L'ILLUSTRE THÉÂTRE

COMÉDIE EN UN ACTE

1900

EMMANUEL DES ESSARTS


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 30/07/2017 à 14:33:23.


PERSONNAGES, Artistes de la création.

MOLIÈRE, M. Coste.

LÉONARD DE POURCEAUGNAC, M. Frère.

JEAN-GASPARD TRUFALDIN, hôtelier. M. Berthier.

BÉJART, comédien. M. Caillaud.

MADELEINE BÉJART, comédienne. Mme Sinly.

MADEMOISELLE DU PARC, comédienne. Melle Mitzi-Dalti.

La scène se passe en l'Hôtellerie du « Soleil d'Or », à Limoges, en 1658.


L'ILLUSTRE THÉÂTRE

SCÈNE I.
Léonard de Pourceaugnac, Trufaldin.

POURCEAUGNAC.

Reconnaissez enfin que j'ai l'esprit subtil.

TRUFALDIN, à part.

Quand ce maudit bavard me délivrera-t-il ?

POURCEAUGNAC.

Avouez que je suis vraiment un habile homme

Et que dans leur cerveau tous les docteurs de Rome

5   N'auraient pu concerter meilleur tour de renard.

Pour se débarrasser des gens, que Léonard

De Pourceaugnac.

TRUFALDIN, à lui-même.

Il est superbe d'impudence.

À Pourceaugnac.

Je me serais passé de votre confidence,

Mais je vous répondrai qu'en cette occasion

10   Vous n'avez pas commis une belle action.

Sur de pauvres acteurs, pleins de verve fantasque,

Vous avez déchaîné les sifflets en bourrasque,

Sournoisement, feignant d'être leur bon ami ;

Et moi, qui ne dis pas les choses à demi,

15   Moi, Gaspard Trufaldin, simple hôtelier, je juge

Que vous fûtes l'auteur d'un très vilain grabuge,

Et ne voudrais pour rien entrer dans ce mic-mac,

Messire Léonard, baron de Pourceaugnac.

POURCEAUGNAC.

Ça, maître Trufaldin, pas de mot qui mal sonne!

20   Lorsque je me confie à vous-même, en personne,

Sachez-le bien, monsieur le serveur de repas,

Je vous offre un honneur...

TRUFALDIN.

Que je n'accepte pas.

POURCEAUGNAC.

Holà ! patientez. Ecoutez donc la suite,

Quand moi je vous soumets mon plan et ma conduite.

25   C'est l'amour qui me rend de la sorte inventif,

Et j'ai fait le trompeur pour le plus doux motif.

Sinon, aurais-je pu surmonter cette épreuve ?

J'aime, et bientôt je pense épouser une veuve,

Madame de Meilhan, qui me trouve accompli.

30   Tout allait pour le mieux, sans obstacle, sans pli ;

Mais, parmi les ardeurs d'une flamme idolâtre,

J'apprends que les acteurs de VIllustre Théâtre,

Comédiens errants venus de l'Angoumois

À Limoges, joueront ici tout un grand mois...

35   Un siècle! C'était trop pour mon humeur jalouse !

TRUFALDIN.

Mais quel péril avant la noce.

POURCEAUGNAC.

Mon épouse

Prochaine, et que j'estime aussi pure qu'un lis,

Autrefois, sous le nom d'Estelle de Surlis,

Fut une actrice en vogue et vraiment non pareille.

40   Une actrice à Bordeaux.

TRUFALDIN, à lui-même.

  C'est un nom qui réveille

Ma mémoire.

POURCEAUGNAC.

La troupe où brilla mon amour

Est celle qui chez nous rêvait ce long séjour

Et que mon piège hier fit tomber dans la nasse.

TRUFALDIN.

D'un bois anticipé craigniez-vous la menace ?

POURCEAUGNAC.

45   Non ! Mais j'avais grand'peur que ces comédiens

Ne pussent ramener aux souvenirs anciens

Mon infante, et troubler d'une vague pensée

Du noble Léonard l'auguste fiancée.

J'ai juré le départ de tous ces suborneurs

50   D'impertinents conseils malencontreux donneurs.

Redoutant à bon droit leur humeur cavalière,

Pour sauver mon hymen j'ai fait siffler Molière.

TRUFALDIN, à part.

La troupe de Molière ! Et moi qui la logeais !

POURCEAUGNAC.

Maintenant que tu sais mes intimes projets,

55   Je m'en vais courtiser ma belle aux bras d'albâtre.

J'entends venir messieurs de l'Illustre Théâtre

Qui marmonnent avec leurs ramages divers ;

Je ne veux rencontrer ces beaux diseurs de vers

Qu'à l'heure où pour partir ils franchiront ta porte.

60   Bon vêpre, Trufaldin...

Il sort précipitamment.

SCÈNE II.
Trufaldin, puis Béjart, Madeleine Béjart, Mademoiselle du Parc.

TRUFALDIN, de loin, montrant le poing à Pourceaugnac.

  Que le diable t'emporte !

Satan puisse étrangler le traître que tu fus !

Mais voici nos acteurs : comme ils ont l'air confus !

Et c'est ainsi qu'un sot peut traiter le génie.

BÉJART.

Bonjour, Comus.

MADELEINE.

Bonjour !

TRUFALDIN, avec une feinte brusquerie.

Bonsoir la compagnie !

À lui-même en sortant.

65   J'ai l'air de fuir. Je vais avec des soins loyaux

Pour tous ces braves gens cuire des aloyaux.

SCÈNE III.
Béjart, Madeleine, Mademoiselle du Parc.

MADEMOISELLE DU PARC.

Cet aubergiste affecte une mine bourrue.

BÉJART.

Il nous ferait jeter dès ce soir dans la rue

Que je n'en serais pas certes bien étonné.

MADELEINE.

70   Aussi quel insuccès !

BÉJART.

  J'en reste consterné ;

Car nous n'étions pas faits à ces mésaventures.

Quel orage ! On eût cru vraiment que les toitures

S'écroulaient sur nos fronts, tant la salle en émoi

Criait, hurlait !

MADEMOISELLE DU PARC.

J'en suis inconsolable.

MADELEINE.

Et moi

75   Je voudrais consoler de ces sottes furies

Notre ami qui se perd en sombres rêveries.

BÉJART.

Triste ou gai, c'est toujours l'esprit contemplateur.

Il ne sourcillait point, lorsque le spectateur

Fit partir les sifflets comme d'une volière.

80   Son maintien assuré disait: « Je suis Molière! »

Ses yeux calmes faisaient appel à l'avenir.

SCÈNE IV.
Les mêmes, Molière.

MOLIÈRE du fond de la scène : il a entendu les dernières paroles de Béjart.

Pourtant je ne veux pas, ami, vous retenir,

Si l'arrêt qu'un public brutal me signifié

Venait mettre à néant votre philosophie.

85   Pour la première fois je suis découragé.

MADEMOISELLE DU PARC.

Qu'est-ce à dire, patron ? Vous nous donnez congé ?

MOLIÈRE.

Moi vous quitter ! Non pas ! Car vous m'êtes fidèles.

BÉJART.

Tous, jusqu'à Ragueneau, le moucheur de chandelles.

MOLIÈRE.

Vous, Madeleine, et vous, du Parc, et toi, Béjart,

90   Vous êtes à jamais les frères de mon art.

Mais j'attendais bien mieux de cette vieille ville.

Au renom élégant, à l'allure civile,

Où pour nous accueillir le parler limousin

De notre cher Midi nous semblait le cousin.

95   Sous ce ciel bleu soufflait une brise d'Espagne.

Et maintenant pour nous quelle entrée en campagne !

Comment poursuivre encore, après de tels décris,

La saison qui devait nous mener à Paris !

C'est le char de Thespis qui s'embourbe en province.  [ 1 Thespis d'Icare : inventeur de la tragédie grecque.]

BÉJART.

100   Monseigneur de Conti, ce magnifique prince,

T'a promis un début au Louvre, chez le Roi.

MOLIÈRE.

Mais qui pouvait prévoir ce brusque désarroi,

Quand plus d'une cité nous fut hospitalière ?

MADELEINE.

Montpellier.

MADEMOISELLE DU PARC.

Pézenas !

BÉJART.

Où notre cher Molière,

105   Chez le barbier loquace, assis dans un fauteuil.

Observait les chalands d'un rapide coup d'oeil.

MADELEINE.

Avignon qu'égayaient les brunes Comtadines !  [ 2 Contadin(e) : originaire de Comtat Venaissin, c'est à dire Avignon et sa région en tant qu'État pontifical.]

MADEMOISELLE DU PARC.

Béziers où les beautés ont des façons badines !

BÉJART.

Pays de rires prompts et surtout de bons vins !

MOLIÈRE.

110   Pays d'espoirs sans borne et de songes divins !

BÉJART.

Faut-il qu'un seul échec ainsi te déconcerte !

MOLIÈRE.

Du glorieux Paris la route était ouverte.

Elle se ferme, hélas ! Car l'affront ressenti

Peut nous aliéner le prince de Conti.

115   Je le sais défiant et ce doute m'atterre.

MADELEINE.

Un prince qui vous eût choisi pour secrétaire !

MOLIÈRE.

Hier, mais aujourd'hui...

S'exaltant.

Paris où j'ai rêvé

Par moi seul le théâtre antique relevé !

Paris, ville natale, où j'espérais sans faute

120   Restaurer l'art profond de Térence et de Plaute,

Opposant le modèle humain au mascaron  [ 3 Mascaron : Terme d'architecture. Figure de tête faite en caprice, qu'on met aux fontaines, aux portes, aux clefs des arcades. [L]]

Que laisse grimacer l'art grossier de Scarron.  [ 4 Scarron, Paul (1610-1660) : poète, auteur dramatique et romancier. Excella dans le style burlesque.]

Paris ! Où j'entrevis, devançant les années,

Le rajeunissement des Muses surannées,

125   L'épanouissement de la Thalie en fleur,

Quand j'allais écouter comme un ensorceleur

Tabarin et saisir la gaîté qui pétille  [ 5 Tabarin : Bouffon très grossier, valet et associé de Mondor. Ce Mondor était un charlatan et vendeur de Baume, qui au commencement du dernier siècle [XVIIème NdR] établissait son théâtre sur des tréteaux, dans la place Dauphine(...). [Leiris]]

Au jeu naïf et vrai du gros Gautier Garguille,  [ 6 Gautier-Garguille : C'est le nom d'un fameux Baladin, d'où est venue cette façon de parler : C'est un franc Gautier-Garguille ; pour dire, Un franc sot, un franc badin. D'autres disent, C'est un fin Gautier, et entendent ce proverbe d'un homme qui fait bien son marché et ses affaires. [T]]

Ou quand je m'oubliais à recueillir les sons

130   Des violons voisins de l'hôtel de Soissons !

C'est bien là que parmi les folles et les sages

Mes vingt ans ont tenté dé francs apprentissages.

On m'a prédit la gloire en plus d'un cabaret

Où trônait Saint-Amant assisté de Faret.  [ 7 Faret, Nicolas [1596-1646] : poète médiocre, né en 1596 à Bourg en Bresse, mort en 1646 était secrétaire du Comte d'Harcourt. Il fut un des premiers membres de l'Académie française et fut lié avec Vaugelas, Saint-Amand, etc. [B] Assidu du cabaret selon Boileau.]

135   J'étais né Poquelin, et, couronné de lierre,

Les poètes buveurs m'ont baptisé Molière !

Molière ! Je voulais perpétuer ce nom

Par de fades rondeaux riverains du Lignon  [ 8 Lignon : Rivière du Forez en France rendu célèbre par Honoré d'Urfé, dans sa pastorale L'Astrée.]

Non pas, mais par des vers aux cadences hardies,

140   Amples alexandrins de larges comédies,

Hérauts retentissants du Bien, oui, par des vers

Persécuteurs des sots, punisseurs des pervers,

Et proclamant enfin, sans pose doctorale,

La vérité virile et la saine morale.

145   Je faisais, dans mon rêve immense, illimité.

Tenir la vie entière et la société...

Et ce rêve, aspirant aux sphères éternelles,

Tombe sur des tréteaux et se brise les ailes !

MADELEINE.

Pauvre ami !

BÉJART.

Ça, Molière, il faut te remonter,

150   Ressaisir ta vaillance ordinaire, et dompter

Par de nouveaux efforts l'inconstante fortune !

MADEMOISELLE DU PARC.

Hâtons-nous de quitter une ville importune

Où rien à notre abord ne fut aimable et bon.

MADELEINE.

Ici pas un bouquet !

MADEMOISELLE DU PARC.

Ici pas un bonbon !

MADELEINE.

155   Pas vin jeune seigneur roucoulant sous la fraise

Un sonnet dont on rit et dont on est fort aise !

MADEMOISELLE DU PARC.

Pas un seul bel-esprit vous offrant le régal

D'un dizain louangeur ou d'un fin madrigal !

BÉJART.

Nous devons excepter de ce vaste anathème

160   Un galant qui nous prise, un lettré qui nous aime,

Le baron Léonard de Pourceaugnac ! En lui

J'ai pleine confiance.

MADELEINE.

Il respire l'ennui.

MADEMOISELLE DU PARC.

Il ferait fuir l'amour.

MOLIÈRE.

Il paraît faux et louche.

BÉJART.

Ce n'est pas le rival joyeux de Scaramouche,  [ 9 Scaramouche : Personnage bouffon de l'ancienne comédie italienne habillé de noir de la tête aux pieds. [L]]

165   Soit, ni le favori du petit dieu malin,

Mais je le crois loyal.

MOLIÈRE.

Je le sens patelin.  [ 10 ätelin : Nom d'un personnage d'une vieille comédie de la fin du XIVe siècle ou du commencement du XVe, qui, par ses flatteries, se fait vendre à crédit du drap, et, par de vaines paroles et des contes en l'air, échappe au payement. ]

BÉJART.

En attendant, voici l'hôtelier qui dévale

Vers nous, et qui sans doute à fort bref intervalle.

Criant sa note avec des gestes furibonds,

170   Nous exterminera comme des vagabonds.

SCÈNE V.
Les mêmes, Trufaldin.

TRUFALDIN, à lui-même.

Quelque mauvaise idée éclôt dans leur cervelle.

Ils me jugent arabe et turc... Je me révèle

Ami des arts,

Aux acteurs.

Salut à nos comédiens.

Je craignais de troubler vos doctes entretiens.

175   Je n'ai qu'un mot à dire et je vais disparaître.

MOLIÈRE.

Voilà donc ton quart d'heure, ô Rabelais mon maître !

BÉJART, à Molière.

Ce roi des marmitons me paraît exigeant :

Il va vous demander son dû.

MOLIÈRE, à Béjart.

J'ai de l'argent.

Rassure-toi !

À Trufaldin.

Bonhomme, apprêtez votre note !

TRUFALDIN.

180   Pour qui me prenez-vous, Monsieur ? Une linotte

Pourrait seule ignorer, méconnaître l'honneur

Que j'eus de vous loger. Aucun puissant seigneur,

De ses pages nombreux devançant la filière,

N'obtiendrait les égards que je dois à Molière.

185   Je suis un connaisseur et date de longtemps.

J'habitais à Paris et j'ai pendant vingt ans

D'applaudir les acteurs gardé le privilège.

BÉJART.

Que faisiez-vous

TRUFALDIN.

J'étais un portier de collège

Et n'ai guère changé d'offices diurnaux

190   En quittant les gradus pour prendre les fourneaux ;

Car, avec plus de peine et surtout de lésine.  [ 11 Lésine : Épargne sordide jusque dans les moindres choses.[L]]

Je fricassais alors du latin de cuisine.  [ 12 Fricasser : Fig. et très familièrement. Faire périr, perdre. [L]]

MOLIÈRE.

Ah ! Le plaisant compère !

MADELEINE.

Oh ! L'hôtelier badin !

MADEMOISELLE DU PARC.

Et tu t'appelles ?...

TRUFALDIN.

Jean-Paul-Gaspard Trufaldin,

195   Pour vous servir !

MOLIÈRE.

  Beau nom qu'aussitôt je dédie

À mon oeuvre prochaine, alerte comédie

Que nous jouerons bientôt dans les murs de Lyon.

BÉJART.

À merveille ! Voilà le réveil du lion.

MADELEINE, à Trufaldin.

Nous te devons, Gaspard, ce retour de Molière

200   A l'espérance, à la vaillance familière.

MADEMOISELLE DU PARC.

Sois notre ami !

BÉJART.

Partage, avec mons Pourceaugnac

Notre coeur.

TRUFALDIN, à part.

S'ils savaient tout le fond de son sac !

BÉJART, regardant à la fenêtre.

Je vois venir ce cher Pourceaugnac... Quelle fête !

MADELEINE.

Quel air penaud !

MADEMOISELLE DU PARC.

Serait-ce une méchante bête ?

MOLIÈRE, à demi voix.

205   C'est un fourbe pris à son piège, un imposteur.

Croyez en cette fois mon regard scrutateur !

Ainsi que le chevreau courant vers le cytise,  [ 13 Cytise : Genre de plantes légumineuses, dont le cytisus laburnum est le type. [L]]

Souvent l'hypocrisie attire la sottise.

SCÈNE VI ET DERNIÈRE.
Les mêmes, Pourceaugnac.

POURCEAUGNAC, à lui-même.

Ah ! Je suis furieux et viens me consoler

210   À voir ces histrions prestement détaler,  [ 14 Histrion : Nom, chez les Romains, des acteurs qui jouaient dans les bouffonneries grossières importées d'Étrurie. [L]]

Sans doute humiliés par la morne lacune

Qu'établit dans la bourse une absente pécune,  [ 15 Pécune : Terme vieilli et familier. Argent comptant. [L]]

Je suis furieux ; car je leur dois mon malheur.

MADELEINE.

Approchez,damoiseau !

MADEMOISELLE DU PARC.

Beau mignon cajoleur,

215   A faire votre cour vous ne semblez pas leste.

BÉJART, avec intérêt.

Qu'avez-vous, Léonard ?

TRUFALDIN.

Quoi ?

POURCEAUGNAC.

J'enrage et je peste.

Oui ! J'allais épouser une veuve aux beaux yeux,

Un trésor, je l'avoue, encor plus radieux,

Madame de Meilhan qui fut votre compagne.

TRUFALDIN, à Madeleine.

220   Il ne possédera ses châteaux qu'en Espagne.

POURCEAUGNAC.

Cette veuve, autrefois Estelle de Surfis,

Que je m'habituais à nommer ma Philis,

À l'instant, par un mot formel, me congédie.

Un traître, dont je veux punir la perfidie,

225   M'aurait, dans un poulet à ma belle adressé,

D'un je ne sais quel crime en secret dénoncé,

Et je suis un coupable aux yeux de la marquise

Qui faisait de mon coeur une place conquise.

Moi qu'elle avait si vite accueilli comme un preux,

230   Elle me chasse ainsi qu'un gothique lépreux.

Mon coursier choppe au but, ma nef échoue en rade,  [ 16 Chopper : Fig. Se tromper lourdement. [L]]

Et je suis expulsé par votre camarade.

MOLIÈRE.

Le pauvre homme !

POURCEAUGNAC.

Plaignez-moi ! Je cours au trépas.

J'ai dit...

BÉJART.

L'infortuné !

TRUFALDIN.

Mais ce qu'il ne dit pas,

235   Ô Molière promis à la gloire immortelle,

C'est le sens du billet reçu par son Estelle

Et qui fut à coup sûr un bon avertisseur.

Ce billet justicier décelant sa noirceur

Fut rédigé par moi d'après sa confidence.

MOLIÈRE.

240   Je l'eusse parié !

POURCEAUGNAC.

  Lamentable imprudence !

TRUFALDIN.

Cet homme qui vous a choyés, ce Léonard

Qui, flatteur, vous a pris dans son lourd traquenard.

Était votre ennemi. Par lui fut déchaînée

D'aboyeurs à sa solde une meute effrénée.

245   Il vous aurait offert de l'encens et des fleurs,

Mais c'est lui qui paya la clique des siffleurs,

C'est lui qui soudoya l'éphémère cabale.  [ 17 Cabale : Fig. Les menées secrètes de gens qui s'entendent pour un même dessein. [L]]

BÉJART, à Pourceaugnac.

Visigoth !

MADELEINE, de même.

Ostrogoth !

MADEMOISELLE DU PARC, de même.

Lestrygon !  [ 18 Lestrygon : Fig. Un Lestrygon, une personne barbare. [L]]

TRUFALDIN, de même.

Cannibale !

MOLIÈRE, de même.

Fourbe ! Tu ne vaux pas nos trop justes mépris

250   Et pourtant je te dois ta place aux piloris.  [ 19 Pilori : Poteau où l'on attachait le criminel avec un carcan au cou, pour l'exposer à la vue du peuple ; à Paris, c'était une tour de pierre, au milieu de laquelle était un pivot de bois, portant une machine qui avait des trous pour passer la tête et les bras. [L]]

BÉJART.

Il la mérite bien, car, sans cet aubergiste,

Nous étions victimes par ce moderne Egisthe.

POURCEAUGNAC.

Être ainsi bafoué devant tous ces témoins !

MADELEINE.

Allez courir la veuve !

MADEMOISELLE DU PARC.

Allez manger vos foins !

POURCEAUGNAC, effaré.

255   Je fuis...

MOLIÈRE.

  Ne fuyez pas avant que je n'imprime

Sur ce front orgueilleux le stigmate d'un crime :

Car une forfaiture est un crime éternel.

Vous nous aviez offert votre appui fraternel ;

Vous nous avez trompés... Je me charge du reste !

Se tournant vers les comédiens.

260   Je veux le châtier comme un nouvel Oreste,

Un Oreste bouffon pour qui j'inventerai

Non l'antique Euménide au fouet exaspéré,

Mais, lancés à sa piste en guise de sicaires,

Des matassins vengeurs et des apothicaires.  [ 20 Matassins : Nom qu'on donnait autrefois à certains danseurs, qui portaient des corselets, des morions dorés, des sonnettes aux jambes et l'épée à la main avec un bouclier. Une entrée de matassins. [L]]

À Pourceaugnac.

265   De notre éloignement vainement tu te ris.

Je saurai te reprendre, ô traître, dans Paris

Et t'immortaliser par d'étranges postures,

Gentillâtre promis aux seringues futures !

Pourceaugnac sort, affolé.

BÉJART.

Il faut donner la chasse à cet ardélion.  [ 21 Ardélion : Homme qui fait l'empressé et se mêle de tout. Inusité. [L]]

MOLIÈRE, l'arrêtant du geste.

270   Non ! Maintenant, amis, en route pour Lyon !

Là nous réparerons notre échec de Limoges

Par une ample moisson de lauriers et d'éloges.

Et je ferai jaillir de mon front enhardi,

Tout prêts à s'envoler, les vers de L'Étourdi !...

RIDEAU.

 


IMPRIMERIE ANTH[OIN]E BOUCHER, RUE DES BONS ENFANTS, n°34.

Notes

[1] Thespis d'Icare : inventeur de la tragédie grecque.

[2] Contadin(e) : originaire de Comtat Venaissin, c'est à dire Avignon et sa région en tant qu'État pontifical.

[3] Mascaron : Terme d'architecture. Figure de tête faite en caprice, qu'on met aux fontaines, aux portes, aux clefs des arcades. [L]

[4] Scarron, Paul (1610-1660) : poète, auteur dramatique et romancier. Excella dans le style burlesque.

[5] Tabarin : Bouffon très grossier, valet et associé de Mondor. Ce Mondor était un charlatan et vendeur de Baume, qui au commencement du dernier siècle [XVIIème NdR] établissait son théâtre sur des tréteaux, dans la place Dauphine(...). [Leiris]

[6] Gautier-Garguille : C'est le nom d'un fameux Baladin, d'où est venue cette façon de parler : C'est un franc Gautier-Garguille ; pour dire, Un franc sot, un franc badin. D'autres disent, C'est un fin Gautier, et entendent ce proverbe d'un homme qui fait bien son marché et ses affaires. [T]

[7] Faret, Nicolas [1596-1646] : poète médiocre, né en 1596 à Bourg en Bresse, mort en 1646 était secrétaire du Comte d'Harcourt. Il fut un des premiers membres de l'Académie française et fut lié avec Vaugelas, Saint-Amand, etc. [B] Assidu du cabaret selon Boileau.

[8] Lignon : Rivière du Forez en France rendu célèbre par Honoré d'Urfé, dans sa pastorale L'Astrée.

[9] Scaramouche : Personnage bouffon de l'ancienne comédie italienne habillé de noir de la tête aux pieds. [L]

[10] ätelin : Nom d'un personnage d'une vieille comédie de la fin du XIVe siècle ou du commencement du XVe, qui, par ses flatteries, se fait vendre à crédit du drap, et, par de vaines paroles et des contes en l'air, échappe au payement.

[11] Lésine : Épargne sordide jusque dans les moindres choses.[L]

[12] Fricasser : Fig. et très familièrement. Faire périr, perdre. [L]

[13] Cytise : Genre de plantes légumineuses, dont le cytisus laburnum est le type. [L]

[14] Histrion : Nom, chez les Romains, des acteurs qui jouaient dans les bouffonneries grossières importées d'Étrurie. [L]

[15] Pécune : Terme vieilli et familier. Argent comptant. [L]

[16] Chopper : Fig. Se tromper lourdement. [L]

[17] Cabale : Fig. Les menées secrètes de gens qui s'entendent pour un même dessein. [L]

[18] Lestrygon : Fig. Un Lestrygon, une personne barbare. [L]

[19] Pilori : Poteau où l'on attachait le criminel avec un carcan au cou, pour l'exposer à la vue du peuple ; à Paris, c'était une tour de pierre, au milieu de laquelle était un pivot de bois, portant une machine qui avait des trous pour passer la tête et les bras. [L]

[20] Matassins : Nom qu'on donnait autrefois à certains danseurs, qui portaient des corselets, des morions dorés, des sonnettes aux jambes et l'épée à la main avec un bouclier. Une entrée de matassins. [L]

[21] Ardélion : Homme qui fait l'empressé et se mêle de tout. Inusité. [L]

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies