L'INVITÉ

1894. Tous droits réservés.

de GEORGES COURTELINE.

PARIS, ERNEST FLAMMARION, ÉDITEUR, 26, rue RACINE, près l'Odéon.

ÉMILE COLIN - Imprimerie de Lagny.


Texte établi par Paul FIÈVRE, décembre 2021

Publié par Paul FIEVRE, janvier 2022

© Théâtre classique - Version du texte du 01/03/2022 à 22:20:48.


PERSONNAGES.

L'INVITÉ.

MONSIEUR BOULINGRIN.

MADAME BOULINGRIN.

Extrait de COURTELINE, Georges, "Ombres parisiennes", Paris, Ernest Flammarion, 1894. pp 43-50


L'INVITÉ

L'INVITÉ, dans l'escalier.

Ces boulingrin que j'ai rebncotrés l'autre jour à la table des Vaugiflé et qui' mont invité à venir le lundi soir prendre une tasse de thé chez eux, me paraissent être de charmantes gens. Oui, c'est, je crois,une petit ménage très uni, enla compagnie duquel je goûterai beaucoup d'agrément. Sans doute il sont un peu popote, mais cela n'est pas pour me dépliare... à beaucoup près, même, car j'aime for les natures pacifiques, et l'intimité du coin du feu m'a toujours semblé délicieuse. - Sonnons.

Il sonne. Une bonne qui est venue lui ouvrir, l'introduit dans un petit salon, où, à la clarté de deux lampes posées sur la cheminée, Monsieur et Madame Boulingrin attendent leurs invités. Ils semblent différer légèrement sur un certain point de discussion, en sorte que l'invité, le sourire sur les lèvres, franchit le seuil de la petite pièce au même instant où Monsiuer Boulingrin traite Madame Boulingrin de truie.

MADAME BOULINGRIN, furieuse.

Sale voyou !... Sale Voyou !... Si ce n'est pas honteux, à son âge, de faire encore pipi au lit !...

L'INVITÉ, à part.

Je tombe au milieu d'une discussion ; c'est un fâcheux contretemps.

Haut, très aimable.

Comme vousvoyez, Madame et Monsieur, je me suis empressé de me rendre à votre aimable invitation. Madame Boulingrin, mes respects ! Comment vous portez-vous, Monsieur Boulingrin ?

MADAME BOULINGRIN.

Monsieur se porte comme un homme qui fait pipi au lit.

MONSIEUR BOULINGRIN.

bon sang de bon Dieu, Ernestine, ça va durer longtemps, cette plaisanterie-là ? - Vous êtes bine gentil d'être venu, asseyez-vous donc, je vous prie.

ERNESTINE.

Pipi au lit !... À quarante-deux ans !... Ah ! la, la !

MONSIEUR BOULINGRIN.

Si tu répètes encore que je fais pipiau lit, je t'envoie une paire de calottes.

ERNESTINE.

Oui,tu fais pipii au lit.

MONSIEUR BOULINGRIN.

Je fais pipi au lit ?

ERNESTINE.

Parfaitement.

MONSIEUR BOULINGRIN, lui envoyant un soufflet à toute volée.

Voilà.

L'INVITÉ, à part.

Je suis fâché d'être venu.

ERNESTINE.

Oh ! Oh ! Oh ! Oh !

MONSIEUR BOULINGRIN.

Hein, tu n'as pas passé au travers, sale bête ?... - Mais prenez donc une chaise, Monsieur. Vous avez donc envie de grandir ? - Ah ! Je fais pipi au lit !... - Ah ! Je fais pipi au lit !...

ERNESTINE.

Oui ! Oui ! Oui ! Oui !

MONSIEUR BOULINGRIN.

Guuse ! Coquine !... Tu ne périras que de ma main !

ERNESTINE.

Monsieur, je vais vous prendre à témoin su mon mari est un sale cochon. Imaginez vous à quarante-deux ans, il fait encore pipi au lit !...

MONSIEUR BOULINGRIN.

Ma canne ! Ma canne !... Où est ma canne ?... - Approchez-vous donc du feu ; vous devez avoir les pieds gelés. Qu'on m'apporte à l'instant une canne ! Je veux exterminez ce monstre !

L'INVITÉ.

Je vous demanderai la permission de me retirer..; Une petite affaire pressante...

MONSIEUR BOULINGRIN.

Point du tout, Monsieur, point du tout. Vous allez vous rafraîchir.

ERNESTINE.

n'est-ce pas, Monsieur,que mon mari est un cochon ? - Là, tu vois ; tu es un cochon ; Monsieur le dit.

MONSIEUR BOULINGRIN.

N'est-ce pas, Monsieur, que le visage de ma femme est une pure abomination ? Vous en convenez, hein ? Vous 'laouez, que depuis la naissance du monde on n'as rien vu de si baject ? Et si vous saviez, Monsieur, comme elle est de mauvaise foi ! Tenez, elle m'accuse de faire pipi au lit,savez-vous à propos de quoi ? Je vais vous le dire. J'ai l'habitude de coucher au bord du lit et de laisser la ruelle à madame, mais voilà, ça embête Madame qui voulant avoir ma place, fait tout ce qu'elle peut pour me la chiper. Des fois,elle me pince jusqu'au sang, comme ça, tenez.

Il pince l'invité qui rugit.

Ce n'est rien, c'est pour vous faire voir ; elle se rue comme une jument ; tenez, aussi fort que ça.

Coups de pieds dans les tibias de l'invité, qui hurle.

N'est-ce pas ça fait mal ? - Bien mieux que ça ! Quand je veux me lever pour aller faire pipi, Monsieur, elle s'incruste à ma place et pour l'en faire déloger c'est peau de balle et balai de crin ! Alors, qu'est ce que j'ai inventé ? Un chose bien simple. J'ai envie. Bon. J'allonge le bras hors de la couverture, je saisis le pot de chambre dans la table de nuit, je l'amène délicatement jusqu'à moi et je fais pipi dans le lit.

ERNESTINE, qui triomphe.

Tu vois bine ! Tu l'avoue, cochon ! Tu fais pipi au lit ! Tu fais pipi au lit.

MONSIEUR BOULINGRIN, hord de lui.

Coquine ! Coquine !... Coquine !... La voyez-vous, la mauvaise foi ! Ah ! C'en est trop ! Tu vas périr !

Il s'élance sur Ernestine qui se sauve. Pourchasse effrénée à travers la pièce. Le lampes culbutées, s'abattent. Nuis profonde... Cris perçants de femme qu'on étrangle.

L'INVITÉ, consterné.

Des gens qui avaient l'air si unis ! Mon Dieu, que je suis donc fâché d'être venu !

LE BOIS DE BOULINGRIN, dans les ténèbres.

Ne vous ne allez pas, Monsieur ; vous allez prendre une tasse de thé.

 


 Version PDF 

 Version TXT 

 Edition

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Présence par scène

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Primo-locuteur

 

 Vocabulaire par acte

 Vocabulaire par perso.

 Long. mots par acte

 Long. mots par perso.

 

 Didascalies


Licence Creative Commons