BOURGEOIS.

Oh ! Oui.

LA RAISON.

C'est là tout ce qui vous séduit.

Trop enivré d'une vaine chimère,

460   Vous osez espérer que l'amour le conduit ?

Pauvre dupe ! Est-ce à vous, ou même à votre fille,

Qu'il veut s'unir par d'éternels liens ?

Malgré l'éclat dont elle brille,

Mon cher, il n'en veut qu'à vos biens.

LE BOURGEOIS.

465   Oh ! Je ne suis pas homme à me laisser surprendre.

LA RAISON.

Vous êtes aveuglé ; daignez du moins m'entendre ?

Sa grandeur vous parle pour lui :

Mais, si jamais il devient votre gendre,

Il sera peu de temps ce qu'il est aujourd'hui.

470   Orgueilleux de l'honneur qu'il aura cru vous faire,

Il quittera bientôt cet air doux, débonnaire,

Qui vous prévient en sa faveur ;

Arrogant et plein de hauteur,

Il dédaignera de vous plaire,

475   Et vous accablera du poids de sa grandeur.

Ce jeune homme, enivré de sa haute naissance,

Vous croira trop heureux de souffrir ses mépris ;

Et, partout, exaltant votre grande opulence,

Il se glorifiera de vous avoir surpris.

LE BOURGEOIS.

480   Mais, enfin…

LA RAISON.

  Votre fille est encor plus à plaindre.

Vous pouvez éviter, en cessant de le voir,

Les mépris outrageants que vous auriez à craindre :

Mais, elle ; comment le pouvoir ?

Un juste et rigoureux devoir,

485   Qu'une femme d'honneur ne peut jamais enfreindre,

Ne lui permet point cet espoir.

En butte du matin au soir,

À cent hauteurs, à cent caprices

Qu'il faut souffrir, sans oser murmurer,

490   Ne sont-ce pas de vrais supplices ?

Que de chagrins à dévorer !

Sans parler de celui de voir quelque maîtresse

Envahir tout le bien qu'elle lui donnera.

LE BOURGEOIS.

Il paraît que pour elle il a trop de tendresse,

495   Pour croire qu'il la trahira :

D'ailleurs, ma fille est trop aimable.

LA RAISON.

Votre trop d'amour la perdra.

Que lui sert sa beauté, son esprit agréable ?

Un mois seul les éclipsera :

500   Ses pareils qu'il imitera,

Laissent là tous les jours une femme adorable,

Pour le premier objet dont l'oeil les frappera.

Mais, supposons que l'amour le plus tendre

Unisse pour jamais leurs coeurs,

505   Et qu'il vive avec vous, comme doit vivre un gendre,

Avec amitié, sans hauteurs :

Vous avez autre chose à craindre.

LE BOURGEOIS.

Eh, quoi ?

LA RAISON.

Vous l'allez voir, non sans quelque courroux,

Mais cependant, sans oser vous en plaindre,

510   Prodiguer tous les biens qu'il va tenir de vous,

Les dissiper, les sacrifier tous

À l'ardeur de briller que rien ne peut éteindre

Dans tous les gens de sa condition :

Ce point mérite encor quelque réflexion.

LE BOURGEOIS.

515   Moi, lui reprocher sa dépense ?

J'y fournirai plutôt du meilleur de mon coeur.

Pour me fâcher de sa magnificence,

Elle me fera trop d'honneur.

LA RAISON.

C'est pousser trop avant une aveugle manie.

520   Espérez-vous pouvoir jouir

De ce faste brillant qui vient vous éblouir ?

Non. Connaissez votre folie.

Vous allez voir tous vos voisins jaloux,

Choqués de cet hymen qui vous fait tant d'envie,

525   Répandre tour à tour sur votre fille et vous

La plus sanglante raillerie.

LE BOURGEOIS.

Eh ! Que m'importe à moi leurs frivoles discours ?

Un homme sage doit toujours

S'élever au-dessus d'une injuste critique.

530   Je prétends suivre mon projet,

Et je rirai de leur esprit caustique,

Quand je me serai satisfait.

LA RAISON.

En ce cas, je n'ai rien à dire ;

J'y consens fort, courez-en le hasard.

535   Vous voyez les dangers, j'ai su vous en instruire ;

Vous en serez fâché, quand il sera trop tard.

Et votre fils, qu'en voudriez-vous faire ?

LE BOURGEOIS.

Mais, à ne vous celer rien,

Je n'aime pas beaucoup le militaire,

540   Ainsi, j'en prétends faire un juge.

LA RAISON.

Bon. Fort bien.

LE BOURGEOIS.

Oui, cette charge est honorable et bonne.

Tout le monde a besoin de vous,

Vous n'avez besoin de personne ;

Cet agrément est des plus doux.

545   Craint même, et respecté dans le sein d'une ville,

Chacun s'empresse à vous faire sa cour.

Votre sort est doux et tranquille,

Et votre bien augmente chaque jour.

LA RAISON.

Vous vous faites, Monsieur, une image agréable

550   D'un état qu'on ne doit embrasser qu'en tremblant ;

Il est glorieux, honorable ;

Mais, pour y paraître estimable,

Il faut bien du mérite, et beaucoup de talent :

Votre fils en a-t-il ?

LE BOURGEOIS, d'un air transporté.

Oui, mon fils est fort sage ;

555   Et, quoique jeune, il pense comme il faut.

Et, ma foi, sans parler trop à son avantage,

Je ne lui reconnais encore aucun défaut.

LA RAISON.

Il peut avoir un mérite suprême ;

Je le voudrais : mais j'ai bien peur

560   Que son père, aveuglé par sa tendresse extrême,

Ne se soit prévenu par trop en sa faveur.

LE BOURGEOIS.

Je ne le flatte pas, je dis ce que je pense.

LA RAISON.

Eh bien, soit ; j'en conviens, il a de la prudence,

Du jugement : mais, qu'il faut de science !

LE BOURGEOIS.

565   Eh bien, Déesse, il a fait tout son Droit.

LA RAISON.

Tout son Droit ! Comment donc ? Ce doit être un grand homme !

LE BOURGEOIS.

Enfin, Déesse, chacun croit

Qu'il s'en tirera bien ; partout on le renomme :  [ 3 Renommer : Rendre célèbre, mettre en réputation, bonne ou mauvaise. [F]]

Il a d'ailleurs d'autres talents :

570   Il danse bien. Qu'il chante, il charme les oreilles !

Il fait la musique à merveilles,

Et jouer de quatre instruments.

LA RAISON.

C'est là ce qu'on appelle un talent nécessaire !

Chanter bien, danser bien, pour un Juge surtout.

LE BOURGEOIS.

575   Enfin, j'ai fait tout ce que j'ai pu faire

Pour l'avancer ; j'en veux venir à bout.

LA RAISON.

Est-ce par ce motif qu'un homme raisonnable

Cherche à pourvoir son fils d'une charge semblable ?

Il ne doit chercher, selon moi,

580   Qu'à donner un sujet capable

De protéger le peuple, et de servir son Roi.

Vous ne connaissez pas tous les devoirs d'un Juge.

Qu'il joigne le savoir aux plus hauts sentiments ;

Qu'en tout temps, des bons le refuge,

585   Il soit aussi la terreur des méchants ;

Pour les malheureux seuls, que son coeur soit sensible ;

Qu'à ses genoux, une Vénus en pleurs,

Ne trouve en lui qu'un Juge équitable, inflexible ;

Et que les biens ni les honneurs

590   Ne puissent ébranler son âme incorruptible ;

Qu'il soit prêt à sacrifier

Son temps et son repos à rendre la Justice ;

Que sur un vain savoir, n'osant pas se fier,

Il se dise qu'il doit sans cesse étudier,

595   Et n'admettre jamais de frivole exercice :

Que son esprit juste, éclairé,

Sache du vrai démêler l'artifice ;

Qu'il ait mille vertus, sans avoir aucun vice,

Et qu'il possède tout au souverain degré.

600   Voilà le Juge. Et s'il se pouvait même

Qu'un mortel en vertus put égaler les Dieux.

Ce serait peu qu'il eut leur prudence suprême,

Il devrait être aussi grand qu'eux !

LE BOURGEOIS.

Oh ! Vous êtes trop difficile !

605   En voit-on beaucoup, s'il vous plaît,

Tels que vous les peignez ? Trouvez en un dans mille ?

LA RAISON.

Il en est peu ; mais il en est,

Et tous enfin le devraient être.

LE BOURGEOIS.

Ma foi, je ne puis pas connaître,

610   S'il a les qualités que vous voulez en lui,

Il les acquerra peut-être.  [ 4 On lit "acquerera" dans l'édition de 1739 de chez Prault. La graphie modernisée supprime une syllabe.]

Le fonds est bon, du moins, jusqu'aujourd'hui,

Je n'y vois rien d'absolument contraire,

Au surplus, c'est-là son affaire,

615   Il y fera ce qu'il voudra.

A mes avis je joindrai tous les vôtres,

Je pense fort qu'il les suivra,

S'il ne peut, il fera comme font beaucoup d'autres,

C'est-à-dire, comme il pourra.

620   Enfin, je veux illustrer ma famille,

C'est-là mon premier but.

LA RAISON.

Mais quelle est votre erreur ?

Vous sacrifiez votre fille,

Aux charmes décevants d'un chimérique honneur.

Vous exposez son bien et son bonheur,

625   Et votre fils, à ce que je préjuge,

D'un excellent marchand va faire un mauvais juge.

Et quel fruit pouvez-vous tirer,

De tout ce qu'aujourd'hui vous faites ?

Qu'ils soient bourgeois comme vous l'êtes,

630   Qu'ont-ils de plus a désirer ?

Ils ne verront en vous qu'un père respectable,

Ils chercheront sans cesse, à vous voir avec eux,

Point de société pour eux plus agréable,

Que celle d'un père estimable,

635   Qui sut leur faire un sort heureux.

Mais las ! Par un effet contraire,

S'ils se trouvent aux rangs que vous leurs destinez,

Trop enivrez de l'éclat ordinaire,

D'un état qui les met au-dessus du vulgaire

640   Pour lequel ils n'étaient pas nés ;

Auquel même ils n'osaient prétendre,

Savourant à longs traits ses charmes les plus doux,

Ils rougiront en secret de descendre

D'un père bourgeois tel que vous.

LE BOURGEOIS.

645   Vous me parlez avec prudence,

J'en conviens ; mais parbleu, vous mettez tout au pis,

Permettez-moi d'avoir une juste espérance.

Je connais trop et ma fille et mon fils.

SCÈNE VI.

LA RAISON, seule.

Il croit son projet bon, il lui plaît, il s'y livre ;

650   Malgré tous les conseils qu'il reçoit aujourd'hui,

Il m'écoute, m'approuve et ne veut pas me suivre.

Combien de gens font comme lui !

SCÈNE VII.
La Raison, Une Vieille Coquette.

LA VIEILLE.

Je viens ici, belle Déesse,

Profiter de vos bons avis.

655   À mon âge, l'on pense avec quelque justesse,

Ainsi, croyez qu'ils seront tous suivis.

LA RAISON.

Je le souhaite fort. Vous paraissez chagrine ?

LA VIEILLE.

Je suis veuve à présent pour la seconde fois.

LA RAISON.

Depuis longtemps ?

LA VIEILLE.

Hélas. Depuis six mois !

LA RAISON.

660   Depuis six mois ? Je vois à votre mine,

Que le terme est trop long de trois.

LA VIEILLE.

Vous dites vrai, Déesse.

LA RAISON.

Aisément je devine.

LA VIEILLE.

Je commence à souffrir de l'état où je suis,

Je n'y peux rester davantage.

665   Par un troisième mariage,

Je veux enfin terminer mes ennuis.

LA RAISON.

N'en faites rien, soyez plus sage.

LA VIEILLE.

C'est un point décidé, le dessein en est pris.

Je puis choisir dans trois maris,

670   Mais je veux, sur ce choix, avoir votre suffrage.

LA RAISON.

Ah ! croyez-moi, le veuvage

Est un état plus gracieux.

LA VIEILLE.

Fi ! Ne m'en parlez pas ! Ciel, qu'il est ennuyeux,

Quand on n'est plus dans ce bel âge

675   Où l'éclat de deux beaux yeux,

Ajoute à la beauté d'un aimable visage ;

Où vous passez des jours délicieux,

À recevoir ou rejeter l'hommage

De mille amants qui viennent en tous lieux,

680   S'applaudir de leur esclavage,

Et s'empressent, à qui mieux mieux,

À rassembler pour vous les plaisirs et les jeux !

Une belle est une reine,

Qui commande à tous les coeurs,

685   Elle agit en souveraine,

Sur tous ses adorateurs,

Elle les flatte, ou les gêne,

Au seul gré de ses désirs,

Un regard cause leur peine,

690   Comme il cause leurs plaisirs.

LA RAISON, à part.

Voici du difficile, une vieille coquette !

Haut.

Vous connaissez le prix de la beauté,

Votre peinture en est complète,

Et vous en avez profité ?

LA VIEILLE.

695   Oui. J'ai joui longtemps de ce bonheur suprême ;

Mais ces beaux jours se sont passés,

Et ces attraits si vifs, en partie effacés,

Ne me laissent plus la même.

Trois amants seuls sont soumis à ma loi ;

700   D'ailleurs, qui vois-je ? Hélas ! Des femmes surannées,

Qui viennent pleurer, avec moi,

La perte de ces années

Où l'amour comblant nos désirs ;

Nous nous trouvions nager dans les plaisirs.

705   Tout contribue à ma tristesse.

Je vois des vieillards assommants,

Politiquer, moraliser sans cesse,

Parler toujours de leurs vieux temps,

Et se congratuler sur leur verte vieillesse :

710   Ils nous accablent, tour à tour,

Du récit fatigant des faits de leur Jeunesse.

Ils passeraient avec nous tout un jour,

Sans proférer un seul mot de tendresse,

Sans parler un moment d'amour.

LA RAISON, ironiquement.

715   En vérité, c'est être fort à plaindre !

Se réduire à votre âge à ces trois soupirants !

Je juge que vos maux sont grands,

Par votre adresse à me les peindre.

Mais quels sont donc ces trois amants,

720   Qui brûlent aujourd'hui d'une flamme si belle ?

LA VIEILLE.

D'abord c'est un vieux juge, âgé de soixante ans ;

La conquête n'est pas nouvelle,

Il m'adore depuis longtemps.

LA RAISON.

Je le crois fort.

LA VIEILLE.

Ensuite, un homme de finance,

725   Qui n'est absolument, trop jeune, ni trop vieux,

Depuis trois mois il m'aime avec constance,

Il est, pour moi, poli, galant, officieux.

LA RAISON.

Un financier poli ! Galant ! C'est un prodige !

Il vous aime donc bien ?

LA VIEILLE.

Il m'adore, vous dis je.

LA RAISON.

730   Je ne m'étonne plus d'un pareil changement.

Mais quel est le troisième amant ?

LA VIEILLE.

C'est un jeune militaire,

Beau, bien fait ; en un mot, charmant,

Au-dessus du portait que je pourrais en faire,

Et qui m'aime si tendrement !…

LA RAISON.

Vous êtes riche apparemment ?

LA VIEILLE.

735   Mais… oui. Pourquoi cette demande ?

LA RAISON.

C'est pour juger plus sainement

De cette affection que vous peignez si grande.

LA VIEILLE.

Ils m'aiment tous sincèrement,

Je n'en saurais douter.

LA RAISON, en riant.

Mais à l'âge où vous êtes

740   Pouvez-vous présumer devoir à vos appas

Les trois conquêtes que vous faites ?

LA VIEILLE.

Sans doute : et pourquoi donc ne le croirais-je pas ?

N'ai-je plus rien qui vous paraisse aimable ?

Ce matin, pourtant, mon miroir

745   Me laissait encor entrevoir

Un je ne sais quoi d'agréable

Dont ces Messieurs peuvent s'apercevoir.

LA RAISON.

Quoi, vous osez penser que leur flamme est sincère ?

LA VIEILLE.

Mais, Déesse, puis-je en douter ?

750   Nous voyons tous les jours, sans vouloir me flatter,

Des femmes moins dignes de plaire

Faire des passions ; c'est un fait ordinaire.

LA RAISON.

Ah, bon Dieu, quel aveuglement !

Et moi, Madame, je vous jure

755   Qu'aucun d'eux n'a pour vous le moindre attachement.

Réfléchissez, vous serez sure

Qu'ils vous trompent visiblement.

LA VIEILLE.

Oh ! Rendez-leur plus de justice ;

Sur ce point-ci vous avez tort.

LA RAISON.

760   Ils n'en veulent tous trois qu'à votre coffre-fort :

Les deux premiers, c'est par pure avarice ;

L'autre, pour assurer son sort.

LA VIEILLE.

À part.

Je n'en crois rien.

Haut.

Eh bien, cela peut être ;

J'osais cependant me piquer

765   De juger de l'amour ; je croyais m'y connaître :

Au surplus, il faut le risquer,

Je veux qu'un troisième hyménée,

Dans l'un de ces amants me choisisse un époux.

Je veux, pour cette fois, tenter la destinée.

770   Conseillez-moi ; pour qui pencheriez-vous ?

LA RAISON.

Si vous pensez que le seul mariage

Puisse vous faire un sort plus gracieux,

Je crois franchement qu'à votre âge

Le Juge vous conviendra mieux.

LA VIEILLE.

775   Fi donc ! Déesse, il est trop vieux.

LA RAISON.

Mais, c'est un homme mûr et sage.

LA VIEILLE.

Oui, mais trop froid, trop sérieux.

Que me fait à moi sa sagesse ?

J'attirerais le mal que je veux éviter.

780   Je veux de ma maison éloigner la tristesse ;

Il ne ferait que l'augmenter.

LA RAISON.

C'est : donc le financier ?

LA VIEILLE.

Le mal est encor pire.

Ah, Déesse, le Financier !

J'aimerais mieux cent fois ne me pas marier.

LA RAISON.

785   Pourquoi donc ? Que voulez-vous dire ?

LA VIEILLE.

Il se compose, il se gêne à présent ;

C'est un homme fort doux, affable, complaisant ;

Mais si chez moi l'hymen avait pu l'introduire,

Rendu bientôt à son premier penchant,

790   Il serait impoli, dur, bizarre et farouche,

Jamais un mot d'amour n'entrerait dans sa bouche.

Il ne l'ouvrirait qu'en grondant.

LA RAISON.

Vous voilà donc réduite au jeune militaire.

LA VIEILLE.

Lui seul, Déesse, à pu me plaire ;

795   Je l'avouerai, lui seul a pu toucher mon coeur.

Si vous voyiez de quel ton enchanteur

Il me peint l'ardeur de sa flamme,

Il trouverait le chemin de votre âme,

Vous parleriez en sa faveur.

800   Gai, léger, badin et folâtre,

Il faut toujours rire avec lui ;

On ne reconnaît plus l'ennui,

Dans l'instant qu'il paraît : enfin, je l'idolâtre,

Et je prétends l'épouser aujourd'hui.

LA RAISON.

805   Épouser ce jeune homme ! Ah que vous êtes folle !

LA VIEILLE.

Pourquoi ? Rien n'est plus généreux.

Il n'a pas de gros biens ; et ce qui me console,

C'est que je peux lui faire un sort heureux.

Si je pouvais mieux faire encore,

810   Oui, je le ferais de bon coeur :

Enfin, il m'aime, je l'adore,

Ne m'est-il pas bien doux de faire son bonheur ?

LA RAISON.

Oui, mais, dans son bonheur, il faut trouver le vôtre.

Ce doit être à présent votre point capital.

LA VIEILLE.

815   Puis-je être heureuse avec un autre ?

Aimable comme il est, il n'a point de rival.

LA RAISON.

Peut-on avoir tant de faiblesse !

LA VIEILLE.

Déesse, il n'est rien tel pour chasser le chagrin,

Qu'un jeune époux gracieux et badin ;

820   Il ramène chez vous les ris et l'allégresse,

Et ces premiers plaisirs goûtés dans la jeunesse :

La joie anime ses discours ;

Il rit, il folâtre sans cesse,

Il vous rajeunit tous les jours,

825   On a bientôt oublié sa vieillesse,

Et l'on croit être encore à ses premiers amours.

LA RAISON.

Je crois qu'il s'empresse à vous plaire :

Mais, tous ces petits soins dureront-ils longtemps ?

Peut-il aimer d'une flamme sincère

830   Une femme de cinquante ans

Qu'on prendra plutôt pour sa mère ?

Vous lui serez à charge autant qu'il vous plaira.

Vous aurez beau l'aimer, votre tendresse même

L'ennuiera, le chagrinera ;

835   Plus il s'apercevra combien elle est extrême,

Plus il s'en formalisera.

Quand vous le chercherez, il vous évitera.

Toujours en bonne compagnie,

Il passera les nuits dans de charmants repas

840   Auprès d'Iris et de Sylvie.

C'est alors qu'en raillant vos prétendus appas,

Il rira de votre folie.

De tels hymens font souvent des ingrats.

Les exemples fréquents qu'on en voit dans la vie

845   Ne vous corrigeront-ils pas ?

LA VIEILLE.

Tous les mortels ont-ils un âme aussi traîtresse ?

Non, non, il m'aimera, Déesse ;

Et si je ne dois rien à mes faibles attraits,

Il devra tout à ma tendresse.

850   Pourra-t-il l'oublier jamais ?

LA RAISON.

Ah ! Ne vous fiez pas sur sa reconnaissance ;

Sa fortune serait immense,

Qu'il n'imputerait pas à générosité

Ce que vous faites par faiblesse.

855   Il vous examine sans cesse ;

Vous prévalant d'un reste de beauté :

Vous croyez vraiment qu'il vous aime ;

Il le voit bien, sans doute, il méprise lui-même

Votre trop de crédulité.

LA VIEILLE.

860   Vous craignez qu'il ne me trahisse ?

Pour être jeune est-on sans sentiment ?

Non, j'aime à lui rendre justice :

Aussi fidèle époux qu'il paraît tendre amant,

Il vous obligera de penser autrement.

865   Je le verrai répondre à ma tendresse extrême,

Je pourrai le voir chaque jour.

J'envisage un bonheur suprême,

Dans tous ses petits soins, preuves de son amour.

LA RAISON, d'un air ironique.

Que ne le peignez-vous assis sur la fougère,

870   Comme un jeune berger auprès de sa bergère,

S'abandonnant aux transports les plus doux,

Bornant ses voeux au plaisir de lui plaire,

Et rendant tous les Dieux jaloux

Du bonheur qu'il espère ?

875   En vérité, que vos projets sont fous !

LA VIEILLE, en colère.

Je l'épouserai malgré vous.

Je ne m'attendais pas à vous voir si cruelle :

Quoi ! Vous n'approuvez pas d'aussi justes désirs ?

Adieu donc, puisqu'il faut, pour vous être fidèle,

880   Renoncer à tous ses plaisirs.

SCÈNE VIII.

LA RAISON, seule.

Oh, qu'elle ne me connaît guère !

Voilà comme, emporté par quelque passion,

On néglige souvent un conseil salutaire :

Mais que le repentir suit de près l'action !

885   On voit trop tard ce qu'on aurait du faire,

Et c'est un nouveau mal que la réflexion.

SCÈNE IX.
La Raison, Le Philosophe.

LE PHILOSOPHE.

Déesse, je viens d'apprendre

Que dans ces lieux vous venez de descendre,

Et que votre bonté, pour les faibles humains,

890   Vous excite à vouloir corriger leur faiblesse.

Pour réussir dans de pareils desseins,

Il ne fallait pas moins qu'une grande Déesse,

Et je doute encor, après tout,

Que malgré votre sagesse,

895   Vous en puissiez venir à bout.

LA RAISON.

Que voulez vous ?

LE PHILOSOPHE.

Je viens en diligence

Pour vous remercier de tous vos soins pour moi.

Sachez que la reconnaissance

Fut toujours ma suprême loi.

LA RAISON.

900   Dites-moi, Monsieur, qui vous êtes ?

Je ne sais trop par quels bienfaits…

LE PHILOSOPHE.

Mais vous me connaissez.

LA RAISON.

Non, Monsieur, et jamais…

LE PHILOSOPHE.

Bon ! C'est pour badiner tout ce que vous en faites.

Je suis un de vos favoris ;

905   De Séneque et Platon le Disciple fidèle,

Je pâlis tous les jours sur leurs divins écrits,

Et leur vertu fut toujours mon modèle ;

Un philosophe enfin, et je suis fort surpris

Que vous tardiez si fort à me connaître.

LA RAISON.

910   Je ne vous reconnais pas mieux.

LE PHILOSOPHE.

Bon ! Vous voulez rire, peut-être.

LA RAISON.

Ce que je dis est sérieux.

LE PHILOSOPHE.

Pour mieux me livrer à l'étude,

J'ai cependant quitté les humains pour jamais ;

915   Je sais trop que la solitude,

Mène seule à de grands succès.

LA RAISON.

Comment ! De la misanthropie ?

C'est un ridicule souvent.

Beaucoup font comme vous, qui n'ont que la manie

920   De se donner un air plus sage ou plus savant.

LE PHILOSOPHE.

Vous me feriez, Déesse, une injustice extrême,

Si vous pensiez sur moi de même,

Mes desseins sont plus grands, plus élevés, plus hauts ;

Je ne recherche en tout qu'à connaître moi-même,

925   Mes qualités et mes défauts.

Ainsi n'imputez point à d'aveugles caprices,

Des motifs aussi différents.

LA RAISON, ironiquement.

Un homme tel que vous peut-il avoir des vices ?

LE PHILOSOPHE.

Mais, si j'en ai, Déesse, ils ne sont pas bien grands.

LA RAISON.

930   Mais pour des qualités ?

LE PHILOSOPHE.

J'en citerais plus d'une

S'il convenait de se vanter.

LA RAISON, à part.

Sa modestie est peu commune.

LE PHILOSOPHE.

Le sage ne doit pas lui-même se flatter.

LA RAISON.

935   Mais, vous me dites votre amie ;

Ainsi, sur ce point-là, vous pouvez vous ouvrir.

Bon, parlez, votre modestie,

Avec moi, n'a point à souffrir.

LE PHILOSOPHE.

Soit, mais sachez-moi gré de cette complaisance ;

940   Car pour vous contenter je me fais violence.

LA RAISON.

Je le crois bien ; mais sans tant discourir….

LE PHILOSOPHE.

J'ai le jugement net, et beaucoup de prudence ;

Les talents de l'esprit sont en moi naturels :

J'ai le coeur bon par excellence ;

945   Je n'ai jamais senti de penchants criminels.

À l'égard de la science,

Je ne le cède à pas un des mortels.

LA RAISON.

Vous oubliez un point.

LE PHILOSOPHE.

Quoi ?

LA RAISON.

Votre modestie.

LE PHILOSOPHE.

Justement ! Des savants c'est-là le grand écueil !

950   Bienheureux celui qui s'oublie !

LA RAISON, à part.

Quel homme ! Ô Ciel ! Et que d'orgueil !

Mais, à quoi bon vous retirer du monde ?

Un honnête homme est fait pour la société ;

Et l'érudition même la plus profonde

955   N'est point contraire à la gaité.

LE PHILOSOPHE.

Bon ! La société ? Je frémis quand j'y pense.

Avec qui, juste Ciel, vivre d'intelligence ?

LA RAISON.

Mais avec les humains.

LE PHILOSOPHE.

Il faudrait le pouvoir.

Les savants enivrés de leur vaste science,

960   Ne rendent pas justice à tout autre savoir ;

Penser autrement qu'eux, c'est leur faire un offense,

Il faut leur céder tout, ou ne les jamais voir.

Je ne fus jamais fait pour tant de déférence.

Puis-je parler avec un Grand,

965   Qui toujours enflé de son rang,

Laisse tomber sur vous d'un air de nonchalance,

Un regard de protection ?

Qui croit que le savoir avilit la naissance,

Et que les armes et la danse,

970   Peuvent seules fixer la noble attention,

D'un homme de condition ?

S'il vous écoute, il se compose,

Pour faire imaginer qu'il ne vous entend point,

Et comme il rougirait de savoir quelque chose,

975   Il ne daignerait pas contester un seul point.

Qui peut avoir une âme assez Stoïque,

Pour soutenir sans s'émouvoir,

Certain homme bourru qui prétend tout savoir ?

Le petit doigt chargé d'un brillant magnifique,

980   Sans cesse s'admirant dans son habit tout neuf,

Lui qui sait, tout au plus, que quatre et cinq font neuf,

Il vient d'un air hautain, et d'un ton emphatique,

Disputer avec vous, sur un point de Physique,

Avec autant d'audace et de présomption,

985   Qu'un savant de profession.

Sera-ce avec un petit Maître

Qui, si vous le mettez sur un sujet savant,

Parce qu'il n'y peut rien connAître,

Vous regarde comme un pédant ?

990   Sera-ce avec des femmelettes,

Qui ne peuvent juger du prix que vous valez,

Qui vous préfèrent des fleurettes,

De ces petits écervelés,

Qui les accablent de sornettes,

995   Où le sens et l'esprit sont toujours immolés ?

LA RAISON.

Halte-là, s'il vous plaît. Monsieur, à ne rien feindre,

Par un pareil raisonnement,

On connaît trop facilement,

Que ce n'est que de vous que vous pouvez vous plaindre ?

1000   Réfléchissez sur votre aveuglement,

Et vous verrez que vous n'avez à craindre,

Que votre orgueil et votre entêtement.

Si vous saviez mieux vous contraindre,

Le monde aurait pour vous beaucoup plus d'agrément,

LE PHILOSOPHE.

1005   Mais…

LA RAISON.

  Je vois qu'un savoir ou faux ou véritable,

Ne fait de vous qu'un homme insociable ;

Que la soif de briller qui vient vous animer,

Vous rend impérieux, arrogant, intraitable ;

Personne ne doit vous aimer,

1010   En effet est-il rien de plus insupportable

Qu'un savant orgueilleux qui veut toujours primer ?

Ainsi n'imputez point à l'amour pour l'étude,

Votre soin à rester dans votre solitude.

D'un prétexte imposant vous voulez vous couvrir ;

1015   Votre fatuité prude

Choquait ceux avec qui vous vouliez discourir,

Le commerce du monde était pour vous trop rude,

Et vous aviez trop à souffrir.

LE PHILOSOPHE.

Ciel ! Un pareil discours et m'excède et m'irrite.

1020   Que me servirait donc un si profond savoir ?

Peut-on passer pour avoir du mérite,

Quand on ne le fait pas valoir ?

D'ailleurs, dans combien d'injustices,

D'erreurs et de sots préjugés,

1025   Tous les mortels sont-ils plongés !

Ils ne connaissent plus que d'aveugles caprices,

La raison ne peut rien sur leurs coeurs corrompus,

Souvent même les plus grands vices,

Prennent chez eux le nom des plus grandes vertus.

1030   De tels excès aigrissent trop ma bile,

Oser être sage à leurs yeux,

C'est vouloir leur être odieux.

Vouloir les corriger est un soin inutile,

Je ne le puis, ni ne le veux,

1035   Et les méprise trop pour rester avec eux.

LA RAISON.

Ces projets de Misanthropie,

À votre sens sont presque des vertus,

Mais à mon avis c'est folie,

C'est en vous un défaut de plus.

LE PHILOSOPHE.

1040   Comment donc ?

LA RAISON.

  Oui, Monsieur, vous n'êtes qu'un caustique.

Cette étude philosophique,

Dont vous osez tant vous vanter,

Ne vient chez vous que d'une humeur cynique,

L'orgueil seul sut vous y porter.

1045   Même si du siècle où nous sommes,

Vous avez avec soin étudié les moeurs,

C'est plus pour avoir lieu de mépriser les hommes,

Que pour éviter leurs erreurs.

Le Philosophe, le vrai sage,

1050   Agit tout autrement que vous,

Il fait de son étude un bien plus noble usage,

Il écarte de lui cet air dur et sauvage,

Il n'en est que plus doux.

Toujours persuadé de sa propre faiblesse,

1055   C'est sur lui seul qu'il réfléchit sans cesse,

Il réprime surtout ces mouvements d'orgueil,

Du bonheur et de la sagesse,

Souvent le redoutable écueil.

S'il a des passions, il cherche à les éteindre.

1060   Il abhorre le crime, et si, dans les mortels,

Il connaît des travers, des excès criminels,

Tout mortel est fautif, il ne sait que les plaindre,

Il se fait respecter, il charme tous les coeurs,

Moins par sa science profonde,

1065   Que par la bonté de ses moeurs,

Il ne dédaigne point le commerce du monde.

Il sait par les douceurs de la société.

Égayer sa Philosophie ;

C'est ainsi qu'il passe sa vie,

1070   Dans le repos et la tranquillité.

Voilà ce qu'un sage doit être,

Pouvez-vous vous flatter d'en avoir un seul trait ?

À ce fidèle portrait,

Oserez-vous vous reconnaître ?

LE PHILOSOPHE.

1075   Vivre avec les Mortels ! Comment ? Par quels moyens ?

Lorsque tant de travers…

LA RAISON.

Ne voyez que les vôtres.

On pardonne aisément tous les défauts des autres,

Lorsqu'on connaît bien tous les siens.

LE PHILOSOPHE.

J'enrage, ô Ciel ! C'est trop braver ma patience.

1080   Que comptez vous gagner avec de tels discours ?

En voulant des humains prendre ainsi la défense,

Vous m'en éloignez pour toujours.

Oui ma retraite en sera plus profonde ;

Je le jure dès à présent,

1085   Plutôt que de rentrer avec eux dans le monde,

J'aimerais mieux, morbleu ! M'enterrer tout vivant.

SCÈNE X.

LA RAISON, seule.

Que de savants dans leur délire

Ressemblent à cet homme-ci !

Enflés de leur savoir, ils croient se suffire :

1090   Vous les choquez en voulant les instruire.

Mais, quel homme paraît ici !

SCÈNE XI.
Le Suisse, La Raison.

LE SUISSE.

Pon chour, Raison.

LA RAISON.

C'est un Suisse, je pense !

LE SUISSE.

Moi viendre, morbleu, por fous foir ;

Recefez, s'il fous plaît, mon petit seritance,

1095   Moi troufe afec plaisir ly moyen d'y poufoir

Faire afec fous la connoissance.

LA RAISON.

Un Suisse et la Raison ? Cela s'accorde au mieux.

LE SUISSE.

Moi viendre aussi fous temanter chistice

Contre ein proferbe inchurieux,

1100   Qui depuis fort longtemps dans sti Pays se glisse,

Lorsqu'on fouloir dire à quelqu'un

Qu'il navre pas ly sens commun ;

On lui dit : Toi n'a pas plus de Raison qu'ein Suisse.

Par mon foi, di pareils tiscours

1105   Exciter beaucoup mon colère.

Ainsi, moi prier fous, ma chère,

D'y faire qu'à chamais sti dicton n'ait plus cours.

LA RAISON, raillant.

C'est une injustice criante !

On devrait bien avoir d'autres égards pour vous.

LE SUISSE.

1110   Parsembleu ! Les Français bien plus fous que nous tous,

Pour ein butordise apparente,

Qu'eux poufoir remarquer chez nous,

Nous chez eux en rencontrir trente.

LA RAISON.

Comment donc ?

LE SUISSE.

Oui, morbleu ! Nous l'emporter touchours,

1115   Por raisonner en façon raisonnable,

Eux du bon sens marchir tout au rebour ;

Et che me donne à tout les Tiables.

Si leurs façons ou leurs tiscours

Être seulement soutenables.

LA RAISON.

1120   Quoi ! Vous voulez les attaquer ?

Il est sur eux beaucoup à dire :

Mais, qu'avez-vous pu remarquer ?

LE SUISSE.

Oh ! Moi bientôt fous en instruire ;

L'être un beau champ, mon foi, por qui feut critiquer !

1125   Depuis que moi ch'avre appris la manière

Dont sti Montsirs parlir des chens de mon pays,

Chavre eine attention toute particulière,

À ne leur rien passer, autant que che le puis ;

MoI critiquer touchours, et ch'y troufe matière ;

1130   Malhir à tout François qui s'en viendre où che suis.

LA RAISON.

Mais, dites-moi ce qui vous choque ?

LE SUISSE.

D'abord che trouse en eux trop de présomption ;

L'avre le pensement riticule et baroque,

Qu'en tout eux surpasser toute autre Nation,

1135   Et l'estre ein préchugé dont partout on sy moque.

Parblé, conviendre sans façon

Qu'ils avre dans l'esprit de la délicatesse,

Et qu'eux traiter ly politesse

Afec plus de perfection :

1140   Eh qu'est-ce que cela ? Ce n'être qu'ein chargon

Qu'ils apprendre dans la cheunesse :

Mais por penser afec plus de chustesse,

Et se conduire afec plus de Raison,

Ché l'avre entendu tire, et penser bien que non

1145   Eux afoir leurs défauts aussi bien que les autres.

Nous, Suisses, parsambleu l'être de bons garçons :

Mais, nous foir leurs travers, tout comme eux foir les nôtres ;

Et si fouloir railler, mon foi, nous les raillons.

LA RAISON.

Fort bien ! Ne donnez jamais prise.

LE SUISSE.

1150   Par exemple, eux appeller balourdise,

Cet air uni que nous afons,

Et nous nous appeler sottise

Toutes leurs mignardes façons.

Il les faut foir, en entrant tans li Monde,

1155   Courir t'abord à la Brune, à la Blonde,

Chercher à s'y parer de petits airs muguets,

De mots chantis, et de colifichets.

Ein rien, eine mode noufelle

Leur faire tout-à coup renferser li cerfelle :

1160   Chacun fouloir la suivre le premier,

Pour s'embellir aux yeux de son Maîtresse ;

L'être-t-il rien qui soit plus singulier ?

Tous s'occuper, même sans cesse,

À poufoir mieux en infenter,

1165   Pour réussir auprès des Belles ;

Eux chercher à les imiter.

Enfin, tous les François ils sont tes Temoiselles.

LA RAISON.

Vous les peignez au mieux.

LE SUISSE.

Ch'oser bien m'en flatter.

1170   Nous, parsambleu parviendre à plaire

Par eine route pien contraire.

Nous touchours mépriser stis petites façons,

Stis mots chentis, et stis tendres chargons.

Nous plaire seulement par notre bonne mine,

1175   Par l'air franc, en disant que nous aimer beaucoup :

Aussi, por peu que por nous on incline,

L'affaire est faite tout d'ein coup ;

On nous dispense des fleurettes.

LA RAISON.

On fait fort bien, je crois. L'art de les débiter…

LE SUISSE.

1180   Autre point. Quand fouloir écouter leurs sornettes,

Rire à leurs nez du nombre d'amourettes,

Dont fouloir touchours sy vanter.

Che les fois au Café, dans eine promenade,

Tous ces petits godelureaux,

1185   Faire tous à l'envi parade

De tous leurs amoureux travaux.

L'ein, d'un air nonchalant, tire à fa camarade

Qu'il viendre de quirter son adorable Iris,

Et qu'ein peu trop d'amour que Montsir avre pris,

1190   L'avre, mon foi, rendu tout son santé malade.

L'autre, répondre en souriant,

Que le fieux mari de sa belle

L'être parfois si clairvoyant,

Qu'il n'avre pu du chour arriver auprès d'elle ;

1195   Mais, qu'ein charmant billet qu'il vient dy recefoir,

Par lequel on lui tonne ein rende-toi ce soir,

Donner à ses transports eine force noufelle.

Moi n'y prendre chamais sti petit ton faquin ;

Laisser en paix li beauté que chadore :

1200   Et si, moi, parsembleu, l'y foir quelque matin,

Et l'y foir tous les soirs encore.

LA RAISON.

Sur ce point-là vous pensez moins mal qu'eux.

LE SUISSE.

Ensuite moi, les entendir tous deux,

En ricanant, se crier à l'oreille

1205   Le nom, li qualités de la cheune merfeille

Qui favoriser leurs seux.

LA RAISON.

Ces faiblesses là sont communes.

LE SUISSE.

Mais, n'être pas assez que les cheunes plumets  [ 5 Plumet : Un jeune militaire. [L]]

Parler ainsi de blondes et de brunes ;

1210   La fureur d'y briller par les ponnes fortunes,

L'avre, mon foi, passé jusqu'aux petits collets.  [ 6 Petit collet : (...) on appelle petit collet un homme qui s'est mis dans la réforme, dans la dévotion, parce que les gens d'église porte un petit collet. [F]]

Nous, Téesse, chamais ne faire ainsi connAître

Les objets qui de nous pouvoir être amoureux,

Er si touchours nous n'être pas heureux,

1215   Nous touchours mériter de l'être.

LA RAISON.

Une sincère passion

Est d'un grand poids auprès des belles ;

Mais ce mérite-là n'est presque rien pour elles,

Il faut encor de la discrétion.

LE SUISSE.

1220   Foilà des cheunes chens les défauts ordinaires ;

Mais les vieux, par mon foi, n'être pas plus sensés :

Mille désirs, milles folles chimères,

Remplacer leurs travers passés.

Mais n'être pas besoin que che vous les rappelle,

1225   Fous les connaître mieux que moi ;

Et quoiqu'eux se vanter pour fous d'ein très grand zèle,

Pas un ne suivre fotre loi.

LA RAISON.

Mais en quoi, mon cher, je vous prie,

Faites-vous donc consister la Raison ?

LE SUISSE.

1230   À fifre heureux, morbleu, l'être mon seule envie :

Oui l'être le seul bien dont mon coeur se soucie.

Che bois du matin chusqu'au soir,

Afec une Tonton acréable et cholie,

Qui m'aime, et qui me sacrefie.

1235   Les rifals que che puis afoir,

Ly chour passer ainsi, sans m'en apercefoir.

LA RAISON.

C'est aussi là votre folie.

LE SUISSE.

Comment ! Moi l'être heureux, quand l'être sans chagrin.

Che bois touchours du meilleur vin ;

1240   Chaime, et suis aimé de mon mie :

Connaître vous ein plus heureux destin ?

Si d'elle, par hasard mon âme se défie,

Loin qu'eine sombre chalousie

Vienne troubler mon fantaisie,

1245   Moi l'abandonner tout soudain,

Chen bois ein broc de plus, Téesse, et che l'oublie ;

C'en est fait du soir au matin.

LA RAISON.

C'est prendre son parti.

LE SUISSE.

Mais, à propos di boire,

Ces Montsirs les Français fouloir primer sur tous ;

1250   Fouloir aussi nous tisputer la gloire

Di boire comme des trous ;

Mais nous touchours remporter la fictoire !

Quand moi l'être afec eux dans quelque grand festin,

Falloir les rigarder animés à me suivre,

1255   Comme moi boire à grand verre et tout plein ;

Mais, parsembleu, Dieu sait comme che les ennivre !

LA RAISON.

C'est punir assez bien leur sotte vanité.

LE SUISSE.

Oh ! Moi bien rire en férité,

Quand che les fois dans leur humeur lutine,

1260   Fouloir locher ein broc de vin

Dans l'espace d'eine poitrine

Large à peu près comme mon main,

Et que noye ein petit chopine.

Quand le matin chasser Montsirs les Conviés,

1265   L'être bien content, che vous chure,

D'y voir tous ces Français, ces chens si déliés,

Que leurs valets planter dans leur voiture,

Comme des chens estropiés,

Tandis que moi, Galliard, che m'en vais sur mes pieds,

1270   En ruminant contre eux quelque ponne satire.

LA RAISON.

Sur ces articles là je n'ai rien à vous dire :

Vous les raillez, et vous avez raison.

LE SUISSE.

Si chai Raison ! Comment, di par le Tiable,

Qui plus qu'ein Suisse est raisonnable ?

1275   Et qui, plus qu'ein Français, peut être fanfaron ?

Personne, par mon foi, pas même li gascon :

Ainsi, moi l'esperer, atorable Téesse,

Que vous chassir de sti pays,

Li petit dicton qui me blesse.

LA RAISON.

1280   Je le voudrais, mon cher, mais je ne puis :

Ce serait vous flatter d'une espérance vaine.

Les préjugés aussi bien établis

Ne se détruisent qu'avec peine.

LE SUISSE.

Eh bien, si l'être ainsi, parbleu, pour cette fois,

1285   Moi leur chouer ein bon tour de malice,

Pour me fancher che vais répandre en Suisse ;

Parsambleu l'être aussi fol quein Français.

LA RAISON.

Fort bien. Quel effort de génie !

C'est un bon trait que celui-là !

LE SUISSE.

1290   Nous, de l'esprit, n'avoir pas la manic,

Mais n'en manquer pas pour cela.

Adieu.

LA RAISON.

J'admire dans ce Suisse

Certain fonds de raisonnement :

Il est grossier, mais rendons-lui justice ;

1295   Il pense du moins sensément.

SCÈNE XII.
La Raison, Une Mère et sa fille.

LA MÈRE.

Déesse, je viens, pour ma fille,

Implorer aujourd'hui votre Divin secours.

Elle est l'unique espoir de toute ma famille,

Je voudrais assurer le bonheur de ses jours.

1300   En mère tendre et qui l'aime,

Par un hymen avantageux,

Je veux la mettre au comble de ses voeux.

Elle n'y consent pas, ma peine en est extrême ;

L'époux ne plaît point à ses yeux ;

1305   Je n'obtiens rien : essayez si vous-même

Vous pourrez la convaincre mieux.

LA RAISON.

Mais quel est cet époux ? Peut-être quelque vieux.

LA MÈRE.

Non pas absolument. Il est d'un certain âge,

Mais se portant bien, encor frais ;

1310   Il se trouve enchanté de ses jeunes attraits,

Et la demande en mariage.

C'est un homme fort doux, fort sage,

Qui, d'ailleurs, regorge de biens ;

Maisons, châteaux, gros héritages ;

1315   Même en se l'attachant par les plus forts liens,

Il lui fera de très gros avantages :

Elle veut refuser. L'innocente qu'elle est

Ne trouve pas ce parti-là sortable.

LA RAISON.

Mais s'il n'est pas du tout aimable.

LA MÈRE.

1320   Aimable ou non, qu'est-ce que cela fait ?

Lorsque l'on trouve un bien aussi considérable,

Doit-on s'embarrasser si l'époux nous déplaît ?

LA RAISON.

À part.

Quel préjugé !

Haut.

J'approuve votre zèle ;

Mais faut-il si-tôt la blâmer ?

1325   Cet homme est-il le seul qu'elle puisse enflammer ?

Votre fille est jeune, elle est belle,

Quelque autre peut brûler pour elle,

Et qui plus est, s'en être fait aimer.

LA MÈRE.

Justement voilà notre affaire,

1330   Vous êtes tout d'un coup au fait.

Certain jeune homme assez bien fait,

A su trouver le moyen de lui plaire.

Et qu'est-ce dans le fond ? Un jeune freluquet,

Qui, pour tout bien, a reçu de son père

1335   Un peu de bonne mine, et beaucoup de caquet.  [ 7 Caquet : Abondance de paroles inutiles qui n'ont point de solidité. [F] ]

LA RAISON.

S'il était d'un bon caractère ?

S'il a du mérite d'ailleurs ?

LA MÈRE.

Je crois que ce serait un parti des meilleurs,

S'il avait la fortune à ses voeux moins contraire.

1340   Mais enfin, Déesse, il n'a rien ;

Pour lui déjà je sens une amitié secrète ;

Mais c'est une fort sotte emplette

Qu'un époux qui n'a pas de bien.

LA RAISON.

Et votre fille en aura-t-elle ?

LA MÈRE.

1345   Comment, sa fortune est fort belle !

Quand son père, du temps, subit la triste loi,

Elle hérita de lui, ma foi,

Quinze bons mille francs de rente,

Et celui qu'elle peut espérer après moi,

1350   Pourra bien achever les trente.

LA RAISON.

En ce cas, si c'est son bonheur

Que vous avez si fort en vue,

Pour les biens du richard soyez moins prévenue.

Consultez votre fille, et sondez bien son coeur.

À la Fille.

1355   Approchez-vous, ma chére amie,

Écoutez-moi, parlez-nous franchement,

Votre mère le veut, et moi je vous en prie,

Connaissez-vous bien votre amant ?

Êtes-vous sure qu'il vous aime ?

LA FILLE, d'un ton ingénu.

1360   Il me le dit, Déesse, et je le crois de même.

LA RAISON.

Qui vous le fait penser ?

LA FILLE.

C'est son empressement,

C'est son affection, sa politesse extrême,

C'est un je ne sais quoi de vif et de pressant,

Enfin il me dit, il ressent

1365   Ce que je lui dirais, ce que je sens moi-même.

LA RAISON.

Et vous, vous l'aimez bien ?

LA FILLE.

Beaucoup assurément,

Je ferais mon bonheur suprême…

LA RAISON.

Mais comment jugez-vous que vous pouvez l'aimer ?

LA FILLE.

Mais…

LA RAISON.

Eh bien !

LA FILLE.

Mais…

LA RAISON.

Enfin…

LA FILLE.

Je ne puis l'exprimer.

LA RAISON.

1370   Comment ?

LA FILLE.

  Je ne peux pas vous dire,

Tout ce que je pense ou ressens,

Je ne puis démêler mes secrets sentiments,

Quand je ne le vois pas, je pleure, je soupire.

Je suis toujours dans un profond ennui,

1375   Et je pense sans cesse à lui.

LA RAISON.

Et s'il vient par hasard ?

LA FILLE.

Hélas que je le voie,

Mon coeur me palpite de joie ;

Interdite, je sens mon âme se troubler,

Ce sont des mouvements que je ne puis décrire,

1380   J'ai toujours beaucoup à lui dire,

Et je ne saurais lui parler.

LA RAISON.

Et s'il s'en va ?

LA FILLE.

Je sens une douleur secrète,

Que quelquefois je voudrais pénétrer,

Je conçois seulement que mon coeur le regrette,

1385   Il recommence à soupirer.

LA RAISON, à la mère.

Sa situation m'afflige et me fait peine,

Elle aime fortement son jeune cavalier,

Votre espérance sera vaine,

Si vous comptez jamais le lui faire oublier ;

À la fille.

1390   Et l'autre amant, ne saurait donc vous plaire ?

LA FILLE.

Bon Dieu ! Non, Déesse au contraire ?

Il renouvelle ma douleur.

Ô Ciel ! Que pour eux deux mon âme est différente ?

L'un me plaît, me ravit, m'enchante,

1395   Je l'aime de tout mon coeur.

L'autre en m'approchant m'épouvante,

Enfin il me fait presque horreur.

LA MÈRE, à sa fille.

Ainsi malgré tout l'avantage,

Que vous pouvez tirer d'un pareil mariage,

1400   Vous l'épouserez à regret ?

Il faudra donc vous faire violence ?

LA FILLE.

Je ne peux triompher de mon penchant secret,

Ainsi n'abusez pas de mon obéissance.

LA RAISON, à la mère.

Vous avez droit de vous faire obéir :

1405   Mais pouvez-vous au gré de votre envie,

Forcer ce jeune enfant d'aimer ou de haïr,

Suivant votre caprice ou votre fantaisie ?

Non, non, dissipez votre erreur,

Ce droit vous est donné pour faire son bonheur,

1410   Veillez-y ; mais en femme sage,

Pour elle examinez le parti le meilleur,

Et considérez moins pour un tel mariage,

De quelques biens de plus le frivole avantage,

Que les sentiments de son coeur.

LA MÈRE.

1415   Comment ! J'aurais l'extravagance,

De préférer à cet époux,

Qui la mettra dans l'opulence,

Un homme qui n'a rien ?

LA RAISON.

Oui.

LA MÈRE.

Mais y pensez-vous ?

LA RAISON.

1420   Sans doute. Examinez, voyez avec prudence,

Si ce jeune amant-là pourra lui convenir,

Mais si vous lui trouvez des moeurs de la naissance,

Il aime, il est aimé, vous devez les unir.

LA MÈRE.

Maïs le voici lui-même.

LA FILLE.

1425   Hélas !

SCÈNE XIII.
La Raison, La Mère, sa fille et son amant.

L'AMANT.

  J'apprends Déesse,

Qu'à mon sujet, ici, l'on vient vous consulter.

Pour Lise je ressens la plus forte tendresse,

À ses attraits je n'ai pu résister,

Mon ardeur augmente sans cesse,

1430   L'Amour de son côté presse notre union,

Qu'à notre sort votre coeur s'intéresse,

Parlez en ma faveur, notre amour vous en presse,

Accordez-nous votre protection ;

Faites valoir votre Justice,

1435   Pour un amant infortuné,

Ne souffrez pas qu'on me ravisse,

L'unique bien que les Dieux m'ont donné.

LA FILLE.

Ah ! Déesse.

LA MÈRE, à sa fille.

Écoutez ?

LA RAISON.

À vos voeux favorable,

Je voudrais vous servir du meilleur de mon coeur ;

1440   Mais ce n'est pas assez qu'un amour véritable

Vous enflamme aujourd'hui d'une sincère ardeur,

Madame cherche à prendre un gendre convenable,

Homme de naissance et d'honneur,

D'un caractère, doux, aimable,

1445   Qui puisse de sa fille assurer le bonheur,

Croyez-vous pouvoir y prétendre ?

L'AMANT.

Lise est d'un prix que l'ardeur la plus tendre,

Et toutes les vertus ne peuvent mériter,

Ainsi je n'ose me flatter ;

1450   Mais Déesse daignez m'entendre,

Madame déjà pour gendre,

Avait bien voulu m'accepter.

LA RAISON.

Comment et par quelle occurrence ?

L'AMANT.

On me croyait alors dans l'opulence ;

1455   Un vieux parent que les Dieux m'ont ôté,

Avait pris soin d'élever mon enfance,

Sa grande générosité,

Me faisait faire une dépense,

Suivant mon rang, ma qualité,

1460   Madame accordait Lise à ma persévérance,

Mais je n'ai pas voulu tromper sa confiance,

Déesse j'ai pris soin de la désabuser,

Avant que d'achever ce charmant hyménée,

Je sais trop qu'une âme bien née,

1465   Ne doit jamais en imposer,

LA RAISON, à la mère.

Vous le savez dans le siècle où nous sommes,

Les femmes comme les hommes,

Sur cet article-là ne sont pas scrupuleux,

Et souvent c'est à qui se trompera le mieux,

1470   Un pareil procédé prouve de la droiture,

Un aveu si sincère est d'un homme d'honneur.

L'AMANT.

Je ne m'en repens pas, mais il fait mon malheur,

Il rompit sur le champ l'hymen prêt à conclure,

Hélas ! Pour comble de douleur,

1475   Je vois qu'un vieux rival obtient la préférence,

Ses biens de son côté font pencher la balance,

Cette Lise charmante est promise à ma foi,

Sûre de mon amour, sûre de ma constance,

M'aime et gémit tout comme moi.

1480   Ah ! Déesse, aujourd'hui prenez notre défense,

Madame suivra votre loi.

LA FILLE.

Déesse, vous voyez mes larmes.

L'AMANT, à la mère.

Madame, laissez-vous toucher :

Ah ! Daignez mettre fin à nos vives alarmes.

1485   Pouvez-vous me rien reprocher ?

LA MÈRE.

Non, Monsieur, je vous rends justice.

LA RAISON.

En ce cas, soyez-leur propice ;

Cet aveu seul devait vous faire ouvrir les yeux.

Pouvez-vous jamais trouver mieux ?

1490   Monsieur vous prouve en lui des moeurs, de la naissance ;

Ces titres valent mieux qu'une grande opulence.

Votre fille a du bien, il suffit à tous deux ;

L'Amour les fait brûler des plus aimables feux.

Son ingénuité vient de vous en instruire,

1495   À leur hymen il faut souscrire ;

Rendez ces deux amants heureux.

LA MÈRE.

Mais l'autre amant à ma promesse.

LA RAISON.

Retirez-là ; Monsieur l'avait eue avant lui ;

Et si cet homme est raisonnable,

1500   Il doit approuver aujourd'hui

Un hymen aussi convenable.

L'AMANT à la mère.

L'Amour et la Raison me prêtent leur appui ;

Un rival pourra-t-il, d'une ardeur si constante ;

LA RAISON, à la mère.

Non, la raison ne peut autoriser

1505   Une union si discordante ;

N'espérez pas que j'y consente,

Votre fille est aimable, et sa vertu m'enchante ;

Mais vous cherchez à l'exposer.

LA MÈRE.

Comptez sur sa vertu.

LA RAISON.

1510   Le moyen est extrême,

Lorsque pour être sage il y faut recourir.

Mais comment oublier un jeune amant qu'elle aime,

Pour aimer un vieillard qu'elle ne peut souffrir ?

Comment éteindre une ardeur légitime

1515   Qu'une juste espérance a pris soin de nourrir.

Quand on aime un objet toujours digne d'estime,

L'Amour devient un mal dont on ne peut guérir.

D'un joug impérieux, malheureuse victime,

Elle verra ses jours couler dans les douleurs.

1520   Pour elle cet amour va devenir un crime :

Pour un coeur vertueux, quelle source de pleurs !

Songez donc…

LA MÈRE.

Les raisons que vous faites entendre

Me frappent vivement, il en faut convenir.

LA RAISON.

Eh bien, Madame, il faut vous rendre,

1525   Et ne songer qu'à les unir.

LA MÈRE.

Par les réflexions que vous m'avez fait faire,

Je le vois trop, je dois céder à leurs penchants ;

La Raison me frappe et m'éclaire :

Je les unis, qu'ils s'aiment, j'y consens.

LISE et son AMANT.

À la mère.

1530   Que de bonheur !

À la raison.

  Par quels remerciements !…

LA RAISON.

Allez, heureux époux, qu'une flamme éternelle

Unisse vos coeurs pour jamais.

Si chacun de vous m'aime, et peut m'être fidèle,

Vous vivrez tous les deux en paix.

SCÈNE XIV ET DERNIÈRE.
La Raison, La Folie.

LA FOLIE, d'un ton railleur.

1535   Eh bien, votre espérance a-t-elle été remplie ?

Vous aviez de fort beaux projets.

Réellement combien votre philosophie

M'a-t-elle enlevé de sujets ?

LA RAISON.

Ne badinez pas tant. Si dans cette entreprise

1540   Tout n'a pas, à mon gré, secondé mes souhaits,

Je ne regrette pas la peine que j'ai prise,

J'ai du moins eu quelques succès.

LA FOLIE.

Comment ! quelques mortels à vos voeux satisfaits ?

LA RAISON.

Tous ne sont pas incorrigibles ;

1545   Il en est qui sont prévenus,

Pour les faux préjugés ici-bas répandus ;

Mais qui peuvent se rendre à des raisons sensibles.

LA FOLIE.

En vérité, j'y prends beaucoup de part.

Ma joie est égale à la vôtre ;

1550   Et puisqu'aujourd'hui le hasard

Nous rapproche ici l'une et l'autre,

Je veux vous régaler avant votre départ.

LA RAISON.

Comment donc ?

LA FOLIE.

Je sais trop, Déesse,

Que le devoir m'engage à cette politesse.

1555   Je viens de faire préparer

Un divertissement à tous deux convenable,

Moitié fou, moitié raisonnable ;

Il vous plaira… même j'ose espérer…

LA RAISON.

Non, Déesse, je pars, et je vous remercie.

LA FOLIE.

1560   Oh, s'il vous plaît, trop de sagesse ennuie ;

Montez-vous sur un plus beau ton,

Restez aux jeux dont je vous prie ;

Et songez qu'un peu de Folie

Ne peut qu'égayer la Raison.

LA RAISON.

1565   Mais enfin…

LA FOLIE.

  Vains discours. Ce moment nous rassemble.

Pouvez-vous vous en dispenser ?

Nous-nous trouvons trop rarement ensemble,

Pour que vous puissiez refuser.

D'ailleurs, ce n'est que de la Danse,

1570   De la Musique, et quelques chants.

LA RAISON.

Allons, il faut avoir un peu de complaisance :

Que l'on approche, j'y consens.

DIVERTISSEMENT.

[LA RAISON.]

Air.

Pour les affaires de la vie,

Ce n'est qu'à la Raison qu'il faut avoir recours.

1575   Heureux est le mortel qui de lui se défie,

Et la consulte toujours.

Mais, laissez la philosophie,

Lorsqu'il s'agit d'occuper vos loisirs.

Sans un petit grain de Folie,

1580   Il n'est jamais de vrais plaisirs.

VAUDEVILLE.

[LA FOLIE.]

Un amant sexagénaire,

À fillette de quinze ans,

Souvent espère,

Pouvoir encore plaire

1585   Mais le bonhomme a fait son temps.

En vain le bon sens lui crie,

Qu'il est dans l'arrière saison,

Il voit, il aime, il se marie,

C'est une Folie,

1590   Il croit pourtant avoir raison.

Une Maman pie-grièche,  [ 8 Pie grièche : Est une espèce de pie sauvage de couleur cendrée. [F]]

De fille aux appas naissants,

D'un ton revêche,

Sans cesse la prêche,

1595   Contre l'Amour et les amants.

Mais tout ce qu'elle en publie

Loin d'en dégoûter le tendron,

D'en essayer lui donne envie,

C'est une Folie,

1600   Mais elle croit avoir Raison.

Un vieux, jaloux de sa femme,

Fait observer tous ses pas,

Pour rien son âme

De courroux s'enflamme,

1605   Il peste, il jure, il fait fracas,

Mais que lui sert sa manie,

Qu'à mieux avancer le mignon,

Qui veut tromper sa jalousie,

C'est une Folie,

1610   Il croit pourtant avoir raison.

Quel plaisir, quelle fictoire,

Dy terrasser des bifeurs !

Morbleu la gloire,

Dy touchours pien poire,

1615   Defroit enchanter tous les coeurs,

Mais las ! Sti chenre de fie,

Pour tout mon foi n'être pas bon.

Ein pauvre Français qui s'y fie,

Faire un Folie,

1620   Mais ein Suisse il avre Raison.

Notre jeune Auteur en transe,

Se trouve presque aux abois,

De l'indulgence,

Hélas ! Il commence,

1625   Que faire une première fois.

Un auteur se fortifie,

En prenant de vous sa leçon,

Il a risqué, je vous en prie,

Paix si c'est Folie,

1630   Mais claquez fort, s'il a raison.

 


PRIVILÈGE DU ROI.

LOUIS, par la Grâce de Dieu, Roi de France et de Navarre : À nos amés et féaux Conseillers, les Gens tenants nos Cours de Parlement, Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel, Grand Conseil, Prévôt de Paris, Baillifs, Sénéchaux, leurs Lieutenants Civils et autres nos Justiciers qu'il appartiendra ; SALUT. Notre bien amé PIERRE PRAULT, Libraire et Imprimeur de nos Fermes et Droits, à Paris, Nous ayant fait remontrer qu'il souhaiterait faire imprimer ou imprimer, et donner au Public, Nouveau Recueil de Pièces du Théâtre Italien; le Diable boiteux; Histoire d'Osman, Premier du nom ; la Vérité triomphante de l'Erreur, s'il Nous plaisait lui accorder nos Lettres de Privilège sur ce nécessaires, offrant pour cet effet de les imprimer ou faire imprimer en bon papier et beaux caractères, suivant la feuille imprimée et attachée pour modèle sous le contrecel des présentes. À CES CAUSES, voulant favorablement traiter ledit Exposant, Nous lui avons permis et permettons par ces Présentes d'imprimer ou faire imprimer lesdits Livres ci-dessus spécifiés en un ou plusieurs volumes, conjointement ou séparément, et autant de fois que bon lui semblera, et de les vendre, faire vendre et débiter par tout notre Royaume, pendant le temps de neuf années consécutives, à compter du jour de la date desdites présentes. Faisons défenses à toutes sortes de personnes de quelque qualité et condition qu'elles soient, d'en introduire d'impression étrangère dans aucun lieu de notre obéissance: comme aussi à tous Imprimeurs Libraires, et autres, d'imprimer, faire imprimer, vendre, faire vendre, débiter ni contrefaire lesdits Livres ci-dessus exposés, en tout ni en partie, ni d'en faire aucuns extraits, sous quelque prétexte que ce soit, d'augmentation, changement de titre, ou autrement, sans la permission expresse et par écrit dudit Exposant, ou de ceux qui auront droit de lui, à peine de confiscation des exemplaires contrefaits, de Six mille livres d'amende contre chacun des contrevenants, dont un tiers à Nous, un tiers à l'Hôtel-Dieu de Paris, l'autre tiers audit Exposant, et de tous dépens, dommages et intérêts : À la charge que ces présentes seront enregistrées tout au long sur le Registre de la Communauté des Libraires et Imprimeurs de Paris, dans trois mois de la date d'icelles; que l'impression desdits Livres sera faite dans notre Royaume et non ailleurs, et que l'Impétrant se conformera en tout aux Règlements de la Librairie, et notamment à celui du 10 Avril 1725. et qu'avant que de l'exposer en vente, les Manuscrits ou Imprimés qui auront servi de Copie à l'Impression desdits Livres, sera remis dans le même état où les Approbations y auront été données, ès mains de notre très cher et féal Chevalier Chancelier de France, le Sieur Daguesseau, Commandeur de nos Ordres, et qu'il en sera ensuite remis deux Exemplaires de chacun dans notre Bibliothèque publique, un dans celle de notre Château du Louvre et un dans celle de notre très cher et féal Chevalier le Sieur Daguesseau, Chancelier de France, Commandeur de nos Ordres, le tout à peine de nullité des présentes : Du contenu desquelles vous mandons et enjoignons de faire jouir l'Exposant ou ses ayants cause, pleinement et paisiblement, sans souffrir qu'il leur soit fait aucun trouble ou empêchement. Voulons que la Copie desdites présentes, qui sera imprimée tout au long au commencement ou à la fin desdits Livres, soit tenue pour dûment signifiée, et qu'aux Copies collationnées par l'un de nos amés et féaux Conseillers et Secrétaires, foi soit ajoutée comme à l'Original: Commandons au premier notre Huissier ou Sergent, de faire pour l'exécution d'icelles tous Actes requis et nécessaires, sans demander autre permission, et nonobstant Clameur de Haro, Charte Normande et Lettres à ce contraires. Car tel est notre plaisir. Donné à Versailles le vingtième jour de Décembre, l'an de Grâce mil sept cent trente-sept ; et de notre Règne le vingt-troisième.

Par le Roi en son Conseil. Signé, SAINSON.

Registré sur le Registre IX. de la Chambre Royale des Libraires et Imprimeurs de Paris, No 561. fol. 524. conformément aux anciens règlements, confirmés par celui du 28. Février 1723. À Paris le 24. Mars 1737. Signé, G. MARTIN, Syndic.

J'ai lu par ordre de Monseigneur le Chancelier, une Comédie qui a pour Titre l'École de la Raison, et je crois que le Public en verra l'Impression avec autant de plaisir qu'il en a vu les représentations. Ce 31 Mai 1739.

Signé, CRÉBILLON.

Notes

[1] Agnès : personnage de l'Ecole des Femmes de Molière.

[2] Pétiller : Étinceler, éclater, briller avec éclat et vivacité. Se dit aussi en parlant de l'émotion que donnent les passions violentes. [F]

[3] Renommer : Rendre célèbre, mettre en réputation, bonne ou mauvaise. [F]

[4] On lit "acquerera" dans l'édition de 1739 de chez Prault. La graphie modernisée supprime une syllabe.

[5] Plumet : Un jeune militaire. [L]

[6] Petit collet : (...) on appelle petit collet un homme qui s'est mis dans la réforme, dans la dévotion, parce que les gens d'église porte un petit collet. [F]

[7] Caquet : Abondance de paroles inutiles qui n'ont point de solidité. [F]

[8] Pie grièche : Est une espèce de pie sauvage de couleur cendrée. [F]

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies