LA DÉCLAMATION THÉÂTRALE

POÈME DIDACTIQUE EN TROIS CHANTS précédé d'un discours

Claude Joseph DORAT


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 15/02/2015 à 16:39:43.



CHANT III.
OPÉRA.

Descends, viens m'inspirer, savante Polymnie,

Viens m'ouvrir les trésors de l'auguste harmonie.

Tu m'exauces : déjà tous les chantres des bois,

Te saluant en choeur, accompagnent ma voix.

5   L'onde de ces ruisseaux plus doucement murmure :

Zéphyr plus mollement frémit sous la verdure.

Les roseaux de Syrinx, changés en instrument,

Vont moduler des airs sous les doigts d'un amant.

Cet arbuste est plaintif, cette grotte sonore :

10   La parole n'est plus, et retentit encore.

Dans le calme enchanteur d'un loisir studieux,

Ô déesse ! J'entends la musique des cieux.

La terre a ses accents, et les airs lui répondent ;

Les astres dans leurs cours jamais ne se confondent.

15   Les mondes, entraînés par leurs ressorts secrets,

Toujours en mouvement, ne se heurtent jamais.

Paraissant opposés, ils ont leur sympathie :

Dans l'accord général, chacun a sa partie ;

Et les êtres unis par ton art créateur,

20   Forment un grand concert, digne de leur auteur.

Mais daigne enfin, quittant cette sphère hardie,

Assigner des leçons à notre mélodie.

De la scène lyrique, objet de mes travaux,

Etale à mes regards les magiques tableaux.

25   Dis-moi par quels secours, le chant, plein de ta flamme,

Peut s'ouvrir par l'oreille un chemin jusqu'à l'âme ;

Ce qu'il doit emprunter, pour accroître son feu,

De l'esprit, de la force, et des grâces du jeu.

Vous qui sur ce théâtre oserez vous produire,

30   Reçûtes-vous des traits assortis pour séduire ?

N'allez point, sur la scène usurpant un autel,

Faire huer un dieu sous les traits d'un mortel.

Le monde où vous entrez est peuplé de déesses :

L'amour, en folâtrant, y choisit ses prêtresses.

35   Avec des traits flétris, un teint jaune et plombé,

Pourrez-vous, sans rougir, prendre le nom d'Hébé ?

D'un oeil indifférent verrai-je une mulâtre

Appliquer à Vénus sa couleur olivâtre ;

Dans un char transparent, par des cygnes traîné,

40   Fendre les airs, aux yeux de Paphos étonné,

Et rappeller en vain cet enfant volontaire,

Qui s'est allé cacher à l'aspect de sa mère ?

Que Flore à mes regards n'ose jamais s'offrir,

Sans me faire envier le bonheur de zéphyr.

45   Sa bouche au doux souris, doit être aussi vermeille

Que les boutons de rose, épars dans sa corbeille.

L'amante de Titon, pour fixer nos amours,

Doit avoir la fraîcheur du matin des beaux jours ;

Et sous les pampres verts dont Bacchus se couronne,

50   Le plaisir doit briller dans les yeux d'Erigone.

Que la taille et le port soient toujours adaptés

Aux rôles différents que vous représentez.

Des colosses hautains, dont l'amour fuit les traces,

Pourront-ils badiner sous le corset des Grâces ?

55   La naine pourra-t-elle, avec l'air enfantin,

Me retracer Pallas une lance à la main ?

Et l'orgueil menaçant d'une reine en colère

Conviendra-t-il au front d'une simple bergère ?

Sachez, quand il le faut, varier votre ton,

60   Sévère dans Diane, emporté dans Junon.

Vous surtout qui voulez, dans vos fureurs lyriques,

Ressusciter pour nous ces paladins antiques,

Tous ces illustres fous, ces héros fabuleux ;

Soyez, à nos regards, gigantesques comme eux.

65   C'est peu de m'étaler une jeunesse aimable ;

Je hais un Amadis, s'il n'est point formidable.

Quand Roland déracine, en ses fougueux accès,

Ces chênes orgueilleux, ornements des forêts,

Je veux que, déployant une haute stature,

70   Il enrichisse l'art des dons de la nature.

S'il n'en impose point à l'oeil du spectateur,

Si je ne confonds point le modèle et l'acteur,

D'un tableau sans effet bientôt je me détache ;

Je ne vois qu'un enfant caché sous un panache,

75   Et dont le faible bras, fidèle à sa leçon,

Renverse avec fracas des arbres de carton.

En vain son oeil menace, et sa main est armée ;

Je cherche le héros, et je ris du pygmée.

Par la seule raison mon esprit enchanté,

80   Cherche dans le prestige un air de vérité.

Pour nous rendre les traits d'Adonis ou d'Alcide,

Le genre de vos voix peut vous servir de guide.

Des sons frêles et doux seraient choquants et faux,

Dans la bouche du dieu qui gourmande les flots.

85   Ces organes sont faits pour briller dans des fêtes ;

C'est d'un ton foudroyant que l'on parle aux tempêtes.

Quand les vents déchaînés mugissent une fois,

Ils ne s'apaisent point avec des ports de voix ;

Et Jupiter lui-même, armé de son tonnerre,

90   Se verrait, dans sa gloire, insulté du parterre,

S'il venait, s'annonçant par un timbre argentin,

Prononcer en fausset les arrêts du destin.

Mais c'est peu de la voix, c'est peu de la figure,

Si vous ignorez l'art d'achever l'imposture,

95   De parer ces présents, d'y joindre l'action,

Et cette vérité, d'où naît l'illusion.

Dans ce ressort trop dur mettez plus de mollesse :

Ces muscles trop tendus ont besoin de souplesse.

La grâce et la beauté d'un athlète vainqueur

100   Sont dans l'usage adroit de sa mâle vigueur.

Faites-vous, il le faut, une secrète étude

De chaque mouvement et de chaque attitude.

Instruits par la nature, apprenez à l'orner ;

Sur le théâtre enfin sachez-vous dessiner.

105   C'est par là que Chassé régna sur votre scène,

Et partage le trône où s'assied Melpomène.

Prête à favoriser vos utiles efforts,

La peinture a pour vous déroulé ses trésors.

Des grands maîtres de l'art consultez les ouvrages,

110   Voyez-y nos héros vivre dans leurs images.

L'un, pâlissant de rage, arrachant ses cheveux,

Semble frapper la terre, et maudire les cieux :

L'autre, plus recueilli dans ses sombres alarmes,

De son oeil consterné laisse tomber des larmes.

115   Ici, c'est un amant, vengeant ses feux trahis :

Là, c'est un père en pleurs, qui réclame son fils.

Dans sa noble fureur, voyez comment Achille

Est fier et menaçant, quoiqu'il reste immobile.

Quelle âme dans ce calme et quel emportement !

120   Chaque fibre, à mes yeux, exprime un sentiment.

Mais auprès de Vénus cherche en vain son audace :

La fureur disparaît, et l'amour la remplace.

Entre des bras d'albâtre à tout moment pressé,

Sur le sein qu'il caresse il languit renversé ;

125   Son regard est brûlant, son âme est éperdue :

Aux lèvres de Cypris sa bouche est suspendue ;

Et de son oeil guerrier, où brillent les désirs,

Coulent ces pleurs si doux, que l'on doit aux plaisirs.

Raphaël et Rubens ont droit à votre hommage :

130   C'est quand l'acteur peint bien qu'il nous plaît davantage.

Lorsqu'un chantre fameux, une lyre à la main,

Exerçait des accords le pouvoir souverain,

Et par une harmonie, ou belliqueuse ou tendre,

Maîtrisait le génie et l'âme d'Alexandre,

135   Échauffait ses transports, l'enivrait tour-à-tour

De douleur, de plaisir, de vengeance et d'amour,

Lui faisait à son gré prendre ou quitter les armes,

Pousser des cris de rage, ou répandre des larmes ;

Rallumait sa fureur contre Persépolis,

140   Ou le précipitait sur le sein de Thaïs,

Puis-je croire qu'alors un front plein d'énergie,

De ces divers accents n'aidât point la magie ?

Les regards de l'Orphée, altiers, sombres touchants

Peignaient les passions, mieux encor que ses chants ;

145   Dans tous ses mouvements respirait le délire :

Son geste, son visage accompagnait sa lyre,

Et de son action l'éloquente chaleur

Transmettait à ses sons la flamme de son coeur.

L'organe le plus beau, privé de cette flamme,

150   Forme un stérile bruit qui ne va point à l'âme.

Que l'organe pourtant ne soit point négligé.

Cet utile ressort veut être dirigé.

La nature le donne, et l'art sait le conduire,

L'affaiblir ou l'enfler, l'étendre ou le réduire.

155   Insinuant et doux, quand il faut demander,

Terrible et véhément, quand il faut commander ;

Sourd dans le désespoir, sonore dans la joie,

Tantôt il se renferme et tantôt se déploie.

Le ton est tyrannique ; il s'y faut asservir ;

160   Mais les inflexions doivent vous obéir.

Selon que l'âme souffre ou que l'âme est contente,

L'inflexion doit suivre ou vive ou gémissante.

Des sons autour de nous éclatent vainement ;

Leur plus douce magie est dans le sentiment :

165   Le sentiment fait tout, c'est lui qui me réveille,

Par lui l'âme est admise au plaisir de l'oreille ;

Et je place l'acteur, privé d'un si beau don,

Au-dessous du fluteur instruit par Vaucanson.

Notre goût, plus superbe avec plus de justesse,

170   De nos récitatifs accuse la tristesse ;

Ces modulations, dont le refrain glacé

Semble un hymne funèbre au sommeil adressé.

Le vrai récitatif, sans appareil frivole,

Doit marcher, doit voler, ainsi que la parole.

175   Pour lier l'action ce langage est formé,

Et veut être chanté, bien moins que déclamé.

Pourquoi donc tous ces cris, ces inflexions lourdes,

Ces accents prolongés sur des syllabes sourdes,

Ces froids glapissements, qu'on se plaît à filer ?

180   Cessez de m'étourdir, quand il faut me parler.

Quittez cet attirail, cette insipide emphase,

L'écueil de notre chant, loin d'en être la base ;

Et ne vous piquez plus du fol entêtement

D'endormir le public mélodieusement.

185   La célèbre Le Maure, honneur de votre scène,

Asservissait Euterpe aux lois de Melpomène.

Elle phrasait son chant, sans jamais le charger :

Ce qui languissait trop, elle osait l'abréger.

Ce long récitatif, où l'auditeur sommeille,

190   Fixait l'esprit alors, en caressant l'oreille ;

Et le drame lyrique, aujourd'hui si traînant,

Avec légèreté courait au dénouement.

Réservez, réservez la pompe musicale,

Pour ces morceaux marqués, où l'organe s'étale,

195   Où l'âme enfin s'échappe en sons plus véhéments,

Et donne un libre essor à tous ses sentiments.

Mais parmi les écarts d'une voix moins timide,

Que le motif de l'air soit toujours votre guide.

C'est ainsi qu'un sculpteur, à qui l'art est connu,

200   Sous le voile toujours fait soupçonner le nu.

Dans ce fracas lyrique, et ce brillant délire,

Par un maintien forcé n'apprêtez point à rire.

Craignez de vous borner à des sons éclatants ;

Et gardez que vos bras, suspendus trop longtemps,

205   Comme deux contrepoids qu'en l'air un fil balance,

Attendent, pour tomber, la fin d'une cadence.

Sans doute par le chant vous devez nous charmer ;

Mais c'est au jeu surtout que je veux vous former.

Toi, qui veux t'emparer des rôles à baguette,

210   Si tu n'as pour talent qu'une audace indiscrète,

Pourras-tu, l'oeil en feu, bouleverser les airs,

Faire pâlir Hécate, enfler le sein des mers,

Et perçant de Pluton le ténébreux domaine,

À tes dragons ailés parler en souveraine ?

215   Tes yeux me peindront-ils la rage et la douleur ?

Pour évoquer l'enfer, il faut de la chaleur.

Ne va point imiter ces sorcières obscures,

Qui n'ont rien d'infernal, si ce n'est leurs figures ;

Menacent sans fureur, s'agitent sans transport,

220   Et dont le moindre geste est un pénible effort.

Sisiphe, à leur aspect, et transit et succombe :

De ses doigts engourdis sa roche échappe, tombe ;

Et l'ardent Ixion, surpris de frissonner,

Sur son axe immobile a cessé de tourner.

225   Il faut que, dans son jeu, la redoutable Armide

M'attendrisse à la fois, m'échauffe et m'intimide.

Dans ces riants jardins Renaud est endormi,

Ce n'est plus ce guerrier, ce superbe ennemi,

Ombragé d'un panache et caché sous des armes ;

230   C'est Adonis qui dort, protégé par ses charmes.

Armide l'aperçoit, jette un cri de fureur,

S'élance, va percer son inflexible coeur...

Ô changement soudain ! Elle tremble, soupire,

Plaint ce jeune héros, le contemple et l'admire.

235   Trois fois, prêt à frapper, son bras s'est ranimé,

Et son bras qui retombe est trois fois désarmé.

Son courroux va renaître et va mourir encore :

Elle vole à Renaud, le menace, l'adore,

Laisse aller son poignard, le reprend tour-à-tour ;

240   Et ses derniers transports sont des transports d'amour.

Que ces emportements sont mêlés de tendresse !

Quel contraste frappant de force et de faiblesse !

Que de soupirs brûlants ! Que de secrets combats !

Que de cris et d'accents, qui ne se notent pas !

245   À l'âme seule alors il faut que j'applaudisse :

La chanteuse s'éclipse, et fait place à l'actrice.

Il échappe souvent des sons à la douleur,

Qui sont faux à l'oreille et sont vrais pour le coeur.

Quand de Psyché mourante au milieu de l'orage,

250   Arnould les yeux en pleurs me vient offrir l'image,

Et frémit sous la nue, où brillent mille éclairs,

Puis-je entendre sa voix, dans le fracas des airs ?

J'aime à voir son effroi lorsque la foudre gronde,

Et ses regards errants sur les gouffres de l'onde ;

255   Ses sons plaintifs et sourds me pénètrent d'horreur,

Et son silence même ajoute à ma terreur.

Grâce à l'illusion, je sens trembler la terre ;

Cet airain, en roulant, me semble un vrai tonnerre :

Ces flots que l'art soulève et sait assujettir,

260   Sont des flots écumants, tout prêts à l'engloutir ;

Et lorsque le flambeau des pâles Euménides

Éclaire son désordre et ses grâces timides,

J'éprouve sa frayeur, je frissonne, et je crois

Entendre tout l'enfer rugir autour de moi.

265   Telle est du grand talent la puissante féerie ;

Il rend tout vraisemblable, il donne à tout la vie ;

Il anime la scène, et, pour dicter des lois,

À peine a-t-il besoin du secours de la voix.

À ces divers effets comment pourrait prétendre

270   Celle qui, sur la scène affectant un air tendre,

Sensible par corvée, et folle par état,

Quand son air est chanté, sourit au premier fat,

Provoque les regards, va mendier l'éloge

De ce jeune amateur endormi dans sa loge ;

275   Et le coeur gros encor, l'oeil de larmes trempé,

Arrange, en minaudant, tout le plan d'un souper ?

Que jamais votre esprit ne soit hors de la scène,

Que votre oeil au hasard jamais ne se promène.

Oubliez des balcons ces muets entretiens ;

280   Vos regards sont distraits, ils détournent les miens.

Mais vous qui, dans nos choeurs prétendus harmoniques,

Venez nous étaler vos masses organiques,

Et circulairement rangés en espalier,

Détonnez de concert pour mieux nous ennuyer ;

285   Vous verrai-je toujours, l'esprit et le coeur vides,

Hurlant, les bras croisés, vos refrains insipides ?

Vous est-il défendu de peindre dans vos yeux,

Ou la tristesse sombre, ou les folâtres jeux ?

Pour célébrer Vénus, Cérès, Flore et Pomone,

290   Lorsque le tambourin autour de vous résonne,

Sous des berceaux de fleurs lorsque d'heureux amants

Entrelacent leur chiffre, et gravent leurs serments,

Ou que l'ardent vainqueur de l'Indus et du Gange,

Une coupe à la main, préside à la vendange ;

295   Quand tout est rayonnant du feu de la gaieté,

De quel oeil soutenir votre immobilité ?

Vous gâtez le tableau qui par vous se partage ;

De grâce, criez moins, et sentez davantage ;

Et que l'on puisse enfin, sur vos fronts animés,

300   Trouver le sens des vers, par la voix exprimés...

La scène s'embellit : sur des bords solitaires,

Je vois se réunir des groupes de bergères.

Des bergers amoureux ont volé sur leurs pas ;

Apollon les appelle à d'aimables combats.

305   Des guirlandes de fleurs ont paré ces musettes.

Cent touffes de rubans décorent ces houlettes :

Déjà de l'art du chant on dispute le prix,

Les juges sont Eglé, Sylvanire, Cloris ;

C'est dans leurs jeunes mains que brille la couronne,

310   C'est le goût qui l'obtient, et l'amour qui la donne.

Le goût fut ton génie, ô toi, chantre adoré,

Toi, moderne Linus, par lui-même inspiré !

Que j'aimais de tes sons l'heureuse symétrie,

Leur accord, leur divorce et leur économie !

315   Organe de l'amour auprès de la beauté,

Tu versais dans les coeurs la tendre volupté.

L'amante en vain s'armait d'un orgueil inflexible ;

Elle courait t'entendre, et revenait sensible.

Plus d'une fois le dieu qui préside aux saisons,

320   Qui fait verdir les prés, et jaunir les moissons,

Las du céleste ennui, jaloux de nos hommages,

Sous les traits d'un berger parut dans nos bocages :

Sous ces humbles dehors, heureux et caressé,

Il retrouva les cieux dans les regards d'Issé ;

325   Et goûtant de deux coeurs la douce sympathie,

Dut dieu plus que jamais dans les bras de Clithie.

C'est lui sans doute encor qui vient, changeant d'autels,

Amuser sous tes traits, et charmer les mortels.

Vous, qui voulez sortir de la foule profane,

330   Comme lui cultivez et domptez votre organe ;

Corrigez-en les tons aigres, pesants ou faux ;

En grâces, comme lui, transformez vos défauts.

Prétendez-vous m'offrir le lever de l'aurore ?

Que votre faible voix par degré semble éclore,

335   Et soudain déployée en sons vifs et brillants,

Me retrace du jour les feux étincelants.

De l'amour qui gémit qu'elle exprime les peines,

Se joue avec ses traits, et roule avec ses chaînes.

Peignez-vous un ruisseau ? Que vos sons amoureux

340   Coulent avec ses flots, et murmurent comme eux.

Répandez sur vos tons une aimable mollesse :

D'un organe d'airain soumettre la rudesse

À chanter les plaisirs et les ris ingénus,

C'est donner à Vulcain l'écharpe de Vénus.

345   Tel acteur s'applaudit et se croit sûr de plaire,

Qui d'une voix tonnante aborde une bergère.

À peine dans son art il est initié,

Et c'est en mugissant qu'il me peint l'amitié.

Mettez dans votre chant d'insensibles nuances ;

350   Des airs lents ou pressés marquez les différences.

Ce passage est frappant et veut de la vigueur :

Là, que l'inflexion expire avec langueur,

Et que par le succès votre voix enhardie

Ajoute, s'il se peut, à notre mélodie.

355   Divine mélodie, âme de l'univers,

De tes attraits sacrés viens embellir mes vers.

Tout ressent ton pouvoir ; sur les mers inconstantes

Tu retiens l'aquilon dans les voiles flottantes.

Tu ravis, tu soumets les habitants des eaux,

360   Et ces hôtes ailés qui peuplent nos berceaux.

L'Amphion des forêts, tandis que tout sommeille,

Prolonge en ton honneur son amoureuse veille,

Et seul sur un rameau, dans le calme des nuits,

Il aime à moduler ses douloureux ennuis.

365   Tes lois ont adouci les moeurs les plus sauvages ;

Quel antre inhabité, quels horribles rivages

N'ont pas été frappés par d'agréables sons ?

Le plus barbare écho répéta des chansons.

Dès qu'il entend frémir la trompette guerrière,

370   Le coursier inquiet lève sa tête altière,

Hennit, blanchit le mords, dresse ses crins mouvants,

Et s'élance aux combats, plus léger que les vents.

De l'homme infortuné tu suspends la misère,

Tu rends le travail doux, et la peine légère.

375   Que font tant de mortels en proie aux noirs chagrins,

Et que le ciel condamne à souffrir nos dédains ?

Le moissonneur actif que le soleil dévore,

Le berger dans la plaine errant avant l'aurore ?

Que fait le forgeron soulevant ses marteaux ?

380   Le vigneron brûlé sur ses ardents coteaux ?

Le captif dans les fers, le nautonnier sur l'onde,

L'esclave enseveli dans la mine profonde,

Le timide indigent dans son obscur réduit ?

Ils chantent : l'heure vole, et la douleur s'enfuit.

385   Jeune et discret amant, toi qui, dans ton ivresse,

N'as pu fléchir encor ton injuste maîtresse :

Dans le mois qui nourrit nos frêles rejetons,

Et voit poindre les fleurs à travers leurs boutons,

Sur la scène des champs n'oses-tu la conduire ?

390   La nature est si belle à son premier sourire !

Qu'avec toi ton Eglé contemple ces tableaux,

Et l'émail des vallons, et l'argent des ruisseaux :

Dans cet enchantement, que sa main se repose

Sur ce frais velouté qui décore la rose ;

395   Qu'elle puisse à longs traits en respirer l'odeur :

Le plaisir de ses sens va passer dans son coeur.

Si de tous ces attraits elle osait se défendre,

Joins-y la volupté d'un chant flexible et tendre :

Tu l'entendras bientôt en secret soupirer...

400   Et je laisse à l'amour le soin de t'éclairer.

L'art des sons n'est que l'art d'émouvoir et de plaire ;

C'est le plus doux secret pour vaincre une bergère :

Mais bannissez l'apprêt ; il nous glace ; et le chant,

S'il est maniéré, cesse d'être touchant.

405   Évitez avec soin la molle afféterie ;

Qu'avec légèreté votre voix se varie.

Jaloux de l'embellir, craignez de la forcer ;

Un organe contraint ne peut intéresser.

Soyez vrai, naturel, c'est la première grâce,

410   Et celle qu'on poursuit dégénère en grimace.

Pour illustrer votre art, respectez dans vos jeux

Le palais des héros et le temple des dieux.

Du trône où siège Euterpe il ne faut point descendre.

Sans indignation puis-je voir, puis-je entendre

415   Nasiller Arlequin, grimacer Pantalon,

Où tonnait Jupiter, où chantait Apollon ?

En secret indigné que sa scène avilie

Se fût prostituée aux bouffons d'Italie ;

Que le français, trompé par un charme nouveau,

420   Eût pour leurs vains fredons abandonné Rameau> ;

Ce dieu voulut punir ce transport idolâtre,

Et chargeant d'un carquois ses épaules d'albâtre,

Les yeux étincelants, la fureur dans le sein,

Aux antres de Lemnos il descend chez Vulcain.

425   L'immortel, tout noirci de feux et de fumée,

Attisait de ses mains la fournaise allumée ;

Mais il ne forgeait plus ces instruments guerriers,

Ces tonnerres de Mars, ces vastes boucliers,

Où l'air semble fluide, où l'onde dans sa sphère

430   Coule, et sert mollement de ceinture à la terre.

L'enclume retentit sous de plus doux travaux ;

Il y frappe des dards pour l'enfant de Paphos.

Vulcain, dit Apollon, on profane mon culte ;

Sur mes autels souillés chaque jour on m'insulte.

435   Venge-moi. Tout-à-coup dans les bruyants fourneaux

Des cyclopes ailés allument cent flambeaux ;

Ils volent, et déjà leur cohorte enhardie

Sur les faîtes du temple a lancé l'incendie.

Le croissant de Phébé, la conque de Cypris,

440   La guirlande de Flore et l'arc brillant d'Iris,

Des champs élyséens l'immortelle parure,

Les zéphyrs, les ruisseaux, les fleurs et la verdure,

Les superbes forêts, les rapides torrents,

Du souverain des mers les palais transparents,

445   Hélas, tout est détruit ! On parcourt les ruines :

Là chantaient les plaisirs et les grâces badines.

Le Mierre, prodiguant les charmes de sa voix,

Là, disputait le prix aux sirènes des bois :

Ici l'aimable Arnould exerçait son empire,

450   Et nous intéressait aux pleurs de Télaïre.

Euterpe cependant, pour nous dicter ses lois,

Rentre dans son asile, et reprend tous ses droits.

Rameau, le sceptre en main, éclipse Pergolese :

Le goût a reparu : le dieu du jour s'apaise,

455   Et son ressentiment nous poursuivrait encor,

Si la scène à ses yeux n'eût remontré Castor.

 


 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies