LA BONNE FEMME

Parodie de l'opéra d'Hypermnestre

M. DCC. XXXVIII. Avec Approbation et Privilège du Roi.

Par les sieurs DOMINIQUE et ROMAGNESI, comédiens du Roi.

À PARIS. Chez BRIASSON, rue Saint-Jacques, à la Science.


Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 07/04/2017 à 09:56:45.


ACTEURS

DANAÜS.

HYPERMNESTRE.

LYNCÉE.

ARCAS.

L'OMBRE DE GÉLANOR.

LE GRAND PRÊTRE d'ISIS.

UN PAYSAN.

CHOEUR d'ÉGYPTIENS.

CHOEUR d'ARGIENS.

DANSEUSES EN MATELOTS ET MATELOTS.

UNE MATELOTE.

LA BONNE FEMME.

Le théâtre représente plusieurs tombeaux, et au milieu le mausolée de Gélanor, Roi d'Argos. On voit dans la perspective le soleil qui s'élève peu à peu.

Paru dans les "Parodies du Nouveau théâtre italien ou receuil des parodies représentées sur le théâtre de l'Hotel de Bourgogne, par les Comédiens Italiens Ordinaires du Roi, avec les airs gravés. Nouvelle édition, revue et corrigée et augmentée de plusieurs Parodies. Tome Quatrième". pp. 37-72


ACTE UNIQUE...

SCÈNE I.
Danaüs, Arcas.

ARCAS.

Air : Sais-tu la différence

Deux illustres familles,

Apaisent leur courroux,

Tuchoux ;

Et vos cinquante filles

5   Trouvent cinquante époux,

Tuchoux,

Tous Princes et bons drilles,  [ 1 Drille : Méchant soldat. Il ne se dit que par mépris et par raillerie. Se dit aussi de tout autre malheureux qui porte l'épée, quoiqu'il ne soit point enrôlé. [F]]

Tuchoux,

Ah, quel bonheur pour vous !

Que ce jour est heureux !

DANAÜS.

Air : Je jure par tes yeux.

10   Pas tant que tu le dis.

Pas tant que tu le dis.

Un frère chicaneur me chassa de Memphis,

Et me force en ces lieux à couronner ses fils.

ARCAS.

Ne sont-ils pas vos neveux ?

DANAÜS

Oui.

ARCAS.

Par conséquent, vos filles sont leurs cousines ?

DANAÜS.

Hé bien.

ARCAS.

Hé bien.

Fin de l'air : Compère et commère

Cousins et cousines

15   Sont faits pour s'aimer,

Et pour s'entre-couronner.

Mais, Seigneur, si cette alliance vous faisait tant de peine, que ne refusiez-vous la paix ?

DANAÜS.

Air : Pierre Bagnolet.

Pouvais-je soutenir la guerre,

Et ne sais-tu pas comme moi,

Que la moitié de la terre

20   D'Égyptus reconnaît la loi ?

Voilà pourquoi,bis

Je n'ai pu soutenir la guerre,

Parce qu'il est plus fort que moi.

Il a plus de soldats que je n'ai de sujets, et quels sujets !

Air : Quand la bergère vient des champs.

Ils se ressouviennent encor

25   De Gélanor.

ARCAS.

Ils ont grand tort.

Ne savent-ils pas qu'il est mort,

Et que tout ombre

Du palais sombre

30   Jamais ne sort.

DANAÜS.

Oui, mais c'est moi qui l'ai tué.

ARCAS.

Bon, ne fallait-il pas toujours qu'il mourut ? Mais on vient...

SCÈNE II.
Hypermnestre, Danaüs.

HYPERMNESTRE.

Air : Pourquoi vous en prendre à moi.

À quoi vous amusez-vous,

Mon père, mon père ?

Nous attendons nos époux,

Est-ce dans un cimetière

35   Qu'on forme des n?uds si doux ?

À quoi, etc.

Venez, venez, fuyez ces lieux tristes, et lugubres qui redoublent votre peine.

DANAÜS.

Air : Sois complaisant, affable, débonnaire.

D'un doux regard

Le ciel nous favorise,

Mais de sa part

40   Je crains encor la crise.

Car

Quand on fait une sottise,

On la paye tôt ou tard.

HYPERMNESTRE.

N'ayez aucune peur.

Air : Que je chéris mon cher voisin.

De vos neveux la quantité,

45   La valeur, l'alliance,

Du trône où vous êtes monté

Affermit la puissance.

Songez qu'ils sont cinquante, quoiqu'on n'en parle point à l'Opéra.

Air : Allons gai.

Par un destin prospère,

Avant qu'il soit deux ans,

50   Vous vous verrez grand-père

D'un régiment d'enfants.

Allons gai, d'un air gai, toujours gai.

DANAÜS.

J'attends mes gendres avec impatience. J'ai promis Lyncée à votre amour, je vous tiendrai parole.

HYPERMNESTRE.

Il parut ici par l'ordre d'Égyptus ; vous me vantâtes son mérite, et vous m'ordonnâtes de l'aimer, je ne balançai pas un moment à exécuter vos ordres.

Air : Quand le péril est agréable.

Mon soin d'abord fut de lui plaire,

Il fut l'objet de mes amours,

55   Car une fille doit toujours

Obéir à son père.

Mais quand je vous vois si fort enseveli dans la tristesse, est-il quelque bonheur pour moi ?

DANAÜS.

Oh, ma foi, je n'ai pas envie de rire.

HYPERMNESTRE.

Quel nouveau chagrin peut encore vous agiter ?

Air : Diablezot.

Ma fille j'ai vu cette nuit

De Gélanor l'ombre implacable,

Dans ma chambre il a fait grand bruit,

60   D'une voix rauque et formidable,

Arrête, arrête, m'a-t-il dit.

HYPERMNESTRE.

Croyez-vous que Pluton renvoie

Les morts qu'il tient dans son cachot ?

L'Achéron lâche-t-il sa proie ?

65   Diable zot.

DANAÜS.

Ce n'est pas là tout, écoutez le reste.

Air : L'autre nuit j'aperçus en songe.

Les dieux l'ont armé de la foudre,

Soigneux de venger son trépas.

J'ai vu mon trône en mille éclats,

Et mon palais réduit en poudre.

HYPERMNESTRE.

70   Ah ! Vos songes sont trop mauvais,

Puissiez-vous ne rêver jamais.

DANAÜS.

Air : La Serrure.

Je vais lui donner une fête,

Ce spectacle sera nouveau.

Allons, enfants, que l'on s'apprête

75   À l'amuser dans son tombeau.

HYPERMNESTRE.

Air : Ami, qui l'aurait pu croire.

Mon père, pouvez-vous dire

Qu'on aime à rire

Chez les morts ?

DANAÜS.

Ma fille, retirez-vous, et laissez-moi.

HYPERMNESTRE, en s'en allant.

En vérité, le bonhomme radote !

SCÈNE III.
Marche des danseurs, en longs manteaux noirs et crêpes, qui portent des plats devant le tombeau de Gélanor.

Après qu'on a dansé.

DANAÜS.

Air : Ô reguingué.

Ombre d'un Prince infortuné

80   Que j'ai moi-même assassiné,

Ô reguingué, ô lon lan la,

Soyons amis, plus de querelle,

Pardonne cette bagatelle.

Fin de l'air : Revenant de Lorette.

Honorez,

85   Célébrez,

Et sa gloire

Et sa mémoire.

Que nos jeux, que nos chants

Lui fassent passer le temps.

LE CHOEUR.

90   Honorons,

Célébrons,

Et sa gloire

Et sa mémoire.

Que nos jeux, que nos chants

95   Lui fassent passer le temps.

Après les danses, le soleil s'éclipse, la terre tremble.

UN DU CHOEUR.

Air : Je ne suis né ni roi, ni prince.

Le jour pâlit ! la terre tremble !

Quel pouvoir contre nous rassemble,

Et confond tous les éléments ?

Quels sifflements ! L'ombre cruelle

100   Reçoit nos divertissements

Tout comme une pièce nouvelle.

Tout le peuple fuit. L'ombre de Gélanor sort de son tombeau.

L'OMBRE.

Air : Or écoutez petits et grands.

Tous tes regrets sont superflus,

Bientôt un des fils d'Égyptus,

Pour me venger de ton audace,

105   Tyran, va régner en ta place.

Mon sang fut répandu par toi,

Il versera le tien pour moi.

DANAÜS.

Air : On vous en ratisse.

Que mon c?ur est agité !

Ah ! par cette obscurité,

110   Tu redoubles mon supplice,

Dis-moi donc qui me tuera.

L'OMBRE, en rentrant dans son tombeau.

On vous en ratisse, tisse, tisse,

On vous en ratissera.

DANAÜS.

Air : Comment faire.

Ombre inhumaine expliquez-vous,

115   Sur qui doivent tomber mes coups ?

Dans une telle pépinière,

Il s'agit de développer

Celui que ma main doit frapper,

Comment faire ?

Air : Quand je tiens de ce jus d'octobre

120   Voyez la plaisante vétille,

Je n'ai pour sortir d'embarras

Qu'à tuer toute la famille,

Et je ne m'y tromperai pas.

SCÈNE IV.

HYPERMNESTRE, seule.

Le théâtre change, et représente une mer agitée.

Air : Sortez de vos retraites.

Ah ! quel affreux orage,

125   Cessez vents furieux

D'exercer votre rage

Sur l'objet de mes feux.

Dans vos grottes profondes

Rentrez en ce moment,

130   Doux Zéphirs sur les ondes,

Conduisez mon amant.

Que je suis heureuse ! La tempête cesse.

Air.

Le temps est calme, et le vent doux,

Dépêchez-vous,

Mon cher époux.

135   L'Hymen nous attend au port,

Pour vous y faire un heureux sort.

Ce dieu dans ce jour

D'accord avec l'Amour

Va couronner l'ardeur qui nous presse,

140   Faisons sur ces bords,

Éclater nos transports,

Et que nos tendres désirs,

Comblés par les plaisirs,

Dans nos c?urs renaissent sans cesse.

SCÈNE V.
Hypermnestre, troupe de matelots et matelotes

HYPERMNESTRE.

Air : Y avance, y avance.

145   Viens promptement, jeune héros,

Hâte-toi, traverse les flots,

L'Amour veut de la diligence.

LE CHOEUR DES MATELOTS.

Y avance, avance,

Réponds à son impatience.

HYPERMNESTRE.

Que ne vous dois-je point, mes chers enfants ? Voilà ce qui s'appelle être bien secondée. Lyncée ne peut manquer d'arriver lorsque tout un peuple l'appelle... Mais n'est-ce pas lui que j'aperçois... Ô ciel ! En quel état s'offre-t-il à mes yeux ?

SCÈNE VI.
Lyncée, les acteurs de la scène précédente.

On voit Lyncée qui traverse les flots à la nage, il est en chemise.

LYNCÉE.

Air : Ça du vin, mettons-nous en train.

150   Ça Fanchon,

Mon petit bouchon,

Ça ma chère

Faites faire

Du feu car j'ai le frisson.

HYPERMNESTRE.

155   Cher époux

Je tremblais pour vous.

LYNCÉE.

Des poissons l'humide canaille,

Les huitres à l'écaille,

De moi tout était jaloux.

160   Mais enfin,

L'Amour bien plus fin

M'a malgré l'orage,

Conduit à la plage,

Je promets...

165   De n'en dériver jamais.

HYPERMNESTRE.

Air : Ma fable est-elle obscure lure lure.

Tout parle ici de votre amour extrême,

Mon tendre c?ur n'a rien à désirer.

LYNCÉE.

De vous aimer je fais mon bien suprême,

De mon ardeur tout doit vous assurer.

HYPERMNESTRE.

170   Mon cher amant, croyez-vous qu'elle dure ?

Lure, lure, lure.

Oh ! sans doute, elle durera

Autant qu'à l'Opéra.

HYPERMNESTRE et LYNCÉE, ensemble.

Air : Par bonheur ou par malheur.

Sort heureux, aimable jour,

175   Vous augmentez mon amour

En finissant mes alarmes.

LE CHOEUR.

Sort heureux, aimable jour.

LYNCÉE.

Oh ! Finissez, s'il vous plaît, vous m'étourdissez. J'ai bien autre chose à faire que de vous entendre brailler, allons chercher le Roi, mon futur beau-père.

HYPERMNESTRE.

Air : Je n'aimerai jamais que vous.

Déjà vos frères et mes s?urs

Se jurent dans le temple

180   Les plus sincères ardeurs,

Suivons leur exemple.

LYNCÉE.

Cessons d'inutiles discours,

Nous n'avancerons rien si nous chantons toujours.

Venez, Princesse mes amours,

185   Venez au temple.

SCÈNE VII.
Danaüs, Hypermnestre, Lyncée.

DANAÜS.

Ah ! Mon gendre vous voilà ? Soyez le bien venu : vous avez bien tardé.

Air : Laire laire laire.

Vos frères plus impatients

N'ont pas attendu si longtemps,

Ils ont déjà conclu l'affaire,

Laire, laire, laire, etc.

LYNCÉE.

Malepeste ! Ils étaient bien pressés.

Air : Un amant avec ce qu'il aime.

190   Beau-père, on ne doit pas si vite

Prononcer ce funeste mot,

Car le mariage est un gîte

Où l'on n'arrive que trop tôt.

DANAÜS.

Air : Quel plaisir d'aimer sans contrainte.

Au temple l'Hymen vous appelle.

HYPERMNESTRE, à Lyncée.

195   Entrez-y donc.

LYNCÉE.

  Je vous suis, ma belle.

DANAÜS.

Tout est prêt pour la cérémonie.

LYNCÉE.

Oh ! point de façon, je vous en prie.

SCÈNE VIII.
Le grand prêtre, ministres, et prêtresses.

Le théâtre change et représente le temple d'Isis avec la statue de cette déesse. Après la danse, Danaüs, Hypermnestre, Lyncée, arrivent.

LE GRAND PRÊTRE.

Air : J'offre ici mon savoir faire.

Sur cet autel qu'on révère,

Isis recevez les serments,

200   Que toujours y font les amants,

Et plus souvent ne tiennent guère.

LE CHOEUR.

Que toujours, etc.

On approche l'autel de l'Hymen où Hypermnestre et Lyncée posent la main, le grand prêtre reçoit leur serment.

HYPERMNESTRE.

Air : Amis sans scrupule

De ma vive flamme

Hymen soit le garant.

LYNCÉE.

205   Je jure à ma femme

D'être toujours constant.

HYPERMNESTRE.

Je vous serai fidèle,

J'en fais, cher amant,

Le serment.

LYNCÉE.

210   Hélas, ma belle,

L'Amour le fait, mais l'Hymen le dément.

DANAÜS.

Allons, qu'on ouvre les portes du temple, et que tout le monde y entre pèle-mêle.

SCÈNE IX.
Les acteurs de la scène précédente, paysans, paysannes qui entrent dans le temple.

UN PAYSAN.

Air : Gai, gai, gai, Madame la mariée.

Gai, gai, gai,

Madame la mariée.

Bon, bon,

215   Je sommes ravis tatigué,

De vous voir si bien accouplée.

LE CHOEUR.

Gai, gai, gai.

On danse.

UNE BERGÈRE.

Air : Menuet d'Hypermnestre

À l'Amour,

En ce jour,

220   Rendons tous hommage.

Quelle douceur !

Quand ce vainqueur

Nous engage,

Livrons-nous

225   À ses coups.

Jeunes c?urs hâtez-vous,

Il ne veut votre encens

Que dans vos beaux ans.

On danse.

SCÈNE X.
Arcas, les susdits.

ARCAS.

Air : Lanturlu.

Que votre présence

230   calme les mutins,

Voyez l'insolence

De tous ces coquins.

Pendant que l'on danse

Ils nous rossent tant et plus,

235   Lanturlu, lanturlu, lanturlu.

DANAÜS.

Air : Talaleri, talaleri, talalerire.

Sur moi leur injuste vengeance

Poursuit le sang de Gélanor,

Mais c'est en vain que ma clémence

Voudrait les épargner encor.

240   Ah ! morbleu, nous allons bien rire

Talaleri, talaleri, talalerire.

LYNCÉE.

Air : Ce n'est point par effort qu'on aime.

De vous, que j'obtienne une grâce,

Souffrez qu'en cette occasion,

Sur cette vile populace,

245   Je fasse une belle action.

DANAÜS.

Allez donc vous battre à ma place.

LYNCÉE, en s'en allant.

Le beau-père est un peu poltron.

SCÈNE XI.
Danaüs, Hypermnestre.

DANAÜS.

Sortez tous, et vous ma fille demeurez.

À part.

Je ne sais comment elle recevra le beau compliment que je vais lui faire.

Air : Mais surtout prenez bien garde.

Quoique les liens les plus doux

Vous attachent à votre époux,

250   Vous devez votre affection

À votre cher papa mignon.

HYPERMNESTRE.

Vraiment, je le sais mon père.

DANAÜS.

Écoutez-moi donc. (bis)

Air : Que je chéris, mon cher voisin

Ma fille, l'on a résolu

255   D'immoler votre père.

J'ai besoin de votre vertu.

HYPERMNESTRE.

Et qu'en voulez-vous faire ?

DANAÜS.

Elle doit armer votre bras.

HYPERMNESTRE.

Air : Le beau berger Tircis.

Sachons sur qui je dois

Exercer mon courage.

260   Sans différer nommez-moi

L'ennemi qui vous outrage.

DANAÜS.

Son nom seul va, je gage,

Glacer ton c?ur d'effroi.

HYPERMNESTRE.

Air : Dedans nos bois il y a un ermite.

Quoi ! Vous pouvez soupçonner ma faiblesse ?

265   Seigneur, si du serment

Que dans ce jour j'ai fait à la déesse,

Vous n'êtes pas content,

Pour vous prouver mon amitié sincère,

Je vais encor faire,

270   Moi

Je vais encor faire.

DANAÜS.

Air : Ah ! qu'il est beau l'oiseau.

À vous parler sincèrement, (bis)

Je crains que le second serment

N'ennuie, n'ennuie.

275   Jamais on en fit tant

En Normandie.

HYPERMNESTRE.

Écoutez celui-ci, il vous fera trembler.

Elle met sa main sur l'autel.

Air : Charivari.

Malgré le respect sincère

Que j'ai pour toi,

Si je ne venge mon père,

280   Hymen fais-moi

Manquer de foi dès aujourd'hui

À mon mari.

DANAÜS.

En vérité, voilà un terrible serment !

Il lui présente un poignard.

Air : Contre un engagement.

Du plus funeste sort

Ma tête est menacée,

285   Pour empêcher ma mort

Va percer...

HYPERMNESTRE.

Qui ?

DANAÜS.

Lyncée.

HYPERMNESTRE.

Quelle loi sanguinaire,

Hélas, m'imposez-vous !

Me convient-il, mon père,

290   De tuer mon époux !

DANAÜS.

L'ombre de Gélanor m'a prédit tantôt qu'un des fils d'Égyptus me ravirait la vie, et la couronne. Vos s?urs n'ont pas fait tant de difficulté, elles sont bien plus résolues que vous.

Air : Quand on a prononcé ce malheureux oui

Elles vont dans la nuit m'immoler mes victimes.

HYPERMNESTRE.

Hélas !

DANAÜS.

Vous soupirez ! Vos soupirs sont des crimes...

Vous balancez encor ! Qui peut vous arrêter ?

295   Votre serment vous lie, allez l'exécuter...

Hé bien, que ne partez-vous ?

Air : Tarare ponpon.

Lorsque ma volonté, ma fille, se déclare,

C'est à vous de répondre à mon intention.

HYPERMNESTRE.

Serais-je assez barbare !

DANAÜS.

Obéissez-moi donc.

HYPERMNESTRE, en s'en allant.

300   Mon cher père tarare,

Pompon.

SCÈNE XII.

DANAÜS, seul.

Va, va, j'ai pris se si justes mesures que Lyncée ne pourra se soustraire à ma fureur. La nuit favorisera mon projet.

Air : Quand on tient de ce jus d'octobre.

J'ai su m'assurer ma vengeance.

En vain l'amour retient tes coups,

On va dans l'ombre et le silence,

305   Partout assiéger ton époux.

SCÈNE XIII.

HYYPERMNESTRE, seule avec un poignard

Le théâtre change et représente la façade du palais de Danaüs, une nuit très obscure règne sur le théâtre.

Air : Depuis que j'ai vu Nanette.

Justes dieux ! Que dois-je faire ?

Quoi ! cédant à son courroux,

Mes s?ur par l'ordre d'un père

Assassinent leurs époux.

310   Ô nuit de tes voiles sombres

Quel est le fatal secours ?

Toi qui ne devais tes ombres

Qu'au triomphe des amours.

SCÈNE XIV.
Lyncée avec une lanterne sourde, Hypermnestre.

LYNCÉE.

Où diable trouverai-je ma femme ? Je la cherche partout... Si je ne me trompe, je crois que c'est vous, ma mignonne ?

Air : J'ai fait à ma maîtresse.

Doux objet de ma flamme

315   Je vous retrouve enfin...

Il aperçoit le poignard.

Mais, que vois-je ?... Ma femme,

Quel est votre dessein ?

Cet instrument, ma mie,

N'est guère de mon goût.

320   N'auriez-vous point envie

De faire un mauvais coup ?

HYPERMNESTRE.

Que lui dirai-je ?... Croyez-moi, Lyncée, éloignez-vous de ces lieux, fuyez-moi de grâce.

LYNCÉE.

Moi vous fuir !... Vous n'y pensez pas.

Air : La verte jeunesse.

Par ma foi j'ignore

Pour quelle raison,

Je ne suis encore

325   Mari que de nom.

Il faudrait, Madame,

À vous parler net,

Pour quitter ma femme,

L'être tout à fait.

Mais que veut dire ceci ? Vous me parlez par énigme, expliquez-vous mieux.

HYPERMNESTRE.

Air : Pour passer doucement la vie.

330   Pour sauver un époux que j'aime,

Fer fatal à toi j'ai recours,

Ne sert qu'à m'immoler moi-même,

Mourons pour conserver ses jours.

LYNCÉE, l'arrêtant.

Air.

Turlututu rengaine, rengaine,

335   Rengaine ton couteau.

Que diable voulez-vous faire ?

Air : Je n'saurais.

Quoi, tu prétends, assassine,

Te percer de part en part ?

HYPERMNESTRE.

Ma vertu m'y détermine,

Mon cher, rends-moi ce poignard.

LYNCÉE.

340   Je n'saurais,

S'il entrait dans ta poitrine,

Tu mourrais.

Le tonnerre gronde, les éclairs brillent.

Air : À la façon de Barbari.

Mais quel tonnerre, quels éclairs

Étonnent la nature !

345   Ces feux qui brillent dans les airs

Sont d'un sinistre augure.

CHOEUR DES FILS D'EGYPTUS.

Quelle funeste trahison,

La faridondaine,

La faridondon !

350   Dieux, ô dieux ! on nous traite ici

Biribi,

À la façon de Barbari

Mes amis.

LYNCÉE.

Air : Joconde.

Quelles voix implorent les dieux !

355   Quels transports sanguinaires !

Je n'en doute plus, dans ces lieux,

On égorge mes frères.

Secourons-les... dois-je souffrir

Leur sanglante défaite...

360   Mais à quoi bon les secourir

Lorsque l'affaire est faite ?

Il vaut autant que je reste ici.

SCÈNE XV.
Troupe d'Égyptiens, les susdits.

UN ÉGYPTIEN.

Air.

Aux armes, camarades,

L'ennemi n'est pas loin.

LYNCÉE.

Courons tous au vin.

L'ÉGYPTIEN.

365   Aux armes, camarades,

Mettons tous l'épée à la main.

CHOEUR DES ARGIENS, derrière le théâtre.

Air : Je suis un bon soldat.

Portons dans le combat,

Titata,

L'horreur et le carnage.

370   Que Lyncée abattu

Tututu,

Cède à notre courage.

LYNCÉE.

Comment morbleu ! On parle de moi. Ah ! Chien de beau-père, vous faites donc des vôtres ! Tout à l'heure nous allons voir beau jeu : mes amis commencez toujours.

HYPERMNESTRE.

Où allez-vous donc, mon cher époux ?

LYNCÉE.

Je vais boire un coup.

Lyncée sort. On sonne la charge, le combat se fait entre les Égyptiens et les Argiens. À la fin, Lyncée arrive avec un grand bâton et les repousse.

SCÈNE XVI.

HYPERMNESTRE, seule.

Air : Flon, flon.

Quelle horreur ! Quel tapage !

Où porter mes regards !

375   Le sang dans ce carnage

Coule de toutes parts.

Air : Un Cavalier d'une riche encolure.

Mais quel spectacle à mes yeux se découvre ?

La terre s'entrouvre,

Je vois des enfers

380   Les supplices divers.

Air : Ne craignez rien, l'Hymen est votre asile.

Je vois mes s?urs sur l'infernale rive...

Quel est le but de leurs soins empressés ?

Elles voudraient d'une onde fugitive

Fixer le cours dans des tonneaux percés.

Air : Je ne suis né ni roi, ni prince.

385   Non, vos mains sont trop criminelles,

Des dieux, n'espérez pas, cruelles,

Apaiser le juste courroux.

Vous puisez vainement, perfides,

Vous avez tué vos époux,

390   Vos tonneaux seront toujours vides.

SCÈNE XVII.
Lyncée victorieux, Hypermnestre.

LYNCÉE.

Air : Il faut quand l'Amour nous presse.

Décampons avec vitesse,

Suivez-moi, mon petit c?ur.

Du combat je reviens vainqueur :

Belle Princesse,

395   Ma foi l'on a bien du bonheur

Quand on adresse.

Il aperçoit Danaüs soutenu par deux gardes.

Mais que vois-je ! Vous verrez que j'aurais tué le beau-père.

SCÈNE XVIII.
Danaüs soutenu par des gardes, Hypermnestre, Lyncée.

HYPERMNESTRE.

Fin de l'air : Réjouissez-vous bons Français.

Grands dieux ! quel horrible spectacle !

Ta main vient d'accomplir l'oracle.

DANAÜS.

Air : Colin va t'en dire à Nanon.

Non, fille perfide, c'est toi

400   Qui trahis ton père et ton Roi

Pour l'amour de ce misérable.

Je voudrais pouvoir avec moi

Tous deux vous entraîner au diable.

LYNCÉE.

Allez-y toujours devant, mon cher papa.

Air : Et zeste, zeste, zeste

Grands dieux, quelle fureur !

DANAÜS.

405   Vite que l'on m'emporte.

LYNCÉE.

La rage le transporte.

HYPERMNESTRE.

Il expire, Seigneur...

Ô ciel quel coup funeste !

Il ne faut pas quitter le Roi.

LYNCÉE.

410   Et zeste, zeste, zeste,

Puisqu'il est défunt, croyez-moi,

Songeons au reste.

 


Notes

[1] Drille : Méchant soldat. Il ne se dit que par mépris et par raillerie. Se dit aussi de tout autre malheureux qui porte l'épée, quoiqu'il ne soit point enrôlé. [F]

 Version PDF 

 Version TXT 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Répliques par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies