Occurences de l'expression

Fi

pour DANCOURT, Florent Carton dit

Options de recherche : partie de mot et  insensible à la casse

L'ÉTÉ DES COQUETTES (1754)

  1. Oui vraiment, et je commence à connaître qu'une fille d'esprit n'a jamais le loisir de s'ennuyer. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  2. Les beaux noms pour un financier ! (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  3. César-Alexandre Patin est un financier fort bon à décrasser, Madame. (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  4. Parlez, m'est-il fidèle ? (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  5. Je suis la sacrifiée ; voilà filer le parfait amour. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  6. Hé, fi, fi, tu te moques ; moi, fâchée pour la perte d'un soupirant ! (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  7. Ma bonne, quel excès de magnificence ! (Acte 1, scène 7, CIDALISE)
  8. Je croyais que la danse seule pouvait suffire à de si grands airs. (Acte 1, scène 7, CIDALISE)
  9. Elle m'a fait revoir ma Bergère fidèle : v.8 (Acte 1, scène 7, DES SOUPIRS)
  10. Oh, celui-ci n'est pas comme un autre, il n'a point de Bénéfices, et il n'a pris le petit collet, que pour ne point marcher à l'Arrière-ban. (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  11. Monsieur l'Abbé dans cet équipage n'a l'air ni d'un bénéficier, ni d'un homme d'épée, et il n'y a personne qui ne le prenne pour un animal amphibie. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  12. Est-il si difficile de vous en apercevoir ? (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  13. Nous profiterons de son absence. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  14. Se mettre si tard en campagne, c'est un peu sacrifier sa gloire à son amour. (Acte 1, scène 14, CIDALISE)
  15. Vous êtes toujours de la même humeur, et pour ne pas perdre un bon mot, vous sacrifieriez toute la terre : mais, vous changeriez bien de langage et de sentiments si je vous avais dit qui c'est. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  16. Comment, comment donc, qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  17. Que vous vous confiez à vos rivales, Madame. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  18. Il y a quinze jours qu'il fit ses adieux à Cidalise ; et ce n'est que d'hier qu'il prit congé de vous. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  19. Hé, Madame, ces Messieurs les Financiers entendent bien leurs affaires ; et s'ils font en été si grosse dépense avec les Dames, ils ont pendant l'hiver en revanche tout le temps de se ménager. (Acte 1, scène 16, LISETTE)
  20. Vous êtes heureux d'y pouvoir suffire. (Acte 1, scène 16, CIDALISE)
  21. Je suis de taille difficile à cacher. (Acte 1, scène 20, MONSIEUR PATIN)
  22. Ma foi, Madame, puisque vous êtes si bonne, je vous avouerai tout ingénument ; mais pardonnez-moi cette bagatelle, ou ne m'empêchez pas du moins de me justifier près de Cidalise. (Acte 1, scène 21, CLITANDRE)
  23. Parlez, vous a-t-on prévenue contre moi, et quinze jours d'absence me feront-ils vous retrouver infidèle. (Acte 1, scène 22, CLITANDRE)
  24. Madame, j'ai joint l'armée ; j'ai vu l'ennemi, je me suis fait voir à nos généraux, j'ai fait le coup de pistolet, pris quelques officiers prisonniers ; l'Amour m'a rappelé vers vous, je suis revenu sans réflexion. (Acte 1, scène 22, CLITANDRE)
  25. Qu'est-ce que tout cela signifie ? (Acte 1, scène 22, CLITANDRE)

LA FOIRE SAINT GERMAIN (1697)

  1. Des bonnets à la bénéficière ? (Acte 1, scène 1, MADEMOISELLE MOUSSET)
  2. Des fichus ? (Acte 1, scène 1, MIMI)
  3. J'ai confusion d'être sortie de la Province ; mais je m'y recache dans le moment que j'aurai mis quelque fin à mes affaires. (Acte 1, scène 3, URBINE)
  4. Justement, ce grand épouseur en paroles, ce fameux honnisseur de filles. (Acte 1, scène 3, LE CHEVALIER)
  5. Voilà l'homme : il y a quelques mois qu'il vint en Province ; il vit ma soeur Urbine, il prit du goût pour elle ; il lui fit une promesse de mariage par manière de conversation, dit-il ; et parce que je méprise de l'assommer, ma soeur Urbine, par manière d'acquit, le va faire pendre : cela sera bientôt vidé. (Acte 1, scène 3, LE CHEVALIER)
  6. La soeur Urbine est une trop aimable personne pour la Province, il faut trouver moyen de la fixer à Paris. (Acte 1, scène 4, MADEMOISELLE MOUSSET)
  7. Quelquefois un peu par-ci, par-là ; mais cependant, je vous l'avoue, j'ai eu toutes les peines du monde à vous remettre, parce que je ne pouvais me figurer que Madame la Marquise de la Papelardière du Marais, fût devenue Marchande de robes de chambre à la Foire. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  8. C'est lui-même, ma chère Marquise, toujours fidèle, toujours amoureux de vis charmes. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  9. Oui, vraiment, il y a eu des ordres exprès pour cela, et ils ont été affichés, même ; mais je n'ai pas voulu les suivre ; j'aime à vivre, moi, comme tu sais. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  10. C'est la même qui nous domine ; nous finirons ensemble de manière ou d'autre. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  11. Je gage en deux jours d'emporter l'affaire, quelque difficile qu'elle puisse être. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  12. Premièrement, la fille est une jeune personne. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  13. Cet animal-là sera difficile à apprivoiser. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  14. Ils sont tous zélés pour la mère, et gardent tous la fille à vue. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  15. Allez, Madame, il suffit de moi pour me garder, et d'un laquais pour vous rendre compte de mes actions et de mes paroles. (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  16. Pardonnez, charmante personne, à la violence de mon amour les artifices innocents dont on se sert pour me faciliter les moyens de vous entretenir : depuis longtemps je vous adore, je n'ai pu vous parler que des yeux, et je n'ai rien lu dans les vôtres qui m'ait flatté du moindre espoir. (Acte 1, scène 13, CLITANDRE)
  17. Enfin, j'ose, en tremblant, vous consulter ici moi-même sur ma destinée : mon coeur est tout à vous, avez-vous disposé du vôtre ? (Acte 1, scène 13, CLITANDRE)
  18. Si vous le destinez au plus tendre, au plus fidèle, au plus passionné de tous les amants, aucun autre que moi n'a droit d'y prétendre. (Acte 1, scène 13, CLITANDRE)
  19. La liberté de mon procédé va vous étonner, peut-être : mais la situation où je me trouve suffit de reste pour le justifier. (Acte 1, scène 13, ANGÉLIQUE)
  20. Faites-moi chercher l'Arménien et votre Breton, qu'ils lâchent le filou prétendu, et qu'ils se dépêchent de venir ici. (Acte 1, scène 14, MADEMOISELLE MOUSSET)
  21. La manière de se distinguer à la guerre est dangereuse ; celle de la robe est trop sérieuse, et trop pénible ; il n'est rien tel que de briller dans la Finance. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  22. Je gage qu'il n'y a point de mère, qui ne soit ravie de vous voir faire les doux yeux à sa fille. (Acte 1, scène 16, MADEMOISELLE MOUSSET)
  23. Cette fille est riche, et ce qui fait que je viens ici incognito aujourd'hui, c'est que la mère est une prude qu'il faut ménager ; je ne veux pas manquer cette affaire, elle est sérieuse : mais quand la dupe sera une fois embarquée, je ne suis pas d'humeur à me contraindre, et je me rejetterai dans la bagatelle. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  24. Oui, te dis-je, il n'y a qu'une petite difficulté. (Acte 1, scène 18, MADEMOISELLE MOUSSET)
  25. De robe, d'épée, ou de finance ? (Acte 1, scène 18, LORANGE)
  26. Selon le goût de ses maîtresses ; il n'est rien, et il est tout ; c'est un petit caméléon d'amour, un animal amphibie en qui la finance domine. (Acte 1, scène 18, MADEMOISELLE MOUSSET)
  27. Ne vous mettez pas en peine, je vais toujours en me divertissant préparer un petit régal de Foire, qui finira peut-être agréablement notre intrigue. (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  28. Ma chère Mademoiselle Mousset, tu vois une fille outrée de désespoir, ma chère enfant. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  29. C'est une fille qui va devenir mère, ne vous y trompez pas. (Acte 1, scène 19, LORANGE)
  30. Quelle perfidie ! (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  31. C'est une fille qu'il va épouser, je vous en avertis (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  32. Je l'en défie, je le tuerai, je le mangerai, je l'assommerai, je le poignarderai, je le dévisagerai, je l'étranglerai. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  33. Ne me quittez pas, Monsieur l'Arménien, il faut bien finir notre affaire. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  34. Ce ne sera pas bien difficile. (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE MOUSSET)
  35. Et qui est cette personne qu'il vous sacrifie ! (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE MOUSSET)
  36. Oh, je vous en défie. (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  37. Comment donc, qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE MOUSSET)
  38. Oh, point d'invectives, Mademoiselle Marotte, vous deviendrez aussi fille de qualité, quelque jour : l'amour donne des lettres de noblesse. (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE MOUSSET)
  39. Non, s'il vous plaît, que les querelles finissent. (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE MOUSSET)
  40. Écuyer, Gentilhomme, Intendant, Économe, le bon ami de maison, avec de bons appointements et quelques gratifications, cela vaut mieux. (Acte 1, scène 24, LE CHEVALIER)
  41. Vous vous expliquerez ensemble, elle vous aime ; et la précaution qu'elle prend de marier sa fille, fait assez voir qu'elle a dessein... (Acte 1, scène 24, MADEMOISELLE MOUSSET)
  42. Elle marie sa fille Angélique ? (Acte 1, scène 24, LE CHEVALIER)
  43. Cela est fort prudent ; et supposez même qu'on vous vît ici, ne pourriez-vous pas y être venue faire provision de confitures pour les malades ? (Acte 1, scène 25, MADEMOISELLE MOUSSET)
  44. Mon gendre et ma fille sont ici ! (Acte 1, scène 28, MADAME BARDOUX)
  45. Je vous croyais au Palais, ma fille ; par quel hasard... (Acte 1, scène 28, MADAME BARDOUX)
  46. Ce Monsieur Farfadel est dangereux, madame, je vous le garantis ; couru des Belles, et elles l'attraperont à la fin. (Acte 1, scène 28, LE CHEVALIER)
  47. Voyez ici, Messieurs le Cercle nouveau, des Figures parlantes, aussi hautes que le naturel ; voyez, ici, Messieurs. (Acte 1, scène 29, LORANGE)
  48. Maugrébleu de ces Trésoriers, Ils font toujours faire quelque impertinence à nos filles d'Opéra. (Acte 1, scène 30, LE BRETON)
  49. La figure de Monsieur Farfadel ! (Acte 1, scène 30, CLITANDRE)
  50. Ce sont des figures parlantes que celles-là. (Acte 1, scène 30, LORANGE)
  51. Je le prends sous ma protection ; voilà qui est fini. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  52. Ce que son art a de plus fin. v.6 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  53. D'une aimable fille de quinze ans ; v.60 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  54. Mais si l'on la veut fidèle, v.61 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)

MADAME ARTUS (1707)

  1. Bonjour, Finette. v.12 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  2. Est cause que son fils? v.22 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  3. Est-il rien de mal fait que le fils ait pu faire, v.23 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  4. Je le crois ; pour sa fille elle l?est presque autant. v.26 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  5. Soit haine pour son fils, ou pour le cabaret, v.30 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  6. Me voyant rentrer seul, et sans Monsieur son fils, v.45 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  7. Un fils dans le désordre, une mère qui gronde, v.72 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  8. Enfin, le fils a tort, et la mère a raison. v.74 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  9. Finette ? v.110 (Acte 1, scène 3, DORANTE)
  10. Et remettre au hasard toute sa confiance. v.124 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  11. Oui, mièvreté d?un fils lassé d?être en tutelle. v.148 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  12. Vois tout ce qu?à ma mère il faut sacrifier. v.154 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  13. Autant aimé qu?amant de cette aimable fille, v.159 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  14. Mais la fille de vous a certaine promesse ; v.164 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  15. Que dira-t-on ? Un fils plaider contre sa mère ! v.188 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  16. Ah ! Fi, Dorante. v.213 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  17. Voyez, vouloir brouiller la mère avec le fils ! v.218 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  18. Tout coup vaille, le fils et la mère, il n?importe, v.219 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  19. C?est le Fiscal du lieu qui l?écrit. v.221 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  20. Le Fiscal ! v.221 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  21. Ce Fiscal-là, Monsieur, est un franc animal. v.222 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  22. Le Fiscal ne mande point cela. v.229 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  23. Mais enfin, sa faute n?est pas grande ; v.231 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  24. Oui ; mais moi qui raffine, v.251 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  25. Mais le Fiscal? v.280 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  26. À qui seul vous avez raison de vous fier. v.293 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  27. La fille est belle ? v.303 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  28. Comme avait fait la fille ? v.308 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  29. Dont la vivacité pourrait enfin vous nuire, v.319 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  30. Ah ! Tant de dureté me révoltent enfin. v.357 (Acte 2, scène 2, CÉLIDE)
  31. Aux chagrins qu?on nous donne il faut mettre une fin. v.358 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  32. Par mon aveu vos feux ont été confirmés, v.374 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  33. C?est enfin le grand art qui la soutient ici ; v.397 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  34. Être fausse, Finette ! Et comment nous y prendre ? v.399 (Acte 2, scène 2, CÉLIDE)
  35. Le Ciel ne vous fit pas le fourbe le plus fin  v.402 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  36. Fi donc ! Point de cajolerie. v.404 (Acte 2, scène 2, MERLIN)
  37. Il faut faire, ma soeur, ce que Finette dit : v.405 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  38. Je le veux, il suffit. v.406 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  39. Finette, qu?est ceci ? Tout se tait. v.420 (Acte 2, scène 2, MERLIN)
  40. Officieux, ardent, et zélé pour mon maître? v.427 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  41. Le meilleur, dit Finette, est de temporiser, v.433 (Acte 2, scène 2, CÉLIDE)
  42. Enfin, car c?en est une à coup sûr. v.441 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  43. Bonjour, Merlin? Bonjour mon aimable Finette v.475 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  44. Hé bien, Finette, dis, me voilà rassuré. v.510 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  45. Finette, parle enfin, les voilà revenus. v.518 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  46. Sur la fin de ses jours la prit en amitié, v.546 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  47. Un jeune Financier qui l?aimait à l?excès, v.553 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  48. Ce que vous savez d?elle, enfin se borne là ! v.561 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  49. Et pour mes bons conseils, un peu de confiance : v.576 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  50. Finette, que je suis lasse de tout ceci ! v.593 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  51. Passe pour votre fils : mais pour Mademoiselle, v.595 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  52. Ma fille en paraît mécontente, v.604 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  53. Comme Monsieur mon fils contre nous révoltée, v.607 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  54. Faire des noeuds, filer, lui donnent des vapeurs. v.610 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  55. Enfin Madame Artus, qui n?a point d?autre objet v.613 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  56. Oh ! Ça, Finette, à fonds son âme t?est connue ; v.623 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  57. Elle ! Fi donc, Madame, en conscience, non. v.625 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  58. Je vous en aurais, moi, d?abord fait confidence ; v.628 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  59. Votre fille à vos lois sera bientôt rangée : v.648 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  60. Ah ! Oui, les bons conseils, Finette, qu?elle donne ! v.660 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  61. Moi, fille et fils, ici tout va se marier. v.670 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  62. Oui, Finette. v.671 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  63. Finette, il faut savoir ce qu?elle sacrifie. v.676 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  64. Je vais la retrouver. À ma fille, à mon fils, v.685 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  65. Fiez-vous sur cela. v.689 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  66. De tes feux pour ma soeur lui faire confidence, v.707 (Acte 3, scène 1, DORANTE)
  67. Finette par elle instruite de cela, v.746 (Acte 3, scène 2, MERLIN)
  68. Et Finette sait-elle v.748 (Acte 3, scène 2, ÉRASTE)
  69. Sur quel heureux mortel ce beau choix tombe enfin ? v.749 (Acte 3, scène 2, ?RASTE)
  70. De mes bontés, mon fils, faites un bon usage ; v.783 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  71. Par le choix que j?ai fait sera justifié. v.786 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  72. Les gens officieux qui s?en mêlent pour nous, v.793 (Acte 3, scène 3, DORANTE)
  73. Un fils m?oser parler avec tant d?insolence ! v.804 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  74. Oui, vous. Mon fils vous considère : v.819 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  75. Enfin dans cette affaire, Éraste vous pourriez? v.821 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  76. Prenez sur vous le soin de me justifier. v.826 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  77. C?est mon fils, qui toujours me donne du chagrin, v.841 (Acte 3, scène 6, MADAME ARGANTE)
  78. Dont je t?avais parlé tantôt en confidence. v.843 (Acte 3, scène 6, MADAME ARGANTE)
  79. Finette. v.846 (Acte 3, scène 6, MADAME ARGANTE)
  80. Non, Finette. v.852 (Acte 3, scène 6, MADAME ARGANTE)
  81. Hé quoi, Finette ! v.860 (Acte 3, scène 6, MADAME ARGANTE)
  82. Et quelque peu de bien qu?ait une telle fille, v.863 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  83. Elle conviendrait bien pour un fils de famille. v.864 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  84. Oh ! Je vous en défie ; v.867 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  85. Paix, taisez-vous, Finette. On la nomme ? v.883 (Acte 3, scène 7, MADAME ARGANTE)
  86. Et que les filles là sont de belle venue. v.888 (Acte 3, scène 7, FINETTE)
  87. Enfin, le Notaire, homme habile, v.895 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  88. La fille qui me sert, par mes leçons instruite, v.907 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  89. Cette défense-là n?est pas pour vous, Finette ; v.911 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  90. Finette, et mes conseils ne conduisent pas là. v.926 (Acte 3, scène 8, MADAME ARTUS)
  91. Je vous ai confié le trouble de mon coeur, v.937 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  92. C?est par vos seuls conseils enfin que je m?engage, v.939 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  93. Votre fille est aimable, elle a quelques appas ; v.953 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  94. Votre fille est moins belle et moins jeune que vous. v.958 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  95. En vous de la beauté croit voir la fille aînée. v.964 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  96. Ah, fi donc ! v.965 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  97. L?objet que vous avez, doit vous justifier. v.973 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  98. Hâtons-nous par l?hymen de le rectifier. v.974 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  99. Mais je dois vous en faire ici la confidence ; v.980 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  100. J?ai, pour savoir si c?est ma fille ou moi qu?il aime, v.983 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  101. Et plus bêtes que vous sont étrangement fins? v.1002 (Acte 3, scène 11, FINETTE)
  102. Finette, pour avoir quelque explication ? v.1010 (Acte 3, scène 12, CÉLIDE)
  103. L?aimable enfant, Finette ? v.1016 (Acte 3, scène 13, CÉLIDE)
  104. Mon oncle un jour lui fit les contes à peu près, v.1053 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  105. Rentrons aussi, Finette ; v.1080 (Acte 3, scène 13, CÉLIDE)
  106. Tâchons tranquillement d?en attendre la fin. v.1082 (Acte 3, scène 13, C?LIDE)
  107. Ou bien, si j?en reçois qui me confirment celles v.1108 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  108. Qu?à l?amour, au devoir, à l?amitié perfide, v.1151 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  109. Et Finette, et Merlin, sont-ils comptés pour rien ? v.1177 (Acte 4, scène 3, MERLIN)
  110. Mais peut-on se fier à ces sortes de gens ? v.1182 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  111. Nul de nous ne lui fait confidence, v.1207 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  112. Mais enfin il faut voir la fin de l?aventure. v.1224 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  113. Monsieur ; mais comme enfin les sommes pas vous dues v.1247 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  114. Fi donc ! v.1265 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  115. De la main dont il vient, qui vous doit profiter, v.1266 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  116. Non, je suis de Monsieur confident ordinaire, v.1275 (Acte 4, scène 5, MERLIN)
  117. On n?a pas sur la fin trop bonne compagnie. v.1368 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  118. On s?en passe aisément, à soi-même on suffit ; v.1370 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  119. Mais enfin, puisqu?au gré de ses intentions, v.1385 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  120. Des filles quelquefois, dès l?enfance connues, v.1395 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  121. Ce que vous voudriez, Madame, que je fisse. v.1403 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  122. Croiriez-vous que ce fût un trop grand sacrifice ? v.1404 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  123. Profitez du faux pas que je l?engage à faire ; v.1416 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  124. De tous ces incidents qui se fût défié ! v.1446 (Acte 5, scène 1, FINETTE)
  125. Madame, vous voyez une file éperdue, v.1463 (Acte 5, scène 3, MASSINE)
  126. Dorante? le perfide? v.1466 (Acte 5, scène 3, MASSINE)
  127. Oui, fidèle et constante ! v.1504 (Acte 5, scène 4, MASSINE)
  128. Finette ? v.1510 (Acte 5, scène 4, DORANTE)
  129. Enfin, Dorante, enfin vous m?aimez donc toujours ? v.1525 (Acte 5, scène 4, MASSINE)
  130. À de cruels adieux mon coeur n?eût pu suffire. v.1528 (Acte 5, scène 4, DORANTE)
  131. Finette ? v.1542 (Acte 5, scène 4, DORANTE)
  132. Je suis fort bien au fait, demandez à Finette. v.1555 (Acte 5, scène 5, CÉLIDE)
  133. Que jusques à la fin vous vous tranquillisiez, v.1561 (Acte 5, scène 6, MERLIN)
  134. De vos bontés pour lui nous a fait confidence. v.1604 (Acte 5, scène 10, DAMIS)
  135. Et de votre heureux sort fiez-vous sur ma foi. v.1618 (Acte 5, scène 10, MADAME ARTUS)
  136. Fi donc ; c?est une ridicule, v.1652 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  137. Avec quelque dessein j?ai pris votre filliole ; v.1663 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  138. Enfin, Monsieur, nous touchons au moment, v.1681 (Acte 5, scène 12, MADAME ARTUS)
  139. Sans en rien voir, pour vous telle est ma confiance. v.1691 (Acte 5, scène 12, DORANTE)
  140. Vous me fissiez toujours avoir le même succès ! v.1694 (Acte 5, scène 12, DORANTE)
  141. Quel bonheur ! Finissons. v.1698 (Acte 5, scène 13, MADAME ARTUS)
  142. Nous finirons demain. v.1698 (Acte 5, scène 13, DORANTE)
  143. Et quand vous mariez Éraste à votre fille, v.1711 (Acte 5, scène 15, DAMIS)
  144. Et l?on me fait à moi des demi-confidences. v.1716 (Acte 5, scène 15, DAMIS)
  145. Et l?hymen de ma fille? v.1718 (Acte 5, scène 15, MADAME ARGANTE)
  146. Du vôtre ? Hé fi, ma soeur ! v.1723 (Acte 5, scène 15, DAMIS)
  147. Avec ce fi, ma soeur ? Vraiment je vous admire ! v.1724 (Acte 5, scène 15, MADAME ARGANTE)
  148. Pour le mieux ? Quoi, perfide ! v.1739 (Acte 5, scène 15, MADAME ARGANTE)

LA FÊTE DE VILLAGE. (1700)

  1. Cela ne reçoit pas la moindre difficulté, Monsieur le Tabellion ; et dès que toute la famille en est d'accort avec moi, cette petite supercherie n'est qu'une bagatelle. (Acte 1, scène 1, NAQUART)
  2. Que je serai ravi de vous voir le mari de ma belle-soeur la Greffière ! (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  3. Hé fi, Madame, il faut faire châtier cet insolent-là. (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  4. Fille d'un Huissier qui était le père de ma femme, ma belle-soeur à moi, qui ne suis que Procureur au Châtelet, veuve d'un Greffier à la Peau, que vous avez fait mourir de chagrin. (Acte 1, scène 3, MONSIEUR BLANDINEAU)
  5. Je vous trouve admirable, Madame la Greffière. (Acte 1, scène 3, MONSIEUR BLANDINEAU)
  6. Greffière, Monsieur ? (Acte 1, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  7. Hé fi donc, Monsieur Blandineau, que de façons. (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  8. Oui, vraiment, c'est un bien mal acquis qui ne fait point de profit ; je perds tout ce que je joue. (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  9. Je vous défie, Madame Blandineau de faire pis que vous faites. (Acte 1, scène 5, MONSIEUR BLANDINEAU)
  10. Oui, Monsieur Blandineau, moi-même, puisque j'ai eu la complaisance de prendre une queue toute unie, je me la ferai porter, s'il vous plaît, pour ne pas figurer avec la populace. (Acte 1, scène 6, MADAME BLANDINEAU)
  11. Jasmin et Cascaret rinceront les verres, le filleul et le cousin de Monsieur verseront à boire, et le Maître Clerc mettra sur table. (Acte 1, scène 6, MADAME BLANDINEAU)
  12. Ne vous gênez point, mon fils, si la compagnie ne vous plaît pas, nous n'avons que faire de vous, on vous dispense d'y être. (Acte 1, scène 6, MADAME BLANDINEAU)
  13. Tenez, Monsieur, je la soupçonne de quelque dessein, dont elle aura peine à ne me pas faire confidence. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  14. Je ne puis pas suffire à toute la famille, c'est à qui m'aura. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  15. Madame Blandineau, pour pester contre son mari, le mari pour se plaindre de sa femme : Madame la Greffière, pour m'entretenir de son ajustement et de sas charmes : et vous, pour parler de votre amant. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  16. Que mes tantes sont folles, Lisette, et que je suis malheureuse de me trouver sans bien, sans autres parents qu'elles seules, avec autant de faiblesse pour un amant aussi perfide. (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  17. Oui, cela est vrai, ma tante la Greffière, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  18. Oh, si fait, si fait ; vous êtes fille, et le plaisir de contredire, fait quelquefois plus de la moitié de nos passions, à nous autres. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  19. Non, mais il y va venir, lui, pour le justifier. (Acte 1, scène 9, LOLIVE)
  20. Si fait vraiment, ce n'est pas celle qui a son mari, c'est celle qui est veuve, Madame la Greffière ; et j'ai ici une lettre pour elle que je m'en vais lui rendre au plus vite. (Acte 1, scène 9, LOLIVE)
  21. Non, prenez quelque petite fille du village, et me laissez parler à votre tante. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  22. J'en tirerai quelque confidence, qui ne vous sera pas inutile. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  23. Ne vous boutez pas en peine, partant que les garçons ne manquiont pas de vin et les filles de tartes, et que vous nous bailliais ces vingt écus que vous m'avez dit pour les ménétriers et pour ces petites chansonnettes que je fourerons par-ci par-là, nan ragaillardira votre soirée de la belle façon, je vous en réponds. (Acte 2, scène 1, LE MAGISTER)
  24. Ne manquez pas, surtout, d'y bien marquer les agréments de la fin du siècle, il est si fortuné que moi, si fortuné, que je veux que ma reconnaissance en soit publique. (Acte 2, scène 1, LA GREFFIÈRE)
  25. À cet heureux temps que la du Verger m'a tant promis à la fin du siècle, et à mon bonheur. (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  26. Hé, qu'a de commun la fin du siècle avec votre bonheur, Madame ? (Acte 2, scène 2, LISETTE)
  27. C'est la saison des révolutions, que la fin des siècles, et tu vas voir d'assez jolis changements dans ma destinée. (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  28. Cela n'est pas moins vrai, ma soeur, me voilà Comtesse ; et grâces au Ciel, nous ne figurerons plus ensemble. (Acte 2, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  29. Vous seriez Comtesse, vous, ma cousine la Greffière ? (Acte 2, scène 3, L'ÉLUE)
  30. Bourguillonne, moi qui suis, par la grâce de Dieu, fille, soeur et nièce de Notaire, et femme d'un Élu, ma cousine. (Acte 2, scène 3, L'ÉLUE)
  31. Je viens de recevoir des nouvelles d'une affaire dont j'attendais la conclusion avec impatience ; elle est finie, il faut que je parte. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  32. Fi donc : rien moins que cela, Mesdames. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  33. La voilà qui étouffe, et qui va mourir, parce que Madame la Greffière va être Comtesse. (Acte 2, scène 9, CLAUDINE)
  34. Nous nous aimerons, Monsieur_le_Comte, et je serai contente : cela ne nous suffira-t-il pas comme à moi ? (Acte 3, scène 1, ANGÉLIQUE)
  35. Avant de finir cette affaire comme vous la proposez, Monsieur, il faut que vous trouviez les moyens de m'ôter la vie. (Acte 3, scène 3, LE COMTE)
  36. Et cet asile est la maison de Madame la Greffière que vous venez épouser, à ce que l'on m'a dit ? (Acte 3, scène 4, NAQUART)
  37. Voici Madame la Greffière, entretenez-la dans les sentiments où elle est pour vous, et venez me joindre chez le Tabellion, où je vais vous attendre avec Angélique. (Acte 3, scène 4, NAQUART)
  38. Est-il possible que j'aie soumis un petit coeur fier comme celui-là ? (Acte 3, scène 5, LA GREFFIÈRE)
  39. Madame, vela les filles et les garçons du Village, avec les ménétriers qui s'assemblont sous l'Orme, et qui s'en allont faire un petit essaiement de cette petite sottise que vous m'avez dit de faire. (Acte 3, scène 6, LE MAGISTER)
  40. Pour vous, pour moi, pour tous tant que nous sommes icI. La fin du siècle m'est heureuse, je me fais un plaisir de la célébrer. (Acte 3, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  41. Oh voilà qui est fini, je vous l'accorde, Madame_la_Comtesse. (Acte 3, scène 8, MADAME BLANDINEAU)
  42. Tout notre monde est là, Madame ; mais comme vela Monsieu le Tabellion qui viant avec une grosse compagnie vous apporter à signer queuque chose ; afin de n'être pas interrompus, et de pas interrompre, j'attendrons que cela soit fait, si bon vous semble. (Acte 3, scène 9, LE MAGISTER)
  43. Hé, fi donc, lire, voilà du temps bien employé vraiment ! (Acte 3, scène 10, LISETTE)
  44. Je n'y entends pas plus de finesse que vous, je signe aveuglément, Madame. (Acte 3, scène 10, NAQUART)
  45. Il suffit que ce soit me conformer à vos volontés. (Acte 3, scène 10, ANGÉLIQUE)
  46. C'est un quiproquo, Madame, une méprise, et cela sera difficile à rectifier. (Acte 3, scène 10, NAQUART)
  47. Difficile tant qu'il vous plaira, Monsieur_le_Comte, ni moi, nous ne serons pont les dupes d'un quiproquo, sur ma parole : n'est-ce pas, Comtin ? (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  48. Non, Madame, je n'en serai point la dupe : mais j'en profiterai, s'il vous plaît. (Acte 3, scène 10, LE COMTE)
  49. Comment vous en profiterez, petit perfide ? (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  50. Est-ce en profiter que de me perdre ? (Acte 3, scène 10, LA GREFFI?RE)
  51. Je le savais bien que je serais de qualité, et que je ferais figure. (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  52. Célébrons l'heureuse Greffière, v.1 (Acte 4, scène 1, PREMIÈRE PAYSANNE)
  53. Qui lorsque le siècle prend fin, v.2 (Acte 4, scène 1, PREMI?RE PAYSANNE)
  54. Greffière Comtesse v.9 (Acte 4, scène 1, PREMI?RE PAYSANNE)
  55. Que la fin de ce siècle est belle v.12 (Acte 4, scène 1, UN PAYSAN)
  56. De bon vin, Maîtresse fidèle ; v.14 (Acte 4, scène 1, UN PAYSAN)
  57. De jeunes fillettes, v.20 (Acte 4, scène 1, UN PAYSAN)

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: Entity: line 3: parser error : Start tag expected, '<' not found in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

LA DÉROUTE DU PHARAON (1693)

  1. Voilà une fille tout-à-fait entendue. (Acte 1, scène 2, BELISE)
  2. Vous êtes veuve d'un riche Marchand qui vous a laissé plus de trente mille écus de bons effets et une fille unique ; il ne tenait qu'à vous de faire valoir les uns dans votre commerce, et de marier la fille avantageusement pour vous et pour elle, puisque Valère qui a plus de vingt-cinq mille livres de rente, vous a fait offrir par son oncle de la prendre sans aucune dot. (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  3. Les jeux seront défendus demain, aujourd'hui peut-être, il ne vous restera que la honte d'avoir entrepris une chose que tous vos amis, vos parents, et votre fille-même seront en droit de vous reprocher éternellement. (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  4. Et qu'importe, je fais figure, je vis, je me réjouis, les dupes paient tout, mon fond ne s'altère point. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  5. Je suis tranquille là-dessus, et je vas en attendant la partie, travailler al mié despêches ; mà si pourtant il arriva quelque difficultà, que j'en sois averti, Madama, il ne faut pas se laisser surprendre. (Acte 1, scène 4, GARBATACASE)
  6. Oui, voyez un peu ce qu'il y a à faire à cela, mon frère : pour moi, je vais avertir Monsieur_le_Baron, afin qu'il prenne ses mesures, et qu'il soutienne avec vigueur l'incontestabilité des droits qu'il a. (Acte 1, scène 6, BELISE)
  7. Madame en enragera, mais Mademoiselle sa fille en sera charmée. (Acte 1, scène 8, MARTON)
  8. Les Jeux sont défendus, ma chère enfant : on dit qu'on ne parle d'autre chose dans tout Paris, et je voudrais de tout mon coeur, je te l'avoue, que cette nouvelle fût bien confirmée. (Acte 1, scène 9, CELIDE)
  9. Le jeu ne me déplairait peut-être point si fort, si l'on jouait ailleurs que chez ma mère ; mais que cette maison sois une Académie ouverte à toutes sortes de gens, que tout ce qu'il y a de fainéants et d'extravagants, pour ne rien dire de plus fâcheux, soient les bienvenus dans ce logis ; que dans mon cabinet, à ma toilette même, je sois éternellement obsédée de mille figures désagréables, à qui je n'ose dire vous me fatiguez, parce que ce sont des dupes qui perdent sottement leur argent avec ma mère : en vérité, c'est un supplice dont je serai bien aise d'être débarrassée. (Acte 1, scène 9, CELIDE)
  10. Je n'en doute point du tout, moi ; la déroute des Jeux vous donne beau jeu à vous, et Madame ne saurait plus condamner vos sentiments, puisque les voilà justifiés par Arrêt. (Acte 1, scène 10, MARTON)
  11. Depuis le peu de temps que j'ai l'honneur de vous servir, je vous ai pris en affection, je suis fort content de vous ; expliquez-moi votre affaire, que je vois si elle n'est point trop difficile, et si je me ferai prier ou non. (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  12. Tantôt on est Marquis, tantôt Chevalier, puis Marchand, Abbé quelquefois, Financier souvent ; dans la dernière affaire qui m'est arrivée, je passais pour un Procureur, le croiriez-vous ? (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  13. Vous viendrez avec nous, ma fille. (Acte 1, scène 12, BELISE)
  14. Hé bien, ma fille, voilà un terrible coup, à quoi je ne m'attendais guères, tout est perdu ; voilà notre fortune ruinée, ma chère enfant ! (Acte 1, scène 13, BELISE)
  15. Nous irons d'abord en Angleterre, ma fille. (Acte 1, scène 13, BELISE)
  16. Le fils a vendu la vaisselle, pour remédier à ces deux inconvénients, même destinée. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  17. Le troupeau se rassemble à la fin ; voici déjà Clitandre, le bel esprit. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  18. Il semble que vous prévoyez la fin du monde, et qu'elle soit toute prête d'arriver. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  19. Il faut que vous ayez mal entendu, Monsieur ; et il me semble que si les défenses étaient pour les personnes de condition, ils valent assez la peine qu'on leur signifie la chose chez eux, sans la leur publier au coin des rues. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  20. Non morbleu, c'est à vous, c'est vous qui avez profité de mon argent, vous m'avez engagé de le prêter aux joueurs à fin de le regagner dans la suite ; mais par la morbleu, je passerai cet article-là dans mes comptes, et vous aurez affaires aux Fermes. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  21. Un fils de famille agiotait, passivement s'entend, il empruntait à grosses usures, faisait une dépense enragée, le père ne s'embarrassait point de cela. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  22. Oh, pour moi je vous promets bien que si on nec rétablit le Pharaon, je vais apprendre à jouer au mail ou à la Paume ; car enfin, il faut qu'une femme joue, et je ne vois guère que ces jeux-là qui conviennent à une personne de qualité. (Acte 1, scène 21, LA COMTESSE)
  23. Ce manège sera découvert à la fin. (Acte 1, scène 23, CLITANDRE)
  24. Qu'est-ce que c'est que cette figure-là ? (Acte 1, scène 24, BELISE)
  25. Ce sont les violons et les Dames figurantes du Bal qui envoient savoir si on aura besoin d'elles cette nuit, et si on leur paiera leurs droits de présence. (Acte 1, scène 24, MARTON)
  26. Un filou qui file la carte. (Acte 1, scène 25, GARBATACASE)
  27. Oui, justement, c'est Mathieu Membrin, le fils d'un barbier de Falaise. (Acte 1, scène 25, FRONTIN)
  28. Je suis ravie d'être désabusée, et je vous donne ma fille. (Acte 1, scène 25, BELISE)
  29. Afin de te servir mieux. v.10 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  30. Filles d'Amour, ce jour est terrible pour vous, v.22 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  31. Filles d'Amour ! Ce jour est terrible pour vous. v.29 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  32. Tandis qu'actif pour la finance, v.70 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  33. Je finis par être fripon. v.85 (Acte 1, scène 27, MERLIN)

LES ENFANTS DE PARIS (1699)

  1. Je donne le bonjour à l'aimable Finette. v.7 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  2. Et de Monsieur Harpin, confidente ordinaire, v.16 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  3. Comme il m'en a fait confidence. v.28 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  4. Et pourvu qu'à ses voeux cette fille réponde? v.38 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  5. Mais fille ou veuve, quelquefois v.40 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  6. Je songe au profit du prêteur. v.72 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  7. Finette, ce que je demande ? v.90 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  8. Car enfin en phrase très claire, v.112 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  9. Mais, dis, Finette, je te prie, v.124 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  10. Car enfin, vous n'êtes venu v.128 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  11. Oh dame, la fille et le père v.140 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  12. Mais, de sa fille enfin, qu'est-ce qu'il prétend faire ? v.142 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  13. Que grimace et que perfidie. v.163 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  14. Ah Finette ! v.164 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  15. J'ai su gagner sa confiance. v.166 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  16. Serait-il possible, Finette ? v.176 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  17. Finette ? v.185 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  18. Ma chère Finette, je suis v.215 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  19. Ah, Finette ! Que je te hais, v.239 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  20. Ne te moques-tu point, Finette ? v.270 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  21. Nous le tromperons donc, Finette, apparemment ? v.275 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  22. Mais trompons-le si finement, v.279 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  23. Employons-y tant d'artifice, v.280 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  24. Et que jamais ce plaisir ne finisse. v.283 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  25. Tu sais, Finette, que souvent? v.295 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  26. Mais, Finette, dépêche-toi. v.307 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  27. Serviteur, charmante Finette. v.311 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  28. Que d'en parler : eh, faut-il qu'on affiche v.387 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  29. Qu'on peut en sûreté se confier à moi. v.399 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  30. Tu te moques de moi, Finette. v.437 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  31. Soit par le fils encor quelque temps ignoré. v.448 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  32. De rencontrer ici ce maroufle fieffé. v.458 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  33. De mon fripon de fils je viens, v.461 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  34. Monsieur votre fils est amoureux comme vous. v.468 (Acte 1, scène 8, MERLIN)
  35. Votre fille est fort chagrine d'avoir v.509 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  36. Qu'est-ce qu'il faudrait que je fisse ? v.526 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  37. Il a quatre-vingt ans, Monsieur. Plus finement v.540 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  38. Cachons de vos desseins l'innocent artifice. v.541 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  39. Ce serait exiger un trop grand sacrifice. v.545 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  40. Qu'en tout ceci ma fille m'obéisse. v.548 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  41. Voulez-vous vous en fier à moi ? v.552 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  42. Proposez-lui quelque homme de finance, v.554 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  43. Mais si par un cas fortuit (car enfin tout peut être) v.570 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  44. Hé, fi donc, si j'étais tant soit peu babillarde, v.587 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  45. Et ne voudrais pour rien d'une fière femelle v.612 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  46. Il faudrait qu'à ma fille elle fût présentée. v.644 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  47. À ma fille, à ma belle-soeur, v.658 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  48. Faire enfermer mon fils, cloîtrer ma fille, v.666 (Acte 2, scène 2, MONSIEUR HARPIN)
  49. Votre charmante fille a rebuté mes voeux. v.675 (Acte 2, scène 3, VALÈRE)
  50. Vraiment, Monsieur, ma fille a tort v.682 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  51. Qu'elle puisse jamais mieux rencontrer. Finette ? v.684 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  52. Ma fille, assurément s'en accommodera. v.687 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  53. Hé, fi donc, ne dites pas cela v.688 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  54. Je ne veux m'y fier que de la bonne sorte. v.693 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  55. Je ne m'y fierai point, ou le diable m'emporte. v.695 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  56. Finette, Monsieur, m'a flatté v.696 (Acte 2, scène 3, VALÈRE)
  57. Si ma fille vous hait autant que vous le dites, v.705 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  58. Il vous suffit d'avoir à présent mon aveu : v.715 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  59. Je veux sonder ma fille, et m'ajuster un peu v.716 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  60. Finette. v.719 (Acte 2, scène 5, VALÈRE)
  61. Est homme soupçonneux et fin ; v.721 (Acte 2, scène 5, VALÈRE)
  62. N'aura pas une bonne fin. v.724 (Acte 2, scène 5, VAL?RE)
  63. Ce serait justement un secret spécifique v.730 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  64. Monsieur Harpin ne prenne aucune défiance v.742 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  65. Et malgré qu'il en ait, rendre son fils heureux. v.760 (Acte 2, scène 6, FINETTE)
  66. Voyons Climène, et mettons à profit v.763 (Acte 2, scène 6, FINETTE)
  67. Ah ! Te voilà, Finette. v.770 (Acte 2, scène 7, CLITANDRE)
  68. Oh, finis, je te prie. Avons-nous de l'argent ? v.808 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  69. Non, Monsieur ; car Finette v.835 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  70. Qu'il a fallu qu'enfin je le voulusse. v.877 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  71. Car enfin autrefois lui-même il a donné v.888 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  72. Et moi-même, quand j'étais fille, v.923 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  73. Pour vous, Monsieur mon fils, v.980 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  74. Mon exemple enfin, rien ne vous rend raisonnable. v.983 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  75. J'y trouverai pour moi beaucoup à profiter ; v.1015 (Acte 2, scène 12, CLITANDRE)
  76. Ou? suffit, nous verrons. v.1049 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  77. Votre Finette heureusement? v.1074 (Acte 2, scène 13, CLITANDRE)
  78. Hé ! Fi donc, croyez-vous que l'argent me domine ? v.1088 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  79. Mais enfin, dans le monde, on ne fait rien pour rien. v.1089 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  80. Nous allons en faveur d'un fils, v.1097 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  81. Touchez-là, charmante Finette : v.1108 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  82. Vous le voulez, suffit, c'est une affaire faite, v.1109 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  83. Oui, ma fille. v.1115 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  84. Qu'elle eût pour le fils le coeur passionné. v.1129 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  85. C'est un hasard dont vous profiterez. v.1132 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  86. Il faut, autant qu'on peut, profiter? v.1138 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  87. Afin que lorsque je verrai Climène, v.1189 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  88. Quoi, le fils de Monsieur Harpin ? v.1204 (Acte 3, scène 5, MADAME BRICHONNE)
  89. Et tâcher finement d'apprendre? v.1209 (Acte 3, scène -, MERLIN)
  90. Bonjour, Finette. v.1210 (Acte 3, scène -, MERLIN)
  91. Mais, Finette est galante et bonne. v.1233 (Acte 3, scène 8, CLIMÈNE)
  92. Madame enfin? Finette est de sa connaissance ? v.1260 (Acte 3, scène 10, MONSIEUR HARPIN)
  93. Et je n'ai là-dessus aucune défiance. v.1280 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  94. Un goût si raffiné, j'y prime, j'y suis Grec. v.1298 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  95. L'honneur de saluer votre charmante fille, v.1307 (Acte 3, scène 11, CLIMÈNE)
  96. Monsieur aurait un fils ? v.1311 (Acte 3, scène 11, CLIMÈNE)
  97. Bien à plaindre d'avoir un fils si libertin. v.1322 (Acte 3, scène 11, MADAME BRICHONNE)
  98. Ce que je vais tenter pour y mettre une fin. v.1324 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  99. C'est ce beau fils. Venez, l'homme à bonne fortune. v.1333 (Acte 3, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  100. À Mademoiselle Finette. v.1392 (Acte 3, scène 14, UN LAQUAIS)
  101. Dans cet habit, Finette ! v.1405 (Acte 3, scène 15, ANGÉLIQUE)
  102. Une fille persécutée? v.1427 (Acte 3, scène 15, ANGÉLIQUE)
  103. Je suis les conseils de Finette. v.1458 (Acte 3, scène 17, ANGÉLIQUE)
  104. Tu peux, Finette, à ma reconnaissance v.1472 (Acte 3, scène 17, VALÈRE)
  105. Difficile à connaître, il est sans signature. v.1488 (Acte 4, scène 1, FINETTE)
  106. Oh çà, Finette, avant v.1498 (Acte 4, scène 2, ANGÉLIQUE)
  107. Être fille amoureuse, et demander à d'autres v.1507 (Acte 4, scène 2, FINETTE)
  108. Hé, fi donc, j'en prendrais des vôtres. v.1509 (Acte 4, scène 2, FINETTE)
  109. Tu crois, Finette? v.1510 (Acte 4, scène 2, ANGÉLIQUE)
  110. Elle n'est pas difficile à se rendre. v.1602 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  111. Tiens, lis, voilà, ma fille, v.1613 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  112. Son but est d'enfermer son fils, v.1621 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  113. De mettre incessamment sa fille dans un Cloître, v.1622 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  114. Profitez des avis que mon zèle vous donne. v.1628 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  115. Que dis-tu de cela, Finette ? v.1631 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  116. Avec cela pourtant j'étais sans défiance, v.1639 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  117. Et ce billet, Finette, est venu fort à temps. v.1640 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  118. Tu sais bien la chose, Finette. v.1646 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  119. Oui. Ce billet contient un fidèle récit, v.1647 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  120. Vous ne prendrez jamais de confiance en lui ? v.1656 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  121. Et par même moyen, Finette, on pourrait faire v.1682 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  122. Ma fille ? N'est-ce point un transport de courroux, v.1689 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  123. Ma chère fille ! v.1720 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  124. Voilà Monsieur Harpin bien affligé, Finette ! v.1721 (Acte 4, scène 6, MERLIN)
  125. Mais enfin je vous jure moi, v.1758 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  126. À moi : fi, c'est un vagabond, v.1770 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  127. Votre fils va se marier. v.1784 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  128. Se marier avec elle, Finette ? v.1785 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  129. Confier cette affaire à sa fidélité. v.1816 (Acte 4, scène 7, FINETTE)
  130. Il faut en avertir ma belle-soeur, Finette. v.1824 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  131. Par cette fausse confidence v.1832 (Acte 4, scène 8, FINETTE)
  132. Le parrain de ma fille, et partant mon compère, v.1840 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  133. De ranger un fils libertin ; v.1846 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR VILAIN)
  134. Pour rendre de mon fils la conduite bien noire, v.1861 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  135. Qui les certifieront très vrais. v.1867 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  136. Monsieur votre fils est dans un fort mauvais train. v.1894 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  137. Enfin, vous le voulez? v.1906 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  138. Comme il est votre fils, de faire un mauvais coup. v.1911 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  139. M'a débarrassé d'une fille ; v.1915 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  140. Et je mettrai le fils, sur mon honneur, v.1916 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  141. Enfin, il est sorti, je suis aussi sortie, v.1930 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  142. À justifier mon dessein ; v.1939 (Acte 5, scène 4, MONSIEUR HARPIN)
  143. L'article seul des bijoux peut suffire. v.1941 (Acte 5, scène 4, MONSIEUR HARPIN)
  144. Qu'aime Monsieur votre fils, demeurait. v.1945 (Acte 5, scène 5, FINETTE)
  145. Et Monsieur votre fils prétend qu'il est en droit v.1954 (Acte 5, scène 5, FINETTE)
  146. Je te suis obligé, Finette. v.1962 (Acte 5, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  147. Enfin voilà l'affaire faite, v.1963 (Acte 5, scène 6, MADAME ARGANTE)
  148. Que cette pauvre fille a de vocation ! v.1965 (Acte 5, scène 6, MADAME ARGANTE)
  149. De voir ma fille au Couvent satisfaite, v.1969 (Acte 5, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  150. La conduite d'un fils me jette v.1970 (Acte 5, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  151. Batteur de Fiacre, et briseur de lanternes. v.1982 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR VILAIN)
  152. Avecque des voleurs mon neveu faufilé ! v.1999 (Acte 5, scène 7, MADAME ARGANTE)
  153. Fi donc, Monsieur. v.2009 (Acte 5, scène 9, MERLIN)
  154. De mon fripon de fils tous les égarements. v.2013 (Acte 5, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  155. Mais comme enfin le feu ne va point sans fumée? v.2019 (Acte 5, scène 9, MERLIN)
  156. Avec Monsieur votre fils, une Dame. v.2036 (Acte 5, scène 10, UN LAQUAIS)
  157. Malgré vous en tirer ma fille, v.2072 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  158. Vous revoyez une fille soumise v.2078 (Acte 5, scène 12, ANGÉLIQUE)
  159. De sa haine, Monsieur, enfin, j'ai triomphé. v.2083 (Acte 5, scène 12, VALÈRE)
  160. Le Monsieur Boniface est un fourbe fieffé. v.2084 (Acte 5, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  161. Profitez de sa honte, et de son châtiment. v.2094 (Acte 5, scène 23, FINETTE)

LA FEMME D'INTRIGUES. (1692)

  1. Ah, vous voilà donc à la fin ! (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  2. Il se fait ici les plus belles affaires de Paris : voulez-vous des Charges, des Offices, des Emplois ? (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  3. Comme on lui donne à vendre des nippes de toutes parts, la magnificence des meubles, la richesse des pierreries, et l'abondance de vaisselle d'argent que le Capitaine voit dans ce logis, lui font paraître ma maîtresse un des meilleurs partis de la Robe. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  4. La fine mouche ! (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  5. De quoi diantre s'avise-t-elle de confier ces choses au papier ? (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  6. Monsieur l'abbé Castoret vous aurait-il, par quelque petit bénéfice, mise dans ses intérêts ? (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  7. Hé bien, dites-lui qu'il n'y a rien à faire pour des Commissions qu'à l'autre bail, à moins qu'il n'épouse cette fille dont je lui ai parlé : encore faut-il que dès le lendemain des noces, il la laisse à Paris, pendant qu'il ira faire sa Commission au fond du Périgord. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  8. Vraiment il n'y saurait suffire à l'heure que je vous parle. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  9. Il a sept ou huit douzaines de visage à rendre avant qu'il soit la fin de la semaine. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  10. À propos de la rue saint Martin, vous êtes-vous souvenue d'aller à ce Messager de Rouen, savoir si ce quartier de veau de rivière, ce muid de cidre, ces pots de noix confites, et ces deux témoins sont arrivés. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  11. Notre Financier attend la réponse avec impatience. (Acte 1, scène 4, MADAME THIBAUT)
  12. Vous n'avez donc pas dit à la mère que c'était vous qui montriez à cette Marquise de leur voisinage, qui à cinquante ans, danse le menuet aussi proprement qu'une fille de quinze ? (Acte 1, scène 4, MADAME THIBAUT)
  13. Oui, si je trouvais d'ailleurs quelque profit plus considérable. (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À CHANTER)
  14. Je vous baise les mains : je fais de la musique, c'est mon métier ; et tous les Commandeurs du monde ne me feraient pas montrer à de petites filles qui ne veulent point apprendre de mes airs, et les trouver plus beaux que ceux de l'Opéra même. (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À CHANTER)
  15. Et moi, je verrais crever tous les Financiers du Royaume, plutôt que d'apprendre à danser à leurs Maîtresses pour une pistole. (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À CHANTER)
  16. Diantre soit des impertinents ; mais, finissons. (Acte 1, scène 5, MADAME THIBAUT)
  17. C'est que pour m'exprimer à vous, Madame, d'une manière plus élégante, je me suis servi du figuré ; mais, à parler au propre, cela veut dire que je postule une place à l'Académie. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  18. Oh, je crois que vous dites cela au figuré. (Acte 1, scène 7, MADAME THIBAUT)
  19. Tu sors d'un carrosse magnifique, et tu es vêtu comme un Colonel. (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  20. Mais enfin, que fais-tu à Paris, aurais-tu déserté ? (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  21. Voilà une chambre magnifique. (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  22. Je veux par ma magnificence immortaliser à jamais cette humeur sobre et laborieuse, dont il était doué. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  23. Il y a là-dessus plus de la moitié de profit. (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  24. Mon adresse et mon savoir-faire m'avaient mis dans le monde dans une assez belle situation : mais mon bonheur m'y fit des jaloux, on me suscita des affaires, je m'enrôlai pour me garantir des brutalités de la Justice. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  25. Autrefois qu'ils ne donnaient qu'une pièce en tout un an, je ne l'aurais pas conseiller : et fi ! (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  26. Mais ce jeune Officier qui a déjà les chevaux, et qui n'attend plus qu'après l'argent du carrosse pour achever son équipage, s'accommodera-t-il de cela ? (Acte 2, scène 5, GABRILLON)
  27. Et à moi bien du profit. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  28. Lorsqu'on est né l'épée au côté, je crois que partout ailleurs un homme de mon âge fait une sotte figure. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  29. Où trouverez-vous encore un métier dont le travail de six semaines suffise pour vous défrayer de toute l'année ? (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  30. Je ne l'ai pris que pour m'introduire dans une maison où mon perfide de Chevalier donne des rendez-vous à ma rivale. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  31. La rupture est certaine de manière ou d'autre ; et il me semble qu'un finissant une intrigue, c'est une espèce de consolation, que de gourmer un infidèle. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  32. À moins que de jouer dans la maison de rendez-vous, on y fait mauvaise figure, et je prétends la faire bonne. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  33. Ce fou d'Éraste, qui pour se raccommoder avec sa famille, a quitté l'épée pour la robe, et d'Officier, s'est fait apprentif Magistrat ? (Acte 3, scène 1, MADAME THIBAUT)
  34. Je passe à Paris des demi Étés incognito Je joins l'armée le jour d'une action ; cela fini, je reviens triomphant mettre à vos pieds toute ma gloire, et vous sacrifier ma fortune. (Acte 3, scène 2, LA RAMEE)
  35. Mon Fils, je ne saurais vous donner de plus fortes preuves de mon amitié, qu'en vous donnant Ismène pour épouse. (Acte 3, scène 3, LA RAMEE)
  36. Voilà une fille qui me parle bien cavalièrement. (Acte 3, scène 9, LE MARQUIS)
  37. Je vais m'y rendre, afin qu'on m'y trouve. (Acte 3, scène 11, LE COCHER)
  38. Elle est magnifique, vraiment. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  39. Comme j'ai grands fonds de crédit, moi, il faudrait pour diversifier les choses, que la Dame eût grands fonds de terre. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  40. Ils se sont mis à la raison, enfin. (Acte 4, scène 1, LE MAÎTRE À CHANTER)
  41. C'est ce jeune Officier pour cette vaisselle d'argent. (Acte 4, scène 3, GABRILLON)
  42. À la fin, je t'amène mon père. (Acte 4, scène 1, LÉANDRE)
  43. Hé vite, vite, finissons, je sais tout cela. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  44. Que vous avez-là un honnête Gentilhomme de fils, mon cher Monsieur ! (Acte 4, scène 5, MADAME THIBAUT)
  45. Elle vous a déjà fait accroire que c'est moi qui ai dit à Monsieur, que Madame se faisait descendre tous les jours de carrosse dans la cour neuve du Palais, et puis qu'elle allait trouver Monsieur le Chevalier, qui l'attendait vis-à-vis saint Barthélemy dans un Fiacre. (Acte 4, scène 7, LE PETIT DRAGON)
  46. Votre fils, Monsieur... votre fils. (Acte 4, scène 9, MÉLINDE)
  47. Hé bien, mon fils, Madame, qu'a-t-il fait ? (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  48. Oui, Madame, j'ai la vôtre neuve, et vous m'avez pris ma vieille ; et mon coquin de fils a mon argent sans doute, car je ne le vois plus. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  49. Où est mon fils ? (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  50. Votre fils m'a volée, et vous vous prenez encore à moi de son dérèglement. (Acte 4, scène 9, MÉLINDE)
  51. Est-il bien vrai que vous me sacrifiez ainsi votre fortune ? (Acte 4, scène 11, MADAME THIBAUT)
  52. Hé, fi donc, vous n'y songez pas. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  53. Je suis ruiné, Madame Thibaut ; ma petite fille vient de mourir entre mes bras, d'une convulsion qui lui a pris tout d'un coup sans apparence même de maladie. (Acte 4, scène 13, MONSIEUR DUBOIS)
  54. Et quel âge avait la petite fille ? (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  55. Je songe à vous rendre un bon office. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  56. Elle a une petite fille à peu près comme était la vôtre. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  57. En supposant cette petite fille au lieu de la mienne, je pourrais acheter la Charge. (Acte 4, scène 13, GABRILLON)
  58. Voyez, parlez, Madame Thibaut, je sacrifierai volontiers mille écus pour cette affaire. (Acte 4, scène 13, GABRILLON)
  59. La Justice lui a volé plus de la moitié de ses profits en amendes, en frais de Procureurs, droits de clercs, présents forcés, petites pensions involontaires à d'honnêtes personnes dans le besoin. (Acte 4, scène 14, GABRILLON)
  60. Nous avons outre cela près de trois douzaines de filles de chambre, une trentaine de cochers, et plus de cent laquais. (Acte 4, scène 14, GABRILLON)
  61. C'est une femme qui aime sa petite fille au-delà de l'imagination. (Acte 4, scène 15, GABRILLON)
  62. Si Monsieur Dubois n'a cet enfant pour remplir le vide que la petite fille défunte laisse dans sa famille, il sera obligé de rendre tout le bien de sa femme. (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  63. Enfin, tous deux ensemble vont venir ici dans la meilleure intelligence du monde. (Acte 5, scène 1, LISETTE)
  64. Et fi, à le bien prendre, il vous en devrait coûter moins qu'à qui que ce soit ; car, votre taille ne peut passer tout au plus que pour un In-douze. (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  65. Voilà pour elle un profit tout clair. (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  66. Les auteurs modernes en dramatique, tant en vers qu'en prose, de votre bonne ville et faubourgs de Paris, remontrent très humblement à votre Majesté, qu'après avoir sacrifié leurs soins et leurs veilles aux plaisirs du public, leur zèle serait tous les jours mal reconnu par certains quidams indiscrets, qui, de dessein prémédité, se transportant journellement ès lieux où lesdits auteurs font représenter leurs ouvrages, avec des appeaux à perdrix, des sifflets de chaudronniers, et autres armes offensives, desquelles ils chargent sans miséricorde tout ce qui ose paraître d'Acteurs sur le Théâtre, avec tant de fureur, que le comédien le plus intrépide est souvent contraint de lâcher pied, et de se retirer le coeur meurtri et tout percé de coups de sifflets. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  67. Adieu, ma fille, adieu. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  68. Quoi, c'est vous, Monsieur le Conseiller, vous voilà redevenu Officier. (Acte 5, scène 4, MADAME THIBAUT)
  69. Entrez là-dedans, faites un mémoire de votre bien, et de vos dettes surtout ; mais qu'il soit fidèle ; je me fais fort de trouver moyen de vous tirer de l'embarras où vous êtes. (Acte 5, scène 4, MADAME THIBAUT)
  70. Entrez là-dedans, vous dis-je, voilà des gens qui ont affaire à moi ; quand j'aurai fini avec eux, je vous en dirai davantage. (Acte 5, scène 4, MADAME THIBAUT)
  71. Fi, Monsieur, vous êtes pour cela une trop bonne pâte d'homme. (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  72. Quand il me fâche, je le mets à l'amende, et tu profites toujours de cet argent-là, toi. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  73. Ah : fi, voilà un dessein bien brouillé. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  74. Mon fils, vous n'y songez pas, il n'y a point du tout de confusion dans cet ouvrage. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  75. Repliez, repliez cela, Madame Thibaut : crois-moi, mignonne, rien n'use tant la vue que de regarder fixement des dentelles. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  76. Mon fils, pour peu qu'une femme aime son époux, peut-elle entendre parler de la mort d'un mari, sans mourir elle-même de douleur ? (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  77. Au moins, mon fils, c'est sans préjudice de l'amende. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  78. Car enfin, quelle protection pourriez-vous attendre d'un homme de soixante ans, par exemple ? (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  79. Soixante ans, fi. (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  80. Vous avez du fiel, Madame Torquette, vous aimez les vengeances qui durent. (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  81. Tiens, ma chère Madame Thibaut, voilà le mémoire de mes dettes aussi fidèle que tu me l'as demandé. (Acte 5, scène 8, ÉRASTE)
  82. Hé, fi donc, vous n'y songez pas. (Acte 5, scène 10, MADAME THIBAUT)
  83. Vous avez vu mon mémoire, je profiterai de la méprise. (Acte 5, scène 10, ÉRASTE)
  84. Oh, je ne croyais pas que les Apothicaires fissent payer leurs spéculations. (Acte 5, scène 10, ÉRASTE)
  85. Pour avoir trois fois la semaine, pendant un an, remonté de filasse neuve les pompes avec quoi Madame prend ses remèdes. (Acte 5, scène 10, ÉRASTE)
  86. Oui, Monsieur, c'est une coquine qui a recelé de la vaisselle que mon fils a volée à sa mère. (Acte 5, scène 14, DORANTE)
  87. Point, Monsieur, mon fils m'a tout dit. (Acte 5, scène 14, DORANTE)
  88. À fourbe, fourbe et demi ; Madame, finissez avec ces Messieurs, je vous le conseille. (Acte 5, scène 15, LA RAMEE)

SANCHO PANÇA, GOUVERNEUR (1712)

  1. J'en ai douté longtemps, mais pourtant à la fin v.24 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  2. Il faut des Enchanteurs que la rage finisse ; v.29 (Acte 1, scène 1, DON QUICHOT)
  3. Sans doute, et je vois bien qu'il serait difficile v.69 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  4. Je choisirai vos gens, vos Officiers, vos Pages, v.78 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  5. Songez que c'est pour moi que vous figurerez. v.91 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  6. Fi donc. v.112 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  7. Je l'ordonne, il suffit. v.115 (Acte 1, scène 3, LE DUC)
  8. Je puis prendre pour vrai tout ce qu'il se figure : v.134 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  9. Mais si la chose était, il serait difficile v.141 (Acte 1, scène 3, LE DUC)
  10. Enfin, me voilà Grand, mais grâce à la fortune, v.181 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  11. Et si par cas fortuit, car enfin tout peut-être, v.189 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  12. Et mettons à profit l'aventure plaisante v.206 (Acte 1, scène 8, LE DUC)
  13. Savoir mettre à profit les plaisirs qu'on se donne. v.218 (Acte 1, scène 8, LA DUCHESSE)
  14. Enfin, je voudrais fort qu'au fond de leurs villages, v.237 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  15. Mais enfin tous ces biens ne sont que des chimères. v.253 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  16. Enfin voici votre Île, où je veux qu'on vous aime, v.277 (Acte 1, scène 10, LE DUC)
  17. Voilà votre Île enfin. v.291 (Acte 1, scène 10, DON QUICHOT)
  18. Sancho n'a jamais eu de nom si magnifique. v.341 (Acte 1, scène 12, DON QUICHOT)
  19. Monseigneur Don Guichot, permettez qu'il finisse. v.349 (Acte 1, scène 12, LA DUCHESSE)
  20. Enfin, tout le Peuple m'envoie v.353 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  21. Finissons. Le fripon veut parler de la berne. v.386 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  22. D'une façon étrange et difficile à croire ? v.394 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  23. J'étais ce que j'étais; finissez mon ami. v.400 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  24. Un discours profitable, autant que nécessaire, v.446 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  25. Mais enfin aujourd'hui te voilà Gouverneur, v.491 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  26. Et surtout garde-toi de vendre aucun Office ; v.502 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  27. Je poursuis à la fin jusqu'à ces grandes âmes v.525 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  28. Le salutaire avis d'un conseiller fidèle ; v.546 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  29. Que dans tous tes projets la vertu soit ta fin, v.547 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  30. Je ne sais, mais enfin j'aime les bons repas. v.564 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  31. La plus grande finesse est de n'en point avoir ; v.600 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  32. La fin couronne l'oeuvre : et chacun a son tour. v.604 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  33. Et quoique ce public soit si fort difficile, v.613 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  34. On m'insulte ici, moi, qui figure pour vous. v.620 (Acte 2, scène 2, SANCHO)
  35. Mais je n'ai point de fiel ; c'est une bagatelle. v.625 (Acte 2, scène 2, SANCHO)
  36. Hé bien, cette audience enfin se tiendra-t-elle ? v.626 (Acte 2, scène 2, SANCHO)
  37. Qu'il soit bref ; car enfin, Madame_la_Duchesse, v.633 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  38. Que je suis, comme vous, le fils d'un laboureur, v.640 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  39. Enfin, que voulez-vous ? v.653 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  40. Fille d'un laboureur, notre proche voisine, v.662 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  41. Mais faut-il pour cela donner son fils au Diable ? v.669 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  42. De profil seulement, et par le côté droit, v.672 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  43. Ce petit accident la défigure un peu ; v.676 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  44. Enfin, que voulez-vous ? v.690 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  45. Votre fils ne sera marié de longtemps. v.696 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  46. Pour aider à mon fils dans son nouveau ménage. v.701 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  47. Cela leur suffira pour un commencement. v.704 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  48. Du fils le Bachelier, et de leur alliance. v.721 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  49. Sollicitai-je en vain votre magnificence ? v.722 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  50. Quelque défi que l'enfer vous envoie v.754 (Acte 2, scène 7, SANCHO)
  51. Noble Écuyer du Styx, car enfin la noblesse v.765 (Acte 2, scène 8, DON QUICHOT)
  52. Au noble Chevalier de la triste figure, v.782 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  53. C'est par ordre du Ciel que nous certifions v.784 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  54. La fin de notre longue et pénible aventure, v.785 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  55. Je n'ai point de fiel, je suis bon. v.810 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  56. Que Don Guichot enfin sache que Dulcinée v.811 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  57. La fin du succès glorieux v.826 (Acte 2, scène 8, DON QUICHOT)
  58. Avant que vous voyiez la fin de l'aventure. v.832 (Acte 2, scène 8, LE DUC)
  59. Mais enfin quoiqu'il soit sublime en toutes choses, v.874 (Acte 3, scène 1, LE DOCTEUR)
  60. À moins qu'être Greffier, Sergent ou Procureur? v.915 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  61. Dans les mains du Greffier qu'on mette tout cela. v.963 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  62. Et, bien ou mal, enfin il faut rendre un arrêt. v.967 (Acte 3, scène 2, LE DOCTEUR)
  63. Est-ce que sans profit on adoucit la loi, v.1002 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  64. Les ducats confisqués applicables à moi ? v.1003 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  65. Hé bien, de Gouverneur fais-je si mal l'office ? v.1004 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  66. Pour et contre son fils, de certaine manière v.1017 (Acte 3, scène 4, ELVIRE)
  67. Que le fils, quoique fils, ne se peut marier v.1018 (Acte 3, scène 4, ELVIRE)
  68. Vous êtes donc le fils, vous ? v.1021 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  69. Soit de mon fils tutrice au jour de mon décès. v.1031 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  70. Ce fils, dont la fortune et les jours me sont chers, v.1038 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  71. Oh, finissez, Madame, ou la peste vous crève. v.1044 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  72. L'amour vif à contraindre est beaucoup difficile. v.1056 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  73. Mon fils donc, en dût-il enrager, v.1058 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  74. Il est fâcheux de voir un fils déshérité. v.1115 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  75. Le fait est des plus clairs ; pourtant le fils n'aura v.1118 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  76. La chose à décider n'est pas fort difficile : v.1132 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  77. Mais à la fin pourtant, ne pouvant s'en défendre, v.1188 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  78. Point de cérémonie, et que je mange enfin, v.1257 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  79. De ce retardement nous allons voir la fin : v.1280 (Acte 4, scène 1, LE DOCTEUR)
  80. Officier, reportez ce plat à la cuisine. v.1338 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  81. Un accident étrange et difficile à croire, v.1422 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  82. C'est un animal triste, et qui donne la fièvre. v.1430 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  83. Et pour justifier combien il est mauvais, v.1439 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  84. Quel est votre pays, votre famille, enfin v.1451 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  85. Que s'il faut qu'à la fin la rage me surmonte, v.1462 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  86. De ne vous fier à personne ; v.1497 (Acte 4, scène 5, LE MAÎTRE D'HÔTEL)
  87. Il faut se divertir sans nul désordre, enfin. v.1568 (Acte 5, scène 1, LA DUCHESSE)
  88. Sur un canapé magnifique v.1592 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  89. La hallebarde encore ne vous fiera point mal. v.1630 (Acte 5, scène 4, HENRIQUE)
  90. Il me suffira donc d'en avoir une oreille : v.1673 (Acte 5, scène 7, MENDOCE)
  91. Suffit que l'ennemi soit chassé de la Ville. v.1681 (Acte 5, scène 10, LE DUC)
  92. À d'autres. Mais enfin, tout est-il bien tranquille ? v.1728 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  93. Suffit. v.1747 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  94. Et tout le monde enfin, hors vous, Madame et moi. v.1759 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  95. Quoiqu'un nombre infini soit resté sur la place, v.1776 (Acte 5, scène 13, DON LOPE)
  96. Que ce Gouvernement ne finira jamais. v.1787 (Acte 5, scène 13, LA DUCHESSE)
  97. N'étant plus Gouverneur, que le charme est fini. v.1809 (Acte 5, scène 14, DON QUICHOT)
  98. Si le charme est fini, sans risquer le voyage v.1812 (Acte 5, scène 14, SANCHO)
  99. Met fin à votre enchantement, v.1893 (Acte 5, scène 16, DON QUICHOT)
  100. Voilà ma Reine, enfin. v.1914 (Acte 5, scène 17, DON QUICHOT)
  101. Voilà mon Écuyer le fidèle Sancho, v.1925 (Acte 5, scène 17, DON QUICHOT)
  102. Et c'est la fin de l'histoire v.1956 (Acte 5, scène 17, DULCINEE)
  103. La sagesse la plus fine v.1958 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  104. Sancho l'Écuyer fidèle v.1969 (Acte 5, scène 17, DULCINEE)
  105. Elle sera fiancée v.1997 (Acte 5, scène 17, ARCHELAÜS)

LE VERT-GALANT (1699)

  1. Moi, Officier de Dragons, aller loger chez un teinturier, que l?on sait qui est mon oncle ! (Acte 1, scène 1, ÉRASTE)
  2. Le hasard nous fournira quelque aventure favorable, dont il faudra tâcher de profiter. (Acte 1, scène 1, ÉRASTE)
  3. Je ne rougis point de ma famille, mais je n?ai que faire d?afficher qui je suis en allant demeurer chez Monsieur Jérôme. (Acte 1, scène 1, ÉRASTE)
  4. J?ai des mesures à garder avec cent officiers de mes camarades. (Acte 1, scène 1, ?RASTE)
  5. Fort bien, l?Officier de Dragons deviendra Teinturier, et le Teinturier, Gentilhomme ; ce sera là une jolie métamorphose. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  6. Quand cela sera fait, nous songerons à te marier, j?ai en main une fort jolie fille (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  7. Elle nous a envoyé le portrait de la fille, nous lui avons renvoyé celui de mon maître. Les parties ont été contentes des copies, et les originaux sont devenus amoureux l?un de l?autre par la poste. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  8. Malepeste la fille est riche ; mais l?oncle qui est tuteur, est tenace. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  9. C?est une difficulté, nous le savons. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  10. C?est fort bien imaginé : mais pour ce soir je ne saurais profiter de l?occasion que vous m?offrez ; j?ai des affaires très importantes pour un mariage, dont je fournis la dot en espèces pour du papier, sur lequel il y a moitié à gagner. (Acte 1, scène 5, TARIF)
  11. Fi, fi, vous rêvez, Madame. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  12. Votre charmante épouse nous a reçu le plus gracieusement du monde, et vous êtes logé et meublé comme un Financier, mon oncle. (Acte 1, scène 9, ÉRASTE)
  13. C?est bien dit, vous avez raison, belle voisine, respectons son absence, et profitons-en. (Acte 1, scène 12, TARIF)
  14. Il y a un quart d?heure qu?on a tout apporté, ragoûts, rôti, dessert, le couvert est mis, le vin rafraîchi, on se mettra à table quand vous voudrez, et sur la fin du repas on vous donnera les violons : c?est une petite musique, dont vous ne serez pas mécontent. (Acte 1, scène 12, JAVOTTE)
  15. Pour cela, c?est une chose épouvantable ; un joli homme de Finances ne saurait souper tête à tête avec une bourgeoise de conséquence, et y demeurer seulement jusqu?à quatre heures du matin, qu?on n?en fasse le lendemain cent contes ridicules. (Acte 1, scène 12, TARIF)
  16. Il n?est point ici, vous y tenez sa place ; il faut que vous y figuriez comme lui, afin qu?on ne s?aperçoive point de son absence. (Acte 1, scène 13, JAVOTTE)
  17. Un Officier de Dragons, un neveu de Monsieur Jérôme, qui n?est ici que d?aujourd?hui. (Acte 1, scène 14, MADAME JÉRÔME)
  18. On dit que vous me demandez, mon Officier ? (Acte 1, scène 15, LÉPINE)
  19. Il faut par reconnaissance le divertir aussi, mon Officier, et ne le pas laisser ennuyer. (Acte 1, scène 15, LÉPINE)
  20. Mais que vois-je ? C?est mon bonnet, je pense ! Ah, quelle perfidie ! Quelle insulte ! Je ne sais qui me tient. (Acte 1, scène 16, JÉRÔME)
  21. Monsieur mon mari m?en fit autant il y a trois mois : Monsieur Tarif fut étrillé par deux grands Clercs. (Acte 1, scène 19, MADAME CLOPINET)
  22. C?est ce qui est cause qu?on ne leur fait pas toujours confidence. Tout coup vaille, je ne me suis pas repentie de celle-là, et Monsieur Tarif fut fort bien régalé. (Acte 1, scène 19, MADAME CLOPINET)
  23. Là-bas dans la salle, où deux Officiers de Dragons, et Monsieur Jérôme, travaillent de concert à enivrer Monsieur Tarif. (Acte 1, scène 19, MADAME JÉRÔME)
  24. Je le sais déjà, moi, je sui leur confidente. (Acte 1, scène 19, MADAME CLOPINET)
  25. Tout ceci finira par un bon mariage. (Acte 1, scène 20, MADAME JÉRÔME)
  26. Elle finira bien. (Acte 1, scène 20, MADAME JÉRÔME)
  27. Il n?est pas question de latin, je ne l?entends point. Mais je les ai trouvés ensemble, vous dis-je, en présence d?un de mes neveux, Officier d?armée, qui en peut rendre témoignage. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  28. C?est un préjugé, mais des plus simples, et ce seul indice n?est point suffisant. (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  29. Enfin ; qu?avez-vous fait, qu?est-il arrivé ? (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  30. Il faudra bien qu?il en change malgré lui, et dans l?état où vous l?avez mis, je le défierais bien de se produire en bonne fortune. (Acte 1, scène 24, GASPARD)
  31. Vous confiner à la campagne. (Acte 1, scène 24, LÉPINE)
  32. Oh, par ma foi, je l?en défie, et nous y avons mis trop bon ordre. (Acte 1, scène 25, LÉPINE)
  33. Ce n?est pas pour moi que je le demande, donnez-le à votre nièce, et donnez la fille à mon maître. (Acte 1, scène 26, LÉPINE)

LE BON SOLDAT (1718)

  1. Qui jamais de la sorte a marié sa fille ? v.14 (Acte 1, scène 1, JACINTE)
  2. Il me fera finir mes jours en un couvent ; v.32 (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  3. Mon fils. v.64 (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  4. Enfin, quelle heure est-il ? v.69 (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  5. Qui diantre se serait défié de cela ? v.116 (Acte 1, scène 7, GROGNARD)
  6. Oui, mais afin qu'il détale, v.137 (Acte 1, scène 9, JOCRISSE)
  7. Mais je vois bien qu'enfin je n'y puis consentir. v.168 (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  8. Ma foi, vous finirez malgré tous vos adieux, v.200 (Acte 1, scène 10, JACINTE)
  9. Partez, s'il fallait donc qu'il fit un grand voyage ! v.201 (Acte 1, scène 10, JACINTE)
  10. Enfin, il est absent, pour le coup, respirons, v.211 (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  11. Le moindre homme suffit pour ternir notre honneur, v.236 (Acte 1, scène 12, JACINTE)
  12. Filles, apportez tout. v.383 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  13. Profitez de l'absence v.420 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  14. Quelle sera la fin de ce désordre ici ! v.439 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  15. Hé vraiment oui, le Diable en fit-il jamais d'autres ? v.442 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  16. Ou par la cheminée enfin, ou par la porte, v.450 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  17. La figure de l'homme est la plus agréable : v.454 (Acte 1, scène 17, ANGÉLIQUE)

L'OPÉRATEUR BARRY (1702)

  1. Que vous importe, pourvu que l'Opérateur la fasse mieux valoir qu'un autre, et que le profit vous en revienne ? (Prologue, scène 2, MONSIEUR DANCOURT)
  2. Non : mais on connaîtra du moins que le petit nombre d'Acteurs qui demeure à Paris, se donne du soin pour plaire ; et ce petit nombre ne pouvant suffire par lui-même à jouer de certaines Pièces anciennes ou nouvelles, on ne peut que nous savoir gré de laisser Monsieur l'Opérateur Barry donner une espèce de nouveauté, qui sera peut-être moins mal reçue que nous ne pensons l'un et l'autre. (Prologue, scène 2, MONSIEUR DANCOURT)
  3. Vous en avez assez la mine ; et vos figures choquantes, et vos visages hétéroclites ne sont point faits pour ce Théâtre-ci. (Prologue, scène 3, MADAME DE CHANVALLON)
  4. Madame, Madame, visage vous-même, on ne traite point des gens comme nous de visages, afin que vous l'entendiez. (Prologue, scène 3, JODELET)
  5. Et qui outre cela sait lire et écrire, afin que vous le sachiez. (Prologue, scène 3, JODELET)
  6. Enfin, un Élixir spécifique, que je puis appeler le supplément de la beauté, le réparateur des visages, et l'abrégé universel de tous les charmes qui ont été refusés par la nature. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  7. J'ai souhaité avoir des enfants, le Ciel m'a donné une fille, et je me trouverais fort heureux si quelqu'un m'en voulait débarrasser. (Acte 2, scène 1, GARGUILLE)
  8. Allez, mon ami, je défie la mort de vous prendre par maladies, et j'ai dessein de vous tuer à force de joie. (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  9. Je ne mourrai point de cela, ni ma fille non plus, je vous assure. (Acte 2, scène 2, GARGUILLE)
  10. Oui, le chagrin est plus mortel que la joie, et vous n'aurez pas ma fille, je vous en avertis : ah, ah, ah. (Acte 2, scène 2, GARGUILLE)
  11. Un petit mot, bonhomme : j'aurai votre fille ; la Mademoiselle Garguille, votre femme, me l'a promise. (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  12. Ma femme veut marier notre fille Isabelle ; et comme le mari qu'elle prétend lui donner ne me plaît pas, je viens vous prier de m'aider à rompre ce mariage. (Acte 2, scène 4, GARGUILLE)
  13. En français ou autrement, je vous réponds que si vous voulez me laisser faire, le Capitan Spacamonte n'épousera point votre fille. (Acte 2, scène 4, ZERBINETTE)
  14. La conjoncture est admirable, et je serai bien aise que cela me donne occasion de passer avec votre fille toute la soirée. (Acte 2, scène 4, ZERBINETTE)
  15. La fortune se déclare pour ce pauvre garçon, qui m'est tantôt venu faire confidence de la passion qu'il a pour isabelle. (Acte 2, scène 5, ZERBINETTE)
  16. C'est sa fille à qui vous en voulez ; c'est à elle à qui il faut s'adresser. (Acte 2, scène 6, ZERBINETTE)
  17. Venez, ma fille, voilà Madame Zerbinette, qui est une personne d'esprit, de vos voisines, avec qui je veux que vous fassiez connaissance. (Acte 2, scène 7, GARGUILLE)
  18. Débarrasse-nous de ce fanfaron de Capitan, tâche de faire en sorte que ma fille prenne de l'amour pour quelque autre, afin qu'elle contredise sa mère, sans que je paraisse me mêler de cela, moI. Ôte-toi de là, toi, gros coquin, que viens-tu faire ici ? (Acte 2, scène 7, GARGUILLE)
  19. Madame m'a dit de prendre garde à sa fille, qui est sa fille plus que la vôtre ; et au cas qu'elle parlât à d'autres qu'au Seigneur Spacamonte, d'écouter tout ce qu'on lui dirait. (Acte 2, scène 7, JODELET)
  20. Je le défierai bien de nous entendre, ne vous mettez pas en peine. (Acte 2, scène 7, ZERBINETTE)
  21. Mais je ne puis guetter pour vous et pour Madame Garguille, qui m'a donné sa fille en garde. (Acte 2, scène 10, JODELET)
  22. Ah fi, Monsieur, que vous puez le vin ! (Acte 2, scène 12, ISABELLE)
  23. Monsieur, Monsieur le fanfaron, vous vous exhalez en mauvais discours : mais je sais les moyens de les faire finir. (Acte 2, scène 15, MOSTELIN)
  24. Petit badin, fi donc, je ne puis souffrir les rencontres, et ne me bats qu'en rendez-vous. (Acte 2, scène 15, SPACAMONTE)
  25. Cadedis, je vous en défie, je n'ai que trop d'honneur. (Acte 2, scène 15, SPACAMONTE)
  26. Je suis aimé de votre fille, je sais que ce fanfaron en est amoureux, et je lui veux ôter la vie s'il ne cesse de me la disputer. (Acte 2, scène 16, MOSTELIN)
  27. Seigneur Gautier-Garguille, profitez de l'absence de votre femme. (Acte 2, scène 16, ZERBINETTE)
  28. De grand coeur : je n'ai point de fiel, et bien en prend à l'Univers que je sois aussi bon que brave. (Acte 2, scène 16, SPACAMONTE)
  29. Fillette, prenez un mari, v.28 (Acte 2, scène 17, MONSIEUR BARRY)
  30. C'est un remède spécifique. v.32 (Acte 2, scène 17, MONSIEUR BARRY)
  31. Jeune fillette à quinze ans v.68 (Acte 2, scène 17, ISABELLE)

LA LOTERIE (1697)

  1. Est-il possible qu'une fille Napolitaine formée ( je ne dirai pas du plus pur ni du plus noble sang de ce pays-là ) mais du plus subtil du moins. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  2. La fille de Monsieur Sbrigany en un mot connaisse une autre passion que celle de son intérêt, et qu'elle puisse être sensible à quelqu'autre chose qu'à sa fortune. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  3. La voila tirée, quand elle sera finie, le produit à couvert, les lots distribués tant bien que mal, on congédiera le commissaire, et selon l'exigence des cas, ou l'occurrence des affaires, on vous promettra dans la suite à quelqu'autre, à qui l'on ne tiendra pas mieux parole. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  4. Malepeste c'est un habile homme que votre père , il n'y a rien qu'il ne mette à profit. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  5. Votre conversation me ferait beaucoup d'honneur et de plaisir, Monsieur, mais je n'ai pas le temps d'en profiter. (Acte 1, scène 2, MARIANE)
  6. Avec votre permission, Monsir, moi l'être un Marchand de Bruxelles, et comme j'aure des bijoux, des montres, des diamants, des tabletieres, moi les prêter à vous pour montre seulement à la Loterie, afin d'attraper les bonnes personnes de sti grande bonne Ville. (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  7. Et moi l'être bien aussi tout de même, Monsir, Et vous demande en grâce de n'y point beaucoup trop attraper tout le monde dy Paris sti fois-ci, afin que moi puisse l'autrefois encor attraper une bonne partie. (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  8. Hé bien, Lisette, as-tu déterminé ma fille a ne plus voir Éraste, et à recevoir favorablement Monsieur Desfourneaux le Commissaire : nous aurons peut-être besoin de lui, comme tu sais. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  9. Vous avez raison, Monsieur, et la Loterie pourrait devenir tumultueuse sur les fins : Mais voulez-vous que je vous dise, outre que Mademoiselle votre Fille est un peu rétive à vos ordres, je doute que la seule protection de Monsieur Desfourneaux puisse vous garantir de l'orage qui se prépare. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  10. N'auriez-vous point quelque ingénieur de vos amis qui pût y faire quelques petites fortifications. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  11. Je crois que cela ne serait pas inutile, et je me souviens que de certains Officiers cet hiver, en vous donnant leur argent, vous firent entendre... (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  12. Ils sont à l'Armée les Officiers. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  13. Les plus mutins sont de mes amis, j'ai fait un nota à leur numéro, ils auront de bons lots ceux-là ; je sais bien ce que je fais, notre barrière nous suffira. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  14. Aussi bien voilà vôtre fidèle garçon de boutique qui a quelque choie à vous dire. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  15. Hé bien, finissons, je ne veux point de bruit, je vous donnerai cent pistoles. (Acte 1, scène 6, SBRIGANY)
  16. Ah vi vingracio lassiate dire il popoli voi siete un honneste homme, mes remors sont finis, je n'ai plus paour. (Acte 1, scène 6, PETRONILLO)
  17. Si je demande quelque chose ; oh dame acoutez, c'est le cousin Barthelemy, le fils de ma tante Renée, qui est un de vos Suisses. (Acte 1, scène 9, BASTIEN)
  18. Que des billets noirs dans cette Loterie, ça est admirable dans cette manière-là, plus on y boute, plus on y gagne, c'est un profit tout clair. (Acte 1, scène 10, BASTIEN)
  19. C'est bien dit, il rattrapera ça d'un autre côté, faut bien amorcer les gens de Paris avec quelque chose, ça li revanra, nan dit qua cette foire, il leur vend des babioles et des mirlifiches qu'ils achetons comme de bonne marchandise. (Acte 1, scène 10, BASTIEN)
  20. Oh finissez donc. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  21. Il m a chargé de vous présenter dix Louis d'or pour lever les difficultés que votre honneur pourrait trouver dans cette affaire là. (Acte 1, scène 13, LA-FRANCE)
  22. S'il le trouvait quelques difficultés pour la réponse. (Acte 1, scène 13, LISETTE)
  23. Ne vous effarouchez point de cette visite-ci, c'est notre bonne amie, la fille de ce marchand, cette veuve qui fait la femme de conséquence, et qui est si folle et si coquette. (Acte 1, scène 14, LISETTE)
  24. Je vous assure, Madame, que c'est avec toute la fidélité imaginable... (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  25. Je sais bien, te dis-je, mais vous avez la fureur des petits lots dans ces commencements-ci ; il faut laisser finir les petits mouchoirs, cela passera. (Acte 1, scène 17, MADAME-LA-CLOCHE)
  26. Ma foi, Madame, je n'y entends point de finesse. (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  27. Il fallait un peu diversifier les lots, elles ont raison. (Acte 1, scène 17, LISETTE)
  28. Cela finira de même, Monsieur, cela finira de même. (Acte 1, scène 17, LISETTE)
  29. Je m'en vas donc leur dire que vous allez venir, afin qu'ils se prépariont, qu'ils allont être aises. (Acte 1, scène 17, SIGNOLET)
  30. Voilà qui est bien, je lui suis fort obligé, ma fille. (Acte 1, scène 18, SBRIGANY)
  31. L'avarice du père, l'amour de la fille, je me prête à tout dans cette maison-ci, ça toujours été mon défaut, je suis trop facile. (Acte 1, scène 19, LISETTE)
  32. Il y a quatre-vingt-mille bonnes livres de profit, je vous en réponds. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  33. Quel profit ! (Acte 1, scène 20, MARIANE)
  34. Que sais-je moi, c'est une nouvelle manière qu'on a imaginée de faire des présents, et de les recevoir avec bienséance, et Monsieur votre père a le profit et le mérite de l'invention. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  35. Il n'est point de difficultés, quelques insurmontables qu'elles puissent être... (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  36. Ma foi, Monsieur, vous êtes plus heureux que sage, et voila aussi Mademoiselle votre fille que je trouve dans des dispositions tout-à-fait conformes à vos sentiments. (Acte 1, scène 21, LISETTE)
  37. Voilà une fille qui prend beaucoup sur elle au moins. (Acte 1, scène 22, LISETTE)
  38. Ma Loterie va bien, le peuple est docile, tout me réussit, je ferai ma fille grosse Dame. (Acte 1, scène 22, SBRIGANY)
  39. Ne serait-ce point quelqu'un qui viendrait demander votre fille en mariage. (Acte 1, scène 24, LISETTE)
  40. Cette homme-là ne vous caressait point de bonne foi, défiez-vous-en. (Acte 1, scène 24, LISETTE)
  41. Si je me fiche je ferai tapage , et je casserai bien des petits lots ; dépêchons mes quatre Louis. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  42. Il m'en faut l'intérêt, vous avez de la conscience, vous le gardez depuis six mois : je prendrai sans voir, faites bien les choses, deux livres de tabac pour moi, un éventail pour la fille de mon auberge, et de vos mouchoirs pour le Toulousain mon valet de chambre. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  43. On aura beau dire que votre Loterie n'est pas fidèle, Monsieur, que vous êtes un maroufle, je n'en croirai rien pour moi, je vous assure, et je vous rendrai toute la justice qui vous est dûe. (Acte 1, scène 25, LA-PROCUREUSE)
  44. Oui, Madame, garni de petits filets d'argent. (Acte 1, scène 26, PETRONILLO)
  45. Je viens quérir mes lots, Monsieur Sbrigany, pour les mouchoirs et les petites porcelaines vos garçons en feront leur profit. (Acte 1, scène 27, LA-MARQUISE)
  46. C'est mon cousin le Financier, si je ne me trompe, (Acte 1, scène 28, LA-MARQUISE)
  47. Éraste caché chez moi, qu'est-ce que cela signifie, parle, n'avais-je pas défendu... (Acte 1, scène 29, SBRIGANY)
  48. Vous avez défendu qu'il vît votre fille. (Acte 1, scène 29, LISETTE)
  49. Faites un gros lot de vingt mille écus, à condition d'épouser votre fille, et la donnez à mon neveu ; nous avons des amis, on vous trouvera de la protection. (Acte 1, scène 30, LE-FINANCIER)
  50. Profitez de l'exemple, Messieurs, et si jamais quelque Napolitain est assez hardi pour faire une Loterie, que les Parisiens ne soient pas assez fous, pour y mettre. (Acte 1, scène 30, LISETTE)

LES VENDANGES DE SURESNES (1695)

  1. Je m'étonnais aussi que vous fissiais les honneurs de votre maison de si bon courage ; car vous êtes un tantinet ladre, de votre naturel : mais baste, il n'est chère que de vilain, comme on dit ; et quand vous vous y boutez une fois, tout y va par écuelles. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  2. Mais, s'il vous plaît, Monsieu, en vous chargeant de l'embarras d'une femme, ne vous déchargez point de sty de votre fille : Alle est en âge d'être mariée ; et quand une poire est mûre, si on ne la cueille, alle tombe d'alle-même, comme vous savez. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  3. Je songe aussi à marier ma fille, et le mari que je lui destine devrait être ici, je l'attends de jour en jour. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  4. Mariane est une fille bien élevée, qui fera toujours tout ce que je voudrai. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  5. Alle est une fille bian élevée, mais alle est une fille ; et j'ai queuque opinion qu'alle a queuque jeune drôle dans la fantaisie. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  6. Et tu crois que c'est pour ma fille ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  7. Il a fait connaissance avec ma fille ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  8. Et si par aventure le jeune drôle vient à grimper aussi de son côté : enfin, que fait-on, la poire est mûre, et les enfants de Paris aimons bian le fruit, prenez-y garde. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  9. Bon, est-ce que vous croyez les filles assez sottes pour conter à leurs pères leurs petites fredaines ? (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  10. Je te cherchais, mon pauvre Thibaut, pour te faire une confidence, d'où dépend absolument? (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  11. C'est le fils de ses anciens amis, le Bailli de Gisors ; il y a près d'un an qu'il me menace de ce mariage, et voilà ses menaces à la veille d'être accomplies. (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  12. Accoutez, ça est difficile, mais pourtant ça n'est pas impossible. (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  13. C'est une figure assez bernable. (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  14. L'exécution est difficile. (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  15. Cela n'est pas mal imaginé : mais cela ne suffit pas. (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  16. À de petits-maîtres de Paris, par exemple, à des filles de qualité de leur connaissance, à des enfants de famille qui prennent crédit, à des abbés qui font porter des soupers en ville ; il faut bien que tout passe. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  17. De me faire épouser une fille riche et jolie, et d'être payé de ce que je te dois. (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  18. C'est le petit-fils de la fille d'une bâtarde de notre famille. (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  19. C'est pour m'empêcher de peupler comme ça, que mon père m'envoie à Paris de si bonne heure ; car je n'ai encore que trente-huit ans, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  20. C'est une des bonnes de la Province, voyez-vous ; nous avons eu tout de suite quatre Baillis de Gisors, et autant de médecins, tous de père en fils. (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  21. Sa fille est-elle jolie, Madame ? (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  22. J'aime les jolies filles. (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  23. Car à Paris, on dit que les filles sont diablement égrillardes. (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  24. Voilà une figure assez drôle. (Acte 1, scène 10, VIVIEN)
  25. Les filles de Paris sont vives, comme vous voyez ; et c'est bien autre chose quand elles sont femmes. (Acte 1, scène 10, MADAME DUBUISSSON)
  26. Mais ma fille est une diablesse qui vous rangera, ne vous boutez pas en peine. (Acte 1, scène 11, THIBAUT)
  27. Voilà mon cousin l'Officier que j'amène voir mon prétendu. (Acte 1, scène 12, LORANGE)
  28. C'est le chevalier Thomasseau, ce fameux, ce brave Officier aux Gardes, de son métier ? (Acte 1, scène 12, MADAME DUBUISSSON)
  29. Faites ce qu'il vous dit, ne le mettez pas en colère ; il n'a encore tué personne, et voilà bientôt la fin de la semaine. (Acte 1, scène 12, MADAME DUBUISSSON)
  30. Qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  31. Il suffit qu'elle soit de vos amies, pour me donner bonne opinion de son mérite. (Acte 1, scène 13, ANGÉLIQUE)
  32. Je meurs d'impatience d'embrasser Mademoiselle votre fille. (Acte 1, scène 13, ANGÉLIQUE)
  33. Mais voici déjà le bon homme, quelle confidence me veut-il faire ? (Acte 1, scène 14, MADAME DUBUISSSON)
  34. C'est un petit modèle de perfection, c'est la sagesse en mignature, une fille élevée comme une Princesse, un coeur de Reine. (Acte 1, scène 15, MADAME DUBUISSSON)
  35. Elle possède elle seule assez de talents pour rendre une douzaine de filles des plus accomplies. (Acte 1, scène 15, MADAME DUBUISSSON)
  36. Je me défais de ma fille, et je l'envoie dans le fonds de la Province. (Acte 1, scène 15, MONSIEUR THOMASSEAU)
  37. Oui, Monsieur, et pour mes péchés je suis venu ici dans le dessein d'épouser la fille d'un Monsieur Thomasseau, qui est le plus grand coquin, le plus grand maraud? (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  38. C'et la vérité, Monsieur, il a une fille qui est la créature la plus maussade, et la plus effrontée? (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  39. Vous êtes un fripon, et un insolent, de parler des gens d'honneur comme vous faites, et je vous donnerai mille coups de bâton, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR THOMASSEAU)
  40. Non, non, Monsieur, ce n'est pas vous, je viens de le quitter, il est aux trois Rois avec sa fille et des Soldats aux Gardes. (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  41. Et sa fille a le visage de travers, elle est bossue, naine et boiteuse. (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  42. Ma fille est jeune et belle, et n'est ni naine, ni bossue. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR THOMASSEAU)
  43. C'est le fils d'un de mes amis, ma voisine, qui vient ici pour être mon gendre. (Acte 1, scène 19, MONSIEUR THOMASSEAU)
  44. Morgué, votre fille choisit mieux que vous, je me donne au diable, le gars de la petite ruelle vaut trente maris comme stila ; je vous l'avais bian dit qu'ils se trouverions deux. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  45. Voilà une grande fille qui n'est pas mal faite. (Acte 1, scène 22, VIVIEN)
  46. Vraiment oui, c'est une de nos amies, une fort honnête fille, qui postule pour chanter gratis à l'Opéra, afin de se faire connaître. (Acte 1, scène 22, MADAME DUBUISSSON)
  47. Trois Officiers de Dragons de mes bons amis m'ont engagée d'y venir en Vendanges ; et comme j'ai su par occasion que Monsieur Vivien de la Chaponnardière y était pour épouser la fille de Monsieur, j'ai cru ne pouvoir me dispenser de mettre empêchement à ce mariage. (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  48. Comment de quel droit, petit perfide ? (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  49. Je vous le disais bien, elle a toujours passé pour une fille très sage. (Acte 1, scène 22, MADAME DUBUISSSON)
  50. Vraiment, nous soupâmes ensemble dès le soir même ; il me fit boire tant de ratafia, et tant manger de truffes. (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  51. Allez, Monsieur, vous devriez mourir de honte de faire des présents à des filles qui jurent comme cela. (Acte 1, scène 22, MONSIEUR THOMASSEAU)
  52. Tenez, Monsieur, vela le mari que votre fille a fait venir de Paris, et vela sti que vous avez fait venir de campagne. (Acte 1, scène 23, THIBAUT)
  53. Approchez, ma fille, approchez. (Acte 1, scène 24, MONSIEUR THOMASSEAU)
  54. Ne me priez de rien, ma fille, l'affaire est conclue dans ma tête. (Acte 1, scène 24, MONSIEUR THOMASSEAU)
  55. Voilà qui est fini, vous dis-je, j'écrirai à votre père. (Acte 1, scène 24, MONSIEUR THOMASSEAU)
  56. Comme fille postulante d'Opéra, il faut qu'elle donne un plat de son métier à la compagnie. (Acte 1, scène 24, MADAME DUBUISSSON)
  57. Darlu, Rousseau, Fitte et Forelle. v.10 (Acte 1, scène 25, SECOND VENDANGEUR)
  58. Profitez bien, jeunes fillettes, v.49 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  59. Défiez-vous de ces coquettes, v.65 (Acte 1, scène 25, MADAME DESMARTINS)

LE CHARIVARI (1697)

  1. Nous ne nous éloignerons pas, Monsieur, cela suffit. (Acte 1, scène 1, LA FLEUR)
  2. La Fontaine, payez ce Fiacre, et le renvoyez, entendez-vous ? (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  3. Point de finesse, Messieurs, nous sommes tous trois dans le même équipage, nous y faisons tous trois la même chose, et peut-être courons-nous tous trois le même lièvre ? (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  4. Angélique est fille d'une vieille Madame Loricart, qui a une maison dans le Village. (Acte 1, scène 5, ÉRASTE)
  5. Cela ne fait rien, c'est moi qui suis le bon ami du cousin de la nièce de ce Curé, qui est parent du beau-frère de ce neveu, dont la tante avait un fils qui était ami de la marraine... là... (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  6. Vous savez donc bian itou qu'il était enragé de ce que sa femme avait un filleul qu'alle aimait tant ? (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  7. Oui, mais il n'osait rian dire ; car de son côté il avait itou une petite filleule, et ils ne savions tous deux rien de ça quand ils s'épousirent. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  8. Oh dame, sitôt qu'ils furent mari et femme, le parrain fit sottement venir la filleule, la marraine fit bravement venir le filleul : chacun le sian, ce n'est pas trop, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  9. La marraine est morte, le parrain m'a fait paysan, et il a fait sa filleule Madame. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  10. Tatigué, je m'en gausse, j'ai bian rencontré ; je sommes heureux nous autres filleuls : je me suis fait le Jardinier d'une vieille Madame, qui a pris une si bonne amitié pour moi, que c'est la plus grande piquié du monde. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  11. J'ai opignion que ce qu'alle en fait, c'est pour faire enrager sa fille et sa nièce, qu'alle n'aime point. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  12. Alles ne m'aimont point itou, moi, cette fille et cette nièce ; alles vont avec une Mathuraine, qui est un serpent pour sa malice, alles me fesont toujours queuque pièce : et par vindication, pour faire ma forteune ; vous m'entendez bian ? (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  13. C'est bien dit, Monsieur, vous parlez d'or, faites de même, je vous seconderons que rian n'y manquera : vous voici venu tout à propos, et je mourions d'envie de vous voir, ces Damoiselles et moi, afin que vous nous conseillissiais ce qu'il faut que je fassions ; car, voyez-vous, je n'y entendons point de malice, je ne demandons qu'amour et simplesse : je vous en croirons ! (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  14. Que je mourions filles. (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  15. Je la vis pourtant, il y a deux mois, dans la résolution de marier sa fille et sa nièce, et elle voulait aussi te faire épouser... (Acte 1, scène 9, CLÉONTE)
  16. Fi, fi, Monsieur, ce serait un bian mal acquis, je ne voulons point de ça, il n'est rian tel qu'un douaire bian gagné, c'est le plus profitable : des héritiers n'avont rian à dire. (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  17. Cela suffit. (Acte 1, scène 10, CLÉONTE)
  18. Tenez, Monsieur, il y a une noce dans le Village, dont alles avont prié qu'on les priit ; et par esprit de contradiction alles n'en voulont pas être, afin que Madame veuille qu'alles en soyont. (Acte 1, scène 10, MATHURINE)
  19. Et pour les mortifier davantage, là, pour abaisser leur petit orgueil, je les fais habiller en paysannes. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  20. Il m'a donné bien des chagrins : mais, ou je ne pourrai, ou je les rendrai bien à Mademoiselle sa fille. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  21. À sa fille, Madame ! (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  22. Je ne saurais que te dire, le beau-frère, la fille, la nièce, je n'aime point du tout cette parenté-là. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  23. Oui, j'aurai soin de toi, laisse-moi faire, tu es une fort bonne fille : mais... (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  24. Ah, j'entends bien ce mais-là, ce n'est pas la frorteune d'une fille que vous voulez faire, c'est celle de queuque garçon, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  25. Je ne sais pas queu vent a soufflé sur la maison ; mais votre fille et votre nièce sont tout aussi folles que vous, je vous en avartis. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  26. Qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  27. Ne va pas leur faire cette confidence, au moins. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  28. Je t'aime, tu m'aimes aussi, tu as six cent francs, tu me demandes en mariage à moi-même, parce que je suis seul de ma famille : je ne suis pas cruel, je m'accorde à tes désirs ; voilà qui est fini, j'aurai la complaisance de t'épouser. (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  29. Il y a dans le Village deux fidèles pasteurs qui attendent de mes nouvelles : ne pourrions-nous point les aboucher avec leurs bergères, et prendre ensemble des mesures... (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  30. Je n'en démordrai point, vela qui est fini. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  31. Que ça ne vous embarrasse point : vous les avez fait venir pour les voir une fois, pour qu'ils sachent ce que vous pensez, et pour savoir ce qu'ils voulont faire ; et il m'est avis qu'ils ne pouvont vous dire ça, à moins qu'ils ne vous parliont, je vous défie de faire autrement. (Acte 1, scène 16, MATHURINE)
  32. Elle s'imaginerait fort bian ça, elle est la maîtresse d'un paysan, afin que vous le sachiais. (Acte 1, scène 16, MATHURINE)
  33. Défiez-vous de ces sarmonneuses-là, alles ne prenont jamais pour elles ce qu'alles disent aux autres. (Acte 1, scène 16, MATHURINE)
  34. Tu extravagues toi-même de te figurer cela, et de le regarder comme un bonheur. (Acte 1, scène 17, ANGÉLIQUE)
  35. Monsieur a bon esprit, laissez faire à Madame cette sottise-là, afin qu'alle vous laisse faire les vôtres. (Acte 1, scène 17, MATHURINE)
  36. Je ferais tort à mes nièces d'en douter, Messieurs ; et si Madame Loricart était raisonnable, vous n'auriez pas besoin de paraître ici sous des figures empruntées ; mais... (Acte 1, scène 18, CLÉONTE)
  37. Oh, parbleu, je la défie de reculer, elle a signé un Contrat, que j'ai vu ; je viens de boire avec maître Thibaut et avec le Tabellion. (Acte 1, scène 18, LOLIVE)
  38. Non, demeure ici, Mathurine, afin d'amuser ma tante, en cas qu'elle s'avisât de demander où nous sommes. (Acte 1, scène 18, MARIANE)
  39. Mais, voyez ce fripon, ce maraud, ce bélître, ce gueux, cet impertinent, qui fait difficulté de m'épouser ! (Acte 1, scène 20, MADAME LORICART)
  40. Mais fais-lui donc entendre raison, ma chère Mathurine ; il me fera mourir de chagrin, ce petit perfide-là. (Acte 1, scène 20, MADAME LORICART)
  41. Oh, ventregué, Madame, rengainez vos injures, je ne sis point un parfide, voyez-vous ? (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  42. Votre biau-frère sera fâché, votre fille enragera, votre nièce fera la meine. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  43. Qu'est-ce que ça signifie : tatigué que de monde ! (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  44. Parguenne, ils prennent bian la chose ; touchez, biau-frère ; embrassez-moi, ma fille ; serviteur ma nièce : et qu'on me baille un fauteuil, Mathureine. (Acte 1, scène 21, THIBAUT)
  45. Mais, mon fils ? (Acte 1, scène 21, MADAME LORICART)
  46. Fillettes, prenez garde à qui v.13 (Acte 1, scène 22, LE TABELLION)
  47. Chaque fille en dit autant ; v.45 (Acte 1, scène 22, ENSEMBLE)

LA GAZETTE (1693)

  1. Oh, par ma foi, Monsieur, vous êtes trop scrupuleux pour un Officier d'Infanterie, il n'y a pas moyen de s'y sauver. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  2. À quoi vous en tenez-vous donc, et comment vous plaît-il que nous finissions ? (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  3. Oh, finis comme tu l'entendras. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  4. Vous me chassez, vous êtes amoureux tout de bon ; s'il n'y avait que du libertinage, vous m'en auriez fait confidence. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  5. Vous devenez sérieusement amoureux d'une grisette : la petite fille d'un Libraire triomphe de votre insensibilité, vous négligez pour elle toutes vos affaires, vous oubliez votre devoir : il vous manque quatre ou cinq soldats, que Monsieur de la Rose et moi, nous trouverions pourtant moyen de faire. (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  6. Les petites filles du Palais entendent le français, Monsieur, je vous en réponds. (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  7. Écrivez bien les noms de ceux qui viendront me demander ; tenez surtout un mémoire fidèle des nouvelles qu'on m'apportera, entendez-vous ? (Acte 1, scène 4, GUILLEMIN)
  8. Je te crois de l'amour, cela ne suffit-il pas pour rendre ingénieuse ? (Acte 1, scène 5, FILLON)
  9. Votre père est un vilain, un avare, qui, de peur de se défaire de son bien, ne veut point se défaire de sa fille. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  10. Mais pour contrecarrer sa gazette, je ferai afficher que vous êtes à marier, moi. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  11. Votre grand-père était tout aussi ridicule que votre père, il voulait que je mourusse fille. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  12. Hé bien donc, parle-moi confidemment, là. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  13. Que ne profites-tu de cette amitié, pour faire consentir ton père à te donner un mari ? (Acte 1, scène 7, FILLON)
  14. Ma chère Fillon, que je suis malheureuse ! (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  15. Ma chère Fillon, le voici. (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  16. Il faudrait être étrangement difficile, et la seule conversation d'une si aimable personne... (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  17. Et vous me confirmez vous-même... (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  18. Les filles n'ont-elles pas aussi le même Privilège que la Gazette ? (Acte 1, scène 8, FILLON)
  19. Baste, les Marchands n'ont qu'à venir, je leur ferai bon marché : mais, je profiterai seul du débit, sur ma parole. (Acte 1, scène 9, CRISPIN)
  20. Non, Monsieur, commençons par un bout, et nous finirons par l'autre. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  21. Adieu, Monsieur, si la nouvelle fait mourir de chagrin quelqu'un de mes parents, je ne serai point ingrate d'un si bon office. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  22. Il faudra mettre tout simplement que Maître Claude Robichon, Procureur, a fait enfermer Madame sa femme, pour des causes... bien et dûment vérifiées en pleine audience : qu'en dites-vous ? (Acte 1, scène 13, ROBICHON)
  23. Cela justifiera ma conduite. (Acte 1, scène 13, ROBICHON)
  24. Je le reconnais, c'est un des soupirants de la petite fille à qui en veut mon maître. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  25. Je ne m'étais pas trompé, c'est un de nos rivaux, ceci ne finira pas bien. (Acte 1, scène 15, )
  26. Monsieur, Monsieur, point de bruit enfin, car voyez-vous, cela suffit. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  27. Ah, ma chère Fillon, j'enrage ! (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  28. Vous êtes le fils de Monsieur le Goinfre, l'Huissier à Verge ? (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  29. Oui, justement, il est mon père ; et de là je conclus que je suis son fils, comme vous dites. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  30. Oui, vraiment, et je n'en ai pas eu le profit. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  31. Et comment le profit ! (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  32. D'un volage, d'un perfide, d'un scélérat que j'aime à la fureur, et qui depuis trous mois, ne m'a pas écrit ce qu'il est devenu, seulement. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  33. Vous n'avez qu'à faire afficher, Madame, Amant perdu. (Acte 1, scène 20, CRISPIN)
  34. Non, Monsieur, il n'y a que le peuple qui lit les affiches, et mon Chevalier m'a été volé par quelque femme de con séquence. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  35. Ouais, ma fille n'est point ici. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GUILLEMIN)
  36. Mademoiselle Fillon, où est Angélique ? (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GUILLEMIN)
  37. Cela n'est pas bien difficile, et ce n'est pas là-dedans qu'il faut être pour cela. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GUILLEMIN)
  38. Et fi, Monsieur, puisqu'il est déjà dans la Gazette, si la chose ne se faisait point, on se moquerait de vous. (Acte 1, scène 23, CRISPIN)
  39. Il n'y a rien de si dangereux que de ne vouloir pas ce que de jeunes filles veulent, mon Frère. (Acte 1, scène 24, MADAME PERNELLE)
  40. Voilà de jolies filles, Monsieur de la Rose, si nous en enrôlions quelques-unes. (Acte 1, scène 26, CHONCHON)

LES AGIOTEURS (1710)

  1. Palsangué, couseine, c'est une terrible ville que ce Paris, queu peine on a d'y trouver une fille. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  2. Oui, toute la première, et c'est tout exprès pour toi que j'y viens afin que tu le saches. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  3. Et moi itou, Claudeine : mais il faut que tout finisse, je sommes ses héritiers, si tu veux je partagerons, ou si tu veux je ne partagerons pas. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  4. On dit que ce n'est pas par l'esprit que les filles faisont fortune dans ce Paris : mais les hommes... (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  5. Monsieur Trapolin n'était qu'un Paysan comme toi il y a cinq ou six ans, quand son Parrain le fit venir à Paris : mais il sait écrire, lui, aussi est-il devenu si riche. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  6. J'ai été quatre ans charretier d'un laboureur, ça est pargué bian plus difficile que de mener un carrosse ; il faut prendre garde à ce qu'on fait, aller droit en besogne : mais un carrosse, ce n'est pas de même. (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  7. J'ai à te parler Claudine, j'ai confiance en toi : mène ton cousin dans la cuisine, et le fais déjeuner ; tu viendras me retrouver ici... (Acte 1, scène 2, SUZON)
  8. Je suis ravie de vous voir raisonnable, et que vous rendiez enfin justice à la persévérance de Monsieur Zacharie, notre bon ami. (Acte 1, scène 3, MADAME SARA)
  9. Il y a si longtemps que vous me persécutez l'un et l'autre pour me faire prendre un engagement, qu'il faudra bien à la fin s'y déterminer. (Acte 1, scène 3, SUZON)
  10. Les plus jeunes filles sont les plus alertes. (Acte 1, scène 6, DURILLON)
  11. Il y a quelque temps que je suis ma maîtresse, je n'ai pas tardé un moment à en profiter. (Acte 1, scène 6, SUZON)
  12. Allez donc les finir, afin d'en être quitte, et ne parlez encore à personne de la petite confidence que je vous ai faite. (Acte 1, scène 6, SUZON)
  13. Et il y a le tiers de profit pour le moins. (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  14. Le tiers de profit ? (Acte 1, scène 7, SUZON)
  15. J'entre un moment, j'ai à parler à mon filleul pour notre arrangement d'aujourd'hui. (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  16. À qui en avez-vous, mon filleul, vous me paraissez bien ému. (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  17. J'achevais de donner des instructions à cet ignorant de Monsieur Craquinet, qui n'entend non plus le fin des affaires... (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  18. Eh, fi, fi, fi cela crie vengeance. (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  19. C'est un imbécile que Monsieur Craquinet, et qui ne sait pas profiter de l'occasion ; il faut être plus ferme. (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  20. Il faut finir, une fois. (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  21. Il faut finir, il faut finir : vous ne me dites rien de nouveau, je sais bien cela : mais si Madame Sara est prête à finir, elle, je ne fais que de commencer, moi. (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  22. Trouvez-vous que nous devions finir ensemble ? (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  23. Je ne l'ai quitté que pour devenir son associé : je n'ai jamais eu d'autre profit avec lui, que la moitié de sa mauvaise réputation ; et déshonoré pour déshonoré, il vaut mieux l'être pour son compte, que pour celui de son parrain. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  24. Il est difficile d'avoir l'un sans l'autre. (Acte 2, scène 1, DUBOIS)
  25. Fi, c'est un brutal, je m'aperçus bien que ses vilaines manières vous scandalisaient, cela me donna de l'estime pour vous, de ne vous point voir rire comme les autres. (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  26. Oh pour cela oui, avec une fierté... (Acte 2, scène 3, TRAPOLIN)
  27. Puisque vous avez tant de discrétion, on peut vous confier les affaires secrètes. (Acte 2, scène 3, TRAPOLIN)
  28. Ce profit est fort, Monsieur Trapolin, en trois mois mille écus, sur vingt-deux mille livres. (Acte 2, scène 4, DURILLON)
  29. Il faut bien faire quelque chose pour ses amis ; et puis je vous dirai que j'ai ici en nantissement toute leur vaisselle d'argent, les meilleurs effets de leur magasin, dont ils n'ont point de reconnaissance ; je leur prête mon papier sous le nom d'un autre, afin d'être en droit d'avoir mes sûretés. (Acte 2, scène 4, TRAPOLIN)
  30. Quelle magnificence ! (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  31. On s'en serait moqué dans le vôtre, comme on faisait de la défunte : mais dans le Faubourg comme dans le Marais, les rangs sont si heureusement confondus, que l'on y fait telle figure que l'on veut, sans appréhender la médisance. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  32. Il est vrai qu'il se défit de sa Charge un peu malgré lui : mais il était si plein d'honneur, qu'il en mourut de chagrin six semaines après son mariage. (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  33. Les filles précoces sont sujettes à porter des fruits de même espèce quelquefois. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  34. Finissez donc, j'entends raillerie : mais vous devenez trop impertinent au moins. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  35. Vous avez raison : mais qu'est-ce que je fais là-dedans, moi, l'office d'ami. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  36. On fera tout ce que vous voudrez, Monsieur Trapolin, nous avons une confiance en vous qui ne peut s'exprimer. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  37. Je vous rapporte votre billet de vingt-cinq livres, les deux associés n'ont fait nulle difficulté de le signer. (Acte 2, scène 7, CRAQUINET)
  38. Puisqu'ils ont si peu à durer, pourquoi n'en pas profiter ? (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  39. Voilà douze mille francs de papier que vous lui prêterez, après quelques difficulté pourtant, car il faut faire valoir la chose. (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  40. Si on fait la moindre difficulté, allez trouver mon huissier, dites-lui qu'il date le protêt d'hier, et qu'il donne assignation à deux heures de relevée. (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  41. Votre beau-père scrupuleux sur le profit ! (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  42. Quand on a des difficultés, on ne saurait mieux faire que de consulter les maîtres de l'art. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  43. Cela est clair et net, cela ne souffre point de difficulté. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  44. Fi, fi, le contrat était chez vous, la rente a couru entre vos mains, vous en avez eu la peine, il faut que le profit vous demeure ; il n'y a pas un de nos confrères qui fît la chose autrement. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  45. Comme jé suis avancé dans la mienne, et que vous marchez à pas de Géant dans la vôtre, c'est ce qui fait que je parle ici confidemment devant vous autres. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  46. J'ai quarante mille livres à payer pour le compte de la maison que jé gouverne, s'entend ; le paiement se devait faire en argent comptant, tout entier : mais j'ai eu l'esprit de composer ; et sous divers prétextes j'ai tant reculé, fatigué, véxé lé créancier depuis quinze mois, qu'il sé contente aujourd'hui de recevoir moitié papier, moitié d'espèces, c'est un profit clair, comme vous voyez. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  47. Il faut suivre l'intention des gens une fois, la mienne est dé tirer du profit de mon argent. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  48. Voilà quatre cents pistoles dont je vous fais profit. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  49. Oui : mais je mets le profit sur le pied de huit, moitié pour vous, moitié pour moi, encore faudrait-il quelque chose à Monsieur pour son droit de présence. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  50. Il règne une certaine droiture parmi ces Messieurs, le profit se partage d'une régularité... (Acte 2, scène 9, DURILLON)
  51. On ne vous contraint point, vous êtes le maître ; mais je vous connais, Monsieur, ce sont Messieurs de Trouffignac dont vous faites les affaires. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  52. Allons, vingt de papier, quinze d'espèces, et motus aux Trouffignac surtout ; le secret vous importera comme à moi, cé n'est pas la seule occasion que nous avons dé commercer ensemble. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  53. Et tous trois ensemble, lé verre à la main, nous ratifierons l'échange. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  54. Si Monsieur Dargentac me manque de parole, les Trouffignacs entendront parler de lui, je lui en donne bien la mienne. (Acte 2, scène 10, TRAPOLIN)
  55. Ma foi, Madame, je n'en ai point, et toutes les mines du Pérou ne pourraient suffire aux pertes que vous faites. (Acte 2, scène 13, TRAPOLIN)
  56. Tu changeras à la fin, oui, tu changeras, il faut bien que tu changes, car tu es changeante. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  57. Hé bien, Madame, je n'ai point d'effets : mais j'en emprunterai, je passerai demain chez vous, et je tâcherai de finir votre affaire. (Acte 2, scène 13, TRAPOLIN)
  58. Dans la vue de m'engager à l'épouser, il m'a confié le produit secret des friponneries qu'il a faites à ses associés, sur celles qu'ils font ensemble au public ; cela est en or dans une cassette que je me charge de vous remettre. (Acte 3, scène 1, SUZON)
  59. Je vous en défie. (Acte 3, scène 4, TRAPOLIN)
  60. Cela n'est qu'ébauché, Monsieur Trapolin, cela n'est qu'ébauché, et Monsieur Malprofit est un homme si fort borné, si fort borné, qu'il est incapable de rien conduire à la dernière perfection. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  61. J'en suis pour deux mille livres, qu'il faut que je paie aujourd'hui, pour éviter que Monsieur Malprofit en entende parler. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  62. Laissez-moi faire, Madame, je connais votre Marchand de Dentelles, je m'accommoderai avec lui ; je paierai les Porcelaines, et nous compterons du reste : je vous ferai du profit, je vous en réponds. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  63. Je m'en fie bien à vous, vous avez de l'honneur et de la probité. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  64. Voilà ce qu'on appelle une femme de confiance ; je me ferais un scrupule de manquer à cela. (Acte 3, scène 7, TRAPOLIN)
  65. Il est prêt à manquer, ses affaires pressent ; il n'a fourni que du fil, il sera trop heureux d'être payé en papier, et autant de profit pour la Caisse. (Acte 3, scène 7, TRAPOLIN)
  66. Bonjour, Messieurs ; je vous rencontre, à la fin, Monsieur Durillon ; c'est là Monsieur Trapolin, n'est-ce pas ? (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  67. Vous prenez les devants pour disposer les choses, afin que je n'aie qu'à signer et prendre de l'argent ; car j'entends que ces deux choses-là, moi, dans toutes les affaires de la vie, et je ne vois pas, quand on est ce que je suis, qu'il faille en savoir davantage. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  68. Non, assurément, Monsieur_le_Marquis Daudinet est le fils d'un riche Financier ; il a encore père et mère, et on lui tient la bride un peu trop serrée, et il a dessein de prendre le mors aux dents, pour galoper un peu sans contrainte dans les terres de la belle galanterie. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  69. Et vous êtes un fort drôle de fils, vous, à ce qu'il me semble. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  70. Mais il n'a pas de fonds, je lui dois déjà plus de deux mille écus, dont je n'ai touché que deux cents pistoles, et si il a à moi pour plus de dix mille francs de bagues et de tabatières, que j'avais prises à crédit : il ne me donne que cent francs à cent francs ; il me fait languir, cela ne me fait, ni profit, ni honneur : je suis las de tout cela, et Monsieur Durillon m'a dit que nous ferions ensemble tout d'un coup quelque bonne affaire, que je n'aurai à songer qu'à me divertir pendant deux ou trois mois ; tant que l'argent durera, je ne vous importunerai point. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  71. Fi donc, vous moquez-vous : vous me prêtez votre maison sans reconnaissance, et je prendrais un billet de vous de mille écus ? (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  72. Il y a là-bas un Monsieu qui s'appelle Monsieu Touffignac, qui m'a dit de vous dire qu'il avait un mot à vous dire. (Acte 3, scène 13, LE FIACRE)
  73. Monsieur dé Touffignac ? (Acte 3, scène 13, DARGENTAC)
  74. Diantre soit fait de l'homme dé mé venir, relancer jusqu'ici ; les Touffignac sont incommodes. (Acte 3, scène 13, DARGENTAC)
  75. Ma foi je ne sais, Monsieur Dargentac et le Fiacre m'ont étourdi, je songeais à toute autre chose, je vous l'avoue ; recommençons pour plus de sûreté. (Acte 3, scène 14, DUBOIS)
  76. Qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 3, scène 14, TRAPOLIN)
  77. Ma foi cela ne signifie rien de bon ; vous êtes trompé, si je ne me trompe, et le Gascon n'est pas si dupe. (Acte 3, scène 14, DUBOIS)
  78. Ma foi je vous défie de le rattraper : mais il dit que vous ne vous impatientiez pas ; qu'il ne va qu'ici près jusqu'à Gennes seulement, et qu'il reviendra le plutôt qu'il pourra pour achever vos comptes. (Acte 3, scène 15, LE FIACRE)
  79. Ce n'est pourtant point un vrai Gascon que ce drôle-ci, et le Fiacre dit qu'il est de Paris ; je crois par ma foi que les bords de la Seine produisent quelquefois d'aussi mauvais plants que ceux de la Garonne. (Acte 3, scène 18, DUBOIS)
  80. Cet excédent de profit ne devrait-il pas être pour le Commis ? (Acte 3, scène 20, DUBOIS)
  81. Je n'en puis plus, j'en mourrai, mon voleur n'est point le véritable Argentac, c'est le fils d'un Cabaretier, qui depuis quinze jours s'est fait Dragon. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  82. Deux mille francs de papier, c'est moitié de profit, cela n'est pas mauvais. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  83. Mais vraiment, c'est de l'écriture de votre filleul, Monsieur Zacharie. (Acte 3, scène 24, MADAME SARA)
  84. Fi, donc ; il nous ferait cette perfidie ? (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  85. Lisez, lisez plus loin, Monsieu, la somme se trouvera à la fin, peut-être. (Acte 3, scène 24, LUCAS)
  86. Et vous n'avez pas tort ; je ne voudrais pas changer contre lui ni de tempérament, ni de figure, moi. (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  87. Volontiers, Monsieur ; mais faisons rendre compte à votre coquin de filleul, et qu'il rentre dans le néant, d'où nous l'avons tiré. (Acte 3, scène 27, MADAME SARA)

L'IMPROMPTU DE LIVRY (1705)

  1. Font assez voir qu'elle est la fille du Soleil, v.11 (Acte 1, scène 1, MONSIEUR SALLÉ)
  2. Le fils du Dieu qui régit cet Empire, v.24 (Acte 1, scène 2, LE PÂTRE)
  3. Ce regard seul ne doit-il pas suffire ? v.37 (Acte 1, scène 2, LE P?TRE)
  4. À la fille du Dieu du jour. v.45 (Acte 1, scène 3, FLORE)
  5. Enfin, Madame? (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  6. Ah, m'y voilà. On m'a fait Capitaine de ce Château, Madame, pour tout le temps que vous y demeurerez ; et je suis bien fâché que vous y demeuriez si peu, puisque ma Charge finira quand vous partirez, et c'est une bonne condition que celle du Maître de la maison. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  7. Enfin, Madame, si cela n'arrive pas, ce ne sera ni sa faute ni la mienne, ni celle des Habitants des environs, qui veulent à l'envi tâcher de contribuer à vos plaisirs. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  8. Je ne suis pas un babillard, Madame, aussi je finis de peur de vous ennuyer ; et voilà Monsieur le Bailli de Ivry qui vous a préparé quelque petit Divertissement de sa façon, dont vous serez peut-être autant ennuyée que de ma Harangue. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  9. Ce sont ses affaires ; pour moi, je me retire, et je vais me disposer à reparaître devant vous sous une figure plus connue de votre Divinité, et plus convenable à mon caractère. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  10. Aux tendres fillettes v.52 (Acte 1, scène 4, FLORE)
  11. Une fille jeune et sage, v.76 (Acte 1, scène 7, MAROTTE)
  12. Fille riche et sans beauté, v.85 (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  13. J'aurais toujours profité, v.88 (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  14. Profitons bien de nos beaux jours, v.91 (Acte 1, scène 8, MAROTTE)
  15. Fillettes de Livry v.101 (Acte 1, scène 9, LUCAS)
  16. Des maris pour nos filles, v.116 (Acte 1, scène 9, LUCAS)

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: Entity: line 2: parser error : Start tag expected, '<' not found in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: LES AVENTURES DU ROI PAUSOLE in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

LE MARI RETROUVÉ (1698)

  1. Hé fi donc, Monsieur, c'est bien à moi qu'il faut dire cela. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  2. Vous allez vous borner ici, et vous amuser à filer le parfait amour dans un moulin ? (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  3. À la parfin, je lui ai fait désarter la maison : et de cette magnière-là, je suis demeurée la maîtresse, moi, comme vous voyez. (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  4. Il faut faire les fiançailles drès aujourd'hui, Monsieu Clitandre : je baillerai le festin, moi, ayez-nous des Ménétriers tant seulement. (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  5. Il est vrai qu'elle n'a point parlé de l'esprit et du mérite, c'est quelque manant dont elle est coiffée, et voilà l'erreur de la plupart des femmes : ce n'est ni le mérite, ni l'esprit ; c'est la taille et la figure qui font aujourd'hui la fortune des hommes. (Acte 1, scène 4, LÉPINE)
  6. Ils ont joué bouteille à la boule ensemble ; et en buvant, le Meunier lui a tout conté : qu'il est amoureux de la fille d'un cabaretier ; qu'il y a trois ans que cet amour-là lui trotte dans la cervelle ; et que comme il n'aime point Madame Julienne, il a trouvé à propos de devenir veuf, sans qu'il mourût personne, et de se remarier en survivance. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  7. Et je n'en ferai confidence qu'à trois ou quatre de mes amis, moi. (Acte 1, scène 5, LÉPINE)
  8. Je n'ai que faire de me presser de retenir les ménétriers jusqu'à nouvel ordre ; les fiançailles et le festin pourront bien être retardés, et Madame Julienne ne dansera pas de si bon coeur qu'elle croyait, sur ma parole. (Acte 1, scène 6, LÉPINE)
  9. Vous êtes prévenu contre le sexe, Monsieur Julien : j'ai pourtant ouï dire qu'à Nemours il y avait d'assez bonne pâte de filles, et qui promettaient... (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  10. Il y avait dans ce temps-là une jolie fille dans une certaine hôtellerie, là ; comment appelez-vous ? (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  11. La fille de l'Écu ? (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  12. Oui, justement, la fille de l'Écu. (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  13. Ce drôle-là me veux faire parler : défions-nous de ly. (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  14. Qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 8, JULIEN)
  15. Qu'est-ce donc, Monsieur Charlot, vous me paraissez bien fier aujourd'hui ? (Acte 1, scène 10, LÉPINE)
  16. Oui, palsanguenne à vous ; vous êtes un débaucheux de filles. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  17. Hé bian, je ne raisonnerai point, vela qui est fini. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  18. Hé pargué, je sens bian le mien, parsonne n'a que faire de me le dire ; et pour ce qui est du vôtre, il m'est avis que du depis quatre ans vous m'en avez baillé tant de signifiance... (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  19. Je t'ai donné des signifiances d'amour, moi ? (Acte 1, scène 11, COLETTE)
  20. Il ne faut pas toujours se fier aux apparences, Monsieur Charlot. (Acte 1, scène 11, LÉPINE)
  21. Tu t'es figuré cela, mon pauvre Charlot. (Acte 1, scène 11, COLETTE)
  22. Fy pouas, la perfide, la vilaine. (Acte 1, scène 12, CHARLOT)
  23. Ces carognes de filles ! (Acte 1, scène 13, CHARLOT)
  24. C'est Madame Julianne qui fait ce mariage pour me faire pièce ; car alle est fâchée que j'aime Colette, marguenne alle me le paiera : le bailli l'aime itou cette Colette, c'est un matois qui en sait bian long ; je m'en vais le trouver, je leur baillerons du fil à retordre. (Acte 1, scène 13, CHARLOT)
  25. Si Colette m'échappe, je me baille à vous par désespoir, vela qui est fini. (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  26. Bagatelle, je ne donne pas là-dedans ; et nous avons, le Procureur Fiscal et moi, commencé une procédure que nous soutiendrons vigoureusement. (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  27. Je ly en veux morgué trop pour ne pas le croire, et vous le croyez itou, vous, je gage : c'est mon rival, Monsieu le Bailli : j'en jurerais, moi, en cas de besoin ; ça suffira-t-il pour le faire pendre. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  28. Je les ferai arrêter sur votre déposition, et je vais tout de ce pas chercher le Greffier pour la venir recevoir. (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  29. Ma commère, Julian est redécampé, je ly avons fait peur ; et vela nos parents et nos amis qui s'en allont venir aux fiançailles ; je feront notre noce tout à gogo, sans rabat joie. (Acte 1, scène 10, JULIENNE)
  30. L'imposture ne sera pas difficile à confondre. (Acte 1, scène 21, CLITANDRE)
  31. Il y a un bon procès-verbal qui certifie le fait. (Acte 1, scène 23, LE BAILLI)
  32. Je cartifie le contraire. (Acte 1, scène 23, JULIEN)
  33. Madame Julianne, vela ces parsonnes que vous avez fait prier des fiançailles de Colette, qui n'osont approcher, parce qu'ils voyont ici des gens de Justice. (Acte 1, scène 24, MATURIN)
  34. Je le veux bian vela qui est fini, Monsieu Clitandre. (Acte 1, scène 24, JULIEN)
  35. Avec les fiançailles de Colette, j'allons faire notre remariage. (Acte 1, scène 24, JULIEN)
  36. Allons palsangué, que tout le monde vianne, et que tous les Ménétriers jouions queuque drôlerie qui fasse un peu trémousser ces jeunes filles. (Acte 1, scène 24, JULIEN)

LE MOULIN DE JAVELLE. (1692)

  1. Oh, écoutez donc, point tant de fierté ; je vous ai prises dans la rue de Seine, je vous déshonorerai, prenez-y garde. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  2. Par ma foi, Madame, cela n?est point joli ; un coquin de fiacre parler de la sorte ? (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  3. Fiacre ? (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  4. Fiacre vous-même ; point tant de bruit, vous dis-je, et de l?argent. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  5. Fi donc. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  6. Vrai, comme voilà le jour qui nous éclaire, ma Reine, cela ne se peut pas ; j?ai une fiacrée de Bourgeois de village à voiturer, un lendemain de noces. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  7. Venir ainsi vous et moi, tête à tête, au Moulin de Javelle dans un mauvais fiacre ! (Acte 1, scène 3, FINETTE)
  8. Hé bien, d?accord, c?est un Bourgeois : mais il a de quoi vivre en homme de qualité ; il est fort riche, et je n?ai point de bien ; il est très ridicule, j?en conviens, mais enfin? (Acte 1, scène 3, LA COMTESSE)
  9. Point, Finette, nous avons cru d?abord que nous nous aimions : mais nous ne voulions que nous tromper tous deux, je t?assure. (Acte 1, scène 3, LA COMTESSE)
  10. Oui, Madame, un Bourgeois de Vaugirard qui marie sa fille au garçon du Boulanger de Meudon, ils ont envoyé retenir notre grande chambre. (Acte 1, scène 4, MADAME BERTRAND)
  11. Allons, viens, Finette. (Acte 1, scène 4, LA COMTESSE)
  12. Ce n?est que la fille d?une Blanchisseuse de la Grenouillère, et cependant la voilà Comtesse. (Acte 1, scène 5, MADAME BERTRAND)
  13. Écoutez, petite fille, c?est Monsieur Simonneau qui est là-haut, au moins. (Acte 1, scène 7, MADAME BERTRAND)
  14. Je ne me plains pas de cela, tu es bonne fille. (Acte 1, scène 7, MADAME BERTRAND)
  15. Oh bian, commençons toujours par là, et je finirons par l?autre petite chose. (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  16. Quoi, vous vous feriez un scrupule de rendre seulement un billet à une jeune fille ? (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  17. Mais, il m?est avis qu?en bonne conscience, il n?y a pas de mal à ça ; si tu ne le fais pas, un autre le fera : la petite fille ne viendra pas moins, et tu n?auras pas les dix pistoles. (Acte 1, scène 11, BERTRAND)
  18. Et qui est la petite fille ? (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  19. Oh, je sais bien où elle demeure : mais il n?y a rien à faire ; cette fille-là est devenue femme, Monsieur de Lolive. (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  20. Oh diable, non, c?est un billet pour fille il en faut un pour femme, à présent. (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  21. Qu?est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 17, MONSIEUR DU ROLLET)
  22. Au hasard d?un fâcheux avenir, profitons du temps présent, puisque nous y sommes. (Acte 1, scène 23, MADAME DU ROLLET)
  23. Non, Monsieur, il n?y a rien à faire, la petite fille est mariée. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  24. Monsieur Georges Ganivet est le fils d?un Procureur qui a ruiné votre famille ; le père est mort, le fils a hérité, c?est à lui faire restitution, à ce qu?il me semble. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  25. Ah fi, c?est se moquer, que? (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  26. Je ne suis qu?une petite fille à cette heure : mais cela ne sera pas toujours de même. (Acte 1, scène 27, MAROTTE)
  27. Que faites-vous donc là, petite fille ? (Acte 1, scène 28, MADAME BERTRAND)
  28. C?est une fine mouche, défiez-vous d?elle. (Acte 1, scène 29, MADAME BERTRAND)
  29. Ne vous y fiez pas trop, vous-même. (Acte 1, scène 29, LE CHEVALIER)
  30. Si toutes les filles et les femmes qui versent faisaient autant de bruit que celle-là? (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  31. Hé bien, qu?on la mette dans une chambre, et mon cheval dans une écurie ; je n?ai jamais vu de fille si délicate. (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  32. Ne lui trouves-tu pas une physionomie tout à fait agréable, Finette ? (Acte 1, scène 33, LE CHEVALIER)
  33. Vous ne parlez plus de son esprit, qui est du plus fin, du plus vif, du plus? (Acte 1, scène 33, LA COMTESSE)
  34. J?y ferai bonne figure : je suis riche, da, Madame. (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  35. Hé, voilà aussi mes anciennes amours : cette pauvre Finette ! (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  36. Qui est-il, Finette ? (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  37. Puisque mon oncle le veut absolument, voilà qui est fini, je me détermine. (Acte 1, scène 34, LA COMTESSE)
  38. Oh dame, je ne suis pas un gueux, moi, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  39. Hé, voirement oui, fille, c?est ly-même : je le savais bian, moi, que ce n?était pas par orgueil qu?il n?était pas venu aux fiançailles. (Acte 1, scène 37, LA MÈRE)
  40. Vraiment, c?est un plaisant visage : nous sommes pourtant cousins germains, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 37, LA MARIÉE)
  41. Hé, c?est la fille à la commère Tiennette, qui est blanchisseuse à la Grenouillère. (Acte 1, scène 37, LA MÈRE)
  42. Fille d?une Blanchisseuse, mon oncle le Vicomte ! (Acte 1, scène 37, GANIVET)
  43. Venez, jeunes filles, v.1 (Acte 1, scène 38, LOLIVE)
  44. Venez, jeunes filles de Meudon, v.3 (Acte 1, scène 38, LOLIVE)
  45. Il est le fils d?un Procureur, v.38 (Acte 1, scène 38, LA MARIÉE)

LA TRAHISON PUNIE (1707)

  1. Au diable, si jamais j'ai profité d'aucunes ; v.56 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  2. Mais lorsque le valet est fidèle à son maître, v.67 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  3. Vous le pouvez, cet homme est fidèle et discret, v.98 (Acte 1, scène 5, DON ANDRÉ)
  4. Et depuis très longtemps il a ma confidence. v.99 (Acte 1, scène 5, DON ANDR?)
  5. Monsieur n'a pas pour moi la même confiance. v.100 (Acte 1, scène 5, FABRICE)
  6. Et puisqu'à vous parler, enfin je me résous, v.114 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  7. J'adore Léonor : m'entendez-vous, enfin ? v.117 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  8. Enfin de Léonor, autant aimé qu'amant, v.129 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  9. Oui, je vous le confie, et j'ose défier v.133 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  10. Pareille confidence ? v.165 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  11. Ou maigre, ou blonde, ou brune, enfin tout vous est bon ; v.182 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  12. Et rien n'amuse enfin tant que le changement. v.186 (Acte 1, scène 7, DON ANDRÉ)
  13. Défions-nous de lui, Monsieur, il est alaigre, v.211 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  14. Cette fierté me pique, et je traverserai v.217 (Acte 1, scène 7, DON ANDRÉ)
  15. Pour fruit de mon hymen j'eus une seule fille, v.240 (Acte 1, scène 8, DON FÉLIX)
  16. Enfin à Léonor quand Don André s'adresse, v.251 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  17. J'aime, vous le savez, ma fille avec tendresse, v.272 (Acte 1, scène 8, DON FÉLIX)
  18. Un de mes bons amis pour son fils la demande, v.275 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  19. Il croyait vous tenir et vous prendre au filet. v.289 (Acte 1, scène 9, FABRICE)
  20. Le mariage, fi ! C'est un engagement, v.293 (Acte 1, scène 9, FABRICE)
  21. Mais les difficultés me donnent de l'amour : v.302 (Acte 1, scène 9, DON ANDRÉ)
  22. Fi, faites comme nous, v.321 (Acte 1, scène 10, FABRICE)
  23. Je sais que D. André vous rend des soins, ma fille. v.387 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  24. Mais enfin, qui vous fait soupçonner cet amour ? v.393 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  25. N'écrit, ne parle, enfin ne rend des soins qu'à moi. v.398 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  26. L'erreur n'est que pour vous, Don André m'est fidèle. v.400 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  27. Hé, ne suffit-il pas pour lui que j'y puisse être ? v.403 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  28. Ses regards sont toujours fixés... v.406 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  29. Toujours fixés ici. v.407 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  30. Mais enfin de ses feux il m'a fait un aveu. v.413 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  31. Et comme fille, vous, vous n'en voulez rien faire. v.440 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  32. Mais Don Garcie enfin, sait-il quelle est ma crainte ? v.444 (Acte 2, scène 2, LÉONOR)
  33. Voilà comme ils sont tous : moi-même, quoique fille, v.468 (Acte 2, scène 2, ISABELLE)
  34. Me sacrifiez-vous au caprice d'un père ? v.475 (Acte 2, scène 3, DON GARCIE)
  35. Je viens pour t'avertir, ma fille... Don Garcie ! v.533 (Acte 2, scène 5, DON FÉLIX)
  36. Un bon hymen finisse un tel empressement. v.548 (Acte 2, scène 5, DON FÉLIX)
  37. Que sur le mien d'abord fit votre seul portrait ! v.576 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  38. J'ai besoin d'être seule afin de me remettre. v.582 (Acte 2, scène 7, LÉONOR)
  39. Ô fille impertinente ! Ô contretemps fâcheux ! v.591 (Acte 2, scène 7, DON FÉLIX)
  40. Léonor, lui, leurs yeux, tout me l'a confirmé. v.620 (Acte 2, scène 8, DON JUAN)
  41. Mais la nouvelle enfin que je viens vous apprendre, v.629 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  42. Étant au période, elle finit soudain, v.652 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  43. Enfin. v.675 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  44. Je n'en veux point de garant plus fidèle. v.698 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  45. De ma fille, de moi, seriez-vous mécontent ? v.727 (Acte 3, scène 2, DON FÉLIX)
  46. Expliquez-vous, parlez ; car enfin je prétends... v.728 (Acte 3, scène 2, DON F?LIX)
  47. Avec la fièvre continue ; v.736 (Acte 3, scène 2, DON FÉLIX)
  48. Hâtez-vous, mon cher fils, partez, venez vous-même v.741 (Acte 3, scène 2, DON F?LIX)
  49. Ah ! Vous voilà, ma fille. v.762 (Acte 3, scène 2, DON FÉLIX)
  50. Et le plus sûr moyen de les faire finir, v.779 (Acte 3, scène 3, DON JUAN)
  51. Seigneur, finissons-là, de grâce, v.781 (Acte 3, scène 3, LÉONOR)
  52. Il faut faire une fin pourtant, tout vous en presse, v.814 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  53. De cet éloignement si l'autre ne profite, v.817 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  54. Allez, rassurez-vous, et vous fiez à moi. v.848 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  55. Afin de la conduire à sa perfection, v.851 (Acte 3, scène 5, JACINTE)
  56. Il attend de son sort quelle sera la fin : v.856 (Acte 3, scène 5, JACINTE)
  57. Suffit, que m'y voilà. v.869 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  58. De Don André, fi donc, Que le Ciel m'en préserve. v.873 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  59. Je te défierais bien d'en trouver un meilleur. v.892 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  60. Pour tâche de la voir, il fit le pied de grue. v.914 (Acte 3, scène 7, FABRICE)
  61. Mais quoi ? Lorsqu'à vos soins Don Juan se confie... v.941 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  62. Hé bien, caprice, amour, quoi que ce soit enfin, v.947 (Acte 3, scène 9, DON ANDRÉ)
  63. J'ai cette affaire en tête, et j'en veux voir la fin. v.948 (Acte 3, scène 9, DON ANDR?)
  64. La fin n'en vaudra rien, Monsieur, prenez-y garde. v.949 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  65. Oh ! Fini, tout est tranquille. v.953 (Acte 3, scène 9, DON ANDRÉ)
  66. Finis donc ? Où cas-tu ? v.963 (Acte 3, scène 9, DON ANDRÉ)
  67. Doit conduire mes coups dans le coeur du perfide. v.990 (Acte 3, scène 13, DON GARCIE)
  68. Instruits des noirs projets qu'un perfide a pu faire, v.997 (Acte 3, scène 14, DON GARCIE)
  69. De l'ami, du rival, de tout je me défie, v.1014 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  70. C'est celui qu'en secret votre coeur justifie ; v.1034 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  71. Et ma fille ? Chez elle entend-on quelque chose ? v.1053 (Acte 3, scène 16, DON FÉLIX)
  72. Qu'elle tarde ! À la fin, grâce au Ciel, la voici. v.1076 (Acte 4, scène 1, LÉONOR)
  73. Enfin, à mes raisons il a paru se rendre. v.1085 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  74. Mais, ma fille, en est-ce là la cause ? v.1137 (Acte 4, scène 3, DON FÉLIX)
  75. Hé, le moyen, de grâce ? Il est bien difficile, v.1141 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  76. Çà, ma fille, parlons plus sérieusement, v.1151 (Acte 4, scène 3, DON FÉLIX)
  77. Mais enfin les valets qui parlent d'ordinaire... v.1154 (Acte 4, scène 3, DON F?LIX)
  78. Finis donc. v.1158 (Acte 4, scène 3, DON FÉLIX)
  79. Ah, ma fille ! v.1161 (Acte 4, scène 3, DON FÉLIX)
  80. Au coeur d'un fils bien né cause la mort d'un père) v.1178 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  81. J'eus mes raisons, enfin, pour ne vous pas presser, v.1184 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  82. Comme ami, comme fils, ouvrez-moi votre coeur, v.1188 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  83. C'est votre fille en pleurs, interdite, éperdue, v.1202 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  84. Comment ! Quoi, ma fille avec eux ? v.1204 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  85. Ô fille impertinente ! Et qui me déshonore ! v.1206 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  86. Qui fis sauver moi-même un rival sur sa foi. v.1208 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  87. Mon perfide rival ici fut introduit. v.1220 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  88. Il le joignit enfin, et cet ami fidèle, v.1222 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  89. Mais ma fille en cela serait-elle coupable ? v.1226 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  90. Cet ami si fidèle est un rival aussi. v.1232 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  91. Comptez enfin qu'il faut en pareille occurrence, v.1241 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  92. Est l'honneur d'une fille aux yeux de D. Félix. v.1256 (Acte 4, scène 6, DON FÉLIX)
  93. Oui, je le crois, Jacinte, une fille d'honneur. v.1264 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  94. Je le crois, mais Jacinte est pénétrante et fine, v.1277 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  95. Que Jacinte avec moi parlât confidemment. v.1284 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  96. Perfide ami ! C'est là que tu dis l'avoir vu ! v.1332 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  97. D'un rival, d'un perfide. v.1365 (Acte 4, scène 8, DON JUAN)
  98. La vôtre finira, sans doute, où l'on vous mène. v.1414 (Acte 5, scène 1, LÉONOR)
  99. Enfin nous allons... où, dites ? v.1418 (Acte 5, scène 1, ISABELLE)
  100. Il est bon que la soeur soit de la confidence. v.1430 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  101. Il suffit. v.1476 (Acte 5, scène 2, JACINTE)
  102. Par quelque bon office v.1477 (Acte 5, scène 2, FABRICE)
  103. Je trouble l'entretien ; mais quel est ce beau fils ? v.1488 (Acte 5, scène 3, BÉATRIX)
  104. À tout cela, vois-tu, je n'entends point finesse. v.1502 (Acte 5, scène 3, FABRICE)
  105. M'engage à le punir de cette perfidie. v.1538 (Acte 5, scène 5, DON JUAN)
  106. Et fixons les soupçons dont mon âme est atteinte. v.1546 (Acte 5, scène 5, DON JUAN)
  107. Ceci commence mal, défions-nous des suites. v.1554 (Acte 5, scène 5, FABRICE)
  108. Comment ! Chez Léonor, qu'à ta garde on confie, v.1561 (Acte 5, scène 5, DON JUAN)
  109. Je ne sais pas comment l'intrigue finira. v.1615 (Acte 5, scène 7, FABRICE)
  110. Moi ! Fi donc, pouvez-vous rien faire qui soit mal, v.1635 (Acte 5, scène 8, FABRICE)
  111. Des moeurs... une conduite... enfin de la sagesse... v.1641 (Acte 5, scène 8, FABRICE)
  112. Suffit que selon moi je crois avoir raison. v.1648 (Acte 5, scène 8, DON ANDRÉ)
  113. Fi donc. Courir hasard de mort ou de blessure ? v.1665 (Acte 5, scène 8, FABRICE)
  114. Je vous le garderai... mais point de défiance. v.1677 (Acte 5, scène 8, FABRICE)
  115. Qu'avais-je affaire, moi, de cette confidence ? v.1678 (Acte 5, scène 8, FABRICE)
  116. Perfide ! v.1684 (Acte 5, scène 9, DON JUAN)
  117. Quand de ta perfidie v.1689 (Acte 5, scène 9, DON JUAN)
  118. Tout cela paraissait convenir à ma fille. v.1714 (Acte 5, scène 10, DON FÉLIX)
  119. Ma fille en ce quartier ! Qu'est-ce qu'elle y vient faire ? v.1722 (Acte 5, scène 12, DON FÉLIX)

L'IMPROMPTU DE GARNISON. (1692)

  1. Vous étiez Abbé dans le temps que nous nous sommes vus à Paris, vous voilà maintenant Officier. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  2. En vérité, Monsieur, ce n?est pas sans répugnance ; mais, si je faisais trop la fière, vous me croiriez l?humeur espagnole, je prends votre argent pour vous obéir. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  3. Paris passe pour être la source des Sciences, et c?est là que j?ai puisé le secret de manier adroitement une intrigue ; c?est là que j?ai appris à m?acquitter avec succès des petites commissions que l?on me donne, et à me rendre capable de soutenir la confidence d?une fille de dix-huit ans : aussi peut-on dire, à ma gloire, que je suis la personne de Flandres qui a le plus de réputation. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  4. Il s?agit de me bien mettre dans l?esprit de ta belle Maîtresse, de purger son âme de cette prévention naturelle qu?ont toutes les personnes de ce pays-ci contre les manières Françaises, et de la rendre enfin sensible à ma tendresse, Marton. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  5. Ah, que vous me proposez-là une chose difficile, Monsieur ! (Acte 1, scène 1, MARTON)
  6. Comment difficile ? (Acte 1, scène 1, MERLIN)
  7. Il sera bien difficile à un Français de faire déguerpir un Espagnol, n?est-ce pas ? (Acte 1, scène 1, MERLIN)
  8. La peste, qu?il y faisait bonne figure ! (Acte 1, scène 2, MARTON)
  9. Il voit que je suis une pauvre fille, dont la fortune et la patrie sont exposées aux insultes des gens de guerre : la compassion l?a touché pour moi vivement. (Acte 1, scène 2, MARTON)
  10. C?est donc parce que vous êtes à moi, Marton, que ce jeune officier? (Acte 1, scène 2, ANGÉLIQUE)
  11. Je veux seulement vous faire comprendre que les Français ont les manières plus insinuantes que les Espagnols ; c?est un fond de galanterie inépuisable, un abord civil et touchant, du respect sans bassesse, de la délicatesse dans la conversation ; fiers au combat, et soumis près des Dames, ils semblent également faits et pour l?amour, et pour la guerre. (Acte 1, scène 2, MARTON)
  12. Presque tous leurs Officiers vous parurent bien faits ; vous louiez la taille de celui-ci, l?air et la démarche de celui-là ; et qu?il vous en souvienne, vous me dites le soir en confidence qu?il y en avait un que vous aviez plus remarqué que les autres. (Acte 1, scène 2, MARTON)
  13. Écoutez votre nouvel amant, le voici qui approche ; quelqu?un lui aura dit que votre Tante est sortie ; il est Français, il sait profiter de l?occasion. (Acte 1, scène 2, MARTON)
  14. Quand on est faite comme vous, peut-on penser qu?il y ait des infidèles au monde ? (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  15. Je m?appelle Merlin, afin que tu le saches. (Acte 1, scène 3, MERLIN)
  16. Faut-il épuiser la bourse d?un vieillard avare, pour fournir aux dépenses d?un fils prodigue ? (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  17. Enfin, mon enfant, je suis à Paris ce que tu es en Flandres, et à l?heure qu?il est, j?ai vingt garçons qui travaillent en mon absence. (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  18. Oh, finissez cette conversation, de grâce ; et songez à trouver l?un et l?autre les plus prompts moyens de nous servir. (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  19. Vous en trouverez la fin plus agréable. (Acte 1, scène 3, MARTON)
  20. C?est une vieille fille, et de mauvaise humeur, par conséquent. (Acte 1, scène 4, MARTON)
  21. Oh, laisse-moi faire, je veux attraper tout son bien, et la faire mourir fille, de plus. (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  22. Quelque Officier, apparemment ? (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  23. Hé, vraiment oui, c?est un officier de notre défunte garnison, justement. (Acte 1, scène 4, MARTON)
  24. On ne m?a pas chargé d?en dire davantage, Madame ; vous êtes visible, cela suffit, je vais rendre réponse. (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  25. C?est le valet de chambre de quelque officier français, Marton ? (Acte 1, scène 6, ARAMINTE)
  26. Si vous vouliez seulement vous faire un petit filet de barbe, je répondrais de la chose. (Acte 1, scène 6, MARTON)
  27. J?étais accablée de curieux et de curieuses ; de filles qui venaient demander quand elles auraient des maris ; de femmes qui voulaient savoir quand elles n?en auraient plus. (Acte 1, scène 6, MARTON)
  28. Quand je fis ma Compagnie, je la fis complète ; elle a duré tant qu?elle a pu. (Acte 1, scène 8, DON JULIEN)
  29. Mais enfin, Monsieur? (Acte 1, scène 8, ARAMINTE)
  30. Mais enfin, chacun a son goût, Madame. (Acte 1, scène 8, DON JULIEN)
  31. Il y en a de plusieurs espèces ; mais ordinairement ce sont de jeunes gens entêtés de leur qualité, badins, folâtres, enjoués, qui parlent beaucoup et qui disent peu, soupirant sans tendresse, amoureux par conversation, magnifiques sans biens, généreux en promesses, prodigues d?amitiés, inventeurs de modes, et des airs surtout. (Acte 1, scène 11, MARTON)
  32. Une fille de ta force, quand elle déserte, fait plus de tort au service de l?amour, que vingt soldats au service du Roi. (Acte 1, scène 12, MERLIN)
  33. Oui, ma Reine, ce sont nos manières ; Marton est une fille qui sait l?usage. (Acte 1, scène 12, MERLIN)
  34. Non, Monsieur_le_Marquis ; non, ne vous plaignez point de votre destinée ; je cède à la mienne, je vous épouse, je me rends à vos empressements ; voilà qui est fini. (Acte 1, scène 12, ARAMINTE)
  35. C?est ne fille impayable, et qui a des idées tout à fait justes. (Acte 1, scène 12, MERLIN)
  36. Et je vais tout d?un temps chercher votre Notaire, Madame, afin d?expédier les choses. (Acte 1, scène 12, MARTON)
  37. Ah, ah, ah, ah, mon petit ami, la fierté vous sied mal, Seigneur Français, c?est pourtant l?apanage de votre nation, que la fierté. (Acte 1, scène 13, DON JULIEN)
  38. Cela ne sera pas bien difficile, Madame. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR GRIFFON)

L'OPÉRA DE VILLAGE (1693)

  1. Notre nouveau Seigneur arrive aujourd'hui ; Hé morgué, que la petite réjouissance que je l'y voulons bailler, serve aux fiançailles de ma cousine Louison, avec ce grand Nicodème de Piarrot. (Acte 1, scène 1, COLIN)
  2. Oui, mon neveu Colin, ce grand Piarrot-là est bian assotté de notre fille Louison. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  3. Louison est une fille sage, neveu : et si je précipite de la marier, ce n'est pas que j'aie appréhension. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  4. Il y a ici deux drôles qui n'y restont pas pour enfiler des parles : ils la lorgnons, et ils ne la lorgnons pas pour des preunes. (Acte 1, scène 1, COLIN)
  5. Je n'ai point remarqué qu'ils la lorgnifiaient, moi, et je ne vois pas. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  6. Car je sais fort bian moi, que ce petit Monsieur Bouvillon qui fait tant le grand seigneur, avec son factotum, Monsieur Galoche, en voulont à queuque fille ; et comme ma cousine est la plus gentille du Bourg. (Acte 1, scène 1, COLIN)
  7. Tenez, mon oncle, je me donne au diable, il ne faut point s'affier à ces gens-là. (Acte 1, scène 1, COLIN)
  8. Morgué que tu es défiant, Colin. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  9. Est-ce que tu ne sais pas qu'ils attendont une recrue de filles, pour établir ce buriau de musique qu'ils allont avoir à trois lieues d'ici ? (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  10. Enfin, n'an dit que notte Monsieur_le_Marquis aime la musique et la danse comme un enragé. (Acte 1, scène 2, THIBAUT)
  11. Votre fille, l'aimable Louison, sera sans doute, une des Actrices du divertissement ? (Acte 1, scène 2, GALOCHE)
  12. Depuis cinquante ans je sommes les Farmiers du Château, de père en fils : c'est à nous de faire les honneurs de la fête. (Acte 1, scène 2, THIBAUT)
  13. C'est le factotum d'un Colonel qui passa dernièrement ici, comme vous êtes le factotum de Monsieur de Bouvillon, vous ; et il attend une recrue d'hommes, justement tout comme vous attendez une recrue de filles. (Acte 1, scène 2, THIBAUT)
  14. Avouez-moi de bonne foi la chose, la petite fille de Monsieur Thibaut a bonne part au séjour que vous faites dans ce Village ? (Acte 1, scène 4, GALOCHE)
  15. Enfin Monsieur Bouvillon est ici, à ce que j'ai ouï dire ; c'est un chercheur d'aventures, et vous ne lui êtes pas inutile. (Acte 1, scène 4, LA FLÈCHE)
  16. Nous savons un peu vos allures, vous êtes bon prince, Monsieur Galoche, et je veux bien vous l'avouer, puisque aussi bien vous vous en doutez : c'est à la petite fille en question que nous en voulons. (Acte 1, scène 4, LA FLÈCHE)
  17. S'il vous arrive de l'approcher, ni de dire un mot du secret que je vous confie, je ne vous menace point, Dieu m'en garde, je sais tout le respect que mérite Monsieur Galoche : mais voilà un justaucorps que mon maître vous donna l'année passée, je suis encore en droit de le nettoyer, prenez-y garde. (Acte 1, scène 4, LA FL?CHE)
  18. Dites-lui que mon maître aime la petite fille, il ne la regardera qu'avec respect, sur ma parole. (Acte 1, scène 4, LA FLÈCHE)
  19. Cela suffit, Monsieur de la Flèche, faites de votre côté tous vos efforts, sûr que nous n'épargnerons rien du nôtre. (Acte 1, scène 4, GALOCHE)
  20. Ce maroufle-là ne laisse pas de me chagriner, il est stylé à attraper des petites filles. (Acte 1, scène 5, LA FLÈCHE)
  21. Baste, mon maître vient d'arriver, toute la question est d'emmener la petite fille : mais pour le faire à moins de risque, il faut jeter sur nos rivaux les soupçons de l'enlèvement. (Acte 1, scène 5, LA FL?CHE)
  22. Le neveu Colin est déjà prévenu contre eux, donnons au père la même défiance. (Acte 1, scène 5, LA FL?CHE)
  23. Accoutez, le neveu Colin dit qu'il ne faut point trop s'affier à ces drôles-là. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  24. Ils ont dessein, Monsieur Bouvillon et lui, d'enlever votre fille, et il me sollicitait de leur prêter main forte. (Acte 1, scène 6, LA FLÈCHE)
  25. D'enlever ma fille ! (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  26. Je les en dépite, encore un coup, ma fille est mariée. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  27. Votre fille est mariée ? (Acte 1, scène 6, LA FLÈCHE)
  28. Je vians de donner ma parole au Bailli pour son petit fils Piarrot, qui est grand comme une parche. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  29. Vela ma fille, ne lui parlez de rian. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  30. Hé bian donc, je m'en vais faite rafle dans toutes les boutiques ; mais au moins, ayez soin de ma fille, je vous la baille en garde. (Acte 1, scène 7, THIBAUT)
  31. Dès qu'une fille s'en va avec un homme, on en dit d'abord mille sottises. (Acte 1, scène 8, LOUISON)
  32. Mais enfin, viendrez-vous parler à mon Maître ? (Acte 1, scène 10, LA FLÈCHE)
  33. Ce sont de terribles gens que ces jeunes Officiers, il ne faut s'y fier que de la bonne sorte. (Acte 1, scène 10, MARTINE)
  34. Nos garçons et nos filles avons tretous mis leurs habits des Dimanches : çà essayons un peu nos petites drôleries tout comme si c'était tout de bon. (Acte 1, scène 12, THIBAUT)
  35. Mais, à propos, morgué, qu'avez-vous fait de ma fille, Monsieur de la Flèche, m'est avis que je vous l'avais baillé en garde ? (Acte 1, scène 12, THIBAUT)
  36. Ces filles avont toujours queuque chose à se dire ; c'est une sotte engeance, on est bienheureux d'en être défait. (Acte 1, scène 12, THIBAUT)
  37. Faut commencer par le commencement, Monsieur Thibaut, et nous finirons par la fin. (Acte 1, scène 13, LE MAGISTER)
  38. Je vous ai donné le sujet, cela suffit. (Acte 1, scène 13, LA FLÈCHE)
  39. J'avons besoin de vous, Monsieur Galoche, et vous m'avez promis de mettre un tantinet le nez dans nos affaires : morgué, taillez, rognez comme il vous plaira, je ne sommes pas difficiles ; je trouverons tout bian, faites seulement. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  40. Vela du plus fin, Monsieur Galoche ; qu'en dites-vous ? (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  41. Assurément, voilà du plus fin, et nous avons intérêt qu'on ne fasse point de jolies choses si proche d'une Ville où nous avons dessein de nous établir. (Acte 1, scène 14, GALOCHE)
  42. Vous avez là encore une symphonie des plus complète ; et à moins que vous ne nous envoyiez votre petite fille Louison nous faire quelques civilités là-dessus, je ne prévois pas que nous laissions passer votre divertissement. (Acte 1, scène 14, GALOCHE)
  43. Vous envoyer ma fille ! (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  44. Ma fille et ma nièce ? (Acte 1, scène 15, THIBAUT)
  45. Hé, morgué oui, votre fille et votre nièce. (Acte 1, scène 15, COLIN)
  46. Comment cela aura-t-il fini ? (Acte 1, scène 15, LA FLÈCHE)
  47. C'est moi qui sis le dépité du Village, ç'ai-je fait ; je sommes les dépitées des filles, m'ont-elles fait. (Acte 1, scène 15, COLIN)
  48. Tant que l'y aura des filles, l'y aura des garçons. v.43 (Acte 1, scène 16, CLAUDINE)
  49. Vive aussi les filles, vive aussi les garçons. v.45 (Acte 1, scène 16, CLAUDINE)
  50. Vive aussi les filles, vive les garçons. v.49 (Acte 1, scène 16, CLAUDINE)

LES BOURGEOISES À LA MODE. (1692)

  1. Il faut tâcher d'en profiter. (Acte 1, scène 1, LE CHEVALIER)
  2. La petite fille de Monsieur le Notaire chez qui nous sommes, l'aimable et jeune Mariane, est un des meilleurs partis qu'il y ait à Paris. (Acte 1, scène 1, LE CHEVALIER)
  3. Justement. C'est moi qui suis le confident de cette affaire. (Acte 1, scène 1, FRONTIN)
  4. Cela ne gâtera rien ; au contraire, si elles ont de l'esprit elles profiteront de l'aventure. Et pour vous, si vous en usez bien avec moi, car enfin nous nous connaissons, comme vous savez, il faut être bon Prince, nous tâcherons de vous faire épouser Mariane. Voici déjà votre billet que je vais donner à Lisette. Allez cependant songer à faire taire le petit homme aux deux mille écus. Dans l'affaire où vous allez vous embarquer, une aventure d'éclat ne vaudrait pas le diable. (Acte 1, scène 1, FRONTIN)
  5. Le jeu, les femmes, tout ce qui sert à ruiner les autres, est ce qui lui fait faire figure, et tout son revenu n'est qu'en fond d'esprit. (Acte 1, scène 2, FRONTIN)
  6. Oh diable, pour bien dresser un mari, tu es la première fille du monde. (Acte 1, scène 3, FRONTIN)
  7. Est-ce que tu ne sais pas que pour épouser des filles de bourgeois, ce n'est point aux Pères que de jeunes gens de condition s'adressent à présent. (Acte 1, scène 3, FRONTIN)
  8. Non vraiment, cela était bon autrefois ; mais aujourd'hui les manières sont bien différentes : on prend seulement l'aveu de la petite fille, on tâche d'avoir l'agrément de la fille de Chambre, et quand on ne peut plus cacher la chose, on en informe la famille. (Acte 1, scène 3, FRONTIN)
  9. Monsieur le Notaire, qui est bourgeois depuis les pieds jusqu'à la tête, ne veut pas que sa fille prenne les manières de sa femme, et nous n'avons point avec elle tout le commerce qu'elle voudrait bien avoir avec nous. (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  10. Fi, cela ne mérite pas seulement que l'on y fasse attention. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  11. Il ne tient qu'à vous d'être parfaitement heureuse : belle, jeune, bien faite, spirituelle, vous êtes aimée de tous ceux qui vous voient, et vous avez le bonheur de n'aimer personne que votre Mari, que vous n'aimez guères ; vous êtes sans aucune passion dominante, que celle de vos plaisirs ; vous avez en moi une fille dévouée à tous vos sentiments, quelque déraisonnables qu'ils puisent être, et vous ne cherchez qu'à troubler la tranquillité de votre vie par des inégalités perpétuelles. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  12. Enfin, Lisette ; quand on a de l'esprit, il est bien fâcheux, faute de rang et de naissance, de ne pouvoir le mettre dans tout son jour. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  13. Trois cent dix livres, cela est-il si difficile à comprendre ! (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  14. Hé bien, puisque vous comprenez, cela suffit, allez vite. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  15. Qu'on le ruine, Chevalier, pourvu que j'en profite, je n'y prendrai d'autre intérêt que celui de partager ses dépouilles. (Acte 2, scène 1, ANGÉLIQUE)
  16. Que vous les définissez bien ! (Acte 2, scène 4, LISETTE)
  17. Qu'il ne sache pas que vous êtes mes confidentes, je vous prie. (Acte 2, scène 5, ARAMINTE)
  18. Tu n'as qu'à me dire tes projets, je te ferai confidence des miens, et nous trouverons moyen de les mettre en oeuvre. (Acte 2, scène 5, ANGÉLIQUE)
  19. Oh que oui, cela n'est pas bien difficile. (Acte 2, scène 7, MARIANE)
  20. Oh, que je ne suis plus une petite fille ; et quoique je ne voie pas le monde, quand je suis seule, je rêve à bien des choses. (Acte 2, scène 7, MARIANE)
  21. Ne vous en fiez-vous pas bien à moi ? (Acte 2, scène 7, LISETTE)
  22. C'est tout comme chez vous, enfin. Hé n'est-ce pas tout de même ? (Acte 2, scène 8, LISETTE)
  23. Si tu voulais l'en instruire, Lisette, je ne serais point ingrat d'un si bon office. (Acte 2, scène 8, MONSIEUR GRIFFARD)
  24. Je sacrifierai toujours tout pour lui plaire. (Acte 2, scène 8, MONSIEUR GRIFFARD)
  25. C'est que vous êtes furieusement difficile ; car enfin, qu'y a-t-il donc de si extraordinaire dans sa conduite ? (Acte 2, scène 9, LISETTE)
  26. Hé, fi, Monsieur : vous êtes Notaire, et vous ne savez pas la Coutume de Paris. (Acte 2, scène 9, LISETTE)
  27. Quand nous nous aimerons davantage, nous lui en ferons confidence. (Acte 3, scène 1, MARIANE)
  28. C'est mon coquin de fils qui aura mis la main dessus, sans doute. (Acte 3, scène 3, MADAME AMELIN)
  29. Comment donc votre fils ! (Acte 3, scène 3, LISETTE)
  30. Il y a ici une grande fille à marier ? (Acte 3, scène 3, MADAME AMELIN)
  31. Notre diamant perdu, son fils Janot, une fille à marier, elle sera de la noce. (Acte 3, scène 4, LISETTE)
  32. Il ne faut point que vous fassiez tant la fière, et si vous nous débauchez le nôtre, nous vous rendrons le change à merveilles. (Acte 3, scène 6, LISETTE)
  33. Comment donc, vous n'y songez pas : les plus sages coquettes ne refusent point aujourd'hui ces bagatelles à leurs soupirants ; et tout le secret ne consiste qu'à les faire payer si cher, qu'il ne reste jamais de quoi finir l'intrigue. (Acte 3, scène 6, FRONTIN)
  34. Quand on dit à de jolies femmes que quelqu'un les estime, il est bien difficile de leur persuader qu'on n'a pour elles qu'une passion désintéressée. (Acte 3, scène 9, LISETTE)
  35. Mais enfin, que soupçonnes-tu ? (Acte 3, scène 9, MONSIEUR GRIFFARD)
  36. Ah ! Monsieur, que deviendrais-je, si elle savait que je vous fisse des confidences de la sorte ? Elle ne me le pardonnerait jamais. C'est une petite dissimulée, qui serait au désespoir qu'on sût les mauvaises situations où la mettent presque tous les jours ses extravagances. (Acte 3, scène 9, LISETTE)
  37. Hé bien, n'en parlons plus ; voilà qui est fini. (Acte 3, scène 9, MONSIEUR GRIFFARD)
  38. Elle donnera là-dedans assurément, quelque fine qu'elle puisse être. (Acte 3, scène 9, LISETTE)
  39. Il n'y a qu'un bon tour à prendre pour les lui faire accepter, c'est là le difficile. (Acte 3, scène 9, LISETTE)
  40. C'est encore une difficulté. (Acte 3, scène 9, LISETTE)
  41. Un petit mièvre de par le monde, qu'on appelle Janot, le fils de cette femme à qui vous avez tantôt parlé... Cela vous alarme ? (Acte 3, scène 11, LISETTE)
  42. Car enfin, nous avons été camarades d'école, nous étions Clercs chez le même Procureur. (Acte 3, scène 12, FRONTIN)
  43. Quand une affaire est terminée, elle est finie pour tout le monde ; il n'est rien tel que de faire marché : composons d'avance ; assurez-moi ma petite fortune, et je vous permets d'achever la vôtre. (Acte 3, scène 12, FRONTIN)
  44. Je te donne les soixante pistoles, voici qui est fini. (Acte 3, scène 12, LE CHEVALIER)
  45. Et vous croyez que le mariage pourrait faire finir ma tendresse, ah ! (Acte 4, scène 1, LE CHEVALIER)
  46. Ah, mon fils, vous m'ébranlez tout le cerveau ! (Acte 4, scène 5, ANGÉLIQUE)
  47. Serez-vous long dans vos remontrances, mon fils ? (Acte 4, scène 5, ANGÉLIQUE)
  48. Moi, je vous donne des sujets de plaintes, mon fils ? (Acte 4, scène 5, ANGÉLIQUE)
  49. Oh que diantre, mon fils, mon petit mari, supprimons tous ces termes-là, s'il vous plaît, trêve de douceurs, je vous prie. (Acte 4, scène 5, MONSIEUR SIMON)
  50. Nous aurons son mari quelquefois, nous verrons ma nièce la Greffière qui fait des vers, ma cousine l'Avocate, son beau-frère qui est plaisant, sa soeur la Conseillère, mon oncle le Médecin, sa femme et ses enfants, nous nous divertirons à merveilles. (Acte 4, scène 6, MONSIEUR SIMON)
  51. Oh, pour cela, non, mon fils ; je vous prie hors Araminte, qui a les manières de condition, je ne veux voir que des femmes de qualité, s?il vous plaît. (Acte 4, scène 6, ANGÉLIQUE)
  52. Oui, mon fils ; comme vous voulez que j'y demeure toujours, il faut bien que je m'y divertisse. (Acte 4, scène 6, ANGÉLIQUE)
  53. Mais, Monsieur, il me faut de la musique trois jours de la semaine seulement ; trois autres après dînée, on jouera quelques reprises d'hombre et de lansquenet, qui seront suivies d'un grand souper, de manière que nous n'aurons qu'un jour de reste, qui sera le jour de conversation ; nous lirons des ouvrages d'esprit ; nous débiterons des nouvelles, nous nous entretiendrons des modes, nous médirons de nos amies ; enfin, nous emploierons tous les moments de cette journée à des choses purement spirituelles. (Acte 4, scène 6, ANGÉLIQUE)
  54. Allez, Monsieur, qu'il vous suffise que Madame joue. (Acte 4, scène 6, LISETTE)
  55. Adieu, mon fils, je vais me recueillir dans mon cabinet, et songer à prendre toutes les mesures imaginables, pour vous donner la satisfaction de demeurer au logis sans m'y ennuyer. (Acte 4, scène 6, ANGÉLIQUE)
  56. À me ruiner ; qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 4, scène 9, MONSIEUR SIMON)
  57. Cela signifie que la plupart des jolies femmes ruinent tous ceux qu'elles estiment, Monsieur. (Acte 4, scène 9, FRONTIN)
  58. Oh, Monsieur, cela est bien difficile ; elle doit plus de mille écus, afin que vous le sachiez. (Acte 4, scène 9, FRONTIN)
  59. Fi, Monsieur, où est la politesse, de ne savoir pas épargner à une femme la confusion de vous avoir obligation en face ? (Acte 4, scène 9, FRONTIN)
  60. Je ne dis pas cela, mais enfin. (Acte 4, scène 9, MONSIEUR SIMON)
  61. Parbleu, Monsieur, je n'y entends point de finesse ; puisque vous faites tant de façons, je vous baise les mains, je suis votre serviteur... (Acte 4, scène 9, FRONTIN)
  62. Oh, point, point, Lisette ; je suis sortie pour les laisser dire : je voudrais déjà que cela fût fini. (Acte 5, scène 1, MARIANE)
  63. Hé, que ne font point de jeunes filles, pour être mariées ! (Acte 5, scène 1, LISETTE)
  64. Mille écus ne lui font point de peine à sacrifier pour une autre ; il me refuserait une pistole. (Acte 5, scène 5, ANGÉLIQUE)
  65. Je vous en félicite, je vois bien ce que cela signifie. (Acte 5, scène 10, FRONTIN)
  66. Ho... que... écoutez... Hé fi, Monsieur, je n'aime point ces plaisanteries-là, je vous en avertis. (Acte 5, scène 10, FRONTIN)
  67. Oui, je l'ai perdu, moi, de t'avoir tantôt fortement confié un billet de mille écus. (Acte 5, scène 11, MONSIEUR SIMON)
  68. Monsieur votre mari, Madame, qui a la fièvre chaude. (Acte 5, scène 12, FRONTIN)
  69. Et une fièvre chaude, intéressée même. (Acte 5, scène 12, FRONTIN)
  70. Je l'ai donné fidèlement, comme vous voyez. (Acte 5, scène 13, FRONTIN)
  71. Oh çà, mon fils, point de rancune, payez Madame Amelin, et je vous pardonne l'affaire des mille écus : ne suis-je pas bonne personne ? (Acte 5, scène 13, ANGÉLIQUE)
  72. Qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 5, scène 14, ARAMINTE)
  73. Ce que cela signifie ? (Acte 5, scène 14, MADAME AMELIN)
  74. Vous voyez ce petit garnement-là ; c'est mon fils, Madame, afin que vous le sachiez... (Acte 5, scène 14, MADAME AMELIN)
  75. Vous êtes le fils de Madame Amelin ? (Acte 5, scène 14, ANGÉLIQUE)

LA DÉSOLATION DES JOUEUSES (1687)

  1. Je t'avoue, Lisette, que je voudrais de tout mon coeur que ce ne fût point uue fausse nouvelle, et que ce qu'on nous en disait hier au soir se confirmât aujourd'hui. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  2. Cela est tout confirmé, il n'est encore venu ni joueur ni joueuse d'aujourd'hui. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  3. Franchement, Madame, c'est un fort honnête homme, et il faut qu'il vous aime bien tendrement, pour ne s'être point rebuté des manières de Madame votre mère et du refus qu'elle fit à la personne qui vous demanda pour lui il y a quelques mois. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  4. Je le crois, pour moi, et il me semble qu'il n'y a pas lieu d'en douter, puisque voilà vos sentiments justifiés par arrêt. (Acte 1, scène 2, LISETTE)
  5. Expliquez-moi votre affaire, que je voie si elle n'est point trop difficile, et si je me ferai prier, ou non. (Acte 1, scène 3, MERLIN)
  6. Mon dessein n'est pas de te nuire, au contraire mais puisque tu m'as fait l'honneur de me choisir pour ton maître, il est juste que je profite de tes petits talents. (Acte 1, scène 3, DORANTE)
  7. Tantôt on est marquis, tantôt chevalier, puis marchand, quelquefois abbé, financier souvent. (Acte 1, scène 3, MERLIN)
  8. Monsieur Topase, que vous faites le difficile, comme si nous ne savions pas de quel profit vous sont les bijoux, et combien vous faites votre compte à les vendre trois fois plus qu'ils ne valent aux jeunes gens de famille, qu'on vous adresse quand ils ont affaire d'argent. (Acte 1, scène 4, DORIMÈNE)
  9. Finissons notre affaire le plus tôt que nous pourrons. (Acte 1, scène 4, DORIMÈNE)
  10. Eh bien, ma fille, voilà un terrible coup à quoi je ne m'attendais guère. (Acte 1, scène 5, DORIMÈNE)
  11. Tout est ruiné, ma fille, voilà ta fortune perdue, ma pauvre enfant. (Acte 1, scène 5, DORIM?NE)
  12. Je crois, ma fille, que vous serez ravie de ma résolution ; les jeunes personnes sont ordinairement bien aises de voyager. (Acte 1, scène 5, DORIMÈNE)
  13. En Angleterre, ma fille. (Acte 1, scène 5, DORIMÈNE)
  14. Le troupeau se rassemble à la fin. (Acte 1, scène 7, LA-COMTESSE)
  15. De quoi parlez-vous? Il semble que vous prévoyiez la fin du monde, et qu'elle soit prête d'arriver. (Acte 1, scène 7, LA-COMTESSE)
  16. Mais vraiment vous n'y songez pas, vous avez mal entendu, Clitandre ; et il me semble que si la défense était pour les personnes de condition, ils valent assez la peine qu'on leur signifie la chose chez eux, sans le leur publier au coin des rues. (Acte 1, scène 7, LA-COMTESSE)
  17. Non, morbleu c'est à vous : c'est vous qui avez profité de mon argent. (Acte 1, scène 9, LE-CAISSIER)
  18. Vous ne m'engagiez à le prêter aux joueurs, qu'afin de le leur gagner dans la suite ; mais, par la morbleu ! (Acte 1, scène 9, LE CAISSIER)
  19. Un fils de famille empruntait à grosses usures, faisait une dépense enragée, le père ne s'embarrassait pas de cela. (Acte 1, scène 10, ÉRASTE)
  20. Il admirait le bonheur de son fils et l'utilité du lansquenet. (Acte 1, scène 10, ?RASTE)
  21. Cela est vrai mais, on croyait que je jouais du moins, et le lansquenet me servait à ménager la réputation de vingt femmes que je considère et quelque dépense que je fisse, j'en faisais honneur au lansquenet. (Acte 1, scène 10, ÉRASTE)
  22. Car enfin, il faut bien qu'une femme de qualité joue, et je ne comprends pas qu'il y ait d'autres jeux pour les gens de qualité, que la paume et le lansquenet. (Acte 1, scène 11, LA-COMTESSE)
  23. Eh bien Madame, puisque vous y avez joué à la bassette, nous pouvons bien y jouer au lansquenet, sans difficulté. (Acte 1, scène 12, L-INTENDANTE)
  24. On découvrira ce manège, à la fin. (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  25. Un coquin, qui file la carte. (Acte 1, scène 13, MERLIN)
  26. Et toi, des coups de bâton qu'on te donna à Auxerre, pour avoir filouté mille écus au fils de ce marchand de marée. (Acte 1, scène 13, MERLIN)
  27. Mais c'est le fils d'un barbier de Falaise, ou le diable m'emporte ! (Acte 1, scène 13, MERLIN)
  28. Je suis ravie d'être désabusée, Dorante, et je vous donne ma fille, pourvu que vous appreniez à jouer, et que vous veniez avec moi en Angleterre. (Acte 1, scène 14, DORIMÈNE)

LE GALANT JARDINIER (1704)

  1. Quand on a des filles d'un certain âge, d'un certain esprit, d'une certaine tournure, on ne peut trop se hâter de les marier, et il n'y a point de contretemps pour s'en défaire. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR DUBUISSON)
  2. C'est justement ce qui fait que je m'en défie ; cela ne connaît point le monde, cela meurt d'envie de faire connaissance ; et il n'y a point d'oiseaux si faciles à attraper que ceux qui sortent tout nouvellement de la cage. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR DUBUISSON)
  3. Mais, mon fils, quand je l'ai été chercher en Lorraine, d'où nous arrivons, vous aviez pour elle un autre parti que celui que vous lui voulez donner. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSON)
  4. Sur la proposition de mon frère l'avocat, je m'étais résolu de la donner au fils de monsieur Orgon, un de mes anciens camarades de collège, homme fort riche, qui n'a que ce fils-là : nous étions en paroles pour cela, monsieur Orgon et moi ; mais outre que ce fils-là ne m'est point connu, c'est qu'il me revient de plusieurs endroits que c'est un libertin, qui s'est fait capitaine malgré son père, grand dissipateur de biens, homme de plaisirs, de bonne chère, et aimant les femmes. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR DUBUISSON)
  5. Ce fils de monsieur Orgon devait être rendu à Paris il y a trois semaines, pour terminer l'affaire. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR DUBUISSON)
  6. Il a de la répugnance pour le mariage, et cela m'en fait prendre pour lui donner ma fille. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR DUBUISSON)
  7. Enfin, ma femme, voulez-vous que je vous dise ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR DUBUISSON)
  8. Si je me hâte de la marier à ce monsieur Caton, qui ne me plait guères, c'est que je suis prévenu que l'autre me plairait encore moins, et que je me veux mettre hors d'état d'être persécuté par monsieur Orgon, qui, comme l'on m'a dit, ne songe à marier son fils que pour le tirer du libertinage, et je ne veux point que ce soit ma fille qui ait cette peine-là. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR DUBUISSON)
  9. Mais, savez-vous bien que votre fille hait à la mort ce monsieur Caton que vous voulez qu'elle épouse. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSON)
  10. Ma fille n'a pas tort, c'est un vilain homme ; mais il est fort riche, et en chemin de le devenir davantage ; cela fera une bonne maison ; c'est un homme qui ne dépenserait pas une pistole mal à propos. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR DUBUISSON)
  11. Tenez, mon fils, c'est un vilain, un ladre, un vieux coquin, qui a vécu jusqu'ici d'une manière fort serrée, et qui, faute d'expérience, se répandra au premier jour en des dépenses excessives pour le première guenon qui lui donnera dans la vue. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSON)
  12. Je ne dis pas que ma fille ne mérite bien les petites galanteries qu'il fait pour elle : mais, s'il était si raisonnable que vous le dites, il s'abstiendrait de ces bagatelles-là, nous sommes ici à notre maison de campagne. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSON)
  13. De faire tirer des fusées, des feux d'artifice ? (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSON)
  14. Monsieur, c'est quelque joli homme amoureux de mademoiselle votre fille, qui fait toutes ces galanteries-là, assurément. (Acte 1, scène 2, LA MONTAGNE)
  15. Non, vraiment, ce sont des gens fort discrets : mais cela n'empêche pas qu'on ne voie fort bien que des joailliers, des marchands de vins, des rôtisseurs... Il y a bien de la profusion là-dedans, bien du dérangement d'esprit, et je ne crois pas moi, que vous fussiez d'humeur à donner votre fille à un homme comme cela. (Acte 1, scène 2, LA MONTAGNE)
  16. J'ai pris confiance en toi. (Acte 1, scène 2, MONSIEUR DUBUISSON)
  17. Et je reconnaîtrai tes bons offices. (Acte 1, scène 2, MONSIEUR DUBUISSON)
  18. Es-tu toute fine seule ? (Acte 1, scène 5, LUCAS)
  19. Or, ces gens-là, tu sais, remuont l'argent à la pelle ; ils faisont jouer, tu sais, jour et nuit les ménétriers dans le village ; ils tiront, tu sais, des fusées et des artifices sur l'iau. (Acte 1, scène 5, LUCAS)
  20. Ce que je te dis là, vois-tu, c'est à celle fin de te faire mieux entendre que ce capitaine-là est un homme riche, vois-tu, queuque maltôtier ; que c'est là, vois-tu, queuque bon papier de conséquence, queuque contrat de constitution, vois-tu, queuque lettre de change. (Acte 1, scène 5, LUCAS)
  21. Bon, voler une feuille de papier, et pis, après tout, il n'y a pas de mal à ça : un paysan prendre à un capitaine, et au fils d'un maltôtier encore, ce n'est pas voler que ça, c'est prendre sa revanche. (Acte 1, scène 5, LUCAS)
  22. Il faut finir cette affaire-ci d'une manière ou d'une autre, monsieur ; et si monsieur votre père est encore huit jours sans apprendre de vos nouvelles, je vous le garantis défunt, ou, tout au moins, fou à lier. (Acte 1, scène 6, LA MONTAGNE)
  23. Moins ridicule que la vérité : car, enfin, y a-t-il rien de plus bizarre que ce que nous faisons ici ? (Acte 1, scène 6, LA MONTAGNE)
  24. Tenez, monsieur, voilà les billets que fait courir monsieur votre père ; il y en a même d'affichés au coin des rues. (Acte 1, scène 6, LA MONTAGNE)
  25. Je ne sais ce que j'en ai fait ; mais je vous en dirai le sens : Trente pistoles à gagner pour qui donnera, chez monsieur Orgon, des nouvelles d'un jeune officier sur la route d'Allemagne ; le jeune homme, de taille ni petite ni grande, l'encolure déchargée, la jambe sèche et qui porte au vent. (Acte 1, scène 6, LA MONTAGNE)
  26. À trente lieues de Paris, qui se serait défié de l'embuscade ? (Acte 1, scène 6, LA MONTAGNE)
  27. Cela sera difficile. (Acte 1, scène 6, LA MONTAGNE)
  28. Parguenne, je vous ai bian entendu, moi ; je sais tout le contenu de l'affiche que vous avez perdue, et c'est justement moi qui l'ai trouvée. (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  29. Vous n'y songez pas ; je sis fillot d'un procureur de Paris. (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  30. Mademoiselle Lucile elle-même, peut-être : elle est fille et jaseuse, elle dégoisera queuque chose ; et sa suivante, mademoiselle Marthon, qui est itou une babillarde, et pis velà tout justement comment les choses se découvriront, monsieur de la Montagne. (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  31. Fi donc, vous m'en baillez à garder ; queu peste de conte ! (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  32. On te paiera tout à la fin, si nos projets peuvent réussir. (Acte 1, scène 7, LA MONTAGNE)
  33. Mais j'irai plus loin que l'Épée-Royale, et je gagnerai l'argent de l'affiche. (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  34. Ça, ça, remettez-vous ; je sais bien qu'un aveu tendre coûte à faire à une fille qui sort du couvent, mais cela viendra ; le mot d'amour vous effarouche à présent, mais l'usage adoucira le mot et la chose, et vous ne l'aurez pas entendu prononcer cinq ou six fois, que vous en aurez pris l'habitude. (Acte 1, scène 9, MARTHON)
  35. En effet, Marthon, tu es une personne admirable, et tes discours me donnent une certaine confiance. (Acte 1, scène 9, LUCILE)
  36. Un Officier qui revenait d'Allemagne : sa chaise de poste rompit en chemin, il prit place dans le carrosse, je fus surprise en le voyant ; il me parut embarrassé comme moi, et tant que nous avons pu nous voir, nous n'avons point cessé de nous regarder l'un l'autre que quand ma mère nous regardait. (Acte 1, scène 9, LUCILE)
  37. Il y avait dans notre même carrosse une jeune fille qui n'avait point de mère. (Acte 1, scène 9, LUCILE)
  38. Au bout du compte, nous sommes arrivés à Paris ; la fin du voyage nous a séparés ; il n'a point eu depuis de mes nouvelles, ni moi des siennes. (Acte 1, scène 9, LUCILE)
  39. Il n'est point question de faire la fière ; monsieur Colin a tout entendu. (Acte 1, scène 9, MARTHON)
  40. Un garçon jardinier aux pieds de ma fille. (Acte 1, scène 10, MONSIEUR DUBUISSON)
  41. Écoutez, monsieur Caton, j'avais dessein de vous donner ma fille, parce que je vous croyais un homme réglé, grand ménager, bon économe ; et par vos discours et vos actions, vous me paraissez tout autre. (Acte 1, scène 11, MONSIEUR DUBUISSON)
  42. Fi, fi, monsieur, c'est se moquer. (Acte 1, scène 10, MONSIEUR DUBUISSON)
  43. Et je donnerais ma fille à un fou comme vous ? (Acte 1, scène 20, MONSIEUR DUBUISSON)
  44. Elle m'a avoué que tout ceci était de l'invention d'un homme qui voulait faire à mademoiselle votre fille des présents de noces d'une manière galante. (Acte 1, scène 21, LA MONTAGNE)
  45. Monsieur Caton est un sot, et je ne consentirai point à donner ma fille à un extravagant comme lui... (Acte 1, scène 22, MADAME DUBUISSON)
  46. Des étoffes magnifiques, madame, et qui se soutiennent d'or, voyez. (Acte 1, scène 22, MARTHON)
  47. La plus fière et la plus farouche. v.35 (Acte 1, scène 22, LA BOHÉMIENNE)
  48. Voici le plus difficile v.36 (Acte 1, scène 22, LA BOHÉMIENNE)
  49. La fête finira mal pour toi ; tu es un coquin qui débauche mon fils, apparemment. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR BAVARDIN)
  50. Votre fils ? (Acte 1, scène 23, MONSIEUR DUBUISSON)
  51. J'ons gagné les trente pistoles de l'affiche. (Acte 1, scène 23, LUCAS)
  52. Votre fils déguisé ici en jardinier et amoureux d'une personne à qui il donne des fêtes. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR DUBUISSON)
  53. Mon fils ! (Acte 1, scène 23, MADAME DUBUISSON)
  54. De ma fille ? (Acte 1, scène 23, MADAME DUBUISSON)
  55. De votre fille ? (Acte 1, scène 23, MONSIEUR BAVARDIN)
  56. Quand j'ai fait revenir ton maître d'Allemagne, c'était pour le marier avec la fille de monsieur. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR BAVARDIN)
  57. Je n'ai retiré ma fille du couvent, moi, que pour ce mariage-là. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR DUBUISSON)
  58. Mon fils, mon cher enfant, je t'ai cru mort, je te retrouve, je te pardonne tout. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR ORGON)

LA FOLLE ENCHÈRE (1690)

  1. Hé bien, verrai-je la fin de tout ceci ? (Acte 1, scène 2, ÉRASTE)
  2. Elle s'y plaît assez à elle-même, et je ne sais si elle a autant d'empressement que vous de le voir finir. (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  3. Le meilleur homme du monde ; mais il m'a demandé mille écus pour me rendre un si bon office. (Acte 1, scène 2, ÉRASTE)
  4. Une mère, parce qu'elle est maîtresse de tout le bien, se croira en droit de faire enrager Monsieur son fils ; elle lui refusera son consentement pour un mariage honnête ; elle ne voudra lui faire aucunes avances sur sa succession : et moi qui fais profession d'être le vengeur des injustices, je verrai cela d'un oeil tranquille ? (Acte 1, scène 3, MERLIN)
  5. Un de mes étonnements, est qu'elle s'y connaisse si peu ; car enfin quelque bon air qu'ait Mademoiselle Angélique, quelque peu embarrassée qu'elle soit de son déguisement, une fille n'est point faite comme un homme, et je m'apercevrais fort bien de la différence. (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  6. Ne craignez rien, je suis bonne personne ; mais dépêchez-vous de venir au fait, elle pourrait à la fin s'apercevoir que Monsieur_le_Comte n'est qu'une Comtesse. (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  7. Le Chevalier de Pharnabasac veut être payé ; elle sait ce que cela signifie. (Acte 1, scène 3, MERLIN)
  8. Lui a-t-on fait entendre que ce père à une fille qu'il aime tendrement, et qu'il veut absolument la voir mariée avant que de souffrir aucun établissement à Monsieur son fils ? (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  9. Mon coquin de fils était avec lui. (Acte 1, scène 5, MADAME-ARGANTE)
  10. Assurément il ne les a pas ; et quand je le fis, j'étais si jeune, si jeune, que c'est un miracle que je l'aie fait. (Acte 1, scène 5, MADAME-ARGANTE)
  11. De bonne foi, vous accommoderiez-vous d'un amant qui n'aurait aucun sacrifice à vous faire ? (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  12. Non ; mais, je ne voudrais point un mari qui me sacrifiât à ses Maîtresses. (Acte 1, scène 5, MADAME-ARGANTE)
  13. Ma foi, Madame, je répondrais bien de celui-ci, et je mettrais ma main au feu qu'il ne vous fera jamais d'infidélité. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  14. Parbleu, je les défie toutes tant qu'elles sont de la deviner. (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  15. Je ne l'envisage qu'avec frayeur, et j'aurais voulu pouvoir être heureuse sans le secours de tous les artifices dont nous nous servons. (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  16. Elle pourrait avoir écouté sans avoir entendu, la salle est grande, et la bonne Dame n'a pas l'oreille fine ; mais pour plus de sûreté, cachez-vous un moment, et me laissez prendre langue. Dépêchez vite, la voici ; elle ne paraît pas de bonne humeur. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  17. Petit monstre de perfidie ! (Acte 1, scène 9, MADAME-ARGANTE)
  18. Mon coquin de fils aura parlé : je l'avais bien prévu. (Acte 1, scène 10, MADAME-ARGANTE)
  19. Lisette me paraît une fille de fort bon conseil. (Acte 1, scène 10, MADAME-ARGANTE)
  20. Voilà qui est fini, tu as bien fait si tu ne l'épouses pas ; pourtant tu seras obligé à de grandes restitutions. (Acte 1, scène 13, MERLIN)
  21. Mon cher Monsieur de Pharnabasac, finissons, je vous prie ; vous êtes content, serviteur. (Acte 1, scène 15, ANGÉLIQUE)
  22. Cela n'est pas difficile, un grand carrosse doré ; c'est la Marquise assurément. (Acte 1, scène 17, ANGÉLIQUE)
  23. Hé bien, Monsieur, avez-vous bientôt fini ; viendrez-vous ? (Acte 1, scène 18, CHAMPAGNE)
  24. Comment donc, Madame, qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 18, CHAMPAGNE)
  25. Ai-je dessein de sacrifier ma tendresse aux intérêts de ma soeur ? (Acte 1, scène 18, ANGÉLIQUE)
  26. Voilà ce qu'on peut appeler un sacrifice dans les formes. (Acte 1, scène 18, LISETTE)
  27. Et fi, fi, Madame, vous devriez rougir, de me le débaucher comme vous faites. (Acte 1, scène 18, CHAMPAGNE)
  28. J'ai sacrifié tout à tes folles dépenses, et je te souffrirais après cela dans les bras d'une autre ? (Acte 1, scène 18, CHAMPAGNE)
  29. Je n'ai personne ici dans mes intérêts, mais ton père me fera raison de tes perfidies, je vais te l'amener : tu n'as qu'à l'attendre, tu n'a qu'à l'attendre. (Acte 1, scène 18, CHAMPAGNE)
  30. Par la raison que vous n'avez point de neveu à donner à sa fille. (Acte 1, scène 19, LISETTE)
  31. Si Monsieur votre fils était un garçon à faire les choses de bonne grâce, encore, on pourrait raisonner sur ce principe. (Acte 1, scène 19, LISETTE)
  32. Est-ce vous, Éraste, qui êtes le fils de Madame ? (Acte 1, scène 20, ANGÉLIQUE)
  33. Et quoique Madame soit sa mère, elle est aussi jeune que Monsieur son fils. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  34. Mais outre la nécessité, Madame, en la mariant de cette manière, vous n'aurez pas le chagrin que de petits marmots vous appellent ma grand-maman ; et les enfants de Monsieur votre fils ne seront que vos neveux. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  35. Et morbleu, Madame, n'ayons point de bruit ensemble : prêtez-moi mon fils pour une demi-heure. (Acte 1, scène 21, MERLIN)
  36. Mais je ne suis pas cause de tout le mépris que Monsieur votre fils a pour elle. (Acte 1, scène 21, MADAME-ARGANTE)
  37. L'affaire est en bon train, ne fais pas trop le difficile. (Acte 1, scène 21, LISETTE)
  38. Examinez Madame la Marquise ; je lui demande pardon de parler ainsi devant elle, mais enfin elle m'y réduit ; voyez son air et ses manières, et regardez sans prévention les charmes de Madame. (Acte 1, scène 22, ANGÉLIQUE)
  39. Vous me l'avez promis, je le veux avoir, ou votre fille n'aura ni mon bien, ni mon neveu. (Acte 1, scène 22, CHAMPAGNE)
  40. Ma soeur aime tendrement le fils de Madame, que vous voyez. (Acte 1, scène 22, ANGÉLIQUE)
  41. Ma fille aime Monsieur ! (Acte 1, scène 22, MERLIN)
  42. Ce ne sont que des chansons ; mais que Madame fasse pour Monsieur son fils, ce que je suis prête à faire pour mon neveu. (Acte 1, scène 22, CHAMPAGNE)
  43. Oui, j'ai encore pour deux mille écus de pierreries, que je m'oblige de donner à votre fille. (Acte 1, scène 22, CHAMPAGNE)
  44. Ces messieurs ne signeront qu'après la fille. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR-DE-BONNEFOI)
  45. Cette Madame de la Tribaudière est une étrange femme, et je crains bien qu'on n'ait jamais aucunes nouvelles, ni d'elle ni de mon fils. (Acte 1, scène 25, MERLIN)

RENAUD ET ARMIDE (1692)

  1. Il est vrai que j'ai une soeur tout à fait folle, et deux filles qui ne seront pas trop sages, peut-être. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR GROGNAC)
  2. Et fi donc, Monsieur, ne dites pas cela. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  3. Hé, non vraiment : si vous l'étiez, auriez-vous fait le dessein ridicule de donner votre fille à un subalterne de robe, un vieux conseiller Présidial, un crasseux qui? (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  4. Vous êtes un peu crasseux aussi, j'en demeure d'accord, puisque vous le voulez ; mais comme vous avez du bien? croyez-moi, Monsieur, je ferais un peu décrasser ma fille, si j'étais à votre place. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  5. Oh je t'entends. Écoute : si les sentiments de ma fille ne sont pas conformes aux miens, je saurai à qui m'en prendre, et? Que je trouve quelque obstacle à mes intentions seulement, tu verras ce qui en arrivera. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR GROGNAC)
  6. Vouloir forcer une jeune fille de bourgeois et de bon esprit à se contenter d'un homme de Robe, et en hiver encore ? (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  7. En été, passe, on prend ce qu'on trouve : mais dans le bon temps on serait bien sotte de n'en pas profiter. Allons, allons, mort de ma vie, je n'en aurai pas le démenti ; et je ne veux pas qu'il soit dit dans le monde qu'aucune fille de la connaissance de Lisette se soit engeancée d'un Robin. (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  8. Je serai de la noce premièrement ; et quand ma soeur sera une fois mariée, il faudra bien que je demeure à la maison, moi, afin que mon tour vienne. (Acte 1, scène 4, MIMI)
  9. Que faites-vous donc là, petite fille. (Acte 1, scène 5, MADAME JAQUINET)
  10. Il n'y a point de secrets que je ne confiasse à cet enfant-là. (Acte 1, scène 6, MADAME JAQUINET)
  11. Oh çà donc, ma chère enfant, tu es une fille d'esprit, je veux te faire voir mon petit homme, afin que tu m'en dise ton sentiment. (Acte 1, scène 6, MADAME JAQUINET)
  12. Tu diras à ma fille, toi, que le mari que je lui destine soupe ici ce soir, et que nous aurons les violons ensuite. (Acte 1, scène 7, MONSIEUR GROGNAC)
  13. Pour cela vous avez raison, et monsieur Filassier, le Conseiller d'Amiens, mon prétendu neveu, est un personnage très peu ragoûtant, très peu ragoûtant, très peu ragoûtant. (Acte 1, scène 9, MADAME JAQUINET)
  14. Ce sont de fort jolis oiseaux à tenir en cage, au moins : il n'y a qu'une petite difficulté qui nous embarrasse nous autres. (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  15. Il le faut faire afficher : Amant perdu, dix pistoles à gagner. (Acte 1, scène 9, MADAME JAQUINET)
  16. Oui, il n'y a qu'à bien marquer dans l'affiche le poil et les oreilles, quelque curieuse le ramènera, peut-être. (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  17. Que voulais-tu que je fisse davantage ? (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  18. Il me fit ses petites propositions. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  19. Le voilà retrouvé, Madame, et sans affiches. (Acte 1, scène 12, LISETTE)
  20. Je vous revois après une longue absence, Monsieur ; mais je vous revois infidèle peut-être ? (Acte 1, scène 12, ANGÉLIQUE)
  21. Moi, infidèle, Madame ? (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  22. Allez, Monsieur, le choix que vous avez fait, me venge bien de votre légèreté, je vous assure : cela suffit, et je ne prétends pas? (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  23. Il est vrai que depuis que nous vous avons perdues, désespérés de ne point trouver dans le quartier de l'Université de quoi nous consoler de notre infortune, nous nous sommes logés dans le faubourg ; et par les conseils de Madame Jaquinet, Monsieur postule pour être Officier de Dragons. (Acte 1, scène 14, LOLIVE)
  24. Voilà le fait, Madame. Pour vous aimer toute sa vie, il faut vivre ; pour vivre, il faut de l'argent : et comme une espèce de père que nous avons en Province ne nous en envoie point, et que Madame Jaquinet a la réputation d'en avoir ; que c'est une de ces âmes charitables qui s'intéressent aux petits besoins des jolis enfants de famille, une de ces généreuses personnes, que nous nommons entre nous autres, les Dames de la Providence? Enfin, Madame, vous comprenez bien qu'il n'y a point d'amour dans notre fait, et que notre visite et nos intentions ne sont point criminelles. (Acte 1, scène 14, LOLIVE)
  25. Il y a une autre difficulté qui est bien plus embarrassante. (Acte 1, scène 14, LISETTE)
  26. C'est un certain Monsieur Filassier, de par le monde. (Acte 1, scène 14, LISETTE)
  27. Monsieur Filassier, Monsieur ? (Acte 1, scène 14, LOLIVE)
  28. Nous en sortirons bien, ne te mets pas en peine : notre Monsieur Filassier aime Monsieur son fils à la folie, quoiqu'il n'en use pas bien avec lui : il n'a que cet enfant-là. (Acte 1, scène 15, LOLIVE)
  29. Oh diable, c'est qu'il aime l'argent encore plus que le fils, et s'il trouvait occasion de l'établir sans? (Acte 1, scène 15, LOLIVE)
  30. Le Prologue m'ennuie, le premier Acte m'assoupit, cet endroit du Sommeil m'endort, et je ne me réveille qu'à ce grand tintamarre de la fin. (Acte 1, scène 15, LISETTE)
  31. Mais enfin, n'en as-tu rien retenu du tout ? (Acte 1, scène 15, LOLIVE)
  32. Cela suffit, en voilà de reste. (Acte 1, scène 15, LOLIVE)
  33. Voici le père de ma maîtresse, et Monsieur Filassier ; il ne serait pas à propos qu'ils se vissent. (Acte 1, scène 15, LISETTE)
  34. Non, non, c'est le laquais de mon coquin de fils, il ne vient pas ici pour rien, mais si je prends un bâton. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR FILASSIER)
  35. Montons là-haut, nous y trouverons ma fille et ma soeur, et nous en saurons davantage. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR GROGNAC)
  36. Ouais, je perds patience, et je me fâcherai à la fin. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR GROGNAC)
  37. Je perds l'esprit, Monsieur, je vous l'avoue, et c'est Monsieur votre fils qui me le fait perdre. (Acte 1, scène 17, LOLIVE)
  38. Mon fils ! (Acte 1, scène 17, MONSIEUR FILASSIER)
  39. Nous verrons la fin de tout ceci. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR GROGNAC)
  40. Vous avez tort, il est bien votre fils, je vous assure. (Acte 1, scène 17, LOLIVE)
  41. Mon fils est devenu fou ? (Acte 1, scène 17, MONSIEUR FILASSIER)
  42. Mon fils est devenu fou, mon cher ami ? (Acte 1, scène 17, MONSIEUR FILASSIER)
  43. Il est dangereux quelquefois d'avoir trop de sévérité, Monsieur Filassier. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR GROGNAC)
  44. Finis donc. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR FILASSIER)
  45. Figurez-vous ce que c'est, Monsieur, qu'un amour qui prend naissance à l'Opéra. (Acte 1, scène 17, LOLIVE)
  46. Nous étions auprès de lui trois ou quatre ; car on le garde à vue, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 17, LOLIVE)
  47. Mon fils est donc ici, apparemment ? (Acte 1, scène 17, MONSIEUR FILASSIER)
  48. Ouais, qu'est-ce que tout cela signifie ? (Acte 1, scène 17, MONSIEUR GROGNAC)
  49. Il a fallu leur aller chercher dans l'Office des feuilles et des fleurs, pour faire des guirlandes. (Acte 1, scène 19, LISETTE)
  50. Qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 19, MONSIEUR FILASSIER)
  51. Cela signifie qu'un clou chasse l'autre, comme vous savez ; et s'il pouvait prendre de l'amour pour quelque jolie personne qu'on lui ferait épouser? (Acte 1, scène 19, LISETTE)
  52. Comment tout cela finira-t-il, mon pauvre Lolive ? (Acte 1, scène 21, CLITANDRE)
  53. Cela finira bien, nous approchons du dénouement. (Acte 1, scène 21, LOLIVE)
  54. Allons, Messieurs, venez-vous-en faire de vieux diables, sous la figure des plaisirs. (Acte 1, scène 21, LOLIVE)
  55. Est-il vrai, mon père, que ce jeune Monsieur qui a perdu l'esprit est le fils de Monsieur Filassier ? (Acte 1, scène 22, ANGÉLIQUE)
  56. Oui, ma fille, mais cela n'empêchera pas? (Acte 1, scène 22, MONSIEUR GROGNAC)
  57. C'est Angélique, la fille de Monsieur Grognac. (Acte 1, scène 22, MONSIEUR FILASSIER)
  58. Voilà le remède qu'il faut à votre fils, Monsieur, que cette grande fille-là. (Acte 1, scène 22, LOLIVE)
  59. Cela ne sera pas bien difficile, tenez. (Acte 1, scène 22, LOLIVE)
  60. Profitez d'un temps si précieux. (Acte 1, scène 22, LOLIVE)
  61. Mariez-le avec cette fille-là, si vous m'en croyez. (Acte 1, scène 22, LOLIVE)
  62. On nous joue, Monsieur Filassier, sur ma parole. (Acte 1, scène 22, MONSIEUR GROGNAC)
  63. De quelque manière que la chose puisse être, je vous demande votre fille pour mon fils, me la refuserez-vous ? (Acte 1, scène 22, MONSIEUR FILASSIER)
  64. Ah, je n'en puis plus, je me meurs ; perfide, barbare ! (Acte 1, scène 23, MADAME JAQUINET)
  65. Traître, attends, je le tiens, je le tiens, son coeur perfide. (Acte 1, scène 23, MADAME JAQUINET)

LES VACANCES (1697)

  1. Je ne nous mouchons pas du pied, afin que vous le sachiais. (Acte 1, scène 1, LE MAGISTER)
  2. Parce qu'il vous a fait Procureur Fiscal ? (Acte 1, scène 1, LE MAGISTER)
  3. Va ; quoique je n'eusse encore cette Terre-ci qu'à bail judiciaire, quand tu revins de Flandres l'année passée, j'ai trouvé le moyen de t'en faire le Procureur Fiscal : m'en voilà maintenant Seigneur, par la grâce de Dieu et du Châtelet ; tu es mon filleul, tu as de bons principes, je te pousserai, tu iras loin sur ma parole. (Acte 1, scène 3, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  4. Ils seront tous bien fâchés de vous voir faire si bonne figure. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  5. Et pour la fille, c'est une coquine qui ne vaudra pas mieux que son frère. (Acte 1, scène 3, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  6. Je veux la marier à un vieux greffier, dont je suis sûr qu'elle ne voudra point ; et je la gênerai tant, je la gênerai tant, qu'elle fera quelque sottise, qui m'autorisera à la mettre dans un Couvent. (Acte 1, scène 3, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  7. C'est quelque Officier de votre connaissance, apparemment, qui vient vous rendre visite pour honorer votre prise de possession. (Acte 1, scène 4, LÉPINE)
  8. Allons, allons, mon filleul, un bon procès-verbal de Dieu, commençons toujours par là. (Acte 1, scène 4, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  9. Mon pauvre filleul ! (Acte 1, scène 5, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  10. Leur signifiant que vous êtes Procureur, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 5, LÉPINE)
  11. Hé bien, ma chère Madame la Roche, je ne me trompais point dans mes conjectures : ce vilain Greffier, que je t'ai dit qui me venait voir au Couvent, et qui faisait tant le radouci. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  12. Hé bien, faites, ce sera sa faute ; et s'il ne faut que cela pour le contenter, je ne vois pas que la chose soit bien difficile. (Acte 1, scène 7, MADAME LA ROCHE)
  13. Non, c'est un jeune Officier, qui venait au Couvent où j'étais, voir une de ses parentes. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  14. Ce jeune Officier-là est bien fait, je gage ? (Acte 1, scène 7, MADAME LA ROCHE)
  15. Voilà une partie d'amour assez dérangée, à ce qu'il me semble ; et je ne vois pas que nous la puissions renouer à temps pour rompre celle du Greffier, vous verrez qu'il en faudra faire quelque autre. (Acte 1, scène 7, MADAME LA ROCHE)
  16. Ce Greffier de malheur est avec elle. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  17. Oui, des coquins qui ont l'audace de donner des croquignoles à Monsieur le Greffier. (Acte 1, scène 8, MADAME PERRINELLE)
  18. Fi, ce ne sont que des masures. (Acte 1, scène 9, MADAME PERRINELLE)
  19. Vraiment, cela ne se fait point ; et ces officiers-là ne savent pas... (Acte 1, scène 12, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  20. La conversation finirait mal, ne l'entamons point, tirons nos chausses. (Acte 1, scène 14, LÉPINE)
  21. Je suis un des premiers Magistrats du village, Monsieur ; Procureur fiscal à votre service. (Acte 1, scène 14, LÉPINE)
  22. Palsanguenne, Monsieu l'Officier, vous devez être bian content de nous : je venons de disposer les billets ; et en conséquence de vos bonnes intentions pour notre nouviau Signeur, conformément à celles que j'avais itou pour ly-da, de vos cinquante hommes, j'en ons déjà logé trente cinq, tant dans son Château que dans sa farme ; ils seront morgué là à bouche que veux-tu : c'est un fesse-mathieu qui a de quoi, ne vous boutez pas en peine. (Acte 1, scène 15, LE MAGISTER)
  23. Morgué, je voudrais bian ne ly pas ôter mon chapiau, non plus que je fais à trois ou quatre filles qui m'avons fait pièce. (Acte 1, scène 15, LE MAGISTER)
  24. Baillez-moi cette permission-là, Monsieur l'Officier, je vous en prie. (Acte 1, scène 15, LE MAGISTER)
  25. Oh tatigué, je sis un fier compère. (Acte 1, scène 15, LE MAGISTER)
  26. À propos, ne seriez-vous point un des Officiers de ces canailles qui sont ici, par parenthèse ? (Acte 1, scène 16, MADAME PERRINELLE)
  27. Vous voyez une fort jolie fille, et une fort bonne femme, c'est un assortiment des plus commodes. (Acte 1, scène 18, LÉPINE)
  28. Voilà ce jeune Officier dont je te parlais, qui venait au Couvent. (Acte 1, scène 18, ANGÉLIQUE)
  29. La jolie fille ne m'est pas inconnue, Lépine. (Acte 1, scène 18, CLITANDRE)
  30. Vous voilà à même de renouer la partie : mort de ma vie, finissez-la, il n'y a point de temps à perdre. (Acte 1, scène 18, MADAME LA ROCHE)
  31. Réformez, réformez votre style, s'il vous plaît, je suis Premier Maréchal des Logis de la Compagnie de ce gentilhomme-là, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 19, MAUGREBLEU)
  32. Madame la Roche a parbleu raison, c'est le fils de mon parrain. (Acte 1, scène 19, LÉPINE)
  33. Pour toi, je te remets, tu es Lépine, le filleul de mon père, un grand fripon ; oui, je te reconnais : mais pour vous autres... (Acte 1, scène 19, MAUGREBLEU)
  34. Mon capitaine, qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 19, MAUGREBLEU)
  35. Bon tant mieux, grand merci, beau-frère : il n'est morbleu rien tel pour faire fortune que le canal des femmes ; et combien de grands Officiers seraient très subalternes, s'ils n'avaient eu de jolies soeurs ou de jolies cousines ? (Acte 1, scène 19, MAUGREBLEU)
  36. Il consentira à tout, j'en donne sa parole, et le filleul et moi nous allons lui faire entendre... (Acte 1, scène 19, MAUGREBLEU)
  37. Allons, filleul, mène-moi voir mon père, j'ai impatience d'avoir cet honneur-là, il y a longtemps que je lui dois une visite. (Acte 1, scène 20, MAUGREBLEU)
  38. Présentez-moi donc, filleul, toi qui es en grâce. (Acte 1, scène 21, MAUGREBLEU)
  39. Il ne sera pas nécessaire que vous en veniez à ces extrémités-là, mon parrain : et voilà un des premiers Officiers de la Compagnie qui vient ici vous assurer... (Acte 1, scène 21, LÉPINE)
  40. Comment, hé, c'est mon fils, c'est ce fripon de Charlot... (Acte 1, scène 21, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  41. Je m'appelle Monsieur Maugrebleu, Lieutenant de Cavalerie ; que cela vous suffise : et plus de familiarité, s'il vous plaît. (Acte 1, scène 21, MAUGREBLEU)
  42. Mais j'ai promis ma fille à Monsieur que voilà, moi. (Acte 1, scène 21, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  43. Je dis qu'on n'aura pas ma fille malgré moi, et que je ne prétends pas... (Acte 1, scène 21, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  44. Explique-lui la chose, filleul. (Acte 1, scène 21, MAUGREBLEU)
  45. Votre fils et votre filleul se moquent de vous, je vous en avertis. (Acte 1, scène 21, LE GREFFIER)
  46. Le neveu prend possession de la fille sans votre permission. (Acte 1, scène 21, MAUGREBLEU)
  47. C'est Mademoiselle votre fille, et le Capitaine de ces gens-d'armes, qu'ils disont qui est votre gendre, qui les avont envoyés pour vous divartir, et pour commencer le prélude de leurs noces. (Acte 1, scène 22, COLIN)
  48. J'apprends ici de jolies choses, mademoiselle ma fille. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  49. Ils n'ont qu'à financer les frais de la noce et de la cérémonie, je les relâcherai moi, j'en fais mon affaire. (Acte 1, scène 23, MAUGREBLEU)
  50. Et Monsieur le Greffier qu'en ferons-nous ? (Acte 1, scène 23, LÉPINE)
  51. Que diable faire d'un Greffier ? (Acte 1, scène 23, MAUGREBLEU)
  52. On lui fit rendre v.57 (Acte 1, scène 24, UNE PAYSANNE)
  53. Allons, enfin, v.105 (Acte 1, scène 24, MAUGREBLEU)

LE TUTEUR (1694)

  1. Je ne serais pas le premier manant qu'alle aurait fait grand Seigneur, ça se voit à chaque bout de champ, ça arrive tous les jours, et fi personne ne crie miracle. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  2. C'est une chose sûre ; mais afin que les choses se fassent de bonne grâce, et que je le veuille bien aussi, c'est pour cela que tu veux faire fortune ? (Acte 1, scène 2, LISETTE)
  3. Vous en ferez votre profit, je vous le baille. (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  4. C'est par hasard qu'elle est entre mes mains ; je ne sais ce qu'elle signifie, mais le coeur me dit quelque chose de bon, et je me flatte que nous allons voir de la nouveauté dans nos affaires. (Acte 1, scène 4, LISETTE)
  5. L'état de fille vous déplaît autant que le Village, et franchement vous avez raison ; c'est une chose ennuyeuse. (Acte 1, scène 4, LISETTE)
  6. Mais enfin ce qui se trouve à Paris, se trouve en province, il y a des épouseurs par tout pays ; et si par hasard le Peintre était ce que je m'imagine je répondrais bien, moi, de faire passer vos chagrins avant qu'il fût peu. (Acte 1, scène 4, LISETTE)
  7. Et avec ces beaux sentiments-là, vous mourrez vieille fille, cela est cruel : Monsieur Bernard, pour ne point rendre compte de votre bien, écartera tous les prétendants ; car enfin il n'a point eu jusqu'ici de bonnes raisons pour rebuter ceux qui vous ont demandée. (Acte 1, scène 4, LISETTE)
  8. Et comment a-t-il reçu la demande que lui fit, il y a quelque temps, la mère de ce jeune Marquis, dont les terres sont si proches d'ici ? (Acte 1, scène 4, LISETTE)
  9. Réjouissez-vous, vous dis-je encore une fois, tout vient à point à qui peut attendre, vous serez mariée à la fin. (Acte 1, scène 5, LUCAS)
  10. Fi : est-ce que ce serait une bonne affaire pour une fille qu'un jeune homme d'astheure ? (Acte 1, scène 5, LUCAS)
  11. Ne serait-ce point queuque financier. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  12. Un Financier ? (Acte 1, scène 5, LUCAS)
  13. Est-ce un parti avantageux enfin ? (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  14. Hé, allez, allez, en fait de mariage les honnêtes filles ont toujours plus d'impatience que les autres. (Acte 1, scène 6, LISETTE)
  15. Au remède, Monsieur, vite, au remède, on ne peut trop se hâter de mettre l'honneur des filles à couvert des mauvaises intentions des hommes. (Acte 1, scène 6, LISETTE)
  16. Acoutez, Monsieur, ne jurons de rian, et défions-nous de tout, il se mitonne queuque manigance, à quoi il faut prendre garde. (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  17. Morgué qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  18. Je sommes cheux vous, j'y avons deux filles, vous aimez l'une, vous voulez que j'aime l'autre, je le veux bian, moi, pour vous faire plaisir, tout coup vaille. (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  19. Il la battrait si alle était sa femme ; en attendant qu'alle la devienne, afin que les coups qu'alle mérite ne soyont pas perdus, il les baille au premier venu, c'est sa magnière. (Acte 1, scène 9, LUCAS)
  20. Monsieur Bernard vient de me donner cent coups de bâtons, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 11, L'OLIVE)
  21. Hé, allez, allez, Monsieur, les filles d'aujourd'hui sont des animaux bien apprivoisés ; elles ne s'effarouchent point qu'on les aime, et nous vivons dans un siècle fort aguerri. (Acte 1, scène 11, L'OLIVE)
  22. Mais enfin ? (Acte 1, scène 11, DORANTE)
  23. Mais enfin, il faut venir au fait, et tout au plus vite, nous n'avons point de temps à perdre. (Acte 1, scène 11, L'OLIVE)
  24. Nous travaillons ici depuis quinze jours l'un et l'autre, moi à gâter le jardin de Monsieur Bernard, et vous à défigurer ses plafonds et ses cheminées ; car vous êtes un très mauvais Peintre, et je ne suis pas un bon jardinier, moi, sans contredit. (Acte 1, scène 11, L'OLIVE)
  25. La fourberie sera découverte avant terme, si nous ne nous hâtons d'en profiter. (Acte 1, scène 11, L'OLIVE)
  26. Si l'on pouvait vous confier un secret ? (Acte 1, scène 12, LISETTE)
  27. Pour gage de ma discrétion, je vous en confierai un autre. (Acte 1, scène 12, L'OLIVE)
  28. Il s'en fait de plus difficiles. (Acte 1, scène 12, LISETTE)
  29. Ce sont de bonnes filles que ces Lisettes, je n'en ai jamais trouvé qui n'aient dit , oui. (Acte 1, scène 12, L'OLIVE)
  30. Qu'on est heureux en amour de trouver des filles si expéditives. (Acte 1, scène 12, L'OLIVE)
  31. Madame sa mère est aussi folle de vous que le fils, c'est beaucoup. (Acte 1, scène 14, L'OLIVE)
  32. Il faut pourtant se hâter de prendre parti ; et voici une aventure qu'il faut brusquer, si vous voulez la conduire à bonne fin. (Acte 1, scène 15, LISETTE)
  33. Mais comment la finir sans consentir à un enlèvement ? (Acte 1, scène 15, ANGÉLIQUE)
  34. Les filles sont curieuses ; on est bien aise de voir jusqu'où des coquins comme cela, pousseront las choses. (Acte 1, scène 18, LISETTE)
  35. Hé bien soit, voyons la fin de tout cela. (Acte 1, scène 18, MONSIEUR BERNARD)
  36. Adorable Angélique, profitons d'une occasion si favorable : il s'agit de me désespérer, ou de vous déterminer à une fuite. (Acte 1, scène 19, DORANTE)
  37. Au contraire, allez au rendez-vous, vous dis-je, et trouvez les moyens de mériter sa confiance. (Acte 1, scène 19, LISETTE)
  38. Sa confiance, Madame ! (Acte 1, scène 19, DORANTE)
  39. Oui, sa confiance. (Acte 1, scène 19, LISETTE)
  40. Le Tuteur convaincu de notre bonne foi, ne sera plus défiant, et nous serons un peu moins gênées. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  41. Ah perfide ! (Acte 1, scène 21, DORANTE)
  42. Et quelle figure est-ce encore là. (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  43. Ouais, tout ceci commence à me déplaire, qu'est-ce donc que cela signifie ? (Acte 1, scène 23, MONSIEUR BERNARD)
  44. Vous êtes persuadé de mon zèle et de ma fidélité, je vais suivre votre maîtresse ; et je vous promets de l'entretenir toute ma vie dans les bons sentiments qu'elle pour vous. (Acte 1, scène 23, DORANTE)

L'IMPROMPTU DE SURESNES (1713)

  1. Nous avons deux jeunes filles qui ont grand besoin de votre secours, et nous vous prions, l'Amour et moi, de vous unir avec nous pour les rendre heureuses. (Acte 2, scène 1, LA FOLIE)
  2. L'une est fille d'un vieil usurier de Marchand de vin, qui a fait fortune, et l'autre est la nièce de son associé ; ils ne veulent pas qu'elles épousent deux jeunes gens de Paris, qui les aiment éperdument. (Acte 2, scène 1, LA FOLIE)
  3. Mais c'est au mariage des filles qu'il faut songer plutôt qu'à la consommation du vin. (Acte 2, scène 1, LA FOLIE)
  4. Ayez soin de votre côté d'entretenir les filles et leurs amants dans des sentiments judicieux et raisonnables, tels que vous êtes capable d'en inspirer. (Acte 2, scène 1, BACCHUS)
  5. Les plus folles sont quelquefois justifiées par l'événement. (Acte 2, scène 2, ÉRASTE)
  6. Les idées folles déshonorent, et l'événement ne justifie point. (Acte 2, scène 2, LUCILE)
  7. Il faut bien lui signifier l'ordre et les menaces que l'on m'a faites en cas de contravention. (Acte 2, scène 3, NÉRINE)
  8. Afin qu'il m'ait plus d'obligation de n'en rien faire, et que la passion que nous avons l'un pour l'autre s'augmente par les difficultés. (Acte 2, scène 3, NÉRINE)
  9. Le père et l'oncle défendent de concert, il faut que la fille et la nièce s'entendent de même. (Acte 2, scène 3, NÉRINE)
  10. Cela est bien difficile à deviner ! (Acte 2, scène 4, NÉRINE)
  11. L'espèce vous manque, vous prenez à crédit, et vous vous attachez aux filles ; cela fait une grande différence, voyez-vous. (Acte 2, scène 4, NÉRINE)
  12. Pour moi, je ne sais pas ce que cela veut dire : mais en vous voyant, je me confirme tout à fait dans la résolution d'obéir aux lois de l'Amour, plutôt qu'à celles de mon père. (Acte 2, scène 5, LUCILE)
  13. Il y a un temps infini qu'on ne voit plus de Bourgeois ivres dans les rues, ni de petits Maîtres entre deux vins rendre hommage au beau sexe dans les bosquets des Tuileries. (Acte 2, scène 6, BACCHUS)
  14. Si vous me refusez, j'irai me pendre de désespoir, et vous perdriez un fidèle serviteur. (Acte 2, scène 6, FORÊT)
  15. Il n'y a rien à dire à cela, tu as profité de l'occasion. (Acte 2, scène 6, BACCHUS)
  16. Cela ne sera pas bien difficile. (Acte 2, scène 6, BACCHUS)
  17. Commencez par m'envoyer votre jolie fille et sa camarade, cela contiendra tout. (Acte 2, scène 8, BACCHUS)
  18. Malepeste, c'est le meuble le plus nécessaire d'une guinguette, que de jolies filles ! (Acte 2, scène 8, BACCHUS)
  19. Il y a un temps infini que nous n'avons pas fait de petite débauche avec notre gros ami le Dieu du vin. (Acte 2, scène 9, LA FOLIE)
  20. Vous voilà bien malade ; j'ai plus à souffrir que vous des aventures dont nous nous mêlons. Ce jeune Chevalier qu'on croit à l'armée, et qui mange avec des coquettes et des filous le bien de sa mère, dont il ne jouit pas encore, est-ce à vous que l'on se prend de sa conduite ? (Acte 2, scène 9, L'AMOUR)
  21. C'est la Folie qui se plaint sans cesse, et qui finit pourtant toute seule quantité d'affaires que nous ne faisons qu'ébaucher. (Acte 2, scène 9, L'AMOUR)
  22. C'est moi qui ai commencé celle qui nous rassemble ; mais ce sera vous qui la finirez, s'il vous plaît. (Acte 2, scène 9, LA FOLIE)
  23. Très volontiers, je m'intéresse au sort des jolies filles. (Acte 2, scène 9, L'AMOUR)
  24. Cet emploi-là ne sera pas difficile. (Acte 2, scène 10, BACCHUS)
  25. Voilà de jolies filles de cabaret, au moins. (Acte 2, scène 10, LA FOLIE)
  26. Écoutez, mes enfants, de filles de guinguette à garçon de cabaret, il n'y a que la main ; n'allez pas abuser de la protection qu'on vous donne, et anticiper? (Acte 2, scène 11, BACCHUS)
  27. Je n'aime point demeurer en place, et je ne me plais à table qu'à la fin des repas. (Acte 2, scène 11, LA FOLIE)
  28. Oh pour cela il sera bien difficile de les en empêcher ; mais leur présence ne gâtera rien. (Acte 2, scène 11, LA FOLIE)
  29. Que vous avez bien fait ; voici une nouvelle petite guinguette aussi jolie, aussi attirante, je n'ai jamais pu m'empêcher d'y entrer, et si nous venons déjà de faire collation, dans une autre à Passy, Madame et moi, avec mon laquais, sa femme de chambre, notre Fiacre, tous cinq tête à tête. (Acte 2, scène 13, KERPINOT)
  30. Oui, voilà ce qui fait la difficulté. (Acte 2, scène 13, KERPINOT)
  31. Cela ne sera pas difficile à accommoder, passez ici la nuit à table. (Acte 2, scène 13, LA FOLIE)
  32. Comme vous ne serez point couché, le matin vous tiendra lieu du soir, et voilà la difficulté levée. (Acte 2, scène 13, LA FOLIE)
  33. Magnificence, grand régal, et de l'argent partout ; nous jouissons entre nous de quatre-vingt-quinze mille livres de rente. (Acte 2, scène 15, LE CHEVALIER)
  34. Fi donc, Madame, je suis cadet de treize frères. (Acte 2, scène 15, LE CHEVALIER)
  35. Il, faudrait que Madame fût bien difficile. (Acte 2, scène 15, LA FOLIE)
  36. Fi donc, il serait à souhaiter que vous fussiez crevés tous tant que vous êtes, et que le crédit fût ressuscité. (Acte 2, scène 16, SILENE)
  37. Cela est écrit sur le livre, il n'y a rien à perdre, à moins que je ne brûle le livre, et cela pourrait bien arriver ; car je suis la Folie, au moins, défie-toi de mes caprices. (Acte 2, scène 17, LA FOLIE)
  38. Il a raison, il faut être fou pour confier sa cave au Dieu des ivrognes. (Acte 2, scène 17, FORÊT)
  39. Ces deux Messieurs que je vois là-bas avec ma fille, et sa compagne, à qui on avait défendu de les voir. (Acte 2, scène 18, FORÊT)
  40. Mais pour l'être par de jolies filles, il ne leur faut commander que ce qu'elles souhaitent. (Acte 2, scène 18, LA FOLIE)
  41. Il n'y a respect qui tienne ; ma fille est ma fille, et il ne sera pas dit? (Acte 2, scène 19, FORÊT)
  42. Ma fille est mariée sans mon aveu ? (Acte 2, scène 19, FORÊT)
  43. Ne suffit-il pas de celui de Bacchus et de l'Amour ? (Acte 2, scène 19, NÉRINE)
  44. Marier ma fille, et vider mon magasin sans que je reçoive d'argent ! (Acte 2, scène 19, FORÊT)
  45. Cela viendra quelqu'un de ces jours, épouse Claudine, ta servante, ce sont les allures des Marchands de Vin ; pour aujourd'hui, célébrons les mariages de ta fille et de sa camarade, avec leurs amants. (Acte 2, scène 19, BACCHUS)
  46. Plus vive et moins fière. v.92 (Acte 2, scène 20, L'AMOUR)
  47. Avec Bacchus je la finis. v.106 (Acte 2, scène 20, KERPINOT)
  48. Les filles sont du domaine v.145 (Acte 2, scène 20, BACCHUS)
  49. De Vénus et de son fils. v.146 (Acte 2, scène 20, BACCHUS)

COLIN-MAILLARD. (1701)

  1. Je voudrais qu'ou l'eussiais vue, quand alle était ici aveuc ses bons amis, qui étiont aussi les vôtres, da ; car y beuviont tant à votre santé? Ma défunte à moi, qui était une maleigne bête, disait comme ça que ce n'était pas par amiquié qu'ils y beuviont, qu'ils se gobargiont de vous, qui s'en moquiont : mais mon opignon à moi, c'est qu'ils y alliont tout à la franquette ; et une marque qu'ils n'y entendiont point de finesse, c'est qu'ils n'y beuviont jamais qu'ils ne fussiont saouls. (Acte 1, scène 1, MATHURIN)
  2. Oh parguenne ce n'est plus un secret, je sommes déjà promis l'un à l'autre, et j'avons fait des façons de fiançailles. (Acte 1, scène 1, MATHURIN)
  3. Comme elles sont de même âge, elles joueront ensemble à mille petits jeux, dont il faut quelquefois occuper ces jeunes personnes-là, afin de les distraire d'autres choses. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR ROBINOT)
  4. Les filles et les femmes ne sont jamais plus aises que quand leurs tuteurs ou leurs maris faisont les Colin-Maillards avec elles ; et je crois que c'est pour ça, Gieu me pardonne, que ma défunte à moi m'affectionnait tant. (Acte 1, scène 1, MATHURIN)
  5. Ce sont des enjoleux, que ces Capitaines, des attrapeux de filles. (Acte 1, scène 1, MATHURIN)
  6. Je ne me fie point à ma tante, je crains qu'elle n'ait donné quelque avis à ce Capitaine, et je te recommande sur toutes choses de faire si bonne garde aux environs de ce logis, que personne n'en puisse approcher sans que j'en sois averti. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR ROBINOT)
  7. Tout petit que j'étais, alle s'est queuquefois sarvi de moi pour en faire accroire à votre bonhomme d'oncle, et s'est morgué de père en fils que je sommes attachés à la famille. (Acte 1, scène 1, MATHURIN)
  8. Le reste ne viendra peut-être que trop tôt, et il n'est pas difficile de faire l'horoscope d'un mari qui a épousé sa femme en dépit d'elle. (Acte 1, scène 2, MADAME BRILLARD)
  9. Oh non, en vérité, je suis trop innocente, et ce n'est que faute d'invention que le jour des fiançailles de Mathurin et de moi, ce pauvre Blaise, qui m'était comme ça venu parler en cachette, fut enfermé plus de vingt-quatre heures chez ma mère, dans la grande huche, pendant que tout le monde était à table : il pensa étouffer, et il ne put sortir que le lendemain. (Acte 1, scène 3, CLAUDINE)
  10. Une fille que vous voyez qui en aime un autre ? (Acte 1, scène 4, MADAME BRILLARD)
  11. Hom, le vieux fou, qui pense amuser une fille de seize ans avec les Ménétriers de Village, et des jeux d'enfants. (Acte 1, scène 5, MADAME BRILLARD)
  12. Je vous rencontre et je vous parle, voilà qui est fini. (Acte 1, scène 6, LÉPINE)
  13. Oh que c'est une sotte chose que d'être amoureux et défiant ? (Acte 1, scène 8, MATHURIN)
  14. Figurez-vous que vous êtes elle-même, que vous n'avez que son âge. (Acte 1, scène 8, LÉPINE)
  15. Ils savent bien aimer, Madame, ces Officiers de garnison, ils n'ont que cela à faire. (Acte 1, scène 8, LÉPINE)
  16. Et Angélique est une fille bien née de s'en effaroucher : mais elle a pour amie une personne de bon esprit, comme vous, qui entre charitablement dans ses intérêts, qui la rassure contre les scrupules, qui lui dit naturellement que dans les maladies désespérées les remèdes violents sont nécessaires, que c'est plutôt une promenade qu'un enlèvement. (Acte 1, scène 8, LÉPINE)
  17. Cela donne à rêver à la petite fille. (Acte 1, scène 8, L?PINE)
  18. Ne m'en dis pas davantage, voilà qui est fini : qu'on m'enlève, allons qu'on m'enlève. (Acte 1, scène 8, MADAME BRILLARD)
  19. Vous changez de personnage sur la fin, et vous devenez cette bonne amie qui lui conseille la chose. (Acte 1, scène 8, LÉPINE)
  20. Il a morgué bian raison de se défier de vous. (Acte 1, scène 8, MATHURIN)
  21. Non, morgué, je ne sis pas votre ami, et ça est bian vilain à un honnête Capitaine comme vous, d'avoir comme ça des enjoleux à gage qui venont prêcher dans les maisons, afin de parvartir les parsonnes faibles. (Acte 1, scène 9, MATHURIN)
  22. Hé fi, queulle magnière ! (Acte 1, scène 9, MATHURIN)
  23. Avec toute l'ardeur imaginable, tous les sentiments de reconnaissance qu'un si bon office me peut inspirer. (Acte 1, scène 9, ÉRASTE)
  24. Si fait, si fait, nous comprenons bien : mais il y a une petite difficulté, c'est que nous ne portons jamais de bourse, nous autres. (Acte 1, scène 9, LÉPINE)
  25. Allons morguenne, point de faiblesse, il ne faut pas qu'un Jardinier soit cause du trépassement de son maître, ça serait trop parfide. (Acte 1, scène 9, MATHURIN)
  26. Au défaut de l'argent comptant, il faut payer d'imagination ; il est amoureux de cette petite Claudine, qui me fit parler à Angélique ? (Acte 1, scène 10, ÉRASTE)
  27. Hé fi donc, Monsieur, vous venez ici pour elle, et vous ne la verriez pas ? (Acte 1, scène 11, CLAUDINE)
  28. Il faudrait donc me défiancer d'avec Mathurin ? (Acte 1, scène 2, CLAUDINE)
  29. Se défiancer d'avec moi ? (Acte 1, scène 2, MATHURIN)
  30. Car nous sommes fiancés, je vous en avertis. (Acte 1, scène 2, CLAUDINE)
  31. On vous défiancera, voilà une belle bagatelle. (Acte 1, scène 2, ÉRASTE)
  32. Ce n'est pas là la difficulté, je vous aimerai mieux que lui, c'est un vilain, un rustre, un butor. (Acte 1, scène 2, CLAUDINE)
  33. Oui palsanguenne j'y étais, ça ne va pas mal ; stanpendant je ne sommes que fiancés, et que sera-ce donc quand je serons mari et femme ? (Acte 1, scène 2, MATHURIN)
  34. Hé, que t'es sotte Claudeine, ne t'affie morguenne pas à ça, ce sont des feintes. (Acte 1, scène 2, MATHURIN)
  35. La parfide ! (Acte 1, scène 2, MATHURIN)
  36. Monsieur le Capitaine, mettez la main à la conscience, je sommes fiancés Claudeine et moi ; est-ce que vous voudriais me faire ce tort-là ? (Acte 1, scène 2, MATHURIN)
  37. Je trouve Claudine si charmante, et tu m'as fait tant de difficultés pour Angélique? (Acte 1, scène 2, ÉRASTE)
  38. Alle ne vaut rian, ne vous y fiez pas. (Acte 1, scène 13, MATHURIN)
  39. Hé fi, c'est une volage. (Acte 1, scène 13, MATHURIN)
  40. Je trouverai moyen de la fixer. (Acte 1, scène 13, ÉRASTE)
  41. Hé, ne me baillez pas cette mortification-là, Monsieur le Capitaine. (Acte 1, scène 13, MATHURIN)
  42. Qu'est-ce que cela signifie, Monsieur ? (Acte 1, scène 14, LÉPINE)
  43. Voilà des gens qui sont fiancés une fois, je regarde cela, moi, comme mari et femme ; et pour une petite fantaisie qui vous passe dans la tête, vous venez troubler la paix d'un ménage, cela n'est pas bien. (Acte 1, scène 14, LÉPINE)
  44. Non, je fais cas de ta fidélité, je ne veux point que tu trahisses ton maître. (Acte 1, scène 14, ÉRASTE)
  45. Ce serait une trop grande perfidie à toi de me livrer une personne qu'il regarde comme sa femme. (Acte 1, scène 14, ÉRASTE)
  46. Avant qu'Angélique se soit déterminée à ce que vous souhaitez, il se passera du temps peut-être ; de jeunes filles qui sortent du Couvent sont un peu barguigneuses quelquefois. (Acte 1, scène 14, LÉPINE)
  47. Hé bien, hé bien, si Monsieur Robinot vient à savoir que c'est vous qui êtes ici, il se tiendra sur ses gardes, et cela rendra l'exécution de vos projets plus difficile. (Acte 1, scène 14, LÉPINE)
  48. Il n'y a qu'à déloger du cabaret, faire semblant de partir, et changer de figure. (Acte 1, scène 14, MATHURIN)
  49. Comment changer de figure ? (Acte 1, scène 14, ÉRASTE)
  50. Demandez à Mathurin, on va me défiancer d'avec lui. (Acte 1, scène 17, CLAUDINE)
  51. Elle parle avec une confiance qui m'assassine ; et ce qui me désespère le plus, je ne vois point Éraste : il devrait me chercher, il m'évite, il est infidèle. (Acte 1, scène 17, ANGÉLIQUE)
  52. Non, cela n'est point, ce sont des contes, je ne suis point assez touchée de cette prétendue perfidie ; j'y serais plus sensible, si elle était véritable. (Acte 1, scène 17, ANGÉLIQUE)
  53. Je n'en puis plus douter, c'est un perfide. (Acte 1, scène 19, ANGÉLIQUE)
  54. Je ne vous quitterai point, aimable Angélique, que je ne sois justifié du crime imaginaire que vous m'imputez. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  55. Ça est vrai, je n'ai point de fiel. (Acte 1, scène 21, MATHURIN)
  56. Venez, fillettes et garçons, v.4 (Acte 1, scène 23, MONSIEUR ROBINOT)
  57. Sous une figure nouvelle, v.14 (Acte 1, scène 23, MONSIEUR ROBINOT)
  58. Fi, je ne le puis souffrir, moi. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR ROBINOT)
  59. Claudine est fille d'ordre. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR ROBINOT)
  60. Sachez profiter du hasard, v.38 (Acte 1, scène 23, MATHURIN)
  61. Ferme les yeux ; le fin renard ! v.42 (Acte 1, scène 23, MATHURIN)
  62. Non, voilà qui est fini, je ne saurais plus jouer, cela m'étouffe ; continuez vous autres. (Acte 1, scène 24, MONSIEUR ROBINOT)
  63. N'ayez point l'âme défiante, v.47 (Acte 1, scène 25, MATHURIN)
  64. Nombre de femmes et filles v.49 (Acte 1, scène 25, MATHURIN)

SECOND CHAPITRE DU DIABLE BOITEUX (1707)

  1. Le bon homme Plutus, le Dieu des richesses est bien aveugle ; il n'y a pas grand inconvénient que le Diable de la Finance soit borgne, il en verra plus clair de l'oeil qui lui reste. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  2. Tout Diable que je suis, comme j'ai été longtemps à Madrid, enfermé dans la fiole du Magicien, il m'est échappé bien des choses dont je n'ai tout au plus que des idées confuses ; rendez-les plus nettes, remettez-moi au fait. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  3. En arrivant à Paris, qu'est ce que mon confrère Pillardoc fit de vous d'abord ? (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  4. Hé bien, s'il vous en souvient, vous vous souvenez donc bien aussi que les intrigues de Madame rapportaient beaucoup, et qu'outre cela, pour récompense, on me fit portier en sortant de Page. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR SIMON)
  5. Ceux qui avaient affaire de Monsieur, ceux qui avaient affaire à Madame, il m'en venait de tous côtés ; je me trouvai au bout de trois ans, plus de huit mille livres, Monsieur le Diable ; et le Seigneur Pillardoc les mit entre les mains d'un Agent de Change, qui avait été Page comme moi, et qui, en me rendant quinze et demi pour cent, y trouvait encore autant de profit pour lui, à ce que j'ai su depuis, par l'expérience que j'en ai faite. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR SIMON)
  6. Le mari de Madame s'avisa de devenir jaloux d'un autre Financier plus riche que lui ; il me défendit de le laisser entrer, et ne me donna rien pour cela : le Financier me donnait, il entra toujours : le mari le sut ; et par bonheur pour moi, voyez quelle étoile, il me donna cent coups de bâton, et me mit à la porte. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR SIMON)
  7. Depuis ce temps-là, pour faire enrager le mari, l'Amant me prit en amitié ; il me fit son Commis, me mit dans une affaire où je gagnai beaucoup, puis dans une autre, où je gagnai davantage ; et puis encore dans d'autres, tant qu'à la fin je me trouvai dans une où j'étais l'associé du mari de Madame. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR SIMON)
  8. Cette jeune coquette que vous m'avez dit qui vous fait tant enrager, c'est sa fille ? (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  9. Je travaille jour et nuit à faire travailler mon argent, afin qu'il augmente : le Seigneur Pillardoc ne me prêchait autre chose. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR SIMON)
  10. Voyez d'un autre côté le jeune Oronte, qui n'est qu'un nouveau Financier, et qui promet déjà autant que les plus consommés. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  11. Quelle magnificence dans sa maison ? (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  12. Si quelque chose vous fâche, on vous consolera ; et afin de vous donner quelque idée gracieuse de la manière de vivre que je veux vous faire prendre, il faut que vous fassiez connaissance avec une Dama que je protège. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  13. C'est une virtuose que j'ai amenée d'Espagne avec sa fille ; et dans le dessein que j'ai de leur faire faire gaiement leur fortune, je les fais passer par tous les grades de la coquetterie, je les ai mises à l'Opéra. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  14. Je vous ai mises dans le plus joli poste qu'on puisse souhaiter pour ne se point ennuyer, où vous devez déjà avoir fait un nombre infini de conquêtes. (Acte 1, scène 2, LE DIABLE)
  15. Faites-moi venir votre bonne maman, que je sache un peu le fin de cette affaire-là. (Acte 1, scène 2, LE DIABLE)
  16. En fait de plaisirs et de fortune, comme en toute autre chose, on n'arrive au période que par degrés, au moins, et je vous trouve bien difficile de n'avoir pu vous accommoder, en attendant mieux, des caractères dont vous me parlez là. (Acte 1, scène 3, LE DIABLE)
  17. Votre fille d'Opéra connaît ma femme, Monsieur le Diable ? (Acte 1, scène 3, MONSIEUR SIMON)
  18. Nous allons ce soir souper chez elle, il y a grande fête, bal, musique, quantité de Dames et de jeunes Officiers. (Acte 1, scène 3, THÉRÈSE)
  19. Oui, Madame Thérèse, c'est un Crésus, un Financier riche d'un demi million, quoiqu'il ne soit que Sous-Traitant. (Acte 1, scène 3, LE DIABLE)
  20. L'aimable homme, la jolie figure ! (Acte 1, scène 3, THÉRÈSE)
  21. La veuve d'un Sous-traitant des Aydes de Tours, faire de sa maison une Auberge d'Officiers ? (Acte 2, scène 1, BERTRAND)
  22. Comme Monsieur le Sous-traitant était déjà vieux et infirme ; Madame la Sous-traitante prévoyait bien qu'elle ne le garderait pas longtemps, et elle était bien aise d'assurer la survivance des Aydes à un jeune homme, dont elle pût faire un époux dans la suite. (Acte 2, scène 1, LISETTE)
  23. Elle sera ruinée avant qu'elle finisse. (Acte 2, scène 1, BERTRAND)
  24. Je n'extravague point, c'est un homme qui lui fait faire la plus belle figure, qui lui donne les meilleures connaissances, tous gens de mérite, de plaisirs et de distinction, des femmes si jolies et si spirituelles, ils sont toujours huit ou dix à table : et pour divertir la veuve, et la consoler de la perte du défunt, ils fessent son vin de Champagne à la santé du mort. (Acte 2, scène 1, LISETTE)
  25. Et si ce mari qu'elle croit mort, ne l'était pas ; car enfin, quelle certitude en a-t-on ? (Acte 2, scène 1, BERTRAND)
  26. Si le mort n'était pas mort, je vous réponds qu'elle ne serait pas si gaie, et puis on a reçu des lettres, qui ne laissent pas lieu d'en douter, et Madame attend à toute heure un certificat dans les formes, pour épouser Monsieur le Chevalier. (Acte 2, scène 1, LISETTE)
  27. Il sert le Chevalier, cela ne suffit-il pas pour lui donner de l'esprit et de la politesse, ma chère ? (Acte 2, scène 2, MADAME SIMON)
  28. Oui, grâces au Ciel, le jour finit. (Acte 2, scène 2, MADAME SIMON)
  29. Et moi donc, je ne sais si vous remarquâtes hier que je fis mon souper de jambon de Bayonne, de saucissons de Boulogne, et de mortadelles, que je trouvai si fades, si fades. (Acte 2, scène 3, LA PRÉSIDENTE)
  30. Hé morbleu, fi, Madame, vous n'y songez pas, vous verrez une jeune innocente, qui vous ennuiera, une stupide, une petite créature qui ne sait pas le monde, et qui n'ose regarder un homme sans rougir. (Acte 2, scène 3, LE MAJOR)
  31. C'est une marque qu'elle y entend finesse. (Acte 2, scène 3, MADAME SIMON)
  32. Il se fait aimer, je vous l'avoue, ce n'est pas par sa figure, mais je le trouve tout à fait amusant. (Acte 2, scène 3, LA PRÉSIDENTE)
  33. C'est fort bien dit, l'Abbé Poupardin, sa grosse figure me réjouit ; mais ne le retenons pas à souper, il tient lui seul la moitié de la table, et nous n'aurions pas assez de place pour nous autres. (Acte 2, scène 3, MADAME SIMON)
  34. Fi donc, il est Abbé comme moi, Monsieur Poupardin. (Acte 2, scène 3, LE MAJOR)
  35. En attendant que tout soit prêt, il faudrait que Madame Thérèse et Monsieur le Major nous fissent le plaisir de chanter ensemble une petite Scène très courte, que j'ai ici toute notée, dont je veux que Monsieur le Chevalier me dise son sentiment. (Acte 2, scène 5, MADAME SIMON)
  36. Et qui pour moi vous rend moins fière, v.14 (Acte 2, scène 5, LE MAJOR)
  37. M'a confirmé ce que l'Amour m'a dit. v.15 (Acte 2, scène 5, LE MAJOR)
  38. Fi donc. Quoi ! S'aimer par devant notaire ? v.25 (Acte 2, scène 5, LE MAJOR)
  39. Donnez-moi donc la main, Chevalier, promettez-moi devant vos amis, qu'aussitôt que le certificat que j'attends sera arrivé? (Acte 2, scène 5, MADAME SIMON)
  40. Voilà une petite fille qui extravague. (Acte 2, scène 1, LISETTE)
  41. La petite fille avait raison, c'est bien le Diable. (Acte 2, scène 1, LISETTE)
  42. Seront mal avec la finance ; v.43 (Acte 2, scène 3, THÉRÈSE)
  43. C'est le certificat, Lisette. (Acte 2, scène 3, MADAME SIMON)
  44. Oui, Madame, c'est le certificat, vous l'aurez ce soir, et j'en suis aussi sûre que s'il était déjà dans votre cabinet. (Acte 2, scène 3, LISETTE)
  45. Voilà le certificat qui arrive de Touraine. (Acte 2, scène 5, LISETTE)
  46. Et l'Été pare nos fillettes v.48 (Acte 2, scène 5, THÉRÈSE)

LES VENDANGES (1694)

  1. Mais voirement, fille, tu perds l'esprit. (Acte 1, scène 1, MARGOT)
  2. Je veux devenir Madame, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  3. Le vilain Paris, on dit bien vrai, que l'air de ce pays-là ne vaut rien pour les jolies filles de Village. (Acte 1, scène 1, MARGOT)
  4. Elle enrageait d'être fille, elle n'avait pas tort ; elle avait la rage d'être mariée, on la marie, et elle enrage encore : il faut qu'elle soit bien enragée, cette créature-là. (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  5. Quand nos habillements ne suffiraient pas à nous faire connaître, il serait difficile de cacher notre condition. (Acte 1, scène 5, ÉRASTE)
  6. Oh je sis bien changée en ménage : si vous m'aviez vue quand j'étais fille, vous m'auriez pour le moins autant regardée que Claudine, oui. (Acte 1, scène 6, MARGOT)
  7. Par ma foi, fille ou femme, je vous trouve de fort belle regardure, moi, et si vous voulez, pendant que mon maître regardera Claudine? (Acte 1, scène 6, L'OLIVE)
  8. Car c'est là mon maître, afin que vous le sachiez, et je ne suis que le valet de chambre de ce paysan-là, au moins. (Acte 1, scène 6, L'OLIVE)
  9. Oh vraiment, je vous ai bien reconnus tous deux, mais avec tout ça, il n'est pas si gentil avec sthabit-là, qu'avec sti qu'il avait l'autre jour, et je ne m'étonne pas si nos filles aimont mieux les Monsieux de Paris, que les garçons de Village ; stanpendant comme vous voyez, au pourpoint près, c'est bien la même chose. (Acte 1, scène 6, MARGOT)
  10. Écoutez, vous avez bien fait de ne point venir ici avec un habit de Monsieu, on en eût murmuré ; et quoique Lucas ne soit pas défiant, il ne vous eût jamais pris pour travailler à nos vaignes. (Acte 1, scène 6, MARGOT)
  11. Oh ça, ma chère Margot, puisque vous avez deviné la passion que j'ai pour votre nièce, je veux bien vous en faire confidence, sûr que vous ne refuserez pas de m'y rendre service. (Acte 1, scène 6, ÉRASTE)
  12. Si c'est pour autrement que vous aimez Claudine, je fis votre servante, ça ne se peut pas : si c'est pour le mariage, il y a encore rien à faire. (Acte 1, scène 6, MARGOT)
  13. Qu'est-ce que ça signifie, je suis traîtresse ? (Acte 1, scène 7, MARGOT)
  14. Je ne suis pas livrée : vous n'avez qu'à me prendre avant lui, cela finira la dispute. (Acte 1, scène 7, CLAUDINE)
  15. Oh pour cela, je crois que c'est un enfer que le mariage, quand on marie des filles malgré elles. (Acte 1, scène 8, CLAUDINE)
  16. Parguenne, si par malheur vous êtes fils de votre père, vela une belle espérance pour notre Nièce ! (Acte 1, scène 8, MARGOT)
  17. Que de savoir mettre à profit v.8 (Acte 1, scène 12, LUCAS)
  18. Comment donc, morguenne, qu'est-ce ça signifie ? (Acte 1, scène 13, LUCAS)
  19. Vous ne me répondez non plus qu'une souche, coeur dur, coeur ingrat, coeur parfide. (Acte 1, scène 13, MARGOT)
  20. Tu es bienheureux que je t'aime autant que je le fais, je t'aurais dévisagé pour ta parfidie. (Acte 1, scène 13, MARGOT)
  21. Je m'en vais morgué me montrer, elle le débaucherait peut-être à la fin, si on la laissait faire. (Acte 1, scène 13, LUCAS)
  22. Promets-moi donc que tu m'aimeras, petit parfide. (Acte 1, scène 15, MARGOT)
  23. Garçons et fillettes, v.47 (Acte 1, scène 17, SECONDE PAYSANNE)
  24. Profitez de l'Automne et de votre Printemps, v.49 (Acte 1, scène 17, SECONDE PAYSANNE)

NOUVEAU PROLOGUE, ET NOUVEAUX DIVERTISSEMENTS (1704)

  1. Joignons tout ce que l'art et la magnificence, v.5 (Acte 1, scène 1, LA FORTUNE)
  2. Unissent tous leurs soins pour dompter la fierté v.8 (Acte 1, scène 1, LA FORTUNE)
  3. Ma fille, (car toujours pour toi v.58 (Acte 1, scène 2, NEPTUNE)
  4. Mets-en, ma fille, à ta colère, v.63 (Acte 1, scène 2, NEPTUNE)
  5. Et c'est en les payant enfin qu'on leur commande. v.86 (Acte 1, scène 2, NEPTUNE)
  6. La fierté v.240 (Acte 2, scène 2, LE FAUNE)
  7. C'est un beau fils, un fidèle Pasteur, v.257 (Acte 2, scène 2, LE FAUNE)
  8. Soyons discrets et fidèles v.267 (Acte 2, scène 2, CORIDON)
  9. Enfin l'augure que j'en tire, v.294 (Acte 2, scène 2, LE FAUNE)
  10. Sont moins difficiles v.343 (Acte 2, scène 3, UN FAUNE)
  11. Un fier honneur v.369 (Acte 2, scène 3, PAN)
  12. C'est une fille du pays, qui est un peu ma parente, qui vient d'épouser un jeune Matelot d'auprès de Larisse. (Acte 2, scène 4, CLITIDAS)
  13. Voyons, ma fille. (Acte 2, scène 4, ARISTIONE)
  14. Mais de leur intérêt enfin je me sépare, v.389 (Acte 2, scène 4, CLITIDAS)
  15. Et d'avoir soin qu'on les diversifie. v.419 (Acte 2, scène 5, LE MARIÉ)
  16. La bonne chère vient quand la danse est finie ; v.427 (Acte 2, scène 5, LE MARI?)
  17. On boit longtemps, puis on défie v.428 (Acte 2, scène 5, LE MARI?)
  18. Les femmes ne sont fidèles v.444 (Acte 2, scène 5, LE MARI?)
  19. Ne craignez point, jeunes fillettes, v.446 (Acte 2, scène 5, LE MARI?)
  20. Branle pour finir. v.454 (Acte 2, scène 5, LE MARI?)
  21. De bon coeur fillette sage v.464 (Acte 2, scène 5, LE MARI?)

LES FÊTES NOCTUNES DU COURS (1714)

  1. Discrets et fidèles v.30 (Acte 1, scène 1, CHOREDA)
  2. Il n'y a personne d'arrivé à Chaillot que le Fiacre, deux Cuisiniers, et la provision ; mais Clitandre ni l'Olive n'y sont point encore. (Acte 1, scène 1, FINETTE)
  3. Je pense quelquefois comme toi, ma pauvre Marton ; mais c'est un caractère si singulier que ce Monsieur Oronte ; il me rend des soins, il m'aime, je n'en saurais douter, mais il n'est pressant que quand je suis fière, quand je me radoucis, je l'embarrasse. (Acte 1, scène 1, ARAMINTE)
  4. Les soins sérieux qu'il rend à Célide, un certain relâchement d'assiduité pour ma maison, les difficultés qu'il a d'abord faites de venir à cette fête, et de nous donner au retour un réveillon ; tout cela m'a piquée, je te l'avoue, et je me suis presque aperçue qu'il ne m'est pas indifférent. (Acte 1, scène 2, CIDALISE)
  5. C'est un bon benêt que Monsieur Butorville ; je ne l'ai reçu chez moi que pour le ruiner : l'affaire est finie, que faire de lui ? (Acte 1, scène 2, CIDALISE)
  6. Ce n'est pas tout, je m'avisai sur la fin du Bal de dérober une mule à chaque Dame qui s'avisa de s'asseoir sur l'herbe : je les rendis ensuite à l'aventure ; la plupart des chaussures furent dépareillées, et cela fit faire de mauvaises conjectures. (Acte 1, scène 3, CINOEDOR)
  7. Nous trouvons tous que c'est la meilleure forme qu'on y puisse donner pour notre profit. (Acte 1, scène 3, CINOEDOR)
  8. Profitez du peu de temps que nous pouvons passer ensemble, et de la bonne volonté que j'ai de vous faire plaisir. (Acte 1, scène 3, CINOEDOR)
  9. Elle est fille d'un Diable Gascon de mes intimes, et d'une vieille Sorcière de basse Normandie. (Acte 1, scène 3, CINOEDOR)
  10. Parbleu, je vous défie d'en épouser jamais d'autre. (Acte 1, scène 3, CINOEDOR)
  11. J'aime l'esprit, le goût, l'entendement, la politesse ; et j'ai une si grande aversion pour les imbéciles, que je ne voudrais point d'un sot qui fit ma fortune. (Acte 1, scène 3, CIDALISE)
  12. Il n'est pourtant pas impossible qu'avant de s'attacher à vous, il ait eu quelque liaison de société avec quelques femmes du grand monde : quelques-unes d'elles aura pris, peut-être, contre les règles et l'usage de le fine coquetterie, un véritable attachement pour lui. (Acte 1, scène 4, ORONTE)
  13. Je vous guérirai de votre passion, ou je vous détromperai de l'erreur où vous êtes, de croire Clitandre infidèle. (Acte 1, scène 5, MARTON)
  14. Cela ne me sera pas bien difficile, j'ai pour le reste de la nuit seulement une façon de toute-puissance dans ces promenades, dont je prétends me servir utilement pour le bonheur de bien des Amants. (Acte 1, scène 5, MARTON)
  15. Fi donc. (Acte 1, scène 9, MARTON)
  16. Sa conduite, ses inégalités, sa perfidie. (Acte 1, scène 9, MARTON)
  17. Je suis une Grisette de condition, moi, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 12, MARTON)
  18. Tu viens fort à propos, Finette, pour être juge de notre différend. (Acte 1, scène 14, LUCILE)
  19. Finette se déclare pour moi, comme vous voyez. (Acte 1, scène 14, DESMINUTES)
  20. Mademoiselle Finette, après m'avoir dit vingt fois, à moi-même, que vous me trouviez fait pour l'amour. (Acte 1, scène 14, DESMINUTES)
  21. Vous n'êtes pas de mes amis, Mademoiselle Finette. (Acte 1, scène 14, DESMINUTES)
  22. Je sais à qui je parle, je connais toute la compagnie : vous êtes Marton, vous, Lucile, vous Finette ; Madame est Cidalise. (Acte 1, scène 16, BUTORVILLE)
  23. Je fis d'abord connaissance avec votre charmante maîtresse. (Acte 1, scène 17, BUTORVILLE)
  24. Vous parlâtes à la fin ? (Acte 1, scène 17, MARTON)
  25. Voilà une femme bien difficile à persuader ! (Acte 1, scène 17, MARTON)
  26. Je suis d'Amiens ; nous sommes têtus, nous autres : je n'en démordrai point ; je veux voir une fin. (Acte 1, scène 17, BUTORVILLE)
  27. Mais de cette manière-là cela me paraît fini. (Acte 1, scène 17, MARTON)
  28. Je ne cherche qu'à faire plaisir, et vous pouvez vous fier à moi. (Acte 1, scène 19, CINOEDOR)
  29. Vous paraissez de meilleur foi que tous les gens du monde ; et à raisonner juste sur tout ce que vous m'avez fait remarquer dans toutes ces allées, on ne doit absolument faire aucun fonds sur la fidélité des hommes. (Acte 1, scène 19, CÉLIDE)
  30. Non, au contraire, on ne se trompe plus ; on se trompait autrefois, parce qu'on avait de la confiance ; mais à présent on met tout au pis : on s'attend à tout ; om compte là-dessus, et on ne peut être dans l'erreur, comme vous voyez. (Acte 1, scène 19, CINOEDOR)
  31. Je me flatte d'en être aimé : cette partie, toute indifférente qu'elle est, peut la chagriner ; elle la fait, peut-être, elle me soupçonne, les apparences sont contre moi, je me reproche tous les moments que je tarde à me justifier. (Acte 1, scène 20, CLITANDRE)
  32. Cela ne vous sera pas difficile, Clitandre. (Acte 1, scène 20, CÉLIDE)
  33. Et ne sont guère plus fidèles v.91 (Acte 1, scène 22, TOUS)
  34. Jeunes Fillettes v.93 (Acte 1, scène 22, TOUS)
  35. Elle pour profiter de son erreur extrême, v.154 (Acte 1, scène 22, TOUS)
  36. Se fit cocu lui-même. v.159 (Acte 1, scène 22, TOUS)
  37. Par Contrat fit emplette v.182 (Acte 1, scène 22, TOUS)
  38. Venait de trafiquer v.185 (Acte 1, scène 22, TOUS)
  39. Fit qu'elle trafiqua v.187 (Acte 1, scène 22, TOUS)
  40. Une fille savante v.190 (Acte 1, scène 22, TOUS)

LES EAUX DE BOURBON (1697)

  1. Queu peste de figure ! (Acte 1, scène 1, BLAISE)
  2. Quand on veut plaire à une jeune fille, il faut avoir des manières jeunes, mon enfant. (Acte 1, scène 2, LE BARON)
  3. Vous voulez plaire à une jeune fille, Monsieu ? (Acte 1, scène 2, BLAISE)
  4. Mais qui est cette jeune file, s'il vous plaît ? (Acte 1, scène 2, BLAISE)
  5. Voici la maison de mon Médecin, Monsieur Grognet : les fenêtres de l'aimable Babet Grognet sa fille donnent sur cette place-ci justement, je vais me mettre tout vis-à-vis, afin qu'elle me voie. (Acte 1, scène 3, LE BARON)
  6. C'est Monsieu que vela, qui viant dormir en musique, pour plaire à une jeune fille : ne serait-ce pas la vôtre ? (Acte 1, scène 5, BLAISE)
  7. Ils ont déjà fini ? (Acte 1, scène 5, LE BARON)
  8. Allez, petit garçon, allez ; vous savez bien où j'ai coutume de loger, menez-y cette fille. (Acte 1, scène 7, LA MARQUISE)
  9. Tu me crois donc bien difficile ? (Acte 1, scène 9, LA MARQUISE)
  10. Il y a ici, depuis quelque temps aussi, un Chevalier de votre connaissance, et qui fait vraiment bonne figure. (Acte 1, scène 10, MADAME GUIMAUVIN)
  11. Vraiment oui, je le connais ; c'est son département, que les Eaux de Bourbon, il en rend quelque chose à la bourse commune ; il y a deux ans qu'il y était encore en Officier Suisse. (Acte 1, scène 10, LA MARQUISE)
  12. J'y trouve Monsieur l'Abbé Trafiquet changé en Chevalier de la Bressandière ! (Acte 1, scène 11, LA MARQUISE)
  13. Vous êtes un petit ridicule ; je me fâcherai, à la fin. (Acte 1, scène 11, LA MARQUISE)
  14. Finissez donc, je vous prie. (Acte 1, scène 11, LA MARQUISE)
  15. J'aurai peut-être une confidence à lui faire... (Acte 1, scène 11, LA MARQUISE)
  16. Morgué, que les filles et les femmes qui venont de ce Paris avont d'esprit, et qu'elles sont futées ! (Acte 1, scène 12, BLAISE)
  17. Vela encore la fille de Monsieur Grognet qui n'est qu'une morveuse, celle-là. (Acte 1, scène 12, BLAISE)
  18. Babet Grognet, la fille du Médecin ? (Acte 1, scène 12, MADAME GUIMAUVIN)
  19. Ce jeune Officier de Dragons ? (Acte 1, scène 23, MADAME GUIMAUVIN)
  20. Qui étiez-vous donc là, mademoiselle ma fille ! (Acte 1, scène 15, MONSIEUR GROGNET)
  21. Avec Madame Guimauvin, et avec un maître fripon, que je connais pour le valet de chambre de ce petit Officier qui vous muguetait ce printemps, et que je vous ai défendu de voir. (Acte 1, scène 15, MONSIEUR GROGNET)
  22. L'arrivée du petit Officier nous tirera d'intrigue. (Acte 1, scène 19, MADAME GUIMAUVIN)
  23. Cela sera difficile : et à propos de quoi, s'il vous plaît, fait-il le ridicule ? (Acte 1, scène 17, LA ROCHE)
  24. Oh, diablezot, c'est un petit poli, que mon maître, un fidèle, un pasteur... (Acte 1, scène 17, LA ROCHE)
  25. C'est le valet de chambre de mon coquin de fils, c'est lui-même. (Acte 1, scène 19, LE BARON)
  26. À la fille du Médecin, je gage ? (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  27. Oui, ma fille signera tantôt, je vous en réponds, on s'est chargé de lui faire entendre raison là-dessus. (Acte 1, scène 26, MONSIEUR GROGNET)
  28. Voilà Mademoiselle votre fille qui vient de signer le Contrat, je l'ai menée moi-même chez le Notaire. (Acte 1, scène 29, MADAME GUIMAUVIN)
  29. Tatigué, que j'allons nous divartir, vela toute l'infirmerie de Bourbon que je vous amène : des poumoniques qui jouons de la flûte, des enrhumés qui chantont, et des boiteux qui faisont la capriole. (Acte 1, scène 30, BLAISE)
  30. Fines gens s'en sont mêlés aussi ; Et voilà Monsieur votre fils qui a bien voulu lui-même se donner la peine... (Acte 1, scène 30, LA ROCHE)
  31. Comment, son fils ? (Acte 1, scène 30, MONSIEUR GROGNET)
  32. Je n'ai que faire de votre compliment, ni de votre aveu, Monsieur mon fils, et... (Acte 1, scène 30, LE BARON)
  33. Qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 30, MONSIEUR GROGNET)
  34. Ils n'étaient mariés que sous seing privé, je pense : mais le Contrat que vous venez de faire, ratifie la chose. (Acte 1, scène 30, MADAME GUIMAUVIN)
  35. Mais, c'est à Guillaume Évariste de Saint Aubin que j'ai marié ma fille, moi. (Acte 1, scène 30, MONSIEUR GROGNET)
  36. Hé bien, justement, voilà l'affaire, le père et le fils portent le même nom, et nous profitons de la ressemblance. (Acte 1, scène 30, LA ROCHE)
  37. Plus d'une fille y devient mère. v.76 (Acte 1, scène 2, LE PANTALON)

LA COMÉDIE DES COMÉDIENS (1710)

  1. Votre bonhomme de mari ne cherche qu'à vous faire plaisir, comme vous voyez ; il a dessein apparemment de vous donner aujourd'hui quelque fête, quelque espèce de bal, et de vous faire trouver chez vous, pour vous y fixer, les innocents amusements que vous aviez coutume de prendre en public, comme les autres. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  2. Je vais vous faire une confidence d'où dépend absolument le bonheur de ma vie? (Acte 1, scène 2, LÉANDRE)
  3. De ma belle-fille ? (Acte 1, scène 2, LUCILE)
  4. Cela suffira pour vous brouiller avec Monsieur Guichardin. (Acte 1, scène 2, MARTON)
  5. Oui, vraiment, demandez plutôt à Madame ; c'est une espèce de maladie qui court beaucoup dans ces temps-ci parmi les jeunes filles. (Acte 1, scène 3, MARTON)
  6. Finis, Marton, ne badine point. (Acte 1, scène 3, LUCILE)
  7. Je crois l'entendre ; rentrez dans le cabinet, Léandre, nous allons le mettre sur votre chapitre, et vous saurez aussi par vous-même si le père pense de vous comme la fille. (Acte 1, scène 4, MARTON)
  8. Fi, fi, fi. (Acte 1, scène 5, MONSIEUR GRICHARDIN)
  9. Il est amoureux de votre fille. (Acte 1, scène 5, MARTON)
  10. De ma fille ! (Acte 1, scène 5, MONSIEUR GRICHARDIN)
  11. C'est sur vous qu'ils firent Monsieur Cusifle. (Acte 1, scène 5, MARTON)
  12. Cela n'est pas bien difficile, je vais vous faire Comédiens Italiens. (Acte 1, scène 7, MARTON)
  13. Ne suffit-il pas qu'elle est de moi ? (Acte 1, scène 8, MARTON)
  14. Que je trouve ce personnage-là difficile ! (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  15. La métamorphose ne sera pas bien difficile pour moi : une barbe de plus, et des bottes de moins, voilà l'affaire faite. (Acte 2, scène 4, MONSIEUR POISSON)
  16. Je viens d'entendre une vieille cousine, en qui mon oncle a grande confiance, qui lui proposait de me marier dès demain à un home d'affaires. (Acte 2, scène 5, ISABELLE)
  17. Cela est difficile sur le champ, et n'est point de notre sujet. (Acte 2, scène 5, MONSIEUR DE LA THORILIÈRE)
  18. Ne vous inquiétez point vous, je vous garantis votre mariage signé avant qu'il soit une heure d'ici, ou il faudra que Monsieur votre oncle soit devenu plus défiant et plus avisé que de coutume. (Acte 2, scène 6, MARTON)
  19. Et ma fille aussi ? (Acte 2, scène 7, MONSIEUR GRICHARDIN)
  20. Cela est admirable, cette fille-là est comme moi, elle a du talent pour toutes les choses d'esprit. (Acte 2, scène 7, MONSIEUR GRICHARDIN)
  21. Puisque cela est ainsi, il faut donc changer de personnage, et tâcher de vous plaire sous une autre figure. (Acte 2, scène 9, MEZZETIN)
  22. Ce seront tous les jours nouvelles scènes : et tenez, tenez voilà Mademoiselle votre fille qui vient faire la sienne ; vous allez voir de quoi elle est capable. (Acte 2, scène 10, MARTON)
  23. Parlez, parlez, expliquez-moi vos difficultés, si vous en avez. (Acte 2, scène 11, ANGÉLIQUE)
  24. Je suis le plus grand ami d'Esculape, j'ai fait plus d'aphorisme qu'Hipocrate, j'ai lu quatre ou cinq fois Galien et Avicene ; je défie l'hydropisie, la paralysie, la dysenterie, la pleurésie, la frénésie, l'esquinancie, l'apoplexie et toutes les maladies qui se terminent en ie, d'attaquer un tempérament que j'aurais pris sous ma protection. (Acte 2, scène 11, ANGÉLIQUE)
  25. Ma fille? (Acte 2, scène 11, MONSIEUR GRICHARDIN)
  26. Plus de libéralité que Titus, plus de magnificence qu'Auguste, plus de fortune que César, et plus de générosité qu'Alexandre. (Acte 2, scène 11, ANGÉLIQUE)
  27. Je suis un microcosme, un abrégé de tout le monde ; vif comme un français, grave comme un Espagnol, rusé comme un Italien, hardi comme un Turc, fier comme un Écossais, gourmand comme un Anglais, et ivrogne comme un Allemand. (Acte 2, scène 11, ANGÉLIQUE)
  28. On craint la fine satire, v.83 (Acte 2, scène 12, ANGÉLIQUE)
  29. Il ne sera pas donc difficile d'avoir de leurs nouvelles ? (Acte 3, scène 1, MOMUS)
  30. Si fait, vraiment ; Mercure a rendu à une jolie femme d'un vieux Conseiller une lettre d'un jeune Chevalier d'au-delà de la Garonne, et l'Amour a blessé une vieille Présidente pour le fils du Secrétaire de son mari : ils ont mené ces affaires un peu trop vivement, cela a fait du bruit, Thémis a pris parti, on les a décrétés. (Acte 3, scène 1, JUPITER)
  31. Je le crois bien ; je ne suis pas de difficile accès, non plus que vous. (Acte 3, scène 2, LE DOCTEUR)
  32. Ils sont un nombre infini d'enfants dans cette famille-là. (Acte 3, scène 2, JUPITER)
  33. Votre métier n'est pas si difficile que le sien. (Acte 3, scène 2, LE DOCTEUR)
  34. Et des Dieux même qui ont souffert qu'ils la fissent. (Acte 3, scène 2, MOMUS)
  35. Si de jolies filles me conviennent ? (Acte 3, scène 2, JUPITER)
  36. Tenez, Monsieu le Docteur, ces deux drôles-là sont venus tout de prime abord à la chambre des filles, sans demander où est-ce : voyez quel bon nez il faut avoir pour ça ! (Acte 3, scène 4, PIERROT)
  37. Je ne connais point ces gens-là : mais je gagerais bian que ce sont des débaucheurs de filles. (Acte 3, scène 4, PIERROT)
  38. Je leur laisserai faire tout ce qu'ils voudront, Je ne veux point me brouiller avec parsonne pour l'amour des filles. (Acte 3, scène 4, PIERROT)
  39. Fort bien, répétons ensemble cette fin, et que Robin adoucisse un peu davantage, afin de ne pas trop couvrir la voix. (Acte 3, scène 5, MERCURE)
  40. Cela est fort bien, attachez-vous à ces petits passages que je vous ai marqués, et amenez-moi tantôt ici toutes les filles du Village. (Acte 3, scène 5, MERCURE)
  41. Oh, parlez mieux, je suis son homme d'affaires, je fais tout chez lui, hors la garde des filles, que je viens de lui remettre. (Acte 3, scène 7, PIERROT)
  42. Apprenez-moi donc à jouer de quelque instrument, pour faire danser les filles sous l'Orme, du violon, de la flûte, ou de la vielle, il n'importe pas. (Acte 3, scène 7, PIERROT)
  43. Oui, c'est comme cela que vous le prenez ; voyez un peu qu'il est difficile ! (Acte 3, scène 7, PIERROT)
  44. Nous avons pourtant un Ménétrier dans le village qui a eu la jambe cassée, et qui joue de la basse : vous ne montrerez pas à nos jeunes filles. (Acte 3, scène 7, PIERROT)
  45. Bannis du Ciel comme nous le sommes, nous ne voyons pas plus clair que d'autres : mais enfin, la peur nous avait fait séparer pour nous mieux cacher. (Acte 3, scène 8, MERCURE)
  46. Privés du nectar et de l'ambroisie, par le caprice de Jupiter, nous sommes devenus sujets à toutes les infirmités des hommes, la faim, la soif. (Acte 3, scène 8, L'AMOUR)
  47. En pareil cas que nous, Neptune se fit Maçon, et Apollon Berger ; il y a tant de métiers pour subsister : j'ai déjà commencé à travailler ici d'un des miens, le montre la Musique. (Acte 3, scène 8, MERCURE)
  48. Cela ne sera pas bien difficile ; moi comme Musicien, toi comme bel esprit, nous serons de toutes les jolies parties de plaisir, nous y brillerons, nous ferons bonne chère, et bourse commune. (Acte 3, scène 8, MERCURE)
  49. Je la connais, c'est le logis d'un Docteur, qui a, dit-on, une fille fort belle, et une servante tout à fait jolie. (Acte 3, scène 8, L'AMOUR)
  50. Cela est vrai, Madame, enfermons-les dans la Bibliothèque, Monsieur le Docteur n'y vient jamais, nous avons du ratafia, du chocolat, des confitures. (Acte 3, scène 10, SPINETTE)
  51. Il serait beau que le confident ne se sentît pas des talents du maître. (Acte 3, scène 12, MERCURE)
  52. Voilà nos filles rentrées. (Acte 3, scène 13, PIERROT)
  53. Que donnerais-tu à qui te ferait aimer de Finette ? (Acte 3, scène 13, L'AMOUR)
  54. Point de difficulté, Mortel, cela est réglé. (Acte 3, scène 18, JUPITER)
  55. Je le veux bien, voilà qui est fini. (Acte 3, scène 18, LE DOCTEUR)
  56. Je ne sais pas, il serait pourtant ridicule qu'une Comédie finît sans dénouement, faute de Notaire. (Acte 3, scène 18, MERCURE)
  57. Je ne signerai point que je n'ai connu la fin. (Acte 3, scène 18, MONSIEUR GRICHARDIN)
  58. Pierrot est Léandre, à qui l'Amour donne votre fille ; et le Docteur, Éraste, à qui nous donnons votre nièce. (Acte 3, scène 18, MERCURE)
  59. Le dénouement est donc fini, comme vous le souhaitez ? (Acte 3, scène 19, MAROTTE)
  60. De ses petits besoins vous fasse confidence. v.127 (Acte 4, scène 1, GUILLOT-GORJUS)
  61. Une difficulté par hasard s'y rencontre. v.135 (Acte 4, scène 1, GUILLOT-GORJUS)
  62. La difficulté n'est pas grande. v.139 (Acte 4, scène 1, L'AMOUR)
  63. Un secret pour lever cette difficulté. v.145 (Acte 4, scène 1, GUILLOT-GORJUS)
  64. Fille ou femme qui s'engage v.154 (Acte 4, scène 1, L'AMOUR)
  65. Toutes les Filles du Village v.180 (Acte 4, scène 2, CLAUDINE)
  66. Ni trop sensibles, ni trop fières, v.193 (Acte 4, scène 2, MERCURE)
  67. Que fille d'esprit en aimant, v.199 (Acte 4, scène 2, MERCURE)
  68. Vous baillez des secrets pour afin qu'on s'entr'aime, v.219 (Acte 4, scène ", THIBAUT)
  69. Afin de te faire enrager. v.242 (Acte 4, scène ", THIBAUT)
  70. Je nous aimons par trop, il faut que ça finisse. v.244 (Acte 4, scène ", MATHURINE)
  71. Mais puisqu'enfin l'Hymen vous unit de sa chaîne? v.256 (Acte 4, scène ", L'AMOUR)
  72. Il est vrai, j'avons tort tous les deux de finasser ; v.266 (Acte 4, scène ", THIBAUT)
  73. Si c'est moi ? Je suis d'une figure v.292 (Acte 4, scène 4, LE CHEVALIER)
  74. À ces jeunes mamans, ces aimables fillettes, v.309 (Acte 4, scène 4, L'AMOUR)
  75. Que vous êtes de fines gens ! v.316 (Acte 4, scène 4, LE CHEVALIER)
  76. Je vois de toutes parts fillettes jeunes, drues, v.322 (Acte 4, scène 4, LE CHEVALIER)
  77. De me vouloir faufiler avec vous ; v.339 (Acte 4, scène 4, LE CHEVALIER)
  78. L'Amant qui n'est pas fidèle, v.368 (Acte 4, scène 4, MAROTTE)
  79. Et fixe l'Amant constant. v.369 (Acte 4, scène 4, MAROTTE)

LE CHEVALIER À LA MODE (1687)

  1. Votre personne qui est toute de clinquant, votre grand carrosse doré qui roule pour la première fois, deux gros chevaux gris pommelés à longues queues, un cocher à barbe retroussée, six grands laquais, plus chamarrés de galons que les estafiers d'un Carrousel, tout cela n'a point imprimé de respect à votre Marquise ? (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  2. Oui, oui, j'aimerais mieux être Marquise la plus endettée de toute la Cour, que de demeurer veuve du plus riche Financier de France. (Acte 1, scène 3, MADAME-PATIN)
  3. Il n'y a pas jusqu'à sa fille qui ne se donne aussi des airs. (Acte 1, scène 3, MADAME-PATIN)
  4. Et qu'a de commun ce qui vient de vous arriver, avec les deux mariages que l'on a conclu, de vous avec Monsieur Migaud, et du fils de Monsieur Migaud avec Lucile votre nièce. (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  5. Le nom de Migaud est un nom de Robe, et celui de Patin n'est qu'un nom de Financier. (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  6. Robe ou Finance, tout m'est égal ; et depuis huit jours, je me suis résolue d'avoir un nom de Cour, et de ceux qui emplissent le plus la bouche. (Acte 1, scène 3, MADAME-PATIN)
  7. J'en ai suffisamment pour tous deux, et il y a même quelque justice à ce que je fais. (Acte 1, scène 3, MADAME-PATIN)
  8. Eh fi, Monsieur, il semble que vous ayez encore la pudeur d'un jeune Conseiller. (Acte 1, scène 4, MADAME-PATIN)
  9. Pour peu que vous ayez d'intelligence, vous entendez bien ce que cela signifie. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  10. Il me semble pourtant que cela n'est pas bien difficile à comprendre. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  11. Écoute, Lisette, puisque tu me parles franchement, je t'avouerai de bonne foi que le caractère de Madame Patin m'a toujours fait peur, et que sans certains intérêts de mon fils, je n'aurais jamais songé à l'épouser. (Acte 1, scène 5, MONSIEUR-MIGAUD)
  12. Monsieur Serrefort, comme tu sais, appréhende que sa belle-soeur ne dissipe les grands biens que son mari lui a laissés en mourant, et c'est pour s'assurer cette succession, qu'en donnant Lucile à mon fils, il ne consent à ce mariage qu'à condition que j'épouserai Madame Patin. (Acte 1, scène 5, MONSIEUR MIGAUD)
  13. Je me suis senti de l'inclination à vous rendre service ; et il me semble que Monsieur votre fils, qui est un garçon si sage et si honnête, fera un bien meilleur usage de quarante mille livres de rente à qui vous en voulez, que le petit fat à qui Madame Patin les destine. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  14. En vérité, tu es une des plus aimables filles que je connaisse. (Acte 1, scène 6, LE-CHEVALIER)
  15. À propos d'aimer, je crois que vous n'aimez rien, vous, que votre profit. (Acte 1, scène 7, CRISPIN)
  16. Je ne sais si je n'aimerais point une petite brune, qui est la plus charmante du monde ; et si elle était aussi riche qu'elle voudrait me le faire croire, je n'hésiterais point à lui sacrifier toutes les autres. (Acte 1, scène 7, LE-CHEVALIER)
  17. Parbleu, c'est une conquête aussi difficile que j'en connaisse. (Acte 1, scène 7, LE-CHEVALIER)
  18. Voilà une conquête bien difficile, vous avez raison. (Acte 1, scène 7, CRISPIN)
  19. Voulez-vous qu'elle se fie à la mienne ? (Acte 1, scène 7, CRISPIN)
  20. Cela seul suffirait pour découvrir ce que nous avons intérêt de cacher ; et je serais au désespoir, que quelques soupçons nous attirassent de chagrinantes remontrances de votre famille et de la mienne. (Acte 1, scène 8, LE-CHEVALIER)
  21. Ma foi, Madame, ce n'était pas la peine de quitter le jeu pour être sacrifiée par Monsieur le Chevalier, à l'impatience de voir son carrosse. (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  22. Vous m'auriez fait plaisir de me souffrir seule aujourd'hui ; mais, puisque vous voilà, finissons, je vous en prie. (Acte 2, scène 2, MADAME-PATIN)
  23. Si vous pouviez profiter de mes serments, il ne vous arriverait pas tous les jours de nouvelles affaires, qui vous perdront entièrement à la fin. (Acte 2, scène 2, MONSIEUR-SERREFORT)
  24. Vous êtes la tante de ma fille, veuve de Maître Paul Patin mon frère, et je ne veux point que l'on dise dans le monde que la veuve de mon frère, la tante de ma fille, est une folle achevée. (Acte 2, scène 2, MONSIEUR-SERREFORT)
  25. Vous devriez, Monsieur Serrefort, ne me point reprocher des choses où je ne me suis exposée que parce qu'on me croit votre belle-soeur ; mais, voilà qui est fait, Monsieur Serrefort, je ferai afficher que je ne la suis plus depuis mon veuvage, je vous renonce pour mon beau-frère, Monsieur Serrefort ; et puisque jusqu'ici mes dépenses, la noblesse de mes manières, et tout ce que je fais tous les jours, n'ont pu me corriger du défaut d'avoir été la femme d'un partisan, je prétends... (Acte 2, scène 2, MADAME-PATIN)
  26. Je voudrais bien savoir, vous dis-je, si vous ne seriez pas mieux d'avoir un bon carrosse ; mais doublé de drap couleur olive, avec un chiffre entouré d'une cordelière, un cocher maigre, vêtu de brun, un petit laquais seulement pour ouvrir la portière, et des chevaux modestes, que de promener par la Ville ce somptueux équipage qui fait demander qui vous êtes, ces chevaux fringants qui éclaboussent les gens de pied, et tout cet attirail, enfin, qui vous fait ordinairement mépriser des gens de qualité, envier des égaux, et maudire par la canaille. (Acte 2, scène 2, MONSIEUR-SERREFORT)
  27. Non, Madame, demeurez, je ne me mêlerai plus de vos affaires, je vous assure ; mais qu'une tête bien sensée en ait au plutôt la conduite, et que ce double mariage, que nous avons résolu, se termine avant la fin de la semaine, je vous prie. (Acte 2, scène 2, MONSIEUR-SERREFORT)
  28. Il le mérite bien ; et quand vous serez une fois la belle-mère de sa fille, vous aurez bien des occasions de le désespérer. (Acte 2, scène 3, LISETTE)
  29. La belle-mère de sa fille, moi ? (Acte 2, scène 3, MADAME-PATIN)
  30. Ne t'ai-je pas tantôt fait confidence de l'affaire du Chevalier ? (Acte 2, scène 3, MADAME PATIN)
  31. Quoi, je serai toujours obsédée ou par le père ou par la fille ? (Acte 2, scène 3, MADAME-PATIN)
  32. Voilà de quoi vous avez profité à me voir, et vous m'avez cette obligation. (Acte 2, scène 4, MADAME-PATIN)
  33. Vous marier au plutôt, s'il vous plaît, avec ce Monsieur que vous aimez, afin que cela m'autorise à épouser celui que j'aime aussi, et que quand mon père voudra me quereller, je puisse lui répondre : Je n'ai pas fait pis que ma tante. (Acte 2, scène 4, MADAME-PATIN)
  34. Oh bien, ma nièce, puisque vous êtes dans de si bonnes dispositions, je veux bien vous faire une confidence, que je n'aie encore faite à personne qu'à vous. (Acte 2, scène 4, MADAME-PATIN)
  35. Je vais écrire à mon Amant, et lui demander qu'il prenne toutes ses précautions, afin que nous nous dépêchions aussi. (Acte 2, scène 4, LUCILE)
  36. Sa fille est entêtée d'un homme de Cour, un homme de Cour la veut épouser, et elle meurt d'être épousée. (Acte 2, scène 5, MADAME-PATIN)
  37. Et qu'enfin je fais tout mon bonheur de lui plaire, et c'est cela qui m'amène ici ? (Acte 2, scène 8, LE-CHEVALIER)
  38. Revenons à votre procès, Madame, et finissons, je vous prie. (Acte 2, scène 8, MADAME-PATIN)
  39. Il y a environ cent cinquante ans, oui, il y a environ cent cinquante ans que le grand-père de ma partie fit planter proche de ma maison un bois, qui fait à présent tout l'ornement de la sienne. (Acte 2, scène 9, LA-BARONNE)
  40. Cela veut dire qu'il fit planter ce bois par malice, pour me boucher la vue, et qu'il prévoyait bien qu'avec le temps, ce bois deviendrait haute futaie. (Acte 2, scène 9, LA-BARONNE)
  41. Comme vous m'avez fait confidence de ce nom, je n'ai pas manqué à la recevoir. (Acte 2, scène 10, CRISPIN)
  42. Si le poète a vendu ces vers autant de fois que vous les avez envoyés, il n'y a point de fille de bonne maison qui n'en doive avoir. (Acte 2, scène 10, CRISPIN)
  43. Vraiment, voilà un surcroît de réjouissance pour Madame ; et rien ne pouvait venir plus à propos, pour confirmer ce que j'ai à lui dire, et pour la détromper de son Chevalier. (Acte 2, scène 11, LISETTE)
  44. Profitons de cette occasion, et donnons-lui ce petit régal aussitôt qu'elle sera revenue. (Acte 2, scène 11, LISETTE)
  45. D'accord ; mais je crains que mon fils ne vienne pas si facilement à bout de Lucile. (Acte 3, scène 1, MONSIEUR-MIGAUD)
  46. Il n'y a seulement qu'à rompre le cours d'une intrigue naissante ; elle n'est encore guère avancée, Dieu merci ; et pourvu qu'on fasse diligence, il n'y a rien, ce me semble, à risquer pour Monsieur votre fils. (Acte 3, scène 1, LISETTE)
  47. Et pour confirmer ces soupçons, je vais mêler adroitement le Chevalier dans une affaire, dont je viens donne avis à ta Maîtresse. (Acte 3, scène 1, MONSIEUR-MIGAUD)
  48. Vous avez l'âme parfaitement belle ; vous êtes la personne du monde la plus magnifique, et cela vous fait des jaloux. (Acte 3, scène 2, MONSIEUR-MIGAUD)
  49. Votre magnificence est soutenue d'un fort gros bien, que mille gens enragent de vous voir posséder si tranquillement. (Acte 3, scène 2, MONSIEUR MIGAUD)
  50. Que faudrait-il que je fisse pour cela ? (Acte 3, scène 2, MADAME-PATIN)
  51. Cela n'est point si difficile ; et si l'on pouvait seulement trouver quelque habitude auprès d'un certain Chevalier de Ville-Fontaine... (Acte 3, scène 2, MONSIEUR-MIGAUD)
  52. La magnifique marchande, rue des cinq Diamants, à la folie des Bourgeoises. (Acte 3, scène 3, MADAME-PATIN)
  53. Est-ce la magnifique marchande que vous venez de quitter ? (Acte 3, scène 4, MADAME-PATIN)
  54. Ce que je veux dire, perfide ! (Acte 3, scène 4, MADAME-PATIN)
  55. Fort bien, voilà ton Maître pleinement justifié. (Acte 3, scène 4, MADAME-PATIN)
  56. Il y en a même, je crois, beaucoup d'oubliées ; mais, ce ne sont point mes Maîtresses ; et puisque Monsieur Crispin s'est diverti à mes dépens, et que cette liste vous irrite si fort contre moi, je prétends que ce soit lui qui me justifie... (Acte 3, scène 4, LE-CHEVALIER)
  57. La crainte de vous trouver doublement perfide. (Acte 3, scène 4, MADAME-PATIN)
  58. Hé fi, Madame, il ne la va jamais voir qu'en sortant de chez Rousseau. (Acte 3, scène 4, CRISPIN)
  59. Tout cela, Madame, est bien scélérat ; je suis un perfide, il est vrai ; mais en vérité, Madame, ce n'était point à vous de vous en plaindre. (Acte 3, scène 4, LE-CHEVALIER)
  60. Si vous êtes assez perfide pour en abuser, vous en serez d'autant plus coupable. (Acte 3, scène 5, MADAME-PATIN)
  61. Quoi, vous dire qu'un jeune homme de qualité n'épouse guère une veuve de Financier sans quelque avantage considérable ; que tout l'amour que j'ai pour vous ne me mettrait point à couvert des reproches qu'on me pourrait faire dans le monde, et qu'enfin, pour me justifier aux yeux de tous mes amis, il faudrait que vous parussiez m'avoir acheté de tout votre bien ? (Acte 3, scène 6, LE-CHEVALIER)
  62. Il était ravi, rien ne lui a paru difficile, ses souhaits vont au-delà des miens, il a encore plus d'impatience que moi, et je venais vous en avertir. (Acte 3, scène 8, LUCILE)
  63. Ma pauvre Lisette, tu vois la fille du monde la plus contente ; la joie où je suis ne peut s'égaler. (Acte 3, scène 9, LUCILE)
  64. Mais quand on vous a tant prêché de plaire à votre tante, c'était afin qu'elle épouse Monsieur Migaud, et qu'elle vous fît son héritière ; mais en se mariant à un homme de Cour, elle vous frustre de tout votre bien. (Acte 3, scène 9, LISETTE)
  65. Les courtisans malaisés ne s'enrichissent point ; Et ceux qui sont le plus à leur aise, ne sont pas difficiles à ruiner. (Acte 3, scène 9, LISETTE)
  66. Voici la chambrière avec une petite fille que je ne connais point. (Acte 3, scène 10, LA-BARONNE)
  67. Comment donc, Madame, qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 3, scène 10, LUCILE)
  68. Cela est bien insolent à une petite fille comme vous. (Acte 3, scène 10, LA-BARONNE)
  69. La modération ne doit-elle pas être le partage d'une jeune fille ; et quoique vous soyez persuadée que la raison est pour vous, faut-il pour cela faire la harengère comme vous faites ? (Acte 3, scène 11, MADAME-PATIN)
  70. Le Chevalier est un perfide qui trompait la Baronne et moi, et c'est assurément lui-même qui cherche à tromper cette petite fille. (Acte 3, scène 12, MADAME-PATIN)
  71. Courons chez Monsieur Serrefort, pour conclure notre mariage avec Monsieur Migaud, afin que je n'entende plus jamais parler de ce petit scélérat de Chevalier ; et s'il vient ici, dites au portier qu'on ne le laisse point entrer. (Acte 3, scène 12, MADAME-PATIN)
  72. Il s'en est trouvé une troisième qu'elle ne m'a pas nommée qu'en la qualifiant de petite étourdie ; il fait que ce soit ma petite brune. (Acte 4, scène 1, LE-CHEVALIER)
  73. Elle criait comme une enragée, et j'ai crié cent fois plus haut qu'elle ; car, il est bon quelquefois de faire le fier avec les dames. (Acte 4, scène 1, LE-CHEVALIER)
  74. Le fier ? (Acte 4, scène 1, CRISPIN)
  75. Oui, le fier, et quand j'ai vu sa fureur un peu diminuée, je me suis justifié le mieux qu'il m'a été possible. (Acte 4, scène 1, LE-CHEVALIER)
  76. Car enfin, puisqu'ils sont pour vous, cela vous fait plus d'honneur qu'à moi-même. (Acte 4, scène 2, LE-CHEVALIER)
  77. Écoutons jusqu'à la fin. (Acte 4, scène 2, MADAME-PATIN)
  78. Eh, fi, Madame, ne me parlez point de cela, je vous prie. (Acte 4, scène 2, LE-CHEVALIER)
  79. Il semble que vous parliez de quelque Officier. (Acte 4, scène 4, MADAME-PATIN)
  80. Hé fi, Monsieur, ce n'est pas la peine d'achever. (Acte 4, scène 4, MADAME-PATIN)
  81. Ah, je vois ce que c'est, votre entêtement continue, il est désormais impossible de vous en corriger ; et vos manières me confirment à tous moments les avis qu'on m'a donnés. (Acte 4, scène 4, MONSIEUR-SERREFORT)
  82. Mais, vous ne nous manquerez pas de parole impunément ; et il ne sera pas dit que vous aurez jeté ma fille dans le même dérèglement d'esprit où vous êtes, et que son père l'ait souffert sans ressentiment. (Acte 4, scène 4, MONSIEUR-SERREFORT)
  83. Je sais de bonne part que ma fille s'entête de quelque Marquis plus gueux peut-être que votre Chevalier. (Acte 4, scène 4, MONSIEUR-SERREFORT)
  84. Oh bien, Monsieur Serrefort, je vous en défie. (Acte 4, scène 4, MADAME-PATIN)
  85. Mais c'est pour enlever une petite fille ; il y a quelque chose à dire à celui-là. (Acte 4, scène 7, CRISPIN)
  86. Je l'ai fait avertir par un solliciteur de procès, qui est mon compère, de tout ce qui se prépare ici, et je répondrais bien qu'elle ne manquera pas de se trouver aux fiançailles. (Acte 5, scène 1, LISETTE)
  87. Elle fait de grands projets pour votre satisfaction, et il ne tiendra pas à elle que Mademoiselle votre fille ne suive l'exemple qu'elle prétend lui donner. (Acte 5, scène 1, LISETTE)
  88. C'est donc elle qui a donné à ma fille la connaissance d'un petit godelureau que j'ai trouvé chez moi un moment avant que tu ne vinsses. (Acte 5, scène 1, MONSIEUR-SERREFORT)
  89. Sans cet animal, le Chevalier serait ici à l'heure qu'il est, et il n'aurait pas le temps de me faire quelque perfidie. (Acte 5, scène 2, MADAME-PATIN)
  90. Je m'étonne que vous ayez été si pacifique. (Acte 5, scène 4, LISETTE)
  91. Ma tante, qu'on est malheureuse d'être fille d'un père comme celui-là ! (Acte 5, scène 5, LUCILE)
  92. Marton, la fille de chambre de ma mère, l'avait fait entrer par la porte du jardin. (Acte 5, scène 5, LUCILE)
  93. La partie n'est pas mal liée ; mais, il ne sera pourtant pas difficile à Monsieur Serrefort de la rompre. (Acte 5, scène 5, LISETTE)
  94. Qu'est-ce que cela signifie, ma nièce ? (Acte 5, scène 6, MADAME-PATIN)
  95. Ah, perfide ! (Acte 5, scène 6, LUCILE)
  96. Pourquoi nous choisissais-tu l'une et l'autre pour l'objet de tes perfidies ? (Acte 5, scène 6, MADAME-PATIN)
  97. Parle, parle, perfide. (Acte 5, scène 6, MADAME-PATIN)
  98. Si vous ne vous étiez point connues, vous ne vous seriez point fait de confidence l'une à l'autre, et nous n'aurions point à présent l'éclaircissement qui vous met si fort en colère. (Acte 5, scène 6, LE-CHEVALIER)
  99. Hé, pourquoi donc, perfide, puisque tu trouves avec moi tous ces avantages, deviens-tu amoureux de ma nièce ? (Acte 5, scène 6, MADAME-PATIN)
  100. Il aura raison, à la fin. (Acte 5, scène 6, CRISPIN)
  101. Je défie tout le monde ensemble d'aimer autant que je vous aime ; mais, pour vous voir le mari de ma tante, c'est ce que je ne souffrirai jamais. (Acte 5, scène 6, LUCILE)
  102. Oui, Monsieur, et c'est ce même Chevalier que Mademoiselle votre fille court aux Tuileries, et qui sans moi serait peut-être votre gendre à l'heure qu'il est. (Acte 5, scène 6, MADAME-PATIN)
  103. Quoi, Monsieur, en même jour vouloir épouser ma soeur et ma fille ? (Acte 5, scène 6, MONSIEUR-SERREFORT)
  104. Oui, Monsieur, il semble que mon laquais ait deviné ma pensée, et vous venez tout à propos profiter de mon dépit. (Acte 5, scène 8, MADAME-PATIN)
  105. Voilà ma main, Monsieur : et dès demain, je vous épouse, pourvu qu'en même temps Monsieur votre fils épouse ma nièce. (Acte 5, scène 8, MADAME-PATIN)
  106. C'est moi qui vous réponds de cet article, et ma fille, je crois, n'aura pas l'audace de résister à mes volontés. (Acte 5, scène 8, MONSIEUR-SERREFORT)
  107. Tu n'épouseras pas ma nièce, perfide ! (Acte 5, scène 8, MADAME-PATIN)

LE PRIX DE L'ARQUEBUSE (1717)

  1. Je ne te connais plus ; toi qui es la fille du pays la plus enjouée, la plus gaillarde, la plus mièvre : te voilà tout je ne sais comment. (Acte 1, scène 1, NANETTE)
  2. Et depuis que ton père est devenu riche, et qu?il s?est fait Prévôt de la Ville, de simple Sergent qu?il était, depuis qu?il regorge de richesses, et que l?on dit qu?il a trouvé un trésor, il semble que cela te chagrine, et ta chance ne te tourne point à profit. (Acte 1, scène 1, NANETTE)
  3. Ne serait-ce point que tu aurais quelque amoureux, mais bien amoureux, dont tu n?aurais été d?abord guères amoureuse, et puis après un peu davantage, et puis ensuite autant qu?il fallait, et puis un peu trop sur la fin ? (Acte 1, scène 1, NANETTE)
  4. Mets-moi à l?épreuve, parle, apprends-moi le sujet de tes peines ; c?est un amant sans doute ; et je sais par expérience que la plupart des filles de notre âge n?ont guère d?autres inquiétudes. (Acte 1, scène 1, NANETTE)
  5. Il dit que quelque part om il eût été, il n?avait jamais vu de fille qui en eût autant que moi. (Acte 1, scène 1, SOPHIE)
  6. Où allez-vous, ma fille ? (Acte 1, scène 2, MONSIEUR MARTIN)
  7. Tout chacun m?aimait, c?était à qui m?aurait, les filles me couriont ; tout le monde m?estimait ; je crois, morgoi, si j?y fus demeuré, qu?à la parfin je serais devenu le Général des Troupes de ce petit Royaume-là. (Acte 1, scène 3, GROS-JEAN)
  8. Les petites gens, la Robe, la Finance ; et quand ils avont bon esprit, ils sont morgué, queuquefois les gouvarneurs des gouverneurs même. (Acte 1, scène 3, NICOLAS)
  9. Comme sti qui aura le prix doit épouser une fille du lieu, je n?avons enrôlé que des garçons et des hommes veufs, voyez-vous ? (Acte 1, scène 3, GROS-JEAN)
  10. J?ai une fille, moi ? (Acte 1, scène 3, NICOLAS)
  11. Oui, mais j?ai une nièce et une fille aussi, moi. (Acte 1, scène 3, MONSIEUR MARTIN)
  12. Au bout du compte, cela ne dépend ni du hasard, ni de nous ; ce sera le plus adroit qui emportera le prix, et qui choisira la fille. (Acte 1, scène 3, MONSIEUR MARTIN)
  13. Ma fille a des amoureux qui sont bian adroits. (Acte 1, scène 3, NICOLAS)
  14. Hé morgué, relâchez seulement un peu des vôtres : vous êtes riche, votre soeur, votre nièce et votre fille n?ont pas besoin de ça. (Acte 1, scène 3, GROS-JEAN)
  15. Je n?ai eu moi, que ma part de notre patrimoine, qui n?est rien, mais la nature m?en dédommage par tant d?endroits, la figure, la beauté, les grâces, l?esprit, l?enjouement, la vivacité, la politesse, le savoir-vivre, talents très peu d?accord ensemble, et d?un consentement très unanime, réunis tous en ma personne. (Acte 1, scène 5, MADEMOISELLE GIRAUT)
  16. Le songe est fini, et la suite est certaine. (Acte 1, scène 5, MADEMOISELLE GIRAUT)
  17. Que diantre, ma soeur, finissez donc. (Acte 1, scène 5, MONSIEUR MARTIN)
  18. Qu?il y a de jolies filles en ce pays-ci ! (Acte 1, scène 7, MONSIEUR PRUNEAU)
  19. Vous êtes un enfant bien dru, Mademoiselle ; les filles de chez nous ne sont ni si jolies, ni si précoces ; et si nous pouvions avoir de votre race en notre pays? (Acte 1, scène 7, MONSIEUR PRUNEAU)
  20. Ma chère Tante, j?ai besoin de vos bons offices auprès de mon père. (Acte 1, scène 8, SOPHIE)
  21. Je puis donc avec confiance lui déclarer les sentiments que j?ai pour vous, et lui demander en grâce? (Acte 1, scène 9, DORANTE)
  22. Quelle figure ! (Acte 1, scène 9, MADEMOISELLE GIRAUT)
  23. Cette jeune fille est encore plus jolie que l?autre, c?est à celle-là qu?il faut viser : je suis toujours, moi pour les plus jolies. (Acte 1, scène 9, MONSIEUR PRUNEAU)
  24. Oh çà ma tante, point de trahison, vous avez de la confiance en moi, j?en ai en vous. (Acte 1, scène 9, SOPHIE)
  25. Voilà une belle occasion, une fête tumultueuse, il ne faut pas qu?elle finisse sans que nous nous mations l?une et l?autre. (Acte 1, scène 9, SOPHIE)
  26. Je veux être comme ma mère, moi, ce sont les miennes, et les filles doivent tenir des mères, n?est-il pas vrai ? (Acte 1, scène 9, SOPHIE)
  27. Cela ne reçoit pas de difficulté. (Acte 1, scène 9, MADEMOISELLE GIRAUT)
  28. Bonjour, mon petit cousin, car vous le serez bientôt, si vous ne l?êtes déjà, et ma cousine m?a fait confidence? (Acte 1, scène 10, NANETTE)
  29. Les filles du pays sont jolies, mais elles se marient bien facilement. (Acte 1, scène 10, MONSIEUR PRUNEAU)
  30. Hé bien soit, je vous le donnerai, cela est fini. (Acte 1, scène 10, MADEMOISELLE GIRAUT)
  31. Vous, ma nièce et ma fille, deux impertinentes que je renfermerai dans un Couvent, pas plus tard que demain. (Acte 1, scène 11, MONSIEUR MARTIN)
  32. Et vous, Messieurs les inconnus, tant présents, qu?absents, vous êtes des suborneurs de filles, et comme tels, je suis en droit de vous faire arrêter comme Prévôt, moi. (Acte 1, scène 11, MONSIEUR MARTIN)
  33. Les mesures ne sont pas difficiles. (Acte 1, scène 12, MADEMOISELLE GIRAUT)
  34. Soyez-moi fidèle, Monsieur Pruneau, nous voyagerons ; je veux aller à Tours. (Acte 1, scène 12, MADEMOISELLE GIRAUT)
  35. On n?est jamais Prophète en son pays, j?irai à Amiens, moi, et je vais retrouver mon Chevalier Picard, afin d?arranger toutes choses pour le voyage. (Acte 1, scène 12, NANETTE)
  36. On t?en a fait de rudes, et les aigrefins de nos Régiments, et les aigrefines de nos garnisons, tiennent d?assez bonnes écoles pour vous autres enfants de Paris. (Acte 1, scène 14, BRACASSAK)
  37. Je suis modeste, mais si tu avais voulu m?en croire, j?en aurais profité davantage ; et il t?en aurait moins coûté. (Acte 1, scène 14, BRACASSAK)
  38. Le droit et la justice règle nos projets, la prudence les mène à leurs fins ; et la force avec la valeur en soutiennent l?exécution. (Acte 1, scène 14, BRACASSAK)
  39. Je plaide mes collatéraux, pour réunir leurs Fiefs à mon domaine, et tu me vois à la poursuite d?un certain Prévôt à qui je veux faire épouser une soeur unique, dont il a eu l?insolence de devenir amoureux, en venant recueillir la succession d?un certain sien frère, qui méritait d?être du Pays, car il faisait bien ses affaires. (Acte 1, scène 14, BRACASSAK)
  40. C?est la fille du Prévôt dont je suis amoureux. (Acte 1, scène 14, DORANTE)
  41. Par le mariage de ma soeur avec le Prévôt, elle va devenir ma nièce, demande-la moi ; je te l?accorde, un mariage de plus ou de moins ne doit pas faire de difficulté. (Acte 1, scène 14, BRACASSAK)
  42. Par le secours de ma bonne étoile, et par l?activité d?un frère, je retrouve un lâche, un perfide, un ingrat, qui, sur un faux exposé d?amour, s?est rendu maître de ma tendresse. (Acte 1, scène 15, MADEMOISELLE BRACASSAK)
  43. L?intérêt que je prends à Mademoiselle votre fille, ne me permettrait pas de souffrir qu?on vous fît insulte, vous n?avez rien à craindre où je suis. (Acte 1, scène 15, DORANTE)
  44. Mais il faut examiner vos raisons de part et d?autre, que Monsieur et Mademoiselle justifient de leurs prétentions, que vous exposiez les raisons que vous avez pour vous en défendre, et si vous vous en remettez à mon jugement, soyez sûr que vous n?aurez pas lieu de vous en plaindre. (Acte 1, scène 15, DORANTE)
  45. Le Juge me paraît pour le moins, aussi fripon que ma partie ; mais il n?importe, il faut filer doux, pour me tirer d?ici ; je suis presque seul au milieu de la ville, et tout le monde est rassemblé dans les avenues où se tire le Prix, ne nous piquons point ici de faire le brave mal-à-propos, quand je serai tantôt à la tête de ma Maréchaussée, je leur ferai bien voir que je ne les crains guère. (Acte 1, scène 15, MONSIEUR MARTIN)
  46. Voilà le tour de coquin, la perfidie la plus outrée : mon scélérat, mon traître reparut au bout de quinze jours ; sous le nom d?un frère qui venait recueillir sa succession ; je le pleurais mort, et je ne fus jamais plus surprise que de le trouver dans les rues, qui portait le deuil de lui-même, et qui ne fit pas semblant de me connaître. (Acte 1, scène 15, MADEMOISELLE BRACASSAK)
  47. Et si Monsieur le Prévôt justifie qu?effectivement il avait un frère? (Acte 1, scène 15, DORANTE)
  48. Sti qui visera le mieux gagnera mille pistoles, et une fille à choisir dans le Bourg, telle qu?il lui plaira, pour en faire sa femme. (Acte 1, scène 16, GROS-JEAN)
  49. Pour avoir dix mille francs et une fille, c?est bailler les choses pour rian. (Acte 1, scène 16, GROS-JEAN)
  50. Vous me baillez un louis d?or de plus ; mais je ne regarde pas après vous : je ne sis pas défiant. (Acte 1, scène 17, GROS-JEAN)
  51. Pargué vous n?êtes pas mal avisé, vous n?échayez pas mal, c?est une des meilleures, afin que vous le sachiais. (Acte 1, scène 17, GROS-JEAN)
  52. Mais ce sont mes intérêts et les vôtres qui me font agir, et je ne veux devenir votre belle-mère, qu?afin de l?empêcher de vous en donner une, dont vous ne seriez peut-être pas si contente que je me dispose à vous la rendre. (Acte 1, scène 18, MADEMOISELLE BRACASSAK)
  53. Je suis Picard afin que vous le sachiez : j?ai la tête chaude, et il ne fait pas bon me marcher sur le pied, je vous en avertis, et ce Monsieur le Prévôt-là pourrait bien? (Acte 1, scène 19, BARBALOU)
  54. Parlez-en avec considération, monsieur, Voilà Mademoiselle sa fille. (Acte 1, scène 19, DORANTE)
  55. Mademoiselle sa fille ? (Acte 1, scène 19, BARBALOU)
  56. J?ai du respect pour le sexe, j?aime les filles, mais pour les pères, je m?en goberge, je veux une fois en ma vie apprendre à vivre à un Prévôt. (Acte 1, scène 19, BARBALOU)
  57. Voilà qui est fini, point de dispute. (Acte 1, scène 19, BARBALOU)
  58. Vous m?avouerez qu?il est bien désagréable à un honnête Gentilhomme, Neveu d?un Procureur du Roi, fils d?un Maire de Ville, de donner son argent, soixante bonnes livres pour tirer un prix considérable, mille pistoles et une fille, et de n?être averti de rien, d?être regardé comme un zéro, et de se voir passer la plume par le bec. (Acte 1, scène 19, BARBALOU)
  59. Ne vous en moquez point, le prix est en fille, et en argent, je m?en suis déjà assuré une bonne moitié. (Acte 1, scène 19, BARBALOU)
  60. Les fils de Maires ne sont pas des bêtes. (Acte 1, scène 19, DORANTE)
  61. Parbleu, si vous êtes la fille du Prévôt, c?est votre cousine, à vous. (Acte 1, scène 19, BARBALOU)
  62. Toutes les filles de ce pays-ci se marient, Elles se saisissent de l?occasion ; elles ont lu l?Histoire, la fête est bien imaginée, ce sera l?enlèvement des Romains par les Sabines. (Acte 1, scène 20, MADEMOISELLE BRACASSAK)
  63. Mais enfin donc tout est fini ? (Acte 1, scène 21, DORANTE)
  64. Je ne communique volontiers, je fais faveur à qui le mérite ; et nous avons toujours eu des descendants de père en fils, tant mâles que femelles, du coeur, de la valeur, de l?esprit, et de l?honneur à donner libéralement à nos amis. (Acte 1, scène 22, BRACASSAK)
  65. Oh çà, Monsieur le Prévôt, vous conviendrait-il de finir avec nous, et d?y prendre part ? (Acte 1, scène 22, BRACASSAK)
  66. Examinons à présent mes droits, et nous en servons ; le prix est de dix mille francs, et d?une fille, n?est-ce pas ? (Acte 1, scène 22, BRACASSAK)
  67. À moi, l?argent, à toi la fille, tu n?es pas le plus mal partagé. (Acte 1, scène 22, BRACASSAK)
  68. Ma fille est à vous, cela est trop honnête. (Acte 1, scène 22, MONSIEUR MARTIN)
  69. Aimables fillettes v.28 (Acte 1, scène 22, BRACASSAK)
  70. Vénus et son fils, v.37 (Acte 1, scène 22, BRACASSAK)
  71. Nous en profitons tous, v.70 (Acte 1, scène 22, BRACASSAK)

LES FONDS PERDUS (1686)

  1. Enfin donc, quoi qu'il en puisse arriver, vous voulez voir Angélique ? (Acte 1, scène 1, MERLIN)
  2. Mais enfin, Madame Gérante n'est pas si fort avancée dans la carrière elle n'a que quarante-cinq, ou quarante-huit ans tout au plus, et ce n'est à proprement parler, qu'une demi-vieille. (Acte 1, scène 1, MERLIN)
  3. Je n'en suis point surpris. Venons à Mademoiselle sa fille, que vous aimez ; vous avez raison, la fille est plus jeune que la mère ; mais enfin, vous êtes bien persuadé que cette fille vous aime, et ce n'est pas là ce qui vous chagrine apparemment ? (Acte 1, scène 1, MERLIN)
  4. Il y aurait quelque chose a dire à cela, si Madame Gérante ne vous donnait pas merveilleusement bien votre revanche, et qu'elle ne fit pas les mêmes choses pour vous. (Acte 1, scène 1, MERLIN)
  5. Morbleu tu m'as engagé là dans une affaire qui ne va point aussi vite que je l'avais espéré ; nous restons longtemps dans un certain milieu, dont mon impatience ne me permet pas d'attendre la fin ; et outre la répugnance naturelle que j'ai pour les moyens dont tu te sers, je ne vois pas bien encore comment tu prétends parvenir au but que tu t'es proposé. (Acte 1, scène 1, VALÈRE)
  6. Hélas, Madame votre mère me fit hier aussi la même proposition. (Acte 1, scène 2, VALÈRE)
  7. Madame, votre mère deviendra votre fille, à vous ; cela sera tout à fait plaisant, oui. (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  8. Lisette conduira fort bien celle affaire, et elle est venue à bout de choses bien plus difficiles : c'est une illustre, Madame. (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  9. Fort bien, et nous avons le profit des cartes, nous. (Acte 1, scène 3, MERLIN)
  10. Madame, que je fisse un pareil chagrin à mon fils. (Acte 1, scène 6, MONSIEUR ORONTE)
  11. Il n'en est pas besoin, Madame, il ne fera pas long séjour avec Mademoiselle votre fille ; car, elle se plaint d'un mal de tête épouvantable. (Acte 2, scène 4, LISETTE)
  12. Elle a un si bel exemple devant les yeux ; car enfin, cette inégalité n'est guère moindre entre vous et Valère, et cependant vous ne laissez pas d'en être contente. (Acte 2, scène 4, LISETTE)
  13. Il est aimé d'une fille qui veut l'épouser malgré qu'il en ait. (Acte 2, scène 5, MERLIN)
  14. Une fille amoureuse d'un jeune homme qui se va marier, de qui elle a une promesse de mariage, cela va tout droit au Châtetet. (Acte 2, scène 5, MERLIN)
  15. J'ai voulu courir tout aussitôt, dans la pensée que c'était un filou, quand vingt coquins comme le premier nous ont entourés. (Acte 2, scène 5, MERLIN)
  16. Les porteurs qui avaient le mot, ont enfilé la vallée de misère, et je me suis mis à suivre comme les autres, pour voir un peu tout ce que cela deviendrait : nous sommes arrivés à la petite porte d'un grand hôtel, on a ouvert une barrière pour nous faire plus d'honneur. (Acte 2, scène 5, MERLIN)
  17. Enfin, un des officiers de la maison nous a fait entrer, et nous l'avons trouvé qui se désespérait. (Acte 2, scène 5, MERLIN)
  18. Il m'a conté toute son affaire, et m'a dit d'aller, au plus vite, chercher Monsieur son père, afin qu'il y mit ordre mais ; ce qu'il m'a le plus recommandé, c'est de ne vous parler de rien, tant il a peur de vous chagriner. (Acte 2, scène 5, MERLIN)
  19. Enfin, ils ont tous résolu de boire toute l'après-diner. (Acte 2, scène 5, MERLIN)
  20. Mais enfin, qu'avez-vous conclu ? (Acte 2, scène 5, MADAME GÉRANTE)
  21. Il a été lui proposer ; il est venu me reparler ; il est retourné à elle ; il est revenu à moi enfin, après bien des allées et des venues, on est tombé d'accord que moyennant deux mille écus, elle rendrait la promesse de mariage, et qu'on ne parlerait plus de rien. (Acte 2, scène 5, MERLIN)
  22. Oui, Madame, pourvu qu'ils aient achevé de dîner ; mais, c'est un petit vilain qui ne les vaut pas, les deux mille écus, et je ne sais pas qui les voudrait donner ; car, pour lui, je suis sûr qu'il aimerait mieux demeurer là six mois, et dépenser vingt mille francs à plaider, que de donner un sol a cette fille-là, après le tour qu'elle vient de lui jouer. (Acte 2, scène 5, MERLIN)
  23. Pour Monsieur son père, je crois qu'il aura bien de la peine à se résoudre de payer les folies de son fils. (Acte 2, scène 5, MERLIN)
  24. Oui, il faut les porter à cette fille. (Acte 2, scène 5, MADAME GÉRANTE)
  25. Je m'en fierai bien à toi. (Acte 2, scène 5, MADAME GÉRANTE)
  26. Fi, cela ne vaudrait pas le diable. Il ne faut point que des visages inconnus se mêlent de nos affaires. (Acte 3, scène 1, MERLIN)
  27. J'ai diantrement embarrassé le bonhomme ; et quand je l'ai vu suffisamment ébranlé, je l'ai envoyé à Angélique, qui a achevé de le battre en ruine : un seul regard a terminé son irrésolution, et il a promis de signer aveuglément tout ce qu'on voudrait. (Acte 3, scène 1, LISETTE)
  28. Enfin, il semble qu'elle soit déjà sa femme. (Acte 3, scène 1, LISETTE)
  29. Voilà la plus jolie fille du monde, j'en suis fou ; mais quand je lui veux dire que je l'aime, elle a le temps de s'enfuir avant que j achève. (Acte 3, scène 3, LE-BÈGUE)
  30. Oui, Madame, on m'a apporté près d'une douzaine de billets comme celui-là, que je n'ai jamais voulu rendre à mon maître mais enfin, comme on m'a dit que celui-ci était de conséquence, j'ai été bien aise de vous le faire voir, pour vous demander si je le lui dois donner. (Acte 3, scène 7, MERLIN)
  31. Madame, si j'osais vous prier de lire haut ; car enfin, je suis bien aise de savoir un peu les affaires de mon maître. (Acte 3, scène 7, MERLIN)
  32. Le porter à mon maître, avec votre permission, afin que nous examinions cette proposition-là. (Acte 3, scène 7, MERLIN)
  33. Monsieur son père donne tout son bien à Mademoiselle votre fille, je ne sais pas si vous le savez ; mais on vient de me le dire tout à l'heure. (Acte 3, scène 7, MERLIN)
  34. Fi, Madame. (Acte 3, scène 7, MERLIN)
  35. Un contrat pour Lisette et pour moi, afin de vous montrer comme il faut faire. (Acte 3, scène 10, MERLIN)
  36. Monsieur n'y entend pas plus de finesse que moi. (Acte 3, scène 10, MERLIN)
  37. Monsieur veut que ce soit Mademoiselle votre fille que j'épouse. (Acte 3, scène 10, VALÈRE)
  38. Vous, épouser un jeune homme, et Monsieur une jeune fille ? (Acte 3, scène 10, LE-NOTAIRE)

LES CURIEUX DE COMPIÈGNE (1698)

  1. Je le défie d?être aussi gueux que je le suis : je te parle confidemment ; je fais figure en apparence, toujours bonne table, beaucoup de vin, les hautbois du Régiment : force Bergères de Paris, quelques Provinciales, maintes Villageoises dansent les soirs devant ma tente ; je me donne ainsi le bal à peu de frais. (Acte 1, scène 2, LE CHEVALIER)
  2. Sandis, je le prends à telle fin que de raison, et je ne suis embarrassé que d?une certaine grosse hôtesse, chez qui j?ai mis loger, à mes dépens, des incommodes de Paris, moitié Bourgeois, moitié Bourgeoises, qui sont très indiscrètement venus me rendre ici visite. (Acte 1, scène 2, LE CHEVALIER)
  3. Monsieur Nicolas Valentin, honnête Marchand, qui fournit le Régiment, Madame Judith Valentin sa femme, Mademoiselle Angélique Valentin leur fille, avec d?autres Bourgeois et Bourgeoises des environs de la rue du Roulle, se sont avisés de venir voir le Camp : Monsieur mon maître, qui est fort libéral, quoiqu?il n?ait pas le double, les a généreusement régalés presque tous les jours. (Acte 1, scène 2, FRONTIN)
  4. Ce qui nous embarrasse le plus, nous autres, c?est que mon maître est amoureux de Mademoiselle Valentin la fille ; cela nous pique d?honneur, voyez-vous ; et il faut ou crever, ou faire bien les choses. (Acte 1, scène 2, FRONTIN)
  5. Moi, j?escaladerais le firmament pour en sortir avec honneur. (Acte 1, scène 3, LE CHEVALIER)
  6. Elle a été femme de charge d?une fille d?Opéra, chez qui nous soupions quelquefois ; c?est une fort bonne pâte de femme ; et dans le dessein que nous avons, nous pourrions bien avoir besoin d?elle. (Acte 1, scène 3, FRONTIN)
  7. C?est la maîtresse de Monsieur Mouflard, un de ces Messieurs que j?ai logés chez vous ; c?est avec lui qu?elle est venue de Paris, ils sont fiancés depuis quatre jours. (Acte 1, scène 4, LE CHEVALIER)
  8. Elle se défiancera si vous voulez, l?air du Camp lui a donné une noble aversion pour son fiancé, et un goût pour tout ce qui s?appelle homme d?épée. (Acte 1, scène 4, MADAME PINUIN)
  9. Vous en profiterez seul, et de trente mille écus d?argent comptant que je vous offre de sa part, aux conditions de l?épouser. (Acte 1, scène 4, MADAME PINUIN)
  10. Parguenne, ils seriaint encore trop heureux quand il leur en coûterait encore dix fois davantage ; ils avont vu une armée une fois, comme alle campe, comme alle file, comme alle marche, comme alle décampe, comme alle? que sais-je moi ? (Acte 1, scène 6, GUILLAUME)
  11. Hé fi, morgué, c?est se moquer, la curiosité est parmise à de certaines femmes : mais à des Marchandes, à des Cabaretières, à des Procureuses : est-ce que c?est leur besogne de quitter leur ménage et de s?en venir à l?armée ? (Acte 1, scène 6, GUILLAUME)
  12. Des aigrefins de ce Camp les avont fait jouer, et ils leur avont tout gagné l?argent, les justaucorps et les montures ; les badauds s?en retourneront en veste à Paris par des chemins de traverses, et si ils ne feront pas grand?chère sur la route. (Acte 1, scène 6, GUILLAUME)
  13. Bian entendu, voirement, je profite de leurs sottises, mais je m?en gobarge. (Acte 1, scène 6, GUILLAUME)
  14. Je ne sais, morgué, pas bian : mais ils sont de la connaissance d?un certain Officier que je vians chercher ici, et ce certain Officier a un certain valet. (Acte 1, scène 6, GUILLAUME)
  15. Pargué, tout à l?heure, le plutôt vaut le mieux : finissez avec la couseine, je m?en vais cheux elle faire tirer du meilleur ; si vous tardez trop, je boirai tout seul en vous attendant, et vous me trouverais peut-être ivre. (Acte 1, scène 7, GUILLAUME)
  16. Mais toi, en faveur de l?ancienne connaissance, serais-tu d?humeur à rendre un bon office à mon Maître ? (Acte 1, scène 8, FRONTIN)
  17. Je comprends cela : mais si ton maître est dans le dessein d?épouser leur fille, il leur fait honneur : quelles difficultés y a-t-il à vaincre ? (Acte 1, scène 8, MADAME PINUIN)
  18. Autre difficulté : le bonhomme sait le mauvais état de nos affaires ; il a aidé lui-même à les déranger, en nous vendant très cher à crédit de mauvaises marchandises, qu?il nous faisait revendre comptant à très bon marché, et en nous prêtons quelquefois cent pistoles dans le besoin, dont il tirait des billets de mille écus. (Acte 1, scène 8, FRONTIN)
  19. Et ton maître veut épouser la fille d?un fripon ? (Acte 1, scène 8, MADAME PINUIN)
  20. Le père est un fripon, mais la fille est un bon parti : ces sortes de mariage ne sont pas sans exemple. (Acte 1, scène 8, FRONTIN)
  21. Celui d?apprendre à la petite fille que mon maître est amoureux d?elle. (Acte 1, scène 8, FRONTIN)
  22. Non, mon enfant, on ne s?est encore fait que des mines de part et d?autre ; et outre que nous ne savons pas bien si elle entend les nôtres, nous ne comprenons pas trop ce que les siennes signifient. (Acte 1, scène 8, FRONTIN)
  23. Il faudra donc que cela soit bien difficile ? (Acte 1, scène 8, MADAME PINUIN)
  24. Ah, la charmante chose la magnifique chose, qu?une armée ! (Acte 1, scène 9, MADAME ROBIN)
  25. Quelle magnificence ! (Acte 1, scène 9, MADAME ROBIN)
  26. Ce mélange de bataillons confus, ces escadrons épars, ces Officiers, ces Valets, ces Vivandiers, ces gens de condition. (Acte 1, scène 9, MADAME ROBIN)
  27. Je t?ai fait confidence de ma faiblesse, la Bourgeoisie me pue horriblement à l?heure qu?il est, et je m?aimerais mieux simple Cavalière, que la plus honorable Bourgeoise de Paris. (Acte 1, scène 9, MADAME ROBIN)
  28. Oui, Madame, je suis des amis de Monsieur le Chevalier, confident ordinaire de toutes les Bourgeoises suivant l?armée. (Acte 1, scène 9, FRONTIN)
  29. Oui, vraiment, et sur la frontière même ; et comme il est un des plus anciens Officiers du Régiment, le moins que vous puissiez espérer, c?est de vous trouver au premier jour la commandante d?un Bataillon. (Acte 1, scène 9, MADAME PINUIN)
  30. Voilà une belle folle, au moins, et je ne sais si c?est rendre un bon office au Chevalier. (Acte 1, scène 10, FRONTIN)
  31. Tu n?as maintenant qu?à me faire connaître la femme et la fille de Monsieur Valentin, je trouverai bientôt les moyens d?apprendre à la petite personne ce qu?il faut qu?elle sache, et de pénétrer ce qu?elle a dans l?âme. (Acte 1, scène 12, MADAME PINUIN)
  32. Son animal de frère, votre imbécile de tante, son grand benet de fils, qui ne nous donne pas seulement la main, où tout cela s?est-il fourré ; il faudra les attendre, cela est bien agréable. (Acte 1, scène 13, MADAME VALENTIN)
  33. Baissez les yeux, petite fille. (Acte 1, scène 13, MADAME VALENTIN)
  34. C?était moi qu?on appelait la belle Parfumeuse, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 13, MADAME VALENTIN)
  35. Je défie qui que ce soit de m?attraper. (Acte 1, scène 13, MADAME VALENTIN)
  36. Il faudrait être bien fin, à moins que de se faire entendre avec des mines? (Acte 1, scène 13, ANGÉLIQUE)
  37. Vous entendez les mines, Mademoiselle ma fille ? (Acte 1, scène 13, MADAME VALENTIN)
  38. Et par conséquent un visage gracieux doit signifier que l?on est contente. (Acte 1, scène 13, ANGÉLIQUE)
  39. Elle me paraît si bonne personne et de si bon conseil ; je crois, pour moi, ma mère, qu?il y aurait beaucoup à profiter avec elle. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  40. Je le crois, il y aurait à profiter : mais je ne veux pas que vous fassiez de ces profits-là. (Acte 1, scène 14, MADAME VALENTIN)
  41. Il faut bien que cela soit ; car de quelque côté que nous allassions, j?entendais toujours : Tirez, Bourgeois : fi les vilains, à la Boutique. (Acte 1, scène 15, MONSIEUR MOUFLARD)
  42. En chemin faisant, nous sommes malheureusement tombés dans un diable de Bataillon, dont les Officiers étaient à peu près vêtus comme ces deux Messieurs. (Acte 1, scène 15, MONSIEUR MOUFLARD)
  43. Voyez un peu ce vieux fou, planter là sa femme et sa fille, pour aller voir des tambours, et des trompettes, des chevaux, des mousquets, des hommes et des piques : car ce n?est que cela dans le fonds : ne voilà-t-il pas une belle curiosité ? (Acte 1, scène 16, MADAME VALENTIN)
  44. Enfin, tout compté, tout rabattu, je suis fort content de mon petit voyage ; et après tout ce que j?ai vu, je commanderais une armée en cas de besoin, il n?y a rien de plus facile. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR VALENTIN)
  45. Parguenne, il y a une douzaine d?Officiers à qui l?on a baillé ordre de faire la recharche de tous les Curieux qui se trouveront ici, et qui n?y avont que faire. (Acte 1, scène 18, GUILLAUME)
  46. Fi donc, vous êtes folle, cela ne me regarde point, je ne suis point un espion. (Acte 1, scène 18, MONSIEUR VALENTIN)
  47. On fera entendre raison à ces Officiers-là, Monsieur, ne vous mettez pas en peine. (Acte 1, scène 18, FRONTIN)
  48. Ne vous éloignez pas, ma femme ; tenez-vous auprès de moi, ma fille ; ne nous quittez pas, Monsieur Frontin. (Acte 1, scène 19, MONSIEUR VALENTIN)
  49. Paix, je connais cet Officier-là, laissez-moi faire ; Monsieur, je vous donne le bonjour. (Acte 1, scène 19, FRONTIN)
  50. C?est mon mari, Monsieur l?Officier. (Acte 1, scène 19, MADAME VALENTIN)
  51. Hé, jarnigué, laissez-les à pied tous deux, pis qu?ils s?y trouvont bian, ils aimeront peut-être mieux porter la tarre à cette fortification que n?an va faire. (Acte 1, scène 22, GUILLAUME)
  52. Tout mon bien n?y suffirait pas. (Acte 1, scène 22, MONSIEUR VALENTIN)
  53. Oh que si fait, voilà votre fille ; que mon ami l?épouse. (Acte 1, scène 22, LE CHEVALIER)
  54. Qu?il épouse ma fille ! (Acte 1, scène 22, MONSIEUR VALENTIN)
  55. Que ma fille épouse un homme de guerre ? (Acte 1, scène 22, MADAME VALENTIN)
  56. Répugnance ou non, te voilà pourvu ; mais moi je reste, et Monsieur Mouflard n?a point de fille. (Acte 1, scène 22, LE CHEVALIER)
  57. Si tous les Curieux qui n?avont que faire au Camp y sont régalés comme ceux-ci, les Officiers ne seront morgué pas ruinés de ces visites-là, sur ma parole. (Acte 1, scène 23, GUILLAUME)
  58. Ce coeur si fier que je vous donne ; v.17 (Acte 1, scène 24, LE CHEVALIER)
  59. Monsieur Valentin vous avez la figure, v.62 (Acte 1, scène 24, MADAME ROBIN)

NOUVEAU PROLOGUE, ET NOUVEAUX DIVERTISSEMENTS (1697)

  1. La pompe et la magnificence v.3 (Acte 1, scène 1, THALIE)
  2. Où vous aviez dit-on, fixé votre séjour. v.29 (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  3. Crispin cadet, fils de Crispin l'aîné, v.31 (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  4. Mais enfin depuis quelque temps, v.40 (Acte 1, scène 2, THALIE)
  5. Nous redoublons nos soins, enfin nous sommes tous v.59 (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  6. Et ne sais point faire le fin. v.68 (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  7. N'avez-vous pas le fils de la Thorillière ? v.125 (Acte 1, scène 3, THALIE)
  8. Fi donc ! Vous vous moquez, je crois ? v.148 (Acte 1, scène 3, CRISPIN)
  9. Et plus galant que magnifique. v.227 (Acte 1, scène 3, THALIE)
  10. De vos jeunes attraits vous faites bien la fière. v.307 (Acte 2, scène 2, L'AMOUR)
  11. Car enfin pour me vaincre employez ruse, adresse, v.311 (Acte 2, scène 2, LA JEUNESSE)
  12. Cherchez artifice, détours, v.312 (Acte 2, scène 2, LA JEUNESSE)
  13. Mais finissons un discours qui vous gêne. v.322 (Acte 2, scène 2, LA JEUNESSE)
  14. Fiammegiante v.332 (Acte 2, scène 3, UN INDIEN)
  15. Et l'Amour, dont le goût fut toujours des plus fins, v.397 (Acte 3, scène 2, COMUS)
  16. Volontiers. Les refus sont assez difficiles, v.424 (Acte 3, scène 2, OLIMPE)
  17. L'âme la plus fière v.449 (Acte 3, scène 3, MADEMOISELLE DESMARRES)
  18. L'âme la plus fière v.459 (Acte 3, scène 3, MADEMOISELLE DESMARRES)
  19. L'âme la plus fière v.469 (Acte 3, scène 3, MADEMOISELLE DESMARRES)
  20. Je veux connaître avant qu'entrer en confidence. v.505 (Acte 3, scène 3, LA COMTESSE)
  21. La figure est galante. v.535 (Acte 4, scène 1, LA COMTESSE)
  22. Si pour les balancer vous n'en aviez de fières, v.550 (Acte 4, scène 1, LA MONTAGNE)
  23. Si notre gaillarde figure, v.559 (Acte 4, scène 1, LA MONTAGNE)
  24. Un tour de ville y mettra fin, v.561 (Acte 4, scène 1, LA MONTAGNE)
  25. Vous êtes fine, fine, et vous ne dites pas v.597 (Acte 4, scène 1, PETIT BOHÉMIEN)
  26. Finissons, et prions quelqu'une de la bande, v.608 (Acte 4, scène 1, LA COMTESSE)
  27. Un moment suffira pour dresser un Théâtre. v.663 (Acte 5, scène 1, LE COMÉDIEN)
  28. Plus cruelle et plus fière. v.683 (Acte 5, scène 2, ALCIDON)
  29. Profitons des plaisirs v.715 (Acte 5, scène 2, MADELOISELLE SALLÉ)
  30. Il est de notre cru, nous y ferons figure. v.750 (Acte 6, scène 1, LA MONTAGNE)
  31. Mais enfin je le veux. v.778 (Acte 6, scène 1, LA COMTESSE)
  32. Sa figure allongée est d'un vrai Nicodème. v.783 (Acte 6, scène 1, LE VICOMTE)
  33. J'en dis fi. v.815 (Acte 6, scène 1, LE VICOMTE)
  34. Enfin, v.852 (Acte 6, scène 1, LE MARQUIS)
  35. Je ne sis pas si difficile ; v.882 (Acte 6, scène 1, LUBINE)
  36. À recevoir enfin la main qui l'a donné ; v.949 (Acte 6, scène 1, LA COMTESSE)
  37. Doux et charmant aveu, qui finit mon martyre ? v.955 (Acte 6, scène 1, LE CHEVALIER)

LE DIABLE BOITEUX (1707)

  1. Qu'il le découvre ou non, il n'a plus de pouvoir sur moi, le charme est fini, c'est lui-même cette fouis-ci, qui a cassé la fiole, et qui m'a mis en liberté. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  2. Vous en avez l'obligation de la colère où je le mis ; et sans l'emportement qui lui fit me jeter à la tête ce gros livre que j'eus l'adresse d'éviter, et qui alla, par hasard, briser la bouteille, vous seriez encore dedans, ne vous en déplaise. (Acte 1, scène 1, THÉRÈSE)
  3. Je conviens de l'obligation que je vous ai, quoique le hasard y ait grande part, et je n'ai pas nui moi-même à me rendre ce bon office. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  4. C'est moi, qui, en rentrant par la force des conjurations de votre mari, dans la fiole dont Cléophas m'avait tiré, passai par votre appartement, et qui a depuis fâché tant le Magicien, et qui est cause de l'aventure à qui je dois ma liberté. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  5. Oh, Monsieur le Diable Boiteux, vous êtes un ingrat, vous voulez diminuer le bon office que vous a rendu ma bonne maman. (Acte 1, scène 1, SANCHETTE)
  6. Ce n'est point vous qui lui avez soufflé la coquetterie, en rentrant dans la bouteille ; elle a toujours été coquette, ma bonne maman, je le sais bien, mon vilain papa s'en est toujours plaint ; et toutes les mies que j'ai eues, m'ont toujours dit qu'il n'avait pas tort d'être fâché, et que je n'étais pas tout à fait sa fille. (Acte 1, scène 1, SANCHETTE)
  7. Hé, dites-le moi, si vous le savez ; je voudrais bien que cela fût vrai, et je serais bien aise de n'être point la fille du Magicien. (Acte 1, scène 1, SANCHETTE)
  8. Cela me va donner cent fois plus d'esprit et de confiance. (Acte 1, scène 1, SANCHETTE)
  9. Oh que pardonnez-moi ; mais ce ridicule-là est tellement reçu et si aveuglément approuvé, qu'il a le crédit de ridiculiser les meilleures manières des autres endroits du Royaume, la sagesse des étrangers même ; mais je vous apprendrai à vous, petite fille, pour première maxime, qu'il faut que les gens du monde soient esclaves du goût et de la mode. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  10. Oh je retiendrai bien vos leçons, Monsieur le Diable Boiteux, j'ai un penchant si naturel à vous croire, tant de disposition à profiter de vos bons conseils. (Acte 1, scène 1, SANCHETTE)
  11. Ce serait beaucoup, et vous auriez peine à y suffire. (Acte 1, scène 1, THÉRÈSE)
  12. Vous êtes folle, petite fille. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  13. Nous aurons tout le temps de satisfaire votre tempérament et votre curiosité : pour à présent qu'il vous suffise de savoir que dans ces lieux-ci, ordinairement la vanité et l'amour-propre sont sur le Théâtre, le luxe et la coquetterie dans les loges, et la fine critique dans le parterre. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  14. Quoique je ne sois pas le Diable de la Chicane, je fais les affaires de la maison, j'y suis connu, j'y régente ; et cette intrigue, où je me trouverai mêlé par-ci par-là moi-même de la petite Comédie qu'on leur a promise : nous feront ensuite entre nous trois, nos réflexions en musique sur l'aventure ; et nous verrons de quoi vous êtes capables, et si vous profiterez bien du livre du monde, dont je vous ferai voir de temps en temps quelques nouveaux chapitres, avez-les figures. (Acte 1, scène 1, LE DIABLE)
  15. Mais à propos de votre oncle qui se meurt, et de votre tante qui en est bien aise, n'est-ce point d'eux que le Diable Boiteux fait mention dans la fin du livre ? (Acte 1, scène 1, MARTON)
  16. Il compte là-dessus apparemment ; car il me mande que Monsieur le Greffier en sera. (Acte 1, scène 2, ANGÉLIQUE)
  17. L'heureuse disposition de fille pour la vie aisée ! (Acte 1, scène 3, MARTON)
  18. Adieu, je vais attendre dans mon appartement : qu'on me vienne avertir quand il expirera, afin de lui rendre les derniers devoirs. (Acte 1, scène 4, MADAME LUCAS)
  19. Les gens de Robe raisonnables sont si rares, les Financiers si brutaux, et les Abbés si fades. (Acte 1, scène 6, MARTON)
  20. Tout est perdu, Mademoiselle : c'est Léandre et Monsieur le Greffier, qui viennent nous prendre pour aller au bal. (Acte 1, scène 7, MARTON)
  21. Une jeune et jolie veuve comme vous, qui enterre un mari, c'est une femme qui affiche la situation où elle se trouve ; la peut-elle apprendre à trop de gens ? (Acte 1, scène 14, MARTON)
  22. Cette fille-là est d'un bon conseil, Monsieur Corbeau. (Acte 1, scène 14, MADAME LUCAS)
  23. Mais vous ne voulez pas aussi rien de trop superbe, rien de trop magnifique ? (Acte 1, scène 14, MONSIEUR CORBEAU)
  24. Oui, quelques figures expressives des bonnes qualités du défunt ; les vertus qui pleurent, par exemple, qui déchirent leurs vêtements, quelques bandes de velours, semées de chiffres et des armes du défunt ; il n'en faudra pas davantage, Monsieur Corbeau, il n'en faudra pas davantage. (Acte 1, scène 14, MADAME LUCAS)
  25. Et fi donc, Madame ; vous n'aurez rien de tout cela, nous avons nos règles. (Acte 1, scène 14, MONSIEUR CORBEAU)
  26. Défie-toi de ces diables-là, Lépine. (Acte 1, scène 16, MARTON)
  27. Je ne m'en défie point. (Acte 1, scène 16, LÉPINE)
  28. Cela ne sera pas difficile à lui persuader, elle est peureuse : mais pourquoi? (Acte 1, scène 16, MARTON)
  29. Non, celui-ci est un diable moderne, que j'ai connu Greffier à la Peau, et qui, pou continuer ses fonctions dans l'autre monde, c'est fait recevoir Diable à la dernière promotion. (Acte 1, scène 18, LÉPINE)
  30. Mais que dites-vous de la petite nièce, qui, sans consulter ni sens ni raison, épouse sottement un jeune Officier qui n'a rien ? (Acte 1, scène 19, LE DIABLE)
  31. Oui, voilà le fait, on peut vous en croire, vous avez été quelquefois dans le cas, mais dites un peu à Monsieur l'Officier ce que vous prévoyez des suites de son mariage. (Acte 1, scène 19, LE DIABLE)
  32. Mon brave Officier, vous êtes gueux, v.12 (Acte 1, scène 19, THÉRÈSE)
  33. Il finira, v.23 (Acte 1, scène 19, TH?R?SE)
  34. Mais achevez, Madame Thérèse, de faire part à cette belle assemblée de vos réflexions et des petites confidences que je vous ai faites pendant la pièce. (Acte 1, scène 19, LE DIABLE)
  35. Un vieux Financier, v.72 (Acte 1, scène 19, SANCHETTE)

LA MAISON DE CAMPAGNE (1697)

  1. Vous ne savez pas ce que c'est qu'un couvent pour une grande fille qui a coutume d'être dans le monde ? (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  2. C'est un ladre, qui veut gardersa fille et son argent pour lui. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  3. Pour l'argent, passe ; mais pour la fille, si elle voulait prendre de mes almanachs, je défierais bien un régiment de pères de la garder. (Acte 1, scène 1, LA FLÈCHE)
  4. Vous seriez, assez hardis de vous jouer à la justice et d'enlever la fille d'un gentilhomme de robe ? (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  5. Je vous ai déjà dit qu'il y a trois joimis qu'il est à la chasse avec de ses amis : il ne fait guère d'ordures au logis, vraiment ; et ce n'est pas sa fille seule que notre vieil avaricieux fait enrager : il n'y a personne qui ne se sente de sa mauvaise humeur ; sa femme même a bien de la peine à le mettre a la raison. Il ne veut voir personne chez lui ; ce serait lui arracher l'âme que de tuer un lapin dans sa garenne, et il se désespère autant de fois qu'il voit à sa table quelque personne d'extraordinaire. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  6. Maugrébleu du sot homme, qui ne veut pas qu'on épouse sa fille ! (Acte 1, scène 1, LA FLÈCHE)
  7. Sur cette confiance, ne pouvons-nous point hasarder que je demeure ici quelques jours ? (Acte 1, scène 3, ÉRASTE)
  8. Et là, celle qui, en riant, vous cassa l'autre jour toutes ces porcelaines de Hollande, parce qu'elle disait qu'il n'en faut avoir que de fines. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  9. Cela est horrible ; mais n'y a-t-il point quelque bon moyen pour faire finir tout cela ? (Acte 1, scène 7, MONSIEUR BERNARD)
  10. Il faut de bon vin, surtout ; et sans le bon vin et la bonne chère, par ma foi, je dis fi de la campagne. (Acte 1, scène 8, LE MARQUIS)
  11. C'est pour moi un avantage dont je prétends bien profiter. (Acte 1, scène 10, LE BARON)
  12. J'ai bien du regret, madame, de ne pouvoir pas profiter de l'honneur que vous me faites ; mais j'ai chez moi quelques dames de mes parentes, que je ne puis pas quitter honnêtement. (Acte 1, scène 11, LE BARON)
  13. La pièce de boucherie, cela suffit. (Acte 1, scène 3, LE MARQUIS)
  14. Il n'y a pas jusques à vos paysans qui se plaignent que vous ne voulez pas qu'ils raccommodent les chemins du village, pour rendre votre maison plus difficile à aborder. (Acte 1, scène 14, MADAME-BERNARD)
  15. Oui, morbleu, et je voudrais que les trous et les ornières fissent casser le cou à tous ceux qui viennent ici. (Acte 1, scène 14, MONSIEUR BERNARD)
  16. Voilà de beaux souhaits, vraiment : mais finissons. Ne venez-vous pas joindre la compagnie ? (Acte 1, scène 14, MADAME-BERNARD)
  17. Nous profiterons de sa mauvaise aventure. (Acte 1, scène 15, MADAME-BERNARD)
  18. Mais, mon frère, il faudrait prier mon cousin qu'on nous fit faire un petit potage. (Acte 1, scène 16, LA-COUSINE)
  19. Je ne sais pas ce que cela signifie, mais il semble qu'on ait dessein de me faire pièce : de petits potages, de petits poulets, de petites perdrix. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR BERNARD)
  20. Vlà monsieur votre fils, qui ne se doute pas de la manigance. (Acte 1, scène 26, THIBAUT)
  21. J'appréhendais, mon père, que cela ne vous fit point autant de plaisir que cela me paraît vous en faire. (Acte 1, scène 27, DORANTE)
  22. Et le fief est bien noble, qui plus est. (Acte 1, scène 29, DEUXIÈME-HOUBEREAU)
  23. Vous vous moquez de nous, monsieur, et votre ordinaire nous suffit. (Acte 1, scène 30, PREMIER-HOUBEREAU)
  24. Paix, mon fils, vous êtes une bête. (Acte 1, scène 30, MONSIEUR BERNARD)
  25. Monsieur de Trofignac, empêchez de grâce... (Acte 1, scène 30, DORANTE)
  26. Monsieur mon fils, cela vous apprendra à vivre. (Acte 1, scène 30, MONSIEUR BERNARD)
  27. Moi, votre fils ! (Acte 1, scène 30, DORANTE)
  28. Cela n'est pas bien difficile. (Acte 1, scène 31, MONSIEUR GRIFFARD)
  29. Rien, monsieur : je demandais une chambre à cette fille pour mon maître. (Acte 1, scène 32, LA FLÈCHE)
  30. Oui, monsieur : Éraste est là-haut avec madame et mademoiselle votre fille. (Acte 1, scène 32, LISETTE)
  31. Éraste est avec ma fille ! (Acte 1, scène 32, MONSIEUR BERNARD)
  32. Eh fi, monsieur! (Acte 1, scène 33, MADAME-BERNARD)
  33. La sottise qu'a faite un de vos valets de tuer un cerf qui s'était sauvé chez vous, et qu'on a trouvé caché dans votre écurie, suffirait pour renverser une fortune encore mieux établie que la vôtre ; et je ne sais même si mon oncle ne risquera pas la sienne en ne poussant pas la chose. (Acte 1, scène 34, ÉRASTE)
  34. Non, monsieur, et je ne donnerai ma fille qu'à un homme qui achètera ma maison ; car je m'en veux défaire. (Acte 1, scène 34, MONSIEUR BERNARD)
  35. Je vous donne donc ma fille pour être défait de ma maison. (Acte 1, scène 34, MONSIEUR BERNARD)

LA PARISIENNE (1691)

  1. Au contraire, il augmente encore quand je me trouve auprès d?elle ; et comme elle est simple, ingénue, innocente enfin, chaque fois que je tousse, elle me fait de grandes révérences, comme si j?éternuais ; j?ai beau lui dire, elle n?en démord point, et cela me fait enrager. (Acte 1, scène 1, DAMIS)
  2. C?est une fille qui sait vivre. (Acte 1, scène 1, LA VIGNE)
  3. Elle n?a pas d?esprit, et c?est ce qui me la fait épouser plutôt qu?une autre ; car enfin, il faut que je me marie. (Acte 1, scène 1, DAMIS)
  4. Mon fils est à l?armée malgré moi, c?est un libertin, un évaporé, qui n?en reviendra pas ; et cela m?oblige en conscience de me marier, pour faire souche, et pour ne pas laisser périr la famille. (Acte 1, scène 1, DAMIS)
  5. Fils d?un père puissamment riche? (Acte 1, scène 3, ÉRASTE)
  6. Sans la crainte de sa mère, c?était une affaire faite : mais ce sont d?incommodes personnes que ces mères, et surtout quand les filles sont timides. (Acte 1, scène 3, L?OLIVE)
  7. Enfin, outré de rage et de désespoir, je vais en Italie, attendre le moment favorable de pouvoir disposer de moi sans le consentement de mon père. (Acte 1, scène 3, ÉRASTE)
  8. Fi, est-ce ce que je lui dis jamais ce que je ne veux pas qu?il sache ? (Acte 1, scène 5, L?OLIVE)
  9. Et quelle malheureuse veut être la femme d?un homme de soixante et quatre ans, infirme, goutteux, avare, et de mauvaise humeur, comme lui ? (Acte 1, scène 5, L?OLIVE)
  10. Il y a dans le logis une certaine fille de chambre, qui n?est pas contente d?un assortiment si bizarre, et qui prendra soin des intérêts de la petite fille en dépit d?elle-même. (Acte 1, scène 5, LA VIGNE)
  11. Il faut que ce soit une fille d?honneur que cette fille-là. (Acte 1, scène 5, L?OLIVE)
  12. Nous attendons, pour nous épouser, le certificat de la mort d?un mari qu?elle avait. (Acte 1, scène 5, LA VIGNE)
  13. Allons avertir le bonhomme que son fils est à Paris. (Acte 1, scène 5, LA VIGNE)
  14. C?est toi ; je te trouve à la fin, après t?avoir si longtemps cherché ? (Acte 1, scène 6, LISETTE)
  15. Oh, oh, oh, si nous ne parlons doucement, la conversation finira mal, je vous en avertis. (Acte 1, scène 6, L?OLIVE)
  16. Çà, voyons, il faut faire une fin, et je suis las du libertinage. (Acte 1, scène 6, L?OLIVE)
  17. Et le certificat, ma Princesse, quand deviez-vous l?avoir ? (Acte 1, scène 6, L?OLIVE)
  18. Hé, va, va, nous aurons du temps de reste, il suffit que je sache où te trouver. (Acte 1, scène 6, L?OLIVE)
  19. Que fait ma fille ? (Acte 1, scène 7, OLIMPE)
  20. Un homme de soixante et cinq ans épouser une fille de seize ! (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  21. Mais, quand il ne s?en volerait point, de bonne foi, est-ce à une fille comme elle qu?il faut donner un homme comme lui ? (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  22. Oui ; mais l?esprit vient aux filles, comme vous savez : elle réfléchira dans la suite, et ces réflexions tardives mènent quelquefois à de très dangereuses conséquences. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  23. Les jeunes filles ne sont point libres avec leurs mères, Madame ; et la crainte de paraître quelquefois un peu trop formées pour leur âge, gâte toutes leurs affaires. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  24. Ma fille est encore si simple et si fort innocente, que le nom même de l?Amour est un terme inconnu pour elle. (Acte 1, scène 7, OLIMPE)
  25. Je n?ose confier mes chagrins à personne, et je serai peut-être la victime de ma timidité. (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  26. Ce sont des contes : à votre âge, il n?y a point de filles qui ne pensent quelque chose. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  27. Mais par exemple, si vous avez quelque autre vue, et que vous m?en fissiez confidence? (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  28. Est-il de robe, officier, ou courtisan ? (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  29. Quand deux filles sont bonnes amies, elles ont peine à se refuser. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  30. Mais enfin, que puis-je faire pour vous ? (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  31. Les belles dispositions de fille ! (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  32. Je t?aimais autrefois ; mais le certificat m?a corrigé. (Acte 1, scène 9, L?OLIVE)
  33. Mais enfin, que résolvez-vous ? (Acte 1, scène 9, ÉRASTE)
  34. Songe à expier l?affaire du certificat, au moins. (Acte 1, scène 9, L?OLIVE)
  35. Une fille d?esprit ne tomberait point dans ces inconvénients ; mais, il me semble, pour moi, que dans l?incertitude, il est toujours bon de ne pas manquer faute de précaution. (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  36. Avec tout cela, il y a une espèce de fidélité dans cette manière d?inconstance. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  37. Fi, c?est un Gascon, un extravagant, que je ne souffrais que parce que je ne comptais pas trop sur Dorante. (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  38. Non, Lisette ; Fais la Gouvernante incommode, c?est un moyen sûr pour faire bientôt finir la conversation. (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  39. Ma foi, vive Paris : l?esprit ne vient point si vite aux filles de Province. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  40. Enfin, Madame, je m?arrache aux affaires les plus importantes, pour ne pas perdre le moment favorable de vous exprimer. (Acte 1, scène 12, DORANTE)
  41. Je suis exacte, comme vous voyez ; mais ne parlez pas devant cette fille, elle redit tout à ma mère. (Acte 1, scène 12, ANGÉLIQUE)
  42. Cette fille n?est point traitable, Dorante. (Acte 1, scène 12, ANGÉLIQUE)
  43. Le Ciel me préserve de l?être, j?aimerais mieux mourir ; c?est à mes soins qu?on vous a confiée, et je ne prétends pas qu?il soit dit dans le monde? (Acte 1, scène 12, LISETTE)
  44. Fi, Monsieur, cela n?est ni beau ni honnête à un homme de robe, de vouloir séduire de jeunes personnes. (Acte 1, scène 12, LISETTE)
  45. Oh, finissons donc. (Acte 1, scène 12, LISETTE)
  46. L?incommode chose qu?une fille de chambre honnête fille ! (Acte 1, scène 12, DORANTE)
  47. Hé ; fi ; les mères d?aujourd?hui ne sont pas si à craindre que vous le dites. (Acte 1, scène 14, LISIMON)
  48. Oh ; il y a des mères et des mères, Monsieur ; et la seule vue d?un plumet, ou d?un justaucorps rouge, ferait prendre à celle-ci des résolutions terribles contre sa fille. (Acte 1, scène 14, LISETTE)
  49. Je suis prudent, et je n?aime pas les affaires : ses deux oreilles me suffiront. (Acte 1, scène 14, LISIMON)
  50. Tombe sur moi, le Firmament, si le drôle ne meurt de ma main. (Acte 1, scène 15, LISIMON)
  51. Il a entendu toute la fin de la conversation. (Acte 1, scène 16, LISETTE)
  52. La fourberie est bien naturelle aux filles. (Acte 1, scène 16, LISETTE)
  53. Allons, Monsieur, un peu de complaisance pour elle ; les jeunes filles des choses les plus innocentes. (Acte 1, scène 16, LISETTE)
  54. Et le certificat ? (Acte 1, scène 16, LA VIGNE)
  55. Enfin, nous voilà débarrassées de tous nos importuns. (Acte 1, scène 19, LISETTE)
  56. J?ai pénétré les secrets de Mademoiselle votre fille, je sais la cause de ses chagrins ; et si vous êtes toujours dans les sentiments de ne la point contraindre, vous en ferez la plus heureuse personne du monde. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  57. Tu me dis là des choses de ma fille !? (Acte 1, scène 20, OLIMPE)
  58. La résolution en est prise : je n?autoriserai point ma fille à manquer à ce qu?elle doit ; et si quelque jour elle n?est pas contente, elle ne m?accusera pas du moins d?avoir sacrifié son repos à mon entêtement, ou à l?avarice. (Acte 1, scène 21, OLIMPE)
  59. J?ai cru les sentiments de ma fille conformes aux miens, et je me suis trompée. (Acte 1, scène 23, ANGÉLIQUE)
  60. Les filles de Paris la poussent loin quelquefois. (Acte 1, scène 23, LISETTE)
  61. Vous voyez, Monsieur, que ma fille? (Acte 1, scène 23, OLIMPE)
  62. Ma foi, Monsieur, si j?étais en votre place, je ne m?y fierais que de la bonne manière. (Acte 1, scène 23, LA VIGNE)
  63. Je satisferais au devoir de fille, en vous obéissant, Madame ; et je remplirais les devoirs de femme, en donnant à Monsieur tous les chagrins imaginables. (Acte 1, scène 23, ANGÉLIQUE)
  64. Quoi, ma fille ! (Acte 1, scène 23, OLIMPE)
  65. Serait-il possible, ma fille, que vous vous fissiez oubliée jusqu?au point? (Acte 1, scène 24, OLIMPE)
  66. Ne me condamnez point avant que de m?entendre, Madame, deux mots suffiront pour me justifier. (Acte 1, scène 24, ANGÉLIQUE)
  67. Hé vraiment oui, Madame, c?est mon fils. (Acte 1, scène 25, DAMIS)
  68. Monsieur, vous ne vouliez vous remarier que pour faire souche, et Monsieur votre fils fera mieux souche que vous. (Acte 1, scène 25, LA VIGNE)
  69. Ne vous pressez point de me remercier, Monsieur mon fils. (Acte 1, scène 25, DAMIS)
  70. Ma fille vous aime, cela me suffit : puissiez-vous être longtemps heureux ! (Acte 1, scène 25, OLIMPE)
  71. Voilà le certificat qui m?est venu, il n?y a rien à faire. (Acte 1, scène 25, LISETTE)
  72. Oui, mon cher Monsieur de l?Olive, je vous certifie, que grâces au Ciel, je me porte bien ; et que pour mes péchés, c?est là ma femme. (Acte 1, scène 25, LA VIGNE)

DIVERTISSEMENT DE SCEAUX (1705)

  1. Je ne sais pas parler en musique comme vous... moi ; mais cela n'empêche pas que je me réjouisse quelquefois en parlant autrement, par exemple... je suis le Comique... et nous sommes tous camarades ; enfin c'est ce qui fait que comme nous n'avons point de maître, nous ne sommes pas toujours bien d'accord... (Acte 1, scène 1, MONSIEUR POISSON)
  2. Mais ce qu'il y a de constant... c'est que l'on s'accorde pour contribuer au plaisirs de l'AUGUSTE SOUVERAINE chez qui nous sommes, et dans l'objet que nous avons d'y réussir, nous sommes tous d'une docilité, d'une tranquillité d'esprit... enfin, expliquez-lui cela, s'il vous plaît, Monsieur le Druide, et n'oubliez pas de parler surtout du zèle et du respectueux attachement que nous avons tous, et de bien marquer... là... combien nous nous estimons heureux de trouver la moindre petite occasion de tâcher de nous rendre dignes de l'honneur de sa bienveillance et de sa protection. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR POISSON)

LE RETOUR DES OFFICIERS (1697)

  1. Non, s'il vous plaît, point de familiarité : vous savez bien sous quelles conditions je vous ai tiré du Village, pour vous pousser dans la Finance ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR RAPINEAU)
  2. Oh dame acoutez, Monsieur le Sous-farmier de Saint-Quentin, quoique vous sayez tout ça, vous êtes mon frère, oui ; et sans notre oncle le Portier de ce gros Maltoutier, qui nous fit venir tout petit, pour être laquais? (Acte 1, scène 1, MATURIN)
  3. Oh, finirez-vous ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR RAPINEAU)
  4. Quand il n'y a que de la robe et de la Finance dans le commerce, les Sous-fermiers brillent, on les trouvent passables : mais sitôt qu'on revoit des Officiers, ces autres Messieurs-là deviennent si laids, si laids? (Acte 1, scène 3, TOINETTE)
  5. Je crois qu'on doit aujourd'hui commencer à lui faire la mine, on boudera demain plus sérieusement ; dans trois ou quatre jours on lui cherchera querelle, et on lui fermera la porte au nez sur la fin de la semaine. (Acte 1, scène 3, TOINETTE)
  6. Vous êtes trop formé pour cela, Monsieur Maturin, cette condition-là serait difficile à trouver. (Acte 1, scène 3, TOINETTE)
  7. Il sera peut-être moins ridicule en Conseiller qu'en abbé : au pis aller, ce sera une nouvelle figure qui nous réjouira. (Acte 1, scène 5, ISABELLE)
  8. Pour cela vous êtes furieusement fille, il n'y a point de nouveauté qui ne vous fasse plaisir. (Acte 1, scène 5, TOINETTE)
  9. Tu n'y songe pas, cousine, c'est le temps du départ, que le Printemps, tout le monde va à l'armée, on ne voit plus aucun Officier. (Acte 1, scène 5, HENRIETTE)
  10. Cela se pourrait fort bien, au moins ; et il me semble, à moi, qui en ai fait l'expérience, qu'une passion d'hiver est bien usée, et qu'elle tire diantrement sur ses fins quand le mois de mars arrive. (Acte 1, scène 5, TOINETTE)
  11. Oui, ma fille. (Acte 1, scène 6, MADAME THOMAS)
  12. Innocent tant qu'il vous plaira, je sais bien ce que je dis, et des connaissances d'Hiver ne valent rien pour l'établissement des filles. (Acte 1, scène 6, MADAME THOMAS)
  13. Oh çà, ma fille, je vous ai expliqué les sentiments où je suis pour Monsieur Rapineau, vous prendrez votre parti là-dessus, s'il vous plaît. (Acte 1, scène 6, MADAME THOMAS)
  14. Votre père était Greffier, à vous, il m'a laissé du bien : le vôtre avait la Ferme du Tabac, il est mort riche. (Acte 1, scène 6, MADAME THOMAS)
  15. Point de disputes, Mesdemoiselles, un financier, un homme de robe, ou un couvent, et le congé à ces deux Messieurs surtout ; que je ne les voie pas davantage. (Acte 1, scène 6, MADAME THOMAS)
  16. Vous voilà aussi mal loties l'une que l'autre, et vous n'aurez rien à vous reprocher ; mais enfin la chose n'est pas sans remède. (Acte 1, scène 7, TOINETTE)
  17. Faire deux Officiers de vos deux benêt, et jeter les deux Officiers dans la Robe et dans la Finance. (Acte 1, scène 7, TOINETTE)
  18. Bonjour, charmantes. Mesdemoiselles, quel plaisir de vous revoir après six grands mois de campagne. Mais vous retrouve-t-on fidèles, et sommes-nous les bienvenus ? (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  19. Pacifiques ou mutins ? (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  20. Il vaut bien mieux que les difficultés viennent de sa part que de la mienne, vous aurez moins de peine à les surmonter. (Acte 1, scène 8, HENRIETTE)
  21. Nous sommes les parties intéressées, le nôtre ne suffit-il pas ? (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  22. Vive la robe en temps de paix, la guerre est finie ; plus d'ennemis à vaincre, plus de gloire à prétendre ; je pends la lame au croc, on n'a qu'à dire. (Acte 1, scène 9, CLITANDRE)
  23. Mais répondriez-vous bien que votre ami Éraste, de son côté, n'eût point de répugnance à se faire financier, lui ? (Acte 1, scène 9, TOINETTE)
  24. Financier, sandis, financier. (Acte 1, scène 9, CLITANDRE)
  25. Mais écoute donc, ma chère Toinette, je vais te parler confidemment. (Acte 1, scène 9, CLITANDRE)
  26. Non, c'est mon justaucorps que je lui ai fait mettre en attendant ; comme j'ai pris ma Robe qui était dans ma valise, pour venir voir ces Dames en cérémonie, je n'ai affaire que du pourpoint dessous, et cela sert à deux fins ; car il me faut un laquais pour porter ma queue quand je fais des visites, et j'ai oublié d'amener le mien, parce que je n'ai qu'un cheval. (Acte 1, scène 11, DES BALIVEAUX)
  27. Il y aura Mardi quinze jours que mon frère mourut de la colique ; le Vendredi suivant on fit l'enterrement de ma mère, qui avait rendu l'âme la veille, et cinq jours après mon oncle le Chanoine trépassa par apoplexie : cela est bienheureux au moins. (Acte 1, scène 11, DES BALIVEAUX)
  28. Console-moi, ma chère Toinette : je suis le plus infortuné mortel qui soit sous la calotte du firmament. (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  29. Un Officier, des parents de la famille. (Acte 1, scène 12, TOINETTE)
  30. Madame a raison, Monsieur, vous êtes de vrais gâte-filles, tout tant que vous êtes, vous autres Officiers ; et quand vous en avez fréquenté quelqu'une, on a toutes les peines du monde à lui remettre un bon vernis sur la réputation. (Acte 1, scène 15, TOINETTE)
  31. Non, cela ne change rien, Mademoiselle Toinette, j'ai pris mon parti, et je ne veux point que ma fille épouse un homme d'épée. (Acte 1, scène 15, MADAME THOMAS)
  32. Vous voyez un nouvel Officier qui avait bien de l'impatience d'avoir l'honneur de posséder l'avantage de vous faire ses très humbles révérences. (Acte 1, scène 16, DES BALIVEAUX)
  33. Hé fi donc, Madame, ne parlez point de cela. (Acte 1, scène 16, DES BALIVEAUX)
  34. Voici Monsieur Rapineau le plus à propos du monde, c'est le mari que je destine à ma fille. (Acte 1, scène 17, MADAME THOMAS)
  35. La bonne figure ! (Acte 1, scène 19, TOINETTE)
  36. Un tantinet, Madame ; il est le fils de mon père et de ma mère. (Acte 1, scène 19, MATURIN)
  37. Fingi d'amar mi, v.2 (Acte 1, scène 19, CLITANDRE)
  38. Gens de Code et de Finance, v.20 (Acte 1, scène 20, MADEMOISELLE GODEFROI, FLAMANDE)
  39. Je crois, Dieu merci, qu'à la fin v.31 (Acte 1, scène 20, MATURIN)
  40. Prenez parti, jeunes fillettes, v.53 (Acte 1, scène 20, CLITANDRE)
  41. Mais qu'un sot changeant de figure, v.62 (Acte 1, scène 20, MONSIEUR TOUVENEL)

LA FOIRE DE BESONS (1694)

  1. Il y est depuis deux jours, sa fille est avec lui. (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  2. Toutes nos mesures sont prises pour cela : mais l'exécution m'en paraît un peu difficile. (Acte 1, scène 3, ÉRASTE)
  3. Il faut te parler confidemment : prends garde que quelque curieux ne vienne point nous écouter, l'Olive. (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  4. Franchement, Frosine, ma figure lui fait honneur, et depuis qu'on s'est avisé de porter des visages dans le monde, il n'y a guères que le mien qu'elle puisse se vanter d'avoir fait. (Acte 1, scène 4, MADAME ARGANTE)
  5. J'ai du goût pour Éraste, il m'aime, cela suffit, je suis à la veille de l'épouser. (Acte 1, scène 4, MADAME ARGANTE)
  6. Clitandre m'a engagée d'y venir avec un Abbé, une fille d'Opéra, et un Notaire. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  7. En sortant du bac, cinq ou six femmes à bonne fortune se sont emparées de Monsieur l'Abbé ; à cinquante pas plus loin, un gros d'ivrognes a accosté la fille d'Opéra, et Monsieur le Notaire est ici proche en affaire sérieuse. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  8. Fi, en croupe, Madame ? (Acte 1, scène 5, FROSINE)
  9. Tout Notaire qu'il est, il ne se fait pas une affaire de disputer le coeur d'une coquette à un Prince, et à un Financier même. (Acte 1, scène 6, FROSINE)
  10. Oh, pour cela oui, ses affaires finissent toujours avec éclat. (Acte 1, scène 6, FROSINE)
  11. Fi, aimer sa femme, cela est-il permis à un galant homme ? (Acte 1, scène 6, MONSIEUR GUILLEMIN)
  12. Nous nous retrouverons tous à la fin. (Acte 1, scène 7, CIDALISE)
  13. On ne les vole point, Madame, on les emprunte aux Abbés officieux, pour envelopper les baigneuses du bac, en attendant que leurs habits sèchent. (Acte 1, scène 8, LE CHEVALIER)
  14. Mais, qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 8, MADAME ARGANTE)
  15. Hé fi, Monsieur, vous faites comme le chien du Jardinier ; vous n'avez pas pris votre femme pour l'aimer, et vous ne voulez pas que d'autres l'aiment. (Acte 1, scène 10, FROSINE)
  16. On va vous envoyer la petite fille d'Opéra, afin que la partie soit quarrée. (Acte 1, scène 11, FROSINE)
  17. L'une veut le mener à Clichy, l'autre à Nanterre, celle-ci à Asnières celle-là à Colombes ; il y a la femme d'un Sous-fermier, qui est une connaisseuse confirmée, celle-là, qui veut à toute force qu'il aille souper à Argenteuil avec elle. (Acte 1, scène 12, L'OLIVE)
  18. Sont-ce des épouseurs que les Officiers, et les Officiers de Dragons encore ? (Acte 1, scène 13, L'OLIVE)
  19. C'est une forteresse qui renferme une fille fort jolie, un vieux financier qui est son père, et cent mille écus d'argent comptant. (Acte 1, scène 13, L'OLIVE)
  20. Mon maître est amoureux de la fille. (Acte 1, scène 13, L'OLIVE)
  21. Cela n'est pas difficile à croire. (Acte 1, scène 13, FROSINE)
  22. Et de mon côté, moi, j'ai une vieille rancune contre le Financier. (Acte 1, scène 13, L'OLIVE)
  23. Cela m'a donné un petit ridicule dans le monde ; et je suis engagé d'honneur à me venger du Financier, comme tu vois. (Acte 1, scène 13, L'OLIVE)
  24. As-tu fait confidence à Frosine... (Acte 1, scène 14, ÉRASTE)
  25. Je commençais à lui expliquer la chose, Monsieur ; mais elle fait déjà quelques petites difficultés. (Acte 1, scène 14, L'OLIVE)
  26. Non, Monsieur, ce n'est point l'intérêt qui la domine ; mais enfin il faut un motif aux personnes de mérite pour les faire agir. (Acte 1, scène 14, L'OLIVE)
  27. Et, fi donc, Monsieur, vous me faites rougir. (Acte 1, scène 14, FROSINE)
  28. Où est-elle enfin ? (Acte 1, scène 14, ÉRASTE)
  29. Ce ne sera pas bien difficile. (Acte 1, scène 15, FROSINE)
  30. Si je n'étais pas trop connu du Financier, je t'en aurais épargné la peine. (Acte 1, scène 15, L'OLIVE)
  31. Oh, vraiment oui, la connaissance est déjà faite ; et sans la vigilance du Financier, elle serait peut-être bien avancée. (Acte 1, scène 15, L'OLIVE)
  32. Comment nommes-tu ce Financier ? (Acte 1, scène 15, FROSINE)
  33. Cela se rencontre fort mal au contraire ; et je ne puis en conscience, moi, donner les mains au bernement d'un Financier de ma connaissance. (Acte 1, scène 15, FROSINE)
  34. Ah, ah, fort bien, la conscience de Frosine, qui a des égards pour un Financier ! (Acte 1, scène 15, L'OLIVE)
  35. Oh, oh, oh, tais-toi donc l'Olive ; si tu me piques d'honneur, tu me feras faire tout ce que tu voudras ; voilà qui est fini, tu n'as qu'à parler. (Acte 1, scène 15, FROSINE)
  36. Non, elle ne sait pas qu'il a cette maison-ci, seulement ; il se cache d'elle et de tout le monde, mon parrain : il est amoureux d'une personne qui venait quelquefois chez ma tante, et il voudrait bien qu'elle l'aimât, afin de l'épouser sans qu'on en sût rien. (Acte 1, scène 16, CHOUCHETTE)
  37. Vous l'avez deviné justement. Il a une grande fille qu'on appelle Mademoiselle Mariane, qui voudrait bien aussi se marier sans le dire à son père ! (Acte 1, scène 16, CHOUCHETTE)
  38. Et quoique je ne sois qu'une petite fille, elle trouve que j'ai de l'esprit. (Acte 1, scène 16, CHOUCHETTE)
  39. Hé là, là, ma bonne, ne faites point tant la fière, on vous gronde aussi souvent que moi ; et pour être plus grande, vous n'êtes pas plus exempte de la mauvaise humeur de mon parrain. (Acte 1, scène 17, CHOUCHETTE)
  40. Elle venait presque tous les jours chez ma tante, et elle m'apportait tant de confitures ; elle prenait toujours mon parti contre elle, quand elle me grondait. (Acte 1, scène 17, CHOUCHETTE)
  41. Comment, petite fille, vous avez l'indiscrétion... (Acte 1, scène 17, FROSINE)
  42. Hé, la, la, ma bonne, faites vos petites affaires, je m'en vais amuser mon parrain, afin qu'il ne vienne point vous surprendre. (Acte 1, scène 17, CHOUCHETTE)
  43. La petite filleule de Monsieur Griffard a de grands talents pour entrer dans le monde ! (Acte 1, scène 18, FROSINE)
  44. Est-ce que pour aimer un joli homme, il faut qu'une fille demande permission ? (Acte 1, scène 18, FROSINE)
  45. Afin de vous donner le temps de causer avec Frosine, je lui avais caché sa perruque ; mais il l'a retrouvée, il va venir, vous dis-je. (Acte 1, scène 20, CHOUCHETTE)
  46. Il fallait autrefois avoir de l'expérience pour bien conduire une affaire amoureuse ; aujourd'hui les filles naissent avec tant d'esprit, que la plus jeune est quelquefois la plus habile. Mais voici notre Monsieur Griffard : qu'il me paraît rêveur ! Il doit avoir fait cette nuit quelque mauvais songe. (Acte 1, scène 21, FROSINE)
  47. Ne parle point de cela Frosine, tout cela est fini, j'ai bien autre chose dans la tête : je suis véritablement amoureux, ma pauvre Frosine (Acte 1, scène 22, MONSIEUR GRIFFARD)
  48. Que les filles sont traîtresses, Monsieur ! (Acte 1, scène 22, FROSINE)
  49. Perfide, vous m'avez fait une trahison : mais vous vous en repentirez. (Acte 1, scène 23, CIDALISE)
  50. Non ne craignez rien, belle personne, ne craignez rien, je n'abuserai point de la confidence qu'elle m'a faite, ni de l'heureuse sympathie... (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GRIFFARD)
  51. Être de bonne humeur, danser, chanter, rire, et faire figure à une noce où je vous invite. (Acte 1, scène 23, CIDALISE)
  52. C'est le fils de ma nourrice qui épouse une petite fille du Village. (Acte 1, scène 23, CIDALISE)
  53. Ils font aujourd'hui leurs fiançailles ; ils vont venir danser ici, nous danserons avec eux, s'il vous plaît, et ce soir vous donnerez à souper à la compagnie. (Acte 1, scène 23, CIDALISE)
  54. Ma chère Frosine, dis, je te prie, qu'on fasse venir ma fille et ma filleule, il faut qu'elles soient de la noce. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GRIFFARD)
  55. Hé bien morgué, rendez-le donc, cet honneur, afin sue j'en soyons quittes, et que je commençions le prélude de la noce. (Acte 1, scène 24, L'OLIVE)
  56. Oui da, donnez, donnez, il suffit que ce soit le fils de la Nourrice de Madame. (Acte 1, scène 24, MONSIEUR GRIFFARD)
  57. Là, signez, petite fille. (Acte 1, scène 26, MONSIEUR GRIFFARD)
  58. Le Contrat de votre fille, et d'un perfide qui vous fourbe. (Acte 1, scène 27, MADAME ARGANTE)
  59. Le Contrat de ma fille ! (Acte 1, scène 27, MONSIEUR GRIFFARD)
  60. Je donnerai tout mon bien à ma filleule. (Acte 1, scène 27, MONSIEUR GRIFFARD)
  61. En attendant l'effet de vos menaces, profitons du temps présent nous autres ; et continuons de nous réjouir, puisqu nous avons réussi dans notre entreprise. (Acte 1, scène 27, L'OLIVE)
  62. Fille qui tombe à la renverse v.15 (Acte 1, scène 28, L'OLIVE)
  63. et une autre petite fille dansent une Gigue, v.20 (Acte 1, scène 28, L'OLIVE)
  64. Tes filets. v.36 (Acte 1, scène 28, LE MARINIER)
  65. Bien souvent la plus jeune fille v.41 (Acte 1, scène 28, L'OLIVE)
  66. Filles qui cherchez des maris, v.43 (Acte 1, scène 28, TOUS)
  67. Filles qui cherchez des maris, v.46 (Acte 1, scène 28, TOUS)
  68. Filles qui cherchez des maris, v.49 (Acte 1, scène 28, TOUS)
  69. Filles qui chez des maris, v.52 (Acte 1, scène 28, LE MARINIER)
  70. Filles qui cherchez des maris, v.55 (Acte 1, scène 28, LE MARINIER)
  71. Filles qui cherchez des maris, v.58 (Acte 1, scène 28, L'OLIVE)
  72. Filles qui cherchez des maris, v.61 (Acte 1, scène 28, L'OLIVE)
  73. Les filles sont sujettes. v.66 (Acte 1, scène 28, L'OLIVE)
  74. Et nos filles seront trop mûres, v.86 (Acte 1, scène 28, TOUS)

CÉPHALE ET PROCRIS (1711)

  1. Et je prévoyais bien quelle en serait la fin. v.18 (Acte 1, scène 1, MOMUS)
  2. Un Acteur bien souvent ne saurait pas suffire v.71 (Acte 1, scène 1, THALIE)
  3. Ou quelque autre raison bonne ou mauvaise enfin ; v.76 (Acte 1, scène 1, MOMUS)
  4. Dont l'aspect seul suffit pour le défendre, v.267 (Acte 2, scène 1, PHILACTE)
  5. D'entretien et de confiance, v.308 (Acte 2, scène 2, CALLITÉE)
  6. Mais fi donc, vous n'y songez pas : v.324 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  7. Une certaine défiance? v.358 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  8. Mais le Soleil écarte enfin la nue, v.382 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  9. Il suffisait d'en approcher. v.408 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  10. Moins surpris que mortifié, v.418 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  11. Et que j'allais bientôt être marbrifié. v.421 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  12. Je ne sais pas quelle figure v.422 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  13. Où nous nous plairions fort enfin, v.436 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  14. Nos femmes? car enfin quelquefois que sait-on ? v.456 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  15. Que de plaire par artifice : v.492 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  16. Enfin, c'est l'Aurore elle-même, v.522 (Acte 2, scène 2, CALLITÉE)
  17. Je le crois : mais enfin, vous savez quelle loi v.547 (Acte 2, scène 2, CALLITÉE)
  18. Fi donc. v.554 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  19. Céphale aime, dit-on, la fille d'Érecthée. v.571 (Acte 2, scène 2, CALLITÉE)
  20. Procris ? Fi, donc. v.572 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  21. Leur tendresse a fini son cours ; v.575 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  22. Le mois n'est pas fini qu'on a plus rien dans l'âme : v.578 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  23. Et vous en profitez de votre mieux. v.595 (Acte 2, scène 2, PHILACTE)
  24. Veulent-ils donc me rendre infidèle, parjure ? v.614 (Acte 2, scène 3, CÉPHALE)
  25. Fi, le vilain, il est amoureux de sa femme. v.631 (Acte 2, scène 3, PHILACTE)
  26. Pour profiter de mon éloignement, v.636 (Acte 2, scène 3, CÉPHALE)
  27. Savez-vous bien, Monsieur l'époux fidèle, v.695 (Acte 2, scène 4, PHILACTE)
  28. Les oublier ! Oh, je vous en défie, v.711 (Acte 2, scène 4, PHILACTE)
  29. Sans crainte, sans difficulté, v.717 (Acte 2, scène 4, PHILACTE)
  30. Et sans trop déranger cette fidélité v.719 (Acte 2, scène 4, PHILACTE)
  31. Vous fit parcourir tant de fois ; v.770 (Acte 2, scène 5, L'AURORE)
  32. Mes regards ; tout enfin vous laisse-t-il douter v.779 (Acte 2, scène 5, L'AURORE)
  33. Dont je tremble de voir la fin. v.814 (Acte 2, scène 5, CÉPHALE)
  34. Aimez, Céphale, aimez, mais avec confiance ; v.819 (Acte 2, scène 5, L'AURORE)
  35. On me préfère la fille d'Érecthée ? v.860 (Acte 2, scène 6, L'AURORE)
  36. Qui d'abord n'était pas moins difficile à faire. v.885 (Acte 2, scène 6, CALLITÉE)
  37. Mais il faut malgré moi prendre cette figure, v.900 (Acte 2, scène 7, MERCURE)
  38. Et cela lui fit un honneur v.997 (Acte 2, scène 7, L'AURORE)
  39. À qui sans doute il sied d'être fière, v.1006 (Acte 2, scène 7, L'AURORE)
  40. Je ne vois pas que sa fierté v.1014 (Acte 2, scène 7, L'AURORE)
  41. Par soi-même il est bon de le justifier. v.1071 (Acte 2, scène 7, CALLITÉE)
  42. Mais enfin s'il s'impatiente ? v.1072 (Acte 2, scène 7, MERCURE)
  43. Je reste : mais enfin si l'on trouvait moyen v.1074 (Acte 2, scène 7, MERCURE)
  44. Toi qui penses si finement. v.1083 (Acte 2, scène 7, L'AURORE)
  45. Crois-tu donc que toujours à Procris trop fidèle, v.1126 (Acte 3, scène 1, CÉPHALE)
  46. J'y fasse moins bonne figure, v.1140 (Acte 3, scène 1, PHILACTE)
  47. Que servent les talents à moins qu'on en profite ? v.1168 (Acte 3, scène 1, PHILACTE)
  48. Perfide époux, insensible à ses larmes? v.1214 (Acte 3, scène 1, CÉPHALE)
  49. Vous voilà fâché vous-même : mais enfin, v.1292 (Acte 3, scène 2, PHILACTE)
  50. Vous seriez criminel de n'être pas fidèle. v.1313 (Acte 3, scène 3, L'AURORE)
  51. Du sacrifice que lui fait v.1345 (Acte 3, scène 3, L'AURORE)
  52. Au moment que toujours fidèle v.1354 (Acte 3, scène 3, L'AURORE)
  53. Et si cette fidélité v.1361 (Acte 3, scène 3, L'AURORE)
  54. Son coeur pour vous fidèle, à tout autre inflexible, v.1367 (Acte 3, scène 3, L'AURORE)
  55. Je vous parle ici confidemment. v.1370 (Acte 3, scène 3, L'AURORE)
  56. À Procris vous n'osez, Céphale, être infidèle, v.1374 (Acte 3, scène 3, L'AURORE)
  57. À vous mettre pour elle en quelque défiance ? v.1383 (Acte 3, scène 3, L'AURORE)
  58. Vous donner une autre figure ; v.1392 (Acte 3, scène 3, L'AURORE)
  59. Et mettre à profit ses talents ! v.1440 (Acte 3, scène 4, PHILACTE)
  60. De quel front la trahir en la trouvant fidèle ? v.1466 (Acte 3, scène 4, CÉPHALE)
  61. Je vais employer l'artifice v.1477 (Acte 3, scène 5, CÉPHALE)
  62. Pour faire à la Déesse un plus grand sacrifice. v.1480 (Acte 3, scène 5, C?PHALE)
  63. La taille fine et le visage aimable, v.1516 (Acte 3, scène 5, CÉPHALE)
  64. Et pour le retrouver ai-je fait afficher ? v.1559 (Acte 3, scène 7, DIONE)
  65. Mais finissons ces vains discours. v.1578 (Acte 3, scène 7, PROCRIS)
  66. Qu'il ne se laisse enfin conduire v.1590 (Acte 3, scène 7, DIONE)
  67. Et ce Palais paraît superbe et magnifique. v.1597 (Acte 3, scène 7, PROCRIS)
  68. C'est une marque spécifique v.1599 (Acte 3, scène 7, DIONE)
  69. De nous conduire ici : j'y viens en confiance v.1607 (Acte 3, scène 7, DIONE)
  70. Des tendres soins d'une épouse fidèle. v.1663 (Acte 3, scène 8, CÉPHALE)
  71. Mais enfin, d'un perfide époux v.1668 (Acte 3, scène 8, PROCRIS)
  72. Que trop d'amour pour un perfide v.1680 (Acte 3, scène 8, PROCRIS)
  73. De grâce punissez, Seigneur, sa perfidie. v.1690 (Acte 3, scène 8, PROCRIS)
  74. Cette infidélité l'expose, v.1692 (Acte 3, scène 8, CÉPHALE)
  75. Approuve l'infidélité : v.1702 (Acte 3, scène 8, PROCRIS)
  76. Une fierté qui plaît au moment qu'elle étonne ? v.1759 (Acte 3, scène 10, DIONE)
  77. J'ignorais qu'il fût infidèle. v.1768 (Acte 3, scène 10, PROCRIS)
  78. Enfin j'approuvais fort le peu de résistance v.1800 (Acte 3, scène 10, DIONE)
  79. Céphale est un perfide, un ingrat, un volage ; v.1809 (Acte 3, scène 10, DIONE)
  80. Pour moi si je courais après un infidèle, v.1816 (Acte 3, scène 10, DIONE)
  81. Et je ferais courir l'infidèle à son tour. v.1822 (Acte 3, scène 10, DIONE)
  82. Oh, par ma foi je l'en défie. v.1882 (Acte 3, scène 12, DIONE)
  83. Fi donc. v.1899 (Acte 3, scène 12, DIONE)
  84. Je n'ai point à Philacte encire fait confidence v.1940 (Acte 3, scène 12, DIONE)
  85. On vous peut sans péril confier un secret : v.1951 (Acte 3, scène 12, DIONE)
  86. L'incertitude finira, v.1966 (Acte 3, scène 12, PHILACTE)
  87. Profitons du séjour qu'ici vous allez faire, v.1970 (Acte 3, scène 12, PHILACTE)
  88. À qui fit naître en moi la curiosité ; v.1977 (Acte 3, scène 13, PHILACTE)
  89. Et vont avec magnificence v.1982 (Acte 3, scène 13, PHILACTE)
  90. La plus fidèle v.1992 (Acte 3, scène 14, UNE NYMPHE)
  91. Ne tarde pas à finir. v.1993 (Acte 3, scène 14, UNE NYMPHE)
  92. Un perfide époux vous change, v.2010 (Acte 3, scène 14, UNE AUTRE NYMPHE)
  93. N'ajoutât pas beaucoup encore à leur fierté ? v.2037 (Acte 4, scène 1, CALLITÉE)
  94. Mais enfin de cette aventure v.2056 (Acte 4, scène 1, CALLITÉE)
  95. Il est vrai : mais enfin, ma chère Callitée, v.2069 (Acte 4, scène 1, L'AURORE)
  96. Vous verrez à la fin que Procris aura tort. v.2089 (Acte 4, scène 1, CALLITÉE)
  97. Hé fi, c'est une tracassière, v.2090 (Acte 4, scène 1, CALLIT?E)
  98. Son époux tend un piège à sa fidélité : v.2097 (Acte 4, scène 1, CALLIT?E)
  99. Feront succomber sa fierté. v.2100 (Acte 4, scène 1, CALLIT?E)
  100. Mais enfin, quel succès est-ce qu'elle a produit ? v.2151 (Acte 4, scène 2, L'AURORE)
  101. Que de leur puissance elle s'est défiée, v.2157 (Acte 4, scène 2, MERCURE)
  102. Qu'enfin elle est autorisée v.2162 (Acte 4, scène 2, MERCURE)
  103. Et qu'enfin pour sauver votre honneur combattu, v.2186 (Acte 4, scène 2, MERCURE)
  104. Enfin voyant les trois Déesses v.2189 (Acte 4, scène 2, MERCURE)
  105. Malgré le temps qui court, prêté quelque finance, v.2204 (Acte 4, scène 2, MERCURE)
  106. À des confidents ordinaires v.2207 (Acte 4, scène 2, MERCURE)
  107. Enfin ce qui d'abord chez la Troupe immortelle, v.2222 (Acte 4, scène 2, MERCURE)
  108. Adieu. Comme nourrice, avec la confidente, v.2346 (Acte 4, scène 6, MERCURE)
  109. D'abattre une fierté déjà bien chancelante. v.2348 (Acte 4, scène 6, MERCURE)
  110. Tous les jours le perfide allait dès le matin v.2389 (Acte 4, scène 8, MERCURE)
  111. D'être fidèle à qui nous abandonne ? v.2410 (Acte 4, scène 8, DIONE)
  112. On n'en est pas mieux, car enfin, v.2411 (Acte 4, scène 8, MERCURE)
  113. Par l'infidèle v.2463 (Acte 4, scène 9, DIONE)
  114. Et quand on aime infiniment v.2502 (Acte 4, scène 10, CÉPHALE)
  115. À mes intérêts si fidèle, v.2528 (Acte 4, scène 10, PROCRIS)
  116. Que ma fidélité fasse un jour son supplice. v.2540 (Acte 4, scène 10, PROCRIS)
  117. Instruit de sa perfidie, v.2546 (Acte 4, scène 10, CÉPHALE)
  118. Cet infidèle époux, cet Amant de l'Aurore. v.2583 (Acte 4, scène 10, CÉPHALE)
  119. Mais pour nous rendre heureux la grandeur suffit-elle ? v.2602 (Acte 4, scène 10, PROCRIS)
  120. Et mon perfide époux, Seigneur, v.2612 (Acte 4, scène 10, PROCRIS)
  121. Troubleraient-ils son infidèle coeur ?, v.2615 (Acte 4, scène 10, PROCRIS)
  122. Ne suffirait-il pas qu'ils fussent écoutés ? v.2624 (Acte 4, scène 10, PROCRIS)
  123. Que vous le devez moins à l'infidélité v.2631 (Acte 4, scène 10, PROCRIS)
  124. Céphale balançait à vous être infidèle, v.2634 (Acte 4, scène 10, CÉPHALE)
  125. Et s'il n'eût point connu votre perfide coeur, v.2635 (Acte 4, scène 10, C?PHALE)
  126. Connaître à fond le coeur d'une infidèle. v.2655 (Acte 4, scène 11, L'AURORE)

LES FÉES. (1699)

  1. Y fis briller mille agréments ? v.8 (Acte 1, scène 1, LA FÉE)
  2. Dont l'agrément ou la magnificence, v.25 (Acte 1, scène 1, LA F?E)
  3. Profitons des moments que la gloire leur laisse, v.40 (Acte 1, scène 1, LA F?E)
  4. Vous, mes soeurs, filles fortunées, v.44 (Acte 1, scène 1, LA F?E)
  5. Non, ma soeur, vous n'avez point de bonnes raisons pour justifier l'irrégularité de votre procédé ; et parmi les Fées comme nous, les règles de la politesse et de la bienséance devraient un peu mieux s'observer. (Acte 2, scène 1, MELISENDE)
  6. Fi donc, Madame, vous vous moquez, je pense, cela serait beau, vraiment, que deux Fées se décoiffassent. (Acte 2, scène 2, DARINEL)
  7. Lorsque par l'indiscrète curiosité d'Astur, que l'hymen de la Fée de la Raison, notre soeur fit Souverain de ces contrées, de simple pâtre qu'il était auparavant ; lors, dis-je, que le destin eut forcé cette malheureuse Fée de disparaître aux yeux des hommes, et d'abandonner sa famille... (Acte 2, scène 2, MELISENDE)
  8. Nous nous chargeâmes, comme tu sais, ma soeur et moi, d'élever les deux filles qui avaient été le seul fruit de son mariage. (Acte 2, scène 2, MELISENDE)
  9. C'est cette petite pendarde de Finette, je gage ? (Acte 2, scène 2, DARINEL)
  10. J'aurais tort, ma soeur, assurément, et je passerais condamnation pour Finette, si vous n'aviez pas la première trouvé l'art de mettre auprès de Cléonide la plus grande ennemie que je puisse avoir. (Acte 2, scène 2, BLANDONIE)
  11. Si le destin permettait à l'une de nous de détruire ce que fait l'autre, Finette ne demeurerait pas un moment avec Inégilde. (Acte 2, scène 2, MELISENDE)
  12. Sacrifiez-vous mutuellement ces deux malheureuses, c'est assez la manière des Grands. (Acte 2, scène 2, DARINEL)
  13. Finette ne sortira pas, sur ma parole. (Acte 2, scène 2, BLANDONIE)
  14. Je suis fort redevable à votre heureux naturel, charmante Finette : mais je serais bien plus content si quelque sentiment particulier vous faisait prendre part à ce qui me regarde. (Acte 2, scène 4, DARINEL)
  15. Oui, de tout mon coeur, belle Finette. (Acte 2, scène 4, DARINEL)
  16. On te permet l'espoir, et on te dispense du respect ; si tu n'es pas content, il faut que tu sois bien difficile. (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  17. Un désespoir de huit ou dix ans, cela est bien long, adorable Finette. (Acte 2, scène 4, DARINEL)
  18. Engager le Prince son père, que tu persuades quelquefois mieux qu'un autre en le divertissant, à la marier au plutôt, afin qu'elle ne dépende plus de cette Fée qui la gouverne, qui sous prétexte d'amitié, la rend la plus malheureuse personne du monde. (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  19. Avec qui vous entreteniez-vous là, Finette ? (Acte 2, scène 5, INEGILDE)
  20. Hé, quel service peut-on me rendre, Finette, dans le triste état où je me vois ? (Acte 2, scène 5, INEGILDE)
  21. Je l'espère comme toi, Finette, et si tu savais... (Acte 2, scène 5, INEGILDE)
  22. Les moments que je donne au sommeil ne sont pas les plus tristes de ma vie, chère Finette. (Acte 2, scène 5, INEGILDE)
  23. Paix, Finette, il ne faut pas parler de cela ; si la Fée le savait, on m'empêcherait de dormir, peut-être. (Acte 2, scène 5, INEGILDE)
  24. Je vais t'ouvrir mon coeur, Finette, n'abuse pas de ma confiance, et regarde comme une faiblesse pardonnable l'attention que je donne à des chimères, pour qui je n'en aurais peut-être pas, si j'avais plus d'usage du monde et de liberté. (Acte 2, scène 5, INEGILDE)
  25. Mes oreilles ont été frappées de l'harmonie la plus douce ; le Palais de mon père m'a paru brillant d'une lumière aussi vive que celle du Soleil ; mille nations différentes disputaient entre elles l'avantage d'y arriver les premières : un jeune Prince, suivi d'une superbe Cour que formait la jeunesse la plus magnifique et la plus enjouée, s'avançait avec empressement du côté de la Princesse ma soeur : elle l'attendait pour le recevoir, mais d'un air sérieux et rebutant, tel que notre fâcheuse Fée voudrait m'obliger à l'avoir. (Acte 2, scène 5, INEGILDE)
  26. Il finissait à peine, j'ai vu ce Prince à mes genoux ; la cruelle Fée s'efforçait de m'éloigner, et je demeurais malgré elle, parce que l'enfant me retenait avec une force surnaturelle, et que je l'aidais moi-même à me retenir. (Acte 2, scène 5, INEGILDE)
  27. Enfin, Finette, il m'a semblé que ce jeune Prince me demandait en mariage à mon père. (Acte 2, scène 5, INEGILDE)
  28. Oui, Finette, et la Fée notre mère nous avait été rendue pour en ordonner la cérémonie. (Acte 2, scène 5, INEGILDE)
  29. Hélas oui, ma chère Finette : mais la Fée était contre nous dans une colère épouvantable ; sa fureur, ses menaces, le bruit qu'elle faisait m'ont éveillée, et mon bonheur s'est évanoui. (Acte 2, scène 5, INEGILDE)
  30. Madame, vous nous exposez tous les jours aux ressentiments de la Fée, et vous savez bien l'ordre que nous avons de ne vous point souffrir de conversation particulière avec Finette. (Acte 2, scène 6, LAMBETHIE)
  31. On a beau, pour les varier en cent manières, les faire succéder les uns aux autres, cette apparence de diversité ne suffit pas pour remplir l'inclination naturelle que nous avons au changement : il faut un contraste plus sensible pour former le vrai bonheur de la vie ; et les chagrins, les périls, les malheurs même sont nécessaires, pour mieux faire goûter l'avantage de les avoir évités. (Acte 2, scène 8, CLEONIDE)
  32. Que chacun se retire, et qu'aucun n'entre ici : mes Filles, demeurez, et vous Finette, aussi. (Acte 2, scène 9, ASTUR)
  33. Finette parle de fort bon sens. (Acte 2, scène 9, ASTUR)
  34. Oh çà, mes filles, je vous ai voulu parler à toutes deux ensemble, parce que j'ai le même compliment à vous faire à toutes deux, et que toutes deux apparemment vous le recevrez de la même manière. (Acte 2, scène 9, ASTUR)
  35. On vous demande en mariage, mes filles. (Acte 2, scène 9, ASTUR)
  36. Tu ne t'ennuieras pas avec lui, c'est un Prince qui vit presque aussi heureusement qu'un homme d'affaires ; l'Amour est son premier Ministre, et c'est la Fortune qui a la Surintendance de ses Finances. (Acte 2, scène 9, ASTUR)
  37. Enfin, mes filles, nous les verrons, et vous en jugerez par vous-mêmes. (Acte 2, scène 9, ASTUR)
  38. Si le choix de la Fée se trouve contraire à mes désirs, votre volonté suffira pour me déterminer à les vaincre, et je sacrifierai le bonheur de ma vie, à celui de vous marquer une parfaite soumission. (Acte 2, scène 9, CLEONIDE)
  39. Tant que j'ai vécu Berger, je me suis fort accoutumé à des manières simples et à des discours naturels, que le langage de ma Cour ne m'est presque point intelligible : l'entends-tu mieux que moi, dis Finette ? (Acte 2, scène 9, ASTUR)
  40. Où allez-vous, ma fille ? (Acte 2, scène 10, ASTUR)
  41. Par ma foi, voilà une jolie manière de demander les filles en mariage, et je voudrais que quelqu'un s'avisât d'en faire autant pour moi. (Acte 2, scène 1, FINETTE)
  42. Finette, c'est lui que j'ai vu cette nuit en songe. (Acte 2, scène 1, INEGILDE)
  43. Je m'intéresse à la rendre heureuse autant qu'il m'est permis de le faire : et voilà Finette... (Acte 2, scène 1, BLANDONIE)
  44. Vos surveillantes sont en défaut, la Cour est en joie : profitons de l'occasion, venez. (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  45. Non, demeurons, Finette. (Acte 2, scène 2, INEGILDE)
  46. Que tu es extravagante, Finette, avec tes idées ! (Acte 2, scène 2, INEGILDE)
  47. Mais, à quoi bon, Finette... (Acte 2, scène 3, INEGILDE)
  48. Laissez-moi faire, Madame : je suis, grâce au Ciel, assez bon Courtisan ; Je l'aborderai par manière de devoir, j'entrerai par manière d'acquit dans sa confidence : et comme ce n'est que par curiosité que vous vous y intéressez, je vous en informerai seulement par manière de conversation. (Acte 2, scène 3, DARINEL)
  49. Adieu, Finette : au moins... (Acte 2, scène 3, DARINEL)
  50. La Fée serait bien en colère, Finette. (Acte 2, scène 4, INEGILDE)
  51. Arrêtez, Finette, arrêtez. (Acte 2, scène 5, MELISENDE)
  52. Finette, Finette, tous nos projets sont renversés, et mes malheurs ne finiront qu'avec ma vie. (Acte 2, scène 7, INEGILDE)
  53. Que voilà bien une physionomie qui marque que je m'en vais devenir votre confident. (Acte 2, scène 9, DARINEL)
  54. Cela ne sera pas impossible ; et voici justement Finette, qui est sa favorite, et qui n'aura pas de répugnance à vous rendre ce bon office. (Acte 2, scène 9, DARINEL)
  55. Aimable Finette, si par ton moyen je pouvais m'entretenir un seul moment avec Inégilde... (Acte 2, scène 10, ZIRPHILIN)
  56. Charmante Finette, rien ne saurait jamais payer le service que tu me peux rendre, je le sais : mais porte ce bracelet, je te prie, pour gage seulement de ma reconnaissance. (Acte 2, scène 10, ZIRPHILIN)
  57. Cela ne sera pas bien difficile ; la Fée n'y est pas, Inégilde m'a fait signe de venir ici, elle ne tardera pas à s'y rendre. (Acte 2, scène 10, FINETTE)
  58. Ma chère Finette, je suis perdue ; cet époux dont on me menace vient d'arriver, la Fée l'est allée recevoir : que deviendrai-je ? (Acte 2, scène 11, INEGILDE)
  59. Ah, Finette, à quoi songes-tu ? (Acte 2, scène 11, INEGILDE)
  60. Cette Reine mourut, et laissa deux filles pour qui le Roi choisit des maris qu'elles n'aimaient pas. (Acte 2, scène 11, FINETTE)
  61. Qu'elles étaient à plaindre, Finette ! (Acte 2, scène 11, INEGILDE)
  62. L'occasion s'offrit, les amants parlèrent : l'aînée reçut le sien avec fierté, lui défendit de lui parler jamais de son amour il se le tint pour dit, il se rebuta, et la pauvre Princesse fut obligée de prendre, en enrageant, ce mari qu'elle n'aimait point. (Acte 2, scène 11, FINETTE)
  63. On n'aimait guère dans ce temps-là, Finette, de se rebuter si facilement. (Acte 2, scène 11, INEGILDE)
  64. On aimait dans ce temps-là comme on n'aime à cette heure ; une beauté fière est souvent la dupe de l'aventure. (Acte 2, scène 11, FINETTE)
  65. Ah que cette histoire est jolie, Finette, et que je suis ravie de la savoir ! (Acte 2, scène 11, INEGILDE)
  66. Elle est fort instructive, faites-en votre profit. (Acte 2, scène 11, FINETTE)
  67. Ah ma chère Finette, je tremble ! (Acte 2, scène 11, INEGILDE)
  68. Vous êtes la cadette, Madame, ne vous avisez pas de faire comme fit cette aînée. (Acte 2, scène 12, FINETTE)
  69. Allons, Madame, la situation où vous êtes veut une prompte résolution ; il n'y a point à hésiter, il faut finir le songe. (Acte 2, scène 12, FINETTE)
  70. Et vous, Finette, je vous vois encore avec elle dans le moment que je viens de vous défendre... (Acte 2, scène 13, MELISENDE)
  71. Je ne sais pas si ma fille s'en accommodera : mais pour moi je ne veux point d'un gendre comme celui-là, je vous en avertis. (Acte 2, scène 14, ASTUR)
  72. Vraiment, Seigneur, il vous sied bien de vous rendre si difficile, vous qui n'étiez qu'un simple berger lorsque ma soeur eut la faiblesse... (Acte 2, scène 14, MELISENDE)
  73. Écoutez, si la Fée le veut absolument ; mais ma fille, qui a plus de résolutions que moi, s'y opposera peut-être davantage : convenez de vos faits, voyez. (Acte 4, scène 1, ASTUR)
  74. Ce discours est plus clair que celui de tantôt, Finette. (Acte 4, scène 1, ASTUR)
  75. Vous sortez avec bien de la confiance, du respect et de l'obéissance que vous me devez. (Acte 4, scène 1, MELISENDE)
  76. Voilà une fille égarée ; et quelque Fée qui en fait qui en fait plus que vous, se mêle apparemment de nos affaires ? (Acte 4, scène 3, ASTUR)
  77. Justifiez-vous, Prince, et hâtez-vous de la rassurer contre ses soupçons. (Acte 4, scène 5, ASTUR)
  78. Mais écoutez donc, Prince, il y a des circonstances... où il serait à propos de réfléchir sur la manière... par exemple... dans la primeur de ma Souveraineté... ce n'est pas par rapport pour certain que jadis... c'est pour vous dire ; et voilà Darinel qui vous dira par merveilles... Oh parbleu, mettez-vous à ma place, vous trouverez que des Filles et des Fées sont des animaux fort embarrassants. (Acte 4, scène 5, ASTUR)
  79. Je finirai votre embarras, Seigneur, et je vais tâcher de vous rendre une tranquillité parfaite, si elle peut dépendre de moi. (Acte 4, scène 5, ZIRPHILIN)
  80. Un enlèvement de plus ou de moins ne fait jamais tort à une fille. (Acte 4, scène 6, ASTUR)
  81. Fi donc, nous n'avons point de ces faiblesses-là dans notre famille ; je n'ai presque pas regretté ma femme, moi. (Acte 4, scène 7, ASTUR)
  82. Vous n'êtes pas sensible, Seigneur ; et vous ne paraissez pas aussi fort chagrin de la perte de votre fille. (Acte 4, scène 7, BLANDONIE)
  83. Ma fille est perdue, elle n'est pas seule, on nous la ramènera quelqu'un de ces jours ; tout ce que je puis, c'est de la faire chercher moi-même dans toute l'étendue de mes États. (Acte 4, scène 7, ASTUR)
  84. Ma soeur m'enlève mon Amant, serait-ce une perfidie de me saisir du sien ? (Acte 4, scène 10, CLEONIDE)
  85. Tout est perdu, sauvons-nous, ma fille : voilà la Fée votre mère qui revient. (Acte 4, scène 12, ASTUR)
  86. Il ne m'est permis d'y demeurer que pour donner moi-même à mes filles les époux que le Ciel a choisis pour elles. (Acte 4, scène 14, LOGISTILLE)
  87. Non, ma fille, c'est pour vous conserver à lui que je vous ai tantôt fait disparaître. (Acte 4, scène 14, LOGISTILLE)
  88. Et de Finette et de moi, qu'en faites-vous, Madame ? (Acte 4, scène 14, DARINEL)
  89. Oh oui, puisque j'ai tant de belles qualités, je souscris à tout, voilà qui est fini : mais à condition que je ne verrai plus de tracasserie, et que les Fées seront mieux d'accord. (Acte 4, scène 14, ASTUR)
  90. Allons, que nos sujets et nos amis viennent en foule honorer les noces, et hâtons-en la cérémonie, afin que feue ma femme s'en retourne : car elle a des affaires en l'autre monde. (Acte 4, scène 14, ASTUR)
  91. Craignez leurs trompeurs artifices, v.223 (Acte 4, scène 15, UNE HABITANTE DE L'ÎLE)
  92. Ma se da vento infido v.237 (Acte 4, scène 15, UN SUIVANT DE L'ÎLE)

LA MÉTEMPSYCOSE (1718)

  1. Non, tant mieux, pour fixer la troupe passagère, v.79 (Acte 1, scène 2, MERCURE)
  2. Et nous y figurions tous deux. v.128 (Acte 1, scène 3, L'AMOUR)
  3. Belle difficulté ! Thalie. v.135 (Acte 1, scène 3, BACCHUS)
  4. Mais enfin, sous quelle figure v.169 (Acte 1, scène 3, THALIE)
  5. Quelque danse, et puis finissons. v.189 (Acte 1, scène 3, BACCHUS)
  6. A gagné jusqu'au Firmament. v.251 (Acte 2, scène 1, MERCURE)
  7. Les fixes osent proposer v.254 (Acte 2, scène 1, MERCURE)
  8. Mais ici je te puis parler en confidence, v.271 (Acte 2, scène 1, JUPITER)
  9. Mais honteux de telle figure, v.296 (Acte 2, scène 1, JUPITER)
  10. Vous filez le parfait amour v.337 (Acte 2, scène 1, MERCURE)
  11. Ayant fixé votre séjour, v.340 (Acte 2, scène 1, MERCURE)
  12. Mais enfin sûr d'être aimé d'elle, v.346 (Acte 2, scène 1, MERCURE)
  13. C'est peu d'en être aimé, je la voudrais fidèle ; v.349 (Acte 2, scène 1, JUPITER)
  14. Sommes seuls de la confidence, v.369 (Acte 2, scène 2, FAUNUS)
  15. Pour une fille simple, élevée au village, v.396 (Acte 2, scène 3, FAUNUS)
  16. Afin de mieux cacher mon jeu. v.405 (Acte 2, scène 3, JUPITER)
  17. Et que votre fierté s'obstine à maltraiter ? v.419 (Acte 2, scène 4, JUPITER)
  18. Changent le courroux des plus fières, v.443 (Acte 2, scène 4, JUPITER)
  19. L'amant à qui les Dieux ont soumis ma fierté, v.500 (Acte 2, scène 5, CORINE)
  20. Votre fierté déjà l'écarte de ces lieux, v.516 (Acte 2, scène 6, JUNON)
  21. Qu'heureusement enfin je retrouve ma tante : v.544 (Acte 2, scène 6, CORINE)
  22. De nous aimer fidèlement. v.567 (Acte 2, scène 6, CORINE)
  23. Enfin sous ce déguisement v.575 (Acte 2, scène 7, JUNON)
  24. Et ton perfide époux n'a point touché son coeur. v.579 (Acte 2, scène 7, JUNON)
  25. Profitons-en, l'occasion est belle. v.586 (Acte 2, scène 7, JUNON)
  26. J'ai pris l'habillement, la figure et la mine, v.596 (Acte 2, scène 8, JUNON)
  27. Afin de m'introduire ici ; v.597 (Acte 2, scène 8, JUNON)
  28. La sagesse chez vous devrait finir son cours. v.651 (Acte 2, scène 9, L'AMOUR)
  29. D'un excès de fierté je me lasse à la fin, v.653 (Acte 2, scène 9, L'AMOUR)
  30. Dédain, soit. Mais qu'enfin mon projet réussisse ; v.663 (Acte 2, scène 9, JUNON)
  31. Ce serait vous servir d'office. v.667 (Acte 2, scène 9, L'AMOUR)
  32. Et l'exemple le justifie. v.685 (Acte 2, scène 9, L'AMOUR)
  33. Mais, Messieurs les donneurs, parbleu je vous défie, v.686 (Acte 2, scène 9, L'AMOUR)
  34. Mais afin d'adoucir un peu v.729 (Acte 2, scène 10, JUNON)
  35. On fit effort pour la distraire v.736 (Acte 2, scène 10, JUNON)
  36. On l'a confié à ma garde. v.741 (Acte 2, scène 10, FAUNUS)
  37. Pour nous tromper tous deux, il faut être bien fin. v.748 (Acte 2, scène 10, JUNON)
  38. J'ai revu mon Berger, Philène, il m'est fidèle ? v.768 (Acte 2, scène 13, CORINE)
  39. Qui n'est ouvert qu'aux coeurs fidèles. v.780 (Acte 2, scène 13, PHILÈNE)
  40. Sur l'amour, la fidélité, v.807 (Acte 2, scène 13, FAUNUS)
  41. D'une tendre et fidèle ardeur, v.816 (Acte 3, scène 1, CORINE)
  42. À mon Argus j'ai fait la confidence ; v.817 (Acte 3, scène 1, CORINE)
  43. Orpheline et petite fille, v.860 (Acte 3, scène 2, MÉROPE)
  44. Ni trop facile, ni trop fière. v.874 (Acte 3, scène 2, M?ROPE)
  45. Enfin, pour s'assurer un coeur, v.882 (Acte 3, scène 2, M?ROPE)
  46. Faite à propos, suffit pour l'abuser. v.889 (Acte 3, scène 2, M?ROPE)
  47. Il faut que son amour finisse, v.908 (Acte 3, scène 2, MÉROPE)
  48. Jusqu'à la fin j'aurai même conduite. v.942 (Acte 3, scène 2, CORINE)
  49. Il en fit en six mois un Seigneur d'importance, v.989 (Acte 3, scène 4, FAUNUS)
  50. Oh ! Mon Maître par-là fit bien voir son crédit. v.997 (Acte 3, scène 4, FAUNUS)
  51. Un Procureur Fiscal, un Commis de Greffier. v.1003 (Acte 3, scène 4, MÉROPE)
  52. Qui d'un de nous vient d'épouser la fille. v.1005 (Acte 3, scène 4, MÉROPE)
  53. Et faisons le bonheur d'un coeur fidèle et tendre ; v.1026 (Acte 3, scène 5, BACCHUS)
  54. Ou par choix, ou par confiance, v.1051 (Acte 3, scène 6, BACCHUS)
  55. De m'en faire la confidence. v.1052 (Acte 3, scène 6, BACCHUS)
  56. Peut-être elle fera quelque difficulté. v.1100 (Acte 3, scène 6, FAUNUS)
  57. Des présents de sa part ! Suis-je fille à les prendre ? v.1148 (Acte 3, scène 7, CORINE)
  58. Le diamant ne peut être que magnifique ; v.1175 (Acte 3, scène 7, FAUNUS)
  59. Ôtez la bague et finissez. v.1212 (Acte 3, scène 7, FAUNUS)
  60. Enfin mes voeux sont exaucés. v.1214 (Acte 3, scène 7, CORINE)
  61. Par le secours de la fidélité. v.1254 (Acte 3, scène 9, CORINE)
  62. Corine vous le sacrifie. v.1304 (Acte 3, scène 10, CORINE)
  63. Du plaisir de pouvoir le lui sacrifier, v.1359 (Acte 3, scène 11, CORINE)
  64. Gardez-vous de les suivre, un coeur pur et fidèle v.1370 (Acte 3, scène 11, PHILÈNE)
  65. Qu'il sera fidèle, et qu'il m'aime. v.1393 (Acte 3, scène 11, CORINE)
  66. De tout ceci quelle sera la fin. v.1401 (Acte 3, scène 11, MÉROPE)
  67. Ne nous suffit-il pas qu'il ne puisse me voir ? v.1409 (Acte 3, scène 12, PHILÈNE)
  68. Ah ! Vous vous lassez donc enfin d'être invisible ? v.1412 (Acte 3, scène 13, FAUNUS)
  69. Oui ; mais enfin, c'est un dérangement v.1476 (Acte 4, scène 1, FAUNUS)
  70. Aimer à la fin du repas, v.1521 (Acte 4, scène 2, UN SUIVANT DE BACCHUS)
  71. Afin de ne s'ennuyer pas, v.1522 (Acte 4, scène 2, UN SUIVANT DE BACCHUS)
  72. Au bout du comte enfin? Bonsoir et grand merci. v.1547 (Acte 4, scène 2, FAUNUS)
  73. Plus mes soupçons sont confirmés ; v.1567 (Acte 5, scène 1, JUPITER)
  74. Pouvoir des Dieux sacrifier le Maître. v.1580 (Acte 5, scène 1, JUPITER)
  75. Une fille qu'on perd de vue, v.1610 (Acte 5, scène 1, MERCURE)
  76. Ils n'étaient pas de notre confidence. v.1660 (Acte 5, scène 2, MERCURE)
  77. C'est votre fils? son frère à lui? Bacchus, v.1673 (Acte 5, scène 3, FAUNUS)
  78. Justifiera que ma fidélité v.1703 (Acte 5, scène 3, FAUNUS)
  79. La confidence est fâcheuse à vous faire. v.1725 (Acte 5, scène 5, VÉNUS)
  80. Sent pour mon fils, qui soupire auprès d'elle, v.1729 (Acte 5, scène 5, VÉNUS)
  81. Sans que la femme soit en droit d'en profiter. v.1745 (Acte 5, scène 5, JUPITER)
  82. Il faut bien, en faveur de tant de bons offices, v.1758 (Acte 5, scène 5, JUPITER)
  83. Qu'afin de vous faire sentir, v.1765 (Acte 5, scène 5, VÉNUS)
  84. Et je vais avertir les trois Soeurs filandières, v.1812 (Acte 5, scène 6, MERCURE)
  85. De tes frères, mon fils, prends en main la querelle, v.1827 (Acte 5, scène 7, VÉNUS)
  86. Tu vois, mon fils, le coeur de ta mère agité, v.1830 (Acte 5, scène 8, VÉNUS)
  87. Il nous a méprisés ; mais enfin, qu'il apprenne v.1843 (Acte 5, scène 8, L'AMOUR)
  88. Mais vos frères, mon fils, objet de sa vengeance, v.1847 (Acte 5, scène 8, VÉNUS)
  89. Je crains fort entre nous la fin de l'aventure. v.1879 (Acte 5, scène 9, FAUNUS)
  90. Un de vos fils, un petit téméraire, v.1898 (Acte 5, scène 10, L'INCONSTANCE)
  91. Ils finiront sans cesser d'être. v.1917 (Acte 5, scène 10, L'INCONSTANCE)
  92. Si c'est leur être infidèle, v.1984 (Acte 5, scène 12, UN THESSALIEN)
  93. C'est être fidèle aux Amours. v.1985 (Acte 5, scène 12, UN THESSALIEN)
  94. Rendre un Berger toujours fidèle ; v.1987 (Acte 5, scène 12, UN THESSALIEN)
  95. Profitez bien de vos beaux ans. v.1994 (Acte 5, scène 12, UN THESSALIEN)
  96. Préférons, puis qu'il faut finir, v.2001 (Acte 5, scène 12, UN THESSALIEN)

Dans les 1515 textes du corpus, il y a 51 textes (soit une présence dans 3,37 % des textes) dans lesquels il y a 2952 occurences de la forme recherchée, soit une moyenne de 57,88 occurences par texte.

Titres Acte 1 Acte 2 Acte 3 Acte 4 Acte 5 Prologue Acte 6 Total
1 L'?T? DES COQUETTES2400000024
2 L'ÉTÉ DES COQUETTES10000001
3 LA FOIRE SAINT GERMAIN5100000051
4 LA FOIRE SAINT GERMAIN30000003
5 MADAME ARTUS293641172500148
6 LA F?TE DE VILLAGE.221118000051
7 LA D?ROUTE DU PHARAON2800000028
8 LA DÉROUTE DU PHARAON50000005
9 LES ENFANTS DE PARIS433427273000161
10 LA FEMME D'INTRIGUES.1814723260088
11 SANCHO PANÇA, GOUVERNEUR23351991900105
12 LE VERT-GALANT3300000033
13 LE BON SOLDAT1700000017
14 LA LOTERIE5000000050
15 LES VENDANGES DE SURESNES5600000056
16 LES VENDANGES DE SURESNES30000003
17 LE CHARIVARI4500000045
18 LE CHARIVARI20000002
19 LA GAZETTE4000000040
20 LES AGIOTEURS223530000087
21 L'IMPROMPTU DE LIVRY50000005
22 L'IMPROMPTU DE LIVRY1100000011
23 LE MARI RETROUV?3600000036
24 LE MOULIN DE JAVELLE.4200000042
25 LE MOULIN DE JAVELLE.30000003
26 LA TRAHISON PUNIE222227262200119
27 L'IMPROMPTU DE GARNISON.3800000038
28 L'OP?RA DE VILLAGE4700000047
29 L'OPÉRA DE VILLAGE30000003
30 LES BOURGEOISES ? LA MODE.14121817140075
31 LA D?SOLATION DES JOUEUSES2800000028
32 LE GALANT JARDINIER5600000056
33 LE GALANT JARDINIER20000002
34 LA FOLLE ENCH?RE4500000045
35 RENAUD ET ARMIDE6500000065
36 LES VACANCES5100000051
37 LES VACANCES20000002
38 LE TUTEUR4400000044
39 L'IMPROMPTU DE SURESNES0450000045
40 COLIN-MAILLARD.5800000058
41 COLIN-MAILLARD.60000006
42 SECOND CHAPITRE DU DIABLE BOITEUX20210000041
43 LES VENDANGES2100000021
44 LES VENDANGES30000003
45 NOUVEAU PROLOGUE, ET NOUVEAUX DIVERTISSEMENTS02000002
46 NOUVEAU PROLOGUE, ET NOUVEAUX DIVERTISSEMENTS5140000019
47 LES F?TES NOCTUNES DU COURS3100000031
48 LES FÊTES NOCTUNES DU COURS90000009
49 LES EAUX DE BOURBON3600000036
50 LES EAUX DE BOURBON10000001
51 LA COM?DIE DES COM?DIENS131431000058
52 LE CHEVALIER ? LA MODE212327142200107
53 LE PRIX DE L'ARQUEBUSE6800000068
54 LE PRIX DE L'ARQUEBUSE30000003
55 LES FONDS PERDUS101513000038
56 LES CURIEUX DE COMPI?GNE5700000057
57 LES CURIEUX DE COMPIÈGNE20000002
58 NOUVEAU PROLOGUE, ET NOUVEAUX DIVERTISSEMENTS956630837
59 LE DIABLE BOITEUX3200000032
60 LE DIABLE BOITEUX30000003
61 LA MAISON DE CAMPAGNE3500000035
62 LA PARISIENNE7200000072
63 DIVERTISSEMENT DE SCEAUX20000002
64 LE RETOUR DES OFFICIERS3600000036
65 LE RETOUR DES OFFICIERS50000005
66 LA FOIRE DE BESONS6100000061
67 LA FOIRE DE BESONS1300000013
68 CÉPHALE ET PROCRIS3414834000126
69 LES F?ES.06801800086
70 LES FÉES.40020006
71 LA MÉTEMPSYCOSE535284240096
72 L'OP?RATEUR BARRY0220006028
73 L'OPÉRATEUR BARRY03000003
74 L'IMPROMPTU DE SURESNES04000004
75 SECOND CHAPITRE DU DIABLE BOITEUX05000005
76 LA COMÉDIE DES COMÉDIENS0102000021
77 LA FÊTE DE VILLAGE.00060006
  Total1673517340223185682952

 

 Lexique d'un texte

 Cherche dans un texte

 Lexique

 Cherche chez un auteur

 Cherche dans le corpus

 Archaïsmes