HILAS et ZÉLIS

PASTORALE en UN ACTE

Par exprès Commandement de SA MAJESTÉ

M. DCC. LXIII.

Les Paroles sont du Sieur *** ; La Musique du Sieur de Bury Surintendant de la Musique du Roi, Les Ballets sont de la Composition des Sieurs Laval Père et Fils, Maîtres des Ballets de Sa Majesté.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 07/04/2017 à 09:58:22.


ACTEURS DES CHOEURS.

LES DEMOISELLES, Cannavas, Godoneche. Chevremont. Bertin. Aubert. Dubois Cadette. Bouillon. Favier.

LES SIEURS, Joguet. Guerin. Levêque. Bosquillon. Abraham, Caze, Lebegue, Bazire. Doublet. Camus l'Ainé Daigremont. Charle. Joly.


PERSONNAGES DANSANTS.

NYMPHES. La Demoiselle Allard. La Demoiselle Vestris. Les Demoiselles Dumonceau, Peslin, Dumiray, Petitot, Lafont, Saron.

PLAISIRS. Les Sieurs Laval, Gardel. Les Sieurs Hyacinte, Dubois, Grosset, Dauberval.


ACTEURS

L'AMOUR, la Demoiselle Dubois L.

ZÉLIS, la Demoisellle Larrivée, .

HILAS, le sieur Larrivée.

NYMPHES.

SUIVANTS de L'AMOUR.

Choeur DE GNIDIENS ET DE GNIDIENNES.

La Scène est à Gnide.


SCÈNE PREMIÈRE.
L'Amour, Zélis

Le théâtre représente un lien champêtre ; on voit au milieu un autel rustique.

ZÉLIS.

Vous, qui soumettez les Dieux et les Mortels,

Dieu du bonheur, âme de la nature,

Amour, je n'offrirai des voeux qu'à vos autels ;

C'est Hilas qui vous les assure.

L'AMOUR.

5   Hilas peut-il inspirer de l'amour ?

Dès le moment de sa naissance

Ses yeux furent fermés à la clarté du jour ;

Comment de la beauté connaît-il la puissance ?

ZÉLIS.

Mes premiers sentiments sont nés de son malheur,

10   Il déplorait son sort, je me plus à l'entendre ;

D'un intérêt trop cher je ne pus me défendre ;

La pitié séduisit mon coeur,

Et le rendit sensible et tendre.

L'AMOUR.

De son supplice il vous devra la fin ;

15   Il va tenir de vous l'éclat de la lumière.

Hilas pourra jouir d'un jour pur et serein,

Puisqu'en aimant il a su plaire.

ZÉLIS.

Pour ses yeux étonnés quel spectacle enchanteur !

Quoi, sa félicité deviendrait mon ouvrage ?

20   Le plaisir de voir son bonheur

M'en fera goûter le partage.

L'AMOUR.

Zélis, un don si précieux

Peut-être de son coeur vous ravira l'hommage :

Lorsque mille beautés paraîtront à ses yeux,

25   S'il allait devenir volage ?

ZÉLIS.

Ce serait un malheur affreux ;

Mais au moins j'aurai l'avantage

De l'avoir rendu plus heureux.

L'AMOUR.

Évitez sa présence,

30   Si vous perdiez son coeur, quand il verra le jour,

Vous seriez sans retour

Victime de son inconstance.

ZÉLIS.

J'espère tout de mon amour.

Il verra donc les transports de mon âme,

35   Et ses yeux animez exprimeront sa flamme.

SCÈNE II.

ZÉLIS, seule.

Témoins de nos premiers serments ;

Paisibles lieux, riant boccage,

Qu'Hilas trouve partout l'image

Du bonheur des amants.

40   Chantez oiseaux, que vos tendres ramages

Soient la peinture de vos feux,

Chantez vos plaisirs amoureux ;

Mais cachez-lui que vous êtes volages.

Dieux ! J'aperçois Hilas,

45   Allons au devant de ses pas.

SCÈNE III.
Zélis, Hilas.

ZÉLIS.

Hilas, je dois parler sans feinte ;

Nous nous aimons, je sens notre félicité ;

Mais l'amour n'est jamais sans crainte ;

Le temps peut amener votre légèreté.

HILAS.

50   Pour rendre ma tendresse extrême

Ai-je besoin d'admirer vos appas ?

C'est un bonheur que je ne connais pas ;

Mais vous parlez, et j'aime.

ZÉLIS.

Hilas, vos yeux vont être ouverts ;

55   Vous allez admirer l'éclat de la nature :

Puissiez-vous n'être pas parjure

Au milieu des plaisirs qui vous seront offerts !

Elle sort.

SCÈNE IV.

HILAS seul.

De ce vaste Univers je verrais le spectacle ?

Peut-être c'est un vain espoir.

60   Mais quel Dieu bienfaisant, quel souverain pouvoir

De mes yeux entrouverts vient enlever l'obstacle ?

Que d'objets variés s'offrent de toutes parts !

Quelle douce lumière

Étonne mes esprits, et charme mes regards !

65   Son feu s'étend sur la nature entière.

L'immensité des cieux, leur ordre, leur splendeur

Porte le caractère

De leur suprême Auteur.

On entend une symphonie champêtre.

Quels sons font retentir ce séjour solitaire ?

SCÈNE V.
L'Amour, suivi de Nymphes, Hilas.

On danse.

L'AMOUR.

70   Pour être heureux, jouis de là clarté ;

Vois tous ces objets, nés pour plaire :

C'est le plaisir d'admirer la beauté

Qui fait le prix du jour qui nous éclaire.

Une nymphe danse et tâche de séduire Hilas par les grâces voluptueuses de sa danse.

HILAS.

Que tout ce que je vois me surprend et m'enchante !

75   Dieux, que de grâces, que d'appas !

Oui, cette Nymphe exprime dans ses pas

Ce que je sens quand Zélis chante.

L'AMOUR.

Si c'était elle ?

HILAS.

Non, je ne m'y méprends pas ;

J'éprouverais un trouble extrême,

80   Je la reconnaîtrais :

Tout décèle l'Amour, tout en porte les traits.

Je vais chercher Zélis, je veux voir ce que j'aime :

Grands Dieux ! Sans ce plaisir, reprenez vos bienfaits.

Il sort, les Nymphes le suivent.

SCÈNE VI.
L'Amour, Zélis.

ZÉLIS.

Malgré moi-même, hélas ! J'allais paraître ;

85   Je ne puis plus longtemps voir mon sort incertain.

L'AMOUR.

La constance d'Hilas fera votre destin.

Montez sur cet autel, sans vous faire connaître.

Zélis se place sur l'autel.

SCÈNE DERNIÈRE.
L'Amour, Zélis, Hilas, Nymphes, Suivants de l'Amour, Gnidians et Gnidiennes.

HILAS.

Dieux, pour trouver Zélis mes soins sont superflus.

L'AMOUR.

Il faut s'adresser à Vénus.

HILAS.

90   Que vois-je ? Quel objet me séduit et m'engage?

Soleil, voici l'instant où je te rends hommage !

L'AMOUR.

Tu ne vois la clarté que pour être inconstant ;

La lumière des Cieux pour toi va disparaître,

Je vais t'en priver à l'instant.

ZÉLIS.

95   Arrête l'Amour !

HILAS.

  Mon coeur n'a pu la méconnaître;

C'est elle ! C'est Zélis ! Quel transport ! Quel moment !

Ah, quel bonheur pour un amant

Quand le coeur et les yeux confondent leur hommage.

ZÉLIS.

Que ce trouble est flatteur ! Que Zélis le partage !

L'AMOUR.

100   Goûtez une si tendre ardeur,

Vivez dans ce séjour tranquille ;

Je vous le donne pour asile,

Et je choisis le mien dans votre coeur.

ZÉLIS et HILAS.

Formons des chaînes éternelles :

105   Règne, Amour, lance tous tes feux !

Tous nos moments seront heureux,

Ton flambeau nous rendra fidèles.

L'AMOUR.

Que leurs transports animent vos désirs,

Chantez, célébrez ma victoire ;

110   Goûtez tous leurs plaisirs :

Aimez ; c'est en aimant qu'on célèbre ma gloire.

LE CHOEUR.

Que leurs transports animent nos désirs;

Chantons, etc.

On danse.

ZÉLIS.

Triomphe Amour, jouis de notre hommage :

115   Tu lances dans ces lieux un trait toujours vainqueur.

Les Dieux n'ont rien dans leur grandeur

Du prix de ton esclavage ;

L'Univers leur doit son bonheur ;

Celui des Dieux est ton ouvrage.

120   Triomphe Amour, jouis de notre hommage :

Tu lances dans ces lieux un trait toujours vainqueur.

On danse.

ZÉLIS, alternativement avec le Choeur.

Ne quitte plus, Amour, notre boccage ;

On n'est heureux qu'en suivant tes lois.

Daigne toujours, sous ce riant ombrage,

125   De nos coeurs déterminer le choix.

ZÉLIS, seule.

Un volage

Te fait outrage ;

Un tendre coeur

Fait son bonheur

130   De la constance.

LE CHOEUR.

Dieu des amants, signale ta puissance.

ZÉLIS.

Bannis des coeurs

Les soupirs trompeurs.

Ne quitte plus, Amour, notre boccage ;

135   On n'est heureux qu'en suivant tes lois.

LE CHOEUR.

Daigne toujours, sous ce riant ombrage ;

De nos coeurs déterminer le choix.

ZÉLIS.

Je fais gloire.

De ta victoire :

140   Toi seul remplis mes voeux.

LE PETIT CHOEUR.

Lance, Amour, tes feux.

LE GRAND CHOEUR.

Fais de ces beaux lieux

Le séjour des ris et des jeux.

ZÉLIS et les CHOEURS.

Par tes bienfaits,

145   Règne à jamais.

Ne quitte plus, Amour, notre boccage ;

On n'est heureux qu'en suivant tes lois.

Daigne toujours, sous ce riant ombrage,

De nos coeurs déterminer le choix.

Un Divertissement général termine la Pastorale.

 


 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies