L'ASSEMBLÉE

comédie en un acte et en vers

Avec L'Apothéose de Molière Ballet Héroïque.

M. DCC LXXVIII.

Par M. L'Abbé DE SCHOSNE, de l'Académie Royale de Nîmes, et de la Société des Sciences et Belles-Lettres d'Auxerre.

À PARIS, Chez L. CELLOT, rue Dauphine.


Texte établi par Julie Morvan (Mémoire de Master I « De la Renaissance aux Lumières » sous la direction de M. Georges Forestier U.F.R de Littérature française et comparée, 2013-2014.)

Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 01/05/2017 à 20:29:10.


PRÉFACE.

La révolution du siècle, qui s'est écoulé depuis la mort de Molière, a donné lieu à cette Comédie. Elle a été jouée le jour même du retour séculaire de l'année qui nous a enlevé ce grand homme.

Cette représentation fera époque dans les Annales du Théâtre. Elle en fera une autre bien plus durable dans les coeurs qui éprouvent la douce émotion du plaisir au récit des actions honnêtes.

Par un sentiment de piété filiale, les Comédiens en ont destiné le produit à l'érection de la statue de leur Fondateur. Je dois le dire pour leur gloire et pour m'honorer moi-même, puisque j'ai fait naître, le premier, l'idée d'une action si louable.

Différents plans me sont venus à l'esprit. L'introduction des personnages, que Molière a livrés au ridicule, s'y est d'abord assez naturellement présentée ; mais j'ai rejeté ce dessein déjà exécuté par Brécourt, dans sa pièce intitulée, l'Ombre de Molière.

J'aurais aussi pu faire descendre sur la scène des êtres mythologiques, tels que Thalie, Melpomène, Momus, etc. mais ces vieilles divinités sont une ressource usée, et un moyen contraire à la vraisemblance.

Il a donc fallu me borner à l'idée la plus simple, et la plus digne de ceux à qui présentais mon ouvrage. J'ai pensé qu'il était convenable à leur zèle de faire que l'Apothéose de Molière fût une suite naturelle d'une des assemblées de la Comédie Française.

Comme on a beaucoup exagéré, au sujet des choses qui m'ont été retranchées, je les rétablis ici, afin qu'on voie, par l'innocence de mon badinage, la pureté de mes intentions.

J'aurais été bien maladroit de chercher à offenser les Comédiens, à qui je donnais ma Pièce, et les Auteurs, auxquels je fais gloire d'être associé.

À Dieu ne plaise que j'expose jamais, aux outrages amers de la raillerie, ceux qui dédaignent les attraits de la fortune, pour se livrer en paix à la glorieuse culture des dons du génie, et à l'art heureux d'amuser, d'instruire, et de consoler l'humanité.


PERSONNAGES

UN POÈTE, M. Du Gazon.

LE SEMAINIER, M. Dalainval.

ROBERT, Gagiste M. Augusute.

MADAME ARMAND, Concierge Madame Bonioll.

Tous les Acteurs et Actrices de la Comédie Française.

La scène est sur le théâtre.


SCÈNE PREMIÈRE.

LE SEMAINIER.

Que, parmi nous, l'emploi de Semainier

Est bien un triste et fatiguant métier !

Si l'on me croit fort flatté de ce titre,

On a grand tort. Quoi, toujours être arbitre

5   Des différents d'actrices et d'acteurs !

Quoi, chaque jour, accueillir des auteurs,

Dont les vers plats mettent à la torture

L'acteur forcé d'en subir la lecture !

Prendre, chasser, quereller des valets,

10   Suivre, intenter, terminer des procès !

J'ai bien assez de mes propres affaires,

Sans en aller débrouiller d'étrangères.

Que désormais d'autres prennent ce soin ;

Moi, je n'en veux, ni de près, ni de loin.

15   Mais il ne vient personne. Qu'est-ce à dire ?

Robert.

SCÈNE II.
Le Semainier, Robert.

ROBERT.

Monsieur ?

LE SEMAINIER.

A-t-on pris soin d'instruire

Tous nos acteurs ?...

ROBERT.

Le jour et le moment

Sont mis ainsi dans l'Avertissement :

« On traitera d'affaires importantes,

20   Sur le théâtre, à sept heures sonnantes,

Le Mercredi, dix-septième du mois. »

LE SEMAINIER, tirant sa montre.

Il est le quart.

ROBERT.

Vous vous trompez, je crois.

Ou votre montre...

LE SEMAINIER.

Oh ! Ma montre est parfaite.

Mais n'est-il point venu certain poète,

25   Vêtu de noir, un homme assez mal mis ?

ROBERT.

Il va venir : je l'ai connu jadis.

Il me demande un appui favorable

Auprès de vous. C'est un assez bon diable :

Je le protège : ah, protégez-le aussi.

LE SEMAINIER.

30   Nous recevrons sa pièce.

ROBERT.

  Grand merci ;

Car, entre nous, il me doit quelque chose.

J'ai son billet écrit, non pas en prose,

Mais en beaux vers, en vers Alexandrins.

LE SEMAINIER.

Fais-le moi voir quelqu'un de ces matins,

35   Cela doit faire une pièce comique.

ROBERT, lui présentant un papier.

Lisez. Le style en est pourtant tragique.

LE SEMAINIER.

« Pour avoir su transcrire élégamment les vers

Qui porteront ma gloire au bout de l'univers ;

Et pour s'être montré domestique fidèle,

40   En me prêtant souvent son argent avec zèle,

Je promets à Robert, qui m'a servi six ans,

De lui payer un jour la somme de cent francs. »

Tu n'es pas cher.

ROBERT.

Non ; mais il faut tout dire :

Dans son métier il tâchait de m'instruire.

45   Je le servais gratis, de mon côté :

J'étais laquais par générosité.

LE SEMAINIER.

Tu comptais donc un jour être poète ?

ROBERT.

Monsieur, la rime est un grand casse-tête.

On la poursuit, on cherche à la saisir ;

50   Elle s'enfuit quand on croit la tenir.

On n'y parvient qu'en se donnant au Diable.

LE SEMAINIER.

Eh bien ?

ROBERT.

Je pris un parti moins damnable,

Foulant aux pieds les lauriers d'Apollon,

J'ai fui la rime, et suivi la raison.

LE SEMAINIER.

55   Dis-moi, Robert, les traits de ta figure

Ne me sont pas nouveaux, je t'en assure ;

Dans quel pays puis-je t'avoir connu ?

ROBERT.

En cent endroits vous pouvez m'avoir vu ;

Car l'éléphant, l'ours et le crocodile,

60   Que l'on fait voir partout de ville en ville,

N'ont pas des traits connus du spectateur

Autant que ceux de votre serviteur.

LE SEMAINIER.

Pourquoi ?

ROBERT.

Je fus un de ces interprètes

Dont on se sert pour les marionnettes.

65   Polichinel, si plaisant pour les sots,

Ne dut qu'à moi le sel de ses bons mots.

Qu'alors j'étais cher à la populace !

L'ambition m'offrit une autre place.

Chez des acteurs, qui n'étaient pas de bois,

70   Je fus moucheur de chandelles... Je crois

Que vous riez.

LE SEMAINIER.

Mais, oui.

ROBERT.

Certains ouvrages

N'ont dû pourtant leurs plus grands avantages

Qu'aux doigts brillants d'un moucheur ignoré.

Quand un théâtre est vraiment éclairé,

75   Cela vous jette un jour sur une pièce

On en saisit tout l'esprit, la finesse,

Enfin cet art...

LE SEMAINIER.

Cet art est surprenant.

ROBERT.

Je n'ai point là borné tout mon talent ;

Ce que j'ai fait est presque un phénomène.

LE SEMAINIER.

80   Diable !

ROBERT.

  Monsieur, une même semaine

M'a vu moucheur, contrôleur, receveur,

Décorateur, afficheur et souffleur.

LE SEMAINIER.

Cet assemblage est burlesque.

ROBERT.

Il est drôle.

J'ai fait encor de méchants bouts de rôle ;

85   Et qui plus est j'ai, pendant près d'un mois,

Par intérim, représenté les Rois.

Il fallait voir de quel air despotique

Je soutenais ma fierté politique.

J'avais un front plein de sérénité

90   Lorsque mon trône était en sûreté.

Mais quand l'Etat penchait vers sa ruine

Je me croisais les bras sur la poitrine,

Et je poussais d'augustes hurlements

Comme un Lion dont on lime les dents.

95   Je n'eus pourtant du parterre indocile

Que des sifflets. Je vins en cette ville,

Où renonçant à la grandeur des Rois,

J'entrai gagiste au théâtre François.

LE SEMAINIER.

Grand Prince, hélas ! la chute est un peu grande.

ROBERT.

100   Adieu. Songez que je vous recommande

Mon ancien maître et mon vieux débiteur.

LE SEMAINIER.

Va, sois content. Mais quelqu'un vient.

ROBERT.

Monsieur

C'est la Concierge, et je m'en vais d'avance.

SCÈNE III.
Madame Armand, le Semainier.

Pendant le cours de cette scène les Acteurs et Actrices arrivent l'un après l'autre, et se font mutuellement signe de ne point interrompre la conversation de la Concierge.

MADAME ARMAND.

Tachez, Monsieur, de prendre patience,

105   Nous n'aurons pas nos Acteurs de sitôt.

LE SEMAINIER.

Comment donc ?

MADAME ARMAND.

Tous se sont donné le mot

Pour aller voir l'admirable sculpture

Qui de Voltaire exprime la figure.

LE SEMAINIER.

Ils devaient bien choisir d'autres moments.

MADAME ARMAND.

110   Ce n'était pas ainsi que, de mon tems,

Se conduisaient les Acteurs ; mais tout change,

Et tout le monde aujourd'hui se dérange.

LE SEMAINIER.

On était donc bien plus parfait jadis !

MADAME ARMAND.

Mon cher Monsieur, c'est moi qui vous le dis,

115   La nature est tellement renversée,

Qu'on n'en saurait concevoir la pensée :

Les femmes sont sans grâces, sans beauté ;

Les hommes n'ont ni force, ni santé ;

Les champs n'ont plus leur éclat ordinaire ;

120   Les bois n'ont plus leur charme et leur mystère.

Tout dépérit, et même j'aperçois

Qu'on ne dort plus aussi bien qu'autrefois.

LE SEMAINIER.

Cette remarque est fine autant que sage :

Je l'entends faire aux gens du plus grand âge.

MADAME ARMAND.

125   Quant au génie, à l'esprit, aux talents,

On n'en a plus, encor moins de bon sens ;

La conduite est bizarre, inconséquente.

En voulez-vous une preuve parlante ?

Sans aller loin, songez aux changements

130   Faits au théâtre ; ils sont extravagants.

Je pleure encor la réforme soudaine

De tous ces bancs qui garnissaient la scène,

Faisaient briller tous nos jeunes Seigneurs,

Et rapportaient tant d'argent aux Acteurs.

LE SEMAINIER.

135   Ce dernier point...

MADAME ARMAND.

  Est surtout d'importance.

On a proscrit, avec même imprudence,

Cette perruque et ces vastes chapeaux,

Dont nous ornions les antiques héros :

Par un faux goût, par un travers fantasque,

140   On croit devoir coiffer avec un casque

Sertorius, César, Brutus, Othon :

Monsieur, ce casque est d'un bien mauvais ton.

LE SEMAINIER.

Oui, cela donne une mine sauvage ;

MADAME ARMAND.

L'air de quelqu'un qui veut faire tapage.

LE SEMAINIER.

145   Vous en parlez fort énergiquement.

MADAME ARMAND.

Mais on a fait un autre changement

Qui me révolte encore davantage.

LE SEMAINIER.

C'est des paniers dont vous parlez, je gage.

MADAME ARMAND.

Monsieur, comptez que leur suppression

150   A porté coup à notre nation.

Oui, des paniers, l'ample circonférence,

Tient beaucoup plus aux moeurs que l'on ne pense.

LE SEMAINIER.

Je le crois fort. Avec un tel secours

Vous enchaîniez autrefois les Amours.

MADAME ARMAND.

155   Vous voulez rire en tenant ce langage ;

Mais j'ai valu mon prix dans mon jeune âge.

LE SEMAINIER.

On le voit bien : vos yeux, Madame Armand,

Faisaient l'effet de la pierre d'aimant :

Vous attiriez les coeurs d'étrange sorte ;

160   Même à présent, où, le diable m'emporte,

Vous me plairiez dans de certains moments.

MADAME ARMAND.

Hélas ! Hélas, que ne suis-je à vingt ans !

On entend rire.

Qu'entends-je ! Ici, j'apprête donc à rire.

On est venu : Monsieur, je me retire.

SCÈNE IV.
Le Semainier, Robert, Acteurs et Actrices précédents.

MONSIEUR MOLÉ.

165   La bonne femme est folle...

LE SEMAINIER.

  Enfin pourtant

Nous voici tous ; et l'Auteur est absent.

Va le chercher.

ROBERT.

J'y vole.

SCÈNE V.
Acteurs précédents, Le Semainier.

LE SEMAINIER.

Prenons place.

MONSIEUR MOLÉ, à deux Actrices.

Entre vous deux, recevez-moi, de grâce.

MONSIEUR MONTVEL, à deux Actrices.

Moi, je veux être avec vous dans ce coin.

MADAME PRÉVILLE.

170   Monsieur Brizard, n'allez donc pas si loin.

Venez ici.

MADEMOISELLE HUS, donne un coup d'éventail à un acteur.

Finissez. Soyez sage.

MADEMOISELLE FANIER, à un acteur.

Vous vous trompez, j'ai fort mauvais visage.

MONSIEUR MOLÉ, aux femmes qu'il a à ses côtés.

Croit-elle donc que je l'irai prier ?

Je ne suis pas non plus un écolier.

175   Je ne veux pas faire la moindre avance.

MADEMOISELLE DUGAZON.

Je vous dirai, pour moi, ce que j'en pense.

MADEMOISELLE DOLIGNY.

Elle se met assez bien.

MADAME MOLÉ.

Cependant

Elle se coiffe un peu trop en devant.

MADEMOISELLE DUMESNIL.

Quand on voudra pourtant faire silence,

180   Nous apprendrons l'objet de la séance,

Et la raison qui fait que c'est ici,

Pour s'assembler, le lieu qu'on a choisi ?

LE SEMAINIER.

Sur tous ces points l'Auteur doit vous instruire.

MADEMOISELLE DUMESNIL.

Comment, Messieurs, c'est pour entendre lire

185   Qu'on a choisi ces lieux et ce moment ?

LE SEMAINIER.

L'objet l'exige indispensablement.

MADAME PRÉVILLE.

J'aurais bien fait d'apporter de l'ouvrage.

MADAME MOLÉ.

Lorsqu'on me lit des vers c'est mon usage.

MADEMOISELLE FANIER.

Oh, quant à moi, pour les trouver plus courts,

190   J'apprends mon rôle, et l'Auteur lit toujours.

MONSIEUR BOURETTE.

Mais à propos, Messieurs, je vous déclare,

Qu'à mon absence il faut qu'on se prépare ;

J'ai mon congé pour le reste du mois.

MONSIEUR BELMONT.

Je prends huit jours.

MADEMOISELLE DOLIGNY.

Moi dix.

MADEMOISELLE HUS.

Moi cinq.

MADEMOISELLE DUGAZON.

Moi trois.

LE SEMAINIER.

195   Fort bien.

MADAME PRÉVILLE.

  Je compte aussi sur ma huitaine.

MONSIEUR BELCOURT.

Je ne fais point grâce de ma quinzaine.

Au Semainier.

Oui, mon ami, tu peux, si tu le veux,

Me regarder et faire de gros yeux.

LE SEMAINIER, à Monsieur Belcourt.

En bonne foi, dis-moi...

MONSIEUR BELCOURT.

Que veux-tu faire ?

200   Peut-on jouer quand on est en affaire ?

Premièrement : tiens, vois mon agenda ;

J'ai dix soupers sur ces deux pages-là.

Ce n'est pas tout ; il faut que je m'apprête

À figurer dans la superbe fête

205   Qu'on va donner... Je ne suis pas de fer...

On y jouera, dit-on, un jeu d'enfer...

Et... tu m'entends ; je dormirai... peut-être.

MADAME PRÉVILLE, à Monsieur Bourette.

Quelle raison vous force à disparaître ?

MONSIEUR BOURETTE.

Je vais me mettre à la diète.

MONSIEUR BELMONT.

Pour moi,

210   Je vais chasser à la suite du Roi.

MADEMOISELLE DOLIGNY.

Moi, j'étudie, et c'est-là mon excuse.

MADEMOISELLE HUS.

Oh moi, voici la mienne, je m'amuse.

LE SEMAINIER.

Et le public, que croit-on qu'il dira ?

MADEMOISELLE HUS.

Rien. Le public jamais n'exigera

215   Que, pour lui plaire, on s'excède, on s'accable.

MONSIEUR BELCOURT.

Sans contredit : il est trop équitable,

J'en suis comblé. S'il était devant nous,

Je lui dirais, Messieurs, convenez tous

Que du plaisir vous êtes idolâtres ;

220   Vous le cherchez à la ville, aux théâtres,

Enfin partout ; souffrez quelques instants

Que votre idole ait part à notre encens.

Disant ces mots d'un ton bien pathétique,

Je convaincrais, et, pour toute réplique,

225   Le battement des mains du spectateur

Couronnerait les désirs de l'acteur.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Eh bien, Messieurs, notre pièce nouvelle

En reste-là ; quand donc se jouera-t-elle ?

LE SEMAINIER.

Mademoiselle, il faudrait que d'abord,

230   Sur chaque rôle, on fût un peu d'accord.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

On l'est assez, si ce n'est qu'on s'obstine

À m'enlever celui de l'héroïne ;

L'Auteur pourtant me l'avait adjugé.

MADAME VESTRIS.

C'est une erreur dont il s'est corrigé.

235   Il a laissé cette importante cause

À vos avis, Messieurs ; jugez la chose.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Pourquoi juger quand j'ai les plus grands droits ?

MADAME VESTRIS.

Pourquoi vouloir ici faire des lois ?

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Je n'en fais point ; mais convenez vous-même

240   Que la fierté, l'orgueil du rang suprême,

Sont dans ce rôle : il est donc fait pour moi :

Les Reines font l'objet de mon emploi.

MADAME VESTRIS.

Ce rôle a moins d'orgueil que de tendresse :

Il tombe donc dans l'emploi de Princesse,

245   Et la tendresse, en effet, est mon lot.

Jugez-en tous.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Si l'on dit un seul mot,

Je vais, Messieurs, quitter la Comédie.

MADAME VESTRIS.

À vous permis si telle est votre envie.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Vous avez bien de la vivacité.

MADAME VESTRIS.

250   On voit chez vous la plus vaine fierté.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Vous m'insultez, je crois, Mademoiselle.

MADAME VESTRIS.

C'est plutôt vous.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Cessez une querelle

Dont vous pourriez ne vous réjouir pas.

MADAME VESTRIS.

De vos grands airs je fais très peu de cas :

255   Trêve d'orgueil, auguste Souveraine ;

Vous vous croyez sans doute sur la scène.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Je sais d'où part ce langage piquant ;

On rabattra votre ton révoltant. 

MADAME VESTRIS.

Quoi ! vous allez jusques à la menace ?

260   Vous m'effrayez, Reine, faites-moi grâce.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Vous plaisantez ?

MONSIEUR MOLÉ, à Mademoiselle Saint-Val.

Calmez votre courroux...

De la douceur.

MADEMOISELLE SAINT-VAL, à Monsieur Molé.

De quoi vous mêlez-vous ?

MONSIEUR MOLÉ.

Ma qualité d'arbitre entre les belles

Me donne droit d'entrer dans leurs querelles.

MADAME VESTRIS.

265   On ne veut point d'un tel médiateur.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Sans employer de conciliateur,

J'exposerai ma raison, et, sans peine

On s'y rendra.

MADAME VESTRIS, à Mademoiselle Saint-Val.

Je vous dirai la mienne.

MONSIEUR MONTVEL, à Mlle Hus.

C'est temps perdu ; c'est un méchant esprit.

MONSIEUR PONTHEUIL, à Mademoiselle Saint-Val.

270   Sur sa raison vous n'aurez nul crédit.

MADEMOISELLE SAINT-VAL, à Madame Vestris.

Savez-vous bien ce qu'on vient de me dire ?

MADAME VESTRIS.

Savez-vous bien ce qu'on cherche à produire ?

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Mais je croirais qu'on veut nous irriter.

LE SEMAINIER.

Eh bien ; tâchez de vous raccommoder,

275   Vous les rendrez bien sots, sur ma parole.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

C'est bien pensé, j'abandonne le rôle.

MADAME VESTRIS.

Je fais de même, et ne le jouerai pas.

LE SEMAINIER.

Vous nous jetez dans un autre embarras.

MADEMOISELLE SAINT-VAL, à Madame Vestris.

Vous le jouerez.

MADAME VESTRIS.

Vous le jouerez vous-même.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

280   Non, par ma foi.

LE SEMAINIER.

  Quelle folie extrême !

Que ferons-nous ?

MADAME VESTRIS.

Tout ce qu'il vous plaira.

J'ai dit mon mot : le jouera qui voudra.

SCÈNE VI.
Acteurs précédents, un Gagiste, l'Auteur.

UN GAGISTE.

Voici l'auteur.

MADAME BELCOURT, voyant l'Auteur qui fait beaucoup de révérences.

Son maintien est grotesque,

Moitié gendarme et moitié pédantesque.

LE SEMAINIER, à l'Auteur.

285   Eh, bon jour donc, Monsieur de Songe-Creux.

Passez.

L'AUTEUR, hésitant à passer.

Monsieur...

LE SEMAINIER.

Ne soyez point honteux.

Nos grands Auteurs tragiques et comiques

N'ont remporté les palmes dramatiques

Qu'après avoir siégé dans ce fauteuil.

L'AUTEUR.

290   À moi, Messieurs, n'appartient tant d'orgueil.

Il siérait mal aux colombes timides

D'entrer au nid des aigles intrépides ;

La moindre place en ces augustes lieux

M'honore trop, et surpasse mes voeux.

MADAME BELCOURT.

295   S'il est ainsi, prenez donc cette chaise.

Il y va.

MADEMOISELLE HUS.

Venez ici, vous serez plus à l'aise.

Il quitte Madame Belcourt pour aller à Mademoiselle Hus.

MADEMOISELLE DOLIGNY.

Oui ; mais par-là nous n'entendrions rien :

Approchez-vous, chacun entendra bien.

Il va à Mlle Doligny.

MADAME PRÉVILLE.

Mettez-vous là, nous nous verrons en face.

Il obéit.

MADEMOISELLLE DOLIGNY, à l'auteur.

300   Vous me quittez, c'est de mauvaise grâce ;

À cet affront je ne m'attendais pas.

MADEMOISELLE DUMESNIL.

Tenez, Monsieur, pour finir ces débats,

Placez-vous-là sans plus vous faire attendre.

L'AUTEUR.

Je ne sais plus vraiment auquel entendre.

305   Je reste ici... Mesdames et Messieurs ;

Ou, disons mieux : Reines, Rois, Empereurs,

Qui ne tenez la grandeur souveraine

Que de votre art et que de Melpomène,

Comtes, Marquis, Comtesses et Barons,

310   Qui ne devez vos titres et vos noms

Qu'à la faveur de Thalie elle-même,

D'un faible Auteur calmez la crainte extrême.

Pour un Poète en effet ce moment

Est périlleux et très embarrassant.

315   Un Allemand qu'on empêche de boire,

Un Charlatan que l'on ne veut pas croire,

Un écolier qui sait mal sa leçon,

Un Philosophe à l'aspect du canon,

Ont moins d'effroi, de trouble et de détresse

320   Qu'un bel esprit qui présente une pièce.

MADAME PRÉVILLE.

Et cependant ce bel-esprit a tort ;

Qu'avons-nous donc pour l'effrayer si fort ?

L'AUTEUR.

Si l'on voulait croire la médisance...

MADAME BELCOURT.

Parlez, il faut dire ce que l'on pense.

L'AUTEUR.

325   Vous n'avez pas, dit-on, pour les Auteurs,

Des sentiments bien doux et bien flatteurs.

Mais là-dessus n'entrons point en matière,

L'homme prudent sait parler et se taire.

MADAME PRÉVILLE.

Quoi ! se peut-il, Monsieur de Songe-Creux,

330   Que vous donniez dans tous ces contes bleus ?

L'AUTEUR.

Non, je reçois les faits qu'on m'articule,

Mais sans en croire une seule virgule.

MADAME BELCOURT.

Sachez, Monsieur, que tous ces méchants bruits

Viennent d'Auteurs justement éconduits ;

335   Qui, furieux de voir que leurs ouvrages

N'ont jamais pu réunir les suffrages,

Vont se venger, par mille faussetés,

De nos refus qu'ils ont bien mérités.

L'AUTEUR.

Voudriez-vous qu'en ce moment critique,

340   Un auteur fit votre panégyrique ?

Non, je ne sais moi-même, en pareil cas,

Où la fureur ne me porterait pas.

MADAME BELCOURT.

Vous êtes doux ; nous n'aurions rien à craindre.

L'AUTEUR.

Je crois n'avoir jamais lieu de me plaindre

345   À votre égard, puisqu'infailliblement

Vous recevrez mon ouvrage... Oui vraiment.

Armez-vous tous exprès pour le combattre ;

Unissez-vous, faites le diable à quatre,

Il faudra bien qu'à la fin vous cédiez,

350   Et de grand coeur que vous le receviez.

MONSIEUR MONTVEL.

Quoi ! Vous aurez le pouvoir despotique

De nous contraindre ?

L'AUTEUR.

Oui, et non. Je m'explique.

Absolument par force, j'aurais tort ;

Mais par attrait, par pur zèle, très fort ;

355   Vous le devez enfin pour votre gloire.

Vous révérez tendrement la mémoire

Du bon Molière, heureux restaurateur,

Ou, pour parler plus juste, créateur

De l'art charmant par qui vous savez plaire.

MADEMOISELLE DOLIGNY.

360   Chacun de nous en lui regrette un père.

L'AUTEUR.

Si j'élevais à cet homme éminent

Par une Pièce un petit monument,

Que diriez-vous ?

MADEMOISELLE DOLIGNY.

Vous auriez mon suffrage.

MADAME PRÉVILLE.

Mon avis est qu'on reçoive l'ouvrage,

365   Pour son objet, avant de l'avoir lu.

MADEMOISELLE SAINT-VAL.

Monsieur l'Auteur, votre ouvrage est reçu.

MONSIEUR MONTVEL.

C'est bientôt dit : il faut voir si le style

En est correct, élégant et facile.

L'AUTEUR.

Fort bien ; le style : on ne veut que cela.

370   Il faut du style : on aime ce mot-là.

MONSIEUR MONTVEL.

Mais, pour quelqu'un qui se mêle d'écrire,

N'en faut-il pas ?

L'AUTEUR.

Oui, et non ; c'est-à-dire,

Qu'on doit avoir du style en général ;

Mais n'en pas faire un objet principal.

375   Il faut du fond. Un Auteur dramatique,

Par le fond seul, gagne la voix publique.

Ma Pièce aussi, de l'un à l'autre bout,

A bien du fond ; du style, point du tout.

MONSIEUR MONTVEL.

Tant pis, vraiment.

L'AUTEUR.

Vous ne pouvez m'entendre,

380   Si plus au net je ne me fais comprendre.

Oui, dans ma pièce on ne trouvera pas

De diction : ce n'est qu'un canevas,

Rien qu'un croquis ; mais par votre génie

Vous y mettrez la grâce et l'harmonie.

MONSIEUR MONTVEL.

385   Comment cela ?

L'AUTEUR.

  Chacun de vous dira

À l'impromptu tout ce qui lui viendra.

MADAME PRÉVILLE.

J'étais d'avis que l'on jouât la pièce.

Si quelque chose à présent m'intéresse,

C'est qu'on renonce à vouloir s'en mêler.

L'AUTEUR.

390   Pourquoi cela ?

MADAME PRÉVILLE.

  Nous nous ferions siffler.

On ne doit rien jouer qu'on ne l'apprenne.

L'AUTEUR.

Et comment fait la troupe Italienne ?

MADAME PRÉVILLE.

Ils ont cet art.

L'AUTEUR.

Vous l'entendrez comme eux,

Ce secret-là n'est pas si merveilleux.

MADAME PRÉVILLE.

395   Mais rien ne peut vous empêcher d'écrire,

Comme tous font.

L'AUTEUR.

Oui, et non ; je veux dire

Que j'y perdrais ma peine et mon latin ;

Mon plan doit être exécuté demain.

MONSIEUR MOLÉ.

Demain !

MADAME BELCOURT.

Demain ! la chose est infaisable.

L'AUTEUR.

400   Il eut été même plus convenable

Que l'on jouât ma pièce dans ce jour ;

Puisque je veux célébrer le retour

Et de l'année et du jour séculaire

Qui vit Molière éclipsé de la terre.

405   Or, d'aujourd'hui, cent ans sont révolus

Depuis l'instant que Molière n'est plus.

MONSIEUR BELCOURT.

La circonstance est vraiment singulière ;

Il faudra faire un effort pour Molière.

MADAME PRÉVILLE.

Très volontiers.

MONSIEUR MOLÉ.

D'accord.

MONSIEUR FEUILLI.

Je m'y soumets.

MONSIEUR MOLÉ.

410   Que l'Auteur donc nous dise ses projets.

L'AUTEUR.

J'ai supposé que l'Art comique, en France,

Depuis longtemps était en décadence.

Je crois, Messieurs, que, sans prévention,

On peut passer la supposition.

415   Pour réparer un si cruel dommage,

Les Comédiens ayant mis en usage

Tous les moyens qu'ils ont crus les meilleurs,

Ayant prié, caressé les Auteurs,

Encouragé leur superbe arrogance,

420   Les ayant même enfin payés d'avance,

Et tout cela sans avoir réussi,

Veulent pourtant prendre un dernier parti ;

Et c'est celui du recours au diable,

Comme l'on fait toujours en cas semblable.

MADEMOISELLE FANIER.

425   C'est un moyen terrible que cela.

MADAME DROUIN.

Il n'est pourtant pas rare à l'Opéra.

L'AUTEUR.

Ils font venir une vieille sorcière,

Femme savante en plus d'une matière,

Qui s'est acquis un crédit sans pareil

430   Près du beau sexe, étant de bon conseil.

MADEMOISELLE FANIER.

Qui prendrez-vous pour jouer la sorcière ?

L'AUTEUR.

Vous-même.

MADEMOISELLE FANIER.

Moi ?

L'AUTEUR.

Vous toute la première ;

Vous avez tant de grâce et de fraîcheur,

Que votre jeu n'en sera que meilleur ;

435   Tout s'embellit par votre heureuse adresse,

Vous nous ferez adorer la vieillesse.

MADEMOISELLE FANIER.

Vous me donnez de si bonnes raisons,

Que je serai la vieille.

L'AUTEUR.

Poursuivons.

La Magicienne, avec une baguette,

440   Trace un grand cercle, et prend d'une cassette

Des os de mort, de l'encens, un crapaud

Qu'elle abandonne aux flammes d'un réchaud.

Au même instant une fumée épaisse

Couvre le corps de la vieille Prêtresse,

445   Qui prononçant des mots mystérieux

Fuit, et Molière alors s'offre à vos yeux

MADEMOISELLE DOLIGNY.

Oh, j'aurai peur... non, vous ne sauriez croire

Tout mon effroi, quand j'entends quelque histoire

De revenant ; j'y pense dans mon lit,

450   Je ne saurais fermer l'oeil de la nuit.

MONSIEUR MOLÉ.

Je vous plains fort. Vous seriez plus hardie,

Si vous aviez avec vous compagnie.

MADEMOISELLE DOLIGNY.

Nous n'avons pas besoin de vos avis.

Monsieur l'Auteur, achevez vos récits.

L'AUTEUR.

455   Je continue. À l'aspect de Molière

On fera voir, chacun à sa manière,

Les sentiments dont on est agité.

L'un en montrant un air épouvanté :

L'autre en marquant toute sa gratitude,

460   Un autre encor prenant cette attitude ;

Celui-ci fait un geste admiratif,

Et cet autre ouvre un oeil contemplatif.

Tous ces tableaux dont on est idolâtre

Réussiront à merveille au théâtre.

MADAME BELLECOURT.

465   Fort bien.

L'AUTEUR.

  Molière avance avec douceur,

Tend poliment la main à chaque Acteur,

Et tendrement embrasse chaque Actrice.

Il veut embrasser Mademoiselle Fanier.

MADEMOISELLE FANIER.

Oh doucement, n'usons point d'artifice,

Vous n'êtes point Molière.

L'AUTEUR.

Non vraiment,

470   Mais à ma place il en ferait autant.

MADEMOISELLE FANIER.

Eh bien ensuite ?

L'AUTEUR.

A ce Dieu du Comique

Un des Acteurs présente sa supplique.

Molière écoute, assis dans ce fauteuil ;

L'Acteur s'avance et dit la larme à l'oeil :

475   Divin Molière, on ne rit plus en France ;

Plus de plaisirs, plus de réjouissance.

En acquérant un air de dignité,

Notre théâtre a perdu sa gaieté.

Si vous savez d'où ce malheur procède,

480   Dites-nous-en la cause et le remède.

Molière alors vous interrogera

Sur le théâtre ; il vous demandera

De grands détails sur l'art et la manière

Dont les Auteurs fouillent cette carrière.

MONSIEUR MOLÉ.

485   Que dirons-nous pour lors ?

L'AUTEUR.

  La vérité ;

Mais pour répondre avec plus de clarté,

Vous lui jouerez les scènes les plus belles,

Dont chaque genre offrira des modèles ;

Et vous plairez beaucoup aux spectateurs,

490   Qui dans un acte en trouveront plusieurs :

Qu'en dites-vous ?

MONSIEUR MOLÉ.

L'idée est singulière.

L'AUTEUR.

L'acteur chargé du rôle de Molière...

MONSIEUR MOLÉ.

Et qui sera celui qui parmi nous

Fera ce rôle ?

L'AUTEUR.

Eh, mais, qu'en pensez-vous ?

495   Ne puis-je pas le donner à Préville ?  [ 1 C'était Monsieur Préville lui même qui devait jouer le rôle de l'auteur, et il aurait été assez agréable de l'entendre parler ainsi de lui.[NdA]]

MONSIEUR MOLÉ.

Fort bien, est-il instruit ?

L'AUTEUR.

Soyez tranquille ;

Il est au fait ; et je compte, ma foi,

Qu'il le rendra tout aussi bien que moi.

Préville prenant donc l'esprit du rôle,

500   À l'assemblée adresse la parole,

Avec cet air, cet auguste maintien,

Qu'en sa personne on remarque si bien.

Messieurs, dit-il, les scènes différentes

Que votre jeu vient de rendre brillantes,

505   Ont de l'éclat, de la légèreté ;

Mais je n'y trouve aucune vérité.

Je n'y vois point une fidèle image

Des passions de chaque personnage.

Je n'y vois point cette naïveté,

510   Source du rire, âme de la gaieté,

Et sans laquelle un Auteur dramatique

Ne peut jamais être vraiment comique.

Pour réussir il n'est qu'un seul secret,

C'est de bien peindre ; on dit que je l'ai fait :

515   On a daigné se plaire à ma peinture.

J'avais longtemps contemplé la nature

Avec des yeux que l'on a cru meilleurs

Que ne le sont ceux des autres Auteurs.

Mais en cela, comme en bien d'autres choses ;

520   On voit l'effet sans connaître les causes.

Il a fallu qu'un diable s'en mêlât,

Sans quoi souvent je tombais tout à plat.

En s'agitant il fait un faux pas.

MONSIEUR FEUILLI.

Sans ce fauteuil vous en faisiez de même.

L'AUTEUR.

C'est que je suis d'une faiblesse extrême ;

525   Je vous parois hardi, mais cependant

J'ai de la crainte intérieurement.

MADEMOISELLE DUMESNIL.

Reposez-vous.

L'AUTEUR.

Je reprends la parole.

Écoutez bien ce grand maître d'école,

Molière l'est. Qu'on se garde surtout

530   De me parler que je ne sois au bout.

Un vieux démon qui préside au Comique

M'offrit, Messieurs, la lorgnette magique

Dont se servait Térence l'Africain,

Quand il voulait sonder le coeur humain.

535   J'en profitai ; je sus avec finesse,

Ainsi que lui, dévoiler la faiblesse,

Le ridicule, et les nombreux travers

Qu'on voit régner dans ce sot univers.

Je la gardai pendant toute ma vie.

540   Quelques Auteurs, inspirés par Thalie,

L'eurent depuis, mais pour peu de moments.

Je vais partir. J'espère, mes enfants,

Vous envoyant ce gage héréditaire

Fixer sur vous les faveurs du parterre.

545   Chacun alors embrasse ses genoux.

Chacun le veut retenir parmi nous.

La foudre gronde ; il échappe à la vue,

La scène change et l'on voit la statue.

Le théâtre change, la statue de Molière parait posée sur un piédestal, et la décoration représente un magnifique péristyle environné d'un bois de lauriers.

MADEMOISELLE HUS.

Quel dénouement !

MADEMOISELLE DOLIGNY.

Quel spectacle enchanteur !

L'AUTEUR.

550   Remerciez votre décorateur,

Car nous étions d'accord pour vous surprendre.

MADAME BELCOURT.

Aucun de nous ne s'y pouvait attendre.

LE SEMAINIER.

Excepté moi ; car j'étais du secret.

L'AUTEUR.

Allons Monsieur le maître du Ballet,

555   De vos talents faites voir quelque chose,

Et que Molière ait une Apothéose.

La pièce est terminée par l'Apothéose de Molière, ainsi qu'il suit.

L'APOTHÉOSE DE MOLIÈRE.
Ballet héroïque.

Le grand Prêtre d'Apollon, la grande Prêtresse et les autres Prêtres et Prêtresses de ce Dieu, avec tous les figurants et figurantes du Ballet, forment une marche au son des instruments.

LE GRAND PRÊTRE.

D'Apollon, en ces lieux, j'exerce la Prêtrise ;

L'image de Molière est commise à ma foi :

Quand la vertu le divinise,

560   Le soin de ses honneurs ne regarde que moi.

UNE PRÊTRESSE.

L'antiquité mettait jadis au rang des Dieux

Ceux qui par leur valeur ont délivré la terre

Des monstres, des brigands, des tyrans furieux.

Pourquoi ceux qui, comme Molière,

565   Ont terrassé le vice encor plus dangereux,

N'auraient-ils pas le droit d'être immortels comme eux ?

LA GRANDE PRÊTRESSE.

Qu'un éternel éclat environne Molière,

Que son nom glorieux ne périsse jamais.

Il corrigea la France entière

570   De ses ridicules excès ;

Sur mille différents objets

Sa critique savante a porté la lumière.

Qu'un éternel éclat environne Molière ;

Que son nom glorieux ne périsse jamais :

575   Qu'il vive, que toujours il soit cher aux Français.

UNE PRÊTRESSE.

Que ce laurier sacré dont l'ombre t'environne,

Serve, divin Molière, à former ta couronne ;

C'est l'arbre qu'Apollon avait daigné choisir :

Semblable à tes écrits, rien ne peut le flétrir.

LE GRAND PRÊTRE.

580   Abattez ces rameaux ; vous devez obéir ;

Apollon par ma voix l'ordonne ;

Pour former à Molière une noble couronne,

Ce Dieu permet de les cueillir.

Ils abattent des branches de laurier, et les donnent aux figurantes, qui en forment des guirlandes qu'elles apportent au grand Prêtre.

Le grand Prêtre conduit la Prêtresse au pied de la statue, afin qu'elle la couronne, et il dit en regardant toutes les figurantes :

Sexe enchanteur, c'est pour vous plaire

585   Que ses travaux l'ont mis au-dessus des humains ;

Sa récompense la plus chère

Sera d'être en ce jour couronné par vos mains.

LA GRANDE PRÊTRESSE, pose la couronne sur la statue ; les figurantes l'entourent de guirlande ; et elle dit ensuite :

Les autels des Héros que nous vante l'Histoire,

Des plus rares parfums répandaient les vapeurs ;

590   Cet encens a péri, mais celui de nos coeurs

Est immortel comme ta gloire.

Ode au temps prononcée par une Prêtresse d'Apollon.

Toi, qui sais étendre l'espace

Et limiter l'immensité ;

Toi, dont le vaste sein embrasse

595   Le moment et l'éternité.

Ô Temps ! Ton aile fugitive

Tantôt couvre la sombre rive

Du triste séjour de la Mort ;

Tantôt elle plane avec gloire

600   Sur les lieux sacrés où l'Histoire

Fixe la demeure du Sort.

     

Devant ton tribunal auguste

Passent les générations ;

Ton arrêt terrible, mais juste,

605   Fait le destin des Nations ;

Les Héros les plus magnanimes,

Les Écrivains les plus sublimes

A tes décrets sont asservis ;

La place que tu leur désignes,

610   Les honneurs que tu leur assignes,

Pour jamais décident leur prix.

     

Si pendant le cours trop rapide

Des jours qui leur sont destinés,

La voix du préjugé stupide

615   A l'oubli les a condamnés,

Ton zèle équitable s'enflamme ;

Tu leur élèves dans notre âme

De véritables monuments :

Leur gloire en devient plus brillante ;

620   Et notre estime renaissante

S'accroît encore après cent ans.

     

Molière en offre un grand exemple ;

L'auguste image de ses traits

Inspire à l'oeil qui la contemple

625   De la tendresse et des regrets.

On voit avec reconnaissance

Ce grand homme qui, de la France,

Cherchant à corriger les moeurs,

Osa préférer, sans scrupule,

630   L'arme adroite du ridicule

A tout l'art brillant des Rhéteurs.

     

Cette arme souvent dangereuse

Devint utile entre ses mains ;

Il la rendit victorieuse

635   Contre les travers des humains.

Vous qui le prendrez pour modèle,

Par vos travaux, par votre zèle,

Les vices seront abattus ;

Et votre gloire inaltérable

640   Fondera l'empire durable

Des vrais talents et des vertus.

     

LE GRAND PRÊTRE dit

Qu'on se livre aux transports d'une vive gaité ;

C'est par un aimable délire

Que doit être fêté

645   Celui qui sut si bien nous exciter à rire.

On danse.

 


Notes

[1] C'était Monsieur Préville lui même qui devait jouer le rôle de l'auteur, et il aurait été assez agréable de l'entendre parler ainsi de lui.[NdA]

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies