RÉGULUS

TRAGÉDIE

M. DC. LXXXVII. AVEC PRIVILÈGE DU ROI.

Nicolas Pradon

À PARIS, Chez THOMAS GUILLAIN, sur le Quai des Augustins, à la descente du Pont-Neuf, à l'image saint Louis.


Édition critique établie par Andrea Siani, Mémoire de Master 1 (Paris-Sorbonne- Paris IV), Sous la direction de M. Georges Forestier

Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 07/04/2017 à 09:58:02.


À MADAME LA DAUPHINE.

MADAME,

Souffrez que Régulus paroisse à vos yeux sur le papier, après avoir paru sur le théâtre avec assez de bonheur. Le caractère de ce fameux Romain ne pouvait pas manquer de frapper une âme comme la vôtre, dont les sentiments sont si grands et si nobles : Mais, MADAME, sans vous répéter ici ce que toute la France admire en votre auguste Personne, c'est à vous a qui la Tragédie doit uniquement ses beautés ; c'est par le goût exquis que vous en avez, par ces lumières pénétrantes à qui rien n'échappe, que vous animez encore ceux qui sont capables de faire de ces sortes d'ouvrages, à en produire de nouveaux ; C'est, MADAME, ce qui va me faire redoubler mes soins, pour me rendre un peu moins indigne de l'honneur de vos applaudissements, et sans vous fatiguer de la lecture d'une plus longue épître en prose, permettez-moi d'en ajouter une en vers, que j'ai eu l'honneur de vous présenter, et de me dire avec le plus profond respect,

MADAME, Votre très humble et très obéissant serviteur,

PRADON.


À MADAME LA DAUPHINE

ÉPÎTRE.

Toi, dont le sang auguste et fécond à la fois,

Promet à l'Univers des Héros et des Rois ;

Princesse incomparable, écoute, et daigne entendre

Ce que tout l'avenir de ce sang doit attendre.

Que ton sort est heureux ! Qu'il te doit être doux !

Que le plus grand Monarque et le plus digne époux,

L'un et l'autre à l'envie te chérisse, t'honore,

(Eux devant qui tout tremble et que le monde adore.)

Leurs désirs et nos voeux par toi sont accomplis,

Un premier rejeton de l'empire des Lys

A comblé les souhaits de l'aïeul et du père,

Il fait tous les plaisirs et l'espoir de sa mère,

Et déjà sur son front ennemi du repos

Brillent les premiers traits qui forment les héros ;

Ce merveilleux enfant qui n'a qu'un demi lustre,

Ne marque déjà rien que de grand, que d'illustre ;

Ce Prince encor à peine a l'usage des bras,

Qu'il s'en sert pour montrer l'exercice aux soldats ;

Déjà pour commander sa langue se dénoue,

Et sa main faible encor d'armes seules se joue ;

Préludes dangereux pour nos fiers ennemis,

Si son auguste aïeul ne les avait soumis.

Voilà de sa grandeur l'infaillible présage,

Hercule ainsi jadis se jouait à son âge.

Pour toi, que de plaisirs Monarque trop heureux !

De faire triompher ton fils et tes neveux,

Quand ils suivront grand Roi l'exemple que tu donnes,

Je crains que l'Univers n'ait trop peu de Couronnes.

Princesse, c'est par eux que tu tiens dans tes mains

Le destin de la France, et celui des humains ;

Ils auront la grandeur de l'aïeul et du père,

Ils auront les vertus et l'esprit de la mère,

Dont le brillant mérite , et les charmes si doux,

Font toujours un amant de son illustre époux ;

Époux cher, qui l'adore, et qui sait toujours plaire,

Affable, libéral, enfin tel que son père :

Ce Prince impatient d'imiter les hauts faits,

Déjà semble gémir des longueurs de la paix,

Attendant que son bras fasse trembler la terre,

La chasse qui l'occupe au défaut de la guerre,

Et lui fait éviter la molle oisiveté,

Marque dans ses plaisirs sa noble activité.

Des monstres des forêts la fureur menaçante

N'est que l'amusement de sa force agissante,

Sans cesse infatigable il exerce sur eux

Des traits qui deviendront un jour plus dangereux,

Et si nos ennemis irritent sa colère,

Il saura les dompter sur les pas de son père ;

Et son bras à son tour par des faits inouïs

Soutiendra bien la gloire et le nom de Louis.

Toi seule sais charmer ce Prince magnanime ;

Mais que dirais-je encor de ton esprit sublime,

Son goût pour les beaux Arts et la solidité,

Qui soutient le brillant de sa vivacité

De ce charmant esprit l'extrême politesse

Font dans ses jugements voir sa délicatesse.

Oui, divine Princesse, il faut que les concerts

Des enfants d'Apollon pour toi frappent les airs ;

Et tandis que Louis écarte son tonnerre,

Qu'il impose des lois au reste de la terre,

Suivant notre devoir et nos justes désirs,

Nous devons travailler du moins à ses plaisirs.

Esprit du grand Corneille anime notre veine,

Toi, qui fus toujours seul le maître de la scène,

Dont le savoir profond et les nobles écrits

Touchent toujours les coeurs, enlèvent les esprits,

Tous ces traits immortels en te faisant revivre,

Nous inspirent l'envie et l'ardeur de te suivre.

La mort impitoyable éteignant son flambeau,

Tient Melpomène en pleurs aux pieds de son tombeau.

C'est donc à toi, Princesse, à ton noble génie,

Qui des vers épurez distingues l'harmonie

À le ressusciter par de nouveaux concerts,

Sois le premier mobile et l'appui de nos vers ;

Sur ses traces prenons des desseins magnifiques,

Faisons renaître encor des poètes tragiques,

L'ardeur de te servir nous doit seule exciter

À faire nos efforts du moins pour l'imiter.

Pour moi, tout pénétré de tes rares merveilles,

Quoique faible, je veux te consacrer mes veilles,

Bien que depuis un temps dans un profond oubli,

Tranquille j'aie été toujours enseveli,

Sur mes écrits enfin daigne jeter la vue,

Ma muse au Grand Louis ne fut pas inconnue,

Tamerlan et Tisbé par un sort glorieux,

Eurent tous deux l'honneur de paraître à ses yeux :

Phèdre qu'on étouffait même avant que de naître,

Par l'ordre de Louis sut se faire connaître ;

Aujourd'hui Régulus malgré les envieux

Vient de frapper ton coeur, vient de plaire à tes yeux ;

La grandeur de son âme a su toucher la tienne,

C'est ce qui fait sa gloire aussi bien que la mienne,

Il faut la soutenir, et ces beaux mouvements

Qu'inspire la vertu par de grands sentiments,

S'écartant du chemin de ces fades tendresses,

Semblent être formés pour les grandes Princesses ;

Heureux si mes héros toujours par leurs vertus

S'attirent ton suffrage ainsi que Régulus.


PRÉFACE

Le succès de Régulus a été si grand, que son titre seul pourrait servir d'Apologie et de Préface pour répondre à quelques Critiques. Cependant sans me prévaloir des beautés que ce sujet m'a fournies, et des larmes que le public y a répandues, j'ose dire que je me sais un peu de gré d'avoir trouvé une route que plusieurs auteurs avaient vainement cherchée. J'ai changé quelques circonstances à l'histoire, et j'ai mis la scène dans le Camp des Romains devant Carthage, et non pas dans Rome, pour conserver l'unité du temps et du lieu. Mais il eût été bien fâcheux de laisser dans un éternel oubli, la plus grande action qui se soit faite dans l'ancienne Rome, faute d'un peu d'invention. J'ai donc renvoyé Régulus dans le Camp des Romains, pour les porter à la guerre, qu'il va payer de sa vie, plutôt qu'à la paix ; et cela a produit un si grand effet, que je voudrais faire souvent de pareilles fautes. On m'a reproché qu'il n'y avait pas assez d'action dans mon second acte.

J'avoue qu'il ne fait que préparer aux trois derniers, sur qui tombe toute l'action et tous les intérêts de la pièce ; mais les peintures que fait Fulvie du triomphe de son amant, ont paru assez belles, et même les plus fins connaisseurs m'ont applaudi d'avoir pu faire cinq actes complets d'un sujet aussi simple qu'est celui-ci. J'ai tâché de conserver ce caractère de grandeur et de fermeté dans le plus austère Romain qui ait jamais paru, et l'on me flatte de l'avoir fait voir dans toute son étendue. Je n'ai rien imité ni emprunté de personne dans un sujet tout neuf, que les anciens et les modernes ont également respecté. J'avoue qu'il y a peu d'amour, mais je n'y en pouvais mettre davantage avec bienséance : Et j'ai fait cette réflexion dans les représentations de Régulus, que la grandeur d'âme frappe plus que la tendresse, et que le spectateur est touché plus vivement par une grande action qui l'enlève, que par un fade amour qui languit, et qui fatigue et l'auditeur et l'acteur. Quelques uns ont trouvé à redire que j'ai mis un enfant sur la scène, mais j'ai suivi mot à mot l'histoire, et ce qu'en dit le fameux Horace,

Fertur pudicæ conjugis osculum [XII]

Parvosque natos, ut capitis minor

A se removisse, et virilem

Torvus humi posuisse vultum.

Ces Vers me doivent fort justifier de cette nouveauté, qui a produit un si grand effet, et qui a fait dire des choses si touchantes à Régulus, qu'elles font toute la beauté du cinquième acte. Le caractère de Mannius est fondé dans l'histoire ; et Florus, dans lequel j'ai pris mon sujet, nous apprend la révolte de ce Tribun qui fit soulever tout le Camp des Romains contre Régulus. Je lui ai donné un intérêt d'amour et de jalousie qui sert à mon action principale. J'avoue que le caractère de Fulvie est entièrement de mon invention, et qu'elle fait l'épisode de ma pièce, on l'y trouve amenée avec bienséance, et elle a des sentiments assez dignes d'une Romaine, pour ne pas faire rougir Régulus du dessein qu'il a de l'épouser après la prise de Carthage. Enfin sans faire une plus longue discussion, je puis dire que cet ouvrage a frappé si vivement tout le public, et les acteurs en ont rempli si dignement les caractères, que cela me doit encourager à l'avenir à travailler avec plus d'application que jamais, et à chercher des sujets dont la grandeur soutienne celui de Régulus, qui a trompé les Satyriques, puisqu'il a eu un sort à Paris moins cruel que celui qu'il eut à Carthage.


ACTEURS

REGULUS ATTILIUS Consul, Commandant l'armée des Romains devant Carthage.

METELLUS, Proconsul de l'Afrique, pere de Fulvie.

FULVIE, fille de Metellus, promise à Régulus.

LE JEUNE ATTILIUS, fils de Régulus, amené dans le Camp par son père.

PRISCUS, Chef de deux Légions envoyé à Régulus par le Sénat.

MANNIUS, Tribun militaire, ennemi caché de Régulus, et son rival.

LÉPIDE, Gouverneur du jeune Attilius.

FAUSTINE, Confidente de Fulvie.

MARCELLE, autre Femme de la suite de Fulvie.

La Scene est dans le Camp des Romains devant Carthage.


ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
Metellus, Priscus.

METELLUS.

Seigneur, je suis charmé de vous voir près de nous,

Régulus considère un Romain tel que vous,

Dans peu vous le verrez, il doit ici se rendre,

Cependant vous pouvez me parler et l'attendre.

PRISCUS.

5   Oui, Seigneur, le Sénat qui m'envoie en ces lieux

Croit que de Régulus le bras victorieux,

Secondé par vos soins et par vôtre courage

Doit se rendre bientôt le maître de Carthage,

Et pour mieux asservir ces fières nations

10   J'amène dans ce Camp encore deux Légions.

Nous espérons dans peu voir ce grand Capitaine

Sur ses superbes murs planter l'Aigle Romaine ;

Les Salentins défaits et rangez sous nos lois,

Préludes glorieux de ses autres exploits,

15   Tant de peuples soumis, l'île de Corse prise,

En moins de quinze jours la Sardaigne conquise

Font croire à l'Univers par ses faits éclatants,

Que Carthage à son tour ne tiendra pas longtemps.

METELLUS.

Jusqu'ici Régulus n'a rien eu de contraire,

20   Ce qu'il a fait répond de ce qu'il saura faire,

Mais Rome ne sait pas encor par quels combats

Ce héros dans l'Afrique a signalé son bras ;

Pour l'apprendre au Sénat, il faut vous en instruire,

À peine croira-t-on ce que je vais vous dire.

25   Les soldats effrayés de notre embarquement

Semblaient nous menacer d'un grand soulèvement ;

Tous les Romains saisis d'une terreur panique

Redoutaient et les mers et les monstres d'Afrique,

Le Tribun Mannius autorisait leurs cris,

30   Régulus s'avança sans paraître surpris,

Et l'épée à la main, et d'un air intrépide

Aborde le Tribun, le saisit, l'intimide,

Jusques sur un vaisseau l'entraîne, et sur ses pas

On vit sans murmurer marcher tous les soldats.

35   Nos vaisseaux firent voile, et les vents favorables,

Faisaient voir sur ses bords nos armes redoutables,

Quand un serpent affreux, d'une énorme grandeur,

Et dont les sifflement répandaient la terreur

Parut, étincelant de fureur et de rage

40   Et voulut contre nous défendre le rivage ;

Le soldat étonné n'ose entrer dans le port,

Le monstre y fait trouver une infaillible mort,

Le Romain effrayé, redoutant sa colère

Le croit des Africains le démon tutélaire,

45   Tout le monde pâlit : Régulus à l'instant

Avecque un fier souris vers le monstre avançant,

Lui lance un javelot dont la mortelle atteinte

Rend bientôt de son sang toute la plaine teinte ;

Il siffle, il se débat, on le voit se rouler

50   Dans sons sang qui bouillonne et qu'on voit s'écouler,

Mais d'un dernier effort qui l'élève et l'entraîne

Il bondit, et demeure étendu dans la plaine ;

Percé du trait fatal qu'il ne peut arracher

Il meurt ; mais nos soldats qui n'osaient l'approcher

55   Admirent Régulus, et par des cris de joie

Célèbrent le bonheur que le Ciel nous envoie.

PRISCUS.

Ce prodige, Seigneur, ce succès surprenant

À l'Afrique, aux Romains, doit paraître étonnant,

Mais d'un si grand héros nous devons tout attendre.

METELLUS.

60   Oui, contre sa valeur rien n'a pu se défendre,

Contre elle on a tenté d'inutiles secours,

Le Fort de Clypea n'a tenu que trois jours ;

Cette rapidité de conquête en conquête

Sans qu'il ait rien trouvé jusqu'ici qui l'arrête,

65   Trois cents villes ou forts en peu de temps conquis,

Dont les uns sont gardés, et les autres détruits

Ont conduit nos soldats jusques devant Carthage ;

Asdrubal, Xantipus, semblent perdre courage,

Leurs escadrons battus et toujours dispersés,

70   Et jusques dans leurs murs si souvent repoussés

N'osent plus contre nous hasarder de sorties,

À l'abri de ces murs leurs troupes ralenties

Ayant abandonné déjà tous leurs travaux,

N'attendent que l'effort de nos derniers assauts.

PRISCUS.

75   Ces nouvelles, Seigneur, font un plaisir extrême

Mais j'en attends de vous et d'une autre vous-même,

De votre fille enfin, dont le coeur tout Romain

De son père a suivi le généreux dessein,

Seigneur, Rome l'admire, et Régulus l'adore

80   Fille de Metellus que le Sénat honore....

METELLUS.

Rome a donc à la fin pénétré mon secret,

Et j'ose devant vous l'avouer sans regret ;

Lorsque je fus nommé Proconsul de l'Afrique

Pour maintenir les droits de notre République,

85   Fulvie avecque ardeur voulut suivre mes pas

Je l'aime, elle est ma fille, et n'y résiste pas,

Clypea fut d'abord sa première retraite,

Je fus ici blessé, sa tendresse inquiète

L'amena dans ce camp, et pour me secourir

90   Partagea les périls où je semblais courir ;

Elle n'a point encore voulu quitter son père,

Régulus qui l'adore et n'en fait plus mystère,

Espère célébrer sur les bords Africains

Un hymen qui fera triompher les Romains ;

95   Je me fais un honneur des feux de ce grand homme,

Qui serviront sans doute à la gloire de Rome,

Le Consul Scipion s'en tient fort honoré,

À peine pour sa fille il se fut déclaré

Que Régulus dans Rome épousa Thermantie,

100   Mais bientôt par la mort elle lui fut ravie,

Vous le savez ; elle eut le jeune Attilius

De qui toute l'armée admire les vertus,

Il est avec ma fille, et malgré son jeune âge

Il a voulu venir dans le camp de Carthage,

105   À peine a-t-il encor deux lustres accomplis,

Que déjà de son père il est le digne fils.

SCÈNE I.
.
Régulus, Metellus, Priscus.

PRISCUS, à Régulus.

Je viens remplir le choix dont Scipion m'honore,

Seigneur, je viens marcher sous un chef qu'il adore,

Ranger mes légions sous vos drapeaux heureux

110   Et partager enfin vos travaux glorieux ;

Mais souffrez que mon coeur fasse éclater sa joie,

Et qu'à vos yeux...

REGULUS.

Priscus quand Rome vous envoie

Je dois vous recevoir comme un de ses enfants

Qu'elle honora toujours d'emplois très importants ;

115   Ici votre valeur va hâter la victoire,

Vous allez partager nos périls, notre gloire ;

Mais parlez-nous de Rome et du grand Scipion,

A-t-il dans le Sénat rétabli l'union ?

PRISCUS.

Oui, Rome réunie est pour vous sans alarmes,

120   Scipion attend tout de l'effort de vos armes,

On fait pour leur succès des voeux aux immortels,

Et l'encens en tous lieux fume sur leurs autels.

REGULUS.

Il faudra (s'il se peut) seconder ce beau zèle,

Jusqu'ici la fortune à nos armes fidèle

125   Prés de nous en esclave a paru s'attacher,

Mais il est des revers qu'elles peut nous cacher.

C'est aujourd'hui qu'il faut achever cet ouvrage,

Je périrai, Priscus, ou je prendrai Carthage,

Et je ne puis souffrir que le peuple Romain

130   Soit jaloux plus longtemps de l'Empire Africain ;

Rome en veut à Carthage où son espoir se fonde,

Rivales toutes deux pour l'Empire du Monde,

L'une a des Amilcars, l'autre des Scipions,

Dont l'Univers a vu les grandes actions,

135   Et dont les noms fameux au Temple de mémoire

De Rome et de Carthage éternisent la gloire.

METELLUS.

On attend votre nom après de si grands noms,

Régulus peut marcher avec les Scipions.

REGULUS.

Un discours si flatteur a de quoi me confondre ;

140   Seigneur, et si j'osais je pourrais vous répondre

Que déjà Metellus par cent exploits fameux

A signalé son nom pour le moins autant qu'eux ;

Mais tandis qu'Amilcar est encore en Espagne,

Hâtons-nous de finir cette heureuse campagne,

145   Il amène son fils, c'est le jeune Annibal

Qui doit-être (dit-on) aux Romains si fatal ;

Oui, ce jeune héros éloigné de l'Afrique,

En naissant ennemi de notre République,

Par l'ordre d'Amilcar nous jura dans ces lieux

150   Une haine éternelle à la face des Dieux ;

Et si l'on croit l'augure, et ce qu'on en publie,

Il fera quelque jour l'effroi de l'Italie.

Prévenons cet augure, et hâtant nos desseins,

Dans Carthage faisons triompher les Romains.

155   Heureux ! Si quelque jour mon fils pouvait prétendre

D'éteindre un feu naissant qui doit tout mettre en cendre,

Et que l'on vit combattre avec quelques vertus

Contre un jeune Annibal un jeune Attilius.

Prés de moi de la guerre il fait l'apprentissage,

160   Il murmure déjà de la lenteur de l'âge,

Et le fils d'Amilcar qui sert à l'exciter,

Lui fait prendre le fer qu'il a peine à porter ;

Il cherche les périls, il aime les alarmes,

Souvent mes yeux de joie en ont versé des larmes ;

165   Mais, Seigneur, pardonnez ce transport trop humain

D'un père pour un fils digne du nom Romain.

METELLUS.

Seigneur, avec plaisir on voit la noble audace

De ce jeune Héros qui suivra votre trace.

REGULUS.

Je ne sais d'où me vient cet importun souci,

170   Mais souvent je voudrais qu'il ne fut point ici.

Allez vous reposer Priscus dans votre tente,

Nous allons (s'il se peut) rendre Rome contente,

Et quand il sera temps notre zèle et nos soins

N'en prendront aujourd'hui que vos yeux pour témoins.

SCÈNE I.
I.
Régulus, Metellus.

REGULUS.

175   Carthage nous fournit une illustre matière

Pour finir avec gloire une longue carrière :

Seigneur, le monde entier attentif et jaloux

Dans ce siège fameux fixe les yeux sur nous ;

Tout semble maintenant flatter notre espérance,

180   La moitié de l'Afrique est sous notre puissance,

Préparons à Carthage un assaut général,

Il faut que ce grand jour lui devienne fatal,

Même avant qu'Amilcar puisse revoir ses portes

Conduisons à ses murs nos plus braves cohortes ;

185   Si nous tardons encor il peut les secourir,

C'est aujourd'hui qu'il faut triompher ou périr ;

Mais avant que d'aller ou l'honneur nous convie,

Éloignons de ce camp et mon fils et Fulvie.

METELLUS.

Il ne tiendra qu'à vous de les faire partir

190   Seigneur.

REGULUS.

  Malgré mes feux il y faut consentir .

Tous les jours votre fille augmente nos alarmes,

À nos moindres périls elle donne des larmes ;

Que serait-ce grands Dieux ! Si de pressants malheurs

Méritaient quelque jour de plus justes douleurs ?

195   Mon fils (vous le savez) veut me suivre sans cesse,

L'un et l'autre à son tour m'arrête, m'intéresse,

Et je sens mon penchant et l'amour paternel

Qui livrent à mon coeur un combat éternel ;

J'en rougis, et j'en fais un aveu trop sincère,

200   J'ai le faible souvent d'un amant et d'un père,

Loin d'eux j'irais tranquille affronter les hasards,

Je n'aurais point pour moi de si tendres égards,

J'ai peut-être pour eux trop de soin de ma vie,

Et Rome, Metellus, n'en est pas mieux servie.

METELLUS.

205   Hé quoi ? Dès qu'au combat on vous voit attacher

Des murs des ennemis il faut vous arracher ;

Seigneur dans notre camp je n'ai souffert Fulvie

Que pour charger ses yeux du soin de votre vie,

Pour modérer l'ardeur qui vous mène trop loin,

210   Pour ménager un chef de qui Rome a besoin,

Et j'ai crû votre fils près de vous nécessaire

Pour aider aux Romains à conserver le père.

REGULUS.

Ah ! Seigneur dés ce jour il faut les écarter

Ces objets trop touchants pourraient nous arrêter,

215   Au fort de Clypea renvoyons l'un et l'autre,

C'est l'intérêt de Rome, et le mien, et le vôtre.

METELLUS.

Seigneur, il en est temps, je vois trop qu'il le faut,

Que feraient-ils ici dans le jour d'un assaut ?

Allez trouver Fulvie en ce péril extrême,

220   À ce départ, Seigneur, disposez-la vous-même,

Pour résoudre son coeur par l'amour agité,

La douceur fera mieux que mon autorité,

J'irai voir votre fils, et d'un front moins sévère

Je lui veux expliquer les ordres de son père,

225   Il n'est pas temps encor qu'il hasarde des jours

Qui nous seront dans peu d'un utile secours.

REGULUS.

Ainsi, libres, Seigneur, de ce soin domestique

Avec tranquillité servons la République,

Sans qu'aucun intérêt partage notre ardeur,

230   Que Rome toute entière occupe notre coeur !

Il est temps de finir cette grande entreprise,

Il faut qu'à cet assaut la gloire nous conduise,

Le tribun Mannius doit marcher aujourd'hui,

Et je veux...

METELLUS.

Gardez-vous de combattre avec lui,

235   Seigneur laissez-moi faire, et n'allez pas vous-même,

Exposer votre tête à quelque stratagème.

Xantipus ne combat qu'en trompant l'ennemi,

On le sait. Mannius n'est à vous qu'à demi,

De ce Tribun encor j'ai quelque défiance,

240   Je doute de sa foi, si j'en crois l'apparence

Tous vos plus grands succès il les voit à regret,

Rien n'est plus dangereux qu'un ennemi secret ;

L'affront que votre bras lui fit sur le rivage

Avant l'embarquement destiné pour Carthage

245   Peut encor dans son coeur n'être pas oublié.

REGULUS.

Il me semble depuis qu'il s'est justifié,

J'avais un sentiment, Seigneur, pareil au vôtre,

Mais il fait tous les jours son devoir comme un autre,

Il vient, et son ardeur rassure mes esprits,

250   Je verrai votre fille, allez trouver mon fils.

SCÈNE I.
.
Mannius, Régulus.

MANNIUS.

Tout flatte vos desseins, et tout vous favorise,

Seigneur dans peu de temps Carthage sera prise,

Je viens pour vos donner cet avis important,

Vous devez ménager ce précieux instant,

255   Vous allez triompher, et je viens vous l'apprendre ;

L'endroit que Xantipus prenait soin de défendre

Vient tout d'un coup, Seigneur, de tomber à nos yeux

Bien moins par nos efforts que par l'ordre des Dieux ;

Oui, sans aucun secours de nos fortes machines

260   Il s'est enseveli sous ses propres ruines,

Avant que l'ennemi le remette en état

Allons, Seigneur, courons l'engager au combat,

Ce poste sera pris si vous voulez paraître.

REGULUS.

Avant que l'attaquer il faut le reconnaître

265   Mannius, et je veux que ce soit avec vous

Malgré tous les soupçons...

MANNIUS.

Seigneur, quelque jaloux

M'aurait-il près de vous noirci...

REGULUS.

Pour les détruire

Combattez près de moi, c'est assez vous en dire,

Quand de nous dans un camp on peut se défier

270   Une grande action sait nous justifier ;

Sur vous d'aucun soupçon je n'ai plus l'âme atteinte,

D'ailleurs la défiance est l'effet de la crainte,

Je ne puis un moment douter de votre foi

Et crois que tout Romain est Romain comme moi.

275   Remplissez dignement une si belle attente,

Dans peu vous reviendrez me trouver dans ma tente,

Que la gloire de Rome anime votre espoir,

Vous m'entendez, Tribun, faites votre devoir.

SCÈNE V.

MANNIUS.

Qu'entends-je Régulus en moi seul se confie,

280   Et je pourrai trahir mon chef et ma patrie ?

Il ne veut plus douter, m'a-t-il dit, de ma foi,

Cependant Xantipus est d'accord avec moi ;

Si Régulus me suit sa perte est infaillible,

Avec l'Afrique il perd le titre d'invincible,

285   Tous ses plus grands succès deviennent superflus,

Mais Dieux perdant Fulvie il perd encore plus.

Pardonnez-moi grands Dieux ! Une telle vengeance,

Fulvie a corrompu mon coeur, mon innocence,

Par toutes les fureurs ce coeur est déchiré,

290   Je suis amant jaloux, rival désespéré ;

Je sais trop qu'un secret d'une telle importance

N'admet point en ce camp la moindre confidence,

Je ne l'ai jusqu'ici confié qu'à ma foi

Et mon secret demeure entre les Dieux et moi.

295   C'est donc vous justes Dieux ! À qui je le confie,

C'est à vous seuls aussi que je me justifie,

Vous avez vu l'affront que Régulus m'a fait,

Et si pour m'en venger je commets un forfait,

Il osa m'insulter et menacer ma tête

300   Sur la sienne je fais retomber la tempête,

Cet affront est gravé trop avant dans mon coeur ;

Le sang des Manlius ne connaît point la peur,

Régulus, ne crois pas qu'une terreur panique

M'écartât lâchement des rives de l'Afrique ;

305   Mais je ne voulais pas que mon amour caché

Te suivit en triomphe à ton char attaché :

Que dis-je ? Dans ce jour si tu prenais Carthage

L'Hymen serait le prix de ce fameux ouvrage,

Fulvie ah Dieux ! Non, non, je n'ai plus de remords,

310   Cet hymen à mes yeux présente mille morts,

Détruisons (s'il se peut) cette belle espérance,

Je le dois à ma flamme autant qu'à ma vengeance ;

Allons sans balancer servir nos ennemis,

Et leur tenir enfin tout ce que j'ai promis.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Fulvie, Faustine, Marcelle.

FULVIE.

315   Priscus est dans ce Camp, enfin Rome est instruite

Du dessein de mon père et de notre conduite,

De la part du Sénat il a vu Metellus,

Rome connaît pour moi l'amour de Régulus ;

Pardonne, jusqu'ici si je l'ai voulu taire,

320   Mais Faustine, l'amour se plaît dans le mystère ;

Je t'ai caché longtemps que mon coeur en secret

A prévenu le choix que mon père en a fait,

Je n'en dois point rougir, il est temps qu'il éclate.

À Régulus, à toi, je deviendrais ingrate,

325   Je puis te découvrir mes mouvements divers

Quand Rome les approuve avec tout l'Univers.

Tu sais que premier chef de la guerre punique

Il défit Amilcar sur les côtes d'Afrique,

Que Régulus obtint par l'ordre du Sénat,

330   Les honneurs du triomphe avec le Consulat.

Tu n'étais pas à Rome où je fus amenée,

Je veux te rappeler cette grande journée,

Où je vis ce héros pour la première fois

Vainqueur des Africains et digne de mon choix.

335   Ce brillant appareil, cette pompe de guerre,

Ce débris de vaisseaux qu'on traînait sur la terre,

Spectacle à nos regards surprenant et nouveau,

Où la terre portait les dépouilles de l'eau ;

Ces lions enchaînés, ces monstres de l'Afrique,

340   Dont la férocité dans Rome pacifique

Semblait s'être adoucie en quittant leurs déserts

De leurs rugissements n'osaient frapper les airs ;

Mille et mille captifs dans un triste silence

Précédaient le vainqueur, annonçaient sa vaillance,

345   D'aigles et de faisceaux un mélange confus

Dans toute sa splendeur nous fit voir Régulus.

Ce front majestueux, cet air grand et modeste

Soudain de ma mémoire effaça tout le reste,

L'applaudir, l'admirer, fut mon unique emploi

350   Enfin, il triompha de l'Afrique et de moi.

FAUSTINE.

Madame, il me souvient qu'une grande tempête

Déroba la moitié d'une telle conquête ;

Et qu'en l'île de Corse où j'abordais alors

Tant de vaisseaux brisés parurent dans nos ports...

FULVIE.

355   Tu te trompes, la mer jalouse de sa gloire

Ne fit que rehausser l'éclat de sa victoire ;

La tempête parut favorable aux Romains,

Utile à Régulus, honteuse aux Africains ;

Car de tant de vaisseaux toute la mer couverte

360   Augmentait son triomphe, et redoublait leur perte,

Et ce vaste débris flottant de mers en mers,

En étalait la pompe aux yeux de l'Univers.

Voilà, comme je vis ce vainqueur de l'Afrique,

Ce fameux défenseur de notre République ;

365   J'arrêtai sur lui seul mes regards curieux,

Et mon coeur paya cher le plaisir de mes yeux.

Non, il faut l'avouer à la gloire des armes

Faustine, les guerriers ont pour nous plus de charmes,

Leur mérite à nos yeux brille avec plus d'éclat

370   Que ceux de qui la pourpre est toujours au Sénat,

On veut voir un héros qui commande une armée,

Qui de mille hauts faits remplit la Renommée,

Tout parle en sa faveur, notre esprit prévenu

Nous donne de lui plaire un désir inconnu ;

375   Mais lorsqu'un air si grand brille sur son visage,

Que toute sa personne égale son courage,

Qu'un mortel si parfait comblé de tant d'honneurs

Trouve facilement le chemin de nos coeurs.

FAUSTINE.

Madame, ce héros répond à votre attente,

380   Votre âme de ses feux doit paraître contente.

FULVIE.

Te vanter Régulus, t'avouer mon ardeur,

Puis-je mieux t'expliquer que je règne en son coeur ?

Oui, ma main est le prix de Carthage conquise,

On couronne nos feux après cette entreprise,

385   Je veux donc que mes yeux allument tour à tour

Le flambeau de la guerre et les feux de l'amour,

Que mes tendres regards témoins de sa victoire

Animent ce héros et partagent sa gloire.

FAUSTINE.

On le connaît, Madame, et l'on doit à vos yeux

390   La moitié de ses faits si grands, si glorieux ;

Mais pourquoi les frayeurs dont votre ame est atteinte ?

J'ai connu votre amour en voyant votre crainte,

Toujours pour Régulus votre esprit alarmé...

FULVIE.

Ne craint-on pas toujours pour un héros aimé ?

395   Quand je vois les périls qu'il affronte sans cesse,

Faustine en rougissant j'avouerai ma faiblesse ;

Je voudrais que sensible à mes empressements

Il modérât l'ardeur de ses grands sentiments,

Qu'après avoir tout fait pour lui, pour sa patrie,

400   Pour moi, pour ma tendresse, il ménageât sa vie ;

Hé que veut-il de plus ? Son nom vole en tous lieux,

Régulus est connu presque autant que les Dieux,

Il est craint, révéré, l'Afrique, l'Italie

Admirent ses exploits, l'Univers les publie,

405   Tant de monstres défaits, tant de peuples soumis,

Le rendent la terreur de tous nos ennemis ;

Il va prendre Carthage et remplir notre attente,

Après cela sa gloire en doit être contente,

Régulus est trop sûr de l'immortalité,

410   Et n'en a que trop fait pour la postérité.

SCÈNE II.
Régulus, Fulvie, Faustine, Marcelle.

REGULUS.

Non, non, je n'ai rien fait si je ne prends Carthage,

C'est par là que je dois couronner mon ouvrage,

Ce jour va décider, Madame, de mon sort,

Ces murs vont éprouver notre dernier effort ,

415   Mais dans une action d'une telle importance :

Souffrez que je vous dise ici ce que je pense,

Madame, il faut du camp vous résoudre à partir

Pour moi, pour vous, pour Rome, il y faut consentir.

FULVIE.

Moi, partir ? Moi Seigneur, un tel discours m'étonne ?

REGULUS.

420   Votre père le veut, la gloire nous l'ordonne,

L'amour s'accorde mal avec de grands desseins,

Et cette austérité de nos premiers Romains ;

Vous ne pouvez au camp demeurer d'avantage,

On va bientôt donner un assaut à Carthage,

425   Le tumulte, les cris, et l'horreur des combats,

Ce mélange confus d'armes et de soldats,

Ce terrible appareil vous rendrait trop timide,

Souffrez malgré l'amour que la gloire vous guide

Madame, au nom des Dieux partez avec mon fils.

FULVIE.

430   Quoi ? Seigneur, vous allez joindre les ennemis ?

Ah ! Je ne croyais pas que l'heure en fût si proche,

Que je crains pour mon coeur cette fatale approche ?

Mon père et mon amant vont s'exposer tous deux ;

Que serait-ce grands Dieux ! Si ce jour malheureux

435   Allait dans ce combat me ravir l'un ou l'autre,

Différez-le, Seigneur, mon intérêt... Le vôtre...

Non.... Carthage ne peut tenir encor longtemps,

Et sans vous exposer tous deux...

REGULUS.

Je vous entends ;

Mais, Madame, est-il temps de parler de tendresse,

440   De grâce cachez-moi toute votre faiblesse,

Votre coeur me tient mal ce qu'il m'avait promis,

Il devrait me presser d'aller aux ennemis,

S'il m'aimait en effet prendre soin de ma gloire,

Et hâter aujourd'hui ma dernière victoire.

FULVIE.

445   Hé ? Ne craignez-vous point Seigneur de trop oser ?

Est-ce qu'un Général doit ainsi s'exposer ?

Que dis-je ! En ce moment une nouvelle crainte,

De noirs pressentiments dont mon âme est atteinte

Me font pâlir pour vous ; c'en est assez Seigneur,

450   Vous devez vous fier aux troubles de mon coeur,

Des volontés du Ciel ces muets interprètes

Présagent nos malheurs par des craintes secrètes,

Et ces pressentiments plus sûrs que nos devins,

Nous marquent quelquefois les arrêts des destins.

REGULUS.

455   Je crains peu du destin le caprice funeste,

Je ferai mon devoir, les Dieux feront le reste

Madame, et je rougis de tarder si longtemps

À remplir des devoirs à ma gloire importants ;

Carthage sera prise, ou bien mes funérailles

460   Se feront aujourd'hui sur ses propres murailles ;

Plaise aux Dieux que ma mort en cause le débris !

FULVIE.

Grands Dieux ! Ne payez pas l'Afrique d'un tel prix ?

Y dussiez-vous encore joindre la terre et l'onde,

Ce serait trop payer la conquête du monde.

REGULUS.

465   Au nom des Dieux, partez, éloignez-vous de nous,

Le fort de Clypea sera plus sûr pour vous ;

Retournez-y, Madame, et par l'ordre d'un père,

Par les voeux d'un Romain à qui vous êtes chère,

Vos jours sont exposés dans un camp.

FULVIE.

Non, Seigneur,

470   Dissipez pour mes jours cette injuste terreur,

Auprès de Régulus je n'ai point ces faiblesses,

Votre camp est plus sûr que mille forteresses,

Je serai plus tranquille auprès de votre bras

Que dans Rome, Seigneur, où vous ne serez pas.

REGULUS.

475   Madame....

FULVIE.

  Si ma crainte a trop osé paraître,

D'un premier mouvement un coeur n'est pas le maître,

Faible comme je suis dans ces périls pressants,

Si je n'ai pas gardé d'empire sur mes sens,

Pardonnez-moi, Seigneur. Courez à la victoire,

480   J'ai de quelques moments retardé votre gloire ;

C'est un crime (il est vrai) que mon coeur a commis,

Il était le plus grand de tous vos ennemis,

Pour l'en punir partez, oubliez sa tendresse,

Et que la gloire soit votre unique maîtresse.

SCÈNE III.
Metellus, Régulus, Fulvie, Faustine, Lépide.

REGULUS.

485   Ah ! Seigneur, servez-vous de votre autorité,

Je ne puis rien gagner sur son coeur agité,

Mon fils partira seul, et malgré notre envie...

METELLUS.

Votre fils veut partir encor moins que Fulvie,

J'ai parlé, mais en vain j'ai voulu préparer

490   Son coeur à ce départ qui l'a fait soupirer,

Protestant que plutôt il cessera de vivre,

Loin de partir, Seigneur, il s'apprête à vous suivre.

REGULUS.

Il ne veut point partir, je l'avais pressenti,

Et son coeur, grâce au Ciel, ne s'est point démenti,

495   Puisqu'il veut demeurer, Seigneur, je vous avoue

Qu'un pareil sentiment mérite qu'on le loue,

Il est digne de moi, qu'il demeure ; mais Dieux !

Conjurez-la, Seigneur, d'abandonner ces lieux,

J'adore sa vertu, je chéris sa tendresse,

500   Je cours où mon devoir m'appelle, et je vous laisse,

À Lépide.

Adieu, Madame, vous prenez soin de mon fils.

SCÈNE I.
.
Métellus, Fulvie, Faustine, Marcelle.

METELLUS.

Hé quoi ? Donc nous serons tous deux désobéis,

Régulus vous parlait à ma seule prière

Ma fille, et vous dictait l'ordre de votre père ;

505   Mais je veux qu'en ce jour mes ordres soient suivis,

Ne prenez pas pour vous d'exemple sur son fils,

Il a charmé mon coeur osant me contredire,

Nous devons de bonne heure à la guerre l'instruire,

Et lorsque dans ce camp tout doit le retenir,

510   De contraires raisons vous en doivent bannir.

FULVIE.

Le fils de Régulus ne quitte point son père ;

Je suis auprès de vous, Seigneur, puis-je mieux faire ?

Et quand Attilius fait voir un coeur si grand,

Me croyez-vous, Seigneur, plus faible qu'un enfant ?

METELLUS.

515   Ne soyez plus ma fille à mes desseins contraire,

Partez dès ce moment si vous voulez me plaire,

Le Tribun Mannius s'offre à vous escorter,

De l'armée aujourd'hui je voudrais l'écarter,

J'ai mes raisons. Allez, je vous donne ma garde,

520   Et sans plus réfléchir sur ce qui vous regarde,

Croyez que je travaille à votre sûreté.

FULVIE.

Seigneur, je sais pour moi quelle est votre bonté :

Mais si j'osais encor vous faire une prière,

Sans blesser le respect que je dois à mon père,

525   Sensible à mes désirs souffrez au nom des Dieux,

Pour admirer vos faits que je sois dans ces lieux :

D'ailleurs, à ce refus Mannius m'autorise,

Veut-on qu'à Clypea ce tribun me conduise,

Lui que j'ai vu toujours envieux et jaloux...

METELLUS.

530   Si vous le haïssez, nous le haïssons tous ;

Je l'honore, il est vrai, mais c'est par politique,

Ah ! Que n'est-il plutôt à Rome qu'en Afrique ?

Sous l'appas sp2cieux de conduire vos pas,

Je voudrais qu'en ce Camp Mannius ne fût pas,

535   Qu'il fût à Clypea quand nous prendrons Carthage,

Je l'ai même tantôt fondé sur ce voyage ;

Et bien qu'il m'ait paru quelque temps agité,

Il a reçu cette offre avecque avidité.

FULVIE.

Seigneur, si vous m'aimez épargnez-moi des larmes.

METELLUS.

540   Ma fille, ignorez-vous le caprice des armes ?

Sans attendre du sort l'événement douteux,

Allez à Clypea pour nous faire des voeux.

FULVIE.

Exilée, incertaine, importune à moi-même,

Quel Dieu puis-je implorer dans ce désordre extrême ?

545   Ce n'est point par des voeux qu'il faut vous secourir,

Je dois près de vous vivre, ou près de vous mourir.

METELLUS.

Puisque vous faites voir un si noble courage

Demeurez, vous verrez l'attaque de Carthage ;

Mais de cette vertu ne vous démentez pas,

550   Encore un coup, songez au destin des combats,

De ses événements le caprice est extrême,

Quoi qu'il arrive enfin soyez toujours la même ;

Mannius doit venir pour vous prêter la main,

Dites-lui que pour vous j'ai changé de dessein ;

555   Adieu, mais oubliez toute votre faiblesse.

SCÈNE V.
Fulvie, Faustine.

FULVIE.

Ciel ! que ne dois-je point à sa juste tendresse,

Nous ne partirons point, nous serons les témoins...

Mais pourquoi Mannius prend-il de nouveaux soins ?

Pourquoi pour m'escorter s'offre-t-il à mon père ?

560   Pourquoi ?... Mais j'en sais trop pénétrer le mystère.

SCÈNE VI.
Mannius, Fulvie, Faustine.

MANNIUS.

Madame, tout est prêt si vous voulez partir,

À ce juste départ vous devez consentir,

Les crainte, les périls... surtout l'amour d'un père

M'ont honoré d'un choix....

FULVIE.

Il n'est pas nécessaire,

565   Je demeure en ce camp, et n'en veux point partir,

Mon père a la bonté d'y vouloir consentir ;

Mais vous, quand tout s'apprête, et que pour la patrie

Chacun avecque ardeur court exposer sa vie,

Par quel motif, Seigneur, bizarre ou généreux

570   Prenez-vous un dessein si contraire à mes voeux ?

Lorsque de tous côtés le fer commence à luire,

Vous voulez vous charger du soin de me conduire ;

Certes, un tel emploi qui cherche le repos

Dans cette occasion sied mal au grands héros ;

575   Que vos empressements cessent de me contraindre ?

Où mon père est, Seigneur, je ne vois rien à craindre,

Je saurai partager les périls avec lui ;

Allez à Clypea nous attendre aujourd'hui.

SCÈNE VII.

MANNIUS.

Ah ! Sans aller si loin, vous iriez à Carthage,

580   Vous qui m'osez tenir ce superbe langage ?

Justes Dieux ! Je touchais au bienheureux moment,

Où j'allais enlever la maîtresse et l'amant ;

Du jaloux Metellus la haine et la prudence,

Avecque mon amour étaient d'intelligence ;

585   Il me livrait Fulvie en voulant m'éloigner,

Et j'allais mettre aux fers qui m'ose dédaigner ;

Mais du moins assurons ma première entreprise,

Régulus qui m'attend la flatte et l'autorise,

Tandis que pour l'assaut il donne ordre aux soldats,

590   Il faut vers Xantipus que je guide ses pas ;

Oui, ce poste qu'il veut avec moi reconnaître,

Lui va coûter le jour, ou lui donner un maître.

ACTE III

SCÈNE PREMIÈRE.
Metellus, Priscus.

METELLUS.

Est-il donc vrai, Priscus ?

PRISCUS.

Vous en êtes surpris ;

Mais il n'est que trop vrai que Régulus est pris,

595   Xantipus est vainqueur, et par son artifice

Il a fait à Carthage un si grand sacrifice ;

J'ai peine à rassurer tout le camp étonné,

Le soldat est confus, abattu, consterné ;

Xantipus laissait voir un endroit de Carthage,

600   Dont il avait exprès fait tomber tout l'ouvrage ;

Il était découvert, facile et mal gardé,

Régulus pour le voir de près s'est hasardé,

(Vous savez que lui-même il veut tout reconnaître )

Il défend qu'on le suive, et l'on n'ose paraître ;

605   Enfin par le conseil du Tribun qui le perd,

Il avance pour voir ce poste à découvert ;

À peine ont-ils marché, que la terre s'entrouvre,

Par des lieux souterrains l'ennemi se découvre ;

À chaque instant la terre enfante des soldats,

610   Qui courent tous en foule au devant de ses pas,

Régulus est surpris du nombre qui l'accable ;

C'est en vain qu'il se sert de son bras redoutable,

Quand le destin jaloux contraire à son grand coeur

Fait briser son épée et trahit sa valeur,

615   ( À combien d'Africains eut elle été funeste? )

Seigneur, il est aisé de deviner le reste,

Au cri des ennemis nous avons fait alors,

Pour sauver Régulus d'inutiles efforts ;

Mais enfin on connaît leur fatal artifice,

620   Aussitôt qu'on avance on trouve un précipice ;

Tout s'ébranle, tout tombe, et s'ouvre sous nos pas,

Et nous aurions trouvé mille et mille trépas,

N'était que pour garder ce qu'il venait de prendre,

Xantipus a gagné ces murs sans nous attendre ;

625   Cependant Mannius s'est sauvé de ses mains,

Et seul est revenu dans le camp des Romains.

METELLUS.

Qu'entends-je Dieux cruels ! La prise d'un tel homme

Va faire le destin de Carthage et de Rome ;

J'attendais nouvel ordre à marcher sur ses pas,

630   J'y disposais les coeurs des chefs et des soldats,

Quand je me préparais à combattre, à le suivre,

Aux mains des ennemis la fortune le livre ?

Pour ce héros, pour nous, quel étrange revers ?

Sa chute entraînera celle de l'Univers.

635   Toi, démon des combats qui des armes décides,

Dans un abîme affreux toi-même tu le guides ?

Carthage est aux abois, et tu veux la sauver,

Abaisser les Romains pour la mieux relever ;

Quel retour imprévu pour nous, pour sa famille ?

640   Que deviendra son fils ? Que deviendra ma fille ?

Et quand ils apprendront cet accident affreux,

Ah ! Priscus j'en soupire et pour nous et pour eux.

PRISCUS.

Seigneur, j'ai défendu, sur peine de la vie,

Qu'aucun n'en annonçât la nouvelle à Fulvie ;

645   Elle est triste, inquiète, et semble pressentir

Les malheurs que son coeur saura trop ressentir.

METELLUS.

De quels maux sa douleur va-t-elle être suivie ?

Mais Dieux ? J'en entrevois de grands pour la patrie ;

Que ferons-nous, Priscus, tentons un autre assaut,

650   Pour venger cet affront tout est prêt, il le faut ;

Ranimons les soldats, et courons à leur tête,

Pour chasser loin de nous la prochaine tempête,

Et l'épée à la main, bien loin d'être vaincus,

Mourons devant Carthage ou sauvons Régulus.

PRISCUS.

655   Seigneur, voici Fulvie, ah ! Cachons lui de grâce

Du sort de Régulus la cruelle disgrâce,

D'un funeste récit épargnons lui l'éclat.

SCÈNE I.
.
Fulvie, Faustine, Metellus, Priscus.

FULVIE.

Seigneur, apprenez-moi le succès du combat,

Je cours pour m'en instruire, et n'en puis rien apprendre,

660   Le soldat interdit refuse de m'entendre,

Ma voix impose à tous le silence et l'effroi,

On n'ose me répondre, on s'éloigne de moi ;

Mais quoi ? Mon père même évite ma présence,

Seigneur de tant d'horreurs que faut-il que je pense ?

665   Qu'est-il donc arrivé de funeste pour nous,

Et pourquoi Régulus n'est-il pas avec vous ?

METELLUS.

Ne me demandez rien, cessez de nous contraindre,

Laissez-nous, pour ses jours vous ne devez rien craindre,

Allons Priscus,

FULVIE.

Souffrez que je suive vos pas,

670   Seigneur.

METELLUS.

  Non, demeurez, et ne me suivez pas,

Ce qu'exige aujourd'hui le sort de ce grand homme,

Tout ce qu'attend de nous et le Sénat et Rome

Demande un prompt conseil à nous seuls réservé

Ma fille, où le secret sur tout soit observé.

FULVIE.

675   Ah ! Je n'entends que trop ce secret qu'on veut taire,

Il ne l'est que pour moi, j'en perce le mystère ;

En vain vous rassurez mes timides esprits,

Je vois la vérité sur vos fronts interdits,

Pour m'épargner des pleurs votre tendresse exige...

680   Ah ! Régulus est mort ?

METELLUS.

  Il est vivant, vous dis-je,

Rassurez-vous, ma fille;

FULVIE.

Il est vivant Seigneur,

Devant moi, cependant, vous changez de couleur ;

Si vous me dites vrai, s'il faut que je vous croie,

Dés ce même moment souffrez que je le voie,

685   N'attestez point ici les hommes et les Dieux,

Mon coeur n'en croira plus désormais que mes yeux.

METELLUS.

Vous le verrez dans peu, nous allons dans sa tente,

Soyez moins inquiète, ou soyez plus constante,

Ayez pour Régulus moins de crainte et d'ennui,

690   Montrez-vous à nos yeux aussi ferme que lui ;

Il est quelques périls où la guerre nous livre,

Je sors, et vous défends, ma fille, de nous suivre.

SCÈNE III.
Fulvie, Faustine.

FULVIE.

Mon père de ces lieux me défend de sortir

De cet ordre cruel que dois-je pressentir ?

695   Fortune, je ne vois aux lieux où tu me guides

Que des yeux égarés, des visages timides

Où r7gne la pâleur, le silence, et l'effroi ;

Tu trahis Régulus, c'en est fait, je le vois,

Mon père affecte en vain des dehors de Constance,

700   Et Priscus a paru moins ferme en ma présence,

Pour épargner mes pleurs, ah ! Mortels déplaisirs,

On me cache ou sa mort ou ses derniers soupirs ;

Mais on m'ordonne en vain de paraître constante

Faustine, allons, suivons mon père dans sa tente,

705   Le respect ne peut rien sur un coeur plein d'effroi,

Si Régulus est mort tout est perdu pour moi.

FAUSTINE.

Non, de trop de douleur votre crainte est suivie,

Metellus et Priscus répondent de sa vie,

À cette vaine erreur pourquoi vous attacher ?

FULVIE.

710   Et s'il était vivant pourquoi me le cacher ?

On nous trompe, te dis-je, allons, courons nous rendre...

Mais je vois Mannius, que venez-vous m'apprendre

Mannius.

SCÈNE IV.
Mannius, Fulvie, Faustine.

MANNIUS.

Des malheurs où je n'ose penser,

Et je tremble, Madame, à vous les annoncer,

715   Pour Régulus enfin votre tendresse est vaine,

Et nous venons de perdre un si grand Capitaine.

FULVIE.

Il est mort, me trompais-je, hélas !

MANNIUS.

Il n'est pas mort

Madame.

FULVIE.

Où donc est-il, parlez, quel est son sort ?

MANNIUS.

Guidé par son grand coeur, il allait reconnaître

720   L'endroit qui de Carthage eut pût le rendre maître,

Quand un piège fatal dont il s'est vu surpris,

L'a fait tomber vivant aux mains des ennemis.

FULVIE.

Régulus n'est pas mort, Faustine, je respire,

Il est vivant encor pour nous, et pour l'Empire ?

MANNIUS.

725   Cessez de vous flatter malgré tous nos souhaits,

Nos cruels ennemis ne le rendront jamais ;

De la prise, Madame, ils savent l'importance,

Pour le rendre aux Romains ils ont trop de prudence,

Et vos voeux et vos pleurs pour lui sont superflus,

730   Il n'y faut plus penser.

FULVIE.

  Je ne le verrai plus ?

Ah juste Dieux !

MANNIUS.

Je sens le coup qui vous accable,

Mais sa perte pour vous n'est pas irréparable,

Il est tant de Romains dont le sang, les vertus,

Pourraient encor, Madame....

FULVIE.

Arrêtez Mannius ;

735   Qu'osez vous avancer, d'où vous vient tant d'audace ?

Hé quoi ? Sans respecter sa nouvelle disgrâce,

Couvrant adroitement vos insolents propos,

Vous osez comparer quelqu'un à ce Heros ;

Je sais que de tout temps une maligne envie

740   A tâché de noircir tout l'éclat de sa vie,

Qu'il est quelques Romains jaloux de sa grandeur,

Sans être compagnons de sa haute valeur...

Mais où sont ces Romains dont le nom peut me plaire ?

MANNIUS.

Oui, Madame, il en est de race consulaire,

745   Du sang des Scipions, du sang des Manlius,

Qui ne céderaient pas au sang d'Attilius.

FULVIE.

Je vous entends, Seigneur, il est d'illustres races,

Mais quand leurs décendants s'écartent de leurs traces,

Que du sein du repos il faut les arracher,

750   Qu'il faut dans le péril les contraindre à marcher,

( Pardonnez-moi, Seigneur, si ma juste mémoire

De semblables Romains me rappelle l'histoire ;)

Mais quand de ses aîeux on n'a pas les vertus,

C'est en vain que l'on sort du sang des Manlius ;

755   En vain vous vous parez de cet honneur suprême !

Non, Tribun, il faut être illustre par soi-même,

Sans se mettre à l'abri de ces noms glorieux,

Il faut compter ses faits, et non pas ses aîeux.

MANNIUS.

Madame, c'en est trop, et mon âme agitée....

760   Mais on doit excuser une amante irritée,

Dont les premiers transports toujours impétueux,

Forment ces sentiments fiers et tumultueux ;

Ainsi, sans repousser un si sanglant outrage,

J'en remets la vengeance aux armes de Carthage,

765   Je sens, comme je dois ces mépris éclatants,

Et vous me connaîtrez, Madame, avec le temps.

SCÈNE V.
Fulvie, Faustine.

FULVIE.

Lâche, pour te punir d'une telle insolence,

Les plus sanglants mépris serviront ma vengeance ;

Quand tu vois Régulus des Dieux abandonné,

770   Aux fers des Africains ce héros enchaîné ;

Perfide, tu prétends en tirer avantage,

Quand pour lui la fortune a changé de visage,

Sa disgrâce affermit mes serments et ma foi,

Et redouble aujourd'hui l'horreur que j'ai pour toi ;

775   Ah ! Lépide, parlez, dites, que fait mon père,

Que dois-je craindre, hélas ! Que faut-il que j'espère ?

SCÈNE VI.
Lépide, Fulvie, Faustine.

LÉPIDE.

Ah ! Madame, espérez que dans peu les Romains

Reprendront Régulus des mains des Africains,

On va mettre en usage et le fer et la flamme,

780   Nous entreprendrons tout. Mais apprenez, Madame,

Qu'un héraut est venu de la part d'Asdrubal,

Qu'on l'a fait avancer en suite du signal,

Qu'il est dans le Conseil.

FULVIE.

Ah ! Je tremble, et je n'ose

Espérer....

LÉPIDE.

On ne sait encor ce qu'il propose.

FULVIE.

785   Plaise aux Dieux qu'en ce jour il propose la paix

Lépide, ce sont là mes plus ardents souhaits !

SCÈNE VI.
Metellus, Priscus, Fulvie, Faustine, Lépide.

METELLUS.

Pour épargner vos pleurs et votre âme étonnée,

J'avais de Régulus caché la destinée

Ma fille, il était pris, mais calmez votre effroi,

790   Régulus est vivant et revient sur sa foi.

FULVIE.

Il revient ? Pour son fils, et pour nous que de joie ?

METELLUS.

Asdrubal près de nous dans ce camp le renvoie,

Dans peu nous l'y verrons, rassurez vos esprits ;

Allez, et portez en la nouvelle à son fils.

FULVIE.

795   J'obéis,

METELLUS à Lepide.

Laissez-nous.

SCÈNE VIII.
Metellus, Priscus.

METELLUS.

  Mon âme est alarmée,

Régulus sur sa foi vient rejoindre l'armée,

Mon coeur en est content et chagrin tour à tour,

J'ai pleuré de sa prise, et je crains son retour.

Tout le camp est charmé de revoir ce grand homme,

800   Mais il en va coûter à la gloire de Rome ;

Et sans plus réfléchir sur mon premier dessein,

J'estime Régulus, mais je parle en Romain ;

Oui, malgré nos projets et le noeud qui nous lie,

Que faudra-t-il donner pour le prix de sa vie ?

805   Et bien qu'il ait pour lui mes plus tendres souhaits,

Il faudra la payer d'une honteuse paix,

Il faudra qu'il en coûte à notre République

Pour prix de sa rançon la perte de l'Afrique ;

Asdrubal en vainqueur ne nous doit imposer

810   Que des conditions qu'on ne peut refuser ;

Ah ! Seigneur, aujourd'hui que de prises de villes,

Que des combats donnés, que d'assauts inutiles ?

Xantipus à son gré va nous donner des lois,

Et l'on perd en un jour l'ouvrage de six mois ;

815   Ainsi, sans regarder ni moi, ni ma famille,

Ni mon propre penchant, ni celui de ma fille,

J'avoue en ce moment que je suis combattu

Par ces grands intérêts et ceux de ma vertu,

Je paierais de mon sang une si belle vie,

820   Pourvu qu'elle coutât moins cher à ma patrie.

PRISCUS.

Ces sentiments, Seigneur, dignes de Metellus,

Me font vous admirer et plaindre Régulus ;

Pardonnez si je suis d'un sentiment contraire.

Quoi qu'on fasse pour lui, l'on n'en saurait trop faire,

825   Rome pour sa rançon ne doit rien refuser,

Si l'Afrique est son bien, il en peut disposer ;

S'il faut aux ennemis remettre quelques Villes,

Quelques forts, leurs desseins par là sont inutiles ;

Renvoyant dans ce Camp Régulus à ce prix,

830   Ils nous rendent le bras qui les avait conquis,

De leur tout accorder, on ne peut se défendre,

Et si nous rendons tout, il saura tout reprendre.

METELLUS.

Non, je ne doute point de ses faits éclatants,

Mais il faut du bonheur, des troupes et du temps ;

835   J'ai le même penchant pour lui qui vous entraîne,

Vous parlez en soldat, je parle en Capitaine ;

Mais dans l'art de la guerre, il faut tout déférer

À l'intérêt public que l'on doit révérer ;

Je chéris ses vertus, et je parle pour Rome,

840   Quelque soit ce héros, un héros n'est qu'un homme ;

Priscus, et quelques soient ses généreux desseins,

Le doit-on préférer au reste des Romains ?

J'ignore cependant le dessein qui l'amène,

Mais s'il parle de Paix notre honte est certaine ;

845   Il faut rendre l'Afrique, et recevoir des lois

De Xantipus vaincu, de Carthage aux abois,

Voir triompher de nous la fortune et l'envie ?

Céder au temps, et voir notre gloire flétrie.

PRISCUS.

Ah ! Pour la relever, Seigneur, avecque éclat,

850   Souffrez-moi de parler et d'agir en soldat :

Enfin sans balancer ranimons notre audace,

Par un dernier effort emportons cette place,

Attaquons à l'instant ses plus forts bastions,

J'entreprends cette attaque avec mes légions ;

855   C'était votre dessein, il en est temps encore,

Le soldat fera tout pour un Chef qu'il adore,

Remplissons les destins qui nous furent promis,

Arrachons Régulus des mains des ennemis ;

Il faut ne rendre rien, et hasardant nos testes,

860   Conquérir ce Héros pour garder ses conquêtes.

METELLUS.

J'y souscrirais, Seigneur, vos généreux avis

Secondez par nos bras seraient bientôt suivis ;

Mais j'ai donné parole, et la trêve est conclue,

Il nous faut dans ce camp en attendre l'issue,

865   Régulus la demande et l'exige de nous,

Il faut le voir, l'entendre, et suspendre nos coups ;

De mille mouvements je sens mon âme atteinte

De joie et de douleur, d'espérance et de crainte,

Je crains pour lui, pour Rome, et j'aime tous les deux,

870   Pour l'un et l'autre enfin je partage mes voeux,

Mon sentiment, Seigneur, s'accorde avec le vôtre,

Et je voudrais donner mes jours pour l'un et l'autre.

SCÈNE IX.
Lépide, Metellus, Priscus.

LÉPIDE.

Seigneur, Régulus vient, j'ai dû vous avertir

Que des murs de Carthage on l'avait vu sortir ;

875   Sur sa foi l'Africain prend tant de confiance,

Que seul et sans escorte on le voit qui s'avance,

Il marche vers ces lieux.

METELLUS.

Faisons notre devoir,

À la tête du camp allons le recevoir.

ACTE IV

SCÈNE PREMIÈRE.

MANNIUS.

Quel retour imprévu ? J'ai peine à me connaître,

880   Devant moi dans ces lieux Régulus va paraître ;

Quel destin le ramène ? Et d'où vient qu'Asdrubal

Renvoie en notre camp son ennemi fatal ?

On va tenir conseil, il faut que je m'y rende,

J'y verrai Régulus ? Dieux ! Que je l'appréhende ?

885   N'aura-t-il point sur moi jeté quelque soupçon

Du trait de Xantipus et de ma trahison ?

Abandonnons le camp et fuyons dans Carthage ;

Non... il faut demeurer sans changer de visage,

Je découvrirais tout à mon fier ennemi,

890   Ce serait le sauver que le perdre à demi ;

Xantipus me rassure, et me sera fidèle,

Hé ! Qui pourrait douter de ma foi, de mon zèle ?

Il faut m'abandonner en aveugle à mon sort,

Je perds Fulvie, hélas ! Et je cherche la mort.

SCÈNE I.
.
Lépide, Mannius.

LÉPIDE.

895   Seigneur, quand tout le Camp marque tant d'allégresse,

Qu'à revoir Régulus tout le monde s'empresse,

Que le moindre soldat de chaque légion

Court lui marquer son zèle en cette occasion,

Je vous trouve vous seul, triste et mélancolique,

900   Qui semblez dédaigner l'allégresse publique.

MANNIUS.

Chacun a ses raisons, ainsi que ses chagrins ;

Mais quoi ! De son retour que pensent les Romains ?

LÉPIDE.

De son retour, Seigneur, c'est la paix qu'on espère.

MANNIUS.

La paix ? Ah justes Dieux !...

À part.

Mais non, je dois me taire,

[Haut.]

905   Vous êtes peu Romain, Lépide, je le vois,

Vous n'en pénétrez pas les suites comme moi,

Et c'est être ennemi de notre République,

De parler d'une paix qui coûterait l'Afrique.

LÉPIDE.

Pour sauver Régulus nous la souhaitons tous,

910   Et nous sommes Romains, Seigneur, autant que vous.

MANNIUS.

Quoi ? Souhaiter à Rome une paix si honteuse ?

LÉPIDE.

À Rome elle ne peut-être que glorieuse,

Puisqu'une telle paix va lui rendre aujourd'hui

Son plus grand défenseur, et son plus ferme appui,

915   Le bras qui l'agrandit par plus d'une victoire,

L'auteur de son triomphe, et celui de sa gloire.

MANNIUS.

Vous êtes bien zélé, mais tous les vrais Romains

Auront peine à souscrire à de pareils desseins.

LÉPIDE.

Seigneur toute l'armée est prête d'y souscrire,

920   Et vous serez le seul qui l'ose contredire,

Nous le verrons bientôt, et déjà Metellus....

MANNIUS.

Juste Ciel ! Il avance avecque Régulus.

SCÈNE I.
I.
Régulus, Metellus, Priscus, Lépide, Mannius.

REGULUS.

La fortune, Romains, vient de changer de face,

On en doit fièrement soutenir la disgrâce ;

925   Si vous voyez en moi par un bizarre effort

Un exemple fameux des caprices du sort ;

Si mon bras a manqué la prise de Carthage,

C'est dans un grand revers qu'on voit un grand courage ;

Mille et mille succès semblaient m'avoir promis

930   Que je devais dompter tant de fiers ennemis,

Les entraîner un jour au pied du Capitole,

Vous me voyez captif ; mais ce qui me console,

J'ai rempli mon devoir, et si je suis vaincu,

C'est la faute du sort et non de ma vertu.

935   Apprenez donc ici le sujet qui m'amène,

Si l'on ne fait la paix ma disgrâce est certaine ;

Xantipus la demande et l'exige de moi,

Asdrubal me renvoie en ce camp sur ma foi ;

Si la paix dans ce jour avecque eux n'est conclue,

940   Par eux à mon retour ma mort est résolue,

Il n'en faut point douter, j'en ai vu les apprêts,

Mais sachez à quel prix ils veulent cette paix.

D'un coup d'oeil vous voyez tout ce qu'ils nous demandent,

Et vous ne doutez pas de tout ce qu'ils prétendent ;

945   Le fort de Clypea par nos armes conquis,

De mes jours malheureux doit devenir le prix :

Que dis-je, ils reprendront pour garantir ma tête

L'Afrique qui se voit déjà notre conquête ;

Ils demandent encor pour fruit de cette paix

950   Tant d'illustres captifs que sur eux on a faits ;

En vain j'ai demandé qu'on députât un homme

Pour avoir les avis du Sénat et de Rome ;

Ils veulent que le camp, et non pas le Sénat,

Décide en cet instant d'un point si délicat ;

955   Et comme ils étaient prêts d'entrer dans l'esclavage,

Ils veulent que l'armée abandonne Carthage ;

Voilà ce qu'on propose, et ce qu'on veut de nous :

Que pensez-vous Romains que j'exige de vous ?

Ils demandent la paix, qu'on leur fasse la guerre,

960   Que la flamme et le fer désolent cette terre,

Et quoi qu'à Régulus il en puisse coûter,

Continuez la guerre, il vient vous y porter.

Romains, je vous l'avoue en ce péril extrême,

Pour vous persuader je suis venu moi-même,

965   La paix plus que la mort m'a donné de l'effroi,

J'ai tremblé des bontés que vous auriez pour moi ;

Ainsi, je vous défens de racheter ma vie

Par cette paix honteuse et pleine d'infamie.

METELLUS.

Je ne suis point surpris de cette fermeté

970   Qui vous fait voir la mort avec tant de fierté

Seigneur, depuis longtemps votre âme accoutumée

À soutenir l'éclat de votre renommé,

Vous imposa toujours les plus austères lois,

Et c'est un vrai Romain qu'en vous je reconnais ;

975   Mais, Seigneur, il y va de l'intérêt de Rome,

De conserver toujours pour elle un si grand homme ;

Je ne puis, sans frémir, seulement écouter

La perte qu'aux Romains l'Afrique doit coûter ;

J'en réponds, le Sénat malgré la noire envie,

980   Ne veut point la payer d'une si belle vie,

Je suis sûr de la paix.

REGULUS.

Metellus, arrêtez,

Et parlez autrement si vous vous consultez ;

Un homme tel que vous, un homme Consulaire

Doit parler en Romain sans fard et sans mystère,

985   L'amitié sur l'État ne doit point prévaloir,

Vous savez en secret que je fais mon devoir,

Vous m'en applaudissez dans le fonds de votre âme,

Et sans donner les mains à cette paix infâme,

Quoi que vous m'imposiez une contraire loi

990   Metellus, j'en suis sûr, vous feriez comme moi.

METELLUS.

Rendons les prisonniers, ou qu'ils soient votre otage

Tant d'illustres captifs sont la fleur de Carthage,

Ces braves Africains...

REGULUS.

Non, je vous le défends,

Ce serait leur laisser de braves combattants,

995   Des chefs dont la valeur peut servir contre Rome,

Et perdant Régulus, vous ne perdez qu'un homme.

PRISCUS.

Un homme tel que vous dans l'ardeur des combats,

Sait conduire, animer plus de cent mille bras ;

Enfin nous périrons plutôt que de vous rendre,

1000   Que l'adroit Xantipus vienne ici vous reprendre ?

Qu'Asdrubal de nos mains vienne vous arracher ?

Cette prise, Seigneur, leur pourra coûter cher.

REGULUS.

Non, je retournerai malgré vous dans Carthage,

J'ai donné ma parole, elle est mon seul otage ;

1005   Je la tiendrai, Priscus, ainsi que j'ai promis,

Et je vais me livrer aux mains des ennemis.

LÉPIDE.

Quoi ? De tant de vertus mËme en notre présence,

Une cruelle mort serait la récompense ?

REGULUS.

Il faut tranquillement obéir à son sort,

1010   Voir d'un visage égal et la vie et la mort,

Et l'on doit préférer le trépas à la vie,

Aussitôt qu'il devient utile à la patrie.

PRISCUS.

Hé quoi ? Seigneur, faut-il qu'un lâche Xantipus ....

REGULUS.

Parlez-en mieux, sans doute il a quelques vertus ;

1015   Oui, la finesse et l'art de ce grand Capitaine

Égalent la valeur et la force Romaine ;

Une ruse est permise, on doit en profiter,

Il s'en est pu servir, je devais l'éviter ;

Et me voyant surpris avec tant d'avantage,

1020   J'ai cédé sans murmure au destin de Carthage.

METELLUS.

Ah ! Seigneur, demeurez, commandez les Romains.

REGULUS.

Non, le Commandement a passé dans vos mains ;

Dans ces fidèles mains Régulus le dépose,

C'est sur votre valeur que mon coeur se repose :

1025   Continuez la guerre, et remplissez mon rang,

Je vais en cimenter la gloire de mon sang ;

Et puisque je ne puis achever cet ouvrage,

De servir ma patrie, et de prendre Carthage,

Du moins par mes conseils et votre noble effort,

1030   Je détruirai Carthage encor après ma mort.

METELLUS.

Ô vertu sans exemple ! ô courage héroïque !

REGULUS.

Il n'en coûtera pas la perte de l'Afrique ;

Sans vous embarrasser du sort de Régulus,

Pressez, pressez Carthage, et ne différez plus,

1035   Je l'ordonne en Consul pour servir ma patrie,

C'est le Commandement, le dernier de ma vie.

LÉPIDE.

Nous n'obéirons point à ce commandement,

Seigneur, nous partirons...

REGULUS.

Écoutez un moment,

Qu'on cache mon départ surtout, et que l'armée

1040   De mes secrets desseins ne soit pas informée,

Servez toujours bien Rome, et laissons faire aux Dieux

Enfin, en vrais Romains recevez mes adieux.

À Mannius.

Pour vous Tribun, dont l'art, l'esprit, et la prudence

Gardent dans ces moments un si profond silence,

1045   Vous étiez comme moi par tout enveloppé,

Comment des ennemis êtes-vous échappé ?

MANNIUS.

J'ai longtemps combattu, Seigneur, par un miracle,

Contre un nombre inégal... mais trouvant peu d'obstacle,

Ils vous ont reconnu, tous sont tombés sur vous,

1050   Et mon bonheur a su me soustraire à leurs coups.

REGULUS.

Dans un pareil discours qu'on a peine à comprendre,

On s'accuse souvent en voulant se défendre.

MANNIUS.

Quoi ? Seigneur.

REGULUS.

Mannius, soyez un peu moins fier,

Il serait dangereux de vous justifier ;

1055   C'est vous... quoi qu'il en soit, allez, je vous pardonne,

À vos propres remords mon coeur vous abandonne.

MANNIUS.

Moi, Seigneur ? Je pourrais...

REGULUS.

Ne me répondez plus,

Allez, et qu'on me laisse avecque Metellus.

SCÈNE I.
.
Régulus, Metellus.

Il sort.

REGULUS.

Seigneur, nous sommes seuls, et je puis sans contrainte

1060   Vous confier les maux dont mon âme est atteinte.

J'ai fait ce que j'ai dû pour Rome, et pour l'État,

Vous en pourrez un jour rendre compte au Sénat ;

Je puis donc maintenant vous parler de Fulvie,

Lui donner les moments les derniers de ma vie,

1065   Et sans vous déguiser le désordre où je suis,

Donner en même temps quelques pleurs à mon fils.

De Fulvie aujourd'hui, les craintes véritables

M'avaient marqué des Dieux les ordres redoutables ;

Elle a tout pressenti, quoique l'on fasse enfin,

1070   On ne peut éluder les arrêts du destin.

De mon fils, de Fulvie, évitons la rencontre,

Ce n'est point à leurs yeux qu'il faut que je me montre,

Leurs soupirs et leurs pleurs ne pourront m'arrêter,

Et j'en verse pour ceux que je leur vais coûter.

METELLUS.

1075   Seigneur, dans cet état je ne sais que vous dire,

Père, amant, je vous plains, Romain je vous admire ;

Je suis charmé, je pleure, et je sens dans mon coeur

Un mélange confus de joie et de douleur ;

Vous allez acquérir une immortelle gloire,

1080   Vaincu vous remportez une illustre victoire,

Je ferais comme vous, et tant de fermeté

Consacre votre nom à la postérité ;

Mais lorsque je regarde et vous et ma famille,

Que je vois votre fils aussi bien que ma fille,

1085   Que je sais à présent votre fatal dessein,

Je ne suis plus Consul, je ne suis plus Romain,

Pour vous, pour eux, pour moi, je sens mon âme atteinte

Du moins autant que vous de douleur et de crainte,

Et connaissant que rien ne peut vous détourner,

1090   Je n'ai que des regrets, Seigneur, à leur donner.

REGULUS.

Évitons-les, partons, fuyons cette entrevue,

Mon âme en ces moments paraîtrait trop émue ;

Mais dois-je m'imposer de si barbares lois ?

Pourquoi ne les pas voir pour la dernière fois ?

1095   Non, pour leur épargner de mortelles alarmes,

Il faut fuir, ne point voir leurs soupirs, et leurs larmes,

Qu'on ne leur parle point de départ, ni de mort,

Et vous-même ayez soin de leur cacher mon sort.

METELLUS.

Hé Seigneur ? Ils verront sur mon triste visage

1100   De quelque grand malheur l'infaillible présage,

Retiendrais-je des pleurs qu'ils viendront m'arracher ?

Et je devrais songer moi-même à me cacher.

REGULUS.

Seigneur déguisons mieux toute notre tristesse,

Et tâchons d'épuiser ici notre faiblesse ;

1105   Il faut pour achever un si noble dessein

Reprendre le visage et le coeur d'un Romain ;

Votre fille pourrait disputer la victoire,

Je craindrais d'oublier ma patrie et ma gloire,

Je dois la fuir, Seigneur, aussi bien que mon fils,

1110   Elle paraît, tâchez de calmer ses esprits.

SCÈNE V.
Fulvie, Faustine, Metellus.

FULVIE.

Où donc est Régulus, Seigneur, toute l'armée,

De son heureux retour et surprise et charmée,

Avecque impatience espère de le voir ;

Pourquoi tarde-t-il tant à remplir cet espoir ?

1115   Aux Dieux de Rome, hélas ! Que de grâces à rendre ?

Que des larmes sans eux nous allions tous répandre ?

Si notre heureux destin ne nous l'avait rendu,

Ou s'il avait été plus longtemps attendu,

D'une infaillible mort je devenais la proie,

1120   Mais je ne dois verser que des larmes de joie ;

Pardonnez-moi, Seigneur, ces transports innocents,

Vous daignez partager les plaisirs que je sens ;

Mais je lis dans vos yeux de nouvelles alarmes,

Vous poussez des soupirs, vous me cachez vos larmes.

METELLUS.

1125   Non, je n'en verse point, et qu'aurais-je à pleurer ?

Je suis tranquille, et rien ne me fait soupirer ;

Régulus à vos yeux ne peut encor paraître,

J'en connais les raisons.

FULVIE.

Faites-les moi connaître

Ces raisons... Ah ! Seigneur, ne me déguisez rien :

1130   Ciel ! Que dois-je augurer de ce triste entretien ;

Parlez, expliquez-vous.

METELLUS.

Les intérêts de Rome,

Avec ceux de Carthage, occupent ce grand homme,

Il médite un dessein si grand, si généreux...

Non, jamais il ne fut plus digne de vos feux ;

1135   Aujourd'hui ce héros met le comble à sa gloire,

Qu'à jamais l'avenir en garde la mémoire ?

FULVIE.

Quelle gloire Seigneur ? De grÄce apprenez-moi...

METELLUS.

Quelle grande victoire il remporte sur soi !

FULVIE.

Ah ! J'y dois prendre part, et quand sa gloire brille...

METELLUS.

1140   Hélas ! Vous n'y prendrez que trop de part ma fille ;

Mais si vous m'en croyez, faites-vous cet effort,

Ne vous informez plus, ma fille, de son sort.

SCÈNE VI.
Fulvie, Faustine.

FULVIE.

Que veut-il dire, ah Ciel ! Je passe de la joie

À de mortels chagrins où mon âme est en proie,

1145   Je crois voir Régulus au devant de mes pas,

Et lorsque je le cherche, il ne me cherche pas ;

Mon père est interdit, son discours nous menace,

Il veut me préparer à quelque autre disgrâce ?

De quoi me parle-t-il ? Quel projet aujourd'hui

1150   A conçu Régulus de si digne de lui ?

Quelle victoire, ah Dieux ! Quelle gloire nouvelle

Redouble dans mon coeur une crainte mortelle ;

Faustine, explique-moi les pleurs de Metellus,

Pourquoi dans ces moments se cache Régulus ?

1155   Mais que me veut Priscus qui paraît tout en larmes ?

SCÈNE VII.
Priscus, Fulvie, Faustine.

PRISCUS.

Ah ! Madame, je viens augmenter vos alarmes,

De Régulus peut-être ignorez-vous le sort,

Il veut partir, Madame, et courir à la mort.

FULVIE.

Quoi ? Seigneur, Régulus...

PRISCUS.

Il veut quitter l'armée,

1160   Sa vertu va remplir toute la Renommée,

Il retourne à Carthage, et malgré nos souhaits,

Victime de la guerre, il refuse la paix :

Il fuit son fils et vous, partout il nous évite,

Et tâchant de cacher le moment de sa fuite,

1165   Il a voulu sortir du camp ; mais les soldats

Malgré luI sont venus au devant de ses pas,

Instruits de son dessein par le brave Lépide,

Tous se sont opposéS à l'ardeur qui le guide,

En bataillons serrés sans observer de rang,

1170   Ils ont alors fermé le passage du camp ;

Ce spectacle nouveau le surprend et nous touche,

Il nous a regardés avecque un oeil farouche ;

Et d'un visage austère, en s'adressant à moi,

QuoI ? Vous voulez d'un Chef sans honneur et sans foi

1175   ( M'a t'il dit ) laissez-moi dégager ma parole

Priscus, soutenons mieux l'honneur du Capitole ;

Mais tous l'interrompant par des cris douloureux,

Ont protesté cent fois de mourir à ses yeux,

Plutôt que de souffrir son retour dans Carthage ;

1180   Alors il est rentré, mais son air, son visage

Nous menace... Empêchez ce funeste retour,

Parlez, faites agir la nature et l'amour,

Allez trouver son fils, unissez-vous ensemble,

Peut-être en vous voyant tous deux...

FULVIE.

Hélas ! je tremble,

1185   Pourrons-nous empêcher un si cruel départ ?

Allons... mais que je crains de lui parler trop tard.

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.
Régulus, Lépide.

REGULUS.

Quoi ? L'on me veut livrer à la noire infamie,

Qui pourra démentir tout le cours de ma vie ;

Je trouve notre camp soulevé contre moi !

1190   On veut aux Africains que je manque de foi ?

On s'oppose à mes pas, on veut ternir ma gloire,

On m'arrache en un mot ma plus grande victoire,

Et leur fausse tendresse, et leur fausse pitié,

Des transports que je sens redouble la moitié ;

1195   Ah Dieux ! Si de ce Camp on ne m'ouvre un passage,

Si dans quelque moments je ne suis dans Carthage,

Je périrai sans doute, et de mes propres mains

J'irai venger ma gloire aux yeux des Africains ;

Mais c'en est trop, Lépide, il faut nommer le traître

1200   Qui doit avoir instruit....

LÉPIDE.

  Vous voulez le connaître ;

C'est moi, Seigneur, c'est moi, qui viens de vous trahir,

Et qui jure à vos yeux de vous désobéir,

Pour vos précieux jours ayant l'âme alarmée,

J'ai pris soin contre vous de soulever l'armée ;

1205   Mais votre fils en pleurs est venu me trouver,

Et je n'ai plus songé, Seigneur, qu'à vous sauver ;

Après m'avoir commis le soin de son enfance,

J'ai dû sauver en vous son unique espérance ;

Traitez mon zèle ardent du plus noir des forfaits,

1210   D'un tel crime mon front ne rougira jamais,

Pour ne pas révéler votre cruel mystère,

Aurais-je vu périr et le fils et le père ?

Non, et si je savais quelque secours plus fort

Pour attendrir votre âme ou changer votre sort,

1215   Ma foi s'en servirait, et si je suis un traître ;

Ah ! Seigneur, à ce prix je fais gloire de l'être.

REGULUS.

Après t'avoir comblé de biens, d'honneurs, d'emplois,

Est-ce là donc ingrat le prix que j'en reçois,

Lorsque j'ai confié mon fils à ta prudence,

1220   Et quand tu dois l'armer d'une noble constance,

Tu l'instruis à gémir, à craindre, à s'étonner,

Sont-ce là les leçons que tu dois lui donner ?

Mais enfin Metellus me sera plus fidèle,

Il saura ramener tout ce camp si rebelle,

1225   Et par mon artifice... Ah ! Qu'il tarde longtemps ?

Carthage attend la paix, c'est la mort que j'attends ;

Dieux ! Lorsque Mannius fit soulever l'armée,

Qu'elle était contre moi de fureur animée,

Un coup d'oeil me fit craindre et me fit obéir,

1230   Et pour sauver mes jours vous osez me trahir

Cruels, qui m'empêchez de courir à Carthage ?

Vous vous repentirez d'un si sanglant outrage,

Vous attaquez ma gloire empêchant mon retour,

Je vous pardonnerais si vous m'ôtiez le jour.

SCÈNE I.
.
Priscus, Régulus, Lépide.

PRISCUS.

1235   Seigneur, ayez pitié de la triste Fulvie,

Votre cruel départ lui va coûter la vie,

Un mortel désespoir sur son visage est peint,

Une sombre pâleur qui règne sur son teint

Nous fait trembler, Seigneur, et pour vous et pour elle.

REGULUS.

1240   Que dites-vous Priscus ?

PRISCUS.

  Que sa frayeur mortelle

Par des pleurs, des sanglots souvent entrecoupés,

Nous marque la douleur dont ses sens sont frappés,

Interdite, tremblante, elle marche avec peine,

Elle vous cherche.

REGULUS.

Ah Dieux ! Fuyons. Mais on l'amène.

Lépide sort.

SCÈNE III.
Fulvie, Faustine, Régulus, Priscus.

FULVIE.

1245   Ne croyez pas, Seigneur, que pour vous attendrir,

Je pousse devant vous quelque indigne soupir ;

Je connais votre coeur, votre vertu farouche,

Je sais que les soupirs, les pleurs, rien ne vous touche,

Je viens vous applaudir de votre grand dessein ;

1250   Vous êtes, il est vrai, véritable Romain,

Je serai comme vous véritable Romaine ;

Partez, Seigneur, allez où la gloire vous mène,

Vous aurez à mes yeux un coeur prêt à percer,

Et j'aurai comme vous du sang prêt à verser.

REGULUS.

1255   Dieux ! Que me dites-vous ? Je frémis, ah ! Madame,

Quel chemin prenez-vous pour ébranler mon âme,

N'était-ce pas assez...

FULVIE.

Non, j'ai pris mon parti,

Et mon coeur à vos yeux ne s'est point démenti ;

Je marche sur vos pas, l'amour et la patrie

1260   Feront verser le sang de la triste Fulvie ;

Ce seul noeud vous retient sans doute, allez, Seigneur,

Je réponds de mon bras, je réponds de mon coeur.

REGULUS.

Et moi, je ne réponds de rien. Qu'allez-vous faire ?

Épargnez une vie, hélas ! Qui m'est si chère ;

1265   Pourquoi me cherchez-vous ? Qui vous amène ici ?

Et que vous ai-je fait pour me traiter ainsi ?

Mais quoi ? Consolez-vous, généreuse Fulvie,

Avant que d'être à vous, je suis à ma patrie ;

J'ai donné ma parole, et je dois la tenir,

1270   Regardez d'un oeil ferme un illustre avenir.

FULVIE.

Fidèle aux Africains, à Fulvie infidèle,

Vous osez la quitter, et vous brûlez pour elle ?

Vous m'abandonnez donc et gardez votre foi

À nos fiers ennemis, Seigneur, pluôt qu'à moi.

REGULUS.

1275   Il fallait servir Rome, et je la sers, Madame,

Elle a dû l'emporter sur vous et sur ma flamme ;

Ne me regardez plus comme amant, comme époux,

Un malheureux esclave est indigne de vous ;

Aujourd'hui cependant envisagez ma gloire

1280   Esclave, je remporte une grande victoire,

Et je mourrai content en songeant que mes fers

Pourront après Carthage enchaîner l'Univers.

Mais, Madame, vos pleurs ébranlent ma constance,

Je tâchais d'éviter vos yeux, votre présence,

1285   Je sens que ma vertu dans le trouble où je suis

Pourrait... Sortons ; mais Dieux ! L'on m'amène mon fils :

Voilà le dernier trait que me gardait Lépide.

SCÈNE IV.
Le jeune Attilius, Lépide, Régulus, Priscus, Fulvie, Faustine.

LE JEUNE ATTILIUS.

Seigneur, où courez-vous ? quel dessein parricide

Vous fait fuir sans pitié, vous fait m'abandonner,

1290   Et chercher une mort que vous m'allez donner.

Avez-vous oublié pour moi votre tendresse,

Et qui prendra le soin d'élever ma jeunesse ?

Que ferais-je sans vous ? Si je ne vous vois pas,

Qui saura donc m'instruire à marcher sur vos pas ?

1295   Qui pourra me tracer le chemin de la gloire ?

Vous ne partirez point, non, je ne le puis croire

Mon père... mais hélas ! Vous détournez les yeux,

Et j'attendais de vous de plus tendres adieux ;

Pourquoi me cachez-vous votre auguste visage,

1300   Mon père au nom des Dieux n'allez point à Carthage,

Vous refusez d'entendre une timide voix,

Du moins embrassez-moi pour la dernière fois.

REGULUS.

Éloignez cet enfant, Lépide, et qu'on me laisse,

Justes Dieux ! Ah ! Mon fils !

FULVIE.

Seigneur, tant de tendresse

1305   Ne peut-elle toucher ?...

SCÈNE V.
Metellus, Régulus, Fulvie, Priscus, Lépide, Le jeune Attilius, Faustine.

REGULUS.

  Ciel ! Je vois Metellus,

Je respire, Seigneur, ne me retient-on plus,

L'artifice ?...

METELLUS.

Oui, Seigneur, et tout vous est propice,

Je vous rends à regret ce funeste service,

Vous pouvez retourner.

REGULUS.

Ah ! Que ne dois-je-pas

1310   À ces soins généreux ? Quel funeste embarras ?

Un peu plus tard... Ah Dieux ! Auriez-vous pu le croire,

Vous me rendez la vie en me rendant la gloire,

Maîtresse, fils, Romains je ne vous connais plus,

Et ne vois de Romain ici que Metellus.

LE JEUNE ATTILIUS.

1315   Mon père ?

FULVIE.

Vous partez.

REGULUS.

  Il en est temps Madame,

Il est temps de marquer la grandeur de votre âme ;

Armez-vous de vertu, sans plaindre Régulus,

Montrez-vous aujourd'hui fille de Metellus,

Imitez sa constance, et si je perds la vie,

1320   Songez qu'il me regarde avec des yeux d'envie.

À son fils.

Mon fils, rassurez-vous, soyez digne de moi,

Faites-moi voir un coeur incapable d'effroi,

Sans vous accoutumer à répandre des larmes,

Dissipez devant moi ces indignes alarmes,

À Metellus.

1325   Je mets entre vos mains sa jeunesse, Seigneur,

Dés ce jour servez-lui de père, de tuteur ;

Ce gage m'était cher, et je vous le confie,

Qu'il demeure toujours fidèle à sa patrie ;

Et qu'il songe avec vous, remplissant mes desseins,

1330   Bien moins à me venger qu'à servir les Romains,

À son fils.

Respectez Metellus. Puissent les destinées

Vous accorder, mon fils, de plus longues années ;

Ou s'il les doit finir par quelque coup du sort,

Qu'il prenne pour modèle et ma vie et ma mort.

Il sort avec Priscus.

FULVIE.

1335   Faustine, soutiens-moi.

LE JEUNE ATTILIUS.

  Mon père, il faut vous suivre,

Je vous perds pour jamais, pourrais-je vous survivre.

METELLUS.

Lépide, retenez cet enfant dans ces lieux,

Demeurez, attendez la volonté des Dieux ;

Je ressens vivement ma douleur et la vôtre,

1340   Il court où son devoir l'appelle, et nous au nôtre.

Espérez cependant, Priscus, moi, les Romains,

Nous allons l'arracher aux cruels Africains.

SCÈNE VI.
Fulvie, Faustine, Le jeune Attilius, Lépide.

FULVIE.

Quel espoir justes Dieux !

LE JEUNE ATTILIUS.

Ah ! Sans verser des larmes,

Le fils de Régulus doit recourir aux armes,

1345   Pourquoi m'arrêtez-vous ? Un Romain, quoi qu'enfant,

Ne doit-il pas apprendre à combattre en naissant ?

LÉPIDE.

Ah ! Seigneur.

LE JEUNE ATTILIUS.

Est-ce ainsi que vous devez m'instruire,

Vous devez au combat vous-même me conduire,

Je suivrai Metellus, marchant à son côté,

À Fulvie.

1350   Je combattrai, Madame, en pleine sûreté ;

Mais hélas ! Vous pleurez. Ah ! Généreux Lépide,

Hé quoi ? N'est-il pas temps que la vertu me guide ?

Et que mon père enfin puisse voir aujourd'hui,

Qu'il laisse à sa patrie un fils digne de lui.

LÉPIDE.

1355   Hé bien ? Seigneur, allons, il faut vous satisfaire,

Ah ! Trop généreux fils d'un trop malheureux père !

SCÈNE VI.
.
Fulvie, Faustine.

FULVIE.

Mon père et Régulus me quittent, quel effroi !

Il retourne à Carthage et lui garde sa foi,

Pour conserver à Rome une fatale terre,

1360   Par le prix de sa vie il achète la guerre,

Et refusant la paix qu'il arrache à mon coeur,

De l'Afrique en mourant il veut être vainqueur.

FAUSTINE.

Rassurez-vous, Madame, on va tout entreprendre,

Du bras de Metellus vous devez tout attendre ;

1365   Priscus et les Romains, le jeune Attilius,

Tous veulent s'immoler pour sauver Régulus,

Vous devez espérer....

FULVIE.

Que veux-tu que j'espère ?

Tu connais Régulus, et tu connais mon père.

SCÈNE VII.
Marcelle, Fulvie, Faustine.

MARCELLE.

Ah ! Madame, apprenez le plus grand des forfaits

1370   Que l'on vient de punir au gré de nos souhaits ;

Le traître Mannius voulait fuir dans Carthage,

On a vu son dessein sur son triste visage,

Et les yeux égarés, et le coeur agité

Il sortait, nos soldats l'ont soudain arrêté ;

1375   Voyant que son départ faisait tout reconnaître,

« Hé bien, leur a-t-il dit, venez punir un traître,

Par mon funeste amour j'ai trahi Régulus,

Et livré ce héros au cruel Xantipus. »

FULVIE.

Qu'entends-je ? Justes Dieux ! Faustine, le perfide,

1380   A-t-il pu concevoir ce dessein parricide ?

MARCELLE.

À ces mots mille bras lui servant de bourreaux,

L'ont presque en un moment déchiré par morceaux,

Pour venger Régulus chaque soldat avide

Voulait teindre son bras du sang de ce perfide,

1385   Ils ont marqué leur joie et leur juste douleur,

De connaître le crime, et d'en punir l'auteur.

FULVIE.

Ce n'est point Mannius qui trahit sa patrie,

C'est le fatal amour de la triste Fulvie :

Ah ! Seigneur, qu'a-t-on fait ? Et Régulus enfin...

SCÈNE DERNIÈRE.
Priscus, Fulvie, Faustine, Marcelle.

PRISCUS.

1390   Du plus grand des héros apprenez le destin.

Voyant que tout le Camp lui fermait le passage,

Metellus pour servir sa gloire et son courage

Vient par son ordre apprendre au soldat mutiné

Que Régulus enfin était empoisonné ;

1395   Qu'Asdrubal, Xantipus redoutant ce grand'homme

Pour le rendre inutile au service de Rome,

S'il manquait une paix utile aux Africains,

Avaient d'un poison lent avancé ses destins,

Que leur zèle par là demeurait inutile ;

1400   Alors toute l'armée interdite, immobile

Par un triste silence accompagné de pleurs,

Promet en soupirant de venger ses malheurs.

Régulus s'est servi de ce noble artifice,

D'un crime glorieux votre père complice,

1405   Trompe toute l'armée, et conduit Régulus

Jusqu'aux murs de Carthage auprès de Xantipus ;

À peine ce héros a-t-il gagné leurs portes,

Que se tournant alors vers nos tristes cohortes,

« J'ai dégagé ma foi, Romains, c'en est assez,

1410   Achevez les projets que je vous ai tracés,

A-t-il dit. » Aussitôt nous plantons des échelles

Chacun prend de l'ardeur et des forces nouvelles,

On saute sur les murs, et l'épée à la main

On presse, et l'on est prêt de forcer l'Africain ;

1415   Le jeune Attilius amené par Lépide,

Porté par des soldats montre un air intrépide,

Et pour sauver son père, affrontant les hasards,

Sait nous servir de Chef, d'aigles, et d'étendards ;

Mais Ciel ! Dans cet instant Xantipus l'âme émue,

1420   Présente Régulus mourant à notre vue ;

Il fait voir ce héros déchiré, tout sanglant,

Tout le camp est frappé d'un long saisissement ;

L'horreur et la pitié nous glace, nous arrête,

Nous ressentons les coups qui tombent sur sa tête,

1425   Et ces cruels lassés de le percer de coups,

Semblent dans leur fureur moins le frapper que nous ;

De nos tremblantes mains on voit tomber les armes,

Loin de verser du sang nous répandons des larmes ;

Cependant ce grand homme en ces derniers moments

1430   Semblait nous animer par ses regards mourants,

Et prodiguant pour Rome et son sang et sa vie,

Il meurt tranquillement pour sa chère patrie.

FULVIE.

Hélas !

PRISCUS.

Dans cet instant tout le camp des Romains

Pousse des cris affreux contre les Africains ;

1435   Les soldats animés par ce touchant spectacle,

À leur premier effort ne trouvent point d'obstacle,

Et du haut des remparts le cruel Xantipus

Est tombé sous les traits du brave Metellus ;

Carthage est aux abois. Votre père, Madame,

1440   M'a confié le soin de rassurer votre âme,

Craignant un désespoir.... Mais venez, qu'à vos yeux

Nous vengions Régulus à la face des Dieux.

FULVIE.

Hé bien ? Cruel destin achève ton ouvrage,

Je cours m'ensevelir sous les murs de Carthage ;

1445   La mort de Régulus lui pourra coûter cher,

Qu'elle nous serve, au moins ! à tous deux de bûcher ?

 


EXTRAIT DU PRIVILÈGE du Roi.

Par Grâce et Privilège du Roi, donné à le jour de 1688. Signé Par le Roi en son Conseil, Du GONO. Il est permis au Sieur PRADON, de faire imprimer, vendre et débiter par tel Imprimeur ou Libraire qu'il voudra choisir, une Pièce de Théâtre de sa composition, intitulée Régulus, Tragédie, pendant le temps de six années, à compter du jour que ladite Pièce sera achevée d'imprimer pour la première fois : Pendant lequel temps faisons très expresse inhibition et défense à toute personnes , de quelque qualité et condition qu'elles soient, de faire imprimer, vendre et débiter par tous les lieux de notre obéissance d'autre édition que celle du Sieur PRADON, ou de ceux qui auront droit de lui, à peine de trois mil livres d'amende payables sans déport par chacun des contrevenants, confiscation des exemplaires contrefaits, et autres peines plus au long contenues dans lesdites Lettres. Registré sur le Livre de la Communauté des Imprimeurs et Libraires de Paris, le 1688. suivant l'Arrêt du Parlement du 8 avril 1653. celui du Conseil Privé du Roi, du 17 février 1665 et l'Edit de la sa Majesté donné à Versailles au mois d'août 1686. J. B. COIGNARD, Syndic.

Achevé d'imprimer pour la première fois le 3 Mars 1688.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies