LES TUTEURS

COMÉDIE EN DEUX ACTES

M DCC LX. Avec approbation et privilege du Roi.

de Monsieur PALLISSOT de MONTENOY de la Société Royale et Littéraire de Lorraine.

À Paris, chez DUSHESNE, libraire, rue Saint Jacques, au dessous de la fontaine Saint-Benoît, au Temple du Goût.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 03/01/2017 à 21:46:56.


ACTEURS

ORGON, tuteur de Julie.

BAVARDIN, tuteur de Julie.

GÉRONTE, tuteur de Julie.

JULIE.

DAMIS.

MARTON.

CRISPIN.

La scène est à Paris.


ACTE I

SCENE PREMIERE.
Juie, Marton.

MARTON.

Vous soupirez, Madame ?

JULIE.

Ah Marton !

MARTON.

Je devine,

Vous aimez.

JULIE.

Que dis-tu ?

MARTON.

Plus je vous examine,

Plus j'ai lieu de penser que l'Amour...

JULIE.

Oui Marton,

Mon cour est à Damis.

MARTON.

Votre cour a raison.

5   Comment, Damis, Madame ? Aimable, jeune, riche,

Vous vouliez le cacher ? Un pareil goût s'affiche.

JULIE.

Je l'aime ; mais je crains, Marton, qu'un si beau feu,

De mes cruels tuteurs n'obtienne pas l'aveu.

MARTON.

La crainte par malheur n'est que trop bien fondée ;

10   Et même plus j'y rêve... aussi par quelle idée

Feu Monsieur votre père, à qui dieu faste paix,

S'avisa-t'il, Madame, au jour de son décès,

De vous assujettir aux volontés bizarres

De trois originaux, dans leur espèce rares :

15   Tous trois divers d'humeur, de goût, de sentiments,

Et qui n'ont en commun qu'un défaut de bon sens ?

Dites-moi, s'il vous plaît, par quel autre caprice,

Voulant apparemment que sa race finisse,

Il vous défend d'aimer, et d'oser faire un choix,

20   Qu'autant qu'il pourrait être approuvé de tous trois ;

Mais c'est précisément le moyen infaillible

De vous rendre à jamais tout hymen impossible.

Trois Argus divisés du matin jusqu'au soir,  [ 1 Argus : Nom propre d'un homme fabuleux de la mythologie, qu'on dit avoir eu cent yeux. Ce mot est venu en usage dans la langue pour signifier un homme prudent et clairvoyant. [F]]

L'un fait, l'autre défait, l'un veut blanc, l'autre noir ;

25   Les accorder entre eux, ce serait un prodige.

Ce maudit testament m'inquiète, et m'afflige.

JULIE.

Quel supplice , Marton ! Mais ne pourrais-tu pas

M'aider par ton esprit à sortir d'embarras,

Inventer... Tu m'entends... là... quelque stratagème ?

MARTON.

30   Non, j'y perdrais mes soins.

JULIE.

  Ma douleur est extrême.

Ah ! ma chère Marton.

MARTON.

Madame, y pensez-vous,

Je pourrais essayer de guérir un jaloux,

De corriger un fat, de fixer un volage,

De polir un savant, de rendre un abbé sage,

35   De bannir loin d'un cour un étourdi qui plaît,

De rendre un Petit-Maître, amoureux et discret,  [ 2 Petit-maître : jeune homme qui a de la recherche dans sa parure, et un ton avantageux avec les femmes. [L]]

De trouver deux époux brûlants des mêmes flammes,

De contraindre un moment l'amour propre des femmes,

Plutôt que d'accorder les esprits et les cours

40   De ceux que le défunt vous donna pour tuteurs.

JULIE.

Ils ont pour eux l'aveu de toute ma famille.

MARTON.

Oh ! vous courez danger de rester longtemps fille.

Monsieur vous réservait ce trait pour le dernier ;

C'était peu jour et nuit de l'entendre crier,

45   Pester, jurer , gronder, dans ses accès farouches,

Contrôler nos rubans, nos pompons et nos mouches ;  [ 3 Mouche : Petit morceau de taffetas noir, de la grandeur d'environ l'aile d'une mouche, que les dames se mettent sur le visage. Une boîte à mouches. [L]]

Industrieux dans l'art d'épargner un écu,

Nous contredire en tout, tandis qu'il a vécu ;

Il fallait que sa fin répondit a sa vie,

50   Que Monsieur jusqu'au bout contentât sa manie,

Que par un ridicule il achevât son sort,

Nous désolât vivant, et nous désolât mort.

JULIE.

Si tu me promettais de seconder ma flamme...

MARTON.

Oh ! Je vous le promets, et de toute mon âme ;

55   Mais quand (je vous l'accorde) un stratagème heureux

Nous mettrait en état d'en gagner jusqu'à deux,

Le troisième toujours maître de son suffrage,

Par caprice et par goût détruirait notre ouvrage.

JULIE.

Je ne sais... mais enfin j'espère un sort plus doux,

60   Je vois tous les écueils, mais l'amour est pour nous.

MARTON.

Oui, Madame, l'amour se plaît dans les obstacles :

Si l'on en fit un dieu, c'est qu'il fait des miracles ;

Il brave les tuteurs, les maris et le sort ;

Le danger le réveille, et le calme l'endort.

JULIE.

65   Que je t'aime, Marton ! Tu me rends l'espérance.

MARTON.

Monsieur Damis, sans doute, est dans la confidence ?

JULIE.

Il sait notre embarras.

MARTON.

Et de chaque tuteur,

Il connaît les travers, le caprice, l'humeur ?

JULIE.

Pas encore.

MARTON.

Il le faut, et je commence à croire

70   Qu'il pourrait... oui... fort bien... en sortir à sa gloire.

Damis a de l'esprit ?

JULIE.

Ah ! S'il en a, Marton !

MARTON.

Oui, puisque vous l'aimez il doit en avoir.

JULIE.

Non

L'Amour en sa faveur ne m'a point prévenue,

Et je n'ai pas été séduite par la vue.

75   Ah ! Si tu l'entendais, Marton, quel sentiment !

Que son ardeur pour moi s'exprime éloquemment !

MARTON.

Oui... là... de ce ton vrai qu'inspire la nature ?

JULIE.

Son caractère encore ajoute à sa figure ;

C'est par-là que surtout il a su m'enflammer,

80   Le cour seul, quand on pense, a droit de nous charmer.

MARTON.

Je conçois tout cela, mais le voici.

SCÈNE II.
Julie, Damis, Marton, Crispin.

DAMIS.

Madame,

Dissipez d'un regard le trouble de mon âme ;

En vain j'ai réfléchi, j'ai formé cent projets,

Je ne puis sur aucun m'assurer du succès ;

85   Je ne vois pour nos feux qu'un avenir funeste.

CRISPIN.

Un affreux désespoir est tout ce qui nous reste.

Son chagrin... me chagrine, et j'ai le cour si bon

Que si je ne comptais sur l'esprit de Marton,

Cet esprit si fertile en intrigues secrètes,

90   Cet esprit qui la rend la perle des soubrettes ;

J'irais, je crois, me pendre... au risque d'en mourir.

DAMIS.

Oui, ma chère Marton, si tu veux nous servir,

Tu peux tout espérer de ma reconnaissance.

CRISPIN.

Tiens, regarde, Crispin sera ta récompense.

MARTON.

95   Le beau présent !

JULIE.

  Marton, je n espère qu'en toi.

MARTON, les contrefaisant.

« Marton, chère Marton... » l'on a besoin de moi.

Ma foi, que les amants sont une sotte espèce !

Mais à quoi vous sert donc ce grand fonds de tendresse,

Si, contents de gémir et de vanter vos feux,

100   Vous n'avez le secret de devenir heureux ;

Si le moindre embarras qui vous paraît à craindre,

Ne vous laisse d esprit que celui de vous plaindre ?

Vous me disiez si bien, « j'espère un sort plus doux,

Je vois tous les écueils, mais l'amour est pour nous. »

105   Et qu'il vous serve donc, qu'il agisse ; j'enrage,

Lorsque j'entends tenir ce doucereux langage.

Ce dieu si réclamé, quand on le prend au mot,

A besoin de Marton, et l'Amour n'est qu'un sot.

DAMIS.

Elle a raison, l'Amour est un fort mauvais guide ;

110   Plus le mien est ardent, plus il me rend timide.

Un sentiment moins vif permet de réfléchir,

Nous laisse le sang-froid qu'il nous faut pour agir.

Plus un objet nous plaît, plus il nous intéresse ;

Souvent pour l'acquérir moins nous montrons d'adresse.

115   Un coeur indifférent prend bien mieux son parti ;

Peut-être en pareil cas servirais-je un ami ;

Mais qu'on peut rarement se conseiller soi-même !

Plus j'aime, plus je crains de perdre ce que j'aime.

Cette image m'accable, et quand je veux songer

120   À former des projets pour sortir de danger,

Malgré moi, cette crainte est tout ce qui m'occupe.

MARTON.

Mais avec tout cela vous en seriez la dupe.

Ce que vous avez dit, au fonds, est très bien dit ;

Mais si j'aimais, je sens que j'aurais plus d'esprit,

125   J'aurais pour l'intérêt de Madame, et le vôtre,

Gagné les trois tuteurs.

CRISPIN.

Oui.

MARTON.

Mais l'un après l'autre.

L'un, grand admirateur de toute antiquité,

Croit que depuis mille ans le monde a radoté,

Cent manuscrits rongés sont sa bibliothèque,

130   Souvent même, par goût, il s'habille à la Grecque.

Il n'admet au logis que de vieux médaillons,

Des urnes, des trépieds, ou tels autres chiffons ;

Encor dans la maison n'ont-ils pas leur entrée,

Que leur antiquité ne soit bien avérée ;

135   Mais comme il n'est doué que d'un discernement

Très mince, à ce qu'on dit, on le trompe aisément.

Aussi sur tout cela, dieu sait comme on l'attrape !

Il croit avoir chez lui la barbe d'Esculape,

Et je le vis hier payer, au poids de l'or,

140   Le marteau d'un Cyclope, et la pique d'Hector.

Quand Madame chez lui veut être bien reçue,

Il faut que, dans la peur de lui choquer la vue,

Elle aille en arrivant dans un vaste salon

Tapissé des portraits d'Ajax, d'Agamemnon,

145   Et de tous ces débris qu'avec soin il conserve,

Avant de lui parler, s'habiller en Minerve.

DAMIS.

Voilà, je l'avouerai, le fou le plus complet...

MARTON.

Oh ! Monsieur, demandez, je l'ai peint tel qu'il est.

L'autre est une autre fou que la mode gouverne.

150   Rien ne lui paraît beau qu'autant qu'il est moderne ;

Nouvelliste d'ailleurs par état et par goût ;

Il faut flatter son choix, et l'admirer en tout,

Appuyer fortement ses moindres conjectures,

Louer sa politique, être de ses gageures ;

155   Ne l'aborder jamais qu'une lettre à la main ,

En date d'Edimbourg, de Rome ou de Pékin.

La gazette surtout l'enchante par le style.  [ 4 Gazette : petit imprimé, cahier ; feuille volante, qu'on débite toutes les semaines, qui contient des nouvelles e toutes sortes de pays. Gazette de France, de Hollande, d'Angleterre, de Flandre, etc.]

C'est là qu'il a puisé sa politique habile.

Il a pour la gazette un respect scrupuleux,

160   Par jour il la médite au moins une heure ou deux,

Pour elle son estime est enfin si complète,

Que lorsqu'il est à table on lui lit la gazette.

CRISPIN.

Cet homme assurément n'a pas tout-à-fait tort,

La gazette est très belle, et je l'estime fort.

MARTON.

165   De plus, certain fripon , docteur en fourberie ,

Assez gueux, m'a-t-on dit, mais riche en industrie ,

Dans l'esprit du bon homme a fait de tels progrès,

Que sans l'avoir encore observé de trop près,

Je ne risquerais rien à gager, que dans l'âme,

170   Il en veut sourdement à la main de Madame.

JULIE.

Et d'où sais-tu cela ?

MARTON.

Du valet du vieillard

Qui m'a tout dit ; d'ailleurs par un heureux hasard

Il connaît l'intriguant, il sait à fonds sa vie,

Et s'il est amoureux, c'est du bien du Julie.

DAMIS.

175   Et quel est-il, Marton ?

MARTON.

  De ces aventuriers

Qui se font appeler Marquis, ou Chevaliers ;

Prôneurs d'un mauvais ton dont ils sont les apôtres,

Fripons autorisés pour découvrir les autres,

Fiers avec leurs égaux, et valets près des grands,

180   En imposant aux sots par des airs importants ;

Envieux par état, contents pourvu qu'ils choquent,

Beaux esprits s'il leur plaît, il n'est rien qu'ils n'escroquent ;

Orateurs des cafés, où se forma leur goût,

Qui partout rejetés, reparaissent partout,

185   Intrépides d'ailleurs à déchirer les femmes,

Et laissant à leur dos payer leurs épigrammes.  [ 5 Épigramme : c'est une espèce de poésie courte, qui finit par quelque pointe ou pensée sublime. [F] Elle exprime souvent une pensée mordante envers une personne ou une ouvre.]

DAMIS.

Et comment, ce valet, dont il est si connu,

Ne le démasque pas ?

MARTON.

Son Maître est prévenu,

Et quand il l'est, Monsieur, il l'est bien.

DAMIS.

Quelle adresse

190   A-t-il pu mettre en ouvre ?

MARTON.

  Il ment, il le caresse.

Le flatte à tout propos, le prévient.

DAMIS.

Je t'entends.

Un tel homme ne peut en imposer longtemps.

Mais le dernier Tuteur ?...

MARTON.

Encor plus ridicule ;

Aussitôt dans son genre, et tout aussi crédule.

195   Un vieillard singulier qui s'occupe aujourd'hui

À regretter les jours qu'il a passés chez lui ;

Qui plein des voyageurs, sa lecture ordinaire,

Dont il est fort avide, et qu'il ne comprend guère,

Ne parle avec respect que des peuples lointains,

200   Chinois, Cochinchinois, Japonais, Africains,

Voudrait avoir couru, les trois quarts de sa vie,

D'Amérique en Europe, ou d'Afrique en Asie ;

Qui croit un voyageur un homme vraiment grand

Et qui porte, je pense, envie au Juif errant :

205   D'ailleurs fort curieux des productions rares,

Que la nature étale en ces climats barbares ;

Ne louant que les moeurs de l'Inde ou du Japon,

Et grand admirateur du fameux Robinson.  [ 6 Robinson : Personnage principal d'un roman de Daniel Defoe (1663-1731) nommé "La Vie et les Aventures de Robinson Crusoé" (1719). La première traduction française par St-Hyacinthe et Ven Effen, parut en 1720. [B]]

JULIE.

Hé bien de tout cela que prétends-tu conclure ?

MARTON.

210   Que Monsieur tour-à-tour doit prendre leur figure,

Copier leurs travers, leur goût, leurs sentiments,

Et s'assurer par-là de leurs consentements.

DAMIS.

À merveille, Marton.

JULIE.

Marton, que je t'embrasse !

CRISPIN, embrassant aussi Marton.

Permettez-moi tous deux d'avoir la même audace.

DAMIS.

215   À tromper ces vieillards, j'ai bien quelque remord,

Mais ma vie en dépend, l'Amour est le plus fort ;

Adieu, belle Julie.

MARTON.

Allez, mais au plus vite ;

Car nos trois surveillants vont rentrer dans leur gîte :

Il vous est important qu'aucun ne vous ait vu.

DAMIS.

220   Va, ne crains rien, Marton, je leur suis inconnu.

SCÈNE III.
Julie, Marton.

MARTON.

Quoi ! Damis sort à peine, et vous êtes rêveuse !

Voilà donc comme on est quand on est amoureuse ?

Mais c'est aimer cela comme l'on n'aime plus,

Ma foi vous irez loin après de tels débuts...

225   Mais je vois nos tuteurs.

JULIE.

Ah ! Fuyons-les.

SCÈNE IV.
Les Tuteurs, Julie, Marton, Bavardin.

BAVARDIN.

  Julie ?

JULIE.

Que vous plaît-il, Monsieur ?

BAVARDIN.

Le célibat t'ennuie,

Cela doit être au moins, et nous venons exprès

Délibérer ici sur tes vrais intérêts.

À ton âge, un époux est un mal nécessaire,

230   Il faut t'en donner un, mais digne de te plaire,

Un homme essentiel. J'en connais un vraiment...

MARTON, bas à Julie.

Que vous avais-je dit ? C'est ce bel intriguant.

BAVARDIN, continuant.

À vous parler sans fard, ses biens sont assez minces,

Mais c'est un homme instruit des intérêts des Princes ;

235   Un homme ! Qui, je crois, est de tous leurs secrets,

Qui sait quand nous aurons ou la guerre ou la paix,

Qui prédit nos traités, nos marches, nos mesures,

Et ne donne jamais que des nouvelles sûres.

Un homme ! Qui pourrait au besoin avec moi,

240   Composer par avance une histoire du Roi :

Un homme ! Qui s'occupe à fouiller nos chroniques,

Et qui m'a démontré, par des faits authentiques,

Que depuis Pharamond, et deux siècles avant,

Quoiqu'on en ait écrit jusqu'aux jours d'à présent,

245   Les français n'ont jamais été battus ?

MARTON.

  La peste,

Quel homme !

BAVARDIN.

Outre cela, c'est qu'il est si modeste

Qu'il ne songe pas même avec tous ses talents,

À paraître à la Cour, à percer chez les grands :

Rien ne l'occupe moins que sa propre fortune ;

250   Mais il a ce qu'il faut du moins pour en faire une,

Et ce serait toujours un des meilleurs partis,

N'eût-il que le secret de faire des paris.

Qu'en dis-tu ?

JULIE.

Vous m'allez trouver extravagante ;

Mais je ne suis, Monsieur, que son humble servante,

255   Et je ne lui serai, s'il se peut, rien de plus.

BAVARDIN.

Comment ?

ORGON.

Elle a raison ; j'approuve son refus.

Le bel époux vraiment à donner à Julie,

Qu'un ridicule, assez dépourvu de génie,

Pour s'occuper toujours de semblables débats.

BAVARDIN.

260   Quoi donc ! Les intérêts des plus grands potentats !

Les guerres ! Les combats ! Les traités !...

ORGON.

Bagatelle,

Qui ne mérite pas de troubler la cervelle.

Parlez-moi de quelqu'un dont les vastes talents

Percent quand il leur plaît dans l'abîme des temps ;

265   Pour qui l'antiquité n'offre point de ténèbres ;

Qui connaît ses débris , ses monuments célèbres ;

Qui peut, à la faveur de ses nobles travaux,

Avec enthousiasme.

Dérober à l'oubli le portrait d'un héros ;

Qui traite avec respect les savants les plus brusques,

270   Enrichit sa maison de beaux vases étrusques ;  [ 7 Etrusques : tribu de la péninsule italienne, qui a laissé de nombreux témoignages archéologiques.]

Qui distingue au coup d'oeil leur usage et leur prix,

Déchiffre habilement les plus vieux manuscrits ;

Qui possède un trépied ! Des couteaux victimaires !

Des urnes...

BAVARDIN.

Le vieux fou qui vante ses chimères !

ORGON.

275   Peste de la gazette et du sot qui la lit !

BAVARDIN.

Peste soit des trépieds et du sot qui les fit !

ORGON.

L'extravagant !

BAVARDIN.

Le fat !... La fureur me transporte ;

Je n'y peux plus tenir... Il vaut mieux que je sorte.

La Gazette, morbleu !

Il sort.

ORGON.

Les trépieds ! Le cheval,

280   Le butor !  [ 8 Butor : Gros oiseau, espèce de héron fainéant et poltron. On dit figurément d'un homme stupide et maladroit que c'est un butor. [F]]

MARTON.

  Le débat est très original.

ORGON st Julie.

Va, ne l'écoute point, Julie ; il faut qu'un homme

Connaisse les beautés de la Grèce et de Rome,

Qu'il sache distinguer un Galba d'un Othon ;  [ 10 Othon, M. Salvius Otho (32 , 69) : Empereur romain, favori et compagnon de débauche de Néron, et deuxième mari de Poppée. Il fit assassiner GAlba qui lui avait préféré Pison comme fils adptif. Il lutta contre Vittelius éléver à l'Empire par l'armée de Germanie. Il ne régna que 3 mois.]  [ 9 Galba, Servius Sulpitius (-4, -68) : Empereur romain. Sa sévérité et son avarice le rendirent bientôt odieux aux Prétoriens. Othon qui n'avit pu se faire choisir par Galba pour son successeur, profita de ces dispositions du peuple à son égard pour le faire assassiner, ainsi que Pison, son fils adoptif, et se fit proclamer à sa place. Galba n'a régné que huit mois. [B]]

Qu'on respire l'antique en toute sa maison ;

285   Qu'il ait au moins chez lui quelque peu d'eau lustrale,

Quelque petit morceau de lampe sépulcrale.

Conviens qu'un tel mari serait plus de ton goût,

Que tu l'adorerais.

JULIE.

Moi, Monsieur ? Point du tout.

GÉRONTE.

Elle a ma foi raison, non pas que je n'estime

290   Autant, ou plus que vous, l'antiquité sublime ;

À part.

J'ai pour elle, (il faut bien applaudir le brutal)

Et pour ses monuments un respect sans égal ;

Mais je crois qu'un savant amuse peu les femmes.

Je pense que le ciel a versé dans leurs âmes

295   Beaucoup d'affinité pour des plaisirs plus doux,

Que ceux que peut donner la science. Entre nous,

Pensez-vous qu'en effet dans les moments nocturnes,

Elles feraient grand cas des trépieds et des urnes ?

Il faudrait à Julie un époux moins savant ;

300   Mais d'une humeur égale ; attentif, amusant,

Qui fît tout son bonheur de l'aimer, de lui plaire ;

Un honnête-homme enfin , tel qu'on n'en trouve guère,

Sur tout dans ces climats. Je voudrais pour son bien

Pouvoir la marier à quelque brave Indien,

305   Quelque honnête Chinois, quelque petit Bramine.

Ah ! c'est-là, c'est chez eux que la vertu domine :

Mais du moins au défaut d'un aussi bon parti,

Je veux , ma chère enfant, te donner pour mari

Un voyageur instruit des moeurs et des usages

310   De ces peuples qu'à tort on a nommé sauvages.

Quel agrément pour toi d'entendre ces récits,

De voir les raretés de ces charmants pays ?

Avec enthousiasme.

Des serpents ! Des oiseaux ! Des poissons ! des reptiles !

Des fleurs ! Des calumets ! De petits crocodiles !

315   Des insectes !... Cela t'amuserait du moins :

Conviens qu'un tel parti te plairait ?

JULIE.

Encor moins.

GÉRONTE piqué.

Point du tout, encor moins...

MARTON.

Elle tranche un peu vite.

ORGON, d'un ton ricaneur.

Un petit crocodile a pourtant son mérite.

GÉRONTE.

Une urne en a bien plus, du moins aux yeux des fous.

ORGON.

320   Mon petit voyageur...

MARTON.

  Messieurs, y pensez-vous ?

Allez-vous pour cela vous quereller encore ?

À Orgon.

Avez-vous oublié que c'est une Pécore ?  [ 11 Pécore : se dit figurément en burlesque pour signifier une personne sotte, stupide, et qui a de la peine à concevoir quelque chose. [F]]

À Géronte.

Ce n'est qu'un animal, un imbécile, un sot.

Messieurs, faut-il ainsi se brouiller pour un mot,

325   Ne suivre, n'écouter que son premier caprice ?

Je vois qu'au fond du cour vous vous rendez justice.

À Orgon.

S'offensa-t-on jamais des propos d'un oison ?  [ 12 Oison : On dit par injure à un homme, que c'est un oison, qu'il se laisse mener comme un oison ; pour dire, que c'est un sot, qui ne sait pas se conduire qu'il n'agit que par l'organe d'autrui. [F]]

À Géronte.

Il radote.

ORGON.

Il est vrai.

GÉRONTE.

Cette fille a raison.

MARTON.

Pourquoi donc vous fâcher ? Et quant à ma maîtresse,

330   Dont il paraît aussi que le refus vous blesse ,

Peut-elle, malgré vous, se donner un mari ?

Il lui faut votre aveu pour choisir un parti.

À Orgon.

Un voyageur la choque à la mettre en colère.

À Géronte.

Elle prendrait la mort plutôt qu'un antiquaire.

335   Ainsi vous avez tort de vous mettre en courroux,

Et c'est de votre choix qu'elle attend un époux.

GÉRONTE.

Oui fans doute, c'est moi qui dois disposer d'elle,

Autrement point d'époux.

ORGON.

Songez, Mademoiselle,

Qu'il faudra m'obéir, ou rester fille : Adieu.

MARTON.

340   Fort bien, Messieurs , fort bien ; vous allez voir beau jeu.

SCÈNE V.
Julie, Marton.

JULIE.

Les voilà donc partis : grâce au Ciel je respire.

Vit-on jamais, Marton, un semblable délire ?

MARTON.

Il nous servira bien, si j'en crois mon projet.

Mais allons y rêver ; nous en verrons l'effet.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Damis, Marton, Crispin portait une lanterne, et deux habits ridicules pour le travestissement de son maître, et le sien.

DAMIS, transporté de joie, un consentement à la main.

345   Vous avons fait, Marton, d'excellentes affaires.

MARTON.

Oui ?

CRISPIN.

Ma foi ! Tes conseils nous étaient nécessaires ;

Nous en avons aussi parbleu bien profité.

Je suis dans une joie...

DAMIS.

Ah ! Je suis enchanté.

Va, tu peux de ma part assurer ta maîtresse

350   Que tout me réussit au gré de ma tendresse :

Je suis déjà muni d'un des consentements.

MARTON.

Mais vous avez fort bien employé votre temps.

Et quel est le vieillard qui dans le stratagème...

DAMIS.

Le Nouvelliste.

MARTON.

Quoi ! Bavardin ?

DAMIS.

Oui, lui-même.

355   À quatre pas d'ici, guidé par le hasard,

J'ai rencontré mon sot qui rêvait à l'écart,

Qui parlait, se taisait, et reparlait encore,

Traitait quelqu'un de fat, d'insensé, de pécore.  [ 13 Pécore : se dit figurément en burlesque pour signifier une personne sotte, stupide, et qui a de la peine à concevoir quelque chose. [F]]

Contrefaisant le ton de fausset du vieillard.

« Ignorant, disait-il, le Mogol est en paix !

360   Morbleu, j'irais plutôt au Mogol à mes frais,

Que de venir ainsi débiter des sornettes,

Et d'oser jusques-là démentir les gazettes. »

J'avais deviné l'homme à cet emportement.

Lui, toujours sans me voir, ajoute au même instant :

365   « Corbleu ! Que j'avais fait une étrange folie

De songer à ce fat pour l'hymen de Julie ? »

À ce dernier propos qui me donnait beau jeu,

Je m'écrie : « Oui Crispin, le Mogol est en feu. »

À ce nom de Mogol qui frappe son oreille,

370   Le vieillard étonné me regarde et s'éveille.

Contrefaisant toujours le Vieillard.

« Vous savez donc, Monsieur, dit-il, d'un ton plus doux,

Les troubles du Mogol ? » Comment ? En doutez-vous ?

Ai-je dit aussitôt. Puis tirant une lettre

Que Crispin au hasard venait de me remettre :

375   « Lisez, lui dis-je, elle est du grand eunuque noir. »

Le bonhomme ravi n'a plus voulu rien voir.

Enfin pour t'abréger, juge quel imbécile !

Il m'embrasse Marton, il m'offre sa pupille ;

Moi je le prends au mot, et suis débarrassé

380   De ce maudit rival dont j'étais menacé.

MARTON.

Continuez, Monsieur, payez d'effronterie,

Jouez bien votre rôle, et vous avez Julie.

Allons vite, Crispin, votre déguisement.

CRISPIN.

J'ai tout apporté.

MARTON.

Bon, car voici le moment,

385   Où quand notre antiquaire a fini quelque emplette,  [ 14 Emplettte : Achat de marchandise. Il se dit particulièrement de celles qui concernent les habits. [F]]

Il rentre à la maison.

CRISPIN, donnant à son maître un des deux habits.

Voilà votre toilette.

Voici la mienne aussi.

MARTON.

Cette lanterne-là

Est-elle aussi du compte ?

CRISPIN.

Elle nous servira.

MARTON, riant du déguisement de Damis.

Ha, ha, ha, ha, ha, ha, le bizarre équipage !

DAMIS.

390   Il s'accorde fort bien avec mon personnage.

MARTON, continuant de rire.

Ha, ha ,ha, ha, ha, ha.

CRISPIN, se regardant.

Hi, hi,hi,hi, hi, hi.

DAMIS.

Mais devant nos tuteurs ne vas pas rire ainsi.

CRISPIN.

Oh ! Je sais trop. Monsieur, qu'il ne faudra pas rire.

Hi, hi...

DAMIS.

Comment bourreau !

CRISPIN.

Souffrez que je respire.

395   Hi, hi... Je ris, Monsieur, pour la dernière fois.

MARTON.

Qui vous reconnaîtrait sous ces habits ? Je crois

Que ma Maîtresse même aurait peine à le faire ;

Mais je sors, à sa toux j'entends notre antiquaire.

CRISPIN.

Va, le bonhomme en tient, incontestablement.

SCÈNE II.
Damis, Orgon, Crispin.

ORGON, au fond du Théâtre.

400   C'est bien cher. Mais n'importe : un si beau monument

Ne peut trop s'acheter. Mais que vois-je ? Deux hommes

À ma porte.

CRISPIN.

Monsieur ne sait pas qui nous sommes.

ORGON.

Ni ne veux le savoir. Cet habit singulier

N'annonce rien de bon.

DAMIS.

Il est particulier,

405   Mais il en a, Monsieur, d'autant plus de mérite ;

Et nous venons tous deux vous rendre une visite.

ORGON.

Une visite à moi ?

CRISPIN.

Sans doute, à vous.

DAMIS.

On dit,

Et c'est faire en deux mots connaître votre esprit,

Que vous avez, Monsieur, pour ce qu'on nomme antique

410   Une amitié qu'on peut appeler sympathique ;

Que l'un de vos plaisirs , et même le plus doux,

Est de vous occuper à rassembler chez vous

Le peu d'antiquités que vous pouvez connaître.

ORGON.

Mais j'en connais beaucoup.

DAMIS.

Monsieur, cela peut-être ;

415   Mais comme de tout temps je m'en occupe aussi ,

Et que jusqu'à présent j'ai toujours réussi,

Je crois, sans me vanter, en avoir quelques unes

Qui pourraient vous manquer, et ne sont pas communes.

ORGON.

Et Monsieur les vendrait apparemment ?

DAMIS.

Non pas.

420   J'en connais trop le prix et j'en fais trop de cas.

L'antiquité, Monsieur, fut ma première étude.

CRISPIN, d'un ton suffisant.

Moi, sans trop me flatter , j'en ai quelque habitude.

DAMIS.

Et comme en arrivant j'apprends que notre goût

Est le même à peu près, ou pour mieux dire en tout,

425   Je venais admirer ces monuments...

ORGON.

  De grâce,

Souffrez qu'auparavant, Monsieur, je vous embrasse :

Quoique de vos trésors je fois un peu jaloux,

Je suis heureux de voir un homme tel que vous,

Et vous êtes vous-même un trésor. À votre âge,

430   Aimer l'antiquité ! C'est être vraiment sage ;

Mais dites-moi, Monsieur, d'où vous vient cet habit ?

C'est sans doute une antique !

CRISPIN.

On vous le garantit ;

Mais d'une antiquité, Monsieur, si fort.... antique ,

Là... d'une antiquité... d'autant plus authentique..

435   Qu'on voit assurément que rien n'est moins nouveau.

Hé bien, malgré cela, convenez qu'il est beau.

ORGON.

Ah ! S'il est beau !

CRISPIN.

D'ailleurs, c'est qu'il est si commode !

Vraiment il fut un temps qu'il était à la mode ;

Mais il faut remonter à deux mille ans au moins.

ORGON.

440   Deux mille ans !

CRISPIN.

  Oui, Monsieur, j'en aurais des témoins.

En fait d'antiquité mon Maître est un bon juge,

Demandez....

DAMIS, froidement.

Cet habit vient du temps du Déluge.

ORGON.

Du Déluge !

CRISPIN.

Comptez, je vous l'avais bien dit.

ORGON.

Comment ! c'est un bonheur d'avoir un tel habit.

445   Du Déluge morbleu !

CRISPIN.

  Les preuves sont complètes,

Et Noé le portait le Dimanche et les Fêtes.

ORGON.

Du Déluge ! Monsieur, peut-on vous demander,

Comment, par quel secret il a pu se garder ?

CRISPIN.

Les étoffes d'alors valaient mieux que les nôtres.

DAMIS.

450   Sans doute ; et pour juger de ces temps-là par d'autres,

Ne voyons-nous pas bien que tout a dépéri ?

Tout semble n'exister aujourd'hui qu'à demi.

On On voit que par degrés le monde dégénère ;

Notre siècle extravague à me mettre en colère :

455   Tous nos petits auteurs, si fiers de leurs succès,

Sont pour les gens sensés de vrais colifichets.

Une métaphysique où le jargon domine,

Souvent imperceptible, à force d'être fine,

Du clinquant, honoré du nom de bel esprit :

460   Voilà ce qui décide en faveur d'un écrit.

ORGON.

Il est vrai.

DAMIS.

Croiriez-vous que nous venons d'Athènes.

Sur un simple rapport qu'autrefois Diogène,

(Monsieur, vous connaissez sans doute un si grand nom)

Ce Philosophe Grec...

ORGON.

Si je le connais ? Bon !

465   J'ai lu plus de cent fois tout ce qui le concerne.

Hé bien, que Diogène ?...

DAMIS.

Y laissa sa lanterne,

Et qu'on pourrait encor la retrouver. Je pars,

Je m'embarque et, Monsieur, après mille hasards,

La voilà.

ORGON, transporté.

La voilà !

CRISPIN.

Lanterne respectable,

470   Que tu nous a coûté ?

ORGON.

  C'est un homme admirable...

À part.

Monsieur, si vous vouliez... il ne voudra jamais

Après tant de périls et les pas qu'il a faits.

Haut.

Si, dis-je, vous vouliez m'abandonner, me vendre

Ce trésor... Je sens bien que j'ai tort d'y prétendre ;

475   Mais ce serait, Monsieur, me faire un grand cadeau ;

Jugez, Messieurs, j'allais acheter son tonneau ;

Je le trouvais trop cher, mais j'allais m'y résoudre.

DAMIS, froidement.

Quoi ! Monsieur...

ORGON, désolé.

Puissai-je être écrasé de la foudre ;

Malheureux que je suis ! Je l'avais bien prévu.

480   Concevez-vous, Monsieur, quel plaisir j'aurais eu

De pouvoir réunir deux morceaux aussi rares ?

CRISPIN.

Vraiment, je le crois bien.

ORGON.

Si vous n'êtes barbares....

DAMIS, feignant de se concerter avec Crispin.

La lanterne, Crispin, perd un peu de son prix,

Si le tonneau nous manque.

CRISPIN.

Il est vrai.

DAMIS.

Des amis

485   M'avaient fait espérer de le trouver à Rome.

CRISPIN, d'un ton d'érudition.

C'est à Rome en effet que mourut ce grand homme.

DAMIS.

J'étais prêt à partir pour l'acheter. De là,

Comme il ne me manquait justement que cela,

J'avais fait le projet de repasser en France,

490   D'y jouir en repos d'un cabinet immense,

Et de m'y marier.

CRISPIN.

Il faut faire une fin.

ORGON.

De vous y marier ?

DAMIS.

Oui c'était mon dessein.

ORGON.

Se marier ! Qu'entends-je ? Il me vient une idée

Heureuse, et qui d'ailleurs me parait bien fondée.

À part.

495   Avec le peu de bien dont je jouis encor ,

Je ne pourrais jamais acheter ce trésor.

L'argent coûte si cher ; le jeter, c'est folie !

Si j'osais me flatter qu'il acceptât Julie !

Haut.

Monsieur, je crois avoir votre fait.

DAMIS.

Hé ! comment ?

ORGON, à part.

500   Ô Ciel ! fais qu'il se prête à cet arrangement !

Haut.

J ai sous mes lois, Monsieur, une jeune pupille,

Aimable, belle, riche, et d'une humeur docile.

DAMIS, d'un ton de dédain.

Jeune, me dites-vous ?

ORGON.

Oui, Monsieur.

DAMIS.

Mais tant pis.

CRISPIN.

Oui, nous l'aimerions mieux avec des cheveux gris,

505   Cela serait plus beau plus antique.

ORGON.

À part.

  Ah ! Je tremble.

Haut.

Il a parbleu raison ; mais , Monsieur, il me semble

Que vous pourriez un peu sur cet article-là...

CRISPIN.

Sans doute avec le temps ce défaut passera.

Je veux à soixante ans lui voir un port de Reine.

DAMIS.

510   Ah ! Si c'était encore une beauté Romaine.

ORGON.

Vous l'en aimeriez mieux ? Hé bien, j'en suis ravi,

Elle en a tous les traits.

CRISPIN.

Oui-da ?

ORGON.

Si ce parti

Pouvait vous convenir...

CRISPIN.

Vraiment, c'est quelque chose.

DAMIS, d'un ton d'irrésolution.

Oui... mais l'Hymen ..

ORGON.

Je sais quand je vous la propose,

515   Que si vous l'acceptez, vous lui faites honneur,

Et je vous le demande à titre de faveur.

C'est faiblement, Monsieur, vous payer la lanterne ;

Ma Pupille est pour elle un prix bien subalterne ;

Mais, vous ne m'en cédez au fond que l'usufruit,

520   Vous la retrouverez à ma mort.

CRISPIN.

  C'est bien dit.

ORGON.

Et nous aurions, Monsieur, le plaisir d'être ensemble.

Le goût, les sentiments, l'humeur, tout nous rassemble,

Et d'ailleurs l'amitié...

DAMIS, lui donnant la lanterne.

C'en est fait, j'y consens :

L'amitié sur mon cour a des droits si puissants...

ORGON, baisant la lanterne.

525   Le mien ne peut suffire aux transports de ma joie :

Béni soit à jamais le Ciel qui vous envoie ;

Mais si par un dédit... Excusez-moi, Monsieur,

Si je parais encor douter de mon bonheur,

Nous confirmions tous deux ce charmant hyménée.

DAMIS.

530   Soit, j'y consens encor.

CRISPIN.

  Voyez la destinée.

Vous allez à présent acheter le tonneau.

ORGON.

Je ne veux pas manquer ce précieux morceau.

À Damis.

Entrez, Monsieur, entrez et nous allons conclure.

DAMIS, à Crispin.

Attends-moi, je reviens après la signature.

SCÈNE III.

CRISPIN, seul.

535   Bon, déjà l'antiquaire est pris dans nos filets ;

Ma foi, vive Crispin pour les brillants projets !

Lanterne, que jadis alluma Diogène

Pour chercher vainement un sage dans Athènes,

Sage qu'il n'eût pas mieux découvert dans Paris,

540   Il le faut avouer, tu nous a bien servis.

Diogène avec toi n'en fut pas plus habile,

Et Crispin a trouvé l'art de te rendre utile.

SCÈNE IV.
Damis, Crispin.

Pendant cette scène, ils quittent tous deux leurs déguisements.

DAMIS.

Le dédit est signé, Crispin ; je suis ravi.

Allons, vite, quittons ce déguisement-ci.

CRISPIN.

545   Voici le dernier choc ; encore une victoire,

La pupille est à nous.

DAMIS.

Du moins j'ose le croire ;

Il n'est pas naturel de perdre à si beau jeu.

CRISPIN.

Mais, Monsieur, quelqu'un vient, éloignons-nous un peu.

Ils se retirent au fond du Théâtre.

SCÈNE V.
Géronte, Crispin, Géronte

GÉRONTE, un livre à la main.

Maudits soient les fâcheux et leurs tristes visages ;

550   À peine dans une heure ai-je encor lu deux pages.

Je prétends jusqu'au soir demeurer seul ici.

Ouvrant son Livre.

J'en étais... à Congo...

Apercevant Crispin qui lui fait des révérences.

Mais qui sont ces gens-ci ?

CRISPIN.

De fameux voyageurs, et comme en n'en voit guère,

Monsieur.

GÉRONTE.

Et vous venez ?...

DAMIS.

Pour vous parler d'affaires.

555   Une jeune beauté dont vous êtes tuteur,

Julie a pour jamais su captiver mon cour.

Vous savez à quel point, Monsieur, elle est aimable !

Je viens vous conjurer de m'être favorable.

GÉRONTE.

Le nom de voyageur a pour moi tant d'appas,

560   Que sur ce titre seul je n'hésiterais pas ;

Mais dites-moi comment vous connaissez Julie ?

DAMIS.

Pour le dire en deux mots... Je revenais d'Asie ;

Car autant que j'ai pu... J'ai toujours voyagé.

GÉRONTE.

Voyagé ! Quel bonheur ! Vous êtes affligé

565   D'avoir fini si tôt...

DAMIS.

  Fini, moi ! Dieu m'en garde ;

Et n'était la saison, Monsieur, qui nous retarde,

Je serais déjà loin. À mon gré c'est mourir

Que de rester chez soi. Quoi, vivre sans courir !

J'espère bien encor, si le vent nous seconde,

570   Avoir fait en deux ans trois fois le tour du monde,

Et retourner encore au Monomotapa.  [ 15 Monomotapa : Empire de l'Afrique australe, s'étendait de la Cafrérie à la côte du Sofala, le long de celle du Mozambique, et avait pour borne au nord le Zambèze, à l'Est le Monzora, au Sud et à l'Oues les monts Foura et des Botongas. [B]]

Je mourrais aujourd'hui sans cette attente-là.

GÉRONTE.

Au Monomotapa ? Je ne me sens pas d'aise.

C'est donc un beau pays ?

CRISPIN.

Il est, ne vous déplaise,

575   Plus beau que celui-ci.

GÉRONTE.

  Va, j'en suis convaincu.

DAMIS.

S'il est beau ! Mais sans lui c'est que l'on n'a rien vu.

C'est là, Monsieur, c'est là qu'on trouve des génies ;

On y fait comme ici des vers, des comédies,

Des chansons, des ballets....

GÉRONTE.

Au Monomotapa ?

CRISPIN.

580   Oui, Monsieur, on y fait jusqu'à des opéra.

GÉRONTE.

Des opéra !

DAMIS.

Sans doute, et bien meilleurs qu'en France.

La Musique surtout est charmante.

CRISPIN.

Et la danse !

GÉRONTE.

Et l'orchestre ?

DAMIS.

L'Orchestre est admirable aussi.

Les Spectacles d'ailleurs font plus décents qu'ici ;

585   On n'y voit ni rumeurs, ni reflux , ni cabales,

Les danseuses surtout sont autant de vestales.  [ 16 Vestale : Fille vierge chez les Romains, qui était consacrée au service de la déesse Vesta, pour garder le feu sacré de son temple. [F]]

GÉRONTE.

Pouvez-vous maintenant aller à l'opéra ?

DAMIS.

Moi ? Je n'y vais jamais.

GÉRONTE, à Crispin qui bat des entrechats.

Hé que fais-tu donc là ?

CRISPIN.

Je répétais un pas d'une danse huronne.

GÉRONTE.

590   Comment ?

DAMIS.

  C'est qu'il la danse aussi bien que personne :

Il pourrait au besoin en donner des leçons.

CRISPIN.

Ah, les honnêtes-gens que messieurs les Hurons !  [ 17 Huron : Peuple indigène d'Amérique du Nord, errait sur le cote orientale du lac Huron lors de la découverte du Canada par les Français. Ils réclamèrent la protection des Français contre les iroquois leurs ennemis. D4autre hurons vivaient entre les lacs Huron et Ontario et sur les bords du Saint-Laurent ; ils ont disparu, exterminés presque entièrement par les Cherokees.]

GÉRONTE avec admiration.

Sans doute. Leurs vertus sont encor dans leur force ,

Au lieu que parmi nous on n'en a que l'écorce.

DAMIS.

595   Voilà pourquoi le Ciel moins prodigue envers nous,

Leur a donné des biens dont nous serions jaloux ;

Des secrets surprenants, des raretés uniques.

CRISPIN

Des remèdes certains... mais doux et pacifiques.

De ces remèdes...là, qui guérissent. Enfin,

600   On y meurt de son mal, jamais du médecin.

Ce n'est pas comme ici ; nous sommes les sauvages.

GÉRONTE.

Ce garçon parle d'or.

CRISPIN.

J'ai vu certains breuvages

Opérer des effets que vous ne croiriez pas.

GÉRONTE.

Moi ?

CRISPIN.

Vous ! J'ai rapporté de ces heureux climats

605   Un élixir divin. Ah ! quel plaisir extrême

Si je pouvais, Monsieur, l'essayer sur vous-même :

Près de cet élixir, l'eau de goudron n'est rien ;

Mais, malheureusement, vous vous portez si bien !

GÉRONTE.

Mais pas si bien.

CRISPIN.

Tant mieux. Comptez sur mon service ;

610   Deux flacons de mon eau vous rendraient un novice,

Un jeune adolescent ; vous pourriez au besoin

Vous faire un héritier... en m'en donnant le soin.

La Sultane d'Agra, quoique laide et caduque,  [ 18 Agreh : Ville de l'Indoustan. C'était autrefois une de splus belle set des plus riches viles de l'univers ; ce n'est plus aujourd'hui [XIXème] qu'un amas de ruines. [B]]

Dans le temps qu'au sérail je lui servais... d'eunuque,

615   Avec cet élixir aurait eu des enfants,

Et je l'aurais fait vivre encor plus de cent ans.

GÉRONTE.

Encor plus de cent ans !

CRISPIN.

Moins quelques mois peut-être.

Je ne suis cependant qu'un sot près de mon maître ;

Il ne doit qu'à lui seul cet excès de santé.

620   Voyez ce coloris.

GÉRONTE, transporté de joie.

  Ah je suis enchanté.

À part.

Quel homme ! Et que le Ciel à propos me l'adresse

Moi qui touche aux glaçons de la triste vieillesse.

Je suis sûr avec lui de l'immortalité.

Haut.

Monsieur, votre entretien, ma curiosité

625   Nous ont jusqu'à présent écartés de Julie :

Hé bien, vous disiez donc qu'au retour de l'Asie...

DAMIS.

L'amour guida mes pas, j'arrivai dans ces lieux ;

Pouvais-je me soustraire au pouvoir de ses yeux ?

Elle a cet enjouement qui plaît en Italie ;

630   Ce port majestueux qui charme en Circassie ;  [ 19 Circassie : Contrée de la Russie située sur les deux versants du Caucase, entre la mer Noire à l'Ouest et la mer Caspienne à l'Est. [B]]

Ces traits fins, délicats, ce brillant coloris.

Cet oeil vif, animé qu'on recherche à Paris ;

Cet air de liberté, l'ornement des Françaises ;

Cet éclat de blancheur naturel aux Anglaises ;

635   Un pied qui dans Pékin n'aurait pas de rival,

L'esprit... Oh ! Pour l'esprit je n'ai rien vu d'égal :

Enfin tout l'univers soupirerait pour elle ;

Il n'est pas de climat qui ne la trouvât belle.

GÉRONTE? enchanté.

Ah ! Que je vais l'aimer !

DAMIS.

Vous connaissez mes feux,

640   C'est de vous que dépend le succès de mes voeux,

Tout mon espoir enfin.

GÉRONTE.

Vraiment, j'en suis fort aise.

Je me tiens honoré, Monsieur, qu'elle vous plaise,

Et vous méritez bien de captiver son cour.

Si je pouvais moi seul faire votre bonheur ,

645   Vous seriez dès ce soir le mari de Julie ;

Mais malheureusement elle est assujettie

À deux autres tuteurs quinteux, extravagants,

Et je ne réponds pas de leurs consentements.

DAMIS marquant un peu d'embarras.

Mais vous pourriez toujours en m'assurant du vôtre...

650   Empêcher que leur choix ne tombât sur un autre ;

Ou... s'ils lui proposaient de choisir un époux,

Elle rejetterait son désaveu sur vous ;

Ce prétexte du moins... lui servirait d'excuse.

GÉRONTE.

Oui... vous avez raison.

DAMIS.

Cette innocente ruse

655   Pourrait l'aider, je crois, à s'en débarrasser.

CRISPIN.

Je suis de cet avis.

GÉRONTE.

Mais c'est fort bien penser.

DAMIS.

N'êtes-vous pas son Maître aussi bien qu'eux ?

GÉRONTE.

Sans doute.

CRISPIN.

Ma foi, pour réussir il n'est pas d'autre route.

GÉRONTE.

Et d'ailleurs je me venge en les bravant.

CRISPIN.

Fort bien.

GÉRONTE.

660   L'avis de ces Messieurs ne fut jamais le mien,

Quel dépit ils auront !

CRISPIN.

Ils s'en pendront peut-être.

GÉRONTE.

Enfin j'ai mes raisons pour obliger ton maître.

Il s'approche, d'une table pour écrire le consentement.

Voici précisément ce qu'il faut. Écrivons.

CRISPIN.

Il me semble déjà que j'entends nos oisons.

GÉRONTE, écrivant à Crispin qui se tient familièrement à ses côtés.

665   Je veux qu'il mette au jour ses différents voyages.

CRISPIN.

Je me charge. Monsieur, du détail des naufrages,

C'est mon genre.

GÉRONTE, achevant d'écrire.

Comment se nomme-t-il ?

CRISPIN.

Damis.

GÉRONTE.

Bon ! j'ai connu son père, et nous étions amis.

À Damis.

Votre nom suffisait pour fonder mon suffrage,

Il lui donne le consentement.

670   Tenez Monsieur, lisez.

DAMIS, après avoir lu.

  Cet écrit m'encourage.

GÉRONTE.

Nos Tuteurs vont gronder : Hé bien, tant pis pour eux.

C'est un plaisir de plus de les choquer tous deux.

Mais attendez... Fort bien... Je réponds de la chose ;

Malgré les préjugés, le mérite en impose :

675   Jamais ils ne pourront vous refuser leur choix,

Et vous allez, Monsieur, nous réunir tous trois.

Que j'aurais de plaisir à finir cette affaire

Dès ce soir !

CRISPIN, ironiquement.

Mais vraiment, cela se pourra faire.

GÉRONTE.

Bon. Je vais les chercher, il ne faut qu'un moment.

680   Attendez-moi tous deux dans mon appartement :

Quand il en sera temps je vous ferai paraître.

SCÈNE VI.

GÉRONTE seul.

Je rends grâce au hasard qui me l'a fait connaître.

Que je vais avec lui... quelqu'un vient.

SCÈNE VI.
I.
Géronte, Julie, Marton.

GÉRONTE.

Mon enfant 1

Je veux sur ton bonheur te faire un compliment.

JULIE.

685   Hé quel bonheur, Monsieur ?

GÉRONTE.

  Que tu seras contente !

Je te donne un époux, un homme qui m'enchante.

JULIE.

Un époux ?

GÉRONTE.

Oui, ma fille ; un fameux voyageur,

Et qui te fera voir bien du pays.

MARTON.

Monsieur,

Comment le nomme-t-on, s'il vous plaît ?

GÉRONTE.

La future

690   Va l'apprendre à l'instant, car nous allons conclure.

C'est un homme accompli, qui l'aime, et qui d'ailleurs

La charmera d'abord, ainsi que nos tuteurs.

Je vais... mais les voici.

JULIE.

Marton, que vais-je apprendre ?

SCÈNE VIII.
Les Tuteurs, Julies, Marton.

ORGON, à Bavardin.

Vous pouvez l'assurer qu'il a tort d'y prétendre ;

695   Il ne l'obtiendra pas.

BAVARDIN, vivement.

  Je soutiendrai mon choix.

GÉRONTE, d'un ton de confiance.

J'en ai fait un qui va nous accorder tous trois.

ORGON.

Vous ?

GÉRONTE.

Moi.

BAVARDIN.

Chansons.

GÉRONTE.

Messieurs...

ORGON.

Pourquoi tant de redites ?

GÉRONTE.

Mais encore une fois...

ORGON, en colère.

Le bien que vous m'en dites

Ne m'obligera pas à changer de projet ;

700   Je me suis engagé par écrit, qui plus est.

BAVARDIN.

Et moi par un dédit.

GÉRONTE.

J'ai fait la même chose,

Vivement entre les trois tuteurs.

Et si vous connaissez celui que je propose...

ORGON.

Non, ce sera le mien.

BAVARDIN.

Je n'en démordrai pas.

GÉRONTE.

Parbleu, ni moi non plus.

ORGON.

Nous verrons.

BAVARDIN.

Quel fracas !

705   La dispute entre nous devient fort inutile.

GÉRONTE.

Vous n'auriez pu, morbleu, mieux choisir entre mille ;

Du moins, vous l'allez voir... Venez, venez, Monsieur.

SCÈNE IX ET DERNIÈRE.
Damis, Crispin et les acteurs précédents.

BAVARDIN.

Que vois-je ?

JULIE.

Ah ! Marton.

MARTON.

Quel bonheur !

BAVARDIN.

Mais, c'est un nouvelliste.

ORGON avec emportement.

Ah ! C'est mon antiquaire.

Ils se disputent mutuellement Damis.

GÉRONTE avec confiance.

710   Non, c'est mon voyageur, messieurs, sans vous déplaire.

DAMIS.

Non, Messieurs. Puisqu'il faut vous parler franchement,

Mon rôle est achevé, je ne suis qu'un amant.

J'ai pour vous accorder eu recours à la ruse ;

Montrant Julie.

Mais j'étais amoureux, et voilà mon excuse.

ORGON.

715   Ah, Ciel !

GÉRONTE.

  Après ce tour à qui donc se fier ?

BAVARDIN.

M'avoir ainsi joué ! Le trait est singulier.

Ils sortent en colère.

DAMIS, à Julie.

Venez, que votre main comble mon espérance.

JULIE.

Ah ! Vous êtes bien sûr de ma reconnaissance.

MARTON.

Je l'avais bien prédit, l'amour est le plus fort ;

720   Quand il conduit la barque, elle arrive à bon port.

 


APPROBATION

J'ai lu par ordre de Monseigneur le Chancellier une comédie qui a pour titre, Les Tuteurs ; et je crois que l'on peut en permettre l'impression. À Paris, ce 25 novembre 1754.

CREBILLON

Notes

[1] Argus : Nom propre d'un homme fabuleux de la mythologie, qu'on dit avoir eu cent yeux. Ce mot est venu en usage dans la langue pour signifier un homme prudent et clairvoyant. [F]

[2] Petit-maître : jeune homme qui a de la recherche dans sa parure, et un ton avantageux avec les femmes. [L]

[3] Mouche : Petit morceau de taffetas noir, de la grandeur d'environ l'aile d'une mouche, que les dames se mettent sur le visage. Une boîte à mouches. [L]

[4] Gazette : petit imprimé, cahier ; feuille volante, qu'on débite toutes les semaines, qui contient des nouvelles e toutes sortes de pays. Gazette de France, de Hollande, d'Angleterre, de Flandre, etc.

[5] Épigramme : c'est une espèce de poésie courte, qui finit par quelque pointe ou pensée sublime. [F] Elle exprime souvent une pensée mordante envers une personne ou une ouvre.

[6] Robinson : Personnage principal d'un roman de Daniel Defoe (1663-1731) nommé "La Vie et les Aventures de Robinson Crusoé" (1719). La première traduction française par St-Hyacinthe et Ven Effen, parut en 1720. [B]

[7] Etrusques : tribu de la péninsule italienne, qui a laissé de nombreux témoignages archéologiques.

[8] Butor : Gros oiseau, espèce de héron fainéant et poltron. On dit figurément d'un homme stupide et maladroit que c'est un butor. [F]

[9] Galba, Servius Sulpitius (-4, -68) : Empereur romain. Sa sévérité et son avarice le rendirent bientôt odieux aux Prétoriens. Othon qui n'avit pu se faire choisir par Galba pour son successeur, profita de ces dispositions du peuple à son égard pour le faire assassiner, ainsi que Pison, son fils adoptif, et se fit proclamer à sa place. Galba n'a régné que huit mois. [B]

[10] Othon, M. Salvius Otho (32 , 69) : Empereur romain, favori et compagnon de débauche de Néron, et deuxième mari de Poppée. Il fit assassiner GAlba qui lui avait préféré Pison comme fils adptif. Il lutta contre Vittelius éléver à l'Empire par l'armée de Germanie. Il ne régna que 3 mois.

[11] Pécore : se dit figurément en burlesque pour signifier une personne sotte, stupide, et qui a de la peine à concevoir quelque chose. [F]

[12] Oison : On dit par injure à un homme, que c'est un oison, qu'il se laisse mener comme un oison ; pour dire, que c'est un sot, qui ne sait pas se conduire qu'il n'agit que par l'organe d'autrui. [F]

[13] Pécore : se dit figurément en burlesque pour signifier une personne sotte, stupide, et qui a de la peine à concevoir quelque chose. [F]

[14] Emplettte : Achat de marchandise. Il se dit particulièrement de celles qui concernent les habits. [F]

[15] Monomotapa : Empire de l'Afrique australe, s'étendait de la Cafrérie à la côte du Sofala, le long de celle du Mozambique, et avait pour borne au nord le Zambèze, à l'Est le Monzora, au Sud et à l'Oues les monts Foura et des Botongas. [B]

[16] Vestale : Fille vierge chez les Romains, qui était consacrée au service de la déesse Vesta, pour garder le feu sacré de son temple. [F]

[17] Huron : Peuple indigène d'Amérique du Nord, errait sur le cote orientale du lac Huron lors de la découverte du Canada par les Français. Ils réclamèrent la protection des Français contre les iroquois leurs ennemis. D4autre hurons vivaient entre les lacs Huron et Ontario et sur les bords du Saint-Laurent ; ils ont disparu, exterminés presque entièrement par les Cherokees.

[18] Agreh : Ville de l'Indoustan. C'était autrefois une de splus belle set des plus riches viles de l'univers ; ce n'est plus aujourd'hui [XIXème] qu'un amas de ruines. [B]

[19] Circassie : Contrée de la Russie située sur les deux versants du Caucase, entre la mer Noire à l'Ouest et la mer Caspienne à l'Est. [B]

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies