ISIS

TRAGÉDIE en MUSIQUE

ornée d'entrées de ballets, de machines et de changements de théâtre.

M .DC. LXXXVII.

[Philippe Quinault]

Suivant la copie imprimée, à Paris.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 01/05/2017 à 20:21:42.


ACTEURS du PROLOGUE

LA RENOMMÉE.

CHOEUR de la Suite de la RENOMMÉE, les Rumeurs, les Bruits, etc..

CINQ TROMPETTES.

Vingt SUIVANTS de la RENOMMÉE chantants.

NEPTUNE.

SUITE DE NEPTUNE, tritons et autres Dieux de la Mer.

SIX TRITONS, jouant de la flute.

DEUX TRITONS, chantants.

HUIT DIEUX MARINS de la suite de Neptune dansants.

APOLLON.

SUITE D'APOLLON, les neuf mmuses et les arts libéraux.

CINQ MUSES CHANTANTES.

CLIO.

CALLIOPE.

MELPOMÈNE.

THALIE.

URANIE.

QUATRE MUSES QUI JOUENT DES INSTRUMENTS.

ERATO.

EUTERPE.

TERPSICHORE.

POLYMNIE.

SEPT ARTS LIBERAUX.

ACTEURS de la TRAGÉDIE.

HIÉRAX, amant de la nymphe Io, et frère d'Argus.

PIRANTE, ami d'Hiérax.

IO, nymphe, fille du fleuve Inachus, aimée de Jupiter, persécutée par Junon, et reçue enfin au rang des divinités célestes sous le nom d'Isis.

MYCENE, nymphe, confidente d'Io.

MERCURE.

CHOEURS DE DIVINITÉS DE LA TERRE, et des Echos.

TROUPE DE DIVINITÉS DE LA TERRE, des eaux et des richesses souterraines.

JUPITER.

IRIS, confidente de Junon.

JUNON.

HÉBÉ, fille de Junon et déesse de la Jeunesse.

CHOEURS et TROUPES DES JEUX ET DES PLAISIRS de la troupe d'Hébé.

CHOEUR, et TROUPE DE NYMPHES de la suite de Junon.

ARGUS.

UNE NYMPHE, représentant Syrinx.

CHOEUR ET TROUPE DE NYMPHES COMPAGNES DE SYRINX.

UN DES SYLVAINS représentant le Dieu Pan.

CHOEUR ET TROUPE DE BERGERS suivants de Pan.

CHOEUR ET TROUPE DE SATYRES suivants de Pan.

CHOEUR ET TROUPE DE SYLVAINS suivants de Pan.

ERINNIS, furie.

CHOEUR ET TROUPE DE PEUPLES DE CLIMATS GLACÉS suivants de Pan.

DEUX CONDUCTEURS DES CHALYBES.

SUITE DE PARQUES, la Guerre, les Fureur de la Guerre, la Famine, Les maladies violentes et languissantes, l'Incendie, L'Inondation, etc.

LES TROIS PARQUES.

CHOEUR DE DIVINITÉS CÉLESTES.

CHOEUR ET TROUPES DES PEUPLES D'EGYPTE.


PROLOGUE

Le théâtre représente le Palais de la Renommée. Il est ouvert de tous côtés pour recevoir les nouvelles de ce qui se fait de considérable sur la Terre et de ce qui se passe de mémorable sur la Mer, que l'on découvre dans l'enfoncement. La divinité qui préside dans ce palais y paraît accompagnée de sa suite ordinaire : Les rumeurs et les bruits qui portent comme elle une trompette à la main, y viennent en foule de divers endroits du monde.

SCÈNE I.
[La Renommée, Suite,Le Choeur.
]

LA RENOMMÉE, et sa suite les Rumeurs et les Bruits.

Publions en tous lieux

Du plus grand des héros la valeur triomphante.

Que la Terre et les cieux

Retentissent du bruit de sa gloire éclatante.

LA RENOMMÉE.

5   C'est lui dont les Dieux ont fait choix

Pour combler le bonheur de l'Empire François,

En vain pour le troubler, tout s'unit, tout conspire,

C'est en vain que l'Envie a ligué tant de rois.

Heureux l'Empire

10   Qui suit ses lois !

Le CHOEUR.

Heureux l'Empire

Qui suit ses lois !

LA RENOMMÉE.

Il faut que partout on l'admire

Parlons de ses vertus racontons ses exploits,

15   A peine y pourrons nous suffire

Avec toutes nos voix;

LE CHOEUR.

Heureux l'Empire

Qui suit ses lois !

LA RENOMMÉE.

Il faut le dire cent-et-cent fois

20   Heureux l'empire qui suit ses lois.

Le CHOEUR.

Il faut le dire cent-et-cent fois

Heureux l'empire qui suit ses lois.

SCÈNE II.
La Renommée, Neptune et leur suite.
Deux tritons chantants.
Dieux marins jouant des instruments.
Les tritons et les autres Dieux marins accompagnent Neptune sortant de la Mer qui entre dans le Palais de la Renommée.

LES DEUX TRITONS.

C'est le Dieu des eaux qui va paraître

Rangeons nous près de notre Maître

25   Enchaînons les vents les plus terribles

Que le bruit des flots cède à nos chants.

Régnez Zéphirs paisibles,

Ramenez le doux printemps.

NEPTUNE à la Renommée.

Mon empire a servi de théâtre à la guerre,

30   Publiez des exploits nouveaux

C'est le même vainqueur

Si fameux sur la terre

Qui triomphe encor sur les eaux.

LA RENOMMÉE et NEPTUNE.

Célébrez son grand nom sur la terre et sur l'onde

35   Qu'il ne soit pas borné par les plus vastes mers

Qu'il vole jusqu'au bout du monde

Qu'il dure autant que l'univers.

CHOEURS.

Célébrez son grand nom sur la terre et sur l'onde

Qu'il ne soit pas borné par les plus vastes mers

40   Qu'il vole jusqu'au bout du monde

Qu'il dure autant que l'univers.

SCÈNE III.
Neptune, la Renommée et leur suite, Apollon, les neufs Muses, les Arts libéraux.

CALLYOPE.

Cessez pour quelque temps bruit terrible des armes

Qui troublez le repos de cent climats divers

Ne troublez point les charmes

45   De nos divins concerts.

CALLYOPE, THALIE et APOLLON.

Ne troublez point les charmes

De nos divins concerts.

CALLYOPE.

Recommençons nos chants,

Allons les faire entendre.

MELPOMÈNE.

50   Dans une auguste Cour.

THALIE.

La Paix, la douce Paix

N'ose encore descendre du céleste séjour.

CALLYOPE.

La Paix, la douce Paix

N'ose encore descendre du céleste séjour.

CALLYOPE, Thalie et Apollon.

55   Près du Vainqueur allons attendre son bienheureux retour.

APOLLON à la Renommée.

Ne parlons pas toujours de la guerre cruelle,

Parlons des plaisirs et des jeux.

Les Muses et les Arts

Vont signaler leur zèle,

60   Je vais favoriser leurs voeux

Nous préparons une fête nouvelle

Pour le Héros qui les appelle

Dans cet asile heureux

LE CHOEUR.

Ne parlons pas toujours de la guerre cruelle,

65   Parlons des plaisirs et des jeux.

LA RENOMMÉE.

Hâtez-vous, Plaisirs, hâtez-vous

De montrer vos charmes les plus doux.

APOLLON, NEPTUNE et LA RENOMMÉE.

Hâtez-vous, Plaisirs, hâtez-vous

De montrer vos charmes les plus doux.

LE CHOEUR (plus vite).

70   Hâtez-vous, Plaisirs, hâtez-vous

De montrer vos charmes les plus doux.

ACTE I

Le théâtre représente des prairies agréables où le Fleuve Inachus serpente.

SCÈNE I.

HIÉRAX.

Cessons d'aimer une infidèle,

Évitons la honte cruelle

De servir, d'adorer qui ne nous aime plus.

75   Achevons de briser les noeuds qu'elle a rompus.

Dégageons nous, sortons d'un si funeste empire.

Hélas ! Malgré moi je soupire !

Ah ! Mon coeur quelle lâcheté !

Quel charme te retient dans un honteux martyre ?

80   Tu n'as pas craint des fers qui nous ont tant coûté

As-tu peur de ta liberté ?

Revenez, revenez Liberté charmante

Vous n'êtes que trop diligente

Lorsqu'il faut dans un coeur faire place à l'Amour;

85   Mais que vous êtes lente

Lorsqu'un juste dépit presse votre retour.

SCÈNE II.

PIRANTE.

C'est trop entretenir

Ces tristes rêveries;

Venez, tournez vos pas sur ces rives fleuries

90   Regardez ces flots argentés,

Qui dans ces vallons écartés,

Font briller l'émail des prairies

Interrompez vos soupirs

Tout doit être ici;

95   Ce beau séjour est l'asile

Du repos et des plaisirs.

HIÉRAX.

Depuis qu'une nymphe inconstante

A trahi mon amour et m'a manqué de foy

Ces lieux jadis si beaux n'ont plus rien qui m'enchante;

100   Ce que j'aime a changé, tout est changé pour moi.

PIRANTE.

La fille d'Inachus hautement vous préfère

A mille autres amants de votre sort jaloux;

Vous avez l'aveu de son père

En faveur d'Argus votre frère,

105   La puissante Junon se déclare pour vous.

HIÉRAX.

Si l'ingrate m'aimait, je serais son époux.

Cette nymphe légère

De jour en jour diffère

Un hymen qu'autrefois elle avait cru si doux.

110   L'inconstante n'a plus l'empressement extrême

De cet amour naissant qui répondait au mien.

Son changement paraît en dépit d'elle même

Je ne le connais que trop bien,

Sa bouche quelquefois dit encor qu'elle m'aime;

115   Mais son coeur ni ses yeux ne m'en disent plus rien.

PIRANTE.

Se peut-il qu'elle dissimule !

Après de serments, ne la croyez-vous pas ?

HIÉRAX.

Je ne les crus que trop, hélas !

Ces serments qui trompent mon coeur tendre et crédule;

120   Ce fut dans ces vallons où par mille détours,

Inachus prends plaisir à prolonger son cours;

Ce fut sur son charment rivage,

Que sa fille volage

Me promit de m'aimer toujours.

125   Le Zéphir fut témoin, l'onde fut attentive

Quand la nymphe jura de ne changer jamais,

Mais le Zéphir léger et l'onde fugitive

Ont enfin emporté les serments qu'elle a faits.

Je la vois, l'infidèle.

PIRANTE.

130   Éclaircissez vous avec elle.

SCÈNE III.

LA NYMPHE IO.

M'aimez vous ? puis-je m'en flatter ?

HIÉRAX.

Cruelle, en voulez vous douter ?

En vain votre inconstance éclate,

En vain elle m'anime à briser tous les noeuds

135   Je vous aime toujours ingrate,

Plus que vous ne voulez

Et plus que je ne veux

Je crains un funeste présage,

Un aigle dévorant

140   Vient de fondre à mes yeux,

Sur un oiseau qui dans ces lieux

M'entretenait d'un doux ramage

Différez votre hymen,

Suivons l'avis des Cieux.

145   Notre hymen me déplaît qu'à votre coeur volage:

Répondez moi de vous, je vous répond des Dieux.

Vous juriez autrefois

Que cette onde rebelle

Se ferait vers sa source une route nouvelle

150   Plutôt qu'on ne verrait votre coeur dégagé;

Voyez couler ces flots dans cette vaste plaine

C'est le même penchant qui toujours les entraîne.

Leurs cours ne change point et vous avez changé

IO.

Laissez moi revenir de mes frayeurs secrètes;

155   J'attends de votre amour cet effort généreux.

HIÉRAX.

Je veux ce qui vous plaît, cruelle que vous êtes,

Vous n'abusez que trop d'un amour malheureux !

IO.

Non, je vous aime encor !

HIÉRAX.

Quelle froideur extrême !

Inconstante, est-ce ainsi qu'on doit dire qu'on aime.

IO.

160   C'est à tort que vous m'accusez,

Vous avez vu toujours vos rivaux méprisés

HIÉRAX.

Le mal de mes rivaux

N'égale point ma peine,

La douce illusion d'une espérance vaine

165   Ne les fait point tomber du faite du bonheur

Aucun d'eux comme moi n'a perdu votre coeur;

Je ne suis point accoutumé

Quel tourment de cesser de plaire

Lorsqu'on a fait l'essai du plaisir d'être aimé.

170   Je ne le sens que trop

Votre coeur se détache

Et je ne sais qui me l'arrache

HIÉRAX.

Je cherche en vain l'heureux amant

Qui me dérobe un bien charmant

175   Où j'ai cru devoir seul prétendre

Je sentirais moins mon tourment

Si je trouvais à qui m'en prendre

Vous fuyez mes regards,

Vous ne me dites rien;

180   Il faut vous délivrer d'un fâcheux entretiens;

Ma présence vous blesse et c'est trop vous contraindre.

IO.

Jaloux sombre et chagrin,

Partout où je vous vois,

Vous ne cessez de vous plaindre

185   Je voudrais vous aimer

Autant que je le dois,

Et vous me forcez à vous craindre.

ENSEMBLE.

Non, non, il ne tient qu'à vous

De rendre notre sort plus doux

190   Non, non, il ne tient qu'à vous

De rendre mon coeur plus tendre

Non, non, il ne tient qu'à vous

De rendre mon coeur moins jaloux.

SCÈNE IV.
Micène, Io.

MICÈNE.

Ce prince trop longtemps dans ses chagrins s'obstine

195   On pardonne au premier transport

D'un amour qui se plaint à tort

Et qui sans raison se mutine.

Mais à la fin on se chagrine

Contre un Amour chagrin.

IO.

200   Je veux bien te parler enfin sans artifice

Ce prince infortuné s'alarme avec justice.

Le maître souverain de la terre et des cieux

Entreprend de plaire à mes yeux.

Du coeur de Jupiter l'amour m'offre l'empire.

205   Mercure est venu me le dire

Je le vois chaque jour descendre dans ces lieux.

Mon coeur autant qu'il peut

Fait toujours résistance.

Et pour attaquer ma constance,

210   Il ne fallait pas moins que le plus grand des Dieux.

MICÈNE.

On écoute aisément Jupiter qui soupire.

C'est un amant qu'on ose mépriser.

Et du plus grand des coeurs

Ce glorieux empire

215   Est difficile à mépriser.

IO.

Lorsqu'on me presse de me rendre

Aux attraits d'un amour nouveau,

Plus le charme est puissant

Et plus il serait beau

220   De pouvoir m'en défendre.

Quoi ! tu veux me quitter ?

Doù vient ce soin pressant ?

MICÈNE.

C'est pour vous seule ici que Mercure descend.

SCÈNE V.
Isis, Mercure, Choeur des divinités et des échos.

MERCURE.

Le Dieu puissant qui lance le tonnerre

225   Et qui des cieux tient le sceptre en ses mains

A résolu de venir sur la terre

Chasser les maux qui troublent les humains.

Que la terre avec soin à cet honneur réponde

Échos retentissez dans ces lieux pleins d'appas,

230   Annoncez qu'aujourd'hui pour le bonheur du monde,

Jupiter descends ici-bas.

CHOEUR des DIVINITÉS et des ÉCHOS.

Échos retentissez dans ces lieux pleins d'appas,

Annoncez qu'aujourd'hui pour le bonheur du monde,

Jupiter descends ici-bas.

MERCURE.

235   C'est ainsi que Mercure

Pour abuser les Dieux jaloux

Doit parler hautement à toute la nature.

Mais il doit s'expliquer

Autrement avec vous;

240   C'est pour vous voir,

C'est pour vous plaire,

Que Jupiter descend du céleste séjour.

Et les biens qu'ici bas sa présence va faire

Ne seront dûs qu'à son amour.

ISIS.

245   Pourquoi du haut des cieux,

Ce Dieu veut-il descendre ?

Mes voeux sont engagés.

Mon coeur a fait un choix

L'amour tôt ou tard doit prétendre

250   Que tous les coeurs se rangent sous ses lois.

C'est un hommage qu'il faut rendre

Mais assez de le rendre une fois.

MERCURE.

Ce serait en aimant une contrainte étrange

Qu'un coeur pour mieux choisir n'osât se dégager.

255   Quand c'est pour Jupiter qu'on change

Il n'est pas honteux de changer.

Que tout l'univers se pare

De ce qu'il a de plus rare

Que tout brille dans ces lieux.

260   Que la terre partage

L'éclat et la gloire des cieux.

Que tout rende hommage

Au plus grand des dieux.

SCÈNE VI.

Les divinités de la Terre, des eaux et des richesses souterraines viennent magnifiquement parées pour recevoir Jupiter et pour lui rendre hommage.

JUPITER.

Les armes que je tiens protègent l'innocence.

265   L'effort n'en est fâcheux qu'à l'orgueil des titans.

Vous qui suivez les lois,

Vivez sous ma puissance,

Toujours heureux, toujours contents.

Jupiter vient sur la terre.

270   Pour la combler de bienfaits,

Il est armé du tonnerre

Mais c'est pour donner la paix.

CHOEURS.

Jupiter vient sur la terre.

Pour la combler de bienfaits,

275   Il est armé du tonnerre

Mais c'est pour donner la paix.

ACTE II

Le théâtre devient obscurci par des nuages épais qui l'environnent de tous côtés.

SCÈNE I.

IO.

Où suis-je ? D'où vient ce nuage ?

Les ondes de mon père et son charmant rivage

Ont disparu tout à coup à mes yeux !

280   Où puis-je trouver un passage ?

La jalouse reine des Cieux

Me fait elle si tôt acheter l'avantage

De plaire au plus puissant des Dieux ?

Que vois-je ? Quel éclat se répand dans ces lieux.

Jupiter paraît et les nuages qui obscurcissent le théâtre, sont illuminés et peints des couleurs les plus brillantes et les plus agréables.

SCÈNE II.
Jupiter, Io

JUPITER.

285   Vous voyez Jupiter; Que rien ne vous étonne.

C'est pour tromper Junon et ses regards jaloux

Qu'un nuage vous environne;

Belle nymphe, rassurez-vous

Je vous aime et pour vous le dire,

290   Je sors avec plaisir de mon suprême empire.

La foudre est dans mes mains,

Les Dieux me font la cour,

Je tiens tout l'Univers sous mon obéissance;

Mais si je prétends en ce jour

295   Engager votre coeur à m'aimer à son tour,

Je fonde moins mon espérance

Sur la grandeur de ma puissance

Que sur l'excès de mon amour.

IO.

Que sert-il qu'ici-bas votre amour me choisisse ?

300   L'honneur me vient trop tard, j'ai formé d'autres noeuds

Il fallait que ce bien pour combler tous nos voeux,

Ne me coûtât point d'injustice,

Et ne fit point de malheureux

JUPITER.

C'est une assez grande gloire

305   Pour votre premier vainqueur,

D'être encore dans votre mémoire

Et de me disputer si longtemps votre coeur.

IO.

La gloire doit forcer mon coeur à se défendre.

Si vous sortez du Ciel pour chercher les douceurs

310   D'une amour tendre,

Vous pouvez aisément attaquer d'autres coeurs

Qui feront gloire de se rendre.

JUPITER.

Il n'est rien dans les Cieux il n'est rien ici-bas

De si charment que vos appas;

315   Rien ne peut me toucher d'une flamme si forte;

Belle Nymphe vous l'emportez

Sur les autres beautés,

Autant que Jupiter l'emporte

Sur les autres Divinités !

320   Verrez-vous tant d'amour avec indifférence ?

Quel trouble vous saisit ? Où tournez vous vos pas ?

IO.

Mon coeur en votre présence

Fait trop peu de résistance

Contentez-vous, hélas !

325   D'étonner ma constance,

Et n'en triomphez pas.

JUPITER.

Et pourquoi craignez vous Jupiter qui vous aime ?

IO.

Je crains tout, je me crains moi-même.

JUPITER.

Quoi ! voulez vous me fuir

IO.

C'est mon dernier espoir.

JUPITER.

330   Écoutez mon amour.

IO.

  Écoutez mon devoir.

JUPITER.

Vous avez un coeur libre et qui peut de défendre

IO.

Non, vous ne laissez pas mon coeur en mon pouvoir

JUPITER.

Quoi ! vous ne voulez pas m'entendre

IO.

Je n'ai que trop de peine à ne le pas vouloir.

335   Laissez-moi...

JUPITER.

Quoi si tôt.

IO.

  Je devais moins attendre;

Que ne fuyais-je hélas ! Avant que de vous voir.

JUPITER.

L'amour pour moi me sollicite

Et je vois que vous me quittez

IO.

Le devoir veut que je vous quitte,

340   Et je sens que vous m'arrêtez

SCÈNE III.
Mercure, Jupiter.

MERCURE.

Iris est ici-bas et Junon elle-même

Pourrait vous suivre dans ces lieux.

JUPITER.

Pour la nymphe que j'aime

Je crains ses transports furieux.

MERCURE.

345   Sa vengeance serait funeste,

Si votre amour était surpris.

JUPITER.

Va, prends soin d'arrêter Iris,

Mon amour prendra soin du reste.

SCÈNE IV.
Mercure, Iris.

MERCURE.

Arrêtez, belle Iris, différez un moment

350   D'accomplir en ces lieux ce que Junon désire.

IRIS.

Vous m'arrêtez vainement

Et vous n'aurez rien à me dire.

MERCURE.

Mais, si je vous disais que je veux vous choisir

Pour attacher mon coeur d'une éternelle chaîne ?

IRIS.

355   Je vous écouterais peut-être avec plaisir,

Mais je vous croirais avec peine.

MERCURE.

Refusez vous d'unir votre coeur et le mien.

IRIS.

Jupiter et Junon nous occupent sans cesse

Nos soins sont assez grands sans que l'amour nous blesse,

360   Nous n'avons pas tous deux de loisir d'aimer bien.

MERCURE.

Si je fais ma première affaire

De vous voir et de vous plaire.

IRIS.

Je ferai mon premier devoir

De vous plaire et de vous voir.

MERCURE.

365   Un coeur fidèle

A pour moi de charmants appas:

Vous avez mille attraits,

Vous n'êtes que trop belle:

Mais je crains que vous n'ayez pas.

370   Un coeur fidèle.

IRIS.

Pourquoi craignez-vous tant

Que mon coeur se dégage

Je vous permets d'être inconstant,

Sitôt que je serai volage.

MERCURE et IRIS, ensemble.

375   Promettez moi de constantes amours,

Je vous promets de vous aimer toujours.

MERCURE.

Que la feinte entre nous finisse

IRIS.

Parlons sans mystère en ce jour;

ENSEMBLE.

Le moindre artifice

380   Offense l'amour.

IRIS.

Quel soin presse ici-bas Jupiter de descendre.

MERCURE.

Le seul bien des mortels lui fait quitter les cieux;

Mais quel soupçons nouveau Junon peut elle prendre ?

Ne suivrait elle pas Jupiter en ces lieux.

IRIS.

385   Dans les jardins d'Hébé Junon vient de descendre.

MERCURE.

Un nuage entrouvert la découvre à mes yeux ;

Iris parle ainsi sans mystère !

C'est ainsi que je puis me fier à ta foi.

IRIS.

Ne me reprochez pas que je suis peu sincère,

390   Vous ne l'êtes pas plus que moi.

Junon paraît au milieu d'un nuage qui s'avance.

MERCURE et IRIS.

Gardez pour quelque autre

Votre amour trompeur,

Je reprends mon coeur,

Reprenez le vôtre.

SCÈNE V.
Iris, Junon.

Le nuage s'approche de terre et Junon descend.

IRIS.

395   J'ai cherché vainement la fille d'Inachus.

JUNON.

Ah ! Je n'ai pas besoin d'en savoir davantage,

Non, Isis, ne la cherchons plus.

Jupiter dans ces lieux m'a donné de l'ombrage,

J'ai traversé les airs, j'ai percé le nuage

400   Qu'il opposait à mes regards ;

Mais en vain j'ai tourné les yeux de toutes parts,

Ce Dieu par son pouvoir suprême

M'a caché la nymphe qu'il aime,

Et ne m'a laissé voir que des troupeaux épars !

405   Non, non, je ne suis pas une incrédule épouse

Qu'un puisse tromper aisément;

Voyons qui feindra mieux de Jupiter amant

Ou de Junon jalouse.

Il est maître des Cieux, la terre suit sa loi;

410   Sous sa toute puissance, il faut que tout fléchisse;

Mais puisqu'il ne prétend s'armer que d'artifice

Tout Jupiter qu'il est, il est moins fort que moi.

Dans ces lieux écartés, vois que la terre est belle.

IRIS.

Elle honore son maître et brille sous ses pas.

JUNON.

415   L'amour cet amour infidèle,

Qui du plus haut des cieux l'appelle,

Fait que tout lui rit ici-bas.

Près d'une maîtresse nouvelle

Dans le fond des déserts, on trouve des appas.

420   Et le ciel même ne plaît pas

Avec une épouse immortelle.

SCÈNE VI.
Jupiter, Junon, Mercure, Iris, Jupiter.

JUPITER.

Dans les jardins d'Hébé vous deviez en ce jour

D'une nouvelle nymphe

Augmenter votre cour;

425   Quel dessein si pressant dans ces lieux vous amène.

JUNON.

Je ne vous suivrai pas plus loin. Je viens de votre amour

Attendre un nouveau soin :

Ne vous étonnez pas qu'on vous quitte avec peine,

Et que de Jupiter on ait toujours besoin.

430   Vous m'aimez, et j'en suis certaine.

JUPITER.

Souhaitez, je promets que vos voeux seront satisfaits.

JUNON.

J'ai fait choix d'une nymphe et déjà la Déesse

De l'aimable Jeunesse

Se prépare à la recevoir;

435   Mais je n'ose, sans vous, disposer de personne.

Si j'ai quelque pouvoir,

Je n'en prétends avoir

Qu'autant que votre amour m'en donne

Ce don de votre main me sera précieux.

JUPITER.

440   J'approuve vos désirs ;

Que rien n'y soit contraire;

Mercure ayez soin de lui plaire,

Et portez à son gré, mes ordres en tous lieux;

Que tout suive les lois de la reine des cieux.

IRIS et MERCURE.

445   Que tout suive les lois de la reine des Cieux.

JUPITER.

Parlez, et qu'hautement votre choix se déclare.

JUNON.

La nymphe qui me plaît ne vous déplaira pas,

Vous ne verrez pas ici-bas

De mérite plus grand ni beauté plus rare;

450   Les honneurs que je lui prépare

Ne lui sont que trop dûs,

Enfin, Junon choisit la fille d'Inachus.

JUPITER.

La fille d'Inachus.

JUNON.

Déclarez pour elle.

Peut-on voir à ma suite une nymphe plus belle,

455   Plus capable d'orner ma cour,

Et de marquer pour moi,

Le soin de votre amour;

Vous me l'avez promise et je vous le demande.

JUPITER.

Vous ne sauriez combler d'une gloire trop grande

460   La nymphe que vous choisissez;

Junon commande

Allez, allez, Mercure obéissez.

JUNON.

Junon commande

Allez, allez, Mercure obéissez.

SCÈNE VII.
Hébé, Troupe de Jeux et de Plaisirs, Troupe de Nymphes de la suite de Junon et d'Hébé.

Le théâtre change et représente les jardins d'Hébé, déesse de la Jeunesse. Les jeux et les plaisirs s'avancent en dansant devant la déesse Hébé.

HÉBÉ.

465   Les plaisirs les plus doux

Sont faits pour la jeunesse.

Venez, venez jeux charmants, venez tous;

Cardez vous bien d'amener avec vous

La sévère Sagesse.

470   Fuyez, fuyez, sombre tristesse

Noirs chagrins, fuyez loin de nous

Vous êtes destinés pour l'affreuse vieillesse

Les plaisirs les plus doux

Sont faits pour la jeunesse.

LE CHOEUR.

475   Les plaisirs les plus doux

Sont faits pour la jeunesse.

Les jeux, les plaisirs et les nymphes de Junon se divertissent par des danses et par des chansons, en attendant la nouvelle nymphe dont Junon vont faire choix.

DEUX NYMPHES.

Aimez, profitez du temps,

Jeunesse charmante

Rendez vos désirs contents.

480   Tout rit tout enchante

Dans les plus beaux ans:

L'amour vous éclaire

Marchez sur ses pas

Cherchez à vous faire

485   Des noeuds pleins d'appas.

Que vous sert de plaire,

Si vous n'aimez pas ?

CHOEURS.

Que ces lieux ont d'attraits !

Goûtons-en bien les charmes,

490   L'Amour n'y fait jamais verser de tristes larmes

Les soins et les alarmes,

N'en troublent point la paix.

Jouissons dans ces retraites

Des douceurs les plus parfaites;

495   Suivez-nous, charmants plaisirs,

Comblez tous nos désirs.

SCÈNE VIII.
Io, Mercure, Iris, Hébé, Les Jeux, Les Plaisirs, Troupe de Nymphes de la suite de Junon.

MERCURE et IRIS conduisant Io.

Servez, Nymphe, servez avec un soin fidèle,

La puissante reine des Cieux.

Suivez dans ces aimables lieux

500   La jeunesse immortelle

Tout plaît et tout rit avec elle.

Hébé et les nymphes reçoivent Io.

HÉBÉ.

Que c'est un plaisir charmant

D'être jeune et belle !

Triomphez à tout moment

505   D'une conquête nouvelle.

Que c'est un plaisir charmant

D'être jeune et belle !

ACTE III

Le théâtre change et représente la solitude dont Argus fait sa demeure près d'un lac, au milieu d'une forêt.

SCÈNE I.
Argus, Io.

ARGUS.

Dans ce solitaire séjour

Vous êtes sous ma garde,

510   Junon vous y laisse:

Mes yeux veilleront tour à tour

Et vous observeront sans cesse.

IO.

Est-ce là le bonheur que Junon m'a promis.

Argus apprenez-moi quel crime j'ai commis.

ARGUS.

515   Vous êtes aimable

Vos yeux devaient moins charmer.

Vous êtes coupable

De faire trop aimer

Ne me déguisez rien, de quoi m'accuse-t-elle

520   Quelle offenses à ses yeux me rend si criminelle ?

Ne pourrai-je apaiser son funeste courroux.

ARGUS.

C'est une offense cruelle

De paraître belle

À ses yeux jaloux

525   L'amour de Jupiter a trop paru pour vous

IO.

Je suis perdue, ô ciel ! si Junon est jalouse.

ARGUS.

On ne plaît guère à l'épouse

Lorsqu'on plaît trop à l'époux.

Vous n'en serez pas mieux d'être ingrate et volage

530   Vous quittez un fidèle amant,

Pour recevoir un plus brillant hommage

Mais c'est un avantage

Que vous payerez chèrement.

J'ai l'ordre d'enfermer vos dangereux appas

535   La Déesse se défend que vous voyez personne

IO.

Aux rigueurs de Junon Jupiter m'abandonne.

Non, non Jupiter ne m'aime pas.

SCÈNE II.
Hiérax, Argus.

HIÉRAX, voyant Io, qui entre dans la demeure d'Argus.

La perfide craint ma présence

Elle me fuit en vain et j'irai la chercher.

ARGUS.

540   Non !

HIÉRAX.

  Laissez moi lui reprocher

Sa cruelle inconstance

ARGUS.

Non, non, on ne la doit point voir

HIÉRAX.

Quoi ! Junon me devient contraire ?

ARGUS.

L'ordre est exprès pour tous, perdez un vain espoir.

HIÉRAX.

545   L'amitié fraternelle a si peur de pouvoir ?

ARGUS.

Non, je ne connais plus ni d'ami, ni de frère,

Je ne connais que mon devoir

Laissez la nymphe en paix,

Ce n'est plus vous qu'elle aime.

HIÉRAX.

550   Quel est l'heureux amant qui s'en est fait aimer ?

Nommez le moi.

ARGUS.

Tremblez à l'entendre nommer.

C'est un Dieu tout puissant, c'est Jupiter lui-même.

HIÉRAX.

Ô Dieux !

ARGUS.

Dégagez vous d'un amour si fatal

Sans balancer il faut vous y résoudre

555   C'est un redoutable rival

Qu'un amant qui lance la foudre.

HIÉRAX.

Dieux tout puissants ! ah ! vous étiez jaloux

De la félicité que vous m'avez ravie,

Dieux tout puissants ! ah ! vous étiez jaloux

560   De me voir plus heureux que vous.

Vous n'avez pu souffrir le bonheur de la vie

Et je voyais vos grandeurs sans envie.

J'aimais, j'étais aimé.

Mon sort était trop doux.

ARGUS.

565   Heureux qui peut briser

Qui peut briser sa chaîne

Finissez une plainte vaine

Méritez l'infidélité;

Un coeur ingrat vaut-il la peine

570   D'être tant regretté.

HIÉRAX et ARGUS.

Heureux qui peut briser

Qui peut briser sa chaîne

ARGUS.

Liberté, liberté.

SCÈNE III.
Argus, Hiérax, une nymphe qui représente Syrinx, troupe de Nymphes en habits de chasse.

SYRINX, Choeurs des Nymphes.

Liberté, liberté !

Une partie des nymphes dansent dans le temps que les autres chantent.

HIÉRAX et ARGUS.

575   Quelles danses ! quels chants et quelle nouveauté !

SYRINX, CHOEURS.

S'il est quelque bien au monde

C'est la liberté.

HIÉRAX et ARGUS.

Que voulez-vous ?

CHOEUR des NYMPHES.

Liberté, liberté.

HIÉRAX et ARGUS.

580   Que voulez-vous ? il faut qu'on nous réponde.

SYRINX et les NYMPHES.

S'il est quelque bien au monde,

C'est la liberté.

SCÈNE IV.
Argus, Hiérax, Syrinx, troupes de Nymphes, Mercure, déguisé en berger, Troupe de Bergers de Satyres et de Sylvains.

MERCURE, Choeurs de NYMPHES, de BERGERS, de SATYRES, et de SYLVAINS.

Liberté, liberté

S'il est quelque bien au monde

585   C'est la liberté.

Liberté, liberté

MERCURE, déguisé en berger parlant à Argus.

De la Nymphe Syrinx l'on chérit la mémoire,

Il en regrette encor la perte chaque jour;

Pour célébrer une fête à sa gloire

590   Ce Dieu lui même assemble ici sa cour

Il veut que du malheur de son fidèle amour.

Un spectacle touchant représente l'histoire

ARGUS.

C'est un plaisir pour nous; poursuivez j'y consens

Je ne m'oppose point à ces jeux innocents.

Argus va prendre place sur un siège de gazon proche de l'endroit où Io est enfermée et fait planer Hiérax de l'autre côté.

MERCURE, parlant à part à toute la troupe qu'il conduit.

595   Il donne dans le piège, achevez sans remise

Achevez de surprendre Argus et tous ses yeux.

Si vous tentez une grande entreprise,

Mercure vous conduit, l'amour vous favorise

Et vous servez le plus puissant des Dieux.

Mercure, les berges, les satyres, et les sylvains rentrent derrière le théâtre.

SCÈNE V.
Argus, Hiérax, Syrinx, Troupe de Nymphes.

SYRINX et le CHOEUR des NYMPHES.

600   Liberté, liberté

S'il est quelque bien au monde

C'est la liberté.

SYRINX.

L'empire de l'Amour n'est pas moins agité

Que l'empire de l'onde

605   Ne cherchons point d'autre félicité

Qu'un doux loisir dans une paix profonde

S'il est quelque bien au monde

C'est la liberté.

Liberté, liberté !

Dans le temps qu'une partie des Nymphes chante, le reste de la troupe danse.

SCÈNE VI.
Un des Sylvains représentant le Dieu Pan, Troupe de Bergers, troupe de Satyres, troupe de Sylvains, Syrinx, troupe de Nymphes, Argus et Hiérax.

Les Bergers et les Sylvains dansants et chantants viennent offrir des présents de fleurs et de fruits à la nymphe Syrinx et tâchent de lui persuader de n'aller point à la chasse et de s'engager sous les lois de l'Amour.

DEUX BERGERS.

610   Quel bien devez-vous attendre

Beautés qui chassez dans ces lieux

Que pouvez-vous prendre

Qui vaille un coeur tendre

Soumis à vos lois ?

615   Ce n'est qu'en aimant

Qu'on trouve un sort charmant

Aimez enfin à votre tour

Il faut que tout cède à l'amour.

Il sait frapper d'un coup certain

620   Le cerf léger qui fuit en vain

Jusque dans les antres secrets

Au fond des forêts

Tout doit sentir ses traits.

Lorsque l'amour vous appelle,

625   Pourquoi fuyez-vous ses plaisirs ?

La Rose nouvelle

N'en est que plus belle

D'aimer les Zéphirs.

Ce n'est qu'en aimant

630   Qu'on trouve un sort charmant,

Aimez enfin, à votre tour;

Il faut que tout cède à l'amour :

Il sait frapper d'un coup certain

Le cerf léger qui fuit en vain :

635   Jusques dans les antres secrets

Au fonds des forêts,

Tout doit sentir ses traits,

PAN.

Je vous aime Nymphe charmante;

Un amant, un mortel cherche à plaire à vos yeux

SYRINX.

640   Pan est un Dieu puissant, je révère les Dieux;

Mais le nom d'amour m'épouvante.

PAN.

Pour vous faire retrouver le nom d'amant plus doux.

J'y joindrai le titre d'époux.

Je n'aurai pas de peine

645   A m'engager dans une aimable chaîne

Pour ne jamais changer.

Aimez un Dieu qui vous adore.

SYRINX.

Un époux doit être encore

Plus à craindre qu'un amant

PAN.

650   Dissipez de vaines alarmes,

Éprouvez l'amour et ses charmes

Connaissez les plus doux appas.

Non, ce ne peut être

que faute de la connaître

655   Qu'il ne vous plaît pas.

SYRINX.

Les maux d'autrui me rendront sage.

Ah ! Quel malheur

De laisser engager son coeur !

Pourquoi faut-il le plus beau de son âge

660   Dans une mortelle langueur ?

Ah, quel malheur !

Pourquoi n'avoir pas le courage

De s'affranchir de la rigueur

D'un funeste esclavage ?

665   Ah ! Quel malheur

De laisser engager son coeur !

PAN.

Ah ! Quel dommage

Que vous ne sachiez pas aimer !

Que vous sert-il d'avoir tant d'attraits en partage,

670   Si vous en négligez le plus grand avantage ?

Que vous sert-il de savoir tout charmer ?

Ah, quel dommage

Que vous ne sachiez pas aimer !

CHOEUR des SYLVAINS, de SATYRES, et de BERGERS.

Aimons sans cesse.

CHOEUR des NYMPHES.

675   N'aimons jamais.

CHOEUR de SILVAINS, SATYRES et BERGERS.

Pour vivre en paix.

N'aimons jamais.

SYRINX.

Le chagrin suit toujours les coeurs que l'amour blesse.

PAN.

La tranquille sagesse

680   N'a que des plaisirs imparfaits.

CHOEUR de SILVAINS, SATYRES et BERGERS.

Aimons sans cesse.

CHOEUR des NYMPHES.

N'aimons jamais.

SYRINX.

On ne peut aimer sans faiblesse.

PAN.

Que cette faiblesse a d'attraits !

CHOEUR de SILVAINS, SATYRES et BERGERS.

685   Aimons sans cesse.

CHOEUR des NYMPHES.

N'aimons jamais.

CHOEUR de SILVAINS, SATYRES et BERGERS.

Cédons à l'Amour qui nous presse

Pour vivre heureux aimons sans cesse

CHOEUR des NYMPHES.

Pour vivre en paix

690   N'aimons jamais

CHOEUR de SILVAINS, SATYRES et BERGERS.

Aimons sans cesse.

CHOEUR des NYMPHES.

N'aimons jamais

Pour vivre en paix

SYRINX.

Faut-il qu'en vain discours un si beau jour se passe ?

695   Mes compagnes courons dans le fond des forêts.

Voyons qui d'entre nous se sert mieux de ses traits

Courons à la chasse.

DOUBLE CHOEURS.

À la chasse !

Courons à la chasse, à la chasse.

SYRINX, revenant sur le théâtre suivie de Pan.

Pourquoi me suivre de si près.

PAN.

700   Pourquoi fuir qui vous aime ?

SYRINX.

  Un amant m'embarrasse.

SYRINX et les CHOEURS derrière le théâtre.

Courons à la chasse, à la chasse.

PAN revenant une seconde fois sur le scène suivant toujours Syrinx.

Je ne puis vous quitter, mon coeur s'attacher à vous

Par des noeuds trop forts et trop deux.

SYRINX.

Mes compagnes, venez... C'est en vain que j'appelle.

PAN.

705   Écoutez, ingrate, écoutez

Un Dieu charmé de vos beautés;

Qui vous jure un amour fidèle.

SYRINX, fuyant.

Je déclare à l'Amour une guerre immortelle.

TROUPE de BERGERS qui arrêtent Syrinx.

Cruelle, arrêtez !

TROUPE de SYLVAINS et de SATYRES qui arrêtent Syrinx.

710   Arrêtez cruelle.

SYRINX.

On me retient de tous côtés

TROUPE de SYLVAINS et de SATYRES qui arrêtent Syrinx.

Cruelle, arrêtez !

SYRINX.

Dieux, protecteurs de l'innocence,

Naïades, Nymphes des eaux.

715   J'implore ici votre assistance.

Syrinx se jette dans les eaux.

PAN, suivant Syrinx dans la lac où elle s'est jetée.

Où vous exposez-vous ? Quels prodiges nouveaux

La nymphe est changée en roseaux !

Le vent pénètre dans les roseaux, et leur fait former un bruit plaintif.

Hélas ! hélas ! Quel bruit ! Qu'entends-je ! Ah ! Quelle voix nouvelle !

La Nymphe tâche encor d'exprimer ses regrets.

720   Que son murmure est doux ! Que sa plainte a d'attraits.

Ne cessons point de nous plaindre avec elle.

Ranimons les restes charmants

D'un nymphe qui fut si belle,

Elle répond encore à nos gémissements,

725   Ne cessons point de nous plaindre avec elle.

Pan donne des roseaux aux bergers, aux satyres et aux sylvains qui en forment un concert de flûtes.

PAN.

Les yeux qui m'ont charmé ne verront plus le jour

Était-ce ainsi, cruelle amour,

Qu'il fallait te venger d'une beauté rebelle,

N'aurait-il pas suffi de t'en rendre vainqueur

730   Et de voir dans les fers son insensible coeur,

Brûler avec le mien d'une ardeur éternelle ?

Que tout ressente mes tourments.

PAN, et deux BERGERS accompagnés du concert de flutes.

Ranimons les restes charmants

D'un nymphe qui fut si belle,

735   Elle répond encore à nos gémissements,

Ne cessons point de nous plaindre avec elle.

Argus commence à s'assoupir, Mercure déguisé en berger s'approche de lui, et achève de l'endormir en la touchant de son caducée.

PAN.

Que ces roseaux plaintifs soient à jamais aimés.

MERCURE.

Il suffit Argus dort, tous ses yeux sont fermés,

Allons, que rien ne nous retarde

740   Délivrons la nymphe qu'il garde.

SCÈNE VII.
Io, Mercure, Troupe de Sylvains, de Satyres et de bergers, Argus, Hiérax.

MERCURE, faisant sortir Io de la demeure d'Argus, qu'il ouvre d'un coup de caducée.

Reconnaissez Mercure et fuyez avec nous;

Éloignez-vous d'Argus, avant qu'il se réveille.

HIÉRAX.

Argus avec cent yeux sommeille;

Mais croyez vous endormir un amant jaloux ?

745   Demeurez !

MERCURE.

  Malheureux ! d'où te vient cette audace ?

HIÉRAX.

J'ai tout perdu j'attends le trépas sans effroi.

Un coup de foudre est une grâce

Pour un malheureux comme moi.

Éveillez vous, Argus, éveillez-vous, vous vous laissez surprendre.

HIÉRAX et ARGUS.

750   Puissante reine des cieux

Junon venez nous défendre.

MERCURE frappant Argus et Hiérax de son caducée.

Commencez d'éprouver la colère des Dieux.

Argus tombe mort, et Hiérax changé en oiseau de proie s'envole.

CHOEURS de SATYRES, de SYLVAINS, et de BERGERS.

Fuyons.

IO.

Vous me quittez ? Quel secours puis-je attendre !

CHOEURS de SATYRES, de SYLVAINS, et de BERGERS.

Fuyons, Junon vient dans ces lieux.

SCÈNE VIII.
Junon sur son char, Argus, Io, Erinnis, La Furie.

JUNON.

755   Revois le jour, Argus que ta figure change.

Et vous Nymphe apprenez comment Junon se venge.

Sors, barbare Erinnis, sors du fond des Enfers ;

Viens, prends de servir ma vengeance fatale

Et d'en montrer l'horreur en cent climats divers

760   Épouvante tout l'univers

Par les tourments de ma rivale

Viens la punir au gré de mon courroux;

Redoutable ta rage infernale

Et fais s'il se peut qu'elle égale

765   La fureur de mon coeur jaloux.

La Furie sort des Enfers, elle poursuit Io et l'enlève ; Junon remonte dans le Ciel.

IO, poursuivie par la Furie.

Ô Dieux ! Ô Dieux ! Où me réduisez vous ?

ACTE IV

Le théâtre change et représente l'endroit le plus glacé de la Scythie.

SCÈNE I.

Des peuples paraissent transis de froid et quelques uns se cachent dans de petites maisons roulantes.

CHOEUR des PEUPLES et des CLIMATS GLACÉS.

L'hiver qui nous tourmente

S'obstine à nous geler

Nous ne saurions parler

770   Qu'avec une voix tremblante

La neige et les glaçons

Nous donnent de mortels frissons

Les frimas se répandent

Sur nos corps languissants;

775   Le froid transit nos sens

Les plus durs rochers se fendent.

La neige et les glaçons

Nous donnent de mortels frissons

SCÈNE II.
Io, La Furie, les Peuples des climats glacés.

IO.

Laisse-moi, cruelle Furie,

780   Cruelle, laisse moi respirer un moment

Ah ! Barbare, plus je te prie,

Et plus tu prends plaisir d'augmenter mon tourment.

LA FURIE.

Soupire, gémis, pleure,

Crie je me fais de tes peines un spectacle charmant.

IO.

785   Laisse moi, cruelle Furie

Cruelle laisse moi respirer un moment

Quel horrible séjour ! Quel froid insupportable !

Tes serpents animés par ta rage implacable.

Ne sont-ils pas d'assez cruels bourreaux ?

790   Pour punir un coeur misérable,

Viens-tu chercher si loin des supplices nouveaux ?

LA FURIE.

Malheureux habitants d'une demeure affreuse,

Connaissez de Junon le funeste courroux:

Par sa vengeance rigoureuse

795   Vous voyez une malheureuse

Qui souffre cent fois plus que vous.

IO et LA FURIE, ensemble.

Vous voyez une malheureuse

Qui souffre cent fois plus que vous.

CHOEUR des PEUPLES et des CLIMATS GLACÉS.

Ah ! Quelle peine

800   De trembler de languir dans l'horreur des frimas.

IO.

Ah ! Quelle peine

D'éprouver tant de maux, sans trouver le trépas

Ah ! quelle vengeance inhumaine !

LA FURIE.

Viens changer de tourments, passe en d'autres climats.

IO.

805   Ah ! Quelle peine !

CHOEUR des PEUPLES et des CLIMATS GLACÉS.

Ah ! quelle peine

De trembler de languir dans l'horreur des frimas.

SCÈNE III.

Le théâtre change et représente des deux côtés les forges des Chalyhes qui travaillent à forger l'acier; la mer paraît dans l'enfoncement.

CHOEUR des CHABYLES.

Tôt tôt tôt.

PREMIER CONDUCTEUR des CHABYLES.

Que chacun avec soin S'empresse.

SECOND CONDUCTEUR.

810   Forgez, qu'on travaille sans cesse.

LES DEUX CONDUCTEURS.

Qu'on prépare tout ce qu'il faut

Tôt tôt tôt.

Le choeur des Chabyles répète ces deux derniers vers, dans le temps que plusieurs Chalybes travaillent dans les forges, quelques autres vont et viennent avec empressement pour apporter l'acier des mines et pour disposer ce qui est nécessaire au travail qui se fait.

LES DEUX CONDUCTEURS et le CHOEUR des CHABYLES.

Que le feu des forges s'allume :

Travaillons d'un effort nouveau :

815   Qu'on fasse retentir l'enclume

Sous les coups pesants du marteau.

Entrée des forgerons.

SCÈNE IV.
Io, La Furie, des conducteurs des Chalybes et choeurs des Chalybes.

IO, au milieu es feux qui sortent des forges.

Quel déluge de feux vient sur moi se répandre.

Ô ciel !

Les chalybes passent auprès d'Io avec des morceaux d'épées, de lances et de haches à demi forgées.

LA FURIE.

Le ciel ne peut t'entendre,

Tu ne te plains pas assez haut.

LES DEUX CONDUCTEURS et le CHOEUR des CHABYLES.

820   Tôt, tôt, tôt.

IO.

Junon serait moins inhumaine.

Tu me fais trop souffrir, tu sers trop bien sa haine.

LA FURIE.

Au gré de son dépit jaloux

Les maux les plus cruels seront encore trop doux.

IO.

825   Hélas ! Quelle rigueur extrême

C'est en vain que Jupiter m'aime

La haine de Junon jouit de mon tourment

Que vous haïssez fortement,

Grand Dieux ! Qu'il s'en faut bien que vous aimiez de même !

Les CONDUCTEURS et le CHOEUR des CHALYBES.

830   Qu'on prépare tout ce qu'il faut

Tôt, tôt, tôt, tôt, tôt.

Les feux des forges redoublent et les Chabyles environnent Io avec des morceaux d'acier rouges et brûlants.

IO.

Ne pourrai-je cesse de vivre ?

Cherchons le trépas dans les flots.

LA FURIE.

Partout ma rage doit te suivre

835   N'attends ni secours ni repos.

Io fuit et monte au haut d'un rocher d'où elle se précipite dans la mer. La Furie s'y jette après la Nymphe.

CHOEUR des CHALYBES.

Qu'on prépare tout ce qu'il faut

Tôt tôt tôt.

SCÈNE V.
Suite des Parques: la guerre, les fureurs de la guerre, les maladies violentes et languissantes, la famine, l'incendie, l'inondation etc.
.
.
chantants et dansants.

Le théâtre change et représente l'antre des Parques.

Le théâtre change et représente l'antre des Parques.

Choeur de la suite des Parques.

Exécutons l'arrêt du sort

Suivons ses lois les plus cruelles.

840   Présentons sans cesse à la Mort

Des victimes nouvelles

LA GUERRE.

Que le fer.

LA FAMINE.

Que la faim.

L'INCENDIE.

Que les feux

L'INONDATION.

Que les eaux.

TOUS ENSEMBLES.

Que tout serve à creuser mille et mille tombeaux

LES MALADIES VIOLENTES.

Qu'on s'empresse d'entrer dans les royaumes sombres

845   par mille chemins différents

LES MALADIES LANGUISSANTES.

Achevez d'expirer, infortunés mourants,

Cherchez un long repos dans le séjour des ombres.

LE CHOEUR.

Exécutons l'arrêt du Sort,

Suivons ses lois les plus cruelles ;

850   Présentons sans cesse à la Mort

Des victimes nouvelles.

LA GUERRE.

Que le fer.

LA FAMINE.

Que la faim.

L'INCENDIE.

Que les feux

L'INONDATION.

Que les eaux.

TOUS ENSEMBLE.

Que tout serve à creuse mille et mille tombeaux.

SCÈNE VI.
Io, La Furie, La Suite des Parques.

Un fond de l'antre des Parques s'ouvre et les trois parques en sortent.

IO, parlant à la suite des Parques.

C'est contre moi qu'il faut tourner

855   Votre rigueur la plus funeste,

D'une vie odieuse arrachez moi le reste

Hâtez vous de la terminer.

Le CHOEUR de la SUITE des PARQUES.

C'est aux Parques de l'ordonner.

IO.

Favorisez mes voeux, Déesses souveraines

860   Qui réglez du Destin immuables lois,

Finissez mes jours et mes peines,

Ne me condamnez pas à mourir mille fois.

SCÈNE VII.
Les Trois Parques, Io, La Furie, Suite des Parques.

Les trois Parques.

Le fil de la vie

De tous les humains

865   Suivant notre envie

Tourne dans nos mains.

Suivant notre envie.

IO.

Tranchez mon triste sort d'un coup qui me délivre

Des tourments que Junon me contraint à souffrir;

870   Chacun vous fait des voeux pour vivre

Et je vous en fais pour mourir.

LA FURIE.

Jupiter l'a soumise aux lois de son épouse ;

Elle a rendu Junon jalouse;

L'amour d'un Dieu puissant a trop su la charme.

875   Elle est trop punie encore.

IO.

Est ce si grand crime d'aimer

Ce que tout l'Univers adore ?

LES PARQUES.

Nymphe, apaise Junon si tu veux voir la fin

De ton sort déplorable ;

880   C'est l'arrêt du Destin

Il est irrévocable.

IO.

Hélas ! comment fléchir une haine implacable !

LES PARQUES, La Furie, le Choeur de la suite des Parques.

C'est l'arrêt du Destin,

Il est irrévocable.

ACTE V

Le théâtre change et représente les rivages du Nil et l'un des embranchements par où ce fleuve entre dans la mer.

SCÈNE PREMIÈRE.

IO, sortant de la mer, d'où elle est tirée par la Furie.

885   Terminez mes tourments, puissant maître du monde,

Sans vous, sans votre amour hélas !

Je ne souffrirais pas.

Réduite au désespoir, mourante, vagabonde,

J'ai porté mon supplice en mille affreux climats ;

890   Une horrible Furie attachée à mes pas,

M'a suivie au travers du vaste sein de l'onde;

Voyez de quels maux ici bas,

Votre épouse punit mes malheureux appas

Délivrez moi de ma douleur profonde,

895   Ouvrez-moi par pitié, les portes du trépas.

Terminez mes tourments puissant maître du monde.

Sans vous, sans votre amour, hélas !

Je ne souffrirais pas.

C'est Jupiter qui m'aime ! Eh ! Qui le pourrait croire ?

900   Je ne suis plus dans sa mémoire,

Il n'entend point mes cris, Il ne voit point mes pleurs

Après m'avoir livré aux plus cruels malheurs,

Il est tranquille au comble de la gloire

Il m'abandonne au milieu des douleurs.

905   À la fin je succombe heureuse si je meurs.

Io tombe accablée de ses tourments, et Jupiter touché de piété, descend du ciel.

SCÈNE II.
Jupiter, Io et La Furie.

JUPITER.

Il ne m'est pas permis de finir votre peine

Et ma puissance souveraine

Doit suivre du Destin l'irrévocable loi :

C'est tout ce que je puis par un amour extrême

910   Que de quitter le Ciel et ma gloire suprême

Pour prendre part aux maux que vous souffrez pour moi.

IO.

Ah ! mon supplice augmente encore !

Tout le feu des Enfers me brûle et me dévore;

Mourrai-je tant de fois, sans voir finir mon sort ?

JUPITER.

915   Ma tendresse pour vous rend Junon inflexible

Elle voit mon amour il lui paraît trop fort;

Son courroux se redouble et devient invincible.

IO.

N'importe en ma faveur soyez toujours sensible.

JUPITER.

C'est trop vous exposer à son jaloux transport,

920   J'irrite en vous aimant sa vengeance terrible.

IO.

Aimez moi, s'il vous est possible

Assez pour la forcer à me donner la mort.

Junon descend sur la terre.

SCÈNE III.
Jupiter, Junon, Io, La Furie.

Jupiter et Junon prennent place au milieu des divinités, et y font placer Isis.

JUPITER.

Venez, venez Déesse impitoyable

Venez, voyez, reconnaissez

925   Cette Nymphe mourante autrefois trop aimable.

C'est assez la punir, c'est vous venger assez;

L'éclat de sa beauté ne la rend plus coupable,

Par la cruelle horreur du tourment qui l'accable,

Son crime et ses appas sont ensemble effacés.

930   Sans jalousie et sans alarmes

Voyez ses yeux noyés de larmes

Que l'ombre de la mort commence de couvrir.

JUNON.

Ils n'ont encor que trop de charmes

Puisqu'ils savent attendrir.

JUPITER.

935   Une juste pitié peut elle vous aigrir ?

Votre courroux fatal ne doit-il pas s'éteindre ?

JUNON.

Ah ! vous la plaignez trop, elle n'est pas à plaindre

Non elle ne peut trop souffrir.

JUPITER.

Je sais que c'est de vous que son sort doit dépendre.

940   Ce n'est qu'à vos bontés qu'elle doit recourir.

Il n'est rien que de moi vous ne deviez attendre,

Si je puis obliger votre haine à se rendre.

IO.

Ah ! Laissez moi mourir.

JUNON.

Prenez soin de la secourir.

IO.

945   Vous l'aimez d'un amour trop tendre

Non elle ne peut trop souffrir.

JUPITER.

Quoi ! Le coeur de Junon quelque grand qu'il puisse être

Ne saurait triompher d'une injuste fureur

JUNON.

De la terre et du Ciel Jupiter est le maître

950   Et Jupiter n'est pas le maître de son coeur ?

JUPITER.

Hé bien ! il faut que je commence

À me vaincre en ce jour.

JUNON.

Vous m'apprendrez à me vaincre à mon tour.

JUPITER et JUNON, ensemble.

Jupiter.

Abandonnez votre vengeance

955   Je vous rends mon amour .

Junon.

J'abandonnerai ma vengeance,

Rendez moi votre amour.

JUPITER.

Noires Ondes du Styx, c'est par vous que je jure.

Fleuve affreux écoutez le serment que je fais.

960   Si cette Nymphe, enfin, reprend tous ses attraits,

Si Junon fait cesser les tourments qu'elle endure,

Je jure que ses yeux ne troubleront jamais

De nos coeurs réunis la bienheureuse paix.

Noires Ondes du Styx, c'est par vous que je jure.

965   Fleuve affreux écoutez le serment que je fais.

JUNON.

Nymphe, je veux finir votre peine éternelle

Que la Furie emporte aux Enfers avec elle

Le trouble et les horreurs dont vos sens sont saisis !

La Furie s'enfonce dans les Enfers et Io se trouve délivrée de ses peines.

Après un rigoureux supplice

970   Goûtez les biens parfaits que les Dieux ont choisis :

Et sous le nouveau nom d'Isis

Jouissez d'un bonheur qui jamais ne finisse.

JUPITER et JUNON, ensemble.

Dieux, recevez Isis au rang des immortels !

Peuples voisins du Nil, dressez lui des Autels !

Les divinités du Ciel descendent pour recevoir Isis; les peuples d'Egypte lui dressent un autel et la reconnaissent pour la Divinité qui les doit protéger.

Divinités qui descendent du Ciel dans la gloire, Peuples d'Egypte chantants, quatre égyptiens chantants, peuples d'Egypte dansants.

CHOEUR des DIVINITÉS.

975   Venez, venez, Divinités nouvelle,

CHOEUR des PEUPLES d'EGYPTE.

Isis, Tournez sur nous vos yeux

Voyez l'ardeur de notre zèle.

CHOEUR des DIVINITÉS.

La céleste Cour vous appelle

JUPITER et JUNON.

Isis est immortelle

980   Isis va briller dans les Cieux.

Isis jouit avec les Dieux

D'une gloire éternelle.

Jupiter et Junon et les Divinités montent au ciel, et y conduisent Isis, dans le char des choeurs des Divinités et des Parques. Ils répètent ces quatre vers.

 


 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies