LA MORT DE COCHON

Chien de M. le Maréchal de Vivonne

TRAGEDIE

1688

Par Antoinette Des Houlières


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 07/04/2017 à 09:57:16.


ACTEURS

GRISETTE, Chatte de Madame Deshoulieres, Amante de Cochon.

MIMY, Chatte de Mademoiselle Deshoulieres, Amant de Grisette.

MARMUSE, Chat de Madame Deshoulieres, Confident de Mimy.

CAFAR, Chat des Minimes de Chaillot, Député des Chats du Village.

TROUPES DE CHATS du voisinage.

L'AMOUR.

La Scène est à Paris, dans la Maison de Madame Deshoulières. Le Théâtre s'ouvre, et représente une Terrasse de plein pied aux Gouttières.

Texte tiré du tome 2 des Oeuvres de Madame Deshoulières (1798) pp 276-291. [BnF YE-20108]


SCÈNE PREMIÈRE.
Mimy, Marmuse, Choeur de chats du voisinage.

MIMY.

Je ne puis plus souffrir les rigueurs dont Grisette

Paye mes soins et mon tourment ;

Pour Cochon, tu le sais, l'ingrate me maltraite.

Ciel ! Quel dérèglement !

5   Une chatte choisit un chien pour son amant !

Conçois-tu bien, mon cher Marmuse

L'excès des peines que je sens ?

Depuis deux ans

Un vilain chien possède un coeur qu'on me refuse.

MARMUSE.

10   À votre désespoir, Mimy,

Je ne puis exprimer combien je suis sensible ;

J'ai vers la belle gloire une pente terrible ;

Et de plus, je suis votre ami.

Croyez-moi, quittez une Chatte

15   Assez peu délicate

Pour préférer un chien au plus parfait des chats.

MIMY.

Je ne saurais cesser d'adorer ses appas.

Mais il faut aujourd'hui que ma vengeance éclate.

Ami, ne m'abandonne pas ;

20   Viens m'aider à punir une maîtresse ingrate.

MARMUSE.

Quand il faut vous servir, pour moi rien n'est sacré.

Allons, je vous offre ma patte,

Disposez-en à votre gré.

SCÈNE II.
Mimy, Marmuse, Cafar, Choeur de chats du voisinage.

CAFAR.

Apprenez, beaux Matous, une grande nouvelle.

25   Cochon vient de perdre le jour ;

Une rage affreuse et cruelle

À Grisette a ravi l'objet de son amour.

MARMUSE.

Le coeur de Grisette

Est donc à louer,

30   Avec la coquette

Qui veut se jouer ?

Pour moi, qui me pense

Un Chat d'importance,

Je ne ferai rien

35   Qui vous fasse dire

Que mon coeur aspire

Aux restes d'un Chien.

MIMY.

Quelle main favorable a lavé notre injure

Dans le sang de ce Chien maudit :

40   Cafar, faites-nous le récit

De cette agréable aventure.

MARMUSE.

Ne vas pas imiter le style triomphant

D'un genre de Mortels que Beaux-Esprits on nomme.

La mouche entre leurs mains devient un éléphant ;

45   Et l'on pourrait aller de Paris jusqu'à Rome,

Avant qu'ils eussent dit le chagrin d'un enfant

À qui l'on dérobe une pomme.

CAFAR.

Je n'ai garde d'être si sot.

Un village ici près, qu'on appelle Chaillot,

50   Agréable, abondant, vaste, peuplé tout comme.

MARMUSE.

Justement, t'y voilà. Nous pouvons faire une somme

Avant que nous soyons à la mort de Cochon.

Harangueur fastueux, dont l'éloquence assomme?

Puisse-t-on de ta peau bientôt faire un manchon !

CAFAR, à Mimy.

55   Ce fou vous est-il nécessaire ?

MIMY.

Ne vous amusez pas à ses emportements.

CAFAR.

Sachez donc que depuis un temps,

Chaillot est devenu le séjour ordinaire

D'un Maréchal vaillant comme défunt César,

60   Sage comme un sCaton, savant comme un Homère.

MARMUSE.

Halte-là, mon ami Cafar ;

L'éloge n'est pas ton affaire.

Nous connaissons ce Maréchal,

Ce qu'il a fait, ce qu'il peut faire :

65   Et nous l'aimons, foi d'animal.

CAFAR, à Mimy.

Ne voulez-vous pas faire taire

Ce petit fripon de Matou ?

MIMY, à Marmuse.

Ah ! Marmuse, écoutez, si vous voulez me plaire.

MARMUSE.

Qu'il me soit donc permis, de bâiller tout mon soûl.

CAFAR.

70   Cochon trop orgueilleux des faveurs de son maître,

De tous les autres Chiens attirant le courroux,

C'en est trop, dirent-ils, vengeons-nous, vengeons-nous.

Il faut nous défaire d'un traître.

La rage à cet instant vient s'offrir devant eux :

75   Qu'un de vous aujourd'hui, dit-elle, me reçoive ;

Sans qu'on s'en aperçoive,

Je punirai cet orgueilleux.

Cirron, sans tarder davantage,

Ouvre toute son âme à la cruelle rage.

80   D'abord ce Chien adroit

Parcourut le village,

Puis vint prendre Cochon par un vilain endroit,

Et l'envoya là-bas tout droit.

MIMY.

La fortune pour nous devient donc favorable.

85   Ce Chien, ce rival redoutable,

Pour qui nos tendres soins ont été négligés,

A subi des destins l'arrêt irrévocable ;

Mais peut-être les maux dont l'Amour nous accable

N'en seront pas plus soulagés.

90   Grisette pleurera ses plaisirs dérangés.

Quand on aime, est-ce un avantage

De voir du fier objet à qui l'on rend hommage

Les beaux yeux toujours affligés ?

CHOEUR DE CHATS.

Miaou, miaou, nous sommes tous vengés.

MARMUSE, à Mimy.

95   Au lieu de vous répandre en de belles paroles,

Nous ferions mieux d'aller à pas bien ménagés,

Dérober là-bas quelques soles,

Ou de certains chapons de graisse tous chargés,

Que je sais qu'on n'a pas mangés.

MIMY.

100   Marmuse, un autre soin m'occupe.

MARMUSE.

En héros de roman, comme une franche dupe,

Cher Ami, vous vous érigez.

CHOEUR DE CHATS.

Miaou, miaou, nous sommes tous vengés.

SCÈNE III.
Grisette, Mimy, Marmuse, Cafar, Choeur de chats du voisinage.

GRISETTE.

Cruels Matous, qu'osez-vous dire ?

105   Songez-vous que vous m'outragez ?

CHOEUR DE CHATS.

Miaou, miaou, nous sommes tous vengés.

GRISETTE.

À mes cruels ennuis je ne saurais suffire.

Mon juste désespoir va finir mes malheurs ;

Miaou, miaou, coulez, coulez mes pleurs.

110   Malgré la haine naturelle

Que le Ciel, en naissant, imprima dans nos coeurs,

Cochon désarma mes rigueurs,

Et je perdis pour lui le beau nom de cruelle.

Miaou, miaou, coulez, coulez mes pleurs.

MARMUSE.

115   Grisette, rougissez de vos folles douleurs.

CHOEUR DE CHATS.

Grisette, rougissez de vos folles douleurs.

GRISETTE.

Non, ce n'est point assez de pleurer ce que j'aime,

Son trépas demande le mien.

Mourons pour cet illustre Chien ;

120   À ses mânes errants immolons-nous nous-même.

Non, ce n'est point assez de pleurer ce que j'aime,

Son trépas demande le mien.

MIMY.

Ce n'est donc pas assez, Chatte injuste et barbare,

D'avoir trahi votre gloire

125   Par une passion bizarre ?

Quand la mort d'un rival rallume mon espoir,

Il faut encor me faire voir

Tout ce qu'à mon amour votre douleur prépare ?

Craignez que cette patte... Ah ! ma raison s'égare.

130   Je frissonne... Je meurs...

MARMUSE, à Mimy.

  Bonsoir.

À Grisette.

C'est un diable quand on l'irrite ;

Ne vous exposez pas à son ardent courroux :

A contenter ses feux tout en lui vous invite.

Cochon n'avait d'autre mérite

135   Que celui d'être aimé d'un héros et de vous.

GRISETTE.

Son choix autorisait ma fatale faiblesse.

On sait pour mon amant la douleur qui le presse.

Mon cher Cochon était le plus beau des Toutous.

Miaou, miaou.

MARMUSE.

140   Peste de Miaous !

Beauté capricieuse,

Soyez un peu moins précieuse ;

Le ridicule suit de bien près les grands goûts.

Cet assemblage de merveilles,

145   Ce Cochon, ce Chien tant aimé,

Était sans queue et sans oreilles.

Il fut, dit-on, sauvé de l'égout de Marseille ;

Et Cochon fut nommé,

Tant il avait de l'air de cette bête immonde.

150   Il sortait de sa gueule une certaine odeur

Qui se faisait sentir de cent pas à la ronde.

Il ne lui restait plus qu'un oeil distillateur.

C'était, à cela près, le plus beau Chien du monde.

GRISETTE.

Non, Cochon était fait

155   Pour enflammer un coeur.

CHOEUR DE CHATS.

Pour faire mal au coeur.

MARMUSE.

Durant tout le cour de sa vie

Il ne se passa jour, je n'en excepte aucun,

Qu'il ne lui prit une sincère envie

160   De dévorer toujours quelqu'un :

Chapons, Perdrix, entraient dans sa panse profonde,

Sans qu'il prit soin de les mâcher.

Caresses ni bienfaits ne pouvaient le toucher ;

C'était, à cela près, le meilleur Chien du monde.

GRISETTE.

165   Ose-t-on à mon coeur porter de pareils coups !

Ah ! Que d'horreurs, et quel blasphème,

Redoutez, médisants Matous,

Redoutez ma fureur extrême ;

Tremblez, tremblez tous.

170   Toi, divine Vénus, dont je suis descendue,

Viens ici défendre mes droits.

Ne laisse pas pour moi ta tendresse inconnue ;

Punis des habitants des toits

La brutale et dure insolence.

175   C'est en moi ton sang qu'on offense.

MARMUSE.

Nous redoutons peu sa vengeance ;

Un Chat au bord du Nil fut jadis son époux,

Et nous avons fait connaissance

Tandis qu'elle était parmi nous.

180   Cessez donc d'invoquer la charmante Déesse ;

Redonnez-vous à votre espèce,

Votre destin sera plus doux.

CHOEUR DE CHATS.

Redonnez-vous à votre espèce,

Votre destin sera plus doux.

GRISETTE.

185   Je dois à Cochon ma tendresse.

Dussiez-vous être encor mille fois plus jaloux.

Vous verrez à quel point pour lui je m'intéresse.

CHOEUR DE CHATS.

Redonnez-vous à votre espèce,

Votre destin sera plus doux.

MARMUSE.

Menuet.

190   Il faut n'être pas mal folle

Pour aimer un amant mort.

Les Humains en sont d'accord :

On apprend à leur école

Que l'absent a toujours tort.

MIMY.

195   L'ingrate a déjà fait retraite,

Elle fuit mes feux irrités.

Ah ! cruelle Chatte, arrêtez,

Grisette, Grisette, Grisette.

CHOEUR DE CHATS.

Grisette, Grisette, Grisette.

200   Ah ! Cruelle chatte, arrêtez.

SCÈNE IV.
L'Amour, Mimy, Marmuse, Choeur de Chats.

L'AMOUR à califourchon sur une gouttière.

Tendre Matou, laissez-la faire :

Votre infortune finira ;

J'en jure par mon arc, j'en jure par ma mère.

La constance est une chimère,

205   Dont Grisette se lassera.

CHOEUR DE CHATS.

Croyons, croyons l'Amour ; ce Dieu nous vengera.

 


 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies