ARLEQUIN GENTILHOMME PAR HASARD

M. DCC. XII. Avec Approbation et Privilège du Roi.

Par Dominique Biancollelli.

À PARIS, Chez JACQUES ÉDOUARD, Parvis Notre-Dame, près l'Hôtel-Dieu, aux trois Rois.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 03/01/2017 à 22:05:12.


PRÉFACE.

Voici, Lecteur, une Pièce la plus divertissante qui ait encore paru de la composition de Monsieur Dominique, il n'y a point de Scène qui ne renferme un sujet particulier ; car on s'imagine trouver des règles pour la noblesse, ou du moins le portrait de ces Gentilshommes de fortune, au contraire, on y découvre l'entêtement de deux vieillards qui veulent marier leurs filles à leur fantaisie, et leur ôtent la liberté de faire un choix digne d'elles, et suivant leur penchant naturel : ainsi cela forme une dispute amoureuse très charmante, et capable de désennuyer le plus mélancolique. Il y a un endroit très instructif pour ces pères absolus, qui veulent contre toutes sortes de raisons, qu'une jeune fille devienne malheureuse, avant même que le temps de son infortune soit arrivé : delà vient ces éclipses de modestie, de sagesse, et de réputation qu'une jeune personne perd aisément ; car sitôt que l'on contraint son inclination sur un choix, elle perd tout respect humain, elle n'écoute ni religion ni raison, l'obéissance paternelle lui devient insupportable, alors elle s'abandonne aisément, le dirai-je, à la débauche et au libertinage ; elle souffre qu'on l'enlève, elle embrasse tous les desseins d'un amant passionné et ne s'informe plus de ce que le monde en peut juger ; en un mot un père de ce caractère, ne s'en doit prendre qu'à lui, quand sa fille le déshonore, il a beau la menacer du Cloître, l'amour, ce Dieu si puissant, qui se rend maître des coeurs les plus rebelles, l'emporte toujours sur tout ce que les hommes se proposent ; d'ailleurs il n'est point de coeurs inaccessibles à l'amour ; nul état de la vie ne nous met à l'abri de cette violente passion.

Notre auteur s'applique particulièrement dans cette Pièce, à instruire la jeunesse sur cette docilité si nécessaire aux ordres de ceux qui les gouverne, persuadé qu'il est, qu'une bonne ou mauvaise éducation décide du sort de notre vie, tout jeune qu'il paraît, ne l'est point dans ses moeurs ni dans ses sentiments, plus il travaille, et plus on remarque en lui, le vrai mérite d'un bon Acteur, toujours empressé de se distinguer de ceux qu'une vie molle entraîne dans cette profession : on voit régner la concorde parmi ceux qui secondent si agréablement ses intentions, et chacun dans son genre envie les applaudissements du public.

Le lecteur trouvera dans cette Comédie une description des différents états de la vie qui renferme bien des vérités, et qui peut servir de leçons à tous ces fainéants de notre siècle, qui à trente ans ne peuvent se résoudre à prendre un état, et à se fixer selon leur rang et leur condition. En effet, combien en voyons-nous qui ambitionnent les premières charges, soit de l'Épée ou de la Robe, quoique leur naissance les en éloigne ? Quelle triste destinée de ceux qui, se sentant portés d'inclination à ruiner les familles, pour s'enrichir, font tout leur possible pour entrer dans les Finances, malgré le peu de talents que la nature leur a accordé !

Notre Gentilhomme par hasard ne peut souffrir ces airs de distinction que se donnent aujourd'hui la plupart des artisans ; il se livre même à des transports de colère, lorsque son beau-père Géronte le reprend de ce que ses actions ne répondent pas à sa prétendue naissance, il lui répond fort prudemment, qu'il n'appartient pas à un crocheteur (c'est la condition de notre Gentilhomme par hasard) de se donner des airs de grandeur, ni d'entrer dans une alliance bien au-dessus de lui : en effet l'erreur où se trouvent les deux vieillards sur le choix de deux gendres, se découvre aisément, et ils sont forcés d'avouer leur faiblesse sue les faux préjugés qu'ils avaient de la conduite de leur fille, et les deux gendres se trouvent justifiés de leur amour sincère.

On ne reprochera lamais à notre auteur ces expressions molles et efféminées, qu'on nomme dans le monde galanteries. Il ne se trouve point dans ses ouvrages, de ces traits satiriques qui déchirent le prochain ; il se contente de s'élever contre le désordre sans faire découvrir le coupable ; il observe toujours dans ses expressions, un certain respect qui ménage l'honneur et la réputation du beau sexe : s'il lui échappe quelques mots à double sens, on ne peut les appliquer qu'à son humeur enjouée : il bannit de son jeu de Théâtre, cet air sombre et farouche, ces gestes contraints, ces déclamations si ennuyeuses par leur longueur ; ennemi des répétitions, heureux dans les rimes, toujours pensées nouvelles, jamais d'obscurité d'une Scène à une autre, et on se trouve à la fin de la Comédie sans avoir été un moment ennuyé.

Cette Comédie fut représentée à Lyon, au commencement de la présente année 1712, dans la salle de l'Opéra en Belle-Cour, le concours de Spectateurs fut une preuve de la satisfaction que les Dames de cette superbe Ville, témoignèrent pendant que le temps que cette Pièce fut jouée, l'auteur se dispose à donner de nouvelles marques de son application, pour donner au public une suite de ses Pièces, qui feront la matière du second volume de son Nouveau Théâtre Italien.


ACTEURS

LE DOCTEUR.

ISABELLE, fille du Docteur.

GÉRONTE.

LÉONORE, fille de Géronte.

LEANDRE, Gentilhomme Parisien.

OCTAVE, Gentilhomme Parisien.

SCARAMOUCHE, valet de Léandre.

MEZZETIN, valet d'Octave.

COLOMBINE, hôtesse.

PIERROT, mari de Colombine.

ARLEQUIN.

DEUX CROCHETEURS.

PLUSIEURS VALETS.

DES ARCHETS.

UN GEÔLIER.

LA CHANTEUSE.

BERGERS ET BERGÈRES.

La Scène est à Lyon.


ACTE I

SCÈNE I.
Colombine, Pierrot, Arlequin.

COLOMBINE, tenant un bâton à la main, et frappant Arlequin.

Allons, maître faquin, dénichez promptement.   [ 1 Faquin : Crocheteur, homme de la lie du peuple, vil et méprisable. [F]]

PIERROT, frappant Arlequin.

C'est ainsi que l'on traite un méchant garnement,

Hors d'ici...

ARLEQUIN, à Pierrot.

Modérez cette brusque colère,

Monsieur, que votre main soit un peu plus légère,

5   Et vous, Madame, ayez plus de compassion,

Vous pourriez bien me faire une contusion,

Je ne vis de mes jours femme plus violente,

Qui connaît mieux que moi votre humeur turbulente ?

COLOMBINE.

Je ferais beaucoup mieux de te remercier,

10   Et te laisser gratis vider tout mon cellier,

Chez moi depuis trois mois tu prends ta nourriture,

J'ai voulu te prêter dix écus sans usure,

Et tu ne songes pas encore à t'acquitter,

Demain je prendrai soin de te faire arrêter,

15   Une obscure prison sera ta récompense,

Si par le paiement tu n'obtiens ta quittance.

ARLEQUIN.

Vous voulez en prison faire mettre Arlequin,

Je n'y resterai pas je suis trop libertin.

PIERROT.

Bon, bon, quand une fois tu seras dans la cage,

20   Quoique tu sois porté pour le libertinage,

Tu ne sortiras pas pour t'aller promener,

Je te ferai mon cher, moi-même emprisonner,

Foi de Pierrot, hélas ! Quel serment effroyable

Cela me fait trembler/

ARLEQUIN.

Vous êtes trop bon Diable,

25   Vous n'avez pas le coeur de me faire enfermer.

PIERROT.

Oh si tu prenais l'air tu pourrais t'enrhumer,

Dans un cachot bien clos tu seras à ton aise.

ARLEQUIN.

Le cachot est mal sain et n'a rien qui me plaise,   [ 2 Vers 28, la fin du vers est plaît, nous changeons pour la rime.]

D'ailleurs la solitude a pour moi peu d'appas.

PIERROT.

30   Tu pourras converser avec Messieurs les rats,

Qui le jour et la nuit te tiendront compagnie.

ARLEQUIN.

La conversation sera, ma foi, jolie,

De grâce, cher Pierrot, soyez plus indulgent,

Le moyen de payer quand on est sans argent,

35   Je n'ai pas un denier, je me mets à la mode,

Et des gens du grand air j'observe la méthode,

Payer ce que l'on doit est du dernier bourgeois,

Mon ami, lui dit-on, venez une autre fois,

Il retourne, on lui tient toujours même langage,

40   Le pauvre malheureux fait en vain ce voyage.

L'homme de qualité qui ne veut point payer,

Conduit jusqu'aux degrés le morne créancier ;

C'est ainsi qu'aujourd'hui on acquitte ses dettes

Et Messieurs les Marchands sont traités en grisettes,   [ 3 Grisette : vêtement d'étoffe grise de peu de valeur. [L]]

45   On leur trouve d'abord de merveilleux appas,

Quand on s'est servi l'on en fait peu de cas.

COLOMBINE.

Ta comparaison cloche, il faut me satisfaire.

ARLEQUIN.

L'honneur me le défend et je ne puis le faire,

J'ai le coeur noble et fier, connaissez Arlequin.

PIERROT.

50   Vous êtes, je le sais, Gentilhomme faquin,

Mais du moins mon ami laissez-nous quelque gage.

ARLEQUIN, tirant de sa poche un morceau de fromage enveloppé dans du papier.

Je ne puis vous donner qu'un morceau de fromage,

Que je garde avec soin depuis plus de dix ans,

Et je fais sur moi-même un effort des plus grands,

55   En vous abandonnant ce trésor plein de charmes

C'est lui seul dont le goût dissipe mes alarmes,

Lorsque je suis chagrin, inquiet, agité,

Je n'ai qu'à le sentir pour ma tranquillité.

Je le mets pour dormir la nuit sous ma paillasse

60   Et je ronfle en repos quelque bruit que l'on fasse

Quand même vingt canons péteraient à la fois,

Jamais malgré ce bruit je ne m'éveillerais.

Il dit ce qui suit d'un ton tragique.

Mais je vois bien qu'il faut répondre à votre envie,

Fromage de Milan, délice de ma vie,

65   Lénitif de mes maux, aimable cordial,

Rare et friand boucon, élixir pectoral,   [ 4 Boucon : Terme pris de l'Italien, et qui de lui-même ne signifie que Morceau, mais qui n'a d'usage que pour signifier un morceau empoisonné, ou un breuvage empoisonné. [Acad.]]

Passez dans d'autres mains puisque du sort barbare,

L'injurieuse loi pour jamais nous sépare,

Recevez, cher Pierrot, ce bijou précieux,

70   Dont la perte de pleurs grossit mes petits yeux.

PIERROT.

Il est bon là ma foi, que veux-tu que j'en fasse ?

Cette plaisanterie est de mauvaise grâce,

Nous voulons de l'argent tout au plus tard demain,

Sinon sur le collet on te mettra la main,

75   Cherche un expédient pour te tirer d'affaire.

COLOMBINE.

Je te l'ai déjà dit, songe à me satisfaire

C'est le plus sûr moyen pour sortir d'embarras,

Il me faut du comptant.

ARLEQUIN.

Et n'en avez-vous pas ?

Pourquoi m'en demander ?

PIERROT.

C'en est trop ventrebille,

80   J'entre en fureur, allons femme, rossons ce drille.   [ 5 >Drille : On dit familièrement, C'est un bon drille, pour dire, C'est un bon compagnon. C'est un pauvre drille, pour dire, C'est un pauvre malheureux. [Acad.]]

Pierrot et Colombine frappent Arlequin.

COLOMBINE.

Pour moi je le veux bien je frappe de bon coeur.

ARLEQUIN.

Est-ce ainsi qu'aujourd'hui l'on traite un débiteur ?

Je recevrais le double avec grande constance,

Si de ce que je dois vous donniez quittance.

PIERROT en le frappant.

85   Oh, tu gagnerais trop, et moi je perdrais tout.

ARLEQUIN.

Par ma foi vous poussez ma complaisance à bout.

COLOMBINE en s'en allant.

Il nous faut de l'argent, adieu maligne bête.

ARLEQUIN en la saluant.

Peut-on vous refuser, vous êtes trop honnête ?

SCÈNE II.

ARLEQUIN, seul.

Je me trouve à présent dans un piteux état,

90   Que ferai-je ? Endossons un habit de soldat...

Non pas c'est mal penser, le canon m'épouvante

Ce bruit alarme trop mon oreille tremblante,

D'ailleurs je ne prétends courir aucun hasard,

Car la valeur et moi, nous faisons pot à part.

95   Choisissons un métier lucratif et facile,

Où je puisse accorder l'agréable et l'utile ;

Celui de ne rien faire est un emploi charmant,

Morbleu que je saurais l'exercer noblement !   [ 6 Morbleu : interj. Sorte de jurement en usage même parmi les gens de bon ton. [L]]

Mais pour le soutenir quoiqu'il puisse me plaire

100   Il faut avoir du fond, ce n'est pas mon affaire.

Faisons-nous Avocat, c'est un joli métier,

Il ne faut que mentir, supposer et crier,

Dire des faussetés, car c'est là la méthode,

Citer mal à propos un passage du code...

105   Non, non, il faut longtemps arpenter le Palais,

Avant que les plaideurs tombent dans les filets.

Devenons Procureur... j'ai trop de conscience

Il faut pour chicaner beaucoup d'expérience.

Financier... cet emploi partout est révéré,

110   Non celui de Jasmin est son premier degré.   [ 7 Jasmin : Fig. Valet de pied. [L]]

Médecin ou Bourreau l'un vaut l'autre, il n'importe,

Je renonce à ce nom, ou le Diable m'emporte,

J'ai le coeur trop humain, et je ne pourrais pas

Voir chérir l'ignorant et vivre du trépas.

115   La charge de voleur me serait convenable,

Je suis adroit, subtil, alerte comme un Diable.

Je suis fou d'aspirer au titre de voleur,

Puisque je ne veux pas devenir Procureur.

Que choisirai-je donc pour sortir de misère ?

120   Item il faut manger la chose est nécessaire,   [ 8 Item : Mot tout latin, naturalisé dans notre langue. De plus. On s'en sert dans les comptes. [FC]]

Devenons Procureur... j'ai trop de conscience

Il faut pour chicaner beaucoup d'expérience.

Financier... cet emploi partout est révéré,

. . . . . . . . . . . .

125   Faisons-nous bel esprit, il est beau d'être auteur...

Encore moins, j'aime mieux l'emploi de crocheteur.

En voici la raison. Dans le siècle où nous sommes,

Les savants sont toujours de misérables hommes,

Qu'ils fassent de beaux vers, ils n'en sont pas moins gueux,

130   Et l'heure du dîner ne sonne pas pour eux.

Mais un bon crocheteur après son rude ouvrage

Trouve dans son taudis, son bouilli, son potage.

Juvénal nous apprend qu'un poète fameux   [ 9 Juvénal : poète latin qui cririqua les mours de Rome.]

Quoiqu'il soit estimé n'en est pas plus heureux.

SCÈNE III.
Géronte, Le Docteur.

GÉRONTE.

135   Tous mes voeux sont comblés, et ma joie est extrême

D'avoir pu contenter une fille que j'aime.

J'ai pour elle fait choix d'un époux accompli,

Qu'elle aimera sans doute étant bien fait, poli,

Enfin je m'applaudis d'avoir un pareil gendre,

140   C'est le fils de Damon, on le nomme Léandre.

Chacun connaît son bien et sa condition,

Son père est pour le moins riche d'un million.

LE DOCTEUR.

Permettez, cher ami, que je vous félicite

Je ne puis qu'admirer votre sage conduite,

145   Comme je suis votre seul confident,

Je vous ai reconnu pour un homme prudent.

Le juste ciel protège un père de famille,

Quand avec avantage il établit sa fille,

La fortune m'a moins favorisé que vous,

150   J'attends de jour en jour pour la mienne un époux

Il est, je l'avouerai, moins riche que Léandre,

Mais d'un engagement je n'ai pu me défendre,

C'est le fils de Philinte, homme de qualité,

Avec ce bon vieillard j'ai déjà contracté.

155   Il ne peut lui donner que mille écus de rente,

Quoiqu'il en soit ma fille en doit être contente.

La vôtre jouira d'un plus heureux destin,

Ce choix avantageux rend son bonheur certain

Bas.

Il réussit en tout au gré de son envie,

160   Sa fille pouvait-elle être mieux établie !

GÉRONTE.

Un mari jeune, aimable, et de plus opulent,

A pour charmer sa femme un merveilleux talent

Enfin tout est conclu je n'ai plus rien à craindre

Vous de votre côté vous n'êtes pas à plaindre,

165   Dans nos projets formés nous sommes fort heureux,

Cette affaire nous va rajeunir tous les deux.

Mais j'ose vous prier de me rendre un service.

LE DOCTEUR.

Ne me pas éprouver est me faire injustice.

GÉRONTE.

De meubles je n'ai pas grande provision,

170   Vous savez que jamais je n'eus d'ambition,

J'ai toujours pris plaisir à garder ma finance,

Dans la crainte de faire une folle dépense.

Pour recevoir mon gendre un peu plus noblement,

Je voudrais lui meubler un grand appartement,

175   J'aurais besoin d'un lit, d'une tapisserie,

De vases, de miroirs, prêtez-moi je vous prie.

LE DOCTEUR.

Disposez librement de toute ma maison,

J'ai des meubles chez moi pour plus d'une saison,

Envoyez-moi des gens pour porter le bagage

180   Et si vous en voulez encore davantage,

Croyez que j'ai, mon cher, de quoi vous contenter,

Et sur moi vous pouvez entièrement compter.

SCÈNE IV.
Léandre, Scaramouche.

SCARAMOUCHE.

Quel vertigo vous prend, mon très illustre maître,   [ 10 Vertigo : maladie qui presque le connaissance au cheval ; que le fait chanceler et donner de la tête contre les murs. S'emploie aussi figurément dans le style burlesque, pour caprice, colère soudaine. [F]]

Vous demeurez ici sans vous faire connaître,

185   Géronte vous attend, que ne le voyez-vous ?

LÉANDRE.

Hélas ! Il troublerait les plaisirs les plus doux,

J'adore, tu le sais, la charmante Isabelle,

Ne blâmez point, mon cher, une flamme si belle.

SCARAMOUCHE.

Je ne vous comprends pas, vous moquez-vous des gens ?

190   Peste des amoureux, ils perdent le bon sens :

Vous n'en usez pas bien, fi, fi, c'est une honte

Vous devez épouser la fille de Géronte,

Vous partez de Paris remplis de ce dessein.

Je crois que vous venez pour lui donner la main

195   Et quand vous arrivez malgré votre parole,

Vous vous amourachez d'une petite folle ;

Monsieur, ce procédé me parait fort suspect,

Vous êtes un coquin, soit dit par respect.

LÉANDRE.

Tu condamnes en vain ma nouvelle tendresse,

200   Je ne puis aisément guérir de ma faiblesse,

Et malgré ma promesse un objet tout charmant

A dispensé mon coeur de son engagement.

Isabelle à ses lois tient mon âme asservie,

Et je sens qu'il faudra l'aimer toute ma vie

205   Quand Léonore aurait de plus puissants appas

Ses attraits de mon coeur ne triompheraient pas.

Quelque puisse être enfin le courroux de mon père,

J'attends sans m'alarmer l'effet de sa colère,

L'amour et la raison ne peuvent s'accorder.

SCARAMOUCHE.

210   Vous cherchez vainement à me persuader,

Monsieur, vous vous ferez quelque méchante affaire,

Vous avez le minois un peu patibulaire,

Croyez-moi profitez de ma sage leçon,

J'en sais plus long que vous, je suis un vieux barbon.   [ 11 Barbon : Vieillard. Terme dont les jeunes gens et les femmes se servent pour railler les Vieillards. [Acad.]]

215   Ce n'est que l'amitié qui pour vous m'intéresse

Les filles de tout temps ont gâté la jeunesse,

C'est un malin bétail, pour l'avoir écouté,

Je ne sais que trop bien ce qui m'en a coûté.

Çà, que de cet amour votre coeur se délivre,

220   Je vous guiderez bien, vous n'avez qu'à me suivre,

Je veux de votre esprit gouverner le vaisseau,

Car il pourrait fort bien s'en aller à vau-l'eau,   [ 12 Vau-l'eau : Suivant le courant de l'eau. Dans le flottage à bûches perdues, les bois s'en vont à vau-l'eau. Fig. Aller à vau-l'eau, ne pas réussir. [L]]

Comme un Pilote expert je prétends vous conduire,

Et de votre raison calfeutrer le navire.

LÉANDRE.

225   Termine ce discours, tes soins sont superflus,

J'en ai trop entendu, ne m'importune plus,

J'espère voir bientôt la charmante Isabelle,

Dans son appartement un rendez-vous m'appelle.

Adieu.

SCARAMOUCHE, en l'appelant.

Vous persistez dans cette opinion,

230   Et ne profitez pas de ma correction,

Ah ! Le franc scélérat.

LÉANDRE.

Quoique tu sois habile

Pour me faire changer ton soin est inutile.

Il s'en va.

SCARAMOUCHE, seul.

Comme de ma morale il ne fait point de cas,

Mes préceptes savants ne le réforment pas ?

235   Morbleu, de quoi me sert ma rhétorique ?

Je parle bon français c'est de quoi je me pique

Malgré ce que je dis, le pendard, le vilain,

Refuse de m'entendre et va toujours son train ;

Quand je veux lui tracer une plus belle route,

240   Pour ne pas y marcher il dit qu'il a la goutte.

Hé bien petit coquin, fais comme tu l'entends,

Pour moi je t'abandonne à tes égarements.

SCÈNE V.
Le Docteur, Deux crocheteurs chargés de meubles, Arlequin, portant une chaise percée, et tous sortant de la maison du Docteur, Arlequin se tient derrière les Crocheteurs sans se faire voir au Docteur.

LE DOCTEUR.

Vous n'avez qu'à porter ces meubles chez Géronte.

LE PREMIER CROCHETEUR.

A-t-il de quoi payer, je crains qu'il ne m'affronte ?   [ 13 Affronter : Tromper quelqu'un, soit en lui faisant quelques emprunts qu'on n'a pas besoin de s'acquitter. [F]]

LE DOCTEUR.

245   Oh ! Vous ne risquez rien il est homme d'honneur.   [ 14 Le vers suivant n'a pas de correspondant pour la rime. ]

. . . . . . . . . . . .

ARLEQUIN ,au premier Crocheteur.

Maître Jacques prenez cette chaise percée,

D'une certaine odeur ma narine est blessée,

Et mon nez délicat s'en est formalisé.

LE CROCHETEUR, la prenant.

250   Pour un rien vous voilà d'abord scandalisé.

ARLEQUIN.

N'allez pas pour cela me faire une querelle,

Je sais bien que pour vous c'est une bagatelle,

Vous avez l'odorat faquin et roturier,

Mais pour le mien il craint de se mésallier.

Les Crocheteurs entrent chez Géronte.

255   J'ai vu chez le Docteur une vaste cuisine

Où je voudrais gratis calmer ma faim canine.

En m'approchant du feu dans deux larges chaudrons,

J'ai d'abord aperçu d'excellents macarons   [ 15 Macaron : Pâte grosse comme un petit doigt, et que les Italiens mangent ordinairement avec le fromage parmesan, et qu'ils appellent macheroni. ]

Qui sur un clair brasier une flamme bien pure

260   Par leur bouillonnement faisaient un doux murmure,

Moi qui suis de Bergame où l'on en mange tant

Si j'en avais ma part que j'en serais content !

Ciel qui depuis longtemps connais ma gourmandise,

Ne m'abandonne pas dans ma belle entreprise,

265   Autorise en ce jour un innocent larcin,

Daigne me seconder dans ce noble dessein,

Ou si des deux chaudrons je ne suis pas le maître,

Fais qu'au moins sur un plat je puisse me repaître,

SCÈNE VI.
Octave, Mezzetin botté tenant un fouet à la main.

OCTAVE.

Nous voici, grâce au Ciel, arrivé à Lyon.

MEZZETIN.

270   Vous aurez en ce lieu de l'occupation,

Dans ce charmant pays les filles sont fringantes

Certaines quelquefois sont plus que complaisantes.

Je sais parbleu la carte et je puis me vanter   [ 16 Parbleu : Sorte de jurement. Altération de "par Dieu". [L]]

D'être des plus experts dans l'art de coqueter.   [ 17 Coqueter : Se plaire à cageoler, à être cageolée, faire l'amour à divers endroits. [F]]

275   Au reste vous ferez ici très bonne chère,

Si vous aimez le vin, Lyon est votre affaire

Du matin jusqu'au soir les cabarets sont pleins.

OCTAVE.

Non je n'ai point formé de semblables desseins

La fille du Docteur que l'on nomme Isabelle,

280   Est la seule beauté qui dans ces lieux m'appelle,

Tu sais que de paris j'ai quitté le séjour

Pour unir, s'il se peut, l'hymen avec l'amour.

MEZZETIN.

Si pour les accorder vous fîtes ce voyage,

Vous pouvez repartir sans tarder davantage,

285   Ici comme à Paris l'époux n'est point amant,

Je sais Lyon par coeur j'en parle savamment.

OCTAVE.

Faut-il que sur les moeurs ta piquante critique,

À répandre son fiel incessamment s'applique ?

Ce n'est pas d'aujourd'hui que tu connais mon coeur,

290   Et j'aimerai toujours la fille du Docteur.

MEZZETIN.

Ô miracle d'amour ! Quel excès de constance !

OCTAVE.

Je ne veux point céder à mon impatience,

Avant que de la voir cherchons un cabaret.

MEZZETIN.

J'y consens volontiers cet asile me plaît,

295   C'est dans ce beau réduit cette aimable retraite

Que Mezzetin jouit d'une douceur parfaite,

Toujours le cabaret ce lieu récréatif,

Contre le mauvais air fut un préservatif

Un antidote enfin...

OCTAVE.

Finis donc je te prie,

300   Et frappe promptement à cette hôtellerie.

MEZZETIN, frappant au cabaret.

Holà ?

SCÈNE VII.
Colombine, Octave, Mezzetin.

COLOMBINE, à Mezzetin.

Que voulez-vous ?

MEZZETIN.

Ah ! le joli tendron,

Êtes-vous du logis l'enseigne ou le bouchon ?   [ 19 Bouchon : Bouquet, rameau de verdure servent d'enseigne à un cabaret. [L]]  [ 18 Enseigne : Tableau figuratif mis au dessus d'une maison pour indiquer le commerce ou la profession du propriétaire. [L]]

COLOMBINE.

Non je suis la maîtresse.

MEZZETIN, en la caressant.

Agréable mignonne,

Je gage que chez vous la pratique foisonne.   [ 20 Pratique : Méthode, manière de faire des choses. Se dit aussi de la chalandise des marchands et des artisans. [F]]

COLOMBINE.

305   Tenez un peu vos mains et sans gesticuler...

MEZZETIN, la caressant toujours.

Quoi vous ne voulez pas vous laisser cajoler ?

COLOMBINE.

Encore ? Finissez-vous bientôt ce badinage ?

OCTAVE, à Mezzetin.

Coquin, veux-tu cesser ?

COLOMBINE, en regardant Octave.

Monsieur est bien plus sage

À Mezzetin.

Que ne l'imitez-vous ?

OCTAVE, à Colombine.

Pouvez-vous me loger.

MEZZETIN.

310   La belle question, parbleu c'est l'outrager,

L'hôtesse là-dessus a le coeur fort tranquille,

Elle a de quoi loger la moitié de la ville,

Son cabaret, monsieur est vaste et spacieux,

Quand vous irez ailleurs vous ne serez pas mieux.

COLOMBINE, à Octave.

315   Vous serez satisfait, vous n'avez rien à craindre,

Ceux qui viennent chez moi sont encore à se plaindre.

OCTAVE.

Entrons.

Dans le temps que Colombine veut entrer avec Octave, Mezzetin la prend par le bras.

MEZZETIN.

La belle hôtesse attendez un moment,

Et daignez soulager mon amoureux tourment,

À peine ai-je entrevu votre belle figure,

320   Que vos yeux dans mon coeur ont fait une blessure,

Si grande qu'un carrosse avec quatre coursiers,

Pourraient s'y promener et passer quoiqu'entiers,

Vous voyez que j'exprime assez bien ma tendresse,

Et comme maintenant vous êtes mon hôtesse,

325   Traitez-moi largement car j'ai grand appétit,

C'est pourquoi...

COLOMBINE.

Vous aurez bonne table et bon lit,

Il ne manque de rien chez moi je vous proteste.   [ 21 v.329, proteste ne rime pas avec chose du vers 330. ]

MEZZETIN.

Avec le lit, la table il me faudrait autre chose.

COLOMBINE.

Que voulez-vous de plus, je ne vous comprends pas.

MEZZETIN.

330   Je fais, voyez-vous bien, plus que mes deux repas,

Je suis encore à jeun, et ma faim est extrême,

On ne peut l'assouvir qu'en me mettant à même.

Il chante.

Après un bon repas

Au gré de mon envie

335   Servez-moi, je vous prie,

De ces mets délicats

Ne m'entendez-vous pas.

. . . . . . . .

Dans ce temps-là Pierrot arrive, et les écoute.

COLOMBINE.

Vous êtes trop goulu, comment vous contenter,

340   Je vous répondrai bien s'il ne tient qu'à chanter.

Elle chante sur le même air.

Ces mets si délicats

Sont-ils votre usage ?

Un si grand avantage

345   À tous ne convient pas

Car je veux des ducats.

SCÈNE VIII.
Pierrot, Colombine, Mezzetin.

PIERROT, se met au milieu et chante.

Les mets que vous voulez   [ 22 Dans la série des 5 vers qui suivent, rien ne rime.]

Me servent de pâture

Je ne mange autre chose,

350   Et quoique j'en sois saoul

Vous n'en tâterez pas.

À Mezzetin il dit.

Savez-vous mon ami que c'est là notre femme,

Et que Monsieur Pierrot est d'une humeur jalouse,   [ 23 Dans le vers qui suit, jalouse, n'a pas de rime correspondante.]

. . . . . . . . . . . . . .

355   Si vous voulez loger dans notre cabaret.   [ 24 Cabret : Sorte d'auberge d'un rang inférieur où l'on vend du vin en détail et où l'on donne aussi à manger. [L]]

Entrez-y vous aurez du vin blanc ou clairet,   [ 25 Clairet : D'un rouge clair, en parlant du vin. Locution proverbiale. Être entre le blanc et le clairet, être entre deux vins, être gris, légèrement ivre. [L]]

Tel que vous le voudrez, mais laissez là ma femme.

COLOMBINE, à Pierrot.

Mon fils point de courroux.

PIERROT.

Voyez la bonne lame

Tu voudrais sans savoir ni comment ni pourquoi,

360   Servir à ce Monsieur le même plat qu'à moi,

Il serait bientôt las d'un semblable ordinaire.

MEZZETIN, avec soumission.

Un air libre et badin pourrait-il vous déplaire ?

Ah ! De grâce excusez.

PIERROT.

Allez, boutez dessus,   [ 26 Boutez dessus : mettez dessus, et, quand la situation restreint et particularise le sens, mettez votre chapeau, s'est dit dans le langage populaire du XVIIe siècle. Voir Molière, Le Médecin malgré lui. [L]]

Je veux tout oublier mais n'y revenez plus.

COLOMBINE, caressant Pierrot.

365   Pierrot es-tu fâché contre ta Colombine ?

Mon petit cupidon fais-moi meilleure mine.   [ 27 Cupidon : Terme de mythologie. Nom du dieu de l'amour, fils de Vénus. Fig. Homme qui se croit beau et qui fait l'aimable. [L]]

PIERROT.

Je suis pris par mon faible, allons mets-là ta main,

Il le faut avouer je suis un bon humain.

COLOMBINE, lui faisant la révérence d'une manière toute gracieuse.

Adieu mon cher Pierrot, je suis votre servante.

Elle s'en va.

MEZZETIN.

370   L'époux est un magot et la femme est charmante.   [ 28 Magot : Gros singe. On dit fig. et fam. d'Un homme fort laid, qu'Il est laid comme un magot, que c'est un vrai magot, un laid magot. [Acad.]]

PIERROT.

Voyez-vous devant moi comme elle file doux,

Dame je me fais craindre, allons entrez chez nous ?

SCÈNE IX.

Le théâtre se change et représente l'appartement d'Isabelle, on y voit un lit tout garni.

ARLEQUIN, tenant un plat de macarons.

C'en est fait, j'ai vaincu rien n'égale ma joie,

Je suis avec honneur chargé de cette proie,

375   Et malgré tous les soins des zélés marmitons,

Je triomphe aujourd'hui d'un plat de macarons

Dans ce lieu retiré j'aurai du moins la gloire,

De jouir en repos du fruit de ma victoire,

Aucun écornifleur ne viendra m'y troubler,

380   Et de ces macarons je pourrai me saouler.

Il se met à terre et commence à manger les macarons d'une manière toute comique.

Ils sont délicieux, ce beurre et ce fromage

Les rendent savoureux on ne peut davantage.

Il les mange avec précipitation et fait des lazzis tous plaisants.

Mais qui peut interrompre ici mon appétit,   [ 29 Lazzi : Terme de théâtre, qui de la comédie italienne a passé à la comédie française. Suite de gestes et de mouvements divers, qui forment une action muette. [L]]

Quelqu'un vient, ô malheur, cachons-nous sous le lit.

Il prend son plat et va se mettre sous le lit, où il mange toujours.

SCÈNE X.
Isabelle, Arlequin caché sous le lit.

ISABELLE.

385   Avec empressement j'attends mon cher Léandre,

En ce lieu chaque jour il a soin de se rendre,

L'amour qui nous permet des entretiens si doux

Nous marque également l'heure du rendez-vous

Et son exactitude à voir l'objet qu'il aime,

390   M'assure des transports de son ardeur extrême,

Mais je crois de l'entendre.

ARLEQUIN, sous le lit.

Hélas c'est grand hasard

Si de mes macarons il ne prétend sa part.

SCÈNE XI.
Léandre, Isabelle, Arlequin caché sous le lit.

LÉANDRE.

Guidé par mes soupirs je vous revois, Madame,

Vous ne pouvez douter de l'excès de ma flamme,

395   Trop heureux si l'amour qui me force à venir,

Voulait auprès de vous toujours me retenir :

Mais quand ce Dieu répond au beau feu qui me presse,

Hélas ! Que ces moments coulent avec vitesse,

À peine je me livre à ma félicité

400   Qu'il faut quitter d'abord un bien si souhaité.

ARLEQUIN.

Je ne quitterai pas mon plat de cette sorte,

Et je mangerai tout ou le Diable m'emporte.

ISABELLE.

Mon tendre coeur soumis à l'empire amoureux

Également blessé brûle des plus beaux feux

405   Qu'il m'est doux de porter une si belle chaîne,

Et de m'abandonner au penchant qui m'entraîne

Mon père me destine en vain un autre époux,

Je ne veux pour mari qu'un amant tel que vous.

LÉANDRE.

Mon bonheur est parfait et cet aveu m'enchante

410   Que dans ces sentiments votre âme soit constante,

N'admettons d'autres lois que celles de l'amour,

Et livrons-lui nos coeurs pour honorer sa cour.

Ah ! Si pour posséder un bien si plein de charmes

Un rival téméraire en vous rendant les armes,

415   Prétendait me ravir ce que j'aime le mieux

Il serait accablé sous mes coups furieux.

ARLEQUIN.

Ciel ! Il parle de moi, que faut-il que je fasse ?

Morbleu qu'il vient de faire une laide grimace,

Sans doute on préparait pour lui ces macarons,

420   Je dois craindre pour moi de toutes les façons ;

Mais il a beau crier, car enfin pour les rendre

Il faut les digérer, il peut encore attendre.

LE DOCTEUR, en dedans.

Isabelle.

ISABELLE, effrayée.

J'entends mon père, cachez-vous.

LÉANDRE, embarrassé.

Où ?

ISABELLE.

Derrière le lit.

ARLEQUIN.

Ne venez pas dessous,

425   Car nous n'y serions pas tous deux fort à notre aise.

Léandre se cache derrière le lit, Isabelle reste fort alarmée.

SCÈNE XII.
Le Docteur, Isabelle, Léandre derrière le lit, Arlequin dessous.

LE DOCTEUR.

Je veux chercher partout.

ARLEQUIN.

Ah ! Ne vous en déplaise

Ne cherchez pas ici.

LE DOCTEUR.

Peut-être sous le lit

Pourrais-je la trouver.

ARLEQUIN.

Que Diable est-ce qu'il dit ?

LE DOCTEUR.

À la chercher partout il faut que je m'applique,

430   Je ne trouve point une épée à l'antique.

Je veux voir sous le lit.

ARLEQUIN.

Hélas ! Je suis perdu,

Il va me découvrir.

Le Docteur cherche sous le lit et voit Arlequin.

LE DOCTEUR, faisant un cri.

Juste ciel ! Qu'ai-je vu ?

Il fuit et ferme la porte de la chambre, Léandre quitte sa place et revient.

ISABELLE, confuse.

Un homme sous le lit !

ARLEQUIN, sort de dessous le lit avec son plat de macarons.

Excusez-moi de grâce

Je consens à payer mon écot et ma place.

LÉANDRE.

435   Apprends-moi le sujet qui t'amène en ces lieux,

Voleur ?

ARLEQUIN.

Oh ! Ventrebleu vous pourriez parler mieux,   [ 30 Ventrebleu : interj. Espèce de juron euphémique pour ventre de Dieu. [L]]

Ce larcin est ma foi le premier de ma vie,

Mais de ces macarons j'avais si fort envie

Que j'ai dans la cuisine avec dextérité

440   Escroqué ce butin si longtemps souhaité

Je vais me retirer car j'ai la panse pleine

Je vous rendrai e plat n'en soyez pas en peine

Je ne le vendrai point car il n'est point d'argent.

LÉANDRE.

Mais quel est ton emploi ?

ARLEQUIN.

D'être fort indigent,

445   J'ai longtemps parcouru les états de la vie,

Et depuis ce matin j'ai pris la fantaisie

De choisir parmi tous celui de crocheteur,

Je me suis introduit chez Monsieur le Docteur,

Après avoir volé ce plat dans sa cuisine,

450   Pour assouvir la faim qui rongeait ma poitrine

Je me suis confiné dans cet appartement,

J'y mangeais en repos et fort gloutonnement,

Quand cette Demoiselle en ce lieu s'est rendue

Moi pour me dérober aussitôt à sa vue,

455   Et me mettre à couvert du tumulte et du bruit,

Je me suis tout tremblant retiré sous le lit

Vous avez entendu mon histoire tragique

Bien loin de me blâmer plaignez un famélique.

ISABELLE.

Comment ferons-nous donc mon père ca venir ?

460   Léandre il n'est pas temps de nous entretenir,

Mais plutôt...

LÉANDRE.

Dissipez cette frayeur extrême

Je viens d'imaginer un plaisant stratagème,

À Arlequin.

Donne-moi ton habit et tu prendras le mien.

ARLEQUIN.

Fi donc dans mon casaquin ne vous ira pas bien   [ 31 Fi : Particule qui sert à faire une exclamation pour témoigner le mépris, la haine, l'aversion qu'on a pour quelque personne ou quelque chose. [F]]

465   Il faut pour le porter toute une autre encolure

Vous n'avez d'Arlequin ni gestes ni postures.

LÉANDRE.

Dépêchons.

ARLEQUIN.

J'y consens pour vous faire plaisir,

Quoique je perde au change, il faut vous obéir.

Ils se déshabillent tous deux, Arlequin met l'habit de Léandre, et Léandre celui d'Arlequin.

ISABELLE.

Pourquoi vous déguiser, apprenez-moi Léandre.

LÉANDRE.

470   Cette ruse, Madame, est facile à comprendre.

À Arlequin.

Va derrière le lit, je veux rester ici.

ARLEQUIN, allant derrière le lit.

Ce gentilhomme est fou, moi je le suis aussi.

LÉANDRE.

Ici dans un instant le docteur va se rendre

Me voyant cet habit il pourra se méprendre

475   Ainsi j'éviterai quelque éclaircissement,

Mais il vient, je saurai le tromper aisément.

SCÈNE XIII.
Le Docteur escorté de valets armés, Isabelle, Léandre avec l'habit d'Arlequin.

Arlequin derrière le lit.

LE DOCTEUR, aux valets.

Secondez, mes amis la fureur qui m'inspire,

Arrêtez ce voleur... Hé bien que vas-tu dire ?

Les valets saisissent Léandre.

Parle, dans ma maison quel dessein t'a conduit ?

480   Réponds, pendard, pourquoi te cacher sous le lit ?

LÉANDRE.

Je ne suis pas, Monsieur, ce que vous pouvez croire,

Je vais vous raconter en deux mots mon histoire.

Je suis un crocheteur, victime de la faim,

Qu'ici son appétit n'a pas conduit en vain,

485   Un plat de macarons volés par prévoyance,

A soulagé les maux causés par l'abstinence,

Ici pour les manger je me suis introduit,

Et je me suis caché tout tremblant sous le lit.

ISABELLE.

Mon père renvoyez ce pauvre misérable,

490   Ne le punissez point puisqu'il n'est pas coupable.

LE DOCTEUR.

Je plains ce malheureux, son sort me fait pitié

Il s'est auprès de nous assez justifié.

À Léandre.

Va-t'en je te pardonne, et tu n'as rien à craindre,

Tu dis la vérité.

LÉANDRE.

J'ignore l'art de feindre.

LE DOCTEUR.

495   Outre les macarons que tu viens de voler

Je veux bien de dix sols encore te régaler.

LÉANDRE.

L'honneur de vous servir est le bien où j'aspire.

LE DOCTEUR.

Adieu mon pauvre enfant.

LÉANDRE.

Monsieur je me retire.

Léandre s'en va et les valets rentrent.

ISABELLE, bas.

Au gré de mes souhaits la fourbe a réussi.

ARLEQUIN, derrière le lit.

500   Oui mais pour mon malheur je suis encore ici.

LE DOCTEUR.

Qu'entends-je ? Que dit-on ?

ISABELLE, bas.

Rien mon père... Ah le traître !

S'il dit encore un mot il fera tout connaître.

Arlequin éternue fort.

LE DOCTEUR.

Je ne me trompe pas et quelque autre est ici.

ISABELLE.

Que je suis malheureuse !

LE DOCTEUR.

Examinons ceci.

Il cherche, va derrière le lit, et trouve Arlequin habillé proprement.

ISABELLE.

505   Tout va se découvrir la chose est certaine.

LE DOCTEUR, conduisant Arlequin par le bras.

Dans ma maison, Monsieur, quel sujet vous amène ?

Holà, valets à moi, saisissez ce voleur.

Les valets viennent, se saisissent d'Arlequin qui se met à genoux devant le Docteur.

ARLEQUIN.

Ah, Monsieur, je ne suis qu'un pauvre crocheteur.

LE DOCTEUR.

Chansons, cet habit-là me fait croire autre chose.

À Isabelle.

510   Que veut dire ceci ?

ISABELLE.

  Je n'en suis point la cause

Mon père, et je ne sais...

LE DOCTEUR.

Je veux être éclairci.

ARLEQUIN.

Par charité souffrez que je sorte d'ici,

Un fâcheux cours de ventre, en certain lieu m'appelle,

Et m'ordonne, Monsieur, de pousser une selle.

LE DOCTEUR.

515   Vous ne sortirez pas.

ARLEQUIN.

  Pourquoi m'en empêcher ?

LE DOCTEUR.

J'en sais bien la raison.

ARLEQUIN.

Je vais donc tout lâcher.

ISABELLE, bas à Arlequin.

Que dis-tu, maraud, pour te tirer d'affaire ?

ARLEQUIN.

Cela m'est échappé, je n'y saurais que faire.

LE DOCTEUR, aux valets.

Fouillez-le promptement.

ARLEQUIN.

Vous ne trouverez rien,

520   Je suis un crocheteur sans honneur et sans bien.

Les valets le fouillent, et trouve une lettre.

LE DOCTEUR, aux valets.

Donnez-moi cette lettre.

ARLEQUIN.

Hélas quel soin vous presse ?

Vieillard trop curieux.

LE DOCTEUR.

Il lit l'adresse.

Je prétends voir l'adresse.

À Géronte... voyons ce que peut contenir...

ARLEQUIN, faisant comme s'il avait la colique.

Ma foi je ne puis plus, Monsieur, me retenir.

LE DOCTEUR, lit.

Le porteur de la présente, est mon fils Léandre, qui se rend à Lyon pour avoir l'honneur de donner la main à la charmante Léonore ; j'espère que vous en serez satisfait, et que vous ne différerez point de conclure un mariage que je souhaite avec tant d'empressement. Je suis, en attendant de vos nouvelles,

Votre très affectionné serviteur et ami, DAMON.

ARLEQUIN, faisant des lazzis,comme s'il était pressé de ses nécessités.

525   Ne me refusez pas le secours que j'implore.

LE DOCTEUR, à Arlequin.

Vous venez pour donner la main à Léonore,

Et je vous trouve ici caché derrière un lit.

ARLEQUIN.

J'avais sur mon honneur un terrible appétit,

Ces macarons exquis m'ont bien bourré la panse.

LE DOCTEUR.

530   Cette affaire est pour moi de grande conséquence,

Vous deviez un peu mieux connaître le Docteur

Je suis homme de bien.

ARLEQUIN.

Moi je suis crocheteur.

LE DOCTEUR.

Il faut pour réparer l'honneur de ma famille,

Que sans plus différer vous épousiez ma fille,

535   Je veux que devant moi vous lui donniez la main.

À Isabelle.

Allons disposez-vous...

ISABELLE.

Ah ! Quel ordre inhumain

Que me prescrivez-vous ? Malgré votre colère

Je ne puis sur ce point vous obéir mon père.

LE DOCTEUR.

Vous osez résister après un tel affront.

ARLEQUIN, à Isabelle.

540   Pourquoi l'agacez-vous ? Vous savez qu'il est prompt,

Mettez là votre main, Madame la coquine.

ISABELLE.

Laisse-moi.

LE DOCTEUR.

Comment donc vous faites la mutine

Obéissez, vous dis-je, et sans plus m'irriter...

ISABELLE, donnant la main.

Enfin vous m'y forcer.

ARLEQUIN.

Vous vous ferez frotter,

545   Et je vous donnerai ma foi sur les oreilles,

Ma charmante avec moi vous serez à merveilles

Je vous ferai porter les crochets quelquefois.

Au Docteur.

Beau-père, pouviez-vous faire un plus joli choix ?

LE DOCTEUR, à Arlequin.

Vous êtes à présent le mari d'Isabelle,

550   Adieu pour un moment je vous laisse avec elle.

ARLEQUIN.

C'est agir prudemment.

SCÈNE XIV.
Isabelle, Arlequin.

ISABELLE.

Ô mortelles douleurs !

À Arlequin.

Devais-tu m'exposer à de nouveaux malheurs

C'est toi qui dans ce jour cause mon infortune.

ARLEQUIN.

Ma mie en vérité ce discours m'importune.

555   Si vous continuez vous vous ferez rosser.

ISABELLE.

Infâme...

ARLEQUIN.

Vous allez encore recommencer,

J'ai sur vous maintenant un pouvoir despotique

Vous pourriez à mes bras donner de la pratique,

Ainsi, ma chère femme, un peu plus de douceur

560   Là là, modérez-vous ma mignonne, mon coeur,

En voyant vos appas, l'eau me vient à la bouche,

Laissez-vous caresser, pourquoi cet air farouche ?

Ma belle crocheteuse allons-nous en coucher.

ISABELLE lui donnant un soufflet.

Quoi malheureux encore, ose-tu m'approcher ?

ARLEQUIN.

565   Un soufflet, finissons ce jeu de Comédie.

Adieu je me retire et je vous répudie.

SCÈNE XV.
Léandre avec un autre habit, Isabelle.

ISABELLE.

Rien ne peut arrêter le torrent de mes pleurs

Venez, mon cher Léandre, apprendre mes malheurs,

Ce crocheteur a fait découvrir le mystère,

570   Il s'est sous votre habit, fait connaître à mon père,

Ayant trouvé sur lui la lettre de Damon,

Il a cru justement lui donner votre nom,

Le preant pour Léandre, Hélas ! Il m'a contrainte...

LÉANDRE.

. . . . . . N'ayez aucune crainte,   [ 32 Le vers suivant n'a pas le premier hémistiche.]

575   C'est Léandre qui doit être votre époux,

Rien ne peut à mon coeur ravir un bien si doux

Et puisque entre mes bras votre père vous livre,

Il faut sans balancer vous résoudre à me suivre

La fuite est nécessaire en cette extrémité.

ISABELLE.

580   Je dois me conformer à votre volonté,

Répondre à vos désirs est ma plus chère envie,

Vous pouvez disposer de mon sort et de ma vie.

ACTE II

SCÈNE I.
[Scaramouche, Léandre, Isabelle].

Le théâtre représente la rue. Léandre, Isabelle, sortant de la maison du Docteur. Scaramouche, qui vient d'un autre côté et trouve Léandre avec Isabelle.

SCARAMOUCHE.

Enfin vous prétendez Monsieur le spadassin,   [ 33 Spadassin : Traîneur d'épée, coupe-jarret, qui fait métier de battre, d'assassiner, qui ne porte l'épée que pour malfaire, et non pas pour servir le Roi. [F]]

Persévérer toujours dans ce noble dessein,

585   Où Diable voulez-vous mener cette femelle ?

Pour en être charmé la trouvez-vous si belle ?

Pour moi je la verrais du haut jusques au bas,

Que je ne serais point tenté de ses appas.

LÉANDRE.

Monsieur le Précepteur finissez, je vous prie,

590   De pareils quolibets passent la raillerie.

ISABELLE.

Scaramouche n'est pas un garçon fort poli.

SCARAMOUCHE.

C'est que je ne vois rien en vous de trop joli.

ISABELLE, à Léandre.

Monsieur, votre valet est prompt à la riposte.

LÉANDRE, à Scaramouche.

Il faut aller chercher une chaise de poste,

595   Car je veux l'enlever.

SCARAMOUCHE.

  Sans rien dire au Docteur.

Il pleure.

LÉANDRE.

Scaramouche qu'as-tu ?

SCARAMOUCHE, en pleurant.

Je pleure son honneur

Qui ne reviendra pas sitôt de ce voyage,

Pacatroufe en chemin il va faire naufrage.   [ 34 Pacatroufe : ce mot n'existe dans aucun document de référence , il serait synonyme de patatras.]

LÉANDRE.

Pauvre fol !

SCARAMOUCHE.

Je vois bien que je perds mon latin,

600   Et vous ne voulez pas renoncer au butin,

Allons je vous suivrai par-delà la Turquie,

Partons.

LÉANDRE.

Va-t'en frapper à cette hôtellerie,

Madame y restera jusqu'à notre retour.

ISABELLE.

Cher Léandre jugez de mon parfait amour

605   Puisque sans consulter une austère sagesse

Je cède aveuglément à l'ardeur qui me presse.

LÉANDRE.

Rassurez-vous, Madame, et croyez qu'avec moi

Vous ne risquez rien.

SCARAMOUCHE.

J'en jurerais ma foi

Mon maître est pour le moins sage comme une fille.

LÉANDRE.

610   Frappe donc.

SCARAMOUCHE, regardant Isabelle.

  Je commence à la trouver gentille,

Oh di casa ?   [ 35 Oh di casa, expression italien qui semble être utilisée pour interpeller. ]

SCÈNE II.
Pierrot, Léandre, Isabelle, Scaramouche.

PIERROT, dans la cantonade.

Claudine embrochez ce chapon,

Écumez la salade et plumez cet oignon,

Allez-vous-en compter avec ce Capitaine,

En sortant et voyant Scaramouche.

Scaramouche, bon jour, qu'est-ce qui vous amène.

SCARAMOUCHE, lui montrant Isabelle.

615   Cette fille est charmante et vaut un million,

Je veux dans ton logis la mettre en pension.

C'est moi qui l'entretiens, soit dit en confidence.

Toujours pour mes plaisirs je fis de la dépense.

PIERROT, dans la cantonade.

Elle le porte beau, c'est tout or et azur.   [ 36 Or et azur : Ce n'est qu'or et azur, se dit d'une maison bien parée. [L] ici dans un sens figuré pour indique que la jeune fille est belle.]

620   Ma foi si de mon fait je pouvais être sûr,

Je m'amuserais bien à lui conter fleurette,

Car tel que tu me vois j'aime un peu la grisette.

LÉANDRE, à Pierrot.

Mon ami recevez cette Dame chez vous.

PIERROT.

Scaramouche, morgué tu te gausses de nous,

625   Tu n'entretiens donc pas cette beauté friande,

Puisque c'est ce Monsieur qui me la recommande,

Serais-tu par hasard de profit avec lui.

SCARAMOUCHE.

Oui nous nous relevons c'est son jour aujourd'hui,

Demain j'aurai le mien chacun a sa journée,

630   Nous nous accommodons.

PIERROT.

  L'affaire est bien menée.

LÉANDRE, à Isabelle.

Entrez belle personne et comptez sur mon coeur.

ISABELLE.

Puissent les justes Dieux couronner votre ardeur

Je vous attends Léandre avec impatience.

LÉANDRE.

Scaramouche suis-moi.

SCARAMOUCHE.

Partons en diligence.

Isabelle entre avec Pierrot dans l'Hôtellerie.

SCÈNE III.

LE DOCTEUR.

635   Géronte cette fois ne sera pas content,

Mais lui-même à ma place en aurait fait autant,

Seul avec Isabelle ayant surpris Léandre,

Je crois que c'est ainsi que je devais m'y prendre,

Jusques au fond du coeur ce trait m'avait percé,

640   Il fallait satisfaire à l'honneur offensé

Ce parti pour ma fille est d'un grand avantage,

Et je me sais bon gré qu'il lui tombe en partage,

D'Octave je saurai bientôt me dégager

Et Géronte sur lui peut se dédommager,

645   Je vais lui raconter toute cette aventure,

Et de mon procédé je crains peu qu'il murmure.

Il frappe chez Géronte.

SCÈNE IV.
Géronte, Le Docteur.

GÉRONTE.

Ah c'est vous chez moi, quel plaisir de vous voir,

Souffrez que je m'acquitte ici de mon devoir,

En vous remerciant de la tapisserie...

LE DOCTEUR.

650   Fi donc ne parlez point de cela, je vous prie,

Je viens vous révéler des secrets importants,

Vous serez étonné...

GÉRONTE.

Parlez je vous entends.

LE DOCTEUR.

De retour au logis j'ai trouvé votre gendre,

Caché derrière un lit.

GÉRONTE.

Vous parlez de Léandre ?

LE DOCTEUR.

655   Justement à ma fille il faisait les yeux doux,

Et voulait profiter je crois du rendez-vous,

Léandre lui parlait, jugez de ma surprise,

Je me suis récrié contre son entreprise,

Mais enfin il fallait effacer ce forfait,

660   En cette occasion, cher ami, qu'ai-je fait ?

J'ai contraint le galant à devenir mon gendre,

D'épouser Isabelle, il n'a pu se défendre

Si vous eussiez été de la sorte insulté

Je crois qu'en pareil cas vous m'eussiez imité.

GÉRONTE.

665   À quoi bon plaisanter, Docteur, c'est assez rire,

Léandre est-il ici ?

LE DOCTEUR, lui présentant la lettre.

Tenez vous pouvez lire,

Vous connaîtrez par là si j'ai tort ou raison,

C'est la lettre d'avis que vous écrit Damon.

GÉRONTE, après avoir lu.

Je vous plains, mais enfin ce n'est pas là mon compte,

670   Léandre m'a promis...

LE DOCTEUR.

  Point de courroux Géronte,

Il m'a déshonoré.

GÉRONTE.

Que veut dire ceci,

Mais ne puis-je le voir ?

LE DOCTEUR.

Fort bien car le voici.

SCÈNE V.
Arlequin habillé en gentilhomme, ayant son coutelas au-dessus de son épée, Le Docteur, Géronte.

GÉRONTE, à Arlequin.

Vous m'avez fait, Monsieur, une sensible offense,

Vous me tiendrez parole, ou j'en aurai vengeance.

ARLEQUIN, s'adressant au Docteur.

675   Que dit donc ce vieux fol ? Je ne le connais pas.

LE DOCTEUR.

C'est Géronte.

ARLEQUIN.

Ma foi j'en fais fort peu de cas.

GÉRONTE.

Vous devez épouser ma fille Léonore.

ARLEQUIN, en riant.

Il lui faudrait donner quelques grains d'ellébore,   [ 37 Ellébore : Plante médicinale. On dit proverbialement, qu'un homme a besoin de deux grains d'ellébore, pour dire, qu'il est fou ; parce qu'on se servait autrefois d'ellébore pour guérir la folie. [F] ]

Il en a grand besoin.

GÉRONTE.

Vous vous loquez de moi

680   Mais on n'abuse pas en vain ma bonne foi,

Votre père Damon...

ARLEQUIN.

Ah ! Le plaisant jocrisse,   [ 38 Jocrisse : Terme injurieux et populaire, qui se dit en cette phrase proverbiale, C'est un Jocrisse qui mène les poules pisser, en se moquant d'un homme qui s'amuse aux menus soins du ménage, qui est faible et avare. [F]]

Je n'ai jamais connu que ma mère nourrice,

Je suis du côté gauche, autrement dit bâtard,

Dans ce monde, dit-on, j'arrivai par hasard.

GÉRONTE.

685   Est-ce ainsi que s'explique un homme de naissance,

Un Gentilhomme...

ARLEQUIN.

Moi, vous êtes en démence

Depuis quand, s'il vous plaît, Messieurs les crocheteurs,

Ont-ils été placés parmi les grands Seigneurs.

LE DOCTEUR, prenant Arlequin par le bras.

Mon gendre entrez chez nous.

GÉRONTE, le prenant par l'autre bras.

Il n'est pas nécessaire,

690   Venez dans ma maison.

ARLEQUIN.

  Y fait-on bonne chère,

J'irai... non je ne puis et j'en sais les raisons,

On fait chez le docteur d'excellents macarons,

Allons-y promptement.

LE DOCTEUR, tirant Arlequin.

Entrez, Monsieur Léandre.

GÉRONTE, le tirant aussi.

Corbleu vous n'irez pas.   [ 39 Corbleu : Sorte de juron. Voir MOL. Sgan. I, 1. ; altération de prononciation pour corps Dieu, c'est-à-dire corps de Dieu, Dieu en personne. [L]]

ARLEQUIN, à Géronte.

Je ne puis m'en défendre

695   C'est lui qui le premier m'a voulu régaler,

Oh parbleu je suis las de me voir tirailler,

Laissez-moi donc vous dis-je.

GÉRONTE, en le cachant.

Hé bien je vais sur l'heure

Vous faire préparer une bonne demeure.

Il sort.

LE DOCTEUR.

Il enrage.

ARLEQUIN.

Cet homme a le cerveau gâté

700   Je veux aller chez vous j'y suis fort bien traité,

Préparez-moi, beau-père, une soupe au fromage,

Car selon mon avis, c'est le meilleur potage.

LE DOCTEUR.

On va vous en faire une et chez moi mes valets

Vous serviront toujours au gré de vos souhaits.

705   Géronte vient avec des Archers,

leur montre Arlequin, les Archers veulent s'en saisir,

Arlequin se défend contre eux avec son coutelas ;

mais étant obligé à la fin de céder à la force,

il se laisse conduire en prison,

710   le Docteur se retire tout affligé.

SCÈNE VI.
Octave, Mezzetin, Colombine.

OCTAVE.

Je te suis obligé, ma chère Colombine.

MEZZETIN.

Je suis, je l'avouerai content de sa cuisine,

Messieurs les marmitons ont bien fait leur devoir.

COLOMBINE, à Octave.

Je me flatte Monsieur, que vous viendrez nous voir,

715   Mon vin est assez bon j'en ai quelque barrique,

N'accordez qu'à moi seule au moins votre pratique.

MEZZETIN, en la caressant.

Je vous accorderai la mienne de bon coeur,

Pourvu que vous vouliez recevoir cet honneur

Ne me refusez point ma petite mignonne.

OCTAVE.

720   J'ai vu dans ton logis une aimable personne,

Ne sais-tu point son nom ?

COLOMBINE.

À vous parler sans fard,

On peut bien la nommer Madame du hasard,

Elle ne sent pas bon je le juge à la mine,

Je m'y connais un peu.

MEZZETIN.

La peste qu'elle est fine

725   Bien fol ferait celui qui voudrait s'y fier

Elle a l'odorat bon pour flairer le gibier,

Que je lui donnerais volontiers son décompte.   [ 40 Décompte : Ce qu'il y a à rabattre, à réduire sur la somme qu'on paye. Retenue qu'on fait à des gens, en leur payant le dû pour leur solde, travail ou journées, et qui est l'équivalent de certaines fournitures. [L]]

OCTAVE, à Colombine.

De grâce, enseignez-moi la maison de Géronte.

COLOMBINE, la lui montrant.

La voici.

OCTAVE.

C'est assez j'y vais dans le moment.

COLOMBINE.

730   Si je puis vous servir commandez librement.

MEZZETIN.

Adieu belle traîteuse, hôtesse de mon âme.   [ 41 Traîteuse : Qui a le caractère de la trahison, de la perfidie, en parlant des choses. [L]]

COLOMBINE.

Adieu le gros joufflu.

MEZZETIN.

Votre valet Madame.

Colombine rentre chez elle.

OCTAVE.

Frappe à cette maison.

MEZZETIN.

Vous êtes dans l'erreur,

Que n'allez-vous plutôt chez M. le Docteur ?

OCTAVE.

735   Non je veux avant tout chez Géronte me rendre,

[Pour] le voir de la part du père de Léandre.

MEZZETIN, va frapper.

J'obéis.

SCÈNE VII.
Géronte, Octave, Mezzetin.

GÉRONTE, en sortant.

Que veut-on ?

MEZZETIN.

Le patron du logis

Est-il ici, Monsieur ?

GÉRONTE.

Oui sans doute j'y suis.

MEZZETIN.

Excusez je n'ai pas l'honneur de vous connaître

740   Vous êtes en ce lieu demandé par mon maître.

OCTAVE, saluant Géronte.

Avant que de partir pour me rendre à Lyon,

Un de vos bons amis que l'on nomme Damon,

Dont le fils, m'a-t-il dit, doit être votre gendre,

En arrivant ici m'a chargé de vous rendre

745   Cette lettre.

GÉRONTE.

  Parbleu vous me faites honneur,

Et je serais content si j'avais le bonheur

De vous faire plaisir, je parle avec franchise,

Mais Monsieur, s'il vous plaît, permettez que je lise.

Il lit la lettre après quoi il dit.

Vous venez épouser la fille du Docteur,

750   Il m'a pour cet hymen témoigné tant d'ardeur,

Que vous avez grand tort de l'avoir fait attendre.

OCTAVE.

Je dois aussi remettre une lettre à Léandre

Je ne le connais point.

GÉRONTE.

Entrez dans ma maison.

OCTAVE.

Je crains d'être incommode.

GÉRONTE.

Ah Monsieur sans façon.

MEZZETIN.

755   Ce vieillard est civil.

GÉRONTE, à Octave.

  Entrez donc, je vous prie,

À Mezzetin.

Et vous aussi, mon cher.

MEZZETIN, faisant des façons.

Ah !

GÉRONTE.

Sans cérémonie.

SCÈNE VIII.

LE DOCTEUR.

Je ne puis revenir de mon étonnement :

Ciel ! Est-il pour un père un plus affreux tourment ?

Ma fille a déserté la maison paternelle

760   Tu formes le dessein, malheureuse Isabelle,

D'abandonner ainsi ton père, ton époux,

Sans craindre les effets de mon fuste courroux,

Ah ! Dans le désespoir qui pénètre mon âme,

Si le sort à mes yeux présentait cette infâme

765   Elle ressentirait ma fatale fureur,

Et je la livrerais à toute ma rigueur.

SCÈNE IX.
Géronte sortant de la maison, Le Docteur.

GÉRONTE, parlant à la cantonade.

Je reviendrai bientôt vous n'avez qu'à m'attendre.

En voyant le Docteur.

Docteur ai-je bien reçu le beau Léandre,

Ma foi s'il ne se met bientôt à la raison,

770   Il risque de rester quelque temps en prison.

Mais qu'avez-vous ?

LE DOCTEUR.

Hélas je suis inconsolable,

Ma fille m'a quitté.

GÉRONTE.

Ce serait bien le diable.

LE DOCTEUR.

Je ne la trouve plus et sans doute elle est loin.

GÉRONTE.

D'un pareil contretemps, vous n'aviez pas besoin,

775   Car Octave est chez moi.

LE DOCTEUR.

  Que dites-vous Géronte,

Cessez de m'imposer...

GÉRONTE.

Non ce n'est pas un conte.

Et mon ami Damon me l'a recommandé,

De ce que je vous dis soyez persuadé.

LE DOCTEUR.

Tâchez de découvrir où peut être Isabelle,

780   Et ne divulguez point cette triste nouvelle.

GÉRONTE.

Croyez-moi, mon ami loin de vous alarmer,

En différents quartiers allez vous informer.

LE DOCTEUR.

Je ne veux épargner ni l'argent ni la peine,

Je vais tout de ce pas droit à la quarantaine,   [ 42 Quarantaine : se dit aussi du séjour de 40 jours qu'on fait faire aux gens qui viennent des lieux pestiférés, avant que d'être reçus dans d'autres villes, pour savoir s'ils n'apportent point avec eux quelque mauvais air. [T]]

785   Sous les Tillots, au Change, aux Cafés, aux Terreaux,   [ 44 Terreau : En vieux langage était un fossé, on nomme à Lyon, la place où est l'Hôtel de Ville, la place des Terreaux : parce que c'était anciennement un grand canal de communication entre le Rhône et la Saône qui a été comblé ; on dit pour la même raison les Carmes des Terreaux, et la boucherie des Terreaux, qui sont placés sur cet ancien fossé, ou sur ses bords. Père Ménest. Hist. de Lyon. [T]]  [ 43 Tillot : Tilleul des bois. [L]]

Dans la Traille, aux Faubourgs, à S[aint] Clair, aux Breteaux,

En un mot dans ces lieux si charmants à la vue,

Où l'on trouve toujours quelque fille perdue.

Il s'en va.

GÉRONTE, seul.

Octave pourrait bien en écrire à Damon,

790   S'il savait que Léandre est dans une prison,

Pour éviter la chose il est de ma prudence,

De l'en faire sortir en toute diligence,

Je vais donner cet ordre à Monsieur le Geôlier...

Holà.

LE GEOLIER, paraît.

Je suis bien las d'avoir ce prisonnier,

795   Il veut toujours manger, le plaisant personnage

Il faut à tout moment lui donner du fromage,

Je vous rends son épée.

GÉRONTE, la prenant.

Ah ! Je la reconnais,

C'est celle dont pour lui j'ai moi-même fait choix,

Et qu'ensuite j'eus soin d'envoyer à son père

800   Vous serez satisfait et j'en fais mon affaire,

Vous pouvez l'élargir et le conduire ici,

Je veux examiner...

SCÈNE X.
Le Geôlier conduisant Arlequin, Arlequin, Géronte.

ARLEQUIN, au Geôlier.

Que veut dire ceci ?

Où voulez-vous que j'aille ?

GÉRONTE.

Approchez-vous mon gendre,

Gardez par le docteur de vous laisser surprendre,

805   Je vous rends votre épée et j'ose me flatter,

Que d'un esprit plus doux vous voudrez m'écouter,

Je vous ai destiné ma fille en mariage.

ARLEQUIN.

Je suis trop jeune encore pour me mettre en ménage,

Il chante.

J'en mourrais etc.

GÉRONTE.

Terminez de semblables discours,

810   Sans rimer et sans raison vous plaisantez toujours,

Je prétends dès ce soir terminer cette affaire.

ARLEQUIN.

Puisque enfin vous croyez la chose nécessaire,

Je vous obligerai du meilleur de mon coeur,

J'épouserai d'abord la fille du Docteur,

815   La vôtre ensuite, vous, et toute la famille,

S'il le faut.

GÉRONTE.

Il suffit seulement de ma fille,

Votre père Damon homme de probité,

A pour ce mariage avec moi contracté.

ARLEQUIN.

Mon père dites-vous, hélas il s'est fait pendre,

820   Il fut, quoique honnête homme un peu sujet à prendre,

C'est-à-dire à voler, c'était son seul défaut,

La Justice en public lui fit faire le saut,

Qu'il mourut noblement.

GÉRONTE.

Toujours l'humeur bouffonne,

Vous vous divertissez et je vous le pardonne.

ARLEQUIN.

825   Votre fille, à propos, n'a-t-elle point servi ?

GÉRONTE.

Non sans doute elle est sage.

ARLEQUIN.

Hé bien, j'en suis ravi,

Je craignais de subir le destin de mon père

Il n'y prit pas trop garde en épousant ma mère

Puisque trois mois après elle accoucha de moi,

830   Gardez de me tromper je suis de bonne foi.

GÉRONTE.

Que vous êtes badin, c'est votre caractère,

Et vous aimez à rire ainsi que votre père,

Mais n'aspirez point à vous entretenir

Avec ma fille.

ARLEQUIN.

Oui da la belle peut venir.   [ 45 Da : particule qui se joint à l'adverbe oui, à l'adverbe non, et à l'expression négative nenni, et donne plus de force à l'affirmation ou à la négation. Oui-da. Nenni-da. [L]]

Géronte entre.

835   Parbleu cette aventure est tout à fait comique,

Je suis un crocheteur de nouvelle fabrique,

Et jamais on n'en vit de si nobles que moi.

SCÈNE XI.
Léonore, Géronte, Arlequin.

GÉRONTE.

Léonore venez.

Léonore en voyant Arlequin jette un cri, Arlequin tombe à la renverse tout épouvanté.

LÉONORE.

Ciel qu'est-ce que je vois !

Ah le vilain magot !

ARLEQUIN, en colère.

Savez-vous bien ma femme,

840   Que je vous frotterai sans craindre qu'on me blâme,

Cela vous convient-il, je ne suis point trompeur,

J'ai fait caca sous moi, pourquoi me faire peur

J'ai blêmi, j'en suis sûr

LÉONORE, à Géronte.

Quoi c'est là votre gendre ?

Mon mari prétendu.

GÉRONTE.

C'est le Seigneur Léandre.

LÉONORE, bas.

845   Hélas ! Pourquoi faut-il qu'un destin rigoureux

Ait réservé ma main à cet époux hideux,

Octave mieux que lui serait sûr de me plaire.

ARLEQUIN.

Venons au fait, ma fille et concluons l'affaire.

GÉRONTE.

Honorez-la du moins de quelque compliment.

ARLEQUIN.

850   Taupe, quand je m'y mets je parle élégamment,   [ 46 Taupe : On dit tauper à une chose, l'approuver, y consentir. [T]]

Et dans ce que je dis je fus toujours sincère.

À Léonore.

Madame, tout ainsi que le bourreau sévère

Attache un patient au funeste gibet,

Et pour le dépêcher lui sert le sifflet,   [ 47 Sifflet : Fig. et populairement. Le conduit par lequel on respire. Voir Regnard Le Distrait. [L]]

855   De même aussi la belle... au gibet de vos charmes,

Vous m'avez attaché... car enfin mes alarmes...

Le soleil... de vos yeux... votre nez... votre main...

Allons-nous-en souper, beau-père, car j'ai faim.

LÉONORE, bas.

Je souffre en le voyant on ne peut davantage,

860   Juste ciel qu'il est laid ! Le vilain personnage !

GÉRONTE, à Arlequin.

Vous mangerez tantôt il n'est pas encore temps.

ARLEQUIN.

Je suis content, joyeux quand j'exerce mes dents.

GÉRONTE.

Vous allez recevoir une lettre bien chère

De la part de Damon.

ARLEQUIN.

Qui Damon ?

GÉRONTE.

Votre père.

LÉONORE.

865   Mon père, comment donc serait-il revenu ?

Après avoir été publiquement pendu.

GÉRONTE.

Octave depuis peu rendu dans cette ville,

Doit vous en remettre une.

LÉONORE.

Ah ! Qu'il est imbécile,

Et moi j'épouserai cet objet odieux...

GÉRONTE, en voyant Octave sortir de la maison.

870   Le voici justement qui paraît à vos yeux.

SCÈNE XII.
Octave, Géronte, Isabelle, Arlequin.

OCTAVE, à Géronte.

Est-ce là le Seigneur Léandre ?

GÉRONTE.

C'est lui-même.

OCTAVE, à Arlequin.

Enfin je vous rencontre et ma joie est extrême,

Permettez s'il vous plaît que cet embrassement

Vous témoigne mon zèle et mon empressement,

875   Votre père Damon m'a chargé de vous rendre

Cette lettre.

ARLEQUIN, en recevant cette lettre.

Monsieur je n'y puis rien comprendre,

Car je ne sais pas lire en tout cas je l'apprends,

Elle me servira dans mes besoins pressants.

OCTAVE, à Géronte.

Votre gendre Monsieur, dit qu'il ne sait pas lire.

GÉRONTE.

880   Ne voyez-vous pas bien qu'il ne se plaît qu'à rire.

À Arlequin.

Je vous laisse mon gendre et je rentre au logis.

ARLEQUIN.

Si vous allez manger, beau-père, je vous suis.

GÉRONTE.

Il n'est pas encore temps.

ARLEQUIN.

Qu'est-ce à dire beau-père,

N'est-il pas toujours temps de faire bonne chère,

885   Pour moi j'aime à manger du matin jusqu'au soir,

À la table toujours je fis bien mon devoir.

GÉRONTE, en s'en allant.

Quand on aura servi on viendra vous le dire.

LÉONORE, à Arlequin.

Entrez aussi Monsieur.

ARLEQUIN.

Je ne fais que vous nuire

Si je restais ici je pourrais vous troubler,

890   Peut-être tous les deux vous avez à parler,

Des époux de nos jours j'aime à suivre la mode

Et je me pique d'être un mari commode.

LÉONORE.

Vous me ferez plaisir si vous sortez d'ici,

Car ce certain secret il doit être éclairci,

895   Et je veux lui parler d'une affaire importante.

ARLEQUIN.

S'il ne faut que cela pour vous rendre contente,

Pour ne point vous gêner je consens à partir.

Mais quand vous aurez fait songez à m'avertir,

Je vais en attendant visiter la cuisine.

SCÈNE XIII.
Octave, Léonore.

OCTAVE.

900   Quoi, Madame, c'est là l'époux qu'on vous destine,

Il sera possesseur de vos divins appas.

Il va jouir d'un bien qu'il ne mérite pas,

Son extrême bonheur excite mon envie.

LÉONORE.

Il ne verrait jamais son attente remplie,

905   S'il consultait mon coeur pour s'unir à mon sort,

Plutôt qu'y consentir je choisirais la mort,

Mais du destin cruel telle est la violence,

Que je dois mes malheurs à mon obéissance.

OCTAVE.

Ah ne permettez pas que cet indigne époux,

910   S'assure d'un bonheur si charmant et si doux,

À la plus vive ardeur donnez la préférence

Et bien loin d'approuver un choix qui vous offense,

Arrachez votre main à ce monstre odieux,

Sur un plus tendre amant daignez jeter les yeux

915   Me faisant occuper une si belle place

À ma flamme parfaite accordez cette grâce.

LÉONORE.

Quoi Monsieur, vous osez formez un tel espoir,

Croyez-vous que je puisse oublier mon devoir,

Je conçois les malheurs où cet hymen m'expose

920   Mais enfin de mon sort mon père seul dispose,

Vous avez autre part engagé votre coeur

Il ne doit pas brûler d'une nouvelle ardeur.

OCTAVE.

Ah ! Mon âme pour lors n'était pas prévenue,

Vos appas n'avaient pas encore frappé ma vue,

925   Les crimes de l'amour s'excusent aisément,

Et je dois m'applaudir d'un si beau changement.

SCÈNE XIV.
Arlequin, Octave, Léonore.

ARLEQUIN.

Vous n'avez pas fini, c'est trop me faire attendre.

OCTAVE.

Vous venez à propos j'oubliais de vous rendre

Cinquante louis neufs que m'a donnés Damon,

930   Pour vous remettre en main.

ARLEQUIN, prenant la bourse.

  Il est bon sur ce ton,

Je reçois volontiers cette bourse garnie,

Autant qu'il vous plaira tenez-lui compagnie,

Et poussez votre pointe, adieu le beau garçon,

Je suis, vous le voyez, un mari sans façon.

Il rentre.

OCTAVE, vient.

935   Je ne vis de mes jours un époux plus affable.

LÉONORE.

Ah ! Ne m'en parlez point je le trouve effroyable.

OCTAVE.

Hé bien d'aucun espoir ne flattez-vous mes feux

Et ne puis-je m'attendre à devenir heureux ?

LÉONORE, d'un air tendre.

Je me plais à vous voir, en secret je soupire,

940   Que voulez-vous de plus c'est assez vous en dire.

OCTAVE.

Ah ! Ce bonheur extrême égale mon amour.

LÉONORE.

Mon père dans ce lieu peut presser son retour,

Cher Octave avec vous je crains d'être surprise.

OCTAVE.

Non ne redoutez rien l'amour nous favorise,

945   C'est lui qui dans mon coeur vient d'allumer ses feux.

LÉONORE.

Entrons.

OCTAVE, en lui donnant la main.

Vous obéir est tout ce que je veux.

SCÈNE XV.

LE DOCTEUR.

J'ai tant couru qu'enfin j'ai su quelque nouvelle,

On m'a nommé le lieu qui renferme Isabelle,

C'est dans ce cabaret qu'elle a porté ses pas,

950   À ce funeste coup je ne m'attendais pas,

Qui m'eût dit que ma fille à la fleur de son âge,

Aurait eu du penchant pour le libertinage ?

Mais j'aperçois Géronte, il vient fort à propos.

SCÈNE XVI.
Géronte, Le Docteur.

LE DOCTEUR.

Maintenant, cher ami, j'ai l'esprit en repos

955   Isabelle est cachée en cette hôtellerie,

Ne partez point d'ici Géronte, je vous prie,

Car je veux devant vous lui faire la leçon,

Et la traiter ici de la bonne façon.

Il entre dans le cabaret de Colombine.

GÉRONTE, seul.

Hélas ! Pauvre Docteur, ton sort est déplorable,

960   Le ciel m'a regardé d'un oeil plus favorable,

En donnant à ma fille un esprit mûr, rassis,

Elle n'écoute point les amoureux transis,

Qui bornent tous leurs voeux à tromper une belle,

Léonore n'est point de l'humeur d'Isabelle,

965   Elle sait s'écarter d'un chemin trop battu,

Et pratiquer les lois de l'austère vertu.

LE DOCTEUR, conduisant Isabelle.

Je vous retrouve enfin fille trop criminelle,

Qui désertez ainsi la maison paternelle

Vous avez par la suite animé mon courroux,

970   Et mon ressentiment doit éclater sur vous.

ISABELLE.

Ah ! De grâce calmez cette affreuse colère,

Et ressouvenez-vous que vous êtes mon père.

LE DOCTEUR.

Contre ton procédé qui ne se récrierait,

Pendarde, quoi déjà tu cours le cabaret.

GÉRONTE.

975   Docteur votre colère est juste et légitime,

Mais enfin croyez-moi pardonnez lui fort son crime

Que servent les éclats, il vaut mieux filer doux

Il faut la présenter vous-même à son époux,

Le plutôt est le mieux et dans cette journée

980   Effacez cet affront par un prompt hyménée,

On ne peut pas savoir tout ce qui s'est passé

Et vous ferez fort bien de paraître empressé.

LE DOCTEUR.

Mais Léandre...

GÉRONTE.

Comment vous y pensez encore,

Il a donné déjà la main à Léonore,

985   Ainsi n'attendez pas qu'il change de dessein,

Si vous vous en flatter votre espoir sera vain,

Je vais si vous voulez, appeler votre gendre.

LE DOCTEUR.

Hé bien soit.

Géronte entre.

ISABELLE, bas.

Juste ciel ! Qu'est devenu Léandre ?

Il a pour m'obtenir bien peu d'empressement,

990   Et je dois mon malheur à son retardement.

SCÈNE XVII.
Géronte, Octave, Isabelle, Le Docteur.

GÉRONTE.

Voici votre beau-père avec la prétendue.

OCTAVE, en regardant Isabelle.

Quel objet en ce lieu se présente à ma vue ?

Le Docteur veut me faire un joli présent,

Il me prend pour un autre et le tour est plaisant,

995   Colombine tantôt m'a parlé de la belle,

Feignons... Quoi c'est donc là la charmante Isabelle ?

GÉRONTE.

Oui, Monsieur, et voilà mon ami le Docteur.

LE DOCTEUR.

Ma fille avec raison peut vanter son bonheur,

Puisque je lui destine un homme de mérite.

GÉRONTE, à Isabelle.

1000   Madame permettez que je vous félicite.

OCTAVE, à Isabelle.

Madame permettez, qu'en qualité d'amant,

Je vous témoigne ici mon tendre empressement,

Ce n'est point comme époux que je prétends paraître,

Mon ardeur sous ce nom le ferait mal connaître,

1005   Et je dois autrement me présenter à vous.

LE DOCTEUR.

C'est-à-dire, qu'il veut être amant quoique époux.

ISABELLE.

Imiter votre exemple est ce que je désire,

Et je ne craindrai point à mon tour de vous dire

Que le titre d'épouse a pour moi peu d'appas,

1010   Qu'en cette occasion il ne me touche pas,

Que tout autre pour moi serait bien plus aimable.

GÉRONTE.

C'est assez mes enfants allons-nous mettre à table,

Entrons dans le logis.

ISABELLE, en entrant.

Ciel qui connaît mes feux,

Daigne, en parant ce coup, satisfaire à mes voeux.

OCTAVE, en entrant.

1015   Amour mon tendre coeur implore ta puissance,

Par un hymen plus doux couronne sa constance.

SCÈNE XVIII.
Léandre, Scaramouche.

LÉANDRE.

Songeons à profiter d'un moment précieux,

Et sans plus différer abandonnons ces lieux,

Tout est prêt pour partir, fais venir Isabelle.

SCARAMOUCHE.

1020   En vérité, Monsieur, l'action n'est pas belle,

Vous hasardez beaucoup en cette occasion,

Et l'on me pendre moi par conversation.

LÉANDRE, en colère.

Finis donc si tu veux, frappe à l'hôtellerie.

SCARAMOUCHE.

Ne vous emportez pas, mon mignon, je vous prie.

Il frappe.

1025   Holà ?

SCÈNE XIX.
Pierrot, Léandre, Scaramouche.

PIERROT.

Que voulez-vous ?

SCARAMOUCHE.

  Appelez promptement

La Dame en question.

PIERROT.

Vous vous moquez vraiment,

Elle n'est plus chez nous.

SCARAMOUCHE.

Comment que veux-tu dire ?

PIERROT, en chantant.

Elle est déjà bien loin.

LÉANDRE.

Prends-tu plaisir à rire ?

PIERROT.

Non son père, vous dis-je, en propre original

1030   Est venu la chercher, morgué qu'il est brutal.

Il l'a d'un bon soufflet d'abord apostrophée

Et peu s'en est fallu qu'il ne l'ait décoiffée.

Comment c'est donc ainsi, disait ce loup garou,

Sans ma permission que tu cours le guildou ?   [ 48 Guildou : Terme burlesque dont on se sert pour exprimer la débauche des personnes. On dit, qu'une femme court le guilledou, lors qu'elle se dérobe à son domestique, et qu'on ne sait où elle va ; ce qui fait présumer que c'est dans de mauvais lieux. [F]]

1035   Le docteur pour cacher son chagrin et sa honte

A fait entrer sa fille aussitôt chez Géronte,

Un étranger, dit-on, doit être son époux,

Je le connais fort bien il a logé chez nous.

La pauvre fille avait une grande tristesse,

1040   Aussi l'on ne doit pas débaucher la jeunesse

Et cela n'est pas bien pour moi je sors d'ici,

Que sait-on, vous pourriez me débaucher aussi.

Il rentre.

SCARAMOUCHE.

Hé bien, qu'en dites-vous ?

LÉANDRE.

Ah ! Que viens-je d'entendre ?

À cet affreux malheur aurais-je dû m'attendre ?

1045   Mais malgré les efforts et les soins du Docteur

D'Isabelle je veux être [le] possesseur.

Tu sais bien qu'Arlequin sous le nom de Léandre,

Chez Géronte introduit sera bientôt son gendre,

Il faut pour pallier un important secret,

1050   Respecter Arlequin te dire son valet,

Tu verras aisément la charmante Isabelle,

Et tu lui parleras de mon ardeur fidèle,

Une seconde fois tâche de l'enlever,

J'ai formé ce dessein et tu dois l'achever,

1055   Entends-tu ?

SCARAMOUCHE.

  Vous voulez que j'enlève Isabelle,

Mais si je suis pendu.

LÉANDRE.

C'est une bagatelle.

SCARAMOUCHE.

Oui pour vous, mais pour moi cela change de ton,

J'aimerais mieux avoir trente coups de bâton.

LÉANDRE.

Fais ce que je te dis et sans te mettre en peine...

SCARAMOUCHE.

1060   Scaramouche ! Pour toi la potence est certaine.

SCÈNE XX.
Le Docteur, Géronte, Isabelle.

LE DOCTEUR, à Isabelle.

De mon juste courroux tu dois craindre l'effet,

Si tu veux t'obstiner à garder le secret,

Ne me déguise rien, de toi je veux apprendre

Le nom du ravisseur, réponds-moi.

ISABELLE.

C'est Léandre,

1065   Qui cédant à l'ardeur dont il brûle pour moi,

Par ma fuite a voulu s'assurer de ma foi,

Lui-même m'a conduit dans cette hôtellerie.

GÉRONTE.

C'est un peu trop avant pousser l'effronterie,

Le moyen de la croire il était en prison

1070   Dans le temps qu'Isabelle a quitté la maison.

LE DOCTEUR.

Tu veux m'en imposer méchante créature,

Je suis persuadé...

ISABELLE.

C'est la vérité pure

Oui mon père, c'est lui qui possède mon coeur,

Et je ne puis goûter un solide bonheur,

1075   Si pour combler mes voeux le noeud de l'hyménée,

Au sort de cet amant n'unit ma destinée.

GÉRONTE.

Je vous plains, mais pourquoi vous flatter de l'avoir,

N'y comptez plus la belle et perdez cet espoir,

Car Léandre sera l'époux de Léonore.

ISABELLE, à Géronte.

1080   Cruel vous m'arrachez à l'objet que j'adore,

Si rien ne peut changer les rigueurs de mon sort

Barbare je saurai recourir à la mort.

LE DOCTEUR.

Ma fille il n'est plus temps de songer à Léandre,

Puisque Octave est ici je ne puis me défendre

1085   De te donner à lui.

ISABELLE.

  Quoi vous ne voulez pas

Autorisant mon choix détourner mon trépas.

SCÈNE XXI.
Scaramouche, Géronte, Le Docteur, Isabelle.

SCARAMOUCHE.

Messieurs vous n'avez pas l'honneur de me connaître,

Excusez, dans ce lieu je viens chercher mon maître.

ISABELLE, bas.

C'est Scaramouche, hélas que vient-il faire ?

SCARAMOUCHE, à Isabelle.

1090   Je vais feindre avec eux, dissimulez aussi.   [ 49 Le vers suivant 1092 n'a pas de rime correspondant.]

Haut.

On m'a dit qu'il était chez Monsieur son beau-père,

Je voudrais lui parler d'une petite affaire,

Est-il dans le logis.

GÉRONTE.

Comment le nomme-t-on ?

Je ne le connais pas.

SCARAMOUCHE.

C'est le fils de Damon,

1095   Léandre.

LE DOCTEUR, tirant Scaramouche à quartier.

  Parlez-moi sans fard, je vous en prie,

A-t-il conduit ma fille en une hôtellerie ?

SCARAMOUCHE en montrant Isabelle.

Oui sans doute et voilà la Dame en question,

Mais il n'a jamais eu mauvaise intention

Et c'était seulement pour lui payer feuillette.   [ 50 Feuillette : Certaine mesure de vin. Quelquefois c'est une grande mesure qui contient demi-muid ou 120. pintes de Paris, comme en Bourgogne. En quelques Provinces c'est une petite mesure ou la moitié d'une pinte de Paris, comme on dit à Lyon. [F]]

GÉRONTE.

1100   Cette civilité me paraît indiscrète

Il était en prison vous l'accuser en vain

SCARAMOUCHE.

Je vous jure Monsieur que rien n'est plus certain,

Il m'en a donné l'ordre et pour le satisfaire,

J'ai moi-même prêté la main, à cette affaire.

GÉRONTE.

1105   Le voici justement qui vient de ce côté.

SCÈNE XXII.
Arlequin, Scaramouche, Isabelle, Géronte.

SCARAMOUCHE, allant au-devant d'Arlequin.

De vos commissions je me suis acquitté,

J'ai porté votre lettre à Monsieur le Vicomte,

Et venais vous chercher cher le Seigneur Géronte,

Je vous ai bien servi.

ARLEQUIN, à Géronte.

Que dit donc ce benêt ?

GÉRONTE.

1110   Quoi vous méconnaissez jusqu'à votre valet ?

ARLEQUIN.

Mon valet dites-vous ? Je n'en eus de ma vie.

SCARAMOUCHE, à Arlequin.

Vous pouvez m'employer au gré de votre envie

Je vous obéirai, je sais trop mon devoir,

Pour manquer au respect qu'un valet doit avoir.

ARLEQUIN.

1115   Je ne sais ce que c'est, et c'est me faire outrage

Que vouloir d'un valet grossir mon équipage,

Cet affront est trop grand, et comment le souffrir ?

Quoi donc lorsque je puis à peine me nourrir,

Il faut que j'entretienne encore un domestique ?

SCARAMOUCHE.

1120   Que dites-vous, Monsieur, quelle mouche vous pique ?

Vous me désavouez, et ne connaissez pas...   [ 51 Le vers suivant n'a pas de rime correspondant.]

. . . . . . . . . . . . .

ARLEQUIN.

Encore un coup, mon cher, ta tête n'est pas saine

Et c'est mal à propos me causer de la peine.

GÉRONTE, à Arlequin.

1125   Mon gendre j'ai bien lieu de me plaindre de vous,

Vous manquez un peu trop au devoir d'un époux.

ARLEQUIN.

Croyez-vous que toujours on y puisse suffire,

Vous parlez à votre aise et je vous laisse dire.

GÉRONTE.

Vous avez enlevé la fille du Docteur.

LE DOCTEUR.

1130   C'est trop sensiblement offenser mon honneur,

Quel dessein aviez-vous, dites-moi, je vous prie ?

Pourquoi mener ma fille en une hôtellerie ?

ARLEQUIN, en riant.

Nouvelle vision, vous êtes fols tous deux,

Vous me feriez rougir si j'étais plus honteux,

1135   Il n'en est rien.

LE DOCTEUR.

  En vain vous voulez vous défendre,

Qui fut ton ravisseur Isabelle ?

ISABELLE.

Léandre.

ARLEQUIN, à Isabelle.

Je vous ai, dites-vous, conduite au cabaret ?

SCARAMOUCHE.

Oui vous-même, Monsieur, et j'étais du secret

Comme un valet zélé.

ARLEQUIN, en prenant un bâton.

Puisque je suis son maître,

1140   Il faut de mille coups que je charge ce traître.   [ 52 Vers 1142, on lit il faut de mille coups, ce qui fait 13 pieds.]

Il frappe Scaramouche de toute sa force.

SCARAMOUCHE, en criant.

Hélas ! Je n'en puis plus je suis tout fracassé,

Et j'ai, je le sens bien, le croupion cassé.

GÉRONTE.

Monsieur qu'avez-vous fait ?

ARLEQUIN, en se promenant.

Quand un valet m'obstine,

Je ne puis m'empêcher de frotter son échine.

GÉRONTE.

1145   Allons retirons-nous, et rentons au logis,

Je vous laisse mon gendre.

ARLEQUIN.

Attendez je vous suis.

Ils rentrent, Arlequin veut les suivre, Scaramouche l'en empêche.

SCARAMOUCHE.

Mon maître demeurez j'ai deux mots à vous dire

Vous m'avez donc battu ?

ARLEQUIN.

Bon ce n'est que pour rire,

SCARAMOUCHE.

Sais-tu, magot fieffé, vilain singe habillé,

1150   Que je ne fus jamais de la sorte étrillé,

Ton bras audacieux m'a rossé d'importance,

Et je veux sur ton dos réparer cette offense.

Il donne des coups de bâton à Arlequin qui crie et s'enfuit, tous deux entrent chez Géronte.

ACTE III

SCÈNE I.
Scaramouche, Isabelle.

Le théâtre représente l'appartement de Géronte.

SCARAMOUCHE.

Oui, mon maître, Madame, épris de vos appas,

Sera dans ses amours constant jusqu'au trépas,

1155   Sa lettre en dit assez vous n'avez qu'à la lire

Vous enlever encore est tout ce qu'il désire,

À votre destinée il veut unir son sort,

Enfin il est si tendre et vous aime si fort

Qu'il ne fait tout le jour que soupirer et braire.

ISABELLE, après avoir lu.

1160   Je n'ai d'autre dessein que celui de lui plaire,

Tu peux de ma tendresse assurer mon amant,

Dis-lui que je l'attends avec empressement,

Que pour me garantir du coup qui me menace,

Il n'est rien aujourd'hui que je ne fasse.

SCARAMOUCHE.

1165   Je vais lui faire part de ce bon sentiment

Et nous allons songer ç votre enlèvement,

J'en viendrai bien à bout, ne soyez point en peine.

ISABELLE.

J'attends tout de tes soins.

SCARAMOUCHE, s'en allant.

Adieu la belle Hélène,

ISABELLE, seule tenant la lettre de Léandre.

Quand pourrai-je vous voir cher objet de mes feux,

1170   Sans vous les plus beaux jours me paraissent affreux,

Léandre répondez à mon impatience,

Je ne puis plus longtemps supporter votre absence,

Ne différez donc plus offrez-vous à mes yeux,

Et venez m'affranchir d'un pouvoir odieux.

SCÈNE II.
Le Docteur vient tout doucement, et arrache la lettre qu'Isabelle tient entre ses mains, Isabelle voyant son père, s'enfuit toute épouvantée.

LE DOCTEUR.

1175   Que veut dire ceci ? Ma fille prend la fuite,

J'ai lieu de soupçonner sa mauvaise conduite,

Mais lisons promptement, je veux être éclairci

Du sujet qui l'oblige à m'éviter ainsi.

Il lit.

L'amour qui ne trouve rien d'impossible, m'offrira un nouveau moyen pour m'assurer de vous, malgré tous les obstacles que l'on oppose à ma tendresse. Si vous êtes dans la résolution de me suivre, ne manquez pas de me faire savoir vos sentiments, et je prendrai de justes mesures pour vous enlever, et vous dérober au pouvoir tyrannique d'un père qui veut contraindre votre inclination. Adieu ma charmante, j'attends votre réponse, et suis votre fidèle amant,

LÉANDRE.

Quoi le sort à mes voeux sera toujours contraire,

1180   Isabelle m'outrage et cherche à me déplaire,

Léandre de nouveau veut me déshonorer,

À de cuisants chagrins le dois me préparer.

SCÈNE III.
Géronte, Le Docteur.

LE DOCTEUR.

Malgré tous vos efforts, je vois bien que Léandre,

Ne peut, mon cher ami, devenir votre gendre,

1185   Il aime trop ma fille et je le connais bien

Puisque de l'enlever il cherche le moyen,

Cette lettre m'en donne une preuve évidente.

GÉRONTE.

Contre ce scélérat ma colère s'augmente,

Voyons un peu la lettre.

Le Docteur lui donne la lettre, Géronte lit.

LE DOCTEUR.

Hé bien qu'en dites-vous.

GÉRONTE.

1190   Je dis que de ma fille il doit être l'époux,

Et que je veux avant la fin de la journée,

Conclure quoiqu'il fasse un si juste hyménée.

Mais le voici qui vient.

LE DOCTEUR.

Ne le ménagez pas,

Parlez-lui comme il faut.

SCÈNE IV.
Arlequin, Géronte, Le Docteur.

GÉRONTE, d'un air fier.

À la fin je suis las

1195   De me voit méprisé par vous de cette sorte,

Corbleu si contre vous la fureur me transporte,

Vous vous repentirez de m'avoir insulté,

Est-ce ainsi qu'on soutient son rang, sa qualité ?

ARLEQUIN.

Le rang de crocheteur est glorieux, sublime.

GÉRONTE.

1200   Comment prétendez-vous mériter mon estime ?

Vous ne rougissez point du nom de suborneur,

Et voulez enlever la fille du Docteur.

Ne vous défendez point, cette chose est trop sûre,

Et d'ailleurs je connais votre écriture,

1205   La crédule Isabelle approuve vos desseins,

Et son père a surpris la lettre entre ses mains.

ARLEQUIN.

Je ne sais mon ami ce que vous voulez dire,

Vous m'accusez à tort je ne sais pas écrire,

Que faut-il que j'épouse ?

GÉRONTE.

En pouvez-vous douter ?

1210   Ma fille.

ARLEQUIN.

  Et pourquoi donc tant vous inquiéter ?

Je l'épouserai moi s'il le faut. . . . .  [ 53 Le vers suivant n'a pas l'air complet, il lui manque 3 pieds et il devrait rimer avec meurs. ]

GÉRONTE.

Mais vous avez écrit.

ARLEQUIN.

Non vous dis-je, ou je meurs,

Je ne sais ce que c'est.

LE DOCTEUR.

À quoi bon le nier,

Votre nom est pourtant signé sur du papier

1215   Et si vous en doutez, lisez.

ARLEQUIN.

  Autre délire,

Ne vous ai-je pas dit que je ne savais lire,   [ 54 Le vers 1218, on lit "je ne savais pas lire", ce qui fait 13 pieds.]

Sans cela, par ma foi, j'eusse été Bachelier.

LE DOCTEUR.

Vous raillez et cela commence à m'ennuyer.

ARLEQUIN.

Ma noblesse m'ennuie encore davantage.

Il tire de sa poche un morceau de fromage, et se met à manger.

GÉRONTE.

1220   Qu'est-ce que vous mangez ?

ARLEQUIN.

  Un morceau de fromage

Que j'ai trouvé là-bas, mais il est trop petit,

Pour assouvir l'excès de mon grand appétit,

Il est temps de souper, allons nous mettre à table

Beau-père.

LE DOCTEUR.

Vous avez un estomac de diable.

ARLEQUIN.

1225   Je n'ai fait aujourd'hui que quatorze repas

Avant qu'entrer chez vous je n'étais pas si gras.

LE DOCTEUR.

Promettez-moi, Monsieur, de ne rien entreprendre.

ARLEQUIN.

Moi si je n'entreprends rien puissiez-vous me voir pendre,

Voilà ce qui s'appelle un terrible serment.

LE DOCTEUR.

1230   C'est assez.

ARLEQUIN.

  Vous voyez je jure noblement.

SCÈNE V.
Léandre, Scaramouche.

Le théâtre représente la rue.

SCARAMOUCHE.

Vous pouvez enlever votre belle Sabine,   [ 55 Sabine : Héroïne de l'histoire romaine. Femme d'Horanne et soeur de Curiace dans la tragédie Horace de Pierre Corneille.]

J'ai fait, pour s'y résoudre, essai de ma doctrine,

Je n'ai point vainement employé mon savoir,

Et je me suis senti tout à coup émouvoir,

1235   Lorsqu'elle m'a parlé de sa vive tendresse,

À ce que je puis voir elle n'est pas tigresse.

LÉANDRE.

Les chevaux sont tous prêts, entrons il en est temps,

Puisse le tendre amour rendre mes voeux contents.

Suis-moi.

SCARAMOUCHE.

Déjà la nuit étend ses sombres voiles,

1240   Et bientôt dans le ciel va clouer des étoiles.

Ils entrent chez Géronte.

SCÈNE VI.
Colombine, Pierrot.

COLOMBINE.

Tu dis que chez Géronte Arlequin est logé.

PIERROT.

Oui vraiment je l'ai vu mais il est bien changé

Il fait présentement l'homme de conséquence,

Et doit être en état de payer sa dépense.

1245   Le drôle qui tantôt avait l'air d'un faquin,

A contre un bel habit changé son casaquin,

Mais la métamorphose est-elle surprenante ?

Dans ce siècle inconstant la fortune est changeante,

Tel portait des sabots qui devient Financier,

1250   Je pourrais bien troquer d'habit et de métier,

Je sais signer mon nom, ce n'est pas peu de chose,

Je connais un Monsieur qu'on appelait la Rose,

Qui se donne des airs et passe pour Marquis,

Si tu savais combien de Jasmin dans Paris,

1255   Occupent des Hôtels et font belle figure.

COLOMBINE.

Je sais bien que plusieurs sont chargés de dorure,

Qui d'un gros habit brun, revêtus simplement,

Prenaient à la gargote un modique aliment,

Ce n'est pas aujourd'hui le mérite qui brille,

1260   La volage fortune enrichit la mandille,   [ 56 Mandille : Casaque que les laquais portaient autrefois. Ici le mot est pris au sens figuré, et désigne ceux qui portent la mandrille, c'est-àdire les laquais. [FC]]

Souvent les plus abjects sont comblés de ses dons.

Et la triste vertu languit sous les haillons.

À votre débiteur allons rendre visite,

Surtout ne manquons point de vanter son mérite

1265   Puisqu'il a du bonheur et n'est plus indigent,

Il faut que nous portions respect à son argent,

C'est la règle un faquin mérite qu'on le fronde

Mais un riche est toujours estimé dans le monde.

Ils entrent chez Géronte.

SCÈNE VII.

NUIT.

NUIT.

ARLEQUIN, seul.

Je viens de voir là-bas ce Monsieur si plaisant,

1270   Qui m'a de son habit fait tantôt un présent.

Il n'en faut point douter il vient pour le reprendre,

S'il me dépouille hélas ! Je ne suis plus Léandre

Quelques coups de bâtons ne me manqueront pas,

Et je ne ferai plus de si friands repas.

1275   Il me faudra quitter cette aimable cuisine,

Cette réflexion m'agite et me chagrine,

Je ne mangerai plus ces ragoûts excellents,

Surtout ces macarons exquis et succulents.

Je reprendrai pour lors mon état misérable...

1280   Pour éviter ce coup cachons-nous sous la table.

Il marche à tâtons et se va cacher sous la table.

SCÈNE VIII.
Octave, Léonore, Mezzetin.

OCTAVE.

Ne répondrez-vous point à mon empressement,

Craignez-vous de me faire un aveu trop charmant,

Tout se dispose ici pour votre mariage,

Pour vous faire expliquer, que faut-il davantage ?

1285   Ah ne permettez pas qu'un trop indigne époux

Jouisse d'un bonheur si parfait et si doux.

LÉONORE.

Octave je ne puis plus longtemps me contraindre,

Et je vous aime trop pour avoir rien à craindre

Plutôt que d'obéit à cet ordre inhumain,

1290   Un poignard de la mort m'ouvrira le chemin,

Dans mes yeux languissants vous avez dû connaître,

Les feux que dans mon coeur vous-même avez fait naître,

Ils vous ont dit assez mes peines, mes tourments

Et rien n'exprime mieux de tendres sentiments,

MEZZETIN.

1295   Elle a raison les yeux parlent mieux que Voiture,   [ 57 Voiture, Vincent (1597-1648) : Poète précieux connu, entre autres, pour ses sonnets et ses lettres. ]

C'est un style coulant, une éloquence pure.

OCTAVE.

Puisque vous m'assurez de l'excès de vos feux

Je n'ai rien à prétendre et je suis trop heureux

Évitez le malheur qu'un père vous prépare

1300   Et que de ce séjour la fuite vous sépare

La nuit secondera notre juste projet.

MEZZETIN.

Madame nous ferons un fort petit trajet

Nous n'irons seulement que jusqu'à l'Amérique

Et là nous peuplerons d'un esprit pacifique.

LÉONORE.

1305   Je ne puis résister à mon charmant vainqueur,

Octave vous avez tout pouvoir sur mon coeur,

Je vous suivrai partout.

MEZZETIN.

Quel heureux caractère !

Les filles de Lyon ont l'humeur débonnaire,

Dans ce qu'on leur propose elles sont sans façon

1310   Et chantent quelquefois sur le ton de flon-flon.   [ 58 Flon-flon : FLON-FLON. Refrain d'un Vaudeville de 1687. [T]]

Octave lui donnant la main.

SCÈNE IX.
Isabelle, Léandre, Scaramouche, Octave, Léonore, Mezzetin.

ISABELLE.

. . . . . . Partons, mon cher Léandre,   [ 59 Le vers suivant n'a pas l'air complet, ce n'est qu'un demi vers et il n'y a pas de rime correspondant.]

. . . . . . . . . . . . .

Et quittons pour jamais cet odieux séjour.

LÉANDRE.

Profitons d'un moment accordé par l'amour

1315   Et ne redoutez rien, adorable Isabelle.

Suivez-moi...

En marchant il heurte Octave.

Mais quelqu'un fait ici sentinelle.

OCTAVE.

Léandre est en ces lieux, le traître assurément,

Vient ici s'opposer à cet enlèvement,

Mais je saurai punir un rival téméraire.

LÉANDRE, mettant l'épée à la main.

1320   Qui va là ?

OCTAVE, mettant l'épée à la main.

  Maintenant songe à me satisfaire,

Je suis Octave ?

LÉONORE, à Octave.

Hélas arrêtez cher amant...

LÉANDRE.

Je suis prêt à répondre à ton empressement.

ISABELLE, à Léandre.

Ah ! Vous n'y pensez pas qu'allez-vous entreprendre.

LÉANDRE.

Octave de ce fer prends soin de te défendre.

Isabelle s'enfuit Léonore fait de même.

ISABELLE, en fuyant.

1325   Juste ciel !

Octave et Léandre se battent, Scaramouche et Mezzetin par leurs postures et leurs grimaces témoignent la peur qu'ils ont.

SCARAMOUCHE.

  Patatrouf, tirez un peu plus bas,   [ 60 Patatrouf : mot inconnu assimilable à patatras.]

Messieurs je vous conjure, et ne me blessez pas.

Léandre blesse Octave au bras et voyant venir de la lumière Léandre se retire de l'autre côté.

SCÈNE X.
Le Docteur, Géronte, tenant des chandeliers d'argent qu'ils posent sur la table.

MEZZETIN, faisant le brave à contretemps.

Le coquin a bien fait de décamper sur l'heure   [ 61 Les deux vers suivants ne devraient pas rimer ensemble, on ne peut marier ensemble une rime féminine et une rime masculine. ]

Car j'allais le percer au gésier ou je meurs.

Octave lie son mouchoir à son bras.

GÉRONTE.

Qu'est-il donc arrivé ? Tirez-moi d'embarras.

MEZZETIN, voyant Octave blessé.

1330   Ciel ! Mon maître est blessé, qu'il n'y revienne pas,

Car il verra beau jeu.

LE DOCTEUR.

Quel est donc ce mystère ?

Mais j'aperçois du sang.

OCTAVE.

La blessure est légère.

SCARAMOUCHE, à Octave.

Si je n'avais pas paré le coup s'en était fait,

Vous seriez à présent trépassé tout à fait.

OCTAVE.

1335   Léandre m'a blessé, sa valeur est extrême,

Et je ne craindrai point de l'avouer moi-même

Mais il ne devait point après ce qu'il a fait,

S'éloigner et laisser le combat imparfait.

SCÈNE XI.
Léonore, d'un côté, Isabelle de l'autre, Octave, Le Docteur, Géronte, Mezzetin, Scaramouche.

ISABELLE, se mettant à genoux devant le Docteur.

Mon père devant vous vous voyez Isabelle

1340   D'un amour violent victime trop fidèle,

En vain vous prétendez gêner ma rendre ardeur

Je ne puis obéir ni contraindre mon coeur,

J'avouerai que Léandre est l'objet de ma flamme

Que cet amant a su triompher de mon âme,

1345   Et que malgré les lois d'un austère devoir,

Je ne reconnais plus votre absolu pouvoir.

Ne me refusez point la grâce que j'implore,

Je ne veux que Léandre, oui c'est lui que j'adore,

Et si vous refuser d'unir mon sort au sien

1350   Je regarde la mort comme un souverain bien.

LÉONORE, à genoux devant Géronte.

Mon père puisqu'il faut qu'à mon tour je m'explique,

Je ne subirai point une loi tyrannique,

Souffrez que résistant à cet ordre inhumain

Je refuse à Léandre et mon coeur et ma main.

1355   Octave a seul trouvé le secret de me plaire,

Et mes yeux parleraient quand je voudrais me taire,

Ne vous opposez point à mes voeux les plus doux

Et ne me forcez pas à prendre un autre époux.

GÉRONTE.

Comment c'est donc ainsi que tu trompes ton père ?

1360   Coquine, peut s'en faut que ma juste colère...

Il lève sa canne.

OCTAVE, l'arrêtant.

Ah : De grâce, arrêtez, modérez ce transport

Vous n'êtes plus, Monsieur, le maître de son sort,

Et quand vous offensez la beauté qui m'engage,

C'est sur moi qu'à présent retombe tout l'outrage.

LE DOCTEUR.

1365   Nous ne sommes donc plus maîtres de nos enfants ?

GÉRONTE.

Sur ma fille mes droits seront toujours puissants

Je veux qu'elle obéisse...

MEZZETIN.

Attendez-la sous l'orme   [ 62 Attendez moi sous l'orme est une expression pour signifier qu'on y sera pas. C'est aussi le titre d'une pièce de Jean-François Régnard (1694)]

Vous n'êtes tous deux pères que pour la forme.

LE DOCTEUR.

Mais où donc est Léandre ?

ARLEQUIN, se faisant voir sous la table.

Hélas je suis ici.

GÉRONTE.

1370   Pourquoi vous cachez-vous, que veut dire ceci ?

Hé bien que faites-vous ?

ARLEQUIN.

Qui moi, je me promène.

LE DOCTEUR.

Venez approchez-vous pour nous tirer de peine.

OCTAVE, mettant l'épée à la main.

Allons il faut combattre une seconde fois.

ARLEQUIN, tremblant.

Oh je ne me bats pas si souvent que je bois

1375   Je suis trop fatigué, dispensez-moi de grâce,

Vous vous repentiriez, mon cher, de votre audace.

LE DOCTEUR.

Après avoir donné des marques de valeur

Osez-vous résister.

ARLEQUIN.

Ma foi c'est que j'ai peur.

LE DOCTEUR.

Mais vous l'avez blessé, le devoir vous engage

1380   À faire de nouveau briller votre courage,

Ne le refusez pas.

ARLEQUIN.

Cet homme est trop pressé,

Je pourrais le tuer, mais où l'ai-je blessé.

GÉRONTE.

Au bras.

ARLEQUIN.

C'est justement ma botte favorite.

OCTAVE.

Je me défendrai bien la blessure est petite.

ARLEQUIN.

1385   J'ai la main dangereuse et je ne voudrais pas

Par un funeste coup causer votre trépas,

Au prochain cabaret allons boire chopine.

Oh ciel je suis perdu, j'aperçois Colombine !

SCÈNE XII.
Colombine, Pierrot, Le Docteur, Géronte, Octave, Isabelle, Léonore, Arlequin, Mezzetin, Scaramouche.

COLOMBINE, à Arlequin.

Vous plairait-il, Monsieur, payer mes dix écus,

1390   Le temps est expiré.

ARLEQUIN, faisant semblant de ne pas voir, Colombine s'adresse à Octave.

  Mon cher n'en parlons plus.

PIERROT, à Arlequin.

Ma femme parle à vous, Monsieur le Gentilhomme,

Il est temps ou jamais d'acquitter cette somme,

Lorsque vous aviez l'air d'un pauvre marmiton

Pierrot vous tutoyait et jouait du bâton,

1395   Mais puisque depuis peu vous avez fait fortune.

ARLEQUIN, d'un air fier.

Mon cher, votre présence en ces lieux m'importune,

Allez retirez-vous.

COLOMBINE.

Le tour est fort pasquin,   [ 63 Pasquin : Statue fort tronquée et mutilée qui est à Rome à un coin du Palais des Ursins. Se dit parmi nous d'une satire courte et plaisante. [T]]

Avez-vous oublié qu'on vous nomme Arlequin

Que je vous ai nourri dans mon hôtellerie,

1400   Et que vous me devez ...

GÉRONTE.

  Vous vous trompez ma mie.

COLOMBINE.

Je ne me trompe pas et je veux de l'argent.

Ou sur l'heure je vais appeler un Sergent.

SCARAMOUCHE.

La mèche se découvre.

MEZZETIN.

Allons Monsieur Léandre,

Parbleu quand on emprunte il est juste de rendre.

PIERROT.

1405   Monsieur Léandre et fi, vous vous gausser de nous,

Et c'est trop honorer le Syndic des Filous,

C'est Arlequin, vous dis-je.

ARLEQUIN.

Ôhimé, je frissonne.

GÉRONTE, à Arlequin.

Vous ne répondez rien ce silence m'étonne.

ARLEQUIN, à Scaramouche.

Mon valet donnez-lui quelques coups de bâton.

SCARAMOUCHE, en se moquant de lui.

1410   Oh ! Ce n'est plus le temps Monsieur le marmiton.

PIERROT, à Arlequin.

Vous vous donnez des airs, çà, ma femme, au pillage,

Déshabillons ce Monsieur.

MEZZETIN.

Tu n'oserais, je gage.

PIERROT.

Je n'oserais, morgué je suis entreprenant.

Pierrot et Colombine déshabillent Arlequin qui reste en chemise.

Il a justement l'air d'un carême-prenant.   [ 64 Carême-prenant : Le jour du mardi qui précède le carême et quelquefois tout le temps du carnaval depuis les rois. (...) On appelle aussi des Carêmes-prenants, des gens du peuple qui se masquent de façon ridicules, et qui courent les rues. [F] ]

GÉRONTE.

1415   Je suis tout hors de moi.

PIERROT.

  Le joli personnage

C'est Monsieur Arlequin Gentilhomme sauvage.

SCÈNE XIII.
Léandre, Géronte, Le Docteur, Isabelle, Léonore, Octave, Arlequin, Pierrot, Colombine, Mezzetin, Scaramouche.

LÉANDRE, à Géronte.

Vous avez trop longtemps été par moi trompé,

Je prétends qu'à vos yeux tout soit développé,

L'erreur était trop grande, il ne faut plus rien taire,

1420   Je vais en peu de mots éclaircir ce mystère.

C'est moi qui suis Léandre, épris de cet objet,

En montrant Isabelle.

Mon coeur depuis dix jours, brûle d'un feu secret ;

Cet autre est Arlequin un pauvre misérable,   [ 65 Le vers suivant n'a pas de rime correspondant. ]

. . . . . . . . . . . . . .

1425   Qui l'avait attiré chez Monsieur le Docteur.

ARLEQUIN.

Je vous l'avais bien dit que j'étais crocheteur,

Est-ce ma faute à moi vous n'en vouliez rien croire,

Mais, Monsieur s'il vous plaît, achevez votre histoire.

LÉANDRE.

Près de cette beauté l'amour m'avait conduit,

1430   Arlequin quelque temps fut caché sous un lit,

Dans cet appartement le Docteur vint se rendre,

Et comme il aurait pu près d'elle me surprendre

Je voulus me cacher.

ARLEQUIN.

Pour moi j'étais dessous

Lui derrière, d'abord le Docteur vient à nous

1435   Il me voit, ma figure l'épouvante,

Léandre en est surpris, à lui je me présente,

En montrant Léandre.

Je fais de mes malheurs un fidèle récit,

Ensuite il me contraint de prendre son habit

J'ai beau lui résister et faire la grimace,

1440   Je ne puis réussir, il jure, me menace,

Il faut lui obéir pour éviter les coups.

Au Docteur.

Vous le faites sortir moi je reste chez vous

Caché derrière un lit par malheur j'éternue,

Sous cet habit doré je m'offre à votre vue,

1445   Vous me faites fouiller par Messieurs vos valets

Que pour bien m'étriller faisaient de grands apprêts.

Vous trouvez une lettre et me nommez Léandre,

Vous voulez malgré moi me faire votre gendre

Moi je consens à tout pour n'être point battu,

1450   Car je m'en souciais autant que d'un fétu,

Géronte ne veut pas que j'épouse Isabelle,

Et pour femme prétends me donner cette belle.

En montrant Léonore.

On me met en prison, et l'on m'en fait sortir,

Au désir du vieillard je feins de consentir,

1455   Bref jusqu'à présent j'ai passé pour Léandre,

Mais je suis Arlequin ne me faites pas pendre,

Messieurs, car après tout en serez-vous plus gras.

GÉRONTE.

Il le faut avouer, je ne le croyais pas,

Mais Léandre à la fin me tiendrez-vous parole ?

LÉANDRE.

1460   Si vous vous en flattez votre espoir est frivole.

LE DOCTEUR.

Octave répondez, quel est votre dessein ?

À ma fille aujourd'hui donnerez-vous la main ?

OCTAVE.

Un plus aimable noeud m'attache à Léonore.

Et vous n'ignorez pas Monsieur, que je l'adore

1465   Ainsi n'en parlons plus mon feu vous est connu,

Je ne veux point d'un coeur par un autre obtenu.

ISABELLE, au Docteur.

Pourquoi vouloir contraindre une flamme si belle

Déclarez-vous mon père en faveur d'Isabelle,

Je vous ai découvert mes tendres sentiments,

1470   Hâtez-vous de répondre à mes empressements.

LÉONORE, à Géronte.

À mes justes désirs serez-vous inflexible,

Ne gênez point mes feux et montrez-vous sensible,

Mon père de vous seul dépend tout mon bonheur

Ne tyrannisez point une fidèle ardeur.

PIERROT.

1475   Cela me fait pitié, car j'ai le coeur fort tendre.

À Géronte.

Bonhomme mollissez il est temps de se rendre.

LE DOCTEUR.

Ne nous obstinons point à troubler leurs plaisirs.

Géronte unissons-les au gré de leurs désirs,

Un coeur que l'on contraint souffre de rudes peines,

1480   L'hymen ne doit avoir que d'agréables chaînes

Imitez mon exemple et daignez en ce jour

Par un heureux lien satisfaire l'amour.

GÉRONTE.

Octave s'en est fait je vous reçois pour gendre,

Mais je veux qu'à l'instant, vous embrassiez Léandre.

OCTAVE.

1485   À votre volonté je m'accorde aisément,

Et je veux lui jurer par cet embrassement...

Il va pour embrasser Léandre.

ARLEQUIN, se présentant à Octave.

Je vous suis redevable autant qu'on le peut être.

SCARAMOUCHE.

On parle de Léandre il croit être mon maître,

Hors de là marmiton.

LÉANDRE, embrassant Octave.

Je ne puis qu'admirer

1490   Les bontés dont ici vous voulez m'honorer.

COLOMBINE.

Le crocheteur me doit j'ai son habit en gage,

Il vaut bien dix écus.

ARLEQUIN.

Quoi Madame Tapage

Vous voulez le garder ?

LÉANDRE, à Colombine.

Rendez-lui cet habit,

J'aurai soin de payer.

ARLEQUIN.

Morbleu qu'il a d'esprit.

PIERROT, à Léandre.

1495   Cela suffit, Monsieur, la caution est bonne.

ARLEQUIN, à Léandre.

Les cinquante louis, Monsieur.

LÉANDRE.

Je te les donne,

Et te prends avec moi.

ARLEQUIN.

Par ma foi tout va bien

L'emploi de crocheteur m'a procuré du bien.

MEZZETIN.

Ce diable d'Arlequin est plus heureux que sage.

LE DOCTEUR, à Géronte.

1500   Célébrons, cher ami, ce double mariage,

Que les jeux, les plaisirs ici s'assemblent tous,

Rions, chantons, dansons et réjouissons-nous.

PIERROT.

Morgué vive la joie, allons faisons la noce,

Et qu'Isabeau bientôt soit relevée en bosse.

GÉRONTE.

1505   Du divertissement que je vais apprêter,

Attendant le souper nous pouvons profiter.

Qu'on fasse entrer ici les Bergers et les Bergères

ARLEQUIN.

Puissent de leurs enfants ces Messieurs être pères.

SCÈNE XIV.

Le théâtre change, et représente un jardin délicieux, orné de Berceaux, les violons jouent une marche, des Bergers et des Bergères entrent avec la Chanteuse.

LA CHANTEUSE.

Tous les Bergers de nos hameaux

1510   Sont tendres et fidèles,

Aux Bergères sous les ormeaux,

Ils jurent chaque jour des ardeurs éternelles,

Ils n'ont jamais de maîtresses nouvelles,

Et leurs feux sont toujours nouveaux.

Un Berger danse avec une Bergère.

1515   Un jeune Berger l'autre jour,

Avec la voix accordait sa musette,

Il me vit et je sus l'enflammer à son tour,

Il ne chantait que l'amourette,

Et je lui fis chanter l'amour.

Deux Bergers et deux Bergères forment une danse.

1520   Qu'une femme soit nouvelle,

Et s'attache à plaire sans fard,

Qu'une maîtresse soit fidèle,

Cela peut-être par hasard.

OCTAVE.

Qu'un petit maître qui soupire,

1525   Et tient une belle à l'écart,

Obtienne tout ce qu'il désire,

Cela peut-être par hasard.

PIERROT.

Qu'une femme dans son ménage

Fasse quelque petit bâtard,

1530   Après deux ans de mariage,

Cela peut-être par hasard.

MEZZETIN.

Qu'un homme qui sait bien écrire

Devienne opulent tôt ou tard,

Et que de la crasse il se tire,

1535   Cela peut être par hasard.

SCARAMOUCHE.

Qu'une fille de bonne mise

Que pourchasse un jeune égrillard,

Fasse avec lui quelque sottise

Cela peut-être par hasard

ARLEQUIN.

1540   Qu'une nouvelle Comédie

Faite suivant les règles de l'art,

De tous ne soit pas applaudie,

Cela peut-être par hasard.

 


PRIVILÈGE DU ROI.

Louis, par la grâce de Dieu, Roi de France et de Navarre : À nos Amés et féaux Conseillers, les gens tenant nos Cours de Parlement, Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel, Grand Conseil, Prévôt, Baillifs, Sénéchaux, leurs Lieutenants Civils, et autres Justiciers et officiers qu'il appartiendra : SALUT. Notre Amé JACQUES ÉDOUARD Libraire à Paris, nous a fait exposer qu'il souhaiterait faire imprimer un Livre intitulé Nouveau Théâtre italien, s'il nous plaisait lui en donner une Permission par nos Lettres sur ce nécessaires, pour notre dite Ville de Paris seulement. À ces causes voulant favorablement traiter l'exposant, nous lui permettons et accordons par ces Présentes, de faire imprimer ledit Livre intitulé Nouveau Théâtre italien, par tel Imprimeur qu'il voudra choisir, en tel volume, marge et caractère et autant de fois qu'il voudra, l'espace de cinq années consécutives à compter du jour et date des Présentes. Faisons défenses à toutes personnes d'en introduire d'impression étrangère dans aucun lieu de notre obéissance, et à tous Imprimeurs Libraires, et autres de notre dite Ville de Paris seulement, d'imprimer ou faire imprimer ledit Livre, à peine de mille livres d'amende contre chacun des Contrevenants, applicable un tiers à l'Hôtel-Dieu de Paris, un tiers à l'exposant, et l'autre tiers au Dénonciateur, de confiscation des exemplaires contrefaits, et de tous dépens, dommages et intérêts, à la charge que ces Présentes seront registrées tout au long sur le registre de la Communauté des Imprimeurs-Libraires à Paris, et ce dans trois mois du jour de leur date, que l'impression sera faite dans notre Royaume, et non ailleurs, sur de bon papier et en beaux caractères, conformément aux Règlements de la Librairie, et qu'avant de l'exposer en vente, il en sera mis deux exemplaires dans notre Bibliothèque publique, un dans celle de notre Château du Louvre, et un dans la bibliothèque de notre très cher et féal Chevalier, Chancelier et Garde des Sceaux de France, le sieur Phelyppeaux Comte de Pontchartrain, Commandeur de nos Ordres ; le tout à peine de nullité des Présentes, du contenu desquelles, nous vous demandons de faire jouir l'Exposant, ou ceux qui auront droit de lui, pleinement et paisiblement, sans souffrir qu'il lui soit fait aucun empêchement, nous voulons que la copie des Présentes qui sera imprimée au commencement ou à la fin dudit Livre, soit tenue pour dûment signifiée, et qu'aux copies qui en seront collationnées par l'un de nos amés féaux Conseillers et Secrétaires, foi y soit ajoutée comme à l'original : Commandons au premier notre Huissier ou Sergent sur ce requis, de faire pour l'exécution des Présentes toutes significations et Actes nécessaires, sans demander autre permission, nonobstant clameur de haro, charte normande et Lettres à ce contraires, CAR TEL EST NOTRE PLAISIR. Donné à Versailles le vingt-sixième jour de Juin l'an de grâce mil sept cent douze, et de notre Règne le soixante et dixième. Par le Roi, en son Conseil, Collationné. Signé LAUTHIER.

Registré sur le Registre N°. 510. de la Communauté des Imprimeurs et Libraires de Paris, page 472 N°. 494, conformément aux Règlements, et notamment à l'Arrêt du 13 Août 1703. À Paris ce huitième jour du mois de Juillet 1712.

Signé, L JOSSE, Syndic.

Achevé d'imprimer le 10. Août 1712.

Notes

[1] Faquin : Crocheteur, homme de la lie du peuple, vil et méprisable. [F]

[2] Vers 28, la fin du vers est plaît, nous changeons pour la rime.

[3] Grisette : vêtement d'étoffe grise de peu de valeur. [L]

[4] Boucon : Terme pris de l'Italien, et qui de lui-même ne signifie que Morceau, mais qui n'a d'usage que pour signifier un morceau empoisonné, ou un breuvage empoisonné. [Acad.]

[5] >Drille : On dit familièrement, C'est un bon drille, pour dire, C'est un bon compagnon. C'est un pauvre drille, pour dire, C'est un pauvre malheureux. [Acad.]

[6] Morbleu : interj. Sorte de jurement en usage même parmi les gens de bon ton. [L]

[7] Jasmin : Fig. Valet de pied. [L]

[8] Item : Mot tout latin, naturalisé dans notre langue. De plus. On s'en sert dans les comptes. [FC]

[9] Juvénal : poète latin qui cririqua les mours de Rome.

[10] Vertigo : maladie qui presque le connaissance au cheval ; que le fait chanceler et donner de la tête contre les murs. S'emploie aussi figurément dans le style burlesque, pour caprice, colère soudaine. [F]

[11] Barbon : Vieillard. Terme dont les jeunes gens et les femmes se servent pour railler les Vieillards. [Acad.]

[12] Vau-l'eau : Suivant le courant de l'eau. Dans le flottage à bûches perdues, les bois s'en vont à vau-l'eau. Fig. Aller à vau-l'eau, ne pas réussir. [L]

[13] Affronter : Tromper quelqu'un, soit en lui faisant quelques emprunts qu'on n'a pas besoin de s'acquitter. [F]

[14] Le vers suivant n'a pas de correspondant pour la rime.

[15] Macaron : Pâte grosse comme un petit doigt, et que les Italiens mangent ordinairement avec le fromage parmesan, et qu'ils appellent macheroni.

[16] Parbleu : Sorte de jurement. Altération de "par Dieu". [L]

[17] Coqueter : Se plaire à cageoler, à être cageolée, faire l'amour à divers endroits. [F]

[18] Enseigne : Tableau figuratif mis au dessus d'une maison pour indiquer le commerce ou la profession du propriétaire. [L]

[19] Bouchon : Bouquet, rameau de verdure servent d'enseigne à un cabaret. [L]

[20] Pratique : Méthode, manière de faire des choses. Se dit aussi de la chalandise des marchands et des artisans. [F]

[21] v.329, proteste ne rime pas avec chose du vers 330.

[22] Dans la série des 5 vers qui suivent, rien ne rime.

[23] Dans le vers qui suit, jalouse, n'a pas de rime correspondante.

[24] Cabret : Sorte d'auberge d'un rang inférieur où l'on vend du vin en détail et où l'on donne aussi à manger. [L]

[25] Clairet : D'un rouge clair, en parlant du vin. Locution proverbiale. Être entre le blanc et le clairet, être entre deux vins, être gris, légèrement ivre. [L]

[26] Boutez dessus : mettez dessus, et, quand la situation restreint et particularise le sens, mettez votre chapeau, s'est dit dans le langage populaire du XVIIe siècle. Voir Molière, Le Médecin malgré lui. [L]

[27] Cupidon : Terme de mythologie. Nom du dieu de l'amour, fils de Vénus. Fig. Homme qui se croit beau et qui fait l'aimable. [L]

[28] Magot : Gros singe. On dit fig. et fam. d'Un homme fort laid, qu'Il est laid comme un magot, que c'est un vrai magot, un laid magot. [Acad.]

[29] Lazzi : Terme de théâtre, qui de la comédie italienne a passé à la comédie française. Suite de gestes et de mouvements divers, qui forment une action muette. [L]

[30] Ventrebleu : interj. Espèce de juron euphémique pour ventre de Dieu. [L]

[31] Fi : Particule qui sert à faire une exclamation pour témoigner le mépris, la haine, l'aversion qu'on a pour quelque personne ou quelque chose. [F]

[32] Le vers suivant n'a pas le premier hémistiche.

[33] Spadassin : Traîneur d'épée, coupe-jarret, qui fait métier de battre, d'assassiner, qui ne porte l'épée que pour malfaire, et non pas pour servir le Roi. [F]

[34] Pacatroufe : ce mot n'existe dans aucun document de référence , il serait synonyme de patatras.

[35]  Oh di casa, expression italien qui semble être utilisée pour interpeller.

[36] Or et azur : Ce n'est qu'or et azur, se dit d'une maison bien parée. [L] ici dans un sens figuré pour indique que la jeune fille est belle.

[37] Ellébore : Plante médicinale. On dit proverbialement, qu'un homme a besoin de deux grains d'ellébore, pour dire, qu'il est fou ; parce qu'on se servait autrefois d'ellébore pour guérir la folie. [F]

[38] Jocrisse : Terme injurieux et populaire, qui se dit en cette phrase proverbiale, C'est un Jocrisse qui mène les poules pisser, en se moquant d'un homme qui s'amuse aux menus soins du ménage, qui est faible et avare. [F]

[39] Corbleu : Sorte de juron. Voir MOL. Sgan. I, 1. ; altération de prononciation pour corps Dieu, c'est-à-dire corps de Dieu, Dieu en personne. [L]

[40] Décompte : Ce qu'il y a à rabattre, à réduire sur la somme qu'on paye. Retenue qu'on fait à des gens, en leur payant le dû pour leur solde, travail ou journées, et qui est l'équivalent de certaines fournitures. [L]

[41] Traîteuse : Qui a le caractère de la trahison, de la perfidie, en parlant des choses. [L]

[42] Quarantaine : se dit aussi du séjour de 40 jours qu'on fait faire aux gens qui viennent des lieux pestiférés, avant que d'être reçus dans d'autres villes, pour savoir s'ils n'apportent point avec eux quelque mauvais air. [T]

[43] Tillot : Tilleul des bois. [L]

[44] Terreau : En vieux langage était un fossé, on nomme à Lyon, la place où est l'Hôtel de Ville, la place des Terreaux : parce que c'était anciennement un grand canal de communication entre le Rhône et la Saône qui a été comblé ; on dit pour la même raison les Carmes des Terreaux, et la boucherie des Terreaux, qui sont placés sur cet ancien fossé, ou sur ses bords. Père Ménest. Hist. de Lyon. [T]

[45] Da : particule qui se joint à l'adverbe oui, à l'adverbe non, et à l'expression négative nenni, et donne plus de force à l'affirmation ou à la négation. Oui-da. Nenni-da. [L]

[46] Taupe : On dit tauper à une chose, l'approuver, y consentir. [T]

[47] Sifflet : Fig. et populairement. Le conduit par lequel on respire. Voir Regnard Le Distrait. [L]

[48] Guildou : Terme burlesque dont on se sert pour exprimer la débauche des personnes. On dit, qu'une femme court le guilledou, lors qu'elle se dérobe à son domestique, et qu'on ne sait où elle va ; ce qui fait présumer que c'est dans de mauvais lieux. [F]

[49] Le vers suivant 1092 n'a pas de rime correspondant.

[50] Feuillette : Certaine mesure de vin. Quelquefois c'est une grande mesure qui contient demi-muid ou 120. pintes de Paris, comme en Bourgogne. En quelques Provinces c'est une petite mesure ou la moitié d'une pinte de Paris, comme on dit à Lyon. [F]

[51] Le vers suivant n'a pas de rime correspondant.

[52] Vers 1142, on lit il faut de mille coups, ce qui fait 13 pieds.

[53] Le vers suivant n'a pas l'air complet, il lui manque 3 pieds et il devrait rimer avec meurs.

[54] Le vers 1218, on lit "je ne savais pas lire", ce qui fait 13 pieds.

[55] Sabine : Héroïne de l'histoire romaine. Femme d'Horanne et soeur de Curiace dans la tragédie Horace de Pierre Corneille.

[56] Mandille : Casaque que les laquais portaient autrefois. Ici le mot est pris au sens figuré, et désigne ceux qui portent la mandrille, c'est-àdire les laquais. [FC]

[57] Voiture, Vincent (1597-1648) : Poète précieux connu, entre autres, pour ses sonnets et ses lettres.

[58] Flon-flon : FLON-FLON. Refrain d'un Vaudeville de 1687. [T]

[59] Le vers suivant n'a pas l'air complet, ce n'est qu'un demi vers et il n'y a pas de rime correspondant.

[60] Patatrouf : mot inconnu assimilable à patatras.

[61] Les deux vers suivants ne devraient pas rimer ensemble, on ne peut marier ensemble une rime féminine et une rime masculine.

[62] Attendez moi sous l'orme est une expression pour signifier qu'on y sera pas. C'est aussi le titre d'une pièce de Jean-François Régnard (1694)

[63] Pasquin : Statue fort tronquée et mutilée qui est à Rome à un coin du Palais des Ursins. Se dit parmi nous d'une satire courte et plaisante. [T]

[64] Carême-prenant : Le jour du mardi qui précède le carême et quelquefois tout le temps du carnaval depuis les rois. (...) On appelle aussi des Carêmes-prenants, des gens du peuple qui se masquent de façon ridicules, et qui courent les rues. [F]

[65] Le vers suivant n'a pas de rime correspondant.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies