L'ENGAGEMENT TÉMÉRAIRE

COMÉDIE EN TROIS ACTES

1747

par Mr ROUSSEAU


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 29/12/2016 à 19:37:24.


AVERTISSEMENT.

Rien n'est plus plat que cette pièce. Cependant j'ai gardé quelque attachement pour elle, à cause de la gaîté du troisième acte, et de la facilité avec laquelle elle fut faite en trois jours, grâce à la tranquillité et au contentement d'esprit où je vivais alors, sans connaître l'art d'écrire, et sans aucune prétention. Si je fais moi-même l'édition générale, j'espère avoir assez de raison pour en retrancher ce barbouillage, sinon je laisse à ceux que j'aurai charges de cette entreprise le soin de juger de ce qui convient, soit à sa mémoire, soit au goût présent du public.


PERSONNAGES

DORANTE, ami de Valère.

VALÈRE, ami de Dorante.

ISABELLE, veuve.

ÉLIANTE, cousine d'Isabelle.

LISETTE, suivante d'Isabelle.

CARLIN, valet de Dorante.

UN NOTAIRE.

UN LAQUAIS.

La scène est dans le château d'Isabelle.


ACTE I

SCÈNE I.
Isabelle, Éliante.

ISABELLE.

L'hymen va donc enfin serrer des noeuds si doux ;  [ 1 Hymen : signifie aussi poétiquement le mariage. [F]]

Valère, à son retour, doit être votre époux :

Vous allez être heureuse. Ah ! Ma chère Éliante !

ÉLIANTE.

Vous soupirez ? Eh bien ! Si l'exemple vous tente,

5   Dorante vous adore, et vous le voyez bien.

Pourquoi gêner ainsi votre coeur et le sien ?

Car vous l'aimez un peu ; du moins je le soupçonne.

ISABELLE.

Non, l'hymen n'aura plus de droits sur ma personne,

Cousine ; un premier choix m'a trop mal réussi.

ÉLIANTE.

10   Prenez votre revanche en faisant celui-ci.

ISABELLE.

Je veux suivre la loi que j'ai su me prescrire ;

Ou du moins... Car Dorante a voulu me séduire,

Sous le feint nom d'ami s'emparer de mon coeur ;

Serais-je donc ainsi la dupe d'un trompeur ?

15   Qui, par le succès même, en serait plus coupable,

Et qui l'est trop, peut-être ?

ÉLIANTE.

Il est donc pardonnable.

ISABELLE.

Point ; il ne m'aura pas trompée impunément.

Il vient. Éloignons-nous, ma cousine, un moment.

Il n'est pas de son but aussi près qu'il le pense ;

20   Et je veux à loisir méditer ma vengeance.

SCÈNE II.

DORANTE, seul.

Elle m'évite encor ! Que veut dire ceci ?

Sur l'état de son coeur quand serai-je éclairci ?

Hasardons de parler... Son humeur m'épouvante :

Carlin connaît beaucoup sa nouvelle suivante ;

Il aperçoit Carlin.

25   Je veux... Carlin !

SCÈNE III.
Carlin, Dorante.

CARLIN.

Monsieur ?

DORANTE.

  Vois-tu bien ce château ?

CARLIN.

Oui, depuis fort longtemps.

DORANTE.

Qu'en dis-tu ?

CARLIN.

Qu'il est beau.

DORANTE.

Mais encor ?

CARLIN.

Beau, très beau, plus beau qu'on ne peut être.

Que diable !

DORANTE.

Et si bientôt j'en devenais le maître,

T'y plairais-tu ?

CARLIN.

Selon : s'il nous restait garni ;

30   Cuisine foisonnante, et cellier bien fourni ;

Pour vos amusements, Isabelle, Éliante ;

Pour ceux du sieur Carlin, Lisette la suivante ;

Mais, oui, je m'y plairais.

DORANTE.

Tu n'es pas dégoûté.

Eh bien ! réjouis-toi, car il est...

CARLIN.

Acheté ?

DORANTE.

35   Non, mais gagné bientôt.

CARLIN.

  Bon ! par quelle aventure ?

Isabelle n'est pas d'âge ni de figure

À perdre ses châteaux en quatre coups de dé

DORANTE.

Il est à nous, te dis-je, et tout est décidé

Déjà dans mon esprit...

CARLIN.

Peste ! La belle emplette !

40   Résolue à part vous ? C'est une affaire faite.

Le château désormais ne saurait nous manquer.

DORANTE.

Songe à me seconder au lieu de te moquer.

CARLIN.

Oh ! Monsieur, je n'ai pas une tête si vive ;

Et j'ai tant de lenteur dans l'imaginative,

45   Que mon esprit grossier, toujours dans l'embarras,

Ne sait jamais jouir des biens que je n'ai pas :

Je serais un Crésus sans cette maladresse.  [ 2 Crésus : dernier roi de Lydie, de la race des Mermandes, célèbre par ses richesses, monta sur le trône en l'an 559 avant JC, et partagea son règne entre les plaisirs, la guerre et les arts. (...) [B]]

DORANTE.

Sais-tu, mon tendre ami, qu'avec ta gentillesse

Tu pourrais bien, pour prix de ta moralité,

50   Attirer sur ton dos quelque réalité ?

CARLIN.

Ah ! De moraliser je n'ai plus nulle envie.

Comme on te traite, hélas ! Pauvre philosophie !

Çà, vous pouvez parler, j'écoute sans souffler.

DORANTE.

Apprends donc un secret qu'à tous il faut celer,

55   Si tu le peux, du moins.

CARLIN.

  Rien ne m'est plus facile.

DORANTE.

Dieu le veuille ! En ce cas tu pourras m'être utile.

CARLIN.

Voyons.

DORANTE.

J'aime Isabelle.

CARLIN.

Oh ! Quel secret ! Ma foi,

Je le savais sans vous.

DORANTE.

Qui te l'a dit ?

CARLIN.

Vous.

DORANTE.

Moi ?

CARLIN.

Oui, vous : vous conduisez avec tant de mystère

60   Vos intrigues d'amour, qu'en cherchant à les taire,

Vos airs mystérieux, tous vos tours et retours

En instruisent bientôt la ville et les faubourgs.

Passons. À votre amour la belle répond-elle ?

DORANTE.

Sans doute.

CARLIN.

Vous croyez être aimé d'Isabelle ?

65   Quelle preuve avez-vous du bonheur de vos feux ?

DORANTE.

Parbleu ! Messer Carlin, vous êtes curieux.

CARLIN.

Oh ! Ce ton-là, ma foi, sent la bonne fortune ;

Mais trop de confiance en fait manquer plus d'une,

Vous le savez fort bien.

DORANTE.

Je suis sûr de mon fait,

70   Isabelle en tous lieux me fuit.

CARLIN.

  Mais en effet,

C'est de sa tendre ardeur une preuve constante !

DORANTE.

Écoute jusqu'au bout. Cette veuve charmante

À la fin de son deuil, déclara sans retour

Que son coeur pour jamais renonçait à l'amour.

75   Presque dès ce moment mon âme en fut touchée,

Je la vis, je l'aimai ; mais toujours attachée

Au voeu qu'elle avait fait, je sentis qu'il faudrait

Ménager son esprit par un détour adroit :

Je feignis pour l'hymen beaucoup d'antipathie,

80   Et, réglant mes discours sur sa philosophie,

Sous le tranquille nom d'une douce amitié,

Dans ses amusements je fus mis de moitié.

CARLIN.

Peste ! Ceci va bien. En amusant les belles  [ 3 Peste : se dit quelquefois par admiration ou par imprécation ou serment. [F]]

On vient au sérieux. Il faut rire auprès d'elles ;

85   Ce qu'on fait en riant est autant d'avancé.

DORANTE.

Dans ces ménagements plus d'un an s'est passée

Tu peux bien te douter qu'après toute une année,

On est plus familier qu'après une journée ;

Et mille aimables jeux se passent entre amis,

90   Qu'avec un étranger on n'aurait pas permis.

Or, depuis quelque temps j'aperçois qu'Isabelle

Se comporte avec moi d'une façon nouvelle.

Sa cousine toujours me reçoit du même oeil ;

Mais, sous l'air affecté d'un favorable accueil,

95   Avec tant de réserve Isabelle me traite,

Qu'il faut ou qu'en secret prévoyant sa défaite

Elle veuille éviter de m'en faire l'aveu,

Ou que d'un autre amant elle approuve le feu.

CARLIN.

Eh ! Qui voudriez-vous qui pût ici lui plaire ?

100   Il n'entre en ce château que vous seul et Valère,

Qui, près de la cousine en esclave enchaîné,

Va bientôt par l'hymen voir, son feu couronné.

DORANTE.

Moi donc, n'apercevant aucun rival à craindre,

Ne dois-je pas juger que, voulant se contraindre,

105   Isabelle aujourd'hui cherche à m'en imposer

Sur les progrès d'un feu qu'elle veut déguiser ?

Mais, avec quelque soin qu'elle cache sa flamme,

Mon coeur a pénétré le secret de son âme ;

Ses yeux ont sur les miens lancé ces traits charmants,

110   Présages fortunés du bonheur des amants.

Je suis aimé, te dis-je ; un retour plein de charmes

Paie enfin mes soupirs, mes transports et mes larmes...

CARLIN.

Économisez mieux ces exclamations ;

Il est, pour les placer, d'autres occasions

115   Où cela fait merveille. Or, quant à notre affaire,

Je ne vois pas encor ce que mon ministère,

Si vous êtes aimé, peut en votre faveur :

Que vous faut-il de plus ?

DORANTE.

L'aveu de mon bonheur.

Il faut qu'en ce château... Mais j'aperçois Lisette.

120   Va m'attendre au logis. Surtout, bouche discrète.

CARLIN.

Vous offensez, monsieur, les droits de mon métier.

On doit choisir son monde, et puis s'y confier.

DORANTE, le rappelant.

Ah ! J'oubliais... Carlin, j'ai reçu de Valère

Une lettre d'avis que, pour certaine affaire

125   Qu'il ne m'explique pas, il arrive aujourd'hui.

S'il vient, cours aussitôt m'en avertir ici.

SCÈNE IV.
Dorante, Lisette.

DORANTE.

Ah ! c'est toi, belle enfant ! Eh ! bonjour, ma Lisette :

Comment, vont les galants ? À ta mine coquette

On pourrait bien gager au moins pour deux ou trois :

130   Plus le nombre en est grand, et mieux on fait son choix.

LISETTE.

Vous me prêtez, monsieur, un petit caractère,

Mais fort joli vraiment !

DORANTE.

Bon, bon, point de colère.

Tiens, avec ces traits-là, Lisette, par ta foi,

Peux-tu défendre aux gens d'être amoureux de toi ?

LISETTE.

135   Fort bien. Vous débitez la fleurette à merveilles,

Et vos galants discours enchantent les oreilles,

Mais au fait, croyez-moi.

DORANTE.

Parbleu ! tu me ravis,

Feignant de vouloir l'embrasser.

J'aime à te prendre au mot.

LISETTE.

Tout doux ! monsieur !

DORANTE.

Tu ris,

Et je veux rire aussi.

LISETTE.

Je le vois. Malepeste !

140   Comme a m'interpréter, monsieur, vous êtes leste !

Je m'entends autrement, et sais qu'auprès de nous

Ce jargon séduisant de messieurs tels que vous

Montre, par ricochet, où le discours s'adresse.

DORANTE.

Quoi ! tu penserais donc qu'épris de ta maîtresse...

LISETTE.

145   Moi ? je ne pense rien : mais, si vous m'en croyez,

Vous porterez ailleurs des feux trop mal payés.

DORANTE, vivement.

Ah ! je l'avais prévu : l'ingrate a vu ma flamme,

Et c'est pour m'accabler qu'elle a lu dans mon âme.

LISETTE.

Qui vous a dit cela ?

DORANTE.

Qui nie l'a dit ? c'est toi.

LISETTE.

150   Moi ? je n'y songe pas.

DORANTE.

Comment ?

LISETTE.

  Non, par ma foi.

DORANTE.

Et ces feux mal payés, est-ce un rêve ? est-ce un conte ?

LISETTE.

Diantre ! comme au cerveau d'abord le feu vous monte !

Je ne m'y frotte plus.

DORANTE.

Ah ! daigne m'éclaircir.

Quel plaisir peux-tu prendre à me faire souffrir !

LISETTE.

155   Et pourquoi si longtemps, vous, me faire un mystère

D'un secret dont je dois être dépositaire ?

J'ai voulu vous punir par un peu de souci

Isabelle n'a rien aperçu jusqu'ici.

À part.

C'est mentir.

Haut.

Mais gardez qu'elle ne vous soupçonne ;

160   Car je doute en ce cas que son coeur vous pardonne.

Vous ne sauriez penser jusqu'où va sa fierté.

DORANTE.

Me voilà retombé dans ma perplexité.

LISETTE.

Elle vient. Essayez de lire dans son âme,

Et surtout avec soin cachez-lui votre flamme ;

165   Car vous êtes perdu si vous la laissez voir.

DORANTE.

Hélas ! Tant de lenteur me met au désespoir.

SCÈNE V.
Isabelle, Dorante, Lisette.

ISABELLE.

Ah ! Dorante, bonjour. Quoi ! Tous deux tête à tête !

Eh mais ! vous faisiez donc votre cour à Lisette ?

Elle est vraiment gentille et de bon entretien.

DORANTE.

170   Madame, il me suffit qu'elle vous appartient

Pour rechercher en tout le bonheur de lui plaire.

ISABELLE.

Si c'est là votre objet, rien ne vous reste a faire,

Car Lisette s'attache a tous mes sentiments.

DORANTE.

Ah ! madame...

ISABELLE.

Oh ! surtout, quittons les compliments,

175   Et laissons aux amants ce vulgaire langage.

La sincère amitié, de son froid étalage

A toujours dédaigné le fade et vain secours :

On n'aime point assez quand on le dit toujours.

DORANTE.

Ah ! du moins une fois heureux qui peut le dire.

LISETTE, bas.

180   Taisez-vous donc, jaseur.

ISABELLE.

  J'oserais bien prédire

Que, sur le ton touchant dont vous vous exprimez.

Vous aimerez bientôt, si déjà vous n'aimez.

DORANTE.

Moi, madame ?

ISABELLE.

Oui, vous.

DORANTE.

Vous me raillez, sans doute ?

LISETTE, à part.

Oh ! ma foi, pour le coup mon homme est en déroute.

ISABELLE.

185   Je crois lire en vos yeux des symptômes d'amour.

DORANTE.

Haut, à Lisette, avec affectation.

Madame, en vérité... Pour lui faire ma cour,

Faut-il en convenir ?

LISETTE, bas.

Bravo ! prenez courage.

Haut, à Dorante.

Mais il faut bien, monsieur aider au badinage.

ISABELLE.

Point ici de détour : parlez-moi franchement ;

190   Seriez-vous amoureux ?

LISETTE, bas, vivement.

Gardez de...

DORANTE.

  Non, vraiment,

Madame, il me déplaît fort de vous contredire.

ISABELLE.

Sur ce ton positif, je n'ai plus rien à dire :

Vous ne voudriez pas, je crois, m'en imposer.

DORANTE.

J'aimerais mieux mourir que de vous abuser.

LISETTE, bas.

195   Il ment, ma foi, fort bien ; j'en suis assez contente.

ISABELLE.

Ainsi donc votre coeur, qu'aucun objet ne tente,

Les a tous dédaignés, et jusques aujourd'hui

N'en a point rencontré qui fût digne de lui ?

DORANTE, à part.

Ciel ! Se vit-on jamais en pareille détresse !

LISETTE.

200   Madame, il n'ose pas, par pure politesse,

Donner à ce discours son approbation ;

Mais je sais que l'amour est son aversion.

Bas, à Dorante.

Il faut ici du coeur.

ISABELLE.

Eh bien ! J'en suis charmée,

Voilà notre amitié pour jamais confirmée,

205   Si, ne sentant du moins nul penchant à l'amour,

Vous y voulez pour moi renoncer sans retour.

LISETTE.

Pour vous plaire, madame, il n'est rien qu'il ne fasse.

ISABELLE.

Vous répondez pour lui ! C'est de mauvaise grâce.

DORANTE.

Hélas ! J'approuve tout : dictez vos volontés.

210   Tous vos ordres par moi seront exécutés.

ISABELLE.

Ce ne sont point des lois, Dorante, que j'impose ;

Et si vous répugnez à ce que je propose,

Nous pouvons dès ce jour nous quitter bons amis.

DORANTE.

Ah ! Mon goût à vos voeux sera toujours soumis.

ISABELLE.

215   Vous êtes complaisant, je veux être indulgente ;

Et pour vous en donner une preuve évidente,

Je déclare à présent qu'un seul jour, un objet,

Doivent borner le voeu qu'ici vous avez fait.

Tenez pour ce jour seul votre coeur en défense ;

220   Évitez de l'amour jusques à l'apparence

Envers un seul objet que je vous nommerai ;

Résistez aujourd'hui, demain je vous ferai

Un don...

DORANTE, vivement.

À mon choix ?

ISABELLE.

Soit, il faut vous satisfaire ;

Et je vous laisserai régler votre salaire.

225   Je n'en excepte rien que les lois de l'honneur :

Je voudrais que le prix fût digne du vainqueur.

DORANTE.

Dieux ! Quels légers travaux pour tant de récompense !

ISABELLE.

Oui : mais si vous manquez un moment de prudence,

Le moindre acte d'amour, un soupir, un regard,

230   Un trait de jalousie enfin, de votre part,

Vous privent à l'instant du droit que je vous laisse :

Je punirai sur moi votre propre faiblesse,

En vous voyant alors pour la dernière fois :

Telles sont du pari les immuables lois.

DORANTE.

235   Ah ! Que vous m'épargnez de mortelles alarmes !

Mais quel est donc enfin cet objet plein de charmes

Dont les attraits pour moi sont tant à redouter ?

ISABELLE.

Votre coeur aisément pourra les rebuter :

Ne craignez rien.

DORANTE.

Et c'est ?

ISABELLE.

C'est moi.

DORANTE.

Vous ?

ISABELLE.

Oui, moi-même.

DORANTE.

240   Qu'entends-je !

ISABELLE.

  D'où vous vient cette surprise extrême ?

Si le combat avait moins de facilité,

Le prix ne vaudrait pas ce qu'il aurait coûté.

LISETTE.

Mais regardez-le donc ; sa figure est à peindre !

DORANTE, à part.

Non, je n'en reviens pas. Mais il faut me contraindre.

245   Cherchons en cet instant à remettre mes sens.

Mon coeur contre soi-même a lutté trop longtemps ;

Il faut un peu de trêve à cet excès de peine.

La cruelle a trop vu le penchant qui m'entraîne,

Et je ne sais prévoir, à force d'y penser,

250   Si l'on veut me punir ou me récompenser.

SCÈNE VI.
Isabelle, Lisette.

LISETTE.

De ce pauvre garçon le sort me touche l'âme.

Vous vous plaisez par trop à maltraiter sa flamme,

Et vous le punissez de sa fidélité.

ISABELLE.

Va, Lisette, il n'a rien qu'il n'ait bien mérité.

255   Quoi ! pendant si longtemps il m'aura pu séduire,

Dans ses pièges adroits il m'aura su conduire ;

Il aura, sous le nom d'une douce amitié...

LISETTE.

Fait prospérer l'amour ?

ISABELLE.

Et j'en aurais pitié !

Il faut que ces trompeurs trouvent dans nos caprices

260   Le juste châtiment de tous leurs artifices.

Tandis qu'ils sont amants, ils dépendent de nous :

Leur tour ne vient que trop sitôt qu'ils sont époux.

LISETTE.

Ce sont bien, il est vrai, les plus francs hypocrites !

Ils vous savent longtemps faire les chattemites :

265   Et puis gare la griffe. Oh ! d'avance auprès d'eux

Prenons notre revanche.

ISABELLE, en soi-même.

Oui, le tour est heureux.

À Lisette.

Je médite à Dorante une assez bonne pièce

Où nous aurons besoin de toute ton adresse.

Valère en peu de jours doit venir de Paris ?

LISETTE.

270   Il arrive aujourd'hui, Dorante en a l'avis.

ISABELLE.

Tant mieux, à mon projet cela vient à merveilles.

LISETTE.

Or, expliquez-nous donc la ruse sans pareilles.

ISABELLE.

Valère et ma cousine, unis d'un même amour,

Doivent se marier peut-être dès ce jour.

275   Je veux de mon dessein la faire confidente.

LISETTE.

Que ferez-vous, hélas ! de la pauvre Éliante ?

Elle gâtera tout. Avez-vous oublié

Qu'elle est la bonté même, et que, peu délié,

Son esprit n'est pas fait pour le moindre artifice,

280   Et moins encor son coeur pour la moindre malice ?

ISABELLE.

Tu dis fort bien, vraiment ; mais pourtant mon projet

Demanderait... Attends... Mais oui, voilà le fait.

Nous pouvons aisément la tromper elle-même ;

Cela n'en fait que mieux pour notre stratagème.

LISETTE.

285   Mais si Dorante, enfin, par l'amour emporté,

Tombe dans quelque piège où vous l'aurez jeté,

Vous ne pousserez pas, du moins, la raillerie

Plus loin que ne permet une plaisanterie ?

ISABELLE.

Qu'appelles-tu, plus loin ? Ce sont ici des jeux,

290   Mais dont l'événement doit être sérieux.

Si Dorante est vainqueur et si Dorante m'aime,

Qu'il demande ma main, il l'a dès l'instant même ;

Mais si son faible coeur ne peut exécuter

La loi que par ma bouche il s'est laissé dicter,

295   Si son étourderie un peu trop loin l'entraîne,

Un éternel adieu va devenir la peine

Dont je me vengerai de sa séduction,

Et dont je punirai son indiscrétion.

LISETTE.

Mais s'il ne commettait qu'une faute légère

300   Pour qui la moindre peine est encor trop sévère ?

ISABELLE.

D'abord, à ses dépens nous nous amuserons ;

Puis nous verrons après ce que nous en ferons.

ACTE II

SCÈNE I.
Isabelle, Lisette.

LISETTE.

Oui, tout a réussi, madame, par merveilles.

Éliante écoutait de toutes ses oreilles,

305   Et sur nos propos feints, dans sa vaine terreur,

Nous donne bien, je pense, au diable de bon coeur.

ISABELLE.

Elle croit tout de bon que j'en veux à Valère ?

LISETTE.

Et que trouvez-vous là que de fort ordinaire ?

D'une amie en secret s'approprier l'amant,

310   Dame ! attrape qui peut.

ISABELLE.

  Ah ! très assurément

Ce procédé va mal avec mon caractère.

D'ailleurs...

LISETTE.

Vous n'aimez point l'amant qui sait lui plaire,

Et la vertu vous dit de lui laisser son bien.

Ah ! qu'on est généreux quand il n'en coûte rien !

ISABELLE.

315   Non, quand je l'aimerais, je ne suis pas capable...

LISETTE.

Mais croyez-vous au fond d'être bien moins coupable ?

ISABELLE.

Le tour, je te l'avoue, est malin.

LISETTE.

Très malin.

ISABELLE.

Mais...

LISETTE.

Les frais en sont faits, il faut en voir la fin,

N'est-ce pas ?

ISABELLE.

Oui. Je vais faire la fausse lettre.

320   À Valère feignant de la vouloir remettre,

Tu tâcheras tantôt, mais très adroitement,

Qu'elle parvienne aux mains de Dorante.

LISETTE.

Oh ! vraiment,

Carlin est si nigaud que...

ISABELLE.

Le voici lui-même :

Rentrons. Il vient à point pour notre stratagème.

SCÈNE II.

CARLIN.

325   Valère est arrivé ; moi j'accours à l'instant,

Et voilà la façon dont Dorante m'attend.

Où diable le chercher ? Hom, qu'il m'en doit de belles !

On dit qu'au dieu Mercure on a donné des ailes :

Il en faut en effet pour servir un amant,

330   S'il ne nourrit son monde assez légèrement

Pour compenser cela. Quelle maudite vie

Que d'être assujettis à tant de fantaisie !

Parbleu ! ces maîtres-là sont de plaisants sujets !

Ils prennent, par ma foi, leurs gens pour leurs valets !

SCÈNE III.
Éliante, Carlin.

ÉLIANTE, sans voir Carlin.

335   Ciel ! Que viens-je d'entendre ? Et qui voudra le croire ?

Inventa-t-on jamais perfidie aussi noire ?

CARLIN.

Éliante paraît ; elle a les yeux en pleurs !

À qui diable en a-t-elle ?

ÉLIANTE.

À de telles noirceurs

Qui pourrait reconnaître Isabelle et Valère ?

CARLIN.

340   Ceci couvre à coup sûr quelque nouveau mystère.

ÉLIANTE.

Ah ! Carlin, qu'à propos je te rencontre ici !

CARLIN.

Et moi, très à propos je vous y trouve aussi,

Madame, si je puis vous y marquer mon zèle.

ÉLIANTE.

Cours appeler Dorante, et dis-lui qu'Isabelle,

345   Lisette, et son ami, nous trahissent tous trois.

CARLIN.

Je le cherche moi-même, et déjà par deux fois

J'ai couru jusqu'ici pour lui pouvoir apprendre

Que Valère au logis est resté pour l'attendre.

ÉLIANTE.

Valère ? Ah ! Le perfide ! Il méprise mon coeur,

350   Il épouse Isabelle ; et sa coupable ardeur,

À son ami Dorante arrachant sa maîtresse,

Outrage en même temps l'honneur et la tendresse.

CARLIN.

Mais de qui tenez-vous un si bizarre fait ?

Il faut se défier des rapports qu'on nous fait.

ÉLIANTE.

355   J'en ai, pour mon malheur, la preuve trop certaine.

J'étais par pur hasard dans la chambre prochaine ;

Isabelle et Lisette arrangeaient leur complot.

À travers la cloison, jusques au moindre mot,

J'ai tout entendu...

CARLIN.

Mais, c'est de quoi me confondre ;

360   À cette preuve-là je n'ai rien à répondre.

Que puis-je cependant faire pour vous servir ?

ÉLIANTE.

Lisette en peu d'instants sûrement doit sortir

Pour porter à Valère elle-même une lettre

Qu'Isabelle en ses mains tantôt a dû remettre.

365   Tâche de la surprendre, ouvre-la, porte-la

Sur-le-champ à Dorante ; il pourra voir par là

De tout leur noir complot la trame criminelle.

Qu'il tâche à prévenir cette injure cruelle,

Mon outrage est le sien.

CARLIN.

Madame, la douleur

370   Que je ressens pour vous dans le fond de mon coeur...

Allume dans mon âme... une telle colère...

Que mon esprit... ne peut... Si je tenais Valère...

Suffit... Je ne dis rien... Mais, ou nous ne pourrons,

Madame, vous servir... ou nous vous servirons.

ÉLIANTE.

375   De mon juste retour tu peux tout te promettre.

Lisette va venir : souviens-toi de la lettre.

Un autre procédé serait plus généreux ;

Mais contre les trompeurs on peut agir comme eux.

Faute d'autre moyen pour le faire connaître,

380   C'est en le trahissant qu'il faut punir un traître.

SCÈNE IV.

CARLIN.

Souviens-toi ! c'est bien dit ; mais pour exécuter

Le vol qu'elle demande, il y faut méditer.

Lisette n'est pas grue, et le diable m'emporte

Si l'on prend ce qu'elle a que de la bonne sorte.

385   Je n'y vois qu'embarras. Examinons pourtant

Si l'on ne pourrait point... Le cas est important ;

Mais il s'agit ici de ne point nous commettre,

Car mon dos... C'est Lisette, et j'aperçois la lettre.

Éliante, ma foi, ne s'est trompée en rien.

SCÈNE V.
Carlin, Lisette, avec une lettre dans le sein.

LISETTE, à part.

390   Voilà déjà mon drôle aux aguets : tout va bien.

CARLIN.

À part.

Hasardons l'aventure.

Haut.

Eh ! comment va Lisette ?

LISETTE.

Je ne te voyais pas ; on dirait qu'en vedette

Quelqu'un t'aurait mis là pour détrousser les gens.

CARLIN.

Mais, j'aimerais assez à piller les passants

395   Qui te ressembleraient.

LISETTE.

  Aussi peu redoutables ?

CARLIN.

Non, des gens qui seraient autant que toi volables.

LISETTE.

Que leur volerais-tu ? pauvre enfant ! je n'ai rien.

CARLIN.

Carlin de ce rien-là s'accommoderait bien.

Essayant d'escamoter la lettre.

Par exemple, d'abord je tâcherais de prendre...

LISETTE.

400   Fort bien ; mais de ma part tâchant de me défendre,

Vous ne prendriez rien, du moins pour le moment.

Elle met la lettre dans la poche de son tablier du côté de Carlin.

CARLIN.

Il faudrait donc tâcher de m'y prendre autrement.

Qu'est-ce que cette lettre ? où vas-tu donc la mettre ?

LISETTE, feignant d'être embarrassée.

Cette lettre. Carlin ? Eh mais, c'est une lettre...

405   Que je mets dans ma poche.

CARLIN.

  Oh ! vraiment, je le vois.

Mais voudrais-tu me dire à qui ?...

Il tâche encore de prendre la lettre.

LISETTE, mettant la lettre dans l'autre poche opposée à Carlin.

Déjà deux fois

Vous avez essayé de la prendre par ruse.

Je voudrais bien savoir...

CARLIN.

Je te demande excuse ;

Je dois à tes secrets ne prendre aucune part.

410   Je voulais seulement savoir si par hasard

Cette lettre n'est point pour Valère ou Dorante.

LISETTE.

Et si c'était pour eux...

CARLIN.

D'abord, je me présente,

Ainsi que je ferais même en tout autre cas,

Pour la porter moi-même et vous sauver des pas.

LISETTE.

415   Elle est pour d'autres gens.

CARLIN.

  Tu mens ; voyons la lettre :

LISETTE.

Et si, vous la donnant, je vous faisais promettre

De ne la point montrer, me le tiendriez-vous ?

CARLIN.

Oui. Lisette, en honneur, j'en jure à tes genoux.

LISETTE.

Vous m'apprenez comment il faudra me conduire.

420   De ne la point montrer on a su me prescrire ;

J'ai promis en honneur.

CARLIN.

Oh ! c'est un autre point :

Ton honneur et le mien ne se ressemblent, point.

LISETTE.

Ma foi, monsieur Carlin, j'en serais très fâchée.

Voyez l'impertinent !

CARLIN.

Ah ! vous êtes cachée !

425   Je connais maintenant quel est votre motif.

Votre esprit en détours serait moins inventif,

Si la lettre touchait un autre que vous-même :

Un traître rival est l'objet du stratagème,

Et j'ai, pour mon malheur, trop su le pénétrer

430   Par vos précautions pour ne la point montrer.

LISETTE.

Il est vrai ; d'un rival devenue amoureuse,

De vos soins désormais je suis peu curieuse.

CARLIN, en déclamant.

Oui, perfide, je vois que vous me trahissez

Sans retour pour mes soins, pour mes travaux passés ;

435   Quand je vous promenais par toutes les guinguettes,

Lorsque je vous aidais à plisser vos cornettes,

Quand je vous faisais voir la Foire ou l'Opéra,

Toujours, me disiez-vous, notre amour durera.

Mais déjà d'autres feux ont chassé de ton âme

440   Le charmant souvenir de ton ancienne flamme.

Je sens que le regret m'accable de vapeurs ;

Barbare, c'en est fait, c'est pour toi que je meurs !

LISETTE.

Non, je t'aime toujours. Mais il tombe en faiblesse.

Pendant que Lisette le soutient et lui fait sentir son flacon, Carlin lui vole la lettre.

Pourquoi vouloir aussi lui cacher ma tendresse ?

445   C'est moi qui, l'assassine. Eh ! vite mon flacon.

À part.

Sens, sens, mon pauvre enfant. Ah ! le rusé fripon !

Haut.

Comment te trouves-tu ?

CARLIN.

Je reviens à la vie.

LISETTE.

De la mienne bientôt ta mort serait suivie.

CARLIN.

Ta divine liqueur m'a tout réconforté.

LISETTE, à part.

450   C'est ma lettre, coquin, qui t'a ressuscité.

Haut.

Avec toi cependant trop longtemps je m'amuse ;

Il faudra que je rêve à trouver quelque excuse,

Et déjà je devrais être ici de retour.

Adieu, mon cher Carlin.

CARLIN.

Tu t'en vas, mon amour ?

455   Rassure-moi, du moins, sur ta persévérance.

LISETTE.

Eh quoi ! peux-tu douter de toute ma constance ?

À part.

Il croit m'avoir dupée, et rit de mes propos :

Avec tout leur esprit, les hommes sont des sots.

SCÈNE VI.

CARLIN.

À la fin je triomphe, et voici ma conquête.

460   Ce n'est pas tout ; il faut encore un coup de tête :

Car, à Dorante ainsi si je vais la porter,

Il la rend aussitôt sans la décacheter ;

La chose est immanquable : et cependant Valère

Vous lui souffle Isabelle, et, sous mon ministère,

465   Je verrai ses appas, je verrai ses écus

Passer en d'autres mains, et mes projets perdus !

Il faut ouvrir la lettre... Eh ! oui ; mais si je l'ouvre,

Et par quelque malheur que mon vol se découvre,

Valère pourrait bien... La peste soit du sot !

470   Qui diable le saura ? moi, je n'en dirai mot.

Lisette aura sur moi quelque soupçon peut-être :

Eh bien ! nous mentirons... Allons, servons mon maître,

Et contentons surtout ma curiosité.

La cire ne tient point, tout est déjà sauté ;

475   Tant mieux : la refermer sera chose facile...

Il lit en parcourant.

Diable ! voyons ceci.

« Je vous préviens par cette lettre, mon cher Valère, supposant que vous arriverez aujourd'hui, comme nous en sommes convenus. Dorante est notre dupe plus que jamais : il est toujours persuadé que c'est à Éliante que vous en voulez, et j'ai imaginé là-dessus un stratagème assez plaisant pour nous amuser à ses dépens, et l'empêcher de troubler notre mariage. J'ai fait avec lui une espèce de pari, par lequel il s'est engagé à ne me donner d'ici à demain aucune marque d'amour ni de jalousie, sous peine de ne me voir jamais. Pour le séduire plus sûrement, je l'accablerai de tendresses outrées, que vous ne devez prendre à son égard que pour ce qu'elles valent ; s'il manque à son engagement, il m'autorise à rompre avec lui sans détour ; et s'il l'observe, il nous délivre de ses importunités jusqu'à la conclusion de l'affaire. Adieu. Le notaire est déjà mandé : tout est prêt pour l'heure marquée, et je puis être à vous dès ce soir. »

ISABELLE.

Tubleu ! Le joli style !

Après de pareils tours on ne dit rien, sinon

Qu'il faut pour les trouver être femme ou démon.

Oh ! que voici de quoi bien réjouir mon maître !

480   Quelqu'un vient ; c'est lui-même.

SCÈNE VII.
Dorante, Carlin.

DORANTE.

  Où te tiens-tu donc, traître ?

Je te cherche partout.

CARLIN.

Moi, je vous cherche aussi :

Ne m'avez-vous pas dit de revenir ici ?

DORANTE.

Mais pourquoi si longtemps ?...

CARLIN.

Donnez-vous patience.

Si vous montrez en tout la même pétulance,

485   Nous allons voir beau jeu.

DORANTE.

  Qu'est-ce que ce discours ?

CARLIN.

Ce n'est rien ; seulement à vos tendres amours

Il faudra dire adieu.

DORANTE.

Quelle sotte nouvelle

Viens-tu ?...

CARLIN.

Point de courroux. Je sais bien qu'Isabelle

Dans le fond de son coeur vous aime uniquement ;

490   Mais, pour nourrir toujours un si doux sentiment,

Voyez comme de vous elle parle à Valère.

DORANTE.

L'écriture, en effet, est de son caractère.

Il lit la lettre.

Que vois-je ? malheureux ! d'où te vient ce billet ?

CARLIN.

Allez-vous soupçonner que c'est moi qui l'ai fait ?

DORANTE.

495   D'où te vient-il ? te dis-je.

CARLIN.

  À la chère suivante

Je l'ai surpris tantôt par ordre d'Éliante.

DORANTE.

D'Éliante ! Comment ?

CARLIN.

Elle avait découvert

Toute la trahison qu'arrangeaient de concert

Isabelle et Lisette, et pour vous en instruire,

500   Jusqu'en ce vestibule a couru me le dire.

La pauvre enfant pleurait.

DORANTE.

Ah ! Je suis confondu !

Aveuglé que j'étais ! comment n'ai-je pas dû,

Dans leurs airs affectés, voir leur intelligence ?

On abuse aisément un coeur sans défiance.

505   Ils se riaient ainsi de ma simplicité !

CARLIN.

Pour moi, depuis longtemps je m'en étais douté.

Continuellement on les trouvait ensemble.

DORANTE.

Ils se voyaient fort peu devant moi, ce me semble.

CARLIN.

Oui, c'était justement pour mieux cacher leur jeu.

510   Mais leurs regards...

DORANTE.

  Non pas ; ils se regardaient peu,

Par affectation.

CARLIN.

Parbleu ! Voilà l'affaire.

DORANTE.

Chez moi-même à l'instant ayant trouvé Valère,

J'aurais dû voir, au ton dont parlant de leurs noeuds

D'Éliante avec art il faisait l'amoureux,

515   Que l'ingrat ne cherchait qu'à me donner le change.

CARLIN.

Jamais crédulité fut-elle plus étrange ?

Mais que sert le regret ? et qu'y faire après tout ?

DORANTE.

Rien ; je veux seulement savoir si jusqu'au bout

Ils oseront porter leur lâche stratagème.

CARLIN.

520   Quoi ! Vous prétendez donc être témoin vous-même ?

DORANTE.

Je veux voir Isabelle, et, feignant d'ignorer

Le prix qu'à ma tendresse elle a su préparer,

Pour la mieux détester je prétends me contraindre,

Et sur son propre exemple apprendre l'art de feindre.

525   Toi, va tout préparer pour partir dès ce soir.

CARLIN, va et revient.

Peut-être...

DORANTE.

Quoi ?

CARLIN.

J'y cours.

DORANTE.

Je suis au désespoir.

Elle vient. À ses yeux déguisons ma colère.

Qu'elle est charmante ! Hélas ! comment se peut-il faire

Qu'un esprit aussi noir anime tant d'attraits ?

SCÈNE VIII.
Isabelle, Dorante.

ISABELLE.

530   Dorante, il n'est plus temps d'affecter désormais

Sur mes vrais sentiments un secret inutile.

Quand la chose nous touche ; on voit la moins habile

À l'erreur qu'elle feint se livrer rarement.

Je prétends avec vous agir plus franchement.

535   Je vous aime, Dorante ; et ma flamme sincère,

Quittant ces vains dehors d'une sagesse austère

Dont le faste sert mal à déguiser le coeur,

Veut bien à vos regards dévoiler son ardeur.

Après avoir longtemps vanté l'indifférence,

540   Après avoir souffert un an de violence,

Vous ne sentez que trop qu'il n'en coûte pas peu

Quand on se voit réduite à faire un tel aveu.

DORANTE.

Il faut en convenir ; je n'avais pas l'audace

De m'attendre, madame, à cet excès de grâce.

545   Cet aveu me confond, et je ne puis douter

Combien, en le faisant, il a dû vous coûter.

ISABELLE.

Votre discrétion, vos feux, votre constance,

Ne méritaient pas moins que cette récompense ;

C'est au plus tendre amour, à l'amour éprouvé,

550   Qu'il faut rendre l'espoir dont je l'avais privé.

Plus vous auriez d'ardeur, plus, craignant ma colère,

Vous vous attacheriez à ne pas me déplaire ;

Et mon exemple seul a pu vous dispenser

De me cacher un feu qui devait m'offenser.

555   Mais quand à vos regards toute ma flamme éclate,

Sur vos vrais sentiments peut-être je me flatte,

Et je ne les vois point ici se déclarer

Tels qu'après cet aveu j'aurais pu l'espérer.

DORANTE.

Madame, pardonnez au trouble qui me gêne,

560   Mon bonheur est trop grand pour le croire sans peine.

Quand je songe quel prix vous m'avez destiné,

De vos rares bontés je me sens étonné.

Mais moins à ces bontés j'avais droit de prétendre,

Plus au retour trop dû vous devez vous attendre.

565   Croyez, sous ces dehors de la tranquillité,

Que le fond de mon coeur n'est pas moins agité.

ISABELLE.

Non, je ne trouve point que votre air soit tranquille ;

Mais il semble annoncer plus de torrents de bile

Que de transports d'amour : je ne crois pas pourtant

570   Que mon discours, pour vous, ait eu rien d'insultant,

Et sans trop me flatter, d'autres à votre place

L'auraient pu recevoir d'un peu meilleure grâce.

DORANTE.

À d'autres, en effet, il eût convenu mieux.

Avec autant de goût on a de meilleurs yeux,

575   Et je ne trouve point, sans doute, en mon mérite,

De quoi justifier ici votre conduite :

Mais je vois qu'avec moi vous voulez plaisanter ;

C'est à moi de savoir, madame, m'y prêter.

ISABELLE.

Dorante, c'est pousser bien loin la modestie :

580   Ceci n'a point trop l'air d'une plaisanterie :

Il nous en coûte assez en déclarant nos feux,

Pour ne pas faire un jeu de semblables aveux.

Mais je crois pénétrer le secret de votre âme ;

Vous craignez que, cherchant à tromper votre flamme,

585   Je ne veuille abuser du défi de tantôt

Pour tâcher aujourd'hui de vous prendre en défaut.

Je ne vous cache point qu'il me paraît étrange

Qu'avec autant d'esprit on prenne ainsi le change :

Pensez-vous que des feux qu'allument nos attraits

590   Nous redoutions si fort les transports indiscrets,

Et qu'un amour ardent jusqu'à l'extravagance

Ne nous flatte pas mieux qu'un excès de prudence ?

Croyez, si votre sort dépendait du pari,

Que c'est de le gagner que vous seriez puni.

DORANTE.

595   Madame, vous jouez fort bien la comédie ;

Votre talent m'étonne, il me fait même envie ;

Et, pour savoir répondre à des discours si doux,

Je voudrais en cet art exceller comme vous :

Mais, pour vouloir trop loin pousser le badinage,

600   Je pourrais à la fin manquer mon personnage,

Et reprenant peut-être un ton trop sérieux...

ISABELLE.

À la plaisanterie il n'en ferait que mieux.

Tout de bon, je ne sais où de cette boutade

Votre esprit a péché la grotesque incartade.

605   Je m'en amuserais beaucoup en d'autres temps.

Je ne veux point ici vous gêner plus longtemps.

Si vous prenez ce ton par pure gentillesse,

Vous pourriez l'assortir avec la politesse ;

Si vos mépris par moi veulent se signaler,

610   Il faudra bien chercher de quoi m'en consoler.

DORANTE, en fureur.

Ah ! per...

ISABELLE, l'interrompant vivement.

Quoi !

DORANTE, faisant effort pour se calmer.

Je me tais

ISABELLE, à part.

De peur d'étourderie,

Allons faire en secret veiller sur sa furie.

Dans ses emportements je vois tout son amour...

Je crains bien à la fin de l'aimer à mon tour.

Elle sort en faisant d'un air poli, mais railleur, une révérence à Dorante.

SCÈNE IX.

DORANTE.

615   Me suis-je assez longtemps contraint en sa présence ?

Ai-je montré près d'elle assez de patience ?

Ai-je assez observé ses perfides noirceurs ?

Suis-je assez poignardé de ses fausses douleurs ?

Douceurs pleines de fiel, d'amertume et de larmes,

620   Grands dieux ! que pour mon coeur vous eussiez eu de charmes !

Si sa bouche, parlant avec sincérité,

N'eût pas au fond du sien trahi la vérité !

J'en ai trop enduré, je devais la confondre ;

À cette lettre enfin qu'eût-elle osé répondre ?

625   Je devais à mes yeux un peu l'humilier ;

Je devais... Mais plutôt songeons à l'oublier.

Fuyons, éloignons-nous de ce séjour funeste ;

Achevons d'étouffer un feu que je déteste

Mais ne partons qu'après avoir tiré raison

630   Du perfide Valère et de sa trahison.

ACTE III

SCÈNE I.
Lisette, Dorante, Valère.

LISETTE.

Que vous êtes tous deux ardents à la colère !

Sans moi vous alliez faire une fort belle affaire !

Voilà mes bons amis si prompts à s'engager ;

Ils sont encor plus prompts souvent à s'égorger ;

DORANTE.

635   J'ai tort, mon cher Valère, et t'en demande excuse :

Mais pouvais-je prévoir une semblable ruse ?

Qu'un coeur bien amoureux est facile à duper !

Il n'en fallait pas tant, hélas ! pour me tromper.

VALÈRE.

Ami, je suis charmé du bonheur de la flamme.

640   Il manquait à celui qui pénètre mon âme

De trouver dans ton coeur les mêmes sentiments,

Et de nous voir heureux tous deux en même temps.

LISETTE, à Valère.

Vous pouvez en parler tout-à-fait à votre aise ;

Mais pour monsieur Dorante, il faut, ne lui déplaise,

645   Qu'il nous fasse l'honneur de prendre son congé.

DORANTE.

Quoi ! songes-tu ?

LISETTE.

C'est vous qui n'avez pas songé

À la loi qu'aujourd'hui vous prescrit Isabelle.

On peut se battre, au fond, pour une bagatelle,

Avec les gens qu'on croit qu'elle veut épouser :

650   Mais Isabelle est femme à s'en formaliser ;

Elle va, par orgueil, mettre en sa fantaisie

Qu'un tel combat s'est fait par pure jalousie ;

Et, sur de tels exploits, je vous laisse à juger

Quel prix à vos lauriers elle doit adjuger.

DORANTE.

655   Lisette, ah ! mon enfant, serais-tu bien capable

De trahir mon amour en me rendant coupable ?

Ta maîtresse de tout se rapporte à ta foi ;

Si tu veux me sauver cela dépend de toi.

LISETTE.

Point, je veux lui conter vos brillantes prouesses,

660   Pour vous faire ma cour.

DORANTE.

  Hélas ! de mes faiblesses

Montre quelque pitié.

LISETTE.

Très noble chevalier,

Jamais un paladin ne s'abaisse à prier :  [ 4 Paladin : Héros, ou ancien aventurier, ou chevalier errant, dont il est fait beaucoup de mention dans les romans, fondé sur ce que la plupart étaient des plus notables officiers de la Cour et du Palais de Charlemagne. [F]]

Tuer d'abord les gens, c'est la bonne manière.

VALÈRE.

Peux-tu voir de sang froid comme il se désespère,

665   Lisette ? Ah ! Sa douleur aurait dû t'attendrir.

LISETTE.

Si je lui dis un mot, ce mot pourra l'aigrir,

Et contre moi peut-être il tirera l'épée.

DORANTE.

J'avais compté sur toi, mon attente est trompée ;

Je n'ai plus qu'à mourir.

LISETTE.

Oh ! Le rare secret :

670   Mais il est du vieux temps, j'en ai bien du regret ;

C'était un beau prétexte.

VALÈRE.

Eh ! Ma pauvre Lisette,

Laisse de ces propos l'inutile défaite ;

Sers-nous si tu le peux, si tu le veux du moins,

Et compte que nos coeurs acquitteront tes soins.

DORANTE.

675   Si tu rends de mes feux l'espérance accomplie,

Dispose de mes biens, dispose de ma vie ;

Cette bague d'abord...

LISETTE, prenant la bague.

Quelle nécessité ?

Je prétends vous servir par générosité

Je veux vous protéger auprès de ma maîtresse

680   Il faut qu'elle partage enfin votre tendresse ;

Et voici mon projet. Prévoyant de vos coups,

Elle m'avait tantôt envoyé près de vous

Pour empêcher le mal, et ramener Valère,

Afin qu'il ne vous pût éclaircir ce mystère ;

685   Que si je ne pouvais autrement tout parer,

Elle m'avait chargé de vous tout déclarer.

C'est donc ce que j'ai fait quand vous vouliez vous battre,

Et qu'il vous a fallu, monsieur, tenir à quatre.

Mais je devais, de plus, observer avec soin

690   Les gestes, dits et faits dont je serais témoin,

Pour voir si vous étiez fidèle à la gageure.

Or, si je m'en tenais à la vérité pure,

Vous sentez bien, je crois, que c'est fait de vos feux :

Il faudra donc mentir ; mais pour la tromper mieux

695   Il me vient dans l'esprit une nouvelle idée...

DORANTE.

Qu'est-ce ?

VALÈRE.

Dis-nous un peu...

LISETTE.

Je suis persuadée...

Non... Si... si fait... Je crois... Ma foi, je n'y suis plus.

DORANTE.

Morbleu !

LISETTE.

Mais à quoi bon tant de soins superflus ?

L'idée est toute simple ; écoutez bien, Dorante :

700   Sur ce que je dirai, bientôt impatiente,

Isabelle chez vous va vous faire appeler.

Venez ; mais comme si j'avais su vous celer

Le projet qu'aujourd'hui sur vous elle médite,

Vous viendrez sur le pied d'une simple visite,

705   Approuvant froidement tout ce qu'elle dira,

Ne contredisant rien de ce qu'elle voudra.

Ce soir un feint contrat pour elle et pour Valère

Vous sera proposé pour vous mettre en colère :

Signez-le sans façon ; vous pouvez être sûr

710   D'y voir partout du blanc pour le nom du futur.

Si vous vous tirez bien de votre petit rôle,

Isabelle, obligée à tenir sa parole,

Vous cède le pari peut-être dès ce soir,

Et le prix, par la loi, reste en votre pouvoir.

DORANTE.

715   Dieux ! quel espoir flatteur succède à ma souffrance !

Mais n'abuses-tu point ma crédule espérance ?

Puis-je compter sur toi ?

LISETTE.

Le compliment est doux !

Vous me payez ainsi de ma bonté pour vous ?

VALÈRE.

Il est fort question de te mettre en colère !

720   Songe à bien accomplir ton projet salutaire,

Et, loin de t'irriter contre ce pauvre amant,

Connais à ses terreurs l'excès de son tourment.

Mais je brûle d'ardeur de revoir Éliante :

Ne puis-je pas entrer ? Mon âme impatiente...

LISETTE.

725   Que les amants sont vifs ! Oui, venez avec moi.

À Dorante.

Vous, de votre bonheur fiez-vous à ma foi,

Et retournez chez vous attendre des nouvelles.

SCÈNE II.

DORANTE.

Je verrais terminer tant de peines cruelles !

Je pourrais voir enfin mon amour couronné !

730   Dieux ! À tant de plaisirs serais-je destiné ?

Je sens que les dangers ont irrité ma flamme ;

Avec moins de fureur elle brûlait mon âme

Quand je me figurais, par trop de vanité,

Tenir déjà le prix dont je m'étais flatté.

735   Quelqu'un vient. Évitons de me laisser connaître.

Avant le temps prescrit je ne dois point paraître.

Hélas ! mon faible coeur ne peut se rassurer,

Et je crains encor plus que je n'ose espérer.

SCÈNE III.
Éliante, Valère.

ÉLIANTE.

Oui, Valère, déjà de tout je suis instruite ;

740   Avec beaucoup d'adresse elles m'avaient séduite

Par un entretien feint entre elles concerté,

Et que, sans m'en douter, j'avais trop écouté.

VALÈRE.

Eh quoi ! Belle Éliante, avez-vous donc pu croire

Que Valère, à ce point ennemi de sa gloire.

745   De son bonheur surtout, cherchât en d'autres noeuds

Le prix dont vos bontés avaient flatté ses voeux ?

Ah ! que vous avez mal jugé de ma tendresse !

ÉLIANTE.

Je conviens avec vous de toute ma faiblesse.

Mais que j'ai bien payé trop de crédulité !

750   Que n'avez-vous pu voir ce qu'il m'en a coûté !

Isabelle, à la fin par mes pleurs attendrie,

A par un franc aveu calmé ma jalousie ;

Mais cet aveu pourtant, en exigeant de moi

Que sur un tel secret je donnasse ma foi

755   Que Dorante par moi n'en aurait nul indice.

À mon amour pour vous j'ai fait ce sacrifice :

Mais il m'en coûte fort pour le tromper ainsi.

VALÈRE.

Dorante est, comme vous, instruit de tout ceci.

Gardez votre secret en affectant de feindre.

760   Isabelle, bientôt, lasse de se contraindre,

Suivant notre projet peut-être, dès ce jour,

Tombe en son propre piège et se rend à l'amour.

SCÈNE IV.
Isabelle, Éliante, Valère, et Lisette un peu après.

ISABELLE, en soi-même.

Ce sang-froid de Dorante et me pique et m'outrage.

Il m'aime donc bien peu, s'il n'a pas le courage

765   De rechercher du moins un éclaircissement !

LISETTE, arrivant.

Dorante va venir, madame, en un moment.

J'ai fait en même temps appeler le notaire.

ISABELLE.

Mais il nous faut encor le secours de Valère.

Je crois qu'il voudra bien nous servir aujourd'hui.

770   J'ai bonne caution qui me répond de lui.

VALÈRE.

Si mon zèle suffit et mon respect extrême,

Vous pourriez bien, madame, en répondre vous même.

ISABELLE.

J'ai besoin d'un mari seulement pour ce soir,

Voudriez-vous bien l'être ?

ÉLIANTE.

Eh mais ! il faudra voir.

775   Comment ! il vous faut donc des cautions, cousine,

Pour pleiger vos maris ?  [ 5 Pleiger : cautionner en justice, répondre pour quelqu'un, et s'obliger de payer le jugé. [F]]

LISETTE.

Oh ! oui ; car pour la mine,

Elle trompe souvent.

ISABELLE, à Valère.

Hé bien ! qu'en dites-vous ?

VALÈRE.

On ne refuse pas, madame, un sort si doux ;

Mais d'un terme trop court...

ISABELLE.

Il est bon de vous dire,

780   Au reste, que ceci n'est qu'un hymen pour rire.

LISETTE.

Dorante est là ; sans moi, vous alliez tout gâter.

ISABELLE.

J'espère que son coeur ne pourra résister

Au trait que je lui garde.

SCÈNE V.
Isabelle, Dorante, Éliante, Valère, Lisette.

ISABELLE.

Ah ! vous voilà, Dorante !

De vous voir aussi peu je ne suis pas contente

785   Pourquoi me fuyez-vous ? Trop de présomption

M'a fait croire, il est vrai, qu'un peu de passion

De vos soins près de moi pouvait être la cause :

Mais faut-il pour cela prendre si mal la chose ?

Quand j'ai voulu tantôt, par de trop doux aveux,

790   Engager votre coeur à dévoiler ses feux,

Je n'avais pas pensé que ce fût une offense

À troubler entre nous la bonne intelligence ;

Vous m'avez cependant, par des airs suffisants,

Marqué trop clairement vos mépris offensants ;

795   Mais, si l'amant méprise un si faible esclavage,

Il faut bien que l'ami du moins m'en dédommage ;

Ma tendresse n'est pas un tel affront, je croi,

Qu'il faille m'en punir en rompant avec moi.

DORANTE.

Je sens ce que je dois à vos bontés, madame :

800   Mais vos sages leçons ont si touché mon âme,

Que, pour vous rendre ici même sincérité,

Peut-être mieux que vous j'en aurai profité.

ISABELLE, bas, à Lisette.

Lisette, qu'il est froid ! il a l'air tout de glace.

LISETTE, bas.

Bon, c'est qu'il est piqué ; c'est par pure grimace.

ISABELLE.

805   Depuis notre entretien, vous serez bien surpris

D'apprendre en cet instant le parti que j'ai pris.

Je vais me marier.

DORANTE, froidement.

Vous marier ! vous-même ?

ISABELLE.

En personne. D'où vient cette surprise extrême ?

Ferais-je mal, peut-être ?

DORANTE.

Oh ! non : c'est fort bien fait.

810   Cet hymen-là s'est fait avec un grand secret.

ISABELLE.

Point. C'est sur le refus que vous m'avez su faire

Que je vais épouser... devinez.

DORANTE.

Qui ?

ISABELLE.

Valère.

DORANTE.

Valère ? Ah ! mon ami, je t'en fais compliment.

Mais Éliante donc ?

ISABELLE.

Me cède son amant.

DORANTE.

815   Parbleu ! voilà, madame, un exemple bien race !

LISETTE.

Avant le mariage, oui, le fait est bizarre ;

Car si c'était après, ah ! qu'on en céderait

Pour se débarrasser !

ISABELLE, bas, à Lisette.

Lisette, il me paraît

Qu'il ne s'anime point.

LISETTE, bas.

Il croit que l'on badine :

820   Attendez le contrat, et vous verrez sa mine.

ISABELLE, à part.

Périssent mon caprice et mes jeux insensés.

UN LAQUAIS.

Le notaire est ici.

DORANTE.

Mais c'est être pressés :

Le contrat dès ce soir ! Ce n'est pas raillerie ?

ISABELLE.

Non, sans doute, monsieur ; et même je vous prie,

825   En qualité d'ami, de vouloir y signer.

DORANTE.

À vos ordres toujours je dois me résigner.

ISABELLE, bas.

S'il signe, c'en est fait, il faut que j'y renonce.

SCÈNE VI.
Le Notaire, Isbelle, Dorante, Élante, Valère, Lisette.

LE NOTAIRE.

Requiert-on que tout haut le contrat je prononce ?

VALÈRE.

Non, monsieur le notaire ; on s'en rapporte en tout

830   À ce qu'a fait madame ; il suffit qu'à son goût

Le contrat soit passé.

ISABELLE, regardant Dorante d'un air de dépit.

Je n'ai pas lieu de craindre

Que de ce qu'il contient personne ait à se plaindre.

LE NOTAIRE.

Or, puisqu'il est ainsi, je vais sommairement,

En bref, succinctement, compendieusement,

835   Résumer, expliquer, en style laconique,

Les points articulés en cet acte authentique,

Et jouxte la minute entre mes mains restant,

Ainsi que selon droit et coutume s'entend.

D'abord pour les futurs. Item pour leurs familles,

840   Bisaïeuls, trisaïeuls, père, enfants, fils et filles,

Du moins réputés tels, ainsi que par la loi

Quem nuptioe monstrant, il appert faire foi.

Item pour leur pays, séjour et domicile.

Passé, présent, futur, tant aux champs qu'à la ville.

845   Item pour tous leurs biens, acquêts, conquêts, dotaux,

Préciput, hypothèque, et biens paraphernaux.

Item encor pour ceux de leur estoc et ligne...

LISETTE.

Item vous nous feriez une faveur insigne

Si, de ces mots cornus le poumon dégagé,

850   Il vous plaisait, monsieur, abréger l'abrégé.

VALÈRE.

Au vrai, tous ces détails nous sont fort inutiles.

Nous croyons le contrat plein de clauses subtiles ;

Mais on n'a nul désir de les voir aujourd'hui.

LE NOTAIRE.

Voulez-vous procéder, approuvant icelui,

855   À le corroborer de votre signature ?

ISABELLE.

Signons, je le veux bien, voilà mon écriture.

À vous, Valère.

ÉLIANTE, bas, à Isabelle.

Au moins ce n'est pas tout de bon ;

Vous me l'avez promis, cousine ?

ISABELLE.

Eh ! mon Dieu ! non.

Dorante veut-il bien nous faire aussi la grâce ?...

Elle lui présente la plume.

DORANTE.

860   Pour vous plaire, madame, il n'est rien qu'on ne fasse.

ISABELLE, à part.

Le coeur me bat : je crains la fin de tout ceci.

DORANTE, à part.

Le futur est en blanc ; tout va bien jusqu'ici.

ISABELLE, bas.

Il signe sans façon !... À la fin je soupçonne...

À Lisette.

Ne me trompez-vous point ?

LISETTE.

En voici d'une bonne !

865   Il serait fort plaisant que vous le pensassiez !

ISABELLE.

Hélas ! Et plût au ciel que vous me trompassiez !

Je serais sûre au moins de l'amour de Dorante.

LISETTE.

Pour en faire quoi ?

ISABELLE.

Rien. Mais je serais contente.

LISETTE, à part.

Que les pauvres enfants se contraignent tous deux !

ISABELLE, à Valère.

870   Valère, enfin l'hymen va couronner nos voeux ;

Pour en serrer les noeuds sous un heureux auspice

Faisons, en les formant, un acte de justice.

À Dorante à l'instant je cède le pari.

J'avais cru qu'il m'aimait, mais mon esprit guéri.

875   S'aperçoit de combien je m'étais abusée.

En secret mille fois je m'étais accusée

De le désespérer par trop de cruauté.

Dans un piège assez fin il s'est précipité ;

Mais il ne m'est resté, pour fruit de mon adresse,

880   Que le regret de voir que son coeur sans tendresse

Bravait également et la ruse et l'amour.

Choisissez donc, Dorante, et nommez en ce jour

Le prix que vous mettez au gain de la gageure :

Je dépends d'un époux, mais je me tiens bien sûre.

885   Qu'il est trop généreux pour vous le disputer.

VALÈRE.

Jamais plus justement vous n'auriez pu compter

Sur mon obéissance.

DORANTE.

Il faut donc vous le dire,

Je demande...

ISABELLE.

Eh bien ! quoi ?

DORANTE.

La liberté d'écrire.

ISABELLE.

D'écrire ?

LISETTE.

Il est donc fou ?

VALÈRE.

Que demandes-tu là ?

DORANTE.

890   Oui, d'écrire mon nom dans le blanc que voilà.

ISABELLE.

Ah ! vous m'avez trahie !

DORANTE, à ses pieds.

Eh quoi ! belle Isabelle,

Ne vous lassez-vous point de m'être si cruelle ?

Faut-il encor...

SCÈNE VII.
Carlin, botté, et un fouet à la main ; Le Notaire, Isabelle, Dorante, Éliante, Valère, Lisette.

CARLIN.

Monsieur, les chevaux sont tout prêts,

La chaise nous attend.

DORANTE.

La peste des valets !

CARLIN.

895   Monsieur, le temps se passe.

VALÈRE.

  Eh ! Quelle fantaisie

De nous troubler ?...

CARLIN.

Il est six heures et demie :

DORANTE.

Te tairas-tu ?...

CARLIN.

Monsieur, nous partirons trop tard.

DORANTE.

Voilà bien, à mon gré, le plus maudit bavard !

Madame, pardonnez...

CARLIN.

Monsieur, il faut me taire :

900   Mais nous avons ce soir bien du chemin à faire.

DORANTE.

Le grand diable d'enfer puisse-t-il l'emporter !

ÉLIANTE.

Lisette, explique-lui...

LISETTE.

Bon ! Veut-il m'écouter ?

Et peut-on dire un mot où parle monsieur Carle !

CARLIN, un peu vite.

Eh ! Parle, au nom du ciel ! Avant qu'on parle, parle :

905   Parle, pendant qu'on parle : et, quand on a parlé,

Parle encor, pour finir sans avoir déparlé.

DORANTE.

Toi déparleras-tu, parleur impitoyable ?

À Isabelle.

Puis-je enfin me flatter qu'un penchant favorable

Confirmera le don que vos lois m'ont promis ?

ISABELLE.

910   Je ne sais si ce don vous est si bien acquis,

Et j'entrevois ici de la friponnerie.

Mais, en punition de mon étourderie,

Je vous donne ma main et vous laisse mon coeur.

DORANTE, baisant la main d'Isabelle.

Ah ! Vous mettez par là le comble à mon bonheur.

CARLIN.

915   Que diable font-ils donc, aurais-je la berlue ?

LISETTE.

Non, vous avez, mon cher, une très bonne vue,

Riant.

Témoin la lettre...

CARLIN.

Eh bien ! De quoi veux-tu parler ?

LISETTE.

Que j'ai tant eu de peine à me faire voler.

CARLIN.

Quoi ! C'était tout exprès ?...

LISETTE.

Mon Dieu ! Quel imbécile !

920   Tu t'imaginais donc être le plus habile ?

CARLIN.

Je sens que j'avais tort ; cette ruse d'enfer

Te doit donner le pas sur monsieur Lucifer.

LISETTE.

Jamais comparaison ne fut moins méritée,

Au bien de mon prochain toujours je suis portée ;

925   Tu vois que par mes soins ici tout est content,

Ils vont se marier, en veux-tu faire autant ?

CARLIN.

Tope, j'en fais le saut ; mais sois bonne diablesse ;

À me cacher tes tours mets toute ton adresse ;

Toujours dans la maison fais prospérer le bien ;

930   Nargue du demeurant quand je n'en saurai rien.

LISETTE.

Souvent, parmi les jeux, le coeur de la plus sage

Plus qu'elle ne voudrait en badinant s'engage.

Belles, sur cet exemple apprenez en ce jour

Qu'on ne peut sans danger se jouer à l'amour.

 


Notes

[1] Hymen : signifie aussi poétiquement le mariage. [F]

[2] Crésus : dernier roi de Lydie, de la race des Mermandes, célèbre par ses richesses, monta sur le trône en l'an 559 avant JC, et partagea son règne entre les plaisirs, la guerre et les arts. (...) [B]

[3] Peste : se dit quelquefois par admiration ou par imprécation ou serment. [F]

[4] Paladin : Héros, ou ancien aventurier, ou chevalier errant, dont il est fait beaucoup de mention dans les romans, fondé sur ce que la plupart étaient des plus notables officiers de la Cour et du Palais de Charlemagne. [F]

[5] Pleiger : cautionner en justice, répondre pour quelqu'un, et s'obliger de payer le jugé. [F]

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies