LES ADIEUX DES OFFICIERS

OU VNUS JUSTIFIE.

COMDIE EN UN ACTE.

M. DC. LXXXXIII.

Mise au Thtre par monsieur du F***


Publi par Paul Fivre © Thtre classique - Version du texte du 01/05/2017 20:19:24.


ACTEURS

VNUS, Colombine.

MARS, Octave.

VULCAIN, Arlequin.

PLUTUS, Pasquariel.

MERCURE, Pierrot.

JUPITER, Octave.

JUNON, Marinette.

CUPIDON, Isabelle.

DIANE, Isabelle.

L'OCAN, Le Docteur.

PUTON, Pasquariel.

BACCHUS.

UN TAMBOUR.

CUPIDON, le dbauch, Mezzetin.

BELLONE.

MOMUS.

UN AMOUR.

UN CHANTEUR.

Plusieurs autres amours et divinits qui ne parlent point..

La Scne est dans la forge de Vulcain.


SCNE I.
[Le Tambour, Un Amour, Mars, Vnus, Bellone].

Le thtre reprsente la forge de Vulcain. On y voit Vnus sur un lit de repos: Mars qui lui fait ses adieux, et quatre amours. On joue un air de trompettes, aprs lequel entre Mezzetin en tambour, et chante les paroles suivantes.

LE TAMBOUR, chante.

cheval, cheval, Mars, vite la guerre,   [ 1 Mars : Dieu de la guerre et des batailles. Il eut de Vnus deux fils et une fille. Les fils sont la Terreur et la Crainte, la fille fut l'Harmonie. [T]]

Prends ta rapire,

Il est temps,

Quand le coq a chant: Mars dj la gloire,

5   Et la victoire,

Sont aux champs.

UN DES AMOURS arrte le tambour, et chante.

Suivez la gloire et ses attraits,

Laissez Mars et Vnus en paix.

LE TAMBOUR chante.

Le bruit de mon tambour et de la trompette,

10   Met la grisette   [ 2 Grisette : Femme, ou fille jeune, vtue de gris. On le dit par mpris de toutes celles qui sont de basse condition, de quelque toffe qu'elles soient vtues. [T]]

Aux abois.

Mais un brave guerrier doit de bonne grce,

Cder la place

Au bourgeois.

L'AMOUR.

15   Vnus ne saurait consentir

le laisser partir.

LE TAMBOUR chante.

Un jeune hros doit laisser sa faiblesse

sa matresse

En partant.

20   Je lui permets de rire avec son htesse,

Mais sans tendresse,

En passant.

L'AMOUR.

Ne permettez rien aux amants,

Ils ne sont que trop inconstants.

Mars et Vnus quittent le lit de repos, et s'avancent.

MARS.

Mon devoir m'arrache d'auprs de vous, charmante Vnus, il faut vous quitter dans le temps que votre coeur commenait s'branler pour moi; quel contretemps!

VNUS.

Hlas, je suis bien plus plaindre que vous! J'ai tout craindre de votre inconstance; et une campagne endurcit bien le coeur d'un guerrier.   [ 3 Vnus : Desse de la beaut et de la volupt, mre des Graces et des Amours.]

LE TAMBOUR, Mars.

Il faut, s'il vous plat, abrger vos dialogues; vous n'avez que le temps de venir payer votre htesse. Bellone a dj endoss son habit de postillon, elle sera ici dans un moment avec votre chaise de poste.   [ 4 Bellone : Desse de la Guerre, soeur ou compagne de Mars. [T]]

MARS.

Va voir s'il ne manque rien mon quipage, et laisse-moi profiter de quelques moments que la gloire veut bien accorder ma tendresse.

LE TAMBOUR.

Votre quipage est complet, il ne vous manque rien que de l'argent; mais, madame Vnus y pourvoira. propos, pendant que je suis dans le magasin de Vulcain, je vais vous choisir deux bons perons de longueur, car je me souviens que votre cheval est toujours rtif quand il faut sortir de Paris.   [ 5 Vulcain : Dieu qui prside aux feux souterrains, aux mines et aux mtaux. [T]]

MARS.

Tes discours m'importunent; retire-toi.

LE TAMBOUR.

voir les crmonies que votre cheval fait pour sortir des portes, on croirait que le pauvre animal ressent la moiti de la tendresse que vous avez pour madame.

MARS.

H, laisse-nous en paix.

LE TAMBOUR.

Vous souvient-il du tour qu'il vous joua en revenant de Flandres, comme nous sortions de cette htellerie... l... o vous devntes amoureux de la servante?

MARS.

Te tairas-tu maraud?

LE TAMBOUR, part.

Il faut les laisser seuls: le jour du dpart on a mille choses se dire.

Vers Mars.

Mais voil Bellone, dpchez-vous.

BELLONE entre, et chante.

25   Partez, partez, Mars, il est temps;

Les plaisirs du printemps

Sont indignes de vous; allez porter la guerre.

Aux deux bouts de la terre.

Laissez en paix, au moins pendant six mois,

30   Nos mnages bourgeois,

C'est le seul bien que vous leur puissiez faire,

Rien n'est si doux

Pour un jaloux

Que votre absence:

35   Mais vos adieux,

En rcompense,

Sont bien dangereux.

SCNE II.
Vulcain, Mars, Vnus, Un Amour.

VULCAIN.

Le ciel soit lou! Voil Bellone qui va dlivrer ma maison de ce grand pendard de Mars. C'est le plus grand maraud! Cependant, parce qu'il a de la bravoure, et que je suis naturellement poltron, j'ai mille complaisances pour lui. Il me prend pourtant envie de venger mon front sur le sien.

Il lve son marteau.

Mais, non, c'est un brutal qui n'entend pas raillerie, diffrons la vengeance jusqu' ce qu'il soit parti. Il aime tendrement ma femme, et je ne puis mieux me venger de lui, qu'en rossant ce qu'il aime. Pour le prsent, le plus sr est de travailler comme si de rien n'tait.

Vulcain frappe sur son enclume dans le temps que Mars et Vnus parlent ensemble.

UN AMOUR, chante sur l'air des forgerons dans le temps que Vulcain frappe sur son enclume.

Vive la prudence

Du grand dieu Vulcain:

40   Il voit qu'on l'offense,

Et va toujours son train.

Suivez cet usage,

Mortels indiscrets,

Dans votre mnage

45   Vous aurez la paix

Vive la prudence

Du grand dieu Vulcain:

Il voit qu'on l'offense,

Et va toujours son train.

VNUS, Vulcain.

Petit mari?

Vulcain tourne la tte sans rien dire et frappe toujours.

Moutonnet, mignon, tu fais plus de bruit aujourd'hui qu' l'ordinaire.

VULCAIN.

C'est que je frappe de rage.

Il continue de frapper.

VNUS.

Mon petit fils, frappe donc plus doucement, si tu veux pargner ma tte.

VULCAIN.

Tu n'pargnes gures la mienne, toi, carogne.   [ 6 Carogne : On apelle ainsi, bassement et par injure, une mchante femme, une femme dbauche. [FC]]

Il frappe encore.

MARS.

En vrit, monsieur Vulcain, vous n'avez gures de considration pour les femmes.

VULCAIN.

Ni vous pour les maris, monsieur Mars.

Il frappe toujours.

MARS.

Mais vraiment, vous ne songez pas que vous donnez des vapeurs madame?

VULCAIN.

Si je lui donne des vapeurs, vous prenez bien soin de les gurir, vous.

Il frappe encore.

MARS d'un ton de colre.

Par la sambleu, si vous ne cessez de frapper...   [ 7 Palsambleu : Jurement de l'ancienne comdie. [L]]

VULCAIN d'un ton brusque.

Monsieur Mars, je vous demande pardon, mais ma besogne presse, et j'ai une nouvelle baguette de Vulcain de commande, que je dois livrer aujourd'hui aux comdiens.

MARS.

Quand je serai parti, vous forgerez tant qu'il vous plaira.

VULCAIN.

Monsieur, notre grand dbit se fait avec les officiers. Sitt que vous les aurez emmens l'arme, il faudra mettre les baguettes de Vulcain aux vieilles ferrailles.

MARS.

Ce serait dommage de laisser inutile un instrument qui va chercher l'or jusques dans les entrailles de la terre.

VULCAIN.

Les baguettes qui ne font que chercher l'or sont contrefaites, les vritables l'attirent; et j'en connais une qui en trois mois a fait venir plus de vingt mille cus l'htel de Bourgogne. Mais vous me faites perdre ici mon temps mal propos. J'ai trop la vogue pour m'amuser parler gratis, et avec les Parisiens il faut battre le fer quand il est chaud. Tous ce que je puis faire pour adoucir le bruit des marteaux, c'est de chanter en travaillant.   [ 8 Htel de Bourgogne : thtre parisien o fut cre cette pice.]

Il frappe toujours.

MARS, Vnus.

Madame, puisqu'il nous empche de parler bas, il mriterait bien que vous me fissiez une dclaration d'amour, si haut qu'il l'entende.

VULCAIN qui a entendu cela, chante.

50   Si ma femme a la rage

De le dire si haut,

Je repousse l'outrage

grands coups de marteau,

Je frapperai tant... tant...

55   Il veut frapper Mars.

MARS, se retournant.

Plat-il?

VULCAIN, continuant de chanter.

Sur mon ouvrage,

Que je n'entendrai rien

De tout votre entretien.

MARS.

Je vois bien qu'il faut quitter la place. Voil un grand brutal.

VNUS.

Je ne verrai donc plus auprs de moi, que ce magot? Vous me quittez? Ah!   [ 9 Magot : Gros singe sans queue du genre des macaques. Fig. et familirement. Un magot, un homme fort laid. [L]]

MARS, Vnus.

Il faut bien lui faire un peu d'amiti, pour le disposer vous bien traiter en mon absence. Je le hais comme tous les diables...

Vulcain.

Adieu, mon cher ami Vulcain, je suis fch d'tre oblig de vous quitter.

Il l'embrasse.

VULCAIN.

Ah, monsieur!

Il lui laisse tomber son marteau sur les pieds.

MARS.

Hai! Au moins je vous recommande de veiller un peu la conduite de madame votre pouse, pendant mon voyage. Si vous voulez conserver sa rputation et la vtre, gardez-vous bien de laisser entrer chez vous tous ces petits demi-dieux blondins et court-vtus, qui n'attendent que mon dpart pour venir fondre ici.   [ 10 Hai : Exclamation, la mme que H. [L]]

VULCAIN.

Ma foi, monsieur Mars, un plumet comme vous dcrie plus une femme en huit jours d't, que tous ces messieurs-l en tout un hiver. Mais baste, un peu d'honneur plus ou moins dans une famille, cela ne vaut pas la peine de se brouiller avec un ami tel que vous.   [ 12 Baste : Elle indique qu'on se contente, qu'on ne se fche pas. Elle marque le ddain. [L]]

MARS.

propos, ma rondache est-elle acheve de polir.   [ 13 Rondache : espce de bouclier dont se servent encore les Espagnols qui courent la nuit. [F]]

VULCAIN.

Vous avez ici des armes choisir.

Vnus et les amours arment Mars.

MARS, Vulcain qui lui veut mettre son casque.

Monsieur mon compre, ne prenez pas la peine...

VULCAIN.

Il est bien juste que je vous coiffe par droit de reprsailles.   [ 14 Coiffer : Se coiffer d'une femme, "en devenir amoureux." [O]]

Mars s'en va.

VNUS, Vulcain.

Tu veux bien que j'aille le conduire jusqu'au Bourget.   [ 15 Le Bourget : ville au nord de Paris.]

VULCAIN.

Non, non, j'irai bien moi-mme.

VNUS.

Tu viens de nous dire que tu as de la besogne presse?

VULCAIN.

Le plus press de ma besogne c'est de le faire partir promptement. Songez seulement aux soins de votre mnage; et pendant mon absence, mettez la paix entre vos deux enfants, qui se mangent le blanc des yeux ensemble.   [ 16 Manger les yeux : On dit que des gens se mangent les yeux, le blanc des yeux, sont prts se sauter aux yeux, pour signifier qu'ils sont en querelle violente, en procs. [L]]

SCNE III.
Cupidon, Vnus.

CUPIDON.

On a bien de la peine trouver le moment   [ 17 Cupidon : Dieu fabuleux de l'Amour. On le peint avec des ailes, un arc et un carquois, pour blesser les coeurs. [T]]

60   De vous dire un mot seulement.

VNUS.

M'a-t-on vu quelquefois refuser audience

l'amour?

CUPIDON.

Rarement. Mais j'ai trop de prudence

Pour paratre quand votre poux

Est en affaire avec vous.

65   Je parlerais en vain.

VNUS.

Qu'avez-vous me dire?

Comment va l'amoureux empire?

CUPIDON.

Toujours de pis en pis, grce mon frre an.

C'est un amour si mal morign.   [ 18 Morigner : Bien instruit, celui ou celle qu'on a bien lev en lui formant les moeurs. [R]]

VNUS.

70   Je sais qu'il est sans politesse,

Sans agrment et sans adresse:

Aussi n'est-ce pas lui

Qui dispose aujourd'hui

De la belle tendresse.

75   Vous avez tous les traits, dont la dlicatesse

Charme le coeur, en lui donnant des lois,

Et je n'ai mis dans son carquois

Que ces vieux traits rouills, dont la pointe mousse

Conclut l'amour par l'hymne.

CUPIDON.

80   Vraiment, l'hymen et lui

Sont bien mal ensemble aujourd'hui.

C'est un gros dbauch, qui m'te mes pratiques:

Il dgote les coeurs des galantes rubriques

Qui doivent au bonheur disposer le terrain:

85   Il conduit les amants par le plus court chemin.

Il me prvient partout, disant que c'est l'usage.

Et quand ses traits ont achev l'ouvrage,

Vous savez que les miens ne servent plus de rien.

VNUS.

Mon fils, je sais un moyen

90   Pour rtablir tes droits. C'est d'ordonner aux belles,

D'tre cruelles

Seulement jusqu' trente ans,

Pour donner le loisir nos jeunes amants

D'apprendre l'art de la galanterie.

CUPIDON.

95   Quoi, vous croyez... Mais j'aperois mon frre.   [ Il semble manquer une rime fminine pour aller avec galanterie et deux rimes masculines pour quilibrer les deux rimes fminines qui suivent.]

Je le laisse avec vous, prenez un air svre.

Il s'en va.

SCNE IV.
Vnus, Cupidon le dbauch, tenant une pipe allume la bouche et une bouteille d'eau-de-vie la ceinture.

VNUS.

Pour un amour l'attitude est nouvelle.   [ 20 L'original porte deux fois Cupidon comme nom d'acteur. Il semble que le premier soit Vnus.]

CUPIDON.

Dieu vous garde, la maman: je vous trouve bien belle

Aujourd'hui.

VNUS.

Rponds-moi, qu'as-tu fait du flambeau

100   Que je t'avais donn; ton carquois, ton bandeau:

As-tu vendu tout l'quipage?

CUPIDON.

Vendu, moi!

VNUS.

Que fait-on?

CUPIDON.

Non, je l'ai mis en gage

Pour avoir du vin vieux

Le nectar a manqu dans la cave des dieux;

105   Et depuis que Bacchus en ville tient taverne,  [ 21 Bacchus : Dieu des Paens qui tait invoqu par les dbauchs, cause qu'on le croyait inventeur du vin. [F]]

Il vend cher son vin de Falerne.  [ 22 Falerne : ancien nom propre d'une montagne et d'une campagne de la terre de labour en Italie. Elle tait prs de l'ancienne ville de Sinuessa, et remarquable par ses vins dlicieux. [T]]

VNUS.

Le cabaret, ivrogne, est-il pour les amours?

CUPIDON.

Les dames y sont tous les jours.

VNUS.

Oh, que tu sens le vin!   [ Il semble manquer une rime fminine pour aller avec enivre elle serait dans un demi vers qui complterait Oh que tu sens le vin.]

CUPIDON.

............

110   Depuis que je m'enivre,

Notre ngoce en va bien mieux:

L'on aime voir briller mon flambeau dans mes yeux:

La force du bon vin fait toute ma puissance,

Et j'attaque les coeurs en remplissant la panse.

Il chante.

115   Quelle fiert pourrait sur la fin d'un repas,

Rsister aux appas

De ma trogne vermeille?

J'embrase plus de coeur avecque ma bouteille,

Que ce petit marmot

120   Avec son falot.   [ 24 Falot : grosse lumire qu'on porte au bout d'un bton, enferme dans quelque vessie ou lanterne. [F]]

VNUS.

Si tu ne sais vaincre les belles,

Qu'en faisant dbauche avec elles,

Infme, va rgner dans les treize Cantons,   [ 25 Canton : se dit aussi d'un petit pays qui a un gouvernement particulier. Il y a treize Cantons des Suisses qui forment chacun une Rpublique, et qui sont ligus ensemble. [T]]

Ou sur les bas Bretons.

CUPIDON.

125   Vive, vive Paris, pour les amours bachiques:

Mon frre s'y fat des pratiques,

Mais, ma foi, depuis peu

Le petit fat n'a pas beau jeu.

Les coeurs y sont si durs, que ses petites flches,

130   N'y sauraient faire brches

L'acier en est trop fin.

Pour moi, quand j'ai tremp celle-ci dans le vin,

Je suis trs sr de ma conqute.

VNUS.

C'est une trahison que d'attaquer la tte,

135   Lorsqu'on veut affaiblir le coeur

CUPIDON.

J'ai fait ces trahisons des femmes d'honneur,

Qui ne m'ont point puni de les avoir trahies.

VNUS.

Taisez-vous, je ne puis entendre vos folies.   [ 26 Plutus : Dieu qui prsidait la distribution des richesses et que l'on reprsentait aveugle. [L]]

Retirez-vous, voici un laquais de Plutus. Que me veut-il?

Cupidon se retire.

LE LAQUAIS.

C'est de la part du dieu des richesses, qui voudrait bien vous rendre visite, pendant que votre mari n'y est pas.

VNUS, au laquais.

Dis-lui qu'il me fera beaucoup d'honneur.

Aux amours.

Allez, retirez-vous, je n'ai pas besoin d'amour ici.

UN DES AMOURS.

Le matre des dieux

140   Lorsqu'il est amoureux

D'une simple mortelle,

Ne peut se faire aimer d'elle

Sans votre secours.

Mais pour gagner le coeur mme d'une desse,

145   Le dieu de la richesse

N'a pas besoin des amours.

Les amours s'en vont.

SCNE V.
Vnus, Plutus.

Un coffre s'avance sur le thtre, formant un grand bruit par les chanes et les cadenas qui sont autour de lui.

VNUS.

Montrez-vous donc, Plutus; car le dieu des richesses est un dieu inutile, tant qu'il reste enferm sous la clef.

Le coffre s'ouvre, et il en sort un sac d'argent.

Oh, vous tes un peu plus aimable sous cette figure: mais si vous voulez me plaire vous vous rendrez encore plus palpable.

Plutus parat la place du sac.

On a bien de la peine vous dvelopper du mtail! Pour peu que vous fussiez galant, vous me feriez voir le fond du sac.   [ 27 Mtail : s'est dit autrefois pour mtal. [L]]

Plutus ouvre le sac.

Je serais contente de votre complaisance, si vous vouliez bien parler, et me faire part de cette douce loquence que les sourds entendent, qui fait parler les muets, et soupirer les plus cruelles.

Plutus tousse, crache et se dispose comme s'il voulait parler, et tout cela se termine par une grosse bague qu'il tire de son doigt, et qu'il met au doigt de Vnus.

On ne peut rien de plus galant que cette manire de s'exprimer: mais je sais que vous tes le premier homme du monde pour soutenir une conversation suivie...

Plutus tire un collier, et le lui donne.

Et qu'on ne se lasse jamais de vous entendre parler: et j'ai appris d'un historien moderne, que vous crivez des billets plus doux, plus persuasifs, et plus touchants que ceux de Voiture.

PLUTUS tire de son portefeuille plusieurs billets, qu'il lit bas en bourdonnant.

Hon, hon, hon... Vous payerez au porteur... Bon!   [ 28 Hon : cri de mcontentement. [L]]

Il donne ce billet Vnus.

VNUS.

Vingt mille francs! la fin vos libralits pourraient bien alarmer ma vertu. Que faudra-t-il donc que je fasse pour reconnaissance?

Plutus lui fait signe qu'il faut qu'elle l'aime.

S'il ne faut que mon estime, elle vous est acquise.

Plutus fait signe qu'il ne se contente pas de cela.

Que vous tes pressant, Plutus! Je vois bien que vous prtendez mon amiti. Je la ferais acheter un autre; mais pour vous, je vous la donne.

Plutus fait signe qu'il veut autre chose.

Ciel! Seriez-vous assez tmraire, pour vouloir de l'amour.

Plutus fait signe que oui.

Vous feriez cet outrage Vulcain?

Plutus fait signe qu'il s'en moque.

Non, je jure par le Styx, que je ne ferai point d'infidlit mon poux.   [ 29 Styx : Fleuve qui, selon la mythologie, coulait aux enfers ; les dieux juraient par le Styx, et ce serment ne pouvait tre viol. [L]]

PLUTUS.

Par le Styx?

VNUS.

Oui, par le Styx.

PLUTUS.

Par le Styx?

Il reprend sa bague, son collier, son billet, et rentre dans le coffre, qui se referme d'abord.

VNUS.

Plutus? Plutus? J'ai jur par le Styx, il est vrai, ce serment est inviolable pour les dieux: mais les desses ont des privilges, et moi surtout, qui Pris a donn la pomme, non pas pour ma beaut, comme disent les potes; mais seulement parce que je suis la desse de l'amour.   [ 30 Pris : fils de Priam enleva Hlne, et fut cause par-l de la guerre de Troie. [T]]

Cette pomme mystrieuse,

Qui croit au pays des Normands,

Preuve que Vnus amoureuse,

150   A droit, aussi bien qu'eux, de rompre ses serments.

M'entendez-vous, Plutus, Plutus, mon cher Plutus!

SCNE VI.
Vulcain, Vnus.

VULCAIN sortant du coffre au lieu de Plutus, et contrefaisant Vnus.

Plutus, Plutus, mon cher Plutus! Il n'y a point de Plutus pour vous: c'est moi qui ai pris sa figure pour vous prouver, coquette fieffe. Oh, je jure par le Styx, moi, qui n'ai pas le privilge de me ddire...

VNUS.

N'achevez pas, mon cher mari. Voudriez-vous me punir sans m'entendre?

VULCAIN.

Je ne vous ai que trop entendue, de par tous les diables, et il n'a tenu qu' moi de voir...

VNUS.

Il est vrai que les apparences sont contre moi: mais...

VULCAIN.

Tu as beau faire, tes discours ne m'teront pas de la tte ce que ta mauvaise conduite y a mis.

VNUS.

Qu'y a-t-il donc dans ma conduite de si extraordinaire? J'aime le plaisir de la conversation: et je choisis un jeune guerrier pour le brillant, et un financier pour le solide. En vrit il n'y a point de simple mortelle qui n'en fasse autant. Plutus est bon mnager, et tu seras trop heureux, quand la guerre sera finie, qu'il te fasse avoir une commission.

VULCAIN.

Je n'en veux point ce prix-l.

VNUS.

quel prix crois-tu que j'achte les bonnes grces de Plutus? Ne sais-tu pas que c'est une dupe qui paye d'avance, et qui achte, au prix des plus grandes faveurs, quelques minauderies coquettes qui ne tirent pas consquence? Il est charm d'une oeillade louche qui va tomber sur son rival: il croit qu'il est le hros de tous les cadeaux qu'il donne, et prend pour une langueur amoureuse, l'ennui mortel que sa conversation me fait souffrir.

VULCAIN.

Oh, je connais bien la race Plutonique. Ce drle-l sme en dieu libral: mais il recueille en homme avare: et je suis bien tromp si les articles de la recette ne suivent de prs ceux de la dpense. Dites-moi un peu, madame la coquette, quand vous avez rappel Plutus sur le ton d'une marchande du palais, qui prend au mot un joli chaland: quelle marchandise prtendiez-vous lui livrer?

VNUS.

Je prtendais l'amorcer avec de belles esprances, jusqu' ce que Mars soit de revenu de l'arme, pour le faire dguerpir l'hritage, et faire en sorte qu'il ne reste Plutus que l'honneur d'avoir fait les amliorations.   [ 31 Dguerpir : abandonner, quitter un hritage des cranciers demandeurs en declaration d'hypothque, pour se librer de leur action. [F]]

VULCAIN.

Comment, coquine, tu oses encore me parler de ce maraud de Mars? Je m'en vais me faire sparer de corps et de biens d'avec toi. J'ai dj donn ordre Mercure d'assembler tous les dieux pour cela, il ne doit pas tarder venir. Mais le voici.   [ 33 Mercure : Dieu de l'Antiquit, fils de Jupiter et de Maia ; il prsidait au ngoce. [T] ]

SCNE VII.
Mercure, Vulcain, Vnus.

MERCURE.

Seigneur Vulcain, j'ai excut vos ordres; je viens d'avertir les dieux de se trouver dans la salle de l'audience, ils sont dj la buvette.

VULCAIN.

L'assemble sera-t-elle nombreuse?

MERCURE.

Non, la plupart des dieux sont malades, cause des vins nouveaux.

VULCAIN.

N'importe, ils seront tous pour moi; car ma cause est la cause commune.

VNUS.

Si tous les dieux sont pour vous, les desses seront pour moi.

MERCURE.

Nous n'en aurons pas beaucoup; car la plupart sont alls jouer leur rle l'opra.

Vulcain.

, il faut vous mettre en tat d'tre jug, avant que les dieux paraissent. Mettez-vous sur la sellette.   [ 34 Sellette : petit sige de bois sur lequel on faisait asseoir, pour les interroger, ceux qui taient accuss d'un dlit pouvant faire encourir une peine afflictive. [L]]

VULCAIN.

Une sellette moi? C'est ma femme qui est l'accuse.

MERCURE.

Dans ces sortes de procs le mari est toujours le patient.

VULCAIN.

tempora! mores!

MERCURE Vnus bas.

J'ai pri Bacchus de composer un petit breuvage pour adoucir la colre de Vulcain. Laissez-nous faire, sortez d'ici sans rien dire, et ne paraissez point que je ne vous avertisse.

VULCAIN.

O va donc ma femme?

MERCURE.

C'est un petit accs de pudeur qui lui vient de prendre. Elle dit que vous plaidiez pour elle, et que tout ce que vous ferez sera bien fait. Entre nous, elle sent bien que sa cause est vreuse.

VULCAIN.

Vous allez voir aussi comme je vais triompher.

MERCURE.

Les lauriers de ce triomphe l seront bien secs; je crains bien que leurs feuilles ne tombent par terre, et qu'il ne vous en reste que le bois sur la tte. Mais j'entends messieurs qui commencent tousser, le procs est moiti jug. La porte de l'audience s'ouvre.

SCNE VIII.
Vulcain, Vnus.

Le thtre reprsente une salle o tous les Dieux sont assembls. On joue une trs belle marche, pendant laquelle les dieux s'avancent vers Vulcain: et Momus qui a fendu la presse, chante les paroles suivantes sur l'air de la marche.

MOMUS.

L'poux   [ 35 Momus : C'est le nom du Dieu de la raillerie. Les Potes disent qu'il tait fils de la Nuit et du Sommeil, et que toute son occupation tait d'examiner les actions des Dieux et des hommes, pour les tourner en raillerie et s'en moquer. [T]]

Jaloux

Qui blme

Sa femme

155   Dans le secret de sa maison,

A souvent raison:

Mais lorsqu'il court l'audience

Publier son mauvais sort,

Plus il prouve l'offense,

160   Plus il a tort, il a tort, il a tort, il a tort.

TOUS LES DIEUX reprennent.

Il a tort, il a tort, il a tort.

VULCAIN.

Monsieur Momus, ne venez pas ici, par vos fades plaisanteries, troubler la gravit de nos juges, elle fait plus de la moiti de leur science. Il m'a fait oublier la moiti de mon plaidoyer... Ah, le voici! Vous voyez devant vous l'afflig Vulcain votre confrre...

LES DIEUX l'interrompent en chantant.

Il a tort, il a tort, il a tort.

VULCAIN.

Un petit reste de musique, qui tait demeur en l'air. Je dis donc, messieurs...

TOUS LES DIEUX.

Il a tort, il a tort, il a tort.

JUNON d'un ton de colre.

Quelle honte est-ce l, messieurs? On ne veut pas se donner la peine d'entendre Vulcain? Si vus vous moquez d'un dieu qui se plaint de sa femme, que ferez-vous donc un simple mortel?

JUPITER.

Les mortels ne sont pas si sots que de se plaindre, ils passent ces sortes d'affaires sous silence.   [ 36 Jupiter : Dieu souverain du ciel et de la terre, et comme ils disent souvent, le pre des Dieux et le Roi des hommes. Jupiter tait fils de Saturne et d'Opis, ou de Rhe, et frre jumeau de Junon, qu'il pousa. [T]]

VULCAIN.

Cela est vrai, ils se contentent de faire imprimer des factums.   [ 37 Factum : mmoire imprim qu'on donne aux Juges, qui contient le fait du procs racont sommairement, o on ajoute quelquefois les moyens de droit. [F]]

JUNON.

Monsieur Vulcain, criez, temptez, faites le diable quatre, jusqu' ce qu'on ait rendu justice. Laissez-moi faire, je vais condamner au carcan tous les poux infidles.

VULCAIN.

Tous: donnez-vous-en bien de garde. Il n'y aurait personne pour faire excuter la sentence.   [ 38 Se donner de garde : se dfier, prendre ses prcautions. [L]]

JUNON.

J'enrage quand je vois...

JUPITER, Junon.

Taisez-vous, jalouse; on voit bien que vous avez de la rancune contre les maris. Si vous vouliez du bien Vulcain, vous lui conseilleriez de ne se point faire juger: car le mieux qui lui puisse arriver dans cette affaire, c'est d'avoir tort.

VULCAIN.

Oui, je commence comprendre que...

Il chante.

Il a tort, il a tort; n'a pas tout fait tort. Car pour avoir un arrt contre ma femme, je n'ai que faire de venir ici, le public en prononcera plus que je ne voudrais. Monsieur Jupiter, puisque vous jugez propos de ne me point juger, au moins donnez-moi quelque consolation dans mon affliction.

JUPITER.

La plus grande consolation qu'on puisse donner un mari afflig, c'est l'abondance des biens dans sa maison. J'ordonne donc que chacun vienne faire un prsent Vulcain, et lui donne un conseil convenable au prsent qu'il fera. Je vais commencer.

Il lui prsente un boeuf et un mouton.

Mon cher ami Vulcain, pour avoir l'abondance,

Tu dois joindre dans ta maison,

Du boeuf laborieux la sotte patience,

165   Avec la douceur du mouton.

VULCAIN.

Ah, Jupiter pour rcompense

D'un conseil qui chez moi va causer l'abondance,

Je te veux donner des souhaits.

Que ton voisin chez toi puisse mettre la paix.

170   Que ta Junon jamais ne gronde,

Lorsque mme ses yeux tu seras dloyal:

Enfin, quoique tu manques au devoir conjugal,

Qu'elle ne laisse pas d'tre toujours fconde.

JUNON Cyble.

Allons, ma grand'mre Cyble,   [ 39 Cyble : nom propre d'une Desse Phrygienne. Cybele. On l'appellait encore la Grande Mre, Magna Mater, la Mre des Dieux, Mater Deorum. [T]]

175   Tirez donc de votre escarcelle,

Quelque prsent

Pour cet enfant.

Cyble tire de grandes lunettes d'un tui.

JUNON.

Bon, ceci lui convient.

Vulcain.

Vulcain, prends ces lunettes,

180   Pour mieux examiner ce que fait ta moiti.

VULCAIN.

Je crains que pour en voir seulement la moiti,

Elles ne soient pas assez nettes.

Mais morbleu, on se moque de moi! Par la sang...   [ 41 Par la sang-bleu : habituellement on dit"palsambleu". Jurement de l'ancienne comdie. [L]]  [ 40 Morbleu : Sorte de jurement en usage mme parmi les gens de bon ton. [L]]

MOMUS s'adressant Jupiter, chante.

De sa Vnus la complaisante adresse,

185   Quand il voudra peut faire son bonheur.

Mais ta Junon; en faisant la diablesse,

Te vend bien cher un chimrique honneur.

VULCAIN.

Et bien souvent une fausse sagesse,   [ 42 Ocan : L'Ocan tait un Dieu chez les Anciens. On lui donne Thtys pour pouse, qui le fit pre des fleuves et des fontaines, et des Ocanides ; il eut d'une Pallante et de Styx, Nice, Cratus, Zelus et Bia, c'est--dire, la Victoire, la Force, l'mulation et la Violence.]

Peut l'poux causer un vrai malheur.

L'Ocan veut parler, et tousse toujours.

L'Ocan est bien flegmatique.

L'OCAN.

190   Je te fais prsent de ma toux.

Rien n'est plus souverain pour un mari jaloux

Qui la rage dans l'me,

Veut se cacher pour surprendre sa femme.

Je souhaite tous ceux de ta socit

195   Qu'en pareil cas leur gosier irrit,

Trahisse

Leur forte curiosit,

Et leur pargne le supplice,

D'tre pleinement convaincus

200   Qu'on les fait

Il tousse.

  Cocus.

VULCAIN.

Ce qui t'enrhume de la sorte,

C'est que ton pouse Thtys

Te fait souvent coucher sur le pas de la porte,

Pendant que le soleil dissipe ses ennuis.

MOMUS chante.

205   Ce dieu brlant, pendant toute l'anne,

Chauffe ton lit, pour te faire plaisir:

Mais un vieux fou qui prend jeune pouse,

C'est une mer qu'on ne saurait tarir.

VULCAIN.

Lorsqu'un vieillard a la tte charge,

210   Il a beau faire, il n'en peut pas gurir.

DIANE, donnant un croissant Vulcain.

Je gardais pour un poux   [ 43 Croissant : Diane, tant la lune, donne un croissant de lune comme bijou.]

Le plus brillant des bijoux.   [ 44 Diane : Desse de la chasse et aussi desse de la lune, chez les Latins.]

Mais, cousin, ton mauvais mnage

M'a dgot du mariage,

215   Et c'est toi que je ferai prsent

De mon croissant.

VULCAIN, Diane.

Divinit mlancolique,

Astre bizarre et lunatique,

Desse des ples couleurs,

220   Vous faites bien d'viter les malheurs

Qu'attire aprs soi l'hymne:

Car si vous tes marie,

Vous feriez votre poux

Jaloux.

DIANE.

Il n'appartient qu' Momus, et qu' vous,

225   De mdire d'une desse,

Qui fit de cent faons ses preuves de sagesse.

Je le maltraitai fort, dit-on,

Avez-vous oubli la fable d'Acton?   [ 45 Acton : C'est le nom propre d'un grand Chasseur, tant la chasse, il surprit Diane dans le bain, et l'ayant contemple pendant qu'elle toit toute nue, il en devint pris, et selon Hygin, il la voulut mme violer. La Desse le mtamorphosa en Cerf, et ses chiens l'ayant mconnu sous ce dguisement, le dchirerent en morceaux, et le dvorrent. [T]]

Parce qu'il me surpris sans voile et sans cornette,   [ 46 Cornette : Sorte de coiffure dont les femmes se servent dans leur deshabill. [Acad 1762]]

230   Dans le bain. Convenez avec sincrit

Qu'il est peu de femme bien faite

Qui pour un cavalier eut cette cruaut.

MOMUS chante.

Je vous apprends qu'une vieille coquette

Eut l'autre jour la mme cruaut:

235   Et pour l'avoir surprise sa toilette,

Un cavalier en fut fort maltrait.

VULCAIN.

Que la pudeur sied bien la fillette

Lorsqu'elle est jointe avecque la beaut!

PLUTON, donnant un billet Vulcain.

Nous sommes destins tous deux   [ 48 Pluton : Divinit infernale que les Payens croyaient prsider aux enfers.]  [ 47 Bident : Fourche deux dents. [L]]

240   commander les malheureux;

Moi dans l'enfer, toi dans le mariage.

De nos sceptres cornus faisons donc le partage.

VULCAIN.

Ton lot n'est pas gal au mien:

Car si tous les cocus venaient me rendre hommage,

245   Mon empire serait bien plus grand que le tien.

BACCHUS, chante en riant.

Ah, ah, ah, compre Vulcain,

Ah, ah, ah, le plaisant usage

D'tre chagrin du cocuage!

H, h, ce n'est pas tre sage,

250   De pleurer en secret

Quand on a chez soi le sujet

Qui fait rire, qui fait rire le voisinage.

Il donne un verre Vulcain, et tous les autres dieux, et leur verse boire.

MOMUS chante.

Que chacun vienne remplir son verre,

Pour boire la sant du cousin.

255   Voici le quinquina salutaire,   [ 49 Quinquina : corce qui vient des Indes occidentales, qui est un remde admirable pour les fivres intermittentes ; elle est compacte, de couleur rougetre, d'un got amer. [T]]

Qui gurit la fivre de Vulcain,

Partagez tous cette mdecine.

Maudit soit qui ne s'en munira,

Contre un mal qui prend la sourdine:   [ 50 la sourdine : Sans le bruit qui accompagne ordinairement la marche d'une troupe militaire. Fig. Secrtement. [L]]

260   Si vous ne l'avez il vous viendra.

VULCAIN.

Faites-en encor tirer chopine,

L'on trouvera bien qui le boira.

JUPITER, chante.

Quand le soin de gouverner le monde

Commence de troubler mon cerveau,

265   Je bois quelques sants la ronde,

Pour me soulager de ce fardeau.

Mais si les chagrins de ton mnage

Sont beaucoup plus lourds supporter,

En buvant quatre coups davantage,

270   Tu seras plus fort pour le porter.

VULCAIN.

Quand la tte souffre le dommage,

C'est la tte qu'il faut conforter.

JUNON, chante.

Si Bacchus ne peut gurir l'outrage,   [ 51 Junon : La Desse Junon toit fille de Saturne et de Rhe. Elle toit Desse des Royaumes et des Empires, des richesses, des mariages (...). Elle tait encore la Desse de la propret et des ornements, et c'est pour cela que ses statues avaient les cheveux friss et disposs trsproprement, et avec grand soin. [T]]

Que Vnus vient de faire Vulcain,

275   Au moins il lui donne le courage

D'aller se venger chez son voisin

Mais que peut le vin sur une femme,

Qui ne veut point trahir son honneur?

Il ne fait qu'allumer dans son me

280   Le feu d'une jalouse fureur.

VULCAIN.

Vous vous plaindriez beaucoup moins, madame,

Si Vnus vous prtait sa douceur.

Momus prsente Vnus Vulcain, et chante.

Puisque ta Vnus est innocente,

285   Nous te supplions de l'accepter:

Elle est aussi sage que charmante:

Et si tu prtendais en douter,

Bacchus va jurer qu'elle est jolie,

Tu sais qu'il dit toujours la vrit:

290   Et moi, grand dieu de la raillerie,

Je rponds de sa fidlit.

VULCAIN.

Puisses-tu dans mon me attendrie

Faire rgner l'incrdulit!

Bacchus fait embrasser Vulcain et Vnus,

295   et les fait boire tous deux dans le mme verre.

PLUTON, chante.

Quoiqu'un gros chien garde toujours ma porte,

Je ne crois pas ma femme en sret,

Mais quand j'ai bu, j'ai la tte si forte

Que je suis sr de sa fidlit.

VULCAIN.

300   Pour publier les armes que tu portes,

Tu boiras donc tout le fleuve Lth.   [ 52 Lth : Nom propre d'un des fleuves des Enfers. La Fable dit que l'on en faisait boire aux mes des morts dans les enfers, et que quand on en avait bu, on ne se souvenait plus de rien. [T]]

BACCHUS, chante.

Puisque le vin t'a rendu raisonnable,

Il faut bannir tous les soupons jaloux.

Vos dmls se videront table:

305   Pour les rgler, je vais boire avec vous.

VNUS, chante.

Grce au bon vin, tu crois que je suis sage:

Maudit celui qui te dtrompera.

S'il te revient quelque fcheux prsage,

Va chez Bacchus, il me justifiera.

VULCAIN, chante.

310   Te voil donc, Vnus, justifie,

Il faut finir, notre titre est entier.

On blanchirait l'picire accuse,

Si l'on pouvait enivrer l'picier.

 


Notes

[1] Mars : Dieu de la guerre et des batailles. Il eut de Vnus deux fils et une fille. Les fils sont la Terreur et la Crainte, la fille fut l'Harmonie. [T]

[2] Grisette : Femme, ou fille jeune, vtue de gris. On le dit par mpris de toutes celles qui sont de basse condition, de quelque toffe qu'elles soient vtues. [T]

[3] Vnus : Desse de la beaut et de la volupt, mre des Graces et des Amours.

[4] Bellone : Desse de la Guerre, soeur ou compagne de Mars. [T]

[5] Vulcain : Dieu qui prside aux feux souterrains, aux mines et aux mtaux. [T]

[6] Carogne : On apelle ainsi, bassement et par injure, une mchante femme, une femme dbauche. [FC]

[7] Palsambleu : Jurement de l'ancienne comdie. [L]

[8] Htel de Bourgogne : thtre parisien o fut cre cette pice.

[9] Magot : Gros singe sans queue du genre des macaques. Fig. et familirement. Un magot, un homme fort laid. [L]

[10] Hai : Exclamation, la mme que H. [L]

[11] Plumet : Fig. Un jeune militaire. [L]

[12] Baste : Elle indique qu'on se contente, qu'on ne se fche pas. Elle marque le ddain. [L]

[13] Rondache : espce de bouclier dont se servent encore les Espagnols qui courent la nuit. [F]

[14] Coiffer : Se coiffer d'une femme, "en devenir amoureux." [O]

[15] Le Bourget : ville au nord de Paris.

[16] Manger les yeux : On dit que des gens se mangent les yeux, le blanc des yeux, sont prts se sauter aux yeux, pour signifier qu'ils sont en querelle violente, en procs. [L]

[17] Cupidon : Dieu fabuleux de l'Amour. On le peint avec des ailes, un arc et un carquois, pour blesser les coeurs. [T]

[18] Morigner : Bien instruit, celui ou celle qu'on a bien lev en lui formant les moeurs. [R]

[19] Il semble manquer une rime fminine pour aller avec galanterie et deux rimes masculines pour quilibrer les deux rimes fminines qui suivent.

[20] L'original porte deux fois Cupidon comme nom d'acteur. Il semble que le premier soit Vnus.

[21] Bacchus : Dieu des Paens qui tait invoqu par les dbauchs, cause qu'on le croyait inventeur du vin. [F]

[22] Falerne : ancien nom propre d'une montagne et d'une campagne de la terre de labour en Italie. Elle tait prs de l'ancienne ville de Sinuessa, et remarquable par ses vins dlicieux. [T]

[23] Il semble manquer une rime fminine pour aller avec enivre elle serait dans un demi vers qui complterait Oh que tu sens le vin.

[24] Falot : grosse lumire qu'on porte au bout d'un bton, enferme dans quelque vessie ou lanterne. [F]

[25] Canton : se dit aussi d'un petit pays qui a un gouvernement particulier. Il y a treize Cantons des Suisses qui forment chacun une Rpublique, et qui sont ligus ensemble. [T]

[26] Plutus : Dieu qui prsidait la distribution des richesses et que l'on reprsentait aveugle. [L]

[27] Mtail : s'est dit autrefois pour mtal. [L]

[28] Hon : cri de mcontentement. [L]

[29] Styx : Fleuve qui, selon la mythologie, coulait aux enfers ; les dieux juraient par le Styx, et ce serment ne pouvait tre viol. [L]

[30] Pris : fils de Priam enleva Hlne, et fut cause par-l de la guerre de Troie. [T]

[31] Dguerpir : abandonner, quitter un hritage des cranciers demandeurs en declaration d'hypothque, pour se librer de leur action. [F]

[32] Terme de jurisprudence. Sparer de biens un mari et une femme, ordonner en justice qu'il n'y aura plus entre eux communaut de biens. [L]

[33] Mercure : Dieu de l'Antiquit, fils de Jupiter et de Maia ; il prsidait au ngoce. [T]

[34] Sellette : petit sige de bois sur lequel on faisait asseoir, pour les interroger, ceux qui taient accuss d'un dlit pouvant faire encourir une peine afflictive. [L]

[35] Momus : C'est le nom du Dieu de la raillerie. Les Potes disent qu'il tait fils de la Nuit et du Sommeil, et que toute son occupation tait d'examiner les actions des Dieux et des hommes, pour les tourner en raillerie et s'en moquer. [T]

[36] Jupiter : Dieu souverain du ciel et de la terre, et comme ils disent souvent, le pre des Dieux et le Roi des hommes. Jupiter tait fils de Saturne et d'Opis, ou de Rhe, et frre jumeau de Junon, qu'il pousa. [T]

[37] Factum : mmoire imprim qu'on donne aux Juges, qui contient le fait du procs racont sommairement, o on ajoute quelquefois les moyens de droit. [F]

[38] Se donner de garde : se dfier, prendre ses prcautions. [L]

[39] Cyble : nom propre d'une Desse Phrygienne. Cybele. On l'appellait encore la Grande Mre, Magna Mater, la Mre des Dieux, Mater Deorum. [T]

[40] Morbleu : Sorte de jurement en usage mme parmi les gens de bon ton. [L]

[41] Par la sang-bleu : habituellement on dit"palsambleu". Jurement de l'ancienne comdie. [L]

[42] Ocan : L'Ocan tait un Dieu chez les Anciens. On lui donne Thtys pour pouse, qui le fit pre des fleuves et des fontaines, et des Ocanides ; il eut d'une Pallante et de Styx, Nice, Cratus, Zelus et Bia, c'est--dire, la Victoire, la Force, l'mulation et la Violence.

[43] Croissant : Diane, tant la lune, donne un croissant de lune comme bijou.

[44] Diane : Desse de la chasse et aussi desse de la lune, chez les Latins.

[45] Acton : C'est le nom propre d'un grand Chasseur, tant la chasse, il surprit Diane dans le bain, et l'ayant contemple pendant qu'elle toit toute nue, il en devint pris, et selon Hygin, il la voulut mme violer. La Desse le mtamorphosa en Cerf, et ses chiens l'ayant mconnu sous ce dguisement, le dchirerent en morceaux, et le dvorrent. [T]

[46] Cornette : Sorte de coiffure dont les femmes se servent dans leur deshabill. [Acad 1762]

[47] Bident : Fourche deux dents. [L]

[48] Pluton : Divinit infernale que les Payens croyaient prsider aux enfers.

[49] Quinquina : corce qui vient des Indes occidentales, qui est un remde admirable pour les fivres intermittentes ; elle est compacte, de couleur rougetre, d'un got amer. [T]

[50]  la sourdine : Sans le bruit qui accompagne ordinairement la marche d'une troupe militaire. Fig. Secrtement. [L]

[51] Junon : La Desse Junon toit fille de Saturne et de Rhe. Elle toit Desse des Royaumes et des Empires, des richesses, des mariages (...). Elle tait encore la Desse de la propret et des ornements, et c'est pour cela que ses statues avaient les cheveux friss et disposs trsproprement, et avec grand soin. [T]

[52] Lth : Nom propre d'un des fleuves des Enfers. La Fable dit que l'on en faisait boire aux mes des morts dans les enfers, et que quand on en avait bu, on ne se souvenait plus de rien. [T]

 Version PDF 

 Version TXT 

 Rpliques par acte

 Caractres par acte

 Rpliques par scne

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies