LE MAGISTER

COMÉDIE.

Représentée pour la première fois à la Comédie-Française, le 15 janvier 1877.

(235e ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE MOLIÈRE)

Préface d'Auguste VITU

1887

ERNEST D'HERVILLY

PARIS L. FRINZINE, ÉDITEUR 112, Boulevard Saint-Germain, 112


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 17/04/2017 à 00:58:46.


PRÉFACE

Le nombre des pièces de théâtre dont Molière a été le héros, le sujet ou le prétexte, est cent fois plus considérable que celui de ses chefs-d'oeuvre. Mis à la scène de son vivant par des critiques ou des jaloux, les apothéoses commencèrent au lendemain de sa mort, il y a deux cent quatorze ans. Depuis ce temps, nos grands théâtres littéraires n'ont pas laissé passer une seule fois l'anniversaire de sa naissance, le 15 janvier 1622, sans le célébrer par quelque hommage pieux, pièces de circonstance, compliments en vers, etc.. On en ferait une bibliothèque, qui comprendrait certainement plus de mille compositions diverses. Plusieurs d'entre elles, dues à de jeunes écrivains, qui, au début de leur carrière, se plaçaient sous le patronage du grand poète comique, ne sont pas indignes de survivre à l'occasion qui les vit naître.

Je dis cela particulièrement pour mon ami Ernest d'Hervilly qui, à cinq anniversaires différents, a célébré Molière, partageant le ferveur de son culte entre les deux temples consacrés, la Comédie-Française et l'Odéon.

C'est ainsi que le Malade réel, le Docteur sans pareil, le Magister, Poquelin père et fils et, en dernier lieu, Molière en prison, firent applaudir le nom d'Ernest d'Hervilly, qui d'ailleurs possède tant de titres à l'estime des lettrés. L'auteur de la Belle Saïnara, du Parapluie, et d'autres délicieuses comédies, pleines d'originalité, de grâce et d'esprit, n'a-t-il pas écrit des livres charmants, qui lui ont valu deux fois les palmes de lauréat de l'Académie française ; non moins que le titre, maintenu fort rare, d'officier de l'Instruction publique ? Parmi ces livres d'une lecture attrayante et souriante, il en est deux, les Contes pour les grandes personnes et Mesdames les Parisiennes, que de bons juges n'ont pas craint de comparer aux plus fines Sketches de Charles Dickens.

Il faut beaucoup d'esprit pour louer dignement Molière et aussi beaucoup de tact ; car ce grand génie, fait de haute raison et de bon sens, impose à ses admirateurs, avec le respect de ces qualités maîtresses, le souci de la langue et l'approbation des honnêtes gens.

En réunissant aujourd'hui le faisceau des compositions moliéresques d'Ernest d'Hervilly, son intelligent éditeur rend un véritable service non seulement aux admirateurs de Molière, mais aussi aux bibliothèques scolaires et aux théâtres de salon. Il n'est pas un seul de ces petits poèmes dramatiques qui ne réponde aux sentiments simples et touchants de la morale la plus pure. L'amour paternel et l'amour filial, l'enthousiasme de l'art et de la poésie, mis en lumière et aiguisés par les traits innocents d'un esprit vif et clair, ce sont là des tableaux et des idées qui sont assurés de plaire aux jeunes gens comme aux jeunes filles, à leurs grands parents comme à leurs éducateurs.

Ernest d'Hervilly, dont l'originalité personnelle est très accentuée et qui lui donne une parure sonore de rimes étincelantes, ne se contente pas d'admirer Molière en poète, il s'attache à le faire aimer ; en le montrant dans des situations, quelquefois inventées, il le peint tel qu'il fut réellement, éloquent, généreux, hardi dans ses conceptions, constant dans ses amitiés comme dans ses principes, adorable toujours, et, qu'on me passe le mot qui rend exactement ma pensée par une comparaison familière, bon comme le bon pain.

Auguste Vitu.

4 janvier 1887.


À MON AMI C. COQUELIN, L'admirable comédien.


PERSONNAGES.

MOLIÈRE ... M. C. COQUELIN.

GEORGES PINEL, Magister ... M. COQUELIN-CADET.

JEAN POQUELIN, maître tapissier ... M. Barré.

Paris, 1643.

Extrait de CINQ ANNIVERSAIRES DE MOLIÈRE 1874 - 1875 - 1877 - 1881 - 1886 COMÉDIES EN VERS.


LE MAGISTER...

La scène se passe dans l'école que dirige maître Georges Pinel. Un alphabet, une carte, un tableau noir, sont pendus à la muraille. Bancs et tables. Chaise.

SCÈNE I.
Maître Georges Pinel, Maître Jean Poquelin.

PINEL, à Poquelin, qu'un valet introduit.

Il sert vivement un verre et une bouteille qu'il tenait à la main.

Maître Jean Poquelin ! - Eh ! Quel bon vent l'amène ?

POQUELIN, l'air abattu.

Maître Georges Pinel !...

PINEL, lui coupant la parole avec empressement.

Çà, prenez donc la peine

De vous seoir. - Ce fauteuil, - que vous m'avez vendu,

(Siège excellent d'ailleurs !) à vos flancs est tout dû !

5   Qu'est-ce ? Que voulez-vous ? - Ou je fais un vain rêve,

Ou vous m'allez donner quelque nouvel élève ?

Tout à votre service en ce cas. - Me voici

Prêt à lui révéler la science.

Il montre une férule.

Et ceci...   [ 1 Férule : Petite palette de bois ou de cuir avec laquelle on frappe les écoliers dans la main. [L]]

POQUELIN.

Maître Georges Pinel...

PINEL, avec volubilité.

Nous en ferons un homme !

10   Parlant grec comme à Sparte, et latin comme à Rome,

Et qui fera, corbleu, sans aide son chemin !

D'abord, je veux qu'il ait une très belle main.

Car je suis avant tout un maître d'écriture...

POQUELIN.

Maître Georges Pinel...

PINEL.

Ah ! L'heureuse aventure !

15   Que je suis satisfait de vous voir bien portant !

Jean- Baptiste va bien ?... Vous en êtes content ?

Allons, tant mieux !... Parfait ! Charmant fils ! Heureux père !

Diablezot ! - Comme ils font à tous les deux la paire !

Ce cher petit garçon !... C'était mon préféré...

POQUELIN.

20   Maître Georges Pinel, je suis désespéré.

Oui, j'ai perdu mon fils !

PINEL.

Perdu ! Vous voulez rire !

Mais il vivait hier ? - Même il a su m'écrire

Qu'il viendrait, ce jourd'hui, me visiter chez moi.

Ah ! Par exemple, non, je ne sais pas pourquoi

25   Il a besoin de voir son ancien pédagogue...

POQUELIN, avec désespoir.

D'un beau commencement détestable épilogue !

Je vous dis que mon fils est perdu ! - Votre ancien

Élève...

PINEL.

Qu'est-ce donc ?

POQUELIN.

Il est comédien !

PINEL.

Comédien !

POQUELIN.

Hélas !

PINEL.

On se fait un fantôme

30   D'un rien, souvent. Voyons...

POQUELIN.

  Non, non, au jeu de Paume

Des métayers, là-bas, au faubourg Saint-Germain,

Sur « l'Illustre-Théâtre », - il débute demain !

PINEL.

Jean-Baptiste ?

POQUELIN, douloureusement.

Hélas ! Oui... près la porte de Nesles,

Sur d'infâmes tréteaux !

PINEL.

Planches peu solennelles,

35   En effet ! - Mais pourquoi, grand Dieu ? Par quel hasard ?

POQUELIN.

Pourquoi ? Pour suivre, hélas ! Madeleine Béjard !

Une histrionne !!...

PINEL.

Oh ! Oh ! La chose est singulière !

POQUELIN.

Il a quitté mon nom pour celui de... Molière !

PINEL.

Diablezot !

POQUELIN.

Plaignez-moi, maître Georges Pinel !

40   Il a fui pour jamais le logis paternel !

PINEL.

Diantre !

POQUELIN.

Hélas ! J'ai tout fait pour ramener le drôle ;

Soins superflus ! Parents, amis, à tour de rôle,

Ont essayé de lui faire entendre raison :

En vain ! Il ne veut pas rentrer à la maison.

PINEL.

45   Voyez-vous !...

POQUELIN.

  Je n'ai plus qu'en vous seul d'espérance.

Vous êtes magister, et, dans cette occurrence,

Vous seul saurez trouver, pour le toucher, le point

Faible chez lui, le mot qu'on ne rétorque point,

L'argument qui peut vaincre un esprit indocile.

50   Cette besogne-là doit vous être facile ?

Donc, je viens vous prier de m'aider aujourd'hui

À semondre mon fils afin qu'il rentre chez lui.

À peine il a vingt ans ! Il vous aime, et peut-être,

Et sans doute, il aura du respect pour son maître...

PINEL.

55   Oui, vous avez raison, maître Jean Poquelin,

De penser que je puis me montrer plus malin

Que vos amis et que... vous-même, en cette affaire :

L'homme disert en moi, c'est l'homme qu'on préfère...

Je saurai lui parler de la bonne façon ;

60   Je le ramènerai chez vous, petit garçon

Comme devant. - Allez, c'est une chose faite !

Vous allez assister, de près, à sa défaite...

On vient ?... C'est lui sans doute.

Il lui ouvre une porte.

Allons, entrez ici.

Je vous rappellerai quand j'aurai réussi

65   À vous le relancer sur son ancienne piste...

Maître Poquelin entre dans un cabinet.

SCÈNE II.
Maître Georges Pinel, Molière.

MOLIÈRE, gai, l'oeil brillant de joie.

Maître Pinel, bonjour.

PINEL.

Ah ! Bonjour, Jean-Baptiste...

Avec ironie et saluant bas.

Seigneur comédien... entrez donc...

MOLIÈRE.

Vous savez ?...

PINEL, prenant l'air grave.

Oui, monseigneur, je sais tout ce que vous rêvez...

Et tout ce qui vous pend au nez en fin de compte...

70   Une mort misérable après des jours de honte !...

MOLIÈRE, qui l'a écouté avec surprise.

Très bien, maître Pinel !... Je vous donne un bonsoir...

Adieu !...

Il tourne les talons.

PINEL, le rattrapant par l'épaule.

Par Jupiter !... Venez donc vous asseoir

Et m'écouter, Monsieur...

MOLIÈRE.

Non pas de sermon, maître.

Sur ce point-là je suis sourd autant qu'on peut l'être ;

75   Je serai, malgré tout et tous, comédien,

Et cent mille discours ici ne feront rien...

PINEL, le tenant par le collet.

Comédien ! - Corbleu, l'enviable carrière !

Mais, fou, regarde donc un instant en arrière !

Pense à ce que, là-bas, tu laisses pour jamais.

80   Vois la maison honnête et riante où tu mets

Le déshonneur plus rude encore que la peine ;

Où tu romps méchamment l'antique et forte chaîne

Faite par le travail et par la probité

Dont chacun des tiens fut un anneau respecté !

85   Vois, dans cette maison, le soir, ta place vide

Qu'un vieux père au front pâle où se creuse la ride

Contemple avec des yeux que les pleurs ont brûlés.

Vois tes frères, ta soeur, ces doux inconsolés,

Regarder à leur tour d'un oeil timide et triste

90   Le siège abandonné par l'ingrat Jean-Baptiste...

Où sera-t-il alors, ce vagabond sans coeur ?

Il sera, tout meurtri par le destin moqueur,

Au revers d'un fossé, mourant de faim sans doute !...

MOLIÈRE, riant.

Bah ! - J'ai peu d'appétit.

Sérieusement.

- Non, Je suivrai la route

95   Que je me suis tracée, et d'un coeur sans effroi !

PINEL.

Tapissier, et valet de la Chambre du Roi !

Comme ton père, et riche ! Et bourgeois de la ville !

Salué d'un chacun d'une façon civile !

Tel est le sort heureux qui t'attend si tu veux

100   Renoncer à l'objet de tes absurdes voeux !...

Allons c'est entendu... C'est une folie ?

La tempête est passée, et voici l'embellie.

MOLIÈRE.

Le dessein que j'ai pris nul ne le changera :

Comédien veux être ; advienne que pourra !

105   Mais que parliez-vous donc de déshonneur, mon maître ?

Quel que soit son métier, l'homme ne peut-il être

Ferme et droit dans le bien, s'il le veut ? Et pourquoi

N'aurait-il pas, - fût-il un acteur comme moi,

Si dans le bon chemin son pas n'a rien d'oblique,

110   Le même droit que tous à l'estime publique ?

Non ! Les honnêtes gens, en tous lieux, vont de pair.

Soc de charrue ou bien lame d'épée, un fer

Pur et de bonne trempe a partout son mérite.

L'honneur n'est pas un bien qu'en naissant on hérite.

115   On l'acquiert, on le gagne à force de vertu ;

Seul on est l'artisan de son honneur, vois-tu.

Mais le talent, ami, ne gâte pas la chose.

En entrant au théâtre enfin je me propose

De marcher le front haut, fidèle à l'équité,

120   Serviteur du beau seul et de la vérité.

Au théâtre on en sait qui furent l'honneur même !

Vous m'apprîtes jadis comment Aristodème

Fixa longtemps des Grecs les changeantes humeurs ;

Cet acteur excellent et d'excellentes moeurs

125   Étant trouvé par tous aux grands rôles idoine

Devint ambassadeur de Grèce en Macédoine.

Bien d'autres, - dont les noms ne sont point superflus,

Ésope, Roscius, Théodore, Polus,

Furent très estimés des gens de leur époque.

130   Leur science, leur art, dont le nom seul vous choque,

Étaient fort enviés par leurs contemporains,

Philosophes, héros, voire des souverains ;

Et votre Cicéron lui-même, votre idole,

Réglait sur Roscius son geste et sa parole,

135   Et de plus le traitait et de maître et d'ami.

Eh bien ! Je veux aussi, moi, figurer parmi

Ces braves gens de coeur dont s'honore la scène

Et le monde ! Est-ce donc ambition malsaine ?

Je ne suis qu'un enfant, soit, et présomptueux,

140   Sans talent encor, soit ; mais fier et vertueux,

Résolu de bien faire en toute circonstance

Tout en vouant à l'art mon entière existence.

Oui, c'est la gloire, ami, que je veux obtenir ;

Mais, si ce rameau d'or je ne puis le tenir

145   Dans mes mains en mourant, oh ! Va ! Du moins mon âme

S'envolera sans tache et pure de tout blâme !

Je veux qu'on dise, après la chute du rideau :

Molière ? Transiit benefaciendo.

PINEL.

La gloire ? - Est-ce la gloire, enfant, que ces nasardes,

150   Que ces coups de bâton ou de pied ?...

MOLIÈRE, lui coupant la parole d'un geste.

  Tu hasardes,

En ce moment, des mots du vulgaire chéris !

La gloire d'un acteur de son bel art épris

C'est de ne faire qu'un avec son rôle en somme ;

C'est de prendre des mots et d'en créer un homme,

155   Fût-ce un valet, - qui soit criant de vérité.

Donc le coup de bâton par l'acteur supporté

Avec génie et grâce est digne de louange ;

Ce sont là jeux de scène, et sot est qui les range

Parmi les faits réels dont se ternit l'honneur.

160   Réserve ton dédain, mon cher, pour cet acteur

Titré qui devant rien de honteux ne recule,

Pour ce marquis de cour, histrion ridicule,

Qu'on voit, le poing aux reins et le regard vainqueur,

Recevoir en riant des coups de pied au coeur.

165   Réserve ton mépris surtout pour l'hypocrite,

Comédien infâme, et dont nul ne s'irrite

En ce monde où chacun masque sa lâcheté

Sous le nom de bel air et de civilité,

Où rien n'est plus haï qu'une mâle franchise.

170   Il faudra que quelqu'un pourtant vous brutalise

En vous criant tout net vos vérités un jour,

Faux amis, faux dévots, coquette au faux amour,

Menteurs masqués et fats dont l'âme est basse et louche !

Oui, quelqu'un le dira, l'écoeurement farouche,

175   Que l'honnête homme en soi sent parfois bouillonner,

En vous voyant autour de lui tourbillonner,

Coquins polis, charmants, la beauté sur la joue,

L'habit pailleté d'or, le coeur taché de boue !

Ah ! Celui-là sera plein d'intrépidité !

180   Ce n'est pas sans péril qu'on te sert, Vérité,

Et qu'on t'éveille enfin, Conscience assoupie.

Oui, sa vertu sera de la misanthropie

Et contre elle ameutés, hurleront tour à tour *

Le Temple et le Palais, et la Ville et la Cour.

PINEL.

185   Comme il fronde la Cour ! Ô jeunesse hardie !

MOLIÈRE.

D'ailleurs, je suis porté, moi, vers la tragédie...

PINEL.

Toi !

MOLIÈRE.

Moi ! J'ai mon projet. - ou je me trompe fort,

Ou, grâce à mes travaux, devant que je sois mort,

Je ferai, je le crois, un bon auteur tragique.

PINEL.

190   Diablezot ! Un auteur ! Un acteur ! Ô magique

Changement ! En dix ans à peine ! J'ai rêvé !

Un poète est éclos de l'oeuf que j'ai couvé !

MOLIÈRE.

Poète, tu l'as dit. - Et la première ride

Me viendra que j'aurai fini ma Thébaïde

195   Depuis longtemps !

PINEL.

  Ah bah ! - C'est une farce ?

MOLIÈRE.

  Oh ! Non.

C'est une tragédie, et j'en veux du renom.

Je ne dédaigne pas, je trouve fier et haute,

La gloire que jadis, dans le comique, Plaute,

Térence, Aristophane ont acquise.

PINEL.

Ah bien !

MOLIÈRE.

Mais

200   La gloire que j'envie, et dont je me promets

De tenter la conquête, est celle d'Euripide,

D'Eschyle et de Sophocle !... Aussi ma Thébaïde

A-t-elle tous mes soins ; et ce modeste enfant

Suivra de loin, qui sait ? Corneille triomphant !

PINEL.

205   En attendant, mon cher ?

MOLIÈRE.

  En attendant, mon maître

À l'Illustre-Théâtre, où je viens de me mettre,

Accommodant au goût du spectateur français

Les auteurs étrangers, nous jouons des essais

Qu'inspire la gaieté d'Espagne et d'Italie.

210   Oui, nous nous enivrons du rire de Thalie !

Oh ! Le joyeux métier que le nôtre !

PINEL, dubitatif.

Joyeux ?

MOLIÈRE, avec fougue.

Eh ! Qui serait morose aux rayons des grands yeux

Si tendres, bleus et noirs ?...

PINEL.

Oui, je comprends de reste :

Madeleine Béjard ! Une femme funeste !

MOLIÈRE.

215   Madeleine ! Funeste ! Ô blasphème infernal !

Alors, appelle aussi funeste le fanal

Qui guide le pilote errant dans la tempête

Vers le port souriant où la vie est en fête !

Madeleine est ma joie et ma force et mon but !

220   L'espoir, c'est dans ses yeux que mon âme le but !

C'est elle qui l'a faite invincible et ravie !

L'amour de Madeleine, à présent c'est ma vie !

Ah ! Condé qui vainquit, l'autre jour, à Rocroi,

Ne peut être plus fier ou plus heureux que moi !

225   Oui, je l'adore ! - Mais de loin ; - L'humble Molière,

Ébloui par l'éclat de cette étoile altière,

Rêve, les yeux fixés sur elle ; rêve vain,

Sans doute, rêve fou ! - Mais quel rêve divin !

Oh ! Comme l'avenir auprès de ce doux ange

230   M'apparaît tout fleuri d'un bonheur sans mélange !

Madeleine !... Ma femme !... Ô sort délicieux !

Ne souris pas ! - Son coeur n'est point capricieux.

Va, ne crains pas pour moi quelque triste aventure.

Non ! C'est une fidèle et noble créature !

235   Tu verras si j'ai tort de l'aimer, mon ami,

Quand tu la connaîtras, quand tu seras parmi

Les joyeux compagnons de l'Illustre-Théâtre...

PINEL, bondissant.

Hein ! - Que dis-tu ! Qui moi ? Moi ? Que je couvre de plâtre

Mon visage et devienne à mon tour bateleur !

240   Moi ! Pinel ! Magister !

MOLIÈRE, très naturellement.

  On connaît ta valeur,

Ta science étendue et ta faconde habile,

C'est justement pourquoi...

PINEL, se contenant.

Reste froide, ma bile !

Voyons, mon cher enfant, tu te moques...

MOLIÈRE.

Non pas !

On compte absolument sur ton concours, là-bas.

PINEL, avec plus de calme.

245   Tu veux !... Mais malheureux ! Mais c'est de la démence

Après ce que j'ai dit... Quoi ! Que je recommence

Ma vie et me transforme en bohémien errant ?

Ton métier, eh bien, soit ! N'est pas déshonorant,

Et peut-être, jadis, ma fougueuse nature

250   Avait-elle, elle aussi, le goût de l'aventure

Et de la gloire, mais à quarante ans passés,

On a d'autres désirs. - Ainsi, mon cher, assez.

Je vis de bonne soupe et non de belle gloire,

Et - Pourquoi le cacher ? - Mon plaisir est de boire

255   (Avec discrétion et quand je me sens las)

Le jus de ces grains noirs que soutient l'échalas

Lorsque la vigne, - À l'heure où septembre s'achève,

Semble avoir un peu trop pris de sa propre sève...

Ah ! La jeunesse peut parler d'un autre ton !

260   Mais à mon âge, foin des poulets de cartons,

Des jambons en bois peint et des superbes fioles

D'où les vins généreux ne coulent qu'en paroles !

Pauvres comédiens ! Quand arrive le soir,

Soupez-vous seulement d'eau claire et de pain noir ?

265   Rarement, n'est-ce pas ? J'en appelle à toi-même :

Là, de quoi dînes-tu ?

MOLIÈRE, gaiement.

Mais de ce que Dieu sème

Pour les oiseaux et pour les faiseurs de sonnets.

PINEL.

Allons donc ! - À vingt ans, certes, je reconnais

Que ce sont là festins dont le coeur se contente ;

270   Mais la gloire, l'amour, eh ! Cela ne sustente

Que médiocrement un ventre à cheveux gris !

MOLIÈRE.

On aurait des repas pour vous d'un autre prix,

Si jamais vous veniez vous joindre à notre troupe.

Elle n'est pas toujours en bois doré, la coupe

275   Où nous buvons ! Le vin qu'on y met, rouge et vif,

Non, ce n'est pas toujours un liquide fictif.

PINEL.

Ah ! Vous videz parfois...

MOLIÈRE.

Des bouteilles réelles !

Souvent ! Et les pâtés qu'on éventre près d'elles

Sont authentiques.

PINEL.

Bah !

MOLIÈRE.

Tel est notre destin !

280   Tenez, - C'était hier, - On partit le matin,

Libres et sans soucis...

PINEL, soupirant.

Ah ! Loin de moi ces rêves !

Ah ! M'en aller, au frais, et fuyant mes élèves,

Boire modestement un petit coup de vin...

MOLIÈRE.

285   Sous des arbres touffus ?...

PINEL.

  Ah ! Ce serait divin !

MOLIÈRE.

Donc nous étions partis, en emportant nos rôles,

Pour certain cabaret de Meudon, sous des saules,

Dont le chaume étoilé d'iris en fleur sourit,

De loin au batelier...

PINEL, soupirant.

Que ce toit a d'esprit !

MOLIÈRE.

290   Nous suivions dans les prés le bord de la rivière ;

Le brouillard matinal, où riait la lumière,

S'évaporait, laissant tomber sur les rameaux

Des perles et rubis comme en ont les émaux,

Ce qui charmait les yeux de nos belles compagnes.

295   Nous récitions des vers au milieu des campagnes,

En taillant des bâtons avec nos vieux couteaux.

Cependant l'horizon étageait ses coteaux

Verdoyants, d'où venait cette odeur âpre et fraîche

Dont le Parisien que sa ville dessèche

300   Se grise tout d'abord en rêvant que plus tard

Surgiront le vin clair et l'omelette au lard.

On riait. On chantait. Sur les herbes des rives

Courait, en les moirant, le reflet des eaux vives...

PINEL.

Ah ! Poète !... Le pur et ravissant tableau !

305   Ton paysage exquis me fait presque aimer l'eau.

MOLIÈRE.

On chantait. On riait. Rien d'ailleurs dans les poches !

Mais, bercés dans le cuir de diverses sacoches,

Quelques flacons, remplis d'excellent jurançon,

Mêlaient à nos refrains leur gentille chanson...

PINEL.

310   Tais-toi ! Tais-toi, serpent ! Ou rends-moi ma jeunesse !

MOLIÈRE.

Un jambon de Gascogne et des pains de Gonesse

Chargeaient les dos... émus de Beys et de Clairin.

Catherine Bourgeois portait le sel marin

Que nous livre à des prix effrayants la gabelle...

315   Puis venait Madeleine... Ah ! Dieu ! Qu'elle était belle !

Puis venait, blanche et fine et droite comme un lys,

Un pâté sous le bras, la blonde Des Urlis ;

Nicolas Bonenfant, qui ne fut jamais pingre,

Accompagnait, de près, Catherine Malingre,

320   Une longe de veau de Rivière à la main ;

Puis, s'avançaient encore, émaillant le chemin,

Geneviève et Joseph Béjard, graves et dignes,

Et ceux-ci - Saluez ! - portaient le jus des vignes !   [ 2 Telle était la composition de la troupe de l'Illustre Théâtre en 1640. [NdA]]

Et moi qui les suivais, regardant les oiseaux

325   Qui se parlaient d'amour aux pointes des roseaux,

Et j'avais dans les mains, pensive arrière-garde,

Le vinaigre rosat, le poivre et la moutarde !

PINEL, salivant.

Ô délices ! Tais-toi !

MOLIÈRE, poursuivant.

Voici le cabaret...

PINEL.

Ah ! Je le vois d'ici ! - Tais-toi ! Point de portrait !

330   Non ! Grâce ! Je me meurs de soif rien qu'à t'entendre.

MOLIÈRE.

Que te dirai-je, ami ? Le jambon était tendre

Et le vin fut trouvé digne de Rabelais ;

Tandis que son velours caressait nos palais

Lentement, fréquemment, en pieuse rasade,

335   Pinel se passe la langue sur la lèvre.

Négligemment.

Nous pensions à trouver un nouveau camarade

Qui daignât partager nos glorieux travaux,

(Vin compris) et reçût avec nous des bravos.

Il nous manque un Docteur, enfin, celui qu'on nomme

340   En scène le Pédant... - Et tu serais cet homme,

Toi, si tu le voulais, et parfait, c'est certain !

Ton éloquence est grande et tu sais du latin.

PINEL, réfléchissant.

C'est vrai.

MOLIÈRE.

Tu meurs d'ennui dans ta classe poudreuse,

Attaché par la patte, - et c'est viande creuse

345   Ce que met sous ta dent le métier d'écrivain.

PINEL.

C'est encor vrai.

MOLIÈRE.

Voyons, sans te montrer trop vain,

Tu peux dire : je vaux mieux que cela ! - Mon maître,

Jette-moi la férule au diable ! Et viens paraître

Sur un théâtre illustre où tes talents cachés,

350   Qu'en pure perte ici je trouve desséchés,

Éclateront au jour, applaudis de la foule !

Ta vie en ce trou noir absurdement s'écoule !

Rien de vivifiant, et jamais un plaisir !

L'occasion est bonne, allons, viens la saisir !

PINEL, très ébranlé.

355   Au fait et pourquoi pas ?

MOLIÈRE, insistant.

  Ah ! Peut-être... ton âge ?...

PINEL, piqué.

Mon âge ? Eh ! Que dis-tu ? Mais je fais bon ménage

Avec mes quarante ans... à peine... et j'ai bon oeil.

Mon âge ! - Je n'ai pas commandé mon cercueil !

Mon âge ! Tu verras si j'ai la jambe sûre !

360   Je serai le Pédant, tudieu ! Par la fressure

D'Aristote ! - Partons !

Jean Poquelin sort du cabinet.

SCÈNE III.
Les Mêmes, Jean Poquelin.

POQUELIN, se frottant les yeux, à Pinel.

Cordieu, Maître Pinel !

Ah çà ! Votre sermon est-il donc éternel ?

Ou bien m'oubliez-vous dans cette affreuse salle

Dont les chats et les rats ont fait une Pharsale ?

365   Par la corbleu, j'enrage ! - Ah ! N'était mon métier,

Oui, j'eusse là-dedans tout brisé sans quartier !

Mais, tapissier, je dois le respect aux demeures...

Est-ce fini, voyons - J'attends depuis trois heures !

PINEL.

Oh ! - Je n'y pensais plus !

POQUELIN, le secouant.

Êtes-vous endormi ?

370   Corbleu ! Répondez-moi !

PINEL, hésitant.

Ma foi, mon bon ami...

MOLIÈRE, lui tendant les bras.

  Mon père !

POQUELIN, le repoussant.

Non, monsieur ! À moins que ce digne homme

Ne vous ait converti, - Je vous regarde comme

Un étranger... Allez avec vos baladins !

À Pinel.

Eh bien, Maître Pinel ?

PINEL.

Criblez-moi de dédains,

375   Maître Jean Poquelin ; j'en suis tout à fait digne.

POQUELIN.

Comment ? Que dites-vous ?

PINEL.

Monsieur, demain je signe

Un long engagement avec votre fils.

POQUELIN, stupéfait.

Quoi !

Vous vous faites acteur !

PINEL.

Oui, monsieur, dans l'emploi

Du Pédant.

POQUELIN.

Ah ! Vieux fou !

PINEL.

Monsieur !

POQUELIN.

C'est effroyable !

MOLIÈRE.

380   Mon père ! Un mot ! Pardon !

PINEL, avec plus de calme.

Monsieur !

POQUELIN.

  Allez au diable !

Sortie furieuse de Poquelin.

SCÈNE IV.
Maître Georges Pinel, Molière.

PINEL.

Cet homme assurément n'aime pas les beaux-arts.

Bah ! Vive le théâtre et ses joyeux hasards !

À Molière.

Mais te voilà maudit comme le jeune Oreste ?

MOLIÈRE.

Va, contre cet arrêt déjà mon coeur proteste.

385   Il m'aime : avec le temps je serai pardonné.

Oui, mon père, et le nom que je me suis donné,

Je le jure, toujours frappera ton oreille

Honnêtement, orné d'une estime pareille

À celle qu'à ton nom chacun accorde. Enfin

390   Je veux que ce vieux nom respecté, Poquelin,

C'est mon ambition et je te la révèle,

Doive au nom de Molière une gloire nouvelle !

 


Notes

[1] Férule : Petite palette de bois ou de cuir avec laquelle on frappe les écoliers dans la main. [L]

[2] Telle était la composition de la troupe de l'Illustre Théâtre en 1640. [NdA]

 Version PDF 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies