L'OPÉRA COMIQUE ASSIÉGÉ

PIÈCE D'UN ACTE

1730.

Par Mrs. le. S** et D'OR**


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 29/12/2016 à 19:45:04.


AVERTISSEMENT.

Cette Pièce fut faite à l'occasion d'un nouveau procès que les Comédiens Français s'avisèrent d'intenter à l'Opéra Comique, dans lequel ils eurent le démenti.


ACTEURS.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

L'OPÉRA.

SUIVANT DE L'OPÉRA.

SCARAMOUCHE, Espion des Comédies.

PIERRETTE, Suivant de l'Opéra-Comique.

MEZZETIN, Suivante de l'Opéra-Comique.

LA CHICANE.

LA FRAUDE, suivante de le Chicane.

L'ENVIE, suivante de le Chicane.

LE MALADE, par complaisance.

LE BAL DE PARNASSE.

CALLISTHÈNE.

LA REINE DE BAROSTAN.

LES COUPLETS EN PROCÈS.

UN TAMBOUR.

LE JEU DE L'AMOUR ET DU HASARD.

SAMSON, Pierrot.

TÉLÉMAQUE.

La Scène est devant le Fort de l'Opéra.


Le théâtre représente dans l'enfoncement un fort. Il y a au dessus écrit en gros caractères : Fort de l'Opéra-Comique. Dans les ailes, sont deux tentes ; celle du coté droit est une tente à la Romaine avec les Aigles, sur laquelle se lisent ces mots : Camp de la Comédie Françoise. Et du côté gauche une autre tente de toile bariolée, sur laquelle il y a écrit Camp de la Comédie Italienne. La Scène ouvre par le bruit du Canon, et par une décharge de Mousqueterie qu'on tire du fort fur les Assiégeants.

SCÈNE PREMIÈRE.
La Comédie Française, La Comédie Italienne en Amazones armées.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Air La Troupe Italienne, faridondaine partira.

Eh quoi ? La Troupe Romaine

Ne détruira jamais le Comique-Qpéra !

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Quoi donc ? L'Italienne,

Faridondaine,

5   Et lonlanla.

Jamais à la Foraine,

Faridondaine

Ne nuira.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Air Le Démon malicieux et fin.

Nous n'avons encor pu qu'à demi

10   Nous venger de ce fier Ennemi.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Contre lui notre juste furie

Ne sera donc qu'un inutile effort ?

À nos yeux il a l'effronterie

De se venir retrancher dans ce fort.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Air 193. Choquons le verre.

15   La belle gloire !

La belle gloire,

De l'avoir mis hors de la Foire !

Tin, terlintin, terlintin, terlintin ;

Et pour en garder la mémoire,

20   D'avoir perdu tant de latin.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Air Que Dieu bénisse la besogne.

Il tire sans cesse sur nous,

Nous donne souvent du dessous.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Il a, ma foi, fait des sorties,

Que nous avons bien ressenties.

Air 125. Comment faite ?

25   Mais contre fortune bon coeur ;

Il nous faut reprendre vigueur.

Ne consultons que la colère.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Oui, mais, après mille travaux,

Nos vieux Soldats sont tous manchots :

30   Comment faire ?

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Oh ! Vraiment, je ne serais point en peine si "Brutus et Catilina" me venaient secourir, comme ils me l'ont promis : mais je ne puis compter sur ces grands guerriers...

Air 28. Le vin a des charmes puissants.

Catilina, par sa lenteur,  [ 1 C'est cette même pièce dont il est parlé dans les Spectacles malades. [NdA]]

Me laisserait réduire en poudre :

Brutus devient un déserteur,  [ 2 Tragédie nouvelle, que son auteur retira après en avoir distribué les rôles.]

Quand il voit qu'il faut en découdre.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Cela est fâcheux pour nous. Il nous faudrait pourtant quelque puissant secours,

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

J'espère que bientôt nous en aurons un qui nous délivrera de nos Ennemis. C'est un monstre de ma connaissance à qui j'ai envoyé ordre de se rendre ici.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Ho-ho !

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Air Joconde.

35   Ce Monstre en malice n'a pas

Son pareil fur la Terre :

Il fait cent fois plus de dégâts

Que la Peste et la Guerre ;

Il fait d'écus, et d'escalins  [ 3 Escalin : Petite monnaie d'argent valant environ sept sous monnaie de France, qui a cours aux Pays-Bas et ailleurs.]

40   Tous ses repas funestes ;

Les Veuves et les Orphelins

Ne mangent que ses restes.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Que me dites-vous !

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Air Amis, sans regretter Paris.

Du Manceau, comme du Normand,

Cette Bête est l'organe.

45   Elle est des environs de Caen.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Ha ! C'est donc la Chicane !

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Vous l'avez deviné. Je l'attends... Mais, tenez, la voici.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

O che bruta figura !

SCÈNE II.
Les deux Comédies, La Chicane suivi de l'Envie et de la Fraude.

LA CHICANE, à la Comédie Française,

Air 194. En bâche Normandie.

En bâche Normandie

Ton ordre a pénétré,

O chuch' ma fey !

50   Je viens t'offrir, ma Mie,,

Tout le pouvoir que j'ay.;

O chuch' ma fey.

Vér' guieu m'damne !

Donn' z'au guiéble !

55   Qui se prend à tey,

Se prend à mey,

O chuch' ma fey !

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Air Le fameux Diogène.

Sur l'Opéra-Comique,

Et sur toute sa clique

60   Exerce ta fureur ;

Massacre cette race ;

Va remplir cette place

De carnage et d'horreur.

LA CHICANE, à sa Suite.

Air C'est à toi, mon Camarade, à qui je livre l'assaut.

Venez, l'Envie et la Fraude,

65   Allons leur donner l'assaut :

Cà, çà , çà, qu'on les galvaude

Vaude, vaude,

Çà, çà , çà, qu'on les galvaude

Comme il faut.

L'Envie et la Fraude, l'une tenant un poignard et, l'autre un flambeau, vont escalader le Fort sous les ordres de la Chicane.

SCÈNE III.
Les Acteurs de la Scène précédente ; troupe d'acteurs forains, paraissant aux crénaux du fort.

CHOEUR DE FORAINS.

Air 195. Parodie d'Armide.

70   Ah ! Quels objets horribles !

Ah ! Quels Monstres terribles !

LA COMÉDIE ITALIENNE, à la Comédie Française.

L'alarme est au quartier.

MEZZETIN.

Air Y-avance, y-avance.

Vole à nous, Cousin l'Opéra ?

Contre ces vilains : monstres-là

Tu dois prendre notre défense.

CHOEUR DE FORAINS.

75   Y-avance, y-avance, y-avance !

MEZZETIN.

Nous payons bien ton assistance.

SCÈNE IV.
Les Acteurs de la scène précédente, L'Opéra l'épée à la main, Suivant de l'Opéra portant des chaînes.

L'OPÉRA.

Air 196 Combattants de Cadmus.

Qu'est-ce donc que cela ?

CHOEUR DE FORAINS.

Bon, le voilà !

L'OPÉRA, aux Forains.

Oui, mes Enfants, l'Opéra

80   Toujours vous protégera.

Aux deux Comédies.

Quoi ? Vous ne voudrez donc jamais

Laisser mes Amis en paix !

Je vous écraserai tous.

Redoutez mes coups,

85   Ô Coeurs jaloux !

Fuyez, fuyez, éloignez- vous,

Pour éviter mon courroux.

Les deux Comédies prennent la fuite, [comme] en fait l'Envíe et la Fraude, L'Opéra courtise la Chicane.

Et toi, Monstre fatal,

Affreux Animal,

90   Échappé du séjour infernal !

À nous tu t'adresses bien mal.

Frappant la Chicanne.

Reçois, Méchant,

Dans ce moment,

Ton châtiment.

95   Pour ton tourment,

Je vais promptement

Te lier fortement,

T'envoyer aux Enfers,

Expier dans les fers.

Tous les maux que par toi les Forains ont soufferts.

II pousse la Chicane dans la Coulisse , en la frappant toujours, pendant que son Suivant la charge de chaînes. Dans le temps que cela se fait, les Forains chantent ce qui fuit.

PIERRETTE, du haut des Murs.

Air 36. Perrette étant dessus l'herbette.

100   Quelle horreur ! Quel triste ravage !

Le Monstre redouble sa rage !

L'Opéra s'expose pour nous !

Grands Dieux, donnez-lui l'avantage,

Conduisez son bras et ses coups !

MEZZETIN.

Air Des Fraises.

105   Amis, réjouissons-nous :

L'Opéra , plein de gloire,

Vient d'abattre sous ses coups

la Chicane. Chantons tous :

Victoire ! Victoire ! Victoire !

CHOEUR DE FORAINS.

110   Victoire ! Victoire ! Victoire !

Le Choeur continue.

Air 197. Parodie du Prologue de Phaéton.

Que du nom d'Opéra retentissent les airs !

Rien ne peut nous troubler, la Chicane est aux fers.

L'OPÉRA, aux Forains.

Air Quand le péril est agréable.

Enfants, j'ai fini mon ouvrage.

Je ne puis plus rien pour vos jours :

115   N'attendez plus d'autre secours

Que de votre courage.

II s'en va emmenant avec lui la Chicane enchaînée.

SCÈNE V.
Les deux comédies.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Ciel ! Qui l'aurait pu prévoir !

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Ha ! Que la peste le crève,

L'Opéra qui nous enlève

120   Notre plus charmant espoir !

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Ne perdons point l'espérance

De voir les Forains périr.

Il faut à notre vengeance

Les immoler, ou mourir.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

C'est bien dit. Mais conduisons-nous prudemment.

Air Le Cabaret est mon réduit.

125   Ils se rendront sans coup férir,

Ou je veux y brûler mes livres.

Pour les prendre fans ,courir ,

Il faut leur couper les vivres.

Il faut leur couper

Trois fois.

les vivres,

SCÈNE VI.
Les deux Comédies, Scaramouche.

SCARAMOUCHE.

Grande nouvelle, Mesdames, grande nouvelle !

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Qu'y a-t-il donc, Scaramouche ?

SCARAMOUCHE.

Air Je ne suis né, ni Roi, ni Prince.

130   Le Malade par complaisance  [ 4 Le Malade par complaisance est un opéra comique de Boisard de Ponteau, Fuzelier et Pannard, représenté le 3 février 1730 au Jeu de Paume de la rue de Buci et qui ne réussit pas. (Ms VP MS NA 228, Fo 28-91) ]

À petit pas ici s'avance,

Escorté d'un joli garçon,

Appelé Le Bal du Parnasse.  [ 5 La Bal du Parnasse est un opéra comique de Fuzelier et Pannard, représenté le 15 août 1731 à la Foire Saint-Laurent et qui ne réussit pas. (Ms BnF FR-9337)]

Tous deux conduisent un Caisson,

135   Ils vont ravitailler la Place.

Il se retire.

SCÈNE VII.
Les deux Comédies.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

C'est ce qu'il ne faut pas souffrir.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Quelles troupes leur opposerons-nous ?

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Air 22. Changement pique l'appétit.

Hé, mais, votre Roi de Grenade ,  [ 6 Abdili, roi de Grenade ou les maris embarrassés de Mme Flaminia et de Delsile e la Drevetière est une comédie en trois actes et en prose, représentée une fois à l'Hôtel de Bourgogne le 20 décembre 1729. (non imprimée)]

Ou bien votre Prince Malade.  [ 7 Les Jeux Olympiques ou le Prince malade de La Grange-Chancel, est une comédie héroïque en trois actes et en vers, représentée à l'Hôtel de Bourgogne le 12 novembre 1729. (imprimée dans les oeuvres de l'Auteur)]

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Hélas ! Ignorez-vous leur sort ?

L'un ne vit plus, et l'autre est mort.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Cela est bien triste.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

N'avez-vous pas vos Philosophes amoureux ?

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Non.

Air On n'aime point dans nos Forêts.

140   Mes Philosophes amoureux  [ 8 Les Philosophes amoureux de Destouches, est une comédie en cinq actes et en vers, représentée au Théâtre de la rue des Fossés Saint-Germain le 26 novembre 1729. (imprimée Chez Lebreton en 1730)]

Viennent de partir pour leur Terre ;

Pour jamais dégoûtés tous deux

Du rude métier de la Guerre,

Voulant jouir d'un sort plus doux,

145   Ils sont allés planter des choux.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Nous voilà bien embarrassées. Attaquons nous-mêmes le convoi.

Air Ô reguingué ! Ô lonlanla !

Venez, secondez mon ardeur :

Montrons que nous avons du coeur ;

Deux hommes nous feront-ils peur ?

Ma Bonne, allez je vous proteste

150   Que nous leur donnerons leur reste.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

J'en fuis persuadée. Courons au devant de l'ennemi.

SCÈNE VIII.
Les deux Comédies, Le Malade par complaisance, Le Bal du Parnasse conduisant un caisson.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Air À boire, à boire, à boire ! Nous quitterons nous etc.

Mais à nous il arrive.

LA COMÉDIE ITALIENNE, au Malade etc.

Qui vive ? Qui vive ? Qui vive ?

LE MALADE.

Vive le Comique-Opéra.

LA COMÉDIE FRANÇAISE, le pistolet à la main.

Messieurs les Guerriers, halte-là !

Air 198. Des Fêtes Vénitiennes.

155   Songez à vous défendre.

Tout Forain est notre ennemi.

LA COMÉDIE ITALIENNE, l'épée à la main, au Malade, lui poussant une botte.

Air 86 Je fuis un bon Soldat : Ti , ta, ta !

Pare moi celle-là :

Ti, ta, ta !

Hé ! Tire donc ta lame !

LA COMÉDIE FRANÇAISE, au Bal,lui mettant le Pistolet sur l'estomac.

160   Et toi, résistes-tu ?

Tu, tu, tu ?

Je vais te brûler l'âme.

LA COMÉDIE ITALIENNE, au Malade.

Air, Les Trembleurs.

Ah ! Que vous avez de peine !

Allons donc mon Capitaine !

165   Voyez la belle dégaine !

Le Malade tire son épée lentement et la laisse tomber.

LE BAL, à la Comédie Française.

Je vous demande quartier.

LE MALADE, à genoux devant la Comédie Italienne, et lui rendant les armes.

Madame de l'Italie,

Épargnez-moi, je vous prie !

Je n'ai qu'un souffle de vie...

170   Je suis votre prisonnier.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Hé bien, soit. Entrez dans ma tente avec vos vivres.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Oh ! Pour les vivres, non. Qu'on les conduise à notre Camp. Nous en avons plus besoin que vous.

SCÈNE IX.
Les deux Comédies, Scaramouche.

SCARAMOUCHE.

Air Par bonheur, ou par malheur.

La Reine du Barostan,

Vient ici, tambour battant.

Les Couplets sont avec elle...

Et leur dessein est, dit-on,

175   D'aller de la Citadelle

Renforcer la Garnison.

Il se retire.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Elle n'a qu'à venir, pendant que nous sommes en train de ferrailler.

LA COMÉDIE FRANÇAISE, branlant la tête.

Hom ! Nous allons peut-être trouver à qui parler. Les Troupes Orientales m'inquiètent. Elles nous ont souvent taillés des croupières... Mais quel Personnage vient à nous ?

SCÈNE X.
Les deux Comédie, Callisthène.

CALLISTHÈNE, déclamant, à la Comédie Française,

Madame, vous voyez le bouillant Callisthéne.  [ 9 Callisthène est une tragédie en cinq actes et en vers d'Alexis Piron, représentée pour la première fois le 18 février 1830 au Théâtre de la rue des Fossés Saint-Germain.]

En Chevalier Errant ,touché de votre peine,

Je viens vous présenter le secours de mon bras,

180   Qui vous vaudra lui seul des milliers de Soldats.

Pour louer ma valeur, il faut des hyperboles.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Il faut des actions, et non pas des paroles.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

C'est le prendre en effet sur un assez haut ton.

CALLISTHÈNE.

Vous verrez dès ce jour si je suis un Gascon.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Air 199. Lasson bredondaine.

185   Mon brave Callisthène,

Lassi,

Lasson,

Lasson bredondaine :

Mon bonheur vous amène

190   Fort à propos ici :

Patari,

Pataton :

Fort à propos ici,

Bis.

Pour combattre une Reine,

195   Lassi,

Lasson,

Lasson, bredondaine ;

Pour combatre une Reine,

Qui sert notre Ennemi.

En cet endroit, on entend le tambour qui bat la Marche des Dragons.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Air 200. Du Feu d'Artifice.

200   Elle vient, ma foi ! Je l'entends.

Je la vois avec tous ses gens.

LA COMÉDIE FRANÇAISE, à Callisthène.

Opposez-vous à son passage,

Et nous montrez votre courage :

Pan, pan, pan !

205   Allez-vous-en

À la Reine du Barostan.  [ 10 L'Heureux dénouement ou la Reine de Barostan de Gilliers, d'Orneval, Lesage, le 08 février 1729 à la Foire Saint-Germain.]

Elle se retire.

LA COMÉDIE ITALIENNE, s'en allant.

Air Voici les Dragons, etc.

Voici les Dragons qui viennent,

Vite sauvons-nous !

SCÈNE XI.
Callisthène, La Reine du Barostan, Les Couplets en Procès, un Tambour jouant la marche des Dragons, avec l'Orchestre.

Callisthéne fait un mouvement pour aller à l'Ennemi.

LA REINE, aux Couplets.

Air 2O1. Marche des Dragons.

Allons, mes enfants, alerte !

210   On arrête ici nos pas,

L'Ennemi vient. Il court à sa perte.

Donnons dessus, ne l'épargnons pas.

CALLISTHÈNE, l'épée à la main.

Air 6 Ô turlutaine !

Ne vous battez point, ma Reine ,

Contre un trop fort ennemi :

215   Rendez-vous à Callisthène.

LA REINE, d'un ton moqueur.

Ô turlutaine !

CALLISTHÈNE.

Il vous fera bon parti.

LA REINE.

Turlutu, tantaleri !

CALLISTHÈNE.

Prenez- y garde.

Air 88. Ha ! Voyez donc !

Je suis un rude compagnon,

220   Et j'ai bien de l'école :

Il fait de la pointe et de l'espadon.

J'y vais de pointe et d'espadon.  [ 11 Espadon : grande et large épée qui a deux poignées, et qu'on tient à deux mains. [F]]

LA REINE.

Ha ! Voyez donc.

Ha ! Voyez donc.

Comment s'y prend le Drôle !

Aux Couplets.

Filez, Grivois, filez. Gagnez promptement le Fort.

CALLISTHÈNE, se préparant à leur barrer le passage.

Je vais écharper votre escorte.

LA REINE, lui présentant sa demi-pique.

Plaît-il ?

Pendant ce temps-là les Couplets gagnent le Fort, dont on leur ouvre les portes.

CALLISTHÈNE.

Air 141. Badinez ; mais restez-en là.

225   Je ne souffrirai pas qu'elle entre.

LA REINE, l'arrêtant toujours.

Tout beau, tout beau.

CALLISTHÈNE.

Mort ! Tête ! Ventre !

Je ne souffrirai pas cela.

LA REINE.

Menacez, grondez, pestez, criez, jurez,

Fulminez ; mais restez-en là.

CALLISTHÈNE.

Quoi ? Il sera dit qu'une femme à ma Barbe...

LA REINE.

Croyez-moi, faites retraite. Il n'y a rien à gagner ici pour vous.

CALLISTHÈNE, se retirant.

J'enrage !

LA REINE, à part.

Rejoignons nos gens.

Elle fait quelques pas pour se rendre au Fort, Le jeu de l'Amour et du Hasard l'arrête.

SCÈNE XII.
La Reine du Barostan, Le Jeu de l'Amour et du Hasard.

LE JEU, Arrêtant la Reine.

Air Tique, tique, toque , et lonlanla.

230   Attendez, Reine, attendez !

LA REINE, se retournant.

Qu'est-ce que vous demandez ?

LE JEU.

Contre vous, non sans alarmes :  [ 12 Le Jeu de l'Amour et du hasard est une comédie en prose et en trois acte de Marivaux représentée pour la première fois le 23 janvier 1730 à l'Hôtel de Bourgogne.]

Tique, tique, taque, et lonlanla !

je viens éprouver mes amies,

235   Je vous demande cela.

LA REINE.

Qui êtes-vous ?

LE JEU.

Je suis le Jeu de l'Amour et du Hasard.

Il fait deux pas en arrière.

Mais que vois-je !

Air L'autre nuit j'aperçus en songe.

Je trouve de la ressemblance,  [ 13 On trouvait quelque ressemblance entre le Jeu du Hazard et la Reine du Barostan. [NdA]]

Ma Princesse, entre vous et moi.

LA REINE.

De vos parents les miens, je crois,

N'avaient aucune connaissance :

240   Cette ressemblance ne part

Que d'un simple jeu du Hasard.

LE JEU.

Air 110. De tout temps le jardinage.

Quel honneur pour moi, ma Reine !

LA REINE.

N'écoutons que notre haine.

LE JEU.

Je n'en ai plus.

LA REINE, lui présentant sa demi-pique.

Battons-nous,

245   Mettez-vous vite en défense.

LE JEU.

Non, j'ai trop de répugnance

À me battre contre vous.

II se retire et s'en va.

SCÈNE XIII.
La Reine du Barostan, La Comédie Italienne.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Air, C'est le Dieu des Eaux qui va paraître.

C'est le fort Samson qui va paraître :  [ 14 Samson : Tragi-comédie en cinq actes et en vers de Romagnesi, représentée pour la première fois le 28 février 1730 à l'Hôtel de Bourgogne.]

Vous allez trouver votre Maître.

LA REINE, à part, se sauvant.

Sauvons-nous dans la Forteresse.

Elle va se réfugier dans le Fort, Les Trompettes annoncent Samson.

SCÈNE XIV.
La Comédie Italienne, Samson, tenant une mâchoire d'âne.

SAMSON.

Air 202. Matelots d'Hypermnestre.

250   Où sont-ils,  [ 15 Samson : tragi-comédie en vers de Romagnesi, première le 28 février 1730 à l'Hôtel de Bourgogne. Alexis Piron a tenté de traiter le même sujet mais il ne l'acheva pas.]

Ces Forains maudits ?

Cette engeance,  [ 16 * Pièce italienne traduite en vers français qui faisait alors grand bruit aux Italiens. [NdA]]

Qui balance

Les forces de mes Amis ?

255   La fureur

Règne dans mon coeur.

C'est en vain qu'une Citadelle

Entre ces murs recèle

Des gens que glace la peur.

260   Par la mort !

Dans mon fier transport,

Ma. mâchoire d'âne ,

Tombant sur leur crâne,

Enverra

265   Chez Pluton ces Faquins-là.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Air 203 Par derrière et par devant.

Suivez votre noble audace,

La victoire vous attend.

SAMSON.

De mon asinine masse,

Je m'en vais tout culbutant,

270   Le long de ça ,

Le long de là ,

Le long de la Place,

Par derrière et par devant.

II s'approche du fort, y donne plusieurs coups de sa mâchoire d'âne, pendant qu'on tire sur lui des pétards. Il revient chargé des portes du Fort.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Quel abatteur de quilles !

SCÈNE XV.
Samson, La Comédie Italienne, La Reine de Barostan, Les Couplets ne procès, Télémaque, Messzetin et plusieurs autres acteurs forains tous sortant du fort en ordre de bataille.

LA RElNE, aux assiégés.

Air Je ferai mon devoir.

Ne souffrons pas un tel affront :

275   Jetons nous sur Samson.

Bis.

LA COMÉDIE ITALIENNE, à Samson.

Songez à les bien recevoir.

SAMSON.

Je ferai mon devoir.

Bis.

CHOEUR DE FORAINS.

Air Belle Brune, belle Brune.

Qu'il périsse !

Qu'il périsse!

MEZZETIN.

280   Nous avons pour notre Chef

Le courageux Fils d'Ulysse.  [ 17 La parodie de Télémaque est une parodie de d'Orneval et Lesage créée en Février 1715 au Jeu de Paume de Bel Air et repris le le 4 mars 1730 à la Foire Saint-Germain. ]

CHOEUR.

Qu'il périsse !

Qu'il périsse !

TÉLÉMAQUE, d'un ton niais, s'avançant l'épée à la main contre Samson.

Je suis plus fort que Samson, moi.

SAMSON.

Oui ; car je n'ai qu'une mâchoire d'âne et tu en as deux.

Il le frappe de sa mâchoire et le renverse.

Tiens voilà ton estasse. Va te faire panser.

Télémaquese relève, et tout éclopé il rentre en pleurant dans le fort. Samson adresse ensuite la parole à tous les autres, et leur dit :

Air 204. L'Amour veut devenir vainqueur.

Unissez-vous contre un héros

285   Suivi de la Victoire :

Venez, je vous attends , Marauds ;

Bis.

Sentez le poids de ma mâchoire.

Je vais sur vos malheureux corps,

Je vais frapper et déstoc et de taille.

290   Sous mes invincibles efforts

Tombez, tombez, vile canaille :

Pata , pata , pan !

Pan, pan, pan !

Pata , pata, pata, pan !

295   Tombez, tombez, vile Canaille.

Il renverse tous les Forains, qui se relèvent et se sauvent dans le Fort.

SCÈNE XVI.
Samson, La Comédie Italienne.

SAMSON.

Air Marche Française.

Des Troupes Foraines

Je suis le vainqueur.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

De mes Capitaines

Vous êtes la fleur.

SAMSON.

300   Oui ; mais, ma petite;

Il faudra, vraiment,

Payer mon mérite

Toujours doublement.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Sans doute. Vous aurez double solde. Il ne m'en coûtera rien, le public est le trésorier de mes troupes.   [ 18 On prenait le double à Samson. [NdA]]

SCÈNE XVII ET DERNIÈRE.
Samson, La Comédie Italienne, La Comédie Française, Callisthène.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Air Quand on a prononcé ce malheureux oui.

Nous venons de Samson célébrer la victoire.

305   Nous ne devons donc plus appréhender la Foire ?

LA COMÉDIE ITALIENNE.

De lui j'attends encor un coup plus généreux.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Quel coup ?

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Qu'il vous assomme en ce moment tous dcus,

CALLISTHÈNE.

Ô Ciel !

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Qu'entends-je ! Pourriez-vous tourner vos armes contre vos Alliés !

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Apprenez à me connaître. Quelque bonne mine que je vous fasse, je vous regarde comme ma plus grande ennemie.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Il y a de 1a franchise dans cet aveu.

LA COMÉDIE ITALIENNE.

Et de la vérité. Je voudrais qu'il n'y eût à Paris que notre troupe.

SAMSON.

C'est bien dit.

Déclamant.

Comme un soleil suffît au Céleste lambris,  [ 19 Vers imités de la Tragédie de Calisthène d'Alexis Piron.]

Un Théâtre suffit pour divertir Paris.

N'est-ce pas, Seigneur Callisthène ?

LA COMÉDIE ITALIENNE, à Samson.

Ne perdons point de temps, expédiez les l'un et l'autre.

Samson les frappe tous deux.

LA COMÉDIE FRANÇAISE, fuyant.

La Traîtresse !

CALLISTHÈNE, chancelant, et déclamant.

310   C'en est fait, je me meurs. Âme double et sans foi !

Bientôt ton imprimeur me vengera de toi.

La prédiction n'a pas été vaine.

 


Notes

[1] C'est cette même pièce dont il est parlé dans les Spectacles malades. [NdA]

[2] Tragédie nouvelle, que son auteur retira après en avoir distribué les rôles.

[3] Escalin : Petite monnaie d'argent valant environ sept sous monnaie de France, qui a cours aux Pays-Bas et ailleurs.

[4] Le Malade par complaisance est un opéra comique de Boisard de Ponteau, Fuzelier et Pannard, représenté le 3 février 1730 au Jeu de Paume de la rue de Buci et qui ne réussit pas. (Ms VP MS NA 228, Fo 28-91)

[5] La Bal du Parnasse est un opéra comique de Fuzelier et Pannard, représenté le 15 août 1731 à la Foire Saint-Laurent et qui ne réussit pas. (Ms BnF FR-9337)

[6] Abdili, roi de Grenade ou les maris embarrassés de Mme Flaminia et de Delsile e la Drevetière est une comédie en trois actes et en prose, représentée une fois à l'Hôtel de Bourgogne le 20 décembre 1729. (non imprimée)

[7] Les Jeux Olympiques ou le Prince malade de La Grange-Chancel, est une comédie héroïque en trois actes et en vers, représentée à l'Hôtel de Bourgogne le 12 novembre 1729. (imprimée dans les oeuvres de l'Auteur)

[8] Les Philosophes amoureux de Destouches, est une comédie en cinq actes et en vers, représentée au Théâtre de la rue des Fossés Saint-Germain le 26 novembre 1729. (imprimée Chez Lebreton en 1730)

[9] Callisthène est une tragédie en cinq actes et en vers d'Alexis Piron, représentée pour la première fois le 18 février 1830 au Théâtre de la rue des Fossés Saint-Germain.

[10] L'Heureux dénouement ou la Reine de Barostan de Gilliers, d'Orneval, Lesage, le 08 février 1729 à la Foire Saint-Germain.

[11] Espadon : grande et large épée qui a deux poignées, et qu'on tient à deux mains. [F]

[12] Le Jeu de l'Amour et du hasard est une comédie en prose et en trois acte de Marivaux représentée pour la première fois le 23 janvier 1730 à l'Hôtel de Bourgogne.

[13] On trouvait quelque ressemblance entre le Jeu du Hazard et la Reine du Barostan. [NdA]

[14] Samson : Tragi-comédie en cinq actes et en vers de Romagnesi, représentée pour la première fois le 28 février 1730 à l'Hôtel de Bourgogne.

[15] Samson : tragi-comédie en vers de Romagnesi, première le 28 février 1730 à l'Hôtel de Bourgogne. Alexis Piron a tenté de traiter le même sujet mais il ne l'acheva pas.

[16] * Pièce italienne traduite en vers français qui faisait alors grand bruit aux Italiens. [NdA]

[17] La parodie de Télémaque est une parodie de d'Orneval et Lesage créée en Février 1715 au Jeu de Paume de Bel Air et repris le le 4 mars 1730 à la Foire Saint-Germain.

[18] On prenait le double à Samson. [NdA]

[19] Vers imités de la Tragédie de Calisthène d'Alexis Piron.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies