VIRGINIE

TRAGÉDIE

M. DC. LXXXIII.

CAMPISTRON

À Paris, chez Etienne Lucas, marchand libraire ; dans la salle neuve du palais, à la Bible d'Or.


Texte établi par Sylvain Garnier pour le Mémoire de master I sous la direction de M. Georges Forestier, U.F.R de Littérature française et comparée, 2007.

Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 29/12/2016 à 19:49:21.


À MONSEIGNEUR DE FIEUBET, PREMIER PRESIDENT DU PARLEMENT DE TOULOUSE.

MONSEIGNEUR,

Si je prends la liberté de vous offrir cette Tragédie, je ne songe qu'à vous rendre des grâces publiques de la puissante et généreuse protection dont vous avez toujours honoré ma famille ; elle vous a des obligations infinies, et toute la reconnaissance que j'en puis marquer est de l'apprendre à tout le monde ; c'est l'unique dessein que je me suis proposé, Vous ne verrez aucun éloge dans cette épître, celui que je ferais de vous, MONSEIGNEUR, aurait trop peu de force pour un si grand sujet, et j'ai vu tant de gens plus habiles que moi échouer dans cette même entreprise, que je dois profiter de leur exemple, et me taire lorsqu'il est trop dangereux de parler. Mais quand je serais assez hardi pour entreprendre une chose si difficile, que pourrais-je dire de vous, MONSEIGNEUR, que toute la France ne sache aussi bien que moi ? Elle regarde avec admiration cette pénétration vive, et cette intégrité inébranlable qui après s'être consommées dans les plus importantes charges de la Robe vous firent choisir par LOUIS LE GRAND, pour être le Chef du second Parlement du Royaume, dans un âge où il n'est permis qu'aux hommes extraordinaires de prétendre à de pareilles dignités : Heureux sont les peuples qui peuvent voir briller de près vos éminentes vertus dans cette Auguste Place, et ressentir à toute heure les effets de votre Justice. Ils poussent sans doute des voeux continuels au Ciel pour la conservation d'une vie aussi glorieuse que la vôtre, et qui leur est si nécessaire ; mais c'est ce que je fais plus que tous, puisque je connais mieux que personne ces vérités éclatantes, et que je suis avec un profond respect.

MONSEIGNEUR, Votre très humble, et très obéissant serviteur C***.


ACTEURS

APPIUS, l'un des Decemvirs de la ville de Rome.

ICILE, chevalier Romain accordé avec Virginie.

CLODIUS, chevalier Romain.

PLAUTIE, mère de Virginie, et femme de Virginius.

VIRGINIE, fille de Virginius, et de Plautie.

CAMILLE, confidente de Virginie.

FULVIE, confidente de Plautie.

SÉVÈRE, affranchi d'Icile.

FABIAN, affranchi d'Appius.

PISON, capitaine des Gardes d'Appius.

Gardes.

La Scène est à Rome dans le Palais d'Appius.


ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
Appius, Clodius, Pison.

CLODIUS

De ma témérité Rome entière surprise,

Demande les raisons d'une telle entreprise,

Le Peuple compatit à la juste douleur

D'un amant éperdu, d'une mère en fureur :

5   Il est temps d'informer Rome, Icile et Plautie

Des droits qui m'ont permis d'enlever Virginie.

Qu'ils apprennent, Seigneur, et sans plus différer...

APPIUS

Hélas !

CLODIUS

Qui peut encor vous faire soupirer ?

Quel injuste chagrin et vous trouble et vous gêne ?

10   Que craignez-vous ?

APPIUS

  Je crains l'aspect d'une inhumaine.

Je crains de nos projets le succès dangereux ;

Que puis-je attendre enfin d'un amour malheureux,

D'un amour dans mon coeur formé sans espérance,

Et dont le désespoir accroît la violence ;

15   Je me laissai surprendre aux yeux qui m'ont charmé,

Sachant depuis longtemps qu'Icile était aimé ;

Quand le don de leur foi, quand leur amour si tendre

Défendait à mes voeux de pouvoir rien prétendre.

Dieux ! Que n'entreprend point un coeur au désespoir ?

20   Je ne me souvins plus des lois de mon devoir

Et pour semer entre eux un éternel divorce

Mon amour employa l'artifice et la force.

Je t'appris mes malheurs, ton amitié pour moi

Déjà par cent efforts m'assurait de ta foi,

25   Et contre Icile enfin ta haine inexorable

Te rendait à mes voeux encor plus favorable.

Ainsi je t'engageai dans mes desseins secrets,

Ton zèle aveuglément a pris mes intérêts,

Cependant quand je vois l'entreprise avancée

30   Mille périls divers s'offrent à ma pensée ;

Mais je tremble sur tout qu'un odieux Rival

Au repos de mes jours ne soit encor fatal.

CLODIUS

De mon zèle pour vous assuré dés l'enfance

Vous m'avez honoré de votre confiance,

35   Seigneur, et votre main par de nouveaux bienfaits

A semblé chaque jour prévenir mes souhaits.

Mais le plus grand de tous, Seigneur, je le confesse,

C'est d'avoir employé mes soins et mon adresse,

Pour rompre le bonheur qu'Icile s'est promis ;

40   Je le hais plus lui seul que tous mes ennemis.

Depuis que par sa brigue assurant ma disgrâce

Je l'ai vu dans nos Camps commander en ma place ;

Et par l'injuste choix de Rome et du Sénat

Des honneurs qu'on me doit obtenir tout l'éclat.

45   Que je serais heureux de le pouvoir détruire !

Je goûterai du moins le plaisir de lui nuire,

Puisque enfin vôtre amour me permet aujourd'hui

D'attacher à ses jours un éternel ennui.

Mais je n'aurais pas crû, quelque ardeur qui vous presse,

50   Que le coeur d'Appius fit voir tant de faiblesse ;

Tout flatte vos désirs, tout succède à vos voeux,

Vous n'avez qu'à vouloir, Seigneur, pour être heureux,

Cependant un Rival que votre amour accable

Vous gêne et vous paraît encore redoutable ?

55   Il vous le fallait craindre en cet instant cruel

Que conduisant déjà Virginie à l'autel,

Par les liens sacrez d'un heureux hyménée

Il allait à son sort joindre sa destinée,

Lors que tout était prêt ; la coupe, le couteau,

60   La victime, l'encens, le prêtre, le flambeau :

Quand Plautie elle même à ses désirs propice

Pour l'hymen de sa fille offrait un sacrifice ;

C'était alors, Seigneur, qu'on eût pu pardonner

Le trouble où votre coeur semble s'abandonner,

65   Mais j'ai mis à ces noeuds un invincible obstacle,

Et pour vous épargner ce funeste spectacle

J'ai ravi la conquête à cet heureux amant,

Dans le Temple, à l'Autel, dans le même moment

Qu'il formait ce lien à votre amour contraire,

70   Et malgré les soupirs et les pleurs d'une mère,

Malgré tous les efforts d'un amant furieux,

J'ai conduit, j'ai remis Virginie en ces lieux.

Vôtre repos enfin de vous seul va dépendre,

Il ne vous reste plus, Seigneur, qu'à faire entendre

75   Une fausse équité qui soutiendra mes droits

Et qui mettra le crime à l'ombre de nos lois.

Parlons, et publions enfin que Virginie,

N'est point du noble sang dont on la croit sortie,

Que chez moi d'un esclave elle a reçu le jour,

80   Qu'elle doit être aussi mon esclave à son tour,

Et suivant le destin de ceux qui l'ont fait naître,

Hériter de leurs fers et m'accepter pour maître.

APPIUS

Différons un éclat mortel à son honneur,

Seule encor de son sort elle sait la rigueur ;

85   Peut-être se voyant au bord du précipice,

Son péril à mes voeux la rendra plus propice.

N'exposons point sa honte aux yeux de l'Univers,

Elle craint, il suffit, de tomber dans les fers,

Elle frémit des maux d'un sort si déplorable.

CLODIUS

90   Profitez donc, Seigneur, de ce temps favorable,

Et donnant un cours libre à vos secrets soupirs,

Courez à Virginie expliquer vos désirs.

APPIUS

Je me suis tu longtemps et veux me taire encore,

Loin de faire éclater ce feu qui me dévore,

95   Je dois plus que jamais le cacher en ce jour ;

Tout m'y contraint, l'honneur, mon devoir, mon amour :

Quel temps pour déclarer ma téméraire flamme :

À quel trouble nouveau je livrerais son âme ?

Je ne ferais hélas ! Qu'irriter ses douleurs,

100   Mes discours grossiraient la source de ses pleurs,

C'est assez qu'arrachée à l'amant qu'elle adore,

Captive dans ces lieux elle ait appris encore,

Qu'elle est preste à tomber dans la honte des fers,

Ce serait à la fois trop de malheurs divers :

105   Attendons pour lui faire un aveu si terrible

Que le temps ait rendu sa douleur moins sensible,

Épargnons ses soupirs et cherchons un moment

Où je trouve son coeur moins plein de son amant.

Mais cachons-lui sur tout que c'est moi qui l'opprime,

110   Et puisqu'enfin l'amour me coûte un si grand crime

Que j'en rougisse seul, ou que ma honte au moins

N'ait dans tous mes remords que tes yeux pour témoins.

CLODIUS

Prenez garde, Seigneur, qu'une injuste contrainte

Ne renverse à la fin tout le fruit de ma feinte,

115   Vous nourrissez un feu prêt à vous consumer,

Vous languirez toujours...

APPIUS

Cesse de t'alarmer.

J'ai mes raisons ; je veux qu'une action si noire,

Loin de finir ma vie en relève la gloire,

Déguisons ce forfait, couvrons-en la noirceur

120   Et faisons admirer ce qui ferait horreur.

Si la vertu souvent passe pour imposture

Le crime imite aussi la vertu la plus pure,

Et mon coupable amour sera mieux écouté,

Sous un prétexte adroit de générosité.

125   Je vais donc annoncer moi-même à Virginie

Qu'à la tirer des fers la gloire me convie,

Et que rien désormais ne la peut secourir,

Que la main et la foi que je lui viens offrir ;

Sous ces dehors flatteurs je cacherai mon crime,

130   Par là je gagnerai son coeur ou son estime,

Et l'on imputera par ce subtil détour,

À la seule pitié les effets de l'amour.

CLODIUS

Je me rends au dessein que l'amour vous suggère,

De nôtre intelligence il couvre le mystère ;

135   Mais il faudrait aussi pour ne rien négliger,

Éloigner un Rival qui cherche à se venger.

Prévenez les transports d'un amant en furie,

Prêt à tout hasarder pour sauver Virginie.

APPIUS

Eh c'est où je l'attends. J'ai su déjà prévoir

140   Les effets de sa rage, et de son désespoir :

Mais à nôtre dessein sa colère est utile,

Aussi loin de bannir ce redoutable Icile,

Bien loin de lui cacher l'objet de son amour,

Je prétends qu'il la voie, et même dés ce jour.

145   Oui, je veux qu'il jouisse ici de sa présence

Afin de le porter à plus de violence ;

Cet objet douloureux aigrira sa fureur,

Il voudra la venger et finir son malheur,

Ce Rival odieux pour servir ce qu'il aime

150   À mes transports jaloux viendra s'offrir lui-même.

Et dés le moindre effort qu'il osera tenter,

Sans bruit dans ce Palais je le fais arrêter.

CLODIUS

Ah ! Je prévois...

SCÈNE II.
Appius, Clodius, Fabian, Pison.

FABIAN

Plautie, aux pleurs abandonnée,

Seigneur, à vous attendre est toujours obstinée,

155   Elle veut vous parler, et ses fréquents soupirs ...

APPIUS à Fabian.

Qu'elle entre cependant pour flatter ses désirs,

Dans cet appartement conduisez Virginie,

Allez, et dites-lui qu'elle y verra Plautie,

À Clodius.

Vous d'une mère en pleurs évitez les transports,

160   Éloignez-vous.

CLODIUS

  Seigneur, c'est mon dessein. Je sors.

Ma présence sans doute aigrirait sa colère.

SCÈNE III.
Appius, Plautie, Fulvie, Pison.

PLAUTIE

Ah Seigneur, écoutez les douleurs d'une mère,

Et puisqu'aprés deux jours d'un mortel désespoir

Vous avez bien voulu consentir à me voir,

165   Pourrai-je me flatter ?

APPIUS

  Ne doutez point, Madame,

Que je ne sois frappé du trouble de votre âme ;

J'ai craint avec raison de vous voir en ces lieux,

Et que votre douleur n'éclatât à mes yeux,

J'ai fait plus, j'ai tâché long temps de me défendre

170   De causer tant de pleurs que je vous vois répandre,

Mais mon cruel devoir le plus fort dans mon coeur

D'une pitié craintive est demeuré vainqueur,

J'ai cédé, j'ai suivi la sévère Justice :

Enfin que vouliez-vous, Madame, que je fisse ?

175   Chargé par tout l'état du pouvoir souverain...

PLAUTIE

Osez-vous vous parer d'un prétexte si vain ?

Quoi ? Vous ordonne-t-il ce devoir téméraire

D'enlever sans pitié Virginie à sa mère ?

Dans le temps que son père à la guerre occupé

180   Peut-être va mourir pour ceux qui l'ont trompé,

Mais pourquoi dans ces lieux retenez-vous ma fille,

Pourquoi l'arrache-t-on du sein de ma famille ?

Pour quel crime commis vos barbares soldats

Viennent-ils la ravir au temple dans mes bras ?

185   Pourquoi...

APPIUS

  De son destin n'êtes-vous pas instruite ?

PLAUTIE

Hélas ! Dans ce Palais tout le monde m'évite,

En vain depuis deux jours errante dans ces lieux

Les pleurs que j'ai versez ont épuisé mes yeux,

En vain de tous côtés mes cris se font entendre,

190   De son destin encor je n'ai pu rien apprendre,

Et je trouve par tout dans mes soins empressez

Des Gardes interdits, des visages glacez,

Qui redoutent ma vue, et prêt à se confondre

Se dérobent à moi, sans daigner me répondre,

195   Par vos ordres cruels...

APPIUS

  Cessez de m'accuser

Et ne me forcez pas de vous désabuser,

Quand je vous aurai dit...

PLAUTIE

Quoi ? Que pourrez-vous dire,

Expliquez-vous.

APPIUS

Je sais qu'il faut vous en instruire ;

Mais, Madame, je crains de redoubler vos pleurs.

200   Je vais vous annoncer le plus grand des malheurs :

Cette fille, l'objet d'une amitié si tendre

Que vous me demandez, que vous venez défendre,

Cette fille qui fit vos plaisirs les plus doux,

Un autre vous l'enlève, elle n'est plus à vous.

PLAUTIE

205   Dieux ! qu'entends-je ? comment ?

APPIUS

  Ce n'est plus un mystère,

Je suis de Virginie ici dépositaire ;

Claudius sait enfin la noire trahison,

Qui la fit autrefois sortir de sa maison ;

Où d'un esclave infâme elle a reçu la vie ;

210   Oui, Madame, voila le sort de Virginie,

Cet esclave mourant, par ses remords pressé

N'a pu dissimuler tout ce qui s'est passé,

Le traître a déclaré que dans votre famille,

Par un échange adroit il fit entrer sa fille,

215   Et plusieurs Citoyens appelez à sa mort

Sont prêts de confirmer son funeste rapport,

Cet étrange secret a droit de vous confondre.

PLAUTIE

Je demeure stupide, et ne sais que répondre,

D'un autre, Virginie, aurait reçu le jour !

220   Non, non, elle est ma fille, et j'en crois mon amour,

Mon coeur frémit, mon sang s'émeut de cette injure,

Je sens trop fortement s'expliquer la nature,

Et je cède à la voix de ces instincts secrets

Qui parlant à nos coeurs ne les trompent jamais,

225   Sur Virginie enfin, quoi qu'on ose entreprendre,

Contre tout l'Univers je saurai la défendre.

Ouvrez les yeux, Seigneur, un perfide aujourd'hui

Pour me percer le coeur implore votre appui,

Et vous le soutenez ? Quoi votre propre gloire,

230   De mes sacrez aïeux l'immortelle mémoire,

De mon illustre époux les éclatants exploits,

Son sang pour le pays répandu tant de fois,

Les égards que l'on doit à la vertu trahie,

N'ont pas dans votre coeur défendu Virginie ;

235   Ah ! Rendez-moi Seigneur, ce trésor précieux,

Ma fille, seul présent que j'ai reçu des Dieux.

Avec tant d'amitié dans mon sein élevée,

De cent périls divers par moi seule sauvée,

Pour qui j'ai pris enfin, tant de pénibles soins,

240   Seigneur, dont vos yeux même ont été les témoins .

APPIUS

Madame, à vos désirs je voudrais satisfaire,

Inexorable loi d'un devoir trop sévère

Qui nous fait bien souvent condamner à regret

Ceux pour qui notre coeur se déclare en secret.

245   C'est à vous d'éviter le coup qui vous menace,

Combattez Clodius, confondez son audace,

Madame, et vous verrez les supplices tous prêts

Vous venger d'un perfide, et punir ses forfaits,

Cependant Virginie en ce lieu se doit rendre,

250   On peut en liberté lui parler et l'entendre,

Vous la verrez, Madame, avant que de sortir,

Moi-même en ce moment je l'ai fait avertir,

Elle entre, je vous laisse.

SCÈNE IV.
Plautie, Virginie, Fulvie, Camille.

VIRGINIE

Ah quel comble de joie !

Madame, enfin le Ciel souffre que je vous vois,

255   Quel plaisir de pouvoir en ces heureux moments,

Oublier mes douleurs dans vos embrassements.

PLAUTIE

Ma fille, ils seraient doux pour le coeur d'une mère ;

Mais hélas ! ils ne font qu'augmenter ma misère,

Une crainte mortelle en corrompt les douceurs,

260   Tremble, frémis, entends le plus grand des malheurs,

Le traître Clodius...

VIRGINIE

J'ai tout appris Madame.

Si l'horreur de ce coup a pu frapper mon âme,

Revenue à l'instant de ce trouble soudain,

J'ai vu pour m'en parer le remède certain,

265   Ne craignez point pour moi l'horreur de l'esclavage,

Le sang a dans mon sein transmis votre courage,

Attentive aux leçons qu'ont tracé mes aïeux,

Leur exemple sans cesse est présent à mes yeux,

De mes jours malheureux je finirai la course,

270   Sans qu'aucune faiblesse en ternisse la source,

Le plus cruel trépas me semblera trop doux,

Mourant avec le nom que j'ai reçu de vous.

PLAUTIE

Non, non, je préviendrai ta funeste disgrâce,

J'admire de ton coeur la généreuse audace,

275   Le dessein de mourir pour conserver ton rang,

Est digne de ma fille, est digne de mon sang,

Mais je n'en puis souffrir la cruelle pensée,

Rome dans ton destin est trop intéressée,

Virginius déjà par mes soins averti,

280   Pour te venir défendre est sans doute parti.

Dés le même moment que tu me fus ravie,

Sans prévoir les horreurs qui menacent ta vie,

J'envoyai vers le camp, et je ne doute pas,

Que ton père vers nous ne s'avance à grands pas,

285   Icile furieux, menace, prie, exhorte,

Aux plus hardis projets sa tendresse l'emporte,

Enfin pour te sauver il suffira de moi,

Que ne pourrai-je point en agissant pour toi,

Nous attendons beaucoup du secours de leurs armes,

290   Mais n'espère pas moins de celui de mes larmes,

De cet affreux Palais j'ouvrirai les chemins,

Je servirai de Chef aux premiers des Romains,

Et mes brûlants soupirs verseront dans leur âme,

Cette bouillante ardeur qui m'anime et m'enflamme,

295   Adieu je cours...

VIRGINIE

  Hélas ! vous me quittez si tôt,

Madame...

PLAUTIE

J'en frémis, mais ma fille il le faut,

VIRGINIE

Est-ce trop peu de maux, dont je suis déchirée,

Serai-je d'avec vous encore séparée !

Après tant de soupirs, à peine je vous vois...

PLAUTIE

300   Crois-tu qu'à te quitter je souffre moins que toi,

Quand à partir d'ici je me crois toute preste,

Malgré tous mes efforts ma tendresse m'arrête,

Cet amour toutefois ardent à ton secours,

Demande des effets, et non pas des discours,

305   Je te quitte, ou plutôt je vais tarir tes larmes,

Te rendre à ta famille, et finir nos alarmes,

Le soin de te sauver m'arrache de ce lieu,

On m'attend, et j'y vole, adieu ma fille, adieu.

SCÈNE V.
Virginie, Camille.

VIRGINIE

Camille connais-tu l'excès de ma misère,

310   Quel triste sort !

CAMILLE

  Je crains bien moins que je n'espère,

Les premiers des Romains se déclarent pour vous,

Contre votre ennemi le Peuple est en courroux,

Votre père est aimé dans Rome, et dans l'armée,

Le jeune Icile enfin, dont vous êtes charmée,

315   Et qui doit par l'hymen s'unir à votre sort,

Ne fera pas pour vous un inutile effort,

Sans doute en ce moment...

VIRGINIE

Excuse ma faiblesse,

Crois-tu qu'en ma faveur Icile s'intéresse ?

Crois-tu qu'il me conserve une fidèle ardeur,

320   Mes disgrâces peut-être auront changé son coeur.

Ah ! Si le mien privé seulement de sa vue,

Ne résiste qu'à peine au chagrin qui me tue,

Dieux ! Contre ma douleur où trouver du secours,

Camille, s'il fallait le perdre pour toujours ?

325   N'importe en ce moment, quoi que le Ciel ordonne,

À ses ordres sacrez mon âme s'abandonne,

Je respecte les traits qui partent de sa main,

Et je vais sans murmure attendre mon destin.

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE.
Icile, Sévère.

SÉVÈRE

Oui, vous pouvez, Seigneur, aussi bien que Plautie,

330   Entrer dans ce Palais, parler à Virginie,

Vous ne vous plaindrez plus de l'injuste pouvoir,

Qui vous a jusqu'ici défendu de la voir,

Dans cet appartement où l'on va la conduire,

De tous vos sentiments elle pourra s'instruire ;

335   Mais pourquoi la revoir ? Mon esprit incertain,

Ne comprend pas encor quel est votre dessein,

Je ne sais que juger de votre impatience,

Quel intérêt vous porte à chercher sa présence,

Seigneur, est-ce un effet de la seule pitié,

340   Ou le simple devoir d'un reste d'amitié ?

Car je ne pense pas dans sa misère extrême,

Averti de son sort par Plautie elle-même,

Quand le Ciel l'abandonne au plus cruel malheur,

Que vous sentiez pour elle une honteuse ardeur.

345   Non, je ne croirai point qu'un aussi grand courage,

Puisse avilir ses voeux jusques dans l'esclavage,

Qu'Icile jusques-là pût jamais s'abaisser.

ICILE

Sévère que dis-tu ? Ciel ! Qu'oses-tu penser ?

Crois-tu de Clodius la noire calomnie ?

350   Mais quand les Dieux auraient fait naître Virginie,

Dans la honte des fers, et dans un rang plus bas,

Quel que fut son destin je ne changerais pas :

Plus on veut l'abaisser, plus je sens que je l'aime,

Si ses malheurs sont grands mon amour est extrême :

355   Qu'ai-je fait jusqu'ici pour lui prouver ma foi,

Je lui rendais des soins, qui n'eut fait comme moi ?

Tout ne flattait-il pas mes voeux, et ma tendresse,

Gloire, biens, dignités, pouvoir, crédit, noblesse,

Sa main me donnait tout, qui n'eut pu présumer,

360   Que mon ambition me portait à l'aimer ?

Mais du moins aujourd'hui mon amour seul éclate,

Et mon ambition n'ayant rien qui la flatte,

Je ferai hautement triompher en ce jour,

La générosité, la constance, et l'amour.

SÉVÈRE

365   Dieux ! Qu'est-ce que j'entends ? Votre discours m'étonne,

À quel fatal projet l'amour vous abandonne,

Une fille sans nom, et qu'on va condamner...

ICILE

Parce qu'on la trahit, dois-je l'abandonner ?

Et ne lui faisant voir qu'une amitié commune,

370   Régler ma passion au gré de la fortune :

S'il est des coeurs mal faits, et d'indignes amants,

Qui suivent dans leurs voeux ces lâches sentiments.

Pour moi n'en doute point, quand j'aime Virginie,

C'est à d'autres objets que mon coeur sacrifie,

375   Les grandeurs que le sort peut ravir en un jour,

N'ont jamais attiré mes voeux ni mon amour,

La fermeté d'esprit, la grandeur de courage,

La pureté de coeur, voilà ce qui m'engage ;

Ce qui dépend du sort est pour moi sans appas,

380   Et j'aime les vertus qui n'en dépendent pas.

SÉVÈRE

Vous suivez trop, Seigneur, une aveugle tendresse.

ICILE

Ah ! ne t'oppose plus à l'ardeur qui me presse ;

Cependant Virginie est longtemps à venir,

Quel obstacle nouveau pourrait la retenir ?

385   Quand verrai-je cesser l'ennui qui me dévore,

Néglige-t-elle hélas ! Un amant qui l'adore ?

Dieux ! Que puis-je penser de son retardement,

Que je souffre de maux en ce cruel moment,

Que je suis déchiré ! Mais je la vois, Sévère,

390   Elle vient.

SCÈNE II.
Icile, Virginie, Sévère, Camille.

ICILE

  Le destin ne m'est plus si contraire,

Madame, je vous vois, et je puis en ce jour,

Faire encor à vos yeux éclater mon amour,

Qui l'eut crû que si prés d'un heureux hyménée,

Notre amour à ces maux dut être condamnée.

395   Mais suspendez l'effort de toutes vos douleurs,

Que la joie un moment règne seule en nos coeurs :

Pour moi, je l'avouerai, quand le sort me menace,

Du bien que je reçois je lui dois rendre grâce,

J'étais absent de vous, inquiet, désolé,

400   Je vous vois, je vous parle, et je suis consolé ;

Le trouble, la douleur qui déchirait mon âme,

Tout s'est évanoui devant vos yeux, Madame,

Ma présence fait-elle au moins dans votre coeur,

L'effet que votre vue...

VIRGINIE

Eh le puis je, Seigneur ?

405   Puis-je de mes douleurs calmer la violence,

Je les sens augmenter même en votre présence,

Ce qui devrait causer mes plaisirs les plus doux,

Porte à mon triste coeur les plus sensibles coups :

Jugez dans quels malheurs le Ciel me précipite,

410   Oui je sens qu'à vous voir ma tristesse s'irrite,

Hélas ! J'en connais mieux la perte que je fais,

Car enfin je vous perds, et vous perds pour jamais.

ICILE

Ah ! Madame, éloignez cette injuste pensée,

Par ce cruel discours ma flamme est offensée,

415   Pourquoi perdre un espoir à notre amour si doux,

Qui peut nous séparer ?

VIRGINIE

Hélas ! L'ignorez-vous ?

C'est le funeste effort du destin qui me brave,

Et si je sors du sang d'un malheureux esclave,

Je vois qu'à votre hymen je ne dois plus penser,

420   Qu'à cet espoir si doux, il me faut renoncer ;

Oui, Seigneur, nous cessons de vivre l'un pour l'autre,

Mais Dieux ! Que mon malheur est différent du vôtre,

Vous ne perdez en moi qu'un coeur infortuné,

Au comble des horreurs par le sort condamné,

425   Et pour vous consoler de cette faible perte,

Il est plus d'une voie à votre amour offerte.

Je ne vous parle point d'un Hymen plus heureux,

Car je n'ose penser qu'un coeur si généreux,

Après les doux transports d'une ardeur mutuelle,

430   Puisse brûler jamais d'une flamme nouvelle,

Mais l'honneur immortel, qu'au milieu des combats,

Votre rare valeur promet à votre bras,

Le généreux désir de servir la patrie,

Pourront de votre esprit effacer Virginie,

435   Ou si ces nobles soins ne peuvent l'en bannir,

Pour en combattre au moins le triste souvenir,

Vous pourrez opposer après votre victoire,

Aux chagrins de l'amour, les plaisirs de la gloire,

Mais moi désespérée, en l'état où je suis,

440   Je sens de toutes parts augmenter mes ennuis,

Je perds l'heureux espoir d'un illustre hyménée,

Et je perds avec lui le rang où je suis née,

Enfin pour m'accabler dans ce funeste jour,

Je vois d'intelligence, et la gloire, et l'amour.

ICILE

445   Ainsi vous renoncez à ce juste hyménée,

Que deviendra la foi que vous m'avez donnée ?

Lié par mes serments, et presque votre époux,

N'aurai-je...

VIRGINIE

Cette foi n'est plus digne de vous.

Le sort injurieux...

ICILE

Eh bien que peut-il faire ?

450   Son pouvoir ne peut rien contre un amour sincère.

VIRGINIE

Penseriez-vous à moi dans cet état honteux.

ICILE

Ah croyez-moi, Madame, un peu plus généreux,

Rendez plus de justice à mon ardente flamme,

Votre mérite seul l'alluma dans mon âme ;

455   Et je jure à vos yeux qu'il n'est rien que la mort,

Qui puisse désormais séparer notre sort,

Que par tant de serments engagés l'un à l'autre,

Les Dieux même ...

VIRGINIE

Ah ! Seigneur, quelle erreur est la vôtre,

Lorsque vous me verrez dans un rang odieux...

ICILE

460   J'aurai le même coeur, j'aurai les mêmes yeux,

Vous conserverez tout ce que mon coeur adore,

Vous aurez vos vertus ; et vous aurez encore,

Pour m'attacher à vous par un lien plus fort,

Vos craintes, vos douleurs, les injures du sort :

465   Oui, pour serrer les noeuds d'une chaîne si belle,

Vos disgrâces auront une force nouvelle,

Ah ! si c'est un devoir pour un coeur généreux,

De plaindre, de servir, d'aider les malheureux,

Pour mon coeur enflammé quelle douceur extrême,

470   De soulager en vous le digne objet qu'il aime,

De finir vos malheurs, et de pouvoir enfin,

Venger votre vertu des affronts du destin.

VIRGINIE

Ah ! Seigneur, cet aveu rend mon âme charmée,

Quel plaisir de me voir si tendrement aimée,

475   Mais quand l'amour pour moi vous porte à vous trahir,

À vos voeux indiscrets, Seigneur, dois-je obéir ?

Non, non, remplissons mieux nos devoirs l'un et l'autre,

Ma générosité doit seconder la vôtre,

Et refusant un bien que j'ai tant souhaité,

480   Faire connaître au moins que je l'ai mérité.

ICILE

Que ce noble discours pleinement justifie,

Le véritable sang dont vous êtes sortie,

Un coeur dans l'esclavage, et d'un vil sang formé,

D'un courage si grand n'est jamais animé,

485   Et quelque fier qu'il soit toujours quelque faiblesse,

Découvre tôt ou tard sa première bassesse ;

Mais finissez, Madame, un discours si cruel,

Et qui rend envers moi votre coeur criminel,

Dieux ! Est-ce là m'aimer que m'ôter l'espérance ?

VIRGINIE

490   Eh qu'a-t-il ce discours, Seigneur, qui vous offense ?

Croyez que ce refus marque mieux mon amour,

Que tout ce que j'ai fait jusqu'à ce triste jour,

Ce n'est pas qu'en effet de mon dessein troublée,

Par ce coup généreux je ne sois accablée,

495   J'en frémis par avance, et jugez par mes pleurs...

ICILE

Madame, par pitié cachez-moi vos douleurs,

C'est trop de mes ennuis, et de votre tristesse,

Mais je la finirai, croyez-en ma promesse,

Je perdrai vos tyrans, et quel que soit leur rang,

500   Ces pleurs que vous versez leur coûteront du sang.

VIRGINIE

Ah ! Seigneur arrêtez, où courez vous ?

ICILE

Madame,

Ne vous opposez point à l'ardeur qui m'enflamme,

Il faut que l'insolent qui vous ose insulter,

Apprenne désormais à vous mieux respecter.

VIRGINIE

505   Mais comment ?

ICILE

  C'est à moi de venger votre injure,

C'est à moi de convaincre, et punir l'imposture,

J'y cours, adieu, Madame.

SCÈNE III.
Virginie, Camille.

CAMILLE

Il court vous secourir,

Les Dieux se sont lassez de vous voir tant souffrir.

Madame, espérez tout du courage d'Icile.

VIRGINIE

510   Ah ? Que me fais-tu voir, et qu'ai-je fait Camille,

Dieux ! Devais-je d'Icile accepter le secours,

Pour mes seuls intérêts j'ai hasardé ses jours,

Que n'entreprendra point sa tendresse offensée,

De cent périls mortels sa vie est menacée,

515   Hélas ! Que ce serait un secours odieux,

S'il brisait ma prison en mourant à mes yeux ;

Prévenons-le, essayons de finir ma disgrâce,

Nous même détournons le coup qui nous menace,

Hâtons-nous, empêchons mon amant de périr,

520   Courons voir Appius, il peut nous secourir,

Que ses yeux soient témoins de mes vives alarmes,

Peut être, sera-t-il, attendri par mes larmes ?

Ne nous contraignons plus, le voici.

SCÈNE IV.
Appius, Virginie, Camille.

VIRGINIE

Quoi, Seigneur,

Ne calmerez-vous pas le trouble de mon coeur,

525   Rendez-vous aux soupirs que je vous fais entendre,

Perdrai-je tant de pleurs que vous voyez répandre,

Et n'obtiendrai-je point un utile secours,

Qui des fers que je crains sauve mes tristes jours.

APPIUS

Hélas n'en doutez point votre disgrâce extrême,

530   Plus que vous ne pensez me déchire moi-même,

Et pour porter mon âme à finir vos malheurs,

Vous n'avez pas besoin du secours de vos pleurs,

Votre seule jeunesse, et les soins d'une mère,

À qui mille raisons vous ont rendu si chère,

535   D'un père si fameux les illustres exploits,

Lorsqu'ils parlent pour vous ont de puissantes voix ;

Souvent par ces égards mon âme s'est émue,

De vous rendre à leurs cris elle était résolue,

Si l'austère devoir d'un emploi glorieux,

540   Cette droite équité prescrite par les Dieux,

Si la peur des remords qui suivent l'injustice,

M'eut permis de vous faire un si grand sacrifice ;

Et n'eut malgré l'effort d'une tendre pitié,

Fait durer des malheurs dont je sens la moitié,

545   Mais enfin plus je tâche à percer le mystère,

Plus je trouve à vos voeux la justice contraire,

Témoins, indices, droit, tout parle contre nous.

VIRGINIE

Eh vous me porterez de si funestes coups,

Hélas ! Seigneur...

APPIUS

Mon âme est toujours incertaine,

550   La pitié me retient quand le devoir m'entraîne,

Sur tout tant de vertus, tant de charmes divers,

Ne me semblent point faits pour languir dans les fers,

Ainsi je vous soutiens au bord du précipice,

Je crains de tous côtés de faire une injustice,

555   Auquel des deux partis que je donne ma voix,

J'offense vos vertus, ou j'offense les lois.

VIRGINIE

Hélas ! Pour me sauver, n'est-il aucune voie ?

APPIUS

Madame, ouvrez la moi, j'y souscris avec joie,

Parlez, si je le puis sans blesser mon devoir,

560   Je ferai pour vous plaire agir tout mon pouvoir,

Inventez un moyen, ma puissance suprême,

Va tenter...

VIRGINIE

Ah ! Seigneur, inventez le vous même ;

Que je vous doive tout faites un noble effort,

Je remets en vos mains tout le soin de mon sort :

565   Hâtez-vous, rassurez mon âme impatiente.

APPIUS

Hé l'accepterez-vous, si je vous le présente ?

Si vous voulez sortir de cet affreux danger,

Je ne vois qu'un chemin pour vous en dégager,

Mais votre coeur peut-être à mes lois infidèle,

570   Osera m'opposer une fierté rebelle :

Cependant je vous jure, et j'atteste les Dieux,

Que mon dessein, Madame, est juste et glorieux,

Et que si vos refus le rendent inutile...

VIRGINIE

Pour éviter les fers tout me sera facile :

575   Pourquoi balancez-vous à me le proposer,

En ce funeste état puis-je rien refuser ?

Ne me le cachez plus, si la pitié vous touche,

Par où puis-je ?

APPIUS

Il ne faut qu'un mot de votre bouche :

Oui, dés ce même jour vous briserez vos fers,

580   Vous-même finirez tous vos malheurs divers,

Et porterez si haut l'éclat de votre vie,

Qu'aux premières de Rome il pourra faire envie,

Si vous voulez...

VIRGINIE

Et quoi ?

APPIUS

Me prendre pour époux,

Et par des noeuds sacrez m'attacher tout à vous,

585   Venez, allons au Temple, et que mon hyménée,

Répare le malheur de votre destinée,

Que Clodius contraint de respecter mon choix,

N'ose plus exposer ses téméraires droits,

Venez, en partageant ma puissance suprême,

590   Vous acquérir des droits sur Clodius lui-même,

Et prendre sur ses jours à couvert de ses coups,

La même autorité qu'il veut avoir sur vous.

VIRGINIE

Qu'entends-je juste Ciel ! Et le pourrai-je croire,

Que de soupçons, Seigneur, mortels à votre gloire,

595   Je vois enfin, je vois la cause de mes pleurs,

Et je connais la main d'où partent mes malheurs,

Clodius n'a point seul commencé ma disgrâce,

C'est un bras plus puissant qui soutient son audace,

Seigneur, vous m'entendez.

APPIUS

Ah ! que soupçonnez-vous ?

600   Au moment que ma main vous dérobe à ses coups

Que pensez-vous de moi.

VIRGINIE

Ce qu'il fallait vous-même,

Me déguiser toujours avec un soin extrême,

Mais c'est pousser trop loin ce funeste entretien,

Faites votre devoir, et je ferai le mien.

SCÈNE V.
Appius, Clodius.

CLODIUS

605   Qu'avez-vous fait, Seigneur, et que faut-il attendre.

APPIUS

Ah ! l'ingrate à mes voeux refuse de se rendre.

CLODIUS

Quoi, Seigneur, votre rang, vos soins, votre grandeur,

L'offre de votre main n'ont pu toucher son coeur.

APPIUS

Si la seule grandeur satisfaisait une âme,

610   Hélas ! Serais-je en proie à ma cruelle flamme,

Inutile puissance ! Importune grandeur,

Qui ne peut m'assurer d'un solide bonheur.

Malgré tout mon pouvoir mon âme est à la gêne,

J'aime, j'offre ma main, je trouve une inhumaine,

615   Je me vois dédaigner, et mon amour confus,

Remporte seulement la honte d'un refus.

CLODIUS

D'un discours imprévu, Virginie alarmée,

A suivi le penchant de son âme enflammée,

Mais ne vous troublez point de ce premier transport,

620   D'un amour irrité, c'est le dernier effort.

Laissez passer, Seigneur, sa première surprise,

Laissez lui peser tout d'une âme un peu remise.

Lorsque d'un oeil tranquille, et moins préoccupé,

Son coeur verra le coup dont il serait frappé,

625   D'un côté votre hymen, votre gloire en partage,

De l'autre les horreurs qui suivent l'esclavage,

Son orgueil confondu par des emplois si bas,

Eh doutez-vous, Seigneur, qu'elle ne change pas,

Quand même à votre hymen il faudrait la contraindre,

630   De votre cruauté, pourrait-elle se plaindre ?

Vous ne la contraindrez, que pour la mieux servir,

À ses propres désirs il vous la faut ravir,

Et l'arrachant par force à cette erreur qu'elle aime,

Établir son bonheur en dépit d'elle-même.

APPIUS

635   Je te dois tout, suivons ce conseil important,

Il détermine un coeur, irrésolu, flottant ;

Ne nous contraignons plus par ce vain artifice,

Tôt ou tard on saura quelle est mon injustice,

Ne ménageons plus rien, satisfaisons nos voeux,

640   Et ne nous chargeons pas d'un crime infructueux,

De mon amour dépend le bonheur de ma vie,

Il n'importe à quel prix j'obtienne Virginie,

Allons encor un coup lui présenter ma main,

Allons mettre à ses pieds le pouvoir souverain,

645   Et si sa flamme encor la séduit ou l'abuse,

Forçons-la d'accepter l'honneur qu'elle refuse.

ACTE III

SCÈNE PREMIÈRE.
Plautie, Fulvie.

FULVIE

Madame, où courez-vous, vous verrai-je toujours,

D'une douleur mortelle entretenir le cours ?

Sourde à tous nos conseils, désespérée, errante,

650   Loin d'adoucir vos maux chaque instant les augmente,

Un chagrin dévorant précipite vos pas,

Vous courez en cent lieux où vous n'arrêtez pas,

Tantôt parmi le peuple, et tantôt solitaire,

Tout ce que vous voyez ne fait que vous déplaire,

655   Aux discours des Romains touchez de vos malheurs,

Vous avez seulement répondu par des pleurs,

Leurs soins officieux...

PLAUTIE

Eh que puis-je répondre,

Leurs discours et leurs soins ne font que me confondre,

Pour flatter ma disgrâce, ils m'en viennent parler,

660   Et leur zèle ne sert qu'à la renouveler,

Leur pitié m'assassine, et me devient funeste,

Je ne vois point d'objet que mon coeur ne déteste,

En public, en secret, une égale douleur,

Accable ma raison, et déchire mon coeur :

665   Si je vais me cacher au sein de ma famille,

Tout m'y semble odieux, je n'y vois plus ma fille,

Sans elle mon Palais m'est un désert affreux,

Et quand pour adoucir un sort si rigoureux,

Pleine de désespoir je cours, je vole au Temple,

670   Hélas ! Par un destin qui n'eut jamais d'exemple,

Cet asile sacré contre tous nos malheurs,

Qui toujours des humains soulage les douleurs,

La présence des Dieux irrite ma disgrâce,

Puisque mes tristes yeux y remarquent la place,

675   Où ces Dieux ont permis que des monstres cruels,

M'aient ravi ma fille au pied de leurs Autels ;

Comment calmer les maux où mon malheur m'expose,

Tout retrace à mes yeux la perte qui les cause,

Quoi que je fasse enfin pour charmer mes ennuis,

680   Je rencontre par tout les horreurs que je fuis.

FULVIE

Mais Madame souffrez...

PLAUTIE

J'ai tout perdu Fulvie,

Et ne puis que traîner une importune vie,

Tandis que Virginie a lieu d'appréhender,

Au sévère Appius je cours la demander ;

685   Non que j'ose espérer qu'il daigne me la rendre,

Je ne veux seulement que l'obliger d'attendre,

Que mon époux du Camp soit ici de retour,

Hélas ! ce seul espoir rassure mon amour,

Si je puis le revoir, mes douleurs, et mes craintes,

690   Ne me donneront plus que de faibles atteintes,

Courrons donc essayer... Mais que vois-je grands dieux ?

Quel objet imprévu se présente à mes yeux ?

C'est Appius que suit mon ennemi perfide,

Ah ! Je ne sais que trop le dessein qui le guide,

695   Il lui parle en secret... J'en frémis...

SCÈNE II.
Appius, Plautie, Claudius, Fulvie, Fabian, Pison.

PLAUTIE

  Ah ! Seigneur,

Écoutez-vous encor la voix d'un imposteur,

Que dit-il ? Ose-t-il comblant sa perfidie,

Vous presser d'opprimer la triste Virginie ?

Ne préviendrez-vous pas son funeste dessein,

700   Presterez-vous le bras pour me percer le sein ?

Me refuserez-vous le secours que j'implore,

Seigneur, entre nous deux balancez-vous encore ;

Faudra-t-il qu'à mes pleurs on puisse reprocher,

Qu'ils n'ont pas eu la force, hélas ! de vous toucher,

705   Dans le temps qu'à vos yeux je suis presque mourante,

Mon extrême douleur sera-t-elle impuissante,

D'un barbare projet vous connaissez l'auteur,

Et mes tristes soupirs, mes transports, ma fureur,

Mon désespoir mortel, mon ardente prière,

710   Tout vous prouve, Seigneur, l'amitié d'une mère,

Faut-il d'autres raisons pour vous persuader ?

Il en est mille encore à qui tout doit céder,

Considérez Seigneur... Mais mon âme troublée,

Succombe à tant de maux dont elle est accablée,

715   Ma parole se perd... Je cède à mes douleurs...

Hélas... je ne vous puis parler que par mes pleurs.

CLODIUS

J'ose encor me flatter malgré tant d'artifice,

Que vous suivrez, Seigneur, la sévère Justice,

Je ne vous dis plus rien pour soutenir mes droits,

720   Vingt témoins différents ont d'assez fortes voix,

Donnez-moi Virginie, et forcez au silence,

Une femme en fureur dont la plainte m'offense :

Et qui s'autorisant de l'amour maternel,

Cache sous ce prétexte un dessein criminel,

725   Ne différez donc plus... Venez...

PLAUTIE, à Claudius.

  Tais-toi parjure,

N'ajoute point encor l'outrage à l'imposture,

À Appius.

Seigneur, si mes soupirs peuvent vous émouvoir,

Éloignez Clodius que je ne saurais voir,

Plus que tous mes malheurs sa funeste présence,

730   De mes profonds ennuis aigrit la violence,

Vous me verrez sans doute expirer en ces lieux,

Si plus longtemps ce traître est présent à mes yeux.

APPIUS

Oui, Madame, je vais soulager votre peine,

À Clodius.

Sortez. Retirez-vous dans la chambre prochaine,

735   Je saurai prononcer lorsqu'il en sera temps.

CLODIUS

Vous différez encor, Seigneur, je vous entends,

Vous n'osez de Plautie augmenter la misère,

Mais un Chef des Romains doit être plus sévère,

Juste à récompenser, intrépide à punir,

740   Il doit voir le passé sans craindre l'avenir,

Sans qu'aucun intérêt le retienne ou l'anime,

Et la pitié d'un Juge est souvent un grand crime,

Puisque la vôtre ici combat votre devoir,

Seigneur je vais d'un autre implorer le pouvoir,

745   Votre retardement me servira d'excuse,

Si je demande ailleurs le bien qu'on me refuse.

SCÈNE III.
Appius, Plautie, Fabian, Pison.

APPIUS

Vous le voyez, Madame, il va chercher ailleurs,

L'inévitable arrêt qui comble vos malheurs,

J'ai craint de prononcer cet arrêt si funeste,

750   Et dans vos déplaisirs cette douceur me reste,

Qu'une autre main au moins vous portera les coups,

Dont mon coeur alarmé frémit déjà pour vous.

PLAUTIE

Eh quoi votre pitié sera-t-elle inutile,

Ne peut-elle, à mon sang assurer un asile,

755   Ne peut-elle, Seigneur, détourner loin de moi,

Ces coups dont votre coeur a déjà quelque effroi,

Dans mes justes désirs me seriez vous contraire,

Servirez vous plutôt l'ennemi que la mère :

Il demande ma fille, et sur quoi ? Par quels droits,

760   Son esclave a parlé, mais il n'a point de voix,

Un homme que le sort dans les fers a fait naître,

N'a d'autre volonté que celle de son maître,

Plutôt mort que vivant comblé d'un long ennui,

Il ne peut ni parler ni vivre que pour lui.

765   Seigneur, sans écouter ce suspect témoignage,

De l'amour d'un époux, rendez-moi le saint gage,

Pour prononcer au moins attendez son retour,

Vous le verrez sans doute avant la fin du jour :

C'est lui qui soutiendra les droits de sa famille,

770   C'est à lui de défendre et de sauver sa fille.

Brisera-t-on des noeuds que le sang a formez,

Ces saints noeuds par l'amour, par le temps confirmez,

En condamnant la fille on condamne le père,

Et peut-on lui ravir ce sacré caractère,

775   Que la forte nature a pris soin de graver,

Et dont même les Dieux ne sauraient le priver.

APPIUS

Modérez les terreurs de votre âme craintive,

Puisque vous le voulez j'attendrai qu'il arrive,

Madame, mais enfin que fera votre époux,

780   Que déjà ma pitié n'ait pas tenté pour vous,

Pour tacher de vous rendre une fille si chère,

Je n'ai pas attendu les larmes de sa mère.

J'avais formé tantôt un généreux dessein,

Et que les Dieux sans doute avaient mis dans mon sein,

785   J'allais avec éclat réparer sa misère,

Mais elle a refusé ce conseil salutaire,

Et préféré les fers qui menacent ses jours,

À la nécessité d'accepter mon secours.

PLAUTIE

Que dites vous, Seigneur, l'ingrate Virginie,

790   Refuse le secours qui la rend à Plautie ?

Et sans égard pour vous, sans tendresse pour moi,

Elle aime mieux subir une si dure loi ?

Elle se livre entière au destin qui la joue,

Seigneur, s'il est ainsi mon coeur la désavoue,

795   Mais ne puis je savoir ce dessein glorieux,

En faveur de ma fille inspiré par les Dieux.

APPIUS

Je la vois qui paraît, elle peut vous l'apprendre,

Mais songez que des fers rien ne la peut défendre,

Si toujours obstinée en son premier dessein,

800   Elle fuit les bienfaits qui partent de ma main.

SCÈNE IV.
Plautie, Virginie, Fulvie.

PLAUTIE

Qui pourra m'expliquer ce trouble et ce silence,

Du discours d'Appius, que faut-il que je pense,

Ma fille, devais-tu refuser le secours,

Qui te rend à Plautie, et rassure tes jours.

VIRGINIE

805   Ah ! Quand vous le saurez ce secours si funeste,

Vous le détesterez comme je le déteste,

Dieux ! À quel prix cruel, à quelle extrémité,

Le perfide Appius a mis ma liberté !

Dure, dure toujours le malheur qui me presse,

810   Si je n'en puis sortir que par cette bassesse.

PLAUTIE

Comment. Que prétend il ? Quel injuste dessein ?

VIRGINIE

Me forcer malgré moi de lui donner la main,

Il n'a pu me cacher sa tyrannique flamme,

Ses yeux et ses discours m'ont découvert son âme.

815   Que vous dirai-je enfin, vos craintes, mon malheur,

Sont les tristes effets de sa coupable ardeur.

PLAUTIE

Ô coup ! Ô trahison à jamais inouïe,

Peut-on jusqu'à ce point pousser la perfidie.

Ô Ciel ! As-tu permis que le coeur d'un Romain,

820   Ait osé concevoir cet horrible dessein.

VIRGINIE

Hélas ! dans quel état le tyran m'a laissée,

Le plus sensible effort de ma douleur passée,

Tout ce que j'ai souffert ne saurait égaler,

Les maux dont son amour commence à m'accabler :

825   Mais grands Dieux ! Quel sera le désespoir d'Icile,

Quand de la trahison averti par Camille,

Il saura qu'Appius ne s'arme contre moi,

Qu'afin de me contraindre à violer ma foi.

Ah pour tirer raison d'un si cruel outrage,

830   Que n'entreprendront point sa haine et son courage,

Dans quels nouveaux périls se va t'il engager,

Sans doute en ce moment tout prêt à se venger,

Il va...

SCÈNE V.
Icile, Plautie, Virginie, Fulvie, Camille, Sévère.

ICILE

Consolez-vous et retenez vos larmes,

Madame je sais tout, et conçois vos alarmes,

835   Mais les gémissements sont ici superflus,

Appius périra, vous ne le craindrez plus,

Nos généreux amis partagent notre offense,

Et brûlent d'en tirer une prompte vengeance,

D'abord que le tyran sortira du Palais,

840   Tout son sang répandu lavera ses forfaits,

Et dans le désespoir, Madame, qui me guide,

Moi seul je percerai le coeur de ce perfide,

Attendez cet effort de ma juste fureur.

PLAUTIE

Ô Ciel ! Quel doux espoir je sens naître en mon coeur,

845   Vous allez immoler la main qui nous outrage,

Mais Dieux ! En quel dessein votre amour vous engage,

Vous vous flattez en vain de pouvoir l'accabler.

VIRGINIE

Cessez, Seigneur, cessez de nous faire trembler,

De ce fatal projet vous seriez la victime,

850   Et quand vous perdriez le tyran qui m'opprime,

Qu'Appius périrait, croyez que son trépas,

D'un esclavage affreux ne me sauverait pas,

Neuf tyrans resteraient qui pour venger sa perte,

Prendraient pour nous punir l'occasion offerte,

855   Je verrais ces cruels armez contre vos jours,

Se prester à l'envi de funestes secours,

Et présenter enfin à mon âme étonnée

Votre mort, et les fers où je suis destinée.

ICILE

Ne vous alarmez point, craignez moins leur pouvoir,

860   Madame, j'ai prévu tout ce qu'il faut prévoir,

Perdre un de nos Tyrans sans accabler les autres,

Ce serait redoubler vos périls et les nôtres,

Pour terminer l'horreur de votre triste sort,

De tous les Decemvirs j'ai résolu la mort,

865   Et sans borner mes coups à la perte d'un homme,

Je veux avec vos fers rompre encor ceux de Rome,

Vous venger l'une et l'autre, et remplir en ce jour,

Les devoirs de ma gloire, et ceux de mon amour :

Je remarque à vos yeux quelle extrême surprise,

870   Jette dans vos esprits une telle entreprise,

Sans doute vous croyez que ce hardi projet,

Est de mon désespoir un téméraire effet,

Qu'aujourd'hui seulement j'en ai conçu l'idée,

Mais d'un noble courroux mon âme possédée

875   A formé dés longtemps ce généreux dessein,

L'amour ne l'a point seul fait naître dans mon sein ;

Seulement les malheurs que pour vous j'appréhende,

Me font précipiter une action si grande.

Quand je tremble pour vous, rien ne peut m'arrêter,

880   Et je suis assez fort pour tout exécuter,

Nos tyrans séparés dans nos camps, dans la ville,

Rendent de ce projet le succès plus facile,

Horace, Numitor, Valère et Loelius,

Doivent au Tribunal immoler Oppius :

885   Je dois accompagné d'une nombreuse escorte,

De ce Palais fatal environner la porte,

Dont Appius sortant par mille coups certains

Nous préviendrons l'horreur de ses lâches desseins ;

Les chefs, et les soldats n'attendent à l'armée,

890   Que d'ouïr de nos faits parler la Renommée :

Et dés le même instant de nos exploits jaloux,

Impatients, heureux, et hardis comme nous,

Vous les verrez poussez d'une ardeur magnanime,

Se disputer l'honneur d'abattre une victime,

895   Et sur huit ennemis confondants leurs efforts,

À chacun des tyrans assurer mille morts,

Le Peuple fatigué d'un pouvoir tyrannique,

Est tout prêt de finir la misère publique.

Déjà pour l'animer j'ai su peindre à ses yeux,

900   Les funestes horreurs qui désolent ces lieux,

Les sacrés tribunaux ouverts à l'avarice,

Le commerce honteux qu'on fait de la Justice,

Le Sénat dépeuplé des anciens Sénateurs,

Leur puissance donnée à d'indignes flatteurs,

905   Le crime triomphant, l'innocence tremblante,

Du sang de ses héros Rome toujours fumante,

Les tragiques effets du fer et du poison,

La violence jointe avec la trahison,

La pudeur exposée à de coupables flammes,

910   Les vestales en proie à des monstres infâmes :

Tous nos temples détruits, déserts, ou profanés ;

Les augures confus, les prêtres consternez :

Enfin des maux plus grands, un joug moins supportable,

Que ne fut de Tarquin le règne abominable.

915   Le Ciel me favorise, et je puis en ce jour

Servir la République en servant mon amour,

Si je reviens vainqueur, ma gloire est infinie,

J'affranchis ma patrie, et j'acquiers Virginie,

Et s'il faut succomber dans un si noble effort,

920   Où pourrais-je trouver une si belle mort ?

VIRGINIE

Je n'ose condamner l'ardeur qui vous entraîne,

Je vous aime, et je crains, mais j'ai l'âme Romaine,

L'intérêt du pays doit ici prévaloir :

Tout cède dans mon coeur à ce premier devoir,

925   Je ne vous aurais pas hasardé pour moi-même,

Mais je consens pour lui d'exposer ce que j'aime,

Le généreux amour qui règne dans mon coeur :

Ne veut point d'un Amant enchaîner la valeur,

Je brûle comme vous de voir Rome sauvée,

930   De voir votre vertu jusqu'aux cieux élevée,

Joignez tous les devoirs de héros et d'amant,

Ils se peuvent entre eux secourir puissamment,

Leur union vous offre une double victoire ;

Du côté de l'amour, du côté de la gloire,

935   De toutes parts enfin vous serez couronné,

Comme illustre Guerrier, comme Amant fortuné.

Les Romains admirant cette grande victoire,

Dresseront des Autels, Seigneur, à votre gloire,

Et moi n'en doutez point à votre heureux retour,

940   Je prends sur moi le soin de couronner l'amour.

ICILE

Ah ! Souffrez...

VIRGINIE

Mais hélas ! Que je suis insensée,

Je me laisse séduire à ma douce pensée ;

Peut-être que le sort nous menace tous deux,

Le plus juste parti n'est pas toujours heureux :

945   N'importe, allez Seigneur, et si la destinée,

Marque de votre mort cette triste journée,

Je jure que mon sang par ma main répandu,

Dans le vôtre aussitôt se verra confondu,

Que mon bras...

ICILE

Éloignez cette funeste image,

950   J'accepte seulement votre premier présage.

J'espère qu'aujourd'hui, content, victorieux,

Madame, je viendrai vous tirer de ces lieux,

Adieu.

PLAUTIE

Je vous suivrai, Seigneur, et mon courage,

Veut avoir quelque part dans ce fameux ouvrage.

SCÈNE VI.
Plautie, Virginie, Fulvie, Camille.

VIRGINIE

955   Quoi vous voulez vous-même...

PLAUTIE

  Oui, je veux que mes cris,

Réveillent la vertu des Romains assoupis,

Je veux leur inspirer les transports de mon âme,

Sans doute ils rougiront en voyant une femme,

Moins timide cent fois, et plus Romaine qu'eux,

960   Tâcher de ranimer cet esprit généreux

Qu'a versé dans leur sein le sang de leurs ancêtres,

Sans cesse révolté contre d'injustes maîtres.

Ah ! Songe quel triomphe, et quel bonheur pour nous

Si tandis que l'on voit mon invincible époux,

965   Des périls du dehors, nous sauver, nous défendre,

L'on voit en même temps son épouse, et son gendre,

Affranchir Rome encor du joug des Decemvirs :

Et le sort secondant nos soins et nos désirs,

Notre famille seule assurant sa mémoire,

970   D'un Empire si saint faire toute la gloire.

VIRGINIE

Je conçois la grandeur d'un si noble dessein,

Mais hélas ! Que je crains qu'on ne le tente en vain,

Je crains...

SCÈNE VII.
Plautie, Camille, Fulvie, Sévère.

SÉVÈRE

N'attendez plus un secours inutile,

Madame, c'en est fait, on nous enlève Icile ;

975   Un traître qu'il croyait ferme en ses intérêts,

Vient d'instruire Appius de ses desseins secrets,

Dans le moment qu'Icile allait tout entreprendre ;

On l'a mis hors d'état de vous pouvoir défendre,

De sa juste colère on prévient les effets,

980   On le vient d'arrêter en sortant du Palais.

PLAUTIE

Ô Ciel !

VIRGINIE

Cruel destin ! Quelle persévérance ?

Puis-je après un tel coup avoir quelque espérance ?

Vous le voyez, Madame, il n'est plus de secours,

Il est temps de finir mes déplorables jours,

985   Icile est arrêté, le Ciel nous est contraire,

Il nous prive à la fois de l'Amant et du père ;

C'en est fait, je me livre à mon seul désespoir.

PLAUTIE

Ah ! Prends sur toi ma fille un peu plus de pouvoir,

Mourir lorsque le sort rend la vie importune,

990   C'est l'ordinaire effet d'une vertu commune :

Mais vivre en essuyant ses plus funestes coups,

Lui faire voir un coeur plus grand que son courroux,

C'est là que la vertu doit briller davantage,

Dans ces extrémités éclate un grand courage,

995   Que te dirai-je, enfin, tu dois par ces efforts,

Me prouver qu'en effet c'est de moi que tu sors.

VIRGINIE

Qu'exigez-vous de moi ? Pourquoi vouloir Madame,

Faire durer les maux qui déchirent mon âme,

La mort les eût finis : loin de vous alarmer,

1000   À ce juste dessein vous deviez m'animer,

Preste à souffrir des fers l'affreuse ignominie,

Rien ne semble à mon coeur si cruel que la vie :

Hélas ! Pour me tirer du gouffre où je me vois,

Quelles mains ! Quels amis voudront s'armer pour moi.

PLAUTIE

1005   Tout les Romains, ta cause est la cause commune,

Il s'agit de leur sort comme de ta fortune,

Le perfide Appius a commencé par nous,

Mais demain sur quelque autre il portera ses coups,

Si tous nos citoyens armez pour ta défense

1010   N'assurent leur repos en vengeant notre offense,

Je vais par un récit des maux que je prévois

Faire trembler les coeurs des Meres comme moi :

Je vais les alarmer pour toute leur famille,

Par l'exemple inouï des malheurs de ma fille,

1015   Je vais tout animer contre Appius, enfin,

Je cours périr moi-même, ou changer ton destin.

VIRGINIE

Secondez dieux puissants ce désir légitime,

Que si pour vous fléchir il faut une victime,

Frappez me voilà preste, et par un prompt effort,

1020   Épargnez-moi des maux plus cruels que la mort.

ACTE IV

SCÈNE PREMIÈRE.
Appius, Clodius.

CLODIUS

Oui ce Rival heureux par la fin de sa vie,

Bientôt à vos transports livrera Virginie,

Que tardez-vous, Seigneur, à le faire périr ?

Vengez-vous des tourments qu'il vous a fait souffrir,

1025   Craignez-vous par sa mort de vous charger d'un crime,

Croyez-vous...

APPIUS

Non, je crois sa peine légitime,

N'a-t-il pas hautement par un lâche attentat,

Assemblé ses amis, voulu troubler l'État,

Sa perte en ce moment est juste et nécessaire,

1030   Mais Virginie...

CLODIUS

  Eh bien craignez-vous sa colère,

Détrompez-vous, Seigneur, peut-être qu'aujourd'hui,

Elle attend un prétexte à renoncer à lui ;

Peut-être qu'en secret sensible à votre gloire,

Son coeur déjà charmé vous cède la victoire,

1035   Mais l'honneur fier Tyran de ses voeux les plus doux,

L'empêche seulement de s'unir avec vous.

Épargnez-lui, Seigneur, la cruelle contrainte,

D'entendre d'un Amant la pitoyable plainte,

Perdez-le, et par sa mort assurez-vous d'un coeur,

1040   Déjà presque insensible à sa première ardeur,

Et qui pour se donner n'attend plus rien peut-être,

Que l'éclat d'un amour qui doit parler en maître.

APPIUS

Quelle honte pour moi, s'il faut que mon amour,

Pour vaincre mon Rival lui ravisse le jour ;

1045   Quel triomphe pour lui, quelle gloire immortelle,

De n'avoir jamais vu Virginie infidèle,

D'avoir gardé son coeur, enfin d'avoir vaincu,

Ma grandeur, et mes feux tant qu'il aura vécu.

CLODIUS

Et qu'importe, Seigneur, quel scrupule vous presse.

APPIUS

1050   J'aime pour mon malheur avec trop de tendresse,

Enfin de mon Rival je me vengerai mieux,

Si je puis épouser Virginie à ses yeux :

J'attends ici l'ingrate, et ne veux plus lui taire,

De nos desseins secrets le dangereux mystère ;

1055   Je vais tout employer pour ébranler sa foi,

Prière, soin, respect, amour, menace, effroi.

J'espère que des fers l'épouvantable image,

Et qu'Icile mourant fléchiront son courage,

Je vais lui faire voir son Amant enchaîné,

1060   Aux plus cruels tourments, à la mort condamné,

Il est instruit déjà que pour sauver sa vie,

Il doit en ma faveur parler à Virginie,

Qu'il ne peut qu'à ce prix échapper à la mort,

Peut-être mon Rival fera-t-il cet effort.

1065   Que je serais heureux si par cette faiblesse,

Il ne méritait plus l'objet de sa tendresse,

Qu'en la tenant de lui j'eusse encor la douceur,

D'avoir flétri sa gloire, et fait trembler son coeur,

Cependant, cours ami, t'informer dans la ville,

1070   Des discours, des desseins des Partisans d'Icile,

Examine avec soin, observe exactement,

Les démarches qu'ils font, leur moindre mouvement :

Va, tu m'apprendras tout, comme témoin fidèle,

Virginie entre, il faut m'expliquer avec elle.

SCÈNE II.
Appius, Virginie, Camille.

APPIUS

1075   Madame, il faut enfin vous découvrir mon coeur,

Il faut de mon amour vous déclarer l'ardeur,

En ce moment fatal je ne saurais plus feindre,

Depuis assez longtemps je cherche à me contraindre,

Pour vous j'ai tout trahi gloire, devoir, emploi,

1080   L'amour fait tous mes soins, et mon unique loi,

Je suis les mouvements d'une aveugle tendresse,

Et si votre pitié pour moi ne s'intéresse,

Songez que rien ne peut ébranler mon dessein,

Que je ne perdrai pas toute ma gloire en vain,

1085   Songez...

VIRGINIE

  Vous m'aimez donc, Seigneur, et votre flamme

Par d'illustres effets se déclare à mon âme.

Barbare, de quel front m'osez-vous présenter

Une main attachée à me persécuter ?

Je frémis à la voir cette main violente,

1090   Qui m'arracha des bras d'une mère tremblante,

Qui m'a déjà causé tant de malheurs divers,

Et pour toucher mon coeur me présente des fers :

Comment avez-vous crû qu'au mépris de ma gloire

Mon coeur lâche et cédant une indigne victoire,

1095   D'un si funeste hymen voulût former les noeuds,

Et joindre l'innocence à vos crimes affreux.

APPIUS

Ah cruelle ! Est-ce à vous de parler de mes crimes,

Leur seule cause hélas ! Les rend trop légitimes,

Est-ce à vous de montrer à mon coeur abattu,

1100   Qu'il a souillé sa gloire et trahi sa vertu ?

M'osez-vous reprocher mon ardeur criminelle,

Vous qui rendez mon coeur à son devoir rebelle,

Vous qui seule causez mes forfaits odieux,

Ah ! Je puis justement en accuser vos yeux,

1105   Leur demander raison des malheurs de ma flamme,

De mon repos perdu, du trouble de mon âme,

D'avoir de mon esprit malgré mes soins prudents,

Effacé les leçons de plus de quarante ans,

Et d'avoir fait enfin par un coup effroyable,

1110   D'un Souverain heureux un Amant misérable.

Aussi n'espérez pas de pouvoir m'abuser,

Je connais la raison qui vous fait m'accuser,

Pour un heureux Rival votre ardeur empressée,

Fait que de tous mes soins vous êtes offensée :

1115   Cet Icile l'objet de vos ardents souhaits,

Me défend...

VIRGINIE

Oui je l'aime autant que je vous hais.

Vous me tyrannisez, il m'a toujours servie,

Il fait tout le bonheur, vous l'horreur de ma vie :

Et je voyais enfin dans cet illustre époux,

1120   Encor plus de vertus que de crimes en vous.

APPIUS

On conserve sans peine une entière innocence,

Quand un bonheur constant, prévient notre espérance,

Icile satisfait dans ses voeux les plus doux,

Tranquille, glorieux, enfin aimé de vous ;

1125   A-t-il pu jusqu'ici se charger d'aucun crime ?

Mais si de vos mépris déplorable victime,

Accablé des tourments que mon coeur a soufferts,

Il avait ressenti tout le poids de mes fers,

Si vous l'aviez contraint d'aimer sans espérance,

1130   Qu'il eut eu comme moi la suprême puissance :

Cet Icile à vos yeux digne de votre foi,

Serait peut-être encor plus coupable que moi,

Ah ! Son bonheur allume un courroux dans mon âme,

Qui pourrait... mais songez à répondre à ma flamme,

1135   Autrement malgré moi...

VIRGINIE

  Favorable retour,

Votre courroux me plaît bien plus que votre amour,

Menacez, accablez l'impuissante innocence,

Je crains moins les tourments qu'un amour qui m'offense,

Je préfère mes maux à d'injustes bienfaits,

1140   Armez votre fureur, j'en brave les effets.

APPIUS

Hé bien, pour me venger de votre ingratitude,

Vos malheurs ne sont pas un supplice assez rude,

Et je veux désormais vous porter d'autres coups,

Moins funestes pour moi, mais plus cruels pour vous,

1145   Je jure qu'il n'est rien que ma fureur ne tente,

L'Amant me répondra des mépris de l'Amante ;

C'est lui qui rend pour moi votre coeur si cruel,

Et puisque vous l'aimez, il est trop criminel.

Il faut par un seul coup accabler l'un et l'autre ;

1150   Je percerai son coeur qui me ravit le vôtre,

Pour goûter à la fois le plaisir sans égal,

De punir vos dédains, et de perdre un rival.

VIRGINIE

Hélas Seigneur...

APPIUS

Pour vous la menace est terrible,

Je vous frappe à la fin par votre endroit sensible,

1155   Mais ne m'accusez point, c'est vous qui l'ordonnez

Et c'est par vos mépris que vous l'assassinez.

VIRGINIE

Il mourra donc, Seigneur, et c'est moi qui l'opprime,

N'importe, je suivrai cette chère victime,

Et par ce grand effet d'une immortelle foi,

1160   Je le vengerai bien si vous brûlez pour moi,

Votre esprit libre alors de sa jalouse envie,

Verra qu'un même coup aura fini ma vie,

Et j'aurai ce plaisir parmi tous mes malheurs,

Que la mort d'un rival vous coûtera des pleurs .

APPIUS

1165   Madame, prévenons un malheur si funeste,

Du temps que je vous donne employez mieux le reste,

Icile en ce moment va paraître à vos yeux,

J'ai moi-même ordonné qu'on l'amène en ces lieux.

Il vient.

SCÈNE III.
Appius, Icile, Virginie, Camille, Pison, gardes.

APPIUS, à Icile.

Dérobez vous au coup qui vous menace,

1170   Icile, par vos soins méritez votre grâce ;

À Virginie.

Madame, songez-y, vous savez mon dessein,

Il me faut dés ce soir son sang ou votre main,

Je sors pour un moment ; Gardes qu'on se retire :

SCÈNE IV.
Icile, Virginie, Camille.

VIRGINIE

Vous avez entendu ce qu'il vient de nous dire,

1175   Cessons de nous flatter, voici le jour affreux,

Où l'on va pour jamais nous séparer tous deux,

De notre heureux hymen l'espérance est perdue,

Je ne puis qu'un moment jouir de votre vue,

Et vous n'ignorez pas à quel funeste prix,

1180   Ce dernier entretien vient de m'être permis.

ICILE

Je sais que contre moi on met tout en usage,

Même pour essayer d'ébranler mon courage,

On a fait en passant étaler à mes yeux,

De mon trépas certain l'appareil odieux ;

1185   Et les tristes apprêts des tourments redoutables,

Dont la rigueur des lois punit les grands coupables ;

Mais parmi ces objets mon coeur sans s'émouvoir,

N'a songé seulement qu'au plaisir de vous voir :

Madame qu'il m'est doux de vous parler encore,

1190   De pouvoir attendrir la beauté que j'adore ;

Et de voir une fois, au moins avant ma mort,

Vos yeux donner des pleurs à mon funeste sort ;

Car ne présumez pas que mon âme étonnée,

Vienne vous conseiller un honteux hyménée,

1195   Si le lâche Appius était digne de vous,

J'oserais vous prier d'en faire votre époux,

Je vous immolerais mon amour et ma vie,

Je serais trop heureux de vous avoir servie,

Et d'avoir en mourant pu mettre entre vos mains

1200   La suprême puissance, et le sort des Romains ;

Ne pensez pas aussi que je vienne, Madame,

Pour vous solliciter en faveur de ma flamme,

Votre bonté pour moi ferait tomber sur vous,

La fureur d'un Rival tout puissant et jaloux.

1205   Sauvez-vous...

VIRGINIE

  Arrêtez, en ce malheur extrême,

Je prétends désormais me conseiller moi-même ;

Je vois ce qu'il faut faire et ne balance plus

Vos conseils et vos soins sont ici superflus,

Je sais par ou finir vos maux et ma misère,

1210   Et dès ce même jour...

ICILE

  Quoi ? Que voulez vous faire,

Par où prétendez vous nous pouvoir secourir ?

Qu'avez vous résolu, Madame ?

VIRGINIE

De mourir.

ICILE

Ah Ciel !

VIRGINIE

Le sort nous force à périr l'un et l'autre,

Mais souffrez que ma mort précède au moins la vôtre ;

1215   Je le veux, votre coeur ne doit point l'envier,

Le plus faible des deux doit mourir le premier,

J'ai du courage assez pour m'immoler moi-même,

Et n'en ai point pour voir expirer ce que j'aime.

ICILE

Ah renoncez Madame à ce cruel dessein !

1220   J'en frémis...

VIRGINIE

  Vous tremblez, et vous êtes Romain.

ICILE

Oui, je tremble sans doute, et je vous le confesse,

Mais mon coeur s'applaudit d'avoir cette faiblesse,

Je verrais vos beaux yeux se fermer pour jamais.

Ah plutôt...

VIRGINIE

Le trépas fait mes plus doux souhaits,

1225   Mourons, puisqu'il le faut généreux et fidèles,

Emportons au tombeau nos ardeurs mutuelles ;

Servons de noble exemple aux siècles à venir,

D'une foi que la mort n'aura pu désunir,

Remportons du tyran une entière victoire,

1230   Mourons, et me laissant partager votre gloire,

Faisons que l'univers déplore notre mort,

Et forçons le tyran d'envier notre sort.

ICILE

Non, Madame, vivez... Mais le Tyran s'approche,

C'en est fait, de ma mort l'instant fatal est proche,

1235   Le supplice m'attend au sortir de ce lieu,

L'appareil est tout prêt, et pour jamais adieu,

Je ne vous verrai plus... mais je vous prie encore,

C'est le dernier souhait d'un coeur qui vous adore,

De vouloir...

SCÈNE V.
Appius, Icile, Camille, Fabian, Pison, Gardes.

APPIUS

Quel succès aura votre entretien,

1240   Qu'avez vous résolu, parlez, Icile.

ICILE

  Rien.

APPIUS

C'est donc là tout l'effet d'une telle entrevue,

C'est ainsi que pour moi vous l'avez résolue,

J'ai cru que par vos soins je recevrais sa foi.

ICILE

Je n'ai pas seulement daigné penser à toi,

1245   Comment t'es tu flatté que pour sauver ma vie,

Je viendrais pour tes feux parler à Virginie ;

J'ai dû mieux employer un temps si précieux,

Qu'à servir d'un Tyran les desseins odieux.

APPIUS

Ah perfide ! Ta mort, mais une mort cruelle,

1250   Punira de ton coeur l'audace criminelle,

Rien ne te peut sauver, c'en est fait.

ICILE

Hâte-toi,

La mort n'a rien d'affreux ni de triste pour moi,

Mais que dis-je ? ma mort encor plus que ma vie,

De ton amour jaloux excitera l'envie,

1255   Je mourrai plaint, heureux, et sans être trahi.

Tu vivras criminel, malheureux, et haï.

VIRGINIE

Cesse de te flatter, en vain ta tyrannie,

S'attache à séparer Icile, et Virginie,

En vain d'un feu si beau tu veux rompre le cours,

1260   L'amour plus fort que toi nous rejoindra toujours.

APPIUS

Oui, vous serez unis... mais c'est vous faire grâce,

Il faut bien autrement confondre votre audace,

Vous voulez m'irriter, un trépas éclatant,

Est le suprême bien que votre amour attend,

1265   Mais vous vous abusez, mon adroite colère,

Par un long châtiment cherche à se satisfaire :

Je prétends que vos coeurs endurent chaque jour,

Mille tourments divers, mille maux tour à tour ;

Vous craindrez pour sa vie, il craindra pour la vôtre,

1270   Ainsi vous tremblerez sans cesse l'un et l'autre,

Et pourvu que l'effet réponde à mes projets,

Vous mourez mille fois sans expirer jamais,

Aux Gardes.

Qu'on les ramène.

VIRGINIE

Adieu, Seigneur.

ICILE

Adieu, Madame.

SCÈNE VI.

APPIUS, seul.

C'en est fait, bannissons la pitié de mon âme,

1275   Ne songeons qu'à venger le mépris...

SCÈNE VII.
Appius, Clodius.

CLODIUS

  Ah ! Seigneur.

Plautie...

APPIUS

Et bien.

CLODIUS

Craignez sa fatale douleur.

On la voit en tous lieux de Romaines suivie,

À tous nos Citoyens demander Virginie ;

Ces femmes à l'envi par de tristes accords,

1280   Expriment leurs regrets en des termes si forts,

Qu'il semble que chacune ayant perdu sa fille,

Déplore les malheurs de sa propre famille ;

Les unes par des pleurs exhalent leur courroux,

D'autres pour animer le peuple contre vous,

1285   Poussent jusques au Ciel mille cris pitoyables,

Plusieurs pour éviter des disgrâces semblables :

Embrassent leurs enfants, et courent les cacher,

Craignant que de leurs bras on les vienne arracher :

Enfin à les sauver leur amitié s'empresse,

1290   Et la peur de les perdre augmente leur tendresse ;

D'ailleurs les Partisans de votre heureux Rival,

Sèment partout un bruit qui vous serait fatal ;

On dit que c'est l'amour, et non pas ma prière,

Qui vous fait enlever Virginie à sa mère ;

1295   Pour vous justifier dans l'esprit des Romains,

Il faut dés ce moment la remettre en mes mains,

Attendant que ce bruit avec le temps s'efface...

APPIUS

Viens, suis-moi, nous verrons ce qu'il faut que je fasse .

ACTE V

SCÈNE PREMIÈRE.
Plautie, Pison, Fulvie.

PLAUTIE

Quoi l'on me traîne ici ? Quel injuste projet.

PISON

1300   Aux ordres d'Appius j'obéis à regret,

Madame, mais...

PLAUTIE

Ô Dieux ! Quelle fureur l'anime,

C'en est fait, ce Tyran marche de crime en crime,

Il retient Virginie, et me fait arrêter.

PISON

Madame à cet effort il a dû se porter,

1305   Le soin de son salut l'a forcé d'y souscrire,

Il n'a pu s'en défendre, et j'oserai vous dire,

Que son coeur inquiet a longtemps balancé,

Mais d'un péril trop grand il s'est vu menacé ;

Vos pleurs étaient plus forts que les armes d'Icile,

1310   Déjà de toutes parts on voyait dans la ville,

Les femmes à l'envi sur vos pas s'assembler,

Déjà...

PLAUTIE

Quoi nos clameurs l'ont pu faire trembler,

Il craint notre douleur dont les plus fortes armes,

N'ont été que des voeux, des soupirs, et des larmes,

1315   Mais voila le destin des tyrans tels que lui,

Ils traînent avec eux un éternel ennui ;

Et c'est des justes Dieux un ordre légitime,

Que la crainte sans cesse accompagne le crime :

Sa rage va sans doute éclater contre moi.

SCÈNE II.
Plautie, Virginie, Fulvie, Camille.

VIRGINIE

1320   Fuyons Camille. Ah Ciel ! Est-ce vous que je vois,

Madame, quel dessein ici vous a conduite.

PLAUTIE

Mais toi-même, quelle est la raison de ta fuite,

Qu'a fait notre ennemi ? Qu'est-ce qui s'est passé.

VIRGINIE

Madame, mon arrêt vient d'être prononcé .

PLAUTIE

1325   Que dis-tu ?

VIRGINIE

  Le Tyran sans égard pour sa gloire,

De ses derniers serments oubliant la mémoire ;

A suivi les conseils de son funeste amour,

Et n'a pas de mon père attendu le retour ;

Par son ordre tantôt conduite en sa présence,

1330   J'ai conçu les raisons de son impatience.

J'ai jugé que l'excès d'un amour criminel,

M'allait abandonner au sort le plus cruel,

L'effet n'a point trompé mon présage sinistre,

Appius m'a livrée à son lâche Ministre,

1335   Il a fait Clodius le maître de mon sort,

Pour éviter les fers, je ne vois que la mort,

Il faut mourir, Madame, et que cette journée,

Termine mes malheurs avec ma destinée.

PLAUTIE

Quel funeste dessein ! n'est-il point de secours,

1340   Dieux tous puissants...

VIRGINIE

  Les Dieux nous sont cruels et sourds,

Je n'espère plus rien, et mon âme assurée,

Au plus grand des tourments est enfin préparée ;

Clodius me poursuit, des Gardes furieux

Viendront dans un moment m'enlever de ces lieux,

1345   Vous allez voir, Madame, une troupe barbare...

PLAUTIE

Ah ! Quel spectacle encor pour mes yeux se prépare,

Ma fille, je verrai de farouches soldats,

Une seconde fois t'arracher de mes bras :

Je t'entendrai gémir, et ma tendresse oisive...

1350   Non malgré leurs efforts il faut que je te suive,

En vain ces inhumains voudront nous séparer.

VIRGINIE

Madame, à cet effort il faut vous préparer,

Je conçois par les pleurs dont votre amour m'honore,

Quelle vive douleur, quel chagrin vous dévore,

1355   Et je ne vois que trop qu'une tendre pitié,

Vous fait de tous mes maux ressentir la moitié :

Cependant retenez vos soupirs et vos larmes,

Au fond de votre coeur renfermez vos alarmes,

Clodius va venir faites un noble effort,

1360   De tous vos déplaisirs modérez le transport,

Nos regrets, les ennuis où nous sommes en proie,

D'un ennemi cruel redoubleraient la joie,

Ne permettez donc pas que ses barbares yeux,

Jouissent des douleurs de nos derniers adieux ;

1365   Aussi bien prés de lui la plainte serait vaine,

C'est l'amour d'Appius qui dans les fers m'entraîne,

J'avais tantôt prévu la rigueur de mon sort,

Et j'allais m'en sauver par une juste mort :

Vous n'avez pas voulu, vous vous êtes troublée,

1370   Vos discours, vos soupirs, vos pleurs m'ont accablée ;

Voyez le triste effet de vos funestes soins,

J'ai souffert plus longtemps, je n'en mourrai pas moins,

Et ce qui dans mon sort m'afflige d'avantage,

Je mourrais libre alors, je meurs dans l'esclavage.

PLAUTIE

1375   Ne me reproche point ce funeste secours,

Que n'aurais-je point fait pour conserver tes jours,

Je me flattais... Mais Ciel ! Notre ennemi s'avance.

VIRGINIE

Madame, au nom des Dieux évitez sa présence,

Laissez-moi seule, allez, ne vous exposez pas,

1380   Aux affronts d'un Perfide, aux transports des soldats,

Il ne reste plus rien pour combler ma misère,

Que de voir leur fureur outrager une mère.

PLAUTIE

Moi, que je t'abandonne en cette extrémité ?

Que j'aille loin de toi chercher ma sûreté,

1385   Ah ! Plutôt le trépas...

SCÈNE III.
Clodius, Plautie, Virginie, Fabian, Pison, Fulvie, Camille, gardes.

PLAUTIE, à Claudius.

  Tu viens ici perfide,

Quel dessein criminel te conduit et te guide,

Monstre inhumain, viens-tu me déchirant le flanc,

M'accabler, me ravir le plus pur de mon sang ;

Ta barbare fureur jusqu'en ces lieux me brave,

1390   Veux-tu ?

CLODIUS

  Je viens ici pour prendre mon esclave,

Cette fille est à moi, je suis son maître enfin,

Appius à mes lois a soumis son destin,

Gardes qu'on la conduise.

PLAUTIE

Ah ! Quelle tyrannie,

Leurs criminelles mains vont saisir Virginie,

Aux Gardes qui veulent la saisir.

1395   Osez-vous...

VIRGINIE

  Arrêtez, ne portez point vos mains,

Sur le sang glorieux des plus fameux Romains.

N'approchez point de moi, je vous suivrai sans peine

Dans le honteux état où le destin m'entraîne,

Trahie, abandonnée, en proie à vos fureurs,

1400   Je n'ai que ma vertu contre tous mes malheurs :

Mais elle me suffit : je puis tout avec elle,

Adieu, Madame, adieu, votre douleur mortelle,

Ébranle ma constance, et me fait plus trembler,

Que l'approche des fers qui me vont accabler.

1405   Prenez soin de vos jours, j'aurai soin de ma gloire .

J'ose espérer qu'un jour ma déplorable histoire,

Apprenant ma disgrâce aux siècles à venir,

Laissera de mon sort un digne souvenir ;

Et fera confesser à la plus noire envie,

1410   Que d'illustres aïeux m'avaient donné la vie,

Adieu.

PLAUTIE

Je cours...

PISON, en l'arrêtant.

Souffrez...

SCÈNE IV.
Plautie, Fulvie, Pison, Gardes.

PLAUTIE

Quoi l'on m'ose arrêter,

Inhumains, c'en est trop, je ne la puis quitter,

Souffrez que dans les fers je suive Virginie,

Sans ma fille je hais, et mon rang, et ma vie :

1415   Par rage ou par pitié percez mon triste flanc,

Après m'avoir ravi la moitié de mon sang,

Achevez, répandez tout celui qui me reste ;

Hélas ! Heureuse encor en ce moment funeste,

Si je pouvais au moins par une prompte mort,

1420   Arracher Virginie aux horreurs de son sort,

Ou tourner sur moi-même en m'exposant pour elle,

De son affreux destin l'influence cruelle ;

Je ne puis la sauver, la suivre, ni mourir,

Cruels aucun de vous ne veut me secourir,

1425   Mais que vois-je ? Comment...

SCÈNE V.
Plautie, Fulvie, Sévère, Fabian, gardes.

SÉVÈRE

  Tout a changé de face,

Madame, vous verrez finir votre disgrâce,

Reprenez de l'espoir déjà les Dieux plus doux,

M'ont accordé le bien d'arriver jusqu'à vous,

Icile est libre enfin, sa prison est forcée,

1430   J'ai vu par ses amis sa garde dispersée,

Et sans perdre de temps les armes à la main,

Vers l'injuste Appius il s'est fait un chemin ;

Ils sont aux mains, Madame, et le Ciel équitable,

Fera périr sans doute un tyran détestable ;

1435   De votre esprit troublé dissipez la terreur,

Tout semble vous promettre un tranquille bonheur,

Appius prévenu d'une aveugle furie,

Par ses meilleurs soldats fait garder Virginie,

Et resté presque seul, abandonné, troublé ;

1440   Sous les efforts d'Icile il doit être accablé,

Contre tant d'ennemis il ne peut se défendre,

Icile m'a pressé de courir vous l'apprendre,

Et de vous avertir, Madame, qu'en ces lieux,

Vous le verrez bientôt venir victorieux,

1445   Je cours le retrouver.

PLAUTIE

  Non je prétends vous suivre,

Courons, que j'aille voir la main qui nous délivre,

Aussi bien dans ces lieux on ne me retient plus.

Je vois fuir à ce bruit mes Gardes éperdus ;

Allons... mais c'en est fait, et mon âme ravie...

SCÈNE VI.
Plautie, Fulvie, Icile, Sévère.

ICILE

1450   Oui, c'en est fait, Madame, Appius est sans vie,

Je viens de le punir, enfin tout est sauvé,

Et déjà votre époux dans Rome est arrivé.

PLAUTIE

Virginius !

ICILE

Madame on vient de me l'apprendre,

Le bruit de son retour partout s'est fait entendre,

1455   Mais que fait Virginie ? on ne m'en a rien dit,

Elle seule sans cesse occupe mon esprit.

PLAUTIE

Clodius escorté d'une troupe cruelle,

S'en est saisi, Seigneur.

ICILE

Ah courons après elle !

Courons la délivrer, et qu'aux yeux des Romains,

1460   Le traître Clodius soit puni par mes mains,

Que je puisse goûter le plaisir et la gloire,

Que prépare à mon coeur une pleine victoire.

SCÈNE VII.
Icile, Plautie, Sévère, Fulvie, Camille.

PLAUTIE à Icile.

Hâtez-vous donc, Seigneur ;

À Camille.

Que viens-tu m'annoncer,

Dis-moi, que fait ma fille, où l'as-tu pu laisser.

CAMILLE

1465   Votre fille ?

ICILE

  Apprenez-nous, où faut-il que je vole,

Où sont nos ennemis, que mon bras les immole,

Que Virginie enfin ne les redoute plus,

Que j'aille...

CAMILLE

Modérez des transports superflus,

Il n'est plus temps.

ICILE

Comment ?

CAMILLE

L'aimable Virginie.

PLAUTIE

1470   Eh bien ! Qu'est ce ?

CAMILLE

  À mes yeux vient de perdre la vie.

PLAUTIE

Ciel, qu'est-ce que j'entends ? Ah destin rigoureux !

Quel coup ?

ICILE

De tous mes maux voici le comble affreux,

Que puis-je craindre après ce que je viens d'apprendre,

Grands Dieux ?

CAMILLE

Virginius venait pour la défendre,

1475   Au moment qu'il l'a vue au milieu des soldats ;

Ce spectacle cruel a retenu ses pas :

Il s'arrête, et du peuple il apprend que sa fille

Vient d'être pour jamais ravis à sa famille,

Qu'elle est soumise aux fers du traître Clodius,

1480   Et sans doute exposée aux transports d'Appius.

À ce fatal récit son désespoir extrême,

Fait qu'il veut la sauver, ou se perdre lui-même :

Il attaque lui seul plus de mille ennemis,

Le succès répond mal à ce qu'il s'est promis,

1485   On le saisit d'abord, il se voit sans épée,

Hé que sert, a-t-il dit, à ma valeur trompée,

L'inutile bonheur de mes autres exploits,

Puisque je suis vaincu cette dernière fois ;

Mais hélas ! Permettez cruels, dans ma disgrâce,

1490   Si je perds Virginie, au moins que je l'embrasse,

De cet embrassement la puissante douceur,

D'un coeur désespéré flattera la douleur ;

On le laisse, il y court, la joint malgré la presse,

Par ses embrassements il marque sa tendresse ;

1495   Je le suis, et j'entends qu'elle lui dit, Seigneur,

Ah ! Donnez-moi la mort, et sauvez ma pudeur.

Virginius surpris, admire son courage,

Il soupire à la fois, et d'amour, et de rage,

À tes désirs cruels, dit-il, puis-je obéir,

1500   Mais ne t'obéir pas ce serait te trahir,

Satisfaisons ton âme, et malgré ma faiblesse,

Dérobons ta pudeur au péril qui la presse :

Par un coup rigoureux prouvons notre amitié,

Montrons-nous inhumains par excès de pitié,

1505   Et que tout l'univers sachant que je suis père,

Admire mon courage, et plaigne ma misère,

Après ces tristes mots, égaré, furieux,

Il promène par tout ses regards curieux,

Il voit, cherche avec soin ; ah disgrâce imprévue !

1510   Un funeste couteau se présente à sa vue ;

Il le prend, et poussé d'une indiscrète ardeur

De sa constante fille il veut percer le coeur,

Mais en vain pour ce coup son courage s'apprête.

Quand il croit l'achever sa tendresse l'arrête :

1515   Car à peine a-t-il vu le couteau prés du sein,

Que la nature semble avoir glacé sa main,

Il demeure immobile, à ce triste spectacle,

On court, à son dessein chacun veut mettre obstacle,

Virginie en tremblant voit venir ce secours,

1520   Qui hasarde sa gloire en conservant ses jours,

Elle se hâte alors de terminer sa vie,

S'élance sur le fer, et d'une main hardie,

Prend celle de son père, et poussant le couteau,

S'en frappe, tombe, et s'ouvre un chemin au tombeau.

PLAUTIE

1525   Hélas !

CAMILLE

  Virginius après ce sacrifice,

De ce sang précieux demande la justice ;

Il prend entre ses bras ce corps ensanglanté,

Le fait voir aux Romains, le peuple épouvanté,

Frémit en regardant cette victime offerte,

1530   De tous les Decemvirs il conspire la perte,

Il court de tous côtés venger votre malheur :

Clodius a déjà ressenti sa fureur,

Et moi je suis venue en ce lieu vous apprendre,

Les funestes horreurs que vous venez d'entendre,

1535   Heureuse si ma mort avait pu devancer,

La douleur que je souffre à vous les annoncer.

ICILE

Ainsi pour mon amour Virginie est perdue,

Voilà cette union que j'avais attendue,

Mourons, mais d'une mort qui soit utile à tous,

1540   Portons sur nos Tyrans ma rage avec mes coups,

Allons, Madame, allons, et courons l'un et l'autre,

Faire parler par tout ma douleur et la vôtre,

Allons, que mille morts marquent ce triste jour,

Puisque Rome l'exige aussi bien que l'amour.

 


EXTRAIT DU PRIVILÈGE du ROI.

Par grâce et privilège du Roi, donné à Paris le 29. Mars 1683. Signé, Par le Roi en son Conseil, DU GONE : et Scellé. Il est permis à Estienne Lucas, Marchand Libraire à Paris, de faire imprimer une tragédie, intitulée Virginie, composée par le Sieur *** : Et défenses sont faites à toutes sortes de personnes de l'imprimer, vendre ni débiter pendant le temps de six années, à commencer du jour qu'elle sera achevée d'imprimer, à peine d'amende arbitraire, et autres peines portées par ledit Privilège.

Registré sur le Livre de la Communauté des Libraires et Imprimeurs de Paris le 8me. Avril 1683 suivant l'Arrêt du Parlement du 8. Avril 1653 et celui du Conseil Privé du Roi du 27 Février 1665.

Signé, CANGOT, Syndic.

Achevé d'imprimer la première fois le dernier Avril 1683.

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies