DIVERTISSEMENT DE SCEAUX

COMÉDIE-BALLET

M. DCC. V. AVEC PRIVILÈGE DU ROI.

De Mr DANCOURT


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 07/04/2017 à 09:57:11.


ACTEURS

MONSIEUR POISSON, père.

MONSIEUR SALLÉ.

MONSIEUR DU BOCAGE.

MONSIEUR FOMPRÉ.

MONSIEUR POISSON, fils.

MADEMOISELLE GODEFROY.

MADEMOISELLE SALLE.

MADEMOISELLE MIMY DANCOURT.

La Scène est à Sceaux. Le Théâtre représente un des beaux endroits des Jardins de Sceaux.

La Musique est du Sieur GILLIERS.


Après l?Ouverture, Mademoiselle SALLE, conduisant une Troupe d?Acteurs et d?Actrices, en habit de Théâtre à la Française, chante les paroles suivantes.

MADEMOISELLE SALLE.

Ne portons pas

Plus loin nos pas,

Arrêtons-nous dans ces belles retraites :

Les arbres des routes secrètes,

5   Sans art avec ordre plantés ;

Le cristal des eaux, la fraîcheur des herbes,

Font assez voir que ces bois enchantés,

Conduisent aux Palais superbes

De quelques Divinités.

MONSIEUR SALLE, vêtu en Druide.

10   Dans ce séjour chéri des Dieux,

Troupe aimable, qui vous attire ?

N?est-ce qu?un désir curieux

D?y voir les beautés qu?on admire ?

MADEMOISELLE SALLE.

Sage druide, apprenez-nous

15   Quels sont les beaux lieux où nous sommes,

Quelle Divinité par vous

Reçoit ici l?encens et l?hommage des hommes.

LE DRUIDE.

Bénissez le sort heureux   [ 1 Vertu : Déesse du Paganisme. Les Romains bâtirent un temple de la Vertu, et un temple de l'Honneur ; mais il fallait passer par le temple de la Vertu pour parvenir à celui de l'Honneur. Ils entendaient par cet ordre, que le vrai chemin de l'honneur est d'être vertueux. On peignait la Vertu en femme grave et modeste, avec un port et un air qui inspirait de la vénération. Lucien la représente triste, affligée, maltraitée de la Fortune, en sorte même qu'il lui étoit défendu de se montrer à la Cour de Jupiter. [T]]

Qui dans ce Palais vous amène ;

20   Hâtez-vous d?offrir vos v?ux

À notre AUGUSTE SOUVERAINE.

ENTRÉE.

LE DRUIDE, continue.

C?est la Vertu qui tient ici sa Cour ;

Mais ce n?est point cette Vertu sauvage

Qui fuit l?innocent badinage

25   Des jeux, des ris, et de l?amour :

C?est la Vertu dans son bel âge,

Qui dans cet aimable séjour,

Des doux plaisirs permet l?usage,   [ 2 Minerve : Nom propre d'une Déesse de l'Antiquité païenne. On la nommait aussi Pallas, et en Grèce Athéné. Minerve était fille de Jupiter ; elle était sortie de son cerveau. Hésiode dit pourtant que Métis, première femme de Jupiter, l'avait conçue, mais Jupiter enferma Métis dans son sein lorsqu'elle était sur le point de mettre Minerve au monde, qui sortit ensuite de son cerveau. Minerve était la Déesse des beaux arts. [T]]

Et qui sait les prendre à son tour.

ENTRÉE.

LE DRUIDE continue.

30   Elle aime à sa suite

Que le vrai mérite   [ 3 Vénus : Fausse Divinité des Païens, les poètes ont feint qu'elle est la mère des Grâces et des Amours. C'était la Déesse de la beauté et de la volupté. On remarquait dans le visage, et dans la posture de Vénus une beauté molle, et une langueur passionnée.]

Brille chaque jour.

Minerve se plaint qu?on la quitte,

Pour lui venir faire la cour ;

35   Et de Vénus la Troupe favorite,

Des Grâces l?élite,

Y retient la jeunesse et l?amour.   [ 4 Comus : Dieu de la joie, des festins, des danses nocturnes. [T]]

MONSIEUR POISSON, en Crispin.

Parbleu je suis ravi que cela soit comme vous le dites, et? Nous sommes aussi nous autres l?élite d?une Troupe favorite, non pas de Vénus, mais de Comus, et si peu que rien d?Apollon? Comédiens pour vous rendre service, Monsieur le Druide. Et puisque le hasard? nous conduit heureusement dans une Cour aussi charmante que celle-ci, auprès d?une Souveraine si agréablement vertueuse, nous vous prions de lui faire agréer que? nous ayons, s?il vous plaît, l?honneur de lui donner? un petit plat de notre métier. Je ne sais pas parler en musique comme vous? moi ; mais cela n?empêche pas que je me réjouisse quelquefois en parlant autrement, par exemple? je suis le Comique? et nous sommes tous camarades ; enfin c?est ce qui fait que comme nous n?avons point de maître, nous ne sommes pas toujours bien d?accord? Mais ce qu?il y a de constant? c?est que l?on s?accorde pour contribuer au plaisirs de l?AUGUSTE SOUVERAINE chez qui nous sommes, et dans l?objet que nous avons d?y réussir, nous sommes tous d?une docilité, d?une tranquillité d?esprit? enfin, expliquez-lui cela, s?il vous plaît, Monsieur le Druide, et n?oubliez pas de parler surtout du zèle et du respectueux attachement que nous avons tous, et de bien marquer? là? combien nous nous estimons heureux de trouver la moindre petite occasion de tâcher de nous rendre dignes de l?honneur de sa bienveillance et de sa protection. Allons, Messieurs, Mesdemoiselles, achevez, s?il vous plaît, votre façon de prologue, et nous commencerons notre Comédie.   [ 6 Apollon : Nom propre d'un Dieu, Fils de Jupiter et de Latone. Son nom est Grec, et vient selon Platon de ce qu'il darde ses rayons. [T]]

MADEMOISELLE SALLE.

Que les Grecs soient glorieux,

D?avoir chez eux le Parnasse,   [ 7 Parnasse : Mont de la Phocide consacré à Apollon et aux Muses, qui est la source des fontaines Castalide, Hippocrène et Aganippe, tant célébrées par les poètes. [T]]

40   Cet aimable coteau parmi nous tient sa place,

Et nous élève au-dessus d?eux.

Ici la moindre fontaine

Vaut tout l?eau d?Hypocrène.

LE DRUIDE.

Depuis le jour qu?Apollon

45   Quitta le sacré vallon,   [ 8 Sacré vallon : Poétiquement. Le sacré vallon, le vallon situé entre les deux croupes du Parnasse, et qui, selon la Fable, était le séjour des Muses. [L]]

Sur ces coteaux il réside ;

Et la Muse qui dans ses lieux   [ 9 Muse : Divinité fabuleuse des païens, qu'ils croyaient présider aux arts et aux sciences. [T]]

Seule au lieu des neufs S?urs préside,

N?est point une Piéride,   [ 10 Piéride : Nom que l'on donnait aux Muses, parce que l'on croyait qu'elles habitaient le Mont Piérius en Thessalie.]

50   Elle est du sang de nos Dieux.

MADEMOISELLE SALLE.

Aux bords de la Seine

Une Souveraine

Gagne tous les c?urs,

Ses charmes vainqueurs

55   Triomphent sans peine.

En portant son aimable chaîne,

On ressent mille douceurs.

De Paphos la Reine   [ 11 Paphos : Autre nom de Vénus. On l'a appelée Déesse de Paphos, de Cythère et d'Amathonte, à cause qu'elle était adorée particulièrement en ces lieux-là, et dans les bois d'Idalie. [T]]

À son char entraîne

60   Moins d?Adorateurs.

MADEMOISELLE SALLE, continue.

L?île de Cythère   [ 12 Cythère : C'était autrefois le nom d'une île du Péloponèse, vis-à-vis de Crète. On la nomme aujourd'hui Cérigo, Sophiano. Hésiode dit que Vénus ayant été produite de l'écume de la mer fut portée d'abord à cette île sur une conque marine. [T]]

À Vénus si chère

Cède à ses beaux lieux ;

Tout charme les yeux,

65   Tout est fait pour plaire.

La Déesse qu?on y révère

Est l?objet qui plaît le mieux.

Hé ! Se peut-il faire

Qu?on ne les préfère

70   Au séjour des Dieux ?

Ce Divertissement finit par l?Entrée précédente, que l?on répète, après laquelle on représente une Comédie ; ensuite de quoi Monsieur et Mademoiselle Sallé chantent les paroles suivantes, qui précèdent un Bal.

MONSIEUR SALLE.

Si cette Cour charmante

Est contente

Des soins que nous avons pris,

Le succès passe notre attente,

75   Est-il un plus digne de prix ?

     

Que la troupe diligente

Des plaisirs, des Jeux, des Ris,

Vienne dans ces lieux chéris,

Finir cette fête galante.

     

80   Si cette Cour charmante

Est contente

Des soins que nous avons pris,

Le succès passe notre attente,

Est-il un plus digne de prix ?

     

ENTRÉE.

MADEMOISELLE SALLE.

85   De ce séjour aimable

Je crains de m?éloigner,

On ne voit point ailleurs régner

Des plaisirs la troupe agréable.

Ici les jours

90   Sembleraient trop courts,

Si quand l??il du monde

Dans le sein de l?Onde

Va finir son cours,

Sa s?ur qui le chasse,

95   Et qui prend sa place,

N?offrait à d?innocents désirs

Les plus doux loisirs :

Et souvent l?Aurore

Nous surprend encore

100   Parmi les plaisirs.

De ce séjour aimable

Je crains de m?éloigner,

On ne voit point ailleurs régner

Des plaisirs la troupe agréable.

     

ENTRÉE.

Branle pour danser en rond, après lequel le Bal commence.

105   Qui s?ennuie

Dans la vie,

N?a ni bon sens, ni raison,

Suivre en tout sa fantaisie,

Vivre sans soins, sans envie,

110   Ô, l?heureuse opinion !

Qui s?ennuie

Dans la vie,

N?a ni bon sens, ni raison.

     

C?est là la Philosophie,

115   Qui jadis fut si chérie

Des disciples de Zénon.   [ 13 Z?non : Nom de philosophes grecs : Z?non d'El?e de la secte des El?ates et Z?non le fondateur du sto?cisme.]

Qui s?ennuie

Dans la vie,

N?a ni bon sens, ni raison.

     

120   Elle est depuis moins suivie,

Cela dépend du génie,

Heureux, quiconque l?a bon !

Qui s?ennuie

Dans la vie,

125   N?a ni bon sens, ni raison.

     

Dès qu?elle nous est ravie,

Du retour je me défie.

Qui deux fois vit l?Achéron ?   [ 14 Ach?ron : Terme de mythologie. Fleuve des enfers. Les po?tes le prennent pour l'enfer ou pour la mort. [L]]

Qui s?ennuie

130   Dans la vie,

N?a ni bon sens, ni raison.

     

Quoi que la Mythologie

Du fils d?Alcmène publie,

Des sombres bords revient-on ?

135   Qui s?ennuie

Dans la vie,

N?a ni bon sens, ni raison.

     

Comme la rose fleurie,

En peu de temps est flétrie,

140   Ainsi nos beaux jours s?en vont.

Qui s?ennuie

Dans la vie,

N?a ni bon sens, ni raison.

     

Puisque sitôt elle est finie,

145   Aux plaisirs tout nous convie,

Sans craindre prenons-en donc.

Qui s?ennuie

Dans la vie,

N?a ni bon sens, ni raison.

     

 


Notes

[1] Vertu : Déesse du Paganisme. Les Romains bâtirent un temple de la Vertu, et un temple de l'Honneur ; mais il fallait passer par le temple de la Vertu pour parvenir à celui de l'Honneur. Ils entendaient par cet ordre, que le vrai chemin de l'honneur est d'être vertueux. On peignait la Vertu en femme grave et modeste, avec un port et un air qui inspirait de la vénération. Lucien la représente triste, affligée, maltraitée de la Fortune, en sorte même qu'il lui étoit défendu de se montrer à la Cour de Jupiter. [T]

[2] Minerve : Nom propre d'une Déesse de l'Antiquité païenne. On la nommait aussi Pallas, et en Grèce Athéné. Minerve était fille de Jupiter ; elle était sortie de son cerveau. Hésiode dit pourtant que Métis, première femme de Jupiter, l'avait conçue, mais Jupiter enferma Métis dans son sein lorsqu'elle était sur le point de mettre Minerve au monde, qui sortit ensuite de son cerveau. Minerve était la Déesse des beaux arts. [T]

[3] Vénus : Fausse Divinité des Païens, les poètes ont feint qu'elle est la mère des Grâces et des Amours. C'était la Déesse de la beauté et de la volupté. On remarquait dans le visage, et dans la posture de Vénus une beauté molle, et une langueur passionnée.

[4] Comus : Dieu de la joie, des festins, des danses nocturnes. [T]

[5] Grâce : Dans le langage des poètes et des païens, divinité fabuleuse. Il y en avait trois qu'on peignait toutes nues, et qu'on feignait être de la suite de Vénus ; on les nommait Aglaïa, Thalie et Euphrosyne ; elles étaient filles de Jupiter, compagnes de Mercure.[T]

[6] Apollon : Nom propre d'un Dieu, Fils de Jupiter et de Latone. Son nom est Grec, et vient selon Platon de ce qu'il darde ses rayons. [T]

[7] Parnasse : Mont de la Phocide consacré à Apollon et aux Muses, qui est la source des fontaines Castalide, Hippocrène et Aganippe, tant célébrées par les poètes. [T]

[8] Sacré vallon : Poétiquement. Le sacré vallon, le vallon situé entre les deux croupes du Parnasse, et qui, selon la Fable, était le séjour des Muses. [L]

[9] Muse : Divinité fabuleuse des païens, qu'ils croyaient présider aux arts et aux sciences. [T]

[10] Piéride : Nom que l'on donnait aux Muses, parce que l'on croyait qu'elles habitaient le Mont Piérius en Thessalie.

[11] Paphos : Autre nom de Vénus. On l'a appelée Déesse de Paphos, de Cythère et d'Amathonte, à cause qu'elle était adorée particulièrement en ces lieux-là, et dans les bois d'Idalie. [T]

[12] Cythère : C'était autrefois le nom d'une île du Péloponèse, vis-à-vis de Crète. On la nomme aujourd'hui Cérigo, Sophiano. Hésiode dit que Vénus ayant été produite de l'écume de la mer fut portée d'abord à cette île sur une conque marine. [T]

[13] Zénon : Nom de philosophes grecs : Zénon d'Elée de la secte des Eléates et Zénon le fondateur du stoïcisme.

[14] Achéron : Terme de mythologie. Fleuve des enfers. Les poètes le prennent pour l'enfer ou pour la mort. [L]

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies