LES RIVAUX AMIS

TRAGI-COMÉDIE

M. DC. LXVIII. AVEC PRIVILÈGE DU ROI.

À PARIS, Chez AUGUSTIN COURBÉ, au Palais, en la Galerie des Merciers, à la Palme.


Texte établi pour le Mémoire de Maîtrise par Guillaume Robert et par dirigé par Georges Forestier, Paris, 1997.

Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 07/04/2017 à 09:56:46.


À MONSEIGNEUR LE COMTE D'ANNAN.

Monseigneur,

De quelque nature que soit la Gloire, elle a cela de particulier avec le feu de s'élever toujours en haut, et de n'agir jamais si noblement que sur les choses le moins attachées à la matière terrestre. Il en est de même des hommes illustres; qui dédaignent si fort les actions viles et rampantes, qu'ils n'en font pour l'ordinaire que de glorieuses, et de relevées. De quoi je m'assure, on ne s'étonnera pas beaucoup, si l'on considère que cet avantage est un effet de la bonne éducation, et encore plus de la Nature, qui dénie la plupart du temps aux âmes vulgaires, ce qu'elle donne presque toujours aux personnes de grande naissance. Je sais MONSEIGNEUR, qu'au point ou la vôtre est considérable, elle vous fait assez estimer des honnêtes gens, sans qu'il soit besoin que je le publie. Aussi ne prétends-je pas de vous louer ici, pour faire savoir à tout le monde que personne n'ignore ; mais plutôt pour rendre à vos vertus une reconnaissance d'autant plus juste, qu'elles vous font admirer de tous en général, et de moi particulièrement. Car je crois ne rien donner à la flatterie, si je dis qu'en un âge encore tendre, vous témoignez avoir une modération extraordinaire, et que les dons du corps sont accompagnés en vous de ceux de l'esprit, dans une solide connaissance des Arts et des Langues. Vous avez si bien appris la nôtre, qu'étant assuré comme je suis, qu'elle vous est familière, et que vous aimez passionnément les ouvrages de prose et de vers, je prends la hardiesse de vous envoyer celui-ci, que j'ai depuis peu, fait mettre en lumière. C'est une nouvelle pièce de théâtre, que votre grande REINE, qui est une des merveilles de notre FRANCE, et les délices de l'ANGLETERRE, a déjà vu écrite à la main, et qu'elle a même daigné honorer de son approbation ; ce qui me fait espérer, que cette TRAGI-COMÉDIE ayant eu le bonheur de lui plaire, vous n'aurez pas désagréable qu'elle vous soit dédiée. Recevez la doncques s'il vous plaît, pour un témoignage de ce que je dois à votre Vertu, et du service que je vous ai voué, puisque je suis de toute mon âme,

MONSEIGNEUR,

Votre très humble, et très obéissant serviteur, I. BAUDOIN.


AU LECTEUR.

Je vous entretiendrais amplement sur ce poème Dramatique ; si je ne savais, qu'en le lisant vous-même d'un bout à l'autre, vous en trouverez sans doute le sujet plus divertissant, et la tissure plus agréable. Il me suffit de vous dire, que son auteur est assez connu par le mérite de son esprit, et par ses autres ouvrages, pour vous faire juger équitablement de ce que vaut celui-ci. C'est une TRAGI-COMEDIE, accommodée au théâtre, où, quand on l'a représentée, elle n'a pas manqué d'approbateurs, qui lui ont donné de légitimes louanges. Votre sentiment secondera le leur je m'assure, en la voyant sur le papier ; et vous avouerez, à vrai dire, que l'invention en est belle, la conduite judicieuse, et l'intrigue ingénieusement démêlée. Que si par mégarde, il s'y est glissé des fautes d'impression, vous seriez peu raisonnable de ne les excuser pas, puis qu'il n'est point de livre qui s'en exempte, quelque diligence qu'on y apporte.


ACTEURS

PHALANTE, Fils inconnu d'Iarbe, Duc de Calabre.

HYDASPE, Compagnon de Phalante.

IOLAS, Prince de Tarente.

CLARIDAN, Capitaine de Phalante.

BÉRÉNICE, Fille du Duc de Calabre.

LE PAGE.

IOLANTE, Princesse de Tarente, Soeur d' Iolas.

LILIANE, Princesse de Tarente, Soeur d' Iolas.

LES MÉDECINS du Prince Iolas.

CARINTE, Fille d'honneur des Princesses de Tarente.

CLÉONTE, Capitaine des gardes d'Iolas.

ARONTE, gentilhomme d'Iolas.

IARBE, Duc de Calabre.

LES SOLDATS.

MÉNANDRE, Confident d'Iarbe.

ALMÉDOR, Gentilhomme d'Iarbe.

La Scène est à Tarente.


ACTE I

SCÈNE I.
Phalante, Hydaspe, Claridan.

HYDASPE.

Enfin tu ne peux plus différer de me dire,

Le sujet important qui cause ton martyre,

Et quelle occasion t'oblige de chérir,

Ces Tarentins pressés, que tu viens secourir.

5   Nous voila parvenus dans la Ville assiégée ;

Avant que d'aborder la Princesse affligée,

De grâce, éclairci moi, favorise mes voeux,

Dis-moi ce qui nous mène.

PHALANTE.

Hydaspe, je le veux,

Puisque je l'ai promis, il faut que je seconde

10   Le désir de l'ami le plus discret du monde ;

Qui vivement touché de la peine où je suis,

Ainsi que mes honneurs, partage mes ennuis :

Mais ami, je ne puis contenter ton envie,

Sans faire en abrégé l'Histoire de ma vie.

15   Marchons vers le Palais toujours au petit pas,

Cependant Claridan, dispose nos soldats,

Rends de ces Calabrais l'entreprise inutile,

Je te commets le soin du salut de la Ville,

Qui plaint son brave chef, perdu parmi les morts,

20   Et qui n'espère plus en rien qu'en nos efforts,

Jette les yeux par tout, tourne, et veille sans cesse,

Tandis que nous irons visiter la Princesse.

CLARIDAN.

Vous pouvez sur mes soins reposer sûrement.

SCÈNE II.
Phalante, Hydaspe.

PHALANTE.

Puisque tu veux savoir l'état de mon tourment,

25   Et pourquoi retourné d'Afrique en la Sicile,

J'en suis parti soudain, pour sauver cette ville,

Par le congé du Roi, qui secondant mes voeux,

M'aime au point que tu sais, et veut ce que je veux,

Apprends cher confident, que depuis trois années,

30   Par le vouloir du ciel, et de mes destinées,

J'avais donné mon âme au Prince généreux,

Qui naguère régnait en ce lieu mal-heureux ;

Nous sentant presque égaux, d'esprits, de moeurs, et d'âges,

J'avais gagné son coeur en cinq ou six voyages,

35   Que par l'ordre du Roi, ton Seigneur, et le mien,

J'ai fait pour les unir par un ferme lien.

Alors non seulement en des faveurs si grandes,

J'obtins de lui l'effet de toutes mes demandes :

Mais par son coeur encore il voulut m'accorder

40   Un présent, que je n'eusse osé lui demander.

Phalante, me dit-il, tu sais que d'ordinaire,

On nous peint la Fortune inconstante, et légère,

Tu sais que sa faveur s'écoule incontinent,

Et qu'on ne voit rien d'elle ici de permanent.

45   Si jamais l'amitié de ton roi t'abandonne,

Viens partager ici mes biens, et ma Couronne.

Je te jure, Phalante, une immuable foi ;

Depuis que je t'ai vu, mon coeur n'est plus à moi :

Ta Vertu m'a charmé, je ne m'en puis défendre,

50   Tant que tu traiteras, ton maître n'a qu'à prendre ;

Tu m'as fait tout signer, comme il l'a résolu,

Mes États seraient siens, si tu l'eusses voulu.

À ce ressouvenir, Hydaspe, je me pâme,

Je perds, en le perdant, la moitié de son âme ;

55   Dans mon deuil aujourd'hui rien ne peut m'égaler,

Et rien dans ce malheur ne me peut consoler.

HYDASPE.

Ce Prince, je l'avoue, avait beaucoup de charmes,

Et cette grande perte est digne de tes larmes ;

Mais ton grand coeur, Phalante, invincible d'ailleurs,

60   Veut-il se laisser vaincre à ses propres douleurs ?

En pleurant ton ami, veux-tu cesser de vivre ?

PHALANTE.

Plut au Ciel que mon sort m'eut permis de le suivre !

Écoute, et tu verras que tant qu'il fut vivant,

Son amitié pour moi passa bien plus avant :

65   Par là tu jugeras du mal qui me transporte.

Voulant s'unir à moi d'une chaîne plus forte,

Et que ce nom de frère, entre de si doux noeuds,

Fut avecque raison commun entre nous deux,

Il voulut l'assurer par la foi d'Hymenée ;

70   De ses deux soeurs, Hydaspe, il me promit l'aînée,

Mais j'avais pour la jeune, une secrète ardeur,

Et ses yeux, où régnaient l'Amour, et la Pudeur,

Semblaient si bien répondre à ma naissante flamme,

Que seuls ils eurent droit d'assujettir mon âme.

75   Sans incivilité, je pouvais consulter,

Sur l'honneur qu'il m'offrait, avant que l'accepter,

Vu que j'avais un maître, et que sans sa licence,

Je n'eusse osé conclure une telle alliance.

Dans ce ressentiment, je marquai mes transports,

80   Le respect me fournit des termes assez forts ;

Et je me composai de sorte, qu'Iolante,

Remarquant dans mes yeux cette ardeur violente,

Où l'Amour de sa soeur m'avait précipité,

L'imputa faussement aux traits de sa beauté.

85   L'Amour tient cependant Liliane avertie,

Qu'elle avait de mon coeur la meilleure partie,

Que j'étais son esclave, et que je n'aspirais

Qu'a l'immortel honneur de vivre sous ses lois.

HYDASPE.

Je touche au but, Phalante, et comprends le mystère,

90   Tu viens servir la soeur, aussitôt que le frère,

Cette jeune merveille attire ici nos pas,

Ton coeur assurément languit dans ses appas.

PHALANTE.

Suspend ton jugement, et si tu ne te lasses,

Du récit ennuyeux de mille autres disgrâces,

95   À qui je fus en butte, accorde moy ce point,

Écoutes en la suite, et ne m'interromps point.

Sur le point qu'Iolante entrait en frénésie,

Que nos feux mutuels fondaient sa jalousie,

J'eus ordre de partir, non sans beaucoup d'ennui ;

100   Ce Duc des Calabrais, qui nous presse aujourd'hui,

Tenant comme tu sais, des terres en hommage,

Du Roi, qui justement redoutait son courage,

Je fus en ambassade envoyé dans sa Cour,

Où je fus obligé de faire un long séjour.

105   Las ! De mon sort bizarre admire le caprice,

Je n'eus pas sitôt vu sa fille Bérénice,

Cette rare Princesse, à qui cent potentats,

Ont consacré leurs coeurs, ainsi que leurs États,

Ce miracle d'Amour, devant qui tout s'incline,

110   Que me voilà charmé de sa beauté divine ;

Et ce puissant objet voulut m'ôter du coeur

Celui de Liliane, et s'en rendre Vainqueur ;

Mais ce fort assailli, tenait encor pour elle,

Dans ma légèreté je me trouvais fidèle ;

115   Et quand j'examinais ces deux charmes puissants,

Tantôt l'un, tantôt l'autre, avait droit sur mes sens.

Toutefois Bérénice étant la plus parfaite,

Par la décision qu'Amour même en a faite,

Il semblait que mon âme errante en divers lieux,

120   Inclinât davantage aux attraits de ses yeux.

Un secret mouvement, que je ne pus comprendre,

Après un long combat, me força de me rendre :

Son accueil obligeant, sa grâce, et ses discours,

Firent naître en mon coeur mille nouveaux amours ;

125   Avecque nos désirs, nos yeux se rencontrèrent,

Qui de coups mutuels, nos âmes pénétrèrent.

Mais quoi que de ce feu je visse la grandeur,

Je m'arrêtais encore à ma première ardeur,

Et conservais en moi certaines étincelles,

130   Qui ne se perdaient point dans des flammes si belles.

HYDASPE.

Bizarre coup du sort ! Étrange effet d'amour !

PHALANTE.

Ce dernier feu pourtant croissait de jour en jour ;

J'en voyais la lumière, et j'en sentais la flamme,

Qui petit à petit s'allumait dans mon âme.

135   De mille attraits nouveaux, je me trouvais charmé,

J'étais également, Amant, et bien-aimé ;

Et cette incomparable, et divine Princesse,

À sa chaste amitié mêla tant de tendresse,

Qu'enfin ce rare objet occupant mes esprits,

140   M'eut fait avoir le ciel, et le monde à mépris ;

Je la sollicitai d'accomplir l'Hyménée ;

Mais comme pour l'honneur cette belle était née,

Quoi qu'elle m'aimât fort, elle me fit sentir,

Que son coeur à ce point ne pouvait consentir.

145   Phalante, me disait cette aimable Princesse,

Ce qui paraît de toi me plaît, je le confesse ;

Et si je n'estimais un si parfait Amant,

Je serais sans courage, et sans ressentiment :

Je ne rougirai point d'avouer que je t'aime,

150   Et je crois que je suis maîtresse de moi-même,

Et s'il m'est bienséant de choisir un époux,

Je te donne la foi, je te préfère à tous ;

Mais puisque je dépens des volontés d'un père,

C'est en lui seul qu'il faut que ton amour espère.

155   Tu vois qu'il te chérit, qu'il fait ce que tu veux ;

Flatte donc son humeur, Phalante, tu le peux,

Rends, comme ta vertu, ta flamme renommée,

En un mot, charme-le, comme tu m'as charmée ;

Et s'il ne tient qu'à moi que tu ne sois heureux,

160   Tu surmonteras l'heur de tous les amoureux.

Ainsi vivait pour moi la chaste Bérénice,

Quand le sort ennuyé de m'être si propice,

Me vint séparer d'elle, avec ordre du Roi,

De passer en Afrique, ou tu vins quant et moi.

165   Je ne t'exprime point nos regrets, ni nos larmes,

Juge de ma douleur par l'excès de ses charmes :

Autant que m'occupa la guerre dans ces lieux,

Cette image toujours fut présente à mes yeux.

Tant que je fus absent de cette belle idée,

170   Je sentis nuit et jour, mon âme possédée.

Mais dans ce long séjour, je fus si malheureux,

Que mon meilleur ami s'en rendit amoureux ;

Et comme il ignorait le secret de ma flamme,

Il enleva bientôt ce trésor de mon âme.

HYDASPE.

175   Quoi ? Sans t'en avertir, la belle se rendit,

Et ne résista point ?

PHALANTE.

L'honneur lui défendit ;

Et puis le Duc son père en ce prince admirable,

Des partis qui s'offraient trouvant le plus sortable,

Il le voulut d'abord aux autres préférer,

180   Sans consulter sa Fille, et sans d2liberer.

HYDASPE.

D'où vient donc qu'il lui fait une guerre mortelle ?

PHALANTE.

Voici comme on m'écrit qu'arriva leur querelle,

Le Duc des Calabrais, à certain jour précis,

S'obligea par contrat au Prince son beau fils,

185   De livrer en ses mains, après le mariage,

Trois places qu'il avait dedans son voisinage :

Ce jour étant venu, ceux qui les commandaient

Refusèrent d'ouvrir ; parce qu'ils attendaient,

Nouvel ordre du Duc : ce refus téméraire,

190   Du Prince de Tarente excita la colère :

Il s'en plaignit au Duc, qui dit fort brusquement,

Qu'il fallait que sa mort prévint ce changement.

Lors que tu seras mort, lui repartit le Prince,

Je serai possesseur de toute la Province ;

195   Attendant, dit le Duc, ce terme rigoureux,

Tu possèdes ma Fille, es tu pas trop heureux ?

Ce mot plus que le reste anima sa vengeance ;

Et comme il était chaud, et tout plein de vaillance,

Ne voulant pas long-temps dormir sur cet affront,

200   Il se mit en campagne, et ce coup fut si prompt,

Avant qu'on eut ouï le bruit de ses machines,

Il avait pris d'assaut ces trois places voisines :

Ce Duc plein de colère, et de ressentiment,

Chercha de se venger aussi soudainement,

205   Maudit son alliance ; et lui faisant la guerre,

L'assiégea dans Tarente, et par mer, et par terre :  [ 1 Tarente : Ville forte et port d'Italie, dans l'ancien royaume de Naples. [B]]

Ce Prince magnanime, et surpris, et pressé,

Ayant su mon retour, au point d'être forcé,

Me demanda secours, me découvrit sa peine,

210   Et voila cher ami le sujet qui nous mène :

Mais Dieu ! Que le succès, est triste, et malheureux ;

Cette nuit ce lion, ardent, et généreux,

Nous sentant approcher de la ville investie,

Pour nous favoriser a fait une sortie,

215   Où j'apprends qu'il a fait de merveilleux efforts,

Mais qu'il est demeuré perdu parmi les morts :

Voila le coup mortel dont mon âme est blessée,

Et le souci cuisant, qui trouble ma pensée.

HYDASPE.

Tu perds, je le confesse, un ami généreux ;

220   Vengeons donc en ce lieu son destin rigoureux,

Et que ces Calabrais, d'humeur trop insolente,

Apprennent aujourd'hui, qu'il revit en Phalante.

PHALANTE.

Nous voici, cher Hydaspe, aux portes du château ;

Et ce lieu, qui me fut si charmant, et si beau,

225   Au temps que Liliane y fit naître ma flamme,

Par la mort de son frère est funeste à mon âme.

HYDASPE.

Si tu l'aimes encor, console sa douceur.

PHALANTE.

Je suis plus qu'elle à plaindre, en ce dernier malheur :

L'amitié d'Iolas faisait toute ma gloire,

230   J'en dois jusqu'à la mort affliger ma mémoire ;

Ce n'est pas tout, Hydaspe, au trouble où je me sens,

J'ai bien dans mon esprit des combats plus pressants ;

Je ne dois voir ici rien qui ne contribue,

À croître infiniment la douleur qui me tue.

235   Trois objets tous divins occupent dans ces lieux,

Déjà diversement mon esprit, et mes yeux.

Iolante, qui sait que je l'ai méprisée,

Ma Bérénice en deuil, Liliane abusée,

Me font frémir de crainte, et ce funeste abord,

240   Où je suis obligé, m'est plus dur que la mort.

Cher et parfait ami, m'eusses-tu cru capable,

De l'infidélité, dont je me sens coupable ?

Aurais-tu peu penser, que mon coeur engagé,

Eust pu courir au change, et se fut partagé ?

HYDASPE.

245   Donc Liliane encore occupe ta pensée ?

PHALANTE.

Mon âme, je l'avoue, en est toujours blessée ;

Et quand je reverrai cette Divinité,

Je céderai sans doute aux traits de sa beauté.

Chose étrange, qu'Amour parmi tant de traverses,

250   Se plaise à me brûler de deux flammes diverses !

Hélas ! mon inconstance à ma honte paraît ;

Mais quoi qu'elle m'étonne, Hydaspe, elle me plaît.

Un mouvement secret, dont mon coeur est complice,

Me donne à Liliane, et puis à Bérénice.

255   Si l'une a plus d'attraits, l'autre a plus de douceur,

J'aime l'une en maîtresse, et chéris l'autre en soeur ;

Mais en toutes les deux, j'adore une merveille,

Et pour le choix en vain la raison me conseille.

HYDASPE.

Si faut-il te résoudre où tu veux t'engager.

PHALANTE.

260   Avecque Bérénice allons nous affliger,

Et je consulterai mon amour, et leurs charmes,

Quand le temps, et nos soins auront séché leurs larmes.

SCÈNE III.
Bérénice, Aronte, Le Page.

BÉRÉNICE, et sa suite.

Ces propos superflus aigrissent ma douleur,

Souffrez qu'en liberté je pleure mon malheur,

265   Amis laissez-moi seule ; et parmi tant d'atteintes,

Ne venez point mêler vos soupirs à mes plaintes,

Je suis inconsolable, en l'état où je suis,

Vos consolations augmentent mes ennuis.

ARONTE.

Hé ! De grâce, Madame, en ce malheur extrême,

270   Ayez pitié de nous, ayez en de vous-même.

Notre espoir est tombé, mais vous le relevez :

Nous ne perdrons pas tout, si vous vous conservez ;

Voyez que votre père, avecque ses cohortes,  [ 2 Cohorte : Corps d'Infanterie parmi les Romains, qui était de cinq cents hommes. [FC]]

Tout bouillant de courroux est déjà dans nos portes ;

275   Qu'ordonnez-vous, Madame en cette extrémité ?

Fléchirons nous le coeur de ce prince irrité,

Qu'on ne peut implorer, sans repos, et sans honte ?

Que voulez-vous qu'on fasse ?

BÉRÉNICE.

Il faut le perdre, Aronte,

Les mânes d'Iolas m'ont ce crime permis ;  [ 3 Manes : Terme poétique qui signifie l'ombre ou l'âme d'un mort. [F]]

280   Mon père est le plus grand de tous mes ennemis :

Éloignons ce tyran, réprimons son audace ;

Ce que nous ne pouvons, que Phalante le fasse,

Puisqu'il est dans nos murs entré si puissamment,

Et qu'il veut prendre part à mon ressentiment,

285   (Ah ! je meurs, quand je pense à mon sort misérable)

J'ai beau pleurer ma perte, elle est irréparable,

Après ce coup funeste, il faut, il faut périr ;

Mais je vous vengerai, premier que de mourir,

Faisant du camp d'Iarbe une scène sanglante.

LE PAGE.

290   On me vient avertir, Madame, que Phalante,

Entre dans le Palais, et demande à vous voir,

Pour s'acquitter vers vous de son premier devoir.

BÉRÉNICE.

La douleur m'a du tout de raison dépourvue ;

Je n'aurais pas le coeur de soutenir sa vue.

295   Pour quelque temps, Aronte, allez l'entretenir,

Quand mes yeux seront secs, vous le ferez venir :

J'ai besoin de son bras, et je suis soulagée,

De penser que par lui je puis être vengée.

SCÈNE IV.
Iolas, Cléonte.

IOLAS.

Grâce aux Dieux, je suis libre, et le Ciel a permis,

300   Que je me sois tiré du camp des ennemis,

Ou m'avait à tel point engagé la vengeance,

Que je suis, presque vif, tombé sous leur puissance,

Mon bras à ces Tyrans m'avait bien accusé ;

Mais la nuit est venue, et m'a favorisé.

305   Malheureux est le chef animé, qui s'engage,

Secondé seulement de son propre courage :

Au plus fort du danger, les miens m'ont délaissé :

J'en sors par un miracle, et ne suis que blessé :

Toi seul, brave Cléonte, en ces périls extrêmes,

310   M'as fait voir ton courage, et montré que tu m'aimes,

Je ne me serais pas sans toi débarrassé,

De ce monceau de corps, où j'étais entassé.

CLÉONTE.

Je mets votre salut au nombre des merveilles,

On ne courut jamais de fortunes pareilles :

315   Cela vous doit instruire, ô Prince glorieux,

En autre occasion, à vous ménager mieux ;

Et ne pas exiger de ce coeur invincible,

Qui n'a cédé qu'au nombre, une chose impossible.

IOLAS.

De tous tes compagnons n'est-il resté que toi ?

CLÉONTE.

320   Vos bons soldats sont morts, le reste a pris l'effroi.

IOLAS.

Si Phalante a peuplé mes murailles désertes,

Le Ciel soit loué, je ne plains point mes pertes,

Ce généreux amy répare mon malheur,

Il connaît le besoin que j'ai de sa valeur ;

CLÉONTE.

325   Et que le Calabrais, qui vous fut infidèle,

Passe pour l'agresseur d'une injuste querelle,

IOLAS.

Ce qui plus me travaille en la peine ou je suis,

C'est que ma Bérénice, au fort des ennuis,

A peine à supporter l'injustice d'un père,

330   Qui me traite, et m'attaque en mortel adversaire ;

Surprenons au Palais ceste chaste beauté,

Qui doit avoir l'esprit de douleur transporté,

Et qui sur le faux bruit de ma triste aventure,

Plaint sans doute mon corps, privé de sépulture.

335   Nous voici près des murs, que j'ai tant défendus,

Et qui sans mon Phalante allaient être perdus :

Allons voir cet ami, généreux, et fidèle,

Je suis vu du soldat, qui fait la sentinelle.

CLÉONTE.

Il doit être abusé du bruit de votre mort.

IOLAS.

340   Détrompe son esprit, découvre moi d'abord ;

Et puisqu'on ne peut pas ignorer dans Tarente,

Pars où je dois passer ma fortune présente,

Cours au Palais, Cléonte, et garde qu'en ma Cour,

Quelqu'un n'aille devant annoncer mon retour

345   À ma Belle Princesse, à qui je veux l'apprendre,

Car j'aurai grand plaisir tantôt à la surprendre.

ACTE II

SCÈNE I.
Phalante, Bérénice, Iolas, caché.

PHALANTE.

Non non, je ne saurais vous accorder ce point,

Vous n'avez point failli, ne vous excusez point :

J'étais, je le confesse, indigne de vos charmes ;

350   Ne considérez point mes regrets, ni mes larmes,

Le Ciel a bien montré qu'il prenait soin de vous,

Au choix qu'il vous a fait d'un plus parfait époux ;

Et s'il vous l'eut laissé (Princesse généreuse),

Il vous eut fait justice, en vous rendant heureuse :

355   Mais injuste qu'il est, vous le vient de ravir,

Et me ravit aussi l'honneur de le servir :

Le cruel à vos yeux n'en a fait que la monstre,

Et par une funeste, et fatale rencontre,

Ce jaloux devers lui l'a voulu retirer,

360   Voyant que sa vertu le faisait adorer.

IOLAS, caché.

Dieux ! Que viens-je d'entendre ? Est-il vrai que je veille ?

BÉRÉNICE.

Encor que ma douleur, qui n'a point de pareille,

Dans ce coup de malheur, qui nous a tous surpris,

Occupe entièrement mon coeur, et mes esprits ;

365   Et que le désespoir, tout prêt de me confondre,

Ne me dut pas permettre ici de te répondre ;

Je te dirai pourtant, pour consoler ta foi,

Que par la loi d'honneur j'ai péché contre toi :

Il est vrai qu'Iolas, n'a rien vu qui l'égale,

370   Et je serais ingrate, insensible, et brutale,

Si je me consolais jamais de son trépas,

Et si l'ayant vengé, je ne suivais ses pas :

Mais quand il n'eut pas eu les vertus, ni les grâces,

Dont la postérité suivra toujours les traces ;

375   Quand il n'eut pas charmé les coeurs, et les esprits,

Imparfait, sans honneur, sans biens, je l'aurai pris,

De la main de celui, dont l'entière puissance

Demandait ce tribut à mon obéissance.

Il est vrai que d'abord mon âme y résista,

380   Lorsqu'à mon souvenir ta foi se présenta,

J'inclinais bien vers elle, et je l'aurais gardée,

Si l'honneur m'eut permis d'en conserver l'idée :

Mais par sa loi, Phalante, il te fallait trahir,

Je dépendais d'un père, il fallait obéir.

IOLAS.

385   La chaste Bérénice est l'objet de sa flamme ?

PHALANTE.

Les Dieux me sont témoins, Princesse de mon âme,

Que la mort d'Iolas fait toute ma douleur,

Que je suis plus que vous sensible à ce malheur,

Que sa perte en mon coeur est plus considérée

390   Que celle de la foi que vous m'avez jurée ;

Que je viens pour pleurer en cette extrémité,

Non pour vous reprocher votre infidélité.

BÉRÉNICE.

Elle m'est bien assez par tes yeux reprochée ;

Et tes sages discours, dont je me sens touchée,

395   Aggravent d'autant plus mon offense envers toi,

Qu'ils font voir ta constance, et condamnent ma foi.

Mais, Phalante, dis moi que veux-tu que je fasse ?

Ne viens point à ma peine ajouter ta disgrâce :

Il suffit de mon deuil, pour me faire mourir ;

400   Au lieu de me résoudre, et de me secourir,

En l'état ou je suis, par tes funestes plaintes,

Tu donnes à mon coeur de nouvelles atteintes :

Vengeons ensemblement la mort de mon époux,

Contre un injuste père, animé contre nous :

405   Aussi bien nos douleurs ne feront pas revivre

Ce Prince généreux, que je veux bientôt suivre.

PHALANTE.

Plût au Ciel, qui mes voeux a souvent exaucé,

Qu'avant sa mort, je l'eusse une fois embrassé !

SCÈNE II.
Iolas, Phalante, Bérénice.

IOLAS.

Il ne tiendra qu'à toi, me voila plein de vie,

410   Contente, cher ami, contente ton envie.

PHALANTE.

Ô Dieux !

BÉRÉNICE.

Ô justes Dieux, puis-je voir mon époux !

IOLAS.

Oui, tu le vois mon âme, et les destins jaloux

De me voir possesseur d'une chose si belle,

N'ont pas gardé leur haine, en me séparant d'elle,

415   Ils ont connu mon zèle, et ma fidélité,

Et se sont repentis de leur sévérité :

Je te revois encore.

BÉRÉNICE.

Ô Destin favorable !

PHALANTE.

Ô faveur sans exemple ! Ô bien incomparable !

IOLAS.

Mais qu'ai-je ouï, Phalante, en m'approchant d'ici ?

420   Je t'ai vu plein d'angoisse, et comblé de souci,

Reprocher d'une voix qui semblait altérée,

Je ne sais quel Amour, et quelle foi jurée :

Je t'ai vu joindre au deuil de ton ami perdu,

La perte d'un trésor justement prétendu,

425   Qui (si de tes secrets j'eusse pris connaissance)

Serait fort aisément tombé sous ta puissance.

BÉRÉNICE, en elle-même.

Dans nos civilités il nous aura surpris,

Il a nos chastes feux de nos bouches appris.

IOLAS.

Quoi ? Mon frère, est-ce ainsi qu'on m'ouvre sa pensée ?

430   Les traits de Bérénice ont ton âme blessée :

Tu les as soutenus, tu les as peu sentir,

Sans me montrer ta plaie, et sans m'en avertir ?

Bien que mon coeur brûlât d'une flamme pareille,

Sache que la raison, qui toujours me conseille,

435   Et qui fait mon bonheur de tes propres plaisirs,

M'aurait fait préférer tes voeux à mes désirs :

C'est sur ton amitié que ma gloire se fonde,

Et je n'ai rien de cher, ni d'agréable au monde,

Que je ne te cédasse, au premier mouvement,

440   Que je verrais paraître en tes yeux seulement :

Pourquoi doncques, cruel, m'as-tu caché ta peine ?

Quand tu trouvais en moi ta guérison certaine ?

Pourquoi m'as-tu celé tes transports amoureux,

Quand mon consentement te pouvait rendre heureux ?

PHALANTE.

445   Il m'était impossible, ô Prince magnanime,

De découvrir mon coeur, sans découvrir mon crime,

Avecque mon secret, j'eusse manifesté

Vers toi ma perfidie, et ma déloyauté ;

Et j'ai bien mieux aimé t'ôter la connaissance,

450   D'un coeur que tu croyais, entier en ta puissance,

Que te le faire voir, traître, inconstant, et faux,

Et te le découvrir avec tant de défauts.

IOLAS.

Cet énigme est obscur, fais qu'on le puisse entendre.

PHALANTE.

À ma confusion tu le dois bien comprendre :

455   Ne te souvient il point, que quand tu me permis,

De prendre place au rang de tes meilleurs amis,

Pour m'en donner encore un plus grand témoignage,

Ta soeur me fut par toi promise en mariage ?

Dis moi, sans t'être ingrat, la pouvais-je oublier ?

460   Impunément ailleurs me pouvais-je lier ?

Et sentant pour une autre une flamme si prompte,

Voulais tu qu'à tes yeux j'exposasse ma honte ?

IOLAS.

Me devant ton secret, pourquoi le cachais-tu ?

PHALANTE.

C'était cacher le Vice à la même vertu.

IOLAS.

465   Tout ce que fait Phalante est éloigné du vice.

PHALANTE.

Il a contre sa foi recherché Bérénice.

IOLAS.

T'ayant promis ma soeur, contre ton sentiment,

Ton coeur a peu changer, et l'a fait justement.

PHALANTE.

Ayant de mon ami méprisé l'alliance

470   J'ai blessé son honneur, avec ma conscience.

IOLAS.

J'ai seul été coupable, en te tyrannisant.

PHALANTE.

Et moi j'ai seul été coupable, en t'abusant,

Aussi le Ciel te venge, et te rend la Justice,

Accordant à tes voeux la chaste Bérénice.

IOLAS.

475   Phalante, il m'est témoin qu'elle serait à toi,

Si tu m'eusses fait voir ton amour, et ta foi.

BÉRÉNICE.

De ma possession tu fais bien peu de conte :

D'où te vient, cher époux, une froideur si prompte ?

Ne peux tu témoigner en cette occasion

480   Ton zèle à ton ami, qu'à ma confusion ?

Est-ce quelque soupçon, conçu sans apparence,

Qui m'acquiert ce mépris, et cette indifférence ?

Depuis l'heureux moment que je suis dans ta Cour,

Ai-je manqué de foi, de respect, ou d'amour ?

485   M'as-tu jamais trouvée à tes désirs contraire ?

Ai-je favorisé les desseins de mon père ?

Me suis-je consolée au bruit de ton trépas ?

Non, non, mon cher époux, j'allais suivre tes pas,

Lorsque le juste Ciel pitoyable à mes larmes,

490   A par son prompt retour dissipé mes alarmes.

Sont-ce là les transports, et les ravissements,

Que tu devais, cruel, à mes ressentiments ?

Mon coeur à ton abord, n'espérait que caresses,

Que soupirs, que baisers, qu'amoureuses tendresses ;

495   Mais comme si déjà tu te lassais de moi,

Tu souhaites qu'une autre ait le poids de ta foi :

Tu m'as dedans ton coeur à Phalante cédée,

Et te repens quasi de m'avoir possédée.

IOLAS.

Reçois mieux mes discours, et mes intentions,

500   Reine de mes désirs, et de mes passions :

Tu connais mon amour, et sais bien en ton âme

Que pour toi je nourris une éternelle flamme :

Mais tu ne connais pas (ô ma chaste moitié !)

Quels sont les doux transports d'une ardente amitié :

505   Toutefois tu connais la vertu de Phalante ;

Et s'il te fit sentir une amour violente,

Sache que l'amitié que je vis naître ici,

De son rare mérite, est violente aussi.

S'il m'eut en t'adorant découvert sa pensée,

510   (Je le dis librement, n'en sois point offensée)

Je ne l'eusse peu voir plaintif, et languissant,

Dans les premiers accès de mon amour naissant.

Puis donc qu'à son destin le mien fut si contraire,

Plains avec moi sa perte, et l'aime comme frère.

BÉRÉNICE.

515   Oui, je le chérirai (puisqu'il te plaît ainsi)

D'un amour fraternel : mais qu'as-tu, mon souci ?

D'une pâleur de mort je vois ta face peinte.

IOLAS.

Je me croyais frappé d'une légère atteinte,

Mais le coup est plus grand que je n'avais pensé.

BÉRÉNICE.

520   Qu'on cherche un prompt secours,

IOLAS.

  Je me sens fort blessé.

BÉRÉNICE.

Vite, les médecins.

IOLAS.

Ma plaie s'est fermée,

Et je crois que la flèche était envenimée :

De plus, toute la nuit j'ai fait de grands efforts,

Pour me développer d'un grand tas de corps morts,

525   Où j'ai presque tout vif, trouvé ma sépulture.

PHALANTE.

Cela doit bien avoir augmenté ta blessure ;

Retire toi, mon frère, et sans plus de propos,

Songe que ta santé dépend de ton repos.

SCÈNE III.
Iolante, Liliane.

IOLANTE.

Ne fais point la dolente, et la dissimulée,

530   Je sais que de nos maux ton âme est consolée,

Ton mignon est venu, l'objet de tes amours,  [ 4 Mignon : signifie aussi favori, soit en matière d'amitié soit d'amour. La plupart des princes ont des mignons, des favoris qui les gouvernent. Beaucoup de dames ont des mignons de couchette. (...) [F]]

Est ici pour toi seule, on te doit son secours :

Il n'eut pour Iolas que des tendresses feintes,

Toi seule, Liliane, as fait naître ses plaintes,

535   Son feu persévérant, ses transports amoureux,

Et tu l'élèves seule au rang des Bienheureux :

Puisque notre salut dépend de sa conduite,

Prends pitié du malheur où Tarente est réduite :

Montre à ce beau guerrier tes plus charmants appas,

540   Caresse le ma soeur, ne l'abandonne pas,

Tu peux par tes faveurs animer son courage,

Qui de nos maux pressants dissipera l'orage,

LILIANE.

Le deuil te siérait mieux que cette belle humeur ;

Montre plus de prudence, en un âge si mûr :

545   Est-il temps de railler en si triste fortune ?

Ta jalousie enfin se rend trop importune :

N'irritons point Phalante il est notre support,

Et de notre cher frère il veut venger la mort :

Si le bonheur succède à sa honte entreprise,

550   Il se souviendra bien que tu lui fus promise,

Et te conservera cet État qu'il maintient,

Et qui par droit d'aînesse aujourd'hui t'appartient.

IOLANTE.

Je ne veux rien tenir des mains de cet infâme,

Qui n'a point mérité de avoir pour sa femme :

555   Ma soeur tu connais mal ce lâche suborneur :

Qui tend impudemment le piège à ton honneur,

Tu lui prêtes l'oreille, et te tiens assurée

De la fidélité qu'il t'a cent fois jurée :

Mais il te trompera, crédule, et quelque jour,

560   Tu maudiras le traître, et son perfide amour.

Son coeur t'est plus caché que sa naissance obscure,

Je prévois de tes feux la fatale aventure ;

Et ne puis m'empêcher, t'aimant comme je fais,

De te montrer l'erreur de tes voeux indiscrets :

565   Quelle est notre malheur, ô tristes que nous sommes ?

Espérer notre appui du plus abject des hommes ?

SCÈNE IV.

ARONTE, avec les Princesses.

Mais Dieux ! Qu'Aronte est gai, qui l'amène en ces lieux ?

ARONTE.

Mesdames tout vous rit, rendez grâces aux Dieux :

Iolas de retour, a surpris la Princesse,

570   Et dedans le Palais remplit tout d'allégresse.

IOLANTE.

Mon frère de retour ? Aronte, que dis tu ?

Que tu relèves bien notre espoir abattu !

LILIANE.

Mon frère vit encore ? Ah ! Je mourrai de joie,

Mais l'as-tu vu toi-même ? Est-ce lui qui t'envoie ?

ARONTE.

575   Je porte à nos soldats un ordre de sa part,

Il est vivant, et sain ; hormis un coup de dard,

Qui lui perce le bras ; maintenant il repose

Selon mon jugement, son mal est peu de chose.

IOLANTE.

As-tu point rencontré Phalante avecque lui ?

ARONTE.

580   J'ai su qu'il l'a surpris dans un excès d'ennui,

Reprochant tendrement à sa chaste Princesse,

Un manquement de foi, dont il eut la promesse.

LILIANE.

Bérénice à Phalante avait donné la foi ?

Tu te trompes ami.

ARONTE.

Madame excusez moi,

585   Il n'est bruit au Palais, que de cette nouvelle ;

Mais il est temps d'aller, où mon ordre m'appelle.

IOLANTE.

Hé bien, Fille crédule, as-tu l'esprit content

De ce beau cavalier, si zélé, si constant ?

Veux-tu de sa franchise une preuve plus claire ?

590   Ce généreux Amant ne songe qu'à te plaire,

Il n'adore que toi sans doute, et ta beauté

Est l'objet et le prix de sa fidélité ?

LILIANE, en elle-même.

L'Ingrat jusqu'à ce point m'aurait-il méprisée ?

IOLANTE.

Après tout j'ai regret de te voir abusée ;

595   Et je m'étonne bien qu'ayant vu son mépris,

Avecque moi d'abord tu ne l'as pas compris :

S'il eut été fidèle à ton rare mérite,

T'aurait-il pas rendu la première visite ?

T'aurait-il pas montré que l'éclat de tes yeux

600   Aurait seul attiré ses armes dans ces lieux ?

Mais tu sais qu'au contraire il a vu Bérénice,

Qu'il a bien su tromper, par un même artifice :

Je l'aperçois qui vient t'abuser à ton tour :

Je lui quitte la place, accepte son amour ;

605   Il se repentira, sitôt qu'il t'aura vue,

Ne crains plus rien, ma soeur, Bérénice est pourvue.

LILIANE.

Le fuirai-je ? Ah ! mon coeur, ce volage me plaît,

Et tu le veux aimer, tout inconstant qu'il est.

SCÈNE V.
Phalante, Liliane.

PHALANTE.

Puisque les justes Cieux ont entendu mes plaintes,

610   Que le retour du Prince a dissipé mes craintes,

Que tout rit, et succède à mes esprits contents,

Il ne manque plus rien au bonheur que j'attends ;

Sinon d'apprendre ici, Princesse que j'adore,

Si dans vos belles mains mon coeur demeure encore,

615   Et si certainement vous ne dédaignez pas

Cet esclave d'amour, qui meurt pour vos appas.

LILIANE.

Si tu ne te sentais extrêmement coupable,

Ce coeur qui s'est trouvé d'inconstance capable,

Sachant comme autrefois il me fut précieux,

620   Et comme je l'aimais à l'égal de mes yeux,

Tu n'en requerrais pas un nouveau témoignage,

Et me tiendrais, Phalante, un tout autre langage :

Non, non, n'abuse plus de ma simplicité,

Je connais ta faiblesse, et ta légèreté :

625   Je sais que ton discours, tout rempli d'artifice,

Aussi bien que ton coeur, s'adresse à Bérénice ;

Et que des doux liens qui nous devaient unir,

Tu conserves à peine un triste souvenir.

Ingrat, que t'ai-je fait, pour t'obliger au change ?

630   Si je n'ai mérité l'excès de ta louange,

Quand tu m'as exaltée au dessus des flambeaux,

Qu'on voit paraître au Ciel, si luisants, et si beaux ;

Au moins, coeur infidèle, au moins suis-je certaine,

Que je n'ai mérité ton mépris, ni ta haine :

635   Je t'ai toujours gardé ce que je t'ai promis,

Autant que sans faillir l'honneur me l'a permis :

Je n'ai rien eu que toi de cher à la pensée,

Âme ingrate, et parjure ; et tu m'as délaissée ?

Je sais que Bérénice a plus d'attraits que moI,

640   Mais elle a moins d'amour, mais elle a moins de foi :

Tu l'adores pourtant, cruel, pour ce qu'il semble,

Qu'elle a l'humeur légère, et qu'elle te ressemble :

N'irrite point le Ciel par un nouveau serment

De ta fidélité, je sais ton changement :

645   Je sais ton inconstance, et je te la pardonne,

Pourvu qu'au premier feu ton âme s'abandonne ;

Et que te repentant, tu veuilles m'assurer

D'un amour sans reproche, et qui puisse durer.

PHALANTE.

Ma chère Liliane, hélas ! Puis-je sans honte,

650   (Ayant de ta beauté tenu si peu de compte)

T'appeler mienne encore, et si je te promets,

D'être tien, pourras tu me croire désormais ?

Ta bonté toutefois m'en donnant la licence,

Je mets tout de nouveau ce coeur en ta puissance ;

655   Qui confus de sa honte, et de son peu de foi,

Avecque repentir s'accuse devant toi.

J'ai failli, je l'avoue, et je sais que mon crime,

N'a point devant tes yeux d'excuse légitime :

Quand ils n'eussent pas eu de quoi me retenir,

660   J'avais promis la foi, je la devais tenir :

J'atteste le Soleil, l'Amour, et la Nature,

Que j'ai toujours dans l'âme abhorré le parjure ;

Et que je ne vois rien qui me soit odieux,

Comme un coeur divisé, qui soupire en deux lieux :

665   Cependant je sens bien dessus ma conscience,

Que par une secrète, et fatale influence,

Dont j'ignore la cause, on me trouve aujourd'hui,

Coupable du péché que je blâme en autrui :

Bérénice après toi m'a pris, je le confesse,

670   Et partout où je vois cette rare Princesse,

Je palis, je languis, je meurs pour ses appas,

Je redoute leur force, et ne m'en défends pas :

Je jure toutefois par tes yeux que j'adore,

Qu'au travers de ce feu je te regarde encore,

675   Comme l'objet divin, qui captive mes sens,

Par des ressors cachés, et toutefois puissants.

Bref je crois qu'en l'aimant je puis t'être fidèle,

Et m'attacher à toi, sans me séparer d'elle.

LILIANE.

Et tu n'es pas volage, et perfide en ce point ?

PHALANTE.

680   Mon âme, assure toi que je ne le suis point.

Je sens pour Bérénice une innocente flamme,

Dont l'ardeur pure et sainte échauffe bien mon âme,

Mais ne la peut corrompre.

LILIANE.

Inconstant, que dis-tu ?

Que cette extravagance altère ta vertu !

PHALANTE.

685   Tu veux approfondir un secret que j'ignore ;

Mon coeur, contente toi qu'en l'aimant je t'adore ;

Et pour bannir de toi ces soupçons superflus,

Si je puis désormais, je ne la verrai plus.

LILIANE.

Non, non, vois sa beauté, puisqu'elle te contente,

690   Pourvu que ton amour réponde à mon attente :

Sois libre en tes désirs, ne te contrains pas tant,

Je t'estime fidèle, et je t'aime inconstant :

Bérénice me plaît, d'autant qu'elle t'est chère,

Et je la veux servir, afin de te complaire ;

695   Je ne la puis plus voir d'un oeil triste et jaloux,

Sachant de quelle ardeur tu chéris son époux :

Aime la, cher Amant, et j'aurai trop de gloire,

Que mon feu se conserve encore en ta mémoire,

Et qu'au défaut d'une autre, à qui tout doit céder,

700   Je puisse ton amour, et ta foi posséder :

Mais Phalante, le mal de mon frère m'effraye,

Et je crains que la mort ne se cache en sa plaie.

PHALANTE.

L'appareil te fera juger plus sainement.

LILIANE.

Conduis moi, s'il te plaît, vers son appartement.

ACTE III

SCÈNE I.
Les Médecins, Iolas, Bérénice.

BÉRÉNICE.

705   Ne me déguisez point ce qu'il faut que je sache ;

Je connAis mon malheur, en vain on me le cache,

Et je suis résolue à tout événement.

LE CHIRURGIEN.

Que sert de la flatter ? Parlons lui franchement.

LE MEDECIN, se tournant vers la Princesse.

Madame, tout va mal, la flèche envenimée

710   A perdu tout son bras, la gangrène est formée,

Le Prince est bien malade, on fait un vain effort ;

Notre art ne le saurait garantir de la mort :

Nous ne vous pouvons plus flatter en conscience,

Songez à votre État, et prenez patience.

BÉRÉNICE.

715   Ô Dieux ! ô justes Dieux !

IOLAS.

  Amis, je comprends bien,

Qu'en mon mal sans remède on n'espère plus rien.

Vous le cachez en vain, je lis sur vos visages

De la fin de mes jours les funestes présages ;

Et je m'étonne fort, que connaissant ce coeur,

720   De qui nul accident ne fut jamais vainqueur,

Vous me cachiez la mort, et certaine, et connue,

Comme si j'étais homme à craindre sa venue.

Si son visage affreux ne m'a jamais troublé,

Et si devant sa faux je n'ai jamais tremblé,

725   Quand je l'ai vu rougir tous les champs de Bellonne,  [ 5 Bellone : Dieu qui personnifie la guerre et accompagne Mars.]

Ici les Médecins s'en vont.

Pensez vous qu'en ce lieu sa présence m'étonne ?

Puisque l'arrêt du Sort ne se peut divertir,

Si mon jour est venu, si je suis prêt à partir,

Et sachez qu'Iolas sent approcher ce terme,

730   D'un visage constant, et d'un courage ferme.

BÉRÉNICE.

Ce jour n'est pas si prompt, mon âme, espère mieux

Des forces de ton âge, et du secours des Cieux ;

Si le Sort aujourd'hui disposait de ta vie,

Ta fin serait bientôt de la mienne suivie.

IOLAS.

735   N'attendris point mon coeur, en l'état ou je suis,

Tu vois bien que mes pleurs naissent de tes ennuis :

N'obscurcis point mes yeux de ce triste nuage,

Au moment qui me reste à voir ton beau visage.

C'est pour ta beauté seule, et pour ton seul amour,

740   Que je quitte à regret la lumière du jour :

Fais donc que de ma mort ton âme se console,

Si tu veux que la mienne en liberté s'envole.

BÉRÉNICE.

Quoi ! mon coeur, d'un oeil sec je verrais ton trépas ?

Je te verrais mourir, et je ne mourrais pas ?

745   Penses-tu qu'après toi Bérénice demeure ?

Non, non, mon cher époux le Ciel veut que je meure,

Je me croirais sans coeur, et sans ressentiment,

Si je te survivais d'une heure seulement,

L'Amour conclut ma mort, la Raison l'autorise,

750   Pour toi j'aime le jour, sans toi je le méprise.

IOLAS.

Si mon coeur d'un noeud ferme au tien se trouve joint,

Crois, tant que tu vivras, que je ne mourrai point :

Conserve donc, mon âme, en cette départie,

De ton époux mourant la meilleure partie :

755   Souffre qu'en toi je vive ; et juste en ta pitié,

Fais durer d'Iolas la plus belle moitié :

Le Ciel, pour te payer de ton amour extrême,

Te destine aujourd'hui pour un autre moi-même :

Mon Phalante t'adore, il te le faut choisir,

760   Nous ne faisons qu'un coeur, qu'une âme, et qu'un désir ;

Ici Phalante paraît.

En lui tu m'aimeras, et dans ces chastes flammes,

Tu feras subsister l'union des trois âmes :

Cet ami généreux s'offre tout à propos,

Vis pour lui, si tu veux que je meure en repos.

BÉRÉNICE.

765   Quoi, mon cher Iolas, ta perte est manifeste ?

Rien ne s'offre à mes yeux, qui ne me soit funeste.

Le désespoir me suit, un excès de malheurs

Emprisonne mes sens, d'ennuis et de douleurs ;

Et dans cette cruelle et fatale journée,

770   Tu voudrais disposer mon coeur à l'Hymenée ?

Non, non, puisque nos jours n'ont qu'un même flambeau,

Il faut que Bérénice épouse le tombeau.

IOLAS.

Si tu nourris en toi cette cruelle envie,

Et si tu parles plus d'attenter à ta vie,

775   Sache que ton époux mourra désespéré,

Dont tu peux établir le repos assuré.

Détruire de nos Dieux le plus parfait ouvrage !

Défaire un tel chef-d'oeuvre ? Ah ! Quelle aveugle rage !

Parle mieux, ma Déesse, et songe que les Dieux

780   Sentent de ces discours les traits injurieux.

Je sais combien mon sort sensiblement te touche,

Je lis dedans ton coeur ce qu'exprime ta bouche.

Cède donc à ton deuil, regrette mon trépas,

Pleure moi, si tu veux, mais ne me blâme pas :

785   Voici, chère moitié, qui mon défaut répare ;

Ce généreux ami, si constant, et si rare,

Qui t'a déjà donné des preuves de sa foi,

Occupera ma place, il t'aime autant que moi ;

S'il me reste sur toi quelque ombre de puissance,

790   Si jamais ton esprit aima l'obéissance,

Donne m'en cette preuve, et d'un voeu solennel,

Promets à ton Phalante un amour éternel ;

Si je te vois répondre à sa flamme amoureuse,

Mon âme de ce corps partira bienheureuse,

795   Autrement.

BÉRÉNICE.

Mon désir ?

IOLAS.

  Ne me réplique point.

SCÈNE II.
Bérénice, Phalante, Iolas, Iolante.

BÉRÉNICE.

Comment veux-tu que j'aime, en ce funeste point

Où je me vois réduite ?

PHALANTE.

Eh ! Mon frère, de grâce,

Ne force point ce coeur, que ta perte menace,

Et ne me prouve point ta parfaite amitié,

800   Aux dépends de ta chaste et fidèle moitié.

Puis que je sens son mal, plus que ma peine même,

Pénètre dans mon âme, et juge si je l'aime :

Mais las ! Comment veux-tu, quand tu quittes le jour,

Que parmi tant d'ennuis nous songions à l'amour ?

805   Crois tu mourir sans moi ? Tu ne peux ce me semble ;

Marche quand tu voudras ; nous partirons ensemble.

IOLAS.

Qui du fier Calabrais vengerait l'attentat ?

Qui sauveraient mes soeurs, ma femme, et mon État ?

Non, demeure après moi, tu m'offenses, mon frère,

810   En méprisant ta vie, elle m'est nécessaire ;

Et ton Roi, dont l'appui consiste en ta valeur,

Maudirait ma mémoire, en pleurant ton malheur :

Vis doncques pour sa gloire, autant que pour la mienne,

Et conserve sa vie, en conservant la tienne :

815   Que si tu me veux plaire en cette extrémité,

Où tu vois de mes jours le terme limité ;

Et si vous déférez tous deux à ma prière,

Écoute d'Iolas la volonté dernière ;

Puisque ma Bérénice autrefois t'a charmé ;

820   Et puisque tu fus d'elle amant, et bien-aimé,

Je rallume en vos coeurs cette première flamme ;

Prends le pour ton époux, reçois la pour ta femme ;

Au moins si vous voulez que mes voeux soient parfaits,

Et s'il vous plaît de voir mes mânes satisfaits :

IOLANTE, en elle-même.

825   Que ces discours du mal dont je me sens atteinte,

Augmentent la douleur, et redoublent ma crainte !

IOLAS.

Résistez vous encore à mon contentement ?

Ne me répondez vous que des yeux seulement ?

C'est fait, vous consentez, ce silence m'arrête,

830   Et ces beaux yeux mouillés, m'accordent ma requête.

Est-il pas vrai, mon coeur ? Ne te résous-tu pas ?

BÉRÉNICE, en elle-même.

À mourir, à te suivre, à marcher sur tes pas,

Avant que je consente, et que l'obéissance

Me porte à cette lâche, et dure complaisance.

PHALANTE.

835   Hélas !

IOLANTE, en elle-même.

Le coeur me fend.

PHALANTE.

  Pourquoi me cèdes-tu

Ce trésor accompli d'amour, et de vertu ?

Qui suivra comme moi ta mort inévitable ?

IOLANTE, en elle-même.

Ô la belle alliance ! Ô le parti sortable !

IOLAS.

J'oblige peu Phalante, en lui voulant céder

840   Un trésor que mon coeur ne peut plus posséder :

Ne parle pas ainsi, mon frère, tu m'affliges ;

Et pense, en l'acceptant, que c'est toi qui m'obliges.

Mais pour accompagner ce présent qui te plaît,

Je te donne mon bien, engagé comme il est,

845   Sachant que ta valeur, à qui tout fait hommage,

Réparera bientôt ma perte, et mon dommage.

IOLANTE, en elle-même.

Ô Dieux !

IOLAS.

Reçois ma femme, et mes États aussi,

Pourvu que de mes soeurs tu prennes le souci :

Fais-les de ta moitié les compagnes fidèles,

850   Et leur procure encor des partis dignes d'elles :

Sus, sus, ratifions et l'un et l'autre accord,

Je veux que le contrat s'en fasse avant ma mort ;

Ne perdons point le temps, l'affaire est résolue,

Et je la veux passer de puissance absolue.

SCÈNE III.

IOLANTE, seule.

On tire le rideau devant la chambre.

855   Quoi cet homme inconnu, que j'abhorre sur tous

Sera maître absolu de nos biens, et de nous ?

Tarante subira le joug de cet infâme ?

Mon frère peut encor disposer de sa femme,

Mais il ne saurait pas disposer de mon bien ;

860   Je m'y veux opposer, non il n'en sera rien ;

Avant qu'il puisse voir sa volonté suivie,

Et qui m'ôte l'État, il m'ôtera la vie :

C'est prendre avec grand soin l'intérêt de sa soeur,

C'est choisir de sa gloire un digne successeur,

865   C'est faire un bel honneur à son illustre race,  [ 6 Il manque un vers. Ce vers est absent dans l'exemplaire de la Bibliothèque Nationale comme dans celui de l'Arsenal.]

............................................

Liliane sort.

Mais j'aperçois ma soeur, il la faut avertir

Du mal qui nous menace, et qu'elle doit sentir ;

Il faut l'intéresser dans ma juste vengeance,

870   Et par elle à mes maux chercher quelque allégeance.

SCÈNE IV.
Liliane, Iolante.

LILIANE.

Ah ! Ç'en est fait, ma soeur, nous perdons Iolas.

IOLANTE.

Nous perdons plus encor, nous perdons ses États :

Je ne le puis pleurer parmi tant d'injustice,

Il vient de tout donner, avec sa Bérénice,

875   À son ami Phalante ; et ce beau suborneur,

Triomphe de nos biens, comme de notre honneur.

LILIANE.

Ah ! Ma soeur, que dis-tu ? Tu leur fais une injure,

Et ton discours trop libre offense la Nature.

IOLANTE.

Je dis ce que mes yeux seulement m'ont appris,

880   Et j'eusse à peine cru d'un autre ce mépris :

Iolas à ma perte, aussi bien qu'à ta honte,

(Charmé des faux appas d'un traître qui l'affronte)

Lui vient devant mes yeux, de tenir ce discours :

Cher ami, qui me vois à la fin de mes jours,

885   Si tu veux que content je parte de ce monde,

Reprends ce cher objet, qui ta flamme seconde ;

Je te donne ma femme, et mes États aussi,

Pourvu que de mes soeurs tu prennes le souci ;

Fais-les de ta moitié les compagnes fidèles,

890   Et leur procure encor des partis dignes d'elles.

Ils ont feint quelque temps tous deux d'y résister,

Mais qu'enfin, pour lui plaire ils voulaient l'accepter.

LILIANE.

Ah ! Ma soeur, puis-je croire une telle disgrâce ?

IOLANTE.

Entre, si tu veux voir le contrat qui s'en passe :

895   Mais avant qu'on le suive, et que contre nos lois

Il soit effectué, je mourrai mille fois :

Si pour rompre ce coup, nous nous liguons ensemble,

Nous l'empêcherons bien ; dis moi ce qui t'en semble :

Iolas, et Phalante, injustes contre nous,

900   Ont tous deux excité notre juste courroux ;

Si l'un nous tyrannise, et nous fait une injure,

L'autre est traître partout, infidèle, et parjure ;

Vengeons nous, Liliane, en sauvant notre bien.

LILIANE.

Quel remède, et comment ?

IOLANTE.

Elle la tire à part.

J'en sais bien le moyen

905   Livrons dans cette nuit notre ville affligée,

Au pouvoir de ce Duc, qui la tient assiégée :

C'est un généreux Prince, et j'estime en effet,

Quand il saura l'outrage, et le tort qu'on nous fait,

Qu'il ne se servira d'un si bel avantage,

910   Que pour nous rétablir dedans notre héritage.

LILIANE.

Dieux ! Que proposes-tu ? Ce discours plein d'horreur,

Ne part que d'un esprit agité de fureur ;

Ce remède, ma soeur, blesse ma conscience,

Il est trop violent, donne toi patience,

915   Peut être que le Ciel, par des ressorts cachés,

Détournera ces maux qu'attirent nos péchés.

IOLANTE.

Ô faible et lâche esprit ! Ô coeur tout plein de glace !

Que tu mérites bien le coup qui te menace !

Puis que ce feu te plaît, et puis qu'aveuglément

920   Amour te précipite en cet embrasement,

Je t'y laisse périr ; pour moi je m'en délivre :

Mais songe encore un coup que tu devrais me suivre ;

La ville est en mes mains, j'ai déjà regardé

Vers l'endroit le plus faible, et le plus mal gardé ;

925   De qui les assiégeant n'ont point de connaissance ;

Le Duc dans cette nuit, l'aura sous sa puissance.

LILIANE.

Eh ! De grâce, ma soeur, ne t'abandonne pas

Aux coups du désespoir ;

IOLANTE.

Que ton courage est bas !

Pense que si j'outrage, on m'outrage de même,

930   Qu'à mon extrême mal mon remède est extrême ;

Et que c'est lâcheté, qui t'oblige à céder,

À celui qui travaille à nous déposséder :

Il faut avant le jour, que ma vengeance éclate,

Et je conçois déjà, dans l'espoir qui me flatte,

935   Qu'il n'en peut arriver qu'un succès très heureux,

Car toujours la Fortune aide aux coeurs généreux :

Pour toi, suis ce mignon, auteur de ta ruine,

Résous toi désormais d'être sa concubine :

Bérénice est déjà femme du suborneur ;

940   Je me vengerai seule, et j'en aurai l'honneur.

SCÈNE V.
Liliane, Carinte.

LILIANE.

Iolante, ma soeur, où va cette insensée ?

Détournez, justes Dieux, sa cruelle pensée,

Qui dans le désespoir va se précipiter ;

Détournez ce torrent, qu'on ne peut arrêter :

945   Carinte, de mon coeur fidèle secrétaire,

Qui vois mes déplaisirs, qui connais ma misère ;

Adouci par tes soins l'amertume et le fiel,

Que vomit contre moi la colère du Ciel :

À tant de maux pressants cherche quelque remède,

950   Soulage ma douleur, je réclame ton aide.

CARINTE.

Eh ! Madame, je meurs de vous voir affliger ;

Que puis-je, pour vous plaire, et pour vous soulager ?

Plut au ciel, qui connaît mon coeur, et mon envie,

Que je vous pusse aider aux dépens de ma vie.

LILIANE.

955   Tu peux, sans qu'il t'en coûte un soupir seulement,

Vaincre mon infortune, et guérir mon tourment :

Si tu n'as oublié ce secret admirable,

Qui du plus fort venin, et du plus incurable,

Anéantit la force ; ah ! Carinte, peux-tu

960   Pour un sujet plus digne employer sa vertu ?

Je sais bien que le suc de cette herbe divine,

Des maux désespérés porte la médecine ;

S'il arrêtait celui de mon frère mourant,

Qu'on te devrait de voeux ! Que ce coup serait grand !

965   Je ne te cèle point, ma chère confidente,

Que je soupire encore après le beau Phalante ;

Parmi tous ses défauts, son mérite me plaît,

Je l'aime, tout volage, et tout ingrat qu'il est :

En cette extrémité ton secours je réclame,

970   Si tu sauves mon frère, il gardera sa femme ;

Et ce volage amant n'y prétendant plus rien,

Retournera peut-être, à son premier lien :

C'est de toi que dépend l'honneur de la province ;

Le bien de Liliane, et le salut du Prince.

CARINTE.

975   S'ils dépendent de moi, comme vous le jugez,

Madame, c'est à tort, que vous vous affligez :

Puisqu'ayant sur Carinte une entière puissance,

Vous connaissez son zèle, et son obéissance :

Il est vrai qu'en mourant mon père m'a laissé

980   Ce souverain remède, et souvent exercé,

Qui détruit du venin la qualité mauvaise ;

Pour subtil qu'il puisse être, aussitôt il l'apaise.

La preuve en mille endroits, ne m'a jamais manqué,

Et quand j'ai de ce mal vu le Prince attaqué,

985   Madame, vous savez que je me suis offerte,

Pour sauver à l'État une si grande perte,

Et que les Médecins, de ma gloire ennemis,

Et jaloux de leur art, ne m'ont jamais permis

D'employer mon remède ; ils m'ont tous rebutée,

990   Sitôt qu'à ce devoir je me suis présentée,

Sans souffrir que j'entrasse avec eux en conseil,

Lorsqu'ils ont appliqué leur premier appareil,

Ces pauvres ignorants ne se sont mis en peine,

Que de penser le bras, et guérir la gangrène,

995   Sans prévoir que d'ailleurs le Prince était perdu,

Car le poison subtil s'est partout épandu ;

Mon herbe toutefois, dont je sais la puissance,

En deux heures lui peut donner toute allégeance,

Nos esprits sur ce point seraient déjà contents,

1000   Si l'on m'eut laissé faire, il en est encor temps.

LILIANE.

Quoi ? Tu peux empêcher que mon frère ne meure ?

Un doux rayon d'espoir encore te demeure ?

Tu le pourras guérir ?

CARINTE.

Oui, je vous le promets,

Si je ne le guéris, ne me voyez jamais :

1005   Dans l'art des médecins sa perte est résolue,

Vous m'y pouvez mener de puissance absolue,

Et vous admirerez l'effet de mon secours,

Avant que cette nuit ait terminé son cours.

LILIANE.

Allons, si de l'effet ta parole est suivie,

1010   Je te devrai les biens, et l'honneur, et la vie.

SCÈNE VI.
Carinte, Liliane, Aronte.

CARINTE.

Mais il faut sur son mal Aronte consulter,

Puisqu'il sort de sa chambre, et vient de le quitter.

LILIANE.

Eh bien, que fait mon frère ?

ARONTE.

Ah ! Ç'en est fait, Madame,

Ce Prince glorieux, est prêt de rendre l'âme,

1015   Ce venin épandu fait partout son effort ;

Il n'attend plus au lit, que le coup de la mort ;

Phalante, que son dard d'un même coup menace,

Tout plein de désespoir, vient de quitter la place,

Ne se pouvant résoudre à voir ainsi mourir,

1020   Son généreux ami, qu'il ne peut secourir :

La seule Bérénice, entre ses bras pâmée,

Demeure auprès de lui, de douleur consommée.

LILIANE.

Ô spectacle funeste ! Carinte, je meurs.

CARINTE.

Ne nous amusons point à d'inutiles pleurs ;  [ 7 Amuser : distraire, perdre.]

1025   Surtout la diligence à nos soins est requise :

Ne perdons point de temps, en si belle entreprise.

ACTE IV

SCÈNE I.
Carinte, Bérénice, Liliane.

Il se passe dans la nuit.

CARINTE.

Le page avec un flambeau.

Quoi, vous êtes en doute encore sur ce point ?

Madame, il est guéri, non, non, n'en doutez point,

Je connais mon remède.

BÉRÉNICE.

Hélas ! est-il possible ?

1030   Croirai-je à ce miracle ?

LILIANE.

  Il est assez visible ;

Mon frère le confesse,

BÉRÉNICE.

Et je crains toutefois ;

Carinte en as-tu fait l'épreuve une autre fois ?

CARINTE.

J'en ai fait cent, Madame, et toutes favorables/

LILIANE.

Cette herbe a sans mentir, des vertus admirables.

BÉRÉNICE.

1035   Carinte mon espoir, délices de mes jours,

Qui de tous nos malheurs viens d'arrêter le cours,

Qui viens de rétablir mon repos et mon aise,

Que mille et mille fois je t'embrasse, et te baise.

Qu'eussions nous fait sans toi, qui nous as préservés,

1040   En préservant le Prince, et nous a tous sauvés ;

Par toi, de son salut naît notre délivrance ;

Tu fais revivre en lui, toute notre espérance,

Ma fidèle Carinte, ah ! Combien ta vertu

Relève puissamment ce courage abattu !

1045   La moitié de mon coeur, par tes mains m'est rendue,

Je te dois tout mon bien, sans toi j'étais perdue.

LILIANE.

Fille miraculeuse, on ne peut en effet

Reconnaître un si digne, et si rare bienfait :

Nous te serons ingrats, ces faveurs sont trop grandes,

1050   Il te faut des autels, il te faut des offrandes.

CARINTE.

Ne flattez point mes sens par ces excès d'honneur,

Mesdames, c'est à vous qu'on doit tout ce bonheur,

Vous m'avez fait agir ; c'est par votre industrie,

Que je viens de sauver mon Prince, et ma patrie,

1055   Et qu'un si beau laurier me couronne le front ;

Qui croirait que mon herbe eut un effet si prompt ?

La secrète vertu d'une telle racine

Ne confond elle pas toute la médecine ?

Mais ne vantez pas tant ce service rendu ;

1060   J'ai l'honneur d'être à vous, j'ai fait ce que j'ai dû ;

Vous prodiguez en moi votre reconnaissance,

L'heur d'un si grand succès m'est trop de récompense.  [ 8 Heur : rencontre avantageuse. (...) [F] [antonyme de malheur]]

BÉRÉNICE.

Je sais bien que ton coeur, noble et grand comme il est,

En la seule vertu cherche son intérêt :

1065   Aussi pour te payer de ce bien-fait extrême,

Je te fais seulement un présent de moi-même.

LILIANE.

Reçois mon coeur encore, et dispose de moi,

Puisque tous nos trésors sont au dessous de toi ;

Et crois que je n'aurai, ni gloire, ni fortune,

1070   Dans le cours de mes ans, qui ne te soit commune.

CARINTE.

Je n'abuserai point d'un heur si précieux ;

Jugeant que tout me vient de la faveur des Cieux ;

Mais songez qu'il est tard, généreuse Princesse,

Après tant de travail, de peine, et de tristesse ;

1075   Puisqu'Iolas est pris des charmes du sommeil,

Allez dormir, au moins jusques à son réveil.

BÉRÉNICE.

Puisqu'en effet le Prince a la paupière close,

Et que notre esprit calme avec lui repose,

Je crois, ma chère soeur, qu'il est bien à propos,

1080   Qu'après tant de travail nous prenions du repos :

Qu'on sache cependant qu'est devenu Phalante,

Sans qui mon Iolas n'a rien qui le contente :

Croyant son ami mort, il s'en est séparé ;

Le coeur tout plein d'angoisse, et tout désespéré :

1085   Carinte, qu'on le cherche, et qu'on lui fasse entendre,

L'heur que sur nous le Ciel par tes mains vient d'épandre :

J'ai peur que mon époux n'en soit inquiété,

Et le moindre accident peut nuire à sa santé :

Bonsoir, ma chère soeur ;

LILIANE.

Bonsoir, belle Princesse ;

1090   Allez l'accompagner.

BÉRÉNICE.

  Non, non, je vous la laisse,

Ce page me suffit, mon coeur, demeure ici.

SCÈNE II.
Carinte, Liliane.

CARINTE.

Disposez-vous, Madame, à reposer aussi ;

La nuit tantôt passée enfin vous y convie.

LILIANE.

Voici de qui j'attends mon repos, et ma vie.

CARINTE.

1095   D'où ?

LILIANE.

  Le demandes-tu ? Vois-tu pas mon amant ?

CARINTE.

Qu'il est pâle, et transi !

LILIANE.

Mais Dieu, qu'il est charmant !

CARINTE.

Il va revoir le Prince.

LILIANE.

Il me suivra sans doute,

L'ingrat qui m'a manqué, va prendre une autre route,

Pour ne pas soutenir les regards enflammés,

1100   Des yeux qu'il a trahis, et qu'il a tant aimés,

L'infidèle aura peur de leur juste reproche.

CARINTE.

Madame, cependant le voilà qui s'approche.

LILIANE.

Que dirons-nous, Carinte ?

CARINTE.

Assurons le d'abord,

Que le Prince est par nous garanti de la mort ;

1105   Observant bien son coeur, il faut qu'on l'éclaircisse,

Et qu'il perde l'espoir d'épouser Bérénice.

SCÈNE III.
Liliane, Phalante, Carinte.

LILIANE.

Où peut aller Phalante, ainsi triste et pensif ?

D'où lui vient ce chagrin, et ce deuil excessif,

Lorsque tout est ravi d'un excès d'allégresse ?

1110   Ma rencontre peut-être a causé sa tristesse ?

PHALANTE.

Quoi, les jours d'Iolas sont à leur occident  [ 9 Occident : En poésie, on dit que les jours d'un homme sont dans son occident ; pour dire qu'il est proche de sa fin. [F]]

Madame, et l'on peut rire, en si triste accident ?

CARINTE.

C'est de sa guérison que provient notre joie,

Prenez part au bonheur que le Ciel nous envoie.

LILIANE.

1115   Nous l'avons cette nuit par nos soins préservé,

Et tu devrais baiser la main qui l'a sauvé.

PHALANTE.

Hélas ! Vous vous moquez ; la nouvelle est trop grande,

Pour être si tôt crue ; il faut que je me rende,

Près du lit d'Iolas, pour éclaircir ce point,

1120   À moins que de le voir, je ne le croirai point.

LILIANE.

Quoi ? Je verrais la mort de mon frère assurée,

Et je serais si lâche, et si dénaturée,

Au lieu de le pleurer, au lieu de ressentir

Ses poignantes douleurs, de rire, et de mentir ?

1125   Tu ne me crois donc pas, Phalante, et mes paroles

Passent dans ton esprit pour des contes frivoles ?

Ah cruel ! Je sens bien pourquoi tu ne veux pas,

Que mon frère par nous soit sauvé du trépas ;

C'est pour ce que sa mort t'assure Bérénice,

1130   Et tu crois qu'on te l'ôte avec cet artifice ;

Tu crois que je travaille à dégager ta foi,

Va, tu n'aimas jamais ni mon frère ni moi :

Pour lui ton amitié naît d'une source infâme,

Tu ne le caressais qu'à cause de sa femme,

1135   Et tu nous as tous deux abusés lâchement,

Faible et mauvais ami, traître, et perfide amant.

PHALANTE.

Excusez de mon coeur l'innocente faiblesse,

Et ne vous fâchez pas, je vous crois ma Princesse.

LILIANE.

Tu fais un grand effort, je t'ai cru mille fois,

1140   Quand par tes actions tu démentais ta voix,

Je n'ai point révoqué tes paroles en doute,

Quand ton coeur les fuyait, pour suivre une autre route ;

Et tu doutes ingrat, de la sincérité

De mes propos naïfs, et pleins de vérité ?

1145   Tantôt avec des pleurs, coulants par artifice,

Tu jurais que pour moi tu fuirais Bérénice,

Volage, et tu t'es pris dans les mêmes appas,

D'où tu me promettais de détourner tes pas :

Pourquoi m'as-tu trompée, infidèle et parjure ?

1150   Crains tu point que les Dieux ne vengent mon injure ?

Prierai-je pour celui qui m'a voulu trahir ?

Oui, tout ingrat qu'il est, je ne le puis haïr :

S'il s'est contre sa foi promis à Bérénice,

C'est par légèreté, plutôt que par malice :

1155   Je veux croire qu'il m'aime.

PHALANTE.

  Ah ! Cruelle, en ce point

Tu m'estimes coupable, et je ne le suis point :

Je ne me suis promis, contre ma conscience,

Que pour laisser mourir le Prince en patience,

Voyant qu'il s'obstinait à me rendre enflammé

1160   De cet objet divin que j'avais tant aimé.

Si tu crois que mon coeur cède sans résistance,

Va de sa propre bouche apprendre ma constance,

Au fort du désespoir qui troublait mes esprits,

Comment eussai-je aimé ? J'avais tout à mépris ;

1165   Mon coeur était outré d'une douleur extrême,

Tout m'était odieux, je l'étais à moi-même ;

Et tu veux qu'en l'état d'un si malheureux sort,

L'hymen charmât mes sens dans l'effroi de la mort ?

Tu fais certes, mon âme un peu trop criminelle,

1170   Ta clémence est injuste, et ta pitié cruelle :

Ta main rouvre ma plaie après sa guérison,

Et le miel qu'elle m'offre est mêlé de poison.

Si de ces lâchetés tu m'estimes coupable,

Je suis de ton amour un objet incapable,

1175   Les Dieux me sont témoins toutefois que mon coeur,

Bénit toujours les traits de son premier vainqueur ;

Que depuis que mon âme, à te plaire occupée,

T'a promis tous ses soins, je ne t'ai point trompée :

Crois moi, que Bérénice en ce funeste jour,

1180   M'a beaucoup plus touché de pitié que d'amour ;

Que ses chastes attraits n'ont point blessé tes charmes,

Depuis que j'ai lavé mon crime dans mes larmes.

Ceci n'est qu'un effet de mon sort rigoureux ;

J'ai paru complaisant, et non pas amoureux :

1185   Puisqu'en toi j'avais mis toute mon assurance,

Doux port de mes désirs, et de mon espérance,

Pourquoi t'ai-je fait peur, quand j'ai mal évité,

L'écueil où mon amour avait déjà heurté ?

Non, non, chaste beauté, tu n'avais rien à craindre ;

1190   Vois-tu pas que celui qui me voulait contraindre

De m'engager ailleurs, contre mon sentiment,

Par miracle est sauvé, pour sauver ton amant ?

Allons pour son salut faire des feux de joie ;

Je meurs d'impatience, il faut que je le voie,

1195   Et que je lui découvre encore devant toi,

L'honneur que tu me fais, de recevoir ma foi,

Pourvu qu'il s'en contente, et qu'il nous favorise,

Dans ces justes projets que le Ciel autorise.  [ 10 Cette litote ressemble à celles de SCUDERY : « Je quitte un ennemi que je ne puis haïr » (Le Prince déguisé) ou de CORNEILLE dans Le Cid : « Rodrigue a des vertus que je ne puis haïr ». {Note de Guillaume Robert]]

LILIANE.

Croirai-je, mon Phalante, à ce que tu me dis ?

1200   Tous mes sens d'allégresse et d'amour interdis,

Ne me trompent-ils point, en la gloire éclatante,

De cet heureux succès, qui passe mon attente ?

Quand tu me charmerais par une illusion,

Quand je te devrais croire, à ma confusion,

1205   Tes propos dans mon coeur ne trouvent point d'obstacles,

Et j'y donne la foi, comme à de vrais oracles.

PHALANTE.

Tu le peux, ma Princesse, assure toi d'avoir,

Sur l'esprit de Phalante un absolu pouvoir ;

Et qu'il t'en va donner une preuve assurée,

1210   Par sa fidélité d'éternelle durée.

Mais tu ne me dis point comme on a pu guérir

Le Prince abandonné, qui s'en allait mourir ?

LILIANE.

Carinte cette nuit accourue à son aide,

Dans la vertu d'une herbe a trouvé son remède,

1215   Et j'en ai vu le prompt et merveilleux effet.

PHALANTE.

J'adore ce miracle, et la main qui l'a fait,

Mais que tardons nous plus ? Voyons que fait le Prince,

Et sauvons après lui sa ville et sa province.

LILIANE.

Je sais bien là-dessus un important secret,

1220   Qu'il faut que je révèle, et non pas sans regret.

SCÈNE IV.

IOLANTE, seule.

Puisque dedans l'ardeur du courroux qui m'enflamme,

J'ai si mal ménagé le secret de mon âme,

Puisqu'elle s'est ouverte à cette ingrate soeur,

Qui flatte de nos biens l'infâme ravisseur,

1225   De peur que mon malheur enfin ne me surmonte,

Et que tous mes desseins n'avortent à ma honte,

Fuyons la tyrannie, et l'horreur de ces lieux,

Où ce qui me charmait est funeste à mes yeux :

Dans le péril extrême où je me vois réduite,

1230   Je n'ai ni sûreté, ni salut qu'en la fuite,

La nuit me favorise, allons en liberté,

Commettre notre vie à la fidélité :

Puisque seule elle sait la descente secrète,

Par où j'ai résolu d'assurer ma retraite,

1235   J'ai sondé vainement les coeurs de nos sujets,

Et j'ai fait parmi vous d'inutiles projets :

Mais le Duc de Calabre a bien reçu ma lettre,

Et de son seul appui j'ose tout me promettre :

Puisqu'il est mon refuge, et mon unique espoir,

1240   Et puisqu'il nous promet de nous bien recevoir,

Sauvons nous dans sa tente, et quittons de bonne heure,

Une si détestable, et si triste demeure.

SCÈNE V.
Iolas, Phalante, Liliane, Carinte, Le Capitaine des Gardes.

IOLAS.

Hé bien, que dirais-tu des caprices du sort ?

Me voilà par miracle affranchi de la mort :

1245   Cette divine fille, au gré des destinées,

Pour quelque temps encor prolonge mes années :

Mon cher frère, il faudra que par nécessité,

Tu bannisses l'espoir dont je t'avais flatté :

La vie, et Bérénice aujourd'hui me demeurent,

1250   Je connais ton regret dans tes yeux qui la pleurent,

Mais je connais aussi cette rare vertu,

Qui méprise le vice à tes pieds abattu ;

Et qui ne souffrant rien contre ta conscience,

Te fera supporter ta perte en patience :

1255   Je suis honteux de vivre, et de t'ôter un bien,

Que tu pouvais déjà regarder comme tien :

Cette fille te tue, en conservant ma vie,

Qui peut-être sera de ton trépas suivie,

Mais las si je croyais, qu'en ton ennui secret,

1260   Tu sentisses ta perte avec tant de regret,

Je me laissais mourir de deuil et de tristesse,

Pour te laisser en paix posséder la Princesse.

PHALANTE.

Tu pèches contre moi par excès d'amitié,

Mon frère, et je te trouve injuste en ta pitié,

1265   Prends garde que mes pleurs ne coulent que de joie,

En l'heur inespéré que le Ciel nous envoie,

T'ayant vu tout à coup sortir de ce danger,

Quelle perte aujourd'hui me pourrait affliger ?

Puisque je te retrouve avec cette assurance,

1270   De t'embrasser vivant contre toute espérance ?

Connais mieux ta vertu pour connaître mon coeur,

Et ne me traite plus avec tant de rigueur,

Je me sais modérer, et mieux que tu n'estimes,

Mettre à mes passions des bornes légitimes :

1275   Je confesse qu'amour de tous ses traits armé,

Par l'oeil de Bérénice autrefois m'a charmé,

Il est vrai, ta moitié fut celle de mon âme,

Et dans les sentiments de ma pudique flamme,

Mon coeur pour sa beauté fit des voeux infinis,

1280   Avant qu'un chaste hymen vous eut tout deux unis,

Mais j'ai su respecter cette union sacrée.

Dés l'heure que j'ai su qu'elle était assurée,

Et sans me consommer d'inutiles désirs,

J'ai jusques dans mon coeur étouffé mes soupirs,

1285   Quand tu me l'as cédé avec tant de confiance,

Ta douleur t'empêchait de voir ma résistance,

Et que je n'acceptais un si rare présent,

Que pour être à tes voeux de tout point complaisant :

Voici, cher Iolas la beauté qu'hymenée,

1290   M'a sous ton bon plaisir aujourd'hui destinée,

Avant que Bérénice eut fait sur mes esprits,

Un si puissant effort, celle-ci avait pris,

Elle a sans murmurer connu ma perfidie,

Et ma légèreté ne l'a point refroidie,

1295   Les Dieux me sont témoins qu'un secret mouvement,

M'a porté malgré moi dedans ce changement,

Sans offense pourtant, car j'aime par estime,

La Princesse et ta soeur d'une ardeur légitime,

Partout où je revois cette chaste beauté,

1300   Sans désir je suis d'aise, et d'amour transporté,

Et dedans ce penser plutôt Saint que profane,  [ 11 Penser : nom masculin au XVIIème pour « pensée ».]

Je conserve toujours mon coeur à Liliane :

Souffre que je l'adore, et permets qu'en l'aimant,

Je répare envers toi mon premier manquement,

1305   Aussi bien envers elle, il est trop véritable,

Que d'un si grand honneur je me sens incapable,

Je n'ose encore prétendre à ce trésor exquis,

Que mon service au moins ne me l'ait mieux acquis :

Je parlerai tantôt avec plus de licence,

1310   Et si je te sers bien, voila ma récompense.

IOLAS.

Aurais-tu ce dessein, et pour elle et pour moi ?

Songeai-je ce plaisir, ou si je le reçois ?

Certes si j'ai le Ciel à ce point favorable,

Il n'est Prince en bon-heur qui me soit comparable :

1315   Mais qu'en dit Iolante ? Et qu'en dis-tu ma soeur ?

LILIANE.

Que s'il vous plaît ainsi, Phalante est possesseur

De ce coeur que je mets entier en sa puissance,

Et dont il a raison d'estimer la constance.

Pour ma soeur, il est vrai qu'un jaloux désespoir

1320   L'a tantôt fait sortir des bornes du devoir,

Concevant pour vous deux une haine mortelle :

Elle vous veut trahir.

IOLAS.

Que l'on s'assure d'elle.

LE CAPITAINE DES GARDES.

Si j'eusse un peu plutôt son dessein reconnu,

Grand Prince, assurément je l'aurais prévenu ;

1325   Avant que j'eusse appris son crime de Phalante,

Elle était échappée.

IOLAS.

Ô Fille violente !

Ô dangereuse humeur ! Esprit pernicieux !

PHALANTE.

Crois-tu que le parti d'Iarbe en vaille mieux ?

IOLAS.

Hé quoi, tu savais donc ce qu'elle avait dans l'âme,

1330   Mon frère ?

PHALANTE.

  Cet objet de ma pudique flamme,

M'ayant dit que sa soeur contre votre maison

Machinait près du Duc certaine trahison,

J'ai cru qu'il importait d'en avertir Cléonte,

Afin qu'il la veillât ; mais une fuite prompte

1335   Avait déjà portée au camp des ennemis :

Cher frère, (puisqu'en fin ce doux nom m'est permis)

Laisse moi mériter l'heur de ton alliance,

Repose ton esprit dessus ma vigilance,

L'honneur de ton état me touche autant qu'à toi,

1340   Parmi les Calabrais je vais semer l'effroi ;

Et par des actions d'éternelle mémoire,

Assurant ton repos, j'assurerai ma gloire.

Le Duc d'un grand assaut nous menace aujourd'hui,

Prévenons son dessein, allons jusques à lui :

1345   Avec mille des miens ce matin je me vante,

De l'aller affronter jusques dedans sa tente.

IOLAS.

Tu n'entreprends jamais rien que bien à propos,

Va, j'irai cependant prendre un peu de repos,

Pour me mettre bientôt en état de te suivre,

1350   Puisqu'avecques tant d'heur le Ciel me laisse vivre,

Carinte à qui je dois la lumière du jour,

Le bien de mon État, et l'heur de mon amour ;

Que ferai-je pour toi dans ce bienfait extrême ?

CARINTE.

Faisant pour votre soeur, vous faites pour moi-même,

1355   Assurant son bonheur, vous assurez le mien,

Après son amitié, je ne souhaite rien,

Que vos prospérités.

IOLAS.

Ô généreuse fille !

Je mets entre tes mains l'honneur de ma famille,

Ta vertu me ravit, va t'en voir de ma part,

1360   Ce que fait la Princesse ; elle a veillé bien tard,

Et crois qu'au jour naissant, cette chère merveille,

Avec un doux repos répare cette veille.

CARINTE.

J'y vais.

LILIANE.

Ne tarde point, retourne promptement,

Liliane sans toi ne peut vivre un moment.

CARINTE.

1365   J'admire les effets de votre providence,

Grands Dieux, qui vous moquez de l'humaine prudence ;

Et qui par des ressorts cachés à l'Univers,

Produisez chaque jour cent miracles divers ;

Puisqu'il vous plaît sauver le Prince par mon aide,

1370   Daignant guider ma main, et bénir mon remède,

Faites la grâce entière aux pauvres Tarentins,

Lassez de la rigueur de leurs mauvais Destins ;

Accordez leur la paix qu'ils ont tant désirée ;

Qu'une félicité d'éternelle durée

1375   Partout les accompagne ; et si vos bras puissants

Les rendent bienheureux, qu'ils soient reconnaissants.

ACTE V

SCÈNE I.
Iarbe, Duc de Calabre, Iolante, Ménandre.

IARBE.

Oui, si je trouve ici toutes choses prospères,

Je vous rétablirai dans le bien de vos pères ;

Recevez en ma foi, qui ne manqua jamais ;

1380   Je suis inviolable en ce que je promets.

IOLANTE.

Je n'espérais pas moins de l'honneur de notre âge,

De ce franc, magnanime, et généreux courage.

IARBE.

Mais Dieux ! Est-il bien vrai qu'en son aveuglement,

Bérénice envers moi se porte insolemment ?

1385   Et que jusqu'à ce point cette ingrate s'oublie

Que de nous menacer ?

IOLANTE.

J'admire sa folie,

Elle se promet tout de ce nouvel époux,

Qui pense triompher bientôt d'elle et de nous :

La Calabre déjà leur est bien assurée :

1390   ........................................

Déjà ces vains esprits charmés dans leurs liens,

Estiment qu'ils joindront vos États à vos biens.

IARBE.

S'ils ont fait ce projet, ils l'ont fait à leur honte,

Ces amants aveuglés sont bien loin de leur conte,

1395   J'ai de quoi réprimer leurs folles vanités,

Et retrancher l'espoir dont ils se sont flattés ;

Il est temps envers vous enfin je me dispense

D'un secret dont Ménandre a seul la connaissance ;

Ma fille se croit seule, et se repaît de vent ;

1400   Mais j'ai, grâces aux Dieux, un héritier vivant ;

Et je vous veux Madame, apprendre l'aventure,

Qui fit qu'en l'éloignant, j'offensai la Nature.

IOLANTE.

Quoi ? Vous avez un fils inconnu parmi nous ?

IARBE.

Il m'est sage Princesse, inconnu comme à vous,

1405   Mais au camp dans ce jour vous le verrez paraître,

Car l'ordre en est donné ; Ménandre, où peut-il être ?

Vient-il pas ?

MÉNANDRE.

Monseigneur, s'il sort de ma maison,

Il hasarde sa vie, avant sa guérison.

IARBE.

En quelque état qu'il soit, je veux qu'on me l'amène,

1410   Quel plaisir prenez-vous de me laisser en peine ?

MÉNANDRE, en lui-même.

Ô malheureux Ménandre ! Ô Destin rigoureux !

IARBE.

Vous savez que sans lui je ne puis être heureux :

Je vous l'ai dit cent fois ; mais quoi que je vous die,

Vous m'allez alléguer toujours sa maladie :

1415   Allez, sans répliquer, vous-même le quérir ;

Dut-il par les chemins entre vos bras mourir,

Je le veux voir enfin, quelque mal qui l'accable,

Et sans plus de remise.

MÉNANDRE.

Ah ! Que je suis coupable,

De laisser échapper ce gage précieux,

1420   Que j'avais conservé quinze ans, comme mes yeux :

Il faut, il faut mourir.

IARBE.

Que dites vous Ménandre ?

MÉNANDRE.

Qu'il faut vous l'emmener.

IARBE.

Vous ne pouvez comprendre,

Ces discours ambigus, et pleins d'obscurité.

IOLANTE.

Non,

IARBE.

Je leur vais donner, le sens, et la clarté.

1425   Sachez que mon dessein, pour croître mes désastres,

M'a rendu curieux de connaître les astres ;

Et que ce vain savoir, qu'un grand mage m'apprit,

Dés ma tendre jeunesse, a charmé mon esprit :

Mais las ! je m'en servis à ma propre ruine,

1430   Pendant l'accouchement de ma chaste Amerine,

De deux enfants jumeaux d'un beau couple innocent,

Qui coûteront la vie à leur mère en naissant)

Au fort de ma douleur, j'eus encore la puissance,

D'en tirer l'horoscope, au point de leur naissance :

1435   Et j'eus horreur de voir l'ascendant furieux,

Qui menaçait leurs jours d'un inceste odieux !

Sous le voile d'hymen (horrible en ce mystère)

Je trouve que la soeur brûlerait pour le frère :

Qui s'irait d'un brasier, tout pareil échauffant :

1440   Je découvrais de plus, que cet ingrat enfant ;

Viendrait un jour, poussé, d'une damnable envie,

Les armes à la main, attenter à ma vie ;

Et sortant plein de honte, et de confusion,

J'appréhendai l'effet de ma prédiction.

1445   Pour détourner ce mal de ma triste famille,

Je crus qu'il suffisait de déclarer la fille ;

Pour mon fils, je voulus que Ménandre en eut soin,

Le connaissant fidèle, et qu'il l'emmenât loin,

Dans un lieu de plaisir, qu'il a dans la Province,

1450   Sans lui faire sentir qu'il fut né fils de Prince,

De peur avec le temps, il ne s'enquit pourquoi

Étant mon fils unique, on l'éloignait de moi.

Il a donc en ce lieu, sous le nom d'Anaxandre,

Passé jusques ici pour le fils de Ménandre,

1455   Avec des qualités si rares, qu'en effet,

J'ai grande occasion d'en être satisfait.

Ma fille toutes fois étant chez moi nourrie,

A seule été de moi si tendrement chérie,

Que sans l'ingrate humeur d'elle, et de son époux,

1460   Sans doute que mon fils en eut senti les coups :

Je l'aurais oublié chez Ménandre ; et pour elle

Perdu tous les respects de la loi naturelle.

Dés l'heure que mon gendre eut fait sur mon État,

Les armes à la main, un si grand attentat.

1465   Voyant les astres faux, du côté de l'inceste,

Où ma crédulité avait été funeste,

Et ne présumant pas qu'un fils tant estimé,

Dut jamais contre moi paraître envenimé,

Je le voulus tirer de cette solitude,

1470   Pour punir Iolas de son ingratitude ;

Mais Ménandre, qui veut qu'il guérisse à loisir,

A jusques à présent retardé mon plaisir.

Maintenant je le presse ; et pour m'ôter de peine,

Tout malade qu'il est, je veux qu'il me l'emmène.

IOLANTE.

1475   Vraiment cet accident que vous me racontez,

Étonne mes esprits, et les tient enchantez ;

D'un autre que de vous j'aurais peine à le croire,

Car il sent aussitôt la fable que l'Histoire :

Mais depuis qu'Anaxandre est chez ce gouverneur,

1480   Qui doit l'avoir instruit dans les lois de l'honneur,

Pour être le témoin vous-même de sa vie,

Je m'étonne comment vous avez eu envie

De le faire venir devant vous inconnu ?

IARBE.

Le désir de le voir bien souvent m'est venu ;

1485   Mais j'ai (me figurant une vaine disgrâce)

De son astre malin redouté la menace.

IOLANTE.

Différez donc encor, jusqu'à tant que les Dieux

Vous le rendent entier, et qu'il se porte mieux.

IARBE.

Puisqu'il doit rétablir mon bonheur et ma joie,

1490   Quoi qu'il puisse arriver, il faut que je le voie :

Cependant ma Princesse, allons disposer tout,

Pour l'assaut de Tarente, et si j'en viens à bout,

(Comme vous me donnez grand sujet de le croire)

Seule vous en aurez le profit et la gloire.

SCÈNE II.
Almédor, Iarbe, Iolante, Les Soldats.

ALMÉDOR.

1495   Seigneur tout est perdu, vos gens épouvantés,

Sans attendre les coups fuient de tous côtés,

Phalante qui n'a point de pareil sur la terre,

(Sorti de la Cité comme un foudre de guerre)

Abat vos escadrons, ravit vos étendards,

1500   Et sème dans le Camp l'effroi de toutes parts :

Tous nos retranchements cèdent à son courage.

IARBE.

Allons nous opposer à sa bouillante rage,

C'est un torrent qui passe, et qui ne peut durer,

Il n'est pas temps encor de rien désespérer.

ALMÉDOR.

1505   Vos meilleurs officiers, qu'à Tarente l'on mène,

Sont déjà prisonniers de ce grand capitaine :

Rien ne peut résister aux forces de son bras ;

Si vous ne ralliez vous-même vos soldats,

Vous perdez votre armée, en ce péril extrême,

1510   Et vous courez fortune en votre tente même.

IOLANTE.

Sus, courage Soldats, il me faut secourir.

En cette occasion, il faut vaincre, ou mourir,

Je l'exterminerai, fut-il le Dieu de Thrace.

IARBE.

Détournez, justes Dieux, ce mal qui nous menace.

SCÈNE III.
Ménandre, Phalante, Hydaspe.

MÉNANDRE.

1515   Mourons, pour obéir à la rigueur du Sort,

Mais finissons au moins par une belle mort :

Vengeons en périssant l'honneur de la patrie ;

Attaquons ce lion, dont on craint la furie,

À moi, mes Compagnons, quelle honte est-ceci ?

1520   Votre Prince vous voit, le servez-vous ainsi ?

Poltrons, ou fuyez-vous ? En vain je me travaille,

L'épouvante a saisi cette vile canaille ;

Il n'importe, ayant fait le dessein de mourir,

Que me servirait-il qu'on me vint secourir ?

1525   Je suis lassé de vivre, allons venger le Prince,

De notre lâcheté, fatale à sa Province :

Tourne tête Phalante, à moi brave guerrier,

Ajoute à ton triomphe encore ce laurier.

PHALANTE.

Tu cours à ta ruine, insensé téméraire,

1530   Qui ne peut résister à ma juste colère.

Ici le casque tombe de la tête de Ménandre, qui est reconnu de Phalante pour son père putatif.

Ô justes Dieux que vois-je ; ah mon Père est-ce vous,

Que la rigueur du sort fait périr sous mes coups ?

Faut-il, pour obscurcir l'éclat de ma victoire,

Qu'une telle rencontre arrête ici ma gloire ?

1535   Ménandre, mon cher père, est-ce vous que je vois ?

Embrassez, embrassez, votre Anaxandre et moi,

Il ôte son casque.

Qui sortant par caprice hors de votre puissance,

Sous le nom de Phalante a caché sa naissance,

Qui se doit sa fortune, et qui comblé d'honneurs,

1540   Se voit considéré de tant de grands Seigneurs.

Arrêtez Compagnons.

MÉNANDRE.

Ah ! Je meurs de joie,

Est-il vrai que je veille, et que je vous revoie,

Glorieux Anaxandre ? Et que Dieu m'ait rendu,

Le gage précieux, depuis six ans perdu ?

1545   Vous n'êtes point mon fils, comme vous pensez l'être,

Vous êtes mon Seigneur, et mon Prince, et mon Maître,

Souffrez donc aujourd'hui que Ménandre à genoux,

En cette qualité s'incline devant vous.

PHALANTE.

Son plaisir est extrême ; et comme il se redouble,

1550   Il altère l'esprit du bonhomme, et le trouble,

Que faites vous, bons Dieux !

MÉNANDRE.

Je fais ce que je dois,

Je l'avoue, il est vrai, je suis tout hors de moi ;

Mais troublé que je suis, je vous connais encore,

Pour le seul fils du Duc, que la Calabre adore,

1555   Qui voulut qu'inconnu, pour certaine raison,

Vous fussiez comme mien nourri dans ma maison :

Magnanime Phalante, à ce nom plein de gloire,

Je me veux arrêter ; mais Dieux ! Le puis-je croire ?

Oui, je n'en doute plus, ces traits charmants et doux,

1560   Retracent Monseigneur, je les reconnais tous :

Ah ! Que votre Fortune est de tout point heureuse,

Et que vous pouvez faire une paix glorieuse !

Tout cède au coup fatal de ce bras indompté,

Le camp de votre père est tout épouvanté,

1565   Si vous ne détournez promptement cet orage ;

Par vous seul excité, son honneur fait naufrage.

PHALANTE.

Dites vous vrai, Ménandre ? Ou si vos sens charmés,

Veulent tromper les miens d'allégresse pâmés ?

MÉNANDRE.

Aidez vous, aidez vous, en cette connaissance,

1570   Et par votre grand coeur sentez votre naissance.

PHALANTE.

Ménandre me surmonte, et dans mes hauts desseins,

Un vieillard fait tomber les armes de mes mains :

Mais puisque vous voulez que je sente ma joie,

Puisqu'à tous vos discours vous voulez que je croie,

1575   Faites tant que je sache au moins pour quel péché,

On m'a tenu chez vous si longuement caché.

MÉNANDRE.

Venez trouver le Duc, que cette affaire touche,

Grand Prince, et l'apprenez vous-même de sa bouche :

Venez sur ma parole, il n'est pas loin d'ici ;

1580   Ou si ses Légions vous tiennent en souci,

Si vous vous défiez, souffrez qu'il se hasarde,

Et qu'il me suive ici seul avecque sa garde.

PHALANTE.

Je vous crois, cher Ménandre, et vous veux obéir :

Celui qui m'a nourri me voudrait il trahir ?

1585   Allons à sa rencontre, ah ! Que j'ai l'âme émue,

D'une si glorieuse et si chère entrevue :

Cependant, doux témoin de mes prospérités,

Et qui fus compagnon de mes adversités,

Hydaspe, cher ami, vole dedans Tarente,

1590   Et fais qu'à ce bonheur (qui passe notre attente)

Iolas prenne part, et tous les siens aussi ;

Sa santé permet bien qu'il vienne jusqu'ici.

Il voit du haut des murs mon succès manifeste,

En l'emmenant au camp, raconte lui le reste :

1595   Dis qu'on lui promet tout, si pour l'amour de moi,

Il pardonne à celui qui lui manqua de foi.

HYDASPE.

J'y cours.

PHALANTE.

Dis cependant, en deux mots, cher Ménandre,

Pourquoi l'on te commit la garde d'Anaxandre ;

Éclairci promptement mon esprit curieux,

1600   En gagnant la fraîcheur, qui paraît en ces lieux,

Où j'attendrai le Duc, mon Seigneur, et mon père.

MÉNANDRE.

Allons, en peu de mots je vous vais satisfaire.

SCÈNE IV.
Iolas, et Les Princesses sur les murailles.

IOLAS.

Peut-on voir sur la terre un homme plus vaillant ?

Admire avecque moi ce courage bouillant,

1605   Qu'en dis-tu, ma Princesse ?

BÉRÉNICE.

  Il est inimitable.

LILIANE.

Rien ne peut résister à ce bras indomptable.

CARINTE.

Voyez que d'ennemis à ses pieds abattus !

BÉRÉNICE.

Certes, j'aI de tout temps admiré ses vertus,

J'aI toujours eu pour lui je ne sais quelle estime,

1610   Qui n'a point offensé notre amour légitime ;

Et ne l'ai jamais su, ni haïr, ni blâmer,

Que quand tu m'as voulu contraindre de l'aimer.

IOLAS.

Le respect que je porte à son amitié sainte,

M'ordonna dans mon mal cette douce contrainte ;

1615   Ne la reproche plus à ta chaste moitié ;

Je suis sain, et l'Amour a vaincu l'Amitié.

Mais as-tu bien pris garde à l'action dernière,

Que nous avons vu faire à cette âme guerrière ;

Lors qu'arrêtant les siens, son casque il a haussé,

1620   Devant un des vaincus, qu'il a tant embrassé ?

Puis vers cet arbre ensemble ils ont tourné visage.

BÉRÉNICE.

Quelqu'un, qui s'est soumis à ce jeune courage ;

A mérité de lui ce trait d'humilité ;

Je connais sa franchise, et sa civilité.

ARONTE.

1625   Seigneur, les principaux de l'armée ennemie,

Dont Phalante a trouvé la valeur endormie,

Par lui faits prisonniers, sont sous votre pouvoir,

On les vient d'emmener, vous plaît-il de les voir ?

IOLAS.

Non, va les consoler un peu dans leur disgrâce,

1630   Et qu'on les traite bien ; la prospérité passe,

Le Sort en autre temps les peut favoriser,

Le Sage, de son heur ne doit point abuser.

LE PAGE.

Hydaspe, que Phalante appelle son fidèle,

Vous porte de sa part une grande nouvelle :

1635   Il vient tout en fureur d'entrer dans la Cité.

IOLAS.

Sais-tu pour quel sujet il s'est si fort hâté ?

LE PAGE.

Il dit que le bonheur de Phalante est extrême,

Mais il veut réserver ce secret à vous même.

IOLAS.

Allons à sa rencontre.

BÉRÉNICE.

Ah ! Grands Dieux, que je crains,

1640   Que ce Duc malheureux ne tombe sous ses mains ;

Tout injuste qu'il est, il est toujours mon père,

Grands Dieux ; et vos faveurs ont calmé ma colère.

SCÈNE V.
Iarbe, Ménandre.

IARBE.

Il n'est pas vraisemblable ; Anaxandre, dis-tu,

Arrivé dans le camp, a déjà combattu ?

MÉNANDRE.

1645   Oui, grand Prince, et de plus, il a vaincu Phalante,

Comme il se préparait de forcer votre tente.

IARBE.

Il a vaincu Phalante ?

MÉNANDRE.

En ses plus hauts desseins,

Il lui vient d'arracher la victoire des mains.

IARBE.

Quoi ! mon Fils, aurait eu tant d'heur, et tant de gloire,

1650   Que d'emporter d'abord une telle victoire ?

Tu le faisais malade, et dans l'extrémité,

Comment en ce péril s'est-il précipité ?

Comme a-t-il pu si tôt, dans notre Camp se rendre ;

Explique ton discours, que je ne puis comprendre.

MÉNANDRE.

1655   Quand il vous contera ce succès glorieux,

Lui-même, croyez moi, vous le comprendrez mieux.

IARBE.

Après tout, s'il est vrai j'en bénis l'aventure,

Ménandre, et te sais gré de cette nourriture ;

Les Astres ont menti, du crime incestueux,

1660   Dont ils ont menacé cet enfant vertueux ;

Et quand je le bannis, soupçonné de ce vice,

Et d'un noir attentat, je lui fis injustice.

De mon crédule esprit Saturne s'est joué,

Sa vertu me ravit, le Ciel en soit loué,

1665   Allons vers lui Ménandre, allons en diligence.

MÉNANDRE.

Allons, dois-je avouer ici ma négligence ?

Non, devant son cher fils je me veux accuser :

Dans l'excès de sa joie il pourra m'excuser.

IARBE.

Mais les Astres peut-être on prédit de mon gendre,

1670   Ce qu'à faux j'imputais à mon cher Anaxandre :

Cet ingrat m'a tenu lieu d'enfant jusqu'ici,

Et c'est lui seulement que le Ciel a noirci

De ce grand attentat, qui provoque ma haine.

MÉNANDRE, en lui-même.

Je le veux éclaircir, et le tirer de peine ;

1675   Toutefois j'attendrai que Phalante présent,

(Puis qu'il a fait le mal) m'excuse en s'accusant ;

Le voici qui s'avance, ah ! que j'ai l'âme émue.

IARBE.

Quel est ce cavalier qui paraît à ma vue ?

MÉNANDRE.

Grand Prince il n'est plus temps de vous rien déguiser,

1680   Phalante est votre fils, qui se vient accuser

D'avoir déshonoré son bras, et sa naissance,

En s'armant contre vous, le voila qui s'avance, Il se met à genoux.

Pour tâcher d'obtenir son pardon, et le mien.

IARBE.

Tu te fais plus obscur, je n'y comprend plus rien.

MÉNANDRE.

1685   Quand j'ai dit qu'Anaxandre en sa valeur extrême,

A surmonté Phalante, il s'est vaincu soi-même,

Ce généreux lion a calmé son courroux,

Dès qu'il a su par moi qu'il était né de vous.

IARBE.

As-tu l'esprit troublé, que dis-tu là Menandre ?

MÉNANDRE.

1690   Qu'en Phalante aujourd'hui vous voyez Anaxandre,

Et qu'un discours menteur vous a toujours trompé ;

Ici Phalante met un genou à terre devant Iarbe.

De puis six ans qu'il s'est de mes mains échappé,

Sous ce nom glorieux, il a fait des merveilles,

Le bruit en est venu cent fois à vos oreilles !

1695   Vous avez admiré, vous-même en votre Cour,

Et si pendant le temps qu'il y fit du séjour,

J'eusse été près de vous, j'aurais fait reconnaître,

Ce Prince glorieux, ignorant de son être.

Mais j'étais arrêté malade en la maison,

1700   Qui lui servit quinze ans d'inutile prison :

Le voila prosterné, mon offense le touche,

Et j'ose en demander le pardon par sa bouche.

IARBE.

Confus d'étonnement je ne sais que penser.

Il fait signe aussi à Ménandre de se lever.

Relevez vous mon fils, et venez m'embrasser.

SCÈNE VI.
Phalante, Iarbe, Ménandre etc.

PHALANTE.

1705   Le Ciel m'a-t-il bien fait de ce crime capable ?

IARBE.

Ne vous excusez point, je suis tout seul coupable,

Ma superstition a fait tous vos péchés,

Je vois les découverts, et je crains les cachés :

Je connais la moitié des menaces des Astres,

1710   Et l'inceste sans doute, achève mes désastres :

Par la mort d'Iolas vous êtes possesseur,

Des appas criminels de votre propre soeur.

PHALANTE.

Ne craignez, pas mon père, une telle disgrâce,

Le Ciel s'est contenté de sa seule menace,

1715   Ce dangereux hymen reste autant imparfait,

Que mes sanglants desseins, qui n'ont point eu d'effet.

Ménandre m'a tout dit, vous avez par prudence,

De mon astre malin détourné l'influence.

IARBE.

Ah ! Mon fils, ce savoir est vain, et dangereux,

1720   Si je l'eusse ignoré, j'eusse été trop heureux :

Quoi vous avez donc pas épousé la Princesse,

Par la mort d'Iolas ?

PHALANTE.

Que votre crainte cesse,

Iolas, dont le mal m'a comblé de souci,

Est guéri par miracle, et doit venir ici.

1725   Aussitôt que j'ai su l'honneur de ma naissance,

J'ai mis en vos bontés toute ma confiance ;

J'ai cru que j'obtiendrais l'effet de mes souhaits,

Si pour ce cher ami je demandais la paix :

Mais le voici qui vient la demander lui-même,

1730   Par sa rare vertu, jugez combien je l'aime,

Oubliez votre haine en ce jour solennel,

Et lions nous à lui d'un amour éternel.

IARBE.

Oui, je le veux aimer, oui mon cher Anaxandre,

Juge-le par ces pleurs que tu me vois répandre.

1735   En l'excès de la joie, où je me vois plongé,

Je suis tout seul coupable, il est seul outragé ;

Et ta soeur eut raison, puisqu'il l'a tant chérie,

De seconder sa haine ; aide moi je te prie,

A regagner le coeur de ces parfaits amants,

1740   Et prévenons les tous par nos embrassements.

SCÈNE VII.
Iolas, Bérénice, Liliane, Carinte, Iarbe, Phalante, etc.

IOLAS.

Quel miracle est-ceci ? Quelle grande fortune

Bannit de nos destins la rigueur importune ?

BÉRÉNICE.

Quel heur inespéré nous surprend en ces lieux ?

IARBE.

Rendons mes chers enfants, rendons grâces aux Dieux,

1745   Ne nous souvenons plus de nos fautes passées,

Et que le seul amour règne dans nos pensées.

PHALANTE, à Bérénice.

Chère et parfaite soeur, je ne m'étonne pas,

D'avoir eu tant d'amour pour tes chastes appas.

BÉRÉNICE.

Ta Liliane eut tort dans son amitié pure,

1750   De blâmer un instinct qu'enseignait la Nature :

Mais ce divin objet, qui soupire pour toi,

Sera-t-il pas en fin le seul prix de ta foi ?

PHALANTE.

Mon coeur hors ce désir n'a rien qui le contente,

Favorisez mon père une si douce attente,

1755   Secondez le vouloir de ce parfait ami,

Sans ce bien, votre fils n'est heureux qu'à demi.

IARBE.

Que me demandes-tu ?

PHALANTE.

Cette aimable Princesse,

Pour qui depuis deux ans je soupire sans cesse,

Et dont vous apprendrez la constante amitié,

1760   Après que de mon feu vous aurez eu pitié.

IARBE.

Iolas y consent ?

IOLAS.

Oui de toute mon âme.

IARBE.

Que le Ciel de vos coeurs éternise la flamme,

Je veux une autre grâce, Iolante a failli ;

Mon fils noyez son crime au fleuve de l'oubli,

1765   Un jaloux désespoir la rendit criminelle,

Mais elle s'en repent, j'ai de l'amour pour elle,

Et si vous m'accordez cette chaste beauté,

Je vous réponds à tous de sa fidélité.

IOLAS.

Vous lui faites, mon père, un honneur qui m'étonne,

1770   Oui, j'excuse sa faute, et je la lui pardonne,

Puisque vous l'ordonnez, je perds le souvenir,

Du mal quelle m'a fait.

IARBE.

Qu'on la fasse venir.

PHALANTE.

Lorsque je suis sorti qu'as-tu fait ma Princesse ?

LILIANE.

Mon esprit a suivi ta fortune sans cesse,

1775   Mon coeur à ton épée a toujours été jointe :

Mais il mourrait de peur et tu n'en avais point.

IOLANTE.

J'étais à la faveur de cet arbre cachée,

De regret et d'ennui sensiblement touchée,

Mais sur votre parole, et celle d'Iolas,

1780   Confuse je me viens jeter entre vos bras.

IOLAS.

Ne crains plus rien, ma soeur, ton offense est remise,

Tu ne verras ici qu'amour et que franchise.

IOLANTE.

Ah mon frère, je meurs de t'avoir offensé.

IOLAS.

De nos esprits contents ton crime est effacé,

1785   Un pardon général signé de part et d'autre,

Abolit pour jamais ton malheur et le nôtre,

Mais après tant d'ennuis et de si longs travaux,

Allons dedans Tarente ensevelir nos maux,

Là nous nous conterons toutes nos aventures,

1790   Et mettrons ordre à tout pour les noces futures.

IARBE.

Allons, et que mon fils, partout victorieux

Fasse connaître au Roi, son destin glorieux.

 


PRIVILÈGE DU ROI.

LOUIS PAR LA GRÂCE DE DIEU ROI DE FRANCE ET DE NAVARRE : À nos amés et féaux conseillers les gens tenants nos cours de Parlement, maîtres des requêtes ordinaires de notre hôtel, baillis, sénéchaux, prévôts, leurs lieutenants, et à tous autres nos justiciers et officiers qu'il appartiendra, Salut. Notre bien amé Augustin Courbé, Libraire à Paris, nous a fait remontrer qu'il a recouvré un manuscrit un livre intitulé, Les Rivaux Amis, tragi-comédie, par le Sieur de Bois Robert, lequel liure il désirait imprimer, s'il avait sur ce nos lettres nécessaires, lesquelles il nous a très humblement supplié de lui accorder. A CES CAUSES nous avons permis et permettons à l'exposant, d'imprimer, ou faire imprimer, vendre et débiter en tous les lieux de notre obéissance, en un ou plusieurs volumes ledit livre, en telle marge et caractères, et autant de fois qu'il voudra, durant l'espace de sept ans entiers et accomplis, à compter du jour que ledit livre sera achevé d'imprimer pour la première fois : et faisons très expresses défenses à toutes personnes de quelque qualité et condition qu'elles soient, de l'imprimer, faire imprimer, vendre ni distribuer en aucun lieu de ce Royaume, durant ledit temps et espace, sous prétexte d'augmentation correction, changement de titre, ou autrement, en quelque sorte et manière que ce soit, à peine de quinze cens liures d'amende, payables sans déport par chacun des contrevenants, et applicables un tiers à nous, un tiers à l'Hostel Dieu de Paris, et l'autre tiers à l'exposant, confiscation des exemplaires contrefaits, et de tous dépens dommages et intérêts. A condition qu'il sera mis deux Exemplaires en notre Bibliothèque publique, et un en celle de notre très cher et féal, le sieur Séguier, Chevalier, Chancelier de France, avant que de les exposer en vente, à peine de nullité des présentes ; du contenu desquelles nous vous mandons que fassiez jouir pleinement et paisiblement l'exposant, et ceux qui auront droit de lui, sans qu'il leur soit fait aucun trouble ou empêchement. Voulons qu'en mettant au commencement ou à la fin de chaque volume un bref extrait des présentes, elles soient tenues pour signifiées, et que foi y soit ajoutée, et aux copies d'icelles, collationnées par un de nos amés et féaux conseillers et secrétaires, comme à l'Original. Mandons aussi au premier notre Huissier ou Sergent sur ce requis, de faire pour l'exécution des présentes tous exploits nécessaires, sans demander autre permission. Car tel est notre plaisir. Nonobstant oppositions ou appellations quelconques, et sans préjudices d'icelles ; clameur de haro, charte normande, et autres Lettres à ce contraires.

Donné à Paris le 28. jour de Mai, l'an de grâce, mil six cent trente-huit : Et de notre règne le vingt-huitième.

Par le Roi en son Conseil. Signé CONRART.

Les Exemplaires ont été fournis, ainsi qu'il est porté par le privilège.

Achevé d'imprimer pour la première fois, le 12. Septembre, 1638.

Notes

[1] Tarente : Ville forte et port d'Italie, dans l'ancien royaume de Naples. [B]

[2] Cohorte : Corps d'Infanterie parmi les Romains, qui était de cinq cents hommes. [FC]

[3] Manes : Terme poétique qui signifie l'ombre ou l'âme d'un mort. [F]

[4] Mignon : signifie aussi favori, soit en matière d'amitié soit d'amour. La plupart des princes ont des mignons, des favoris qui les gouvernent. Beaucoup de dames ont des mignons de couchette. (...) [F]

[5] Bellone : Dieu qui personnifie la guerre et accompagne Mars.

[6] Il manque un vers. Ce vers est absent dans l'exemplaire de la Bibliothèque Nationale comme dans celui de l'Arsenal.

[7] Amuser : distraire, perdre.

[8] Heur : rencontre avantageuse. (...) [F] [antonyme de malheur]

[9] Occident : En poésie, on dit que les jours d'un homme sont dans son occident ; pour dire qu'il est proche de sa fin. [F]

[10] Cette litote ressemble à celles de SCUDERY : « Je quitte un ennemi que je ne puis haïr » (Le Prince déguisé) ou de CORNEILLE dans Le Cid : « Rodrigue a des vertus que je ne puis haïr ». {Note de Guillaume Robert]

[11] Penser : nom masculin au XVIIème pour « pensée ».

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies