LA MORT DE SÉNÈQUE

TRAGÉDIE

M. DC. XXXXV. AVEC PRIVILÈGE DU ROI.

[Tristan l'Hermite]


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 03/01/2017 à 21:45:51.


À MONSIEUR LE COMTE DE SAINT-AIGNAN.

MONSIEUR,

Il paraît que les traits de bonté dont vous m'honorez m'apportent presque autant de trouble qu'ils vous acquièrent de gloire, et que dans la hâte que j'ai de vous en exprimer le ressentiment, je mets toutes choses en oeuvre. En effet il semble que je ne donne cette pièce de Théâtre au jour, que pour mettre ma reconnaissance en vue : et que je ne fais publier cette Mort que pour apprendre à tout le monde que je vous ai voué ma vie. Quoi qu'on en die, MONSIEUR, je serai assez consolé de cette sorte de confusion si vous en estimez le zèle, et si selon cette noble Indulgence que voue avez pour mes défauts, vous daignez agréer d'être le Parrain de cet Ouvrage. J'espère que votre illustre nom servira d'Asile à des productions d'esprits plus heureuses et que je ferai voir quelque jour par de plus illustres Vers, que vous êtes Maître de leur source : j'avoue, MONSIEUR, qu'une si haute générosité que celle que vous m'avez témoignée, me pique de ressentiment, et que pour répondre à des faveurs si grandes je me propose de grands desseins. Je ferai sans doute un rare effort en cette occasion, pour me parer du soupçon de l'ingratitude. Possible ferai-je une peinture de vous, qui se pourra défendre du temps : Possible m'immortaliserai-je comme Phidias, dans une excellente image de la Vertu. Les Muses n'ont point de pinceaux que je ne puisse manier avec quelque adresse ; et je saurai bien mêler en ce Crayon, leurs plus éclatantes couleurs. En cet endroit si délicieux que je n'ose le nommer travail, j'aperçois des matières de longues veilles et des Esprits plus laborieux que le mien, pourraient bien perdre haleine en cette Carrière. Mais ce qu'il y a de pénible en cet ouvrage m'étonne moins, que ce qu'il y a d' éclatant en ce sujet ne m'éblouit. J'y vois partout de si grandes beautés qu'elles tiennent mon choix en balance : et je consumerais bien à les admirer, tout le temps qui me serait donné pour les décrire. Si je regarde la grandeur de votre Race, j'aperçois dans votre Maison la plus grande partie des plus nobles Maisons de France. C'est un champ semé de Lauriers ; c'est un Arbre de plusieurs siècles, dont toutes les branches sont couronnées. C'est un long ordre de Héros où l'on peut compter autant de Demi dieux que de têtes. Si je tourne les yeux sur votre valeur, je n'y vois que des prodiges héroïques dès votre plus tendre jeunesse. J'y remarque beaucoup de Combats plus dignes d'être célébrés par les plus belles plumes, que celui d'Hector et d'Ajax, et dont vous avez remporté tout l'avantage. J'y trouve encore quantités de grandes choses, faites pour l'honneur de l'État, et par qui votre réputation s'est fort élevée. J'y vois d'admirables exploits où vous ne vous êtes signalé qu'en remportant beaucoup d'honorables blessures qu'en vous couvrant des marques de ce noble empressement vers le péril, qu'on peut appeler une ardeur affamée de gloire. D'autre part, MONSIEUR, si je considère votre esprit et votre mémoire, ce sont deux choses qui passent l'imagination ; ce sont deux autres sortes de Miracles dont nous n'avons presque point d'exemples, l'un est si vif et si brillant, l'autre est si riche et si fidèle, et tant de jugement les conduit, que je ne connais rien de plus merveilleux : et c'est avec vérité que j'ai pu vous dire là-dessus :

Quelle qualité me surprit,

Qui pour son rare éclat doit être la première ?

Fut-ce ton coeur, ou ton esprit,

Si l'un est tout de feu, l'autre est tout de lumière.

L'un est gros de cette valeur,

Qui relève la Gloire et soutient l'Innocence,

L'autre est tout plein de la chaleur

Dont la Raison s'exprime avec magnificence.

Mais tous ces avantages, MONSIEUR, ne sont rien que de superbes libéralités de la Nature, et vous pourriez encore faire vanité d'autres Biens, qui sont aussi considérables, et qui demandent que notre âme travaille pour les acquérir ! Je parle de ces divines habitudes que la Raison établit en nous en dépit des sens ; et qu'on ne gagne que par violence. Cette sagesse vigilante, qui règle avec tant d'autorité les passions qui se débordent, et qui se conserve le pouvoir de les calmer lors qu'elles sont les plus émues : qui donne des preuves par mille soins, d'une ardente amour pour la Gloire ; faisant bien à tout le monde, avec tant de facilité, de discernement, d'ordre et de grâce. En cet endroit, MONSIEUR, je ne sais si je n'aurais point à me plaindre de votre Modestie, en me louant de votre Libéralité ! Cette Vertu toute pudique, semble un peu trop jalouse des intérêts d'une si magnifique Soeur ; elle veut toujours fermer la bouche à ceux qui lui donnent des louanges, et lui faire passer toutes nos expressions de reconnaissance, pour d'inutiles cajoleries. Je vous supplie très humblement, MONSIEUR, de souffrir qu'elle me donne un peu plus de liberté ; afin que je puisse au moins répondre à vos bienfaits, avec des actions de grâces : et que je ne demeure pas muet, lors que j'ai tant de sujets de dire hautement que je suis, MONSIEUR, Votre très humble et très obéissant serviteur,

TRISTAN L'HERMITE.


LES PERSONNAGES

NÉRON.

SABINE, Poppée.

SÉNÈQUE.

RUFUS, capitaine des Gardes.

PISON, chef des Conjurés.

SÉVINUS, Sénateur.

ÉPICARIS, affranchie.

LUCAIN, neveu de Sénèque.

PROCULE, capitaine de marine.

SILVANUS, Centenier.

PAULINE, Femme de Sénèque.

La Scène est à Rome.


ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
Néron, Sabine.

NÉRON

Enfin selon mes voeux, Sabine est sans rivale ;

L'infidèle Octavie au sépulcre dévale.

Cet esprit si contraire à mes intentions

Qui blâmait en secret toutes mes actions,

5   Ne fera plus mouvoir la langue envenimée

Qu'il fit toujours agir contre ma renommée.

Dans ses prétentions son espoir l'a trompé

Je suis bien affermi dans le trône usurpé,

Et ce Monstre infernal qu'on va réduire en cendre,

10   Ne peut plus avoir lieu de m'en faire descendre.

Pensant me dépouiller d'un ornement si beau

Ce serpent a laissé sa dépouille au tombeau ;

Rien ne peut désormais nous mettre en jalousie,

Faisons festins, Sabine, et chantons Talasie.

SABINE

15   Il ne faut pas encor se réjouir si fort ;

De ce serpent éteint le venin n'est pas mort ;

Ce dangereux poison s'entretient et sommeille

En cent coeurs factieux qui l'ont pris par l'oreille,

Et qui de ta clémence irritant leurs rigueurs

20   Tâchent de le répandre en tous les autres coeurs.

NÉRON

Ils n'ont qu'à se nommer, nous leur ferons apprendre

Dès que nous l'aurons su ce qu'ils ont à répondre.

SABINE

Ils se pourront nommer avecque sûreté

Si tu n'as point pour eux plus de sévérité,

25   Je voudrais bien savoir de quel mal est suivie

La moiteur de tant d'yeux qui pleurent Octavie,

Et les traits qu'ont produit cent esprits délicats,

Qui de son frère mort font encor tant de cas.

Tels vivent en repos, qui pour notre ruine

30   Élèvent tous les jours la vertu d'Agrippine,

Et qui des citoyens attisant la fureur,

Te font toujours passer pour un objet d'horreur,

César, pour affermir une grandeur naissante

On ne doit point avoir de souffrance innocente,

35   Il faut à tout le monde imposer le respect,

Et perdre promptement ce qui paraît suspect.

Pour s'assurer d'un trône, il faut être capable

De confondre parfois innocent et coupable ;

Et de ne discerner point ce qu'on doit immoler

40   Quand notre impunité nous peut faire ébranler.

Mais tu pratiques mal cette bonne maxime :

Ceux qui sont accusés et convaincus du crime

D'ennemis capitaux, du Prince et de l'État,

Pourront encore faire un second attentat.

NÉRON

45   Qui sont ces gens de bien, dignes qu'on les honore ?

SABINE

Je les pourrais nommer ; Pison, Sénèque encore.

NÉRON

N'ont-ils pas confondu cette accusation ?

SABINE

Ils ne s'en sont lavés que par corruption ;

L'or et les diamants épars en abondance

50   Entre tes favoris, ont fait leur innocence.

César, selon le droit qui leur fut lors rendu

Un pauvre criminel se fut trouvé perdu :

Le bien leur fit ôter les charges les plus fortes,

Ils sauvèrent leur vie avec des choses mortes.

NÉRON

55   Sénèque n'en fut pas au moins, nul ne le croit.

SABINE

Voilà l'autorité de ce flatteur adroit,

Il ne lui faut qu'un trait de sa vaine éloquence

Pour se faire excuser des maux de conséquence.

Sa parole attrayante a des inventions

60   Pour te faire approuver ses noires actions.

Silius qu'il fit bannir, et qu'il avait à craindre,

De toutes ses couleurs le sut fort bien dépeindre

Quand passant du mépris de son style énervé

Au reproche des maux dont il s'est mal lavé ;

65   Il fit un grand portrait de cette âme perverse

Qui blâme en ses écrits les abus qu'elle exerce,

Tient à félicité de ne posséder rien,

Et travaille toujours pour assembler du bien.

Qui l'art des courtisans si hautement décrie,

70   Et pour tes affranchis a tant de flatterie :

Enfin l'ami du luxe et de tous ses appas

Qui fait impunément ce qu'il n'approuve pas,

Je ne puis plus souffrir qu'un pédant hypocrite

Joigne de si grands biens à si peu de mérite,

75   Et surpasse en jardins et meubles précieux

Les Princes après toi les plus délicieux.

NÉRON

Son bien n'est pas son crime, il est plutôt mon vice,

J'ai prodigalement reconnu son service,

Mais étant comme moi redevable à ses soins,

80   Un Empereur Romain ne pouvait faire moins.

S'il faut que la Fortune à mes souhaits répondent,

Je veux donner ensemble et perdre tout le monde.

SABINE

Nul ne te blâmerait de donner par excès,

Si tes profusions avaient un bon succès ;

85   Mais comme l'Italie aujourd'hui te reproche,

Ta libérale main sème sur une roche,

Et faisant à cet homme aveuglément du bien,

Engraisse un champ ingrat qui ne rapporte rien.

C'est un indigne objet de tes magnificences

90   Qui s'est rendu fameux par ses méconnaissances.

Lorsque sur les bienfaits il écrit doctement

Son coeur pour les bienfaits est sans ressentiment,

As-tu jamais fait voir un fruit de ton étude

Qu'il n'est empoisonné d'un trait d'ingratitude ?

95   Et n'a-t-il pas donné mille indices divers

Qu'il compose lui-même, ou corrige tes vers ?

Le voit-on applaudir lorsque sur le Théâtre

Tu rends de ton récit tout le peuple idolâtre ?

Et lorsque tes discours avecque tant d'éclat

100   Par mille attraits charmants ravissent le Sénat ;

Sa mine et ses façons font-elles pas paraître

Que le simple Écolier parle devant son Maître ?

Il peut bien prendre haleine et cesser désormais

De vendre à prix d'argent les faveurs du Palais ;

105   Un plus homme de bien devrait tenir sa place,

A-t-il encor le front d'attendre qu'on le chasse ?

Tu sais bien que Sénèque et Burrus n'étaient qu'un

Qu'ils avaient les honneurs et les biens en commun ;

Qu'ils ont également partagé ta puissance,

110   Gagné même crédit, et pris même licence ;

Et qu'étant d'Agrippine appuyés hautement,

Ils l'ont comme à l'envi, traitée ingratement :

L'un s'en doit-il aller sans que l'autre le suive ?

Faut-il que Burrus meure, et que Sénèque vive ?

115   C'est à toi seulement qu'il peut être permis

De respecter si fort tes plus grands ennemis,

Pour moi je n'aime point cette avide sangsue

Qui ne peut contenir l'humeur qu'elle a reçue,

Et qui par le moyen de ses secrets ressorts

120   Te veut avec le sang, ôter l'âme du corps.

Ne trouve point mauvais si mon zèle s'exprime

À chercher ton salut en découvrant son crime.

C'est un Dieu qui me porte à rompre son dessein,

C'est un petit César qui parle dans mon sein,

125   Et qui te donne avis que cet homme perfide,

Si tu ne le préviens, sera ton parricide.

NÉRON

Sabine c'est sans doute une éponge à presser ;

Mais pour le perdre mieux il faut le caresser,

Il faut lui tendre un piège avec tant d'artifice

130   Qu'on lui puisse imputer notre propre malice ;

D'un filet si subtil il faut l'envelopper

Qu'il s'y perde lui-même en pensant échapper,

Et que les gens de bien déçus par l'apparence,

En le voyant périr blâment son imprudence ;

135   Rencontrant un écueil en un port apparent,

Ce grand Maître apprendra qu'il est fort ignorant.

SABINE

Pourquoi dans ce dessein prendre une voie oblique ?

NÉRON

De peur de nous charger de la haine publique,

L'envie avec cent yeux nous regarde de près,

140   Il ne faut pas agir pour repa[r]tir après.

Ma haine en cet endroit doit être circonspecte,

Tu sais l'humeur du peuple, il faut qu'on la respecte.

Ce farouche animal sujet au changement,

Commence à s'ennuyer de mon gouvernement,

145   Et pourrait essayer de se mettre en franchise

Si mes déportements lui donnaient quelque prise.

Le Sénat qui me hait et feint de m'adorer

Ne voudrait qu'un sujet pour me déshonorer

Pour me lancer un trait de sa rage couverte,

150   Et pousser les Romains à conspirer ma perte.

Puis, me dois-je assurer d'avoir un serviteur

Faisant ouvertement périr mon Précepteur.

Si désirant ma mort il garde le silence,

Je ne saurais le perdre avecque violence.

SABINE

155   Il vient pour ses pareils des poisons d'Orient

Dont la douce rigueur fait mourir en riant.

NÉRON

Sabine à l'entreprendre on a perdu ses peines,

Il n'étanche sa soif qu'au courant des fontaines,

Et depuis quelque temps, pour apaiser sa faim

160   Ne mange que des fruits qu'il cueille de sa main.

SABINE

Son crime se fait voir par cette défiance,

Qui donne ainsi matière à ton impatience :

Faut-il que cet ingrat soit assez effronté

Pour vouloir vivre encor contre ta volonté ?

165   Il faut ; mais le voici ce savant personnage,

À son funeste abord je change de visage :

Prends bien garde à sa mine, il est assez aisé

D'y voir un sentiment subtil et déguisé,

Il vient pour te surprendre enflé d'une harangue,

170   Quelque nouveau poison va couler de sa langue.

NÉRON

Vois si facilement on me peut abuser,

Et lequel de nous deux sait le mieux déguiser,

Écoute nos discours.

SABINE

Ah ! Je quitte la place,

Cet objet me déplaît, me choque et m'embarrasse.

SCÈNE II.
Néron, Sénèque, Rufus.

NÉRON

175   Rufus fais-le avancer ; mon père que veux-tu ?

Puis-je de quelque grâce honorer ta vertu ?

SÉNÈQUE

César depuis le temps que ma soigneuse adresse

S'applique à cultiver l'espoir de ta jeunesse,

Et t'enseigne des Rois le glorieux métier,

180   Le Soleil n'a point fait trois fois un lustre entier.

Mais qui pourrait compter les biens dont par ta grâce

Je fus fait possesseur durant ce peu d'espace ?

Quels avares désirs, quels avides souhaits

Ne seraient point comblés par de si grands bienfaits

185   Et parmi les Romains quelle richesse égale

Les trésors que je tiens de ta main libérale ?

Sans doute ces efforts nobles et généreux

Mettraient ton Précepteur en un état heureux,

N'était que le bonheur abhorre l'opulence,

190   Et consiste au repos plutôt qu'en l'abondance.

Achève ton ouvrage et ma félicité,

Laisse à ton serviteur plus de tranquillité,

Reprends tous ces bienfaits, et permets que je quitte

Ces marques de ta gloire, et non de mon mérite ;

195   Qui pour en bien parler sont des fardeaux pesants

À m'attirer l'envie et charger mes vieux ans.

Permets qu'ayant servi sous un si digne Maître

J'aille me délasser en un séjour champêtre,

Où bien loin du murmure et de l'empressement,

200   Je puisse entretenir mes livres doucement.

Auguste ton aïeul plein de reconnaissance

À deux de ses amis donna même licence ;

Eux, dis-je, qui n'avaient que les prospérités,

Les biens et les honneurs qu'ils avaient mérités,

205   L'ayant toujours servi dans la guerre civile,

Ou fourni de conseils pour gouverner la ville.

De moi, je suis encore à deviner pourquoi

J'ai reçu tant d'honneurs et de bienfaits de toi ;

Si ce n'est pour t'avoir donné par aventure

210   Des lettres et des arts la première teinture.

Mais si dans ce sentier mes soins t'ont avancé,

L'honneur de te servir m'a trop récompensé ;

Les traits de ton esprit et ceux de ta mémoire

En cent occasions ont trop fait pour ma gloire.

215   Fallait-il pour cela que tes rares bienfaits

M'élevassent ainsi plus haut que mes souhaits,

Et que ton amitié donnât à ma fortune

Tant de lustre et d'éclat qu'elle m'en importune ?

Par des dons excessifs fallait-il me lier,

220   Et mettre en si haut rang un simple Chevalier ?

En rendant à tel point ma fortune établie,

Tu m'apprends ta grandeur, et fais que je m'oublie ;

Mon jugement s'égare en ces biens superflus,

Je m'y cherche moi-même et ne m'y trouve plus.

225   Quoi ? Celui qui du luxe est des grand adversaires,

Ne serait pas content des choses nécessaires ?

Aurait tant de jardins, aurait tant de maisons

À s'aller divertir en toutes les saisons ?

Il n'est pas raisonnable, il ne m'est pas loisible

230   De faire à mes Écrits un affront si visible.

Reprends donc tant de biens reçus mal à propos ;

Et souffre à l'avenir que je vive en repos ;

N'en embarrasse plus un vieillard inutile

Qui pour les gouverner se trouve trop débile.

235   Tu n'as plus de besoin de mes enseignements,

Ton trône est affermi de clous de diamants,

Nul autre plus que toi n'a d'esprit ni d'adresse ;

Il faut que ta bonté laisse en paix ma vieillesse.

Par là, tu fermeras la bouche aux envieux,

240   Et feras estimer ton choix judicieux

Qui ne sait élever à des grandeurs extrêmes

Que ceux qui de bon coeur en descendent d'eux-mêmes ;

Et n'enrichit si fort, que ceux-là seulement

Qui savent des grands biens user modérément.

NÉRON

245   Ici l'effet d'un soin qui me fut nécessaire,

Me sera favorable, et te sera contraire :

Je vais par tes leçons t'imposer une loi,

Et de ton propre bien me servir contre toi,

Puisque tu m'as instruit en l'art de me défendre

250   De tous les arguments qui me pourraient surprendre,

Et que tu m'as appris à me bien démêler

Sur tous les incidents dont on peut me parler.

Pourquoi fais-tu si fort éclater mes largesses,

Toi qu'on voit reconnu de si peu de richesses,

255   Et qui selon les soins dont tu m'as obligé

Mériterais qu'en or ton marbre fût changé ?

Toi qui mériterais que ta maison fût pleine

Plutôt de diamants que d'ivoire et d'ébène.

Tu dis que par Auguste, à deux de ses amis,

260   Ce que tu veux de moi fut autrefois permis ;

Tu sais bien toutefois qu'Agrippe et que Mécène,

Obtenant de César du relâche à leur peine

En un âge caduc beaucoup plus que le tien,

Ne furent pas pourtant dépouillés de leur bien :

265   Et si tout l'univers en veut être l'arbitre,

Tu possèdes le tien à beaucoup meilleur titre.

Mon aïeul fut à Rome, et parmi les combats,

Aidé de leur conseil, assisté de leur bras,

Je l'avoue, il est vrai, mais en même occurrence

270   Tu m'aurais obligé de pareille assistance ;

Et j'ai reçu de toi des veilles et du soin

Dont l'état de mon règne avait plus de besoin.

Te puis-je prêter l'auteur de ma naissance ?

Il m'a donné la vie, et toi la connaissance

275   Et je n'ai pas appris à mettre en même rang

Les âmes et les corps, les esprits et le sang.

Vois lequel de nous deux à l'autre est redevable ;

Tu m'as montré les arts ; et l'art incomparable

D'attirer les souhaits, de fléchir les rigueurs,

280   D'arrêter les esprits, et de gagner les coeurs :

Tes leçons m'ont pourvu de grâce et d'éloquence,

Et ce sont des bienfaits qui sont de conséquence.

De moi, tu n'as reçu que des biens fort légers ;

Qui se trouvent sujets à beaucoup de dangers ;

285   Que l'eau peut emporter, que le feu peut détruire,

À qui cent accidents sont capables de nuire :

Et ce qui m'est honteux, c'est que des affranchis

Se sont auprès de moi beaucoup plus enrichis.

Mais avant qu'il soit peu comme je fais mon compte,

290   J'augmenterai ton bien pour amoindrir ma honte.

Tandis, oblige-moi de ne me quitter pas ;

D'observer ma conduite, et de guider mes pas ;

Tu sais qu'aux voluptés la pente est fort glissante

À ceux dont la jeunesse est forte et florissante.

295   Occupe ta sagesse à régler mes désirs,

À compasser toujours mes jeux et mes plaisirs,

Afin que ta prudence à bon droit estimée

Fasse accroître ma gloire avec ta renommée.

Quoi, me vouloir quitter ? Ce serait me trahir,

300   M'abandonner au vice, et me faire haïr :

On ne parlerait plus que de mon injustice,

Que de ma violence et de mon avarice ;

Ce désir de repos et de tranquillité,

À crime capital te serait imputé ;

305   Et tu ne voudrais pas acquérir de la gloire

Causant à tes amis une tâche si noire.

Ne me parle donc plus de cet éloignement,

Et demeure toujours en ton appartement :

Va mon père.

SÉNÈQUE

Ô César !

NÉRON

Fais ce que je désire,

310   C'est le bien de César, et celui de l'Empire.

RUFUS

Quels tendres sentiments, qu'en dites-vous Seigneur ?

SÉNÈQUE

Il a trop de bontés, il me fait trop d'honneur.

RUFUS

À parler librement, c'est un étrange Maître,

Vous le connaissez bien.

SÉNÈQUE

Qui le peut bien connaître.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Pison, Rufus, Sévinus.

PISON

315   Nous ne pouvions choisir un endroit moins suspect

Pour parler de Néron que ce lieu de respect,

Qui pourrait soupçonner qu'au jardin de Mécène

On vint délibérer de sa perte prochaine ?

Nous voyant éclairés des yeux d'un colonel

320   Qui ne peut consentir à rien de criminel.

RUFUS

Pour tous ses ennemis j'ai beaucoup d'indulgence,

Et je n'éclaire ici que d'un feu de vengeance :

L'infâme ! Il apprendra le poignard dans le coeur

Qu'il devait n'estimer que les gens d'honneur.

SÉVINUS

325   C'est pour cette leçon que Milicus dérouille

Un fer que dans son sang il faudra que je souille :

De tant de lâchetés il nous fera raison.

PISON

Mais où le prendrons-nous ?

RUFUS

En ta propre maison ;

Il aime à festiner dessus les bords de l'onde,  [ 1 Festiner : faire festin. Festin : grand repas qu'on donne avec cérémonie. [F]]

330   C'est la commodité la meilleure du monde.

PISON

Comment dans ma maison ?

SÉVINUS

Parlons bas, j'ois du bruit ;

Ha ! C'est Épicaris et Lucain qui la suit.

SCÈNE II.
Épicaris, Pison, Rufus, Lucain, Sévinus.

ÉPICARIS

Hé bien ? Qu'attendons-nous ? Quel sentiment timide

Fait ainsi retarder la mort d'un parricide

335   Qui de tous les méchants est le ferme soutien,

Et l'ennemi mortel de tous les gens de bien ?

Faut-il qu'impunément tout ordre se confonde,

Et qu'il désole Rome aux yeux de tout le monde

Sans qu'une juste horreur de ses faits odieux

340   Apaise de son sang la colère des Dieux ?

Avons-nous oublié cet horrible spectacle

Où tout désir brutal s'accomplit sans obstacle,

Où toute violence et tout débordement

En plein jour s'exerça par son commandement ?

345   Où tant de Chevaliers des plus nobles Familles

Virent déshonorer leurs femmes et leurs filles,

Par des gladiateurs et par d'infâmes serfs

Tous dégoûtants de sang et tous chargés de fers ?

Ne nous souvient-il plus de ce feu sacrilège

350   Pour qui les lieux sacrés furent sans privilège ?

Ce feu qui consuma jusques aux fondements

Tant de temples fameux et de grands bâtiments :

Ce feu qui s'allumant dans une nuit obscure,

De l'état des Enfers fut l'ardente peinture ;

355   Ce feu qui n'éclaira que pour nous faire voir

Cent mille citoyens réduits au désespoir ?

Ô Cieux ! Vit-on jamais d'objets plus pitoyables ?

On n'entendait partout que rumeurs effroyables,

La flamme avide et prompte en s'épandant partout,

360   Pénétra la Cité de l'un à l'autre bout ;

Elle n'épargna point la plus dure matière,

Et ne fit qu'un brasier de Rome toute entière.

Que le Ciel fut percé de lamentables cris

Dans ce pressant malheur dont nous fûmes surpris !

365   Que dans tous les quartiers le Peuple prit d'alarmes,

Et que l'on vit couler du sang mêlé de larmes !

L'horreur et le désordre y régnaient à tel point

Que parmi le tumulte on ne s'entendait point.

L'un comme fit Énée, à travers de la presse,

370   Emportant un parent tout chargé de vieillesse ;

L'autre, hors d'un brasier entraînait un ami

Qui n'était réveillé ni brûlé qu'à demi :

Là quelqu'un qui fuyait la flamme violente,

Tombait sous le débris d'une maison brûlante :

375   Et là s'étant lancé hors d'un toit tout flambant,

Quelque autre malheureux s'écrasait en tombant.

Celui-ci se sauvant à travers la fumée,

Trouvait sur son passage une porte fermée ;

Et le coeur d'épouvante et d'ennui tout serré

380   En mordant les verrous mourait désespéré.

Celui-là pénétrant dans la foule du monde

Pour se sauver du feu s'allait perdre dans l'onde.

Un autre tout troublé serrait entre ses bras

Son bien qu'il emportait, mais qu'il ne sauvait pas ;

385   Puisque parmi la presse il était fait la proie

Des soldats étrangers que le Tyran soudoie,

Et que dans chaque place on avait fait poser

Pour accroître le trouble et non pour l'apaiser.

Les femmes, les enfants, à demi-morts de crainte,

390   Y faisaient retentir de longs accents de plainte,

Et réclamant en vain l'assistance des Cieux,

Devenaient le butin du soldat vicieux.

Ainsi, parmi l'horreur des flammes dévorantes,

Les Romains périssaient de cent morts différentes ;

395   Ou s'ils ne périssaient par un fatal bonheur,

Ils perdaient pour le moins, ou les biens, ou l'honneur,

Tandis que le Tyran tout enivré de joie

À ce funeste objet chantait des vers de Troie.

Ainsi pour le plaisir de ce Monstre pervers,

400   Rome qu'on peut nommer le Chef de l'univers,

Pour une urne fumante aujourd'hui se peut prendre

Ou pour un grand marais de sang mêlé de cendre.

Attendrons-nous encor que par d'autres moyens

Sa rage vienne à bout des derniers citoyens ?

405   Jamais l'ire du Ciel eût-elle des victimes

Plus dignes de ses traits ou plus noires de crimes ?

Mais il est temps d'agir plutôt que de parler,

Nous avons des couteaux tous prêts pour l'immoler.

Brave et noble Pison, c'est sous ton seul auspice  [ 2 Auspice : Signifie un présage, ou des circonstances qui font espérer un heureux succès, ou en appréhender un mauvais. [F]]

410   Que l'on doit entreprendre un si grand sacrifice ;

Et c'est par ton signal qu'atteint du coup mortel,

Le Monstre doit bientôt tomber devant l'autel.

J'ai cent hommes de coeur gagnés par ma conduite,

Qui sont tous résolus de mourir à ta suite ;

415   Tu n'as rien qu'à marcher, ils te suivront de près,

Soit parmi les lauriers, soit parmi les cyprès.

PISON

Généreuse Amazone, esprit tout héroïque,

Ce discours véhément nous émeut et nous pique ;

Et dans ce beau transport votre noble courroux

420   Ne nous propose rien que nous n'approuvions tous.

Ce n'est que retoucher d'un pinceau tout de flamme

Des images d'horreur que nous avons dans l'âme :

Si ce n'est aujourd'hui, ce sera dès demain

Que le cruel tyran mourra de notre main ;

425   Et qu'en le poignardant notre louable envie

Vengera mille morts sur une seule vie.

Nous avons résolu sa perte absolument ;

Nous n'en cherchons que l'heure et le lieu seulement.

Rufus veut qu'à ce soir avec mille artifices

430   Je l'attire chez moi sous couleurs de délices ;

Où tenant ma partie en un lâche concert,

Je lui donne au souper d'un poignard pour dessert.

Ce trait me fait horreur, je ne suis point capable

De voir du sang d'un hôte ainsi tacher ma table.

435   Comment je tremperais dans une trahison

Et l'exécuterais en ma propre maison ?

Pison pourrait ainsi par de noires pratiques

Souiller sa renommée et ses Dieux domestiques ?

Non non qui que ce soit qui s'assure en ma foi

440   N'aura jamais ni mal, ni des plaisirs chez moi :

Quand au plus grand des Dieux il prendrait cette envie

Je ferais de mon corps un rempart à sa vie ;

Et je ne feindrais pas de me précipiter

Pour arracher alors la foudre à Jupiter.

ÉPICARIS

445   Ton sentiment est juste, il faut bien qu'on attende

Ce généreux refus d'une âme noble et grande.

Mais cherchons entre nous quelque autre expédient

Pour contenter bientôt un zèle impatient.

PISON

Nous aurions plus d'honneur en cette ardeur extrême

450   De l'aller attaquer dans cette maison même ;

Qu'il n'a fait élever que par cent trahisons,

Du malheureux débris de cent autres maisons ;

Et qui pour être un jour par ce Monstre habitée

Fut de sang et de pleurs tant de fois cimentée.

455   La gloire y serait grande !

RUFUS

  Et le péril aussi.

SÉVINUS

Il vaudrait mieux le prendre à trente pas d'ici

Quand il pense sortir en pompe magnifique,

Et venger en public une injure publique.

LUCAIN

Est-il ni lieu ni temps plus propre à ce dessein

460   Que l'abord du théâtre et le jour de demain ?

On fait des jeux publics, on court dans la carrière,

En l'honneur de Cérès la bonne nourricière ;

Ce sont pour le Tyran de merveilleux appas ;

Il y viendra sans doute, il n'y manquera pas.

465   Il faudra que d'abord Lateranus l'arrête

Feignant le supplier de lire une requête,

Et donne le signal à tous les conjurés

Lui tenant de ses bras les deux genoux serrés

Et lors étant mêlés avec les gens de guerre,

470   De cent coups de poignard nous le mettrons par terre.

PISON

Pour voir donc en ce jour nos souhaits accomplis,

Il faut que Sévinus aille voir Natalis,

Rufus, Asper, et Flave, et Scaurus et Proxime ;

Lucain verra Plautius et Tulle son intime :

475   D'autre part, cette Belle, ira faire venir

Ceux qui pour ce grand coup nous doivent soutenir ;

Moi, j'irai voir Sénèque et par mon entremise

Il pourra bien possible être de l'entreprise,

Lui qui de sa ruine est toujours menacé.

SÉVINUS

480   Hâtons-nous donc, Seigneur, le temps est fort pressé.

SCÈNE III.
Lucain, Épicaris.

LUCAIN

Fille égale à Minerve en beauté de visage,

En force d'éloquence, en grandeur de courage,

Divine Épicaris, vous venez d'avancer

L'ouvrage le plus grand qu'on puisse commencer.

485   Mais il faut faire en sorte, ô beauté sans seconde,

Qu'à ce digne projet l'événement réponde,

Et qu'il ne soit pas dit aux siècles à venir

Qu'on entreprit fort bien ce qu'on ne peut finir.

La gloire est d'achever cette belle entreprise

490   Que la vertu suggère et qu'elle favorise ;

Dont les premiers pensers nous viennent de là-haut,

Et qui ne peut manquer que par notre défaut.

Il est ici besoin que chacun prenne garde

Quelle peine on encourt, et quel bien l'on hasarde,

495   Si par un naturel enclin à trop parler

Cet important dessein vient à se révéler.

Vous allez réveiller, vous allez faire éprendre

Un feu que le secret tient caché sous la cendre,

Et que ceux du Palais ne doivent découvrir

500   Qu'à l'instant seulement qu'on les fera périr :

C'est pourquoi pratiquant ces hommes de courage

Qui doivent s'employer en un si grand ouvrage ;

Soyez bien circonspects et d'un soin curieux

Ne leur en défigurez ni le temps ni les lieux ;

505   De crainte qu'un ressort manquant à la machine,

Fît démentir le reste et causât sa ruine.

ÉPICARIS

J'approuve cet avis, mais Lucain penses-tu

Que la bonté du sens défaille à ma vertu ?

Ma langue n'eut jamais ce flux involontaire

510   Qui fait souvent parler alors qu'il se faut taire.

LUCAIN

Il faut bien discerner en ces occasions

Les Romains généreux d'avec les espions :

Il s'en trouve beaucoup discourant des affaires

Avec les gens d'honneur qui sont des mercenaires ;

515   Des lâches qu'à prix fait Sabine fait agir,

Et qu'un art si honteux n'a jamais fait rougir.

ÉPICARIS

Je reconnais fort bien ces fourbes à leur mine ;

Et c'est pourquoi je suis un meurtrier d'Agrippine

Qui pourvu d'un navire après ce bel emploi,

520   Comme fort mal content s'est plaint souvent à moi.

LUCAIN

"De toutes lâchetés les âmes sont capables

Qui tiennent à vertu ce qui les rend coupables."

ÉPICARIS

Aussi quoi qu'il témoigne, et même avec fureur,

Que le nom du Tyran lui donne de l'horreur ;

525   Et qu'il jure en plaignant la publique misère,

Qu'il pourrait bien traiter le fils comme la mère ;

Bien qu'à faire le coup il témoigne s'offrir,

J'évite sa rencontre, et ne le puis souffrir :

Car je sais qu'à l'emploi d'une si belle tâche

530   Il faut une âme noble et non pas une lâche.

C'est un certain Procule.

LUCAIN

Ha ! Je sais quel il est ;

C'est une âme assez faible ardente à l'intérêt :

En tout votre sagesse évidemment se montre,

Mais elle paraît fort à fuir sa rencontre.

535   Si je ne suis trompé vous me dites un jour

Que vous ayant tenu quelques propos d'amour

Il tenta des desseins qui lui furent funestes.

ÉPICARIS

Il apprit sous mes lois des règles plus modestes ;

Il reçut quelque avis sur sa témérité.

LUCAIN

540   On trouve aux gens de mer peu de civilité.

ÉPICARIS

Si ceux de son métier ont beaucoup d'insolence,

Celles de mon humeur n'ont guère de souffrance.

LUCAIN

Hélas ! Je le sais bien, je l'ai bien reconnu

Moi dont le feu brûlant est si fort retenu ;

545   Moi qui profondément vous adore en mon âme,

S'il échappe à mon coeur quelque soupir de flamme

Vous dites toute à l'heure au lieu de m'excuser,

Que je perds le respect et que c'est trop oser.

ÉPICARIS

Aussi toute l'amour qu'il faut que l'on explique

550   Doit avoir pour objet la Liberté publique :

C'est ce qui des grands coeurs échauffe les désirs,

Et qui doit t'obliger à pousser des soupirs.

LUCAIN

J'aime la République et soupirant pour elle

Je veux à votre exemple épouser sa querelle ;

555   Mais parmi les transports de ce noble courroux,

Je ne puis m'empêcher de soupirer pour vous.

ÉPICARIS

Si Lucain voit en moi quelque vertu reluire

Il se doit bien garder de tendre à la détruire.

LUCAIN

Je ne conçus jamais un si lâche penser ;

560   J'aimerais mieux mourir que tendre à l'offenser.

ÉPICARIS

Aussi j'ai résolu de tenir loin du crime

Tout ce qui m'a rendu digne de ton estime :

Et si tu m'aimes bien, nous allons voir le jour

Où tu peux te montrer digne de mon amour.

LUCAIN

565   Croyez.

ÉPICARIS

  Voici venir un homme vénérable

Et de qui le conseil nous serait favorable.

Ah ! Plût-il aux immortels qu'il sût notre dessein

Avec ce zèle ardent qui bout en notre sein ;

Et que Rome eût sa voix pour maîtriser son Maître

570   Et pour n'en avoir plus s'il ne le voulait être.

Si Lucain prit jamais plaisir à m'obliger,

Que dans notre entreprise il tâche à l'engager ;

Nul ne pourrait jamais censurer un ouvrage

Qui serait avoué d'un si grand personnage

575   Il s'est fait approuver si généralement

Que l'univers entier suivrait son sentiment.

LUCAIN

En cette morne humeur il n'aperçoit personne ;

Tenez-vous seulement près de cette colonne :

Vous apprendrez de là si j'épargnerai rien

580   Pour le faire embarquer avec les gens de bien.

SCÈNE IV.
Lucain, Sénèque.

LUCAIN

Seigneur, vous avez vu les délices de Rome :

Vous avez vu Néron ?

SÉNÈQUE

Oui ; j'ai vu ce grand homme,

Qui joignant nos leçons à tant de dons divers,

Agissait autrefois au bien de l'univers :

585   Ce Prince du Sénat qui durant cinq années

A donné jalousie aux âmes les mieux nées :

Mais qui se détournant de ce noble sentier,

En de honteux plaisirs s'est plongé tout entier ;

Et de sa cruauté secondant sa mollesse,

590   À l'égal de sa force a montré sa faiblesse.

LUCAIN

Vous avez pu le voir avec facilité.

SÉNÈQUE

Oui, mais en le voyant j'ai fort peu profité.

LUCAIN

De quoi lui parliez-vous ?

SÉNÈQUE

Seulement de lui rendre

Les biens qu'il m'a donnés et qu'il feint de reprendre ;

595   Quoi que Sabine et lui nous fassent assez voir

Que leur avare esprit brûle de les ravoir.

LUCAIN

Que dit-il là-dessus ?

SÉNÈQUE

Il me dit qu'il m'honore ;

Qu'il veut à ces bienfaits en ajouter encore :

Bien que son coeur ingrat démente son discours

600   Et tende à retrancher le filet de mes jours.

LUCAIN

Il est de ces voleurs dont la brutale envie

Ne prend guère le bien sans arracher la vie.

SÉNÈQUE

Et moi de ces passants qui ne font nul effort

Lorsqu'en les dépouillant on leur donne la mort.

LUCAIN

605   À tous les animaux la mort est redoutable.

SÉNÈQUE

Par la philosophie on la rend plus traitable :

Lucain cette rigueur viendrait bien à propos ;

Je demande à César tant soit peu de repos,

Et s'il ordonne enfin que l'on m'ôte la tête,

610   C'est libéralement m'accorder ma requête.

LUCAIN

Certes, jamais Tyran ne fut plus odieux,

C'est un Monstre maudit !

SÉNÈQUE

C'est un fléau des Dieux ;

C'est la punition de nos fautes passées :

C'est un présent fatal de leurs mains courroucées,

615   Qu'il pourront retirer selon notre souhait

Quand leur juste courroux se sera satisfait.

LUCAIN

Pour punir les Tyrans dans le siècle où nous sommes

Les Dieux le plus souvent se sont servis des hommes

Au souverain des Cieux son aïeul fit horreur

620   Alors qu'il usurpa le titre d'Empereur ;

Jupiter toutefois pour le réduire en poudre

Se servit de nos bras et non pas de sa foudre.

Brute, et Cassie encor vivent en leurs neveux,

Un reste de leur sang peut accomplir nos voeux.

SÉNÈQUE

625   Qui voudra pour le perdre abandonner sa vie,

Pourra facilement contenter son envie.

Mais, qui pourrait tenter un si hardi dessein ?

LUCAIN

Cinquante hommes de coeur qui m'ont ouvert leur sein :

Dont je vais tout soudain vous donner connaissance

630   Si le sceau du serment m'en donne la licence.

SÉNÈQUE

Le cher sang de Lucain court risque avec le leur,

Et déjà ma vertu respecte leur valeur :

Mes tendres sentiments sur tout ce qui te touche

Imprimés dans mon coeur font un sceau sur ma bouche.

LUCAIN

635   C'est assez.

SÉNÈQUE

  Et de plus je te donne ma foi

Que jamais nul vivant ne le saura de moi.

LUCAIN

Pison en est le chef.

SÉNÈQUE

Pison est un jeune homme

D'aussi grande Maison qu'il s'en trouve dans Rome ;

Son coeur et noble et franc paraît bien assuré,

640   De plus ?

LUCAIN

Rufus en est.

SÉNÈQUE

  Rufus a conjuré ?

Quoi ? Rufus qui commande aux soldats de la garde

Pour le salut public avec vous se hasarde ?

LUCAIN

Oui, ce même Rufus s'en va nous seconder.

SÉNÈQUE

Sans doute sur ce point il m'a voulu sonder ;

645   Voyant dans le Palais la douceur contrefaite

Dont l'esprit du Tyran s'oppose à ma retraite.

Ce brave Capitaine est jaloux aujourd'hui

Qu'un lâche Tigillin soit mieux traité que lui ;

Il aura pu gagner les soldats qu'il commande,

650   S'étant acquis entre eux une estime assez grande.

LUCAIN

Silvanus, qu'on a fait Chef de mille soldats.

SÉNÈQUE

Silvanus est un homme à ne balancer pas.

LUCAIN

Asper, Lateranus, Flave le Capitaine.

SÉNÈQUE

Ils ont pour tout oser l'âme grande et hautaine.

LUCAIN

655   Les autres pour vaillants ne sont pas moins connus ;

Un Proxime, un Scaurus, Natalis, Sévinus.

SÉNÈQUE

Je craindrais Sévinus en une grande affaire :

Il s'empêche de tout, de tout il fait mystère,

Si ses propos mal joints ne donnent des soupçons

660   Il en pourra donner par toutes ses façons.

Mais l'exécution ne doit pas être lente

Faisant une entreprise et haute violente ;

Hâtez votre dessein, je trouve un grand hasard

À garder un secret où tant de gens ont part.

665   Il se faut dépêcher de peur de quelque traître.

LUCAIN

Mais pourrez-vous savoir ce parti sans en être ?

Soyez de ce grand coup l'oculaire témoin.

SÉNÈQUE

Ce spectacle, pour moi doit être vu de loin.

LUCAIN

Assistez à guérir la commune misère.

SÉNÈQUE

670   Pour ma main ce remède est un peu trop sévère :

Je pourrais essayer d'en arrêter le cours

S'il ne fallait user que de simples discours.

LUCAIN

Si le mal n'est vaincu par un banal remède

On faut venir la flamme et le fer à son aide.

SÉNÈQUE

675   Détruire avec le fer ce qu'on m'a vu nourrir

Ah ! J'en ai trop d'horreur j'aimerais mieux mourir.

LUCAIN

Hé ! Laissez-vous conduire où la vertu vous guide.

SÉNÈQUE

Elle ne conduit point à faire un parricide.

LUCAIN

Mais de tous nos malheurs c'est le fatal auteur.

SÉNÈQUE

680   Mais c'est mon nourrisson, et c'est mon bienfaiteur.

LUCAIN

Il vous souvient assez de ses trames secrètes.

SÉNÈQUE

Il me souvient aussi des grâces qu'il m'a faites.

LUCAIN

Voulez-vous respecter le bourreau du Sénat ?

SÉNÈQUE

Veux-tu porter Sénèque à passer pour ingrat ?

685   Si de cette noirceur mon âme était capable

Le Tyran que tu hais serait-il plus coupable ?

Je sais que la patrie est réduite aux abois

Par l'injuste rigueur de ses sévères lois :

Qu'avec la liberté, la gloire de l'Empire

690   Sous son infâme joug honteusement expire.

Mais voyant de l'État la ruine éclater,

Sénèque doit le plaindre et non pas l'assister ;

Il croirait irriter le Ciel et la Nature

S'il attentait ainsi contre sa nourriture.

695   Non, non, ne me dis plus de raisons sur ce point :

Je m'en lave les mains, et je n'y trempe point :

Je tairai ce secret à cause qu'il te touche,

Mais je ne voudrais pas l'ouïr d'une autre bouche.

C'est pourquoi de ce pas va-t-en trouver Pison

700   Qui voulait à ce soir souper en ma maison,

Et possible y mener quelqu'un de la brigade,

Dis-lui qu'il m'en dispense et que je suis malade.

Aussi bien j'ai promis d'aller voir cette nuit

Un vieux Cilicien aux bonnes moeurs instruit

705   Un Prophète nouveau dont la doctrine pure

Ne tient rien de Platon, ne tient rien d'Épicure,

Et s'éloignant du mal veut introduire au jour

Une loi de respect, de justice et d'amour.

Je te veux faire part de ses avis fidèles.

LUCAIN

710   J'ai trop d'aversion pour les sectes nouvelles.

SCÈNE V.
Lucain, Épicaris.

LUCAIN

Hé bien ? L'avais-je pris de mauvaise façon ?

ÉPICARIS

Il ne saurait agir contre son nourrisson ;

Bien que la tyrannie évidemment l'oppresse,

Il garde pour ce monstre encor de la tendresse.

715   Quoiqu'à faire autrement il se peut disposer,

Sa faiblesse est honnête il la faut excuser.

Lucain, retire-toi Procule qui s'avance

Nous pourrait soupçonner de quelque intelligence.

SCÈNE VI.
Procule, Épicaris, des Gardes.

PROCULE

Épicaris un mot.

ÉPICARIS

Je n'ai pas le loisir.

PROCULE

720   Gardes que l'on s'avance, il faut vous en saisir.

ÉPICARIS

Une fille affranchie insolemment la prendre ?

Quel droit en avez-vous ?

PROCULE

On s'en va te l'apprendre.

ACTE III

SCÈNE PREMIÈRE.
Néron, Épicaris, Procule, Tigillin.

NÉRON

En vain nos légions sur les bords de l'Euphrate

Ont vaincu Vologèse et soumis Tiridate,

725   Si les filles à Rome osent en trahison

Venir m'assassiner jusques dans ma maison,

Et si tant de lauriers qui me couvrent la tête

Ne peuvent détourner cet éclat de tempête ;

Mais il faut arrêter cette témérité,

730   Et punir ses auteurs comme ils l'ont mérité.

Qu'on la fasse approcher, cette désespérée

Par qui depuis longtemps ma mort est conjurée :

Et qui n'épargnant rien pour en venir à bout,

Me fait secrètement des ennemis partout.

735   Ah ! Qu'elle a de fierté, cette séditieuse !

Que son front est hardi, qu'elle est audacieuse !

Tigillin, cependant qu'avec subtilité

Je pourrai m'éclaircir sur cette vérité,

Surprenant cet esprit par quelque douce amorce ;

740   Fais qu'autour du Palais ma Garde se renforce,

Que sur chaque avenue on pose des soldats

Qui soient si bien logés qu'on ne les force pas,

Et que nos allemands se tiennent sous les armes

Prêts à nous secourir aux premières alarmes.

745   Approche malheureuse, et me dis le sujet

Qui t'a fait concevoir cet horrible projet ;

Apprends-moi qui t'anime et qui te désespère ;

Ai-je ravi tes biens, ou fait périr ton père,

Entrepris sur ta vie, ou bien sur ton honneur,

750   Et de quelque façon traversé ton bonheur ?

Qui te rend de la sorte à ma perte engagée ?

ÉPICARIS

En aucune façon tu ne m'as outragée ?

Et tu reconnaîtras étant mieux éclairci,

Que je n'ai nul dessein de t'outrager aussi.

NÉRON

755   Ah ! Qu'elle est assurée en tenant ce langage.

ÉPICARIS

C'est que mon innocence assure mon visage,

Il ne faut pas penser en cet injuste affront

Que la crainte du coeur fasse pâlir le front.

NÉRON

Ton visage me plaît et ta grâce me touche ;

760   Je ne hais pas tes yeux, fais que j'aime ta bouche

Me retirant soudain par ta confession

De danger tout ensemble et d'appréhension.

Jamais un Empereur ne parle par surprise :

Ta grâce et mon amour vont payer ta franchise.

765   Mais dépêche-toi donc si tu retardes plus,

Mon indignation va suivre ton refus.

ÉPICARIS

S'il faut pour t'obliger que je me calomnie,

Je fuirai ta faveur, fuyant l'ignominie,

Car si contre ta vie on fait des attentats,

770   J'en blâme les auteurs, et ne les connais pas.

NÉRON

Mais ne connais-tu pas un certain capitaine

Que j'ai fait chef de squadre aux côtes de Micène.  [ 3 Squadre : terme issu de l'italien, pour escouade, qui est partie d'une compagnie d'infanterie.]

ÉPICARIS

J'ai vécu dans Micène et vogué sur les eaux,

Où j'ai vu la plupart des chefs de tes vaisseaux.

NÉRON

775   Connais-tu celui-ci ?

ÉPICARIS

  Je le puis bien connaître,

C'est un des plus grands fous que le Ciel est fait naître.

NÉRON

Sais-tu bien qu'il commande à deux mille soldats ?

ÉPICARIS

Je sais mieux qu'à l'amour il ne résiste pas,

Et que cette faiblesse en amoindrit l'estime.

NÉRON

780   Que fait à ce propos l'amour ?

ÉPICARIS

  Il fait mon crime.

NÉRON

Parle plus clairement, dis de quelle façon.

ÉPICARIS

L'amour fait son dépit, et cause ton soupçon :

Cet homme furieux piqué de mon visage,

Pour gagner mon esprit a mis tout en usage :

785   Et voyant que ses soins ne pouvaient m'émouvoir

A changé dans son coeur l'amour en désespoir.

Voici ce qu'a produit cette amoureuse rage,

Mais pardonne à Procule et perds tout cet ombrage.

NÉRON

Le fait est démenti, Procule est récusé.

PROCULE

790   Mais il est découvert ce tison embrasé ;

Qui va de toit en toit pour y jeter les flammes

Que la rébellion allume dans les âmes.

Tu tiens entre tes mains le ressort principal

D'un dessein qui sans moi t'allait être fatal,

795   Ses projets sont méchants, sa cabale est puissante :

César, je la dénonce, et je te la présente.

ÉPICARIS

De quoi m'accuses-tu ?

PROCULE

D'avoir voulu sonder

Une foi que je garde et que je veux garder

Une fidélité qui ferme les oreilles,

800   Et mieux le coeur encore à des noirceurs pareilles.

ÉPICARIS

Ne me regarde point si tu veux réussir ;

Mes yeux ont un éclat qui pourrait t'adoucir :

Leurs regards quelquefois ont calmé ta furie.

PROCULE

Le fait dont il s'agit passe la raillerie,

805   Il ne se traite point ici de tes appas.

ÉPICARIS

De quoi s'agit-il donc ? Mais ne te trouble pas.

PROCULE

Voudrais-tu dénier qu'un soir sur une rive

Tu vins m'exagérer d'une façon plaintive,

La peine imaginaire où se trouvait l'État ;

810   Les misères du Peuple et celles du Sénat,

Qui pressé de rigueurs et tout transi de craintes,

N'adressait à César que voeux au lieu de plaintes :

Bien qu'en son coeur timide il aurait désiré

De le voir dans le Tibre en morceaux déchiré ?

815   Ne dis-tu pas encor que les plus grandes âmes

Qui le voyaient plonger en des vices infâmes,

Attendaient seulement un Chef pour atterrer

Celui qui se plaisait à se déshonorer.

ÉPICARIS

Ne fut-ce pas un soir ou parlant de services,

820   De larmes, de soupirs, de maux et de supplices,

Et voulant avancer ta bouche sur mon sein,

Tu reçus à plein bras un soufflet de ma main.

PROCULE

Ce fut auparavant.

ÉPICARIS

Ô surprise plaisante !

Un aveu si naïf de tout soupçon m'exempte :

825   Il s'est trahi lui-même, ô César qu'en dis-tu !

M'en veut-il pour mon crime, ou bien pour ma vertu ?

NÉRON

Procule a donc appris cette trame infidèle

Sans se saisir soudain de cette criminelle ?

Il a continué même depuis ce jour

830   À lui rendre des soins et lui parler d'amour ?

Ah ! Je me souviendrai de cette procédure

Qui paraît fort ingrate, et que je trouve dure.

J'en aurai la raison.

PROCULE

César, écoute-moi ;

Tu discerneras mieux, et mon zèle et ma foi.

835   Je suis rude et grossier, elle adroite et subtile :

Mais juge de coeur, et non pas de mon style ;

Permets-moi de parler et sans émotion,

Vois quel crime se trouve en mon intention.

NÉRON

Parle.

PROCULE

Nous étions seuls lorsque cette rusée

840   Me dit qu'elle ourdissait cette horrible fusée :

Et j'appréhendai lors la saisissant ainsi ;

Qu'elle déniât tout comme elle fait ici :

C'est pourquoi dans ce temps lui cachant ma pensée,

Bien que de son discours mon âme fut blessée ;

845   Je lui fis bonne mine, et d'un air gracieux

Feignis n'être blessé que des traits de ses yeux ;

Tâchant de l'embarquer avec ces artifices

À s'ouvrir davantage et nommer ses complices.

ÉPICARIS

Nomme donc les auteurs de ce mauvais dessein,

850   Dis à qui j'ai soufflé ces horreurs dans le sein.

PROCULE

Tu m'as celé leurs noms.

ÉPICARIS

Ô témoin ridicule !

Pour me justifier, il suffit de Procule,

Cet esprit égaré, ce faible délateur,

Qu'un dépit a changé d'amant en imposteur :

855   Que l'on voit de lumière en tout ce qu'il dépose.

PROCULE

Si tu parles toujours tu gagneras ta cause.

ÉPICARIS

Ta colère t'engage en un grand embarras.

NÉRON

Silence, qu'il achève, et puis tu répondras.

PROCULE

César, je feignis donc d'en faire ma maîtresse

860   Pour tirer ce secret avecque plus d'adresse :

Et l'attirer en lieux où sans qu'elle n'en sût rien

J'eusse quelques témoins de tout cet entretien.

Mais cette âme coupable, adroite et soupçonneuse,

Qui vit sur ce sujet ma recherche soigneuse

865   Se détourna toujours de ce piège dressé ;

Sans finir le propos qu'elle avait commencé.

Ensuite, épouvantée, ou cherchant un autre homme

Elle quitta Micène, et se jeta dans Rome ;

Où d'un soin merveilleux mon abord elle fuit,

870   Se tient toujours cachée, et ne va que de nuit :

De mes mains par deux fois, l'adroite s'est sauvée ;

Et le miracle est grand de quoi je l'ai trouvée.

Je ne puis assurer par le discours passé

Que ce mauvais ouvrage est beaucoup avancé.

875   Que la partie est forte, et qu'elle est toute prête

De faire un grand éclat qui regarde ta tête.

ÉPICARIS

César, assure-toi que je n'ai point pensé

À faire les projets que dit cet insensé :

N'ayant pu satisfaire à sa brutale envie,

880   Et me ravir l'honneur il veut m'ôter la vie :

Et possible qu'encor ce malade indiscret

S'il m'avait fait périr en mourrait de regret.

Mais si le changement de cette indigne flamme

Peut jeter des soupçons et du trouble en ton âme,

885   Éloigne de ces lieux ce qui te peut troubler,

Ou fais soudain périr ce qui te fait trembler.

Crains-tu tant une fille ? Il faut que tu t'assures

Son sang, de ton esprit, peut guérir les blessures :

Commande qu'on m'égorge, et ne diffère pas,

890   De dissiper soudain ta peur par mon trépas.

PROCULE

Crois-moi, tiens pour certain ce que j'en conjecture ;

Un vif ressentiment parle en ta créature ;

Trouves-tu recevable à démentir ma foi,

Celle qui n'eut jamais aucun bienfait de toi ?

895   Une jeune effrontée, une fille inconnue,

Qui pour sa seule perte en ces lieux est venue ?

Tu n'as point à douter de ma fidélité ;

La preuve me défaut, mais pas la vérité,

Et ton salut, César, n'est pas une matière

900   À ne point s'arrêter sans l'évidence entière.

On la pourra forcer par l'objet des tourments

À quitter cette audace et ces déguisements ;

Ainsi que je l'ai dit la chose est arrivée.

NÉRON

Elle peut être vraie, et n'être point prouvée.

905   Oui, oui, quoi qu'il en soit, Procule en sera cru.

Le mal peut être grand, il y sera prévu.

ÉPICARIS

Ô César !

NÉRON

C'est assez ; soldats qu'on la ramène,

Et que sans perdre de temps on l'applique à la gêne.

ÉPICARIS

Si pour ton passe-temps je la dois endurer,

910   J'en souffrirai l'effort même sans murmurer.

SCÈNE II.
Sabine, Néron, Milicus.

SABINE

Ô César ! Ô César ! Je pâme, je frissonne,  [ 4 Pâmer : qui se dit ordinairement avec la pronom personnel, tomber en défaillance, perdre l'usage des sens [F]]

Fais que soigneusement on garde ta personne :

Une froide sueur me court par tout le corps.

NÉRON

Où sont les ennemis, où dedans, où dehors ?

SABINE

915   On a fait contre nous une grande partie,

Dont tout soudainement les Dieux m'ont avertie.

NÉRON

Nos plus grands ennemis feront peu de progrès,

Si les Dieux de la sorte éventent leurs secrets.

Mais dis-moi qu'as-tu su, ne me tiens plus en peine.

SABINE

920   J'étais dans le jardin proche de la fontaine ;

Et l'agréable cours de ses flots innocents,

Avait par son murmure assoupi tous mes sens :

Lorsqu'un songe divin m'a soudain réveillée.

NÉRON

Quoi ? D'un songe fâcheux Sabine est travaillée ?

SABINE

925   Tu sauras que ce songe est une vérité.

Comme je reposais avec tranquillité

Je voyais les yeux clos, tous les objets aimables

Qui s'offrent à la vue en ces lieux agréables :

Quand l'image d'Auguste en avançant la main,

930   M'a crié, l'on en veut à l'Empereur Romain ;

Voici les conjurés, prends garde à lui Sabine,

Et sauve de leurs mains mon fils qu'on assassine.

Lors j'ai tourné les yeux, toute pâle d'effroi,

Et j'ai vu le Dieu Mars animé contre toi

935   Qui le fer dégainé sans ma prompte arrivée,

Pour te fendre en deux parts tenait la main levée.

Mais Bacchus et Cérès émus de mes clameurs,

L'un couronné d'épis, l'autre de raisins mûrs

S'étant soudain jetés sur le Dieu de la guerre,

940   Ont fait enfin tomber son coutelas à terre.

Ainsi pleine d'un trouble à nul autre pareil,

J'ai dégagé mes sens des liens du sommeil.

NÉRON

Ce songe, absolument sont de vaines menaces ;

Sabine, cependant il faudra rendre grâces

945   À celle dont les dons jaunissent les guérets,

Ainsi qu'au bon Bacchus déceleur de secrets.

SABINE

Écoute donc le reste : ainsi toute interdite,

J'ai vu par le jardin courir Épaphrodite ;

Qui venait m'avertir de secrets importants

950   Dont il faut s'éclaircir et sans perdre de temps.

Milicus est ici, qui te fera paraître

Qu'un grand dessein s'agite en l'esprit de son Maître,

Sur lequel à toute heure il le voit ruminer.

NÉRON

N'a-t-il de grands desseins que pour m'assassiner ?

SABINE

955   Il n'est pas accusé sans grande conjecture.

NÉRON

Comment ? Ce Sévinus qui mes bontés conjure

Contre ses créanciers implorant mon support,

Penserait-il payer ses dettes par ma mort ?

SABINE

Voici ton affranchi qui te pourra tout dire.

NÉRON, parlant à sa garde.

960   Appelle Sévinus, et que l'on se retire,

Toi garde d'avancer ce qui ne serait pas ;

Ce serait justement avancer ton trépas.

MILICUS

Je ne mentirai point ; et toute mon envie

Est d'aider à César à conserver sa vie.

NÉRON

965   Ce dessein malheureux est-il fort apparent ?

MILICUS

J'espère t'en donner un indice bien grand.

NÉRON

Mais accuser ton Maître ? Et sur un simple indice ?

MILICUS

Oui César ; pour te rendre un important service ;

Pour causer ton salut et celui de l'État.

NÉRON

970   C'est possible un fantôme au lieu d'un attentat.

MILICUS

Non, non, ce ne sont point des choses chimériques.

NÉRON

Passe donc là-dedans afin que tu m'expliques.

Ce zèle qu'il témoigne avecque tant d'ardeur,

Est-ce pour mon salut ou bien pour sa grandeur ?

SABINE

975   César, je crois que c'est pour tous les deux ensemble ;

Mais le songe passé fait encor que je tremble.

NÉRON

Sabine, cependant voici le Sénateur

Pour me donner du temps, entretiens ce flatteur.

SCÈNE III.
Sabine, Sévinus.

SABINE

Hé bien ! Que ferons-nous aux usuriers avares ?

980   Faut-il pas les traiter ainsi que des barbares ?

SÉVINUS

En leur tenant rigueur, on ne leur ferait rien,

Que ce qu'ils font souffrir pour accroître leur bien.

SABINE

Que je hais leur commerce et leur sale pratique.

SÉVINUS

C'est comme une vermine en une République ;

985   Un rouille secrète attachée aux Maisons,

Qui les fait succomber par mille trahisons.

SABINE

Tu me donnes horreur de ces âmes mal nées,

Qui vendent la longueur des mois et des années.

SÉVINUS

L'usurier met à prix les heures et les jours,

990   Comme si du soleil il dissipait le cours.

SABINE

Si de si sales mains avaient formé les Astres,

Nous nous verrions sujets à beaucoup de désastres.

César veut de leur joug tirer les Sénateurs.

SÉVINUS

Il doit de ce fléau garder ses serviteurs.

SABINE

995   Pour ton intérêt seul il en aura mémoire.

SÉVINUS

Il s'en peut souvenir seulement pour sa gloire,

Qui souffrant ces abus viendrait à se ternir.

SABINE

Il sort du cabinet : tu peux l'entretenir.

SCÈNE IV.
Néron, Sévinus, Milicus.

NÉRON

Quoi ? Sévinus se plaint de l'extrême indigence,

1000   Et traite ses amis avec magnificence ?

SÉVINUS

Si par mes créanciers il m'est encore permis,

J'aurai souvent le bien de traiter mes amis ;

C'est à mon sentiment un secret admirable

Pour charmer quelquefois l'ennui d'un misérable.

NÉRON

1005   Je suis de ton avis, mais par quel mouvement

Donnant ces grands repas, fais-tu ton testament ?

C'est parmi la douceur mêler de l'amertume ;

Il n'est point à propos, ce n'est point la coutume.

SÉVINUS

En tout temps, ô César ! On ne peut faire mieux

1010   Que de se préparer aux volontés des Dieux !

Puisque le frêle fil dont dépend notre vie,

Finit quand il leur plaît, non selon notre envie !

Et l'on ne doit jamais attendre au lendemain

Pour faire les apprêts d'un départ incertain,

1015   Ici la prévoyance est assez raisonnable,

Elle digne d'estime, et n'est point condamnable.

NÉRON

Mais user à tes gens de libéralité ;

À beaucoup de tes serfs donner la liberté,

Enfin mettre un grand ordre à toutes tes affaires :

1020   Sont-ce pour des festins des choses nécessaires ?

Sont-ce des actions d'un homme incommodé

Qui par ses créanciers dit qu'il est obsédé ?

SÉVINUS

Attendant du secours de la bonté céleste,

J'épars entre les miens tout le bien qui me reste ;

1025   De peur qu'un créancier ne prit pas ce souci

Si devant mon trépas je n'en usais ainsi.

Je ne puis m'empêcher d'affranchir mes esclaves,

Lors qu'en me bien servant ils usent leurs entraves ;

C'est un prix que je donne à leurs travaux soufferts,

1030   Et j'aime mieux les voir chargés d'or que de fers.

NÉRON

En leur ôtant leurs fers, tu veux qu'on t'en fourbisse,

Quelque autre qu'on destine à quelque étrange office,

Confesse-moi la chose et ne déguise rien.

SÉVINUS

Quel autre ?

NÉRON

Ce poignard le reconnais-tu bien ?

SÉVINUS

1035   Ce poignard ? Oui César, je le dois bien connaître ;

C'est un meuble ancien qui vient de mon ancêtre,

Quelqu'un l'avait tiré hors de mon cabinet

Pour en ôter la rouille et le rendre plus net.

NÉRON

S'il ne devait servir à quelques grands ouvrages,

1040   Pourquoi prépares-tu du baume et des bandages.

SÉVINUS

Moi ? Du baume ?

NÉRON

Oui, toi pourquoi prends-tu ce soin ?

SÉVINUS

Je n'en prépare point, je n'en ai pas besoin :

C'est un préparatif qui m'est peu nécessaire.

NÉRON

Mais Milicus le dit.

SÉVINUS

Moi je dis le contraire.

1045   Lequel va de nous deux passer pour imposteur ?

Doit-on croire un esclave ou bien un Sénateur ?

Celui qui porte encor les marques de sa chaîne,

Ou celui qui travaille à la grandeur Romaine ?

Te dois-je être suspect, te dois-je être odieux

1050   Pour traiter mes amis à l'exemple des Dieux ?

Et ce dénaturé cet homme abominable,

Parce qu'il est ingrat te semble-t-il croyable ?

Mes bontés ont voulu qu'il vécut librement,

Et voici les effets de son ressentiment.

1055   Je viens de l'affranchir, et tu vois que ce traître

A soudain machiné la perte de son Maître :

Saurais-je appréhender qu'un Prince tel que toi

Ou croie à sa parole, ou doute de ma foi ?

César, si je tombais en ce malheur extrême

1060   Il me prendrait dès l'heure une horreur de moi-même :

Et la vive douleur de ce ressentiment

Me ferait à tes pieds mourir subitement.

NÉRON

Que répond Milicus ?

SÉVINUS

Que me peut-il répondre ?

MILICUS

Quatre mots seulement dont je vais te confondre.

SÉVINUS

1065   Imposteur oses-tu sur moi lever les yeux ?

MILICUS

Tu lèves bien le bras sur les enfants des Dieux.

SÉVINUS

Traître, jusqu'à ta mort le fouet et la torture

Me feront la raison de ta noire imposture.

MILICUS

Possible que bientôt l'aveu de ton forfait

1070   De ta haute menace empêchera l'effet.

César, ce Sénateur saura bien se défendre

S'il peut parer un trait dont je le vais surprendre ;

Nous le verrons au bout de sa subtilité,

Il ne te pourra plus cacher la vérité,

1075   Fais...

NÉRON

  Qu'avec Sévinus quelqu'un des miens demeure ;

Attends dans ce jardin, Je reviens dans une heure.

ACTE IV

SCÈNE PREMIÈRE.
Pison, Lucian.

PISON

Épicaris est prise ? Ô Cieux ! Qu'ai-je entendu ?

LUCAIN

Ce n'est rien, ce n'est rien.

PISON

Lucain tout est perdu :

Rome est abandonnée, et son lâche Génie

1080   Contre les gens de bien maintient la tyrannie.

Le sort nous est contraire, et le Ciel en courroux,

Pour conserver Néron, prend parti contre nous ;

Le Tyran désormais prendra toute licence

D'accabler la vertu, d'opprimer l'innocence,

1085   Qui voudra s'opposer à sa brutalité,

Après cette faveur de la fatalité ?

Ô malheureux destins que le Ciel et la terre,

Les hommes et les Dieux nous déclarent la guerre

À la veille du jour que nous armons nos mains

1090   Pour venger l'univers, les Dieux et les humains !

LUCAIN

Ô malheureux Pison ! Finissez cette plainte ;

Et ne vous troubles pas d'une si grande crainte.

La noble Épicaris durant cette rigueur

Ne manquera jamais, ni d'esprit, ni de coeur ;

1095   Sa constante vertu dans cette violence

Observera toujours un fidèle silence :

Sans qu'elle ouvre la bouche on la verra périr.

PISON

La force des tourments pourra lui faire ouvrir.

LUCAIN

Vous la connaissez mal de tenir ce langage ;

1100   Elle est toute romaine en grandeur de courage

Son âme est généreuse et ferme au dernier point,

Et les feux ni les fers ne l'ébranleront point.

On la verra sourire au plus fort des supplices

Quand on la pressera de nommer ses complices ;

1105   À l'objet de la mort, au plus fort des tourments,

Elle conservera ses nobles sentiments.

Les lieux où souffrira cette fille constante

Serviront de théâtre à sa gloire éclatante,

Les gênes qui rendront son beau corps abattu

1110   Ne feront seulement qu'exercer sa vertu ;

Et parmi tant de maux sa parole étouffée

Fera de sa constance un éternel trophée.

Plaignons Épicaris, mais ne la craignons pas,

Elle s'en va souffrir un glorieux trépas ;

1115   Elle s'en va gagner une palme immortelle,

Cette digne beauté va faire parler d'elle,

Et rendre de son nom tout son sexe jaloux ;

Mais n'appréhendons point qu'elle parle de nous.

PISON

Ne vois-tu pas Rufus qui porte en son visage

1120   De nos prochains malheurs un assuré présage ?

Une peur bien fondée accable ma vertu,

Épicaris est prise ; ah Rufus ! Qu'en dis-tu ?

Est-il un scélérat qui s'égale à Procule ?

SCÈNE II.
Rufus, Pison, Lucain.

RUFUS

Ô frayeur mal conçue ! Ô crainte ridicule.

PISON

1125   Ce bruit m'a déjà mis le poignard dans le sein ;

C'est pour faire avorter notre noble dessein :

Nous serons découverts, bien que Lucain soutienne,

Qu'il n'est point de vertu comparable à la sienne.

RUFUS

Ce n'est point l'accident qui nous doit étonner :

1130   Par un ordre cruel on vient de la gêner,

Cette illustre beauté dont l'âme est si fidèle ;

Et par mille tourments on n'a rien tiré d'elle.

Son merveilleux esprit de son coeur soutenu

A dénié le fait ; mais d'un air ingénu,

1135   D'une grâce et d'un front qui peuvent tout confondre,

Et déjà son témoin ne sait plus que répondre :

Elle a tout renversé sur son accusateur,

Et Procule à Néron paraît un imposteur.

Suivant la vérité, le Tyran prend le change ;

1140   Mais il vient d'arriver un malheur bien étrange

Sur un avis semblable on a pris Sévinus.

PISON

Ce second coup m'accable : et j'en reste confus.

RUFUS

Son affranchi l'accuse avec tant d'assurance

Que César en ce fait trouve de l'apparence :

1145   Jusqu'ici toutefois il n'a rien déclaré.

PISON

Ô Cieux ! Tout est perdu, tout est désespéré !

Durant que nous parlons possible avec main forte

Les soldats du Tyran frappent à notre porte ;

Ou maltraite déjà nos amis affligés,

1150   Et déjà nos enfants sont possible égorgés !

Des valets impudents, des esclaves infâmes

Traînent par les cheveux nos filles et nos femmes !

Je pâme de douleur, ah ! Que ne suis-je mort

Avant que de tomber dans un si triste sort ?

LUCAIN, parlant à Rufus.

1155   Je suis tout étonné d'un ami si funeste,

Rassure son esprit, je vais penser au reste.

RUFUS

Attends.

LUCAIN

Je ne puis plus demeurer près de lui.

PISON

Ô que ceux qui sont morts sont heureux aujourd'hui !

RUFUS

Mais écoute.

PISON

Ah ! Rufus la chose est découverte !

1160   Une cruelle étoile, ardente à notre perte,

A sans doute vaincu par ses malignités

Les présages heureux dont nous étions flattés

Les Cieux nous ont trahis pour protéger le crime,

Et tous les gens de bien vont être sa victime.

RUFUS

1165   Quoi ? Le Chef glorieux de tant de gens de coeur

Qui s'est fait estimer incapable de peur,

Et qui doit rétablir la Liberté de Rome,

S'ébranle-t-il si fort pour la perte d'un homme ?

Quand même ce malheur nous devrait accabler,

1170   Il faut avec honneur l'attendre sans trembler :

Possible les effets tromperont l'apparence.

PISON

Ô discours ridicule ! Ô la vaine espérance !

Crois-tu que Sévinus au dépourvu surpris,

Tienne la bouche close ainsi qu'Épicaris ?

1175   Cet homme délicat se voyant à la gêne,

Abrégera nos jours pour accourcir sa peine :

La torture ébranlant toute sa fermeté,

Fera faire naufrage à sa fidélité.

S'il vient à nous nommer, par quelle diligence

1180   Pourrions-nous éviter une horrible vengeance ?

RUFUS

C'est une conjoncture où je ne vois plus d'espoir !

Mais c'est en ces endroits qu'un grand coeur se fait voir ;

Le péril apparent du fer et de la flamme

Doit servir de matière à la grandeur d'une âme.

1185   C'est là que la vertu se fait le mieux juger :

Jamais des grands dangers on ne sort sans danger ;

Parfois d'un désespoir accompagné de gloire,

Les vaincus, aux vainqueurs, ont ôté la victoire.

Si tu veux parvenir au bien que tu prétends,

1190   Recueille ton courage, et ne perds point de temps ;

Cours où sont les vaisseaux, monte sur la tribune,

Pour exciter le Peuple à suivre ta fortune ;

Fais un coup de partie, et marche promptement

Pour passer jusqu'au trône, ou jusqu'au monument.

1195   Si peu que la Fortune assiste ton courage,

Tu jettes l'ancre au port, et Néron fait naufrage.

Que pourra ce Tyran t'opposer aujourd'hui

Qu'un lâche Tigillin scélérat comme lui ;

Qui n'est accompagné que d'impudiques femmes,

1200   De garçons débauchés, et d'eunuques infâmes ?

Si de sa vaine peur ton esprit est remis,

Tu n'as point à forcer de puissants ennemis.

PISON

Tu comptes donc pour rien cette garde allemande

Qui tire de César une solde si grande ;

1205   Et répandant partout son redoutable corps,

Tient la ville assiégée, et dedans et dehors ?

Pourrai-je la gagner avec une harangue,

Quand cette nation n'entends pas notre langue ;

Voit indifféremment notre calamité,

1210   Et n'a nul intérêt à notre liberté ?

RUFUS

Sollicite le peuple, il entendra ta plainte,

Et pourra s'assembler pour dissiper ta crainte ;

Tu sais bien que le Peuple aime le changement,

Et que le bien public l'émeut facilement.

PISON

1215   Au Peuple ? Présenter des voeux et des requêtes ?

Tu veux que je me fie à ce monstre à cent têtes,

D'opinion diverse et sans docilité,

Qui n'embrasse l'honneur qu'avec l'utilité ?

Quoi tu veux que Pison dans le péril se voue

1220   À ces courages bas, à ces âmes de boue,

Qui de leur joug honteux ne sauraient s'ennuyer,

Et qui m'accableraient au lieu de m'appuyer ?

RUFUS

Auquel des deux partis vois-tu plus d'assurance,

Et lequel est le plus digne de confiance

1225   Te semble plus traitable et paraît plus humain,

Du Tyran parricide, ou du peuple romain ?

Lequel aimes-tu mieux de l'estime, ou du blâme ?

D'une fin glorieuse, ou d'une mort infâme ?

Et de tomber bientôt sanglant sur le carreau

1230   De la main d'un soldat ou du coup d'un bourreau ?

Reconnaît là-dessus ce que le Ciel t'inspire ;

Choisis des deux partis, et ne prend pas le pire.

Mais ne perds point de temps à contempler les Cieux,

Il faut lever le bras, et non hausser les yeux.

PISON

1235   Ah ! Le respect d'Arie errante en ma mémoire

Me défend de mourir avecque tant de gloire.

RUFUS

Penses-tu que ta femme ait du contentement

Si pour son vain respect tu meurs honteusement ?

PISON

Mais d'un autre côté veux-tu que mon audace

1240   Face périr ma femme avec toute ma race ?

Si je ne tente point ce téméraire effort

Néron sera possible apaisé par ma mort ;

Il ne portera point sa fureur enragée

À voir persécuter une veuve affligée.

1245   Il se contentera sans croître ses malheurs

Que mon sang répandu fasse couler ses pleurs,

Et par mon seul trépas sa colère assouvie

Laissera subsister la moitié de ma vie !

Veux-tu que je commette à ce coeur sans pitié

1250   Le salut de ma chère et fidèle moitié ?

Et que par une vaine et folle violence

Je fasse sur sa tête éclater sa vengeance ?

Qu'on lui fasse après moi souffrir mille trépas ?

Qu'on lui vienne arracher mon fils d'entre les bras ;

1255   Et que pour célébrer mes tristes funérailles,

De ma vivante image on batte les murailles ?

RUFUS

J'aimerais beaucoup mieux qu'un glorieux destin

Accompagnant vos jours, couronnât votre fin.

Si ta femme ne t'aime ; elle est vraiment indigne

1260   De recevoir les traits de cet amour insigne ;

Et s'il faut qu'elle t'aime ainsi que je le crois,

Il ne faut pas penser qu'elle vive après toi :

Si tu descends là-bas elle t'y voudra suivre,

Et l'ennui de ta mort lui défendra de vivre.

PISON

1265   Dieux ! Je ne doute point que je n'en soit aimé,

Et son bon naturel, m'est assez confirmé.

Si dans cet accident on voit que je frissonne ;

C'est de crainte que j'ai pour sa chère personne ;

Je n'ose rien tenter de peur d'aigrir son sort,

1270   Je voudrais bien qu'Arie eût le choix de sa mort.

RUFUS

Bien donc, prends ce parti ; mais montre-toi d'une âme

Fidèle à tes amis aussi bien qu'à ta femme ;

Si tu viens à périr, meurs sans nous faire tort.

Voici venir des gens, c'est le Tyran qui sort ;

1275   Éloigne-toi d'ici ; de crainte que sa vue

N'augmente cet effroi dont ton âme est émue :

On ne peut observer l'ennemi que l'on craint

Sans témoigner du trouble et sans changer de teint.

SCÈNE III.
Néron, Sévinus, Rufus, Tigillin.

NÉRON, tenant un papier.

Un siège promptement ; que Sévinus approche ;

1280   Je sais que ta vertu se trouve sans reproche,

Et que sans donner place à ma sévérité,

Tu vas ingénument dire la vérité.

Mais pour ne me laisser aucun mauvais indice ;

De peur que ta mémoire en ce lieu te trahisse ;

1285   Et que tu fasses voir de la mauvaise foi

Aux dépositions que voici contre toi ;

Consulte-la de grâce avant que me répondre ;

Dis la chose en son ordre, et ne va rien confondre.

Quels furent tes propos parlant à Natalis

1290   Hier dans le Champ de Mars ? À ces mots tu pâlis ?  [ 5 Champ de Mars : vaste plaine de Rome qui se situait au nord-ouest, hors les murs, dans une boucle du Tibre. ]

SÉVINUS

C'est de douleur que j'ai de voir mon innocence

Par de mauvais rapports suspecte à ta puissance.

NÉRON

Mais de quoi parliez-vous si longtemps en secret ?

SÉVINUS

D'un désordre qu'à Rome on voit avec regret :

1295   D'un droit licencieux, que la loi doit restreindre :

Et dont les gens d'honneur ont sujet de se plaindre.

De ce que l'affranchi veut contre la raison

Avec le Chevalier faire comparaison :

Et sans se souvenir comment on l'a vu naître,

1300   A l'audace parfois de coudoyer son Maître.

NÉRON

Cela n'a nul rapport, que dites-vous après.

SABINE

Il fut aussi parlé de la rigueur des prêts ;

Et comme l'usurier qui gagne sans mesure,

Les plus grandes Maisons consume par usure.

NÉRON

1305   Ensuite.

SÉVINUS

  Il fut parlé du long retardement

Du blé qui vient d'Égypte.

NÉRON

Ô long déguisement !

Sont-ce là tous les propos que vous eûtes ensemble ?

SÉVINUS

C'est tout ce qu'il fut dit, au moins comme il me semble.

NÉRON

Et de Lateranus n'en fut-il point parlé ?

SÉVINUS

1310   Ô Natalis perfide ! As-tu tout révélé ?

Fut-il jamais parlé de lâcheté plus haute !

Ô que de gens de bien vont périr par ta faute !

NÉRON

Mais toi, pour te placer aux rang des gens de bien,

Tu pouvais conspirer sans me demander rien.

1315   Par quel noir mouvement as-tu pu te conduire

À rechercher ma grâce en me voulant détruire ?

Traître, que mes bienfaits ne pouvaient obliger ;

Et qui ne me flattais qu'afin de m'égorger ;

Ah ! Je me souviendrai de tes sollicitudes.

SÉVINUS

1320   César, je suis confus de ces ingratitudes,

Déjà le vif remords de ce lâche dessein

Avant l'événement m'avait percé le sein :

Ma première fureur qui s'était alentie

Me laissait en état de rompre la partie.

NÉRON

1325   Puisqu'à la rompre ainsi tes sens se disposaient,

Tu peux bien me nommer ceux qui la composaient :

C'est là pour ton pardon tout ce que je désire.

Qui sont-ils ?

SÉVINUS

Natalis te le pourrais mieux dire.

NÉRON

Pour les savoir de toi faut-il te menacer ?

SÉVINUS

1330   Ah ! J'aime mieux mourir que de les dénoncer.

NÉRON

Rufus fais-moi raison de ce morne silence.

RUFUS, prenant Sévinus au collet.

Parle avant qu'on t'entraîne avecque violence :

Nomme les conjurés.

SÉVINUS

Ne presse point ma foi :

Si tu me fais parler, je parlerai de toi.

RUFUS

1335   Nomme-les, nomme-les.

SÉVINUS

  Ô l'impudence extrême !

Que ne te résous-tu de les nommer toi-même.

NÉRON

Écoutons.

RUFUS

Moi méchant ? Je suis homme de bien.

SÉVINUS

Oui toi ; dénonce-les, tu les connais fort bien ;

Nul n'est plus suffisant d'en dire des nouvelles.

NÉRON

1340   On a donc corrompu mes gens les plus fidèles !

RUFUS, faisant signe à Sévinus.

Imposteur garde-toi d'offenser la vertu.

SÉVINUS

Rufus il n'est plus temps, pourquoi me pressais-tu ?

NÉRON

Tigillin, Tigillin, as-tu vu l'artifice ?

Qu'on se jette sur lui gardes qu'on le saisisse.

RUFUS

1345   César écoute-moi.

NÉRON

  Je ne t'écoute plus,

Tu feras désormais des signes superflus.

SCÈNE IV.
Néron, Sabine, Sévinus.

NÉRON

Il faut que les bourreaux te traitent comme un traître

Qui déloyalement attente contre son maître.

SABINE

D'où vient un si grand bruit ?

NÉRON

Ce brave Colonel

1350   Qui faisait l'empressé, se trouve criminel :

Nous l'avons découvert pour être des complices.

SABINE

Ô que sa trahison mérite de supplices !

NÉRON

En cette occasion, ce perfide flatteur

Voulait faire parler ce sage Sénateur :

1355   Et pour se couvrir mieux, lui faisait des demandes

Avec une insolence et des rigueurs trop grandes :

Alors qu'importuné des propos de Rufus,

Sévinus l'a fait taire et l'a rendu confus.

SABINE

Il mériterait bien que pour ces bons offices,

1360   Tu lui fisses pardon, s'il nommait ses complices.

NÉRON

Il marchande à parler.

SABINE

Ô qu'il me fait pitié !

Comment n'obtiendras-tu ta grâce qu'à moitié ?

Ah ! Vomis ce secret qui cause leur ruine ;

C'est un poison mortel enclos en ta poitrine,

1365   N'irrite point César qui te veut pardonner ;

Si ton silence dure on te fera gêner.

Mais ne perds point de temps, c'est un fait qui te touche,

Sévinus ton salut est encore en ta bouche.

SÉVINUS, tout bas.

Puisque par les soldats je serai visité.

1370   Il faut bien que je cède à la nécessité.

SABINE

Crois-moi, déclare tout, afin qu'on te pardonne ;

Parle avant qu'on te prenne, et que je t'abandonne.

SÉVINUS, se jetant aux pieds de Sabine.

Hélas ! Belle Princesse employez-vous pour moi :

Je ne saurais parler ; j'en ai donné ma foi ;

1375   Tout ce que je puis faire en un état si triste,

C'est de vous présenter seulement cette liste.

SABINE

César, lis ce papier : et vois si j'ai raison

Quand je tiens pour suspects, et Sénèque et Pison.

Pour s'emparer du trône et pour t'ôter du monde,

1380   Pison est Chef de part, et Lucain le seconde.

Voici de mes soupçons un manifeste aveu ;

Tu peux connaître ici l'oncle par le neveu.

Ce vieillard si rusé t'abusait par sa mine ;

Mais ses déguisements n'ont pu tromper Sabine.

1385   Qu'en dis-tu maintenant ?

NÉRON

  Quoi ? Tant de Chevaliers ?

Des Consuls ? Des Tribuns, des Chefs, des Centeniers,

Les plus grands des romains se sont ligués ensemble

Contre leur Empereur ? Ah ! Sabine je tremble,

Le coeur me bat au sein.

SABINE

Il le faut rassurer,

1390   Et les mettre en état de ne plus conjurer.

Avant que de ce bruit quelqu'un les avertisse,

Donne ordre qu'on les cherche, et que l'on s'en saisisse.

NÉRON

Nous ne trouverons pas des bourreaux suffisants

Pour imposer des fers à tant de partisans.

SABINE

1395   Nous ne manquerons point de gens pour leur supplice ;

Douze mille soldats en vont faire l'office.

NÉRON, parlant à Tigillin.

Cours vers Lateranus qui devait lâchement

Commencer l'attentat par un embrassement ;

Qui d'une humble façon déguisant son audace,

1400   Devait lors me forcer de tomber sur la place.

Dis-lui qu'il meure vite, et que je lui défends

D'embrasser à sa mort sa femme et ses enfants ;

Assure-toi du reste, et d'une adroite sorte,

Prends-les ou vifs ou morts allant avec main forte.

SABINE

1405   Et Sénèque en ce lieu se doit-il oublier,

Lui qui sans se défendre et sans s'humilier

A dit à Natalis touchant cette menée

Que le sort de Pison était sa destinée ?

N'en dit-il pas assez pour t'apprendre aujourd'hui

1410   Qu'il est de la partie et conspire avec lui ?

Sa trame en mots couverts est assez découverte ;

Qui vit avec Pison, doit périr par sa perte.

Sénèque attendrait-il quelque meilleur succès,

Faut-il plus que cela pour faire son procès ?

NÉRON

1415   Mais a-t-il dit ces mots ? Il faut qu'on lui demande.

SABINE

Il est bien impudent s'il faut qu'il s'en défende ;

Sans doute Natalis ne l'a point inventé.

NÉRON

Il en faut sur le champ savoir la vérité.

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.
Sénèque, Pauline, Le Centenier.

SÉNÈQUE

Mon âme apprête-toi pour sortir toute entière

1420   De cette fragile matière

Dont le confus mélange est un voile à tes yeux :

Tu dois te réjouir du coup qui te menace,

Pensant te faire injure on te va faire grâce :

Si l'on te bannit de ces lieux

1425   En t'envoyant là-haut, c'est chez toi qu'on te chasse,

Ton origine vient des Cieux.

Nous avons assez vu le cours de la nature,

Sa riche et superbe structure,

Ses divers ornements et ses charmants attraits ;

1430   Elle a peu de beautés qui ne nous soient connues,

Il faut quitter la terre, et monter sur les nues,

Pour connaître d'autres secrets,

Il faut chercher du Ciel les belles avenues,

Et voir le Soleil de plus près.

1435   On ne trouve ici que des lois tyranniques,

D'où naissent des effets tragiques,

Et les Monstres y sont au-dessus des Héros ;

La vertu sous le joug y demeure asservie :

L'orgueil, l'ambition, l'avarice et l'envie

1440   Nous y troublent à tout propos ;

Mais là-haut dans l'état d'une meilleure vie

On goûte un éternel repos.

Principe de tout être où mon espoir se fonde ;

Esprit qui remplit tout le monde,

1445   Et de tant de bontés favorises les tiens,

Tu vois les cruautés de qui je suis la proie,

Et j'attends de toi seul mon repos et ma joie ;

Pauline entre.

Fais que je goûte de tes biens,

Et me tires bientôt afin que je te voie

1450   Du joug de ces pesants liens.

Mais ma chère moitié se dissout toute en larmes,

Tant mon prochain bonheur lui vient donner d'alarmes.

Faut-il pleurer Sabine, et faut-il s'étonner

An moment bienheureux qui nous doit couronner

1455   Quand nos pas glorieux imprimant la poussière,

Nous font trouver la palme au bout de la carrière ?

Le pilote battu par les flots irrités

Quand son vaisseau mal joint fait eau de tous côtés.

Errant sans gouvernail au gré de la tempête

1460   Qui tombe incessamment ou bruit dessus sa tête ;

A-t-il en quelque sorte à se plaindre du sort,

Si par un coup de vague il est mis dans le port ?

Le pèlerin lassé d'un pénible voyage

Aveuglé de la poudre, ou mouillé de l'orage :

1465   Se peut-il affliger avec quelque raison

Quand il touche du pied le seuil de sa maison ;

Pourquoi nous plaindrions-nous d'un sort digne d'envie,

La mort est le repos des travaux de la vie,

Et celui qui désire en allonger le cours

1470   Aime à gémir sans cesse, et soupirer toujours.

PAULINE

Quand une mort certaine est prête de le prendre,

Le sage, à mon avis, doit constamment l'attendre,

Puisque c'est un défaut que de s'inquiéter

À l'approche d'un mal qu'on ne peut éviter :

1475   Il faut absolument qu'une âme bien placée

S'apprête de partir quand elle en est pressée.

Mais aller de si loin rechercher le trépas,

Et l'appeler soi-même alors qu'il ne vient pas ;

C'est trouver des appas en une chose horrible,

1480   Et faire vanité d'un désespoir visible.

La nature inspirant un désir de repos

Ne nous enseigne rien qui ne soit à propos,

À tous les animaux elle a donné l'envie

D'éviter les périls pour conserver leur vie ;

1485   La vie est donc un bien dont nous devons user,

Sans l'exposer si fort, et sans le mépriser :

Il faut laisser agir les Cieux et la nature ;

Et vous savez, Seigneur, qu'en cette conjoncture

C'est avancer l'effet du fer, ou du poison,

1490   Que témoigner ainsi d'être l'ami de Pison.

SÉNÈQUE

En ces occasions faut-il qu'on abandonne

Son honneur et sa foi pour sauver sa personne ?

Qui lâchement s'abaisse et manque d'amitié ;

En pensant se sauver perd plus de la moitié,

1495   Pour allonger ses jours il abrège sa gloire ;

Et pour garder son sang prodigue sa mémoire.

Tant de doctes leçons et de raisonnements

Qui pourraient affermir les plus mols sentiments ;

En cette occasion ne nous serviraient guères

1500   Si nous avions encor des faiblesses vulgaires,

Si nous étions sujets à nous épouvanter,

Et si nous redoutions ce qu'on peut souhaiter.

Je me vois sur le point que l'état de ma vie

Ne sera plus en butte aux noirs traits de l'envie,

1505   Qui me blâme en secret, et me nomme tout bas,

Complice d'un désordre où je ne trempe pas.

Les méchants m'accusaient avec trop d'injustice,

De maintenir Néron dans l'ordure du vice ;

De ce cruel affront je vais me ressentir,

1510   Et l'arrêt de ma mort s'en va les démentir.

Il sera malaisé désormais qu'on m'impute

D'être le confident de qui me persécute :

L'univers apprendra qu'on me blâmait à faux,

Et que je n'eus jamais de part à ces défauts.

1515   N'a-t-il pas à Burrus donné la récompense ?

De ses sages conseils, et de sa diligence ?

Que dirait-on de moi si j'étais conservé,

Je me dois ressentir de l'avoir élevé,

D'avoir soigneusement cultivé cette plante,

1520   Qui fut même à sa tige ingrate et malfaisante ;

Cette fleur dont le lustre est si fort abattu,

Et qu'on a vu corrompre au sein de la vertu ;

Mais quoi, le Centenier m'apporte des nouvelles

Qui me réjouiront, fussent-elles mortelles :

1525   Et bien, que veut César, dis-le nous hardiment ?

LE CENTENIER

Que Sénèque s'apprête à mourir promptement.

SÉNÈQUE

Ô doux commandement ! Ô faveur agréable ?

Nouvelle désirée autant que désirable ;

Il nous oblige fort de nous traiter ainsi,

1530   S'il veut que nous mourions nous le voulons aussi ;

Il sait donner à tout, et le prix et l'estime,

Il ne m'ordonne rien qui ne soit légitime.

LE CENTENIER

Il te laisse le choix pour certaine raison,

De la flamme, de l'eau, du fer ou du poison :

1535   Prends lequel tu voudras, choisis.

SÉNÈQUE

  Le Ciel lui rende,

Il m'oblige beaucoup, cette faveur est grande,

Il faut exécuter cet équitable arrêt,

Et tu verras bientôt comme je suis tout prêt ;

Il frappe à sa porte.

Mais faut-il si soudain que je te satisfasse,

1540   Puis-je d'un testament consoler ma disgrâce ?

Puis-je adoucir d'un mot l'aigreur de mon trépas.

LE CENTENIER

Vois si tu veux mon ordre, il ne le porte pas.

SÉNÈQUE

Il jette ses tablettes.

Cessons donc de porter un meuble si fragile

Puisqu'il nous est à charge et nous est inutile ;

1545   Je serais étonné s'il m'eût été permis

De laisser en mourant du bien à mes amis ;

Il est tout à César, je n'en puis rien soustraire,

Je n'en suis seulement que le dépositaire.

En me le confiant, il ne s'est point déçu,

1550   Je lui rends tout entier comme je l'ai reçu.

Pauline, c'est pour toi que je voudrais écrire,

Mais ta fidèle amour de ce soin me retire

Suivant exactement l'ordre qu'on me prescrit,

Je ne pers pas beaucoup pour n'avoir rien écrit :

1555   J'ai par mes actions tracé dans ta mémoire

Assez heureusement l'image de ma gloire,

Ceux qui de ma vertu pourront encor douter

Pour en être éclaircis n'ont qu'à te consulter,

Il te souviendra bien qu'avec assez d'estime

1560   J'ai vécu près de toi sans reproche et sans crime ;

Il te souviendra bien de ma constante foi,

Et que prêt à partir je n'eus regret qu'à toi.

PAULINE

Moi je m'en souviendrai ? Je veux qu'on se souvienne

Qu'il ne fut point d'amour comparable à la mienne :

1565   En vous suivant partout je veux montrer à tous :

Si vous viviez en moi, que je vivais en vous.

SÉNÈQUE

Ne précipite point le cours de tes années.

PAULINE

En la fin de Sénèque elles seront bornées,

Rien n'aura le pouvoir de rompre un noeud si beau,

1570   Nous n'avons eu qu'un lit, nous n'aurons qu'un tombeau.

SÉNÈQUE

Ah ! Ne meurs point si tôt.

PAULINE

Je ne saurais plus vivre.

SÉNÈQUE

Vis pour me contenter.

PAULINE

Je mourrai pour vous suivre.

SÉNÈQUE

N'aurais-je plus sur toi de pouvoir absolu ?

PAULINE

Le conseil en est pris, c'est un point résolu.

SÉNÈQUE

1575   Ô rare piété ! Ta constance fidèle,

Remporte sur Sénèque une palme immortelle :

Sans doute nos neveux auront droit de douter,

Si méritant beaucoup, j'ai pu te mériter ;

Comme de ta beauté tout ton sexe eut envie,

1580   Il deviendra jaloux de la fin de ta vie ;

L'effet est trop brillant de cette sainte amour,

Elle me va faire ombre en se mettant au jour,

Je ne puis te celer qu'un si beau trait me blesse ;

La force de ton âme a causé ma faiblesse,

1585   Ta rare piété me touche tendrement,

Il m'échappe des pleurs dans ce ressentiment.

C'est pourquoi si Pauline à partir se dispose,

Qu'auparavant sa foi m'assure d'une chose,

C'est qu'ayant pris de moi ce glorieux poignard

1590   Elle ira, s'il lui plaît, s'en servir autre part :

Car sans quelque faiblesse indigne et mal séante,

Je ne pourrais jamais voir Pauline mourante :

Sans doute cet objet me ferait murmurer,

Et ne me servirait qu'à me déshonorer.

PAULINE

1595   Seigneur, permettez-moi.

SÉNÈQUE

  Non, il faut que l'on cède.

PAULINE

Que je fasse l'essai de ce dernier remède :

J'aurais trop de bonheur si vous me permettiez

D'en goûter la première, et mourir à vos pieds.

SÉNÈQUE

C'est en vain, c'est en vain ta demande m'outrage,

1600   Et c'est perdre le temps qu'en parler davantage.

PAULINE

Seigneur, j'y consens donc, mais non sans déplaisir.

LE CENTENIER

On ne nous a donné que fort peu de loisir,

Hâte un événement que César veut apprendre.

SÉNÈQUE

Je suis trop criminel de l'avoir fait attendre,

1605   Demandons-lui pardon de ce retardement ;

Embrassons-nous, Pauline, et mourons promptement.

LE CENTENIER

Entre donc là-dedans, celui qui nous envoie

S'avance à la tribune, et je crains qu'il te voie

En sa mauvaise humeur, nous n'en serions pas mieux

1610   Si ton visage encor s'offrait devant ses yeux.

SCÈNE II.
Néron, Sabine, Sévinus, Rufus, des Gardes.

NÉRON

Ô Dieux ! Que d'ennemis ! L'effroi qui m'environne

Sur mon front palissant fait trembler ma couronne :

Serons-nous assez forts pour en venir à bout,

Peut-on à tant de gens faire tête partout ?

1615   Le bras de Tigillin, et l'esprit de Sabine

Pourront-ils renverser cette grande machine ?

Quand même quelque Dieu viendrait me le jurer

À peine mon esprit s'en pourrait assurer.

SABINE

Quoique le mal soit grand, raffermis ton courage ;

1620   Nous avons avancé la moitié de l'ouvrage,

Tes ennemis connus sont pris ou dépêchés,

Mais il faut découvrir tous ceux qui sont cachés.

Le médecin savant et plein d'expérience

Doit du mal dont il traite avoir la connaissance ;

1625   C'est sur ce fondement qu'il peut avec raison

Aux corps in tempérés rendre la guérison :

Nous savons une part de la trame funeste,

Et pour notre assurance il faut savoir le reste.

NÉRON

Possible Épicaris le pourra révéler,

1630   Il faut que Sévinus l'oblige de parler.

SABINE

Sévinus, c'est ici que tu feras paraître

Si ton zèle répond aux bontés de ton Maître ;

D'un Empereur clément qui sait tout pardonner,

Et qui pour cet effort te va beaucoup donner.

1635   Si tu peux en ce fait agir de bonne sorte,

Jamais tes créanciers n'assiégeront ta porte :

Jamais mortel encor dans le rang que tu tiens

Ne s'est vu jusqu'ici comblé de tant de biens.

Ôte-nous seulement cette épine importune,

1640   Je suis la caution de ta bonne fortune.

SÉVINUS

Madame ; vous verrez comme je m'y prendrai,

Ce sont des vérités que je lui maintiendrai,

Et quoiqu'elle témoigne une si grande audace,

Qu'elle ne peut jamais me dénier en face.

SABINE

1645   Il serait à propos de lui persuader

Qu'elle garde un secret dangereux à garder,

Qu'elle ne gagne rien que la mort à se taire,

Qu'une confession lui serait salutaire :

Enfin, qu'à ton exemple, elle peut sans erreur

1650   Perdre tous ses amis pour sauver l'Empereur.

La voici qui paraît en triomphe portée.

NÉRON

Des gens trop curieux l'ont un peu mal traitée.

SCÈNE III.
Néron, Épicaris, Sévinus, Sabine.

NÉRON

Connais-tu de l'État les sages défenseurs ?

ÉPICARIS

J'en connais beaucoup mieux les cruels oppresseurs.

NÉRON

1655   Sévinus, adoucis cet animal farouche

Qui n'a que du poison et du fiel dans la bouche.

SÉVINUS

Épicaris, c'est trop t'exposer aux tourments,

Tu dois te départir de ces déguisements ;

C'est s'obstiner en vain la chose est découverte ;

1660   Le Ciel des conjurés a résolu la perte,

Cet excès de courage et de fidélité

Ne s'y peut opposer q'avec impiété.

Les amis de César ont suborné les nôtres ;

Les uns m'ont dénoncé, j'ai dénoncé les autres,

1665   Et ce digne Empereur mu de compassion,

A daigné faire grâce à ma confession :

Si tu veux recevoir les mêmes bénéfices,

Révèle promptement tous les autres complices :

Tu peux voir au pardon le chemin tout battu,

1670   Tu n'as rien qu'à parler.

ÉPICARIS

  Que me demandes-tu ?

SÉVINUS

Tous ceux que tu connais de cette intelligence.

ÉPICARIS

Moi ? Je ne connais rien que ta seule imprudence :

Et si visiblement tu la fais éclater,

Qu'il n'est pas de besoin de la manifester.

SÉVINUS

1675   Ce trait n'est imprudent qu'à ton sens indocile :

L'imprudence est nuisible, et cet acte est utile,

C'est de ce seul aveu que dépend ton bonheur.

ÉPICARIS

Ma vie en dépend bien, mais non pas mon honneur.

SÉVINUS

C'est flatter ton esprit d'une erreur sans seconde,

1680   Car de quoi sert l'honneur quand on est plus au monde.

ÉPICARIS

Nos esprits ne sont pas d'un sentiment pareil.

SÉVINUS

Tu ne ferais point mal de suivre mon conseil.

ÉPICARIS

Qui suivrait le conseil d'une âme si timide

Pour aller à la gloire aurait un mauvais guide.

SÉVINUS

1685   Mais toi fille obstinée en résistant si fort,

Tu tiens bien le chemin pour aller à la mort ?

Sais-tu bien que Pison s'est fait ouvrir les veines

Pour soustraire sa vie à mille justes peines

Que Scaurus de César a senti le courroux

1690   Et que Lateranus est mort de milles coups ?

Que Voluse est péri d'une façon tragique

Pour expier son crime ?

ÉPICARIS

Ou pour la République.

SÉVINUS

Et que Flave et Rufus ont hâté leur trépas.

ÉPICARIS

Comme eux Brutus est mort, mais son nom ne l'est pas.

SÉVINUS

1695   Lucain qui fut toujours digne de ton estime,

Nomme tous ses amis qui trempent dans le crime ?

Des tourments préparés redoutant la rigueur.

ÉPICARIS

Ce trait fait assez voir qu'il n'eut jamais mon coeur.

SÉVINUS

Ne ferme point la bouche alors qu'on te convie

1700   De parler librement pour conserver ta vie :

Implore les bontés que je viens d'éprouver,

Et te sers de la planche offerte à te sauver.

ÉPICARIS

Ô le honteux conseil ! Pour éviter l'orage

À tant de gens de bien, faire faire naufrage ?

1705   Je ne trahirai point des coeurs généreux ;

Ils s'exposent pour nous, je veux mourir pour eux.

NÉRON

Tu connais donc des gens dont la cruelle envie

Fait encore dessein d'attenter sur ma vie ?

ÉPICARIS

Oui je sais le dessein de cent hommes d'honneur

1710   Qui fondent sur ta mort leur souverain bonheur :

J'en sais des plus hardis et des plus grands de Rome

Mais je mourrai cent fois avant que je les nomme.

NÉRON

Prends-tu quelque plaisir à te faire gêner ?

ÉPICARIS

Beaucoup moins qu'un Tyran n'en goûte à l'ordonner.

SABINE

1715   L'impudente, la terre est-elle bien capable

De porter un moment ce Monstre insupportable ?

ÉPICARIS

Elle peut sans horreur porter Épicaris ;

Puisqu'elle porte bien la femme aux trois maris.

SABINE

Ta langue pour ce mot sera bientôt coupée ;

ÉPICARIS

1720   Que devrait-on couper à Sabine Poppée ?

SABINE

Quand tu n'aurais vomi que ce mot seulement,

Tu mourras de cent morts par mon commandement.

ÉPICARIS

Ces matières de peur sont ce que je dédaigne :

Menace-moi plutôt de vivre sous ton règne.

1725   Aucun autre malheur ne me saurait troubler ;

Et c'est la seule peur qui me ferait trembler.

NÉRON

Ô nouvelle Alecton que l'Enfer a vomie !  [ 6 Alecton : Une des trois furies de la mythologie.]

Qui t'a donné sujet d'être mon ennemie ?

Qui de ta cruauté me rend ainsi l'objet ?

ÉPICARIS

1730   Tu veux donc le savoir : en voici le sujet :

Je t'aimais autrefois, quand ton front hypocrite

Se couvrait faussement des couleurs du mérite :

Lorsque ta main feignait de faire un grand effort

Pour écrire ton seing sous un arrêt de mort :

1735   Quand ton esprit brutal, cachant sa véhémence,

Pratiquait la justice, exerçait la clémence,

Et pour mieux t'affermir en ton autorité,

Montrait de la sagesse et de la piété.

Mais depuis que tu cours où la fureur te guide,

1740   Que tu te rends cruel, ingrat, et parricide,

Que tu rôdes la nuit, et que tu tiens à jeu

Les titres de voleur et ceux de boutefeu ;

Je te hais comme un Monstre abîmé dans le crime ;

Et trouve que ta mort est un coup légitime.

NÉRON

1745   Ah ! C'est trop ! Qu'on la livre aux bourreaux inhumains.

ÉPICARIS

C'est un oeuvre où Néron peut donc mettre les mains.

NÉRON

Entraînez-la soldats ; vite , et qu'on la déchire.

ÉPICARIS

Possible que ton sort quelque jour sera pire.

NÉRON

Méchante, on t'apprendra comme il faut discourir.

ÉPICARIS

1750   Tyran, je t'apprendrai que je sais bien mourir.

NÉRON

Qu'on la fasse mourir du plus cruel supplice.

ÉPICARIS

Rien ne doit t'empêcher de faire ton office.

NÉRON

Ô le Monstre exécrable, et qu'il est endurci !

SABINE

L'oncle de son amant l'instruit sans doute ainsi,

1755   Sénèque a fabriqué cette haine mortelle,

C'est un grand artisan.

NÉRON

Qu'il meurt aussi bien qu'elle.

SABINE

Puisqu'il ne t'a failli que deux fois seulement,

Attends de ses projets quelque autre événement :

Quoi ? Ferais-tu sitôt par des pensers timides

1760   Périr un si grand Maître en l'art des parricides ?

Garde bien de choquer ce docte Précepteur :

C'est un homme de bien, c'est un si bon flatteur ;

N'eût-il que ce talent il ne faut pas qu'il meure.

NÉRON

Il flattera la Parque avant qu'il soit une heure.

1765   Silvanus est passé dans son appartement

Pour lui faire en deux mots mon dernier compliment.

SCÈNE IV.
Sabine, Le Centenier, Néron.

SABINE

Voici le Centenier, hé bien ?  [ Ici, il manque un vers pour rimer avec "faite" dans la scène suivante. Vérifié dans l'édition critique d'Hachette 1919, réimprimée en 1984 par Nizet, et les oeuvres complètes chez Honoré champion Tome IV en 2001 .]

LE CENTENIER

La chose est faite.

SABINE

Quoi ! Nous ne verrons plus cette peste de cour ?

LE CENTENIER

Je ne l'ai point laissé qu'il n'ait perdu le jour.

SABINE

1770   Qu'a dit en te voyant cet honneur de Cordoue

Que Rome admire tant, que tout le monde loue ?

LE CENTENIER

Mes ordres exprimés lui donnant à choisir

De tout genre de mort conforme à son désir ;

Ce vieillard misérable a montré quelque joie

1775   D'y pouvoir arriver par une douce voie,

Et déjà présentant comme la chose irait,

Il avait préparé tout ce qu'il désirait

Sa femme en a senti toute la violence ;

Pauline est à ses pieds tomber en défaillance :

1780   Et dans les mouvements d'un si sensible ennui

A fait tous ses efforts pour mourir devant lui.

À peine, en lui parlant, a-t-il pu s'en défendre ;

À peine de ses bras a-t-il pu se déprendre :

Mais enfin connaissant que l'ordre était pressé,

1785   De ce fâcheux obstacle il s'est débarrassé.

Nous sommes avec lui passés dans une chambre

Où l'air qu'on respirait n'était rien qu'esprit d'ambre ;

Ce n'étaient en ce lieu qu'ornement précieux

Dont l'éclat magnifique éblouissait les yeux ;

1790   Que meubles d'Orient, chefs-d'oeuvre d'une adresse

Où l'art débat le prix avecque la richesse ;

Que miroirs enrichis et d'extrême grandeur.

SABINE

C'est mourir dans la pompe et dans la bonne odeur.

LE CENTENIER

Un vaste bassin d'or, où des eaux odorantes

1795   Ornaient de leur parfum mille pierres brillantes,

N'y faisait éclater une valeur sans prix

Que pour y recevoir son sang et ses esprits.

Un de ses affranchis, Ministre de l'étuve,

L'a fait asseoir ensuite, à mi-corps dans la cuve ;

1800   Et retroussant ses bras au grand éclat du jour,

A passé promptement le rasoir à l'entour.

Ses amis ont pâli voyant ouvrir ses veines

Qui d'une froide humeur étaient à demi pleines ;

Mais ce grand Philosophe à mourir disposé,

1805   A vu courir son sang d'un esprit reposé.

Ne s'est non plus ému durant cette aventure

Que si d'un jour de fête il eût vu la peinture.

Amis, leur a-t-il dit, ne vous affligez pas ;

La vertu vous défend de pleurer mon trépas :

1810   Vous n'y trouverez rien d'indigne d'une vie

Dont les plus grands du monde ont conçu de l'envie ;

Je meurs ; mais c'est sans crime ainsi que sans remords

Que du rang des vivants je passe au rang des morts.

C'est un certain tribut qu'il faut bien que je rende,

1815   La nature le veut, et Néron le commande :

Tous deux forment des lois qu'on ne peut violer,

Et leurs arrêts sont tels qu'on n'en peut appeler.

J'en subis la rigueur sans horreur et sans crainte ;

Ma volonté docile embrasse la contrainte.

1820   Par la douce faveur d'un sommeil que j'attends

Bientôt César et moi serons tous deux contents

Lui de s'être défait d'un vieillard inutile,

Moi de m'être rendu dans un heureux asile,

Où nulle oppression ne se fait endurer

1825   Où jamais l'innocent n'a lieu de soupirer,

Où pour tout intérêt l'esprit est insensible

Et franc de passion, goûte un repos paisible.

SABINE

Il a cru par ces mots se mettre au rang des Dieux.

NÉRON

Ah ! Laissons-le achever.

LE CENTENIER

Alors levant les yeux,

1830   Il a dit en poussant sa voix faible et tremblante ;

Dans le creux de sa main prenant de l'eau sanglante,

Qu'il peine à la jeter en l'air à sa hauteur ;

Voici ce que je t'offre ô Dieu libérateur.

Dieu, dont le nouveau bruit à mon âme ravie,

1835   Dieu, qui n'es rien qu'amour, esprit, lumière et vie,

Dieu de l'homme de Tarse, ou je mets mon espoir :

Mon âme vient de toi, veuille la recevoir.

À peine a-t-il fini cet étrange langage,

Qu'une pâleur mortelle a couvert son visage :

1840   Il a fermé les yeux d'un mouvement pareil

À ceux qu'on voit tomber abattus de sommeil ;

Et le voyant saisi d'une glace mortelle,

Je suis venu soudain t'en dire la nouvelle.

SABINE

César, à ce récit tu parais tout changé :

1845   Qu'as-tu donc, dis-le nous.

NÉRON

  Je ne sais ce que j'ai.

Tous mes sens sont troublés, et mon âme inquiète

Ne peut plus se remettre en sa première assiette :

Je brûle de colère et frissonne d'effroi ;

Je forcène, j'enrage, et je ne sais pourquoi

1850   Une Érine infernale à mes yeux se présente;

Un fantôme sanglant me presse et m'épouvante.

Ne vois-je pas venir des bourreaux inhumains

Qui tiennent des serpents et des fouets en leurs mains ?

Je ne sais qui me tient en cette horreur extrême

1855   Que je ne m'abandonne à me perdre moi-même.

Qui hâtera ma mort ? Où sont les Conjurés

J'y suis mieux résolu qu'ils n'y sont préparés

Que celui qui soupire après mes funérailles,

Me déchire le sein, me perce les entrailles,

1860   Et rende ses souhaits accomplis de tout point.

SABINE

Que veut dire Seigneur.

NÉRON

Ah ! Ne parle point.

Éloigne-toi d'ici ; fuis promptement, Sabine,

De peur que ma colère éclate à ta ruine :

Ô Ciel ! Qui me veux mal et que je veux braver,

1865   Des pièges que tu tends on ne se peut sauver :

Tu prépares pour moi quelque éclat de tonnerre,

Mais avant, je perdrai la moitié de la terre.

 


Extrait du Privilège du Roi.

Par grâce et Privilège du Roi donné à Fontainebleau le 17. jour d'Octobre 1644. Signé, Par le Roi en son Conseil, LE BRUN, Il est permis à TOUSSAINCT QUINET Marchand Libraire à Paris, d'imprimer ou faire imprimer, vendre et distribuer une pièce de Théâtre intitulée, La Mort de Sénèque, Tragédie, de Monsieur Tristan, durant le temps et espace de cinq ans, à compter du jour qu'elle sera achevée d'imprimer : et défenses sont faites à tous Imprimeurs, Libraires et autres, de contrefaire ladite pièce, ni en vendre ou exposer en vente à peine de trois mille livres d'amende, de tous dépends, dommages et intérêts, ainsi qu'il est plus amplement porté par les dites lettres, qui sont en vertu du présent extrait tenues pour bien et dûment signifiées, à ce qu'aucun n'en prétende cause d'ignorance.

Achevé d'imprimer pour la première fois le dixième Janvier 1645. Les Exemplaires ont été fournis.

Notes

[1] Festiner : faire festin. Festin : grand repas qu'on donne avec cérémonie. [F]

[2] Auspice : Signifie un présage, ou des circonstances qui font espérer un heureux succès, ou en appréhender un mauvais. [F]

[3] Squadre : terme issu de l'italien, pour escouade, qui est partie d'une compagnie d'infanterie.

[4] Pâmer : qui se dit ordinairement avec la pronom personnel, tomber en défaillance, perdre l'usage des sens [F]

[5] Champ de Mars : vaste plaine de Rome qui se situait au nord-ouest, hors les murs, dans une boucle du Tibre.

[6] Alecton : Une des trois furies de la mythologie.

[7] Ici, il manque un vers pour rimer avec "faite" dans la scène suivante. Vérifié dans l'édition critique d'Hachette 1919, réimprimée en 1984 par Nizet, et les oeuvres complètes chez Honoré champion Tome IV en 2001 .

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies