LE MOUCHOIR

MONOLOGUE EN VERS

dit par FÉLIX GALIPAUX

PRIX : UN FRANC

1881. Tous droits réservés.

GEORGES FEYDEAU

PARIS, PAUL OLLENDORF, ÉDITEUR, 28 bis, Rue de Richelieu 28 bis.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 30/10/2020 à 23:42:18.


PERSONNAGES

MONSIEUR DE COUACANLAIRE.


LE MOUCHOIR

Monologue.

MONSIEUR DE COUACANLAIRE

Je suis Monsieur de Couacanlaire !

Dulcissime, Auguste, Absalon !

Agé de trente ans, pour vous plaire,

Et ténor léger de salon.

     

5   Oui, je suis ténor !... Et peut-être

Déjà m'avez-vous entendu ?

D'ailleurs vous devez me connaître :

Je suis si connu ! Si connu !

     

Tout le monde s'accorde à dire

10   Que je suis un très grand talent !...

Et, vrai ! Vous savez, là, sans rire :

Je suis étonnant ! Étonnant !

     

Ma voix possède tant de charmes

Qu'on voudrait toujours m'écouter,

15   Et je fais couler force larmes,

Lorsque je me mets à chanter !

     

Bref, mon mérite est manifeste !...

Eh bien ! Le croiriez-vous pourtant ?

Malgré cela je suis modeste !...

20   Cela sied bien au grand talent !

     

Jamais, jamais, je ne me vante ;

J'attends qu'on vienne me chercher...

Mais ma valeur est si brillante,

Qu'on sait toujours me dénicher !...

     

25   ... Ainsi tenez : hier, la marquise

De Mistanflutefischtoncant

Donnait une soirée exquise,

À tout le beau monde élégant :

     

On y voyait, comme on le pense,

30   Tout le high-life de Paris,

Et tous les plus grands noms de France

S'y mêlaient aux plus grands esprits.

     

... Il a bien fallu que je chante !...

D'abord j'ai voulu m'excuser,

35   Mais la marquise est si charmante,

Que je n'ai pas pu refuser.

     

J'ai dû me montrer galant homme,

Et j'ai consenti noblement.

Après avoir touché la somme

40   De mille francs auparavant !

     

Bref, au milieu d'un grand silence,

? Personne n'osant dire un mot -

Mon accompagnateur commence

Un des airs de Madame Angot :

     

45   « Marchande de marée

Pour cent mille raisons,

Elle était adorée

À la halle aux poissons...»

     

L'idée était originale,

50   Et vous voyez l'effet d'ici ;

Stupéfaction générale !...

C'était vraiment bien réussi...

     

Moi, cependant, toujours modeste,

? Mais modeste très dignement -

55   Comme d'habitude, je reste

Impassible à tout compliment !

     

D'ailleurs, ce qu'on me dit, en somme,

A la fin ne m'apprend plus rien :

Chacun me traite de grand homme...

60   Depuis le temps, je le sais bien !

     

... Enfin, messieurs, que vous dirai-je ?

J'obtiens un triomphe complet !

C'était superbe !... mais j'abrège

Et je passe au dernier couplet :

     

65   « Enfin toute sa vie

Elle a envoyé... mais

C'est surtout en Turquie.

Qu'elle eut un vrai succès !

     

Malgré ses cinq cents femmes,

70   Le sultan, certain soir,

Brûlant de mille flammes

Lui jeta le mouchoir !... »

     

Et pour rendre plus véridique

Cette charmante fiction,

75   Pour ajouter à la musique

Plus d'intérêt et d'action,

     

Joignant le geste à la parole,

Pour en retirer mon mouchoir

Gracieusement ma main vole

80   Aux poches de mon habit noir :

     

Je saisis le linge au plus vite...

Mais, crac ! Voyez mon embarras :

En vain je tire et je m'agite,

L'autre résiste et ne vient pas !

     

85   Bref, à la fin cela m'agace !

J'y mets tout mon entêtement,

Et pour savoir ce qui se passe,

Je me retourne brusquement.

     

Oh ! Ciel ! Jugez de ma surprise,

90   De mon trouble et de mon émoi !

C'était... Cherchez la rime en ise.

Que je tirais ainsi vers moi !

     

Par le hasard le plus funeste,

Mon pantalon s'était... fendu :

95   Je vous laisse à penser le reste !...

J'étais tout à fait éperdu !

     

Avec cela, toute la salle,

Était en bouleversement !

Et chacun criait au scandale,

100   En se tournant pudiquement !

     

Moi, dans la stupeur générale,

Je prends mes jambes à mon cou,

Et sans plus tarder, je détale,

En courant, courant comme un fou !...

     

105   Mais aussi, par cette aventure,

Je suis bien guéri désormais !

Je ne chante plus, je le jure,

Jamais ! jamais ! jamais ! Jamais !

     

Pardon !... Pardon pour ma rentrée !...

110   Vous m'obligeriez bien, ma foi,

Si vous donnez une soirée,

De vouloir bien penser à moi !

     

 


 Version PDF 

 Edition

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Présence par scène

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Primo-locuteur

 

 Vocabulaire du texte

 Long. mots par acte

 Long. mots par perso.

 

 Didascalies


Licence Creative Commons