Didascalies

LA MAÎTRESSE

RENARD, Jules (1927)

Libellé Type Acte Scène Source Personnage
À la gare d'une petite ville. location Entête (Initiale) didascalie (sans objet)
Blanche s'assied, inquiète, et regarde autour d'elle. Personne. À peine assis, ils se sentent gênés. Maurice n'ose pas « toucher » déjà, en le faisant exprès. Les branches minces remuent dans l'air doux. On distingue là-bas des monuments de Paris. narration Acte 1 Scène 2 didascalie entête
Blanche veut bien ; et ils tournent une fois de plus autour de la maison où elle habite. La régularité de leur marche permet à Maurice de « toucher maintenant, sans qu'il y ait effronterie de sa part. Ils vont au pas, la jambe droite de Blanche collée à la jambe gauche de Maurice, au point qu'un instant elles font frein, et qu'ils s'arrêtent, souriants, les yeux dans les yeux, serrés, en effervescence, tout raides. narration Acte 1 Scène 2 didascalie MAURICE
Maurice accablé, soudain pressé d'être seul avec sa joie, conduit Blanche en hâte vers la porte et tire violemment la sonnette. 3 Acte 1 Scène 3 didascalie MAURICE
À ces mots la porte s'ouvre, puis se ferme et Maurice reste dans la rue. Quand son amie est là, il l'aime sans pouvoir préciser de quelle sorte d'amour. Il la voit de trop près, et se cogne, aveuglé, contre elle. Mais quand elle n'est pas là, il sait comment il l'aime. Il meut, à sa volonté, l'image nette et pleine de Blanche qui, docile, recule, avance, et tourne, et luit d'un tel éclat que murs et trottoirs s'en illuminent. Tandis qu'il s'éloigne, Blanche, qui glisse à son côté, embellit, devient meilleure et plus tendre. Ses yeux ne regardent que lui. Elle lui parle sans cesse, avec des mots également sonores, dont aucun ne choque, et ses lèvres ne font que sourire. Pourtant, malgré le plaisir de goûter seul son sentiment, d'en jouir avec égoïsme, Maurice préférerait que son amie fût toujours là, à cause des légers profits. narration Acte 1 Scène 3 didascalie BLANCHE
Blanche et Maurice ont pris une voiture pour aller au bois. Le cocher suit ses rues à lui. Fréquemment il descend de son siège, entre chez un marchand de vin et boit quelque chose sur le comptoir, sans se presser. Pleins d'indulgence, les amoureux l'attendent et Blanche lui trouve une bonne tête. "Qu'il ait sa joie ! Ils en ont tant ! Brusquement le cocher sangle de coups de fouet son cheval qui part, tête baissée, comme si la voiture courait à la bataille, culbuter des voitures ennemies. Acte 2 Scène 1 didascalie entête
Le fiacre franchit des obstacles, disperse des piétons aux épaules rondes, et les lumières, lancées comme des boules de feu, éclatent sur ses vitres et s'éteignent. narration Acte 2 Scène 1 didascalie MAURICE
En effet, un galop lourd frappe la terre.Leur cocher surgit devant eux et droit sur ses sabots, vilain à voir, il brandit son fouet et hurle : « Il me faut encore vingt sous. » Acte 2 Scène 2 didascalie BLANCHE
Maurice ne dit pas ces mots pour la flatter, car, depuis un instant, il ne l'écoute plus. Il écoute des feuilles qui semblent régler leur froissement sur sa marche. Elles se taisent quand il s'arrête, et quand il repart, aussitôt elles craquent. C'est sûr que quelqu'un de mal intentionné suit le couple à travers les arbres, en se cachant. Et Blanche qui, tout à l'heure, s'effrayait sans raison, parle haut maintenant, laisse éclater une joie innocente, ne soupçonne rien et gourmande Maurice. narration Acte 2 Scène 9 didascalie entête
Il se passe que des branches déplacées ont fouetté le visage de Maurice et qu'un ennemi va s'élancer des arbres. Maurice tire son couteau, le brandit, et s'écrie d'une voix frémissante : narration Acte 2 Scène 9 didascalie BLANCHE
Rouge sous sa voilette comme la doublure du petit sac qu'elle porte à la main, Blanche entre dans la chambre de Maurice. Acte 3 Scène 1 didascalie entête
MAURICE, bas. low Acte 3 Scène 4 locuteur MAURICE
MAURICE, bas. low Acte 3 Scène 4 locuteur MAURICE
Elle ne sait plus. Voulait-elle essayer de se reprendre, et pour s'excuser à ses yeux, feindre la surprise, l'étourdissement. Voulait-elle limiter la part de Maurice et se donner la joie de l'inquiéter ? Criait-elle simplement par instinct, afin de jeter un cri, pour rien du tout ? Mais quand elle voit Maurice se dresser sur le lit, penaud et prêt à quitter la place comme une place retenue, elle l'entoure de ses bras et l'attire et le force de retomber. narration Acte 4 Scène 3 didascalie BLANCHE

 Version PDF 

 Version TXT 

 Edition

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Présence par scène

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Primo-locuteur

 

 Vocabulaire du texte

 Long. mots par acte

 Long. mots par perso.

 

 Didascalies

Licence Creative Commons