LA FRIVOLITÉ

COMÉDIE EN UN ACTE ET EN VERS.

Représentée pour la première fois par les Comédiens Italiens le 23 Janvier 1753.

M. DCC LIII. Avec approbation et Privilège du Roi.

De Monsieur De BOISSY, de l'Académie Française.

À PARIS, Chez PIERRE PRAULT, Quai de Gêvres, au Paradis.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 29/12/2016 à 19:50:10.


ACTEURS

LA FRIVOLITÉ.

L'HIVER.

MONSIEUR FAUSTER, Suisse.

MISS-BLAR, Comédienne Anglaise.

LE MARQUIS.

ARLEQUIN, déguisé en Maître de Musique.

La Scène est à Paris, dans l'Hôtel d'une jeune veuve de Finance.


ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE.
La Frivolité, L'Hiver.

LA FRIVOLITÉ.

C'est vous, mon bel Hiver ! Votre retour m'enchante :

Vous voilà mis d'un goût divin.

L'HIVER.

En Hiver de Paris, qui te pare à dessein,

Pour vous faire sa cour, Frivolité charmante.

5   Mon âme était impatiente

De vous revoir dans ce brillant séjour.

Pour avoir ce plaisir, j'ai pressé mon retour,

Tout cède à ma froideur constante :

Pour vous, j'étends mes droits sur les autres saisons ;

10   Je raccourcis l'automne, et souvent je recule

Les roses du Printemps, qu'alarment mes glaçons.

Te fais trembler l'Été, quelque feu qui le brûle ;

Et pour vous je ramène ici les aquilons   [ 1 Aquilon : Le vent du nord. Poétiquement. Tout vent violent et froid. [L] ]

Dans le fort de la canicule.

LA FRIVOLITÉ.

15   C'est me faire un honneur qu'on trouve ridicule,

Vous faites murmurer Paris

Par ce contre-temps qui le gèle.

Je vous dirai bien plus : votre glace mortelle

Depuis un temps passe dans les esprits,

20   Et se répand surtout jusques sur les écrits.

Les spectacles souvent en sont si refroidis,

Qu'on voit le jour d'une pièce nouvelle ,

Tous les Spectateurs engourdis

Bâiller à l'unisson , et sortir tout transis.

25   Votre tyrannie est extrême,

Et le Public s'en plaint.

L'HIVER.

Il n'est jamais content.

Il sifflait autrefois, il bâille maintenant :

Au fond, cela revient au même ;

Et l'Auteur, qui plus est, gagne à ce changement;

30   Car la manière est moins brutale.

Il tombe au moins plus doucement,

Et sa pièce meurt fans scandale.

Mais qu'il s'en prenne aux éléments ,

Et qu'avec lui l'Univers me condamne ,

35   Je ris de ces emportements,

Pourvu que vous soyez toujours ma partisane.

LA FRIVOLITÉ.

Oui, vous êtes pour moi plus beau que le Printemps,

Et vous ferez toujours ma Saison favorite.

Votre arrivée accroît mes agréments ;

40   De mes sujets vous ramenez l'élite,

Et vous réunissez cent plaisirs différents ;

Spectacles, Jeux , Bals, Soupers ravissants,

Qui font briller tout mon mérite.

L'HIVER.

D'un si rare bonheur, l'Hiver se félicite.

45   Mais vous brillez dans tous les temps.

Votre destin est des plus surprenants.

C'est la légèreté qui forme votre empire.

Votre trône fragile est assis sur les vents,

Et toutefois rien ne peut vous détruire.

LA FRIVOLITÉ.

50   Mon trône est dans les airs par les Sylphes porté ;   [ 2 Sylphe : Nom que les cabalistes donnaient aux prétendus génies élémentaires de l'air. [L]]

Mais les Gnomes, qui sont l'appui de ma puissance,   [ 3 Gnome : Nom des esprits qui. dans le système des cabalistes, président à l'élément de la terre et à tout ce qu'elle renferme dans son sein, comme les ondins à l'élément de l'eau, les sylphes à celui de l'air et les salamandres à celui du feu. [L]]

L'attachent à la terre avec solidité.

IL a pour base l'opulence,

Et mon règne est fondé sur la réalité.

55   Au milieu de Paris, j'ai pris, en conséquence,

La figure et les traits d'une jeune Beauté,

Veuve d'un Héros de finance,

Qu'elle épousa par préférence,

Pour rehausser sa qualité ,

60   De tout l'éclat d'une fortune immense :

Et dans son riche hôtel, je fais ma résidence,

J'attire ici toute la France,

Dont je suis la Divinité.

Légère, vive, gaie, étourdie et coquette,

65   Je fixe les désirs de ce peuple brillant :

Les ris composent seuls le culte qu'il me rend ?

Et mon Autel est ma toilette,

Où je reçois ses voeux, en minaudant.

L'HIVER.

Comme vous présidez aux talents agréables,

70   Danseurs , musiciens, poètes, tour atour,

Doivent faire, pour vous, éclater leur amour,

Et former un concert de tous les arts aimables.

LA FRIVOLITÉ.

Les États les plus sérieux,

Les personnages les plus graves

75   Sont également mes esclaves ;

Même le plus frivole est souvent le plus vieux.

Le Magistrat que je délasse,

Vient me rendre le soir son hommage badin,

Au Militaire, il dispute la place

80   De mon premier menin ;   [ 4 Menin : Chacun des six gentilhommes qui étaient attachés particulièrement à la personne du Dauphin ; ce nom venu d'Espagne fut employé pour la première fois à l'occasion du Dauphin de Louis XIV, en 1680, quand on lui composa sa maison. [L]]

Et le jeune Marquis qui tous deux les surpasse,

Sur le beau Sexe même a le pas dans ma Cour,

1I taille mes pompons, il leur donne la grâce ;

Et j'en fais ma coiffeuse, ou ma Dame d'atour.

L'HIVER.

85   Il le mérite bien,

LA FRIVOLITÉ.

  Dans ce jour d'importance,

Pour mieux étendre ma puissance,

Et mon nom dans tous les pays,

Je viens de me parer de mes plus beaux habits.

J'ai pris mon sceptre en main, et je donne audience

90   À tous les étrangers qui viennent à Paris,

Pour former leur maintien, pour polir leur science,

Et donner aux talents ce brillant coloris

Qui les met dans leur jour, et qu'on ne prend qu'en France.

Je veux, de mes attraits, qu'ils connaissent le prix,

95   Et qu'à mon éventail, ils soient tous asservis.

L'HIVER.

Votre victoire est trop certaine :

Pour mieux la célébrer, je vais, ma souveraine,

Rassembler tous mes jeux, qui vous doivent le jour,

Et je reviens après signaler mon retour,

100   Par un bal singulier, dont vous serez la Reine,

Il sort.

SCÈNE II.
La Frivolité, Monsieur Fauster.

MONSIEUR FAUSTER.

Je donne le bonjour à tous vos agréments.

Madame, vous voyez un Socrate moderne,

Qui, pour ne rien savoir, étudia vingt ans,

Et qui honteux d'avoir perdu son temps,

105   De dépit est parti de Berne,

Pour devenir en France un aimable ignorant.

Tout ce que j'ai, Madame, appris certainement,

C'est qu'ici-bas tout est frivole,

Que la réalité n'est que l'amusement,

110   Et pour apprendre promptement

Ce joli savoir-là, je viens à votre école.

LA FRIVOLITÉ.

Votre sincérité me plaît.

Vous voyez, quoique tard, le monde tel qu'il est.

Son globe entier n'est que superficie :

115   Un ballon gonflé d'air, décoré de clinquant,

Tout est, à mes pompons, soumis par conséquent,

Et dépend de ma Monarchie.

Elle est universelle, et je n'ai qu'à vouloir.

Le Sage en vain déclame contre,

120   Il est comme le fou, sujet à mon pouvoir.

Il a beau m'éviter, partout il me rencontre.

Qu'il mesure la Terre, ou soit qu'il vole au Ciel,

Soit qu'il sonde la Mer, je suis toujours son guide;

Et l'Anglais si profond, ou qui passe pour tel,

125   Creuse dans le frivole, et tombe dans le vide.

Le Français, qui tout haut s'honore de mes fers,

Est plus raisonnable et moins dupe,

Son esprit léger ne s'occupe

Qu'à parer ses dehors, à varier ses jeux,

130   Qu'à goûter le plaisir, sans rechercher sa cause,

Et qu'à prendre, en passant, la fleur de chaque chose.

Par ce système avantageux,

Il en est plus aimable, et cent fois plus heureux.

MONSIEUR FAUSTER.

C'est ce que j'ai senti. Pour marcher fur sa trace,

135   Donner dans le léger, voler fur la surface ,

Je compose un roman : j'ose vous supplier

D'en agréer la dédicace..

LA FRIVOLITÉ.

Un roman Suisse ! Et me le dédier!

L'honneur est rare, et je m'en glorifie.

MONSIEUR FAUSTER.

140   Je l'écris en Français, d'un style fort léger,

Il contient votre éloge, ou votre apologie,

Et vous devez le protéger.

Le Héros, dont j'écris la vie,

Est un Héros paisible ; et son plus grand danger

145   Est celui de tomber dans une Comédie,

Ou de voir de trop près une actrice jolie.

LA FRIVOLITÉ.

Mais, vu par ce côté, votre ouvrage me rit.

Quel est le titre, je vous prie ?

MONSIEUR FAUSTER.

C'est le Suisse qui rêve, ou la Philosophie

150   Réduite à rien par un homme d'esprits.

LA FRIVOLITÉ.

Suisse spirituel, et qui rêve à profit !

MONSIEUR FAUSTER.

Ce paradoxe vous étonne.

Il choque ouvertement le proverbe reçu.

LA FRIVOLITÉ.

Il est vrai que l'esprit n'est pas une vertu

155   Dont le grand nombre vous soupçonne.

MONSIEUR FAUSTER.

Voilà précisément ce que j'ai combattu

Dans mon discours préliminaire.

J'y compare d'abord l'esprit, qui nous éclaire,

Au bel Astre du jour, qui répand sa lumière

160   Sur tout le monde également ;

Et je fais voir après par des preuves réelles,

Qu'on le transplante en commerçant,

Que du Français, il passe à l'Allemand,

Qu'il s'embarque sur mer, franchit les Dardanelles,  [ 5 Dardanelles : Détroit qui sépare l'Asie de l'Europe et lie l'Archipel à la mer de Marmara. [B] actuellement en Turquie.]

165   Et circule comme l'argent.

Voilà pourquoi chaque peuple varie,

En trafiquant dans les autres climats,

II en prend l'air, les façons, le génie,

Communique le sien à ces mêmes États.

170   Les moeurs ainsi partout se mêlent en partie,

Et forment, par degrés, un monde tout nouveau ?

Nous sommes les témoins d'un prodige si beau.

L'Europe maintenant, et, qui plus est, l'Asie

Présentent à nos yeux un différent tableau.

175   Le beau Sexe n'est plus esclave en Italie ;

Et l'on boit du vin en Turquie.

En France, l'on s'est mis à l'eau ;

Et l'on fait des vers en Russie.

LA FRIVOLITÉ.

Des vers Russes, je crois, doivent être jolis.

MONSIEUR FAUSTER.

180   Votre commerce et vos ouvrages

Nous ont polis, nous ont éclairés tous ;

Et pour vous vaincre, un jour, dans tous vos avantages,

Nous prenons des armes chez vous.

Votre idiome ailleurs fait du progrès fans cesse

185   On le parle dans tout pays,

Comme celui de Rome et de la Grèce.

À Copenhague, on le professe ,

Et, jusqu'en Amérique, il fait des Beaux-Esprits.

LA FRIVOLITÉ.

Puissent-ils venir mieux dans la nouvelle France,

190   Que, depuis quelque temps, ils ne viennent ici !

MONSIEUR FAUSTER.

La révolution n'est pas si loin qu'on pense.

Le règne de l'Esprit peut, comme la Science,

Passer dans nos Cantons, et puis au Potosi.  [ 6 Potosi : Il existe une ville de Bolivie nommée Potisi et qui signifie Tonnerre en Quechua.]

Notre bon goût se forme, et le vôtre commence

195   À s'altérer dans vos écrits.

Le savoir, parmi vous tombé dans le mépris,

Fait dans le Nord sa résidence,

Et, pour les Arts qu'il récompense ;

Berlin déjà le dispute à Paris.

LA FRIVOLITÉ.

200   Nous honorons d'un accueil favorable ,

Plus que jamais, tous les Arts d'agrément.

Nous n'estimons pas moins l'abstrait que l'agréable.

Nous préférons l'Algébre à la Danse souvent.

Newton, plus que Dupré, nous paraît admirable;

205   Et l'électricité nous frappe uniquement.

Ses invisibles coups, qui tiennent de la fable,

Comme ceux de l'Amour, exercent à présent

Un empire aussi sort, qu'il est inexplicable.

Nous l'employons universellement,

210   Et, dans notre fureur, jusqu'au feu du tonnerre,

Nous électrisons tout impitoyablement.

Nouveaux Titans, dans cette guerre,

Nous voulons désarmer le Roi du Firmament,

Et soumettre le Ciel au pouvoir de la Terre.

MONSIEUR FAUSTER.

215   Vous regardez cela comme un amusement.

LA FRIVOLITÉ.

C'est comme il faut tout voir, par le côté charmant.

Pour l'érudition, dont la lourdeur accable,

Si nous la négligeons, le mal n'est pas bien grand.

Le gros savoir fait un pédant.

220   L'esprit lui seul fait l'homme aimable,

Qui chez nous est le vrai savant.

MONSIEUR FAUSTER.

L'Esprit en fait partout.

LA FRIVOLITÉ, d'un ton ironique.

Et qui doivent nous vaincre.

Votre exemple , Monsieur, suffit pour nous convaincre.

MONSIEUR FAUSTER.

Le tort me sait sentir le vrai sens de ces mots.

225   Il dit, en bon Français, que nous sommes des sots.

LA FRIVOLITÉ.

Vous l'interprétez mal.

MONSIEUR FAUSTER.

Non, j'entends l'ironie.

Vos pièces de tout temps, ainsi que vos propos,

De la bêtise, en tout, nous ont fait les Héros ;

Et votre raillerie, aux spectateurs crédules,

230   Offre un Tableau chargé de nos vieux ridicules,

Tels qu'ils n'existent plus que dans vos seuls cerveaux.

Moi, plus juste, d'une âme franche,

Je ris de vos travers nouveaux,

Et je viens prendre ma revanche.

235   Comme Berne, Paris a ses originaux.  [ 7 Berne : Capitale de la Confédération Suisse.]

Cette Ville qui, toujours franche,

Ne doit plus se moquer de nos treize cantons,   [ 8 Treize cantons : la Suisse.]

Madame ; et vos Marquis valent bien nos Barons.

LA FRIVOLITÉ.

Aux étrangers toujours nous donnons l'avantage.

MONSIEUR FAUSTER.

240   Madame, s'il vous plaît, trêve de persiflage.

LA FRIVOLITÉ.

Non, en votre faveur, nous sommes prévenus.

Lé défaut du Français est d'outrer là-dessus.

Les moeurs de ses voisins sont toujours les plus sages.

Il adopte leurs Arts, leurs écrits, leurs usages.

245   Fait, pour servir en tout de modèle brillant,

II en perd le mérite, et par cette manie

D'un bon original, il devient très souvent

Une fort mauvaise copie.

MONSIEUR FAUSTER.

Je blâme cet excès vraiment.

250   Il forme en elle un autre ridicule.

Lorsqu'un voisin fait bien, on doit prendre son ton,

Ou plutôt enchérir sur ce qu'il a de bon.

Mais, quand servilement on le suit sans scrupule,

On est alors son singe, et non pas son émule.

255   Au portrait du Français j'ajouterai ce trait,

Dans mon Roman que je retouche:

Je vous implore à ce sujet.

Adoucissez, pour moi, le critique farouche.

Les Dames aujourd'hui sont le sort d'un écrit ;

260   Et, dès qu'il est vanté par une belle bouche

L'ouvrage a de la vogue, et l'Auteur réussit.

LA FRIVOLITÉ.

Sans avoir lu, je donne mon suffrage ;

De maison en maison, j'irai prôner l'ouvrage.

Je forcerai tous mes amis,

265   Les uns à l'acheter, les autres à le vendre,

Pour mieux l'accréditer, je doublerai le prix.

En même-temps, j'aurai foin de répandre

Qu'il est d'un étranger. C'est pour le faire prendre,

Monsieur, un titre qui suffit.

270   Je réponds du succès, ou du moins du débit.

L'un a de l'air de l'autre, et l'on peut s'y méprendre

La réussite, ou le grand bruit,

Aujourd'hui, d'une Comédie,

Du seul manège est en secret le fruit.

275   La première semaine, en foule on s'extasie ;

La seconde, elle baisse, et n'offre rien de neuf,

La troisième, elle perd la vie.

Voilà, j'en excepte Génie,

Voilà nos grands succès depuis quarante-neuf.

MONSIEUR FAUSTER.

280   Mille remerciements. Une Dame s'avance.

J'attendrai qu'elle ait fait, pour vous dire bonsoir,

Et je m'éloigne un peu par bienséance.

LA FRIVOLITÉ.

C'est une Anglaise, et de ma connaissance.

Je ne saurais trop bien la recevoir.

SCÈNE III.
La Frivolité, Monsieur Fauster, Miss-Blar.

MISS-BLAR.

285   Vous faites aujourd'hui les honneurs de la France,

Recevez donc ma révérence.

Avant que de partir j'ai voulu vous revoir,

Madame.

LA FRIVOLITÉ.

Vous partez, Miss-Blar !

MISS-BLAR.

En diligence,

Et sans avoir le temps d'aller même en Provence.

LA FRIVOLITÉ.

290   Mais pour dissiper, pour bannir l'esprit noir,

Qui vous travaille dès l'enfance,

L'air de Paris est l'air par excellence.

Vous l'avez dû sentir déjà.

MISS-BLAR.

Moi ! point ; jusqu'ici,

Madame, il a mal réussi.

LA FRIVOLITÉ.

295   Vous méritez que je vous gronde.

Que ne me croyez-vous ? C'est votre faute aussi.

Il fallait vous répandre au milieu du grand monde,

Me suivre dans son tourbillon.

MISS-BLAR.

Dans l'espoir de ma guérison,

300   Madame, je m'y fuis jetée en furieuse ;

J'ai d'abord entrevu quelque petit rayon ;

Mais pst, il s'est éteint. J'ai trouvé, malheureuse !

Que malgré tous ses airs et sa prétention,

La bonne compagnie est la plus ennuyeuse.

305   La tristesse est assise à côté du bon ton.

LA FRIVOLITÉ.

C'est dans son sein pourtant que le plaisir habite,

Avec les jeux badins qui marchent à sa suite ,

Et la gaieté, son adorable soeur.

MISS-BLAR.

La sienne n'est point vraie, et puisqu'il faut le dire,

310   Elle est au fond de l'âme aussi triste que moi.

C'est l'ennui déguise, qui s'efforce à sourire,

Et non pas la gaieté qui rit de bonne foi.

LA FRIVOLITÉ.

Voulez-vous qu'elle éclate en bourgeoise maussade ?

MISS-BLAR.

Oui, c'est la meilleure façon :

315   Quand elle a besoin d'art, la joie est bien malade.

MONSIEUR FAUSTER, s'approchant.

Sa plus grande ennemie est la réflexion.

Pardon, si je me mêle à l'entretien, Mesdames.

Mais je suis Médecin, surtout celui des femmes.

Sans être de la Faculté,

320   J'ai traité bien des fois, guéri plus d'une belle.

À Miss-Blar.

De votre mal, d'un coup d'oeil, je démêle,

L'origine et la qualité.

Milady pense trop. La pensée est mortelle.

Elle fait haïr la clarté,

325   C'est le poison de la santé.

MISS-BLAR.

Savoir quel est mon mal, c'est une bagatelle,

Mais le guérir, Monsieur, c'est la difficulté.

MONSIEUR FAUSTER.

La recette en est simple autant que naturelle.

Sitôt que de la vie on se sent dégoûté,

330   On se doit sur le champ débarrasser la tête

Du jugement qui nous maigrit ;

Déraisonner beaucoup, parler sans être instruit,

Rire sans cause, aller sans que rien nous arrête,

Se réduire à l'instinct qui nous guide à profit.

MISS-BLAR.

335   Ah ! Peut-on exister si l'on ne refléchit ?

Votre recette est révoltante :

C'est végéter comme une plante.

MONSIEUR FAUSTER.

Le grand nombre l'imite, et le bon sens nous dit

Qu'il vaut mieux vivre sot que mourir plein d'esprits.

MISS-BLAR.

340   Pour moi je suis votre servante.

Ne vivre que pour mettre une coiffe, un panier,

Ah ! J'aimerais autant orner un espalier.

MONSIEUR FAUSTER.

Ne pensez donc qu'à l'agréable,

Et ne faites, je cherche un terme favorable,

345   Ne faites que frivoliser,

Si de ce mot il m'est permis d'user.

LA FRIVOLITÉ.

Voilà depuis trois mois ce qu'ici je lui crie,

Dissipez votre esprit sans jamais l'occuper.

MISS-BLAR.

Vous m'impatientez ; comment me dissiper !

350   Rien ne m'amuse, et tout m'ennuie.

MONSIEUR FAUSTER.

II ne faut pas se rebuter :

Comme l'oiseau que rien ne lie,

Parcourez, sans vous arrêter,

Le cercle des plaisirs que chaque instant varie.

MISS-BLAR.

355   Ces plaisirs ! Je les cherche, et je n'en trouve point.

MONSIEUR FAUSTER.

La promenade est un remède...

MISS-BLAR.

Qui me fatigue au dernier point.

MONSIEUR FAUSTER.

La table ?...

MISS-BLAR.

M'est à charge.

LA FRIVOLITÉ.

Et le bal ?...

MISS-BLAR.

Il m'excède.

MONSIEUR FAUSTER.

Le jeu ?...

MISS-BLAR.

M'est odieux.

LA FRIVOLITÉ.

Le spectacle ?...

MISS-BLAR.

Importun.

MONSIEUR FAUSTER.

360   Votre mal est tenace. En cet état funeste,

À votre place, moi, je jouerais de mon reste.

C'est peu de folâtrer pour chasser l'esprit brun :

Il faut extravaguer jusqu'à la frénésie.

MISS-BLAR.

Eh ! Je n'ai pas le sens commun

365   Depuis que j'ai quitté le sein de ma Patrie.

C'est un mauvais contrepoison.

J'étais malade à Londres à force de raison,

Et je meurs à Paris d'un excès de folie.

MONSIEUR FAUSTER.

Madame, il vaudrait mieux mourir

370   Cinquante fois plutôt d'un excès de plaisir,

À ce propos, parlez, je vous supplie ;

À Londres n'avez-vous rien aimé ?

MISS-BLAR.

Non, jamais,

Et j'ai porté chez moi la froideur à l'excès.

MONSIEUR FAUSTER.

Contre votre mélancolie,

375   Je sais donc en ce cas un remède certain.

Prenez...

MISS-BLAR.

Quoi donc ? Achevez, je vous prie.

MONSIEUR FAUSTER.

Prenez vite un amant pour votre médecin ;

Ses soins sauront bientôt, je vous le certifie,

Vous donner du goût pour la vie,

380   Et faire succéder le plaisir au chagrin.

LA FRIVOLITÉ.

Il est de bon conseil.

MISS-BLAR.

Ah ! Je l'en remercie ;

Le remède, Madame, est pire que le mal.

MONSIEUR FAUSTER.

Mais comment jugez-vous qu'il vous fera fatal,

385   N'ayant point effrayé ?....

MISS-BLAR.

  Non pas, Monsieur, à Londres.

MONSIEUR FAUSTER.

En France, Milady, l'auriez-vous éprouvé ?

MISS-BLAR.

Me taire, c'est assez répondre.

LA FRIVOLITÉ.

Chère Miss, votre coeur s'en est-il bien trouvé ?

MISS-BLAR.

Au mieux le premier jour. Je crus alors renaître.

390   Il se fit, dans mon âme, un changement nouveau.

Pour la première fois, le jour me parut beau,

Et je goûtai le bonheur d'être.

MONSIEUR FAUSTER.

Le second jour ?

MISS-BLAR.

Mon plaisir s'altéra.

Mon amant fut absent, mon coeur en soupira.

395   Le troisième, il revint, et chassa ce nuage.

Le quatrième, il parut moins ardent,

Et mon amour troublé s'alarma vivement.

Le cinquième, il devint volage,

Et tout mon bonheur disparut.

400   Une rivale eut l'avantage.

J'en fus témoin. Mon désespoir s'accrut,

Et, dans mon coeur trahi, ne laissa que la rage.

LA FRIVOLITÉ.

Vous êtes mal tombée, et c'est un grand dommage.

J'en connais un, qui serait plus constant.

MISS-BLAR.

405   En quatre mots, voilà mon histoire finie.

Tout calculé bien justement,

Je n'ai vécu que trois jours dans ma vie.

LA FRIVOLITÉ.

D'un noeud léger, tissu pour un moment,

Il fallait, avec lui, vous lier seulement.

410   Vous avez , contre ma défense,

Formé le sot lien d'un tendre attachement ;

Et vous en recevez le juste châtiment.

Mais quel est donc le Petit-Maître ?...   [ 9 Petit maître : Fig. et familièrement. Petit-maître, jeune homme qui a de la recherche dans sa parure, et un ton avantageux avec les femmes. [L]]

MISS-BLAR.

C'est votre favori, ce fripon de Marquis

415   Qu'ici, pour mon malheur, vous m'avez fait connaître.

Adorateur de mon pays,

Dans ma personne, il en parut épris,

Nous fûmes joints d'estime, autant qu'on le peut être,

Par un moyen qui réussit souvent,

420   Je me flattais de fixer fa tendresse.

Malgré tout mon amour , j'ai très exactement

Conservé toute ma sagesse.

MONSIEUR FAUSTER.

C'est un effort bien surprenant.

MISS-BLAR.

Cela tient un peu du miracle,

425   Monsieur, particulièrement

Dans une fille de spectacle.

De cet aveu vous êtes étourdi !

Le préjugé sur vous...

MONSIEUR FAUSTER.

Non ; je sais le combattre ;

Mais je vous croyais Milady.

MISS-BLAR.

Souvent je le fuis au Théâtre.

MONSIEUR FAUSTER.

430   Vous pourriez l'être ailleurs par un titre plus fort.

MISS-BLAR.

Jamais je ne m'allie avec aucun Mylord,

Notre profession à Londres est glorieuse.

Le défaut de mérite est seul déshonorant.

Une Actrice de nom , quand elle est vertueuse,

435   Peut aspirer chez nous au parti le plus grand.

On y rougit du vice, et non pas du talent.

MONSIEUR FAUSTER.

Moi, je l'honore infiniment.

Il devient, entre nous, un noeud de sympathie.

Si vous jouez la Comédie,

440   En plusieurs Langues, moi, j'en fais facilement,

En Français, en Anglais, tout comme en Allemand,

Nous sommes étrangers, Le hasard nous rassemble.

Marions nos accents et nos talents ensemble.

Tout-à-coup, dans mon coeur, je sens naître pour vous,

445   Mestris , une estime amoureuse.

Il se jette à ses genoux.

MISS-BLAR.

Que faites-vous ?

MONSIEUR FAUSTER.

Devant une actrice fameuse,

Un auteur doit toujours fléchir les deux genoux.

Nous devons, à votre art, nos fuccès les plus doux.

MISS-BLAR.

Ah ! Levez-vous, Monsieur. J'aperçois mon perfide.

450   La colère, à sa vue, est mon seul sentiment ;

Et, pour savoir ici quelle raison le guide,

Je m'en vais dans ce coin me cacher un moment.

MONSIEUR FAUSTER.

Acceptez ma main, je vous prie.

Je vous y tiendrai compagnie.

II s'éloigne avec elle.

SCÈNE IV.
La Frivolité, Le Marquis, Miss-Blar et Monsieur Fauster, cachés.

LE MARQUIS, à la Frivolité.

455   Je viens verser ma joie en votre sein ;

Madame, elle est immense, et rien ne peut la rendre :

Ils ne partiront pas. Ils demeurent enfin.

Nous allons les revoir ; nous allons les entendre.

LA FRIVOLITÉ.

Qui donc ? Expliquez-vous. Je crains de me méprendre.

LE MARQUIS, parodiant Serpilla , du Joueur.

460   La charita, la charita.   [ 10 La Joueur est une comédie de Jean-François Regnard (1692). Claude Favart donna au théâtre italien le 6 juin 1753 une parodie nommé Baiacoo et Serpilla.]

LA FRIVOLITÉ.

Elle chante.

  Comment nous entendrons encor, Bella mia,

Se son tuo sposo.

LE MARQUIS.

Demain, ma souveraine,

Ils reparaîtront sur la scène.

LA FRIVOLITÉ.

J'irai donc, avec eux, y triompher demain.

465   Ma joie, au moins, à la vôtre est égale.

LE MARQUIS.

Ah ! Vive l'Italie et son Trio divin.

LA FRIVOLITÉ.

La mandoline, la timbale.

LE MARQUIS, contrefaisant les Bouffons.

Et le violon, zin, zin, zin.

LA FRIVOLITÉ, les parodiant aussi.

Pa, ta, pon, et trin, trin.

470   Ce prompt retour que je n'osais attendre,

Est une victoire pour nous.

Puis-je la célébrer par des transports trop fous ?

LE MARQUIS, contrefaisant le rire de Manelli? dans le Joueur.

Ah ! ah ! Bouffonnons, rions tous.

Moi pour modèle je veux prendre,

475   Dans ses plaisants éclats, l'agréable Joueur.

LA FRIVOLITÉ.

Moi, Serpilla , dans son souris moqueur.

Elle, que je chéris, dont l'adieu fut si tendre

Qu'elle versa des pleurs, et nous en fit répandre,

LE MARQUIS, parodiant Vair , vuo diilobafíb, basso , du Maître de Musique.

Écoutez tout bas, tout bas,

480   Je fuis fou de ses appas ;

Et, pour faire un grand fracas,

Nous irons tous à l'Opéra.

Ma main la cla, claquera.

MISS-BLAR, s'approchant et l'interrompant.

Quel secret dites-vous-là ?

LE MARQUIS.

485   Je lui disois, en confidence ,

Que je vous adore , MifT-Blar,

MISS-BLAR.

C'est Serpilla plutôt qui vous lie à son char,

Vous voulez déguiser en vain votre inconstance.

LE MARQUIS.

Votre coeur ne doit pas en paraître jaloux.

490   Je folâtre avec elle, et soupire avec vous.

MISS-BLAR.

Mon coeur veut tout ou rien. Ce partage m'offense.

Sur le choix, il faut prononcer.

LE MARQUIS.

Je ne prononce point entre Londres et Florence,

De vos talents divers je ne puis me passer.

495   J'apprends à chanter d'elle, et de vous à penser.

C'est ainsi, de vos dons, que j'enrichis la France.

MISS-BLAR.

Ciel ! Quel injuste Arrêt ! Mais j'en appelle.

LA FRIVOLITÉ.

À qui ?

MISS-BLAR.

À la raison, qui prendra ma défense.

LA FRIVOLITÉ.

La raison, comme vous, est étrangère ici.

MISS-BLAR.

500   J'implore donc votre puissance.

LA FRIVOLITÉ.

C'est mon esprit qu'il a suivi,

Et je confirme la sentence.

MISS-BLAR.

Je n'attendais pas moins de la Frivolité,

Protectrice de l'inconstance,

505   Et digne soeur de la légèreté.

MONSIEUR FAUSTER.

Voilà bien le François, dont elle est le génie.

La nommer, c'est la définir.

Son transport, l'autre jour, était l'Anglomanie,   [ 11 Anglomanie : Passion, avec imitation, pour ce qui est anglais. [L]]

Rien, sans l'habit anglais, ne pouvait réussir.

510   Au-dessus de Corneille, il mettait Shakespeare.

Une nouvelle frénésie

Aujourd'hui vient de le saisir ;

C'est la fureur des accords d'Italie.

MISS-BLAR.

Ce mal épidémique a gagné tout Paris.

515   J'en enrage.

LA FRIVOLITÉ.

  Et moi j'en ris.

MISS-BLAR.

La chose est en effet très-digne de risée.

Vous y perdez.

LE MARQUIS.

Nous y gagnons.

En changeant de plaisirs , nous les multiplions.

MISS-BLAR.

Quelle rivale, ingrat, m'avez-vous opposée ?

LA FRIVOLITÉ.

520   Mais, mais, j'admire en vous ces exclamations !

Cette Musique Italienne

Que vous rabaissez tant, soumet tous les pays.

Elle est, par conséquent, et la sienne et la vôtre.

MISS-BLAR.

Non, je la méconnais défigurée ainsi.

LA FRIVOLITÉ.

525   Nous voulons justement en embellir la nôtre.

Cet alliage a déjà réussi.

MISS-BLAR.

Ah ! Plutôt par ce pot-pourri,

Vous la dénaturez, et gâtez l'une et l'autre.

C'est un chef-d'oeuvre ailleurs ; mais un vrai monstre ici.

LE MARQUIS.

530   Pour vous guérit de cette idée étrange,

Je la veux toute seule établir sans mélange ;

Et je veux qu'à fa gloire un Autel soit dressé

Sur les derniers débris et d'Armide et d'Issé.

MISS-BLAR.

François dénaturé, quel transport vous égare !

535   Priver la Nation d'un si bel ornement !

Pouvez-vous, fans frémissement,

Former un projet si barbare :

Cet Opéra de sentiment

Dont la mélodie est si tendre,

540   Vous les sacrifiez, Monsieur ?

LE MARQUIS.

  Oui, forcément.

Nous n'avons plus d'acteurs aujourd'hui pour les rendre,

Le dernier des Romains est prêt à nous quitter.

Nous n'avons pas le temps d'attendre

Qu'il ait des successeurs pour les représenter.

545   De cette perte-là, toi seul, tu nous consoles,

Orphée Italien ! Pour exprimer ton chant,

Notre Orchestre suffit : un accompagnement,

Un coup d'archet dit plus que deux cents mots frivoles.

Tu vas nous procurer encore un bien plus grand.

550   Nos Opéras nouveaux, par ton moyen charmant,

Pourront à l'avenir se passer de paroles.

MONSIEUR FAUSTER.

On en fait joliment encor.

Les Fêtes de l'Hymen, Monsieur, et Zélindor.

Pour les Ballets Français sont deux bonnes écoles.

MISS-BLAR.

555   Vous serez donc réduits au concert seulement,

Quand vous supprimerez leurs actions falotes.   [ 12 Falot : Plaisant, drôle, grotesque. Conte falot. Aventure falote. [L]]

LA FRIVOLITÉ.

Non, la plaisanterie est toute dans les notes.

Je dois à leurs accords un nouvel agrément,

Oui redouble, pour eux, le zèle qui m'allume :

560   Ils sont dialogués si merveilleusement ,

Que, dans l'Orchestre seul, je trouve heureusement

Un acteur accompli, qui jamais ne s'enrhume.

MISS-BLAR.

Mais rire à l'Opéra ce n'est pas la coutume.

LA FRIVOLITÉ.

On rit tous les jours, sans façon,

565   Aux Français que je crois d'aussi bonne maison.

MISS-BLAR.

Ah ! Ne plaisantez pas : c'est commettre une offense

Contre sa dignité qui proscrit le badin.

LE MARQUIS.

La dignité du magasin !

MISS-BLAR.

Oui, je rougis pour lui de l'indécence.

LE MARQUIS.

570   L'indécence de l'Opéra

Est dans la mauvaise musique.

Celle qu'un amateur, toujours admirera,

Est la plus noble sans réplique.

MISS-BLAR.

Tous ces prétendus amateurs

575   Qui la vantent par air, avec un ton de maître.

À Paris en font les honneurs,

Sans avoir bien souvent celui de la connaître.

LA FRIVOLITÉ.

Vous avez contre nous trop de prévention.

Pour être juge en notre cause,

580   Monsieur est d'une nation,

Qui, toujours neutre, agit sans passion.

Je m'en rapporte à lui, qu'il décide la chose.

MONSIEUR FAUSTER.

Je crains...

LE MARQUIS.

Monsieur, point d'appréhension.

Vous ne pouvez jamais que m'être favorable.

MONSIEUR FAUSTER.

585   Je vais, en ce cas-là, tâcher d'être équitable.

Votre Opéra Parisien

Me fait priser Lulli ; mais Quinault davantage.

L'intérêt de la scène est son premier soutien,

Et le poète sait si bien,

590   De la tendresse, exprimer le langage,

Que le coeur avec lui devient musicien.

À l'égard du chant italique,

Comme j'ai calculé les accords séducteurs,

Et vu son action d'un oeil philosophique,

595   J'applaudis tout haut sa musique,

Et ris tout bas du jeu de ses acteurs.

LE MARQUIS.

Rire tout bas ?

MONSIEUR FAUSTER.

Sans doute. Un homme raisonnable

Craint d'éclater, Monsieur, et rit modestement.

LA FRIVOLITÉ.

Est-ce en bien ? Est-ce en mal ?

MONSIEUR FAUSTER.

600   Un arrêt sagement

S'interprète toujours dans un sens favorable.

MISS-BLAR.

Il s'en tire fort joliment,

Et sa décision est d'autant plus louable,

Qu'au fond chaque parti doit en être content.

605   Adieu. Je sors moins triste, après ce jugement.

LA FRIVOLITÉ.

Amenez une troupe anglaise,

Et revenez ici pour y jouer.

Qu'elle soit bonne, ou qu'elle soit mauvaise,

Vous verrez tout Paris déserter la Française,

610   Et vous venir en foule applaudir et louer.

MISS-BLAR.

La proposition me touche,

Madame, j'attendrai que vous sachiez l'anglais.

LE MARQUIS.

Il ne faut que paraître aux regards du Français ;

Il est au fait avant qu'on ait ouvert la bouche.

MISS-BLAR.

615   Comme vous aimez le badin ,

Nous jouerons donc la pantomime,

Et nous approcherons, Monsieur, du baladin.

Pour mieux mériter votre estime.

LA FRIVOLITÉ.

On est sûr de l'avoir dès qu'on est singulier.

LE MARQUIS.

620   Nous avons tant pleuré qu'il faut nous égayer.

Je ne vous offre pas ma main pour vous conduire.

Vous avez dans Monsieur un meilleur écuyer.

MONSIEUR FAUSTER, à Miss-Blar.

Madame, avec tranSport j'accepte cet office

Un autre plus charmant, dont j'oSe vous prier,

625   Comblerait tous mes voeux ; si vous m'étiez propice,

Je m'en acquitterais. Que l'hymen nous unisse.

Nous sommes faits pour nous lier.

La raison est Anglaise et le bon sens est Suisse.

LE MARQUIS.

Et l'esprit est Français ; qui n'en est point jaloux ?

630   Il fait compliment à l'époux,

Quand sa maîtresse se marie,

Sûr que le lendemain, apaisant son courroux,

Elle sera sa bonne amie.

MISS-BLAR, à Monsieur Fauster.

Monsieur, je vous donne ma main.

635   Pour vous, qui tournez tout, Marquis, en raillerie,

Vous n'aurez point de lendemain.

Je pars, de tous vos traits parfaitement guérie.

LE MARQUIS.

Le dépit seul vous dicte ce discours ;

Quand je blesse quelqu'un, c'est pour toute la vie.

MISS-BLAR.

640   Non, je vous fais, Monsieur, mes adieux pour toujours.

Rien ne m'attire plus au sein de cette ville.

Des talents étrangers, votre esprit amateur

N'en saisit, dans sa folle ardeur,

Que le frivole ou l'inutile.

645   Il prend, des miens, la licence facile,

Sans en avoir la profondeur :

Le battelage d'Italie,

Sans en posséder l'harmonie.

Opulent par lui-même, il néglige son bien,

650   Pour faire un sot emploi du nôtre qu'il envie ;

Et, croyant s'enrichir, il se réduit à rien.

LA FRIVOLITÉ.

Vous partez mécontente ?

MISS-BLAR.

Oui, puisqu'il faut répondre :

J'étais venue en France apprendre expressément

La décence, le goût, la grâce et l'agrément,

655   Pour les joindre à la force, où nous primons à Londres ;

Mais je me suis méprise infiniment.

Vos Spectacles changés ne sont plus une école,

On ne voit plus régner chez eux

Qu'un plagiat qui me désole,

660   Et qu'un déplacement affreux.

C'est l'Opéra que partout on copie.

On chante au Théâtre François;

Ou comme lui plutôt on crie

Des vers bouffis, faits pour mugir exprès.

665   La troupe Italienne en tout le parodie ;

Et, lui dérobant ses moutons

Ne quitte plus la Bergerie.

Pour avoir sa revanche, il a pris leurs bouffons.

L'amour, qu'on a pour eux, devient le goût unique.

670   Tout paraît travesti, tout est lazzis, chansons.

Comme on outre le jeu, l'on charge la Musique,

Et tout Paris n'est plus qu'un Opéra Comique.

MONSIEUR FAUSTER.

Pour moi, qui de sang-froid, vois tout également,

Je vous quitte, Monsieur, plein d'estime et de zèle.

675   Je sais que votre esprit ne s'égare un moment,

Que pour reprendre après plus sûrement

Le chemin du bon goût dont il est le modèle.

Pour être bien, Messieurs, restez toujours Français,

N'imitez que vous-mêmes, et vous ferez parfaits.

En revenant.

680   Je reviens sur mes pas vous dire une nouvelle

Tout-à-coup il s'élève une aurore si belle,

Qu'elle a rendu le jour à votre chant.

Nouveau Tithon, il rajeunit par elle,   [ 13 Tithon : Prince troyen aimé par la déesse de l'Aurore.]

Embelli des accords que vous chérissez tant,

685   En conservant toujours sa grâce naturelle,

Le beau sexe surtout est son grand partisan.

Je vous félicite. Adieu. Bonjour, bon an.

Il sort.

SCÈNE V.

LA FRIVOLITÉ.

Pour combattre l'éclat de cette réussite,

Redoublons nos transports pour notre favorite

690   Célébrons son retour par un brillant duo.

LE MARQUIS.

Souffrez plutôt, par un trio,

Que notre amour envers elle s'acquitte.

LA FRIVOLITÉ.

À deux un trio ? Rêvez-vous ?

LE MARQUIS.

II est de la façon d'un serin de Bergame.

695   Mais le voici qui vient, Madame,

Pour l'exécuter avec nous.

SCÈNE VI et DERNIÈRE.
La Frivolité, Le Marquis, Arlequin, déguisé en Maître de Musique.

ARLEQUIN, tout esouffléb l'hibit en désordre.

Ouf ! Madame, pardon. Souffrez que je respire.

Je n'en puis plus, je viens d'être le spectateur

D'un combat qui tient du délire.

700   On m'a même forcé d'y devenir acteur.

L'image encore est présente à mon coeur ;

J'en frémis d'épouvante, et j'en crève de rire.

LA FRIVOLITÉ.

Quel combat ?

ARLEQUIN.

Au Café. C'est le Champ de bataille.

Les deux partis, Madame, en sont venus aux mains.

705   D'abord on s'escarmouche, on raille.

Sur notre Musico, tombent les traits malins.

L'un dit que ce chanteur, pour qui l'on se chamaille,

Miaule dans le haut, et jaPpe dans le bas.

L'autre, avec nos accords, exalte ses éclats.

LE MARQUIS.

710   C'est une grande voix, pour peu qu'on la travaille.

ARLEQUIN.

Nos railleurs insistaient ; mais ils ont du dessous,

Dans l'instant qu'une basse-taille,

Qui sortait du gros corps d'un Lulliste jaloux,

Crie : aux pieds de Lulli, profanes, tombez tous,

715   Et devant lui baissez la nuque.

Ah ! Taisez-vous, vieille perruque,

Lui réplique un cousis, qui s'échauffe pour nous.

Ne parlez plus de musique française.

Votre petit Lulli ne va pas aux genoux   [ 14 Lulli, Jean-Baptiste (1633-1687) : célèbre musicien, vint à Paris dès l'âge de 13 ans et y resta jusqu'à sa mort. Il composa 19 opéras dont les paroles étaient le plus souvent fournies par Quinault et qui eurent un grand succès. C'est lui qui faisait la musique des ballets et intermèdes qu'on jouait à la Cour. [B]]

720   Du grand, du divin Pergolèse.   [ 15 Pergolèse, Jean-Baptiste (1710-1736) : Compositeur italien qui composa dix opéras "serias".]

Petit Lulli, dit l'autre écumant de courroux,

Un tel blasphème est indigne de grâce.

À la tête, à ces mots, il lui jette une tasse.

LA FRIVOLITÉ.

Ô Ciel ! Pour nos amis je frémis de l'affront.

ARLEQUIN.

725   Notre Gascon l'esquive, et son bras furibond

Lui lance un tabouret, au milieu de la face,

Qui nous venge et qui le terrasse.

À ce beau coup ? Notre parti vainqueur

Bat des mains, pousse un cri de joie,

730   Et l'ennemi confus en pousse un de douleur.

LE MARQUIS.

Je respire.

ARLEQUIN.

Ce n'est qu'un prélude, Monsieur.

De la Guerre aussitôt le signal se déploie.

Le Café se divise. Ils jurent, nous chantons.

Leur bataillon ferré vient fondre sur nos troupes.

735   On voit bientôt voler les verres, les soucoupes,

Les carafes, les carafons,

Les biscuits et les macarons.

De toutes parts le sang coule et se mêle

Parmi les flots de thé, d'orgeat et de cannelle.

LA FRIVOLITÉ.

740   Ce récit, sur mon front, fait dresser mes cheveux.

ARLEQUIN.

Pour arrêter l'horreur d'un combat ruineux,

La Reine du Cassé sort de son trône en larmes.

Loin de se rendre à son aspect,

Ils la décoiffent sans respect

745   Ni pour son rang ni pour ses charmes.

Dans la mêlée, elle perd son bonnet,

Et son mari, qui veut leur arracher les armes,

Est inhumainement plongé dans un baquet.

LE MARQUIS.

Voilà du grand tragique.

LA FRIVOLITÉ.

Au fort de la bagarre ;

750   Que faisiez-vous, Signor ?

ARLEQUIN.

  Tapi seul dans un coin

J'étais de la bataille un paisible témoin,

Quand ce Chantre maudit, ce Lulliste barbare

M'aperçoit par malheur, et dit : ah ! Le voilà

Cet Amphion en A , mi, la,   [ 16 Amphion : Fils de Zeus et d'Antiope, poète et musicien.]

755   Qui de nos démêlés est la cause bizarre.

Assommons ce coquin. Aussitôt dit, aussitôt fait.

Il se jette sur moi comme un tigre farouche.

Pour me justifier, je veux ouvrir la bouche :

Il me la ferme d'un soufflet.

760   Tout son parti l'imite, et me rosse à forfait.  [ 17 Rosser : Terme familier. Battre quelqu'un violemment. [L]]

LE MARQUIS.

Et le nôtre ? Achevez, votre malheur me touche.

ARLEQUIN.

II vole à mon secours, m'arrache de leurs mains,

Et m'élevant malgré leurs efforts inhumains,

Sur ses bras, qui pour moi font un char de victoire,

765   Il me porte en triomphe, au milieu de Paris,

Jusques dans ce Palais où, quittant mes amis,

J'entre, chargé de coups, et tout couvert de gloire.

LE MARQUIS.

Se peut-il qu'on vous ait aussi peu respecté ?

Ah ! J'en rougis pour ma patrie !

LA FRIVOLITÉ, à Arlequin.

770   Quoi ? Vous êtes, Monsieur, ce fausset si vanté ?

ARLEQUIN.

Non, Madame, je suis une taille accomplie.

LE MARQUIS.

Chanteur, danseur, rimeur en même-temps,

Il compose lui seul des Opéra burlesques,

Il fait des vers Gascons , des airs Toscans,

775   Madame, et des ballets tudesques.   [ 18 Tudesque : Qui appartient aux anciens Germains. La langue tudesque. [L]]

ARLEQUIN.

J'en tiens ici de sûrs garants.

Voilà pour vous, Madame, une chanson d'élite.

Et voici pour nous trois un morceau triomphant.

LE MARQUIS.

Nous y parodions chacun un instrument.

LA FRIVOLITÉ.

780   Pour assurer la réussite,

Il faut l'accompagner d'un ballet allemand.

ARLEQUIN.

En attendant, Madame, un danseur moscovite.

LA FRIVOLITÉ, chante.

Air.

Coumo l'ausel près ol niou,

Mon cor crido que fa pierat.

785   Auzi que sa, piou, piou,

Per aber la libertat.

Trio.

LA FRIVOLITÉ.

Que la Vielle, Instrument de ma gloire,

La flûte, le Basson célèbrent ma victoire.

LE MARQUIS ET ARLEQUIN, répètent ensemble.

Que la Vielle, Instrument de ma gloire,

790   La flûte, le Basson célèbrent ma victoire.

Il sortent tous trois à reculons en saluant le Public à la manière des bouffons.

 


J'ai lu par ordre de Monseigneur le Chancelier, La Frivolité, comédie faisan tpartie du receuil de meilleures pièces représentées aux théâtre, et je crois que l'on peut en permettre l'impression.

Ce 10 février 1753. CRÉBILLON.

Le Privilège et l'enregistrement se trouvent à la fin des Oeuvres de Théâtre de M. D***.

Notes

[1] Aquilon : Le vent du nord. Poétiquement. Tout vent violent et froid. [L]

[2] Sylphe : Nom que les cabalistes donnaient aux prétendus génies élémentaires de l'air. [L]

[3] Gnome : Nom des esprits qui. dans le système des cabalistes, président à l'élément de la terre et à tout ce qu'elle renferme dans son sein, comme les ondins à l'élément de l'eau, les sylphes à celui de l'air et les salamandres à celui du feu. [L]

[4] Menin : Chacun des six gentilhommes qui étaient attachés particulièrement à la personne du Dauphin ; ce nom venu d'Espagne fut employé pour la première fois à l'occasion du Dauphin de Louis XIV, en 1680, quand on lui composa sa maison. [L]

[5] Dardanelles : Détroit qui sépare l'Asie de l'Europe et lie l'Archipel à la mer de Marmara. [B] actuellement en Turquie.

[6] Potosi : Il existe une ville de Bolivie nommée Potisi et qui signifie Tonnerre en Quechua.

[7] Berne : Capitale de la Confédération Suisse.

[8] Treize cantons : la Suisse.

[9] Petit maître : Fig. et familièrement. Petit-maître, jeune homme qui a de la recherche dans sa parure, et un ton avantageux avec les femmes. [L]

[10] La Joueur est une comédie de Jean-François Regnard (1692). Claude Favart donna au théâtre italien le 6 juin 1753 une parodie nommé Baiacoo et Serpilla.

[11] Anglomanie : Passion, avec imitation, pour ce qui est anglais. [L]

[12] Falot : Plaisant, drôle, grotesque. Conte falot. Aventure falote. [L]

[13] Tithon : Prince troyen aimé par la déesse de l'Aurore.

[14] Lulli, Jean-Baptiste (1633-1687) : célèbre musicien, vint à Paris dès l'âge de 13 ans et y resta jusqu'à sa mort. Il composa 19 opéras dont les paroles étaient le plus souvent fournies par Quinault et qui eurent un grand succès. C'est lui qui faisait la musique des ballets et intermèdes qu'on jouait à la Cour. [B]

[15] Pergolèse, Jean-Baptiste (1710-1736) : Compositeur italien qui composa dix opéras "serias".

[16] Amphion : Fils de Zeus et d'Antiope, poète et musicien.

[17] Rosser : Terme familier. Battre quelqu'un violemment. [L]

[18] Tudesque : Qui appartient aux anciens Germains. La langue tudesque. [L]

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies