LE TEMPLE DES CHIMÈRES

DIVERTISSEMENT

M. DCCC. VI.

À PARIS, Chez HUBERT et COMP°n LIB.-ÉDIT., rue des Grands Augustins, n°21.


publié par Paul FIEVRE janvier 2010

Publié par Paul Fièvre © Théâtre classique - Version du texte du 28/02/2019 à 22:56:54.


PERSONNAGES.

.

Extrait de "OEUVRES INÉDITES DE M. LE PRÉSIDENT HÉNAULT", 1806. pp 363-374.


LE TEMPLE DES CHIMÈRES.

Le théâtre représente le Temple des Chimères ; la Déesse des Chimères y paraît sur un trône de nuages brillants. On voit à ses pieds et autour d'elle ses sujets les Désirs, l'Espérance, la Confiance, les Songes, l'Imagination, etc. Les ailes du théâtre sont composées de masques, de figures fantastiques, de bulles de savon, d'ailes de papillons, etc...

SCÈNE PREMIÈRE.
La Déesse des Chimères sur son trône, Suite de la Déesse.

GRAND CHOEUR.

Que les voeux des mortels pour vous se réunissent,

Ils ne doivent qu'à vous les biens dont ils jouissent.

PETIT CHOEUR.

Vous rendez à leurs coeurs,

Par un mensonge aimable,

5   Le bonheur véritable,

Dont ils ont perdu les douceurs ;

Et votre bonté secourable

De tant de biens perdus a sauvé leurs erreurs.

Jupiter vous doit son tonnerre,

10   Vous forgez les traits de l'Amour;

Ces fleurs qui brillent sur la terre

Sont des amants par vous rendus au jour.

GRAND CHOEUR.

Que les voeux des Mortels pour vous se réunissent,

Ils ne doivent qu'à vous les biens dont ils jouissent.

LA DÉESSE.

15   Venez, mortels, venez tous ;

Ma puissance féconde

Enferme en ce séjour tous les trésors du monde,

Choisissez, tout est à vous.

SCÈNE II.
Les Peuples de tous pays et de tous états viennent à la voix de la Déesse des Chimères, Acteurs de la scène précédente.

CHOEUR DES PEUPLES.

Chantons, chantons les dons d'une main immortelle ;

20   C'est pour nous rendre heureux que sa voix nous appelle.

Danse des Peuples.

LA DÉESSE descendue de son trône.

Ce qu'on voit ici paraître

Est l'ouvrage des désirs ;

Vous y sentirez renaître

Mes trésors et vos plaisirs.

     

25   Venez-y forger vous-même

Ce qui peut vous rendre heureux j

Je mets mon pouvoir suprême

À laisser agir vos voeux.

Ce qu'on voit ici paraître

30   Est l'ouvrage. des désirs ;

Vous y sentirez renaître

Mes trésors et vos plaisirs.

     

Si votre âme s'est méprise

En faisant un premier choix ;

35   Qu'elle n'en soit pas surprise ,

Revenez une autre fois.

Ce qu'on voit ici paraître

Est l'ouvrage des désirs ;

Vous y sentirez renaître

40   Mes trésors et vos plaisirs.

     

On danse.

UNE SUIVANTE DE LA DÉESSE.

Faisons de nos beaux jours

Un prompt usage ;

La jeunesse et les amours

Sont du même âge.

     

45   Du doux printemps, les fleurs

Sont le partage ;

Et la saison des faveurs,

C'est le bel âge.

     

LE CHOEUR reprend :

Faisons de nos beaux jours

50   Un prompt usage,

La jeunesse et les Amours

Sont du même âge.

     

VOIX SEULE.

Qu'au matin de ses jours

Chacun s'engage,

55   On voit dormir les Amours

Au soir de l'âge.

     

Hâtez-vous à l'Amour

De rendre hommage ;

Vous aimerez sans retour,

60   Dans un autre âge.

     

LE CHOEUR reprend :

Faisons de nos beaux jours, etc.

On danse.

On entend une symphonie sombre.

LA DÉESSE.

Qu'entends-je ? Quels lugubres sons

Interrompent nos jeux et nos douces chansons ?

Ah ! De nos ennemis c'est le plus redoutable ;

65   C'est le Temps qui s'offre à mes yeux.

SCÈNE III.
Le Temps avec sa suite, le Repentir, les Réflexions , les Vents , etc.
Acteurs de la Scène précédente.

LA DÉESSE.

Où vas-tu, vieillard indomptable ?

Quel sujet t'amène en ces lieux ?

LE TEMPS.

J'y viens pour dissiper cette vapeur épaisse.

Qui cache à tous les yeux l'aimable vérité ;

70   C'est trop jouir de leur crédulité ,

Il est temps qu'à la fin l'univers vous connaisse.

LA DÉESSE ET LE CHOEUR.

Tout flatte ici leurs voeux.

Tout flatte ici nos voeux.

Que viens-tu leur offrir de mieux ?

75   Que viens-tu nous offrir de mieux ?

LE TEMPS.

Tout vous flatte, il est vrai, mais rien ne vous contente ;

Ne vous lassez-vous point d'une inutile attente ?

Pensez-vous que le coeur puisse vivre au hasard,

Et qu'on ne soit heureux à moins qu'on ne sommeille ?

80   Songez que dans ces lieux tout est l'effet. de l'art:

N'attendez pas qu'enfin le regret vous éveille,

Vous vous réveilleriez trop tard.

LA DÉESSE.

Je crains peu tes conseils, mes sujets sont fidèles.

LA DÉESSE ET LE CHOEUR.

Tout flatte ici leurs voeux.

85   Tout flatte ici nos voeux.

Que viens-tu leur offrir de mieux ?

Que viens-tu nous offrir de mieux ?

LE TEMPS.

À mes commandements vos âmes sont rebelles,

Il faut par mon pouvoir vous dessiller les yeux.

90   Ministres de mes lois ! Au défaut de la foudre,

Détruisez ce palais jusqu'en ses fondements ;

Faites voler en poudre

Tous ces vains ornements.

Les ministres du Temps, le Repentir, les Réflexions, les Vents détruisent le palais ; le trône s'en va enfumée ; les ailes du théâtre s'évanouissent et ne laissent plus voir que des ruines ; les nuages dorés tombent en pluie ; les Désirs, l'Espérance, les Songes, tout s'envole ; le Temps reste seul avec la Déesse et les Peuples.

SCÈNE IV.
Le Temps, La Déesse et Les Peuples.

LE TEMPS.

Eh bien, ces lieux vous plaisent-ils encore ?

95   Dépouillés de l'éclat dont l'erreur les colore,

Ils ne vous offrent plus que de tristes débris.

De mes conseils enfin , connaissez tout le prix.

Le Temps part.

CHOEUR DES PEUPLES EFFRAYÉS.

Où sommes-nous ? Quelle surprise étrange !

En un instant notre sort change !

SCÈNE V.
La Déesse, Les Peuples.

LA DÉESSE.

100   Va, je redoute peu tes impuissants projets :

Et vous, ne craignez rien, le Temps ne peut me nuire,

Il m'accuse de vous séduire,

C'est me reprocher mes bienfaits.

Mais pour m'en bien venger, votre coeur doit suffire.

105   Qu'il ose à ma puissance opposer son empire,

Qu'il abatte des murs, des tours, et des palais ;

J'en relèverai plus qu'il n'en pourra détruire.

Demeurez, et vous allez voir

Ici plus que jamais éclater mon pouvoir.

On danse.

110   Répandez, belle Flore ,

Vos parfums les plus doux.

Jeune Aurore,

Levez-vous,

Trompez un jaloux ;

115   Céphale vous attend encore,

Levez-vous.

Hâtez-vous de paraître ,

Embellissez les cieux ;

La nature pour renaître,

120   N'attend qu'un regard de vos yeux.

Toi qui fais toute ma magie,

Qui fondais mon empire, en recevant la vie,

Toi que je mis au rang des Dieux,

Viens, enfant de mon art, Amour , descends des cieux.

SCÈNE VI.

Le théâtre change, les cieux s'ouvrent, et l'Amour en descend, accompagné de Génies sous la forme des Jeux, des Ris et des Grâces.

Le théâtre change, les cieux s'ouvrent, et l'Amour en descend, accompagné de Génies sous la forme des Jeux, des Ris et des Grâces.

L'AMOUR.

125   J'allumai le flambeau du jour ,

Le monde me doit sa naissance ;

Tout serait détruit sans l'Amour,

Bien n'eût été sans une puissance.

Former toujours d'heureux désirs ,

130   Me les présenter pour offrande,

Suivre les jeux et les plaisirs ,

C'est tout le prix que je demande

Différents Quadrilles d'amants arrivent sur la scène.

DANSE DES AMANTS CONSTANTS ET DISCRETS.

Le Dieu qu'ici l'on adore,

Est le plus discret des Dieux ;

135   Il veut qu'ailleurs on ignore

Comme on le sert en ces lieux.

Il aime un culte sincère

Qu'on se plaît à renfermer ;

C'est le moyen de lui plaire,

140   Que de n'oser le nommer.

LE CHOEUR.

Le Dieu qu'ici l'on adore , etc.

UN AMANT DU MÊME QUADRILLE.

Le Dieu qui reçoit nos hommages

Aime les sombres forêts ;

Il n'entre en ces bocages

145   Que des bergers discrets.

Nos seuls traits,

Pour vaincre une belle,

Sont une ardeur fidèle

Et des feux discrets.

150   Ces bois chéris

Sont peuplés d'amants favoris ;

Vénus y vient toutes les nuits

Voir Adonis.

le Dieu qui reçoit nos hommages,

155   Aime les sombres forêts ;

Il n'entre en ces bocages

Que des bergers discrets.

Danse des Amants volages.

UN AMANT DU QUADRILLE DES AMANTS VOLAGES.

Le Dieu des Amants

Se lit des serments

160   Que l'on fait aux belles ;

Il les abandonne aux ailes

Aux ailes

Des vents.

On danse.

Qu'importe à l'Amour ?

165   Qu'on soit à sa cour

Constant ou volage !

Il lui suffit de l'hommage

De l'hommage

D'un jour.

LA DÉESSE ET L'AMOUR.

170   Amants constants, Amants volages,

Accordez-vous dans ces lieux pleins d'appas,

Le doux plaisir y vole sur vos pas ;

Le bonheur vous unit, unissez vos hommages.

LE CHOEUR.

Accordons-nous dans ces lieux pleins d'appas,

175   Le doux plaisir y vole sur nos pas ;

Le bonheur nous unit, unissons nos hommages.

On danse.

 


 Version PDF 

 Répliques par acte

 Caractères par acte

 Taille des scènes

 Répliques par scène

 Vers par acte

 Vers par scène

 Vocabulaire du texte

 Primo-locuteur

 Didascalies

Licence Creative Commons