LE BARON D'OTRANTE

OPÉRA BOUFFE

1784

Voltaire


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 03/11/2017 à 19:29:20.


PERSONNAGES

IRÈNE.

UNE GOUVERNANTE

ABDALLA, corsaire turc.

CONSEILLERS PRIVÉS DU BARON.

HOBEREAUX ET FILLES D'OTRANTE.

TROUPE DE TURCS.

La scène est dans le château du baron.


ACTE I

Le théâtre représente un salon magnifique.

SCÈNE I.

LE BARON, seul, en robe de chambre, couché sur un lit de repos.

Il chante.

Ah que je m'ennuie  [ 1 Le début de cette pièce commnce de la même manière que "La Nuit des Rois" de Shakespeare.]

Je n'ai point encore eu de plaisir ce matin.

Il se lève, et se regarde au miroir.

On m'assure pourtant que les jours de ma vie

Doivent couler, couler sans ombre de chagrin.

5   Je prétends qu'on me réjouisse

Dès que j'ai le moindre désir.

Holà mes gens, qu'on m'avertisse

Si je puis avoir du plaisir.

SCÈNE I.
.
Le Baron, Un Conseiller privé, en grande perruque, en habit feuille-morte et en manteau noir il entre une foule de hobereaux et de filles d'Otrante.

LE CONSEILLER.

Monseigneur, notre unique envie

10   Est de vous voir heureux dans votre baronnie

D'un seigneur tel que vous c'est l'unique destin.

LE BARON.

Ah que je m'ennuie !

Je n'ai point encore eu de plaisir ce matin.

On habille monseigneur.

LE CONSEILLER.

C'est aujourd'hui le jour où le ciel a fait naître

15   Dans ce fameux château notre adorable maître.

Nous célébrons ce jour par des jeux bien brillants...

LE BARON.

Et quel âge ai-je donc ?

LE CONSEILLER.

Vous avez dix-huit ans.

LE BARON.

Ah ! Me voilà majeur !

LE CONSEILLER.

Les barons à cet âge

De leur majorité font le plus noble usage

20   Ils ont tous de l'esprit, ils sont pleins de bon sens

Ils font, quand il leur plaît, la guerre aux musulmans,

Rançonnent leurs vassaux à leurs ordres tremblants

Vident leurs coffres-forts, ou coupent leurs oreilles

Ils n'entreprennent rien dont on ne vienne à bout.

25   Ils font tout d'un seul mot, bien souvent rien du tout

Et quand ils sont oisifs ils font toujours merveilles.

LE BARON.

On me l'a toujours dit : je fus bien élevé.

Or çà, répondez-moi, mon conseiller privé

Ai-je beaucoup d'argent ?

LE CONSEILLER.

Fort peu mais on peut prendre

30   Celui de vos fermiers, et même sans le rendre.

LE BARON.

Et des soldats ?

LE CONSEILLER.

Pas un mais en disant deux mots

Tous les manants d'ici deviendront des héros.

LE BARON.

Ai-je quelque galère ?

LE CONSEILLER.

Oui, seigneur Votre Altesse

A des bois, une rade, et quand elle voudra

35   On fera des vaisseaux l'Hellespont tremblera  [ 2 Hellespont : Détroit [de 2 Km de large] qui unit le mer Egée à la Propontide et sépare l'Europe de l'Asie, doit son nom à la mort tragique d'Hellé. [B]]

Elle sera des mers souveraine maîtresse.

LE BARON.

Je me vois bien puissant.

LE CONSEILLER.

Nul ne l'est plus que vous.

Seigneur, goûtez en paix ce destin noble et doux

Ne vous mêlez de rien, chacun pour vous travaille.

LE BARON.

40   Étant si fortuné, d'où vient donc que je bâille ?

LE CONSEILLER.

Seigneur, ces bâillements sont l'effet d'un grand coeur

Qui se sent au-dessus de toute sa grandeur.

Ce beau jour de gala, ce beau jour de naissance

Célèbre son bonheur ainsi que son pouvoir

45   Et monseigneur, sans doute, aura la complaisance

De prendre du plaisir, puisqu'il en veut avoir.

Vous serez harangué c'est le premier devoir

Les spectacles suivront c'est notre antique usage.

LE BARON.

Tout cela bien souvent fait bâiller davantage

50   Les harangues surtout ont ce don merveilleux.

Ô ciel je vois Irène arriver en ces lieux !

Irène, si matin, vient me rendre visite !

Mes conseillers privés, qu'on s'en aille au plus vite.

Les harangues pour moi sont des soins superflus :

55   Ma cousine parait je ne bâillerai plus.

SCÈNE III.
La Baron, Irène.

LE BARON, chante.

Belle Irène, belle cousine,

Ma langueur chagrine

S'en va quand je te vois

L'amour vole à ta voix

60   Tes yeux m'inspirent l'allégresse,

Ton coeur fait mon destin

Tout m'ennuyait, tout m'intéresse

Je commence à goûter du plaisir ce matin,

Mais répondez-moi donc en chansons, belle Irène

65   C'est dans ces lieux chéris une loi souveraine

Dont ni berger ni roi ne se peut écarter

Si l'on y parle un peu, ce n'est que pour chanter.

Vous avez une voix si tendre et si touchante !

IRÈNE.

Il n'est point à propos, mon cousin, que je chante ;

70   Je n'en ai nulle envie on pleure dans Otrante :  [ 3 Otrante : Ville de l'Italie méridionale sur l'Adriatique, à 38 Km du S.E. de Lecce. Prise en 1480 par Mahomet II, qui massacra 12 000 de ses habitants.]

Vos conseillers privés prennent tout notre argent ;

Vous ne songez à rien, et l'on vous fait accroire

Que tout le monde est fort content.

LE BARON.

Je le suis avec vous, j'y mets toute ma gloire.

IRÈNE.

75   Sachez que pour me plaire il vous faudra changer :

D'une mollesse indigne il faut vous corriger ;

Sans cela point de mariage.

Vous avez des vertus, vous avez du courage ;

La nonchalance a tout gâté :

80   On ne vous a donné que des leçons stériles :

On s'est moqué de vous, et votre oisiveté

Rendra vos vertus inutiles.

LE BARON.

Mes conseillers privés...

IRÈNE.

Seigneur, sont des fripons

Qui vous avaient donné de méchantes leçons,

85   Et qui vous nourrissaient d'orgueil et de fadaise,

Pour mieux pouvoir piller la baronnie à l'aise.

LE BARON.

Oui, l'on m'élevait mal ; oui, je m'en aperçois,

Et je me sens tout autre alors que je vous vois.

On ne m'a rien appris, le vide est dans ma tête ;

90   Mais mon coeur plein de vous, et plein de ma conquête,

Me rendra digne enfin de plaire à vos beaux yeux ;

Étant aimé de vous, j'en vaudrai beaucoup mieux.

IRÈNE.

Alors, seigneur, alors, à vos vertus rendue,

Je reprendrai pour vous la voix que j'ai perdue.

Elle chante.

95   Pour jamais je vous chérirai ;

De tout mon coeur je chanterai :

Amant charmant, aimez toujours Irène :

Régnez sur tous les coeurs, et préférez le mien ;

Que le temps affermisse un si tendre lien,

100   Que le temps redouble ma chaîne !

Tous deux ensemble.

Non, je ne m'ennuierai jamais

J'aimerai toute ma vie.

Amour, amour, lance tes traits,

Lance tes traits

105   Dans mon âme ravie.

Non, je ne m'ennuierai jamais ;

J'aimerai toute ma vie.

On entend une grande rumeur et des cris.

IRÈNE.

Ô ciel quels cris affreux !

LE BARON.

Quel tumulte ! Quel bruit !

Quel étrange gala ! Chacun court, chacun fuit.

SCÈNE IV.
Le Baron, Irène, Un Conseiller privé.

LE CONSEILLER.

110   Ah seigneur, c'en est fait les Turcs sont dans la ville.

IRÈNE.

Les Turcs

LE BARON.

Est-il bien vrai ?

LE CONSEILLER.

Vous n'avez plus d'asile.

LE BARON.

Comment cela ? Par où sont-ils donc arrivés ?

IRÈNE.

Voilà ce qu'ont produit vos conseillers privés.

LE BARON.

Allez dire à mes gens qu'on fasse résistance

115   Je cours les seconder.

LE CONSEILLER.

  Seigneur, votre grandeur

De son rang glorieux doit garder la décence.

IRÈNE.

Hélas ma gouvernante et mes filles d'honneur

Viennent de tous côtés, et sont toutes tremblantes.

SCÈNE V.
Les précédents, La Gouvernante, et les filles d'honneur.

LA GOUVERNANTE.

Ah ! Madame ! les Turcs...

IRÈNE.

Ah pauvres innocentes !

120   Qu'ont fait ces Turcs maudits ?...

LA GOUVERNANTE.

  Les Turcs... je n'en puis plus...

Dans votre appartement... Ils sont tous répandus.

Le corsaire Abdalla tout enlève, et tout pille

On enchaîne à la fois père, enfant, femme, fille.

Madame !... Entendez-vous les tambours... Les clameurs ?...

LES TURCS, derrière le théâtre.

125   Alla ! alla ! guerra !

LA GOUVERNANTE.

  Madame.... je me meurs!

SCÈNE VI.
Les Précédents, Abdalla, suivi de ses Turcs.

QUATUOR DE TURCS.

Pillar, pillar, grand Abdalla

Alla, ylla, alla!

Tout conquir,

Tout occir,

130   Tout ravir

Alla, ylla, alla!

ABDALLA.

Non amazzar,

No, no, non amazzar.

Basta, basta tout saccagear

Pendant qu'ils chantent, les Turcs enchantent tous les hommes avec une longue corde qui fait le tour de la troupe, et dont un Levantis tient le bout.

135   Ma non amazzar,

Incatenar,

Bever, violar,

Non amazzar.

LE BARON, enchaîné avec deux conseillers en grande perruque.

Irène, vous voyez si dans cette posture

140   Je fais pour un baron une noble figure.

QUATUOR DE TURCS.

Pillar, pillar, grand Abdalla

Tout saccagear

Pillar, bever, violar.

Alla, ylla, alla

IRÈNE.

145   Quoi ces Turcs si méchants n'enchaînent point les dames

Tant d'honneur entre-t-il dans ces vilaines âmes ?  [ 4 le Vers 146 est une parodie des vers de Virgile (Enéide, I, 15) Tant mne animis coelestibus irae ? (B.)]

ABDALLA, chante.

O bravi corsari,

Spavento de' mari,

Andate a partagir,

150   A bever, a fruir.

A' vostri strapazzi

Cedo li ragazzi,

E.tutti li consiglieri.

Tutte le donne son per me

155   Ë'1 mio costume,

Tutte le donne son per me.

Pillar, pillar, grand Abdalla

Alla, ylla, alla!

IRÈNE, au baron qu'on emmène.

Allez, mon cher cousin, je me flatte, j'espère,

160   Si ce Turc est galant, de vous tirer d'affaire.

Peut-être direz-vous, par mes soins relevé,

Qu'une femme vaut mieux qu'un conseiller privé.

ACTE II

SCÈNE I.
Irène, La Gouvernant.

IRÈNE.

Consolons-nous, ma bonne il faut avec adresse

Corriger, si l'on peut, la fortune traîtresse.

165   Vous savez du baron le bizarre destin ?

LA GOUVERNANTE.

Point du tout.

IRÈNE.

Le corsaire, échauffé par le vin,

Dans les transports de joie où son coeur s'abandonne,

Sans s'informer du rang ni du nom de personne,

A, pour se réjouir, dans la cour du château

170   Assemblé les captifs, et, par un goût nouveau,

Fait tirer aux trois dés les emplois qu'il leur donne.

Un grave magistrat se trouve cuisinier ;

Le baron, pour son lot, est reçu muletier.

Ce sont là, nous dit-on, les jeux de la fortune /

175   Cette bizarrerie en Turquie est commune.

LA GOUVERNANTE.

Se peut-il qu'un baron, hélas ! soit réduit là ?

Et quelle est votre place à la cour d'Abdalla ?

IRÈNE.

Je n'en ai point encor ; mais, si je dois en croire

Certains regards hardis que, du haut de sa gloire,

180   L'impudent, en passant, a fait tomber sur moi,

J'aurai bientôt, je pense, un assez bel emploi.

Et j'en ferai, ma bonne, un très-honnête usage.

LA GOUVERNANTE.

Ah ! Je n'en doute pas je sais qu'Irène est sage.

Mais, madame, un corsaire est un peu dangereux

185   Il paraît volontaire et le pas est scabreux.

IRÈNE.

Il a pris sans façon l'appartement du maître :

« Je le suis, a-t-il dit, et j'ai seul droit de l'être.

Vin, fille, argent comptant, tout est pour le plus fort ;

Le vainqueur les mérite, et les vaincus ont tort. »

190   Dans cette belle idée il s'en donne à coeur-joie,

Et pour tous les plaisirs son bon goût se déploie,

Tandis que mon baron, une étrille à la main,

Gémit dans l'écurie, et s'y tourmente en vain.

Il fait venir ici les dames les plus belles,

195   Pour leur rendre justice, et pour juger entre elles,

Mettre au jour leur mérite, exercer leurs talents

Par des pas de ballet, des mines, et des chants.

Nous allons lui donner cette petite fête

Et si de son mouchoir mes yeux font la conquête,

200   Je pourrai m'en servir pour lui jouer un tour

Qui fera triompher ma gloire et mon amour.

J'entends déjà d'ici ses fifres, ses timbales ;

Voilà nos ennemis, et voici mes rivales.

SCÈNE I.
.
Irène, La Gouvernante, Abdalla arrive au son d'une musique turque, un mouchoir à la main ; les demoiselles u château d'Otrante forment un cercle autour de lui.

Les Levantis arrivent, donnant chacun la main à une personne.

ABDALLA, chante.

Su, su, Zitelle tenere

205   La mia spada fa tremar.

Ma voi, fanciulle care,

Mi piacer, mi disarmar

Mi sentir più grand' onore

Di rendirmi a l'amore,

210   Che rapir tutta la terra

Col terrore della guerra.

Su, su, Zitelle tenere, etc.

IRÈNE, chante cet air tendre et mesuré.

C'est pour servir notre adorable maître,

C'est pour l'aimer que le ciel nous fit naître.

215   Mars et l'Amour à l'envi l'ont form :

Son bras est craint, son coeur est plus aimé.

Des Amours la tendre mère

Naquit dans le sein des eaux

Pour orner notre corsaire

220   De ses présents les plus beaux.

Elle parle.

Votre mouchoir fait la plus chère envie

De ces beautés de notre baronnie ;

Mais nul objet n'a droit de s'en flatter :

On peut vous plaire, et non vous mériter.

Abdalla fume sur un canapé les dames passent en revue devant lui. Il fait des mines à chacune, et donne enfin le mouchoir à Irène.

ABDALLA.

225   Pigliate voi il fazzoletto,

L'avete ben guadagnato

Che tutte le altre fanciulle

Men leggiadre, e meno belle,

Aspettino per un' altra volta

230   La mia sobrana volontà.

Il fait asseoir Irène à côté de lui.

Al mio canto Irena stia

E tutte le altre via, via.

Elles s'en vont toutes, on lui faisant la révérence.

Bene, bene, sarà per un' altra volta,

Un' altra volta.

SCÈNE III.
Irène, Abdalla.

ABDALLA.

235   Cara Irena, adesso,

Sedete appresso di me.

Amor mi punge e mi consume.

Il la fait asseoir plus près.

Più appresso, più appresso.

IRÈNE, à côté d'Abdalla, sur le canapé.

Seigneur, de vos bontés mon âme est pénétrée ;

240   Je n'ai jamais passé de plus belle soirée.

Quand je craignais les Turcs, si fiers dans les combats,

Mon coeur, mon tendre coeur ne vous connaissait pas.

Non, il n'est point de Turc qui vous soit comparable.

Je crois que Mahomet fut beaucoup moins aimable ;

245   Et, pour mettre le comble à des plaisirs si doux,

Je compte avoir l'honneur de souper avec vous.

ABDALLA.

Si, si, cara : ceneremo insieme, tête à tête, l'uno dirimpetto a l'altra ; senza schiavi ; solo con sola ; beveremo del vino greco e canteremo, e ci trastulleremo, dirimpetto l'uno a l'altra : si, si, cara, per dio Maccone.

IRÈNE.

Après tant de bontés aurai-je encor l'audace

D'implorer de mon Turc une nouvelle grâce ?

ABDALLA.

Parli, parli faro tutto

250   Che vorrete, presto, presto.

IRÈNE.

Seigneur, je suis baronne et mon père autrefois

Dans Otrante a donné des lois.

Il était connétable, ou comte d'écurie ;

C'est une dignité que j'ai toujours chérie :

255   Mon coeur en est encor tellement occupé

Que si vous permettez que j'aille avant soupé

Commander un quart d'heure où commandait mon père,

C'est le plus grand plaisir que vous me puissiez faire.

ABDALLA.

Come ! nella stalla ?

IRÈNE.

Nella stalla, signor.

260   Au nom du tendre amour je vous en prie encor.

Un héros tel que vous, formé pour la tendresse,

Pourrait-il durement refuser sa maîtresse ?

ABDALLA.

La signora è matta. Le stalle sono puzzolente ; bisognerà più d'un fiasco d'acqua nanfa per nettarla. Or su andate a vostro piacere, lo concedo andate, cara, e ritornate.

Irène sort.

SCÈNE IV.

ABDALLA, chante.

En se frappant le front.

Ogni fanciulla tien là

Qualche fantasia,

265   Somigliante alla pazzia.

Ma l'ira mia è vana.

Basta che la Zitella

Sia facile e bclla

Tutto si perdona.

270   Ogni fanciulla tien là

Qualche fantasia.

ACTE III

SCÈNE I.
Irène, La Baron, en souquenille, une étrille à la main.

Le théâtre représente un coin d'écurie.

IRÈNE, chante.

Oui, oui, je dois tout espérer ;

Tout est prêt pour vous délivrer.

Oui... oui... je peux tout espérer ;

275   L'amour vous protége et m'inspire.

Votre malheur m'a fait pleurer ;

Mais en trompant ce Turc que je fais soupirer,

Je suis prête à mourir de rire.

LE BARON.

Lorsque vous me voyez une étrille à la main,

280   Si vous riez, c'est de moi-même.

Je l'ai bien mérité : dans ma grandeur suprême,

J'étais indigne, hélas ! Du pouvoir souverain,

Et du charmant objet que j'aime.

IRÈNE.

Non, le destin volage

285   Ne peut rien sur mon coeur.

Je vous aimai dans la grandeur ;

Je vous aime dans l'esclavage.

Rien ne peut nous humilier ;

Et quand mon tendre amant devient un muletier,

290   Je l'en aime encor davantage.

Elle répète.

Et quand mon tendre amant devient un muletier,

Je l'en aime encor davantage.

LE BARON.

Il faut donc mériter un si parfait amour :

Ainsi que mon destin je change en un seul jour ;

295   Irène et mes malheurs éveillent mon courage.

À ses vassaux, qui paraissent en armes.

Amis, le fer en main, frayons-nous un passage

Dans nos propres foyers ravis par ces brigands.

Enchaînons, à leur tour, ces vainqueurs insolents

Plongés dans leur ivresse, et se livrant en proie

300   À la sécurité de leur brutale joie.

Vous, gardez cette porte ; et vous, vous m'attendrez

Près de ma chambre même, au haut de ces degrés

Qui donnent au palais une secrète issue.

J'en ouvrirai la porte au public inconnue.

305   Je veux que de ma main le corsaire soit pris.

Dans le même moment appelez à grands cris

Tous les bons citoyens au secours de leur maître :

Frappez, percez, tuez, jetez par la fenêtre,

Quiconque à ma valeur osera résister.

À Irène.

310   Déesse de mon coeur, c'est trop vous arrêter :

Allez à ce festin que le vainqueur prépare.

Je lui destine un plat qu'il pourra trouver rare ;

Et j'espère ce soir, plus heureux qu'au matin,

De manger le rôti qu'on cuit pour le vilain.

IRÈNE.

315   J'y cours ; vous m'y verrez : mais que votre tendresse

Ne s'effarouche pas si de quelque caresse

Je daigne encourager ses désirs effrontés :

Ce ne sont point, seigneur, des infidélités.

Je ne pense qu'à vous, quand je lui dis que j'aime ;

320   En buvant avec lui, je bois avec vous-même ;

En acceptant son coeur je vous donne le mien :

Il faut un petit mal souvent pour un grand bien.

Elle sort.

SCÈNE II.

LE BARON, à ses vassaux.

Allons donc, mes amis, hâtons-nous de nous rendre

Au souper où l'Amour avec Mars doit m'attendre.

325   Le temps est précieux : je cours quelque hasard

D'être un peu passé maître, et d'arriver trop tard.

Faites de point en point ce que j'ai su prescrire ;

Gardez de vous méprendre, et laissez-vous conduire.

Avancez à tâtons sous ces longs souterrains :

330   De la gloire bientôt ils seront les chemins.

SCÈNE III.
Abdalla, Irène, seuls à table, sans domestiques.

Le théâtre représente une jolie salle à manger.

IRÈNE, un verre en main, chante.

Ah quel plaisir

De boire avec son corsaire !

Chaque coup que je bois augmente mon désir

De boire encore, et de lui plaire.

335   Verse, verse, mon bel amant :

Ah ! Que tu verses tendrement

Tous les feux d'amour dans mon verre !

ABDALLA.

Si, si, brindisi a te,

Amate, bevete, ridete.

340   Si, si, brindisi a te,

Questo vino di Champagna

A te somiglia,

Incanta tutta la terra,

Li cristiani,

345   Li musulmani.

Begli occhi scintillate

Al par del vino spumante.

Si, si, brindisi a te,

Tous deux ensemble.

Si, si, brindisi a te,

350   Amate, bevete, ridete.

Si, si, brindisi a te, etc.

Ils dansent ensemble, le verre à la main, en chantant.

Si, si, brindisi a te, etc.

SCÈNE I.
.
Les Précédents ; Le Baron, armé, et ses Suivants, entrent de tous côtés dans la chambre.

LE BARON.

Corsaire, il faut ici danser une autre danse.

ABDALLA, cherchant son sabre.

Che veggo ! Che veggo !

LE BARON.

Ton maître, et la vengeance.

355   Il est juste, soldats, qu'on l'enchaîne à son tour :

Ainsi tout à son terme, et tout passe en un jour.

ABDALLA.

Levanti, venite !

LE BARON.

Tes Levantis, corsaire,

Sont tous mis à la chaîne, et s'en vont en galère.

Ami, l'oisiveté t'a perdu comme moi :

360   Je te rends la leçon que je reçus de toi.

Je t'en donne encore une avec reconnaissance :

Je te rends ton vaisseau ; va, pars en diligence :

Laisse-moi la beauté qui nous a tous sauvés,

Et rembarque avec toi mes conseillers privés.

Il chante.

365   Je jure... Je jure d'obéir

Pour jamais à ma belle Irène.

Peuples heureux, dont elle est souveraine,

Répétez avec moi, contents de la servir :

LE CHOEUR.

Je jure. je jure d'obéir

370   Pour jamais à la belle Irène.

 


Notes

[1] Le début de cette pièce commnce de la même manière que "La Nuit des Rois" de Shakespeare.

[2] Hellespont : Détroit [de 2 Km de large] qui unit le mer Egée à la Propontide et sépare l'Europe de l'Asie, doit son nom à la mort tragique d'Hellé. [B]

[3] Otrante : Ville de l'Italie méridionale sur l'Adriatique, à 38 Km du S.E. de Lecce. Prise en 1480 par Mahomet II, qui massacra 12 000 de ses habitants.

[4] le Vers 146 est une parodie des vers de Virgile (Enéide, I, 15) Tant mne animis coelestibus irae ? (B.)

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies