NOSTRADAMUS

PARODIE DE ZOROSATRE

M. DCC. LVI. AVEC APPROBATION et PRIVILÈGE DU ROI.

Par M. T......

EN NORMANDIE ; Et se trouve, À PARIS, Chez Cuissart, Libraire, dans le milieu du Quai de Gevres.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 07/04/2017 à 09:58:20.


ACTEURS

LAENSBERGH.

GAILLARDIN.

AIGREFINE.

FOLLETTE.

COLPORTEURS.

NOSTRADAMUS.

DE LA PIERRE.

BERGERS.

BERGÈRES.

ALIX.

La Scène est au Mans.


ACTE I

Le théâtre représente, la campagne du côté de l'Observatoire s que l'on voit dans le fond.

SCÈNE PREMIÈRE.
Laensbergh, Gaillardin.

Il sort.

GAILLARDIN.

Air : Damon, calmez, votre colère.

Qu'elle nouvelle prophétie

Vous brouille avec Nostradamus ?

Qui de vous, fuit la jalousie ?

Vos almanachs sont bien vendus :

5   L'un et l'autre fait des merveilles.

Qui sait lequel ment de vous deux ?

Votre nom vole jusqu'aux Cieux :

Il ne manque au fruit de vos veilles

Que d'être d'accord.

LAENSBERGH.

10   Vois donc si j'ai tort.

Air : Du haut en bas.

Du bas en haut,

Il met toute l'année entière?

Du bas en haut.

Il promet du froid pour du chauds

15   Mais la faute la plus grossière,

C'est qu'il a placé le tonnerre

Du bas en haut.

Air : Des trembleurs.

C'est pour en tirer vengeance

Que dans ces lieux par avance

20   Je te fais la confidence

Du piège que je lui tends.

Oui, je prétends satisfaire

Les transports de ma colère ;

Pour l'accabler je vais faire

25   Et la pluie et le beau temps.

GAILLARDIN.

Air : Le Seigneur Turc a raison.

Je ressens au fond du coeur

Des douceurs parfaites.

On ne peut pour notre honneur,

S'arranger mieux que vous faites.

LAENSBERGH.

30   Je connais un procureur,

Capable dans sa fureur,“

D'assigner les planètes.

Air : Je vous prêterai mon manchon, etc.

Tu dois servir mon stratagème :

La gloire est commune entre nous.

35   La nouvelle année, elle-même,

Doit sentir le poids de nos coups.

L'ingrate aussi s'arme contre mon style :

Après l'avoir fait bissextile,

Elle a changé

40   Et dérangé

Mon Méridien.

Je fuis Mathématicien ;

Mais je n'y comprends rien.

GAILLARDIN.

Air de Monsieur de Grimaudin.

Faisons pleuvoir à tasse pleine,

45   Toute la nuit,

Afin que demain on la prenne

Au saut du lit :

Et nous l'enfermerons soudain

Dans mon château de Gaillardin.

LAENSBERGH.

Air : Voulez vous être heureux amants ?

50   La dernière année en ces lieux,

Ce matin m'a donné parole.

GAILLARDIN.

Elle vient demeurez tous deux ;

Car je n'ai plus rien dans mon rôle.

SCÈNE II.
Laensbergh, Aigrefine.

LAENSBERGH.

Air Des Fraises.

Ma chère vous connaissez

55   L'embarras où nous sommes.

Les astres mal dispersés,

Verront les beaux jours passés

Sans pommes, sans pommes, etc.

AIGREFINE.

Air : Cet Oracle est plus fur, etc.

Je sens comme vous nos alarmes.

60   La nouvelle année a des charmes.

Mais à mon tour il faut que je cède le pas.

Ce qui me rassure et me venge,

C'est que dans neuf mois on la change.

Cet Oracle est plus sûr que celui de Calcas.  [ 1 Calcas : Personnage de L'Illiade de Homère. Il était l'oracle des Grecs. Voir Iphigénie de Jean Racine.]

LAENSBERGH.

Air Du Mirliton.

65   Nostradamus seul m'inspire

Un jaloux ressentiment.

En tous lieux il me déchire

Et me prend apparemment

Pour un mirmidon,  [ 2 Mirmidons : ou Myrmidons. Peuple de Thessalie, que les Fables des Païens on dit être nez de fourmis, sur la prière du roi Jacus en fit à Jupiter, après que son royaume fut dépeuplé par la peste. Ce mot est venu en usage dans notre langue pour signifier un homme fort petit ou qui n'est capable d'aucune résistance. [L] ]

70   Mirmidaine,

Pour un mirmidon dondon.

AIGREFINE.

Air : Valet chez une fermière.

Jalouse de l'avantage

Que ma rivale a sur moi,

La haine me dicte sa loi.

75   Qu'un astrologue est volage !

Nostradamus inconstant,

Comble Follette de beau temps.

Déjà le retour de Flore

L'embellit et la décore

80   L'hiver est au berniquet :   [ 3 Berniquet : Qui ne se dit qu'en ces phrases proverbiales : envoyer quelqu'un au berniquet. Il est allé au berniquet ; pour dire qu'il est ruiné, qu'il a mal fait ses affaires. [F]]

La fleur s'empresse d'éclore

Dans son joli jardinet.

LAENSBERGH.

Air De l'Anonyme.

Bientôt vous les verrez à mains jointes,

Implorer en vain notre pitié.

85   Mon compas eût toujours quatre pointes ;

Partageons tous €deux par la moitié.

Pour servir dans l'occasion.

Je vous laisse le porte-crayon.

Bientôt vous les verrez à mains jointes,

90   Implorer en vain notre pitié.

ENSEMBLE.

Air : Ziste, zeste, zon, zon, etc.

Par l'espoir mon âme entraînée,

Aux soins ne se refuse plus :

Vengeons-nous de Nostradamus,

Et de toute l'année.

95   Qu'il fasse du beau temps on non,

N'approfondissons point le reste.

Ziste, zeste, zon, zon zon,

Moquons-nous du quand dira-t-on ?

AIGREFINE.

Air : Réveillez-vous, belle endormie.

Mais la nouvelle année avance

100   Sur les pas des sots compliments,

Et ne fait plus la différence

Des ennemis et des parents.

LAENSBERGH.

Air : Vous m'entendez bien.

Évitons de fâcheux témoins,

Qui pourraient nuire à tous nos soins.

105   Je saurai la surprendre.

AIGREFINE.

Fort bien,

Quand on se fait entendre,

J'entends toujours bien.

Ils sortent.

SCÈNE III.

FOLLETTE, seule.

Air : Dans ma cabane obscure.

Je ne suis plus la même,

110   Depuis que dans ce lieu,

Le seul objet que j'aime,

Vint pour me dire adieu.

Le Soleil m'importune,

Quand je ne te vois plus :

115   Reviens avant la Lune,

Mon cher Nostradamus.

Air : Votre cour, aimable Aurore.

Je n'entends plus sur la branche,

Le chant des tendres oiseaux.

Il a plu depuis Dimanche ;

120   Pour mon amant quels travaux,

S'il faut qu'il paye la planche,

Pour passer les grands ruisseaux !

Air : À quoi s'occupe Magdelon ?

Que l'année a peu de beaux jours !

Quand on espère sans cesse,

125   Que l'année a peu de beaux jours !

Quand on espère toujours.

Je ne puis passer les instants,

Sans l'objet de ma tendresse,

Je ne puis palier les instants.

130   Sans dire de temps en temps,

Que l'année a peu de beaux jours,

La nuit annonce une éclipse de Soleil.

Air : Voici les Dragons qui viennent.

Mais quelle éclipse à la ronde !

Non, rien n'est pareil.

135   Que faut-il que je réponde?

J'ai promis à tout le monde,

Un beau Soleil, un beau Soleil.

SCÈNE IV.
Follette, Aigrefine.

AIGREFINE.

Air : Ciel ! L'Univers !

C'est trop longtemps épargner ma rivale :

N'écoutons plus que mes transports jaloux.

140   Qu'au moins la vengeance égale

Le mépris qu'on fait de nous.

Mais, je n'étale

Que du courroux.

Depuis plus de deux mois,

145   J'en veux sans cesse

À la traîtresse,

Et je la laisse

Jouir de mes droits.

FOLLETTE.

Air : Je viens devant vous.

Quel est mon forfait ?

150   Et qu'ai-je fait ?

Qui vous outrage ?

Que puis-je sitôt ?

Je ne suis encore qu'en maillot.

AIGREFINE.

C'est assez pour armer mon courage.

155   On manque à tout âge.

De Nostradamus

N'espère plus

Voir l'avantage.

Il me pousse à bout :

160   Mais je vais lui river son cloud

FOLLETTE, à part.

Air : Réformez ma musette.

O Ciel ! Prends sa défense,

Tu connais sa science :

Donne pour les combats,

Le fil à son compas.

Air De Joconde.

165   N'avez-vous pas eu votre tour

Avec plus d'avantage ?

Un Prince vient de voir le jour.  [ 4 Naissance de Monseigneur le Duc de Berry.]

Quel plus heureux partage.

Si lorsqu'on reçoit cet honneur,

170   Chacun nous porte envie :

Je souhaite de tout mon coeur,

Causer la jalousie.

AIGREFINE.

Air De Monsieur de Casinas.

Perfide, il te sied bien de me braver ici.

On est sûr de sa grâce, en s'excusant ainsi,

175   Si je me plains de toi, c'est dans tes trahisons ;

Que ne m'as-tu toujours donné de ces raisons ?

Air : Entre l'Amour et la Raison.

Mais il n'est point dans ton logis,

Jusqu'à votre servante Alix,

Qui ne se mêle de médire

180   Sur l'almanach de l'an passé.

Si mon coeur paraît courroucé,

Je crois que cela doit suffire.

FOLLETTE.

Air : L'occasion fait le larron.

Malgré l'orgueil de vos mathématiques,

Nostradamus est bien au-dessus d'eux :

185   Leur plus haut volv c'est l'appui des boutiques ;

Le lien s'élève jusqu'aux Cieux.

AIGREFINE.

Air De Polichinel.

Me répondre avec cette audace !

Je dois m'en venger dès ce jour.

On n'a pour moi que de la glace ;

190   Je veux que tu gèlz à ton tour.

Air : Ramonez-ci, etc.

Venez servir ma vengeance,

Victimes de l'indigence,

Que l'année offre au destin,

Saisissez-la,

195   Conduisez-la,

Enfermez-la,

Dans la cave à Gaillardin.

SCÈNE V.
Gaillardin, Choeur de Colporteurs, Follette, Aigrefine.

COLPORTEURS.

Air : De la Turque.

Nous obéissons,

Car la misère nous assomme,

200   Nous obéissons,

Et sommes pis que des démons.

Nous ne vendons pas

La valeur d'un coup de rogome,

Nous ne vendons pas

205   La moitié de nos almanachs.

Et en, et en, et

Enfin il est temps

Que nous nous vengions,

Car la misère nous assomme,

210   Que nous nous vengions

Nous sommes pis que des démons.

FOLLETTE, qu'on emporte.

Air : De la béquille.

Au secours ! Au secours !

À l'aide ! L'on m'emporte.

AIGREFIN, aux Colporteurs.

Enlevez-la toujours :

215   Et fermez bien la porte.

Sans fenêtre ni grille,

Elle ne pourra pas

Retrouver la béquille

Du père Barnabas.

Elle sort.

Le théâtre change et représente une place publique. On voit dans le fond, les dehors du château de Gaillardin.

SCÈNE VI.

NOSTRADAMUS, tenant une lunette d'approche.

Air : Dans le bel âge.

220   De mon étoile,

J'ai lieu d'être content.

Tout se dévoile

À mon art pénétrant.

Qu'on apprenne en ces lieux

225   Quel bon vent jusqu'aux Cieux,

M'a conduit à la voile.

Éblouissons les yeux

De mon étoile.

Air : Attendez-moi sous l'Orme.

Cependant quand j'y pense,

230   Mon cour ne craint pas moins

Que pendant mon absence

On ait trahi mes foins.

L'Année est bien folâtre

Dans ses premiers désirs :

235   On en est idolâtre

Jusqu'aux derniers soupirs.

De la Pierre fait claquer son fouet dans la coulisse.

SCÈNE VII.
Nostradamus, De La Pierre.

NOSTRADAMUS.

Air : Babet, que t'es gentille.

Quel est ce bruit confus ?

Mon cher de la Pierre.

DE LA PIERRE.

C'est pour Nostradamus,

240   Que je mets pied à terre.

D'où diable viens-tu ?

Depuis qu'on t'a vu,

Une année est passée.

NOSTRADAMUS.

J'avais affaire aux Éléments :

245   Et pour vouloir avec le temps,

Faire entendre raison aux vents,

J'ai la tête cassée. (bis)

DE LA PIERRE.

Air De tous les Capucins.

Le temps que tu fus chez Borée  [ 5 Borée : Le vent du Nord. Il est du style poétique. [L]]

Fit du tort à ta chicorée.

250   Mais j'ai le remède à tes maux.

A ton honneur, le mein se borne.

J'ai monté sur mes grands chevaux

Pour comabttre le Capricorne.

NOSTRADAMUS.

Air De la chaîne, contredanse.

Par quelque nouvel outrage,

255   Veut-on me pousser à bout ?

DE LA PIERRE.

Ne faisons point de tapage

Et je te réponds du tout.

Il faut déloger sans tambour ni trompette.

Viens, et te jette

260   Sur ma mazette.  [ 6 Mazette : ou masette. Petit cheval, ou cheval ruiné qu'on ne saaurait faire aller, ni avec le fouet, ni avec l'éperon. [F]]

Courrons au plutôt

Tirer du cachot,

Notre innocente Follette.

NOSTRADAMUS.

Air : Ahi ! aji ! ahi ! Jeannette.

Que viens-tu m'apprendre là ?

265   Ah ? Malheureuse planète !

Puis-je encore après cela,

Fixer vers toi ma lunette.

Ahi ! ahi ! ahi !

Ahi ! ahi ! ahi ! Follette,

270   Follette, ahi ! ahi ! ahi !

DE LA PIERRE.

Air : Un inconnu.

Rassure-toi, je ferai ton affaire :

Des ennemis, je saurai disposer.

Leur ton sévère

Va s'apaiser.

275   Contre un bourgeois, ils pourraient s'opposer,

Un Gentilhomme est un autre adversaire.

NOSTRADAMUS.

Air : Manon dormait.

Dans mon malheur,

J'aurai trouvé main forte,

Un Procureur

280   Demeure à cette porte :

Mais je n'ose ma foi...

DE LA PIERRE.

Pourquoi ? Pourquoi ?

NOSTRADAMUS.

Je n'ai pas un denier sur moi.

DE LA PIERRE.

Air : De Saint Cloud.

J'ai dans ma malle une échelle

285   Pour sortir de l'embarras.

Va te mettre en sentinelle :

Bientôt je suivrai tes pas.

Prends garde qu'on ne t'écoute.

Aujourd'hui chez Gaillardin,

290   Je veux t'ouvrir une route,

Pour pouvoir goûter son vin.

NOSTRADAMUS, l'embrassant.

Air : De la Magnotte.

Pour reconnaître amplement,

L'amitié qui te lie :

Je ne veux pas seulement

295   Te remplir de génie,

Mais de ta pro, mais de la pro,

Mais de la prophétie.

DE LA PIERRE.

Air Du Confiteor.

Sans intérêt je prends ces soins.

Mais sortons car l'heure s'avance.

300   Pour le machiniste du moins,

Ayons un peu de complaisance.

Pour mieux nous prêter au sujet,

Attendons le coup de sifflet.

Ils partent d'un côté, Nostradamus rentre seul de l'autre.

SCÈNE VIII.

NOSTRADAMUS, seul.

Air : Quel désespoir !

Qu'un tendre cour,

305   Quand il craint tout pour ce qu'il aime,

Qu'un tendre cour,

Éprouve un fort plein de rigueur.

Mon pouvoir suprême

Dispose du soleil même :

310   Mais l'amour extrême

Ici me fait trembler de peur.

Qu'un tendre, etc.

SCÈNE IX.
Nostradamus, De La Pierre.

DE LA PIERRE apporte une échelle de corde.

Air Lafarira dondaine, gai !

Avec ce gradin y

Je monte à la lune :

315   Pour notre dessein,

C'est une fortune.

NOSTRADAMUS.

Bon,

Lafarira dondaine gai

Lafarira dondé.

DE LA PIERRE.

Air : Pour voir un peu comment ça fra.

320   Lâche l'échelle et la tiens bien ;

Ce soupirail nous est utile.

NOSTRADAMUS.

Lâcher t tenir ? Le moyen

Me paraît un peu difficile.

DE LA PIERRE.

Fais toujours ce qu'on te dira,

325   Pour voir un peu comment ça f'ra,

NOSTRADAMUS, lâchant l'échelle par le soupirail.

Air : Enfants de Paris, etc.

Toi, qui cause tout mon souci,

Es-tu là-bas ? Je suis ici.

Follette ? Follette ?

FOLLETTE, dans la cave.

Air : Mon joli petit etc.

Mais ? Qui m'appelle dans la rue ?

NOSTRADAMUS.

330   Méconnais-tu la voix de ton amant ?

Ma Follette, as-tu la berlue ?

Vois cette échelle, et monte promptement.

FOLLETTE.

Je vous obéis de bon cour,

Mon joli petit, mon petit joli,

335   Mon joli petit protecteur.

Elle sort par le soupirail.

SCÈNE X.
Nostradamus, De la Pierre, Follette.

FOLLETTE.

Air : Ah ! Maman, que je l'échappai belle !

Ah ! Pour le coup, je l'échappai belle !

Par votre secours,

Je dois mes jours

À cette échelle.

340   Ah pour le coup je l'échappai belle !

Une heure plus tard,

Les rats me prenaient pour du lard.

NOSTRADAMUS.

Air : Ça que je mette, etc.

Viens çà qu'on te mette,

Charmante Follette,

345   Viens çà qu'on te mette

Plus en sûreté.

De ta liberté,

Tu nous dois la conquête.

Viens çà, etc.

FOLLETTE.

Air : Sans le savoir.

350   Je ne reviens point de la crainte

Que me cause ce labyrinthe.

Si vous saviez comme il est noir

Pour un instant, je vous en prie,

Descendez, vous pourrez le voir.

DE LA PIERRE.

355   Nous nous passerons bien, ma mie,

De le savoir.

FOLLETTE, à Nostradamus en le caressant.

Air : Pour passer doucement la vie.

Malgré l'excès de ma tristesse,

Je parlais de vous nuit et jour.

NOSTRADAMUS, à De La Pierre.

L'oreille me connaît sans cesse :

360   C'est la preuve de son amour.

DE LA PIERRE.

Air De Lustucru.

Oui d'une tendresse extrême,

C'est une preuve en effet.

Le mot de corne pourrait

Renfermer plus d'une emblème :

365   Mais si l'un de nous connaît,

C'était Follette à merveille:

Mais si l'un de nous connaît,

C'était Follette au guichet.

FOLLETTE.

Air : Vous avez raison, la Plante.

J'aime assez qu'on me badine :

370   Il est bon sur ce ton-là, larira.

AIGREFINE, dans la coulisse.

Arrête ! Arrête ! Ah ! Coquine,

Bientôt l'on te rejoindra,

Tu verras.

DE LA PIERRE.

Sauvons-nous : c'est Aigrefine.

375   M'attrapera qui pourra.

De la Pierre s'enfuit en faisant claquer son fouet. Nostradamus et Follette le suivent.

SCÈNE XI.
Laensbergh, Aigrefine, Les Colporteurs.

LES COLPORTEURS, ensemble.

Air : tampons, tampons.

Voyons partout avec soin. (bis)

Mais ils sont déjà bien loin. (bis)

Quelque détour me les cache :

Qu'à les trouver on s'attache.

380   Cherchons, cherchons,

Camarades, cherchons.

Les Colporteurs sortent.

LAENSBERGH, à Aigrefine.

Air : Nous autres, bons villageois.

Mais ne vous trompez-vous point ?

Était-ce bien notre Follette ?

AIGREFINE.

Soyez d'accord sur ce point,

385   Qu'on ne peut mieux voir sans lunette.

Je n'eus pas besoin de chercher

De quoi me les rapprocher.

Comme j'ai vu tous les objets,

On ne peut les voir de plus près. (bis)

Gaillardin rit avec éclat, en montant par le soupirail, une chandelle à la main.

LAENSBERGH, à Aigrefine.

Air : Adieu paniers.

390   Cette joie est des plus parfaites,

Mais n'a point de charmes pour moi.

Apercevant Gaillardin appuyé sur le soupirail.

Mon cher Gaillardin est-ce toi ?

GAILLARDIN, sortant du soupirail, riant.

Adieu, paniers vendanges sont faites.

SCÈNE XII.
Laensbergh, Aigrefine, Gallardin.

GAILLARDIN.

Air : Turelurelure flon flon.

J'ai trouvé le nid,

395   Mais tout dégarni.

On peut déloger de la sorte,

Sans forcer ni fenêtre ni porte.

Pour se tirer d'un mauvais pas.

On trouve l'esprit qu'on n'a pas.

400   Jeune fille avec des appas,

Sait toujours sortir d'embarras,

Turelurelure flon, flon, flon,

Chacun à son tour et son allure.

LAENSBERGH.

Air : Des Pierrots.

Ah ! Que n'ai-je aperçu plutôt

405   Cette ouverture !

J'aurais, je vous jure,

Bien su prévenir le complot,

Qui me fait passer pour un sot.

Pour rendre la cave plus sûre,

410   Je n'aurais point pris celle de devant :

Et voilà comme, et voilà justement,

Comme elle a son élargissement.

AIGREFINE.

Air: Pour héritage.

Dans sa retraite,

Je ne m'en prends qu'à vous.

415   Si la Follette

Échappe à mon courroux,

Vous, qui n'osiez

Faire la sentinelle :

Mais je prétends sur cette échelle,

420   Que vous me vengiez.

Air : Ma commère, quand je danse.

Je veux qu'en notre présence,

Le feu n'en laisse plus rien.

L'un, par ici, l'autre par là,

La, la, la, la, la, la, la, la, la, la.

Elle apporte l'échelle au milieu du théâtre, et y met le feu, en prenant Gaillardin d'un coté et Laensbergh de l'autre : ils dansent en rond.

TOUS TROIS.

425   Ma commère, quand je danse,

Mon cotillon va-t-il bien ?

LAENSBERGH.

Air : Maman qu'est-ce qu'ils faisaient donc ?

Pour vous prouver combien je prends

Intérêt à votre vengeance

Des astres les plus malfaisants

430   Je vais emprunter la puissance.

AIGREFINE.

Pour les démons,

Je t'en réponds,

Ainsi que des furies

Les voisines des environs,

435   Sont mes bonnes amies.

Ils sortent.

Le théâtre change et représente comme au commencement de la pièce.

SCÈNE XIII.
Nostradamus, Follette, bergers et bergères, qui se réjouissent du retour de la nouvelle année.

NOSTRADAMUS.

Air : Mon père, aussi ma mère.

Tu vois, chère Follette,

Ces Bergers te chérir,

Et courir

Au son de la musette ;

440   Faire pour ton plaisir,

Coussi, coussa, asterla,

Les bons amis que voilà.

Une Bergère danse un Berger chante.

UN BERGER.

Air : Dan mes hameaux, la paix. etc.

On peint l'Amour dénué de es charmes,

Quand on nous dit qu'il est trop dangereux.

445   Tel qui nous croit épargner bien des larmes,

Conduit nos pas vers les soins amoureux.

Les yeux charmants d'un objet qu'on adore,

Des plus beaux jours présente la clarté :

Et l'année est toujours à son aurore,

450   Quand on la passe auprès de la beauté.

Le tonnerre et la grêle annoncent une orage ; les Bergers se sauvent.

NOSTRADAMUS.

Air : Ne v'là t'il pas que j'aime !

Le temps se plaît à me trahir :

Et le diable s'en mêle.

C'est assez qu'on veuille sortir,

Ne v'là-t-il pas qu'il grêle !

Air : Tes beaux jeux, ma Nicole.

455   Il faut, chère Follette,

Changer notre logis.

Fais porter ta cassette

Par ma servante Alix;

Va dans l'Observatoire,

460   Goûter la liberté :

Ici, je ne puis croire

Tes jours en sûreté.

FOLLETTE.

Air : Je veux être son époux.

J'y consens quoiqu'à regret.

C'en est fait,

465   Je vais faire mon paquet :

Oui, cher amant, je te quitte,

Mais suis-moi tout au plus vite.

Ils s'embrassent. Elle fort.

SCÈNE XIV.

NOSTRADAMUS, seul.

Air : Quel voile importun, etc.

Quel fâcheux rival me gêne !

Ne puis-je, grands Dieux !

470   L'éclipser de ces lieux ?

Mais, toi, l'objet de ma peine,

Chère année, au moins

Profite de mes soins

Pour te rendre utile à la terre.

475   Du Soleil je fixe le cours,

Malgré les vents et le tonnerre,

C'est moi, qui prends le soin de tes jours.

Quel fâcheux, etc.

Nostradamus t'ordonne

480   De choisir un autre séjour :

Tu nous inspire trop d'amour,

Pour que l'on t'abandonne.

Quel fâcheux, etc.

FOLLETTE, derrière le Théâtre.

Air : L'Amour me fait lon, lan, là.

La peur me fait lon, lan, là,

485   La peur me fait mourir.

NOSTRADAMUS.

N'entends-je pas Follette,

Dans ces lieux revenir ?

Dans quel trouble me jette

Ce nouveau déplaisir ?

FOLLETTE, entre, soutenue par Alix.

490   La peur me fait, etc.

SCÈNE XV.
Nostradamus, Follette, Alix.

NOSTRADAMUS.

Air : La jeune bergère.

Quel sujet, ma chère,

Vous a mis comme vous voilà ?

Ma petite mère,

Contez-moi çà.

ALIX.

495   Mais à la moutarde,

Je vois que vous vous amusez :

Plus le secours tarde,

Plus vous l'exposez.

Air : Sous un Ormeau.

Dans ce flacon,

500   J'ai de quoi mettre à la raison

Les plus obstinés.

Avalez-en par le nez :

Elle jette tout au visage de Follette.

T'nez.

Il faut pour plus d'effet,

505   Lui délasser un peu son corset.

Mais elle ouvre les yeux.

FOLLETTE.

Air : Ah ! Je sens que je suit un peu mieux.

Je n'étais plus,

Sans vous, mon cher Nostradamus,

Mon cour s'éteignait,

510   Et c'en était tout-à-fait

Fait.

NOSTRADAMUS.

Air : Voilà la différence.

Je vous croyais loin d'ici ;

Et j'allais partir aussi

Voilà la ressemblance.

ALIX.

515   Oui, mais sur le grand chemin >

On nous enleva fort bien :

Voilà la différence.

Air : Tout roule aujourd'hui dans le monde.

À peine le pas de la porte

Était-il loin de nos talons,

520   Qu'on nous arrête et qu'on nous porte,

La tête dans nos cotillons.

En vain on voudrait à la piste,

Pouvoir nous suivre d'un peu près :

Et sans un accident plus triste,

525   C'était fait de nous pour jamais.

Air : Voulez-vous savoir l'histoire, etc.

J'étions près de la rivière

Et quasi dedans ,

Quand le cheval en colère,

Prit le mort aux dents :

530   Puis frappant contre une butte ;

Près du parapet

Je vis faire la culbute

Au cabriolet.

NOSTRADAMUS, à Folette.

Air : Je ferai mon devoir.

Tombant avec nos ennemis,

535   N'as-tu rien de démis ? (bis)

FOLLETTE.

Non par bonheur ils vont sans nous

Aux filets de Saint-Cloud. (bis)

ALIX.

Air : La bonne aventure, ô gai ?

Chacun voyant le danger,

Cherche à s'en exclure :

540   Mais le sort pour vous venger ,

Les empêcha de nager.

TOUS TROIS.

la bonne aventure, ô gai !

La bonne aventure.

NOSTRADAMUS.

Air : Le Démon malicieux.

Quel éclat se répand dans ces lieux ?

545   Je crois voir descendre tous les Dieux,

J'aperçois par un signe céleste,

Le temps lui-même embellir les saisons,

Et sa faux bien loin d'être funeste,

Va nous servir aux fécondes moissons.

SCÈNE XVI.
Nostradamus, Follette, Alix.

ALIX.

Air : Va, va, Fanchon, J'irai en salle.

550   Ma foi, le temps est un bon diable,

De nous protéger jusques là.

Oh ne voit rien de plus affable

Parmi les choeurs de l'Opéra.

FOLLETTE.

Air : Quand la mer rouge apparut.

Goûtons des amants heureux,

555   Les flammes nouvelles.

L'année est un jour pour eux,

Quand ils font fidèles.

NOSTRADAMUS.

Oui, je veux pour tes appas

Laisser lunette et compas.

560   Je suis vo, vo, vo : je suis lon, lon lon ;

Je suis vo, je suis lon ;

Je suis volontaire

Du Dieu de Cythere.

DIVERTISSEMENT.

BALLET DES QUATRE SAISONS. L'Hiver une Ravaudeuse, un chaudron à la main. LE PRINTEMS, une Bouquetière. L'ÉTÉ, un Savetier, un tranchet à la main au lieu de faucille. L'AUTOMNE, un Colporteur de chansons, jouant du violon ; ayant des bouteilles d'osier autour de lui, en forme de ceinture, pour faire boire tous ceux qui lui achètent.

 


Notes

[1] Calcas : Personnage de L'Illiade de Homère. Il était l'oracle des Grecs. Voir Iphigénie de Jean Racine.

[2] Mirmidons : ou Myrmidons. Peuple de Thessalie, que les Fables des Païens on dit être nez de fourmis, sur la prière du roi Jacus en fit à Jupiter, après que son royaume fut dépeuplé par la peste. Ce mot est venu en usage dans notre langue pour signifier un homme fort petit ou qui n'est capable d'aucune résistance. [L]

[3] Berniquet : Qui ne se dit qu'en ces phrases proverbiales : envoyer quelqu'un au berniquet. Il est allé au berniquet ; pour dire qu'il est ruiné, qu'il a mal fait ses affaires. [F]

[4] Naissance de Monseigneur le Duc de Berry.

[5] Borée : Le vent du Nord. Il est du style poétique. [L]

[6] Mazette : ou masette. Petit cheval, ou cheval ruiné qu'on ne saaurait faire aller, ni avec le fouet, ni avec l'éperon. [F]

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies