L'ACTRICE NOUVELLE

COMÉDIE EN UN ACTE

M. DCC. XXII.

[Philippe Poisson]


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 01/05/2017 à 20:27:12.


AVIS DU LIBRAIRE.

Cette petite pièce que je donne aujourd'hui au public fut envoyée il y a quatre à cinq ans aux Comédiens de Paris par un Auteur anonyme, Monsieur Quinault l'Ainé l'un des Semainiers, en fit la Lecture à la Troupe, et comme ce gracieux Comédien a le talent de prendre les inflexions de voix de qui bon lui semble en lisant le rôle de la nouvelle Actrice, il donna quelques tons d'une comédienne dont les talents pour le Théâtre font autant les délices du Public que ses grâces, et son esprit font les charmes de ceux qui la voient dans un moins grand jour. Cette actrice n'était pas présente à la lecture ; mais en ayant appris quelques circonstances et croyant se reconnaître à quelques uns de ses traits, elle obtint par ses cabales un Ordre qui défendit à ses camarades de représenter cette pièce, et les priva par une imagination chimérique de l'avantage réel que leur aurait procuré une nouveauté aussi agréable.

Cette Pièce m'étant tombée entre les mains à l'insu même de son auteur, j'ai cru devoir dédommager le Public du tort qu'on lui a fait, en le privant de la représentation. Il y trouvera un comique noble ; une versification aisée des pensées brillantes, des portraits nouveaux et naturels, des caractères particuliers qui n'avaient point encor paru sur la scène. Si l'on en croit les connaisseurs une bonne comédie en un acte en vers doit être regardée comme le chef-d'oeuvre de l'esprit comique ; des bornes aussi étroites exigent une précision que le feu et l'imagination produisent, mais qu'une raison exacte sait diriger.

D'ailleurs j'espère que l'impression de cette comédie désabusera l'excellente actrice qui s'en était crû l'objet mal à propos : outre qu'il n'y a aucun trait marqué qui la singularité. Le Public décidera s'il y a quelque comédienne qui puisse pousser assez loin la vanité et l'Amour propre pour se trouver dans ce portrait.

Se mêle du Barreau de la Cour de la Guerre ,

Et rien je crois n'est fait que par son ministère,

Qu'un emploi soit vaquant elle le fait avoir.

Sans trop solliciter à qui le peut vouloir.

Entre le détail des Charges, des Offices,

Des Fonds, des Hôpitaux, de ceux des Bénéfices.

Par elle celui-ci devient Introducteur,

Celui-là Secrétaire, et l'autre Ambassadeur,

D'un Fripon qui volait partout impunément,

Elle en fit d'un seul mot hier un sous-traitant.

Cette application pourrait peut être convenir à la maîtresse d'un Ministre, mais quel rapport peut elle avoir une comédienne qui n'a daigné jusqu'à présent exercer son Empire que sur quelques uns de nos beaux esprits.


ACTEURS

LA BARONNE.

LA COMTESSE.

L'ACTRICE NOUVELLE.

LE CHEVALIER.

LE CONSEILLER.

LE FINANCIER.

L'ABBE BIDET.

FRONTIN, valet de l'actrice.

LISETTE, suivante de la Baronne.

UN LAQUAIS, du Conseiller.

Plusieurs laquais de la Baronne.

La scène est à chez la Baronne.


SCÈNE PREMIÈRE.
Lisette, Frontin.

LISETTE.

Que veut le beau Frontin aujourd'hui dans ce lieu ?

FRONTIN.

Te rendre ce Billet, et t'embrasser.

LISETTE, lui donnant un soufflet.

Adieu.

FRONTIN.

Si j'avais cru devoir m'attendre à la riposte,

Je vous l'aurais Madame envoyé par la Poste.

LISETTE.

5   Tiens-tiens, baise ma main et ne te fâche plus ;

C'est donc pour ma maîtresse pourquoi point de dessus ?

FRONTIN.

Oh ! Dans notre maison nous aimons le mystère.

LISETTE.

Ta maîtresse renferme un rare caractère.

Le manège qu'elle a pâlir l'esprit humain ;

10   Mais quand débute-t-elle ?

FRONTIN.

  À cinq heures demain.

LISETTE.

C'est sans doute pour faire applaudir ta maîtresse.

Qu'on voit venir ici des gens de toute espèce ;

Le chevalier, l'abbé, le conseiller aussi,

Avec le financier doivent souper ici.

FRONTIN.

15   Oh depuis quinze jours j'ai bien fait des affaires !

Que de billets portés, de lettres circulaires ;

Dans les hôtels garnis, les cafés et le cours :

Il faut que j'aie été quinze fois chaque jour,

Elle aura des batteurs, ou le diable me tue,

20   Jamais actrice enfin ne fera plus battue.

LISETTE.

Moi je blâme ses soins et les précautions,

Et pourquoi mendier des approbations ?

Si son mérite est sûr, il parlera pour elle ;

Être loué de gré, vaut bien mieux que par zèle ;

25   Je ne suis point la dupe et je le dis tout net.

D'une actrice qui vient après son rôle fait,

D'un air de suppliante entrer de loge en loge

Et de chaque payant arracher un éloge.

FRONTIN.

Ma maîtresse fera bien pis encor, crois moi,

30   Je connais son esprit, et te donne ma foi,

Que s'il en est qui vont dans les loges pour plaire,

Celle-ci pourrait bien aller jusqu'au parterre :   [ 1 Parterre : Signifie aussi l'aire de salle de comédie, entre le théâtre, et l'amphithéâtre, où le peuple est debout. [F]]

Tiens, Lisette elle est folle, et d'elle il est cent traits,

Que l'on ne pourrait croire, et qui pourtant sont vrais

35   De fables, de romans, sa chambre est toute pleine ;

Sans celle elle s'habille en princesse romaine ;

De sa fille de chambre elle a changé le nom.

Je crois qu'elle l'appelle ; attendez : Charmion.   [ 2 Charmion : personnage, dame d'honneur de Cléopâtre dans "La Mort de Pompée" de Pierre Corneille (1643).]

Elle me nomme Arcas, et puis tantôt Auguste.

40   Et celle qui nous fait la cuisine.... Laucuste.   [ 3 Laucuste : empoisonneuse romaine du Ier siècle.]

Mais écoute la peur qu'un jour elle me fit,

Quand j'y pense j'en suis encor tout interdit :

Morbleu qu'on est à plaindre avec telle maîtresse ;

Une nuit répétant son rôle de Lucrèce   [ 4 Lucrèce : fille de Spurius Lucretius, préfet de Rome, et épouse de Tarquin Collatin, ayant été déshonorée par Sextus, fils de Tarquin le Superbe, fit l'aveu de son malheur à son mari en présence de son père, de Brutus, et de quelques amis, et se donna la mort sous leurs yeux en leur demandant vengeance.[B]]

45   Elle entra dans ma chambre un poignard à la main,

Et vouloir malgré moi, que je fisse Tarquin.  [ 5 Tarquin le superbe : 7ème et dernier roi de Rome,. Marie à une fille de Servius, femme d'un caractère doux et timide il la fit périr afin d'épouser une autre fille de Servius, Tullie, femme ambitieuse, qui de son côté s'était débarrassée de son époux Aruns par un crime. Il forma avec elle un complot, dont le dénouement fut la mort violente de Servius et sa propre élévation au trône. (...) [B]]

LISETTE.

Et comment finit donc cette plaisante scène ?

FRONTIN.

À reprendre mes sens j'eus d'abord quelque peine ;

Mais je revins à moi, pour finit ce détail,

50   Quand je vis le poignard n'être qu'un éventail.

LISETTE.

Parlons de son manège il ne se peut comprendre,

J'en sais aussi des traits qui pourront te surprendre ;

Il faut qu'elle ait entrée en vingt mille maisons ;

Car avec tout le monde elle a des liaisons ;

55   Se mêle du barreau, de la cour, de la guerre

Et rien je crois n'est fait, que par son ministère :

Qu'un emploi soit vaquant, elle le fait avoir,

Sans trop solliciter à qui le peut vouloir

Un mariage fait, elle le fait défaire ;

60   Une terre vendue, elle la fait retraire ;   [ 6 Retraire : Terme de jurisprudence française. Retirer un héritage des mains d'un acquéreur. [F]]

Brouille tous ceux qui font étroitement liés,

Et raccommode aussi tous ceux qui font brouillés ;

Entre dans les détails des charges, des offices,

Des fonds des hôpitaux, de ceux des bénéfices ;

65   Par elle celui-là devient introducteur,

Celui-ci secrétaire, Se l'autre ambassadeur.

Non je ne pense pas que personne en la vie,

Aie avec tel succès su pousser l'industrie

D'un fripon qui volait partout impunément ,

70   Elle en fit d'un seul mot, hier un sous-traitant.

Cette condition est ma foi ta Fortune.

FRONTIN.

Je l'achète bien cher, hélas si c'en est une !

Je ne fus pas heureux dans mes conditions ;

J'ai toujours essuyé des tribulations :

75   Je me souviens d'avoir servi chez certain homme,

S'il m'y fallait rentrer j'irais plutôt à Rome.

Morbleu que celui-là me menait joli train :

Il m'aurait fait crever, quoiqu'il fut médecin ;

Tiens,dans cette maison je faisais tout sans aides,

80   Je rasais, je frottais, je portais les remèdes ;

Je faisais la cuisine, et battais les habits,

Je balayais la Cour, et je faisais les lits ;

Ratissais le Jardin, habillais la maîtresse

Que te dirai-je enfin, courant, veillant sans cesse,

85   Tantôt valet de chambre, et tantôt palefrenier,

Tantôt à la toilette, et tantôt au grenier,

Travaillant pour l'époux, agissant pour la femme,

Je pansais le cheval, et je peignais Madame.

LISETTE.

Il fallait y rester, peut être qu'à la fin,

90   Tu serais comme lui devenu médecin.

FRONTIN.

Vous pensez vous moquer, mais apprenez la belle,

Que toujours le Valet, au Maître se modèle ;

Tel est notre destin chez ceux que nous servons,

Nous sommes, mon enfant, de vrais caméléons ;

95   Nous imitons leurs moeurs, leurs discours, leurs allures,

Et souvent nous prenons jusques à leurs figures.

Avec les Corneilles, nous devenons galants ;

Nous prenons un air grave avec les présidents ;

Servons nous un jaloux il nous faut être traître,

100   Nous sommes comme fous avec un petit-maître ;   [ 7 Petit-maître : jeune homme qui a de la recherche dans sa parure, et un ton avantageux avec les femmes. [L]]

Nous prenons un air doux chez le bénéficier ;

Et sommes insolents derrière un sous-fermier ;

Mais ta maîtresse à toi, madame la Baronne,

Qui tranche de l'esprit, et sans raison raisonne,

105   N'en parierons nous point ?

LISETTE.

  Son style précieux.

Devient depuis un temps, tout-à-fait ennuyeux.

FRONTIN.

Mais que dit-elle encor ?

LISETTE.

De la nouvelle actrice,

Tant que dure le jour, elle est l'admiratrice ;

Et la rage qu'elle a pour entendre ( des Vers ,

110   Mettra je crois, bientôt, son esprit à l'envers; )

De ta maîtresse enfin, elle a la maladie

Et ne parle à présent qu'en vers en Tragédie :

Si la jeune Comtesse aujourd'hui la vient voir,

On n'entendra que vers du matin jusqu'au soir.

FRONTIN.

115   Je n'y viendrai donc pas, je suis las d'en entendre.

LISETTE.

Si ta maîtresse y vient il faudra bien t'y rendre.

FRONTIN.

Tu crois que la Comtesse aussi déclamera.

LISETTE.

Non mais elle a toujours son jargon d'Opéra ;

De sorte que quand l'une a dit un vers tragique.

120   L'autre prend la parole avec un vers lyrique,

Et ce fol entretien règne si fréquemment,

Qu'elles ne peuvent plus se parler autrement.

FRONTIN.

Nous nous verrons tantôt, adieu, je me retire.

LISETTE.

Je crois avoir encor quelque chose à te dire,

125   Je voulais te parler touchant le Chevalier ;

Dis moi donc promptement, crainte de l'oublier ;

Pourquoi nous le voyons toujours chez ta maîtresse ?

FRONTIN.

Il est amoureux fou, de la jeune Comtesse,

Et jaloux qui plus est, mais jaloux à mourir,

130   Et quoiqu'il soit aimé, rien ne peux le guérir ,

Il se brouille souvent pour une bagatelle ;

C'est toujours au logis quelque scène nouvelle ;

Et comme ma maîtresse a de l'ambition,

Quelle veut des amis, de la protection,

135   Elle cherche à se rendre à chacun nécessaire,

Et pour se ménager l'un et l'autre, et leur plaire,

Le scrupule qu'elle a, te le dirai-je net :

Elle veut les unir par un hymen complet,

Elle en veut faire autant, je crois, de la Baronne

140   Avec le conseiller, du moins, je le soupçonne.

LISETTE.

J'en serais assez aise, et te dis franchement

Que pour parler pour lui j'ai quelque engagement.

Près d'elle j'ai promis de faire mon possible,

Pour les coeurs généreux ; moi j'ai l'âme sensible,

145   Mais j'entends ma maîtresse.

FRONTIN.

  Adieu jusqu'au revoir,

Je vais continuer mon fatigant devoir

Et porter au plutôt des billets de parterre,

Chez les étudiants et les clercs de notaire.

SCÈNE II.
La Baronne, Lisette.

LA BARONNE.

Lisette savez-vous ce qu'on joue aujourd'hui ?

LISETTE.

150   Voulez-vous aller à la Comédie.

LA BARONNE.

  Oui.

LISETTE.

La Pièce que l'on joue est plus belle que rare

Car je pense avoir lu sur l'affiche l'Avare.  [ 8 Au début XVIIIme, L'Avare de Molière a été repris en 1701, 1702 et en 1711 au Théâtre Français.]

LA BARONNE.

Oh, je n'y irai donc pas.

LISETTE.

Pour demain nous irons.

LA BARONNE.

Je veux être à midi dans les premiers balcons,

155   Je ne veux pas manquer notre actrice nouvelle,

LISETTE.

Tenez, lisez.

LA BARONNE.

Quoi donc ?

LISETTE.

C'est une Lettre d'elle !

LA BARONNE, lit.

Je ne sais quel sera le sort

De la malheureuse Chimène ;

Mais je tremble d'avance, Et frissonne si fort,

160   « Que je crains de tomber dès la première scène ;

Daignez donc avertir pour demain vos amis,

À vos ordres d'abord ils seront tous soumis,

Quand vous leur aurez dit que Chimène vous touche,

Ils prendront tous pour moi des sentiments humains

165   Et même me battront des mains

Avant que j'aie ouvert la bouche ;

C'est mon peu de perfection ?

Qui fait que je vous sollicite,

Si je me croyais du mérite,

170   Prendrais-je ces précautions ?

Adieu belle et charmante Dame,

Que j'aime de toute mon âme,

Et que j'aimerai même au delà du trépas ;

Cet Oracle est plus sûr que celui de Calchas. »  [ 9 Calchas : Sacrificateur et devin grec, fils de Thestor, prit part à l'expédition des grecs contre Troie, prédit que ce siège durerait dix ans, et que la flotte grecque ne sortirait du port d'Aulide qu'après que le roi Agamemnon aurait sacrifié sa fille Iphigénie sur l'Autelr de Diane. [B] Voir Iphigénie de Jean Racine.]

175   Pour moi la pauvre enfant est pleine de tendresse ;

Je veux qu'à l'applaudir tout le Public s'empresse :

J'ai déjà prévenu bon nombre d'officiers ;

Demain dans le parterre ils feront des premiers ;

Ils prieront leurs amis de devenir les nôtres,

180   Ils n'applaudiront qu'elle, et siffleront les autres ;

Et de cette façon dès la première fois ;

Ils la recevront tous d'une commune voix.

LISETTE.

Tout le public je crois, fera fort content d'elle :

Pour changer de propos, savez-vous la nouvelle,

185   Que l'on débite ?

LA BARONNE.

  Non, quelle cet-elle ? Dis-moi.

LISETTE.

Vous faites l'ignorante.

LA BARONNE.

Ah ! Je jure ma foi,

Que je ne sais non plus ce que tu me veux dire.

LISETTE.

Le jeune Concilier n'a pas sur vous empire,

Et vous ne devez pas au plutôt l'épouser ?

LA BARONNE.

190   Je l'avouerai Lisette, et sans rien déguiser ?

Que depuis quelques jours on m'a su faire entendre,

Qu'il ressentait pour moi la flamme la plus rendre,

Et que l'Hymen m'en fut sur l'heure proposé

Que mon coeur à cela se trouvant opposé,

195   La réponse pour lui ne fut pas favorable.

LISETTE.

Il a beaucoup d'esprit, il est bien fait, aimable ;

Il a de la noblesse et je ne sais comment,

On peut le recevoir d'un oeil indiffèrent,

À ne pas l'accepter quel sujet vous engage ?

LA BARONNE.

200   Mais je l'avouerai.

LISETTE.

Quoi ?

LA BARONNE.

  Je le trouve trop sage ;

Il n'a pas l'enjouement et la vivacité,

Que font voir aujourd'hui nos gens de qualité,

J'aime l'air petit Maître, il m'enchante la vue.

LISETTE.

De ces petits Messieurs je suis bien revenue ;

205   Ah qu'ils ont selon moi, l'air vain, fou, sot et plat ;

Et je voudrais savoir quel fut le premier fat ;

Qui fit naître à Paris cette secte nouvelle ;

Ou le colifichet qu'ils prirent pour modèle :

Est-il rien de plus lot que l'est leur entretien ?

210   Ils vous parlent toujours et ne vous disent rien.

Quel plaisir trouve-t-on à leur entendre dire ?

Ah te voilà Marquis, vas-tu chez Arlemire ?

Où soupes-tu ce soir, mon carrosse viendra ?

Je revins ivre hier, as-tu vu l'Opéra ?

215   Céphise est de retour ! Que dit de moi Belise ?

Donne moi du Tabac, as-tu vu la Marquise ?

Et cent autres discours, jargons des étourdis ;

Qui pourraient rendre fou tel à qui l'on les die,

Moi je prendrai bientôt un mari,je l'espère ;

220   Mais il ne fera pas d'un pareil caractère ;

Si vous faisiez ainsi vous ne feriez que bien.

LA BARONNE, en récitant.

Donne moi donc Lisette un coeur comme le tien.

Elle continue naturellement.

Mais : désapprouve tu l'air naturel et tendre,

Qui se fait remarquer dans le jeune Ciitandre,

225   Je ne vois rien en lui qui lui soit reproché

C'est un esprit pliant qui n'a rien de caché.

LISETTE.

Non il ne cache rien, il est plein de franchise

Car il montre partout les lettres de Belise.

LA BARONNE.

Et Damon qu'en dis tu, n'est il pas beau bien fait ?

LISETTE.

230   Hélas Madame à qui faites vous son Portrait ?

Je ne suis pas encor à savoir, je vous jure,

Qu'il pèche par l'esprit et non par la figure,

LA BARONNE.

Sa voix fait assez bien les honneurs d'un repas.

LISETTE.

Qu'il y chante toujours et qu'il n'y parle pas.

SCÈNE III.
La Baronne, Lisette, Un Laquais du Conseiller.

LE LAQUAIS.

235   Monsieur le Concilier m'a chargé de remettre

Entre vos mains, Madame aujourd'hui cette lettre.

LA BARONNE, après avoir lu bas.

Dites lui que tantôt il le rende chez moi.

Lisette que je suis étonnée.

LISETTE.

Et de quoi ?

LA BARONNE.

De cette lettre en vers si galamment écrite,

240   Tu ne m'avais pas dit qu'il avait ce mérite ;

Comment, il fait des vers, Lisette il me plaira,

Il veut avoir mon coeur,et je crois qu'il l'aura ;

Pour se faire écouter, il fait ce qu'il faut faire.

LISETTE.

Sans ce trait de folie, il n'aurait pu vous plaire :

245   Lisons donc ce billet si joliment écrit,

Voyons la Poésie.

LA BARONNE.

Elle est pleine d'esprit,

LISETTE.

« L'amour ! Ô charmante Baronne,

Va vous intenter un procès,

Ne doutez point de son succès,

250   Car je sais que sa cause est bonnes ;

Il faut à l'amiable en arrêter le cours,

.....................................

Il peut jusqu'au trépas, vous chicaner sans cesse ;  [ 10 Chicaner : Former des incidents. Se dit encore pour s'opposer, reculer, contrarier. Signifie aussi déplaire, fâcher.]

Et quand on a passé sa jeunesse

255   À Plaider contre les Amours,

Il vient un temps où nous perdons toujours. »

LISETTE.

De traits vifs et galants, la lettre est assortie,

Plaider contre l'Amour, oh la forte partie !

Il faut accommoder cette affaire au plutôt.

LA BARONNE.

260   Va, pour l'accommoder je ferai ce qu'il faut :

Mais j'entends un carrosse entrer avec vitesse,

Si c'est le Chevalier et la jeune Comtesse,

Dis leur bien que je suis dans un moment ici

En vers au Conseiller je veux écrire aussi.

SCÈNE IV.

LISETTE, seule.

265   La Lettre fera longue à ce que j'imagine,

Et ne s'écrira pas sans Corneille, ou Racine.

SCÈNE V.
La Comtesse, Le Chevalier, Lisette.

LISETTE.

Madame va venir et vous prie instamment

De vouloir bien l'attendre en cet appartement.

SCÈNE VI.
La Comtesse, et Le Chevalier,

LA COMTESSE.

Chevalier faites trêve à cette humeur rêveuse,

270   Ou je vais devenir plus que vous sérieuse :

D'un mot dit en riant, vous devenez jaloux ,

Je ne puis plaisanter sans vous voir en courroux,

Quoi parce que j'ai dit sans avoir nulle idée,

Elle chante.

« Est-ce ma faute à moi

275   Si Licas me plaît plus que toi. »

Votre âme est contre moi de fureur possédée,

Je le dis franchement, si vous voulez m'aimer ,

À mon humeur badine il faut s'accoutumer.

LE CHEVALIER.

Mais Madame ai-je tort rendez-moi donc justice ;

280   Mes mouvements jaloux viennent-t-ils du caprice ?

Quoi : dans le même instant que je jure à vos yeux,

Qu'excepté mon amour rien ne m'est précieux ,

Que je fais mon bonheur de vous aimer sans celle

Que j'arrête le Ciel que ma vive tendresse ,

285   Jusqu'au dernier moment de mes jours durera ,

Morbleu, vous répondez par un trait d'Opéra ;

Et pour comble de maux ce trait est un passage,

Que je ne puis tourner qu'a mon désavantage.

LA COMTESSE.

Mais quand j'ai dit cela, c'est sans réflexion.

LE CHEVALIER.

290   Vous me prêtiez vraiment beaucoup d'attention.

LA COMTESSE.

Qu'aurais- je dû répondre expliquez le vous-même ?

Le Chevalier veut parler et se tait.

La Comtesse continue en chantant ce passage de Roland : J'aimerai toujours mon Berger.

LE CHEVALIER.

Est-ce en chantant, morbleu, qu'on doit dire qu'on aime ?  [ Roland est une tragédie lyrique de Philippe Quinault de 1687. La passage commence au vers 872.]

LA COMTESSE.

Comment donc en pleurant, je hais le sérieux,

Et ne veux point aimer un mouchoir sur les yeux ;

295   Croyez-vous dites-moi, changer mon caractère ?

Avec cet air chagrin avec ce ton colère.

Je veux bien raisonner un instant avec vous,

Je vous l'ai déjà dit, j'abhorre les jaloux ;

Et si vous ne changez avec moi de langage,

300   Il ne faut plus compter sur notre mariage.

Je ne fais point un choix pour vivre dans l'ennui,

Si je prends un époux, c'est pour rire avec lui.

LE CHEVALIER.

Croyez-vous que de rire on puisse avoir envie,

Quand on vous fait mourir tous les jours de la vie ;

305   Et qu'on ne prend jamais soin de vous radoucir

Sur un doute, un soupçon qu'un mot peut éclaircir.

Voilà ce qui fait seul aujourd'hui mon supplice.

LA COMTESSE.

Et sur quoi voulez-vous que je vous éclaircisse ?

LE CHEVALIER.

Par exemple tantôt j'ai vu.

LA COMTESSE.

Quoi Chevalier ?

LE CHEVALIER.

310   Oui, j'ai vu de chez vous sortir le conseiller.

LA COMTESSE.

Et quoi le conseiller à présent vous occupe.

Serez-vous donc toujours de vous-même la dupe ?

Mais quel plaisir prend-on à faire son tourment ?  [ 12 Dupe : Qui n'est point défiant ; qui est facile à être surpris, à être trompé ; qui donne aisément dans le panneau. [F]]

LE CHEVALIER.

Sachons.

LA COMTESSE, en chantant.

Pour moi l'Amour est un plaisir charmant.  [ 13 Voir "J'avais cru que l'Amour fût un plaisir charmant ;" dans Cadmus et Hermione (173) de Philippe Quinault, acte II, Scène 1, Arbas, v. 356.]

LE CHEVALIER.

315   Encor.

LA COMTESSE, en riant.

  Le Conseiller puisqu'il faut vous le dire.

LE CHEVALIER.

Eh bien quoi vous rirez toujours.

LA COMTESSE, en chantant.

Je prétends rire.

SCÈNE VII.
La Comtesse, Le Chevalier, Lisette.

LISETTE, à la Comtesse.

Ma Maîtresse vous prie en ce même moment,

De vouloir bien passer dans son appartement,

Elle a quelques secrets à vous dire je pense.

LA COMTESSE, au Chevalier qui veut sortir.

320   Attendez-moi je vais... Comment donc vous sortez.

Elle chante.

Vous partez, Renaud, vous partez.  [ 14 Voir "Armide" de Philippe Quinault, acte V, scène 4, Armide, vers 753.]

Lisette retenez-le empêchez qu'il ne sorte.

SCÈNE VIII.
Lisette, Le Chevalier.

LISETTE en le ramenant.

Qu'avez-vous donc Monsieur pour fuir de la forte ?

LE CHEVALIER.

Ah Lisette ! Tu vois un homme au désespoir.

LISETTE.

325   Et de quoi s'il vous plaît ne puis-je le savoir ?

LE CHEVALIER.

Que je suis malheureux !

LISETTE.

Qu'est-ce qui vous désole ?

Quel sujet de chagrin ?

LE CHEVALIER.

Morbleu j'aime une folle,

LISETTE.

Quoi la Comtesse est folle et comment, et par où ?

Mais n'est-ce point plutôt qu'elle aimerait un fou ?

330   Je remarque en vos yeux un amour peu tranquille ;

L'amour est ennuyeux quand il se tourne en bile.

LE CHEVALIER.

Eh qui ne serait pas de fureur animé !

Quand on s'était flatté que l'on était aimé.

LISETTE.

Eh vous n'êtes aimé que trop de la Comtesse.

LE CHEVALIER.

335   Ah quand on aime bien, doit-on rire sans celle ?

Mais Lisette sais-tu, quel secret aujourd'hui

Peut avoir la Baronne avec la Comtesse ?

LISETTE.

Oui.

LE CHEVALIER.

Ah ! Dis-le moi Lisette !

LISETTE.

Et pourquoi, je n'ai garde ,

Ce n'est pas vous Monsieur que ce secret regarde.

LE CHEVALIER.

340   Tu ne le diras pas, Lisette je me meurs.

LISETTE, bas.

Oh je vois bien qu'il faut adoucir les fureurs.

Haut.

Rassurez-vous Monsieur tachez de vous remettre

Au conseiller en vers on écrit une lettre ,

Voilà tout le mystère.

LE CHEVALIER.

Ah quelle trahison !

LISETTE.

345   Comment l'accès redouble, et par quelle raison.

Mais j'aperçois Frontin. Ta maîtresse vient elle ?

SCÈNE IX.
Le Chevalier, Frontin, Lisette.

FRONTIN.

Lisette, elle me fuit.

LISETTE.

La réponse est nouvelle

C'est à vous ce me semble à marcher sur ses pas,

Monsieur.

FRONTIN.

C'est qu'elle donne audience là-bas.

350   À peine a-t-elle mis un pied hors de sa chaise,  [ 15 Chaise : chaise à porteur.]

Que de nos curieux environ quinze ou seize,

Du Café fortins tous avec empressement,

Lui sont venus donner la main fort poliment ;

Le Conseiller ensuite empressé, plein de zèle,

355   A su percer la foule, et se ranger prés d'elle ;

Et je crois qu'elle monte à présent l'escalier

Avec l'abbé Bidet, et le gros Financier ;

Mais la voici.

LISETTE, au Chevalier.

Je vais avertir ma maîtresse,

Et compter vos fureurs à la jeune Comtesse.

SCÈNE X.
L'Actrice, L'Abbé, Le Financier, La Conseiller, Le Chevalier.

L'ACTRICE, au Chevalier.

360   Vous pouvez acheter ce nouveau Régiment,

Monsieur, j'en ai pour vous obtenu l'agrément ;

Je vois avec plaisir que l'on vous est propice,

Et que par mon canal on vous rende justice.

LE CHEVALIER.

Vous êtes adorable, et je ne sais comment

365   M'acquitter envers vous d'un service si grand.

L'ACTRICE.

En vous faisant plaisir, moi-même je m'oblige,

Soyez de mes amis c'est tout ce que j'exige.

Dans peu monsieur l'Abbé vous aurez votre tour,

Quoique votre nom soit peu connu de la Cour,

370   J'ai fait pour vous un trait de véritable amie,

Et vous aurez dans peu place à l'académie.

L'ABBÉ, d'un ton doucereux.

Mademoiselle.

L'ACTRICE.

Et vous Monsieur le Conseiller,

Au théâtre demain viendrez-vous babiller ?  [ 16 Babiller : Parler sans cesse, et ne dire que des choses de peu de considération. (...) [F]]

LE CONSEILLER.

Je me garderai bien de rompre le silence.

L'ACTRICE.

375   On vous saura bon gré de cette violence.

LE FINANCIER.

Moi je parle toujours à table ou bien au jeu ;

Mais à la Comédie, oh par la ventrebleu !  [ 17 Ventrebleu : Espèce de juron euphémique pour ventre de Dieu. [L]]

Personne mieux que moi n'observe le silence,

Car toujours je m'endors d'abord qu'elle commence.

L'ACTRICE.

380   J'espère que demain vous veillerez pour moi.

LE FINANCIER.

Hé , mais, j'applaudirai, mais sans savoir pourquoi ;

Car enfin m n malheur, est d'avoir la faiblesse,

D'ignorer le mauvais, ou le bon d'une pièce.

L'ABBÉ.

Comment jugez-vous donc d'une ouvrage d'esprit ?

LE FINANCIER.

385   Je règle mon avis, sur ce que chacun dit

Par exemple, en voyant pleurer dans une scène,

Je m'attendris, je sens que cela me fait peine ;

Et sans savoir aussi, n'y pourquoi, ni par où,

Quand le parterre rit, oh je ris comme un fou.

LE CONSEILLER.

390   Vous voyez qu'il n'est pas un homme qui déguise.

L'ACTRICE.

Il parle comme il pense, et j'aime sa franchise.

SCÈNE XI.
La Baronne, La Comtesse, L'Actrice, Le Chevalier, Le Conseiller, L'Abbé, Le Financier, Lisette, Un Laquais de la Baronne.

LISETTE.

La lettre au Conseiller l'a rendu furieux.

LA BARONNE, en déclamant.

« Si Titus est jaloux , Tttus est amoureux , »   [ 18 Voir Bérénice de Jean Racine, Acte II, scène 5, Bérénice, v. 666.]

Je vais le détromper.

LA COMTESSE.

Vous croirait-il Madame ?

LA BARONNE.

395   Monsieur le Conseiller, j'approuve votre flamme.

Vous avez su me plaire et je veux devant tous

Le déclarer ici, vous serez mon époux.

LE CONSEILLER.

Madame à ce bonheur aurais-je dû m'attendre ?

Vous comblez les souhaits de l'amant le plus tendre,

LA BARONNE.

400   Qu'en dit le Chevalier ?

LA COMTESSE.

  Le Chevalier croira,

Que c'est encor ici quelques traits d'Opéra.

LE CHEVALIER.

Hélas ! Que voulez-vous que je pense Madame,

Quand vous tardez toujours à couronner ma flamme ?

Je ne suis point tranquille, et ne puis vivre heureux,

405   Qu'au moment que l'hymen nous unira tous deux.

L'ACTRICE.

Madame il faut se rendre et sa raison est bonne ;

Imitez croyez-moi, Madame la Baronne,

Comblez du Chevalier et l'amour et les voeux,

Cela peut pour moi-même être, un augure heureux

410   Et crois si je voyais ce double mariage,

Que j'en jouerais demain avec plus de courage.

LA BARONNE.

Vous vous aimez tous deux, hâtez ce doux lien.

LA COMTESSE, en chantant.

Hélas ? Que son amour est différent du mien ;  [ 19 Voir Armide de Philippe Quinault, Acte III, scène 2, Armide, v. 430.]

Mais je me sacrifie à son humeur jalouse ;

415   C'en est fait Chevalier je serai votre épouse.

LE CHEVALIER.

De mes jaloux transports ne craignez plus l'effet,

Je suis sur d'être aimé, mon coeur est satisfait.

L'ABBÉ, d'un ton doucereux.

De voir ce double hymen je suis charmé Mesdames,

Et je veux faire en Grec vos deux épithalames.  [ 20 Epithalame : Ce sont des vers faits à l'occasion d'un mariage de quelques personnes illustres, un chant de noces, pour féliciter les époux. [F]]

LE FINANCIER.

420   Il s'agit bien ici du Grec et du Latin,

Moi je parle François, j'aurai soin du festin.

LA BARONNE.

Puisque nous voilà tous dans la réjouissance,

Donnons à notre actrice un moment d'audience,

Quelques scènes du Cid, si vous le voulez bien.  [ 21 "Le Cid", Tragi-comédie de Pierre Corneille, représentée pour la première fois le 4 janvier 1637.]

L'ACTRICE.

425   Il ne m'est pas permis de vous refuser rien.

LA BARONNE, à la Comtesse.

Elle fera demain l'ornement de la scène,

Vous y viendrez sans doute.

LA COMTESSE.

Oh je veux voir Chimène.

En chantant.

« Sangaride ce jour, est un grand pour vous. »  [ 22 Voir "Atys", tragédie en musique de Philippe Quinault (1676), Acte , scène 6, Atys, v. 396. Ce vers est repris dans "Le Tableau du Mariage" de Fuzelier et Lesage en 1712, et auparavant dans le "Retour imprévu "de Regnard en 1700. ]

LA BARONNE.

Claquez la bien Messieurs.

Tous les Hommes ensemble.

Nous la claquerons tous.

L'ABBÉ, toujours doucereusement.

430   Pour la faire jouer avec plus de courage ,

Je ferai de Rodrigue ici le personnage,   [ 23 Rodrique : personnage du "Cid" de Pierre Corneille (1637)]

Au Collège autrefois, je récitais des mieux.

LE FINANCIER.

Je crains bien que ceci ne devienne ennuyeux.

Qu'en dis tu Chevalier ?

LE CHEVALIER.

Moi je pense au contraire

435   Qu'il va nous divertir, il faut le laisser faire.

LE FINANCIER, à l'Abbé.

Allons Rodrigue, allons, alerte à repartir.

LA BARONNE, à un Laquais.

Quand on aura servi qu'on nous vienne avertir ;

Ils s'asseyent tous, excepté l'Actrice et l'Abbé.

L'ACTRICE.

« Quoi Rodrigue en plein jour, d'où te vient cette audace ?  [ 24 Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1465-1466. "D'où te vient cette audace", se trouve aussi dans "Oropaste" de Claude Boyer (1663) (Ac. V, sc. 1, v. 1713), et "Isis" de Philippe Quinault (1687) (Ac. III, sc. 7, v. 745).]

Va, tu me perds d'honneur. »

LA BARONNE.

440   Quel son de voix flatteur.

L'ACTRICE, continue.

Retire toi de grâce.

L'ABBÉ, sans faire de geste et froidement sur le ton du Collège.

« Je vais mourir Madame, et vous viens en ce lieu,  [ 25 Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1467-1468.]

Avant le coup mortel, dire un dernier adieu.

Mon amour vous le doit, et mon coeur qui respire. »

LE FINANCIER.

445   Le mien étouffe.

LA BARONNE.

Paix.

L'ABBÉ.

  Je ne sais plus que dire.

L'ACTRICE, à l'Abbé.

Ne songez qu'a vous seul, c'est là l'unique point.

LE FINANCIER.

Allons Abbé Bidet, ne vous déferrez point.

L'ABBÉ continue toujours de même.

Et mon coeur qui respire,

N'ose sans votre aveu sortir de votre empire.

L'ACTRICE.

450   « Tu vas mourir. »  [ 26 Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1471.]

L'ABBÉ.

« J'y cours et le Comte est vengé

Aussitôt que de vous j'en aurai le congé. »

L'ACTRICE.

« Tu vas mourir. »

LE FINANCIER.

Qu'il meure donc, parbleu, cela m'impatiente.

LA BARONNE.

455   Vous ne vous traitez point, quelle humeur étonnante ?

Moi je n'ai jamais vu rien d'égal à cela.

LE FINANCIER.

Il dit qu'il va mourir, Se reste toujours là.

L'ACTRICE, continue.

« Celui qui n'a pas craint les Maures et mon Père,   [ 27 Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1477-1478.]

Va combattre Don Sanche et déjà désespère. »

LA BARONNE.

460   Ah ! Quelle expression, elle met dans son jeu,

Je crois être Chimène et je suis toute en feu.

LE FINANCIER.

Pour moi je suis gelé quelque chose qu'on fasse,

Et Rodrigue me vaut une tasse de glace.

L'ACTRICE, continue.

« Ainsi donc au besoin ton courage s'abat. »  [ 28 Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1479.]

L'ABBÉ, toujours froidement.

465   « Je cours à mon supplice, et non pas au combat. »  [ 29 Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Rodrigue, v. 1480.]

LA BARONNE.

Jusqu'à son jeu muet, on voit qu'elle à de l'âme,

C'est une grande actrice avouez-le Madame ;

Sur les autres demain on va crier haro.

LA COMTESSE.

Chimène est un prodige.

LE FINANCIER.

Et Rodrigue un zéro.

L'ABBÉ, continue.

470   « Et ma fidèle ardeur sait bien m'ôter l'envie ,   [ 30 Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Rodrigue, v. 1481-1484.]

Quand vous cherchez ma mort de défendre ma vie ;

J'ai toujours même coeur, mais je n'ai point de bras,

Quand il faut conserver ce qui ne vous plaît pas. »

LE FINANCIER.

Monsieur l'Abbé, haut les bras.

L'ABBÉ.

475   Et pourquoi m'interrompre, il prend bien de la peine.

C'est gâter à plaisir le plus beau d'une scène.

LE CHEVALIER.

Il a raison, silence. Il récite assez bien.

LE FINANCIER.

Qu'il gesticule donc, je ne dirai plus rien.

LA BARONNE.

Qu'on le laisse achever moi j'en fuis fort contente

480   Avec un air aisé je vois qu'il se présente,

Et trouve qu'il serait excellent dans son jeu

S'il avait de la voix, des gestes, et du feu.

Mais venons je vous prie à la fin de la scène,

C'est à vous à parler.

L'ABBÉ.

Non pas, c'est à Chimène.

L'ACTRICE, continue.

485   « Puisque pour t'empêcher de courir au trépas,  [ 31 Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1547-1551.]

Ta vie et ton honneur font de faibles appas,

Si jamais je t'aimai, cher Rodrigue en revanche,

Défends toi seulement pour m'ôter à Don Sanche ;

Combats pour m'affranchir d'une condition. »

LE FINANCIER.

490   Lui combattre l'Abbé ?

LA BARONNE.

  Vous ne sauriez vous taire

Monsieur.

LE FINANCIER.

D'un coup de busque il tomberait par terre.  [ 32 Busque : morceau de bois, d'ivoire ou de baleine, que les femmes mettent dans les corps de jupe pour se tenir droites. [F]]

L'ACTRICE, continue.

« Et si pour moi tu sens ton coeur encor épris,  [ 33 Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1555-1557.]

Sors vainqueur d'un combat dont Chimène est le prix.

Adieu ce mot lâché, me fait rougir de honte. »

L'ABBÉ, toujours froidement.

495   « Est-il quelque ennemi qu'à présent je ne dompte. »  [ 34 Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Rodrigue, v. 1558.]

LA BARONNE, en se levant.

On ne peut jouer mieux il le faut avouer ;

Qu'en dites vous, Meilleurs ?

LE CHEVALIER.

On ne peut que louer, sur tout monsieur l'Abbé.

Madame il a fait rage.

L'ABBÉ, doucereusement.

500   Vous pensez vous moquer mais je suis tout en nage.

Avec elle en jouant on sent je ne sais quoi,

Qui dans la passion fait entrer malgré soi.

LA BARONNE.

Elle sera reçue, elle s'y doit attendre ;

Monsieur le Financier, vous la venez d'entendre.

505   Dites nous votre avis qu'en pensez vous.

LE FINANCIER.

  Morbleu,

Je n'ai point vu d'actrice avoir un si grand jeu.

L'ACTRICE.

À trop flatter les gens, on se rend condamnable ,

SCÈNE DERNIÈRE.

UN LAQUAIS.

On a servi Madame.

LA BARONNE.

Allons nous mettre à table.

L'ABBÉ.

Je veux auparavant vous dire un mot ici,

510   Au Parterre demain j'annoncerai ceci :

Messieurs si l'Actrice Nouvelle,

A vous plaire aujourd'hui met des soins superflus

Je le dis devant elle, ne la revoyez plus,

Mais si vous la trouvez en mérite seconde.

515   Venez la voir en foule, elle aime le grand monde.

 


Notes

[1] Parterre : Signifie aussi l'aire de salle de comédie, entre le théâtre, et l'amphithéâtre, où le peuple est debout. [F]

[2] Charmion : personnage, dame d'honneur de Cléopâtre dans "La Mort de Pompée" de Pierre Corneille (1643).

[3] Laucuste : empoisonneuse romaine du Ier siècle.

[4] Lucrèce : fille de Spurius Lucretius, préfet de Rome, et épouse de Tarquin Collatin, ayant été déshonorée par Sextus, fils de Tarquin le Superbe, fit l'aveu de son malheur à son mari en présence de son père, de Brutus, et de quelques amis, et se donna la mort sous leurs yeux en leur demandant vengeance.[B]

[5] Tarquin le superbe : 7ème et dernier roi de Rome,. Marie à une fille de Servius, femme d'un caractère doux et timide il la fit périr afin d'épouser une autre fille de Servius, Tullie, femme ambitieuse, qui de son côté s'était débarrassée de son époux Aruns par un crime. Il forma avec elle un complot, dont le dénouement fut la mort violente de Servius et sa propre élévation au trône. (...) [B]

[6] Retraire : Terme de jurisprudence française. Retirer un héritage des mains d'un acquéreur. [F]

[7] Petit-maître : jeune homme qui a de la recherche dans sa parure, et un ton avantageux avec les femmes. [L]

[8] Au début XVIIIme, L'Avare de Molière a été repris en 1701, 1702 et en 1711 au Théâtre Français.

[9] Calchas : Sacrificateur et devin grec, fils de Thestor, prit part à l'expédition des grecs contre Troie, prédit que ce siège durerait dix ans, et que la flotte grecque ne sortirait du port d'Aulide qu'après que le roi Agamemnon aurait sacrifié sa fille Iphigénie sur l'Autelr de Diane. [B] Voir Iphigénie de Jean Racine.

[10] Chicaner : Former des incidents. Se dit encore pour s'opposer, reculer, contrarier. Signifie aussi déplaire, fâcher.

[11] Roland est une tragédie lyrique de Philippe Quinault de 1687. La passage commence au vers 872.

[12] Dupe : Qui n'est point défiant ; qui est facile à être surpris, à être trompé ; qui donne aisément dans le panneau. [F]

[13] Voir "J'avais cru que l'Amour fût un plaisir charmant ;" dans Cadmus et Hermione (173) de Philippe Quinault, acte II, Scène 1, Arbas, v. 356.

[14] Voir "Armide" de Philippe Quinault, acte V, scène 4, Armide, vers 753.

[15] Chaise : chaise à porteur.

[16] Babiller : Parler sans cesse, et ne dire que des choses de peu de considération. (...) [F]

[17] Ventrebleu : Espèce de juron euphémique pour ventre de Dieu. [L]

[18] Voir Bérénice de Jean Racine, Acte II, scène 5, Bérénice, v. 666.

[19] Voir Armide de Philippe Quinault, Acte III, scène 2, Armide, v. 430.

[20] Epithalame : Ce sont des vers faits à l'occasion d'un mariage de quelques personnes illustres, un chant de noces, pour féliciter les époux. [F]

[21] "Le Cid", Tragi-comédie de Pierre Corneille, représentée pour la première fois le 4 janvier 1637.

[22] Voir "Atys", tragédie en musique de Philippe Quinault (1676), Acte , scène 6, Atys, v. 396. Ce vers est repris dans "Le Tableau du Mariage" de Fuzelier et Lesage en 1712, et auparavant dans le "Retour imprévu "de Regnard en 1700.

[23] Rodrique : personnage du "Cid" de Pierre Corneille (1637)

[24] Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1465-1466. "D'où te vient cette audace", se trouve aussi dans "Oropaste" de Claude Boyer (1663) (Ac. V, sc. 1, v. 1713), et "Isis" de Philippe Quinault (1687) (Ac. III, sc. 7, v. 745).

[25] Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1467-1468.

[26] Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1471.

[27] Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1477-1478.

[28] Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1479.

[29] Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Rodrigue, v. 1480.

[30] Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Rodrigue, v. 1481-1484.

[31] Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1547-1551.

[32] Busque : morceau de bois, d'ivoire ou de baleine, que les femmes mettent dans les corps de jupe pour se tenir droites. [F]

[33] Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Chimène, v. 1555-1557.

[34] Voir "Le Cid", tragi-comédie de Pierre Corneille (1637), Ac. V, sc. 1, Rodrigue, v. 1558.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies