FRAGMENT D'UNE COMÉDIE INTITULÉE CHAPELAIN DÉCOIFFÉ.

D'une autre façon.

1666

À LA HAYE, chez PIERRE DU BOIS, au Palais.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 30/05/2017 à 16:34:49.


PERSONNAGES

LA SERRE

CHAPELAIN, Père de la Pucelle.

CASSAIGNE, Père de la Pucelle.

La Scène est est au Carrefour de la rue Plâtriere au retour de l'Académie.

Cette parodie est extraite de "La Ménagerie par Monsieur L'ABBÉ COTIN, et quelques autres pièces curieuses. pp. 38-48. Toutefois, il n'en est probablement pas l'auteur : selon les sources, ce sont soit Nicolas Boileau, ou un groupe dont Molière, Jean Racine et Jean Chapelle.


PARODIE

SCÈNE I.
La Serre, Chapelain.

LA SERRE.

Enfin vous l'emportez, et la faveur du Roi  [ 2 Puget de La Serre, Jean (1594-1665) : écrivain prolixe et auteur dramatique dont Thomas Morus ou le triomphe de la Foi, et de la constance, Le Martyre de Sainte Catherine, le Sac de Carthage ou encore Pandoste ou la Princesse malheureuse.]  [ 1 Toute la pièce est une parodie du premier acte du Cid de Pierre Corneille.]

Vous accable de dons, qui n'étaient dus qu'à moi.

On voit rouler chez vous tout l'or de la Castille.

CHAPELAIN.

Les trois fois mille francs, qu'il met dans ma famille

5   Témoignent qu'il est juste, et font connaître assez

Qu'il sait récompenser les poèmes forcés.

LA SERRE.

Pour grands que soient les Rois, ils sont ce que nous sommes,

Ils se trompent en vers comme les autres hommes,

Et ce choix sert de preuve à tous les Courtisans,

10   Qu'à de méchants auteurs ils font de beaux présents.

CHAPELAIN.

Ne parlons point d'un choix, dont notre esprit s'irrite :

La Cabale l'a fait plutôt que le mérite,

Vous choisissant peut-être on eut peu mieux choisir :

Mais le Roi m'a trouvé plus propre à son désir.

15   À l'honneur qu'il m'a fait ajoutez en un autre,

Unissons désormais ma Cabale à la vôtre.

Les sots aiment mes vers, et ce digne sujet

De leurs affections est le plus cher objet :

Ma nièce même en vous peut rencontrer un gendre.

LA SERRE.

20   À de plus hauts partis Phlipotte doit prétendre,

Et le nouvel éclat de cette pension

Lui doit bien mettre au coeur, une autre ambition ;

Exerce nos rimeurs, et vante notre Prince,

Va te faire admirer chez les gens de Province,

25   Fais marcher en tous lieux les rimeurs sous ta loi,

Sois des flatteurs l'amour et des railleurs l'effroi :

Joins à ces qualités celle d'une âme vaine,

Montre leur comme il faut endurcir une veine,

Au métier de Phoebus bander tous les ressorts

30   Endosser nuit et jour un rouge juste-au-corps,

Pour avoir de l'encens donner une bataille,

Ne laisser de sa bourse échapper une maille :  [ 3 Maille : Petite monnaie de cuivre qui n'est plus en usage, mais qui valait la moitié d'un denier, et était de la sorte synonyme d'obole. Il n'a ni denier ni maille. [L]]

Sur tout sers leur d'exemple et ressouviens toi bien

De leur former un style aussi dur que le tien.

CHAPELAIN.

35   Tour s'instruire d'exemple en dépit de Lignière

Ils liront seulement ma Jeanne toute entière :

Là dans un long tissu d'amples narrations

Ils verront comme il faut berner les nations

Duper d'un grave ton gens de robe et d'armée,

40   Et sur l'erreur des sots bâtir la renommée.

LA SERRE.

L'exemple de La Serre a bien plus de pouvoir.

Un auteur dans ton livre apprend mal son devoir,

Et qu'a fait après tout ce grand nombre de pages,

Que ne puisse égaler un de mes cent ouvrages.

45   Si tu fus grand flatteur, je le suis aujourd'hui,

Et ce bras de la presse est le plus ferme appui.

Billaine et de Sercy sans moi seraient des drilles,  [ 4 Billaine et Sercy sont deux imprimeurs libraires de Paris.]

Mon nom seul au palais nourrit trente familles ;

Les marchands fermeraient leurs boutiques sans moi,

50   Et s'ils ne m'avaient plus ils n'auraient plus d'emploi.

Chaque heure, chaque instant fait sortir de ma plume

Cahiers dessus Cahiers, volume sur volume,

Un auteur écrivant ce que j'aurais dicté

Ferait un livre entier marchant à mon côté,

55   Et loin de ces durs vers qu'à mon style on préfère

Il deviendrait hâbleur en me regardant faire.

CHAPELAIN.

Tu me parles en vain de ce que je connais :

Je t'ai vu rimailler, et traduire sous moi.

Si j'ai traduit Gusman, si j'ai fait sa préface,

60   Ton galimatias a bien rempli ma place.

Enfin pour épargner ces discours superflus

Si je suis grand flatteur, tu l'es et tu le fus.

Tu vois bien cependant qu'en cette concurrence

Un Monarque entre nous met de la différence.

LA SERRE.

65   Ce que je méritais, tu me l'as emporté.

CHAPELAIN.

Qui l'a gagné sur toi l'avait mieux mérité.

LA SERRE.

Qui sait mieux composer en est bien le plus digne.

CHAPELAIN.

En être refusé n'en est pas un bon signe.

LA SERRE.

Tu l'as gagné pas brigue étant vieux courtisan.

CHAPELAIN.

70   L'éclat de mes grands vers fut mon seul partisan.

LA SERRE.

Parlons en mieux, le Roi fait honneur à ton âge.

CHAPELAIN.

Le Roi, quand il en fait, le mesure à l'ouvrage.

LA SERRE.

Et par là je devais emporter ces ducats.

CHAPELAIN.

Qui ne les obtient point ne les mérite pas.

LA SERRE.

75   Ne les mérite pas, moi !

CHAPELAIN.

Toi.

LA SERRE.

  Ton insolence

Téméraire vieillard aura sa récompense.

CHAPELAIN.

Achève et prends ma tête après un tel affront,

Le premier dont ma Muse a vu rougir son front.

LA SERRE.

Et que penses-tu faite avec tant de faiblesse ?

CHAPELAIN.

80   Ô Dieux ! Mon Apollon à ce besoin me laisse.

LA SERRE.

Ta perruque est à moi ; mais tu serais trop vain,

Si ce sale trophée avait souillé ma main.

Adieu fais lire au peuple en dépit de Lignière

De tes fameux travaux l'histoire toute entière :

85   D'un insolent discours ce juste châtiment

Ne lui servira pas d'un petit ornement.

CHAPELAIN.

Rends moi donc ma perruque.

LA SERRE.

Elle est trop malhonnête.

De tes lauriers sacrés va te couvrir la tête.

CHAPELAIN.

Rends la calotte au moins.

LA SERRE.

Va, va, tes cheveux d'ours

90   Ne pourraient sur ta tête encor durer trois jours.

SCÈNE II.

CHAPELAIN, seul.

Ô rage ! Ô desespoir ! Ô perruque m'amie !

N'as tu donc tant vécu, que pour cette infamie,

N'as tu trompé l'espoir de tant de perruquiers,

Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers.

95   Nouvelle pension fatale à ma calotte,

Précipice élevé qui te jette en la crotte,

Cruel ressouvenir de tes honneurs passés,

Services de vingt ans en un jour effacés !

Faut il de ton vieil poil voir triompher La Serre,

100   Et te mettre crottée, ou te laisser à terre.

La Serre sois d'un Roy maintenant régalé

Ce haut rang n'admet pas un poète pelé,

Et ton jaloux orgueil par cet affront insigne

Malgré le choix du Roi m'en a su rendre indigne.

105   Et toi de mes travaux glorieux instrument ;

Mais d'un esprit de glace inutile ornement,

Plume, jadis vantée, et qui dans cette offense

M'as servi de parade, et non pas de défense,

Va, quitte désormais le dernier des humains.

110   Passe pour me venger en de meilleures mains.

Si Cassaigne a du coeur, et s'il est mon ouvrage,

Voici l'occasion de montrer son courage,

Son esprit est le mien, et le mortel affront,

Qui tombe sur mon chef, rejaillit sur son front.

SCENE III.
Chapelain, Cassaigne.

CHAPELAIN.

115   Cassaigne as tu du coeur ?

CASSAIGNE.

  Tout autre que mon maître  [ 5 Parodie du vers 363, Acte I scène VI du Cid de Pierre Corneille.]

L'éprouverait sur l'heure.

CHAPELAIN.

Ah ! C'est comme il faut être.

Digne ressentiment à ma douleur bien doux,

Je reconnais ma nerve à ce noble courroux.

Ma jeunesse revit en cette ardeur si prompte.

120   Mon disciple, mon fils, viens réparer ma honte,

Viens me venger.

CASSAIGNE.

De quoi ?

CHAPELAIN.

D'un affront si cruel,

Qu'à l'honneur de tous deux il porte un coup mortel.

D'un insulte le traître eut payé la perruque

Un quart d'écu du moins sans mon âge caduque.

125   Ma plume, que mes doigts ne peuvent soutenir

Je la remets aux tiens pour écrire et punir.

Va contre un Insolent faire un bon gros ouvrage,

C'est dedans l'encre seul qu'on lave un tel outrage.

Rime ou crève, au surplus pour ne te point flatter,

130   Je te donne à combattre un homme à redouter :

Je l'ai vu fort poudreux au milieu des libraires

Se faire un beau rempart de deux mille exemplaires.

CASSAIGNE.

Son nom, c'est perdre temps en discours superflus.

CHAPELAIN.

Donc pour te dire encor quelque chose de plus.

135   Plus enflé que Boyer, plus bruyant qu'un tonnerre,   [ 6 Boyer, Claude (1618-1698) : poète dramatique de 27 pièces de théâtre, tragédies, comédies, tragi-comédies, pastorales entre 1646 et 1697.]

C'est...

CASSAIGNE.

De grâce achevez.

CHAPELAIN.

Le terrible La Serre.

CASSAIGNE.

Le...

CHAPELAIN.

Ne réplique point, je connais ton fatras,

Combats sur ma parole, et tu l'emporteras.

Donnant pour des cheveux ma pucelle en échange,

140   J'en vais chercher ; barbouille, écris, rime, et nous venge.

SCÈNE IV.

CASSAIGNE, seul.

Percé jusques au fond du coeur

D'une insulte imprévue, aussi bien que mortelle,

Misérable vengeur d'une sotte querelle,

D'un avare écrivain chétif imitateur,

145   Je demeure stérile et ma veine abattue

Inutilement sue.

Si près de voir couronner mon ardeur,

Ô ! La peine cruelle !

En cet affront La Serre est le tondeur,

150   Et le tondu père de la pucelle.

     

Que je sens de rudes combats !

Comme ma pension mon bonheur me tourmente,

Il faut faire un poème, ou bien perdre une rente,

L'un échauffe mon coeur, l'autre retient mon bras.

155   Réduit au triste choix, ou de trahie mon maître,

Ou d'aller à Bicêtre,

Des deux côtes mon mal est infini.

Ô ! La peine cruelle !

Faut il laisser un La Serre impuni ?

160   Faut il venger l'auteur de la pucelle ?

     

Auteur, perruque, honneur, argent,

Impitoyable loi, cruelle Tyrannie

Je vois gloire perdue, ou pension finie.

D'un côté je suis lâche, et de l'autre indigent.

165   Cher et chétif espoir d'une veine flatteuse,

Et tout ensemble gueuse,

Noir instrument, unique gagne-pain,

Et ma seule ressource,

M'es tu donné pour venger Chapelain ?

170   M'es tu donné pour me couper la bourse ?

     

Il vaut mieux courir chez Conrard,

Il peut me conserver ma gloire et ma finance,

On sait comme en traitiez excelle ce vieillard.

S'il n'en vient pas à bout, que Sapho la pucelle

175   Vide notre querelle ;

Si pas un d'eux ne me veut secourir,

Et si l'on me balotte,

Cherchons La Serre, et sans tant discourir

Traitions du moins, et payons la Calotte.

     

180   Traiter sans tirer ma raison ?

Rechercher un marché si funeste à ma gloire ?

Souffrir, que Chapelain impute à ma mémoire

D'avoir mal soutenu l'honneur de la foison ?

Respecter un vieux poil, dont mon âme égarée

185   Voit la perte assurée ?

N'écoutons plus ce dessein négligent,

Qui passerait pour crime,

Allons, ma main, du moins sauvons l'argent,

Puisque aussi bien il faut perdre l'estime.

     

190   Oui, mon esprit s'était déçu.

Autant que mon honneur mon intérêt me prête,

Que je meure en rimant, ou meure de détresse,

J'aurai mon style dur comme je l'ai reçu.

e m'accuse déjà de trop de négligence,

195   Courons à la vengeance,

Et tout honteux d'avoir tant de froideur

Rimons à tire d'aile,

Puisque aujourd'hui La Serre est le tondeur,

Et le tondu père de la pucelle.

     

SCÈNE V.
Cassaigne, La Serre.

CASSAIGNE.

200   Moi, La Serre, un mot.

LA SERRE.

Parle.

CASSAIGNE.

  Ôte moi d'un doute,

Connais tu Chapelain ?

LA SERRE.

Oui.

CASSAIGNE.

Parlons bas, écoute,

Sais tu que ce vieillard fut la même vertu,

Et l'effroi des lecteurs de son temps ! Le sais tu ?

LA SERRE.

Peut être.

CASSAIGNE.

La froideur, qu'en mon style je porte,

205   Sais tu que je la tiens de lui seul ?

LA SERRE.

  Que m'importe !

CASSAIGNE.

À quatre vers d'ici je te le fais savoir.

LA SERRE.

Jeune présomptueux.

CASSAIGNE.

Parle sans t'émouvoir :

Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées

La Rime n'attend pas le nombre des années.

LA SERRE.

210   Mais t'attaquer à moi ! Qui t'a rendu si vain

Toi, qu'on ne vit jamais une plume a la main.

CASSAIGNE.

Mes pareils avec toi sont dignes de combattre,

Et pour des coups d'essai veulent des Henrys quatre.

LA SERRE.

Sais tu bien qui je suis.

CASSAIGNE.

Oui, tout autre que moi

215   En comptant tes écrits pourrait trembler d'effroi.

Mille et mille papiers, dont la table est couverte,

Semblent porter écrit le destin de ma perte.

J'attaque en téméraire un gigantesque auteur ;

Mais j'aurai trop de force ayant assez de coeur :

220   Je veux venger mon maître, et ta plume indomptable

Pour ne se point lasser n'est pas infatigable.

LA SERRE.

Ce Phébus, qui paraît aux discours, que tu tiens,

Souvent par tes écrits se découvrir aux miens,

Et te voyant encor tout frais sorti de Classe

225   Je disais Chapelain lui laissera fa place.

Je sais ta pension, et suis ravi de voir

Que ces bons mouvements excitent ton devoir,

Qu'ils te font sans raison mettre rime sur rime

Étayer d'un pédant l'agonisante estime,

230   Et que voulant pour singe, un écolier parfait

Il ne se trompait point au choix qu'il avait fait.

Mais je sens que pour toi ma pitié s'intéresse,

J'admire ton audace, et je plains ta jeunesse :

Ne cherche point à faire un coup d'essai fatal,

235   Dispense un vieux routier d'un combat inégal,

Trop peu de gain pour moi suivrait cette victoire ;

À moins d'un gros volume on compose sans gloire,

Et j'aurais le regret de voir que tout Paris

Te croirait accablé du poids de mes écrits.

CASSAIGNE.

240   D'une indigne pitié ton orgueil s'accompagne,

Qui pelé Chapelain craint de tondre Cassaigne.

LA SERRE.

Retire toi d'ici.

CASSAIGNE.

Hâtons nous de rimer.

LA SERRE.

Es tu si près d'écrire !

CASSAIGNE.

Es tu las d'imprimer.

LA SERRE.

Viens tu fais ton devoir : L'écolier est un traître,

245   Qui souffre sans cheveux la tête de son maître.

 


Achevé d'imprimé ce 23 mars 1637. Les exemplaires ont été fournis ainsi qu'il est porté par le privilège.

Notes

[1] Toute la pièce est une parodie du premier acte du Cid de Pierre Corneille.

[2] Puget de La Serre, Jean (1594-1665) : écrivain prolixe et auteur dramatique dont Thomas Morus ou le triomphe de la Foi, et de la constance, Le Martyre de Sainte Catherine, le Sac de Carthage ou encore Pandoste ou la Princesse malheureuse.

[3] Maille : Petite monnaie de cuivre qui n'est plus en usage, mais qui valait la moitié d'un denier, et était de la sorte synonyme d'obole. Il n'a ni denier ni maille. [L]

[4] Billaine et Sercy sont deux imprimeurs libraires de Paris.

[5] Parodie du vers 363, Acte I scène VI du Cid de Pierre Corneille.

[6] Boyer, Claude (1618-1698) : poète dramatique de 27 pièces de théâtre, tragédies, comédies, tragi-comédies, pastorales entre 1646 et 1697.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies