NINUS SECOND

TRAGÉDIE

M DCC LXXXVIII. Avec approbation et privilège du Roi.

Par M. PALLISSOT de MONTENOY.

À PARIS, de l'IMPRIMERIE DE MONSIEUR.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 29/12/2016 à 19:39:34.


AVANT-PROPOS.

Cette tragédie, la seconde de l'auteur, quoiqu'il l'ait composée à l'âgé de dix-neuf ans, mais la seule qu'il ait rendue publique, fut représentée pour la première fois, le 3 juin 1761, sous le titre de Zarès : titre qu'il a cru devoir changer pour restituer au principal personnage de la pièce, le nom que lui donné l'histoire [1]. L'intérêt de cette tragédie est fondé sur la tendresse d'une mère pour son fils, et sur l'amour de celui-ci pour un père injuste et coupable.

Les sentiments de la nature étaient les seuls que l'auteur pût connaître alors ; il en avait fait la douce expérience dans le sein d'une famille vertueuse, et ces tendres impressions, si précieuses aux âmes honnêtes, n'avaient point encore été reléguées par une philosophie audacieuse dans la classe des préjugés.

Cet intérêt parut digne du théâtre, et le public voulut bien ne pas juger à la rigueur l'essai d'un jeune homme qui, du fond d'une province peu civilisée encore, arrivait à peine dans la capitale ; dénué par conséquent de tous les secours que le génie même emprunte de l'usage du monde, du commerce des gens de lettres, de l'habitude des spectacles, en un mot, de la vue du modèle.

En effet, et cette réflexion ne sera point ici déplacée, tel ouvrage qui semble n'annoncer que des, dispositions communes, étonnerait peut-être si l'on pouvait avoir une connaissance exacte du point d'où l'auteur est parti : mais cette manière de calculer le mérite exigerait des observations qui doivent nécessairement échapper à la multitude. Heureusement, il se trouve toujours quelques-unes de ces âmes privilégiées à qui le talent ne saurait se dérober, même sous les nuages qui le voilent encore, dont la pénétration s'élance jusques dans l'avenir, et qui devinent, si on ose le dire, l'homme adulte dans les traits confus de l'enfance. C'est cet heureux instinct qui anima le vieillard dont le mot s'est conservé, lorsqu'à une représentation des Précieuses, il s'écria : « Courage, Molière ! voilà la bonne comédie ».

L'auteur est bien loin de se permettre aucune comparaison entre un essai dont il ne se dissimule pas la faiblesse, et cette pièce déjà digne du génie de Molière ; cependant il eut l'avantage d'inspirer, par ce même essai, à feu Monsieur de Crébillon, des sentiments de bienveillance qui ne se sont jamais démentis.

Il n'a jamais donné cette tragédie telle qu'elle était échappée à sa jeunesse. S'il n'a pas réussi a l'embellir, il a tâché du moins d'en épurer le style, et surtout d'en supprimer les longueurs : défaut que l'inexpérience de la plupart des jeunes écrivains, qui ne savent encore ni s'arrêter, ni se renfermer dans les bornes de leurs sujets, ne leur permet pas d'éviter.

On ne connaît aucune règle, qui détermine précisément le nombre des vers d'une pièce de théâtre : mais certainement il en existe une qui prescrit à tout auteur qui ne veut point ennuyer, d'être, court ou d'avoir l'art de le paraître. Cet art, si difficile, exclut toute abondance superflue, toute pensée qui n'est point amenée par les situations, enfin tout ornement ambitieux. Le luxe qui, par tout ailleurs, suppose la richesse, n'est, dans un ouvrage dramatique, qu'une preuve d'indigence et de stérilité : aussi les anciens, de qui nous avons tout appris, ne donnaient-ils jamais, soit à leur action principale, soit aux différentes parties de cette même action, que l'étendue qui leur était proportionnée.

Ni Sophocle, ni Euripide ne s'étaient assujettis à la loi rigoureuse décomposer toutes leurs pièces d'un nombre de vers à-peu-près égal ; les unes sont beaucoup plus courtes que les autres ; en les lisant, il est aisé de s'apercevoir des raisons de cette différence. Nos modernes seuls qui, sur des objets plus essentiels, s'exemptent assez de toute gêne et se sont imposé ce joug arbitraire. Si quelques hommes au-dessus de la sphère commune ont porté ce fardeau sans en paraître surchargés, c'était à ceux qui n'ont ni les mêmes ressources, ni le même génie, de s'affranchir de cette servitude, et du moins ils nous auraient épargné ces fatales longueurs qui rendent la plupart de nos pièces nouvelles d'une prolixité si fatigante à la représentation, et si fastidieuse à la lecture.

C'est surtout dans sa dernière édition, publiée il y a plus de vingt ans, que l'auteur a revu cet ouvrage de sa jeunesse avec le plus de soin. Il crut devoir cette attention, comme une marque de reconnaissance à Monsieur le marquis Albergatti Capacelli, sénateur de Bologne, qui non seulement avait daigné traduire cette pièce en beaux vers, mais qui lui a procuré l'honneur d'être représentée sur différents théâtres de société, dont il avait donné l'exemple en Italie.

L'auteur, flatté d'un honneur qu'il était si loin dé prévoir, se rappela, quoiqu'il eût oublié depuis longtemps sa tragédie, que, dans l'état même d'imperfection où elle était lorsqu'il la hasarda sur la scène, le troisième et le quatrième actes avaient été fort applaudis ; il ose même présumer qu'ils le seraient encore : mais le cinquième déplut, et il le refendit en entier. Cependant, malgré ce changement et les corrections de détail qu'il a faites dans tous les actes, on lui rendra la justice de croire qu'il ne s'est jamais flatté d'en faire une bonne tragédie. Il était trop loin, lorsqu'il se permit cet essai, de connaître les difficultés d'un genre auquel il renonça sans retour dès qu'il les eut soupçonnées. Tout ce qu'il a osé se promettre en conservant cet ouvrage, c'est de pouvoir soutenir quelque concurrence, du moins du côté du style, avec cette foule d'écrivains dramatiques qui se gardent bien sans doute de se comparer à nos modèles, quoique l'excessive indulgence du public ait paru quelquefois s'accoutumer à leur médiocrité.

(1) Selon l'opinion la plus commune, le prince qui, après la révolution du premier empire d'Assyrie, établit à Ninive une nouvelle dynastie, s'appelait Ninus.


ACTEURS.

SARDANAPALE, roi d'Assyrie.

CALCIOPE.

NINUS*, élevé sous le nom de Timur.

ARBACÈS, satrape de Médie.

ARTAZIRE, fille d'Arbacés.

PARAMIS, satrape du Palais.

ARSAME.

GARDES.

PEUPLE.

CONJURÉS.

La scène est à Ninive.

[*] L'auteur avait donné à ce personnage le nom de Zarès ; mais il a cru devoir lui restituer celui que lui donne l'histoire. Selon l'opinion la plus commune, la Prince qui, après la révolution du premier empire d'Assyrie, établit à Ninive une nouvelle dynastie, s'appelait Ninus le jeune.


ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.

CALCIOPE, seule.

Dieux, veillez sur ses jours, par mes soins conservés !

Dieux, que Sardanapale a trop long-temps bravés,

Laissez-vous attendrir par les pleurs d'une mère !

Mon fils n'a point suivi les traces de son père.

5   Cher et malheureux fils, l'amour que j'ai pour loi,

Dans ce fatal palais me retient malgré moi ;

C'est pour toi qu'en ces lieux, ignorée et captive,

Je languis dans les fers du tyran de Ninive.

J'ai caché tes destins sous le nom de Timur,

10   Heureuse, si ce voile impénétrable et sûr,

Qui d'un père inhumain trompa la barbarie,

Aux dangers de ce jour dérobe encor ta vie !

Ô Ninus, si mes pleurs ont pu fléchir les Dieux,

Quels soudains changements vont étonner tes yeux !

15   Pour te placer au trône où la vertu t'appelle,

Le brave Paramis va signaler son zèle.

La garde du palais obéit à ses lois,

Et déjà se dispose à soutenir tes droits.

C'est pour toi qu'Arbacès soulève la Médie ;

20   Il croit venger sa fille indignement ravie.

Tout semblera permis à son ressentiment :

De mes desseins secrets il n'est que l'instrument.

Il vient ; contre un barbare affermissons sa haine.

SCÈNE II.
Aarbacès, Calciope.

CALCIOPE.

Seigneur, voici l'instant de briser notre chaîne.

25   Paramis vous promet un généreux appui :

Le sang et l'amitié vous unissent à lui.

ARBACÈS.

S'il partage en effet l'affront de ma famille,

Pourquoi m'a-t-il caché le malheur de ma fille ?

Pourquoi, sans m'avertir ?...

CALCIOPE.

Il l'ignorait, Seigneur.

30   Le tyran d'Artazire indigne ravisseur,

Prodigue les trésors des peuples ses victimes,

Pour commettre sans crainte et pour voiler ses crimes.

Moi-même, abandonnée à d'éternels chagrins,

J'aurais de votre fille ignoré les destins ;

35   Mais un danger commun produit la confiance ;

Elle m'apprit son rang, votre nom, sa naissance.

Dans quel climat désert, chez quel peuple inconnu,

Le grand nom d'Arbacès n'est-il point parvenu ?

Votre sang, vos exploits, soutiens de cet empire,

40   Tout parle dans ces lieux en faveur d'Artazire :

Vengez-la, vengez-vous.

ARBACÈS.

Que j'apprenne du moins,

Madame, à qui je dois de si généreux soins,

Ce conseil important, cet avis salutaire,

Si cruel à la fois, et si doux pour un père ;

45   À qui je dois enfin l'espoir de me venger

Des fureurs du tyran qui prétend m'outrager.

CALCIOPE.

Pourquoi, Seigneur, pourquoi chercher à me connaître ?

Dès long-temps arrachée aux lieux qui m'ont vu naître.

Étrangère, captive en ce séjour d'effroi,

50   Hélas ! Est-il un rang, est-il un nom pour moi ?

ARBACÈS.

Ainsi de vous servir vous m'ôtez l'espérance ?

CALCIOPE.

Le salut de l'État sera ma récompense,

Je l'attends de vous seul : mais il est temps, Seigneur,

D'arracher votre fille aux mains du ravisseur.

55   Aujourd'hui son épouse, et demain sa victime,

Craignez même pour elle un lien légitime.

Nul frein n'arrêterait ses coupables transports :

Soupçonneux, violent et cruel sans remords,

Il n'est point de forfaits que son coeur ne rassemble ;

60   D'autant plus dangereux qu'il est lâche et qu'il tremble.

Qu'il croit dans ses sujets voir autant d'ennemis,

Que pour les opprimer tout lui semble permis :

Tel est Sardanapale ; et ce monstre respire !

Et c'est lui que les dieux destinaient à l'Empire !

65   Prévenez leur justice en lui donnant la mort ;

Quand vous l'aurez puni, vous connaîtrez mon sort.

Qui peut vous arrêter ? Craignez la vigilance

De tous ces délateurs vendus à sa puissance ;

Craignez tous les périls attachés à vos pas ;

70   Artazire, Seigneur, ne vous sauverait pas.

Songez que tout délai peut devenir funeste,

Et que mourir ou vaincre est l'espoir qui vous reste :

Surtout, de Paramis assurez-vous l'appui ;

Le destin de l'État, ne peut changer sans lui.

SCÈNE III.

CALCIOPE.

75   Tyran, je te prépare un piège inévitable ;

Le glaive est suspendu sur ta tête coupable.

Ô Sparte ! Ô mon pays ! Mes yeux, mes tristes yeux  [ 1 Sparte : Cité du Péloponèse en Grèce.]

Ne verront plus tes murs où régnaient mes aïeux !

Arrachée à tes bords dans la même journée

80   Où s'allumaient pour moi les flambeaux d'hyménée,

Réservée en ces lieux à de plus grands malheurs,

J'ai d'un astre inflexible épuisé les rigueurs.

Mais enfin, si j'en crois le transport qui me guide,

Le jour est arrivé de punir un perfide.

85   Quel doux pressentiment pour mon coeur outragé !

Tout opprobre finit alors qu'on est vengé.

Sans doute avec mes voeux le ciel d'intelligence,

Va s'armer...

SCÈNE IV.
Sardanapale, Calciope, Arsame, suite.

SARDANAPALE.

Il est temps de rompre le silence...

Madame. Un autre objet me retient dans ses fers..

90   Je vais, avec ma main, lui donner l'univers.

Aux charmes d'Artazire un nouvel hyménée

Va par des noeuds plus doux unir ma destinée.

Ce séjour désormais doit vous être odieux ;

Cet hymen, ces apprêts pourraient blesser vos yeux :

95   Je veux vous épargner ce funeste spectacle ;

À votre liberté je ne mets plus d'obstacle.

Allez, loin de ces murs arrosés de vos pleurs,

Sous un ciel plus propice oublier vos malheurs.

CALCIOPE.

Pour la première fois, je me plais à t'entendre.

100   Combien à ce bonheur j'étais loin de m'attendre !

Ta bouche me l'annonce, et mon coeur satisfait

Reçoit à peine encor l'espoir d'un tel bienfait.

Qui, toi ? De mes destins adoucir l'inclémence !

Va, tu peux te flatter de ma reconnaissance.

105   Que ne puis-je oublier ce détestable jour,

Où, livrée aux fureurs de ton indigne amour !...

Ô ciel ! Qu'attendais-tu pour frapper ta victime !

Mon déplorable fils fut le fruit de ton crime,

Et l'avantage affreux que lui donnait, le sort,

110   Pour cet infortuné fut un arrêt de mort.

Sourd à la voix du sang, au cri de la nature,

Inhumain par faiblesse, un songe, un vain augure,  [ 2 Les superstitions de l'astrologie et des songes, par lesquelles on se flattait de lire dans l'avenir, paraissent avoir pris naissance chez les Chaldéens ; elles remontent a la plus haute antiquité, et dans toute la terre, elles ont produit des malheurs et des crimes. [Note ed. 1788]]

Le rendit au berceau l'objet de ta terreur :

Tu craignis que le Ciel n'eût fait naître un vengeur.

115   Heureux, en expirant, que ta main meurtrière

Lui dérobât l'horreur de connaître son père !

SARDANAPALE.

Je m'attendais, Madame, à ces emportements,

Dont l'audace indiscrète a duré trop longtemps ;

Mais, libre désormais de choisir un asile,

120   Vous trouverez à Sparte un destin plus tranquille.

Allez, épargnez-vous d'inutiles regrets,

Je ne vous retiens plus.

À sa suite.

Que l'on cherche Arbacès.

SCÈNE V.
Sardanapale, Arsame.

SARDANAPALE.

Oui, je prétends le voir, et je veux que lui-même

La dispose à fléchir sous mon ordre suprême. ;

125   L'éclat de tant d'honneurs, qu'il n'eût osé prévoir,

Va l'éblouir, sans doute, et charmer son espoir.

Tu vois jusqu'où m'emporte une indigne tendresse,

L'ascendant qu'une ingrate a pris sur ma faiblesse,

Et qu'elle accroît encore en osant m'outrager :

130   Reconnais-tu ce coeur si prompt à se venger,

Ce coeur qui de l'amour a connu les délices,

Mais qui devait toujours ignorer ses caprices ?

Je commence à rougir de tant d'égarement :

Son orgueil s'enhardit de mon aveuglement ;

135   Mais elle doit enfin redouter son ouvrage.

J'ai de ses fiers dédains trop dévoré l'outrage ;

Il est temps qu'à son tour elle apprenne à gémir :

Plus je me suis contraint, plus elle doit frémir.

ARSAME.

Et pensez-vous, Seigneur, qu'avec un front tranquille,

140   Calciope...

SARDANAPALE.

  Écartons une crainte inutile.

Demain, lorsque la nuit aura fait place au jour,

Calciope à jamais doit quitter ce séjour.

Loin de la redouter, je lui laisse la vie :

Qu'elle ne m'offre plus sa présence ennemie.

145   Mes yeux sont dès longtemps fatigués de ses pleurs :

Qu'elle retourne à Sparte y porter ses malheurs ;

Ses plaintes sur mon coeur n'ont plus rien à prétendre.

Mais je vois Arbacès ; Arsame, va m'attendre.

SCÈNE VI.
Arbacès, Sardanapale.

ARBACÈS, à part.

Ciel, fais que le remords puisse entrer dans son coeur !

Haut.

150   Seigneur, à vos genoux j'apporte ma douleur.

L'espoir de mes vieux ans, le charme de ma vie,

Artazire, eu un mot, ma fille m'est ravie.

Ah ! Lorsqu'à Babylone on vint me l'arracher,

J'ignorais qu'à Ninive il fallût la chercher.

155   Ma fille en ce palais ! Que faut-il que j'espère ?

Vous la rendrez sans doute aux larmes de son père ?

SARDANAPALE.

Oui, je veux près de moi vous fixer pour toujours :

À votre ambition donnez un libre cours ;

Croyez, à quelque rang que votre orgueil aspire,

160   Qu'il deviendra le prix d'un regard d'Artazire.

L'Assyrie en ce jour va recevoir ses lois,

Et ma main sur son front met le bandeau des Rois.

ARBACÈS.

Quoi ! Jusques-la, Seigneur, on vous verrait descendre !

Ce sont là les secrets que je devais entendre !

165   Nourri loin de la Cour, ce n'est point à mon sang

De partager l'éclat de votre auguste rang.

Artazire, Seigneur, je me plais à le croire,

A dû vous rappeler le soin de votre gloire,

Ne point ouvrir son coeur à des veux indiscrets,

170   Et, par respect pour vous, refuser vos bienfaits,

Voilà ce qu'à mon maître il faut que je réponde :

Ce n'est qu'au sang des Rois à commander au monde.

SARDANAPALE.

Ah ! C'est trop m'exposer à d'indignes refus.

Pensez-vous m'éblouir par de fausses vertus ?

175   Oubliez-vous enfin, quand votre orgueil me brave,

Que j'ai pu dans la foule ignorer une esclave,

Et que si je descends jusqu'à la couronner,

Souverain absolu, j'ai le droit d'ordonner ?

ARBACÈS.

Vous pourriez vous permettre une injuste contrainte !

180   J'ignorais que l'amour dut inspirer la crainte.

Après un instant de silence.

Seigneur, par vos genoux que je tiens embrassés,

Par mes cheveux blanchis sous mes travaux passés,

D'un guerrier suppliant écoutez la prière.

Si mon bras de l'Ernpire étendit la frontière,

185   Et si, toujours fidèle au devoir d'un soldat,

J'ai prodigué mon sang pour vous et pour l'État,

À mes bras paternels, aux voeux de ma famille,

À ma juste douleur daignez rendre ma fille ;

D'un père infortuné daignez remplir l'espoir.

190   Tout empire périt par l'abus du pouvoir,

Songez-y bien, Seigneur ; mes services, mon âge,

Peuvent autoriser cet austère langage.

C'est en les éclairant qu'on doit servir les Rois,

Et tout l'État ici vous parle par ma voix.

SARDANAPALE.

195   Je veux bien de ton zèle excuser la rudesse.

Apprends qu'il faut des Rois ménager la faiblesse.

Et ne m'oppose plus cet orgueil dangereux,

Qui peut nuire à ta fille, et vous perdre tous deux.

C'est à toi de choisir mes bienfaits ou ma haine :

200   Artazire en ce jour doit être esclave ou reine :

Si tu l'aimes, crois-moi, dis-lui que ma bonté

Peut se lasser enfin de sa témérité.

SCÈNE VII.

ARBACÈS, seul.

Va, crains plutôt, cruel, crains plutôt la tempête

Qui bientôt par mes soins va fondre sur ta tête.

205   Le moment est venu d'expier tes forfaits ;

La vengeance et la mort assiègent ton palais.

Le Ciel va sous tes pas entrouvrir un abîme ;

Tyran, crains son courroux, il attend sa victime.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Calciope, Ninus, sous le nom de Timur.

TIMUR.

Quoi ! Vous êtes ma mère, et vous m'abandonnez !

210   Disposez de ces jours que vous m'avez donnés ;

Mais ne différez plus, dissipez mes alarmes,

Et si je vous suis cher...

CALCIOPE.

Tu vois couler mes larmes,

Et tu peux en douter !

TIMUR.

Non, je n'en doute pas ;

Mais qu'il me soit permis d'accompagner vos pas ;

215   Quoi ! Dans ce même jour qui m'apprend ma naissance,

Il faudrait me résoudre à pleurer votre absence !

Ne m'auriez-vous, grands Dieux, découvert ces secrets,

Que pour me préparer aux plus cruels regrets ?

Hélas ! Quand la nature en mon coeur se déploie,

220   À peine ai-je eu le temps de vous marquer ma joie.

CALCIOPE.

Seul espoir de ma vie, ô Timur, ô mon fils !

Ce nom cher à mon coeur m'est donc enfin permis !

La nature à tous deux vient de se faire entendre ;

Je te vois pénétré d'un sentiment si tendre ;

225   Mais laisse-moi, mon fils, dévorer mes douleurs ;

Respecte mon silence, et commande à tes pleurs.

Je m'éloigne à regret de ce séjour funeste ;

Mon coeur doit obéir à des lois qu'il déteste ;

Ton salut en dépend ; qui pourrait m'arrêter ?

230   La nature est trop faible, il la faut surmonter-

TIMUR.

Hélas ! Depuis longtemps sa voix m'était connue-

Qu'il est présent encore à mon âme éperdue

Ce jour où Paramis me permit de vous voir !

D'un invincible attrait je sentis le pouvoir.

235   Ah ! Sans doute, les Dieux me désignaient ma mère :

Mais consolez un fils ; parlez, quel est mon père ?

CALCIOPE.

Le cruel au berceau voulut verser ton sang.

TIMUR.

Quoi ! Mon père ?

CALCIOPE.

Il eût pu t'élever à son rang,

Tu pouvais être un jour la gloire de l'Asie.

TIMUR.

240   Mais du moins son pays, quel est-il ?

CALCIOPE.

L'Assyrie.

TIMUR.

Achevez.

CALCIOPE.

Ne crois, pas m'arracher mon secret ;

Je vois couler tes pleurs, j'y résiste à regret.

Je te l'ai déjà dit, ton désespoir m'afflige ;

Mais je t'aime, il suffit, ton intérêt l'exige,

245   Je me tairai, mon fils. Il n'est pas encor temps

D'oser approfondir ces secrets importants.

Quel que soit le désert qui me cache à l'Asie,

L'espoir de te servir y soutiendra ma vie.

De grands événements semblent se préparer ;

250   Le Ciel fit tes malheurs, il les peut réparer :

Mais renferme en ton coeur ce que tu viens d'apprendre ;

Ton intérêt, le mien, ta vie en peut dépendre.

Que l'amitié, surtout, te prête son secours :

Tu sais que Paramis a pris soin de tes jours ;

255   Il peut faire encor plus, il peut servir ta flamme ;

Ose lui confier les secrets de ton âme.

La fille d'Arbacès est digne de tes voeux,

Et quelque espoir du moins est permis à tes feux.

TIMUR.

Qui ! Moi ? J'aurais l'espoir d'obtenir Artazire ?

260   Il se pourrait ?...

CALCIOPE.

  Tu sais ce que j'ai pu te dire.

Un jour tous mes desseins te seront révélés :

Le Ciel veut qu'à tes yeux ils soient encor voilés.

Un rigoureux devoir me condamne au silence ;

L'amour contre tes pleurs affermit ma constance :

265   Cependant, si je puis dans cette affreuse Cour

Prolonger quelque temps mon malheureux séjour,

Ciel ! Que ne peut un fils sur le coeur de sa mère !

Je descendrai pour toi jusques à la prière,

Oui, je te le promets.

SCÈNE II.

TIMUR.

Arbitres des humains,

270   Grands Dieux ! Veillez sur elle, et changez ses destins.

De son coeur maternel dissipez les alarmes.

Quel serait le barbare insensible à ses larmes !

SCÈNE III.
Artazire, Timur.

TIMUR.

Venez, venez, Madame, augmenter mon bonheur :

Le Ciel me voit enfin avec moins de rigueur :

275   Apprenez ses bienfaits ; Calciope est ma mère.

ARTAZIRE.

Que tu dois être heureux ! Que sa vertu m'est chère !

On eût dit qu'en secret un doux pressentiment

Me faisait dans ta mère adorer mon amant.

Mais toi-même, Timur, partage aussi ma joie :

280   Mon père est en ces lieux, le Ciel me le renvoie ;

Il daigne à ma faiblesse accorder cet appui.

Sais-tu que le tyran ose compter sur lui ?

Il ose se flatter de pouvoir le séduire ;

Il pense que, frappé de l'éclat de l'Empirz,

285   Mon père à ses desseins daignera consentir ;

Par ses vaines grandeurs il croit nous éblouir.

Que je hais, cher Timur, cette pompe importune !

Aurais-je pu sans toi porter mon infortune ?

Hélas ! Quand je te vis pour la première fois,

290   Quand Babylone en feu célébrait tes exploits,

Lorsqu'imposant des lois aux Bactriens rebelles,  [ 3 Bactriens : Peuple de Bactriane, contrée de l'ancienne Asie dans le Turkestan indépendant. Elle fut conquise par Ninus. [B]]

Tu couronnais ton front de palmes immortelles,

Quand mes yeux s'enivraient des feux de ton amour,

Qui m'eût dit qu'en ces lieux nous nous verrions un jour ?

295   Sans doute que les Dieux, touchés de mon injure,

Voulaient me consoler par cet heureux augure.

TIMUR.

Est-ce ici que le Ciel devait nous réunir ?

Mon amour n'y prévoit qu'un funeste avenir.

Mon rival à vos pieds va mettre sa couronne ;

300   Arbacès ne verra que le rang qu'il vous donne...

ARTAZIRE.

Lui ? Mon père ! Il voudrait t'effacer de mon coeur,

Quand sa bouche autrefois approuva notre ardeur ?

Non, tu ne le crois pas. Non, je lui fus trop chère,

Pour douter... Mais on vient. C'est lui-même : ô mon père !

SCÈNE IV.
Arbacès, Artazire, Timur.

ARBACÈS.

305   Dieux, vous me la rendez, ma fille !... Et vous, mon fils !

Quoi ! Timur en ces lieux ? Quoi ! Tous deux réunis ?

ARTAZIRE.

Je retrouve l'appui qu'implorait ma faiblesse ;

Mais quand le Ciel plus doux vous rend à ma tendresse,

Je frémis des périls que vous bravez, Seigneur.

310   Ce palais m'est suspect ; le tyran, sa fureur,

Ses détestables feux, tout me remplit d'alarmes.

ARBACÈS.

Le cruel ! De quel front a-t-il pu voir tes larmes ?

ARTAZIRE.

Sous des égards trompeurs couvrant sa trahison,

Il me cache mes fers ; sa Cour est ma prison.

315   Ébloui de l'éclat d'un rang qu'il déshonore,

Il croit que mon orgueil en secret le dévore.

ARBACÈS.

Ma fille, sur mes soins tu peux te rassurer ;

Si tu me vois ici, c'est pour te délivrer.

TIMUR.

Seigneur, il en est temps, prévenons un barbare, .

320   Faisons tomber sur lui les coups qu'il nous prépare.

Hâtons son jour fatal trop longtemps différé :

Qu'il périsse ; son régner a déjà trop duré.

ARBACÈS.

Votre vertu, mon fils, a devancé votre âge :

Moi-même, j'ai guidé votre jeune courage.

325   Babylone, témoin de vos premiers travaux,

Place déjà Timur au rang de ses héros.

Oui, je dois voir en vous l'appui de ma famille ;

Oui, vous serez mon fils, vous vengerez ma fille ;

Venez.

ARTAZIRE.

À me quitter vous pourriez consentir !

330   Mon père ?...

ARBACÈS.

  Vois ces lieux, tu ne peux en sortir :

Des gardes, des soldats en défendent l'enceinte ;

Mais Paramis nous sert, tu dois être sans crainte ;

Mais j'ai su conserver d'intrépides amis,

Contre tous les dangers dès longtemps affermis.

335   Ils combattront pour toi ; j'attends tout de leur zèle ;

Ils marchent vers Ninive où ma voix les appelle ;  [ 4 Ninive : capitale du royaume d'Assyrie, dit aussi royaume de Ninive. Elle avait dit-on 40 km de circonférence. Fondée par Assur en 2640 avant JC, cette ville fut agrandie vers 1968 par Ninus, qui lui donna son nom. Elle fut prise 2 fois d'abord en 759 avant JC, par Arbacès et Bélésis après la bataille de Ninive et le chute de Sardanpale. [B]]

Ils sont près de ces murs, et le tyran s'endort :

Que son fatal réveil soit l'instant de sa mort !

Tel est l'ordre du Ciel : ainsi de sa vengeance

340   Il étonne les Rois frappés dans le silence.

TIMUR.

Ah ! Si jamais l'amour échauffa la valeur,

Madame, s'il est vrai qu'il anime un grand coeur,

S'il commande au succès dans les champs de la gloire,

Tout doit sur mon rival m'assurer la victoire.

345   Mes voeux impatients attendaient ce grand jour.

ARBACÈS.

Ma fille, il faut rentrer dans ce fatal séjour ;

Un plus long entretien trahirait ta vengeance :

Renferme tes douleurs ; je vole à ta défense.

Elle sort.

SCÈNE V.
Arbacès, Timur.

ARBACÈS.

Je l'ai vu, ce tyran, je l'ai vu sans effroi ;

350   Quel est, sans la vertu, le vain titre de Roi !

Plongé, dans les langueurs d'une indigne mollesse,

Son front mal assuré décelait sa faiblesse ;

Fier de son déshonneur, fantôme couronné,

D'alarmes, de soupçons toujours environné,

355   Voilà donc, cher Timur, l'ennemi qui nous brave

Je croyais voir un Roi, je n'ai vu qu'un esclave ;

Et c'est à son pouvoir que les Dieux ont soumis

Les peuples de Bélus et de Sémiramis !  [ 6 Sémiramis : Reine d'Assyrie, célèbre par son génie te sa beauté, avait d'abord été esclave. Menonès, général au service de Ninus, ayant reconnu ses hautes qualités, la prit pour épouse ; Ninus lui-même en devint épris, et se la fit céder par Ménonès. Ninus l'épousa après le prise de Bactres. Elle fit assassiner Ninus par ses gardes et lui succéda. Elle agrandit, embellit et fortifia Babylone. [B]]  [ 5 Bélus : Roi d'Assyrie, délivra Babylone du joug des Arabes, et régna 27 ans, de 1993 à 1966 av. JC . Il eut pour fils Ninus, qui le fit mettre au rang des Dieux. [B]]

Nous rampons devant lui, malheureux que nous sommes !

360   Ce monstre était-il fait pour régner sur des hommes ?

TIMUR.

Il était notre Roi, Seigneur, il ne l'est plus ;

Le titre de monarque exigeait des vertus,

Il n'en connut jamais : nous étions ses victimes ;

Chaque jour de son règne est marqué par des crimes :

365   Plus son pouvoir est grand, moins on doit l'excuser ;

Il n'a connu ses droits que pour en abuser ;

Contre sa tyrannie, il n'est point de refuge :

Nous rentrons dans nos droits, l'État devient son juge.

Lui-même il nous apprit à ne rien ménager :

370   Mais je vois Paramis.

SCÈNE VI.
Paramis, Arbacès, Timur, Suite des Conjurés qui entrent avec Paramis.

PARAMIS, à part ; parlant de Timur, dont il vient d'entendre les dernières paroles.

  Où va-t-il s'engager ?

Les noeuds secrets du sang n'ont-ils rien qui l'arrête ?

À sa suite.

Vous qui d'un Roi barbare avez proscrit la tête,

Guerriers, qui sous ses lois traîniez des jours obscurs,

On peut nous observer, environnez ces murs.

375   Arbacès, vous voyez si ce coeur est fidèle,

Si je sais d'un ami partager la querelle.

Nos vengeurs sont-ils prêts ?

ARBACÈS.

Oui, mes braves soldats,

Du sein de la Médie, ont marché sur mes pas ;

Ils accourent en foule, et déjà leur courage

380   N'attend que le signal pour voler au carnage.

Sous un joug odieux indignés de fléchir,

Tous ont juré de vaincre et de s'en affranchir.

PARAMIS, aux Conjurés.

Amis, cet heureux jour, si le sort vous seconde,

Va remettre en vos mains cet empire et le monde.

385   Du hasard d'un combat votre destin dépend ;

Découverts, ou vaincus, l'échafaud vous attend :

À la postérité vous servirez d'exemples.  [ 7 La conjuration d'Artacès contre Sardanapale, est la première qui soit connue dans les Annales du monde. [Note ed. 1783]]

Bélus, qui parmi nous a mérité des temples.

Placé par la victoire au rang des plus grands Rois,

390   Eût, par un seul revers, vu flétrir ses exploits.

D'un destin si douteux la formidable image

Peut d'un guerrier vulgaire ébranler le courage :

Un grand coeur prévoit tout ; et l'aspect du danger,

Loin d'arrêter son bras, sert à l'encourager.

395   Il voit d'un oeil serein la mort qui l'environne :

Le héros s'enhardit où le faible s'étonne.

Eh ! Que pourriez-vous craindre ? Un Roi voluptueux,

De faiblesse et d'orgueil mélange monstrueux ?

Ciel, si tu disposais de la grandeur suprême,

400   Verrait-on des tyrans souiller le diadème,

La vertu loin des Cours exilée à jamais,

Et toujours le pouvoir du côté des forfaits ?

TIMUR.

Eh bien, marchons sans crainte où l'honneur nous entraîne.

Le succès est douteux, mais la gloire est certaine.

À Paramis.

405   Mon père, (un nom si cher me doit être permis)

À ces nobles projets qu'il m'est doux d'être admis !

Je brûle de vous suivre aux champs de la victoire.

PARAMIS.

Nous savons à quel point Timur chérit la gloire ;

Mais je dois vous guider, mon fils. C'est dans ces lieux

410   Qu'animé par ma voix, combattant sous mes yeux,

Vous devez nous prêter un appui salutaire ;

Et si jusqu'à ce jour je vous servis de père,

Souffrez que l'amitié vous impose une loi.

A la garde du trône attaché près de moi,

415   Et sur mes seuls avis réglant votre courage,

Vous attendrez mon ordre au moment du carnage.

TIMUR.

Mon coeur, toujours soumis à votre autorité,

Vous est garant. Seigneur, de ma fidélité.

ARBACÈS.

Amis, si parmi nous un conjuré timide,

420   Effrayé du péril, ou, peut-être perfide,

Par de justes soupçons pouvait nous alarmer,

Quelques droits que sur nous il osât réclamer,

Jurons tous de punir, d'immoler le parjure ;

Jurons de nous venger par sa mort.

TIMUR.

Je le jure :

425   Que les Dieux sur le traître épuisent leur courroux !

PARAMIS.

Timur, à vos serments nous nous unissons tous.

ARBACÈS.

Autant que je l'ai pu, fidèle au diadème,  [ 8 Diadème : couronne, symbole du pouvoir royal.]

J'ai défendu ses droits, et ceux du tyran même ;

Je respectais en lui le sang des demi-Dieux ;

430   Ma fortune est un don de ses nobles aïeux,

Et s'il avait un fils digne de sa naissance,

Qui d'un règne plus doux nous permît l'espérance,

Qui sur le bien public élevant sa grandeur,

Dût rendre à nos destins leur antique splendeur,

435   Ce bras qui s'est armé contre un Roi sanguinaire,

Combattrait pour le fils en punissant le père.

PARAMIS.

Il suffit.

À Timur.

Vous, rentrez ; songez que votre foi

Vous interdit l'espoir de rien tenter sans moi.

À Arbacès.

Et vous, hors de ces murs témoins de votre outrage,

440   Allez de vos guerriers enflammer le courage.

Par les noeuds des serments enchaînés tous les coeurs.

À sa suite.

Vous, suivez votre chef, et revenez vainqueurs.

Ils sortent.

SCÈNE VII.

PARAMIS.

Où s'engageait Ninus ? Ô devoir !... Ô nature !

Hélas ! Jamais son coeur n'a senti ton murmure.

445   Roi perfide et cruel, tu n'entends pas ses cris :

Ce tendre sentiment n'est pas fait pour ton fils.

J'ai conservé ses jours, j'ai trompé ta colère :

Méritait-il, hélas ! un si coupable père ?

Ne laissez pas, grands Dieux, votre ouvrage imparfait ;

450   Vengez Ninus et vous, sans permettre un forfait.

Daignez de mes desseins seconder la justice ;

Mais ne le forcez pas d'en devenir complice.

ACTE III

SCÈNE PREMIÈRE.
Sardanapale, Artazire.

SARDANAPALE.

Avant que ce palais se referme à ma voix,

Pesez vos intérêts pour la dernière fois,

455   Madame ; de mes voeux on a dû vous instruire :

Votre père à l'autel viendra-t-il vous conduire ?

Acceptez-vous l'Empire ? Et puis-je me flatter

Qu'un tel hommage au moins ait de quoi vous tenter ?

Ce n'est plus sur l'amour que mon espoir se fonde ;

460   Mais j'ai lieu de penser que le trône du monde,

Offert à vos appas par la main d'un époux,

Présente à votre orgueil un triomphe assez doux.

ARTAZIRE.

Seigneur, je rougirais pour vous et pour moi-même,

Je croirais profaner l'honneur du diadème,

465   Si j'osais accepter le don de votre foi,

Et ce superbe rang, trop élevé pour moi.

Si j'en crois Arbacès, tous ces titres sublimes

N'exemptent pas toujours des remords et des crimes.

Je respecte les Rois sans chercher leurs grandeurs ;

470   La Cour la plus brillante a souvent ses douleurs :

L'ambition sur moi n'aura donc point d'empire.

Un bonheur sans orage est le trône où j'aspire ;

Et si jamais mon coeur se laissait enflammer,

Seigneur, c'est la vertu que je voudrais aimer.

SARDANAPALE.

475   Vous m'éclairez, Madame, et je crois vous entendre ;

Jusqu'à vous à regret vous me voyez descendre :

La paix que vous cherchez n'habite point ma Cour,

Et la seule vertu mérite votre amour.

Cessez de me braver : dites plutôt, cruelle,

480   Dites qu'à mes bontés vous seriez moins rebelle,

Si l'un de mes sujets, plus fortuné que moi,

N'osait point à mes voeux disputer votre foi.

ARTAZIRE, avec trouble.

Quoi ! Vous pourriez penser ?...

SARDANAPALE.

Oui, je crois tout, Madame,

Et tremblez du soupçon qui s'élève en mon âme.

485   Il n'évitera point, ce rival abhorré,

L'oeil jaloux d'un rival par sa haine éclairé.

Vous me deviez, dit moins, épargner cette injure ;

Il fallait de mon coeur ménager la blessure ;

Ce coeur à vous punir n'est que trop excité ;

490   Ne lassez point, Madame, un reste de bonté.

Je pourrais mesurer la vengeance à l'outrage ;

Redoutez des fureurs qui seraient votre ouvrage ;

Si je n'écoute enfin que mon juste courroux,

Si je suis sans pitié, n'en accusez que vous.

SCÈNE II.

ARTAZIRE.

495   Cesse de me parler d'un feu que je déteste :

Va, tyran, ton courroux me semble moins funeste.

L'amour prit-il jamais les traits de la fureur ?

Quel étrange moyen pour captiver un coeur !

Que ses transports jaloux m'ont causé d'épouvante !

500   Dérobez-lui, grands Dieux, le secret d'une amante,

Prenez pitié du trouble où mes sens sont livrés,

Et protégez des feux par vous-même inspirés !

Hélas ! Notre bonheur lui paraîtrait un crime,

Je te perdrais, Timur, tu serais sa victime.

505   Dieux, s'il faut que la mort nous sépare aujourd'hui,

Accordez-moi du moins de mourir avant lui !

On vient... C'est mon amant, c'est Timur qui s'avance.

SCÈNE III.
Timur, Artazire.

ARTAZIRE.

Que j'ai souffert, Timur, pour un moment d'absence !

Le tyran... que mon coeur désirait ton retour !

510   Le barbare est venu me vanter son amour.

Tu l'aurais vu passer de la plainte à l'audace,

Mêler à ses soupirs l'injure et la menace.

Je ne voyais que toi. Dans l'exil, dans les fers,

Timur me tiendrait lieu de sceptre et d'univers.

515   Avec quel froid mépris j'ai bravé sa colère !

Mon coeur s'applaudissait d'avoir pu lui déplaire.

Mais n'as-tu rien appris sur ton sort, sur le mien ?

Au nom de notre amour, ne me déguise rien,

Parle : sur nos malheurs as-tu quelque espérance ?

520   Les verrons-nous finir ? Mourrons-nous sans vengeance ?

TIMUR.

Oui, sans doute, les Dieux protègent nos desseins,

Sans doute ils vont livrer la victime à nos mains.

Les pièges de la guerre environnent la ville,

Et le tyran trompé goûte un sommeil tranquille.

525   Du sein des voluptés, il ne soupçonne pas

Le glaive menaçant armé pour son trépas.

Mais si le Ciel enfin nous promet son supplice,

Promet-il à nos voeux un destin plus propice ?

Je n'ose l'espérer. D'affreux pressentiments,

530   Dont la terreur s'accroît de moments en moments,

Accablent mes esprits d'un trouble involontaire.

Je ne sais quel effroi semble agiter ma mère ;

On la croirait livrée à quelque Dieu vengeur ;

Le flambeau de ses jours s'éteint dans la douleur.

535   Sur son coeur gémissant mes pleurs n'ont plus d'empire :

Elle veut me parler, se détourne et soupire.

Dans cette obscurité dont vous couvrez mon sort,

Grands Dieux, guidez mes pas, ou donnez-moi la mort ;

Écartez loin de moi ces présages funèbres.

540   Hélas ! Je fais des voeux, pour sortir des ténèbres,

Et peut-être il importe au bonheur de mes jours

De m'ignorer moi-même, et d'y rester toujours.

ARTAZIRE.

Quels sont donc ces malheurs que tu crains de connaître ?

TIMUR.

J'ignore de quel sang les destins m'ont fait naître ;

545   Je n'ose approfondir ces horribles secrets.

Ma mère avec douleur écoute mes regrets,

Mais ne veut point encor, soit rigueur, soit prudence,

Lever le voile affreux qui couvre ma naissance.

Vous-même, à ces récits, vous vous attendrissez :

550   Ah ! Ne me cachez point les pleurs que vous versez.

Que me réserve donc la céleste colère ?

Je désire et je crains de connaître mon père ;

Malgré moi, cette crainte imprime dans mon coeur

Un sentiment confus d'amertume et d'horreur.

ARTAZIRE.

555   Eh quoi ! Dois-tu frémir aux yeux de ton amante ?

Rassure-toi, Timur, ta douleur m'épouvante.

Ingrat, je sens à peine, alors que je te vois,

Le fardeau des malheurs appesanti sur moi.

TIMUR.

Belle Artazire, hélas ! Si le Ciel moins sévère

560   N'eût réservé qu'à moi les traits de sa colère,

S'il n'en eût pas sur vous étendu les rigueurs,

Qu'aisément à vos pieds j'oublierais mes douleurs !

Mais un tyran cruel vous tient sous sa puissance :

On sait à quel excès il porte la vengeance ;

565   Par de nouveaux forfaits il pourrait prévenir

La justice des Dieux, trop lents à le punir.

Calciope le hait, et si j'en crois ses plaintes,

Si j'en crois mes soupçons, il a part à ses craintes.

Dans son sang odieux, que ne puisse en ce jour

570   Satisfaire à la fois la nature et l'amour !

ARTAZIRE.

Va, le Ciel par tes mains doit venger nos outrages,

Et nous rendre la paix du sein de ces orages.

Quels que soient tes destins, je les veux partager ;

Songe qu'en un moment tu peux les voir changer :

575   Que dis-je ? Leur rigueur est déjà moins cruelle...

Mais ta mère paraît, je te laisse avec elle.

SCÈNE IV.
Calciope, Timur.

CALCIOPE.

Je te cherchais, mon fils, et tu vois par mes pleurs

Que je viens à regret t'annoncer des malheurs.

Voici l'instant fatal où je sens ma faiblesse.

580   Que n'ai-je point osé pour remplir ma promesse !

Mais de mes vains efforts que pouvais-je espérer ?

C'en est fait, ô mon fils, il faut nous séparer ;

Et tu dois bien sentir à mes tendres alarmes,

À ces regards éteints et voilés de mes larmes,

585   Tu dois juger, Timur, au trouble de mes sens,

Que de grands intérêts, des motifs bien puissants,

Imposent à mon coeur cet affreux sacrifice.

Le destin le commande, il faut qu'il s'accomplisse :

Mais ce sont des secrets que tu dois ignorer ;

590   Tu frémirais d'horreur, tremble, d'y pénétrer.

Je ne puis (quel supplice, hélas ! pour une mère !)

Te déclarer ton rang, ni te nommer ton père :

Tout doit m'en détourner.

TIMUR.

Ma mère, au nom des Dieux,

Levez ce voile obscur étendu sur mes yeux ;

595   Prenez pitié d'un fils.

CALCIOPE.

  Ciel vengeur que j'atteste !

TIMUR.

Parlez.

CALCIOPE.

Non, ce secret te serait trop funeste.

N'abuse point, mon fils, du trouble où tu me vois,

Obéis-moi du moins pour la dernière fois.

TIMUR.

Dieux ! Quel est mon malheur ! Je dois craindre mon père.

600   Ignorer mes destins, vous perdre, vous, ma mère !

Quoi, vous m'abandonnez ?

CALCIOPE.

Ah ! Ce cruel effort,

Timur, ce coup affreux va me donner la mort.

Tes regrets dans mon coeur font gémir la nature,

Je dois, pour te sauver, étouffer son murmure.

605   Je te laisse, mon fils, au milieu des dangers,

Au séjour d'un tyran, dans des bras étrangers.

Que cette Cour, grands Dieux, ne lui soit point fatale !

Souviens-toi de ta mère... et crains Sardanapale.

TIMUR, avec fureur.

Qui ? Moi ! Craindre un tyran ! C'est à lui de trembler.

610   Il ne voit point les traits dont on va l'accabler ;

Le barbare est tranquille au sein de la tempête ;

Il croit braver les Dieux, mais leur vengeance est prête.

C'est lui dont la fureur ose vous outrager ;

Dans son perfide sang ma main va se plonger.

CALCIOPE.

615   Dans son sang ? Toi, mon fils ! Je frémis de t'entendre.

Ah ! Laisse à Paramis le soin de le répandre.

Crois-moi, fuis le tyran, renonce à ton dessein :

Non, ce n'est pas à toi de lui percer le sein.

TIMUR.

Sur mes tristes destins daignez être tranquille ;

620   Les chefs des conjurés vont entrer dans la ville.

Verrai-je, sans agir, éclater leur courroux ?

Eh ! Qui doit au tyran porter les premiers coups ?

Qui doit plus que Timur abhorrer son empire ?

Il vous force à la fuite, il m'enlève Artazire ;

625   Le cruel la retient sous son pouvoir fatal ;

Et je verrais un autre immoler mon rival !

Un autre vengerait mon amante et ma mère !

CALCIOPE.

Ciel, quel nouveau malheur me gardait ta colère !

Que vas-tu faire, hélas !

TIMUR.

Vous venger ou mourir.

CALCIOPE.

630   Prends pitié des tourments que tu me fais souffrir,

Mon fils !

TIMUR.

Le désespoir est peint sur son visage :

La mort dans ses regards a tracé son image.

Je frémis.

CALCIOPE.

Quel secret il lui faut dévoiler !

TIMUR.

Que dites-vous ?

CALCIOPE.

Mon fils !... Je ne puis lui parler.

635   Je tremble pour tes jours ; tu connais sa furie.

TIMUR.

Il est beau de mourir pour venger sa Patrie.

CALCIOPE.

Timur... il est ton Roi.

TIMUR.

Lui ? Ce monstre ?

CALCIOPE.

Ah ! Mon fils.

TIMUR.

Expliquez-vous, parlez.

CALCIOPE.

Il est... Ciel ! Je frémis.

TIMUR.

Je me jette à vos pieds.

À part.

Sa douleur m'intimide.

CALCIOPE, à part.

640   Avec tant de vertus, il serait parricide !

TIMUR, au désespoir.

Je ne me connais plus ; ses larmes, sa terreur,

Et mes justes soupçons redoublent ma fureur.

Il veut sortir.

CALCIOPE, l'arrêtant.

Quel est donc ton dessein ?

TIMUR.

Je cours venger ma mère,

Immoler un tyran.

CALCIOPE.

Mon fils... il est ton père.

TIMUR.

645   Lui !

CALCIOPE.

  J'ai frémi du coup que tu veux lui porter /

Au bord du précipice il fallait l'arrêter.

TIMUR.

Poursuivez, désormais rien ne peut me surprendre.

CALCIOPE.

Eh quoi ! Tu peux encor désirer de m'entendre ?

Ah ! Laisse-moi, Ninus, dévorer, mes ennuis,

650   Et te cacher ma honte et l'horreur où je suis !

SCÈNE V.

TIMUR.

Elle me quitte : ô Ciel ! Ô jour épouvantable !

Arrachez-moi, grands Dieux, au malheur qui m'accable !

Cruels, si la lumière est un de vos bienfaits,

Vous deviez au berceau m'en priver pour jamais.

655   Qui, moi ! Fils et rival du tyran que j'abhorre ?

Je le sais, j'en frémis, et je respire encore.

Après un silence farouche.

Un moment peut finir ton déplorable sort ;

Timur, ce fer suffit pour te donner la mort.

Il tire un poignard.

Tu voulais le plonger dans le sein de ton père :

660   Punis, par ton trépas, ce crime involontaire.

Après un autre silence.

Mais non... fais un effort plus grand, plus généreux ;

Tu voulais t'immoler, ose être malheureux.

Embrasse en frémissant la vertu qu'il faut suivre,

Commande à tes destins, fais-toi l'effort de vivre.

665   Ton père est inhumain ; mais tu dois le servir,

Et c'est alors, Timur, que tu pourras mourir.

ACTE IV

SCÈNE PREMIÈRE.

NINUS.

Enfin, j'ai tout appris, les malheurs d'une mère,

Son opprobre, le mien, et les forfaits d'un père !

Ah ! Quand j'ai désiré de connaître mon rang,

670   De connaître la source où j'ai puisé mon sang,

Quand je faisais des voeux pour creuser cet abîme,

Ces mystères cachés sous les ombres du crime,

Aurais-je cru, grands Dieux, ressentir tant d'effroi ?

Quoi ! Le nom de mon père est un malheur pour moi !

675   Ô toi, dont la rigueur a trahi mon attente,

Ô Ciel, à mes regards dérobe mon amante !

Cet amour, ce feu pur qui régnait dans mon coeur,

Ne doit plus éclater dans ce jour de terreur.

Dans ce jour, où brillait un rayon d'espérance,

680   Je me vois donc réduit à craindre sa présence.

Mon père, mon rival ! Noms de haine et d'amour !

Dans mon coeur éperdu je vous sens tour-à-tour.

Où fuir ? Où me cacher ? Ah ! Ciel ! C'est Artazire.

SCÈNE II.
Artazire, Ninus.

ARTAZIRE.

Tu veux me fuir, Timur ?

NINUS.

Que pourrais-je lui dire !

ARTAZIRE.

685   Parle, sur tes destins n'as-tu rien découvert ?

NINUS.

Hélas ! Tout est connu, ce jour affreux nous perd.

Artazire !...

ARTAZIRE.

Poursuis.

NINUS.

Ce tyran qui vous aime,

Qui vous offrit ses voeux, sa main, son diadème,

Lui dont vous dédaignez l'amour et la fureur,

690   Le même à qui mon bras allait percer le coeur...

ARTAZIRE.

Eh ! Bien, sa cruauté va-t-elle être assouvie ?

Veut-il trancher mes jours ?

NINUS.

Il m'a donné la vie !

ARTAZIRE.

Qu'ai-je entendu, grands Dieux ? Ô destin plein d'horreur !

Est-il bien vrai, Timur ?

NINUS.

Croyez-en ma douleur.

ARTAZIRE.

695   Mais quels sont tes garants ?

NINUS.

  Les larmes de ma mère,

L'aveu de Calciope.

ARTAZIRE.

Ô trop fatal mystère !

Ranimez, Dieux puissants, mes esprits abattus.

Toi, fils de ce barbare, avec tant de vertus ? :

Mais pourquoi si longtemps te cacher ta naissance ?

NINUS.

700   Un intérêt trop cher la forçait au silence.

Mon père à mon aurore avait proscrit mes jours :

Il croit que par son ordre on a tranché leur cours ;

Paramis à ses coups déroba la victime :

Plût aux Dieux que sa main eût achevé le crime !

ARTAZIRE.

705   Et quel est ton dessein ?

NINUS.

  De lui tout découvrir.

Je veux par mon respect tâcher de l'attendrir,

Aux ordres de mon père obéir sans murmure,

Dans son coeur, s'il se peut, éveiller la nature.

ARTAZIRE.

Un sentiment si doux dans, un coeur si cruel !

NINUS.

710   Fût-il plus inhumain, dois-je être criminel ?

ARTAZIRE.

Tu n'adouciras point son affreux caractère.

Altéré de ton sang, ce barbare...

NINUS.

Est mon père.

ARTAZIRE.

Tu ne peux le servir sans trahir notre amour.

NINUS.

Chère Artazire !....

ARTAZIRE.

Eh bien ?

NINUS.

Je vous perds sans retour !

ARTAZIRE.

715   Tu peux m'abandonner !

NINUS.

  Je n'ai plus d'espérance.

ARTAZIRE.

Tu trahis Arbacès, ses projets, ma vengeance :

Tu connais ses desseins, il t'a cru généreux ;

Tu trahis tes serments.

NINUS.

Ces serments sont affreux.

Par eux, sans le sentir, j'outrageais la nature,

720   Et mon premier devoir me commande un parjure.

ARTAZIRE.

Tu veux me voir, Timur, expirer à tes yeux.

NINUS.

Je veux vous mériter de mon père et des Dieux.

ARTAZIRE.

Malheureux ! À t'aimer penses-tu le contraindre ?

NINUS.

J'aurai fait mon devoir, j'en serai moins à plaindre ;

725   Et si rien n'adoucit son injuste courroux,

J'aurai montré du moins, un coeur digne de vous.

ARTAZIRE.

Viens, pour mieux signaler un dévouement si rare,

Viens me livrer toi-même aux fureurs du barbare ;

Que tes yeux...

SCÈNE II.
Sardanapale, Artazire, Ninus, qui se retire pendant cette scène à l'un des côtés du théâtre.

SARDANAPALE, à Artazire.

Demeurez. Je ne suis plus surpris

730   De l'imprudent orgueil qu'affectaient vos mépris.

Tout est connu, Madame ; un téméraire, un traître,

D'infidèles sujets s'arment contre leur maître.

Je viens de pénétrer dans leurs complots obscurs :

Arbacès est leur chef, il marche vers ces murs.

735   Il ose s'emporter à cet excès d'outrage ;

Qu'il tremble, mon courroux vous retient pour otage.

ARTAZIRE.

Eh ! Quel droit avez-vous d'accuser des sujets

Que le Ciel autorise à venger les forfaits ?

Arbacès, qui pour vous a prodigué son zèle,

740   Mérite peu ces noms de traître et de rebelle.

Les Rois ont des devoirs imposés par les Dieux ;

Respectez-les du moins, ou connaissez-les mieux.

Songez...

SARDANAPALE.

Si je pouvais oublier son audace,

Ce serait par vos mains qu'il obtiendrait sa grâce.

745   Venez : la foudre encor pourrait se détourner ;

Mais ce n'est qu'aux autels que je veux pardonner.

ARTAZIRE.

Qui, toi ! Lui pardonner ? Crains plutôt sa vengeance.

Les Dieux, dont tes forfaits ont lassé la clémence,

Te menacent enfin d'un éternel courroux.

750   Tremble ; c'est aux tyrans de tomber sous leurs coups.

Va, ton règne est passé ; redoute leur justice,

Redoute les enfers armés pour ton supplice.

Je vois sans m'effrayer les horreurs de mon sort ;

Je n'attends plus de toi que des fers et la mort.

755   Je ne m'abaisse point à fléchir ta colère :

Prononce mon arrêt ; mais crains encor mon père.

SARDANAPALE.

Il fait un mouvement pour la suivre, mais Ninus l'arrête en tombant à ses pieds.

C'en est trop, que son sang...

SCÈNE IV.
Ninus, Sardanapale.

NINUS.

J'embrasse vos genoux ;

Le malheur d'Arbacès rejaillirait sur vous.

S'il faut, pour le ravir au destin qui l'accable,

760   Livrer à votre haine un objet plus coupable,

Il est, Seigneur, il est un autre criminel :

Il vient, pour le sauver, s'offrir au coup mortel.

Plus dangereux pour vous, cependant plus à plaindre,

C'est lui, c'est son erreur que vous auriez du craindre.

765   Il adore Artazire, il a reçu sa foi ;

Il servait Arbacès.

SARDANAPALE.

Et quel est-il ?

NINUS.

C'est moi.

SARDANAPALE.

Qui ? Vous !

NINUS.

Je vous apprends ce funeste mystère :

Je reconnais mon crime ; il fut involontaire.

Un penchant trop flatteur brava tous mes efforts.

770   J'en suis assez puni ; vous voyez mes remords.

J'aimais, et mon amante approuvait ma tendresse.

Ce sentiment si pur égara ma jeunesse.

Artazire !... Seigneur, elle était à mes yeux

D'un prix !... J'aurais osé la disputer aux Dieux.

775   Moi-même, j'irritai les chagrins de son père ;

Moi-même, à se venger j'excitai sa colère.

Je ne vis plus en vous qu'un injuste rival,

Et j'allais sur mon Roi porter le coup fatal ;

J'allais frapper : grands Dieux ! Vous m'entraîniez au crime.

780   Ma mère ouvrit mes yeux sur le bord de l'abîme ;

Calciope eut horreur du projet de son fils.

SARDANAPALE, avec étonnement.

Toi ! Fils de Calciope !

NINUS.

Oui, Seigneur, je le suis.

Le Ciel m'avait marqué du sceau de sa colère :

Proscrit dès ma naissance, et par l'ordre d'un père,

785   Il ne sait point encor que les Dieux m'ont sauvé.

À de plus grands malheurs ces Dieux m'ont réservé.

SARDANAPALE, à part.

Ciel !

NINUS.

J'étais aveuglé ; c'est ma mère, c'est elle

Qui vous rend un appui dans un sujet rebelle.

Je vous cède Artazire, adorez-la toujours :

790   Artazire aurait fait le bonheur de mes jours ;

Mais, Seigneur, que du moins la pitié vous fléchisse.

Je fais en gémissant ce cruel sacrifice ;

Mais si le Ciel enfin, apaisé par mes pleurs,

De vos sujets soumis vous ramenait les coeurs,

795   Pour prix de mes remords, songez que la clémence

Fait adorer les Rois, désarme la vengeance ;

Que traités désormais avec moins de rigueur,

Vos peuples consolés... Vous vous troublez, Seigneur !

À part, et avec l'expression de la douleur et du découragement.

Hélas ! Dois-je poursuivre, ou garder le silence ?

SARDANAPALE, à part.

800   Ciel ! Il est donc instruit ! Il connaît sa naissance !

Je le vois trop, ses yeux de larmes obscurcis...

NINUS.

Cruel, tu peux encor méconnaître ton fils !

SARDANAPALE.

Toi, mon fils ?

NINUS.

À ce nom, d'où naissent les alarmes ?

Quoi ! Tu crains la nature, et mes pleurs sont ses armes !

805   Les monstres des forêts sont soumis à sa voix. :

Ne peux-tu feindre, au moins, d'en respecter les droits ?

Apprends à triompher d'une injuste colère :

Quand j'ose être ton fils ; crains-tu d'être mon père ?

Mon coeur (j'en fais l'aveu) n'aspirait qu'à ta mort ;

810   J'ignorais, et ton crime, et l'horreur de mon sort ;

J'allais venger les Dieux, ma mère, l'Assyrie :

Je ne vois plus en toi que l'auteur de ma vie.

Le jour que je respire est un de tes bienfaits ;

Il ne m'appartient plus dé juger tes forfaits.

815   J'immole mon amour, je te cède Artazire :

Vois combien sur les coeurs la nature a d'empire !

Elle impose à ton fils ce rigoureux devoir :

Cruel, à mes remords, reconnais son pouvoir.

SARDANAPALE, d'un ton qui annonce la contrainte et la dissimulation.

C'en est fait... à ta voix mon courroux doit s'éteindre :

820   Embrassons-nous, mon fils, et cessons de nous craindre.

Je rends grâce au destin qui prit soin de tes jours :

Sur de vaines terreurs j'avais proscrit leur cours.

Je sens que tôt ou tard la nature est vengée :

Ne me reproche plus de l'avoir outragée.

825   Va mériter les droits et le nom de mon fils,

Va soumettre ou punir nos communs ennemis.

Mon amour te répond du salut d'Artazire :

C'est à toi de veiller à celui de l'Empire.

NINUS.

Oui, je cours vous défendre, ou verser à vos yeux

830   Ce sang infortuné qui vous fut odieux.

Que je vais dissiper les craintes de ma mère !

Dieux, mes voeux sont remplis, vous me rendez un père !

SCÈNE V.

SARDANAPALE.

Va, malheureux, ton sort est encor plus fatal.

Que je suis satisfait ! Je connais mon rival.

835   La nature entre nous n'a rien que de funeste ;

Plus il paraît soumis, et plus je le déteste ;

La pitié fut toujours étrangère à mon coeur :

Qu'il m'a fallu souffrir pour cacher ma fureur !

Avant de l'immoler, je veux que son courage

840   Remette en mon pouvoir un sujet qui m'outrage.

Arbacès, si le sort se déclarait pour toi,

Du moins à mes fureurs tu connaîtras ton Roi.

Tu frémiras d'horreur au choix de la victime,

Traître, je t'apprendrai comme on punit le crime.

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.

CALCIOPE.

845   Est-il bien vrai, grands Dieux ! Mes maux sont-ils finis ?

Il s'est laissé fléchir par les pleurs de son fils !

Un changement si prompt n'a rien qui me rassure ;

Le traître a trop longtemps outragé la nature.

A-t-il pu la sentir, et passer en un jour

850   Du crime à la vertu, de la haine à l'amour ?

Aux regards de Ninus il a pu se contraindre ;

Si c'est un artifice ; il en est plus à craindre.

Après un moment de silence.

Mais ne puis-je goûter un instant de bonheur ?

Les Dieux, les Dieux sans doute ont pu changer son coeur ;

855   Aux larmes de mon fils tout doit être possible.

Ah ! J'aurais plus d'espoir, si j'étais moins sensible.

Pour comble de douleur, je crains les conjurés ;

Ils vont porter sur lui leurs bras désespérés ;

Ils ignorent, hélas ! le sang qu'ils vont répandre.

On entend nu bruit de guerre.

860   Déjà, près de ces murs, leurs cris se font entendre.

Dieux, écartez de lui leurs homicides bras,

Veillez à sa défense, et conduisez ses pas !

Paramis ne vient point. Qu'est devenu son zèle ?

Il devait du combat m'apporter la nouvelle.

865   À déchirer mon coeur tout conspire aujourd'hui.

Osons tenter du moins... Mais que vois-je ? C'est lui.

SCÈNE II.
Paramis, Calciope.

CALCIOPE.

Ah ! Paramis, l'effroi peint sur votre visage,

Ne confirme que trop un douloureux présage ;

Je vois dans vos regards les horreurs de mon sort ;

870   Mon fils n'est plus !

PARAMIS.

  Il vit ; mais il cherche la mort.

CALCIOPE.

Il vit ! Il ne vient point pour consoler sa mère !

Puis-je porter sans lui le poids de ma misère ?

N'importe, expliquez-vous.

PARAMIS.

Arbacès est vainqueur ;

Il marche vers ces murs sans prévoir son malheur.

875   Votre fils dans les rangs s'est ouvert un passage ;

J'ai frémi des périls que bravait son courage :

Des soldats, énervés dans les bras du repos,

Conduits par sa valeur, se changeaient en héros,

Et, quoique mal formés au grand art, de la guerre,

880   Semblaient des conquérans prêts à dompter la terre.

Je l'ai vu, l'oeil en feu, seul, entouré de morts,

Se faire en combattant un rempart de leurs corps,

Et trois fois Arbacès entraîné par sa suite,

S'est vu prêt à chercher son salut dans la fuite :

885   Mais contre, un camp nombreux, que pouvait la valeur ?

Que pouvait un héros et des bras sans vigueur ?

Les pâles habitans d'une ville alarmée ?

Que pouvait votre fils, lui seul contre une armée ?

De glaives menaçans son père environné,

890   De tous ses défenseurs se voit abandonné :

Pressé de toutes parts, et privé d'espérance,

Il veut en expirant signaler sa vengeance ;

Il veut par son trépas couronner ses forfaits.

Il est un édifice écarté du palais ;

895   Là sont tous ces trésors :, ces tributs que l'Asie

Rend avec l'univers à la Cour d'Assyrie,

Aux besoins de l'Etat consacrés par nos lois,.

Trop souvent prodigués au vain luxe des Rois.

Là, fuyant tous les yeux, le tyran se retire,

900   Et la flamme à la main, seul avec Artazire,

Lui-même sans frémir allume un feu vengeur,

Sur ce fatal bûcher l'entraîne avec fureur ;

Et craignant de tomber sous les coups d'un rebelle,

Croit se venger du moins en mourant avec elle.

CALCIOPE.

905   Il immole Artazire ! Ah, grands Dieux ! u'ai-je appris ?

Je ne reverrai plus mon déplorable fils.

Sans doute il est instruit des fureurs de son père.

PARAMIS.

On n'a pu lui cacher ce funeste mystère.

À l'affreuse lueur de cet embrasement,

910   Pâle d'effroi, troublé d'un noir pressentiment,

Il accourt, il frémit. Ô spectacle terrible

Pour les regards d'un fils, d'un amant trop sensible !

Il voit encor ces murs, il veut s'en approcher,

Et déjà ce palais est un vaste bûcher.

915   J'arrive, je le suis, il me voit, il m'évite.

Dans la flamme aussitôt vole et se précipite ;

En vain j'appelle encor ce prince furieux ;

Un nuage confus le dérobe à mes yeux.

CALCIOPE.

Il suffit ; mes regards seront témoins du reste.

À part.

920   Je ne survivrai point à ton malheur funeste,

Ô mon fils ! Puisqu'enfin je n'ai pu te venger,

Jalouse de ton sort, je veux le partager/

SCÈNE III.

PARAMIS, seul.

Quel est donc son dessein ? Que prétend-elle faire ?

Ô Dieux ! Voulez-vous perdre et le fils et la mère ?

925   Je crains son désespoir.

SCÈNE IV.
Arbacès, suite de Conjurés, Paramis.

PARAMIS.

  Ah ! Père malheureux !

Artazire... Timur !... Qu'avons-nous fait tous deux ?

ARBACÈS.

Qui ? Timur ? Ce cruel par qui ma fille expire !

Sans lui nous allions vaincre, et venger Artazire ;

Oui, j'ai pu la soustraire aux cruautés du Roi ;

930   Trop barbare Timur, elle eût vécu sans toi.

Sans toi, sans tes fureurs, je serais encor père.

Ah ! Servez mes transports, secondez ma colère :

Comme moi, Paramis a promis de punir

Celui des Conjurés, qui pourrait nous trahir.

935   Vous connaissez le traître, en seriez-vous complice ?

Si vous ne l'êtes point, ordonnez son supplice.

Mais non, pour l'immoler il suffit de mon bras ;

Que l'odieux Timur ne nous échappe pas.

Eh quoi ! Vous frémissez au seul nom du coupable ?

940   Quelle indigne terreur vous trouble et vous accable !

Je prétends pénétrer dans ce mystère obscur.

PARAMIS.

Arbacès !...

ARBACÈS.

Ah ! Parlez.

PARAMIS.

N'accusez point Timur.

ARBACÈS.

Quoi ! Loin de ressentir une injure commune,

Vous...

PARAMIS.

Quand vous connaîtrez toute son infortune,

945   Quand ses destins affreux vous seront éclaircis,

Lorsque vous apprendrez de qui Timur est fils,

Dans quel sang...

ARBACÈS.

Achevez.

PARAMIS.

Le tyran fut son père.

ARBACÈS.

Timur, fils de ce monstre ? Ô trop affreux mystère !

Lui ! Le fils du Tyran qu'il promit d'immoler ?

PARAMIS.

950   Ce terrible secret vient de se révéler.

SCÈNE V.
Calciope, Arbacès, Paramis, Suite.

CALCIOPE.

Triomphez ; Arbacès, votre fille respire.

Vous devez à Timur le salut d'Artazire.

ARBACÈS.

Dieux ! Et par quel prodige ?

CALCIOPE.

Ah ! Croyez mes transports,

Ou plutôt de Timur les généreux efforts.

955   En proie à la douleur où se livrait son âme,

Furieux, il s'élance au milieu de la flamme ;

Un Dieu, sans doute, un Dieu lui prêtait son appui.

Le bûcher se disperse et s'écroule sous lui.

À travers les débris et la flamme expirante,

960   Ce héros aperçoit son père et son amante ;

Timur s'applaudissait d'avoir sauvé leurs jours,

Quand le Roi s'en indigne ; et trompant son secours,

D'une main que poussait une aveugle furie,

Lève un poignard, s'en frappe, et retombe sans vie.

965   Timur désespéré prend ce fer, et soudain

Votre fille, Seigneur, l'arrache de sa main :

Cependant mille cris dans les airs retentissent,

En faveur de mon fils les voeux se réunissent ;

Le peuple accourt en foule, et couronnant Timur,

970   Le force de monter sur le trône d'Assur.  [ 9 Assur : 2ème fils de Sem, contemporain de Nemrod. Chassé par celui-ci des plaines de Sennaar, il s'établit à l'Est du Tigre, y fonda la royaume d'Assyrie et bâtit Ninive. On place son règne vers 2640 avant JC.]

SCÈNE VI.
ET DERNIÈRE.
Ninus, Artazire, vus de loin, et comme portés par le Peuple, Calciope, Arbacès, Paramis.

PARAMIS.

Oui, Peuple, vous voyez l'héritier de l'Empire ;

Ce guerrier généreux, protecteur d'Artazire,

Ce héros par vos mains aujourd'hui couronné,

C'est Ninus par son père à périr condamné :

975   C'est moi qui le sauvai, moi dont la vigilance

Aux fureurs du tyran déroba son enfance.

ARBACÈS.

Dieux ! Je revois ma fille ! Ah ! Timur, ah ! Seigneur !

Je viens à vos genoux expier mon erreur.

J'osais vous accuser de mon destin contraire,

980   Quand ma fille à vos soins doit ce jour qui l'éclaire.

Que sa main soit le prix d'une si noble ardeur ;

Artazire appartient à son libérateur,

Au vengeur, à l'appui de ma triste famille.

L'amour met à vos pieds et le père et la fille.

985   Le Trône où vous montez ne fut point mon objet :

Reconnaissez en moi votre premier sujet.

Des Peuples révoltés qu'excita mon outrage,

Arbacès désarmé vous offre ici l'hommage.

NINUS.

De joie et de douleur, ô sentiments confus !

990   Artazire !... Mon père !...

CALCIOPE.

  Écartons, cher Ninus,

Écartons à jamais ce souvenir funeste.

Osons mieux de ce jour employer ce qui reste :

Ce même jour vous place au rang de vos aïeux ;

Faites-y respecter la justice et les Dieux :

995   Régnez, et des vertus donnez à tous l'exemple.

À Paramis.

Vous, veillez sur sa vie ;

Au Peuple.

Et vous, courez au temple,

Et rendez grâce au Ciel qui, par de justes lois,

Affermit sur le trône, ou renverse les Rois.

 


Notes

[1] Sparte : Cité du Péloponèse en Grèce.

[2] Les superstitions de l'astrologie et des songes, par lesquelles on se flattait de lire dans l'avenir, paraissent avoir pris naissance chez les Chaldéens ; elles remontent a la plus haute antiquité, et dans toute la terre, elles ont produit des malheurs et des crimes. [Note ed. 1788]

[3] Bactriens : Peuple de Bactriane, contrée de l'ancienne Asie dans le Turkestan indépendant. Elle fut conquise par Ninus. [B]

[4] Ninive : capitale du royaume d'Assyrie, dit aussi royaume de Ninive. Elle avait dit-on 40 km de circonférence. Fondée par Assur en 2640 avant JC, cette ville fut agrandie vers 1968 par Ninus, qui lui donna son nom. Elle fut prise 2 fois d'abord en 759 avant JC, par Arbacès et Bélésis après la bataille de Ninive et le chute de Sardanpale. [B]

[5] Bélus : Roi d'Assyrie, délivra Babylone du joug des Arabes, et régna 27 ans, de 1993 à 1966 av. JC . Il eut pour fils Ninus, qui le fit mettre au rang des Dieux. [B]

[6] Sémiramis : Reine d'Assyrie, célèbre par son génie te sa beauté, avait d'abord été esclave. Menonès, général au service de Ninus, ayant reconnu ses hautes qualités, la prit pour épouse ; Ninus lui-même en devint épris, et se la fit céder par Ménonès. Ninus l'épousa après le prise de Bactres. Elle fit assassiner Ninus par ses gardes et lui succéda. Elle agrandit, embellit et fortifia Babylone. [B]

[7] La conjuration d'Artacès contre Sardanapale, est la première qui soit connue dans les Annales du monde. [Note ed. 1783]

[8] Diadème : couronne, symbole du pouvoir royal.

[9] Assur : 2ème fils de Sem, contemporain de Nemrod. Chassé par celui-ci des plaines de Sennaar, il s'établit à l'Est du Tigre, y fonda la royaume d'Assyrie et bâtit Ninive. On place son règne vers 2640 avant JC.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies