LE SOT VENGÉ

COMÉDIE en UN ACTE

M. DC. LXXIX. Avec Privilège du Roi.

DE MONSIEUR POISSON

À PARIS, Chez JEAN RIBOU, au Palais de la Salle Royale, à l'Image Saint-Louis


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 07/04/2017 à 09:58:02.


PERSONNAGES

LUBIN, ou le sot vengé.

LUBINE, femme de Lubin.

LE COMPÈRE, amoureux de Lubine.

MONSIEUR RAGOT, amoureux de Lubine.

CROQUILLON, valet du Compère.

La scène est a Paris.


SCÈNE PREMIÈRE.
Monsieur Ragot, Lubine.

LUBINE.

Quoi ! Vous osez Maître Ragot,

Maître importun, et maître sot,

Me venir rendre encor visite,

Moi qui vous hais et vous évite,

5   Comme l'on évite la mort.

MONSIEUR RAGOT.

Ne vous emportez pas si fort,

Lubine , voici la dernière :

Vous êtes pour moi chaste et fière,

Mais le Compère a tant d'appas

10   Que pour lui vous ne l'êtes pas.

LUBINE.

Vous l'avez dit, qu'en peut-il être ?

MONSIEUR RAGOT.

Rien, car vous n'avez point de Maître :

À dire vrai que craindriez vous ?

Votre mari roué de coups,

15   De vous et de l'heureux Compère,

Qui mange chez vous d'ordinaire ?

Et qui je pense y couche aussi ?

J'en aurais fort peu de souci,

Mais vous me traitez d'une sorte...

LUBINE.

20   Faites vos plaintes à la porte,

Je suis lasse de l'entretien

D'un homme plus sot que le mien.

Elle rentre.

MONSIEUR RAGOT.

Ah ! C'est trop mépriser ma flamme ;

Je m'en saurai venger, infâme,

25   J'encouragerai ton mari,

Je chasserai ton favori ;

Enfin je m'en vais dans ma rage

Te faire un diable de ravage,

Dès aujourd'hui ton sot époux

30   Te donnera deux mille coups :

Mais pour commencer cette affaire,

Allons empaumer le Compère.  [ 1 Empaumer : serrer la main. Signifie figurément, se rendre maître de l'esprit de quelqu'un. [F]]

SCÈNE II.
Le Compère, Croquillon.

CROQUILLON.

D'où vient ce grand empressement ?

LE COMPÈRE.

Il regarde sa montre avec empressement.

Il est huit heures justement,

35   C'est l'heure qu'elle m'a donnée.

CROQUILLON.

Je ne sais point de haquenée,  [ 2 Haquenée : cheval qui va l'amble. Si dit aussi en termes comiques du bâton que que portent ceux qui font des voyages à pied pour se soulager en marchant. [F]]

Dont l'amble...  [ 3 Amble : train ou certaine allure du cheval, lorsque les deux jambes du même côté se meuvent ensemble, et que les deux autres se meuvent après. [F]]

LE COMPÈRE.

Veux-tu m'obliger ?

C'est ici l'heure du Berger ;

La manquer !

CROQUILLON.

Mon maître extravague.

LE COMPÈRE.

40   À propos donne-moi ma bague.

CROQUILLON.

Mais Lubin ce pauvre Jobet,  [ 4 Job : diminutif de Job, personnage de l'ancien testament exemple de fermeté et de patience mais réputé pauvre : on dit pauvre comme Job.]

Qui va quérir comme un barbet,  [ 5 Barbet : chien à gros poil et frisé qui va à l'eau, et qu'on dresse à la chasse aux canards.]

Et qui vous rapporte de même,

Dont la patience est extrême ;

45   Ce mari plus battu qu'un chien,

Qui voit beaucoup, et ne dit rien ;

Enfin ce plus sot que tout autre,

Dont la femme est, je crois, la vôtre,

N'est-il pas sur votre journal

50   Marqué pour un original ?

LE COMPÈRE.

Donne donc, il est fort commode.

CROQUILLON.

Il n'en amène pas la mode,

On le pratique en toutes parts :

Diable la mode des cornards  [ 6 Cornard : cocu ; celui qui a une femme adultère, qui lui fait porter des cornes. Ce mot est bas. [F]]

55   Est une mode d'importance,

On ne la change point en France,

Les autres durent quinze jours,

Mais celle-là dure toujours.

LE COMPÈRE.

C'est l'objet de ta raillerie.

CROQUILLON.

60   Il revient de la boucherie

Quérir une tête de veau,

Il vient de rentrer.

LE COMPÈRE.

Mon anneau :

Que ta longueur me désespère !

CROQUILLON.

Vous allez donc voir la Commère ?

LE COMPÈRE.

65   Oui, maudit traître, en cet instant

Que tu jases, elle m'attend,

Et c'est pour finir mon martyre...

CROQUILLON.

Il donne la bague.

Courez, je n'ai plus rien à dire,

Mais je crains pour le diamant.

LE COMPÈRE.

Il se donne en hâte un coup de peigne.

70   C'est peu pour cet heureux moment.

CROQUILLON.

Monsieur, Ragot est à la porte.

LE COMPÈRE bas en colère.

Que veut-il ? Le diable l'emporte :

Cours lui dire que d'aujourd'hui

Je ne puis pas parler à lui,

75   Et qu'une affaire d'importance...

CROQUILLON.

Il n'est plus temps, car il avance.

LE COMPÈRE bas en colère.

Le diable le puisse emporter ?

Coquin, veux-tu pas l'arrêter ?

CROQUILLON.

Il vient, songez à lui répondre.

LE COMPÈRE bas en colère.

80   Que l'enfer le puisse confondre !

Un vautour lui mange le coeur !

SCÈNE III.
La Compère, Monsieur Raogot, Croquillon.

LE COMPÈRE haut.

Ah ! Monsieur, votre serviteur.

MONSIEUR RAGOT.

Je vous ai détourné peut-être.

LE COMPÈRE.

Vous vous moquez,

CROQUILLON.

Ah qu'il est traître ?

MONSIEUR RAGOT.

85   Sans vous, ami, je suis perdu.

LE COMPÈRE, bas.

Fusse-tu mille fois pendu.

Monsieur, allât-il de ma vie.

Haut.

Je ne perdrai jamais l'envie

De vous prouver ma passion.

MONSIEUR RAGOT.

90   Je suis dans la confusion.

LE COMPÈRE, bas.

Et moi, je suis dedans la rage.

CROQUILLON.

Cela ne va pas mal, courage.

MONSIEUR RAGOT.

Portez vous à deux pas d'ici,

Vous m'allez ôter de souci.

LE COMPÈRE.

95   J'irais pour vous jusques à Rome

Les pieds nus.

CROQUILLON.

Ah, le méchant homme ?

LE COMPÈRE.

Et je vous donnerais mon coeur.

MONSIEUR RAGOT.

Votre franchise et votre ardeur,

Se trouve pour moi sans seconde.

LE COMPÈRE, bas.

100   Derechef l'enfer te confonde ;

Haut.

Je crains qu'on ne m'aille ravir

L'avantage de vous servir.

MONSIEUR RAGOT.

Partons.

LE COMPÈRE, à son valet.

Tu le paieras, traître.

SCÈNE IV.

CROQUILLON, seul.

Eh bien, vit-on jamais paraître

105   Une plus grande trahison ?

Si je rentre dans ta maison

Puissent toutes les chambrières  [ 7 Chambrière : Servante qui nettoie la chambre. En terme de manège, est un long fouet fait d'une grande courroie de cuir attachée au bout d'un bâton, qui sert à fouetter les chevaux par derrière pour les faire obéir au cavalier.]

Me donner cent coups d'étrivières.  [ 8 Étrivière : Courroie de cuir, par laquelle les étriers sont suspendus. Donner les étrivières, c'est châtier des valets de livrée, les fouetter avec les étrivières. [F]]

Je ne puis pas trouver, je crois,

110   Un plus méchant maître que toi.

SCÈNE V.
Lubin, Lubine.

LUBIN.

Diable soit ta chienne de vie !

Dis, Carogne, as-tu point envie  [ 9 Carogne : terme injurieux, qui se dit entre les femmes de basses condition, pour se reprocher leur mauvaise vie, leurs ordures, leur puanteur. C'est la même chose que charogne quand on lui donne une prononciation picarde. [F]]

De me traiter plus doucement?

LUBINE.

Va : reporte la seulement

115   Au boucher, et sans plus attendre.

LUBIN.

Il ne la voudra pas reprendre.

LUBINE.

Mais me veux-tu faire enrager ?

Crois-tu que je puisse manger

De cette tête ? Va la rendre.

LUBIN.

120   Il ne la voudra pas reprendre.

LUBINE.

Elle pue, ne la sens-tu pas,

Dis-lui qu'on la sent de dix pas,

Et qu'il joue à se faire pendre.

LUBIN.

Il ne la voudra pas reprendre.

LUBINE.

125   Si tu me fais prendre un bâton.

Mais voyez son diable de ton.

Il ne la voudra pas reprendre !

Ma foi ! Si tu me fais te prendre !

Je te donnerai du gros bout,

130   Et dessus le ventre et partout

Chien de cornard.

LUBIN.

Je le confesse,

Quand tu n'étais que ma maîtresse >

Voyant tout ce que tu faisais

Je vis bien que je le serais;

135   Et le diable ayant l'avantage

D'avoir fait notre mariage,

Il n'a pas trop mal réussi,

Car il le voulait bien aussi.

LUBINE.

Ah ! Que de t'avoir je suis lasse !

140   L'on me montre au doigt quand je passe,

Voilà la femme de ce gueux,  [ 10 Gueux : indigent, nécessiteux, qui est réduit à mendier, à demander l'aumône. [F]]

Dit-on.

LUBIN.

Moi l'on me montre à deux.

LUBINE.

Moi, t'avoir pris ! Moi qui suis fille

D'un bon tapissier de la ville.

LUBIN.

145   C'est pourquoi, l'on me l'a bien dit,

Tu fais de si bons tours de lit.

LUBINE.

Quoi tu veux jaser, chien d'ivrogne ?  [ 11 Jaser : parler beaucoup et sans nécessité de choses frivoles. Signifie aussi, parler indiscrètement, révéler un secret, une chose cachée. [F]]

Reporte donc cette charogne,

Ou je te vais rompre les bras.

LUBIN.

150   J'y vais, ne me frappe donc pas :

Mais comme il ne la pourra vendre :

Il ne la voudra pas reprendre.

LUBINE.

Encore : tu le payeras

Aussitôt que tu reviendras :

155   Ne suis-je pas bien misérable

D'avoir pris un homme semblable ?

Ce gueux était distributeur

De ces billets d'Opérateur

Il gagnait deux sous la journée.

160   Regardez combien c'est Tannée»

Sans aller compter par ses doigts

C'est tout juste un écu par mois.

N'est-ce pas pour faire grand chère.

C'était un objet de misère,

165   Il était tout déguenillé,

Voyez comme il est habillé,

Cependant depuis peu le traître !

Voudrait je crois faire le maître !

Il ne veut que ce qu'il lui plaît.

170   Le sot, je l'ai fait ce qu'il est.

SCÈNE VI.

LUBIN, l'ayant écoutée.

Est-ce une si belle besogne

Pour t'en oser vanter, carogne

Fais-moi, du moins, m'ayant fait sot

La grâce de n'en dire mot.

175   Dans l'heureux âge d'innocence

L'on était toujours dans l'enfance ;

L'homme et la femme étaient heureux,

Ils jouaient à de petits jeux,

Comme à Pont-Neuf, à Climusette,

180   Ou bien à Ris-Ris Boullette,  [ 12 Boulette : Les enfants jouent à la boulette, en poussant une balle dans une petite fosse. [F]]

Au pied-de-boeuf, aux osselets,  [ 13 Osselets : Petit os qui est derrière du gigot de mouton, dont se servent les enfants pour jouer aux jeu des osselets. [F]]

À d'autres plus beaux, ou plus laids,

Au corbillon, à la pantoufle,  [ 14 Corbillon : Est aussi un petit jeu d'enfants où il faut répondre ou rimer en "on". [F]]

En veux-tu plaider siffle-souffle.

185   A Colin-maillard, aux combats,

À cache-cache-Mitoulas,  [ 15 Cache-cahe-Mitoulas : C'est un jeu de jeunes gens, qui consiste à mettre quelque chose secrètement entre les mains, ou dans les habits de quelqu'un de la compagnie. [F]]

Au combien, à la sage-femme,

A l'accouchée, au Trou-Madame :  [ 16 Trou-Madame : Est un jeu où l'on laisse couler les boules dans les trous, ou rigoles marquées diversement pour la perte ou pour le gain. [F]]

L'un d'eux disait changeons de jeu,

190   Jouons à la queue-leu-leu,  [ 17 Queueleuleu : Les enfants ont un jeu qu'ils appellent la queue-leu-leu, quand ils se tiennent l'un l'autre par la robe en marchant. [F]]

Il est bien plus beau, ce me semble,

Car on se tient toujours ensemble.

La femme après avoir bien ri

Prenait la queue à son mari

195   Et le tout avec innocence,

Mais nous sommes en récompense

Depuis ce temps-là qui n'est plus

Un nombre infini de cocus :

Ma femme a franchi la parole,

200   Je le fuis et je me console,

Et quantité qui sont ici

S'en doivent consoler aussi.

Je suis bien le plus misérable,

Car je suis battu comme un diable

205   D'un drôle qui fait les yeux doux

Qui mange et qui couche chez nous :

N 'est-ce pas pour être en colère ?

Elle l'appelle son compère,

Il est prés d'elle jour et nuit.

210   Il couche dans notre grand lit,

Moi dessous dans une roulette.  [ 18 Roulette : Est aussi une petite couchette qui roule sur des roues pour la transporter, et la cacher sous un autre lit quand on veut. Un mari qui couche dans une roulette, tandis que sa femme couche au grand lit est un grand sot. [F]]

Ma femme dans une couchette

Sous un pavillon chaudement,

Le soir on me dit rudement

215   Coupe du pain bis et du beurre:

Et te va coucher de bonne heure,

Quand j'ai soupé de mon pain bis.

Que j'ai décrotté leurs habits,

Que toute ma besogne est faite

220   Je me jette dans ma roulette,

Mais elle et son passionné

Sont jusques à minuit sonné...

SCÈNE VII.
Le Compère, Lubin.

LE COMPÈRE.

Est-elle au logis, ma Commère ?

LUBIN.

Oui, Monsieur : voila le Compère.

225   Voyez s'il heurte ? Point du tout,

Son diable de passe-partout,

Sait ouvrir toutes nos ferrures :

Que je m'en vais avoir d'injures

D'être à mettre le pot au feu !

230   Nous allons, je crois voir beau jeu,

Voici ma besogne ordinaire.

SCÈNE VIII.
Lubine, Lubin.

LUBINE.

Frotte les souliers du Compère:

Hé bien, chien ? Ta tête de veau !

LUBIN.

Il m'a redonné d'un morceau

235   Qui sera fort bon et fort tendre.

LUBINE.

Il ne la voudra pas reprendre ?

L'a-t-il pas reprise, faquin ?  [ 19 Faquin : Se dit aussi en quelque sorte au figuré, pour un homme sans mérite, sans honneur, sans coeur, digne de toutes sortes de mépris. [F]]

LUBIN.

Vraiment oui.

LUBINE.

Va quérir du vin,

Et que le rôtisseur nous barde

240   Une bonne et grasse poularde

Pour dîner mon Compère et moi.

Tu prendras, si tu veux pour toi,

Ou des noix, ou bien du fromage :

Redonne ces souliers.

SCÈNE IX.

LUBIN, seul.

J'enrage,

245   Et si Job en ma place était

Je pense qu'il enragerait

Et qu'il dirAit en sa colère

La peste étouffe le Compère,

Le diable lui casse les os.

SCÈNE X.
Monsieur Ragot, Lubin.

MONSIEUR RAGOT.

250   L'occasion s'offre à propos ;

Allons donc jeter par avance

Les fondements de ma vengeance :

Je ne travaillerai point mal

Si je puis chasser mon rival

255   D'auprès cette impudente femme.

Va n'as-tu point de honte infâme,

Que les voisins entendent tous

Ta femme te rouer de coups ?

LUBIN.

Il est vrai, voisin, mais qu'y faire ?

260   Faut-il que je m'en désespère ?

Le maudit compère qu'elle a

Me hait, et l'oblige à cela.

MONSIEUR RAGOT.

Que fait-il chez toi ce compère?

LUBIN.

Il fait ce que j'y devrais faire.

MONSIEUR RAGOT.

265   J'ai feint d'avoir adroitement

Besoin de lui pour un moment ;

Pour l'avertir que l'on le blâme

De voir trop librement ta femme :

Mais loin d'en être inquiété

270   En se moquant il m'a quitté ;

Il allait troussant sa moustache

Te monter un vilain panache.  [ 20 Panache : on dit proverbialement, qu'une femme a mis un beau panache sur la tête de son mari, quand elle lui a été infidèle. [F]]

LUBIN.

Vous m'eussiez obligé beaucoup

Voisin, de détourner ce coup.

MONSIEUR RAGOT.

275   Encor passe pour ce Compère,

Car nos femmes ont d'ordinaire

Pour notre plus grand ennemi

Quelque Compère ou quelque ami ;

Mais on te croit sans raillerie

280   Chef de la grande Confrérie.

LUBIN.

Voisin, je suis ce que je suis,

Et d'être autrement je ne puis;

Ma femme est, et coquette, et belle,

Je m'en ri tout tombe fur elle»

285   C'est son affaire, brisons-là :

Mais le plus grand défaut qu'elle a,

Au moins le plus insupportable,

C'est qu'elle me bat comme un diable,

Car ses coups me rendent la peau

290   Plus noire que votre chapeau.

MONSIEUR RAGOT.

Vois-tu Voisin ? Je suis un homme...

LUBIN.

Je le sais, qui revient de Rome.

MONSIEUR RAGOT.

J'ai bien été dans d'autres lieux,

Et si je ne suis pas trop vieux.

LUBIN.

295   Peut-on aller plus loin que Rome ?

MONSIEUR RAGOT.

Tu n'en as guère vu, pauvre homme !

LUBIN.

Guère ? J'ai pourtant vu Paris,

Et le trésor de Saint-Denis.  [ 21 La basilique de Saint-Denis renfermait les tombes des rois de France.]

MONSIEUR RAGOT.

C'est voir, sans voir toute la France

300   Ce qui s'y voit de conséquence.

LUBIN.

Mais peste. Je m'amuse bien

J'aurai tantôt du rot de chien,

Je vais revenir.

MONSIEUR RAGOT.

Non demeure,

Je m'en vais te ravir sur l'heure :

305   T'entretenir, étant pressé

De tous les lieux où j'ai passé,

Ces récits seraient incommodes.

Sache qu'étant aux Antipodes

L'on me fit présent d'un trésor.

310   Qui vaut plus d'un million d'or,

Et si ce n'est qu'une racine ,

Laquelle mise sur l'échine

D'une femme fut-ce un Démon,

La rend plus douce qu'un mouton.

LUBIN.

315   Peste ! L'admirable racine !

D'où peut venir son origine ?

MONSIEUR RAGOT.

Du pied d'un arbre que j'ai vu

Qu'avait planté Lusse-tu-cru,

À ce qu'on dit, et puis fit Gilles.  [ 22 Faire Gilles : pour dire s'enfuir ou pour dire qu'il a fait banqueroute. [F]]

LUBIN.

320   Peste ? Il était des plus habilles :

Ce bois a cette faculté ?

MONSIEUR RAGOT.

Si ta femme en avait tâté.

LUBIN.

Vraiment je veux bien qu'elle en tâte ;

Mais une autre fois, car j'ai hâte.

MONSIEUR RAGOT.

325   Attend, dans un quart d'heure, ou deux.

Elle en tâtera si tu veux ;

Ce ne serait plus elle-même,

Sa douceur deviendrait extrême

Par la faculté de ce bois.

LUBIN.

330   La baiserais-je quelquefois ?

Pourrais-je coucher avec elle.

MONSIEUR RAGOT.

Hé quoi donc ? La grande nouvelle !

N'y couches-tu pas quand tu veux ?

LUBIN.

Morbleu ! Que je serais heureux !

335   Ce serait une bonne affaire !

Mais où coucherait le Compère ?

MONSIEUR RAGOT.

Qu'il couche au diable désormais.

LUBIN.

Elle ne le voudra jamais,

C'est un homme qu'elle idolâtre.

MONSIEUR RAGOT.

340   Mais tu la battras comme plâtre

Si tu veux, et tu lui feras

Faire tout ce que tu voudras.

Elle viendra dans sa colère

Te traiter comme à l'ordinaire :

345   Comme elle prendra son haut ton,

Tu tiendras ferme ce bâton

Qui vaut mieux que deux vertes gaules :

Tu lui sangleras les épaules

Seulement de quinze ou vingt coups,

350   Tu la verras à tes genoux.

Plus souple et plus obéissante

Qu'une jeune et neuve servante,

Te dire en larmes, je promets

De n'aimer que toi désormais,

355   De ne plus souffrir le Compère.

LUBIN.

Ce serait bien là mon affaire :

Mais l'homme qui l'avait trouvé

Ce bâton...

MONSIEUR RAGOT.

L'avait éprouvé :

Mais connaissais-tu pas ma femme ?

LUBIN.

360   Qui, c'était une bonne lame.  [ 23 Lame : on dit proverbialement et bassement, "une bonne lame", une "fine lame", une personne fine, et adroite ; et ne se dit qu'en mauvais part, principalement quand on dit d'un ton admiratif : La bonne lame ! [F]]

MONSIEUR RAGOT.

Trois coups la rendirent d'abord

Plus douce qu'un enfant qui dort :

Mais il faut dedans ta mémoire

Mettre quatre mots de grimoire,  [ 24 Grimoire : livre qu'on a jamais vu, où on prétend qu'il y a des conjurations propres à évoquer les démons. [F]]

365   Et les dire, autrement, ma foi,

Les coups retourneraient sur toi.

LUBIN.

Ah ! Je veux donc bien les apprendre.

Avant que de rien entreprendre.

MONSIEUR RAGOT.

Oui, car il les faut prononcer.

370   Auparavant que commencer.

LUBIN.

Elle va revenir, je meure :

Apprenez-les moi tout à l'heure

Et nous allons dans un moment

Voir un diable de changement

375   Pour elle et pour moi fort risible ;

Si le secret est infaillible

Je ne vous épargnerai rien,

Prenez mon honneur et mon bien,

J'ai fort peu de l'un et de l'autre,

380   Mais disposez comme de vôtre.

MONSIEUR RAGOT.

Va je ne te demande rien,

Voici les mots retiens les bien.

LUBIN.

Vraiment pour cesser d'être esclave...

MONSIEUR RAGOT.

Tasse vouzi driou titave.

LUBIN.

385   La peste ! Quels diables de mots !

Je ne trouve plus à propos

De les apprendre tout à l'heure,

Il me faut deux-mots, ou je meure

Avant que de les bien savoir

390   Adieu, voisin, jusqu'au revoir.

MONSIEUR RAGOT.

Demeure, il n'est rien plus facile :

Quand tu serais plus imbécile

Que la même imbécillité,

Je donne la facilité

395   D'apprendre en un jour une histoire..

LUBIN.

Mais donnez-vous de la mémoire ?

Il faudrait vite m'en fournir

Car ma femme va revenir.

MONSIEUR RAGOT.

Dis donc, tu n'as que de la bave :

400   Tasse vouzi driou titave.

LUBIN.

Tasse, roti....

MONSIEUR RAGOT.

Quoi ! Quatre mots...

LUBIN.

Patience, un peu de repos.

MONSIEUR RAGOT.

Tasse...

LUBIN.

Je sais bien une tasse

Dans laquelle on boit.

MONSIEUR RAGOT.

Je me lasse.

LUBIN.

405   Dites-les moi plus posément.

MONSIEUR RAGOT.

Je parle assez distinctement

Tasse rouzi....

LUBIN.

Disons ensemble.

MONSIEUR RAGOT.

Pourquoi m'interrompre ?

LUBIN.

Il me semble

Que quand nous parlerons toux deux

410   Je les dirai peut-être mieux.

MONSIEUR RAGOT.

Tasse.

LUBIN.

Tasse. Dis-je pas bien ?

MONSIEUR RAGOT.

Achève.

LUBIN.

Je ne sais plus rien.

MONSIEUR RAGOT.

Et comment donc prétends-tu faire ?

LUBIN.

Il faut achever notre affaire.

MONSIEUR RAGOT.

415   Mais quoi ! Si tu ne retiens pas.

LUBIN.

Mais que l'on parle mal là-bas !

Le langage est bien incommode

Dedans la ville d'Antipode !

Cela me ferait détester.

MONSIEUR RAGOT, à part.

420   Je ne me veux point rebuter,

Il faut s'armer de patience

Pour bien assurer sa vengeance,

Elle est tantôt en mon pouvoir.

LUBIN.

Écoutez, je crois les savoir :

425   Tasse vouzi friou titave.

MONSIEUR RAGOT.

Les voilà, tu n'es plus esclave,

Ils te rendront maître chez toi.

Adieu.

SCÈNE XI.
Lubin, Lubine.

LUBINE.

Te moques-tu de moi ?

LUBIN.

Ne voilà-t-il pas la carogne ?

LUBINE.

430   Que fais-tu donc là, chien d'ivrogne ?

LUBIN.

Tasse rouzi friou... J'y fais...

Il ne m'en souviendra jamais,

Voisin.

LUBINE.

Dis sot, est-ce pour rire ?

LUBIN.

Il s'en est allé sans rien dire,

435   Elle a raison, faute d'un mot

Je ne suis encore qu'un sot.

Il rimait ce me semble à cave :

Tasse rouzi friou titave.

Bon je l'ai retrouvé sans vous.

LUBINE.

440   Il faut le mettre au rang des fous.

LUBIN.

Des fous ! Pas tant fou que l'on pense :

Allons, fais-moi la révérence.

Et quelque joli compliment.

LUBINE.

Il a perdu le jugement.

445   Comme ce coquin, fait le grave !

LUBIN.

Il la frappe

Tasse rouzi friou titave.

LUBINE.

J'y vais, ne me frappe donc pas.

LUBIN.

La révérence, bas, plus bas,

Ma foi, cette racine est drôle !

450   Allons, qu'on joue un autre rôle.

LUBINE.

D'où peut venir cet enragé ?

Dis donc, que diable as-tu mangé !

LUBIN.

Il la frappe.

Ah coquine tu m'injuries.

LUBINE.

Mon mignon, quitte ces furies.

LUBIN.

455   Mon mignon ! Hé mon chien de coeur :

D'où diable me vient cet honneur ?

Crois-tu parler à ton Compère ?

Tasse rouzi friou, j'espère

Il la frappe.

Te reconnaître quelque jour.

LUBINE.

460   Hélas ! Pardon mon cher amour,

Que veux-tu ? D'où vient ta colère ?

LUBIN.

Va mettre dehors ce compère,

Et ne le regarde jamais,

Va vite, et reviens : désormais

465   Je suis le mari de ma femme

Tasse rouzi friou, mon âme.

SCÈNE XII.
Le Compère, Lubine, Lubin.

LE COMPÈRE.

Sortir si brusquement ! Pourquoi

Dites donc.

LUBINE.

Pour l'amour de moi.

LE COMPÈRE.

Ah ! C'est en peu de mots tout dire,

470   J'obéis, et je me retire.

LUBIN.

Voilà le Compère sorti,

Bon.

LUBINE.

Mon amour, il est parti.

LUBIN.

Il est parti ! Ton coeur soupire !

Allons, tout à l'heure il faut rire.

LUBINE.

475   Rire et pleurer, je ne puis pas.

LUBIN.

Ris ,ou je te romprai les bras,

Ma racine est mal employée.

LUBINE.

Rirai-je à gorge déployée ?

LUBIN.

Oui-dà, bien fort ; bon, ne ris plus,

480   Je trouve tes ris superflus ;

Pleure à présent à chaudes larmes ;

On dit que ta voix a des charmes ,

Chante, éternue, auparavant.

LUBINE.

Moi que j'éternue, et comment ?

LUBIN.

485   Comme tu voudras, éternue,

Éternue, ou bien je te tue.

LUBINE.

Mais je ne le puis pas, ma foi.

LUBIN.

Tasse friou titave, à moi.

LUBINE.

Mais cela n'est pas volontaire.

LUBIN.

490   Ah ! J'ai tort s'il ne se peut faire.

Fais donc un feint éternuement ;

Dieu t'assiste, je suis content.

LUBINE.

Je le crois tu le dois bien être,

Tu voulais tant faire le maître,

495   Tu l'es de la bonne façon.

LUBIN.

À propos, chante la chanson....

Et là, cette chanson qu'on chante.

LUBINE.

Qui moi ? J'ai la voix trop méchante.

LUBIN.

Et la voix, l'esprit, et le corps,

500   Tu n'es bonne que quand tu dors,

Mais vois-tu , je veux être maître,

Et c'est enfin mon tour de l'être :

Chante pour charmer mes ennuis.

LUBINE.

Je suis malade et je ne puis.

LUBIN.

505   Il faut donc prendre médecine.

Quatre prises de ma racine

Purgent les mauvaises humeurs.

LUBINE.

Ah ! Je n'en puis plus, je me meurs.

LUBIN.

Que tu fais mal la décédé !

510   Tu ferais mieux la possédée.

LUBINE.

Cesse tes coups, je n'en puis plus.

LUBIN.

Chante, tes pleurs font superflus ;

Je suis fort content que tu meures,

Pends-toi, si tu veux dans deux heures,

515   Je veux avant que voir ta fin

T'entendre dire : Ah ! Le bon vin,

Tu as endormi ma mère,

Mais jamais, jamais,

Toure, loure, loure, loure,

520   Mais jamais, jamais,

Tu ne m'endormiras.

LUBIN et LUBINE chantent.

Ah, le bon vin !

Tu as endormi ma mère,

Mais jamais, jamais,

525   Toure, loure, loure, loure,

Mais jamais, jamais,

Tu ne m'endormiras.

LUBINE.

Mon mignon, mon friou titave,  [ 25 Dans l'édition de 1679, on lit "LUBIN" comme locuteur, il s'agit très probablement de LUBINE.]

Commande, je suis ton esclave.

SCÈNE DERNIÈRE.
Monsieur Ragot, Le Compère sortants chacun d'un côté, Lubin, Lubine.

LUBIN.

530   Ah, voisin !

MONSIEUR RAGOT.

  As-tu réussi ?

LUBIN, au Compère.

Que venez-vous chercher ici ?

LE COMPÈRE.

Hen.

LUBIN.

Ne faites point tant le brave ;

Tasse rouzi friou titave,

Vous pourrait maltraiter, ma foi,

535   Votre gîte n'est plus chez moi,

Le temps est passé.

LE COMPÈRE.

Hé compère !

LUBIN.

Il n'est compère ni commère,

Vous devez être satisfait

De tout ce que vous avez fait

540   Contez-le pour votre partage,

Vous n'en ferez pas davantage.

Car j'userai de mon pouvoir.

LE COMPÈRE.

Et moi je vous ferai savoir...

LUBIN.

Ah ! Vous voulez faire le brave.

545   Tasse rouzi friou titave.

Mon fils voici le coup d'honneur

Sers ton très humble serviteur,

Et fais au moins sur le Compère

Ce que tu fais sur la Commère,

550   Comme diable il gagne le haut.

MONSIEUR RAGOT.

Mais suis-je vengé comme il faut ?

Si vous menez Jean, Jacques ou Blaise,

Enfin quelque ami qui vous plaise,

Faire chez vous quelque repas

555   Que votre femme n'aime pas,

Et qu'elle vous fasse la mine,

Venez emprunter ma racine.

LUBIN.

Par elle mon sort a changé.

MONSIEUR RAGOT.

Voilà, Messieurs, le sot vengé.

 


Notes

[1] Empaumer : serrer la main. Signifie figurément, se rendre maître de l'esprit de quelqu'un. [F]

[2] Haquenée : cheval qui va l'amble. Si dit aussi en termes comiques du bâton que que portent ceux qui font des voyages à pied pour se soulager en marchant. [F]

[3] Amble : train ou certaine allure du cheval, lorsque les deux jambes du même côté se meuvent ensemble, et que les deux autres se meuvent après. [F]

[4] Job : diminutif de Job, personnage de l'ancien testament exemple de fermeté et de patience mais réputé pauvre : on dit pauvre comme Job.

[5] Barbet : chien à gros poil et frisé qui va à l'eau, et qu'on dresse à la chasse aux canards.

[6] Cornard : cocu ; celui qui a une femme adultère, qui lui fait porter des cornes. Ce mot est bas. [F]

[7] Chambrière : Servante qui nettoie la chambre. En terme de manège, est un long fouet fait d'une grande courroie de cuir attachée au bout d'un bâton, qui sert à fouetter les chevaux par derrière pour les faire obéir au cavalier.

[8] Étrivière : Courroie de cuir, par laquelle les étriers sont suspendus. Donner les étrivières, c'est châtier des valets de livrée, les fouetter avec les étrivières. [F]

[9] Carogne : terme injurieux, qui se dit entre les femmes de basses condition, pour se reprocher leur mauvaise vie, leurs ordures, leur puanteur. C'est la même chose que charogne quand on lui donne une prononciation picarde. [F]

[10] Gueux : indigent, nécessiteux, qui est réduit à mendier, à demander l'aumône. [F]

[11] Jaser : parler beaucoup et sans nécessité de choses frivoles. Signifie aussi, parler indiscrètement, révéler un secret, une chose cachée. [F]

[12] Boulette : Les enfants jouent à la boulette, en poussant une balle dans une petite fosse. [F]

[13] Osselets : Petit os qui est derrière du gigot de mouton, dont se servent les enfants pour jouer aux jeu des osselets. [F]

[14] Corbillon : Est aussi un petit jeu d'enfants où il faut répondre ou rimer en "on". [F]

[15] Cache-cahe-Mitoulas : C'est un jeu de jeunes gens, qui consiste à mettre quelque chose secrètement entre les mains, ou dans les habits de quelqu'un de la compagnie. [F]

[16] Trou-Madame : Est un jeu où l'on laisse couler les boules dans les trous, ou rigoles marquées diversement pour la perte ou pour le gain. [F]

[17] Queueleuleu : Les enfants ont un jeu qu'ils appellent la queue-leu-leu, quand ils se tiennent l'un l'autre par la robe en marchant. [F]

[18] Roulette : Est aussi une petite couchette qui roule sur des roues pour la transporter, et la cacher sous un autre lit quand on veut. Un mari qui couche dans une roulette, tandis que sa femme couche au grand lit est un grand sot. [F]

[19] Faquin : Se dit aussi en quelque sorte au figuré, pour un homme sans mérite, sans honneur, sans coeur, digne de toutes sortes de mépris. [F]

[20] Panache : on dit proverbialement, qu'une femme a mis un beau panache sur la tête de son mari, quand elle lui a été infidèle. [F]

[21] La basilique de Saint-Denis renfermait les tombes des rois de France.

[22] Faire Gilles : pour dire s'enfuir ou pour dire qu'il a fait banqueroute. [F]

[23] Lame : on dit proverbialement et bassement, "une bonne lame", une "fine lame", une personne fine, et adroite ; et ne se dit qu'en mauvais part, principalement quand on dit d'un ton admiratif : La bonne lame ! [F]

[24] Grimoire : livre qu'on a jamais vu, où on prétend qu'il y a des conjurations propres à évoquer les démons. [F]

[25] Dans l'édition de 1679, on lit "LUBIN" comme locuteur, il s'agit très probablement de LUBINE.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies