TAMERLAN OU LA MORT DE BAJAZET

TRAGÉDIE

M. DC. LXXVI. AVEC PRIVILÈGE DU ROI.

Par Monsieur PRADON.

À PARIS, Chez JEAN RIBOU, au Palais, dans la Salle Royale , à l'image Saint-Louis.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 03/01/2017 à 21:46:54.


À MONSIEUR DESMARET, CONSEILLER DU ROI EN TOUS SES CONSEILS, et maître des Requêtes ordinaire de son Hôtel.

MONSIEUR,

Vous m'avez trop fait connaître que vous étiez ennemi des louanges, pour vous en donner ; ainsi n'ayez plus de crainte d'une épitre dédicatoire. Je supprime dans celle-ci (puisque vous le voulez) jusques aux moindres choses qui pourraient alarmer votre modestie. Cependant prenez garde, que pour éviter une affaire avec elle, vous ne m'en fassiez une avec la Verité. Mais, MONSIEUR, vous en répondrez et pour elle et pour moi ; j'aime mieux la condamner au silence, que de lui servir d'un faible interprète : D'ailleurs vous faites assez connaître ce que vous valez, sans avoir besoin qu'un autre que votre mérite en parle pour vous. Tout le monde sait avec quelle assiduité vous vous acquittez des emplois qui vous attachent incessamment auprès de MONSEIGNEUR votre oncle, et que vous donnez tout au travail et rien au plaisir, lorsque vous êtes dans le plus bel âge de le prendre ; Mais, MONSIEUR, je vois que ceci pourrait encore vous déplaire, et j'aime mieux vous offrir TAMERLAN, qui vous épargnera la fatigue d'une épître plus longue. J'espère que malgré le grand nombre d'affaires qui vous environnent, vous donnerez quelques moments à la lecture de cet ouvrage, et que vous me ferez la grâce de le recevoir comme une marque du respect avec lequel je suis,

MONSIEUR, Votre très humble et très obéissant Serviteur,

PRADON.


AU LECTEUR.

Je ne ferai point ici l'Apologie de cette pièce ; il suffit pour lui servir de sauvegarde contre la Critique la plus envenimée, qu'elle ait eu l'honneur de plaire au plus Grand Roi du Monde, et à la plus galante et la plus spirituelle Cour de l'Europe ; après cela, je dois être plus que content, et me mettre fort peu en peine, lorsqu'elle a été universellement approuvée de tous les honnêtes gens, de la malice et du chagrin de quelques particuliers : ceux-ci ont fait tout leur possible, ou par eux, ou par leurs organes, pour la décrier et pour la perdre. À la vérité je ne croyais pas être encor digne d'un si grand déchaînement, mais l'envie m'a trop fait d'honneur, et m'a traité en plus grand auteur que je ne suis. Si Thisbé n'avait pas été si loin, peut-être qu'on eut laissé un libre cours à Tamerlan, et qu'on ne l'eût pas étouffé (comme on a fait) dans le plus fort de son succès. C'est le jugement que tous les gens désintéressés, et qui n'agissent point par les ressorts de la Cabale, ont fait de cette injustice, qui m'a été plus glorieuse dans le monde, qu'un plus ample succès. Cependant je ne doute pas qu'il n'y ait plusieurs fautes dans cet ouvrage, je ne prétends pas être infaillible ; et si nos maîtres du théâtre, qui y règnent avec tant d'Empire et de justice, sont exposés eux-mêmes à des Critiques qui leur ont donné tant d'émotion, pourquoi un jeune auteur qui commence, et qui n'est encor qu'à sa seconde pièce, en serait-il plus exempt qu'eux ? Il serait seulement à souhaiter que ces Messieurs tinssent le même langage qu'ils font tenir à leurs héros, qu'en faisant admirer leurs ouvrages, ils fissent admirer en même temps leur procédé, et que les sentiments de leur coeur fussent aussi généreux et aussi grands que ceux de leur esprit : Ils ne s'abaisseraient point à crier quand on leur imite une syllabe sur des choses qui ne sont point de beauté, qui n'ont aucun brillant particulier, et dont tout le monde aurait été contraint de se servir nécessairement, dans des incidents tirés des entrailles d'un sujet, comme des 24. lettres de l'alphabet, qui doivent être communes à tous ceux qui se mêlent d'écrire.

D'ailleurs s'ils faisaient réflexion sur plusieurs de leurs pièces, ils verraient, qu'ils sont eux-mêmes encor moins scrupuleux sur des imitations plus fortes, et on pourrait leur faire connaître qu'ils se souviennent aussi bien des Modernes que des Anciens, et qu'ils possèdent avec autant d'avantage les beautés de Tristan, de Mairet et de Rotrou, que celles d'Homère, de Sophocle et d'Euripide. Au reste, je n'entrerai point dans le détail de cet ouvrage, je l'expose au Public afin qu'il en juge lui-même, sans tâcher de le prévenir inutilement. J'ai fait un honnête homme de Tamerlan, contre l'opinion de certaines Gens, qui voulaient qu'il fut tout-à-fait brutal, et qu'il fit mourir jusques aux Gardes. J'ai tâché d'apporter un tempérament à sa férocité naturelle, et d'y mêler un caractère de grandeur et de générosité, qui est fondé dans l'Histoire, puis qu'il refusa l'Empire des Grecs, et qu'il a été un des plus grands Hommes du Monde : cela se peut voir dans Calchondile, et sur tout dans une traduction d'un auteur Arabe, où la Vie de Tamerlan et ses grandes actions sont écrites tout au long. J'ai intitulé la Piece, Tamerlan, ou la Mort de Bajazet, puisque c'est la mort de Bajazet qui en fait la catastrophe. Je ne dirai rien de son caractère, l'Histoire nous marque assez que ce Prince fut intrépide, et méprisa Tamerlan et la vie, jusqu'au dernier soupir. Voilà tout ce que j'avais à dire sur cette Tragédie, peut-être vivra-t-elle autant sur le papier ; que certains Ouvrages qui ne tirent leur succès que de la Déclamation, dont les auteurs sont les maîtres, et qui ne réussit que pour eux. Je souhaite que si celui-ci m'a attiré leurs mauvaises intentions, je me rende encor plus digne à l'avenir de leur chagrin. Le lecteur me fera assez de justice, pour ne me pas imputer quelques fautes qui se sont coulées dans l'impression, et que j'ai marquées à la fin de la pièce.


ACTEURS

TAMERLAN, Empereur des Tarares.

BAJAZET, Empereur des Turcs.

ASTÉRIE, fille de Bajazet.

ANDRONIC, Prince Grec, réfugié à la Cour de Tamerlan.

LÉON, confident d'Andronic.

TAMUR, capitaine des Gardes de Tamerlan.

ZAÏDE, confidente d'Astérie.

SUITE DE GARDES.

La Scène est dans le Camp de Tamerlan.


ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
Andronic, Léon.

ANDRONIC.

Enfin, Léon, tu vois cette grande journée

Qui doit de Tamerlan éclairer l'hyménée ;

La Princesse Araxide est l'objet de ses voeux,

Elle arrive en ce Camp, et couronne ses feux :

5   Ce superbe vainqueur, déjà l'effroi du Monde,

Unit à ses États celui de Trebizonde ;

Araxide en hérite, et va faire trembler

Tant de Rois ses voisins qui voulaient l'accabler.

Aurait-en cru qu'un coeur si fier et si sauvage,

10   Qui n'avait respiré que sang et que carnage,

Pour un second hymen soupirât en ce jour,

Et voulût tout entier se livrer à l'amour :

Mais l'amour a rendu Tamerlan plus traitable,

Sur Bajazet il jette un regard pitoyable,

15   Et son coeur moins farouche oubliant sa fierté,

Il le laisse jouir de quelque liberté.

De pressantes raisons sauront bientôt t'apprendre

Ce secret intérêt que mon coeur y doit prendre :

Mais instruis-moi, Léon, que font les Byzantins ?

20   Sont-ils toujours en butte aux fureurs des destins ?

Et nos Grecs révoltés, lassés de leurs misères,

Verront-ils Andronic au trône de ses pères ?

Tu m'apprends que mon frère en est abandonné,

Et tu crois que dans peu j'y serai couronné.

LÉON.

25   Je l'espère, Seigneur, la superbe Byzance,

Après tant de fureurs, rentre en l'obéissance ;

La prise de Sebaste, et tant d'autres combats

Où Tamerlan vainqueur employa votre bras.,

Et Bajazet captif, et l'Europe alarmée,

30   La font trembler au bruit de votre renommée.

Nos Grecs ont député, Phocas et Léontin

De l'Empire à ses pieds ont soumis le destin,

Et par ce coup d'État prévenant la tempête,

Espèrent par sa main couronner votre tête.

ANDRONIC.

35   Oui, j'espère et je crains ; tu connais l'Empereur,

Sa libéralité répond à son grand coeur,

D'une main il attaque et prend une Couronne,

Et de l'autre souvent il la rend, ou la donne ;

Dans cette offre Byzance a pris le bon parti.

40   Mais que le coeur des Grecs, Léon, s'est démenti ;

Ces Héros autrefois arbitres de la Terre,

Qui portaient en tous lieux la terreur et la guerre,

Qui dzvaient commander un jour à l'Univers ,

Succombent sous le joug, et reçoivent des fers ;

45   À notre honte ils sont le jouet des Barbares,

La proie et le butin des Turcs et Tartares ;

Et cet Empire enfin si beau, si florissant,

Tombe par ce débris sans force, et languissant.

Tu sais qu'après la mort de l'Empereur mon Père,

50   Bajazet appuya le parti de mon frère,

J'implorai le secours du bras de Tamerlan ,

Implacable ennemi du monarque ottoman ;

Avec deux de ses fils j'exerce mon courage,

Nous fîmes de la guerre un noble apprentissage,

55   Avec eux j'espère de vaincre Bajazet,

Et ma funeste main leur servit en effet.

Hélas ! Pour mon malheur j'en partage ta gloire ;

Mais j'ai besoin encore de plus d'une victoire ,

Je laisse à Tamerlan le soin de ma grandeur,

60   Un intérêt plus cher occupe tout mon coeur,

Et je sens dans le trouble où ce coeur s'abandonne,

Que pour le rendre heureux, c'est peu qu'une couronne.

LÉON.

Je vous entends, Seignenr, ce coeur si généreux,

Qui n'aimait que la gloire est peut-être amoureux.

ANDRONIC.

65   Je l'avoue, il est vrai, je ne l'ai que trop tendre

La gloire m'a parlé, l'amour s'est fait entendre,

Et les suivant tous deux, j'ai donné tour-à-tour

Tout mon sang à la Gloire, et mon coeur à l'Amour.

Le Camp de Pruze a vu mes premières alarmes,

70   J'y répandis du sang, et j'y verse des larmes ;

Mon bras fut l'instrument des maux que j'ai souffert.

Ce jour me vit donner et recevoir des fers ;

Et si j'en accable cette illustre famille,

Bajazet fut vengé par les yeux de sa fille.

75   Oui, dans le même instant que plein de ma fureur

Mon coeur ne respirait que carnage et qu'horreur,

Que sortant tout sanglant des bras de la Victoire,

Je croyais arriver au comble de la Gloire,

Un coup d'oeil m'arrêta, je me sentis charmé,

80   Ce coeur victorieux fut vaincu, désarmé,

Et vit sa liberté tremblante et fugitive,

S'enchaîner et se perdre aux pieds de ma captive.

Enfin j'en fus aimé ; que de soupirs, de soins

Dont l'Amour et nous seuls ont été les témoins !

85   Que d'ennui, de contrainte, et que de violence

Ont serré les doux noeuds de notre intelligence !

Tu connais Bajazet, outré de son malheur

Il fallait l'arracher à aa propre fureur :

Cet orgueilleux captif qui sait trop se connaître.

90   Tout esclave qu'il est, bravait toujours son Maître ;

Et le fier Tamerlan ne pouvant le souffrir,

Cent fois je l'ai vu prêt à le faire périr.

Juge de nos douleurs : l'adorable Astérie,.

Qui voyait que son père allait perdre la vie,

95   Me venait toute en pleurs demander du secours ;

J'y voyais en tremblant, j'en arrêtais le cours,

Je tâchais de fléchir la fierté de son Père,

Et courais du Tartare adoucir la colère.

Voila les embarras et tes soins douloureux

100   Qui surent trop unir deux amants malheureux ;

Notre âme de nos feux également atteinte,

A nourri notre amour de douleurs et de crainte,

Et la foule des maux que je dois prévenir,

Léon, me fait encor trembler pour l'avenir.

LÉON.

105   Seigneur, pour Bajazet vous n'avez rien à craindre,

Par vos soins du Tartare, il n'a plus à se plaindre ;

Sans doute l'Ottoman le touche, et son malheur

Fait naître un mouvement de pitié dans son coeur.

ANDRONIC.

Oui, je vois Tamerlan d'une humeur triste, sombre,

110   Et quand de son chagrin je tâche à percer l'ombre,

Cette pitié me flatte, et j'y crois entrevoir

Pour Bajazet et nous quelque rayon d'espoir ;

Mais toujours l'Ottoman me paraît plus farouche,

Sa fille quelquefois et l'arrête et le touche.

115   Ah ! Si pour Tamerlan il domptait sa fierté,

Je pourrais ménager entre eux quelque traité

Je pourrais quelque jour les réunir ensemble.

Hélas ! Dans ce projet si j'espère, je tremble,

J'y voudrais conserver l'intérêt de mon coeur

120   J'en soupire, et je crains ma prochaine grandeur.

LÉON.

Seigneur, à l'Empereur demandez la Princesse ;

Et tandis que son camp est rempli d'allégresse,

Que l'on croit que son coeur va goûter à son tour

Dans un second hymen les douceurs de l'amour,

125   Que ses fils font allés au devant d'Araxide,

Faites que cet hymen de votre sort décide,

Ménagez Tamerlan, Bajazet trop heureux

Consentira sans doute à l'honneur de vos feux.

ANDRONIC.

Araxide, il est vrai, m'est d'un heureux présage,

130   Son arrivée au camp m'est un grand avantage,

Je puis la faire agir auprès de l'Empereur,

C'est de lui que dépend ma vie et mon bonheur.

Bajazet vient, sondons celle âme si hautaine,

Et tâchons d'étouffer les restes de sa haine.

135   Laisse-nous.

SCÈNE II.
Bajazet, Andronic.

BAJAZET.

  C'est à vous Sans doute à qui je dois

Ce peu de liberté, Seigneur, où je me vois.

Tamerlan par vos foins a suspendu sa haine,

Et c'est vous, qui brisez la moitié de ma chaîne?

Je m'en flatte, et mon coeur serait au désespoir,

140   Si c'était au tyran qu'il fallut le devoir.

Croit-il par le retour d'une feinte clémence,

Que j'oublie un moment ma haine et ma vengeance ?

S'il pense me fléchir, il se trompe, Seigneur,

Ses affronts sont gravés trop avant dans mon coeur ;

145   D'Ortobule égorgé la trop funeste image

Renouvelle toujours ma douleur et ma rage,

Ce cher fils qui parût incapable d'effroi,

Et qui chargé de fers, lui parla comme moi.

Je me retrace encore la Sultane expirante,

150   Astérie à ses pieds éperdue et tremblante i

Cette indigne prison, où je me vis enfin

La fable et le jouet d'un insolent destin.

Je vois donc un tyran me couvrir d'infamie.

Que tira du néant ma fortune ennemie,

155   Et qui sans le secours de ses grands changements,

À peine aurait servi d'esclave aux Ottomans.

ANDRONIC.

Ah ! Seigneur, oubliez une vengeance vaine,

Tamerlan peut briser tout-à-fait votre chaîne,

Il est maître, il peut tout, et j'entends à regret...

BAJAZET.

160   Pour être son captif, suis-je moins Bajazet ?

Oui, quand il m'offrirait le sceptre, la couronne.

La liberté, le jour, sa main les empoisonne ;

Il me laisse la vie, et peut-être aujourd'hui

Je la perdrai, Seigneur, pour n'avoir rien de luy.

ANDRONIC.

165   Quoi, Seigneur ? Votre coeur à vous même barbare,

Et plus cruel pour vous que ne fut le Tartare,

Va-t-il nous replonger dans les mêmes douleurs ?

Et quand vous pouvez voir la fin de vos malheurs,

Que Tamerlan touché d'une pitié sincère...

BAJAZET.

170   Son indigne pitié rallume ma colère ;

Mais Tamerlan peut-être en mon funeste sort.

Enviera quelque jour la gloire de ma mort.

Cette feinte pitié que marque le Tartare,

Aigrie mon désespoir par sa douleur barbare ;

175   Et lorsqu'il voit la mort qui vient à mon secours,,

Prête à briser mes fers, en terminant mes jours,

Sa pitié politique, et sa fatale envie,

Veulent malgré la mort m'enchanter à la vie,

Et donner en spectacle aux yeux de l'Univers.

180   Un Empereur qui traîne et sa vie et ses fers.

Ainsi je ne veux plus d'une vie importune,

Triste et funeste objet des coups de la fortune.

J'ose m'ouvrir à vous ; car loin d'être ennemis,

Je vous ai toujours vu pour moi le coeur d'un fils,

185   Seigneur, et j'eus pour vous depuis l'âme d'un père,

Mais, le Ciel fit cette âme et trop grande et trop fière,

Pour souffrir plus longtemps les injures du sort ;

Je veux sortir des fers, ou courir à la mort.

Ce n'est point avec vous, Prince, que je dois feindre,

190   J'ai su depuis longtemps me taire et me contraindre,

Et je n'ai point voulu vous charger d'un secret

Qui put vous entraîner au sort de Bajazet.

Je sais que Tamerlan vous chérît, vous appuie,

Je respecte en vous deux l'amitié qui vous lie ;

195   Et pour mes intérêts je ne fais point de voeux

Qui tentent la vertu d'un ami généreux.

Ainsi, j'ai bien voulu, Prince, vous faire entendre

Que pour ma liberté je vais tout entreprendre,

Mais que tout mon espoir dans un si beau dessein

200   Est de mourir au moins les armes à la main.

ANDRONIC.

Ah ! Que prétendez-vous, Seigneur, qu'allez-vous faire ?

Songez où vous expose un dessein téméraire ;

Que vous allez jeter par ce cruel effort

Et votre fille et vous dans les bras de la mort.

205   Si vous avez pour elle encor quelque tendresse,

Ménageons un accord...

BAJAZET.

Vous savez ma faiblesse,

Ne la réveillez point dans mon coeur abattu ,

Pour corrompre mon âme, et tenter ma vertu.

Je fuirai, mais sans doute une fuite sanglante

210   Par une heureuse mort, remplira mon attente

Et je veux dans l'espoir que mon coeur s'est promis,

Du moins sortir couvert du sang des ennemis.

Tout est prêt, l'heure est prise. Il me reste Astérie,

Je vous la recommande, ayez soin de sa vie,

215   Pour son intérêt seul je vous ouvre mon coeur :

Oui, pour elle ayez loin d'apaiser l'Empereur,

Je me suis aperçu qu'elle vous était chère ;

Que l'Amour soit le sceau du secret de son père.

Vous essuierez ses pleurs, si je meurs aujourd'hui

220   Ne l'abandonnez pas, et lui servez d'appui.

Adieu, Seigneur.

SCÈNE III.

ANDRONIC.

Ah Ciel ! Que vient-il de m'apprendre ?

Et dans son désespoir que va-t-il entreprendre ?

Il faut en détourner l'orgueilleux Bajazet,

Étouffer, s'il se peut, son funeste projet ;

225   Le Ciel me dictera ce que je dois lui dire;;.

Mais Tamerlan paraît, je tremble et je soupire.

SCÈNE IV.
Tamerlan, Andronic, Tamur, Capitaine des Gardes, Suite de Gardes.

TAMERLAN.

Prince, j'ai vu les Grecs, et leurs Ambassadeurs

Ont remis dans mes mains leur Empire et leurs coeurs :

Mais quand pour tout objet on regarde la gloire,

230   Que l'on combat toujours pour la seule victoire,

Et qu'on est l'ennemi, la terreur des tyrans,

L'on n'abuse jamais du droit des Conquérants ;

Ce titre spécieux n'a rien qui m'éblouisse,

Il faut que de ses droits chaque Prince jouisse :

235   Je vous rends votre empire, et pour comble d'honneur,

Moi-même je vous veux déclarer Empereur,

Vous partirez dans peu, vous reverrez Byzance...

ANDRONIC.

Ah Seigneur ! Permettez que ma reconnaissance

Réponde par mon trouble aux bontés que j'attends,

240   Mais pour les mériter donnez-moi quelque temps ;

Souffrez qu'auprès d'un bras qui maîtrise la Terre,

Je m'instruise à loisir du grand art de la Guerre ;

Et vous pouvez ; Seigneur, me faire un sort plus doux,

En ne m'exilant pas si tôt d'auprès de vous.

245   Souffrez qu'auprès de vous je combatte, et j'espère...

TAMERLAN.

J'y consens, et de plus vous m'êtes nécessaire,

Et je craignais déjà que la soif de régner

Avec plaisir de moi ne vous fit éloigner ;

Mon coeur qui ne se peut ouvrir avec un autre,

250   Est charmé de se voir d'accord avec le vôtre,

Puisque vous pouvez seul, lorsque tout m'est soumis.

Vaincre le plus mortel de tous mes ennemis.

ANDRONIC.

Quel est cet ennemi, Seigneur, qui vous irrite ?

Le Persan, l'Indien, le Turc, le Moscovite,

255   Ont trop senti la force et le poids de vos coups.

Cependant quelqu'un d'eux s'arme-t-il contre vous ?

Seigneur, si tout mon sang...

TAMERLAN.

Il n'en faut point répandre

De sang, contre un captif qui ne peut se défendre,

Dont l'orgueil cependant veut m'imposer la loi :

260   Enfin, c'est Bajazet qu'il faut vaincre pour moi.

Vous seul pouvez fléchir son courage indomptable,

Adoucir sa fierté la rendre plus traitable !

C'est aujourd'hui qu'il faut nous réunir tous deux,

ANDRONIC.

Vous réunir ? Ah Ciel ! C'est l'objet de mes voeux ;

265   Souffrez qu'à ce dessein, Seigneur, ma joie éclate,

Et quand pour Bajazet votre pitié me flatte,

J'apprenne avec plaisir que sa juste douleur

Ait attendri votre âme, et touché votre coeur.

TAMERLAN.

Prince, vous le savez, trop jaloux de sa gloire,

270   Des mains de Bajazet j'enlevai la victoire ;

Mais vous ne saviez pas qu'un ennemi secret

Eût vaincu Tamerlan, et vengé Bajazet.

Bajazet dont le bras a désolé la Terre,

Bajazet qui porta le foudre de la guerre.

275   Fut terrassé lui-même, et gémit dans les fers :

J'ai du bruit de sa chute étonné l'Univers,

Ce foudre cependant fixé dans sa famille,

A passe de ses mains dans les yeux de sa fille.

ANDRONIC.

Quoi, Seigneur, votre coeur en serait-il épris ?

TAMERLAN.

280   Je l'aime, ( avec raison vous en êtes surpris ;)

Mon coeur qui de la guerre avait fait son étude,

N'eut point fait des soupirs une indigne habitude ;

Il ne connaissait point ces tendres mouvements,

Ce trouble, ces transports si connus aux amants ;

285   Mais Astérie et vous depuis avez fait naître

Ce trouble et ces transports dont je ne suis plus maître

Quand le fier Bajazet insultait mon courroux,

Vous m'ameniez sa fille en pleurs à mes genoux ;

Je ne pus soutenir l'éclat de tous ses charmes,

290   J'aperçus trop de feux au travers de ses larmes,

Et ses yeux si charmants, armés de leur douleur,

Furent conduits par vous pour m'en percer le coeur.

Prince, de mon amour soyez dépositaire,

Préparez-y l'esprit de la fille et du père,

295   Faites-lui de ma part espérer un traité

Qui lui rende aujourd'hui sa pleine liberté :

Allez, et lui portez cette grande nouvelle,

Je veux par cet hymen finir notre querelle,

Je suis maître, et pourrais l'y contraindre en ce jour ;

300   Mais, Prince, je ne veux le devoir qu'à l'Amour.

ANDRONIC.

Mais vous souvenez-vous d'une illustre Princesse,

Qui vous apporte un sceptre avec sa tendresse ?

Araxide, Seigneur, qui malgré tant de Rois

Soumet un grand Empire et son coeur à vos lois,

305   Dans peu vous l'attendez, elle arrive peut-être ;

Et quand ce changement se fera reconnaître,

Songez à quel mépris vous allez l'exposer.

Vos refus...

TAMERLAN.

Mon dessein n'est pas de l'épouser,

J'en fais courir le bruit pour donner jalousie

310   À tous ces petits Rois qui rampent dans l'Asie,

Et qui voulant agir avec moi comme égaux,

Ont osé s'honorer du nom de mes rivaux.

Je leur veux enlever une si belle proie ;

Que je l'épouse, ou non, qu'importe qu'on le croie ;

315   Je saurai de ma main lui choisir un époux ;

Et si vous m'en croyez, Prince, ce sera vous.

ANDRONIC.

Moi, Seigneur, l'épouser ?

TAMERLAN.

Que pourriez-vous mieux faire ?

Son frère est mort, d'un trône elle est seule héritière,

Songez-y, votre coeur en sera satisfait,

320   Mais surtout, ménagez l'esprit de Bajazet,

Allez-le voir; pour moi, j'irai chez Astérie.

J'attends tout de vos soins, Prince, et je m'y confie ;

Et songez en ce jour, si je suis son époux,

Que Byzance, Araxide, enfin, tout est à vous.

SCÈNE V.

ANDRONIC.

325   Il adore Astérie, et m'en fait confidence,

Il vient sur son rival fonder son espérance ;

D'une main, il m'élève et me fait Empereur ;

Et de l'autre, il m'accable et me perce le coeur.

Il va voir ma Princesse, et m'envoie à son père ;

330   Il attend tout de moi, lorsqu'il me désespère ;

Et pour comble d'horreur, il m'apprend que ses feux

Sont accrus et nourris par mes soins malheureux.

Trop téméraire amant, ne vois-tu pas connaître,

Que pour être adorée, elle n'a qu'à paraître ?

335   Pouvais-je à Tamerlan l'amener sans effroi ?

Et n'a-t-il pas un coeur et des yeux comme moi ?

Dans ce sombre chagrin qui dévorait son âme,

Ne devais-je pas voir quelque éclat de sa flamme ?

Et ses soupirs, enfin fa funeste pitié,

340   Ne m'en avaient-ils pas découvert la moitié ?

Mais quoi dans cet instant, que résoudre ? Que faire ?

Allons voir Astérie, allons trouver son père ;

Dans le gouffre et l'horreur des maux que je prévois,

Ô Ciel ! Ferme mes yeux sur tout ce que je vois.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Astérie, Zaïde.

ASTÉRIE.

345   Il m'apprend que la Cour est pleine d'allégresse,

Que l'heureux Andronic va régner dans la Grèce,

Qu'il sera couronné des mains de l'Empereur ;

Mais de quel oeil voit-il sa nouvelle grandeur ?

Quand Tamerlan lui fait un si grand avantage,

350   Sans doute que la joie éclate en son visage :

Mais bien que pour ton coeur le Trône ait des appas,

Dis-moi, quelque chagrin ne s'y mêle-t'il pas ?

Oui, Zaïde, Andronic bientôt nous abandonne,

Il retourne à Byzance, il court à sa Couronne :

355   Mais encore, penses-tu qu'il ait la dureté

De nous abandonner avec tranquillité ?

ZAÏDE.

Il vient de me parler ; son désordre, Madame,

M'a fait assez connaître le trouble de son âme ;

Il viendra vous trouver, il est triste, inquiet,

360   Il a vu l'Empereur, et cherche Bajazet.

ASTÉRIE.

Il a vu l'Empereur, il va trouver mon Père !

Ah sais-tu quelle perte en lui nous allons faire ?

Auprès de Tamerlan il nous servait d'appui ;

Nous le perdrons, Zaïde, et peut-être aujourd'hui

365   Un Empire éclatant le rappelle en la Grèce ,

Il laisse dans les fers une triste Princesse ;

Et s'il cherche mon Père, et s'il vient en ce lieu,

Ce n'est peut-être, hélas ! Que pour nous dire adieu.

Mais, Zaïde, il est temps que mon secret éclate ;

370   Apprends donc que l'espoir n'a plus rien qui me flatte ;

Et si Bajazet perd en ce prince charmant

Un véritable ami, moi j'y perds un amant.

ZAÏDE.

Vous, Madame, un amant ?

ASTÉRIE.

Connais toute mon âme...

Mais quoi, mes tristes yeux t'ont-ils caché ma flamme ?

375   Les soupirs d'Andronic ont-ils parlé si peu,

Et suis-je la première à t'en faire l'aveu ?

Je n'osais, il est vrai, languissante, abattue,

T'avouer sans rougir un amour qui me tue ;

Et croyais qu'Andronic, mes yeux, et ma langueur,

380   T'auraient appris pour moi le secret de mon coeur.

ZAÏDE.

Le respect m'empêchait d'en percer le mystère,,

Madame, et je n'osais...

ASTÉRIE.

Hélas ! Pourquoi le taire,

Quand mon coeur à tes yeux prêt à me déceler

A soupiré cent fois pour te faire parler ?

385   Te faut-il rappeler la fatale journée,

Où le Ciel décida de notre destinée,

Cette affreuse bataille où le fier Tamerlan

Douna le coup mortel à l'Empire Ottoman ?

Dans l'horreur du Combat tu pus voir que ma mère,

390   Incertaine du sort de l'Empereur mon père,

Voulut sortir, le suivre, ou courir au trépas ;

Avec toi, j'étais seule, et tombé dans tes bras,

Tremblante, désolée, au comble des misères,

Lors qu'Andronic défit nos braves janissaires,  [ 1 Janissaire : Garde du grand seigneur, ou soldat de l'infanterie turquesque. [F]]

395   Perça jusqu'à ma tente, et l'épée à la main,

S'avança, m'aperçut, et s'arrêta soudain ;

Je parus dans tes bras de pleurs toute trempée.

À ce triste spectacle il baissa son épée,

Et ne trouvant qu'effroi, qu'horreur de toutes parts,

400   Quand je tournai sur lui mes timides regards,

( Peut-être ma douleur eût pour lui quelques charmes)

Je crus voir ses yeux, prêts à répandre des larme ;

Il m'aborda d'un air et d'un pas chancelant,

Et ne me rassura lui-même qu'en tremblant.

ZAÏDE.

405   Je vis que, votre trouble au sien était semblable.

ASTÉRIE.

Jamais un ennemi ne parut plus aimable,

En vain je retraçais à mes sens effrayés .

Ce vainqueur tout sanglant, il tombait à mes pieds,

Zaïde, et bien qu'il fût tout fumant de carnage,

410   Son repentir était dépeint sur son visage

Te l'avouerai-je enfin ? Lorsque je vis couler

Son sang qu'avec mes pleurs il venait de mêler,

Que sa main de ce sang me parut toute teinte,

Je me sentis saisir d'une secrète crainte,

415   Et je vis qu'à travers mon trouble et mon ennui

Déjà mon faible coeur s'intéressait pour lui.

ZAÏDE.

Jamais deux ennemis n'eurent si peu de haine,

Il vous traita bien moins en esclave qu'en reine ;

Et depuis, ses respects, et les soins assidus,

420   Qu'auprés de Tamerlan pour vous il a rendus,

Madame, font connaître...

ASTÉRIE.

Écoute cette histoire,

Et connais d'Andronic le triomphe et la gloire.

Tu voyais qu'il venait partager nos douleurs,

D'une main secourable il essuyait nos pleurs,

425   Il tâchait d'adoucir Tamerlan et mon père,

Et souvent, pour me voir, il venait chez ma mère.

Je ne l'y vis que trop, et je sentis un jour

Qu'Andronic me voulut déclarer son amour :

Maís, hélas ! Son respect lui faisant violence,

430   Il se tut, et mon coeur entendit son silence ;

Je connus que j'avais partagé ses liens,

Et les fers de ce Prince adoucirent les miens.

Depuis nos coeurs brûlant d'une pareille flamme,

En ont su resserrer le secret dans notre âme,

435   J'ai contraint devant toi mes pleurs et mes soupirs,

Je t'ai caché mes feux sous d'autres déplaisirs,

Et n'osant soupirer du tourment qui me presse

Mes malheurs ont prêté des pleurs à ma tendresse.

C'est ainsi que mon coeur à l'amour destiné,

440   Se voit de tous les coeurs le plus infortuné ;

Je vais perdre Andronic, ce coup me désespère,

Il quitte sans chagrin et la fille et le père,

Peut-être avec plaisir il part ce même jour,

Et je demeurerai seule avec mon amour.

ZAÏDE.

445   Tamerlan vient ici, songez à vous, Madame,

Et cachez le désordre où se trouve votre âme.

SCÈNE II.
Tamerlan, Astérie, Zaïde, Suite de Tamerlan.

TAMERLAN.

Madame, il n'est plus temps de cacher un secret :

Qui doit faire le sort de vous , de Bajazet,

D'Andronic, de moi-même, et de toute l'Asie :

450   Votre père verra sa liberté, sa vie,

Dépendre de vous seule, et vous allez enfin,

En décidant de nous terminer son destin.

Oui, je veux en ce jour étouffer notre haine,

Finir son esclavage, et briser votre chaîne,

455   Nous réunir ensemble ; et pour nous accorder,

Il faut...

ASTÉRIE.

À vos bontés, Seigneur, il faut céder,

Il faut leur rendre hommage, et vous laisser la gloire

Que vous savez partout remporter la victoire,

Et que seul vous pouviez vous vaincre à votre tour.

TAMERLAN.

460   La victoire, Madame, en est due à l'Amour,

Lui seul a pu suspendre une juste colère ;

Andronic s'est chargé d'apprendre à votre père.

ASTÉRIE.

Quoi ? Seigneur, Andronic est-il assez heureux

Pour vous faire approuver...

TAMERLAN.

Il sait ce que je veux,

465   Lui-même à Bajazet en doit parler, Madame ;

Et tandis que je viens vous découvrir mon âme,

Il le voit à cette heure, et le doit disposer,

Pour, mieux vous réunir, à vous faire épouser.

ASTÉRIE.

Qui, Seigneur ?

TAMERLAN.

Moi, Madame.

ASTÉRIE, à part.

Ah Ciel !

TAMERLAN.

Oui, je vous aime,

470   Je le dis, je l'avoue ; il suffit. Mais vous-même

Apprenez que vos yeux seuls ont eu l'ascendant

Sur la fierté d'un coeur superbe, indépendant.

Je n'avais respiré que le sang et la guerre,

Le nom de Tamerlan faisait trembler la Terre ;

475   Cependant aujourd'hui désarmé, sans courroux,

Vous voyez Tamerlan soumis auprès de vous.

ASTÉRIE.

Seigneur, un tel aveu me paraît incroyable ;

Qui fait trembler la Terre, a l'âme inébranlable,

Et le grand Tamerlan, l'effroi de l'Univers,

480   N'eût jamais le coeur propre à recevoir des fers.

Mais quand il serait vrai que quelques faibles charmes

Toujours ensevelis sous un torrent de larmes,

Auraient touché votre âme, hé pourrais-je, Seigneur, -

Répondre à cet amour qui doit me faire horreur ?

485   Peut-être j'en dis trop, et devrais me contraindre,

Mais le sang Ottoman, Seigneur, ne saurait feindre ;

Et pour prix de ce sang que vous fîtes couler,

Vous ne voulez mon coeur que pour vous l'immoler.

L'on a vu votre bras teint du sang de mon frère,

490   Vous menacez souvent la tête de mon père,

La Sultane ma mère est morte de douleur,

Vous fîtes notre chute et tout notre malheur,

Vous nous faites encor gémir sous votre chaîne,

Et l'amour pourrait-il naître de tant de haine ?

TAMERLAN.

495   Madame, à vos discours et vos yeux irrités,

Je connais la fierté du sang dont vous sortez,

Et je ne vois que trop l'orgueilleux caractère

D'un frère impétueux et d'un barbare père,

Qui malgré ma clémence à leur perte obstiné,

500   M'ont arraché les fers que je leur ai donnés.

Ortobule, il est vrai, d'une extrême insolence

S'attira malgré moi les traits de ma vengeance ;

Mais, Madame, en ce temps je ne vous voyais pas,

Et n'avais pas vos yeux pour arrêter mon bras ;

505   Celle de Bajazet me fût encor plus vive,

Mais vos yeux ont tenu ma vengeance captive,

Et malgré sa fureur et ses emportements,

Vos larmes ont noyé tous mes ressentiments

Cependant le suis prêt à briser votre chaîne,

510   Il est temps que l'amour finisse notre haine,

Et contre Bajazet mon plus grand ennemi,

N'allez pas réveiller mon courroux endormi.

Madame, vous savez qu'il me brave sans cesse,

Et par là voyez mieux l'excès de ma tendresse ;

515   Mais si sa haine encor combattait mon amour,

S'il refuse sa grâce avant la fin du jour,

Quand je fais tout pour lui, s'il n'en fait pas de même,

Je pourrai le haïr autant que je vous aime,

Je ne réponds de rien, et mon juste courroux

520   Pourrait... mais c'est à vous d'en prévenir les coups.

ASTÉRIE.

Seigneur, il faudra voir Andronic et mon père ;

Et puisqu'à votre amour le Prince est nécessaire,

Il faut savoir de lui ce qu'ils ont résolu,

Mon père a sur mon coeur un pouvoir absolu,

525   Et puis qu'Andronic parle....

TAMERLAN.

  Oui, ce Prince, Madame,

Par son propre intérêt doit agir pour ma flamme,

Je lui rends son Empire, et pour charmer son coeur,

Je lui donne Araxide.

ASTÉRIE.

Araxide, Seigneur !

Quoi ? Seigneur, la Princesse...

TAMERLAN.

Elle arrive à l'armée,

530   Madame, elle a de quoi rendre une âme charmée,

Peut-être que sans vous j'aurais pu l'épouser,

Mais l'amour autrement en a su disposer.

S'il faut qu'à mon dessein son adresse réponde,

J'unirai tes États à ceux de Trebizonde ;

535   Araxide en est Reine, et par son propre éclat

Elle unit cent beautés à cent raisons d'État.

Vous seule à nos desseins ne soyez pas contraire,

Parlez avec le Prince et gagnez votre père ;

Pourvu que votre main soit le prix du traité,

540   Je lui laisse la vie avec la liberté.

Je vous laisse y penser, et vous quitte, Madame,

Pour vous donner le temps d'y résoudre votre âme.

SCÈNE III.
Astérie, Zaïde.

ASTÉRIE.

Qu'ai-je entendu, Zaïde, et que m'a-t-il appris ?

Quel trouble, quelle horreur, glacent tous mes esprits ?

545   Pour Tamerlan j'apprends qu'Andronic s'intéresse,

Que mon amant devient l'appui de sa tendresse,

Qu'il en parle à mon père, et par un coup fatal,

Qu'il est son confident, et non pas son rival.

S'il faut qu'à son dessein son adresse réponde,

550   Il unit ses États à ceux de Trebizonde ;

Araxide en est Reine, et par raison d'État

Il l'épouse... Ah raisons propres pour un ingrat.

Ô Ciel ! quel intérêt et quelle récompense !

Araxide est le prix de cette confidence ;

555   Oui, je commence à voir l'excès de mon malheur,

Pour deux trônes sans doute il a vendu son coeur.

Quel revers pour le mien si tendre et si timide !

Je craignais son départ, et non pas Araxide,

Elle arrive bientôt... Un Empire éclatant...

560   Ah ! Que n'est-il parti, Zaïde en cet instant ?

Mais ne t'a-t-on jamais parlé de la Princesse ?

A-t-elle cet éclat qui surprend, intéresse ?

Mes yeux, mes tristes yeux tous pleins de ma langueur,

Pourront-ils d'Andronic me conserver le coeur ?

565   Les siens sont-ils à craindre ? Est-elle jeune, belle ?

Enfin, est-elle propre à faire un infidèle ?

On a cru l'Empereur charmé de se beauté,

La vôtre cependant a vaincu sa fierté ;

Mais, Madame, Andronic pourra mieux vous apprendre.

SCÈNE IV.
Andronic, Astérie, Zaïde.

ASTÉRIE.

570   Hé bien, Seigneur, de vous quel destin dois-je attendre ?

Et puisqu'à Tamerlan vous prêtez votre main

Pour me venir porter un poignard dans le sein,

Ma mort avec mon père est-elle résolue ?

J'y souscrirai, Seigneur, si vous l'avez conclue.

ANDRONIC.

575   Quoi ? Pourriez-vous penser, Madame...

ASTÉRIE.

  Non, Seigneur,

Je saurai de mon sang payer votre bonheur,

Pour mon père et pour vous ma perte est légitime ;

Prononcez-en l'arrêt, j'en serai la victime,

Victime malheureuse, et qui n'attendait pas

580   De la main d'Andronic le coup de son trépas.

Cependant de vos feux l'âme préoccupée,

Je ne m'attendais pas sitôt d'être trompée ;

Mon coeur qui nourrissait d'inutiles désirs

Reposait sur la foi de vos tendres soupirs ;

585   Je croyais qu'Andronic dont la perte me touche,

À ce cruel arrêt dut refuser sa bouche ;

Mais puisqu'il en sera doublement couronné,

Deux trônes valent mieux qu'un coeur infortuné.

ANDRONIC.

Quand je viens vous chercher le désespoir dans l'âme,

590   Tout plein de ma douleur, dans cet instant, Madame,

Que tout est contre moi, que je n'ai plus que vous,

Vous venez m'accabler de vos soupçons jaloux.

L'Empereur vous adore, et je suis seul à plaindre ;

À mes yeux son amour a trop su se dépeindre ;

595   Pour prix de tant de sang que j'ai versé pour lui,

Tamerlan vous épouse, et je meurs aujourd'hui.

contre un autre rival au moins dans ma disgrâce

J'irais venger mes feux, punissant son audace,

Je percerais le coeur qui voudrait m'arracher

600   Celui de ma princesse, un coeur qui m'est si cher ;

Mains dans ce temps sa main barbare est libérale

S'entend avec son coeur pour m'être plus fatale,

Et pour frapper le mien du coup le plus mortel,

Me couronne en victime, et m'entraîne à l'autel.

605   Mais vous allez vous-même aider au sacrifice,

Je vous crains plus que lui, Madame, avec justice,

Vous allez prononcer l'arrêt de mon trépas,

Peut-être ma vertu n'en murmurera pas ;

Mais enfin, il vous faut découvrir ce mystère,

610   Quand je tremble pour moi, je crains pour votre père,

Il entreprend. Il doit faire un dernier effort

Pour fuir, percer sa garde, ou courir à la mort.

ASTÉRIE.

Ciel ! Quel est son dessein ?

ANDRONIC.

Il me l'a dit lui-même ;

Il va pour se sauver, par une audace extrême,

615   Briser bientôt sa chaîne, ou te perdre.

ASTÉRIE.

  Ah ! Seigneur,

Étouffons ce projet dont je frémis d'horreur :

Il périrait ; ah Ciel ! Mettons tout en usage,

Je ferai tout, sortons, pour fléchir son courage,

Courons sans balancer, proposons cet accord...

ASTÉRIE.

620   Hé bien, Madame, hé bien, c'est l'arrêt de ma mort,

Je l'avais pressenti, mais elle est légitime ;

Vous voyez que c'est moi qui suis votre victime,

Et je m'étais douté qu'avant la fin du jour

La Nature à mes yeux immolerait l'Amour.

ASTÉRIE.

625   Ah ! Seigneur, voulez-vous que tremblante, éperdue,

Mon père tout sanglant se présente à ma vue ?

Et quand je puis d'un mot lui donner du secours,

Me redonner la vie en assurant ses jours,

Le verrai-je égorger à mes yeux ?

ANDRONIC.

Non, Madame,

630   Je sais votre devoir, connaissez mieux mon âme,

Et vos yeux n'auront pas ce spectacle aujourd'hui,

C'est moi qui doit périr et pour vous et pour lui,

Loin de vous détourner de cette juste envie,

C'est moi qui vous y porte aux dépens de ma vie,

635   J'ai cherché Bajazet et n'ai pu le trouver ;

Hé bien, il faut me perdre, afin de le sauver ;

Allons sortons, Madame, et prévenons la suite...

ASTÉRIE.

Mais, Seigneur, si mon père allait prendre la fuite,

Et s'il se dérobait aux mains de l'Empereur ;

640   Si sans verser de sang il peut...

ANDRONIC.

  C'est une erreur,

Madame, Il n'en faut point flatter notre espérance,

Craignez de Tamerlan la haine et la vengeance,

Et, s'il se peut, tâchons d'en étouffer l'effet.

Mais Léon vient à nous. As-tu vu Bajazet ?

SCÈNE V.
Léon, Andronic, Astérie, Zaïde.

LÉON.

645   Je viens d'être témoin, Seigneur, de sa disgrâce,

Jamais un si grand coeur n'a fait voir tant d'audace ;

Tout était préparé pour la prochaine nuit ;

Depuis un mois les Turcs avaient creusé fans bruit

Une mine secrète, ou flattant leur attente,

650   Il espéraient d'aller percer jusqu'à sa tente,

L'y prendre, l'enlever, ou mourir avec lui ;

Mais on les a trahis et vendus aujourd'hui :

Un Bataillon alors est venu les surprendre,

Bajazet découvert a couru les défendre,

655   Il s'est mis à leur tête, et par un noble effort

Il n'a voulu chercher son salut qu'en sa mort ;

D'un des siens renversés il prend le cimeterre,

Et son bras de mourants couvre bientôt la terre ;

Il frappe, il perce, il tue, et son coeur furieux

660   Cherche en vain une mort qu'il portait en tous lieux.

Tamerlan à ce bruit est accouru lui-même ;

Bajazet qui le voit, dans sa fureur extrême,

Par un cri menaçant suivi de coups affreux,

Le brave, et fait tomber les plus audacieux.

665   Cependant l'Empereur qui connaît son envie,

Commande à ses soldats qu'on épargne sa vie ;

On l'enferme, on le presse, on trompe son dessein,

Son cimeterre enfin se brise dans sa main,

Le nombre alors l'emporte, il succombe, on l'arrête,

670   Lassé de tant de morts, c'est la mort qu'il regrette ;

Heureux ! S'il avait su dans ses voeux irrités

Tourner sur lui les coups que son bras a portés.

ASTÉRIE.

Tout est perdu, Seigneur, je vais trouver mon père,

Courez chez l'Empereur, apaisez sa colère,

675   Dites-lui que depuis... vous m'entendez, Seigneur ;

Mais enfin il est temps de calmer sa fureur,

Faisons notre devoir dans un coup si funeste,

Sortons, et le Destin ordonnera du reste.

ACTE III

SCÈNE PREMIÈRE.
Bajazet, Andronic, Gardes.

BAJAZET, en entrant.

Non, je n'écoute rien.

ANDRONIC.

Mais, Seigneur, modérez

680   D'inutiles transports...

BAJAZET.

  Vous me désespérez,

Cruel, quand vous voyez mon attente trompée ;

Vous m'osez cependant refuser votre épée.

ANDRONIC.

Oui, Seigneur, malgré vous j'aurai soin de vos jours,

Je veux en respecter et conserver le cours,

685   Écoutez un secret que je dois vous apprendre,

Qui peut....

BAJAZET.

Non, c'en est fait, je ne veux rien entendre,

Et je n'écoute plus que la seule raison

Que pourra m'inspirer le fer ou le poison ;

Vous me les refusez, et votre barbarie

690   Par un arrêt mortel me condamne à la vie,

Prince, rougissez-en : Et vous Gardes, Soldats,

Ce triste coeur n'a plus le secours de ce bras,

Servez mieux Tamerlan qu'un ami qui m'accable,

Bajazet dans les fers est-il si redoutable ?

695   L'ordre en est-il donné, frappez, approchez-vous,

J'enhardirai vos bras, et conduirai vos coups ?

Quoi si loin de remplir cette juste espérance,

L'ami, les ennemis, tout est dans le silence.

Ah Ciel ! J'avais tantôt les armes à la main,

700   Et rien ne m'empêchait de me percer le sein :

Hélas ! Où m'emportait l'ardeur infructueuse

Que je pouvais me rendre utile et glorieuse,

Pour trop m'abandonner contre mes ennemis ?

Je me suis perdu seul, et je les ai servis,

705   Je me suis vu trahi deux fois par la fortune,

Je suis vaincu deux fois, et je ne meurs pas une.

Le sort m'attache aux fers ; et moi dans ce malheur,

Je veux perdre le jour, et tromper sa fureur.

ANDRONIC.

Vous devez écouter cette funeste envie.

710   ( Gardes, retirez vous, j'aurai soin de sa vie.)

Les gardes se retirent.

Vivez, Seigneur, vivez, on va briser vos fers,

Oubliez tous les maux que vous avez soufferts,

Apprenez un secret dont l'aveu me déchire,

Je vous avais cherché tantôt pour vous le dire,

715   Mais il est temps encore de vous le déclarer ;

Je ne vous l'apprends pas, Seigneur, sans soupirer,

Je sais que cet aveu me coûtera la vie,

N'importe, Tamerlan brûle pour Astérie.

Et pourvu que sa main soit le prix du traité,

720   Il vous donne la vie avec la liberté,

BAJAZET.

Il aimerait ma fille ?

ANDRONIC.

Ou plutôt il l'adore ;

Il m'a trop découvert le feu qui le dévore ;

Lui-même m'accablant de ce secret fatal,

A fait son confident de son propre rival ;

725   Malgré mes feux, Seigneur, j ai contraint mon courage,

Enfermant dans mon coeur une inutile rage ;

L'image d'Astérie, un reste de vertu,

Votre intérêt, le sien, ont pour lui combattu,

La gloire, le devoir, et la reconnaissance ,

730   Ont malgré mon amour enchaîné ma vengeance.

Quel contre-temps ? Ô Ciel ! Il vient me couronner,

Et ce n'est cependant que pour m'assassiner :

Mais si je n'avais craint, Seigneur, que pour ma vie,

Si je n'avais tremblé pour vous, pour Astérie,

735   J'aurais en ma vengeance su forcer l'avenir

À garder de mon nom l'éternel souvenir.

BAJAZET.

Je rends grâces au Ciel, dans le sort qui m'entraîne,

Que l'amour ait pressé ce secours a ma haine ;

Je voudrais que ma fille eut pour lui plus d'appas,

740   Ses yeux nous vengeraient au défaut de mon bras.

Que j'ai de son amour une sensible joie !

De mes plus fiers mépris il se verra la proie,

Et du moins si nos jours dépendent d'un vainqueur,

Elle et moi nous ferons le destin de son coeur ;

745   Par de nouveaux mépris j'aigrirai sa vengeance,

En jetant sa fortune avec son alliance,

C'est là que ma fierté de lui peut triompher,

L'amour me sera plus que la flamme et le fer ;

Portons-les dans son coeur par les yeux d'Astérie,

750   Et quand il m'offrirait tous ses trônes d'Asie,

Ses États et les miens... Reprenez de l'espoir,

C'est le moindre rival que vous puissiez avoir.

ANDRONIC.

Mais, Seigneur, quand je vois que l'orage s'apprête,

Et qu'un simple refus vous peut coûter la tête,

755   Que le tonnerre gronde...

BAJAZET.

  Et j'attends sans effroi,

Qu'il éclate, qu'il tombe, et n'écrase que moi.

Si le fier Tamerlan avait rompu ma chaîne,

Il faudrait oublier ma vengeance, ma haine >

Et lorsque je ne puis vivre que peu de jours,

760   Que je sens mes malheurs en abréger le cours,

Ma vertu va me faire un sort digne d'envie,

Je fais trop peu de cas de ce reste de vie,

Et je veux l'immoler pour avoir le plaisir

De braver Tamerlan jusqu'au dernier soupir.

ANDRONIC.

765   Ah Seigneur ! Le voici, modérez-vous, de grâce,

Calmez...

SCÈNE II.
Tamerlan, Tamur Capitaine des Gardes, Bajazet, Andronic, Suite de Taimrlan.

BAJAZET.

Eh bien, viens-tu jouir de ma disgrâce ?

As-tu fait immoler ce reste de soldats

Dont j'avais animé la vengeance et le bras ?

Ce n'était pas pour toi d'assez nobles victimes,

770   Il fallait dans ma perte ensevelir leurs crimes,

Il fallait que ton bras alors tournât sur moi

Tous les coups que le mien voulait porter sur toi ;

J'ai tâché de te joindre, et malgré mon envie

Je n'ai pu. Trois des tiens l'ont payé de leur vie,

775   Quí recevant mes coups, pour toi-même effrayés,

Sont tombés de ma main tous sanglants à tes pieds.

TAMERLAN.

Je vois qu'un peu trop loin votre orgueil vous emporte

Il sied mal dans tes fers d'éclater de la sorte,

Et dans ces vains transports d'une aveugle fureur,

780   Vous parlez en captif, et j'écoute en vainqueur ;

Vous étalez ici toute votre faiblesse,

Oui, cette grandeur d'âme en marque la bassesse,

Et lorsqu'en un malheur on sait trop s'émouvoir,

On fait voir sa vertu moins que son désespoir.

785   Bajazet, modérez cette rage inutile,

Devant moi reprenez une âme plus tranquille,

Et bien qu'elle paraisse incapable d'effroi,

Du moins, souvenez-vous que vous parlez à moi.

BAJAZET.

Oui, je parle à Thémir dont l'obscure naissance

790   Doit mettre entre nous deux un peu de différence ;

Et le fils de Sangal, vil pâtre qu'autrefois

Le destin par caprice arracha de ses bois,

En doit, dans sa grandeur, reconnaître l'ouvrage,

Voir que de sa bassesse, il répara l'outrage,

795   Et que le sort aveugle enflant sa vanité

Le tira du Néant et de l'obscurité.

TAMERLAN.

Et c'est là ce qui fait tout l'éclat de ma gloire,

Cet éclat est tiré du sein de la victoire,

Et ce même destin qui te fait murmurer,

800   Ne m'arrache au néant que pour t'y faire entrer.

Cette vaste grandeur, cette extrême puissance,

N'est point, si tu le veux, un droit de ma naissance ;

Il est beau cependant de mettre aux fers les Rois,

Quand la vertu sur eux vous fait naître des droits ;

805   Mais ce n'est point ici que je dois me défendre,

J'ai pu monter au trône, et t'en ai fait descendre ;

Je suis justifié. Ce Bras victorieux

Sait anoblir mon sang, mon père, et mes aïeux,

Et quel orgueil enfin que tu fasse paraître,

810   Bajazet est esclave, et Tamerlan est maître.

BAJAZET.

Des captifs comme moi savent mal obéir,

La fierté de leur sang ne sait point les trahir,

Et si Thémir lui-même oubliant sa famille,

Tout mon maître qu'il est, soupirait pour ma fille,

815   Il verrait Bajazet, ce captif malheureux,

Mépriser son amour, et rebuter ses voeux.

TAMERLAN.

Obéis avec elle, ou pour punir ton crime,

À ses yeux tu seras ma première victime ;

C'est à toi d'y penser.

BAJAZET.

C'est ce que je prétends,

820   D'un regard assuré c'est la mort que j'attends.

Déjà dans deux combats la fortune cruelle

A conservé ma vie à ta haine immortelle,

Pour servir ta fureur elle a soin de mes jours ;

J'attends de ton amour un fidèle secours :

825   S'il est vrai qu'Astérie ait pour toi quelques charmes,

Contre toi, dans ses yeux j'irai chercher des armes,

Et quand je la refuse à ton trône, à ta foi,

Je luis malgré mes fers plus monarque que toi.

Je m'égare, m'emporte, et Bajazet peut-être

830   Oublie en ce moment qu'il est devant son maître,

Et qu'il doit s'applaudir qu'un vil chef de brigands,

Thémir, enfin, s'allie au sang des Ottomans.

Tu t'émeus, je triomphe, et lis sur ton visage

Mon arrêt, je l'attends.

TAMERLAN.

Il faut punir sa rage.

835   Tu seras satisfait. Qu'on l'éloigne de moi.

BAJAZET, en sortant.

Si je meurs, je serai plus satisfait que toi.

SCÈNE III.
Andronic, Tamerlan.

ANDRONIC.

Ah ! Seigneur, modérez ce courroux...

TAMERLAN.

Il me brave !

Il m'ose refuser sa fille, mon esclave !

Oui, oui je l'abandonne, et dès ce même jour

840   Je me rends à la haine, et j'étouffe l'amour,

Je répandrai son sang pour calmer sa furie,

Bajazet périra même aux yeux d'Astérie.

ANDRONIC.

Bajazet va périr ! Ah ! Seigneur arrêtez,

Et triomphez encor de lui par vos bontés ;

845   Vous verrez la Princesse, elle aura trop de charmes,

Votre coeur ne pourra tenir contre ses larmes,

Pardonnez à son Père, un Prince malheureux,

Qui se voit accablé par un destin affreux,

Ennuyé de sa honte, et plein de sa disgrâce,

850   Et qui ne jouit plus que d'un reste d'audace.

TAMERLAN.

Et c'est ce qui m'outrage, il est devant mes yeux

Toujours fier, intrépide, et toujours furieux ;

Il ose devant moi conserver son audace,

Je le tiens dans mes fers, et c'est moi qu'il menace,

855   Et vous pouvez le plaindre ; ah ! plaignez mon malheur,

Je suis contraint de voir la fierté de son coeur,

Et je trouve en secret son sort digne d'envie,

Il brave Tamerlan, et méprise la vie.  [ 2 v. 858, le texte original porte "l'envie" à la rime, il s'agit probablement de "la vie"]

Mais, enfin c'en est fait, oui, je ne veux songer

860   Qu'à dompter Bajazet, sa fille, ou me venger.

Hé quoi ? Ne puis-je pas quand son orgueil me brave,

Faire épouser sa fille à mon dernier esclave ?

Mais je veux...

ANDRONIC.

Ah ! Seigneur, considérez son rang,

Le sang des Ottomans est un illustre sang ;

865   Songez que la Princesse...

TAMERLAN.

  Et qui vous intéresse,

Prince, pour Bajazet, ou bien pour la Princesse !

ANDRONIC.

Votre gloire, Seigneur.

TAMERLAN.

J'en aurai soin sans vous,

Et ferai ce que veut un trop juste courroux,

SCÈNE IV.
Astérie, Tamerlan, Andronic.

ASTÉRIE.

Quoi ? Seigneur, à la mort entraîne-t-on mon père,

870   Et rien ne pourra-t-il fléchir votre colère ?

Je courrais l'embrasser, mais enfin vos soldats

Viennent cruellement m'arracher de ses bras ;

À peine il m'avait joint, à peine ses caresses

Commençaient d'assurer mes timides tendresses...

875   Mais quels sombres regards ? Ah Ciel ! Je m'aperçois  [ 3 S'apercevoir : se rendre compte, prendre conscience.]

Que j'ai vu Bajazet pour la dernière fois.

TAMERLAN.

Oui, Madame, il est temps de punir son audace.

ASTÉRIE.

Ah ! Seigneur, à vos pieds je demande sa grâce ;

Quoi, Bajazet ? Ah ! Ciel, mon père va mourir,

880   Souffrez-moi de le joindre, ou de le secourir,

Que sais-je ? En ce moment peut-être qu'on le tue,

Voyez une Princesse à vos pieds éperdue,

Et par pitié du moins frappez de mêmes coups

Son coeur que vous voyez tremblant à vos genoux,

885   Vous me flattez tantôt que je vous étais chère,

Peut-on aimer la fille, et condamner le père ?

TAMERLAN.

Je devrais le punir, et son coeur furieux,

S'il vit encore, en doit rendre grâce à vos yeux.

Profitez cependant du trouble de mon âme,

890   Bajazet va venir, qu'il souscrive à ma flamme,

Portez y votre coeur aussi bien que le sien,

Jusques-là je pourrai vous répondre du mien.

Vous, Prince, demeurez auprès de la Princesse

Pour peindre à Bajazet le péril qui le presse,

895   J'attendrai sa réponse, elle fera son sort,

C'est d'elle que dépend ou sa vie, ou sa mort.

SCÈNE V.
Andronic, Astérie.

ANDRONIC.

Voici l'affreux instant que nous avions à craindre,

Il faut, il faut parler, et ne plus vous contraindre ;

Non, Madame, à ma mort n'ayez point de regret,

900   Il faut perdre Andronic, et sauver Bajazet,

Vous rendrez sa grande âme et plus douce et plus tendre

Il verra vos soupirs, ils se feront entendre,

Vous vous acquiterez de ce triste devoir,

Et vos larmes peut-être auront trop de pouvoir.

ASTÉRIE.

905   Seigneur, n'accablez point une âme infortunée,

Mais plaignez seulement sa triste destinée,

Et sans nous attendrir dans de si grands malheurs,

Cachons-nous, s'il se peut, notre amour et nos pleurs,

À ma douleur, Seigneur, laissez-moi toute entière,

910   J'attendrai, je verrai, je fléchirai mon père ;

Mais sans nous accabler de soupirs superflus,

Si vous m'aimez, partez, et ne me voyez plus.

ANDRONIC.

Je ne vous verrais plus ! Hé de grâce, Madame...

ASTÉRIE.

Hé du moins par pitié cachez-moi votre flamme,

915   Retirez-vous, Seigneur, Bajazet doit venir,

Pourrais-je devant vous, hélas ! L'entretenir ?

Que sais-je ? Si l'amour trahissait la Nature !

Il y va de sa vie.

ANDRONIC.

Hé je vous en conjure,

Permettez qu'avec vous je puisse encor le voir,

920   Malgré tout mon amour je ferai mon devoir.

ASTÉRIE.

Et j'oublierai le mien, si votre soeur soupire.

Non, Seigneur, devant vous je ne pourrais rien dire,

Andronic avec moi ne doit point se trouver,

Vous perdriez mon père au lieu de le sauver,

925   Mes discours près de vous auraient de faibles armes,

Vous lui déroberiez la moitié de mes larmes,

Je deviendraís muette, ou devant mon amant,

Hélas ! Je ne pourrais parler que faiblement.

On vient, retirez-vous, sortez.

ANDRONIC.

Adieu, Madame.

SCÈNE VI.
Bajazet, Astérie.

BAJAZET.

930   Ma fille, il faut montrer la grandeur de ton âme,

L'on m'envoie à la mort sans doute, et je te vois,

Et te parle aujourd'hui pour la dernière fois.

Mais quoi ? Lorsque tu dois répondre à ma tendresse,

Tu mêles à ma joie une indigne tristesse,

935   Et lorsque ma vertu cherche à te consoler,

Pour répondre je vois tes pleurs prêts à couler.

ASTÉRIE.

Quoi ? D'un air si tranquille, et parmi tant d'alarmes.

Vous étonnerez-vous, Seigneur de voir mes larmes ?

Puis-je avoir comme vous cette intrépidité

940   Qui vous fait voir la mort avec tant de fierté ?

Vous y courrez, Seigneur, et moi je vous arrête,

C'est moi qui peut défendre une si chère tête,

Je ne souffrirai point qu'on vous traîne à la mort,

Je vais, je cours pour vous faire un dernier effort,

945   Je sais le seul secret de vous sauver la vie,

Laissez à Tamerlan épouser Astérie.

BAJAZET.

Épouser Tamerlan, fais un plus noble effort,

Oui, perdons-nous plutôt, et courrons à la mort ;

Astérie, est-ce ainsi qu'une servile crainte,

950   Te peut faire subir une indigne contrainte,

Et dans quelque revers qui nous puisse accabler,

Le sang de Bajazet doit-il jamais trembler ?

Ah ! Si pour éviter la mort qui me menace,

J'achetais à ce prix et ma vie et ta grâce,

955   Que je pusse aujourd'hui jusques là me trahir,

Quand je l'ordonnerais, devrais-tu m'obéir ?

Ma Fille, soutiens mieux la fierté de ton père,

Entends la triste voix d'Ortobule ton frère,

Qui tout sanglant encore, et tout percé de coups,

960   Méprise Tamerlan, et brave son courroux :

Regarde, imite, sur ta mère la sultane,

Qui soutint jusqu'au bout la grandeur Ottomane,

Et qui nous donne à tous en ce funeste sort

L'exemple de braver le tyran et la mort.

965   Pour moi, tu le sais bien, je suis trop las de vivre,

Mon malheureux destin s'obstine à me poursuivre ;

J'avais tenté la fuite, il n'a pu le souffrir,

Enfin j'avais voulu me sauver, ou mourir ;

Il m'a trahi, pour lui ma haine est implacable,

970   Je ne fais que gémir dans l'horreur qui m'accable,

La douceur et la paix par un coup si mortel

Ont fait avec mon coeur un divorce éternel ;

Dans ce comble de maux où ce revers me plonge,

Tu vois que le chagrin me dévore, me ronge,

975   Qu'il entretient ma rage, et que dans ma douleur

Je n'attends que la mort pour finir mon malheur ;

Mais je ne puis souffrir qu'un hymen si funeste

M'immole tous tes jours pour le peu qui m'en reste.

ASTÉRIE.

Mais, Seigneur, songez-vous dans ce fatal instant,

980   Si nous n'obéissons, que la mort vous attend ;

Ces gardes, ces soldats, cette funeste escorte,

Hélas. Qu'attendent-ils rangés à cette porte ?

Si vous sortez, peut-être ils fondront tous sur vous,

Et peut-être à mes yeux vous perceront de coups ;

985   Je vous verrai sanglant dans leurs mains vous débattre,

Par cent coups redoublés ils sauront vous abattre,

Et cependant, d'un mot je puis les arrêter :

Je le prononcerai, quoi qu'il puisse coûter,

Et vous ne verrez point l'infidèle Astérie

990   Par ses cruels refus vous arracher la vie.

J'en tremble ? Ah ! Si pour vous vous n'avez point d'effroi

Ah ! Seigneur, ah ! Mon Père, au moins tremblez pour moi,

Et quand vous périrez par l'ordre du Tartare,

Serai-je moins en proie à sa fureur barbare ?

995   Sans pouvoir vous offrir à mon coeur éperdu,

Je demeurerai seule, et j'aurai tout perdu,

Je demande à vos pieds par toute ma tendresse,

Que pour moi vous ayez un peu plus de faiblesse ;

D'une âme plus tranquille attendez votre sort,

1000   Ne courrez point vous-même au devant de la mort,

Ortobule a péri, j'ai vu mourir ma mère,

Je vois le même bras qui menace mon père ;

Mais enfin malgré vous je dois vous secourir,

Ils sont morts, vous vivez, et vous allez mourir.

BAJAZET.

1005   Je vois avec plaisir la grandeur de ton âme ,

Elle est digne de moi. Mais l'innocente flamme

D'un Prince... Croyez-moi, ma fille, et m'entendez,

Vous craignez d'obtenir ce que vous demandez,

Et si je contentais cette funeste envie...

ASTÉRIE.

1010   Je ne veux obtenir de vous que votre vie,

Ne vous informez point du trouble de mon coeur,

J'en rougis, mais souffrez que je parte, Seigneur ;

Oui, je vais de ce pas...

BAJAZET.

Épouser le Tartare,

Immoler Andronic, rendre heureux un Barbare.

ASTÉRIE.

1015   Ah ! Ne m'exposez plus au trouble où je me vois,

Vous armez un amant contre vous, contre moi,

Ne me répétez point ce seul nom qui m'accable,

Et si j'obéissais vous en seriez coupable.

BAJAZET.

Ma fille, obéissez, je le veux, et je suis...,.

ASTÉRIE.

1020   Vous obéir ? Ah Ciel ! Non, Seigneur, je ne puis :

Mon Père, souffrez-moi contre une injuste envie

De vous désobéir une fois en ma vie ;

Je vous quitte, et je vais vous sauver malgré vous.

Elle sort.

BAJAZET.

Arrêtez, je l'ordonne, et craignez mon courroux.

1025   Gardes, suivez votre ordre, a la mort je m'apprête,

Et portés au tyran mes refus et ma tête.

ACTE IV

SCÈNE PREMIÈRE.
Andronic, Léon.

ANDRONIC.

Que dit-on dans le camp du sort de Bajazet,

Léon ? Et Tamerlan en est-il satisfait ?

LÉON.

Sa fortune, Seigneur, vient de changer de face,

1030   Sa fille à l'Empereur a demandé sa grâce,

Elle est venue en pleurs tomber a ses genoux,

Et ses pleurs, du Tartare ont calmé le courroux ;

Sitôt qu'elle a paru, son aimable présence

A banni de son coeur la haine et la vengeance,

1035   Mais toujours Bajazet rempli de sa fureur

Refuse avec mépris sa fille à l'Empereur ;

Cependant Tamerlan pour le prix de sa vie

Va malgré lui peut-être épouser Astérie,

Tout le Camp est surpris d'un si grand changement.

ANDRONIC.

1040   Croiras-tu ce retour l'ouvrage d'un moment,

Léon ? Peux-tu penser qu'aimé de ma Princesse,

Elle ait sitôt trahi ma flamme et sa tendresse ?

Pour un père, il est vrai. Mais quoi ! Sans l'offenser,

Ne devait-elle pas plus longtemps balancer ?

1045   Elle devait... Hélas ! Elle pouvait le faire,

Un amant peut-il pas être aussi cher qu'un père ?

Tantôt même, à mes yeux elle a vu Tamerlan

D'un oeil plus engageant qu'on ne voit son tyran ;

Devant lui sa tristesse a paru trop touchante,

1050   Sa douleur n'a jamais été plus éloquente ;

Son air, son port, ses pleurs parlaient si tendrement,

Enfin elle a parlé comme pour un amant ;

Mais voyant l'Empereur, que ne dois-je point croire ?

Que sais-je si ses yeux éblouis de sa gloire,

1055   Charmés de fa fortune, et plein de sa grandeur,

N'ont point été gagnés pour séduire son coeur ?

Et pour me consoler, Léon, dans ma misère,

Elle va peindre aux miens les périls de son père,

Sa crainte, ses transports, ses soupirs, ses douleurs,

1060   Et peut-être, j'aurai le reste de ses pleurs.

Mais avant qu'un rival en ait fait sa conquête,

J'irai sur les autels ensanglanter la fête ;

Pour réponse à ses pleurs j'ai du sang à verser,

J'irai... Mais elle vient, Ciel ! Que dois-je penser ?

SCÈNE II.
Astérie, Zaïde, Andronic.

ASTÉRIE.

1065   Me plaindrez-vous, Seigneur, dans ma triste aventure ?

J'ai parlé pour mon père, et servi la nature,

J'ai fait ce que j'ai du, mais je viens à mon tour

Aux yeux de mon amant satisfaire à l'amour ;

Ma bouche a prononcé pour un devoir funeste,

1070   Je ne m'en repents point : mon coeur fera le reste,

Il vient entre vos mains, tout plein de son malheur,

Remettre ses soupirs, mes pleurs et ma douleur...

ANDRONIC.

Ces soupirs étaient dus, Madame, à votre père,

Vous n'avez que trop fait ce que vous deviez faire,

1075   Votre triste devoir vient de changer son sort,

Enfin vous avez dû m'envoyer à la mort,

Je n'en murmure point ; Tamerlan, un Empire,

Votre devoir, un père, et si je l'ose dire,

Votre peu de tendresse...

ASTÉRIE.

Ingrat que dites vous ?

1080   Pouvez-vous me porter de si funestes coups ?

Quand à vos yeux mon feu ne peut plus se contraindre,

Quand je viens devant vous soupirer et me plaindre,

Que mon coeur vous fait voir ses voeux désespérés,

C'est vous, cruel, c'est vous qui me le déchirez ;

1085   Enfin, quand je m'apprête a finir vos alarmes,

Que bientôt de mon sang je vais payer vos larmes,

Que quitte envers mon père, hélas ! En ce moment

Je cherche à m'acquitter auprès de mon amant,

Il m'ose reprocher mon devoir et mon père,

1090   Ce que lui-même enfín m'a contrainte de faire,

Tout cela, dans l'instant que je viens en ce lieu

Le pleurer, et lui dire un éternel adieu.

ANDRONIC.

Un éternel adieu ? Que dites-vous, Madame ?

Quelle subite horreur frappe et saisit mon âme ?

ASTÉRIE.

1095   Il n'est plus temps, Seigneur, de vous rien déguiser,

En vain Tarmerlan croit aujourd'hui m'épouser ;

D'abord, j'avais voulu, pour venger ma disgrâce,

Fille de Bajazet, en soutenir l'audace,

Et cachant un poignard, pour vaincre mon malheur,

1100   Lui donner une main qui lui perçât le coeur.

J'ai conçu sans trembler ce dessein téméraire,

Mais quoi ? Du même coup j'aurais perdu mon père,

Et ce triste penser m'a donné de l'effroi ;

Mais il faut le sauver et ne perdre que moi,

1105   Engager Tamerlan d'une foi mutuelle,

Mourir, et vous prouver que je vous suis fidèle.

ANDRONIC.

Ah ! Madame, vivez, et me manquez de foi,

Sauvez Bajazet, vous, et ne perdez que moi,

Épousez Tamerlan, plutôt que de répandre

1110   Un sang qui m'est si cher, et que je veux défendre,

Ce coeur que vous voulez... Ah ! Funeste penser,

Est-il encor à vous ce coeur pour le percer ?

Je veux qu'il soit à moi dans ce péril extrême,

De grâce épargnez-vous par pitié de moi-même,

1115   Et si vous le frappiez dans ce cruel moment,

C'est le coeur d'Andronic, le coeur de votre amant.

ASTÉRIE.

Si Tamerlan m'épouse, hélas ! Ce coeur si tendre,

Qu'Andronic malgré moi veut encore défendre,

Sera-t-il pas frappé du coup le plus affreux...

ANDRONIC.

1120   Si vous vivez, mon frère sort moins rigoureux ;

Et quand je mourrai seul...

ASTÉRIE.

Ciel ! Que voulez-vous faire ?

Songez que vous perdez et la fille et le père,

Et quand vous m'apprenez que vous voulez mourir,

Est-ce là le secret de vous faire obéir ?

ANDRONIC.

1125   Hé bien obéissez, je vivrai, ma princesse,

Peut-être loin de vous, je craindrai ma faiblesse,

J'en donnerai l'exemple, à mon coeur abattu

Cherchera du secours auprès de sa vertu ;

De puissantes raisons vous forcent a le faire,

1130   Il y va de vos jours, de ceux de votre père,

Tremblez pour eux, Madame, et leur servez d'appui,

Si vous mouriez, hélas ! Tamerlan aujourd'hui

Confus d'avoir perdu le seul bien qu'il espère,

Vengerait votre sang en perdant votre père ;

1135   Bajazet périrait sans doute.

ASTÉRIE.

  Hé voulez-vous

Encor un coup me voir Tamerlan pour époux ?

Songez-vous à l'horreur où ce destin me livre ?

ANDRONIC.

J'oublierai tout pourvu que vous songiez à vivre,

De mon triste destin je serai satisfait,

1140   Oubliez Andronic, songez à Bajazet.

ASTÉRIE.

Quoi ? Vous-même, Andronic ordonne qu'Astérie

Étouffe son amour, l'abandonne, l'oublie ?

Oui, puisque mon Amant m'apprend sans s'émouvoir

Par de fortes raisons mon funeste devoir,

1145   Que lui seul d'un oeil sec contemplant ma disgrâce,

Me dit tranquillement ce qu'il faut que je fasse,

Je vais lui obéir... Mais, Seigneur, entre nous,

Non, je n'attendais pas tant de force de vous,

J'attendais d'Andronic un peu plus de faiblesse,

1150   J'attendais de son coeur un feu plus de tendresse,

J'attendais... mais que dis-je, hélas ? J'en dois rougir,

Seigneur, sans balancer je vais vous obéir,

Et je cours de ce pas épouser....

ANDRONIC.

Ah ! Madame,

Arrêtez, et voyez la douleur de mon âme,

1155   Pour vous sauver je fais le plus cruel effort,

Et ne voyez-vous pas que je cours à la mort ?

ASTÉRIE.

Vous m'arrêtez ? Pourquoi m'avez-vous convaincue ?

Cette force, Seigneur, qu'est-elle devenue ?

La nature, mon père, Andronic, mon devoir,

1160   Et de plus vos raisons...

ANDRONIC.

  Hélas ! L'en puis-je avoir ?

Et si pour Andronic votre coeur est si tendre,

Madame, ces raisons les devez-vous entendre ?

Oui, cruelle, voyez un Prince à vos genoux,

Et mille fois plus noble et plus tendre que vous,

1165   Qui la mort clans le coeur n'eût jamais d'autre envie

Que de vous conserver un père et votre vie,

Et qui vous la demande et pour vous et pour lui.

ASTÉRIE.

N'augmentez pas, Seigneur, mon trouble et mon ennui,

Mais plaignez seulement l'excès de ma misère,

1170   Il ne me souvient plus de vous près de mon père,

Et lorsque je vous vois dans ce triste moment

J'oublie aussi mon père auprès de mon amant ;

Bajazet, Andronic, mon devoir, ma tendresse,

Enfin tout m'assassine.

ANDRONIC.

Ah ! divine Princesse,

1175   Perdez plutôt l'amant, et vivez.

ZAÏDE.

  Ah Seigneur,

J'entends du bruit, on vient, et je vois l'Empereur.

SCÈNE III.
Tamerlan, Astérie, Andronic, Zaïde, Tamur,Gardes.

TAMERLAN.

Enfin, Prince, l'amour termine notre haine,

Bajazet malgré lui verra briser sa chaîne,

La Princesse en répond, elle me l'a promis.

1180   Et par l'hymen dans peu nous serons réunis.

Mais ne parliez-vous pas, Prince, de ma tendresse ?

Vous pouviez en marquer l'excès à la Princesse ;

Vous l'avez vu, Madame, et ce coeur orgueilleux

Apprends à soupirer, et l'apprend de vos yeux ;

1185   Ce n'est plus en vainqueur qu'il vient ici paraître,

Depuis qu'il est à vous il n'agit plus en maître...

Mais quel chagrin, Madame, occupe votre esprit ?

je vous vois étonnée, et le Prince interdit,

Pour qui sont ces soupirs, et ce regard si tendre ?  [ 4 Echo au vers 1638 d'Andromaque de Racine (1668) : "Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?", Oreste, Acte V, scène 4.]

1190   Répondez ?

ASTÉRIE.

  Moi, Seigneur, que puis-je vous appendre ?

Quels soupirs ?... Si ce n'est des soupirs de courroux

Pour un frère qui parle, et qui percé de coups,

Me reproche tout haut que votre main sanglante

D'un sang qui m'est si cher paraît encor fumante,

1195   Sa chère ombre sans cesse à mes yeux se fait voir,

Qui me suit, qui m'arrête, et m'apprend mon devoir,

Et qui me retraçant sa déplorable histoire ,

Me dit que j'ai vendu son sang et sa mémoire,

Et que par votre hymen je trahis...

TAMERLAN.

C'est assez,

1200   Je lis dans votre coeur mieux que vous ne pensez ;

Pour avoir écouté l'ombre de votre frère,

Madame, vous avez oublié votre père,

Il suffit, Andronic, préparez votre main

Pour l'hymen d'Araxide, elle arrive demain,

1205   Dans une heure partez, allez au devant d'elle

Par de profonds respects lui marquer votre zèle,

Et tâchez par vos soins de prévenir son coeur,

De mon autorité j'appuierai votre ardeur.

ANDRONIC.

Seigneur, lorsqu'elle espère un coeur comme le vôtre,

1210   Voudra-t-elle des soins et des respects d'un autre.

Pourra-t-elle écouter sans dédains d'autres voeux.

Et vos feux...

TAMERLAN.

Vous prenez trop de soin de mes feux,

Araxide à vos voeux ne sera point rebelle,

Répondez-moi ce vous et je vous répond d'elle,

1215   Maître de ses États je puis en disposer,

Et d'un mot Tamerlan vous la fait épouser.

ANDRONIC.

Puis-je espérer, Seigneur, l'amour d'une Princesse

Qui ne me vit jamais, et de qui la tendresse...

TAMERLAN.

Prince, je vous entends ; Vous, Madame, je vois

1220   Que vous les entendez ces raisons mieux que moi,

Tamerlan à son tour commence à les connaître ;

Vous, Prince, obéissez, je dois parler en maître,

Je le veux, je l'ordonne, et ne voyez jamais...

ANDRONIC.

Seigneur, vous pouvez faire obéir vos sujets.

1225   Je suis indépendant, et ne connais personne

Qui puisse me parler par je veux, ou j'ordonne ;

Je m'expose sans doute aux plus cruels destins,

Mais je n'en suis pas moins du sang des Constantins,

Et tout ceux que le Ciel dans mon rang a fait naître

1230   N'obéissent jamais quand on leur parle en maître.

TAMERLAN, à Astérie.

Lui dictez-vous, Madame, un discours si fatal ?

Dois-je voir dans ses yeux les regards d'un rival ?

Vos jeux l'ont-ils rendu téméraire, perfide ?

ASTÉRIE.

Moi ? Seigneur... Andronic, allez voir Araxide,

1235   Allez, sans balancer, obéissez, partez.

TAMERLAN.

Madame, pour mon coeur que d'affreuses clartés !

J'en frémis, mais enfin songez à quelle rage

Peut emporter l'amour contre qui nous outrage,

Et puisque cet amour sait agir en tyran,

1240   Malheur à qui sera rival de Tamerlan ?

ASTÉRIE.

Auriez-vous un rival pour une infortunée,

Languissante captive aux pleurs abandonnée,

Qui fut longtemps en bute à votre inimitié,

Rebut de la fortune, objet de la pitié ?

1245   Ah ! Seigneur, qui voudrait dans ma fortune affreuse

Prodiguer des soupirs pour une malheureuse,

Qui gémira toujours des maux qu'elle a soufferts,

Et qui n'a pour tous biens que des pleurs et des fers ?

Androric a des yeux, Araxide est charmante,

1250   Il la verra, son coeur remplira votre attente,

Oui, Seigneur, j'en réponds, il va vous obéir,

ANDRONIC.

Madame, juques-là pourrais-je vous trahir ?

Non, non, il faut parler, il n'est plus temps de feindre,

Oui, j'adore Astérie, et je le dis sans craindre,

1255   Disposez de mon Trône et de mes jours Seigneur,

Mais du moins laissez-moi disposer de mon coeur,

Il est à la Princesse.

TAMERLAN.

Ingrat, pourquoi m'apprendre

Un secret que mon coeur n'a su que trop entendre ?

Je te faisais l'honneur d'attendre tout de toi,

1260   Tu pouvais aujourd'hui tout espérer de moi,

Je t'avais confié mon coeur et ma tendresse,

Je te donnais un trône, une illustre Princesse,

J'allais te couronner avecque tant d'éclat...

ANDRONIC.

Seigneur, vous n'auriez fait d'Audronic qu'un ingrat,

1265   Ne me prodiguez plus un présent qui m'offense,

Un rival est malpropre à la reconnaissance,

N'en doutez point. Tantôt mon coeur en frémissant

A gémi sous le poids d'un bienfait accablant ;

Les trônes, les grandeurs, je vous les abandonne,

1270   Laissez-moi ma Princesse, et prenez ma couronne,

J'aime mieux partager avec elle ses fers,

Que sans elle avec vous partager l'Univers.

TAMERLAN.

Madame, vous voyez cette ardeur qui l'entraîne,

Vous l'aimez, mais il doit demander votre haine,

1275   Je perce le mystère, et vois que Bajazet

Avec lui de concert entreprit son projet,

Vous-même d'Andronic étiez la récompense,

Mais ils seront tous deux l'objet de ma vengeance.

ANDRONIC.

Je ne crains point la mort, pour vous, pour votre État,

1280   Seigneur, je l'ai cherchée avec assez d'éclat,

Sebaste qui me vit aux pieds de ses murailles  [ 5 Sebaste : ville de l'Asie Mineure, appartint au Pont puis à la Cappadoce. [B]]

Connaît trop qui je suis ; j'ai donné deux batailles,

Où de mon propre sang (blessé de plusieurs coups )

J'arrosai les lauriers que je cueillais pour vous,

1285   La plus affreuse mort n'a rien qui m'intimide,

Frappez sans balancer un rival intrépide.

TAMERLAN.

Je saurai contenter un si juste désir ;

Qu'on l'arrête, Tamur, qu'on vienne le saisir ?

ASTÉRIE.

À Tamerlan.

Ah ! Seigneur arrêtez ....

À Andronic.

Prince quelles alarmes !

1290   Au nom de notre amour, et par toutes mes larmes ?

ANDRONIC.

Et que puis-je, Madame ?

TAMERLAN.

Éloignez de mes yeux

Cet objet insolent d'un rival odieux.

SCÈNE IV.
Tamerlan, Astérie, Zaïde.

TAMERLAN.

Madame, vous voyez à quel point il m'irrite,

C'est mon rival, je suis pour lui barbare, Scythe,  [ 6 Scythes : La Bible fait descendre les Scythes de Magog, fils de Japhet. Établis dabord sur l'Arxa, et l'Iaxarte, ils étendirent au loin leurs conquêtes, soumirent une partie de l'Europe et de l'Asien tinrent pendant 28 ans l'Asie Mineure sous leur joug (634-596), et pénétrèrent jusqu'en Égypte. Les plus grands conquérants Cyrus, Darius Ier, Alexandre, tentèrent en vain de les dompter.]

1295   Je répandrai du sang, tout me sera permis,

Maîtresse, père, amant, tous sont mes ennemis.

Il faut que de leur sort votre bouche décide,

Pour sauver Andronic, qu'il épouse Araxide,

Résolvez l'y vous-même, et rejetant ses voeux,

1300   Pour sauver Bajazet satisfaites mes feux,

Voilà le seul secret d'apaiser ma colère,

Quittez, abandonnez l'Amant pour votre père ;

Si l'un et l'autre enfin ne subisse mes lois,

Vous les verrez tous deux pour la dernière fois.

SCÈNE V.
Astérie, Zaïde.

ASTÉRIE.

1305   Ah ! Seigneur... il me quitte hélas ! Que vais-je faire ?

N'était-ce pas assez de trembler pour mon père ?

Et cependant je touche au funeste moment

Où je verrai périr mon père et mon amant ?

Quoi ? Zaïde, faut-il qu'à moi-même funeste,

1310   En perdant tout, je livre un amant qui me reste ?

Qu'à ma Rivale enfin, j'abandonne son coeur,

Et que pour le sauver j'allume leur ardeur ?

S'il faut perdre ton coeur pour conserver ta vie,

Cher Andronic, pardonne à la faible Astérie,

1315   Je te verrais plutôt... Zaïde n'entends pas

Les douloureux transports d'un cruel embarras,

Ferme, ferme les yeux sur toute ma faiblesse,

Excuse ma douleur, pardonne à ma tendresse ;

Bajazet, Andronic, père, amant malheureux,

1320   Je saurai périr seule, et vous sauver tous deux.

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.
Astérie, Zaïde.

ASTÉRIE.

Ne m'abandonne point, tout est perdu Zaïde,

As-tu vu comme moi la Princesse Araxide ?

Elle vient d'arriver, mon malheur est certain,

Peut-être qu'Andronic l'épousera demain,

1325   Aujourd'hui pour ma mort tout est d'intelligence,

Avant ce prompt retour j'avais quelque espérance,

Loin d'Araxide, hélas ! Si près de mon Amant

Je voyais mes malheurs dans quelque éloignement ;

Mais j'ai vu de trop près cette pompe fatale ,

1330   Qui suivait dans le camp ma superbe rivale,

Ces Escadrons rangés, ce grand nombre de chars,

Qui de l'armée entière attiraient les regards,

Ces gardes, ces soldats, cette suite nombreuse,

Cette foule qu'entraîne une fortune heureuse,

1335   Ces cris de joie, en l'air redoublés tant de fois,

Cet appareil qui marche à la suite des rois,

Tout alarmait un coeur trop tendre et trop timide,

Et j'ai tremblé sur tout en voyant Araxide ;

Quand son char a paru, mon coeur en a frémi,

1340   Dans le trouble où j'étais je l'ai vue à demi ;

Mais il faut l'avouer enfin malgré ma haine,

Ah ! Zaïde, elle est belle, et de plus elle est reine.

ZAÏDE.

Ne craignez rien, Madame, Andronic est constant.

ASTÉRIE.

Un coeur ne peut-il pas changer en un instant ?

1345   Vois, d'Araxide, vois la grandeur importune,

Regarde avec pitié toute mon infortune,

Sur le trône elle brille aux yeux de l'Univers,

Moi, dans l'obscurité, je languis dans les fers,

Un Sceptre peut tenter une âme ambitieuse,

1350   Ma rivale est charmante, et je fuis malheureuse,

Andronic est sensible, il peut manquer de foi,

Il m'aime, mais hélas ! S'il s'aimait plus que moi !

ZAÏDE.

Madame, suspendez ces mortelles alarmes,

Pour Tamerlan peut-être Araxide a des charmes,

1355   Son coeur ambitieux dans cet heureux retour

Pourrait à sa grandeur immoler son amour.

Trop de timidité vous alarme et vous trompe,

Eût-il fait sans dessein tant d'apprêt, tant de pompe.

Cet éclat, ce triomphe a pu vous étonner,

1360   Et sans doute ce n'est que pour la couronner.

Dans ces cruels soupçons, je ne vois rien à craindre,

En faveur d'Araxide il saura se contraindre,

Et ce superbe coeur politique et jaloux,

Doit par trop de raison se dégager de vous.

ASTÉRIE.

1365   S'il est ainsi, Zaïde, ah ! Qu'elle ait mille charmes,

Que ses yeux soient brillants les miens couverts de larmes,

Que l'heureuse Araxide allume avec éclat

Cet amour politique et de raison d'État !

Quelle soit mille fois plus belle et plus aimable,

1370   Qu'aux yeux de Tamerlan je paroisse effroyable,

Et s'il se peut, hélas ! Dans mon sort douloureux

Qu'Andronic ait pour moi toujours les mêmes yeux !

Mais s'il fallait, Zaïde, à moi-même fatale

Contraindre mon amant d'adorer ma rivale,

1375   Que pour sauver ses jours il fallut le céder,

Quel discours emploierai-je à le persuader ?

On m'en a menacée, et tantôt le Tartare,

Condamnait ma tendresse à cet effort barbare ;

Hélas ! Je me serais trahie à tous moments,

1380   Ciel ! Que n'a-t-il quitté ces cruels sentiments ?

Mais il vient, ah fuyons, de crainte que ma vue

Ne rallume en son coeur le poison qui le tue.

Elle sort.

SCÈNE II.
Tamerlan, Tamur Capitaine des Gardes de Tamerlan.

TAMERLAN.

Tu dis que Bajazet rentre dans son devoir,

Tout superbe qu'il est, qu'il demande à me voir,

1385   Il fait cette démarche, et cette âme si fière

Souhaite une entrevue, et parle la première,

Te croirai-je, Tamur ? L'as-tu bien entendu ?

Ne t'es-tu point trompé quand tu m'as répondu ?

Bajazet veut me voir ? Quelle attente imprévue

1390   A fléchi son orgueil ? Quoi ! Dans notre entrevue

Il demande sa fille ? Il n'en faut plus douter,

Tamur, son coeur se rend, et j'ai su le dompter,

Parle, répète-moi ce qu'il vient de te dire.

TAMUR.

Seigneur, exactement je vais vous en instruire.

1395   Il m'a mandé lui-même, et j'ai couru soudain

Par votre ordre, en entrant il m'a donné la main,

Un air plus satisfait brillait sur son visage,

Qui semblait en bannir la fureur et la rage,

La douceur et la paix y régnaient à leur tour :

1400   Je veux voir votre maître avant la fin du jour,

( M'a-t-il dit ) je suis las de souffrir tant de peine,

Il faut sortir des fers, et finir notre haine,

Allez, et que je voie Astérie avec lui.

TAMERLAN.

Quoi ? Donc j'aurais vaincu Bajazet aujourd'hui ?

1405   Non, je ne puis le croire, et sa haine invincible

Aux périls, à la mort, ne fut jamais sensible,

J'admirais son courage, et malgré sa fureur

Ce mépris de la mort qui marque un si grand coeur,

Cette âme inébranlable, et si noble et si fière,

1410   Ont pour lui mille fois suspendu ma colère ;

Nous sommes ennemis, je le hais, il me hait.

Mais j'aurais jusqu'ici fait tout ce qu'il a fait.

Ainsi, de ce retour j'ai trop d'incertitude,

De tous côtés, Tamur, j'ai de l'inquiétude ;

1415   Si Bajazet se rend du parti de mon coeur,

Araxide et ma gloire arrêtent mon bonheur ;

Je sais bien que ma bouche est ingrate, perfide,

Qu'elle a donné parole à l'aimable Araxide,

Mais j'adore Astérie et mon coeur à son tour

1420   S'est malgré mon orgueil donné tout à l'amour.

J'ai regardé l'amour dans les yeux d'Astérie

Comme un fier ennemi né de mon ennemie,

Et pour mieux me venger d'elle et de mon vainqueur,

J'ai voulu le forcer dans le fond de son coeur.

TAMUR.

1425   Mais, Seigneur, Andronic épousant Araxide,

Vous n'auriez plus le nom d'ingrat et de perfide,

Ce Prince...

TAMERLAN.

C'est de quoi je veux l'entretenir,

Et mon ordre est donné pour le faire venir.

À ses gardes.

Que l'on amène aussi la Princesse Astérie ?

1430   Bajazet veut la voir, contentons son envie ;

Que je m'applaudirais d'un peu de cruauté,

Si par là j'avais su vaincre tant de fierté ?

Car enfin, je ne puis souffrir qu'il la soutienne,

La grandeur de son âme est égale à la mienne,

1435   Il faut que je rabaisse, et que d'un air soumis

Il veuille entrer lui-même au rang de mes amis,

Je serais satisfait si le péril qui presse

Coûtait a son grand coeur cette heureuse faiblesse,

Et si j'en triomphais ayant pu le dompter,

1440   Peut-être que le mien saura se surmonter.

Cependant de leur sort il faut que je décide,

Bajazet, Astérie, Andronic, Araxide,

Dans mes mains, il est vrai, je tiens votre destin,

Et cependant le mien en est plus incertain.

1445   Andronic mon rival est un rival que j'aime,

Il m'a servi sans doute, Araxide elle-même

Doit s'unir avec eux dans ce commun effroi,

Et je serai peut-être avec eux contre moi,

Mais surtout Bajazet, Tamur, le puis-je croire,

1450   Que la crainte ait donné quelque atteinte à sa gloire.

TAMUR.

N'en doutez point, Seigneur, Bajazet étonné

Se lasse de se voir captif, infortuné ;

Pour sauver le débris de sa triste famille,

Il veut sortir des fers en vous donnant sa fille ;

1455   N'a-t-il pas fait entendre un si juste projet,

Lorsque...

TAMERLAN.

Sa fille vient. Fais venir Bajazet.

SCÈNE III.
AStérie, Zaïde, Tamerlan.

TAMERLAN.

Votre père a changé son superbe langage,

Madame, il a quitté cette fierté sauvage,

Il demande a me voir, et je vous fais venir

1460   Pour nous voir ensemble, et pour nous réunir.

Lui-même a souhaité que vous fussiez présente

À cet accord si doux qui faisait votre attente,

Vous nous verrez tous deux bientôt nous embrasser...

Mais ce discours commence à vous embarrasser,

1465   Et je vois...

ASTÉRIE.

  Quoi ? Seigneur, est-il vrai que mon père...

TAMERLAN.

Il est vrai qu'il viendra bientôt me satisfaire,

Et sans plus écouter une aveugle fureur,

Qu'il a soin de sa vie et de votre grandeur.

ASTÉRIE, à part.

Ah Ciel !

TAMERLAN.

Nous finirons une haine mortelle ,

1470   Elle va faire place à la foi mutuelle

Qui nous liant tous deux, vous couronne...

ASTÉRIE.

Ah ! Seigneur,

Les Couronnes n'ont rien de touchant pour mon coeur,

Depuis que dans les fers je suis accoutumée,

Seigneur, de la grandeur je ne suis plus charmée ,

1475   Araxide avec vous remplira mieux que moi

Un rang que vous devez à son coeur, à sa foi,

Oubliez Astérie, esclave infortunée,

Je ne mérite point d'être ici couronnée,

Et si mon père enfin plus soumis et plus doux,

1480   Voulait se réunir, Seigneur, avecque vous,

Si d'un esprit moins fier... Ah Ciel, est-il possible ?

Bajazet qui parut toujours ferme, inflexible,

Lui qui brava toujours... tantôt même, Seigneur,

Mes larmes, mes soupirs, n'ont pu toucher son coeur,

1485   J'ai fait ce que j'ai pu pour attendrir son âme,

Toujours inexorable, intrépide...

TAMERLAN.

Ah ! Madame,

Votre coeur a paru charmé de ses refus,

Cependant, croyez-moi, ne les souhaitez plus,

Si vous l'aimez, pour lui devenez plus timide ,

1490   Et rendez sa grande âme un peu moins intrépide,

Et puisque les refus le pourraient accabler,

Son intrépidité vous doit faire trembler.

ASTÉRIE.

Quoi ? Seigneur, auriez-vous l'âme assez inhumaine...

TAMERLAN.

Non, Madame, au contraire on va briser sa chaîne,

1495   Et Bajazet, et moi, dans nos embrassements,

Nous allons étouffer tous nos ressentiments.

SCÈNE IV.
Andronic, Un Garde, Tamerlan, Astérie, Zaïde.

ANDRONIC, à Astérie.

Ah ! Madame, est-il vrai ce qu'on vient de méprendre ?

Bajazet obéit, son grand coeur sait se rendre,

Il vous immole, ah Ciel ! Quel honteux changement !

1500   Ce coeur qui fut si ferme à la fin se dément,

Lui que j'ai vu cent fois par une juste envie

Demander un poignard pour s'arracher la vie ?

Qui cherchait avec soin le secours du poison,

Et qui le cherchait même avec tant de raison ?

À Tamerlan.

1505   Il tremble, et dans vos mains il remet Astérie,

Mais pour la conserver prenez encor ma vie,

Il vous la faut, Seigneur, perdant ce que je perds

Je voudrais dans ma chute entraîner l'Univers,

Oui, perdez un rival dont la fureur extrême

1510   Pourrait vous perdre un jour en se perdant lui-même,

Et qui n'ayant pour lui plus rien à ménager,

Ne cherche qu'à mourir, enfin, ou se venger.

TAMERLAN.

J'excuse d'Andronic la fureur et l'audace,

Je lui pardonne même une telle menace,

1515   Son désespoir lui dicte un discours emporté

Que pour son intérêt je n'ai pas écouté.

ANDRONIC.

Pour votre intérêt seul vous devriez l'entendre,

L'excés de ma douleur, Seigneur, doit vous l'apprendre,

Oui, perdez un rival...

ASTÉRIE.

Que dites-vous, Seigneur ?

1520   Pourquoi donner encor ce comble à mon malheur ?

Et n'ai-je pas assez de mortelles disgrâces

Sans qu'il y faille encore ajouter vos menaces ?

Tout retombe sur moi ? Voulez-vous en mourant

Faire à mes tristes yeux un spectacle sanglant ?

1525   Et faudra-t-il périr, pour croître ma misère,

De la main d'un amant et de celle d'un père ?

J'en serai la Victime, et je dois obéir,

Mais je n'ignore pas quand il faudra mourir,

Il vient. Ah Ciel !

SCÈNE V.
Bajazet, Tamur, Tamerlan, Andronic, Astérie, Zaïde, Suite de Gardes.

Elle sort.

BAJAZET.

Ma fille, il faut que je t'embrasse,

1530   La fureur du Destin aujourd'hui me fait grâce,

Viens partager ma joie, essuie enfin tes pleurs,

Bajazet a vaincu son sort et ses malheurs.

ASTÉRIE.

À ce nouveau bonheur immolez Astérie,

Je n'en murmure point, qu'il me coûte la vie,

1535   Dois-je pas vous la rendre ? Il n'importe, Seigneur,

Finissez votre haine, embrassez l'Empereur,

Réunissez deux coeurs...

BAJAZET.

Que je me réunisse

Avec mon Ennemi ? Par quel honteux caprice

Me donner un conseil qui me remplit d'horreur ?

1540   Mais enfin, Tamerlan, je connais son erreur,

Si j'ai voulu te voir, ce n'est que pour t'apprendre

Que sur moi tu n'as plus aucun droit à prétendre,

Et que brisant mes fers peut-être devant toi,

Tu me verras dans peu libre et maître de moi.

TAMERLAN.

1545   Bajazet, j'avais cru qu'un conseil salutaire

Remettrait au devoir et la fiiie et le père,

Mais ne me contraint plus à la juste rigueur,

Qui malgré mes bontés punirait ta fureur.

BAJAZET.

Tu peux intimider un malheureux esclave,

1550   J'écoute sans aigreur un vainqueur qui me brave,

Tu sais bien que la mort ne m'a point fait d'effroi,

Et quand je l'ai cherchée elle a fui devant moi,

Mais je t'ai prévenu, j'ai rempli mon envie,

Je quitte avec plaisir le fardeau de la vie ,

1555   Je sens que ma fureur s'éteint avec mes jours,

Je cède, et suis tranquille en finissant leur cours,

Et puisque je vais perdre une vie importune,

Je me réconcilie avecque la Fortune,

Je lui pardonne tout. Ma Fille est dans tes fers,

1560   Elle attache sur toi les yeux de l'Univers,

Si la vertu t'est chère, ah ! Je te la confie,

Et ta gloire aujourd'hui me répond d'Astérie,

Je l'en charge, il suffit. Ma Fille, c'est a toi

De vivre, ou s'il le faut de mourir comme moi.

ASTÉRIE.

1565   Seigneur, que dites-vous, et quel triste présage...

Mais Ciel ! À chaque instant vous changez de visage,

Mon Père, qu'avez-vous ? Quel affreux changement ?

BAJAZET.

Ce mal se doit passer, ma fille en un moment,

Ce n'est rien.

ASTÉRIE, à Andronic.

Mais que vois je ? Ah ! Seigneur, il chancelle,

1570   Je tremble.

ANDRONIC.

Quoi ? Seigneur ?...

BAJAZET.

  Votre amitié cruelle

Me refusa cent fois un poignard pour mourir,

Seigneur, mais un esclave a su me secourir,

Et je me suis rendu par son adresse extrême

Maître de mon destin malgré le Destin même,

1575   C'est ainsi que j'ai pris le trop heureux poison

Qui des fureurs du Sort m'a su faire raison.

ASTÉRIE.

Juste Ciel !

TAMERLAN.

Quoi ? Veux-tu me dérober la gloire

D'emporter sur mes sens une entière victoire ?

Qu'on cherche du secours ?

BAJAZET.

Il n'est plus de secours,

1580   Qui puisse retarder de si malheureux jours,

Je sens déjà la mort et secourable et prompte,

Qui m'enlève à ta vie, et m'arrache à ta honte,

Console-toi, ma Fille, et malgré ta douleur

Souviens-toi que ton père expire en Empereur.

TAMERLAN.

1585   Qu'on l'emporte, Tamur ?

ASTÉRIE.

  Seigneur, je veux vous suivre,

Et je ne pourrai pas un moment vous survivre.

TAMERLAN.

Madame, demeurez, dans un tel malheur...

ASTÉRIE.

Ah ! Laisse-moi, Tyran, expirer de douleur !

Tu perds tout aujourd'hui, malheureuse Astérie,

1590   Et pour dernier malheur il te reste la vie.

SCÈNE DERNIÈRE.
Andronic, Tamerlan.

ANDRONIC, veut suivre Astérie.

Si vous l'aimez, Seigneur, craignons son désespoir,

Et souffrez...

TAMERLAN.

Demeurez, c'est à moi d'y pourvoir.

Hola, Gardes, Tamur, veillez sur la Princesse,

Qu'on la suive, et surtout qu'on l'observe sans cesse.

1595   C'en est fait, on verra si je suis un tyran,

Il faut que l'Univers connaisse Tamerlan.

Bajazet de sa fille ose charger ma gloire,

Oui, Prince, elle en répond, et vous l'en devez croire,

Il triomphe du sort, et je veux aujourd'hui,

1600   En triomphant de moi, faire encor plus que lui.

Ainsi, Prince, je veux oublier vos caprices,

Et ne me souvenir que de tous vos services,

Et quand Bajazet meurt, pour triomphe nouveau,

Enfermer mon amour dans le même tombeau.

1605   Allez voir la Princesse, apaisez ses alarmes,

Quand elle aura donné quelque trêve à ses larmes,

Elle peut à son gré terminer votre sort,

Araxide et ma gloire exigent cet effort,

Je l'épouse, et je pars.

ANDRONIC.

Quelle reconnaissance,

1610   Seigneur, pour des bonté qui passent l'espérance...

Ciel ! Pouvais-je espérer en ce funeste jour

Que la gloire rangeât la Nature et l'Amour.

 


Extrait du Privilege du Roi.

Par Grâce et privilège du Roi, donné à Saint Germain en Laye le 16. Janvier 1676. Signé, Par le Roi en son Conseil, Desvieux : Il est permis au Sieur PRADON de faire imprimer, vendre et débiter par tel Imprimeur ou Libraire qu'il voudra choisir, une pièce de théâtre de sa composition, intitulée Tamerlan, ou La Mort de Bajazet, pendant le temps et espace de huit années, à commencer du jour qu'elle sera achevée d'imprimer pour la première fois ; avec défenses à toutes personnes, de quelque qualité et condition qu'elles soient, d'en imprimer, ou faire imprimer, vendre et distribuer, en tous les lieux du royaume et terres de l'obéïssance, d'autre édition que de celle dudit Sieur de Pradon, ou de ceux qui auront droit de lui, à peine de trois mille livres d'amende, payable sans déport par chacun des contrevenants, confiscation des exemplaires contrefaits, et autres peines plus au long contenues dans lesdites Lettres.

Registré sur le Livre de la Communauté des Libraires et Imprimeurs, Signé THIERRY, Syndic.

Achevé d'imprimer pour la première fois le 30. Janvier 1676.

Notes

[1] Janissaire : Garde du grand seigneur, ou soldat de l'infanterie turquesque. [F]

[2] v. 858, le texte original porte "l'envie" à la rime, il s'agit probablement de "la vie"

[3] S'apercevoir : se rendre compte, prendre conscience.

[4] Echo au vers 1638 d'Andromaque de Racine (1668) : "Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?", Oreste, Acte V, scène 4.

[5] Sebaste : ville de l'Asie Mineure, appartint au Pont puis à la Cappadoce. [B]

[6] Scythes : La Bible fait descendre les Scythes de Magog, fils de Japhet. Établis dabord sur l'Arxa, et l'Iaxarte, ils étendirent au loin leurs conquêtes, soumirent une partie de l'Europe et de l'Asien tinrent pendant 28 ans l'Asie Mineure sous leur joug (634-596), et pénétrèrent jusqu'en Égypte. Les plus grands conquérants Cyrus, Darius Ier, Alexandre, tentèrent en vain de les dompter.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies