Occurences de l'expression

En

pour DANCOURT, Florent Carton dit

Options de recherche : partie de mot et  insensible à la casse

L'ÉTÉ DES COQUETTES (1754)

  1. Oh, ma chère enfant, laisse-moi en repos, je te prie ; le seul mot de raison me fait mourir à mon âge. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  2. Faite comme je suis, je passerais pour folle dans le monde, si l'on me soupçonnait seulement de savoir ce que c'est que la raison. (Acte 1, scène 1, ANG?LIQUE)
  3. Hé bien, soit, parlons donc caprice, puisque le terme de raison vous effarouche. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  4. Comment vous accommodez-vous de celui qui a pris à Madame votre mère de vouloir vous faire épouser votre vieux cousin ? (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  5. Ma mère me passe tant de bagatelles ; je serais bien injuste de ne lui pas souffrir au moins la liberté de vouloir certaines choses. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  6. Nullement. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  7. Je serai toujours complaisante et soumise à ses volontés, je me ferai un devoir de lui obéir aveuglément ; mais, je prendrai si bien mes mesures, que Monsieur mon cousin ne voudra point de moi. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  8. Il n'y a rien de mieux imaginé. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  9. Je ne regarde le mariage qu'avec frayeur, ce que j'en entends dire me fait frémir, c'est un engagement que mille personnes se repentent d'avoir pris, et dont aucune n'est satisfaite. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  10. Il n'est point de femmes qui s'en louent, et les plus modestes croient beaucoup faire de ne pas s'en plaindre. (Acte 1, scène 1, ANG?LIQUE)
  11. Ma foi, je ne suis pas de votre sentiment ; ce que j'entends dire du mariage ne m'en dégoûte point du tout ; et ce que j'en imagine, me paraît tout à fait joli. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  12. Tu feras bien de t'en tenir à l'imagination pour n'être pas détrompée. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  13. Le temps du départ est venu bien à propos ; sans le voyage d'Allemagne, j'aurais peut-être fait l'extravagance de l'épouser. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  14. Il ne m'ennuie pas tant qu'un autre, je lui trouve plus d'esprit, des manières plus tendres et plus insinuantes, la conversation plus enjouée, le coeur mieux fait... (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  15. Son absence vous fait peine ? (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  16. La voix publique est donc bien injuste ! (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  17. Comment ? (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  18. Non, de bonne foi, je n'aime personne ; mais je suis ravie d'être aimée, c'est ma folie, j'en demeure d'accord. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  19. Cependant je ne suis point coquette, et tout ce que je fais n'est que simple curiosité. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  20. Oui, je me plais à connaître les différents effets que l'esprit et la beauté peuvent produire dans les coeurs. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  21. N'entre-t-il point aussi un peu de malice dans votre fait ? (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  22. Mon Maître à chanter, par exemple ; je ne serai point contente que je ne l'aie fait mettre aux Petites-Maisons. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  23. Vous lui fîtes passer dernièrement une bonne nuit sous vos fenêtres. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  24. Si la pluie n'avait cessé, je ne lui aurais donné audience qu'à onze heures du matin. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  25. Ma foi, Madame, vous n'avez point de conscience. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  26. Oui vraiment, et je commence à connaître qu'une fille d'esprit n'a jamais le loisir de s'ennuyer. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  27. Tant que durera la guerre, si l'on ne s'humanisait un peu, on mourrait d'ennui tout l'été. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  28. Assurément ! (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  29. Il n'y a rien de plus louable. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  30. J'y trouve une espèce de mérite même, on polit un homme de Robe, on apprend à vivre à un Abbé, on met un jeune homme dans le monde, l'hiver vient insensiblement, et l'on se trouve dans son centre. (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  31. Qu'on fasse entrer. (Acte 1, scène 2, ANGÉLIQUE)
  32. Il m'envoie l'argent que je lui gagnai hier au soir. (Acte 1, scène 2, ANG?LIQUE)
  33. Ton Maître est bien exact. (Acte 1, scène 2, ANG?LIQUE)
  34. Il serait venu lui-même, Madame, mais il a eu ce matin des affaires au grand Bureau. (Acte 1, scène 3, LA FLEUR)
  35. Vous m'avez ruiné, Madame, et je ne puis payer comptant que deux cent pistoles. (Acte 1, scène 3, ANGÉLIQUE)
  36. Je vous envoie, pour nantissement des cents autres, un diamant que vous avez trouvé beau, et que je reprendrai pour mille écus toutes fois et quantes. (Acte 1, scène 3, ANG?LIQUE)
  37. Fait à Paris, en mon Bureau, l'an de grâce 1690, et du Bail courant le troisième. (Acte 1, scène 3, ANG?LIQUE)
  38. Il y a peu de gens qui puissent écrire aussi noblement. (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  39. Prenez cette bourse, Lisette, et donnez dix louis à ce Valet de chambre. (Acte 1, scène 3, ANGÉLIQUE)
  40. S'il ne vient pas, nous nous brouillerons ensemble. (Acte 1, scène 3, ANGÉLIQUE)
  41. C'est à moi qu'il est redevable du peu de Noblesse qu'il commence à mettre dans ses manières. (Acte 1, scène 3, ANGÉLIQUE)
  42. J'aurai tout le temps de vous le dire ; je viens passer avec vous toute la journée. (Acte 1, scène 4, CIDALISE)
  43. J'en suis ravie ! (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  44. Nous ne nous ennuierons pas aujourd'hui. (Acte 1, scène 4, LISETTE)
  45. Nous dînerons aux bougies premièrement ; j'ai des chagrins que je veux dissiper par quelque plaisir extraordinaire. (Acte 1, scène 4, CIDALISE)
  46. Tu seras contente. (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  47. Le Ciel m'en préserve ! (Acte 1, scène 4, CIDALISE)
  48. En perfection. (Acte 1, scène 4, CIDALISE)
  49. L'heureuse rencontre ! (Acte 1, scène 4, LISETTE)
  50. Lisette, donne cette pistole à mes porteurs ; tant qu'elle durera, qu'ils ne sortent point du cabaret. (Acte 1, scène 4, CIDALISE)
  51. Cela est de fort bon sens. (Acte 1, scène 4, LISETTE)
  52. Hé bien, ma chère enfant, comment vont tes affaires ? (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  53. Tout à fait mal, et je suis à la veille de prendre le parti d'un couvent. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  54. Le parti d'un couvent ! (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  55. Quand on ne peut vivre heureusement au monde, n'est-ce pas être sage d'y renoncer ? (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  56. Le testament de mon père qui m'attache à ce que je hais, et qui ne me permet pas d'être à ce que j'aime. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  57. Comment donc ? (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  58. Non, vraiment. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  59. Je souffre qu'on m'aime ; et quand je ne me fâche point de me l'entendre dire, je prétends qu'on m'a grande obligation. (Acte 1, scène 5, ANG?LIQUE)
  60. Nous ne nous ressemblons donc guère ; car pour moi je sais toujours gré aux personnes qui m'aiment ; et de tous ceux qui me l'ont dit, je n'ai jamais haï que mon Tuteur. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  61. Oui, mais je n'en aime qu'un ; et s'il m'aime toujours, je l'aimerai toute ma vie. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  62. Je n'ai rien de caché pour toi, on l'appelle Clitandre. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  63. Celui que je connais est le vrai Clitandre : mais son nom m'a paru vous embarrasser, vous le connaissez assurément. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  64. C'est un jeune homme assez bien fait ? (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  65. Qui ne m'a jamais ennuyée. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  66. Ne me déguisez rien. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  67. Mais, vraiment, à ce compte, il faut qu'il trompe l'une de nous deux. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  68. Il me le jurait encore la veille de son départ. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  69. Vous êtes la plus trompée ; il n'y a que quinze jours qu'il s'en est allé. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  70. Comment ? (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  71. Tout le monde le croyait parti comme vous ; mais il a été quelque temps caché dans une maison voisine de la nôtre, dont les fenêtres répondaient aux miennes. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  72. Il passait les jours à m'écrire, et les nuits à m'entretenir. (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  73. Je n'en appelle plus. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  74. Tu vas être en colère contre moi ? (Acte 1, scène 5, CIDALISE)
  75. Moi, mon enfant ? (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  76. Je ne prendrai point de leçon aujourd'hui. (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  77. Ma bonne, en faveur du rouge et des mouches, il ne faut pas le renvoyer. (Acte 1, scène 6, CIDALISE)
  78. Ce serait un petit homme à s'aller pendre. (Acte 1, scène 6, LISETTE)
  79. Mais je ne suis point en humeur de chanter, Lisette. (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  80. Je serai ravie de l'entendre. (Acte 1, scène 6, CIDALISE)
  81. Les coeurs tendres sont pour la musique : qu'il entre. (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  82. Clitandre te tient au coeur : quelque mine que tu fasses, tu es fâchée contre moi. (Acte 1, scène 6, CIDALISE)
  83. J'en ai tous les jours une vingtaine de renvoi dans mon antichambre. (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  84. Ma bonne, quel excès de magnificence ! (Acte 1, scène 7, CIDALISE)
  85. La danse a tenu quelque temps le haut du pavé ; mais Monsieur des Soupirs fait prendre le pas devant à la musique. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  86. Assurément ; et par toutes sortes de raisons, les Chevaliers de Ce Sol Ut doivent l'emporter sur les Marquis de la Capriole. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  87. Combien de femmes vont être soupçonnées d'avoir part à cet équipage ! (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  88. Vous ne sauriez croire, Madame, tous les contes qui s'en font déjà, et les plaisanteries qu'on m'en dit à moi-même. (Acte 1, scène 7, DES SOUPIRS)
  89. Elles n'ont rien de désavantageux pour vous, et vous êtes toujours le Héros de tous les contes qu'on peut faire. (Acte 1, scène 7, CIDALISE)
  90. Où le prend-il, Madame ? (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  91. On peut dire qu'aussi bien que les mouches, il est assurément de la bonne faiseuse. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  92. Monsieur des Soupirs est bon prince, Madame : il entend raillerie autant qu'homme du monde. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  93. Mais voyez donc, Madame, qu'il est bien fait et qu'il a bon air ! (Acte 1, scène 7, CIDALISE)
  94. Qu'il soutient spirituellement tous les compliments qu'on lui fait. (Acte 1, scène 7, CIDALISE)
  95. Comment, ma chère ; c'est son moindre talent que la musique. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  96. Voilà un pauvre petit diable en bonne main ! (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  97. À vous parler naturellement, Madame, je n'ai jamais regardé la musique que comme un amusement. (Acte 1, scène 7, DES SOUPIRS)
  98. J'étais né pour toute autre chose ; mais je ne me repends point du parti que j'ai pris, puisqu'il me donne quelquefois les moyens d'être auprès de Madame. (Acte 1, scène 7, DES SOUPIRS)
  99. Voilà du plus tendre et du plus délicat ! (Acte 1, scène 7, CIDALISE)
  100. Nulle saison ne surprendra Climène. v.4 (Acte 1, scène 7, DES SOUPIRS)
  101. Que cela est joliment tourné ! (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  102. Climène, c'est moi apparemment ? (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  103. Fou, musicien et poète, qui dit l'un, dit l'autre ; c'est la même chose. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  104. Poète et musicien ! (Acte 1, scène 7, CIDALISE)
  105. Ne pensez pas railler ; il réussirait mieux qu'un autre. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  106. Voulez-vous prendre votre théorbe, Madame ? (Acte 1, scène 7, DES SOUPIRS)
  107. Non, je vous prie de m'en dispenser. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  108. Favorable à mon tendre amour, v.7 (Acte 1, scène 7, DES SOUPIRS)
  109. Ma foi, vous fûtes pourtant bien mouillé ; et le Soleil, ou un fagot, ne vous aurait point incommodé. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  110. Cet endroit n'exprime-t-il pas bien le chagrin qu'on a de quitter ce qu'on aime ? (Acte 1, scène 7, DES SOUPIRS)
  111. Les paroles, que vous en semble ? (Acte 1, scène 7, DES SOUPIRS)
  112. Je l'entends, il en est l'auteur et le sujet. (Acte 1, scène 7, CIDALISE)
  113. Avec quelle modestie il s'en défend ! (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  114. J'en retiens un ; mais je veux savoir l'aventure. (Acte 1, scène 7, CIDALISE)
  115. Entrez dans mon cabinet, et faites-en deux copies en attendant qu'on nous serve. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  116. Allons, venez, petit fripon. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  117. Tu vois les plaisirs innocents que je me donne pendant l'absence du beau monde ? (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  118. Ils sont innocents, il est vrai. (Acte 1, scène 8, CIDALISE)
  119. Mais penses-tu qu'on les regarde du bon côté ? (Acte 1, scène 8, CIDALISE)
  120. Ils se font un honneur de le publier, et ne trouvent que trop de personnes qui par bêtise, ou par malice, sont faciles à persuader. (Acte 1, scène 8, CIDALISE)
  121. Que la morale a bonne grâce dans ta bouche, et que tu fais bien des réflexions ! (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  122. Nous verrons, l'hiver qui vient, de tes maximes sur les écrans. (Acte 1, scène 8, ANG?LIQUE)
  123. Fort bien, et l'on verra peut-être un tableau d'almanach de tes aventures. (Acte 1, scène 8, CIDALISE)
  124. J'en serais ravie, cela me ferait connaître à mille gens qui ne savent pas que je suis au monde. (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  125. Monsieur des Soupirs est content comme un petit Roi, Madame. (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  126. Il est entré mystérieusement dans votre cabinet, comme si je l'eusse fait cacher, et je gagerais qu'il prend ceci pour une aventure dans les formes. (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  127. Je viens d'entendre arrêter un carrosse. (Acte 1, scène 9, ANGÉLIQUE)
  128. C'est Monsieur l'Abbé, je l'ai vu par la fenêtre. (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  129. Tais-toi donc, il va venir. (Acte 1, scène 9, ANGÉLIQUE)
  130. Bon, bon, Madame, avant qu'il ait consulté son petit miroir de poche, mordu ses lèvres, arrangé les boucles de sa perruque, et pris l'avis de tous les laquais sur sa parure, il en a pour un bon quart_d_heure sur l'escalier. (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  131. La plupart des jeunes Abbés sont fous de leur ajustement. (Acte 1, scène 9, CIDALISE)
  132. Ma chère enfant, c'est le frère de mon tuteur. (Acte 1, scène 9, CIDALISE)
  133. Il ne t'a point vue, je ne tarderai pas à m'en débarrasser. (Acte 1, scène 9, ANGÉLIQUE)
  134. Hé bien, Lisette, vous n'avez donc point dit là-bas que je ne voulais pas être au logis, et l'on me laisse monter tout le monde ? (Acte 1, scène 9, ANG?LIQUE)
  135. Je ne dis plus rien, et l'ordre n'était pas pour lui. (Acte 1, scène 9, ANGÉLIQUE)
  136. Je me donnerais cet ordre à moi-même, si je croyais que ma présence vous fût importune, Madame. (Acte 1, scène 10, L'ABBÉ)
  137. Oh pour cela, Monsieur l'Abbé, vous êtes bien persuadé qu'elle fait plaisir, qu'on ne vous voit jamais autant de temps que l'on voudrait. (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  138. Je ne m'étonne pas si je vous ai d'abord méconnu ; cette perruque allongée, le justaucorps violet bleu, la veste brodée ; vous allez à la campagne apparemment ? (Acte 1, scène 10, ANG?LIQUE)
  139. Quoi, pour demeurer à Paris vous vous mettez en habit de chasse ? (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  140. Et ne voyez-vous pas bien, Madame, que c'est son habit à bonnes fortunes. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  141. Monsieur l'Abbé dans cet équipage n'a l'air ni d'un bénéficier, ni d'un homme d'épée, et il n'y a personne qui ne le prenne pour un animal amphibie. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  142. Ma foi, Madame, le petit collet et le manteau ne gâtent rien. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  143. On se repent quelquefois de s'en être défait ; et c'est une espèce de housse, qui fait souvent honneur à ceux qui la portent. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  144. Vos sentiments sont impénétrables, Madame. (Acte 1, scène 10, L'ABBÉ)
  145. Est-il si difficile de vous en apercevoir ? (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  146. Et ne voyez-vous pas que vous y êtes autant bien qu'une personne de votre caractère y doit être ? (Acte 1, scène 10, ANG?LIQUE)
  147. Madame, je n'ai point encore de caractère. (Acte 1, scène 10, L'ABBÉ)
  148. C'est un jeune enfant, qui ne sait à quoi se déterminer. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  149. Oui, Madame, j'attends vos réflexions pour prendre les miennes. (Acte 1, scène 10, L'ABBÉ)
  150. Reprendra-t-il la housse ? (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  151. Il ne tient qu'à vous d'arracher un coeur à la mollesse, et de donner un guerrier de plus à l'État. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  152. Elles sont assez bien choisies. (Acte 1, scène 10, L'ABBÉ)
  153. Je n'en puis plus. (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  154. Eh, les vilains Abbés avec leur poudre ; ils en portent exprès pour donner des vapeurs aux Dames. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  155. Mais, vraiment j'en ai toujours, et ce n'est que d'aujourd'hui que Madame m'en fait reproche. (Acte 1, scène 10, L'ABBÉ)
  156. Le beau sujet d'étonnement ! (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  157. Les femmes sont capricieuses, ne faut-il pas que leurs vapeurs le soient aussi ? (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  158. Eh sortez, encore une fois, si vous m'aimez. (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  159. Sans cela, nous allions peut-être savoir les sentiments qu'elle a pour vous. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  160. Voilà un accident qui me passe ! (Acte 1, scène 10, L'ABBÉ)
  161. Eh, sortez donc, Monsieur, vous empester cet appartement. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  162. Je n'en mettrai de ma vie. (Acte 1, scène 10, L'ABBÉ)
  163. Vous ferez fort bien. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  164. Adieu, allez prendre l'air dans la plaine. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  165. Va-t-en le dire à Cidalise. (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  166. Et m'en as-tu jamais vu ? (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  167. L'idée des vapeurs m'est venue, je m'en suis servie. (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  168. Par ma foi, j'ai si bien cru vos vapeurs véritables, qu'il a pensé m'en prendre par compagnie. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  169. L'ennuyeuse créature. (Acte 1, scène 12, ANGÉLIQUE)
  170. Elle ne nous ennuiera qu'autant que vous voudrez, et un petit trait de vapeurs vous en fera raison. (Acte 1, scène 12, LISETTE)
  171. Va, va-t'en avertir Cidalise. (Acte 1, scène 12, ANGÉLIQUE)
  172. Eh, bon Dieu, quel abandonnement ! (Acte 1, scène 13, LA COMTESSE)
  173. Mais, vraiment si elle continue, je prévois que pour ne pas s'ennuyer tout l'été, il faudra prendre le parti de faire un voyage sur la frontière. (Acte 1, scène 13, LA COMTESSE)
  174. Où aller servir volontaire dans quelque régiment de faveur : cela serait-il de votre goût, Madame ? (Acte 1, scène 13, ANGÉLIQUE)
  175. Vous pensez railler ; mais, si sans choquer la bienséance, on pouvait prendre un habit d'homme, je vous jure que je serais déjà partie. (Acte 1, scène 13, LA COMTESSE)
  176. Quelle heureuse rencontre pour moi, Madame ! (Acte 1, scène 14, CIDALISE)
  177. Ma chère enfant, que j'aie de joie à vous voir ! (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  178. J'en suis revenue d'hier au soir ; et désert pour désert, j'aime autant Paris que mon château. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  179. Oui ; mais les lieux ne me paraissent charmants, qu'autant que j'y vois ce que j'aime. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  180. Qu'elle a bien raison ! (Acte 1, scène 14, CIDALISE)
  181. Ma maison n'a plus d'agrément pour moi. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  182. Il est parti, le pauvre enfant ; et jusqu'à son retour, qui est le temps que nous avons pris pour nous épouser, je n'aurai point de vrai plaisir dans la vie. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  183. Votre amant est à l'armée, selon toutes les apparences. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  184. Il n'y peut pas encore être arrivé. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  185. Malgré son devoir, l'amour l'a retenu longtemps auprès de moi. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  186. C'est ce qui m'a fait prendre le dessein de revenir ici. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  187. Nous profiterons de son absence. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  188. Se mettre si tard en campagne, c'est un peu sacrifier sa gloire à son amour. (Acte 1, scène 14, CIDALISE)
  189. Je demeure d'accord que ce garçon-là m'aime extraordinairement. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  190. Il paraît dans sa conduite autant de prudence que de passion. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  191. Comment ? (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  192. Il a pris des mesures fort justes, et pour peu qu'il fasse diligence, il arrivera tout à propos pour voir séparer l'armée. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  193. C'est peut-être lui qui porte les ordres pour la faire entrer en quartier d'hiver. (Acte 1, scène 14, CIDALISE)
  194. Vous êtes toujours de la même humeur, et pour ne pas perdre un bon mot, vous sacrifieriez toute la terre : mais, vous changeriez bien de langage et de sentiments si je vous avais dit qui c'est. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  195. Lui-même : d'où vient votre étonnement ? (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  196. Jamais surprise ne fut pareille à la mienne. (Acte 1, scène 14, CIDALISE)
  197. Qu'y a-t-il donc là de si surprenant ? (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  198. Je n'en puis revenir. (Acte 1, scène 14, CIDALISE)
  199. Moi, je ne puis m'empêcher d'en rire. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  200. Comment, comment donc, qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  201. Ne vous en fâchez point, Madame, ce serait à nous de nous plaindre. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  202. Je ne comprends rien à ce que vous me dites. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  203. Ce petit gentilhomme fera une belle campagne cette année. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  204. Assurément, il fera une belle campagne ; et je n'ai rien épargné pour son équipage. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  205. Oui vraiment, pour son équipage. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  206. Je ne donne point dans vos plaisanteries, et je sais ce qu'il faut que j'en pense. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  207. Il n'est peut-être pas encore bien parti, et dans quinze jours, je ne désespère pas que quelqu'une de nos amies ne nous vienne apprendre de ses nouvelles. (Acte 1, scène 14, ANGÉLIQUE)
  208. Non, je déteste les hommes, et je n'en verrai de ma vie que pour les mépriser et me moquer d'eux. (Acte 1, scène 14, CIDALISE)
  209. Vous ne m'attendiez que ce soir, Madame, mais je me dérobe à mes affaires pour me donner tout entier au plaisir d'être auprès de vous. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR PATIN)
  210. Vous venez fort à propos, Monsieur Patin, et notre petit cercle avait besoin d'un chapeau. (Acte 1, scène 16, ANGÉLIQUE)
  211. Je suis ravi de trouver si bonne compagnie ; et ces Dames, je crois, voudront bien être de la partie que je viens vous proposer. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR PATIN)
  212. Toujours régal sur régal ; tous les jours des cadeaux ; et des présents même. (Acte 1, scène 16, ANGÉLIQUE)
  213. Je ne parle point de ce que vous perdez au jeu ; mais en vérité, Monsieur Patin, vous vous jetez dans une dépense effroyable, et il faut être ce que vous êtes pour la soutenir. (Acte 1, scène 16, ANG?LIQUE)
  214. Hé, Madame, ces Messieurs les Financiers entendent bien leurs affaires ; et s'ils font en été si grosse dépense avec les Dames, ils ont pendant l'hiver en revanche tout le temps de se ménager. (Acte 1, scène 16, LISETTE)
  215. Il a le nez dans un manteau, et il prend grand soin de se cacher. (Acte 1, scène 17, JASMIN)
  216. C'est quelque aventure d'été, ma mignonne. (Acte 1, scène 18, LA COMTESSE)
  217. Je le voudrais, nous nous en réjouirions, et cela tirerait peut-être Cidalise de sa mauvaise humeur. (Acte 1, scène 18, ANGÉLIQUE)
  218. Ne m'en fais point la guerre, elle ne durera pas, je t'en réponds, et j'aurai bientôt pris mon parti. (Acte 1, scène 18, CIDALISE)
  219. Il sera des nôtres, Madame, ne le voulez-vous pas bien ? (Acte 1, scène 19, MONSIEUR PATIN)
  220. De tout mon coeur, dans un repas rien ne me fait tant de plaisir que la musique. (Acte 1, scène 19, ANGÉLIQUE)
  221. Nous en aurons, Madame, et de la meilleure. (Acte 1, scène 19, MONSIEUR PATIN)
  222. J'ai fait un air sur les paroles que vous m'avez envoyées, Monsieur. (Acte 1, scène 19, DES SOUPIRS)
  223. Hé bien, est-il joli, est-il joli ? (Acte 1, scène 19, MONSIEUR PATIN)
  224. Vous allez en juger si vous voulez, et Madame peut-être voudra bien l'entendre. (Acte 1, scène 19, DES SOUPIRS)
  225. Aussi bien ces Dames sont rêveuses. (Acte 1, scène 19, ANGÉLIQUE)
  226. Sans cadeaux et sans promenades, v.17 (Acte 1, scène 19, DES SOUPIRS)
  227. L'Amour les tient peu sous ses lois ; v.18 (Acte 1, scène 19, DES SOUPIRS)
  228. Et sans Crenet et la Guerbois, v.19 (Acte 1, scène 19, DES SOUPIRS)
  229. Hé bien, Mesdames, cette chanson est de bon sens ; qu'en dites-vous ? (Acte 1, scène 19, MONSIEUR PATIN)
  230. Oui, Crenet et la Guerbois, cela est de bon goût. (Acte 1, scène 19, CIDALISE)
  231. Hé bien, Lisette... (Acte 1, scène 20, ANGÉLIQUE)
  232. Oh, parlez haut, je ne hais rien tant que le mystère. (Acte 1, scène 20, ANG?LIQUE)
  233. Hé bien, Madame, c'est Clitandre qui arrive de l'armée incognito. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  234. Vous l'aviez deviné, Madame, c'est une aventure d'été. (Acte 1, scène 20, ANGÉLIQUE)
  235. Je vous disais bien qu'il n'était pas tout-à-fait parti. (Acte 1, scène 20, ANG?LIQUE)
  236. En vérité, c'est pousser l'impudence un peu trop loin, et pour moi je ne le veux point voir. (Acte 1, scène 20, CIDALISE)
  237. Oh, si c'est lui, je veux l'attendre, moi, pour le dévisager. (Acte 1, scène 20, LA COMTESSE)
  238. Quel est cet incident, je vous prie ? (Acte 1, scène 20, MONSIEUR PATIN)
  239. Entrez tous dans ma chambre, et n'en sortez que bien à propos. (Acte 1, scène 20, ANGÉLIQUE)
  240. Faites-le monter, Lisette, et ne l'avertissez de rien. (Acte 1, scène 20, ANG?LIQUE)
  241. Je ne sais ce que vous voulez faire ; mais si c'est Clitandre, je ne prétends pas qu'il m'échappe. (Acte 1, scène 20, LA COMTESSE)
  242. Vous serez contente, faites seulement ce que je vous dis. (Acte 1, scène 20, ANGÉLIQUE)
  243. Entrez, Monsieur Patin, vous aurez votre part de la Comédie. (Acte 1, scène 20, ANGÉLIQUE)
  244. Fourbe, fourbe, tu m'as trompée ; tu te livres bien heureusement à la vengeance que j'en veux prendre. (Acte 1, scène 20, ANG?LIQUE)
  245. Quitter l'armée pour me venir voir ? (Acte 1, scène 21, ANGÉLIQUE)
  246. Cet empressement me devrait faire plaisir ; mais je n'aime pas qu'aux dépens de votre gloire, vous me donniez des marques de votre tendresse. (Acte 1, scène 21, ANG?LIQUE)
  247. Un mois entier éloigné de vous ! (Acte 1, scène 21, CLITANDRE)
  248. Si vous saviez avec quelle impatience l'amour m'a fait voler ici... (Acte 1, scène 21, CLITANDRE)
  249. Que vous dirai-je, Madame, il semblait qu'il m'eût prêté ses ailes, et j'ai fait une diligence incroyable. (Acte 1, scène 21, CLITANDRE)
  250. Il n'est pas permis de mentir si effrontément. (Acte 1, scène 21, ANGÉLIQUE)
  251. Regardez-moi, Clitandre, ne méritais-je pas bien ma quinzaine comme une autre. (Acte 1, scène 21, ANGÉLIQUE)
  252. Je vous le pardonne : allez, à cela près vous êtes un fort joli homme, et je veux bien encore être de vos amies. (Acte 1, scène 21, ANGÉLIQUE)
  253. Mais toutes les femmes ne sont pas bonnes comme moi, et je suis fâchée pour vous, que le hasard fasse rencontrer chez moi Cidalise. (Acte 1, scène 21, ANG?LIQUE)
  254. Dites-lui qu'elle vienne, Lisette, et que Clitandre brûle d'impatience de la voir. (Acte 1, scène 21, ANGÉLIQUE)
  255. Je commence à démêler l'aventure. (Acte 1, scène 21, LISETTE)
  256. Quoiqu'il n'y ait que quinze jours que vous l'avez quittée, elle ne sera point surprise de votre retour ; et en quinze jours on fait bien des choses. (Acte 1, scène 21, ANGÉLIQUE)
  257. Il ne faut point perdre contenance : quand on a de l'esprit, on se tire aisément d'un mauvais pas. (Acte 1, scène 21, ANGÉLIQUE)
  258. Ma foi, Madame, puisque vous êtes si bonne, je vous avouerai tout ingénument ; mais pardonnez-moi cette bagatelle, ou ne m'empêchez pas du moins de me justifier près de Cidalise. (Acte 1, scène 21, CLITANDRE)
  259. Vous en empêcher ? (Acte 1, scène 21, ANGÉLIQUE)
  260. L'Amour est un bon guide, Madame, je vous aurais cherchée vainement chez vous, et c'est lui qui m'a fait entendre que je vous trouverais ici. (Acte 1, scène 22, CLITANDRE)
  261. Vous n'y seriez pas venu si l'Amour vous avais donné de bons avis. (Acte 1, scène 22, CIDALISE)
  262. Parlez, vous a-t-on prévenue contre moi, et quinze jours d'absence me feront-ils vous retrouver infidèle. (Acte 1, scène 22, CLITANDRE)
  263. Madame, j'ai joint l'armée ; j'ai vu l'ennemi, je me suis fait voir à nos généraux, j'ai fait le coup de pistolet, pris quelques officiers prisonniers ; l'Amour m'a rappelé vers vous, je suis revenu sans réflexion. (Acte 1, scène 22, CLITANDRE)
  264. On ne peut pas rendre un compte plus juste, et tu dois être satisfaite. (Acte 1, scène 22, ANGÉLIQUE)
  265. Oh je n'y puis plus tenir, en vérité, et j'ai trop d'horreur pour l'imposture. (Acte 1, scène 22, CIDALISE)
  266. C'en est fait, Clitandre, rompons sans bruit et sans éclaircissement. (Acte 1, scène 22, CIDALISE)
  267. Je vous connais trop, pour vous aimer encore, et je vous estime trop peu, pour avoir du ressentiment contre vous. (Acte 1, scène 22, CIDALISE)
  268. Elle s'explique net ; et pour elle comme pour moi, vous aurez de la peine à vous faire croire innocent. (Acte 1, scène 22, ANGÉLIQUE)
  269. Je n'en suis pas trop informée ; mais autant que j'en puis juger, on a fait entendre à ces Dames que depuis votre dernier départ vous avez toujours été en garnison dans le château de Martin-sec. (Acte 1, scène 22, LISETTE)
  270. Oseras-tu me démentir ? (Acte 1, scène 23, LA COMTESSE)
  271. Moi, Madame, je n'ai rien à répondre ; que voulez-vous que je vous dise ? (Acte 1, scène 23, CLITANDRE)
  272. Le respect me ferme la bouche, et je m'en vais prendre la poste. (Acte 1, scène 23, CLITANDRE)
  273. Hé bien, vous revenez de l'armée, quelle nouvelle ? (Acte 1, scène 24, MONSIEUR PATIN)
  274. Tout le monde revient, et les bourgeois n'ont qu'à déguerpir, Monsieur Patin. (Acte 1, scène 24, CLITANDRE)
  275. Avez-vous bien tué des Allemands, Monsieur ? (Acte 1, scène 24, DES SOUPIRS)
  276. Ne prenez point votre sérieux. (Acte 1, scène 24, ANGÉLIQUE)
  277. Comment, Madame, ne parlons plus du passé ? (Acte 1, scène 24, LA COMTESSE)
  278. Allons nous mettre à table, nos différents s'y termineront mieux qu'ici, et nous irons tous ensemble souper ce soir chez Monsieur Patin. (Acte 1, scène 25, ANGÉLIQUE)
  279. On prendra soin de le retenir, Madame. (Acte 1, scène 25, CIDALISE)
  280. Ma foi, vivent les femmes de bon esprit, toutes les saisons leur sont égales, rien ne les chagrine, et jusqu'aux moindres bagatelles tout leur fait plaisir. (Acte 1, scène 25, LISETTE)

LA FOIRE SAINT GERMAIN (1697)

  1. Eaux de senteur de Constantinople ? (Acte 1, scène 1, MANON)
  2. Ciment pour recrépir les visages ? (Acte 1, scène 1, MANON)
  3. Vin de saint Laurent ? (Acte 1, scène 1, LORANGE)
  4. Venir tant de bonne heure à la Foire Saint-Germain ! (Acte 1, scène 1, URBINE)
  5. Vous n'y portez pas attention, Chevalier ? (Acte 1, scène 1, URBINE)
  6. À toutes les heures du jour ; gens de chez nous, ma soeur, pensent à leurs affaires, et font très bien. (Acte 1, scène 1, LE CHEVALIER)
  7. Nous sommes d'une noblesse tellement ancienne, que tous nos biens en sont usés ; nous n'avons, vous et moi, d'autre patrimoine que le savoir-faire : mais qu'importe ? (Acte 1, scène 1, LE CHEVALIER)
  8. Les sots doivent tribut aux gens d'esprit, et il y a dans cette Foire Saint-Germain quantité de Bureaux où je me fais payer mes rentes. (Acte 1, scène 1, LE CHEVALIER)
  9. Hé donc, en venez-vous toucher quelqu'une aujourd'hui ? (Acte 1, scène 1, URBINE)
  10. Je lui ai donné la chasse à la Cour, j'ai cru la tenir par le toupet, la coquine s'est trouvée chauve. (Acte 1, scène 1, LE CHEVALIER)
  11. À la guerre, je l'ai poursuivie, et je lui ai fait peur, apparemment ; elle s'est tenue close et couverte pour me faire pièce, on ne l'a point vue pendant la campagne. (Acte 1, scène 1, LE CHEVALIER)
  12. Mais grâces au Ciel, je la retrouve en quartier d'hiver ; et pour ne l'effaroucher pas, en attendant que l'amour m'en fasse absolument raison, je la mine tout doucement ici, et je l'attrape par les menus. (Acte 1, scène 1, LE CHEVALIER)
  13. Holà, hé, Mademoiselle Mousset, serviteur ; un mot ici, je vous en conjure. (Acte 1, scène 1, LE CHEVALIER)
  14. On m'a bien promis de s'y rendre. (Acte 1, scène 3, MADEMOISELLE MOUSSET)
  15. Toutes choses sont bien disposées, et vous en aurez bonne issue. (Acte 1, scène 3, MADEMOISELLE MOUSSET)
  16. Ne voulez-vous pas entrer ? (Acte 1, scène 3, MADEMOISELLE MOUSSET)
  17. Non, mon enfant, ta boutique est plus incommode que ce carrefour ; elle est toujours pleine de cent personnes à qui tu crois vendre des robes de chambre, et qui n'ont pas de quoi payer un bonnet. (Acte 1, scène 3, LE CHEVALIER)
  18. Cette Dame est de votre compagnie, apparemment ? (Acte 1, scène 3, MADEMOISELLE MOUSSET)
  19. Cette Marchande paraît bien de vos amies, mon frère, je lui suis tant et plus acquise. (Acte 1, scène 3, URBINE)
  20. Envisagez bien cette femme-là, ma soeur, c'est une illustre de Paris, au moins. (Acte 1, scène 3, LE CHEVALIER)
  21. Tant nouvelle je suis à la ville, que je n'en connais pas encore les merveilles. (Acte 1, scène 3, URBINE)
  22. Vous en allez faire un des plus beaux ornements, Madame. (Acte 1, scène 3, MADEMOISELLE MOUSSET)
  23. J'ai confusion d'être sortie de la Province ; mais je m'y recache dans le moment que j'aurai mis quelque fin à mes affaires. (Acte 1, scène 3, URBINE)
  24. Vous avez des affaires en ces pays-ci ? (Acte 1, scène 3, MADEMOISELLE MOUSSET)
  25. Bon, des affaires, c'est moins que rien. (Acte 1, scène 3, LE CHEVALIER)
  26. Ce vieillard si riche et si fou, qui en conte à toute la terre ? (Acte 1, scène 3, MADEMOISELLE MOUSSET)
  27. Justement, ce grand épouseur en paroles, ce fameux honnisseur de filles. (Acte 1, scène 3, LE CHEVALIER)
  28. Il en fait accroire depuis six mois à plus de quatre de ma connaissance. (Acte 1, scène 3, MADEMOISELLE MOUSSET)
  29. Voilà l'homme : il y a quelques mois qu'il vint en Province ; il vit ma soeur Urbine, il prit du goût pour elle ; il lui fit une promesse de mariage par manière de conversation, dit-il ; et parce que je méprise de l'assommer, ma soeur Urbine, par manière d'acquit, le va faire pendre : cela sera bientôt vidé. (Acte 1, scène 3, LE CHEVALIER)
  30. Et vous appelez cela moins que rien ? (Acte 1, scène 3, MADEMOISELLE MOUSSET)
  31. Oui, mon enfant, la Comtesse de Méripillerious, notre parente, tient toute la robe dans sa manche ; je vais accompagner ma soeur chez elle pour son affaire, et je reviens dans l'instant ici pour la nôtre. (Acte 1, scène 3, LE CHEVALIER)
  32. La soeur Urbine est une trop aimable personne pour la Province, il faut trouver moyen de la fixer à Paris. (Acte 1, scène 4, MADEMOISELLE MOUSSET)
  33. Vous vous en avisez, monsieur l'Arménien ; depuis huit jours que la Foire est ouverte, à peine m'avez-vous fait l'honneur de me saluer. (Acte 1, scène 5, MADEMOISELLE MOUSSET)
  34. Parbleu, je ne cherche point à la faire, je cherche à la renouveler, ma voisine. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  35. À la renouveler ! (Acte 1, scène 5, MADEMOISELLE MOUSSET)
  36. Quelquefois un peu par-ci, par-là ; mais cependant, je vous l'avoue, j'ai eu toutes les peines du monde à vous remettre, parce que je ne pouvais me figurer que Madame la Marquise de la Papelardière du Marais, fût devenue Marchande de robes de chambre à la Foire. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  37. J'en fais l'expérience par moi-même. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  38. Je n'ai pas toujours vendu du Café, et je n'ai d'Arménien que la barbe. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  39. Elle est allée tenir compagnie à ton Marquisat, ma chère Marton. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  40. Comment, morbleu, de grands voyages ? (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  41. J'ai pensé faire celui de l'autre monde. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  42. Tu as pensé mourir ? (Acte 1, scène 5, MADEMOISELLE MOUSSET)
  43. Oui, vraiment, il y a eu des ordres exprès pour cela, et ils ont été affichés, même ; mais je n'ai pas voulu les suivre ; j'aime à vivre, moi, comme tu sais. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  44. Tu as raison : mais ne risques-tu rien ici ? (Acte 1, scène 5, MADEMOISELLE MOUSSET)
  45. La chose est problématique ; comme enfant de Paris, Écuyer sieur de Lorange, et Chevalier de Gourdinvilliers, les ordres sont précis : mais comme Arménien, naturalisé depuis trois semaines, il n'y a rien à craindre. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  46. C'est pourquoi, mon enfant, supprime, s'il te plaît, le nom de Lorange, et ne me nomme que l'Arménien. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  47. J'entends bien, il y a aussi quelques ordres expédiés sous ce nom-là, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  48. C'est la même qui nous domine ; nous finirons ensemble de manière ou d'autre. (Acte 1, scène 5, LORANGE)
  49. Les valets sont bien nés pour nous impatienter ! (Acte 1, scène 6, CLITANDRE)
  50. Vous voilà bien sombre ! (Acte 1, scène 6, MADEMOISELLE MOUSSET)
  51. Mon coquin de Breton se moque de moi, ma chère Mademoiselle Mousset : je lui ai dit de me venir rendre réponse, il y a deux heures que je l'attends : je suis sur des épines. (Acte 1, scène 6, CLITANDRE)
  52. Si vous vouliez, Monsieur, rafraîchir votre impatience de quelque petit verre de liqueurs, j'en ai des meilleures de la Foire. (Acte 1, scène 6, LORANGE)
  53. Non, mon enfant, je vous remercie. (Acte 1, scène 6, CLITANDRE)
  54. Oui, Monsieur, c'est moi-même, qui ne veux plus me mêler de vos affaires, et qui viens vous demander mon congé. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  55. Comment, misérable ? (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  56. Hé, quelles nouvelles m'apportes-tu encore ? (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  57. Je ne vous en apporte aucune ; il n'y a rien à faire, il faut nous séparer, et vous n'avez qu'à chercher fortune. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  58. Quoi, pendart ! (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  59. Hé, point d'emportement. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  60. Ne le lâchez pas, au moins, il devient fou, je vous en avertis. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  61. Il ne s'en aperçoit pas, lui : mais cela ne laisse pas d'être. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  62. Je n'en puis plus. (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  63. Comment donc ? (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  64. Je vous en fais juges vous-mêmes. (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  65. Vous voyez bien que ce n'est pas moi qui lui gâte l'esprit, que diable ! (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  66. Monsieur le Breton, ce charmant Monsieur le Breton que vous voyez, connaît tout l'excès de mon amour ; il est témoin de tous les tourments que me fait souffrir l'impossibilité d'avoir accès chez cette Belle. (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  67. Oui, je vois de belles choses, assurément. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  68. Et le bélître a la constance et la malice de ne pas imaginer aucune chose pour me rendre le moindre service. (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  69. Monsieur l'Arménien ? (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  70. Oh, vous avez tort, Monsieur le Breton, il faut passer condamnation, cela n'est pas bien. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  71. Je me donne au diable ; vous y seriez bien empêchés, vous autres ; et pourtant les Marchands Forains ne sont pas les moins habiles pour ces affaires-là. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  72. Je gage en deux jours d'emporter l'affaire, quelque difficile qu'elle puisse être. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  73. Je parie d'y réussir en vingt-quatre heures. (Acte 1, scène 7, MADEMOISELLE MOUSSET)
  74. Je ne suis point jaloux, Monsieur ; je cède l'entreprise, et je leur servirai de croupier même, en cas de besoin. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  75. Mes amis, de grâce, unissez-vous tous trois pour me rendre service. (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  76. Il faut commencer par savoir les personnes à qui nous avons à faire. (Acte 1, scène 7, MADEMOISELLE MOUSSET)
  77. Cela est de conséquence. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  78. Je vais vous en informer. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  79. Premièrement, la fille est une jeune personne. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  80. La mère est une veuve entre deux âges, un exemple de régularité ; femme très prude, et très rébarbative se son métier. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  81. Cet article-là rend l'affaire épineuse. (Acte 1, scène 7, MADEMOISELLE MOUSSET)
  82. La suivante est un monstre de laideur, et un dragon de vertu, plus affreuse que le diable, et par conséquent plus méchante. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  83. Avec cela il y a dans la maison une espèce d'Abbé qui sert d'Intendant, un valet de chambre qui a les gouttes, un cuisinier manchot, un cocher borgne, et trois vieux laquais qui n'ont jamais bu de vin. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  84. Le moyen de faire connaissance avec ces gens-là ? (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  85. Ils sont tous zélés pour la mère, et gardent tous la fille à vue. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  86. Les entrepreneurs n'ont qu'à tabler là-dessus, et faire leurs diligences. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  87. Monsieur l'Arménien ? (Acte 1, scène 7, MADEMOISELLE MOUSSET)
  88. Vous n'en sortirez pas en vingt-quatre heures. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  89. Bon, il y a près d'un mois que j'y travaille, et je n'ai pu l'entamer encore. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  90. Mes chers enfants, ne m'abandonnez pas, je vous en conjure. (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  91. Mort de ma vie, nous sommes trois, il ne faut pas en avoir le démenti. (Acte 1, scène 7, MADEMOISELLE MOUSSET)
  92. Non, assurément. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  93. Monsieur, voilà Mademoiselle Angélique, je pense, elle vient de ce côté-ci, même. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  94. Mon cher Breton : je n'en puis plus, tous mes sens sont interdits. (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  95. Par où commencer ? (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  96. Comment l'aborder ? (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  97. Vous ne lui direz rien, s'il vous plaît. (Acte 1, scène 7, LE BRETON)
  98. Elle vient par ici, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 8, LORANGE)
  99. Vous avez de l'esprit, secondez-moi bien, seulement. (Acte 1, scène 8, LORANGE)
  100. Il nous quitte et rentre chez lui ; que diantre va-t-il faire ? (Acte 1, scène 8, LE BRETON)
  101. Angélique et sa suite approchent, nous les manquerons. (Acte 1, scène 8, LE BRETON)
  102. Comment donc ? (Acte 1, scène 9, MADAME ISAAC)
  103. Quels insolents ! (Acte 1, scène 9, MADAME ISAAC)
  104. En pleine Foire, jeter des immondices par les fenêtres ! (Acte 1, scène 9, MADAME ISAAC)
  105. À qui en ont-elles, donc ? (Acte 1, scène 9, MADEMOISELLE MOUSSET)
  106. Monsieur l'Arménien vient de vider une chocolatière sur le corps de la surveillante. (Acte 1, scène 9, LE BRETON)
  107. Hé, la, la, c'est bien employé, Mademoiselle ; si vous aviez été au Palais, comme Madame votre mère vous l'avait dit, et non pas à la Foire... Hom, hom, voilà comme le Ciel punit vos extravagances. (Acte 1, scène 9, MADAME ISAAC)
  108. Je ne me plains point, je n'ai rien eu. (Acte 1, scène 9, ANGÉLIQUE)
  109. Mais vous qui êtes une personne si sage, et si raisonnable, Madame Isaac, qu'est-ce que le Ciel punit en vous, je vous prie ? (Acte 1, scène 9, ANG?LIQUE)
  110. L'impertinence que j'ai eue d'adhérer à vis sottises : mais cela ne m'arrive pas souvent. (Acte 1, scène 9, MADAME ISAAC)
  111. Je viens vous demander mille pardons, Madame, du petit incident de la chocolatière. (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  112. Ce n'est pas moi, Monsieur l'Arménien, à qui vous devez... (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  113. Je suis bien fâché, Madame... (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  114. La fortune m'est bien favorable, Madame, de m'offrir l'occasion d'un petit service. (Acte 1, scène 10, LE BRETON)
  115. Vraiment, voilà une vieille Demoiselle qui est bien délicate ? (Acte 1, scène 10, LE BRETON)
  116. Nous sommes bien mal adroits tous tant que nous sommes. (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  117. Que je m'en retourne, moi, Madame ? (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  118. Assurément. (Acte 1, scène 10, MADAME ISAAC)
  119. Je ne vous le conseille pas, il n'y a pas d'apparence. (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  120. On vous prendrait pour quelque bonne fortune de la rue de la Lingerie. (Acte 1, scène 10, LE BRETON)
  121. Oh, je n'y resterai pas, je vous en réponds. (Acte 1, scène 10, MADAME ISAAC)
  122. Vous ferez fort bien, assurément. (Acte 1, scène 10, MADEMOISELLE MOUSSET)
  123. Si vous voulez prendre un siège en attendant... (Acte 1, scène 10, MADEMOISELLE MOUSSET)
  124. Allez, Madame, il suffit de moi pour me garder, et d'un laquais pour vous rendre compte de mes actions et de mes paroles. (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  125. Vous le prenez sur ce ton-là ? (Acte 1, scène 10, MADAME ISAAC)
  126. Oh bien, bien, je ne reviendrai pas, moi, mais je vais vous envoyer compagnie. (Acte 1, scène 10, MADAME ISAAC)
  127. Vous me ferez plaisir, je n'en sais pas de plus désagréable que la vôtre. (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  128. J'ai de bons yeux, ne vous mettez pas en peine. (Acte 1, scène 10, JASMIN)
  129. Je m'en vais bientôt faire décamper l'autre. (Acte 1, scène 11, LE BRETON)
  130. N'en sortirai-je que pour passer dans un autre encore plus rude ? (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  131. Il ne tiendra qu'à vous d'être heureuse, j'ose vous en répondre. (Acte 1, scène 11, MADEMOISELLE MOUSSET)
  132. Comment, coquin, tu fouilles dans ma poche ? (Acte 1, scène 11, LE BRETON)
  133. À qui en avez-vous ? (Acte 1, scène 11, LORANGE)
  134. On vole, on pille auprès de votre boutique, et vous souffrez cela, Monsieur l'Arménien ? (Acte 1, scène 11, LE BRETON)
  135. Doucement, Messieurs, c'est mon laquais je vous assure. (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  136. Il prit encore hier au soir dans la poche d'une vieille Marquise de ma connaissance le portrait d'un jeune Abbé, qu'elle venait de retirer de chez la Frenaye. (Acte 1, scène 11, MADEMOISELLE MOUSSET)
  137. En vérité, Mademoiselle... Cela n'est pas vrai, je vous assure. (Acte 1, scène 11, JASMIN)
  138. Il a coupé, il n'y a que trois jours, à une fort honnête Procureuse de la rue Galande, une Croix de diamants de près de dix pistoles, que deux jeunes Académistes lui avaient donnée. (Acte 1, scène 11, LORANGE)
  139. Tu as beau crier, tu iras en galère. (Acte 1, scène 11, LORANGE)
  140. Mais vraiment, ces violences-là ne se font point. (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  141. Qu'on prenne garde à ce qu'on fait, c'est mon laquais, encore une fois. (Acte 1, scène 11, ANG?LIQUE)
  142. Laissez-le emmener, on a quelque chose à vous dire qu'on ne veut pas qu'il sache. (Acte 1, scène 11, MADEMOISELLE MOUSSET)
  143. Ne le comprenez-vous pas ? (Acte 1, scène 12, MADEMOISELLE MOUSSET)
  144. Vous êtes toujours aimable, et l'on écarte les surveillants pour vous découvrir sans contrainte les sentiments que vous faîtes naître. (Acte 1, scène 12, MADEMOISELLE MOUSSET)
  145. Comment, Madame ? (Acte 1, scène 12, ANGÉLIQUE)
  146. Ne craignez rien. (Acte 1, scène 12, MADEMOISELLE MOUSSET)
  147. Pardonnez, charmante personne, à la violence de mon amour les artifices innocents dont on se sert pour me faciliter les moyens de vous entretenir : depuis longtemps je vous adore, je n'ai pu vous parler que des yeux, et je n'ai rien lu dans les vôtres qui m'ait flatté du moindre espoir. (Acte 1, scène 13, CLITANDRE)
  148. Enfin, j'ose, en tremblant, vous consulter ici moi-même sur ma destinée : mon coeur est tout à vous, avez-vous disposé du vôtre ? (Acte 1, scène 13, CLITANDRE)
  149. Que faut-il faire pour l'obtenir ? (Acte 1, scène 13, CLITANDRE)
  150. Si vous le destinez au plus tendre, au plus fidèle, au plus passionné de tous les amants, aucun autre que moi n'a droit d'y prétendre. (Acte 1, scène 13, CLITANDRE)
  151. Cela est bien écrit, au moins, ne faites-vous point de réponse ? (Acte 1, scène 13, MADEMOISELLE MOUSSET)
  152. Quand je vous aurai dit l'état où je suis, vous vous trouverez bien plus malheureux encore. (Acte 1, scène 13, ANGÉLIQUE)
  153. Vous avez un engagement, Madame ! (Acte 1, scène 13, CLITANDRE)
  154. Vous me dites que vous m'aimez, vos regards m'en ont assurée, et leur langage s'est fait entendre dès le moment qu'ils m'ont parlé. (Acte 1, scène 13, ANGÉLIQUE)
  155. On prétend me faire épouser un vieux mari que je déteste. (Acte 1, scène 13, ANG?LIQUE)
  156. Ma mère est riche, je suis jeune, tout le monde me trouve belle, consultez bien encore votre coeur et vos yeux. (Acte 1, scène 13, ANG?LIQUE)
  157. Je vous aime, ne me trompez point, si vous m'aimez véritablement, n'épargnez rien pour faire changer les sentiments de ma mère, et trouver les moyens d'assurer ensemble votre bonheur et mon repos. (Acte 1, scène 13, ANG?LIQUE)
  158. Doucement, s'il vous plaît, Monsieur, un peu moins de transport, et plus de réflexion ; nous ne sommes pas ici en place d'avoir de longues conversations : venons au fait. (Acte 1, scène 13, MADEMOISELLE MOUSSET)
  159. Et très fort même : il vient ici presque tous les jours. (Acte 1, scène 13, MADEMOISELLE MOUSSET)
  160. Je sais de ses fredaines ; et votre affaire n'est pas encore si bien conclue, qu'on ne puisse la rompre. (Acte 1, scène 13, MADEMOISELLE MOUSSET)
  161. Sais-tu des moyens pour cela ? (Acte 1, scène 13, CLITANDRE)
  162. S'il ne s'agit que de détromper Madame votre mère, nous en viendrons aisément à bout : mais pour y parvenir, il est bon qu'on ne vous voie point ensemble, et que je ne paraisse pas me mêler de vos affaires même. (Acte 1, scène 13, MADEMOISELLE MOUSSET)
  163. Je vais dans la boutique de Laigu, envoyez-y mon laquais et ma vieille surveillante, en cas qu'elle vienne. (Acte 1, scène 13, ANGÉLIQUE)
  164. Je n'ose vous accompagner, Madame ; mais mon coeur et mon esprit ne vous quittent pas un seul moment, je vous jure. (Acte 1, scène 13, CLITANDRE)
  165. Je vous pardonne d'être si fort amoureux, la petite personne en vaut bien la peine. (Acte 1, scène 14, MADEMOISELLE MOUSSET)
  166. Puisque tu approuves mon amour, songe donc à me rendre heureux, je te prie. (Acte 1, scène 14, CLITANDRE)
  167. Ne vous mettez point en peine, je connais la mère de votre maîtresse, c'est déjà quelque chose. (Acte 1, scène 14, MADEMOISELLE MOUSSET)
  168. Nous en aurons raison. (Acte 1, scène 14, MADEMOISELLE MOUSSET)
  169. Faites-moi chercher l'Arménien et votre Breton, qu'ils lâchent le filou prétendu, et qu'ils se dépêchent de venir ici. (Acte 1, scène 14, MADEMOISELLE MOUSSET)
  170. Je vais te les renvoyer, et revenir ensuite chez Laigu, pour y regarder du moins Angélique, s'il ne m'est pas permis de lui parler. (Acte 1, scène 14, CLITANDRE)
  171. Je suis bienheureuse que l'expérience m'ait corrigée de ces faiblesses. (Acte 1, scène 15, MADEMOISELLE MOUSSET)
  172. Et que mon carrosse aille m'attendre à la petite porte de la rue des Cannettes (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  173. Voilà des ordres qui sentent furieusement la bonne fortune. (Acte 1, scène 16, MADEMOISELLE MOUSSET)
  174. Bon jour, mon enfant, je ne suis jamais sans cela, comme tu sais. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  175. Je suis un peu coquet de mon naturel ; je les laisse se flatter ; je dis que je veux épouser l'une, je promets de faire la fortune de l'autre ; je donne des régals, des cadeaux, des promenades ; somme totale, je les amuse, et je ne conclus rien. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  176. La manière de se distinguer à la guerre est dangereuse ; celle de la robe est trop sérieuse, et trop pénible ; il n'est rien tel que de briller dans la Finance. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  177. Assurément, cela est bien plus sûr, et bien plus commode. (Acte 1, scène 16, MADEMOISELLE MOUSSET)
  178. Oh, pour cela oui, je t'en réponds. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  179. Je suis à la veille d'en épouser une toute des plus jolies. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  180. Quoi, vous voulez vous marier sérieusement. (Acte 1, scène 16, MADEMOISELLE MOUSSET)
  181. Oui, mon enfant, j'ai mes raisons. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  182. Cette fille est riche, et ce qui fait que je viens ici incognito aujourd'hui, c'est que la mère est une prude qu'il faut ménager ; je ne veux pas manquer cette affaire, elle est sérieuse : mais quand la dupe sera une fois embarquée, je ne suis pas d'humeur à me contraindre, et je me rejetterai dans la bagatelle. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  183. Vous n'en sortez pas trop, à ce qu'il me semble. (Acte 1, scène 16, MADEMOISELLE MOUSSET)
  184. Et quel rendez-vous vous attire à la Foire, s'il vous plaît ? (Acte 1, scène 16, MADEMOISELLE MOUSSET)
  185. J'y en ai deux, Mademoiselle Mousset : un chez toi avec une petite grisette. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  186. Je n'ai encore vu personne. (Acte 1, scène 16, MADEMOISELLE MOUSSET)
  187. On viendra, les petites grisettes sont exactes, elles n'ont pas tant d'affaires que les femmes de qualité : en attendant je m'en vais chez Laigu, où se doit trouver une petite bretonne de ta connaissance. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR FARFADEL)
  188. Consultons maintenant avec nos deux associés ce que nous pourrons faire pour... (Acte 1, scène 17, MADEMOISELLE MOUSSET)
  189. Hé bien, nos amants sont-ils contents l'un de l'autre ? (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  190. À quelle intention ? (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  191. Pour vous dire de venir ici, et de laisser aller ce pauvre diable. (Acte 1, scène 18, MADEMOISELLE MOUSSET)
  192. On a prévenu ses ordres ; l'espion pris en a été quitte pour quelques soufflets, quelques coups de pied dans le ventre, quelques croquignoles ; le tout pour lui apprendre à écouter aux portes. (Acte 1, scène 18, LORANGE)
  193. Comment s'est passée l'entrevue ? (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  194. Cela n'est rien, mon enfant, mon maître n'est pas scrupuleux, il l'épousera en sec ondes noces avant qu'elle soit veuve. (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  195. Tu as raison, voilà un accommodement : mais il est bien aise d'épouser en premier. (Acte 1, scène 18, MADEMOISELLE MOUSSET)
  196. Il a tort, les mariages en second sont les moins embarrassants, et les moins dangereux pour les suites. (Acte 1, scène 18, LORANGE)
  197. Laissons-là la plaisanterie, et parlons sérieusement, il faut rompre cette affaire, et assurer la nôtre. (Acte 1, scène 18, MADEMOISELLE MOUSSET)
  198. Comment s'y prendre ? (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  199. Selon le goût de ses maîtresses ; il n'est rien, et il est tout ; c'est un petit caméléon d'amour, un animal amphibie en qui la finance domine. (Acte 1, scène 18, MADEMOISELLE MOUSSET)
  200. Voilà un bon sujet, Monsieur l'Arménien. (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  201. Oui, cela doit bien rendre. (Acte 1, scène 18, LORANGE)
  202. Il va donner apparemment à son épouse prétendue quelques-uns des divertissements de la Foire, le Cercle, le petit Opéra, les Danseurs de corde ? (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  203. Où cela pourrait-il nous mener ? (Acte 1, scène 18, MADEMOISELLE MOUSSET)
  204. Il n'importe : commençons par-là ; c'est toujours quelque chose. (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  205. L'Entrepreneur du petit Opéra est le bâtard d'une de mes tantes, et la petite Danseuse de corde, est la maîtresse de mon neveu. (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  206. Nous sommes en pays de connaissance. (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  207. Que prétends-tu faire ? (Acte 1, scène 18, MADEMOISELLE MOUSSET)
  208. Ne vous mettez pas en peine, je vais toujours en me divertissant préparer un petit régal de Foire, qui finira peut-être agréablement notre intrigue. (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  209. Songez au dénouement, vous autres. (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  210. Mais, mais : je vous laisse le soin de l'utile et du nécessaire, et je ne me charge que de l'agréable ; je fais bien les choses comme vous voyez. (Acte 1, scène 18, LE BRETON)
  211. Ce garçon-là donne furieusement dans la bagatelle, il ne s'attache point au solide ; je ne m'étonne point qu'il ait été si longtemps à entamer l'intrigue de son maître. (Acte 1, scène 19, LORANGE)
  212. Et toi, qui es plus essentiel et plus habile, dis-moi un peu de quelle manière... (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  213. Ma chère Mademoiselle Mousset, tu vois une fille outrée de désespoir, ma chère enfant. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  214. C'est Mademoiselle de Kermonin, la petite bretonne de Monsieur Farfadel, apparemment. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  215. Allons, Mademoiselle, allons, revenez à vous. (Acte 1, scène 19, LORANGE)
  216. Hé, à qui en avez-vous, Mademoiselle ? (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  217. C'est une fille qui va devenir mère, ne vous y trompez pas. (Acte 1, scène 19, LORANGE)
  218. J'en mourrai, Mademoiselle, je ne survivrai point à cet affront-là, ah, ah, ah, ah. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  219. Écoutez, il est fâcheux que cela arrive en pleine Foire, la chose ne sera pas secrète ; vous avez raison : mais au bout du compte... (Acte 1, scène 19, LORANGE)
  220. Ce sont des vapeurs, assurément. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  221. Je ne sais qu'en croire. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  222. Je le crois bien. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  223. Oui, je m'en souviens, je sors de Laigu. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  224. Si tu savais, Mademoiselle Mousset, l'indignité que ce vieux singe de Farfadel vient de me faire ? (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  225. Vous n'étiez pas seule pour lui chez Laigu, il y avait un autre rendez-vous que le vôtre. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  226. Je l'y attendais depuis une heure ; il y est venu, j'ai été au-devant de lui, il n'a pas fait semblant de me voir, Mademoiselle Mousset ; et il est allé faire mille caresses en ma présence à une guenon, qui ne le regardait presque pas, seulement. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  227. Si je n'avais appréhendé l'éclat... (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  228. Mademoiselle de Kermonin est une personne fort prudente. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  229. Il faut qu'il ait perdu l'esprit, car cette personne-là n'est rien moins que jolie. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  230. C'est une fille qu'il va épouser, je vous en avertis (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  231. Je l'en défie, je le tuerai, je le mangerai, je l'assommerai, je le poignarderai, je le dévisagerai, je l'étranglerai. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  232. Je n'en puis plus, je ne saurais parler. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  233. Ne me quittez pas, Monsieur l'Arménien, il faut bien finir notre affaire. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  234. Il en épouserait une autre que moi ? (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  235. Est-ce que vous avez ensemble quelques engagements qui l'en empêchent. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE MOUSSET)
  236. Si nous en avons, Mademoiselle Mousset ? (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  237. Il y a six semaines qu'il me rend visite ? (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  238. Il a mon portrait en miniature, et j'ai le sien en cire dans ma chambre. (Acte 1, scène 19, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  239. Un portrait en cire ? (Acte 1, scène 19, LORANGE)
  240. C'est encore quelqu'une de vos rivales, sur ma parole. (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE MOUSSET)
  241. Parbleu, la Foire sera bonne, les marchandes s'amassent. (Acte 1, scène 21, LORANGE)
  242. Ce ne sera pas bien difficile. (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE MOUSSET)
  243. Vous avez d'étroites liaisons avec lui, apparemment ? (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE MOUSSET)
  244. Il donne une pension à ma tante, une commission à mon oncle ; il a mis mon frère au Collège, et nous espérons qu'il m'épousera. (Acte 1, scène 21, MAROTTE)
  245. Oh j'en serai vengée. (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  246. Il vous rend de fréquentes visites, sans doute ! (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE MOUSSET)
  247. Pas si fréquentes qu'il voudrait. (Acte 1, scène 21, MAROTTE)
  248. Qui peut l'en empêcher ? (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE MOUSSET)
  249. Il fait tant de bien à la famille. (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE MOUSSET)
  250. Il en a de toutes les façons. (Acte 1, scène 21, LORANGE)
  251. Prenez garde d'étouffer, vous-même. (Acte 1, scène 21, LORANGE)
  252. Comment ? (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  253. Quelle petite impertinente est-ce là ? (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  254. Je ne connais pas la petite bretonne : mais vous prenez feu d'une manière... (Acte 1, scène 21, MAROTTE)
  255. Vous êtes une insolente. (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  256. Je vous le disais bien, qu'elle était folle. (Acte 1, scène 21, MAROTTE)
  257. Je vous apprendrai à parler. (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  258. Hé, la, la, la, en pleine Foire ? (Acte 1, scène 21, LORANGE)
  259. Oh, je vous en défie. (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  260. Ne prenez pas garde à ce qu'elle dit. (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE MOUSSET)
  261. Doucement. (Acte 1, scène 21, LORANGE)
  262. Comment, Grisette ? (Acte 1, scène 21, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  263. Je viens maintenant savoir... (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  264. Je ne sais qui me tient... (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  265. Quelle rencontre ! (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  266. Comment donc, qu'est-ce que cela signifie ? (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE MOUSSET)
  267. Bon, je te perds, je te retrouve, au contraire, et en bon état, même : j'en suis bien aise. (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  268. Hé, comment diable es-tu fait fortune ? (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  269. Les petites Bourgeoises de Paris valent bien certaines personnes de qualité, Mademoiselle Nicole. (Acte 1, scène 23, MAROTTE)
  270. Oh, point d'invectives, Mademoiselle Marotte, vous deviendrez aussi fille de qualité, quelque jour : l'amour donne des lettres de noblesse. (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE MOUSSET)
  271. Ces Dames ont quelque dispute ensemble ? (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  272. Elles n'en étaient encore qu'aux injures, elles s'allaient mettre aux soufflets quand tu es arrivé. (Acte 1, scène 23, LORANGE)
  273. Que je ne trouble point votre conversation, Mesdames, je ne prétends point vous déranger en aucune manière. (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  274. Non, s'il vous plaît, que les querelles finissent. (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE MOUSSET)
  275. Il en trompe bien d'autres. (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE MOUSSET)
  276. Je viens de le rencontrer en venant ici, il se promène dans l'autre allée avec Angélique, mon maître les suit pas à pas, et ne les perds pas de vue. (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  277. Je reviens vous trouver, Madame, vous me paraissez une personne tant gracieuse. (Acte 1, scène 23, URBINE)
  278. Salut, Monsieur l'Arménien. (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  279. Bonjour, la belle enfant. (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  280. En gros et en détail, je baise les mains à la compagnie. (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  281. La compagnie est bien votre servante, Monsieur. (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE MOUSSET)
  282. Est-ce l'estime, l'amitié, l'intérêt, le plaisir, les affaires, la conversation, ou le hasard seul qui s'en mêle ? (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  283. Comment, sa soeur ? (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  284. Oui, Monsieur, je l'ai rencontrée par hasard ; elle a fait fortune par aventure, il se trouve, par accident, que ces deux Princesses ont le même adorateur de leurs charmes. (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  285. Ce galant homme, par cas fortuit, est d'autre part rival de mon maître, nous voudrions bien le berner de dessein formé, et comme le hasard vous conduit ici, vous serez, si vous voulez, de la partie. (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  286. Sandis, très plus que volontiers, nous en prendrons le plaisir. (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  287. Quel est l'objet du bernement ? (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  288. Ce ne sont pas encore là toutes vos rivales, j'en connais bien d'autres. (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE MOUSSET)
  289. Vous connaissez ce Gentilhomme-là, Monsieur ? (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  290. Donnez les mains, Mesdames ; augmentation de rivalités, surcroît de consolation ou de colère. (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  291. Vous en soupirez ? (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  292. Allons, ferme, point de faiblesse, force d'esprit, résolution : vos causes sont pareilles ; en attendant qu'on le pende en pleine Grève, il faut le berner en pleine Foire. (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  293. Il ne sera rien que je ne fasse pour être vengée de ce misérable. (Acte 1, scène 23, URBINE)
  294. Et pour moi, je l'étranglerai bien toute seule, il n'y a qu'à me laisser faire. (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  295. Et la petite personne, qu'en pense-t-elle ? (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  296. Ma tante n'aura plus de pension, elle sera bien fâchée ; mais il n'importe. (Acte 1, scène 23, MAROTTE)
  297. De quelle manière nous y prendrons-nous ? (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE MOUSSET)
  298. Monsieur l'Arménien paraît entendu. (Acte 1, scène 23, LE CHEVALIER)
  299. Je m'y soumets entièrement, qu'il parle. (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  300. Je réglerai vos rôles, ne vous mettez pas en peine, vous nous aiderez d'un petit opéra de votre façon, Monsieur le Breton ? (Acte 1, scène 23, LORANGE)
  301. Tout est disposé pour cela, Monsieur l'Arménien. (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  302. Justement... (Acte 1, scène 23, LORANGE)
  303. Il n'est rien tel que de mêler les divertissements de la Foire. (Acte 1, scène 23, LORANGE)
  304. Assurément. (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  305. Je vais achever de préparer le mien. (Acte 1, scène 23, LE BRETON)
  306. J'aurai bientôt fait, dépêchez. (Acte 1, scène 23, LORANGE)
  307. Allons chez vous nous concerter, seulement. (Acte 1, scène 23, LORANGE)
  308. Allons, vous dis-je, et me laissez faire, je ne gâterai rien, sur ma parole. (Acte 1, scène 23, LORANGE)
  309. Vous êtes en bonne main, laissez-vous conduire. (Acte 1, scène 23, MADEMOISELLE MOUSSET)
  310. Allez et revenez, je vous attends, Mesdames. (Acte 1, scène 24, LE CHEVALIER)
  311. Cet Arménien me semble alerte et de bon esprit, il devrait être de chez nous. (Acte 1, scène 24, LE CHEVALIER)
  312. Oh, çà, ma chère enfant, pendant que l'Arménien va concerter avec ces Dames pour leurs affaires, concertons-nous un peu pour la nôtre. (Acte 1, scène 24, LE CHEVALIER)
  313. Elle est lente à venir, cette Dame que nous attendons, et l'amour ne la pointe pas assez, à ce qu'il me semble. (Acte 1, scène 24, LE CHEVALIER)
  314. Elle ne saurait tarder beaucoup encore. (Acte 1, scène 24, MADEMOISELLE MOUSSET)
  315. Je me suis sous main informé d'elle, et je n'ai rien appris qui me flatte. (Acte 1, scène 24, LE CHEVALIER)
  316. Il faut se voir, et convenir de ses faits avant toutes choses. (Acte 1, scène 24, MADEMOISELLE MOUSSET)
  317. Écuyer, Gentilhomme, Intendant, Économe, le bon ami de maison, avec de bons appointements et quelques gratifications, cela vaut mieux. (Acte 1, scène 24, LE CHEVALIER)
  318. Faisons en sorte que je lui sois sur ce pied-là, Mademoiselle Mousset. (Acte 1, scène 24, LE CHEVALIER)
  319. Vous vous expliquerez ensemble, elle vous aime ; et la précaution qu'elle prend de marier sa fille, fait assez voir qu'elle a dessein... (Acte 1, scène 24, MADEMOISELLE MOUSSET)
  320. Il épousera tout Paris, si la Police ne s'en mêle. (Acte 1, scène 24, LE CHEVALIER)
  321. Je vous ai fait attendre, Monsieur le Chevalier : mais j'ai mes heures marquées, et je me suis fais une règle de vie, que la raison et la bienséance ne me permettent pas de déranger. (Acte 1, scène 25, MADAME BARDOUX)
  322. Je me donne au diable, madame, si je sais rien de plus louable que cette régularité dont vous faites profession. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  323. Pudeur sur le visage, sages discours sur les lèvres, politique dans la conduite, déguisement dans l'amour-propre, simplicité dans la coiffure, modestie dans l'ajustement ; vous êtes un modèle accompli de perfections morales, ou la peste m'étouffe. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  324. Et vous êtes femme d'esprit, il ne faut pas perdre en un jour le fruit de dix ans de contrainte. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  325. La démarche que je ais aujourd'hui pourtant de vous donner un rendez-vous à la Foire... (Acte 1, scène 25, MADAME BARDOUX)
  326. Cadedis, que vous l'entendez. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  327. La Foire est bien choisie, Madame, vous n'êtes pas connue des personnes qui la fréquentent, on ne vous soupçonne point d'y venir ; et tel vous y verrait en face, qui se donnerait au diable que ce n'est pas vous. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  328. Monsieur le Chevalier a raison, Madame ; vous hasardez moins à la Foire, qu'en lieu du monde. (Acte 1, scène 25, MADEMOISELLE MOUSSET)
  329. Cela est fort prudent ; et supposez même qu'on vous vît ici, ne pourriez-vous pas y être venue faire provision de confitures pour les malades ? (Acte 1, scène 25, MADEMOISELLE MOUSSET)
  330. Femme de jugement, autre ressource, excellent prétexte, Madame ! (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  331. Et avec toutes ces précautions, Monsieur le Chevalier, si l'on me voit avec vous, je hasarde étrangement ma réputation. (Acte 1, scène 25, MADAME BARDOUX)
  332. Comment, votre réputation ? (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  333. Hé donc, Est-ce que dans le temps où nous sommes, un joli homme déshonore les femmes, quelques régulières qu'elles paraissent ? (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  334. Presque toutes sont des coquettes, on en convient, on leur pardonnez comme défaut de tempérament, et ce n'est que leur bon ou leur mauvais choix qui fait qu'on les méprise, ou qu'on les estime. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  335. Qu'il a d'esprit, Mademoiselle Mousset, qu'il a d'esprit, et qu'il s'énonce bien ! (Acte 1, scène 25, MADAME BARDOUX)
  336. Il n'y a point de régularité qui puisse tenir là contre, n'est-il pas vrai ? (Acte 1, scène 25, MADEMOISELLE MOUSSET)
  337. Or sus, venons au fait, et ne barguignons point, Madame : vous avez du goût pour moi, l'on me l'a dit. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  338. La vertu la plus austère, Monsieur le Chevalier, n'est point à l'épreuve de certains mérites triomphants ; et je veux bien vous avouer que le vôtre a fait sur mon coeur... (Acte 1, scène 25, MADAME BARDOUX)
  339. Oui, j'en ai, j'en conviens ; passons... (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  340. Voilà un gentilhomme qui se connaît, Madame. (Acte 1, scène 25, MADEMOISELLE MOUSSET)
  341. Vous avez donc du goût pour moi, Madame, et j'en ai pour vous, Dieu me damne, tout ce qu'on en saurait avoir ; mais sur quel pied nous aimons-nous ? (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  342. Je ne crois pas, Monsieur, que vous pensiez que je puisse avoir d'autres vues que celles... (Acte 1, scène 25, MADAME BARDOUX)
  343. Je m'explique, Madame, entendons-nous, de grâces. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  344. Et nous ne nous connaissons pas encore. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  345. En attendant le contrat de mariage, Ne peut-on faire un bail de coeur à certaines clauses ? (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  346. Une personne comme moi ne devrait pas être exposée à entendre des discours si peu respectueux... (Acte 1, scène 25, MADAME BARDOUX)
  347. Vous vous cabrez, vous prenez mal les choses ; vertueuse et régulière comme vous êtes, je veux donner le temps à votre pudeur de se résoudre à convoler en secondes noces ; et par excès de régularité, vous voulez précipiter les événements. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  348. Hé bien, soit, parlons de mariage, et supprimons le bail de coeur ; c'est une espèce de contrat qui est pourtant bien à la mode. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  349. Si vous avez pour moi les sentiments que je souhaite, vous pouvez compter, Monsieur... (Acte 1, scène 25, MADAME BARDOUX)
  350. Mon pauvre Chevalier, tu auras bien de la peine. (Acte 1, scène 26, CLITANDRE)
  351. Par quelle aventure... (Acte 1, scène 26, CLITANDRE)
  352. Tout se terminera bien, je vais avertir nos gens, donnez-vous patience. (Acte 1, scène 26, MADAME BARDOUX)
  353. Quel est ce Gentilhomme, Monsieur le Chevalier ? (Acte 1, scène 27, MADAME BARDOUX)
  354. C'est un de mes amis, Madame, qui voudrait bien être votre gendre. (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  355. Mon gendre, Monsieur ! (Acte 1, scène 27, MADAME BARDOUX)
  356. Je rendrai la chose possible. (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  357. Je suis engagée de parole avec un autre, et le contrat doit être signé demain. (Acte 1, scène 27, MADAME BARDOUX)
  358. Quoi, dans les termes où nous en sommes, vous pouvez vous défendre... (Acte 1, scène 28, MONSIEUR FARFADEL)
  359. Non, Monsieur, ni présents, ni régal, je ne recevrai rien de vous, s'il vous plaît. (Acte 1, scène 28, ANGÉLIQUE)
  360. Mon gendre et ma fille sont ici ! (Acte 1, scène 28, MADAME BARDOUX)
  361. Vous nous surprenez dans une espèce de tête à tête, que votre aveu rend permis, Madame. (Acte 1, scène 28, MONSIEUR FARFADEL)
  362. Vous deviez aller aux prisonniers, Madame ; par quelle aventure... (Acte 1, scène 28, ANGÉLIQUE)
  363. Nous avons changé de sentiments l'une et l'autre, Madame, il n'y a rien de plus naturel ; et vous ne devez point blâmer en moi ce que vous avez fait vous-même. (Acte 1, scène 28, ANGÉLIQUE)
  364. Il y a ici quelque chose que je n'entends pas bien. (Acte 1, scène 28, MADAME BARDOUX)
  365. Que deviendra tout ceci ? (Acte 1, scène 28, CLITANDRE)
  366. C'est ici, Messieurs, entrez vite, Mesdames. (Acte 1, scène 29, LE BRETON)
  367. Le voilà qui va commencer ; entrez vite. (Acte 1, scène 29, LE BRETON)
  368. Vous les ferez, et très bien même, j'en donne parole. (Acte 1, scène 29, LE CHEVALIER)
  369. Silence. (Acte 1, scène 29, LE CHEVALIER)
  370. Qu'on ne nous fasse pas attendre ? (Acte 1, scène 29, LE CHEVALIER)
  371. Hé, à quoi songez-vous donc, Monsieur du Prologue, de commencer ainsi sans avertir vos camarades ? (Acte 1, scène 30, MADEMOISELLE MOUSSET)
  372. À qui tient-il qu'on ne continue ? (Acte 1, scène 30, LE BRETON)
  373. Hé, le moyen ? (Acte 1, scène 30, MADEMOISELLE MOUSSET)
  374. Mademoiselle Madelon est enfermée dans sa loge avec ce trésorier de la Douane, la servante a emporté la clef ; je m'en vais chercher un Serrurier pour leur faire ouvrir. (Acte 1, scène 30, MADEMOISELLE MOUSSET)
  375. Maugrébleu de ces Trésoriers, Ils font toujours faire quelque impertinence à nos filles d'Opéra. (Acte 1, scène 30, LE BRETON)
  376. Nous vous demandons bien pardon, Messieurs. (Acte 1, scène 30, LE BRETON)
  377. Si ces Messieurs veulent, en attendant, pour ne point perdre de temps, on montrera le cercle. (Acte 1, scène 30, LORANGE)
  378. Vous serez surpris de celui-ci, je vous en réponds. (Acte 1, scène 30, LORANGE)
  379. Comment, c'est moi, je pense ! (Acte 1, scène 30, FARFADEL)
  380. Vous avez un gendre de distinction, Madame ; il brille à la foire. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  381. Monsieur le montreur de Cercle, je vous apprendrai... (Acte 1, scène 30, FARFADEL)
  382. Je ne suis que le garçon, Monsieur, c'est une petite Bretonne qui est l'Entrepreneuse. (Acte 1, scène 30, LORANGE)
  383. On se moque de moi, je pense ; écoutez, je prendrai mon sérieux. (Acte 1, scène 30, FARFADEL)
  384. Tu croyais donc me jouer impunément, vieux singe ? (Acte 1, scène 30, MADEMOISELLE DE KERMORIN)
  385. Encore ? (Acte 1, scène 30, FARFADEL)
  386. Elles ont le diable au corps, il en pleut, je pense. (Acte 1, scène 30, FARFADEL)
  387. Comment ? (Acte 1, scène 30, MADAME BARDOUX)
  388. Allons, chantez, Monsieur de Farfadel, vous êtes pris ; chantez, vous dis-je, où je vous fais mener au Châtelet par cette escouade de femmes. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  389. Je le prends sous ma protection ; voilà qui est fini. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  390. Comment, Monsieur ? (Acte 1, scène 30, MADEMOISELLE DE KERMONIN ET MAROTTE)
  391. Point de bruit, Nicole ; doucement, Grisette : il nous revient un petit Opéra qu'il ne faut pas perdre ; Mais réglons auparavant nos petites affaires. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  392. Donnez votre soeur Nicole à l'Arménien, Breton, Clitandre aura soin de leur fortune. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  393. Vous épouserez la Grisette, vous ; le beau-frère Farfadel continuera la pension de la tante, et il vous fera sous-fermier au premier jour. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  394. Oui, mais sans conséquence, au moins. (Acte 1, scène 30, LE BRETON)
  395. Ils s'entendaient tous comme larrons en Foire. (Acte 1, scène 30, MONSIEUR FARFADEL)
  396. De vous à moi, nous sommes à peu près d'accord, Madame ; donnez Angélique à mon ami, vous m'en trouverez plus traitable. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  397. Hé, trêve de remerciements. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  398. Chose ennuyeuse, la Foire Saint-Germain est aujourd'hui pour nous la Foire aux mariages. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  399. Voyons le petit Opéra, et nous irons tous souper ensemble. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  400. L'Amour y met en étalage v.5 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  401. Les présents y sont en usage : v.7 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  402. Et telle femme y vient fort sage, v.8 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  403. Qui l'est bien moins le lendemain. v.9 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  404. Venez prendre des maîtresses v.14 (Acte 1, scène 31, TOUS)
  405. Font ici commerce de tendresses. v.17 (Acte 1, scène 31, TOUS)
  406. En amour v.18 (Acte 1, scène 31, TOUS)
  407. Les marchés n'y durent qu'un jour. v.19 (Acte 1, scène 31, TOUS)
  408. Et Bacchus en Automne est le Dieu respecté. v.24 (Acte 1, scène 31, TOUS)
  409. Tout brille en ces lieux. v.28 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  410. Souvent les moins belles v.29 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  411. Y charment les yeux. v.30 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  412. Un coeur prompt à se rendre v.31 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  413. Peut s'y laisser prendre : v.32 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  414. Est-il rien qui soit plus doux ? v.36 (Acte 1, scène 31, TOUS)
  415. Ce qu'ils faisaient avant nous. v.42 (Acte 1, scène 31, TOUS)
  416. Est-il rien qui soit plus doux ? v.46 (Acte 1, scène 31, TOUS)
  417. Se prend dans son magasin ; v.50 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  418. Et si l'on ne s'en accommode, v.51 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  419. On peut le changer le lendemain. v.52 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  420. Quand l'Amour donne en partage v.53 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  421. On en fait un doux usage v.55 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  422. Mais, qui vend au Printemps de l'âge, v.57 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  423. N'est pas celle où vont plus de gens ; v.66 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  424. Il faut de certains talents. v.68 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  425. Nous bornons nos voeux et nos talents ; v.72 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  426. Nous donnons tous nos moments. v.74 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  427. Si nous pouvions encore mieux faire, v.75 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)
  428. Nous serions heureux, et vous contents. v.76 (Acte 1, scène 31, LE BRETON)

MADAME ARTUS (1707)

  1. Où j?ai vécu trois ans, si bien payé, sans peine, v.4 (Acte 1, scène 1, MERLIN)
  2. Passe encor, s?il était tout à fait orphelin. v.6 (Acte 1, scène 1, MERLIN)
  3. Et quelle mère encore ? Il n?y faut pas songer. v.9 (Acte 1, scène 1, MERLIN)
  4. Enrageons avec lui, puisqu?il faut enrager ! v.10 (Acte 1, scène 1, MERLIN)
  5. À notre appartement, quel bon vent te conduit ? v.13 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  6. Hé, que dira Madame, en apprenant la chose ? v.19 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  7. Oh ! Qu?elle la fait bien ! v.20 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  8. Elle en est cause. v.20 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  9. Est-il rien de mal fait que le fils ait pu faire, v.23 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  10. Mais revenons au fait. Tu me dis que c?est elle? v.27 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  11. Hé oui, pour être en droit de nous chercher querelle, v.28 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  12. Mon maître, instruit aussi de ses intentions, v.33 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  13. Contre ses bons desseins prend ses précautions? v.34 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  14. Bon enfant, dont pourtant j?ai sujet de me plaindre, v.35 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  15. Qu?on ne ferme la porte ; et de peur d?accident, v.37 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  16. M?envoie presque à jeun lui faire, en l?attendant, v.38 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  17. Le Portier attentif vienne dans le moment, v.41 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  18. Pour n?éveiller personne, ouvrir tout doucement. v.42 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  19. Je pars, je cours, je viens, j?arrive, et donne l?ordre : v.43 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  20. La mère comme un dogue, attentive à nous mordre, v.44 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  21. Me voyant rentrer seul, et sans Monsieur son fils, v.45 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  22. Fait bonnement fermer la porte du logis. v.46 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  23. Longtemps entre elle et moi sont en vains disputées ; v.48 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  24. Enfermés, moi dedans, et mon maître dehors, v.50 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  25. Faute d?avoir soupé, j?en enrage. Mon maître v.51 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  26. Vient et sonne, au Portier parle par sa fenêtre ; v.52 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  27. Le Portier bien fâché, lui rend compte de tout, v.53 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  28. Qui, pour ne lui pas rendre aucun compte des biens v.61 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  29. Que son père a laissés, cherche mille moyens ; v.62 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  30. Qui, pour le décrier, d?un rien se formalise, v.63 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  31. Elle-même à faillir lui présente l?amorce : v.67 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  32. Il s?en saisit parfois, il est vrai ; mais à force v.68 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  33. Fort aisément. v.71 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  34. Qui dit qu?il ne vient point coucher à la maison ; v.73 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  35. Enfin, le fils a tort, et la mère a raison. v.74 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  36. Pour lui, bien autre chose occupe ma cervelle. v.76 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  37. Cette Madame Artus, à qui si bonnement v.77 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  38. Madame en sa maison donne un appartement ; v.78 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  39. Flatte jusqu?au Portier, jusqu?au chien du logis ; v.82 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  40. Sous cet air de vertu qu?on voit bien qu?elle affecte? v.83 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  41. Et depuis qu?elle s?est introduite en ces lieux, v.85 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  42. Nos affaires, crois-moi, n?en ont pas été mieux. v.86 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  43. Je m?en aperçois bien. v.87 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  44. Elle est, comme son frère, en une peine extrême. v.88 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  45. Jeune, bien faite, aimable, et pleine d?agréments. v.89 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  46. Et d?ailleurs riche assez pour être bien pourvue ; v.91 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  47. On prétend qu?elle n?ait que la retraite en vue ; v.92 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  48. Mais on ne l?a point fait encor coucher dehors ? v.94 (Acte 1, scène 2, MERLIN)
  49. Il faudrait, comme vous, aller souper en ville. v.95 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  50. Oh, non ! Et c?est cela qui m?en fâche le plus, v.98 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  51. Au point de n?en pouvoir être dépaysé. v.102 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  52. Il n?y faut pas penser, à moins que de sa grâce, v.103 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  53. Le diable, qui l?y mit, quelque jour ne l?en chasse. v.104 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  54. Hé bien, Merlin ? v.105 (Acte 1, scène 3, DORANTE)
  55. Je vous attends v.105 (Acte 1, scène 3, MERLIN)
  56. Allons, venez. v.108 (Acte 1, scène 3, MERLIN)
  57. Elle voudrait bien vous parler, Monsieur, v.110 (Acte 1, scène 3, FINETTE)
  58. Je venais de sa part ici vous en instruire. v.111 (Acte 1, scène 3, FINETTE)
  59. J?irai dans un moment la voir. v.112 (Acte 1, scène 3, DORANTE)
  60. Comment ! Parlerait-on de vous faire enfermer ? v.114 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  61. Ah ! Mon pauvre garçon, le diable est en campagne. v.115 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  62. Oui, elle a chez mon oncle envoyé ce matin ? v.118 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  63. Le prier que chez elle il voulût bien se rendre ; v.119 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  64. Et la Fleur m?a cherché partout pour me l?apprendre, v.120 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  65. Ils sont, je pense, ensemble avec Madame Artus. v.121 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  66. Autant vaut être bien battus que mal battus. v.122 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  67. Attendre avec patience, v.123 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  68. Je vous l?avais bien dit. v.127 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  69. Fut d?abord mieux garnie, en mettant tout à bas ; v.129 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  70. Maintenant elle est vide, et vous dans l?embarras. v.130 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  71. Il faut s?attendre à tout. Qu?en sera-t-il ? Ma mère v.131 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  72. C?est bien dit. v.133 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  73. Elles ne feront rien que de fort ordinaire. v.135 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  74. M?inspirent un certain respect quand je le vois. v.138 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  75. Ces manières, cet air, dont il prend chaque chose ; v.139 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  76. Il faut te l?avouer, sa présence m?impose. v.140 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  77. D?en jouir n?est qu?un droit d?anticipation, v.146 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  78. Oui, mièvreté d?un fils lassé d?être en tutelle. v.148 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  79. Allez, le mal n?est pas bien grand, à mon avis. v.149 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  80. Comment ? v.151 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  81. Pour n?être pas en tout tout à fait condamnable, v.155 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  82. Notre hymen quelque temps aurait été secret ; v.161 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  83. Et forcé pour un temps de cacher ma tendresse? v.163 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  84. Et l?on dit qu?à Paris sa mère a des parents, v.165 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  85. Qui, s?il fallait plaider, sont de terribles gens. v.166 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  86. Si par hasard, Madame en quelque nouvelle, v.167 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  87. Les nouvelles ici viennent tout à la fois. v.170 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  88. Qu?en pensez-vous ? v.171 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  89. De l?ardeur qu?en mon âme un tendre amour excite, v.172 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  90. Je l?eusse encor longtemps renfermé en mon coeur. v.174 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  91. Mais l?éclat étant fait, n?ayant plus rien à craindre, v.175 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  92. De son ressentiment quoi qu?il puisse arriver, v.177 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  93. Ce que j?ai commencé, je saurai l?achever. v.178 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  94. Rosette aura du bien, elle est sage, elle est belle, v.179 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  95. On ne peut condamner ma tendresse pour elle : v.180 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  96. Aux yeux de l?univers j?en ferai vanité. v.181 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  97. Ah ! Fort bien ; vous voilà, Monsieur, déshérité. v.182 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  98. Oh ! Sans cela je sais à quoi je dois m?attendre. v.183 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  99. Ma mère a, tu le sais, des comptes à me rendre ; v.184 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  100. Elle remet toujours ? Je souffre en attendant, v.185 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  101. Et n?en aurai, je crois, de raison qu?en plaidant. v.186 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  102. Cependant, malgré moi, il faut en venir là. v.190 (Acte 1, scène 4, DORANTE)
  103. Mais de son bois coupé, Monsieur, tenons-lui compte. v.192 (Acte 1, scène 4, MERLIN)
  104. Plus je connais qu?il m?aime, et plus je l?appréhende. v.195 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  105. Je ne viens point vous faire ici de réprimande, v.196 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  106. Et pendant quelque temps vous les avez suivis ; v.198 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  107. Ils vous ont ennuyé, vous changez de conduite, v.199 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  108. Elle est belle à présent, je vous en félicite ; v.200 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  109. Oh ! J?étais bien surpris, si je n?avais mon fait. v.202 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  110. Car tout autre conseil, que vous eussiez pu prendre, v.203 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  111. N?eût pas autorisé ce que je viens d?apprendre. v.204 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  112. Mais oser dégrader le bien de votre mère, v.208 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  113. Pour quelque mille écus détruire en un moment v.209 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  114. Un Bois ! De son Château le plus bel ornement ! v.210 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  115. Votre dérangement est par là trop visible, v.211 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  116. Hé bien, je l?avais deviné. v.213 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  117. Que quelqu?un du pays, mal intentionné, v.214 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  118. C?est être bien méchant d?en user de la sorte. v.220 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  119. Parce qu?on l?a rossé pour certaine aventure? v.223 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  120. Non ? C?est l?endroit le plus beau, v.226 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  121. C?était un vilain trou. Maintenant, malepeste ! v.228 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  122. Apprend-t-on rien de bon jamais par ces gens-là ? v.230 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  123. Mais enfin, sa faute n?est pas grande ; v.231 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  124. Couper ? Oui, mais? savoir à quelle intention ! v.233 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  125. Voyez-vous, cela part de mon invention ; v.234 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  126. Et si l?on a mal fait, j?en conviens, c?est ma faute. v.235 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  127. Pas tout à fait pourtant, mais il est en bon lieu ; v.237 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  128. Le bois en question le resserrait un peu. v.238 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  129. Les arbres fort touffus s?élevaient jusqu?aux nues, v.239 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  130. Il en faut, le fait est de savoir d?un Château v.241 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  131. On découvre à présent des prés, une rivière, v.244 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  132. Qui lentement coulante, arrose un vert gazon ; v.245 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  133. Du côté de ce bois est maintenant plongeante. v.248 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  134. Mais ce bois, il fallait l?étêter seulement. v.249 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  135. On n?en eût eu que dans l?appartement. v.250 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  136. J?ai cru qu?il en fallait jusques dans la cuisine. v.252 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  137. Bon ! Dans la cave à présent. v.253 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  138. En haut le coup d?oeil plonge ; en bas, il est rasant ; v.254 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  139. Je vous suis caution qu?il a de quoi s?étendre : v.255 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  140. C?est un morceau, mon oncle à vous surprendre. v.256 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  141. Dieu le veuille ! Et ce bois coupé, qu?en a-t-on fait ? v.257 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  142. On l?a fait enlever à forfait, v.258 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  143. Il n?en reste, Monsieur, aucun morceau sur terre, v.259 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  144. Et l?endroit est tout prêt pour y faire un parterre. v.260 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  145. Et l?argent ? v.261 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  146. Par vos mains cet argent a passé : v.261 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  147. Rendez-en compte, allons. v.262 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  148. Oh ! Nous en avons fait, Monsieur, un bon usage. v.263 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  149. Ah ! Mon pauvre neveu ! Quand deviendras-tu sage ? v.264 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  150. Il l?est ; mais quand l?argent lui manque ? cela fait v.265 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  151. Qu?il ne le paraît pas tant qu?il l?est en effet. v.266 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  152. Nous dépendons, Monsieur d?une mère bien dure. v.267 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  153. Oui, je la vois ici s?ancrer de plus en plus. v.270 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  154. Cette femme, entre nous, me déplaît ; et je pense v.271 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  155. Qu?elle entretient céans la mésintelligence. v.272 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  156. On vous en donne encore un que je ne puis croire, v.276 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  157. Cet homme est contre moi vivement acharné. v.281 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  158. D?une fort jeune enfant, que l?on nomme Rosette. v.283 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  159. Et remise par elle aux mains de ses parents. v.285 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  160. Ma foi, ces Écrivains sont de vilaines gens. v.286 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  161. Ces gens-là seront en droit de vous poursuivre ; v.287 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  162. Moi qui suis simplement votre oncle et votre ami, v.289 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  163. J?aurais tort de vouloir entrer dans ce mystère. v.291 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  164. Ah ! Mon coeur à vos yeux va s?ouvrir tout entier. v.294 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  165. Je mets en vos bontés toute mon espérance. v.296 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  166. Pour vaincre mon amour, je m?en suis éloigné. v.298 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  167. Un hymen clandestin n?irritât la colère. v.300 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  168. Il se faut bien garder d?en trop faire à la fois. v.302 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  169. À vos feux comment répondit-elle ? v.304 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  170. Ils parurent d?abord la toucher faiblement. v.305 (Acte 1, scène 5, MERLIN)
  171. Elle fut plus sensible ensuite, apparemment ? v.306 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  172. Assez bien. v.308 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  173. Ensuite, billets doux, et rendez-vous donnés ? v.309 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  174. Fort souvent. v.310 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  175. Plaît-il ? ? Puis, tous deux sûrs d?une égale tendresse? v.311 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  176. Ne mérita jamais un tendre attachement ; v.314 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  177. Le coeur bon, l?esprit doux, belle et plus sage encore. v.315 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  178. Et depuis mon absence elle est dans un Couvent. v.317 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  179. Écoutez, vous avez une tête à l?évent, v.318 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  180. Dont la vivacité pourrait enfin vous nuire, v.319 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  181. Voici par où d?abord il vous faut commencer : v.321 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  182. À votre objet charmant songez à renoncer ; v.322 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  183. Qu?il ne soit point ici fait de mention d?elle, v.323 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  184. À moins que quelque exploit n?en apporte nouvelle. v.324 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  185. Il faut que dans trois jours votre hymen soit conclu. v.326 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  186. Renoncer à Rosette ? v.327 (Acte 1, scène 5, DORANTE)
  187. Je ne vous puis pas bien ici dire, entre nous, v.329 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  188. Prenez-le sans murmure, ou je vous abandonne. v.332 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  189. Chez votre soeur je vais dans le moment, v.333 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  190. Pour lui faire à peu près un pareil compliment. v.334 (Acte 1, scène 5, DAMIS)
  191. Son amitié pour vous se réveille en son sein. v.338 (Acte 1, scène 6, MERLIN)
  192. Je vous en trouve quitte encore à bon marché ; v.342 (Acte 1, scène 6, MERLIN)
  193. Il arrive souvent par hasard, que fait-on ? v.345 (Acte 1, scène 6, MERLIN)
  194. Entre tes mains, Merlin, je mets ma destinée. v.347 (Acte 1, scène 6, DORANTE)
  195. Sans que j?en prenne soin, vous l?aurez fortunée. v.348 (Acte 1, scène 6, MERLIN)
  196. Mais du moins attendons que l?oncle soit sorti. v.350 (Acte 1, scène 6, MERLIN)
  197. Je n?en croirai, Monsieur, que mon dépit. v.353 (Acte 2, scène 2, CÉLIDE)
  198. Il n?est pas traître : il nous l?avait bien dit, v.354 (Acte 2, scène 2, MERLIN)
  199. Que certain compliment qu?il avait à vous faire, v.355 (Acte 2, scène 2, MERLIN)
  200. Ah ! Tant de dureté me révoltent enfin. v.357 (Acte 2, scène 2, CÉLIDE)
  201. Je sais envers ma mère à quel devoir m?engage v.359 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  202. L?honneur, la bienséance, et mon sexe, et mon âge v.360 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  203. Mais à Madame Artus en aveugle obéir, v.361 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  204. Fort bien. Quand une mère agit par elle-même, v.363 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  205. Mais en de certains cas, un peu de résistance v.367 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  206. Je ne condamne point, ma soeur, votre pensée. v.371 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  207. J?entre dans vos raisons. Je sais que vous aimez ; v.373 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  208. Lui-même à d?autres noeuds il vient vous disposer : v.378 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  209. Il n?est instruit de rien ; c?est un homme facile, v.379 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  210. Qui croit de bonne foi, qu?un établissement, v.381 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  211. Quel qu?il soit, à tous deux convient également, v.382 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  212. Bon ou mauvais, n?importe ! Allons, dit-il, prenez, v.386 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  213. Justement, c?est la phrase. v.389 (Acte 2, scène 2, MERLIN)
  214. Il m?en a dit autant. v.389 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  215. Le bon chemin n?est pas celui que vous prenez ; v.393 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  216. Il faut suivre, je crois, des sentiers détournés, v.394 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  217. C?est enfin le grand art qui la soutient ici ; v.397 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  218. Être fausse, Finette ! Et comment nous y prendre ? v.399 (Acte 2, scène 2, CÉLIDE)
  219. En moins de rien, Madame, elle peut vous l?apprendre. v.400 (Acte 2, scène 2, MERLIN)
  220. Voyons quelle mesure entre nous on peut prendre. v.407 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  221. Songeons d?abord qu?ici l?on pourrait nous entendre. v.408 (Acte 2, scène 2, CÉLIDE)
  222. Non, n?appréhendez point que nous soyons surpris ; v.409 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  223. Et Madame à l?instant vient de sortir en chaise ; v.412 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  224. Nous pouvons consulter en toute liberté. v.413 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  225. J?enrage. v.420 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  226. Comment, Mademoiselle ? En un tel embarras, v.421 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  227. Mais que veux-tu que j?entreprenne, moi ? v.425 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  228. Officieux, ardent, et zélé pour mon maître? v.427 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  229. Ou songeons aux moyens d?éluder sa colère. v.432 (Acte 2, scène 2, CÉLIDE)
  230. Cette Madame Artus est une aventurière, v.436 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  231. Et dans le monde on peut, sans prendre tant de soins, v.437 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  232. Enfin, car c?en est une à coup sûr. v.441 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  233. Suivons bien tout cela, mais avec moins d?aigreur. v.442 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  234. Je prétends l?éclaircir, moi. v.444 (Acte 2, scène 2, CÉLIDE)
  235. Et qu?elle connaît bien l?art de dissimuler. v.445 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  236. En un mot, comme en cent, Monsieur, mon pis-aller v.446 (Acte 2, scène 2, CÉLIDE)
  237. Sera de résister à l?hymen qu?on m?apprête, v.447 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  238. Et de ne faire rien qui ne soit à ma tête. v.448 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  239. Et de Madame Artus ne prendrai point de loi. v.450 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  240. Vous me l?avez choisi, je n?en aurai point d?autre ; v.452 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  241. L?hymen est un lien qui doit durer longtemps ; v.453 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  242. Il faut, pour le former, que deux coeurs soient contents, v.454 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  243. Et ton coeur fait pour nous un violent effort. v.462 (Acte 2, scène 2, DORANTE)
  244. Nous pouvons bien aimer différemment, mon frère. v.464 (Acte 2, scène 2, CÉLIDE)
  245. Et votre esprit, de rien vraiment est occupé ; v.466 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  246. Pour moi qu?un seul objet saisit, occupe, enflamme, v.467 (Acte 2, scène 2, C?LIDE)
  247. Quelqu?un vient. v.469 (Acte 2, scène 2, FINETTE)
  248. Je croyais vous trouver dans votre appartement, v.470 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  249. Bonjour, mon cher ami ; la rencontre charmante ! v.472 (Acte 2, scène 3, DORANTE)
  250. De vous dire combien l?on vous est serviteur. v.474 (Acte 2, scène 3, MERLIN)
  251. En vous trouvant tous quatre assemblés, je souhaite v.476 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  252. Que rien de chagrinant n?en soit la cause. v.477 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  253. On vous veut seulement défendre la maison ; v.478 (Acte 2, scène 3, MERLIN)
  254. Mais ce ne sera rien, Monsieur. v.479 (Acte 2, scène 3, MERLIN)
  255. Feu Monsieur votre père était ami du mien, v.485 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  256. Je suis jeune, établi, j?ai quelque rang, du bien. v.486 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  257. Ah ! Douter de ma foi, c?est me faire une offense. v.491 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  258. Vous me rendez l?espoir. v.494 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  259. C?est bien autre chose. v.496 (Acte 2, scène 3, MERLIN)
  260. Ah ! Pour ravir le bien auquel j?ose aspirer, v.497 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  261. Je le sais, l?univers entier peut conspirer ; v.498 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  262. Madame, vos attraits brillent de trop d?éclat, v.501 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  263. Croire seul les connaître, était un attentat : v.502 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  264. Je souffre, mon ami, le tourment le plus rude? v.504 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  265. Le trouble de mes sens ne se peut exprimer ; v.505 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  266. Hé bien, mon cher frère, ai-je tort de l?aimer ? v.506 (Acte 2, scène 3, CÉLIDE)
  267. Hé bien, Finette, dis, me voilà rassuré. v.510 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  268. Contre mon attente, v.512 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  269. Dis, j?écoute. Silence, v.515 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  270. Eh bien je saurai? v.516 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  271. Rien ; car je perds patience. v.516 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  272. Ah ! Pardonne à mes sens, de crainte prévenu ; v.517 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  273. Finette, parle enfin, les voilà revenus. v.518 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  274. En amour avec lui, nous aurions notre reste. v.520 (Acte 2, scène 3, MERLIN)
  275. Quelle vivacité ! Quel enragé d?amant ! v.521 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  276. Voilà comme je veux que l?on soit en m?aimant. v.522 (Acte 2, scène 3, CÉLIDE)
  277. Éraste est bienheureux, si vous aimez de même. v.523 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  278. Nous sommes donc, Monsieur, en une peine extrême, v.524 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  279. Ne vous informez point du nom du prétendant, v.525 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  280. Nous ne le connaissons point du tout : cependant v.526 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  281. Qu?avant de l?avoir vu nous en fassions l?emplette, v.528 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  282. Ce marché-là n?est pas bien prêt d?être conclu ! v.529 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  283. Mais pour le rendre net, nous avons résolu v.530 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  284. D?écarter de céans certaine aventurière, v.531 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  285. Non, ce n?est pas assez ; Madame en sa faveur v.538 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  286. Depuis un certain temps est par trop prévenue. v.539 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  287. Je ne l?ai pas suivie avec attention, v.541 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  288. Je sais bien qu?autrefois on l?appelait Marton ; v.542 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  289. Et toute jeune encor ; mais façon d?intrigante, v.543 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  290. Sur la fin de ses jours la prit en amitié, v.546 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  291. Et dans son testament elle pria mon père v.547 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  292. Pour environ, je crois, quatre ou cinq mille francs ; v.549 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  293. Un Suisse l?épousa, qui mourut sans enfants : v.550 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  294. On dit qu?il lui laissa quelque rente pour vivre, v.551 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  295. Les parents du défunt voulurent la poursuivre, v.552 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  296. Fournit abondamment aux dépens du procès. v.554 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  297. Ce procès dura peu, quelques gens s?en mêlèrent, v.555 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  298. Pour elle au Rapporteur des coquettes parlèrent ; v.556 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  299. Perdirent leur procès, quoiqu?ils eussent raison. v.558 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  300. Je voudrais que ma mère entendît cette histoire. v.559 (Acte 2, scène 3, CÉLIDE)
  301. Elle pourrait fort bien l?entendre, et n?en rien croire. v.560 (Acte 2, scène 3, DORANTE)
  302. Ce que vous savez d?elle, enfin se borne là ! v.561 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  303. Non, je l?ai depuis vue encore par-ci par-là, v.562 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  304. Changeant souvent de nom, tantôt prude, ou coquette, v.563 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  305. En mêlant l?air du monde, et l?air de la retraite ; v.564 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  306. Parfois en brocard d?or, souvent en linge uni, v.565 (Acte 2, scène 3, ?RASTE)
  307. Et sans le testament, moi, je ne saurais pas, v.570 (Acte 2, scène 3, ÉRASTE)
  308. Le portrait en est beau : mais il n?est point flatté. v.573 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  309. S?il vous plaît, beaucoup de patience, v.575 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  310. Avant qu?il soit deux jours, et j?en suis caution, v.577 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  311. Madame Artus ici redeviendra Marton. v.578 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  312. Le portrait que Monsieur vient de faire, v.579 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  313. On vient c?est votre mère. Adieu, dans un moment v.585 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  314. Je vous rejoindrai tous dans votre appartement. v.586 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  315. Mais sitôt qu?ils vous ont entendue, v.591 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  316. Par le petit degré la troupe est descendue. v.592 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  317. Et que mes deux enfants me donnent de souci ! v.594 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  318. C?est de quoi je la trouve uniquement touchée, v.599 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  319. Des gens de bien elle est effarouchée, v.600 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  320. Dont le sage entretien instruit, enlève, enchante. v.603 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  321. Ma fille en paraît mécontente, v.604 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  322. Et contre elle en secret murmure sans raison. v.605 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  323. De nos moments perdus les emplois les meilleurs, v.609 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  324. Faire des noeuds, filer, lui donnent des vapeurs. v.610 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  325. Le monde seul l?amuse, et l?occupe et la tente, v.611 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  326. Et son coeur n?est point fait pour la vie innocente. v.612 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  327. Enfin Madame Artus, qui n?a point d?autre objet v.613 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  328. Que le bien du public dans tout ce qu?elle fait, v.614 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  329. Peu contente d?ailleurs de vivre avecque nous, v.617 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  330. Mon frère s?est tantôt chargé de l?en instruire. v.619 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  331. De votre part, Madame, il est venu lui dire ; v.620 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  332. Et si je puis juger par ce que j?en ai vu, v.621 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  333. Nul compliment jamais n?a été mieux reçu. v.622 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  334. D?aucune passion n?est-elle prévenue ? v.624 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  335. Elle ! Fi donc, Madame, en conscience, non. v.625 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  336. En voudrais-tu jurer ? v.626 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  337. Cent fois pour une, bon ? v.626 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  338. Si j?avais à cela vu la moindre apparence, v.627 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  339. Je vous en aurais, moi, d?abord fait confidence ; v.628 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  340. Madame, croyez-en ce que je vous dis là, v.630 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  341. Je te crois. Cependant j?avais certain soupçon v.633 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  342. Qui depuis quelque temps nous rend souvent visite? v.635 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  343. Il venait rendre hommage à ses jeunes attraits ; v.637 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  344. Qu?ils avaient même entre eux des entretiens secrets. v.638 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  345. Des entretiens secrets ? C?est une médisance ; v.639 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  346. Ils ne se sont jamais parlé qu?en ma présence, v.640 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  347. Et sans même penser qu?on les remarquerait ; v.641 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  348. Mais tout ce qu?ils disaient n?avaient rien de secret. v.642 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  349. Et conclusion est qu?il l?aime, j?en suis sûre. v.643 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  350. Je ne réponds de rien : mais elle, je vous jure, v.644 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  351. Ne fait pas à ses feux la moindre attention. v.645 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  352. Par plus d?une raison je m?y trouve engagée. v.647 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  353. Votre fille à vos lois sera bientôt rangée : v.648 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  354. Son jeune coeur réglé par mes conseils en tout, v.649 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  355. Contente de mes soins, et sûr de mon zèle, v.651 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  356. L?une en tout par la main vous mène et vous conduit, v.653 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  357. L?autre de même en tout me consulte et me suit. v.654 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  358. Ah ! Que vous êtes bien toutes deux gouvernées ! v.655 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  359. C?est un esprit? un coeur? une âme? un jugement? v.661 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  360. Une? elle agit en tout désintéressement. v.662 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  361. Qui de n?en prendre aucun faisant profession, v.665 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  362. Par-là présument tendre à la perfection. v.666 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  363. On ne voit rien de faux, rien d?affecté chez elle ; v.667 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  364. On a cru qu?attentive à ses seuls intérêts, v.673 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  365. Les miens n?étaient comptés pour rien dans ses projets ; v.674 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  366. Mais pour faire entre nous le bonheur de ma vie, v.675 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  367. Quoi ? Plus qu?on ne peut penser. v.677 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  368. Au monde son dessein était de renoncer ; v.678 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  369. Et pour me rendre heureuse, elle-même y va prendre v.679 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  370. Des engagements? v.680 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  371. Ils pourront te surprendre. v.680 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  372. Mais en cela pour moi l?effort qu?elle fait, v.681 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  373. Autant que je le puis, je la prends pour modèle, v.683 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  374. Ne parle point encore de ce que je te dis ; v.686 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  375. Je ne m?en suis moi-même expliquée à personne, v.687 (Acte 2, scène 4, MADAME ARGANTE)
  376. En hâte à ses enfants courons en rendre compte. v.692 (Acte 2, scène 4, FINETTE)
  377. Tu ne l?attendais pas, j?en suis sûr. v.694 (Acte 3, scène 1, DORANTE)
  378. Pour moi, je l?avouerai, je n?y puis rien comprendre, v.695 (Acte 3, scène 1, DORANTE)
  379. Et ton valet de chambre aura pu se méprendre, v.696 (Acte 3, scène 1, DORANTE)
  380. Madame Artus voulait t?entretenir chez toi ! v.697 (Acte 3, scène 1, DORANTE)
  381. Me ressouvenir d?elle pour la connaître ; v.700 (Acte 3, scène 1, ÉRASTE)
  382. Et craint qu?en sa faveur assez mal prévenu, v.702 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  383. De tes feux pour ma soeur lui faire confidence, v.707 (Acte 3, scène 1, DORANTE)
  384. Lui dire qu?en ceci je me trouve vexé, v.709 (Acte 3, scène 1, DORANTE)
  385. Et que je ne vaux rien quand je suis trop poussé ; v.710 (Acte 3, scène 1, DORANTE)
  386. Lui mettre aux yeux le sort des gens de son espèce, v.711 (Acte 3, scène 1, DORANTE)
  387. Tu fais là le projet d?un joli compliment, v.713 (Acte 3, scène 1, ÉRASTE)
  388. Mais dis-moi les moyens d?en sortir poliment ? v.714 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  389. Avec civilité lui donner à comprendre, v.715 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  390. De ta vivacité ce qu?elle doit attendre ? v.716 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  391. Je l?y prends volontiers. v.719 (Acte 3, scène 1, DORANTE)
  392. Je suis si fort outré d?être encore en tutelle? v.720 (Acte 3, scène 1, DORANTE)
  393. Fort bien ! Dans le moment nous sommes convenus v.721 (Acte 3, scène 1, ÉRASTE)
  394. Pour en venir à bout c?est le plus sûr moyen ; v.725 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  395. J?en réponds, et tout autre à coup sûr ne vaut rien. v.726 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  396. Ainsi, mon cher ami, je te demande en grâce, v.727 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  397. Supprime pour un temps et révolte et menace, v.728 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  398. À votre oncle ta soeur écrit dans le moment, v.729 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  399. Et s?excuse d?avoir reçu bizarrement v.730 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  400. La proposition qu?il est venu lui faire ; v.731 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  401. Il n?en aura rien dit encore à votre mère ; v.732 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  402. Et peut-être bientôt seras-tu moins à plaindre. v.736 (Acte 3, scène 1, ?RASTE)
  403. Parbleu, c?en est trop pour le coup, v.741 (Acte 3, scène 2, DORANTE)
  404. Cela te surprend donc beaucoup ? v.742 (Acte 3, scène 2, ÉRASTE)
  405. La surprise n?est rien, je suis outré, j?enrage, v.743 (Acte 3, scène 2, DORANTE)
  406. Nous en vient d?apporter la première nouvelle, v.747 (Acte 3, scène 2, MERLIN)
  407. Sur quel heureux mortel ce beau choix tombe enfin ? v.749 (Acte 3, scène 2, ÉRASTE)
  408. Mais c?est apparemment quelque jeune blondin, v.750 (Acte 3, scène 2, MERLIN)
  409. Elle me veut parler. Cela me fait penser? v.753 (Acte 3, scène 2, ÉRASTE)
  410. Que de noces ! Parbleu, nous allons bien danser, v.754 (Acte 3, scène 2, MERLIN)
  411. Pour nous mieux réjouir il serait bon, je pense, v.755 (Acte 3, scène 2, MERLIN)
  412. Que la Madame Artus fut la première en danse. v.756 (Acte 3, scène 2, MERLIN)
  413. Je souffre tout cela trop impatiemment, v.757 (Acte 3, scène 2, DORANTE)
  414. Et brûle d?en venir à l?éclaircissement, v.758 (Acte 3, scène 2, DORANTE)
  415. Je ne sache de pis rien qu?on puisse me faire, v.759 (Acte 3, scène 2, DORANTE)
  416. C?en est fait : v.761 (Acte 3, scène 2, DORANTE)
  417. Du devoir, dans un coeur bien né, quel est l?effet ! v.762 (Acte 3, scène 2, DORANTE)
  418. Je trouble ici votre entretien, peut-être ; v.763 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  419. Quelque doux entre amis que fût cet entretien, v.765 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  420. Trouvez bon, s?il vous plaît, que j?y mêle le mien. v.766 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  421. Votre oncle vous a dû prévenir ce matin, v.769 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  422. J?espère être de vous contente dans la suite, v.771 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  423. Mon bois coupé, vendu, vos folles amourettes, v.775 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  424. Et le dérangement actuel où vous êtes, v.776 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  425. L?espoir de l?avenir en bannit le passé ; v.778 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  426. De faire attention à la reconnaissance v.780 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  427. Que vous devez avoir pour de certaines gens, v.781 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  428. Et de la leur marquer quand il en sera temps. v.782 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  429. Je ne puis à présent m?expliquer davantage : v.784 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  430. Madame, en ce discours je ne veux pas entendre v.787 (Acte 3, scène 3, DORANTE)
  431. Ce que vous paraissez avoir peine à m?apprendre : v.788 (Acte 3, scène 3, DORANTE)
  432. Il faut, vous le savez, pour payer un bienfait, v.789 (Acte 3, scène 3, DORANTE)
  433. En connaître et le prix, et la main qui le fait. v.790 (Acte 3, scène 3, DORANTE)
  434. Les gens officieux qui s?en mêlent pour nous, v.793 (Acte 3, scène 3, DORANTE)
  435. Nous rendrons grâce aussi des soins qu?on prend pour vous. v.794 (Acte 3, scène 3, DORANTE)
  436. La raison, le devoir, le respect, la tendresse, v.795 (Acte 3, scène 3, DORANTE)
  437. À n?en pas être ingrats nous invite et nous presse. v.796 (Acte 3, scène 3, DORANTE)
  438. Vraiment de mes secrets vous êtes bien instruit, v.797 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  439. Il est bon que l?exemple à ce noeud nous engage. v.800 (Acte 3, scène 3, DORANTE)
  440. Adieu, Monsieur. Quelle impudence ! v.803 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  441. Un fils m?oser parler avec tant d?insolence ! v.804 (Acte 3, scène 3, MADAME ARGANTE)
  442. Et vous ne devez pas en manquer aujourd?hui. v.806 (Acte 3, scène 4, ÉRASTE)
  443. Ce bruit de votre hymen le surprend et l?assomme. v.807 (Acte 3, scène 4, ?RASTE)
  444. Ah ! Que j?ai bien besoin, Monsieur, d?un honnête homme v.808 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  445. Pour jouir de mes biens avec tranquillité, v.809 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  446. Et mettre à la raison cet enfant révolté. v.810 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  447. Qui par certains conseils peut-être soutenues, v.812 (Acte 3, scène 4, ÉRASTE)
  448. Pourraient mettre chez vous de la division, v.813 (Acte 3, scène 4, ?RASTE)
  449. Je crois qu?assurément vous aurez bien choisi, v.817 (Acte 3, scène 4, ÉRASTE)
  450. Et ne veux point entrer là-dedans. v.818 (Acte 3, scène 4, ?RASTE)
  451. Entrez-y, v.818 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  452. Enfin dans cette affaire, Éraste vous pourriez? v.821 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  453. Elle tournerait bien, si vous vous en mêliez. v.822 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  454. M?en mêler ? Mais comment ? Que faut-il que je fasse ? v.823 (Acte 3, scène 4, ÉRASTE)
  455. Prenez sur vous le soin de me justifier. v.826 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  456. S?il ne tient qu?à cela, Madame, de bon coeur, v.829 (Acte 3, scène 4, ÉRASTE)
  457. Et sans savoir qui c?est, ni comment on le nomme, v.831 (Acte 3, scène 4, ?RASTE)
  458. Non, Attendez. v.833 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  459. Et n?en parlez que lorsque vous le connaîtrez. v.834 (Acte 3, scène 4, MADAME ARGANTE)
  460. Et j?en dirai du bien sans le vouloir connaître. v.836 (Acte 3, scène 4, ÉRASTE)
  461. Il fuit. Je cédais presque au transport de mes sens. v.837 (Acte 3, scène 5, MADAME ARGANTE)
  462. Petit esprit bouché, qui n?entends pas les gens ! v.838 (Acte 3, scène 5, MADAME ARGANTE)
  463. Madame, qu?avez-vous ? Vous voilà bien émue ! v.840 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  464. Dont je t?avais parlé tantôt en confidence. v.843 (Acte 3, scène 6, MADAME ARGANTE)
  465. Au moins, ce n?est pas moi, Madame, en conscience. v.844 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  466. Non. Il ne t?a rien dit ? v.848 (Acte 3, scène 6, MADAME ARGANTE)
  467. Rien. v.848 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  468. N?irez-vous point tantôt vous promener au cours ? v.850 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  469. Bon dieu ! L?aimable enfant qu?on lui vient d?amener ! v.854 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  470. Des yeux vifs, bien fendus, une bouche riante, v.856 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  471. Un teint, des couleurs? tout en charme, tout en plaît. v.857 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  472. Dorante assurément serait bien dégoûté, v.861 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  473. Si son coeur n?était pas sensible à sa beauté ; v.862 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  474. Et quelque peu de bien qu?ait une telle fille, v.863 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  475. Elle conviendrait bien pour un fils de famille. v.864 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  476. Oh ! Je vous en défie ; v.867 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  477. Mais en tout cas, de peur d?être mal obéie, v.868 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  478. Cachez bien celle-ci, je vous en avertis. v.869 (Acte 3, scène 6, FINETTE)
  479. Elle est belle, en effet, il faut qu?on en convienne. v.872 (Acte 3, scène 6, MADAME ARGANTE)
  480. Faîtes la révérence à Madame. Voilà v.873 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  481. Cette charmante enfant, dont hier on nous parla, v.874 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  482. De qui l?oncle, à Paris venu pour quelque affaire, v.875 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  483. De la placer auprès de gens de qualité, v.878 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  484. Je ne m?étonne pas qu?en vos mains on l?ait mise, v.880 (Acte 3, scène 7, MADAME ARGANTE)
  485. Et que les filles là sont de belle venue. v.888 (Acte 3, scène 7, FINETTE)
  486. De m?en donner du moins on eût intention ; v.890 (Acte 3, scène 7, MASSINE)
  487. Ce qui m?en plaît le plus, c?est sa simplicité. v.893 (Acte 3, scène 7, MADAME ARGANTE)
  488. Enfin, le Notaire, homme habile, v.895 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  489. Et qui se voit forcé d?être toujours en ville, v.896 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  490. Pour cette aimable enfant vous demande à genoux, v.897 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  491. Il a chez lui des Clercs, mille gens y surviennent, v.899 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  492. Qui de mauvais propos quelquefois s?entretiennent, v.900 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  493. Une jeune enfant là ! C?est une charité v.901 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  494. De l?en tirer. v.902 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  495. Vraiment. v.903 (Acte 3, scène 7, MADAME ARGANTE)
  496. Il ne vient point dans mon appartement, v.905 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  497. Et Massine ici-bas descendra rarement, v.906 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  498. De préférence à tout, ce que je lui défends, v.909 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  499. C?est d?avoir nul commerce avec pas un des gens ; v.910 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  500. Cette défense-là n?est pas pour vous, Finette ; v.911 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  501. Vous me ferez plaisir aussi d?en avoir soin, v.913 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  502. Je vous en prie, v.915 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  503. (Ursule en a les clefs) en choisir un morceau, v.918 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  504. Je reviendrai bientôt, et verrai votre ouvrage. v.919 (Acte 3, scène 7, MADAME ARTUS)
  505. Elle a l?humeur bien douce, et l?air tout à fait sage. v.920 (Acte 3, scène 8, MADAME ARGANTE)
  506. Je ne sais quoi qui plaît, une grâce, un maintien, v.921 (Acte 3, scène 8, MADAME ARTUS)
  507. Qui force en la voyant, à lui vouloir du bien. v.922 (Acte 3, scène 8, MADAME ARTUS)
  508. Cette orpheline-là bientôt sur ma parole, v.923 (Acte 3, scène 8, FINETTE)
  509. Elle n?est destinée à rien moins que cela, v.925 (Acte 3, scène 8, MADAME ARTUS)
  510. Finette, et mes conseils ne conduisent pas là. v.926 (Acte 3, scène 8, MADAME ARTUS)
  511. Je sais de vos conseils quel fruit il faut attendre, v.927 (Acte 3, scène 8, FINETTE)
  512. Et si vous lui donnez ceux qu?on vous a vu prendre, v.928 (Acte 3, scène 8, FINETTE)
  513. On peut bien espérer qu?un jour assurément, v.929 (Acte 3, scène 8, FINETTE)
  514. Laissez-nous un moment. v.930 (Acte 3, scène 8, MADAME ARGANTE)
  515. Vous m?aimez, ma bonne, et je m?en flatte. v.931 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  516. Si je ne vous aimais je serais bien ingrate : v.932 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  517. Et je m?imputerais à crime assurément, v.933 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  518. Si je vous donnais lieu d?en douter seulement, v.934 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  519. Cette tendre amitié dans mon âme affermie, v.935 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  520. Parlez-moi donc en véritable amie, v.936 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  521. Vous avez approuvé son innocente ardeur, v.938 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  522. C?est par vos seuls conseils enfin que je m?engage, v.939 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  523. Dans les tendres liens d?un second mariage ; v.940 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  524. Le veuvage à trente ans est un terrible ennui, v.941 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  525. Et contre mes enfants il me faut de l?appui, v.942 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  526. Pour la société je sens que je suis née. v.944 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  527. Sans doute. Renoncer à trente ans ! Le moyen ! v.945 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  528. Mais la grande affaire est de s?associer bien : v.946 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  529. Nous en aurons, je pense une fort bonne issue. v.948 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  530. Mais entrevoyez-vous qu?il ait de bonne foi, v.949 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  531. Comme je l?ai pensé, quelques desseins pour moi ? v.950 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  532. Cela ne peut rouler qu?entre vous et Célide, v.952 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  533. Mais près de vous les siens ne me toucheraient pas : v.954 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  534. En cela je présume avoir quelque lumière, v.955 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  535. Ma mignonne, et je parle avec franchise entière. v.956 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  536. Cette sincérité doit régner entre nous, v.957 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  537. J?en connais tout le prix, et c?est un fait constant, v.961 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  538. Qu?aujourd?hui mes miroirs m?en ont dit tout autant. v.962 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  539. Chacun, en vous voyant de tant d?attraits ornée, v.963 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  540. En vous de la beauté croit voir la fille aînée. v.964 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  541. Augmentent vos attraits, les font mieux remarquer : v.966 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  542. Cet assemblage en moi par vos bons soins s?est fait ; v.969 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  543. Ma Bonne, allons, rendons votre ouvrage parfait ; v.970 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  544. Mon âme pour Éraste à l?amour engagée, v.971 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  545. Hâtons-nous par l?hymen de le rectifier. v.974 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  546. Tout ce que j?appréhende, est qu?Éraste peut-être? v.975 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  547. Au don qu?il en a fait vous avez bonne part, v.978 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  548. J?en réponds. v.979 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  549. Je ne sais ce qu?il faut que j?en pense, v.979 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  550. Mais je dois vous en faire ici la confidence ; v.980 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  551. Il vient de me quitter, et par occasion? v.981 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  552. Sa présence me fait toujours impression ; v.982 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  553. Hé bien ? v.985 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  554. Il parait bien discret ou bien peu pénétrant, v.986 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  555. Assurément. v.989 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  556. Je veux que l?on m?aime autrement. v.990 (Acte 3, scène 9, MADAME ARGANTE)
  557. Il est allé chez lui m?attendre, et voici l?heure? v.991 (Acte 3, scène 9, MADAME ARTUS)
  558. Rien, Madame, c?est la Fleur, v.993 (Acte 3, scène 10, FINETTE)
  559. Il dit qu?on vous attend chez votre Procureur, v.994 (Acte 3, scène 10, FINETTE)
  560. Non ; vous m?y descendrez, v.997 (Acte 3, scène 10, MADAME ARGANTE)
  561. Oh ça, Madame Artus, si j?en juge à la mine, v.999 (Acte 3, scène 11, FINETTE)
  562. En la prenant ici vous avez vos desseins, v.1001 (Acte 3, scène 11, FINETTE)
  563. Et plus bêtes que vous sont étrangement fins? v.1002 (Acte 3, scène 11, FINETTE)
  564. Ne puis-je point, avant que l?entreprise éclose, v.1003 (Acte 3, scène 11, FINETTE)
  565. Célide à qui je viens de raconter le fait, v.1005 (Acte 3, scène 11, FINETTE)
  566. Brûle aussi de savoir ce que c?est en effet ; v.1006 (Acte 3, scène 11, FINETTE)
  567. Et moi donc ; je n?en eus de mes jours de la sorte. v.1012 (Acte 3, scène 12, FINETTE)
  568. Je n?y puis résister, j?en meurs. v.1013 (Acte 3, scène 12, CÉLIDE)
  569. Je n?en puis plus. v.1013 (Acte 3, scène 12, FINETTE)
  570. L?aimable enfant, Finette ? v.1016 (Acte 3, scène 13, CÉLIDE)
  571. Madame, apparemment, Dorante est votre frère ? v.1019 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  572. C?est cette jeune enfant que votre frère adore. v.1023 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  573. Ah ! Que vous me flattez ! Dorante m?aime encore ? v.1024 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  574. Oui, je vous en réponds : mais commencez d?abord v.1025 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  575. À nous dire en deux mots d?où, comment, par quel sort v.1026 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  576. Vous a dans ce logis elle-même amenée ? v.1028 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  577. Mon esprit là-dedans se perd de plus en plus. v.1029 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  578. Il faut en savoir long. v.1031 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  579. Ma mère, en arrivant, l?instruisit de l?affaire v.1032 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  580. Qui nous faisait venir l?un et l?autre à Paris ; v.1033 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  581. Que Dorante eût pour moi pris un peu de tendresse, v.1035 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  582. Nous dit qu?il se fallait conduire prudemment, v.1037 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  583. Et ne point faire éclat de cet engagement ; v.1038 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  584. Et lui-même en Province il se chargea d?écrire, v.1040 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  585. Ma mère et lui m?avaient mise dans un Couvent. v.1042 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  586. Ah ! Que cette nouvelle a bien fâché Dorante ! v.1043 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  587. Qu?en apprenant cela, vous me rendez contente ! v.1044 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  588. Vous revoir ; quelle joie, et quel ravissement ! v.1045 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  589. S?il en a, j?en aurai plus que lui, sûrement. v.1046 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  590. Ensuite, s?il vous plaît ? v.1047 (Acte 3, scène 13, CÉLIDE)
  591. Madame Artus venait quelquefois au logis, v.1049 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  592. Pour de l?argent, je crois, qu?en ses mains elle a mis ; v.1050 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  593. Qu?elle gouverne en tout Madame votre mère, v.1052 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  594. Elle s?offrit d?abord de me prendre avec elle, v.1056 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  595. Mon oncle en fut charmé : jugez si je le fus ; v.1057 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  596. Ah ! Que dans ce moment j?aimai Madame Artus ? v.1058 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  597. Quel dessein a votre oncle, et quelle est votre attente ? v.1059 (Acte 3, scène 13, CÉLIDE)
  598. Oh ! Vous n?en mourrez point, j?en juge à votre mine. v.1063 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  599. De grâce, ne parlez de rien à mon amant, v.1065 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  600. Et laissez-moi jouir de son étonnement. v.1066 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  601. En descendant ici, qu?avez-vous fait d?Ursule ? v.1068 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  602. Je viens de lui donner quelques demi-louis. v.1070 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  603. Mon oncle qui connaît quelle en est la ressource, v.1071 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  604. À ce matin pris soin d?en bien garnir ma bourse. v.1072 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  605. En la payant si bien, elle se doutera? v.1073 (Acte 3, scène 13, CÉLIDE)
  606. Je crains tout ; et de peur d?accident, je vous prie, v.1075 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  607. Si de ceci l?on a du soupçon seulement? v.1077 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  608. Hé bien, tout sera su, j?aurai vu mon amant. v.1078 (Acte 3, scène 13, MASSINE)
  609. Rentrons aussi, Finette ; v.1080 (Acte 3, scène 13, CÉLIDE)
  610. Tâchons tranquillement d?en attendre la fin. v.1082 (Acte 3, scène 13, C?LIDE)
  611. Ne vous inquiétez en aucune manière, v.1083 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  612. J?aurai l?oeil bien à tout. v.1084 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  613. Avec Monsieur votre oncle Éraste est à présent, v.1085 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  614. Moi, qui suis curieux, n?en pouvant rien comprendre, v.1087 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  615. Lassé de les voir rire, et de n?y rien entendre, v.1088 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  616. Je vous suis venu dire ici tout doucement, v.1089 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  617. Qu?ils y seraient aussi tous deux dans un moment. v.1090 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  618. Fort bien. Ne sais-tu point si ma mère est rentrée ? v.1091 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  619. Apparemment, Monsieur, car je l?ai rencontrée v.1092 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  620. Tout le monde est content. v.1095 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  621. Et moi seul je ne puis venir à bout de l?être ; v.1096 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  622. A fait prendre un dessein qui me perd, me ruine : v.1100 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  623. Dessein depuis longtemps entre elles concerté, v.1101 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  624. J?y suis bien résolu, Merlin, je le ferai. v.1105 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  625. Dans cette intention demain je partirai, v.1106 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  626. Si je n?en reçois point aujourd?hui de nouvelles ; v.1107 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  627. Ou bien, si j?en reçois qui me confirment celles v.1108 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  628. Par où l?on mande ici qu?elle est dans un Couvent, v.1109 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  629. Nous irons l?en tirer. v.1110 (Acte 4, scène 1, DORANTE)
  630. En voyageant tout seul l?embarras sera moindre ; v.1111 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  631. Comment, Merlin ? v.1114 (Acte 4, scène 2, CÉLIDE)
  632. Et dès demain matin nous allons en Bretagne. v.1115 (Acte 4, scène 2, MERLIN)
  633. Couper du bois encore ? v.1116 (Acte 4, scène 2, CÉLIDE)
  634. Errer en chevaliers, et forcer un Couvent, v.1117 (Acte 4, scène 2, MERLIN)
  635. Quelle tête à l?évent ? v.1118 (Acte 4, scène 2, CÉLIDE)
  636. Et la vôtre à son tour se met en évidence. v.1120 (Acte 4, scène 2, C?LIDE)
  637. D?accord, je le suis en effet, v.1121 (Acte 4, scène 2, DORANTE)
  638. Hé bien, soit, faisons grâce aux actions des autres, v.1123 (Acte 4, scène 2, CÉLIDE)
  639. Ce mariage-là ne m?intéresse en rien, v.1125 (Acte 4, scène 2, C?LIDE)
  640. Ce qui doit nous toucher, c?est le vôtre, le mien. v.1126 (Acte 4, scène 2, C?LIDE)
  641. Peut-être de mon bien jouisse, et qu?il m?en frustre ! v.1128 (Acte 4, scène 2, DORANTE)
  642. Mon ami, point tant d?emportement. v.1129 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  643. Oui, mon neveu, doucement. v.1130 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  644. Tu jures de l?hymen où s?engage ta mère ! v.1131 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  645. Rassure-toi ; Voilà ton prétendu beau-père. v.1132 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  646. On me vient de promettre sa foi. v.1133 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  647. Je m?y perds, et je ne sais qu?en dire. v.1135 (Acte 4, scène 3, DORANTE)
  648. Et je crois qu?entre nous, il en faut rire aussi. v.1137 (Acte 4, scène 3, MERLIN)
  649. Pour avoir votre aveu nous nous rendons ici. v.1138 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  650. En effet, celle-ci vous paraît peu commune. v.1140 (Acte 4, scène 3, CÉLIDE)
  651. Cet entretien me lasse, et devient ennuyeux. v.1145 (Acte 4, scène 3, CÉLIDE)
  652. Vous la prenez aussi d?un ton trop sérieux. v.1146 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  653. Oui, c?est pousser les gens. v.1148 (Acte 4, scène 3, DORANTE)
  654. Y songez-vous, Madame, et devez-vous penser v.1149 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  655. Qu?en cela mon coeur puisse un moment balancer ? v.1150 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  656. Je me manque à moi-même en manquant à Célide, v.1152 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  657. Éraste, en vérité vous êtes bien peu sage, v.1155 (Acte 4, scène 3, CÉLIDE)
  658. De venir m?alarmer avec ce badinage ! v.1156 (Acte 4, scène 3, C?LIDE)
  659. Cela marque entre vous certaine sympathie, v.1163 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  660. Qui d?Éraste avec elle est bien moins assortie ; v.1164 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  661. Fait sur le coeur d?Éraste un effet différent ; v.1166 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  662. Vous lui devez beaucoup pour cette préférence, v.1167 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  663. J?étais tantôt mal prévenu : v.1169 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  664. Mais de Madame Artus ce qui m?est revenu ; v.1170 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  665. Tout cela m?a fait prendre un sentiment contraire. v.1172 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  666. Et ma soeur en aura, je crois, le démenti, v.1174 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  667. Contre ses sentiments s?il nous fallait combattre, v.1175 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  668. Et Finette, et Merlin, sont-ils comptés pour rien ? v.1177 (Acte 4, scène 3, MERLIN)
  669. Fort bien ! v.1179 (Acte 4, scène 3, MERLIN)
  670. Comment ? v.1179 (Acte 4, scène 3, DORANTE)
  671. Elle tient cependant le noeud de l?aventure ; v.1180 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  672. D?elle, si je l?en crois, nous serons bien contents ; v.1181 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  673. Mais peut-on se fier à ces sortes de gens ? v.1182 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  674. Elle m?en a parlé d?une manière, v.1184 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  675. Ces caractères-là ne se comprennent pas. v.1186 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  676. Il n?est rien que du sien l?on ne puisse comprendre. v.1187 (Acte 4, scène 3, CÉLIDE)
  677. En vous quittant j?allais tantôt chez moi l?attendre, v.1188 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  678. Votre mère, en passant, m?a lâché quelques mots, v.1189 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  679. Sur son projet d?hymen tenu quelques propos, v.1190 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  680. Qui m?ont fait entrevoir que pour ce mariage, v.1191 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  681. Et j?ai demeuré peu sans en être éclairci ; v.1194 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  682. Mais quels sont ses desseins ? Qu?en pouvez-vous connaîtrez. v.1203 (Acte 4, scène 3, CÉLIDE)
  683. Comment donc ? v.1207 (Acte 4, scène 3, CÉLIDE)
  684. Nul de nous ne lui fait confidence, v.1207 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  685. Elle a de notre amour entière connaissance. v.1208 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  686. Fort bien, j?entends, et c?est pour nous y servir mieux. v.1209 (Acte 4, scène 3, CÉLIDE)
  687. Justement. v.1211 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  688. Ma mère, de sa part, je gage en donne autant. v.1214 (Acte 4, scène 3, DORANTE)
  689. Je le pense de même. v.1215 (Acte 4, scène 3, DORANTE)
  690. De cette femme-là l?impudence est extrême. v.1216 (Acte 4, scène 3, CÉLIDE)
  691. Il faut en avertir ma mère. v.1217 (Acte 4, scène 3, DORANTE)
  692. Doucement, v.1217 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  693. Nous serons peu de temps sans voir le dénouement, v.1218 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  694. J?en souffrirai cent fois plus que vous, je vous jure. v.1223 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  695. Mais enfin il faut voir la fin de l?aventure. v.1224 (Acte 4, scène 3, ?RASTE)
  696. Voyons donc ? Et l?argent. v.1225 (Acte 4, scène 3, CÉLIDE)
  697. Entre les mains d?un des adroits Notaires, v.1227 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  698. Il comprend tout avant qu?on se soit expliqué. v.1230 (Acte 4, scène 3, DAMIS)
  699. Le beau talent ! Il loge ! v.1231 (Acte 4, scène 3, DORANTE)
  700. Je le connais très fort, j?ai lieu de m?en louer, v.1233 (Acte 4, scène 3, DORANTE)
  701. Et ceci me surprend, il le faut avouer. v.1234 (Acte 4, scène 3, DORANTE)
  702. Je t?en ai quelquefois ouï parler, ce me semble. v.1235 (Acte 4, scène 3, ÉRASTE)
  703. Nous faisons fort souvent des affaires ensemble. v.1236 (Acte 4, scène 3, DORANTE)
  704. Vous voyez bien. Dormez en assurance, v.1239 (Acte 4, scène 4, DORANTE)
  705. Vos mille louis sont en lieu de connaissance, v.1240 (Acte 4, scène 4, DORANTE)
  706. Il vient pour me parler d?affaires, apparemment. v.1241 (Acte 4, scène 4, DORANTE)
  707. Laissons-les et passons dans mon appartement. v.1242 (Acte 4, scène 4, CÉLIDE)
  708. Demandez à Merlin, j?étais de vous en peine, v.1244 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  709. Depuis un mois entier je ne vous ai point vu, v.1245 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  710. Je pense. v.1246 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  711. Ce n?est point à moi qu?il a tenu, v.1246 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  712. Monsieur ; mais comme enfin les sommes pas vous dues v.1247 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  713. À plusieurs créanciers, seront bientôt échues, v.1248 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  714. Vous dire que bientôt il serait nécessaire? v.1251 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  715. Comment faire ? v.1252 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  716. À moins que d?en voler, je ne puis à présent, v.1253 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  717. Que par votre moyen trouver un gros argent ; v.1254 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  718. J?ai de bonne foi, de l?honneur, et du bien. v.1257 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  719. Oui, je sais qu?avec vous on ne hasarde rien, v.1258 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  720. On vient de m?apporter un millier de pistoles, v.1260 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  721. Dont en votre faveur je pourrai disposer. v.1261 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  722. Si je l?avais à huit pour cent. v.1264 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  723. On en veut seize. v.1264 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  724. C?est un argent, je le puis attester, v.1265 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  725. De la main dont il vient, qui vous doit profiter, v.1266 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  726. Quoi que vous en payiez, prenez-le toujours. Celle v.1267 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  727. Qui le prête, n?en prend que cinq pour cent pour elle, v.1268 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  728. C?est pour des charités qu?elle prend le surplus. v.1269 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  729. Et crois que vous n?avez pour lui rien de secret. v.1274 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  730. Non, je suis de Monsieur confident ordinaire, v.1275 (Acte 4, scène 5, MERLIN)
  731. Moins bien payé, mais plus discret qu?aucun notaire ; v.1276 (Acte 4, scène 5, MERLIN)
  732. Tous trois, mainte sottise ensemble de concert. v.1278 (Acte 4, scène 5, MERLIN)
  733. Si cela se pouvait, Monsieur, sans rien payer? v.1281 (Acte 4, scène 5, MERLIN)
  734. Comment ? Voyons, Monsieur?à l?aimable Rosette. v.1283 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  735. D?où vous vient ce papier, mon cher Monsieur Ludet ? v.1285 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  736. On aura peu d?argent, Monsieur, sur ce billet. v.1286 (Acte 4, scène 5, MERLIN)
  737. En quel trouble? v.1287 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  738. Apprenez que Rosette est ma nièce, v.1287 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  739. Que sa mère m?a mis en main cette promesse, v.1288 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  740. Il vous faut nettement expliquer entre nous : v.1289 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  741. Parlez, lui tiendrez-vous parole ? L?aimez-vous ? v.1290 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  742. Si je la lui tiendrai, Monsieur, je vous le jure, v.1291 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  743. Rien ne m?est plus cher qu?elle. Hé, je vous en conjure, v.1292 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  744. La revoir n?est rien. v.1294 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  745. Rien ! C?est mon plus cher espoir, v.1294 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  746. De ma nièce aujourd?hui je vous rendrai l?époux. v.1297 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  747. Affectez d?approuver en tout Madame Artus, v.1302 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  748. Elle tremblait d?abord à vous en faire part : v.1305 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  749. Et c?est par mes conseils qu?elle en court le hasard, v.1306 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  750. Ne vous défendez point de ce qu?elle projette ; v.1307 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  751. C?est l?unique moyen? v.1308 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  752. Pour devenir heureux, il faut passer par là. v.1310 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  753. On vous servirait mal de vous en détourner. v.1313 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR LUDET)
  754. Où diantre tout ceci pourra-t-il nous mener ? v.1314 (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  755. Avec Monsieur Ludet vous êtes en affaires ? v.1315 (Acte 4, scène 6, MADAME ARTUS)
  756. Et disais en passant à Monsieur? v.1318 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR LUDET)
  757. Si l?on a par hasard des mesures à prendre? v.1319 (Acte 4, scène 6, MADAME ARTUS)
  758. Dans votre appartement je m?en vais vous attendre. v.1320 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR LUDET)
  759. J?entrevois-là pour moi quelque sot entretien : v.1321 (Acte 4, scène 6, DORANTE)
  760. Mais tout coup vaille, allons, je m?en tirerai bien. v.1322 (Acte 4, scène 6, DORANTE)
  761. Je n?en ai pas pour un, je crois en avoir mille, v.1327 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  762. C?est un bien dont il faut malgré vous me saisir ; v.1330 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  763. Peut-être à m?en prier trouvez-vous quelque honte, v.1331 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  764. Madame votre mère est prête à rendre compte ; v.1332 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  765. Tous les biens du défunt à sa garde commis, v.1333 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  766. Seront, quand vous voudrez, entre vos mains remis. v.1334 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  767. À cet heureux projet je n?osais pas m?attendre, v.1335 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  768. Il vient de vous. Que j?ai de grâces à vous rendre ! v.1336 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  769. Ma soeur, ainsi que moi, sensible à vos bontés? v.1337 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  770. Et quand je fais du bien, mon coeur ne considère, v.1339 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  771. N?a pour unique objet, que le plaisir d?en faire. v.1340 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  772. Et nous ne pouvons trop nous en louer tous deux, v.1342 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  773. Non. Pour vous, il faut que j?en rougisse, v.1343 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  774. Monsieur, le vôtre au mien ne rend pas bien justice, v.1344 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  775. Vous me voyez trop peu, pour juger en effet? v.1345 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  776. Il est vrai, mais j?en crois les récits qu?on en fait. v.1346 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  777. Ah ! Cet éclat n?a rien qui me puisse toucher, v.1349 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  778. Si vous pouviez, Madame, en dégoûter ma mère. v.1352 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  779. On y travaillerait vainement entre nous ; v.1353 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  780. Ah ! Que mon faible coeur tient encore à la terre, v.1356 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  781. Et dans l?aveuglement où je le sens plongé, v.1357 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  782. Je crains que de longtemps il n?en soit dégagé. v.1358 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  783. Et souvent la vertu ne règne qu?au dehors : v.1362 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  784. On s?en passe aisément, à soi-même on suffit ; v.1370 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  785. Jouir du monde ensemble, et de la solitude, v.1372 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  786. Et s?unir à quelqu?un, qui légitimement v.1373 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  787. Fasse tous nos plaisirs, tout notre attachement, v.1374 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  788. Madame votre mère a cet objet en vue, v.1375 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  789. Et je l?aurais aussi, pour peu qu?elle en fût crue. v.1376 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  790. Vous ne l?en croirez pas, Madame ? v.1377 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  791. Chacun a sa faiblesse ; elle veut que la mienne v.1379 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  792. Autorise, ou du moins, fasse excuser la sienne : v.1380 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  793. Mais enfin, puisqu?au gré de ses intentions, v.1385 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  794. Que pour ce double hymen vous avez destinée. v.1388 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  795. Moi ? J?ai trente-cinq ans, au plus, v.1390 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  796. Ma foi, si vous voulez, vous n?en avez pas trente ; v.1392 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  797. Mais sans vouloir entrer dans le détail des ans, v.1393 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  798. Quoique jeune, souvent on a vécu longtemps. v.1394 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  799. Des filles quelquefois, dès l?enfance connues, v.1395 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  800. Sont en âge nubile à peine parvenues? v.1396 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  801. Je vous entends, parlons plus sérieusement ; v.1397 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  802. Avez-vous pour objet votre établissement ? v.1398 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  803. À vous mettre aujourd?hui tout son bien sur la tête, v.1400 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  804. Sans être trop habile, en cela je conçois v.1402 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  805. Tout le bien de ma mère est quelque chose. v.1405 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  806. Hé bien ? v.1405 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  807. Mais Éraste et ma soeur, qu?en auront-ils, eux ? v.1406 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  808. Rien. v.1406 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  809. Éraste, mère, soeur, tout en sera la dupe, v.1408 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  810. Par mes soins, tout le bien dans vos mains tombera, v.1409 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  811. Et nous leur en ferons la part qu?il nous plaira ; v.1410 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  812. Prenez votre parti, Dorante ; je vous aime, v.1411 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  813. Sans attendre pourtant que vous m?aimiez de même, v.1412 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  814. Mais l?amour seul rend-il un mariage heureux ? v.1413 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  815. Un rang ; un nom, du bien, voilà ce que je veux ; v.1414 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  816. Profitez du faux pas que je l?engage à faire ; v.1416 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  817. Que l?hymen aujourd?hui m?assure votre foi. v.1418 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  818. Tant de bonté m?engage à la reconnaissance, v.1419 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  819. Je crois que vous n?avez que la justice en vue, v.1424 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  820. Et sitôt que l?hymen nous aura joints tous deux, v.1425 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  821. Nous en userons bien l?un et l?autre avec eux, v.1426 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  822. Mais notre hymen est donc par elle autorisé ? v.1429 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  823. J?y consens, et n?ayant pour but que de lui plaire. v.1431 (Acte 4, scène 7, DORANTE)
  824. Et moi, j?ai pour cela fait venir le Notaire, v.1432 (Acte 4, scène 7, MADAME ARTUS)
  825. De tous ces incidents qui se fût défié ! v.1446 (Acte 5, scène 1, FINETTE)
  826. C?est de quoi nous n?avons encor nulles nouvelles, v.1451 (Acte 5, scène 1, FINETTE)
  827. Il n?est pas malaisé, dans cette concurrence, v.1455 (Acte 5, scène 1, MERLIN)
  828. De deviner quels choix auront la préférence. v.1456 (Acte 5, scène 1, MERLIN)
  829. Mon maître est pour le sien entêté diablement ; v.1457 (Acte 5, scène 1, MERLIN)
  830. Et chez Monsieur Ludet m?envoie en ce moment. v.1458 (Acte 5, scène 1, MERLIN)
  831. De prendre langue avec la petite orpheline : v.1460 (Acte 5, scène 2, FINETTE)
  832. Dorante ne sait point encor qu?elle est ici, v.1461 (Acte 5, scène 2, FINETTE)
  833. Et j?étais engagé au secret? La voici. v.1462 (Acte 5, scène 2, FINETTE)
  834. Madame Artus? Je l?ai tout à l?heure entendue? v.1464 (Acte 5, scène 3, MASSINE)
  835. Hé bien ? v.1466 (Acte 5, scène 3, FINETTE)
  836. Laissez-la s?en flatter, son erreur est extrême. v.1467 (Acte 5, scène 3, FINETTE)
  837. Et sans prendre à mes yeux nulle précaution, v.1469 (Acte 5, scène 3, MASSINE)
  838. Et m?a dit à l?oreille, en sortant : soyez sage. v.1472 (Acte 5, scène 3, MASSINE)
  839. Et c?est ce dont il faut vous bien donner de garde. v.1475 (Acte 5, scène 3, FINETTE)
  840. Non, non, en éclatant, qu?est-ce que je hasarde ? v.1476 (Acte 5, scène 3, MASSINE)
  841. Si l?hymen de l?ingrat se conclut aujourd?hui, v.1477 (Acte 5, scène 3, MASSINE)
  842. Plus de ménagement, et plus d?égards pour lui. v.1478 (Acte 5, scène 3, MASSINE)
  843. Il faut, ma belle enfant, en avoir pour vous-même : v.1479 (Acte 5, scène 3, FINETTE)
  844. Votre oncle à cet hymen feint de donner les mains : v.1481 (Acte 5, scène 3, FINETTE)
  845. Rien ne saurait calmer le trouble de mon âme. v.1484 (Acte 5, scène 3, MASSINE)
  846. Si vous compreniez bien l?état où me voilà ? v.1486 (Acte 5, scène 3, MASSINE)
  847. Il est cruel : d?accord, j?entre dans votre peine, v.1487 (Acte 5, scène 3, FINETTE)
  848. Oui, mais ce n?est encor qu?un soupçon qui vous gêne ; v.1488 (Acte 5, scène 3, FINETTE)
  849. Et je voudrais attendre à savoir en effet? v.1489 (Acte 5, scène 3, FINETTE)
  850. Il vient, et vous rapporte un coeur passionné. v.1497 (Acte 5, scène 3, FINETTE)
  851. Merlin ne revient point, et ma peine est extrême : v.1499 (Acte 5, scène 4, DORANTE)
  852. Tu connais ma pensée, et le fond de mon coeur, v.1509 (Acte 5, scène 4, DORANTE)
  853. Assurément. C?est le fond le meilleur? v.1510 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  854. Mais comment, par quel sort vous ici chez ma mère ? v.1511 (Acte 5, scène 4, DORANTE)
  855. On vous en instruira, ce n?est pas là l?affaire : v.1512 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  856. La voilà, c?est assez. Il s?agit seulement v.1513 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  857. De lui renouveler, et par un bon serment, v.1514 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  858. Et de tenir parole. v.1516 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  859. Tombe sur moi du Ciel le plus ardent courroux, v.1517 (Acte 5, scène 4, DORANTE)
  860. Ce n?est pas là, Monsieur, le serment qu?il faut faire. v.1519 (Acte 5, scène 4, MASSINE)
  861. Jurez d?être le mien. v.1520 (Acte 5, scène 4, MASSINE)
  862. J?ai reçu sa parole, il ; faut qu?il me la tienne, v.1523 (Acte 5, scène 4, DORANTE)
  863. Et dans le même instant je vous tiendrai la mienne. v.1524 (Acte 5, scène 4, DORANTE)
  864. Enfin, Dorante, enfin vous m?aimez donc toujours ? v.1525 (Acte 5, scène 4, MASSINE)
  865. Vous étiez cependant parti sans me rien dire. v.1527 (Acte 5, scène 4, MASSINE)
  866. Pour ôter les soupçons que ma mère eût pu prendre. v.1531 (Acte 5, scène 4, DORANTE)
  867. Faibles raisons, hélas ! Mais j?aime à les entendre. v.1532 (Acte 5, scène 4, MASSINE)
  868. Qu?il vous le dise donc, de grâce, en abrégé, v.1533 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  869. Et prenez pour un temps l?un de l?autre congé. v.1534 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  870. Si de descendre ici Madame Artus s?avise, v.1535 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  871. Qui dans l?état présent où je vois les affaires, v.1539 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  872. Aux projets que l?on fait pourraient être contraires, v.1540 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  873. Remontez s?il vous plaît, à son appartement. v.1541 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  874. Rien qu?un moment. v.1542 (Acte 5, scène 4, MASSINE)
  875. Mais de Madame Artus qui vous fait donc dépendre ? v.1543 (Acte 5, scène 4, DORANTE)
  876. On n?a pas maintenant le temps de vous l?apprendre. v.1544 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  877. Mais vous ? D?où vient qu?elle a des droits sur votre coeur ? v.1545 (Acte 5, scène 4, MASSINE)
  878. L?on vient, sauvez-vous. v.1546 (Acte 5, scène 4, FINETTE)
  879. Comment donc, mon neveu, vous avez compagnie ? v.1547 (Acte 5, scène 5, DAMIS)
  880. La petite personne est vraiment fort jolie ; v.1548 (Acte 5, scène 5, DAMIS)
  881. À cette aimable enfant ne faites point ce tort, v.1550 (Acte 5, scène 5, CÉLIDE)
  882. Mon oncle, vous voyez en elle votre nièce. v.1552 (Acte 5, scène 5, C?LIDE)
  883. Jugez-en, mon frère est interdit, v.1553 (Acte 5, scène 5, CÉLIDE)
  884. Ma soeur, qui vous en a tant dit ? v.1554 (Acte 5, scène 5, DORANTE)
  885. Je suis fort bien au fait, demandez à Finette. v.1555 (Acte 5, scène 5, CÉLIDE)
  886. Tes feux par tant d?attraits sont bien autorisés. v.1557 (Acte 5, scène 5, DAMIS)
  887. Flatté d?un tel aveu, j?espère? j?appréhende? v.1559 (Acte 5, scène 5, DORANTE)
  888. Hé bien. v.1560 (Acte 5, scène 5, DORANTE)
  889. Tout ira bien, ma soeur, il faut le laisser faire, v.1563 (Acte 5, scène 6, DORANTE)
  890. Il en va, mon ami, découvrir le mystère. v.1568 (Acte 5, scène 6, DORANTE)
  891. Qu?à votre oncle, qu?au mien je serai redevable. v.1572 (Acte 5, scène 6, DORANTE)
  892. Assurément, v.1573 (Acte 5, scène 6, DORANTE)
  893. Il est chez lui, j?y cours, et ne suis qu?un moment, v.1574 (Acte 5, scène 6, DORANTE)
  894. J?attends? v.1576 (Acte 5, scène 7, ÉRASTE)
  895. N?oubliez rien de tout ce qu?il faut faire, v.1576 (Acte 5, scène 7, CÉLIDE)
  896. Paraissez tendre, ardent, tel que vous le voudrez, v.1577 (Acte 5, scène 7, C?LIDE)
  897. Et je prendrai pour moi tout ce que vous ferez. v.1578 (Acte 5, scène 7, C?LIDE)
  898. Que deviendrai-je, moi ? Dans quelle inquiétude v.1579 (Acte 5, scène 8, MASSINE)
  899. Vous devez moins que tous en avoir du souci, v.1581 (Acte 5, scène 8, FINETTE)
  900. J?y vais, en murmurant du conseil qui me chasse, v.1583 (Acte 5, scène 8, MASSINE)
  901. Et je reviendrai voir bientôt ce qui des passe. v.1584 (Acte 5, scène 8, MASSINE)
  902. Dorante encor n?a fait que cela de bon sens. v.1586 (Acte 5, scène 9, DAMIS)
  903. Et quoique vieux routier, le Notaire en effet, v.1589 (Acte 5, scène 9, CÉLIDE)
  904. En comparaison d?elle est fourbe imparfait. v.1590 (Acte 5, scène 9, C?LIDE)
  905. Le Notaire en ceci vivement s?intéresse, v.1591 (Acte 5, scène 9, FINETTE)
  906. Il s?en tirera bien, et Rosette est sa nièce. v.1592 (Acte 5, scène 9, FINETTE)
  907. Chut ! Madame Artus vient. v.1594 (Acte 5, scène 9, FINETTE)
  908. Apparemment. v.1597 (Acte 5, scène 10, DAMIS)
  909. Vous pensiez en ce lieu rencontrer un amant, v.1598 (Acte 5, scène 10, DAMIS)
  910. Et l?amour à ses yeux n?offre plus rien de doux. v.1601 (Acte 5, scène 10, FINETTE)
  911. Il est certains amants qu?on regarde en Époux, v.1602 (Acte 5, scène 10, DAMIS)
  912. De vos bontés pour lui nous a fait confidence. v.1604 (Acte 5, scène 10, DAMIS)
  913. Dorante là-dessus se ménage bien peu. v.1605 (Acte 5, scène 10, MADAME ARTUS)
  914. Il craint qu?à cet hymen vous ne soyez contraire. v.1608 (Acte 5, scène 10, MADAME ARTUS)
  915. Ce prix est un présent qui vous est destiné, v.1613 (Acte 5, scène 10, MADAME ARTUS)
  916. Se souvienne toujours que je suis sa servante. v.1624 (Acte 5, scène 10, FINETTE)
  917. Oui, mon enfant. v.1625 (Acte 5, scène 10, MADAME ARTUS)
  918. Hé bien, mon cher Monsieur Ludet, v.1625 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  919. Avez-vous bien en tout suivi notre projet ? v.1626 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  920. Comment ! v.1629 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  921. Oh ! Ce jeune homme-là vous aime horriblement. v.1633 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR LUDET)
  922. Je ne prends pas le change, il m?aime faiblement, v.1634 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  923. N?est qu?un empressement de sortir de tutelle. v.1636 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  924. Par mes conseils en tout sa mère l?a contraint, v.1637 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  925. En sentiments de coeur si je me sais connaître? v.1640 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR LUDET)
  926. C?est promptement son bien que j?épouse aujourd?hui, v.1642 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  927. J?ai réglé celui-là sur son intention, v.1645 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR LUDET)
  928. Il s?agit maintenant d?avoir sa signature ; v.1647 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  929. Et sans qu?il soit besoin d?en faire la lecture, v.1648 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  930. À son âge épouser un jeune homme ! Ah vraiment, v.1653 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  931. Il faut la corriger de cet entêtement. v.1654 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  932. Une bru n?est pas bien avec sa belle- mère. v.1656 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  933. Mais, moi, de tout ceci, comment me démêler ? v.1657 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR LUDET)
  934. Souvenez-vous en bien. v.1659 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR LUDET)
  935. Saisissez le moment? v.1660 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  936. Je la marierai bien, croyez-en ma parole, v.1664 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  937. À sa famille, à vous, il n?en coûtera rien, v.1665 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  938. Monsieur Damis, notre oncle, est maître d?un gros bien. v.1666 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  939. Encore plus que sa soeur à gouverner facile, v.1668 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  940. Je veux que de Massine il devienne l?époux ; v.1669 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  941. Ce que jusqu?à présent ménage mon adresse, v.1675 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  942. Je le ferai pour lors de plein droit, en maîtresse ; v.1676 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  943. Je prétends avec vous en partager le fruit. v.1678 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  944. La générosité ne peut plus loin s?étendre. v.1679 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR LUDET)
  945. Hâtez-vous donc, allez, et vous me reprendrez, v.1680 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  946. On vient? v.1681 (Acte 5, scène 11, MADAME ARTUS)
  947. Enfin, Monsieur, nous touchons au moment, v.1681 (Acte 5, scène 12, MADAME ARTUS)
  948. Qui vous rend de vos biens le maître absolument. v.1682 (Acte 5, scène 12, MADAME ARTUS)
  949. Des transports malaisés à vous bien exprimer, v.1685 (Acte 5, scène 12, DORANTE)
  950. Et qu?au fond de mon coeur j?ai peine à renfermer. v.1686 (Acte 5, scène 12, DORANTE)
  951. Monsieur Ludet m?a dit quelle ardeur diligente v.1688 (Acte 5, scène 12, MADAME ARTUS)
  952. Chez lui dans le moment vous avait fait passer, v.1689 (Acte 5, scène 12, MADAME ARTUS)
  953. Et signer le Contrat qu?il venait de dresser. v.1690 (Acte 5, scène 12, MADAME ARTUS)
  954. Sans en rien voir, pour vous telle est ma confiance. v.1691 (Acte 5, scène 12, DORANTE)
  955. Remettez-vous toujours de tout à ma prudence. v.1692 (Acte 5, scène 12, MADAME ARTUS)
  956. Par vos soins complaisants si je suis soutenue? v.1695 (Acte 5, scène 12, MADAME ARTUS)
  957. C?en est fait, tout va bien, notre affaire est conclue, v.1696 (Acte 5, scène 13, MONSIEUR LUDET)
  958. Votre mère a signé, nous avons pièce en main. v.1697 (Acte 5, scène 13, MONSIEUR LUDET)
  959. Comment, Madame, encore avecque le Notaire ! v.1699 (Acte 5, scène 14, DAMIS)
  960. Sa main vient dans l?instant de signer mon bonheur, v.1701 (Acte 5, scène 14, DORANTE)
  961. Vous voyez, je n?ai rien oublié v.1705 (Acte 5, scène 14, MADAME ARTUS)
  962. J?ai bien sujet, ma soeur, de me plaindre de vous. v.1709 (Acte 5, scène 15, DAMIS)
  963. Devons-nous donc avoir des secrets entre nous ? v.1710 (Acte 5, scène 15, DAMIS)
  964. Pourquoi n?en faire pas de part à la famille ? v.1712 (Acte 5, scène 15, DAMIS)
  965. Et de cette union je ne sais rien non plus ; v.1714 (Acte 5, scène 15, DAMIS)
  966. Et l?on me fait à moi des demi-confidences. v.1716 (Acte 5, scène 15, DAMIS)
  967. Vous n?êtes, il est vrai, qu?à demi bien instruit ; v.1717 (Acte 5, scène 15, MADAME ARGANTE)
  968. Et l?hymen de ma fille? v.1718 (Acte 5, scène 15, MADAME ARGANTE)
  969. Hé bien. v.1718 (Acte 5, scène 15, DAMIS)
  970. Quoi ? Vous me promenez de mystère en mystère ? v.1719 (Acte 5, scène 15, DAMIS)
  971. Ce que je vous dis là, je le tiens du Notaire. v.1720 (Acte 5, scène 15, DAMIS)
  972. Oui, fort bien, vous avez, Monsieur, mal entendu, v.1721 (Acte 5, scène 15, MADAME ARGANTE)
  973. Il a parlé du mien, vous avez confondu. v.1722 (Acte 5, scène 15, MADAME ARGANTE)
  974. Comment ? Quoi ? Qu?est-ce à dire v.1723 (Acte 5, scène 15, MADAME ARGANTE)
  975. Avec ce fi, ma soeur ? Vraiment je vous admire ! v.1724 (Acte 5, scène 15, MADAME ARGANTE)
  976. Comment ? v.1729 (Acte 5, scène 15, MADAME ARGANTE)
  977. Rien que Madame Artus ne m?ait chargé de faire ; v.1732 (Acte 5, scène 15, MONSIEUR LUDET)
  978. Et mille louis d?or qu?en mes mains on a mis, v.1733 (Acte 5, scène 15, MONSIEUR LUDET)
  979. Du tout qu?elle vous fait, doivent être le prix. v.1734 (Acte 5, scène 15, MONSIEUR LUDET)
  980. Vous verrez qu?en ceci l?on fait tout pour le mieux. v.1738 (Acte 5, scène 15, MADAME ARTUS)
  981. Madame, je respecte en vous ma belle-mère, v.1740 (Acte 5, scène 15, MADAME ARTUS)
  982. Ah ! De ces vains respects, Madame, on vous dispense. v.1744 (Acte 5, scène 15, DORANTE)
  983. C?est trop vous tenir en suspens, v.1745 (Acte 5, scène 15, DORANTE)
  984. Pardonnez-moi d?oser ici parler en maître ; v.1747 (Acte 5, scène 15, DORANTE)
  985. C?était pour l?en chasser que j?aspirais à l?être. v.1748 (Acte 5, scène 15, DORANTE)
  986. Comment donc ? Qui vous fait vous oublier ainsi, v.1749 (Acte 5, scène 15, MADAME ARTUS)
  987. Vraiment, v.1753 (Acte 5, scène 15, MADAME ARGANTE)
  988. Avec quoi votre aveu, mon amour, tout m?engage, v.1755 (Acte 5, scène 16, DORANTE)
  989. Je vais vous expliquer comment cela s?est fait. v.1758 (Acte 5, scène 16, MONSIEUR LUDET)
  990. Ils étaient l?un et l?autre engagés par promesse, v.1759 (Acte 5, scène 16, MONSIEUR LUDET)
  991. Madame à vos genoux j?ose vous demander? v.1761 (Acte 5, scène 16, MASSINE)
  992. Hélas ! Suis-le en état de vous rien accorder ? v.1762 (Acte 5, scène 16, MADAME ARGANTE)
  993. Rien ne dépend de moi, cette méchante femme? v.1763 (Acte 5, scène 16, MADAME ARGANTE)
  994. Hé bien, pour m?obéir, soyez tous quatre heureux. v.1766 (Acte 5, scène 16, MADAME ARGANTE)
  995. À ce double hymen vous consentez, mon frère ? v.1767 (Acte 5, scène 16, MADAME ARGANTE)

LA FÊTE DE VILLAGE. (1700)

  1. Cela ne reçoit pas la moindre difficulté, Monsieur le Tabellion ; et dès que toute la famille en est d'accort avec moi, cette petite supercherie n'est qu'une bagatelle. (Acte 1, scène 1, NAQUART)
  2. Hé bien soit, vous le voulez comme çà, je veux itou : vous êtes Procureur de Paris, et je ne suis que Tabellion de Village ; comme votre charge vaut mieux que la mienne, je serais un impertinent de vouloir que ma conscience fût meilleure que la vôtre. (Acte 1, scène 1, LE TABELLION)
  3. Il ne s'agit point de conscience là-dedans, et entre personne du métier? (Acte 1, scène 1, NAQUART)
  4. Cela est vrai, vous avez raison, il ne peut pas agir d'une chose qu'on n'a pas : mais tout coup vaille, il ne m'importe, pourvu que je sois bien payé, et que vous accommodiais vous-même toute cette manigance-là, je ne dirai mot, et je vous laisserai faire, il ne vous en faudra pas davantage. (Acte 1, scène 1, LE TABELLION)
  5. Je vous réponds de l'événement, et des suites. (Acte 1, scène 1, NAQUART)
  6. Hé bien, tope, vela qui est fait. (Acte 1, scène 1, LE TABELLION)
  7. Je m'en vas vous attendre ; aussi bien velà Monsieur Blandineau, qui, m'est avis, veut vous dire queuque chose. (Acte 1, scène 1, LE TABELLION)
  8. Vous voilà en grande conférence avec notre Tabellion ? (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  9. En aucune façon. (Acte 1, scène 2, NAQUART)
  10. Vous m'avez promis votre consentement pour ce mariage, et? (Acte 1, scène 2, NAQUART)
  11. Oui, je vous le donne de tout mon coeur : mais je ne vous promets pas que mon consentement détermine ma belle-soeur à vous épouser. (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  12. Elle est un peu folle, comme vous savez ; et je m'étonne que tous les travers que vous lui connaissez, ne vous corrigent pas de l'envie que vous avez d'en faire votre femme. (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  13. C'est un voeu que j'ai fait, Monsieur Blandineau, de rendre une femme raisonnable, et plus je la prendrai folle, plus j'aurai du mérite à réussir. (Acte 1, scène 2, NAQUART)
  14. Et plus de peine à en venir à bout. (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  15. C'est une chose absolument impossible. (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  16. Ma femme n'est pas à beaucoup près si extravagante que sa soeur, et toutes les tentatives que j'ai faites pour régler son esprit et ses manières, n'ont jusqu'à présent servi de rien ; je serai réduit, je pense, pour éviter les altercations que nous avons tous les jours ensemble, à prendre le parti d'extravaguer avec elle, puisqu'il n'y a pas moyen qu'elle soit raisonnable avec moi. (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  17. Vous avez du bien, vous n'avez point d'enfants, votre femme aime le faste, la dépense, c'est là, je crois sa plus grande folie, laissez la faire ; au bout du compte, l'argent n'est fait que pour s'en servir. (Acte 1, scène 2, NAQUART)
  18. Procureur tant qu'il vous plaira, quand on gagne du bien, il en faut jouir. (Acte 1, scène 2, NAQUART)
  19. Vivons à présent comme dans le temps présent ; et puisque c'est le bien qui fait vivre, pourquoi ne pas vivre selon son bien ? (Acte 1, scène 2, NAQUART)
  20. Je suis ennemi des superfluités, je me contente du nécessaire, et je ne sache rien au monde de si beau, que la simplicité du temps passé. (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  21. Ce ne sont pas nos droits que je veux simples, ce sont nos dépenses. (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  22. Les manières de votre femme sont très bonnes, les ridicules que vous lui trouvez ne sont que dans votre imagination ; plus vous prétendez les corriger, plus ils augmenteront ; vous la contraindrez, vous vous ferez haïr. (Acte 1, scène 2, NAQUART)
  23. Croyez-moi, il vaut mieux pour vous et pour elle que vous vous accommodiez à ses fantaisies, que de prétendre la soumettre aux vôtres. (Acte 1, scène 2, NAQUART)
  24. C'est là votre sentiment, mais ce n'est pas le mien. (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  25. C'est un plaisir que vous aurez ; et puisque vous approuvez la chose, j'emploierai, pour la faire réussir, des moyens dont je ne me servirais pas sans votre aveu. (Acte 1, scène 2, NAQUART)
  26. Et qu'est-ce que c'est, que ces moyens ? (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  27. Je vous les communiquerai. La voici, proposez-lui l'affaire ; selon la réponse qu'elle vous fera, nous réglerons les mesures que nous aurons à prendre ensemble. (Acte 1, scène 2, NAQUART)
  28. Sans adieu, je ne tarderai pas à vous rendre réponse. (Acte 1, scène 2, MONSIEUR BLANDINEAU)
  29. Cela est assez amusant, vraiment : mais qu'est-ce que c'est que le mari ? (Acte 1, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  30. Hé fi, Madame, il faut faire châtier cet insolent-là. (Acte 1, scène 3, LISETTE)
  31. Comment donc ; hé, qui êtes-vous, s'il vous plaît ? (Acte 1, scène 3, MONSIEUR BLANDINEAU)
  32. Feu mon mari est mort, la charge est vendue, je n'ai plus de titre, plus de qualité, je suis une pierre d'attente, et destinée sans vanité à des distinctions qui ne vous permettront pas avec moi tant de familiarités que vous vous en donnez quelquefois. (Acte 1, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  33. Vous êtes destinée à devenir tout à fait folle, si vous n'y prenez garde. (Acte 1, scène 3, MONSIEUR BLANDINEAU)
  34. Écoutez, Madame ma belle-soeur, il se présente une occasion de vous donner un mari fort riche et fort honnête homme : si vous ne l'épousez, vous pouvez compter que je ne vous verrai de ma vie. (Acte 1, scène 3, MONSIEUR BLANDINEAU)
  35. Vous devez bien aussi vous attendre, quand je serai Comtesse, et vous Procureur, que nous n'aurons pas grand commerce ensemble. (Acte 1, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  36. Comment Comtesse ! (Acte 1, scène 3, MONSIEUR BLANDINEAU)
  37. Je débute par là, c'est assez pour un commencement : mais cela augmentera dans la suite ; et de mari en mari, de douaire en douaire, je ferai mon chemin, je vous en réponds et le plus brusquement qu'il me sera possible. (Acte 1, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  38. Il faudra la faire enfermer. (Acte 1, scène 3, MONSIEUR BLANDINEAU)
  39. Holà ho, laquais, petit laquais, grand laquais, moyen laquais, qu'on prenne ma queue. (Acte 1, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  40. Vous n'avez rien à craindre, Monsieur ; Madame votre femme est raisonnable, elle ne tient point du tout de la famille. (Acte 1, scène 4, LISETTE)
  41. Assurément, et vous devez lui en savoir bon gré ; car il ne tient qu'à elle d'être aussi folle que pas une autre : elle a tous les talents qu'il faut pour cela, je vous en réponds. (Acte 1, scène 4, LISETTE)
  42. Oh, vraiment, je sais bien qu'elle les a, de par tous les diables, et s'en sert souvent, c'est le pis que j'y trouve. (Acte 1, scène 4, MONSIEUR BLANDINEAU)
  43. Non, celle de gaze ou celle de dentelle, Mademoiselle Lisette ; les autres sont des housses, des caparassons qu'on ne saurait porter. (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  44. Vous voilà, Monsieur Blandineau, je suis bien aise de vous trouver icI. Donnez-moi de l'argent, je n'en ai plus. (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  45. De l'argent, Madame ? (Acte 1, scène 5, MONSIEUR BLANDINEAU)
  46. J'ai joué, j'ai perdu, j'ai payé, je n'ai plus rien ; je vais rejouer, il m'en faut d'autre en cas que je perde. (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  47. Au lieu de me remercier d'en prendre du vôtre. (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  48. Oui, vraiment, c'est un bien mal acquis qui ne fait point de profit ; je perds tout ce que je joue. (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  49. J'ai la complaisance de venir avec vous dans une chaumière bourgeoise avec votre ennuyeuse famille : il se trouve par hasard dans le Village des femmes d'esprit, des personnes du monde, de jeunes gens polis ; il se forme une agréable société de plaisir et de bonne chère ; c'est le jeu qui est l'âme de toutes ces parties : et je ne jouerai pas ? (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  50. Non, Monsieur, ne comptez point là-dessus, et donnez-moi de l'argent, s'il vous plaît, ou j'en emprunterai : mais ce sera sur votre compte. (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  51. Oh bien, Madame, voilà encore dix louis d'or : mais si vous les perdez? (Acte 1, scène 5, MONSIEUR BLANDINEAU)
  52. Si je ne les perds pas je les dépenserai, ne vous mettez pas en peine. (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  53. À propos, c'est aujourd'hui la fête du Village, nous sommes les plus considérables, on soupe ici ce soir, je crois que vous en êtes bien et dûment averti ?... (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  54. Quoi votre dessein ridicule continue, et malgré tout ce que je vous en ai dit ?... (Acte 1, scène 5, MONSIEUR BLANDINEAU)
  55. Comment donc, Monsieur, suis-je une libertine, une coquette ? (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  56. Quelle extravagance de rassembler huit ou dix femmes plus ridicules l'une que l'autre, qui ne sont assurément pas de vos amies, pour leur donner à souper ? (Acte 1, scène 5, MONSIEUR BLANDINEAU)
  57. Leur faire manger notre bien ? (Acte 1, scène 5, MONSIEUR BLANDINEAU)
  58. Vous voyez, Monsieur, comme vous vous révoltez contre le souper : oh bien, nous aurons les violons, de la musique, un petit concert, le bal, et une espèce d'Opéra même, si vous continuez à me contredire. (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  59. Ah, quel abandonnement ! (Acte 1, scène 5, MONSIEUR BLANDINEAU)
  60. Mais quand vous seriez la femme d'un Traitant, vous ne feriez pas plus d'impertinences. (Acte 1, scène 5, MONSIEUR BLANDINEAU)
  61. C'est ma soeur qui fait cette dépense-là, ne vous chagrinez pas. (Acte 1, scène 5, MADAME BLANDINEAU)
  62. Adieu, mon ami, appelez Cascaret qu'il vienne porter ma queue. (Acte 1, scène 6, MADAME BLANDINEAU)
  63. Oui, Monsieur Blandineau, moi-même, puisque j'ai eu la complaisance de prendre une queue toute unie, je me la ferai porter, s'il vous plaît, pour ne pas figurer avec la populace. (Acte 1, scène 6, MADAME BLANDINEAU)
  64. Il n'en fera rien. (Acte 1, scène 6, MONSIEUR BLANDINEAU)
  65. Il le fera, mon ami, je l'en ai prié ; il n'est pas si impoli que vous, il n'oserait me contredire. (Acte 1, scène 6, MADAME BLANDINEAU)
  66. Ne vous gênez point, mon fils, si la compagnie ne vous plaît pas, nous n'avons que faire de vous, on vous dispense d'y être. (Acte 1, scène 6, MADAME BLANDINEAU)
  67. Oh, parbleu, j'y serai, je vous en réponds, et vous verrez? (Acte 1, scène 6, MONSIEUR BLANDINEAU)
  68. Cela est délicatement imaginé, au moins. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  69. Il ne fera point cette sottise-là, j'en suis sûr. (Acte 1, scène 7, MONSIEUR BLANDINEAU)
  70. Ne trouves-tu pas que cette femme-là devient un peu folle, Lisette ? (Acte 1, scène 7, MONSIEUR BLANDINEAU)
  71. Non, Monsieur, je la trouve de fort bon esprit, au contraire ; elle prend ses commodités et ses plaisirs, et vous avez la peine et les chagrins de tout. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  72. Oh, c'est moi, sans contredit : mais j'ai opinion que c'est sa soeur qui la gâte ; et je voudrais bien être débarrassé de cette folle-là, sans être obligé de quereller avec ma femme, c'est pour cela que je la voudrais marier à Monsieur Naquart. (Acte 1, scène 7, MONSIEUR BLANDINEAU)
  73. Tenez, Monsieur, je la soupçonne de quelque dessein, dont elle aura peine à ne me pas faire confidence. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  74. Laissez-moi sonder un peu ses sentiments, j'aurai soin de vous en rendre compte. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  75. Hé bien, fais, Lisette : mais dépêche-toI. Je vais trouver Monsieur Naquart, et nous attendrons ensemble de tes nouvelles. (Acte 1, scène 7, MONSIEUR BLANDINEAU)
  76. Allez, Monsieur, vous ne tarderez pas à en avoir, laissez-moi faire. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  77. Mais, voici une petite personne qui l'est encore plus que lui, quoique son malheur soit d'une autre nature. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  78. Quoi, te voilà seule, Lisette, et tu ne viens pas me trouver ? (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  79. Que tu es cruelle de m'abandonner à mes chagrins, et de ne pas être avec moi le plus souvent qu'il t'est possible ! (Acte 1, scène 8, ANG?LIQUE)
  80. Madame Blandineau, pour pester contre son mari, le mari pour se plaindre de sa femme : Madame la Greffière, pour m'entretenir de son ajustement et de sas charmes : et vous, pour parler de votre amant. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  81. Voilà bien de l'occupation dans un même ménage. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  82. Que mes tantes sont folles, Lisette, et que je suis malheureuse de me trouver sans bien, sans autres parents qu'elles seules, avec autant de faiblesse pour un amant aussi perfide. (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  83. Oh, pour moi, je ne comprends pas comment depuis huit jours que nous sommes ici, vous n'avez point eu de ses nouvelles : il faut qu'il soit mort ou malade. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  84. Quelques jours avant notre départ, il te souvient que nous le vîmes dans ta chambre ; il s'y rendit une heure plus tard que de coutume, il y demeura beaucoup moins, il était chagrin, inquiet, interdit, embarrassé : il commençait à ne me plus aimer, Lisette, et l'absence l'a fait m'oublier tout à fait. (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  85. Si cela est, ce sont vos tantes qui en sont cause. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  86. L'une avait assez de penchant pour lui, à la vérité : mais elle ne voulait pas qu'il en eût pour vous. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  87. Justement, et c'en est assez pour faire déserter un joli homme ; outre que Madame Blandineau, de son côté, qui ne veut point vous voir plus grande Dame qu'elle, a fait aussi ce qu'elle a pu, pour l'éloigner à force de brusqueries : c'est ce qui l'a rebuté sur ma parole. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  88. Et que je l'aime bien plus qu'il ne m'aimait ! (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  89. Plus on me défendait de le voir et de lui parler, plus sa présence et sa conversation me causaient de joie et de ravissement, ma pauvre Lisette. (Acte 1, scène 8, ANG?LIQUE)
  90. Le Ciel en soit loué, j'en suis ravie. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  91. Je suis bienheureux, Mademoiselle, de vous trouver ainsi d'abord en arrivant, avant que personne? (Acte 1, scène 9, LOLIVE)
  92. C'est un traître, un chien qui ne mérite pas de vivre, un homme à pendre, Mademoiselle. (Acte 1, scène 9, LOLIVE)
  93. T'envoie-t-il ici pour nous dire cela ? (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  94. Non, mais il y va venir, lui, pour le justifier. (Acte 1, scène 9, LOLIVE)
  95. Il va venir ici ? (Acte 1, scène 9, ANGÉLIQUE)
  96. Si fait vraiment, ce n'est pas celle qui a son mari, c'est celle qui est veuve, Madame la Greffière ; et j'ai ici une lettre pour elle que je m'en vais lui rendre au plus vite. (Acte 1, scène 9, LOLIVE)
  97. J'ai déjà eu cent coups de pied dans le ventre, pour cette affaire-ci ; il est bon de m'en tenir là. (Acte 1, scène 9, LOLIVE)
  98. Qu'il ne s'aperçoive pas, je vous prie, que je vous ai avertie de rien. (Acte 1, scène 9, LOLIVE)
  99. Ma tante est-elle devenue folle, de vouloir épouser Monsieur_le_Comte ? (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  100. Non, c'est Monsieur_le_Comte qui est devenu fou de vouloir épouser votre tante. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  101. Cela ne sera point, Lisette, c'est un prétexte qu'il, prend pour s'approcher de moI. Il trompe ma tante ; ma tante aime à se flatter, cela tournera tout autrement que tu te l'imagines. (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  102. Il n'importe, ne me détrompe point, ma chère Lisette ; je vais attendre Monsieur_le_Comte à l'entrée du Village, je veux lui parler la première, je saurai ses sentiments par lui-même, et je ne le quitterai point qu'il ne m'ait promis de n'épouser que moi. (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  103. Vous ferez fort bien de vous emparer de luI. On reprend son bien où on le trouve, une fois. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  104. Assurément. (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  105. Viens avec moi, ma pauvre Lisette. (Acte 1, scène 10, ANG?LIQUE)
  106. Non, prenez quelque petite fille du village, et me laissez parler à votre tante. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  107. J'en tirerai quelque confidence, qui ne vous sera pas inutile. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  108. Que cela soit bien tourné, Monsieur le Magister ; que cela soit bien tourné. (Acte 2, scène 1, LA GREFFIÈRE)
  109. Ne vous boutez pas en peine, partant que les garçons ne manquiont pas de vin et les filles de tartes, et que vous nous bailliais ces vingt écus que vous m'avez dit pour les ménétriers et pour ces petites chansonnettes que je fourerons par-ci par-là, nan ragaillardira votre soirée de la belle façon, je vous en réponds. (Acte 2, scène 1, LE MAGISTER)
  110. Hé, morgué, nenni, c'est tout le contraire, votre épitralame, je pense, je ne sais pas bian comme ça s'appelle : mais ce seront des vars à votre louange, toujours. (Acte 2, scène 1, LE MAGISTER)
  111. Ne manquez pas, surtout, d'y bien marquer les agréments de la fin du siècle, il est si fortuné que moi, si fortuné, que je veux que ma reconnaissance en soit publique. (Acte 2, scène 1, LA GREFFIÈRE)
  112. Oh, tatigué, laissez-moi faire, j'en sis du moins aussi content que vous. (Acte 2, scène 1, LE MAGISTER)
  113. Voulez-vous que je mette itou ça ; hé bien, volontiers, tout coup vaille : mais vous baillerez queuque chose pour l'âge. (Acte 2, scène 1, LE MAGISTER)
  114. Gardez-vous bien de l'oublier. (Acte 2, scène 1, LA GREFFIÈRE)
  115. Adieu, Madame, je sis content de vous, vous serez contente itou de la date, sur ma parole. (Acte 2, scène 1, LE MAGISTER)
  116. Que j'envisage un charmant avenir ! (Acte 2, scène 1, LA GREFFIÈRE)
  117. Quels heureux moments ! (Acte 2, scène 1, LA GREFFI?RE)
  118. Quels heureux moments ! (Acte 2, scène 1, LA GREFFI?RE)
  119. Je ne me sens pas de joie. (Acte 2, scène 1, LA GREFFI?RE)
  120. Comment donc, Madame, on dit que vous mettez en joie tout le Village ? (Acte 2, scène 2, LISETTE)
  121. Qu'on blâme les Devineresses tant qu'on voudra, je suis contente de la du Verger, pour moi. (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  122. Comment donc, Madame ? (Acte 2, scène 2, LISETTE)
  123. Nous y voilà parvenues, ma pauvre Lisette, nous y touchons du bout du doigt, ma chère enfant. (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  124. Je n'ai pas eu de grands plaisirs pendant le cours de celui-ci ; mais je vais passer l'autre agréablement, sur ma parole. (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  125. Je suis déjà veuve, premièrement. (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  126. Et je ne le serai pas longtemps, encore. (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  127. Comment donc, Madame ? (Acte 2, scène 2, LISETTE)
  128. C'est la saison des révolutions, que la fin des siècles, et tu vas voir d'assez jolis changements dans ma destinée. (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  129. Hé, quels changements, encore ? (Acte 2, scène 2, LISETTE)
  130. Cela ne me surprend point, vous êtes taillée pour cela, et vous en avez toutes les manières. (Acte 2, scène 2, LISETTE)
  131. Nous avons bien conduit cela, n'est-ce pas ? (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  132. Hé, qu'était-il besoin de conduire là-dedans, vous ne dépendez que de vous. (Acte 2, scène 2, LISETTE)
  133. L'agrément du mystère, mon enfant, l'agrément du mystère, j'avais même dessein qu'il m'enlevât : oh ! (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  134. Je crois que c'est un grand plaisir, d'être enlevée. (Acte 2, scène 2, LA GREFFI?RE)
  135. Oui, cela a son mérite, assurément. (Acte 2, scène 2, LISETTE)
  136. Nous nous serions mariés en cachette, incognito, sous seing privé, pour éviter les manières Bourgeoises. (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  137. Cela était noblement pensé. (Acte 2, scène 2, LISETTE)
  138. Mais le plaisir de faire enrager de près mon beau-frère le Procureur, qui est un fort impertinent personnage, la joie que j'aurai d'être témoin du dépit de ma soeur et de ma nièce, et de jouir par mes propres yeux du désespoir de toutes les femmes de ma connaissances, nous a fait prendre la résolution de faire ce mariage à leurs barbes. (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  139. Oh, cela est bien satisfaisant, je te l'avoue. (Acte 2, scène 2, LA GREFFI?RE)
  140. Il n'y a rien de plus gracieux, vous avez raison. (Acte 2, scène 2, LISETTE)
  141. Le petit Comte va arriver, et en poste, même ; son valet de chambre est déjà ici, cette affaire-là sera bientôt publique. (Acte 2, scène 2, LA GREFFIÈRE)
  142. Voilà votre soeur et votre cousine qui me paraissent bien échauffées. (Acte 2, scène 2, LISETTE)
  143. Il se répand un bruit dans le Village qui ma paraît des plus surprenant. (Acte 2, scène 3, MADAME BLANDINEAU)
  144. En quoi, donc, ridicule ? (Acte 2, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  145. Que vous allez épouser Monsieur_le_Comte, un homme de qualité, un petit étourdi qui n'a rien. (Acte 2, scène 3, MADAME BLANDINEAU)
  146. Cela n'est pas moins vrai, ma soeur, me voilà Comtesse ; et grâces au Ciel, nous ne figurerons plus ensemble. (Acte 2, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  147. Dites, Madame, Madame Blandineau, et Madame tout court, entendez-vous ? (Acte 2, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  148. Je n'en puis plus. (Acte 2, scène 3, MADAME BLANDINEAU)
  149. Oh, par ma foi, donnez-vous patience. (Acte 2, scène 3, LISETTE)
  150. Je m'affaiblis, je suffoque, j'agonise, et je m'en vais mourir de mort subite. (Acte 2, scène 3, L'ÉLUE)
  151. Oh, remuez-vous, remuez-vous, je me remuerai aussi, moi, je vous en réponds. (Acte 2, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  152. Mort de ma vie, que de mouvement ! (Acte 2, scène 3, LISETTE)
  153. Voilà une famille bien sémillante ! (Acte 2, scène 3, LISETTE)
  154. Mais, vraiment, je les trouve admirables, elles m'empêcheront de m'élever, de faire fortune : ces Bourgillonnes-là sont si ridicules? (Acte 2, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  155. Et moi, ma cousine, qui ai eu plus de treize mille francs en mariage, tant en argent comptant, qu'en nippes et bijoux. (Acte 2, scène 3, MADAME BLANDINEAU)
  156. Oh, je deviendrai furieuse, moi, je vous en avertis, prenez-y garde. (Acte 2, scène 3, LA GREFFIÈRE)
  157. Je ne puis pas être de votre souper, je m'en retourne à Paris, je viens prendre congé de vous, mes chers enfants. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  158. Je viens de recevoir des nouvelles d'une affaire dont j'attendais la conclusion avec impatience ; elle est finie, il faut que je parte. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  159. Hé, quelle affaire, Madame Carmin ; sont-ce des laines d'Hollande, d'Angleterre, qui vous arrivent ? (Acte 2, scène 4, L'ÉLUE)
  160. Fi donc : rien moins que cela, Mesdames. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  161. Je quitte le négoce, je m'y suis enrichie, cela est au-dessous de moi à l'heure qu'il est ; j'achète une Charge à mon mari, je me fais Présidente. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  162. Vous, Présidente, Madame Carmin ? (Acte 2, scène 4, MADAME BLANDINEAU)
  163. Madame Carmin Présidente ! (Acte 2, scène 4, L'ÉLUE)
  164. Oui, Madame la Présidente. (Acte 2, scène 4, LA GREFFIÈRE)
  165. J'en suis ravie, Madame_la_Comtesse. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  166. Et moi, je suffoque, je n'en puis plus. (Acte 2, scène 4, MADAME BLANDINEAU)
  167. Il y a pour en mourir, je n'en reviendrai point. (Acte 2, scène 4, L'ÉLUE)
  168. Hé, Madame Carmin remplira bien cette place là. (Acte 2, scène 4, LISETTE)
  169. Ce n'est qu'une Charge de campagne, à la vérité, et dans une Élection d'une très petite Ville du côté d'Estampes : mais il y a de grands agréments, de grandes prérogatives. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  170. On est maître absolu dans le pays, premièrement : il n'y a, je crois, dans toute la Juridiction, ni Procureurs, ni Avocats, ni Conseillers même, et Monsieur le Président peut se vanter qu'il est lui seul toute la Justice ; cela est fort beau, Mesdames. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  171. Oh, je vous demande pardon, Madame Blandineau, il signera son nom fort librement, et avec un paraphe, encore, à cause de sa Charge. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  172. Il y a dans la Ville un Tabellion qui règle tout, moyennant trente ou quarante francs par année ; et puis quand on a bons sens, bon esprit, on n'a qu'à juger à la rencontre, c'en est assez pour des gens de Province. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  173. Assurément, et les Juges les plus habiles ne sont pas toujours les plus équitables. (Acte 2, scène 4, LISETTE)
  174. Je ne veux qu'un rang, moi, cela m'en donne un qui me distingue. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  175. Il vivra content dans sa petite Ville, et moi à Paris, comme une Présidente. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  176. Nous nous retrouverons, Madame la Présidente. (Acte 2, scène 4, LA GREFFIÈRE)
  177. Adieu, ma chère Madame Blandineau ; à mon retour nous ferons ensemble quelque partie de plaisir. (Acte 2, scène 4, MADAME CARMIN)
  178. Vous m'avez vendu des laines éventées, que je vous renverrai, Madame la Présidente. (Acte 2, scène 4, L'ÉLUE)
  179. Adieu, ma chère Présidente. (Acte 2, scène 4, LA GREFFIÈRE)
  180. Une femme placée, une femme en Charge. (Acte 2, scène 4, LISETTE)
  181. Je n'y puis plus tenir, je suis au désespoir ; Monsieur Blandineau en achètera une qui m'ennoblisse, ou je ne le veux voir de ma vie. (Acte 2, scène 4, MADAME BLANDINEAU)
  182. Monsieur l'Élu cessera de l'être, ou je trouverai moyen de n'être plus sa femme. (Acte 2, scène 4, L'ÉLUE)
  183. C'est mon beau-frère à qui j'en veux le plus. (Acte 2, scène 5, LA GREFFIÈRE)
  184. Il m'a tantôt traité de folle, quand je lui parlais de devenir Comtesse, je veux qu'il devienne fou, lui de voir que je lui ai dit vrai. (Acte 2, scène 5, LA GREFFI?RE)
  185. Hé bien, ma soeur, avez-vous réfléchi sur la proposition que je vous ai tantôt faite ? (Acte 2, scène 6, MONSIEUR BLANDINEAU)
  186. Que c'est un animal bien persécutant qu'un beau-frère, Monsieur Blandineau ! (Acte 2, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  187. C'est sous les auspices de Monsieur, Madame, que je prends la liberté? (Acte 2, scène 6, NAQUART)
  188. Je ne vous aime point, je vous le dis, vous pouvez m'en croire. (Acte 2, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  189. Mais, mon beau-frère, ne m'en parlez pas davantage. (Acte 2, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  190. C'est une affaire jugée en dernier ressort dans mon imagination ; il n'y a point d'appel à cela. (Acte 2, scène 6, LA GREFFI?RE)
  191. Quand j'ai pris une fois mon parti, je n'en reviens jamais, demandez à Lisette. (Acte 2, scène 6, LA GREFFI?RE)
  192. Les temps sont changés, Monsieur Naquart, j'étais une sotte, une enfant, une imbécile : il est vrai, je m'en souviens, j'avais pour vous une heureuse faiblesse ; et si j'en avais été crue, je serais veuve de vous à l'heure qu'il est. (Acte 2, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  193. Oui, vraiment, il était de mon étoile d'être veuve dans le temps que je le suis devenue, et je ne crois pas qu'en votre faveur mon étoile en eût eu le démenti. (Acte 2, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  194. Oh, pour cela non, qu'il ne s'y joue pas, je ne lui conseille pas d'insister là-dessus, mon étoile est terrible pour les maris ; et selon le calcul que j'en ai fait faire, elle en doit exterminer trois ou quatre, et en très peu de temps, et de qualité même : voyez combien durerait un pauvre diable de Procureur. (Acte 2, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  195. Quoi, Madame, vous aimez Monsieur_le_Comte, et vous avez la dureté de l'exposer à la malignité influence ? (Acte 2, scène 6, LISETTE)
  196. Mais si vous avez tant d'envie de m'appartenir, Monsieur Naquart, épousez ma nièce Angélique, c'est une autre moi-même, je vous la donne. (Acte 2, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  197. En voici bien d'un autre. (Acte 2, scène 6, LISETTE)
  198. Parlez-vous sérieusement, Madame ? (Acte 2, scène 6, NAQUART)
  199. La pauvre enfant ! (Acte 2, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  200. Il faut bien faire quelque chose pour elle. (Acte 2, scène 6, LA GREFFI?RE)
  201. Je lui enlève Monsieur_le_Comte, qui était son amant ; je l'épouse ce soir, plus par vanité, que par amour, moins pour son mérite, que pour sa qualité, car je ne veux qu'un nom, moi, je ne veux qu'un nom, c'est ma grande folie. (Acte 2, scène 6, LA GREFFI?RE)
  202. Oui, vous dis-je, je lui vole son amant : Monsieur Naquart est le mien, je le renvoie à elle, ce ne sera qu'une espèce de troc : et tu lui feras entendrez, Lisette, que je lui donne plus que je ne lui dérobe. (Acte 2, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  203. Je vais la chercher au plus vite pour lui apprendre cette bonne nouvelle : que je vais la réjouir ! (Acte 2, scène 6, LISETTE)
  204. Songez bien à quoi vous vous engagez, Madame. (Acte 2, scène 7, NAQUART)
  205. Vous avez l'usage des affaires, faites au plutôt dresser votre contrat et le mien, nous les signerons dans le moment que nous aurons ici Monsieur_le_Comte. (Acte 2, scène 7, LA GREFFIÈRE)
  206. Je sais mieux ses affaires que personne, je suis son Procureur et son Curateur tout ensemble, et il ne fera rien que je n'y donne les mains. (Acte 2, scène 8, NAQUART)
  207. Demeurez en repos. (Acte 2, scène 8, NAQUART)
  208. Hé, venez vite, Monsieur, parler à Madame. (Acte 2, scène 9, CLAUDINE)
  209. Madame l'élue est avec elle qui fait tout comme elle ; elles s'asseyent, elles se lèvent, elles se tourmentent, elles se lamentent ; elles m'ont donné chacune deux soufflets, parce que je ne pouvais m'empêcher de rire. (Acte 2, scène 9, CLAUDINE)
  210. Elles deviendront sages ; et si vous voulez m'en croire, nous jouirons de notre bien, Monsieur Blandineau, et nous leur remettrons aisément l'esprit, en nous accommodant pour quelque temps du moins, à leur ridicule et à leurs faiblesses, que nous corrigerons tout à fait dans la suite. (Acte 2, scène 9, NAQUART)
  211. Et vous croyez me le persuader en devenant le mari de ma tante ? (Acte 3, scène 1, ANGÉLIQUE)
  212. Vous êtes sans bien, je n'ai ni emploi, ni revenu ; un procès que je viens de perdre, achève de me ruiner absolument, ma naissance et ma qualité me sont même à charge dans la situation où je me trouve. (Acte 3, scène 1, LE COMTE)
  213. Je ne le serai point du bout, je vous assure : ce n'est point elle, c'est son bien que j'épouse, pour le partager avec vous. (Acte 3, scène 1, LE COMTE)
  214. Je n'en veux point, Monsieur, je n'ai que faire de bien, je ne veux que vous. (Acte 3, scène 1, ANGÉLIQUE)
  215. Laissez-moi céder pour un temps à notre mauvaise fortune, pour nous en assurer une meilleure ; Nous sommes jeunes l'un et l'autre, votre tante n'a que très peu de temps à vivre. (Acte 3, scène 1, LE COMTE)
  216. Et vous croyez que pour vous avoir j'aurai la patience d'attendre qu'elle meure ? (Acte 3, scène 1, ANGÉLIQUE)
  217. Non pas, s'il vous plaît, je veux que vous m'épousiez la première ; ma tante a déjà été mariée, c'est à elle d'attendre. (Acte 3, scène 1, ANG?LIQUE)
  218. Que devenir ? (Acte 3, scène 1, LE COMTE)
  219. Comment vivre ? (Acte 3, scène 1, LE COMTE)
  220. Nous nous aimerons, Monsieur_le_Comte, et je serai contente : cela ne nous suffira-t-il pas comme à moi ? (Acte 3, scène 1, ANGÉLIQUE)
  221. Viens m'aider à le rendre raisonnable : il s'obstine à vouloir épouser ma tante, pour faire fortune. (Acte 3, scène 2, ANGÉLIQUE)
  222. Hé bien, mort de ma vie, laissez le faire, et épousez quelqu'un qui fasse la vôtre. (Acte 3, scène 2, LISETTE)
  223. Monsieur Naquart est plus riche que votre tante, il ne tiendra qu'à vous de devenir sa femme. (Acte 3, scène 2, LISETTE)
  224. Ce Procureur-là s'est emparé d'une partie de votre bien, il peut bien s'emparer aussi de votre maîtresse. (Acte 3, scène 2, LISETTE)
  225. La tante et lui sont déjà d'accord, cela ne dépend plus que de Mademoiselle. (Acte 3, scène 2, LISETTE)
  226. Oh bien, bien, Monsieur, épousez ma tante, vous n'avez qu'à le faire, Monsieur Naquart m'en vengera. (Acte 3, scène 2, ANGÉLIQUE)
  227. Vous consentiriez à cette union ? (Acte 3, scène 2, LE COMTE)
  228. Oh pour cela oui, j'en réponds. (Acte 3, scène 2, LISETTE)
  229. Je vous verrais entre les bras d'un autre ? (Acte 3, scène 2, LE COMTE)
  230. Nous nous retrouverons, Monsieur, je vous donne rendez-vous quand nous serons tous deux devenus riches. (Acte 3, scène 2, ANGÉLIQUE)
  231. C'est vous, Monsieur, qui avez commencé à m'y mettre. (Acte 3, scène 2, ANGÉLIQUE)
  232. Il faut que cela soit égal de part et d'autre, il n'y a rien de plus juste. (Acte 3, scène 2, LISETTE)
  233. Hé bien, je n'épouserai point votre tante, je vous le proteste. (Acte 3, scène 2, LE COMTE)
  234. Je l'empêcherai bien. (Acte 3, scène 2, LE COMTE)
  235. C'est vous que je cherche, Monsieur_le_Comte : on vient de me dire que vous étiez arrivé. (Acte 3, scène 3, NAQUART)
  236. Je suis ravi de vous rencontrer aussi, Monsieur, pour vous dire? (Acte 3, scène 3, LE COMTE)
  237. Comme je suis occupé à une affaire qui vous regarde, je suis bien aise de vous entretenir quelques moments avant de la mettre en état d'être terminée. (Acte 3, scène 3, NAQUART)
  238. Avant de finir cette affaire comme vous la proposez, Monsieur, il faut que vous trouviez les moyens de m'ôter la vie. (Acte 3, scène 3, LE COMTE)
  239. Cela est violent. (Acte 3, scène 3, NAQUART)
  240. Oh bien, Monsieur, ce ne sera pas de mon aveu qu'elle se fera ; et à moins que Monsieur_le_Comte n'ait l'impertinence d'épouser ma tante, je ne ferai pas la sottise de vous épouser, moi, vous pouvez comptez là-dessus. (Acte 3, scène 3, ANGÉLIQUE)
  241. Elle devrait me rebuter : mais j'ai fait serment de vous rendre heureuse, et je veux que ce soit Monsieur_le_Comte lui-même qui vous porte à faire ce que je souhaite. (Acte 3, scène 3, NAQUART)
  242. Oh, pour cela, je suivrai son exemple, qu'il prenne bien garde à ce qu'il fera. (Acte 3, scène 3, ANGÉLIQUE)
  243. Laissez-moi lui parler, et allez nous attendre avec Lisette chez le Tabellion du Village ; vous y trouverez presque toute votre famille. (Acte 3, scène 3, NAQUART)
  244. Si les contrats que je fais dresser vous conviennent, on les signera, sinon? (Acte 3, scène 3, NAQUART)
  245. Ils ne me conviendront point, Monsieur, je vous en réponds. (Acte 3, scène 3, ANGÉLIQUE)
  246. Plus je les ouvrirai, Monsieur, et moins je voudrai de vous, j'en suis sûre. (Acte 3, scène 3, ANGÉLIQUE)
  247. On ne prétend pas vous faire violence, ayez seulement la complaisance de passer chez le Tabellion. (Acte 3, scène 3, NAQUART)
  248. Allons, venez, on ne vous fera pas signer par force. (Acte 3, scène 3, LISETTE)
  249. Au moins, Monsieur_le_Comte, ne vous laissez pas persuader d'épouser ma tante, j'épouserais Monsieur par dépit, moi, je vous en avertis. (Acte 3, scène 3, ANGÉLIQUE)
  250. Oh çà, Monsieur, nous voici seuls, parlez-moi sincèrement. (Acte 3, scène 4, NAQUART)
  251. Que venez-vous faire ici ? (Acte 3, scène 4, NAQUART)
  252. Et cet asile est la maison de Madame la Greffière que vous venez épouser, à ce que l'on m'a dit ? (Acte 3, scène 4, NAQUART)
  253. Elle a des rentes, des maisons, vingt mille écus d'argent comptant dont je deviendrai le maître, je me mettrai dans les affaires. (Acte 3, scène 4, LE COMTE)
  254. Les gens d'affaires achètent nos terres, ils usurpent nos titres et nos noms même ; quel inconvénient de faire leur métier, pou être quelque jour en état de rentrer dans nos maisons et dans nos Charges ? (Acte 3, scène 4, LE COMTE)
  255. Je vous y ferai rentrer d'une autre manière, si vous voulez suivre mes conseils. (Acte 3, scène 4, NAQUART)
  256. Monsieur Naquart, ce sont vos conseils qui m'ont perdu : on me proposait un accommodement avantageux, vous m'avez empêcher de l'accepter, j'ai perdu mon procès. (Acte 3, scène 4, LE COMTE)
  257. Vous le deviez gagner tout d'une voix : mais il ne se trouve que de jeunes Juges à une audience, et nous plaidons contre une jolie femme, le moyen d'avoir raison ! (Acte 3, scène 4, NAQUART)
  258. Ces réflexions sont aussi tristes qu'inutiles, il n'y a point de retour, la seule chose qui me reste à faire, est de chercher les moyens de ne pas vivre misérable. (Acte 3, scène 4, LE COMTE)
  259. Une riche veuve me tend les bras, il faut m'y jeter sans réflexion. (Acte 3, scène 4, LE COMTE)
  260. Mais vous êtes aimé d'Angélique, vous l'aimez tendrement ? (Acte 3, scène 4, NAQUART)
  261. Monsieur, je mourrai de douleur peut-être, de ne pouvoir la rendre heureuse. (Acte 3, scène 4, LE COMTE)
  262. Il, faut trouver des moyens pour cela. (Acte 3, scène 4, NAQUART)
  263. Voici Madame la Greffière, entretenez-la dans les sentiments où elle est pour vous, et venez me joindre chez le Tabellion, où je vais vous attendre avec Angélique. (Acte 3, scène 4, NAQUART)
  264. Je m'y rendrai, Monsieur, le plutôt qu'il me sera possible. (Acte 3, scène 4, LE COMTE)
  265. Il aura d'abord été chez vous en arrivant, Madame, il sera bien fâché de ne vous avoir pas rencontrée. (Acte 3, scène 5, LOLIVE)
  266. Je l'attendait du côté de la petite ruelle : outre que c'est le plus court et le plus commode, la sympathie l'y devait attirer, mon pauvre Lolive. (Acte 3, scène 5, LA GREFFIÈRE)
  267. La sympathie se sera trouvée en défaut, Madame. (Acte 3, scène 5, LOLIVE)
  268. Vous me cherchiez, je vous cherchais, nous nous cherchions tous deux ; l'amour nous conduit l'un vers l'autre, l'hymen va nous unir : quelle félicité ! (Acte 3, scène 5, LA GREFFIÈRE)
  269. La sentez-vous bien, mon cher petit Comte, et m'aimerez-vous toujours autant que vous m'avez fait l'honneur de me l'écrire ? (Acte 3, scène 5, LA GREFFI?RE)
  270. Vous ne pouvez sans me faire tort, Madame, douter de la continuation de mes sentiments ; ils dureront autant que vos charmes. (Acte 3, scène 5, LE COMTE)
  271. Comtin, qu'ils soient éternels, je vous prie. (Acte 3, scène 5, LA GREFFIÈRE)
  272. Oui, chaque fois que vous renouvellerez d'attraits, Monsieur renouvellera d'amour, Madame. (Acte 3, scène 5, LOLIVE)
  273. Suis-je bien moi-même ? (Acte 3, scène 5, LA GREFFIÈRE)
  274. Il ne dépend pas de moi de ne me point attacher à vous, Madame ; une nécessité indispensable m'y réduit. (Acte 3, scène 5, LE COMTE)
  275. Voilà une maîtresse folle, dont je suis déjà bien fatigué. (Acte 3, scène 5, LE COMTE)
  276. Il dit que le voyage l'a bien fatigué. (Acte 3, scène 5, LOLIVE)
  277. Cela est vrai, le voilà tout je ne sais comment, il a l'air abattu. (Acte 3, scène 5, LA GREFFIÈRE)
  278. Oh que oui. Je m'en vais lui faire prendre de bons consommés, de bons potages, et j'ai déjà dit qu'on lui fît de la ptisanne ; de la ptisanne, Comtin. (Acte 3, scène 5, LA GREFFIÈRE)
  279. Laissez-moi gouverner votre santé, vous savez combien je m'y intéresse. (Acte 3, scène 5, LA GREFFIÈRE)
  280. Je vous suis bien redevable, Madame. (Acte 3, scène 5, LE COMTE)
  281. Pour moi, Madame, comme ma santé ne vous est pas si chère, il me faudra du vin, s'il vous plaît, et en quantité, pour me rafraîchir. (Acte 3, scène 5, LOLIVE)
  282. Tu ne manqueras de rien, ne te mets pas en peine. (Acte 3, scène 5, LA GREFFIÈRE)
  283. Madame, vela les filles et les garçons du Village, avec les ménétriers qui s'assemblont sous l'Orme, et qui s'en allont faire un petit essaiement de cette petite sottise que vous m'avez dit de faire. (Acte 3, scène 6, LE MAGISTER)
  284. Hé parguenne, venez-vous-en voir ça. (Acte 3, scène 6, LE MAGISTER)
  285. Non, qu'ils viennent ici, Monsieur le Magister. (Acte 3, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  286. Je m'en vas vous les amener. (Acte 3, scène 6, LE MAGISTER)
  287. Allons, mon cher Comtin, prenez place. (Acte 3, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  288. Comment, Madame, qu'est-ce que c'est que ceci ? (Acte 3, scène 6, LE COMTE)
  289. C'est une petite Fête galante dont je veux régaler votre arrivée, un Divertissement de Village que je vous ai fait préparer (Acte 3, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  290. Cela est d'une belle âme assurément ; et pendant que vous donnerez vos soins aux préparatifs de votre Fête, permettez-moi d'aller aussi donner les miens à une petite affaire qui m'in quiète, et qui ne me laisse pas l'esprit dans une entière liberté. (Acte 3, scène 6, LE COMTE)
  291. Allez donc, Comtin : mais ne tardez pas à revenir, je vous prie. (Acte 3, scène 6, LA GREFFIÈRE)
  292. Il est fait pour moi, je suis faite pour lui : c'est l'amour assurément qui nous a tous deux faits l'un pour l'autre. (Acte 3, scène 7, LA GREFFIÈRE)
  293. Je vous félicite de devenir Comtesse, félicitez-moi d'être Baronne. (Acte 3, scène 8, MADAME BLANDINEAU)
  294. Monsieur Blandineau vend sa Charge, et il donne quarante mille francs de la Baronnie de Boîtortu ; je ne suis plus Madame Blandineau, je suis la Baronne de Boîtortu à l'heure que je vous parle. (Acte 3, scène 8, MADAME BLANDINEAU)
  295. Ma soeur la Baronne, votre soeur la Comtesse en est ravie, et voilà notre famille fort illustrée au moins. (Acte 3, scène 8, LA GREFFIÈRE)
  296. Notre cousine l'Élue mourra de chagrin, Madame la Substitue s'en pendra, nous aurons ce soir à notre souper des visages bien tristes. (Acte 3, scène 8, MADAME BLANDINEAU)
  297. Il faut tenir son rang, s'il vous plaît, Madame_la_Baronne. (Acte 3, scène 8, LA GREFFIÈRE)
  298. Aujourd'hui fait, plus de familiarité avec cette bourgeoisie-là, je vous le demande en grâce. (Acte 3, scène 8, LA GREFFI?RE)
  299. Monsieur Naquart épouse Angélique, si nous pouvions aussi le faire quitter : c'est un fort bon homme, et qui mérite assez de devenir de qualité. (Acte 3, scène 8, LA GREFFIÈRE)
  300. Il en sera, je vous en réponds. (Acte 3, scène 8, MADAME BLANDINEAU)
  301. Il est en marché d'un marquisat, lui. (Acte 3, scène 8, MADAME BLANDINEAU)
  302. Tout notre monde est là, Madame ; mais comme vela Monsieu le Tabellion qui viant avec une grosse compagnie vous apporter à signer queuque chose ; afin de n'être pas interrompus, et de pas interrompre, j'attendrons que cela soit fait, si bon vous semble. (Acte 3, scène 9, LE MAGISTER)
  303. Par devant Bastien Trigaudinet? (Acte 3, scène 10, LE TABELLION)
  304. Hé, fi donc, lire, voilà du temps bien employé vraiment ! (Acte 3, scène 10, LISETTE)
  305. Que vous avez peu d'impatience, Madame ! (Acte 3, scène 10, LISETTE)
  306. Pour moi, Madame, l'empressement que j'ai d'être votre neveu? (Acte 3, scène 10, NAQUART)
  307. L'excès de mon amour me fait souffrir avec chagrin le moindre retardement, je vous l'avoue. (Acte 3, scène 10, LE COMTE)
  308. Je n'y entends pas plus de finesse que vous, je signe aveuglément, Madame. (Acte 3, scène 10, NAQUART)
  309. Vous risquez beaucoup, vraiment. (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  310. Vous prenez le bon partI. Çà, ne signez-vous pas aussi, Monsieur_le_Baron de Boîtortu ? (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  311. Oh bien, Monsieur, puisqu'il est ainsi, ne signez donc pas, je vous en avertis ; car cela est tout autrement que vous ne souhaitez. (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  312. Nenni, nenni, Madame, ça n'est pas comme çà. (Acte 3, scène 10, LE TABELLION)
  313. Comment, cela n'est pas comme cela ? (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  314. Non, Madame, je n'en serai point la dupe : mais j'en profiterai, s'il vous plaît. (Acte 3, scène 10, LE COMTE)
  315. Comment vous en profiterez, petit perfide ? (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  316. Est-ce en profiter que de me perdre ? (Acte 3, scène 10, LA GREFFI?RE)
  317. Oh, vous ne me posséderez point, Monsieur Naquart ; Vous avez beau faire, vous ne me posséderez point, je vous en réponds. (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  318. Vous venez de signer le contraire. (Acte 3, scène 10, MONSIEUR BLANDINEAU)
  319. Ce serait bien de la peine, au moins. (Acte 3, scène 10, LE TABELLION)
  320. Madame Naquart, ce serait bien de la peine. (Acte 3, scène 10, LE TABELLION)
  321. La Terre de Monsieur_le_Comte est à moi, je la lui rends après ma mort ; je lui assure tout mon bien : vous avez assuré le vôtre à votre nièce, ils peuvent bien vous céder un titre qui vous fait plaisir. (Acte 3, scène 10, NAQUART)
  322. C'est un accommodement qui change la chose, et pourvu que j'aie un équipage, et que vous ne soyez plus Procureur? (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  323. Vous serez contente, Madame. (Acte 3, scène 10, NAQUART)
  324. Vous en prendrez quatre, si bon vous semble. (Acte 3, scène 10, NAQUART)
  325. Nous logerons ensemble, Madame_la_Baronne. (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  326. Et nous prendrons un Suisse à frais communs, Madame_la_Comtesse ? (Acte 3, scène 10, MONSIEUR BLANDINEAU)
  327. Je le savais bien que je serais de qualité, et que je ferais figure. (Acte 3, scène 10, LA GREFFIÈRE)
  328. Vous me regretterez, petit vilain, vous me regretterez : mais je serai bientôt veuve. (Acte 3, scène 10, LA GREFFI?RE)
  329. Allons, Monsieur le Magister, voyons votre petite bagatelle, en attendant le souper ; et quand on aura servi, que le Maître d'hôtel de ma soeur la Baronne nous avertisse en cérémonie. (Acte 3, scène 10, LA GREFFI?RE)
  330. Qui lorsque le siècle prend fin, v.2 (Acte 4, scène 1, PREMIÈRE PAYSANNE)
  331. Entrée de quatre Paysannes. v.11 (Acte 4, scène 1, PREMI?RE PAYSANNE)
  332. En simples damas : v.19 (Acte 4, scène 1, UN PAYSAN)
  333. Aimables, bien faites, v.21 (Acte 4, scène 1, UN PAYSAN)
  334. Bien plus de fracas v.24 (Acte 4, scène 1, UN PAYSAN)
  335. En or de ducats. v.26 (Acte 4, scène 1, UN PAYSAN)
  336. Vient de cette simplicité : v.30 (Acte 4, scène 1, PREMIÈRE PAYSANNE)
  337. Nous trouvons toujours tout en elle. v.32 (Acte 4, scène 1, PREMI?RE PAYSANNE)
  338. Que les maris seraient contents v.35 (Acte 4, scène 1, LA PAYSAN)
  339. De voir leurs femmes en grisettes ! v.36 (Acte 4, scène 1, LA PAYSAN)
  340. Que les maris seraient contents v.38 (Acte 4, scène 1, LA PAYSAN)
  341. Que les maris seraient contents v.41 (Acte 4, scène 1, LA PAYSAN)
  342. De voir leurs femmes en grisettes ! v.42 (Acte 4, scène 1, LA PAYSAN)
  343. Modeste ornement de nos mères, v.44 (Acte 4, scène 1, SECONDE PAYSANNE)
  344. Modeste ornement de nos mères, v.50 (Acte 4, scène 1, SECONDE PAYSANNE)
  345. Chacun ressent la vérité v.53 (Acte 4, scène 1, SECONDE PAYSANNE)

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: Entity: line 3: parser error : Start tag expected, '<' not found in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

LA DÉROUTE DU PHARAON (1693)

  1. Que diantre venez-vous faire ici, Monsieur ? (Acte 1, scène 1, MARTON)
  2. Vous aimez bien à prendre un peine inutile, et à persécuter Madame votre soeur infructueusement. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  3. C'est une extravagante, que je rendrai raisonnable malgré elle. (Acte 1, scène 1, BARTOLIN)
  4. Doucement, s'il vous plaît, Monsieur Bartolin ; les soubrettes comme moi ne sont pas faites pour être traitées irrespectueusement, et nous sommes en train de faire une fortune, qui mettra quelque différence entre vous et moi. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  5. La pauvre créature devient aussi folle que sa Maîtresse ! (Acte 1, scène 1, BARTOLIN)
  6. Écoutez, Mademoiselle Marton, je vous prie de tâcher de rappeler un peu cette lueur de bon sens et de raison que je vous ai connue, et de me dire de bonne foi où vous prétendez que tout ceci vous mène. (Acte 1, scène 1, BARTOLIN)
  7. Ma foi, Monsieur, s'il vous faut parler franchement, je n'en sais rien : tout ce que je puis vous dire, c'est que nous menons une vie assez joyeuse, grande chère, bon équipage. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  8. Madame votre soeur, qui n'était que Lingère, s'appelle aujourd'hui Madame_la_Baronne, dans l'espérance de la devenir. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  9. Et comment la deviendra-elle ? (Acte 1, scène 1, BARTOLIN)
  10. En épousant un Baron, et un Baron de conséquence encore, un homme de distinction. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  11. Non, Monsieur, un homme de qualité, un Gentilhomme étranger qui fait ici les affaires de je ne sais combien de petits Seigneurs ; c'est lui qui fait toutes leurs provisions : qui leur achètent des draps, des étoffes, des habites, et qui leur envoie toutes les modes nouvelles dès qu'elles commencent à vieillir. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  12. Si vous étiez d'humeur à vous prêter aux vues que nous avons, on vous ferait l'Agent de ces Seigneurs-là, et ce serait un poste qui vous mènerait loin. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  13. Tu te moques de moi, je pense. (Acte 1, scène 1, BARTOLIN)
  14. La voici, parlez-lui avec douceur, elle vous rendra raison de sa conduite ; et je suis presque sûre qu'elle vous persuadera de l'imiter. (Acte 1, scène 1, MARTON)
  15. Le Ciel m'en préserve ! (Acte 1, scène 1, BARTOLIN)
  16. Je suis bien éloigné de penser comme elle. (Acte 1, scène 1, BARTOLIN)
  17. Venez-vous ici pour moraliser, pour me quereller : pour invectiver bourgeoisement contre mes manières ? (Acte 1, scène 2, BELISE)
  18. Si c'est là votre dessein, faites votre visite courte ; ou si vous êtes raisonnable, soupez avec moi, passez-y la soirée, et vous connaîtrez par vous-même la prudence de mes allures, et l'élévation de mon génie. (Acte 1, scène 2, BELISE)
  19. Oui, Madame ma soeur, je veux bien souper avec vous. (Acte 1, scène 2, BARTOLIN)
  20. Vous prenez le bon parti, nous aurons aujourd'hui grosse partie de jeu, Concert, Bal toute la nuit ; et vous y verrez un cercle de Dames qui ne sont pas indifférentes. (Acte 1, scène 2, BELISE)
  21. Que le Boursier ait soin d'envoyer des imprimés circulaires à huit ou dix Joueurs de distinction. (Acte 1, scène 2, BELISE)
  22. Voilà une fille tout-à-fait entendue. (Acte 1, scène 2, BELISE)
  23. Ma foi, ma chère soeur, vous devenez tout-à-fait folle. (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  24. Là, parlons doucement. (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  25. Vous êtes veuve d'un riche Marchand qui vous a laissé plus de trente mille écus de bons effets et une fille unique ; il ne tenait qu'à vous de faire valoir les uns dans votre commerce, et de marier la fille avantageusement pour vous et pour elle, puisque Valère qui a plus de vingt-cinq mille livres de rente, vous a fait offrir par son oncle de la prendre sans aucune dot. (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  26. Pour m'en assurer une meilleure. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  27. Pour prendre un Hôtel, le troc n'est pas si mauvais que vous vous l'imaginez, Monsieur. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  28. Il est extravagant, Madame la Marchande ; l'Hôtel vous ruinera, et le magasin aurait continué de vous enrichir. (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  29. Le magasin m'aurait ruiné, le jeu fera ma fortune et la vôtre, si vous le voulez ; il n'y rien aujourd'hui de plus solide que le produit du Lansquenet et du Pharaon. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  30. Les jeux seront défendus demain, aujourd'hui peut-être, il ne vous restera que la honte d'avoir entrepris une chose que tous vos amis, vos parents, et votre fille-même seront en droit de vous reprocher éternellement. (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  31. En vérité, Monsieur mon frère, vous avez bonne grâce de me tenir un pareil discours dans le cas où vous êtes. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  32. Je quitte mon magasin pour donner à jouer, vous avez quitté votre Étude pour devenir Agioteur ; vous croyez faire votre fortune avec du papier ; moi, je compte de faire la mienne avec des cartes. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  33. L'événement vous corrigera de cette espérance, mais il vous corrigera trop tard. (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  34. Je pense plus mal de vous encore, et je vous crois incorrigible, c'est une étrange passion que l'avarice. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  35. C'en est une abominable que celle du jeu. (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  36. Oui, quand on hasarde en louant. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  37. Mais cent écus par jour sont bons à prendre, Monsieur mon frère, et il n'y a point de magasin ni d'agiotage qui vaille cela (Acte 1, scène 3, BELISE)
  38. Vous n'en avez guère de reste au bout de l'année ? (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  39. Et qu'importe, je fais figure, je vis, je me réjouis, les dupes paient tout, mon fond ne s'altère point. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  40. Il n'y a que les sots qui vivent de leurs rentes, les habiles gens vivent de celles d'autrui. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  41. Serait-ce ce gentilhomme étranger ? (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  42. C'est lui-même, il est assez bien fait, comme vous voyez. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  43. C'est un homme de guerre et de cabinet, prenez bien garde à ne lui pas manquer de respect, au moins. (Acte 1, scène 3, BELISE)
  44. Sa physionomie n'en imprime guère, et c'est encore, je crois, plus qu'il n'en mérite. (Acte 1, scène 3, BARTOLIN)
  45. Fort à votre service, Monsieur_le_Baron, voilà mon frère que je vous présente. (Acte 1, scène 4, BELISE)
  46. Veramente mi fara un grand piacer, son schiavo hiumilissimo de sua persona et toute la familia, bella prestanza d'home, phisionomia gratiosa, Monsou e aparamenté un home de robe, un Conseiller de la Cita ou de la Province. (Acte 1, scène 4, GARBATACASE)
  47. Ni l'un, ni l'autre, Monsieur, je vis de mon bien. (Acte 1, scène 4, BARTOLIN)
  48. Quel gousto, quel bel métier dy far niente ! (Acte 1, scène 4, GARBATACASE)
  49. Sarai ben contento d'effer comé vo Signoria mon cher Mousou : ma jai tanté cosé à far, de cosi grandés occupations qué non o casi pas il tempo de magniar, de bévir, de dormir, et de vivre à parlar propriamenté. (Acte 1, scène 4, GARBATACASE)
  50. J'entends, Monsieur, j'entends, vous n'avez quasi le temps que de jouer, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 4, BARTOLIN)
  51. Je vous l'avais bien dit, mon frère, que Monsieur était un homme de grand mérite. (Acte 1, scène 4, BELISE)
  52. Vous avez entendu quelque chose qui vous fait peine. (Acte 1, scène 4, BELISE)
  53. Si dicé nel la cità qué lés jeux dy hasard le lansquenet, le Pharaon, la Bassette seront défendous. (Acte 1, scène 4, GARBATACASE)
  54. Si si Signorà per populo, per la canailla, ma non per mi qui suis un home de distinction, un home de permission, les défenses ne sont pas faites pour les personnes qui savent se permette-ré-tout. (Acte 1, scène 4, GARBATACASE)
  55. Non, non assurément, cela ne vous regarde pas. (Acte 1, scène 4, BELISE)
  56. Je suis tranquille là-dessus, et je vas en attendant la partie, travailler al mié despêches ; mà si pourtant il arriva quelque difficultà, que j'en sois averti, Madama, il ne faut pas se laisser surprendre. (Acte 1, scène 4, GARBATACASE)
  57. Vos ordres sont donnés, Madame, vous ferez grande chère, et vous aurez bonne compagnie ; mais on vient de me donner là-bas un papier qui troublera la fête peut-être. (Acte 1, scène 6, MARTON)
  58. Du griffonnage, Madame : Quelque bagatelle apparemment, car cela est fort mal écrit. (Acte 1, scène 6, MARTON)
  59. L'homme qui l'a apporté, a dit seulement que c'était une Lettre de Change de mille écus, je pense, que l'on tirait sur vous et sur M. (Acte 1, scène 6, MARTON)
  60. le Baron, pour avoir donné à jouer sans permission ; et que si vous continuiez, on continuerait à en tirer d'autres à mesure qu'on le trouverait à propos ; que ces Lettres de change-là étaient payables à vue par provision, et qu'on nous mettrait au Châtelet faute de paiement. (Acte 1, scène 6, MARTON)
  61. Voilà justement ce que j'avais prévu. (Acte 1, scène 6, BARTOLIN)
  62. Et c'est, c'est... une bonne amende de mille écus, à quoi vous êtes solidairement condamnée avec votre Monsieur_le_Baron. (Acte 1, scène 6, BARTOLIN)
  63. Le Baron condamné à l'amende, il ne la paiera point. (Acte 1, scène 6, BELISE)
  64. Pour cela je n'en doute point, et vous pourrez bien la payer toute seule. (Acte 1, scène 6, BARTOLIN)
  65. Oui, voyez un peu ce qu'il y a à faire à cela, mon frère : pour moi, je vais avertir Monsieur_le_Baron, afin qu'il prenne ses mesures, et qu'il soutienne avec vigueur l'incontestabilité des droits qu'il a. (Acte 1, scène 6, BELISE)
  66. Allez, ma soeur, il les soutiendra mal, sue ma parole. (Acte 1, scène 7, BARTOLIN)
  67. Hé bien, Lisette, voilà ta prétendue fortune un peu dérangée, à ce qu'il me semble ; et si ma soeur est bien conseillée, tu retourneras au Magasin, ou à la Boutique. (Acte 1, scène 7, BARTOLIN)
  68. Elle aura bien de la peine à quitter un Hôtel pour reprendre son enseigne de la Picarde. (Acte 1, scène 7, MARTON)
  69. Pour moi, mon parti est pris, cela ne me gênera point, et j'aime encore mieux la Boutique que le Châtelet. (Acte 1, scène 7, MARTON)
  70. Tu as de fort bon sens. (Acte 1, scène 7, BARTOLIN)
  71. Franchement, Monsieur, je n'ai jamais guère donné dans tout cela, mais j'y trouvais mon compte : il y a plus de fatigue à remuer des paquets de toile, que des sixains de cartes, et cela faisait que je m'accommodais facilement au goût de Madame. (Acte 1, scène 7, MARTON)
  72. Il faut cependant ; autant qu'il se pourra, prévenir, ou arrêter, la suite de ces procédures. (Acte 1, scène 7, BARTOLIN)
  73. Je ne sais ce que cela veut dire, mais je ne suis point trop fâchée de cet inconvénient. (Acte 1, scène 8, MARTON)
  74. Madame en enragera, mais Mademoiselle sa fille en sera charmée. (Acte 1, scène 8, MARTON)
  75. La voici, prenons ouvertement ses intérêts, et travaillons de concert avec elle pour faire réussir son mariage avec Valère. (Acte 1, scène 8, MARTON)
  76. De ce que je viens d'apprendre. (Acte 1, scène 9, CELIDE)
  77. Les Jeux sont défendus, ma chère enfant : on dit qu'on ne parle d'autre chose dans tout Paris, et je voudrais de tout mon coeur, je te l'avoue, que cette nouvelle fût bien confirmée. (Acte 1, scène 9, CELIDE)
  78. Elle ne l'est que trop, et l'on vient d'en donner avis à Madame votre mère en papier timbré. (Acte 1, scène 9, MARTON)
  79. Je ne me sens pas de joie, ma pauvre Marton. (Acte 1, scène 9, CELIDE)
  80. Le jeu ne me déplairait peut-être point si fort, si l'on jouait ailleurs que chez ma mère ; mais que cette maison sois une Académie ouverte à toutes sortes de gens, que tout ce qu'il y a de fainéants et d'extravagants, pour ne rien dire de plus fâcheux, soient les bienvenus dans ce logis ; que dans mon cabinet, à ma toilette même, je sois éternellement obsédée de mille figures désagréables, à qui je n'ose dire vous me fatiguez, parce que ce sont des dupes qui perdent sottement leur argent avec ma mère : en vérité, c'est un supplice dont je serai bien aise d'être débarrassée. (Acte 1, scène 9, CELIDE)
  81. Valère vous en débarrassera, c'est un fort joli homme, Mademoiselle ; et il faut qu'il vous aime bien tendrement pour ne s'être point rebuté du parti qu'avait pris Madame votre mère, et du refus qu'elle fît à la personne qui vous demanda pour lui il y a quelques jours. (Acte 1, scène 9, MARTON)
  82. Je ne sais : mais il me semble que dans l'état où sont les choses, si la nouvelle est bien vraie, il devait être le premier à m'en informer, et ne pas tant attendre à se rendre ici. (Acte 1, scène 9, CELIDE)
  83. Nous l'y verrons bientôt, sur ma parole, Monsieur votre oncle, qui sort dans le moment, et qui a bon esprit, n'aura pas manqué de passer chez lui, il est dans ses intérêts, et le regarde déjà comme son neveu. (Acte 1, scène 9, MARTON)
  84. Ne vous disais-je pas bien, qu'il ne tarderait pas à venir. (Acte 1, scène 9, MARTON)
  85. Hé bien ! (Acte 1, scène 10, VALÈRE)
  86. Adorable Célide, puis-je espérer que le changement dont on parle aujourd'hui dans Paris, fera changer en ma faveur l'esprit et le coeur de Madame votre mère ? (Acte 1, scène 10, VAL?RE)
  87. Et croyez-vous qu'elle me pardonne à présent de n'être pas joueur de profession ? (Acte 1, scène 10, VAL?RE)
  88. Je ne sais qu'en penser, Valère. (Acte 1, scène 10, CELIDE)
  89. Je n'en doute point du tout, moi ; la déroute des Jeux vous donne beau jeu à vous, et Madame ne saurait plus condamner vos sentiments, puisque les voilà justifiés par Arrêt. (Acte 1, scène 10, MARTON)
  90. Je vous réponds de mon coeur, Valère ; mais je ne vous réponds pas de ma mère ; je vous ai déjà dit les raisons qui jusqu'ici, je crois, l'ont rendue contraire à notre engagement. (Acte 1, scène 10, CELIDE)
  91. Elle m'a parlé tant de fois, et si avantageusement, d'un certain neveu du Baron. (Acte 1, scène 10, CELIDE)
  92. De lui-même, Marton, je la soupçonne de m'avoir destinée pour lui, dans la pensée qu'il est homme de grosse condition, et dans l'espérance d'une fortune considérable que son oncle et lui doivent faire au jeu. (Acte 1, scène 10, CELIDE)
  93. Ce sont deux aventuriers tombés des nues, des Chevaliers de l'industrie, que l'on ne connaît que par le jeu, et qui ne subsistent que par-là comme mille autres de leur caractère. (Acte 1, scène 10, VALÈRE)
  94. Voilà bien des Chevaliers à l'Hôpital. (Acte 1, scène 10, MARTON)
  95. Mais laissons-là les réflexions, s'il vous plaît, et songeons sérieusement aux moyens de tirer Madame votre mère de l'entêtement qu'elle a pour l'oncle et pour le neveu. (Acte 1, scène 10, MARTON)
  96. Cela ne sera peut-être pas tout à fait impossible ; j'ai depuis quelques jours à mon service un maître fripon, que je crois reconnaître ; il ne s'est point fait mon valet sans quelque dessein, et il pourrait bien nous être utile dans cette affaire. (Acte 1, scène 10, VALÈRE)
  97. Le voici qui vient tout à propos, comme si vous l'aviez mandé. (Acte 1, scène 10, MARTON)
  98. Oh çà, Frontin, il faut me rendre un service, mon ami. (Acte 1, scène 11, VALÈRE)
  99. Depuis le peu de temps que j'ai l'honneur de vous servir, je vous ai pris en affection, je suis fort content de vous ; expliquez-moi votre affaire, que je vois si elle n'est point trop difficile, et si je me ferai prier ou non. (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  100. Voilà de douces paroles qui me disposent. (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  101. Votre affaire ira bien, voilà un heureux présage. (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  102. Ce n'est point l'argent qui le gouverne, vous ne le connaissez pas si bien que moi, Madame, et il ne tient qu'à lui d'en avoir autant qu'homme de France. (Acte 1, scène 11, VALÈRE)
  103. Comment diantre ! (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  104. Allons, allons, parlons franchement mon ami : je suis bon Prince, comme tu vois, je me connais en gens, et toute ta science ne se borne point à bien faire un message, à savoir peigner une perruque. (Acte 1, scène 11, VALÈRE)
  105. Qu'en penses-tu, Marton ? (Acte 1, scène 11, VAL?RE)
  106. J'enrage, me voilà découvert. (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  107. Nous nous sommes vus quelque part, assurément, rappelle un peu tes idées, je suis sûr des miennes, moi. (Acte 1, scène 11, VALÈRE)
  108. Mort de ma vie, tu fais bien des façons pour avouer la chose. (Acte 1, scène 11, MARTON)
  109. Et n'y a-t-il pas aujourd'hui mille honnêtes gens qui s'en mêlent ? (Acte 1, scène 11, MARTON)
  110. Hé bien, Monsieur, puisqu'il faut vous dire les choses, je vous avoue ingénument que je me suis autrefois mêlé de quelques petites bagatelles, mais je vous assure que j'ai tout oublié : je ne vous conseille pas de jouer de moitié avec moi, je vous ferais perdre infailliblement, Mademoiselle... (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  111. Non, non, garde la bourse, on ne te l'a pas donnée pour être de moitié ; c'est déjà quelque chose, de t'être autrefois mêlé de la bagatelle, et il n'est pas que tu n'en saches assez pour ce qu'il nous faut. (Acte 1, scène 11, VALÈRE)
  112. Puisque vous devinez si bien les choses, Monsieur, je ne vous nierai point quelques-unes de ces petites bagatelles : quelques Décrets mal purgés, quelques petites bouderies que la Justice et moi nous avons eues ensemble, m'ont fait résoudre à me cacher sous l'habit de domestique auprès quelque honnête personne, qui eût soin de moi, et qui m'honorât de sa protection, en cas de besoin. (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  113. Les illustres de même métier se connaissent ordinairement. (Acte 1, scène 11, VALÈRE)
  114. Non, non, cette pensée n'est pas sans fondement, et je vous réponds qu'il n'y a pas deux ans que Frontin était un homme autant d'importance, que le personnage à qui nous avons affaire. (Acte 1, scène 11, VALÈRE)
  115. Hé bien ! (Acte 1, scène 11, VALÈRE)
  116. Il y a beaucoup de Commanderies de notre Ordre du côté des Alpes ; mais il me semble que je n'ai pas encore ouï parler de ce Seigneur-là. (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  117. Il faudrait lui faire voir les gens en question ; il connaîtra quelqu'un d'eux, peut-être. (Acte 1, scène 11, MARTON)
  118. Je pourrais bien les voir sans les connaître, car nous changeons de personnage dans le monde. (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  119. Tantôt on est Marquis, tantôt Chevalier, puis Marchand, Abbé quelquefois, Financier souvent ; dans la dernière affaire qui m'est arrivée, je passais pour un Procureur, le croiriez-vous ? (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  120. Tu étais un fripon bien mal déguisé. (Acte 1, scène 11, MARTON)
  121. Çà voyons, comment ferons-nous ? (Acte 1, scène 11, VALÈRE)
  122. Si vous pouviez me faire jouer avec votre homme, ne fut-ce que quelques parties de Piquet seulement, pour peu que nous travaillions ensemble tête à tête, je vous dirai bientôt de quoi il est capable, de quelle école il est sorti, et en quoi il excelle, et quelque chose de plus encore, peut-être. (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  123. Oui morbleu, je vous en réponds, nous nous connaissons en habiles joueurs, mieux que les brocanteurs ne se connaissent en tableaux. (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  124. Viens, suis-moi, tu prendras celui de mes habits qui te conviendra le mieux, et nous concerterons ensemble les moyens de te mettre aux prises avec le Baron. (Acte 1, scène 11, VALÈRE)
  125. Le voici, je pense, avec ma mère. (Acte 1, scène 11, CELIDE)
  126. Et comment diantre le reconnaître, il n'a que la moitié de son visage. (Acte 1, scène 11, FRONTIN)
  127. No é bonà stà scituationé, ma bisogna pillar un poco di patience, et di veder le cours des affaires. (Acte 1, scène 12, GARBATACASE)
  128. Et quand on s'amuse à les voir courir, elles attrapent les regardants quelquefois. (Acte 1, scène 12, MARTON)
  129. Croyez-moi, Monsieur, ne négligez rien ; représentez vos droits, faites-les valoir. (Acte 1, scène 12, BELISE)
  130. No é tempo encorà, Madame, non é rempo ; é pericoloso di commettersi, la politica est le parti qu'un galant homme deve prendre, con la joustitia. (Acte 1, scène 12, GARBATACASE)
  131. Pagar Signora, pagar, nô fare rebellion ; al contrario de la politessà de l'accortise vi prometto que quel argent ritornera con l'usura. (Acte 1, scène 12, GARBATACASE)
  132. Je n'y vois guère d'apparence. (Acte 1, scène 12, BELISE)
  133. En Angleterre, Monsieur. (Acte 1, scène 12, BELISE)
  134. Si Signora, e païs excellente per la residenza. (Acte 1, scène 12, GARBATACASE)
  135. Je n'en serais pas fâchée, je suis assez dans le goût des voyages. (Acte 1, scène 12, BELISE)
  136. Vous viendrez avec nous, ma fille. (Acte 1, scène 12, BELISE)
  137. Hé bien, ma fille, voilà un terrible coup, à quoi je ne m'attendais guères, tout est perdu ; voilà notre fortune ruinée, ma chère enfant ! (Acte 1, scène 13, BELISE)
  138. Comment donc, Madame ? (Acte 1, scène 13, CELIDE)
  139. Heureusement il nous reste la ressource des voyages, comme Monsieur_le_Baron l'a parfaitement imaginée. (Acte 1, scène 13, BELISE)
  140. C'est un homme de bon esprit, il en a jusqu'au bout des doigts. (Acte 1, scène 13, MARTON)
  141. Rien ne forme tant les jeunes personnes que les voyages. (Acte 1, scène 13, BELISE)
  142. Assurément ; ne vous mènerez-vous point faire une petite campagne en Hongrie ? (Acte 1, scène 13, MARTON)
  143. Pourquoi non ; s'il y avait de l'argent à gagner ? (Acte 1, scène 13, BELISE)
  144. Nous irons d'abord en Angleterre, ma fille. (Acte 1, scène 13, BELISE)
  145. En Angleterre, Madame ? (Acte 1, scène 13, CELIDE)
  146. Mais, avez-vous bien songé, Madame ? (Acte 1, scène 13, CELIDE)
  147. Ces choses-là n'ont pas besoin de réflexions, et j'ai ouï dire toute ma vie que l'Angleterre était au Pérou pour un habile joueur, comme Monsieur_le_Baron, la plupart de ces Milords ne savent que faire de leur argent. (Acte 1, scène 13, BELISE)
  148. Quand nous aurons épuisé l'Angleterre, nous passerons en Hollande, il y a encore de bonnes bourses en ce pays-là. (Acte 1, scène 13, BELISE)
  149. Assurément ; et si vous ruinez la Hollande, je vous conseille de ne pas aller plus loin, et de revenir à Paris tout au plus vite. (Acte 1, scène 13, MARTON)
  150. Moi, je n'y remettrai les pieds de ma vie, que le Lansquenet et le Pharaon n'y soient rétablis dans tout leur éclat. (Acte 1, scène 13, BELISE)
  151. Le Chevalier Toppe n'est point encore venu ? (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  152. Je ne le vois point ; il faut que la Marquise et la Conseillère soient malades, puisqu'elles ne sont pas arrivées des premières. (Acte 1, scène 14, LA COMTESSE)
  153. Je suis dans un étrange accablement, Marton. (Acte 1, scène 14, CELIDE)
  154. Le jeu n'est point encore rangé, il n'y a nuls préparatifs pour la grosse partie que nous devons avoir. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  155. Je ne plaisante point du tout ; vraiment ; je ne vins point hier, ne m'en faites point de reproches, je ne sortis point de la journée, je ne vis personne ; je m'étais purgée par précaution, pour évacuer les mauvaises humeurs que ma mauvaise fortune m'a fait faire ; et mon Apothicaire, qui est un fort habile homme, m'a bien assurée que ma médecine me purgerait aussi de mon malheur. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  156. Prendre médecine pour gagner, la sage précaution ! (Acte 1, scène 15, MARTON)
  157. Je me porte à merveille, et je brûle d'impatience de commencer la partie, pour voir si le remède aura opéré. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  158. Comment donc ? (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  159. Ce petit Conseiller m'a dit ce matin que cette grosse Marchande de dorure en avait vendu pour douze mille francs, à moitié de perte, et qu'elle avait perdu cet argent le même jour. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  160. Elle n'avait pas eu la précaution de prendre médecine, Madame. (Acte 1, scène 15, MARTON)
  161. Pour réparer cette perte qui le mettait en situation de faire banqueroute, a risqué six cent pistoles qu'il avait dans la caisse, il les a perdues jusqu'au dernier sol. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  162. Le fils a vendu la vaisselle, pour remédier à ces deux inconvénients, même destinée. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  163. Le Pharaon a tout englouti, jusqu'aux garçons qui ont joué les lettres de change qu'on leur avait données à recevoir ; il y a garnison dans le logis, la banqueroute est faite. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  164. On parle encore de cette petite Procureuse, qui est si fort amoureuse de ce grand Notaire. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  165. Hé bien, Madame, qu'en dit-on de celle-là ? (Acte 1, scène 15, BELISE)
  166. Elle a perdu soixante pistoles avant-hier, elle a vendu son diamant et ses boucles d'oreilles pour les payer ; c'est son amant le notaire qui les a achetées, et qui en a fait présent à Madame sa femme. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  167. Voilà un amant bien poli ; qu'il y a de noblesse là-dedans ! (Acte 1, scène 15, MARTON)
  168. Un notaire est toujours notaire ; mon enfant, ces Messieurs-là savent le prix de l'argent, et il y a de certains bourgeois qui ne se dérangent point. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  169. Ils ne sont pas tous de même, et j'en connais plus de quatre à Paris, à qui le Lansquenet et le Pharaon ont furieusement écorné les dépôts. (Acte 1, scène 15, MARTON)
  170. Bonjour, Clitandre, allons gai, gai, point de mélancolie ; il perdit hier son argent, je gage. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  171. Que je vous sais bon gré d'être si sensible à ce funeste accident. (Acte 1, scène 16, BELISE)
  172. Comment donc ? (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  173. Plus je vous regarde, et moins je vous comprends tous deux. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  174. Quel accident ? (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  175. Madame_la_Comtesse ignore apparemment que le Lansquenet et le Pharaon sont défendus. (Acte 1, scène 16, CLITANDRE)
  176. On a défendu le Pharaon et le Lansquenet ! (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  177. Oui, Madame, on les a défendus. (Acte 1, scène 16, CLITANDRE)
  178. Vous vous moquez de moi, et cela ne se peut pas ; ces défenses-là ne subsisteront point, et c'est comme si on défendait de dormir. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  179. Pour moi, je crois que j'aimerais mieux qu'on me défendit le boire et le manger. (Acte 1, scène 16, CLITANDRE)
  180. Allez, allez, il y a nombre de gens à Paris que la défense y réduira. (Acte 1, scène 16, MARTON)
  181. Mais cela ne peut pas être encore une fois. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  182. Madame, je vous dis ce que tout Paris sait, ce que tout Paris dit, et ce que j'ai entendu publier ce matin sous mes fenêtres. (Acte 1, scène 16, CLITANDRE)
  183. Ces publications sont pour le peuple, pour les laquais, pour la petite canaille à qui l'on défend de certains jeux qui ne sont faits que pour les gens de qualité. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  184. Oui, Madame, ce sont les laquais à qui l'on défend de jouer, sous peine de mille écus d'amende. (Acte 1, scène 16, CLITANDRE)
  185. Il faut que vous ayez mal entendu, Monsieur ; et il me semble que si les défenses étaient pour les personnes de condition, ils valent assez la peine qu'on leur signifie la chose chez eux, sans la leur publier au coin des rues. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  186. Oui, les bienséances et la civilité paraissent un peu négligées en ces matières, mais la Police n'est pas polie. (Acte 1, scène 16, MARTON)
  187. Voyez ce que c'est, Marton, qu'on la fasse entrer. (Acte 1, scène 17, BELISE)
  188. Est-ce cette Marquise qui a perdu tant d'argent il y a huit jours ? (Acte 1, scène 17, LA COMTESSE)
  189. Elle a de quoi perdre, celle-là, son mari s'est mis dans les affaires ; mais je doute qu'elles soient assez bonnes pour fournir à toutes les dépenses que fait sa femme. (Acte 1, scène 17, CLITANDRE)
  190. Ne me laisse pas tomber, ma pauvre Marton, je ne reviendrai point de cet accident-ci, me voilà morte. (Acte 1, scène 18, LA MARQUISE)
  191. Une suffocation de parolis et de masse en avant, dont bien des femmes vont être malades. (Acte 1, scène 18, MARTON)
  192. Elle parait fort mal, vraiment, elle pâlit, elle s'évanouit. (Acte 1, scène 18, LA COMTESSE)
  193. C'est bien pis, mesdames, j'agonise, et le moyen de vivre après un coup comme celui-là. (Acte 1, scène 18, LA MARQUISE)
  194. Allons, Madame, contre fortune bon coeur, tous les jeux ne sont pas défendus ; et vous pourrez jouer à quelque autre où vous gagnerez peut-être davantage. (Acte 1, scène 18, MARTON)
  195. Que me sert-il d'en avoir la qualité, ai-je plus de privilège qu'une simple bourgeoise ? (Acte 1, scène 18, LA MARQUISE)
  196. Madame a raison, de quelque grande qualité qu'elle soit, le Pharaon n'est-il pas défendu pour elle comme pour sa belle-soeur qui n'est que la femme d'un apothicaire. (Acte 1, scène 18, MARTON)
  197. Mort de ma vie, Madame, revenez donc à vous, si vous voulez. (Acte 1, scène 18, MARTON)
  198. Mais vraiment, c'est tout de bon qu'elle s'est évanouie. (Acte 1, scène 18, LA COMTESSE)
  199. Quoi sérieusement ? (Acte 1, scène 18, BELISE)
  200. Vous l'allez voir, il n'y a point de Joueuses que cela ne ressuscite en moins de rien. (Acte 1, scène 18, MARTON)
  201. Hé de grâce, Madame, tâchez de sortir de cet accablement. (Acte 1, scène 18, BELISE)
  202. Je n'en sortirai point, Madame, que je ne rejoue malgré la défense. (Acte 1, scène 18, LA MARQUISE)
  203. Le rétablissement de votre santé coûterait cher, et les mille écus d'amende que l'on s'expose à payer... (Acte 1, scène 18, BELISE)
  204. Et quand on nous surprendrait une fois par mois voilà une belle bagatelle ; il n'y a qu'à faire un fonds pour l'amende en augmentant les rondes pour la payer, il n'y a rien de plus facile. (Acte 1, scène 18, LA MARQUISE)
  205. Qu'on avertisse les garçons de la chambre, dépêchons, des cartes, et que Monsieur_le_Baron taille jusqu'à l'heure du souper seulement. (Acte 1, scène 18, LA COMTESSE)
  206. C'est bien dit. (Acte 1, scène 18, CLITANDRE)
  207. Allons, Madame, commençons à jouer, je vous en conjure. (Acte 1, scène 18, CLITANDRE)
  208. Monsieur_le_Baron n'est point ici ; et quand il y serait, il ne taillerait point, je sais ses sentiments. (Acte 1, scène 18, BELISE)
  209. Il en changera, faisons un Lansquenet en attendant qu'il vienne. (Acte 1, scène 18, LA MARQUISE)
  210. Non, Madame, on ne jouera point ici absolument, j'en connais trop les conséquences. (Acte 1, scène 18, BELISE)
  211. Madame, vous êtes devenue bien raisonnable. (Acte 1, scène 18, LA COMTESSE)
  212. Les inconvénients m'ouvrent les yeux. (Acte 1, scène 18, BELISE)
  213. Ma toute bonne, nous ne jouerons que jusqu'à ce que j'aie regagné les milles pistoles que je perdis la semaine dernière, après cela je vous promets de renoncer au jeu pour toute ma vie. (Acte 1, scène 18, LA MARQUISE)
  214. Mais, Madame, je ne perdrai point, je gagnerai indubitablement, j'en suis sûre. (Acte 1, scène 18, LA MARQUISE)
  215. Je n'ai engagé mes pierreries que sur ce pied-là, et il faut que je les retire dans quinze jours au plus tard, car Monsieur mon mari arrivera dans ce temps-là. (Acte 1, scène 18, LA MARQUISE)
  216. Ah, voilà notre petit caissier, qui sait les nouvelles apparemment, car il paraît bien en colère. (Acte 1, scène 18, LA COMTESSE)
  217. Comment donc, Mesdames, est-ce que l'on ne joue pas aujourd'hui, je ne vois point de carrosses à la porte, personne dans le logis ? (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  218. Monsieur, faites-nous justice de cette défense-là. (Acte 1, scène 19, LA COMTESSE)
  219. Faites-moi raison, Monsieur, du procédé de Madame, qui ne veut plus qu'on joue chez elle, de peur qu'il ne lui en coûte mille écus : quelle petitesse ! (Acte 1, scène 19, LA MARQUISE)
  220. Et n'est-ce pas une chose qui crie vengeance ? (Acte 1, scène 19, LA MARQUISE)
  221. Oh, parbleu, je prétends bien qu'on y joue, moi, et nous verrons si j'en aurai le démenti. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  222. Mais ventrebleu on y jouera comme de coutume, ou je ferai beau bruit pour mon argent. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  223. Que voulez-vous donc dire pour votre argent ? (Acte 1, scène 19, BELISE)
  224. Oui, Madame, pour mon argent ; morbleu, je suis ruiné, si l'on ne joue, mais ventrebleu, vous jouerez les uns et les autres jusqu'à ce que je sois payé de ce qui m'est dû. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  225. Je suis au désespoir, voyez-vous, et j'ai voulu me pendre trois fois depuis ce matin. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  226. Monsieur, Monsieur Clitandre, vous Madame_la_Comtesse, et vous Madame, je vous en fais les juges, s'il vous plaît ; vous êtes des personnes raisonnables, et vous savez avec quelle bonne foi j'ai prêté mon argent au tiers et au quart depuis un certain temps. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  227. Vous ne l'auriez pas fait si vous n'aviez été bien sûr d'y trouver votre compte. (Acte 1, scène 19, CLITANDRE)
  228. Bien sûr, Monsieur : à l'un cinquante pistoles, à l'autre deux dents, mille écus à celui-ci, quatre cents à celui-là. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  229. Il m'est dû plus de vingt-cinq mille francs à l'heure qu'il est, et je n'ai point d'autres sûretés que de mauvais billets, des cartes à postes, et la conscience de vingt fripons de profession. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  230. Voilà de l'argent bien aventuré si on ne joue plus. (Acte 1, scène 19, LA COMTESSE)
  231. Oh, Madame, on jouera, je n'en serai pas la dupe. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  232. Où diantre, sans cela, pourrais-je attraper tous ceux qui me doivent ? (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  233. Pour deux ou trois personnes qui se feront honneur de payer, il y en aurait cinquante dont je ne tirerais jamais un sol. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  234. Voilà Monsieur Clitandre qui me doit cent cinquante pistoles, par exemple, je sais bien pour lui qu'il ne se fera pas tirer l'oreille, mais... (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  235. Hé bien, Mesdames, que me feront les fripons, si les honnêtes gens en agissent de cette manière ? (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  236. Oh, tête-bleu, je vous ferai tous jouer, je vous en réponds. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  237. Ventrebleu, madame, qu'on donne des cartes encore une fois. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  238. Allez, mon ami, vous êtes un fou, et c'est en fou qu'il faut vous traiter. (Acte 1, scène 19, BELISE)
  239. Oui, Madame, je suis fou, et à bon titre, je suis endroit de l'être pour ce qu'il m'en coûte. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  240. Il a raison, dans le fond, cet argent n'est peut-être pas à lui, et je le trouve fort embarrassé. (Acte 1, scène 19, LA COMTESSE)
  241. C'est justement cela, Madame ! (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  242. Il faudra que je rende mes comptes au premier jour, et il y aura plus de dix mille écus à dire. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  243. Cela me fait souvenir de mes pierreries, il faut absolument nous laisser jouer, Madame, vous avez beau faire. (Acte 1, scène 19, LA MARQUISE)
  244. Hé morbleu, Madame, je vous en conjure. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  245. Il n'en sera rien, je vous en réponds. (Acte 1, scène 19, BELISE)
  246. Tête-bleu Madame, cela n'est pas bien. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  247. Je me pendrai, j'y suis résolu, mon parti est pris ; mais je tuerai quelqu'un avant que je me pende. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  248. Vous êtes un extravagant, prenez-vous de vos chagrins à ceux qui vous doivent. (Acte 1, scène 19, BELISE)
  249. Non morbleu, c'est à vous, c'est vous qui avez profité de mon argent, vous m'avez engagé de le prêter aux joueurs à fin de le regagner dans la suite ; mais par la morbleu, je passerai cet article-là dans mes comptes, et vous aurez affaires aux Fermes. (Acte 1, scène 19, LE CAISSIER)
  250. Il sort dans une rage épouvantable, je viens de le rencontrer ; il m'a pensé mordre. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  251. Il prend les choses fort à coeur. (Acte 1, scène 20, LA COMTESSE)
  252. Je ne sais à quoi il tient que je n'en fasse autant ; et si trois ou quatre personnes de résolution voulaient se désespérer avec moi, cela ferait peut-être ouvrir les yeux sur les désordres que ces défenses-là vont causer. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  253. Oh très certainement, il est bien sûr qu'on n'a point fait assez réflexion sur les inconvénients qui en peuvent arriver. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  254. Vous voulez plaisanter peut-être ; mais je vous assure qu'il y a bien des choses à dire là-dessus. (Acte 1, scène 20, BELISE)
  255. Je ne plaisante point, ou la peste m'étouffe : il faut savoir à combien de gens le Lansquenet et le Pharaon étaient utiles. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  256. De quelque manière qu'une Dame fît l'acquisition d'un bijou, on en faisait honneur au Lansquenet ou au Pharaon, et le mari n'avait rien à dire. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  257. Un fils de famille agiotait, passivement s'entend, il empruntait à grosses usures, faisait une dépense enragée, le père ne s'embarrassait point de cela. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  258. Cela est vrai, Mesdames, il y a mille gens intéressés dans cette affaire, et il faudrait représenter toutes ces choses-là dans un bon mémoire. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  259. Moi, qui vous parle, moi, je suis à présent l'homme de France le plus embarrassé, peut-être. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  260. Comment donc ! (Acte 1, scène 20, CLITANDRE)
  261. Je carabinais, et j'avais beau perdre, je disais toujours en sortant, je gagne ; et cela n'était qu'un prétexte pour ménager la réputation de vingt femmes que je considère, et que voilà maintenant exposées aux traits de la médisance ; ce n'est pas de ma faute. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  262. Hé bien, voilà vingt femmes raisonnables perdues de réputation, on a point pensé à toutes ces choses-là, je vous en réponds. (Acte 1, scène 20, LA COMTESSE)
  263. Et tous les jeunes gens de Paris que voilà désoeuvrés à l'heure qu'il est, qui vont ne savoir où donner de la tête. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  264. Vous voilà, d'où venez-vous, Célide ? (Acte 1, scène 21, BELISE)
  265. De votre grand cabinet, Madame, où Monsieur_le_Baron joue au piquet avec un jeune homme que je ne connais point, mais qui est apparemment de la connaissance de Valère ; car il les regarde jouer avec attention. (Acte 1, scène 21, CELIDE)
  266. Pour moi je ne les regardés qu'un moment, et la tête me fait un mal horrible. (Acte 1, scène 21, MARTON)
  267. Et c'est ce jeu-là qu'il fallait défendre, et non pas le Lansquenet et le Pharaon, qui sont les plus beaux jeux du monde, les plus universels, qui peuvent amuser utilement trente ou quarante personnes à la fois, et où l'on ne saurait faire la moindre petite friponnerie. (Acte 1, scène 21, MARTON)
  268. Mais cela me passe en effet, attaquer directement ces jeux-là, et souffrir tous les autres ? (Acte 1, scène 21, CLITANDRE)
  269. Oui, pourquoi ne pas défendre plutôt ces vilains jeux d'exercices où l'on gagne quelquefois de bonnes pleurésies, et où l'on court risque à tout moment d'être estropié de quelque bon coup de balle ? (Acte 1, scène 21, MARTON)
  270. Oh, pour moi je vous promets bien que si on nec rétablit le Pharaon, je vais apprendre à jouer au mail ou à la Paume ; car enfin, il faut qu'une femme joue, et je ne vois guère que ces jeux-là qui conviennent à une personne de qualité. (Acte 1, scène 21, LA COMTESSE)
  271. Je viens de courir pour votre affaire, ma soeur, on ne pressera point le paiement de l'amende, et on la fera diminuer de manière qu'il vous en coûtera peu ; mais il ne faut pas vous exposer à le récidive, on est au guet pour attraper les contrevenants, et les premiers pris paieront pour les autres. (Acte 1, scène 22, BARTOLIN)
  272. Vous voyez, Mesdames, que j'ai de bonnes raisons pour ne pas permettre qu'on joue, et Monsieur_le_Baron est entier là-dessus. (Acte 1, scène 22, BELISE)
  273. C'est lui qui attire l'attention de la Justice ; il n'y est pas en bon prédicament, et l'on m'a fait voir un petit registre où il est marqué en lettres rouges. (Acte 1, scène 22, BARTOLIN)
  274. Vous lui en voulez d'ailleurs, Monsieur Bartolin, et il faut que vous soyez prévenu contre lui ; c'est un si honnête homme, qui taille si honorablement. (Acte 1, scène 22, LA MARQUISE)
  275. Allégresse, Mesdames, allégresse, tout va pour le mieux du monde, nous jouerons malgré les jaloux, je viens vous en avertir en diligence. (Acte 1, scène 23, LE MARQUIS)
  276. Que je vous embrasse aussi, mon cher enfant, le Ciel en soit loué. (Acte 1, scène 23, LA MARQUISE)
  277. On l'aurait prise bien mal-à-propos. (Acte 1, scène 23, BELISE)
  278. Non vraiment, l'alarme n'est point fausse. (Acte 1, scène 23, LE MARQUIS)
  279. Oui, les défenses sont expresses. (Acte 1, scène 23, BARTOLIN)
  280. Que diantre vient-il de nous dire ? (Acte 1, scène 23, ÉRASTE)
  281. Il ne fallait point tant accourir, c'est pour vous moquez de nous apparemment, Monsieur_le_Marquis ? (Acte 1, scène 23, LA COMTESSE)
  282. Non, Mesdames, il ne tiendra qu'à vous de jouer tant qu'il vous plaira, et sans craindre l'amende ni les Commissaires. (Acte 1, scène 23, LE MARQUIS)
  283. Si je joue tant qu'il me plaira, je jouerai le jour et la nuit assurément. (Acte 1, scène 23, LA COMTESSE)
  284. Dépêchez-donc de nous proposer votre expédient. (Acte 1, scène 23, BELISE)
  285. Sandis, il va vous proposer de jouer sur les tuiles entre les gouttières, et si quelqu'un vient nous y surprendre, on pourra le faire sauter dans la rue sans le jeter par les fenêtres. (Acte 1, scène 23, ÉRASTE)
  286. L'expédient ne serait pas mauvais dans un autre temps, mais à présent la place n'est pas tenable. (Acte 1, scène 23, BARTOLIN)
  287. Non assurément, mais vous serez chaudement dans la cave, et l'on ne s'avisera jamais d'aller chercher des joueuses parmi des tonneaux. (Acte 1, scène 23, MARTON)
  288. Tout me convient à moi, le grenier ou la cave, il ne m'importe pourvu que je joue. (Acte 1, scène 23, LA MARQUISE)
  289. Ce que j'ai à vous dire vaut mieux que tout ce que vous pouvez vous imaginer et à l'heure que je vous parle, il y a trois ou quatre grosses parties de commencées. (Acte 1, scène 23, LE MARQUIS)
  290. Dites-nous promptement où c'est ? (Acte 1, scène 23, LA COMTESSE)
  291. Vous allez devenir des joueuses de grand chemin, gare les suites. (Acte 1, scène 23, MARTON)
  292. Oui, Madame, dans des carrières, on se trouvera là à certaine heure, les carrosses se tiendront à une certaine distance ; et on jouera aussi beau jeu que dans l'Hôtel le mieux meublé, je vous en réponds. (Acte 1, scène 23, LE MARQUIS)
  293. Je ne suis point joueur de profession, mais les bals et les soupers me faisaient plaisir, je vous l'avoue. (Acte 1, scène 23, ÉRASTE)
  294. On fait bonne chère partout, et ce ne serait point un vilain spectacle qu'une carrière bien éclairée. (Acte 1, scène 23, LA COMTESSE)
  295. Assurément. (Acte 1, scène 23, BARTOLIN)
  296. On ne s'assemblera pas toujours au même endroit, on ira de faubourg en faubourg, et de carrière en carrière (Acte 1, scène 23, LE MARQUIS)
  297. Sabbat tant qu'il vous plaira, rien ne m'empêchera d'y aller, je veux absolument regagner mes pierreries. (Acte 1, scène 23, LA MARQUISE)
  298. Mais si je vous proposais un expédient cent fois meilleur que les vôtres ? (Acte 1, scène 23, MARTON)
  299. Un bateau serait bien meilleur. (Acte 1, scène 23, MARTON)
  300. En, voici bien une autre ? (Acte 1, scène 23, BARTOLIN)
  301. Oui, Madame, une de ces barques pontées qui depuis quelque temps viennent à la voile et qui apportent des huîtres. (Acte 1, scène 23, MARTON)
  302. Il faudrait la prendre au Pont Royal, on descend en jouant jusqu'à Mantes. (Acte 1, scène 23, MARTON)
  303. Si vous n'avez pas gagné votre argent, et que le coeur vous en dise, vous pouvez aller jusqu'à Rouen, et de là au Havre ; et Madame se trouverait à moitié chemin de l'Angleterre où elle veut aller. (Acte 1, scène 23, MARTON)
  304. Quelqu'un veut-il y venir, me voilà prête ? (Acte 1, scène 23, LA COMTESSE)
  305. Elle est bien de mon goût, il n'y a point là, d'amende à craindre, le cours de la rivière est libre. (Acte 1, scène 24, BELISE)
  306. Qu'en dites-vous, mon frère ? (Acte 1, scène 24, BELISE)
  307. Ce sont les violons et les Dames figurantes du Bal qui envoient savoir si on aura besoin d'elles cette nuit, et si on leur paiera leurs droits de présence. (Acte 1, scène 24, MARTON)
  308. Oui, vraiment, ma chère, ne nous refusons pas tout au moins ce plaisir-là ; les jeux sont défendus, mais les Bals ne le sont point. (Acte 1, scène 24, LA COMTESSE)
  309. Madame_la_Comtesse a raison, il faut tirer parti de tout ceci, et enterrer la synagogue avec honneur. (Acte 1, scène 24, LA MARQUISE)
  310. Qu'elles viennent à l'ordinaire, Marton, il n'y aura rien de changé. (Acte 1, scène 24, BELISE)
  311. Quel bruit est-ce que j'entends dans ma chambre ? (Acte 1, scène 24, BELISE)
  312. Ma foi, Madame, c'est Monsieur_le_Baron qui tient au collet un homme qui le tient, lui par les oreilles. (Acte 1, scène 24, MARTON)
  313. On ne respecte pas fort le Gentilhomme étranger. (Acte 1, scène 24, BARTOLIN)
  314. Une bagatelle, Madame, une petite dispute de rien qu'ont eue ces Messieurs. (Acte 1, scène 25, VALÈRE)
  315. Cadédis, voilà une Scène assez ridiculement plaisante ; comment se terminera-t-elle ? (Acte 1, scène 25, ÉRASTE)
  316. Cela n'est pas bien, Madame, de souffrir des fripons dans votre maison. (Acte 1, scène 25, FRONTIN)
  317. Ma foi, Monsieur_le_Baron, je vous crois aussi honnêtes gens l'un que l'autre. (Acte 1, scène 25, VALÈRE)
  318. Moi, Monsieur, je ne voudrais pas me troquer contre lui ; il croit nous en imposer, avec son baragouin et sa grande mouche. (Acte 1, scène 25, FRONTIN)
  319. Impudenté, io t'amassero. (Acte 1, scène 25, GARBATACASE)
  320. Il parle français comme moi, tel que vous le voyez, et il n'a point de balafre, je vous en réponds. (Acte 1, scène 25, FRONTIN)
  321. Que j'ai pensé juste, ma soeur. (Acte 1, scène 25, BARTOLIN)
  322. Parbleu, je le reconnais mieux à présent que je ne faisais. (Acte 1, scène 25, FRONTIN)
  323. Oui, justement, c'est Mathieu Membrin, le fils d'un barbier de Falaise. (Acte 1, scène 25, FRONTIN)
  324. Mais vraiment, voici une aventure qui devient sérieuse. (Acte 1, scène 25, LA MARQUISE)
  325. Et per gratia, Mesdames, é un scélérat, un pendard, que vinté volte a mérita les galéres ; ti reconnosso à présent, tu faisais le Marchand de Vin dans le Carrosse de Rheims. (Acte 1, scène 25, GARBATACASE)
  326. Et toi le Marchand de Boeufs dans la diligence de Lyon, et je m'en souviens. (Acte 1, scène 25, FRONTIN)
  327. Hé qué ti ricordé... Qu'il te souvienne à toi des coups de bâton que nous te donnâmes à Auxerre, pour avoir notre part des mille écus que tu voulais garder pour toi seul. (Acte 1, scène 25, FRONTIN)
  328. Ces Messieurs-là se disent d'étranges choses. (Acte 1, scène 25, CLITANDRE)
  329. Et ne se disent que des vérités. (Acte 1, scène 25, BARTOLIN)
  330. Je ne l'avais pas bien remis d'abord ; mais sa culotte large, et l'enflure des deux côtés de son juste-au-corps, me l'ont fait connaître. (Acte 1, scène 25, FRONTIN)
  331. Comment ! (Acte 1, scène 25, LA MARQUISE)
  332. Vous vous moquez vraiment, je n'y veux point regarder. (Acte 1, scène 25, LA MARQUISE)
  333. Oh cadedis, j'y regarderai bien, moi. (Acte 1, scène 25, ÉRASTE)
  334. Doucement, doucement, baissez un peu la voix. (Acte 1, scène 25, BARTOLIN)
  335. Ah cadédis, les magasins sont bien garnis, ce n'est point un conte, et voilà un fripon qui dit vrai. (Acte 1, scène 25, ÉRASTE)
  336. Je le savais bien, moi, que je ne me trompais pas. (Acte 1, scène 25, FRONTIN)
  337. Mousu, mousu Valère, je me prends à vous de cette insulte. (Acte 1, scène 25, GARBATACASE)
  338. Va misérable, je t'en ferai raison, comme tu le mérites. (Acte 1, scène 25, VALÈRE)
  339. Je ne sais où j'en suis ; quelle aventure ? (Acte 1, scène 25, BELISE)
  340. Ce n'est pas tout, Messieurs, il faut qu'il convienne qu'il n'a point d'autre métier que celui de fripon de jeu. (Acte 1, scène 25, VALÈRE)
  341. Hé là là, Messieurs, point de violence, je conviendrai de tout ce qu'il vous plaira ; mais ne me perdez pas, je vous en conjure. (Acte 1, scène 25, GARBATACASE)
  342. Et l'argent qu'il nous a volé à tous tant que nous sommes ? (Acte 1, scène 25, LA MARQUISE)
  343. J'en rendrai la moitié, que chacun fasse ses comptes : il me semble que c'est avoir de la conscience. (Acte 1, scène 25, GARBATACASE)
  344. Votre banque était en bonne main, Madame. (Acte 1, scène 25, CLITANDRE)
  345. Et l'autre fripon, qu'en ferons-nous ? (Acte 1, scène 25, ÉRASTE)
  346. Il mérite grâce, et récompense même. (Acte 1, scène 25, ?RASTE)
  347. Je m'en charge, Messieurs, je la lui ai promise ; c'est mon valet, et je ne lui ai fait jouer ce personnage que pour détromper Madame, et lui faire voir quel homme c'était que le Baron. (Acte 1, scène 25, VALÈRE)
  348. Vous me rendez le plus heureux de tous les hommes. (Acte 1, scène 25, VALÈRE)
  349. Et en faveur du mariage, jouons donc quelques reprises de Lansquenet, ou quelques tailles de Pharaon. (Acte 1, scène 25, LA MARQUISE)
  350. Nous ferons tout ce qu'il vous plaira, Mesdames, je prends sur moi les risques de l'amende, et je taillerai même, si l'on veut, pour la première fois de ma vie. (Acte 1, scène 25, VALÈRE)
  351. Que l'on fasse avertir les gens du Concert et du Bal. (Acte 1, scène 25, BELISE)
  352. Pendant que nous serons au jeu, que l'on commence l'un et l'autre, on continuera après le souper. (Acte 1, scène 25, BELISE)
  353. Mon maître a plus de deux cents louis sans sa bourse ; j'ai vingt pistoles, tâchons de trouver quelque associé pour enlever la banque. (Acte 1, scène 25, FRONTIN)
  354. Nous prenons haleine v.8 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  355. Aux Partisans des Lansquenets, v.14 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  356. Viennent étaler leurs attraits v.15 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  357. À la lueur de cent chandelles. v.16 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  358. Sur les accidents de Paris v.20 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  359. Leur explique ainsi sa pensée. v.21 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  360. Pharaon, Lansquenet, Bassette, v.23 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  361. Sont défendus, l'affaire est faite, v.24 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  362. Mes enfants, que deviendront-nous ? v.25 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  363. En quel état cruel nous met cette défense ? v.26 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  364. On opprime l'innocence ; v.28 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  365. Pleurent amèrement leurs tristes destinées ; v.31 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  366. Se mêlent à regret aux larmes v.33 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  367. Qui traînent, en coulant, les charmes v.34 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  368. Qu'ils soient malheureux : v.43 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  369. Nous ferons en sorte v.44 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  370. Les Jeux qu'on défend en ce jour, v.46 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  371. Ont le sort qu'ils devaient attendre ; v.47 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  372. Sont des jeux qu'on ne peut défendre. v.49 (Acte 1, scène 25, CHOEUR)
  373. Oh parbleu, il y a ici quelque chose d'extraordinaire, et que je ne comprends pas. (Acte 1, scène 26, VALÈRE)
  374. Sandis, je le comprends bien, moi. (Acte 1, scène 26, ÉRASTE)
  375. Nous avons chassé deux fripons, il en est revenu d'autres en masques ; cette Chauve-Souris et ce Perroquet sont des oiseaux de mauvais présage : mais sandis ils ne s'envoleront pas, et je leur vais rogner les ailes ; je tiens le mien, saisissez le vôtre. (Acte 1, scène 26, ?RASTE)
  376. Une banque de plus de deux cents louis enlevée en moins de deux tailles ? (Acte 1, scène 26, LE MARQUIS)
  377. Moi, Monsieur, l'être in pon gentilhomme allemand : vous prendre garde. (Acte 1, scène 26, GARBATACASE)
  378. Un Gentilhomme Allemand ! (Acte 1, scène 26, ÉRASTE)
  379. Oui, Monsieur, on ne veut plus que je taille : je suis venu ponter ; quel mal y a-t-il à cela ? (Acte 1, scène 26, GARBATACASE)
  380. Et celui-ci est mon coquin de valet, ils étaient d'intelligence. (Acte 1, scène 26, VALÈRE)
  381. Nos haines ne durent pas, comme vous voyez, nous sommes d'honnêtes gens, il n'y a point de rancune parmi nous autres. (Acte 1, scène 26, FRONTIN)
  382. Ah insolent ! (Acte 1, scène 26, VALÈRE)
  383. Comment, maroufle ? (Acte 1, scène 26, VALÈRE)
  384. Ah sandis, Messieurs les coquins, vous rendrez gorge. (Acte 1, scène 26, ÉRASTE)
  385. Reprenons d'abord notre argent, et qu'on les abandonne à leur mauvaise destinée. (Acte 1, scène 26, VALÈRE)
  386. Allons nous mettre à table, que le Bal continue, et que cette aventure nous corrige de l'extravagance qu'il y a de jouer avec des masques. (Acte 1, scène 26, BELISE)
  387. Amour, soutiens tes intérêts ; v.50 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  388. Hâte-toi, vole, viens détruire v.51 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  389. Les Pharaons, les Lansquenets ; v.52 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  390. Ces ennemis de ton empire, v.53 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  391. T'enlèvent tes meilleurs sujets. v.54 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  392. Les Jeux t'assurent tous les jours ! v.57 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  393. Un Amant que flattent les Jeux, v.60 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  394. Est toujours bien traité des Belles : v.61 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  395. Réduit souvent les plus cruelles v.63 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  396. Gagne beaucoup, et fort contente, v.68 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  397. Sa femme au Jeu donne audience, v.72 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  398. Ici venu de la Province, v.74 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  399. Un jeune apprentif Magistrat, v.75 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  400. Aux Jeux d'abord brillait en Province, v.76 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  401. Il fut bientôt gueux comme un rat. v.77 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  402. Quand certain Marchand prend carrosse, v.78 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  403. Qui soutient les airs qu'il a pris. v.81 (Acte 1, scène 27, ENSEMBLE)
  404. Qu'au Lansquenet, au Pharaon ; v.83 (Acte 1, scène 27, MERLIN)
  405. J'ai commencé par être dupe, v.84 (Acte 1, scène 27, MERLIN)
  406. Regretter les Jeux défendus ; v.87 (Acte 1, scène 27, MERLIN)
  407. Qu'aucun autre ne s'en chagrine, v.88 (Acte 1, scène 27, MERLIN)
  408. Ce sont eux qui perdent le plus. v.89 (Acte 1, scène 27, MERLIN)
  409. Le Pharaon est en déroute, v.90 (Acte 1, scène 27, MERLIN)
  410. Pour le peu d'argent qu'il en coûte, v.92 (Acte 1, scène 27, MERLIN)
  411. Venez tous en rire avec nous. v.93 (Acte 1, scène 27, MERLIN)

LES ENFANTS DE PARIS (1699)

  1. Que les enfants sont misérables, v.2 (Acte 1, scène 1, FINETTE)
  2. Regardent tout à contresens, v.4 (Acte 1, scène 1, FINETTE)
  3. Et trouvent toujours condamnables v.5 (Acte 1, scène 1, FINETTE)
  4. Les plus simples amusements ! v.6 (Acte 1, scène 1, FINETTE)
  5. Quoi ! Vous causez ici toute seule en cachette ? v.9 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  6. Vous vous entretenez apparemment d'amour ? v.10 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  7. Mais comment vous en va ? Qui vous amène ici ? v.13 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  8. Et de Monsieur Harpin, confidente ordinaire, v.16 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  9. De ce qui se passe entre nous. v.18 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  10. Mystère ! À moi ? Vous savez bien v.19 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  11. Comme si je n'en savais rien. v.22 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  12. Qu'il ne s'en est pas bien expliqué tout à fait ; v.24 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  13. Je voudrais bien savoir pour quel sujet ; v.26 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  14. Et si la chose est en effet v.27 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  15. Comme il m'en a fait confidence. v.28 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  16. Oui, qu'il prétend? Il vous l'a dit de même, v.30 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  17. Apparemment ? v.31 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  18. Comment, vous ? v.33 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  19. On s'y trompe aisément. Cette veuve a du bien. v.42 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  20. Ah, ah, Climène ! Elle n'a rien, v.43 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  21. On ne sait pas tout l'argent qu'il amasse : v.47 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  22. Nous avons fait l'un et l'autre en commun v.51 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  23. Au denier quatre, au denier un. v.53 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  24. Dans ces vétilles-là, tout se fait en mon nom. v.55 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  25. Mais vous pouvez, si vous voulez l'attendre? v.57 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  26. Je reviendrai : dites-lui seulement v.58 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  27. Qu'outre une réponse à lui rendre, v.59 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  28. J'ai quelques diamants à vendre v.60 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  29. À très bon compte assurément. v.61 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  30. En voilà pour quatre mille écus. v.63 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  31. Un mien ami les a vendus, v.64 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  32. À certain enfant de famille v.65 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  33. On le voit bien. v.73 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  34. À faire encor gagner un second acheteur. v.75 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  35. Tout le monde peut vivre, et chacun est content, v.77 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  36. C'est avoir l'âme et charitable et tendre, v.80 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  37. Que d'obliger les jeunes gens ainsi. v.81 (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  38. Adieu. Je reviendrai ; j'ai dans ce quartier-ci v.82 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  39. Quelque pareil service à rendre. v.83 (Acte 1, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  40. Pour s'emparer du bien d'autrui v.84 (Acte 1, scène 3, FINETTE)
  41. En la suivant, Monsieur Harpin sans doute, v.86 (Acte 1, scène 3, FINETTE)
  42. Vous n'appréhendez pas de paraître ici ? v.92 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  43. Qu'est-ce qu'il faut que j'appréhende ? v.93 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  44. J'ai, de peur d'accident, moi-même mis l'adresse. v.98 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  45. Je le reçois dans ce moment ; v.99 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  46. Je viens savoir d'Angélique elle-même, v.101 (Acte 1, scène 4, VAL?RE)
  47. Par où j'ai mérité ce cruel traitement. v.102 (Acte 1, scène 4, VAL?RE)
  48. A-t-elle bien pu se résoudre v.103 (Acte 1, scène 4, VAL?RE)
  49. À me défendre ainsi de paraître à ses yeux ? v.104 (Acte 1, scène 4, VAL?RE)
  50. Est-ce quelque rival qui me rend odieux ? v.105 (Acte 1, scène 4, VAL?RE)
  51. Ouais, vous le prenez-là d'un ton bien sérieux ! v.107 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  52. Hé de quel ton, dis-moi, veux-tu que je le prenne ? v.108 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  53. Car enfin en phrase très claire, v.112 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  54. Entendre à son heureux Amant, v.117 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  55. Quand il a de l'entendement, v.118 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  56. N'est-ce pas dire, attendons quelques jours, v.120 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  57. Prenons pour quelque temps le parti du mystère, v.121 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  58. Avec juste raison vous en êtes surpris, v.126 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  59. Et comme vous j'en ai l'esprit malade : v.127 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  60. Car enfin, vous n'êtes venu v.128 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  61. Qu'en son absence ici ; nous ne vous avons vu v.129 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  62. Que les soirs à la promenade ; v.130 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  63. Et cependant? v.133 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  64. Il ne me connaît point, et me devient contraire. v.136 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  65. Mais, de sa fille enfin, qu'est-ce qu'il prétend faire ? v.142 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  66. Que d'écarter, autant qu'il est en son pouvoir, v.146 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  67. Les partis les plus convenables, v.147 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  68. Et de prendre grand soin de ne lui faire voir v.148 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  69. Pour fourber qui me fourbe ; il n'est ma foi rien tel. v.168 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  70. Et lorsque nous voulons nous en mêler, nous sommes, v.169 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  71. À propos d'être fausse, attendez, v.172 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  72. Vous ferait obtenir ce que vous prétendez. v.175 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  73. Ah ! Qu'à cela ne tienne. v.179 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  74. Vous sentez-vous capable d'affecter v.180 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  75. Un air bourgeois, un air à la Parisienne ? v.181 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  76. Comment, un air évaporé ? v.182 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  77. Mais en notable marguiller, v.187 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  78. Échevin postulant, apprentif Conseiller ; v.188 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  79. Non, comme ils sont, mais comme ils devraient être. v.190 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  80. Mais, pourquoi ce déguisement ? v.191 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  81. Vous le saurez ; allez le prendre, v.192 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  82. Et venez ici seulement, v.193 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  83. Ou me demander, ou m'attendre. v.194 (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  84. De revenir ici, de voir, v.202 (Acte 1, scène 4, VALÈRE)
  85. M'engage sans réflexion v.205 (Acte 1, scène 4, VAL?RE)
  86. Dans tout ce que ton zèle en ma faveur ordonne. v.206 (Acte 1, scène 4, VAL?RE)
  87. Mais le seul plaisir de penser v.209 (Acte 1, scène 5, FINETTE)
  88. Qu'on peut mener à bien une intrigue amoureuse, v.210 (Acte 1, scène 5, FINETTE)
  89. Engage une âme généreuse ; v.211 (Acte 1, scène 5, FINETTE)
  90. Et quoique toute jeune, et novice en ceci, v.212 (Acte 1, scène 5, FINETTE)
  91. D'entreprise plus épineuse. v.214 (Acte 1, scène 5, FINETTE)
  92. Dans le plus cruel des ennuis : v.216 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  93. Je sens une douleur mortelle. v.217 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  94. Je le crois bien vraiment, et l'épreuve est cruelle, v.218 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  95. Que l'on aime si tendrement. v.220 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  96. Il est vrai ; vous pouviez fort aisément remettre v.225 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  97. Où maintenant est votre affaire, v.232 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  98. Vous ne sauriez assurément mieux faire, v.233 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  99. Que d'affecter beaucoup d'attention v.235 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  100. À marquer en toute manière v.236 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  101. Et que ta morale est ennuyeuse et sévère ! v.241 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  102. Que mon père m'ait défendu v.243 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  103. Expressément de voir Valère ; v.244 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  104. Il ne l'a point nommé, je l'aurais entendu. v.246 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  105. Votre père n'a pu parler expressément. v.249 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  106. La pensée est fort délicate ! v.250 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  107. Aucun chagrin, aucun emportement, v.256 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  108. Un peu trop sérieusement. v.258 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  109. J'ai fort mal fait d'écrire assurément. v.259 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  110. Ne crains rien, parle, je me propose v.261 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  111. De faire aveuglément tout ce que tu voudras : v.262 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  112. Mon amant en sera la cause, v.264 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  113. Et je n'en murmurerai pas. v.265 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  114. La pauvre enfant ! En la voyant si tendre, v.266 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  115. Je sens mon coeur prêt à se fendre. v.267 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  116. Oui, je prends cela sur moi. v.269 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  117. Tout de bon, même il vous en priera. v.272 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  118. Mais je ne comprends pas comment : v.274 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  119. Nous le tromperons donc, Finette, apparemment ? v.275 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  120. Oui, c'est ainsi que je le pense. v.276 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  121. Voyez, y sentez-vous la moindre répugnance ? v.277 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  122. Moi ? Point du tout, au contraire vraiment : v.278 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  123. Mais trompons-le si finement, v.279 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  124. Qui vous tient aujourd'hui si fortement liée, v.285 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  125. Que vous en serez ennuyée. v.287 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  126. Peut-on s'en ennuyer jamais ? v.288 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  127. On le dit, je n'en sais rien. Mais v.289 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  128. Tu sais, Finette, que souvent? v.295 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  129. De vous mettre dans un Couvent ; v.297 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  130. Il faut en paraître contente, v.298 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  131. Feignez d'y consentir avec tranquillité. v.299 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  132. Et s'il va prendre cette feinte v.300 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  133. Pour un consentement, pour une vérité ? v.301 (Acte 1, scène 6, ANG?LIQUE)
  134. Tout ira bien. v.304 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  135. Il vient à propos, laissez-moi. v.306 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  136. Tout ira bien, vous dis-je, allez et laissez faire. v.308 (Acte 1, scène 6, FINETTE)
  137. Tout mon bonheur est en ta main. v.309 (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  138. Comment gouvernez-vous le vin ? v.312 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  139. Fort négligemment, je fais diète, v.313 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  140. Tous les jours assez tard il s'éveille en jurant, v.318 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  141. Il sort du lit, s'habille en murmurant v.320 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  142. Le plus souvent contre Monsieur son père ; v.321 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  143. Fort discrètement il détale, v.323 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  144. Vers le Palais Royal, il prend une chaise v.327 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  145. Toujours avec la chaise il court en étourdi, v.333 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  146. Tantôt au lansquenet, tantôt chez sa maîtresse, v.334 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  147. Qu'en tout honneur pourtant il aime avec tendresse. v.335 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  148. Parfois nous visitons de fort honnêtes gens, v.336 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  149. Ont un merveilleux entregent, v.340 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  150. Pour faire trouver de l'argent v.341 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  151. Aux jeunes gens qui n'en ont guères ; v.342 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  152. Mon maître est fort généreux, il se rend v.346 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  153. Fort bien au cabaret, quand nous avons de quoi, v.354 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  154. Qu'on doit juger qu'apparemment la bourse? v.357 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  155. Cela va bien aller, nous avons fait ressource v.358 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  156. Nous serions bien plus à notre aise. v.360 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  157. Mais toi, dis-moi, par parenthèse, v.361 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  158. Es-tu bien, es-tu mal, avec Monsieur Harpin ? v.362 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  159. Par quelque adroite tentative, v.366 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  160. À t'engager à faire avec nous, contre lui, v.367 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  161. Ligue offensive et défensive. v.368 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  162. Pour le parti, je vais t'apprendre une nouvelle. v.371 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  163. Moi ? C'est en cela que j'excelle, v.373 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  164. Le blanc que met Madame l'Intendante, v.380 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  165. Et je n'ai jamais dit pourtant qu'elle en mettait. v.381 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  166. Fort bien. v.382 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  167. Pendant près de dix-huit mois, v.384 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  168. Hé bien, je me ferais plutôt hacher cent fois v.386 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  169. Que d'en parler : eh, faut-il qu'on affiche v.387 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  170. Les défauts des gens qu'on sert ? v.388 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  171. C'est fort bien fait. v.389 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  172. Je n'en parle à qui que ce soit ; v.393 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  173. Il faut avoir certaines retenues? v.394 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  174. Fort bien : mais si tu continues, v.395 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  175. Tu t'en vas me donner mauvaise opinion. v.397 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  176. Au contraire, vraiment, je veux te faire entendre, v.398 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  177. Qu'on peut en sûreté se confier à moi. v.399 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  178. S'agit-il ? Que veux-tu m'apprendre ? v.401 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  179. Connais-tu bien à fond le parfait caractère ? v.403 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  180. Que l'on ait encore vu paraître. v.406 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  181. Parle-moi franchement, que m'en diras-tu ? v.408 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  182. Rien. v.408 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  183. Pour celui-là, j'ai fait voeu de m'en taire, v.409 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  184. Je suis discret. Je n'en sais point de bien. v.410 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  185. C'est ce qui fait que je n'en parle guère. v.411 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  186. Pur bien faire enrager son père : v.414 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  187. Encor s'il savait ménager v.415 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  188. Elle a deux mille écus de rente, v.417 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  189. Qu'elle pourrait fort bien avec nous partager : v.418 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  190. Mais le Monsieur Harpin, attentif à la proie, v.419 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  191. Prend grand soin de nous décrier. v.422 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  192. Nous te démasquerons, vainement tu te caches, v.423 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  193. Oui, mon enfant. v.425 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  194. Oh bien, ce n'en est pas assez. v.425 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  195. Tu me parais encore assez jeune pour être v.433 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  196. Confesse ingénument la dette ; v.435 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  197. Climène ? Tu sais bien que mon maître en est fou. v.438 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  198. Mais cela ne se peut absolument. Climène v.440 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  199. Nous en eût fait quelque petit narré. v.441 (Acte 1, scène 7, MERLIN)
  200. Il faut qu'apparemment cette peur la retienne, v.443 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  201. Ne se soit pas encor tout à fait déclaré. v.445 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  202. Quoi qu'il en soit, Climène a bien fait de s'en taire, v.446 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  203. Soit par le fils encor quelque temps ignoré. v.448 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  204. Ses affaires à bien, ou je ne le pourrai. v.454 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  205. Toi, prends garde de ne rien dire, v.455 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  206. Que lorsque je t'en avertirai. v.456 (Acte 1, scène 7, FINETTE)
  207. Ah, ah, je suis bien aise v.457 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  208. De rencontrer ici ce maroufle fieffé. v.458 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  209. Que ma présence ainsi vous plaise. v.460 (Acte 1, scène 8, MERLIN)
  210. De mon fripon de fils je viens, v.461 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  211. D'apprendre encor d'agréables nouvelles ! v.462 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  212. Ne vous a-t-on pas dit qu'il se porte fort bien ? v.464 (Acte 1, scène 8, MERLIN)
  213. Le perdu. Devenir amoureux d'une femme ! v.466 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  214. Comme moi ? S'entêter pour une libertine ! v.469 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  215. Il n'en n'est rien, vous dis-je, ou je me donne au diable, v.472 (Acte 1, scène 8, MERLIN)
  216. M'apprendre en quel quartier la coquine demeure, v.476 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  217. De ta bouche, pendard, ou je te rosserai. v.478 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  218. Par vos ordres, Monsieur, j'ai trop de déférence : v.479 (Acte 1, scène 8, MERLIN)
  219. Vous m'avez imposé silence, v.480 (Acte 1, scène 8, MERLIN)
  220. Mon maître n'aime rien, et quand il aimerait, v.484 (Acte 1, scène 8, MERLIN)
  221. Je démêlerai bien sans toi toute l'affaire, v.492 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  222. De m'en avoir fait un mystère. v.494 (Acte 1, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  223. Votre Dame Brichonne est venue ici. v.506 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  224. Je sais ce qu'elle veut. Hé bien reviendra-t-elle ? v.507 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  225. Ce jeune adolescent que nous croyons qu'elle aime ; v.511 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  226. Elle prendrait bientôt le parti du Couvent. v.515 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  227. Et comment faire v.516 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  228. Pour augmenter ce dépit-là ? v.517 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  229. Moi-même, et vraiment? attendez? m'y voilà. v.520 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  230. Mais y donnerez-vous votre consentement ? v.522 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  231. De tout mon coeur. Il serait beau, vraiment, v.523 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  232. Mais pour l'acheminer à cet heureux moment, v.525 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  233. Le voici. Son chagrin vient naturellement v.527 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  234. Ce jeune Cavalier qu'elle aime éperdument ? v.529 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  235. Et je voudrais qu'en ce moment, v.530 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  236. Vous parussiez vouloir lui faire absolument v.532 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  237. C'est bien dit, je connais un Président Normand, v.535 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  238. Comment ? v.537 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  239. À la vouloir ainsi pourvoir bizarrement ; v.539 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  240. Il a quatre-vingt ans, Monsieur. Plus finement v.540 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  241. Cachons de vos desseins l'innocent artifice. v.541 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  242. Elle le hait encore assez passablement. v.543 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  243. Ce Banquier Suisse est laid terriblement, v.544 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  244. Et c'est pour cela justement ; v.546 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  245. Car je ne prétends nullement v.547 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  246. Qu'en tout ceci ma fille m'obéisse. v.548 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  247. C'est prétendre très sagement : v.549 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  248. Mais il faut ménager la chose adroitement, v.550 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  249. Voulez-vous vous en fier à moi ? v.552 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  250. Vous le pouvez en assurance. v.553 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  251. Hé bien? v.554 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  252. Quelque joli qu'il soit, qu'il n'en est point en France v.556 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  253. J'en sais un dont j'ai parfois pitié, v.559 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  254. Hé bien ? v.561 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  255. Et du Couvent le retraite honorable, v.567 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  256. Mais si par un cas fortuit (car enfin tout peut être) v.570 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  257. Il ne changera point, Monsieur ; mais en tout cas v.572 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  258. Du dénouement n'êtes-vous pas le maître ? v.573 (Acte 1, scène 9, FINETTE)
  259. Il est vrai, c'est bien dit. Ça fais-moi donc connaître v.574 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  260. Certains projets qui me roulent en tête. v.578 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  261. Si cette femme vient, qu'on la fasse monter. v.579 (Acte 1, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  262. Avec combien peu de réflexion v.581 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  263. Un secret est là-dedans enterré : v.585 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  264. Moi, parler de rien ! Dieu m'en garde. v.586 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  265. Qu'ils me demeurent. v.591 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  266. Oui, c'est comme je l'entends, v.591 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  267. Puis cela vient de jeunes gens, v.593 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  268. Mais, parlons naturellement, v.596 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  269. Prévoyez-vous qu'heureusement v.597 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  270. Assurément. v.599 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  271. Çà, Madame Brichonne, allons, dis franchement v.600 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  272. Elle a reçu ton compliment ? v.602 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  273. Je vous l'ai déjà dit, fort agréablement ; v.603 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  274. Et sans vouloir flatter, ce que j'en imagine, v.604 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  275. Et ne voudrais pour rien d'une fière femelle v.612 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  276. Qui fît traîner mon amour en langueur. v.613 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  277. Vous ne l'aimez qu'en tout honneur ? v.614 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  278. À propos d'honneur, tu sais bien v.616 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  279. Que je dois ménager le mien. v.617 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  280. De cette veuve un peu coquette et qui n'a rien, v.619 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  281. Si nous trouvions quelque moyen, v.621 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  282. Dans ces commencements, de rendre v.622 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  283. Notre intrigue secrète, et de lui faire entendre v.623 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  284. Que c'est que mon honneur veut prendre soin du sien. v.624 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  285. Avec ma belle-soeur quelque ménagement. v.626 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  286. De faire en ma faveur régler son testament : v.628 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  287. Quelque soupçon venait à contretemps, v.630 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  288. Son bien serait pour mes enfants, v.631 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  289. Cela retient un peu mon amour en suspens. v.633 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  290. Hé bien, mariez-vous en secret, je m'engage v.634 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  291. À faire consentir Climène à ce dessein ; v.635 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  292. Il me paraît que vous êtes en âge v.636 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  293. De contracter sans trouble un hymen clandestin. v.637 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  294. Ce n'est pas là ce qui me met en peine : v.638 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  295. Cela serait commode. Hé bien, nul de vos gens v.641 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  296. Attends. Sous un nom emprunté v.643 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  297. Il faudrait qu'à ma fille elle fût présentée. v.644 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  298. Fort bien : ce nom promet, sans paraître affecté, v.647 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  299. Ne tient rien que de la nature. v.651 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  300. Qu'elle parût en tout une femme rangée, v.653 (Acte 2, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  301. On ne peut concevoir rien de mieux concerté. v.655 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  302. Bientôt nous aurons cet honneur : v.660 (Acte 2, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  303. Cela prend, ce me semble, un assez bon chemin v.662 (Acte 2, scène 2, MONSIEUR HARPIN)
  304. Si je pouvais au gré de mon envie, v.664 (Acte 2, scène 2, MONSIEUR HARPIN)
  305. Faire enfermer mon fils, cloîtrer ma fille, v.666 (Acte 2, scène 2, MONSIEUR HARPIN)
  306. Venez, Monsieur le Boniface. v.672 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  307. Pour me rendre aimable à ses yeux, v.676 (Acte 2, scène 3, VALÈRE)
  308. Il n'est rien dès longtemps que mon amour ne fasse. v.677 (Acte 2, scène 3, VAL?RE)
  309. Je suis partout ses pas, je la cherche en tous lieux, v.678 (Acte 2, scène 3, VAL?RE)
  310. Et ma présence en tous lieux l'embarrasse : v.679 (Acte 2, scène 3, VAL?RE)
  311. Vraiment, Monsieur, ma fille a tort v.682 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  312. Qu'elle puisse jamais mieux rencontrer. Finette ? v.684 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  313. Ma fille, assurément s'en accommodera. v.687 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  314. Prenons garde? v.688 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  315. Vous allez voir comment elle le recevra. v.694 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  316. Qu'un peu sensible au feu qui me dévore, v.698 (Acte 2, scène 3, VALÈRE)
  317. En ma faveur déterminez son choix, v.700 (Acte 2, scène 3, VAL?RE)
  318. Le Couvent à coup sûr aura la préférence. v.702 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  319. C'est un mauvais esprit que je prétends réduire. v.707 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  320. Je vous remets le compliment. v.709 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  321. Monsieur à son appartement, v.711 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  322. Et je prendrai soin de l'instruire v.712 (Acte 2, scène 3, FINETTE)
  323. Non, doucement. v.713 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  324. Il vous suffit d'avoir à présent mon aveu : v.715 (Acte 2, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  325. Dans une heure d'ici je vous attends. v.719 (Acte 2, scène 4, MONSIEUR HARPIN)
  326. Assurément notre dessein v.723 (Acte 2, scène 5, VALÈRE)
  327. Jamais je ne travaille en vain. v.727 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  328. Pour m'en convaincre, au moins, fais-moi voir Angélique. v.728 (Acte 2, scène 5, VALÈRE)
  329. La peste ! Gardons-nous-en bien, v.729 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  330. Ce serait justement un secret spécifique v.730 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  331. Un moment d'entretien. v.731 (Acte 2, scène 5, VALÈRE)
  332. Non, Monsieur, il n'en sera rien, v.732 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  333. Est-elle instruite du moyen v.734 (Acte 2, scène 5, VALÈRE)
  334. Et je prétends que ce nom l'embarrasse v.738 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  335. Assez pour la mettre en courroux : v.739 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  336. Qu'attentif à sa contenance v.740 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  337. Comme un Lieutenant Criminel, v.741 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  338. Monsieur Harpin ne prenne aucune défiance v.742 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  339. D'un mouvement qui, comme je le pense, v.743 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  340. Quoi, sans l'avoir entretenue, v.745 (Acte 2, scène 5, VALÈRE)
  341. Deux fois ici je serai donc venu, v.747 (Acte 2, scène 5, VAL?RE)
  342. Et je n'aurai pas obtenu ? v.748 (Acte 2, scène 5, VAL?RE)
  343. Vous obtiendrez à la troisième v.749 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  344. Je le crois bien : mais vous vous en irez. v.752 (Acte 2, scène 5, FINETTE)
  345. Cela tournera bien ; et je suis, je vous jure, v.754 (Acte 2, scène 6, FINETTE)
  346. Pour bien conduire un projet amoureux, v.755 (Acte 2, scène 6, FINETTE)
  347. Ce n'est pas tout encor, je veux v.757 (Acte 2, scène 6, FINETTE)
  348. À la fois en conduire deux, v.758 (Acte 2, scène 6, FINETTE)
  349. Tromper Monsieur Harpin dans plus d'une aventure, v.759 (Acte 2, scène 6, FINETTE)
  350. Et malgré qu'il en ait, rendre son fils heureux. v.760 (Acte 2, scène 6, FINETTE)
  351. Les talents que le Ciel nous donne. v.764 (Acte 2, scène 6, FINETTE)
  352. Allons? Mais voici justement v.765 (Acte 2, scène 6, FINETTE)
  353. Pour quelque temps encor cachons-lui prudemment v.767 (Acte 2, scène 6, FINETTE)
  354. Bonjour, ma chère enfant. N'as-tu point vu Merlin ? v.771 (Acte 2, scène 7, CLITANDRE)
  355. Il n'est point de valet, je crois, plus négligent. v.776 (Acte 2, scène 7, CLITANDRE)
  356. Je l'ai chargé de trouver de l'argent, v.777 (Acte 2, scène 7, CLITANDRE)
  357. Et de m'en apporter au jeu chez Dorimène ; v.778 (Acte 2, scène 7, CLITANDRE)
  358. J'en dois considérablement v.779 (Acte 2, scène 7, CLITANDRE)
  359. À des gens qui me persécutent? v.780 (Acte 2, scène 7, CLITANDRE)
  360. Les ordres d'en trouver se donnent aisément, v.781 (Acte 2, scène 7, FINETTE)
  361. Mal aisément ils s'exécutent. v.782 (Acte 2, scène 7, FINETTE)
  362. Mais je l'entends, c'est lui, ne vous chagrinez pas. v.783 (Acte 2, scène 7, FINETTE)
  363. Rendre une petite visite, v.786 (Acte 2, scène 7, FINETTE)
  364. Et je reviendrai sur mes pas. v.787 (Acte 2, scène 7, FINETTE)
  365. Jusqu'au revoir, Monsieur. Au moins, Merlin, silence. v.790 (Acte 2, scène 7, FINETTE)
  366. Va, ne crains rien, je suis discret. v.791 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  367. Hé bien, maître faquin, d'où venez-vous ? Un autre v.792 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  368. Vous donnerait cent coups. Suis-je votre valet, v.793 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  369. Dois-je courir en vain tout le jour après vous ? v.795 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  370. Monsieur me donne un rendez-vous v.796 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  371. Chez Dorimène. Il y vient plus d'une heure v.797 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  372. Oh bien, Monsieur, en vérité, v.806 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  373. Oh, finis, je te prie. Avons-nous de l'argent ? v.808 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  374. Oui, je suis le meilleur agent? v.809 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  375. Et combien ? v.810 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  376. À deux cents francs près, toutefois. v.812 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  377. Deux cents francs ? v.813 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  378. A retenus par ses mains pour ses droits. v.814 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  379. Mais deux cents francs, Merlin ? v.815 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  380. Tenez, voilà comme je vous ai dit, v.819 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  381. Trois cents louis en deux cents pièces, v.820 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  382. Et le reste en d'autres espèces. v.821 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  383. Cet autre argent chez Dorimène, v.823 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  384. Pourquoi, donc ? Il n'est pas nouveau qu'on se méprenne. v.827 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  385. Je ne suis pas fripon, je vous en avertis. v.829 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  386. Comment ? v.830 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  387. Comptez toujours, et qu'il vous en souvienne. v.830 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  388. Maître fripon, l'affaire en était faite. v.833 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  389. Si je n'avais compté mon argent. v.834 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  390. M'en aurais-tu parlé ? v.835 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  391. Ah ! Je n'en veux rien savoir, v.840 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  392. De cette part que me peut-on apprendre v.841 (Acte 2, scène 8, CLITANDRE)
  393. Monsieur, si vous vouliez l'entendre, v.843 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  394. Je suis de ce secret terriblement chargé. v.845 (Acte 2, scène 8, MERLIN)
  395. Que puis-je apprendre de mon père v.850 (Acte 2, scène 9, CLITANDRE)
  396. Qui ne révolte tous mes sens ? v.851 (Acte 2, scène 9, CLITANDRE)
  397. Il en use avec ses enfants ! v.853 (Acte 2, scène 9, CLITANDRE)
  398. Il retient le bien de ma mère v.854 (Acte 2, scène 9, CLITANDRE)
  399. Le fait en tout s'opposer à mes voeux ; v.857 (Acte 2, scène 9, CLITANDRE)
  400. Il cherche à me perdre en tous lieux : v.858 (Acte 2, scène 9, CLITANDRE)
  401. Il représente à tous les yeux v.860 (Acte 2, scène 9, CLITANDRE)
  402. Qu'à mes meilleurs amis je deviens odieux. v.862 (Acte 2, scène 9, CLITANDRE)
  403. Son humeur me rend malheureux, v.863 (Acte 2, scène 9, CLITANDRE)
  404. Encore si je pouvais? v.865 (Acte 2, scène 9, CLITANDRE)
  405. Comment donc, mon neveu, v.865 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  406. Apparemment ta cervelle s'évente ? v.866 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  407. Mais vous me voyez dans l'attente v.868 (Acte 2, scène 10, CLITANDRE)
  408. Oui, vraiment, et j'y suis aussi moi ? v.873 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  409. Mais il m'a si bien su prêcher, v.876 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  410. Qu'il a fallu qu'enfin je le voulusse. v.877 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  411. Çà, je viens donc te quereller. v.878 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  412. Hé bien, ma tante, soit, vous n'avez qu'à parler. v.879 (Acte 2, scène 10, CLITANDRE)
  413. Oui, toi. Comment, petit vilain, v.882 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  414. C'est donc là tout mon crime ? Hé bien, qu'y trouvez-vous v.884 (Acte 2, scène 10, CLITANDRE)
  415. Entre nous, v.885 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  416. Et ton père en devrait être moins étonné ; v.887 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  417. Car enfin autrefois lui-même il a donné v.888 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  418. Il vous siérait bien, moi présente, v.894 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  419. Vous prenez son parti, c'est à moi de me rendre. v.898 (Acte 2, scène 10, CLITANDRE)
  420. Et qu'on me la fasse descendre, v.901 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  421. Je l'ai promis ; et l'on m'a fait entendre? v.903 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  422. Je suis bien irritée, et je vais? v.904 (Acte 2, scène 10, MADAME ARGANTE)
  423. Bonjour, ma chère enfant ; viens çà que je t'embrasse : v.905 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  424. Que je sens de plaisir quand je vous vois, ma tante ! v.908 (Acte 2, scène 11, ANGÉLIQUE)
  425. Et moi donc ? Je ne suis parfaitement contente v.909 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  426. Que lorsque je me trouve entre vous deux ainsi. v.910 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  427. Hé bien, mes chers enfants, qu'est-ce que tout ceci ? v.911 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  428. Je viens de chapitrer ton frère, v.912 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  429. Et contre toi je suis bien en colère. v.913 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  430. Et je sais bien ce que j'en dois penser. v.920 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  431. Je m'y connais, ce sont des penchants de famille, v.921 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  432. De temps en temps, par-ci, par-là, v.924 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  433. J'avais aussi ces penchants-là. v.925 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  434. À présent, Dieu merci, j'en suis bien corrigée, v.926 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  435. L'expérience m'a changée. v.927 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  436. De s'en amouracher. v.931 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  437. Mais ce n'est point vraiment v.931 (Acte 2, scène 11, ANGÉLIQUE)
  438. Assurément, v.934 (Acte 2, scène 11, ANGÉLIQUE)
  439. Ces pauvres enfants ! Çà je veux les voir chez moi. v.939 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  440. Je le veux, que rien ne vous alarme. v.940 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  441. À vous rendre contents j'emploierai tous mes soins. v.941 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  442. Paix, dites-lui bien au moins v.942 (Acte 2, scène 11, MADAME ARGANTE)
  443. Tous quatre en ce lieu nous rassemble. v.945 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  444. Au bien de ma famille il semble v.946 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  445. Que vous devez, ma soeur, comme moi prendre part. v.947 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  446. Aussi fais-je, et je viens de leur laver la tête v.948 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  447. Je vous fais, mes enfants, dans cette occasion, v.955 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  448. Vous savez bien le fait dont il est question. v.960 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  449. Jusqu'à présent encor votre faute est légère : v.961 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  450. Comment, un Séducteur, ma nièce ? v.964 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  451. Là, là. Reprenons-les, de grâce avec douceur. v.965 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  452. Pour fuir des passions la voix enchanteresse, v.969 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  453. Il est un sûr moyen. v.970 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  454. J'entends, mais rien ne presse. v.970 (Acte 2, scène 12, ANGÉLIQUE)
  455. Et ce qu'il vous dit là se pratique souvent ; v.973 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  456. Il n'est rien tel que le Couvent, v.975 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  457. Il n'est rien que cela n'efface : v.976 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  458. Allez, j'en connais un où je vous mènerai. v.977 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  459. Je compte fort, quand je vous en prierai, v.978 (Acte 2, scène 12, ANGÉLIQUE)
  460. Oui, mon enfant. v.980 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  461. Votre conduite en tout est très fort condamnable ; v.981 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  462. Mon exemple enfin, rien ne vous rend raisonnable. v.983 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  463. On m'a dit que vous fréquentez v.986 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  464. Ce n'est pas tout encore, et vous vous promettez v.990 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  465. Pour elle vous vous endettez v.993 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  466. Pour soutenir son faste et sa cuisine v.995 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  467. Vous jouez, vous vendez, vous troquez, empruntez. v.1000 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  468. Chez vous le vice prend racine : v.1002 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  469. Ce bien que vous deviez avoir de votre mère, v.1005 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  470. Avant que d'en jouir vous l'aurez dissipé. v.1006 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  471. Vraiment vous prêchez bien, mon frère. v.1007 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  472. Je n'en crois rien. v.1012 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  473. Premièrement, Monsieur, je ne désire v.1013 (Acte 2, scène 12, CLITANDRE)
  474. Rien tant que de pouvoir un jour vous imiter : v.1014 (Acte 2, scène 12, CLITANDRE)
  475. Un revenu pour subsister, v.1017 (Acte 2, scène 12, CLITANDRE)
  476. C'est bien dit, faisons-lui quelque donation. v.1019 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  477. Que je fais, dites-vous, du bien de feue ma mère, v.1021 (Acte 2, scène 12, CLITANDRE)
  478. Donnez-nous-en la jouissance entière, v.1022 (Acte 2, scène 12, CLITANDRE)
  479. Je saurai m'en servir avec discrétion. v.1023 (Acte 2, scène 12, CLITANDRE)
  480. Je ne sais qui me tient? v.1027 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  481. Reprenons-les avec douceur. v.1029 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  482. Hé, le moyen ? Écoutez sans réplique : v.1030 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  483. Je prétends tout résolument v.1031 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  484. Songez-y sérieusement. v.1033 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  485. Je vous fais à tous deux défense très expresse, v.1034 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  486. Qui me paraît dans votre compliment. v.1038 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  487. Tout, je veux bien, de peur qu'il vous ennuie, v.1039 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  488. Dès aujourd'hui doivent ici venir v.1041 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  489. Vous aurez du plaisir à les entretenir. v.1043 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  490. Comme vous n'en connaissez point : v.1054 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  491. Vous les verrez souvent l'un et l'autre à ma table. v.1055 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  492. De vous en faire aimer faites-vous un devoir, v.1056 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  493. Qu'en prenant soin de les bien recevoir. v.1058 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  494. Songez-y bien. Allons, ma soeur. v.1059 (Acte 2, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  495. Vous entendez sa résolution, v.1060 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  496. Adieu, mes chers enfants, c'est pour lui faire accroire. v.1063 (Acte 2, scène 12, MADAME ARGANTE)
  497. Hé bien, ma soeur, quelle est cette nouvelle histoire ? v.1064 (Acte 2, scène 13, CLITANDRE)
  498. L'autre quelque vieille édentée. v.1068 (Acte 2, scène 13, CLITANDRE)
  499. Je frémis d'y penser. v.1071 (Acte 2, scène 13, CLITANDRE)
  500. Je vous en offre autant. v.1071 (Acte 2, scène 13, ANGÉLIQUE)
  501. Voir quel biais on pourrait prendre? v.1073 (Acte 2, scène 13, CLITANDRE)
  502. Votre Finette heureusement? v.1074 (Acte 2, scène 13, CLITANDRE)
  503. Est d'humeur à tout entreprendre. v.1075 (Acte 2, scène 13, CLITANDRE)
  504. Elle doit être ici dans un moment : v.1076 (Acte 2, scène 13, CLITANDRE)
  505. Dans votre appartement, ma soeur, allons l'attendre. v.1077 (Acte 2, scène 13, CLITANDRE)
  506. De jeunes gens pleins de reconnaissance, v.1080 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  507. Et celui de faire enrager v.1081 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  508. Un vieux fou qui vient déranger v.1082 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  509. Leur amoureuse intelligence, v.1083 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  510. Ce qui m'a fait à ceci m'engager, v.1084 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  511. C'est l'espoir d'une récompense, v.1085 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  512. Qu'avecque vous en conscience v.1086 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  513. Hé ! Fi donc, croyez-vous que l'argent me domine ? v.1088 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  514. Mais enfin, dans le monde, on ne fait rien pour rien. v.1089 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  515. Et tous mes voeux tendent au bien. v.1091 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  516. Vous aurez lieu d'être contente, v.1092 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  517. Je suis une pauvre innocente, v.1094 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  518. Peu sensible à mes intérêts. v.1095 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  519. Nous allons en faveur d'un fils, v.1097 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  520. Je vous réponds de cent louis. v.1103 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  521. Cent louis ? v.1104 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  522. Et cela seulement pour vous taire : v.1104 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  523. Cent louis sont bons à gagner. v.1106 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  524. Premièrement, vous devez aujourd'hui v.1114 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  525. Faire venir Climène au logis. v.1115 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  526. Monsieur Harpin croira qu'elle y viendra pour lui. v.1116 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  527. Comme j'ai vu, très modestement. v.1118 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  528. À déguisement elle s'est résolue v.1119 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  529. Avec assez de peine, et vous êtes venue v.1120 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  530. Et cependant je l'avais vue, v.1122 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  531. En l'entretenant ce matin, v.1123 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  532. Et marquer moins de retenue, v.1127 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  533. Vous jugez bien que c'est ce qui l'engage v.1130 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  534. Avec empressement lui dire? v.1136 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  535. Je reviens avec vous tout exprès pour cela : v.1137 (Acte 3, scène 1, MADAME BRICHONNE)
  536. Dès que vous aurez fait, hâtez-vous d'aller prendre v.1139 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  537. Climène, et l'amener. Moi, je vais vous attendre. v.1140 (Acte 3, scène 1, FINETTE)
  538. Monsieur, voulez-vous bien ? v.1141 (Acte 3, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  539. Attendez un moment : v.1141 (Acte 3, scène 2, MONSIEUR HARPIN)
  540. Vous voulez bien vous-même ? v.1142 (Acte 3, scène 2, MONSIEUR HARPIN)
  541. Ah ! Volontiers, vraiment. v.1142 (Acte 3, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  542. Oui, je m'y rends incessamment. v.1147 (Acte 3, scène 2, MADAME ARGANTE)
  543. Adieu, ma soeur, sans compliment. v.1148 (Acte 3, scène 2, MONSIEUR HARPIN)
  544. Hé bien, ma chère enfant, comment va notre affaire ? v.1149 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  545. Ou ce succès vous surprendra vous-même ; v.1151 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  546. Je ne comprends pas que d'abord v.1152 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  547. Qui passe assurément l'imagination. v.1155 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  548. À ce petit déguisement ? v.1157 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  549. Belle demande ! Assurément. v.1158 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  550. Elle viendrait chez vous en masque pour vous plaire. v.1159 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  551. Que je sens de ravissement. v.1160 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  552. Mais, comment diantre est-il possible v.1161 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  553. Que l'on puisse en si peu de temps v.1162 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  554. Rendre à l'amour une âme si sensible ? v.1163 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  555. La chose est incompréhensible, v.1164 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  556. Si tous nos jeunes gens v.1165 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  557. Avaient de semblables talents, v.1166 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  558. Ils en feraient je pense, un agréable usage. v.1167 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  559. Ce sont des airs fort engageants. v.1170 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  560. Plus de vingt fois sous sa fenêtre, v.1171 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  561. Elle en riait de tout son coeur : v.1179 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  562. Qu'elle n'en fît des railleries : v.1181 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  563. Mais je vois bien que j'étais dans l'erreur. v.1182 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  564. Assurément. v.1183 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  565. Quand viendra-t-elle ? v.1183 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  566. Dans un moment, je m'en vais la chercher. v.1184 (Acte 3, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  567. Un moment ! Plus je sens mon bonheur s'approcher, v.1185 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  568. Plus ma flamme se renouvelle. v.1186 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  569. Rien ne puisse m'embarrasser. v.1190 (Acte 3, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  570. J'en ai l'esprit tout sens dessus dessous. v.1196 (Acte 3, scène 5, MERLIN)
  571. Ne viendriez-vous pas ici nous déceler ? v.1201 (Acte 3, scène 5, MERLIN)
  572. Les femmes d'ordinaire aiment à babiller. v.1202 (Acte 3, scène 5, MERLIN)
  573. Écoutez, donc, cela serait bien traître. v.1203 (Acte 3, scène 5, MERLIN)
  574. Foin. Je ne devais pas la laisser en aller, v.1207 (Acte 3, scène -, MERLIN)
  575. Et tâcher finement d'apprendre? v.1209 (Acte 3, scène -, MERLIN)
  576. Hé bien, Merlin, notre secret ? v.1210 (Acte 3, scène 7, FINETTE)
  577. N'en as-tu point déjà parlé ? v.1213 (Acte 3, scène 7, FINETTE)
  578. Et mon maître est encor bien plus discret que moi, v.1214 (Acte 3, scène 7, MERLIN)
  579. Il n'a jamais voulu l'entendre. v.1215 (Acte 3, scène 7, MERLIN)
  580. Fort bien. v.1216 (Acte 3, scène 7, FINETTE)
  581. J'en ai souffert, mais pourtant sans douleur, v.1216 (Acte 3, scène 7, MERLIN)
  582. Que je ressentais là? Ma foi, c'est un martyre ; v.1218 (Acte 3, scène 7, MERLIN)
  583. Il est temps à présent qu'il en soit éclairci. v.1223 (Acte 3, scène 7, MERLIN)
  584. J'ai rencontré Madame à trente pas d'ici. v.1225 (Acte 3, scène 8, MADAME BRICHONNE)
  585. Dans un si simple ajustement, v.1227 (Acte 3, scène 8, FINETTE)
  586. Briller avec tant d'agrément ! v.1229 (Acte 3, scène 8, FINETTE)
  587. Se fait par qui vous voit excuser aisément. v.1231 (Acte 3, scène 8, FINETTE)
  588. Je ne mérite pas un pareil compliment : v.1232 (Acte 3, scène 8, CLIMÈNE)
  589. Le compliment doit vous lasser, v.1234 (Acte 3, scène 8, MADAME BRICHONNE)
  590. Vous vous en ennuyez à force de l'entendre : v.1235 (Acte 3, scène 8, MADAME BRICHONNE)
  591. Mais un moment ici, vous voulez bien attendre ? v.1236 (Acte 3, scène 8, MADAME BRICHONNE)
  592. Envoyez-nous d'abord le jeune. v.1238 (Acte 3, scène 8, FINETTE)
  593. Doucement. v.1238 (Acte 3, scène 8, MADAME BRICHONNE)
  594. Il n'est personne, assurément, v.1240 (Acte 3, scène 9, FINETTE)
  595. Vingt prudes comme vous, à Paris, seulement, v.1242 (Acte 3, scène 9, FINETTE)
  596. Ruineraient bien des coquettes. v.1243 (Acte 3, scène 9, FINETTE)
  597. Qui ne me convient nullement : v.1245 (Acte 3, scène 9, CLIMÈNE)
  598. Mais le plaisir de voir tranquillement, v.1246 (Acte 3, scène 9, CLIM?NE)
  599. Et sans qu'un père en ait ombrage, v.1247 (Acte 3, scène 9, CLIM?NE)
  600. Même en sa présence, un amant v.1248 (Acte 3, scène 9, CLIM?NE)
  601. Que je chéris, qui m'aime tendrement, v.1249 (Acte 3, scène 9, CLIM?NE)
  602. À ce que vous voulez m'engage. v.1250 (Acte 3, scène 9, CLIM?NE)
  603. J'en sortirai pourtant, je crois, mal aisément ? v.1251 (Acte 3, scène 9, CLIM?NE)
  604. On ne fait pas bien la prude à mon âge. v.1252 (Acte 3, scène 9, CLIM?NE)
  605. Où la mode en devient fréquente. v.1254 (Acte 3, scène 9, FINETTE)
  606. Dans les saisons parmi les gens v.1255 (Acte 3, scène 9, FINETTE)
  607. Il est vrai, j'en conviens. v.1259 (Acte 3, scène 9, CLIMÈNE)
  608. Madame enfin? Finette est de sa connaissance ? v.1260 (Acte 3, scène 10, MONSIEUR HARPIN)
  609. Point, et c'est le hasard, selon toute apparence, v.1261 (Acte 3, scène 10, MADAME BRICHONNE)
  610. Qui les a fait rencontrer toutes deux. v.1262 (Acte 3, scène 10, MADAME BRICHONNE)
  611. Faites-moi descendre Angélique. v.1263 (Acte 3, scène 10, MONSIEUR HARPIN)
  612. J'ai cru, Monsieur, ne pouvoir mieux me rendre v.1266 (Acte 3, scène 11, CLIMÈNE)
  613. Qu'en venant en ces lieux moi-même les apprendre, v.1268 (Acte 3, scène 11, CLIM?NE)
  614. Ce sont mes sentiments qu'on vous a fait entendre ; v.1270 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  615. Avec un coeur sincère et tendre, v.1273 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  616. Un hommage des mieux rentés. v.1274 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  617. Un pareil compliment me rend toute interdite ; v.1275 (Acte 3, scène 11, CLIMÈNE)
  618. Croyez, Monsieur, que ce n'est pas le bien v.1276 (Acte 3, scène 11, CLIM?NE)
  619. Qui rend sensible un coeur comme le mien, v.1277 (Acte 3, scène 11, CLIM?NE)
  620. Ouf, n'en dites pas trop, mignonne, v.1283 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  621. Sens-tu bien toute la douceur ? v.1287 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  622. D'entendre d'une belle bouche v.1290 (Acte 3, scène 11, MADAME BRICHONNE)
  623. C'est un faible bien excusable. v.1294 (Acte 3, scène 11, CLIMÈNE)
  624. Et qui ressent pour nous même ardeur à son tour : v.1296 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  625. Tant mieux. Madame sent pour vous une tendresse v.1299 (Acte 3, scène 11, MADAME BRICHONNE)
  626. Bon, c'est le moyen de me plaire, v.1301 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  627. Et de vivre longtemps ensemble sans chagrin. v.1302 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  628. J'envisage Monsieur Harpin, v.1303 (Acte 3, scène 11, CLIMÈNE)
  629. Nous nous en déferons, car je l'ai résolu. v.1315 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  630. Il est heureusement depuis peu devenu v.1316 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  631. Il en est fou. v.1319 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  632. Clitandre en aime une autre. v.1320 (Acte 3, scène 11, CLIMÈNE)
  633. Bien à plaindre d'avoir un fils si libertin. v.1322 (Acte 3, scène 11, MADAME BRICHONNE)
  634. Ce que je vais tenter pour y mettre une fin. v.1324 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  635. Je prends de si bonnes mesures? v.1325 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  636. Encor ? Paix, vous dit-on. v.1326 (Acte 3, scène 11, MADAME BRICHONNE)
  637. Elles vont lentement : mais elles sont bien sûres. v.1327 (Acte 3, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  638. On prend part à votre souci. v.1330 (Acte 3, scène 11, MADAME BRICHONNE)
  639. Vous en serez aisément éclairci. v.1332 (Acte 3, scène 12, MERLIN)
  640. C'est ce beau fils. Venez, l'homme à bonne fortune. v.1333 (Acte 3, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  641. Approchez, et comptez que pour vous c'en est une v.1335 (Acte 3, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  642. Qu'est-ce ? Hé bien, mon père ! Vous voilà v.1337 (Acte 3, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  643. Une contenance agitée. v.1338 (Acte 3, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  644. Chose étrange ! De voir contre les gens d'honneur v.1339 (Acte 3, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  645. On doit votre aimable présence, v.1348 (Acte 3, scène 12, CLITANDRE)
  646. Madame, d'en jouir on se tient fort heureux. v.1349 (Acte 3, scène 12, CLITANDRE)
  647. Ah, que mal aisément son dépit se déguise ! v.1350 (Acte 3, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  648. Du trouble qui vous a si longtemps retenu, v.1352 (Acte 3, scène 12, CLIMÈNE)
  649. Il n'est rien qui ne l'autorise : v.1353 (Acte 3, scène 12, CLIM?NE)
  650. Non, c'est un insolent, je l'avais prévenu, v.1355 (Acte 3, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  651. De rien faire qui pût vous donner du chagrin, v.1360 (Acte 3, scène 12, CLIMÈNE)
  652. Entendez-vous ? Ne soyez pas si bête v.1364 (Acte 3, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  653. Elles seront bientôt, mignonne. v.1367 (Acte 3, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  654. Déjà réglé : mais on m'a fait entendre v.1368 (Acte 3, scène 12, CLIMÈNE)
  655. Qu'il fallait quelque temps tenir nos feux cachés. v.1369 (Acte 3, scène 12, CLIM?NE)
  656. Ils seront vifs, quoiqu'ils soient sous la cendre. v.1370 (Acte 3, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  657. Dont mon père tantôt nous a dit tant de bien. v.1373 (Acte 3, scène 13, CLITANDRE)
  658. Nul mérite, je crois, n'est comparable au sien, v.1374 (Acte 3, scène 13, ANGÉLIQUE)
  659. Je dois un si doux compliment v.1376 (Acte 3, scène 13, CLIMÈNE)
  660. À notre première entrevue : v.1377 (Acte 3, scène 13, CLIM?NE)
  661. Que vous ne jugiez pas si favorablement ; v.1379 (Acte 3, scène 13, CLIM?NE)
  662. Et je vais m'attacher, Madame, uniquement v.1380 (Acte 3, scène 13, CLIM?NE)
  663. À mériter qu'un pareil sentiment, v.1381 (Acte 3, scène 13, CLIM?NE)
  664. Allons, mes enfants, qu'on s'embrasse, v.1385 (Acte 3, scène 13, MONSIEUR HARPIN)
  665. Avec même agrément ce Monsieur Boniface, v.1387 (Acte 3, scène 13, MONSIEUR HARPIN)
  666. Qui doit aussi nous venir voir. v.1388 (Acte 3, scène 13, MONSIEUR HARPIN)
  667. Fort bien. v.1389 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  668. Vous voyez qu'elle enrage. v.1389 (Acte 3, scène 13, FINETTE)
  669. Qu'il entre, il le faut installer. v.1393 (Acte 3, scène 14, MONSIEUR HARPIN)
  670. Tenez, Monsieur, son petit coeur projette v.1394 (Acte 3, scène 14, FINETTE)
  671. En secret de se rebeller. v.1395 (Acte 3, scène 14, FINETTE)
  672. À vos ordres, Monsieur, je me rends en ces lieux, v.1398 (Acte 3, scène 15, VALÈRE)
  673. Et j'attendais avec impatience v.1399 (Acte 3, scène 15, VAL?RE)
  674. L'heureux moment d'y paraître à vos yeux. v.1400 (Acte 3, scène 15, VAL?RE)
  675. On y souhaite aussi beaucoup votre présence. v.1401 (Acte 3, scène 15, MONSIEUR HARPIN)
  676. Rien, mon père. v.1406 (Acte 3, scène 15, ANGÉLIQUE)
  677. Hem, plaît-il ? Quels airs impertinents, v.1406 (Acte 3, scène 15, MONSIEUR HARPIN)
  678. Devant moi rire au nez des gens ? v.1407 (Acte 3, scène 15, MONSIEUR HARPIN)
  679. Et je connais qu'en vain je m'efforce de plaire ; v.1410 (Acte 3, scène 15, VALÈRE)
  680. Que de mes feux j'obtiendrais le salaire. v.1418 (Acte 3, scène 15, VAL?RE)
  681. Oui, je prétends? v.1419 (Acte 3, scène 15, MONSIEUR HARPIN)
  682. Hé bien, d'un espoir décevant v.1419 (Acte 3, scène 15, ANGÉLIQUE)
  683. Soyez sûr que pour vous ma haine est augmentée. v.1421 (Acte 3, scène 15, ANG?LIQUE)
  684. Je vous méprise plus cent fois qu'auparavant : v.1422 (Acte 3, scène 15, ANG?LIQUE)
  685. Suivre en tout la fureur dont je suis agitée, v.1425 (Acte 3, scène 15, ANG?LIQUE)
  686. Je ferai bien connaître qu'assez souvent v.1426 (Acte 3, scène 15, ANG?LIQUE)
  687. Bon, la voilà qui prend le parti du Couvent. v.1428 (Acte 3, scène 15, FINETTE)
  688. Hé bien, c'est ce qu'il faudra voir. v.1431 (Acte 3, scène 15, MONSIEUR HARPIN)
  689. Vous attend chez votre Notaire. v.1434 (Acte 3, scène 16, UN LAQUAIS)
  690. Recouvrer bientôt ce bonheur. v.1438 (Acte 3, scène 16, MONSIEUR HARPIN)
  691. Il n'est rien que je ne préfère v.1444 (Acte 3, scène 16, ANGÉLIQUE)
  692. Point d'autre choix, ou le Couvent, ou vous. v.1446 (Acte 3, scène 16, MONSIEUR HARPIN)
  693. Adieu, mes enfants. v.1447 (Acte 3, scène 16, MONSIEUR HARPIN)
  694. Oui, fort heureusement. v.1448 (Acte 3, scène 17, MERLIN)
  695. Qu'on me défend de voir, Valère. v.1452 (Acte 3, scène 17, ANGÉLIQUE)
  696. Comment donc, quel est ce mystère ? v.1453 (Acte 3, scène 17, CLITANDRE)
  697. Pourquoi ce faux emportement ? v.1454 (Acte 3, scène 17, CLITANDRE)
  698. Mais travaillons au dénouement. v.1456 (Acte 3, scène 17, FINETTE)
  699. Et moyennant cela, je vous réponds de tout. v.1460 (Acte 3, scène 17, FINETTE)
  700. Premièrement, Monsieur, je vous ordonne v.1462 (Acte 3, scène 17, FINETTE)
  701. À cette femme-là, d'assurer cent louis. v.1463 (Acte 3, scène 17, FINETTE)
  702. Cent louis ? v.1464 (Acte 3, scène 17, CLIMÈNE)
  703. Avec plaisir, et je prétends? v.1470 (Acte 3, scène 17, CLITANDRE)
  704. Prescrire telle récompense? v.1473 (Acte 3, scène 17, VALÈRE)
  705. J'agis désintéressement. v.1474 (Acte 3, scène 17, FINETTE)
  706. Madame, quel étonnement ! v.1475 (Acte 3, scène 17, CLITANDRE)
  707. Allons ensemble au jardin faire un tour ; v.1477 (Acte 3, scène 17, FINETTE)
  708. Et là, vous vous direz les plus tendres sottises v.1478 (Acte 3, scène 17, FINETTE)
  709. A-t-on rendu notre billet v.1480 (Acte 4, scène 1, FINETTE)
  710. Oui, mon enfant, bientôt nous en verrons l'effet. v.1482 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  711. Je vois le souci qui te tient ; v.1484 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  712. Qu'on ne peut deviner de quelle part il vient. v.1486 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  713. Le moyen ? Outre l'écriture v.1487 (Acte 4, scène 1, FINETTE)
  714. Sans prévention. v.1492 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  715. Je veux qu'à leurs désirs elle-même consente, v.1495 (Acte 4, scène 1, FINETTE)
  716. Tout ce qu'en leur faveur je tente. v.1497 (Acte 4, scène 1, FINETTE)
  717. Ils s'y rendront. Adieu. v.1498 (Acte 4, scène 1, MERLIN)
  718. Ce dessein d'aller au Couvent, v.1500 (Acte 4, scène 2, ANGÉLIQUE)
  719. Instruis-moi bien de tout ce qu'il faut faire. v.1501 (Acte 4, scène 2, ANG?LIQUE)
  720. Surtout quand il faut que je mente, v.1503 (Acte 4, scène 2, ANG?LIQUE)
  721. En peu de temps l'amour rend bien savante. v.1505 (Acte 4, scène 2, FINETTE)
  722. Dis-moi comment ? v.1506 (Acte 4, scène 2, ANGÉLIQUE)
  723. Des instructions pour mentir ! v.1508 (Acte 4, scène 2, FINETTE)
  724. Hé, fi donc, j'en prendrais des vôtres. v.1509 (Acte 4, scène 2, FINETTE)
  725. Allez dans votre appartement v.1510 (Acte 4, scène 2, FINETTE)
  726. Un seul moment rêver à cette affaire, v.1511 (Acte 4, scène 2, FINETTE)
  727. Et cela vous viendra tout naturellement. v.1512 (Acte 4, scène 2, FINETTE)
  728. Laissez-moi, voici justement v.1513 (Acte 4, scène 2, FINETTE)
  729. Cette aventure v.1522 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  730. Sur quelque autre incident déssllera mes yeux ; v.1523 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  731. À vous connaître encore dans la suite un peu mieux. v.1525 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  732. Pour cela quels soins faut-il prendre ? v.1526 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  733. Je suis uniquement sensible à l'intérêt, v.1527 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  734. Un chicaneur qui voulait vous surprendre, v.1528 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  735. Il paraît entre vous quelque altercation, v.1531 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  736. Oui, d'accord, je ressens un peu d'émotion. v.1533 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  737. Rien. C'est Madame Argante v.1534 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  738. Qui me dit poliment que je suis un fripon. v.1535 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  739. De me servir ainsi de termes offensants. v.1539 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  740. À signer jamais rien avec certaines gens. v.1541 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  741. Comment ? v.1542 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  742. Et tout cela, dit-il, à bonne intention, v.1543 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  743. Aveuglément signer chez son Notaire, v.1544 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  744. Au lieu d'un testament, une donation. v.1545 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  745. Ma belle-soeur, en vérité, v.1547 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  746. En me cherchant ainsi querelle, v.1548 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  747. De défendre l'intégrité v.1550 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  748. D'une conduite en tout tout à fait naturelle, v.1551 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  749. Que le seul changement de votre volonté v.1552 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  750. Je ne veux point donner mon bien avant ma mort, v.1556 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  751. Et ce n'est pas de quoi vous gendarmer si fort. v.1559 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  752. S'emparer de mon bien ! Vraiment je vous admire. v.1560 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  753. Vous en ai-je jamais parlé ? v.1561 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  754. Vous le faisiez sans m'en rien dire. v.1562 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  755. Toues les fois qu'il m'a de vous entretenue, v.1565 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  756. En conscience, il n'a point d'autre vue. v.1567 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  757. Il n'en jouira pas encor sitôt, je pense. v.1569 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  758. Je fais des voeux, ma soeur, pour n'en jouir jamais. v.1570 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  759. Nous vous en donnerons fort volontiers quittance. v.1572 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  760. Monsieur a-t-il besoin de tant de bien ? Voilà v.1573 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  761. Qui prétend renoncer au monde. v.1575 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  762. Sur l'espoir du Couvent tout son bonheur se fonde. v.1578 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  763. Est-elle bien, dis-moi, résolue à cela ? v.1579 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  764. Ma pauvre nièce ! Oh bien moi de tout mon pouvoir, v.1582 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  765. Souffrons que le Ciel en dispose, v.1585 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  766. Quand je devrais en être au désespoir. v.1587 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  767. J'en ai l'âme si tourmentée? v.1590 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  768. Est-elle encore avec Madame Dorothée ? v.1591 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  769. Du Couvent tout d'abord elle a pris le parti, v.1594 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  770. Puis seule dans sa chambre elle s'est enfermée. v.1595 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  771. Je saurai de ma part fort bien lui faire entendre? v.1597 (Acte 4, scène 3, MADAME ARGANTE)
  772. Qui contre vous elle a pu prendre. v.1600 (Acte 4, scène 3, FINETTE)
  773. Oui, c'est bien dit, prend soin d'adoucir son chagrin, v.1601 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  774. Elle n'est pas difficile à se rendre. v.1602 (Acte 4, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  775. Mais sérieusement, vous me semblez fâchée. v.1604 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  776. Soupçonnez-vous quelque autre chose encore ? v.1608 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  777. Je veux tout éclaircir avant que d'en parler : v.1609 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  778. Mais pour toi je ne puis te rien dissimuler, v.1610 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  779. Et comment donc ? v.1613 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  780. Tiens, lis, voilà, ma fille, v.1613 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  781. Un billet qu'on me vient de rendre en ce moment. v.1614 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  782. Lis, te dis-je. Il vient apparemment v.1615 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  783. Madame, gardez-vous de vous trop engager, v.1618 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  784. Vous le devez envisager v.1619 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  785. Comme un ennemi de la famille entière. v.1620 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  786. Son but est d'enfermer son fils, v.1621 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  787. De mettre incessamment sa fille dans un Cloître, v.1622 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  788. Qu'il en coûte, du bien qu'il pourra vous connaître. v.1624 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  789. Vous saurez qui je suis, Madame, en temps et lieu. v.1629 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  790. Il est ma foi de bien méchantes gens. v.1632 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  791. Au contraire, vraiment. v.1633 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  792. Il ne m'a jamais bien parlé de ses enfants. v.1636 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  793. Pour la donation je manquerais de sens, v.1637 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  794. Si je n'en sentais pas toute la conséquence. v.1638 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  795. Et ce billet, Finette, est venu fort à temps. v.1640 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  796. Cet avis-là me vient de gens de probité. v.1642 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  797. Mais avant tout cela j'ai bien meilleur esprit, v.1644 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  798. En cent ans moi, je n'en aurais rien dit. v.1645 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  799. Tu sais bien la chose, Finette. v.1646 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  800. Oui. Ce billet contient un fidèle récit, v.1647 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  801. Que l'on vous l'ait imprudemment écrit. v.1649 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  802. Imprudemment ? Ce billet est fort sage. v.1650 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  803. Assurément. v.1654 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  804. Il le mérite bien. À compter d'aujourd'hui, v.1655 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  805. Vous ne prendrez jamais de confiance en lui ? v.1656 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  806. Si j'étais vous j'en userais, v.1658 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  807. Approfondir encor l'affaire davantage : v.1660 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  808. Par exemple, voilà votre nièce ; elle enrage, v.1661 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  809. Entre nous, d'aller au Couvent. v.1662 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  810. C'est un petit esprit qui tourne au moindre vent, v.1663 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  811. J'en ai ouï parler. v.1666 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  812. À chaque moment la menace ? v.1668 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  813. Fort bien, j'entends. De son dessein v.1669 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  814. Oh bien, je suis ferme en ce point, v.1671 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  815. Dans le Couvent ma nièce n'ira point. v.1672 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  816. Et vous la conduirez chez vous dans ce moment, v.1678 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  817. Où pendant quelques jours? v.1679 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  818. Très volontiers, vraiment, v.1679 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  819. Je ne perds pas le jugement. v.1681 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  820. Et par même moyen, Finette, on pourrait faire v.1682 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  821. Venir aussi chez moi cet autre Amant. v.1683 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  822. Hé bien, oui, justement. v.1685 (Acte 4, scène 4, FINETTE)
  823. Je veux en tout faire enrager mon frère. v.1686 (Acte 4, scène 4, MADAME ARGANTE)
  824. Mais es-tu bien déterminée, v.1688 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  825. Un désespoir, un mouvement jaloux ? v.1690 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  826. Pour le Couvent sens-tu que tu sois née ? v.1691 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  827. Quoi, c'est un ferme sentiment ? v.1692 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  828. Elle a pris tout le monde en haine. v.1694 (Acte 4, scène 5, FINETTE)
  829. Et sans retour, sans nul espoir de changement ? v.1695 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  830. Allez, vous faites bien ma nièce. v.1696 (Acte 4, scène 5, MADAME ARGANTE)
  831. Mes enfants n'ont pour moi pas la moindre tendresse. v.1698 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  832. Ils ont tort ; car au fond vous en avez pour eux. v.1699 (Acte 4, scène 5, MADAME ARGANTE)
  833. Ah, si j'en ai ! Je les adore. v.1700 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  834. Il en mourra. v.1702 (Acte 4, scène 5, MADAME ARGANTE)
  835. Ah ! Madame, Monsieur ne sent pas bien encore v.1703 (Acte 4, scène 5, FINETTE)
  836. J'ai proposé la chose, et vous serez contente. v.1706 (Acte 4, scène 5, FINETTE)
  837. Oui, j'ai pour vous, ma nièce, un Couvent tout trouvé, v.1707 (Acte 4, scène 5, MADAME ARGANTE)
  838. Dès aujourd'hui, ma soeur, elle y prétend aller. v.1710 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  839. Hé bien, dès aujourd'hui ; vous n'avez qu'à parler. v.1711 (Acte 4, scène 5, MADAME ARGANTE)
  840. On tâchera de vous en consoler. v.1713 (Acte 4, scène 5, MADAME ARGANTE)
  841. C'est une bonne enfant que j'aime, v.1714 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  842. Et quand je sens, ma soeur, approcher le moment? v.1715 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  843. Oui, vraiment. v.1716 (Acte 4, scène 5, MADAME ARGANTE)
  844. Je sens par tout le corps certain frissonnement, v.1718 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  845. Je n'en puis plus. v.1719 (Acte 4, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  846. Voilà Monsieur Harpin bien affligé, Finette ! v.1721 (Acte 4, scène 6, MERLIN)
  847. Va causer bien du trouble ici. v.1723 (Acte 4, scène 6, FINETTE)
  848. Au Couvent pour toujours elle veut s'aller mettre. v.1728 (Acte 4, scène 6, FINETTE)
  849. Je n'en crois rien, je ne suis pas si sot. v.1730 (Acte 4, scène 6, MERLIN)
  850. Ne me fais point penser à tout cela, Merlin. v.1732 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  851. Allons, suspendez-en tout au moins le dessein. v.1736 (Acte 4, scène 6, FINETTE)
  852. À la dissuader nous travaillons en vain, v.1737 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  853. Et mon trouble se renouvelle. v.1738 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  854. À vos douleurs, mon père, imposez le silence, v.1740 (Acte 4, scène 6, ANGÉLIQUE)
  855. Elles ébranlent ma constance. v.1741 (Acte 4, scène 6, ANG?LIQUE)
  856. Ne t'en étonne point, crois-moi, ma chère enfant. v.1742 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  857. Mon coeur avec regret contre elles se défend. v.1743 (Acte 4, scène 6, ANGÉLIQUE)
  858. Ah ! Ne te démens point, je succombe. Hé, de grâce ! v.1744 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  859. Je ne puis plus longtemps soutenir tout cela. v.1745 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  860. Ma chère soeur, emmenez-la ; v.1746 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  861. Venez me dire? v.1748 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  862. Et je reviendrai sur mes pas v.1749 (Acte 4, scène 6, MADAME ARGANTE)
  863. Cruel moment ! Quoi ! Faut-il la quitter ? v.1752 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  864. Mon enfant, que le Ciel te donne v.1755 (Acte 4, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  865. Je ne sais comme il faut l'entendre : v.1757 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  866. Mais enfin je vous jure moi, v.1758 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  867. Ce garçon-là, Monsieur, a le coeur tendre. v.1760 (Acte 4, scène 7, FINETTE)
  868. Ses enfants font toujours ce qu'ils veulent faire. v.1762 (Acte 4, scène 7, FINETTE)
  869. Oui, je ne les contrains en rien. v.1763 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  870. Vous êtes bien le meilleur père? v.1764 (Acte 4, scène 7, FINETTE)
  871. Moi-même, je ne puis m'en taire, v.1765 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  872. Je prenais son parti : mais il m'a fait faux bond. v.1769 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  873. Un débauché, l'on doit m'apprendre son histoire. v.1771 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  874. Comment ce n'est pas toi v.1772 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  875. Oh, non, Monsieur en conscience. v.1774 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  876. Vous n'êtes pas tous deux d'intelligence. v.1775 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  877. À de pareilles entreprises v.1777 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  878. Il ferait bien moins de sottises. v.1780 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  879. Pour m'en persuader il faut que tu me dises? v.1781 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  880. Premièrement? v.1783 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  881. Hé bien ? v.1783 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  882. En es-tu sûr ? v.1787 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  883. Se marier sans mon consentement ? v.1788 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  884. Et sans le mien, Monsieur ; c'est un dérèglement, v.1789 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  885. Menace, remontrance, avis, v.1791 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  886. Rien ne peut réformer sa perverse nature ; v.1792 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  887. Ce que j'en sais encor n'est que par conjecture. v.1795 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  888. Mais heureusement à leurs trousses j'ai mis v.1796 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  889. Dont ils ne prendront point d'ombrage. v.1798 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  890. Je ne prétends point qu'il se fasse. v.1802 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  891. Oh, vous prétendez mal, Monsieur, il se fera. v.1803 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  892. Je sais bien qui l'empêchera. v.1804 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  893. Rien de mieux qu'un hymen en secret contracté ? v.1810 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  894. Il est vrai, c'est bien dit. v.1811 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  895. Et je crois, moi, qu'on peut en toute sûreté v.1815 (Acte 4, scène 7, FINETTE)
  896. Nous irons ensemble en carrosse v.1819 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  897. Complimenter les nouveaux mariés. v.1820 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  898. Le compliment sera bizarre. v.1821 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  899. Oui, mon maître ? Que j'en rirai ! v.1823 (Acte 4, scène 7, MERLIN)
  900. Il faut en avertir ma belle-soeur, Finette. v.1824 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  901. Que bientôt, Dieu merci, nous ferons maison nette. v.1826 (Acte 4, scène 7, FINETTE)
  902. Et je prendrai pour guide et pour témoin, v.1829 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  903. Que je ferai tenir prêt, en cas de besoin. v.1831 (Acte 4, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  904. Par cette fausse confidence v.1832 (Acte 4, scène 8, FINETTE)
  905. Que prétends-tu ? v.1833 (Acte 4, scène 8, FINETTE)
  906. Je te le dirai. Viens. v.1833 (Acte 4, scène 8, MERLIN)
  907. Ne va pas nous jeter dans quelque impertinence. v.1834 (Acte 4, scène 8, FINETTE)
  908. Non, tu rendras bientôt justice à ma prudence, v.1835 (Acte 4, scène 8, MERLIN)
  909. Et mon projet n'est qu'un moyen v.1836 (Acte 4, scène 8, MERLIN)
  910. Pour hâter le succès du tien. v.1837 (Acte 4, scène 8, MERLIN)
  911. Vous faites en très brave père, v.1845 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR VILAIN)
  912. Qu'en pareil cas nous prenons d'ordinaire ; v.1850 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR VILAIN)
  913. J'en attends : mais en attendant v.1852 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  914. Vous pouvez informer toujours à la rencontre, v.1853 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  915. Imaginer quelque incident. v.1854 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  916. Comment, je n'entends pas? v.1855 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR VILAIN)
  917. À votre âge, ancien de quartier, v.1856 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  918. Les dépendances du métier ? v.1857 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  919. D'un nouveau débarqué vous avez l'innocence. v.1858 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  920. N'attendez rien de moi contre ma conscience. v.1859 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR VILAIN)
  921. Pour rendre de mon fils la conduite bien noire, v.1861 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  922. Quoi que vous écriviez, j'ai des gens qu'on peut croire, v.1866 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR HARPIN)
  923. Prenez bien garde. v.1869 (Acte 5, scène 1, MONSIEUR VILAIN)
  924. Monsieur, je viens vous rendre une triste visite : v.1872 (Acte 5, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  925. Non. Là-dessus ne soyez pas en peine : v.1876 (Acte 5, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  926. Nous payons ces Messieurs fort grassement aussi. v.1881 (Acte 5, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  927. Je voudrais bien, Monsieur, qu'il ne fût point ici. v.1882 (Acte 5, scène 2, MADAME BRICHONNE)
  928. Vous pouvez aisément écrire : v.1885 (Acte 5, scène 2, MONSIEUR HARPIN)
  929. De notre affaire, en guise de prélude? v.1887 (Acte 5, scène 2, MONSIEUR HARPIN)
  930. Je serai là-haut en effet v.1888 (Acte 5, scène 2, MONSIEUR VILAIN)
  931. Aussi bien que dans mon Étude. v.1889 (Acte 5, scène 2, MONSIEUR VILAIN)
  932. De ce que tu me viens si tristement apprendre. v.1891 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  933. Et moi, Monsieur, je viens vous le dire à regret : v.1892 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  934. Mais je vous aime trop pour pouvoir m'en défendre. v.1893 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  935. Bon. En rendras-tu témoignage ? v.1895 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  936. Vous devez en être certain : v.1897 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  937. M'apprend que contre lui vous avez du chagrin. v.1899 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  938. J'en crève. v.1900 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  939. Il ne faut pas l'augmenter davantage. v.1900 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  940. Il est dans un excès qui ne peut s'augmenter. v.1901 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  941. Oh, pour cela, Monsieur, vous êtes bien à plaindre ? v.1902 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  942. Je vais encor vous irriter. v.1904 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  943. Non, cela ne se peut, et tu n'as rien à craindre. v.1905 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  944. Enfin, vous le voulez? v.1906 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  945. Comment volés ? Le misérable ! v.1908 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  946. Deux ou trois jeunes gens là-dedans sont mêlés, v.1909 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  947. Je suis si mécontent de toute ma famille. v.1913 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  948. Déjà le Couvent par bonheur v.1914 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  949. En lieu plus déplaisant et plus sûr qu'une grille. v.1917 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  950. Qu'il a tenus tantôt en votre absence. v.1919 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  951. Mais voyez l'insolence ! v.1920 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  952. En soupçonne-t-il quelque chose ? v.1922 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  953. Il en faisait aussi l'amoureux. v.1925 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  954. Malgré qu'elle en ait eu, chez elle il l'a conduite/ v.1926 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  955. Bon, fort bien. v.1928 (Acte 5, scène 3, MONSIEUR HARPIN)
  956. Il a tenu des propos ennuyeux. v.1929 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  957. Enfin, il est sorti, je suis aussi sortie, v.1930 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  958. Et j'ai rencontré par hasard v.1931 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  959. Songez-y bien, Monsieur, l'affaire est d'importance. v.1934 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  960. Moi, je retourne avecque diligence v.1935 (Acte 5, scène 3, MADAME BRICHONNE)
  961. Et pour me mettre en droit d'enfermer le coquin, v.1940 (Acte 5, scène 4, MONSIEUR HARPIN)
  962. Merlin, Monsieur, vient de m'envoyer dire v.1942 (Acte 5, scène 5, FINETTE)
  963. Qu'il savait à peu près l'endroit v.1943 (Acte 5, scène 5, FINETTE)
  964. Fort bien. J'irai tantôt relancer la friponne. v.1946 (Acte 5, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  965. Qu'elle-même aujourd'hui viendrait peut-être ici. v.1948 (Acte 5, scène 5, FINETTE)
  966. Venir chez vous comme Climène. v.1952 (Acte 5, scène 5, FINETTE)
  967. Et Monsieur votre fils prétend qu'il est en droit v.1954 (Acte 5, scène 5, FINETTE)
  968. De faire à la maison venir aussi la sienne. v.1955 (Acte 5, scène 5, FINETTE)
  969. Hé bien, nous verrons ; qu'elle y vienne, v.1956 (Acte 5, scène 5, MONSIEUR HARPIN)
  970. S'il faut prendre parti, Monsieur, je suis du vôtre ; v.1958 (Acte 5, scène 5, FINETTE)
  971. Et lorsque je m'en veux mêler, v.1959 (Acte 5, scène 5, FINETTE)
  972. Enfin voilà l'affaire faite, v.1963 (Acte 5, scène 6, MADAME ARGANTE)
  973. Je viens d'exécuter votre commission. v.1964 (Acte 5, scène 6, MADAME ARGANTE)
  974. De voir ma fille au Couvent satisfaite, v.1969 (Acte 5, scène 6, MONSIEUR HARPIN)
  975. Tenez, voyons, Monsieur Harpin, de grâce, v.1972 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR VILAIN)
  976. Si ce projet vous conviendra. v.1973 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR VILAIN)
  977. On vous en instruira. v.1974 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  978. Fort bien. Vous avez mis? v.1976 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  979. À la tendresse paternelle v.1977 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR VILAIN)
  980. Que d'amitié cent fois vous avez recherché : v.1979 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR VILAIN)
  981. Toujours à quelque gueuse en secret attaché, v.1981 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR VILAIN)
  982. À présent je vois ce que vous faites, v.1985 (Acte 5, scène 7, MADAME ARGANTE)
  983. Ce sera fort bien fait de le morigéner. v.1987 (Acte 5, scène 7, MADAME ARGANTE)
  984. Dans le dérèglement puisqu'on voit qu'il persiste, v.1988 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  985. A la vertu par force il faut le ramener. v.1990 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  986. Vous ne croiriez jamais ce que je viens d'apprendre. v.1992 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  987. Qu'ailleurs qu'entre nous, il n'en soit point parlé. v.1993 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  988. Lorsque entre amis le coeur peut se répandre. v.1995 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  989. Oui, c'est bien dit. v.1996 (Acte 5, scène 7, MADAME ARGANTE)
  990. Le fait va vous surprendre : v.1996 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  991. Oui, lui-même, on me l'a fait entendre. v.1998 (Acte 5, scène 7, MONSIEUR HARPIN)
  992. Ceux qui l'ont dit sont gens à pendre, v.2000 (Acte 5, scène 7, MADAME ARGANTE)
  993. Voici Merlin qu'en hâte ici je vous amène v.2002 (Acte 5, scène 8, FINETTE)
  994. Qu'il vienne, v.2003 (Acte 5, scène 8, MONSIEUR HARPIN)
  995. Et sans m'être en chemin permis la moindre pause, v.2006 (Acte 5, scène 9, MERLIN)
  996. Fort bien. Mais avant toute chose, v.2007 (Acte 5, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  997. Il faut avoir certains ménagements? v.2010 (Acte 5, scène 9, MERLIN)
  998. C'est un vilain endroit, souffrez que je le cache. v.2011 (Acte 5, scène 9, MERLIN)
  999. Vous voyez bien? mais, dis, je veux qu'on sache v.2012 (Acte 5, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  1000. De mon fripon de fils tous les égarements. v.2013 (Acte 5, scène 9, MONSIEUR HARPIN)
  1001. Mais comme enfin le feu ne va point sans fumée? v.2019 (Acte 5, scène 9, MERLIN)
  1002. J'obéis à regret à vos commandements. v.2021 (Acte 5, scène 9, MERLIN)
  1003. Et le bourreau ne les a revendus v.2024 (Acte 5, scène 9, MERLIN)
  1004. Nous le nierions en vain, v.2026 (Acte 5, scène 9, MERLIN)
  1005. Vous en avez la preuve en main. v.2027 (Acte 5, scène 9, MERLIN)
  1006. Et mon maître s'apprête incessamment? v.2035 (Acte 5, scène 9, MERLIN)
  1007. Qu'on les fasse entrer. v.2037 (Acte 5, scène 10, MADAME ARGANTE)
  1008. Comment, pendard, dans ma maison v.2041 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  1009. Oses-tu bien venir avec cette effrontée v.2042 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  1010. Et je m'en souviendrai toujours, v.2047 (Acte 5, scène 11, CLITANDRE)
  1011. Non, Monsieur, je m'en suis trop hautement vantée, v.2055 (Acte 5, scène 11, CLIMÈNE)
  1012. Pour notre hymen donnez-nous votre voix, v.2059 (Acte 5, scène 11, CLITANDRE)
  1013. Mais vous n'aurez jamais un seul sou de mon bien. v.2065 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  1014. Le grand mal ! Ils auront le mien. v.2066 (Acte 5, scène 11, MADAME ARGANTE)
  1015. Rendez-nous seulement celui de feue leur mère, v.2067 (Acte 5, scène 11, MADAME ARGANTE)
  1016. Et nous ne vous demandons rien. v.2068 (Acte 5, scène 11, MADAME ARGANTE)
  1017. Nous allons voir comment tout ceci tournera. v.2070 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  1018. Malgré vous en tirer ma fille, v.2072 (Acte 5, scène 11, MONSIEUR HARPIN)
  1019. Vous n'irez pas bien loin, Monsieur, car la voilà. v.2075 (Acte 5, scène 11, FINETTE)
  1020. Comment donc ? Qu'est-ce encor ? Que veut dire cela ? v.2076 (Acte 5, scène 12, MONSIEUR HARPIN)
  1021. À suivre aveuglément vos lois. v.2079 (Acte 5, scène 12, ANGÉLIQUE)
  1022. Entre Monsieur et le Couvent, mon père, v.2080 (Acte 5, scène 12, ANG?LIQUE)
  1023. De sa haine, Monsieur, enfin, j'ai triomphé. v.2083 (Acte 5, scène 12, VALÈRE)
  1024. Monsieur Harpin, c'est vous qu'il faut faire enfermer. v.2088 (Acte 5, scène 12, MONSIEUR VILAIN)
  1025. Grâces au Ciel, mes enfants, l'injuste traitement v.2090 (Acte 5, scène 23, MADAME ARGANTE)
  1026. Tombe sur lui très justement. v.2092 (Acte 5, scène 23, MADAME ARGANTE)
  1027. Profitez de sa honte, et de son châtiment. v.2094 (Acte 5, scène 23, FINETTE)
  1028. Doit commencer par vivre sagement. v.2096 (Acte 5, scène 23, FINETTE)

LA FEMME D'INTRIGUES. (1692)

  1. On m'a dit à l'auberge qu'elle avait envoyé me chercher. (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  2. Les grands génies ne se mettent pas à tous les jours. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  3. Écoute, ne pense pas rire, tout homme qui travaille pour Madame Thibaut, ne doit pas être un sot. (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  4. On vous en fera voir de tous les échantillons. (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  5. On vous y fournira des femmes de toutes tailles, de tous âges ; et si vous plaidez, vous y trouverez des Solliciteuses depuis une pistole jusqu'à trente : voilà ce qu'on appelle une bonne boutique ; il n'y a point ici de nenni. (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  6. Bien des affaires, ma foi. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  7. Contre un homme qui aura un jour plus de vingt-cinq mille livres de rentes. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  8. Gentilhomme ? (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  9. Il est Gascon : en vient-il d'autres de ce pays-là ? (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  10. Le Gascon et le Normand sont dans le monde, ce que le Singe et le Renard sont dans la fable. (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  11. Je te dis, moi, qu'il donne tête baissée tout au travers de la noce, et que Madame Thibaut lui paraît un parti de douze mille livres de rente, et cela en attendant encore une succession de vingt mille écus. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  12. L'affaire change bien de face. (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  13. Il ne sait point qu'elle a demeuré au Marais, et il y a si peu qu'elle loge en ce quartier-ci, que personne ne s'est encore aperçu de la ruse que je vais t'apprendre. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  14. Par la petite porte, elle est ce qu'elle a coutume d'être, elle se mêle d'intrigues, fait des mariages, prête sur gages ; et par la porte cochère, elle est veuve d'un Conseiller de Bretagne, qui depuis quelques jours est venue s'établir à Paris. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  15. Comme on lui donne à vendre des nippes de toutes parts, la magnificence des meubles, la richesse des pierreries, et l'abondance de vaisselle d'argent que le Capitaine voit dans ce logis, lui font paraître ma maîtresse un des meilleurs partis de la Robe. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  16. Comment t'a-t-elle connue ? (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  17. Par aventure. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  18. Ne connaissons-nous pas tout le monde par aventure, nous autres ? (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  19. Mais encore, que veut-elle de mon petit ministère ? (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  20. Non, vraiment ! (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  21. On m'a dit simplement qu'elle voulait me parler. (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  22. Comment diantre ! (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  23. Va vite te la faire rendre, et revient sur tes pas ; on pourrait la décacheter, et l'on y verrait trop le caractère de ma maîtresse, et le tien. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  24. Ne perds point de temps en réflexions, et songe à réparer la faute qu'elle a faite. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  25. Je ferai diligence, ne te mets pas en peine. (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  26. Fort bien. (Acte 1, scène 2, LA BRIE)
  27. Monsieur de la Brie est un trésor pour Madame Thibaut, et Madame Thibaut est un petit Pérou pour Monsieur de la Brie, et je ne sais comment ils pourraient se passer l'un de l'autre. (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  28. La voici qui revient de la ville, quel équipage pour une femme qui couche en joue un parti de cent mille écus ! (Acte 1, scène 2, GABRILLON)
  29. Je n'en puis plus, donne-moi une chaise. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  30. Vous voilà toute en eau. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  31. Prends garde à ce coulant, mets cette montre sur ma table, et surtout aie soin que ce collier ne s'égare point. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  32. C'est bien à vendre des hardes, ma foi, que vous gagnez le plus. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  33. Ton cousin, Monsieur de la Brie, est-il venu ? (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  34. Oui, Madame, il s'en est retourné même. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  35. Il s'en est retourné ! (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  36. Y a-t-il un moment à perdre ? (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  37. Cléante revient aujourd'hui de Versailles. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  38. Quelques mesures que je prenne pour paraître à ses yeux ce que je ne suis pas, avec le temps tout se sait, et si je ne l'oblige pas à m'épouser avant qu'il soit deux jours, peut-être ne l'épouserai-je jamais. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  39. Mon cousin va revenir, ne vous emportez pas. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  40. Monsieur de la Brie devient furieusement libertin. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  41. A-t-on écrit les gens qui sont venus me demander ? (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  42. Monsieur l'Abbé Castoret, qui a envoyé deux fois. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  43. L'Abbé Castoret, puisqu'il est tant de vos amis, dites-lui que le Prieur Coffard n'est pas dans la volonté de le mettre en possession de rien, qu'aux conditions qu'il sait. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  44. Ce Major de milice est-il venu ? (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  45. Oui, qui peste comme un beau diable de voir que rien n'avance. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  46. Est-ce ma faute, si le Commis de qui dépend son affaire a révoqué sa maîtresse ? (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  47. Qu'il prenne des mesures d'ailleurs : car pour moi je n'avais que ce canal-là. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  48. Comment mettez-vous là ? (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  49. Dame, je ne sais pas son nom : c'est ce grand homme tout déguenillé, à qui vous avez promis un emploi dans les Gabelles. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  50. Qui, ce jeune fou qui a joué et mangé tout son bien ? (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  51. Justement. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  52. Hé, a-t-il dit qu'il reviendrait ? (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  53. Hé bien, dites-lui qu'il n'y a rien à faire pour des Commissions qu'à l'autre bail, à moins qu'il n'épouse cette fille dont je lui ai parlé : encore faut-il que dès le lendemain des noces, il la laisse à Paris, pendant qu'il ira faire sa Commission au fond du Périgord. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  54. Bon, comme s'il ne voudra pas l'emmener ? (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  55. Oh, je lui conseille d'avoir des volontés, Messieurs les Fermiers lui donneront des femmes pour les emmener ! (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  56. Il n'a qu'à s'y attendre. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  57. Il dit qu'il a trouvé l'invention de faire un fard à l'épreuve de tous les temps, des couleurs qui une fois appliquées sur un teint, durent autant que la peau : en un mot, il se vante d'avoir trouvé le secret de farder un visage à fresque. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  58. Oh, oh, celui-là va avoir bien de la pratique. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  59. Vraiment il n'y saurait suffire à l'heure que je vous parle. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  60. Il a sept ou huit douzaines de visage à rendre avant qu'il soit la fin de la semaine. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  61. Vous devriez bien écrire sa demeure. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  62. Oh, que je m'en souviendrai bien ; c'est quelque part vers cette rue saint Martin : rien n'est plus facile que de le trouver ; il n'y a qu'à demander le Peintre sur cuir, ou la Manufacture des visages. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  63. À propos de la rue saint Martin, vous êtes-vous souvenue d'aller à ce Messager de Rouen, savoir si ce quartier de veau de rivière, ce muid de cidre, ces pots de noix confites, et ces deux témoins sont arrivés. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  64. Il n'y a encore que les témoins de venus. (Acte 1, scène 3, GABRILLON)
  65. Je ne vois point ici que ce Maître à danser, ni ce Maître de musique soient venus ? (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  66. Va vite serrer toutes ces hardes pendant que je lui parlerai. (Acte 1, scène 3, MADAME THIBAUT)
  67. Hé bien, avez-vous été chez cette petite personne ? (Acte 1, scène 4, MADAME THIBAUT)
  68. Notre Financier attend la réponse avec impatience. (Acte 1, scène 4, MADAME THIBAUT)
  69. Vous n'avez donc pas dit à la mère que c'était vous qui montriez à cette Marquise de leur voisinage, qui à cinquante ans, danse le menuet aussi proprement qu'une fille de quinze ? (Acte 1, scène 4, MADAME THIBAUT)
  70. Pardonnez-moi, vraiment. (Acte 1, scène 4, LE MAÎTRE À DANSER)
  71. Oui, mais tout cela ne sert à rien. (Acte 1, scène 4, LE MAÎTRE À DANSER)
  72. La raison est qu'ils ne veulent donner qu'un louis par mois. (Acte 1, scène 4, LE MAÎTRE À DANSER)
  73. Quoi regarder à un louis quand il s'agit d'en gagner trente ! (Acte 1, scène 4, MADAME THIBAUT)
  74. Avec cette belle conduite-là, je veux vous voir bientôt réduit à vendre le cheval que je vous ai fait donner par le Milord pour avoir... Ne me faites pas parler (Acte 1, scène 4, MADAME THIBAUT)
  75. Ne me faites pas parler vous-même ; et comptez, quoi qu'il puisse arriver, que je ne montrerai jamais pour une pistole, ce serait le moyen de me décrier. (Acte 1, scène 4, LE MAÎTRE À DANSER)
  76. Vraiment, mon petit ami, vous faites bien le renchéri depuis que je vous ai donné les moyens de vous faire un des Syndics de la danse. (Acte 1, scène 4, MADAME THIBAUT)
  77. Ma foi, Madame, dans toutes les affaires que nous avons faites ensemble, vous avez gagné plus que moi, et je n'ai point rendu de billet dont vous ne vous soyez fait payer le port. (Acte 1, scène 4, LE MAÎTRE À DANSER)
  78. Voilà encore une veste et une cravate, que vous n'auriez jamais eues sans moi. (Acte 1, scène 4, MADAME THIBAUT)
  79. Oui, fort bien, vous me payez de vieilles nippes qui vous restent, et vous gardez l'argent comptant. (Acte 1, scène 4, LE MAÎTRE À DANSER)
  80. Vous voilà tous deux en colère ? (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À CHANTER)
  81. J'ai bien sujet d'y être ; et si la musique est aussi déraisonnable que la danse, je n'aurai qu'à pendre l'intrigue au croc. (Acte 1, scène 5, MADAME THIBAUT)
  82. Comment donc ? (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À CHANTER)
  83. N'aurait-il su prendre le temps que son écolière était seule ? (Acte 1, scène 5, LE MA?TRE ? CHANTER)
  84. Un père serait-il survenu, un rival, un mari ?... (Acte 1, scène 5, LE MA?TRE ? CHANTER)
  85. Expliquez-vous donc si vous voulez ; à gens de notre profession, il ne peut guères arriver de pire accident, que je sache. (Acte 1, scène 5, LE MA?TRE ? CHANTER)
  86. Si l'on voulait vous contraindre à montrer à chanter pour la moitié moins que vous n'avez coutume de prendre, de bonne foi le feriez-vous ? (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À DANSER)
  87. Dans toutes les affaires dont je lui ai donné la conduite, je voudrais bien savoir s'il s'est tenu à une pistole. (Acte 1, scène 5, MADAME THIBAUT)
  88. Il n'a jamais fait de marché, seulement. (Acte 1, scène 5, MADAME THIBAUT)
  89. Est-ce avec les écoliers qu'on en fait ? (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À DANSER)
  90. C'est avec ceux qui nous les donnent. (Acte 1, scène 5, LE MA?TRE ? DANSER)
  91. Ils ont tous deux résolu de me faire enrager, je pense. (Acte 1, scène 5, MADAME THIBAUT)
  92. Je suis ravi de n'être pas seul de mon sentiment. (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À DANSER)
  93. Non, ce n'est point l'argent qui m'arrête. (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À CHANTER)
  94. Elle ne veut apprendre que des airs de l'Opéra. (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À CHANTER)
  95. Je vous baise les mains : je fais de la musique, c'est mon métier ; et tous les Commandeurs du monde ne me feraient pas montrer à de petites filles qui ne veulent point apprendre de mes airs, et les trouver plus beaux que ceux de l'Opéra même. (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À CHANTER)
  96. Voilà un étrange entêtement ! (Acte 1, scène 5, MADAME THIBAUT)
  97. Et moi, je verrais crever tous les Financiers du Royaume, plutôt que d'apprendre à danser à leurs Maîtresses pour une pistole. (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À CHANTER)
  98. Je trouve qu'il est de fort bon sens, moi. (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À CHANTER)
  99. Diantre soit des impertinents ; mais, finissons. (Acte 1, scène 5, MADAME THIBAUT)
  100. Pour qui me prenez-vous ? (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À DANSER)
  101. Hé, je vous connais, vous ne seriez pas le premier du métier, qui ayant ordre de faire un présent à une Dame, aurait en homme habile partagé le différend par la moitié. (Acte 1, scène 5, MADAME THIBAUT)
  102. Vous êtes en colère, serviteur. (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À DANSER)
  103. Je n'ai plus rien à vous que ce petit enfant sans père, dont la mère est morte il y a quinze jours. (Acte 1, scène 5, LE MAÎTRE À CHANTER)
  104. La nourrice doit le rapporter, vous trouverez bon que je vous l'envoie. (Acte 1, scène 5, LE MA?TRE ? CHANTER)
  105. Sans les travers qu'ont ces gens-là, quelle fortune ne pourraient-ils point faire ! (Acte 1, scène 5, MADAME THIBAUT)
  106. Hé bien, Monsieur de la Brie, vous savez les services dont j'ai besoin ? (Acte 1, scène 6, MADAME THIBAUT)
  107. Hé, que vous en semble ? (Acte 1, scène 6, MADAME THIBAUT)
  108. Cela est bon, cela réussira, nous en viendront à bout. (Acte 1, scène 6, LA BRIE)
  109. Il y a cent pistoles à gagner. (Acte 1, scène 6, MADAME THIBAUT)
  110. Cent pistoles ! (Acte 1, scène 6, LA BRIE)
  111. Si nous n'avions qu'un Bourgeois à duper, ce ne serait pas une grosse affaire : j'en entreprendrai, moi qui vous parle, à dix pistoles pièce, tant que vous voudrez ; mais, lorsqu'il s'agit de tromper un Capitaine, c'est une besogne diablement vétilleuse. (Acte 1, scène 6, LA BRIE)
  112. Combien voudriez-vous donc, Monsieur de la Brie ? (Acte 1, scène 6, MADAME THIBAUT)
  113. Vous-même je vous en fais juge. (Acte 1, scène 6, LA BRIE)
  114. Tenez, le seul personnage de Notaire, si je ne le faisais pas moi-même, me reviendrait à moi, sans les buvettes, à plus de cent pistoles. (Acte 1, scène 6, LA BRIE)
  115. Malepeste, on ne vient pas à bout des gens de cette profession à si bon marché que vous le croiriez bien. (Acte 1, scène 6, LA BRIE)
  116. Vous serez content de moi, Monsieur de la Brie. (Acte 1, scène 6, MADAME THIBAUT)
  117. Il y a quinze jours, Madame, que j'épie l'occasion de pouvoir vous entretenir en particulier, ce que je n'ai pu trouver jusqu'aujourd'hui. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  118. Vous prenez encore bien mal votre temps, Madame. (Acte 1, scène 7, MADAME THIBAUT)
  119. Cela vous surprend ! (Acte 1, scène 7, DORISE)
  120. Je vous avoue, Madame, qu'avant que d'avoir eu l'honneur de vous voir, je n'avais point encore ouï dire qu'il y eût de beaux esprits à brevets. (Acte 1, scène 7, MADAME THIBAUT)
  121. Oh, si vous le prenez là, c'est notre vrai ballot que les ouvrages de langues. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  122. Oh, il faudrait donc du moins se garder de leur donner des jetons ; car, au lieu de travailler au Dictionnaire, elles joueraient à l'hombre ou à la Bassette. (Acte 1, scène 7, MADAME THIBAUT)
  123. S'il est besoin de faire preuve de beau génie, grâces au Ciel, il court dans le monde des Sonnets et des Madrigaux de ma façon, qui ont fait dire à plus d'un connaisseur, qu'en matière de Poésie je ne pouvais manquer d'être bel esprit à la première promotion. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  124. Pour la Prose, c'est en quoi j'excelle. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  125. Je travaille à mettre en beau langage le Code, le Protocole des Notaires, et le Praticien Français. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  126. Par mon moyen, on parlera dorénavant au Palais comme on parle à la Cour. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  127. Fort bien. (Acte 1, scène 7, MADAME THIBAUT)
  128. Les exploits, les ajournements personnels, les décrets et les sentences de mort, seront écrits de ce petit style gai, coupé, enjoué et fleuri, dont on écrit les historiettes et les Romans. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  129. Il n'y aura point de bel esprit qui ne veuille avoir vingt Procès, et l'on plaidera moins à l'avenir par nécessité, que par galanterie. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  130. Croiriez-vous bien, Madame, que je ne me suis fait séparer de corps et de bien d'avec mon pénultième mari, que parce qu'il m'étourdissait tous les jours de quelques barbarisme du Palais. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  131. Vous avez donc été marié bien des fois ? (Acte 1, scène 7, MADAME THIBAUT)
  132. J'en suis à ma cinquième édition. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  133. Oh, que vous n'en demeurerez pas là : belle et jeune comme vous êtes, pour peu que votre mari soit vieux, vous serez bientôt réimprimée. (Acte 1, scène 7, MADAME THIBAUT)
  134. Vous qui connaissez tant de gens, faites, je vous prie, qu'on glisse dans le monde quelques mots en faveur de mes ouvrages, pour me procurer la place que je souhaite. (Acte 1, scène 7, DORISE)
  135. Fort bien. (Acte 1, scène 7, MADAME THIBAUT)
  136. Mais apparemment, Cléante ne peut pas tarder à venir ; allons changer d'habit, et donner ordre à ce qu'il faut, pour le recevoir en veuve de qualité. (Acte 1, scène 7, MADAME THIBAUT)
  137. Présentement que nous sommes seuls, viens, que je t'embrasse mon pauvre Jolicoeur. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  138. La Ramée, Sergent dans la Compagnie de Cléante ? (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  139. Oh, je n'en doute pas. (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  140. Mais enfin, que fais-tu à Paris, aurais-tu déserté ? (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  141. Lorsque je t'ai vu, je mourais de peur que ne m'allasses donner du la Ramée devant mes gens ; c'est pourquoi, je t'ai promptement entraîné ici. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  142. Combien y a-t-il de gens à Paris, qui, comme toi, ont un bon équipage, et qui seraient bien fâchés qu'on les appelât par leur premier nom ? (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  143. Comment donc ! (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  144. J'en épouse la maîtresse. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  145. La trouves-tu passablement logée ? (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  146. Comment diable ! (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  147. Ce n'est qu'une salle à breland pour les laquais : la maîtresse de ce logis est une femme de qualité, veuve d'un Conseiller de Bretagne, qui a amassé des biens considérables, et qui, de crainte de dépenser un sou, s'est laissé mourir de faim. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  148. Je veux par ma magnificence immortaliser à jamais cette humeur sobre et laborieuse, dont il était doué. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  149. Hé comment as-tu fait cette connaissance ? (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  150. Ma foi, mon pauvre Jolicoeur, j'ai tenté fortune. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  151. Prévenu que pour prendre une femme, un carrosse est un merveilleux trébuchet, j'ai donné dans l'équipage, et je me suis jeté dans le grand monde. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  152. Après quelques aventures, mon bonheur m'a conduit ici, et il ne s'est peut-être pas encore vu un plus beau coup de sympathie. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  153. Crois-tu qu'à la première conversation, la Dame me trouvant de l'esprit, elle se sentie toute émue de tendresse pour moi ; et moi la voyant riche et toute brillante de pierreries, je me trouvai pour elle tout de flamme. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  154. Mais de ton équipage, qui en fait la dépense ? (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  155. T'aurait-il envoyé en recrue ? (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  156. Combien t'a-t-il donné ? (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  157. Combien en as-tu déjà dépensé pour toi ? (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  158. Près de sept cent pistoles. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  159. Sur six cent pistoles, en dépenser sept cents, voilà une belle économie. (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  160. Cela te surprend ? (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  161. Et tu verras que rien n'est plus facile quand tu sauras la chose. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  162. Premièrement, je dois faire douze soldats, je n'en ferai point. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  163. Je devais payer pour lui quatre cents pistoles à son Drapier, je n'en ferai encore rien. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  164. J'ai ordre de lui faire faire deux habits par son Tailleur, de les payer comptant ; je les prends à crédit, et je m'en sers. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  165. Je n'ai pas toujours été soldat, et tel que tu me vois, j'ai fait rouler pendant cinq ou six ans un fort bon carrosse à Paris. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  166. Je t'ai vu un temps que tu n'en avais pas de fort beaux restes. (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  167. Les gens qui ne vivent que par machines sont sujets à ces sortes de revers. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  168. Mon adresse et mon savoir-faire m'avaient mis dans le monde dans une assez belle situation : mais mon bonheur m'y fit des jaloux, on me suscita des affaires, je m'enrôlai pour me garantir des brutalités de la Justice. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  169. Parle bas, quelqu'un vient. (Acte 2, scène 1, JOLICOEUR)
  170. Fais-toi mener chez moi par un de mes laquais. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  171. Je veux prendre de tes conseils pour m'assurer cette fortune. (Acte 2, scène 1, LA RAMEE)
  172. Vous êtes ici, Cléante, et je n'en suis pas avertie. (Acte 2, scène 2, MADAME THIBAUT)
  173. Je donnais des ordres à un de mes Sergents, et regardais la beauté de votre salle. (Acte 2, scène 2, LA RAMEE)
  174. Je n'ai encore rien vu de mieux entendu, de plus riche, ni de plus superbe que votre appartement. (Acte 2, scène 2, LA RAMEE)
  175. En faut-il tant pour une veuve ? (Acte 2, scène 2, MADAME THIBAUT)
  176. Oh, dites-lui qu'il vienne une autre fois. (Acte 2, scène 2, MADAME THIBAUT)
  177. Bon, le voilà qui entre. (Acte 2, scène 2, GABRILLON)
  178. Hé Monsieur, vous prenez bien mal votre temps. (Acte 2, scène 3, MADAME THIBAUT)
  179. Quel temps faut-il donc prendre, Madame ? (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  180. Ou vous êtes en compagnie, ou vous êtes en affaires. (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  181. Croiriez-vous bien, Monsieur, que cet homme-là donne cinquante mille écus à ses enfants ? (Acte 2, scène 3, MADAME THIBAUT)
  182. Tout ce que je veux, Madame, cela était bon autrefois ; mais aujourd'hui pour épargner les frais d'un Contrat, la plupart des gens se marient sous seing privé. (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  183. Çà commencerons-nous, Madame ? (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  184. Nous aurons fait dans un moment. (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  185. Monsieur voudra bien... (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  186. Il n'y a que quatre baux, cinq quittances, et deux Contrats de constitution : en voulez-vous le lecture ? (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  187. Le Ciel m'en préserve ! (Acte 2, scène 3, MADAME THIBAUT)
  188. Nous ferons mention dans le Contrat de l'emploi des deniers. (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  189. Cela est bon, mon Clerc est venu vous le dire. (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  190. J'ai changé de sentiment. (Acte 2, scène 3, MADAME THIBAUT)
  191. On me doit faire un remplacement de douze mille francs, je veux placer le tout ensemble. (Acte 2, scène 3, MADAME THIBAUT)
  192. Ce sont trente deux mille livres ; j'ai des gens en main qui s'en accommoderont. (Acte 2, scène 3, LA RAMEE)
  193. J'ai votre fait aussi, Madame, et notre pis aller sera de les prêter pour un nouvel établissement d'Opéra. (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  194. Autrefois qu'ils ne donnaient qu'une pièce en tout un an, je ne l'aurais pas conseiller : et fi ! (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  195. Ils ne gagnaient pas de l'eau. (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  196. Mais présentement qu'ils en donnent tous les mois, quand vous seriez ma soeur, je ne pourrais en conscience vous indiquer une meilleure hypothèque. (Acte 2, scène 3, LA BRIE)
  197. Il faut savoir qui fait la musique, premièrement, et que quelque riche négociant mette son nom et son paraphe au bas du Contrat de constitution. (Acte 2, scène 3, LA RAMEE)
  198. Nous parlerons de cela quand on m'aura envoyé mon argent : mais aujourd'hui que faut-il faire pour me débarrasser de vous ? (Acte 2, scène 3, MADAME THIBAUT)
  199. Au moins voulez-vous bien me permettre... (Acte 2, scène 3, MADAME THIBAUT)
  200. Entrez dans ma chambre : je vous rejoins dans un moment. (Acte 2, scène 3, MADAME THIBAUT)
  201. Qu'on vous revoie donc bientôt, je vous prie. (Acte 2, scène 3, MADAME THIBAUT)
  202. Je suis plus pressé de conclure qu'elle ne pense. (Acte 2, scène 3, LA RAMEE)
  203. Laissez-moi faire, tout ira bien. (Acte 2, scène 4, LA BRIE)
  204. Assurément. (Acte 2, scène 4, MADAME THIBAUT)
  205. Comment ! (Acte 2, scène 5, MADAME THIBAUT)
  206. Va lui dire qu'il n'est pas à vendre : ne vois-tu pas qu'il me fait honneur, et que Cléante le prend pour être à moi ? (Acte 2, scène 5, MADAME THIBAUT)
  207. Écoute si cette Maîtresse des Comptes à qui il appartient venait ici, ne va pas lui dire qu'on le marchande ? (Acte 2, scène 5, MADAME THIBAUT)
  208. Mais ce jeune Officier qui a déjà les chevaux, et qui n'attend plus qu'après l'argent du carrosse pour achever son équipage, s'accommodera-t-il de cela ? (Acte 2, scène 5, GABRILLON)
  209. Qu'il s'en accommode s'il veut. (Acte 2, scène 5, MADAME THIBAUT)
  210. Ne voudrais-tu pas que j'allasse préférer ses intérêts aux miens ? (Acte 2, scène 5, MADAME THIBAUT)
  211. Va, va, te dis-je... Mais que me voudrait ce Gentilhomme ? (Acte 2, scène 5, MADAME THIBAUT)
  212. Ce me serait bien de l'honneur. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  213. Et à moi bien du profit. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  214. Comment, diable ! (Acte 2, scène 6, ANG?LIQUE)
  215. On dit que la fortune et vous, vous êtes les deux doigts de la main, qu'elle vous met à même des emplois, et que vous rendrez heureux qui bon vous semble ? (Acte 2, scène 6, ANG?LIQUE)
  216. Je ne ferai jamais tant de bien, que je souhaiterais d'en faire. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  217. Il ne tiendra qu'à vous que je n'en fasse l'épreuve. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  218. Vous voyez un jeune homme tout frais sorti de l'Académie, qui cherche à entrer dans le monde : mais qui aimerais mieux n'y mettre jamais le pied, que de n'y pas entrer par une belle porte. (Acte 2, scène 6, ANG?LIQUE)
  219. Il y en a plusieurs : il ne s'agit là-dessus que de consulter votre inclination. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  220. Regardez-moi bien, ai-je l'air d'un écolier en Droit ? (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  221. D'épée, morbleu, d'épée s'il en fut jamais ; on a toujours porté les armes dans ma famille. (Acte 2, scène 6, ANG?LIQUE)
  222. Si c'est dans le service que vous souhaitez d'entrer, je ne puis rien pour vous. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  223. Vous ne pouvez rien faire pour moi ? (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  224. Les emplois de la guerre ne sortent pas de ma boutique. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  225. J'en suis fâchée, quoiqu'au fond c'est bien dommage qu'un joli homme comme vous aille à l'armée. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  226. Croyez-moi, mon beau Gentilhomme, ne méprisez point mes conseils ; il y a tant de femmes qui ne s'appliquent uniquement qu'à réparer dans une jeunesse indigente le tort que lui fait la fortune : tâchez de vous associer avec quelque riche veuve. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  227. Quand un équipage est en désordre, il vaut mieux, pour le remettre, avoir recours à sa femme qu'à l'usurier. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  228. Prendre une femme ! (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  229. Hé, qu'en ferais-je ? (Acte 2, scène 6, ANG?LIQUE)
  230. Ce que tous les autres jeunes gens qui épousent des femmes déjà surannées en font, leurs Intendantes et leurs Fermières. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  231. Si le parti vous accommode, elle vous mettra à la tête de vingt-cinq mille livres de rente. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  232. Une femme de vingt-cinq mille livres de rente, le joli poste pour un jeune homme, si cela n'obligeait point à résidence ! (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  233. Qu'appelez-vous résidence ? (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  234. On passe six mois à l'armée, de là l'on revient à Paris. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  235. Madame y est-elle, on va à la Cour : vient-elle à la Cour, on retourne à Paris ; de manière qu'en tout un an, un mari n'aura pas donné quarante jours à sa femme. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  236. Est-il, à le bien prendre, une plus douce condition ? (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  237. Où trouverez-vous encore un métier dont le travail de six semaines suffise pour vous défrayer de toute l'année ? (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  238. Ne comptez-vous cela pour rien ? (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  239. Ouais, vous êtes donc bien libertin ? (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  240. Chacun a son faible, et celui-là n'est pas le mien. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  241. Je les verrais toutes, si elles étaient toutes faites comme toi. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  242. Hé, Monsieur, vous n'y pensez pas. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  243. Une affaire bien plus sérieuse me met en campagne. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  244. Cela ne m'a point encore paru. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  245. Si j'ai dit des folies, et que je ne me sois pas d'abord fait connaître à toi, ce n'était que pour faire l'épreuve de mon déguisement ; s'il a pu te tromper, il pourra bien en tromper d'autres. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  246. Je le veux croire ; mais pourtant ce déguisement. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  247. Je ne l'ai pris que pour m'introduire dans une maison où mon perfide de Chevalier donne des rendez-vous à ma rivale. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  248. Il me dit tous les jours qu'il ne la voit point ; et sous prétexte d'aller jouer, ils se trouvent ensemble dans le logis en question. (Acte 2, scène 6, ANG?LIQUE)
  249. J'y vais ce soir à la faveur de cet habit : je les observerai de près, j'étudierai jusqu'à leurs moindres gestes ; et si le coeur m'en dit, je les frotterai tous deux comme tous les diables. (Acte 2, scène 6, ANG?LIQUE)
  250. Oui, je te jure ; mon dessein n'est que de décrier ma rivale par une aventure d'éclat. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  251. Le Chevalier ne vous le pardonnera jamais, et voilà le vrai moyen de rompre tout à fait avec lui. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  252. Mais... Tes discours sont inutiles, je ne suis point ici pour prendre de tes conseils, j'y viens pour te demander de l'argent. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  253. De l'argent à moi ! (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  254. Oui, mon enfant. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  255. À moins que de jouer dans la maison de rendez-vous, on y fait mauvaise figure, et je prétends la faire bonne. (Acte 2, scène 6, ANG?LIQUE)
  256. Vous allez y briller, je vous en réponds. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  257. Voilà un diamant de cent pistoles, prête-m'en cinquante, je te prie, je t'en paierai bien l'intérêt. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  258. Vous vous moquez ; je crois : il y a heureusement cinquante pistoles dans ma bourse. (Acte 2, scène 6, MADAME THIBAUT)
  259. Quand je devrais les perdre, je ferai beau bruit pour mon argent, et tu entendras parler de moi. (Acte 2, scène 6, ANGÉLIQUE)
  260. J'attendais que ce jeune Monsieur fût sorti, pour vous dire que cette Nourrice est là-bas, qui fait un vacarme enragé, et qui veut à toute force que nous reprenions cet enfant. (Acte 2, scène 7, GABRILLON)
  261. Et pourquoi la laisser entrer ? (Acte 2, scène 7, MADAME THIBAUT)
  262. Tant de gens vont et viennent... (Acte 2, scène 7, GABRILLON)
  263. Viens, viens, suis-moi. (Acte 2, scène 7, MADAME THIBAUT)
  264. Madame la Nourrice n'a qu'à se bien tenir, elle trouvera à qui parler. (Acte 2, scène 7, MADAME THIBAUT)
  265. Ma foi, Madame, il n'est rien tel que de faire du bruit, et d'avoir bonne tête. (Acte 3, scène 1, GABRILLON)
  266. La pauvre Nourrice, étourdie de vos discours, et intimidée de vos menaces, reporte l'enfant au Maître de Musique, et je crois que nous en sommes tout à fait débarrassées. (Acte 3, scène 1, GABRILLON)
  267. Je ne sais : le Maître de Musique est un mutin qui me fera peut-être assigner pour le reprendre : mais au pis-aller, j'ai des amis, et je me tirerai bien d'affaire. (Acte 3, scène 1, MADAME THIBAUT)
  268. Vraiment, vous tenez toute la Justice dans votre manche ; et voilà un nouvel appui que vous allez avoir au Palais. (Acte 3, scène 1, GABRILLON)
  269. Ce fou d'Éraste, qui pour se raccommoder avec sa famille, a quitté l'épée pour la robe, et d'Officier, s'est fait apprentif Magistrat ? (Acte 3, scène 1, MADAME THIBAUT)
  270. Il deviendra comme les autres. (Acte 3, scène 1, GABRILLON)
  271. Oh, diantre, Madame, il va vivre désormais en honnête homme, son laquais dit qu'il se va marier. (Acte 3, scène 1, GABRILLON)
  272. Apparemment. (Acte 3, scène 1, GABRILLON)
  273. Il faut aller chez cette Marquise, qui mourut dernièrement ; savoir quand on fera son inventaire. (Acte 3, scène 1, MADAME THIBAUT)
  274. Il n'y aura point de toilette à cet inventaire, Madame, et je ne crois pas qu'on fasse d'inventaire, même. (Acte 3, scène 1, GABRILLON)
  275. Cette Marquise a tout donné pendant sa vie. (Acte 3, scène 1, GABRILLON)
  276. Il faut entendre là-dessus ses héritiers, ils ne délabrent pas mal sa réputation. (Acte 3, scène 1, GABRILLON)
  277. Ce sont de bons impertinents, de la vouloir noircir : une femme qui ne s'est occupée pendant tout le cours de sa vie, qu'à fonder des carrosses à perpétuité à de jeunes gens de naissance, que la nécessité mettait hors d'état d'en avoir. (Acte 3, scène 1, MADAME THIBAUT)
  278. Quelque bien que l'on puisse faire aux uns, on est presque toujours blâmé par les autres. (Acte 3, scène 1, MADAME THIBAUT)
  279. Je vous consacre tous les moments de ma vie, Madame ; et si les affaires du Régiment m'empêchaient d'être tout à vous, je me casse moi-même, et je remets ma Compagnie. (Acte 3, scène 2, LA RAMEE)
  280. Je passe à Paris des demi Étés incognito Je joins l'armée le jour d'une action ; cela fini, je reviens triomphant mettre à vos pieds toute ma gloire, et vous sacrifier ma fortune. (Acte 3, scène 2, LA RAMEE)
  281. Je ne crains rien tant que votre éloignement. (Acte 3, scène 2, MADAME THIBAUT)
  282. Ma Princesse, que je suis heureux si ma présence... (Acte 3, scène 2, LA RAMEE)
  283. Ne vous avais-je pas dit de ne laisser entrer personne ? (Acte 3, scène 2, MADAME THIBAUT)
  284. C'est pourtant bien vous qu'il demande. (Acte 3, scène 2, GABRILLON)
  285. C'est un de vos laquais qu'il a trouvé à votre logis, qui l'a amené ici. (Acte 3, scène 2, GABRILLON)
  286. Tenez, le voilà. (Acte 3, scène 2, GABRILLON)
  287. Que viens-tu m'annoncer, mon pauvre diable ? (Acte 3, scène 3, LA RAMEE)
  288. Apprends-moi vite... (Acte 3, scène 3, LA RAMEE)
  289. De Bourdeaux à Paris en deux jours ! (Acte 3, scène 3, CHAMPAGNE)
  290. Le diable, tout diable qu'il est, n'a jamais fait une telle diligence. (Acte 3, scène 3, CHAMPAGNE)
  291. Hé bien, mon père est-il blessé, est-il mort ? (Acte 3, scène 3, LA RAMEE)
  292. Rien de tout cela. (Acte 3, scène 3, CHAMPAGNE)
  293. Il n'entre point de mortalité dans mon message ; au contraire, je suis un porteur de nouvelles toutes tissues d'allégresse ; c'est pour votre mariage qu'on m'envoie. (Acte 3, scène 3, CHAMPAGNE)
  294. Comment donc vos affaires avec Madame ? (Acte 3, scène 3, CHAMPAGNE)
  295. Vous alliez donc prendre une femme jusqu'à nouvel ordre ? (Acte 3, scène 3, CHAMPAGNE)
  296. Insolent, voudrais-tu bien te taire ? (Acte 3, scène 3, LA RAMEE)
  297. Et vous, voudriez-vous bien venir vous botter ? (Acte 3, scène 3, CHAMPAGNE)
  298. Les jours sont courts pour un homme qu'on attend à souper à cent cinquante lieues d'ici, il n'y a pas un moment à perdre. (Acte 3, scène 3, CHAMPAGNE)
  299. Il faut n'avoir ni faim ni soif pour n'entendre pas cela. (Acte 3, scène 3, CHAMPAGNE)
  300. Tenez, voyons si vous comprenez mieux les choses par écrit. (Acte 3, scène 3, CHAMPAGNE)
  301. J'en suis plus en peine que lui. (Acte 3, scène 3, MADAME THIBAUT)
  302. Mon Fils, je ne saurais vous donner de plus fortes preuves de mon amitié, qu'en vous donnant Ismène pour épouse. (Acte 3, scène 3, LA RAMEE)
  303. Qu'entends-je ? (Acte 3, scène 3, MADAME THIBAUT)
  304. J'espère qu'après que vous l'aurez vue, vous avouerez comme moi que les cent mille livres qu'elle vous apporte en mariage, sont moins à estimer que sa beauté. (Acte 3, scène 3, LA RAMEE)
  305. Prenez la poste dès qu'on vous aura rendu ma lettre, et comptez que quelque diligence que vous fassiez, vous aurez peine à satisfaire l'impatience de ceux qui vous attendent. (Acte 3, scène 3, LA RAMEE)
  306. Hé bien, Cléante, qu'allez-vous faire ? (Acte 3, scène 3, MADAME THIBAUT)
  307. Renvoyer cet homme à mon père, Madame, lui promettre tout, et revenir sur mes pas ; me mettre, si vous voulez, hors d'état de faire ce qu'on veut de moi. (Acte 3, scène 3, LA RAMEE)
  308. C'en est fait, Gabrillon, toutes nos précautions vont peut-être devenir inutiles. (Acte 3, scène 4, MADAME THIBAUT)
  309. Si j'avais su cela, je me serais bien gardée de le faire entrer. (Acte 3, scène 4, GABRILLON)
  310. Est-ce que tu ne trouves pas que j'aie bon air en manteau. (Acte 3, scène 5, ÉRASTE)
  311. Je n'y renonce pas tout à fait, et je le reprendrai quelquefois. (Acte 3, scène 5, ÉRASTE)
  312. Je veux les vendre ou les troquer. (Acte 3, scène 5, ÉRASTE)
  313. J'ai besoin d'une belle toilette, et je prétends que mes écharpes m'indemnisent de cette dépense. (Acte 3, scène 5, ?RASTE)
  314. Vous vous sentez déjà des mauvaises impressions de l'habit bourgeois. (Acte 3, scène 5, MADAME THIBAUT)
  315. Vous devenez ménager. (Acte 3, scène 5, MADAME THIBAUT)
  316. Je m'en avise un peu tard, ma pauvre Madame Thibaut, et ma foi, ce n'est qu'à mon corps défendant ; mais, j'ai fait tant de dépenses, que sans le bien de ma vieille tante, je me trouverais aujourd'hui fort embarrassé. (Acte 3, scène 5, ÉRASTE)
  317. C'est elle qui vous marie, apparemment ? (Acte 3, scène 5, MADAME THIBAUT)
  318. Mais, je vous trouve bien hardi de prendre une femme sans me consulter ? (Acte 3, scène 5, MADAME THIBAUT)
  319. Sans ma Tante, je n'en aurais pris une que de ta main. (Acte 3, scène 5, ÉRASTE)
  320. Pour vos écharpes, j'en attends réponse ; je les ai envoyées chez une Provinciale qui s'en accommodera, je pense. (Acte 3, scène 5, MADAME THIBAUT)
  321. Je ne sais quelle inclination elle a pour ces sortes de nippes ; mais elle achète plus d'écharpes et de noeuds d'épée, que de coiffes et d'éventails. (Acte 3, scène 5, MADAME THIBAUT)
  322. Madame, voilà ces deux écharpes qu'on renvoie, Madame_la_Baronne n'en achète plus. (Acte 3, scène 5, GABRILLON)
  323. Nous ne lui vendrons donc plus que de la batiste ? (Acte 3, scène 5, MADAME THIBAUT)
  324. Comment ferons-nous pour la toilette ? (Acte 3, scène 5, ÉRASTE)
  325. Si nous trouvions moyen d'en faire une de ces deux écharpes : déploie un peu cela, Gabrillon. (Acte 3, scène 5, MADAME THIBAUT)
  326. Comment ? (Acte 3, scène 5, ÉRASTE)
  327. Attendez, j'ai là-dedans une étoffe d'or qui vient parfaitement avec ce point d'Espagne ; je vais la chercher. (Acte 3, scène 5, MADAME THIBAUT)
  328. Madame est une femme qui s'entend à tout. (Acte 3, scène 5, GABRILLON)
  329. Elle a des talents admirables. (Acte 3, scène 5, ÉRASTE)
  330. Vous le savez par expérience. (Acte 3, scène 5, GABRILLON)
  331. Que vient-elle faire ici. (Acte 3, scène 6, ÉRASTE)
  332. Voici un endroit propre pour me cacher, je ne tarderai pas à en être éclairci. (Acte 3, scène 6, ?RASTE)
  333. Tu te moques de moi, ma bonne ; si elle n-y est pas, elle reviendra, et nous avons tout le loisir de l'attendre. (Acte 3, scène 7, ARAMINTE)
  334. Puisque vous voulez attendre, je vais le dire à la Maîtresse. (Acte 3, scène 7, GABRILLON)
  335. Nous ne la tiendrons guères : dis-lui seulement qu'une Dame lui veut parler. (Acte 3, scène 7, ARAMINTE)
  336. Si je vous avais cru, Chevalier, il m'aurait fallu attendre seule, et vous seriez demeuré dans le carrosse. (Acte 3, scène 7, ARAMINTE)
  337. Ces sortes de femmes connaissent toute la terre : sait-on ce qui peut arriver ? (Acte 3, scène 7, LE CHEVALIER)
  338. Chevalier, que peut-il m'arriver de plus fâcheux, que de n'être pas avec vous autant de temps que j'en ai l'occasion ? (Acte 3, scène 7, ARAMINTE)
  339. On m'a dit, ma bonne, que tu savais quelquefois des carrosses à vendre. (Acte 3, scène 8, ARAMINTE)
  340. Justement : en sauriez-vous un ? (Acte 3, scène 8, LE CHEVALIER)
  341. Si vous n'en étiez pas si pressé, je connais un jeune homme qui s'est brouillé depuis peu avec la femme d'un Banquier : s'ils ne se raccommodent pas ; son carrosse sera bien votre fait. (Acte 3, scène 8, MADAME THIBAUT)
  342. Que tient-elle là ? (Acte 3, scène 8, ARAMINTE)
  343. Elle est belle, vraiment ; cela servira bien à m'acquitter de la discrétion que vous me gagnâtes hier, Chevalier. (Acte 3, scène 8, ARAMINTE)
  344. Je ne prétends pas cela, Madame. (Acte 3, scène 8, LE CHEVALIER)
  345. Et moi je le prétends : elle est à vendre apparemment ? (Acte 3, scène 8, ARAMINTE)
  346. Non, je n'y consentirai jamais. (Acte 3, scène 8, LE CHEVALIER)
  347. Je le veux, vous dis-je, ne me la donneras-tu pas bien pour quinze pistoles ? (Acte 3, scène 8, ARAMINTE)
  348. Madame, l'écharpe est à moi, vous en donnerez ce qu'il vous plaira. (Acte 3, scène 8, ÉRASTE)
  349. Je crois, Dieu me pardonne, que c'est la veuve qui a si bien vécu avec son premier mari. (Acte 3, scène 8, MADAME THIBAUT)
  350. Je ne comprends rien à tout ceci, Madame. (Acte 3, scène 8, LE CHEVALIER)
  351. Chevalier, il y a pour en mourir. (Acte 3, scène 8, ARAMINTE)
  352. Je n'en puis plus. (Acte 3, scène 8, ARAMINTE)
  353. Passez dans ma chambre, Madame, pour vous reposer un moment. (Acte 3, scène 8, MADAME THIBAUT)
  354. Bonjour, la belle enfant, pourrait-on dire un mot à votre maîtresse. (Acte 3, scène 9, LE MARQUIS)
  355. Quand je devrais l'attendre jusqu'à minuit. (Acte 3, scène 9, LE MARQUIS)
  356. Vous attendrez tant qu'il vous plaira, vous êtes le maître. (Acte 3, scène 9, GABRILLON)
  357. Voilà une fille qui me parle bien cavalièrement. (Acte 3, scène 9, LE MARQUIS)
  358. Ah, mon enfant ! (Acte 3, scène 10, LE MARQUIS)
  359. C'est toi qui m'as mené cette nuit au bal, je pense ; pourquoi n'es-tu pas venu me reprendre ? (Acte 3, scène 10, LE MARQUIS)
  360. Ces deux grosses femmes que vous me dites de voiturer m'ont fait courir jusqu'à dix heures du matin, et encore ne m'ont-elles rien baillé pour boire. (Acte 3, scène 10, LE COCHER)
  361. Je ne lui demande rien. (Acte 3, scène 10, LE COCHER)
  362. Et où as-tu remené ces Dames ? (Acte 3, scène 10, LE MARQUIS)
  363. Il y a comme çà des espèces de Dames qu'on ne remène jamais jusques chez elles, et je menons plus celles-là que des autres. (Acte 3, scène 10, LE COCHER)
  364. Bon, de l'honneur, qu'en ons-je affaire, pourvu que je trouvions notre compte ? (Acte 3, scène 10, LE COCHER)
  365. Que tu sens le vin. (Acte 3, scène 10, LE MARQUIS)
  366. C'est que j'en ai bu. (Acte 3, scène 10, LE COCHER)
  367. N'as-tu point de honte ; au lieu de t'enivrer, ne vaudrait-il pas mieux t'acheter un habit ? (Acte 3, scène 10, LE MARQUIS)
  368. Cela ne dépend pas de moi. (Acte 3, scène 10, LE COCHER)
  369. Comment donc ? (Acte 3, scène 10, LE MARQUIS)
  370. Q'un honnête homme, pour m'engager au secret, me donne quelque argent, ne dit-il pas : Tiens, mon enfant, voilà pour boire ? (Acte 3, scène 10, LE COCHER)
  371. Hé bien ? (Acte 3, scène 10, LE MARQUIS)
  372. Je ne puis pas en conscience aller contre l'intention du fondateur, il faut que je boive d'obligation. (Acte 3, scène 10, LE COCHER)
  373. Grand merci, Monsieur, grand bien vous fasse. (Acte 3, scène 10, LE COCHER)
  374. Tes gens attendent là-bas après toi, on te cherche dans tous les cabarets de la rue. (Acte 3, scène 11, GABRILLON)
  375. Je vais m'y rendre, afin qu'on m'y trouve. (Acte 3, scène 11, LE COCHER)
  376. Ma maîtresse va venir tout à l'heure, Monsieur. (Acte 3, scène 11, GABRILLON)
  377. Qu'elle tarde tant qu'il lui plaira ; tiens-moi seulement compagnie, je l'attendrai sans impatience. (Acte 3, scène 11, LE MARQUIS)
  378. Ce Cocher même m'a réjoui, et ta conversation vaut bien la sienne. (Acte 3, scène 11, LE MARQUIS)
  379. Mais encore ? (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  380. Je viens vous prier... je vois qu'il faut franchir le mot, de m'aider à faire une sottise. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  381. Vous me faites bien de l'honneur. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  382. Quatre Marquis de mes amis, que vous avez ennocés, m'ont mis en goût d'en faire autant. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  383. Je vous entends, vous voudriez une douairière, peut-être ? (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  384. Souvent on a pour rien ce qu'un autre a payé bien cher. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  385. Les gens de ma qualité se voient partout. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  386. En avez-vous remarqué la beauté ? (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  387. Il n'est rien de mieux entendu. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  388. Je donne toujours dans le beau : j'ai des chevaux, morbleu, qui tourneraient sur la pointe d'une épée, un Cocher qui a du poitrail, et pour le moins une once et demi de barbe ; pour moi, j'ai toujours aimé cela. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  389. Un Cocher qui remplit bien son siège, et qui a tous ses crins, donne un merveilleux relief à la surface d'un équipage. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  390. Hé, mais, j'ai deux grisons, un coureur et quatre autres laquais : ce ne sont pas des géants à la vérité ; mais de larges bassets qui ne meublent pas trop mal le derrière d'un carrosse : pour le dedans, c'est moi qui l'occupe. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  391. Je me sais si je suis d'une tournure à faire dire que le poisson dément la coquille. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  392. Bien loin de cela, vous m'avez tout l'air de bien jouer le premier rôle d'un équipage. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  393. Il n'y a pas encore vingt-quatre heures qu'elle était boîte à mouche. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  394. Je l'ai prise ce matin sur la toilette d'une Duchesse, avec qui je suis en pourparler de faveurs. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  395. Elle est magnifique, vraiment. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  396. Mais, çà voyons, puisqu'il s'agit de vous marier, peut-on savoir, Monsieur_le_Marquis, à combien peut monter votre revenu ? (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  397. Si mon Intendant était là ; car nous autres gens de qualité, nous ne nous piquons guères de savoir ce que nous avons de bien, cela est trop bourgeois. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  398. Mais encore à peu près ? (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  399. Mais, il me reste du côté de ma mère assez considérablement de bien ; mais comme mon père m'a laissé encore plus considérablement de dettes, je ne vous ferai le détail que de mon revenu le plus liquide. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  400. C'est bien dit. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  401. Premièrement il n'y a point d'année, quelque mauvaise qu'elle soit, que je ne touche sept à huit cents pistoles par les mains de Gautier, cela en étoffes : mais qu'est-ce que cela fait ; ne faut-il pas s'habiller ? (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  402. De la Picarde, cela peut monter aux environs de deux mille écus, sept mille francs, tantôt plus, tantôt moins. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  403. En toiles et en dentelles ? (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  404. Bien loin de cela. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  405. Croiriez-vous qu'à Jame et à Bequet, tant en chevaux de selle que de carrosse... (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  406. C'est-à-dire, Monsieur_le_Marquis, que tout votre revenu est en fonds de crédit. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  407. Je songe à vous bien assortir. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  408. Vous êtes un petit maître, et il y a bien de petites maîtresses en ce pays-ci. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  409. Si je vous allais donner une femme, dont le revenu fût comme le vôtre tout en étoffes, la cuisine serait bien mal fondée. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  410. Je connais une certaine veuve de marchand de marée, qui a plus de quatre cent bonnes mille livres, si vous vouliez vous en accommodez ? (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  411. Quatre cent mille livres ! (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  412. Je prends garde à l'argent, et non pas aux années. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  413. Je la trouve jeune, et si quelque chose me chagrine, c'est qu'elle n'en ait pas quatre-vingt ; quand la peut-on voir ? (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  414. Je vais tout à l'heure envoyer chez elle. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  415. Passez ici demain, je vous rendrai réponse. (Acte 3, scène 12, MADAME THIBAUT)
  416. Si je deviens marchand de marée, tu peux compter sur trois cents pistoles. (Acte 3, scène 12, LE MARQUIS)
  417. Si j'étais bien sûre de Cléante, je prendrais le parti d'y renoncer ; mais dans l'incertitude de pouvoir réussir dans mes affaires, il est toujours bon de continuer à me mêler de celles de tout le monde. (Acte 3, scène 13, MADAME THIBAUT)
  418. C'est vous, Monsieur, je vous trouve bien hardi de m'avoir renvoyé cette Nourrice, et de revenir encore chez moi ? (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  419. Écoutez, ne me faites pas prendre mon sérieux là-dessus, je vous prie, j'ai des amis qui... (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  420. La Nourrice est contente, et je vous réponds que vous n'en entendrez plus parler. (Acte 4, scène 1, LE MAÎTRE À CHANTER)
  421. Je suis bien aise de vous voir raisonnable. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  422. Je le suis devenu de plus d'une manière, et je sens tout le tort que j'avais de me vouloir brouiller avec vous. (Acte 4, scène 1, LE MAÎTRE À CHANTER)
  423. Cela n'est rien, puisque vous revenez de bonne foi. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  424. Vous prenez le bon parti. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  425. Ils se sont mis à la raison, enfin. (Acte 4, scène 1, LE MAÎTRE À CHANTER)
  426. Elle apprendra de vos airs préférablement à ceux de l'Opéra. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  427. Monsieur le commandeur est entré dans ce goût-là, et je dois lui faire entendre ici dès aujourd'hui un petit concert de ma composition, qui, à ce que je me persuade, achèvera de le déterminer. (Acte 4, scène 1, LE MAÎTRE À CHANTER)
  428. Vous voulez bien nous prêter votre logis ? (Acte 4, scène 1, LE MA?TRE ? CHANTER)
  429. Vous savez bien que je suis toute au service de Monsieur le Commandeur. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  430. J'ai si fort compté là-dessus, que j'ai déjà donné ordre qu'on apportât tous les instruments de musique dont nous aurons besoin. (Acte 4, scène 1, LE MAÎTRE À CHANTER)
  431. Vous avez fort bien fait. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  432. J'en suis persuadée. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  433. Je veux que vous en entendiez par avance un petit échantillon. (Acte 4, scène 1, LE MAÎTRE À CHANTER)
  434. Parbleu, vous l'entendrez en faveur de notre raccommodement. (Acte 4, scène 1, LE MAÎTRE À CHANTER)
  435. Une Vigne fertile enchante tout le monde. v.4 (Acte 4, scène 1, LE MAÎTRE À CHANTER)
  436. L'abondance plaît en tous lieux. v.5 (Acte 4, scène 1, LE MA?TRE ? CHANTER)
  437. Mais, il n'est rien de plus fâcheux v.6 (Acte 4, scène 1, LE MA?TRE ? CHANTER)
  438. Hé bien, ce petit couplet, que vous en semble ? (Acte 4, scène 1, LE MA?TRE ? CHANTER)
  439. Il est fort joli, vraiment. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  440. Vous le savez ; qui ne peut mais de la fécondité, en a souvent tout l'embarras. (Acte 4, scène 1, LE MAÎTRE À CHANTER)
  441. C'est ce jeune Officier pour cette vaisselle d'argent. (Acte 4, scène 3, GABRILLON)
  442. Si Cléante venait par hasard, fais-le monter dans ma chambre par cet escalier dérobé. (Acte 4, scène 3, MADAME THIBAUT)
  443. Ne vous mettez pas en peine. (Acte 4, scène 3, GABRILLON)
  444. Vous m'envoyez de la vaisselle avec ordre de ne la vendre qu'à lui, sans m'avertir de ce qu'il faut dire. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  445. Mon père va venir, ma chère Madame Thibaut. (Acte 4, scène 1, LÉANDRE)
  446. Nous étions ensemble, il a rencontré son Procureur à ta porte, il cause avec lui dans son carrosse. (Acte 4, scène 1, L?ANDRE)
  447. Apprenez-moi donc vite ce que c'est que cette vaisselle, d'où elle vient, sur quel pied il faut la lui vendre, et ce que vous voulez que je fasse de l'argent ? (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  448. Je m'en vais t'en instruire en deux mots. (Acte 4, scène 1, LÉANDRE)
  449. Cette vaisselle est celle de ma mère : tu sais bien que mon père et elle se sont volontairement séparés, parce que ma mère n'est pas bonne, et que mon père s'est ennuyé d'être trop bon. (Acte 4, scène 1, L?ANDRE)
  450. Mais tu ne sais pas que depuis la séparation, ma mère a pris le temps que mon père était à la campagne, pour faire enlever de chez lui pour sept à huit cents pistoles de vieille vaisselle, que depuis trois jours elle a troquée pour de la neuve. (Acte 4, scène 1, LÉANDRE)
  451. Moi, qui suis aussi séparé de mon père et de ma mère : car il y a terriblement de séparations dans notre famille. (Acte 4, scène 1, LÉANDRE)
  452. Cela n'en est quelquefois pas plus mal. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  453. Je n'en suis pas fâché, je te l'avoue. (Acte 4, scène 1, LÉANDRE)
  454. Dépêchez-vous donc de venir au fait. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  455. Irrité de l'injustice de ma mère, comme je suis de profession à savoir ce que c'est que le droit de représailles, j'ai pris le temps que la bonne Dame était au bal, j'ai enlevé la vaisselle neuve, je l'ai fait apporter ici. (Acte 4, scène 1, LÉANDRE)
  456. Mon père en veut acheter, tu vas la lui vendre, et par ce moyen il l'aura à bon marché. (Acte 4, scène 1, L?ANDRE)
  457. La conscience de ma mère ne sera plus chargée de rien, et j'aurai de l'argent pour faire ma Compagnie. (Acte 4, scène 1, L?ANDRE)
  458. Mais si l'affaire vient à être sue, à quoi m'exposez-vous ? (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  459. Je prends tout sur moi, ne te mets pas en peine. (Acte 4, scène 1, LÉANDRE)
  460. Il a sur lui trois cents pistoles, qu'il faut toujours prendre à bon compte. (Acte 4, scène 1, L?ANDRE)
  461. Laissez-moi faire, vous pouvez compter ces trois cents pistoles dans votre poche. (Acte 4, scène 1, MADAME THIBAUT)
  462. Il en entrera quelques-unes dans la tienne. (Acte 4, scène 1, LÉANDRE)
  463. Hé bien, Monsieur le Capitaine, est-ce Madame qui me doit faire si bon marché ? (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  464. Que vous avez-là un honnête Gentilhomme de fils, mon cher Monsieur ! (Acte 4, scène 5, MADAME THIBAUT)
  465. Je lui suis vraiment bien obligée de me faire l'honneur de vous amener chez moi. (Acte 4, scène 5, MADAME THIBAUT)
  466. D'où vient votre connaissance, Madame ? (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  467. Je connais tout ce qu'il y a d'honnêtes gens, Monsieur. (Acte 4, scène 5, MADAME THIBAUT)
  468. C'est un compère qui me dépense bien de l'argent : il est Capitaine de Dragons, et il vit comme un Colonel. (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  469. Je ne viens que pour cela, voyons. (Acte 4, scène 5, DORANTE)
  470. Demeure-là, toi, et amuse Cléante en cas qu'il vienne. (Acte 4, scène 5, MADAME THIBAUT)
  471. Ma pauvre Gabrillon, ne sais-tu point ce qu'est devenu ce petit Dragon que tu as donné à Madame ? (Acte 4, scène 6, LISETTE)
  472. Non, vraiment : mais c'est mon neveu. (Acte 4, scène 6, GABRILLON)
  473. Il a jasé mal à propos ; on lui a voulu donner le fouet, il s'en est enfui. (Acte 4, scène 6, LISETTE)
  474. S'il vient ici, je le ramènerai par les oreilles. (Acte 4, scène 6, GABRILLON)
  475. Mais à propos, il y a longtemps qu'on n'a fait de présents à ta maîtresse ; car il y a pour le moins quinze jours que nous ne t'avons vue. (Acte 4, scène 6, GABRILLON)
  476. En voici un de fraîche date ? (Acte 4, scène 6, LISETTE)
  477. Tu n'as qu'à dire les intentions de ta maîtresse. (Acte 4, scène 6, GABRILLON)
  478. Elle doit venir tantôt ici avec son mari : elle lui a fait croire que vous aviez un très beau bureau à vendre. (Acte 4, scène 6, LISETTE)
  479. Hé bien, que faudra-t-il faire ? (Acte 4, scène 6, GABRILLON)
  480. Hé, mais comme de coutume, montrer ces dentelles, dire qu'elles sont de hasard. (Acte 4, scène 6, LISETTE)
  481. Lui viennent-elles du même Marchand dont elle a eu ces beaux habits, ce collier, ces bijoux, et cent autres choses dont nous avons fait si bon marché à son mari ? (Acte 4, scène 6, GABRILLON)
  482. Oh, vraiment non. (Acte 4, scène 6, LISETTE)
  483. Si l'on ne prenait que chez un Marchand, on serait souvent mal assortie. (Acte 4, scène 6, LISETTE)
  484. À combien les faudra-t-il laisser ? (Acte 4, scène 6, GABRILLON)
  485. Pour huit ou dix pistoles : car vois-tu, pour obliger Monsieur à les prendre... (Acte 4, scène 6, LISETTE)
  486. Qu'il est heureux de trouver de ces hardes-là pour entretenir sa femme à si bon compte ! (Acte 4, scène 6, GABRILLON)
  487. Il faut assurément qu'il soit né coiffé. (Acte 4, scène 6, GABRILLON)
  488. Des dentelles de l'un, des bijoux de l'autre : comme la dépense se partage ! (Acte 4, scène 6, GABRILLON)
  489. Voici justement ton petit neveu. (Acte 4, scène 6, LISETTE)
  490. Ah, ah, petit coquin, que venez-vous faire ici ? (Acte 4, scène 7, GABRILLON)
  491. D'où vient que vous pleurez ? (Acte 4, scène 7, GABRILLON)
  492. À qui en a-t-il donc ? (Acte 4, scène 7, GABRILLON)
  493. Hé bien, ne voilà-t-il pas ? (Acte 4, scène 7, LE PETIT DRAGON)
  494. Elle vous a déjà fait accroire que c'est moi qui ai dit à Monsieur, que Madame se faisait descendre tous les jours de carrosse dans la cour neuve du Palais, et puis qu'elle allait trouver Monsieur le Chevalier, qui l'attendait vis-à-vis saint Barthélemy dans un Fiacre. (Acte 4, scène 7, LE PETIT DRAGON)
  495. Entendez-vous ce petit coquin ? (Acte 4, scène 7, LISETTE)
  496. Hé bien, cela est vrai. (Acte 4, scène 7, LE PETIT DRAGON)
  497. Ce sera fort bien fait de vous étriller un peu, pour vous apprendre à causer une autre fois. (Acte 4, scène 7, LISETTE)
  498. Hin, il s'en repentira. (Acte 4, scène 7, LE PETIT DRAGON)
  499. Et moi il me prend envie pour vous apprendre à parler, de vous donner le fouet ici avant que de vous remener. (Acte 4, scène 7, GABRILLON)
  500. Je me soucie bien où, pourvu que ce soit avec une femme qui n'ait qu'un mari. (Acte 4, scène 7, LE PETIT DRAGON)
  501. Paix, petit coquin, Allons qu'on s'en retourne tout à l'heure, et qu'on ne me le fasse pas dire deux fois. (Acte 4, scène 7, GABRILLON)
  502. Hé bien ne voilà-t-il pas encore qui va pleurer ? (Acte 4, scène 7, GABRILLON)
  503. Hé bien, qu'est-ce que cela fait ? (Acte 4, scène 7, LE PETIT DRAGON)
  504. Il faut obéir à Madame, et ne faire rien de tout ce que Monsieur vous commande. (Acte 4, scène 7, GABRILLON)
  505. Oui-da, cela est bien aisé à dire, vraiment. (Acte 4, scène 7, LE PETIT DRAGON)
  506. Le moyen de ne pas l'avoir ? (Acte 4, scène 7, LE PETIT DRAGON)
  507. Ma pauvre Lisette, remène-le, je te prie, il nous tiendrait ici jusqu'à demain. (Acte 4, scène 7, GABRILLON)
  508. Vous y viendrez. (Acte 4, scène 7, LISETTE)
  509. Hé bien, si vous m'y menez de force, j'irai ; mais vous verrai si je ne dis pas à Madame que toutes les fois que Picard entre dans votre chambre, vous ne m'envoyez pas quelque part. (Acte 4, scène 7, LE PETIT DRAGON)
  510. J'aurai le fouet, mais je vous ferai bien enrager. (Acte 4, scène 7, LE PETIT DRAGON)
  511. Je reviendrai peut-être tantôt avec Madame. (Acte 4, scène 7, LISETTE)
  512. Quelle imprudence à des femmes de se faire servir par des enfants, avec leurs petits dragons ! (Acte 4, scène 8, GABRILLON)
  513. Je m'étonne que la mode en ait tant duré ? (Acte 4, scène 8, GABRILLON)
  514. Elle paraît bien effarée. (Acte 4, scène 8, GABRILLON)
  515. Tenez le voilà qui sort. (Acte 4, scène 9, GABRILLON)
  516. J'ai fait arrêter le mien. (Acte 4, scène 9, MÉLINDE)
  517. Hé bien, qu'y a-t-il ? (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  518. Hé bien, mon fils, Madame, qu'a-t-il fait ? (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  519. Il vous l'a volée, et me l'a vendue. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  520. Oui, Madame, j'ai la vôtre neuve, et vous m'avez pris ma vieille ; et mon coquin de fils a mon argent sans doute, car je ne le vois plus. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  521. Le voilà qui descend les montées quatre à quatre. (Acte 4, scène 9, GABRILLON)
  522. Je ne sais à qui il en a. (Acte 4, scène 9, GABRILLON)
  523. On s'entend ici avec lui pour me fourber : Mais je te ferai pendre, et ta maîtresse aussi, sur ma parole. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  524. Je m'en vais l'avertir de vos bonnes intentions, Monsieur. (Acte 4, scène 9, GABRILLON)
  525. Fort bien. (Acte 4, scène 9, MÉLINDE)
  526. Votre fils m'a volée, et vous vous prenez encore à moi de son dérèglement. (Acte 4, scène 9, M?LINDE)
  527. Oui, Madame, vous en êtes cause. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  528. Serait-il à la peine de vous voler, si nous étions ensemble, comme nous devrions être ? (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  529. Mais le père d'un côté, la mère de l'autre ; vous me volez ma vaisselle, il vous prend la vôtre, il ne pêche que par exemple. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  530. Revenez avec moi, c'est le seul moyen de le mettre dans son devoir. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  531. Je sais les moyens de vous y forcer quand il me plaira. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  532. De concert avec mes parents, vous voulez me contraindre à retourner avec vous, ou à choisir un Couvent. (Acte 4, scène 9, MÉLINDE)
  533. Assurément. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  534. Et quel parti croyez-vous que je prendrai, Monsieur ? (Acte 4, scène 9, MÉLINDE)
  535. Celui du Couvent : votre bizarrerie et vos travers ne me permettent pas d'en douter. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  536. Comment, vous reviendrez avec moi ? (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  537. Oui, avec vous, avec vous ; mais, pour vous faire enrager plus que jamais. (Acte 4, scène 9, MÉLINDE)
  538. Je crierai nuit et jour, je chasserai vos valets, j'engagerai vos meubles, je déchirerai vos papiers, je mettrai le feu dans votre logis, et peut-être je ferai pis encore. (Acte 4, scène 9, M?LINDE)
  539. Le Ciel m'en préserve ; demeurons plutôt comme nous sommes. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  540. Non, Monsieur, j'y retournerai si vous ne me rendez ma vaisselle. (Acte 4, scène 9, MÉLINDE)
  541. Et la mienne, qui me la rendra ? (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  542. Ne vous en avisez pas, j'aime mieux vous renvoyer la vaisselle. (Acte 4, scène 9, DORANTE)
  543. Vous ferez bien : n'y manquez pas, ou vous m'aurez bientôt à vos trousses. (Acte 4, scène 9, MÉLINDE)
  544. M'en voilà pour mes trois cents pistoles. (Acte 4, scène 10, DORANTE)
  545. La voici avec un homme d'épée ; de peur de quelque inconvénient, allons faire mes plaintes chez un Commissaire. (Acte 4, scène 10, DORANTE)
  546. Est-il bien vrai que vous me sacrifiez ainsi votre fortune ? (Acte 4, scène 11, MADAME THIBAUT)
  547. Tout ce que je crains, c'est que quelques parents de conséquence que j'ai malheureusement à la Cour, ne cherchent à traverser la passion que j'ai pour vous. (Acte 4, scène 11, LA RAMEE)
  548. Ce coquin de valet de chambre de mon père est un vieux domestique, espèce de Pédagogue, il m'a menacé d'un oncle, dont je redoute la conversation : Je suis amoureux, mais je suis timide. (Acte 4, scène 11, LA RAMEE)
  549. Je veux tout ce que vous voulez ; mais ne vous repentirez-vous point de ce que vous faites pour moi ? (Acte 4, scène 11, MADAME THIBAUT)
  550. M'en repentir ? (Acte 4, scène 11, LA RAMEE)
  551. Si vous me connaissiez, Madame, je me donne au diable, vous n'auriez pas cette pensée. (Acte 4, scène 11, LA RAMEE)
  552. Comment sandis ! (Acte 4, scène 11, LA RAMEE)
  553. Je voulais vous surprendre par un concert que je donne ici ce soir ; mais vous en voyez les apprêts malgré moi. (Acte 4, scène 11, MADAME THIBAUT)
  554. Qu'on mette ces instruments là-dedans. (Acte 4, scène 11, MADAME THIBAUT)
  555. Ah, gardons-nous bien de lui rien dire de nos affaires ! (Acte 4, scène 11, MADAME THIBAUT)
  556. C'est lui qui fait toutes les affaires de notre famille, et j'ai des raisons qui m'obligent à vous épouser en secret. (Acte 4, scène 11, MADAME THIBAUT)
  557. Je vous demande la même chose : point d'éclat, je vous en conjure. (Acte 4, scène 11, LA RAMEE)
  558. N'ont-ils rien pris ici ? (Acte 4, scène 12, GABRILLON)
  559. Je ne sais ce que c'est ; mais je viens de rencontrer deux hommes qui descendent vos degrés comme si le diable les emportait. (Acte 4, scène 12, GABRILLON)
  560. Ce sont ces bardauts d'Opéra qui ont porté le concert ; ils galopent, parce qu'ils s'en retourne à vide. (Acte 4, scène 12, LA RAMEE)
  561. À voir comme ils courraient, j'aurais cru... (Acte 4, scène 12, GABRILLON)
  562. Madame, il y a un enfant qui crie dans cette basse de viole qu'on vient d'apporter. (Acte 4, scène 12, UN LAQUAIS)
  563. Un enfant !... (Acte 4, scène 12, LA RAMEE)
  564. Voilà un instrument qui vous coûtera bien à entretenir. (Acte 4, scène 12, GABRILLON)
  565. Le traître de musicien. (Acte 4, scène 12, MADAME THIBAUT)
  566. Dès qu'il fera nuit, j'ai bien la mine d'envoyer ce petit instrument-là donner une sérénade à la porte d'un de nos voisins. (Acte 4, scène 12, GABRILLON)
  567. Il vous faut un mari, Madame, absolument ; vous avez raison. (Acte 4, scène 12, LA RAMEE)
  568. Hâtez-vous donc de le devenir, Cléante. (Acte 4, scène 12, MADAME THIBAUT)
  569. Prenez le premier venu, Cléante ; faites-lui dresser les articles tels qu'il vous plaira, nous remplirons les noms et qualités quand le contrat sera dressé. (Acte 4, scène 12, MADAME THIBAUT)
  570. Je vole où vos ordres m'appellent, et je reviens promptement ici procéder au reste. (Acte 4, scène 12, LA RAMEE)
  571. Hé bien, Gabrillon, que dis-tu de l'insolence de ce coquin de Maître à chanter ? (Acte 4, scène 12, MADAME THIBAUT)
  572. Que je lui pardonne en faveur de l'invention. (Acte 4, scène 12, GABRILLON)
  573. Je me vengerai du tour qu'il me fait. (Acte 4, scène 12, MADAME THIBAUT)
  574. Cet homme veuf qui presse si fort pour l'agrément de cette Charge. (Acte 4, scène 12, UN LAQUAIS)
  575. Quoique je n'aie plus guères besoin de pratiques, il est toujours bon d'expédier les vieilles ; quelque profession que l'on quitte, il en faut sortir avec honneur. (Acte 4, scène 12, MADAME THIBAUT)
  576. Hé, bonjour, Monsieur Dubois, vous me paraissez bien affligé ? (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  577. Après six semaines de veuvage, est-il seulement permis de se souvenir de sa femme, que pour se réjouir de n'en plus avoir ? (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  578. Vous vous moquez de moi, je pense, ma douleur est bien plus raisonnable. (Acte 4, scène 13, MONSIEUR DUBOIS)
  579. Tout vous rit, la Charge est à vous, je suis sûre de l'agrément. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  580. Je suis ruiné, Madame Thibaut ; ma petite fille vient de mourir entre mes bras, d'une convulsion qui lui a pris tout d'un coup sans apparence même de maladie. (Acte 4, scène 13, MONSIEUR DUBOIS)
  581. Il faudra donc que vous rendiez le mariage de votre femme à sa famille. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  582. Vous voyez bien qu'il n'est plus question de la Charge ; et quand cette mort sera sue... (Acte 4, scène 13, MONSIEUR DUBOIS)
  583. Elle ne l'est donc pas encore ? (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  584. Il n'y avait avec moi que la nourrice, à qui j'ai donné vingt pistoles, pour l'engager à ne point parler que je n'aie mis ordre à mes affaires ? (Acte 4, scène 13, MONSIEUR DUBOIS)
  585. Cela est fort prudent. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  586. Je songe à vous rendre un bon office. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  587. Comment ? (Acte 4, scène 13, MONSIEUR DUBOIS)
  588. Cette femme n'y consentira jamais, Gabrillon ? (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  589. Elle est pauvre ; mais elle aime ses enfants. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  590. Elle me fait souvenir d'une pauvre diablesse qui demeure à deux pas d'ici. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  591. Si l'on pouvait à force d'argent... Je ne sais si vous m'entendez ? (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  592. Si je vous entends ! (Acte 4, scène 13, GABRILLON)
  593. En supposant cette petite fille au lieu de la mienne, je pourrais acheter la Charge. (Acte 4, scène 13, GABRILLON)
  594. Comment, mille écus ! (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  595. Vous autres hommes, vous jetez l'argent par les fenêtres, laissez-moi ménager la chose. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  596. Gabrillon, faites-moi venir cette femme ? (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  597. Attendez, il vaut mieux que j'aille lui parler chez elle, et que vous ne paraissiez point dans tout cela. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  598. Pour rendre l'affaire plus secrète, il est bon qu'on ne connaisse pas seulement votre visage. (Acte 4, scène 13, MADAME THIBAUT)
  599. Si elle vient à bout de son entreprise ! (Acte 4, scène 13, MONSIEUR DUBOIS)
  600. Elle y réussira, je vous en réponds. (Acte 4, scène 14, GABRILLON)
  601. Tu es heureuse de faire ton apprentissage sous une si habile personne. (Acte 4, scène 14, MONSIEUR DUBOIS)
  602. Comme Madame est dans le goût de quitter, je vais bientôt me mettre en boutique. (Acte 4, scène 14, GABRILLON)
  603. Comment donc ? (Acte 4, scène 14, MONSIEUR DUBOIS)
  604. La Justice lui a volé plus de la moitié de ses profits en amendes, en frais de Procureurs, droits de clercs, présents forcés, petites pensions involontaires à d'honnêtes personnes dans le besoin. (Acte 4, scène 14, GABRILLON)
  605. Cela monte au bout d'une année ; et ceux qui se donnent le plus de peine, ne sont pas ceux qui gagnent le plus. (Acte 4, scène 14, GABRILLON)
  606. Ta Maîtresse n'a pas lieu de se plaindre ; elle fait souvent de bonnes affaires, dont tous les revenants-bons sont pour elle. (Acte 4, scène 14, MONSIEUR DUBOIS)
  607. Tout lui coûte, Monsieur, et vous ne sauriez croire combien de gens elle tient à ses gages. (Acte 4, scène 14, GABRILLON)
  608. Elle a douze Savoyards premièrement. (Acte 4, scène 14, GABRILLON)
  609. Ces gens-là savent tous les tenants et les aboutissants des familles ; et nous en tirons de bons services. (Acte 4, scène 14, GABRILLON)
  610. Nous avons outre cela près de trois douzaines de filles de chambre, une trentaine de cochers, et plus de cent laquais. (Acte 4, scène 14, GABRILLON)
  611. Nous les plaçons différemment dans les maisons où nous voulons avoir affaire, et il faut de petits gages particuliers à ces sortes de Messieurs-là. (Acte 4, scène 14, GABRILLON)
  612. Ils les gagnent bien. (Acte 4, scène 14, MONSIEUR DUBOIS)
  613. Hé bien, ma chère Madame Thibaut. (Acte 4, scène 15, MONSIEUR DUBOIS)
  614. Laissez-moi un moment, je vous prie, j'ai le coeur si serré que je ne puis parler. (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  615. Ce que c'est que la tendresse d'une mère. (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  616. Cette pauvre mère, je lui sais bon gré d'être si sensible. (Acte 4, scène 15, GABRILLON)
  617. Mais, ne lui avez-vous rien offert ? (Acte 4, scène 15, MONSIEUR DUBOIS)
  618. Pardonnez-moi vraiment ; cinq cent écus d'abord, puis deux cents pistoles. (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  619. Hé bien ? (Acte 4, scène 15, MONSIEUR DUBOIS)
  620. Si Monsieur Dubois n'a cet enfant pour remplir le vide que la petite fille défunte laisse dans sa famille, il sera obligé de rendre tout le bien de sa femme. (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  621. Il m'en coûtera plus de dix mille écus du mien, Madame Thibaut. (Acte 4, scène 15, MONSIEUR DUBOIS)
  622. Je m'en suis bien doutée ; aussi, je n'ai point hésité d'offrir encore un sac de mille francs. (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  623. Hé bien ? (Acte 4, scène 15, MONSIEUR DUBOIS)
  624. Autre sac de mille francs ; car voyez-vous, dans une affaire de cette conséquence, il n'est que d'aller vite en besogne. (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  625. Cinq cent pistoles ! (Acte 4, scène 15, MONSIEUR DUBOIS)
  626. Voilà une femme qui a bien du naturel, Monsieur. (Acte 4, scène 15, GABRILLON)
  627. J'en suis au désespoir (Acte 4, scène 15, MONSIEUR DUBOIS)
  628. Deux mille écus l'ont émue, les sept mille francs l'ont ébranlée, et les huit cent pistoles ont achevé de la déterminer (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  629. Dans le besoin pressant où vous en êtes, entre nous, Monsieur, c'est marché donné. (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  630. Assurément. (Acte 4, scène 15, GABRILLON)
  631. Allez vite prendre de l'argent, il n'y a point de temps à perdre. (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  632. Sans aller chez moi, Madame Thibaut, voilà trois billets payables au porteur, les trois ensemble font quatre cent vingt livres plus que la somme. (Acte 4, scène 15, MONSIEUR DUBOIS)
  633. Que vous êtes adroit, Monsieur Dubois, vous prétendez que pour mes épingles je me contente de ce petit surplus ; mais, Gabrillon ? (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  634. Voilà pour elle un diamant de quinze pistoles ; mais qu'elle prenne garde... (Acte 4, scène 15, MONSIEUR DUBOIS)
  635. Ne craignez rien, je vous réponds d'elle. (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  636. Adieu, retournez chez vous comme si de rien n'était, engagez la nourrice à se taire ; et quand il sera nuit, envoyez-moi votre carrosse, je vous porterai l'enfant moi-même. (Acte 4, scène 15, MADAME THIBAUT)
  637. Je n'aurais jamais cru que des enfants fussent un e si chère marchandise. (Acte 4, scène 15, MONSIEUR DUBOIS)
  638. Le Maître à chanter ne s'en serait pas défait à si bon compte. (Acte 4, scène 16, MADAME THIBAUT)
  639. En faveur des huit cents pistoles, vous devriez bien lui renvoyer son étui. (Acte 4, scène 16, GABRILLON)
  640. Madame sera bientôt ici : on mettait les chevaux au carrosse quand je suis sortie du logis. (Acte 5, scène 1, LISETTE)
  641. Enfin, tous deux ensemble vont venir ici dans la meilleure intelligence du monde. (Acte 5, scène 1, LISETTE)
  642. Ne te mets point en peine de rien : quoiqu'elle soit à la veille d'une grosse fortune, et prête à me remettre ses pratiques, elle fera encore cette affaire pour ta Maîtresse. (Acte 5, scène 1, GABRILLON)
  643. Qu'elle vienne quand il lui plaira. (Acte 5, scène 1, GABRILLON)
  644. Il est bien juste que ce soit le mari qui fasse ces frais-là. (Acte 5, scène 1, GABRILLON)
  645. Assurément, ce sont des améliorations qu'on fait à sa maison. (Acte 5, scène 1, LISETTE)
  646. J'aurais bien voulu lui parler. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  647. Pour quelque habit de rencontre, peut-être ? (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  648. Pour qui me prenez-vous ? (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  649. Oh, je ne m'étonne plus de vous voir si déguenillé, un habit en lambeaux est le justaucorps à brevet du Parnasse. (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  650. J'ai bien vu des Auteurs ; mais tout franc, je n'en ai point encore vu de si mal relié que vous. (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  651. Patience. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  652. Et fi, à le bien prendre, il vous en devrait coûter moins qu'à qui que ce soit ; car, votre taille ne peut passer tout au plus que pour un In-douze. (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  653. Laissez faire, si je puis parvenir à mettre une pièce sur le théâtre sans être sifflée, on me verra aussi bien étoffé qu'un autre. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  654. Comment sifflée ? (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  655. J'ai ce malheur-là : je fais les meilleures pièces du monde, elles charment tous ceux à qui je les lis ; mais, à peine passent-elles dans la bouche des Comédiens, qu'on les siffle à faux-bourdon. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  656. Il y a de certaines pièces comme cela, que les représentations gâtent. (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  657. Si j'étais de vous, puisqu'elles réussissent si bien sur le papier, je me ferais apporter un fauteuil, et je les lirais moi-même en plein Théâtre. (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  658. J'ai un bien meilleur expédient que cela. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  659. D'aller directement au Roi. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  660. Oui da, au Roi : ce n'est point son intention qu'on siffle personne, et c'est dans cette vue-là que je viens faire un accommodement avec ta Maîtresse. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  661. Voici un Placet : Qu'elle le fasse présenter par qui elle voudra, et je lui promets un quart de part dans toutes les pièces qu'on jouera dorénavant de moi, où l'on ne sifflera pas. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  662. Pourrait-on en voir la lecture ? (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  663. Nous verrons, nous verrons, Messieurs du Parterre, si vous sifflerez à l'avenir les Auteurs et les Comédiens, comme on siffle les linottes et les perroquets. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  664. Comme je ne puis faire pour moi, que je ne fasse en même temps pour trous les autres Poètes mes confrères, j'ai trouvé qu'il était à propos d'adresser mon Placet au nom de toute ma communauté des Auteurs, de Paris s'entend. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  665. Oh, c'est l'entendre. (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  666. Les auteurs modernes en dramatique, tant en vers qu'en prose, de votre bonne ville et faubourgs de Paris, remontrent très humblement à votre Majesté, qu'après avoir sacrifié leurs soins et leurs veilles aux plaisirs du public, leur zèle serait tous les jours mal reconnu par certains quidams indiscrets, qui, de dessein prémédité, se transportant journellement ès lieux où lesdits auteurs font représenter leurs ouvrages, avec des appeaux à perdrix, des sifflets de chaudronniers, et autres armes offensives, desquelles ils chargent sans miséricorde tout ce qui ose paraître d'Acteurs sur le Théâtre, avec tant de fureur, que le comédien le plus intrépide est souvent contraint de lâcher pied, et de se retirer le coeur meurtri et tout percé de coups de sifflets. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  667. Malepeste, voilà un style bien concis. (Acte 5, scène 2, GABRILLON)
  668. Toutes mes pièces étaient écrites de cette locution-là. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  669. Ah, SIRE, souffrirez-vous que le théâtre, qui est le symbole de la joie, devienne celui de la douleur ! (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  670. Je ne doute point, SIRE, que les ennemis de la science ne représentent à Votre Majesté que nous exigeons d'Elle une chose impossible ; qu'il est naturel au Parterre de siffler, comme à nous de parler. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  671. Je n'ignore pas non plus qu'eux, SIRE, que Pline le Naturaliste dans son Traité des Animaux, au Chapitre du mouvement vocal, dit que l'homme parle, que le Cerf brame, que le lion rugit, que le taureau beugle, que l'âne brait, et que le Parterre siffle ; je sais, dis-je, tout cela comme eux, SIRE ; mais Votre Majesté fait tous les jours des choses si incroyables, que nous osons espérer, etc. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  672. Qu'en dis-tu ? (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  673. Si elle réussit, et que tu sois en goût de Comédies, tu n'as qu'à te renommer à la porte, Monsieur de la Protase, mon nom est le passe-partout du Théâtre. (Acte 5, scène 2, MONSIEUR DE LA PROTASE)
  674. Ah, ah, c'est vous, Monsieur, je vous reconnais à présent. (Acte 5, scène 3, GABRILLON)
  675. Quoi, c'est vous, Monsieur le Conseiller, vous voilà redevenu Officier. (Acte 5, scène 4, MADAME THIBAUT)
  676. L'habit bourgeois me portait malheur, Madame Thibaut ; je ne l'ai porté que vingt-quatre heures, il a pensé m'en coûter cher, je me suis remis dans mon centre. (Acte 5, scène 4, ÉRASTE)
  677. Vous avez fort bien fait, le plumet vaut mille fois mieux que la robe. (Acte 5, scène 4, MADAME THIBAUT)
  678. Je trouverai par ton moyen, peut-être, quelque femme qui n'aura point de frère. (Acte 5, scène 4, ÉRASTE)
  679. Vos affaires sont en mauvais état. (Acte 5, scène 4, MADAME THIBAUT)
  680. J'ai cent mille francs de bien, je dois dix mille écus ; faute d'un peu d'argent comptant, je suis ruiné. (Acte 5, scène 4, ÉRASTE)
  681. En vérité, c'est grand dommage ; et si vous disiez vrai, je me ferais une vraie affaire d'accommoder toutes les vôtres, et de vous marier avantageusement même. (Acte 5, scène 4, MADAME THIBAUT)
  682. Tu plaisantes peut-être, Madame Thibaut ; mais je t'aurais plus d'obligation qu'à ma famille, et je n'en serais pas ingrat, sur mon honneur. (Acte 5, scène 4, ÉRASTE)
  683. Entrez là-dedans, faites un mémoire de votre bien, et de vos dettes surtout ; mais qu'il soit fidèle ; je me fais fort de trouver moyen de vous tirer de l'embarras où vous êtes. (Acte 5, scène 4, MADAME THIBAUT)
  684. Entrez là-dedans, vous dis-je, voilà des gens qui ont affaire à moi ; quand j'aurai fini avec eux, je vous en dirai davantage. (Acte 5, scène 4, MADAME THIBAUT)
  685. Songe à m'apporter ces dentelles. (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  686. Je ne puis me lasser de te venir voir. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  687. Vous me faites bien de l'honneur, Madame. (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  688. Si j'étais d'un tempérament jaloux... (Acte 5, scène 5, ORGON)
  689. D'un tempérament jaloux ! (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  690. Croirais-tu bien, Madame Thibaut, qu'il a eu aujourd'hui la cruauté de me mettre de mauvaise humeur ? (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  691. Madame, il n'y a rien à dire. (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  692. Vous pensez donc en être quitte ? (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  693. Comment ? (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  694. Quand il me fâche, je le mets à l'amende, et tu profites toujours de cet argent-là, toi. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  695. Çà, voyons, ma petite femme, on t'a dit que Madame Thibaut en avait un, n'est-ce pas ? (Acte 5, scène 5, ORGON)
  696. On ne me l'a point encore apporté, je ne l'attends que dans deux jours. (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  697. Cela vous est bien facile à dire, et vous vous croyez par là dégagé de payer l'amende. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  698. Madame, voilà cette garniture qu'on vous renvoie. (Acte 5, scène 5, GABRILLON)
  699. Voyons cette garniture, elle est à vendre ? (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  700. Vous qui êtes un si bon mari, Monsieur, vous devriez bien acheter cela pour Madame. (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  701. Elle a tant de dentelles, Madame Thibaut. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  702. Elle n'en a point de si belles, sur ma parole. (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  703. Ah : fi, voilà un dessein bien brouillé. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  704. Non, mais les fleurs sont trop détachées, elles courent trop les unes après les autres. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  705. C'est ce qui en ait la beauté, et pour moi, je n'ai jamais rien vu de plus agréable. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  706. Repliez, repliez cela, Madame Thibaut : crois-moi, mignonne, rien n'use tant la vue que de regarder fixement des dentelles. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  707. Celle qui les a achetées est bien fâchée de ne les pouvoir porter. (Acte 5, scène 5, GABRILLON)
  708. Et qui l'en empêche ? (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  709. Son mari est mort subitement ; il n'y a que trois jours qu'il est enterré. (Acte 5, scène 5, GABRILLON)
  710. Mon fils, pour peu qu'une femme aime son époux, peut-elle entendre parler de la mort d'un mari, sans mourir elle-même de douleur ? (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  711. Voilà une femme qui m'aime bien, Madame Thibaut ? (Acte 5, scène 5, ORGON)
  712. Assurément. (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  713. Là, ma mie, là, je ne mourrai point : tiens, va, je te le promets. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  714. Je ne sais comme vous l'entendez ; mais pour moi, cher petit mari, je prétends mourir la première. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  715. Hé bien, oui, ma mie, tout ce que tu voudras. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  716. Elle avait bien affaire de lui parler de mort et d'enterrement. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  717. C'est une sotte qui ne sait pas la conséquence des choses qu'elle dit. (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  718. Je serais bien injuste de ne pas vous aimer, un mari qui ne m'a jamais refusé la moindre chose. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  719. Voilà un habit que je lui ai vendu, par exemple, elle le trouvait trop cher ; n'est-ce pas vous qui le lui avez fait prendre malgré elle ? (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  720. En fait-il d'autres ? (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  721. Je ne m'en repends point ; cet habit-là lui a fait honneur. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  722. Et si vous ne me l'avez fait payer que treize pistoles en treize pièces. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  723. Je donne tout pour rien : ces dentelles ne sont que de dix pistoles encore. (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  724. Non, mon petit ami, croyez-moi, n'allez point mettre là de l'argent : je vous fais faire d'ailleurs tant de dépenses inutiles. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  725. Tais-toi, mignonne, c'est avoir les choses pour rien. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  726. Tenez, Madame Thibaut, voilà dix louis d'or, la passe est pour le vin du marché. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  727. Vous faites trop bien les choses, Monsieur. (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  728. Mais à condition que vous avertirez ma petite femme quand il vous viendra de ces rencontres-là. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  729. Au moins, mon fils, c'est sans préjudice de l'amende. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  730. Quand ce bureau sera venu, que nous le sachions, au moins. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  731. Que ferai-je de cet argent ? (Acte 5, scène 5, MADAME THIBAUT)
  732. Tu donneras cent francs à Lisette, le reste est pour toi. (Acte 5, scène 5, ARDALISE)
  733. Je meurs d'impatience de voir si cela te siéra bien. (Acte 5, scène 5, ORGON)
  734. Vous n'avez qu'à me dire comme il vous le faut ; car nous ne nous sommes point encore assez expliquées. (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  735. Ma pauvre Madame Thibaut, j'aurai beau chercher, je n'en trouverai jamais qui vaille le défunt. (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  736. Qui vous contraint d'en chercher ? (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  737. Comment voulez-vous que je fasse ? (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  738. J'ai des enfants qui me manquent de respect, des fermiers qui ne me paient point, des créanciers qui me persécutent : il n'y a pas jusqu'à un fripon d'apothicaire, qui, comme je sortais de chez moi, a eu l'insolence de me donner ses parties en présence de dix personnes. (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  739. Mais vraiment, cela m'étonne que vous soyez ainsi persécutée. (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  740. J'aurai, mes comptes faits, plus de quatre cent et tant de mille livres : mais comme il n'y a que cinq semaines et trois jours que le pauvre Monsieur Torquette est défunt, nos affaires ne sont point encore réglées, mes enfants me font enrager ; et un mari, Madame Thibaut m'est absolument nécessaire. (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  741. Je vous entends, vous ne vous mariez simplement que pour avoir un appui. (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  742. Justement. (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  743. Car enfin, quelle protection pourriez-vous attendre d'un homme de soixante ans, par exemple ? (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  744. Hé bien, cinquante-cinq ? (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  745. Quelle est la femme qui en voudrait ? (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  746. Vraiment, c'est plus votre affaire que la mienne. (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  747. C'est que comme mes enfants sont jeunes, pour les tenir plus longtemps dans leur devoir, ils auraient besoin d'un beau-père qui ne vieillit pas si tôt. (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  748. Le sais bien ce que je fais, voyez-vous. (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  749. On le voit bien. (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  750. Plus j'aurai d'enfants de ce mariage, et plus ce sera me venger des enfants du premier lit. (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  751. Vous avez du fiel, Madame Torquette, vous aimez les vengeances qui durent. (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  752. Tenez, voilà peut-être l'homme de Paris le plus propre à vous venger de vos enfants. (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  753. Que voilà bien ce qu'il me faudrait. (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  754. Gardez-vous bien de tousser, au moins. (Acte 5, scène 7, MADAME THIBAUT)
  755. Je me retiendrai, laissez-moi faire. (Acte 5, scène 7, MADAME TORQUETTE)
  756. Tiens, ma chère Madame Thibaut, voilà le mémoire de mes dettes aussi fidèle que tu me l'as demandé. (Acte 5, scène 8, ÉRASTE)
  757. Voilà une riche veuve que je prétends vous faire épouser. (Acte 5, scène 8, MADAME THIBAUT)
  758. Combien de maris voudraient que leurs femmes en eussent un semblable ! (Acte 5, scène 8, MADAME THIBAUT)
  759. Mais, tu vois bien... (Acte 5, scène 8, ÉRASTE)
  760. Comme il me regarde, ma physionomie lui revient sans doute. (Acte 5, scène 8, MADAME TORQUETTE)
  761. Je vais sonder un peu ses sentiments, et je reviendrai dans un moment vous en rendre compte. (Acte 5, scène 8, MADAME THIBAUT)
  762. Il s'en faut bien, ma foi, que Monsieur Torquette fut coupé de ce sens-là. (Acte 5, scène 9, MADAME TORQUETTE)
  763. Oh, oh, voici de quoi me rendre savante. (Acte 5, scène 9, MADAME TORQUETTE)
  764. Premièrement, huit cents pistoles au Chevalier Codile, pour argent du jeu. (Acte 5, scène 9, MADAME TORQUETTE)
  765. Oui da, je me doutais bien qu'il y avait ici du cotillon. (Acte 5, scène 9, MADAME TORQUETTE)
  766. À Forel, tant de bouteilles de vin, que pour des repas portés en ville. (Acte 5, scène 9, MADAME TORQUETTE)
  767. À la Frenaye... (Acte 5, scène 9, MADAME TORQUETTE)
  768. La légende est longue. (Acte 5, scène 9, MADAME TORQUETTE)
  769. Comment donc ? (Acte 5, scène 10, MADAME THIBAUT)
  770. Vous voilà terriblement enrhumée, Madame. (Acte 5, scène 10, ÉRASTE)
  771. Croyez-moi, Monsieur, ne faites point de dépense en compliments : je ne suis point d'humeur à payer pour vous ni Forel, ni le Chevalier Codile. (Acte 5, scène 10, MADAME TORQUETTE)
  772. En voici bien d'une autre. (Acte 5, scène 10, MADAME THIBAUT)
  773. Tenez, voilà ce qui m'en a tant appris. (Acte 5, scène 10, MADAME TORQUETTE)
  774. Mémoire des drogues et médicaments qui ont été fournis pour l'entretenement de la santé de Madame Torquette. (Acte 5, scène 10, ÉRASTE)
  775. Doucement, s'il vous plaît, Madame Torquette. (Acte 5, scène 10, ÉRASTE)
  776. Premièrement, pour avoir pendant quinze jours étudié le tempérament de Madame deux cent cinquante livres. (Acte 5, scène 10, ?RASTE)
  777. Oh, je ne croyais pas que les Apothicaires fissent payer leurs spéculations. (Acte 5, scène 10, ?RASTE)
  778. Vous me poussez furieusement, Monsieur. (Acte 5, scène 10, MADAME TORQUETTE)
  779. Donnez-vous patience, Madame Torquette. (Acte 5, scène 10, ÉRASTE)
  780. Pour avoir trois fois la semaine, pendant un an, remonté de filasse neuve les pompes avec quoi Madame prend ses remèdes. (Acte 5, scène 10, ?RASTE)
  781. Mort de ma vie, rendez-moi mes parties ; on ne les a pas faites pour vous divertir. (Acte 5, scène 10, MADAME TORQUETTE)
  782. En donnant, donnant, Madame Torquette : rendez-moi mon mémoire, ce n'est pas pour vous que je l'ai dressé. (Acte 5, scène 10, ÉRASTE)
  783. Ne me parlez jamais de mariage, Madame Thibaut : m'en voilà dégoûtée pour toute ma vie. (Acte 5, scène 10, MADAME TORQUETTE)
  784. Si Monsieur ne vous accommode pas, je vous en ferai voir d'autres. (Acte 5, scène 10, MADAME THIBAUT)
  785. Vous l'avez un peu trop poussée : malgré votre mémoire, les choses auraient pu se faire encore. (Acte 5, scène 11, MADAME THIBAUT)
  786. Voilà deux aventures dans le même jour qui me le persuadent : et malgré le désordre de mes affaires, j'aime mieux vivre garçon mal aisé, que d'avoir obligation à une vieille ou à une coquette. (Acte 5, scène 11, ÉRASTE)
  787. Adieu, je te laisse mon mémoire, si tu peux me rendre service, je n'en serai pas méconnaissant. (Acte 5, scène 11, ?RASTE)
  788. J'attendais qu'il sortît pour laisser entrer Cléante. (Acte 5, scène 12, GABRILLON)
  789. Y a-t il longtemps qu'il est revenu ? (Acte 5, scène 12, MADAME THIBAUT)
  790. Le Contrat est dressé, Madame, il ne manque plus rien à mon bonheur qu'un mot de votre belle main. (Acte 5, scène 13, LA RAMEE)
  791. Montons dans mon carrosse, Madame, et venez le mettre ce mot précieux, qui va m'assurer toute la félicité de ma vie. (Acte 5, scène 13, LA RAMEE)
  792. Ce moment me fait trembler, Cléante, et la présence d'un Notaire... (Acte 5, scène 13, MADAME THIBAUT)
  793. Madame, voilà un Monsieur le Commissaire, qui vient vous rendre visite en robe détroussée. (Acte 5, scène 13, CASCARET)
  794. Ne me perdez pas, Monsieur, je vous en conjure. (Acte 5, scène 14, MADAME THIBAUT)
  795. Ceci ne prend pas un bon train. (Acte 5, scène 14, LA RAMEE)
  796. Messieurs, prenez garde à ce que vous faites, Madame est une femme de qualité. (Acte 5, scène 14, LA RAMEE)
  797. C'est une malheureuse, qui sous prétexte de revendre des hardes, a mille nippes à un chacun, dont elle se fait honneur pour attraper quelque dupe. (Acte 5, scène 14, DORANTE)
  798. Comment, Madame de Bretagne, vous vous jouez à un Gascon, et à un Gascon Capitaine ? (Acte 5, scène 14, LA RAMEE)
  799. Comment donc ? (Acte 5, scène 15, JOLICOEUR)
  800. Je m'enfonce dans l'appartement ; s'ils ont affaire de moi, qu'ils y viennent. (Acte 5, scène 15, LA RAMEE)
  801. Quelles aventures ! (Acte 5, scène 15, MADAME THIBAUT)
  802. Vous voyez bien, Monsieur, qu'on ne peut manquer de s'assurer de cette coquine-là. (Acte 5, scène 15, DORANTE)
  803. Hé, point de bruit, Messieurs, je vous prie ; je rendrai la vaisselle et les trois cents pistoles. (Acte 5, scène 15, MADAME THIBAUT)
  804. Passons là-dedans, et vous serez contents de moi. (Acte 5, scène 15, MADAME THIBAUT)

SANCHO PANÇA, GOUVERNEUR (1712)

  1. Sont chantés hautement dans les places publiques, v.2 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  2. D'avoir encor l'honneur de vous revoit chez moi. v.4 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  3. Combien vous m'honorez de la plus haute estime, v.6 (Acte 1, scène 1, DON QUICHOT)
  4. Et prêt à m'engager à de nouveaux efforts, v.7 (Acte 1, scène 1, DON QUICHOT)
  5. Pour soutenir le faible, et réparer les torts : v.8 (Acte 1, scène 1, DON QUICHOT)
  6. Des Enchanteurs, de rendre à la Divinité, v.11 (Acte 1, scène 1, DON QUICHOT)
  7. Que m'apprenez-vous là ? L'Infante Dulcinée, v.13 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  8. De tout le Toboso le plus digne ornement, v.15 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  9. Par un enchantement, v.16 (Acte 1, scène 1, DON QUICHOT)
  10. Je voyais le contraire, et malheureusement v.19 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  11. Monseigneur Don Guichot, voyait tout autrement. v.20 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  12. Certes, vous me contez une étrange aventure. v.21 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  13. Oh, les enchantements surpassent la nature. v.22 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  14. Il n'est rien de plus vrai que c'est un fait certain ; v.23 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  15. J'en ai douté longtemps, mais pourtant à la fin v.24 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  16. Il faut des Enchanteurs que la rage finisse ; v.29 (Acte 1, scène 1, DON QUICHOT)
  17. Contre tous Enchanteurs, Démons, Lutins, Géants, v.31 (Acte 1, scène 1, DON QUICHOT)
  18. J'ai cru vous en devoir faire un premier hommage. v.34 (Acte 1, scène 1, DON QUICHOT)
  19. Après bien des travaux il faut avoir ses aises ; v.41 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  20. Cette troisième fois aura sa récompense : v.45 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  21. Je le pense. v.46 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  22. Vous l'aurez sûrement, car je vous l'ai promise. v.50 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  23. Oui, tout présentement je veux vous la donner, v.51 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  24. Recevez à genoux cette faveur insigne. v.53 (Acte 1, scène 1, DON QUICHOT)
  25. Je la reçois, Seigneur, quoique j'en sois indigne, v.54 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  26. Que tout neuf que j'y suis, je tiendrai bien mon rang. v.56 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  27. Je brûle de me voir bientôt en exercice. v.57 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  28. Non plus que par orgueil, et ce n'est seulement v.59 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  29. Que pourvoir ce que c'est qu'un bon Gouvernement. v.60 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  30. Vous allez le savoir par votre expérience : v.61 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  31. Mais, pour gouverner, il faut à la science v.62 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  32. Il faut être vaillant, et souvent téméraire, v.65 (Acte 1, scène 1, DON QUICHOT)
  33. Qu'on me donne avec moi des gens qui le seront, v.67 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  34. Sans doute, et je vois bien qu'il serait difficile v.69 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  35. De vous instruire en rien : mais je veux de cette Île v.70 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  36. Vous voir dès aujourd'hui prendre possession. v.71 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  37. L'heureux gouvernement dans l'Île commença. v.76 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  38. Je choisirai vos gens, vos Officiers, vos Pages, v.78 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  39. Secrétaire, Intendant. v.79 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  40. Les miens vous serviront toujours en attendant. v.80 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  41. Tenez, avec ceux-ci je gouvernerai comme v.86 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  42. Le clinquant ne fait pas les bons gouvernements. v.88 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  43. De Gouverneur, c'est moi que Sancho représente, v.90 (Acte 1, scène 1, LE DUC)
  44. Et soyez assuré du zèle qui m'enflamme. v.93 (Acte 1, scène 1, SANCHO)
  45. Je viens vous avertir qu'il est jour chez Madame ; v.94 (Acte 1, scène 2, LEONOR)
  46. Son premier soin, Seigneur, est d'envoyer savoir v.95 (Acte 1, scène 2, LEONOR)
  47. Si vous vous en tenez au projet d'hier au soir : v.96 (Acte 1, scène 2, LEONOR)
  48. Que la chasse lui plaît moins que la promenade : v.98 (Acte 1, scène 2, LE DUC)
  49. Mais, pour la prévenir, annoncez-lui d'avance v.101 (Acte 1, scène 2, LE DUC)
  50. Du Seigneur Guichot l'agréable présence, v.102 (Acte 1, scène 2, LE DUC)
  51. Et celle de Sancho, que tout présentement v.103 (Acte 1, scène 2, LE DUC)
  52. Je viens de revêtir de son Gouvernement. v.104 (Acte 1, scène 2, LE DUC)
  53. D'aller à ses regards me présenter moi-même. v.106 (Acte 1, scène 2, DON QUICHOT)
  54. Volontiers, aussi bien je veux avoir l'honneur v.107 (Acte 1, scène 2, LE DUC)
  55. D'entretenir un peu Monsieur le Gouverneur. v.108 (Acte 1, scène 2, LE DUC)
  56. J'y consens, mais je meure, v.109 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  57. Si de cet entretien l'honneur ne me demeure. v.110 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  58. Point de façons, je vous prie, entre nous ! v.112 (Acte 1, scène 3, LE DUC)
  59. Si j'en fais rien que le Diable m'emporte. v.114 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  60. Mais d'être ainsi couvert je me sens tout confus ; v.116 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  61. Car je puis bien jurer qu'une pareille grâce v.117 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  62. Ce n'est pas bien cela, mais vous l'avez voulu. v.120 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  63. Venons au fait. Il court un bruit qui me fait peine : v.121 (Acte 1, scène 3, LE DUC)
  64. Que Don Guichot n'a pas la cervelle bien saine : v.122 (Acte 1, scène 3, LE DUC)
  65. Je ne m'en suis pas fort aperçu jusqu'ici. v.123 (Acte 1, scène 3, LE DUC)
  66. On croit juste, et ma foi cela pourrait bien être. v.126 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  67. Aucun ne nous écoute : on peut en sûreté, v.127 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  68. Quoique dans ses discours et ses raisonnements v.131 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  69. Il montre quelquefois d'assez bons sentiments, v.132 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  70. Et je ne sais comment et par quelle aventure v.133 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  71. Je puis prendre pour vrai tout ce qu'il se figure : v.134 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  72. C'est de sa propre main que je tiens mon grison : v.136 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  73. Tout cela compassé, je veux bien aujourd'hui v.139 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  74. Convenir, s'il est fou, que je suis comme lui. v.140 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  75. Que vous pussiez jamais bien gouverner votre Île. v.142 (Acte 1, scène 3, LE DUC)
  76. Si pour cette raison c'est votre sentiment v.143 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  77. De ne pas m'enchâsser dans mon Gouvernement, v.144 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  78. Je prétends vous montrer par mon indifférence, v.145 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  79. Que je le méritais beaucoup mieux qu'on ne pense. v.146 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  80. La fortune me quitte : elle peut s'en aller ; v.147 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  81. Ce n'est pas être fou que s'en consoler. v.148 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  82. J'en suis content, Seigneur ! Suis-je fou, suis-je sage ? v.150 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  83. Oui, vous êtes, Sancho, de bon entendement, v.151 (Acte 1, scène 3, LE DUC)
  84. D'esprit droit, de coeur pur, d'excellent jugement. v.152 (Acte 1, scène 3, LE DUC)
  85. Peuples vraiment heureux, Île trop fortunée, v.153 (Acte 1, scène 3, LE DUC)
  86. J'y ferai de mon mieux, et je vous en réponds. v.155 (Acte 1, scène 3, SANCHO)
  87. Et de plus, Don Guichot de son noble entretien v.159 (Acte 1, scène 4, ELVIRE)
  88. Commence à l'ennuyer. v.160 (Acte 1, scène 4, ELVIRE)
  89. Ma foi, je le crois bien. v.160 (Acte 1, scène 4, SANCHO)
  90. Le bon vieux Chevalier est ennuyeux, sans doute, v.161 (Acte 1, scène 4, SANCHO)
  91. Moi-même je m'endors parfois quand je l'écoute. v.162 (Acte 1, scène 4, SANCHO)
  92. User librement avec moi, je vous prie, v.166 (Acte 1, scène 4, SANCHO)
  93. Et si j'abuse un jour de l'excès d'un bienfait, v.171 (Acte 1, scène 4, SANCHO)
  94. Mais je vous tiens égal à moi, je vous assure, v.174 (Acte 1, scène 4, LE DUC)
  95. Sitôt que vous parlez, s'empressent de vous plaire, v.178 (Acte 1, scène 4, LE DUC)
  96. Enfin, me voilà Grand, mais grâce à la fortune, v.181 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  97. Cela durera-t-il ? Je ne m'en flatte pas : v.183 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  98. Si d'un gouvernement je ne suis pas capable, v.185 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  99. Des inconvénients qui peuvent arriver, v.187 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  100. Ce n'est pas moi qui dois le plus mal m'en trouver ; v.188 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  101. Et si par cas fortuit, car enfin tout peut-être, v.189 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  102. J'allais bien gouverner, l'honneur est pour le maître. v.190 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  103. Mettons, tant bien que mal, beaucoup d'argent à part : v.192 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  104. Mais on vient, taisons-nous, c'est trop moraliser, v.195 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  105. J'étais pourtant tout seul bien en train de jaser. v.196 (Acte 1, scène 5, SANCHO)
  106. Vos habits sont tous prêts, Seigneur, prenez la peine v.197 (Acte 1, scène 6, DON LOPE)
  107. De passer seulement dans la chambre prochaine. v.198 (Acte 1, scène 6, DON LOPE)
  108. Combien en cas pareil en ont fait tout autant ? v.200 (Acte 1, scène 7, DON LOPE)
  109. Pourquoi vous refuser à d'innocents plaisirs ? v.203 (Acte 1, scène 8, LE DUC)
  110. Madame, occupons-les de ce qui se présente, v.205 (Acte 1, scène 8, LE DUC)
  111. Et mettons à profit l'aventure plaisante v.206 (Acte 1, scène 8, LE DUC)
  112. De vous et de vos gens vous faites peu d'estime. v.209 (Acte 1, scène 8, LA DUCHESSE)
  113. Penser modestement de soi-même, est-ce un crime. v.210 (Acte 1, scène 8, LE DUC)
  114. Je ne dis pas cela : mais parlons sensément, v.211 (Acte 1, scène 8, LA DUCHESSE)
  115. Avec de telles gens quel divertissement v.212 (Acte 1, scène 8, LA DUCHESSE)
  116. Peut-on prendre, Monsieur ? v.213 (Acte 1, scène 8, LA DUCHESSE)
  117. Combien du sage au fou la distance est petite, v.214 (Acte 1, scène 8, LE DUC)
  118. Et l'on rend grâce au Ciel de nous avoir tourné v.215 (Acte 1, scène 8, LE DUC)
  119. Pour prendre ces plaisirs plus agréablement, v.219 (Acte 1, scène 8, LE DUC)
  120. J'ai fait choix de ce lieu pour le Gouvernement v.220 (Acte 1, scène 8, LE DUC)
  121. Peut produire de juste en sa simplicité. v.224 (Acte 1, scène 8, LE DUC)
  122. Et je vous réponds, moi, que tous ceux de vos gens v.227 (Acte 1, scène 8, LEONOR)
  123. Que vous avez chargés de rôles différents, v.228 (Acte 1, scène 8, LEONOR)
  124. Sauront s'en acquitter avec un soin extrême. v.230 (Acte 1, scène 8, LEONOR)
  125. Nous allons tous répondre à votre intention. v.231 (Acte 1, scène 8, MADAME RODRIGUE)
  126. Je sens, en les voyant, un certain mouvement v.235 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  127. Qui cause en moi toujours quelque dérangement ; v.236 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  128. Enfin, je voudrais fort qu'au fond de leurs villages, v.237 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  129. Le maître et le valet fussent devenus sages ; v.238 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  130. Ou qu'on les détrompât pendant qu'ils sont chez vous, v.239 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  131. Des folles visions qui les ont rendus fous. v.240 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  132. Ce soin que l'on prendrait, loin d'être charitable, v.241 (Acte 1, scène 9, LE DUC)
  133. Et ferait à chacun sentir la fausseté v.243 (Acte 1, scène 9, LE DUC)
  134. Des chimériques biens dont il est enchanté. v.244 (Acte 1, scène 9, LE DUC)
  135. Don Guichot aujourd'hui rempli de ce qu'il pense, v.245 (Acte 1, scène 9, LE DUC)
  136. Aspire à la Couronne, et croit en conquérir, v.247 (Acte 1, scène 9, LE DUC)
  137. De son Gouvernement espère des richesses, v.250 (Acte 1, scène 9, LE DUC)
  138. Il perd tous ses biens-là s'il recouvre le sens. v.252 (Acte 1, scène 9, LE DUC)
  139. Mais enfin tous ces biens ne sont que des chimères. v.253 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  140. Qu'importe qu'ils soient vrais, ou bien imaginaires, v.254 (Acte 1, scène 9, LE DUC)
  141. Si ces fous sont contents de leur bonheur parfait ; v.255 (Acte 1, scène 9, LE DUC)
  142. Et dès qu'ils pensent l'être, ils le sont en effet. v.256 (Acte 1, scène 9, LE DUC)
  143. Je veux bien avec vous tirer de leur folie v.258 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  144. Les plaisirs innocents que vous vous promettez, v.259 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  145. Je sens la politesse, et je vous en rends grâce. v.261 (Acte 1, scène 9, LE DUC)
  146. Quelqu'un vient. v.262 (Acte 1, scène 9, LA DUCHESSE)
  147. Rangez-vous que je passe, et prenez garde à moi, v.264 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  148. Voyez, pour gouverner que je me diligente : v.265 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  149. Qu'on m'en fasse au plutôt délivrer la Patente. v.266 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  150. Elle est expédiée en ce même moment. v.267 (Acte 1, scène 10, LE DUC)
  151. Cela posé, je pars pour le Gouvernement, v.268 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  152. Seigneur, c'en est ici la Ville capitale. v.270 (Acte 1, scène 10, LA DUCHESSE)
  153. Donnez-moi quelque chambre, ou bien quelque entresole ; v.274 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  154. Et moi dans d'autres lieux j'irai tenir ma Cour : v.276 (Acte 1, scène 10, LE DUC)
  155. Enfin voici votre Île, où je veux qu'on vous aime, v.277 (Acte 1, scène 10, LE DUC)
  156. Je veux que tous vos jours y soient des Mardis-gras, v.279 (Acte 1, scène 10, LE DUC)
  157. Vous ne fassiez qu'un cours fréquent, mais agréable. v.282 (Acte 1, scène 10, LE DUC)
  158. Que jamais le Soleil ne dore l'Orient, v.283 (Acte 1, scène 10, LE DUC)
  159. Sans que jamais, Géant, Enchanteur, ou Lutin v.287 (Acte 1, scène 10, LE DUC)
  160. Que je vais m'exercer à bien manger et boire ! v.289 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  161. Apprenez à me croire : v.290 (Acte 1, scène 10, DON QUICHOT)
  162. Voilà votre Île enfin. v.291 (Acte 1, scène 10, DON QUICHOT)
  163. Qui l'eût jamais pensé ? v.291 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  164. Regarde le présent. v.292 (Acte 1, scène 10, DON QUICHOT)
  165. Depuis qu'en vos exploits Sancho vous accompagne, v.293 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  166. Pour la troisième fois nous entrons en campagne ; v.294 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  167. Qu'avons-nous rencontré ? Que malheur sur malheur. v.296 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  168. Tantôt un Biscayen vous ébrèche une oreille, v.297 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  169. Ici mon aventure à la vôtre est pareille. v.298 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  170. Là, cinq ou six Yangois vous assomment de coups, v.299 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  171. Là, ces maudits frappeurs me traitent comme vous. v.300 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  172. On vous casse les dents pendant que l'on me berne. v.302 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  173. Et, s'il faut m'expliquer franchement là-dessus, v.303 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  174. Ce n'est qu'en ce lieu-ci qu'on nous a bien reçus ; v.304 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  175. J'en suis plus satisfait aussi que d'aucun autre. v.305 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  176. Qui viendra vous prier de la tirer de peine ? v.310 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  177. Bois et mange, glouton, c'est ton sort ; et le mien v.311 (Acte 1, scène 10, DON QUICHOT)
  178. Est de m'en savoir faire un différent du tien. v.312 (Acte 1, scène 10, DON QUICHOT)
  179. C'est bien dit, que chacun suive sa destinée : v.313 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  180. Et la mienne est à moi de vivre en Gouverneur. v.316 (Acte 1, scène 10, SANCHO)
  181. Vous apportent les clefs des portes de la ville. v.318 (Acte 1, scène 11, DON LOPE)
  182. Des clefs ! Ces Principaux savent mal leur métier ; v.319 (Acte 1, scène 11, SANCHO)
  183. Vous prenez mal, Seigneur, l'honneur qu'on vient vous faire ; v.321 (Acte 1, scène 11, LA DUCHESSE)
  184. Qu'on fasse donc entrer Messieurs les Principaux. v.324 (Acte 1, scène 11, SANCHO)
  185. Et recevez ces clefs qui sont un peu bien grandes, v.330 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  186. Entre deux vrais amis de qui l'un fait fortune, v.333 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  187. Seigneur, on peut mentir dans un Panégyrique. v.342 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  188. Rayez encor ce mot : v.347 (Acte 1, scène 12, DON QUICHOT)
  189. Ou bien dites ensuite, excepté Don Guichot. v.348 (Acte 1, scène 12, DON QUICHOT)
  190. Vous, en exagérant, mettez sans préjudice. v.350 (Acte 1, scène 12, LE DUC)
  191. Au reste, votre exorde a fort bien réussi, v.351 (Acte 1, scène 12, LE DUC)
  192. Au grison près, j'en suis content aussi : v.352 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  193. Venons au reste. v.353 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  194. Enfin, tout le Peuple m'envoie v.353 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  195. Pour vous entretenir de l'excès de sa joie, v.354 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  196. Et pour vous protester qu'il tient à grand honneur, v.355 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  197. Dirai-je les exploits qu'a faits votre Excellence, v.357 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  198. Et combien tout l'État doit à votre vaillance ? v.358 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  199. Oui, vous pouvez le dire, et vous ferez fort bien; v.359 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  200. Car le Diable m'emporte au moins si j'en sais rien. v.360 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  201. Je veux être pendu si ce vilain Démon, v.363 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  202. Je m'en tairai, Seigneur, et votre modestie v.365 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  203. Souffrirait d'en entendre une moindre partie. v.366 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  204. Ferai-je voir combien vous tirez peu d'éclat v.367 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  205. D'une suite d'aïeux renommés dans l'État ? v.368 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  206. Commandaient une armée et labouraient la terre : v.374 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  207. Je le sais bien. v.377 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  208. Quels furent vos exploits avec ce grand Héros, v.379 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  209. Quand cinq ou six Marchands, vous chargèrent le dos ; v.380 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  210. Quand le More enchanté, dans une chambre noire, v.381 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  211. Mais tout cela n'est rien au prix de la valeur v.383 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  212. Qu'on reconnut en vous dans ce pressant malheur, v.384 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  213. Quoi ? Vous me commandez de passer sous silence v.389 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  214. D'où descendrons un jour les mulets du Soleil, v.392 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  215. Je dormais bien serré. v.395 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  216. Plutôt en ce moment v.395 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  217. Votre esprit grand et fort pensait profondément ; v.396 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  218. Vous étiez en extase, et non pas endormi. v.399 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  219. Si je veux m'arrêter sur votre histoire entière ; v.402 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  220. Quelles vertus en vous ont toujours éclaté ! v.403 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  221. Mais qu'ai-je affaire ici de porter vos pensées, v.405 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  222. Regardez seulement votre bonheur présent, v.407 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  223. Voyez la dignité dont on vous fait présent ; v.408 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  224. Est-ce à des gens communs que l'on donne des Îles ? v.409 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  225. On dit communément : La fortune aide aux fous ! v.411 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  226. Sancho, dans ce discours tu penses qu'on te joue, v.413 (Acte 1, scène 12, DON QUICHOT)
  227. Ne t'en offense point : mais rends-toi si parfait, v.415 (Acte 1, scène 12, DON QUICHOT)
  228. Que ce qui n'est pas vrai le devienne en effet. v.416 (Acte 1, scène 12, DON QUICHOT)
  229. C'est bien là mon dessein, j'en donnerai des signes v.417 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  230. Et je m'en vais si bien gouverner, qu'on dira v.419 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  231. Que toujours l'appétit préside en ses repas. v.424 (Acte 1, scène 12, CARISAL)
  232. Pour cela j'en réponds plus que de la victoire. v.425 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  233. D'un soin indispensable il faut vous dégager. v.428 (Acte 1, scène 12, LE DUC)
  234. La loi de l'Île veut qu'un Gouverneur commence v.429 (Acte 1, scène 12, LE DUC)
  235. Par donner en Public au peuple une audience. v.430 (Acte 1, scène 12, LE DUC)
  236. C'est là qu'on fait l'essai de son Gouvernement, v.431 (Acte 1, scène 12, LE DUC)
  237. Ensuite il va dîner dans son appartement. v.432 (Acte 1, scène 12, LE DUC)
  238. Que je jugerai mal si l'audience dure. v.434 (Acte 1, scène 12, SANCHO)
  239. Laissez-moi faire. Allons, et d'un esprit content v.435 (Acte 1, scène 12, LE DUC)
  240. Montrons le Gouverneur au Peuple qui l'attend. v.436 (Acte 1, scène 12, LE DUC)
  241. S'informe en quel état il te remet cette Île, v.438 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  242. Il veut donc s'en aller ? v.440 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  243. De quoi prévoir les maux qui peuvent t'arriver. v.448 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  244. Qui nous portent si haut au-dessus de nous-mêmes, v.450 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  245. Il est bien malaisé de ne pas s'oublier, v.451 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  246. Ne t'estime pas plus pour cet événement, v.455 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  247. Sancho, tu ne le dois qu'au hasard seulement. v.456 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  248. Combien par ma vertu la tienne est surmontée, v.458 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  249. De combien mon mérite est au-dessus du tien. v.459 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  250. Te voilà Gouverneur, et moi je ne suis rien ; v.460 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  251. Si vous m'en aviez cru vous l'auriez à présent : v.463 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  252. Je ne dis pas cela : je veux te faire entendre v.465 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  253. Qu'ayant plus de bonheur que tu n'en dus prétendre, v.466 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  254. De deux monstres cruels, la discorde et l'envie, v.474 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  255. Sois modéré, sois humble, et traite doucement v.475 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  256. Les peuples qu'on commet à ton Gouvernement. v.476 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  257. Estime tes parents qui sont dans la misère, v.477 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  258. Autant que s'ils avaient la fortune prospère : v.478 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  259. Te donne lieu d'en prendre une de noble sang, v.480 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  260. Que ton humilité rendrait plus insolente, v.482 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  261. Qui te reprocherait quelque jour que son bien, v.483 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  262. Ainsi que sa famille est au-dessus du tien. v.484 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  263. Oui, si les nerfs de boeuf n'étaient pas en usage. v.485 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  264. Si tu veux m'obliger ne tiens point ce langage, v.486 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  265. Jamais les gens d'honneur ne prennent ce parti. v.487 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  266. Je m'y suis quelquefois pourtant bien diverti. v.488 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  267. Mais enfin aujourd'hui te voilà Gouverneur, v.491 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  268. Il ternit le renom des plus grands Potentats, v.496 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  269. Qui l'agitent sans cesse, et l'empêchent de voir v.499 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  270. Qu'il n'a que trop de biens sans ceux qu'il veut avoir. v.500 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  271. Et surtout garde-toi de vendre aucun Office ; v.502 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  272. Donne tout au mérite, aime les gens de coeur : v.503 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  273. Que chez toi la vertu soit toujours en faveur. v.504 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  274. Tout ce qu'on fait de bien par eux vit dans l'Histoire ; v.506 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  275. Et ce sont des Agents entre nous et les Dieux. v.508 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  276. Soumets tous tes desseins à leurs doctes censures, v.509 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  277. Mais je ne sais pas lire, et vous le savez bien. v.511 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  278. C'est un fort grand défaut : mais pourtant ce n'est rien. v.512 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  279. Pour en trouver quelqu'un digne d'être imité. v.516 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  280. Je commence à Ninus, de là je viens descendre v.517 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  281. Dans ce fameux Empire où régnaient les Césars : v.520 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  282. Là, pour choisir entre eux un fameux Capitaine, v.521 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  283. Je vole en tous les lieux où fut l'Aigle Romaine ; v.522 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  284. Je vois leur contenance au Conseil, à l'assaut ; v.523 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  285. Mais je n'en trouve point qui n'ait quelque défaut. v.524 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  286. Que l'amour et la gloire armèrent pour les Dames ; v.526 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  287. Mais sans en excepter Amadis, ni Renaud, v.531 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  288. En Assyrie, en Perse, aux Indes et dans Rome, v.534 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  289. Même en mille autres lieux, où des soins différents v.535 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  290. Ce parfait des parfaits parle souvent à toi, v.543 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  291. Ma foi je m'en doutais. v.545 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  292. Et pour l'événement laisse faire au destin. v.548 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  293. Voilà des pots-pourris que je ne puis comprendre. v.549 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  294. Ta charge et tes emplois te feront tout entendre. v.550 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  295. Il faut bien l'espérer : mais je ne sais pourquoi? v.551 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  296. Aussi je n'en pourrai conserver la mémoire. v.553 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  297. Sois sobre en ton manger, aussi bien qu'en ton boire ; v.554 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  298. Et vous ressouvenez que je n'ai pourchassé v.559 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  299. Ce beau Gouvernement où me voilà placé, v.560 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  300. Quoi qu'on en puisse dire, et quoi qu'on en enrage, v.561 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  301. Tu n'auras pas toujours des sentiments si bas. v.563 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  302. Je ne sais, mais enfin j'aime les bons repas. v.564 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  303. Supprime en tes discours ces proverbes antiques, v.565 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  304. Ma foi, pour cet article, à ne vous point mentir, v.567 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  305. Monseigneur Don Guichot, je n'y puis consentir : v.568 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  306. Je n'eus de mes aïeux d'autres biens en partage ; v.570 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  307. J'en regorge, j'en crève ; et quand je veux parler, v.571 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  308. Ils veulent tous sortir, jusqu'à se quereller : v.572 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  309. C'est pourquoi quelquefois j'en mets en évidence, v.573 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  310. Qui n'ont pas grand rapport avec ce que je pense. v.574 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  311. Je veux à l'avenir en mieux peser les mots, v.575 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  312. Et n'en citerai plus qu'ils ne soient à propos. v.576 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  313. La science partout vaut moins que la pratique. v.578 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  314. Et j'ai toujours tenu pour maxime assurée, v.581 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  315. Que bon renom vaut mieux que ceinture dorée. v.582 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  316. Hé bien, ne voilà pas des discours bien suivis ! v.583 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  317. En quoi manquai-je, donc ? v.585 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  318. Dis-moi, je t'en conjure, v.585 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  319. De métier, d'appétit, de renom, de repas ? v.587 (Acte 2, scène 1, DON QUICHOT)
  320. Je vous jure ma foi que je n'y pensais pas ; v.588 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  321. Pour ne rien hasarder qui vous puisse déplaire. v.590 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  322. Aux Seigneurs les honneurs ; souvent trop parler nuit ; v.591 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  323. Dans la suite des temps toutes choses se changent, v.593 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  324. Les fous font les festins, et les sages les mangent. v.594 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  325. Qui se contente est riche ; aux riches tout sied bien ; v.595 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  326. Tel maître, tel valet ; qui fait bien ne craint rien. v.596 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  327. Que tel qui peut choisir, bien souvent prend le pire. v.598 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  328. La plus grande finesse est de n'en point avoir ; v.600 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  329. Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage, v.602 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  330. Il faut à vieux matou, jeune et tendre souris, v.608 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  331. Ensemble honneur et biens ne s'acquièrent pas sans peine, v.609 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  332. Et je trouve après tout, ayant bien consulté, v.611 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  333. Il ne faut qu'un seul fou pour en amuser mille. v.614 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  334. Faquin, vilain, rustaud ! Hé, là, là, patience. v.617 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  335. Ah ! Si je n'avais pas à tenir l'audience? v.618 (Acte 2, scène 1, SANCHO)
  336. Qu'avez-vous, grand Sancho, vous semblez en courroux ? v.619 (Acte 2, scène 2, LE DUC)
  337. On n'en fait rien, pourtant, et je ne puis m'en taire. v.622 (Acte 2, scène 2, SANCHO)
  338. Prétend me gouverner, moi qui suis Gouverneur : v.624 (Acte 2, scène 2, SANCHO)
  339. Hé bien, cette audience enfin se tiendra-t-elle ? v.626 (Acte 2, scène 2, SANCHO)
  340. La tenir tout à l'heure, ou remettre à demain : v.628 (Acte 2, scène 2, SANCHO)
  341. Dans mon Gouvernement, puisqu'il faut qu'on m'essaie, v.629 (Acte 2, scène 2, SANCHO)
  342. J'amène un bon vieillard qui veut absolument v.631 (Acte 2, scène 3, LA DUCHESSE)
  343. Dire au grand Gouverneur quatre mots seulement. v.632 (Acte 2, scène 3, LA DUCHESSE)
  344. Qu'il soit bref ; car enfin, Madame_la_Duchesse, v.633 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  345. Je meurs de malefaim, et l'audience presse. v.634 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  346. Je vous rends l'honneur que je vous dois. v.636 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  347. J'ai deux enfants ; car je suis marié : v.643 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  348. L'un d'eux est Bachelier, l'autre est Licencié. v.644 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  349. On voulut la purger pendant qu'elle était grosse ; v.646 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  350. Il faudrait pour l'exemple en brancher cinq ou six v.648 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  351. De ces tueurs de gens. v.649 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  352. Ils causent ma ruine, v.649 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  353. Ma femme rendit l'âme avec la médecine. v.650 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  354. Enfin, que voulez-vous ? v.653 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  355. Je vais vous en instruire. v.653 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  356. Et vous m'en dites cent, c'est se moquer des gens ; v.655 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  357. Oui, mais venons-en au fait, Monsieur de Miguel-Turre. v.658 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  358. J'y viens. Mon Bachelier depuis deux ou trois mois, v.659 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  359. Étant allé mener nos pourceaux dans nos bois, v.660 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  360. Se rendit amoureux de Claire Perlerine, v.661 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  361. Qu'on peut bien appeler la perle du hameau : v.663 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  362. Qu'il en perde l'esprit, que le diable l'emporte, v.666 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  363. Là, là, tout doucement. v.668 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  364. De profil seulement, et par le côté droit, v.672 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  365. C'est qu'étant autrefois tombée en un grand feu, v.675 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  366. Ce petit accident la défigure un peu ; v.676 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  367. Fort bien. v.678 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  368. Mais pour sa taille et son gentil corsage, v.678 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  369. Si je n'en parle pas, qu'elle n'en a point ; v.684 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  370. Et se tient sur ses pieds d'une telle façon, v.687 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  371. Que ses genoux toujours touchent au menton : v.688 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  372. Le beau brin de femelle ! Ah, la triste aventure ! v.689 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  373. Enfin, que voulez-vous ? v.690 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  374. De votre propre main, pour que la parenté v.691 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  375. Consente au mariage, et signe le traité. v.692 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  376. Soit : mais vous attendrez donc que je sache écrire ; v.694 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  377. J'aurais besoin encore d'une petite grâce : v.697 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  378. C'est de me faire en ce même moment v.699 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  379. Délivrer un millier de ducats seulement, v.700 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  380. Ne soyez pas honteux, là, parlez hardiment. v.703 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  381. Cela leur suffira pour un commencement. v.704 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  382. Où diable puis-je prendre un millier de ducats ? v.708 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  383. Un Gouverneur qui vit ici dans l'opulence, v.710 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  384. Et bien loin d'accorder ta demande incivile, v.713 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  385. Il va vous en pleuvoir de partout. v.715 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  386. En ce cas v.715 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  387. Tu peux bien t'assurer que tu n'en auras pas. v.716 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  388. Quelle inhumanité ! Que vous êtes peu tendre, v.717 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  389. Oui, Gouverneur, pour prendre, v.718 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  390. J'ai bien affaire, moi, de Claire Perlerin, v.720 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  391. Sollicitai-je en vain votre magnificence ? v.722 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  392. J'avais si sûrement compté sur vos bontés. v.723 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  393. Je prendrai sans peser. v.726 (Acte 2, scène 3, PERALTE)
  394. Ce mauvais goguenard se raille ici de nous, v.727 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  395. Quand un Grand est fâché, comment doit-il donc faire ? v.730 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  396. Si mon respect pour vous n'eût retenu mon bras, v.731 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  397. J'aurais bien étrillé ce chercheur de ducats. v.732 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  398. Qui regorgent de biens beaucoup plus que d'honneurs : v.736 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  399. Mais m'aller pour cela choisir, moi qui commence, v.737 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  400. C'est, ou m'importuner, ou me faire une offense, v.738 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  401. Qu'on n'y revienne plus. Qu'est-ce encore ? v.739 (Acte 2, scène 3, SANCHO)
  402. Hé bien ? v.740 (Acte 2, scène 4, SANCHO)
  403. C'est l'Écuyer d'un fameux Enchanteur. v.740 (Acte 2, scène 4, FABRICE)
  404. Comment ! D'un Enchanteur ! Cette race maudite v.741 (Acte 2, scène 4, SANCHO)
  405. Ici par Écuyer me fait rendre visite ? v.742 (Acte 2, scène 4, SANCHO)
  406. Qu'on sache ce qu'il veut, et comment il se nomme. v.745 (Acte 2, scène 4, LE DUC)
  407. Messieurs les Enchanteurs ont bien trouvé leur homme. v.746 (Acte 2, scène 5, SANCHO)
  408. Grâce à Monsieur_le_Duc, devenu Gouverneur, v.747 (Acte 2, scène 5, SANCHO)
  409. J'ai tout ce qu'il me faut, et ne veux rien du leur, v.748 (Acte 2, scène 5, SANCHO)
  410. Qu'ils me laissent en paix. v.749 (Acte 2, scène 5, SANCHO)
  411. Hé bien ? v.749 (Acte 2, scène 6, FABRICE)
  412. Soyez le bienvenu, salut, honneur et joie. v.753 (Acte 2, scène 7, SANCHO)
  413. Quelque défi que l'enfer vous envoie v.754 (Acte 2, scène 7, SANCHO)
  414. Ce courrier de l'enfer. v.756 (Acte 2, scène 7, DON QUICHOT)
  415. Poltron ! Votre haute Excellence v.757 (Acte 2, scène 7, DON QUICHOT)
  416. Entrez. v.759 (Acte 2, scène 8, DON LOPE)
  417. Comment ! Entrez ? Nous autres Farfadets v.759 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  418. Ne prenons pour entrer nul ordre des valets ; v.760 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  419. Et si j'ai bien voulu demeurer à la porte, v.761 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  420. Ces courriers d'enchanteurs sont de vilaines gens. v.764 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  421. Noble Écuyer du Styx, car enfin la noblesse v.765 (Acte 2, scène 8, DON QUICHOT)
  422. Et quelle aventure ai-je à tenter ? v.768 (Acte 2, scène 8, DON QUICHOT)
  423. Ma foi, bonne ou mauvaise aventure, v.769 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  424. Il ira la tenter sans moi je l'en assure. v.770 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  425. Et qui cependant ne l'est guère, v.771 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  426. Enchanteur bienfaisant, courtois et débonnaire. v.772 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  427. Encore est-ce. v.773 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  428. Moi, Gouverneur ? Qu'on me laisse en repos v.777 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  429. Voici le fait en peu de mots. v.778 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  430. Et maintenant Chevalier des Lions, v.783 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  431. La fin de notre longue et pénible aventure, v.785 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  432. Dont très fort nous nous ennuyons. v.786 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  433. Il me l'avait bien dit lui-même, je vous jure. v.787 (Acte 2, scène 8, DON QUICHOT)
  434. Je n'y comprends plus rien, je vous assure. v.789 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  435. Est injustement condamnée v.792 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  436. À dada sur sa haquenée, v.795 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  437. Attendant l'heureuse journée v.796 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  438. L'aura rendu vainqueur d'autant de champions, v.799 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  439. Tant bien que mal doit être gouvernée. v.805 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  440. À ce que je puis voir je suis en bon renom, v.806 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  441. Mon excellence ici me semble un peu bernée. v.807 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  442. Les Enchanteurs n'ont pas raison. v.808 (Acte 2, scène 8, LA DUCHESSE)
  443. Que Don Guichot enfin sache que Dulcinée v.811 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  444. Par un heureux événement v.812 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  445. Mais ce ne sera qu'au moment v.814 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  446. Que Sancho sera las de son Gouvernement. v.815 (Acte 2, scène 8, MADIAN)
  447. C'est à quoi l'on n'a qu'à s'attendre. v.816 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  448. C'est un panneau qu'on vient me tendre. v.818 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  449. Si j'en suis jamais las, je veux qu'on me reberne. v.820 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  450. Est pour longtemps encore là-bas dans la caverne. v.822 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  451. Mais Monseigneur le Duc voudra-t-il bien permettre v.824 (Acte 2, scène 8, DON QUICHOT)
  452. Que je puisse attendre en ces lieux v.825 (Acte 2, scène 8, DON QUICHOT)
  453. Que l'Enchanteur me fait promettre. v.827 (Acte 2, scène 8, DON QUICHOT)
  454. Quels meilleurs sujets puis-je prendre ? v.829 (Acte 2, scène 8, LE DUC)
  455. L'un pour les gouverner, l'autre pour les défendre. v.830 (Acte 2, scène 8, LE DUC)
  456. Mais du Gouvernement Sancho doit être las, v.831 (Acte 2, scène 8, LE DUC)
  457. Avant que vous voyiez la fin de l'aventure. v.832 (Acte 2, scène 8, LE DUC)
  458. Toujours les Enchanteurs parlent ambigument, v.833 (Acte 2, scène 8, LA DUCHESSE)
  459. Que nous pénétrerons après l'événement. v.835 (Acte 2, scène 8, LA DUCHESSE)
  460. Ce ne sera pas moi, j'en jure, v.836 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  461. Qui prendrai soin d'en éclaircir le sens : v.837 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  462. Et si selon mon gré le Gouvernement dure, v.838 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  463. On ne saura rien de longtemps. v.839 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  464. Dans son malheur se tient heureux v.844 (Acte 2, scène 8, DON QUICHOT)
  465. Et qu'il attend de leurs soins généreux v.847 (Acte 2, scène 8, DON QUICHOT)
  466. L'effet, malgré les envieux, v.849 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  467. N'en sera pas si prompt, je pense. v.850 (Acte 2, scène 8, SANCHO)
  468. Seigneur, on vous attend pour tenir l'audience. v.851 (Acte 2, scène 9, DON LOPE)
  469. Et si je reste en place on le réformera. v.856 (Acte 2, scène 9, SANCHO)
  470. Qu'un Grand ne fasse rien de ce qu'il voudrait faire ! v.859 (Acte 2, scène 9, SANCHO)
  471. Quoique inégal en rang, soyez couvert Docteur ; v.860 (Acte 3, scène 1, SANCHO)
  472. Grand merci pour mon chef, qui s'en trouvera mieux. v.865 (Acte 3, scène 1, SANCHO)
  473. C'est pourquoi tous ainsi venir à l'audience ? v.866 (Acte 3, scène 1, SANCHO)
  474. Pour être les témoins de votre expérience. v.867 (Acte 3, scène 1, LA DUCHESSE)
  475. Comme en jugeant je sais tout ce que je hasarde, v.870 (Acte 3, scène 1, SANCHO)
  476. Qui parmi les meilleurs tient le haut du pavé : v.873 (Acte 3, scène 1, LE DOCTEUR)
  477. Mais enfin quoiqu'il soit sublime en toutes choses, v.874 (Acte 3, scène 1, LE DOCTEUR)
  478. Éprouvez. Mais je suis bien las d'être debout, v.876 (Acte 3, scène 1, SANCHO)
  479. Prends bien garde aux proverbes surtout. v.877 (Acte 3, scène 1, DON QUICHOT)
  480. Que vous pourriez même en faire leçon, v.880 (Acte 3, scène 1, LE DOCTEUR)
  481. Si vous l'entrepreniez, à Licurgue et Solon. v.881 (Acte 3, scène 1, LE DOCTEUR)
  482. Et ne prétends donner de leçons à personne. v.883 (Acte 3, scène 1, SANCHO)
  483. Vous rendriez confus le grand Papinian, v.885 (Acte 3, scène 1, LE DOCTEUR)
  484. Marcellus, Gordien, Proculus, Hermogène, v.886 (Acte 3, scène 1, LE DOCTEUR)
  485. Vernerus, Placentin, Aze, Accurse, Bartole, v.890 (Acte 3, scène 1, LE DOCTEUR)
  486. Voilà bien des Messieurs que je ne connais pas. v.893 (Acte 3, scène 1, SANCHO)
  487. Mais je doute pourtant qu'en ces causes augustes v.894 (Acte 3, scène 1, LE DOCTEUR)
  488. Ma foi j'en doute aussi, puisque vous en doutez. v.897 (Acte 3, scène 1, SANCHO)
  489. Entrez, vous, Madame l'éplorée. v.898 (Acte 3, scène 2, DON LOPE)
  490. On m'a pris mon argent. v.900 (Acte 3, scène 2, LEONOR)
  491. Qui mérite en effet les peines les plus vives. v.902 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  492. Doucement, n'allons point d'abord aux invectives. v.903 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  493. Puis-je m'en dispenser ? Est-il un mal plus grand, v.904 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  494. Que de perdre à la fois et l'honneur et l'argent ? v.905 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  495. À gens de mon métier quel indigne reproche ? v.906 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  496. Quel triomphe pour lui, pour moi quel accident, v.908 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  497. Il veut les retenir. v.911 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  498. À moins qu'être Greffier, Sergent ou Procureur? v.915 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  499. Avez-vous cet argent ? Hâtez-vous de le rendre. v.916 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  500. Dépêchez, ou je vous ferai pendre. v.917 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  501. Oui, j'ai pris l'argent dont vous parlez : v.918 (Acte 3, scène 2, LE PAYSAN)
  502. J'ai repris mon argent. v.920 (Acte 3, scène 2, LE PAYSAN)
  503. Deviez-vous le reprendre ? v.920 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  504. Il fallait m'assigner pour me le faire rendre ; v.921 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  505. Il fallait, sans user de force à mon endroit, v.922 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  506. Et, comme je prétends faire en cette occurrence, v.924 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  507. Employer la justice, et non la violence ; v.925 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  508. En entrant dans ma poche ont cessé d'être à vous : v.927 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  509. Mon larcin ne rend pas le vôtre légitime, v.929 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  510. Mais c'est un attentat que de me voler, moi. v.931 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  511. Le délit est constant, vous en êtes coupable, v.932 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  512. Vous devez en porter la peine. Au préalable, v.933 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  513. Tout bien considéré, Monseigneur, je conclus, v.934 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  514. Qu'on me rende l'argent, et qu'on en parle plus. v.935 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  515. Fort bien, vous concluez, vous, à votre manière, v.936 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  516. Seigneur, je n'en sais rien. v.940 (Acte 3, scène 2, LE PAYSAN)
  517. Seigneur, c'en était d'autres. v.940 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  518. Il fallait prendre garde à reprendre les vôtres : v.941 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  519. Voilà, je vous l'avoue, un fait bien épineux ; v.942 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  520. Au fonds, quoiqu'ils aient tort, ils ont raison tous deux : v.943 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  521. L'homme a repris l'argent à cette larronnesse ; v.945 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  522. La femme sur l'argent que cet homme a repris, v.946 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  523. Par la loi qu'elle cite a des droits bien acquis. v.947 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  524. Je sais bien d'autre part que la justice approuve v.948 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  525. Qu'on reprenne son bien partout où l'on le trouve. v.949 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  526. Morbleu quand une affaire a deux faces, deux sens, v.950 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  527. Par ma foi les procès sont bien embarrassants, v.951 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  528. Pour bien décider voici ce qu'il faut faire. v.957 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  529. Je soutiens, v.958 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  530. Et je le prouverai, ce ne sont pas les siens. v.959 (Acte 3, scène 2, LA BOHEMIENNE)
  531. Tant mieux. Sur ce pied-là vous en avez donc d'autres ? v.960 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  532. Ceux qui par la loi sont devenus les vôtres, v.961 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  533. Et qui furent les siens ci-devant ? v.962 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  534. Et, bien ou mal, enfin il faut rendre un arrêt. v.967 (Acte 3, scène 2, LE DOCTEUR)
  535. Qu'on les pende tous deux pour terminer l'affaire. v.968 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  536. Comment ! Pendre les gens, Seigneur, pour six ducats ? v.970 (Acte 3, scène 2, LE PAYSAN)
  537. Elle a raison au moins, docteur, à le bien prendre, v.972 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  538. Et pour de certains vols je n'ai jamais vu pendre. v.973 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  539. Ni moi non plus, et j'entre fort dans ses raisons. v.974 (Acte 3, scène 2, LE DOCTEUR)
  540. Il est pourtant certain que l'on pend es larrons. v.975 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  541. La Grèce ! Cette femme était de fort bon sens, v.978 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  542. Et pour des tours d'adresse on ne pend point les gens v.979 (Acte 3, scène 2, SANCHO)
  543. D'un arrêt décisif le peuple est en attente. v.980 (Acte 3, scène 3, DON LOPE)
  544. Il murmure, et l'on craint qu'il ne s'impatiente. v.981 (Acte 3, scène 3, DON LOPE)
  545. Oui, vraiment, Monseigneur. v.982 (Acte 3, scène 3, DON LOPE)
  546. Pour contenter le peuple et pour dîner plutôt. v.987 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  547. Entendu les raisons de la demanderesse, v.989 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  548. Celles du défendeur, et tout vu bien à fonds, v.990 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  549. Et bien considéré, j'absous ces deux fripons. v.991 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  550. C'est fort bien décider. v.992 (Acte 3, scène 3, LE DUC)
  551. Quel excès de clémence ! v.992 (Acte 3, scène 3, LA DUCHESSE)
  552. Je ne saurais assez admirer, quand j'y pense, v.993 (Acte 3, scène 3, DON QUICHOT)
  553. Le Ciel pour les remplir donne aussi des talents. v.995 (Acte 3, scène 3, DON QUICHOT)
  554. Sancho n'était qu'un rustre étant dans l'indigence, v.996 (Acte 3, scène 3, DON QUICHOT)
  555. Et Sancho Gouverneur est plein d'intelligence. v.997 (Acte 3, scène 3, DON QUICHOT)
  556. Et l'argent, Monseigneur ? v.1000 (Acte 3, scène 3, LA BOHEMIENNE)
  557. Demander de l'argent lorsque l'on vous pardonne ; v.1001 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  558. Hé bien, de Gouverneur fais-je si mal l'office ? v.1004 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  559. Vous venez de juger comme eût fait la Justice. v.1005 (Acte 3, scène 3, LE DOCTEUR)
  560. C'est assez ; car le dîner attend, v.1007 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  561. Ou j'attends le dîner, moi, c'est la même chose, v.1008 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  562. Pour mon commencement c'est assez d'une cause, v.1009 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  563. Seigneur, il en est encore un. v.1010 (Acte 3, scène 3, LE DOCTEUR)
  564. Il fallait donc vider celui-là dès l'entrée, v.1012 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  565. Qu'on fasse donc entrer ce Procès. v.1015 (Acte 3, scène 3, SANCHO)
  566. Du testament d'un père v.1016 (Acte 3, scène 4, ELVIRE)
  567. Nous venons vous prier de nous rendre justice. v.1020 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  568. Voyons le testament. v.1024 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  569. Prenez ce soin, Docteur, de crainte de surprise, v.1025 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  570. Et bien exactement pesons-en tous les mots. v.1026 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  571. Extrait du testament du père de Carlos. v.1027 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  572. Mon intention est que Madame Rodrigue, v.1028 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  573. Que j'ai toujours connue un vrai diable en intrigue? v.1029 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  574. Voyez depuis quel temps je m'en suis emparée, v.1032 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  575. Des soins qu'elle aura pris d'élever son enfance, v.1037 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  576. Beaucoup plus que la vie et les biens que je perds? v.1039 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  577. Oui, pour lui sa tendresse allait jusqu'à l'extrême : v.1040 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  578. Nous comprenons cela. v.1042 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  579. Je me tais, Monseigneur, et consens qu'on achève. v.1045 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  580. Au sortir de l'enfance, et déjà commençant v.1046 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  581. À devenir un jeune et fort adolescent, v.1047 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  582. De tempérament mûr, c'est-à-dire nubile. v.1048 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  583. Dont par votre équité j'attends un bon succès, v.1051 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  584. Ou je vais m'en aller. v.1054 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  585. Il y paraît vraiment. v.1057 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  586. Mon fils donc, en dût-il enrager, v.1058 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  587. Par son choix à l'hymen ne pourra s'engager, v.1059 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  588. Sans en avoir l'aveu de la Dame tutrice, v.1060 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  589. D'autre part de mes biens que ce qu'elle voudra ; v.1063 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  590. Le testament n'a pas la moindre obscurité : v.1066 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  591. Mais du fait à présent sachons ma vérité ; v.1067 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  592. Que prétend la tutrice, et que veut le pupille ? v.1068 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  593. Oui, parlez, vous, Monsieur l'adolescent nubile. v.1069 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  594. Je puis vous protester que j'en ai conservé v.1071 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  595. Jusques à ce moment une reconnaissance, v.1072 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  596. Dont pour moi sa conduite aujourd'hui me dispense. v.1073 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  597. Ma conduite ? Comment ! Qui pourrait la blâmer ? v.1074 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  598. Parce que vous étiez maîtresse de mon bien? v.1078 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  599. En le soignant je l'ai regardé comme mien. v.1079 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  600. Sans prendre mon aveu le testament t'engage : v.1081 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  601. Si tu fais autrement, tous les biens sont à moi ; v.1082 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  602. Hé bien, c'est un moyen d'accommoder l'affaire. v.1084 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  603. Et depuis quelques jours une tendre beauté, v.1087 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  604. Que Madame l'est peu, me ravit et m'enchante. v.1089 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  605. Quoi ! M'oser dire en face ainsi des duretés, v.1090 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  606. Et de l'amour aussi, s'il me rendait justice. v.1093 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  607. Et si je vous en dois, je ne puis vous payer. v.1095 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  608. Mon coeur, mes serments, tout m'engage avec une autre : v.1096 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  609. Voilà mon parti pris, il faut prendre le vôtre. v.1097 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  610. Hé bien donc, je le prends, et je ne t'aime plus. v.1098 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  611. C'est justement deux cent quarante mille livres. v.1100 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  612. Pour me venger, ingrat, des maux où tu me livres, v.1101 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  613. Que le défunt connut pour un diable en intrigue, v.1105 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  614. Des biens qu'il a laissés vous faites là deux lots v.1106 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  615. Bien inégaux entre eux, et prenez le plus gros ; v.1107 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  616. La probité, l'honneur, peuvent-ils vous permettre? v.1108 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  617. Je suis le testament, Monseigneur, à la lettre. v.1109 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  618. Seigneur, le testament doit être exécuté. v.1111 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  619. Et de mon côté, moi, je prétends qu'on le casse. v.1112 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  620. Et je ne comprends pas comment il se peut faire v.1116 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  621. Qu'en mourant c'ait été l'intention du père. v.1117 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  622. Que la part seulement que Madame voudra. v.1119 (Acte 3, scène 4, LE DOCTEUR)
  623. Et commence à trouver le noeud de cette affaire, v.1121 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  624. Le mort en son vivant n'était point un benet. v.1122 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  625. Combien à ce jeune homme offrez-vous, s'il vous plaît ? v.1123 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  626. S'il ne m'épouse pas ; tout le bien s'il m'épouse. v.1125 (Acte 3, scène 4, MADAME RODRIGUE)
  627. Nullement. v.1126 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  628. Et vous vous soumettez aux lois du testament ? v.1127 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  629. Seigneur, le testament ne m'est pas favorable. v.1128 (Acte 3, scène 4, DON CARLOS)
  630. Çà, des deux parts des biens par le défunt laissés, v.1130 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  631. Les quatre autres pour vous, et qu'on en parle plus. v.1135 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  632. C'est là du testament le sens en évidence ; v.1136 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  633. Je le juge, et le prends dessus ma conscience. v.1137 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  634. Bien à dîner, de grâce, et je vous en tiens quittes. v.1141 (Acte 3, scène 4, SANCHO)
  635. Un mot avant dîner ! Oh, parbleu, qu'il attende. v.1148 (Acte 3, scène 5, SANCHO)
  636. Quoi ! S'il en arrivait ici de toutes parts v.1151 (Acte 3, scène 5, SANCHO)
  637. Quand la table est servie, au dépend de mon ventre v.1152 (Acte 3, scène 5, SANCHO)
  638. N'écouter que celui-ci. Qu'il entre. v.1153 (Acte 3, scène 5, LE DUC)
  639. On ne laisse dans l'Île entrer nul étranger. v.1155 (Acte 3, scène 5, SANCHO)
  640. Il est vrai, j'en conviens, et que si je suis plein, v.1162 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  641. En très peu de discours, et puis troussez bagage. v.1165 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  642. A pris pour le mensonge une si grande horreur, v.1167 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  643. Que pour en corriger les grands et le vulgaire, v.1168 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  644. Pour maintenir la loi que le Seigneur a faite ; v.1172 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  645. Près de leur Tribunal, potence toujours droite. v.1173 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  646. D'où il vient, où il va, puis aussitôt jugé : v.1175 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  647. Qu'il soit pendu s'il ment, et s'il dit vrai qu'il passe. v.1177 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  648. Remarquez bien ceci : s'il ment qu'il soit pendu ; v.1178 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  649. Je l'ai bien entendu, v.1179 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  650. Qu'il soit pendu s'il ment, et s'il dit vrai qu'il passe. v.1180 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  651. Fort bien, vous y voilà. v.1181 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  652. Venons au fait, de grâce. v.1181 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  653. Oui, Monseigneur, j'y viens. Or donc, voici le cas v.1182 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  654. Un mauvais goguenard d'une mine arrogante, v.1184 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  655. D'un air impérieux pour passer se présente, v.1185 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  656. Mais à la fin pourtant, ne pouvant s'en défendre, v.1188 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  657. À ce gibet, dit-il, je vais me faire pendre. v.1189 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  658. Hé ! Que ne le pend-on, puisqu'il est content ? v.1190 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  659. Pendez. v.1191 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  660. La loi l'ordonne, et la loi le défend ; v.1191 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  661. Il est sûr, s'il dit vrai, qu'il ne le faut pas pendre. v.1192 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  662. Vous comprenez ? v.1193 (Acte 3, scène 6, L'?TRANGER)
  663. Rien n'est plus facile à comprendre. v.1193 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  664. Et s'il n'est pas pendu, n'aura-t-il pas menti ? v.1194 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  665. En tel cas, Monseigneur, prendrait votre sagesse ? v.1196 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  666. Venez-vous de bien loin ? v.1199 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  667. De cent milles, et plus. v.1199 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  668. Cent milles, c'est beaucoup. v.1200 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  669. J'en ai fait davantage : v.1200 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  670. En feriez-vous serment ? v.1202 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  671. J'en jure. v.1203 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  672. On est chez vous étranglé quand on ment ? v.1203 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  673. Qu'on prenne donc la peine v.1204 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  674. C'est rendre un jugement injuste contre lui. v.1206 (Acte 3, scène 6, LE DOCTEUR)
  675. Quelque bruit qu'en ait pu semer la renommée, v.1208 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  676. La Justice du Pont n'en peut être informée ; v.1209 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  677. Et cette question, dont on vient me berner, v.1210 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  678. Ah ! Ne le croyez pas, Sancho, je vous en prie. v.1212 (Acte 3, scène 6, LA DUCHESSE)
  679. On s'en mordrait les doigts. v.1214 (Acte 3, scène 6, DON QUICHOT)
  680. De mon Gouvernement on veut me rendre las ; v.1215 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  681. C'est par cette raison que l'on m'impatiente, v.1216 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  682. Pour pouvoir au plutôt désenchanter l'Infante : v.1217 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  683. Mais je tiens bon. v.1218 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  684. On vous a dit la loi, le fait, la conséquence, v.1220 (Acte 3, scène 6, LE DOCTEUR)
  685. Oh, parbleu donnez-vous patience : v.1221 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  686. Ce n'est pas là, Seigneur, ce qu'on vient demander. v.1226 (Acte 3, scène 6, LE DOCTEUR)
  687. Il ne faut point de lois qui ne soient nécessaires, v.1228 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  688. Les plus heureux États sont ceux qui n'en ont guères ; v.1229 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  689. En suivant une loi, dites-moi quel moyen, v.1230 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  690. Docteur, de bien juger quand la loi ne vaut rien ? v.1231 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  691. Il faut ou condamner, Seigneur, ou bien absoudre. v.1233 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  692. Mais puisqu'il est écrit, pour rendre la justice, v.1236 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  693. Qu'il faut absolument qu'on pardonne ou punisse, v.1237 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  694. Que les Juges du Pont apprennent que j'absous. v.1238 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  695. Puisque j'ai si bien fait, je veux m'en tenir là. v.1243 (Acte 3, scène 6, SANCHO)
  696. Que dans tes jugements je te trouve admirable ! v.1244 (Acte 3, scène 6, DON QUICHOT)
  697. L'histoire dans cent ans n'en sera pas croyable. v.1245 (Acte 3, scène 6, LA DUCHESSE)
  698. J'en suis tout étonné. v.1246 (Acte 3, scène 6, LE DUC)
  699. J'en demeure confus. v.1246 (Acte 3, scène 6, L'ÉTRANGER)
  700. Allez donc bien dîner. v.1248 (Acte 3, scène 6, LE DUC)
  701. Traitez-le en Prince. v.1249 (Acte 3, scène 6, LA DUCHESSE)
  702. Qu'avec nous Don Guichot vienne dîner aussi. v.1251 (Acte 3, scène 6, LE DUC)
  703. Hé bien ; croit-on m'avoir assez fait promener ? v.1252 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  704. Quelque Enchanteur maudit en ce Palais dérange v.1254 (Acte 4, scène 1, LE DOCTEUR)
  705. Point de cérémonie, et que je mange enfin, v.1257 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  706. La cave, le grenier, l'escalier, la cuisine, v.1258 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  707. Oui, j'en sens les ragoûts. v.1261 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  708. Vous comprenez donc bien que vous ferez grande chère ? v.1262 (Acte 4, scène 1, LE DOCTEUR)
  709. Il est vrai ; cependant depuis une heure entière v.1263 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  710. Je sens la même chose, et ne vois rien. Tenez, v.1264 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  711. De ces mets savoureux une odeur succulente v.1266 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  712. M'ébranle la mâchoire, et la faim s'en augmente. v.1267 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  713. Je suis sobre, et n'en veux pour moi pas davantage. v.1271 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  714. Non, non, un Gouverneur doit dîner autrement, v.1272 (Acte 4, scène 1, LE DOCTEUR)
  715. Avec plus d'appareil, plus délicatement. v.1273 (Acte 4, scène 1, LE DOCTEUR)
  716. De vous traiter en Prince. v.1276 (Acte 4, scène 1, LE DOCTEUR)
  717. Mais je vous en dispense. v.1277 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  718. Mais, Docteur, le mérite est dans la diligence ; v.1278 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  719. S'il faut attendre encore, je suis mort. v.1279 (Acte 4, scène 1, SANCHO)
  720. Patience. v.1279 (Acte 4, scène 1, LE DOCTEUR)
  721. De ce retardement nous allons voir la fin : v.1280 (Acte 4, scène 1, LE DOCTEUR)
  722. Justement, j'aperçois la salle du festin, v.1281 (Acte 4, scène 1, LE DOCTEUR)
  723. Malgré l'enchantement la porte s'en découvre, v.1282 (Acte 4, scène 1, LE DOCTEUR)
  724. Le charme est dissipé, l'enchanteur fuit, on ouvre. v.1283 (Acte 4, scène 1, LE DOCTEUR)
  725. Le Ciel en soit loué ; passons donc. v.1284 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  726. Hé bien, que fait cela ? v.1285 (Acte 4, scène 2, LE CUIRASSIER)
  727. Comment, que fait cela ? Si je? v.1286 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  728. Ne pouvant en avoir l'entrée, v.1291 (Acte 4, scène 2, LE DOCTEUR)
  729. Comment donc ? v.1293 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  730. Ne vous souvient-il point d'être armé Chevalier ? v.1295 (Acte 4, scène 2, LE DOCTEUR)
  731. Confusément : un jour notre barbier? v.1296 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  732. Je me souviens du moins que j'en eus grande envie. v.1297 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  733. Prenez garde à mentir, il y va de la vie. v.1298 (Acte 4, scène 2, LE DOCTEUR)
  734. Oui vraiment. v.1299 (Acte 4, scène 2, LE DOCTEUR)
  735. En ce cas. v.1299 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  736. Je me souviens fort bien que je ne le suis pas : v.1300 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  737. Hé, qu'en a-t-on besoin pour manger et pour boire. v.1302 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  738. Il ne faut qu'un gosier, un estomac, des dents. v.1303 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  739. Hé bien, soit, je consens de dîner à la porte. v.1305 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  740. Nous n'avons point d'exemple encore d'aucune affaire v.1309 (Acte 4, scène 2, LE DOCTEUR)
  741. Hé bien, il en faut faire. v.1310 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  742. J'en servirai. v.1311 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  743. Il n'en est point sur qui les Grands ne puissent mordre. v.1314 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  744. Je te mordrai moi-même ; et je suis enragé, v.1316 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  745. Prends-y garde. v.1317 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  746. Seigneur, gardez la bienséance. v.1317 (Acte 4, scène 2, LE DOCTEUR)
  747. Hé, comment la garder, quand on perd patience ? v.1318 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  748. Ou que la table vienne, ou je vais la trouver. v.1320 (Acte 4, scène 2, SANCHO)
  749. Malgré l'ordre ancien le Duc veut bien permettre v.1326 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  750. Que je vais m'en donner ! Que de mets ! Que de plats ! v.1331 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  751. Mais par où commencer ? Ma foi je ne sais pas ; v.1332 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  752. Comment ? À quel propos le faire reporter ? v.1339 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  753. C'est pour vous empêcher, Monseigneur, d'en goûter. v.1340 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  754. Mais j'en veux goûter, moi. v.1341 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  755. Le Ciel vous en préserve, v.1341 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  756. Hé bien, j'y consens : mais mangeons de celui-ci. v.1343 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  757. Le trouver bon ! Nenni, je ne suis pas si bête. v.1345 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  758. N'en faites rien, je casserai la tête v.1346 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  759. À qui pour desservir s'osera présenter. v.1347 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  760. Ceci commence à m'impatienter, v.1348 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  761. Pour vous laisser jamais rien manger qui l'altère. v.1350 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  762. Je vous suis obligé : mais, Docteur entre nous, v.1351 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  763. Ces ragoûts succulents détruisent la machine, v.1353 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  764. Au lieu de s'en nourrir, l'estomac se ruine ; v.1354 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  765. Pourquoi donc les servir, si on n'en mange pas ? v.1356 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  766. Par forme seulement, pour la cérémonie ; v.1357 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  767. Il faut bien que d'un Grand la table soit garnie. v.1358 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  768. Ce raisonnement-là me ferait enrager ; v.1359 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  769. Vos conseils sont fort bons pour tenir l'audience : v.1361 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  770. Pour la table néant, et je vous en dispense. v.1362 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  771. Est d'avoir sur la vôtre entière inspection. v.1364 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  772. Qui de mon appétit vous a rendu l'arbitre ? v.1366 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  773. M'en a revêtu. v.1374 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  774. Moi-même, et vous ferez bien voir v.1375 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  775. Qu'on n'a point d'inspecteur, si l'on n'en veut avoir. v.1376 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  776. Comment, votre Excellence v.1377 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  777. Oui, j'en mange, Docteur, et je m'en crèverai. v.1379 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  778. Je suis bien sûr que non, car je l'empêcherai, v.1380 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  779. Attendez. v.1382 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  780. Nous avons intérêt à prendre soin de vous. v.1383 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  781. Encore est-ce. Approchez cet oiseau de rivière. v.1385 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  782. De n'en point manger. v.1387 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  783. Et moi dans ce moment v.1387 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  784. Je vous défends, Docteur, et très expressément, v.1388 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  785. De me prier de rien, et de me rien défendre. v.1389 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  786. Faites-moi seulement la grâce de m'entendre. v.1390 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  787. Non, je n'écoute rien. v.1391 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  788. L'oiseau de rivière est un aliment très lourd. v.1392 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  789. Tant mieux, il me convient. v.1393 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  790. Et comprenant en soi la chair et le poisson, v.1395 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  791. Je le tiens dangereux. v.1396 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  792. Et moi, je le tiens bon. v.1396 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  793. Hé bien donnez-moi donc quelque perdrix rôtir. v.1398 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  794. Une perdrix, Seigneur ? Ah ! N'en mangez jamais. v.1399 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  795. J'en crois mon appétit, sans consulter personne, v.1401 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  796. La perdrix ne vaut rien, et sur cet aliment v.1403 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  797. Hippocrate a parlé très décisivement. v.1404 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  798. Avicène et Fernel en demeurent d'accord, v.1407 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  799. Le savant Galien défend dans ses ouvrages v.1409 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  800. En termes très exprès d'en donner même aux Pages ; v.1410 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  801. Lescale, Rondelet, du Laurent, Rabelais v.1411 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  802. Ont depuis étendu la défense aux Laquais ; v.1412 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  803. Et nous ne voyons point en maison bien réglée, v.1413 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  804. Qu'on mette des perdrix pour des gens de livrée. v.1414 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  805. Vous n'en mangerez point, Monseigneur, je vous jure. v.1417 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  806. Je n'en mangerai pas ? v.1418 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  807. Exceptez seulement et canards et perdrix, v.1420 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  808. Un accident étrange et difficile à croire, v.1422 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  809. Je ne m'en souviens point sans en être affligé. v.1423 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  810. Vous n'avez fait que lire, et moi j'en ai mangé, v.1424 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  811. Et m'en suis trouvé bien ; ainsi ne vous déplaise, v.1425 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  812. J'en mangerai, Docteur, encore tout à mon aise. v.1426 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  813. Qu'il vous déplaise ou non, je suis ferme en ce point, v.1427 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  814. Et je l'ai bien juré, vous n'en mangerez point. v.1428 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  815. La raison ? Elle est toute évidente ; v.1433 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  816. Que le froid engourdit, et rend paralytique ; v.1438 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  817. Et pour justifier combien il est mauvais, v.1439 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  818. Qu'on en donne à des chiens, ils n'en mangent jamais. v.1440 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  819. Il est vrai, j'en conviens. v.1441 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  820. Si faut-il pourtant bien manger de quelque chose. v.1442 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  821. Rien autre chose ? v.1449 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  822. Quel est votre pays, votre famille, enfin v.1451 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  823. Dans Ossonne, aussi bien qu'Antonio Perez. v.1456 (Acte 4, scène 3, LE DOCTEUR)
  824. Oh bien, Docteur Pedro Rezio de Malaguerre, v.1457 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  825. Dans Ossonne, aussi bien qu'Antonio Perez. v.1460 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  826. Sortez de ma présence, et faites votre compte v.1461 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  827. Desquels vous prétendez que je ne mange pas. v.1464 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  828. Un métier ne vaut rien, s'il ne donne du pain, v.1467 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  829. Tu fais bien. Ah ! Mangeons à notre aise v.1470 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  830. Je viens de le quitter, sortant de l'audience, v.1477 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  831. Le Duc s'est mis à table : ainsi quelle apparence ? v.1478 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  832. Sortant de l'audience il a quitté ce lieu. v.1479 (Acte 4, scène 3, DON LOPE)
  833. Le Duc s'en est allé sans m'avoir dit adieu ? v.1480 (Acte 4, scène 3, SANCHO)
  834. Et tout chemin faisant on me renvoie ici v.1483 (Acte 4, scène 4, LE COURRIER)
  835. Cet écrit pourra vous en instruire, v.1485 (Acte 4, scène 4, LE COURRIER)
  836. Lisez-le promptement. v.1486 (Acte 4, scène 4, LE COURRIER)
  837. S'il vous plaît, Monseigneur, je le lirai fort bien. v.1487 (Acte 4, scène 4, LE MAÎTRE D'HÔTEL)
  838. L'affaire est importante ou je n'y connais rien. v.1488 (Acte 4, scène 4, LE MA?TRE D'H?TEL)
  839. Je te revois encore ? v.1490 (Acte 4, scène 5, SANCHO)
  840. Hé bien, quelles sont-elles ? v.1490 (Acte 4, scène 5, LE DOCTEUR)
  841. Que l'on m'ôte d'ici ce maudit garnement. v.1491 (Acte 4, scène 5, SANCHO)
  842. Il a fallu qu'en diligence, v.1493 (Acte 4, scène 5, LE MAÎTRE D'HÔTEL)
  843. Attendant mon retour, de tout ce qu'on vous donne v.1495 (Acte 4, scène 5, LE MA?TRE D'H?TEL)
  844. Cinq ou six enchanteurs méditent votre perte, v.1502 (Acte 4, scène 5, LE MAÎTRE D'HÔTEL)
  845. Et vous ont envoyés quatre homme déguisés ; v.1503 (Acte 4, scène 5, LE MA?TRE D'H?TEL)
  846. Prenez donc garde à vous, mettez-vous en défense, v.1504 (Acte 4, scène 5, LE MA?TRE D'H?TEL)
  847. On veut vous enlever sans bruit, v.1506 (Acte 4, scène 5, LE MA?TRE D'H?TEL)
  848. J'attends tout de vos soins et de votre prudence, v.1507 (Acte 4, scène 5, LE MA?TRE D'H?TEL)
  849. Suis-je donc devenu Gouverneur pour cela ? v.1509 (Acte 4, scène 5, SANCHO)
  850. Les maudits enchanteurs ! La détestable engeance ! v.1510 (Acte 4, scène 5, SANCHO)
  851. Il faut, Seigneur, s'armer de patience. v.1511 (Acte 4, scène 5, LE MAÎTRE D'HÔTEL)
  852. Non. Je meurs de faim, j'enrage. v.1515 (Acte 4, scène 5, SANCHO)
  853. Le soin de votre table à présent me regarde ; v.1518 (Acte 4, scène 5, LE MAÎTRE D'HÔTEL)
  854. Le Docteur est chassé, Seigneur, je prendrai garde v.1519 (Acte 4, scène 5, LE MA?TRE D'H?TEL)
  855. Que vous puissiez manger de tout en sûreté. v.1520 (Acte 4, scène 5, LE MA?TRE D'H?TEL)
  856. Et que j'en puisse aussi manger en quantité. v.1521 (Acte 4, scène 5, SANCHO)
  857. Seigneur, Monsieur_le_Duc attend votre réponse. v.1522 (Acte 4, scène 5, LE COURRIER)
  858. Dites-lui qu'aux grandeurs Sancho Pança renonce, v.1523 (Acte 4, scène 5, SANCHO)
  859. Leur Infante bientôt sera désenchantée. v.1527 (Acte 4, scène 5, SANCHO)
  860. Soit, qu'il s'assemble. Au mien quel malheur est pareil ? v.1529 (Acte 4, scène 5, SANCHO)
  861. Pendant que Don Guichot dessous la cheminée v.1530 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  862. Feignons de la tirer de son enchantement, v.1532 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  863. Et délivrons Sancho de son Gouvernement ; v.1533 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  864. Hé bien, chimère soit : Tous les plaisirs qu'on prend v.1536 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  865. Méritent-ils, Madame, un nom bien différent ? v.1537 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  866. Ceux que donnent le jeu, la danse, la musique, v.1538 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  867. Et la chasse, ont-ils rien qui ne soit chimérique ? v.1539 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  868. Tous ensemble n'ont point d'autre solidité, v.1540 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  869. Que d'user nos moments avec tranquillité, v.1541 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  870. Dont nous pouvons nous faire un innocent régal. v.1545 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  871. Vos gens sont avertis de ce qu'ils ont à faire, v.1546 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  872. Et le peuple, qui vient en foule d'ordinaire v.1547 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  873. Aux fêtes qu'en ces lieux souvent nous lui donnons, v.1548 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  874. Prendra part aux plaisirs que nous nous proposons. v.1549 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  875. Je suis, je vous l'avoue, en grande impatience v.1555 (Acte 5, scène 1, LA DUCHESSE)
  876. De voir un peu comment le bon Sancho Pança, v.1556 (Acte 5, scène 1, LA DUCHESSE)
  877. Pour nous jusqu'à présent l'aventure est plaisante : v.1558 (Acte 5, scène 1, LA DUCHESSE)
  878. Mais je souffre en voyant la faim qui le tourmente. v.1559 (Acte 5, scène 1, LA DUCHESSE)
  879. Je crois qu'en ce moment rêveur et bien fâché, v.1560 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  880. De son Gouvernement il ferait bon marché. v.1561 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  881. Et revenez ici pour lui donner l'aubade. v.1563 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  882. Madame, assurément, n'en aura que la peur. v.1565 (Acte 5, scène 1, LE DOCTEUR)
  883. Ce sera trop encore, et j'ai peur qu'il n'en meure. v.1566 (Acte 5, scène 1, LA DUCHESSE)
  884. Don Guichot à propos l'en tirera sur l'heure. v.1567 (Acte 5, scène 1, LE DUC)
  885. Il faut se divertir sans nul désordre, enfin. v.1568 (Acte 5, scène 1, LA DUCHESSE)
  886. Les valets quelquefois poussent trop loin la chose. v.1570 (Acte 5, scène 1, LA DUCHESSE)
  887. D'où vient que le sommeil refuse v.1572 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  888. Mon ventre gronde à tout propos ? v.1575 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  889. Comment dormir ? La faim me presse ; v.1582 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  890. Lorsque l'on n'a rien à manger ! v.1585 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  891. Que reçoivent les grands Seigneurs, v.1590 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  892. Vous manquez un heureux moment, v.1602 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  893. Je suis las du Gouvernement, v.1604 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  894. Et par la porte ou la fenêtre v.1605 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  895. J'en veux sortir absolument. v.1606 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  896. Touche son désenchantement, v.1608 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  897. Son aventure terminée, v.1609 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  898. À mon secours accourez seulement. v.1610 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  899. Mais j'entends du bruit dans la rue, v.1611 (Acte 5, scène 2, SANCHO)
  900. Ah ! C'en est fait, il faut mourir. v.1614 (Acte 5, scène 3, SANCHO)
  901. Seigneur, venez nous secourir ; v.1615 (Acte 5, scène 3, DON LOPE)
  902. L'Île est surprise, et l'ennemi dedans ; v.1618 (Acte 5, scène 3, DON LOPE)
  903. Monseigneur, prenez cette cuirasse. v.1621 (Acte 5, scène 3, FABRICE)
  904. Comment diable marcher avec cet équipage ? v.1624 (Acte 5, scène 3, SANCHO)
  905. Venez de vos soldats animer le courage. v.1625 (Acte 5, scène 3, DON LOPE)
  906. Il faut auparavant que j'anime le mien, v.1626 (Acte 5, scène 3, SANCHO)
  907. Et je suis fort trompé si j'en puis faire rien. v.1627 (Acte 5, scène 3, SANCHO)
  908. La hallebarde encore ne vous fiera point mal. v.1630 (Acte 5, scène 4, HENRIQUE)
  909. Le moindre amusement nous peut être fatal. v.1631 (Acte 5, scène 4, CARLOS)
  910. L'ennemi va bientôt nous investir ici, v.1634 (Acte 5, scène 5, DON LOPE)
  911. Prévenons-les, de grâce ; aux armes, les voici : v.1635 (Acte 5, scène 5, DON LOPE)
  912. Pour moi, je sois pendu si je bouge de là : v.1639 (Acte 5, scène 5, SANCHO)
  913. Mes amis, rendons-nous sans faire les rétifs. v.1643 (Acte 5, scène 5, SANCHO)
  914. Nous rendre, Monseigneur, à la brèche, à la brèche. v.1644 (Acte 5, scène 5, DON LOPE)
  915. Ce sera fort bien fait, courez, qu'on se dépêche, v.1645 (Acte 5, scène 5, SANCHO)
  916. Et faites, mes enfants, comme si j'étais mort, v.1646 (Acte 5, scène 5, SANCHO)
  917. Heureux, qui renfermé dans son humble bassesse, v.1649 (Acte 5, scène 6, SANCHO)
  918. Je le suis devenu. Maugrebleu du haut rang ! v.1651 (Acte 5, scène 6, SANCHO)
  919. Pourquoi diable vouloir tâter de l'Excellence ? v.1657 (Acte 5, scène 6, SANCHO)
  920. Mais j'entends un grand bruit, contrefaisons le mort, v.1659 (Acte 5, scène 6, SANCHO)
  921. Prenons le Gouverneur, c'est ce qui nous importe, v.1661 (Acte 5, scène 7, PERALTE)
  922. Prenons-le vif ou mort. v.1662 (Acte 5, scène 7, PERALTE)
  923. Qu'aucun des ennemis n'évite le trépas, v.1663 (Acte 5, scène 7, PERALTE)
  924. À l'ennemi vaincu ne faisons point d'insulte. v.1665 (Acte 5, scène 7, PERALTE)
  925. Laissez-moi seulement éprouver si les corps v.1666 (Acte 5, scène 7, MENDOCE)
  926. Peuvent saigner des coups qu'on leur donne étant morts. v.1667 (Acte 5, scène 7, MENDOCE)
  927. Par amusement souffrez que je le fasse. v.1668 (Acte 5, scène 7, MENDOCE)
  928. Il l'est assurément. v.1670 (Acte 5, scène 7, PERALTE)
  929. Laissez-moi lui couper la tête seulement. v.1671 (Acte 5, scène 7, MENDOCE)
  930. N'en faites rien, Monsieur, et je vous le conseille. v.1672 (Acte 5, scène 7, CARISAL)
  931. Il me suffira donc d'en avoir une oreille : v.1673 (Acte 5, scène 7, MENDOCE)
  932. Mais très résolument je ne puis m'en passer. v.1674 (Acte 5, scène 7, MENDOCE)
  933. Il vient avec le Duc. v.1676 (Acte 5, scène 8, FABRICE)
  934. Ma foi, le Gouverneur vient de l'échapper belle. v.1677 (Acte 5, scène 9, SANCHO)
  935. Où me fourrer pendant que l'on se rebattra ? v.1678 (Acte 5, scène 9, SANCHO)
  936. Suffit que l'ennemi soit chassé de la Ville. v.1681 (Acte 5, scène 10, LE DUC)
  937. Oui, Sancho, c'en est fait, v.1682 (Acte 5, scène 10, LE DUC)
  938. Votre Île est secourue, l'ennemi défait. v.1683 (Acte 5, scène 10, LE DUC)
  939. Soyez sûr d'une entière victoire : v.1684 (Acte 5, scène 10, LE DUC)
  940. Mais à propos, vraiment, n'êtes-vous pas blessé ? v.1691 (Acte 5, scène 10, LE DUC)
  941. Bien moins par ma valeur que par mon industrie : v.1693 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  942. Si je ne m'en souviens autant que je vivrai, v.1695 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  943. Si je n'ai pas bien fait, c'est sa faute, Seigneur, v.1698 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  944. Quand tout fuit devant vous, Enchanteurs, ennemis. v.1702 (Acte 5, scène 10, LE DUC)
  945. On en croira, Seigneur, ce qu'on en voudra croire, v.1705 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  946. Mais je suis fort poltron, et qui dit autrement v.1706 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  947. Est bien sûr du contraire, et ment très hardiment. v.1707 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  948. Je ne dis pas pour vous, Monseigneur : mais je pense v.1708 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  949. Après cet accident, de crainte d'avoir pis, v.1710 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  950. Je m'en vais me remettre à garder mes brebis, v.1711 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  951. Ou bien à labourer quelques arpents de terre, v.1712 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  952. Par ma foi, là-dessus je ne prends point le change, v.1717 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  953. Seigneur, j'apprêterais à rire à bien des gens : v.1719 (Acte 5, scène 10, SANCHO)
  954. Au sort du Gouverneur tellement s'intéresse, v.1721 (Acte 5, scène 11, IGNEZ)
  955. Qu'elle vient l'applaudir elle-même aujourd'hui, v.1722 (Acte 5, scène 11, IGNEZ)
  956. Tout est calme, Seigneur, l'ennemi se retire, v.1725 (Acte 5, scène 12, LA DUCHESSE)
  957. Et je viens rendre grâce au fameux Gouverneur, v.1726 (Acte 5, scène 12, LA DUCHESSE)
  958. À d'autres. Mais enfin, tout est-il bien tranquille ? v.1728 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  959. Rien n'est plus assuré. v.1729 (Acte 5, scène 12, LA DUCHESSE)
  960. Et m'en vais retrouver Monseigneur Don Guichot. v.1730 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  961. Je comprends bien qu'ici l'on me prend pour un sot ; v.1731 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  962. Que le Gouvernement me coûterait la vie, v.1732 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  963. Si de le conserver je gardais quelque envie ; v.1733 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  964. Seriez-vous mécontent ? v.1735 (Acte 5, scène 12, LE DUC)
  965. Qu'a-t-on fait qui vous choque ? Et d'où vient votre plainte ? v.1736 (Acte 5, scène 12, LA DUCHESSE)
  966. Madame, elle ne vient que de faim et de crainte. v.1737 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  967. Vous êtes un pendard, Monsieur Tirta Fuera. v.1739 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  968. Monsieur le Gouverneur, nous vous en prions tous, v.1743 (Acte 5, scène 12, LE DOCTEUR)
  969. Vous m'avez fait un tour, je ne dis rien de plus. v.1746 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  970. Enchanteurs, ennemis, qui m'ont fait tant d'effroi, v.1758 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  971. Et tout le monde enfin, hors vous, Madame et moi. v.1759 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  972. Disposez de cette Île en faveur de quelque autre : v.1760 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  973. Je m'en décharge, au moins. v.1761 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  974. S'il en est ainsi, Seigneur, v.1763 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  975. Sous votre bon plaisir j'en pourvois Pedro Reze ; v.1764 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  976. Qu'il sache un peu combien un Gouvernement pèse : v.1765 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  977. Mais à condition qu'en son plus grand besoin, v.1766 (Acte 5, scène 12, SANCHO)
  978. Je n'en veux point, Seigneur. v.1770 (Acte 5, scène 12, LE DOCTEUR)
  979. Remplit nos ennemis de trouble et d'épouvante ; v.1773 (Acte 5, scène 13, DON LOPE)
  980. Et l'on croirait qu'ici l'on n'en a jamais vu. v.1775 (Acte 5, scène 13, DON LOPE)
  981. Ah ! Combien de Géants il aura pourfendus ! v.1778 (Acte 5, scène 13, SANCHO)
  982. Allons en rendre grâce à ses hautes vertus ; v.1779 (Acte 5, scène 13, LE DUC)
  983. Bon, cela, j'y consens : mais à condition v.1782 (Acte 5, scène 13, SANCHO)
  984. Sans voir de Médecins, sans faire d'abstinence, v.1784 (Acte 5, scène 13, SANCHO)
  985. Sans peur des ennemis, sans tenir d'audience : v.1785 (Acte 5, scène 13, SANCHO)
  986. Que ce Gouvernement ne finira jamais. v.1787 (Acte 5, scène 13, LA DUCHESSE)
  987. Voici le grand vainqueur, qu'en pompe l'on amène. v.1788 (Acte 5, scène 13, DON LOPE)
  988. Et ce qui me surprend, après tant de combats, v.1790 (Acte 5, scène 14, DON QUICHOT)
  989. De maudits Enchanteurs, ennemis de ma gloire ; v.1792 (Acte 5, scène 14, DON QUICHOT)
  990. Veulent diminuer l'honneur de ma victoire. v.1793 (Acte 5, scène 14, DON QUICHOT)
  991. Parmi ces Enchanteurs vous avez des amis v.1794 (Acte 5, scène 14, LE DUC)
  992. Qui sauront vous tenir ce qu'ils vous ont promis. v.1795 (Acte 5, scène 14, LE DUC)
  993. Et renonçant lui-même à son Gouvernement, v.1797 (Acte 5, scène 14, LE DUC)
  994. Si je me suis trompé, nous touchons au moment v.1798 (Acte 5, scène 14, LE DUC)
  995. De voir désenchanter l'aimable Dulcinée. v.1799 (Acte 5, scène 14, LE DUC)
  996. Seigneur, que j'ai bien mérité ; v.1801 (Acte 5, scène 14, DON QUICHOT)
  997. Et si le Ciel me rend justice, v.1802 (Acte 5, scène 14, DON QUICHOT)
  998. De l'enchanteur Archélaüs v.1803 (Acte 5, scène 14, DON QUICHOT)
  999. Ou dans l'antre profond qui l'enferme aujourd'hui, v.1806 (Acte 5, scène 14, DON QUICHOT)
  1000. S'il ne me la rend pas, j'irai m'en prendre à lui, v.1807 (Acte 5, scène 14, DON QUICHOT)
  1001. Pour rendre témoignage, v.1808 (Acte 5, scène 14, DON QUICHOT)
  1002. Qu'attendons-nous ? Allons, sans tarder davantage. v.1810 (Acte 5, scène 14, DON QUICHOT)
  1003. Comment, qu'attendons-nous ? Moi, vous suivre ! Nenni. v.1811 (Acte 5, scène 14, SANCHO)
  1004. L'Enchanteur sait où nous trouver : v.1813 (Acte 5, scène 14, SANCHO)
  1005. Nous commençons, c'est à lui d'achever. v.1815 (Acte 5, scène 14, SANCHO)
  1006. Sancho raisonne en homme sage. v.1816 (Acte 5, scène 14, LA DUCHESSE)
  1007. Et chacun m'en doit approuver. v.1816 (Acte 5, scène 14, SANCHO)
  1008. Se fait entendre dans ces lieux ! v.1818 (Acte 5, scène 14, LE DUC)
  1009. Je m'en sens l'âme réjouie. v.1818 (Acte 5, scène 14, SANCHO)
  1010. L'Enchanteur vient lui-même ici. v.1819 (Acte 5, scène 14, LE DUC)
  1011. Il est brave homme, allez, j'en réponds sur ma vie. v.1820 (Acte 5, scène 14, SANCHO)
  1012. Je suis Archélaüs, ce fameux Enchanteur v.1821 (Acte 5, scène 15, ARCHELAÜS)
  1013. L'ennemi déclaré de qui leur fait la guerre, v.1824 (Acte 5, scène 15, ARCHELA?S)
  1014. Sage et discret dispensateur v.1825 (Acte 5, scène 15, ARCHELA?S)
  1015. De mon Palais en diligence v.1827 (Acte 5, scène 15, ARCHELA?S)
  1016. Dans celui-ci je viens exprès, v.1828 (Acte 5, scène 15, ARCHELA?S)
  1017. Récompenser les nobles faits v.1829 (Acte 5, scène 15, ARCHELA?S)
  1018. Pour le rendre heureux à jamais, v.1831 (Acte 5, scène 15, ARCHELA?S)
  1019. Amenez promptement la belle Dulcinée ; v.1836 (Acte 5, scène 15, ARCHELA?S)
  1020. À son Excellence Sanchique, v.1839 (Acte 5, scène 15, ARCHELA?S)
  1021. Qui de la peur des ennemis v.1840 (Acte 5, scène 15, ARCHELA?S)
  1022. N'est pas encore trop bien remis. v.1841 (Acte 5, scène 15, ARCHELA?S)
  1023. Si Monseigneur le Duc veut bien me le permettre, v.1843 (Acte 5, scène 15, SANCHO)
  1024. J'irai faire un tour un moment v.1844 (Acte 5, scène 15, SANCHO)
  1025. Dans le nouveau Gouvernement v.1845 (Acte 5, scène 15, SANCHO)
  1026. Que de sa grâce il vient de me commettre, v.1846 (Acte 5, scène 15, SANCHO)
  1027. Et moyennant un bon repas, v.1847 (Acte 5, scène 15, SANCHO)
  1028. Dans un moment ou deux il n'y paraîtra pas. v.1848 (Acte 5, scène 15, SANCHO)
  1029. Que l'on fasse à présent pour moi tant de façons ; v.1851 (Acte 5, scène 15, SANCHO)
  1030. Je suis sûr avec eux de n'avoir rien à craindre ; v.1855 (Acte 5, scène 15, SANCHO)
  1031. Ou, si pour me faire enrager v.1856 (Acte 5, scène 15, SANCHO)
  1032. Ils s'avisaient de me vouloir contraindre, v.1858 (Acte 5, scène 15, SANCHO)
  1033. Allez, et revenez nous joindre. v.1860 (Acte 5, scène 15, LE DUC)
  1034. Que vous me reverrez de bien meilleure humeur. v.1862 (Acte 5, scène 15, SANCHO)
  1035. Ne nous laissez donc pas dans une longue attente. v.1863 (Acte 5, scène 15, LE DUC)
  1036. Vient par sa valeur éclatante v.1866 (Acte 5, scène 16, ARCHELAÜS)
  1037. Vous en avez tout l'avantage, v.1870 (Acte 5, scène 16, ARCHELA?S)
  1038. Que de venir avec moi rendre hommage v.1872 (Acte 5, scène 16, ARCHELA?S)
  1039. Par mes soins tirent d'esclavage. v.1875 (Acte 5, scène 16, ARCHELA?S)
  1040. En ce moment se fait entendre ? v.1877 (Acte 5, scène 16, ARCHELA?S)
  1041. C'est elle justement qu'au pied de ce coteau v.1878 (Acte 5, scène 16, ARCHELA?S)
  1042. Ma calèche vient de descendre, v.1879 (Acte 5, scène 16, ARCHELA?S)
  1043. Un respect amoureux me jette à ses genoux. v.1881 (Acte 5, scène 16, DON QUICHOT)
  1044. Par qui mon coeur fut enchanté, v.1887 (Acte 5, scène 16, DON QUICHOT)
  1045. Et que ma valeur désenchante, v.1888 (Acte 5, scène 16, DON QUICHOT)
  1046. Met fin à votre enchantement, v.1893 (Acte 5, scène 16, DON QUICHOT)
  1047. Il ne manque rien à ma gloire, v.1894 (Acte 5, scène 16, DON QUICHOT)
  1048. Que la permission de pouvoir humblement v.1895 (Acte 5, scène 16, DON QUICHOT)
  1049. Levez-vous, Chevalier, je sens comme je dois v.1897 (Acte 5, scène 16, DULCINEE)
  1050. Il faut que je vous traite en Reine, v.1900 (Acte 5, scène 16, DULCINEE)
  1051. Plutôt mourir cent fois. v.1903 (Acte 5, scène 16, DON QUICHOT)
  1052. En m'avouant pour tel vous-même aux yeux de tous. v.1906 (Acte 5, scène 16, DON QUICHOT)
  1053. Je reviens, me voici toujours prêt à bien faire, v.1907 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1054. À vos ordres, Seigneur, j'obéis promptement, v.1908 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1055. En peu de temps j'ai fait grand' chère. v.1909 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1056. Que votre cuisine est un bon Gouvernement ! v.1910 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1057. Mais, qu'est-ce ci ? Voilà bien du monde assemblé. v.1912 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1058. Ami Sancho, prends part à mon bonheur extrême : v.1913 (Acte 5, scène 17, DON QUICHOT)
  1059. Voilà ma Reine, enfin. v.1914 (Acte 5, scène 17, DON QUICHOT)
  1060. La malepeste, elle est bien plus charmante. v.1917 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1061. Mais un Enchanteur discourtois v.1919 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1062. (Mon maître est fou, l'aventure est plaisante.) v.1921 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1063. Souffrez que je vous le présente. v.1927 (Acte 5, scène 17, DON QUICHOT)
  1064. Il m'a déjà rendu visite au Toboso. v.1928 (Acte 5, scène 17, DULCINEE)
  1065. Ma foi, l'Infante ment ; car je mentais moi-même. v.1929 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1066. Et je prétends qu'il ait part au bonheur, v.1931 (Acte 5, scène 17, DULCINEE)
  1067. Que nous fait ce sage Enchanteur. v.1933 (Acte 5, scène 17, DULCINEE)
  1068. Venez, mon Chevalier, près de moi prendre place, v.1934 (Acte 5, scène 17, DULCINEE)
  1069. Et je vous prends pour mon époux. v.1937 (Acte 5, scène 17, DULCINEE)
  1070. Est-il quelque bonheur que le mien ne surpasse ? v.1938 (Acte 5, scène 17, DON QUICHOT)
  1071. On l'a tantôt bien dit, la fortune aide aux fous : v.1939 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1072. Mais s'il en est heureux, ils ne le sont pas tous. v.1940 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1073. De ce soudain changement, v.1951 (Acte 5, scène 17, ARCHELAÜS)
  1074. De ce grand événement, v.1955 (Acte 5, scène 17, DULCINEE)
  1075. De son beau Gouvernement. v.1957 (Acte 5, scène 17, DULCINEE)
  1076. Est dans mon entendement : v.1959 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1077. Et je gagne au changement. v.1961 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1078. Est descendu dans l'Averne v.1965 (Acte 5, scène 17, ARCHELAÜS)
  1079. Prend les bons buveurs de vin, v.1970 (Acte 5, scène 17, DULCINEE)
  1080. Pour cela non, j'ai bien la mine v.1974 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1081. De rester éternellement v.1975 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1082. Dans le nouveau Gouvernement v.1976 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1083. Et dès qu'il le faudra j'en prêterai serment. v.1978 (Acte 5, scène 17, SANCHO)
  1084. Que sur sa haquenée v.1987 (Acte 5, scène 17, ARCHELAÜS)
  1085. L'Infante bien à gogo, v.1988 (Acte 5, scène 17, ARCHELA?S)
  1086. En pompe soit remenée v.1989 (Acte 5, scène 17, ARCHELA?S)
  1087. Au hasard d'être enivrée v.2001 (Acte 5, scène 17, PERALTE)
  1088. Du plus excellent chaudeau v.2004 (Acte 5, scène 17, ARCHELAÜS)
  1089. Par enchantement nouveau, v.2008 (Acte 5, scène 17, SANCHO)

LE VERT-GALANT (1699)

  1. Ma foi, Monsieur, c?est le meilleur parti que nous puissions prendre. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  2. Il ne fait point chercher d?auberges : voilà deux quartiers d?Hiver que nous avons passés à crédit dans cinq ou six hôtels garnis différents. (Acte 1, scène 1, L?PINE)
  3. On nous connaît, allons-nous-en planter le piquet chez l?oncle. (Acte 1, scène 1, L?PINE)
  4. Mais nous arrivons sans argent, et presque sans ressource : que devenir ? (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  5. Le hasard nous fournira quelque aventure favorable, dont il faudra tâcher de profiter. (Acte 1, scène 1, ÉRASTE)
  6. Quelque aventure favorable ! (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  7. Vous êtes jeune, assez bien fait, hardi, entreprenant, et insolent même quelquefois ; mais cela ne vous a encore menés qu?à la connaissance de quelques coquettes de frontière, et à deux ou trois mois de crédit, que nous avons attrapés par-ci par-là de vos hôtesses. (Acte 1, scène 1, L?PINE)
  8. Votre bourse, assez dégarnie, a achevé de se vider pendant la campagne ; votre linge s?est usé, vos galons d?or sont devenus de soie, et vos plumets sont fort sales. (Acte 1, scène 1, L?PINE)
  9. L?oncle les remettrait en couleur ; ce devrait être une raison déterminante que celle-là. (Acte 1, scène 1, L?PINE)
  10. Ne m?en parle point. (Acte 1, scène 1, ÉRASTE)
  11. Tu sais les vues qui m?amènent ici, cela rétablira mes affaires. (Acte 1, scène 1, ?RASTE)
  12. Ce sont là des vues bien éloignées, Monsieur. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  13. L?affaire est plus avancée que tu ne penses ; nous nous sommes envoyé mutuellement une promesse de mariage. (Acte 1, scène 1, ÉRASTE)
  14. Comment donc ? (Acte 1, scène 1, ÉRASTE)
  15. Vous avez honte d?être le neveu d?un teinturier, et vous voulez devenir celui d?un agioteur. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  16. Je ne rougis point de ma famille, mais je n?ai que faire d?afficher qui je suis en allant demeurer chez Monsieur Jérôme. (Acte 1, scène 1, ÉRASTE)
  17. J?ai des mesures à garder avec cent officiers de mes camarades. (Acte 1, scène 1, ?RASTE)
  18. Oh bien, Monsieur, moi qui n?ai point de mesures à garder avec mes confrères les valets de chambre, et qui était garçon de Monsieur Jérôme, d?où vous m?avez débauche fort mal à propos, je vous dirai naturellement que je veux retourner à mon premier métier, et que j?aime mieux teindre et dégraisser les vieux habits du public, que de continuer à nettoyer les vôtres. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  19. Mais attends encore quelques jours du moins. (Acte 1, scène 1, ÉRASTE)
  20. Hé bien soit, je vous donne la semaine. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  21. Je fais bien les choses, comme vous voyez. (Acte 1, scène 1, L?PINE)
  22. Fais en sorte qu?il me prie de demeurer chez lui ; je n?y entrerai que les soirs du moins. (Acte 1, scène 1, ÉRASTE)
  23. Tout est-il prêt pour achever de teindre en vert ce meuble de damas ? (Acte 1, scène 1, JÉRÔME)
  24. Nous tiendrons tout prêt, Monsieur. (Acte 1, scène 1, CARMIN)
  25. Dites à Madame Jérôme que je ne pars pas tout à l?heure, et que je viendrai lui dire adieu. (Acte 1, scène 1, JÉRÔME)
  26. Le bonhomme se serait-il ennuyé du veuvage pendant notre absence ? (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  27. Ah, ah, ah, soyez les bien trouvés, Messieurs les favoris de Mars. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  28. Vous ne me paraissez pas être ceux de la fortune, et vous ne revenez pas de la guerre en bon équipage. (Acte 1, scène 3, J?R?ME)
  29. Je suis confus, mon oncle, de paraître devant vous si négligé ; mais l?impatience d?arriver à Paris m?a fait prendre la poste ; je n?ai eu que le temps de me débotter, pour vous venir rendre mes premiers devoirs. (Acte 1, scène 3, ÉRASTE)
  30. Voilà un garçon bien revenu des premiers égarements de sa jeunesse, il vous aime à présent... (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  31. Je l?ai toujours aimé, moi, quoique ce ne fût qu?un vaurien ; et j?ai été comme cela, oui, quand j?étais jeune, il ne fallait pas me marcher sur le pied, non plus qu?à présent. Viens çà grand coquin, que je t?embrasse. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  32. Tu sais mes sentiments pour lui, Lépine. (Acte 1, scène 3, ÉRASTE)
  33. Et combien vous vous faites honneur d?être son neveu. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  34. Ne te chagrine point, tu n?en seras pas moins mon héritier. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  35. La succession est en danger. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  36. Elle aime tout ce que j?aime, le plaisir, la bonne chère ; elle reçoit mes amis parfaitement bien, elle sera ravie de t?avoir au logis. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  37. Je serai charmé du mien, d?avoir une aussi bonne maîtresse ; car vous voulez bien, Monsieur, que je rentre chez vous, dans mon devoir, et dans mes anciennes fonctions de maître garçon ? (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  38. Ce n?est pas la peine, mon enfant, je vais quitter. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  39. Quel ravissement pour moi ! (Acte 1, scène 3, ÉRASTE)
  40. Je suis riche, j?ai plus de deux cent mille francs de bien, j?achèterai quelque Charge qui m?ennoblira ; et comme te voilà de retour, mon dessein est de te donner ma place et mes pratiques, et de te faire au plutôt passer Maître. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  41. Fort bien, l?Officier de Dragons deviendra Teinturier, et le Teinturier, Gentilhomme ; ce sera là une jolie métamorphose. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  42. Ne refusez rien, prenez toujours, nous nous en accommoderons. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  43. Tu prends le bon parti. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  44. Quand cela sera fait, nous songerons à te marier, j?ai en main une fort jolie fille (Acte 1, scène 3, J?R?ME)
  45. Nous en avons aussi une, ne vous mettez pas en peine d?en chercher d?autre. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  46. En ce pays-ci ? (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  47. C?est que nous prenons nos mesures de loin. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  48. Elle nous a envoyé le portrait de la fille, nous lui avons renvoyé celui de mon maître. Les parties ont été contentes des copies, et les originaux sont devenus amoureux l?un de l?autre par la poste. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  49. C?est une affaire presque faite, il ne faut plus que le consentement des familles. (Acte 1, scène 3, L?PINE)
  50. Effectivement cela me paraît bien avancé. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  51. Hé, qui est cette personne-là, qui s?amourache si promptement ? (Acte 1, scène 3, J?R?ME)
  52. Mais encore ? (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  53. Justement, mon oncle. (Acte 1, scène 3, ÉRASTE)
  54. Malepeste la fille est riche ; mais l?oncle qui est tuteur, est tenace. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  55. Mais je ne la croyais pas si prompte à s?enflammer. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  56. Vous connaissez fort Monsieur Tarif, apparemment ? (Acte 1, scène 3, ÉRASTE)
  57. C?est mon compère et mon ami, nous souperons peut-être ce soir ensemble. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  58. Quelle heureuse rencontre ! (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  59. Tu seras, si tu veux, de la partie ; c?est à ma maison d?Anthony que j?ai dessein de le mener, veux-tu en être ? (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  60. Il vaut mieux que vous le préveniez d?abord. (Acte 1, scène 3, ÉRASTE)
  61. Hé bien, soit. Entrons maintenant au logis ; je veux te présenter à ta nouvelle tante. (Acte 1, scène 3, JÉRÔME)
  62. Non, je prendrai un iacre au bout de la rue ; mais avant que de partir, je veux faire connaître à ma femme, ton frère, que voilà de retour de la guerre et de ses folies. (Acte 1, scène 4, JÉRÔME)
  63. Hé, vraiment oui, c?est lui-même, je ne le reconnaissais pas d?abord. (Acte 1, scène 4, JAVOTTE)
  64. Ne perdons point de temps, j?ai quelques affaires encore avant de partir. (Acte 1, scène 4, JÉRÔME)
  65. Mais si vous voulez, mon oncle, je présenterai pour vous mon frère à ma tante, vous n?avez qu?à dire. (Acte 1, scène 4, JAVOTTE)
  66. Tu me feras plaisir de t?en charger, aussi bien vois-je venir Monsieur Tarif, que je veux débaucher pour le mener avec moi. (Acte 1, scène 4, JÉRÔME)
  67. Voilà un garçon qui va rentrer dans le bon chemin : que je suis ravi ! (Acte 1, scène 4, J?R?ME)
  68. Sachons un peu s?il est bien sûr que Monsieur Jérôme aille ce soir à sa campagne. (Acte 1, scène 5, TARIF)
  69. Je suis bien aise que nous nous soyons rencontrés. (Acte 1, scène 5, TARIF)
  70. Vous me voulez quelque chose, apparemment ? (Acte 1, scène 5, TARIF)
  71. Vous mener souper à Anthony, où j?ai des ouvriers, comme vous savez. (Acte 1, scène 5, JÉRÔME)
  72. Il y a là de bon vin, nous y boirons le petit coup, et nous reviendrons demain de grand matin. (Acte 1, scène 5, J?R?ME)
  73. C?est fort bien imaginé : mais pour ce soir je ne saurais profiter de l?occasion que vous m?offrez ; j?ai des affaires très importantes pour un mariage, dont je fournis la dot en espèces pour du papier, sur lequel il y a moitié à gagner. (Acte 1, scène 5, TARIF)
  74. Il me semble qu?elle est en âge... (Acte 1, scène 5, JÉRÔME)
  75. Elle est en âge... d?attendre ; et moi en âge de ne me pas presser de la pourvoir, et ses comptes ne sont pas prêts. (Acte 1, scène 5, TARIF)
  76. Il en faut attendre encore une meilleure. Vous allez ce soir à Anthony ? (Acte 1, scène 5, TARIF)
  77. Très certainement ? (Acte 1, scène 5, TARIF)
  78. Je l?ai bien résolu comme cela. (Acte 1, scène 5, JÉRÔME)
  79. Vous en revenez ? (Acte 1, scène 5, TARIF)
  80. Cela est bon et bien arrangé. Sans adieu, Monsieur Jérôme, on vous verra au retour. (Acte 1, scène 5, TARIF)
  81. Voilà un bien honnête homme pour un homme d?affaires, et bien de mes amis ; aussi je l?aime. (Acte 1, scène 6, JÉRÔME)
  82. Votre valet, Madame Tarif, voilà votre cher époux qui me quitte, et qui dit qu?il a bien des affaires. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  83. Oui, pour un mariage auquel il s?intéresse, je pense. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  84. Comment, comment donc ? (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  85. Hé, doucement, Madame. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  86. Voilà comme vous êtes, vous autres femmes, vous pensez toujours du mal de nous autres. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  87. Des choses qui vous regardent pour le moins autant que moi, Monsieur Jérôme. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  88. Mais encore ? (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  89. Les cornes vous viendront à la tête, quand je vous les dirai. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  90. Il n?y a rien de plus vrai. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  91. Vous avez bien raison, les cornes me viennent. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  92. Madame Jérôme elle-même, qui m?en a avertie. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  93. Non, vraiment. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  94. Il y a je ne sais combien de temps qu?il la persécute : il n?est de vos amis que pour cela. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  95. Elle n?a pas voulu vous en parler, de peur de noise ; elle me l?a dit à moi, et nous sommes convenu de le berner, et de nous moquer de lui. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  96. Oh, parbleu, j?en serai, je n?irai point à Anthony. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  97. Il en est persuadé de reste. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  98. Non vraiment, Madame. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  99. Ce n?est pas le premier tour qu?il m?a fait, il en conte à tout le voisinage : mais je veux me venger. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  100. Il faut que nous nous vengions, Monsieur Jérôme. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  101. Ne vous mettez pas en peine ; j?ai ici par hasard des gens qui ne seront pas inutiles pour cela. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  102. On ne lui en fera point. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  103. Je n?ai pour objet que de le corriger de ces libertinages ; je voudrais si bien qu?il fût un peu changé. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  104. Il changera, je vous en réponds. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  105. Quand vous l?aurez pris comme un sot : vous m?enverrez chercher pour lui faire la honte. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  106. Je viendrai avec une de mes amies, qui a été dans le cas comme Madame Jérôme. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  107. Oui, fort bien, vous n?avez qu?à vous tranquilliser chez vous, et y attendre de mes nouvelles. (Acte 1, scène 7, JÉRÔME)
  108. Vous avez bon esprit et bonne conduite, je me rapporte à vous de toutes choses, et vais attendre le dénouement de l?aventure. (Acte 1, scène 7, MADAME TARIF)
  109. Votre charmante épouse nous a reçu le plus gracieusement du monde, et vous êtes logé et meublé comme un Financier, mon oncle. (Acte 1, scène 9, ÉRASTE)
  110. C?est une aimable femme, de bon esprit, de bonne conduite, et tu en verras dès ce soir des preuves convaincantes. (Acte 1, scène 9, JÉRÔME)
  111. Comment donc ? (Acte 1, scène 9, ÉRASTE)
  112. Il va se jouer une scène où je veux que tu fasses ton personnage, aussi bien que Lépine, et tu auras bonne part au dénouement. (Acte 1, scène 9, JÉRÔME)
  113. Va-t-en m?attendre avec Lépine dans le petit cabinet du jardin ; quand j?aurai dit un mot à Madame Jérôme que voici, j?irai vous rejoindre, et je vous communiquerai mon projet. (Acte 1, scène 9, JÉRÔME)
  114. Nous attendrons vos ordres avec impatience. (Acte 1, scène 9, LÉPINE)
  115. Comment, vous voilà encore, Monsieur, je vous croyais déjà à moitié chemin pour le moins. (Acte 1, scène 10, MADAME JÉRÔME)
  116. Je ne sais ce que cela veut dire, Madame Jérôme ; mais j?ai de la peine ce soir à vous quitter ; j?ai peur que vous ne vous ennuyez pendant mon absence (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  117. Pendant que je n?y serai pas ? (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  118. Elle ne vaudrait rien si vous y étiez. (Acte 1, scène 10, MADAME JÉRÔME)
  119. J?y serai pourtant, je vous en réponds. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  120. Parbleu, je me moque de votre arrangement, j?ai pris le mien. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  121. Allez-vous-en à Anthony, et emmenez votre neveu, je vous prie. (Acte 1, scène 10, MADAME JÉRÔME)
  122. Oui, en de certaines occasions. (Acte 1, scène 10, MADAME JÉRÔME)
  123. Cela commence à m?impatienter. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  124. Je n?en ai point. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  125. On m?en a dit quelque chose. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  126. Il a eu l?insolence de me dire qu?il était amoureux de moi. (Acte 1, scène 10, MADAME JÉRÔME)
  127. Je sais encore cela. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  128. J?en ai averti sa femme. (Acte 1, scène 10, MADAME JÉRÔME)
  129. C?est elle qui m?en a rendu compte. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  130. Nous avions pourtant résolu de ne vous en dire mot. (Acte 1, scène 10, MADAME JÉRÔME)
  131. Il m?a demandé un rendez-vous, et je le lui ai donné pour ce soir. (Acte 1, scène 10, MADAME JÉRÔME)
  132. Je voulais savoir la chose de vous-même ; en voilà assez, je sais tout le reste. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  133. Le souper est là-bas, voulez-vous qu?on le renvoie, ou que nous bernions Monsieur Tarif ? (Acte 1, scène 10, MADAME JÉRÔME)
  134. Il n?y aura pas grand mal, il le mérite bien ; vous êtes le maître. (Acte 1, scène 10, MADAME J?R?ME)
  135. Hé, mon oncle, laissez-nous prendre ce plaisir-là, je vous en prie. (Acte 1, scène 10, JAVOTTE)
  136. Si je vous le laisserai prendre ! (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  137. Je prétends bien en avoir ma part. Que l?on dise toujours que je suis parti. (Acte 1, scène 10, J?R?ME)
  138. Il y sera trompé, je vous en réponds. (Acte 1, scène 10, MADAME JÉRÔME)
  139. Beaucoup de liberté, de caresses... modestes, s?entend. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  140. Oui : mais que Javotte ne vous quitte point cependant. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  141. Je surviendrai à propos, je vous en réponds. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  142. Oui, sans doute, je serais bien fâché qu?il n?entrât pas. (Acte 1, scène 10, JÉRÔME)
  143. Allez donc, Javotte, et l?amenez ici... (Acte 1, scène 10, MADAME JÉRÔME)
  144. Je vais de mon côté rejoindre mon neveu, et préparer à Monsieur Tarif un petit régal à quoi il ne s?attend pas. (Acte 1, scène 11, JÉRÔME)
  145. J?entends du bruit, c?est lui, retirez-vous vite. (Acte 1, scène 11, MADAME JÉRÔME)
  146. Quel ajustement ! (Acte 1, scène 12, MADAME JÉRÔME)
  147. Pour négocier avec l?Amour on se met autrement que quand on n?a que son argent à faire travailler. (Acte 1, scène 12, TARIF)
  148. Vous plaisez de quelque manière que vous soyez, mais je ne laisse pas de vous savoir gré des soins que vous prenez pour paraître encore plus aimable. (Acte 1, scène 12, MADAME JÉRÔME)
  149. Mon unique objet est de vous plaire, et le bonheur que j?ai de souper ce soir avec vous en l?absence de votre gros brutal de mari... (Acte 1, scène 12, TARIF)
  150. N?en disons point de mal, de grâce, et contentez-vous de ce que je fais aujourd?hui. (Acte 1, scène 12, MADAME JÉRÔME)
  151. C?est bien dit, vous avez raison, belle voisine, respectons son absence, et profitons-en. (Acte 1, scène 12, TARIF)
  152. Il y a un quart d?heure qu?on a tout apporté, ragoûts, rôti, dessert, le couvert est mis, le vin rafraîchi, on se mettra à table quand vous voudrez, et sur la fin du repas on vous donnera les violons : c?est une petite musique, dont vous ne serez pas mécontent. (Acte 1, scène 12, JAVOTTE)
  153. Cela est fort bien imaginé. (Acte 1, scène 12, TARIF)
  154. Qu?on apporte le souper ici, c?est l?endroit le plus éloigné de la rue, et où nous serons le mieux à couvert des regards curieux du voisinage. (Acte 1, scène 12, MADAME JÉRÔME)
  155. On ne peut trop prendre de précaution pour se garantir de la médisance du petit peuple. (Acte 1, scène 12, MADAME JÉRÔME)
  156. Pour cela, c?est une chose épouvantable ; un joli homme de Finances ne saurait souper tête à tête avec une bourgeoise de conséquence, et y demeurer seulement jusqu?à quatre heures du matin, qu?on n?en fasse le lendemain cent contes ridicules. (Acte 1, scène 12, TARIF)
  157. Je me mets au-dessus de cela, moi, et je prends si bien mes mesures, que je ne crains point la médisance. (Acte 1, scène 12, MADAME JÉRÔME)
  158. Je suis comme vous, je me moque de tout, et je ne me contrains en rien. (Acte 1, scène 12, TARIF)
  159. Que vous faites bien, Monsieur ; vous étiez guindé avec votre grande perruque ; vous avez un bonnet, mettez-le. (Acte 1, scène 12, MADAME JÉRÔME)
  160. Oh mais, Madame... je n?ai garde de prendre des libertés... (Acte 1, scène 12, TARIF)
  161. Vous lui en rendrez un autre. (Acte 1, scène 12, JAVOTTE)
  162. Ce fauteuil est pour moi, apparemment ? (Acte 1, scène 13, TARIF)
  163. Il n?est point ici, vous y tenez sa place ; il faut que vous y figuriez comme lui, afin qu?on ne s?aperçoive point de son absence. (Acte 1, scène 13, JAVOTTE)
  164. Hâtons-nous de souper, les ragoûts se gâtent. (Acte 1, scène 13, JAVOTTE)
  165. Je ne sais si ce maraud de rôtisseur m?aura envoyé de bonne viande : mais il me l?a bien fait payer. (Acte 1, scène 13, TARIF)
  166. Ces coquins-là gagnent plus que nous. (Acte 1, scène 13, TARIF)
  167. Comment donc, on se met à table sans nous avertir ? (Acte 1, scène 14, ÉRASTE)
  168. Mon oncle, qui me force à venir loger chez lui presque malgré moi... (Acte 1, scène 14, ?RASTE)
  169. Il a l?air d?un méchant pendard. (Acte 1, scène 14, TARIF)
  170. Vous voyez bien que non : mais comme c?est un homme de règle, et qui ne manque jamais à de certaines bienséances, il a envoyé Monsieur son ami pour tenir sa place. (Acte 1, scène 14, JAVOTTE)
  171. Monsieur Tarif est ami de toute la maison ; il est le mien, il sera le vôtre si vous voulez ; il est tout rempli d?amitié pour toute la famille, et l?on vit avec lui sans façon. (Acte 1, scène 14, JAVOTTE)
  172. Que l?on appelle mon Maréchal des logis, qu?il me vienne tenir compagnie ; l?ami de mon oncle me paraît un ennuyeux. Le repas languirait, il faut l?égayer. (Acte 1, scène 14, ÉRASTE)
  173. Nous nous serions bien passés de la présence de cet homme-là. (Acte 1, scène 14, TARIF)
  174. Malepeste, quelle différence ! (Acte 1, scène 15, LÉPINE)
  175. Mais je ne vois point Monsieur Jérôme, j?aurais bien voulu lui parler. (Acte 1, scène 15, L?PINE)
  176. J?entends, c?est Monsieur qui représente quand il n?y est pas. (Acte 1, scène 15, LÉPINE)
  177. Il a la bonté de ne me pas laisser seule, de peur que je m?ennuie. (Acte 1, scène 15, MADAME JÉRÔME)
  178. Il faut par reconnaissance le divertir aussi, mon Officier, et ne le pas laisser ennuyer. (Acte 1, scène 15, LÉPINE)
  179. Parbleu, voilà de bons enfants, Madame Jérôme, et je crois que nous passerons agréablement la soirée. (Acte 1, scène 15, TARIF)
  180. On frappe à la porte, et rudement même ; à l?heure qu?il est, qui pourrait-ce être ? (Acte 1, scène 15, JAVOTTE)
  181. Quelles affaires le font revenir si promptement ? (Acte 1, scène 15, MADAME JÉRÔME)
  182. Que devenir ? (Acte 1, scène 15, TARIF)
  183. Quel tour donner à cette aventure ? (Acte 1, scène 15, TARIF)
  184. Ne vous mettez pas en peine, c?est un bon homme, et qui croira tout ce que nous voudrons. (Acte 1, scène 15, MADAME JÉRÔME)
  185. Vous êtes encore à table ? (Acte 1, scène 16, JÉRÔME)
  186. 3Et voilà bonne chère ; c?est fort bien fait, Madame Jérôme, de régaler ainsi mon neveu, et de faire si bien les honneurs du logis. (Acte 1, scène 16, J?R?ME)
  187. J?ai cru que vous ne m?en désavoueriez pas, Monsieur Jérôme. (Acte 1, scène 16, MADAME JÉRÔME)
  188. Comment, ventrebleu, Monsieur Tarif est aussi de la partie ! (Acte 1, scène 16, JÉRÔME)
  189. Et il m?a refusé de venir à Anthony ! (Acte 1, scène 16, J?R?ME)
  190. L?affaire sérieuse que j?avais a manqué ; il m?en est par hasard survenue une de galanterie ; j?avais dit chez moi que je ne n?y souperais point, et je suis retombé ici pour attendre l?heure. (Acte 1, scène 16, TARIF)
  191. Il me paraît que vous y êtes tombé debout, mon voisin ; il y a du mystère en tout ceci. (Acte 1, scène 16, JÉRÔME)
  192. Il n?y en a point de notre part, mon oncle. (Acte 1, scène 16, JAVOTTE)
  193. Et vous un pendart, Monsieur Tarif. (Acte 1, scène 16, JÉRÔME)
  194. Mais que vois-je ? C?est mon bonnet, je pense ! Ah, quelle perfidie ! Quelle insulte ! Je ne sais qui me tient. (Acte 1, scène 16, JÉRÔME)
  195. Je lui pardonnerais d?aimer ma femme ; elle est aimable, c?est à elle de se défendre de ses poursuites : mais prendre mon bonnet ! (Acte 1, scène 16, JÉRÔME)
  196. Je m?en vais reprendre ma perruque, Monsieur Jérôme. (Acte 1, scène 16, TARIF)
  197. Cela est bien ridicule ; mettre le bonnet de son mari sur la tête d?un autre ! (Acte 1, scène 16, JÉRÔME)
  198. Où est la bienséance ? (Acte 1, scène 16, J?R?ME)
  199. Il nous a dit qu?il allait en bonne fortune ; qu?il craignait de déranger l?économie de sa perruque ; on s?est prêté à cela : le grand malheur ! (Acte 1, scène 16, JAVOTTE)
  200. Il vous a dit qu?il allait en bonne fortune ? (Acte 1, scène 16, JÉRÔME)
  201. Oui vraiment, et chez le Baigneur même en sortant d?ici. (Acte 1, scène 16, LÉPINE)
  202. Oui, Monsieur Jérôme, c?était mon dessein ; n?en dites rien à ma femme, je vous prie. (Acte 1, scène 16, TARIF)
  203. Non, non, je n?ai garde ; mais le Baigneur pourrait être un indiscret, un babillard, cela est de conséquence : baignez-vous ici, la chose sera plus secrète. (Acte 1, scène 16, JÉRÔME)
  204. C?est mon premier métier, Monsieur, vous le savez bien. (Acte 1, scène 16, LÉPINE)
  205. Il y a sérieusement à décrasser à Monsieur Daniel Tarif. (Acte 1, scène 16, JAVOTTE)
  206. Parbleu, je le ferai débouillir en cas de besoin, que l?on me laisse faire. (Acte 1, scène 16, LÉPINE)
  207. Bonsoir, Monsieur, je vous laisse en bonnes mains, et vous souhaite toutes sortes de bonnes fortunes. (Acte 1, scène 16, MADAME JÉRÔME)
  208. On ne saurait prendre trop de précaution pour aller en bonnes fortunes. (Acte 1, scène 17, JÉRÔME)
  209. Il n?y a rien de plus sain : il faut bien laver le dedans et le dehors, il en sera plus net. (Acte 1, scène 17, LÉPINE)
  210. Expédions promptement, qu?on se dépêche, je ne veux point de temps pour la réflexion. (Acte 1, scène 18, JÉRÔME)
  211. Va-t-en chercher Angélique, et l?amène ici. (Acte 1, scène 18, JÉRÔME)
  212. Voyons un peu si notre affaire s?avance ; je ne veux pas que Madame Jérôme en sache rien. (Acte 1, scène 18, JÉRÔME)
  213. Monsieur Tarif n?en aura que la peur ; le ressentiment de mon oncle ne sera pas si bien servi qu?il se l?est promis, et l?aventure sera plus ridicule que sérieuse. (Acte 1, scène 18, ÉRASTE)
  214. J?étais fort en peine de Monsieur mon mari : j?attendais chez moi des nouvelles de Monsieur Jérôme, ou des vôtre ; je viens moi-même, avec ma voisine et mon amie, voir ce qui se passe. (Acte 1, scène 19, MADAME TARIF)
  215. Toute autre chose que ce que nous avions projeté : nous comptions de nous divertir entre nous autres ; Monsieur Jérôme a su l?affaire, il nous a volé ce plaisir-là, et l?a pris pour lui. (Acte 1, scène 19, MADAME JÉRÔME)
  216. Monsieur mon mari m?en fit autant il y a trois mois : Monsieur Tarif fut étrillé par deux grands Clercs. (Acte 1, scène 19, MADAME CLOPINET)
  217. Voilà comme font tous ces vilains maris, ils dérangent tout autant qu?ils peuvent toutes les parties de plaisir que font leurs femmes. (Acte 1, scène 19, MADAME TARIF)
  218. C?est ce qui est cause qu?on ne leur fait pas toujours confidence. Tout coup vaille, je ne me suis pas repentie de celle-là, et Monsieur Tarif fut fort bien régalé. (Acte 1, scène 19, MADAME CLOPINET)
  219. Ce sont des animaux bien ridicules et bien rétifs que des maris ; baste, cela ne l?a pourtant pas corrigé, comme vous voyez. Mais que font-ils ? (Acte 1, scène 19, MADAME TARIF)
  220. Où sont-ils à présent, les deux nôtres ? (Acte 1, scène 19, MADAME TARIF)
  221. Là-bas dans la salle, où deux Officiers de Dragons, et Monsieur Jérôme, travaillent de concert à enivrer Monsieur Tarif. (Acte 1, scène 19, MADAME JÉRÔME)
  222. Comme si nous ne l?aurions pas bien enivré nous-mêmes. Mais que vois-je ? (Acte 1, scène 19, MADAME TARIF)
  223. Nous le saurons bien tôt, écoutons. (Acte 1, scène 19, MADAME JÉRÔME)
  224. Je le sais déjà, moi, je sui leur confidente. (Acte 1, scène 19, MADAME CLOPINET)
  225. Vous me paraissez de bonne intelligence avec ce Monsieur-là ? (Acte 1, scène 20, MADAME TARIF)
  226. Qui vous a dit d?y venir, Mademoiselle ? (Acte 1, scène 20, MADAME TARIF)
  227. Mais on ne s?expose point à venir seule avec un homme... (Acte 1, scène 20, MADAME TARIF)
  228. J?y donnerai les mains de tout mon coeur, pour faire enrager mon mari, qui ne veut point marier sa nièce ; cela le corrigera peut-être, lui de vouloir avant que d?être veuf, se remarier en secondes noces ; et ce sera fort bien fait de le punir comme cela (Acte 1, scène 20, MADAME TARIF)
  229. Elle finira bien. (Acte 1, scène 20, MADAME JÉRÔME)
  230. Entrons dans mon appartement. (Acte 1, scène 20, MADAME J?R?ME)
  231. Voyez ce qui se passe là-bas, Éraste et venez nous en rendre compte. (Acte 1, scène 20, MADAME J?R?ME)
  232. Ce qui s?y passe les surprendra, et je suis surpris moi-même que mon oncle qui veut faire consentir Monsieur Tarif à mon mariage, pousse si loin la vengeance qu?il en prend lui-même. (Acte 1, scène 21, ÉRASTE)
  233. Vous m?avouerez que cela est en perfection, je n?ai point oublié le métier, Monsieur Jérôme, et je n?ai jamais fait de si bonne besogne. (Acte 1, scène 22, LÉPINE)
  234. Oui, oui, cela est fort bien : mais... (Acte 1, scène 22, JÉRÔME)
  235. Comment donc ? (Acte 1, scène 22, ÉRASTE)
  236. Dans le premier mouvement de ma colère, je me suis livré sans réflexion à une imagination que j?ai trouvée plaisante, vous l?avez applaudie, cela m?a enhardi, la chose est faite, je commence à la trouver sérieuse. (Acte 1, scène 22, JÉRÔME)
  237. Le drôle en est quitte à bon marché, je vous en assure. (Acte 1, scène 22, LÉPINE)
  238. Cela ne laisse pas de me donner quelque inquiétude ; et quelque raison que j?aie dans le fond, il est bon de prévenir certaines suites. (Acte 1, scène 22, JÉRÔME)
  239. Il n?y a jamais d?inconvénient à prendre des mesures. (Acte 1, scène 22, ÉRASTE)
  240. J?ai envoyé prier mon cousin, Monsieur Gaspard l?avocat, de se donner la peine de venir jusqu?ici, pour me concerter avec lui, et voir quelle bonne couleur nous donnerons à cela. (Acte 1, scène 22, JÉRÔME)
  241. Nous trouverons moyen de remédier à toutes choses. (Acte 1, scène 22, ÉRASTE)
  242. Qu?est-il donc arrivé chez vous de si surprenant, mon cousin Jérôme ? (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  243. M?envoyer chercher après minuit ! (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  244. Vous sortez du lit, ou vous revenez du cabaret. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  245. Gardez ces affectations-là pour d?autres, et parlons naturellement. Vous êtes mon cousin, j?ai besoin de vous, je vous ai envoyé chercher ; vous êtes venu, vous avez bien fait, je vous en remercie. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  246. Oui, vraiment, pour un gaillard, pour un maître Sire. (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  247. Justement. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  248. Il n?a pas tenu à lui que je fusse un maître sot. (Acte 1, scène 23, J?R?ME)
  249. Comment donc cela ? (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  250. Il n?est pas question de latin, je ne l?entends point. Mais je les ai trouvés ensemble, vous dis-je, en présence d?un de mes neveux, Officier d?armée, qui en peut rendre témoignage. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  251. Nous n?en manquerons pas. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  252. Je serais parbleu bien fâché d?en avoir d?autres. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  253. Enfin ; qu?avez-vous fait, qu?est-il arrivé ? (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  254. Encore moins, je me suis contenté de le faire boire. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  255. C?est traiter la chose en douceur, il n?y a point de reproche à vous faire. (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  256. Vous n?y êtes pas encore, Monsieur Gaspard, donnez-vous patience. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  257. Il m?a voulu donner pour excuse, qu?il n?était ici qu?en passant, et en attendant l?heure d?aller chez le Baigneur, pour se préparer à une bonne fortune. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  258. Vous avez pris cela pour argent comptant ? (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  259. Je savais bien à quoi m?en tenir ; je lui épargné les frais du Baigneur, je l?ai fait mettre dans une cuve. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  260. Sa femme, qui, de concert avec la mienne, m?avait averti de la manoeuvre du maroufle, m?avait aussi prié de tâcher de changer un peu son mari, je lui ai promis, je m?en suis acquitté, je l?ai fait teindre. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  261. C?est votre métier, ce n(est pas le mien. (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  262. C?est un homme qui vient chez vous pour vous déshonorer, vous l?avez barbouillé ; qu?il se débarbouille. (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  263. Oui, mais cela tient comme tous les diables ; il en a eu trois couches, et la teinture ne s?ira qu?avec la peau. (Acte 1, scène 23, JÉRÔME)
  264. En ce cas-là cela est sérieux, et cette affaire-là fera du bruit. (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  265. À tout hasard, faites toujours votre plainte ; Monsieur Tarif de son côté fera peut-être aussi la sienne : mais je ne crois pas que de longtemps il aille à l?audience. (Acte 1, scène 23, GASPARD)
  266. Tenez, le voilà, Monsieur Gaspard, jugez par vous-même s?il est en état d?y paraître. (Acte 1, scène 24, JÉRÔME)
  267. Messieurs, Messieurs, j?en aurai raison, il y a bonne justice. (Acte 1, scène 24, TARIF)
  268. Nous ne craignons rien, Monsieur, nous avons fait les choses en conscience ; vous avez eu trois teintes, et les jurés de la Communauté n?ont pas le moindre reproche à nous faire. (Acte 1, scène 24, LÉPINE)
  269. Vous êtes à merveille, vous verrez demain au jour ce qu?on vous en dira. (Acte 1, scène 24, LÉPINE)
  270. Monsieur Jérôme, Monsieur Jérôme, l?indigne traitement que vous me faites... (Acte 1, scène 24, TARIF)
  271. Votre femme m?en a prié, Monsieur, je n?ai pu changer que la couleur, c'est à vous de changer vos moeurs, s?il est possible. (Acte 1, scène 24, JÉRÔME)
  272. Il faudra bien qu?il en change malgré lui, et dans l?état où vous l?avez mis, je le défierais bien de se produire en bonne fortune. (Acte 1, scène 24, GASPARD)
  273. Il a manqué la sienne pour aujourd?hui : mais il ira au Bal pour faire des conquêtes ; le voilà masqué pour toute sa vie. (Acte 1, scène 24, LÉPINE)
  274. Comment se montrer ? (Acte 1, scène 24, TARIF)
  275. Que devenir ? (Acte 1, scène 24, TARIF)
  276. De l?humeur et de la couleur dont il est on le prendra pour le Dieu des Jardins. (Acte 1, scène 24, LÉPINE)
  277. Il est bon que notre voisinage et nos familles se rassemblent. (Acte 1, scène 25, JÉRÔME)
  278. On m?a mise au fait, je sais à peu près vos vues, je les trouve bonnes : où en sommes-nous ? (Acte 1, scène 25, MADAME TARIF)
  279. Où nous en sommes ? (Acte 1, scène 25, JÉRÔME)
  280. L?affaire est faite ; connaissez-vous ce Gentilhomme-là ? (Acte 1, scène 25, J?R?ME)
  281. C?est Monsieur Tarif, je pense ! (Acte 1, scène 25, MADAME TARIF)
  282. Vous méritez bien cela, Monsieur ; voilà ce que c?est que de faire le libertin comme vous faites ; et de vous adresser à d?honnêtes femmes. (Acte 1, scène 25, MADAME TARIF)
  283. Il est bien question de cela maintenant, et voilà des morales bien placées... (Acte 1, scène 25, TARIF)
  284. Elle a raison ; vos mauvaises intentions ne sont pas pardonnables, et vous devriez rougir de honte. (Acte 1, scène 25, JÉRÔME)
  285. Oh, par ma foi, je l?en défie, et nous y avons mis trop bon ordre. (Acte 1, scène 25, LÉPINE)
  286. Qu?est-ce que j?apprends, Monsieur Jérôme ? (Acte 1, scène 26, MADAME JÉRÔME)
  287. La raillerie devient outrée, et vous poussez la chose trop loin. (Acte 1, scène 26, MADAME J?R?ME)
  288. Bon, bon, Madame, le voilà bien malade : le traitement qu?il me préparait méritait bien celui-là, tout au moins. (Acte 1, scène 26, JÉRÔME)
  289. Messieurs et Mesdames, pour or et pour argent, par grâce, n?y aurait-il pas moyen de réparer cela ? (Acte 1, scène 26, TARIF)
  290. Comment diable faire ? (Acte 1, scène 26, JÉRÔME)
  291. En l?état où le voilà maintenant, il ne saurait plus prendre que le feuille-morte. (Acte 1, scène 26, J?R?ME)
  292. Comment le feuille-morte ! (Acte 1, scène 26, TARIF)
  293. C?est une couleur bien triste, Monsieur Jérôme. (Acte 1, scène 26, MADAME TARIF)
  294. Si le feuille morte n?était pas trop foncé, encore, il serait quelque temps sans sortir, on dirait qu?il aurait été à la campagne, et qu?il en serait revenu un peu hâlé. (Acte 1, scène 26, GASPARD)
  295. Monsieur Gaspard a raison, cela serait mieux encore, travaillons à cela, Monsieur Jérôme. (Acte 1, scène 26, TARIF)
  296. Et si je le réparais, de manière à vous remettre dans le même état où vous étiez en venant ce soir ici, que feriez-vous ? (Acte 1, scène 26, LÉPINE)
  297. Comment, comment ? (Acte 1, scène 26, TARIF)
  298. Ils sont amoureux l?un de l?autre, consentez au mariage. (Acte 1, scène 26, LÉPINE)
  299. Je voudrais que cela fût, j?y consentirais de tout mon coeur. (Acte 1, scène 26, TARIF)
  300. Sur ce pied-là vous êtes un vert brun, je vous rendrai céladon dans une heure. (Acte 1, scène 26, LÉPINE)
  301. Oui : mais vert brun ou céladon, céladon ou vert brun, c?est à peu près la même chose ; ce changement de couleur ne changera rien au ridicule. (Acte 1, scène 26, TARIF)
  302. Que vous êtes vif, Monsieur Tarif, nous vous avons teint en trois fois, et vous voulez qu?on vous déteigne en une. (Acte 1, scène 26, LÉPINE)
  303. Non, non, j?aurai patience, pourvu que... (Acte 1, scène 26, TARIF)
  304. Vous serez content, pourvu que vous engagiez Monsieur Jérôme à me donner Mademoiselle Javotte, et à me céder la boutique qu?il voulait donner à mon maître, je vous rendrai blanc comme la neige : pour le cuir s?entend, car pour la conscience, ce serait un peu trop entreprendre. (Acte 1, scène 26, LÉPINE)
  305. C?est une petite musique que l?on va répéter, pour vous en donner le régal quand vous aurez repris votre belle humeur, avec votre couleur naturelle que Lépine va vous rendre. (Acte 1, scène 26, JAVOTTE)
  306. Je voudrais bien que cela fût fait. (Acte 1, scène 26, TARIF)
  307. Cela le sera bientôt : allons, venez. (Acte 1, scène 26, LÉPINE)
  308. Si tous les maris dont on courtise les femmes, recevaient ainsi leurs galants, que l?on verrait de Perroquets dans le monde ! (Acte 1, scène 26, JAVOTTE)
  309. Venez, venez, accourez tous, v.1 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  310. Apprendre ici comment se venge v.2 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  311. Un mari sagement jaloux. v.3 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  312. Ne se corrigent pas chez nous, v.5 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  313. Devienne un jour à tous notoire, v.9 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  314. Pour en conserver la mémoire, v.14 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  315. Aille en tous lieux bannir la gloire, v.15 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  316. La nature le rend galant : v.17 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  317. Mais ce n?est rien que la nature ; v.18 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  318. Si l?art n?eût aidé le talent v.19 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  319. Au dénouement de l?aventure, v.21 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  320. La couleur se donne aisément : v.23 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  321. Mais ce n?est rien que la teinture : v.24 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  322. Mais quand on n?est vert qu?en peinture, v.27 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  323. Quand il croit son voisin absent, v.29 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  324. Il vient souper chez sa voisine ; v.30 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  325. Et le voisin qui le surprend, v.31 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  326. Loin d?en faire mauvaise mine, v.32 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  327. Messieurs, pour vous rendre contents, v.35 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  328. Il n?est soins qu?ici l?on ne prenne : v.36 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  329. Puissiez-vous encor dans cent ans v.37 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)
  330. Et jusques-là, qu?Amour vous tienne v.39 (Acte 1, scène 27, JAVOTTE)

LE BON SOLDAT (1718)

  1. Qui faisaient nos plaisirs. v.6 (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  2. J'en suis toute étourdie, v.6 (Acte 1, scène 1, JACINTE)
  3. Nous aurons vous et moi diantrement à souffrir, v.7 (Acte 1, scène 1, JACINTE)
  4. Que sa goutte remonte on en sera bien mieux. v.16 (Acte 1, scène 1, JACINTE)
  5. Cesse en l'excusant d'augmenter mon supplice. v.18 (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  6. On lui vient d'envoyer, v.20 (Acte 1, scène 1, JACINTE)
  7. Qu'il vienne m'enlever dans les bras de mon père, v.22 (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  8. Et vous feignez si bien, Madame, en vérité, v.27 (Acte 1, scène 1, JACINTE)
  9. Et pour plaire à mon père, il faut que je m'en serve, v.30 (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  10. Si, dit-il, je ne l'aime avec emportement, v.31 (Acte 1, scène 1, ANG?LIQUE)
  11. Il me fera finir mes jours en un couvent ; v.32 (Acte 1, scène 1, ANG?LIQUE)
  12. Si Léandre hasardait de venir jusqu'ici. v.35 (Acte 1, scène 1, ANGÉLIQUE)
  13. Il enrage, v.37 (Acte 1, scène 2, JOCRISSE)
  14. Votre papier, je pense, était un sorcelage, v.38 (Acte 1, scène 2, JOCRISSE)
  15. Ah diable d'innocent que m'apportes-tu là ? v.40 (Acte 1, scène 2, JOCRISSE)
  16. Puis prenant ses cheveux et la piau de sa tête, v.41 (Acte 1, scène 2, JOCRISSE)
  17. La sienne. v.46 (Acte 1, scène 2, JOCRISSE)
  18. Rien. Qu'avait-ce papier donc ? v.47 (Acte 1, scène 2, JOCRISSE)
  19. Des enchantements ; v.47 (Acte 1, scène 2, ANGÉLIQUE)
  20. Dieu m'a bien assistée de ne pas voir dedans, v.48 (Acte 1, scène 2, ANG?LIQUE)
  21. Bon, excellente nouvelle, v.53 (Acte 1, scène 3, JACINTE)
  22. J'en vais faire avertir Léandre. v.54 (Acte 1, scène 3, JACINTE)
  23. Mais je ne saurais m'en dispenser, mignonne, v.58 (Acte 1, scène 4, GROGNARD)
  24. Hé bien, aurait-on cru v.60 (Acte 1, scène 4, GROGNARD)
  25. Ce grand amour pour moi, franchement je l'admire, v.61 (Acte 1, scène 4, GROGNARD)
  26. Et j'en suis si surpris, que je ne sais qu'en dire. v.62 (Acte 1, scène 4, GROGNARD)
  27. Va-t-elle bien ? v.65 (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  28. Fort bien, elle est d'or et sonnante. v.65 (Acte 1, scène 4, GROGNARD)
  29. Elle vous coûte bien vingt Louis ? v.66 (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  30. Dites trente. v.66 (Acte 1, scène 4, GROGNARD)
  31. Vraiment elle est fort belle. v.67 (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  32. Je la mets là, jamais je n'en porte sur moi. v.68 (Acte 1, scène 4, GROGNARD)
  33. Enfin, quelle heure est-il ? v.69 (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  34. Il s'agit d'hériter, ce mien frère a du bien, v.71 (Acte 1, scène 4, GROGNARD)
  35. Et je veux avoir l'oeil, qu'on ne détourne rien. v.72 (Acte 1, scène 4, GROGNARD)
  36. Qu'est-ce encore que cela ? v.75 (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  37. Voilà votre inventaire v.78 (Acte 1, scène 5, LE CLERC)
  38. Vous écrivez très bien, et... v.80 (Acte 1, scène 5, GROGNARD)
  39. Mon homme a votre argent, si vous vouliez l'attendre. v.81 (Acte 1, scène 5, GROGNARD)
  40. Non, j'enverrai demain un petit clerc le prendre. v.82 (Acte 1, scène 5, LE CLERC)
  41. Qu'il en puisse envoyer un plus petit que lui. v.84 (Acte 1, scène 5, GROGNARD)
  42. Jocrisse tiens-toi là, qu'aucun n'entre ou ne sorte. v.85 (Acte 1, scène 5, GROGNARD)
  43. Quand on y buquerait, n'ouvre pas, innocent. v.87 (Acte 1, scène 5, GROGNARD)
  44. Bien, pas un n'entrera, quand ils y viendraient cent. v.88 (Acte 1, scène 5, JOCRISSE)
  45. Par la gueule du sac, la carogne est entrée, v.89 (Acte 1, scène 5, JOCRISSE)
  46. Palsanguenne al en tient la chienne est éventrée, v.90 (Acte 1, scène 5, JOCRISSE)
  47. Qu'elle ronge à présent. v.92 (Acte 1, scène 5, JOCRISSE)
  48. Oh parguenne, al en tient, Monsieur. v.93 (Acte 1, scène 6, JOCRISSE)
  49. C'est qu'al en tient, ouvrez, et vous allez bien rire, v.94 (Acte 1, scène 6, JOCRISSE)
  50. Si vous ne la trouvez en quatre ou cinq quartiers... v.95 (Acte 1, scène 6, JOCRISSE)
  51. J'entendais la carogne, v.97 (Acte 1, scène 6, JOCRISSE)
  52. Oh vraiment, hé, Monsieur, s'il vous plaît, v.99 (Acte 1, scène 6, JOCRISSE)
  53. Ouvrez le sac, voyez en quel état qu'al est. v.100 (Acte 1, scène 6, JOCRISSE)
  54. Le sac, ah je crains bien... v.101 (Acte 1, scène 6, GROGNARD)
  55. Ne craignez rien, al est plus plate qu'une sole, v.102 (Acte 1, scène 6, JOCRISSE)
  56. Al en a dans les dents. v.105 (Acte 1, scène 6, JOCRISSE)
  57. M'en voilà pour ma Montre, v.105 (Acte 1, scène 6, GROGNARD)
  58. Ah ! Que m'as-tu fais là, diable de malencontre. v.106 (Acte 1, scène 6, GROGNARD)
  59. Il ment, c'est pour une souris. v.108 (Acte 1, scène 7, JOCRISSE)
  60. Il a raccommodé des choses bien plus fortes. v.114 (Acte 1, scène 7, JOCRISSE)
  61. Rentrez, vous aurez froid dans cette grande salle, v.117 (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  62. Chien de butor, va brider ma cavale. v.118 (Acte 1, scène 7, GROGNARD)
  63. Hé bien, partira-t-il ce grogneux ? v.121 (Acte 1, scène 8, JACINTE)
  64. Avez-vous commencé votre plainte ? v.122 (Acte 1, scène 8, JACINTE)
  65. Dans un jaloux absent des effets admirables ; v.126 (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  66. Et même en ce moment, au coin de cette rue v.129 (Acte 1, scène 8, JACINTE)
  67. Et pour souper ici Léandre se rendra. v.132 (Acte 1, scène 8, JACINTE)
  68. Comment diable est-ce donc que ceci se bricole, v.134 (Acte 1, scène 9, JOCRISSE)
  69. Palsanguenne un licou vaut mieux que tout cela ? v.136 (Acte 1, scène 9, JOCRISSE)
  70. Ouvre-lui bien la bouche et mets le mors dedans. v.139 (Acte 1, scène 9, JACINTE)
  71. C'est qu'al lève le nez, et qu'a serre les dents, v.140 (Acte 1, scène 9, JOCRISSE)
  72. Je l'ai pourtant bridée, et il n'y manquait rien, v.143 (Acte 1, scène 9, JOCRISSE)
  73. Fort bien, v.144 (Acte 1, scène 9, JACINTE)
  74. Comment lui faire ouvrir la bouche ? v.146 (Acte 1, scène 9, JOCRISSE)
  75. Il le faut bien mamour, tu viens d'y consentir. v.148 (Acte 1, scène 10, GROGNARD)
  76. Non, absente de vous, je ne pourrai pas vivre, v.149 (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  77. Je ne sais pas d'où vient cet amour-là, v.155 (Acte 1, scène 10, GROGNARD)
  78. Car je n'ai rien en moi qui l'oblige à cela. v.156 (Acte 1, scène 10, GROGNARD)
  79. Tout est charmant en vous, et tout a su me plaire, v.157 (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  80. Vous le savez fort bien. v.158 (Acte 1, scène 10, ANG?LIQUE)
  81. Mais, mamour, comment faire, v.161 (Acte 1, scène 10, GROGNARD)
  82. Tu sais bien qu'il s'agit d'une importante affaire. v.162 (Acte 1, scène 10, GROGNARD)
  83. Quoi, si près d'un hymen, vouloir m'abandonner ? v.164 (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  84. Quand je t'en ai parlé tu semblais t'y résoudre. v.165 (Acte 1, scène 10, GROGNARD)
  85. Hé ce moment venu m'est pis qu'un coup de foudre ; v.166 (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  86. Mais je vois bien qu'enfin je n'y puis consentir. v.168 (Acte 1, scène 10, ANG?LIQUE)
  87. Elle est trop violente ? v.173 (Acte 1, scène 10, JACINTE)
  88. S'il revient dans deux jours, serez-vous pas contente ? v.174 (Acte 1, scène 10, JACINTE)
  89. Hé bien, mon petit coeur, je ne partirai pas, v.176 (Acte 1, scène 10, GROGNARD)
  90. Votre ménage ira tout sens dessus dessous, v.180 (Acte 1, scène 10, JACINTE)
  91. Sans qu'une femme soit à ses trousses, j'enrage, v.182 (Acte 1, scène 10, JACINTE)
  92. Quand viendrez-vous ? v.184 (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  93. Puisque je me résous à souffrir votre absence, v.185 (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  94. Loin de vous supplier à faire diligence, v.186 (Acte 1, scène 10, ANG?LIQUE)
  95. Pour ne me plus jouer de si sensibles tours, v.187 (Acte 1, scène 10, ANG?LIQUE)
  96. Au lieu de deux, de trois, prenez huit ou dix jours. v.188 (Acte 1, scène 10, ANG?LIQUE)
  97. Je ne puis me résoudre à souffrir ton absence, v.189 (Acte 1, scène 10, GROGNARD)
  98. Mais vous rêvez, je pense ! v.190 (Acte 1, scène 10, JACINTE)
  99. Je le veux, prends en soin. v.191 (Acte 1, scène 10, GROGNARD)
  100. Je m'en vais donc, mamour ! v.192 (Acte 1, scène 10, GROGNARD)
  101. Il est déjà bien tard. v.195 (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  102. Mais la nuit vous prendra dans une heure d'ici. v.196 (Acte 1, scène 10, ANGÉLIQUE)
  103. Mais la nuit à présent n'est pas noire, elle est blonde, v.197 (Acte 1, scène 10, JACINTE)
  104. Ha, je respire, et bien sais-je me contrefaire ? v.205 (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  105. Mais vous avez pensé gâter toute l'affaire, v.206 (Acte 1, scène 11, JACINTE)
  106. Qu'il a, ma foi, pensé ne point partir du tout. v.208 (Acte 1, scène 11, JACINTE)
  107. La feinte était fort bien. v.209 (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  108. Pour l'obliger d'agir selon notre pensée. v.210 (Acte 1, scène 11, JACINTE)
  109. Enfin, il est absent, pour le coup, respirons, v.211 (Acte 1, scène 11, ANGÉLIQUE)
  110. Et jouissons un peu du bien que nous avons. v.212 (Acte 1, scène 11, ANG?LIQUE)
  111. Vraiment vous voilà seule, et n'avez plus de crainte, v.213 (Acte 1, scène 11, JACINTE)
  112. Hé bien ! v.215 (Acte 1, scène 12, JACINTE)
  113. Il le faut pourtant bien. v.219 (Acte 1, scène 12, LE SOLDAT)
  114. L'on ne doit craindre rien. v.220 (Acte 1, scène 12, LE SOLDAT)
  115. Comment, que fait cela ? Quoi, vous souffrir chez moi, v.223 (Acte 1, scène 12, ANGÉLIQUE)
  116. Puis il est tard, la nuit sera bientôt passée. v.225 (Acte 1, scène 12, LE SOLDAT)
  117. L'honnêteté, Monsieur, n'en est pas moins blessée. v.226 (Acte 1, scène 12, JACINTE)
  118. Mais, comment voulez-vous, Madame, que je fasse, v.229 (Acte 1, scène 12, LE SOLDAT)
  119. Ce que vous me devez, je le demande en grâce, v.230 (Acte 1, scène 12, LE SOLDAT)
  120. Et tout autre Soldat viendrait brutalement, v.231 (Acte 1, scène 12, LE SOLDAT)
  121. Ce billet à la main, prendre son logement, v.232 (Acte 1, scène 12, LE SOLDAT)
  122. Mais, j'en use partout avec respect, Madame. v.233 (Acte 1, scène 12, LE SOLDAT)
  123. Rien n'est si chatouilleux que l'honneur d'une femme, v.234 (Acte 1, scène 12, JACINTE)
  124. Et son ombre à présent nous ferait du scandale. v.237 (Acte 1, scène 12, JACINTE)
  125. Et pour lors il n'est rien plus froid que la cuisine. v.246 (Acte 1, scène 12, JACINTE)
  126. Oh, non, passez-vous-en jusqu'à demain matin. v.248 (Acte 1, scène 12, JACINTE)
  127. Jamais jeûne ne fût plus loin de ma pensée, v.249 (Acte 1, scène 12, LE SOLDAT)
  128. Ne craignez rien, la justice est si bonne, v.253 (Acte 1, scène 12, JACINTE)
  129. Qu'est-ce encore que ceci ? v.255 (Acte 1, scène 13, JACINTE)
  130. Bonne ou mauvaise, va l'on te payera bien. v.263 (Acte 1, scène 13, JACINTE)
  131. Hé, j'en sommes payés, je n'en demandons rien. v.264 (Acte 1, scène 13, LE ROTISSEUR)
  132. Tout cela coûte bien plus que vous ne pensez. v.268 (Acte 1, scène 14, LE ROTISSEUR)
  133. Barbe, tenez tout prêt pour le servir ici, v.271 (Acte 1, scène 14, JACINTE)
  134. Quand ce Monsieur viendra. v.272 (Acte 1, scène 14, JACINTE)
  135. Madame, vous voyez ce que j'ose entreprendre, v.273 (Acte 1, scène 15, LÉANDRE)
  136. Mais si vous ne m'aimez, que deviendra Léandre ? v.274 (Acte 1, scène 15, L?ANDRE)
  137. Je vous aime, mon coeur ne dément point ma voix, v.275 (Acte 1, scène 15, ANGÉLIQUE)
  138. Je crois depuis deux ans vous l'avoir dit cent fois, v.276 (Acte 1, scène 15, ANG?LIQUE)
  139. Et d'en demeurer là, pour croître mon martyre ; v.278 (Acte 1, scène 15, LÉANDRE)
  140. Vos souhaits et les miens seront-ils superflus, v.279 (Acte 1, scène 15, L?ANDRE)
  141. C'est dessus notre hymen que mon amour se fonde ; v.281 (Acte 1, scène 15, ANGÉLIQUE)
  142. L'agréable saison pour les tendres amours : v.284 (Acte 1, scène 15, JACINTE)
  143. Où donc, vous prétendez me faire un grand régale. v.286 (Acte 1, scène 15, ANGÉLIQUE)
  144. Jacinte, que je sens de trouble dans mon âme. v.289 (Acte 1, scène 15, ANGÉLIQUE)
  145. Ah, Madame, serait-ce en faveur de ma flamme ? v.290 (Acte 1, scène 15, LÉANDRE)
  146. La porte du devant est-elle bien fermée ? v.297 (Acte 1, scène 15, ANGÉLIQUE)
  147. Je viens d'être alarmée. v.298 (Acte 1, scène 15, ANGÉLIQUE)
  148. Quand ces gens soupent bien, ils dorment à merveille, v.301 (Acte 1, scène 15, LÉANDRE)
  149. Qu'ils dormiraient encore. Qu'a-t-il soupé ? v.303 (Acte 1, scène 15, L?ANDRE)
  150. Lui ? Rien. v.304 (Acte 1, scène 15, ANGÉLIQUE)
  151. Tant pis, l'estomac vide, on ne dort pas bien. v.304 (Acte 1, scène 15, LÉANDRE)
  152. Il faut bien que ce soit Monsieur. v.306 (Acte 1, scène 15, JACINTE)
  153. Oui, vous dis-je, elle l'est plus que vous ne pensez, v.312 (Acte 1, scène 15, ANGÉLIQUE)
  154. Dépêchez-vous, je suis bien plus morte que vive. v.314 (Acte 1, scène 15, ANGÉLIQUE)
  155. Madame, vous n'avez à craindre nullement. v.315 (Acte 1, scène 15, LÉANDRE)
  156. Je te surprends, mamour, fort agréablement, v.316 (Acte 1, scène 16, GROGNARD)
  157. Tu ne m'attendais-pas ! v.317 (Acte 1, scène 16, GROGNARD)
  158. Non, j'en suis si surprise, v.317 (Acte 1, scène 16, ANGÉLIQUE)
  159. Que de ce soir, Monsieur, je n'en serai remise. v.318 (Acte 1, scène 16, ANG?LIQUE)
  160. D'où vient donc ? v.319 (Acte 1, scène 16, GROGNARD)
  161. Entendant que l'on heurtait si fort, v.319 (Acte 1, scène 16, JACINTE)
  162. Reprends donc ta joie v.322 (Acte 1, scène 16, GROGNARD)
  163. Pourquoi s'en revenir puisqu'il était si tard v.324 (Acte 1, scène 16, ANGÉLIQUE)
  164. Mais je ne suis pas mort, tu le vois bien, ma belle. v.326 (Acte 1, scène 16, GROGNARD)
  165. Oui, mais mon trop d'amour entretient ma frayeur, v.327 (Acte 1, scène 16, ANGÉLIQUE)
  166. La femme et le mari s'entraimer davantage. v.330 (Acte 1, scène 16, GROGNARD)
  167. Souffrir un homme ici, seules, en votre absence, v.333 (Acte 1, scène 16, ANGÉLIQUE)
  168. Qu'en dira-t-on ? Je pense v.334 (Acte 1, scène 16, GROGNARD)
  169. Et je suis revenu pour souper, qu'avons-nous ? v.339 (Acte 1, scène 16, GROGNARD)
  170. Ne vous attendant pas, qu'aurions-nous eu sans vous. v.340 (Acte 1, scène 16, ANGÉLIQUE)
  171. À l'heure qu'il est on ne peut rien avoir. v.343 (Acte 1, scène 16, JACINTE)
  172. Je viens, Monsieur, vous donner le bonsoir, v.344 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  173. La pauvre énfant n'a pas accoutumé d'en voir, v.348 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  174. Je m'en suis aperçu, v.351 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  175. Un cadet fort bien fait... eût été mieux reçu. v.352 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  176. Rien du tout, dont j'enrage. v.356 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  177. Écoutez entre nous, v.356 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  178. Ne me perdez pas, à vingt ans j'eus le bien, v.359 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  179. De servir quatre mois un grand magicien, v.360 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  180. D'apporter promptement dans ce lieu, pain, vin, viande, v.366 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  181. Et de tout ce rôt-là vous ne mangerez rien. v.375 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  182. Pourquoi, s'il était bon, j'en mangerais fort bien. v.376 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  183. Démon, qu'en cet instant se trouve en cette armoire, v.378 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  184. Il me prend un frisson. v.383 (Acte 1, scène 17, ANGÉLIQUE)
  185. Madame, ne craignez en aucune façon. v.384 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  186. Il n'en a nulle tache, v.385 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  187. C'est un Magicien, il n'en faut plus douter. v.388 (Acte 1, scène 17, ANGÉLIQUE)
  188. Oui, c'en est un, j'en vois une marque sensible. v.389 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  189. Qui n'en mangera pas s'en trouvera fort mal. v.392 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  190. J'en vais manger. v.393 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  191. J'en mangerai de même. v.393 (Acte 1, scène 17, JACINTE)
  192. Non, non, il est souvent des diables favorables, v.397 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  193. Qui dans certains périls se trouvent secourables ; v.398 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  194. Vous auriez bien sujet d'avoir le coeur contrit, v.399 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  195. Mesdames, bien vous prend que j'aie un peu d'esprit, v.400 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  196. Et pour rendre la fête à mon gré plus complète, v.402 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  197. J'en vais chanter une autre. v.417 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  198. L'amour vous récompense v.418 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  199. Profitez de l'absence v.420 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  200. Le gros pendard, v.426 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  201. Trompez tous deux d'intelligence, v.430 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  202. Hé bien, c'est encor pis, v.435 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  203. Elle pleure à présent, et riait tout à l'heure. v.438 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  204. Hé vraiment oui, le Diable en fit-il jamais d'autres ? v.442 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  205. Ce n'est pas encor tout, il faut que vous voyiez v.443 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  206. Nous verrons, s'il le faut, l'Enfer de bout en bout, v.447 (Acte 1, scène 17, JACINTE)
  207. Mais comme il est céans, il faut bien qu'il en sorte, v.449 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  208. Ou par la cheminée enfin, ou par la porte, v.450 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  209. Comment souhaitez-vous qu'il soit vêtu ? v.462 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  210. Prends un habit galant, des plumes, des rubans, v.463 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  211. Quitte ta laide face, prends-en une plus belle, v.465 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  212. Et prends garde surtout d'en user autrement, v.468 (Acte 1, scène 17, LE SOLDAT)
  213. Angélique venez vous jeter dans mes bras, v.472 (Acte 1, scène 17, LÉANDRE)
  214. Suivez-moi tous. Comment je reste seul ici ? v.475 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  215. Tout est au Diable, et moi bien plus qu'eux misérable, v.477 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  216. Angélique, un Démon vous enlève aujourd'hui, v.479 (Acte 1, scène 17, GROGNARD)
  217. Ils sont bien dix ou douze, v.481 (Acte 1, scène 18, JACINTE)
  218. Preniez-vous tout cela pour de l'argent comptant. v.484 (Acte 1, scène 18, JACINTE)
  219. Je ne suis pas d'humeur à vous déguiser rien. v.487 (Acte 1, scène 18, JACINTE)
  220. Vraiment je le vois bien, v.488 (Acte 1, scène 18, GROGNARD)
  221. Et pour me consoler encor de cette affaire, v.489 (Acte 1, scène 18, GROGNARD)
  222. Reprendre doucement le chemin de Poissy. v.492 (Acte 1, scène 18, GROGNARD)

L'OPÉRATEUR BARRY (1702)

  1. Est-ce de votre ordonnance que les Opérateurs viennent vendre leurs marchandises dans notre Hôtel ? (Prologue, scène 2, MONSIEUR LE COMTE)
  2. Oui, mais de la louer à un Opérateur, ce serait une chose ridicule, ne vous en déplaise ; et je ne sache rien de plus déshonorant pour la Comédie. (Prologue, scène 2, MONSIEUR LE COMTE)
  3. Que vous importe, pourvu que l'Opérateur la fasse mieux valoir qu'un autre, et que le profit vous en revienne ? (Prologue, scène 2, MONSIEUR DANCOURT)
  4. C'est de quoi je doute, qu'il la fasse bien valoir. (Prologue, scène 2, MONSIEUR LE COMTE)
  5. J'en doute aussi pour le moins autant que vous : mais il n'y a point de mal d'en faire l'expérience. (Prologue, scène 2, MONSIEUR DANCOURT)
  6. La meilleure partie de nos Acteurs et de nos Actrices est à Fontainebleau depuis un mois, nous n'avons pu jouer que cinq ou six Pièces, que nous avons recommencées quatre ou cinq fois chacune ; pensez-vous que cela soit fort agréable au public, et qu'il ne paraisse pas là-dedans une négligence qui fait aussi qu'on nous néglige. (Prologue, scène 2, MONSIEUR DANCOURT)
  7. Mais cette négligence apparente, Monsieur, prétendez-vous la réparer avec une Farce d'Opérateur, une Dame Gigogne, un Gille, un Gautier-Garguille, un Capitan ? (Prologue, scène 2, MONSIEUR LE COMTE)
  8. Non : mais on connaîtra du moins que le petit nombre d'Acteurs qui demeure à Paris, se donne du soin pour plaire ; et ce petit nombre ne pouvant suffire par lui-même à jouer de certaines Pièces anciennes ou nouvelles, on ne peut que nous savoir gré de laisser Monsieur l'Opérateur Barry donner une espèce de nouveauté, qui sera peut-être moins mal reçue que nous ne pensons l'un et l'autre. (Prologue, scène 2, MONSIEUR DANCOURT)
  9. Oh bien, Monsieur, l'Opérateur me révolte, je vous l'avoue, et je vous déclare que c'est malgré moi… (Prologue, scène 2, MONSIEUR LE COMTE)
  10. Non Signora, non, je ne sortirai point, mi souis un Forestier, une personne de ma profession, un homme comme mi, qui a un caractère, est bien reçu partout. (Prologue, scène 3, MONSIEUR BARRY)
  11. Vous en avez assez la mine ; et vos figures choquantes, et vos visages hétéroclites ne sont point faits pour ce Théâtre-ci. (Prologue, scène 3, MADAME DE CHANVALLON)
  12. Madame, Madame, visage vous-même, on ne traite point des gens comme nous de visages, afin que vous l'entendiez. (Prologue, scène 3, JODELET)
  13. Mais je vois bien que c'est une bourle que l'on m'a fait, vous êtes une espionne de la Médecine, une Carabine de la Faculté, un suppôt d'Apothicaire, peut-être, payée des Médecins que ma réputation anéantit, et dont l'ignorance crasse va se dissiper à l'aspect du Soleil de la véritable médecine ; mais je ferai taire l'envie. (Prologue, scène 3, MONSIEUR BARRY)
  14. Je parlerai si haut, qu'on m'entendra aux quatre coins de l'Univers, au Levant, au Couchant, au Midi, au Septentrion. (Prologue, scène 3, MONSIEUR BARRY)
  15. Au nord, au Sud, à l'Est, à l'Ouest, entendez-vous, Madame ? (Prologue, scène 3, JODELET)
  16. Mi qui souis piou Orateur que Cicéron, piou sage que Caton, piou savant cent fois qu'Aristote, qui possède toutes les langues et tous les idiomes de la terre, le Grec, le Latin, le Syriaque, le Chaldéen, l'Arabe, l'Hébreu, le Suédois, le Laponois, l'Iroquois, le Chinois, le Tonquinois, et le Cochinchinois. (Prologue, scène 3, MONSIEUR BARRY)
  17. Il y a ici nombre d'honnêtes gens, que tu étourdis de ton babil. (Prologue, scène 3, MADAME DE CHANVALLON)
  18. Nombre d'honnêtes gens ! (Prologue, scène 3, MONSIEUR BARRY)
  19. Cet homme-là a encore plus de babil que moi, toute femme que je suis. (Prologue, scène 3, MADAME DE CHANVALLON)
  20. Il n'y a pas moyen de le faire taire, il vaut mieux céder. (Prologue, scène 3, MADAME DE CHANVALLON)
  21. Vous voyez, Messieurs et Mesdames, vous voyez, dis-je, le plus grand personnage du monde, un Virtuose, un Phénix pour sa profession, le Parangon de la Médecine, le successeur d'Hippocrate en ligne directe, et l'Héritier de ses Aphorismes, le scrutateur de la nature, le vainqueur des maladies, et le fléau de toutes les Facultés. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  22. Il y a quatre-vingt-treize ans que je faisais du bruit de diable à Paris, n'y a-t-il personne ici qui se souvienne de m'y avoir vu ? (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  23. En quel lieu de l'Univers n'ai-je point été depuis ? (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  24. Que l'on écrive en Italie, on saura que j'ai délivré la République de Raguse d'un cancer qu'elle avait à la mamelle gauche. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  25. Qui est-ce qui a arraché onze dents machelières, et quinze cors aux pieds à l'Infante Atabalippa ? (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  26. Pour peu que vous en doutiez, allez vous-mêmes sur les lieux, on vous en dira des nouvelles. (Prologue, scène 4, JODELET)
  27. Mais, me direz-vous, je n'ai que faire de vos remèdes, je me porte bien ; je ne suis, Dieu merci, ni pulmonique, ni asthmatique ; je n'ai ni pierre, ni gravelle, ni fluxion, ni catarrhe, ni rhumatisme. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  28. Le Ciel en soit loué, c'est ce que je demande. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  29. J'ai piou de bien que je n'en veux : mais j'ai d'autres sec rets, où le beau sexe ne sera peut-être pas insensible. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  30. Le trésor de la beauté, le magasin des agréments, l'arsenal de l'amour. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  31. C'est lui qui m'a rendu beau comme vous me voyez. (Prologue, scène 4, JODELET)
  32. Je porte avec moi un baume du Japon, qui noircit les cheveux gris, et dément les Extraits baptistaires ; une pommade du Pérou, qui rend le teint uni comme un miroir, et recrépit les trous de la petite vérole. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  33. Une quintessence de la Chine, qui agrandit les yeux, et rapproche les coins de la bouche, fait sortir le nez à celles qui n'en ont guères, et le fait rentrer à celles qui en ont trop. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  34. Enfin, un Élixir spécifique, que je puis appeler le supplément de la beauté, le réparateur des visages, et l'abrégé universel de tous les charmes qui ont été refusés par la nature. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  35. Mais, vous autres, belles Dames, vous n'avez pas besoin de mes secrets, je le sais, je le vois, ce réduit est aujourd'hui le centre des charmes et de la beauté, et je vois bien qu'il faut attendre un autre jour pour le débit de mes trésors, et me borner présentement au seul honneur de vous donner en impromptu le divertissement d'une espèce de petite Farce, telle que j'en faisais autrefois représenter assez près d'icI. Nous y joindrons un petit Ballet, où tout le monde entrera masqué. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  36. Que l'on joue seulement un petit air, pour donner le temps à mes Acteurs de se disposer pour leurs Rôles. (Prologue, scène 4, MONSIEUR BARRY)
  37. Et, comme disait fort bien à feu mon grand-père, son feu grand-père à lui, qui était un fort grand personnage, il n'y a rien de certain dans le monde comme le changement. (Acte 2, scène 1, GARGUILLE)
  38. Je me suis ennuyé d'être garçon, un Notaire de mes amis m'a marié, je voudrais bien être veuf. (Acte 2, scène 1, GARGUILLE)
  39. J'ai souhaité avoir des enfants, le Ciel m'a donné une fille, et je me trouverais fort heureux si quelqu'un m'en voulait débarrasser. (Acte 2, scène 1, GARGUILLE)
  40. Il vient vers moi ; me voudrait-il quelque chose ? (Acte 2, scène 1, GARGUILLE)
  41. Je baise les pieds et les mains, et tout ce qu'on peut baiser avec bienséance au bonhomme Gautier-Garguille. (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  42. Hé bien, comment vous ça va, pauvre diable ? (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  43. Fort bien, grâce au Ciel, et vous voyez le plus malade de la famille. (Acte 2, scène 2, GARGUILLE)
  44. Cela n'est rien. (Acte 2, scène 2, GARGUILLE)
  45. Hors un mal de tête qui me tient presque toujours, une douleur de dents continuelle, mon petit rhume de poitrine ordinaire, une colique qui me prend de temps en temps dans le bas ventre, le mouvement de cette hanche-là que je n'ai pas bien libre, de grandes lassitudes dans les cuisses, et la jambe gauche qui me refuse un peu le service ; à cela près, je me porte à merveilles, et je suis toujours gai et gaillard, comme vous voyez. (Acte 2, scène 2, GARGUILLE)
  46. Allez, mon ami, je défie la mort de vous prendre par maladies, et j'ai dessein de vous tuer à force de joie. (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  47. Comment ! (Acte 2, scène 2, GARGUILLE)
  48. Si vous en échappez, bonhomme, je vous tiens l'âme bien tenace. (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  49. Vous m'avez plu, je vais devenir votre gendre. (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  50. Je cours avertir mes parents, et les prier du festin que je vous commande de commander. (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  51. Attendez, Seigneur Spacamonte, priez vos parents de votre enterrement plutôt que de la noce ? (Acte 2, scène 2, GARGUILLE)
  52. Comment me tuer de chagrin ? (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  53. Oui, le chagrin est plus mortel que la joie, et vous n'aurez pas ma fille, je vous en avertis : ah, ah, ah. (Acte 2, scène 2, GARGUILLE)
  54. Et j'ai fait serment d'exterminer, fût-ce vous, le premier coquin qui aurait l'audace de s'y opposer. (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  55. Hé bien, cela est clair. (Acte 2, scène 2, GARGUILLE)
  56. Cette enfant est toute ajustée, toute déguisée, pour le petit Bal qui se donne. (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  57. Je vais souper à fond, puis je viendrai la prendre, et nous épouserons immédiatement après la danse : n'est-ce pas votre avis ? (Acte 2, scène 2, SPACAMONTE)
  58. Et le vôtre aussi, apparemment ? (Acte 2, scène 2, GARGUILLE)
  59. Deux avis valent mieux qu'un, je n'ai pas de mot à dire. (Acte 2, scène 2, GARGUILLE)
  60. Beau-père… Voilà un mariage bientôt bâtI. Je ne veux point de ce Bretteur-là dans ma maison. (Acte 2, scène 3, GARGUILLE)
  61. Il me vient une pensée. (Acte 2, scène 3, GARGUILLE)
  62. Voici la maison de Zerbinette, elle est de ma connaissance, et cette petite vieille Italienne en sait beaucoup. (Acte 2, scène 3, GARGUILLE)
  63. Opposons femme à femme, et malice à malice ; elle trouvera peut-être moyen d'empêcher ce mariage, qui me fait de la peine. (Acte 2, scène 3, GARGUILLE)
  64. Laissez-là votre baragouin, de grâce ; et parlez français, si vous voulez que nous nous entendions (Acte 2, scène 4, GARGUILLE)
  65. Madame Zerbinette, si je vous parlais Turc, y comprendriez-vous quelque chose ? (Acte 2, scène 4, GARGUILLE)
  66. Mais écoutez donc, c'est pour une affaire de conséquence que je viens vous consulter ; vous êtes de mes amies ; parlons français, je vous en conjure. (Acte 2, scène 4, GARGUILLE)
  67. Voilà qui est fait, Sarete contento. (Acte 2, scène 4, ZERBINETTE)
  68. Ma femme veut marier notre fille Isabelle ; et comme le mari qu'elle prétend lui donner ne me plaît pas, je viens vous prier de m'aider à rompre ce mariage. (Acte 2, scène 4, GARGUILLE)
  69. Encore ? (Acte 2, scène 4, GARGUILLE)
  70. Un certain Capitan, un batteur de pavé, qui est si souvent au Cabaret, et qu'on voit presque tous les jours ivre, le Seigneur Spacamonte. (Acte 2, scène 4, GARGUILLE)
  71. Mais réfléchissez en français, je vous en supplie. (Acte 2, scène 4, GARGUILLE)
  72. En français ou autrement, je vous réponds que si vous voulez me laisser faire, le Capitan Spacamonte n'épousera point votre fille. (Acte 2, scène 4, ZERBINETTE)
  73. Assurément ? (Acte 2, scène 4, GARGUILLE)
  74. Assurément. (Acte 2, scène 4, ZERBINETTE)
  75. Entrez au logis, ma femme n'y est pas, et elle ne reviendra que demain. (Acte 2, scène 4, GARGUILLE)
  76. La conjoncture est admirable, et je serai bien aise que cela me donne occasion de passer avec votre fille toute la soirée. (Acte 2, scène 4, ZERBINETTE)
  77. Vous pourrez aller au Bal ensemble, je vais l'en avertir. (Acte 2, scène 4, GARGUILLE)
  78. La fortune se déclare pour ce pauvre garçon, qui m'est tantôt venu faire confidence de la passion qu'il a pour isabelle. (Acte 2, scène 5, ZERBINETTE)
  79. Pour peu que je me mêle de cette affaire, l'amour sera bientôt de notre parti ; et la fortune, moi et l'amour, nous faisons une assez bonne petite société. (Acte 2, scène 5, ZERBINETTE)
  80. Venez, venez, Seigneur Mostelin, J'ai de bonnes nouvelles à vous apprendre. (Acte 2, scène 5, ZERBINETTE)
  81. Hé bien, ma chère Zerbinette, tu viens de parler au père de l'adorable Isabelle ? (Acte 2, scène 6, MOSTELIN)
  82. Il est de tes amis apparemment ? (Acte 2, scène 6, MOSTELIN)
  83. Tu devais bien hasarder de lui dire quelque chose en ma faveur. (Acte 2, scène 6, MOSTELIN)
  84. Comment ! (Acte 2, scène 6, ZERBINETTE)
  85. C'est sa fille à qui vous en voulez ; c'est à elle à qui il faut s'adresser. (Acte 2, scène 6, ZERBINETTE)
  86. J'ai besoin de tes conseils pour me déterminer, et de ton adresse pour devenir heureux. (Acte 2, scène 6, MOSTELIN)
  87. Je vais commencer par vous ménager un entretien avec Isabelle. (Acte 2, scène 6, ZERBINETTE)
  88. Elle va venir ici, allez-vous-en. (Acte 2, scène 6, ZERBINETTE)
  89. L'Amour me défend ce que tu m'ordonnes. (Acte 2, scène 6, MOSTELIN)
  90. La raison vous commande ce que l'Amour vous défend. (Acte 2, scène 6, ZERBINETTE)
  91. Que la raison triomphe à présent, l'Amour triomphera tantôt. (Acte 2, scène 6, ZERBINETTE)
  92. Voilà avec elle un coquin de valet, qui est l'espion de sa mère ; retirez-vous, et me laissez prendre langue. (Acte 2, scène 6, ZERBINETTE)
  93. Je t'obéis aveuglément. (Acte 2, scène 6, MOSTELIN)
  94. Je vous rendrai service de même. (Acte 2, scène 6, ZERBINETTE)
  95. Venez, ma fille, voilà Madame Zerbinette, qui est une personne d'esprit, de vos voisines, avec qui je veux que vous fassiez connaissance. (Acte 2, scène 7, GARGUILLE)
  96. Je vous suis bien obligée, mon père, de me donner de si bonnes habitudes. (Acte 2, scène 7, ISABELLE)
  97. Elle ne vous donnera que de bons conseils, et je veux que vous fassiez absolument tout ce qu'elle vous dira. (Acte 2, scène 7, GARGUILLE)
  98. Et moi, Madame, je ne vous conseillerai rien que vous n'ayez envie de faire. (Acte 2, scène 7, ZERBINETTE)
  99. Débarrasse-nous de ce fanfaron de Capitan, tâche de faire en sorte que ma fille prenne de l'amour pour quelque autre, afin qu'elle contredise sa mère, sans que je paraisse me mêler de cela, moI. Ôte-toi de là, toi, gros coquin, que viens-tu faire ici ? (Acte 2, scène 7, GARGUILLE)
  100. Madame m'a dit de prendre garde à sa fille, qui est sa fille plus que la vôtre ; et au cas qu'elle parlât à d'autres qu'au Seigneur Spacamonte, d'écouter tout ce qu'on lui dirait. (Acte 2, scène 7, JODELET)
  101. Je le défierai bien de nous entendre, ne vous mettez pas en peine. (Acte 2, scène 7, ZERBINETTE)
  102. Tanto meglio ; quest' animalaccio non intenderà i nostri discorsi. (Acte 2, scène 8, ZERBINETTE)
  103. On m'a dit d'écouter ; mais je n'y entends rien. (Acte 2, scène 8, JODELET)
  104. Est-ce que ce n'est pas parler que ce qu'elles disent-là ? (Acte 2, scène 8, JODELET)
  105. Con tanta belleza e tante gratie, portate voi nel petto un cuor insensibile ? (Acte 2, scène 8, ZERBINETTE)
  106. Non hà sentito sin adesso che antipatia, mà sento ben ch'è formato per un' altro uso. (Acte 2, scène 8, ISABELLE)
  107. O benissimo pensato. (Acte 2, scène 8, ZERBINETTE)
  108. Il faut pourtant bien qu'elles s'entendent ; car elles se répondent l'une à l'autre. (Acte 2, scène 8, JODELET)
  109. Il y a bien de la malice là-dedans. (Acte 2, scène 8, JODELET)
  110. Que je suis fâché de ne savoir pas le Latin ; car c'en est là. (Acte 2, scène 8, JODELET)
  111. Vi daro quelli medesimi che desiderate, mà bisognerebbe fare entrare quel Baronaccio di spia ne' nostri interreI. Con lusinghe e denari si viene à capo d'ogni cosa mà veramente. (Acte 2, scène 8, ZERBINETTE)
  112. C'est quelqu'un de vos parents, apparemment ? (Acte 2, scène 8, ZERBINETTE)
  113. Tenons-nous sur nos gardes. (Acte 2, scène 8, JODELET)
  114. Il était bien nécessaire de dire cela. (Acte 2, scène 8, JODELET)
  115. Ah vraiment il sentira les effets de ma libéralité. (Acte 2, scène 8, ZERBINETTE)
  116. Tenez, mon ami, voilà un écu, pour avoir un chapeau. (Acte 2, scène 8, ZERBINETTE)
  117. Elle me donne de l'argent, cela est bien sujet à caution. (Acte 2, scène 8, JODELET)
  118. Et puis en voilà un autre pour des gants. (Acte 2, scène 8, ZERBINETTE)
  119. On m'attaque sérieusement. (Acte 2, scène 8, JODELET)
  120. Je n'en porte jamais, Madame. (Acte 2, scène 8, JODELET)
  121. Voilà une lettre qu'on m'a dit de rendre à une Madame. (Acte 2, scène 9, CASCARET)
  122. Holà, petit garçon, on attend la réponse, n'est-ce pas ? (Acte 2, scène 9, ZERBINETTE)
  123. Comment faire ? (Acte 2, scène 9, ZERBINETTE)
  124. Ma belle Dame, faites-moi l'amitié de la lire tout haut, je vous prie, il n'y a rien dedans qui ne se puisse voir. (Acte 2, scène 9, ZERBINETTE)
  125. Je suis né pour vous adorer éternellement ; et je renoncerai sans peine à la vie, s'il faut que je renonce à l'espoir de vous posséder. (Acte 2, scène 9, ISABELLE)
  126. Accordez-moi de grâce un moment d'entretien dans cet instant même, et la liberté de vous dire un million de choses, que je n'oserais hasarder de vous écrire. (Acte 2, scène 9, ISABELLE)
  127. Cela est curieux, il faut les savoir : qu'il vienne nous les dire. (Acte 2, scène 9, ZERBINETTE)
  128. Vous le voulez bien, Madame ? (Acte 2, scène 9, ZERBINETTE)
  129. Notre Demoiselle est bien obéissante. (Acte 2, scène 9, JODELET)
  130. Va, petit garçon, va dire à ton maître qu'il peut venir, et qu'il se dépêche. (Acte 2, scène 9, ZERBINETTE)
  131. Non vi mettete in pena, e lasciate fare a mi. (Acte 2, scène 10, ZERBINETTE)
  132. Mon cher ami, rendez-moi un service. (Acte 2, scène 10, ZERBINETTE)
  133. J'ai un frère brutal qui me tuerait, s'il me soupçonnait de quelque intrigue, et je serais perdue si quelqu'un me voyait avec ce jeune homme-ci : faites un peu le guet, je vous prie, et m'avertissez en cas que quelqu'un vienne. (Acte 2, scène 10, ZERBINETTE)
  134. Mais je ne puis guetter pour vous et pour Madame Garguille, qui m'a donné sa fille en garde. (Acte 2, scène 10, JODELET)
  135. Guettez pour moi, je guetterai pour vous, et nous nous rendrons ainsi service l'un à l'autre. (Acte 2, scène 10, ZERBINETTE)
  136. Hé bien oui, voilà un accommodement ; mais point de trahison, au moins. (Acte 2, scène 10, JODELET)
  137. Non, non, prenez bien garde de votre côté. (Acte 2, scène 10, ZERBINETTE)
  138. Oui, oui, je prendrai garde à elles-mêmes ; car je me doute de quelque manigance. (Acte 2, scène 10, JODELET)
  139. Que je sens de trouble et d'agitation, et que l'amour est parfaitement le maître de mon coeur ! (Acte 2, scène 11, MOSTELIN)
  140. Il soupire quelquefois en me regardant, lorsqu'il me rencontre. (Acte 2, scène 11, ISABELLE)
  141. Et vous n'aviez point encore deviné ce que cela veut dire ? (Acte 2, scène 11, ZERBINETTE)
  142. Je m'en doutais un peu. (Acte 2, scène 11, ISABELLE)
  143. Approchez, Seigneur Mostelin, et ne craignez point de faire éclater les tendres sentiments que vous avez pour cette charmante personne. (Acte 2, scène 11, ZERBINETTE)
  144. Que je te suis redevable, ma chère Zerbinette, d'en avoir fait naître l'occasion. (Acte 2, scène 11, MOSTELIN)
  145. Il embrasse la petite vieille, c'est à elle qu'il en veut. (Acte 2, scène 11, JODELET)
  146. Adorable Isabelle, mes yeux vous ont cent fois parlé de mon amour, avez-vous daigné les entendre ? (Acte 2, scène 11, MOSTELIN)
  147. Et souffrirez-vous à mon coeur l'espoir de vous rendre sensible ? (Acte 2, scène 11, MOSTELIN)
  148. Gares, gares, gares, voici quelqu'un qui vient interrompre la conversation. (Acte 2, scène 11, JODELET)
  149. Parce que vous êtes une friponne, qui voulez m'en donner à garder. (Acte 2, scène 11, JODELET)
  150. Notre Demoiselle, vous avez la langue bien pendue ; et vous, Monsieur… (Acte 2, scène 11, JODELET)
  151. Écoute, mon pauvre Jodelet, il y a du temps que nous nous connaissons ; tiens, voilà deux pistoles pour boire : on ne te paiera pas si bien pour nous trahir, que je te paierai pour nous rendre service. (Acte 2, scène 11, MOSTELIN)
  152. Grand bien vous fasse : parlez à présent, me voilà devenu muet. (Acte 2, scène 11, JODELET)
  153. Voilà le Capitan Spacamonte, il est si ivre, qu'il ne se peut soutenir. (Acte 2, scène 11, ZERBINETTE)
  154. Il ne faut pas qu'il nous voie ensemble ; entrez vite dans ce cabinet. (Acte 2, scène 11, ISABELLE)
  155. Entrez vite. (Acte 2, scène 11, ZERBINETTE)
  156. Voilà deux pistoles bientôt gagnées. (Acte 2, scène 11, JODELET)
  157. Vous voyez un Gentilhomme assez bien nourrI. Oh ! (Acte 2, scène 12, SPACAMONTE)
  158. C'est que j'en ai bu. (Acte 2, scène 12, SPACAMONTE)
  159. Je viens vous prendre. (Acte 2, scène 12, SPACAMONTE)
  160. Non, Monsieur, je n'irai point au Bal avec un homme qui sent le vin. (Acte 2, scène 12, ISABELLE)
  161. J'aime les liqueurs, c'est ma folie : il y en a dans ce cabinet, vous allez voir comme je sable. (Acte 2, scène 12, SPACAMONTE)
  162. Vous rêvez, Monsieur il n'y en a point. (Acte 2, scène 12, ISABELLE)
  163. Je sais où elle est, j'en trouverai bien, laissez-moi faire. (Acte 2, scène 12, SPACAMONTE)
  164. Qu'ils fassent tout ce qu'ils voudront, pour moi je me retire. (Acte 2, scène 12, ISABELLE)
  165. Mon beau Capitaine, sortez de votre étonnement. (Acte 2, scène 13, MOSTELIN)
  166. J'aime Isabelle, et j'en suis aimé. (Acte 2, scène 13, MOSTELIN)
  167. Si vous n'êtes pas content de me trouver enfermé dans son cabinet, je porte une épée, entendez-vous ? (Acte 2, scène 13, MOSTELIN)
  168. Est-ce que je ne le vois pas bien ? (Acte 2, scène 14, SPACAMONTE)
  169. Tu vois cet enfant, il abuse du mépris que je fais de luI. Pour peu que j'eusse le vin furieux, je l'aurais déjà tué plus de trente fois. (Acte 2, scène 14, SPACAMONTE)
  170. Plus de trente fois, c'est assez d'une bonne. (Acte 2, scène 14, JODELET)
  171. Le voilà qui revient. (Acte 2, scène 14, JODELET)
  172. Monsieur, Monsieur le fanfaron, vous vous exhalez en mauvais discours : mais je sais les moyens de les faire finir. (Acte 2, scène 15, MOSTELIN)
  173. Petit badin, fi donc, je ne puis souffrir les rencontres, et ne me bats qu'en rendez-vous. (Acte 2, scène 15, SPACAMONTE)
  174. À demain, entendez-vous ? (Acte 2, scène 15, SPACAMONTE)
  175. Vous n'échapperez pas, défendez-vous, ou je vous déshonorerai. (Acte 2, scène 15, MOSTELIN)
  176. Cadedis, je vous en défie, je n'ai que trop d'honneur. (Acte 2, scène 15, SPACAMONTE)
  177. On peut m'en ôter sans qu'il y paraisse. (Acte 2, scène 15, SPACAMONTE)
  178. La peste m'étouffe si j'en fais rien : je couche ici. (Acte 2, scène 15, SPACAMONTE)
  179. Par amusement. (Acte 2, scène 16, SPACAMONTE)
  180. Je suis aimé de votre fille, je sais que ce fanfaron en est amoureux, et je lui veux ôter la vie s'il ne cesse de me la disputer. (Acte 2, scène 16, MOSTELIN)
  181. Seigneur Gautier-Garguille, profitez de l'absence de votre femme. (Acte 2, scène 16, ZERBINETTE)
  182. Vous voilà défait du Capitan, prenez au plus vite cet autre gendre, et que Madame Garguille trouve le mariage fait quand elle reviendra. (Acte 2, scène 16, ZERBINETTE)
  183. De grand coeur : je n'ai point de fiel, et bien en prend à l'Univers que je sois aussi bon que brave. (Acte 2, scène 16, SPACAMONTE)
  184. Allons, enfants, que le Bal commence, et qu'on laisse entrer tous les Masques. (Acte 2, scène 16, SPACAMONTE)
  185. Avec cela, quel mal peut vous surprendre ? v.13 (Acte 2, scène 17, MONSIEUR BARRY)
  186. Et qu'ils sont faciles à prendre. v.15 (Acte 2, scène 17, MONSIEUR BARRY)
  187. Vous lui donniez en bon ami v.26 (Acte 2, scène 17, ZERBINETTE)
  188. Fillette, prenez un mari, v.28 (Acte 2, scène 17, MONSIEUR BARRY)
  189. J'ai peur de mourir enragé, v.37 (Acte 2, scène 17, JODELET)
  190. Descendit fort vieux au tombeau ; v.47 (Acte 2, scène 17, MONSIEUR BARRY)
  191. De tous les coeurs qu'il engage ; v.57 (Acte 2, scène 17, MONSIEUR BARRY)
  192. Venez tous lui rendre hommage, v.59 (Acte 2, scène 17, MONSIEUR BARRY)
  193. Jeunes et tendres galants v.62 (Acte 2, scène 17, MOSTELIN)
  194. Ayez recours aux talents v.64 (Acte 2, scène 17, MOSTELIN)
  195. On peut tout mettre en usage v.71 (Acte 2, scène 17, ISABELLE)
  196. Quoiqu'elle ait passé trente ans v.76 (Acte 2, scène 17, ZERBINETTE)
  197. Est encore dans le bel âge, v.77 (Acte 2, scène 17, ZERBINETTE)
  198. Tu seras content, Colin, v.80 (Acte 2, scène 17, MARGOT)
  199. Moi je soutiens que Margot v.88 (Acte 2, scène 17, JODELET)
  200. Est à son apprentissage, v.89 (Acte 2, scène 17, JODELET)
  201. Si quelqu'un d'entre vous a v.92 (Acte 2, scène 17, JODELET)
  202. Du penchant pour quelque belle, v.93 (Acte 2, scène 17, JODELET)

LA LOTERIE (1697)

  1. Non, te dis-je, il n'y a rien au monde qui soit capable de me faire changer de résolution, et je me donnerai plutôt la mort que de renoncer à la tendresse qu'on m'a fait prendre pour Éraste. (Acte 1, scène 1, MARIANE)
  2. Vous le prenez là sur un ton bien héroïque vraiment ; et comment l'entendez-vous donc, s'il vous plaît ; vous n'êtes à Paris que depuis deux ans, et vous voila déjà aussi extravagante que si vous y aviez été élevée toute votre vie. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  3. Et quelle extravagance trouves-tu dans une passion toute légitime, autorisée par l'aveu de mon père, soutenue par tout le mérite d'Éraste, et qui s'est augmentée de jour en jour par un secret penchant que je ne puis vaincre. (Acte 1, scène 1, MARIANE)
  4. Hé mort de ma vie, c'est ce penchant-là que je trouve ridicule. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  5. Oh pour cela je ne vous comprends point. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  6. La fille de Monsieur Sbrigany en un mot connaisse une autre passion que celle de son intérêt, et qu'elle puisse être sensible à quelqu'autre chose qu'à sa fortune. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  7. Oui quand il a cru avoir besoin de lui pour son établissement, et pour son commerce. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  8. Éraste est un honnête, Commis de la Douane, fort bon garçon, de bonne famille, fort joli homme ; votre Père et lui étaient associés pour frauder les droits, et pour faire passer des marchandises de contrebande, et vous étiez le noeud de la société vous. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  9. Tant que Monsieur Sbrigany n'a été que marchand ce parti-là vous convenait à merveilles : mais à présent cela est bien au dessous de vous. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  10. Il fait une Loterie, ce n'est plus un commis qu'il lui faut pour gendre, c'est un commissaire. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  11. Pour mariée je n'en jurerais pas. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  12. La voila tirée, quand elle sera finie, le produit à couvert, les lots distribués tant bien que mal, on congédiera le commissaire, et selon l'exigence des cas, ou l'occurrence des affaires, on vous promettra dans la suite à quelqu'autre, à qui l'on ne tiendra pas mieux parole. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  13. Malepeste c'est un habile homme que votre père , il n'y a rien qu'il ne mette à profit. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  14. Vous comprenez bien par là que pour la tranquillité de votre coeur, et pour le bien de vos affaires, il ne faut prendre de l'amour pour personne, et faire bonne mine à tout le monde : on ne sait pas de qui on peut avoir besoin. (Acte 1, scène 1, LISETTE)
  15. Mon coeur ne dépend plus de moi, ma pauvre Lisette, et quelque chose que l'on fasse on ne me réduira jamais à me contraindre, et à épouser un autre qu'Éraste. (Acte 1, scène 1, MARIANE)
  16. Jentrir moi librement, Mameselle, mais jaure bonne grâce di le faire, parce que moi vouloir dire quelque chose à Monsir le Marchand de Loterie. (Acte 1, scène 2, LE-FLAMAND)
  17. Non, non, point précipiter vous, Mondame, moi attendre commodément son commodité, moi faire un petit parlement de conversation avec Mameselle. (Acte 1, scène 2, LE-FLAMAND)
  18. Votre conversation me ferait beaucoup d'honneur et de plaisir, Monsieur, mais je n'ai pas le temps d'en profiter. (Acte 1, scène 2, MARIANE)
  19. Allons, Lisette, mon père va venir ; Monsieur je suis votre servante. (Acte 1, scène 2, MARIANE)
  20. Adieu l'autre Mameselle. L'être beaucoup grandement civilité, les Mondames desti pays. (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  21. Ah bonjour vous Monsir, comment si portir votre personne ? (Acte 1, scène 3, LE FLAMAND)
  22. Oui, Monsir, moi venir faire un petite proposition al Monsir qui fait la Loterie. (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  23. Vous étrancher en sti pays, Monsir. (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  24. Naples bon Pais, mais grandement fripon. (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  25. Un Marchand de sti ville maure une fois emprunté cent pistoles par manière de banqueroute. (Acte 1, scène 3, LE FLAMAND)
  26. Je le crois bien, Monsieur, il y a bien de la mauvaise foi dans le monde. (Acte 1, scène 3, SBRIGANY)
  27. Et un autre Marchand de sti Ville encor al Foire de Guibrai aure une autrefois troqué son valise pleine de rien contre mon valise à moi pleine d'argent, et de bonnes baguetelles. (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  28. Non, Monsieur, je vous assure que je n'ai commercé qu'avec d'honnêtes gens, je fais profession d'une si exacte probité... (Acte 1, scène 3, SBRIGANY)
  29. L'être un fort bon marchandise qu'une Loterie, et si vous vouloir bien permettre, Monsir, moi avoir intention de mettre beaucoup al vôtre. (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  30. Vous êtes le maître, donnez toujours votre argent ; combien voulez-vous de billets ? (Acte 1, scène 3, SBRIGANY)
  31. Ils sont tous noirs premièrement. (Acte 1, scène 3, SBRIGANY)
  32. Il n'y en a pas un de blanc, Monsieur, autant de billets, autant de lots. (Acte 1, scène 3, SBRIGANY)
  33. Moi le savoir bien le divertissement bien joli, mon foi, mais point vouloir disti billets noirs moi. (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  34. Moi entendre un peu la manigance : moi n'être pas un parisien, Monsir. (Acte 1, scène 3, LE FLAMAND)
  35. Que voulez-vous donc dire, Monsieur, et comment l'entendez-vous, s'il vous plaît ? (Acte 1, scène 3, SBRIGANY)
  36. Avec votre permission, Monsir, moi l'être un Marchand de Bruxelles, et comme j'aure des bijoux, des montres, des diamants, des tabletieres, moi les prêter à vous pour montre seulement à la Loterie, afin d'attraper les bonnes personnes de sti grande bonne Ville. (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  37. Après vous me rendre tout, et me bailler mon part de l'attrapement. (Acte 1, scène 3, LE FLAMAND)
  38. Pour qui me prenez-vous, Monsieur ; je vous trouve admirable. (Acte 1, scène 3, SBRIGANY)
  39. Moi saure bien que si Monsir, mais... (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  40. Et moi l'être bien aussi tout de même, Monsir, Et vous demande en grâce de n'y point beaucoup trop attraper tout le monde dy Paris sti fois-ci, afin que moi puisse l'autrefois encor attraper une bonne partie. (Acte 1, scène 3, LE-FLAMAND)
  41. À ce que je puis voir les étrangers ne sont pas trop dupes, et il n'y a pas de pays au monde ou une Loterie comme la mienne rendît si bien qu'à Paris. (Acte 1, scène 4, SBRIGANY)
  42. Hé bien, Lisette, as-tu déterminé ma fille a ne plus voir Éraste, et à recevoir favorablement Monsieur Desfourneaux le Commissaire : nous aurons peut-être besoin de lui, comme tu sais. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  43. Vous avez raison, Monsieur, et la Loterie pourrait devenir tumultueuse sur les fins : Mais voulez-vous que je vous dise, outre que Mademoiselle votre Fille est un peu rétive à vos ordres, je doute que la seule protection de Monsieur Desfourneaux puisse vous garantir de l'orage qui se prépare. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  44. Ne te mets pas en peine ; il y a de bons lots dans de certaines boites. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  45. Vous avez eu bien de la peine à vous résoudre d'y en mettre. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  46. Oh pour cela non : il faut avoir de la conscience. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  47. On le voit bien. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  48. Mais m'en croirez-vous, Monsieur, faites distribuer vos petits lots par Madame votre femme. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  49. Il y a longtemps qu'elle vous embarrasse, c'est un vrai moyen pour vous en défaire. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  50. Je crois, Monsieur, que nous serions bienheureux tous tant que nous sommes, d'en être quittes pour les étrivières. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  51. Tu prends l'alarme mal-à-propos. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  52. Je tiens ce que j'ai promis. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  53. Mais il y a bien de petits lots, que de mouchoirs ! (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  54. Va, va, mon enfant, je n'ai point mal fait de mettre tous ces mouchoirs-là. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  55. Non, sans doute, ceux qui pleureront la perte de leur argent, auront de quoi s'essuyer les yeux du moins. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  56. Cela sera bien commode. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  57. Oui-da , oui-da, vous faites aller les choses en conscience, et pour un homme de votre pays vous ne prenez pas trop, assurément. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  58. Il y aura des mal intentionnés qui le croiront, et qui feront comme si cela était ? (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  59. Quelles précautions veux-tu que je prenne ? (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  60. J'ai fait mettre à la porte une bonne barrière, bien garnie de pointes de fer, et deux gros Suisses avec des moustaches qui font plus d'effet que des hallebardes. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  61. Je crois que cela ne serait pas inutile, et je me souviens que de certains Officiers cet hiver, en vous donnant leur argent, vous firent entendre... (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  62. Je prends bien mon temps, comme tu vois, s'ils sont fâchés ils pesteront de loin, je n'en entendrai rien. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  63. Vous deviez attendre aussi les vacances pour faire pister de loin les gens de robe. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  64. Mais, Monsieur, il y a de certains petits déterminés d'enfants de Paris qui pourraient bien... (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  65. Les plus mutins sont de mes amis, j'ai fait un nota à leur numéro, ils auront de bons lots ceux-là ; je sais bien ce que je fais, notre barrière nous suffira. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  66. Nous en allons faire l'expérience. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  67. Nous verrons comment cela commencera. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  68. Aie un peu l'oeil à tout, ma pauvre Lisette, et prends bien garde qu'on ne distribue pas un lot pour l'autre. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  69. Vous savez bien qu'il n'y a que de petits lots dans les boites d'aujourd'hui. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  70. Comme c'est toujours la même chose il n'y a point à s'y méprendre. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  71. On pourrait en donner deux pour un, ce ne serait pas mon compte. (Acte 1, scène 5, SBRIGANY)
  72. Vous en donneriez quinze pour quatre que vous y gagneriez encore. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  73. Aussi bien voilà vôtre fidèle garçon de boutique qui a quelque choie à vous dire. (Acte 1, scène 5, LISETTE)
  74. E niente Signor, e niente una bagatelle. (Acte 1, scène 6, PETRONILLO)
  75. Il m'a pris un remords de conscience, Monsir, j'ai paour. (Acte 1, scène 6, PETRONILLO)
  76. D'être pendu, Signor. (Acte 1, scène 6, PETRONILLO)
  77. Ah l'animai, et perché pendu. (Acte 1, scène 6, SBRIGANY)
  78. Si signor, un fripon autrement tutt'il mundo il dicé labas et mi que sabbi ben qui é la verita non posso dire il contraire. (Acte 1, scène 6, PETRONILLO)
  79. Que si non mi date la mia parté de toutes les friponneries fatte et à fare non posso en conscience, empedir mi d'en fare considenza au public, et à la Justice. (Acte 1, scène 6, PETRONILLO)
  80. Ma d'oue éla tua conscienza, signor Petronillo. (Acte 1, scène 6, SBRIGANY)
  81. Hé bien, finissons, je ne veux point de bruit, je vous donnerai cent pistoles. (Acte 1, scène 6, SBRIGANY)
  82. Cent pistolles non é assai ho scritto trente mille billets, et ho fatto par conséquent trente mille injoustices, ça vaut davantage, date mi deux cens Louisis d'or, saro contentodi voi et voi serez content de moi. (Acte 1, scène 6, PETRONILLO)
  83. On a déjà donné bien des petits lots à bien des gens qui s'en retournent en jurottant, Monsieur ; mais voici une boîte qui vous fera juroter à votre tour je pense. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  84. Comment donc, qu'est-ce que c'est ? (Acte 1, scène 7, SBRIGANY)
  85. Tenez je suis sûre que ni votre garçon ni vous n'avez pas eu intention d'y mettre ce qui y est, et je n'ai pas voulu qu'on délivrât sans vous en avertir. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  86. Tu as bien fait. (Acte 1, scène 7, SBRIGANY)
  87. Vois donc, tu t'es mépris aparamment. (Acte 1, scène 7, SBRIGANY)
  88. Non, Monsou, c'est sta manière dont nous sommes convenus. (Acte 1, scène 7, PETRONILLO)
  89. Tenez, Madame Lisette, D-O-R non vol pas dire d'or. (Acte 1, scène 7, PETRONILLO)
  90. Non, il y a un pâté, prenez garde. (Acte 1, scène 7, PETRONILLO)
  91. Hé bien. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  92. Si la boîte est à une femme, à un bourgeois, à un homme de robe, D-O-R et un pâté vol dire doté, entendez-vous. (Acte 1, scène 7, PETRONILLO)
  93. Oh bien, ce n'est ni femme, ni bourgeois, ni homme de robe, c'est un drôle qui n'entend point de raillerie, et qui jure comme un enragé, parce qu'on le fait attendre. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  94. Il sait lire, je vous en avertis, et D-O-R et un pâté ne voudront pas dire doré pour cet homme-là. (Acte 1, scène 7, LISETTE)
  95. Ça mérite explication, nous chicannerons et on s'accommodera, la ciate fare et dimorate en repos. (Acte 1, scène 7, PETRONILLO)
  96. Bon les suites, je connais mon monde. Va ne te mets pas en peine, entre nous, Lisette, partout ailleurs qu'en ce pays-ci je ne risquerais pas une chose comme celle- là ; mais à Paris il n'y a rien à craindre , ce sont gens glorieux pour 1a plupart, qui ne se plaignent jamais d'être dupes, pour éviter la honte de l'avoir été. Les moins attrapés se moqueront de ceux qui le seront davantage, et ceux qui ne l'auront point été du tout, me sauront gré d'avoir dupé les autres. (Acte 1, scène 8, SBRIGANY)
  97. Mais en effet, il y a un espèce de mérite dans ce que vous faites au moins. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  98. Apprendre à vivre à toute une ville. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  99. Comme je n'ai pas envie d'en faire d'autres , il m'importe peu qu'on se guérisse de la folie qu'on a eue d'y mettre. (Acte 1, scène 8, SBRIGANY)
  100. Oh, par ma foi, après celle-ci il faut tirer l'échelle. On y connaîtra le fonds et le tréfonds de la bonne foi des Loteries : et je ne crois pas que désormais il soit besoin d'aucune Ordonnance de police pour les défendre. (Acte 1, scène 8, LISETTE)
  101. Tu prends les choses du bon côté, tout le monde y trouvera son compte de cette manière-là : mais qui diantre laisse ainsi monter sans avertir. (Acte 1, scène 8, SBRIGANY)
  102. Serviteur, Monsieur de la Loterie ; c'est un de vos Suisses qui m'a dit d'entrer, et de parler à vous-même, parce que Messieurs vos gens sont des insolents, qui nacouront personne, et des baragoins que personne n'entend. (Acte 1, scène 9, BASTIEN)
  103. Si je demande quelque chose ; oh dame acoutez, c'est le cousin Barthelemy, le fils de ma tante Renée, qui est un de vos Suisses. (Acte 1, scène 9, BASTIEN)
  104. On n'a que faire de votre généalogie ; que demandez-vous encor une fois ? (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  105. Tenez, j'ai opinion que je ferai fortune à cette Loterie. (Acte 1, scène 9, BASTIEN)
  106. Comment, comment votre boîte, numéro deux mil quarante ; allez, mon ami, vous n'aurez votre boîte de quinze jours. (Acte 1, scène 9, SBRIGANY)
  107. Hé oui, de quinze jours, votre tour ne viendra que dans ce temps-là, c'est une règle. (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  108. Oh tastigué je me gausse de la règle moi, je n'ai pas le temps de revenir, j'ai là-bas ma charrette et deux bons chevaux. (Acte 1, scène 9, BASTIEN)
  109. Je vians d'amener du foin, vous ne voudriais pas que je m'en retournasse à vide. (Acte 1, scène 9, BASTIEN)
  110. Que vous importe, expédiez ce pauvre diable, Monsieur, puisqu'il a amené sa charrette. (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  111. Ce sera autant de fait, et il ne vous en coûtera pas davantage. (Acte 1, scène 9, LISETTE)
  112. Oh palsangué tenez ; qu'à ça ne tienne. (Acte 1, scène 10, BASTIEN)
  113. Si j'avais une minagère comme vous, je serais bien-aise d'en avoir de la race. (Acte 1, scène 10, BASTIEN)
  114. Allez, si je gagne ici quelque chose de bon ne vous boutez pas en peine. (Acte 1, scène 10, BASTIEN)
  115. Et le moyen de tirer bianque, il n'y a que des billets noirs. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  116. Assurément. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  117. Il fait cela pour son plaisir, quand il lui en coûterait un millier de pistoles. (Acte 1, scène 10, LISETTE)
  118. C'est bien dit, il rattrapera ça d'un autre côté, faut bien amorcer les gens de Paris avec quelque chose, ça li revanra, nan dit qua cette foire, il leur vend des babioles et des mirlifiches qu'ils achetons comme de bonne marchandise. (Acte 1, scène 10, BASTIEN)
  119. Il en sait bien long, et ils n'en savont guère eux. (Acte 1, scène 10, BASTIEN)
  120. Je nous gobergeons d'eux quand je les tenons au village. (Acte 1, scène 10, BASTIEN)
  121. Vous êtes bienheureux. (Acte 1, scène 11, SBRIGANY)
  122. Il est pargué vrai, je sis en chance : je vous demande bien pardon de la peine, est-ce que vous ne seriais pas bien-aise que... (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  123. Je vous aurai bien de l'obligation. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  124. Tout à l'heure : baillez-vous patience. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  125. Oh il est noir, je vous en réponds. (Acte 1, scène 11, SBRIGANY)
  126. Oh je le sais bien. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  127. Tenez voilà ce que c'est. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  128. Comment morgué sont des pantoufles. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  129. Hé bien on vous les troquera, ce n'est pas une affaire. (Acte 1, scène 11, SBRIGANY)
  130. Vous en ferez ce que vous voudrez, vous êtes le maître. (Acte 1, scène 11, SBRIGANY)
  131. Me vêla bien chanceux. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  132. Allons, dépêchons, n'oubliez rien ; voilà votre souricière. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  133. Petit lot : encor on petit lot, Monsieur de la Loterie. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  134. C'est le hasard qui fait cela, mon enfant ; je n'y puis que faire. (Acte 1, scène 11, SBRIGANY)
  135. Un paquet de cure-dents. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  136. Mais ventregué c'est folie que de me bailler ça. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  137. Tant pis vraiment, vous êtes un malpropre, corrigez-vous de cela. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  138. Ne les perdez pas au moins, et faites-en un bon usage. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  139. Un pot de pommade de limaçon, quel ustensile est-ce ça ? (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  140. Morgué ne m'apportez pas stila, je vous en ferais un masque sur le visage, je vous en avertis. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  141. S'il n'en veut point, qu'il se couche auprès, il nous demeurera, c'est son affaire. (Acte 1, scène 11, SBRIGANY)
  142. Il s'en servira pour l'amour de moi : Je veux qu'il se fasse beau moi cet enfant-là. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  143. Il faut bien que vous la preniez, puisqu'elle est à vous. (Acte 1, scène 11, SBRIGANY)
  144. Il n'y a morgué rien là qui soit à mon usage. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  145. S'il est bien emmanché je vas m'en sarvir, laissez-moi faire. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  146. Comment, comment donc ? (Acte 1, scène 11, SBRIGANY)
  147. Oh tastigué, Monsieur l'affronteux, je vous apprendrai à vous gausser des gens de Courbevoie, avec votre bouteille diau et vos souricières. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  148. Morgué non je n'en ferai pas ici, mais si je l'attrape jamais queuque part sur le chemin de Neuilly je te rouerai bien pour mes six écus, va ne te mets pas en peine. (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  149. Sans colère, Monsieur de Courbevoie, serrez bien toutes vos petites affaires, etc... (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  150. Allez ça n'est pas bian, vous êtes une redresseuse itou vous, Madame, et je pourrais bien par avanture... (Acte 1, scène 11, BASTIEN)
  151. Allons point d'emportement, soyez sage, portez tout cela dans votre charrette, et vous en retournez tout doucement, de peur de fatiguer vos chevaux, entendez-vous. (Acte 1, scène 11, LISETTE)
  152. Hé bien, Monsieur, voila déjà un paysan corrigé de Loterie, et je gagerais bien que son exemple servira d'instruction à tout son village. (Acte 1, scène 12, LISETTE)
  153. Ya-t-il quelque chose pour son service, mon enfant. (Acte 1, scène 13, SBRIGANY)
  154. Il envoie chercher ses bottes apparemment. (Acte 1, scène 13, LISETTE)
  155. Il vous prie, Monsieur, de vouloir bien mettre ce petit billet dans celle d'Angélique. (Acte 1, scène 13, LA-FRANCE)
  156. C'est que Monsieur_le_Baron est amoureux d'elle, comme vous savez ; elle a une mère capricieuse, avec qui nous sommes brouillés : nous ne savons comment faire pour lui donner de nos nouvelle, et mon maître s'est imaginé que dans une boîte de Loterie vous pourriez bien, si vous vouliez, faire passer son petit billet. (Acte 1, scène 13, LA-FRANCE)
  157. Pour qui me prend-il, je suis honnête homme, et je ne me mêle point... (Acte 1, scène 13, SBRIGANY)
  158. Il m a chargé de vous présenter dix Louis d'or pour lever les difficultés que votre honneur pourrait trouver dans cette affaire là. (Acte 1, scène 13, LA-FRANCE)
  159. On fera ce qu'on pourra, donnez : prend soin de cela toi, Lisette. (Acte 1, scène 13, SBRIGANY)
  160. On apportera peut-être la réponse en venant prendre les boîtes. (Acte 1, scène 13, LA-FRANCE)
  161. Vous voudrez bien vous en charger, s'il vous plaît. (Acte 1, scène 13, LA FRANCE)
  162. Vous savez bien comme on les lève. (Acte 1, scène 13, LISETTE)
  163. On fera bien les choses. (Acte 1, scène 13, LA-FRANCE)
  164. C'est un assez bon métier, Monsieur, que de faire des Loteries ; cela rend de toutes manières. (Acte 1, scène 14, LISETTE)
  165. Il y a là-bas des Suisses, et tout le monde entre. (Acte 1, scène 14, SBRIGANY)
  166. Ne vous effarouchez point de cette visite-ci, c'est notre bonne amie, la fille de ce marchand, cette veuve qui fait la femme de conséquence, et qui est si folle et si coquette. (Acte 1, scène 14, LISETTE)
  167. Il m'en ennuyait beaucoup, Madame, je vous assure. (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  168. Hé te voilà aussi : Viens donc me baiser ; ma bonne Lisette. (Acte 1, scène 17, MADAME-LA-CLOCHE)
  169. Mais dis-moi donc, mon enfant, voilà ta fortune faite. (Acte 1, scène 17, MADAME-LA-CLOCHE)
  170. C'est bien de l'honneur pour elle, Madame, que... (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  171. Ne t'avise pas de sortir de chez toi, Monsieur Sbrigany, on t'assommerait, prends-y garde. (Acte 1, scène 17, MADAME-LA-CLOCHE)
  172. Comment donc, Madame. (Acte 1, scène 17, LISETTE)
  173. Que veux-tu, ce sont des impertinents, des ridicules qui ne comprennent pas qu'il n'y a rien de plus juste que ce soit aux dépens des dupes que les gens d'esprit s'enrichissent. (Acte 1, scène 17, MADAME-LA-CLOCHE)
  174. Tout le monde n'a pas l'esprit si bien fait que vous, Madame. (Acte 1, scène 17, LISETTE)
  175. Ne t'avise pas de me traiter comme les autres ; je prétends être privilégiée ; je suis de tes amies ; si tu me trompais je ferais plus de bruit que qui que ce soit. (Acte 1, scène 17, MADAME-LA-CLOCHE)
  176. Hélas, mes enfants, j'en suis persuadée : mais je ne veux point de petits lots, je ne les aime pas, je vous en avertis. (Acte 1, scène 17, MADAME-LA-CLOCHE)
  177. Non, non, je ne les prendrai que des dernières, je veux te donner le temps de les faire bonnes. (Acte 1, scène 17, MADAME-LA-CLOCHE)
  178. C'est le pur hasard qui en décide, Madame. (Acte 1, scène 17, LISETTE)
  179. Je sais bien, te dis-je, mais vous avez la fureur des petits lots dans ces commencements-ci ; il faut laisser finir les petits mouchoirs, cela passera. (Acte 1, scène 17, MADAME-LA-CLOCHE)
  180. Il arrivera quelqu'aventure.... (Acte 1, scène 17, MADAME LA CLOCHE)
  181. Ma foi, Madame, je n'y entends point de finesse. (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  182. Oh pour cela non, tu es honnête-homme, je te rends justice, garni bien mes boîtes. (Acte 1, scène 17, MADAME-LA-CLOCHE)
  183. Oui je la referai : mais il n'en sera ni plus ni moins, et puisqu'elle le prend sur ce ton-là elle n'aura parbleu que des souricières. (Acte 1, scène 16, SBRIGANY)
  184. Oh dame, Monsieur, venez donc là-bas, s'il vous plaît, faire tenir ces nigauds-là qui sont à votre porte. (Acte 1, scène 17, SIGNOLET)
  185. À qui en as-tu, mon pauvre Signolet, t'ont-ils fait quelque chose ? (Acte 1, scène 17, LISETTE)
  186. Voirement oui, ils me donnent des taloches, et des coups de pied dans les os des jambes. (Acte 1, scène 17, SIGNOLET)
  187. Ils ne savent donc pas que tu es du logis apparemment. (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  188. Si fait, Monsieur, Barbe leur a dit, ils l'avons itou un peu gouspillée, ils m'en avont baillé davantage à moi et ils disont que tout ça est pour vous, et que je vous l'apporte. (Acte 1, scène 17, SIGNOLET)
  189. Il faut trouver moyen d'y mettre ordre. (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  190. Ils feront enrager votre Italien, ce Nicodème de Petronille, ils lui jettont au nez les mouchoirs qu'il leur baille ; ils disont qu'ils ne sont que de treize sols pièce, et ils en voulont d'autres. (Acte 1, scène 17, SIGNOLET)
  191. Il y en a de dix-huit et de vingt que ne leur en donne-t-il le bourreau qu'il est, que ne leur en donne-t-il. (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  192. Il dit comme ça qu'il n'est pas encore temps, qu'il faut débiter les plus moindres à cette heure, et que quand ils feront un peu plus de bruit, il baillera les autres. (Acte 1, scène 17, SIGNOLET)
  193. Je crois bien que oui. (Acte 1, scène 17, SIGNOLET)
  194. Descendez donc si vous voulez. (Acte 1, scène 17, SIGNOLET)
  195. Ils voulont vous voir pour leur argent, et ly en a qui disent qu'ils seront contents quand ils vous auront chanté pouille à vous-même. (Acte 1, scène 17, SIGNOLET)
  196. Cela commence mal, ma pauvre Lisette ; cela commence mal. (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  197. Il ne faut pourtant pas quitter la partie, je m'en vais tâcher... (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  198. Laisse-moi faire, je ne sortirai pas, et je ne paraîtrai qu'en dedans de la barricade. (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  199. Voila de belles bagatelles, je tiens le bon bout de mon côté. (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  200. J'ai leur argent, je me moque de leurs injures. (Acte 1, scène 17, SBRIGANY)
  201. Je m'en vas donc leur dire que vous allez venir, afin qu'ils se prépariont, qu'ils allont être aises. (Acte 1, scène 17, SIGNOLET)
  202. Ne vous alarmez point, mon père, il y a là-bas du désordre, mais il sera bientôt calmé. (Acte 1, scène 18, MARIANE)
  203. Je viens de voir Éraste par ma fenêtre, qui faisait assurément tout ce qu'on peut attendre d'un parfaitement honnête-homme. Il parlait de vous d'une manière si avantageuse, il embrassait votre défense avec une ardeur si vive et si sincère. (Acte 1, scène 18, MARIANE)
  204. Voilà qui est bien, je lui suis fort obligé, ma fille. (Acte 1, scène 18, SBRIGANY)
  205. Je vous vois venir. (Acte 1, scène 18, SBRIGANY)
  206. Je l'estime fort, mais je n'en veux point pour mon gendre ; vous avez à l'heure qu'il est, grâce au Ciel et à la Loterie, vingt-cinq mille écus en mariage ; j'ai pour vous des vues qui vous passent, je vous ai défendu de voir Éraste, si je sais que vous lui parliez, ni que vous lui donniez seulement de vos nouvelles, je prendrai des mesures qui vous feront bien voir que je suis le maître. (Acte 1, scène 18, SBRIGANY)
  207. Lisette a dû vous expliquer mes petits sentiments, si vous ne les avez pas assez bien entendus, qu'elle recommence, je vous laisse avec elle. (Acte 1, scène 18, SBRIGANY)
  208. Je vous le disais bien moi que cet homme-là ne songe qu'à votre avancement, vous le voyez. (Acte 1, scène 19, LISETTE)
  209. Oui vois-tu, ma pauvre Lisette, si tu n'entres un peu dans mes intérêts, si tu ne me fais parler à Éraste... (Acte 1, scène 19, MARIANE)
  210. Vous faire parler à Éraste moi, vous voyez avec quelle sévérité votre père vous le défend. (Acte 1, scène 19, LISETTE)
  211. Il n'en saura rien je te le promets, il va trouver là-bas de l'occupation. (Acte 1, scène 19, MARIANE)
  212. Éraste est vis-à-vis de la porte, fais-lui signe par la fenêtre qu'il monte, je t'en conjure, ou permets moi que je le lui fasse moi-même, ma chère Lisette. (Acte 1, scène 19, MARIANE)
  213. Je te le demande en grâce, aurais-tu la dureté de me refuser. (Acte 1, scène 19, MARIANE)
  214. Tu veux donc bien ma chère enfant... (Acte 1, scène 19, MARIANE)
  215. Et quand je ne le voudrai pas, cela dépendrait-il de moi ; ne le voilà-t-il pas déjà lui-même, les habiles gens n'ont que faire de signes, il a deviné votre pensée. (Acte 1, scène 19, LISETTE)
  216. Mille pardons charmante Mariane, d'oser ainsi paraître devant vous, quand je sais les défenses qu'on vous a faites, mais l'état on je suis semble devoir tout autoriser. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  217. On vous défend de me voir. (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  218. Ces pauvres enfants, cela fait pitié et envie même tout ensemble. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  219. Ne changerez-vous point de sentiment, belle Mariane, et ne vous laisserez-vous point éblouir.... (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  220. Non, je vous le promets, La nouvelle fortune de mon père est trop peu solide, et trop mal fondée pour me donner aucun ridicule, quand je serais capable d'en pendre, et je crains même que la fausse démarche que son intérêt lui a fait faire. (Acte 1, scène 20, MARIANE)
  221. Il y a quatre-vingt-mille bonnes livres de profit, je vous en réponds. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  222. Outre ce qu'il gagne sur tous les petits lots, ce n'est pas lui qui donne les gros à ses dépens au moins. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  223. Non, vous dis-je, il n'est pas si bête, il en a l'honneur et l'argent, mais ce sont des dupes qui en font la dépense. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  224. Comment donc, que veux-tu dire ? (Acte 1, scène 20, MARIANE)
  225. Ah vraiment. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  226. Il y en a bien d'autres. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  227. Cette pendule de cinq cents écus qu'aura ce jeune académiste, qui pensez-vous qui l'ait payée. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  228. Je ne sais ou nouvellement émancipé a fait faire pour une espèce de Comtesse Quimpercorentine. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  229. Une croix de diamants, de deux cent pistoles, qu'un petit notaire Bourgeois Gentilhomme a achetée pour une femme de qualité. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  230. Voila un coffre de la Chine qu'on doit remplir d'étoffes des Indes, et qui est destiné par un partisan, pour la femme d'un Rapporteur, qui a fait prendre un bon tour à une mauvaise affaire. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  231. Que sais-je moi, c'est une nouvelle manière qu'on a imaginée de faire des présents, et de les recevoir avec bienséance, et Monsieur votre père a le profit et le mérite de l'invention. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  232. Et nous avons le chagrin des injustes résolutions que son trop de bonheur lui fait prendre. (Acte 1, scène 20, MARIANE)
  233. Ne vous en alarmez point plus que de raison, les choses peuvent changer, et pourvu que vous pariassiez dans ces commencements soumise et obéissante à ce que souhaite votre père, et que votre amant ne se rebute point.... (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  234. Il n'est point de difficultés, quelques insurmontables qu'elles puissent être... (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  235. Laissez faire, on vient à bout de tout. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  236. L'affaire la plus importante est qu'il ne vous voie point ensemble, puisqu'il l'a défendu ; sortez et reposez-vous... (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  237. Ma pauvre Lisette, j'entends mon père qui revient. (Acte 1, scène 20, MARIANE)
  238. Tout est perdu, comment allons-nous faire ? (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  239. N'y a-t-il point d'endroit ou me cacher ? (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  240. Je n'en sache point. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  241. Mais vous êtes alerte, nous sommes au premier étage, sautez par la fenêtre. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  242. Par la fenêtre, es-tu folle, il y a là-bas je ne sais combien de monde. (Acte 1, scène 20, MARIANE)
  243. Songez donc vite ; que deviendrai-je ? (Acte 1, scène 20, ÉRASTE)
  244. Non, non, ne craignez rien. Si l'on envoie ce lot là chez Monsieur le Rapporteur, Madame sa femme ne sera pas la plus mal lotie. (Acte 1, scène 20, LISETTE)
  245. Tout va le mieux du monde, mes enfants, le public est content de moi qu'on ne peut pas davantage. (Acte 1, scène 21, SBRIGANY)
  246. Je te l'avais bien dit, Lisette. (Acte 1, scène 21, SBRIGANY)
  247. Ils se moquent les uns des autres. (Acte 1, scène 21, SBRIGANY)
  248. Les uns rient, les autres plaisantent, et il n'y a que des vilains et des ladres qui soient fâchés sérieusement. (Acte 1, scène 21, SBRIGANY)
  249. Encore n'oseraient-ils le paraître, de peur qu'on ne se moque d'eux. (Acte 1, scène 21, SBRIGANY)
  250. Ma foi, Monsieur, vous êtes plus heureux que sage, et voila aussi Mademoiselle votre fille que je trouve dans des dispositions tout-à-fait conformes à vos sentiments. (Acte 1, scène 21, LISETTE)
  251. Je suis ravi qu'elle soit raisonnable ; Je ne fais rien que pour elle, comme tu sais, et toute la peine que je me donne... (Acte 1, scène 21, SBRIGANY)
  252. Prends bien garde qu'on ne mette rien dessus. (Acte 1, scène 21, MARIANE)
  253. La voilà toute je ne sais comment, qu'as-tu, parles. (Acte 1, scène 21, SBRIGANY)
  254. Il vient de me prendre dans le moment un étourdissement épouvantable ; trouvez bon, mon père, que je retourne dans ma chambre, je vous prie. (Acte 1, scène 21, MARIANE)
  255. Va ,mon enfant, je ne te veux pas contraindre. (Acte 1, scène 21, SBRIGANY)
  256. Hé non,non, ne craignez rien, il vous demeurera. (Acte 1, scène 21, LISETTE)
  257. Voilà une fille qui prend beaucoup sur elle au moins. (Acte 1, scène 22, LISETTE)
  258. Oui je comprends bien que cela lui fait de la peine. (Acte 1, scène 22, SBRIGANY)
  259. Je vous en réponds. Si vous saviez en quel état est ce pauvre Éraste. (Acte 1, scène 22, LISETTE)
  260. Il l'aime beaucoup, j'en suis sûr. (Acte 1, scène 22, SBRIGANY)
  261. Assurément. (Acte 1, scène 22, LISETTE)
  262. Non je ne prévois pas que j'en fasse mon gendre. (Acte 1, scène 22, SBRIGANY)
  263. Ma Loterie va bien, le peuple est docile, tout me réussit, je ferai ma fille grosse Dame. (Acte 1, scène 22, SBRIGANY)
  264. Vous êtes furieusement estimé. (Acte 1, scène 24, LISETTE)
  265. Hé donc, mon cher, vous voilà riche comme un traitant en temps de guerre. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  266. Ne serait-ce point quelqu'un qui viendrait demander votre fille en mariage. (Acte 1, scène 24, LISETTE)
  267. Cela se pourrait bien. (Acte 1, scène 24, SBRIGANY)
  268. Vous avez vous seul plus d'esprit que toute la Gascogne ensemble. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  269. Oh, Monsieur, il s'en faut bien que j'aie autant de mérite qu'une personne comme vons, et... (Acte 1, scène 24, SBRIGANY)
  270. Attraper en gros tout Paris, les plus habiles de chez nous ne le font qu'en détail. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  271. Certes je vous en félicite. (Acte 1, scène 24, LE GASCON)
  272. Je ne vous en estime pas davantage, mais je vous admire. (Acte 1, scène 24, LE GASCON)
  273. Cette homme-là ne vous caressait point de bonne foi, défiez-vous-en. (Acte 1, scène 24, LISETTE)
  274. Vous en êtes l'enfant gâté. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  275. C'est ce qui vous rend téméraire. (Acte 1, scène 24, LE GASCON)
  276. Il n'est pas malaisé de s'en apercevoir. (Acte 1, scène 24, LISETTE)
  277. Nous n'en viendrons pas là, ne vous effarouchez pas, voilà deux boîtes de votre Loterie de huit billets chacune. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  278. Vous êtes un petit mignon qui faites de petites Loteries en mignature, hem. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  279. Puisque vous avez si bien deviné vos lots, Monsieur, je m'en vais vous chercher votre affaire. (Acte 1, scène 24, LISETTE)
  280. Non, non, la belle, ne vous pressez pas ; vous croyez nous mener par le nez avec vos mouchoirs. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  281. Vous vous trompez à mon égard s'entend. (Acte 1, scène 24, LE GASCON)
  282. Allons l'ami rendez mes quatre louis, voilà vos deux boîtes. (Acte 1, scène 24, LE GASCON)
  283. Mais, Monsieur, vous en usez d'une manière.... (Acte 1, scène 24, SBRIGANY)
  284. Je me reproche d'être trop sage, et je me fais violence au moins. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  285. Je pourrais m'échapper, prenez garde à moi. (Acte 1, scène 24, LE GASCON)
  286. Restituez, vous dis-je, et promptement. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  287. Si je me fiche je ferai tapage , et je casserai bien des petits lots ; dépêchons mes quatre Louis. (Acte 1, scène 24, LE GASCON)
  288. Voyons ce qui me revient maintenant. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  289. Mais, Monsieur, puisque vous avez repris votre argent... (Acte 1, scène 24, SBRIGANY)
  290. Il m'en faut l'intérêt, vous avez de la conscience, vous le gardez depuis six mois : je prendrai sans voir, faites bien les choses, deux livres de tabac pour moi, un éventail pour la fille de mon auberge, et de vos mouchoirs pour le Toulousain mon valet de chambre. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  291. Je vous en sors à bon marché, ne nous brouillons point, je vous prendrai sous ma protection, et je parlerai bien de vous au hasard de me décrier. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  292. Hé bien, Monsieur, ne le dites donc à personne, et revenez une autrefois, vous serez content de moi, je vous le promets. (Acte 1, scène 24, SBRIGANY)
  293. Que je ne revienne pas deux fois au moins. (Acte 1, scène 24, LE-GASCON)
  294. Il faut bien prendre garde que cette aventure ne se sache point. (Acte 1, scène 24, SBRIGANY)
  295. Je suis bien ici. (Acte 1, scène 24, SBRIGANY)
  296. Comment ? (Acte 1, scène 25, SBRIGANY)
  297. Donnons un peu d'air à notre enfermé, il a chaud dans ce coffre. (Acte 1, scène 25, LISETTE)
  298. On aura beau dire que votre Loterie n'est pas fidèle, Monsieur, que vous êtes un maroufle, je n'en croirai rien pour moi, je vous assure, et je vous rendrai toute la justice qui vous est dûe. (Acte 1, scène 25, LA-PROCUREUSE)
  299. Je vous suis bien obligé, Madame. (Acte 1, scène 25, SBRIGANY)
  300. Je n'ai amené que trois crocheteurs avec moi, sera-ce assez, Monsieur. (Acte 1, scène 25, LA-PROCUREUSE)
  301. Pour emporter mon lot, Monsieur : s'il en faut davantage... (Acte 1, scène 25, LA-PROCUREUSE)
  302. Trois Crocheteurs pour emporter votre lot, il n'en faudrait qu'un pour déménager toute la Loterie. (Acte 1, scène 25, LISETTE)
  303. Un buffet garni d'argent, Monsieur, je suis bienheureuse ; il y avait longtemps que j'avais envie d'avoir de la vaisselle. (Acte 1, scène 25, LA-PROCUREUSE)
  304. Je ne crois ma foi pas que vous en ayez encore de cette affaire-ci. (Acte 1, scène 25, LISETTE)
  305. Un buffet garni de vaisselle d'argent, nous n'avons point de ces babioles-là dans notre Loterie, Madame, vous n'y songez pas. (Acte 1, scène 25, LISETTE)
  306. Vous rêvez, je pense, avec votre vaisselle d'argent. (Acte 1, scène 25, SBRIGANY)
  307. Ah vraiment voici qui est admirable. (Acte 1, scène 25, LA-PROCUREUSE)
  308. Oh je ne viens ici qu'à bonnes enseignes, et voilà un billet qui fera bien foi que je ne rêve point. (Acte 1, scène 25, LA PROCUREUSE)
  309. Venio vous dire, Signor, que non ho piu di plus petits mouchoirs tutti sont distribués. (Acte 1, scène 26, PETRONILLO)
  310. Tenez, tenez Madame, voila celui qui a écrit les billets, il reconnaîtra bien son écriture. (Acte 1, scène 26, SBRIGANY)
  311. Il la reconnaîtra s'il veut, j'aurai mon buffet assurément. (Acte 1, scène 26, LA-PROCUREUSE)
  312. Qué, qué, je n'entends point votre baragoin, mais je sais lire, vous allez voir. (Acte 1, scène 26, LA-PROCUREUSE)
  313. Il y a du mal entendu là-dedans ; il se trouvera un p...té sur ma parole. (Acte 1, scène 26, LISETTE)
  314. Il me semble qu'il ne faut que des yeux, et j'en ai de beaux et de bons, Dieu merci ; voyez un buffet garni d'argent. (Acte 1, scène 26, LA-PROCUREUSE)
  315. Oui, Madame, garni de petits filets d'argent. (Acte 1, scène 26, PETRONILLO)
  316. Non, Madame, on ne vous fera point de tort, nous sommes gens d'honneur. (Acte 1, scène 26, SBRIGANY)
  317. Vous n'avez que faire de rire, vous n'en êtes pas où vous pensez ; on vous fera bien soutenir. (Acte 1, scène 26, LA-PROCUREUSE)
  318. Sta visionnaire avec son buffet, que le que le Procureur n'écrive point, Madame, et qu'il vous apprenne à lire. (Acte 1, scène 26, PETRONILLO)
  319. La Procureuse est bien fâchée de n'avoir point de vaisselle. (Acte 1, scène 26, LISETTE)
  320. Je m'en vais lui dire de venir, Madame. (Acte 1, scène 27, LE-LAQUAIS)
  321. Vous demandez quelque chose apparamment, Madame. (Acte 1, scène 27, SBRIGANY)
  322. Je viens quérir mes lots, Monsieur Sbrigany, pour les mouchoirs et les petites porcelaines vos garçons en feront leur profit. (Acte 1, scène 27, LA-MARQUISE)
  323. Il faut vous donner ce qui vous appartient, Madame. (Acte 1, scène 27, SBRIGANY)
  324. Le voilà apparemment, il est fort beau , mais je ne crois pas qu'il puisse tenir dans mon carrosse. (Acte 1, scène 27, LA-MARQUISE)
  325. Vous en aurez un plus petit, lasciate faire. (Acte 1, scène 27, PETRONILLO)
  326. Nous en avons à choisir, Madame : Lisette apportez un de ces petits tiroirs où sont ces coffres de la chine. (Acte 1, scène 27, SBRIGANY)
  327. Des coffres dans de petits tiroirs, comment donc cela ? (Acte 1, scène 27, LA-MARQUISE)
  328. Prenez, Madame, vous n'en serez point embarrassée, un de ceux-là tiendrait dans votre poche. (Acte 1, scène 27, LISETTE)
  329. Mais vraiment je ne veux point de cela ; vous vous moquez de moi ce sont des boîtes. (Acte 1, scène 27, LA-MARQUISE)
  330. Non, non, Madame, ils s'ouvrent comme un coffre-vedette. (Acte 1, scène 27, SBRIGANY)
  331. Je n'en veux point, vous dis- je, il y a un coffre sur mon billet. (Acte 1, scène 27, LA-MARQUISE)
  332. En voilà un, je l'aurai, je n'en serai point la dupe. (Acte 1, scène 27, LA MARQUISE)
  333. Oh pour celui-là non, Madame, on me l'a donné en garde. (Acte 1, scène 27, LISETTE)
  334. Non é pas celui-là, Madame, é celui-ci son mi qui ai écrit les billets, je pouis répondre de mon intention. (Acte 1, scène 27, PETRONILLO)
  335. Oui qu'on le prenne à foi et à serment, vous perdrez votre procès, Madame. (Acte 1, scène 27, LISETTE)
  336. Voici tout à propos la personne à qui appartient le coffre. (Acte 1, scène 27, SBRIGANY)
  337. Vous allez bien voir qu'on vous dit vrai. (Acte 1, scène 27, SBRIGANY)
  338. C'est la Marquise ma cousine, hé que faites-vous ici, ma chère enfant ? (Acte 1, scène 28, LE-FINANCIER)
  339. J'y dispute mes droits contre ces gens-là. (Acte 1, scène 28, LA-MARQUISE)
  340. Et nous défendons les vôtres, Monsieur, Madame veut faite emporter vos meubles, elle a pris du goût pour votre coffre de la Chine. (Acte 1, scène 28, LISETTE)
  341. Il serait fort à son service, si la destination n'en était faite. (Acte 1, scène 28, LE-FINANCIER)
  342. Voilà des étoffes que je fais apporter pour voir ce qu'on y en pourra mettre de pièces. (Acte 1, scène 28, LE FINANCIER)
  343. Il n'en tiendra guère à l'heure qu'il est, il est bien plein. (Acte 1, scène 28, LISETTE)
  344. Hoime, que deviendra tout ceci. (Acte 1, scène 28, LISETTE)
  345. Miséricorde, un homme caché, c'est pour me voler : ah pendard. (Acte 1, scène 28, SBRIGANY)
  346. Arrêtez, Monsieur, et prenez garde à ce que vous faites. (Acte 1, scène 29, ÉRASTE)
  347. Éraste caché chez moi, qu'est-ce que cela signifie, parle, n'avais-je pas défendu... (Acte 1, scène 29, SBRIGANY)
  348. Vous avez défendu qu'il vît votre fille. (Acte 1, scène 29, LISETTE)
  349. Mais vous n'avez pas défendu qu'il se mît dans le coffre. (Acte 1, scène 29, LISETTE)
  350. Comment coquine. (Acte 1, scène 29, SBRIGANY)
  351. Ils enfoncent la barricade ; ils ont arraché à un des Suisses un côté de moustache, qui ne tenait qu'avec de la colle, et ils l'ont reconnu, c'est le crieur de Gazette. (Acte 1, scène 30, SIGNOLET)
  352. Ils sont plus de trente après ses trousses. (Acte 1, scène 30, SIGNOLET)
  353. Non, non, ils l'allont noyer, je pense ; et puis ils disont qu'ils reviendront nous brûler nous autres. (Acte 1, scène 30, SIGNOLET)
  354. Oh dame acoûtez ça serait chagrinant, bâillons-nous en de garde. (Acte 1, scène 30, SIGNOLET)
  355. Miséricorde, que deviendrai-je ? (Acte 1, scène 30, SBRIGANY)
  356. On trouvera moyen d'apaiser le désordre; tout le monde murmure de ce que vous gagnez trop à votre Loterie. (Acte 1, scène 30, LE-FINANCIER)
  357. Remettez cet argent dans le commerce. (Acte 1, scène 30, LE FINANCIER)
  358. Mais, Monsieur, me répondez-vous que par ce moyen ? (Acte 1, scène 30, SBRIGANY)
  359. Je me charge de l'événement, ne craignez rien. (Acte 1, scène 30, LE-FINANCIER)
  360. Contentons d'abord les plus mutins avec de l'argent, ou de bonnes nippes. (Acte 1, scène 30, LE-FINANCIER)
  361. On prendra demain des mesures pour le reste. (Acte 1, scène 30, LE FINANCIER)
  362. Ils ne seront pas malheureux si elles réussissent. (Acte 1, scène 30, LISETTE)
  363. Profitez de l'exemple, Messieurs, et si jamais quelque Napolitain est assez hardi pour faire une Loterie, que les Parisiens ne soient pas assez fous, pour y mettre. (Acte 1, scène 30, LISETTE)

LES VENDANGES DE SURESNES (1695)

  1. Oh çà, mon pauvre Thibaut, aie un peu à l'oeil à tout, mon enfant, et prend garde qu'il ne se fasse aucun dégât dans la maison. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  2. Mais palsangué, Monsieu, comment l'entendez-vous, donc ? (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  3. Vous n'avez qu'un arpent de veigne à Surêne, pour tout potage, et je crois, Dieu me pardonne, que la moitié de Paris viendra cheux vous en vendange. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  4. Comment, que veux-tu dire ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  5. Vous avez déjà eu deux femmes qui vous avons fait enrager. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  6. Vous avez fait le diable avec l'autre, parce qu'alle n'en avait pas assez. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  7. Queulle espèce de femme voulez-vous encore prendre ? (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  8. Je ne dis pas qu'il n'y en ait queuqu'une : mais je ne crois pas qu'on vous la garde. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  9. Tu changerais de sentiment, si tu avais vu celle que j'aime. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  10. Accoutez, faites-la-moi voir avant que de la prendre, je vous en dirai ce qui en sera, tout à la franquette. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  11. Voyez-vous, nous autres Paysans des environs de Paris, je nous connaissons mieux en femmes que parsonne, j'en voyant tant de toutes les façons. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  12. Tu la verras, et dès aujourd'hui elle doit venir ici faire vendange. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  13. J'entends, bian, c'est pour elle que la fête se fait. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  14. Justement. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  15. Mais, s'il vous plaît, Monsieu, en vous chargeant de l'embarras d'une femme, ne vous déchargez point de sty de votre fille : Alle est en âge d'être mariée ; et quand une poire est mûre, si on ne la cueille, alle tombe d'alle-même, comme vous savez. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  16. Je songe aussi à marier ma fille, et le mari que je lui destine devrait être ici, je l'attends de jour en jour. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  17. S'il n'est pas à sa fantaisie, alle en prendra queuque autre avec stila ; et s'ils se trouvont deux maris pour un, hem, ça fera du grabuge. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  18. Mariane est une fille bien élevée, qui fera toujours tout ce que je voudrai. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  19. Hé, qui t'a fait prendre cette opinion-là ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  20. Comment, amoureux de toi ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  21. Drès qu'il me voit, il ne sait sur quel pied danser, il me fait plus de meines, plus de contorsions, plus de révérences qu'à alle-même. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  22. Oh, palsangué oui, Ils l'avont commencée drès Paris, je gage, et ils continuont ici par-dessus les murailles. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  23. Hé bien ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  24. Hé bien ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  25. Il faut bien qu'il soit possible, car je les ai vus. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  26. Et ne les as-tu point entendus ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  27. Et que disent-ils ? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  28. Allez, allez, ils avont la langue bian pendue. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  29. Et si par aventure le jeune drôle vient à grimper aussi de son côté : enfin, que fait-on, la poire est mûre, et les enfants de Paris aimons bian le fruit, prenez-y garde. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  30. Je m'en vais lui parler un peu, et savoir d'elle? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  31. Elles ne sont pargué pas si mal apprises : laissez-moi tout doucement l'y tirer les vars du nez, je le ferai bian donner dans le panniau, et je vous dirai tout, ne vous boutez pas en peine. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  32. Fais donc, Thibaut, et me rends un compte bien exact. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  33. C'est aujourd'hui qu'on m'a promis d'amener ma maîtresse ; je vais, en me promenant, au devant d'elle jusqu'au bois de Boulogne. (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  34. Toi, va faire un tour aux vignes, et vois si nos Vendangeurs? (Acte 1, scène 1, MONSIEUR THOMASSEAU)
  35. Je ne sais ce que ça veut dire, mais il m'est avis que j'ai plus d'esprit que Monsieu Thomasseau : oh pour ça oui, j'ai meilleur jugement. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  36. Je ne sis pourtant qu'un paysan, mais il y a vingt ans que je le sers, et que je me moque de ly, et il ne m'en ferait morgué pas accroire seulement un quart_d_heure. (Acte 1, scène 1, THIBAUT)
  37. Vivrai-je encore longtemps dans la contrainte où je suis depuis quelques jours ? (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  38. Est-il possible que la liberté de la Campagne, et l'occasion des Vendanges ne me fourniront point les moyens de m'introduire dans la maison de Mariane. (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  39. Si le jardinier, encore, était d'humeur un peu traitable, mais c'est un maroufle. (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  40. Oh, s'il s'en tient aux révérences, il n'y a rien à faire, je n'entends point les meines. (Acte 1, scène 2, THIBAUT)
  41. Comment vous en va ? (Acte 1, scène 2, THIBAUT)
  42. N'êtes-vous point enrhumé ? (Acte 1, scène 2, THIBAUT)
  43. Le vent de bise a soufflé cette nuit, et ça ne vaut rian, ni pour la veigne, ni pour les amoureux. (Acte 1, scène 2, THIBAUT)
  44. J'entends votre affaire, je n'aurais qu'à vous ouvrir la porte, et vous faire un bon feu dans mon taudis, vous y causeriais plus chaudement que dans la petite ruelle. (Acte 1, scène 2, THIBAUT)
  45. Je te cherchais, mon pauvre Thibaut, pour te faire une confidence, d'où dépend absolument? (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  46. Clitandre, vous paraissez en plein jour ici ? (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  47. Ne craignez rien, la saison des Vendanges y attire aujourd'hui tant de monde? (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  48. Je ne me plaignais que de votre peu de ménagement ; je ne voyais pas que votre indiscrétion? (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  49. Oh parguenne, il ne m'a rien dit, mais j'ai vu, et quand il serait un tantinet jaseux, vela une belle affaire ! (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  50. Aurais-je tort de vouloir le disposer à nous rendre service, et de chercher les moyens de vous voir plus souvent ? (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  51. Il n'est morgué pas sot, il aime ses commodités, voyez-vous, et il n'a pas tort : Il vaut bien mieux faire l'amour de plein pied dans la maison, que de haut en bas par-dessus la palissade. (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  52. Thibaut parle en homme de bon sens. (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  53. C'est l'amour qui me retient ici. (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  54. Que vous reviendriez toutes les nuits, et que vous engageriez à force d'argent le maître du bac à être discret ? (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  55. Je n'ai rien épargné pour cela, je vous assure. (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  56. Oh, il ne sonnera mot, il est bon homme ; mais pour ce qui est de moi, je sis diablement babillard, je vous avartis. (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  57. Je craignais votre timidité, je vous l'avoue, je songeais à vous prévenir. (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  58. N'étions-nous pas convenus aussi qu'il vous laisserait entrer dans le logis ? (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  59. Et qu'il ne parlerait de rien à mon père ? (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  60. Il est vrai, nous sommes convenus de tout cela. (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  61. Oui, mais morgué, de quoi est-ce que je sis convenu, moi ? (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  62. De rien encore ; mais il faut bien que tu conviennes des mêmes choses que nous. (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  63. Non, palsangué, je n'en ferai rian. (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  64. J'entends bian : mais je sis plus mal aisé à gouvarner que le maître du bac, je vous en avertis. (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  65. Tiens, voilà une montre d'or que je te donne. (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  66. Comment donc ? (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  67. Quand il y a queuque frais à faire en amour, il faut que soit le Monsieu qui paie, à moins que la Madame ne soit vieille. (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  68. Tiens, voilà une bourse, tu n'as qu'à l'ouvrir, et y prendre tout ce que tu voudras. (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  69. Comment ? (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  70. Nous vela donc d'accord à présent, je serons trois têtes dans le même bonnet. (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  71. Accoutez, vous n'avez pas mal fait d'y fourrer la mienne. (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  72. Oh, pour cela oui, la peste m'étouffe, je ne dis jamais rian : vela votre père qui va se remarier, par exemple, il vian de me le dire, est-ce que je vous en ai parlé ? (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  73. Il attend ici aujourd'hui son gendre et sa maîtresse. (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  74. Je vous en avais averti, Clitandre, vous ne m'avez pas voulu croire. (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  75. Quelle apparence que votre père vous fît épouser un homme que vous n'avez jamais vu, qu'il ne connaît pas lui-même ? (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  76. C'est le fils de ses anciens amis, le Bailli de Gisors ; il y a près d'un an qu'il me menace de ce mariage, et voilà ses menaces à la veille d'être accomplies. (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  77. Il faut en empêcher l'effet. (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  78. Comment s'y prendre, Thibaut ? (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  79. Oui, justement. (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  80. Ne pourrais-tu point nous aider à trouver quelque moyen ? (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  81. Oh, pour ça non, je n'y entends goutte : mais attendez? Hé, oui? justement vela votre affaire ? (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  82. Comment ? (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  83. Alle en a tant fait, tant fait, et ça sans curé, ni tabellion : alle n'y cherche point tant de façons, aussi alle a la presse. (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  84. Non morgué, je n'extravase point : rentrez dans la maison seulement, j'allons ensemble charcher la couseine, et mettre les fers au feu, ne vous boutez pas en peine. (Acte 1, scène 3, THIBAUT)
  85. N'épargnez rien, Clitandre, pour détourner le malheur qui nous menace, et songez que mon bonheur dépend entièrement du vôtre. (Acte 1, scène 3, MARIANE)
  86. Ne perdons point de temps, allons prendre avis de ta cousine. (Acte 1, scène 4, CLITANDRE)
  87. Allons venez. (Acte 1, scène 4, THIBAUT)
  88. Hé, pargué la vela, c'est queuque bon vent qui nous la souffle envars ici, j'aurons bonne issue. (Acte 1, scène 4, THIBAUT)
  89. Comment ! (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  90. Et c'est Madame Dubuisson, je pense ? (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  91. Oui, justement, c'est son nom de Paris que stilà, et la grosse Cato, c'est son nom de Village. (Acte 1, scène 5, THIBAUT)
  92. Que je suis heureux de te rencontrer en ce pays-ci, ma chère enfant ! (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  93. Peut-on vous y rendre quelque service ? (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  94. J'allions vous chercher pour ça, je vous l'amenais, et je ne savais pas que vous fussiais si bons amis. (Acte 1, scène 5, THIBAUT)
  95. Hé, vraiment, c'est le neveu de Madame Desmartins. (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  96. Elle y a été quinze jours ou trois semaines à prendre du lait, Monsieur. (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  97. Bon, palsangué du lait, vous vous gaussez de nous : alle y prenait bian de bon vin de Champagne, que de bian gros Monsieur apportiont de Varsailles. (Acte 1, scène 5, THIBAUT)
  98. À la vérité drès que son mari le venait voir, alle était toujours malade ; quand il n'y était plus, tatigué qu'alle se portait bian ! (Acte 1, scène 5, THIBAUT)
  99. C'est un extravagant, ne prenez pas garde à ce qu'il dit. (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  100. Ce sont les affaires de mon oncle, Madame Dubuisson, ce ne sont pas les miennes. (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  101. Ce ne sont pas les Vendanges qui vous amènent à Surêne, c'est l'amour qui vous y amène apparemment ? (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  102. N'est-ce point à Mademoiselle Thomasseau à qui vous en voulez ? (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  103. Ça n'est pas malaisé à deviner, puisque je sommes ensemble. (Acte 1, scène 5, THIBAUT)
  104. Vous n'êtes pas seul ici pour elle ; il y a chez moi un de vos rivaux, je vous en avertis. (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  105. Et qui vient pour l'épouser même, il en a parole de son père. (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  106. C'est l'homme en question, ce gendre qu'il attend. (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  107. Ah, ma chère Dubuisson, je suis perdu, si nous ne trouvons moyen de rompre ce mariage. (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  108. Le rebuter de son mariage, dégoûter de lui Monsieur Thomasseau, et le renvoyer à Gisors avec les étrivières ? (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  109. Morgué, que ça est bian pensé. (Acte 1, scène 5, THIBAUT)
  110. Mort de ma vie, nous aurions bon besoin de lui, c'est un joli homme, et notre provincial entre ses mains aurait été bien régalé. (Acte 1, scène 5, MADAME DUBUISSSON)
  111. Il y a aux trois Rois une vingtaine d'égrillards qui ne demandont qu'à se divartir ; ils avont des Musiciens, des menêtriers : ce sont de bons enfants qui avont la meine d'aimer à rire : lâchons-les après ce benêt-là, ils le feront désarter, sur ma parole. (Acte 1, scène 5, THIBAUT)
  112. Je m'en vais toujours leux en parler, tout coup vaille ; si cela vous duit, je le mettrons en besogne. (Acte 1, scène 5, THIBAUT)
  113. Et venez-vous-y-en, Monsieu, vous en connaîtrez queuqu'un peut-être. (Acte 1, scène 5, THIBAUT)
  114. Je vais te suivre, tu n'as qu'à attendre. (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  115. Oh çà, ma chère Dubuisson, je n'ai rien de caché pour toi. (Acte 1, scène 6, CLITANDRE)
  116. Je ne roule dans le monde depuis quelque temps que par un excès de savoir faire ; les affaires de ma famille sont terriblement dérangées, ce mariage-ci peut les rétablir. (Acte 1, scène 6, CLITANDRE)
  117. J'aime Mariane, elle est riche, l'affaire est sérieuse, il ne faut pas la manquer, tu seras contente. (Acte 1, scène 6, CLITANDRE)
  118. Que pouvons-nous mettre en usage pour cela ? (Acte 1, scène 6, MADAME DUBUISSSON)
  119. Commençons par écarter le provincial, et gagnons du temps. (Acte 1, scène 6, CLITANDRE)
  120. Si nous avions quelque habile fourbe qui pût nous aider encore, je répondrais bien? Oh, par ma foi, vous êtes né coiffé, en voici un que le hasard nous adresse le plus à propos du monde. (Acte 1, scène 6, MADAME DUBUISSSON)
  121. Hé, comment ! (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  122. Hé, serviteur, Monsieur Clitandre : hé, comment vous en va ? (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  123. Hé, que diantre viens-tu faire ici ? (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  124. Voulez-vous que je vous parle franchement ? (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  125. Il amène quelque petite Grisette en vendange à Surêne, je gage. (Acte 1, scène 7, MADAME DUBUISSSON)
  126. Non, par ma foi, je viens faire emplette de bon vin de Champagne. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  127. Oui, parbleu, nous sommes plus de trente à Paris, qui tirons nos vins de Champagne de ce pays-ci, et nous allons chercher les vins de Bourgogne par delà Étampes. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  128. Ne vous fâchez point ; vous ne buvez point de ces bons vins-là, vous autres ; on n'en donne qu'à ceux qui les patent le mieux, et qui s'y connaissent le moins. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  129. À de petits-maîtres de Paris, par exemple, à des filles de qualité de leur connaissance, à des enfants de famille qui prennent crédit, à des abbés qui font porter des soupers en ville ; il faut bien que tout passe. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  130. Tu en es bien fait passer l'année dernière à ce petit homme-là? (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  131. Ce petit homme à grande perruque, cet apprentif Magistrat qui faisait son cours de Droit chez toi, et qui donne à présent des audiences dans l'amphithéâtre de l'Opéra. (Acte 1, scène 7, MADAME DUBUISSSON)
  132. Il y en a tant comme cela dans le monde, que Monsieur de Lorange ne peut pas se souvenir qui c'est. (Acte 1, scène 7, MADAME DUBUISSSON)
  133. Comment gouvernes-tu ce grand inutile, qui a l'air si déterminé ; qui attend que la paix soit faite pour se mettre dans les Mousquetaires. (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  134. Il me doit de l'argent, mais il se déniaise. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  135. Quand il vous plaira, vous qui avez tant d'aventures, vous vous acquitterez de la même manière, de huit cent francs que vous me redevez. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  136. Je ne t'en paierai que la moitié, tu m'as fait boire du vin de Surêne. (Acte 1, scène 7, CLITANDRE)
  137. Nous avons affaire de lui, ne lui rabattez rien. (Acte 1, scène 7, MADAME DUBUISSSON)
  138. Je me donne au diable, ce serait conscience. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  139. Qu'il vous aide à faire réussir votre affaire seulement, vous serez bientôt quitte, sur ma parole. (Acte 1, scène 7, MADAME DUBUISSSON)
  140. Il n'y a rien que je ne fasse, vous n'avez qu'à dire. (Acte 1, scène 7, LORANGE)
  141. Voici votre rival, allez rejoindre Thibaut ; vous avez tous trois de l'esprit, vous concerterez ensemble ce qu'il faudra faire ; et pour moi, je vous livre votre homme dans quelque panneau que vous puissiez lui tendre. (Acte 1, scène 7, MADAME DUBUISSSON)
  142. Allons, Bastien, ne me quittez pas, et marchez bien derrière moi, vous êtes mon laquais, au moins. (Acte 1, scène 8, VIVIEN)
  143. Aga, votre laquais, Monsieur Vivien, je sis votre cousin, ne vous en déplaise, et quoique je sois rouge vêtu? (Acte 1, scène 8, BASTIEN)
  144. Oui, vous êtes mon cousin à Gisors ; mais Paris, et chez le beau-père, vous serez mon laquais, entendez-vous ? (Acte 1, scène 8, VIVIEN)
  145. Il faut dire : oui, Monsieur ; ce benêt-là ! (Acte 1, scène 8, VIVIEN)
  146. Hé bien, oui, Monsieur, je le dirai, mon cousin Vivien. (Acte 1, scène 8, BASTIEN)
  147. Rentrez, et ne sortez point que je ne sois revenu. (Acte 1, scène 8, VIVIEN)
  148. Non, non, je m'en vais tant seulement panser nos cavales, et je les mènerai boire, mon cousin Vivien. (Acte 1, scène 8, BASTIEN)
  149. Vraiment, Monsieur, vous avez là un petit domestique bien affectionné, et qui a bien soin de vos montures. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSSON)
  150. C'est un petit gueux du pays que j'ai amené à Paris par charité pour le déniaiser seulement. (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  151. Cela est bien louable, d'avoir ainsi de la charité pour vos parents. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSSON)
  152. Il n'est mon parent que de fort loin. (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  153. Vous voyez bien qu'il n'est mon cousin que du côté gauche. (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  154. Je vous en félicite. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSSON)
  155. C'est pour m'empêcher de peupler comme ça, que mon père m'envoie à Paris de si bonne heure ; car je n'ai encore que trente-huit ans, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  156. C'est le bel âge pour se mettre en ménage. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSSON)
  157. On a bien raison de ne pas laisser périr une si belle famille. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSSON)
  158. C'est une des bonnes de la Province, voyez-vous ; nous avons eu tout de suite quatre Baillis de Gisors, et autant de médecins, tous de père en fils. (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  159. Comment, beau ! (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSSON)
  160. Je ne sache rien de plus noble. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSSON)
  161. Monsieur Thomasseau sera bienheureux, d'avoir pour gendre Monsieur Vivien de la Chaponnardière. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSSON)
  162. Vous en jugerez par vous-même. (Acte 1, scène 1, MADAME DUBUISSSON)
  163. Car à Paris, on dit que les filles sont diablement égrillardes. (Acte 1, scène 1, VIVIEN)
  164. C'est Lorange, je pense. (Acte 1, scène 10, MADAME DUBUISSSON)
  165. Pourquoi ne me vient-il pas voir cet animal-là ? (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  166. Que je m'en vais lui apprendre à vivre ! (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  167. Comment, Madame ! (Acte 1, scène 10, VIVIEN)
  168. C'est Mademoiselle Thomasseau, que vous venez épouser. (Acte 1, scène 10, MADAME DUBUISSSON)
  169. C'est votre petit mari de Gisors, Monsieur Vivien de la Chaponnardière que je vous présente. (Acte 1, scène 10, MADAME DUBUISSSON)
  170. Sait-il parler, ce pauvre benêt ? (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  171. Les filles de Paris sont vives, comme vous voyez ; et c'est bien autre chose quand elles sont femmes. (Acte 1, scène 10, MADAME DUBUISSSON)
  172. Hé bien, me fera-t-il honnêteté ? (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  173. Me fera-t-il compliment ? (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  174. C'est une bûche, je pense : Je ne veux point d'un mari comme celui-là ; il ne remue non plus qu'une souche. (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  175. Elle a raison : démenez-vous donc un peu, parlez-lui. (Acte 1, scène 10, MADAME DUBUISSSON)
  176. Holà, hé, Bastien, bride nos bêtes. (Acte 1, scène 10, VIVIEN)
  177. Parbleu, la vôtre est plus ridicule que la mienne ; je n'ai ni suros, ni malandre. (Acte 1, scène 10, VIVIEN)
  178. Que veut-il dire cet impertinent-là, Madame Dubuisson ? (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  179. Je lui pourrais bien donner de mon bâton sur les oreilles ? (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  180. Patience, patience, qu'il m'épouse, je le frotterai bien quand je serai sa femme. (Acte 1, scène 10, LORANGE)
  181. Vous voilà, papa Thomasseau, venez-vous-en un peu moriginer votre gendre, il perd le respect, je vous en avertis. (Acte 1, scène 11, LORANGE)
  182. Alle est un peu mièvre, parce qu'alle est jeune : mais en grandissant, ça changera. (Acte 1, scène 11, THIBAUT)
  183. Votre valet notre gendre. (Acte 1, scène 11, THIBAUT)
  184. Hé bian, qu'est-ce, à qui en avez-vous donc ? (Acte 1, scène 11, THIBAUT)
  185. Comment se porte le bon homme de père ? (Acte 1, scène 11, THIBAUT)
  186. Mais ma fille est une diablesse qui vous rangera, ne vous boutez pas en peine. (Acte 1, scène 11, THIBAUT)
  187. Je n'y comprends rien, c'est une espèce de Paysan, que le beau-père. (Acte 1, scène 11, VIVIEN)
  188. Oh, dame, la maison de Thomasseau n'est pas si noble que la vôtre, il y a bien à dire. (Acte 1, scène 11, MADAME DUBUISSSON)
  189. Le gendre n'est morgué pas content d'avoir fait le voyage. (Acte 1, scène 11, THIBAUT)
  190. Ce n'est point avec ces gens-là que mon père a conclu mon mariage assurément, il y a quelque autre Thomasseau, Madame. (Acte 1, scène 11, VIVIEN)
  191. S'il y en a, c'est donc comme chez vous, du côté gauche : mais les Thomasseau, en ligne directe, sont de Surêne ; je n'en connais point d'autres. (Acte 1, scène 11, MADAME DUBUISSSON)
  192. Voilà mon cousin l'Officier que j'amène voir mon prétendu. (Acte 1, scène 12, LORANGE)
  193. Comment, têtebleu, voilà un garçon bien fait, et de bonne mine ; par la corbleu, il a bon dos pour porter le mousquet dans notre Compagnie ; jarnibleu, que vous avez bien choisi, mon oncle ! (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  194. Est-ce encore là un Thomasseau, Madame ? (Acte 1, scène 12, VIVIEN)
  195. Comment ! (Acte 1, scène 12, MADAME DUBUISSSON)
  196. Anspessade de la Colonelle, qui tue régulièrement deux hommes toutes les semaines. (Acte 1, scène 12, MADAME DUBUISSSON)
  197. Oui, tout au moins, cela va bien là, l'un portant l'autre. (Acte 1, scène 12, MADAME DUBUISSSON)
  198. Où mon père m'a-t-il envoyé ? (Acte 1, scène 12, VIVIEN)
  199. Parbleu, mon oncle, il faut que j'enivre le cousin pour faire connaissance. (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  200. Oui da, il faut bian commencer par queuque chose. (Acte 1, scène 12, THIBAUT)
  201. Allons, ventrebleu, cousin, allons boire ensemble. (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  202. Oh, par la sambleu, vous viendrez, car j'y ai regardé. (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  203. Maugrebleu, voilà un sot animal de cousin, il ne sait rien faire. (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  204. Palsambleu, je vous en réponds. (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  205. Vous ne prétendez pas faire sitôt la noce, mon oncle ? (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  206. Faut auparavant qu'il fasse trois ou quatre campagnes dans notre Régiment : ne vous mettez pas en peine, je le ferai assommer, ou j'en ferai quelque chose. (Acte 1, scène 12, VIVIEN)
  207. À moi, Bastien, miséricorde ! (Acte 1, scène 12, VIVIEN)
  208. Comment ? (Acte 1, scène 12, CLITANDRE)
  209. Faites ce qu'il vous dit, ne le mettez pas en colère ; il n'a encore tué personne, et voilà bientôt la fin de la semaine. (Acte 1, scène 12, MADAME DUBUISSSON)
  210. Je vous en rendrai compte, allez-vous-en : qu'elles ne vous voient point dans cet équipage. (Acte 1, scène 12, MADAME DUBUISSSON)
  211. Apparemment, Madame, M. (Acte 1, scène 13, MADAME DUBUISSSON)
  212. Thomasseau m'ôte l'avantage de vous y donner un appartement ? (Acte 1, scène 13, MADAME DUBUISSSON)
  213. Je me partage, Madame Dubuisson ; j'ai passé tout le printemps chez toi, je viens passer les Vendanges avec ma nièce, et en équipage de Vendangeuses, comme tu vois. (Acte 1, scène 13, MADAME DESMARTINS)
  214. C'est bien de l'honneur que vous me faites, Madame, et vous serez toujours la maîtresse de tout ce qui dépendra de moi. (Acte 1, scène 13, MONSIEUR THOMASSEAU)
  215. N'est-ce pas là un aimable enfant, Madame Dubuisson ? (Acte 1, scène 13, MONSIEUR THOMASSEAU)
  216. Oh çà, Mesdames, voilà la maison de votre petit serviteur, nous y serons plus commodément qu'ici. (Acte 1, scène 13, MONSIEUR THOMASSEAU)
  217. Je meurs d'impatience d'embrasser Mademoiselle votre fille. (Acte 1, scène 13, ANGÉLIQUE)
  218. Elle sera ravie d'avoir l'honneur de vous faire la révérence. (Acte 1, scène 13, MONSIEUR THOMASSEAU)
  219. Attends-moi ici, ma voisine, j'ai quelque chose à te dire. (Acte 1, scène 13, MONSIEUR THOMASSEAU)
  220. Le pauvre Monsieur Thomasseau est en assez bonne main. (Acte 1, scène 14, MADAME DUBUISSSON)
  221. Madame Desmartins, et sa petite nièce le mèneront loin, s'il veut les suivre : elles ne s'attendent pas à trouver Clitandre en ce pays-ci : mais il est bon Prince. (Acte 1, scène 14, MADAME DUBUISSSON)
  222. Son rival et son amour l'occupent trop pour lui laisser le temps de songer à troubler la fête. (Acte 1, scène 14, MADAME DUBUISSSON)
  223. Mais voici déjà le bon homme, quelle confidence me veut-il faire ? (Acte 1, scène 14, MADAME DUBUISSSON)
  224. Madame Desmartins, c'est la plus vertueuse personne du monde, sage, honnête, douce, complaisante, l'esprit bien fait, l'humeur enjouée, les manières engageantes. (Acte 1, scène 15, MADAME DUBUISSSON)
  225. Je choisis bien mes gens, dis, n'est-il pas vrai ? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR THOMASSEAU)
  226. Et la petite nièce, qu'en dis-tu ? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR THOMASSEAU)
  227. Je ne la connaissais pas : mais j'en ai ouï parler mille fois à sa tante. (Acte 1, scène 15, MADAME DUBUISSSON)
  228. C'est un petit modèle de perfection, c'est la sagesse en mignature, une fille élevée comme une Princesse, un coeur de Reine. (Acte 1, scène 15, MADAME DUBUISSSON)
  229. Elle possède elle seule assez de talents pour rendre une douzaine de filles des plus accomplies. (Acte 1, scène 15, MADAME DUBUISSSON)
  230. Tu me ravis, Madame Dubuisson, de m'en parler de cette manière. (Acte 1, scène 15, MONSIEUR THOMASSEAU)
  231. Comment donc, Monsieur, quel intérêt prenez-vous? (Acte 1, scène 15, MADAME DUBUISSSON)
  232. Oui, mon enfant, ne suis-je pas bien heureux ? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR THOMASSEAU)
  233. Que ce parti-là vous convient bien, Monsieur ! (Acte 1, scène 15, MADAME DUBUISSSON)
  234. Et que vous allez passer agréablement le reste de vos jours ! (Acte 1, scène 15, MADAME DUBUISSSON)
  235. Je t'en réponds. (Acte 1, scène 15, MONSIEUR THOMASSEAU)
  236. Je me défais de ma fille, et je l'envoie dans le fonds de la Province. (Acte 1, scène 15, MONSIEUR THOMASSEAU)
  237. Qu'est-ce qu'il y a, Monsieur, à qui en avez-vous ? (Acte 1, scène 16, MONSIEUR THOMASSEAU)
  238. Je n'en puis plus. (Acte 1, scène 16, VIVIEN)
  239. Voilà le gendre et le beau-père aux prises ; allons avertir Clitandre des sentiments où Monsieur Thomasseau est pour sa famille. (Acte 1, scène 16, MADAME DUBUISSSON)
  240. Oui, Monsieur, et pour mes péchés je suis venu ici dans le dessein d'épouser la fille d'un Monsieur Thomasseau, qui est le plus grand coquin, le plus grand maraud? (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  241. Comment donc, Monsieur, prenez garde à ce que vous dites. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR THOMASSEAU)
  242. Un coquin de cousin qui est un homme à pendre : c'est bien la plus détestable famille que cette famille-là. (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  243. Vous êtes un fripon, et un insolent, de parler des gens d'honneur comme vous faites, et je vous donnerai mille coups de bâton, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR THOMASSEAU)
  244. Vous ne connaissez point ces gens-là, Monsieur, si vous les aviez vus seulement. (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  245. Et savez-vous bien que je suis Monsieur Thomasseau, moi qui vous parle ? (Acte 1, scène 17, MONSIEUR THOMASSEAU)
  246. Non, non, Monsieur, ce n'est pas vous, je viens de le quitter, il est aux trois Rois avec sa fille et des Soldats aux Gardes. (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  247. Voilà un maraud qui a perdu l'esprit, ou qui vient ici pour m'insulter. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR THOMASSEAU)
  248. Tenez, il est borgne et boiteux, Monsieur Thomasseau ; je viens de le quitter, vous dis-je. (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  249. Il y a ici quelque chose que je ne comprends point. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR THOMASSEAU)
  250. Il faut en rire malgré moi. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR THOMASSEAU)
  251. Vous êtes un nouveau débarqué en ce pays-ci, quelques égrillards ont voulu rire à vos dépends et aux miens. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR THOMASSEAU)
  252. Il y a de méchantes gens. (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  253. Je le vois bien. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR THOMASSEAU)
  254. Oh çà, c'est moi qui suis Monsieur Thomasseau, encore une fois. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR THOMASSEAU)
  255. Et moi, Monsieur Vivien de la Chaponnardière. (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  256. En ce cas-là je viens pour être votre gendre, et voilà une lettre de mon père. (Acte 1, scène 17, VIVIEN)
  257. Cela est comme je vous le dis, entrez dans ce logis, votre tante et votre soeur y sont, et vous ne risquez rien. (Acte 1, scène 18, MADAME DUBUISSSON)
  258. Mais si ce gendre malotru? (Acte 1, scène 18, CLITANDRE)
  259. Il ne le sera pas, je vous en réponds : le voilà encore avec Monsieur Thomasseau ; entrez, vous dis-je, et nous laissez faire. (Acte 1, scène 18, MADAME DUBUISSSON)
  260. Hé bien, avez-vous su ce qu'avait cet honnête Monsieur, pour faire tant de bruit ? (Acte 1, scène 19, MADAME DUBUISSSON)
  261. C'est le fils d'un de mes amis, ma voisine, qui vient ici pour être mon gendre. (Acte 1, scène 19, MONSIEUR THOMASSEAU)
  262. Je vous le disais bien, moi, que le Thomasseau de tantôt n'était pas le véritable, et qu'il y en avait quelque autre. (Acte 1, scène 19, VIVIEN)
  263. Si je vous en avais cru pourtant? Écoutez, je crois que vous êtes une friponne, Madame. (Acte 1, scène 19, VIVIEN)
  264. Comment, mon gendre ? (Acte 1, scène 19, MONSIEUR THOMASSEAU)
  265. Votre gendre est un peu fou, Monsieur, il est bon de vous en avertir. (Acte 1, scène 19, MADAME DUBUISSSON)
  266. Alle m'a dit de vous dire qu'alle veut vous dire queuque chose, qu'alle dit qui est de conséquence. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  267. Quand elle viendra, nous saurons ce que c'est. (Acte 1, scène 20, MONSIEUR THOMASSEAU)
  268. Cet homme-là se moque de moi, je pense ? (Acte 1, scène 20, VIVIEN)
  269. C'est mon gendre. (Acte 1, scène 20, MONSIEUR THOMASSEAU)
  270. Quoi, c'est là ce mari qu'ous avez fait venir exprès pour Mademoiselle Mariane ? (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  271. Oui, lui-même, qu'en veux-tu dire ? (Acte 1, scène 20, MONSIEUR THOMASSEAU)
  272. Morgué, votre fille choisit mieux que vous, je me donne au diable, le gars de la petite ruelle vaut trente maris comme stila ; je vous l'avais bian dit qu'ils se trouverions deux. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  273. Je m'en vais vous l'amener, vous varrez vous-même. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  274. Madame Dubuisson, vous avez un cousin qui devient bien insolent, je le mettrai dehors si cela continue. (Acte 1, scène 20, MONSIEUR THOMASSEAU)
  275. Tenez, beau-père, j'ai dans la pensée que ce paysan-là est le Thomasseau de tantôt, hors qu'il n'est plus borgne. (Acte 1, scène 21, VIVIEN)
  276. Pargué, je revians sur mes pas, et je m'en retorne de même ; vela cette Madame de Paris qui vous demande. (Acte 1, scène 22, THIBAUT)
  277. Hé, comment, c'est Mademoiselle Duhazard, si je ne me trompe ? (Acte 1, scène 22, MADAME DUBUISSSON)
  278. Vraiment oui, c'est une de nos amies, une fort honnête fille, qui postule pour chanter gratis à l'Opéra, afin de se faire connaître. (Acte 1, scène 22, MADAME DUBUISSSON)
  279. Hé, qui vous amène en ce pays-ci, Mademoiselle ? (Acte 1, scène 22, MADAME DUBUISSSON)
  280. Trois Officiers de Dragons de mes bons amis m'ont engagée d'y venir en Vendanges ; et comme j'ai su par occasion que Monsieur Vivien de la Chaponnardière y était pour épouser la fille de Monsieur, j'ai cru ne pouvoir me dispenser de mettre empêchement à ce mariage. (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  281. Mettre empêchement à mon mariage ! (Acte 1, scène 22, VIVIEN)
  282. Comment de quel droit, petit perfide ? (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  283. Que veut dire ceci, mon gendre ? (Acte 1, scène 22, MONSIEUR THOMASSEAU)
  284. Le Diable m'emporte, si j'en sais tien, je ne connais point cette créature-là. (Acte 1, scène 22, VIVIEN)
  285. Mon gendre ? (Acte 1, scène 22, MONSIEUR THOMASSEAU)
  286. Je vous le disais bien, elle a toujours passé pour une fille très sage. (Acte 1, scène 22, MADAME DUBUISSSON)
  287. Cela ne vaut rien, mon gendre ; voilà de mauvaises manières. (Acte 1, scène 22, MONSIEUR THOMASSEAU)
  288. Tenez, Monsieur, il venait quelquefois chez une honnête Marquise qui donne à jouer ; il me vit, je lui plus ; je le vis, il me plut. (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  289. Vraiment, nous soupâmes ensemble dès le soir même ; il me fit boire tant de ratafia, et tant manger de truffes. (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  290. Oh, pour cela l'argent ne lui coûte rien, il fait bien les choses. (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  291. Cet homme-là est d'une grande dépense, au moins. (Acte 1, scène 22, MADAME DUBUISSSON)
  292. Il ne faut pas demander si le lendemain il alla vous rendre visite ? (Acte 1, scène 22, MADAME DUBUISSSON)
  293. Oui, Madame, et deux jours après il m'envoya une tapisserie de brocatelle, un petit lit de damas feuille morte, avec la petite oie. (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  294. Cela est violent. (Acte 1, scène 22, MONSIEUR THOMASSEAU)
  295. Oh, tu as beau nier, il faut que tu m'épouses, ou que tu sois pendu. (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  296. Oui, par la ventrebleu, tu m'épouseras ? (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  297. Ne vous tourmentez donc point, Mademoiselle, vous vous ferez malade. (Acte 1, scène 22, MADAME DUBUISSSON)
  298. Ah, je veux que cinq cents diables me tordent le cou, Madame, si? (Acte 1, scène 22, LORANGE)
  299. Allez, Monsieur, vous devriez mourir de honte de faire des présents à des filles qui jurent comme cela. (Acte 1, scène 22, MONSIEUR THOMASSEAU)
  300. Tenez, Monsieur, vela le mari que votre fille a fait venir de Paris, et vela sti que vous avez fait venir de campagne. (Acte 1, scène 23, THIBAUT)
  301. Souffrez, mon père, que je me jette à vos genoux, pour vous conjurer instamment de ne me pas forcer? (Acte 1, scène 24, MARIANE)
  302. Ne me priez de rien, ma fille, l'affaire est conclue dans ma tête. (Acte 1, scène 24, MONSIEUR THOMASSEAU)
  303. Il ne sera pas malaisé de vous en instruire, voilà ma tante et ma soeur? (Acte 1, scène 24, CLITANDRE)
  304. Si vous êtes toujours dans le dessein d'épouser ma nièce, il faut consentir au bonheur de mon neveu, pour le faire consentir au vôtre. (Acte 1, scène 24, MADAME DESMARTINS)
  305. Sur ce pied-là, c'est une affaire faite, et nous serons bientôt d'accord. (Acte 1, scène 24, MONSIEUR THOMASSEAU)
  306. Hé, qu'est-ce donc, me faire venir exprès de Gisors pour se moquer de moi ? (Acte 1, scène 24, VIVIEN)
  307. C'est un petit bal de campagne que Mademoiselle Duhazard a préparé pour Monsieur Vivien, apparemment. (Acte 1, scène 24, MADAME DUBUISSSON)
  308. Comment donc ? (Acte 1, scène 24, MONSIEUR THOMASSEAU)
  309. Je vous le disais bien, moi, qu'on me faisait pièce. (Acte 1, scène 24, VIVIEN)
  310. Sans rancune, Monsieur Vivien, nous vous avons empêché de vous marier, ce n'est pas vous rendre un mauvais service. (Acte 1, scène 24, LORANGE)
  311. Allons, gai, Messieurs de la symphonie : honneur à Monsieur Vivien, et à nos vendanges. (Acte 1, scène 24, LORANGE)
  312. Amis Vendangeux, v.1 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  313. J'avons des Vendanges nouvelles, v.3 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  314. Amis Vendangeux, v.6 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  315. Amis Vendangeux, v.8 (Acte 1, scène 25, LE CHOEUR)
  316. En avons dans l'aile v.11 (Acte 1, scène 25, SECOND VENDANGEUR)
  317. Amis Vendangeux, v.13 (Acte 1, scène 25, SECOND VENDANGEUR)
  318. Amis Vendangeux, v.15 (Acte 1, scène 25, LE CHOEUR)
  319. Serviteur à Monsieur Vivien v.17 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  320. Serviteur à Monsieur Vivien v.19 (Acte 1, scène 25, LE CHOEUR)
  321. Qu'il est docile ! Et qu'il prend bien v.21 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  322. Serviteur à Monsieur Vivien v.23 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  323. Serviteur à Monsieur Vivien v.25 (Acte 1, scène 25, LE CHOEUR)
  324. N'est-ce pas pour vivre contents ? v.29 (Acte 1, scène 25, SECOND VENDANGEUR)
  325. Amants, qui venez en vendange, v.33 (Acte 1, scène 25, MADAME DESMARTINS)
  326. Dans une heureuse intelligence v.36 (Acte 1, scène 25, MADAME DESMARTINS)
  327. Ces Dieux se servent tour à tour, v.37 (Acte 1, scène 25, MADAME DESMARTINS)
  328. Bien, souvent Bacchus avance v.39 (Acte 1, scène 25, MADAME DESMARTINS)
  329. Les plus habiles Vendangeuses, v.41 (Acte 1, scène 25, SECOND VENDANGEUR)
  330. Pour bien cueillir tout le raisin. v.44 (Acte 1, scène 25, SECOND VENDANGEUR)
  331. Mais aux Vendanges de Surêne, v.45 (Acte 1, scène 25, SECOND VENDANGEUR)
  332. Profitez bien, jeunes fillettes, v.49 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  333. Des moments faits pour les amours ; v.50 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  334. Adieu paniers, Vendanges sont faites. v.52 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  335. Cachez bien les faveurs secrètes, v.53 (Acte 1, scène 25, MADAME DESMARTINS)
  336. Adieu paniers, Vendanges sont faites. v.56 (Acte 1, scène 25, MADAME DESMARTINS)
  337. Il faut savoir en amourettes v.57 (Acte 1, scène 25, SECOND VENDANGEUR)
  338. Se saisir des tendres moments : v.58 (Acte 1, scène 25, SECOND VENDANGEUR)
  339. Adieu paniers, Vendanges sont faites. v.60 (Acte 1, scène 25, SECOND VENDANGEUR)
  340. Faites bien vos marchés, Grisettes, v.61 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  341. Adieu paniers, Vendanges sont faites. v.64 (Acte 1, scène 25, PREMIER VENDANGEUR)
  342. Qui n'en veulent qu'à vos écus ; v.66 (Acte 1, scène 25, MADAME DESMARTINS)
  343. Sitôt que vous n'en aurez plus, v.67 (Acte 1, scène 25, MADAME DESMARTINS)
  344. Adieu paniers, vendanges sont faites. v.68 (Acte 1, scène 25, MADAME DESMARTINS)

LE CHARIVARI (1697)

  1. Tenez, la Fleur, ôtez mon manteau, et allez m'attendre au Dauphin avec vos camarades. (Acte 1, scène 1, ÉRASTE)
  2. La Fontaine, payez ce Fiacre, et le renvoyez, entendez-vous ? (Acte 1, scène 3, CLITANDRE)
  3. Où mettra-t-on tous ces ustensiles de Musique que vous avez fait apporter ? (Acte 1, scène 3, LA FONTAINE)
  4. Nous allons vous y attendre. (Acte 1, scène 3, LA FONTAINE)
  5. Ce Village n'est pas bien fréquenté aujourd'hui, et je n'y vois aucune apparence de noce. (Acte 1, scène 4, ÉRASTE)
  6. Justement, voilà ce que je cherche. (Acte 1, scène 5, ÉRASTE)
  7. Ces deux drôles-ci m'apprendront peut-être ce que je veux savoir. (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  8. Voilà deux paysans assez bien bâtis, et la canaille de ce pays-ci n'est pas mal faite. (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  9. Bonjour, enfants. (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  10. C'est aussi Clitandre, je pense. (Acte 1, scène 5, ÉRASTE)
  11. Hé, vraiment oui. (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  12. L'aventure est assez bizarre. (Acte 1, scène 5, ÉRASTE)
  13. Oh çà, ne nous trahissons point, éclaircissons-nous doucement, et convenons de nos faits. (Acte 1, scène 5, ?RASTE)
  14. C'est bien dit, nous sommes tous trois amoureux apparemment : si les objets sont différents, à la bonne heure, on se rendra réciproquement service de bonne amitié : si nous en voulons à la même personne, vous vous égorgerez tous deux, pour voir à qui elle demeurera, et je vous regarderai faire. (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  15. Çà voyons, parle-moi, franchement, qui t'amène ici ? (Acte 1, scène 5, ÉRASTE)
  16. Nous aimons tous trois la danse, à ce que je vois ; j'y viens dans la même intention. (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  17. On m'a fait dire de me déguiser en paysan, d'amener des instruments, et des musiciens. (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  18. Bon : Vivat, Messieurs, point de rancune, la mienne s'appelle Mathurine. (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  19. Mais la Madame Loricart est une vieille folle qu'il n'y a pas moyen d'apprivoiser ; et depuis trois semaines qu'elle est dans ce village, je n'ai pas osé en aborder. (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  20. Je t'en offre autant, c'est une aussi surveillante Madame. (Acte 1, scène 5, ÉRASTE)
  21. Nous l'endormirons, ne vous mettez pas en peine, on ne nous a pas mandés pour rien. (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  22. Il y a une noce dans le village, nos Dames en seront apparemment : ces noces de village sont tumultueuses, on ne nous connaîtra point. (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  23. J'augure bien de notre voyage. (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  24. Il faudrait tâcher de prendre langue, et de savoir... (Acte 1, scène 5, ÉRASTE)
  25. Je vais reconnaître la place, et je vous en rendrai compte. (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  26. J'ai dit à mes gens de m'attendre au Dauphin. (Acte 1, scène 5, ÉRASTE)
  27. Les miens y sont aussi, apparemment. (Acte 1, scène 5, CLITANDRE)
  28. À la bonne heure, j'aime les rendez-vous de cabaret, ils sont heureux. (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  29. Quelqu'un sort de la maison, je vais faire jaser ce compère-là, et vous aurez bientôt de mes nouvelles. (Acte 1, scène 5, LOLIVE)
  30. Morgué, je ne sais ce que ça veut dire, vela quasiment ma forteune faite, et je ne saurais avoir le coeur joyeux. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  31. Voilà une vraie physionomie de nouveau marié, ne serait-ce point celui dont nous venons honorer la noce ? (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  32. Vous voulez bien qu'on ait l'honneur de vous faire la révérence, et que l'on vous témoigne la joie que l'on a de votre heureux mariage. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  33. Et comment savez-vous ça ? (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  34. Il faut morgué que vous soyez sorcier, je n'en avons parlé à personne. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  35. Hé, ventregué ce n'est pas ça, c'est celle d'Ambroise et de la grande Margot que vous velez dire ; car pour la mienne, c'est un secret, voyez-vous, il ne faut morgué pas que personne en sache rian. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  36. Il n'importe, je vous en félicite, et la part que je prends à tout ce qui vous regarde... (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  37. Pargué, je vous en sis bian obligé, je vous remarcie. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  38. Hé, palsangué, comment vous remettre, pisque je ne nous sommes jamais vus ? (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  39. Cela ne fait rien, c'est moi qui suis le bon ami du cousin de la nièce de ce Curé, qui est parent du beau-frère de ce neveu, dont la tante avait un fils qui était ami de la marraine... là... (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  40. Oui, justement, de votre marraine. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  41. Que c'était une bonne parsonne que ma marraine, alle m'aimait bian pendant son vivant ; mais du depuis qu'elle est trépassée... (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  42. Comment donc cela ? (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  43. Vraiment oui, je sais cela. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  44. Vous savez donc bian itou qu'il était enragé de ce que sa femme avait un filleul qu'alle aimait tant ? (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  45. Oh diable oui, il était bien bien fâché, je m'en souviens. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  46. Oui, mais il n'osait rian dire ; car de son côté il avait itou une petite filleule, et ils ne savions tous deux rien de ça quand ils s'épousirent. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  47. Je le crois bien. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  48. Oh dame, sitôt qu'ils furent mari et femme, le parrain fit sottement venir la filleule, la marraine fit bravement venir le filleul : chacun le sian, ce n'est pas trop, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  49. Vous comprenez bian ? (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  50. Oui, je comprends que vous avez beaucoup perdu à la mort de cette marraine-là. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  51. Tatigué, je m'en gausse, j'ai bian rencontré ; je sommes heureux nous autres filleuls : je me suis fait le Jardinier d'une vieille Madame, qui a pris une si bonne amitié pour moi, que c'est la plus grande piquié du monde. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  52. Justement : alle est folle de moi, et je ne sais par où : il y a morgué bian du caprice dans la tête des femmes, car je ne suis pas trop biau, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  53. Vraiment, il n'y a pas d'excès. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  54. Stanpandant, alle veut m'épouser, c'est sa folie ; je ly avais pourtant offert qu'alle ne m'épousît pas : mais j'ai biau dire, alle n'en veut morgué pas démordre. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  55. J'ai opignion que ce qu'alle en fait, c'est pour faire enrager sa fille et sa nièce, qu'alle n'aime point. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  56. Alles ne m'aimont point itou, moi, cette fille et cette nièce ; alles vont avec une Mathuraine, qui est un serpent pour sa malice, alles me fesont toujours queuque pièce : et par vindication, pour faire ma forteune ; vous m'entendez bian ? (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  57. C'est fort bien fait. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  58. Non, non, ne craignez rien. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  59. Le Tabellion a déjà eu plus de vingt écus pour qu'il n'en parlît à parsonne, et j'en ai fantaisie qu'il l'a dit à queuqu'un ; car il m'est avis que tout le monde s'en doute, et si je n'en sonne mot, moi, je m'en garde bian. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  60. Le contrat est donc dressé, apparemment ? (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  61. Oui, voirement, et seigné itou de Madame Loricart, da ; car je ne seigne pas, moi ; et je prenons l'occasion de la noce d'Ambroise pour faire la nôtre à l'appui de la boule : ça n'est pas mal rusé ; n'est-ce pas. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  62. Non, vraiment, cela est bien imaginé. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  63. Quand ça sera fait une fois, ça sera fait ; je nous déclarerons, et j'apprendrai à lire et à écrire pour exercer queuque bonne charge de robe. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  64. Fort bien. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  65. En après ça je deviendrai veuf, et puis vela le garçon, je serai heureux comme un petit roi ; car je ne l'aime pas, moi, Madame Loricart ; et si ce n'était que je m'ennuie d'être Jardinier... (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  66. Je comprends fort bien cela, il n'y a personne qui n'en fît autant. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  67. Oui, palsanguenne, à vous ; je n'ai point la vue trouble. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  68. Jusqu'au revoir, Monsieur le Jardinier, je vous baise bien les mains. (Acte 1, scène 6, LOLIVE)
  69. Pargué, je ne nous séparerons pas comme ça, je renouvellerons connaissance. (Acte 1, scène 6, THIBAUT)
  70. Pargué, qu'alle attende, alle me verra assez. (Acte 1, scène 7, THIBAUT)
  71. Et nous ne tarderons pas à revenir : que Madame ne s'impatiente point. (Acte 1, scène 7, LOLIVE)
  72. C'est ce maroufle de jardinier qui est cause que Lolive s'en va sans me dire un mot : il a bian fait, ce visage-là redit tout à Madame, ce sont deux têtes dans le même bonnet ; et la fausse vieille a biau dire que c'est le jardinage qu'elle aime, c'est le jardinier à qui alle en veut, sur ma parole. (Acte 1, scène 8, MATHURINE)
  73. Votre servante, Monsieur Cléonte, soyez le bienvenu, vous danserez à la noce. (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  74. Comment se porte ma belle-soeur, Madame Loricart ? (Acte 1, scène 9, CLÉONTE)
  75. Toujours tout de même, alle nous fait enrager, comme de coutume ; alle ne veut jamais ce que je voulons, et alle veut toujours ce que je ne voulons pas ; et si je fais tout ce que je puis, moi, pour avoir l'honneur de ses bonnes grâces. (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  76. Elle est d'une humeur fort extraordinaire, cette femme-là ; mais il faut tâcher de s'y accommoder, et prendre des mesures pour concilier vos petits intérêts et ses caprices. (Acte 1, scène 9, CLÉONTE)
  77. C'est bien dit, Monsieur, vous parlez d'or, faites de même, je vous seconderons que rian n'y manquera : vous voici venu tout à propos, et je mourions d'envie de vous voir, ces Damoiselles et moi, afin que vous nous conseillissiais ce qu'il faut que je fassions ; car, voyez-vous, je n'y entendons point de malice, je ne demandons qu'amour et simplesse : je vous en croirons ! (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  78. Qu'en pensez-vous, vous n'avez qu'à dire ? (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  79. Mais avant que de vous expliquer ma pensée, il faut que je sois informé des vôtres. (Acte 1, scène 9, CLÉONTE)
  80. C'est le seul parti qu'il y ait à prendre, à ce qu'il me semble. (Acte 1, scène 9, CLÉONTE)
  81. Hé bian, c'est justement le parti que votre belle-soeur ne veut pas que nous prenions. (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  82. Comment donc ? (Acte 1, scène 9, CLÉONTE)
  83. Voirement oui, elle me voulait bailler un homme qui aurait parti quatre jours après pour aller chercher forteune aux antipodes : ho ! (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  84. Tenez, Monsieur Cléonte, ça ne vaut rian pour l'honneur d'une femme, ni pour le repos de sa conscience. (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  85. C'était un vieux goûteux qui trépassit, il y a quinze jours : il y a deux mois que nan voulait faire le mariage ; si on l'avait fait, il y a plus de sept semaines qu'il serait entarré. (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  86. Voyez-vous, Mademoiselle Angélique veut se marier pour être mariée, et sa mère la voulait marier pour qu'alle fût veuve ; je m'en rapporte à vous, laqueulle est-ce qui a tort ? (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  87. Je ne puis condamner les sentiments de ma nièce ; si pourtant elle avait suivi ceux de sa mère, elle serait maîtresse d'un gros bien, elle aurait un douaire considérable... (Acte 1, scène 9, CLÉONTE)
  88. C'est un nigaud, un imbécile ; qu'aurait-elle fait de ce benêt-là ? (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  89. Oh dame, accoutez, on est bian aise d'avoir queuque chose de bon pour son argent, et puis il m'est avis qu'une honnête femme ne doit point vouloir d'un mari sot. (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  90. Vela tout justement, Monsieur, les petites raisons que j'avons eues pour ne vouloir point des maris que nan voulait nous bailler, et pour prendre la libarté d'en choisir d'autres, que je ne prendrons pourtant que bian à propos. (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  91. J'entends bien. (Acte 1, scène 9, CLÉONTE)
  92. Et moi itou, Monsieur ; je vous les ferons voir, ils sont tous trois dans le village ; et je vous prierons, comme vous êtes Avocat, de nous bailler queuque rubrique, pour en faire accroire à Madame, et pour nous moquer d'elle sous la protection de la Justice. (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  93. Il n'est pas besoin qu'alle sache encore rian de tout ça, entendez-vous ? (Acte 1, scène 9, MATHURINE)
  94. Non, non, ne crains rien. (Acte 1, scène 9, CLÉONTE)
  95. Hé bien, Mathurine, où est donc le Jardinier ? (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  96. Que venez-vous faire ici. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  97. Vous rendre visite, ma soeur, chercher à vous divertir, et à vous tirer de cette mauvaise humeur où l'on dit que vous prenez plaisir à vous entretenir vous-même. (Acte 1, scène 10, CLÉONTE)
  98. Que je reconnais bien là mes deux coquines, qui me font passer pour une bourrue, pour une capricieuse. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  99. Au contraire, voirement, je vous trouve la Madame la plus joyeuse du monde, quand vous êtes avec votre Jardinier, da. (Acte 1, scène 10, MATHURINE)
  100. Ça est vrai, Madame, nous sommes des bêtes nous autres ; et Monsieur Cléonte itou n'est qu'un animal en comparaison de Monsieur Thibaut. (Acte 1, scène 10, MATHURINE)
  101. En te remerciant, ma chère Mathurine. (Acte 1, scène 10, CLÉONTE)
  102. Il ne faut pas prendre garde à ce qu'elle dit. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  103. Oh, çà, çà, je suis bien aise de vous voir. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  104. Quand vous en retournez-vous ? (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  105. Que vous ne preniez point mal à propos le parti de vos nièces. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  106. Je m'en garderai bien. (Acte 1, scène 10, CLÉONTE)
  107. Et que vous faisiez bian des amitiés à maître Thibaut, entendez-vous ? (Acte 1, scène 10, MATHURINE)
  108. Qu'à cela ne tienne. (Acte 1, scène 10, CLÉONTE)
  109. Ce sont des insolentes que je réduirai. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  110. Vous ferez bien. (Acte 1, scène 10, CLÉONTE)
  111. Elles me contredisent en toutes choses, et moi de mon côté. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  112. Vous les contraignez en toutes choses aussi, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 10, CLÉONTE)
  113. Assurément. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  114. Tenez, Monsieur, il y a une noce dans le Village, dont alles avont prié qu'on les priit ; et par esprit de contradiction alles n'en voulont pas être, afin que Madame veuille qu'alles en soyont. (Acte 1, scène 10, MATHURINE)
  115. Ho je n'en aurai pas le démenti, je fais tous les frais de la noce ; on dansera ici dans ma cour, et je ferai même le festin pour leur faire dépit. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  116. C'est bien prendre la chose. (Acte 1, scène 10, CLÉONTE)
  117. Et pour les mortifier davantage, là, pour abaisser leur petit orgueil, je les fais habiller en paysannes. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  118. Cela est vrai, je t'en ai l'obligation. (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  119. Vous prenez le bon parti, il faut dompter ces petits naturels-là. (Acte 1, scène 10, CLÉONTE)
  120. J'en viendrai à bout, pourvu que vous ne les gâtiez pas, vous : car vous êtes leur bon oncle, à ce qu'elles disent, et vous ne savez non plus gouverner des enfants... (Acte 1, scène 10, MADAME LORICART)
  121. Ne craignez rien, je vais les voir, et je ne leur donnerai que de bons conseils et des sentiments raisonnables. (Acte 1, scène 10, CLÉONTE)
  122. Vraiment, j'ai bien affaire de lui, n'ai-je pas assez souffert de la mauvaise humeur de feu son frère, sans avoir les fréquentes visites de celui-ci ? (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  123. Dieu veuille avoir son âme ; il a bien fait de mourir, je n'y pouvais plus vivre. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  124. Il m'a donné bien des chagrins : mais, ou je ne pourrai, ou je les rendrai bien à Mademoiselle sa fille. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  125. Je ne saurais que te dire, le beau-frère, la fille, la nièce, je n'aime point du tout cette parenté-là. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  126. On n'a point de plus grands ennemis que ses parents, ce sont des espions qui contrôlent perpétuellement tout ce que vous faites, et je n'aime pas être contrôlée, moi. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  127. Je suis veuve, j'ai du bien, je ne dépends de personne, je veux faire la fortune de quelqu'un qui m'en sache gré. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  128. C'est bian avisé, Madame, faites la mienne, je sis une bonne pâte de criature, je vous remarcierai tant que vous n'aurez à dire. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  129. Ah, j'entends bien ce mais-là, ce n'est pas la frorteune d'une fille que vous voulez faire, c'est celle de queuque garçon, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  130. Ma famille m'a fait prendre autrefois un mari à sa fantaisie, sans m'en demander mon avis. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  131. C'est votre tour à cette heure, d'en prendre un à votre fantaisie, à vous, sans demander l'avis de la famille. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  132. Il me paraît qu'il n'y a rien de plus juste. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  133. Non voirement. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  134. Tenez, Madame, à le voir impartinant comme il est, je me sis quasiment toujours doutée de la chose. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  135. Oui, c'est bian dit, vous avez raison, on en ferait des chansons, si on savait ça. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  136. Il y a de maleignes gens dans le Village. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  137. C'est bien là ce que je crains. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  138. Allez, allez, n'en appréhendez point du côté de cheux nous, c'est la même Leune qui gouverne toute votre famille. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  139. Comment donc ? (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  140. Je ne sais pas queu vent a soufflé sur la maison ; mais votre fille et votre nièce sont tout aussi folles que vous, je vous en avartis. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  141. Les impertinentes, les ridicules, les extravagantes. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  142. Je leur apprendrai bien... (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  143. Mais voirement, Madame, alles ne font pas pis que vous ; tout le tort qu'alles avont, c'est qu'alles pourriont mieux faire, qu'alles n'ont qu'à choisir ; et que vous, ce n'est pas de même. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  144. Comment ? (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  145. Comment donc ? (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  146. Quand on est comme elles, on prend ce qu'on veut : quand on est comme vous, on prend ce qu'on trouve. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  147. Ne va pas leur faire cette confidence, au moins. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  148. Je le ferons donner dans le panniau, ne vous mettez pas en peine, je suis pour mon compte itou là-dedans, moi, Madame. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  149. Oui, voirement, et tenez vela mon paysan : oh dame, Madame, j'avons chacun le nôtre. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  150. Ce garçon-là n'est pas mal fait, vraiment. (Acte 1, scène 11, MADAME LORICART)
  151. Comme ça vous rend bonne ! (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  152. Approchez, garçon, et faites la révérence à Madame. (Acte 1, scène 11, MATHURINE)
  153. Je suis bien heureux, Madame, d'avoir l'honneur... (Acte 1, scène 12, LOLIVE)
  154. Je vais rejoindre mon beau frère, si tu vois Thibaut, envoie-le moi, j'ai quelque chose à lui dire. (Acte 1, scène 12, MADAME LORICART)
  155. Cela n'est pas malheureux, et sur ce pied-là, je n'aurai pas de regret à mon mariage, apparemment. (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  156. Pourquoi m'es-tu fait venir ? (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  157. J'ai six cents francs, tu as bon esprit, je ne sis pas sotte ; tian, mon garçon, marions-nous, l'ai opignion que nous serons bian ensemble. (Acte 1, scène 13, MATHURINE)
  158. Mais cela est bien, prompt, Mathurine, comme cette envie-là te prend ! (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  159. Je croyais venir à la noce d'un autre, et c'est de la mienne dont je suis prié. (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  160. Vois si tu le veux, vela qui est fait : si tu ne le veux pas, que je ne te voie plus, j'en prendrai queuque autre. (Acte 1, scène 13, MATHURINE)
  161. Voilà une grosse personne qui aime bien délicatement. (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  162. Je t'aime, tu m'aimes aussi, tu as six cent francs, tu me demandes en mariage à moi-même, parce que je suis seul de ma famille : je ne suis pas cruel, je m'accorde à tes désirs ; voilà qui est fini, j'aurai la complaisance de t'épouser. (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  163. Ne te fâche donc point, nous voilà d'accord de nos faits : travaillons un peu pour le prochain maintenant. (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  164. Il y a dans le Village deux fidèles pasteurs qui attendent de mes nouvelles : ne pourrions-nous point les aboucher avec leurs bergères, et prendre ensemble des mesures... (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  165. Ils m'attendent au Dauphin, te dis-je. (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  166. Va-t-en les chercher, et qu'ils veniont ici, il n'y a plus rian à craindre. (Acte 1, scène 13, MATHURINE)
  167. Mais sur quel pied se présenteront-ils ? (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  168. Ils sont déguisés en paysans. (Acte 1, scène 13, LOLIVE)
  169. Fais les venir, et ne t'embarrasse point, tout ira bian. (Acte 1, scène 13, MATHURINE)
  170. Oh palsanguenne, oui, j'ai bian affaire de ça. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  171. Mais voyez un peu ces nigauds-là à qui ils en avont. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  172. N'an se gobarge de moi dans tout le Village, et les petits enfants couront après moi : oh dame. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  173. Non, voirement, c'est notre Madame qui est cause de ça. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  174. Avec son mariage qu'alle dit qui sera secret, et tout le monde en va à la moutarde. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  175. Ils ne prenont pas bien la chose. (Acte 1, scène 14, MATHURINE)
  176. Morgué, ils n'avont pas tort, il faut se rendre justice. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  177. Tenez, à la franquette, Madame Mathurine, je nous déshonorons tous deux, Madame Loricart et moi, chacun à notre manière : alle, moi, parce qu'alle est vieille ; moi, alle, parce que je ne sis qu'un paysan : et si dans le fonds, il y va plus du mien que du sien ; car tatigué, je vaux mieux qu'elle, oui, et elle le sait bian, c'est alle qui me recherche. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  178. Et tu crois que cela te déshonore de devenir le mari d'une parsonne dont tu n'es que le Jardinier. (Acte 1, scène 14, MATHURINE)
  179. Bon, ma forteune, il faut bian qu'alle y trouve son compte, elle, pis que c'est elle qui me prie, vous dit-on : mais palsanguenne, il n'en sera rian, vela qui est résolu. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  180. Ça n'y fait rian : quand elle en devrait crever, alle ne m'aura morgué pas. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  181. Il n'en sera pargué rian, vous dis-je : je sais bian ce qui en arriverait, je sis brutal, je me connais, je n'aime pas les gausseries, je casserais la tête à queuqu'un, qui en trépasserait, la Justice s'en voudrait mêler, et puis crac, vela le marié branché ; le beau commencement de noce ! (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  182. On dame, voyez-vous, j'aime mieux être un Jardinier en bonne santé, qu'un Monsieu pendu, il n'y a point de milieu. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  183. Il n'y aura pas moyen de faire entendre raison à cet animal-là. (Acte 1, scène 14, MATHURINE)
  184. Je m'en vais tout franchement ly dire que je ne veux point d'elle. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  185. Mais attendez donc... (Acte 1, scène 14, MATHURINE)
  186. Je n'en démordrai point, vela qui est fini. (Acte 1, scène 14, THIBAUT)
  187. En voici déjà une, je varrons biantôt l'autre. (Acte 1, scène 15, MATHURINE)
  188. Hé bien, ma chère Mathurine, n'as-tu point de nouvelles d'Éraste et de Clitandre ? (Acte 1, scène 16, MARIANE)
  189. Ma cousine est, comme moi, dans une impatience... (Acte 1, scène 16, MARIANE)
  190. Ils sont tous deux ici, ne vous impatientez plus. (Acte 1, scène 16, MATHURINE)
  191. Oui, vous allez les voir, j'ai donné ordre qu'on les amenît. (Acte 1, scène 16, MATHURINE)
  192. Que ça ne vous embarrasse point : vous les avez fait venir pour les voir une fois, pour qu'ils sachent ce que vous pensez, et pour savoir ce qu'ils voulont faire ; et il m'est avis qu'ils ne pouvont vous dire ça, à moins qu'ils ne vous parliont, je vous défie de faire autrement. (Acte 1, scène 16, MATHURINE)
  193. Mais nous avions projeté, comme tu sais, qu'ils ne paraîtraient ici qu'avec toute la noce, et que pendant qu'on danserait, dans la chaleur du divertissement, nous trouverions moyen de les entretenir, sans que ma tante, toute soupçonneuse qu'elle est, pût s'imaginer que deux paysans fussent nos amants. (Acte 1, scène 16, MARIANE)
  194. Et amoureuse de maître Thibaut encore. (Acte 1, scène 16, MATHURINE)
  195. Elle qui fait si fort la prude, et qui nous prêche continuellement de mépriser tous les hommes du monde ? (Acte 1, scène 16, MARIANE)
  196. Défiez-vous de ces sarmonneuses-là, alles ne prenont jamais pour elles ce qu'alles disent aux autres. (Acte 1, scène 16, MATHURINE)
  197. Oh, je l'attends désormais avec ses sermons et ses remontrances. (Acte 1, scène 16, MARIANE)
  198. Je sommes en droit de chapitrer la chapitreuse. (Acte 1, scène 16, MATHURINE)
  199. Je ne m'en sens pas de joie, je l'avoue. (Acte 1, scène 16, MARIANE)
  200. Il ne pouvait nous en arriver un plus grand. (Acte 1, scène 17, MARIANE)
  201. Vous ne le comprenez pas, parce que ma cousine n'a pas achevé de vous dire toutes nos affaires, et que vous ignorez de quelle nature est la folie de ma tante. (Acte 1, scène 17, MARIANE)
  202. Je sais que Clitandre vous aime, qu'Éraste est amoureux d'Angélique, que vous êtes sensibles toutes deux au mérite et à la passion de l'un et de l'autre ; et il me semble que bien loin de vous réjouir que votre tante fût folle, vous devriez souhaiter qu'elle fût assez sage pour agréer ces deux alliances. (Acte 1, scène 17, CLÉONTE)
  203. Oh pour stilà, c'est moi qui en réponds, elle sera assez sage pour agrier tous vos mariages, pourvu que vous soyais assez fous pour agrier le sien. (Acte 1, scène 17, MATHURINE)
  204. Comment donc ? (Acte 1, scène 17, CLÉONTE)
  205. Mais Éraste et Clitandre s'accommoderont-ils, l'un de devenir le gendre, et l'autre le neveu d'un paysan ? (Acte 1, scène 17, MARIANE)
  206. Tenez, les vela. (Acte 1, scène 17, MATHURINE)
  207. Non vraiment. (Acte 1, scène 17, CLÉONTE)
  208. Que notre déguisement ne vous révolte point contre nous, Monsieur : il doit servir au contraire à vous marquer l'excès de la passion que nous avons pour ces adorables personnes ; et vous jugerez de la pureté de nos intentions... (Acte 1, scène 18, CLITANDRE)
  209. Je ferais tort à mes nièces d'en douter, Messieurs ; et si Madame Loricart était raisonnable, vous n'auriez pas besoin de paraître ici sous des figures empruntées ; mais... (Acte 1, scène 18, CLÉONTE)
  210. Je n'oublierai rien pour vous rendre service. (Acte 1, scène 18, CLÉONTE)
  211. Vous êtes venu le dernier, je gage ? (Acte 1, scène 18, ANGÉLIQUE)
  212. Vous vous parlez à l'oreille, il est bian temps de ça, j'ons des affaires communes, faut parler en commun, n'est-il pas vrai, monsieur Cléonte ? (Acte 1, scène 18, MATHURINE)
  213. Oh ça, tenez, vela itou, mon amoureux, je voudrions bian faire ces trois noces-là ; après ce que je vous ai dit, il m'est avis que la chose n'est pas si mal aisée. (Acte 1, scène 18, MATHURINE)
  214. Boutez un peu la main à la pâte, comment nous y prendrons-je ? (Acte 1, scène 18, MATHURINE)
  215. Entrez un peu dans nos intérêts, Monsieur. (Acte 1, scène 18, CLITANDRE)
  216. Prenez pitié de ces enfants-là. (Acte 1, scène 18, LOLIVE)
  217. Je ferai tout ce qui dépendra de moi, je vous le promets. (Acte 1, scène 18, CLÉONTE)
  218. Si nous pouvions seulement avoir quelque preuve sérieuse des intentions de ma belle-soeur pour son maître Thibaut... (Acte 1, scène 18, CL?ONTE)
  219. Elles sont publiques dans le village, Monsieur ; et on leur prépare le régal d'un petit charivari même, j'en viens de voir les apprêts. (Acte 1, scène 18, LOLIVE)
  220. Ce peut-être un faux bruit qu'elle désavouera, et qui l'empêchera de s'engager plus avant dans cette fausse démarche. (Acte 1, scène 18, CLÉONTE)
  221. Oh, parbleu, je la défie de reculer, elle a signé un Contrat, que j'ai vu ; je viens de boire avec maître Thibaut et avec le Tabellion. (Acte 1, scène 18, LOLIVE)
  222. Il ne nous en faut pas davantage. (Acte 1, scène 18, CLÉONTE)
  223. C'est un de mes anciens amis, un bon vivant, nous avons été ensemble au Collège. (Acte 1, scène 18, LOLIVE)
  224. Je m'en vais vous y mener. (Acte 1, scène 18, LOLIVE)
  225. Non, demeure ici, Mathurine, afin d'amuser ma tante, en cas qu'elle s'avisât de demander où nous sommes. (Acte 1, scène 18, MARIANE)
  226. Ne te mets pas en peine, ce sont mes affaires. (Acte 1, scène 18, LOLIVE)
  227. Ça sera trop plaisant, je nous en allons faire une charretée de noces, et c'est celle de Madame Loricart qui est cause de tout ça : queulle bénédiction ! (Acte 1, scène 19, MATHURINE)
  228. Tu es un coquin, tu m'épouseras, tu me l'as promis : tu me tiendras parole. (Acte 1, scène 20, MADAME LORICART)
  229. Hé, Madame, vous n'y pensez pas ; quel emportement ! (Acte 1, scène 20, MATHURINE)
  230. Mais, voyez ce fripon, ce maraud, ce bélître, ce gueux, cet impertinent, qui fait difficulté de m'épouser ! (Acte 1, scène 20, MADAME LORICART)
  231. C'est quelque mauvais conseil qu'on lui a donné, ma pauvre Mathurine ; car hier encore, signant le Contrat... (Acte 1, scène 20, MADAME LORICART)
  232. L'insolent, de quel terme il se sert. (Acte 1, scène 20, MADAME LORICART)
  233. Mais fais-lui donc entendre raison, ma chère Mathurine ; il me fera mourir de chagrin, ce petit perfide-là. (Acte 1, scène 20, MADAME LORICART)
  234. Oh, ventregué, Madame, rengainez vos injures, je ne sis point un parfide, voyez-vous ? (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  235. Si fait voirement, vous manquez de parole à Madame. (Acte 1, scène 20, MATHURINE)
  236. Après les engagements que nous avons ensemble... (Acte 1, scène 20, MADAME LORICART)
  237. Les engagements, Madame ? (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  238. Oh palsangué, je ne vous crains point, il ne s'est rian passé entre vous et moi, je sis à couvart du blâme. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  239. Ça n'y fait rian, je sis mineur, je reviendrai là contre. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  240. Assurément, je sis un enfant en comparaison de vous ; l'y a eu de la surprise. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  241. Si vous n'aviais point babillé encore, vous ou le Tabellion, c'en était pargué fait, j'eusse achevé la sottise, vous me teniais ; mais vous avez jasé, n'an s'est gaussé de moi, vous ne tenez rian. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  242. Ce sont des envieux de votre bonheur, qui vous tenont de mauvais discours. (Acte 1, scène 20, MATHURINE)
  243. Des envieux ? (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  244. Oui, mon cher enfant, des mal intentionnés, qui ne voient notre union qu'avec chagrin. (Acte 1, scène 20, MADAME LORICART)
  245. Hé bian, tenez, vela-t-il pas tout juste ? (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  246. C'est encore là ce que j'appréhende. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  247. Votre biau-frère sera fâché, votre fille enragera, votre nièce fera la meine. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  248. Ils en seront tous ravis, pourvu que tu m'aimes, n'est-ce pas, Mathurine ? (Acte 1, scène 20, MADAME LORICART)
  249. Vous tenez là un bâton. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  250. Hé bien, tu le seras, je te le promets. (Acte 1, scène 20, MADAME LORICART)
  251. Vela qui est donc fait, moyennant tout ça je me raccommode : mais prenez-y garde, au moins. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  252. C'est vous qui nommont, je pense. (Acte 1, scène 20, THIBAUT)
  253. Voici tout le Village que nous vous amenons, ma soeur, avec les violons de la noce d'Ambroise, pour servir de prélude à la vôtre ; et pour nous réjouir avec vous du bon choix que vous avez fait. (Acte 1, scène 21, CLÉONTE)
  254. Je ne crois pas, Monsieur, que vous soyez en droit de trouver mauvais... (Acte 1, scène 21, MADAME LORICART)
  255. Au contraire, Madame, nous en sommes tous ravis, je vous assure ; et Monsieur Thibaut veut bien que je sois le premier à le féliciter. (Acte 1, scène 21, CLÉONTE)
  256. Parguenne, ils prennent bian la chose ; touchez, biau-frère ; embrassez-moi, ma fille ; serviteur ma nièce : et qu'on me baille un fauteuil, Mathureine. (Acte 1, scène 21, THIBAUT)
  257. Voici votre gendre aussi, Monsieur Thibaut, qui vous vient faire la révérence. (Acte 1, scène 21, CLÉONTE)
  258. Comment, un gendre ? (Acte 1, scène 21, MADAME LORICART)
  259. Oui, Madame, votre famille augmente à vue d'oeil, comme vous voyez ; et voilà encore un neveu que je vous présente. (Acte 1, scène 21, CLÉONTE)
  260. Alles avont itou chacune un Paysan : on a bon esprit dans cette famille-là, je les en aime davantage. (Acte 1, scène 21, THIBAUT)
  261. Hé, fy, morguenne, an ne nous fait point d'empêchement, il serait vilain d'en faire aux autres : allons, seignez ça, ma femme. (Acte 1, scène 21, THIBAUT)
  262. Sans compliment tretous, n'an vous en quitte. (Acte 1, scène 21, THIBAUT)
  263. Aimez-moi bian, respectez-moi bian, et je serons bons amis : allons, morgué, ablativo tout en un tas, mettons toutes les noces en une, point de gausserie, et vive la joie ; vela ma forteune faite. (Acte 1, scène 21, THIBAUT)
  264. Accourez y prendre part. v.4 (Acte 1, scène 22, GUILLEMETTE)
  265. Et venez à grand bruit : car v.6 (Acte 1, scène 22, GUILLEMETTE)
  266. Fillettes, prenez garde à qui v.13 (Acte 1, scène 22, LE TABELLION)
  267. Retenez, pour faire un bon choix, v.15 (Acte 1, scène 22, LE TABELLION)
  268. En ménage, v.17 (Acte 1, scène 22, LE TABELLION)
  269. Ton mari t'aime-t-il bien ? v.20 (Acte 1, scène 22, GUILLEMETTE)
  270. En bonne foi, Guillemette, v.21 (Acte 1, scène 22, COLINETTE)
  271. Es-tu contente du tien ? v.22 (Acte 1, scène 22, COLINETTE)
  272. Hé, le moyen ? v.23 (Acte 1, scène 22, GUILLEMETTE)
  273. C'est un vaurien, v.24 (Acte 1, scène 22, GUILLEMETTE)
  274. Il en compte à la Robinette, v.26 (Acte 1, scène 22, GUILLEMETTE)
  275. À moi seule il ne dit rien ; v.27 (Acte 1, scène 22, GUILLEMETTE)
  276. C'est comme le mien. v.29 (Acte 1, scène 22, COLINETTE)
  277. J'en mourrais sans notre voisin, v.36 (Acte 1, scène 22, GUILLEMETTE)
  278. Qui parfois me tient compagnie. v.37 (Acte 1, scène 22, GUILLEMETTE)
  279. Qui me vient voir quand je m'ennuie ? v.39 (Acte 1, scène 22, COLINETTE)
  280. Bien folle qui se marie. v.40 (Acte 1, scène 22, ENSEMBLE)
  281. Chaque fille en dit autant ; v.45 (Acte 1, scène 22, ENSEMBLE)
  282. Toutes en font la folie. v.47 (Acte 1, scène 22, ENSEMBLE)
  283. Telle en a fait un long usage, v.50 (Acte 1, scène 22, LE TABELLION)
  284. Qui s'y laisse encore engager. v.51 (Acte 1, scène 22, LE TABELLION)

LA GAZETTE (1693)

  1. Comment donc faire, Monsieur de la Rose ? (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  2. Morbleu, j'enrage. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  3. Il y a quinze jours que je devrais avoir mené la recrue au Régiment, et nous n'avons pas encore la moitié de nos gens. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  4. Il faut en trouver à quelque prix que ce soit. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  5. On m'a fait voir deux petits malingres d'assez bonne mine à la vérité : mais on veut les vendre huit pistoles pièce. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  6. Oui, Monsieur : mais il n'y a rien à perdre, ce sont des enfants de famille, dont on retirera plus que son argent. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  7. Nous en serions bien plus avancés. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  8. Oh, par ma foi, Monsieur, vous êtes trop scrupuleux pour un Officier d'Infanterie, il n'y a pas moyen de s'y sauver. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  9. À quoi vous en tenez-vous donc, et comment vous plaît-il que nous finissions ? (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  10. Oh, finis comme tu l'entendras. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  11. Je me donne au diable, il me prend envie de faire un four de votre appartement, autant de gens qu'il y viendra, je vous les enrôle. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  12. Fort bien. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  13. Vous avez un tas de créanciers, surtout, que j'aurais bien envie de mener à notre bataillon. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  14. Je ferais plaisir à bien d'honnêtes gens. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  15. Assurément. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  16. Nous sommes déjà convenus, votre Crispin et moi, qu'il m'adresserait quelqu'un de ses amis : et quand quelque drôle un peu bien tourné viendra me demander de sa part, je saurai bien ce que cela voudra dire. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  17. Il aurait bien mieux valu faire vos affaires de bonne heure, que vous amuser pendant tout l'hiver à troubler, comme vous avez fait, la paix de deux ou trois ménages. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  18. Il faut bien se délasser à Paris des fatigues de la campagne. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  19. D'honnêtes Bourgeois ont bien affaire que ce soit chez eux que vous veniez vous délasser. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  20. Ils sont bien en droit de se plaindre, vraiment ! (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  21. On défend l'été leurs frontières, peuvent-ils trop payer l'hiver toutes les peines que se donnent les gens de qualités ? (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  22. Je ne sais, Monsieur : mais depuis quelques jours vous venez bien souvent au Palais. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  23. Vous y traitez quelque affaire sérieuse, puisque vous ne m'en dites mot ? (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  24. Voici Crispin, laisse-nous, et va m'attendre au logis : va vite. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  25. Vous me chassez, vous êtes amoureux tout de bon ; s'il n'y avait que du libertinage, vous m'en auriez fait confidence. (Acte 1, scène 1, LE SERGENT)
  26. Hé bien, Crispin ? (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  27. Son père est avec elle, Monsieur, il n'y a rien à faire. (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  28. J'étais bien résolu de lui parler cette fois-ci, je t'assure. (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  29. Quand elle est seule, la timidité vous prend : quand le père y est, vous vous croyez de la résolution. (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  30. Jamais passion ne fut égale à la mienne ; et s'il est vrai qu'on la marie, je ne sais ce que je deviendrai. (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  31. Par ma foi, Monsieur, je ne vous comprends point. (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  32. Dans toutes vos intrigues de l'hiver, vous n'avez employé que Monsieur de la Rose, votre Sergent, et vous m'employez à présent, moi. (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  33. Vous devenez sérieusement amoureux d'une grisette : la petite fille d'un Libraire triomphe de votre insensibilité, vous négligez pour elle toutes vos affaires, vous oubliez votre devoir : il vous manque quatre ou cinq soldats, que Monsieur de la Rose et moi, nous trouverions pourtant moyen de faire. (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  34. Il y a quinze jours que nous devrions être au Régiment, et vous ne songez point à tout cela. (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  35. Je suis amoureux de bonne foi, je te l'avoue, et mon amour m'occupe préférablement à toute autre chose. (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  36. Les petites filles du Palais entendent le français, Monsieur, je vous en réponds. (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  37. Je ne sais ce qui me retient. (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  38. Hé, que diable, un Capitaine doit-il être aussi bourgeoisement amoureux que vous l'êtes ? (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  39. Je t'assure, Crispin, que quand son père sera sorti, je n'hésiterai point à lui faire un sincère aveu de la tendresse que j'ai pour elle. (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  40. Nous verrons : mais en attendant pour ne point demeurer inutile, allez-vous-en prendre chez votre usurier cinq cents écus qu'on vous fait passer pour mille ; peut-être que demain il ne voudrait plus vous donner que cent pistoles. (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  41. Demeure donc ici, toi, et prends bien garde... (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  42. J'aurai l'oeil au guet, et prendrai soin de vous avertir, adieu. (Acte 1, scène 2, CRISPIN)
  43. Par ma foi les jeunes gens vraiment amoureux, sont aussi sots qu'ils sont indolents quand ils n'aiment que par manière de conversation. (Acte 1, scène 3, CRISPIN)
  44. Ce n'est nullement mon dessein, au moins, et si je savais... (Acte 1, scène 4, GUILLEMIN)
  45. On veut vous avertir peut-être que vous feriez bien de me marier. (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  46. Je sais bien ce que j'ai à faire, et je n'ai point d'avis à prendre. (Acte 1, scène 4, GUILLEMIN)
  47. Je ne me mêle pas de vous en donner, mais vous voyez ce qu'on en pense. (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  48. On pensera ce qu'on voudra, mais je veux que vous pensiez comme moi, vous. (Acte 1, scène 4, GUILLEMIN)
  49. Je vais sortir, il n'y a aucun de mes garçons à la boutique, prenez-y bien garde, et ne vous amusez pas, je vous prie, à babiller avec un tas de godelureaux qui rôdent toujours autour d'ici. (Acte 1, scène 4, GUILLEMIN)
  50. Je me soucie bien d'eux, vraiment. (Acte 1, scène 4, ANGÉLIQUE)
  51. Écrivez bien les noms de ceux qui viendront me demander ; tenez surtout un mémoire fidèle des nouvelles qu'on m'apportera, entendez-vous ? (Acte 1, scène 4, GUILLEMIN)
  52. Je ne tarderai pas à revenir. (Acte 1, scène 4, GUILLEMIN)
  53. Je voudrais bien que son maître eût déjà lu la gazette d'aujourd'hui. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  54. Hé bonjour, ma chère bonne, que je te sais bon gré de venir causer avec moi. (Acte 1, scène 5, ANG?LIQUE)
  55. Je te suis obligée, vraiment. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  56. Que tu es heureuse, mon enfant, tu vas te marier ! (Acte 1, scène 5, FILLON)
  57. Car il est, je crois, le seul à Paris, qui ait correspondance avec le Gazetier d'Hollande ; et je viens de voir cette nouvelle dans la gazette. (Acte 1, scène 5, FILLON)
  58. Quelqu'un aura entrepris sur ses droits, apparemment. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  59. Tu ris, je pense. (Acte 1, scène 5, FILLON)
  60. Je n'en suis point trop fâchée, cela mettra quelques personnes en mouvement. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  61. Ah ; je commence à démêler la chose. (Acte 1, scène 5, FILLON)
  62. Fort bien. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  63. Que c'est toi-même qui l'as envoyée au Gazetier. (Acte 1, scène 5, FILLON)
  64. Je te crois de l'amour, cela ne suffit-il pas pour rendre ingénieuse ? (Acte 1, scène 5, FILLON)
  65. L'esprit ne m'est jamais venu que par là. (Acte 1, scène 5, FILLON)
  66. Oh bien, pour moi, je te l'avoue, j'ai plus de curiosité que d'amour. (Acte 1, scène 5, ANGÉLIQUE)
  67. La même curiosité me tient, mon enfant. (Acte 1, scène 5, FILLON)
  68. J'apprends de belles nouvelles vraiment. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  69. Le bel endroit pour faire parler de soi ! (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  70. Mort de ma vie, que cela part d'une cervelle bien sensée ! (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  71. Mais ce n'est rien encore que cette gazette : je voudrais bien savoir de quel droit il prétend vous marier sans m'en avoir parlé ? (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  72. C'est une chose en l'air que ce mariage, et je n'en ai pas ouï parler moi-même. (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  73. Une chose en l'air ! (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  74. Votre père est un vilain, un avare, qui, de peur de se défaire de son bien, ne veut point se défaire de sa fille. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  75. Que vous le connaissez bien, Madame. (Acte 1, scène 6, FILLON)
  76. Pour écarter les prétendants, il veut faire courir le bruit que vous êtes mariée. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  77. Vraiment, il n'a pas affaire à une sotte. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  78. Il n'y a plus que lui et moi de la famille, je n'ai point d'enfants, il n'a que vous, et il ne vous marierait pas ! (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  79. Oh, vous en verrez, Madame, laissez faire. (Acte 1, scène 6, FILLON)
  80. Mais zeste, je me mariai toute seule en mon petit particulier, et je m'en suis fort bien trouvée, au moins. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  81. Je le crois bien, ma tante. (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  82. Voilà comme on attrape les pères, mes enfants, voilà comme on les attrape. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  83. Je ne vous donne pas de conseils, le Ciel m'en préserve : mais les exemples d'une tante ne sont quelquefois pas mauvais à suivre. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  84. Assurément, il n'y arien à risquer, puisque vous vous en êtres bien trouvée. (Acte 1, scène 6, FILLON)
  85. Hé bien donc, parle-moi confidemment, là. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  86. Non, ma tante, je vous en assure. (Acte 1, scène 6, ANGÉLIQUE)
  87. Comment, non ? (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  88. Mais tant pis, ma nièce, il faut pourtant bien prendre un parti, mon enfant. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  89. Cela viendra, Madame, ne vous mettez pas en peine. (Acte 1, scène 6, FILLON)
  90. Je ne serai pas longtemps à trouver ce qu'il te faut, et un Contrat sera bientôt bâti. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  91. Qu'en dis-tu, parle ? (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  92. Viens, mon enfant, tu me feras plaisir ; j'entre de tout mon coeur dans toutes les petites bagatelles de la jeunesse, il me semble que cela me rajeunit. (Acte 1, scène 6, MADAME PERNELLE)
  93. Si j'avais seulement une arrière-cousine de la même humeur, je ne bougerais de chez elle, sut ma parole. (Acte 1, scène 7, FILLON)
  94. Ma tante m'a toujours tendrement aimée. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  95. Que ne profites-tu de cette amitié, pour faire consentir ton père à te donner un mari ? (Acte 1, scène 7, FILLON)
  96. Comment, est-ce le choix d'un amant qui t'embarrasse ? (Acte 1, scène 7, FILLON)
  97. Et parmi le grand nombre de tes soupirants, as-tu peine à te déterminer en faveur de quelqu'un ? (Acte 1, scène 7, FILLON)
  98. Quoi, tu ne tiens pas registre de tes conquêtes ! (Acte 1, scène 7, FILLON)
  99. Vraiment je suis bien plus coquette que toi : mais il m'importe, je connais à peu près tous ceux qui t'en veulent ; et pour moi, si j'étais à ta place, j'aurais plus de penchant pour le petit Avocat, que pour un autre. (Acte 1, scène 7, FILLON)
  100. Avec quelle discrétion il me rend des soins ! (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  101. Que je remarque de retenue dans toutes ses assiduités ! (Acte 1, scène 7, ANG?LIQUE)
  102. Je ne sais point encore comme on prend de l'amour pour un homme : mais il me semble que celui-ci a tout ce qu'il faut pour en faire naître. (Acte 1, scène 7, ANG?LIQUE)
  103. Assurément, il n'y a nulle comparaison à faire de lui avec ce petit étourdi de Chevalier, qui... (Acte 1, scène 7, FILLON)
  104. Les empressements de celui-là me font encore plus de plaisir, que les tendres égards de l'autre. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  105. Il n'est occupé que de moi, c'est sa passion qui le rend étourdi comme il est. (Acte 1, scène 7, ANG?LIQUE)
  106. Il jure qu'il m'aime à l'adoration ; et la violence de son amour mérite assez qu'on y réponde. (Acte 1, scène 7, ANG?LIQUE)
  107. J'entends, voilà le fortuné. (Acte 1, scène 7, FILLON)
  108. Il faut s'en tenir au petit Académiste : car pour cet apprentif Partisan, je ne crois pas... (Acte 1, scène 7, FILLON)
  109. Mais, si tu aimes ainsi la discrétion de l'un, la violente passion de l'autre, et la délicatesse d'esprit du troisième, comment faire ? (Acte 1, scène 7, FILLON)
  110. Tu ne peux pas les épouser tous trois ensemble. (Acte 1, scène 7, FILLON)
  111. L'un après l'autre encore, quand on a du bonheur, il n'y a rien qui ne se puisse faite. (Acte 1, scène 7, FILLON)
  112. Quelque sensible que je sois à leurs bonnes qualités, il n'y en a pas un des trois que j'aime véritablement. (Acte 1, scène 7, ANGÉLIQUE)
  113. Quoi, y en aurait-il un quatrième au-dessus de ceux-là ? (Acte 1, scène 7, FILLON)
  114. Je le connais apparemment. (Acte 1, scène 7, FILLON)
  115. Je ne me suis jamais sentie si troublée. (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  116. La présence d'un joli homme remue terriblement les humeurs. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  117. Il ne viendra point nous aborder ? (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  118. Je vais engager la conversation, laisse-moi faire. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  119. Que je sens d'émotion ! (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  120. Nous avons ce que vous cherchez, Monsieur, et l'on serait bien malheureux de ne pouvoir vous accommoder. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  121. Il faudrait être étrangement difficile, et la seule conversation d'une si aimable personne... (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  122. Pas trop, et je m'étonne, pour moi, qu'on en ait pu faire un volume. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  123. Je ne suis pas de ce sentiment. (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  124. Vous me surprenez, est-ce à ces Messieurs-là de réfléchir sur les manières d'un sexe, qu'il ne devraient pas regarder seulement ? (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  125. Qu'ils ne devraient pas regarder ! (Acte 1, scène 8, FILLON)
  126. Ce sont ceux qui le connaissent le mieux, et qui s'attachent le plus à le connaître. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  127. Comme ils n'épousent point, ils ne nous voient que du bon côté, et ne réfléchissent qu'à notre avantage. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  128. Je ne sais ; mais, j'ai ouï dire que les maris et les Abbés ne réfléchissent pas de même, il y a bien de la différence. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  129. Tu m'en diras bientôt des nouvelles. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  130. C'est une nouvelle si publique, qu'il serait inutile de vouloir en faire un mystère. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  131. C'est une nouvelle bien terrible pour moi, je vous l'avoue. (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  132. Comment ! (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  133. Il est extrêmement sensible à la moindre idée de mariage, et il prend les choses fort à coeur. (Acte 1, scène 8, CRISPIN)
  134. Ne nous désespérons point avant les noces, et tâchons d'en être seulement. (Acte 1, scène 8, CRISPIN)
  135. La nouvelle qui vous alarme n'est encore que dans la Gazette, et la Gazette est souvent menteuse. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  136. Vraiment ; oui. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  137. Croyez-moi, si le coeur vous en dit tout de bon, pour le premier ordinaire, on tâchera de lui faire dire la vérité. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  138. Vous ne dites point ce que vous pensez là-dessus, belle Angélique ? (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  139. Si vous ne me parlez que par simple galanterie, je vous répondrai bien moi-même. (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  140. Si vous parlez sérieusement, il faut s'adresser à mon père. (Acte 1, scène 8, ANG?LIQUE)
  141. C'est bien à un père à se mêler de cela. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  142. Quand on a une tante comme la tienne, c'est elle qu'il faut consulter par préférence ; et une femme se connaît toujours mieux en maris, que le plus habile homme du monde. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  143. Nous sommes ici trop en vue, passons là-dedans, vous aurez tout le loisir de vous entretenir ensemble. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  144. On en sera quitte pour marchander quelque Livre, et pour l'acheter plus cher qu'il ne vaudra. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  145. Voilà une petite personne qui parviendra, elle n'en fait mal à son âge. (Acte 1, scène 8, CRISPIN)
  146. Mais, comment faire ? (Acte 1, scène 8, ANGÉLIQUE)
  147. Je suis seule ; il vient ici du monde à tout moment, pour cette Gazette surtout ; s'ils ne trouvent personne ? (Acte 1, scène 8, ANG?LIQUE)
  148. Crispin n'a qu'à demeurer, il nous rendra compte. (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  149. Comment, maraud ? (Acte 1, scène 8, CLITANDRE)
  150. Hé bien, voilà qui est fait, vous n'avez qu'à dire : n'êtes-vous pas le maître ? (Acte 1, scène 8, CRISPIN)
  151. Ne perdons point de temps, entrons. (Acte 1, scène 8, FILLON)
  152. La bonne chienne de commission qu'on me donne là ! (Acte 1, scène 9, CRISPIN)
  153. J'ai de mon côté aussi une maîtresse qui m'attend ; car, dans le Printemps, chacun est amoureux. (Acte 1, scène 9, CRISPIN)
  154. Me voilà donc garçon Libraire malgré que j'en aie. (Acte 1, scène 9, CRISPIN)
  155. Baste, les Marchands n'ont qu'à venir, je leur ferai bon marché : mais, je profiterai seul du débit, sur ma parole. (Acte 1, scène 9, CRISPIN)
  156. À ce que je puis juger, Monsieur, vous êtes Monsieur Guillemin, apparemment ? (Acte 1, scène 10, CRASSIN)
  157. Hé bien, je suis Monsieur Guillemin, sans contredit. (Acte 1, scène 10, CRISPIN)
  158. Comme au meilleur connaisseur de tous les Auteurs anciens et modernes. (Acte 1, scène 10, CRASSIN)
  159. Comme à un homme qui sait parfaitement le prix des ouvrages, et qui les achète toujours plus qu'un autre. (Acte 1, scène 10, CRASSIN)
  160. Comment acheter ! (Acte 1, scène 10, CRISPIN)
  161. Vous vous méprenez, assurément ; je suis le Monsieur Guillemin qui vend, je ne suis point celui qui achète. (Acte 1, scène 10, CRISPIN)
  162. Le titre seul vaut deux cents pistoles, lisez. (Acte 1, scène 10, CRASSIN)
  163. Voilà un drôle assez bien bâti, il nous faut des soldats. (Acte 1, scène 10, CRISPIN)
  164. Je prendrai votre Livre. (Acte 1, scène 10, CRISPIN)
  165. Il faut que vous en entendiez la lecture, et que... (Acte 1, scène 10, CRASSIN)
  166. Eustache Crassin, pour vous rendre service. (Acte 1, scène 10, CRASSIN)
  167. Docteur en droit, Maître ès Arts, et Répétiteur général des humanités. (Acte 1, scène 10, CRASSIN)
  168. Hé bien, Monsieur Eustache Crassin, allez-vous-en ici près, rue du Coeur-Volant, à l'Hôtel de Normandie, et demandez Monsieur de la Rose ; je me donne au diable, s'il vous quitte que vous n'ayez fait affaire ensemble. (Acte 1, scène 10, CRISPIN)
  169. Mais, pour convenir du prix, il faudrait... (Acte 1, scène 10, CRASSIN)
  170. Il vous donnera de l'argent d'avance ? (Acte 1, scène 10, CRISPIN)
  171. Oh, par ma foi, Monsieur le Docteur, vous aurez la bonté se porter le mousquet dans le Régiment de Champagne. (Acte 1, scène 10, CRISPIN)
  172. Enseignez-moi, Monsieur, le Bureau d'adresse de la Gazette, je vous prie. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  173. Oui vraiment. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  174. En ce cas-là, je ne suis pas lui, je ne suis que son Commis. (Acte 1, scène 11, CRISPIN)
  175. Je veux faire mettre dans la Gazette une chose qui n'est pas encore : mais qui sera bientôt, si j'en suis crue. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  176. Voici le fait, mon cher Monsieur ; pour faire enrager des parents mal intentionnés qui comptent trop sur ma succession, je me suis mariée depuis trois mois incognito. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  177. Comment les suites ! (Acte 1, scène 11, CRISPIN)
  178. Oui vraiment les suites : ma famille ne craint rien tant, que de me voir un petit héritier, et je fais tout mon possible pour leur donner ce chagrin-là. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  179. J'y réussirai, je vous en donne ma parole : mais je viens, comme je vous ai dit, vous prier d'avance par un heureux présage, de faire mettre dans votre gazette que c'est une chose faite, et que j'ai des indices de grossesse. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  180. Voilà une nouvelle fort importante, et qui tiendra bien son coin dans l'article de Paris, je vous en réponds. (Acte 1, scène 11, CRISPIN)
  181. Marquez bien tout cela, je vous prie. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  182. Oui, Monsieur, et voilà déjà deux pistoles pour cette prétendue grossesse. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  183. Ce n'est guère, et voilà un enfant qu'on vous fait à bon marché : mettez-en quatre, nous ferons venir le petit Mirebalais au monde, ce sera toujours autant de fait. (Acte 1, scène 11, CRISPIN)
  184. Cela ne se pourrait pas vraiment, il n'y a pas un mois que je suis mariée. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  185. Non, Monsieur, commençons par un bout, et nous finirons par l'autre. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  186. Adieu, Monsieur, si la nouvelle fait mourir de chagrin quelqu'un de mes parents, je ne serai point ingrate d'un si bon office. (Acte 1, scène 11, LA COMTESSE)
  187. Je ne suis plus si fâché de garder la boutique ; nous ferons notre recrue, et j'aurai de l'argent de reste. (Acte 1, scène 12, CRISPIN)
  188. Qu'est-ce encore que ceci ? (Acte 1, scène 12, CRISPIN)
  189. Non, Monsieur : mais je tiens sa place, et je suis comme lui à votre service, vous n'avez qu'à me dire votre affaire. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  190. Hé parbleu, c'est justement le mari d'une des maîtresses que mon maître avait cet hiver. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  191. En vérité, Monsieur, je suis ravi d'avoir l'honneur de saluer un homme d'un aussi grand mérite. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  192. Vous avez quelque chose à faire mettre dans la Gazette apparemment ? (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  193. J'ai eu le bonheur de prouver la mauvaise conduite de ma femme, et le crédit de la faire enfermer. (Acte 1, scène 13, ROBICHON)
  194. Je viens de la mettre dans un Couvent. (Acte 1, scène 13, ROBICHON)
  195. C'est justement notre homme. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  196. Nous vengerons Madame Robichon, sur ma parole. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  197. Comment, que dites-vous, Monsieur ? (Acte 1, scène 13, ROBICHON)
  198. Je dis que vous vous êtes glorieusement tiré d'affaire. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  199. Assurément. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  200. Nous avons de l'honneur dans nitre famille ; et je suis bien aise que toute la terre sache de quel bois les Robichons se chauffent. (Acte 1, scène 13, ROBICHON)
  201. Je ne prétends point passer pour un visionnaire, moi. (Acte 1, scène 13, ROBICHON)
  202. C'est prendre la chose comme il faut ; et de quels termes nous servirons-nous, s'il vous plaît ? (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  203. Il faudra mettre tout simplement que Maître Claude Robichon, Procureur, a fait enfermer Madame sa femme, pour des causes... bien et dûment vérifiées en pleine audience : qu'en dites-vous ? (Acte 1, scène 13, ROBICHON)
  204. Assurément : laissez-moi faire, je vais vous enseigner un homme dont je me sers ordinairement pour tourner galamment les choses ; on n'a qu'à lui dire son affaire, et l'on envoie l'article tout dressé au Gazetier, il ne vous en coûtera pas davantage. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  205. Non, Monsieur Robichon, je suis votre serviteur, et je ferais conscience de prendre votre argent. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  206. Non, vous dis-je, je n'en prendrai point ; allez-vous-en de ce pas à l'Hôtel de Normandie. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  207. De ma part Monsieur de la Rose, et dites-lui seulement que c'est Monsieur de la Crispinière qui vous envoie. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  208. Oui, Crispin de la Crispinière, tout comme vous voudrez ; il entendra bien ce que cela veut dire, et il vous expédiera sur-le-champ, je vous en réponds. (Acte 1, scène 13, CRISPIN)
  209. Oh, par ma foi vous viendrez en Flandre. (Acte 1, scène 14, CRISPIN)
  210. Vous faites enfermer les gens pour des bagatelles : je me donne au diable si vous avez votre congé, qu'en nous donnant celui de votre femme. (Acte 1, scène 14, CRISPIN)
  211. Ce mariage est sans apparence. (Acte 1, scène 15, LE CHEVALIER)
  212. En voici un que je n'enrôlerai point, sur ma parole. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  213. Angélique m'en aurait parlé. (Acte 1, scène 15, LE CHEVALIER)
  214. Il m'a tout l'air d'enrôler les autres. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  215. Il me semble que je l'ai vu souvent rôder autour d'ici. (Acte 1, scène 15, LE CHEVALIER)
  216. Il m'examine diablement. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  217. Je le reconnais, c'est un des soupirants de la petite fille à qui en veut mon maître. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  218. Non vraiment, c'est vous qui demandez, au contraire. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  219. Vous attendez quelqu'un, apparemment ? (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  220. Et qui encore ? (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  221. Le premier venu. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  222. Je ne vous attendais pas, et vous voilà pourtant. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  223. Je ne m'étais pas trompé, c'est un de nos rivaux, ceci ne finira pas bien. (Acte 1, scène 15, )
  224. Ouais, voici un maroufle qui me paraît bien raisonneur. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  225. Voilà un jeune drôle bien interrogeant à ce qu'il me semble. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  226. Savez-vous bien, mon cher, que vos réponses me déplaisent ? (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  227. Voulez-vous bien, Monsieur, que je vous dise que vos questions me fatiguent. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  228. Je veux absolument savoir qui vous êtes, et ce que vous faites ici. (Acte 1, scène 15, LA COMTESSE)
  229. Monsieur, Monsieur, point de bruit enfin, car voyez-vous, cela suffit. (Acte 1, scène 15, CRISPIN)
  230. Monsieur le Chevalier, que faites-vous, vous n'y pensez pas. (Acte 1, scène 16, FILLON)
  231. Ah, ma chère Fillon, j'enrage ! (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  232. Soit par raison, ou par caprice, sa présence me fait une peine horrible. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  233. C'est un des parents de Monsieur Guillemin, qui est ici depuis quelques jours pour ce mariage, apparemment. (Acte 1, scène 16, FILLON)
  234. Comment ? (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  235. Paix, ne dites mot, son père le veut, mais cela n'est point encore fait. (Acte 1, scène 16, FILLON)
  236. Elle est là avec un tas de cousins et de cousines qui sont d'ennuyeux personnages, et vous ne pouvez la voir à présent. (Acte 1, scène 16, FILLON)
  237. Allez-vous-en chez sa tante, vous savez où elle demeure, dans une heure ou deux nous irons vous trouver ensemble. (Acte 1, scène 16, FILLON)
  238. Je vous en assure. (Acte 1, scène 16, FILLON)
  239. Dites-lui bien que si elle obéit à son père, elle me mettra au désespoir, et que je ne vaux rien à désespérer. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  240. Ne vous mettez point en peine, et me laissez faire. (Acte 1, scène 16, FILLON)
  241. Je vais vous attendre. (Acte 1, scène 16, LA COMTESSE)
  242. Par ma foi, vous avez bien fait de venir ; j'aurais tout avoué de peur d'être battu. (Acte 1, scène 17, CRISPIN)
  243. Je serais bien fâchée que ce petit brutal eût trouvé là-dedans votre maître. (Acte 1, scène 17, FILLON)
  244. Vous avez raison, deux brutaux ensemble ne se font guère de civilité. (Acte 1, scène 17, CRISPIN)
  245. En viendra-t-il encore quelqu'un de ce caractère-là ? (Acte 1, scène 17, CRISPIN)
  246. Non, non, nous en voilà débarrassés. (Acte 1, scène 17, FILLON)
  247. S'il vient quelque incommode, vous n'aurez qu'à m'appeler. (Acte 1, scène 17, FILLON)
  248. Qui est ce grand benêt-ci ? (Acte 1, scène 17, CRISPIN)
  249. Bonjour, Monsieur, comment vous portez-vous ? (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  250. Je ne vous connais pas non plus : mais je sais pourtant bien qui vous êtes. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  251. Oui vraiment, je le suis, donnez. (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  252. Pour vous expliquez la chose, c'est que mon père est un Huissier à Verge, qui s'appelle Nicolas le Goinfre ; et moi, qui ne suis qu'apprentif Procureur, je m'appelle Jacob le Goinfre, à votre service. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  253. Oui, justement, il est mon père ; et de là je conclus que je suis son fils, comme vous dites. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  254. J'en suis bien aise. (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  255. De faire enrager mon père et ma mère, je vous ai choisi pour m'aider à cela. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  256. Point du tout, il n'y a rien de plus facile. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  257. Il ne faut que mettre dans la gazette que mon oncle le paysan, qui est le frère de mon père, est arrivé ces jours-ci chez nous, et que ma mère, qui veut être jeune, est fâchée qu'il soit venu, parce qu'il sait par coeur son baptistaire. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  258. On m'a fait une friponnerie dont on se repentira. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  259. Oh, dame oui, une friponnerie, mon père est un maître Sergent, je vous en avertis. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  260. J'ai un frère qu'on aime mieux que moi ; Je suis pourtant plus beau garçon que lui, je suis plus grand : mais ils disent que je n'ai pas d'intelligence. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  261. Je n'ai que vingt-huit ans, cela me viendra, n'est-il pas vrai, Monsieur Guillemin ? (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  262. Assurément. (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  263. Votre frère est un garçon d'esprit apparemment ? (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  264. Je vous en réponds, il fait des ouvrages... (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  265. Comment, des ouvrages... (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  266. Oui, pour se gausser des uns et des autres, il invente je ne sais combien de sottises qui font rire. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  267. Cela est fort agréable, vraiment. (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  268. Il a été bien attrapé ; car il a pris l'un pour l'autre, voyez-vous. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  269. Oui, vraiment, et je n'en ai pas eu le profit. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  270. Et comment le profit ! (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  271. On ne nous rosse pas comme çà, nous autres, qu'on n'ait la bonté de le bien payer. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  272. Hé bien ? (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  273. Hé bien, en vertu des coups que j'ai reçus, moi, on a baillé de l'argent à mon frère, cela n'est pas juste, comme vous voyez. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  274. Non vraiment. (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  275. Aussi j'appelle de cet accommodement-là : et malgré mon père et ma mère qui m'en veulent, je prétends bien intervenir. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  276. Par la morbleu, Monsieur Guillemin, si l'on ne me fait justice, je m'enrôlerai, et puis après nous verrons beau jeu. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  277. Assurément, et c'est le bon parti que la guerre. (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  278. Si vous connaissez quelque Seigneur de la Cour, qui lève un Régiment de Capitaines, parlez-lui de moi, je suis son homme. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  279. Cela vaut fait, allez-vous-en seulement trouver de ma part Monsieur de la Rose. (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  280. C'est un fort galant homme, diable ; il demeure ici près, rue du Coeur-Volant, à l'Hôtel de Normandie ; il vous fera Capitaine en moins d'un moment, je vous en réponds. (Acte 1, scène 18, CRISPIN)
  281. Je lui aurai bien de l'obligation ; et quand je le serai une fois, si mon frère ne me baille pas ma part de l'argent, je lui baillerai sa part des coups de bâton, moi. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  282. Oh, je suis un petit drôle qui n'entend point de raillerie. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  283. Serviteur, Monsieur Guillemin, je vais faire vos compliments à Monsieur de la Rose. (Acte 1, scène 18, CHONCHON)
  284. Nous ne vendons point de cela, Madame. (Acte 1, scène 20, CRISPIN)
  285. Comment, n'êtes-vous pas, Monsieur, le correspondant de la Gazette ? (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  286. Mon bonheur, ma tranquillité, tout dépend de vous, mon cher Monsieur. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  287. Voilà une recrue qui accommoderait assez le Régiment. (Acte 1, scène 20, CRISPIN)
  288. D'un volage, d'un perfide, d'un scélérat que j'aime à la fureur, et qui depuis trous mois, ne m'a pas écrit ce qu'il est devenu, seulement. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  289. Je m'en vais vous le dire. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  290. Faites-y mettre, je vous en conjure, que la Marquise d'Ormesec donnera trente pistoles à qui pourra lui dire des nouvelles certaines du Chevalier de Dubartas son amant. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  291. Trente pistoles à gagner. (Acte 1, scène 20, CRISPIN)
  292. Non, Monsieur, il n'y a que le peuple qui lit les affiches, et mon Chevalier m'a été volé par quelque femme de con séquence. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  293. C'est donc un joli homme, apparemment ? (Acte 1, scène 20, CRISPIN)
  294. Il est Gascon, c'est tout ce que j'en sais. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  295. C'est un bon métier ; mais, que fait-il ordinairement ? (Acte 1, scène 20, CRISPIN)
  296. Il ne fait rien, Monsieur, il vit de mes rentes. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  297. Comment de vos rentes ? (Acte 1, scène 20, CRISPIN)
  298. Oui vraiment. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  299. Dans l'espérance de l'épouser, je lui ai donné un bon Contrat de mille écus de revenus ; et voyez le malheur, je ne l'ai pas revu depuis. (Acte 1, scène 20, LA MARQUISE)
  300. Oh, je vous le ferai retrouver, ne vous mettez pas en peine. (Acte 1, scène 20, CRISPIN)
  301. En été, les chevaliers sont rares à Paris, les meilleurs sont sur la frontière. (Acte 1, scène 21, CRISPIN)
  302. Je vous dis, mon frère, que je suis sa tante et que je prétends qu'on la marie, moi. (Acte 1, scène 22, MADAME PERNELLE)
  303. Parbleu, venez donc si vous voulez. (Acte 1, scène 22, CRISPIN)
  304. Je viens de la laisser là-dedans avec un jeune Monsieur, qui voudrait bien faire mettre dans la Gazette qu'il se marie. (Acte 1, scène 23, FILLON)
  305. Cela n'est pas bien difficile, et ce n'est pas là-dedans qu'il faut être pour cela. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GUILLEMIN)
  306. Avec elle, sans mon consentement ! (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GUILLEMIN)
  307. Oui, Madame, comme vous, en son petit particulier. (Acte 1, scène 23, FILLON)
  308. Ils s'aiment tous deux à la folie. (Acte 1, scène 23, FILLON)
  309. Les pauvres enfants ! (Acte 1, scène 23, MADAME PERNELLE)
  310. Mais je vous dis que je n'entends point cela, ma soeur. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GUILLEMIN)
  311. J'enrage. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GUILLEMIN)
  312. Quoi, vous prétendez... (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GUILLEMIN)
  313. Taisez-vous, vous dis-je, faites-les moi venir. (Acte 1, scène 23, MADAME PERNELLE)
  314. Si je consens à ce mariage, je veux que... (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GUILLEMIN)
  315. Assurément. (Acte 1, scène 23, MADAME PERNELLE)
  316. Je ne donnerai pas un sou de mon bien. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GUILLEMIN)
  317. À la bonne heure, on n'en a que faire, je leur donnerai tout le mien, moi ; gardez votre argent, vieux ladre. (Acte 1, scène 23, MADAME PERNELLE)
  318. En ce cas-là, faites ce que vous voudrez, vous êtes la maîtresse. (Acte 1, scène 23, MONSIEUR GUILLEMIN)
  319. On lui a bien de l'obligation. (Acte 1, scène 23, MADAME PERNELLE)
  320. Venez, çà, ma nièce : approchez, Monsieur. (Acte 1, scène 24, MADAME PERNELLE)
  321. Elle ne choisit pas trop mal, vraiment. (Acte 1, scène 24, MADAME PERNELLE)
  322. Il n'y a rien de si dangereux que de ne vouloir pas ce que de jeunes filles veulent, mon Frère. (Acte 1, scène 24, MADAME PERNELLE)
  323. Si vous pouviez persuader cette maxime à ma mère, je vous aurais bien de l'obligation. (Acte 1, scène 24, FILLON)
  324. Je te tiendrai parole. (Acte 1, scène 24, MADAME PERNELLE)
  325. Hé bien, qu'est-ce, Monsieur Guillemin ? (Acte 1, scène 25, CHONCHON)
  326. Il ne vous veut rien, c'est à moi qu'il parle. (Acte 1, scène 25, CRISPIN)
  327. Rien, Monsieur, c'est un petit échantillon d'une recrue que Monsieur de la Rose, et moi, nous avons faite. (Acte 1, scène 25, CRISPIN)
  328. Oui, Monsieur, ces Messieurs m'ont choisi pour être un de vos Capitaines, et j'ai bien de la joie... (Acte 1, scène 25, CHONCHON)
  329. Vous voyez bien que c'est un homme de qualité, mon frère. (Acte 1, scène 25, MADAME PERNELLE)
  330. Monsieur de la Rose vous amène encore deux autres Capitaines qui ne veulent pas venir ; mais nous les ferons bien marcher ; et tenez, les voilà. (Acte 1, scène 25, CHONCHON)
  331. Monsieur, c'est une friponnerie qu'on m'a faite, et je n'allais point chez vous pour m'enrôler. (Acte 1, scène 26, CRASSIN)
  332. Monsieur de la Rose, j'airai raison de la violence que vous me faites. (Acte 1, scène 26, ROBICHON)
  333. Vous direz tout cela quand nous serons en Flandres. (Acte 1, scène 26, LE SERGENT)
  334. Voilà de jolies filles, Monsieur de la Rose, si nous en enrôlions quelques-unes. (Acte 1, scène 26, CHONCHON)
  335. Ma foi, Monsieur, j'en demande pardon à Monsieur Guillemin. (Acte 1, scène 26, CRISPIN)
  336. Mais ces Messieurs sont venus pour se faire mettre dans la gazette, et je les ai mis dans votre Régiment. (Acte 1, scène 26, CRISPIN)
  337. Comment, coquin... (Acte 1, scène 26, CLITANDRE)
  338. Vous voyez bien que ce n'est pas mon métier. (Acte 1, scène 26, ROBICHON)
  339. Je ne prétends pas y mener personne par force. (Acte 1, scène 26, CLITANDRE)
  340. Allons, venez chez moi, Monsieur, et dépêchez-vous d'être mon neveu, je me charge d'y faire consentir mon frère. (Acte 1, scène 26, MADAME PERNELLE)

LES AGIOTEURS (1710)

  1. Je te charche morguoi tout depuis hier que je sis arrivé ; et si par cas fortuit je ne t'avais pas rencontrée, je crois, Dieu me pardonne, que je te chercherais encore, et je me chercherais peut-être itou moi-même, car j'ai pensé me perdre. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  2. C'est donc la première fois que tu es venu à Paris, cousin ? (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  3. Oui, toute la première, et c'est tout exprès pour toi que j'y viens afin que tu le saches. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  4. Oui voirement. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  5. Je sommes tous deux orphelins, je n'avions plus qu'une tante, comme tu sais, alle vient de mourir. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  6. Justement, la pauvre femme vient de trépasser ! (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  7. J'en suis bien fâchée, Lucas. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  8. Oui, je ne dépendons que de nous, je n'avons qu'à nous marier, ça évitera le partage, et j'aurons lignée à qui tout revanra, tu n'as qu'à voir. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  9. Ça ne se voit pas en un clin d'oeil, il faut un peu raisonner là-dessus. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  10. Qu'est-il besoin de raisonnement ? (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  11. C'est un avis de Monsieur le Curé, qui ne veut pas que le Bailli ni le Tabellion fourriant leur nez dans nos affaires ; il me l'a baillé en conscience, je te le rends de même, t'en feras ce que tu voudras. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  12. Hé bian, tant mieux, qu'alle fasse itou la mienne, me vela tout porté, il ne lui en coûtera pas davantage. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  13. Le moyen ? (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  14. Pargué, ni toi non plus, je sommes aussi savant l'un que l'autre ; et si on fait la tienne, il m'est avis que la mienne ne sera pas plus malaisiée. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  15. Oui, c'est bien tout un, mais ce n'est pas de même. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  16. Tatigué, je la ferai par où tu la feras, je sommes parents, du même Village, je suivrons tous deux le même chemin. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  17. Tu es un ignorant, ça ne se fait pas comme ça : il faut savoir écrire, compter, faire des chiffres, il n'y a que ce moyen-là pour parvenir. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  18. Hé bian, je parviendrai, il n'y a qu'à apprendre. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  19. Monsieur Trapolin n'était qu'un Paysan comme toi il y a cinq ou six ans, quand son Parrain le fit venir à Paris : mais il sait écrire, lui, aussi est-il devenu si riche. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  20. Un bien habile homme, et si ça est tout jeune, c'est à qui l'aura. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  21. Mais en quoi donc est-ce qu'il est si habile, ce Monsieur Trapolin, qu'il a tant la presse ? (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  22. Il l'est en tout ; aga tiens, Lucas, il change le papier en de l'argent, et l'argent en papier, et il ne perd jamais là-dessus, il gagne toujours. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  23. Il change le papier en de l'argent ? (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  24. Oui, tout le papier qui est dans la maison, c'est autant d'argent, crois-tu ça ? (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  25. C'est queuque sorcier que ce drôle-là : notre Barger l'est itou : mais il n'en sait pas tant, et il est bian raisonnable que les sorciers de Paris en sachiant plus que les sorciers de Village. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  26. Il faut bian que l'y en ait, faire de l'argent avec du papier ! (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  27. Si j'en suis sûre ? (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  28. Il en baillit dernièrement une vingtaine de feuillets à une Dame, qui allit tout aussitôt en acheter une maison de campagne (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  29. Comment est-il fait ce papier-là ? (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  30. En as-tu vu de près ? (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  31. Oui, encore hier ; sans faire semblant de rian, je jettis la vue sur un feuillet qu'une vieille Madame venait troquer contre un sac d'argent, qu'alle prêtit d'abord à un jeune homme. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  32. Et pis il y a encore de grandes raies avec des noms en pataraphes. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  33. Justement, des noms en pataraphes, c'est du grimoire ; si je pouvions attraper queuques petits feuillets de ce papier-là, Claudeine ! (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  34. En attraper ? (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  35. Gardons-nous-en bian, le diable nous tordrait le cou, peut-être. (Acte 1, scène 1, CLAUDINE)
  36. Bon, palsanguenne est-ce qu'il le tord aux autres ? (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  37. Ayons tant seulement du papier, et pis laisse faire, je nous accomoderons avec ly, ne te boute pas en peine. (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  38. Tatigué qu'alle est gentille ! (Acte 1, scène 1, LUCAS)
  39. En vérité, Claudine, vous vous moquez de moi : pour aller à vingt pas d'ici, vous êtes deux heures à revenir : sans la femme de chambre de ma tante, je ne serais pas encore habillée. (Acte 1, scène 2, SUZON)
  40. Je vous demande bian pardon, Mademoiselle, je ne sis pas coutumière de ça, mais j'ai rencontré un de mes cousins. (Acte 1, scène 2, CLAUDINE)
  41. Hé, qu'es-tu venu faire à Paris ? (Acte 1, scène 2, SUZON)
  42. Tu cherches condition apparemment ? (Acte 1, scène 2, SUZON)
  43. Je charche sans charcher, j'en voudrais bian trouver queuque bonne. (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  44. Quand on a à entrer en condition, il faut toujours prendre la meilleure. (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  45. N'ai-je pas bian choisi la mienne, dis cousin ? (Acte 1, scène 2, CLAUDINE)
  46. Comment bian choisi ? (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  47. Oh, tatigué si j'en avais une comme ça, je n'en démarrerais pas, et je la sarvirais... (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  48. Oh, tatigué si j'en avais une comme ça, je n'en démarrerais pas, et je la sarvirais... (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  49. Tu serais bien aise d'être à moi ? (Acte 1, scène 2, SUZON)
  50. Oh palsanguenne non, je ne sais rian par apprentissage... (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  51. Mais pour en cas de ce qui ne s'apprend point, j'ai une routeine... (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  52. Mais te connais-tu en chevaux ? (Acte 1, scène 2, SUZON)
  53. J'ai été quatre ans charretier d'un laboureur, ça est pargué bian plus difficile que de mener un carrosse ; il faut prendre garde à ce qu'on fait, aller droit en besogne : mais un carrosse, ce n'est pas de même. (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  54. J'ai mené deux fois sti d'un Abbé, à sa campagne da : il n'y a rian de plus commode, on n'a affaire qu'aux chevaux, on met le carrosse et le maître et la maîtresse à son darrière, on ne les regarde pas tant seulement ; et drès qu'ils sont dedans, touche cocher, on va où ils voulont. (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  55. Allez, allez, Mademoiselle, je ferai votre affaire, et je ne vous crois pas si malaisée à mener qu'une charrue. (Acte 1, scène 2, LUCAS)
  56. J'ai à te parler Claudine, j'ai confiance en toi : mène ton cousin dans la cuisine, et le fais déjeuner ; tu viendras me retrouver ici... (Acte 1, scène 2, SUZON)
  57. Voilà Madame Sara, la veuve de mon oncle, qui vient me persécuter : mais j'espère que ce sera pour la dernière fois. (Acte 1, scène 2, SUZON)
  58. J'étais avec Claudine, Madame ma tante, et avec un de ses cousins, que je prends à mon service. (Acte 1, scène 3, SUZON)
  59. Vous augmentez votre domestique, Mademoiselle Suzon ? (Acte 1, scène 3, MADAME SARA)
  60. Je suis ravie de vous voir raisonnable, et que vous rendiez enfin justice à la persévérance de Monsieur Zacharie, notre bon ami. (Acte 1, scène 3, MADAME SARA)
  61. Il y a si longtemps que vous me persécutez l'un et l'autre pour me faire prendre un engagement, qu'il faudra bien à la fin s'y déterminer. (Acte 1, scène 3, SUZON)
  62. Il faudra que Monsieur Trapolin prenne aussi sa résolution dès aujourd'hui, ou je prendrai la mienne, moi, d'une manière... (Acte 1, scène 3, MADAME SARA)
  63. Son parti est pris, et le mien aussi, je vous en réponds. (Acte 1, scène 3, SUZON)
  64. En êtes-vous bien sûre ? (Acte 1, scène 3, MADAME SARA)
  65. Je ne pense pas aussi que l'amour s'intéresse fort à ce qui le regarde ; et pour peu de liaison qu'il prenne avec lui, il pourrait bien en devenir la dupe, lui qui fait métier de duper les autres. (Acte 1, scène 3, SUZON)
  66. Écoutez c'est un jeune garçon qui entend bien ses affaires, et qui ira loin, je vous en réponds. (Acte 1, scène 3, MADAME SARA)
  67. Oui-da, il pourrait bien faire quelque voyage de mer le long des côtes. (Acte 1, scène 3, SUZON)
  68. Je lui ai prêté de l'argent qu'il fait bien valoir, et ce qui m'en fâche c'est qu'on le sait, et que je crains, en l'épousant, de paraître faire une emplette plutôt qu'un mariage. (Acte 1, scène 3, MADAME SARA)
  69. Cela en a quelque air franchement, et d'autant mieux qu'il ne paraît pas lui fort empressé pour ce mariage. (Acte 1, scène 3, SUZON)
  70. Je vous aiderai à l'en punir, moi, ne vous mettez pas en peine. (Acte 1, scène 3, SUZON)
  71. Je vais de ce pas recevoir un petit remboursement que je veux lui remettre entre les mains pour présent de noces, ne lui en dites rien, je vous prie, je serai bien aise d'avoir le plaisir de le surprendre. (Acte 1, scène 3, MADAME SARA)
  72. Il y aura dans toutes ces affaires bien plus de surprise qu'on ne s'imagine. (Acte 1, scène 3, SUZON)
  73. Je viens savoir ce que vous me voulez dire. (Acte 1, scène 4, CLAUDINE)
  74. Que cela ne vous embarrasse point, je ne logerai pas encore longtemps dans cette maison-ci, Claudine. (Acte 1, scène 4, SUZON)
  75. Oh çà, je donne aujourd'hui un grand repas, entendez-vous ? (Acte 1, scène 4, SUZON)
  76. On n'en sait encore rien dans la cuisine. (Acte 1, scène 4, CLAUDINE)
  77. Prenez le petit laquais avec vous, et allez-vous-en tout à l'heure chez Bondal, auprès des Consuls, lui dire que le dîner que je lui ai commandé pour aujourd'hui soit à trois heures à l'adresse que je lui ai donnée ; qu'on n'y manque pas. (Acte 1, scène 4, SUZON)
  78. Vous irez de là chez Madame Darboulin, rue Coquillière, dire qu'on porte au même endroit, dès ce matin, les deux douzaines de Bouteilles de vin de Bourgogne, et la douzaine de Champagne que je payai hier. (Acte 1, scène 4, SUZON)
  79. Voilà des préparatifs qui sentent bien la noce, Mademoiselle. (Acte 1, scène 4, CLAUDINE)
  80. Ces préparatifs-là ne le regardent point, ma pauvre Claudine, tu ne m'as vu de liaison avec lui, et je ne l'ai flatté, que pour avoir occasion de venger le public, et quelque particulier de ma connaissance qu'il a vexé un peu trop durement. (Acte 1, scène 4, SUZON)
  81. Tu vous trop clair ; va vite, et reviens de même. (Acte 1, scène 4, SUZON)
  82. Ce parti que je prends va faire du bruit dans le quartier. (Acte 1, scène 5, SUZON)
  83. Monsieur Trapolin ne s'attend guères à l'incident que je lui prépare ; cet animal-là me crois amoureuse de lui, parce que je lui serre son argent, et que le produit de ses friponneries... (Acte 1, scène 5, SUZON)
  84. Il n'y a pas grand inconvénient... (Acte 1, scène 5, SUZON)
  85. Elle n'apprendra rien aux curieux, dont on ne soit prêt de les détromper. (Acte 1, scène 5, SUZON)
  86. Je vous avais fait prier de passer ici en allant au Châtelet. (Acte 1, scène 6, SUZON)
  87. Je m'y rends aussi, comme vous voyez. (Acte 1, scène 6, DURILLON)
  88. Oui : mais vous y deviez être à huit heures, il en est neuf ; il y a trois heures que je vous attends. (Acte 1, scène 6, SUZON)
  89. Quand je n'aurais attendu qu'un moment, ne m'avouerez-vous pas que vous avez tort ? (Acte 1, scène 6, SUZON)
  90. Et trouvez-vous, de bonne foi, que je sois faite pour attendre ? (Acte 1, scène 6, SUZON)
  91. Un amant, non : mais un Procureur, on n'a pas si grande envie de nous voir, nous autres. (Acte 1, scène 6, DURILLON)
  92. Vous étiez ami de mon oncle, je vous crois le mien. (Acte 1, scène 6, SUZON)
  93. Traitons ensemble sur ce pied-là, s'il vous plaît. (Acte 1, scène 6, SUZON)
  94. C'est bien de la grâce que vous me faites. (Acte 1, scène 6, DURILLON)
  95. Avez-vous songé sérieusement à la petite affaire que je vous ai prié d'examiner ? (Acte 1, scène 6, SUZON)
  96. Soyez en repos là-dessus. (Acte 1, scène 6, DURILLON)
  97. La donation qui vous a été faite par votre oncle est d'autant meilleure, qu'elle a été insinuée deux mois avant sa mort, et pour les autres sommes qu'il vous a léguées par son testament, votre tante aurait absolument perdu l'esprit, si elle entreprenait de vous disputer une obole. (Acte 1, scène 6, DURILLON)
  98. Cela est bien sûr ? (Acte 1, scène 6, SUZON)
  99. Rien ne l'est davantage. (Acte 1, scène 6, DURILLON)
  100. Vous m'en répondez ? (Acte 1, scène 6, SUZON)
  101. Vous ne me traitez pas en ami. (Acte 1, scène 6, DURILLON)
  102. Pardonnez-moi, fort familièrement, comme vous voyez : mais je ne vous en estime pas moins, et je vous suis très redevable de l'attention que vous avez eue. (Acte 1, scène 6, SUZON)
  103. Je n'en manquerai pas, je vous le promets. (Acte 1, scène 6, SUZON)
  104. Vous ne dépendez que de vous-même, je suis veuf, sans enfants, vous pouvez disposer de votre coeur et de votre bien en faveur de qui il vous plaira. (Acte 1, scène 6, DURILLON)
  105. Il y a quelque temps que je suis ma maîtresse, je n'ai pas tardé un moment à en profiter. (Acte 1, scène 6, SUZON)
  106. Oui vraiment. (Acte 1, scène 6, DURILLON)
  107. Entrez-vous chez Monsieur Trapolin ? (Acte 1, scène 6, SUZON)
  108. Non, mais je ne tarderai pas à revenir ; j'ai quelques affaires à terminer, avant que de me livrer tout à fait aux siennes. (Acte 1, scène 6, DURILLON)
  109. Allez donc les finir, afin d'en être quitte, et ne parlez encore à personne de la petite confidence que je vous ai faite. (Acte 1, scène 6, SUZON)
  110. Que je suis heureux de vous rencontrer ! (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  111. Comment ? (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  112. Que vous descendez ici de bon matin. (Acte 1, scène 7, SUZON)
  113. Qu'il est ennuyeux ! (Acte 1, scène 7, SUZON)
  114. Je ne le saurais voir qu'en enrageant. (Acte 1, scène 7, SUZON)
  115. Mais est-il bien possible que vous me trouviez comme cela, et que vous ayez la cruauté de différer si longtemps à me tenir la parole que Madame Sara votre tante m'a donnée ? (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  116. Tenez, Monsieur Zacharie, voulez-vous que je vous parle franchement ? (Acte 1, scène 7, SUZON)
  117. Depuis que je suis ma maîtresse, il me semble que ce serait relâcher de mes droits, que de déterminer mes volontés par celles de ma tante ; c'est à présent de moi qu'il faut m'obtenir, ce n'est pas d'elle, et je vous avoue que je me révolte de voir qu'on s'adresse à d'autres qu'à moi pour ces affaires-là. (Acte 1, scène 7, SUZON)
  118. Hé bien ! (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  119. Voilà qui est fait, vous n'avez qu'à parler, je vous demande à vous-même, et je veux que ce soit vous seule qui rendiez justice à mon amour. (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  120. Vous trouverez un Juge bien prévenu. (Acte 1, scène 7, SUZON)
  121. Ni de mon coffre-fort, où il pleut pourtant tous les jours presque autant d'argent que je le souhaite. (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  122. Voilà un article bien engageant. (Acte 1, scène 7, SUZON)
  123. J'ai fait cette semaine, à moi tout seul, pour plus de quarante mille francs de conversions, et si nous ne sommes encore qu'au Jeudi. (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  124. Voilà bien de l'argent. (Acte 1, scène 7, SUZON)
  125. Mais parmi toutes ces conversions-là, Monsieur Zacharie, ne feriez-vous pas bien de songer à la vôtre ? (Acte 1, scène 7, SUZON)
  126. Cela viendra, ma chère enfant, cela viendra ; et tout aussitôt que nous serons mariés, je renonce absolument à tout négoce, et je veux que nous n'ayons, vous et moi, d'autre occupation que de nous aimer. (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  127. Vous auriez trop d'occupation, Monsieur Zacharie, et de mon côté, moi, je n'en aurais guères. (Acte 1, scène 7, SUZON)
  128. Je ne vous promets rien ; mais je fais à trois heures une assemblée d'amis et d'amies, que j'ai fait inviter à dîner chez une personne de ma connaissance, j'ai compté que vous en seriez ; je viendrai vous prendre avec ma tante, nous y parlerons de cette affaire, et la pluralité des voix me déterminera sur-le-champ : je ne vous demande pas un plus long terme. (Acte 1, scène 7, SUZON)
  129. La pluralité des voix sera pour moi : je ne me sens pas de joie. (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  130. On ouvre chez Monsieur Trapolin, j'ai quelques affaires en ville, et je dois trouver là-bas un carrosse de remise ; je vous laisse. (Acte 1, scène 7, SUZON)
  131. J'entre un moment, j'ai à parler à mon filleul pour notre arrangement d'aujourd'hui. (Acte 1, scène 7, ZACHARIE)
  132. Oh parbleu, vous n'y entendez rien en comparaison de moi, monsieur Craquinet : il faut connaître son monde, et savoir à propos serrer le bouton aux emprunteurs que leurs affaires pressent. (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  133. À qui en avez-vous, mon filleul, vous me paraissez bien ému. (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  134. J'achevais de donner des instructions à cet ignorant de Monsieur Craquinet, qui n'entend non plus le fin des affaires... (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  135. Il a pourtant été pendant plus de quinze ans Maître Clerc, tant chez les Procureurs que chez les Notaires. (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  136. Hé bien ! (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  137. Savez-vous bien ce qu'a fait cet animal-là ? (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  138. Comment le saurais-je ? (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  139. Il a prêté treize mille francs de papier, à rendre dans six mois, tout en espèce, et il n'a fait faire le billet que de quinze. (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  140. Il prend quelquefois des caprices de scrupule, dont les grands hommes ne sont pas les maîtres. (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  141. Hé bien ! (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  142. Eh, fi, fi, fi cela crie vengeance. (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  143. Assurément. (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  144. Comment va le courant aujourd'hui ? (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  145. Je ne sais, je n'ai point vu le Thermomètre, je ne suis pas encore sorti ; mais il ira comme nous voudrons. (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  146. Quand on est trois ou quatre forts bureaux de bonne intelligence... (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  147. Quantité de papier, et fort peu d'argent ; et pour ne pas manquer quelque bonne affaire, il faut incessamment faire de l'espèce. (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  148. Madame Sara reçoit aujourd'hui un petit remboursement de huit mille livres, qu'elle doit vous remettre. (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  149. Il ne tient qu'à vous de disposer de davantage. (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  150. Vous avez un engagement avec elle, que n'en sortez-vous avec honneur ? (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  151. Il faut finir, il faut finir : vous ne me dites rien de nouveau, je sais bien cela : mais si Madame Sara est prête à finir, elle, je ne fais que de commencer, moi. (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  152. Trouvez-vous que nous devions finir ensemble ? (Acte 1, scène 8, TRAPOLIN)
  153. Cependant, puisque le papier nous gagne, et que l'espèce est rare, il est bon de baisser aujourd'hui le papier de huit pour cent : quand nous nous serons défaits du nôtre, on le remettra sur le même pied, ou on le rehaussera s'il est possible. (Acte 1, scène 8, ZACHARIE)
  154. Le papier est baissé de huit pour cent. (Acte 1, scène 9, TRAPOLIN)
  155. Faites-vous écrire de petits billets d'avis, que vous porterez : savoir, Chez Monsieur Villain, rue Trousse-vache, à la Dame Gigogne ; Monsieur Saint Denis, rue Saint Bonnet, à l'image Saint Claude ; Monsieur Laîné, rue Julien-Rebec, à la Casaque retournée ; Et Madame Bersabée, au Cheval qui siffle, rue Geoiffroi-Lânier. (Acte 1, scène 9, TRAPOLIN)
  156. Ce sera assez d'avertir ces quatre endroits-là, les petits bureaux s'y conformeront. (Acte 1, scène 9, TRAPOLIN)
  157. Notre Huissier n'est pas venu aujourd'hui ? (Acte 1, scène 9, ZACHARIE)
  158. Mais tant pis, vraiment, cet homme-là devient négligent. (Acte 1, scène 9, ZACHARIE)
  159. Il y a en ces jours quantité de Sentences aux Consuls, il se mitonne nombre de Banqueroutes, et il ne devrait pas passer un soir sans vous apporter le mémoire du fort et du faible. (Acte 1, scène 9, ZACHARIE)
  160. Il me l'a envoyé, je suis au fait de tout. (Acte 1, scène 9, TRAPOLIN)
  161. Nous avons encore Monsieur Durillon le Procureur, qui est excellent pour discuter un emprunteur ; cet homme-là connaît à fonds les affaires de tout Paris. (Acte 1, scène 9, ZACHARIE)
  162. Je n'en fais guères sans les lui communiquer. (Acte 1, scène 9, TRAPOLIN)
  163. Et vous faites bien ; on ne saurait prendre trop de précaution dans le temps où nous sommes. (Acte 1, scène 9, ZACHARIE)
  164. Je les attends, et je vous en rendrai bon compte. (Acte 1, scène 10, TRAPOLIN)
  165. Il est encore de bonne heure, arrangeons un peu le portefeuille, et calculons le produit d'hier, en attendant que la foule vienne. (Acte 1, scène 10, TRAPOLIN)
  166. Je garde là-dessus autant de mesures que toi ; je ne te suis jamais venu voir avec les livrées de Monsieur le Président : j'ai toujours bien compris que tu avais des raisons pour faire l'homme de conséquence. (Acte 2, scène 1, DUBOIS)
  167. C'est un des grands moyens de le devenir. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  168. Je ne serai pas longtemps sans l'être : je suis à la veille de faire ta fortune, et je ne puis pas mieux commencer ton établissement, qu'en t'associant à notre commerce. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  169. Mais je crois, moi, que tu as manqué la tienne, en sortant de chez ton parrain Monsieur Zacharie. (Acte 2, scène 1, DUBOIS)
  170. Oh bien, mon ami, voilà ce qui te trompe : c'est pour la faire que j'en suis sorti. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  171. J'ai été pendant quatre ans le premier Commis de ce vieux usurier-là. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  172. Je ne l'ai quitté que pour devenir son associé : je n'ai jamais eu d'autre profit avec lui, que la moitié de sa mauvaise réputation ; et déshonoré pour déshonoré, il vaut mieux l'être pour son compte, que pour celui de son parrain. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  173. Justement, la veuve de ce riche Fripier de meubles, qui était camarade d'usure de Monsieur Zacharie. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  174. Et qui a laissé en mourant tant d'argent comptant ? (Acte 2, scène 1, DUBOIS)
  175. Si ces gens-là s'unissent une fois, ils feront une bonne maison. (Acte 2, scène 1, DUBOIS)
  176. Comment cela ? (Acte 2, scène 1, DUBOIS)
  177. Je comprends. (Acte 2, scène 1, DUBOIS)
  178. Tu deviendras l'oncle de Monsieur Zacharie ; il aura la nièce pour rien, et toi, le bien avec la tante. (Acte 2, scène 1, DUBOIS)
  179. Non, je prends des mesures plus justes, je ne m'associe qu'avec l'argent. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  180. Je me suis arrangé de manière à n'en avoir pas le démenti. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  181. Cela est échu ; mais j'ai encore les dix jours de grâce. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  182. Ne te presse?t-on point pour le paiement ? (Acte 2, scène 1, DUBOIS)
  183. Monsieur Zacharie m'en tirera, il a endossé la promesse. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  184. C'est donc de son aveu que la chose se fait, apparemment ? (Acte 2, scène 1, DUBOIS)
  185. Tu l'as deviné, il est convenu de ses faits avec Madame Sara, pour épouser sa nièce, et ils ont cru faire de moi le pot de vin du marché. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  186. Le marché tiendra, avec quelque arrangement dans les articles. (Acte 2, scène 1, TRAPOLIN)
  187. Est-ce là un de tes gens ? (Acte 2, scène 2, DUBOIS)
  188. Monsieur Durillon vient de venir là-bas avec un jeune Monsieur, qui est allé l'attendre quelque part ; il demande s'il peut monter, et si vous n'avez point d'affaires. (Acte 2, scène 2, LE LAQUAIS)
  189. Ne sait-il pas bien qu'on n'en a point de secrètes pour lui ? (Acte 2, scène 2, TRAPOLIN)
  190. Il est le maître, qu'il vienne. (Acte 2, scène 2, TRAPOLIN)
  191. Un des honnêtes hommes de la profession, s'il en fut jamais, plein d'honneur et de probité. (Acte 2, scène 2, TRAPOLIN)
  192. Oh bien, le Président de chez qui je sors ne fait pas si grand cas que toi de Monsieur le Marguillier, et il le traita hier, devant trente personnes, d'une manière... (Acte 2, scène 2, DUBOIS)
  193. Je prends les devants, Monsieur Trapolin, pour vous mettre au fait d'une affaire qui va vous passer par les mains, pour un jeune sot, avec qui l'on peut traiter sûrement... (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  194. Moyennant... (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  195. Un garçon de famille de ma Province, qui vient ici chercher de l'emploi. (Acte 2, scène 3, TRAPOLIN)
  196. J'ai quelque idée récente de l'avoir vu quelque part. (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  197. Cela est vrai, Monsieur, je demeurais encore hier chez votre voisin Monsieur le Président ; mais l'avanie qu'il avisa de vous faire dans sa cour, m'a fait craindre qu'il n'eût pas plus d'égard pour ses valets que pour ceux de la Justice, j'ai pris le parti de le quitter. (Acte 2, scène 3, DUBOIS)
  198. Vous faites fort bien. (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  199. Fi, c'est un brutal, je m'aperçus bien que ses vilaines manières vous scandalisaient, cela me donna de l'estime pour vous, de ne vous point voir rire comme les autres. (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  200. Je fus trop sensible à l'embarras où vous étiez. (Acte 2, scène 3, DUBOIS)
  201. Cela démonte d'abord ; mais cela n'embarrasse qu'autant que dans le fond on est sensible à de certaines choses. (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  202. Au bout du compte, je soutins assez bien cela, n'est-ce pas ? (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  203. Il en faut avoir dans de certaines occasions... (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  204. Ces Messieurs-là sont les maîtres, à bien prendre la chose ; et après tout, ils ont beau dire, c'est à la robe qu'ils parlent, ce n'est pas à la personne. (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  205. Assurément. (Acte 2, scène 3, DUBOIS)
  206. La housse ôtée, il n'y a qu'à la secouer, autant en emporte le vent, cela s'en va comme de la poussière. (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  207. Et la robe en est moins gâtée même. (Acte 2, scène 3, TRAPOLIN)
  208. Sans comparaison : avec des impolis comme cela, il faut leur dire tout bas, ce qu'ils vous disent tout haut, il n'y a pas d'autre consolation. (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  209. Oh bien, Monsieur, vous avez secoué la housse, et moi je l'ai quittée ; et voilà Monsieur Trapolin, mon compatriote, qui me fait la grâce... (Acte 2, scène 3, DUBOIS)
  210. Je le prends pour mon Commis. (Acte 2, scène 3, TRAPOLIN)
  211. Monsieur Durillon, qu'on ne sache point où vous l'avez vu, entendez-vous ? (Acte 2, scène 3, TRAPOLIN)
  212. Non, non, non, je n'ai garde : qu'il ne parle point de l'aventure du Président, cela n'est bon à rien. (Acte 2, scène 3, DURILLON)
  213. Le Ciel m'en préserve, je suis discret pour toutes choses. (Acte 2, scène 3, DUBOIS)
  214. Voilà la clef d'une armoire ferrée, que vous trouverez à gauche en entrant. (Acte 2, scène 3, TRAPOLIN)
  215. Fort bien, Monsieur : je vous apporterai... (Acte 2, scène 3, DUBOIS)
  216. Vous ne m'apporterez rien ; il n'y a dans cette armoire-là qu'une porte de chêne dans le fond, où vous aurez soin de frapper un peu ferme. (Acte 2, scène 3, TRAPOLIN)
  217. J'entends, Monsieur. (Acte 2, scène 3, DUBOIS)
  218. Un petit homme, noir et sec, viendra vous l'ouvrir. (Acte 2, scène 3, TRAPOLIN)
  219. Vous lui donnerez ces papiers-là, il y en a pour vingt-deux mille livres : on ira les lui demander de ma part, il les prêtera obligeamment au porteur d'une lettre que j'ai donnée, et se fera faire un billet de vingt-cinq, en espèces sonnantes, dans trois moi ; il me remettra le billet quand l'affaire sera consommée. (Acte 2, scène 3, TRAPOLIN)
  220. Retiendrez-vous bien tout cela, Monsieur Dubois ? (Acte 2, scène 3, TRAPOLIN)
  221. Je n'en oublierai pas une syllabe. (Acte 2, scène 3, DUBOIS)
  222. Ce profit est fort, Monsieur Trapolin, en trois mois mille écus, sur vingt-deux mille livres. (Acte 2, scène 4, DURILLON)
  223. Cela vaut cela, ou cela ne vaut rien ? (Acte 2, scène 4, TRAPOLIN)
  224. Monsieur Durillon ; je sais bien ce que je fais, il faut s'accommoder aux circonstances, et connaître à qui on a affaire. (Acte 2, scène 4, TRAPOLIN)
  225. Savez-vous bien que ce sont des gens, qui, sans ce secours-là, feraient dès demain banqueroute, et qu'ils sont bienheureux que j'aie assez de charité pour leur faire plaisir dans l'occasion. (Acte 2, scène 4, TRAPOLIN)
  226. Vous les empêchez de faire banqueroute demain, ils la feront dans quinze jours, peut-être, et vous y serez pour votre compte ; je ne m'étonne pas que vous preniez si gros, cela est un peu risqué. (Acte 2, scène 4, DURILLON)
  227. Il faut bien faire quelque chose pour ses amis ; et puis je vous dirai que j'ai ici en nantissement toute leur vaisselle d'argent, les meilleurs effets de leur magasin, dont ils n'ont point de reconnaissance ; je leur prête mon papier sous le nom d'un autre, afin d'être en droit d'avoir mes sûretés. (Acte 2, scène 4, TRAPOLIN)
  228. Oh pour cela non, sans contredit : mais dites-moi un peu ; qu'est-ce que c'est que cette armoire ferrée, qui mène à une grosse porte de chêne, que vient ouvrir un homme sec et noir, lorsque l'on frappe un peu ferme ? (Acte 2, scène 4, DURILLON)
  229. On murmurait, comme vous savez, de la grande liaison qui était entre lui et moi ; et les discours que tenait le public sur notre étroite intelligence, jetaient une certaine lueur dans nos affaires qui les éclairait un peu trop ; nous avons trouvé moyen de déranger cela. (Acte 2, scène 4, TRAPOLIN)
  230. Vous avez fort bien fait : mais comment, encore ? (Acte 2, scène 4, DURILLON)
  231. Nous logeons, monsieur Craquinet et moi, dans deux rues différentes ; mais les maisons se trouvent si favorablement disposées, qu'un angle de mur en est mitoyen, et nous avons par-là pratiqué une ouverture secrète, qui forme l'armoire en question ; de sorte qu'on ne nous voit point aller l'un chez l'autre, on nous croit brouillés même, et nous soupons tous les soirs ensemble, pour nous rendre compte de nos affaires. (Acte 2, scène 4, TRAPOLIN)
  232. Cela est bien commode, et bien imaginé. (Acte 2, scène 4, DURILLON)
  233. Une Demoiselle, qui vient quelquefois ici, demande à vous parler. (Acte 2, scène 5, LE LAQUAIS)
  234. Faites entrer. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  235. C'est ma meilleure amie, Mademoiselle Urbine, mon ancienne voisine. (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  236. Je me trouve en pays de connaissance : je vous donne le bonjour, Monsieur Durillon ; votre servante, Monsieur Trapolin. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  237. Je vous baise bien les mains, Mademoiselle Urbine. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  238. Quelle magnificence ! (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  239. Vous vous faites porter la queue, ma chère enfant ? (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  240. Feu Madame Durillon avait bien un sac de velours avec des galons. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  241. C'est un droit qu'on ne peut disputer à nos femmes, et nous sommes gens de sac nous autres. (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  242. C'est un privilège que j'ai acquis en changeant de quartier. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  243. On s'en serait moqué dans le vôtre, comme on faisait de la défunte : mais dans le Faubourg comme dans le Marais, les rangs sont si heureusement confondus, que l'on y fait telle figure que l'on veut, sans appréhender la médisance. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  244. Celle que vous faites est autorisée ; et la passion de ce jeune Président de Province, qui n'attend que la mort de sa tante pour vous épouser... (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  245. Cette bonne Dame-là tient furieusement à la vie, Monsieur Trapolin ; et le conseil de Monsieur le Président, qui est composé de ma mère et de moi, de lui, de son valet de chambre et de son homme d'affaires, nous a déterminés à précipiter la noce ; et à faire le mariage sous seing privé, à la campagne, et c'est dans cette vue-là que je viens aujourd'hui vous rendre visite... (Acte 2, scène 5, URBINE)
  246. Pourquoi la tante de Monsieur le Président s'oppose-t-elle si fort à ce mariage ? (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  247. Il est vrai qu'il se défit de sa Charge un peu malgré lui : mais il était si plein d'honneur, qu'il en mourut de chagrin six semaines après son mariage. (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  248. La veuve demeura grosse, et la pauvre femme eut tant d'affliction de la mort de son mari, qu'elle en accoucha trois mois après. (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  249. Il y avait bien du bon dans cette famille-là, Monsieur Trapolin. (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  250. Mademoiselle Urbine est donc un enfant précoce, sur ce pied-là ? (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  251. Oui vraiment précoce, et très précoce même. (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  252. Je vous assure que sur le chapitre du mariage je suis d'une insensibilité, d'une indolence... (Acte 2, scène 5, URBINE)
  253. C'est à peu près comme moi, quand j'ai déjeuné, j'attends le dîner d'une tranquillité, d'une tranquillité... (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  254. Finissez donc, j'entends raillerie : mais vous devenez trop impertinent au moins. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  255. Ce sont des plaisanteries sans conséquence. (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  256. Je me garderais bien de les faire si elles avaient quelque fondement. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  257. Quel service puis-je vous rendre pour votre mariage. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  258. Faire prêter à mon amant pour douze mille francs de papier, et nous l'escompter en argent comptant, au moins de perte que vous le pourrez, car vous prîtes un peu trop la dernière fois. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  259. Oh bien ! (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  260. Cette fois-ci je prendrai davantage : les affaires chez nous ne vont jamais du plus au moins, c'est toujours du moins au plus, entendez-vous cela, c'est la règle. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  261. Vous ferez les choses en conscience. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  262. Nous aurons besoin de six ou sept mille francs d'espèces, pour des habits, un équipage, et quelques meubles : notre homme d'affaires endossera le billet, et cela sera rendu dans trois ou quatre mois, à la mort de la tante. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  263. Ils prendront cela, car ce n'est pas moi qui prête, je n'en ai point moi de papier ; ce sont des Turcs, des usuriers, des fripons. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  264. Je cherche à faire plaisir, j'avance mon argent, si vous saviez combien je risque dans toutes ces affaires. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  265. Cela n'est pas concevable, surtout quand il oublie par hasard à prendre des nantissements. (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  266. On fera tout ce que vous voudrez, Monsieur Trapolin, nous avons une confiance en vous qui ne peut s'exprimer. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  267. Je la mérite bien, je vous en réponds. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  268. Pourvu que nous trouvions de l'argent, Monsieur le Président signera tout aveuglément. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  269. Hé bien, puisqu'il est si raisonnable, qu'il passe dans une heure ou deux chez ce Monsieur Craquinet. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  270. On lui doit déjà huit cent pistoles. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  271. Cela ne fait rien, c'est un juif, un altéré qui sait bien que cela est bon ; pourvu qu'il trouve à gagner gros avec sûreté, il ne refuse point de bonnes affaires, ce fripon-là. (Acte 2, scène 5, TRAPOLIN)
  272. Si j'épouse Monsieur le Président, vous aurez en nous une bonne pratique. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  273. Je veux lui faire changer tout son bien de nature, premièrement. (Acte 2, scène 5, URBINE)
  274. Je vous offre aussi mes soins, moi, ne vous mettez pas en peine. (Acte 2, scène 5, DURILLON)
  275. Voilà une aimable enfant qui va faire une jolie fortune. (Acte 2, scène 6, DURILLON)
  276. Si par bonheur la bonne femme de tante dure six mois encore, elle n'aura point d'héritier que moi, sur ma parole. (Acte 2, scène 6, TRAPOLIN)
  277. Dubois ne revient point. (Acte 2, scène 6, TRAPOLIN)
  278. Pardonnez-moi, Monsieur, me voilà, et voici Monsieur Craquinet, qui vient lui-même vous rendre réponse de l'affaire qu'il a faite. (Acte 2, scène 7, DUBOIS)
  279. Je connais mieux ces gens-là que vous, Monsieur Craquinet. (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  280. Justement. (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  281. Hé bien oui, vous les connaissez comme moi, qui vous dit le contraire ? (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  282. Hé bien, Monsieur Trapolin, cela ne vaut rien, ces gens-là manqueront incessamment, et ils n' n'ont pas encore huit jours dans le ventre. (Acte 2, scène 7, CRAQUINET)
  283. Huit jours, hé bien huit jours soit. (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  284. Puisqu'ils ont si peu à durer, pourquoi n'en pas profiter ? (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  285. Il faut qu'ils crèvent, il n'y a pas grand inconvénient de les achever. (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  286. Mais, mais, mais, vous êtes fort imprudent de vous trouver en plein jour ici, et à l'heure qu'il y vient le plus de monde : je serais fort fâché qu'on me vît chez vous, moi, et comme vous savez nous nous faisons tort l'un à l'autre. (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  287. Vous devez, vous devez rentrer chez vous tout au plus vite. (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  288. Ce jeune Président que vous savez vous y attend peut-être à l'heure qu'il est. (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  289. Il vous fera son billet de quinze, et son homme d'affaire l'endossera. (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  290. Vous avez raison, cela ne gâte rien. (Acte 2, scène 7, CRAQUINET)
  291. Ce Monsieur Craquinet-là passe pour entendu, c'est un boeuf en comparaison de moi, croiriez-vous cela ? (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  292. Vous êtes un aigle, vous, quelle différence ! (Acte 2, scène 7, DURILLON)
  293. Pendant que vous ne faites rien ici, Monsieur Dubois, allez-vous en recevoir ces deux lettres de change à leur adresse. (Acte 2, scène 7, TRAPOLIN)
  294. Ce sont là de grands talents. (Acte 2, scène 7, CRAQUINET)
  295. Je vous donne le bonjour, messieurs, je suis bien aise de vous rencontrer ensemble, et je ne pouvais trouver une meilleure occasion. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  296. Je vous baise bien les mains, Monsieur Durillon. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  297. Au contraire, mon ami, plus que jamais : mais comme je vois un certain arrangement dans les miennes, et que je suis bien aise de me faire des amis et des protections, je suis un peu moins dur qu'il n'a fallu l'être pour commencer un établissement. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  298. Quand j'aurai attrapé celles où vous êtes, je ne me soucierai pas d'aller plus loin, je vous en réponds. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  299. Aussi ne me mêlai-je plus de rien qui puisse charger ma conscience. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  300. Je l'ai pourtant toujours connue pour une des plus robustes du temps présent, et je n'en sache point d'aussi forte parmi tous ces Messieurs, c'est beaucoup dire. (Acte 2, scène 8, DURILLON)
  301. Cela se pourrait bien : mais il y a de grands héros chez vous autres, sans vous compter, Monsieur Durillon. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  302. Laissons les compliments, Messieurs. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  303. Vous me surprenez. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  304. Je le crois bien. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  305. Ses remontrances me chagrinent, cela m'empêche de jouir avec tranquillité de la petite fortune que je me suis faite, et les réflexions me dégoutent de la continuer. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  306. Je me marierai peut-être bientôt : mais je n'aurai point de beau-père, Dieu merci. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  307. Et pour me remettre un peu l'esprit, que je suis bien aise de savoir votre sentiment sur cette affaire. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  308. Nous ne vous en donnerons que de sincères et d'utiles. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  309. Un de mes intimes amis, fort galant homme, et que je me suis fait un plaisir d'obliger, a eu besoin de six cents francs de papier pour une affaire pressante, je les lui au prêtés sans intérêt. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  310. Sans nantissement et sans billet peut-être ; et c'est cela qui chagrine le beau-père ? (Acte 2, scène 8, DURILLON)
  311. Point du tout, il m'a fait une lettre de change de place en place, payable en espèces à trois usances. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  312. Il m'a remis entre mes mains un Contrat de constitution sur un particulier, au principal de deux mille livres, que j'ai eu la complaisance de prendre, comme pour plus grande sûreté. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  313. Et une dette bien assurée, il n'y a point de risque là-dedans. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  314. Les trois mois passent, j'envoie chercher de l'argent, il ne s'en trouve point. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  315. Assignation pour en avoir ? (Acte 2, scène 8, DURILLON)
  316. Sentences des Consuls ? (Acte 2, scène 8, DURILLON)
  317. Je vais le trouver : vous n'avez point d'argent, je ne veux point de procès, accommodons-nous ; si vous m'aviez payé six cent livres, j'en aurais fait pour mille francs d5e papier, vous en auriez besoin, je vous les prêterais, vous me feriez un billet de pareille somme en espèce encore, dans trois mois comme l'autre. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  318. Aussi mon homme n'en fait-il point, tout se passe en douceur, je rends le premier billet, on en fait un autre, le temps s'écoule, l'échéance arrive, point d'argent encore. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  319. Voilà qui est impatientant, ce débiteur-là abuse de vos bonnes manières. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  320. Poursuites alors, Sergents en campagne ? (Acte 2, scène 8, DURILLON)
  321. Voilà ce qui vous trompe ; autre facilité de ma part, nouvel accommodement. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  322. En vérité cela est trop honnête. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  323. Je ne hais tant que de faire de la peine, et à des personnes qui en usent bien surtout ; je n'ai jamais été processif. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  324. Il m'est dû mille francs, j'ai entre mes mains un Contrat du double, compensons la chose, faites-m'en un transport, je rends le billet. (Acte 2, scène 8, CANGR?NE)
  325. Je demande du retour, et on m'en donne ; je prends le contrat pour huit cent livres, sur le pied de l'estimation qui en est faite par d'honnêtes gens de la profession. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  326. Mon ami qui est honnête homme, et qui n'aime pas non plus le bruit que moi, donne deux cents livres sans barguigner : me contrat me reste, et nous demeurons quittes. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  327. Il y a un petit article secret qui lui fait peine : la rente du contrat a couru pendant les six mois que je l'ai gardé, le beau-père veut que j'en tienne compte à mon ami : cela est-il juste ? (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  328. Fi, fi, le contrat était chez vous, la rente a couru entre vos mains, vous en avez eu la peine, il faut que le profit vous demeure ; il n'y a pas un de nos confrères qui fît la chose autrement. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  329. Les meilleurs Jurisconsultes du métier ne décideraient pas d'autre manière. (Acte 2, scène 8, DURILLON)
  330. Vous me mettez l'esprit en repos, cela me rassure. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  331. On voit bien que la Cour vous gâte, et que vous vous éloignez du commerce. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  332. En attendant, adressez-moi vos pratiques, je négocierai les contrats sur le même pied que vous, pour achever de guérir vos scrupules. (Acte 2, scène 8, TRAPOLIN)
  333. Vous m'avez tranquillisé, je n'en ai plus : en vous remerciant, Messieurs, je vous baise les mains. (Acte 2, scène 8, CANGRÈNE)
  334. Il est bon d'avoir des amis fermes et entendus, monsieur Trapolin ; voilà un homme qui se serait gâté si nous avions adhéré à ses faiblesses. (Acte 2, scène 8, DURILLON)
  335. Je m'en réjouis, et vous en félicite ; jé suis Dargentac, moi. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  336. Dargentac ! (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  337. Noblé famille, s'il en est au monde ; mais lé malheur du temps m'a pourtant réduit à mé faire Intendant d'une maison, dont le bisaïeul était Intendant de la mienne. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  338. Patience, patience, jé venge imperceptiblement mes aïeux, et je me rapproprie mon patrimoine. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  339. Je vous entends. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  340. Non sandis ; et faut avoir lé même titre, combien dé mes confrères se croient-ils en droit d'en faire autant ? (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  341. Comme jé suis avancé dans la mienne, et que vous marchez à pas de Géant dans la vôtre, c'est ce qui fait que je parle ici confidemment devant vous autres. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  342. Vous le pouvez en sûreté, vous êtes avec d'honnêtes gens. (Acte 2, scène 9, DURILLON)
  343. J'ai quarante mille livres à payer pour le compte de la maison que jé gouverne, s'entend ; le paiement se devait faire en argent comptant, tout entier : mais j'ai eu l'esprit de composer ; et sous divers prétextes j'ai tant reculé, fatigué, véxé lé créancier depuis quinze mois, qu'il sé contente aujourd'hui de recevoir moitié papier, moitié d'espèces, c'est un profit clair, comme vous voyez. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  344. On m'a adressé à vous pour mé lé faciliter : fournissez-moi pour vingt mille livres dé bon papier, et je vous en fournis la valeur en beaux et bons louis d'or, ou monnaie blanche. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  345. Comment dites-vous cela, Monsieur Trapolin ? (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  346. Et sans vous connaître, cela n'est-il pas bien honnête ? (Acte 2, scène 9, DURILLON)
  347. Vous ne manquez pas de bonne volonté, jé lé vois : mais entendons-nous, s'il vous plaît. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  348. Vous mettez lé papier au niveau de l'argent, sans doute ? (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  349. Oui, le mien, Monsieur. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  350. Lé vôtre ou le premier venu, j'y mets moitié de différence. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  351. Moi, Monsieur, je n'y en mets point du tout. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  352. Le papier de Monsieur lui tient lieu d'argent. (Acte 2, scène 9, DURILLON)
  353. Mille écus en espèces, mille écus en papier, c'est presque pour moi la même chose. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  354. Hé donc tout devient os entre vos mains, Monsieur Trapolin. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  355. Comme la moitié des paiements devient papier entre les vôtres, Monsieur Dargentac ! (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  356. Nous parlons consciencieusement dé grâce. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  357. Oui, de bonne foi ; car on doit en avoir dans les affaires. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  358. Il faut suivre l'intention des gens une fois, la mienne est dé tirer du profit de mon argent. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  359. Et la mienne est de faire valoir mon papier. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  360. Hé oui, je comprends, nos intentions sont les mêmes ; et cependant si différentes, qu'elles auront peine à s'accorder. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  361. Si cela vous convient, à la bonne heure : si cela ne vous accommode pas, je vous baise les mains, il n'y a rien à faire. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  362. Mais savez-vous bien qué vous êtes un homme deur, et très deur au moins ? (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  363. Voilà quatre cents pistoles dont je vous fais profit. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  364. Quatre cents pistoles ? (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  365. Vous avez compté en Intendant, et Monsieur Trapolin compte en Caissier, lui. (Acte 2, scène 9, DURILLON)
  366. Oui : mais je mets le profit sur le pied de huit, moitié pour vous, moitié pour moi, encore faudrait-il quelque chose à Monsieur pour son droit de présence. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  367. Assurément. (Acte 2, scène 9, DURILLON)
  368. Mais, encore un coup, Messieurs. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  369. Je vois bien que nous ne conclurons rien ensemble, j'ai une petite affaire avec Monsieur dans mon cabinet. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  370. Allons, vingt de papier, quinze d'espèces, et motus aux Trouffignac surtout ; le secret vous importera comme à moi, cé n'est pas la seule occasion que nous avons dé commercer ensemble. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  371. Oh que non, quand d'honnêtes gens se connaissent une fois sur un certain pied... (Acte 2, scène 9, DURILLON)
  372. Prenons-nous la parole ? (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  373. On fait de moi ce qu'on veut ; mais pour commencer à faire connaissance... (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  374. À deux heures jé me rends ici, muni d'espèces. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  375. Je vous y attends, cantonné de papier. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  376. Et tous trois ensemble, lé verre à la main, nous ratifierons l'échange. (Acte 2, scène 9, DARGENTAC)
  377. Volontiers, nous dînerons ensemble. (Acte 2, scène 9, TRAPOLIN)
  378. Si Monsieur Dargentac me manque de parole, les Trouffignacs entendront parler de lui, je lui en donne bien la mienne. (Acte 2, scène 10, TRAPOLIN)
  379. Il n'en manquera pas, cela lui est de trop de conséquence. (Acte 2, scène 10, DURILLON)
  380. Il fera sagement. (Acte 2, scène 10, TRAPOLIN)
  381. J'entre un moment là-dedans pour serrer le billet de vingt-cinq mille livres, et pour regarnir mon portefeuille, s'il venait quelqu'un par hasard, je vous rejoins dans l'instant même. (Acte 2, scène 10, TRAPOLIN)
  382. S'il s'avisait de faire banqueroute, elle serait diablement frauduleuse. (Acte 2, scène 11, DURILLON)
  383. Oui, possédée, Monsieur ; car il faut l'être, et c'est le diable qui se mêle de me faire jouer si malheureusement. (Acte 2, scène 11, LA BARONNE)
  384. J'en suis bien fâché, Madame. (Acte 2, scène 11, DURILLON)
  385. Et je suis au désespoir, moi, Monsieur, oui au désespoir, ce qui s'appelle au désespoir, cent lieues par-delà même, je vous assure. (Acte 2, scène 11, LA BARONNE)
  386. Cent lieues par-delà ? (Acte 2, scène 11, DURILLON)
  387. Je suis en état de tout faire, de tout oser, de tout entreprendre. (Acte 2, scène 11, LA BARONNE)
  388. Je vous poignarderai, je vous assassinerai, je vous étranglerai, si vous ne me prêtez de l'argent. (Acte 2, scène 11, LA BARONNE)
  389. Quelle chienne de méprise ? (Acte 2, scène 11, DURILLON)
  390. Je m'égare, je deviens folle. (Acte 2, scène 11, LA BARONNE)
  391. Mais tenez, le voilà, Monsieur Trapolin, achevez avec lui la conversation que nous avions commencée. (Acte 2, scène 11, DURILLON)
  392. Qu'est-ce donc, Madame de Va-partout, à qui en avez-vous ? (Acte 2, scène 13, TRAPOLIN)
  393. Ma foi, Madame, je n'en ai point, et toutes les mines du Pérou ne pourraient suffire aux pertes que vous faites. (Acte 2, scène 13, TRAPOLIN)
  394. Les mines du Pérou, dites les mines d'Auvergne, Je ne vous demande que du papier ; vous ne m'avez jamais donné autre chose, et le plus mauvais est le meilleur pour l'usage que j'en fais, je vous l'avoue. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  395. Voilà une folle qui a des intervalles de bon sens. (Acte 2, scène 13, DURILLON)
  396. Quand je l'ai une fois perdu, je voudrais qu'il devînt feuille de chêne entre les mains de ceux qui me le gagnent. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  397. Comme il devient entre les vôtres. (Acte 2, scène 13, TRAPOLIN)
  398. Maudit Pharaon, maudit Lansquenet, maudite fortune ! (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  399. Tu changeras à la fin, oui, tu changeras, il faut bien que tu changes, car tu es changeante. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  400. Vous ne sauriez changer, vous, comment espérez-vous que la fortune change ? (Acte 2, scène 13, TRAPOLIN)
  401. Je suis bien changée, je vous en réponds, je n'ai pas toujours aimé le jeu comme je fais, mes premières passions étaient tout autre chose ; mais je les ai toujours vives et onéreuses, et si mon bien n'était pas substitué, je serais tout è fait ruinée à l'heure que je vous parle. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  402. Vous consommez tous vos revenus d'avance, et vous ne devez déjà plus de quatre mille francs de délégation sur mille sept cent onze. (Acte 2, scène 13, TRAPOLIN)
  403. Hé bien, allons jusqu'à huit, mon petit Trapolin, allons jusqu'à huit ; j'ai plus de seize mille livres de rente, comme tu sais, ce sera ma première demie année que tu toucheras. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  404. Oui, la première demie année, il y a deux ans à attendre. (Acte 2, scène 13, TRAPOLIN)
  405. Cela est bien aisé à dire : mais j'avance du comptant, et cela ne rentre qu'au bout d'un siècle. (Acte 2, scène 13, TRAPOLIN)
  406. On ne demande que du papier, et cela te rentrera incessamment, bon homme. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  407. Hé, non, non, va, je ne la tarirai point, je t'en réponds. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  408. tu m'impatientes au moins, mon petit ami, prends-y garde. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  409. Renvoyons cette femme-là, Monsieur Trapolin. (Acte 2, scène 13, DURILLON)
  410. Hé bien, Madame, je n'ai point d'effets : mais j'en emprunterai, je passerai demain chez vous, et je tâcherai de finir votre affaire. (Acte 2, scène 13, TRAPOLIN)
  411. Comment demain ? (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  412. Que deviendrai-je aujourd'hui ? (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  413. Il y a gros jeu chez la Comtesse ; faute de mille livres de papier que tu pourrais me donner dès à présent, je manquerai peut-être un retour de cette capricieuse fortune, qui me guette dans cet instant-là, pour me faire faveur : j'ai cela dans l'esprit, donne-moi tout à l'heure mille francs, tu m'en apporteras demain deux autres, et je te ferai une délégation de quatre, parce qu'il faut attendre. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  414. Que tu n'en manques pas, petit fripon. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  415. Adieu, mon cher Trapolinet : mille excuses, Monsieur, de mon petit égarement, quand je suis outrée, et qu'on se trouve sous ma coupe... (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  416. Cela n'est rien, Madame, et je suis trop heureux que cela vous ait passé. (Acte 2, scène 13, DURILLON)
  417. Vous me le pardonnez, je m'en réjouis, et je m'en vais mettre à la réjouissance. (Acte 2, scène 13, LA BARONNE)
  418. Avec tout cela, ces femmes de condition ont des manières, un certain air de supériorité qui détermine à faire tout ce qu'elles veulent, malgré qu'on en ait. (Acte 2, scène 14, DURILLON)
  419. On dira ce qu'on voudra, j'aime mieux le dérangement de certaines femmes du monde, que la régularité de certaines prudes. (Acte 2, scène 14, TRAPOLIN)
  420. Vous ne manquerez point d'argent, qui vous presse d'en demander à Trapolin ? (Acte 3, scène 1, SUZON)
  421. L'impatience où me met ce coquin-là, qui me doit des lettres échues, et qui diffère à me les payer. (Acte 3, scène 1, CLITANDRE)
  422. Je vous les payerai, moi, et de son argent je suis nantie. (Acte 3, scène 1, SUZON)
  423. Dans la vue de m'engager à l'épouser, il m'a confié le produit secret des friponneries qu'il a faites à ses associés, sur celles qu'ils font ensemble au public ; cela est en or dans une cassette que je me charge de vous remettre. (Acte 3, scène 1, SUZON)
  424. J'entre pour cela dans son cabinet, et me rends dans l'instant au rendez-vous que vous m'avez donné. (Acte 3, scène 1, CLITANDRE)
  425. Je vais vous y attendre. (Acte 3, scène 1, SUZON)
  426. Voilà qui est bien, Claudine : où est votre cousin ? (Acte 3, scène 2, SUZON)
  427. Là-bas, Mademoiselle, dans la cuisine, je crois qu'il déjeune encore. (Acte 3, scène 2, CLAUDINE)
  428. Qu'il ne sorte pas ; le Tailleur doit venir prendre sa mesure pour une casaque de livrée. (Acte 3, scène 2, SUZON)
  429. Vous m'attendez ici l'un et l'autre. (Acte 3, scène 2, SUZON)
  430. Si le papier que le cousin a trouvé est aussi bon que je me l'imagine, il n'aura que faire de la casaque, et nous pourrons bian tous deux nous en retorner au Village. (Acte 3, scène 3, CLAUDINE)
  431. Mais j'entends Monsieur Trapolin qui querelle avec quelqu'un, il est coutumier de ça. (Acte 3, scène 3, CLAUDINE)
  432. J'ai perdu là-dessus plus de trois cent pistoles de mon argent, moi. (Acte 3, scène 4, TRAPOLIN)
  433. Voilà pour huit mille livres de lettres de change à prendre sur vous. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  434. Payables en espèces. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  435. J'en conviens. (Acte 3, scène 4, TRAPOLIN)
  436. Je suis pressé d'argent. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  437. Je n'en doute point. (Acte 3, scène 4, TRAPOLIN)
  438. Il faut que vous m'en donniez, ou que le diable vous emporte, Monsieur Trapolin. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  439. Je vous en ferai bien trouver. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  440. Je vous en défie. (Acte 3, scène 4, TRAPOLIN)
  441. Et tout en entier, je vous en réponds. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  442. Je ne prendrais pas pour cent francs de papier. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  443. Ni vous, si fort dénué d'argent que vous le voulez paraître. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  444. Vous serez trop heureux dans quinze jours de prendre un sac de mille livres, et le reste en billets. (Acte 3, scène 4, TRAPOLIN)
  445. Je serai payé, et dès aujourd'hui, et tout en espèces. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  446. Vous serez bien habile. (Acte 3, scène 4, TRAPOLIN)
  447. Je le suis devenu, au moins, Monsieur Trapolin. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  448. À force d'être dupe, on apprend à ne plus l'être. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  449. Il faut bien faire quelque chose, dans la vie. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  450. J'ai été cassé il y a trois mois, parce que vous m'aviez manqué de parole, et que je ne pus, faute d'argent, ni remettre ma troupe, ni me mettre en campagne. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  451. Il y eut un peu de votre faute et de la mienne ; j'en ai été puni, il faut que vous le soyez à votre tour, Monsieur Trapolin. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  452. Je vous châtierai, je vous en réponds. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  453. Je vous enlèverai de vos pratiques. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  454. Je n'en ai que trop. (Acte 3, scène 4, TRAPOLIN)
  455. Je vous tiens par votre endroit sensible. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  456. Vous n'avez pourtant point de mon argent. (Acte 3, scène 4, TRAPOLIN)
  457. Je remettrai dès aujourd'hui votre papier à gens qui m'en donneront tout ce qu'il vaut, pour le moins. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  458. Vous aurez raison, je n'en donne que de bons. (Acte 3, scène 4, TRAPOLIN)
  459. Je vous en remercierai. (Acte 3, scène 4, CLITANDRE)
  460. Il ne sera payé de plus de quatre mois, j'en sais plus que lui ; et mon papier, quelque bon qu'il soit, ne se négocie pas aisément, à moins que je ne m'en mêle. (Acte 3, scène 5, TRAPOLIN)
  461. Je viens de rencontrer un jeune homme qui sort d'ici de bien bonne humeur. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  462. Il n'a pourtant pas trop sujet d'être content de moi. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  463. Vous me surprenez, Monsieur Trapolin et je vous ai toujours vu de si bonnes manières... (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  464. On n'en a pas avec tout le monde, Madame : il y a des procédés qui dérangent et qui forcent, malgré qu'on en ait, à sortir de son bon naturel. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  465. Le vôtre vous porte furieusement au bien, Monsieur Trapolin. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  466. Si j'étais homme, moi, je ne voudrais point d'autres talents, ni d'autres réputation que la vôtre. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  467. Je suis bienheureux, Madame. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  468. Il n'a pas tenu à moi que mon imbécile de mari n'ait achevé sa fortune par la même route. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  469. Cela n'est qu'ébauché, Monsieur Trapolin, cela n'est qu'ébauché, et Monsieur Malprofit est un homme si fort borné, si fort borné, qu'il est incapable de rien conduire à la dernière perfection. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  470. Vous en parlez comme il vous plaît ; mais... (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  471. Pardonnez-moi vraiment, depuis que je l'ai mis dans les affaires, ou pour mieux dire, depuis qu'il me prête son nom, car c'est moi qui y suis au moins. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  472. On le sait bien, Madame. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  473. On ne saurait savoir tout ce que j'ai fait pour lui : je l'ai tiré de petit Commis où il était à Romorantin : je l'ai poussé dans le monde, presque sans savoir ni pourquoi ni comment, en aveugle, là, comme la fortune : je l'ai fait connaître ; je l'ai mis en place : il y est, je l'y soutiens. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  474. Nous vivons bien ensemble, il est toujours à table, et moi toujours au jeu ou aux spectacles ; cela fait que nous ne nous voyons guères : nous partageons le produit des affaires ; il garde l'argent, me laisse le papier. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  475. J'y suis un peu lésée, mais je m'en accommode, et le secours de mon bon ami Monsieur Trapolin, m'est souvent nécessaire. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  476. Je vois bien, Madame, que je puis vous être utile aujourd'hui, apparemment ? (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  477. En quelque temps, et à qui ne l'êtes-vous pas ? (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  478. Tant pis, vraiment ; j'en suis fâché, j'en aurai moins de mérite. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  479. Il ne me faut que quatre mille francs ; mais j'en ai le fonds en papier, Monsieur Trapolin. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  480. L'argent sera cher aujourd'hui, Madame. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  481. Il m'en faut, Monsieur Trapolin, quelque prix qu'il coûte. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  482. Je vous en trouverai, n'en fut-il point. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  483. Je le sais, Madame, un Marchand de Dentelles vous a attrapée d'une garniture. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  484. J'en suis pour deux mille livres, qu'il faut que je paie aujourd'hui, pour éviter que Monsieur Malprofit en entende parler. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  485. Cela est fort ; et une petite guenon que vous aimez, vous a cassé pour treize cents francs de porcelaines. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  486. Je les dois encore. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  487. Ma bonne amie Madame Aubry me les avait envoyées, pour un petit entresol que j'ajuste. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  488. Je les voulais placer sur des consoles, le singe les plaça sur le parquet, et les mit toutes en cannelle. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  489. Je l'ai donnée à mon époux, elle lui a mangé deux promesses des Gabelles, et renversé une écritoire sur un billet de Compagnie : cela est fort plaisant. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  490. Voilà une guenon qui lui coûte chère. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  491. Il en a qui lui coûte davantage. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  492. Les animaux ruinent, Monsieur Trapolin, mais quand on les aime... (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  493. On fait fort bien de se contenter. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  494. Voilà pour huit mille francs de papier, convertissez-le sur le pied courant, et envoyez-moi l'espèce. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  495. Laissez-moi faire, Madame, je connais votre Marchand de Dentelles, je m'accommoderai avec lui ; je paierai les Porcelaines, et nous compterons du reste : je vous ferai du profit, je vous en réponds. (Acte 3, scène 6, TRAPOLIN)
  496. Je m'en fie bien à vous, vous avez de l'honneur et de la probité. (Acte 3, scène 6, MADAME MALPROFIT)
  497. Il est prêt à manquer, ses affaires pressent ; il n'a fourni que du fil, il sera trop heureux d'être payé en papier, et autant de profit pour la Caisse. (Acte 3, scène 7, TRAPOLIN)
  498. Mais tant pis, vraiment. (Acte 3, scène 8, TRAPOLIN)
  499. Voici une drôle de maison, on ne trouve personne à qui parler : oh dame, je suis un drôle de corps aussi, moi ; je vais toujours en avant quand rien ne m'arrête ; et si je trouvais la Caisse ouverte.... (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  500. Oui, tout justement, c'est lui-même. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  501. Bonjour, Messieurs ; je vous rencontre, à la fin, Monsieur Durillon ; c'est là Monsieur Trapolin, n'est-ce pas ? (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  502. Je n'en doute pas, vous êtes un fort honnête homme, fort serviable, et que dans les occasions... moyennant de certaines conventions... (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  503. Mais vous savez bien de quoi il est question, et monsieur Durillon vous a parlé de moi, je gage ? (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  504. Pourquoi donc ne me pas faire avertir qu'il n'y a encore rien de prêt, Monsieur Durillon ? (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  505. Vous prenez les devants pour disposer les choses, afin que je n'aie qu'à signer et prendre de l'argent ; car j'entends que ces deux choses-là, moi, dans toutes les affaires de la vie, et je ne vois pas, quand on est ce que je suis, qu'il faille en savoir davantage. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  506. Non, assurément, Monsieur_le_Marquis Daudinet est le fils d'un riche Financier ; il a encore père et mère, et on lui tient la bride un peu trop serrée, et il a dessein de prendre le mors aux dents, pour galoper un peu sans contrainte dans les terres de la belle galanterie. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  507. Voilà un projet bien noble, et bien digne de Monsieur_le_Marquis Daudinet. (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  508. C'est le meilleur enfant, le plus honnête garçon ; sa seule physionomie gagne les coeurs. (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  509. Il n'y a que mon père et ma mère qui s'en plaignent ; mais je sais bien pourquoi. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  510. Elles ne conviennent pas aux leurs, apparemment ? (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  511. Ni les leurs aux miennes, vous y voilà ; je ne saurais rien faire de ce qu'ils veulent, je ne puis m'y résoudre. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  512. Ce sont des gens bien bizarres, au moins, Monsieur Trapolin. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  513. Tenez, Monsieur, le père veut que je prenne une Charge à la Cour, parce qu'ils m'ont toujours fait appeler Monsieur_le_Marquis à la maison et au Collège, où j'ai bien payé ce peste de nom-là. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  514. Que de coups de poings il a fallu faire, aussi bien à l'Académie ! (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  515. Et la mère, elle, veut que je sois de robe, parce que j'ai étudié : voilà une chienne de raison, j'ai étudié ; mais je n'ai rien appris, je serais un plaisant Juge. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  516. Mais à quoi votre penchant vous porte-t-il, vous, Monsieur_le_Marquis ? (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  517. À ne rien faire, Monsieur Trapolin. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  518. Quel parti prendre ? (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  519. Et si vous vous sentiez du goût pour la guerre ? (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  520. Mon père et mère me disent que, quoi qu'il puisse arriver, j'aurai huit cent mille francs de bien après leur mort. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  521. Huit cent mille francs ! (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  522. C'est un beau denier. (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  523. Et ils ne m'avanceraient pas quatre pistoles là-dessus, voyez un peu le ridicule. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  524. Cela ne vous embarrasse point, et vous n'en manquez pas d'ailleurs. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  525. Vraiment, Monsieur Clapied, mon Précepteur, qui étudie encore pour achever d'être docteur, prête sur gages, comme vous savez, Monsieur Durillon ! (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  526. Mais il n'a pas de fonds, je lui dois déjà plus de deux mille écus, dont je n'ai touché que deux cents pistoles, et si il a à moi pour plus de dix mille francs de bagues et de tabatières, que j'avais prises à crédit : il ne me donne que cent francs à cent francs ; il me fait languir, cela ne me fait, ni profit, ni honneur : je suis las de tout cela, et Monsieur Durillon m'a dit que nous ferions ensemble tout d'un coup quelque bonne affaire, que je n'aurai à songer qu'à me divertir pendant deux ou trois mois ; tant que l'argent durera, je ne vous importunerai point. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  527. Monsieur Durillon me croit plus en fonds que je ne suis, les espèces sont rares, et je n'ai que du papier, Monsieur_le_Marquis Daudinet. (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  528. Hé bien, du papier, soit, qu'est-ce que cela fait quand le papier est bon ? (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  529. Vous croyez peut-être ayant père et mère, que sans donner de nantissement... (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  530. Palsambleu, mon père et ma mère, il n'y a pas de meilleure hypothèque : ils ont des maisons à Paris, de riches meubles, des rentes, des terres, des maisons à la campagne, et du papier aussi bien que vous. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  531. Allez, allez, si je pouvais mettre la main sur le portefeuille, je me passerais bien du secours du vôtre. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  532. Tout cela est beau et bon ; mais en faisant affaires avec vous, je n'en veux point avoir avec votre famille. (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  533. Cela est fort honnête : mais comment ferons-nous donc ? (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  534. Je veux vous en convaincre : je viens de faire bâtir dans le Faubourg une grande maison, qui me reviens à plus de quarante-cinq mille livres vous n'avez qu'à l'hypothéquer, je vous la prête. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  535. Vous me rendez confus, Monsieur Durillon, et je ne prétends pas... (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  536. Je suis votre ami, et votre serviteur, et si Monsieur Trapolin veut se contenter de l'hypothèque que vous lui donnerez sur ma maison, que je vous prête, et que je prétends même que vous déclariez être à vous dans l'obligation... (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  537. Mais en vérité, Monsieur Durillon, voilà des honnêtetés, des politesses qui me confondent. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  538. En peut-on trop avoir pour ses amis ? (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  539. Je vous prierai pour toute reconnaissance, de me prêter seulement un millier d'écus, pour achever de payer quelques ouvriers, et je ne vous en ferai point de billet même, car je vous les rendrai huit jours après. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  540. Fi donc, vous moquez-vous : vous me prêtez votre maison sans reconnaissance, et je prendrais un billet de vous de mille écus ? (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  541. Mais vous me prenez pour un faquin, Monsieur Durillon. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  542. Si je m'en accommoderai ? (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  543. De combien Monsieur_le_Marquis Daudinet aura-t-il affaire ? (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  544. Combien prendrons-nous ; Monsieur Durillon ? (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  545. J'en ferai de l'espèce, moi ; je battrai monnaie, je m'en charge. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  546. Prenez vingt mille francs, cela vous rendra quelque plus de moitié, et avec cela, de plus de trois mois d'ici vous n'aurez pas besoin de nouveaux expédients. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  547. Oui, cela sera bien comme cela, vingt mille francs, allons vingt mille francs ; vingt mille francs, Monsieur Trapolin. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  548. Oui, oui, de vingt-deux, soit, il n'y a rien de plus juste. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  549. Ce Monsieur Trapolin-là fait les choses pour rien, c'est une franche dupe. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  550. Allez-vous-en passer l'acte ; que Monsieur le signe, et je passerai, moi, chez le Notaire, ce sera une affaire faite. (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  551. Oui, oui, nous allons revenir, Monsieur Trapolin, et je vous mènerai dîner chez une belle Dame de mes amies, où vous verrez que je suis le maître, sans vanité. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  552. Non, Monsieur Daudinet, c'est à moi de vous régaler, nous dînerons ensemble. (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  553. Vingt mille francs et un bon dîner, il n'y a rien de plus honnête. (Acte 3, scène 9, DURILLON)
  554. Non, assurément : mais j'aurai ma revanche. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  555. Toute la somme à rendre en espèces ; et que le Stellionat soit bien dans les formes, au moins, cela est de conséquence. (Acte 3, scène 9, TRAPOLIN)
  556. Par ma foi, voilà un bien honnête-homme. (Acte 3, scène 9, DAUDINET)
  557. Ce ne sera pas la plus mauvaise pièce de notre sac, que Monsieur_le_Marquis Daudinet : il faudra que la famille paie, et de jeunes badauds comme celui-là sont merveilleux, pour avancer en très peu de temps un nouvel établissement. (Acte 3, scène 10, TRAPOLIN)
  558. Allons donc, enfants. (Acte 3, scène 11, DARGENTAC)
  559. Monsieur Dargentac est de parole, c'est un galant homme. (Acte 3, scène 11, TRAPOLIN)
  560. Mé voilà dé retour, monsieur Trapolin, ne vous ai-je point fait attendre ? (Acte 3, scène 11, DARGENTAC)
  561. J'attends toujours tranquillement, je suis occupé de tant d'affaires... (Acte 3, scène 11, TRAPOLIN)
  562. Voilà treize mille livres de monnaie blanche, et deux mille francs en or dans cetté bourse. (Acte 3, scène 11, DARGENTAC)
  563. Je m'en rapporte bien à vous, vous êtes homme d'ordre, il n'est rien de mieux, comptons l'espèce. (Acte 3, scène 11, DARGENTAC)
  564. Non, non, Monsieur Trapolin, les poids ne sont pas toujours justes, je n'ai pas fait les sacs, moi, je ne réponds de rien, je ne voudrais pas que l'on vous abusât d'un quart d'écu, je vais de pair avec vous pour la bonne foi, Monsieur Trapolin. (Acte 3, scène 11, DARGENTAC)
  565. J'en suis persuadé, Monsieur Dargentac. (Acte 3, scène 11, TRAPOLIN)
  566. Or sus, comptez, avez-vous quelqu'un de vos gens ? (Acte 3, scène 11, DARGENTAC)
  567. Nous n'en manquerons pas. (Acte 3, scène 11, TRAPOLIN)
  568. Holà, hé, laquais, Dubois est-il revenu ? (Acte 3, scène 11, TRAPOLIN)
  569. Le voilà qui rentre, Monsieur. (Acte 3, scène 11, UN LAQUAIS)
  570. Il n'y a rien de payé, Monsieur Trapolin, tout est protesté, les lettres de change... (Acte 3, scène 12, DUBOIS)
  571. Vous me rendrez compte de cela une autre fois ; aidez-moi à compter cet argent. (Acte 3, scène 12, TRAPOLIN)
  572. Tenez comptez. (Acte 3, scène 12, TRAPOLIN)
  573. Holà, ho, Monsieur que j'ai amené, vous appelez-vous Monsieur Dargentac par parenthèse. (Acte 3, scène 13, LE FIACRE)
  574. Que lui veux-tu à Monsieur Dargentac, dis ivrogne ? (Acte 3, scène 13, DARGENTAC)
  575. Hé sandis qu'il monte, je né puis quitter, jé suis en affaires. (Acte 3, scène 13, DARGENTAC)
  576. Qu'il monte, qu'il monte, cela est bien aisé à dire, il ne saurait monter, il a des béquilles, et il est emballé dans une chaise de poste. (Acte 3, scène 13, LE FIACRE)
  577. Diantre soit fait de l'homme dé mé venir, relancer jusqu'ici ; les Touffignac sont incommodes. (Acte 3, scène 13, DARGENTAC)
  578. Continuez toujours, Monsieur Trapolin, mes espèces sont en bonnes mains, l'audience sera courte, jé descends, jé fais diligence. (Acte 3, scène 13, DARGENTAC)
  579. Oh, j'aurai bientôt expédié mon homme, jé suis alerte, jé suis alerte. (Acte 3, scène 13, DARGENTAC)
  580. Combien disons-nous ? (Acte 3, scène 14, TRAPOLIN)
  581. Ma foi je ne sais, Monsieur Dargentac et le Fiacre m'ont étourdi, je songeais à toute autre chose, je vous l'avoue ; recommençons pour plus de sûreté. (Acte 3, scène 14, DUBOIS)
  582. Non, non, c'est quatre-vingt-cinq, je m'en ressouviens, quatre-vingt-dix, quatre-vingt-quinze, un deux, trois, quatre, quatre-vingt-dix-neuf, avec la monnaie, cela est bon, voyons le reste. (Acte 3, scène 14, TRAPOLIN)
  583. En voici un qui est diablement léger... (Acte 3, scène 14, DUBOIS)
  584. Quelle chienne d'espèce ? (Acte 3, scène 14, DUBOIS)
  585. Comment ? (Acte 3, scène 14, TRAPOLIN)
  586. Ma foi cela ne signifie rien de bon ; vous êtes trompé, si je ne me trompe, et le Gascon n'est pas si dupe. (Acte 3, scène 14, DUBOIS)
  587. Ma foi je vous défie de le rattraper : mais il dit que vous ne vous impatientiez pas ; qu'il ne va qu'ici près jusqu'à Gennes seulement, et qu'il reviendra le plutôt qu'il pourra pour achever vos comptes. (Acte 3, scène 15, LE FIACRE)
  588. Parbleu il m'a bien payé, je n'ai rien à lui dire. (Acte 3, scène 15, LE FIACRE)
  589. Ce n'est point le véritable Argentac, à coup sûr, je suis perdu. (Acte 3, scène 15, TRAPOLIN)
  590. Écoutez, il pourrait y avoir là-dedans quelque manigance au moins ; il parlait Parisien quand je l'ai pris, et il me semble qu'il est devenu tout d'un coup Gascon dans cette maison-ci. (Acte 3, scène 15, LE FIACRE)
  591. Ah le pendard ! (Acte 3, scène 15, TRAPOLIN)
  592. J'en vois la conséquence. (Acte 3, scène 15, DUBOIS)
  593. Descends, toi, cocher, et attends-moi là-bas, tu me mèneras à la petite Auberge. (Acte 3, scène 15, TRAPOLIN)
  594. Je ne sais où j'en suis, je ne sais ce que je vais faire. (Acte 3, scène 16, TRAPOLIN)
  595. Où ai-je mis ces deux mille francs en or ? (Acte 3, scène 16, TRAPOLIN)
  596. La cruelle aventure, la maudite journée ! (Acte 3, scène 16, TRAPOLIN)
  597. Voilà tout ce qu'il vous faut, Monsieur Trapolin : ne me donnez-vous point d'ordre pendant votre absence ? (Acte 3, scène 17, DUBOIS)
  598. Si quelqu'un vient, je serai bientôt de retour, on n'a qu'à m'attendre. (Acte 3, scène 17, TRAPOLIN)
  599. Il n'y a point de fortune à faire avec ces Messieurs de la Gascogne ; et si jamais je travaille pour mon compte, je n'aurai point d'affaire avec ces gens-là. (Acte 3, scène 18, DUBOIS)
  600. Ce n'est pourtant point un vrai Gascon que ce drôle-ci, et le Fiacre dit qu'il est de Paris ; je crois par ma foi que les bords de la Seine produisent quelquefois d'aussi mauvais plants que ceux de la Garonne. (Acte 3, scène 18, DUBOIS)
  601. Hé, faites-moi parler à lui, je vous en prie, (Acte 3, scène 19, CHICANENVILLE)
  602. J'ai été volé, Monsieur, en arrivant dans cette chienne de Ville, on a pris ma malle que mon sot de valet avait derrière lui, sur son cheval. (Acte 3, scène 19, CHICANENVILLE)
  603. Il n'y avait heureusement dedans que mes habits, mon argent et mon linge, et les papiers du procès qui m'amène ici étaient à l'arrière de ma selle, dans une petite valise : nous ne perdons guère ces effets-là de vue nous autres. (Acte 3, scène 19, CHICANENVILLE)
  604. Vous êtes de Normandie apparemment, Monsieur ? (Acte 3, scène 19, DUBOIS)
  605. Fort à votre service ; bon gentilhomme de très ancienne race, je m'appelle Monsieur de Chicanenville ; et j'ai tant de parents dans le pays, qu'on évoque ici mes affaires. (Acte 3, scène 19, CHICANENVILLE)
  606. C'est-à-dire que vous venez plaider à Paris ? (Acte 3, scène 19, DUBOIS)
  607. Hélas oui, mon cher Monsieur ; et pour plaider il faut de l'argent : on m'a volé, je ne sais comment faire. (Acte 3, scène 19, CHICANENVILLE)
  608. J'en dépense pourtant moins qu'un autre, et je fais mes écritures moi-même da. (Acte 3, scène 19, CHICANENVILLE)
  609. Mais comme il faut que je fasse une consignation de six cents livres, mon avocat qui m'attend au café avec un de ses amis, m'a adressé à Monsieur Trapolin, pour escompter quelques billets dont je suis porteur ; il m'a dit que c'était son négoce. (Acte 3, scène 19, CHICANENVILLE)
  610. Tant pis vraiment, je suis fort pressé. (Acte 3, scène 19, CHICANENVILLE)
  611. Je pourrais bien faire votre affaire en son absence. (Acte 3, scène 19, DUBOIS)
  612. Pour combien voulez-vous escompter de papier ? (Acte 3, scène 19, DUBOIS)
  613. Nous le prenons à cinquante, nous vous en donnerons à quarante-neuf, tant qu'il vous plaira. (Acte 3, scène 19, DUBOIS)
  614. J'ai mandé qu'on m'envoyât de l'argent, Sitôt que j'en aurai, je retire mon papier, je vous en avertis. (Acte 3, scène 19, CHICANENVILLE)
  615. On vous le rendra à un de perte. (Acte 3, scène 19, DUBOIS)
  616. Nous n'écrivons jamais, nous autres, nous ne prenons jamais d'autre engagement que la bonne foi. (Acte 3, scène 19, DUBOIS)
  617. Je vais vous donner un sac de mille livres, que j'ai bien fait de ne pas serrer. (Acte 3, scène 19, DUBOIS)
  618. Je viens de le compter avec Monsieur Trapolin, il n'y manque pas une obole. (Acte 3, scène 19, DUBOIS)
  619. Adieu, Monsieur le Commis, je ne veux pas faire attendre mon Avocat, je vous remercie. (Acte 3, scène 19, CHICANENVILLE)
  620. Monsieur Trapolin ne fait les affaires qu'à trente-neuf, et je les fais à cinquante, moi, et avec un Gentilhomme de Normandie encore ; je prévois que j'irai loin. (Acte 3, scène 20, DUBOIS)
  621. Cet excédent de profit ne devrait-il pas être pour le Commis ? (Acte 3, scène 20, DUBOIS)
  622. Je n'en puis plus, j'en mourrai, mon voleur n'est point le véritable Argentac, c'est le fils d'un Cabaretier, qui depuis quinze jours s'est fait Dragon. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  623. Je ne désespère pas pourtant de rattraper partie de mon affaire ; j'ai donné de l'argent à trois ou quatre de ses camarades qui le cherchent, ils le trouveront peut-être. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  624. Oui : mais s'ils le trouvent, ce ne sera pas pour la restitution, ce sera pour le partage. (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  625. C'est ce qu'il m'étonne, et deux mille francs en or qu'il m'a donnés. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  626. N'est-ce point tout le Régiment qui s'est associé pour vous faire pièce ? (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  627. Voilà une aventure chagrinante. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  628. On ne peut pas beaucoup gagner sans perdre quelquefois ; et tel qui ne s'y attend pas, me remboursera de la perte. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  629. Je viens déjà de faire une petite affaire qui commencera de vous dédommager. (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  630. Comment, quelle affaire ? (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  631. Voilà deux mille francs de papier, que je viens de troquer contre un sac de mille livres. (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  632. Je suis fort entendu : mais je suis pour le moins aussi heureux. (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  633. Et comment as-tu fait ? (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  634. Où as-tu pris de l'argent ? (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  635. Hé, morbleu, j'ai donné ce sac que vous m'aviez dit de serrer le plus heureusement du monde. (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  636. Oui, Monsieur, vous n'auriez jamais deviné que j'en ferais un si bon usage. (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  637. Voilà une bonne chienne d'affaires. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  638. Vous n'en êtes pas content ? (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  639. Comment ne me tournerait-elle pas ? (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  640. Non, non, nous l'avons compté ensemble. (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  641. Et j'y ai mis les deux mille francs en or, que ce coquin de Gascon m'avait donnés. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  642. Vous y aviez mis deux mille francs en or ? (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  643. Parbleu, allez, il faut que vous ayez fait cela bien adroitement, car je ne m'en suis point aperçu. (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  644. Et avec qui as-tu fait ce malheureux coup-là, encore ? (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  645. Je sais son nom, du moins, Monsieur de Chicanenville, un Gentilhomme de Normandie. (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  646. Chicanenville de Normandie ? (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  647. Mon argent est perdu, il n'y a plus de ressource. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  648. Que je suis malheureux, toutes sortes d'accidents m'arrivent, et ce ne sera peut-être pas là le dernier de la journée. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  649. Ne faites point de bruit de l'aventure, au moins, cela nuirait à votre crédit, et au mien, peut-être. (Acte 3, scène 21, DUBOIS)
  650. Demeurez ici, Jasmin, et prenez bien garde à tous ceux qui viendront me demander, qu'ils m'attendent, ou venez m'avertir au café, chez Mustapha. (Acte 3, scène 21, TRAPOLIN)
  651. Allez-vous-en lui dire de venir ici, j'ai à lui parler, et je l'attends. (Acte 3, scène 22, ZACHARIE)
  652. Le vela tout seul, par bonheur, j'en ferons plus aisément notre affaire ; et il vaut mieux s'adresser à stici qu'à l'autre. (Acte 3, scène 23, CLAUDINE)
  653. Qu'est-il venu faire à Paris, ton cousin ? (Acte 3, scène 23, ZACHARIE)
  654. Hé, quelles affaires as-tu en ce pays-ci ? (Acte 3, scène 23, ZACHARIE)
  655. C'est une nature d'affaire où l'on dit que, si vous le vouliais, vous pourriais bian me rendre queuque sarvice. (Acte 3, scène 23, LUCAS)
  656. On me devait queuque argent, je sis allé pour le recevoir, et on ne m'a baillé que du papier. (Acte 3, scène 23, LUCAS)
  657. Tu n'es pas malheureux encore. (Acte 3, scène 23, ZACHARIE)
  658. À combien est-il aujourd'hui, le papier, Monsieu, dites ? (Acte 3, scène 23, CLAUDINE)
  659. Est-ce pour en donner, ou pour en prendre ? (Acte 3, scène 23, ZACHARIE)
  660. Oh, pour celui-là je n'en veux rien, je le prendrai au pair, pour te faire plaisir, ma chère Claudine, à condition... (Acte 3, scène 23, ZACHARIE)
  661. Oh, parguenne oui, c'est tout du plus fort, et du meilleur ; il n'y a aucune déchirure. (Acte 3, scène 23, LUCAS)
  662. Les assurances que votre belle bouche m'a données de notre mariage, augmente mon amour, et ma félicité serait parfaite... (Acte 3, scène 23, ZACHARIE)
  663. Est-ce là la sarimonie qu'il faut faire pour changer le papier en de l'argent ? (Acte 3, scène 23, LUCAS)
  664. Vous voilà de bien bonne humeur : de quoi ruez-vous donc si fort, Monsieur Zacharie ? (Acte 3, scène 24, MADAME SARA)
  665. Je n'en ai lu encore que les premiers mots, lisons le reste. (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  666. Mais vraiment, c'est de l'écriture de votre filleul, Monsieur Zacharie. (Acte 3, scène 24, MADAME SARA)
  667. Je pense que vous avez raison, je n'y prenais pas garde. (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  668. Pour me bailler de l'argent il ne faut point tant de préambule. (Acte 3, scène 24, LUCAS)
  669. Donne-toi patience, mon ami, donne-toi patience... (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  670. Augmentent mon amour ; et ma félicité serait parfaite, mon adorable Suzon. (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  671. Ça ne viant point au fait, il n'y a encore rian là qui parle d'argent, Claudeine. (Acte 3, scène 24, LUCAS)
  672. C'est moi, vraiment, je n'en saurais douter. (Acte 3, scène 24, MADAME SARA)
  673. Ah, le pendard ! (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  674. C'est une insulte que ces canailles-là nous font faire, je vous en avertis. (Acte 3, scène 24, MADAME SARA)
  675. Mademoiselle Claudine, Mademoiselle Claudine, votre cousin le paysan pourrait bien avoir cent coups de bâton, je vous en avertis. (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  676. Cent coups de bâton, da ? (Acte 3, scène 24, LUCAS)
  677. Claudeine, est-ce comme ça qu'on fait de l'argent avec du papier ? (Acte 3, scène 24, LUCAS)
  678. Les vingt mille écus de la succession de votre oncle ne nous peuvent manquer. (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  679. L'impudent sang-froid de ce coquin-là m'impatiente.... (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  680. Il y a presque autant en or dans la petite cassette que vous me gardez. (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  681. Il faut que ce coquin-là nous ait bien volés, Madame Sara ? (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  682. Ah, je vous en réponds. (Acte 3, scène 24, MADAME SARA)
  683. Je ne me troquerais pas pour elle, assurément. (Acte 3, scène 24, MADAME SARA)
  684. Et vous n'avez pas tort ; je ne voudrais pas changer contre lui ni de tempérament, ni de figure, moi. (Acte 3, scène 24, ZACHARIE)
  685. Vous avez bien raison. (Acte 3, scène 24, MADAME SARA)
  686. On vient de m'avertir que vous aviez quelque chose à me dire, Monsieur. (Acte 3, scène 25, TRAPOLIN)
  687. Oui, j'ai à vous dire, Monsieur Trapolin, que vous êtes un maître fripon, un pendard, un coquin à pendre. (Acte 3, scène 25, ZACHARIE)
  688. Un fourbe, un traître, un scélérat, dont je ne veux plus entendre parler de ma vie. (Acte 3, scène 25, MADAME SARA)
  689. J'ai bien de l'obligation à mes mauvaises qualités : mais, qui peut m'attirer toutes ces invectives ? (Acte 3, scène 25, TRAPOLIN)
  690. Si fait, Monsieur, c'est un billet que le cousin a trouvé ; et comme je ne savons lire ni l'un ni l'autre, j'avons prié Monsieur de le vouloir troquer contre de l'argent comme vous faites, vous. (Acte 3, scène 25, CLAUDINE)
  691. Encore sont-ils dans la bonne foi, eux-autres. (Acte 3, scène 25, ZACHARIE)
  692. Hé bien ? (Acte 3, scène 25, TRAPOLIN)
  693. Hé bian, votre papier ne vaut rian, Monsieu Trapolin ; on ne trouve dessus que des coups de bâton et des injures, et si, on appelle ça des billets doux encore. (Acte 3, scène 25, LUCAS)
  694. Je viens vous prendre pour le dîner, Monsieur Zacharie, je vous ai promis de me déterminer aujourd'hui, je vous tiendrai parole en bonne compagnie (Acte 3, scène 26, SUZON)
  695. Je vous en quitte, mon parti est pris je sais à quoi m'en tenir, Madame Trapolin. (Acte 3, scène 26, ZACHARIE)
  696. Comment, on sait tout, et que sait-on, encore ? (Acte 3, scène 26, SUZON)
  697. Que vous m'aimez, que je vous adore, et que nous allons nous marier ensemble. (Acte 3, scène 26, TRAPOLIN)
  698. Serait-il bien possible, charmante personne ? (Acte 3, scène 26, ZACHARIE)
  699. La pluralité des voix n'est ni pour l'un ni pour l'autre, Monsieur Zacharie ; voici pour qui elle se déclare, aussi bien que mon coeur. (Acte 3, scène 26, SUZON)
  700. Je vous l'avais bien dit, Monsieur Trapolin, que je vous enlèverais quelqu'une de vos pratiques, et que je serais payé. (Acte 3, scène 27, CLITANDRE)
  701. Elle est entre les mains de Monsieur, vous lui devez de l'argent, il a des comptes à faire avec vous ; il comptera les mains garnies. (Acte 3, scène 27, SUZON)
  702. Il y a une heure que j'écoute, et je ne comprends rien... (Acte 3, scène 27, MADAME SARA)
  703. C'est une tracasserie qu'on me fait, Madame Sara ; mais je suis honnête homme, moi, la promesse est échue, je vous tiendrai parole. (Acte 3, scène 27, TRAPOLIN)
  704. Vous me rendrez mes dix mille écus, je ne veux point de vous, et pour la promesse de mariage... (Acte 3, scène 27, MADAME SARA)
  705. Je l'ai endossée, Madame Sara, voulez-vous que je l'acquitte ? (Acte 3, scène 27, ZACHARIE)
  706. Volontiers, Monsieur ; mais faisons rendre compte à votre coquin de filleul, et qu'il rentre dans le néant, d'où nous l'avons tiré. (Acte 3, scène 27, MADAME SARA)
  707. Me voilà bien. (Acte 3, scène 27, TRAPOLIN)
  708. Tu voulais faire ma fortune, cousin, voilà la tienne bien dérangée : je m'en vais reprendre les livrées du Président. (Acte 3, scène 27, DUBOIS)

L'IMPROMPTU DE LIVRY (1705)

  1. Dans ces aimables promenades, v.3 (Acte 1, scène 1, FLORE)
  2. Venez joindre vos voix. v.5 (Acte 1, scène 1, FLORE)
  3. Jamais jour en ces lieux n'a paru si charmant, v.6 (Acte 1, scène 1, FLORE)
  4. Leur donne un nouvel agrément v.8 (Acte 1, scène 1, FLORE)
  5. Qu'ils ne pourraient avoir sans elle. v.9 (Acte 1, scène 1, FLORE)
  6. À peine résistaient encore, v.17 (Acte 1, scène 1, FLORE)
  7. Ne pouvaient de vos prés conserver la fraîcheur. v.19 (Acte 1, scène 1, FLORE)
  8. La Déesse par sa présence v.20 (Acte 1, scène 1, LE PÂTRE)
  9. Leur rend à tous leurs ornements. v.21 (Acte 1, scène 1, LE P?TRE)
  10. Ici dans ces heureux moments, v.22 (Acte 1, scène 1, LE P?TRE)
  11. De ses premiers regards tout ressent la puissance. v.23 (Acte 1, scène 1, LE P?TRE)
  12. Sa présence inspire v.29 (Acte 1, scène 2, LE PÂTRE)
  13. Hé ! Pour rendre un mortel heureux, v.36 (Acte 1, scène 2, LE P?TRE)
  14. Invitent par leurs doux ramages, v.40 (Acte 1, scène 3, FLORE)
  15. Aux tendres plaisirs de l'Amour. v.41 (Acte 1, scène 3, FLORE)
  16. Ils viennent tous faire leur cour, v.43 (Acte 1, scène 3, FLORE)
  17. Et rendre leurs premiers hommages v.44 (Acte 1, scène 3, FLORE)
  18. Ce sont ceux des mortels qui font plaisir aux Divinités, et je suis sûr que Madame la Déesse aimera cent fois mieux la Harangue que je suis chargé de lui faire, que les ramages de tous les oiseaux du pays. Madame, le compliment est de moi, au moins. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  19. Madame? Je les fais bien mieux que je ne les apprends. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  20. Enfin, Madame? (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  21. Vous allez croire que l'on m'a fait celui-ci, parce que je ne me souviens pas trop de ce que j'ai à vous dire : mais? (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  22. Ah, m'y voilà. On m'a fait Capitaine de ce Château, Madame, pour tout le temps que vous y demeurerez ; et je suis bien fâché que vous y demeuriez si peu, puisque ma Charge finira quand vous partirez, et c'est une bonne condition que celle du Maître de la maison. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  23. Tout le monde n'est pas à portée comme lui de recevoir dans son Château des Divinités comme la vôtre ; et la faveur que vous lui faites est si rare et si précieuse? qu'elle lui fera? bien des envieux? (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  24. Mais pourvu que vous soyez assez contente de ce premier voyage-ci pour y en faire quelque autre?. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  25. Enfin, Madame, si cela n'arrive pas, ce ne sera ni sa faute ni la mienne, ni celle des Habitants des environs, qui veulent à l'envi tâcher de contribuer à vos plaisirs. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  26. Il n'y a pas jusqu'aux perdreaux de la plaine, et aux jeunes faisans de la forêt, qui vont se disputer l'avantage d'être servis sur votre table ; et ce noble empressement en fera bien tuer qu'on ne vous servira point, et que le Seigneur du Château ne saura pas : mais comme le nouveau Capitaine en mangera sa part, c'est ce qui fait qu'il ne vous en dit mot devant lui. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  27. Je ne suis pas un babillard, Madame, aussi je finis de peur de vous ennuyer ; et voilà Monsieur le Bailli de Ivry qui vous a préparé quelque petit Divertissement de sa façon, dont vous serez peut-être autant ennuyée que de ma Harangue. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  28. Ce sont ses affaires ; pour moi, je me retire, et je vais me disposer à reparaître devant vous sous une figure plus connue de votre Divinité, et plus convenable à mon caractère. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  29. Madame Flore, encore quelque petit air, s'il vous plaît, pour me donner le temps de m'habiller. (Acte 1, scène 4, LE CAPITAINE)
  30. Aux tendres fillettes v.52 (Acte 1, scène 4, FLORE)
  31. Expliquent leurs feux. v.53 (Acte 1, scène 4, FLORE)
  32. S'ils changent de voeux, v.54 (Acte 1, scène 4, FLORE)
  33. Y tiendra sa Cour. v.66 (Acte 1, scène 5, FLORE)
  34. Peu de bien, beaucoup d'appas, v.77 (Acte 1, scène 7, MAROTTE)
  35. Vous venez de le dire là ; v.81 (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  36. Si j'eus pris par aventure v.84 (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  37. Qu'alle eût pu prendre tournure, v.87 (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  38. Car le bien me fut resté. v.90 (Acte 1, scène 7, LUCAS)
  39. Profitons bien de nos beaux jours, v.91 (Acte 1, scène 8, MAROTTE)
  40. Les premiers moments des amours v.93 (Acte 1, scène 8, MAROTTE)
  41. Les premiers moments des amours v.97 (Acte 1, scène 8, MAROTTE)
  42. Ne craignez point d'attendre, v.100 (Acte 1, scène 9, LUCAS)
  43. En trouvent à revendre. v.102 (Acte 1, scène 9, LUCAS)
  44. Si la Cour n'en amène, v.105 (Acte 1, scène 9, LUCAS)
  45. Il leur en vient de paris. v.106 (Acte 1, scène 9, LUCAS)
  46. Mais dans de tendres flammes v.111 (Acte 1, scène 9, LUBINE)
  47. Aussi bien que les Amours, v.112 (Acte 1, scène 9, LUBINE)
  48. Pris pour les plus gentilles : v.118 (Acte 1, scène 9, LUCAS)
  49. Mais qu'elles prennent garde v.119 (Acte 1, scène 9, LUCAS)
  50. N'en prennent aussi leur part. v.122 (Acte 1, scène 9, LUCAS)

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: Entity: line 2: parser error : Start tag expected, '<' not found in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: LES AVENTURES DU ROI PAUSOLE in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

Warning: simplexml_load_string() [function.simplexml-load-string]: ^ in /htdocs/pages/programmes/rechercheAuteur.php on line 97

LE MARI RETROUVÉ (1698)

  1. Convenez-en de bonne foi. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  2. Tant que vous n'avez été que libertin, vous avez vécu le plus heureux du monde : pourquoi diantre changer des manières dont vous vous êtes si bien trouvé ? (Acte 1, scène 1, L?PINE)
  3. Il ne dépend pas de moi de résister aux charmes de l'aimable Colette, et son mérite et sa beauté me paraissent dignes d'une fortune plus considérable que celle que je puis lui faire. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  4. Comment diable ? (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  5. Voilà une passion bien sérieuse, au moins ; et pour la petite nièce d'une meunière encore ! (Acte 1, scène 1, L?PINE)
  6. Cette aventure-là fera du bruit, Monsieur, et ce sera un des beaux chapitres du roman de votre vie. (Acte 1, scène 1, L?PINE)
  7. C'en sera la conclusion, mon enfant, et je borne tous mes désirs, toute ma félicité, au seul plaisir de me faire aimer d'une si charmante personne. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  8. Hé fi donc, Monsieur, c'est bien à moi qu'il faut dire cela. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  9. Vous qui avez passé de si doux moments dans les plus agréables compagnies de la Province. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  10. Vous vous moquez, je pense. (Acte 1, scène 1, L?PINE)
  11. Je n'ai jamais rien vu de plus aimable que Colette, et jamais je n'aimerai qu'elle. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  12. C'est-à-dire que vous voilà déterminé à ne vous point marier ; car apparemment, vous ne voulez pas faire la petite Meunière autre chose qu'une maîtresse ? (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  13. C'est le mérite et la vertu qui font les mariages, et je trouve dans la personne de Colette tout ce qu'il me faut pour me rendre heureux. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  14. Vous êtes absolument dans ce goût-là, Monsieur, j'en suis ravi, je vous assure ; je vous en félicite, et je pourrai bien avoir l'honneur de devenir votre oncle. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  15. Comment, mon oncle ? (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  16. Oui, Monsieur, Madame Julienne la Meunière est comme vous savez, la tante de votre charmante Colette. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  17. Hé bien ? (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  18. Hé bien, Monsieur, je trouve dans la personne de la tante tout ce que vous trouvez dans celle de la nièce : et comme je ne m'oppose point à votre satisfaction, vous ne voudrez pas mettre obstacle à ma petite fortune, peut-être ? (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  19. Toi, épouser Madame Julienne ! (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  20. Il faut auparavant qu'elle devienne veuve. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  21. Que diantre serait-il devenu ? (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  22. On l'a assommé quelque part, sur ma parole ; tout le monde le croit, du moins ; et il faut que Madame Julienne en soit bien sûre, elle ; car depuis quelques jours elle est d'un contentement, d'une gaîté... (Acte 1, scène 1, L?PINE)
  23. Je lui pardonnerais de ne le pas regretter : un fou, un imbécile, qui sans la résistance de sa femme, aurait rendu sa pauvre petite nièce malheureuse. (Acte 1, scène 1, CLITANDRE)
  24. Il prétendait la marier à Monsieur le Bailli, et ce Monsieur le Bailli n'a pas encore renoncé tout à fait à ses prétentions. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  25. Vos affaires sont en bonnes mains ; c'est une maîtresse femme. (Acte 1, scène 1, LÉPINE)
  26. Je ne me suis jamais tant sentie si fort en joie. (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  27. Oh, le bonhomme Julien est trépassé, il n'y a point de milieu. (Acte 1, scène 2, LÉPINE)
  28. Que je suis ravi, ma chère Madame Julienne, de vous trouver dans ces sentiments ! (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  29. Si ceux de votre charmante nièce m'étaient aussi favorables... (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  30. Seriais-vous encore à vous en apercevoir ? (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  31. Je crois lire sans ses yeux et dans ses manières qu'elle n'est pas insensible à ma tendresse : mais j'ai beau la presser de consentir à l'union que vous voulez faire, l'éloignement de votre mari, le dessein qu'il avait de lui faire épouser ce malheureux Bailli, la crainte où elle est qu'à son retour il ne fasse éclater son ressentiment contre vous... (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  32. Je veux le fâcher, moi, je veux qu'il me querelle, en cas qu'il me revienne, da, car... (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  33. Madame Julienne sait bien ce qu'elle fait, Monsieur. (Acte 1, scène 2, LÉPINE)
  34. Quand Julien me faisait l'amour, il m'a tant dit qu'il était mon sarviteur, que je n'en ai jamais voulu démordre. (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  35. M'en croirez-vous, Monsieu Clitandre ? (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  36. Sarvez-vous de l'occasion : vous aimez Colette, alle est gentille, alle a de bon bian ; j'ons vingt mille francs à elle, ça est bon à prendre ; je vous la veux bailler, parce que Julian la voulait bailler à un autre. (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  37. Si par aventure je n'avais plus personne qui m'obstinît, je changerais d'avis, peut-être, et vous en enrageriais, je gage. (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  38. Oui, je serais au désespoir, si vous deveniez contraire à mon amour. (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  39. J'adore votre aimable nièce, je fais tout mon bonheur de la posséder ; disposez-la seulement à ce mariage, nous en ferons, quand il vous plaira, la cérémonie. (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  40. Dame, acoutez, je prétends que ça fasse fracas dans le pays, et que tout le monde sache que vous serez mon neveu. (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  41. Je m'en fais trop de plaisir pour ne m'en pas faire honneur, je vous assure. (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  42. Bon, tant mieux, le Bailli en crèvera de dépit, et je m'en vais faire prier de la noce toutes les Meunières des environs, pour qu'alles aient la rage au coeur de voir Colette devenir grosse Madame. (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  43. La bonne personne que Madame Julienne ! (Acte 1, scène 2, LÉPINE)
  44. Il faut faire les fiançailles drès aujourd'hui, Monsieu Clitandre : je baillerai le festin, moi, ayez-nous des Ménétriers tant seulement. (Acte 1, scène 2, JULIENNE)
  45. C'est mon affaire à moi, je m'en charge. (Acte 1, scène 2, LÉPINE)
  46. Et moi, je vais avertir ma famille de la résolution que j'ai prise, les inviter à venir prendre part à mon bonheur, et je me rends ensuite auprès de votre charmante nièce, pour ne la quitter de ma vie. (Acte 1, scène 2, CLITANDRE)
  47. Cette parenté-là ne fera point de déshonneur à la profession, Monsieur de Lépine. (Acte 1, scène 3, JULIENNE)
  48. Non, vraiment, et voilà votre moulin illustré, Madame Julienne. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  49. Ça ne me tourmente point, et je voudrais que mon pauvre mari fût mort, an verrait bian que ce n'est pas la vanité qui me gouvarne. (Acte 1, scène 3, JULIENNE)
  50. Vous ne seriez pas fâchée d'être veuve, Madame Julienne ? (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  51. Il m'est avis que non, Monsieu de Lépine, je crois que ça est drôle ; je ne l'ai jamais été, ça me serait nouviau, et les femmes ne haïssent pas la nouviauté, comme vous savez. (Acte 1, scène 3, JULIENNE)
  52. Non, vraiment. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  53. je ne lui souhaite point du mal, le Ciel m'en préserve. (Acte 1, scène 3, JULIENNE)
  54. Vous avez le coeur trop bon pour cela, assurément : mais si le mal était arrivé par aventure ? (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  55. Oh dame, en cas de ça, Dieu veuille avoir son âme, cet homme-là m'a bian tourmentée. (Acte 1, scène 3, JULIENNE)
  56. Hé voirement, ce serait pour être mieux, que je voudrais en prendre un autre. (Acte 1, scène 3, JULIENNE)
  57. Cela est de fort bon sens. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  58. Il faudrait bien prendre garde au choix que vous feriez. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  59. Parbleu, c'est à moi qu'elle en veut, je l'avais bien prévu, je serai l'oncle de mon maître. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  60. Drès que je suis menacée de queuque accident, je songe d'abord au remède, voyez-vous. (Acte 1, scène 3, JULIENNE)
  61. C'est fort prudemment fait. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  62. Et quel heureux mortel, Madame Julienne, serait l'antidote de votre veuvage ? (Acte 1, scène 3, L?PINE)
  63. Justement, c'est moi. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  64. Beau, bien fait. (Acte 1, scène 3, JULIENNE)
  65. Oui, Madame Julienne, je vous en réponds, et vous me verrez toujours l'homme du monde le plus amoureux et le plus reconnaissant. (Acte 1, scène 3, LÉPINE)
  66. Hé voirement, je n'en ai point, ce n'est pas vous que ça regarde. (Acte 1, scène 3, JULIENNE)
  67. Hé fy donc, vous vous gaussez, je pense. (Acte 1, scène 3, JULIENNE)
  68. Vous n'êtes pas d'une corpulence à devenir meunier, le moulin dépérirait entre vos mains. (Acte 1, scène 3, JULIENNE)
  69. À la peinture qu'elle a faite pourtant, je me suis reconnu trait pour trait : beau, bien fait. (Acte 1, scène 4, LÉPINE)
  70. Bonjour, Monsieur de Lépine, comment vous en va ? (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  71. N'auriez-vous point vu la commère Julienne, par aventure ? (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  72. Le voilà qui s'en va de ce côté. (Acte 1, scène 5, LÉPINE)
  73. Je m'en vais courir après elle, j'ai une plaisante nouvelle à lui apprendre. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  74. Hé, le plaisant n'est pas qu'il soit en vie, c'est qu'il va se marier. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  75. Oui vraiment, il ne s'embarrasse pas de ça, et il faut y mettre empêchement, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  76. Oh, point du tout, il n'y a qu'à le laisser faire, elle lui rendra bien le change, sur ma parole. (Acte 1, scène 5, LÉPINE)
  77. Je sais bien qu'ils ne s'aiment guères : mais ça ne fait rien ; une femme a beau ne se pas soucier de son mari, elle aime toujours bien mieux qu'il soit mort, que non pas qu'il en épouse d'autres. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  78. Mais, êtes-vous bien sûre de cette nouvelle-là, Madame Agathe ? (Acte 1, scène 5, LÉPINE)
  79. Si j'en suis sûre ? (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  80. C'est le cousin Vincent qui me l'a dit. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  81. Il revient de Nemours, comme vous savez. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  82. Hé bien ? (Acte 1, scène 5, LÉPINE)
  83. Hé bien, il a trouvé le Meunier qui s'est fait rat de cave. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  84. Ils ont joué bouteille à la boule ensemble ; et en buvant, le Meunier lui a tout conté : qu'il est amoureux de la fille d'un cabaretier ; qu'il y a trois ans que cet amour-là lui trotte dans la cervelle ; et que comme il n'aime point Madame Julienne, il a trouvé à propos de devenir veuf, sans qu'il mourût personne, et de se remarier en survivance. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  85. Il a bien recommandé le secret au cousin. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  86. Aussi le cousin ne l'a dit qu'à moi, je ne l'ai dit qu'à vous, je ne le dirai plus qu'à la commère Julienne. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  87. Et je n'en ferai confidence qu'à trois ou quatre de mes amis, moi. (Acte 1, scène 5, LÉPINE)
  88. Priez-les bien de n'en point parler, Monsieur de Lépine. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  89. Je meurs d'impatience de le conter à la commère ; il est bon qu'elle prenne un peu l'avis de sa famille là-dessus ; je crois qu'elle ne ferait pas ma d'avertir celle de son mari, qu'en dites-vous ? (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  90. Oui, oui, vous avez raison, un secret est bien entre vos mains, Madame Agathe. (Acte 1, scène 5, LÉPINE)
  91. Oh, je ne manque ni de discrétion, ni de jugement, ni de conduite. (Acte 1, scène 5, MADAME AGATHE)
  92. Voilà un incident qui change la situation de nos affaires ; il faut en faire part à mon maître. (Acte 1, scène 6, LÉPINE)
  93. Je n'ai que faire de me presser de retenir les ménétriers jusqu'à nouvel ordre ; les fiançailles et le festin pourront bien être retardés, et Madame Julienne ne dansera pas de si bon coeur qu'elle croyait, sur ma parole. (Acte 1, scène 6, L?PINE)
  94. Palsanguenne, il faut jouer de notre reste : allons, bonne meine et mauvais jeu. (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  95. Hé parbleu, voilà la meunier qui revient de Nemours ; il lui a pris quelque remords de conscience, apparemment. (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  96. Je vians prendre congé de mon ancien ménage ; et je tâcherai d'emporter de sti-ci de quoi commencer à tenir le nouviau. (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  97. Serviteur à Monsieur Julien. (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  98. Hé, d'où diantre venez-vous donc ? (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  99. Oui vraiment, et vous aimez fort à voyager, vous, Monsieur Julien ? (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  100. Et si parmi tout ça, charchez-moi une bonne femme, vous n'en trouverez morgué pas tant seulement la queue d'une. (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  101. Vous êtes prévenu contre le sexe, Monsieur Julien : j'ai pourtant ouï dire qu'à Nemours il y avait d'assez bonne pâte de filles, et qui promettaient... (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  102. Faisons bonne contenance. (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  103. Oui ; mais je n'y ai passé qu'en passant... (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  104. Comment se porte Julienne, Monsieur de Lépeine ? (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  105. J'avons à tout bout de champ maille à partir ensemble ; et vela déjà la troisième fois qu'alle me fait désarter la maison. (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  106. Et vous désertez toujours du côté de Nemours, Monsieur Julien. (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  107. Vous avez un grand faible pour cette Ville-là, Monsieur Julien ? (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  108. Et vous itou, Monsieur de Lépeine, vous en parlez souvent : y auriais-vous queuque connaissance ? (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  109. Si j'y en ai ? (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  110. Il y avait dans ce temps-là une jolie fille dans une certaine hôtellerie, là ; comment appelez-vous ? (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  111. Oui, justement, la fille de l'Écu. (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  112. Elle s'appelle, je pense, Mademoiselle... (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  113. Oh, parguenne, alle l'est plus que jamais : si vous la voyais, c'est un petit charme. (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  114. Ah, que j'ai été vivement amoureux d'elle, Monsieur Julien ! (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  115. Pas tant que moi, je gage ; j'en pars l'esprit, pisqu'il faut vous le dire. (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  116. Oui, vraiment ? (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  117. Je vous en félicite. (Acte 1, scène 7, L?PINE)
  118. Voilà donc la cause de vos fréquentes promenades, Monsieur Julien ? (Acte 1, scène 7, L?PINE)
  119. Mais je ne saurais m'en tenir. (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  120. Et si Madame Julienne vient à savoir... (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  121. Oh, palsangué, ne l'y en parlez pas ; ne me jouez pas ce tour-là, Monsieur de Lépeine. (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  122. Mais si d'ailleurs on venait à découvrir... (Acte 1, scène 7, LÉPINE)
  123. Il y a morgué trois ans que ça dure, et parsonne de doute de rian, vous n'en savez pas le plus principal vous-même. (Acte 1, scène 7, JULIEN)
  124. Te voilà, je pense ? (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  125. Et de quoi t'avises-tu de revenir ici, bon vaurien ? (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  126. Voilà un mari bien reçu chez lui ! (Acte 1, scène 8, LÉPINE)
  127. On disait que vous étiez mort, Monsieur Julien, cela n'est donc pas ? (Acte 1, scène 8, MADAME AGATHE)
  128. Non, vraiment, je ne le sis pas. (Acte 1, scène 8, JULIEN)
  129. Je ne sais qui me tient que je ne te dévisage. (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  130. Hé, là, là, sans emportement. (Acte 1, scène 8, LÉPINE)
  131. Il vaudrait bien mieux pour moi que tu le fusses, que non pas de menez la vie que tu mènes. (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  132. Oh, pour cela, Monsieur Julien, vous êtes un méchant homme d'abandonner comme ça tous les ans une pauvre femme qui vous adorerait si vous étiez raisonnable. (Acte 1, scène 8, MADAME AGATHE)
  133. Je vous en fais juge. (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  134. Il fallait nous voir : nous étions toutes deux dans des impatiences de savoir ce qui en était. (Acte 1, scène 8, MADAME AGATHE)
  135. L'incertitude de ces choses-là fait bien souffrir une pauvre femme, Monsieur de Lépine. (Acte 1, scène 8, MADAME AGATHE)
  136. Vous êtes furieusement aimé, Monsieur Julien ; et quand vous êtes arrivé, je m'en allais chercher des Ménétriers, pour nous aider ce soir à consoler tout le Village. (Acte 1, scène 8, LÉPINE)
  137. Ne suis-je pas bien malheureuse ? (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  138. Entrons dans la maison, Madame Julianne, et nous parlerons... (Acte 1, scène 8, JULIEN)
  139. Oh, ne t'avises pas d'y mettre le pied, je ne veux pas que tu en approches. (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  140. Si tu regardes la porte seulement... (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  141. Comment ? (Acte 1, scène 8, JULIEN)
  142. Comment donc ? (Acte 1, scène 8, JULIEN)
  143. Quelle enragée ! (Acte 1, scène 8, JULIEN)
  144. Mais acoutez donc, Madame ma femme, vous le prenez-là sur un ton... (Acte 1, scène 8, JULIEN)
  145. La meine est inventée : mais, chut. (Acte 1, scène 8, JULIEN)
  146. Êtes-vous bien content de votre nouveau ménage, Monsieur Julien ? (Acte 1, scène 8, MADAME AGATHE)
  147. Des contes, bon pendard ? (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  148. La gueule du juge en pètera, tu seras pendu, je t'en réponds. (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  149. Je serai pendu, moi ? (Acte 1, scène 8, JULIEN)
  150. Oui, par votre cou, mon compère Julien. (Acte 1, scène 8, MADAME AGATHE)
  151. Tu m'as fait trop de fredaines, je veux devenir veuve. (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  152. Un débauché qui prend deux femmes ! (Acte 1, scène 8, MADAME AGATHE)
  153. Mais, voyez ce fripon, cet insolent, qui nous injurie ! (Acte 1, scène 8, JULIENNE)
  154. Comment du respect ? (Acte 1, scène 8, JULIEN)
  155. Je me donne au diable, si vous me faites prendre un tricot, je le perdrai morgué, bian davantage, prenez-y garde. (Acte 1, scène 8, JULIEN)
  156. Oui, vraiment, et je vous trouve fort à plaindre d'avoir affaire à ces deux masques-là. (Acte 1, scène 9, LÉPINE)
  157. Oh, ça n'est morgué pas fait à demeurer, il n'y a encore que le Contrat de dressé, voyez-vous. (Acte 1, scène 9, JULIEN)
  158. Ce n'est qu'une bagatelle, on ne saurait vous faire un crime que de l'intention, et je vois bien que cela n'ira qu'aux Galères. (Acte 1, scène 9, LÉPINE)
  159. Oui, à moins que votre femme n'eût pour ami quelque Juge qui eût l'adresse de donner un tour à l'affaire, et de vous faire pendre à sa considération. (Acte 1, scène 9, LÉPINE)
  160. Alle est morguenne assez malicieuse pour ça. (Acte 1, scène 9, JULIEN)
  161. Il m'est avis qu'il ne faudrait pour ça qu'un petit mot d'accommodement sous seing privé ; et quand je serions d'accord une fois, ce ne serait l'affaire de parsonne : qu'est-ce qui s'aviserait de nous plaider ? (Acte 1, scène 9, JULIEN)
  162. Vous avez raison ; mais Madame Julienne est une femme régulière qui veut être veuve dans toutes les formes : c'est là sa folie. (Acte 1, scène 9, LÉPINE)
  163. Ce serait bian le mienne itou : mais comment s'y prendre ? (Acte 1, scène 9, JULIEN)
  164. Je ne vous crois pas ici trop en sûreté, Monsieur Julien, si vous m'en croyez... (Acte 1, scène 9, LÉPINE)
  165. Parguenne, à bon chat, bon rat ; pis qu'alle le prend comme ça, je m'en vas l'y jouer d'un tour à quoi elle ne s'attend pas : le Bailli est plus de mes amis que des sians, alle n'a qu'à se bien tenir. (Acte 1, scène 9, JULIEN)
  166. Comment ? (Acte 1, scène 9, LÉPINE)
  167. Tatigué, je n'en dirai mot de stila, en arrivera ce qui pourra, je varrons lequel ce sera de nous deux qui aura plutôt l'esprit de faire pendre l'autre. (Acte 1, scène 9, JULIEN)
  168. Je vous baise les mains, Monsieur Julien. (Acte 1, scène 9, LÉPINE)
  169. L'amour et la jalousie me feront devenir fou, moi qui sis si sage et si raisonnable. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  170. Voilà le garçon du moulin de Madame Julienne. (Acte 1, scène 10, LÉPINE)
  171. Ah, ventrebleu ! (Acte 1, scène 10, L?PINE)
  172. Ne serait-ce point lui qui lui aurait donné dans la vue, et qu'elle coucherait en joue en cas de veuvage ? (Acte 1, scène 10, L?PINE)
  173. Je ne lui ôterai pas mon chapiau le premier, je ly en veux trop. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  174. Qu'est-ce donc, Monsieur Charlot, vous me paraissez bien fier aujourd'hui ? (Acte 1, scène 10, LÉPINE)
  175. Parguenne, comme de couteume, et si ça ne vous convient pas, je m'en gausse : je ne vous charchons pas, laissez-nous en repos. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  176. Oui, palsanguenne à vous ; vous êtes un débaucheux de filles. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  177. Je sis garde-moulin, le meunier n'y est pas, vous en voulez à la nièce ; mais si vous me faites prendre un gourdin... (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  178. Je ne parle pas pour à stheure, c'est une magnière d'avertissement, pour en cas que vous y reveniais. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  179. J'y reviendrai quand il me plaira, Monsieur Charlot. (Acte 1, scène 10, LÉPINE)
  180. Assurément, quand il me plaira. (Acte 1, scène 10, LÉPINE)
  181. Hé bian, revenez-y, ce sont vos affaires, vous êtes le maître. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  182. Et si vous vous avisiez de faire le raisonneur, savez-vous bien que vous vous attireriez mille coups de bâton, mon petit ami ? (Acte 1, scène 10, LÉPINE)
  183. Vous ferez sagement ; et pour vous faire voir qu'on ne vous craint guères, c'est que je veux bien vous avertir que mon maître épouse aujourd'hui Colette ; entendez-vous ? (Acte 1, scène 10, LÉPINE)
  184. Et il l'épouse en vrai mariage ? (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  185. En vrai mariage. (Acte 1, scène 10, LÉPINE)
  186. Le festin est commandé, les parents et les amis priés ; je m'en vais chercher les violons, moi. (Acte 1, scène 10, L?PINE)
  187. Mais morgué, que votre maître ne fasse pas cette sottise-là, il s'en repentirait. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  188. Drès le berciau, vous dit-on, je l'ai élevée à la brochette, et tenez la vela qui viant, je m'en vais vous le faire dire. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  189. Cela est fort tendre. (Acte 1, scène 11, LÉPINE)
  190. Je vous baise bien les mains, Mademoiselle Colette. (Acte 1, scène 11, LÉPINE)
  191. Hé tatigué, comment ne le serais-je pas ? (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  192. N'en veut bailler du croc en jambe à l'amour que j'avons l'un pour l'autre. (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  193. Hé pargué, je sens bian le mien, parsonne n'a que faire de me le dire ; et pour ce qui est du vôtre, il m'est avis que du depis quatre ans vous m'en avez baillé tant de signifiance... (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  194. Je ne le connais pas encore. (Acte 1, scène 11, COLETTE)
  195. Alle en sais morgué bian plus qu'alle ne dit, Monsieu de Lépeine. (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  196. Mais vraiment, Charlot, tu perds l'esprit, et tu ferais croire des choses... (Acte 1, scène 11, COLETTE)
  197. Pargué, je le fais exprès ; je sis bien aise qu'on sache ce qui en est, et je ne veux pas que vous en attrapiais parsonne : oh, j'ai de la conscience, moi. (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  198. J'en ai aussi, je t'assure ; et pour te tirer de ton erreur, je te dirai en bonne conscience que je ne t'aime point, que je ne t'ai jamais aimé, et que je ne t'aimerai de ma vie. (Acte 1, scène 11, COLETTE)
  199. Oh palsanguenne, alle ne pense point ça, c'est pour vous le faire accroire : morgué, c'est un animal bien trompeux que la femelle d'un homme ! (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  200. Il ne faut pas toujours se fier aux apparences, Monsieur Charlot. (Acte 1, scène 11, LÉPINE)
  201. Hé, que s'est-il passé, dis maroufle, qui te fasse penser que j'ai de l'amour pour toi ? (Acte 1, scène 11, COLETTE)
  202. Je n'ons pas joué ensemble à la madame, à colin-maillard, à la queuleuleu, à pétangueule ? (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  203. Hé bien ? (Acte 1, scène 11, COLETTE)
  204. Ce n'est rien que ça, n'est-ce pas ? (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  205. Non vraiment. (Acte 1, scène 11, LÉPINE)
  206. Hé pourquoi m'y venais-tu trouver, dis ? (Acte 1, scène 11, COLETTE)
  207. Quand je dansions aux chansons, alle était toujours la première à me prendre, et si alle aurait voulu pouvoir me tenir par les deux mains, tant alla était assotée de ma parsonne. (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  208. Tenez, Monsieu de Lépeine, alle faisait cent fois plus de caresse aux francs moigneaux que je lui dénichais, qu'à tous les marles que lui baillaient les autres. (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  209. Je vous en fais juge. (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  210. Ça ne l'en empêchera pas ? (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  211. Non vraiment. (Acte 1, scène 11, LÉPINE)
  212. Tatigué, que je sis fâché de ce qu'il n'y en a pas davantage. (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  213. J'en suis fort contente, moi. (Acte 1, scène 11, COLETTE)
  214. Pour stilà, oui, je vous en réponds. (Acte 1, scène 11, CHARLOT)
  215. Vous ne tarderez pas à le voir ; je vais vous l'amener dans le moment même. (Acte 1, scène 11, LÉPINE)
  216. Et moi, je vais l'attendre avec impatience. (Acte 1, scène 11, COLETTE)
  217. Va, tiens, baise ma main. (Acte 1, scène 12, COLETTE)
  218. Non, morgué, je n'en ferai rian, je cracherais plutôt dessus. (Acte 1, scène 12, CHARLOT)
  219. Tant pis pour toi, je ne m'en soucie guères. (Acte 1, scène 12, COLETTE)
  220. Ça ne s'apprend point, ça leur viant tout seul. (Acte 1, scène 13, CHARLOT)
  221. C'est Madame Julianne qui fait ce mariage pour me faire pièce ; car alle est fâchée que j'aime Colette, marguenne alle me le paiera : le bailli l'aime itou cette Colette, c'est un matois qui en sait bian long ; je m'en vais le trouver, je leur baillerons du fil à retordre. (Acte 1, scène 13, CHARLOT)
  222. Attends, attends, j'ai quelque chose à te dire. (Acte 1, scène 14, MADAME AGATHE)
  223. Colette va être mariée avec un Monsieur, sais-tu bien cela ? (Acte 1, scène 14, MADAME AGATHE)
  224. Oh, morguenne ! (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  225. Ça n'est pas bien sûr, j'y boutrons queuque empêchement, ou je ne pourrons. (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  226. Comment, morgué ! (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  227. Si fait, parguenne, il n'y a que Colette que j'aime mieux que vous, la peste m'étouffe ! (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  228. Cela le devrait bien faire. (Acte 1, scène 14, MADAME AGATHE)
  229. Oh : Pour ce qui est d'en cas de ça, je le veux bian. (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  230. Vous ne velez que m'avoir une fois, vous m'aurais, et je vous baillerai la préférence sur Madame Julianne, qui me marchande itou. (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  231. La commère Julienne est amoureuse de toi ? (Acte 1, scène 14, MADAME AGATHE)
  232. Oui, alle me mitonne pour en cas qu'alle soit veuve : mais queuque sot, je ne m'y frotte pas. (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  233. Drès que je serons mariés, alle en mitonnerait peut-être queuqu'autre pour être veuve de moi. (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  234. Et tu as bien raison. (Acte 1, scène 14, MADAME AGATHE)
  235. Tatigué, je lui en veux plus qu'à une autre à stelle-là, c'est elle qui fait le mariage de Colette. (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  236. Cela te tient bien au coeur, petit vilain. (Acte 1, scène 14, MADAME AGATHE)
  237. J'en serais plus qu'à demi consolé si alle épousait queuque autre que cet Houberiau, et que je trouvisse la magnière de me venger de Madame Julianne. (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  238. Morguenne, aidez-moi à ça, Madame Agathe. (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  239. Très volontiers ; mais, comment s'y prendre ? (Acte 1, scène 14, MADAME AGATHE)
  240. Comment, morguenne ! (Acte 1, scène 14, CHARLOT)
  241. Allons, viens. (Acte 1, scène 14, MADAME AGATHE)
  242. Monsieur le Bailli, je suis bien votre servante. (Acte 1, scène 15, MADAME AGATHE)
  243. Hé bien, qu'est-ce, mes enfants ? (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  244. Voilà d'étranges nouvelles, cette scélérate de Julienne ! (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  245. Morgué, bon, il enfourne bian, j'aurons bonne issue. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  246. Il y a plus de quinze jours que je le soupçonne : mais je n'ai point voulu faire d'éclat que je n'en eusse quelque certitude. (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  247. Parguenne, n'y a point à en douter à présent, c'est une affaire sure. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  248. En savez-vous quelque particularité, et ne pourriez-vous point servir de témoins dans tout ceci, vous autres ? (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  249. Pargué, vous en sarvirez vous-mêmes ; ils allons faire la noce, et vela les Ménétriers qui allons venir. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  250. Comment des Ménétriers ? (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  251. Vraiment, vraiment, elle prend bien son temps pour faire une noce. (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  252. Oui, de ses petites fredaines, une bagatelle ; elle a fait noyer son mari seulement. (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  253. Ça ne se peut pas, Monsieur le Bailli, je viens de le voir. (Acte 1, scène 15, MADAME AGATHE)
  254. Il n'y a qu'un quart_d_heure que j'ai quitté Monsieur Julien, vous dis-je. (Acte 1, scène 15, MADAME AGATHE)
  255. Oui, un faux Monsieur Julien qu'elle aura attiré pour faire prendre le change. (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  256. Bagatelle, je ne donne pas là-dedans ; et nous avons, le Procureur Fiscal et moi, commencé une procédure que nous soutiendrons vigoureusement. (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  257. Mais le compère Julien n'est point défunt, ce sont des contes. (Acte 1, scène 15, MADAME AGATHE)
  258. Je crois pargué bian que si, moi, et s'il ne l'était pas, il faudrait qu'il le devenir, puisque Monsieur le Bailli le dit. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  259. Est-ce que la Justice est une menteuse, Madame Agathe ? (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  260. Monsieur Charlot prend fort bien la chose, et il n'est pas qu'il n'ait quelque connaissance du fait. (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  261. Pargué, bon, tant mieux, vela de quoi me venger de Madame Julianne. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  262. Et moi itou ; mais aidez-nous à la dire, Monsieu le Bailli ; car ce que je savons nous, vous qui savez tout, vous le savez peut-être mieux que nous, par aventure. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  263. Mais le Meunier et la Meunière vivaient en très mauvaise intelligence, premièrement ? (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  264. Oh pour stilà, oui, tous les jours ils se battiont ou ils se querelliont très régulièrement à çartaine heure, je sis témoin de ça. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  265. Bon, le reste est une suite de cela, mes enfants. (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  266. Le pauvre Julien s'enivrait quelquefois ! (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  267. Pargué très souvent ; il était coutumier de ça quasiment autant que vous, Monsieu le Bailli. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  268. Justement, il avait trop bu de vin, alle l'y aura voulu faire boire de l'iau ; il n'y a rien de plus naturel, ça parle tout seul. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  269. En vela un gros tas tout proche du moulin, où il m'est avis qu'il en manque queuqu'une. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  270. Oui, il en manque quelqu'une ? (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  271. Non, voirement, il faut ly bailler des camarades. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  272. Je ly en veux morgué trop pour ne pas le croire, et vous le croyez itou, vous, je gage : c'est mon rival, Monsieu le Bailli : j'en jurerais, moi, en cas de besoin ; ça suffira-t-il pour le faire pendre. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  273. Voilà une cruelle affaire pour ces gens-là. (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  274. Je les ferai arrêter sur votre déposition, et je vais tout de ce pas chercher le Greffier pour la venir recevoir. (Acte 1, scène 15, LE BAILLI)
  275. Qu'il écrive ce qu'il voudra, je sommes témoins de tout, ne vous boutez pas en peine. (Acte 1, scène 15, CHARLOT)
  276. Mais sais-tu bien que tu fais là une fort méchante action, mon pauvre Charlot ? (Acte 1, scène 16, MADAME AGATHE)
  277. Bon, queu conte, ce n'est pas par méchanceté : ce n'est que pour troubler la noce, et faire enrager Madame Julianne. (Acte 1, scène 16, CHARLOT)
  278. Oh, que point, point, Madame Agathe, Je nous dédierons quand on sera prêt de la pendre. (Acte 1, scène 16, CHARLOT)
  279. Allons, gai, gai, mes enfants, allégresse. (Acte 1, scène 10, JULIENNE)
  280. Ma commère, Julian est redécampé, je ly avons fait peur ; et vela nos parents et nos amis qui s'en allont venir aux fiançailles ; je feront notre noce tout à gogo, sans rabat joie. (Acte 1, scène 10, JULIENNE)
  281. Tu n'es pas noyé ; vraiment, je le vois bian. (Acte 1, scène 10, JULIENNE)
  282. Non, tatigué, je ne le sis pas, ni le Bailli non plus, je vous en avartis. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  283. Vous venez de lez voir, ma commère ? (Acte 1, scène 10, JULIENNE)
  284. Ç'est vrai, je l'ai vu, mais le Bailli dit que non, et Charlot dit de même, et comme ils sont deux contre un, je ne sais qu'en croire. (Acte 1, scène 10, MADAME AGATHE)
  285. Parguenne, oui, je l'ose dire, et je sis sûr que ça est, j'en bouterais, morgué, la main au feu. (Acte 1, scène 10, CHARLOT)
  286. Comment, qu'est-ce qu'il y a ? (Acte 1, scène 18, JULIENNE)
  287. Enfuyez-vous-en vivement, vous dis-je, voilà le Bailli qui amasse du monde, pour venir vous prendre prisonnière. (Acte 1, scène 18, COLETTE)
  288. Pargué, bon ; ça commence bian. (Acte 1, scène 18, CHARLOT)
  289. Tout le village dit que mon oncle est noyé ; et que c'est vous et Charlot qui avez fait cette belle affaire, pour vous marier ensemble. (Acte 1, scène 18, COLETTE)
  290. Oui, toi-même ; et si cela est, tu feras bien de t'enfuir. (Acte 1, scène 18, COLETTE)
  291. Oui, le Bailli est convenu que je le dirions comme ça. (Acte 1, scène 18, CHARLOT)
  292. Si l'on fait un quiproquo, je tire mon épingle du jeu, Monsieu Julian n'est point noyé, je m'en dédis. (Acte 1, scène 18, CHARLOT)
  293. Rien ne retarde mon bonheur, j'ai donné les ordres nécessaires... (Acte 1, scène 19, CLITANDRE)
  294. Comment ? (Acte 1, scène 19, CLITANDRE)
  295. Voilà des Violons que je vous amenais, Monsieur : mais il faudra les renvoyer, je pense, et monsieur le Bailli nous prépare d'autres occupations, à ce que je viens d'apprendre. (Acte 1, scène 20, LÉPINE)
  296. Non, Monsieur, je sais seulement qu'il prétend que nous ayons noyé le Meunier ; et que sur la déposition de ce maroufle, on a décrété contre vous et moi. (Acte 1, scène 20, LÉPINE)
  297. Comment, maraud... (Acte 1, scène 20, CLITANDRE)
  298. Laissez-moi faire seulement, j'y vais donner ordre. (Acte 1, scène 20, LÉPINE)
  299. Les maris ne donnent jamais que du chagrin, de queuque façon que ce soit, je sis plus morte que vive. (Acte 1, scène 21, JULIENNE)
  300. Ne craignez rien, cette affaire est plus désagréable que dangereuse, et le retour de votre mari... (Acte 1, scène 21, CLITANDRE)
  301. Il est revenu, Monsieur Clitandre. (Acte 1, scène 21, JULIENNE)
  302. Il est revenu ? (Acte 1, scène 21, CLITANDRE)
  303. Le malheureux Bailli et ce coquin-là disent que ce n'est pas ly. (Acte 1, scène 21, JULIENNE)
  304. Tu dis cela, pendart ? (Acte 1, scène 21, CLITANDRE)
  305. Il s'en est déjà retourné, je l'ai trop mal reçu. (Acte 1, scène 21, JULIENNE)
  306. Avancez, Monsieur le Bailli, avancez ; mais que vos recors se tiennent écartés, surtout : car je donnerai de l'épée dans le ventre, au premier qui hasardera de s'approcher. (Acte 1, scène 22, CLITANDRE)
  307. Monsieur, point d'emportement, ce ne sont que de petites formalités, dont le devoir de ma charge ne me permet pas de me dispenser. (Acte 1, scène 22, LE BAILLI)
  308. Oui, vous êtes fort exact, je le vois bien. (Acte 1, scène 22, CLITANDRE)
  309. Il n'y a ni l'un ni l'autre : mais il pourrait arriver, si vous vous mettez en devoir... (Acte 1, scène 22, CLITANDRE)
  310. Tirez, tirez, Monsieur le Bailli, et rengaignez vos procédures ; le défunt n'est pas mort, le voilà que je vous amène. (Acte 1, scène 23, LÉPINE)
  311. Comment, tatigué, queu changement ! (Acte 1, scène 23, JULIEN)
  312. Julianne est devenu bonne femme. (Acte 1, scène 23, JULIEN)
  313. En vous remarciant, Monsieur le Bailli, je n'avons plus que faire de vos écritures. (Acte 1, scène 23, JULIEN)
  314. Comment ? (Acte 1, scène 23, LE BAILLI)
  315. Ce ne l'est point là, Madame Julienne. (Acte 1, scène 23, LE BAILLI)
  316. Ce n'est point là le compère Julien ? (Acte 1, scène 23, MADAME AGATHE)
  317. Palsangué, vous en avez menti, Monsieur le Bailli. (Acte 1, scène 23, JULIEN)
  318. Écoutez, Monsieur le Bailli, vous vous engagez là dabs une affaire... (Acte 1, scène 23, CLITANDRE)
  319. Morgué, si je sis noyé, c'est vous qu'il faut pendre : car c'est de votre façon, puisqu'il faut tout dire. (Acte 1, scène 23, JULIEN)
  320. Comment de sa façon ? (Acte 1, scène 23, CLITANDRE)
  321. Oui voirement, c'est ly qui m'a conseillé de laisser croire ça, pour faire pendre Julianne. (Acte 1, scène 23, JULIEN)
  322. Pour me faire pendre ? (Acte 1, scène 23, CLITANDRE)
  323. Ne me fais plus enrager, je n'irai plus à Nemours, vivons bian ensemble ; la Justice en aura un pied de nez, et si alle ne le boutera morgué pas dans nos affaires. (Acte 1, scène 23, JULIEN)
  324. Madame Julianne, vela ces parsonnes que vous avez fait prier des fiançailles de Colette, qui n'osont approcher, parce qu'ils voyont ici des gens de Justice. (Acte 1, scène 24, MATURIN)
  325. Mais parle donc, hé, femme, est-ce que tu maries comme ça notre nièce, sans que j'en sache rian ? (Acte 1, scène 24, JULIEN)
  326. Oui, Julian, et si u n'y bailles pas ton consentement, je recommencerons à quereller, mon enfant, tu n'as qu'à dire. (Acte 1, scène 24, JULIENNE)
  327. Tu sais bien ce que tu m'as promis, Charlot ? (Acte 1, scène 24, MADAME AGATHE)
  328. Hé morgué, laissez-nous en paix, je vous baillerons de bonne amiquié ce que vous pourriais gagner à nous parsécuter. (Acte 1, scène 24, JULIEN)
  329. Je suis trop humain pour un Bailli, qu'il n'en soit plus parlé ; mais au moins. (Acte 1, scène 24, LE BAILLI)
  330. Je ferons bian les choses, ne vous boutez pas en peine. (Acte 1, scène 24, JULIEN)
  331. Qu'on fasse retentir les sons v.3 (Acte 1, scène 25, MONSIEUR TOUVENEL)
  332. Sont marchandise bien mêlée, v.8 (Acte 1, scène 25, MADAME AGATHE)
  333. Pour bien faire, il faudrait les noyer presque tous. v.9 (Acte 1, scène 25, MADAME AGATHE)
  334. N'en serait pas moins peuplée. v.11 (Acte 1, scène 25, MADAME AGATHE)
  335. C'est morguenne empêcher le cours de la rivière. v.17 (Acte 1, scène 25, CHARLOT)
  336. J'en ferais mon garde-moulin. v.26 (Acte 1, scène 25, MADEMOISELLE LOLOTTE)
  337. Tu croyais en aimant Colette, v.27 (Acte 1, scène 25, MONSIEUR TOUVENEL)
  338. En faisant même un mauvais pas ; v.32 (Acte 1, scène 25, MONSIEUR TOUVENEL)
  339. Il prend meunière bien jolie, v.33 (Acte 1, scène 25, MONSIEUR TOUVENEL)
  340. Avoir deux amants en nature, v.35 (Acte 1, scène 25, MADEMOISELLE LOLOTTE)
  341. Vous qu'Amour à l'hymen destine, v.39 (Acte 1, scène 25, MONSIEUR TOUVENEL)
  342. Écoutez bien cette leçon, v.40 (Acte 1, scène 25, MONSIEUR TOUVENEL)
  343. Tel croit en avoir la farine, v.41 (Acte 1, scène 25, MONSIEUR TOUVENEL)
  344. Qui souvent n'en a que le son. v.42 (Acte 1, scène 25, MONSIEUR TOUVENEL)

LE MOULIN DE JAVELLE. (1692)

  1. Que ce cocher se range à cent pas de la maison : là, sur le bord de l?eau, et qu?il nous attende. (Acte 1, scène 1, LA COMTESSE)
  2. Qu?est-ce à dire que je vous attende ? (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  3. Je me donne au diable si je vous attends, à moins que je ne sois payé, je vous en avertis. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  4. Hé, si on lui donne de l?argent, il s?en ira, Madame. (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  5. Ça se pourra bien. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  6. Hé, comment veux-tu qu?on s?en retourne ? (Acte 1, scène 2, LA COMTESSE)
  7. Bon, qu?on s?en retourne ! (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  8. Vous êtes jolie, je vous amène au Moulin de Javelle, vous y trouverez fortune, ne vous mettez pas en peine. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  9. Quel insolent ! (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  10. Oh, écoutez donc, point tant de fierté ; je vous ai prises dans la rue de Seine, je vous déshonorerai, prenez-y garde. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  11. Fiacre vous-même ; point tant de bruit, vous dis-je, et de l?argent. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  12. Autrement? (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  13. Je m?en vais renvoyer ce gueux-là, Madame, il faut le payer : mais je le reconnaîtrai, sur ma parole. (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  14. Tiens, voilà un écu ; mais je t?assure? (Acte 1, scène 2, FINETTE)
  15. Si tu veux nous attendre, et nous remener, on t?en donnera encore autant. (Acte 1, scène 2, LA COMTESSE)
  16. Vrai, comme voilà le jour qui nous éclaire, ma Reine, cela ne se peut pas ; j?ai une fiacrée de Bourgeois de village à voiturer, un lendemain de noces. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  17. Si vous couchiez ici, encore? (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  18. Pour qui ce maroufle-là nous prend-il donc ? (Acte 1, scène 2, LA COMTESSE)
  19. Je vous demande pardon, je sais bien qu?il n?y a point de lits au Moulin de Javelle, on n?y loge pas ; mais cela n?empêche point qu?on n?y couche. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  20. Par la morbleu, je sais bien ce que je dis ; je suis grec là-dessus. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  21. Oh ça, il n?y a donc rien pour boire à votre santé ? (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  22. Je n?en suis mordié pas moins votre serviteur, et je vous souhaite toutes sortes de prospérités : jusqu?au revoir, mes adorables. (Acte 1, scène 2, LE COCHER)
  23. Venir ainsi vous et moi, tête à tête, au Moulin de Javelle dans un mauvais fiacre ! (Acte 1, scène 3, FINETTE)
  24. J?ai toujours eu tant de complaisance pour les tiennes. (Acte 1, scène 3, LA COMTESSE)
  25. Je n?ai encore eu que des folies de bons sens ; j?ai aimé quelquefois : mais de jolies gens, des gens de mérite ; et grâces au ciel, aucun magot ne m?a jamais fait courir les rues. (Acte 1, scène 3, FINETTE)
  26. Je suis donc de bien mauvais goût, à ton compte ? (Acte 1, scène 3, LA COMTESSE)
  27. Hé bien, d?accord, c?est un Bourgeois : mais il a de quoi vivre en homme de qualité ; il est fort riche, et je n?ai point de bien ; il est très ridicule, j?en conviens, mais enfin? (Acte 1, scène 3, LA COMTESSE)
  28. Au contraire, je veux l?épouser ; il est trop fat pour un amant, je prétends en faire un mari. (Acte 1, scène 3, LA COMTESSE)
  29. Rien du tout, vraiment, au contraire ; et sur ce pied-là, vous pourriez bien avoir moins de tort que je ne pense. (Acte 1, scène 3, FINETTE)
  30. Mais, le Chevalier que deviendra-t-il ? (Acte 1, scène 3, FINETTE)
  31. Oui, te dis-je, nous en sommes venus aux éclaircissements, nous ne nous estimons presque pas même. (Acte 1, scène 3, LA COMTESSE)
  32. Et vous êtes de si bonne intelligence ? (Acte 1, scène 3, FINETTE)
  33. Il a besoin d?argent pour faire sa campagne : j?ai besoin de mari, moi, pour passer l?été : Monsieur Ganivet fera notre affaire à l?un et à l?autre. (Acte 1, scène 3, LA COMTESSE)
  34. Cela sera bien commode. (Acte 1, scène 3, FINETTE)
  35. Il me donne ce soir à souper ici, Le Chevalier s?y trouvera, et nous prendrons ensemble des mesures. (Acte 1, scène 3, LA COMTESSE)
  36. Vous nous avez bien abandonnés, d?où vient donc cela ? (Acte 1, scène 4, MADAME BERTRAND)
  37. Tout le monde est à l?armée, ma chère enfant ; les parties de plaisir sont supprimées, et ne sont presque que des parties d?ennui que celles qu?on fait à présent. (Acte 1, scène 4, LA COMTESSE)
  38. À l?heure qu?il est, on se prend où l?on peut : en été c?est une saison morte. (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  39. Hé, allez, allez, Madame, nous savons cela mieux que personne, et je ne sais combien de Dames qui sont ici tout l?hiver avec des Ducs et des Marquis, n?y viennent presque l?été qu?avec des Procureurs et des petits-maîtres du quartier Saint-Honoré : encore ne sont-ce pas les plus mal partagées. (Acte 1, scène 4, MADAME BERTRAND)
  40. Il n?y a pas encore grand monde : mais nous attendons un lendemain de noces. (Acte 1, scène 4, MADAME BERTRAND)
  41. Un lendemain de noces ? (Acte 1, scène 4, LA COMTESSE)
  42. Oui, Madame, un Bourgeois de Vaugirard qui marie sa fille au garçon du Boulanger de Meudon, ils ont envoyé retenir notre grande chambre. (Acte 1, scène 4, MADAME BERTRAND)
  43. Un lendemain de noces au Moulin de Javelle ! (Acte 1, scène 4, FINETTE)
  44. Vous attendez compagnie, apparemment, et vous ne voulez pas entrer encore ? (Acte 1, scène 4, MADAME BERTRAND)
  45. Si le Chevalier vient, dis-lui que nous y sommes ? (Acte 1, scène 4, LA COMTESSE)
  46. Je vous l?enverrai sitôt qu?il sera venu, ne vous mettez pas en peine. (Acte 1, scène 4, MADAME BERTRAND)
  47. Allons, viens, Finette. (Acte 1, scène 4, LA COMTESSE)
  48. Ce n?est que la fille d?une Blanchisseuse de la Grenouillère, et cependant la voilà Comtesse. (Acte 1, scène 5, MADAME BERTRAND)
  49. Voilà qui est bien : fais-moi venir Marotte. (Acte 1, scène 6, MADAME BERTRAND)
  50. Est-ce que je n?appellerais pas aussi bien que toi, si je voulais appeler ? (Acte 1, scène 6, MADAME BERTRAND)
  51. Pargué, vous n?appelleriez pas mieux, du moins, car la vela venue. (Acte 1, scène 6, NICOLAS)
  52. Tenez, allez dire à la grosse Thomasse qu?elle vous donne un demi cent d?écrevisses. (Acte 1, scène 7, MADAME BERTRAND)
  53. J?entends bien, c?est pour quelque Bourgeois, pour quelque Procureur, n?est-ce pas ? (Acte 1, scène 7, MAROTTE)
  54. Justement. (Acte 1, scène 7, MADAME BERTRAND)
  55. S?il vous questionnait tantôt, par hasard, ne vous avisez pas d?aller dire que sa femme soupa hier ici avec ce jeune Conseiller et ce vieux Musicien. (Acte 1, scène 7, MADAME BERTRAND)
  56. Est-ce que vous me prenez pour une jaseuse ? (Acte 1, scène 7, MAROTTE)
  57. Et quand vous me menez avec vous chercher de la provision, et que nous déjeunons avec ce grand Clerc, ou avec ce gros Suisse, est-ce que j?en dis quelque chose à mon oncle ? (Acte 1, scène 7, MAROTTE)
  58. Si on ne savait un peu se taire, dans une maison comme celle-ci, ce serait belle pitié ; nous mettrions toute la ville en désordre. (Acte 1, scène 7, MAROTTE)
  59. Oui, il est de conséquence de ne point parler. (Acte 1, scène 7, MADAME BERTRAND)
  60. Toute petite que je suis, je vois bien cela. (Acte 1, scène 7, MAROTTE)
  61. Tenez, ma Tante, tous ces Messieurs qui viennent ici avec des femmes, ne voudraient pas que leurs femmes y vinssent avec des Messieurs, non. (Acte 1, scène 7, MAROTTE)
  62. Et cependant il était avec une petite Lingère du Palais, lui ? (Acte 1, scène 7, MADAME BERTRAND)
  63. Il a bien dit qu?il se vengerait ; et le garçon Apothicaire ne sera jamais Maître. (Acte 1, scène 7, MAROTTE)
  64. Palsangué, Maîtresse, je m?en vais cette fois-ci. (Acte 1, scène 8, NICOLAS)
  65. Tu t?en vas ? (Acte 1, scène 8, MADAME BERTRAND)
  66. Oui, morgué, je m?en irai. (Acte 1, scène 8, NICOLAS)
  67. À qui en a-t-il donc ? (Acte 1, scène 8, MAROTTE)
  68. Va vite où je t?envoie, Marotte, et reviens de même. (Acte 1, scène 8, MADAME BERTRAND)
  69. Es-tu devenu fou ? (Acte 1, scène 9, MADAME BERTRAND)
  70. Jarnigué, vela encore ces Madames qui m?avons fait darnièrement tant de niches. (Acte 1, scène 9, NICOLAS)
  71. Ces Madames de qualité, qui fesont comme si alles n?en étiant pas. (Acte 1, scène 9, NICOLAS)
  72. Alles se promenont le long de l?iau, et alles viandront ici, je gage. . (Acte 1, scène 9, NICOLAS)
  73. Hé bien, laissez-les venir ; qu?est-ce que ça te fait ? (Acte 1, scène 9, MADAME BERTRAND)
  74. Hé, ventreguié, Maîtresse, alles me voulont débaucher. (Acte 1, scène 9, NICOLAS)
  75. Comment, te débaucher ? (Acte 1, scène 9, MADAME BERTRAND)
  76. Alles me voulont mettre à mal, vous dis-je : mais tatigué, je m?enfuirai plutôt ; je sis honnête garçon, et vous le savez bian. (Acte 1, scène 9, NICOLAS)
  77. Tu es un sot, va, va-t-en à la maison. (Acte 1, scène 9, MADAME BERTRAND)
  78. Palsanguoi, Jeanne, t?es toujours à l?entour de ces garçons ; j?ai biau les prendre tortus, bossus, borgnes et boiteux, ça n?y fait rian. (Acte 1, scène 10, BERTRAND)
  79. Dame, acoute donc, je ne sis pas jaloux : mais si je m?y boute, je sais bian comme je les prendrai pour empêcher ça. (Acte 1, scène 10, BERTRAND)
  80. Alles sont de Paris, ces Madames-là, c?est à elles à faire ; et quoique je soyons de la banlieue, je prétends qu?il y ait de la différence. (Acte 1, scène 10, BERTRAND)
  81. Vous mériteriez bien? (Acte 1, scène 10, MADAME BERTRAND)
  82. Hé, morgué, doucement, t?es toujours en colère. (Acte 1, scène 10, BERTRAND)
  83. Je le sais bien, je viens de leur envoyer chercher par Marotte, des écrevisses qu?ils ont demandées. (Acte 1, scène 10, MADAME BERTRAND)
  84. Oui, mais j?ai dans la pensée qu?ils ne viennent pas ici pour des écrevisses, et qu?il y a queuque anguille sous roche. (Acte 1, scène 10, BERTRAND)
  85. Comment donc ? (Acte 1, scène 10, MADAME BERTRAND)
  86. Hé bien ? (Acte 1, scène 10, MADAME BERTRAND)
  87. Hé bian, ils parlont de mauvaise conduite, de faire enfarmer queuqu?un ; j?ai opignion qu?ils la voulont mettre à saint Lazare. (Acte 1, scène 10, BERTRAND)
  88. Oui, m?est avis que j?ai entendu ce mot-là, et ils m?avons bian enchargé de ne pas dire qu?ils sont ici, ils y demeureront peut-être jusqu?à demain. (Acte 1, scène 10, BERTRAND)
  89. Si alle viant ce soir, comment ferons-le ? (Acte 1, scène 10, BERTRAND)
  90. Si elle vient, elle viendra ; ce sont ses affaires. (Acte 1, scène 10, MADAME BERTRAND)
  91. Je baise les mains à Madame Bertrand ; comment se porte-t-elle ? (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  92. Fort bien, si vous m?apportez de l?argent. (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  93. De l?argent, Madame Bertrand ! (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  94. Sans colère, Monsieur Bertrand, je ne viens ici que pour cela, et pour quelque autre petite chose. (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  95. Oh bian, commençons toujours par là, et je finirons par l?autre petite chose. (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  96. Tenez, voilà déjà les trois louis d?or de la tabatière, et en voilà un pour mon compte ; nous reprendrons ce soir nos nippes. (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  97. Cela est bien honnête ! (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  98. Oh çà, il me reste encore dix pistoles, dont mon maître m?a dit de faire présent à madame Bertrand, si elle veut lui rendre un petit service. (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  99. Il m?avait commandé de ne vous en pas parler devant votre mari, mais? (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  100. Accoute : Jeanne, je ne sis pas si bon que tu penses, au moins. (Acte 1, scène 11, BERTRAND)
  101. Vous rêvez, je pense : mon maître est amoureux de votre femme ! (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  102. Il y a bien eu des grosses Madames qui m?en avont voulu conter, à moi. (Acte 1, scène 11, BERTRAND)
  103. Oh bien, le caprice de mon maître ne va point jusques là ; ne vous inquiétez point. (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  104. Oh, pour cela non, nous ne nous mêlons point de ces choses-là : nous sommes gens de bien, Monsieur de Lolive. (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  105. Mais il s?agit seulement? (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  106. Tenez, quand des personnes sont d?accord, et que leurs amitiés sont une fois commencées, on vient quelquefois chez nous mettre ces amitiés-là dans leur perfection ; on ne peut pas empêcher cela, on s?en doute, et on n?y prend pas garde, ce sont leurs affaires : mais pour ce qui est d?entrer là-dedans, nous n?en faisons rien, nous avons trop l?honneur en recommandation. (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  107. Quoi, vous vous feriez un scrupule de rendre seulement un billet à une jeune fille ? (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  108. Un billet seulement, Bertrand. (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  109. Trouveriez-vous qu?il y eût grand mal à lui dire que mon maître l?attend ici ; et que comme nous n?oserions aller à Vaugirard, par ménagement pour elle, elle court moins de risque à nous venir trouver ? (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  110. Qu?en dis-tu Bertrand ? (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  111. Mais, il m?est avis qu?en bonne conscience, il n?y a pas de mal à ça ; si tu ne le fais pas, un autre le fera : la petite fille ne viendra pas moins, et tu n?auras pas les dix pistoles. (Acte 1, scène 11, BERTRAND)
  112. Monsieur Bertrand est homme de bon sens et de bon conseil. (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  113. Comment se nomme-t-elle ? (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  114. Oui, elle demeure à l?entrée du Village, là, à main gauche. (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  115. Oh, je sais bien où elle demeure : mais il n?y a rien à faire ; cette fille-là est devenue femme, Monsieur de Lolive. (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  116. Oh, palsanguenne oui, alle fut hier mariée, et je faisons aujourd?hui son lendemain de noces. (Acte 1, scène 11, BERTRAND)
  117. Si vous voulez, pourtant, on lui rendra toujours votre billet, tout coup vaille. (Acte 1, scène 11, MADAME BERTRAND)
  118. Oh diable, non, c?est un billet pour fille il en faut un pour femme, à présent. (Acte 1, scène 11, LOLIVE)
  119. Le Mitron a bien fait de hâter son mariage, Bertrand, on lui aurait soufflé sa maîtresse. (Acte 1, scène 12, MADAME BERTRAND)
  120. Hé morgué, on lui soufflera sa femme ; peut-être, ce sera bien pis encore. (Acte 1, scène 12, BERTRAND)
  121. À qui en veut ce laquais ? (Acte 1, scène 12, MADAME BERTRAND)
  122. Demandez-vous quelque chose, mon enfant ? (Acte 1, scène 13, MADAME BERTRAND)
  123. C?est Monsieur Grimaudin, Madame, qui envoie savoir s?il n?y a ici personne de sa connaissance, et s?il y peut venir souper avec deux Dames de ses parentes ? (Acte 1, scène 13, LA FLEUR)
  124. Oui, qu?il vienne : mais qu?il se dépêche. (Acte 1, scène 13, MADAME BERTRAND)
  125. Tatigué, Jeanne c?est une bonne pratique que ce Monsieur Grimaudin, on ne dirait pas qu?il y touche devant le monde : mais je le voyons pourtant bian souvent cheux nous, à ce qu?il me semble. (Acte 1, scène 13, BERTRAND)
  126. Oh, c?est un fort honnête homme, bien réglé, d?une bonne conduite. (Acte 1, scène 13, MADAME BERTRAND)
  127. Paix, tais-toi, les voilà, je pense. (Acte 1, scène 13, MADAME BERTRAND)
  128. Je ne bouge de chez toi, Madame Bertrand, j?y soupais encore hier au soir, j?y reviens aujourd?hui, je prendrai quelque jour le parti d?y faire apporter des meubles. (Acte 1, scène 14, MADAME SIMONNEAU)
  129. Votre mari est là-haut, je vous en avertis. (Acte 1, scène 14, MADAME BERTRAND)
  130. Nous nous étions tant proposé de nous bien réjouir ! (Acte 1, scène 14, MADAME DU ROLLET)
  131. Allons, Mesdames, évitons l?éclat, remontons en carrosse. (Acte 1, scène 14, DORANTE)
  132. Hé bien, tenez, vous l?entendez ? (Acte 1, scène 14, BERTRAND)
  133. Ils ont vraiment raison, c?est lui-même. (Acte 1, scène 14, MADAME SIMONNEAU)
  134. Allons-nous-en souper à Passy, Mesdames, il n?y a pas d?autre parti à prendre. (Acte 1, scène 14, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  135. C?est donc ainsi que vous venez manger votre bien au Cabaret ? (Acte 1, scène 15, MADAME SIMONNEAU)
  136. Tu ne m?y attendais pas ivrogne. (Acte 1, scène 15, MADAME SIMONNEAU)
  137. Je savais bien que je t?y attraperais ; il y a longtemps que je te guette. (Acte 1, scène 15, MADAME SIMONNEAU)
  138. Écoutez, Madame Simonneau, je ne sais pas comment vous l?entendez : mais pour moi sérieusement? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR SIMONNEAU)
  139. Nous n?avons pas dit que vous étiez là-haut, Monsieur, si vous n?étiez pas descendu vous-même. (Acte 1, scène 15, MADAME BERTRAND)
  140. Il n?est pas question de cela, Madame Bertrand, je n?ai point à rendre compte? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR SIMONNEAU)
  141. Je suis bien malheureuse de voir ainsi dissiper le bien que mes parents? (Acte 1, scène 15, MADAME SIMONNEAU)
  142. Messieurs, Madame Simonneau, encore une fois, je n?entends point raillerie. (Acte 1, scène 15, MONSIEUR SIMONNEAU)
  143. Allez, Monsieur, vous devriez mourir de honte, de passer ainsi votre vie dans la débauche, pendant qu?une pauvre petite femme? (Acte 1, scène 15, MADAME DU ROLLET)
  144. Madame Bertrand, vous savez bien que? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR SIMONNEAU)
  145. Ce sont des femmes, Monsieur, ne prenez pas garde à cela, laissez-les dire. (Acte 1, scène 15, MADAME BERTRAND)
  146. Comment ! (Acte 1, scène 15, MONSIEUR SIMONNEAU)
  147. Que je n?y prenne pas garde ? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR SIMONNEAU)
  148. Oh, je lui ferai bien voir? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR SIMONNEAU)
  149. Il me menace, Messieurs, il me menace, remarquez bien cela, je vous prie. (Acte 1, scène 15, MADAME SIMONNEAU)
  150. Comment, carogne ? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR SIMONNEAU)
  151. Vous entendez comme il me traite ? (Acte 1, scène 15, MADAME SIMONNEAU)
  152. Oui, une coquine, fort bien ! (Acte 1, scène 15, MADAME SIMONNEAU)
  153. Je n?y puis plus tenir, je crève : qu?on me remène au plus vite à Paris, je veux faire mes plaintes, et vous me servirez de témoins, Messieurs, s?il vous plaît. (Acte 1, scène 15, MADAME SIMONNEAU)
  154. Comment donc des plaintes ? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR SIMONNEAU)
  155. Au moins, Monsieur, vous voyez bien? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR SIMONNEAU)
  156. Vous avez tort, Monsieur, je dirai ce que j?ai vu, je ne puis m?en défendre. (Acte 1, scène 15, MONSIEUR GRIMAUDIN)
  157. Vous êtes honnête homme, vous, Monsieur, je vous demande en grâce? (Acte 1, scène 15, MONSIEUR SIMONNEAU)
  158. Oh, pour moi, je suis votre serviteur : mais je déposerai aussi contre vous, Monsieur Simonneau, je vous en avertis. (Acte 1, scène 15, DORANTE)
  159. Voilà un pauvre diable de mari en bonne main ! (Acte 1, scène 15, MADAME BERTRAND)
  160. Hom, que j?en dirai de belles aussi, moi, je vous en réponds. (Acte 1, scène 15, MADAME DU ROLLET)
  161. Madame Bertrand, je n?en puis plus, je tombe des nues, je n?ai pas la force de me remuer seulement. (Acte 1, scène 16, MONSIEUR SIMONNEAU)
  162. Morgué, si vous aviais voulu, ça ce serait passé tout doucement. (Acte 1, scène 16, BERTRAND)
  163. Comment donc ? (Acte 1, scène 17, MONSIEUR DU ROLLET)
  164. Je ne viens ici, comme vous savez, que pour y attraper en quelque débauche mon coquin de neveu, qui est un vagabond, qui mange tout son fait. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR SIMONNEAU)
  165. Hé bien ? (Acte 1, scène 17, MONSIEUR DU ROLLET)
  166. Et j?y trouve ma femme en partie quarrée. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR SIMONNEAU)
  167. Votre femme en partie quarrée ? (Acte 1, scène 17, MONSIEUR DU ROLLET)
  168. Avec la mienne ? (Acte 1, scène 17, MONSIEUR DU ROLLET)
  169. Vous êtes bienheureux, vraiment, de n?être pas descendu le premier, il n?y aura pas de plainte contre vous. (Acte 1, scène 17, MADAME BERTRAND)
  170. Comment, de plainte contre moi ? (Acte 1, scène 17, MONSIEUR DU ROLLET)
  171. Vous ne comprenez pas ? (Acte 1, scène 17, BERTRAND)
  172. Alles veniont pour souper ici, alles trouvent la place prise, alles vont s?en plaindre : mais je ne pouvons mais de ça, nous autres. (Acte 1, scène 17, BERTRAND)
  173. Mais cela est fort joli, vraiment ! (Acte 1, scène 17, MONSIEUR DU ROLLET)
  174. Deux Messieurs qui les remènent à Paris. (Acte 1, scène 17, MADAME BERTRAND)
  175. Vous avez raison ; si cela se fait, on se moquera de nous encore. (Acte 1, scène 17, MONSIEUR SIMONNEAU)
  176. Je m?en vais quérir toutes vos affaires. (Acte 1, scène 17, BERTRAND)
  177. Si j?en viens manger de ma vie? (Acte 1, scène 18, MONSIEUR SIMONNEAU)
  178. Nous méritons bien cela, Monsieur Simonneau : des maris de bon sens ne doivent jamais aller où ils peuvent rencontrer leurs femmes. (Acte 1, scène 18, MONSIEUR DU ROLLET)
  179. Tenez, Messieurs, vela tout votre attirail. (Acte 1, scène 19, BERTRAND)
  180. Cela n?est rien. (Acte 1, scène 19, MONSIEUR SIMONNEAU)
  181. Presque rien. (Acte 1, scène 19, MADAME BERTRAND)
  182. Six francs de matelote, cent sols d?écrevisses, et quatre francs pour le reste, ce sont quinze livres. (Acte 1, scène 19, MADAME BERTRAND)
  183. Mais votre matelote, et vos écrevisses que l?on ne nous a pas seulement servies? (Acte 1, scène 19, MONSIEUR DU ROLLET)
  184. Je ne sommes pas cause que vos femmes sont venues. (Acte 1, scène 19, BERTRAND)
  185. Tenez, point de mais avec nous, Monsieur Simonneau, ou bien je déposerons contre vous, choisissez. (Acte 1, scène 19, BERTRAND)
  186. Donnons-leur ce qu?ils demandent, et allons-nous-en ; je suis sur des épines. (Acte 1, scène 19, MONSIEUR DU ROLLET)
  187. Le voilà, vous n?en aurez pas davantage. (Acte 1, scène 19, MONSIEUR DU ROLLET)
  188. Il faut bien se contenter de ça, je ne rançonnons parsonne, une autre fois je gagnerons davantage. (Acte 1, scène 19, BERTRAND)
  189. Si l?on me retient ici? (Acte 1, scène 19, MONSIEUR DU ROLLET)
  190. Tatigué, vela deux bourgeois qui se sont bian divartis pour leur argent, n?est-il pas vrai, Jeanne ? (Acte 1, scène 20, BERTRAND)
  191. C?est bien employé. (Acte 1, scène 20, MADAME BERTRAND)
  192. Ne doivent-ils pas savoir qu?il y a des endroits autour de Paris qui ne sont pas faits pour eux ? (Acte 1, scène 20, MADAME BERTRAND)
  193. Oh dame, Maîtresse, venez donc à la maison parler à ces gens-là. (Acte 1, scène 21, NICOLAS)
  194. Comment, quels gens ? (Acte 1, scène 21, MADAME BERTRAND)
  195. Et les ménétriers de cette noce qui sont venus devant ; ils juront comme tout, parce qu?ils n?avont pas encore de vin. (Acte 1, scène 21, NICOLAS)
  196. Ils sont bien pressés, qu?ils attendent leur monde. (Acte 1, scène 21, MADAME BERTRAND)
  197. Voirement oui, qu?ils attendent ? (Acte 1, scène 21, NICOLAS)
  198. Ils disont comme ça que par faute de boire leur musique deviendra enragée, et que ça fera tantôt enrager tout le monde. (Acte 1, scène 21, NICOLAS)
  199. Accoutez, il se faut bailler de garde de ça, je vous en avartis, ils demandont le maître ou la maîtresse. (Acte 1, scène 21, NICOLAS)
  200. Je m?en vais leur parler. (Acte 1, scène 21, MADAME BERTRAND)
  201. Hé palsangué, baille-leur du vin, Jeanne, je serons bian payés de tout ça, ne te boute pas en peine. (Acte 1, scène 21, BERTRAND)
  202. Tatigué, il faut que ce soit un métier bian échauffant que celui de Ménétrier, car c?est une engeance bian altérée. (Acte 1, scène 22, BERTRAND)
  203. Comment morgué, vous revela, Mesdames ! (Acte 1, scène 23, BERTRAND)
  204. Je ne m?effarouche pas si aisément, et nous serons ce soir ici mieux qu?en lieu du monde. (Acte 1, scène 23, MADAME SIMONNEAU)
  205. Monsieur mon mari ne nous soupçonnera pas d?y être sitôt revenues. (Acte 1, scène 23, MADAME SIMONNEAU)
  206. Oui, Monsieur du Rollet et ly, tous deux ensemble, ils avont? (Acte 1, scène 23, BERTRAND)
  207. Mon mari est avec le tien ? (Acte 1, scène 23, MADAME DU ROLLET)
  208. Comment donc ? (Acte 1, scène 23, MADAME SIMONNEAU)
  209. S?il sait que je suis venue ici avec Monsieur Grimaudin, je suis perdue, te dis-je. (Acte 1, scène 23, MADAME DU ROLLET)
  210. Si je m?en embarrasse ? (Acte 1, scène 23, MADAME DU ROLLET)
  211. Le mien est la plus méchante langue que je connaisse. (Acte 1, scène 23, MADAME DU ROLLET)
  212. Oh morguenne oui, il ne l?a pas bonne. (Acte 1, scène 23, BERTRAND)
  213. C?est ly qui a mis le feu sous le ventre à l?autre, et ils s?en allont tous deux bellement vous charcher à Paris, pour vous quereller plus à leur aise. (Acte 1, scène 23, BERTRAND)
  214. Voilà des maris qui font bien les choses ! (Acte 1, scène 23, MADAME SIMONNEAU)
  215. Venir eux-mêmes au Moulin de Javelle faire apprêter ! (Acte 1, scène 23, MADAME SIMONNEAU)
  216. Ils sont bonnes gens, cela est fort honnête. (Acte 1, scène 23, MADAME SIMONNEAU)
  217. Nous allons avoir une furieuse querelle à soutenir en arrivant chez nous. (Acte 1, scène 23, MADAME DU ROLLET)
  218. Les affaires criminelles s?abonnissent en vieillissant. (Acte 1, scène 23, MADAME SIMONNEAU)
  219. Nous n?avons qu?à nous tranquilliser ici pendant que leur premier mouvement passera : plus l?aventure sera forte, et plus ils craindront qu?elle éclate. (Acte 1, scène 23, MADAME SIMONNEAU)
  220. Les maris sont devenus prudents depuis quelques années. (Acte 1, scène 23, MADAME SIMONNEAU)
  221. Je ferai tout ce que tu voudras, je le veux bien. (Acte 1, scène 23, MADAME DU ROLLET)
  222. Au hasard d?un fâcheux avenir, profitons du temps présent, puisque nous y sommes. (Acte 1, scène 23, MADAME DU ROLLET)
  223. La Fleur, va dire à ces Messieurs qu?ils viennent, les ennemis sont décampés, nous sommes maîtresses du champ de bataille. (Acte 1, scène 23, MADAME DU ROLLET)
  224. Vous serez contentes, entrez toujours, n?y a qu?à dire à Jeanne. (Acte 1, scène 23, BERTRAND)
  225. Tatigué que vela des femmes de bonne himeur, alles n?engendront point de mélancolie, ça ne gronde jamais que leurs maris, da ; ça ne fait point de meine. (Acte 1, scène 23, BERTRAND)
  226. Mon maître n?est point encore venu, Monsieur Bertrand ? (Acte 1, scène 24, LOLIVE)
  227. Cela ne presse pas encore. (Acte 1, scène 24, LOLIVE)
  228. Des vieilles, des jeunes, des Bourgeoises, des Marquises ; il en aime de toutes les façons, et il n?en épouse pas une. (Acte 1, scène 24, BERTRAND)
  229. Qu?est-ce à dire, il n?en épouse pas une ? (Acte 1, scène 24, LOLIVE)
  230. Il n?y en a presque point qu?il n?épouse. (Acte 1, scène 24, LOLIVE)
  231. Mais comme, nous autres jeunes gens, nous ne faisons pas les choses dans toutes les règles, il manque toujours quelque formalité à nos mariages, et c?est ce qui fait qu?on les casse. (Acte 1, scène 24, LOLIVE)
  232. Oh, il est né coiffé, cet homme-là ; il n?a point d?argent, il n?en gagne point, et il en dépense. (Acte 1, scène 24, BERTRAND)
  233. Comment fait-il ? (Acte 1, scène 24, BERTRAND)
  234. Je n?y comprends rian, la peste m?étouffe. (Acte 1, scène 24, BERTRAND)
  235. Oh diable, je le crois bien, cela vous passe ; nous avons de grandes ressources aux parties casuelles. (Acte 1, scène 24, LOLIVE)
  236. Nous jouissons de plus de vingt mille livres de rente en fonds d?esprit et de savoir-faire. (Acte 1, scène 24, LOLIVE)
  237. Nous avons des droits sur tous les provinciaux qui viennent débarquer à Paris, sur les enfants de famille qui entrent de trop bonne heure dans le monde, sur les Bourgeois qui veulent contrefaire les gens de qualité, sur les successions qui tombent en mains mineures. (Acte 1, scène 24, LOLIVE)
  238. Notre domaine est de grande étendue ; et si je n?y comprends pas les vieilles coquettes. (Acte 1, scène 24, LOLIVE)
  239. Hé bien, Lolive ? (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  240. Que vela deux bonnes bêtes ensemble ! (Acte 1, scène 25, BERTRAND)
  241. Madame Bertrand s?est-elle chargée de mon billet : l?a-t-elle rendu ? (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  242. Le rendra-t-elle. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  243. Non, Monsieur, il n?y a rien à faire, la petite fille est mariée. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  244. Tu te moques, je pense. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  245. Je ne me moque point, et vous allez voir ici son lendemain de noces. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  246. Gardez-vous bien de lui faire la moindre mine seulement, vous gâteriez toutes vos affaires. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  247. Comment donc ? (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  248. De nouvelles mariées sont encore toutes sottes de leurs maris ; réservons cela pour le quartier d?hiver, au retour de la campagne. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  249. Et comment la faire, cette campagne ? (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  250. Il en faut trouver. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  251. Il a sur lui un billet de quatre cent louis d?or, payable au porteur. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  252. Voilà un billet inutile? Je veux le mettre en oeuvre, moi, Monsieur, laissez-moi faire. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  253. J?en demeure d?accord : mais cependant? (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  254. Cependant il a encore eu depuis quinze jours la succession d?une vieille tante qui nous a quelquefois prêté de l?argent au dernier un. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  255. Je vois bien, à peu près, quel est ton dessein. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  256. Et vous avez bien de la peine à ne pas l?approuver, je gage ? (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  257. Attendez? Ne pourrions-nous pas trouver quelque femme d?esprit, là? (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  258. Ah, Monsieur, si feue ma pauvre cousine n?avait pas été pendue l?année passée? (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  259. Hom, que c?est bien dommage que ma tante et ma soeur soient encore au Châtelet. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  260. Vous avez ici rendez-vous avec Madame_la_Comtesse : elle vaut bien ces honnêtes personnes-là. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  261. Oui, vraiment. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  262. Monsieur Ganivet y doit venir aussi. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  263. Il m?en a donné parole. (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  264. Attendez-les, et moi aussi, Monsieur. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  265. Que prétends-tu faire ? (Acte 1, scène 25, LE CHEVALIER)
  266. Ne vous mettez pas en peine, la Comtesse a de l?esprit, elle entrera d?abord dans ma pensée ; attendez-la, vous dis-je, nous aurons de l?argent pour faire la campagne. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  267. Mais, mais, demeurez ici seulement, et ne vous embarrassez pas du reste. (Acte 1, scène 25, LOLIVE)
  268. Je ne puis deviner quel est son projet : mais il a du monde et de l?esprit, et il sort fort bien de ce qu?il entreprends : il faut le laisser faire. (Acte 1, scène 26, LE CHEVALIER)
  269. Hé, bonjour, belle Marotte, où allez-vous si vite, ma chère enfant ? (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  270. Oh çà, Monsieur, ne m?amusez point, s?il vous plaît ; ma tante me gronderait : laissez-moi lui porter ces écrevisses, et puis je reviendrai causer avec vous tant que vous voudrez. (Acte 1, scène 27, MAROTTE)
  271. Quoi, belle Marotte, on vous envoie chercher des écrevisses ? (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  272. Hom, que j?ai bien envie de devenir grande ! (Acte 1, scène 27, MAROTTE)
  273. Si vous l?entendiez quand elle prend son ton, et qu?elle se met à quereller? (Acte 1, scène 27, MAROTTE)
  274. Comment, elle vous querelle ? (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  275. Pas si fort depuis quelque temps que je sais de ses petites fredaines, elle a peur que je n?en parle à mon oncle. (Acte 1, scène 27, MAROTTE)
  276. Vraiment il faut bien qu?elle en ait, vous dis-je ; car elle est devenue bien meilleure qu?elle n?était depuis qu?elle se doute que je m?en doute. (Acte 1, scène 27, MAROTTE)
  277. Et sur quoi vous en doutez-vous ? (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  278. Je m?en vais vous le dire : mais n?en parlez pas, au moins. (Acte 1, scène 27, MAROTTE)
  279. Non, ne craignez rien. (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  280. C?est elle qui reçoit l?argent du monde qui vient ici, et c?est mon oncle qui le serre. (Acte 1, scène 27, MAROTTE)
  281. Hé bien. (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  282. Hé bien, elle ne donne pas tout à mon oncle, non : elle garde toujours quelque chose, et puis elle achète tantôt des gants, tantôt un chapeau, des cravates à dentelles, une canne quelquefois ; et tout cela n?est pas pour elle, comme vous le voyez. (Acte 1, scène 27, MAROTTE)
  283. Pour un grand garçon qui demeure à Paris, qu?elle appelle son neveu, et qui ne l?est pas pourtant ; car je le sais bien. (Acte 1, scène 27, MAROTTE)
  284. Et comment le savez-vous ? (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  285. Cela est admirable, Madame Bertrand qui se donne aussi des parents de contrebande. (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  286. À ce que je puis voir, tout le monde s?en mêle. (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  287. Mais la voici, votre tante, je m?en vais lui dire tout ce que vous m?avez dit. (Acte 1, scène 27, LE CHEVALIER)
  288. Rien, ma tante, c?est ce Monsieur-là qui me fait des questions, et qui me veut faire dire ce que je ne sais pas : mais je ne suis pas une causeuse, moi, vous le savez bien. (Acte 1, scène 28, MAROTTE)
  289. Je m?y en vais, ma tante. (Acte 1, scène 28, MAROTTE)
  290. Il y a une heure que Madame_la_Comtesse vous attend. (Acte 1, scène 29, MADAME BERTRAND)
  291. Vraiment oui. (Acte 1, scène 29, MADAME BERTRAND)
  292. Et tenez, la voilà, qui commence à s?impatienter, je pense. (Acte 1, scène 29, MADAME BERTRAND)
  293. Vous avez apparemment quelque affaire ensemble ? (Acte 1, scène 29, MADAME BERTRAND)
  294. Si je vous suis nécessaire à quelque chose, vous n?aurez qu?à dire, vous savez bien que je suis toute à votre service. (Acte 1, scène 29, MADAME BERTRAND)
  295. C?est une personne bien honnête et bien serviable, que cette Dame Bertrand. (Acte 1, scène 30, FINETTE)
  296. Hé bien, Monsieur le Chevalier, que devenons-nous ? (Acte 1, scène 30, LA COMTESSE)
  297. Oui, Madame ; et ce sera le sort que nous lui ferons, qui règlera votre destinée et la mienne. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  298. Je ne sais pas ce que vous lui préparerez : mais si jamais un nigaud comme lui me donnait rendez-vous au Moulin de Javelle, le cadeau lui coûterait cher, sur ma parole. (Acte 1, scène 30, FINETTE)
  299. Monsieur de Lolive a dans la tête une petite idée qu?il va mettre en oeuvre, à ce qu?il m?a dit ; nous n?avons qu?à l?attendre, et nous verrons. (Acte 1, scène 30, LE CHEVALIER)
  300. Vous êtes en bonne main ; ce garçon-là fait de bonne besogne. (Acte 1, scène 30, FINETTE)
  301. Comment donc ? (Acte 1, scène 31, LE CHEVALIER)
  302. Tout justement, vela comme on l?appelle. (Acte 1, scène 31, BERTRAND)
  303. Hé bien ? (Acte 1, scène 31, LE CHEVALIER)
  304. Ils sont morgué bian heureux que les yaux sont basses en cet endroit-là, et qu?ils ne sont tombés que sur un tas de piarres. (Acte 1, scène 31, BERTRAND)
  305. Palsangué, tenez, vela le cabrioleux. (Acte 1, scène 32, BERTRAND)
  306. Si toutes les filles et les femmes qui versent faisaient autant de bruit que celle-là? (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  307. Hé bien, qu?on la mette dans une chambre, et mon cheval dans une écurie ; je n?ai jamais vu de fille si délicate. (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  308. Cette grande virago de chanteuse, Mademoiselle Michelle, dont je me suis sottement embarrassé. (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  309. Vous donnez dans les beautés musiciennes, monsieur le Baron de Ganivet ! (Acte 1, scène 32, LA COMTESSE)
  310. On voit cela quelquefois par conversation seulement, pour la petite débauche de table : mais du reste? (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  311. Il vous l?amenait ce soir pour chanter quelque air à votre souper, je gage. (Acte 1, scène 32, FINETTE)
  312. Justement. (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  313. Un petit Seigneur de robe qui l?avait priée ce soir à souper, lui a manqué de parole, je l?ai ramassée par grâce ; je l?ai mise dans ma petite chaise de deuil, cette masque-là me l?a toute cassée, elle se plaint encore. (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  314. Ces sortes de personnes-là sont si peu polies, et savent si peu vivre? (Acte 1, scène 32, LE CHEVALIER)
  315. Morgué, plus je l?envisage, et plus c?est ly-même. (Acte 1, scène 32, BERTRAND)
  316. Tenez, parce qu?en arrivant je l?ai versée sur un tas de pierres, qu?elle a peut-être la hanche meurtrie, les coudes écorchés, et quelque bosse à la tête ; et qu?en me relevant je lui ai appuyé mon talon un peu ferme sur le visage, à ce qu?elle dit, elle m?appelle maladroit, cheval de carrosse : oh dame, je l?ai plantée-là ; je n?aime pas qu?on me rudoie, moi. (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  317. Oh, çà, çà, si elle est malade, qu?elle se couche, nous souperons bien, nous autres. (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  318. Je n?y étais encore jamais venu. (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  319. Allons donc, Monsieur de Javelle, une bonne matelote ; tenez quatre louis d?or, faites de votre mieux ; grande chère, surtout, et que mon cheval et mes laquais ne manquent de rien. (Acte 1, scène 32, GANIVET)
  320. Que les gens de qualité savent bien faire les choses ! (Acte 1, scène 32, LA COMTESSE)
  321. Morgué, les gens de qualité ne faisont pas comme ça : c?est un badaud, je ne m?y trompe guère. (Acte 1, scène 32, BERTRAND)
  322. Avez-vous jamais vu de Seigneur à la Cour mieux fait que ce jeune gentilhomme-là, Madame ? (Acte 1, scène 33, LE CHEVALIER)
  323. Je n?en connais aucun qui ait cet air-là. (Acte 1, scène 33, LA COMTESSE)
  324. Elle est des plus insinuantes, et des plus naturelles qui se portent. (Acte 1, scène 33, FINETTE)
  325. Quand quelques voyages à la Cour auront passé là-dessus, Madame? La Cour fait bien les gens de qualité. (Acte 1, scène 33, FINETTE)
  326. Vous m?avez promis de m?y mener, Monsieur le Chevalier. (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  327. Vraiment oui, que faire à Paris ? (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  328. Oh, je veux devenir Courtisan : j?épouserai quelque Courtisane, belle et de qualité : c?est le moyen de parvenir, n?est-ce pas ? (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  329. Hé, tenez, ma mère me l?a toujours dit que je ferais fortune par les femmes. (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  330. Les mères prédisent justes, quelquefois. (Acte 1, scène 33, FINETTE)
  331. Oh diable, la mienne n?était pas une sotte : elle avait fait fortune par les hommes, elle. (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  332. Si mon père l?avait laissée faire, je serais encore bien plus de qualité que je ne suis : mais c?était un jaloux, un bizarre, un homme incommode. (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  333. Ne vouloir pas que sa femme lui fît des enfants de qualité ! (Acte 1, scène 33, FINETTE)
  334. Bon, si je n?avais eu un beau naturel, je serais le plus grand benêt qu?il y eût au monde. (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  335. Je me donne au diable, si cela ne serait comme je le dis : mais il avait beau me tenir la bride haute, je prenais le mords aux dents quelquefois. (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  336. Et vous faisiez de belles galopades, je pense ? (Acte 1, scène 33, FINETTE)
  337. Oh, je vous en réponds : à Charenton, à saint Cloud, à Vincennes, à Charonne ; et toujours avec des femmes de qualité, et en carrosse, da ; et je m?enivrais à ces parties-là, je m?enivrais. (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  338. Oh, cela forme bien l?esprit d?un jeune homme ! (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  339. Ma tante et lui, ont été troussés en moins de trois semaines, et j?hérite de tout cela. (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  340. Ne suis-je pas bienheureux ? (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  341. Oh, pour cela oui, vous avez été décanaillé en bien peu de temps. (Acte 1, scène 33, FINETTE)
  342. Et il fait bien. (Acte 1, scène 33, LE CHEVALIER)
  343. Et toutes femmes de qualité, au moins ; je n?en connais point d?autres. (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  344. Je le crois bien. (Acte 1, scène 33, LA COMTESSE)
  345. Mais ne craignez-vous point les affaires qui peuvent arriver? (Acte 1, scène 33, LA COMTESSE)
  346. Oh, Dieu merci, j?entends les affaires aussi bien qu?un autre. (Acte 1, scène 33, GANIVET)
  347. Ciel, l?heureuse rencontre ! (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  348. Nous ne nous étions point vus depuis cette dernière affaire qui nous arriva, je pense? (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  349. Hé, là, quand je tuai ces deux hommes, que je jetai ce grand laquais dans le puits, cette femme de chambre par la fenêtre, et le tout par méprise encore. (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  350. Je m?en souviens, je m?en souviens. (Acte 1, scène 34, LE CHEVALIER)
  351. Vraiment, c?est elle-même, c?est ma nièce. (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  352. Hé, voilà aussi mes anciennes amours : cette pauvre Finette ! (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  353. Je suis bienheureux que ma chaise de poste ait rompu si près d?ici. (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  354. Je suis bien votre servante, Monsieur le Vicomte. (Acte 1, scène 34, FINETTE)
  355. Et ce jeune Gentilhomme-là, qui est si bien fait, et de si bonne mine ? (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  356. Cet oncle-là sait assez bien son monde. (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  357. Comment s?appelle-t-il ? (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  358. Comment, Ganivet ! (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  359. Hé, oui, vous êtes de Paris, vous, cela saute aux yeux d?abord ; On ne vous le dispute point ; mais originairement, votre famille? (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  360. Et elle vient de bien loin. (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  361. Tenez, du vivant de mon père et de ma mère, il nous venait toujours de temps en temps des cousins de campagne qui étaient bien las quand ils arrivaient. (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  362. Justement, ce sont les Ganivets dont je vous parle : noblesse presque aussi bonne que la nôtre, ma nièce. (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  363. Et d?un grand crédit ; cet homme-là peut tout à la Cour, je t?en avertis. (Acte 1, scène 34, LE CHEVALIER)
  364. Voilà une bonne rencontre, si Madame_la_Comtesse pouvait devenir amoureuse de moi. (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  365. Nous vous demandons votre protection pour Monsieur_le_Baron de Ganivet, mon oncle, qu?il vous en souvienne. (Acte 1, scène 34, LA COMTESSE)
  366. Si je m?en souviendrai ! (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  367. Il aura dans quatre jours un Régiment : laissez-moi faire. (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  368. Voilà des inclinations bien nobles, et de bon sens, Monsieur le Vicomte. (Acte 1, scène 34, FINETTE)
  369. Les Ganivets sont comme cela, tous gens d?esprit et de mérite. (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  370. Ne pourriez-vous point, en cas qu?il m?épouse, mon oncle, lui ménager? (Acte 1, scène 34, LA COMTESSE)
  371. Les bons hasards me viennent en dormant ; je ne m?attendais pas à celui-là. (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  372. J?ai acheté depuis trois semaines la Charge de Grand-Inutile, moi ; et en faveur de votre mariage, je remettrai l?autre à Monsieur Ganivet à très bon compte. (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  373. C?est bien de la grâce que vous me faîtes : et Madame_la_Comtesse n?a qu?à vouloir ; je suis tout prêt pour moi. (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  374. Puisque mon oncle le veut absolument, voilà qui est fini, je me détermine. (Acte 1, scène 34, LA COMTESSE)
  375. Il ne faut à présent pour ma Charge que deux mille écus d?argent comptant, elle en vaut dix, je donne le reste pour présent de noces. (Acte 1, scène 34, LA COMTESSE)
  376. Voilà un oncle qui fait bien les choses. (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  377. Le moyen ? (Acte 1, scène 34, LA COMTESSE)
  378. Le moyen, Madame ! (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  379. Le moyen ? (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  380. Ah, ah, tenez mon oncle, voilà un diamant de trois mille livres. (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  381. Oui, il les vaut bien, je le prendrai pour cela. (Acte 1, scène 34, FINETTE)
  382. Et puis un billet de quatre cents pistoles. (Acte 1, scène 34, LOLIVE)
  383. En voulez-vous encore ? (Acte 1, scène 34, GANIVET)
  384. Je viens vous dire que votre matelote? (Acte 1, scène 35, MADAME BERTRAND)
  385. Hé palsanguié, qu?est-ce que j?entends là ? (Acte 1, scène 35, MADAME BERTRAND)
  386. Vela vos Ménétriers qui s?enivront en musique, je pense. (Acte 1, scène 35, MADAME BERTRAND)
  387. Place, place, Messieurs, et de la joie, voici tout le lendemain de noces qui nous arrive. (Acte 1, scène 36, MADAME BERTRAND)
  388. J?en ai voituré plus de la moitié, moi. (Acte 1, scène 36, LE COCHER)
  389. Vous voilà encore ? (Acte 1, scène 36, LE COCHER)
  390. Ma tante, que la mariée est gentille, et qu?elle est aise ! (Acte 1, scène 36, MAROTTE)
  391. La voilà qui vient, vous allez voir. (Acte 1, scène 36, MAROTTE)
  392. Voilà le cousin Ganivet qui n?a pas voulu venir à la noce, il vient le lendemain ; cela est bien honnête. (Acte 1, scène 37, LA MARIÉE)
  393. Hé, voirement oui, fille, c?est ly-même : je le savais bian, moi, que ce n?était pas par orgueil qu?il n?était pas venu aux fiançailles. (Acte 1, scène 37, LA MÈRE)
  394. Comment ? (Acte 1, scène 37, FINETTE)
  395. Comment l?entendez-vous donc ? (Acte 1, scène 37, FINETTE)
  396. Ce n?est pas lui qui vient à votre noce, c?est vous qui venez à la sienne, ne vous y trompez pas. (Acte 1, scène 37, FINETTE)
  397. Oui vraiment, nous venons de le marier avec Madame_la_Comtesse de la Grenouillère, que vous voyez. (Acte 1, scène 37, LOLIVE)
  398. Vraiment, c?est un plaisant visage : nous sommes pourtant cousins germains, afin que vous le sachiez. (Acte 1, scène 37, LA MARIÉE)
  399. Hé, c?est la fille à la commère Tiennette, qui est blanchisseuse à la Grenouillère. (Acte 1, scène 37, LA MÈRE)
  400. Cela se pourrait bien, mon neveu le Poilou ; moi qui suis Vicomte et son oncle, je ne suis pas de meilleure maison que vous et elle. (Acte 1, scène 37, LOLIVE)
  401. Comment, ventrebleu, c?est Lolive ! (Acte 1, scène 37, GANIVET)
  402. Hé, tu te moques de moi, je pense ? (Acte 1, scène 37, GANIVET)
  403. Je fais bien l?homme de qualité, n?est-ce pas ? (Acte 1, scène 37, LOLIVE)
  404. Tenez, je vais me faire mitron, pour danser à la noce ; vous ne me reconnaîtrez pas, je gage. (Acte 1, scène 37, LOLIVE)
  405. Je n?en démordrai point, je ne suis pas plus de qualité qu?elle, nous n?aurons rien à nous reprocher ; elle s?est fait Comtesse, elle me fera bien autre chose. (Acte 1, scène 37, GANIVET)
  406. C?est le bian prendre. (Acte 1, scène 37, BERTRAND)
  407. Et vivent les parties du Moulin de Javelle ; les mariages s?y font sans cérémonie. (Acte 1, scène 37, FINETTE)
  408. Venez, jeunes filles, v.1 (Acte 1, scène 38, LOLIVE)
  409. Si gentilles, v.2 (Acte 1, scène 38, LOLIVE)
  410. Venez, jeunes filles de Meudon, v.3 (Acte 1, scène 38, LOLIVE)
  411. Prenez bavolets et corsets à dentelles, v.4 (Acte 1, scène 38, LOLIVE)
  412. Et prenez chacune un garçon. v.7 (Acte 1, scène 38, LOLIVE)
  413. Et prenons chacune un garçon. v.9 (Acte 1, scène 38, LES FILLES DE LA NOCE)
  414. L?amour que j?ai pour toi, Claudenne, v.10 (Acte 1, scène 38, LE MARIÉ)
  415. Mets la main sur ma poitrenne, v.14 (Acte 1, scène 38, LE MARI?)
  416. Et tu sentiras comme quoi, v.15 (Acte 1, scène 38, LE MARI?)
  417. L?un à l?autre nous engage, v.24 (Acte 1, scène 38, LA MARIÉE)
  418. Aga donc comme il se rengorge ! v.32 (Acte 1, scène 38, LE MARIÉ)
  419. Entre ces deux états, cousin, v.40 (Acte 1, scène 38, LA MARIÉE)
  420. La différence n?est pas forte ; v.41 (Acte 1, scène 38, LA MARI?E)
  421. À vingt sols, à vingt sols par heure, en un jour. v.51 (Acte 1, scène 38, LE COCHER)
  422. Relève sa Claudenne en bosse. v.57 (Acte 1, scène 38, LOLIVE)
  423. Mais que Claudenne à son poux, v.63 (Acte 1, scène 38, LE MARIÉ)
  424. Du premier enfant de chez nous, v.69 (Acte 1, scène 38, LOLIVE)

LA TRAHISON PUNIE (1707)

  1. Quand ton maître saura de quelle part je viens v.1 (Acte 1, scène 1, BÉATRIX)
  2. Lui demander ce soir une heure d'entretien... v.2 (Acte 1, scène 1, B?ATRIX)
  3. C'est bien du temps qu'une heure, et nous n'en avons guères, v.3 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  4. Il est donc par l'amour occupé vivement ? v.5 (Acte 1, scène 1, BÉATRIX)
  5. Par l'amour peu, beaucoup par le dérèglement. v.6 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  6. Il ne se pique pas d'une ardeur bien constante. v.7 (Acte 1, scène 1, BÉATRIX)
  7. Non, il prend sans façon tout ce qui se présente. v.8 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  8. Ainsi de quelque part, mon enfant que l'on vienne, v.11 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  9. De prude, de coquette, et fut-ce de la tienne, v.12 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  10. Je puis t'en assurer par ce que j'en ai vu, v.13 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  11. Bon, c'est bien prendre l'affaire : v.15 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  12. Si tu sens pour moi quelque tentation, v.17 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  13. De n'en parler qu'à toi, tant j'en aurais de honte. v.20 (Acte 1, scène 1, BÉATRIX)
  14. Nous voilà bien d'accord. v.23 (Acte 1, scène 1, BÉATRIX)
  15. Je ne l'ennuierai point, j'aurai fait en deux mots. v.25 (Acte 1, scène 1, BÉATRIX)
  16. Une jeune et gentille Suivante, v.27 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  17. Demande avec instance à vous rendre un billet ; v.29 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  18. Et de vos faits galants intendant ordinaire, v.32 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  19. De vous la présenter. v.33 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  20. Allons, viens, v.33 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  21. Mon compliment est fait, ma chère, fais le tien. v.34 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  22. Mais que je sers pourtant avec zèle et tendresse, v.36 (Acte 1, scène 1, BÉATRIX)
  23. M'a fort recommandé de remettre en vos mains v.37 (Acte 1, scène 1, B?ATRIX)
  24. Si vous viendrez ce soir au lieu qu'elle désire. v.40 (Acte 1, scène 1, B?ATRIX)
  25. Je ne manquerai pas d'aller au rendez-vous, v.41 (Acte 1, scène 1, DON ANDRÉ)
  26. Et tiendrais à bonheur de n'y trouver que vous. v.42 (Acte 1, scène 1, DON ANDR?)
  27. Fort bien. v.43 (Acte 1, scène 1, FABRICE)
  28. Si bien faite et si belle, v.43 (Acte 1, scène 1, DON ANDRÉ)
  29. Et lorsqu'on vous a vue, il est bien malaisé v.45 (Acte 1, scène 1, DON ANDR?)
  30. Nous y serons ensemble, v.51 (Acte 1, scène 1, BÉATRIX)
  31. Et vous m'en conterez pour lors si bon vous semble ; v.52 (Acte 1, scène 1, B?ATRIX)
  32. J'irai pour vous uniquement, v.53 (Acte 1, scène 1, DON ANDRÉ)
  33. Doucement. v.54 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  34. Si j'eusse eu comme vous mauvaise intention, v.58 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  35. Je suis assez bien fait, et plus d'une Marquise... v.59 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  36. Il n'a tenu qu'à moi d'en faire la sottise... v.60 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  37. Cela vous regardait, et je n'en ai dit mot, v.61 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  38. Puisqu'en tel cas pour vous j'ai de la conscience, v.63 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  39. Ayez-en, et vivons en bonne intelligence. v.64 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  40. Comment, bélître, fat. Belle comparaison ? v.65 (Acte 1, scène 3, DON ANDRÉ)
  41. Oh, tais-toi. Sur le ton que ce coquin le prend, v.69 (Acte 1, scène 3, DON ANDRÉ)
  42. Il me croit ou bien sot, ou beaucoup endurant. v.70 (Acte 1, scène 3, DON ANDR?)
  43. Oh, pour endurant, non, tous les jours d'ordinaire, v.71 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  44. Pour t'en donner encor qui te convainquent mieux, v.73 (Acte 1, scène 3, DON ANDRÉ)
  45. Si tu ne veux cesser tes discours ennuyeux, v.74 (Acte 1, scène 3, DON ANDR?)
  46. Insolemment encor si ta langue s'exerce, v.75 (Acte 1, scène 3, DON ANDR?)
  47. Il a des moments où le Diable le berce. v.76 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  48. Quoi ! Comment, v.77 (Acte 1, scène 3, FABRICE)
  49. Absolument. v.78 (Acte 1, scène 3, DON ANDRÉ)
  50. Je suis las de t'entendre. v.80 (Acte 1, scène 3, DON ANDR?)
  51. Encor ! Sortiras-tu ? v.81 (Acte 1, scène 3, DON ANDRÉ)
  52. Tu deviens familier, je t'ai pris pour valet ; v.82 (Acte 1, scène 3, DON ANDRÉ)
  53. Tout ce que tu voudras, je ne fais plus qu'en rire. v.88 (Acte 1, scène 3, DON ANDRÉ)
  54. Hé, dis-lui qu'il attende. v.92 (Acte 1, scène 4, FABRICE)
  55. Non, qu'on le fasse entrer. v.93 (Acte 1, scène 4, DON ANDRÉ)
  56. Mais y songez-vous bien ? v.93 (Acte 1, scène 4, FABRICE)
  57. Si c'est quelque ennemi qui vienne... v.94 (Acte 1, scène 4, FABRICE)
  58. Ne crains rien. v.94 (Acte 1, scène 4, DON ANDRÉ)
  59. Il vient, demeure ici. v.96 (Acte 1, scène 4, DON ANDRÉ)
  60. Je voudrais, Don André, vous parler en secret. v.97 (Acte 1, scène 5, DON GARCIE)
  61. Et depuis très longtemps il a ma confidence. v.99 (Acte 1, scène 5, DON ANDRÉ)
  62. Hé bien, qu'il sorte donc. v.102 (Acte 1, scène 5, DON ANDRÉ)
  63. Volontiers. D'écouter, j'ai pourtant grande envie. v.103 (Acte 1, scène 5, FABRICE)
  64. Noble autant qu'il en soit. v.106 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  65. De ce manque de bien par un autre avantage. v.108 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  66. Qui me font estimer de tous les gens d'honneur. v.110 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  67. Mais où tend ce discours ? Il est peu nécessaire v.111 (Acte 1, scène 6, DON ANDRÉ)
  68. Et puisqu'à vous parler, enfin je me résous, v.114 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  69. Croyez que j'ai gardé toute la patience... v.115 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  70. Je ne vous entends point. v.116 (Acte 1, scène 6, DON ANDRÉ)
  71. Dès ma plus tendre enfance, v.116 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  72. J'adore Léonor : m'entendez-vous, enfin ? v.117 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  73. C'est être bienheureux qu'un objet plein de charmes... v.119 (Acte 1, scène 6, DON ANDRÉ)
  74. De mes peines encor je ne suis pas à bout. v.122 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  75. Cela se pourrait bien. v.123 (Acte 1, scène 6, DON ANDRÉ)
  76. Tout autre qui voudra hasarder de m'en faire, v.124 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  77. Avez-vous donc encor quelque peine à m'entendre ? v.127 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  78. Ceci sera plus facile à comprendre. v.128 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  79. Enfin de Léonor, autant aimé qu'amant, v.129 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  80. J'entre sans lui déplaire en son appartement : v.130 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  81. Et c'est une faveur où je puis seul prétendre. v.131 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  82. C'est donc là le secret que vous vouliez m'apprendre ? v.132 (Acte 1, scène 6, DON ANDRÉ)
  83. Et quoique mon amour soit su de tout Valence, v.135 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  84. Sur mon bonheur de vous j'exige le silence. v.136 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  85. Ah ! Je vous promets fort de n'en jamais parler. v.137 (Acte 1, scène 6, DON ANDRÉ)
  86. Non que de votre amour j'appréhende les suites ; v.139 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  87. Je sens des mouvements bien plus violents qu'elle. v.143 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  88. Lèonor vous en prie, et je vous le demande. v.148 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  89. Mais il a raison, et j'en suis fort content. v.149 (Acte 1, scène 6, FABRICE)
  90. Plût au Ciel que mon maître en pût avoir autant. v.150 (Acte 1, scène 6, FABRICE)
  91. À prendre un parti juste, à changer de conduite ? v.152 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  92. Je m'en vais sans réponse ; elle sera, je crois, v.153 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  93. Telle qu'en pareil cas je vous la ferais, moi. v.154 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  94. Que c'est une prière, et point une menace. v.156 (Acte 1, scène 6, DON GARCIE)
  95. Le Seigneur Torellas parle d'assez bon sens. v.157 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  96. Qu'en dites-vous, Monsieur ? v.158 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  97. Moi ? Je dis que je sens v.158 (Acte 1, scène 7, DON ANDRÉ)
  98. En entrant il m'a paru fâché. v.161 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  99. Je m'en trouve entre nous quitte à très grand marché. v.162 (Acte 1, scène 7, DON ANDRÉ)
  100. Comment ! A-t-il sujet d'être plus en colère ? v.163 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  101. Et seriez-vous en droit par hasard de lui faire v.164 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  102. Pareille confidence ? v.165 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  103. Rien moins ; c'est de ma part amusement, sottise. v.171 (Acte 1, scène 7, DON ANDRÉ)
  104. Peut-être de la sienne aussi. v.172 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  105. Tout de bon. J'en reçois des billets chaque jour, v.173 (Acte 1, scène 7, DON ANDRÉ)
  106. Ou maigre, ou blonde, ou brune, enfin tout vous est bon ; v.182 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  107. Rien ne plaît, mon enfant, tout amuse. v.184 (Acte 1, scène 7, DON ANDRÉ)
  108. Tout le cours de la vie est un amusement, v.185 (Acte 1, scène 7, DON ANDR?)
  109. Et rien n'amuse enfin tant que le changement. v.186 (Acte 1, scène 7, DON ANDR?)
  110. Pour se désennuyer d'une stupide belle, v.187 (Acte 1, scène 7, DON ANDR?)
  111. On en trouve une alors laide et spirituelle ; v.188 (Acte 1, scène 7, DON ANDR?)
  112. On prend un jeune objet plein de vivacité ; v.190 (Acte 1, scène 7, DON ANDR?)
  113. Je rabaisse mon vol, et la naine me tente ; v.192 (Acte 1, scène 7, DON ANDR?)
  114. Qu'il s'en offre une maigre, on ne la chasse point. v.194 (Acte 1, scène 7, DON ANDR?)
  115. Que c'est bien fait à vous ! L'heureux tempérament ! v.197 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  116. Mais si par cas fortuit, (car tout événement v.198 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  117. Se venger d'un affront, ou fait ou prétendu... v.201 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  118. Mais vous n'avez jamais été tué... je pense : v.203 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  119. Si vous l'étiez, Monsieur, quelque jour... patience... v.204 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  120. Que pour être bien mort, il fallût mourir quatre ! v.207 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  121. Don Garcie est brave homme, il faut le contenter. v.210 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  122. Sa maîtresse est dondon, prenez-en quelque maigre, v.212 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  123. Pour vous en consoler par opposition. v.213 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  124. S'il ne m'avait voulu fortement fait entendre, v.215 (Acte 1, scène 7, DON ANDRÉ)
  125. Que mes feux près des siens n'ont plus rien à prétendre. v.216 (Acte 1, scène 7, DON ANDR?)
  126. Les traits de Léonor ne me touchaient plus guère, v.219 (Acte 1, scène 7, DON ANDR?)
  127. J'allais les oublier, on prétend m'y forcer, v.221 (Acte 1, scène 7, DON ANDR?)
  128. Vous vous garderez bien de la faire, je gage. v.224 (Acte 1, scène 7, FABRICE)
  129. Oh, oui, je t'en réponds... Que me veut-on encor ? v.225 (Acte 1, scène 7, DON ANDRÉ)
  130. Plaise au ciel que pour vous ma visite en soit une. v.228 (Acte 1, scène 8, DON FÉLIX)
  131. Ce m'est, je vous assure, un sensible bonheur, v.229 (Acte 1, scène 8, DON ANDRÉ)
  132. Qui me fait grand plaisir ensemble et grand honneur. v.230 (Acte 1, scène 8, DON ANDR?)
  133. Je vous en instruirai, n'en soyez point en peine. v.232 (Acte 1, scène 8, DON FÉLIX)
  134. Vous connaissez mon nom, ma naissance et mon bien ; v.233 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  135. Don André, là-dessus je ne vous dirai rien. v.234 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  136. Ignorez-vous combien les personnes de coeur v.237 (Acte 1, scène 8, DON FÉLIX)
  137. Pour fruit de mon hymen j'eus une seule fille, v.240 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  138. Vous ne m'en parlez point, et c'est dont je me plains. v.242 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  139. Sur ses pas en tous lieux vous cherchez à paraître, v.243 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  140. Vous passez fort souvent la nuit sous sa fenêtre, v.244 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  141. Et quoique sa vertu n'en souffre aucune tache, v.247 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  142. Tout Valence en murmure, et c'est ce qui me fâche, v.248 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  143. Et m'engage à venir vous dire doucement, v.249 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  144. Qu'il me faut là-dessus un éclaircissement. v.250 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  145. Enfin à Léonor quand Don André s'adresse, v.251 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  146. Il ne se flatte pas d'en faire une maîtresse ; v.252 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  147. Dans cette incertitude il est de ma prudence v.255 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  148. De savoir là-dessus ce qu'il veut, ce qu'il pense. v.256 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  149. Je rends à Léonor des soins, je l'ai servie, v.259 (Acte 1, scène 8, DON ANDRÉ)
  150. Qu'ai-je fait en cela que n'ait fait Don Garcie ? v.260 (Acte 1, scène 8, DON ANDR?)
  151. Et peut-être les siens sont mes moins mal reçus... v.261 (Acte 1, scène 8, DON ANDR?)
  152. J'en conviens. v.266 (Acte 1, scène 8, DON FÉLIX)
  153. Apprenez qu'elle n'est ni pour l'un ni pour l'autre, v.268 (Acte 1, scène 8, DON FÉLIX)
  154. Oui, mon rival cessant les siennes. v.270 (Acte 1, scène 8, DON ANDRÉ)
  155. J'aime, vous le savez, ma fille avec tendresse, v.272 (Acte 1, scène 8, DON FÉLIX)
  156. Et quand je vous demande un éclaircissement, v.273 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  157. C'est que j'ai pris pour elle un autre engagement. v.274 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  158. Je l'attends de Madrid. Tout ce que j'appréhende, v.276 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  159. Quelque bruit de vos feux ne vienne jusqu'à lui. v.278 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  160. Tout le passé n'est rien, mais de fâcheuses suites v.279 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  161. Naîtraient, si vous faisiez de nouvelles poursuites ; v.280 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  162. Avec tranquillité laissez m'en disposer. v.282 (Acte 1, scène 8, DON F?LIX)
  163. J'en prends votre parole, et me retire. Adieu. v.286 (Acte 1, scène 8, DON FÉLIX)
  164. J'en suis ravi, Monsieur, ou je me donne au diable. v.288 (Acte 1, scène 9, FABRICE)
  165. Il croyait vous tenir et vous prendre au filet. v.289 (Acte 1, scène 9, FABRICE)
  166. De bien plus doux objets votre âme est possédée ; v.292 (Acte 1, scène 9, FABRICE)
  167. Le mariage, fi ! C'est un engagement, v.293 (Acte 1, scène 9, FABRICE)
  168. Et vous ne voulez, vous, que de l'amusement. v.294 (Acte 1, scène 9, FABRICE)
  169. N'engagent point le coeur quand l'affaire le touche. v.300 (Acte 1, scène 9, DON ANDRÉ)
  170. Je n'avais point encor aimé jusqu'à ce jour ; v.301 (Acte 1, scène 9, DON ANDR?)
  171. Mais les difficultés me donnent de l'amour : v.302 (Acte 1, scène 9, DON ANDR?)
  172. Il faut tromper un père, et deux rivaux ensemble. v.303 (Acte 1, scène 9, DON ANDR?)
  173. Suis-moi, viens... v.305 (Acte 1, scène 9, DON ANDRÉ)
  174. Quelqu'un monte en cet appartement. v.305 (Acte 1, scène 9, FABRICE)
  175. Encor quelque éclaircissement. v.306 (Acte 1, scène 9, FABRICE)
  176. Quel plaisir je ressens d'une telle embrassade ! v.308 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  177. Celui que j'ai en ce moment, v.309 (Acte 1, scène 10, DON ANDRÉ)
  178. Est encor au-dessus du vôtre assurément. v.310 (Acte 1, scène 10, DON ANDR?)
  179. Saurai-je quel dessein vous amène en ces lieux ? v.313 (Acte 1, scène 10, DON ANDRÉ)
  180. Et j'attendais si peu de vous voir à Valence... v.315 (Acte 1, scène 10, DON ANDR?)
  181. Je viens m'y marier. v.316 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  182. Vous vous moquez, je pense. v.316 (Acte 1, scène 10, DON ANDRÉ)
  183. Je ne me moque point, cet hymen résolu v.317 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  184. Par mon père, en mon coeur est encor mieux conclu. v.318 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  185. Ne vous engagez point, Monsieur, amusez-vous. v.322 (Acte 1, scène 10, FABRICE)
  186. Vous qu'à l'hymen toujours j'ai connu si contraire, v.324 (Acte 1, scène 10, DON ANDRÉ)
  187. Qui juriez tant en Flandre, où je vous ai laissé, v.325 (Acte 1, scène 10, DON ANDR?)
  188. Pour l'hymen ce dégoût m'a passé, v.326 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  189. J'en suis fâché. La Dame apparemment est belle ? v.331 (Acte 1, scène 10, DON ANDRÉ)
  190. Vous pourrez en juger. Arrivé d'hier au soir, v.333 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  191. J'ai jusqu'à ce moment différé de la voir : v.334 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  192. C'est à vous que je rends ma première visite, v.335 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  193. Par préférence à tout. v.337 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  194. Mais cependant partout je suis prêt à vous suivre, v.339 (Acte 1, scène 10, DON ANDRÉ)
  195. Nous verrons. Comme ici je n'ai nul de mes gens, v.341 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  196. Je n'avais que lui seul, comme je viens de loin, v.345 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  197. Il sera trop heureux de vous rendre service. v.348 (Acte 1, scène 10, DON ANDRÉ)
  198. J'en use librement. Va donc m'attendre à l'Ours, v.350 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  199. Ne faut-il, Monsieur, que vous attendre ? v.351 (Acte 1, scène 10, FABRICE)
  200. Sachez si l'on a point de lettres à me rendre. v.352 (Acte 1, scène 10, DON JUAN)
  201. Isabelle entre nous, c'est assez vous en dire. v.360 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  202. Ose-t-il en douter ? v.361 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  203. Il a su m'en flatter. v.362 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  204. À deux coeurs bien unis manque-t-il quelque chose ? v.363 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  205. Ah, Ciel ! S'il est ainsi, que deviendra mon frère? v.367 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  206. Que deviendrai-je, hélas! Moi-même ? v.368 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  207. Comment faire? v.368 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  208. Le sien par ses amis a proposé la chose, v.371 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  209. Et sans me consulter le mien de moi dispose. v.372 (Acte 2, scène 1, L?ONOR)
  210. Il n'est rien plus certain, v.373 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  211. Le style d'un vieillard est un ennuyeux style. v.376 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  212. Je prétends m'a-t-il dit, prendre un gendre à mon gré. v.377 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  213. Rien du tout : j'ai pleuré. v.378 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  214. Des sentiments du coeur qu'on n'est souvent pas maître, v.380 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  215. Et que quelque projet que le sien eût conçu... v.381 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  216. Des mouvements du mien il s'est bien aperçu. v.382 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  217. Ah ! Vous deviez saisir ce moment pour lui dire... v.383 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  218. Mon père, apparemment pénétré de mes pleurs, v.385 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  219. Mon coeur est, m'a-t-il dit, sensible à vos douleurs, v.386 (Acte 2, scène 1, L?ONOR)
  220. Je sais que D. André vous rend des soins, ma fille. v.387 (Acte 2, scène 1, L?ONOR)
  221. Attendez... Je connais sa famille, v.388 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  222. Je le préfère à l'autre, et j'en fais votre époux. v.390 (Acte 2, scène 1, L?ONOR)
  223. Mais enfin, qui vous fait soupçonner cet amour ? v.393 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  224. Il ne voit pas bien clair, vous vous trompez, ma chère : v.396 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  225. N'écrit, ne parle, enfin ne rend des soins qu'à moi. v.398 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  226. En quelque endroit que j'aille, il suit partout mes pas. v.401 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  227. Mais il passe les jours, les nuits sous ma fenêtre. v.404 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  228. Il n'est rien de plus vrai, v.405 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  229. Nos fenêtres aussi ; cela fait, mon enfant, v.409 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  230. Que vous prenez pour vous tous les soins qu'il me rend. v.410 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  231. Il lui plaît, et malgré l'apparence, v.411 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  232. Je sais sur tout cela ce qu'il faut que je pense. v.412 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  233. Mais enfin de ses feux il m'a fait un aveu. v.413 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  234. Il le cache fort bien, car rien ne le rebute, v.415 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  235. Hé, de ces froideurs-là, vous pouvez bien juger v.417 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  236. Que l'on est engagée à le dédommager. v.418 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  237. Je vous devrai beaucoup, si par vous j'en suis quitte ; v.420 (Acte 2, scène 1, LÉONOR)
  238. Vous serez par la suite encor mieux éclaircie. v.423 (Acte 2, scène 1, ISABELLE)
  239. Oui, vraiment. v.425 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  240. Viendra-t-il ? v.426 (Acte 2, scène 2, LÉONOR)
  241. S'il viendra ? N'en doutez nullement ; v.426 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  242. À de tels rendez-vous manque-t-il d'ordinaire ? v.427 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  243. Mais quand il entrera, prends garde que mon père... v.428 (Acte 2, scène 2, LÉONOR)
  244. Ne vous embarrassez en aucune façon, v.429 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  245. Céans en sa faveur tout semble être séduit, v.433 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  246. Et pour lui nos verrous s'ouvrent sans faire bruit. v.434 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  247. Vous en avez aussi, vous, dont il faut user. v.438 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  248. Et comme fille, vous, vous n'en voulez rien faire. v.440 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  249. L'affaire dépendra de vous plus que de lui. v.442 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  250. Elle est de fort bon sens, et dit fort vrai, Jacinte. v.443 (Acte 2, scène 2, ISABELLE)
  251. Mais Don Garcie enfin, sait-il quelle est ma crainte ? v.444 (Acte 2, scène 2, LÉONOR)
  252. Mais on l'aime, est-il rien dont il ne vienne à bout ? v.446 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  253. Autant de mort, en cas qu'il passe dans la rue, v.448 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  254. Si de plus de cent pas il ose en approcher... v.449 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  255. Ah ! Fort bien ; de quel droit prétend-il l'empêcher ? v.450 (Acte 2, scène 2, ISABELLE)
  256. Mon frère pense-t-il me tenir en tutelle ? v.451 (Acte 2, scène 2, ISABELLE)
  257. Quoi ! Comment... v.452 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  258. Sérieusement ? v.454 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  259. Car pour celui qui vient ici dans l'espérance v.455 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  260. Qu'il sera votre époux, plus il fait diligence, v.456 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  261. Qu'un excès de douleur ou de pitié prendra, v.461 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  262. Que je reconnais bien l'esprit de la famille ! v.467 (Acte 2, scène 2, ISABELLE)
  263. Je ressens même feu, même vivacité ; v.469 (Acte 2, scène 2, ISABELLE)
  264. Je crois qu'en pareil cas la fureur qui possède... v.471 (Acte 2, scène 2, ISABELLE)
  265. N'entrez point en fureur, Madame, on vous le cède. v.472 (Acte 2, scène 2, JACINTE)
  266. Hé bien quel sera mon destin ? v.473 (Acte 2, scène 3, DON GARCIE)
  267. Vous-même pensez-vous que je le puisse faire ? v.476 (Acte 2, scène 3, LÉONOR)
  268. Quoique l'engagement qui m'attache à vous, v.477 (Acte 2, scène 3, L?ONOR)
  269. N'ait rien qui dut chagriner cet époux, v.478 (Acte 2, scène 3, L?ONOR)
  270. Je suis à votre sort tellement enchaînée, v.480 (Acte 2, scène 3, L?ONOR)
  271. Que je mourrais plutôt que de m'en séparer. v.481 (Acte 2, scène 3, L?ONOR)
  272. Ah ! De quel doux transport je me sens pénétrer ! v.482 (Acte 2, scène 3, DON GARCIE)
  273. Et contre mon bonheur quoi qu'on puisse entreprendre, v.483 (Acte 2, scène 3, DON GARCIE)
  274. Que puis-je craindre après ce que je viens d'entendre ? v.484 (Acte 2, scène 3, DON GARCIE)
  275. Un aveu de la sorte est bien satisfaisant. v.485 (Acte 2, scène 3, ISABELLE)
  276. Vous n'avez plus personne à tuer à présent. v.486 (Acte 2, scène 3, JACINTE)
  277. Nous devrions penser à prendre des mesures. v.487 (Acte 2, scène 3, DON GARCIE)
  278. Il n'est pas bien aisé d'en trouver qui soient sûres. v.488 (Acte 2, scène 3, JACINTE)
  279. Ah ! Jacinte, il en est. À vous les proposer, v.489 (Acte 2, scène 3, DON GARCIE)
  280. Une affaire d'éclat, un Couvent, une fuite. v.491 (Acte 2, scène 3, DON GARCIE)
  281. Je ne vous réponds pas de prendre assez sur moi, v.493 (Acte 2, scène 3, LÉONOR)
  282. Pour vous prouver ainsi ma tendresse et ma foi. v.494 (Acte 2, scène 3, L?ONOR)
  283. Tout, si vous vous savez conduire prudemment ; v.497 (Acte 2, scène 3, JACINTE)
  284. Un refus, quoique dur, essuyé sagement, v.498 (Acte 2, scène 3, JACINTE)
  285. Sont des titres souvent pour obtenir ensuite. v.500 (Acte 2, scène 3, JACINTE)
  286. Cet époux prétendu qui vous met en souci, v.501 (Acte 2, scène 3, JACINTE)
  287. Vous êtes bien d'accord de vos faits ; on fera v.505 (Acte 2, scène 3, JACINTE)
  288. Suivant l'occasion tout ce qui se conviendra. v.506 (Acte 2, scène 3, JACINTE)
  289. Vous voilà mariés. Hé combien en voit-on v.509 (Acte 2, scène 3, JACINTE)
  290. Cette crainte, Seigneur, n'est pas sans fondement. v.513 (Acte 2, scène 4, IGNEZ)
  291. Votre père là-bas vient d'entrer brusquement, v.514 (Acte 2, scène 4, IGNEZ)
  292. Agité, l'oeil ardent de joie ou de colère ; v.515 (Acte 2, scène 4, IGNEZ)
  293. Comment faire ? v.516 (Acte 2, scène 4, LÉONOR)
  294. Tu n'es vraiment pas sage, v.517 (Acte 2, scène 4, ISABELLE)
  295. Hé bien ! il vous verra : v.519 (Acte 2, scène 4, JACINTE)
  296. Rien n'est tel que de prendre un bon parti d'abord. v.524 (Acte 2, scène 4, JACINTE)
  297. Je viens pour t'avertir, ma fille... Don Garcie ! v.533 (Acte 2, scène 5, DON FÉLIX)
  298. Qu'est-ce à dire... avez-vous dessein de m'offenser ? v.535 (Acte 2, scène 5, DON FÉLIX)
  299. Hé, Seigneur, pouvez-vous le penser ? v.536 (Acte 2, scène 5, DON GARCIE)
  300. Qu'entrer dans cette salle, à tout moment ouverte, v.541 (Acte 2, scène 5, DON GARCIE)
  301. Oui, si vos feux n'avaient point éclaté ; v.544 (Acte 2, scène 5, DON FÉLIX)
  302. Mais tout le monde en parle, et pour le faire taire, v.545 (Acte 2, scène 5, DON F?LIX)
  303. Vous, Seigneur, comment donc ? v.547 (Acte 2, scène 5, DON GARCIE)
  304. Il faut qu'incessamment v.547 (Acte 2, scène 5, DON FÉLIX)
  305. Un bon hymen finisse un tel empressement. v.548 (Acte 2, scène 5, DON F?LIX)
  306. Le Ciel en soit loué. v.549 (Acte 2, scène 5, JACINTE)
  307. Patience. v.549 (Acte 2, scène 5, JACINTE)
  308. Don Félix rend justice à ma persévérance. v.550 (Acte 2, scène 5, DON GARCIE)
  309. Hé bien il peut entrer. v.551 (Acte 2, scène 6, DON FÉLIX)
  310. Ciel ! Est-ce à cet hymen qu'il me faut préparer ? v.552 (Acte 2, scène 6, LÉONOR)
  311. Serait-ce mon rival, et que viens-je d'entendre ? v.553 (Acte 2, scène 6, DON GARCIE)
  312. Mon gendre. v.554 (Acte 2, scène 6, DON FÉLIX)
  313. Bonne mine, et renfermez vos pleurs. v.556 (Acte 2, scène 6, JACINTE)
  314. Que ce m'est un plaisir sensible de vous voir : v.559 (Acte 2, scène 7, DON FÉLIX)
  315. Prévenu du plus flatteur espoir, v.560 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  316. Et pressé par l'amour de me rendre à Valence, v.561 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  317. Seigneur, je n'ai pu faire une autre diligence, v.562 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  318. Et n'ai pas eu le temps de voir mon père encor. v.563 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  319. Nous l'irons voir ensemble. Approchez, Léonor. v.564 (Acte 2, scène 7, DON FÉLIX)
  320. Un amant qui prétend ne vous devoir qu'à vous. v.568 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  321. Que par mille respects, par le plus tendre amour, v.571 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  322. Heureux dans ce moment, si l'ardeur qui m'anime, v.573 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  323. Et que le temps ensuite y produise l'effet, v.575 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  324. Que sur le mien d'abord fit votre seul portrait ! v.576 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  325. Votre époux prétendu n'est point un fat, Madame. v.577 (Acte 2, scène 7, JACINTE)
  326. Pardonnez mon silence au trouble de mon âme... v.578 (Acte 2, scène 7, LÉONOR)
  327. L'époux, l'amant... l'hymen dont je me sens presser... v.579 (Acte 2, scène 7, L?ONOR)
  328. Seigneur, en ce moment j'ai peine à m'énoncer... v.580 (Acte 2, scène 7, L?ONOR)
  329. Le trouble de mes sens... voudrez-vous bien permettre ? v.581 (Acte 2, scène 7, L?ONOR)
  330. Cela ne sera rien, qu'on ne la quitte pas. v.583 (Acte 2, scène 7, DON FÉLIX)
  331. Je n'en puis plus, sortons, ma soeur, ô sort funeste ! v.585 (Acte 2, scène 7, DON GARCIE)
  332. Quel parti dois-je prendre, et quel espoir me reste ? v.586 (Acte 2, scène 7, DON GARCIE)
  333. Ce Cavalier, je pense, a des vapeurs aussi. v.588 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  334. Vous ici, Don André, qu'y venez-vous donc faire ? v.589 (Acte 2, scène 7, ISABELLE)
  335. Fort bien. Mais paix, voilà mon frère. v.590 (Acte 2, scène 7, ISABELLE)
  336. Ô fille impertinente ! Ô contretemps fâcheux ! v.591 (Acte 2, scène 7, DON FÉLIX)
  337. Ciel ! Qu'aperçois-je encor, et que ma peine est grande ! v.594 (Acte 2, scène 7, DON FÉLIX)
  338. Tenez-vous assuré v.599 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  339. Que ce ne seront pas les siens que je prendrai. v.600 (Acte 2, scène 7, DON JUAN)
  340. C'est de vous seul je crois que vous en devez prendre. v.601 (Acte 2, scène 7, DON FÉLIX)
  341. Et dans l'état où sont les affaires, mon gendre, v.602 (Acte 2, scène 7, DON F?LIX)
  342. Quoiqu'on prenne de soins, mieux choisir qu'ils ont fait. v.607 (Acte 2, scène 8, DON ANDRÉ)
  343. J'ai pensé comme vous en voyant son portrait ; v.608 (Acte 2, scène 8, DON JUAN)
  344. Près de l'original votre tendresse augmente, v.610 (Acte 2, scène 8, DON ANDRÉ)
  345. Oui, je veux bien l'avouer entre nous; v.611 (Acte 2, scène 8, DON JUAN)
  346. J'en suis bien amoureux, puisque j'en suis jaloux. v.612 (Acte 2, scène 8, DON JUAN)
  347. Déjà ! C'est être prompt à prendre de l'ombrage, v.613 (Acte 2, scène 8, DON ANDRÉ)
  348. Je ne suis point jaloux en mari. v.615 (Acte 2, scène 8, DON JUAN)
  349. Non ! Comment v.615 (Acte 2, scène 8, DON ANDRÉ)
  350. Cent fois plus : je le suis en amant : v.616 (Acte 2, scène 8, DON JUAN)
  351. Quel Cavalier était en ce lieu ? v.618 (Acte 2, scène 8, DON JUAN)
  352. Hé bien, ce Don Garcie est un amant aimé, v.619 (Acte 2, scène 8, DON JUAN)
  353. Soyez sûr que j'y prends intérêt. v.624 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  354. En se vengeant, s'entend. v.626 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  355. Hé, laissez-moi respire un moment, v.627 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  356. Pardonnez à mon empressement: v.628 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  357. Mais la nouvelle enfin que je viens vous apprendre, v.629 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  358. Me paraît importante, et permet peu d'attendre. v.630 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  359. À cent pas de la Ville, au fond d'un chemin creux, v.632 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  360. Sont tombés lourdement : la pauvre mule expire. v.633 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  361. Avec un pied rompu, le valet qui s'en tire, v.634 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  362. Vient d'envoyer à l'Ours la lettre que voilà. v.636 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  363. Et moi, je vous l'apporte en grande diligence : v.637 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  364. Cette lettre est de mon père, je pense. v.638 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  365. Hé bien? v.639 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  366. Que de chagrins m'accablent à la fois ! v.639 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  367. Et dans ce triste état il me demande en grâce, v.641 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  368. Vous voyez bien, Monsieur, que le fait est pressant. v.643 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  369. J'entre dans la douleur que votre coeur ressent, v.644 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  370. Quand son père mourut, sa douleur en effet, v.648 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  371. Je suis de ce coup-là sensiblement touché. v.655 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  372. Vous avez bien raison d'en être bien fâché. v.656 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  373. Je le suis d'autant plus, que j'aurais dû me rendre v.657 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  374. Auprès de lui plutôt qu'à Valence. v.658 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  375. À tout prendre v.658 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  376. Vous eussiez fort bien fait. v.659 (Acte 2, scène 9, DON ANDR?)
  377. Je pars dans le moment et quitte Léonor. v.660 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  378. Et cet éloignement vous cause de la peine? v.661 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  379. Un noir pressentiment, je l'avouerai, me gêne. v.662 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  380. Que ferait Don André s'il était en ma place ? v.665 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  381. Vous croyez Léonor à d'autres feux sensible ? v.670 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  382. Enfin. v.675 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  383. Fabrice nous peut même être utile en ce point. v.676 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  384. Avant votre départ, vous instruirez, je pense, v.677 (Acte 2, scène 9, DON ANDR?)
  385. Don Félix des raisons d'une si prompte absence. v.678 (Acte 2, scène 9, DON ANDR?)
  386. Hé bien, en le quittant il lui faut expliquer, v.680 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  387. Lui-même là-dessus vous préviendra, je gage, v.682 (Acte 2, scène 9, DON ANDR?)
  388. Me voilà bien. v.684 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  389. De tout il nous rendra raison, v.684 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  390. D'en savoir le détail avant votre retour. v.688 (Acte 2, scène 9, DON ANDR?)
  391. Et quand vous serez sûr de cette intelligence, v.690 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  392. Puisque vous voulez bien prendre cet emploi, v.691 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  393. Pour perdre mon rival mettre tout en usage. v.693 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  394. Il ferait pis encor, s'il le pouvait, je gage. v.694 (Acte 2, scène 9, FABRICE)
  395. Vous-même, Don Juan, vous n'en feriez pas plus. v.696 (Acte 2, scène 9, DON ANDRÉ)
  396. Croyez-en l'amitié, ma parole, mon zèle, v.697 (Acte 2, scène 9, DON ANDR?)
  397. Je n'en veux point de garant plus fidèle. v.698 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  398. Des raisons qui causent mon départ, v.699 (Acte 2, scène 9, DON JUAN)
  399. Comment donc ? v.705 (Acte 2, scène 10, DON ANDRÉ)
  400. Hé bien ! À ces projets, est-ce que tu t'opposes ? v.706 (Acte 2, scène 10, DON ANDRÉ)
  401. Et viens me retrouver quand il sera parti. v.708 (Acte 2, scène 10, DON ANDRÉ)
  402. Si j'en disais deux mots à Don Juan ? Mais, non, v.711 (Acte 2, scène 11, FABRICE)
  403. Je sûr en parlant de cent coups de bâton ; v.712 (Acte 2, scène 11, FABRICE)
  404. Et d'un autre côté ne disant rien, la peine v.713 (Acte 2, scène 11, FABRICE)
  405. Qui put m'en arriver du moins n'est pas certaine. v.714 (Acte 2, scène 11, FABRICE)
  406. Hé bien, va, je ferai tout ce que tu m'as dit. v.720 (Acte 3, scène 1, LÉONOR)
  407. Le Ciel en soit loué. Mais voici votre père. v.721 (Acte 3, scène 1, JACINTE)
  408. M'oblige de partir dans ce même moment. v.723 (Acte 3, scène 2, DON JUAN)
  409. Mais vous me surprenez par cet éloignement. v.724 (Acte 3, scène 2, DON FÉLIX)
  410. Vous en voilà défaite... v.725 (Acte 3, scène 2, JACINTE)
  411. De ma fille, de moi, seriez-vous mécontent ? v.727 (Acte 3, scène 2, DON FÉLIX)
  412. Expliquez-vous, parlez ; car enfin je prétends... v.728 (Acte 3, scène 2, DON F?LIX)
  413. Jusques ici du moins, je n'ai rien vu paraître v.729 (Acte 3, scène 2, DON JUAN)
  414. Qui m'arrache au plaisir de rester à Valence. v.734 (Acte 3, scène 2, DON JUAN)
  415. La violence en paraît suspendue ; v.738 (Acte 3, scène 2, DON FÉLIX)
  416. Hâtez-vous, mon cher fils, partez, venez vous-même v.741 (Acte 3, scène 2, DON F?LIX)
  417. Et lui rendre la vie, ou lui fermer les yeux. v.744 (Acte 3, scène 2, DON F?LIX)
  418. Hé bien, dois-je partir ? v.745 (Acte 3, scène 2, DON JUAN)
  419. J'en suis assez pressé, Seigneur, par mon amour. v.748 (Acte 3, scène 2, DON JUAN)
  420. Rien ne me plaît tant qu'elle. v.749 (Acte 3, scène 2, DON JUAN)
  421. Permettez en partant que je vous renouvelle v.750 (Acte 3, scène 2, DON JUAN)
  422. Le tendre engagement que l'on a pris pour moi, v.751 (Acte 3, scène 2, DON JUAN)
  423. De venir lui donner et mon coeur et ma foi. v.752 (Acte 3, scène 2, DON JUAN)
  424. Il part pour revenir ; peste soit du voyage. v.753 (Acte 3, scène 2, JACINTE)
  425. Pour équipage ici je n'ai qu'un de mes gens. v.755 (Acte 3, scène 2, DON JUAN)
  426. Hé bien, il restera céans. v.756 (Acte 3, scène 2, DON FÉLIX)
  427. C'est m'obliger ; ainsi lorsque vous reviendrez, v.759 (Acte 3, scène 2, DON FÉLIX)
  428. De même sans façon ici vous descendrez, v.760 (Acte 3, scène 2, DON F?LIX)
  429. Pas tout à fait encor. v.762 (Acte 3, scène 2, JACINTE)
  430. Adieu, si vous m'aimez vous ferez diligence, v.765 (Acte 3, scène 2, DON FÉLIX)
  431. J'attends votre retour avec impatience. v.766 (Acte 3, scène 2, DON F?LIX)
  432. Si je n'en reçois pas un semblable de vous. v.768 (Acte 3, scène 3, DON JUAN)
  433. On pénètre aisément les sentiments d'un coeur, v.771 (Acte 3, scène 3, LÉONOR)
  434. Ces sentiments pour moi sont fâcheux à connaître. v.773 (Acte 3, scène 3, DON JUAN)
  435. Avec prévention vous en jugez peut-être ? v.774 (Acte 3, scène 3, LÉONOR)
  436. Vos troubles, vos chagrins peuvent-ils m'abuser. v.775 (Acte 3, scène 3, DON JUAN)
  437. Votre éloignement seul ne peut-il les causer ? v.776 (Acte 3, scène 3, LÉONOR)
  438. Mon éloignement ! Non. Mes feux en vain s'en flattent. v.777 (Acte 3, scène 3, DON JUAN)
  439. Ces troubles, ces chagrins depuis tantôt éclatent, v.778 (Acte 3, scène 3, DON JUAN)
  440. Et le plus sûr moyen de les faire finir, v.779 (Acte 3, scène 3, DON JUAN)
  441. Serait de m'éloigner pour ne plus revenir. v.780 (Acte 3, scène 3, DON JUAN)
  442. Hé, Ce n'est point aussi l'honneur qui s'en alarme ? v.785 (Acte 3, scène 3, DON JUAN)
  443. Hé, me croirais-je heureux d'obtenir votre foi, v.787 (Acte 3, scène 3, DON JUAN)
  444. Si l'amour vous engage à quelque autre qu'à moi. v.788 (Acte 3, scène 3, DON JUAN)
  445. Et par l'ennui, le trouble et le chagrin s'augmente. v.794 (Acte 3, scène 3, JACINTE)
  446. Qu'un amant qui déplaît, et qui par argument, v.799 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  447. Prétend prouver qu'il faut qu'on l'aime absolument. v.800 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  448. Que son sort et le mien sont bien dignes de plainte. v.802 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  449. Vous êtes, j'en conviens, dans un grand embarras, v.803 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  450. Comment, vous balancez, je pense ? v.807 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  451. Nullement. v.807 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  452. Oui, vraiment. v.808 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  453. En cela nous sommes de moitié : v.811 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  454. Plaignons-le, d'accord, mais n'en ayons pas pitié. v.812 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  455. Il faut faire une fin pourtant, tout vous en presse, v.814 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  456. Le temps de cette absence est autant de gagné ; v.815 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  457. Mais des deux prétendants quand l'un est éloigné, v.816 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  458. De cet éloignement si l'autre ne profite, v.817 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  459. Et si rien au retour n'est fait, gare la suite. v.818 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  460. Un bon hymen secret ; v.820 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  461. Faute de quoi, Madame, il ne faut pas s'attendre... v.821 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  462. Oh ! C'est ce que sur moi je ne puis jamais prendre. v.822 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  463. Oh bien ! Moi, qui suis moins scrupuleuse que vous, v.823 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  464. Tu n'es vraiment pas sage. v.825 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  465. Dans votre appartement, D. Garcie introduit... v.828 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  466. Dans mon appartement, voir la nuit D. Garcie. v.829 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  467. Hé bien, quoi ? Quand on a de l'amour, v.831 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  468. Hé bien ? v.833 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  469. Si tu prends tout sur toi... v.835 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  470. Tâchez donc d'oublier tout ce que j'en ai dit. v.836 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  471. Tu sais qu'il faut garder certaine bienséance. v.837 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  472. Oui, vous avez raison, c'est la grande science. v.838 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  473. Mais dans la nuit, comment le faire entrer ici ? v.839 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  474. Mais je crains si tu vas mal prendre tes mesures. v.841 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  475. Non, n'appréhendez rien, comptez qu'elles sont sûres. v.842 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  476. Mais encor... v.843 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  477. Le logis du jardin touche au sien... v.843 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  478. Hé bien? v.844 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  479. Vous voulez tout savoir sans savoir rien. v.844 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  480. Entrez dans votre chambre et soyez-y tranquille. v.845 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  481. Ne va pas faire au moins d'entreprise inutile. v.846 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  482. Je n'entre en tout ceci pour rien. v.849 (Acte 3, scène 4, LÉONOR)
  483. Rentrez. v.850 (Acte 3, scène 4, JACINTE)
  484. Quoique de son rival il ignore l'absence, v.853 (Acte 3, scène 5, JACINTE)
  485. Le pauvre Don Garcie outré d'impatience, v.854 (Acte 3, scène 5, JACINTE)
  486. Il attend de son sort quelle sera la fin : v.856 (Acte 3, scène 5, JACINTE)
  487. Mais pour l'en informer, quelque ennui qu'il endure, v.857 (Acte 3, scène 5, JACINTE)
  488. Attendons que la nuit devienne plus obscure. v.858 (Acte 3, scène 5, JACINTE)
  489. Comme à lui, je deviens par son ordre espion. v.860 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  490. (Métier scabreux) qu'il faut cependant que je fasse, v.861 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  491. C'est ce qui par mes soins doit bientôt s'y passer, v.864 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  492. C'est le valet de Don André, je pense. v.865 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  493. Ah, ah ! Quelle est votre insolence, v.866 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  494. Oser venir ici ? v.867 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  495. Doucement, n'en sois point en souci, v.868 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  496. Comment, faquin, bélitre, v.869 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  497. Quand, comment, et par où le traître est-il entré ? v.871 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  498. De Don André, fi donc, Que le Ciel m'en préserve. v.873 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  499. Je suis à Don Juan à présent. v.876 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  500. Compte qu'en ce logis dussé-je t'en fâcher, v.879 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  501. Quand j'aurai bien soupé, je puis m'aller coucher. v.880 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  502. Comment ? v.881 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  503. Ceci de nos amants peut troubler l'entrevue. v.882 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  504. Je crois tout bas t'entendre murmurer ; v.884 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  505. Sait le larron souvent... La proposition... v.888 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  506. Comme on n'a point encor céans réglé mon gîte, v.889 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  507. Pour causer seulement ; car... v.891 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  508. Je te défierais bien d'en trouver un meilleur. v.892 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  509. Plus qu'on ne peut penser. v.895 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  510. Ne m'en conte pas... v.896 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  511. Non, non, je t'en réponds, ne crains rien. v.897 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  512. Où me rendre ? v.897 (Acte 3, scène 6, FABRICE)
  513. Dans ma chambre même il faut m'aller attendre. v.898 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  514. Tu tourneras à gauche en quittant l'escalier. v.900 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  515. Prends bien garde au bruit, pour peu qu'on en entende, v.901 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  516. Dans ce logis, surtout, la rumeur devient grande. v.902 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  517. Qu'avec plaisir je t'y enfermerai ? v.904 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  518. Rien. En m'attendant, tu peux sur quelque chaise, v.905 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  519. Si le sommeil te prend, dormir fort à mon aise. v.906 (Acte 3, scène 6, JACINTE)
  520. La rencontre est plaisante, et la friponne m'aime : v.910 (Acte 3, scène 7, FABRICE)
  521. Il est de certaines gens qui vont au coeur d'abord. v.911 (Acte 3, scène 7, FABRICE)
  522. Il serait peu besoin qu'à présent dans la rue, v.913 (Acte 3, scène 7, FABRICE)
  523. Pour se cacher ici, je dois le faire entrer, v.915 (Acte 3, scène 7, FABRICE)
  524. Il m'attend là-dehors cependant : qu'il s'y tienne, v.917 (Acte 3, scène 7, FABRICE)
  525. Si sa bonne fortune allait troubler la mienne. v.918 (Acte 3, scène 7, FABRICE)
  526. Il vient voir Léonor sans ordre, sans aveu. v.919 (Acte 3, scène 7, FABRICE)
  527. S'il reste-là pourtant, j'aurai, j'en suis certain, v.923 (Acte 3, scène 7, FABRICE)
  528. Pour une bonne nuit un fâcheux lendemain. v.924 (Acte 3, scène 7, FABRICE)
  529. Qu'il entre, tout coup vaille, allons ouvrir la porte. v.925 (Acte 3, scène 7, FABRICE)
  530. St, st. Il est parti ! Ce benêt va penser v.927 (Acte 3, scène 8, JACINTE)
  531. Qu'avec moi pour en prendre on n'a qu'à se baisser. v.928 (Acte 3, scène 8, JACINTE)
  532. L'affection que j'ai pour Léonor m'engage v.929 (Acte 3, scène 8, JACINTE)
  533. Entrez sans faire bruit. v.933 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  534. À décamper bientôt au moindre petit bruit ; v.935 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  535. De bonne foi, Monsieur, ça qu'y venez-vous faire ? v.938 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  536. Dans l'état violent où mon amour m'a mis, v.943 (Acte 3, scène 9, DON ANDRÉ)
  537. Tous deux sont mes rivaux, tous deux mes ennemis. v.944 (Acte 3, scène 9, DON ANDR?)
  538. Il entre moins d'amour ici que de caprice. v.945 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  539. Examinez-vous bien, là rendez-vous justice. v.946 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  540. Hé bien, caprice, amour, quoi que ce soit enfin, v.947 (Acte 3, scène 9, DON ANDRÉ)
  541. J'ai cette affaire en tête, et j'en veux voir la fin. v.948 (Acte 3, scène 9, DON ANDR?)
  542. La fin n'en vaudra rien, Monsieur, prenez-y garde. v.949 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  543. De nous faire assommer seulement. v.951 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  544. Écoutez, je n'y prends intérêt que pour moi, v.952 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  545. Il est encore en ville. v.954 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  546. Et je sais en tout cas quand il serait ici, v.955 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  547. Que son appartement est loin de celui-ci. v.956 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  548. Dans le sien Léonor est rentrée. v.957 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  549. Attendons qu'au sommeil elle se soit livrée. v.958 (Acte 3, scène 9, DON ANDRÉ)
  550. Au fond de cette salle est son appartement, v.959 (Acte 3, scène 9, DON ANDR?)
  551. Et j'ai de quoi forcer la serrure aisément. v.960 (Acte 3, scène 9, DON ANDR?)
  552. Songez que c'est un cas pendable. v.962 (Acte 3, scène 9, FABRICE)
  553. Attendez un moment ici sans faire de bruit, v.968 (Acte 3, scène 10, JACINTE)
  554. Quelqu'un parle, entends-tu dis ? v.971 (Acte 3, scène 11, DON ANDRÉ)
  555. Chut, taisons-nous, Monsieur, de peur d'être entendus. v.972 (Acte 3, scène 11, FABRICE)
  556. Viens donc. v.975 (Acte 3, scène 11, DON ANDRÉ)
  557. Oui, viens. Tout seul vous pouvez approcher, v.975 (Acte 3, scène 11, FABRICE)
  558. Je n'ai pas seulement la force de marcher. v.976 (Acte 3, scène 11, FABRICE)
  559. St, st, st, on vous attend. Allons. v.977 (Acte 3, scène 13, JACINTE)
  560. Tu te méprends. v.978 (Acte 3, scène 13, DON GARCIE)
  561. De quel trouble soudain je me sens confondu ! v.979 (Acte 3, scène 13, DON GARCIE)
  562. Je viens sans qu'on me mande, un autre est attendu. v.980 (Acte 3, scène 13, DON ANDRÉ)
  563. Oui, c'est votre rival, défendez votre vie. v.982 (Acte 3, scène 13, DON GARCIE)
  564. Défends plutôt la tienne, infâme suborneur. v.983 (Acte 3, scène 13, DON ANDRÉ)
  565. Don Garcie, attendez, quelle erreur est la vôtre ? v.985 (Acte 3, scène 13, FABRICE)
  566. Ajoute à mes transports, me rend plus furieux ; v.988 (Acte 3, scène 13, DON GARCIE)
  567. Courons sauver sa vie aux dépens de la mienne : v.993 (Acte 3, scène 14, LÉONOR)
  568. Que vois-je ? Don André ! Je meurs. Qu'on me soutienne. v.994 (Acte 3, scène 14, L?ONOR)
  569. Ce maraud que je crois enfermé, le voilà. v.995 (Acte 3, scène 14, JACINTE)
  570. C'est lui de qui nous vient tout ce désordre-là. v.996 (Acte 3, scène 14, JACINTE)
  571. Je viens jusques chez vous punir le téméraire. v.998 (Acte 3, scène 14, DON GARCIE)
  572. Et je suis venu, moi, sûr d'avoir en effet, v.999 (Acte 3, scène 14, DON ANDRÉ)
  573. À venger Don Juan de l'affront qu'on lui fait. v.1000 (Acte 3, scène 14, DON ANDR?)
  574. Ô nuit vraiment funeste ! v.1005 (Acte 3, scène 15, LÉONOR)
  575. J'apprends la mort d'un père en sortant de Valence, v.1009 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  576. Et lorsque j'y reviens flatté de l'espérance, v.1010 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  577. Je trouve en arrivant le comble des malheurs. v.1012 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  578. Tout m'est suspect. La nuit ! À quel dessein ! Comment v.1015 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  579. Vous trouvez-vous tous deux dans cet appartement ? v.1016 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  580. Tous deux également vous semblez vous confondre. v.1018 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  581. Mon silence v.1021 (Acte 3, scène 15, DON ANDRÉ)
  582. Ne vous apprend-il pas tout ce qu'il faut que l'on pense. v.1022 (Acte 3, scène 15, DON ANDR?)
  583. Ce silence me fait connaître mon malheur ; v.1023 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  584. Mais ce n'est point assez, si je n'en sais l'auteur. v.1024 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  585. En pouvez-vous douter ? v.1025 (Acte 3, scène 15, DON ANDRÉ)
  586. Et vous l'êtes tous deux également peut-être. v.1026 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  587. Vous souvient-il des soins dont vous m'avez chargé ? v.1027 (Acte 3, scène 15, DON ANDRÉ)
  588. Pour m'en acquitter je n'ai rien négligé. v.1028 (Acte 3, scène 15, DON ANDRÉ)
  589. Vous trouvez en ce lieu Léonor éperdue, v.1029 (Acte 3, scène 15, DON ANDR?)
  590. Ciel ! Mais qu'en juger encor, v.1031 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  591. C'est celui qu'en secret votre coeur justifie ; v.1034 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  592. C'est celui qui vous plaît dont je me dois venger. v.1036 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  593. Et rudement. v.1037 (Acte 3, scène 15, FABRICE)
  594. Sortez d'ici tandis que je l'entretiendrai, v.1039 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  595. Je vous attends... v.1041 (Acte 3, scène 15, DON GARCIE)
  596. Rentrez, et suspendez les troubles de votre âme. v.1042 (Acte 3, scène 15, DON JUAN)
  597. En montant à cheval, je viens d'être averti v.1044 (Acte 3, scène 16, DON JUAN)
  598. Que j'allais entreprendre un voyage inutile. v.1045 (Acte 3, scène 16, DON JUAN)
  599. Ah, Ciel ! En revenant de Ville, v.1046 (Acte 3, scène 16, DON FÉLIX)
  600. Un de mes gens là-bas, fort effrayé, m'a dit v.1047 (Acte 3, scène 16, DON F?LIX)
  601. Qu'en cet appartement il entendait du bruit, v.1048 (Acte 3, scène 16, DON F?LIX)
  602. Ici, comment ? Quelle apparence ? v.1049 (Acte 3, scène 16, DON JUAN)
  603. Vous nous trouvez tous deux en bonne intelligence. v.1050 (Acte 3, scène 16, DON JUAN)
  604. Et ma fille ? Chez elle entend-on quelque chose ? v.1053 (Acte 3, scène 16, DON FÉLIX)
  605. Rien du tout. Léonor apparemment repose v.1054 (Acte 3, scène 16, DON JUAN)
  606. Trouvez bon qu'ensemble je vous laisse. v.1057 (Acte 3, scène 16, DON ANDRÉ)
  607. Je n'en fais point mystère, un rendez-vous que j'ai, v.1059 (Acte 3, scène 16, DON ANDRÉ)
  608. Que jusqu'à ce moment pour vous j'ai négligé... v.1060 (Acte 3, scène 16, DON ANDR?)
  609. Rendez-vous de Dame ? v.1061 (Acte 3, scène 16, DON FÉLIX)
  610. Pas tout à fait encor, mais beaucoup avancée. v.1062 (Acte 3, scène 16, DON ANDRÉ)
  611. Rien en cela ne doit me répugner, v.1064 (Acte 3, scène 16, DON ANDRÉ)
  612. Si vous êtes le mien comme je suis le vôtre... v.1066 (Acte 3, scène 16, DON JUAN)
  613. Vous en doutez ? Venez, ce que vous allez voir v.1067 (Acte 3, scène 16, DON ANDRÉ)
  614. Il faut bien se prêter aux choses que vous faites. v.1070 (Acte 3, scène 16, DON FÉLIX)
  615. Qu'en juger ? Et chez moi qu'est-ce qui s'est passé ? v.1072 (Acte 3, scène 16, DON F?LIX)
  616. Hé bien, Jacinte. v.1077 (Acte 4, scène 1, LÉONOR)
  617. Hé bien... un moment, je vous prie. v.1077 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  618. Je viens de le quitter chagrin, fou, préparé v.1079 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  619. J'ai dit de votre part qu'il n'en fallait rien faire, v.1082 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  620. Enfin, à mes raisons il a paru se rendre. v.1085 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  621. Le Ciel en soit loué. v.1086 (Acte 4, scène 2, LÉONOR)
  622. Mais il m'a fait entendre v.1086 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  623. Que si Don Juan vient le trouver aujourd'hui, v.1087 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  624. Mais, quoi qu'il arrive, entre nous, il me semble v.1089 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  625. Qu'à coup sûr deux des trois auront du bruir ensemble. v.1090 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  626. Il en est un moyen, qu'à force de chercher v.1092 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  627. J'ai trouvé dans ma tête en cette conjoncture, v.1093 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  628. J'en ai pour cela, tu n'as qu'à me prescrire, v.1097 (Acte 4, scène 2, LÉONOR)
  629. Oui, je sais bien cela, v.1099 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  630. À votre amant je viens en ce moment de dire v.1101 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  631. Que c'est le seul endroit où vous pourrez le voir, v.1103 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  632. Qu'il vous attendît là du matin jusqu'au soir, v.1104 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  633. Et jusqu'à demain même, attendu que sans peine v.1105 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  634. Il est au rendez-vous dès à présent. Voilà, v.1108 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  635. Comme en gagnant du temps à tout on remédie, v.1109 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  636. Ce que pour en avoir m'a fourni mon génie v.1110 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  637. C'est à vous maintenant, si vous le trouvez bon, v.1111 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  638. Pour mieux le retenir par une longue attente... v.1113 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  639. Jacinte, que je crains qu'il ne s'impatiente ! v.1114 (Acte 4, scène 2, LÉONOR)
  640. Qu'on le reçût en lieu dont il ne pût sortir. v.1116 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  641. Va penser qu'il y soit. v.1118 (Acte 4, scène 2, LÉONOR)
  642. Ma foi que Don Juan pense ce qu'il voudra, v.1119 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  643. Pourvu qu'il aille au diable, on s'en consolera. v.1120 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  644. Tenons-nous bien. v.1122 (Acte 4, scène 2, JACINTE)
  645. Que j'ai d'inquiétude en l'âme ! v.1122 (Acte 4, scène 3, DON FÉLIX)
  646. L'époux vient, et d'abord à la première vue, v.1129 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  647. On tombe en pâmoison, tant on a l'âme émue, v.1130 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  648. Et l'on en prend, Dieu sait... Puis dès le même jour v.1132 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  649. Presque sans dire mot, part, se met en campagne ; v.1134 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  650. Si vous saviez l'ennui que mon âme ressent, v.1136 (Acte 4, scène 3, LÉONOR)
  651. Mais, ma fille, en est-ce là la cause ? v.1137 (Acte 4, scène 3, DON FÉLIX)
  652. Autre chose, Monsieur ? En conscience, non. v.1139 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  653. Hé, le moyen, de grâce ? Il est bien difficile, v.1141 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  654. Quand on attend surtout, Monsieur, d'être tranquille. v.1142 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  655. Comment son père est mort, Hélas ? v.1144 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  656. Aille pleurer son père, et qu'il nous laisse en paix. v.1148 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  657. Écoute, mon enfant, j'entends la raillerie, v.1149 (Acte 4, scène 3, DON FÉLIX)
  658. Çà, ma fille, parlons plus sérieusement, v.1151 (Acte 4, scène 3, DON F?LIX)
  659. Quel bruit se passa hier dans votre appartement ? v.1152 (Acte 4, scène 3, DON F?LIX)
  660. Don Juan, je ne sais pourquoi, m'en fait mystère ; v.1153 (Acte 4, scène 3, DON F?LIX)
  661. Mais enfin les valets qui parlent d'ordinaire... v.1154 (Acte 4, scène 3, DON F?LIX)
  662. Céans, est-ce qu'il est venu ? v.1155 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  663. Madame, assurément c'est une médisance... v.1157 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  664. Toutes deux dans un profond silence, v.1158 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  665. Sans avoir entendu le moindre petit bruit, v.1159 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  666. Nous avons en repos passé toute la nuit. v.1160 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  667. Ai-je menti, Madame ? v.1161 (Acte 4, scène 3, JACINTE)
  668. Vous ne me dites rien ? v.1162 (Acte 4, scène 3, DON FÉLIX)
  669. Rentrez. v.1168 (Acte 4, scène 3, DON FÉLIX)
  670. Je l'approfondirai pourtant, quoi qu'il en coûte, v.1169 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  671. Et Don Juan qui vient m'en instruira, sans doute. v.1170 (Acte 4, scène 5, DON F?LIX)
  672. Mon rival est un lâche, à m'attendre chez lui. v.1171 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  673. Il sait quelles raisons l'engageaient aujourd'hui. v.1172 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  674. Au coeur d'un fils bien né cause la mort d'un père) v.1178 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  675. Vous en avez encore de plus piquant. v.1179 (Acte 4, scène 5, DON F?LIX)
  676. J'eus mes raisons, enfin, pour ne vous pas presser, v.1184 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  677. Mais aujourd'hui cessez de m'en faire mystère. v.1185 (Acte 4, scène 5, DON F?LIX)
  678. Quand on a des chagrins, est-il rien qui soulage v.1189 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  679. Tant que de rencontrer quelqu'un qui les partage. v.1190 (Acte 4, scène 5, DON F?LIX)
  680. L'espoir de me venger, Seigneur, peut seulement, v.1191 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  681. Donner à mes chagrins quelque soulagement. v.1192 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  682. Hé bien, dites-les moi. Don Félix par avance v.1193 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  683. S'associe avec vous pour en prendre vengeance. v.1194 (Acte 4, scène 5, DON F?LIX)
  684. Je meurs d'en être instruit. v.1196 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  685. Juste ciel ! Que me va-t-il apprendre ? v.1197 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  686. Je tremble en lui parlant. v.1198 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  687. Que je crains de l'entendre ! v.1198 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  688. Que la mort de mon père avait mise en mon coeur, v.1200 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  689. L'objet, qui le premier se présente à ma vue, v.1201 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  690. C'est votre fille en pleurs, interdite, éperdue, v.1202 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  691. Comment ! Quoi, ma fille avec eux ? v.1204 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  692. Qui les avait chez moi fait entrer ? v.1205 (Acte 4, scène 5, DON F?LIX)
  693. Ô fille impertinente ! Et qui me déshonore ! v.1206 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  694. Comme il me l'a promis, il m'attendrait chez lui ? v.1212 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  695. J'en viens, il est sorti. v.1213 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  696. Qu'à la même intention vous lui rendiez visite v.1214 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  697. J'y vis ce Don Garcie, et j'en devins jaloux. v.1216 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  698. Je priai Don André que pendant mon absence v.1217 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  699. Il observât ses pas avecque diligence : v.1218 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  700. Il entra, le suivit, plein d'ardeur et de zèle ; v.1221 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  701. Il le joignit enfin, et cet ami fidèle, v.1222 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  702. Heureusement pour moi fut le libérateur. v.1224 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  703. Mais ma fille en cela serait-elle coupable ? v.1226 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  704. Je n'ose le penser, Seigneur. v.1227 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  705. Pour votre compte seul y serait entré ? v.1228 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  706. Songez bien Don Juan, qu'en une telle affaire, v.1229 (Acte 4, scène 5, DON F?LIX)
  707. Je n'en saurais douter. v.1233 (Acte 4, scène 5, DON F?LIX)
  708. J'en parle savamment, je le sais par moi-même. v.1234 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  709. Et mes yeux, cette nuit en ont été témoins. v.1236 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  710. Que pour la fourberie il a de grands talents, v.1239 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  711. Et que bien mieux que vous je me connais en gens, v.1240 (Acte 4, scène 5, DON F?LIX)
  712. Comptez enfin qu'il faut en pareille occurrence, v.1241 (Acte 4, scène 5, DON F?LIX)
  713. Bien choisir l'offenseur pour bien punir l'offense. v.1242 (Acte 4, scène 5, DON F?LIX)
  714. Mais s'ils vous sont suspects tous deux également, v.1243 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  715. Qui pourra nous donner quelque éclaircissement ? v.1244 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  716. Épient avecque soin les actions des maîtres. v.1246 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  717. Comment les obliger à faire leur rapport ? v.1247 (Acte 4, scène 5, DON JUAN)
  718. Tirez-en le secret qui vous est nécessaire. v.1250 (Acte 4, scène 5, DON FÉLIX)
  719. Qu'aux dépens de son sang, vous verrez de quel prix v.1255 (Acte 4, scène 6, DON FÉLIX)
  720. Que de cet entretien j'appréhende la suite ! v.1257 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  721. Si pour quelques soufflets j'en pouvais être quitte ? v.1258 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  722. Je crains que l'on ne tende un piège à ma vertu. v.1260 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  723. Dès qu'un homme me parle, ou me regarde en face, v.1261 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  724. Il me monte au visage un feu que rien n'efface. v.1262 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  725. En ce temps il me prend d'ordinaire v.1265 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  726. Le trouble où je la vois, augmente encore le mien. v.1267 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  727. De moi ? Je ne sais rien, v.1268 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  728. Tu ne sais rien ? Jacinte, en conscience, v.1269 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  729. Si tu ne savais rien, répondrais-tu d'avance ? v.1270 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  730. Mais je sais seulement, Monsieur, qu'en bonne foi, v.1271 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  731. N'es-tu rien pénétré qui me regardât ? v.1279 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  732. Prends cette bourse, prends. v.1281 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  733. Prends-là, te dis-je. v.1281 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  734. Oh! Monsieur, je sais trop ce qu'un présent exige, v.1282 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  735. Il faudrait seulement v.1283 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  736. Que Jacinte avec moi parlât confidemment. v.1284 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  737. Je ne parlerai point, rien ne peut me corrompre. v.1285 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  738. J'en ai fait bon serment. v.1286 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  739. Si l'argent ne peut rien, compte que ce poignard... v.1288 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  740. Tais-toi, parle : Monsieur, comment vous contenter ? v.1291 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  741. Mais si je parle aussi, n'aurai-je rien à craindre ? v.1294 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  742. Car en payant si bien, vous n'avez qu'à prescrire. v.1298 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  743. Je démêlerai bien ce que j'en devrai croire. v.1301 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  744. Soyez dons attentif, voici toute l'histoire. v.1302 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  745. Patience. v.1305 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  746. Depuis plus de six mois qu'il l'adore, je pense, v.1306 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  747. Oui, tout cela ne fait ni bien ni mal. v.1308 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  748. Comment répondit-elle à l'ardeur qui l'enflamme ? v.1309 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  749. Comme elle répondit, Monsieur ? En brave Dame, v.1310 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  750. Très mal d'abord, moins mal dans la suite, encor moins v.1311 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  751. Vous pouvez en douter ; mais moi, j'en suis certaine. v.1314 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  752. Se sont-ils vus souvent ? v.1315 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  753. Mais hier au soir ici, dis, que venait-il faire ? v.1317 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  754. Oh ! Cet article-là va vous mettre en colère, v.1318 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  755. Et contre moi, Monsieur, terriblement. v.1319 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  756. C'est bien fait. v.1321 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  757. Comptant sur votre absence, v.1321 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  758. C'est moi qui leur avais fait prendre un rendez-vous, v.1323 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  759. Pour chercher les moyens d'être défaits de vous. v.1324 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  760. Hé, Monsieur, voulez-vous que je mente? v.1326 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  761. Il allait s'en retourner soudain v.1327 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  762. Comme il était venu, par le mur du jardin. v.1328 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  763. Si je l'ouvris je veux être pendue. v.1330 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  764. Le malheureux, hélas ! Sans lui nous étions bien, v.1335 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  765. Et s'il ne fût venu, tout cela n'était rien. v.1336 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  766. Ah ! Tais-toi, mon malheur vient de plus d'une source. v.1337 (Acte 4, scène 7, DON JUAN)
  767. Voilà le curieux bien payé de sa bourse. v.1338 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  768. N'est-il plus rien, Monsieur, que vous vouliez savoir ? v.1340 (Acte 4, scène 7, JACINTE)
  769. Hé ! Que diantre en avez-vous affaire. v.1342 (Acte 4, scène 8, JACINTE)
  770. Arrêtez, Madame, et souffrez qu'un moment v.1343 (Acte 4, scène 8, DON JUAN)
  771. Et sans le coeur la foi n'a rien qui m'intéresse. v.1346 (Acte 4, scène 8, DON JUAN)
  772. Vous me voyez outré du plus ardent courroux. v.1347 (Acte 4, scène 8, DON JUAN)
  773. N'en craignez rien, ce n'est pas contre vous. v.1348 (Acte 4, scène 8, DON JUAN)
  774. L'amour selon nos voeux n'entre point dans une âme. v.1350 (Acte 4, scène 8, DON JUAN)
  775. Je crois, si votre coeur était moins prévenu, v.1351 (Acte 4, scène 8, DON JUAN)
  776. Que par mes tendres soins je l'aurais obtenu ; v.1352 (Acte 4, scène 8, DON JUAN)
  777. Le Ciel ne permet pas qu'à présent je l'espère, v.1354 (Acte 4, scène 8, DON JUAN)
  778. Quoi ? Comment ? Quel discours, Jacinte ! v.1356 (Acte 4, scène 8, LÉONOR)
  779. Ainsi mon coeur ennemi de la feinte, v.1357 (Acte 4, scène 8, LÉONOR)
  780. Se peut donc à présent expliquer sans contrainte ? v.1358 (Acte 4, scène 8, L?ONOR)
  781. Et ne se peut, Seigneur, engager qu'une fois. v.1360 (Acte 4, scène 8, L?ONOR)
  782. Pourriez-vous m'estimer si je n'étais vengé ? v.1364 (Acte 4, scène 8, DON JUAN)
  783. Quoi donc vengé ! De qui ? v.1365 (Acte 4, scène 8, LÉONOR)
  784. Il lui vient au cerveau de monter une bile... v.1370 (Acte 4, scène 9, FABRICE)
  785. Mais j'en suis convaincu par vingt coups de bâton, v.1372 (Acte 4, scène 9, FABRICE)
  786. Coups de pieds ou soufflets qu'en sa fureur extrême, v.1373 (Acte 4, scène 9, FABRICE)
  787. Il vient de me donner en parlant à moi-même. v.1374 (Acte 4, scène 9, FABRICE)
  788. Fort bien. v.1375 (Acte 4, scène 9, FABRICE)
  789. Je n'en sais rien. v.1376 (Acte 4, scène 9, FABRICE)
  790. Je lui suis revenu dire ce que j'ai fait, v.1380 (Acte 4, scène 9, FABRICE)
  791. Enragé, furieux, faisant le diable à quatre, v.1381 (Acte 4, scène 9, FABRICE)
  792. Moi qui ne comprend point ni comment, ni par où v.1383 (Acte 4, scène 9, FABRICE)
  793. Détournez, s'il se peut, le coup qui me menace. v.1386 (Acte 4, scène 10, ISABELLE)
  794. Quelque accident fâcheux vous est-il arrive? v.1387 (Acte 4, scène 10, LÉONOR)
  795. Vous puis-je être utile en quelque affaire ? v.1389 (Acte 4, scène 10, DON JUAN)
  796. Je m'en flatte, Seigneur, Don Garcie est mon frère. v.1390 (Acte 4, scène 10, ISABELLE)
  797. Oui, Seigneur, j'ignore quand, comment, v.1391 (Acte 4, scène 10, ISABELLE)
  798. Depuis longtemps, Seigneur, même ardeur nous enflamme, v.1394 (Acte 4, scène 10, ISABELLE)
  799. Et celle qu'il ressent est égale à mes deux. v.1395 (Acte 4, scène 10, ISABELLE)
  800. Je l'ai su par hasard en ouvrant ce billet, v.1399 (Acte 4, scène 10, ISABELLE)
  801. Qu'inconsidérément m'a laissé son valet. v.1400 (Acte 4, scène 10, ISABELLE)
  802. Ah, que pour me venger l'occasion est belle ! v.1402 (Acte 4, scène 10, DON JUAN)
  803. Allons... Apprenez-moi le lieu qu'il a marqué, v.1403 (Acte 4, scène 10, DON JUAN)
  804. En ce billet tout est bien expliqué. v.1404 (Acte 4, scène 10, ISABELLE)
  805. Tout ira bien, allez, ne nous chagrinons pas. v.1412 (Acte 4, scène 12, JACINTE)
  806. Par vos réflexions, n'augmentez point ma peine, v.1413 (Acte 5, scène 1, LÉONOR)
  807. Et Jacinte à mon gré vous tient trop en suspens. v.1416 (Acte 5, scène 1, L?ONOR)
  808. Enfin nous allons... où, dites ? v.1418 (Acte 5, scène 1, ISABELLE)
  809. En quoi mes sens par-là seront-ils rassurés ? v.1419 (Acte 5, scène 1, ISABELLE)
  810. Jacinte, elle commence à m'impatienter, v.1423 (Acte 5, scène 1, ISABELLE)
  811. Sachez que nous venons voir ici Don Garcie. v.1426 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  812. C'est peu qu'un frère, assurément, v.1427 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  813. Mais c'est le nôtre à nous, et pour la bienséance, v.1429 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  814. Il est bon que la soeur soit de la confidence. v.1430 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  815. Justement, qui fait qu'au rendez-vous v.1431 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  816. Nous vous avons, Madame, amenée avec nous. v.1432 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  817. D'en voir un à couvert du premier mouvement. v.1436 (Acte 5, scène 1, ISABELLE)
  818. C'est une invention que mon petit génie, v.1437 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  819. Pour prévenir l'éclat ce matin m'a fournie v.1438 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  820. Mais quelqu'un vient à nous, je pense, non, si fait. v.1439 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  821. Oui, j'aperçois quelqu'un qui s'approche en effet. v.1440 (Acte 5, scène 1, ISABELLE)
  822. C'est Fabrice, c'est lui, le hasard me l'envoie, v.1441 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  823. Entrez vite, il n'est pas à propos qu'il vous voie. v.1442 (Acte 5, scène 1, JACINTE)
  824. Je me sais où je vais promener mon chagrin, v.1443 (Acte 5, scène 2, FABRICE)
  825. Mon enragé de maître... v.1444 (Acte 5, scène 2, FABRICE)
  826. Parle ; mais ne dis rien surtout qui me déplaise : v.1446 (Acte 5, scène 2, FABRICE)
  827. Car je n'ai pas l'humeur endurante aujourd'hui. v.1447 (Acte 5, scène 2, FABRICE)
  828. Maraud... Il me paraît que vous n'en avez guère, v.1449 (Acte 5, scène 2, FABRICE)
  829. Le rendez-vous d'hier au deuxième palier. v.1452 (Acte 5, scène 2, FABRICE)
  830. Tu fus témoin des soins que je pris pour m'y rendre. v.1453 (Acte 5, scène 2, JACINTE