CHANSONS ET MONOLOGUES

TOME PREMIER - 1 17

1896. TOUS DROITS RSERVS.

D'ARISTIDE BRUAND

PARIS, H. GEFFROY DITEUR, 222, Boulevard Saint-Germain

SCEAUX. - Imp. Charaire et Cie.


Texte tabli par Paul FIEVRE, septembre 2023.

publi par Paul FIEVRE, octobre 2023.

© Thtre classique - Version du texte du 31/05/2024 11:59:47.


LES PERSONNAGES.

UN CHANTEUR.


CHANSONS ET MONOLOGUES

PHILOSOPHE.

Va, mon vieux, va comme j'te pousse,

gauche, doit', va, a fait rien,

Va, pierr' qui roule amass' pas mousse,

J'm'appell' pas Pierre, et je l'sais bien.

5   Quand j'tais p'tit j'm'app'lais mile,

prsent on m'appelle loi

Va, mon vieux, va, n'te fais pas d'bile,

T'es dans la ru', va, t'es chez toi.

     

Va, mon vieux, pouss'-toi d'la ballade

10   En attendant l'jour d'aujord'hui,

Va donc, ya qu'quand on est malade

Qu'on a besoin d'pioncer la nuit ;

Tu t'portes ben, toi, t'as d'la chance,

Tu t'fous d'ia chaud, tu t'fous d'la foid,

15   Va, mon vieux, fais pas d'rousptance.

T'es dans la ru', va, t'es chez toi.

     

De quoi donc ?... on dirait d'un merle.

Ej'viens d'entende un coup d'sifflet !

Mais non, c'est moi que j'Lche eun'perle,

20   Sortez donc, Monsieur, s'i' vous plat!

Ah ! mince, on prend des airs de flte,

On s'rgal' d'un p'tit quant--soi...

Va, mon vieux, pt' dans ta culbute,

T'es dans la ru', va, t'es chez toi.

     

25   D'abord ej'comprends pas qu'on s'gne,

Ej'suis ami d'la libert.

J'fais pas ma Sophi', mon Ugne,

Quand ej'pte, ej'dis j'ai pt.

Et pis nous somm', en Rpublique,

30   On n'est pus su' l'pav du roi;

Va, va, mon vieux, va, pouss' ta chique,

T'es dans la ru', va, t'es chez toi.

     

Paris, 1886.

BATIGNOLLES.

Sa maman s'appelait Flora,

connaissait pas son papa,

Tout' jeune on la mit l'cole,

Batignolles.

     

5   A poussa comme un champignon,

Malgr qu'alle ait r'u pus d'un gnon,

L'sor, en faisant la cabriole,

Batignolle.

     

Alle avait des magnir's trs bien,

10   Alle tait coiffe la chien,

A chantait comme eun' petit' folle,

Batignolles.

     

Quand a s'balladait, sous l'ciel'bleu,

Avec ses ch'veux couleur de feu,

15   On croyait voir une aurole,

Batignolles.

     

Alle avait encor' tout's ses dents,

Son p'tit nez, ousqui' pleuvait d'dans,

tait rond comme eun' croquignolle,

20   Batignolles.

     

A buvait pas trop, mais assez,

Et quand a vous soufflait dans l'nez

On croyait r'hifler du ptrole,

Batignolles.

     

25   Ses appas taient pas ben gros,

Mais je m'disais : Quand on est dos,

On peut nager avec eun'sole,

Balignolles.

     

A gagnait pas beaucoup d'argent,

30   Mais j'tais pas ben exigeant !...

On vend d'l'amour pour eune obole,

Batignolles.

     

Je l'ai aime autant qu'j'ai pu,

Mais j'ai pus pu lorsque j'ai su

35   Qu'a m'trompait, avec Anatole,

Batignolles.

     

a d'vait arriver, tt ou tard,

Car Anatol' c'est un mouchard.

La marmite aim' ben la cass'role,

40   Batignolles.

     

Alors a m'a donn cong,

Mais le bon Dieu m'a ben veng :

A vient d'mourir de la variole,

Batignolles.

     

45   La moral' de c'tte oraison-l,

C'est qu'les p'tit's fill's qu'a pas de papa, 1

Doiv'nt jamais aller l'cole,

Batignolles.

     

Paris, 1884.

BIRIBI.

Yen a qui font la mauvais' tte

Au rgiment .

I's tir' au cul, i's font la bte

Inutil'ment ;

5   Quand i's veul'nt pus fair' l'exercice

Et tout l'fourbi,

On les envoi' fair' leur service

Biribi.

     

A Biribi c'est en Afrique

10   O que l'pus fort

Est oblig d'poser sa chique

Et d'fair' le mort;

O que l'pus malin dsespre

De fair' chibi,

15   Car on peut jamais s'fair' la paire

Biribi.

     

Biribi c'est l. qu'on marche,

Faut pas flancher ;

Quand l'chaouch crie En avant! Marche !

20   Il faut marcher,

Et quand on veut fair' des pates,

C'est peau d'zbi /

On vous fout les fers aux quat' pattes,

Biribi.

     

25   Biribi c'est l qu'on crve

De soif et d' faim,

C'est l qu'i' faut marner sans trve

Jusqu' la fin !...

Le soir on pense la famille,

30   Sous le gourbi...

On pleure encor' quand on roupille,

Biribi.

     

Biribi c'est l qu'on rle,

On rle en rut,

35   La nuit on entend hurler l'mle

Qu'aurait pas cru

Qu'un jour i' s'rait forc d'connatre

Mam'zell' Bibi.

Car tt ou tard i' faut en tre,

40   Biribi.

     

On est sauvag', lche et froce,

Quand on en r'vient...

Si par hasard on fait un gosse,

On se souvient...

45   On aim'rait mieux, quand on s' rappelle

C' qu'on a subi,

Voir son enfant la Nouvelle

Qu' Biribi.

     

Paris, 1891.

AU BOIS DE BOULOGNE.

Quand on cherche un'femme Paris,

Maint'nant, mme en y mettant l'prix,

On n'rencontre plus qu'des dbris

Ou d'la charogne

5   Mais pour trouver c'qu'on a d'besoin,

Il existe encore un bon coin,

C'est au bout d'Paris. pas ben loin

Au bois d'Boulogne.

     

C'est un bois qu'est vraiment rupin /

10   Quant on veut faire un bon chopin,

On s'y fait traner en sapin

Et sans vergogne,

On choisit tout le long du bois,

Car ya que d'la grenouill' de choix !

15   Et ya mm' des gonzess's de rois !!

Au bois d'Boulogne.

     

Yen a des tas, yen a d'partout

De la Bourgogne et du Poitou,

De Nanterre et de Montretout,

20   Va d'la Gascogne

De Pantin, de Montmorency,

De l, d'o, d'ailleurs et d'ici,

Et tout a vient fair' son persil.

Au bois d' Boulogne.

     

25   a poudroie a brille et a r'luit,

a fait du train, a fait du bruit,

a roul', a passe et a s'enfuit !

a cri', a grogne !

Et tout a va se r'miser, l'soir,

30   l'curie ou dans l'boudoir...

Puis la nuit tapiss' tout en noir...

Au bois d'Boulogne.

     

Alors c'est l'heur' du rendez-vous

Des purotins et des filous,

35   Et des escarp' et des marlous

Qu'ont pas d'besogne,

Et qui s'en vont, toujours par trois,

Derrir' les vieux salauds d'bourgeois,

Leur fair' le coup du pr' Franois,

40   Au bois d'Boulogne.

     

Paris. 1890.

SOULAUD.

Ah a ! Pleut-i pas ou c'qui pleurt ?

Sur i' pleut !... Parie eun' chpine.

I'fait si tell'ment noir qu'on peut

Pas seul'ment voir si i'lanc'quine.

     

5   Cr nom de Dieu ! C'est patant !

Pleut-i' ? Pleut-i' pas ? C'est un combe !

Je n'sens rien de rien et pourtant

Nom de Dieu ! J'entends ben qu'a tombe.

     

Sr i' pleut ! Mm' que a coul' dru

10   a dgringol' par la gargouille.

Jusqu' prsent j'ai toujours cru

Qu'quand i'tombe d'l'eau a vous mouille...

     

Et j'suis pas mouill... j'suis soulaud.

Tiens ! Qu'est-c' que j'sens l l'long d'ma cuisse ?

15   Ah ben ! C'est moi qui lche d'l'eau...

Alors i' pleut pas !... C'est que j'pisse !

     

Paris, 1886

LA GLACIRE.

C'tait l'pus beau, c'tait l'pus gros,

Comm'qui dirait l'Emp'reur des dos,

L' gouvernait la barrire,

la Glacire.

     

5   Son pr', qu'est mort soixante ans,

L'avait r'leve aussi dans l'temps;

Sa mre avait t daufire,

la Glacire.

     

Lui, quand il tait tout petit,

10   l' f'sait des galipet's dans l'lit

D'la Biv', qu'est eun' joli' rivire,

la Glacire.

     

Plus tard i' conduisit les veaux,

Aprs i' fit trotter les ch'vaux,

15   En s'agrippant leur crinire,

la Glacire.

     

Quand i' fallait r'cevoir un gnon,

Ou bouffer l'nez d'un maquignon

Il tait jamais en errire,

20   la Glacire.

     

I' racontait, avec orgueil,

Qu'i' s'avait fait crever un oeil,

Un soir, au coin d'eun' pissotire,

la Glacire.

     

25   I' parlait aussi d'un marron.

D'eun' nuit qu'on yavait sonn l'front,

a yavait r'tourn la caf'tire,

la Glacire.

     

I' vient d'tomber comme un Csar,

30   Comme un princ' du sang, comme un czar ;

On l'a crev la s'main' dernire,

la Glacire.

     

C'est pas un gros, c'est un p'tit mac

Qui ya mis dl'air dans l'estomac,

35   En y faisant eun' boutonnire,

la Glacire.

     

C'tait l'pus beau, c'tait l'pus gros,

Comm' qui dirait l'Emp'reur des dos,

I' gouvernait la barrire,

40   la Glacire.

     

Paris, 1886.

D'LA BRAISE.

Messieurs, dam's, je vous d'mandd' pardon,

Je vais vous chanter la chanson :

D'la Braise !

Ah ! Voyez-vous, c'est qu'ici-bas,

5   On est plaindre quand on a pas

De Braise !

Ya pas dir' mon p'tit papa,

La plus malin c'est celui qu'a

D'la Braise !

10   Pour tre un Monsieur comme il faut,

Pour avoir le droit d'parler faut,

D'la Braise !

     

La Braise est un levier puissant,

Il faut au petit, comme au grand,

15   D'la Braise!

Un pdant, doubl d'un fruit sec,

Devient homme d'esprit avec

D'la Braise

La Braise c'est le nerf du jour,

20   Aussi faut voir ce qu'on fait pour

D'la Braise

On vend sa plume et son talent,

Son coeur, son me en demandant

D'la Braise

     

25   Au thtre on s'en va content,

Qu'est-c' qu'on vous d'mande en arrivant ?

D'la Braise !

L'vestiaire est l, qui vous attend,

Faut encor' donner en passant

30   D'la Braise !

Vous montez en criant Du flanc !

L'ouvreus' vous ouvre en vous disant

D'la Braise

Enfin, l'soir, en vous en allant,

35   Qu'est-c' qu'on vous d'mand' pour le p'tit banc

D'la Braise !

     

chaque pas, chaque instant,

Il vous faut pour payer comptant

D'la Braise !

40   Vous voulez manger un peu d'pain,

Vous voulez boire un verr' de vin.

D'la Braise !

Si vous arrtez un cocher

Dans votre poche il faut chercher

45   D'la Braise !

Si vous voulez parler d'amour

Il vous faudra pour fair' la cour

D'la Braise

     

Votre pous' vous donne un enfant,

50   La nourrice arrive en demandant :

D'l Braise !

Pour le nourrir, pour l'lever,

Pour l'instruire, il vous faut trouver

D'la Braise !

55   S'il veut une pouse son got

Il faut lui donner avant tout

D'la Braise !

Aujourd'hui, tout se pay' comptant,

On trouve un' femme en apportant

60   D'la Braise !

     

Dans la peine, dans le malheur,

Il faut pour calmer la douleur

D'la Braise !

Quand vient la saison des frimas,

65   Il faut plaindre ceux qui n'ont pas

De Braise !

Riches, pensez aux pauvres gens,

Donnez, donnez aux indigents

D'la Braise !

70   Soyons humains, mes bons amis,

Puisque la France est le pays

D'la Braise !

     

Bref, je le rpt', tout est l,

En tous lieux on vous demand'ra

75   D'la Braise !

Vous v'nez ici vous amuser,

Mais faut commencer par donner

D'la Braise !

Moi, pour chanter ma p'tit' chanson,

80   Qu'est-c' que j'demande mon patron ?

D'la Braise !

Et l'auteur a fait cett' sci'-l

Dans l'espoir qu'ell' lui rapporl'ra

D'la Braise !

     

Paris, 1880.

COTIER.

Psit! viens ici, viens que j't'accroche,

V'l l'omnibus, faut dmarrer!

Ruhau !... r'cul' donc', h tt' de boche

Tu vas p't't' pas t'foute tirer

5   Au cul ? T'en as assez d'la cte ?

T'as dj soupe du mtier ?

Mais tu peux pus en faire un aute,

Te v'l comm' moi ; te y'i cotier.

     

Dia ! qu qu'tu f'sais dans ta jeunesse ?

10   T'as p't'-t' ben couru Longchamps,

T'as p't'-t' t l'cheval d'Ernesse

Quand i'la donnait dans les camps ;

Hein, mon colon, tu f'sais ta gueule,

Tu marquais l'pas aux porte-sac,

15   Aujord'hui, c'est moi que j't'engueule

Psit ! viens ici, h ! Cavaignac.

     

Ququ' tu r'gard'? eun' jument qui pisse ;

a t'fait donc encor' de l'effet ?

Vrai, j' t'aurais pas cru si novice,

20   Les femm's tiens.
  V'l l'effet qu'a m' fait.

Viens, mon salaud, viens, guide gauche,

T'es trop vieux, va, pour drailler,

D'ailleurs, c'est pour a qu'on t'embauche

Tu n'es pus bon qu' travailler.

     

25   a t'tonn' ?... ben vrai, tu m'pates :

C'est la vi'... faut porter l'licou

Tant qu'on tient un peu su' ses pattes

Et tant qu'on peut en foute un coup.

Et pis aprs, c'est la grand' sorgue,

30   Toi, tu t'en iras chez Maquart,

Moi, j'irai p't'-t' ben la Morgue,

Ou ben ailleurs... ou ben auf part.

     

Paris, 1888.

LE BOULEVARD DES TUDIANTS.

Nous sommes tous garons

D'assez joyeuse mine,

Nous prenons des leons

De droit et de md'cine,

5   Le matin, nous partons

De notre observatoire,

Pour aimer, rire et boire,

Et le soir nous chantons

En r'montant,

10   En r'montant

Le boul'vard Saint-Miche,

En remontant,

En r'montant

Le boul'vard des tudiants !

15   En r'montant,

En r'montant

Le boul'vard Saint-Miche,

En r'montant,

En r'montant

20   Le boul'vard des tudiants.

     

Quand nous r'cevons d' l'argent,

La chose est assez rare,

Nous descendons gaiement

En fumant un cigare,

25   Nous gaspillons notre or ;

Puis au bout de la s'maine,

Nous sommes dans la gne,

Mais nous chantons encor

En r'montant,

30   En r'montant

Le boul'vard Saint-Miche,

En r'montant,

En r'montant

Le boul'vard des tudiants !

35   En r'montant,

En r'montant

Le boul'vard Saint-Miche,

En r'montant.

-En r'montant

40   Le boul'vard des Etudiants.

     

C'est le joyeux quartier

O bell's et souriantes,

Au bras d'un bachelier

Vont les tudiantes ;

45   Elles ont pour tout bien

Des faux ch'veux, d'la peinture

Qu'ell's s'mett'nt sur la figure,

Mais, l' soir on n'y voit rien.

En r'montant,

50   En r'montant

Le boul'vard Saint-Miche,

En r'montant,

En r'montant

Le boul'vard des tudiants

55   En r'montant,

En r'montant

Le boul'vard Saint-Miche,

En r'montant,

En r'montant

60   Le boul'vard des tudiants.

     

On y rencontre aussi

La gentille Musette,

Joyeuse, sans souci,

Et Mimi la coquette

65   Dans le quartier latin

Elles sont immortelles,

Mais toujours infidles

deux heur's du matin.

En r'montant,

70   En r'montant

Le boul'vard Saint-Miche,

En r'montant,

En r'montant

Le boul'vard des tudiants

75   En r'montant,

En r'montant

Le boul'vard Saint-Miche,

En r'montant,

En r'montant

80   Le boul'vard des tudiants.

     

Combien de sommits

Du droit, de la md'cine,

Font les collets monts

Et renfrognent leur mine,

85   Et pourtant, comme nous,

Ils s'en allaient nagure

Au bal de la Chaumire

Et chantaient comm' des fous :

En r'montant,

90   En r'montant

Le boul'vard Saint-Miche,

En r'montant,

En r'montant

Le boul'vard des Etudiants !

95   En r'montant,

En r'montant

Le boul'vard Saint-Miche,

En r'montant,

En r'montarit

100   Le boul'vard des Etudiants.

     

Le vieil esprit franais,

Le sourir' de Voltaire,

Le rir' de Rabelais,

La gat de Molire

105   S'y donnent rendez-vous

Et souvent, l'aurore,

On les rencontre encore

Rentrant bras d'ssus bras d'ssous.

En r'montant,

110   En r'montant

Le boul vard Saint-Miche,

En r'montant,

En r'montant

Le boul'vard des tudiants!

115   En r'montant,

En r'montant

Le boul' vard Saint-Miche,

En r'montant,

En r'montant

120   Le boul'vard des Etudiants.

     

Paris, 1880.

BELLEVILLE-MNILMONTANT.

Papa, c'tait un lapin

Qui s'app'lait J.-B. Chopin

Et qu'avait son domicile,

Bell'ville ;

5   L'soir, avec sa p'tit' famille,

I' s'balladait, en chantant,

Des hauteurs de la Coutille,

Mnilmontant.

     

I'buvait si peu qu'un soir

10   On l'a r'trouv su' l'trottoir,

Il'tait crev ben tranquille,

BellVille,

On l'a mis dans d'la terr' glaise,

Pour un prix exorbitant,

15   Tout en haut du Pr'-Lachaise,

Mnilmontant.

     

Depis, c'est moi qu'est l'sout'neur

Naturel ma p'tit' soeur,

Qu'est l'ami' d'la p'tit' Ccile,

20   Bell'ville

Qu'est sout'nu' par son grand frre,

Qui s'appelle Eloi Constant.

Qu'a jamais connu son pre,

Mnilmontant.

     

25   Ma soeur est avec Eloi,

Dont la soeur est avec moi,

L'asoir, su' l'boul'verd, ej'la r'file,

Belle'ville ;

Comme' a j'gagne' pas mal de braise,

30   Mon beau-frre en gagne autant,

Pisqu'i r'fil ma soeur Thrse,

Mnilmontant.

     

L'dimanche, au lieu d'travailler,

J'mont' les mm' au poulailler,

35   Voir jouer l'drame ou l',vaud'ville,

Bell'ville;

Le soir, on fait ses pates,

On tal' son culbutant,

Mine' des g'noux et larg' des pattes,

40   Mnilmontant.

     

C'est comm' a qu'c'est l'vrai moyen

D'dev'nir un bon citoyen /

On grandit, sans s'fair' de bile,

Bell'ville,

45   On cri' Viv' l'Indpendance 1

On a l'coeur bath et content,

Et l'on nag' dans l'abondance,

Mnilmontant.

     

Paris, 1885.

PUS D'PATRONS.

J'suis rpublicain socialisse,

Compagnon, radical ultra,

Rvolutionnaire, anarchisse,

Eq'coetera. Eq?coetera.

5   Aussi j'vas dans tous les mtingues,

Jamais je n'rate un'runion,

Et j'pass' mon temps chez les mann'zingues

Os qu'on prch' la Rvolution.

     

C'est vrai que j'comprends pas grand'chose

10   tout c'qu'y dis'nt les orateurs,

Mais j'sais qu'i's parl'nt pour la bonn' cause

Et qu'i's tap'nt su' les exploiteurs.

Pourvu qu'on chine l'ministre,

Qu'on engueul' d'Aumale et Totor,  [ 1 Duc d'Aumale (1822-1897) : Henri d'Orl?ans, fils de Louis-Philippe, g?n?ral et homme politique.]

15   Et qu'on parl' de fout' tout par terre

J'applaudis d'achar et d'autor.

     

C'est d'un' simplicit biblique.

D'abord faut pus d'gouvernement,

Pis faut pus non pus d'Rpublique.

20   Pus d'Snat et pus d'Parlement,

Pus d'salauds qui vit sa guise,

Pendant qu'nous ont un mal de chien...

Pus d'lois, pus d'arm', pus d'glise,

Faut pus d'tout a..., faut pus de rien !

     

25   Alors c'est nous qui s'ra les matres,

C'est nous qui f'ra c'que nous voudrons,

Yaura pus d'chefs, pus d'contremaitres,

Pus d'directeurs et pus d'patrons

Minc' qu on pourra tirer sa flemme,

30   On f'ra tous les jours el' lundi

Oui.;; mais si n'ya pus d'latronspme,

Qui qui fra la paye l'samedi?

     

Paris, 1899.

LA CHAPELLE.

Quand les heur' a tomb'nt comm' des glas,

La nuit quand i' fait du verglas,

Ou quand la neige s'amoncelle,

la Chapelle,

     

5   On a frio, du haut en bas,

Car on n'a ni chaussett's, ni bas

On transpir' pas dans d'la flanelle,

la Chapelle.

     

5   On a beau s'payer des souliers,

On a tout d'mm' frisquet aux pieds,

Car les souliers n'ont pas d'semelle,

la Chapelle.

     

Dans l'temps, sous l'abri, tous les soirs,

10   On allumait trois grands chauffoirs,

Pour empcher que l'peupe i' gle,

la Chapelle.

     

Alors on s'en foutait du froid !

L-d'ssous on tait comm' chez soi,

15   El' gaz i' nous servait d'chandelle,

[la] Chapelle.

     

Mais l'quartier d'venait trop rupin,

Tous les sans-sou, tous les sans-pain

Radinaient tous, mm' ceux d'Grenelle,

20   la Chapelle.

     

Et v'l porquoi qu'l'hiver suivant

On n'nous a pus foutu qu'du vent,

Et l'vent n'est pas chaud, quand i' gle,

la Chapelle.

     

25   Aussi, maint'nant qu'on n'a pus d'feu,

On n'se chauff' pus, on grinche un peu.

L' fait moins froid la Nouvelle  [ 2 La Nouvelle : Ancien quartier de Paris situ? dans l'actuel 9?me arrondissement. ]

Qu' la Chapelle.

     

Paris, 1888.

URSULE !.

Un soir d't, l'ann' dernire,

Nous nous promenions tous les deux,

L'eau clapotait dans la rivire

Et la lune brillait aux cieux ;

5   Mon coeur soupirait se fendre,

Ta main s'appuyait sur mon bras,

L'amour accourait nous surprendre,

Et moi je te disais tout bas

     

Ah ! U ! ah ! Ursule !

10   V'l mon coeur qui brle

Pour teindr' le feu, le feu qu'j'ai dans l'coeur,

Il faudrait un' pompe, un' pompe, un' pompe,

Il faudrait un' pompe, un' pompe vapeur !

     

Du soir, la brise parfume

15   S'mlait aux soupirs de langueur

De ta douce haleine embaume,

C'tait comme un bouquet de fleurs...

Moi, qu'aim' les beauts d'la nature,

J'admirais ton large escarpin,

20   Qui marchait en battant la m'sure

Pendant qu'l'autr' rabotait l'chemin,

     

Ah ! U ! ah ! Ursule!

V'l mon coeur qui brle

Pour teindr' le feu, le feu qu'j'ai dans l'cceur,

25   Il faudrait un' pompe, un' pompe, un' pompe,

II faudrait un' pompe, un' pompe vapeur

     

Le rossignol, sous la charmille,

grenait ses accents joyeux,

La brise berait la chenille

30   Blotti' dans son cocon soyeux,

Les lapins couraient sur l'herbette,

Et les grenouilles au marais

Coassaient une chansonnette,

Pendant que moi, je rptais :

     

35   Ah ! U ! ah ! Ursule !

V'l mon coeur qui brle !

Pour teindr' le feu, le feu qu'j'ai dans l'cOeur,

Il faudrait un' pompe, un' pompe, un' pompe,

Il faudrait un' pompe, un' pompe vapeur!

     

40   L'herbe poussait dans la prairie,

Les oiseaux dormaient dans les bois,

Rien ne troublait ma rverie,

Rien.;; si ce n'est ta douce voix.

Tu m'disais si bien Je t'adore,

45   Tu me donnais des noms d'oiseau,

Et moi, je rptais encore

Je t'aime en beuglant comme un veau /

     

Ah ! U ! ah ! Ursule !

Vl mon coeur qui brle

50   Pour teindr' le feu, le feu qu'j'ai dans l'coeur,

Il faudrait un' pompe, un' pompe, un' pompe,

Il faudrait un' pompe, un pompe vapeur !

     

Depuis cette douce soire

Mon pauvre coeur a du bobo,

55   Ma pauvre me est tout plore,

Et j'ai toujours .le vertigo;

Tu sais bien c'que j'te d'mande, en somme,.

C'est de rpondre mes accents,

Tu s'rais la femme ton p'tit homme,

60   Et moi j's'rais l'pr' de tes enfants.

     

Ah ! U ! ah ! Ursule !

V'l mon coeur qui brle !

Pour teindr' le feu, le feu qu'j'ai dans l'coeur,

II faudrait un' pompe, un' pompe, un' pompe,

65   II faudrait un' pompe, un' pompe vapeur!

     

Paris, 1877.

LE PEUPLE.

Si vous voulez bien m'couter,

Mes bons amis, j'vais vous chanter

Le Peuple,

Le Peuple dont nous sommes tous

5   Grands ou petits, car, voyez-vous,

Le Peuple,

C'est la grand' famille aujourd'hui,

Tout le monde s'adresse lui

Le Peuple

10   Est devenu fort et puissant,

Et j'me fais gloir' d'tre un enfant

Du Peuple.

     

Le peuple est tout 'et ce n'est rien,

C'est le mond', c'est un citoyen,

15   Le Peuple,

C'est vous, c'est nous, c'est lui, c'est toi,

C'est un vagabond, c'est un roi,

Le Peuple,

C'est un nouveau-n qui vagit,

20   C'est un vieux tigre qui rugit,

Le Peuple,

C'est un Ocan indompt,

Qui gronde, dans l'immensit,

Le Peuple.

     

25   Dans l'industrie et dans les arts

Il s'est taill de larges parts

Le Peuple !

Combien d'artistes, des plus grands,

Sont fiers d'tre sortis des rangs

30   Du Peuple !

Papin, Jacquart et Vaucanson

Fur'nt levs dans le giron

Du Peuple !

Aussi qui revendiqu' l'honneur

35   D'avoir dcouvert la vapeur ?

Le Peuple.

     

En fait d'crivains, d'orateurs,

De savants, de littrateurs,

Le Peuple

40   A fourni son p'tit contingent.

Ah c'est qu'il est intelligent

Le Peuple !

Beaucoup prtend'nt qu'il est mchant,

Moi, j'soutiens qu'il est bon enfant,

45   Le Peuple !

S'il se bat pour la Libert...

Il prche la Fraternit,

Le Peuple

     

La Bastille, ce vieux rempart

50   Des rois, fut enfin ras' par

Le Peuple.

Hardi, brave comme un lion,

En pleine rvolution,

Le Peuple

55   Marchait sans peur l'ennemi

Ils en taient ceux de Valmy

Du Peuple,

Ils en taient les Augereau,

Les Klber, les Hoch', les Marceau,

60   Du Peuple.

     

Enfin, on n'en finirait pas

S'il fallait compter les soldats

Du Peuple :

Hros, va-nu-pieds des combats,

65   Artist's, crv'-la-faim, tous soldats

Du Peuple,

Soldats du burin, du fusil,

De la pense ou de l'outil...

Le Peuple !...

70   Le peuple en a sem partout.

Franais ! Il est toujours dbout,

Le Peuple

     

Paris, 1881.

UNE DRLE D'AVENTURE.

Un soir que j'rentrais un peu tard,

Un peu trop tard,

Il pleuvait, j'tais sans riflard,

J'suis pas veinard,

5   Je barbotais comme un canard,

Sur le boul'vard,

Quand de loin j'aperois un' belle ;

Comme elle avait son en-tout-cas,

J'n'en avais pas,

10   Je l'accoste et lui dis tout bas,

Ah mais trs bas

Mam'zell', ne voudriez-vous pas,

En pareil cas,

Me recevoir sous votre ombrelle ?

     

15   Moi je voulais bien, elle voulait pas,

Vl pourquoi qu'a n'marchait gure,

Moi je voulais bien, elle voulait pas, i

Vl pourquoi qu'a n'marchait pas.

     

Voyant a, j'me mets chanter,

20   Pour l'enchanter :

Mad'moisell', daignez m'couter,

Sans m'abriter,

L'histoir' que j'vais vous raconter

Sans la vanter

25   Pourrait p't-tr' ben fair' votre affaire :

Malgr la pluie et l'mauvais temps,

Quel fichu temps

Je cherche depuis bien longtemps,

Depuis cinq ans,

30   Un' fille arrive trente ans,

Sans accidents,

Pour la conduir' d'vant Mosieu l'Maire.

     

Moi je voulais bien, elle voulait pas,

Vl pourquoi qu'a n'marchait gure,

35   Moi je voulais bien, elle voulait pas,

Vl pourquoi qu'a n'marchait pas.

     

0   La bell' se met m'rire au nez Ah mais sous l'nez ! En m'rpondant : Vous m'tonnez, D'o qu'vous sortez ? Un' jeun' fill' comm' vous la voulez. Vous comprenez, J'sais pas si l'on en trouve encore. Puisque vous t's en si beau ch'min, Pauvr' petit daim, Vous pouvez chercher jusqu' d'main, Demain matin, Et j'vous rponds qu' vous s'rez malin, Ah trs malin. Si vous dnichez c'mtore.
0   Moi je voulais bien, elle voulait pas, V'l pourquoi qu'a n'marchait gure, Moi je voulais bien, elle voulait pas, V'l pourquoi qu'a n'marchait pas.

     

55   Ma foi, Mam'zell', tant pis pour vous,

Car entre nous,

Si j'tais d'venu votre poux,

Le croiriez-vous,

J'vous aurais couvert' de bijoux,

60   J'ai des gros sous,

Oui, je suis riche et j'ai l'coeur tendre...

Vraiment, m'rpond-elle aussitt,

En f'sant un saut,

Pourquoi qu't'as pas dit a plus tt,

65   Mon p'tit nigaud,

Moi, j'suis jm' jeun' fill' comme il faut...

Trs comme il faut,

Nous pourrions p't-t' ben nous entendre !

     

Elle voulait bien, moi je voulais plus,

70   Vl pourquoi qu'a n'marchait gure,

Elle voulait bien, moi je voulais plus,

Vl pourquoi qu'a n'marchait plus !

     

Elle voulait bien, moi je voulais plus,

Vl pourquoi qu'a n'marchait gure,

75   Elle voulait bien, moi je voulais plus,

Vl pourquoi qu'a n'marchait plus !

     

Paris, 1878.

LA BASTILLE.

Son papa s'appelle Abraham,

Il est l'enfant du macadam,

Tout comm' sa mme en est la fille,

la Bastille.

     

5   quinze ans a s'app'lait Nini,

All'tait grosse et grass' comme un I,

A f'sait des travaux l'aiguille,

la Bastille.

     

Quand alle et seize ans rvolus,

10   A s'app'lait.;;; je n'me l'rappell' pus,

A s'prom'nait autour de la grille,

la Bastille.

     

On la rencontrait tous les soirs,

Parfois l'clat d'ses grands yeux noirs

15   Faisait plir la lun' qui brille,

la Bastille.

     

Maint'nant a sert dan' eun' maison

O qu'on boit d'la bire foison,

Et du Champagne qui ptille,

20   la Bastille.

     

Ses tables sont un rendez-vous

Les jeunes, les vieux y vont tous,

I' faut voir comme a' les trille,

la Bastille.

     

25   Mais si ses clients sont nombreux,

I' parat qu'i's sont tous heureux /

Alle est si bonne et si gentille,

la Bastille.

     

Pour eun' thune a' r'tir' son chapeau,

30   Pour deux thun' a' r'tir' son manteau,

Pour un sigue on la dshabille,

la Bastille.

     

Alle a pas encore eu d'amant,

Alle a qu'son pre et sa maman,

35   C'est ell' qui soutient sa famille,

la Bastille.

     

Son papa s'appelle Abraham,

Il est l'enfant du macadam,

Tout comm' sa mme en est la fille,

40   la Bastille.

     

Paris, 1886.

TONDEUR DE POILS DE TORTU.

Comm' c'est drle, ya tout's sort's de gens

Ya des gens bons, des gens d'affaires,

Ya des gens noirs, ya des gens blancs,

Ya des gens qu'est propritaires,

5   Des gendarm's qui d'mand'nt : D'o qu'tu viens ?

des gens qui n' demandent rien.

Y a mm' des gens qu'est cocu !

Moi... J'suis tondeur de poils de tortu' !

     

Tiens, c'est comm' les femm's, oh ! l l !

10   C'en est encore un' ritournelle

Menteus's, trompeus's et coetera.

Yen a pas un' qui soit fidle.

Pourtant, j'dois l'dire leur honneur,

J'en connais ququ'un's qu'ont bon coeur.

15   Mais j'peux pas croire leur vertu.

J'suis tondeur de poils de tortu'

     

Un soir, trois heur's du matin,

J'flnais... quand un agent m'accoste,

J'y dis : J'peux pas r'trouver mon ch'min.

20   I m'rpond : J'vas vous m'ner au poste ;

Ququ' vous fait's ? Quel est vot' mtier ?

Moi j'y rponds : Mon brigadier,

J'fais un mtier qu'est ben connu :

J'suis tondeur de poils de tortu' !

     

25   Et l'autr' jour, v'l que l'Prsident

M'disait ( la correctionnelle)

On vous voit ici trop souvent,

Mais j'y rponds que bagatelle !

Ya vraiment pas d'quoi m'en vouloir,

30   Moi j'suis content quand j'viens vous voir.

D'ailleurs, je n'suis pas l'premier v'nu.

J'suis tondeur'de poils de tortu' !

     

C'est comm' quand r'vienn'nt les lections

De c'qu'on appell' la politique,

35   Ils vous en font des professions

D'foi d'puis qu'on est en Rpublique.

Mais j'leur z'y dis : C'est comm' des pommes,

J'coup' pas l-d'dans, moi, mes brav' hommes !

J'suis pas d'aujourd'hui... j'ai vcu...

40   Et puis...

J'suis tondeur de poils de tortu'

     

Bref, aujourd'hui, c'est dgotant !

Dans quel sicl' qu'on vit, misre !

Quand vot' femm' vous donne un enfant

45   On n'sait plus quoi qu'on doit en faire !

Yen a qui mett'nt leur fils soldat,

Md'cin ou notaire, avocat,

Mais ya qu'un mtier qu'est ben vu

C'est l'tondeur de poils de tortu'

     

Paris, 1881.

 



Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 606

 

Notes

[1] Duc d'Aumale (1822-1897) : Henri d'Orlans, fils de Louis-Philippe, gnral et homme politique.

[2] La Nouvelle : Ancien quartier de Paris situ dans l'actuel 9me arrondissement.

 [PDF]  [XML] 

 

 Edition

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Présence par scène

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Primo-locuteur

 

 Vocabulaire par acte

 Vocabulaire par perso.

 Long. mots par acte

 Long. mots par perso.

 

 Didascalies


Licence Creative Commons