LA NOUVELLE MESSALINE

TRAGÉDIE, EN UN ACTE.

M. DCC. LII.

PAR PYRON, dit PREPUCIUS.

À ANCONE, Chez CLITORIS, Libraire, sur du Sperme,


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 30/05/2017 à 16:34:56.


L'AUTEUR AU LECTEUR.

On ne pourra pas ici me reprocher d'avoir infecté ma pièce de mots sales et équivoques. J'ai rendu, autant que j'ai pu, le style clair et net ; et je puis assurer que le lecteur, si borné qu'il puisse être, ne trouvera rien au-dessus de la portée de son intelligence.

Car de ce grand Boileau, contrefaisant le ton,

J'appelle un vit un vit, je nomme un con un con.

La singularité de ma pièce me force, malgré ma modestie, à dire qu'elle est excellente dans son genre, que je la trouve telle, parce qu'elle est de moi, et que ceux qui auront le goût assez mauvais pour n'y pas applaudir, n'auront qu'à la jeter au feu, c'est de quoi je me soucie peu d'avance. Adieu.

Quoiqu'on attribue cette pièce à Piron, elle est de Grandval.


ACTEURS

COULLANUS, Roi de Fourage.

MESSALINE, fille de Couillanus.

VITUS, prince et amant de Messaline.

PINE-DE-VILLEPRUNE, prince et amant de Messaline.

NOMBRILIS, prince at amant de Messaline.

CONINE, Suivante de Messaline.

PLUSIEURS GARDES.

La scène est à PAris dans l'île de Cythère.


LA NOUVELLE MESSALINE

SCÈNE PREMIÈRE.
Messaline, Conine.

CONINE.

Oui, ce rapport, Madame, est fidèle et sincère.

Dans une île prochaine on a vu votre père ;

Éloigné de ces lieux depuis près de six ans,

Il revient dans ces murs embrasser ses enfants :

5   Mais que dois-je juger du chagrin où vous êtes,

Errante en ce palais et toujours inquiète !

Vous ne m'écoutez pas, et vous fermez les yeux,

Craignant de rencontrer la lumière des cieux :

Vous avez la douleur peinte sur le visage,

10   La tristesse sied ma aux filles de notre âge.

Mais, quoi ! Vous soupirez ! Quel est donc ce secret ?

MESSALINE.

Ah ! Si je suis chagrine, il en est un sujet :

Tu connais bien Vitus, ce héros admirable

Que mon coeur adorait, ce n'est qu'un misérable.

CONINE.

15   Par où vous déplaît-il ? Et quel est ce transport !

MESSALINE.

Que ne le vois-je, hélas, Dans les bras de la mort ?

Sans doute il te souvient que dès cette journée

Qu'il parut à mes yeux, je me crus fortunée.

Il avait en effet, le dos large et carré,

20   Le nez long, je ne l'ai que trop considéré.

Sur un lit de gazon, il me surprit dormante,

Il leva de sa main ma jupe un peu flottante ;

De sa large culotte il arracha son vit,

Et, pour tout dire enfin, Conine, il me le mit.

25   Quel plaisir ! Que de coups ! Justes dieux, quelle joie !

Pyrrhus en eût-il plus, lorsqu'il vit brûler Troie.

Sans jamais de mes bras vouloir se dégager,

Je le vis, et bander, et foutre, et décharger,

Et bien donc ce Vitus, dont la vigueur extrême

30   Me foutait, refoutait, sans en paraître blême,

Aujourd'hui, par un sort que je ne comprends pas ;

Est plus mol que ne fut laine de matelas.

Son vit, qui paraissait ne respirer que foutre,

Sur les bords de mon con ne saurait passer outre.

35   Oui, Conine, voilà quel était mon secret,

Ah ! Si je suis chagrine, est-ce donc sans sujet ?

CONINE.

Oui, vous avez raison, Madame, de vous plaindre,

Après un tel affront que pouvez-vous plus craindre ?

Mais enfin, quoiqu'il soit et cruel et sanglant,

40   N'allez pas vous abattre, et qu'un con si charmant

Garde bien de sécher de honte et de tristesse,

Pour avoir de Vitus éprouvé la mollesse.

Ne vaut-il pas mieux pour vous récompenser...

MESSALINE.

J'entends, et de ce pas je m'en vais y penser ;

45   C'est nourrir trop longtemps une douleur timide,

Je veux que désormais le seul foutre me guide.

Allons, que des torrents de foutre répandus,

Parviennent à remplir tous mes moments perdus.

Mais, quelqu'un vient ici, ô ciel ! Qui pourrait-ce être ?

CONINE.

50   Madame, c'est Vitus, et je le vois paraître.

MESSALINE.

Ah ! Conine, dis-lui, qu'en l'état où je suis,

Le fuir et le bannir, c'est tout ce que je puis.

SCÈNE II.
Vitus, Conine.

VITUS.

On m'abhorre, on me fuit ! Ah ! Paillarde princesse !

Réserviez-vous ce prix à toute ma tendresse ?

À Conine.

55   Mais, dis-moi, quel sujet à détourné ses pas ?

CONINE.

Quoi ! Vous-même, Seigneur, ne le savez-vous pas ?

Ne vantez plus ici toute votre tendresse,

Vous qui l'avez poussé jusques à la mollesse.

VITUS.

Il n'est pas étonnant, j'en fais ici l'aveu,

60   Qu'après neuf coups de suite, un vit débande un peu.

CONINE.

C'est là tout le sujet de sa colère extrême !

Ah peut-être, seigneur, peut-être Vitus même,

Étant femme comme elle, après un tel affront,

D'un plus honteux dépit verrait rougir son front.

65   Mais, vengez-vous, seigneur, et faites choix d'un autre ;

Elle change de vit et méprise le vôtre ?

Changez aussi de con, et méprisez le sien.

Puis-je ici, sans rougir, vous présenter le mien ?

Peut-être, il s'en faut bien, qu'il ait autant de charmes :

70   Un guerrier tel que vous veut de plus nobles armes.

Mais songez, en voyant, s'il est grand ou petit,

Que de changer de con augmente l'appétit.

VITUS.

Je suivrais vos conseils, si dans cette aventure,

Vous eussiez un peu moins écouté la nature :

75   Sans doute elle vous porte à me parler ainsi.

J 'excuse vos transports, éloignez-vous d'ici :

Je pourrais me venger d'un tel excès d'audace ;  [ 1 Il n'y a pas de vers qui rime avec audace.]

C'est assez vous punir, d'autant que vous voulez

Que je vous foute et que je ne veux pas, allez.

CONINE, à part.

80   Quel mépris ! Eh ! Bien donc, je te ferai connaître

Que ton vit me foutra plus de neuf coups peut-être.

SCÈNE III.

VITUS, seul.

Amour c'est à present que je sais ton pouvoir.

Tôt ou tard tu nous trompes et tu le fais bien voir.

Je n'avais jusqu'ici regardé Messaline

85   Que comme une putain pour amuser ma pine ;

En elle j'aperçois des attraits chaque jour,

Et plus je vois son con, plus je ressens d'amour.

Conine vient s'offrir, et veut remplir sa place,

Et ce serait toujours ne foutre qu'une garce.

90   Car j'aime Messaline, et je vais m'efforcer,

En la rassasiant, de la décourroucer.

SCÈNE IV.
Vitus, Un Garde.

LE GARDE.

Messaline, Seigneur, dans sa douleur profonde,

Veut que de ce Palais j'écarte tout le monde ;

Elle vient.

VITUS.

Il suffit, je la laisse en ces lieux,

95   Et ne lui montre pas un visage odieux.

SCÈNE V.
Messaline, Pine, Matricius, Nombrilis.

MESSALINE.

Venez, fameux héros, et tous trois prenez place ;

Je sais tous vos exploits, mais le choix m'embarrasse,

Oui, je veux que le sort décide seul du vit,

Du vit qui vient s'offrir pour entrer dans mon lit.

100   Mais, quoi ! Que dis-je ? Hélas ! Quelle est mon imprudence ?

Non, ne nous en fions qu'à notre expérience.

Celui qui de vous trois est le plus vigoureux,

Entrera dans mon lit, en me foutant le mieux.

Allons, braves guerriers, excitez vos pines,

105   Briguez avec honneur le con de Messaline.

Entrez dans la carrière, et montrez tant d'ardeur,

Qu'il ne soit entre vous ni vaincu ni vainqueur.

Vous soumettez-vous tous à cette loi commune ?

Répondez le premier, Pinez de Villeprune.

PINE.

110   J'obéis, je connais la vertu de mon vit :

Peut-être que des trois il est le plus petit ;

Mais, qu'importe, pourvu que des ruisseaux de foutre

Inondent votre con.

MATRICIUS.

N'avancez pas plus outre :

Sachons qui de nous trois le premier la foutra.

MESSALINE.

115   Celui qui de vous trois le premier bandera.

MATRICIUS, PINE, NOMBRILIS, ensemble.

Mais nous bandons tous trois.

MESSALINE.

Ah ! Quel heureux présage !

Je vais donc inventer une autre loi plus sage.

Tirez, Matricius, quelques poils de mon con.

MATRICIUS.

J'en tiens.

MESSALINE.

Et vous, Pine ?

PINE.

J'en tiens aussi.

MESSALINE.

C'est bon.

120   À vous donc, Nombrilis, ne craignez pas d'en prendre,

Mon poil revient sur l'heure, et renaît de sa cendre.

Comptez-les à présent ; combien Matricius ?

MATRICIUS.

Dix-neuf.

MESSALINE.

Et vous, Pine ?

PINE.

J'en ai quatre de plus.

MESSALINE.

Eh ! Combien en a pris, de sa dextre velue,

125   Le muet Nombrilis, a la bouche cousue ?

NOMBRILIS.

J'en ai tiré dix-sept, messieurs, soyez témoins.

Et si je ne dis mot, je n'en bande pas moins.

MESSALINE.

Ne perdons pas de temps à des discours frivoles,

Il faut des actions et non pas des paroles.

130   Nombrilis, en ces lieux, me foutra le premier,

Matricius ensuite, et Pine le dernier.

Allons au dieu Priape offrir ce sacrifice :

Suivez-moi, Nombrilis, venez, entrez en lice ;

Couchons-nous sur ce lit... je décharge déjà,

135   Et toi, décharges-tu ?

NOMBRILIS.

  Laisse faire, va, va.

MESSALINE.

Mais, quoi ! Ton vit débande, et le lâche recule,

Je te croyais au moins la force d'un Hercule ;

Retire-toi d'ici, laisse-moi, pousse-mol,

Que le diable t'emporte, et te casse le col.

140   Venez, Matricius, et remplissez la place :

Quand je suis tout en feu, d'où vous vient cette glace ?

Où est donc votre vit ?

MATRICIUS.

Madame, le voilà.

MESSALINE.

Je tombe, juste ciel, de Charibde en Scylla ;

Vous ne pouvez bander, Dieux ! Quel funeste outrage.

À Pine.

145   Quoi ! Dans un si beau champ vous manquez de courage.  [ 2 Le vers 145 n'est pas présent dans l'édition original, il est dans le recueil de Sade.]

PINE.

Madame, je bandais, mais je ne bande plus.

MESSALINE.

Ah ! C'est trop en un jour essuyer de refus.

Bande-à-l'aise, fuyez, ôtez-vous de ma vue,

Vos vits ne bandent pas quand je suis toute nue.

150   Fuyez, dis-je, fuyez, craignez les mouvements

Que pousseraient l'ardeur de mes ressentiments.

SCÈNE VI.

MESSALINE, seule.

Orage ! Ô désespoir ! Ô Vénus ennemie !  [ 3 Parodie du vers 237 du Cid de Corneille (edition 1637) : Ô rage, ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie !]

Étais-je réservée à cette ignominie ?

N'ai-je donc encensé ton temple et tes autels,

155   Que pour être l'objet du faible des mortels ?

Tu peux voir aujourd'hui rater ces quatre infâmes,

Et n'entreprendre pas la vengeance des femmes ?

N'est-ce donc pas pour toi le plus sanglant affront,

Qu'on m'ait enfin réduite à me branler le con ?

160   Venge-toi, venge-moi, saisis-toi de la foudre,

Et que leurs vits molets soient tous réduits en poudre.

Ô terre, entr'ouvre-toi sous leurs pas chancelants ;

Déesses des enfers invente des tourments,

Creuse à chaque instant abîmes sur abîmes ;

165   Qu'ils apprennent enfin comme on punit les crimes ;

Et renversant pour eux les ordres du destin,

Faites qu'après leur mort ils foutent des putains,

Dont les cons vérolés, du fond de leurs matrices,

Ne lancent sur leur vit que poulains, chaudes-pisses ;

170   Que d'affreux morpions leurs corps soient tout couvert,

Qu'ils déchargent toujours un foutre jaune et vert,

Et qu'un chancre sans cesse en tourmentant leur âme,

Leur apprenne ce que c'est que rater une femme.

SCÈNE VII.
Messaline, Un Garde.

LE GARDE.

Madame, votre père en ce moment arrive,

175   Le Peuple pour le voir s'empresse sur la rive,

On n'entend que des cris ; mais il entre en ces lieux,

Cachez-lui pour un temps le trouble de vos yeux.

SCÈNE VIII.
Le Roi, Messaline.

LE ROI.

Ma fille, qu'il m'est doux, après six ans d'absence,

De pouvoir, en ce jour, jouir de ta présence,

180   De goûter des plaisirs...

MESSALINE.

  Arrêtez, Couillanus,

Tous vos empressements sont pour moi superflus ;

Vous êtes offensé, la fortune maligne

N'a pas en votre absence épargné Messaline ;

Indigne de vous voir et de vous approcher,

185   Je ne dois désormais songer qu'à me cacher.

Elle sort.

LE ROI, seul.

Quel est l'étrange accueil qu'elle fait à son père ?

Ce départ si subit cache quelque mystère ;

Sachons-en le sujet de Conine qui vient,

A qui peut s'adresser le billet qu'elle tient.

SCÈNE IX.
Le Roi, Conine.

CONINE.

190   Seigneur, c'est pour Vitus.

LE ROI.

  Pourquoi donc ta maîtresse

Fuit-elle à mon aspect ? Craint-elle ma tendresse ?

Son visage est en feu, ses yeux sont en courroux,

À quoi s'occupe-t-elle en ces lieux ?

CONINE.

Elle fout.

LE ROI.

Le foutre fait passer des moments agréables,

195   Je ne condamne point ces passe-temps aimables,

Mais faut-il y donner et son temps et ses soins ?

Se faisant des vertus, quelle foute un peu moins,

Qu'elle se fasse un nom glorieux dans l'histoire.

CONINE.

Seigneur, plusieurs chemins conduisent à la gloire ;

200   Mais pour se faire un nom d'être victorieux,

Le foutre est sa vertu, c'est la vertu des Dieux.

Oui les divinités n'en connaissent point d'autre,

C'est là leur seul plaisir, et c'est aussi le nôtre.

Peut-on nous condamner de marcher sur leurs pas ?  [ 4 Vers 204, il n'y a pas de vers qui rime avec "leurs pas".]

205   Détrompez-vous, Seigneur, foutre est la seule gloire

Qui puisse nous conduire au temple de mémoire.

LE ROI.

Je cède à tes raisons, un discours si touchant

Fait que mon vit se dresse, et je le sens bandant ;

Je m'en vais de ce pas auprès de ma maîtresse.

CONINE.

210   N'allez pas lui donner des preuves de vieillesse.

SCÈNE X.

CONINE, seule.

Daigne, Amour, protéger mon amoureux dessein,

Fais que Vitus s'abuse, et qu'il me foute enfin ;

Le voici qui paraît, s'il pouvait me le mettre !

SCÈNE XI.
Vitus, Conine.

CONINE.

On me charge, Seigneur, de vous rendre une lettre,

215   La voici...

VITUS.

Lisons donc.

CONINE, à part.

  Dieu d'amour, fais si bien

Que de mon artifice il ne soupçonne rien.

VITUS.

« Adorable Vitus, si ton coeur m'aime encore,

Tâche de m'en donner la preuve en ce moment ;

Je viendrai te rejoindre en cet appartement,

220   Pour te jurer cent fois que mon âme t'adore.

Mon père est en ces lieux ;

De crainte qu'il ne vienne ici pour nous surprendre,

Fais que tout ferme au mieux,

Et qu'on ne puisse enfin nous voir, ni nous entendre. »

225   Ô bonté sans exemple ! Adorable princesse,

Quoi pour mon vit encor votre con s'intéresse ?

Et toi, mon vit, et toi ?

CONINE.

Juste ciel ! Qu'il est beau !

Ô con trois fois heureux qui baise ce moineau.

VITUS.

Pourquoi donc interrompre ainsi ma périodec?

230   Hélas ! Qu'une servante est souvent incommode.

Et toi, mon vit, et toi, des vits le plus heureux,

Fais donc en ma faveur un effort généreux ;

Et, puisqu'on ne l'a vue jamais rassasiée,

Par mes coups redoublés, fais si bien qu'épuisée,

235   Elle tombe sans force, et me confesse enfin

Que j'ai seul le pouvoir de lasser son conin.

Va lui dire aussitôt qu'avec impatience

J'attends en ce moment de son con la présence.

SCÈNE XII.

VITUS, seul.

Conine de lorgnait, tu lui fais appétit :

240   Il est vrai, j'aurais dû la jeter sur le lit...

Qu'importe, quand j'aurai bien foutu Messaline,

Je pourrai m'amuser à sa chère Conine :

Pour cela mon honneur serait-il offensé ?

Ma gloire est de bander, de foutre, c'est assez.

245   Eh ! Combien en est-il, non pas un, mais cinquante,

Qui foutent la maîtresse, ensuite la Suivante ?

Mais mon bonheur approche : on vient, j'entends du bruit,

En fermant les rideaux, précipitant la nuit,

En croirai-je mon coeur ? Est-ce vous, ma princesse ?

SCÈNE XIII.
Vitus, Conine.

CONINE.

250   C'est moi, mon cher Vitus.

VITUS.

  Masquée ! Pourquoi ça ?

Vous tenez quelque chose, et je sens...

CONINE.

Halte-là.

Ce sont de grands mouchoirs environ six et trente.

VITUS.

Grands Dieux ! Vous croyez donc ma pine être assez forte

Pour pouvoir empeser vos mouchoirs de la sorte ?

255   Détrompez-vous, Madame ; cherchez en d'autres lieux

Des vits plus abondands et qui vous foutent mieux.

CONINE.

Faut-il que jusques-là le traître me ravale !

Le foutre te plairait, mais avec ma rivale,

Tu ne saurais bander, perfide, et je l'entends :

260   Eh bien ! Connais moi donc, regarde s'il en est temps ;

Vois ce que mon amour m'avait fait entreprendre.

Tu demeures surpris ? J'ai voulu te surprendre.

Ta surprise me venge, et bientôt a l'instant,

Tu vas savoir un fait beaucoup plus important.

SCÈNE XIV ET DERNIÈRE.
Vitus, Conine, Deux gardes.

LE PREMIER GARDE.

265   Ah ! Seigneur, écoutez.

LE SECOND.

  C'est moi qui veux apprendre...

LE PREMIER.

Écoutez-moi, Seigneur.

LE SECOND.

Seigneur, daignez m'entendre.

LE PREMIER.

Il ne sait pas sa langue.

LE SECOND.

Il grasseye en parlant.  [ 5 Grasseyer : Prononcer les r d'une manière vicieuse. [L]]

LE PREMIER.

Je fais bien les récits.

LE SECOND.

J'ai la voix de Le Grand.

VITUS.

Oh ! Vous m'étourdissez.

LE SECOND.

C'est par excès de zèle.

VITUS.

270   Je vais par un seul mot finir votre querelle :

Commencez le récit, et vous le finissez,

Nous verrons qui des deux se sera surpassé.

Faites-nous apporter à chacun une chaise,

Pour entendre un récit, il faut être à son aise.

LE PREMIER.

275   À peine la Princesse avait quitté ces lieux,

Nous la voyons sortir, la fureur dans les yeux ;

Elle entre avec transport dans la salle des gardes,

Et dit au capitaine, en déchirant ses hardes,

Otez-moi ma chemise : il le fait : sur un banc

280   La princesse aussitôt et se couche et s'étend.

Nous dévorons des yeux ses belles cuisses et blanches,

Ses fesses, et sa gorge, et ses aimables hanches,

Sa motte rebondie, et son con tout charmant.

Ah ! Seigneur, je ne puis en parler qu'en bandant.

285   Que chacun, nous dit-elle, vite et s'arme et s'apprête,

De Vénus aujourd'hui je célèbre la fête ;

Vous n'aurez aucun mal, j'en donne ici ma foi,

Venez, je le permets, bandez et foutez-moi.

Elle dit, et chacun l'admire et la contemple,

290   Et notre capitaine, en nous donnant l'exemple,

La fout, Seigneur, la fout six coups sans déconner.

On nous commande alors de nous déboutonner.

Nous nous déboutonnons, et tout, selon sa charge,

Se couche dessus elle, et la gout et décharge

295   Le nombre des fouteurs ne l'intimide pas,

Tenant son cavalier ferme dedans ses bras,

Donnant des coups de cul, rapprochant chaque fesse,

Jamais il ne se vit se semblable allégresse.

Enfin, lorsque chacun, suivant son appétit,

300   Eut foutu, refoutu, chacun lave son vit.

Mais, prodige étonnant, qu'on ose à peine croire,

Et qui ne sortira jamais de ma mémoire ;

La princesse voulut se relever du banc,

Elle fait un effort, mais il est impuissant.

305   Le foutre, qui s'était répandu sur la planche,

S'était si fort collé, tant aux reins, qu'à la hanche,

Qu'elle ne pouvait plus tourner d'aucun côté ;

Cependant par nos soins, nous l'en avons ôté :

Et j'avouerai, Seigneur, que, jamais de ma vie,

310   Je ne vis de la sorte une femme si aguerrie.

LE SECOND.

Vous m'avez ordonné de parler le dernier,

Je rendrai mon discours aussi net et que denier.

La princesse parut, de ses exploits charmée

Autant que pouvait être un général d'armée

315   Qui sort victorieux d'un combat incertain.

Dans son appartement elle rentre soudain,

Et se fait, à l'instant, par ses filles de chambre,

Laver le cul, le con, ainsi que chaque membre.

Après avoir ainsi fait son ablution,

320   Elle prit aussitôt sa résolution.

Je forme, ce dit-elle, une noble entreprise,

Faites sortir mon char de dessous ma remise,

Qu'on y mette à l'instant mes six chevaux entiers,

Je prétends de Molas visiter les quartiers.

325   Sitôt dit, sitôt fait ; elle monte, et se place,

Elle se fait conduire au chemin de Thalasse ;

À son ordre son char s'arrête, elle descend :

Nous sommes tous surpris des pleurs qu'elle répand ;

Mais, malheur imprévu que produisaient ses larmes !

330   Elle veut s'enfermer...

VITUS.

En quel endroit ?

LE GARDE.

  Aux Carmes.  [ 6 Carmes : Religieux d'un des quatre ordres mendiants, dont le nom complet est religieux de Notre-Dame du Mont-Carmel. L'ordre des carmes commença vers le XIIe siècle en Syrie. ]

En faisant ses adieux, elle nous dit ces mots :

La vertu de mon con se perd dans le repos.

Je remplis un dessein digne de mon courage :

J'ai tâté jusqu'ici du Marquis et du page,

335   Du Suisse, du soldat, et du Grand Amiral,

Pour eux enfin mon con s'était rendu banal,

Il faut faire une fin, je veux tâter du moine,

Je laisse là le soin pour courir à l'avoine.

Elle nous quitte alors, et les moines joyeux,

340   Sans doute en ce moment la foutent qui mieux mieux.

Son père, mais en vain, dans de rudes alarmes,

Tâche à la dégoûter de ce couvent de Carmes ;

Mais elle lui répond en ouvrant de grands yeux :

Faites-moi donc des vits qui puissent bander mieux.

345   Je ne crains point du tout ici d'être ratée,

Je les contenterai, je serai contentée.

Que puis-je souhaiter ? Ma force est dans mon con.

Et la leur est toujours dans leurs vits et couillons.

Mais, quoi ! Déjà l'ardeur de foutre les rassemble,

350   Sortez, Seigneur, sortez, et laissez-nous ensemble :

Son père l'abandonne et lui dit en courroux,

Tu veux y demeurer ? Demeures, je m'en fous.

VITUS.

C'est bien, je ne veux pas davantage en entendre ;

Je vous offre mon vit, si vous voulez le prendre,

355   Madame, il est à vous.

CONINE.

  Je ne puis le haïr,

Et lorsque vous parlez, c'est à moi d'obéir.

VITUS.

Oublions Messaline, et sans aller plus outre,

Que l'on nous laisse ici, venez.

CONINE.

Où, Seigneur ?

VITUS.

Foutre.

 


Notes

[1] Il n'y a pas de vers qui rime avec audace.

[2] Le vers 145 n'est pas présent dans l'édition original, il est dans le recueil de Sade.

[3] Parodie du vers 237 du Cid de Corneille (edition 1637) : Ô rage, ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie !

[4] Vers 204, il n'y a pas de vers qui rime avec "leurs pas".

[5] Grasseyer : Prononcer les r d'une manière vicieuse. [L]

[6] Carmes : Religieux d'un des quatre ordres mendiants, dont le nom complet est religieux de Notre-Dame du Mont-Carmel. L'ordre des carmes commença vers le XIIe siècle en Syrie.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies