L'HOMME QUI NE PEUT PAS SIFFLER

MONOLOGUE

DIT PAR COQUELIN AINÉ, de la Comédie-Française.

A mon ami GRENET-DANCOURT

1885. Tous droits réservés.

par Eugène Adenis

PARIS, PAUL OLLENDORFF, ÉDITEUR 28 bis, RUE DE RICHELIEU, 28 bis

Imprimerie générale de Châtillon-sur-Seine. A. PICHAT .


Texte établi par Paul FIEVRE, août 2019

Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 27/09/2019 à 19:10:50.


PERSONNAGES

UN HOMME.


L'HOMME QUI NE PEUT ...

XXXX Erreur dans l'interprétation du texte (ligne 679, programme : edition.php)

Bidaut sifflait. C'était un talent véritable,

Un merveilleux talent. Sans se faire prier,

Le jour, à l'atelier ou bien le soir, à table,

(Car Bidaut était ouvrier)

5   Sur tous les modes, triste ou joyeux, grave ou tendre,

Au gré de son caprice ou de ses auditeurs,

Il sifflait tous les airs qu'on désirait entendre,

Avec l'art des premiers chanteurs.

Tantôt, il imitait le doux son de la flûte,

10   Tantôt, en trilles éclatants,

Sa voix simulait une lutte

De moineaux saluant l'aurore dans les champs.

C'était d'abord, avec un sifflement qui tremble,

Un pierrot, deux pierrots, puis vingt, puis cent pierrots,

15   Piaillant, jasant, petits et gros,

Enfin, mille pierrots ensemble.

Tout autre que Bidaut certes eût pu se gonfler

D'orgueil ; il eût surtout tiré profit et gloire

D'un don si surprenant ! De fait, on peut m'en croire,

20   Jamais siffleur sifflant ne sut si bien siffler.

Même on disait dans la bâtisse,

Que Bidaut était un artisse...  [ 1 Vers 22, on lit bien artisse en italique au lieu d'artiste.]

Et bon enfant !.. Oui, mais il avait un défaut,

Bidaut.

25   Il buvait. - Il faut bien que la nature humaine.

Vase fragile, en vérité,

Éclate par quelque côté ! -

Et, quand il avait bu, désastreux phénomène,

Il ne pouvait plus siffler.

30   La joue avait beau s'enfler,

Les deux lèvres s'avancer,

Comme quand on fait la moue,

La langue était sans ressort,

Le sifflet nul, le son mort,

35   En dépit de tout effort

Des lèvres et de la joue.

Ses amis le savaient.... Hélas ! sa femme aussi ;

Car, Bidaut avait une femme :

Adèle Vachelard, fille d'Auguste-Henri,

40   Jacques-François-Thomas Vachelard et de dame

Rose et femme Bidaut, femme de son mari,

Femme très légitime, autrement, sur mon âme,

Elle n'eût point pris place en cette histoire-ci.

Or, Adèle lui dit un soir : «

45   Écoute, Antoine,

Voilà plusieurs lundis déjà que ça va mal,

Tu bois comme un troupier, comme un turc, comme un moine

Et tu rentres chez nous, gris comme un animal ;

Ça me fâche. Avant-hier encor, tu m'as battue... »

50   - « Battue ?... Oh c'est-y vrai ?... » - « Tiens donc, j'ai bien senti

Les coups ! On bat sa femme, on l'assomme, on la tue,

Et puis, il est trop tard lorsqu'on s'est repenti !

Aussi, pour éviter une pareille histoire,

Quand tu voudras rentrer, tu siffleras un air.

55   Oh ! Je n'exige pas, bien sûr, ton répertoire,

Moins qu'un air : un seul coup de sifflet net et clair,

Et je te jetterai cette clef que je garde...

(Adèle lui montrait, avec un geste altier,

La clef de la porte bâtarde.

60   Qui fermait la maison veuve de tout portier.)

J'ouvrirai la fenêtre où chaque soir je veille.

Le signal pour la clef : retiens ça quand tu sors,

Et puisque ton sifflet reste dans la bouteille,

Quand tu seras pochard, tu coucheras dehors. »

65   Bidaut promit de ne jamais plus boire ;

Il en fit trois fois le serment

Et tint parole exactement

Pendant huit jours, si j'ai bonne mémoire.

Mais le lundi suivant.... que faire le lundi ?...

70   On s'ennuie, on chôme, on est libre

Les autres jours, on travaille ! Pardi,

C'est ce qui détruit l'équilibre !

La femme.... en admettant qu'elle retint vos pas,

Ce jour-là comme un autre, elle gagne sa vie :

75   On ne peut donc lui tenir compagnie...

D'ailleurs, ça n'amuserait pas !

Que faire ?... On sort un peu pour voir, pour se distraire,

Histoire de tuer le temps.

Oh ! L'on ne songe pas à mal, bien au contraire !

80   On est un homme à quarante ans !...

Tiens ! C'est le cabaret !... sage, rangé, paisible !...

Il doit y faire bon... Sobre !... Crédié ! Quel vent !

On a promis d'abord, et puis, on est sensible

Aux menaces : coucher dehors !... oui, plus souvent...

85   Un coup de vin pourtant, ça réchauffe le ventre !

Ça n'est pas dangereux, l'hiver !

Et puis, quoi ! Qui vous force à tant boire ?... et l'on entre

Histoire de tuer le ver !

Les compagnons ont eu la même idée :

90   « Tiens! c'est Bidaut !... ohé ! Bidaut !... » Une bordée

D'éclats de rire et de longs cris joyeux

Accueille son entrée... « Ohé ! Viens là, mon vieux,

Nous allons rire un peu, j'espère !...

Siffle-nous ta chanson ?... siffle d'abord ce verre !... »

95   Et Bidaut, au milieu d'un déluge de mots,

De hurrahs, de cris d'animaux,

Qu'on imite en lui faisant fête,

Près des vieux amis de vingt ans,

Sent déjà dérailler sa tête

100   Au choc des verres éclatants !

...................

Il est bientôt minuit... il fait un froid du diable.

Un homme, le front bas et se parlant tout haut,

Marche en zig-zags avec une peine incroyable

Dans une rue étroite et sombre : c'est Bidaut.

105   Il pleure, accuse Dieu, maudit le ciel, lui montre

Le poing d'une façon vraiment piteuse à voir.

Il s'arrête, il a vu le ruisseau qu'il rencontre

Et qui fait son murmure au-dessous du trottoir.

Il ouvre de grands yeux, il le prend pour la Seine !

110   Son coeur semble combattre un fatal mouvement.

Avec émotion, comme un acteur en scène,

Il avance soudain le pied, tragiquement !

Il trébuche et s'en va donner contre une porte...

Est-ce la sienne ?... Ah ! oui, car un faible rayon

115   Éclaire la fenêtre ou le diable m'emporte :

Adèle veille, il faut siffler... Ah ! Nom de nom !

Allons, de l'énergie ! Il la rassemble toute ;

Tout son corps se raidit dans un suprême effort

Et, d'une voix hélas ! qui ne laisse aucun doute

120   Sur son coupable état, il appelle très fort :

« Adèle, ma petite Adèle, ma Dédèle,

C'est moi, moi, qui suis là pour le passe-partout,

Tu sais, moi ton petit n'Antoine qui t'appelle,

Je suis pas gris, tu vois, je suis pas gris du tout. »

125   La fenêtre, pendant ce discours, s'est ouverte.

- « Siffle - » Ah! oui. Passe-moi la clef » - « Siffle» - « Ah ! dame oui,

Je veux bien... fü, fü, fü... je peux pas... elle est verte

Celle-là... fû, fü, fü, peux pas.. c'est inouï!

Adèle, eh ! là, ma femme, allons, sois pas sévère

130   Adèle, mon trognon, mon coeur, mon artichaut,

Ma poule, fü fü, fü, j'ai pourtant bu qu'un verre !...

Il fait chaud et j'ai froid, il fait froid et j'ai chaud.

C'est bête, hein,dis ?... Ma femme, à ton homme ?

Ça me cause trop d'embarras!...

135   Un verre ou rien. quoi ! C'est tout comme.

La clef ?... » - « Non, quand tu siffleras !... »

La fenêtre s'est refermée,

Et Bidaut, le pauvre Bidaut,

Épuisé par ce rude assaut.

140   Conclut, d'une voix alarmée :

« Dieu n'est pas juste »... et ne souffle plus mot.

Il boude et reste là, le dos contre sa porte.

Il couchera dehors, tant pis !... Le ciel est noir

Et dans son coeur toute espérance est morte.

145   À ce moment, sur le trottoir,

Passe un bourgeois. Bidaut tourne la tête...

Oh ! Quelle idée !... Eh ! Oui, pourquoi pas ?... Il l'arrête

Et, d'un ton très poli, sa casquette à la main :

« Monsieur, sifflez pour moi ? » - « Siffler, et pourquoi faire ?

150   Vous avez perdu votre chien ?... »

- « Non, c'est ma femme... elle fait la sévère ;

Faut siffler pour avoir la clef... moi, je sais bien,

Mais je peux pas... Tenez, voyez-vous la fenêtre ?...

Vous pourriez, vous ?... Ah ! mais, vous sauriez pas, peut-être ! »

155   Le bourgeois, après avoir ri,

Réplique par un coup de sifflet bien nourri...

Ô bonheur ! C'est un bruit de fenêtre qui s'ouvre...

« Cachez-vous, fait Bidaut... Adèle a le nez fin

Et se glissant devant le bonhomme, il le couvre.

160   La clef tombe... il l'attrape au vol.. c'est elle, enfin !

Déjà ; sa main la fait tourner dans la serrure,

Quand, Bidaut, dégrisé presque à ce doux murmure

Rappelle son sauveur qui poursuit son chemin,

Le remercie et, d'une voix plus sûre :

165   « Mon bourgeois ?... À lundi prochain ! »

 


Notes

[1] Vers 22, on lit bien artisse en italique au lieu d'artiste.

 Version PDF 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Présence par scène

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Long. mots par acte

 Long. mots par perso.

 Primo-locuteur

 Didascalies

Licence Creative Commons