PATTE-EN-L'AIR

MONOLOGUE EN VERS

dit par COQUELIN Cadet, de la Comédie Française.

PRIX : UN FRANC

MD CCCLXXXIII. Tous droits réservés.

de Georges Feydeau

PARIS, LIBRAIRIE THÉÂTRALE, L MICHAUD, éditeur, 14 rue de Grammont, 14.


Texte établi par Paul FIEVRE, juillet 2019

Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 07/08/2019 à 17:18:45.


PERSONNAGE

UN HOMME.


PATTE-EN-L'AIR

UN HOMME.

Non, ce que c'est que la déveine !

J?avais mis mon beau pantalon ;

- Un pantalon de la semaine -

Et m?en allais voir Madelon.

     

5   Madelon, c'est un nom de femme ;

Vous avez aisément compris

Que Madelon, c?était la dame

De qui mon coeur était épris.

     

Faisant cent projets de ménage

10   J'allais devant moi, tout songeur,

Rêvant un prochain mariage

D?où dépendait tout mon bonheur.

     

Bref, j?en avais tant dans la tête

Que là, sur le bord du trottoir,

15   Pour mieux réfléchir je m?arrête

Sans même m?en apercevoir...

     

Soudain, à la jambe j'éprouve

Une étrange sensation !

Je tâte !... Et qu?est-ce que je trouve ?

20   Horreur ! Une inondation.

     

Un affreux chien, un chien vulgaire

Ignorant les lois du bon ton,

Pour quelque simple réverbère

Avait pris mon beau pantalon.

     

25   C'était comme une cataracte

Qui ruisselait abondamment

Et ce n?était qu'un premier acte

Cela commençait seulement.

     

En voyant cette immense tâche

30   Je pousse un cri ! Puis, furieux,

Dans le... dos du chien, je détache

Un coup de botte généreux.

     

Après quoi, dans une boutique

J'entre afin de faire laver

35   L'humiliation publique

Dont on venait de m'abreuver.

     

La chose faite, et tout humide,

Tout mouillé dans mon pantalon,

Je dirige mon pas rapide

40   Vers la maison de Madelon.

     

Je n'avais pas tourné la rue

Que tout-à-coup, là, je perçois

Comme une chose qui remue

Et qui renifle près de moi...

     

45   Je regarde : Oh ! Ciel ! Quelle audace !

Non ! Vous ne devinerez pas !

Des chiens, dix, quinze, vingt, en masse

Sont là, me suivant pas à pas.

     

Exaspéré, je les repousse,

50   À coup de pieds, comme je peux ;

Ils reviennent à la rescousse,

Et me suivent à qui mieux mieux !

     

En voyant cette immense troupe

Dont je suis tout environné,

55   Bientôt une foule se groupe ;

Chacun me regarde étonné.

     

L'on s?interroge ; on se demande

Si je montre des chiens savants.

Un monsieur, même, me marchande

60   Un chien ! Oui ! combien je le vends ?

     

« Ah monsieur, qu'on m'en débarrasse !

Prenez les tous ! Ils sont à vous !

Qu?on en extermine la race !

Au nom du ciel prenez les tous ! »

     

65   Et là-dessus, d?un bond je quitte

Tous ces gens décontenancés :

Je me sauve !... Mais à ma suite

Tous les chiens se sont élancés.

     

Chacun me voyant de la sorte

70   Me croit sorti de Charenton !  [ 1 Charenton : Commune proche de Paris o? il y a un h?pital psychiatrique.]

Enfin, bref, j'arrive à la porte

Du logis de ma Madelon.

     

Ouf ! Mon supplice a donc un terme !

Je sonne, j'entre, et promptement,

75   Au nez de tous les chiens je ferme

La lourde porte poliment.

     

Mais voilà bien une autre affaire !

À peine ai-je vu Madelon,

Qu?elle me montre toute fière

80   Un tout petit chien de salon.

     

« Je viens de l?acheter, dit-elle,

Hein ! N'est-ce pas qu'il est charmant !

? Oui certes, la bête est très belle »

Murmurai-je piteusement.

     

85   C'était un animal horrible !

Mais il plaisait à Madelon...

Soudain, j'eus une peur terrible :

Le chien flairait mon pantalon.

     

« Eh ! Voyez donc comme il vous aime ! »

90   Me dit ma future en riant.

« En effet, oui ! » - J?étais tout blême !

Madelon trouvait ça charmant.

     

Hélas ! Ma crainte était fondée !

Là, tout à coup, en plein salon,

95   Je sentis ma jambe inondée !

Encore, oui, sur mon pantalon.

     

C'en est trop ! J'éclate en furie,

Et, comme un fou, subitement,

Aux yeux de la belle ahurie,

100   Je me lève et sors brusquement.

     

J'étouffe, j'en ai la berlue,

Je n?en puis plus ; mais patatras !

Qu'est-ce que je vois dans la rue :

Tous mes chiens m?attendaient en bas.

     

105   C'est un crampon, c?est une colle ;

Je ne sais comment les chasser,

Et je pique une course folle

Pour pouvoir m?en débarrasser.

     

Hélas ! Ils courent aussi vite ;

110   Et, qui pis est, plus nous allons,

Plus cette meute à ma poursuite

S'accroît derrière mes talons !

     

Déjà, ce n'est plus une troupe,

C'est une révolution

115   Qui va, court, crie, aboie et coupe

Partout la circulation.

     

Pas une voiture n'avance !

Les tramways doivent s'arrêter !

Cela fait un désordre immense !

120   Chacun commence à s'ameuter.

     

Plus d'un chien que l'on tient en laisse,

Par tous les autres attiré,

Traîne son maître ou sa maîtresse,

Son conducteur tout atterré.

     

125   J'ai des enfants, des vieilles femmes,

Des aveugles, des éclopés,

Des bigotes, des jeunes dames,

Tous après moi précipités.

     

C'est en vain que chacun résiste ;

130   Il faut bien suivre le courant.

Ils sont tous là, suivant ma piste ;

Roulant, tombant, vociférant.

     

Plus d'un même - elle est mauvaise !

Crie : « Aux armes ! À l'assassin ! »

135   Des gens chantent la Marseillaise !

L'épouvante est sur mon chemin !

     

On parle de guerre civile.

Paris entier est en émoi...

Et moi, je traverse la ville.

140   Avec cette escorte après moi.

     

Enfin, tout mouillé, tout en nage,

J'arrive chez moi, tout perclus,

Jurant bien, le coeur plein de rage,

Que l?on ne m?y reprendrait plus.

     

145   Et depuis, d'une odeur immonde,

Je m'infecte du haut en bas,

C'est un peu gênant dans le monde,

Mais les chiens ne m'approchent pas.

     

 


Notes

[1] Charenton : Commune proche de Paris où il y a un hôpital psychiatrique.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Présence par scène

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Vocabulaire du texte

 Long. mots par acte

 Long. mots par perso.

 Primo-locuteur

 Didascalies

Licence Creative Commons