Carnet de notes

Cette page est carnet de notes (blog) dédié au théâtre classique. Elle permet de focaliser le visiteur sur des points forts, très particuliers, anecdotiques ou surprenants du site. Hasards des lectures et des rencontres, nourriront cette page.


Mardi 3 janvier 2017. 

Qu'est ce que le théâtre classique ?

Il n'existe pas de bonne définition du théâtre classique : il y a des approches qui ont leurs défenseurs et leurs détracteurs. Certains considèrent que la période classique est courte entre 1660 et 1680 ; d'autres l'associent au règne de Louis XIV (1643-1715), d'autres enfin l'étendent des débuts du Cid de Corneille à Phèdre de Racine. Ce site a préféré faire le choix d'une vision très extensive qui va de Jodelle après le milieu du XVIème siècle à Hernani de Victor Hugo et au delà : un théâtre qui se construit avec des règles qui deviennent des normes puis s'autorise des déviances. Au XVIIIème siècle, l'opéra-comique, la vaudeville, le drame ou la comédie larmoyante émergent et certains autres périclitent : on ne parle plus de tragédie en musique, on fait fait peu ou plus de tragi-comédie. La révolution amène sont lot de pièces patriotiques et l'Histoire est plus souvent représentée qu'auparavant.

Hernani marque la fin de cette période et coïncide avec la fin du règne des rois Bourbons. Malgré cette sage décision de borner le sujet, le format en cinq actes et en vers perdure tout au long du XIXème siècle. De même pour la comédie en un acte ou en trois. Jusqu'à Ubu roi d'Alfred Jarry qui est en cinq actes en prose.

De l'autre côté du spectre chronologique. On voit émerger depus le moitié du XVIème des tragédies en cinq actes et des comédies de même taille dont on peut citer celles de Jodelle : les Tragédies de Cléopâtre captive, Didon se sacrifiant, L'Eugène comédie. Certes les scènes ne sont pas marquées. On constate plutôt des longues répliques plaintives et des narrations longues.

Rabattons nous sur une moindre définition : le théâtre classique n'existe pas. Ce qui est bien suffisant pour justifier l'existence de ce site.


Jeudi 2 février 2017. 

Bon genre, mauvais genre

Le genre noble est un genre au sujet noble exprimant noblement par des personnages nobles : donc c'est la tragédie. La comédie considérée comme moins noble est soit burlesque, sérieuse ou italienne. Toutefois, on trouve toutes sortes de contre-exemples qui comme le dit l'adage, ne sont là que pour conforter la règle.

Il ne s'agit de nier l'existence des genres mais de prendre une distance avec une notion qui est tiraillé entre une étiquette endogène au titre de l'oeuvre et une dénomination de la critique ; coincé entre une revendication ou un horizon de lecture quis'annonce, s'affiche ou questionne.


Jeudi 9 mars 2017. 

À quoi ça rime ?

L'ensemble des textes du théâtre classique est séparable en deux groupes : les textes en prose et les texte en vers auxquels s'ajoute des textes mixtes de l'ordre de 10%. Même si l'on compte quelques unités de tragédies en prose, l'essentiel du corpus tragique est en vers.


Jeudi 16 mars 2017. 

Thématiques

Dans quelques semaines il va falloir passer son Bac français. Et patatras, nous allons voir apparaitre ou réapparaitre un lot de fausses connaissances, des vérités de manuels, des balbutiements de propos mal compris qui feront rire ou pleurer les examinateurs... à moins qu'ils ne rient d'eux-mêmes : que sais-je et que puis-je enseigner ?

Parmi tous ses bavardages, le mot "thème" apparaitra souvent. Non pas l'exercice de traduction latine dont les plus mauvaises iront aux latrines. Il s'agit plutôt d'une valise magique, un sac à procès, d'un fourre-tout d'opinions incongrues. Il est compliqué de parler de thème, le terme thème est flou et chacun souhaite le laisser dans son opacité. Cette opacité est commode, on peut y tisser un propos, faire rêver en quelque sorte. Ainsi si nous énonçons : "Quel est le thème principal des Femmes savantes ?" Il y aurait un bref flottement où la machine à mots qu'est notre pensée s'exercerait à trouver un idée peu contestable, puis en fonction de notre malignité, il sera montré qu'un bon lieu commun peut devenir une idée originale. L'objet d'études n'en deviendra qu'un prétexte, et le texte qu'un décor. Le beau-parleur deviendra par le suite le héros de sa propre légende, les thèmes seront ses moulins contre lesquels il posera sa pensée. L'élève quant à lui aura au moins 16/20.

.

Cachons donc ces thèmes que nous ne saurions voir.


Samedi 1er avril 2017. 

Une grande absente : la nature

Le chercheur serait tenté de dire que la nature est la grand absente du théâtre classique. L'esprit taquin aurait envie de répondre : "Devrait-elle y être ?" Rien n'est moins sûr. La théâtre est urbain au sens strict et au sens large. L'interlocution se situe dans un lieu de parole, un appartement, un hôtel particulier, une place devant un immeuble bourgeois, un château, un palais, un temple ou même une prison, un port. L'unité d'action, contrainte par la vraisemblance, empêche toute navigation géographique. Elle est pour la plupart du temps élément de narration : Dans la Thébaïde ou les frères ennemis ou Alexandre Le Grand de Racine, les champs de bataille sont des lieux désolés qui soutiennent l'action ; on disait alors "des déserts".

Quelques contre-exemples montre que parfois la nature s'invite non pas seulement comme élément de décor mais comme un para-personnage, c'est à dire un circonstant qui détermine l'action. Ainsi, même hors du cadre de l'action, que serait le récit de Théramène sans le bord de mer d'où émerge un monstre. Le Festin de Pierre ou Don Juan est le modèle rare d'un déplacement de l'action dans de nombreux lieux : une cour, un logement familial, une forêt, un rivage, le salon d'une riche propriété, un mausolée. Don Juan est immobile, c'est le monde qui tourne autour de lui.

Les Arlequins, les Scapins et autres personnages comiques sont amenée pas leur peur à grimper dans un arbre opportun pour sauver leur vie et cacher leur peur.

Enfin, ne négligeons pas les tragi-comédies et les pastorales qui usent de clairières, d'étangs, et de lieux découverts propres à leurs sujets. De même, les opéras nous emmènent dans des lieux féeriques, des nuées vaporeuses et de sulfureux enfers, des rivières aux abords agrestes, des bois hospitaliers.


Samedi 8er avril 2017. 

L'âge des personnages : un sujet de préoccupation

La question de l'âge des personnage est simple et compliquée. Elle est compliquée car il est rarement fait mention de l'âge des personnages. Cependant, le sujet reste aisé à traiter : il suffit de découper l'âge en quatre catégorie : l'enfant, le jeune, l'adulte, la personne âgée.

L'enfant est très facilement repérable. Il est déclaré nomme tel dans la liste des personnages, il nomme ses parents papa et maman, il a un parler enfantin et parfois il ne dit rien. Il est seul comme Louison dans Le Malade imaginaire ou en groupe comme les quatre enfants de Agnès de Chaillot de Biancollelli. Dans le décompte de théâtre classiques c'est une petite population d'une dizaine d'unités. On serait tenté de suivre Jean Racine qui dans la préface d'Athalie décrit Joas comme un enfant de "neuf à dix ans". Pourtant, son statut dramatique le met sur le même rang de la Reine Athalie... Contentons nous de l'âge biologique indiqué ou déduit.

Le jeune est une personne en âge d'être mariée et qui n'a pas d'emploi professionnel affermi : Thomas Diafoirus poursuit des études de médecine dans Le Malade imaginaire mais on ne connait pas son âge précis. Les filles se nomment souvent Angélique et peuvent être très jeunes. Les jeunes garçons sont des Léandre en comédie. On considère comme jeune un personnage qui se trouve dans un rapport filial marqué avec un autre personnages : ainsi Chimène et Rodrigue dans Le Cid sont jeunes puisque le posture sociale dominante est tenue par les pères respectifs. Ainsi la jeune Rodrigue qui a du coeur au début du Cid et un adulte accompli à la fin de la pièce.

L'adulte est la population dominante, elle est celle qui agit, qui lutte pour conserver une cassette, un royaume, une situation, un amour. Il a un statut social clair entre bourgeoisie, clergé et aristocratie.

Le Vieux est un adulte âgé dans la vie comme au théâtre. Il n'a plus dans l'activité sociale, il est sage ou bougon. L'âge peut être indiqué dans la liste des personnages ainsi Euristène dans Dynamis de Du Ryer "vieux fermier du Roi de Carie". Parfois, il est en présence de plusieurs génération. Dans Tartuffe, Le mère d'Orgon peut être considérée comme vieille : Orgon son fils est adulte, et sa petite fille est jeune. La cohérence est respectée.

À quoi servent ces réflexions rébarbatives : elle nous permettent de typer les 10 000 personnages du corpus en restant objectif et clair.


Vendredi 21 avril 2017. 

Texte de merde

La vulgarité n'a pas de place dans le théâtre classique. Les situations peuvent, dans de rares cas, être coquine voire scabreuses mais point vulgaires. Il existe malgré tout au moins un cas assez original : Le Marchand de merde de Simon Gueulette. Au XXIème siècle, ce texte trouverait un public ; il est particulièrement inconvenant pour le XVIIIème. Non pas qu'il n'y eu pas de spectacles triviaux, mais ils sont restés discrets et, à ce jour, nous n'avons pas de trace en dehors de cet exemple.

Cette parade est restée confinée dans un endroit où l'on peut rire sans être vu : c'est à dire en société. Le théâtre de société est donc un groupe de texte qui ne correspond ni à un genre ni à un lieu à proprement parler. C'est un ensemble de textes qui ont été représentés dans un lieu privé par des amateurs entre eux, ou par des professionnels pour une représentation privée. Il ne doit pas être confondu évidemment avec le théâtre de Cour ou les spectacles de collèges qui doivent édifier, enseigner et distraire convenablement.


Vendredi 30 avril 2017. 

À la recherche de la version perdue : Tartuffe

Vous ne le saviez pas ? Mais enfin ! On a perdu le texte de la première version du Tartuffe de Molière : celle qui fit scandale.

Pourtant, le 24 avril avril 2017 eu lieu une représentation de Tartuffe dans l'Amphithéâtre Richelieu de La Sorbonne. La belle affaire, me direz vous ! C'est effectivement une belle affaire.

Ce Tartuffe ou l'Hyppocrite en trois actes est une reconstruction de texte original. Exercice périlleux que de deviner ce que fut un texte perdu. Exercice réussi et spectaculaire pour cette représentation "historiquement informée", c'est à dire qui marque une étape dans l'état des connaissances historiques sur ce texte et sur la pratique du jeu.

Si quelqu'un pouvait aussi retrouver l'Aspar de Fontenelle, cela rendrait service à Théâtre classique


Vendredi 5 mai 2017. 

Le Théâtre de société

Les derniers jours d'avril ont permis à quelques personnes à l'Université de Lausanne de se poser des question autour du Théâtre de société. Phénomène émergeant au XVIIIème, il semble difficile de lui donner une contour précis : il existe des éditions collectives de textes, des lieux identifiés pour cette pratique, une période qui s'étale jusqu'à nos jours. En Bref, le théâtre de société semble échapper aux clivages traditionnels du genre, du sujet, de l'auteur et du lieu. Le faste des représentations est connu par les vestiges de lieux privés éloignés de Paris et quelques costumes, récits et dessins sauvegardés.

Une expérience curieuse, pour un théâtre curieux qui excite le curiosité de Théâtre classique.


Vendredi 2 juin 2017. 

Marivaux-t-il la peine ?

La recherche et la critique sur la Littérature sont elles condamnées à dirent des choses compliquées et parfois incompréhensibles. La question mérite d'être posée. D'un autre côté l'opinion demi-savante fait des raccourcis hâtif a-t-elle le droit au chapitre : ainsi en est-il de Marivaux et du marivaudage.

Il y a une troisième voie : on peut aller à l'essentiel. Ainsi Françoise Rubellin nous dit dans les "Essentiels" de Gallica, en 8 mn et 17 secondes, ce qu'est Marivaux, qui est Marivaux : un auteur, une personne, une oeuvre, un contexte. Richesse et diversité, jeunesse et maturité, théâtre et musique. Que faut-il dire de plus ?


La Géographie et le théâtre

le 27 mai 2017, une journée d'études de la Sorbonne sur La Nouvelle France sur les scènes parisiennes au XVIIème siècle nous a permis de réfléchir et de structurer les métadonnées concernant le lieu de l'action théâtrale. Non pas le lieu de représentation, mais le lieu où se situe l'action.

Pour la très grande majorité, il est possible d'identifier un lieu assez précis : temple, place ou palais d'une ville, ville uniquement ou pays. En ne prenant que les pays, on est vite confronté à une réalité embarrassante, les pays changent de nom et de contour : Troie est en Turquie, Le Pont-Euxin le long de la Mer noire n'est plus identifié au XXIème siècle sur une carte, Rome n'est pas l'Italie, Ithaque est en Grèce, Où est l'île de Circé, Carthage n'est pas la Tunisie, Israël et la Palestine crée une gêne, le centre de l'Europe est sans dessus-dessous, la Nouvelle France est Canadienne et Etanusienne.

Pour la représentation, la principale difficulté de l'exercice est d'accepter de représenter des données historiquement datées dans une carte contemporaine, aplatissant ainsi les contours historiques : ainsi en signalant Chaillot, Passy ou Vaugirard sur une carte de Paris actuelle, on peut laisser croire que ces lieux sont parisiens.... ils le sont effectivement actuellement mais au XVIIème ou au XVIIème, ces villages étaient hor les murs, à la campagne, dirait-on.

Malgré cela, ne faisons pas les maniérés, faisons les cartes, montrons du mieux qu'il est possible et prévenons les incompréhensions de lecture.

Ce sujet est voisin de celui du théâtre de société ; certains chercheurs travaillent sur l'énumération des lieux de spectacles domestiques et privés mais aussi les théâtres de verdure.


Vendredi 9 juin 2017. 

Les Antiques

Parmi les auteurs de théâtre antique il faut distinguer deux groupes : les grecs et les latins. Parmi les grecs on nomme principalement Eschyle (7), Sophocle (7), Euripide (18) pour la tragédie et Aristophane (11) et Ménandre (21) pour la comédie. Pour les auteurs latins : on retient les plus importants Plaute (21) et Térence (6).

Ce sont parmi ces auteurs que Molière, Rotrou et Racine sont allés chercher une partie de leurs sujets.


Jeudi 24 juin 2017. 

Bachelard par Foucault

Cette vidéo n'a rien à voir avec le sujet de ces billets. Quoique !

Ce site se revendiquerait bien Bachelardien ; agréger sans hiérarchiser le célèbre et l'inconnu, le grand et le petit, le lointain et le proche, le feu et l'eau afin de mieux agiter des interrogations génériques, remettre en cause l'hagiographie de la littérature, interroger la notion de chef d'oeuvre et de succès.


Merci de me faire part de vos [gentilles] remarques à l'adresse : admin@theatre-classique.fr.