BON PÈRE MAIS POCHARD.

1881. Tous droits réservés.

par JULES MOINEAUX, rédacteur de la Gazette des Tribunaux.

PARIS, CHEVALIER-MARESCQ ÉDITEUR, 20 rue SOUFFLOT, 20.

8517. - Paris. Imprimerie de Ch. Noblet, 13 rue Cujas. - 1881


Texte établi par Paul FIÈVRE, novembre 2021

Publié par Paul FIEVRE, décembre 2021

© Théâtre classique - Version du texte du 31/12/2021 à 19:56:32.


PERSONNAGES.

LE NARRATEUR.

LE PRÉSIDENT.

LA FEMME BOÎTIER.

BOÎTIER.

Extrait de MOINAUX, Jules, "Les tribunaux comiques", Paris, Chevalier-Marescq éditeur, 1881. pp 367-370


BON PÈRE MAIS POCHARD.

LE NARRATEUR.

Il est toujours bon, pour un prévenu, d'avoir quelques qualités à son actif ; or, Boîtier est bon père et le tribunal lui a tenu compte de cela. Depuis le jour de la naissance du rejeton, espoir de ses cheveux blancs, cet excellent père, à qui l'on n'aurait rien à reprocher, s'il ne se grisait pas et n'assommait pas sa femme, est en prison, et ce qu'il pleure en parlant de ce fils qu'il brûle de presser sur son sein, ce n'est rien que le dire. « C'est pas l'embarras, dit Madame Boîtier au tribunal ; v'là un moutard qui est né sous un heureux auspice, comme dit c' t'autre. »   [ 1 Moutard : Terme populaire. Très jeune garçon, quelquefois malpropre et bruyant. [L]]

BOÎTIER.

Quel autre ? Qui est-ce qui dit que mon enfant est naquis dans un hospice ?

MONSIEUR LE PRÉSIDENT, à la plaignante.

Déposez !

LA FEMME BOÎTIER.

Que je dépose ?

BOÎTIER.

Oui, ton parapluie.

MONSIEUR LE PRÉSIDENT.

Je vous dis de faire votre déposition.

LA FEMME BOÎTIER.

Ah ! Bon, voilà : dans les moments qui n'est pas mes couches, il me bat ; mais je ne me gêne pas pour lui jeter n'importe quoi à la tête ; que pour ça, il n'a pas le fond méchant.

BOÎTIER, pleurant.

Oh ! non ; oh ! non.

LA FEMME BOÎTIER.

Seulement c'est un homme qui boit.

BOÎTIER.

Qui boit, qui boit... Qu'est-ce que tu dirais donc de Falupié qui me rendrait deux litres ?

MONSIEUR LE PRÉSIDENT.

Taisez-vous donc !

BOÎTIER.

Non, mais c'est pour dire...

LA FEMME BOÎTIER.

Pas moins que, quand il a bu, c'est un être féroce et carnassier.

BOÎTIER.

Allons, bon, je suis carnassier.

BOÎTIER.

Pour lors que j'étais donc en mal d'enfant, même qu'on l'a baptisé en l'absence de son joli père.

BOÎTIER.

L'as-tu fait appeler Ernest ?

LA FEMME BOÎTIER.

Ernest-Léonidas ; pour lors que je lui dis : « Va-t'en chercher la chasse-femme. » Comme il ne se pressait pas et moi que ça me pressait, je me fiche, en colère et j'y dis : « Mais va donc chercher la chasse-femme ; » là-dessus une querelle et il me fiche une gifle en me disant : « Tiens ! ça te fera passer tes douleurs ! » et une chose drôle, ça me les a fait passer.   [ 2 Chasse-femme : sage-femme.]

BOÎTIER.

Tu vois donc bien.

LA FEMME BOÎTIER.

Alors, étant un homme bon au fond, mais simplement buveur.

BOITIER, pleurant.

Elle me connaît comme si elle m'avait fait.

LA FEMME BOÎTIER.

Il s'en va tout de même chercher la chasse-femme et il revient avec que, Messieurs, il était content comme un bon dieu quand il a vu que c'était un garçon, et qu'il me dit : « Attends, mon chou, je vas te régaler de bon vin, ça te remettra » ; donc qu'il va chercher trois litres, qu'il en boit deux et demi, et que le v'là soûl comme une Pologne ; que j'étais furieuse comme vous pensez du vin qui était pour me remettre... une mère qui vient d'avoir un enfant...   [ 3 Soûl comme une pologne : a-peu-près soûl comme un polonais.]

BOÎTIER.

Moi aussi je venais d'en avoir un.

LA FEMME BOÎTIER.

Finalement qu'il me refiche deux autres claques que la chasse-femme, qui n'avait jamais vu ça de sa vie, a crié aux voisins d'aller chercher les sergents de ville ; qu'on l'a donc arrêté et que le baptême s'est fait sans lui.

BOÎTIER.

Enfin, du moment qu'on l'a appelé Ernest...

MONSIEUR LE PRÉSIDENT.

Votre conduite est odieuse.

BOÎTIER, sanglotant.

Mais est-ce que je m'en rappelle ! J'étais complètement bu... et mon pauvre moutard que je n'ai pas vu depuis sa naissance. Mon Dieu ! Mon Dieu ! Canaille, va !

Le tribunal le condamne à quinze jours de prison.

BOÎTIER.

Ça t'apprendra à boire.

Est-il bien utile que ça lui apprenne à boire ?

 


Notes

[1] Moutard : Terme populaire. Très jeune garçon, quelquefois malpropre et bruyant. [L]

[2] Chasse-femme : sage-femme.

[3] Soûl comme une pologne : a-peu-près soûl comme un polonais.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Edition

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Présence par scène

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Primo-locuteur

 

 Vocabulaire par acte

 Vocabulaire par perso.

 Long. mots par acte

 Long. mots par perso.

 

 Didascalies


Licence Creative Commons