HEUREUSEMENT

COMÉDIE

M. DCC. LXII. AVEC PRIVILÈRE DU ROI.

par ROCHON DE CHABANNES


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 07/04/2017 à 09:58:11.


PERSONNAGES

MONSIEUR LISBAN.

MADAME LISBAN.

LINDOR.

MARTHON.

PASQUIN.

La scène est dans l'appartement de Madame Lisban.


SCÈNE I.
Madame Lisban, Marthon.

MADAME LISBAN.

Mon mari soupe-t-il aujourd'hui chez Dormène ?

MARTHON.

Oui, madame ; et de plus, malgré votre migraine,

Il prétend, m'a-t-il dit, vous y donner la main,

MADAME LISBAN.

Il le prétend, Marthon ? Il le prétend en vain.

5   Cette femme m'ennuie, et je n'ai pas, ma chère,

Pour plaire à mon mari la force nécessaire

D'essuyer tous les jours le stérile entretien

De cette extravagante. Elle lui plaît : eh bien !

Qu'il y passe son temps et me laisse tranquille.

10   Mais laissons ce propos qui m'échauffe la bile ;

Et parlons d'autre chose.

MARTHON.

Oui, du petit cousin.

MADAME LISBAN.

Eh ! Mais, qu'est devenu ce petit libertin ?

Qu'aura-t-il fait, Marthon ? N'es-tu pas étonnée

Que nous n'ayons pas vu Lindor de la journée ?

MARTHON.

15   Non... Il s'amuse ailleurs.

MADAME LISBAN.

  Marthon, l'aimable enfant !

Toujours dansant, chantant, sautant, gesticulant,

Rêvant, imaginant cent tours d'espièglerie ;

Riant, riant sans cesse à vous en faire envie ;

Parlant sans raisonner, mais déraisonnant bien ;

20   Disant avec esprit une fadaise, un rien.

Ah ! Marthon, à seize ans, et doué sans partage

Des agréments divins qui parent ce bel âge ;

Que tout cela sied bien !... Oh ! je raffole, moi,

De ce petit fripon.

MARTHON.

Moi de même, ma foi.

25   Mais pour ma sûreté, lorsque je l'envisage,

Je voudrais lui trouver un air un peu plus sage.

MADAME LISBAN.

Cela le gâterait : il est charmant, Marthon.

MARTHON.

Il ne le sait que trop, le dangereux fripon.

MADAME LISBAN.

J'en conviens : mais il mêle à cet enfantillage

30   Des sentiments si fiers d'honneur et de courage,

Que tout cela, Marthon, le rend intéressant,

MARTHON.

C'est un vrai polisson, un polisson charmant.

Il s'aime, il se contemple ; il court dans une glace

Admirer de son port l'élégance et l'audace ;

35   Il nous fait remarquer sa jambe, son mollet :

« S'ils étaient emportés, dit-il, par un boulet,

La, sérieusement ce serait bien dommage.

Eh bien ! J'aurais la croix, oui, la croix, à mon âge

La croix pour une jambe : ah ! Le bon coeur, ma foi,

40   Je les sacrifierais toutes deux pour le roi. »

Il tire son épée, et bravant nos alarmes,

« Une, deux, trois, à vous, et rendez-moi les armes. »

Nous dit-il. Un fusil vient à frapper ses yeux,

Il le met sur l'épaule, et fait le merveilleux,

45   Enfonce fièrement son chapeau sur la tète,

Va de droite et de gauche, avance un pas, arrête,

Nous ajuste, fait feu, s'amuse de nos cris,

Et vole dans nos bras pour calmer nos esprits.

MADAME LISBAN.

Comme de vrais enfants, oui, nous jouons ensemble.

MARTHON.

50   Vous riez de ces jeux, Madame, et moi j'en tremble.

Prenez-y garde au moins, s'il en est temps encor :

L'amour s'y mêlera sous les traits de Lindor.

Lindor est un enfant ; mais cet enfant sait plaire :

Craignez qu'il ne devienne un joujou nécessaire.

MADAME LISBAN.

55   Oui, pour me réjouir il sera toujours bon ;

Mais pour m'intéresser... es-tu folle, Marthon,

De penser ?...

MARTHON.

Eh ! Mon dieu, je sais ce que je pense ;

Et rien n'est plus sensé... point tant de confiance.

Est-ce un époux charmant qui doit vous rassurer ?

MADAME LISBAN.

60   Mais, par respect pour moi, je le dois honorer.

Monsieur Lisban, Marlhon, n'est pas un homme aimable,

Te le sais.

MARTHON.

Lui, madame, il se croit adorable.

MADAME LISBAN.

Je connais là-dessus sa sotte vanité.

MARTHON.

De son petit mérite il est fort entêté.

MADAME LISBAN.

65   Il vise à la finesse, à la plaisanterie.

MARTHON.

C'est ce qui met le comble à sa maussaderie.

Avant que d'entreprendre un récit ennuyeux,

Il dit qu'il fera rire, et l'on bâille à ses yeux.

Il croit rendre rêveur un objet qu'il ennuie.

70   Quand on se rit de lui, c'est une agacerie,

Le sexe se l'arrache et le trouve charmant.

MADAME LISBAN.

Il m'aime par bonté comme on aime un enfant ;

Et sans rendre justice à ma délicatesse,

Il ne fait qu'à lui seul honneur de ma sagesse.

75   Nos âges, par malheur, ne se rapportent point.

MARTHON.

Il n'entend pas raison ; entre nous, sur ce point.

Il est frais et gaillard, il s'admire sans cesse,

Et pense valoir mieux que toute la jeunesse.

MADAME LISBAN.

Tu vois que mon époux est bien connu de moi ;

80   Mais je n'en dois pas moins lui conserver ma foi,

Je sais me respecter.

MARTHON.

C'est fort bien fait, madame.

Mais ne craignez-vous pas dans le fond de votre âme

Ce dangereux dégoût qu'un époux aujourd'hui

Avec trop de raison vous inspire pour lui ;

85   Et ce goût que Lindor, un jeune homme adorable ?...

MADAME LISBAN.

Mais je ne l'aime pas, rien n'est plus véritable.

Où prends-tu donc ce goût ?... Un enfant de seize ans !

MARTHON.

Une femme de vingt ! Voilà de braves gens

Pour combattre l'amour ! Grande disconvenance,

90   Pour faire tant sonner votre âge et son enfance !

MADAME LISBAN.

Il est entre nous deux des obstacles plus grands.

Si je me défiais de nos amusements,

Je ne le verrais plus.

MARTHON.

Voilà comme les belles,

Par pitié pour l'amour, osent présumer d'elles ;

95   Ce n'est jamais leur faute.

MADAME LISBAN.

  Est sage qui le veut.

MARTHON.

Dites plus vrai, madame ; est sage qui le peut.

MADAME LISBAN.

Tu plaisantes, Marthon ; et malgré ton système,

À toi je m'en rapporte; oui, Marthon, à toi-même.

Il n'est pas que quelqu'un ne t'ait dit des douceurs :

100   Eh bien ! Je gagerais que ferme en tes rigueurs...

MARTHON.

Ne gagez pas.

MADAME LISBAN.

Comment ! Perdrais-je ma gageure ?

MARTHON.

Non : mais vous gagneriez de si peu, je vous jure,

Que je me garderais de tirer vanité

D'un triomphe si mince et si peu mérité.

MADAME LISBAN.

105   Ainsi donc ta vertu, si j'en crois ton langage,

A couru plusieurs fois les dangers du naufrage ?

MARTHON.

Elle a pensé périr.

MADAME LISBAN.

Et mon petit parent,

Il te faisait la cour ; parle-moi franchement :

Marthon, qu'en dit ton coeur ?

MARTHON.

Je l'aime à la folie.

110   Il m'en conte, Madame, il me trouve jolie.

Cela me fait plaisir ; mais quelqu'un vient à nous :

Ferme, tenez-vous bien, c'est monsieur votre époux.

SCÈNE II.
Monsieur et Madame Lisban, Marthon.

MONSIEUR LISBAN.

Eh bien, quoi ! Qu'est-ce enfin qu'une prompte migraine,

Qu'un bizarre refus de souper chez Dormène ?

115   Ah ! Je vois ce que c'est, et j'en ris de bon coeur :

Un peu de jalousie altère ton humeur.

Tu ne saurais tenir ton époux en lisière ;

Il faut un peu... Tu ris ? Va, ne fais pas la fière.

C'est fort bien fait à toi de m'aimer tendrement :

120   Mais il me faut aimer plus raisonnablement ;

Me laisser sans chagrin, sans crainte, sans murmure,

Aller, venir, courir, rôder à l'aventure.

Ne fais donc plus l'enfant, viens souper avec nous.

MADAME LISBAN.

J'irais, si j'éprouvais un sentiment jaloux :

125   Mais je suis rassurée.

MONSIEUR LISBAN.

  Eh ! Tu braves Dormène ?...

Il faut donc te quitter, et croire à ta migraine,

Soit... À propos, sais-tu la nouvelle du jour ?

MADAME LISBAN.

Quoi ?

MONSIEUR LISBAN.

Tous les officiers ont ordre de la cour

De joindre leurs drapeaux et de partir sur l'heure.

MADAME LISBAN.

130   Eh ! Lindor va partir ?

MONSIEUR LISBAN.

  Quoi ! Veux-tu qu'il demeure ?

Eh mais ! Ce départ-là paraît te chagriner ?

MADAME LISBAN.

Je ne le cèle pas : faut-il s'en étonner ?  [ 1 Celer : Tenir quelque chose cachée, et secrète ; dissimuler ; taire. [F]]

C'est un enfant, monsieur, que vous aimez, que j'aime.

MONSIEUR LISBAN.

Ou ; mais il faut aimer cet enfant pour lui-même.

135   Et que serait-ce donc que ton beau désespoir,

Si ton mari partait ?

MARTHON.

Eh ! Partez, pour le voir.

MONSIEUR LISBAN, à Marthon.

Ma foi, qu'elle est heureuse étant ainsi formée,

Marthon, de n'avoir pas un mari dans l'armée !

À sa femme.

Mais là, console-toi du départ de Lindor ;

140   Ce n'est pas un mari que tu perds.

MARTHON, à part.

  Le butor !  [ 2 Butor : Gros oiseau, espèce de héron fainéant et poltron. On dit figurément d'un homme stupide et maladroit que c'est un butor. [F]]

Haut.

Si vous partiez, Monsieur, jugez mieux de son âme,

Vous ne connaissez pas la force de madame ;

L'honneur la soutiendrait. Oh ! Nous aurions ici

Bonne grâce à trembler pour les jours d'un mari.

145   Des Françaises, morbleu !

MONSIEUR LISBAN.

  Quel beau zèle t'enflamme !

Marthon est un César ; ma femme est une femme,

Et je te réponds bien de son faible pour nous.

À sa femme.

Adieu, tu reverras bientôt ton cher époux.

Je ne te donne pas le bonsoir, ma petite,

150   Je te le garde.

MARTHON.

  Allez, nous vous en tenons quitte.

SCÈNE III.
Madame Lisban, Marthon.

MARTHON.

Eh bien ! Vous n'aimez pas votre petit parent

Lindor, le beau cousin vous est indifférent ;

Et déjà son départ...

MADAME LISBAN.

Oui, sans doute, il m'afflige.

MARTHON.

Et vous regardez-vous encor comme un prodige ?

MADAME LISBAN.

155   Non : mais voyant partir Lindor pour les combats,

D'un peu d'émotion je ne me défends pas ;

Je crois innocemment pouvoir à sa jeunesse

Donner, sans en rougir, ces marques de faiblesse.

MARTHON.

Rien n'est plus naturel que ce petit chagrin ;

160   Mais méfiez-vous-en... Je vois venir Pasquin ;

Sachons ce qu'il nous veut. Quel important message...

SCÈNE IV.
Madame Lisban, Pasquin, Marthon.

MARTHON.

Bonjour, Pasquin.

PASQUIN.

Bonsoir, nous partons.

MARTHON.

Bon voyage,

Tu nous apprends cela d'un air bien dégagé.

PASQUIN.

Nous sommes tous contents.

MARTHON.

On vous est obligé.

PASQUIN.

165   Nous partons pour l'armée, et tu le sais, ma chère,

C'est aller à la noce, en terme militaire.

Ah ! Si tu nous voyais dans un jour de combat !

Morbleu !

MARTHON.

Comment, Pasquin parle en brave soldat !

Cela lui sied fort bien.

PASQUIN.

Vraiment, j'ai du courage,

170   Et je compte marcher...

MARTHON.

  Derrière le bagage.

Dis-nous, que fait Lindor ? Est-il bien affligé ?

Vient-il ? Ne vient-il pas ? De quoi t'a-t-il chargé ?

PASQUIN.

D'une commission dont je sens la réponse.

MARTHON.

Il veut nous voir, je gage.

PASQUIN.

Oui, Marthon.

MARTHON.

Je t'annonce

175   Qu'il nous fera plaisir, va le chercher.

MADAME LISBAN.

  Marthon,

Je n'y puis consentir.

MARTHON.

Le refus est fort bon !

Et pourquoi, s'il vous plaît, Madame ?

MADAME LISBAN.

Par décence ;

L'absence d'un époux armant la médisance...

MARTHON.

Au moment d'un départ, et peut-être éternel,

180   Refuser de le voir, le trait serait cruel.

MADAME LISBAN.

Oui : mais lorsque j'y pense...

MARTHON.

Et vous êtes trop bonne :

Livrez-vous au conseil que votre coeur vous donne.

Un cousin...

MADAME LISBAN.

Un enfant...

MARTHON.

On ne saurait jaser.

MADAME LISBAN.

Que l'on voit tous les jours...

MARTHON.

Eh ! Oui, qui peut penser..

MADAME LISBAN.

185   Le monde est si méchant !

MARTHON.

  Il faut le laisser mordre :

Qu'il vienne, et toi va-t'en, de crainte d'un contre-ordre.

Pasquin sort.

MADAME LISBAN.

Eh mais ! Vous décidez, Marthon, bien promptement.

MARTHON.

Eh mais ! C'est bien le cas de chicaner vraiment ?

Eh puis ! On est parti... Là que pourriez-vous dire ?

MADAME LISBAN.

190   Mais, te gronder, Marthon...

MARTHON.

  Oui, me gronder pour rire.

MADAME LISBAN.

Eh bien ! Soit ; on ne peut, Marthon, te convertir :

Dès que Lindor viendra, qu'on me fasse avertir.

SCÈNE V.

MARTHON, seule.

Elle craint le public beaucoup moins qu'elle-même :

Elle en tient pour Lindor ; oui, sans doute, elle l'aime ;

195   Mais moi, suis-je plus brave ? Ai-je plus de raison ?

Il faut en convenir, ma foi, je crois que non.

Eh mais ! Me voilà bien, le bel amour ! Qu'en faire ?

L'absence en débarrasse avec un militaire.

SCÈNE VI.
Marthon, Lindor.

LINDOR.

Eh ! Bonjour, mon enfant.

MARTHON.

Voilà mon étourdi.

LINDOR.

200   Laisse-moi t'embrasser.

MARTHON.

  Vous êtes trop hardi.

LINDOR.

Tu plaisantes. Je viens sous l'habit d'ordonnance

De faire mes adieux presgu'à toute la France ;

Et plein d'impatience à tes pieds je me rends.

MARTHON.

Après toute la France.

LINDOR.

Il est des soins décents.

205   Il fallait faire voir à la cour, à la ville,

Que Lindor n'était pas un sujet inutile.

Il ne me reste plus qu'à prouver à Marthon...

MARTHON.

On ne me prouve rien.

LINDOR.

Tout de bon ?

MARTHON.

Tout de bon.

Finissez...

LINDOR.

Le refus, sans doute, est pour la forme ?

210   Comment me trouves-tu sous l'habit uniforme ?

J'ai bon air, n'est-ce pas ? Je veux que mes habits

Reviennent tous criblés de balles de fusils.

Ne nous attristons pas, point de mélancolie.

Parbleu ! Je vais entendre une belle harmonie,

215   Un tapage d'enfer... Nous ferons de beaux sauts.

Nous ne tirerons pas notre poudre aux moineaux.

Je viens en ce moment d'acheter une bête

Qui me secondera dans ces beaux jours de fête :

Un cheval de bataille, excellent, plein d'ardeur,

220   Et docile à la main d'un adroit conducteur :

Il est fier... comme moi ; nous ferons des merveilles.

Je viens de lui tirer entre les deux oreilles

Vingt coups de pistolets, qui ne l'ont pas ému :

Nous serons bien ensemble ; eh ! Marthon, qu'en dis-tu ?...

225   À propos, comment va la charmante cousine ?

MARTHON.

Il est temps d'y penser.

LINDOR.

Ta friponne de mine

Me fait tout oublier.

MARTHON.

Mais vous n'y pensez pas :

Vous ne m'avez encor parlé que de combats.

LINDOR.

Oh ! Je sens le reproche, et je prétends, ma reine...

MARTHON.

230   Eh ! Pensez à madame, elle en vaut bien la peine.

LINDOR.

Eh mais ! J'y pense aussi : mais mon nouvel état...

Morbleu ! Le bel habit que l'habit de soldat !

Tiens, de la tête aux pieds sans cesse je me mire.

Mais regarde-moi donc. Je veux que l'on m'admire

235   Ce chapeau sur les yeux ne me sied-il pas bien ?

Ne me donne-t-il pas un petit air vaurien,  [ 3 Vaurien : qui est un fripon, dangereux, fainéant, vicieux, libertin. [F]]

Un air audacieux qui sied au militaire,

Un air de grenadier ?  [ 4 Grenadier : Est aussi un soldat qui a une gibecière pleine de grenades qui se jettent à la main. Il y a des compagnies de grenadiers à pied et à cheval. [F]]

MARTHON.

Oh ! Vous aurez beau faire,

Vous n'aurez jamais l'air que d'un homme charmant.

LINDOR.

240   Eh mais ! Xe n'est pas là, Marthon, un compliment.

Si je n'impose pas par un bras formidable,

Ce bras n'en sera pas trouvé moins redoutable

MARTHON.

Pourra-t-il manier un sabre, un mousqueton ?  [ 5 Mousqueton : petit mousquet qui est plus court ; mais plus gros de calibre que les mousquets ordinaires. [F]]

Le bel homme, ma foi !

LINDOR.

Tu plaisantes, Marthon.

245   Il faut pour te punir de tant de défiance,

Il faut que je t'en fasse éprouver la puissance :

Point de quartier, je vais te traiter en hussard.  [ 6 Hussard : est une milice en Pologne et en Hongrie, qu'on oppose à la cavalerie ottomane. Ils ont force plume, et peaux de tigres pour leurs habillements. Le mot est hongrois. [F]]

SCÈNE VII.
Madame Isban, Lindor, Marthon.

Marthon pendant cette scène sort, rentre, fait arranger une collation dans le fond du théâtre.

MADAME LISBAN.

Que faites-vous ?

LINDOR.

On fait ses adieux quand on part.

MADAME LISBAN.

Je le vois. Enfin donc vous partez pour l'armée ?

LINDOR.

250   Oui, cousine.

MADAME LISBAN.

  Votre âme en paraît bien charmée ?

LINDOR.

Audacieux amant, soldat vraiment français,

Je n'ai jamais formé que deux ardents souhaits,

De réduire une belle et venger ma patrie.

La moitié de mes voeux sera bientôt remplie.

255   Je pars, et je vaincrai. J'espère à mon retour

Joindre aux lauriers de Mars les myrtes de l'amour.

MADAME LISBAN.

Lindor...

LINDOR.

Présentement je n'ai pour avantage

Que des airs écoliers, ma figure, mon âge ;

Aussi vous me traitez comme on traite un enfant ;

260   Mais quand je reviendrai glorieux, triomphant,

Précédé du récit de mes hautes merveilles,

Dont on aura cent fois étourdi vos oreilles,

Votre coeur palpitant de plaisir et d'amour,

Me pourra-t-il alors refuser du retour ?

265   Que sait-on, ma cousine ? Ah ! Si par aventure,

Je revenais couvert d'une heureuse blessure...

Ah ! Qu'un amant blessé me semble intéressant !

Si j'étais femme, moi, si j'avais un amant,

Ce serait ma folie ; ô dieux ! avec délices,

270   Je me retracerais ses nobles cicatrices,

J'aurais à les compter un plaisir inouï,

Et j'en serais moi-même orgueilleuse pour lui.

Je reviendrai blessé ; n'en doutez point, cousine,

Et vous retiendrez pas.

MADAME LISBAN.

Ce discours m'assassine.

275   Allez, jeune insensé, faites votre devoir,

Mais cachez-moi des maux que je n'ose entrevoir.

J'ai bien assez de peine à soutenir l'image

Des dangers infinis...

LINDOR.

Il faut tout mon courage

Pour pouvoir me résoudre à m'éloigner de vous.

280   Adieu, belle cousine, adieu, séparons-nous.

Souvenez-vous un peu d'un cousin qui vous aime :

Il reviendra fidèle, et digne de vous-même,

Le coeur préoccupé de vos divins appas.

S'il est tué pourtant, il ne reviendra pas :

285   Mais on vous remettra de ma part des tablettes,

De mon amour pour vous confidentes discrètes.

C'est une chose à voir que ces tablettes-là :

C'est de l'amour pour vous, on n'y voit que cela ;

Votre nom est partout ; les pages sont remplies

290   De ce que nous avons dit ou fait de folies ;

On y voit quel beau jour nous nous sommes connus,

Les heureux jours depuis où nous nous sommes vus,

Si c'était dans un cercle, ou bien en tête-à-tête ;

Ces derniers sont marqués comme des jours de fête.

295   Les heureux à-propos, les maudits contre-temps,

Nos petits démêlés sans raccommodements,

Mes larmes, mes regrets, mes soupirs, mes oeillades,

Vos soufflets d'ordonnance après mes embrassades,

Mes serrements de mains, mes battements de coeur

300   Y sont comptés, datés dans un ordre enchanteur.

MADAME LISBAN.

Il faut brûler, cousin, de pareilles sornettes.

LINDOR.

On me brûlerait vif plutôt que mes tablettes.

Marthon se rapproche ici de Madame Lisban et de Lindor.

MADAME LISBAN.

Laissons cela, Lindor, et changeons de discours.

LINDOR.

Voyons, que dirions-nous de mieux que nos amours ?

MADAME LISBAN.

305   Soupez-vous aujourd'hui ?

LINDOR.

  Question fort touchante !

Je devrais pour cela vous quitter, ma parente.

MADAME LISBAN.

Vous ne feriez pas mal de suivre ce dessein ;

Car je ne soupe pas et vous mourrez de faim.

MARTHON.

Bon ! Il mourra de faim ? A-t-on faim quand on aime ?

310   Nous soupons en malade, il soupera de même.

On apporte ici une collation.

Allons... Qu'en dites-vous?

LINDOR.

Je ne changerais pas

Ce dessert de l'amour, pour le plus beau repas.

Mais à propos... Comment... Qu'avez-vous ?

MADAME LISBAN.

La migraine,

Et comme mon époux est allé chez Dormène,

À Marthon.

315   J'étais... Mais es-tu folle ? Il faut changer cela.

LINDOR.

Tout comme vous voudrez ; pour moi je reste là.

Asseyons-nous, cousine : et toi fais le service.

Nous aurons là vraiment un beau garçon d'office.

Allons, point de façons... Que cet instant est doux,

320   Cousine, où je me vois tête-à-tête avec vous !

Je crois avec ma femme être dans mon ménage ;

Elle n'est pas parée, et m'en plaît davantage.

Un simple négligé par l'amour inventé,

Relève innocemment l'éclat de sa beauté ;

325   Et je me flatte encor qu'on a pris pour me plaire

Le frais ajustement d'une simple bergère.

Eh ! Pensez-vous aussi que je sois votre époux ?

MADAME LISBAN.

Qu'y pourriez-vous gagner ?

LINDOR.

Des droits.

MADAME LISBAN.

Y pensez-vous ?

Valent-ils les refus qu'une femme estimable

330   Fait souvent à l'amant qu'elle trouve adorable ?

Mais qu'avez-vous, Lindor, qui vous afflige ainsi ?

D'où vient que tout à coup votre front obscurci ?...

LINDOR.

Ah ! vous ne m'aimez pas.

MADAME LISBAN.

Non comme vous, sans doute :

Je m'en garderai bien.

LINDOR.

On sait ce qu'il en coûte.

MADAME LISBAN, lui présentant quelque chose.

335   Tenez.

LINDOR.

La belle main !

MADAME LISBAN.

Finissez, Lindor.

LINDOR.

  Non :

C'est trop me retenir, vous m'en ferez raison ;

Je ne puis résister au charme involontaire...

MADAME LISBAN.

Mais vous devez du moins craindre de me déplaire.

MARTHON, lui présentant un verre d'eau.

Voici, mon beau monsieur, pour calmer vos esprits.

LINDOR.

340   Verse rasade, Hébé ; je veux boire à Cypris.  [ 7 Rasade : Plein un verre de vin. [F]]

MADAME LISBAN.

Je vais donc boire à Mars.

MARTHON.

Qui vient troubler la fête ?

Ciel ! Qu'entends-je ? Un carrosse ! À la porte il s'arrête ;

Il entre : c'est monsieur... Où nous sauverons-nous ?

MADAME LISBAN.

Eh ! Pourquoi nous sauver ?

MARTHON.

Moi, je crains son courroux.

MADAME LISBAN.

345   Qui pourrait l'allumer ?

MARTHON.

  Comment ! votre migraine,

Le refus de souper avec lui chez Dormène,

Lindor en ce moment tête-à-tête avec vous ;

Voilà plus qu'il n'en faut pour fâcher un époux,

Pour perdre sans retour toute sa confiance.

350   Madame, fiez-vous à mon expérience.

Allons vite, Lindor, partez, suivez mes pas.

MADAME LISBAN.

Eh mais ! Marthon...

MARTHON.

Marthon ne vous écoute pas.

Marthon sort avec Lindor.

MADAME LISBAN.

Eh ! Je les laisse aller... Mais quelle étourderie !...

SCÈNE VIII.
Monsieur et Madame Lisban.

MADAME LISBAN.

Ah ! Vous voilà ?

MONSIEUR LISBAN.

Je viens te tenir compagnie.

MADAME LISBAN, haut.

355   Vous me faites plaisir...

À part.

  Je ne sais quel parti,

Dans cette occasion, prendre avec mon mari.

MONSIEUR LISBAN.

La joie, à mon aspect, dans tes regards éclaté.

Tu ne t'attendais pas...

MADAME LISBAN.

Votre retour me flatte,

N'en doutez point, monsieur.

MONSIEUR LISBAN.

Je suis bien bon, dis-moi,

360   De revenir souper tête-à-tête avec toi.

MADAME LISBAN.

Mais je ne soupe pas.

MONSIEUR LISBAN.

Moi non plus : mais je cause.

MADAME LISBAN, à part.

Je vais lui découvrir...

MONSIEUR LISBAN.

Tiens, parlons d'une chose.

Tu ne rougis donc pas d'adorer ton époux ?

Mais rien n'est plus bourgeois. Sais-tu bien, entre nous,

365   Qu'on en rit dans le monde, et qu'on dit sans mystère ;

Il faut absolument qu'ensemble on les enterre,

Ou que loin de madame on exile monsieur,

Pour pouvoir la former, humaniser son coeur,

Et la mettre au courant... Que c'est une misère

370   Que tes opinions : ta gloire une chimère ;

Que tu n'es bonne à rien dans la société

Depuis notre union ; que ta folle fierté,

Ton amour suranné, tes tons de bienséance,

Désolent tout le monde et demandent vengeance.

MADAME LISBAN.

375   L'hymen m'unit à vous, et je ne pense pas

Que l'on doive prétendre à mes faibles appas.

MONSIEUR LISBAN.

Ainsi, Cléon, Durval, cette folle jeunesse,

Qui compose ta cour, t'obsède et me caresse : ,

Chacun doit trouver bon que ton coeur attendri

380   Malgré les moeurs du temps lui préfère un mari ;

Que tout soit, en un mot, pour le pauvre bonhomme :

Pour quel époux encore ?... Un époux qui t'assomme,

Un sot, un ennuyeux, un bavard, un oison ;  [ 8 Oison : On dit par injure à un homme, que c'est un oison qu'il se laisse mener comme un oison : pour dire, que c'est un sot, qui ne sait pas se conduire, qui n'agit que par l'organe d'autrui. [F]]

N'est-ce pas, mon enfant ? Quelle comparaison

385   Avec tous ces messieurs !

MADAME LISBAN.

  Je n'en dois faire aucune.

MONSIEUR LISBAN.

Je les plains, s'ils n'ont pas de meilleure fortune.

Ils en savent bien long tous ces beaux messieurs-là :

T'ont-ils bien ennuyée ?... Ah ! Conte-moi cela.

Quel est le plus adroit, Cléon, Durval, Forlise ?

390   Je crois que ce dernier pare la marchandise ;

Qu'il sait la débiter : il te chassait de près ;

Il doit être piqué d'avoir perdu ses frais.

Forlise a de l'esprit, sa figure a des charmes.

Eh ! Que sais-je, peut-être a-t-elle don des larmes ?

395   N'en a-t-il pas versé pour toucher ta vertu ?

Et le petit Lindor, comment le traites-tu ?

Comment s'en tire-t-il-? Lui vient-il de l'audace ?

Tu rougis... Quelle enfance !

MADAME LISBAN.

Épargnez-moi, de grâce.

De semblables discours.

MONSIEUR LISBAN.

Oh ! Tiens, je n'aime pas

400   Ces superbes vertus qui font tant de fracas.

MADAME LISBAN.

Vous y comptez pourtant.

MONSIEUR LISBAN.

Oh ! Point... Je te dévoile

Que je ne compte ici que sur ma bonne étoile.

Tiens, mon coeur : j'ai connu bon nombre de beautés,

Je leur ai fait cent tours, cent infidélités,

405   J'étais un vrai fripon ; eh bien ! Pas une belle,

Malgré des torts réels, n'a pu m'être infidèle.

Je le puis avouer, sans être fanfaron,

Que quand je suis aimé c'est ma foi tout de bon.

Ce n'est pas que je sois plus aimable qu'un autre ;

410   Chacun a son mérite, et l'on s'en tient au nôtre ;

C'est un je ne sais quoi, qui, je ne sais comment,

Comme dit bien... Molière... assez comiquement...

Enfin, tu comprends bien, n'est-il pas vrai, ma reine ?

Par exemple, tu vois si ton mari te gêne.

415   As-tu donné ce soir rendez-vous à quelqu'un ?

Suis-je de trop ? Je sors, si je suis importun.

MADAME LISBAN.

Non, vous ne sauriez l'être, et c'est me faire outrage.

MONSIEUR LISBAN.

Tu sens que tout ceci n'est qu'un pur badinage.

MADAME LISBAN.

Oui, je le pensé ainsi... Je vais me retirer.

420   Donnez-moi la main,

MONSIEUR LISBAN.

  Soit ; mais avant que d'entrer

Je vais chercher...

MADAME LISBAN.

Quoi donc ?

MONSIEUR LISBAN.

Pour t'amuser, ma chère,

Je veux te lire un conte...

MADAME LISBAN.

À présent ? Pourquoi faire ?

MONSIEUR LISBAN.

Un conte singulier, qu'on nomme "Heureusement".

C'est un benêt d'époux qui rentre justement...

425   Il croit que son retour charme son Artémise,

Lui tient de sots propos dont il la croit éprise :

Il lui dit des douceurs, comme nous autres fous

Nous pourrions tendrement nous en dire entre nous.

Non, rien n'est plus piquant : j'ai la tête remplie

430   De cette ingénieuse et charmante folie.

Je vais t'aller chercher ce petit conte-là ;

Il est dans le salon ; cela te bercera,

SCÈNE IX.

MADAME LISBAN, seule.

Il va tout découvrir... Ô dieux ! Je suis perdue.

Eh ! Devais-je, Lindor, te cacher à sa vue ?

435   Quelle imprudence, ô ciel ! Qu'elle va me coûter !

Où me cacher ? Où fuir ? Dans quels bras me jeter !

Je suis morte.

Elle tombe dans un fauteuil.

SCÈNE X.
Monsieur et Madame Lisban.

MONSIEUR LISBAN, éclatant de rire.

Ah ! Ah ! Ah ! J'étoufferai de rire.

MADAME LISBAN.

Ciel ! Qu'entends-je ! Que vois-je ! Et quel transport l'inspire ?

Avec la plus grande surprise.

Il rit....

MONSIEUR LISBAN, à part.

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! J'en rirai plus d'un jour.

MADAME LISBAN, à part.

440   Non, je ne conçois rien à ce joyeux retour.

Il faut le voir venir.

MONSIEUR LISBAN, à part.

L'excellente aventure !

MADAME LISBAN, à part.

Tout cela me paraît d'un assez bon augure.

MONSIEUR LISBAN, à part.

Ah ! Le petit fripon ; qui s'en serait douté ?

Il est d'assez bon goût ; pas trop mal débuté !

À sa femme.

445   Mignonnette, sais-tu quel sujet me ramène ?...

Ah ! Ah ! Ah ! Laisse-moi reprendre mon haleine.

Ma foi, je n'en puis plus.

MADAME LISBAN, à part.

Que veut dire ceci ?

Lindor aura trompé, sans doute, mon mari.

À son mari.

Eh bien ! Achevez donc. Si j'ose vous le dire,

450   Je ne conçois pas trop de quoi vous pouvez rire.

MONSIEUR LISBAN.

Lindor...

MADAME LISBAN.

Eh bien ! Lindor ? Parlez, expliquez-vous.

MONSIEUR LISBAN.

Le cousin est ici, mais motus, taisons-nous :

Il est incognito. Ce n'est point pour ton compte.

Devine un peu, devine à qui le drôle en conte,

455   Quel est l'heureux objet qui l'attire en ces lieux ?

Marthon, en ce moment recevait ses adieux.

MADAME LISBAN, à part.

Ah ! Je suis trop heureuse ; à la fin je respire.

Haut.

Vous m'étonnez... Comment... et que voulez-vous dire ?

MONSIEUR LISBAN.

Il faut tout t'expliquer. J'ai surpris le cousin

460   Aux genoux de Marthon ; il lui baisait la main.

MADAME LISBAN.

Comment, chez vous ?

MONSIEUR LISBAN.

Voyez le grand malheur, madame !

J'aime mieux qu'on en conte à Marthon qu'à ma femme.

Enfin, pour t'achever mon histoire en deux mots,

Je suis pour la petite entré fort à propos.

MADAME LISBAN.

465   Que sont-ils devenus ?

MONSIEUR LISBAN.

  Ah ! Voilà l'impayable.

Quand ils m'ont vu paraître, ils ont cru voir le diable ;

Et s'échappant soudain, honteux d'être surpris ,

Je les ai tous les deux poursuivis par mes ris.

Qu'une femme surprise est sotte, ma petite !

470   Mais quoi! Ne veux-tu pas nous tenir un peu quitte

De cette gravité qui n'est pas de saison ?

N'est-ce pas à propos rentrer dans sa maison

Pour mettre le bon ordre ?... Hem ! Qu'en dis-tu ?

MADAME LISBAN.

Sans doute.

MONSIEUR LISBAN.

C'est mettre, comme on dit, le renard en déroute.

475   Que devenait Marthon ?... Eh ! Voilà justement :

Voilà, sur mon honneur, mon conte... « Heureusement »,

Peste ! Il vous connaît bien, l'auteur de cet ouvrage.

« Une femme est souvent plus heureuse que sage, »

Dit-il... Eh bien ! Marthon nous démontre cela.

480   Rien n'est plus singulier que cette histoire-là.

Il faut être avec moi toujours sur le qui-vive :

On fait une sottise ; heureusement j'arrive.

Parbleu ! j'ai le nez fin... Ne gronde pas Marthon :

C'est un malheur qui peut loi servir de leçon.

485   Voilà de ces hasards...

MADAME LISBAN, à part.

  Qui sauvent l'innocence

Du danger où souvent l'expose une imprudence.

MONSIEUR LISBAN.

Si quelque fantaisie, un petit goût fripon,

Te prenait pour quelqu'un, dis-le-moi sans façon ;

Que je ne vienne pas...

MADAME LISBAN.

Vous, monsieur, au contraire.

490   Comptez que je prendrai tout le soin nécessaire

Pour sauver ma vertu d'un lâche attachement :

Mais si je me pouvais oublier un moment,

Personne ne saurait, en ce malheur extrême,

Plus à mon gré, monsieur ; survenir que vous-même.

MONSIEUR LISBAN.

495   Fort bien. Puisse-je donc, en cas d'événement,

Rentrer comme aujourd'hui toujours, « heureusement » !

 


Notes

[1] Celer : Tenir quelque chose cachée, et secrète ; dissimuler ; taire. [F]

[2] Butor : Gros oiseau, espèce de héron fainéant et poltron. On dit figurément d'un homme stupide et maladroit que c'est un butor. [F]

[3] Vaurien : qui est un fripon, dangereux, fainéant, vicieux, libertin. [F]

[4] Grenadier : Est aussi un soldat qui a une gibecière pleine de grenades qui se jettent à la main. Il y a des compagnies de grenadiers à pied et à cheval. [F]

[5] Mousqueton : petit mousquet qui est plus court ; mais plus gros de calibre que les mousquets ordinaires. [F]

[6] Hussard : est une milice en Pologne et en Hongrie, qu'on oppose à la cavalerie ottomane. Ils ont force plume, et peaux de tigres pour leurs habillements. Le mot est hongrois. [F]

[7] Rasade : Plein un verre de vin. [F]

[8] Oison : On dit par injure à un homme, que c'est un oison qu'il se laisse mener comme un oison : pour dire, que c'est un sot, qui ne sait pas se conduire, qui n'agit que par l'organe d'autrui. [F]

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies