L'IMPATIENT

COMÉDIE EN UN ACTE ET EN VERS LIBRES

M. DCC. LXXIX. Avec Approbation et Permission.

À PARIS, Chez DESSAIN Junior, Libraire, Quai des Augustins.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 29/12/2016 à 19:42:33.


PERSONNAGES.

DAMON.

MONSIEUR DE BORCHAMP.

JULIE, veuve, fille de Monsieur de Borchamp.

DORLIS, peintre.

LAFLEUR, valet de chambre de Damon.

FLAMAND, valet de Damon.

LE NOTAIRE.

La Scene est dans une maison commune à Monsieur de Borchamp et à Damon.


SCÈNE PREMIÈRE.
Lafleur.

LAFLEUR, tenant en main une épée, un chapeau, un mouchoir.

Il vient de m'échapper, je ne sais où le prendre ;

On ne peut l'habiller. Ah ! quel homme étonnant !

Le tonnerre est moins prompt, un volcan, moins bouillant ;

Mais taisons-nous, je crois l'entendre.

SCÈNE II.
Lafleur, Damon.

DAMON, entrant avec précipitation, et achevant de boutonner sa veste.

5   Ces marauds-là ne finissent jamais !

LAFLEUR.

Votre épée.

DAMON met son épée.

Abrégeons.

LAFLEUR.

Votre mouchoir.

DAMON.

Achève.

LAFLEUR.

Auprès de vous on n'a ni paix ni trêve :

Il faudrait quatre bras...

DAMON.

Mon chocolat.

LAFLEUR.

J'y vais.

SCÈNE I.
I.

DAMON.

Il est tard : et Julie ou doucement sommeille,

10   Ou devant son miroir s'occupe gravement,

Moi seul dans cet hôtel je veille :

Lafleur, Lafleur.

SCÈNE I.
.
Damon, Lafleur.

LAFLEUR, dans la coulisse.

Monsieur, monsieur.

DAMON.

Il dort aussi.

Viendras-tu ?

LAFLEUR, dans la coulisse.

Dans l'instant.

DAMON.

Si tu ne viens...

LAFLEUR, dans la coulisse.

Je vole.

DAMON.

Maraud.

LAFLEUR, dans la coulisse.

Ah ! Patience !

DAMON.

Insolent.

LAFLEUR, dans la coulisse.

Grand merci.

DAMON.

15   Nous allons voir, sur ma parole.

LAFLEUR, entrant, une tasse à la main.

Je faisais votre chocolat.

DAMON.

Je vous l'ai dit cent fois, je ne veux point attendre.

LAFLEUR.

Il faut donc tout briser.

DAMON, en s'asseyant devant une table.

Eh ! vous n'êtes qu'un fat !

Il est brûlant ; je ne saurais le prendre.

LAFLEUR.

20   Hier il était froid : on ne peut vous comprendre.

DAMON.

Encore ; apprenez à servir.

Il renverse la tasse.

LAFLEUR.

Avec un peu de patience

Il aurait pu se refroidir.

DAMON.

Quelle heure est-il ?

LAFLEUR.

Mais, neuf heures, je pense,

DAMON.

25   Vous pensez comme un sot : il doit être midi.

LAFLEUR.

Le soleil aura tort. Pour en être éclairci,

Damon tire sa montre.

Regardez votre montre. Eh bien ! Lorsque j'avance...

DAMON.

Quelle montre, morbleu, qui retarde toujours !

LAFLEUR.

Mais vous pouvez hâter son cours :

30   Mettez-la sur midi.

DAMON.

  Demandez chez Julie

Si je peux y monter.

LAFLEUR.

À présent ?

DAMON.

Quel discours !

LAFLEUR.

Mais elle dort, je le parie.

DAMON.

Que l'on t'annonce de ma part.

LAFLEUR.

Hier, elle se coucha tard.

DAMON.

35   Tant pis.

LAFLEUR.

  Osez-vous bien d'une veuve si belle

Troubler le doux sommeil ?

DAMON.

Comment, logé chez elle,

Je n'aurai pas le droit de lui parler ?

LAFLEUR.

C'est bien le moins ; et je cours l'éveiller.

SCÈNE V.

DAMON.

Mon plan est arrêté. Ce soir, oui, ce soir même,

40   Si vous m'aimez autant que je vous aime,

Il faut, Madame, enchaîner votre coeur

Des noeuds d'hymen et du bonheur.

Chaque jour semble un siècle à mon âme sensible ;

Et trop longtemps j'ai différé.

SCÈNE VI.
Damon, Lafleur.

LAFLEUR.

45   Elle n'est pas encore visible.

DAMON.

Visible ou non, je la verrai.

Il sort.

SCÈNE VII.

LAFLEUR.

Trop heureux qui pourra le gagner de vitesse !

Chacun a ses défauts : tel est le coeur humain.

Moi, n'ai-je pas les miens ? D'abord, j'aime le vin :

50   C'est qu'il est bon. Le jeu m'occupe, m'intéresse ;

Mais tout homme d'esprit doit fuir

L'oisiveté. De plus, je ne hais pas les femmes :

Mais c'est un beau défaut, celui des grandes âmes.

SCÈNE VIII.
Damon, Lafleur.

DAMON, à part.

On ne saurait la voir, et le jour va finir.

55   Elle m'ordonne de l'attendre.

De l'attendre ! Ah ! C'est trop souffrir.

LAFLEUR.

Une autre fois, sans doute....

DAMON, à part.

Y peut-on rien comprendre ?

LAFLEUR.

Une Belle, vraiment, n'est pas toujours d'humeur....

DAMON.

Si vous dites un mot....

LAFLEUR.

Je me tairai, Monsieur.

DAMON.

60   Elle est à sa toilette, et là, dans son ivresse,

Oubliant l'univers et le temps qui nous presse,

Elle sourit à sa beauté.

Pauvres amants ! Avec quelle facilité

Ce sexe vous abuse ! Il s'abuse lui-même :

65   Et dupe de son propre coeur,

Il croit aimer l'amant, ce n'est que soi qu'il aime.

Mais enfin, dès ce jour, j'assure mon bonheur.

As-tu vu mon futur beau-père ?

Parle donc.

LAFLEUR, froidement et les bras croisés.

Oui, Monsieur.

DAMON.

De belle humeur, j'espère ?

LAFLEUR.

70   Non, Monsieur.

DAMON.

  Son procès le tourmente déjà.

LAFLEUR.

Oui, Monsieur.

DAMON.

Mais, pour moi crois-tu qu'il s'humanise ?

LAFLEUR.

Eh !...

DAMON.

Quoi ?

LAFLEUR.

Mais...

DAMON.

Parle donc. Le traître se taira.

LAFLEUR.

Monsieur, excusez ma franchise,

On ne peut, à la fois, et se taire et parler.

DAMON.

75   Moi, je le veux, réponds.

LAFLEUR.

  Pour ne vous rien celer,

Monsieur Borchamp.... Mais, puis-je être sincère ?

DAMON.

Oui, oui.

LAFLEUR.

Monsieur Borchamp... je crains....

DAMON.

Parle, ou je vais....

LAFLEUR.

Vous n'avez pas le talent de lui plaire.

Le ciel vous refusa, parmi tant de bienfaits,

80   Cet air tranquille et doux qui flatte, nous attire....

DAMON.

Il ne sait ce qu'il dit.

LAFLEUR.

Ma foi, je m'en doutais.

Mais j'aperçois Julie.

DAMON.

À la fin, je respire.

SCÈNE IX.
Julie, Damon.

DAMON.

Je brûlais de vous voir, et loin de vos attraits

Je m'abandonne à la tristesse.

85   Pour vous que nul souci ne presse,

Vous coulez vos beaux jours dans le sein de la paix.

JULIE.

Mais, d'où vient cette humeur ? Qu'avez-vous qui vous blesse ?

Voulez-vous exiger ?...

DAMON.

Un amour plus ardent.

JULIE.

Vous connaissez mon coeur ; vous avez lu souvent...

DAMON.

90   Ah ! Votre coeur, calme dans sa tendresse,

Avec art chaque jour prolonge mon tourment.

JULIE.

Oui, j'aurais dû, sans consulter personne,

Vous épouser dès le premier instant.

Que je vous ai connu.

DAMON.

Cela serait charmant.

95   Vous seriez toute à moi : ce ciel qui m'environne

Me semblerait plus pur ; je vous verrais toujours :

Vous m'aimeriez alors, me le diriez peut-être ;

Et chaque jour que je verrais renaître ;

Me paraîtrait le plus beau de mes jours.

JULIE.

100   Si vous m'aimez, si vos discours....

DAMON.

Si je vous aime, hélas ! Mon âme trop sensible

Reconnut son vainqueur en voyant vos attraits.

Séduit d'abord par un charme invincible,

Je ne vis plus que vous, je brûlais, j'adorais ;

105   Je répétais le doux nom de Julie,

Et cherchais dans vos yeux mon bonheur et ma vie.

Trop malheureux depuis ce jour,

Votre absence, l'espoir, le doute, tout m'agite :

Dans la nuit, le sommeil m'évite ;

110   Ou, trente fois, éveillé par l'amour,

Je me lève pour voir l'aurore

D'un jour qui ne paraît jamais.

Vainement le sommeil ferme mes yeux encore,

Je ne rêve qu'à vos attraits.

115   Voilà mon coeur, et voilà comme on aime.

JULIE.

Mais en tout vous êtes extrême.

Je ne puis vous dissimuler....

DAMON.

Ah ! Permettez-moi de parler

JULIE.

Très volontiers.

DAMON.

Pourquoi briser mon âme ?

120   Pourquoi, si vous m'aimez, reculer sans pitié

Le terme de mes voeux, le bonheur de ma flamme ?

JULIE.

Je vous l'ai dit.

DAMON.

Eh ! Quoi ?

JULIE.

Cultivez l'amitié,

Les bontés de mon père ; obtenez son suffrage :

Alors peut-être je m'engage...

DAMON.

125   Et dans un siècle je verrai

L'hymen couronner ma constance.

JULIE.

Le temps dépend de vous ; soyez plus modéré :

Réprimez cette impatience...

DAMON.

Je veux me corriger, m'attacher votre coeur,

130   Et mériter de vous un regard d'indulgence.

Mais un terme si court borne notre existence,

Et je suis dévoré d'une si vive ardeur.

JULIE.

Eh ! De grâce, que puis-je faire ?

DAMON.

Fixer l'instant de mon bonheur.

135   Terminer.

JULIE.

Quand ?

DAMON.

Ce soir.

JULIE.

  Sans l'aveu de mon père ?

DAMON.

Son père !... Avoir toujours un père à m'opposer !...

JULIE.

Et vous vous modérez ?

DAMON.

Oui, oui, je me modère.

Mais cependant on ne peut m'abuser.

N'êtes-vous pas veuve ?

JULIE.

Oui.

DAMON.

Depuis plus d'une année ?

JULIE.

DAMON.

140   Par conséquent libre de m'épouser ?

JULIE.

Non. Car je jure ici, telle est ma destinée,

De renoncer aux plus tendres amours,

D'abjurer à jamais les noeuds de l'hyménée,

Si je n'obtiens l'aveu de l'auteur de mes jours.

DAMON.

145   Eh bien ! Adieu, Madame.

JULIE.

  Où courez-vous ?

DAMON.

  Je cours..

Chercher une âme plus sensible.

JULIE.

Allez, Monsieur : non, il n'est pas possible

Que jamais la raison....

DAMON, revenant et à part.

Rien ne peut l'excuser.

JULIE.

Quoi sitôt ?

DAMON.

Oui, je reste ; et pour vous épouser.

JULIE.

150   Malgré moi ?

DAMON.

Nous verrons. Je veux....

JULIE.

  Votre folie

Me fait pitié.

DAMON.

Pardon : je suis si malheureux :

je demande à vos pieds le bonheur de ma vie.

JULIE.

Soyez plus raisonnable.

DAMON.

Oui, ma chère Julie.

JULIE.

155   Et mon père bientôt pourra combler vos voeux.

DAMON.

Aujourd'hui ?

JULIE.

Non. Son procès le tourmente ;

Et lui parler d'hymen dans ces moments,

c'est le contrarier, c'est mal prendre son temps :

Mais vous pouvez, dit-il, et cet espoir m'enchante,

160   Lui rendre un bon office, et hâter son succès.

DAMON.

Moi ? Quel bonheur ! Quoi je pourrais...

JULIE.

J'ai répondu de vous...

DAMON.

Oui, oui, soyez tranquille.

JULIE.

Et du zèle...

DAMON.

N'en doutez pas ;

Et je vais remuer et la Cour et la Ville ;

165   Visiter juges, avocats.

Adieu, Madame.

JULIE.

Où portez-vous vos pas ?

DAMON.

Je vais chez mes amis, chez le Comte d'Ermonde,

Chez le Marquis d'Alban ; je verrai tout le monde.

JULIE.

Et que leur direz-vous ?

DAMON.

De presser, de hâter....

JULIE.

170   Connaissez-vous le fond de cette affaire ?

DAMON.

Mais à-peu-près.

JULIE.

Voyez, interrogez mon père ;

Il vous en instruira ; mais daignez l'écouter.

Songez, songez surtout à plaire.

DAMON.

Oh ! je plairai, Madame, et comptez là-dessus.

JULIE.

175   Dans ses discours il est parfois diffus ;

Mais il faut respecter son âge et sa manie.

DAMON.

Je sais ce que je dois au père de Julie.

JULIE.

Il vient, je crois. Je vous laisse avec lui.

Rappelez-vous.....

DAMON.

Écartez tout souci.

180   Reposez-vous sur ma prudence.

JULIE.

J'y compte.

SCÈNE X.

DAMON.

Enfin je sens renaître l'espérance :

Son père va venir ; il me tarde déjà

Qu'il m'ait en quatre mots expliqué tout cela.

Alors, au gré de mon impatience,

185   Je sors, je vais dans tout Paris,

Je fais agir tous mes amis ;

J'assure son succès ; et ce soir, ce soir même,

Mon beau père enchanté m'accorde ce que j'aime.

Bon le voici.

SCÈNE XI.
Damon, Borchamp.

DAMON.

Monsieur, serai-je assez heureux,

190   Pour vous rendre un léger service

Dans ce procès fastidieux

Qu'osent vous intenter la fraude et l'avarice ?

BORCHAMP.

Oui, le sort qui m'opprime....

DAMON.

Ah ! J'en suis enchanté.

BORCHAMP.

On m'assure, et j'en suis flatté....

DAMON.

195   Et je n'épargnerai ni mes pas ni ma peine.

BORCHAMP.

On m'a dit aujourd'hui comme chose certaine,

Que votre oncle, le Président,

Est lié très intimement

Avec mon Rapporteur, Monsieur de Lauvamaine.

DAMON.

200   Ils sont amis d'enfance, il pourra vous servir,

Et d'avance je goûte un sensible plaisir.

BORCHAMP.

Je vais donc m'étayer de votre complaisance,

Et vous conter de point en point exactement,

L'histoire du procès, du jour de sa naissance.

DAMON.

205   On peut sur les détails passer rapidement.

BORCHAMP.

Auriez-vous quelque affaire ?

DAMON.

Un long récit, je pense,

Peut vous fatiguer.

BORCHAMP.

Non, ma poitrine est de fer.

DAMON, à part.

Tant pis, morbleu !

BORCHAMP.

Mais le temps nous est cher :

Asseyons-nous.

DAMON.

Souffrez...

BORCHAMP.

Ah ! Point de résistance.

210   Je ne parle qu'assis.

DAMON court chercher des fauteuils.

Soit, asseyons-nous

BORCHAMP.

  Bon.

Vous connaissez la Comtesse d'Érolle ?

DAMON.

Depuis cent ans.

BORCHAMP.

Cette femme frivole,

Qui veut parler, c'est-là sa passion ;

Cite tous les Auteurs dont elle sait le nom,

215   Et jamais n'écoutant personne,

Bavarde le matin, et le soir déraisonne.

DAMON.

Laissons les portraits.

BORCHAMP.

Soit. Au décès du Baron,

La Comtesse hérita de la terre d'Alienne ;

Elle est, pour mon malheur, contiguë à la mienne.

220   Dès ce moment fatal survinrent les procès,

Et tout ce que l'enfer put inventer jamais

Pour agiter le repos de la terre.

Mais avec ce Baron, objet de mes regrets,

Uni par les doux noeuds d'une amitié sincère....

DAMON.

225   Fort bien.

BORCHAMP.

Vous souvient-il encore de lui ?

DAMON.

  Ma foi..

BORCHAMP.

C'était....

DAMON.

Un petit homme.

BORCHAMP.

Il était, au contraire,

Plus grand que vous, au moins....

DAMON.

De trois pieds, je le crois.

BORCHAMP.

Je le trouvais diffus ; certes, c'était dommage :

Mais quand sa tête s'échauffait,

230   Il commençait cent contes, s'égarait,

Et se perdait dans un long verbiage.

De ses récits il m'excédait souvent ;

Mais je le supportais en ami complaisant.

DAMON.

Quoi, vous le supportiez ? Ah ! Monsieur quel courage !

BORCHAMP.

235   Peut-être vous auriez été moins indulgent ?

DAMON.

Mais revenons, je vous conjure,

A ce procès qui vous amène ici.

BORCHAMP.

Il m'a causé, je vous l'assure,

Jusqu'à présent bien du souci.

DAMON.

240   Et moi, Monsieur, j'en ai ma part aussi.

BORCHAMP.

Vous êtes trop honnête. Or écoutez.

DAMON.

J'écoute.

BORCHAMP.

Certain papier que l'esprit infernal,

Pour mes péchés, a déterré sans doute,

De la discorde a donné le signal.

245   J'ai voulu transiger : en homme raisonnable,

Je lui fis proposer, encore l'autre jour,

Par son cousin, le Marquis de Frémour,

Homme d'esprit, d'un caractère affable,

Mais entre nous trop pétulant,

250   Trop vif, et vous donnant au diable,

Lorsqu'il est obligé d'écouter un moment.

DAMON.

Il veut qu'on aille au fait ; j'aime assez sa méthode.

BORCHAMP.

Sans doute. Cependant, de peur d'être incommode,

Il faut savoir....

DAMON.

Mais brisons là-dessus.

BORCHAMP.

255   Je lui fis proposer....

DAMON.

  En homme raisonnable ?

BORCHAMP.

De terminer à l'amiable.

Le croiriez-vous à mes soins furent perdus.

Elle me refusa.

DAMON.

Cette femme est damnable !

Tout serait arrangé ; quelle félicité !

260   Nous n'en parlerions plus.

BORCHAMP.

  Vous connaissez les femmes ?

DAMON.

Oui, vraiment.

BORCHAMP.

Leur humeur et leur mobilité ?

DAMON.

Il est trop vrai, ce sont des âmes...

Mais discutons avec tranquillité

Sans perdre notre temps à médire des femmes.

BORCHAMP.

265   J'en étais donc à ce papier fatal...

DAMON.

Oui, déterré par l'esprit infernal.

BORCHAMP.

Or donc, son Procureur, homme plein d'artifice...

Qu'avez-vous ?

Damon se lève.

DAMON.

Rien. Continuez toujours.

Il se rassied, et dit à part.

Personne, hélas ne vient à mon secours !

BORCHAMP.

270   Loup dévorant, dont l'avarice

S'engraisse de procès, et qui sous un air doux

Cache un franc scélérat qu'il faudra que j'assomme.

DAMON.

Fort bien. Mais pourquoi voulez-vous

Qu'un Procureur soit honnête homme ?

BORCHAMP.

275   Pourquoi ?

DAMON.

Quant au procès ?

BORCHAMP.

  Mon procès et mes droits....

DAMON.

Sont embrouillés ?

BORCHAMP.

Non, non, ma cause est claire :

Il s'agit entre nous du partage d'un bois.

DAMON.

Eh ! Faites-le couper pour terminer l'affaire.

BORCHAMP.

Parbleu ! Je m'en garderais bien.

280   Me croyez-vous donc en démence ?

DAMON.

Pour vous servir j'imagine un moyen.

BORCHAMP.

Est-ce quelqu'autre extravagance ?

DAMON.

Je vous présenterai chez mon oncle aujourd'hui ?

Vous le verrez, lui parlerez vous-même ;

285   Et j'aurai le bonheur d'obliger un ami,

Un véritable ami que j'honore, que j'aime.

BORCHAMP.

Fort bien, Monsieur ; j'adopte ce plan-là.

Je vais chercher là-haut des papiers d'importance :

Vous voulez bien m'attendre ?

DAMON.

Oh, tant qu'il vous plaira.

BORCHAMP.

290   Je viens dans le moment.

SCÈNE XII.

DAMON.

  Qu'il faut de patience !

Au diable et plaideurs et procès !

J'avais mille et mille projets.

Mon Notaire, je crois, connaît cette Comtesse :

J'y veux aller. Je bénirai les cieux,

295   Si de Borchamp prévenant tous les voeux,

J'arrangeais un procès fâcheux pour sa vieillesse.

Que le temps aujourd'hui se traîne lentement !

Lafleur.

SCÈNE XIII.
Damon, Lafleur.

LAFLEUR, accourant.

J'accours.

DAMON.

Demandez ? Borchamp....

Non, rien. Dites-lui que j'espère....

300   Vous lui direz que je l'attend :

Et revenez soudain.

SCÈNE XIV.

DAMON.

Cet avis nécessaire

Hâtera de ses pas la lenteur ordinaire.

Il faut se résigner : personne ne paraît.

Lafleur lui-même y passe la journée !

305   Flamand.

SCÈNE XV.
Damon, Flamand.

FLAMAND.

Monsieur ?

DAMON.

  Sachez donc ce qu'il fait.

FLAMAND.

Et qui ?

DAMON.

Lafleur.

FLAMAND.

Je vous assure

Qu'il était là tantôt.

DAMON.

L'original !

Allez savoir quelle aventure

Le retient si long-temps.

FLAMAND.

Où, Monsieur ?

DAMON.

L'animal !

Le poussant par les épaules.

310   Là, là, là, là.

FLAMAND.

  J'y vais, j'y vais.

SCÈNE XVI.

DAMON.

  Je pense

Que, pour me tourmenter, valets, maîtresse, ami,

Tout est ici d'intelligence.

Mon éternel beau-père, ou bien s'est endormi,

Ou l'âge éteignant sa mémoire,

315   Il oublie à coup sûr que je l'attends ici.

Mais Flamand, mais Lafleur ; on ne pourra le croire :

Je sers d'exemple à la postérité.

Lisons. Ciel ! Et Borchamp ! Où s'est-il arrêté ?

Oh, pour finir, enfin, je vais chez mon Notaire.

SCÈNE XVII.

LAFLEUR, du ton dont on annonce.

320   Monsieur Borchamp. Quoi donc, il est parti !

Ma foi, que dira le beau-père ?

Mais je le vois qui court, courons vite après lui.

SCÈNE XVIII.
Borchamp, Julie.

BORCHAMP.

Tu viendras avec nous, et c'est moi qui t'en prie.

JULIE.

Mais....

BORCHAMP.

Tu seras présente à l'entretien :

325   Les Juges te verront, cela ne gâte rien.

Une femme jeune et jolie

Imprime un charme à la raison.

Mais qu'est-il devenu ? Damon.

Il l'appelle.

Damon. Vainement je l'appelle.

330   Monsieur s'est évadé : l'aventure est nouvelle.

JULIE.

Vous l'offensez par ce soupçon.

BORCHAMP.

Cherche le donc.

JULIE.

Lafleur.

BORCHAMP.

Le tour est très honnête.

JULIE.

Lafleur.

À part.

Je crois encore me tromper.

SCÈNE XIX.
Les mêmes, Lafleur.

JULIE.

Que fait ton maître ?

LAFLEUR.

Il vient de s'échapper.

JULIE.

335   Par quel motif ?

LAFLEUR.

  Il des brouillards dans la tête :

Ennemi juré du repos,

Il va, dit-il chez son notaire.

Comme rien n'était prêt, maudissant les marauds,

C'était moi, le cocher, d'assez brusque manière

340   Il s'est sauvé.

JULIE.

  Qu'entends-je ! À quel propos !

Il n'a pas son carrosse ?

LAFLEUR.

Ah ! vraiment ; au contraire,

Il chasse et cocher et chevaux,

Et dit qu'à pied, tout seul, il ira bien plus vite.

BORCHAMP.

Ô la pauvre cervelle !

JULIE.

Il suffit : sors.

SCÈNE XX.
Borchamp, Julie.

BORCHAMP.

Voilà,

345   Je te l'avoue, une étrange conduite !

Je me hâte, j'arrive, et l'on me laisse là !

Et tu m'en répondais ?

JULIE.

Ce grand feu qui l'agite....

BORCHAMP.

Et l'autre jour encore, il m'en ressouviendra,

Nous étions à la promenade ;

350   Je marchais doucement, je respirais le frais :

" Monsieur, dit-il, seriez-vous point malade ?

Moi, non ; pourquoi cela ? Rien, rien : je le craignais.

Nous poursuivons : l'instant d'après Monsieur me quitte,

Prétextant, en plein jour, qu'il craignait le serein.  [ 1 Serein : Humidité froide qui tomber vers le coucher du soleil, qui engendre des rhumes et des caterres. [F] ]

355   Que penses-tu de cette fuite ?

JULIE.

Qu'on ne peut l'excuser, et tel est son destin....

BORCHAMP.

Allons, n'en parlons plus ; c'est un fou qui me lasse.

JULIE.

Peut-être, avec le temps, plus calme et réfléchi....

BORCHAMP.

Un cerveau détraqué, qui m'ose dire, en face,

360   De couper tous mes bois !

JULIE.

  Mais il est votre ami ?

BORCHAMP.

Le tien. J'en conviendrai sans peine,

Je l'aimais, l'estimais, j'approuvais votre chaîne.

Mais le voile est tombé : j'en appelle aujourd'hui.

Crois-moi, ma chère, enfant, étouffe dans ton âme,

365   Il en est temps encore, une funeste flamme

Qui troublerait tes jours. Oui, l'amour trop souvent

A payé de ses pleurs l'erreur d'un seul moment.

Mais je songe à l'affaire ? Mon repos fatal ;

Et pour sortir de ce dédale,

370   Je visiterai, seul, Conseillers, Présidents :

Cependant réfléchis, et pèse ma morale.

SCÈNE XXI.

JULIE.

Il paraît irrité de ses écarts fréquents.

Hélas, quel fâcheux caractère !

De défauts, de vertus, quel contraste étonnant !

375   Agité sans motifs, toujours plus imprudent ;

Et cependant jaloux de plaire,

Il blesse les égards, repousse l'amitié :

L'amour même, l'amour, dont il chérit la chaîne,

Sur lequel son bonheur paraît être appuyé,

380   A gémi bien souvent de ce feu qui l'entraîne.

Mais comme il sait aimer ! Quelle fidélité !

Jamais son coeur, simple dans sa tendresse,

N'a d'un mot captieux voilé la vérité.

SCÈNE XXII.
Julie, Lafleur.

LAFLEUR.

MON Maître, accablé de tristesse,

385   Demande un entretien du ton le plus touchant.

Il est vif, mais son coeur est si bon !

JULIE, à part.

Quel amant !

Hélas ! que dois-je faire ? Oui, je sens ma faiblesse :

La raison lutte en vain contre le sentiment.

Haut.

Qu'il m'attende.

LAFLEUR.

Mon Maître ?

JULIE, à part.

Allons trouver mon père,

390   Et tâchons, si je puis d'appaiser sa colere.

SCÈNE XXIII.

LAFLEUR.

Qu'il vous attende ! Oh, j'en doute vraiment :

On fixerait plutôt le feu, le vent,

Le coeur d'une coquette....

SCÈNE XXIV.
Damon, Lafleur.

DAMON.

Eh bien, qu'a dit Julie ?

LAFLEUR.

Elle va revenir.

DAMON.

Bientôt ?

LAFLEUR.

Probablement.

DAMON.

395   Mais quand ? Ce soir, demain, dans la semaine ?

LAFLEUR.

Que sais-je ? L'avenir est chose peu certaine.

DAMON, à part.

Ce qu'il faut pour écrire. Oui, pour plaire à Borchamp,

Lui rendre le repos qu'il regrette sans cesse,

Je vais au Président écrire en sa faveur,

400   Et j'y mettrai de la chaleur.

Mon oncle comprendra combien il m'intéresse.

Il écrit.

LAFLEUR, à part, regardant Damon pendant qu'il écrit.

Le calme enfin succède à ce grand mouvement :

Je vois briller sur son visage.

Les traits heureux de l'enjouement.

405   Mais la scène varie, il s'élève un nuage.

DAMON, à part.

Quelle maudite plume !  [ 2 Au XVIIIème, on écrivait avec une plume généralement une plume d'oie.]

LAFLEUR.

À part.

Elle a tort.

Haut.

Si mes soins.

DAMON, à part.

Pour tracer chaque mot, il faut près d'un quart-d'heure,

LAFLEUR.

Supprimez quelque lettre : un mot de plus, de moins,

À part.

Qu'importe. En effet, que je meure

410   S'il ne trouve les mots trop longs de la moitié.

DAMON, à part.

Cette encre est détestable !

LAFLEUR, à part.

Il est contrarié.

DAMON.

Une bougie.

LAFLEUR, à part, sans entendre.

Il est toujours le même.

DAMON.

Eh bien ?

LAFLEUR, sans entendre.

Et le repos n'est pas son élément.

Par ses vivacités il m'amuse souvent.

DAMON.

415   Ah, quels valets !

Il sort.

LAFLEUR.

  Toujours courant, toujours extrême,

Il se fâche, il me gronde, et cependant je l'aime.

Ah ! ah ! Je l'ai perdu ! Comment ?

Où donc est-il ? À merveille ! J'entends.

DAMON, apportant une bougie allumée.

Pour être bien servi, c'est-là le vrai système.

SCÈNE XXV.
Les Mêmes, le Notaire.

LE NOTAIRE, à Lafleur.

420   Peut-on voir votre Maître ?

LAFLEUR.

  Oui, Monsieur, aisément.

DAMON, à part, en fermant sa lettre.

Je me flatte, Monsieur Borchamp,

Qu'un pareil procédé pourra vous satisfaire.

LAFLEUR.

Monsieur, voilà votre Notaire.

DAMON.

Ah, vous voilà ! Je viens de chez vous.

LE NOTAIRE.

Je le sais.

DAMON.

425   On ne vous rencontre jamais.

LE NOTAIRE.

J'étais sorti pour une affaire.

DAMON.

Vous avez tort. Lafleur...

Au Notaire.

Vous daignez le permettre,

À mon oncle soudain qu'on porte cette lettre.

SCÈNE XXVI.
Damon, Le Notaire.

DAMON, à part.

Ma voila délivré d'un pénible fardeau !

430   Ce procès finira ; cet espoir me console.

Haut.

Je voulais vous parler de Madame d'Érole :

On vous dit très-liés.

LE NOTAIRE.

Je l'ai vue au berceau,

Et l'on s'attache à ceux qu'on a vu naître.

DAMON.

Vous savez son procès ?

LE NOTAIRE.

Oui, je dois le connaître.

DAMON.

435   Eh bien, qu'en pensez-vous ?

LE NOTAIRE.

  Tantôt, à ce sujet,

La Comtesse vient de m'écrire :

J'ai même encore son billet.

DAMON.

Peut-on le voir ?

LE NOTAIRE.

Oui, je vais vous le lire.

Il cherche dans ses poches.

DAMON.

Voyons-le donc.

LE NOTAIRE.

Un moment, s'il vous plaît.

En cherchant.

440   Notre Comtesse a contracté des dettes.

DAMON.

Mais tout le monde doit : c'est l'usage à présent.

LE NOTAIRE.

Ah ! Le voici.

DAMON.

Lisez donc promptement.

Que cherchez-vous encor ?

LE NOTAIRE.

Je cherche mes lunettes.

DAMON.

Lisez toujours, vous chercherez après.

LE NOTAIRE.

Il lit entre ses dents comme un homme qui cherche.

445   Vous êtes un peu prompt. M'y voilà.... Je désire....

Oui, quelque jour... de mes projets...

À l'avenir....

DAMON.

De grâce, daignez lire

Sans épeler.

LE NOTAIRE.

J'y suis.

Il lit.

À l'égard du procès,

Damon s'approche avec vivacité pour lire dans la lettre, le Notaire, par un mouvement de surprise, recule la tête, et laisse tomber ses lunettes.

Dont vous.... ah, ma lunette ! Elle sera brisée.

DAMON.

450   J'en suis bien aise. Après ?

LE NOTAIRE.

  Vous êtes obligeant.

À part.

Sa tête est mal organisée.

Haut.

Enfin, pour abréger ; car c'est probablement

Le moyen de vous plaire....

DAMON.

Oui, singulièrement.

Apprenez donc qu'elle projette

455   De vendre cette terre.

DAMON.

  Eh bien, moi, je l'achète.

LE NOTAIRE.

Qui, vous ?

DAMON.

Oui, moi. Par cet expédient,

J'abandonne les bois, et Borchamp est tranquille.

LE NOTAIRE.

D'accord. Observez cependant....

DAMON.

Non, rien. Allez, volez, courez toute la ville,

460   Et terminez sans nuls délais.

LE NOTAIRE.

Quel feu ! Mais de sang froid combinons vos projets ;

Et sachez qu'en perdant ces bois où tout abonde,

Cette terre, Monsieur, déchoit de sa valeur.

DAMON.

Eh ! je renonce de bon coeur

465   À l'argent, au procès, à tous les biens du monde :

M'entendez-vous ?

LE NOTAIRE.

Oui, très distinctement.

Mais, aussi-tôt l'affaire terminée,

Faites-moi l'amitié de prévenir Borchamp

Que sa cause est enfin gagnée,

470   Qu'il peut dormir tranquillement.

Volez, mon cher ami, daignez me satisfaire.

Quoi vous restez pétrifie !

LE NOTAIRE.

Mais en effet, je suis extasié.

Il faut cependant vous complaire,

475   Et je me hâte d'obéir.

Il marche d'un pas grave.

DAMON, le regardant marcher.

Gardez-vous bien de trop courir.

Encore un mot. Cachez à mon futur beau-père

Le nom de l'acquéreur. J'exige le secret ;

J'ai mes raisons.

LE NOTAIRE.

Comptez sur mon silence.

SCÈNE XXVII.

DAMON.

480   Oui, qui veut obliger doit taire le bienfait.

Il s'imaginerait que je suis en démence,

Ou que mon zèle prétendu

N'est qu'un moyen adroit, un piège convenu,

Pour m'assurer son alliance.

SCENE XXVIII.
Damon, Julie.

DAMON.

485   Ah, c'est vous ! Quel bonheur ! Je volais sur vos pas.

JULIE.

Vous devenez tous les jours plus aimable.

DAMON.

Mille pardons, j'ai tort ; mais ne me grondez pas.

JULIE.

Oui, l'on doit supporter votre humeur agréable.

DAMON.

Oui, je suis un peu vif.

JULIE.

Un peu !

DAMON.

Beaucoup, d'accord.

490   Puisque j'ai le malheur d'offenser ce que j'aime.

JULIE.

Quelle preuve d'amour, lorsque mon père même

Vient, Monsieur, d'essuyer encor !...

DAMON.

J'ai longtemps attendu : perdant toute espérance....

JULIE.

Longtemps !

DAMON.

Pas mal.

JULIE.

Mais, daignez m'écouter :

495   Vous m'aimez, dites-vous !

DAMON.

  Mes voeux, mon existence...

JULIE.

Je le crois. Mais comment osez-vous vous flatter

De mériter qu'un jour les noeuds de l'hyménée....  [ 3 Hyménée : mariage.]

DAMON.

Par un culte....

JULIE.

Allez-vous m'interrompre ?

DAMON.

Non, non.

JULIE.

Oserai-je moi-même, abjurant la raison,

500   Et de l'amour victime infortunée,

M'exposer....

DAMON.

Ah ! croyez....

JULIE.

Encore !

DAMON.

Je me tais.

JULIE.

Vous dont l'humeur, dont les voeux inquiets...

DAMON.

L'amour adoucit tout, le bonheur rend aimable.

JULIE.

Oui, je le sais. L'amour d'un voile favorable

505   Sait couvrir ses défauts : souple avant le succès,

Il ne semble agité que du désir de plaire ;

Mais, tôt ou tard, il cesse. Alors le caractère,

S'irritât d'autant plus qu'il fut plus comprimé....

DAMON.

Ne craignez rien. Ah ! si je suis aimé,

510   Si jamais j'entrevois l'aurore

Du jour qui doit éclairer mon bonheur,

Vous me verrez soumis, plus amoureux encore,

Obéir à vos lois, réprimer mon humeur,

Et chercher tous vos goûts au fond de votre coeur.

JULIE.

515   Un tel effort me paraît difficile.

DAMON.

Vous verrez si, quand je promets....

SCÈNE X.
IX.
Les Mêmes, LAFLEUR.

LAFLEUR.

Voici le Peintre ; il vient finir votre portrait.

DAMON.

Fais-toi peindre toi-même, et laissez-moi tranquille.

LAFLEUR.

Moi, Monsieur !

JULIE.

À Lafleur.

Un moment. Ce n'est pas mon avis,

520   Voyons si j'ai sur vous cet empire suprême :

Faites entrer. Ce portrait est promis

Depuis longtemps : enfin, plus maître de vous-même,

Aujourd'hui, prouvez-moi que vous m'êtes soumis.

DAMON.

Ordonnez : trop heureux !....

SCÈNE XXX.
Damon, Julie, Lafleur, Dorlis, Peintre.

DAMON.

Bonjour, Monsieur Dorlis,

525   Allons, asseyons-nous, et peignez à votre aise.

DORLIS, préparant ses pinceaux.

Je suis à vous. Approchez ; plus avant...

Eh ! Non ; vous reculez.

DAMON, troquant son fauteuil contre une chaise.

Apportez une chaise ;

Je suis très mal assis.

DORLIS.

Inclinez... doucement,

Fort bien ; gardez cette attitude.

DAMON, à Julie.

530   Il me tourne à son gré.

JULIE.

  L'épreuve est un peu rude.

DORLIS, peignant.

Il faut que je m'attache, et c'est-là le grand art,

A bien saisir chaque nuance,

L'expression, la ressemblance,

Et le jeu de vos traits.

DAMON, tirant sa montre.

Il est déjà bien tard.

DORLIS.

535   Quoi ! vous vous déplacez !

DAMON.

  C'est que.... Souffrez, Madame....

Lorsque vous serez là, je verrai mieux Monsieur.

Il fait mettre Julie à côté du Peintre.

JULIE, regardant le portrait.

La bouche sera bien.

DAMON.

S'il lisait dans mon coeur,

Il me peindrait avec des traits de flamme.

Et le front ?

JULIE.

Il s'avance.

DORLIS.

Oui, j'achève à présent.

DAMON, se levant.

540   Ah ! Vous avez fini. Bon ! Vous êtes charmant.

JULIE.

Y songez-vous ?

DORLIS, à part.

Cet homme est différent des autres.

Haut.

Nous commençons à peine.

DAMON, assis.

Où donc en êtes-vous ?

DORLIS.

J'en suis aux yeux. Prenez un regard doux.

DAMON, à Julie.

Si je lisais mon bonheur dans les vôtres,

545   Les miens respireraient le feu du sentiment.

JULIE.

Malgré votre contrainte ?

DORLIS.

Oui, songez à Madame ;

Mais attachez les yeux sur moi.

DAMON.

Quoi ! Constamment ?

DORLIS, travaillant.

Le teint s'anime, l'oeil s'enflamme

Auprès de la beauté.

DAMON.

Quand comptez-vous finir ?

JULIE.

550   Ce moment est fâcheux.

DAMON.

  Près d'un objet aimable,

Tout s'embellit des couleurs du plaisir.

LAFLEUR, à part.

Il doit donner le Peintre au diable.

DAMON.

Que peignez-vous ?

DORLIS.

Je peins vos yeux.

Je crois que vous serez au mieux.

DAMON.

555   Hâtez-vous seulement : il n'est pas nécessaire

De me faire si beau.

JULIE.

Mais vous voulez, j'espère,

Un portrait qui ressemble ?

DAMON.

On me fait trop d'honneur.

J'aimerais mieux, pour mon bonheur,

Que la main de l'Amour m'eût gravé dans votre âme.

JULIE.

560   Cela serait plus court.

DAMON, bas à Julie, en se levant.

  Permettez-moi, Madame....

Il se place derrière le Peintre.

Je veux voir ce qu'il fait.

JULIE.

Un moment.

DORLIS, après l'avoir cherché des yeux.

Eh ! Monsieur,

Je ne pourrai jamais vous peindre.

À part.

Quel homme !

Haut.

Mon pinceau, ma verve s'échauffait.

DAMON, revenant à sa place.

M'y voilà ; calmez-vous.

JULIE.

Vous êtes, en effet,

565   Si calme !

LAFLEUR, à part.

Il y paraît.

JULIE.

  Sachez donc vous contraindre.

DAMON.

Que peignez-vous ?

DORLIS.

Les yeux.

DAMON.

Encor les yeux ! Eh mais,

Combien m'en faites-vous ?

DORLIS.

Un ou deux, à-peu-près.

DAMON, se levant.

Vous les ferez sans moi.

JULIE.

Y songez-vous ?

DAMON.

De grâce.

JULIE.

Monsieur jamais ne finira.

DAMON.

570   Mais, Madame, un moment, mettez-vous à ma place.

JULIE.

Quoi ! Pour avoir votre portrait ? Voilà

Qui me paraît nouveau. Quelle bizarrerie !

SCÈNE XXXI.
Les mêmes, Flamand.

FLAMAND.

De votre oncle le Président,

J'apporte la réponse.

DAMON.

Ah ! Voyons promptement.

DORLIS, à part.

575   Sortons d'ici. Cet homme est atteint de folie.

SCÈNE XXXII.
Damon, Julie, Flamand.

DAMON.

Ah ! Je suis trop heureux : mon cher oncle est charmant.

Allez prier Monsieur Borchamp

De paraître un moment de la part de Julie.

SCÈNE XXXIII.
Damon, Julie.

JULIE.

Mais de quoi s'agit-il ?

DAMON.

Vous allez le savoir.

580   Ah ! Quel bonheur ! Mon oncle a rempli mon espoir.

Il peut compter sur ma reconnaissance.

SCÈNE XXXIV.
Damon, Julie, Borchamp.

BORCHAMP.

Que me veux-tu ? Qu'est-ce ?

DAMON.

C'est moi, Monsieur.

Rassuré par votre indulgence....

BORCHAMP.

Excusez-moi : je suis votre humble serviteur.

DAMON.

585   Ah ! Daignez m'écouter ! Mes torts involontaires....

BORCHAMP.

Je ne saurais, Monsieur, chacun a ses affaires.

DAMON.

Vous êtes irrité : j'entrevois mon malheur.

JULIE.

Mais sachez ce qu'il veut.

DAMON.

Votre bonté se lasse.

Mais n'imputez rien à mon coeur.

590   Votre intérêt m'anime : écoutez-moi de grâce.

Le Président, mon oncle, à qui j'avais écrit,

Me répond qu'il a vu Monsieur de Lauvamaine ;

Qu'on peut tout espérer, qu'il n'est rien qu'il n'obtienne

D'un vieux ami qui le chérit.

595   Mais jusqu'au bout je n'ai pas lu la lettre ;

Daignez vous-même la finir.

BORCHAMP lit.

« Mon cher neveu, lorsque j'ai reçu votre billet, j'avais précisément Monsieur de Lauvamaine à dîner chez moi. Soyez tranquille sur les suites de vos démarches dans tout ce qui dépendra de lui. Il n'a rien, m'a-t-il dit, refuser à notre ancienne amitié. »

DAMON.

Vous concevez, par-là, ce qu'on peut se promettre

Du zèle de mon oncle.

BORCHAMP.

Il nous sert à ravir.

JULIE.

Vous voyez que du moins il sait rendre service.

BORCHAMP.

600   Oui, je le vois, et je lui rends justice.

Il lit.

« Mais, selon, votre coutume, vous écrivez avec tant de précipitation que vous oubliez la moitié des mots ; et vos phrases sont si embrouillées, que ce n'est pas sans effort qu'on devine votre pensée. »

À part.

Je le reconnais bien.

Il lit.

« Je vous renvoie votre lettre, prenez la peine de la relire. »

À part.

Ceci sera nouveau.

DAMON.

Oui, lisez ; vous verrez si je sais être utile.

BORCHAMP continue de lire.

« Mon cher oncle, il faut, en ma faveur, crever tous vos chevaux, et me rendre un service très important pour le plus maudit des..... La Comtesse. »

DAMON, lisant dans la lettre.

Des procès.

BORCHAMP.

Ah ! J'entends, et rien n'est plus facile.

Il lit.

« La Comtesse d'Érolle plaide, depuis un siècle, contre Monsieur de Borchamp, père... dont je suis éperdument amoureux, qui réunit l'esprit à la beauté. »

Je n'imaginais pas être encore si beau.

DAMON.

605   Mais, Monsieur, père de Julie,

Qui réunit l'esprit aux attraits les plus doux.

BORCHAMP.

Fort bien.

Il lit.

« C'est un être processif, et sa cause est injuste. L'essentiel est d'obliger Lauvamaine ? Rapporter cette affaire dès demain ; il s'agit d'un malheureux bois de famille que Monsieur de Borchamp porte.... à un prix considérable. Je suis, etc. Voilà, mon cher neveu, votre billet, c'est une véritable énigme. Heureusement, j'ai quelque sagacité et quelque expérience, et j'ai compris que vous vous intéressez vivement à La Comtesse d'Érolle ; je ne vous connaissais pas cette belle passion ; mais comme vous m'assurez d'ailleurs que la cause de Monsieur de Borchamp est injuste, que c'est un être processif, j'ai fortement prévenu Lauvamaine contre lui, et il m'a promis d'appuyer votre belle Comtesse de tout son crédit. »

Vraiment, il n'appartient qu'à vous !

Votre amitié plaide avec énergie ;

Et maintenant j'ai l'esprit en repos.

610   Eh bien, que penses-tu de ce rare service ?

DAMON, à part.

Quelque démon, sans doute, a supprimé les mots.

JULIE.

De ses écarts son coeur n'est point complice ;

Il voulait obliger.

BORCHAMP, à Damon.

Je le crois ; en effet...

DAMON.

Vous voyez ma surprise : échauffé par mon zèle,

615   Avec vivacité j'ai tracé ce billet.

BORCHAMP.

Des vrais amis Vous êtes le modèle.

DAMON.

Je cours tout réparer.

BORCHAMP.

Non, c'est trop de bonté.

À l'égard de l'hymen entre nous projeté,

Il ne se fera point, Julie...

DAMON.

620   Il ne se fera point ?

BORCHAMP.

Non.

DAMON.

  Quelle cruauté !

BORCHAMP.

J'en suis fâché ; mais, malgré mon envie....

DAMON.

À Julie.

Vous que j'aimais....

À Borchamp.

Monsieur... Julie !... Ah, quel malheur !

Monsieur, j'ai tort si j'ai pu vous déplaire.

BORCHAMP.

Je le sais.

DAMON.

Mais enfin, ouvrez-moi votre coeur ;

625   Je vous chéris, je vous révère,

Et vous êtes si bon.

BORCHAMP.

Bon : oh ! Comme cela,

Suivant l'heure et le temps.

DAMON.

Toujours. Ah, vous voilà ?

SCÈNE XXXV.
Les Mêmes, La Notaire.

LE NOTAIRE.

Je vous apporte une heureuse nouvelle.

La Comtesse, en ce jour, a changé de projets,

630   Vous cède tous les bois, et renonce au procès.

Voilà l'écrit signé.

BORCHAMP.

Comment ? Donnez. C'est elle !

C'est son seing ! Quel prodige !

LE NOTAIRE.

Au prix qu'elle a voulu

Elle vient de vendre sa terre ;

Et l'acquéreur, plus débonnaire,

635   Renonce à tout droit prétendu.

BORCHAMP.

Cet homme-là, ne lui déplaise,

Est pressé de jouir : les procès lui font peur :

Et vous nommez cet honnête acquéreur,

DAMON, bas au Notaire.

Ne me trahissez pas.

LE NOTAIRE.

Souffrez que je me taise.

BORCHAMP.

640   Pourquoi ? Quel intérêt ?...

DAMON.

  Eh ! qu'importe pourquoi

Daignez vous occuper du bonheur de ma vie.

BORCHAMP.

Monsieur, un moment, je vous prie :

Au Notaire.

Je veux savoir son nom.

DAMON.

Eh bien, Monsieur,... c'est moi.

La terre me convient, et j'ai conclu l'affaire.

JULIE.

645   Vous l'entendez ; c'est lui, mon père.

BORCHAMP.

Oui, ma fille, je vous entends.

LE NOTAIRE.

Vous le voyez ; si la tête est bouillante,

Au moins le coeur est excellent ;

Et vous devez, au gré de notre attente,

650   Récompenser les soins d'un si fidèle amant.

DAMON.

Non, Monsieur, appuyé d'un si faible service,

Je ne réclame point un prix aussi flatteur :

Non, consultez avec plus de justice

Et vos bontés et son bonheur.

BORCHAMP.

655   Son bonheur !... Tourmenté d'un pareil caractère,

Osez-vous vous flatter de rendre un être heureux ?

DAMON.

Oui, Monsieur, animé du désir de lui plaire,

J'irai, je volerai au devant de ses voeux.

JULIE.

Je réponds de son coeur, du zèle qui le presse :

660   Sensible à l'amitié, plein de respect pour vous,

Il fera, croyez-moi, son bonheur le plus doux

De mériter votre tendresse,

De consoler vos jours, d'aider votre vieillesse.

BORCHAMP, à Julie.

Tu le veux ?

DAMON, vivement.

Oui, Monsieur.

BORCHAMP, à Julie.

Épouse, j'y consens.

DAMON.

665   Ah, Julie ! ah, Monsieur, les plus vifs sentiments....

Au Notaire.

Signons-nous le contrat ? On souffre dans l'attente.

LE NOTAIRE.

Il faudrait qu'il fût fait.

DAMON.

Qu'attendez-vous ?

LE NOTAIRE.

J'attends....

La question est plaisante !

Pour dresser un contrat, Monsieur, il faut du temps.

BORCHAMP.

670   Entrons chez moi ; je veux le satisfaire.

DAMON, à part.

Quand pourra-t-on, morbleu ! S'épouser sans notaire ?

 


APPROBATION.

J'ai lu, par ordre de Monsieur le Lieutenant Général de Police, l'Impatient, Comédie en un Acte, et je n'y ai rien trouvé qui m'ait paru devoir eu empêcher la représentation ni l'impression. A Paris, le 16 Mai 1778. SUARD.

Vu l'Approbation, permis de représenter et imprimer.

À Paris, ce 18 Mai 1778. LE NOIR.

Notes

[1] Serein : Humidité froide qui tomber vers le coucher du soleil, qui engendre des rhumes et des caterres. [F]

[2] Au XVIIIème, on écrivait avec une plume généralement une plume d'oie.

[3] Hyménée : mariage.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies