DU COURS

CONVERSATION GALANTE

IX

M. DC. LXIV.

PAR REN BARY, Conseiller et Historiographe du Roi.

BRUXELLES, Chez BALTHAZAR VIVIEN, au bon Pasteur.


Texte tabli par Paul FIVRE, octobre 2023

Publi par Paul FIEVRE, novembre 2023

© Thtre classique - Version du texte du 31/03/2024 09:09:46.


ACTEUR.

IBERE.

TULIE.

Texte extrait de "L'esprit de cour, ou Les conversations galantes, divises en cent dialogues.", Ren Bary, Bruxelles : Chez Balthazar Vivien, 1664. pp 19-21.


DU COURS.

Ibere cajole une fille non seulement sur la passion qu'elle a pour le Cours, mais encore sur les avantages de sa personne.

IBERE.

Je ne m'tonne pas de ce que vous aimez le Cours ; tout le monde semble courir aprs vous ; et comme vous n'y entrez jamais qu'avec clat vous n'en sortez jamais qu'avec gloire.

TULIE.

Chacun a ses desseins : pour moi je n'aime le Cours, que parce que j'aime la diversit.

IBERE.

Il me semble pourtant qu'on y voit presque toujours le mmes visages.

TULIE.

Si cela tait, pourquoi irai-je ?

IBERE.

Vous y allez peut tre pour affermir vos conqutes.

TULIE.

Quelles qualits possdai-je qui mritent la possession des coeurs ?

IBERE.

Prenez la peine, Mademoiselle, demander au Cours ce que vous me demandez, Vous apprendrez par la bouche de cent esclaves quelles vertus ils imputent la perte de leur libert.

TULIE.

Le Cours, mon avis, ne me connat que comme une personne qui ne mrite pas d'tre connue.

IBERE.

Il peut dire quelque chose contre votre rigueur, mais il ne peut rien dire contre votre beaut.

TULIE.

La multitude de mes dfauts est incompatible avec l'excs de vos louanges.

IBERE.

Quoi que vous fassiez un secret de vos vertus, il en sort des rayons qui les dcouvrent.

TULIE.

Les Galants disent  peu prs la mme chose.

IBERE.

Vous ne pouvez me rcuser, que vous ne rcusiez la voix publique.

TULIE.

Vous tes, ou je me trompe bien, l'cho d'une voix imaginaire.

IBERE.

J'appelle de votre langue vos oreilles.

TULIE.

J'entends ici, ce que je n'entends point ailleurs.

IBERE.

Vous ne voulez de ne pas entendre vos louanges ?

TULIE.

Ma modestie est oisive, l'on ne la combat point.

IBERE.

Si je vous donne des louanges, pourquoi voulez-vous que les autres vous en refusent ?

TULIE.

Il faut de deux choses l'une ; ou que vous manquiez de connaissance, ou que vous manquiez de franchise.

IBERE.

J'oserai vous dire, Mademoiselle, que je connais les belles choses.

TULIE.

J'oserai donc vous dire, Monsieur, que vous dguisez vos sentiments.

IBERE.

Vous direz tout ce qu'il vous plaira, je suis en passe de tout souffrir : mais quelque respect que j'aie pour votre aimable personne, je combattrai toujours votre mpris, quand il offensera vos perfections.

 



Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /htdocs/pages/programmes/edition.php on line 606

 [PDF]  [XML] 

 

 Edition

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Présence par scène

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Primo-locuteur

 

 Vocabulaire par acte

 Vocabulaire par perso.

 Long. mots par acte

 Long. mots par perso.

 

 Didascalies


Licence Creative Commons