L'INAUGURATION DU THÉÂTRE FRANÇAIS

PIECE EN UN ACTE ET EN VERS

M. DCC. LXXXII.

PAR M. IMBERT

À PARIS, Chez DESENNE, Libraire, au Palais Royal, Passage de Richelieu. On en trouve aussi des Exemplaires à la Porte Royale du Luxembourg.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 17/04/2017 à 00:55:29.


ACTEURS

APOLLON, M. Molé.

THALIE, Mme. Bellecour.

MELPOMENE, Mme Vestris.

MERCURE, M. Fleury.

LE GÉNIE DE CORNEILLE, M. Brizard.

LE GÉNIE DE MOLIÈRE, M. Préville.

LA CABALE, M. des Essarts.

LA CRITIQUE, Mme Préville.

UN AUTEUR TRAGIQUE, M. Vanhove.

UN AUTEUR COMIQUE, M. Dazincourt.

UN ACTEUR TRAGIQUE, M. de Larive.

UN ACTEUR COMIQUE, M. Dugazon.

LE MAUVAIS GOÛT, Personnage muet.

PLUSIEURS GÉNIES.


SCÈNE PREMIERE.
Mercure, Plusieurs Génies.

MERCURE.

Thalie et Melpomène arrivent en ces lieux ;

Dans ce Temple nouveau qu'on destine à leurs jeux.

Or maintenant, jeunes et vieux Génies,

C'est pour les recevoir qu'ici je vous conduis ;

5   Et de par Apollon, je suis

Le maître des cérémonies.

Que ces lauriers en couronnes tressés

Par ordre en tous lieux soient places;

C'est le digne ornement de l'enceinte où nous sommes:

10   Le laurier fut toujours le luxe des grands hommes.

Les Génies se dispersent pour placer partout des Couronnes et des Guirlandes de Lauriers, et on les voit aller et venir dans le fond pendant la Pièce.

SCÈNE II.
Mercure, seul d'abord; ensuite La Cabale.

MERCURE.

Pour moi qui fus toujours instruit

À priser l'arbre par son fruit,

Ce n'est pas-là le mien ; et je sais m'y connaître.

Je préfère, pour être heureux,

15   Tout arbre qui nourrit son maître,

À celui qui le rend fameux.

Mais quel est donc ce personnage ?

LA CABALE.

Seigneur Mercure, agréez mon hommage.

J'ai l'air étranger à vos yeux?

20   Cela doit être ; on connaît beaucoup mieux

Mes actions que ma figure.

J'habite le parterre, et j'en suis, je vous jure,

Une colonne, un des soutiens.

MERCURE.

Une telle colonne annonce, j'en conviens,

25   Une solide architecture.

LA CABALE.

Comme on en veut à mon talent,

Je prends pour l'exercer cette forme étrangère ;

Et vous voyez ici mon costume ordinaire.

MERCURE.

Sans doute qu'au Spectacle on vous trouve souvent?

LA CABALE.

30   Souvent ? Toujours. D'autres en font autant ;

Mais d'eux en un point je diffère :

Ils y vont par plaisir, moi, j'y vais pour affaire.

J'y vais pour applaudir ou pour siffler.

MERCURE.

Ah ! bon.

Et vous applaudissez suivant la pièce ?

LA CABALE.

Non ;

35   Suivant l'auteur. Tel est mon ministère.

Bref, je suis la Cabale, à vous servir.

MERCURE.

Ma foi,

La visite m'étonne. Eh quoi!

A peine la porte est ouverte,

Et vous voilà déjà !

LA CABALE.

Vraiment oui, me voici.

MERCURE.

40   Par le Styx, vous êtes alerte.  [ 1 Styx : Fleuve qui, selon la mythologie, coulait aux enfers ; les dieux juraient par le Styx, et ce serment ne pouvait être violé. [L]]

LA CABALE.

Il le faut bien; je viens ici

Reconnaître les lieux en profond politique ;

Et pour faire éclater ou pour cacher mes soins,

Lever des coins et des recoins

45   Une carte topographique.

On peut, je pense, avec les battoirs que voilà,

Se flatter d'assourdir la scène ;

Je crois qu'on est en fonds avec ces poumons-là,

Pour fournir aux sifflets une bruyante haleine,

50   Ou faire retentir les bravo, les paix-là.

Mais quoi ! Nous devrions être assez bien ensemble;

Vous fûtes toujours, ce me semble,

D'un naturel à la malice enclin.

MERCURE.

Il est vrai ; je suis même un peu plus que malin.

55   Mais, mon ami, si de l'antique Rome

Tu parcours le code divin,

Tu conviendras, j'en suis certain,

Que l'on peut être un Dieu, sans être un honnête homme.

Mais comment feras-tu désormais ? Autrefois,

60   Le Spectateur, dans les flots du parterre,

Entendait sans te voir et tes mains et ta voix ;

Tu pouvais te cacher, en y faisant la guerre.

Tes voisins maintenant assis, en plein repos,

Vont nuire aux élans de ton zèle,

65   Gêner tes mouvements, dévoiler tes complots.

LA CABALE.

Je n'en suis pas plus gai. Par des efforts nouveaux

Il me faut conquérir une gloire nouvelle ;

Il faudra former d'autres plans

Plus subtilises, plus savants.

70   C'est pour cela qu'ici d'avance

Je viens observer le terrain.

MERCURE.

Observe ; mais après, sors et fais diligence ;

Apollon doit ici me rejoindre soudain ;

Et je ne vous crois pas en bonne intelligence.

LA CABALE.

75   Ô temps ! ô moeurs ! Ainsi donc tout me nuit !  [ 2 Vers 75, Traduction du latin : "o tempora, o mores" tiré des Catilinaires de Cicéron.]

On a détruit mon poste, on m'insulte, on m'offense,

Et pour comble de maux Apollon me poursuit !

Est-ce ainsi que les Arts sont protégés en France ?

SCÈNE III.

MERCURE, seul.

Oui, les beaux Arts. Il est original !

80   En effet on le traite mal.

Son talent fait grand bruit, et n'est connu qu'à peine,

N'est pas encouragé, se trouve sans Mécène.

Mais je vois Apollon.

SCÈNE IV.
Mercure, Apollon.

MERCURE.

Mon message est rempli ;

Voilà, de vos lauriers, le théâtre embelli.

85   Mais qui les cueillera ?

APOLLON.

  Qui ? Les Auteurs sublimes.

MERCURE.

C'est payer dignement leurs efforts magnanimes.

Mais si le seul Génie a désormais des droits

Aux Lauriers dont j'ai fait investir ces colonnes,  [ 3 Laurier : Arbre dont le tige est unie et sans noeud. Se dit figurément en morale, pour signifier la gloire d'un triomphe, d'une conquête. [F]]

Tout franc, vous trouverez, je crois,

90   Moins de têtes que de couronnes.

APOLLON.

Pourquoi donc cet effroi triste et décourageant ?

Si le Pinde a perdu plus d'un rare talent,

Nature, en Mère tendre et pleine de prudence,

À côté du malheur a placé l'espérance ;

95   Ne troublons point cet ordre, il est trop consolant.

J'honore le Génie ; il m'est cher, il doit l'être ;

Mais faut-il ajouter, quand il a disparu,

Au regret de l'avoir perdu,

Le désespoir de le voir reparaître ?

100   Non ; disons aux humains trop prompts à s'alarmer :

Pour honorer les morts, n'allez pas diffamer

La race qui respire et celle qui doit naître.

Si jadis en son art un grand homme excella,

Nature fut sa mère, elle est aussi la vôtre ;

105   Que prouve ce grand homme-là ?

Qu'elle en peut enfanter un autre.

Enfin croyons toujours, instruits par le passé,

Que ce qu'on voit périr peut être remplacé.

MERCURE.

En amour, soit.

APOLLON.

Oh ! Dans ce style

110   Vous êtes, je l'avoue, un maître plus fameux.

MERCURE.

Et vous un railleur merveilleux.

Mais s'il vous en souvient, à ce jeu quoique habile,

Vous n'êtes pas toujours heureux.

Autrefois, au bruit du tonnerre,

115   Pour un bon mot de sa façon,

Très lestement, le Seigneur Apollon

Ne fit qu'un saut du ciel en terre.

APOLLON.

Oui, mon frère ; et c'est-là qu'en mainte occasion

De plusieurs de vos tours il fut témoin fidèle.

120   Votre adresse est un peu sujette à caution.

Du bien d'autrui souvent...

MERCURE.

Oui, c'est ce que j'appelle

Une épigramme en action.  [ 4 Épigramme : espèce de poésie courte qui finit par quelque pointe ou pensée subtile. [F]]

APOLLON.

C'est parler poliment. On vient. Que nous veut-on ?

SCÈNE V.
Apollon, Mercure, un Auteur tragique, un Auteur comique.

L'AUTEUR COMIQUE.

Nous sommes tous les deux, quoique l'envie en gronde,

125   Favoris d'Apollon.

APOLLON.

  Soyez les bienvenus.

À part.

Oui : c'est ainsi que j'ai de par le monde

Des favoris que je n'ai jamais vus.

Ne nous découvrons point.

MERCURE, à part.

Bigarrure complète ;  [ 5 Bigarrure : Mauvais assortiment de couleurs ou d'ornements sur un habit, sur des meubles, etc. Si dit aussi des ouvrages d'esprit composés de plusieurs choses qu'i n'ont aucune liaison ni relation ensemble. [L]]

L'un tient de l'ours, et l'autre a l'air d'une coquette.

L'AUTEUR TRAGIQUE.

130   Je viens voir si la scène où l'on veut m'établir

Est digne du fruit de mes veilles ;

Si je peux, sans les avilir,

Y laisser voir mes tragiques merveilles ;

Si le Théâtre est vaste, élargi dans ses flancs ;

135   Si l'on peut, sous les yeux des mères alarmées,

Sous les yeux des vieillards, des citoyens tremblants,

Y faire battre à l'aise deux armées ;

Si l'on peut sans tumulte, en ordre solennel,

Y faire défiler des convois mortuaires ;

140   Si de mainte poulie on a garni le ciel,

Pour accrocher des lampes funéraires ;

Si l'on a préparé, pour l'endroit éclatant,

Des toiles d'un beau noir, qui, sans bruit à l'instant,

Couchent sur la coulisse un vernis de ténèbres ;

145   Enfin, si l'on a su, dans un goût neuf, charmant,

Y ménager adroitement

Des échos pour les cris funèbres.

MERCURE.

Monsieur nous laisse apercevoir

Qu'il est riche en moyens pour égayer la scène.

L'AUTEUR COMIQUE.

150   Même désir m'amène : en moi vous devez voir

Un auteur, mais comique.

MERCURE.

Oui, je le crois sans peine.

L'AUTEUR COMIQUE.

La Salle me paraît un peu vaste pour moi.

Mes vers ont un, je ne sais quoi,

Une harmonie et douce et tendre ;

155   Sans les crier, il faut les faire entendre.

Mon style aisé, plein de douceur,

Ne fatigue jamais, (car c'est à quoi je veille)

Ni la poitrine de l'acteur,

Ni l'oreille du spectateur;

160   Mon vers... c'est du miel pour l'oreille.

Je viens donc voir si les décorateurs,

Si les peintres pourront assortir leurs couleurs

Aux tirades que je compose,

Imiter la fraîcheur qui distingue, je crois,

165   Mes madrigaux ; il me faudrait, à moi,

Une Salle... couleur de rose.

MERCURE, à Apollon.

Ils sont fous.

L'AUTEUR TRAGIQUE.

On verra (j'en jure mon honneur)

Que l'on ne connaît pas la Tragédie en France.

On y sut quelquefois inspirer la terreur;

170   Mais l'horreur... De notre art, c'est-la la quintessence.

Heureux qui, par l'amas de tragiques horreurs,

Porte la pâmoison, le spasme en tous les coeurs !

Qui confond par un art digne de nos éloges,

L'accent convulsif de l'acteur,

175   Le cri mourant du spectateur !

Quel tableau ! Le parquet, le théâtre et les loges,

Tout est spectacle alors : c'est ainsi que je crois

Avoir traité la Tragédie.

MERCURE.

Oh ! Votre muse est faite, je le vois,

180   Pour adoucir les moeurs de sa patrie.

L'AUTEUR COMIQUE.

Moi, par d'heureux tableaux avec art préparés,

Je guérirai les coeurs qu'il aura déchirés.

Mes pièces détruiraient le plus sombre prestige :

On dirait d'un jardin qu'aucun hiver n'afflige ;

185   On n'y voit promener que l'essaim des plaisirs ;

On n'y marche pas, on voltige ;

Tous les vents y sont des zéphyrs.

Je crois voir chaque Belle, à ma douce éloquence,

S'embellir encor à nos yeux ;

190   Sur leurs lèvres circule un souris gracieux,

Sans que jamais le rire en trouble le silence.

APOLLON.

Sur les Théâtres de Paris

Aurait-on déjà vu vos sublimes écrits ?

L'AUTEUR COMIQUE.

Pas encor. Notre but est d'y paraître ensemble.

195   Comme nous avons pris des genres opposés,

Nos coeurs ne sont pas divisés ;

Avec des noeuds de fleurs l'amitié les rassemble.

Aussi, je dis partout que du sein du trépas,

Si le ciel rappelait Corneille à la lumière,

200   Il baiserait la trace de ses pas.

L'AUTEUR TRAGIQUE.

Moi, je mets à ses pieds Molière.

L'AUTEUR COMIQUE.

Si j'eusse à Melpomène offert mes premiers voeux,

J'imiterais sa touche au sombre accoutumée.

L'AUTEUR TRAGIQUE.

Si Thalie inspirait ma Muse désarmée,

205   Je prendrais son pince au moelleux ;

J'emploierais son carmin.

L'AUTEUR COMIQUE.

Moi, son noir de fumée.

Sur un seul point nos avis sont divers.

MERCURE.

Et sur quoi ?

L'AUTEUR COMIQUE.

Dans Corneille il ne voit que des scènes.

L'AUTEUR TRAGIQUE.

Et dans Racine, il ne voit que des vers.  [ 6 Racine, Jean (1639-1699) : académicien et auteur de tragédies dont Andromaque, Britannicus, Bénérice, Iphigénie, Phèdre, Esther, Athalie et d'une comédie Les Plaideurs.]

210   Corneille n'a bien peint que les âmes romaines.  [ 7 Corneille, Pierre [1606-1684] : académicien et auteur de plus de 30 comédies et de tragédies dont La Veuve, l'Illusion comique, Le Cid, Cinna, Horace, Pompée, Othon, Médée, Attila, Tite et Bérénice.]

L'AUTEUR COMIQUE.

Et Racine, l'amour.

APOLLON.

Messieurs, laissons cela ;

Apollon pourrait vous entendre.

L'AUTEUR TRAGIQUE.

Où donc est-il, Apollon ?

APOLLON.

Le voilà :

Lui qui semble un peu vous surprendre ;

215   Avec qui, soit dit entre nous,

Vous devriez au moins avoir fait connaissance,

Avant de vous vanter de ses bontés pour vous;

Car c'est par-là que l'amitié commence.

Rentrez dans le respect, échos présomptueux !

220   L'erreur d'autrui n'excuse point la vôtre.

Pour louer un grand homme, en déprimer un autre,

C'est insulter à tous les deux.

La gloire veut toujours que le laurier fidèle

Sur tous les fronts puisse fleurir ;

225   Elle a toujours, cette riche immortelle,

De quoi payer, sans s'appauvrir,

Les efforts que l'on fit pour elle.

Le Temple de mémoire, ouvert de tout côté,

S'agrandit à mesure en son immensité.

230   Vous n'y voyez nul vide, à juger sa surface ?

Vienne un autre grand homme ; aussitôt adopté,

Sans déplacer personne, il trouve encor sa place ;

En un mot, l'équité, qui conserve à chacun

Des destins exempts de disgrâce,

235   Y peut faire cent rois, sans en détrôner un.

Mais, croyez-moi, j'attends Thalie et Melpomène ;

Elles pourraient fort bien, sans respecter les droits

Du noeud de fleurs qui vous enchaîne,

Siffler vos madrigaux, bâiller à vos convois.

L'AUTEUR TRAGIQUE.

240   Je présume mieux de Thalie.

L'AUTEUR COMIQUE.

Pour un tel procédé, je crois

Melpomène un peu trop polie.

APOLLON, bas.

Bon ! La Critique, justement !

SCÈNE VI.
La Critique, Apollon, Mercure, les deux Auteurs.

L'AUTEUR TRAGIQUE, sans apercevoir la critique.

Quel trouble !

L'AUTEUR COMIQUE, sans voir la Critique.

Quel malaise !

APOLLON.

Qu'est-ce ?

245   Qu'avez-vous donc ?

L'AUTEUR TRAGIQUE.

Une faiblesse...

L'AUTEUR COMIQUE.

D'où me vient ce saisissement ?

Apercevant la Critique.

Dieux ! la Critique.

L'AUTEUR TRAGIQUE, l'apercevant aussi.

Ô ciel ! Ma faiblesse est extrême,

Et mes genoux tremblants...

MERCURE, à Appollon.

Qu'ont-ils ?

APOLLON.

Ma foi, voilà

Nos deux auteurs prêts à tomber... eux-mêmes.

MERCURE.

250   Il faut pourtant les secourir.

APOLLON.

  Hola !

Venez : soutenez-les, Génies;

C'est l'unique bienfait, le seul que de leurs vies

Auront reçu de vous ces Messieurs-là.

Deux Génies les prennent par le bras, et les mènent vers la coulisse.

SCÈNE VII.
La Critique, Apollon, Mercure.

APOLLON, à la Critique.

C'est vous dont la présence a su nous en défaire.

MERCURE.

255   Pour les favoris de mon frère

Vous êtes donc un objet de frayeur ?

LA CRITIQUE.

Oui : j'ai souvent le don de leur déplaire ;

Mais c'est surtout aux sots que je fais peur.

Aux bons auteurs souvent je plais, quoique sévère.

260   Hé ! Quel succès pourrait flatter,

Si je n'avais soin d'habiter

Dans le parterre, ou de m'asseoir en loge ?

Il faut savoir discerner les défauts,

Pour pouvoir aux beautés donner un digne éloge ;

265   Le sot peut seul prétendre aux louanges des sots.

MERCURE.

Oui : mais pourtant on vous déchire

En plus d'un lieu. La Critique, dit-on,

Déraisonne souvent, et se plaît à médire.

Est-ce-là votre portrait ?

LA CRITIQUE.

Non.

270   Et si l'on déraisonne, ou si l'on cherche à nuire,

Ce n'est pas moi ; c'est sous mon nom

Ou l'ignorance, ou la satire.

Mais, souffrez une question.

Montrant la troupe des Génies qui va et vient dans le fond du théâtre.

Est-ce-là l'essaim des Génies,

275   Qui forme en tout temps votre cour ?

APOLLON.

Oui, c'est par eux que je sais tour-à-tour

Ranimer des talents les palmes défleuries.

C'est à moi de les protéger ;

Car tout ce qui plaît, m'intéresse ;

280   J'adopte également la gaîté, la tendresse ;

Nul talent ne m'est étranger.

J'envoie au poète caustique,

Qui de la parodie arbore l'étendard,

Ce Génie à l'air goguenard,

285   Au maintien familier, au rire sardonique.

Voyez cet autre au marcher sautillant,

Au visage étranger, à la taille fluette;

C'est lui que je dépêche à quiconque entreprend

De mesurer des mots pour faire une ariette,

290   Celui-ci dont le pied léger et libertin

En moins de rien va trottant par la ville,

Cet espiègle joyeux à l'oeil vif et malin,

A le district du vaudeville.

Mais j'entends mes soeurs : les voilà.

LA CRITIQUE.

295   Je me sauve.

APOLLON.

  Non : restez-là.

Votre aspect ne peut leur déplaire.

Honnête et sage, avec cela

Vous leur serez utile et chère.

On voit dans le fond Melpomène qui s'avance, appuyée sur le Génie de Corneille, et Thalie qui mène par la main le Génie de Molière.

LA CRITIQUE.

Quel est cet écuyer qui conduit gravement

300   Melpomène ?

APOLLON.

  C'est un Génie :

Celui du grand Corneille. Avec cérémonie,

D'Auguste il a choisi l'air et le vêtement.

LA CRITIQUE.

Je m'en doutais. On doit le reconnaître

À ses cheveux blanchis sous le laurier,

305   À son air vénérable, à son front noble, altier ;

L'oeil croit voir Corneille renaître.

C'est un Génie encor que vers nous si gaîment

Mène Thalie ?

APOLLON.

Oui, justement.

C'est celui de Molière : à ses mânes fidèle,

310   Il a voulu garder les traits de Sganarelle.

LA CRITIQUE.

Oui, c'est lui-même. Assurément

Je n'aurais pas du m'y méprendre.

Ce front exprime bien ce que sa plume écrit !

Si son oeil sut scruter les travers de l'esprit,

315   Oh ! comme sa figure est propre à nous les rendre !

SCÈNE VIII.
Thalie et Melpomène, le Génie de Corneille, et le Génie de Molière, Apollon, Mercure, la Critique.

APOLLON, présentant la Critique.

J'ai cru qu'au défaut de mes soeurs

C'était à moi de faire les honneurs.

MELPOMÈNE.

Je vous en sais bon gré, mon frère.

À la Critique.

Vous n'êtes pas en ces lieux étrangers.

320   Prêtez à l'art un secourable appui ;

Mais ne croyez jamais valoir autant que lui ;

À ce prix-là, vous pouvez, pour la vie,

Compter sur nos coeurs généreux.

Vous le voyez : chacune de nous deux

325   Est fidèle à son vieux Génie.

LA CRITIQUE.

Ce n'est pas-là ce qu'on pense à Paris :

Pardon, si je me fais ici son interprète ;

Mais s'il faut vous juger d'après vos favoris,

Vous avez bien changé d'esprit et de toilette !

THALIE.

330   C'est trop d'honneur que l'on nous fait.

Dès qu'un nouvel auteur sur la scène s'élance,

C'est nous qui l'inspirons ; et l'on nous fait d'avance

Complices de chaque forfait,

Lorsque sur tout cela nous sommes en effet

335   De la plus parfaite innocence !

MERCURE, aux deux Génies.

Mais pardon, illustres Rivaux,

Qui jadis inspiriez et Corneille et Molière ;

Si l'on en croit certains propos,

Vous vous dédommagez par un bien long repos

340   De votre fatigue première.

LE GÉNIE DE CORNEILLE.

Après avoir conduit à l'immortalité

Corneille, dont le nom doit fleurir d'âge en âge,

Mon repos a-t-il donc été

Inutile ? Racine ? Il eut pour apanage

345   Le sentiment, l'urbanité ;

En sa faveur j'adoucis ma fierté.

Peut-être moins nerveux, plus élégant, plus sage,

Il fit parler au coeur un plus tendre langage.

Crébillon méconnut la parure et le fard ;

350   Trop fier pour obéir même aux règles de l'art,

Il adopta pour loi l'instinct et la nature ;

Il traça des forfaits l'énergique peinture,

Et fit par la terreur aiguiser mon poignard.

Après ces trois héros, qu'adore le Permesse,

355   On m'eût permis peut-être, au sein de la mollesse,

De sommeiller jusqu'aujourd'hui.

Mais j'adoptai Voltaire ; il sut, dès sa jeunesse,

Des trois genres connus en créer un pour lui,

Et de jeunes lauriers j'honorai sa vieillesse :

360   Sans ressembler, il sut, par des efforts nouveaux,

Manier tour-à-tour, avec la même adresse,

Les trois poignards de ses rivaux.

LE GÉNIE DE MOLIÈRE.

Pour moi, je l'avouerai, quand on eut vu Molière

Tomber sous le ciseau fatal,  [ 8 Ciseau fatal : Il s'agit du ciseau que la Parque utilise pour couper le fil de la vie.]

365   Je voulus, pour garder sa gloire toute entière,

Qu'il eût des successeurs, et n'eût pas un rival.

C'était de ses travaux la digne récompense.

Mais, ne m'a-t-on pas vu depuis

Régénérer souvent la gloire de la France,

370   Et par d'autres essais consoler ses ennuis ?

Regnard vif et brillant, armé de la saillie,  [ 9 Régnard, Jean-François (1657-1709), auteur entre autres du Distrait et du Joueur.]

A fait rire, en peignant le Joueur furieux ;

Destouches, sur la scène un peu trop ennoblie,  [ 10 Néricault Destouches, Philippe (1680-1754), académicien et auteur entre autres du Glorieux.]

A corrigé le Glorieux.

375   Dufrény, dont j'aimai la verve originale ;  [ 11 Rivière Dufresny, Charles (1648-1724), auteur entre autres de Attendez moi sous l'orme, ou Le Jaloux honteux ou La Joueuse.]

Dancourt gai, naturel, quelquefois emporté  [ 12 Dancourt, Florent Carton dit (1661-1725), comédien et auteur de très nombreuses comédies.]

Par son humeur... trop joviale ;

Le tendre La Chaussée, un peu sobre en gaîté ;  [ 13 Nivelle de la Chaussée, Pierre-Claude (1691-1754) auteur auquel ont doit l'École des mères, La Fausse Antipathie, Le Rival de lui-même.]

Et Lesage, qui plus caustique  [ 14 Le Sage, Alain-René (1668-1747) romancier et dramaturge auteur d'Opéras comiques et de comédie où figure dans le titre le personnage d'Arlequin.]

380   Du sel de l'épigramme anima ses tableaux ;

Et d'autres, dont ma main dirigea les pinceaux,

Ont encore agrandi le domaine comique.

Et n'ai-je pas naguère enrichi l'Hélicon

De la Métromanie, ouvrage que Molière

385   Avouerait, j'en suis caution,

Enfant cher à Thalie, et si beau que Piron  [ 15 Piron, Alexis (1689-17..) auteur auquel ont doit La Métromanie, l'École des mères, La Fausse Antipathie, Le Rival de lui-même.]

Fut surpris d'en être le père ?

Voilà tous nos forfaits que nous vous dévoilons.

Quant à Mercure, il peut railler sans nous déplaire ;

390   On doit, lorsqu'on a des ailes aux talons,

Avoir la tête un peu légère.

APOLLON, à Mercure.

Ah ! Vous l'avez voulu, mon frère.

Aux deux Muses.

Mais de ce nouveau Temple où l'on va s'installer,

Que pensez-vous ? Qu'est-ce qu'il vous inspire ?

MELPOMÈNE, gravement.

395   Je le trouve fort bien.

THALIE.

  Je n'y vois rien à dire.

MELPOMÈNE.

Que de larmes y vont couler !

THALIE.

Oh ! Comme j'y vais faire rire !

Pendant cette conversation, le Mauvais Goût arrive sans bruit, et se glisse furtivement au milieu de l'assemblée.

LA CRITIQUE, l'aperçoit et s'écrie :

Le Mauvais Goût !

Ce cri est répété de bouche en bouche.

Le Mauvais Goût !

Le Mauvais Goût ! Le Mauvais Goût !

THALIE.

Mon Frère,

400   À l'aide !

APOLLON.

  On peut vous en défaire.

Voici mon talisman. Nous en viendrons à bout.

Apollon donne un grand coup de sifflet, et le Mauvais Goût est précipité dans une trappe qui s'entrouvre.

THALIE.

Comme il a disparu !

APOLLON.

Que la même disgrâce

Le suive dans tous les climats !

S'il reparaît ici, qu'aussitôt il s'efface,

405   Et que l'oeil cherche en vain la trace de ses pas.

MERCURE.

Mais comme de sa cendre il se plaît à renaître,

À la porte il faudrait, je crois, le consigner.

LA CRITIQUE.

Sans peine on peut le désigner ;

Il est facile à reconnaître.

MELPOMÈNE.

410   Toujours sec, ou gonflé.

THALIE.

  Son corps n'est jamais droit.

Il boite.

LA CRITIQUE.

Sa toilette est une bigarrure ;

Chaque couleur y trouve une couleur qui jure.

APOLLON.

Son habit est toujours trop large ou trop étroit.

THALIE.

Il louche.

LA CRITIQUE.

Il met du blanc.

MELPOMÈNE.

N'importe, quoiqu'il fasse...

415   Mais deux de nos Acteurs viennent pour prendre place;

Il faut les installer.

SCÈNE IX ET DERNIÈRE.
Les précédents, Un Acteur Tragique, habillé en Orosmane, ou sous un autre habit tragique, mais sans poignard, Un Acteur comique, en habit de Crispin, mais sans épée.

MELPOMÈNE, à l'Acteur Tragique.

Venez, l'un des enfants

D'une Famille qui m'est chère,

Qui fut de ma gloire en tout temps

L'organe et le dépositaire.

420   Approchez-vous, et de ma main,

Prenez mon poignard.

THALIE, à l'Acteur Comique.

Vous, le glaive de Crispin.

Melpomène donne son poignard à l'acteur tragique ; et Thalie prend des mains d'un des Génies l'épée de Crispin, qu'elle remet à l'Acteur Comique.

MELPOMÈNE, au Tragique.

Portez dans tous les coeurs les plus tendres alarmes ;

Et recevez avec ce noble acier

Le pouvoir d'arracher des larmes.

THALIE, au Comique.

425   Vous, le don de les essuyer.

L'ACTEUR TRAGIQUE, à Melpomène.

Grâce vous soit rendue, auguste Melpomène !

Vous pouvez seule nous donner

Le droit de disputer les lauriers de la scène;

Une autre main doit nous les décerner.

L'ACTEUR COMIQUE, à Thalie.

430   Me voilà donc sous les armes comiques !

Mais aidez-moi, vous le pouvez,

À faire enregistrer mes Lettres Dramatiques

Au Tribunal que vous savez.

APOLLON.

Consacrons ce grand jour par de justes hommages.

435   Découvrez-nous ces bustes glorieux.

La toile du fond se lève et laisse voir les bustes des auteurs dramatiques.

Que des Lauriers religieux

Couronnent par vos mains ces augustes Images!

Allez ? Ces marbres vivants,

Allez tous rallumer le flambeau des talents.

La Pièce est terminée par un divertissement, ou une marche, dans laquelle les Génies et les Comédiens en corps, vont couronner les Bustes.

 


Lu et approuvé pour la représentation et pour l'impression. À Paris, le 12 Mars 1782. Signé, SUARD.

Vu l'Approbation, permis de représenter et d'imprimer. À Paris, ce 13 Mars 1782. Signé, LE NOIR.

Notes

[1] Styx : Fleuve qui, selon la mythologie, coulait aux enfers ; les dieux juraient par le Styx, et ce serment ne pouvait être violé. [L]

[2] Vers 75, Traduction du latin : "o tempora, o mores" tiré des Catilinaires de Cicéron.

[3] Laurier : Arbre dont le tige est unie et sans noeud. Se dit figurément en morale, pour signifier la gloire d'un triomphe, d'une conquête. [F]

[4] Épigramme : espèce de poésie courte qui finit par quelque pointe ou pensée subtile. [F]

[5] Bigarrure : Mauvais assortiment de couleurs ou d'ornements sur un habit, sur des meubles, etc. Si dit aussi des ouvrages d'esprit composés de plusieurs choses qu'i n'ont aucune liaison ni relation ensemble. [L]

[6] Racine, Jean (1639-1699) : académicien et auteur de tragédies dont Andromaque, Britannicus, Bénérice, Iphigénie, Phèdre, Esther, Athalie et d'une comédie Les Plaideurs.

[7] Corneille, Pierre [1606-1684] : académicien et auteur de plus de 30 comédies et de tragédies dont La Veuve, l'Illusion comique, Le Cid, Cinna, Horace, Pompée, Othon, Médée, Attila, Tite et Bérénice.

[8] Ciseau fatal : Il s'agit du ciseau que la Parque utilise pour couper le fil de la vie.

[9] Régnard, Jean-François (1657-1709), auteur entre autres du Distrait et du Joueur.

[10] Néricault Destouches, Philippe (1680-1754), académicien et auteur entre autres du Glorieux.

[11] Rivière Dufresny, Charles (1648-1724), auteur entre autres de Attendez moi sous l'orme, ou Le Jaloux honteux ou La Joueuse.

[12] Dancourt, Florent Carton dit (1661-1725), comédien et auteur de très nombreuses comédies.

[13] Nivelle de la Chaussée, Pierre-Claude (1691-1754) auteur auquel ont doit l'École des mères, La Fausse Antipathie, Le Rival de lui-même.

[14] Le Sage, Alain-René (1668-1747) romancier et dramaturge auteur d'Opéras comiques et de comédie où figure dans le titre le personnage d'Arlequin.

[15] Piron, Alexis (1689-17..) auteur auquel ont doit La Métromanie, l'École des mères, La Fausse Antipathie, Le Rival de lui-même.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies